La folie du Nouvel Ordre Mondial:Toujours plus rare, l’eau cartonne à la bourse

 

 

Après le pétrole, les grains et les métaux, c’est au tour de l’eau d’être négociée sur les marchés boursiers et de susciter l’engouement des investisseurs. Quand l’or bleu devient actif financier.

L’aqueduc de Californie prend sa source dans les montagnes de la Sierra Nevada et approvisionne en eau le sud de l’État, aux nombreuses zones désertiques. Mercredi, deux comtés californiens ont été placés en état d’alerte de sécheresse, après un hiver aux faibles précipitations.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est le 7 décembre 2020 que la Bourse de Chicago et le Nasdaq ont effectué les premières transactions de contrats à terme liés à l’eau. Une première en Amérique du Nord qui, dans le cas présent, se concentre sur le marché de l’eau de la Californie. Cet instrument financier vise à fixer à l’avance le prix des livraisons de la précieuse ressource dans cet État devenu synonyme de sécheresse au fil des ans.

Le responsable des indices du Groupe Chicago Market Exchange, Tim McCourt, présentait alors le nouvel instrument financier comme un garde-fou contre les risques de volatilité pour les gros consommateurs : villes, agriculteurs et industriels. Du même souffle, il évoquait le potentiel grandissant du marché de l’eau : près des deux tiers de la population mondiale feront face à des pénuries d’eau d’ici 2025.

Or, le saut en Bourse de l’indispensable molécule n’est que le prolongement d’une marchandisation qui existe déjà. Le cadre juridique californien permet depuis nombre d’années à des organisations de détenir des titres équivalents à des permis d’utilisation d’eau à des fins économiques et commerciales, explique Frédéric Lasserre, expert en géopolitique de l’eau et directeur du Conseil québécois d’études géopolitiques de l’Université Laval.

« Comme ce sont des titres, ils sont cessibles. Les agents économiques — agriculteurs, industriels et municipalités — peuvent depuis des années vendre aux plus offrants les quotas d’eau qu’ils n’utilisent pas », indique-t-il.

Sur les marchés financiers, les transactions s’inscrivent toutefois sur du court terme, note le spécialiste, qui précise que « ça présente à la fois des avantages et des inconvénients ». Une entreprise ou une municipalité « mal prise » pourra satisfaire ses besoins à court terme grâce à ce marché « en s’assurant un volume “x” de millions de mètres cubes d’eau ». En contrepartie, le prix de la ressource pourrait être plus volatil, estime-t-il.

 

Inquiétudes soulevées

Cette vision n’est pas sans susciter des craintes. L’instrument financier pourrait intéresser des spéculateurs, comme c’est le cas pour les contrats à terme de matières premières comme les grains et les céréales, les minerais et les hydrocarbures.

Toutefois, ce n’est pas encore le cas, souligne Nicolas Mesly, agroéconomiste et journaliste spécialisé en agroalimentaire. Impossible par ailleurs de prédire la place qu’occuperont les acteurs de la finance — et, du coup, la spéculation — dans les prochaines années. « Ça, c’est la grande inconnue. Il faudra attendre un ou deux ans avant de le savoir », dit-il.

Un phénomène non négligeable compte tenu du fait que l’approvisionnement en eau de la Californie dépend de deux sources fortement affectées par les changements climatiques : les accumulations de neige dans les montagnes et le fleuve Colorado, qui traverse cinq États avant de se jeter dans le golfe de Californie.

Une possible spéculation tirerait vers le haut les prix de l’eau et perturberait les types de production agricole en Californie, indique M. Mesly. « L’eau est la ressource fondamentale en agriculture et la Californie, c’est la plus importante puissance agricole aux États-Unis. Et de loin. La Californie, c’est le bol de fruits et le saladier de l’Amérique du Nord. »

Depuis le mois de décembre, la valeur de l’indice Veles California Water, qui suit le marché, a augmenté de 32 %. Celle-ci a été particulièrement tirée vers le haut par les prévisions pessimistes des autorités californiennes quant à la disponibilité de l’eau dans les prochains mois.

Le phénomène de financiarisation de l’eau n’est pas nouveau. Le nombre de fonds qui suivent des entreprises du secteur a augmenté ces dernières années. Pas plus tard que la semaine dernière, le gestionnaire de portefeuille américain Global X lançait Global X Clean Water. Ce fonds négocié sur le Nasdaq investit dans des entreprises de traitement, de purification et de distribution d’eau.

Pour expliquer son intérêt, la firme a évoqué des statistiques de l’ONU publiées en février : quatre milliards de personnes dans le monde connaissent une grave pénurie d’eau pendant au moins un mois par an et 2,3 milliards de personnes vivent dans des pays en situation de stress hydrique.

Global X rejoint ainsi d’autres sociétés financières qui ont lancé des produits similaires au cours des dernières années. Leur rendement est notable. La valeur du First Trust Water, qui suit les entreprises des industries des eaux propres et usées, a augmenté de 63 % au cours de la dernière année. La valeur du fonds Invesco Water Resources a enregistré un gain de 57 % pendant la même période, alors que le Lyxor World Water a augmenté de 45 %.


EN COMPLÉMENTAIRE

2,2 milliards d’humains n’ont pas accès à l’eau potable. Il existe pourtant des solutions.

 

Water Seer est une invention originale qui pourrait changer la vie de millions de personnes. Ce système composé d’une éolienne et d’une cuve mise sur la condensation pour récupérer l’eau présente naturellement dans l’air. Découverte.


La problématique de l’eau peut nous sembler lointaine en occident. C’est pourtant une question de vie ou de mort pour une grande part de l’humanité. Dans le monde, environ 2,2 milliards de personnes n’ont pas d’accès à l’eau potable. Toutes les 90 secondes, un enfant meure en raison d’un manque d’accès à l’eau. De manière quotidienne, ce sont au total 10 000 personnes qui succombent en raison du manque d’eau ou de maladies contractées à travers de l’eau impropre à la consommation. La pénurie s’explique notamment par la présence d’un climat sec, le manque d’infrastructures publiques ou encore les pollutions industrielles locales (qui, trop souvent, profitent au mode de vie occidental). Alors que cette réalité source de maladies, de misères et de conditions de vie inhumaines, est connue de tous, il n’existe pas à ce jour de solution idéale pour endiguer le problème. Des études montrent d’ailleurs que, si n’est rien n’est fait, la situation devrait s’empirer dans les années à venir.

L’accès à l’eau potable, un défi mondial de taille

Les difficultés d’accès à l’eau posent des problèmes en terme de santé et d’hygiène. Dans certaines parties de la planète, les difficultés liées à l’accès à l’eau sont par ailleurs la source de discriminations. Selon les régions touchées, femmes et enfants passent jusqu’à 6 heures par jour rien que pour se rendre dans les points d’eau et rapporter la précieuse ressource à la communauté. Cette activité les empêche de s’émanciper par le biais d’une activité quelconque ou l’éducation. C’est donc le développement global des pays touchés qui est impacté par la problématique de l’eau.

La pénurie de l’eau, outre ses conséquences sociales désastreuses, est également à l’origine de conflits et de tensions nationales et internationales. Avec le changement climatique et les pollutions diverses générées par la consommation de masse, le nombre de personnes n’ayant pas d’accès à l’eau potable pourrait encore augmenter, aggravant un peu plus la situation. Pourtant, en occident, nous continuons tous à user et à abuser de la précieuse ressource potable, y compris jusque dans nos toilettes, bien que les épisodes de sécheresse ne nous soient plus entièrement étrangers.

 

Alerte Fukushima:Les millions de tonnes métriques d’eau irradiée de la centrale de Fukushima seront déversées dans le Pacifique dans deux ans

Sous le couvert de la fausse pandémie,le gouvernement japonais a annoncé mardi que l’eau radioactive décontaminée provenant de la centrale nucléaire de Fukushima sera déversée dans l’océan Pacifique dans deux ans.

 

Cette décision a rapidement été condamnée par les pêcheurs de la région, les résidents et les voisins du Japon.

Déjà les manifestants contre le projet le plus nocif jamais imaginé,envahissent les rues de Tokyo.

La décision était attendue de longue date, mais elle était retardée en raison de la colère qu’elle suscite et de préoccupations liées à la sécurité. Elle a été prise lors d’une rencontre du gouvernement japonais, qui estime qu’il s’agit de la meilleure option.

L’eau qui s’accumule est stockée depuis 2011 dans des réservoirs sur le site de la centrale de Fukushima Daiichi, dont les réacteurs ont à ce moment été endommagés par un tremblement de terre et un tsunami. L’eau de refroidissement a alors été contaminée et a commencé à fuir. Les capacités de stockage maximales de la centrale seront atteintes à la fin de l’an prochain.

Le premier ministre Yoshihide Suga a dit que le déversement dans l’océan est l’option la plus réaliste et qu’on doit se débarrasser de l’eau pour pouvoir démanteler la centrale, un projet qui prendra des dizaines d’années.

Il a assuré que le gouvernement mettra tout en oeuvre pour vérifier que l’eau est sécuritaire et pour venir en aide à l’agriculture, aux pêcheries et au tourisme de la région.

Le gestionnaire de la centrale, Tokyo Electric Power Co., et le gouvernement expliquent que le tritium, qui est inoffensif en petites quantités, ne peut être éliminé de l’eau, mais que les concentrations de tous les autres radionucléides ciblés peuvent être abaissées à des niveaux permettant le rejet de l’eau dans l’environnement. Des scientifiques préviennent qu’on ne sait rien des conséquences à long terme pour la vie marine d’une exposition à de telles quantités d’eau faiblement contaminée.

Le gouvernement met l’emphase sur la sécurité de l’eau, affirmant qu’il s’agit d’eau «traitée» et non «radioactive», même si les concentrations de radionucléides peuvent seulement être réduites et non complètement éliminées. La quantité de matériel radioactif qui persisterait dans l’eau n’est pas connue.

Le rejet de l’eau dans l’océan serait la solution la plus réaliste, selon un comité gouvernemental qui s’est penché sur la question pendant près de sept ans.

Selon le plan adopté par le gouvernement mardi, TEPCO commencera à rejeter l’eau dans environ deux ans, après avoir construit un édifice et élaboré des procédures qui respectent les normes de sécurité. Le plan affirme que le rejet de l’eau ne peut être remis à plus tard, et qu’il est essentiel pour améliorer l’environnement autour de la centrale et permettre aux résidents d’y vivre en sécurité.

Des résidents, des représentants des pêcheurs et des groupes environnementaux affirment tous que la décision fait fi de la santé et de la sécurité environnementales, et qu’elle nuira encore plus à l’image et à l’économie de Fukushima.

Un représentant des pêcheurs locaux, Hiroshi Kishi, a dit que l’annonce de cette décision, moins d’une semaine après sa rencontre avec M. Suga, «piétine» tous ceux qui vivent de la pêche au Japon.

Les pêcheries locales reprennent à peine leurs activités après une décennie pendant laquelle leurs prises ont seulement servi à des tests, et elles peinent à survivre à une chute de la demande.

Des manifestants se sont massés devant le bureau du premier ministre pour réclamer l’annulation du projet.

Environ 70 % de l’eau dans les réservoirs est trop contaminée pour être rejetée dans l’environnement telle quelle. Elle devra donc être retraitée et diluée avec de l’eau de mer auparavant, explique le rapport. Des calculs préliminaires indiquent qu’il faudra près de 40 ans pour rejeter toute l’eau dans l’océan, mais que l’opération sera terminée bien avant que la centrale n’ait été entièrement démantelée.

Le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique, Rafael Mariano Grossi, a dit dans une vidéo que le rejet dans l’océan respecte les pratiques internationales, tout en admettant que «la quantité énorme d’eau à la centrale de Fukushima en fait une affaire unique et complexe».

La Chine et la Corée du Sud ont réagi fortement à la décision de mardi.

Un ministre sud-coréen, Koo Yun-cheol, a dit que le plan est «absolument inacceptable» et a demandé au Japon de dévoiler comment l’eau sera traitée et sa sécurité vérifiée. La Corée du Sud interdit l’importation de fruits de mer provenant de certaines régions du Japon depuis 2013 et pourrait resserrer cette mesure.

La Chine a décrié une décision «extrêmement irresponsable», accusant le Japon de ne pas respecter la santé des pays voisins.


Voir nos articles antérieurs relatifs à la catastrophe qui se prépare

Nouvelle en développement:Le Japon s’apprête à inonder le Pacifique avec 1 million de tonnes d’effluent radioactif

 

 

 

Alerte Fukushima:Des déchets radioactifs à perte de vue sur l’ensemble des sites

 


N’OUBLIEZ PAS DE VISITER  NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE

 

 

 

Sur ce lien: VINTAGE PAR MICHEL

 

 

 

 

Surveillance de Yellowstone:Une étude révèle la plus grande éruption du supervolcan de Yellowstone

La nouvelle étude suggère également que le supervolcan sous le parc national de Yellowstone était beaucoup plus explosif dans ses débuts et pourrait ralentir,actuellement.

 

 

Les explosions des super-éruptions volcaniques ont été parmi les événements les plus extrêmes de l’histoire de la Terre, éjectant d’énormes volumes de matériaux – au moins 1000 fois plus que l’ éruption du mont St.Helens en 1980 – avec le potentiel de modifier le climat de la planète.

Désormais, dans une étude publiée le 1er juin 2020 dans la revue à comité de lecture Geology , des chercheurs ont annoncé la découverte de deux super-éruptions nouvellement identifiées survenues il y a 9,0 et 8,7 millions d’années, associées à la piste du hotspot de Yellowstone – un hotspot volcanique. responsable du volcanisme à grande échelle dans l’Idaho, le Montana, le Nevada, l’Oregon et le Wyoming. Les chercheurs pensent que le plus jeune des deux – connu sous le nom de super-éruption de Grey’s Landing – a été l’événement le plus important et le plus cataclysmique de la province volcanique. Le volcanologue Thomas Knott de l’Université de Leicester est l’auteur principal de l’article. Knott a déclaré dans un communiqué :

Sur la base des classements les plus récents de tailles de super-éruptions, c’est l’une des cinq premières éruptions de tous les temps.

 

Piste du hotspot de Yellowstone. Image via l’affaire Kelvin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les résultats indiquent que le hotspot, qui alimente aujourd’hui les célèbres geysers, mudpots et fumerolles du parc national de Yellowstone , pourrait diminuer en intensité. Knott a déclaré à Scientific American que bien que le taux actuel d’éruptions suggère qu’une autre explosion ne se produira pas avant environ 900000 ans, cette estimation est simplement une moyenne historique et ne prévoit pas comment et quand la nature agira. Il a dit :

Nous ne voulons pas encourager la complaisance – ni semer la peur.

 

Pot de peinture de fontaine. Image via National Park Service

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’équipe a utilisé une combinaison de techniques pour corréler les dépôts volcaniques dispersés sur des dizaines de milliers de kilomètres carrés. Knott a déclaré :

Nous avons découvert que les gisements qui appartenaient auparavant à de multiples éruptions plus petites étaient en fait des couches colossales de matériaux volcaniques provenant de deux super-éruptions auparavant inconnues il y a environ 9,0 et 8,7 millions d’années.

La plus jeune des deux, la super-éruption de Grey’s Landing, est maintenant le plus grand événement enregistré de toute la province volcanique de Snake-River – Yellowstone.

L’équipe estime que la super-éruption de Grey’s Landing était 30% plus grande que le détenteur du record précédent (le célèbre Huckleberry Ridge Tuff ) et a eu des effets dévastateurs au niveau local et mondial. Knotts a déclaré :

L’éruption de Grey’s Landing a émaillé une zone de la taille du New Jersey dans du verre volcanique brûlant qui a instantanément stérilisé la surface terrestre. Tout ce qui se trouve dans cette région aurait été enterré et très probablement vaporisé pendant l’éruption.

Les particules auraient étouffé la stratosphère, pleuvant des cendres fines sur l’ensemble des États-Unis et englobant progressivement le globe.

Les deux super-éruptions récemment découvertes se sont produites au cours du Miocène , l’intervalle de temps géologique s’étalant il y a 23 à 5,3 millions d’années. Knott a déclaré :

Ces deux nouvelles éruptions portent à six le nombre total de super-éruptions du Miocène enregistrées dans la province volcanique de Yellowstone – Snake River. Cela signifie que le taux de récurrence des super-éruptions du hotspot de Yellowstone au cours du Miocène était, en moyenne, tous les 500 000 ans.

En comparaison, dit Knott, deux super-éruptions ont eu lieu – jusqu’à présent – dans ce qui est maintenant le parc national de Yellowstone au cours des trois derniers millions d’années. Il a dit:

Il semble donc que le hotspot de Yellowstone ait connu une triple diminution de sa capacité à produire des événements de super-éruption. C’est une baisse très importante.

Mais les nouvelles découvertes, dit Knott, ont peu d’incidence sur l’évaluation du risque d’une autre super-éruption se produisant aujourd’hui à Yellowstone.

Nous avons démontré que le taux de récurrence des super-éruptions de Yellowstone semble être une fois tous les 1,5 million d’années. La dernière super-éruption il y a 630 000 ans, ce qui suggère qu’il nous faudra peut-être jusqu’à 900 000 ans avant qu’une autre éruption de cette ampleur ne se produise.

Bottom line: Une nouvelle étude a identifié la plus grande éruption de l’histoire du supervolcan de Yellowstone et suggère également que son activité pourrait ralentir.

Source: Découverte de deux nouvelles super-éruptions de la piste du hotspot de Yellowstone (USA): le hotspot de Yellowstone est-il en déclin?

 

 

 

Mutations animales:Un calmar rare avec des tentacules «  coudées  » déroute les scientifiques dans de nouvelles images effrayantes

Les tentacules du calmar sont plus grands qu’un humain moyen, mais son corps est petit comme un billet d’un dollar.

Le calmar Bigfin fléchettes autour des eaux de l’Australie du Sud

Il ressemble à un extraterrestre – la tête éclipsée par d’énormes nageoires battantes, le corps blottissant dans l’eau sombre, de minces tentacules bleus coulant derrière lui dans un enchevêtrement de spaghettis au néon. Mais malgré son apparence d’un autre monde , l’insaisissable céphalopode connu simplement comme le Bigfin squid (Magnapinnidae) peuvent être plus fréquents dans la Terre des océans profonds de scientifiques que jamais savaient.

Au cours des 113 années écoulées depuis sa découverte, le calmar Bigfin n’a été repéré dans la nature que 12 fois dans le monde. Maintenant, une étude publiée mercredi 11 novembre dans la revue PLOS ONE , ajoute cinq nouvelles observations au décompte, toutes capturées à des milliers de pieds sous la surface de la Great Australian Bight en Australie du Sud.

Non seulement les observations marquent la première fois que des calamars Bigfin ont été vus dans les eaux australiennes, mais c’est aussi la première fois que cinq d’entre eux sont surpris ensemble au même endroit. Les images qui en résultent – capturées par des caméras sous-marines traînant derrière un grand navire de recherche – offrent un regard sans précédent sur l’anatomie et le comportement du céphalopode bizarre, a déclaré l’auteure principale de l’étude Deborah Osterhage à Live Science.

«J’ai été stupéfait et excité quand j’ai vu le calmar Bigfin pour la première fois sur une photo prise par notre appareil photo», a déclaré Osterhage, chercheur marin au sein de l’Organisation de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (ou CSIRO, l’agence scientifique du gouvernement australien), dans un e-mail. « Je l’ai reconnu immédiatement, avec ses grandes nageoires distinctives et ses bras et tentacules extrêmement longs et minces. »

Les chercheurs ont aperçu cinq spécimens de calmar Bigfin dans les eaux au sud de l’Australie, ce qui a plus que doublé le nombre total d’observations dans l’hémisphère sud.

Les scientifiques ont identifié le premier spécimen de calmar Bigfin, qui a été capturé par des pêcheurs près du Portugal, en 1907. Il a fallu plus de 80 ans avant que quiconque n’en voie un dans la nature, nageant à 15 535 pieds (4 735 mètres) sous l’eau au large des côtes du Brésil en 1988. Le le calmar est distinct, avec des nageoires géantes dépassant de son corps comme Dumbo les oreilles de l’éléphant. Ces nageoires sont aussi larges que le haut du corps (ou le manteau) du calmar est long, a déclaré Osterhage, et les Bigfins se propulsent dans l’eau en les battant comme des ailes.

Ce n’est pas nouveau pour les céphalopodes (il suffit de demander au poulpe adorablement nommé Dumbo ), mais ce qui distingue vraiment le calmar Bigfin de ses autres cousins ​​des grands fonds, ce sont des tentacules incroyablement longs et filandreux. Désormais, les chercheurs ont une meilleure idée de la durée et de la longueur qu’ils peuvent obtenir. Dans la nouvelle étude, qui culmine après plus de 40 heures d’observations sous-marines à des profondeurs de 3100 à 7900 pieds (950 à 2400 m) sous la surface, l’équipe a non seulement aperçu le groupe de Bigfins nageant dans la baie, mais ils ont même mesuré l’un d’eux avec des méthodes plus précises que jamais.

«Nous avons pu mesurer [un spécimen] avec des lasers – une première, car les mesures précédentes sont des estimations basées sur des objets proches», a déclaré Osterhage. « Il mesurait 5,9 pieds (1,8 m) de longueur. Le manteau du spécimen mesurait environ 6 pouces (15 centimètres), les 5,9 pieds [1,8 m] restants étant composés de ces longs bras et tentacules. »

Pensez, un haut du corps aussi long qu’un billet d’un dollar américain, traînant des tentacules aussi longtemps que la championne de tennis américaine Serena Williams. Et cela peut même être petit; selon Osterhage, des études antérieures ont estimé que le calmar Bigfin peut atteindre 22 pieds (7 m) de long.

La façon dont les calmars tiennent ces tentacules est peut-être encore plus étrange. Contrairement à la plupart des céphalopodes, dont les tentacules pendent sous leur corps, les appendices du calmar Bigfin font saillie à des angles perpendiculaires à leurs manteaux avant de se plier et de s’enrouler, donnant à chaque tentacule l’apparence d’un «coude», a déclaré Osterhage.

Lors de l’une des observations de l’équipe, un Bigfin a surpris les chercheurs en levant un long bras au-dessus de son corps et en le tenant là – un comportement déconcertant jamais vu chez les calmars, ont écrit les chercheurs. La posture pourrait avoir quelque chose à voir avec l’alimentation par filtre, ont-ils spéculé, mais la vérité est que personne ne le sait avec certitude. Trouver la réponse à cela (et à de nombreuses autres questions en suspens sur le calmar bizarre) nécessitera beaucoup plus de rencontres dans la nature.

« Il y a beaucoup à apprendre sur le calmar Bigfin – des questions de base telles que de quoi il se nourrit, comment il se reproduit, etc., sont encore inconnues », a déclaré Osterhage. « Mais une chose passionnante à propos de notre article est que les cinq spécimens ont été trouvés groupés à proximité spatiale et temporelle les uns des autres, ce qui n’a jamais été vu auparavant. »

Pourquoi ils ont été regroupés est une autre question sans réponse, mais ce comportement est souvent associé à des opportunités de survie ou d’accouplement , a déclaré Osterhage. Les observations futures aideront à déterminer les besoins spécifiques du calmar, a-t-elle ajouté – mais pour l’instant, il est peut-être plus sûr de dire que les extraterrestres d’une plume (ou d’un tentacule) collent ensemble.

Publié à l’origine sur Live Science.

 

 

 

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:L’équilibre de la terreur sous les mers

Homme libre, toujours tu chériras la mer… Justement, il s’en passe de belles sous les flots, théâtre parmi d’autres de la grande rivalité entre l’empire et le Heartland et où se joue en partie l’équilibre de la terreur entre les deux grands.

 

On sait déjà qu’avec beaucoup moins, Moscou tient la dragée haute aux petits génies du Pentagone :

Avec un budget militaire dix fois moins élevé, Moscou donne une véritable leçon d’efficacité, ébréchant le mythe d’une Amérique performante, professionnelle, productive. Dans la course à l’armement, comme dans la conquête spatiale d’ailleurs, la réalité met souvent à mal l’image chimérique du « rêve américain » : amateurisme, gaspillages et fiascos militaro-industriels y sont légion.

Le seul budget de l’US Navy est trois plus élevé que la totalité du budget militaire russe. Et pourtant. Dans les profondeurs abyssales comme ailleurs, aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des… annuités.

L’amiral Dave Johnson est en émoi : « Nous faisons face à des adversaires difficiles. Vous n’avez qu’à voir le Severodvinsk. Je suis tellement impressionné par ce bâtiment que j’en ai fait construire une maquette dans mes bureaux. »

 

La bestiole a en effet tout pour plaire (ou déplaire, c’est selon) : double coque furtive, sonar très sophistiqué, automatisation poussée (65 membres d’équipage seulement) et, très bientôt, missiles hypersoniques Zircon.

L’amirauté impériale tire la sonnette d’alarme. Certes, on connaît la propension historique des militaires à exagérer les menaces afin d’obtenir des crédits supplémentaires, mais il s’agit d’autre chose ici. Il y a deux ans, le Severodvinsk a pris un bain de minuit dans l’Atlantique et la marine américaine a totalement perdu sa trace durant des semaines. Comme le dit l’adage, perdre un sous-marin ennemi en temps de paix est déjà un casse-tête ; en tant de guerre, c’est un désastre…

Une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais seule, les Russes ont mis au point une technique pour que les submersibles navigant sous la calotte glaciaire arctique puissent tirer leurs ogives nucléaires. L’idée n’est évidemment pas nouvelle. La banquise polaire est l’abri rêvé de tout sous-marin voulant échapper à la détection adverse. Mais elle empêche à son tour de lancer des projectiles.

Range des missiles nucléaires emportés par le nouveau submersible russe.

 

 

Durant la Guerre froide, les Soviétiques avaient déjà essayé de percer la glace avec des torpilles mais le résultat escompté n’était pas à la hauteur. Les Russes ont donc récemment mis au point des missiles perce-banquise, ouvrant la voie au missile intercontinental tiré ensuite.

 

 

 

Réchauffement climatique:La «  porte d’entrée vers les enfers  » de la Sibérie se développe alors que la vague de chaleur record dégèle le pergélisol

 

Un jour de printemps 2019, Alexander Kizyakov a descendu en rappel le mur de tête de 60 mètres de la mégaslump de Batagay en Sibérie orientale, s’arrêtant pour ciseler des morceaux de sol riche en glace qui avaient été gelés pendant des éons. «L’un de mes passe-temps est l’escalade», explique Kizyakov, un scientifique du pergélisol à l’Université d’État Lomonosov de Moscou. Les collègues ci-dessous ont échantillonné le sol le plus ancien le long de la base de la falaise. Un tel travail est trop dangereux en été, lorsque le crépitement constant de la glace fondante est ponctué de gémissements alors que des plaques de pergélisol, certaines aussi grosses que des voitures, cisaillent le mur de tête.

Connue par les habitants comme la «porte d’entrée vers le monde souterrain», Batagay est la plus grande crise de dégel de la planète. Autrefois juste un ravin sur une pente creusée dans les années 1960, la cicatrice s’est élargie d’année en année, à mesure que le pergélisol dégèle et que l’eau de fonte emporte les sédiments. Maintenant plus de 900 mètres de large, il incarne la vulnérabilité du pergélisol dans l’Arctique, où les températures ont grimpé deux fois plus vite que la moyenne mondiale au cours des 30 dernières années.

Mais c’est aussi une capsule temporelle qui séduit les scientifiques avec ses instantanés de climats et d’écosystèmes anciens. «C’est un endroit époustouflant», déclare Thomas Opel, paléoclimatologue à l’Institut Alfred Wegener. Les dates de la glace et du sol recueillies à Batagay montrent qu’il abrite le plus ancien permafrost exposé d’Eurasie, couvrant les 650 000 dernières années, ont rapporté Opel et ses collègues en mai lors de l’assemblée générale en ligne de l’Union européenne des géosciences. Ce bilan pourrait révéler comment le pergélisol et la végétation de surface ont réagi aux climats chauds du passé. «Cela nous donne une fenêtre sur les périodes où le pergélisol était stable et sur les périodes où il s’érodait», déclare Opel.

En un demi-siècle, le réchauffement climatique a fait passer la mégaslump de Batagay d’un petit ravin à une fosse béante de plus de 900 mètres de large.

Le réchauffement climatique inflige des blessures à travers la Sibérie. Des explosions de méthane accumulé dans le dégel du pergélisol ont creusé les péninsules désolées de Yamal et de Gydan en Russie avec des trous de plusieurs dizaines de mètres de diamètre. Les immeubles d’appartements s’inscrivent et s’effondrent sur un terrain instable, causant environ 2 milliards de dollars de dommages par an à l’économie russe. Les incendies de forêt au cours des trois derniers étés ont incendié des millions d’hectares à travers la Sibérie, recouvrant la terre de suie noire et de charbon de bois qui absorbent la chaleur et accélèrent la fonte.

L’intensification des incendies de cette année a été une vague de chaleur qui a touché la Sibérie au premier semestre 2020. Le 20 juin, la ville de Verkhoyansk, à seulement 75 kilomètres de Batagay et l’un des endroits habités les plus froids de la planète, a atteint 38 ° C, la température la plus chaude. jamais enregistré dans l’Arctique. La chaleur record «aurait été effectivement impossible sans le changement climatique induit par l’homme», ont déclaré les auteurs d’une étude du 15 juillet réalisée par World Weather Attribution, une collaboration de météorologues qui analysent l’influence possible du changement climatique sur les événements météorologiques extrêmes.

Une question permanente est de savoir quelle quantité de carbone le sol en dégel rejettera dans l’atmosphère et si la croissance luxuriante des plantes arctiques dans le climat de réchauffement absorbera suffisamment de carbone pour compenser le rejet. L’Arctique a peut-être déjà atteint un point de basculement: sur la base d’observations sur 100 sites sur le terrain, le pergélisol nordique a libéré en moyenne environ 600 millions de tonnes de carbone de plus que la végétation absorbée chaque année de 2003 à 2017, ont estimé les scientifiques en octobre 2019.

Les scientifiques s’aventurent à Batagay dans des campagnes annuelles pour savoir ce qu’il peut dire à ce sujet. Les visites, organisées par l’Institut d’écologie appliquée du Nord à Iakoutsk, ne sont pas faites pour les âmes sensibles. En 2014, Kseniia Ashastina a traversé 3 kilomètres de forêt infestée de moustiques pour atteindre le bord du mur de tête. «Vous entendez beaucoup de craquements à mesure que vous vous rapprochez, et tout d’un coup, il n’y a plus d’arbres et vous vous tenez sur un surplomb», explique Ashastina, paléobotaniste à l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine. Elle et ses collègues du Senckenberg Research Institute et du Natural History Museum ont logé chez des indigènes sibériens – Evens et Sakha – dont certains craignent la mégaslump. «Ils disent que cela mange leur terre, engloutit les arbres et leurs lieux sacrés», dit-elle.

Les scientifiques du pergélisol Alexander Kizyakov et Dmitry Ukhin descendent en rappel le mur de tête de 60 mètres de haut pour rassembler un sol gelé toujours plus ancien.

 

Pour connaître l’âge du pergélisol exposé, l’équipe d’Opel s’appuie sur la datation par luminescence, qui révèle la dernière fois que les minéraux du sol ont vu la lumière du jour, et une nouvelle technique russe de datation du chlore dans la glace. Les dates leur permettent de faire correspondre les couches du sol aux données climatiques connues, tandis que les abondances de deux isotopes piégés dans les coins de glace, l’oxygène-18 et le deutérium, sont des approximations des températures locales. L’analyse de la composition du sol de Batagay devrait donner des indications sur la quantité de carbone que le pergélisol a séquestrée au cours des millénaires.

Le pergélisol offre également un aperçu des anciens écosystèmes arctiques. En prélevant des échantillons de restes de plantes piégées, l’équipe a appris qu’au cours de la dernière période glaciaire, lorsque les températures hivernales ont plongé encore plus bas que dans les temps modernes, la végétation était étonnamment luxuriante, soutenant des mammouths laineux, des rhinocéros laineux et d’autres herbivores maintenant disparus dans un écosystème de steppe de prairie. . «C’était un paradis pour les animaux en quête de nourriture», dit Ashastina.

Parfois, les restes de ces créatures perdues tombent du mur de tête dans un état exquis. En 2018, des scientifiques ont récupéré un jeune cheval Lena de couleur gingembre ( Equus lenensis ), un parent disparu du cheval yakoutien, avec des tissus mous intacts. Les scientifiques espèrent trouver une cellule vivante afin de tenter de cloner le poulain de 42 000 ans. Certains de ses muscles préservés sont particulièrement prometteurs, déclare P. Olof Olsson, biologiste moléculaire à la Abu Dhabi Biotech Research Foundation, qui fait équipe avec l’Université fédérale du nord-est de Yakutsk. «Je suis d’un optimisme sceptique», dit Olsson. «Au moins, ce n’est pas impossible.»

Comme les éléments découpent davantage la mégaslump de Batagay, cela pourrait transporter les scientifiques plus profondément dans le temps. Les glaciers récurent le sol au fur et à mesure de leur progression, mais ils ont largement contourné la Sibérie au cours des récentes périodes glaciaires, laissant le pergélisol dans certaines régions de plusieurs centaines de mètres d’épaisseur. Pendant des décennies, alors que les étés chauds liquéfiaient son sol riche en glace, le mur de tête de Batagay progressait d’environ 10 mètres par an, explique Frank Guenther, chercheur sur le pergélisol à l’Université de Potsdam. Depuis 2016, dit-il, ce taux est passé de 12 à 14 mètres par an. Il est plus difficile de déterminer la vitesse à laquelle le marasme s’intensifie, et donc à quelle distance dans le temps le dégel pénètre. Le pergélisol le plus ancien jamais daté, du territoire canadien du Yukon, a 740 000 ans. Autant les observateurs du climat peuvent grincer des dents à cette pensée,


Regardez: l’eau courante est l’un des sons les plus apaisants et relaxants connus de l’homme, mais ici elle signale le dégel rapide d’un sol gelé depuis des milliers d’années.

 

 


L’eau courante est l’un des sons les plus apaisants et relaxants connus de l’homme, mais ici, elle signale la décongélation rapide du sol gelé depuis des milliers d’années.

Ces images remarquables proviennent du sol du Batagaika ou Batagai, une mégaslump dans la nature sauvage de la Sibérie, où l’ancien pergélisol est exposé à l’impact destructeur complet du changement climatique.

Alors que le soleil d’août s’abat sur cette odyssée arctique, notre vidéo montre de l’eau gelée dans le sol pendant des dizaines de milliers d’années ruisselant, libérée de son ancien fermoir.

Les falaises de ce vaste trou, certaines aussi hautes que 100 mètres, s’effondrent même si vous regardez en raison du dégel du pergélisol.  

Les habitants connaissent cet endroit comme la porte des enfers, et beaucoup ont peur de s’en approcher après avoir entendu des boum effrayants émanant d’ici.

Ces bruits sourds sont probablement de gros morceaux de sol gelé en cascade sur les flancs de la falaise à partir du bord instable alors que la tranchée de pergélisol s’élargit encore plus.

 

 

 

Le méga marasme de Batagai se situe à environ 650 km au nord de Yakutsk en Yakoutie. Photos: Alexander Gabyshev, Institut Melnikov Permafrost,

 

Cette entaille en forme de têtard à la surface de la Terre – environ un kilomètre de long et 800 mètres de large – s’agrandit jusqu’à 30 mètres par an en raison de la fusion corrosive des couches supérieures du sol gelées exposées, selon les experts.

Sergey Fyodorov, chercheur à l’Institut d’écologie appliquée de Iakoutsk, a déclaré: «  L’une des choses les plus graves que nous devons comprendre en regardant cette crise est que sa croissance n’est pas quelque chose que nous, les humains, pouvons arrêter.

«Nous ne pouvons pas mettre un rideau contre les rayons du soleil pour l’empêcher de dégeler. 

«Même au début du mois de septembre, lorsque les températures de l’air chutent à OC, vous voyez des sources et des rivières d’eau. 

«  Alors que vous vous tenez à l’intérieur du marasme sur des tas de terre meuble qui ont été laissés après le dégel de la glace, vous l’entendez «  vous parler  », avec le craquement de la glace et un gargouillis monotone non-stop de petites sources et rivières d’eau. 

Fedorov a déclaré: «  C’est bien que cela se soit produit dans une région éloignée d’une colonie où vivent des gens. 

«Imaginez s’il y avait un village ou une ville au-dessus de ce qui est maintenant une dépression de plus en plus profonde?

«Il est temps pour le monde de se réveiller et de prêter plus d’attention à ce qui se passe (avec la fonte du pergélisol) ici en Yakoutie.

Pour l’instant, la dépression représente un laboratoire naturel inégalé pour les scientifiques qui cherchent à comprendre la menace du pergélisol due au changement climatique. 

Batagaika – à quelque 650 km au nord de la capitale régionale de la Yakoutie, également connue sous le nom de République de Sakha – est une dépression thermokarstique qui a commencé à se former dans les années 1960 après le défrichement d’un morceau de forêt: la terre a coulé et a continué de le faire, évidemment. accéléré par les récentes températures plus chaudes faisant fondre le pergélisol, déliant ainsi les couches à la surface et au-dessous. 

Le directeur de l’Institut de recherche en écologie appliquée du Nord, Gregory Savvinov, a déclaré: «Dans les années 1960, il y avait une route entre le village de Batavia et certaines installations industrielles. 

«La forêt a été abattue, ce qui a conduit à la formation du ravin. Ces dernières années, dans un contexte de changements climatiques, dus au réchauffement, le ravin a pris la taille d’un cratère. 

En 2009, la carcasse d’un poulain de l’ère holocène – âgé de quelque 4400 ans – a été découverte, ainsi qu’une carcasse momifiée d’un bison.

Des restes d’anciens bisons, chevaux, élans, mammouths et rennes ont également été trouvés ici. 

Sur le plateau de Yana, ses températures hivernales sont parmi les plus froides pour les lieux habités de la planète

 

 

 

 

 

 

 

Courte opinion du jour:L’ ÉTHIQUE Où est passée l ‘ ÉTHIQUE ???

Sujet existentiel d’ une extrême gravité.
Force est de constater que comme le bon sens, l’ éthique s’ en enfuie à tire d’ aile loin des effluves de ce marécage putride.

Les AUTOPROCLAMÉS  » penseurs et philosophes  » de pacotille sont étrangement silencieux sur un sujet dont ils ne mesurent pas la profondeur, et dont ils ne soupçonnent même pas l’ existence.
Leur lâcheté n’ a d’ égal que leur mercantilisme, et leur haine de ce qui est beau, de ce qui est bon, de ce qui est amour et générosité.

Dans tous les cas de figure, toucher à l’ essence de la vie est l’ essence même du CRIME !
Des OGM aux Guidestones en passant par l’ AVORTEMENT on assiste au même CRIME contre L’ HUMANITÉ !

Qui leur a accordé le droit de s’ approprier ce qui relève du VIVANT ?
A quel titre se permettent ils de MODIFIER des séquences de la vie ???
Quel fou les a autorisé à BREVETER et à s’ APPROPRIER des organismes vivants, tels que les VIRUS ou les SEMENCES ?
Qui les a AUTORISÉ à en faire du commerce ?

La vie c’ est l’ ŒUVRE de Dieu dont est issue l’ Humanité !!!
Ce n’ est pas celle des marchands du temple !!!

C’est toute la différence entre eux et nous.
Nous, nous respectons la vie, nous vénérons le sacré, nous adorons les enfants.
Eux brûlent des cathédrales, Eux tuent les enfants dans le ventre de leur mère et altèrent l’ ADN Humain !
Ils enfoncent leurs crocs venimeux au plus profond de la source de la vie.

 

 

 

 

 

 

 

Science de la Terre:Le volcan le plus actif d’Islande s’est réveillé

 

Depuis cinq  jours, les volcanologues enregistrent une importante activité sismique et volcanique dans le nord de l’Islande tandis qu’une éruption du volcan le plus actif se prépare dans le sud de l’île. Selon les autorités scientifiques islandaises, ces phénomènes présentent des risques limités.

Speed Star 1.0226751 00

https://www.futura-sciences.com/planete/videos/8-choses-savoir-volcans-6719/

La terre tremble dans le nord de l’Islande où plus de 3.000 secousses ont agité les sismographes ces trois derniers jours, ont annoncé lundi des scientifiques, tandis qu’une éruption est en vue pour un volcan dans le sud de l’île.

Le volcan Grímsvötn, le plus actif de l’île boréale, se prépare pour sa prochaine éruption, la première depuis 2011, ont fait savoir les autorités depuis la mi-juin. Des taux de dioxyde de soufre particulièrement élevés ont été enregistrés, indiquant la présence du magma à faible profondeur. Si l’éruption du volcan Eyjafjöll en 2010 avait provoqué la formation d’un immense nuage de fumée et semé le chaos dans le ciel européen pendant un mois, avec plus de 100.000 vols annulés et huit millions de passagers bloqués, les risques, cette fois, sont jugés plus faibles.

Mais le réveil du Grímsvötn en 2011 avait tout de même entraîné l’annulation de quelque 900 vols, les cendres ayant atteint le Royaume-Uni et les abords du continent européen. Volcan subglaciaire, son éruption déclenche aussi des inondations liées à la fonte des glaces qui le recouvrent.

L’éruption du volcan Eyjafjallajokull, en 2010, avait paralysé le ciel européen et le trafic aérien.

 

Sur la côte nord, cette fois, trois séismes d’une magnitude supérieure à 5 sur l’échelle de magnitude du moment ont été enregistrés ces derniers jours. L’un d’eux a été ressenti jusqu’à Reykjavík, la capitale, située à 265 km.

Selon l’Institut météorologique d’Islande (l’OMI), l’épicentre de cet « essaim sismique », qui devrait se poursuivre au cours des prochains jours, se trouve à 20 kilomètres au large de Siglufjördur, petit village de quelque 1.200 âmes sur la côte nord islandaise. Et à quelques dizaines de kilomètres d’Akureyri, deuxième ville d’Islande avec près de 20.000 habitants. Aucun blessé ni dégât majeur n’est pour l’instant à déplorer — seuls des glissements de terrain et des chutes de pierres ont été observés près de l’épicentre.

L’Islande est l’une des zones volcaniques les plus actives du globe avec pas moins de 200 volcans actifs (ou failles volcaniques) qui se réveillent tous les 4 ou 5 ans en moyenne. Photo d’un volcan en Islande, en septembre 2014.

La région est régulièrement secouée par des séismes : située sur la zone de fracture de Tjörnes, cette faille géologiquement active est composée d’une série de zones tectoniques et volcaniques en mouvement. Le dernier événement de ce type a été enregistré en 2012-2013. Le séisme le plus intense dans cette zone remonte à 1755 avec, selon des études conduites bien plus tard, des secousses de magnitude 7.

Ces évènements interviennent alors qu’une partie du pays était déjà sous surveillance : depuis janvier, une série de tremblements de terre secoue les alentours de Grindavik, non loin des eaux fumantes du touristique « Lagon bleu » dans la péninsule de Reykjanes au sud-ouest.

 

 

 

 

 

 

 

 

Poésie:Miroir du Temps

 

 

Passons derrière le miroir,

Traversons la ligne de notre histoire.

Découvrons nous simplement,

Aimons nous tendrement.

Le temps passe si vite

Qu’on ne l’évite.

N’ayons plus aucuns doute

Poursuivons notre route

À travers ce miroir,

Par delà l’histoire.

C’était hier,

Soyons en fiers,

De nos aïeux

Venus des cieux!

Comme Jimmy Guieu,

Attendons sans pardon

Le Retour des Dieux

Nous libérer de cette prison!

À Guy Tarade,

J’offre cette tirade:

Une fleur chaque jour

Est preuve d’amour

Que l’on voit s’ouvrir

Sans la cueillir!

Et pour finir

Dans notre délire,

Nous croyons sans fin

Voler le butin

De la nature mourante

De notre futur d’épouvante!

Meurent sur Terre,

Humains mercenaires!

Après Grande Extinction

De toute vie…sans illusion!

Meurent sur Terre

Banquiers sanguinaires

Créateurs des guerres

Voleurs des terres!

Meurent sur Terre

Chefs des pays,

Menteurs infinis

De fausses pandémies!

À ceux du miroir

Qui gardent l’espoir

Fuyez ces Enfers

Devenez Peuples de l’Univers

Libérés des Frontières

D’un monde éphémère!

par Michel Duchaine

Découverte du complexe d’armes nucléaires secrètes d’Adolf Hitler en Autriche

Un labyrinthe de tunnels souterrains de la Seconde Guerre mondiale qui aurait été utilisé pour développer une bombe nucléaire a été découvert.

L’installation, qui couvre une superficie allant jusqu’à 75 acres, a été découverte près de la ville de St Georgen an der Gusen, en Autriche.

Les fouilles ont commencé sur le site après que les chercheurs ont détecté des niveaux accrus de rayonnement dans la région – soutenant les affirmations selon lesquelles les national-socialistes développaient des armes nucléaires.

Le documentariste Andreas Sulzer, qui dirige les fouilles, a déclaré au Sunday Times que le site était « probablement la plus grande installation de production d’armes secrètes du Troisième Reich ».

Son entrée n’a été découverte que lorsque l’équipe de fouilles, qui comprend des historiens et des scientifiques, a rassemblé des informations dans des documents de renseignement déclassifiés et des témoignages de témoins.

L’équipe est maintenant en train d’enlever les couches de terre et de béton emballées dans les tunnels et les plaques de granit lourd qui ont été utilisées pour couvrir l’entrée.

Les casques appartenant aux troupes de la Waffen-SS et d’autres reliques national-socialistes font partie des articles qui ont été découverts jusqu’à présent.

La fouille a été interrompue la semaine dernière par la police, qui a exigé que le groupe produise un permis pour mener des recherches sur les sites historiques. Mais M. Sulzer est convaincu que les travaux reprendront le mois prochain.

Il a déclaré au Sunday Times: «  Les prisonniers des camps de concentration à travers l’Europe ont été triés sur le volet pour leurs compétences spéciales – physiciens, chimistes ou autres experts – pour travailler sur ce projet monstrueux et nous devons aux victimes d’ouvrir enfin le site et de révéler la vérité. « 

L’enquête a été déclenchée par un documentaire de recherche de M. Sulzer sur la quête d’Hitler pour construire une bombe atomique.

Il y faisait référence à des entrées de journal intime d’un physicien appelé à travailler pour les national-socialistes. Il existe d’autres preuves de scientifiques travaillant pour un projet secret géré par le général SS Hans Kammler.

M. Sulzer a fouillé les archives en Allemagne, à Moscou et en Amérique pour trouver des preuves du projet de construction d’armes nucléaires mené par les SS.

Après la guerre, l’Autriche a dépensé quelque 10 millions de livres sterling pour couler du béton dans la plupart des tunnels.

Mais Sulzer et ses partisans pensent qu’ils ont raté une section secrète où la recherche atomique a été menée.

Les Soviétiques étaient stationnés à St Georgen jusqu’en 1955 et ils ont ramené tous les dossiers sur le site avec eux à Moscou.

Les experts tentent de découvrir s’il existe un lien entre St Georgen et des sites en Allemagne proprement dits où les scientifiques ont été rassemblés pendant le Troisième Reich dans le but de correspondre aux efforts américains pour construire l’arme ultime.

En juin 2011, des déchets atomiques provenant du programme nucléaire secret d’Hitler auraient été découverts dans une ancienne mine près de Hanovre.

Plus de 126 000 barils de matières nucléaires pourrissent à plus de 2 000 pieds sous terre dans une ancienne mine de sel.