Mutations animales:Un calmar rare avec des tentacules «  coudées  » déroute les scientifiques dans de nouvelles images effrayantes

Les tentacules du calmar sont plus grands qu’un humain moyen, mais son corps est petit comme un billet d’un dollar.

Le calmar Bigfin fléchettes autour des eaux de l’Australie du Sud

Il ressemble à un extraterrestre – la tête éclipsée par d’énormes nageoires battantes, le corps blottissant dans l’eau sombre, de minces tentacules bleus coulant derrière lui dans un enchevêtrement de spaghettis au néon. Mais malgré son apparence d’un autre monde , l’insaisissable céphalopode connu simplement comme le Bigfin squid (Magnapinnidae) peuvent être plus fréquents dans la Terre des océans profonds de scientifiques que jamais savaient.

Au cours des 113 années écoulées depuis sa découverte, le calmar Bigfin n’a été repéré dans la nature que 12 fois dans le monde. Maintenant, une étude publiée mercredi 11 novembre dans la revue PLOS ONE , ajoute cinq nouvelles observations au décompte, toutes capturées à des milliers de pieds sous la surface de la Great Australian Bight en Australie du Sud.

Non seulement les observations marquent la première fois que des calamars Bigfin ont été vus dans les eaux australiennes, mais c’est aussi la première fois que cinq d’entre eux sont surpris ensemble au même endroit. Les images qui en résultent – capturées par des caméras sous-marines traînant derrière un grand navire de recherche – offrent un regard sans précédent sur l’anatomie et le comportement du céphalopode bizarre, a déclaré l’auteure principale de l’étude Deborah Osterhage à Live Science.

«J’ai été stupéfait et excité quand j’ai vu le calmar Bigfin pour la première fois sur une photo prise par notre appareil photo», a déclaré Osterhage, chercheur marin au sein de l’Organisation de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (ou CSIRO, l’agence scientifique du gouvernement australien), dans un e-mail. « Je l’ai reconnu immédiatement, avec ses grandes nageoires distinctives et ses bras et tentacules extrêmement longs et minces. »

Les chercheurs ont aperçu cinq spécimens de calmar Bigfin dans les eaux au sud de l’Australie, ce qui a plus que doublé le nombre total d’observations dans l’hémisphère sud.

Les scientifiques ont identifié le premier spécimen de calmar Bigfin, qui a été capturé par des pêcheurs près du Portugal, en 1907. Il a fallu plus de 80 ans avant que quiconque n’en voie un dans la nature, nageant à 15 535 pieds (4 735 mètres) sous l’eau au large des côtes du Brésil en 1988. Le le calmar est distinct, avec des nageoires géantes dépassant de son corps comme Dumbo les oreilles de l’éléphant. Ces nageoires sont aussi larges que le haut du corps (ou le manteau) du calmar est long, a déclaré Osterhage, et les Bigfins se propulsent dans l’eau en les battant comme des ailes.

Ce n’est pas nouveau pour les céphalopodes (il suffit de demander au poulpe adorablement nommé Dumbo ), mais ce qui distingue vraiment le calmar Bigfin de ses autres cousins ​​des grands fonds, ce sont des tentacules incroyablement longs et filandreux. Désormais, les chercheurs ont une meilleure idée de la durée et de la longueur qu’ils peuvent obtenir. Dans la nouvelle étude, qui culmine après plus de 40 heures d’observations sous-marines à des profondeurs de 3100 à 7900 pieds (950 à 2400 m) sous la surface, l’équipe a non seulement aperçu le groupe de Bigfins nageant dans la baie, mais ils ont même mesuré l’un d’eux avec des méthodes plus précises que jamais.

«Nous avons pu mesurer [un spécimen] avec des lasers – une première, car les mesures précédentes sont des estimations basées sur des objets proches», a déclaré Osterhage. « Il mesurait 5,9 pieds (1,8 m) de longueur. Le manteau du spécimen mesurait environ 6 pouces (15 centimètres), les 5,9 pieds [1,8 m] restants étant composés de ces longs bras et tentacules. »

Pensez, un haut du corps aussi long qu’un billet d’un dollar américain, traînant des tentacules aussi longtemps que la championne de tennis américaine Serena Williams. Et cela peut même être petit; selon Osterhage, des études antérieures ont estimé que le calmar Bigfin peut atteindre 22 pieds (7 m) de long.

La façon dont les calmars tiennent ces tentacules est peut-être encore plus étrange. Contrairement à la plupart des céphalopodes, dont les tentacules pendent sous leur corps, les appendices du calmar Bigfin font saillie à des angles perpendiculaires à leurs manteaux avant de se plier et de s’enrouler, donnant à chaque tentacule l’apparence d’un «coude», a déclaré Osterhage.

Lors de l’une des observations de l’équipe, un Bigfin a surpris les chercheurs en levant un long bras au-dessus de son corps et en le tenant là – un comportement déconcertant jamais vu chez les calmars, ont écrit les chercheurs. La posture pourrait avoir quelque chose à voir avec l’alimentation par filtre, ont-ils spéculé, mais la vérité est que personne ne le sait avec certitude. Trouver la réponse à cela (et à de nombreuses autres questions en suspens sur le calmar bizarre) nécessitera beaucoup plus de rencontres dans la nature.

« Il y a beaucoup à apprendre sur le calmar Bigfin – des questions de base telles que de quoi il se nourrit, comment il se reproduit, etc., sont encore inconnues », a déclaré Osterhage. « Mais une chose passionnante à propos de notre article est que les cinq spécimens ont été trouvés groupés à proximité spatiale et temporelle les uns des autres, ce qui n’a jamais été vu auparavant. »

Pourquoi ils ont été regroupés est une autre question sans réponse, mais ce comportement est souvent associé à des opportunités de survie ou d’accouplement , a déclaré Osterhage. Les observations futures aideront à déterminer les besoins spécifiques du calmar, a-t-elle ajouté – mais pour l’instant, il est peut-être plus sûr de dire que les extraterrestres d’une plume (ou d’un tentacule) collent ensemble.

Publié à l’origine sur Live Science.

 

 

 

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:L’équilibre de la terreur sous les mers

Homme libre, toujours tu chériras la mer… Justement, il s’en passe de belles sous les flots, théâtre parmi d’autres de la grande rivalité entre l’empire et le Heartland et où se joue en partie l’équilibre de la terreur entre les deux grands.

 

On sait déjà qu’avec beaucoup moins, Moscou tient la dragée haute aux petits génies du Pentagone :

Avec un budget militaire dix fois moins élevé, Moscou donne une véritable leçon d’efficacité, ébréchant le mythe d’une Amérique performante, professionnelle, productive. Dans la course à l’armement, comme dans la conquête spatiale d’ailleurs, la réalité met souvent à mal l’image chimérique du « rêve américain » : amateurisme, gaspillages et fiascos militaro-industriels y sont légion.

Le seul budget de l’US Navy est trois plus élevé que la totalité du budget militaire russe. Et pourtant. Dans les profondeurs abyssales comme ailleurs, aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des… annuités.

L’amiral Dave Johnson est en émoi : « Nous faisons face à des adversaires difficiles. Vous n’avez qu’à voir le Severodvinsk. Je suis tellement impressionné par ce bâtiment que j’en ai fait construire une maquette dans mes bureaux. »

 

La bestiole a en effet tout pour plaire (ou déplaire, c’est selon) : double coque furtive, sonar très sophistiqué, automatisation poussée (65 membres d’équipage seulement) et, très bientôt, missiles hypersoniques Zircon.

L’amirauté impériale tire la sonnette d’alarme. Certes, on connaît la propension historique des militaires à exagérer les menaces afin d’obtenir des crédits supplémentaires, mais il s’agit d’autre chose ici. Il y a deux ans, le Severodvinsk a pris un bain de minuit dans l’Atlantique et la marine américaine a totalement perdu sa trace durant des semaines. Comme le dit l’adage, perdre un sous-marin ennemi en temps de paix est déjà un casse-tête ; en tant de guerre, c’est un désastre…

Une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais seule, les Russes ont mis au point une technique pour que les submersibles navigant sous la calotte glaciaire arctique puissent tirer leurs ogives nucléaires. L’idée n’est évidemment pas nouvelle. La banquise polaire est l’abri rêvé de tout sous-marin voulant échapper à la détection adverse. Mais elle empêche à son tour de lancer des projectiles.

Range des missiles nucléaires emportés par le nouveau submersible russe.

 

 

Durant la Guerre froide, les Soviétiques avaient déjà essayé de percer la glace avec des torpilles mais le résultat escompté n’était pas à la hauteur. Les Russes ont donc récemment mis au point des missiles perce-banquise, ouvrant la voie au missile intercontinental tiré ensuite.

 

 

 

Réchauffement climatique:La «  porte d’entrée vers les enfers  » de la Sibérie se développe alors que la vague de chaleur record dégèle le pergélisol

 

Un jour de printemps 2019, Alexander Kizyakov a descendu en rappel le mur de tête de 60 mètres de la mégaslump de Batagay en Sibérie orientale, s’arrêtant pour ciseler des morceaux de sol riche en glace qui avaient été gelés pendant des éons. «L’un de mes passe-temps est l’escalade», explique Kizyakov, un scientifique du pergélisol à l’Université d’État Lomonosov de Moscou. Les collègues ci-dessous ont échantillonné le sol le plus ancien le long de la base de la falaise. Un tel travail est trop dangereux en été, lorsque le crépitement constant de la glace fondante est ponctué de gémissements alors que des plaques de pergélisol, certaines aussi grosses que des voitures, cisaillent le mur de tête.

Connue par les habitants comme la «porte d’entrée vers le monde souterrain», Batagay est la plus grande crise de dégel de la planète. Autrefois juste un ravin sur une pente creusée dans les années 1960, la cicatrice s’est élargie d’année en année, à mesure que le pergélisol dégèle et que l’eau de fonte emporte les sédiments. Maintenant plus de 900 mètres de large, il incarne la vulnérabilité du pergélisol dans l’Arctique, où les températures ont grimpé deux fois plus vite que la moyenne mondiale au cours des 30 dernières années.

Mais c’est aussi une capsule temporelle qui séduit les scientifiques avec ses instantanés de climats et d’écosystèmes anciens. «C’est un endroit époustouflant», déclare Thomas Opel, paléoclimatologue à l’Institut Alfred Wegener. Les dates de la glace et du sol recueillies à Batagay montrent qu’il abrite le plus ancien permafrost exposé d’Eurasie, couvrant les 650 000 dernières années, ont rapporté Opel et ses collègues en mai lors de l’assemblée générale en ligne de l’Union européenne des géosciences. Ce bilan pourrait révéler comment le pergélisol et la végétation de surface ont réagi aux climats chauds du passé. «Cela nous donne une fenêtre sur les périodes où le pergélisol était stable et sur les périodes où il s’érodait», déclare Opel.

En un demi-siècle, le réchauffement climatique a fait passer la mégaslump de Batagay d’un petit ravin à une fosse béante de plus de 900 mètres de large.

Le réchauffement climatique inflige des blessures à travers la Sibérie. Des explosions de méthane accumulé dans le dégel du pergélisol ont creusé les péninsules désolées de Yamal et de Gydan en Russie avec des trous de plusieurs dizaines de mètres de diamètre. Les immeubles d’appartements s’inscrivent et s’effondrent sur un terrain instable, causant environ 2 milliards de dollars de dommages par an à l’économie russe. Les incendies de forêt au cours des trois derniers étés ont incendié des millions d’hectares à travers la Sibérie, recouvrant la terre de suie noire et de charbon de bois qui absorbent la chaleur et accélèrent la fonte.

L’intensification des incendies de cette année a été une vague de chaleur qui a touché la Sibérie au premier semestre 2020. Le 20 juin, la ville de Verkhoyansk, à seulement 75 kilomètres de Batagay et l’un des endroits habités les plus froids de la planète, a atteint 38 ° C, la température la plus chaude. jamais enregistré dans l’Arctique. La chaleur record «aurait été effectivement impossible sans le changement climatique induit par l’homme», ont déclaré les auteurs d’une étude du 15 juillet réalisée par World Weather Attribution, une collaboration de météorologues qui analysent l’influence possible du changement climatique sur les événements météorologiques extrêmes.

Une question permanente est de savoir quelle quantité de carbone le sol en dégel rejettera dans l’atmosphère et si la croissance luxuriante des plantes arctiques dans le climat de réchauffement absorbera suffisamment de carbone pour compenser le rejet. L’Arctique a peut-être déjà atteint un point de basculement: sur la base d’observations sur 100 sites sur le terrain, le pergélisol nordique a libéré en moyenne environ 600 millions de tonnes de carbone de plus que la végétation absorbée chaque année de 2003 à 2017, ont estimé les scientifiques en octobre 2019.

Les scientifiques s’aventurent à Batagay dans des campagnes annuelles pour savoir ce qu’il peut dire à ce sujet. Les visites, organisées par l’Institut d’écologie appliquée du Nord à Iakoutsk, ne sont pas faites pour les âmes sensibles. En 2014, Kseniia Ashastina a traversé 3 kilomètres de forêt infestée de moustiques pour atteindre le bord du mur de tête. «Vous entendez beaucoup de craquements à mesure que vous vous rapprochez, et tout d’un coup, il n’y a plus d’arbres et vous vous tenez sur un surplomb», explique Ashastina, paléobotaniste à l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine. Elle et ses collègues du Senckenberg Research Institute et du Natural History Museum ont logé chez des indigènes sibériens – Evens et Sakha – dont certains craignent la mégaslump. «Ils disent que cela mange leur terre, engloutit les arbres et leurs lieux sacrés», dit-elle.

Les scientifiques du pergélisol Alexander Kizyakov et Dmitry Ukhin descendent en rappel le mur de tête de 60 mètres de haut pour rassembler un sol gelé toujours plus ancien.

 

Pour connaître l’âge du pergélisol exposé, l’équipe d’Opel s’appuie sur la datation par luminescence, qui révèle la dernière fois que les minéraux du sol ont vu la lumière du jour, et une nouvelle technique russe de datation du chlore dans la glace. Les dates leur permettent de faire correspondre les couches du sol aux données climatiques connues, tandis que les abondances de deux isotopes piégés dans les coins de glace, l’oxygène-18 et le deutérium, sont des approximations des températures locales. L’analyse de la composition du sol de Batagay devrait donner des indications sur la quantité de carbone que le pergélisol a séquestrée au cours des millénaires.

Le pergélisol offre également un aperçu des anciens écosystèmes arctiques. En prélevant des échantillons de restes de plantes piégées, l’équipe a appris qu’au cours de la dernière période glaciaire, lorsque les températures hivernales ont plongé encore plus bas que dans les temps modernes, la végétation était étonnamment luxuriante, soutenant des mammouths laineux, des rhinocéros laineux et d’autres herbivores maintenant disparus dans un écosystème de steppe de prairie. . «C’était un paradis pour les animaux en quête de nourriture», dit Ashastina.

Parfois, les restes de ces créatures perdues tombent du mur de tête dans un état exquis. En 2018, des scientifiques ont récupéré un jeune cheval Lena de couleur gingembre ( Equus lenensis ), un parent disparu du cheval yakoutien, avec des tissus mous intacts. Les scientifiques espèrent trouver une cellule vivante afin de tenter de cloner le poulain de 42 000 ans. Certains de ses muscles préservés sont particulièrement prometteurs, déclare P. Olof Olsson, biologiste moléculaire à la Abu Dhabi Biotech Research Foundation, qui fait équipe avec l’Université fédérale du nord-est de Yakutsk. «Je suis d’un optimisme sceptique», dit Olsson. «Au moins, ce n’est pas impossible.»

Comme les éléments découpent davantage la mégaslump de Batagay, cela pourrait transporter les scientifiques plus profondément dans le temps. Les glaciers récurent le sol au fur et à mesure de leur progression, mais ils ont largement contourné la Sibérie au cours des récentes périodes glaciaires, laissant le pergélisol dans certaines régions de plusieurs centaines de mètres d’épaisseur. Pendant des décennies, alors que les étés chauds liquéfiaient son sol riche en glace, le mur de tête de Batagay progressait d’environ 10 mètres par an, explique Frank Guenther, chercheur sur le pergélisol à l’Université de Potsdam. Depuis 2016, dit-il, ce taux est passé de 12 à 14 mètres par an. Il est plus difficile de déterminer la vitesse à laquelle le marasme s’intensifie, et donc à quelle distance dans le temps le dégel pénètre. Le pergélisol le plus ancien jamais daté, du territoire canadien du Yukon, a 740 000 ans. Autant les observateurs du climat peuvent grincer des dents à cette pensée,


Regardez: l’eau courante est l’un des sons les plus apaisants et relaxants connus de l’homme, mais ici elle signale le dégel rapide d’un sol gelé depuis des milliers d’années.

 

 


L’eau courante est l’un des sons les plus apaisants et relaxants connus de l’homme, mais ici, elle signale la décongélation rapide du sol gelé depuis des milliers d’années.

Ces images remarquables proviennent du sol du Batagaika ou Batagai, une mégaslump dans la nature sauvage de la Sibérie, où l’ancien pergélisol est exposé à l’impact destructeur complet du changement climatique.

Alors que le soleil d’août s’abat sur cette odyssée arctique, notre vidéo montre de l’eau gelée dans le sol pendant des dizaines de milliers d’années ruisselant, libérée de son ancien fermoir.

Les falaises de ce vaste trou, certaines aussi hautes que 100 mètres, s’effondrent même si vous regardez en raison du dégel du pergélisol.  

Les habitants connaissent cet endroit comme la porte des enfers, et beaucoup ont peur de s’en approcher après avoir entendu des boum effrayants émanant d’ici.

Ces bruits sourds sont probablement de gros morceaux de sol gelé en cascade sur les flancs de la falaise à partir du bord instable alors que la tranchée de pergélisol s’élargit encore plus.

 

 

 

Le méga marasme de Batagai se situe à environ 650 km au nord de Yakutsk en Yakoutie. Photos: Alexander Gabyshev, Institut Melnikov Permafrost,

 

Cette entaille en forme de têtard à la surface de la Terre – environ un kilomètre de long et 800 mètres de large – s’agrandit jusqu’à 30 mètres par an en raison de la fusion corrosive des couches supérieures du sol gelées exposées, selon les experts.

Sergey Fyodorov, chercheur à l’Institut d’écologie appliquée de Iakoutsk, a déclaré: «  L’une des choses les plus graves que nous devons comprendre en regardant cette crise est que sa croissance n’est pas quelque chose que nous, les humains, pouvons arrêter.

«Nous ne pouvons pas mettre un rideau contre les rayons du soleil pour l’empêcher de dégeler. 

«Même au début du mois de septembre, lorsque les températures de l’air chutent à OC, vous voyez des sources et des rivières d’eau. 

«  Alors que vous vous tenez à l’intérieur du marasme sur des tas de terre meuble qui ont été laissés après le dégel de la glace, vous l’entendez «  vous parler  », avec le craquement de la glace et un gargouillis monotone non-stop de petites sources et rivières d’eau. 

Fedorov a déclaré: «  C’est bien que cela se soit produit dans une région éloignée d’une colonie où vivent des gens. 

«Imaginez s’il y avait un village ou une ville au-dessus de ce qui est maintenant une dépression de plus en plus profonde?

«Il est temps pour le monde de se réveiller et de prêter plus d’attention à ce qui se passe (avec la fonte du pergélisol) ici en Yakoutie.

Pour l’instant, la dépression représente un laboratoire naturel inégalé pour les scientifiques qui cherchent à comprendre la menace du pergélisol due au changement climatique. 

Batagaika – à quelque 650 km au nord de la capitale régionale de la Yakoutie, également connue sous le nom de République de Sakha – est une dépression thermokarstique qui a commencé à se former dans les années 1960 après le défrichement d’un morceau de forêt: la terre a coulé et a continué de le faire, évidemment. accéléré par les récentes températures plus chaudes faisant fondre le pergélisol, déliant ainsi les couches à la surface et au-dessous. 

Le directeur de l’Institut de recherche en écologie appliquée du Nord, Gregory Savvinov, a déclaré: «Dans les années 1960, il y avait une route entre le village de Batavia et certaines installations industrielles. 

«La forêt a été abattue, ce qui a conduit à la formation du ravin. Ces dernières années, dans un contexte de changements climatiques, dus au réchauffement, le ravin a pris la taille d’un cratère. 

En 2009, la carcasse d’un poulain de l’ère holocène – âgé de quelque 4400 ans – a été découverte, ainsi qu’une carcasse momifiée d’un bison.

Des restes d’anciens bisons, chevaux, élans, mammouths et rennes ont également été trouvés ici. 

Sur le plateau de Yana, ses températures hivernales sont parmi les plus froides pour les lieux habités de la planète

 

 

 

 

 

 

 

Courte opinion du jour:L’ ÉTHIQUE Où est passée l ‘ ÉTHIQUE ???

Sujet existentiel d’ une extrême gravité.
Force est de constater que comme le bon sens, l’ éthique s’ en enfuie à tire d’ aile loin des effluves de ce marécage putride.

Les AUTOPROCLAMÉS  » penseurs et philosophes  » de pacotille sont étrangement silencieux sur un sujet dont ils ne mesurent pas la profondeur, et dont ils ne soupçonnent même pas l’ existence.
Leur lâcheté n’ a d’ égal que leur mercantilisme, et leur haine de ce qui est beau, de ce qui est bon, de ce qui est amour et générosité.

Dans tous les cas de figure, toucher à l’ essence de la vie est l’ essence même du CRIME !
Des OGM aux Guidestones en passant par l’ AVORTEMENT on assiste au même CRIME contre L’ HUMANITÉ !

Qui leur a accordé le droit de s’ approprier ce qui relève du VIVANT ?
A quel titre se permettent ils de MODIFIER des séquences de la vie ???
Quel fou les a autorisé à BREVETER et à s’ APPROPRIER des organismes vivants, tels que les VIRUS ou les SEMENCES ?
Qui les a AUTORISÉ à en faire du commerce ?

La vie c’ est l’ ŒUVRE de Dieu dont est issue l’ Humanité !!!
Ce n’ est pas celle des marchands du temple !!!

C’est toute la différence entre eux et nous.
Nous, nous respectons la vie, nous vénérons le sacré, nous adorons les enfants.
Eux brûlent des cathédrales, Eux tuent les enfants dans le ventre de leur mère et altèrent l’ ADN Humain !
Ils enfoncent leurs crocs venimeux au plus profond de la source de la vie.

 

 

 

 

 

 

 

Science de la Terre:Le volcan le plus actif d’Islande s’est réveillé

 

Depuis cinq  jours, les volcanologues enregistrent une importante activité sismique et volcanique dans le nord de l’Islande tandis qu’une éruption du volcan le plus actif se prépare dans le sud de l’île. Selon les autorités scientifiques islandaises, ces phénomènes présentent des risques limités.

Speed Star 1.0226751 00

https://www.futura-sciences.com/planete/videos/8-choses-savoir-volcans-6719/

La terre tremble dans le nord de l’Islande où plus de 3.000 secousses ont agité les sismographes ces trois derniers jours, ont annoncé lundi des scientifiques, tandis qu’une éruption est en vue pour un volcan dans le sud de l’île.

Le volcan Grímsvötn, le plus actif de l’île boréale, se prépare pour sa prochaine éruption, la première depuis 2011, ont fait savoir les autorités depuis la mi-juin. Des taux de dioxyde de soufre particulièrement élevés ont été enregistrés, indiquant la présence du magma à faible profondeur. Si l’éruption du volcan Eyjafjöll en 2010 avait provoqué la formation d’un immense nuage de fumée et semé le chaos dans le ciel européen pendant un mois, avec plus de 100.000 vols annulés et huit millions de passagers bloqués, les risques, cette fois, sont jugés plus faibles.

Mais le réveil du Grímsvötn en 2011 avait tout de même entraîné l’annulation de quelque 900 vols, les cendres ayant atteint le Royaume-Uni et les abords du continent européen. Volcan subglaciaire, son éruption déclenche aussi des inondations liées à la fonte des glaces qui le recouvrent.

L’éruption du volcan Eyjafjallajokull, en 2010, avait paralysé le ciel européen et le trafic aérien.

 

Sur la côte nord, cette fois, trois séismes d’une magnitude supérieure à 5 sur l’échelle de magnitude du moment ont été enregistrés ces derniers jours. L’un d’eux a été ressenti jusqu’à Reykjavík, la capitale, située à 265 km.

Selon l’Institut météorologique d’Islande (l’OMI), l’épicentre de cet « essaim sismique », qui devrait se poursuivre au cours des prochains jours, se trouve à 20 kilomètres au large de Siglufjördur, petit village de quelque 1.200 âmes sur la côte nord islandaise. Et à quelques dizaines de kilomètres d’Akureyri, deuxième ville d’Islande avec près de 20.000 habitants. Aucun blessé ni dégât majeur n’est pour l’instant à déplorer — seuls des glissements de terrain et des chutes de pierres ont été observés près de l’épicentre.

L’Islande est l’une des zones volcaniques les plus actives du globe avec pas moins de 200 volcans actifs (ou failles volcaniques) qui se réveillent tous les 4 ou 5 ans en moyenne. Photo d’un volcan en Islande, en septembre 2014.

La région est régulièrement secouée par des séismes : située sur la zone de fracture de Tjörnes, cette faille géologiquement active est composée d’une série de zones tectoniques et volcaniques en mouvement. Le dernier événement de ce type a été enregistré en 2012-2013. Le séisme le plus intense dans cette zone remonte à 1755 avec, selon des études conduites bien plus tard, des secousses de magnitude 7.

Ces évènements interviennent alors qu’une partie du pays était déjà sous surveillance : depuis janvier, une série de tremblements de terre secoue les alentours de Grindavik, non loin des eaux fumantes du touristique « Lagon bleu » dans la péninsule de Reykjanes au sud-ouest.

 

 

 

 

 

 

 

 

Poésie:Miroir du Temps

 

 

Passons derrière le miroir,

Traversons la ligne de notre histoire.

Découvrons nous simplement,

Aimons nous tendrement.

Le temps passe si vite

Qu’on ne l’évite.

N’ayons plus aucuns doute

Poursuivons notre route

À travers ce miroir,

Par delà l’histoire.

C’était hier,

Soyons en fiers,

De nos aïeux

Venus des cieux!

Comme Jimmy Guieu,

Attendons sans pardon

Le Retour des Dieux

Nous libérer de cette prison!

À Guy Tarade,

J’offre cette tirade:

Une fleur chaque jour

Est preuve d’amour

Que l’on voit s’ouvrir

Sans la cueillir!

Et pour finir

Dans notre délire,

Nous croyons sans fin

Voler le butin

De la nature mourante

De notre futur d’épouvante!

Meurent sur Terre,

Humains mercenaires!

Après Grande Extinction

De toute vie…sans illusion!

Meurent sur Terre

Banquiers sanguinaires

Créateurs des guerres

Voleurs des terres!

Meurent sur Terre

Chefs des pays,

Menteurs infinis

De fausses pandémies!

À ceux du miroir

Qui gardent l’espoir

Fuyez ces Enfers

Devenez Peuples de l’Univers

Libérés des Frontières

D’un monde éphémère!

par Michel Duchaine

Découverte du complexe d’armes nucléaires secrètes d’Adolf Hitler en Autriche

Un labyrinthe de tunnels souterrains de la Seconde Guerre mondiale qui aurait été utilisé pour développer une bombe nucléaire a été découvert.

L’installation, qui couvre une superficie allant jusqu’à 75 acres, a été découverte près de la ville de St Georgen an der Gusen, en Autriche.

Les fouilles ont commencé sur le site après que les chercheurs ont détecté des niveaux accrus de rayonnement dans la région – soutenant les affirmations selon lesquelles les national-socialistes développaient des armes nucléaires.

Le documentariste Andreas Sulzer, qui dirige les fouilles, a déclaré au Sunday Times que le site était « probablement la plus grande installation de production d’armes secrètes du Troisième Reich ».

Son entrée n’a été découverte que lorsque l’équipe de fouilles, qui comprend des historiens et des scientifiques, a rassemblé des informations dans des documents de renseignement déclassifiés et des témoignages de témoins.

L’équipe est maintenant en train d’enlever les couches de terre et de béton emballées dans les tunnels et les plaques de granit lourd qui ont été utilisées pour couvrir l’entrée.

Les casques appartenant aux troupes de la Waffen-SS et d’autres reliques national-socialistes font partie des articles qui ont été découverts jusqu’à présent.

La fouille a été interrompue la semaine dernière par la police, qui a exigé que le groupe produise un permis pour mener des recherches sur les sites historiques. Mais M. Sulzer est convaincu que les travaux reprendront le mois prochain.

Il a déclaré au Sunday Times: «  Les prisonniers des camps de concentration à travers l’Europe ont été triés sur le volet pour leurs compétences spéciales – physiciens, chimistes ou autres experts – pour travailler sur ce projet monstrueux et nous devons aux victimes d’ouvrir enfin le site et de révéler la vérité. « 

L’enquête a été déclenchée par un documentaire de recherche de M. Sulzer sur la quête d’Hitler pour construire une bombe atomique.

Il y faisait référence à des entrées de journal intime d’un physicien appelé à travailler pour les national-socialistes. Il existe d’autres preuves de scientifiques travaillant pour un projet secret géré par le général SS Hans Kammler.

M. Sulzer a fouillé les archives en Allemagne, à Moscou et en Amérique pour trouver des preuves du projet de construction d’armes nucléaires mené par les SS.

Après la guerre, l’Autriche a dépensé quelque 10 millions de livres sterling pour couler du béton dans la plupart des tunnels.

Mais Sulzer et ses partisans pensent qu’ils ont raté une section secrète où la recherche atomique a été menée.

Les Soviétiques étaient stationnés à St Georgen jusqu’en 1955 et ils ont ramené tous les dossiers sur le site avec eux à Moscou.

Les experts tentent de découvrir s’il existe un lien entre St Georgen et des sites en Allemagne proprement dits où les scientifiques ont été rassemblés pendant le Troisième Reich dans le but de correspondre aux efforts américains pour construire l’arme ultime.

En juin 2011, des déchets atomiques provenant du programme nucléaire secret d’Hitler auraient été découverts dans une ancienne mine près de Hanovre.

Plus de 126 000 barils de matières nucléaires pourrissent à plus de 2 000 pieds sous terre dans une ancienne mine de sel.

 

 

 

 

 

La sixième grande extinction est en cours et s’aggrave

 

De nombreux chercheurs l’affirment : la sixième grande extinction est en route. La raison : la destruction progressive de l’habitat de millions d’êtres vivants. Explications.

 

De nombreux chercheurs l’affirment : la sixième grande extinction est en route. La plus grande extinction des espèces depuis 66 millions d’années est bien enclenchée en raison de la destruction progressive de l’habitat de millions d’êtres vivants. Les scientifiques Gerardo Ceballos, Paul Ehrlich et Peter Raven ont publié une étude revue par d’autres chercheurs qui analyse près de 30 000 espèces de vertébrés. Parmi celles-ci, 1,7 % sont en voie d’extinction.

Leur conclusion : la sixième grande extinction s’accélère. Plusieurs espèces en danger vont disparaître. Ces animaux vivent dans des régions où l’activité humaine malmène la biodiversité, ce qui menace de nombreuses autres espèces. Plus les êtres vivants disparaissent, plus cette disparition exerce un effet d’entraînement sur d’autres. Enfin, l’action de l’homme et les pressions qu’il exerce sur la nature ne sont pas sans conséquence. L’avènement de la COVID-19 en est la preuve. Le trafic et la consommation d’animaux sauvages en seraient la cause.

Chaque être vivant joue un rôle dans l’écosystème et sa disparition est permanente. La survie des humains dépend directement de la biodiversité. Selon les chercheurs, la perte massive des espèces est directement ou indirectement causée par l’activité humaine. Déforestation, agriculture, élevage et activités minières et industrielles sont responsables de la réduction du territoire de ces espèces. Cette détérioration des habitats est presque entièrement survenue depuis les débuts de l’agriculture qui remonte à 11 000 ans.

La biodiversité est nécessaire à notre survie. Sa disparition est un phénomène méconnu du grand public, des autorités gouvernementales et de ceux qui participent à l’économie mondiale.

 


La sixième extinction de masse des animaux s’accélère, alertent des scientifiques

 

Plus de 500 espèces sont menacées de disparition, selon des scientifiques américains. L’activité humaine en est la cause principale.

Un rhinocéros de Sumatra, en Indonésie, en novembre 2016.

Une étude, publiée dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences, affirme que plus de 500 espèces d’animaux risquent de disparaître d’ici 20 ans. Un chiffre alarmant qui met en lumière l’accélération du phénomène lorsque l’on sait qu’autant d’espèces ont disparu tout au long du siècle dernier. 

D’après les auteurs de cette étude, 515 espèces d’animaux terrestres, dont des mammifères, des reptiles et des amphibiens, ont à ce jour une population inférieure à 1000 individus, et 50% de ces espèces ne comptent pas plus de 250 spécimens. Pire encore, 77 espèces ont perdu 94% de leur population et 173 ont totalement disparu entre 2001 et 2014, s’alarment les scientifiques.

L’activité humaine en cause

Le rhinocéros de Sumatra, le troglodyte de Clarion, la tortue géante espagnole ou encore la grenouille arlequin sont tous menacés d’extinction.   

La tortue géante espagnole

 

La grenouille arlequin

En cause: l’activité humaine. Les chercheurs estiment que sans ce facteur destructeur, ces espèces pourraient vivre encore des milliers d’années.

Par le biais de leur étude, les scientifiques mettent en garde contre l’effet domino de la disparition des espèces. Par exemple, la chasse excessive de la loutre de mer, principal prédateur des oursins, entraîne la prolifération de ces invertébrés qui dévastent les forêts de varech, une espèce d’algues, dans la mer de Béring. Cette situation engendre l’extinction de la rhytine de Steller, un mammifère qui se nourrit de varech.

le professeur Paul Ehrlich

 

“Quand l’humanité extermine d’autres créatures, elle détruit les fondations sur lesquelles elle s’est bâtie et qui lui sont nécessaires pour vivre”, explique au Guardian le professeur Paul Ehrlich, de l’université de Stanford aux Etats-Unis.

« Il n’est pas trop tard » pour réagir

Il estime que la conservation des espèces menacées devrait être “élevée au rang d’urgence mondiale par les gouvernements et les institutions, au même titre que le dérèglement climatique”.

“Cette étude prouve que l’extinction de masse s’accélère et que la crise de la biodiversité est bien réelle. Mais il n’est pas trop tard pour passer à un mode de vie plus respectueux de la nature et ainsi protéger l’héritage des générations futures”, veut croire le professeur Andy Purvis, du musée d’histoire naturelle de Londres. 

Un espoir partagé par le directeur des sciences à l’ONG WWF, Marc Wright, qui estime que la fin de la déforestation en Amazonie pourrait “permettre d’inverser la courbe de l’extinction des espèces et du réchauffement climatique”.

Mais si cet effort est nécessaire, il semble difficile à mettre en place: en 2019, nos forêts tropicales ont perdu une surface équivalent à un terrain de football toutes les six secondes, selon une étude américaine de l’université du Maryland, publiée ce mardi par Global Forest Watch.

 

 

Paul Ehrlich,le grand  penseur et guide  des écosystèmes

 

Depuis de nombreuses années, il observe les défis biophysiques actuels de notre planète, chacun d’entre eux étant capable de déstabiliser notre société. Nous sommes familiers avec la plupart d’entre eux – le changement climatique, l’eau, le sol, la biodiversité, etc. Pourtant, les causes sous-jacentes à ces défis continuent de passer largement inaperçues. La population humaine explose et entraîne avec elle la destruction des ressources naturelles nécessaires pour satisfaire les besoins d’une croissance économique sans limites.

Mondialement reconnu, Paul Ehrlich incite depuis plus de 50 ans l’humanité à réfléchir avec intelligence et clairvoyance à ces défis. Faisant partie du cercle des plus grands intellectuels de notre époque, il est également l’un des penseurs les plus créatifs et les plus influents sur les défis fondamentaux pour l’humanité et la relation entre l’homme et sa biosphère.

Le Prof. Ehrlich est considéré comme l’un des écologistes les plus honorés dans le monde, l’un des écrivains les plus compétents et les plus prolifiques sur les questions biophysiques auxquelles l’humanité est confrontée et sur l’interdépendance entre ces questions. Il est connu pour son style divertissant, son humour et sa profonde compassion.

 

 

 

 

 

 

 

La Grande Arnaque du COVID 19: L’HISTOIRE de la grippe… UNE HISTOIRE IMPORTANTE POUR EN PARLER AUTOUR DE VOUS

Je recommande aux lecteurs d’utiliser les détails historiques non controversés suivants comme un instrument (plutôt gentil et discret) qui pourrait réveiller ceux qui dorment encore.

 

Le mot « influenza » «grippe» est originaire d’Italie. Le premier enregistrement de cette maladie étrange et inexplicable s’est produit vers l’année 1580. Alors que le phénomène se reproduisait, des observateurs perspicaces ont reconnu qu’il avait tendance à «apparaître» simultanément à plusieurs endroits, parfois sur plusieurs continents. Afin d’expliquer ce fait cognitivement dissonant, les «scientifiques» italiens ont examiné les enregistrements des taches solaires et ont remarqué que les épidémies semblaient toujours coïncider avec des pics d’activité des taches solaires.

 

Ils ont compris que lorsque la surface du soleil (ou CORONA) était la plus active, il y avait des éjections massives du soleil qui se manifestaient comme des manifestations spectaculaires des aurores boréales dans les climats nordiques et qu’il y avait également des effets magnétiques (ou «ondes magnétiques») du soleil qui  frappent la terre avec une intensité inhabituelle à ces moments là.

Ainsi le mot « INFLUENZA est devenu le nom de cette maladie. »Influenza » étant l’abréviation de « Influenza delle stelle« … INFLUENCE DES ÉTOILES.

Ainsi, au début des années 1600, les scientifiques européens avaient découvert que la cause de la maladie désormais connue sous le nom de «influenza» était l’effet d’ondes magnétiques inhabituelles affectant le corps humain.

Ce récit sur la «flu» a été accepté tout au long des années 1700 et 1800. Il y a eu de multiples références aux maladies provoquées par la prolifération des communications télégraphiques et l’installation de réseaux électriques CA (Courant alternatif) dans les villes américaines. Certains des effets signalés étaient très graves pour les personnes atteintes: apathie, perte d’énergie, dépression, maux de tête et bien plus.

Le récit de causalité «électrique / magnétique» a continué comme modèle pour expliquer les symptômes de la «grippe» jusque vers 1920 et la catastrophe mondiale de 1918/19 qui était «la grippe espagnole».

LA GRIPPE ESPAGNOLE

Encore une fois, cette maladie s’est propagée si rapidement que les scientifiques n’ont pas pu expliquer le taux de contagion par transfert de particules entre humains, mais c’est la DEUXIÈME VAGUE de la grippe espagnole qui a tué des dizaines de millions de personnes à travers le monde.

Le Chirurgien Général américain a ordonné une série d’enquêtes sur la nature de cette contagion désastreuse. Une telle série d’expériences a été menée en utilisant 100 volontaires sains de l’US Navy en les mettant en contact étroit et contrôlé avec des patients souffrant de la maladie. Un certain nombre de tests ont été effectués à plusieurs reprises. Du sang a été extrait des malades et injecté aux volontaires. Les patients ont craché dans des plateaux et les personnes non infectées ont bu leurs expectorations. Les patients ont éternué et toussé tandis que les volontaires, nez à nez, ont inhalé les gouttelettes éjectées aussi profondément que possible.

Les médecins ont découvert, à la stupéfaction de beaucoup, qu’AUCUN DES BÉNÉVOLES N’A ÉTÉ MALADE.

Cette «grippe» NE POURRAIT PAS ÊTRE TRANSFÉRÉE D’UNE PERSONNE À UNE AUTRE.

CETTE GRIPPE N’ÉTAIT PAS CONTAGIEUSE.

De nombreux scientifiques et penseurs de l’époque, comme Rudolf Steiner, ont déclaré que la « contagion » apparente était le résultat d’une exposition simultanée aux nouvelles ONDES RADIO   (fréquences électromagnétiques) qui étaient diffusées pour la première fois dans presque le monde entier. .

Étant donné que 50 millions de personnes sont mortes, l’électricité COMME CAUSE POTENTIELLE DE DÉCÈS n’était pas une idée que nos dirigeants financiers/politiques pouvaient faire croire au grand public. Cette prise de conscience a été exclue du domaine public et le faux récit du «virus» a été inventé pour expliquer «la grippe».

Si le public avait été autorisé à penser que les installations électriques et le rayonnement de celles-ci pouvaient les tuer, alors tout le XXe siècle n’aurait pas pu se produire. Tous les plans de développement, d’industrialisation et de bénéfices des entreprises dépendaient de l’électricité. L’establishment avait besoin d’une autre histoire.

Les dirigeants l’ont compris.

Le récit du «virus» reflète exactement le récit du «nouveau Champs ÉlectroMagnétiques (CEM) » comme cause de la grippe.

Un virus continue de muter. Nos corps s’adaptent à l’ancienne fréquence virus / CEM et nous sommes alors OK jusqu’à ce qu’une nouvelle mutation / nouvelle fréquence arrive.

Les gens doivent savoir que:

1) Comme l’affirme la Nouvelle Médecine Allemande (NMA) depuis les années 1980, aucun virus n’a jamais été isolé ou purifié à partir de tissus humains … bien qu’il soit facile de le faire avec des virus trouvés sur des algues, par exemple. NMA dit que le «modèle viral» de la maladie est un non-sens fictif. Après avoir lu deux des publications de la NMA sur ce sujet, il est impossible d’être en désaccord.

2) Les maladies «électriques» (comme la grippe) semblent affecter très gravement certaines personnes et d’autres à peine.

Pendant la grippe espagnole, il a été constaté que les pires symptômes se manifestaient chez les jeunes en bonne santé âgés de 20 à 35 ans environ. Ils ne mouraient souvent pas, mais ils souffraient le plus. J’ai remarqué ce même phénomène lors de la récente période de la grippe COVID. Les jeunes adultes ont eu le pire des symtômes. Ce sont eux qui ont perdu leur sens du goût et de l’odorat, par exemple, et ont été alités à cause d’une forte fièvre. À tel point que, au début des années 1920, un médecin écrit un article de journal se demandant publiquement si ses conseils aux patients de « se maintenir en bonne santé » pourraient être de mauvais conseils étant donné que la santé vous rend plus vulnérable aux souffrances extrêmes de cette maladie.

3) Le fait que certains n’étaient pas vulnérables à la grippe (est-ce que quelqu’un a remarqué au cours de la soi-disant pandémie de cette année qu’une personne dans une famille pourrait être durement touchée par la maladie alors qu’un frère ou un parent dans la même maison ne l’a pas attrapée du tout?) … Cela a permis aux puissants, utilisant Sigmund Freud comme porte-parole, de déclarer que, parce que seuls certains étaient touchés, alors toutes les allégations de « maladies électriques » ont des causes purement psychologiques. Ce sont des maladies de l’imagination, hypnotiquement auto-induites … elles n’ont aucun fondement dans la réalité physique.

…. Et nous sommes ici aujourd’hui, agissant collectivement comme si la proximité de notre voisin pouvait nous mettre en péril mortel.

Il n’y a pas de débat sur le bon sens de cette approche (même si une telle contagion était une réalité, cette stratégie pour faire face à la maladie est stupide). Il n’y a aucun débat autorisé concernant une éventuelle causalité des CEM à la récente pandémie.

… même si de nombreux experts, dont Barry Trower, ont clairement décrit les terribles dangers de la construction du nouveau système autour de nous au moment où nous parlons.

… même si nous savons que les fréquences et intensités diffusées par les nouveaux mâts sont contrôlées par ordinateur et que nous pouvons être zappés par les fréquences ou intensités choisies que nos dirigeants choisissent d’utiliser. Les compagnies de téléphone ont achevé leurs recherches sur les effets des signaux diffusés mais elles refusent de partager les données qu’elles ont glanées des expériences.

La mention même des mâts de téléphonie mobile de nouvelle génération (4G – 5G) est interdite dans le domaine public. Jusqu’à ce que cette question vitale soit débattue librement et équitablement, nous devons nous réserver le droit de croire que l’on nous ment sur tout, que le véritable danger pour notre bonne santé, l’arme qui est utilisée pour nous conduire vers les directions désirées, vise des formations sélectionnées et des intensités de diffusion à partir des nouveaux émetteurs de téléphonie mobile qui ont récemment été érigés au-dessus d’un trottoir très près de votre maison.

Chaque nouvelle fréquence équivaut à un nouveau virus, qui sera étranger à notre corps et notre corps s’adaptera à une nouvelle fréquence de manière normale … et en tombant malade de la « grippe ».

Le connerie COVID-19 est une opération financière.

Nos dirigeants poursuivent un programme et ils ne s’arrêteront pas maintenant.

Quelque chose de terrible va arriver. La maladie récente a provoqué l’hypoxie légère de nombreuses victimes (l’hémoglobine de leur corps n’a pas pu absorber complètement l’oxygène qu’elles ont inhalé). La deuxième vague sera bien pire que la première. La première était une pratique (un « exercice en direct » comme l’appelait Pompeo). Maladie, guerre, effondrement financier, famine … tout est possible … mais quoi qu’il arrive, attendez-vous à ce que ce soit très mauvais.

… nous allons bientôt endurer les heures les plus sombres avant une nouvelle et merveilleuse aube. Nous avons avalé collectivement de nombreux tonneaux de mensonges sataniques toxiques.

Cependant, nous devons être de bon cœur car bientôt nous connaîtrons la vérité et cette vérité libérera le monde entier.

* P.S. Le livre le plus important écrit ce siècle, jusqu’à présent, est sûrement « The Invisible Rainbow » d’Arthur Firstenberg dont la plupart des informations dans l’article ci-dessus ont été tirées [Voir ci-dessous].

Source : THE STORY OF INFLUENZA. AN IMPORTANT TALE TO TELL YOUR FRIENDS


EN COMPLÉMENTAIRE

VOICI DES VIDÉOS SUR LE SUJET:

 

 

 

 

 

 

 

———————————————–

L’arc-en-ciel invisible – Une histoire de l’électricité et de la Vie par Arthur Firstenberg

Voici une lecture pour les récalcitrants qui croient encore que seuls les effets thermiques peuvent nuire à la santé. Il s’agit d’un livre écrit par Arthur Firstenberg qui nous plonge dans l’histoire de l’électricité et de la Vie depuis le 18ème siècle. Ce livre nous dévoile que les scientifiques connaissent les effets biologiques depuis plus de deux siècles! L’ingénieur Sosthène Berger a réalisé un résumé en français fort utile de ce livre de 508 pages dont une bibliographie de 134 pages.

Titre d’origine en anglais: The Invisible Rainbow – A History of Electricity and Life)

Télécharger le résumé (en français) en format pdf

Quiconque s’intéresse aux effets de l’électricité, y compris celle des phénomènes météorologiques, sur la biologie humaine se passionnera pour ce livre. Avec ses 135 pages de références, c’est probablement l’ouvrage grand public le plus complet mais aussi le plus original publié à ce jour sur les effets des champs électromagnétiques (CEM).

Firstenberg est un scientifique et un journaliste à l’avant-garde d’un mouvement mondial pour déboulonner le tabou entourant ce sujet. De 1978 à 1982, ce diplômé en mathématiques de l’Université Cornell a fréquenté l’Irvine School of Medicine (Université de la Californie). C’est là qu’une surdose de rayons X a anéanti sa carrière médicale. Depuis 30 ans, il est chercheur, consultant et conférencier sur les effets des CEM sur la santé et l’environnement, ainsi que praticien de plusieurs arts de la guérison.

 » L’histoire de l’invention et de l’utilisation de l’électricité a souvent été présentée, mais jamais du point de vue environnemental. La présomption de sécurité et la conviction que l’électricité n’a rien à voir avec la vie sont maintenant si profondément ancrées dans le psychisme humain que de nouvelles recherches et des témoignages de ceux qui sont blessés par les CEM ne suffisent pas à changer le cours que la société a mis en place, » explique la quatrième de couverture de son livre. Deux mondes de plus en plus isolés – l’un habité par la majorité, qui embrassent les nouvelles technologies sans fil sans remise en question, et l’autre habité par une minorité croissante qui lutte pour la survie dans un environnement pollué par l’électricité – ne parlent même plus la même langue. Dans The Invisible Rainbow, Arthur Firstenberg relie ces deux mondes. Dans une histoire rigoureusement scientifique mais facile à lire, il fournit une réponse surprenante à la question suivante : comment l’électricité peut-elle être soudainement nuisible aujourd’hui quand elle était sûre pendant des siècles? »

Son ouvrage est des plus instructifs.
On y apprend notamment :

  • que les biométéorologues savent que 30 % de la population est sensible aux changements dans l’électricité climatique et que cette sensibilité est documentée depuis 5.000 ans;
  • que les aiguilles de l’acupuncteur conduiraient l’électricité atmosphérique pour stimuler les méridiens;
  • que les effets secondaires de l’électrothérapie (confusion, étourdissements, maux de tête, nausée, faiblesse, fatigue, palpitations cardiaques, saignements de nez, etc.) sont attestés depuis le 18esiècle;
  • qu’à force de s’exposer à répétition à l’électricité statique, Benjamin Franklin avait développé une douloureuse électrohypersensibilité;
  • que le diagnostic de l’anxiété est apparu en 1866 alors que les fils de télégraphe faisaient le tour du globe, queles premières épidémies d’influenza sont survenues en 1889 après l’invention du courant alternatif qui transforma le statut du diabète, des cardiopathies et du cancer de maladie rare à courante;
  • que chez certaines personnes les tremblements de terre causent les mêmes symptômes associés à l’électrification, rapportait le physicien britannique William Stukeley en 1749; 
  • que 12 % des gens peuvent entendre les faibles courants électriques, affirmait l’otologiste Auguste Morel en 1892;
  • que 80 % des patients électrosensibles du médecin Gad Sulman, directeur de l’unité de bioclimatologie du centre médical de l’Université Hadassah, à Jérusalem, prédisaient les changements de météo de 12 à 48 heures à l’avance, car les ions atmosphériques modifient la production cérébrale de sérotonine, neurotransmetteur responsable de l’humeur. « Nous causons une grave injustice aux patients électrosensibles en les traitant comme des patients psychiatriques », écrivait-il en 1980 dans son livreThe Effects of Air Ionization, Electric Fields, Atmospherics and Other Electric Phenomena on Man and Animal(Charles C. Thomas, Springfield, III, 1980, 400 p.);
  • que la neurasthénie (faiblesse nerveuse), nommée en 1869 par le neurologue George Miller Beard qui collabora avec Edison dans sa découverte de l’électricité de haute fréquence, fut rebaptisée « névrose d’angoisse » par Sigmund Freud en 1895; or les Russes ont rejeté cette redéfénition :la neurasthénie, encore un des diagnostics les plus répandus en Asie, est due à une toxicité chimique et électromagnétique chronique. Elle a atteint des proportions épidémiques depuis l’électrification survenue dans les années 1880 et ce déséquilibre nerveux est un des premiers symptômes de la « maladie des micro-ondes » découverte par les Russes en 1930;
  • qu’un cellulaire, qui peut à la longue notamment provoquer des acouphènes, dépose 360 joules d’énergie dans un cerveau par heure d’exposition, comparativement à 150 joules pour la pile électrique avec laquelle Volta provoquait une sensation auditive en la rattachant à une oreille avec des électrodes;
  • que les animaux et les plantes sont aussi sensibles que nous aux CEMet que de très faibles courants électriques altèrent leur croissance et leur fonctionnement.

Pour en savoir davantage, lire l’historique de l’électrohypersensibilité publiée par Firstenberg sur son site cellphonetaskforce.org. Il y raconte que dans les années 1950, plusieurs cliniques furent ouvertes dans les pays du pacte de Varsovie pour traiter les cas de maladie des micro-ondes qui happa des milliers de travailleurs exposés à des micro-ondes.

 

 

 

 

 

 

La vidéo-conférence de la semaine:L’avenir de la vie sur Terre par Hubert Reeves

 

 

 

 

Cette conférence a été donnée par Hubert Reeves, astrophysicien président de l’association Humanité et Biodiversité, pour la MAIF le 4 décembre 2014 à Lille. « Après avoir discuté des racines lointaines de la situation de la crise écologique dans laquelle nous sommes plongés aujourd’hui, je vais décrire les menaces qui pèsent sur notre avenir et envisager les voies qui s’offrent à nous pour nous en sortir. » Hubert Reeves