Courte opinion du jour:Plus de 600 groupes suprémacistes juifs signent une annonce en pleine page soutenant «Black Lives Matter»

Plus de 600 groupes suprémacistes juifs ont signé une publicité pleine page du New York Times pour soutenir le mouvement Black Lives Matter.

 

 

«Nous sommes des organisations et des synagogues juives de tous les horizons raciaux et politiques; de différents courants du judaïsme; dont les membres retracent leur ascendance dans des pays du monde entier », déclarent les groupes dans l’annonce de vendredi.

«Nous parlons d’une seule voix lorsque nous disons sans équivoque: Black Lives Matter.»

Les groupes déclarent également: «Nous soutenons le mouvement dirigé par les Noirs dans ce pays qui appelle à la responsabilité et à la transparence du gouvernement et des forces de l’ordre. Nous savons que la liberté et la sécurité pour chacun d’entre nous dépendent de la liberté et de la sécurité de chacun d’entre nous. »

«Il y a des politiciens et des mouvements politiques dans ce pays qui construisent le pouvoir en fabriquant délibérément la peur pour nous diviser les uns contre les autres. Trop souvent, l’antisémitisme est au centre de ces divisions fabriquées.

Les groupes établissent un lien entre «la haine anti-noire et anti-juive».

«En tant que Juifs, nous savons à quel point c’est dangereux: lorsque les politiciens ciblent les Juifs et nous accusent de problèmes, cela conduit directement à la violence contre nous», déclarent-ils. «Lorsque les mouvements noirs sont sapés, cela conduit à plus de violence contre les Noirs, y compris les Juifs noirs.

«L’antisémitisme fait partie de la même machinerie que les politiciens utilisent pour blâmer les Noirs et les Marrons, les immigrés, les Musulmans et plus», poursuivent-ils. «Mais qu’ils génèrent des divisions et de la peur en fonction de notre religion, de notre couleur de peau ou depuis combien de temps nous sommes ici, leur objectif est de nous empêcher de travailler ensemble pour gagner les choses dont nous avons tous besoin pour survivre et prospérer.

 

 

 

 

Courte opinion du jour:Un mois après le désastre, plus d’une tonne de feux d’artifice découverte dans le port de Beyrouth

Plus d’une tonne de feux d’artifice a été découverte à Beyrouth, dans le port où un énorme stock de produits chimiques a explosé le mois dernier, faisant des centaines de morts.

La double explosion dans le port de Beyrouth

 

L’armée libanaise a fait cette découverte dans un entrepôt lors des fouilles dans le port. Les ingénieurs militaires ont pu neutraliser et évacuer pas moins de 1,5 tonnes de feux d’artifice empilés dans 128 boîtes.

L’explosion du 4 août, imputable à 2750 tonnes de nitrate d’ammonium conservées dans le port, qui se trouve au cœur de la capitale, a été une catastrophe de premier ordre pour le pays.

Au moins 190 personnes ont perdu la vie et environ 6000 ont été blessées. Le désastre a entraîné une crise politique majeure et la démission du gouvernement.

 

Source: Reuters

 

 

 

Courte opinion du jour:La Vérité sur la promotion des vaccins par l’industrie pharmaceutique

LA VÉRITÉ EST TOUT AUTRE
Me Rocco Galati explique: « Bill Gates veut vacciner (obligatoirement) 7 milliards d’humains. Le problème, c’est que son vaccin a une immunité de 3 mois (et une efficacité de 50%). Pour une année complète, ça équivaut à 4 doses de vaccin par humain. Le coût estimé de cette opération est de 3 TRILLIONS de dollars. Arrivez-vous à visualiser ce montant ? Difficile n’est-ce-pas ? Pour vous donner une idée, ça représente 4,2 MILLIONS de dollars par jour, pendant 2000 ans. Rien de moins.
Mais leur avidité de profits ne s’arrête pas là. Les compagnies de vaccins veulent que les adultes se fassent vacciner de façon obligatoire chaque année et qu’ils rattrapent le calendrier vaccinal que les enfants subissent, soit 26 vaccins au Canada. On parle alors de 90 TRILLIONS de dollars, ce qui représente 127 millions de dollars par jour pendant 2000 ans, sans calculer les intérêts là-dessus. »
Au contraire de vouloir notre santé, l’industrie pharmaceutique invente des maladies pour recycler des molécules qu’elle modifie légèrement ou associe entre elles des maladies déjà connues.
C’est le cas avec le fameux syndrome métabolique qui n’est autre qu’une association de maladies bien connues = diabète de type 2, hypertension et obésités (classes 1, 2 et 3), voire, conséquemment, inflammation.
Aussi abaissent-ils les seuils diagnostics à partir desquels nous serions en danger, soit pour déclarer que nous avons le diabète ou du cholestérol… afin de pouvoir nous prescrire des médicaments.
D’ailleurs, traiter le cholestérol à la baisse est une des pires inepties qui en font le coupable idéal et c’est très rentable.
Bref, l’industrie pharmaceutique, ne soigne ni ne guérit les maladies, elle les rend chroniques et plus ou moins supportables ; elle en invente et en crée avec les nombreux effets secondaires graves (effets iatrogènes).
Pourquoi l’industrie pharmaceutique n’a pas intérêt à trouver des cures véritables pour les maladies comme le cancer et autres maladies chroniques débilitantes, c’est parce que des gens en bonne santé n’ont aucun intérêt financier pour les industriels du vaccin!

 

 

 

 

 

Courte opinion du jour:En Europe, les victimes de viol accusées de plus en plus de racisme

Une idée de plus en plus populaire est que chaque fois que les races s’affrontent, seules les minorités peuvent être victimes. La notion n’est guère limitée aux récentes émeutes en Amérique. Des éléments d’une telle réflexion apparaissent souvent dans d’autres contextes.

Les femmes britanniques, par exemple, y compris les victimes de viol qui ont attiré l’attention sur les gangs de nettoyage ethnique  sexuel «asiatiques» (pakistanais et sud-asiatiques), sont également attaquées par l’establishment «réveillé».

Plus tôt ce mois-ci au Royaume-Uni, Sarah Champion, une politicienne travailliste et députée de Rotherham (l’ épicentre du nettoyage ethnique sexuel ), a été accusée « d’attiser les flammes de la haine raciale » et « d’agir comme un meurtrier néo-fasciste ». Son crime? Elle avait osé affirmer que «la Grande-Bretagne a un problème avec les hommes pakistanais britanniques violant et exploitant des filles blanches».

Sarah Champion, une politicienne travailliste britannique et députée de Rotherham (l’épicentre des gangs de nettoyage ethnique sexuel), a été accusée d’avoir «agi comme un meurtrier néo-fasciste» parce qu’elle a osé affirmer que «la Grande-Bretagne a un problème avec les hommes pakistanais britanniques violant et exploiter les filles blanches. « 

Les mêmes éléments accusant Champion d’être un « meurtrier » ont également caractérisé le programme anti-extrémisme du Royaume-Uni, Prevent, comme étant « fondé sur l’islamophobie et le racisme ».

Quelques semaines plus tôt, un article intitulé «J’ai été violée par un gang de toilettage de Rotherham – maintenant je suis toujours confronté à des abus racistes en ligne», a paru. Dans ce document, une femme britannique (alias, « Ella ») a révélé que ses violeurs musulmans l’ont traitée de « pute blanche, une salope blanche », au cours des plus de 100 fois où elle a été violée dans sa jeunesse par la gang de nettoyage ethnique  pakistanais. 

« Nous devons comprendre les crimes aggravés sur le plan racial et religieux si nous voulons l’empêcher et en protéger les gens et si nous voulons en poursuivre correctement », a-t-elle déclaré dans une récente interview.

« Prévention, protection et poursuites – tous sont entravés parce que nous négligeons de traiter correctement les aspects religieux et racistes de la préparation des crimes des gangs … Cela leur dit qu’il est normal de haïr les Blancs. »

Les tentatives d’Ella de mettre en évidence les «aspects religieux et racistes» de son abus similaire et de celui de nombreuses autres filles n’ont conduit qu’à «beaucoup d’abus de la part d’extrémistes d’extrême gauche et d’universitaires féministes radicaux», a-t-elle déclaré . Ces groupes «se connectent en ligne et essaient de résister à quiconque qu’ils considèrent comme un nazi, un raciste, un fasciste ou un suprémaciste blanc».

« Ils ne se soucient pas du racisme anti-blanc, parce qu’ils semblent croire que cela n’existe pas. Ils ont essayé de me terrer et de me critiquer continuellement et cela dure depuis quelques mois. Ils ont essayé de fermer moi, fais-moi taire … Je n’ai jamais connu une telle haine en ligne de ma vie. Ils m’accusent de « défendre les pédophiles blancs » et d’être une « entité démoniaque sinistre ». « 

Le blâme – ou du moins la responsabilité – sur la victime ne se limite pas au Royaume-Uni. Selon AN 9 Août, 2019 rapport , « dans la ville suédoise d’Uppsala … quatre femmes ont été violées en autant de jours. » Bien que la police n’ait pas publié de descriptions des violeurs – généralement un signe certain de leurs origines -, elle a averti les femmes de «réfléchir à leur comportement», de «penser à l’avenir» et de ne pas «sortir seules».

Les conseils contre l’alcool, les drogues et les comportements imprudents seraient plus convaincants s’ils n’étaient pas faits sous la contrainte.

Après que des foules de migrants musulmans aient agressé sexuellement jusqu’à mille femmes le soir du Nouvel An 2016 à Cologne, en Allemagne, la maire de la ville, Henriette Reker, a appelé les femmes à « être mieux préparées, en particulier à l’approche du carnaval de Cologne. Pour cela, nous publierons des lignes directrices en ligne que ces jeunes femmes pourront lire pour se préparer. « 

En Autriche, après qu’une femme de 20 ans qui attendait à un arrêt de bus à Vienne ait été attaquée, battue et volée par quatre hommes musulmans – dont un qui « a commencé [en] mettant ses mains dans mes cheveux et m’a fait comprendre qu’en sa culture il n’y avait pratiquement pas de femmes blondes »- la police a répondu en disant à la victime de se teindre les cheveux.

«Au début, j’avais peur, mais maintenant je suis plus en colère que tout. Après l’attaque, ils m’ont dit que les femmes ne devraient pas être seules dans la rue après 20 heures. Et ils m’ont également donné d’autres conseils, me disant que je devrais teindre mon cheveux foncés et ne pas s’habiller de manière aussi provocante. Indirectement, cela signifie que j’étais en partie responsable de ce qui m’est arrivé. C’est une insulte massive. « 

En Norvège, Unni Wikan, professeure d’anthropologie sociale à l’Université d’Oslo, insiste sur le fait que «les femmes norvégiennes doivent assumer leur part de responsabilité dans ces viols», car les hommes musulmans trouvaient leur manière de s’habiller provocante. Voilà pour l’affirmation féministe selon laquelle les femmes sont libres de s’habiller de manière aussi séduisante qu’elles le souhaitent – et malheur à l’homme qui interprète mal cela, à moins qu’il ne fasse partie d’un groupe minoritaire racial ou religieux.

La conclusion du professeur Wikan n’est pas que les hommes musulmans vivant en Occident doivent s’adapter aux normes occidentales, mais exactement le contraire: « Les femmes norvégiennes doivent réaliser que nous vivons dans une société multiculturelle et s’y adapter. »

Même lorsqu’il s’agit de viol, alors, si la victime est blanche et que le violeur ne l’est pas, elle n’est pas du tout victime; pire, elle est une «raciste» et une «haineuse» qui, au contraire, mérite apparemment ce qu’elle a obtenu et plus encore. « Blame the victim » revient avec vengeance et gagne du terrain dans tout l’Occident.

 

 

 

 

 

 

La courte opinion du jour:L’obligation de porter des masques bons marché

 

« Les masques qui sont sur le marché ne font rien pour protéger les gens du virus : ils ne sont pas stériles contrairement à ceux qu’on retrouve dans les hôpitaux et il ne faut pas les porter plus de 15 ou 20 minutes, sinon ils vont se transformer en incubateurs à bactéries. Et c’est encore pire pour les masques en tissus, de véritables ramassis de bactéries parce qu’ils sont poreux », estime M. Khoury.

Selon lui, le fait d’avoir une barrière collée près de la bouche et du nez permet aux bactéries inoffensives qui se trouvent dans notre organisme de proliférer à l’aide du niveau d’humidité, leur permettant de devenir dans certains cas des pathogènes menant à des infections sérieuses ou des maladies chroniques. « Ça se voit déjà à plusieurs endroits : des gens s’absentent du travail à cause des problèmes de santé dont le masque est responsable. Non seulement il ne les protège pas, mais il les a rendus malades. » Selon lui, les symptômes du port du masque sont tous les mêmes : mal de tête, nausée et difficulté à respirer.

Il ajoute que le lavage des masques réutilisables serait aussi loin d’éliminer toutes les bactéries. Ainsi, le seul contexte où il voit une utilité au masque serait dans les transports en commun, à condition que celui-ci soit jeté à la fin du trajet. »


EN CONCLUSION

 Donc,il n’y a pas besoin d’être  des scientiques, pour comprendre que le port de leurs masques pourris est la cause de la prolifération de microbes et de virus…
Dans le cadre d’un simple rhume, il est fortement conseillé de jeter le mouchoir, après chaque utilisation.
Sur les plateaux télé alors que ce sont des endroits clos et de surcroît avec la clim, personne ne porte le masque quand des virologues, infectiologues et autres affirment que la clim garde les virus et les réinjecte dans l’espace clos … On nous prend vraiment pour des imbéciles ….
Le But ultime de cette mascarade est de diminuer la population mondiale. Portez vos masques même en dormant.faites vous vite vacciner ILS vont être ravis de votre obéissance de votre soumission!
Réveillez-vous!

EN COMPLÉMENTAIRE

Le Dr Antoine Khoury et son fils André.

 

 

De l’Égypte à Saint-Hyacinthe

Né à Alexandrie en Égypte, le président-directeur général de Vacci-Vet, Antoine Khoury, a quitté sa terre natale en 1966, sa formation en médecine en poche. À Montréal, il s’est orienté vers la microbiologie pour y accomplir une longue carrière professionnelle en microbiologie humaine, agoalimentaire puis vétérinaire, qui l’a amené successivement au ministère de la Santé, puis au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) et enfin dans une entreprise vétérinaire de Saint-Hyacinthe.

« En 1998, j’ai remis le pied en Égypte, curieux de voir ce qui se passait ailleurs dans le domaine vétérinaire », raconte M. Khoury. « Des intervenants dans le domaine vétérinaire m’ont demandé de mettre au point un vaccin particulier contre la bactérie Clostridium perfringens, qui est la cause principale de l’entérite nécrotique. Cette maladie, qui entraîne la mort rapidement, fait des ravages dans les élevages de volailles au Moyen-Orient. Il n’y a pas de traitement spécifique pour cette maladie, notre vaccin offre donc une solution préventive fort intéressante. Présente partout à travers le monde, l’entérite nécrotique s’attaque aussi aux autres animaux d’élevage. Le marché international offre donc tout un potentiel! » L’idée de produire ce vaccin était désormais lancée et au terme d’un processus de plusieurs années, Vacci-Vet a vu le jour.

Des solutions vaccinales uniques au Canada

En 2009, l’entreprise s’est établie dans la Cité de la biotechnologie. « Nous voulions aménager des locaux qui répondent aux normes gouvernementales de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), puis appliquer nos connaissances pour mettre au point les technologies de fabrication. Saint-Hyacinthe s’est imposée comme un choix naturel et nous avons bénéficié de l’aide du CLD Les Maskoutains. Ce sont des gens très dynamiques, proactifs, de véritables accélérateurs de projets. Et la Cité constitue un environnement fort stimulant, où nous pouvons travailler avec la Faculté de médecine vétérinaire et des vétérinaires. La présence de tous ces professionnels crée une synergie très motivante, positive pour tout le monde », affirme André Khoury coordonnateur de projets chez Vacci-Vet.

Totalisant 5 000 pieds carrés, ces laboratoires sont aménagés pour répondre aux normes rigides de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA). Grâce à un système sophistiqué et rigoureux de ventilation et de sas, l’atmosphère est contrôlée et toutes les pièces sont indépendantes les unes des autres. Vacci-Vet, actuellement en phase de précommercialisation, y produira bientôt toute une gamme de vaccins, principalement celui qui prévient l’entérite nécrotique. « Ce vaccin est une solution préventive efficace, qui assure une meilleure protection immunitaire chez l’animal. Ainsi, il est possible d’éviter la maladie par la vaccination plutôt que d’attendre qu’elle se déclare causant ainsi des mortalités à la grandeur de l’élevage », explique Antoine Khoury. « Nous sommes les seuls au Canada à nous spécialiser dans la fabrication de vaccins anaérobiques et toxoïdes, destinés aux différents types animaux d’élevage. Autre avantage de Vacci-Vet, nous pouvons faire des vaccins autogènes, c’est-à-dire sur mesure fabriqués à partir d’une souche prélevée sur un animal malade d’un éleveur. Faits spécifiquement pour ces producteurs, ces vaccins autogènes offrent une efficacité très ciblée et sont produits rapidement, en trois semaines, contrairement aux vaccins commerciaux qui ont un spectre d’application beaucoup plus large, mais dont la mise au point peut prendre jusqu’à deux ans de préparation et qui peuvent à la longue se révéler moins efficaces dû principalement aux mutations des bactéries », d’ajouter M. Khoury.

Une équipe et ses projets

Antoine Khoury est à la tête d’une équipe de spécialistes dans le domaine vétérinaire, microbiologique et technique. Son fils André, grâce à sa formation technique et dans des domaines différents, apporte un autre point de vue au développement de l’entreprise.

« Mon père amène le côté scientifique, moi le côté technique, nous nous complétons. » L’équipe qui compte également un comptable, un chercheur détenteur d’un post-doctorat et responsable de la production et un consultant pour le marché international, va bientôt s’accroître, avec le début de la production. « Nous visons le marché canadien et international, et nous regardons de près l’Amérique latine, tout en établissant un réseau de distribution bien en place au Moyen-Orient. » Antoine Khoury entrevoit un bel avenir pour Vacci-Vet! Fiche signalétique Nom de l’entreprise : Vacci-Vet inc. Dirigeants : Antoine Khoury Année de fondation : 2009 Municipalité : Saint-Hyacinthe Secteur d’activité : Biotechnologie et agroalimentaire Activité : Fabrication de vaccins vétérinaires Marché : National et international

 

 

 

 

 

 

Courte opinion du jour:L’ ÉTHIQUE Où est passée l ‘ ÉTHIQUE ???

Sujet existentiel d’ une extrême gravité.
Force est de constater que comme le bon sens, l’ éthique s’ en enfuie à tire d’ aile loin des effluves de ce marécage putride.

Les AUTOPROCLAMÉS  » penseurs et philosophes  » de pacotille sont étrangement silencieux sur un sujet dont ils ne mesurent pas la profondeur, et dont ils ne soupçonnent même pas l’ existence.
Leur lâcheté n’ a d’ égal que leur mercantilisme, et leur haine de ce qui est beau, de ce qui est bon, de ce qui est amour et générosité.

Dans tous les cas de figure, toucher à l’ essence de la vie est l’ essence même du CRIME !
Des OGM aux Guidestones en passant par l’ AVORTEMENT on assiste au même CRIME contre L’ HUMANITÉ !

Qui leur a accordé le droit de s’ approprier ce qui relève du VIVANT ?
A quel titre se permettent ils de MODIFIER des séquences de la vie ???
Quel fou les a autorisé à BREVETER et à s’ APPROPRIER des organismes vivants, tels que les VIRUS ou les SEMENCES ?
Qui les a AUTORISÉ à en faire du commerce ?

La vie c’ est l’ ŒUVRE de Dieu dont est issue l’ Humanité !!!
Ce n’ est pas celle des marchands du temple !!!

C’est toute la différence entre eux et nous.
Nous, nous respectons la vie, nous vénérons le sacré, nous adorons les enfants.
Eux brûlent des cathédrales, Eux tuent les enfants dans le ventre de leur mère et altèrent l’ ADN Humain !
Ils enfoncent leurs crocs venimeux au plus profond de la source de la vie.

 

 

 

 

 

 

 

Courte opinion du jour:Karl Marx, penseur du racisme systémique

Parmi les incongruités lues ici ou là ces derniers temps, figure l’idée qu’il serait scandaleux de se réclamer du marxisme lorsqu’on participe au combat contre le racisme. Au motif que pour Marx le capital n’avait pas de couleur, qu’il défendait la majorité et non les minorités, et que l’essentiel c’est la lutte des classes et non la lutte des races, et autres arguments du même acabit.

Sauf que Marx a parfaitement vu le rapport entre discrimination raciale et oppression de classe, et qu’il a écrit des pages lumineuses sur la question. Il lui a même consacré un chapitre entier du Capital, le chapitre 31 de la Huitième section du Livre I, dans lequel il décrit l’engendrement du capitalisme moderne à partir du régime colonial et de l’esclavage de plantation.
On se contentera d’en citer quelques extraits :
« Les trésors directement extorqués hors de l’Europe par le travail forcé des indigènes réduits en esclavage, par la concussion, le pillage et le meurtre, refluaient à la mère patrie pour y fonctionner comme capital ».
« La découverte des contrées aurifères et argentifères de l’Amérique, la réduction des indigènes en esclavage, leur enfouissement dans les mines ou leur extermination , les commencements de conquête et de pillage aux Indes, la transformation de l’Afrique en un terrain de chasse aux peaux noires , voilà les procédés idylliques d’accumulation primitive qui signalent l’ère capitaliste à son aurore ».
« Le sort des indigènes était le plus affreux dans les plantations destinées au seul commerce d’exportation, telles que les Indes occidentales, et dans les pays riches et populeux, tels que les Indes orientales et le Mexique, tombés entre les mains d’aventuriers européens âpres à la curée  ».
La vérité, on le voit, c’est que Marx a compris que le racisme systémique inhérent à l’esclavagisme marchand était l’acte de naissance du capitalisme moderne ; que ce dernier épouserait bientôt la logique de ce que Samir Amine appellera le « développement inégal » ; qu’une fois les rapports de dépendance entre le Nord et le Sud institués, cette inégalité allait conférer sa véritable structure au système mondial ; qu’entre le centre et la périphérie s’instaurerait une division du travail assignant la seconde au rôle de fournisseur de main d’œuvre et de matières premières à bas prix ; que générant une exploitation en cascade, cette hiérarchisation du monde perpétuerait des rapports d’exploitation dont l’Occident capitaliste tirerait sa prospérité et dont les séquelles sont encore visibles.
Marx a également écrit de nombreux articles sur le colonialisme britannique aux Indes. Dans un texte publié par le New York Daily Tribune le 22 juillet 1853, il soulignait que la brutalité de la bourgeoisie européenne, aux colonies, pouvait se déchaîner sans entraves :
« L’hypocrisie profonde et la barbarie inhérente à la civilisation bourgeoise s’étalent sans voile devant nos yeux, en passant de son foyer natal, où elles assument des formes respectables, aux colonies où elles se présentent sans voile ».
un timbre sur Karl Marx par l’Union Soviétique.
Loin d’être indifférent à la question raciale, Marx en a perçu le caractère originaire, il a vu qu’elle était indissociable de la genèse du mode de production capitaliste. Il a brossé le portrait d’une domination sans précédent, qui étendit à la terre entière la loi d’airain du capital en renouant avec des pratiques ancestrales d’une violence inouïe. Soumis au fouet, mutilé ou brûlé vif à la moindre tentative de rébellion, l’esclave noir (ou blanc) des colonies était la métaphore d’un monde où le racisme d’État justifiait toutes les transgressions. Il représentait la pointe extrême d’un système d’exploitation mondialisé qui transformerait bientôt les travailleurs, quelle que soit leur couleur, en simples marchandises vouées à l’accumulation du profit.
En 2018,le Parti communiste chinois inaugurait le deucentième anniversaire de la naissance du grand penseur communiste.
« Dans le même temps que l’industrie cotonnière introduisait en Angleterre l’esclavage des enfants , aux États-Unis elle transformait le traitement plus ou moins patriarcal des noirs en un système d’exploitation mercantile. En somme, il fallait pour piédestal à l’esclavage dissimulé des salariés en Europe l’esclavage sans phrase dans le Nouveau Monde ».
À gauche,vous reconnaissez Karl Marx et sa fille Jenny Marx…À droite,vous voyez Friedrich Engels avec sa fille.
L’esclavagisme racial existait bien comme tel, et Marx en a tenu compte dans son analyse des rapports sociaux capitalistes. Ce n’est pas un hasard s’il cite l’esclavagisme de plantation aux États-Unis. Il savait que le racisme institué y constituait l’un des fondements de la soi-disant démocratie américaine. C’est pourquoi il a publiquement pris parti pour l’Union contre la Confédération durant la guerre civile, et ce simple fait invalide toute interprétation visant à minorer la question raciale dans sa pensée. Pour Marx, qui savait fort bien que Lincoln défendait les intérêts de la bourgeoisie industrielle du Nord, l’abolition de l’esclavage racial pratiqué dans le Sud était une priorité absolue.
Ce que montre Marx avec brio, c’est que le capital a institué le racisme systémique dès son origine, que c’est un fait de structure incontestable, et qu’il il est indépendant des attitudes individuelles. Si Marx ne parle pas de notre époque, il parle bien de ce qui la précède et la sous-tend, tant il est vrai, disait-il, que « la tradition des peuples du passé pèse comme un cauchemar sur le cerveau des vivants ».

Oublier cette leçon, c’est oublier Marx.

 


CITATION

« Le règne de la liberté commence seulement à partir du moment où cesse le travail dicté par la nécessité et les fins extérieures ; il se situe donc, par sa nature même, au-delà de la sphère de la production matérielle proprement dite. […] La réduction de la journée de travail est la condition fondamentale de cette libération. »

Karl Marx

 

 

 

 

Courte opinion du jour:Racisme anti-blanc , double langage et crimes impunis

Emily Jones

 

Cette petite fille s’appelait Emily Jones, elle avait 7 ans.
Elle était blanche, donc certainement raciste, future policière ou gendarme, et responsable de la colonisation.
Elle a été assassinée alors qu’elle jouait dans un parc, la gorge tranchée devant les yeux de son père il y a quelques semaines…
Ils sont où les Omar Sy, Camélia Jordana et autres artistes hollywoodiens en mal de succès pour la défendre ????
Ha bah non, ils sont pas là, la femme qui l’a assassinée est Somalienne, donc forcément…

Alors arrêtez avec vos hashtags à la con et vos images de profil débiles, parce qu’apparemment, toutes les vies ne se valent pas… 7 ANS BORDEL !!!!

Source:Valgelata Michel


 

 


EN COMPLÉMENTAIRE

« Autant en Emporte le Vent » interdit, Colbert et Churchill déboulonnés : magistrale analyse de Zemmour

 

Ce qui se passe est terrifiant et inacceptable. Mais, loin d’être une question de racisme, de violences policières, c’est quelque chose d’infiniment plus grave. Et Eric Zemmour, hier soir, sur C News, dans Face à l’info a dit vraiment l’essentiel.

Ci-dessous un extrait de l’émission, le dernier quart d’heure, à ne pas manquer, afin de mieux comprendre ce qui se joue et de pouvoir… éclairer famille, voisins, amis, commerçants… qui se contenteraient de répéter ce que des journaleux aux ordres affirment sans rire à longueur d’antenne.

.

Question de Christine Kelly :

S’agit-il d’une chasse aux sorcières comme on l’a vu dans les années 50 avec le Mac carthysme ou bien c’est juste un rééquilibrage qui s’opère ? 

Zemmour 

Mac Carthy a voulu extirper le danger communiste, considéré comme le mal, de la société.

Est-ce que, aujourd’hui, il s’agit d’extirper le mal raciste ? Non, on en est bien loin… C’est une histoire qui a commencé dans les années 80 avec SOS racisme. On a extirpé le mal, ça y est, c’est fini, plus personne ne défend des positions qui paraîtraient racistes. les programmes ont été expurgés, les cerveaux nettoyés. Le Mac Carthysme, c’est hier. 

Aujourd’hui nous sommes passés à une deuxième étape. Ce qui se passe là c’est la volonté de détruire l’histoire d’un peuple, de détruire l’histoire d’une civilisation pour l’éradiquer et la remplacer.

Quand on saccage la statue de Churchill, ça veut dire que là tout est possible… Ça veut dire que si Churchill est raciste, le Général de Gaulle aussi est raciste. quand il dit qu’il ne veut pas que son pays devienne Colombey-les-deux-mosquées, il faut aller saccager la statue du Général de Gaulle.Il faut interdire Voltaire parce qu’il a écrit une pièce qui s’appelle Mahomet. Et je vous parle même pas de Céline. Il faut interdire Balzac parce qu’il est réactionnaire. Il faut interdire Molière parce qu’il a écrit Les Femmes savanntes qui est misogyne. Il faut aller plus loin, il faut que les Juifs demandent que Saint-Louis ne soit plus évoqué parce qu’il a persécuté les Juifs. Ou que les protestants exigent que Richelieu et François premier soient exclus, que leurs statues soient dégagées parce qu’ils ont persécuté les protestants. Il faut que les gens d’origine vietnamienne exigent que les statues du Général Leclerc soient détruites parce qu’il a fait la guerre au Vietnam… C’est sans fin. L’objectif, aujourd’hui, c’est la destruction d’une culture, d’un peuple, d’une civilisation…

 

 

 

EN CONCLUSION

Ces minorités cherchent à détruire notre histoire et par là même, notre identité et les étapes à ce dessein passent d’abord, par notre culpabilisation, pour s’orienter vers notre repentance, notre soumission et au final, notre effacement à leur profit. En celà, elles sont aidées par la gauche et extrême-gauche voyant là, une opportunité à satisfaire leur idéologie révolutionnaire internationaliste.
Pour en venir au film: Autant en emporte le vent qui est instrumentalisé à dessein dans ce contexte idéalisé, lorsque je l’ai vu il y a très longtemps, à aucun moment je n’y ai perçu qu’il véhiculait du racisme mais une histoire d’amour avec des personnages pétris d’orgueil.; les serviteurs noirs étant là pour reproduire ce qu’était la société dans ce pays; ce que nous n’ignorions pas sans approuver leurs conditions de vie hors contexte filmographique.
Cependant, je vous reprends sur le point de l’origine de la guerre de Sécession; l’esclavage n’a pas été la cause de cette guerre mais des dissensions économiques et idéologiques ( politico-religieuses) entre des états du sud et nord. L’esclavage en fut un prétexte idéalisé tactique en cours de guerre pour affaiblir le Sud car celui-ci avait recours à une main d’oeuvre noire importante car plus agricole que le Nord lequel pourtant usait de l’esclavage dans certains domaines aussi.
Je peux vous citer un autre exemple d’idéalisation d’aller en guerre comme le slogan en 1917  » Lafayette, nous voilà »! justifiant l’entrée en guerre des USA contre l’Allemagne en soutien à leurs amis français.
Non ! là non plus, l’amitié franco-américaine n’en est pas la raison.
Les USA étaient menacés par l’Allemagne par intrigue auprès du Mexique pour l’inciter à entrer en guerre contre les USA sur leur frontière afin de les occuper sur leur sol, les dissuadant de venir en Europe.
Et l’affaire du Lusitania ne fut qu’un fait supplémentaire à leur décision d’intervenir en Europe.

Nous,les peuples blancs et français,voire occidentaux par la langue,la culture et la civilisation,nous sommes entrés dans une ère de légitime défense ou je vous suggère de tuer avant d’être exécutés.

Aux armes ,citoyens…car nos patries sont en danger!

 

 

 

Courte opinion du jour:Quelques nouvelles passées inaperçues

Les derniers jours auront vu certains thèmes phares faire la Une : tension sino-américaine croissante (sur laquelle nous reviendrons très bientôt), pétroliers iraniens vers le Venezuela bafouant ouvertement Washington, Hong Kong à nouveau en ébullition. D’autres nouvelles sont, par contre, restées dans l’ombre, tant dans les médias officiels qu’alternatifs. Elles ne sont pourtant pas dénuées d’importance, loin de là…

 

Beaucoup a été dit sur la petite friction entre Moscou et Assad ayant vu le jour il y a peu. En cause, un article du prestigieux Conseil russe aux Affaires internationales, affilié au MAE, qui a émis une inhabituelle critique sur la politique de Damas. Il n’en fallait pas plus pour que tout ce que le système impérial compte de petits génies nous resserve l’énième divorce syro-russe, plat indigeste déjà passé par toutes les tables depuis 2015.

Même un observateur respecté comme Bhadrakumar s’est cru obligé d’écrire un papier sur l’affaire, ce qui tend à prouver que, pour une fois, celle-ci n’était effectivement pas inventée de toute pièce. Mais ce que l’on dit moins, et même pas du tout, c’est que quelques jours après ces passagères chicanes, du matériel lourd a débarqué à Tartous à destination d’Assad : hélicoptères Mi-17, blindés etc. A ce prix, on en connaît beaucoup qui aimeraient se chamailler avec Moscou…

Soit dit en passant, l’ambassadeur russe à Damas, en poste depuis 2018, vient d’être nommé représentant spécial du président pour la Syrie, preuve supplémentaire que l’ours n’a aucune intention de lâcher son allié, bien au contraire.

A 12 000 kilomètres de là, il s’est passé des choses bien curieuses en Bolivie. Il y a deux mois, nous écrivions :

La situation était dans la balance jusqu’à ce que les élections prévues pour le 3 mai soient reportées sine die pour cause de coronavirus. En attendant, quel est l’état des forces en présence ? Il y a deux semaines, un sondage établissait la hiérarchie suivante :

  1. MAS : 32,6 %
  2. Carlos Mesa : 19,2 %
  3. Jeanine Áñez (présidente de facto) : 18,2 %
  4. Luis Fernando Camacho et Marco Antonio Pumari : 12,5 %
  5. Chi Hyung Chung évangéliste d’origine sud-coréenne) : 8,6 %

Le parti d’Evo Morales est donc largement en tête mais ne regroupe qu’un tiers de la population (…) La scène politique bolivienne est extrêmement divisée. Si le MAS est en tête, il ne peut prétendre gouverner avec un tiers des votants. Quant à l’autre « camp », si tant est qu’il n’y en ait qu’un seul, il est éclaté et se crêpe régulièrement le chignon.

Evo Morales

Le putschinho de novembre a remplacé la bande à Evo par une coterie de conservateurs, souvent religieux et parfois clairement illuminés, persuadés pour certains d’avoir chassé le diable du pouvoir. Quelle n’a pas dû être leur surprise en entendant les critiques acerbes du président de la Conférence épiscopale de Bolivie, Monseigneur Ricardo Centellas. Une attaque en règle, allant du maïs transgénique au manque de respirateurs pour les malades du Covid, et se terminant par ces mots assassins : « Un gouvernement de transition trop soucieux de placer ses affidés dans les institutions publiques n’est pas un gouvernement de transition« .

Paniqué, ledit gouvernement a tenté de rattraper la chose en tendant, un peu grossièrement, la main à l’Eglise. Si, depuis, la tension a baissé d’un cran, la division de l’autre « camp » est bien réelle, même entre gens censés partager les mêmes valeurs, et pourrait favoriser le MAS.

Terminons par une autre nouvelle passée inaperçue. La crise coronavirienne semblait avoir mis les pharaoniques routes de la Soie chinoises en pause. De fait, un certain nombre de projets ont, logiquement, marqué un temps d’arrêt. Pas tous, cependant. Un accord a été trouvé pour la construction de la ligne TGV entre la Chine et la Thaïlande, qui devrait être formellement signé en octobre. Il s’agit évidemment de bien plus que de simples rails : cette voie ferrée matérialise la poussée du dragon vers l’Asie du Sud-est.

Mike Pompeo

Est-ce tout à fait un hasard si l’inénarrable Pompeo vient de menacer l’Australie à propos de l’imminent accord entre l’Etat de Victoria et Pékin sur les routes soyeuses ? Si sa petite phrase – « Nous allons tout simplement déconnecter » – concernait avant tout les télécommunications et l’alliance Five Eyes, le ton du discours et son ambiguïté ont été très diversement appréciés, provoquant une tempête dont les partisans australiens dont l’Empire se seraient bien passés…

Source : Chroniques du Grand Jeu

 

 

Courte opinion du jour:En mémoire des millions de morts oubliés du régime communiste soviétique

Plus de 65 millions de Russes sont morts pendant le régime communiste en Russie, dont beaucoup ont été assassinés dans le style de l’exécution. La raison pour laquelle ils ne nous apprennent pas à ce sujet dans le cours d’histoire est que les personnes qui ont créé cette idéologie sont désormais propriétaires des gouvernements et écrivent des livres d’histoire.

 

En 1933-1934, l’Ukraine a été soumise à une famine artificielle pour détruire le fief des « koulaks » (agriculteurs indépendants) qui ont toujours considéré avec une haine particulière le communiste juif. Staline a donné ce travail à son bras droit, Kaganovich, connu plus tard comme le «boucher d’Ukraine»

 

Lazar Moiseivich Kaganovich était à l’époque le Juif le plus puissant de l’Union soviétique, qui a supervisé la collectivisation des fermes ukrainiennes à partir de 1929. Grâce à ses efforts de « collectivisation », sept millions d’Ukrainiens sont morts de faim entre 1933 et 1934.

 

« Vous devez comprendre, les principaux bolcheviks qui ont pris le contrôle de la Russie n’étaient pas des Russes. Ils détestaient les Russes. Ils détestaient les chrétiens … » – Aleksandr Solzhenitsyn