La Sexualité Sacrée: Chaque fois qu’une femme a des relations sexuelles avec un homme, elle conserve son ADN dans son cerveau

De nouvelles recherches de l’Université de Seattle et du Fred Hutchinson Cancer Research Center ont accidentellement révélé qu’une partie de l’ADN de chaque homme avec lequel une femme a des relations sexuelles finit par rester avec elle pour toujours, logée dans son cerveau.

 

L’étude visait à l’origine à déterminer si les femmes qui tombent enceintes d’un garçon finissent par devenir plus prédisposées à développer certaines maladies neurologiques courantes chez les hommes. Cela a fini par révéler des mystères encore plus grands sur le fonctionnement interne du cerveau féminin.

Il s’avère que le système neurologique d’une femme abrite souvent un « microchimérisme masculin », ce qui signifie que son cerveau absorbe l’ADN masculin qui reste avec elle chaque fois qu’elle procrée avec un homme. Plus une femme couche avec des hommes, plus l’ADN masculin devient une partie d’elle.

L’étude explique que 63% des femmes (37 sur 59) testées présentaient un microchimérisme [1] masculin dans le cerveau – et dans plusieurs régions du cerveau. Cela signifie que l’ADN masculin fait désormais partie du système neurologique de ces femmes.

Pour rester politiquement correct, l’étude conclut que l’ADN masculin doit provenir d’une grossesse masculine. La réalité, cependant, est que même les femmes qui n’ont jamais été enceintes, mais qui ont couché avec beaucoup d’hommes, portent le même microchimérisme masculin que les femmes qui sont mères de garçons.

Tentant comme ils pourraient de cacher la vérité, les chercheurs qui ont été assez courageux pour approfondir ce phénomène ont conclu que les femmes sexuellement actives absorbent en fait l’ADN masculin chaque fois qu’elles s’engagent dans l’acte, qu’elles tombent enceintes ou non..

« Outre les grossesses connues, d’autres sources possibles de microchimérisme masculin comprennent un avortement spontané non reconnu, un jumeau mâle disparu, un frère aîné transféré par la circulation maternelle ou des RAPPORTS SEXUELS. », explique un rapport.

« Le microchimérisme masculin était significativement plus fréquent et les niveaux étaient plus élevés chez les femmes ayant subi un avortement provoqué que chez les femmes ayant d’autres antécédents de grossesse. D’autres études sont nécessaires pour déterminer les origines spécifiques du microchimérisme masculin chez les femmes. ”

Il y a beaucoup de mystères inconnus dans les rapports sexuels, c’est pourquoi ils étaient censés rester sacrés

Certaines des causes suggérées du microchimérisme masculin semblent peu susceptibles d’expliquer les découvertes des chercheurs car elles ne sont pas assez fréquentes. Il n’est pas non plus très courant qu’un jumeau mâle «disparaisse» ou qu’un frère aîné transfère de l’ADN par la circulation maternelle.

Non, la seule conclusion logique est que le simple fait d’avoir des relations sexuelles, quel que soit le résultat, suffit à transférer l’ADN masculin dans le cerveau d’une femme, où il reste en permanence et devient une partie de sa propre constitution génétique.

« Cela a des ramifications très importantes pour les femmes« , rapporte Newspunch. “Chaque homme dont vous absorbez les spermatozoïdes devient une partie vivante de vous pour la vie. Les femmes autopsiées dans cette étude étaient âgées. Certains portaient l’ADN masculin vivant en elles depuis plus de 50 ans. ”

« Le sperme est vivant. Ce sont des cellules vivantes. Lorsqu’il vous est injecté, il nage et nage jusqu’à ce qu’il s’écrase tête baissée dans un mur, puis il s’attache et s’enfouit dans votre chair. S’il est dans votre bouche, il nage et grimpe dans vos voies nasales, votre oreille interne et derrière vos yeux. Ensuite, il s’enfonce. Il pénètre dans votre circulation sanguine et s’accumule dans votre cerveau et votre colonne vertébrale. 

Les femmes qui se réservent pour le mariage et qui n’ont jamais de relations sexuelles qu’avec un seul homme s’unissent à cet homme et à lui seul. Nous savons maintenant que les femmes qui se livrent à des relations sexuelles sans scrupule modifient leur corps d’une manière qui commence à peine à être comprise.

Des nouvelles scientifiques intéressantes comme celle-ci peuvent être trouvées sur Brain.news.

Les sources de cet article incluent : Newspunch.comPLoS.orgNaturalNews.com

[1] Le microchimérisme se définit par la présence en faible quantité dans un organisme, sur le long terme, de cellules ou d’ADN provenant d’un autre individu sans qu’il n’y ait apparemment de réaction de greffon contre l’hôte (GvDH) ou de rejet de greffe.


UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!

3 commentaires sur “La Sexualité Sacrée: Chaque fois qu’une femme a des relations sexuelles avec un homme, elle conserve son ADN dans son cerveau

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.