Publicités

Découverte fantastique d’un impact majeur d’astéroïde vieux de 800,000 ans en Asie

Les scientifiques savaient qu’un impact de météorite avait jeté des débris partout dans le monde, mais où il a frappé est resté un mystère…jusqu’à présent!

Il y a 800,000 ans environ ,un énorme impact météorite a eu lieu au Laos.
Les scientifiques viennent de l’identifier.

La Terre a connu de nombreux accrochages avec des roches spatiales. Ils ont déclenché la disparition des dinosaures il y a 66 millions d’années, illuminé le ciel diurne au-dessus de la Russie dans des milliers de vidéos de caméras et même frappé un humain .

Mais un impact majeur de météorite qui s’est produit il y a environ 800 000 ans a longtemps dérouté les chercheurs. Ils savent que cela s’est produit parce que des millions de gouttes de verre appelées tektites ont été lancées sur 10% de la surface de la planète, de l’Asie du Sud-Est à l’Antarctique et à travers de vastes étendues des océans Indien et Pacifique.

L’impact qui a projeté ces tektites australasiens aurait creusé un cratère d’au moins plusieurs kilomètres de diamètre et des centaines de pieds de profondeur. Mais près d’un siècle de détournements n’a pu révéler aucune trace directe de la grève.

«C’est un trou de taille très difficile à faire disparaître», a déclaré Aaron Cavosie , scientifique planétaire au Space Science and Technology Center de la Curtin University à Perth, en Australie.

Un morceau de tektite trouvé au Laos. Les tektites sont des débris vitreux et rocheux formés par l’impact des météorites sur la surface de la Terre.

 

Maintenant, une équipe de chercheurs pense qu’ils l’ont trouvée, enterrée sous un lit de lave au Laos.

L’équipe, dirigée par Kerry Sieh , géologue à l’Observatoire de la Terre de Singapour, a publié ses preuves la semaine dernière dans les Actes de la National Academy of Sciences . Alors que certains chercheurs suggèrent qu’un travail de terrain supplémentaire est nécessaire pour confirmer les résultats, ces résultats fournissent des indices importants pour reconstituer une rencontre catastrophique entre la Terre et un visiteur fougueux de l’espace.

Le Dr Sieh chasse le cratère depuis des années, mais de nombreuses pistes se sont révélées être des impasses. Alors que la plupart des scientifiques conviennent que l’impact des météorites s’est probablement produit en Asie du Sud-Est, cela présente un casse-tête.

D’étranges tektites semblables à des gouttes de verre ont été retrouvées.
Des témoins de l’intensité extrême de la puissance d’énergie émise lors de l’impact.

De nombreux cratères d’impact antiques ont disparu de la surface de la Terre en raison des forces volcaniques, tectoniques et autres forces d’érosion. Mais la plupart des endroits en Asie du Sud-Est connaissent de faibles taux d’érosion et de sédimentation, insuffisants pour avoir effacé un si grand cratère en relativement peu de temps.

Cependant, il y a au moins une exception: un plateau de la taille du Delaware près du Mékong dans le sud du Laos. Ici, les éruptions volcaniques ont créé des lits de lave jusqu’à 1 000 pieds de profondeur. C’est assez épais pour cacher un grand cratère, ont réalisé les scientifiques. La chasse était lancée.

Le Dr Sieh et ses collègues ont commencé par étudier des données montrant que les tektites australasiennes contiennent des éléments caractéristiques du champ volcanique laotien. Les scientifiques ont également daté les coulées de lave. Certains sont antérieurs à l’impact tandis que d’autres en sont postérieurs. Cela a du sens, a déclaré le Dr Sieh, car les laves qui ont enterré le cratère doivent être plus jeunes que l’impact et les laves qui ont été incorporées dans les tektites doivent être plus anciennes.

Un indice est donné par l’étendue extrême des tektites depuis le point d’impact au Laos jusqu’en Australie!

Le Dr Sieh et son équipe ont également mesuré le champ gravitationnel local autour des lits de lave. Les cratères présentent souvent un remorqueur gravitationnel légèrement plus faible que les zones environnantes car ils peuvent être remplis de matériaux brisés et moins denses. Les scientifiques ont trouvé un signal de gravité compatible avec un cratère allongé d’environ 11 miles de long par 8 miles de large rempli d’environ 300 pieds de roche brouillée.

Une microphotographie de cristal de quartz d’un gisement de brèche d’impact à environ 12 miles au sud-est du centre de l’endroit où les chercheurs pensent qu’un cratère laotien est situé

L’équipe est ensuite partie à la recherche de débris – tout impact important aurait dispersé des rochers et du sol. À quelques kilomètres du sommet du champ volcanique, le Dr Sieh et ses collègues sont tombés sur deux endroits où la pente de la colline avait été creusée pour faire place à une route. Ces coupes ont révélé des rochers de grès qui s’emboîtent, « comme un puzzle », a déclaré le Dr Sieh.

« Nous avons calculé qu’ils ont été éjectés du cratère et ont atterri à environ 450 mètres par seconde, assez rapidement pour les briser lors de l’impact », a déclaré Vanpheng Sihavong, géoscientifique au ministère de l’Énergie et des Mines en République démocratique populaire du  Laos et membre de l’équipe de recherche.

Les scientifiques ont également examiné des grains de quartz dans certains des rochers et ont observé qu’ils étaient fracturés, souvent considérés comme un indice certain  d’impact.

« Nous pensons que nous avons trouvé cela », a déclaré le Dr Sieh.

Bien que ces résultats soient cohérents avec un cratère enterré, ils ne sont pas une preuve sans ambiguïté, a déclaré le Dr Cavosie.

«C’est une excellente piste sur un nouveau site digne d’enquête», a-t-il déclaré, mais a ajouté que la prochaine étape serait de forer à travers la lave.

« La découverte de roches déformées par les chocs scellerait l’accord. »

Un épais lit de lave volcanique recouvre le cratère de l’impact du météore.

 

 

 

 

Publicités

Joyeux Noel à tous! Merry Christmas for all ! Feliz Navidad para todos!

Le 25 décembre ,nous fêtons la Naissance de Jésus Christ,en tant que chrétien!Ceci se passa il y  aurait maintenat 2019 ans …avec une erreur possible de 7 ans!

Le 25 décembre est une date remarquable inscrite depuis des siècles sur nos calendriers…et dans nos coeurs!

Il y a seulement 66 ans,votre  humble serviteur  naissant dans une ville qui s’appelait Kénogami (qui signifie  le lac long en langue cris et en algonquin).Je ne suis resté qu’un an  dans cette ville car mes parents  allèrent vivre à Alma,l’année suivante.

L’endroit et la date de notre naissance nous marque pour le temps de notre vie …de même que les gens et les animaux qui nous côtoient durant cette même vie.

Depuis que je suis apparu sur le web et que j’ai créé avec  l’aide de quelques personnes l’association des Défenseurs de la Terre,le site web que j’ai dédié aux Chercheurs et Diseurs de Vérité comme Jimmy Guieu,Aimée Michel,Guy Tarade,Edward Snowden,Julian Assange,Zecheria Sitchin et autres,ce site web a bien rempli sa mission d’éveiller les esprits et de défier le Nouvel Ordre Mondial!J’en suis fier et vous considère tous et toutes  comme mes enfants,mes frères et soeurs…ma Fraternité!

Je  veux vous dire que tant que je vivrai,je continuerai le combat pour que toutes les formes de Vie présentes  sur notre petite Planète Bleue ,aient le droit de vivre et de prospérer!Lutter contre le néolibéralisme envahissant et le Nouvel Ordre Mondial est un acte d’amour de la Vie et une profession de foi envers les générations d’humains et de non-humains qui vivront en Paix…dans le futur!Peu importe,si  cette cohabitation se fera sur Terre ou ailleurs,si  notre Terre devient trop hostile pour la vie humaine…dans ce Futur!

Aussi,je soumettrai des suggestions pour permettre à l’aventure humaine de continuer tout en préservant la Vie,autour de Nous!Nous avons d’importantes responsabilités à tenir et un travail colossal à entreprendre aussi  je vais  vous demander de m’aider à diffuser notre message et notre combat,partout sur Terre!

Il est essentiel d’aller plus loin que de  lire  ces textes,partagez les et préparez-vous à agir un jour …pour protéger la Vie!

Si vous avez des textes,des photos ou des suggestions ,n’hésitez pas à nous les faire parvenir…Cela me fera grand plaisir!

N’oubliez pas mes amis que dans les mois à venir,il me faudra réorganiser  notre site web,prévoir plus de budget pour de grands projets à long terme comme la fondation Neue Schwabenland 2 qui aura pour but de mettre en marche une expédition scientifique vers les anciennes bases secrètes allemandes…et il me faudra assurer la relève de notre site web avec du sang neuf pour le futur!

En 2020,nous commencerons l’année,le 2 janvier 2020,en commémorant le 20 ième anniversaire de la mort du Maître,Jimmy Guieu, en proclamant cette journée comme étant la Journée Mondiale des Chercheurs et des Diseurs de Vérité!

Nous n’attendrons pas après les gouvernements politiques du Monde qui ne sont que des marionnettes entre les mains du crime organisé et du Nouvel Ordre Mondial Illuminati,sioniste et islamiste!

En 2020,je commencerai les cours du Vril,l’enseignement  de la science de la Grande Prêtresse Maria Orsic!Je pense que l’enseignement du Vril peut aider à sauver une partie de l’humanité!

En 2019,le peuple  attend encore,il dort toujours ,mais en 2020,je vous prédit  qu’il va se réveiller en prenant conscience de sa  force et de son pouvoir!

Un peu avant…ou un peu après le 21 décembre 2012,nous avons été baigné par l’énergie en provenance du centre de notre galaxie,la Voie Lactée,et depuis ce temps une Ère Nouvelle s’est répandue sur notre Terre et a imbibée toute forme de vie,ainsi que toute l’ADN présente sur Terre.

Aussi,de nombreux peuples du Ciel connaissent notre existence et nous surveillent avec bienveillance!Ce sont des Frères  qui ont  pitié de nous et qui se désolent en voyant la cruauté des profiteurs de ce système politique,économique et social corrompu et pourri!

Plus de 3 milliards d’animaux sont tués chaque jour  pour fournir un montant très inégal de protéines à une minorité d’exploiteurs pendant que de plus en plus de gens  ont de la misère à  manger 2 repas ,même 1 repas  par jour!

Dans de nombreux pays,la viande est un luxe presqu’impossible pendant que de nombreux américains  sont obèses et meurent de cancer et d’accident cardio-vasculaire!

La mafia khazare et sioniste qui contrôle les politiciens américains prétend les rendre plus puissant….mais sur un monticule de cadavres!

Tandis qu’au Canada,un illuminé pro-islamiste,Justin Trudeau, contrôlé par les magnats  du pétrole nous ment en ouvrant toute grande la frontière aux migrants envahisseurs dans le but de détruire la nation québécoise française!

En ce sens,nous sommes tous devenu les Héritiers de l’Ère Nouvelle!

L’Ère Nouvelle ,comme le Royaume des Cieux annoncé par Jésus lui-même est autour de nous et chacun d’entre nous peut en avoir la Vision et ressentir sa puissance !

L’Ère Nouvelle  va grandir pendant que le clou de la justice des peuples s’enfoncera dans la tête du Réseau Mondial de Pédophilie  de l’oligarchie mondialiste!C’est en  amenant devant la Justice des Peuples  ces vendeurs de chair humaine que le Nouvel Ordre Mondial Sataniste va s’écrouler avec certitude…car j’en ai reçu le message de mon conseil!

 

C’est en apprenant à développer notre conscience,notre courage et notre force que nous aurons plaisir à marcher fièrement contre le Nouvel Ordre Mondial néolibéral  qui étouffe le Québec,la France et tout l’Occident chrétien!

Joyeux Noel à tous et à toutes!

Restons uni(e)s car ensemble nous vaincrons!

Michel Duchaine,fondateur des Défenseurs de la Terre,

promoteur de l’Ère Nouvelle ,de l’Ère Nouvelle du Québec et du Mouvement Québécois de Désobéissance Civile!


 

On December 25, we celebrate the Birth of Jesus Christ, as a Christian! This happened now 2019 years ago … with a possible error of 7 years!

December 25 is a remarkable date that has been on our calendars for centuries … and in our hearts!

Only 66 years ago, your humble servant was born in a city called Kénogami (which means the long lake in Cree and Algonquin). I only stayed one year in this city because my parents went to live in Alma, the following year.

The place and the date of our birth marks us for the time of our life … as well as the people and the animals which meet us during this same life.

Since I appeared on the web and created with the help of a few people the Association of Defenders of the Earth, the website that I dedicated to Seekers and Truth-Finders like Jimmy Guieu, Aimée Michel , Guy Tarade, Edward Snowden, Julian Assange, Zecheria Sitchin and others, this website has fulfilled its mission to awaken minds and challenge the New World Order! I am proud of it and consider you all as my children , my brothers and sisters … my Fraternity!

I want to tell you that as long as I live, I will continue the fight so that all the forms of Life present on our little Blue Planet, have the right to live and to prosper! Fight against invasive neoliberalism and the New World Order is an act love of Life and a profession of faith towards the generations of humans and non-humans who will live in Peace … in the future! It does not matter, if this cohabitation will be on Earth or elsewhere, if our Earth becomes too hostile for human life … in this Future!

Also, I will submit suggestions to allow the human adventure to continue while preserving the Life, around Us! We have important responsibilities to hold and a colossal work to undertake also I will ask you to help me to diffuse our message and our fight, everywhere on Earth!

It is essential to go further than reading these texts, share them and prepare to act one day … to protect Life!

If you have texts, photos or suggestions, do not hesitate to send them to us … It will be my great pleasure!

Don’t forget my friends that in the coming months, I will have to reorganize our website, plan more budget for large long-term projects like the Neue Schwabenland 2 foundation which will aim to start a scientific expedition to the old German secret bases … and I will have to take over from our website with new blood for the future!

In 2020, we will start the year, January 2, 2020, by commemorating the 20 th anniversary of the death of the Master, Jimmy Guieu, by proclaiming this day as the World Day of Seekers and Truth-Finders!

We will not wait for the political governments of the World which are only puppets in the hands of organized crime and the Illuminati, Zionist and Islamist New World Order!

In 2020, I will start the lessons of Vril, teaching science of High Priestess Maria Orsic! I think that teaching Vril can help save part of humanity!

In 2019, the people are still waiting, they are still sleeping, but in 2020, I predict that they will wake up realizing their strength and power!

A little before … or a little after December 21, 2012, we were bathed in energy from the center of our galaxy, the Milky Way, and since that time a New Era has spread over our Earth and has soaked up all life, as well as all of the DNA on Earth.

Also, many people in Heaven know our existence and watch us with kindness! They are Brothers who have mercy on us and who are saddened by seeing the cruelty of the profiteers of this corrupt and rotten political, economic and social system!

More than 3 billion animals are killed every day to provide a very unequal amount of protein to a minority of exploiters while more and more people have a hard time eating 2 meals, even 1 meal per day!

In many countries, meat is an almost impossible luxury while many Americans are obese and die from cancer and stroke!

The Khazarian and Zionist mafia that controls American politicians claims to make them more powerful …. but on a mound of corpses!

While in Canada, an enlightened pro-Islamist, Justin Trudeau, controlled by the oil tycoons lies to us by opening wide the border to invading migrants in order to destroy the French Quebec nation!

In this sense, we have all become the Heirs of the New Era!

The New Age, like the Kingdom of Heaven announced by Jesus himself is around us and each of us can have the Vision and feel our power.

 

The New Era is going to grow as the nail of justice for the peoples is driven into the head of the World Pedophilia Network of the globalist oligarchy! It is by bringing these sellers of human flesh before the Justice of the Peoples Satanist World Order will collapse with certainty … because I received the message from my counsel!

It is by learning to develop our conscience, our courage and our strength that we will enjoy walking proudly against the neoliberal New World Order which is stifling Quebec, France and the whole of the Christian West!

Merry Christmas to all!

Let’s stay united because together we will win!

Michel Duchaine, founder of Defenders of the Earth,

promoter of the New Era, the New Era of Quebec and the Quebec Movement of Civil Disobedience!


 

FELIZ NAVIDAD A TODOS

¡Estamos celebrando el nacimiento de Jesucristo el 25 de diciembre como cristianos! Esto hubiera sucedido hace 2019 años … ¡con un posible error de 7 años!

El 25 de diciembre es una fecha notable que ha estado en nuestros calendarios durante siglos … ¡y en nuestros corazones!

Hace solo 66 años, su humilde servidor nació en una ciudad llamada Kénogami (que significa el largo lago en Cree y Algonquin). Solo estuve un año en esta ciudad porque mis padres se fueron a vivir a Alma, al año siguiente.

El lugar y la fecha de nuestro nacimiento nos marcan para el momento de nuestra vida … así como las personas y los animales que nos conocen durante esta misma vida.

Desde que aparecí en la web y creé con la ayuda de algunas personas la asociación de Defensores de la Tierra, el sitio web que dediqué a Buscadores y Buscadores de la Verdad como Jimmy Guieu, Aimée Michel , Guy Tarade, Edward Snowden, Julian Assange, Zecheria Sitchin y otros, ¡este sitio web ha cumplido su misión de despertar mentes y desafiar el Nuevo Orden Mundial! Estoy orgulloso de esto y los considero a todos como mis hijos , mis hermanos y hermanas … ¡mi Fraternidad!

Quiero decirte que mientras viva, continuaré la lucha para que todas las formas de vida presentes en nuestro pequeño Planeta Azul, ¡tengan derecho a vivir y prosperar! Luchar contra el neoliberalismo invasivo y el Nuevo Orden Mundial es un acto amor a la vida y una profesión de fe hacia las generaciones de humanos y no humanos que vivirán en paz … ¡en el futuro! No importa, si esta convivencia será en la Tierra o en otro lugar, si nuestra Tierra se convierte en demasiado hostil para la vida humana … en este futuro!

Además, presentaré sugerencias para permitir que la aventura humana continúe mientras se preserva la vida a nuestro alrededor. Tenemos responsabilidades importantes que cumplir y un trabajo colosal que emprender. También le pediré que me ayude a difundir ¡Nuestro mensaje y nuestra lucha, en todas partes de la Tierra!

Es esencial ir más allá de leer estos textos, compartirlos y prepararse para actuar un día … ¡para proteger la Vida!

Si tiene textos, fotos o sugerencias, no dude en enviárnoslas … ¡Será un gran placer!

No olviden a mis amigos que en los próximos meses tendré que reorganizar nuestro sitio web, planificar más presupuesto para grandes proyectos a largo plazo como la fundación Neue Schwabenland 2, cuyo objetivo será comenzar una expedición científica para las viejas bases secretas alemanas … ¡y tendré que tomar el control de nuestro sitio web con sangre nueva para el futuro!

¡En 2020, comenzaremos el año, el 2 de enero de 2020, conmemorando el 20 aniversario de la muerte del Maestro, Jimmy Guieu, proclamando este día como el Día Mundial de los Buscadores y Buscadores de la Verdad!

¡No esperaremos a los gobiernos políticos del mundo, que son solo títeres en manos del crimen organizado y del Nuevo Orden Mundial de los Illuminati, Sionistas e Islamistas!

¡En 2020, comenzaré las lecciones de Vril, enseñando ciencias de la Suma Sacerdotisa Maria Orsic! ¡Creo que enseñarle a Vril puede ayudar a salvar parte de la humanidad!

En 2019, la gente todavía está esperando, todavía está durmiendo, pero en 2020, ¡predigo que se despertarán dándose cuenta de su fuerza y ​​poder!

Un poco antes … o un poco después del 21 de diciembre de 2012, fuimos bañados en energía desde el centro de nuestra galaxia, la Vía Láctea, y desde entonces una Nueva Era se ha extendido sobre nuestra Tierra y ha absorbido toda la vida, así como todo el ADN de la Tierra.

¡Además, muchas personas en el Cielo conocen nuestra existencia y nos miran con amabilidad! ¡Son Hermanos que tienen misericordia de nosotros y se entristecen al ver la crueldad de los especuladores de este corrupto y podrido sistema político, económico y social!

Cada día se matan más de 3 mil millones de animales para proporcionar una cantidad muy desigual de proteínas a una minoría de explotadores, ¡mientras que cada vez más personas tienen dificultades para comer 2 comidas, incluso 1 comida por día!

¡En muchos países, la carne es un lujo casi imposible, mientras que muchos estadounidenses son obesos y mueren de cáncer y derrame cerebral!

La mafia jázara y sionista que controla a los políticos estadounidenses afirma que los hace más poderosos … ¡pero en un montón de cadáveres!

Mientras que en Canadá, un ilustrado pro-islamista, Justin Trudeau, controlado por los magnates del petróleo, nos miente abriendo la frontera a los inmigrantes invasores para destruir la nación francesa de Quebec.

En este sentido, ¡todos nos hemos convertido en los Herederos de la Nueva Era!

La Nueva Era, como el Reino de los Cielos anunciado por Jesús mismo, nos rodea y cada uno de nosotros puede tener la Visión y sentir nuestro poder.

 

¡La Nueva Era va a crecer a medida que el clavo de la justicia para los pueblos sea llevado a la cabeza de la Red Global de Pedofilia de la oligarquía globalista! El orden mundial satanista colapsará con certeza … ¡porque recibí el mensaje de mi abogado!

¡Al aprender a desarrollar nuestra conciencia, nuestro coraje y nuestra fuerza, disfrutaremos caminando orgullosamente contra el Nuevo Orden Mundial neoliberal que está sofocando Quebec, Francia y todo el Occidente cristiano!

Feliz Navidad a todos!

¡Mantengámonos unidos porque juntos ganaremos!

Michel Duchaine, fundador de Defensores de la Tierra,

¡Promotor de la Nueva Era, la Nueva Era de Quebec y el Movimiento de Desobediencia Civil de Quebec!

 

 

 

 

 

 

Astronomie:Les lacets magnétiques du Soleil et autres nouvelles de l’espace

Le Soleil photographié en 2010 par la sonde SDO (Solar Dynamics Observatory).

 

Cette semaine, la sonde Parker Solar Probe lève le voile sur quelques mystères de notre étoile. On a aussi retrouvé l’atterrisseur indien Vikram sur la Lune, repéré une planète géante autour d’une naine blanche et dessiné des trous noirs.

Le voile se lève sur les mystères du Soleil

La sonde Parker Solar Probe a décollé de Cap Canaveral en août 2018, direction le Soleil. Elle a mis plusieurs mois à se rapprocher de sa cible en resserrant progressivement ses orbites elliptiques, jusqu’à se retrouver deux fois plus proche du Soleil que Mercure… soit 24 millions de kilomètres, contre 58 millions pour la première des planètes. Là, Parker Solar Probe (PSP pour les intimes) a effectué ses premières mesures. Son objectif : comprendre pourquoi la température de la couronne solaire – la partie externe de son atmosphère – dépasse un million de degrés, alors que la surface du Soleil n’atteint «que» les 5 500 degrés. Quel mécanisme chauffe la couronne ? Quelle est la source du vent solaire et comment accélère-t-il ? Quelle est la dynamique des champs magnétiques autour du Soleil ?

Vue d’artiste de la sonde Parker Solar Probe, qui étudie le Soleil depuis 2018.

 

Vue d’artiste de la sonde Parker Solar Probe, qui étudie le Soleil depuis 2018. Image Nasa

Les premières découvertes tirées des mesures de PSP viennent d’être publiées dans Nature, en quatre études, et elles sont pleines de surprises. D’abord, les astrophysiciens ont découvert dans les vibrations du champ magnétique «comme des vagues scélérates dans l’océan»selon les mots de Justin C. Kasper, responsable scientifique de l’un des instruments de la sonde. Inattendues et soudaines, ces vagues magnétiques montent à 480 000 kilomètres/heure en un rien de temps, et durent de quelques secondes à quelques minutes. Elles sont si puissantes qu’elles peuvent inverser la direction du champ magnétique, lui imposer des demi-tours qui forment au final un chemin en lacet, comme une route de montagne. Puis on revient au vent solaire normal comme si de rien n’était. Ravi par cette découverte, Kasper estime que c’est peut-être une clé pour comprendre l’échauffement de la couronne solaire.

La sonde Parker Solar Probe montre que des vagues soudaines imposent des revirements en forme de S dans le trajet des champs magnétiques qui s’échappent du Soleil, contribuant peut-être à l’échauffement de la couronne solaire.

 

Parker Solar Probe montre également avec certitude que le vent solaire «lent», celui qui va à 1 million de km/h environ, provient des trous coronaux près de l’équateur, des zones plus sombres et plus froides du Soleil ou les champs magnétiques s’échappent vers l’extérieur et ne semblent pas retomber en arche sur la surface.


AUTRES NOUVELLES DE L’ESPACE

 

On a retrouvé Vikram, l’atterrisseur lunaire indien

Trois mois après l’alunissage raté de la mission Chandrayaan-2, on a enfin repéré l’endroit où s’est crashé l’atterrisseur Vikram, près du pôle Sud de notre satellite naturel. L’Inde devait devenir, avec cette mission, le quatrième pays à se poser en douceur sur la Lune – après la Russie, les Etats-Unis et la Chine. Mais le 6 septembre, au cours de sa descente vers la surface lunaire, l’engin baptisé a cessé d’émettre. On n’a plus jamais eu de ses nouvelles.

 

L’agence spatiale indienne, l’Isro, a rapidement annoncé qu’elle avait «localisé» Vikram près de son lieu d’atterrissage visé, grâce à la caméra thermique d’une sonde restée en orbite lunaire. Mais sans dévoiler d’image pour confirmer ses dires. De son côté, la Nasa a mobilisé son satellite LRO (Lunar Reconnaissance Orbiter) pour chercher des traces du crash. Sans résultat au début : les marques d’impact étaient peut-être cachées dans les cratères ombragés… Mais un ingénieur indien, passionné par le destin de Vikram, n’a pas lâché l’affaire. Il a continué d’examiner à la loupe les photos prises par LRO avant et après le crash, librement mises à disposition par la Nasa… et il a fini par gagner au jeu des sept différences.


LIENS TWITTER

Shan@Ramanean

Is this Vikram lander? (1 km from the landing spot) Lander might have been buried in Lunar sand? @LRO_NASA @NASA @isro

Voir l'image sur Twitter

Shan@Ramanean

@NASA @LRO_NASA @isro
This might be Vikram lander’s crash site (Lat:-70.8552 Lon:21.71233 ) & the ejecta that was thrown out of it might have landed over here https://twitter.com/Ramanean/status/1179792967692734465  (The one on the left side was taken on July 16th & one on the right side was from Sept 17)

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter
Shan@Ramanean

Is this Vikram lander? (1 km from the landing spot) Lander might have been buried in Lunar sand? @LRO_NASA @NASA @isro #Chandrayaan2 #vikramlanderfound #VikramLander

Voir l'image sur Twitter

«Ceci pourrait être le lieu du crash»envoie-t-il à la Nasa et à l’Isro sur Twitter, avec des coordonnées lunaires et des photos de ses trouvailles, où il encadre en rouge les lieux suspects. Quelques jours plus tard, l’équipe de la Nasa enquête et confirme la découverte de l’amateur Shanmuga Subramanian. Les débris de l’atterrisseur sont minuscules sur les photos (1 ou 2 pixels de large, et 1 pixel pour l’ombre) mais on voit bien, en faisant la différence de luminosité entre les photos d’avant et après le 6 septembre, les éjectas sur le lieu du crash, à 750 mètres au nord-ouest du site prévu.

Cette image montre la différence de luminosité sur la surface lunaire avant et après l’atterrissage de Vikram. Les éjectas et les débris s’étalent sur 100 mètres autour du point d’impact, au centre de l’image.

Cette image montre la différence de luminosité sur la surface lunaire avant et après l’atterrissage de Vikram. Les éjectas et les débris s’étalent sur 100 mètres autour du point d’impact, au centre de l’image. Photo Nasa. Goddard. Arizona State University


Une planète géante autour d’un cadavre d’étoile

Ce n’est pas parce qu’une étoile meurt que ses planètes doivent la suivre dans la tombe : c’est ce qu’ont découvert des astronomes grâce au Very Large Telescope, dans le désert chilien d’Atacama. Ils s’intéressaient aux naines blanches, ces résidus d’étoiles qui subsistent à la toute fin de leur vie, une fois qu’elles ont expulsé leurs couches externes de gaz. Les étoiles les plus massives explosent en supernova et laissent derrière elles une étoile à neutrons ou un trou noir, tandis que les étoiles grosses comme le Soleil finissent naines blanches, petites et denses, encore très chaudes mais faiblement lumineuses. Les astronomes étudiaient un cortège de 7 000 naines blanches, donc, quand ils ont été intrigués par l’une d’entre elles.

 

Cette étoile singulière semblait entourée d’hydrogène, d’oxygène et de soufre dans son environnement proche. En regardant mieux, les astronomes ont compris qu’il y avait un vrai disque de gaz tourbillonnant autour de la naine blanche. «Quelques semaines de réflexion furent nécessaires pour aboutir à la seule conclusion plausible : la création de ce disque doit résulter de l’évaporation d’une planète géante»raconte Matthias Schreiber de l’université de Valparaíso au Chili, qui a fait les simulations numériques. C’est la première fois qu’on découvre une planète géante autour d’une naine blanche.

La planète doit être une géante gazeuse, au moins deux fois plus grosse que l’étoile elle-même, et glacée comme Neptune. «Parce qu’elle est en orbite autour de la naine blanche chaude à faible distance, effectuant une révolution complète en dix jours seulement, les photons hautement énergétiques émis par l’étoile expulsent progressivement l’atmosphère planétaire, explique l’ESO. La plupart du gaz s’échappe, le reste se retrouve piégé au sein d’un disque tourbillonnant vers l’étoile à la vitesse de 3 000 tonnes par seconde.»

 

Images de là-haut

Le 10 avril 2019 a marqué l’histoire de l’astronomie : pour la première fois, on a découvert le véritable visage d’un trou noir, photographié par une équipe de plus de 200 chercheurs à l’aide de huit observatoires et après des mois de travail. On a donc un portrait du trou noir supermassif qui se trouve au cœur de la galaxie M87 : c’est… un rond noir, tout bêtement, entouré d’un halo lumineux plus vif en bas qu’en haut de la photo.

Mais à quoi ressemblent les autres trous noirs ? Est-ce que leur ombre, la zone sombre au milieu, est toujours visible, ou est-ce qu’elle est parfois cachée derrière le halo de gaz incandescent qui tourne autour du trou noir, piégé par son champ gravitationnel ? Et de quels critères dépend l’intensité de ce halo ? Trois chercheurs américains ont produit des simulations, selon différentes géométries possibles de l’espace-temps et mouvements du gaz qui tombe dans le trou noir. Bilan : l’ombre du trou noir est toujours visible.

Simulations de l’image d’un trou noir vu par un observateur distant, selon un modèle d’espace-temps newtonien ou de Schwarzschild, avec un gaz au repos (au milieu) ou tombant vers l’intérieur (à droite).

 

Simulations de l’image d’un trou noir vu par un observateur distant, selon un modèle d’espace-temps newtonien ou de Schwarzschild, avec un gaz au repos (au milieu) ou tombant vers l’intérieur (à droite). Photos Narayan et al, 2019, The Astrophysical Journal Letters

En septembre, la Nasa avait publié une simulation animée de trou noir, pour visualiser le mouvement du gaz incandescent. «Le disque semble plus brillant à gauche qu’à droite, car le gaz du côté gauche avance vers nous à une vitesse si élevée que la relativité d’Einstein augmente sa luminosité. L’opposé se produit du côté droit, où le gaz s’éloigne de l’observateur et devient donc plus sombre.»

 

 

Alerte réchauffement climatique:Groenland, les deux tiers d’un lac, soit près de 5 millions de litres, ont disparu de la surface, engloutis dans le sol

Deux photos aériennes avant/après prises par le drone des glaciologues du Scott Polar Research Institute, au glacier Store, dans l’ouest du Groenland, en juillet 2018.

 

Des chercheurs ont observé en temps réel un lac à la surface de l’épaisse glace du Groenland se vider dans de profondes crevasses en quelques heures, un phénomène appelé à devenir plus fréquent avec le réchauffement climatique.

La couche de glace au Groenland peut faire un kilomètre d’épaisseur, et pendant l’été, il est habituel qu’une partie de la surface fonde et crée des lacs. Ces lacs peuvent ensuite trouver une faille dans la glace… Et, sous la pression, agrandir la faille et ouvrir un immense trou descendant jusqu’à la base de la calotte glaciaire, un kilomètre plus bas.

Ce phénomène connu est difficile à observer directement, mais les glaciologues du Scott Polar Research Institute, de l’université britannique de Cambridge, ont eu de la chance quand ils sont arrivés au glacier Store, dans l’ouest du Groenland, en juillet 2018.

L’évolution du relief de la glace reconstruite en 3D

Quelques jours après leur arrivée, en cinq heures, deux tiers du lac, soit près de 5 millions de litres, ont disparu de la surface, engloutis dans le sol. Des photos aériennes avant/après prises par le petit drone de l’équipe scientifique montrent un grand ovale bleu foncé se rétrécir en un plus petit cercle bleu clair, moins profond.

« L’intérêt du drone est de nous permettre de faire des relevés de haute qualité dans des zones qui ne sont pas sûres d’accès pour les scientifiques », explique à l’AFP Tom Chudley, doctorant et pilote du drone. Le drone, en prenant des photos géolocalisées par GPS, a permis de reconstruire en trois dimensions l’évolution du relief de la glace.

« Autoroutes » de glace

Un glacier est un fleuve de glace qui avance vers l’océan. Quand la glace atteint l’eau, cela crée des icebergs, qui représentent environ 40 % de la contribution du Groenland à la montée des eaux (le reste est la fonte des glaces). Le glacier Store avance de 600 mètres par an. Ce que les scientifiques ont pu voir est que le soudain écoulement du lac a temporairement accéléré la vitesse de 2 à environ 5 mètres par jour. L’eau passée sous la glace a lubrifié le glacier.

Plus surprenant, l’eau a soulevé de 55 centimètres la gigantesque couche de glace pendant quelques heures, estiment les chercheurs. « Un kilomètre de glace soulevé d’un demi-mètre, je vous laisse imaginer le niveau de pression que cela implique », dit Tom Chudley.

L’intérêt de l’étude, publiée lundi dans la revue PNAS, est de décrire plus finement la formation de ces immenses failles, qui deviennent ensuite des « autoroutes » pour faire couler l’eau de la surface vers le lit de la calotte, ce qui peut accélérer le mouvement des glaciers. « Avec le changement climatique au Groenland, on voit plus de lacs, plus grands, et plus hauts dans les parties plus froides de la calotte. Et on voit que certains de ces lacs commencent à se vider », dit Tom Chudley. « Le volume de lacs se drainant va potentiellement augmenter dans des endroits nouveaux que nous ne connaissions pas auparavant », prévient-il.

 

 

 

 

 

Réchauffement climatique:Et si toute la glace du monde fondait en une nuit?

Évidemment, avec une fonte aussi rapide de cette quantité astronomique de glace, le niveau de la mer augmenterait instantanément de 66 mètres. Un véritable raz-de-marée ! À l’échelle du Québec, cela veut dire que les villes le long du fleuve Saint-Laurent seraient sous l’eau, incluant Québec, Trois-Rivières et la Grand-Montréal (s’il fallait n’en citer que trois).

Conséquence d’une augmentation de l’eau de 66 mètres au Québec.

 

À l’échelle des États-Unis, la Floride ne serait plus qu’un lointain souvenir. Tout comme de très nombreuses villes de la côte est, mais également du golfe du Mexique. Le New-Jersey, la moitié est des Carolines, le Delaware, les secteurs au long du Mississipi… Cela représente des dizaines de millions de personnes aux prises avec des inondations monstrueuses, et qui auraient probablement peu de chances de s’en sortir.

Conséquence d’une augmentation de l’eau de 66 mètres aux États-Unis.

 

Du côté de l’Europe, la géographie française, britannique, et irlandaise en prendrait un sacré coup. Mais pas autant que la Belgique, les Pays-Bas, le nord de l’Allemagne, le Danemark, la Lituanie, l’Estonie, etc. Encore une fois, la vie de plusieurs dizaines de millions de personnes serait en péril.

Conséquence d’une augmentation de l’eau de 66 mètres en Europe

 

Un climat apocalyptique

Si 99 % de la glace d’eau douce mondiale fondait, cela voudrait dire qu’une gigantesque quantité d’eau douce se transformerait instantanément en eau salée lors de son mélange avec les océans.

Les courants océaniques, régulateurs du climat terrestre, en seraient bouleversés. Si l’on prend comme exemple le Gulf Stream, courant océanique en Atlantique, il pourrait être considérablement affaibli ou même carrément arrêté. La conséquence pour le nord de l’Europe ? Une mini ère glaciaire.

Des tueurs dormeurs

Avec le dérèglement mondial du climat, les dernières glaces viendraient à fondre. La matière organique contenue dans celles-ci serait alors un festin pour les micro-organismes qui, une fois qu’ils auront tout digéré, produiraient une quantité astronomique de dioxyde de carbone et de méthane, deux puissants gaz à effet de serre. Conséquence immédiate : une augmentation de 3,5 °C du climat, déjà grandement chamboulé.

Le dernier 1 % de glace d’eau douce se trouve dans le pergélisol de l’Arctique ou dans l’Himalaya. Dans les glaciers du toit du monde (par exemple), se trouvent des produits chimiques très toxiques : le dichlorodiphényltrichloroéthane (le DDT). À mesure que ces glaciers disparaitront, ces produits seraient libérés et empoissonneraient les rivières, les lacs, les réserves d’eaux souterraines.

Dans le pergélisol de l’Arctique se cache près de l’équivalent de la quantité mondiale actuelle de mercure, tapie dans l’ombre. Tous ces produits ne seraient pas simplement un risque pour le climat, mais pour notre santé à tous.

Bon courage aux survivants

Vous l’avez compris, pour les personnes ayant survécu à la montée subite des eaux, le reste s’annoncerait difficile. Les produits chimiques et l’eau salée auraient empoisonné la majeure partie des ressources d’eau potable actuelles. De plus, les migrations de masse vers les secteurs épargnés par la montée des eaux engendreraient des conséquences économiques étourdissantes (en plus de toutes les précédentes).

Et si cela n’était pas suffisant… Avec un dérèglement climatique aussi violent, les catastrophes climatiques comme les ouragans, les sécheresses et même les épidémies seraient encore plus nombreuses.

Inutile de préciser qu’il s’agit d’un scénario catastrophe, aux probabilités de réalisation extrêmement proches de zéro.

SOURCE :Business Insider ; Ocean-climate.org

 

 

 

 

 

 

Trois cent millions de personnes menacées par la montée des océans d’ici 2050, selon une étude

D’ici 2050, des zones côtières abritant 300 millions de personnes pourraient être menacées par la montée des océans liée au changement climatique, selon une étude parue mardi.

 

Des zones côtières abritant 300 millions de personnes pourraient être menacées par la montée des océans liée au changement climatique d’ici 2050.

La région la plus exposée est l’Asie, selon cette étude parue dansNature Communications. Plus des deux-tiers des populations concernées se trouveront en Chine, au Bangladesh, en Inde, au Vietnam, en Indonésie et en Thaïlande.

    

Utilisant une forme d’intelligence artificielle, les chercheurs ont corrigé des données existantes concernant l’altitude des terres dans les zones côtières, qui pouvait être erronée, conduisant à largement sous-estimer l’étendue des zones touchées lors des marées hautes ou de fortes tempêtes.

« Les projections de l’élévation du niveau des océans n’ont pas changé », explique Ben Strauss, co-auteur de l’étude et président-directeur de Climate Central, un institut de recherches aux Etats-Unis. « Mais lorsque nous utilisons nos nouvelles données concernant le relief, nous trouvons beaucoup plus de gens vivant dans des régions vulnérables que ce que nous estimions jusqu’à présent », poursuit-il.

Les données gratuites fournies par la NASA, avec son programme SRTM qui a permis de cartographier 95% de la Terre, peuvent comporter une marge d’erreur. Mais il y a environ cinq ans, Ben Strauss et Scott Kulp ont réalisé, en comparant ces éléments à des données plus fines, que le système SRTM surestimait systématiquement l’altitude des bords de mer, confondant des toits et des arbres avec le niveau du sol. « Pour la majorité des zones côtières à travers le globe, nous ne connaissions pas la hauteur du sol sous nos pieds », explique Ben Strauss.

Combinaison de menaces

La population mondiale, estimée à 7,7 milliards d’individus aujourd’hui, pourrait s’accroître de deux milliards d’ici 2050 et d’un milliard supplémentaires d’ici la fin du siècle, dont une grande partie résidant dans des mégalopoles en bord de mer.

Actuellement, environ 100 millions de personnes habitent dans des zones situées sous le niveau de la mer, selon cette étude. Certains sont protégés par des digues, mais la plupart ne bénéficient d’aucune protection.

« Le changement climatique a le potentiel de remodeler des villes, des économies, des rivages et des régions entières du globe », souligne Scott Kulp, auteur principal de l’étude et scientifique chez Climate Central, soulevant la question de savoir « dans quelle mesure et combien de temps les protections côtières peuvent les préserver ».

Plusieurs menaces pèsent sur les populations des littoraux: l’une d’elle est l’élévation du niveau des océans causée par la dilatation de l’eau sous l’effet du réchauffement climatique et la fonte des glaces au Groenland et en Antarctique. 

« Un progrès significatif »

Depuis 2006, les océans montent d’environ quatre millimètres par an, un rythme qui pourrait être multiplié par 100 si les émissions de gaz à effet de serre restent inchangées, a averti le mois dernier le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) dans un rapport sur les océans.

Si le réchauffement climatique est limité sous 2°C, comme prévu par l’Accord de Paris, la hausse des océans devrait atteindre environ 50 centimètres d’ici 2100. Si les émissions de gaz à effet de serre se poursuivent à leur rythme actuel, l’élévation pourrait être presque deux fois plus importante. Une autre menace est constituée par les typhons, cyclones et ouragans violents qui vont devenir plus fréquents.

« Il n’est pas nécessaire d’avoir une augmentation importante du niveau des mer pour causer des problèmes catastrophiques », commente Bruce Glavovic, professeur à l’université Massey en Nouvelle-Zélande, qui n’a pas pris part à l’étude.

Le nouveau système mis au point par les chercheurs, nommé CoastalDEM, et présenté dans des revues scientifiques, constitue « un progrès significatif pour comprendre les risques pour des centaines de millions de personnes, inhérents à l’élévation des océans liée au changement climatique, d’ici la fin du siècle », estime le climatologue belge Jean-Pascal van Ypersele, ancien vice-président du Giec.

 

 

Pourquoi l’armée américaine possède-t-elle autant de fossiles d’animaux préhistoriques?

Il s’avère que les projets de contrôle des inondations massifs sont un excellent moyen de trouver des dinosaures.

 

Une statue de bronze de T. Rex, appartenant à l’armée  surnommée affectueusement «Big Mike», garde le musée des Rocheuses. GREG GOEBEL / CC PAR 2.0

 

EN 1993, LA MER SEMBLAIT retourner à Coralville, Iowa. Pendant 28 jours de pluie, 17 000 pieds cubes d’eau ont coulé sur l’évacuateur de crue du barrage, détruisant les routes et détruisant efficacement les récoltes annuelles de maïs et de soja de l’État. Le barrage de Coralville, construit dans les années 1950 par le US Army Corps of Engineers pour protéger la vallée de l’Iowa au sud contre les inondations, a été nommé en l’honneur de la ville, qui tire son surnom étrangement maritime des anciens récifs fossilisés calcaire. Une fois que les pluies ont cessé, le corps d’armée est retourné sur les lieux pour découvrir que les inondations avaient érodé environ cinq pieds de calcaire du bord de l’évacuateur de crues, scindant la gorge en une succession de couches de fossiles vieilles de 375 millions d’années créatures qui avaient autrefois élu domicile dans la mer qui est devenue l’Iowa. 

Un peu involontairement, l’US Army Corps of Engineers possède une énorme collection de fossiles qui feraient pâlir d’envie tout paléontologue. «Le corps de l’armée américaine a des collections qui couvrent tous les registres paléontologiques», explique Nancy Brighton, archéologue en chef du Corps. «Essentiellement, tout ce qui avait trait aux animaux et à la nature avant que les humains ne se manifestent. Les fossiles – des trilobites aux dinosaures, en passant par tout le reste – étaient une sorte de sous-produit loin du but réel et plus logistique du Corps d’armée: le contrôle des inondations (entre autres projets de génie civil de grande envergure).

Le barrage et le réservoir de Coralville, un soupçon de la mer préhistorique qui est devenue l’Iowa. US ARMY CORPS OF ENGINEERS / DOMAINE PUBLIC

 

L’agence a été créée pendant la guerre d’indépendance, selon le site du corps d’armée . Le général George Washington venait d’ordonner à l’un de ses colonels de construire des fortifications à Bunker Hill lorsque le Congrès continental s’est rendu compte que la tâche était impossible, car ils ne faisaient appel à aucun ingénieur formé aux fortifications militaires. Ils ont donc engagé plusieurs anciens officiers français, ayant l’expérience appropriée, pour servir dans l’armée continentale. En 1802, le Corps of Engineers est devenu une branche permanente de l’armée américaine et, depuis lors, a géré de nombreux projets publics de gestion de l’ingénierie et de la construction, qui n’étaient pas si éclatants. Dans leur portefeuille, il y a beaucoup de barrages.

La collecte accidentelle de fossiles par le Corps a commencé sérieusement pendant la Grande Dépression, après que le Président Franklin Delano Roosevelt eut voté le Flood Control Act de 1936. Ce projet de construction de génie civil monumental conduisit à la construction d’innombrables barrages  et digues. L’ampleur des travaux a obligé le corps à effectuer des relevés du terrain désigné pour s’assurer qu’aucune ressource archéologique ou paléontologique ne serait détruite ou perturbée. Le corps d’armée gère environ 8 000 000 acres de terres, ce qui a conduit  à la découverte  de nombreux artefacts et fossiles.

Les gorges fossilifères du Dévonien à Coralville, dans l’Iowa, après une inondation en 2008. ALAN LIGHT / CC PAR 2.0

 

 

«Je dirais que la majorité de nos collections archéologiques [et paléontologiques] proviennent de la construction de projets d’hydroélectricité et de contrôle des inondations dans les années 50, 60 et 70», explique Jen Reardon, archéologue au Corps. Dans les années 70, par exemple, le Corps a explosé à travers la terre et la roche pour construire un déversoir d’urgence pour le barrage de Caesar Creek Lake dans l’Ohio. Le travail a brisé des couches de schiste et de calcaire pour exposer un ancien fond marin âgé d’environ 438 millions d’années, parsemé de brachiopodes, de bryozoaires et de crinoïdes.

Alors que beaucoup de ces fossiles sont laissés in situ, comme à Coralville, le Corps a pris la peine de fouiller certains spécimens, des superstar. En 1988, dans la réserve de Fort Peck, dans le Montana, Kathy Wankel, une chasseuse de fossiles amateure, a vu quelque chose sortir de la pente de la formation Hell Creek, un site fossilique d’une richesse spectaculaire Wankel se souvient de la façon fortuite dont la lumière s’est allumée sur la corniche de pierre, éclairant un motif de moelle osseuse, a-t-elle déclaré au Washington Post . C’était la terre des corps, alors dans les années qui ont suivi, l’armée a balayé la terre pour révéler un  squelette de  Tyrannosaurus  Rex de 30 mètres de long, presque à 90 pour cent intact. Connu scientifiquement sous le nom de MOR555 et avec le surnom de «T. Rex de Wankel», le squelette était une mine d’or paléontologique – le premier tyrannosaure découvert avec un bras minuscule et risible.

Une rive semée de fossiles près du barrage de Caesar Creek Lake, avec des spécimens datant de plus de 400 millions d’années. JAMES ST. JOHN / CC PAR 2.0

 

Le T. Rex de Wankel, également connu sous le nom de «T. Rex de la nation», était exposé dans son État de Montana, au Museum of the Rockies, jusqu’en 2014, date à laquelle il a été expédié dans 16 caisses dans un camion FedEx personnalisé. au Musée national d’histoire naturelle Smithsonian, après que le musée eut consenti un prêt de 50 ans au Corps. Dans le Montana, le T. Rex de Wankel était exposé dans une posture de mort, ses os arrangés pour montrer aux visiteurs ce qui venait réellement de sortir de la terre. Mais au Smithsonian, le tyrannosaure se lèvera pour la première fois, tranchant sur un tricératops fossilisé.

Comme T. Rex de Wankel, la majeure partie de la collection du Corps qui n’est plus dans le sol ne se trouve pas réellement dans un bâtiment militaire. La plupart des pièces résident dans les musées ou les universités locales. Reardon indique qu’une minorité d’objets sont actuellement exposés, tels que la collection de traces de dinosaures fossilisées de l’Université du Colorado à Denver. Le Corps encourage toutes les institutions respectant certaines normes de détention à exposer leurs spécimens, mais il y en a trop pour tout afficher en même temps, ajoute-t-elle. Le Corps travaille actuellement à photographier et à numériser ses collections paléontologiques et archéologiques afin que les personnes qui ne peuvent pas voyager puissent toujours les voir. Mais les spécimens de célébrités tels que T. Rex et «Peck’s Rex» de Wankel – un autre retrouvé à Fort Peck qui prendra la place de Wankel au Museum of the Rockies – n’ont jamais été exposés.

The U.S. Army Corps of Engineers and the Smithsonian National Museum of Natural History welcomed the arrival of a nearly complete T. rex skeleton on April 15, 2014 in Washington, D.C. (U.S. Army Corps of Engineers Photo by Ashley Roberts)/
Une des 16 caisses contenant le T. Rex de Wankel, non emballée au Smithsonian. US ARMY CORPS OF ENGINEERS / DOMAINE PUBLIC

Lorsqu’on lui demande si elle a un spécimen préféré appartenant au Corps, Brighton se marre. Elle dit que la collection est trop vaste pour qu’une seule personne puisse tout comprendre. Reardon a remarqué un tricératops partiel et un hadrosaure, ainsi qu’un ancien homard trouvé dans les schistes de Bear Paw à Fort Peck, sa coquille de crevette encore rouge dans la roche. Parmi toutes les terres contrôlées par le Corps, du moins en ce qui concerne les fossiles, «Fort Peck semble vraiment être la vedette», déclare Brighton.

La construction de barrages à grande échelle par le Corps d’armée est en grande partie révolue, en partie à cause des coûts croissants requis pour les enquêtes de grande envergure requises qui révéleraient sans aucun doute des vestiges historiques et scientifiques significatifs. Aujourd’hui, les principaux projets de l’agence consistent à fournir une assistance en cas de catastrophe, la construction de fortifications militaires et la construction occasionnelle et peu invasive d’une zone de loisirs pour le public. En tant que tels, ils rencontrent moins de fossiles aujourd’hui. À présent, le corps doit également consulter plusieurs archéologues pour des travaux importants, ainsi que pour toutes les tribus et les communautés locales reconnues par le gouvernement fédéral.

Après tout, la collection du Corps ne se limite pas au Jurassique. Une grande partie des archives est en fait archéologique et se rapporte à l’histoire humaine américaine, préhistorique et assez récente. «Il existe une règle empirique très informelle qui spécifie 50 ans, il y a environ une génération», dit Brighton, en référence à l’âge d’un objet pour être considéré comme de nature archéologique. «L’idée, c’est qu’en tant que chercheur, vous êtes suffisamment éloigné de l’événement et de l’objet pour le regarder objectivement. Tribu amérindienne, dont Brighton se souvient comme étant particulièrement moderne. «La personne qui a fabriqué [le couteau] était extrêmement habile», dit-elle. « Comme si vous pouviez sortir et écorcher un cerf avec tout de suite. »

Le tyrannosaure exposé au Museum of the Rockies a été retrouvé à Fort Peck dans le Montana. TIM EVANSON / CC PAR 2.0

Tous les artefacts appartenant à des tribus reconnues par le gouvernement fédéral font l’objet d’un processus de consultation avec les chefs de tribus, mais beaucoup restent dans les collections du Corps pour être préservés. Les objets visés par la loi sur la protection et le rapatriement des sépultures amérindiennes, y compris les biens culturels mis au jour ou découverts sur des terres tribales après 1990, sont restitués. «Cela protège les objets funéraires, les objets sacrés et les restes humains», explique Reardon. « Et nous travaillons avec les tribus pour identifier les éléments de notre collection qui conviennent le mieux pour nous assurer de les restituer. » Les dinosaures, cependant, n’ont pas de telles questions.

Bien qu’il possède toutes les traces de la vie ancienne qui se trouvent sur ses terres, le Corps n’a plus besoin de plus de fossiles. Mais dans certains endroits, les personnes dûment autorisées peuvent aller les chercher. Au Caesar Creek State Park, avec un permis et après avoir écouté un court extrait sur la collecte des règles, vous pouvez vous rendre à l’évacuateur de crue pour jeter un coup d’œil sur le monde antique. Au début du printemps, la saison de chasse aux fossiles est primordiale, juste après que les cycles de gel et de dégel de l’hiver aient brisé les roches et exposé davantage de fossiles. Aucun outil n’est autorisé, mais vous êtes autorisé à rapporter à la maison tout spécimen qui rentre dans un rocher plus petit que votre paume. Surveillez donc la découverte de petits fossiles (ou amenez quelqu’un avec de grosses mains).

 

 

 

 

Les conséquences d’une fonte de l’Antarctique sont alarmantes

C’est en analysant les sédiments géologiques marins de la côte ouest de la Nouvelle-Zélande, ainsi que les particules qui ont voyagé par les courants, que des chercheurs de l’université Victoria, en Australie, en sont venu à une conclusion plutôt alarmante. En effet, si la fonte du Groenland ferait augmenter le niveau de la mer de 5 mètres, celle de l’Antarctique le ferait passer à 25 mètres. Il s’agit donc d’une hausse de 20 mètres seulement à cause de ce continent de glace.

Une histoire qui pourrait se répéter

Ces sédiments analysés ont permis de remonter à un épisode de réchauffement planétaire antérieur, qui s’est déroulé au Pliocène, il y a de cela 3 millions d’années. À ce moment, il y avait pratiquement la même quantité de CO2 dans l’atmosphère qu’on en trouve aujourd’hui, soit environ 400 ppm. Cela dit, la température de notre planète était entre 2 et 3 °C plus élevée qu’à notre époque. Au Pliocène, l’Antarctique avait effectivement fondu et fait grimper le niveau de la mer de 20 mètres, alors que la fonte des glaces du Groenland en avait ajouté cinq, pour un total de 25 mètres. Selon Georgia Grant, chercheure à l’université Victoria, il est important d’atteindre les cibles fixées par l’accord de Paris. Si les températures globales augmentent de plus de 2 °C, la situation vécue au Pliocène pourrait survenir à nouveau.

Les conséquences d’une telle hausse

On se souviendra de la fameuse découverte par la NASA d’un énorme point chaud sous la banquise Antartique qui s’est révélé être un immense lac de lave…suite à une forte éruption volcanique.

Une hausse du niveau de la mer de 25 mètres est énorme et aurait des conséquences mondiales, bien entendu. Selon les prédictions de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique, la NOAA, une telle augmentation inonderait plusieurs villes en importance, dont Copenhague, le Caire, Bangkok et Rio de Janeiro, mais aussi des pays entiers comme les Pays-Bas. Si un tel scénario survenait, ce serait dans plusieurs années, c’est-à-dire au-delà de 2200. Au Canada, les Maritimes seraient les principales victimes de la montée des eaux, surtout l’Île-du-Prince-Édouard. Au Québec, ce sont les villes côtières du fleuve Saint-Laurent qui sont à risque. Le Lac-Saint-Pierre devrait absorber une bonne quantitée d’eau, ce qui engloutirait Trois-Rivières, Sorel-Tracy et les villes voisines. Le sud et l’est de l’île de Montréal ainsi que les Îles-de-la-Madeleine seraient aussi sous les eaux.

 

 

 

New York sera complètement sous l’eau.

 

 

Jeremy Rifkin prédit la fin de la « civilisation fossile »

Jeremy Rifkin

La civilisation centrée sur les énergies fossiles va s’effondrer d’ici à 2028 pour être remplacée par une nouvelle économie basée sur le solaire, l’éolien, le numérique, et sans nucléaire, prédit l’essayiste et économiste américain Jeremy Rifkin.

« La civilisation des carburants fossiles, qui est à la base des deux premières révolutions industrielles, s’effondre en temps réel », estime-t-il dans un entretien à l’AFP à l’occasion de la parution en français de son dernier ouvrage, « Le New Deal vert mondial » (éditions Les liens qui libèrent).

Jeremy Rifkin, qui a conseillé des responsables européens et des dirigeants chinois, part du constat que « le solaire et l’éolien deviennent si bon marché que leur coût moyen est désormais moindre que celui de l’énergie nucléaire, du pétrole, du charbon ou même du gaz naturel ».

« C’est un tournant majeur et nous commençons à voir des milliers de milliards de dollars d’actifs perdus dans le complexe mondial des énergies fossiles », souligne-t-il.

« Les actifs perdus, ce sont les droits d’exploration (pétrolière et gazière) qui resteront inutilisés, tous les hydrocarbures qui ne seront jamais extraits, tous les pipelines qui seront abandonnés, les centrales électriques qui ne seront pas utilisées parce qu’elles ne seront jamais amorties. »

Pour lui, le marché agit comme « une force puissante » dans cette évolution: « 11.000 milliards de dollars se sont déjà rapidement détournés des énergies fossiles, les investisseurs ne voulant pas perdre leur mise », indique-t-il, relevant: la banque américaine « Citigroup estime que nous pourrions voir 100.000 milliards d’actif perdus. C’est la plus grosse bulle de l’histoire économique ».

 

– « Pas besoin de nouvelles taxes » –

Pour l’essayiste, convaincu de l’avènement d’une nouvelle forme de capitalisme, c’est « la nature de l’infrastructure qui détermine la nature du système économique ».

Il imagine ainsi un monde futur reposant sur trois grands types d’infrastructures, réunissant les populations au niveau local comme mondial dans ce qu’il appelle la « glocalisation »: des réseaux de communication par smartphones; de l’énergie renouvelable, produite de manière décentralisée et distribuée par des réseaux intelligents; et enfin des transports électriques ou à pile à combustible, intégrés dans des chaînes logistiques intelligentes.

Cela nécessitera de gérer beaucoup de données. Elle ne seront toutefois plus contrôlées par les Google, Facebook et autres Amazon, mais stockées dans de petits centres reliés entre eux et contrôlés par des « assemblées de pairs » (des experts nommés par des responsables locaux ou régionaux).

Des projets pilotes existent aujourd’hui, avec quelques autobus à hydrogène ou bâtiments à énergie positive. Dans le nord de la France, Jeremy Rifkin a conseillé en la matière le président de région Daniel Percheron et continue de collaborer avec son successeur Xavier Bertrand.

Mais il plaide pour un changement d’échelle, où les décideurs politiques auront un rôle important à jouer.

« Ce sont les gouvernements qui créent l’infrastructure pour la révolution industrielle du XXIe siècle. Les Etats doivent créer des banques vertes, les régions françaises doivent mettre sur pied leurs propres banques vertes et émettre des obligations vertes » qui séduiront les fonds d’investissements recherchant « des rendements à long terme, stables, qui sont ceux que fournissent les infrastructures », détaille M. Rifkin.

En revanche, « vous n’avez pas besoin de nouvelles taxes », assure-t-il, un peu moins d’un an après le début de la crise des « gilets jaunes ».

– Le nucléaire condamné –

Avec ces infrastructures, des millions de personnes, d’associations, de petites entreprises pourront « créer des coopératives pour leur énergie solaire et éolienne et réinjecter ce qu’elles n’utilisent pas dans un internet de l’énergie renouvelable de plus en plus numérisé qui pourra traverser les pays et même les continents ».

Exit donc la production d’énergie centralisée qui domine aujourd’hui.

« Construire une nouvelle centrale électrique est complètement absurde », affirme-t-il, « le prix réel de l’énergie nucléaire sur la durée de vie d’une centrale est de 112 dollars par mégawatt », contre « entre 29 et 40 dollars par mégawatt » pour le solaire et l’éolien.

Et « il y a un autre problème: le manque d’eau », prévient-il. « Une part importante de l’eau douce sert à refroidir les réacteurs. Mais avec le changement climatique, l’eau des rivières et des lacs se réchauffe » et deviendra inutilisable l’été pour refroidir les centrales. Cela s’est déjà produit dans le sud de la France.

 

 

 

 

Les derniers moments des mammouths laineux reconstitués

Des conditions météorologiques extrêmes, l’isolement, et l’arrivée d’humains seraient les facteurs responsables de la disparition des derniers mammouths laineux, montre un scénario élaboré par une équipe internationale de scientifiques.

 

Les derniers représentants de ces herbivores préhistoriques ont vécu sur l’île Wrangel, dans l’océan Arctique en Russie, pas moins de 7000 ans après ceux des autres populations continentales. Toutefois, ils se seraient rapidement éteints il y a environ 4000 ans.

De géants à fantômes des plaines

Durant la dernière période glaciaire, il y a environ 100 000 à 15 000 ans, les mammouths étaient très répandus dans l’hémisphère nord.

Puis, en raison du réchauffement climatique, ces bêtes géantes ont peu à peu disparu d’Europe et d’Amérique pour se retrouver uniquement en Sibérie du Nord et en Alaska avant d’y disparaître également, à l’exception d’une population de mammouths de l’île Wrangel qui a vécu isolée du continent en raison de l’élévation du niveau de la mer.

 

Faire parler les os

Dent de mammouth.

Dans les présents travaux, les scientifiques ont examiné la composition isotopique d’ossements de mammouths datant de 4000 à 40 000 ans retrouvés en Sibérie, en Alaska, au Yukon et sur l’île Wrangel.  

Leur objectif était de connaître les changements possibles dans leur régime alimentaire et leur habitat, mais aussi de trouver des preuves d’une perturbation dans leur environnement.

Les résultats ont montré que les teneurs en carbone-13 et d’azote du collagène des mammouths de l’île Wrangel n’avaient pas changé avec le réchauffement climatique survenu il y a 10 000 ans.

Les valeurs sont restées inchangées jusqu’à ce que les mammouths disparaissent, apparemment au milieu de conditions de vie stables et favorables.

Auteurs

Ce résultat contraste avec ceux obtenus sur les mammouths laineux des plaines ukraino-russes, qui ont disparu il y a 15 000 ans, et sur les mammouths de l’île Saint-Paul en Alaska, qui ont disparu depuis 5600 ans.

Dans ces deux cas, les derniers représentants de ces populations ont montré des transformations significatives dans leur composition isotopique, indiquant des changements dans leur environnement peu avant leur extinction locale.

«Nous pensons que cela reflète la tendance des mammouths sibériens à compter sur leurs réserves de graisse pour survivre aux hivers extrêmement rigoureux de l’ère glaciaire, alors que les mammouths de Wrangel, vivant dans des conditions plus douces, n’en avaient tout simplement pas besoin.» – Laura Arppe Université d’Helsinki

Événement catastrophique

Qu’est-ce qui a mené à la disparition de la population de l’île Wrangel qui avait pourtant survécu des milliers d’années après les autres populations continentales?

Les chercheurs soupçonnent que des événements météo à court terme en seraient responsables.

Par exemple, un épisode catastrophique de verglas recouvrant le sol d’une épaisse couche de glace aurait pu empêcher les animaux de trouver suffisamment de nourriture pendant une courte période et ainsi conduire à un déclin dramatique de la population et finalement à son extinction.

«Il est facile d’imaginer que la population, affaiblie par une détérioration génétique et des problèmes d’accès à de l’eau potable de qualité, aurait pu succomber après quelque chose comme un événement climatique extrême.» – Hervé Bocherens, Université de Tübingen

L’arrivée des humains sur l’île aurait également pu jouer un rôle. Les premiers vestiges archéologiques sur l’île Wrangel sont datés à quelques centaines d’années seulement après les plus récents ossements de mammouths mis au jour.

S’il n’existe toujours pas de preuves que les humains chassaient le mammouth de l’île Wrangel, une contribution humaine à l’extinction ne peut être exclue.

 Le détail de ces travaux est publié dans les Quaternary Science Reviews(en anglais).


Voici où vivaient les mammouths laineux… avant de disparaître pour toujours

Les mammouths laineux se sont éteints il y a 4.000 ans sur une période remarquablement courte. Une nouvelle analyse de leurs dents et de leurs os nous a permis de mieux comprendre leur rapide disparition.

Il y a 4.000 ans, le mammouth laineux disparaissait

Tout commence il y a 11.700 ans. La Terre connaît alors la fin de sa période glaciaire, marquant également le début de la fin pour le mammouth laineux. Le climat se réchauffe et l’Homme chasse de plus en plus, ce qui provoque une disparition progressive du mammouth de son vaste habitat continental en Eurasie et en Amérique du Nord. Ce, 10.000 ans avant notre ère.

Passé cette période, le mammouth nous a laissé quelques traces de son existence découvertes en 2004 sur l’île St Paul dans les eaux d’Alaska. Ces dernières découvertes nous laissaient entrevoir que l’animal aurait subsisté dans ces régions il y a 5.700 ans. Mais une autre étude nous révèle que les mammouths se seraient réellement éteint sur l’île Wrangel, nettement plus au nord.

Ile Wrangel

 

Comment sait-on que les mammouths se sont éteints là-bas ?

Une équipe de chercheurs a entrepris d’analyser les isotopes d’un grand nombre de dents et d’os de mammouth laineux du monde entier pour en apprendre davantage sur les changements environnementaux que ces animaux ont pu subir.

Les paysages de l’île Wrangle furent les derniers paysages  contemplés par les yeux d’un mammouth

 

En effet de manière générale, les isotopes présents dans le sol peuvent être absorbés par les plantes, qui sont à leur tour consommées par l’Homme et les animaux. Les isotopes remplacent ensuite une partie du calcium contenu dans les dents et les os. C’est en les analysant que l’on peut dater et mettre en correspondance les isotopes avec des emplacements géographiques et divers changements climatiques.

En outre ce type d’observation permet de glaner énormément d’informations sur le régime du mammouth et ses différents modes de vie jusqu’à son extinction.

Le mammouth laineux a muté avant de disparaître

Lors d’analyses ADN réalisées en 2017, les scientifiques avaient constaté chez les mammouths de l’île Wrangel des mutations génétiques, provoquant des troubles cognitifs, modifiant leurs poils et surtout affectant la façon dont leur corps gérait les graisses.

En étudiant les isotopes du carbone, de l’azote, du soufre et du strontium, les chercheurs, ont également pu constater un changement radical dans l’environnement et le régime alimentaire de ces mammouths. Ces deux découvertes mènent à la même conclusion comme l’explique Laura Arppe, géochimiste du Musée d’histoire naturelle finlandais dirigeant l’étude :

Nos découvertes démontrent que les mammouths sibériens comptaient sur leurs réserves de graisse pour survivre pendant les hivers de la période glaciaire, alors que les mammouths Wrangel vivant dans des conditions climatiques plus clémentes, n’avaient plus besoin de cette faculté 

Cote de l’ile Wrangel

 

Une extinction inévitable

Une dent de mammouth laineux

Si le climat était plus doux, et s’ils se trouvaient sur des îles, comment les mammouths ont-ils alors bien pu disparaître, et qui plus est si soudainement ?Plusieurs théories sont avancées par les chercheurs, comme par exemple une activité humaine intense qui aurait décimé les dernières populations, ou un évènement météorologique ponctuel comme des pluies hivernales, qui auraient gelé le sol et rendu la nourriture inaccessible.

Une observation approfondie des isotopes du substrat rocheux de l’île de Wrangel suggérait également un déclin de la qualité de l’eau potable sur l’île créant possiblement des maladies voir des morts multiples liées à la déshydratation des animaux comme l’explique Hervé Bocherens, géoscientifique de l’université de Tübingen :

« Il est facile d’imaginer que la population, peut-être déjà affaiblie par des problèmes de détérioration génétique et de qualité de l’eau potable, aurait succombé après un événement météorologique extrême. »

 

Un jeune mammouth laineux préservé dans la glace…on peux le faire renaître grâce à son ADN.

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :