Nouvel Ordre Mondial:Comment voler une élection aux USA

Comment s’assurer que leurs alliés politiques sont idéologiquement synchronisés et savent exactement comment perturber une élection présidentielle? Qu’en est-il des «journalistes» dans les médias d’information et des bavardages sur les médias sociaux – comment les faire participer à la perturbation révolutionnaire planifiée à l’échelle nationale? Facile! Publiez un rapport intitulé: « Prévenir une élection présidentielle perturbée ».

Dans l’une des plus grandes campagnes de désinformation publique de l’histoire américaine – la gauche et ses alliés NeverTrumper (sous le nom de guerre : «Transition Integrity Project») ont publié un rapport de 22 pages en août 2020 «war gaming» (leur terme) quatre Scénarios de crise électorale: 1. Une victoire décisive de Trump; 2. Une victoire décisive de Biden; 3. Une victoire étroite de Biden; et, 4. Une période d’incertitude prolongée après l’élection. Le résultat de chaque scénario TIP aboutit à la violence de rue et à une impasse politique.

Le pouvoir politique généré par un document comme le rapport «Transition Integrity Project» présente la menace de terreur et de violence de rue comme un résultat «normal» ou «attendu» de la prochaine élection présidentielle. Voici ce que vous verrez, entendrez et lirez dans les prochaines semaines: «Oui, attendez-vous à des violences au lendemain de l’élection, car maintenant c’est la nouvelle« normale ». Trump nous a fait faire … « Sur la photo: des policiers à Washington DC sont attaqués par des émeutiers qui leur lancent des feux d’artifice, le 30 mai 2020.

Les organisateurs et dirigeants de TIP incluent Rosa Brooks, professeur de droit à Georgetown, Nils Gilman de l’Institut « indépendant » Berggruen en Californie, et John Podesta, le fixateur et le gestionnaire de longue date de la dynastie politique Clinton. Les membres nominalement républicains du groupe comprennent l’ancien président national républicain Michael Steele, le journaliste David Frum et l’ancien rédacteur en chef du magazine Bill Kristol.

La publication du rapport TIP est une stratégie de guerre de l’information employée à des fins politiques révolutionnaires. La stratégie est sophistiquée et multiforme. Le document TIP:

  • Jette les bases des médias d’information «consensuels» et des récits des médias sociaux;
  • Rationalise les «stratégies non conventionnelles» pour générer un maximum de confusion et d’agitation sur des résultats électoraux «défavorables»;
  • Projette des accusations de conduite illégale / criminelle contre le président Trump et ceux qui votent pour lui;
  • Coopère avec la bureaucratie fédérale (déjà politiquement sympathique) de Washington DC pour soutenir sa stratégie depuis le siège de chaque département et agence de l’exécutif;
  • S’appuie (correctement) sur une réponse de faible niveau de sensibilisation / d’énergie de la droite politique pour contrer le programme TIP.

Est-il possible que les dirigeants de la gauche américaine, ainsi que leurs alliés NeverTrumper, soient occupés à défendre et à promouvoir la violence de rue en réponse à une élection présidentielle?

La réponse est oui.

Dans le premier paragraphe de leur rapport « bipartisan », TIP déclare: « Nous estimons avec une grande probabilité que les élections de novembre seront marquées par un paysage juridique et politique chaotique. » Surtout s’ils ont leur chemin.

Une alternative à l’un des scénarios de jeu de guerre a conduit les TIPsters à préconiser la sécession de Washington, de l’Oregon et de la Californie. N’y a-t-il aucun sentiment d’ironie historique au sein du parti démocrate? Sécession après une élection? Encore?

La plus grande ironie du rapport TIP est l’utilisation écrasante de la «projection» dans la formulation et la caractérisation de diverses revendications contre le président Trump (et ses partisans) comme un moyen de justifier les plans «irréguliers» de la gauche pour perturber le processus électoral.

La projection, en tant que technique politique, n’est pas un secret. La gauche américaine n’a jamais pris la peine de le cacher ou de le déguiser, et n’a même pas jugé souhaitable de le faire.

La partie secrète de la technique de projection est le financement et l’implication organisationnelle derrière la projection elle-même. Qui paie les factures de TIP et de ses affiliés? Il s’agit d’une opération hautement organisée et sophistiquée avec des agents politiques de carrière aux commandes. Personne ne le fait gratuitement et quelqu’un (ou une entité) paie la facture. OMS?

Le rapport TIP est lui-même un exercice de pouvoir. Les informations de renseignement politique et les stratégies de politique publique sont fusionnées grâce aux actions de la TIP. Cette synthèse est une démonstration de pouvoir politique réel, et elle est mise en œuvre dans un plan écrit qui envisage la violence de rue pour affecter le résultat de l’élection présidentielle américaine. Le pouvoir politique financé et généré à partir d’un document comme le rapport TIP peut être utilisé pour la persuasion (par le biais des nouvelles et des médias sociaux), l’endoctrinement (d’activistes et d’autres «vrais croyants») et introduit la menace de terreur et de violence de rue (au population générale) comme un résultat «normal» ou «attendu».

Voici comment les actualités et le récit des médias sociaux se rejoignent et ce que vous verrez, entendrez et lirez dans les prochaines semaines: « Oui, attendez-vous à de la violence après les élections, car maintenant c’est la nouvelle« normale ». Trump nous a fait faire. Il nous a fait passer les élections, parce que l’ancien système régulier ne peut tout simplement pas être invoqué. C’est pourquoi nous avons dû publier notre rapport, afin que nous puissions nous organiser « autour » de tous les processus réguliers. Obama a promis  » transformation fondamentale, «et maintenant, des années plus tard, nous allons enfin réussir».

Quelles preuves y a-t-il de la prise de conscience et de la préparation de la droite politique pour affronter et contrer le TIP (et d’autres gauchistes) et leurs plans pour perturber l’élection? Pas tant. Le temps presse. La menace de violence et de subversion de l’élection de la gauche est réelle. La manière dont nous répondons est essentielle.

Après avoir établi le plan documenté de la gauche pour perturber l’élection présidentielle de 2020, examinons plus en détail certaines des techniques d’opérations d’information actuellement déployées contre le public américain pour persuader et influencer la «saison» électorale à venir.

La publication même du rapport Transition Integrity Project (TIP) et les reportages des médias d’information à son sujet sont des composantes de la guerre psychologique au sein de la campagne de guerre de l’information plus large visant à répandre des rumeurs démoralisantes aux partisans de Trump. Le but est de briser et d’affaiblir le soutien avant, pendant et après le jour des élections. Les partisans démoralisés et démotivés ne rendent pas public leur soutien à leur candidat. Ils ne font pas campagne dans les quartiers et ne placent pas de panneaux dans la cour. Ils ne votent pas. Ils ne font pas de bénévolat dans les bureaux de vote. Ils deviennent convaincus que leurs espoirs sont une cause perdue et hautement controversée. Ils ne souhaitent pas être qualifiés de racistes, de haineux ou identifiés à d’autres éléments marginaux. Ils restent à la maison et regardent la télévision.

Ayant été psychologiquement conditionnés (à travers la pandémie COVID-19) à se retirer, à isoler et à verrouiller – sur ordre en grande partie fiable de divers responsables gouvernementaux – de nombreux Américains réagiront aux tactiques « irrégulières » et extra-légales de la gauche . La gauche compte sur cette réaction pour réprimer la participation électorale et utiliser diverses formes de terreur, telles que les représailles et les menaces de représailles, contre ceux qui ne coopèrent pas ou qui contestent les accusations projetées détaillées dans le rapport TIP.

Le rapport TIP veille à ne pas se livrer à la sédition. Ils sont loin de prôner la violence – mais ce sont des agents politiques très pointus qui sont tous jurés, donc ils parlent dans le code. Voici quelques exemples à lire entre les lignes:

  • «En cas de crise, les événements se dérouleront rapidement et les dirigeants privés de sommeil seront invités à prendre rapidement des décisions conséquentes. Réfléchir maintenant aux options aidera à assurer de meilleures décisions»
  • « Les planificateurs doivent prendre au sérieux l’idée que cela pourrait bien être un combat de rue, pas une bataille juridique; les solutions technocratiques, les tribunaux et le fait que les élites respectent les normes ne sont pas la réponse ici. »
  • « Les groupes, coalitions et réseaux devraient se préparer maintenant à établir les communications nécessaires et à organiser l’infrastructure pour soutenir la mobilisation de masse. »
  • « Les responsables militaires et chargés de l’application des lois doivent être particulièrement attentifs à la possibilité que des acteurs partisans cherchent à manipuler ou à abuser de leurs pouvoirs coercitifs à des fins politiques inappropriées. »

Aucune déclaration ou recommandation particulière n’est complètement scandaleuse, sauf que, dans le contexte du rapport, elles soutiennent et amplifient des prémisses douteuses: les manifestants de gauche sont non violents tandis que les partisans de Trump sont des agents provocateurs; Trump abusera de l’armée et des forces de l’ordre pour conserver le pouvoir; le vote universel par correspondance ne présente aucun risque de fraude; trouver de nouveaux bulletins de vote des semaines après l’élection est tout à fait normal; les nouvelles critiques de Biden sont la désinformation; une victoire de Trump sera la preuve d’une ingérence étrangère, etc.

La campagne de conditionnement psychologique des électeurs, dans laquelle la répression et les représailles deviennent une prophétie auto-réalisatrice, ne sera pas examinée de près par les médias d’information ou les médias sociaux. Ceux qui soulèvent les menaces de violence et de représailles seront qualifiés de théoriciens du complot, marginalisés et renvoyés. Encore une fois, qui veut être traité de raciste, de haineux ou identifié à d’autres éléments marginaux?

Grâce à la publication du rapport TIP, la gauche américaine s’est imposée et son scénario malhonnête comme le récit officiel de l’élection présidentielle de 2020. Ils ont alerté l’aile militante de leur mouvement pour prendre le contrôle de la préparation du jour du scrutin, du jour du scrutin lui-même et jusqu’à la fin du jour de l’inauguration. C’est une campagne en soi – pas un événement. Vous comprenez maintenant comment la gauche entend perturber et voler l’élection présidentielle de 2020. Vous comprenez les techniques de guerre psychologique actuellement utilisées pour vous convaincre (à tort) d’être démoralisé et affaibli. Tu étais prévenu. La question pour vous et pour les autres opposants au plan TIP est la suivante: qu’allez-vous faire?

La Liberté …assassinée!

 

 

 

 

La Grande Conspiration du Silence:Les vies chrétiennes noires n’ont apparemment pas d’importance


Au Nigéria, au cours des 20 dernières années, 100 000 chrétiens ont été tués. Le Nigéria est en train de devenir le «plus grand terrain de meurtre de chrétiens au monde». Le président américain Donald Trump, en 2018, a soulevé la question avec le président nigérian Muhammadu Buhari. « Nous avons eu de très graves problèmes avec les chrétiens qui sont assassinés au Nigeria », lui a dit Trump. Le président Trump, cependant, est presque le seul parmi les dirigeants occidentaux à soulever la question. Lorsque son prédécesseur, le président Barack Obama, a rencontré Buhari, il n’a jamais parlé des meurtres de chrétiens. Sur la photo: Trump et Buhari le 30 avril 2018, à Washington, DC.

«Arrêtez les massacres», «Assez c’est assez», «Nos vies comptent», ont déclaré des chrétiens nigérians et des chefs d’églises réunis à Londres le 20 août pour manifester contre le massacre des chrétiens dans leur pays. Ils ont envoyé au Premier ministre britannique Boris Johnson une lettre accusant les médias internationaux de « conspiration du silence ».

Dans le même temps, un rapport de trois organisations – l’Organisation internationale pour la consolidation de la paix et la justice sociale, le Comité international sur le Nigéria et le Groupe parlementaire multipartite pour la liberté internationale de religion ou de conviction – a révélé qu’au Nigéria, ces 20 dernières années, 100 000 chrétiens ont été tués. Boko Haram, Al-Qaïda, les bergers peuls et d’autres groupes islamistes sont responsables de la mort de plus de 96 000 chrétiens lors de 21 000 attaques distinctes. Selon le rapport, 43 242 chrétiens ont été tués par Boko Haram, l’État islamique et Al-Qaïda; 18 834 sont morts dans les attaques peuls et 34 233 d’autres groupes armés. Le Nigéria est en train de devenir le «plus grand terrain de meurtre de chrétiens au monde».

«Cette chose est systématique», a déclaré l’archevêque anglican Benjamin Argak Kwashi de Jos; « c’est prévu; c’est calculé … leur intention est d’islamiser le Nigéria ».

Les enjeux sont stratégiques et immenses. Le Nigéria, déjà le pays africain le plus peuplé, pourrait avoir une population d’environ 800 millions d’habitants en 2100, selon une étude de The Lancet , et pourrait devenir la neuvième économie du monde. « Si l’Islam envahit le Nigéria, le reste de l’Afrique pourrait facilement en devenir la proie », a déclaré Mgr Hyacinth Egbebo .

Pour lire les reportages sur les massacres de chrétiens nigérians, la scène est toujours la même: un village avec quelques maisons pauvres entourées de champs ouverts. Les djihadistes apparaissent au milieu de la nuit et attaquent maison après maison. Ils enfoncent les portes, crient « Allahu akbar », assassinent les personnes âgées, violent et mutilent les femmes et les enfants, et les kidnappent contre rançon en tant qu ‘ » affaires « . Ils brûlent des maisons, des écoles et des églises. «C’est comme si la vie des chrétiens n’avait plus d’importance», a déclaré le pasteur Stephen Baba Panya, président de l’Église évangélique Winning All.

Non, il n'y a pas de génocide des chrétiens au Nigeria | Radio-Canada.ca

«Dans les États du nord et du centre du Nigéria, des milliers de civils ont été tués dans des attaques menées par Boko Haram, des bergers islamistes peuls et d’autres milices extrémistes», a écrit la baronne Caroline Cox. « Des centaines d’églises ont été réduites en décombres. Des communautés entières ont été forcées d’abandonner leurs maisons et leurs terres agricoles ». La Société internationale pour les libertés civiles et l’état de droit a mis en garde contre le risque d’un  » génocide à la rwandaise « .

Les organisations qui suivent la persécution des chrétiens dénoncent depuis longtemps ce qui se passe. En 2012, Portes ouvertes États – Unis était déjà en soulignant le risque de génocide au Nigeria. Huit ans après cela, combien de vies chrétiennes ont été perdues? Combien pourraient être sauvés si les médias, les chancelleries et les organisations internationales avaient fait pression sur les dirigeants nigérians pour qu’ils protègent leurs chrétiens? Pourquoi l’Occident n’a-t-il jamais lié les échanges commerciaux, diplomatiques, militaires et politiques avec le Nigéria à la protection de ses chrétiens?

Le président américain Ronald Reagan a lié les discussions avec l’Union soviétique à une campagne visant à laisser les Juifs de Russie quitter le pays. Mais même les juifs de l’Union soviétique ne subissaient pas les atrocités que les chrétiens du Nigéria subissent chaque jour.

Le président américain Donald Trump, en 2018, a soulevé la question avec le président nigérian Muhammadu Buhari. « Nous avons eu de très graves problèmes avec les chrétiens qui sont assassinés au Nigeria », lui a dit Trump . Le président Trump, cependant, est presque le seul parmi les dirigeants occidentaux à soulever la question. Lorsque son prédécesseur, le président Barack Obama, a rencontré Buhari, il n’a jamais parlé des meurtres de chrétiens.

Le président Trump devrait « nommer un envoyé spécial pour le Nigéria et la région du lac Tchad pour » se concentrer comme un rayon laser « sur les attaques de Boko Haram et d’autres militants islamiques … pour mettre fin au génocide des chrétiens dans la région », a exhorté l’ ancien membre du Congrès. Frank Wolf.

Il y a six ans, l’enlèvement de 276 étudiantes, pour la plupart chrétiennes, par le groupe islamiste Boko Haram à Chibok, au Nigéria, a conduit à une condamnation internationale. #BringBackOurGirls a tendance sur Twitter – sans surprise, sans effet sur Buhari. La campagne hashtag a été brève.

Une seule de ces adolescentes nigérianes kidnappées, Leah Sharibu , n’a pas réussi à retrouver sa liberté et a donc passé deux ans en captivité à Boko Haram. Pourquoi? Parce qu’elle avait refusé de renoncer au christianisme et de se convertir à l’islam. Sa mère s’est jointe à une manifestation à Londres, mais aucun grand journal européen n’a eu le temps pour elle. « Par fatigue ou honte de soi, ou les deux, nous fermons les yeux », a déclaré le journaliste Franz-Olivier Giesbert.

« La vie des chrétiens en Orient, en Afrique ou en Asie compte-t-elle? C’est une question que nous sommes en droit de nous poser quand nous voyons la place que nos chers médias accordent aux meurtres et aux discriminations dont les catholiques ou les protestants font l’objet sur la planète: rien ou presque rien, quelques heureuses exceptions (…) C’est notre tartuferie (hypocrisie) qui nourrit le choc des civilisations ».

Une autre exception était l’auteur français Bernard-Henri Lévy . Dans un long article, Lévy a décrit sa visite dans les églises et les villages nigérians incendiés et détruits par les fondamentalistes islamiques, tandis que les prêtres et les évêques locaux lui ont montré les photos de femmes chrétiennes mutilées après avoir refusé de se convertir à l’islam. Puis un Peul lui dit :

« C’est notre terre, il y a trop de chrétiens ici, les chrétiens sont des chiens et des enfants de putes. Ce sont des traîtres parce qu’ils se sont convertis à la religion blanche. Quand ils partiront tous, le Nigéria sera enfin libre ».

La journaliste américaine Kirsten Powers a écrit :

<< Les chrétiens du Moyen-Orient et d’Afrique sont massacrés, torturés, violés, kidnappés, décapités et forcés de fuir le berceau du christianisme. On pourrait penser que cette horreur pourrait dévorer les chaires et les bancs des églises américaines. Pas si. Le silence a été presque assourdissant. « 

Les principales églises américaines ont adopté le «signalement de la vertu» sur le racisme après la mort de George Floyd, mais aucun dirigeant chrétien n’a dit «Black Christian Lives Matter» pour sensibiliser le public au massacre des chrétiens. Comme l’a dit un évêque, le silence occidental sur la persécution des chrétiens a été  » sinistre « .

Le « génocide culturel » des Ouïghours par le régime chinois a été dénoncé et est carrément sur le radar de nos médias, et le « génocide des Rohingyas » au Myanmar a abouti à la Cour internationale de justice de La Haye; Les députés allemands et européens l’ ont condamné. Cependant, sur le génocide de 100 000 chrétiens dans le plus grand pays d’Afrique, l’Occident a simplement haussé les épaules.

 

 

 

Crime organisé:Les cartels mexicains se servent des drones pour éliminer les concurrents

Les cartels de la drogue mexicains se sont lancés dans la guerre des drones. Ils utilisent ces appareils volants armés pour éliminer leurs rivaux. Voici l’une des dernières tactiques dans les guerres de la drogue qui frappe ce pays d’Amérique centrale.

Les attaques aériennes sont devenues une arme courante pour le cartel Jalisco Nouvelle Génération (CJNG) qui, selon les autorités, contrôle un tiers du trafic de drogue vers les Etats-Unis.

La CJNG utilise de tels dispositifs depuis la fin 2017 dans différentes régions du Mexique, selon les experts.

Ce cartel est en bonne voie pour institutionnaliser l’utilisation de drones armés“, selon Robert Bunker de l’institut d’analyses C/O Futures. “Aucun autre cartel ne semble actuellement expérimenter ces engins armés.”

Au début de ce mois, une milice d’autodéfense formée par des fermiers du Michoacan a rapporté avoir trouvé deux drones avec des explosifs C4 et des charges de billes attachés à ceux-ci, et a rapporté avoir entendu des explosions qu’ils attribuent à ces engins.

Trois autres drones de la CJNG remplis d’explosifs ont été saisis plus tôt cette année, parmi les armes destinées au cartel rival Rosa de Lima.

En 2018, un drone armé a été utilisé pour attaquer un haut fonctionnaire mexicain à son domicile, ce que les autorités considèrent comme un avertissement car la cible n’était pas chez elle à ce moment-là.

Et dès 2017, quatre membres du cartel ont été arrêtés avec un drone transportant une bombe artisanale.

Les drones commerciaux étant désormais largement disponibles sur le marché, le seul défi pour les sicarios est de savoir les armer.

Le facteur limitant n’est pas tant la disponibilité d’explosifs de qualité militaire car des explosifs commerciaux ou artisanaux peuvent s’y substituer, mais les connaissances techniques de base nécessaires pour créer des engins explosifs improvisés“, selon les experts.

Les gadgets armés sont similaires à des “quadcoptères” armés comme celui utilisé dans une tentative d’attentat contre le leader vénézuélien Nicolas Maduro en 2018, ou des versions moins sophistiquées de drones-kamikaze utilisés par l’Etat islamique et d’autres groupes djihadistes au Moyen-Orient depuis 2016.

Source: Forbes/ El Universal


Les cartels mexicains et les drones armés d’explosif C-4

 

Le quotidien El Universal, au Mexique, rapporte la découverte de deux drones équipés d’explosif de type C-4. Ils se trouvaient dans des boites placées dans une voiture abandonnée par des membres du Jalisco New Generation Cartel à Tepacatepec, à l’ouest de Mexico. Sur les drones, des Mavic 2 Zoom de DJI, étaient scotchées des boites de type Tupperware.  A l’intérieur se trouvaient des charges de plastic accompagnées par des billes en acier et un détonateur. Le carton dans lequel se trouvaient les drones était maculé de sang : il semblerait que les trafiquants aient été blessés et mis en fuite avant d’avoir pu utiliser leurs appareils. On ne doit pas cette découverte à la police, mais à une milice citoyenne.

C’est inquiétant ?

 

 

 

Evidemment, d’autant que l’on connaît des précédents au Moyen-Orient, avec des Phantom de DJI d’ancienne génération dont le mécanisme de tilt de la caméra était utilisé comme levier actionné à distance pour lâcher des grenades sur des cibles. La pratique semble nouvelle avec des Mavic, mais tout aussi artisanale. Selon la milice qui a mis la main sur les drones, les cartels locaux avaient tenté d’utiliser des ULM pour lancer des attaques aériennes sur leurs adversaires. La police s’est équipée de radars, les trafiquants utilisent désormais des drones pour lancer des attaques. Selon les miliciens, il semblerait que, jusqu’à présent, les résultats des raids de drones n’aient pas été de francs succès : « le cartel n’a pas encore appris à voler et lâcher les explosifs avec suffisamment de précision ».

En France ?

 

Pas de souci en France car nous, nous avons adopté le signalement électronique à distance. Les trafiquants qui voudraient utiliser des drones de plus de 800 grammes comme le Mavic 2 Zoom doivent avoir suivi une formation en ligne sur FoxAlphaTango, avoir enregistré leur drone sur AlphaTango, installé à bord une balise électronique et collé une petite étiquette avec le numéro d’enregistrement. En effet, en cas d’absence de balise, si les forces de l’ordre sont équipées pour la détecter et si elles ont le temps de le faire et si le drone pèse plus de 800 grammes, le drone est… considéré comme potentiellement malveillant. Ouf, ça rassure, on respire et on remercie la loi dite « drones » de 2016.

 

Source : El Universal

 

 

Grâce à la Gigantesque Arnaque du COVID 19:L’homme le plus riche du monde vient de passer la barre de 200 milliards

Le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, a franchi la barre de 200 milliards d’euros de la fortune personnelle, alors que les actions de son mastodonte du commerce en ligne ont continué à monter en flèche, en raison de la demande croissante d’achats en ligne.

La percée s’est produite mercredi matin, lorsque les actions de la société ont atteint pour la première fois la valeur de 3404 dollars. L’action a continué à grimper dans l’après-midi pour finir la journée en hausse de 2,85 %, soit 95,36 dollars par action, à 3441,85 dollars, ce qui a fait monter la fortune personnelle de Bezos d’un coup de de 5 milliards de dollars, à 202 milliards de dollars.

Jeff Bezos, âgé 56 ans, dépasse maintenant de 77,7 milliards de dollars la fortune du fondateur de Microsoft, Bill Gates, qui a longtemps détenu le titre de l’homme le plus riche du monde mais qui se trouve maintenant au deuxième rang avec 124,3 milliards de dollars. Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, occupe la troisième place avec une valeur nette de 114,7 milliards de dollars.

Bezos a considérablement agrandi sa fortune en 2020, malgré la pandémie qui a gelé une grande partie de l’économie et a envoyé beaucoup de gens au chômage.

Sans les 87 milliards de dollars de Bezos, les dix personnes les plus riches du monde ont vu leur fortune augmenter de plus de 150 milliards de dollars cette année. Ce chiffre inclut les 73,6 milliards de dollars du PDG de Tesla, Elon Musk, alors que les actions de son constructeur automobile électrique sont montées en flèche.


EN COMPLÉMENTAIRE

Jeff Bezos, a gagné 13 milliards de dollars dans la seule journée du lundi,20 juillet 2020

Le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, a augmenté sa fortune d’un montant record de 13 milliards de dollars dans la seule journée de ce  lundi (20 juillet 2020) grâce à un boom alimenté par le confinement.

Un bond de 7,9% du cours de l’action d’Amazon a permis à l’homme le plus riche du monde de réaliser la plus forte augmentation en un jour de la fortune d’un individu dans l’histoire de l’indice des milliardaires de Bloomberg, qui suit la fortune des personnes les plus riches de la planète.

Jeff Bezos, âgé de 56 ans, pèse aujourd’hui  pour plus de 200 milliards de dollars ce qui le rend plus riche que les grandes entreprises telles que McDonald’s, Exxon Mobile et Nike.

Le magnat de la technologie a augmenté sa fortune de 74,4 milliards de dollars depuis le début de l’année, dans un contexte de hausse de 73% du prix de l’action Amazon. Le commerce sur Internet a bénéficié d’une demande accrue pour les achats en ligne, car les mesures de confinement ont enfermé les consommateurs dans leurs maisons.

Lundi, les actions Amazon ont affiché leur meilleure croissance journalière depuis décembre 2018. Les analystes s’attendent à ce que les revenus de la société de Seattle aient augmenté de 27% pour atteindre 80,7 milliards de dollars, bien que les bénéfices aient probablement chuté par rapport à l’année dernière en raison de la hausse des coûts.

La participation de 11 % de Bezos dans Amazon représente plus de 90% de sa valeur nette, tandis que le reste comprend sa société d’exploration spatiale Blue Origin, le journal Washington Post et 4,5 milliards de dollars en espèces et autres actifs, selon Bloomberg.

D’autres majors des nouvelles technologies ont également vu leur fortune exploser alors même que la pandémie a déclenché le pire ralentissement économique depuis la Grande Dépression. La fortune personnelle du PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a grossi de 14,8 milliards de dollars, tandis que celle du patron de Tesla, Elon Musk, a augmenté de 46,9 milliards de dollars, dont un bond de 5,7 milliards de dollars lundi,le 20 juillet 2020.


AUTRES INFORMATIONS

Jeff Bezos fait des bénéfices sur l’épidémie: il vend pour 3 milliards de dollars d’actions d’Amazon

Mercredi,8 août 2020, le PDG d’Amazon, âgé de 56 ans, a vendu exactement un million d’actions pour la somme 3,1 milliards de dollars (2,6 mld d’euros) de titres dans le jargon du commerce électronique, ce qui porte le total de ses ventes d’actions cette année à plus de 7 milliards de dollars.

Les actions d’Amazon ont pris plus de 90% depuis le début du confinement lié à la pandémie. Les gains énormes ont été alimentés par les consommateurs coincés à la maison qui se sont tournés vers Amazon pour leurs achats. L’action a augmenté de 0,6% jeudi, pour atteindre 3225 dollars.

Le patron d’Amazon milliardaire a annoncé en 2017 qu’il vendrait chaque année au moins un milliard de dollars d’actions détenues personnellement pour financer Blue Origin, qui a récemment publié des offres d’emploi pour son programme de voyage lunaire.

Blue Origin (“origine bleue”, en référence à la planète Terre) est une société créée par Jeff Bezos en 2000 dans le but de développer de nouvelles technologies permettant d’abaisser le coût d’exploration de l’espace.

Son activité principale est centrée sur la construction du lanceur lourd New Glenn qui doit effectuer son premier vol en 2021 et le développement de moteurs cryogéniques pour propulser un futur lanceur lourd.

 

Blue Origin a fait ses débuts en développant le New Shepard, une fusée mono-étage destinée au tourisme spatial qui a effectué son premier vol en 2015.

Le prix du voyage dans l’espace est très élevé“, a déclaré Jeff Bezos lors d’un gala de remise de prix en 2018. “Je suis en train de convertir mes gains à la loterie Amazon en un prix d’entrée beaucoup plus bas pour que nous puissions aller explorer le système solaire.

Jeff Bezos s’est enfermé dans une course à l’espace où il tente de rivaliser avec son collègue milliardaire technologique et PDG de Tesla, Elon Musk, qui dirige sa propre société de fusées, SpaceX. Les deux hommes veulent lancer un réseau de satellites qui diffusent des informations sur l’internet et rendre le tourisme spatial accessible au commun des mortels.

 

 

 


Bezos possède 10,9% des parts d’Amazon, alors que le poids lourd du commerce électronique a vu ses actions augmenter de 81,3%, la pandémie COVID-19 obligeant davantage de personnes à faire leurs achats depuis leur domicile. La valeur de la société s’élève désormais à 1,72 trillion de dollars.

Bezos possède également des parts dans la société de fusées spatiales Blue Origin, dont lil est le fondateur. Leur valeur s’élève à 7,2 milliards de dollars. De plus, il possède 7,1 milliards de dollars en espèces et autres actifs.

Bezos aurait déjà facilement dépassé la barre des 250 milliards de dollars s’il n’avait pas divorcé d’avec MacKenzie Scott, la mère de ses quatre enfants, qui a reçu 20 millions d’actions Amazon lors du divorce. Leur prix actuel de 67,2 milliards de dollars fait d’elle la 13e personne la plus riche du monde.

Source: Bloomberg

 

 

 

 

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:Le dictateur Erdoğan a besoin de nouveaux ennemis

*Cet article est le 4,000 ième  inscrit sur ce blog que vous appuyez de vos lectures et de vos partages.

Je tiens à vous féliciter et vous remercier pour toutes ces belles années ou j’ai eu l’immense plaisir  de Chercher et de Dire la Vérité qui est le thème de notre site.

Il y a un mois,le 22 juillet 2020,ma conjointe,amie et collaboratrice,Claudette Duval,nous a quitté après une longue suite de souffrance,de douleurs et   de séjours à l’hôpital.Elle aimait la vie et rêvait d’un monde meilleur.Elle croyait en la vie après la mort et ,pour elle,la mort n’existe pas:c’est une perception de l’esprit .En cela ,elle rejoint la pensée et la vision des grandes  Guides que furent Helena Blavastny et Maria Orsic.L’une a fondé la théosophie et l’autre,la Société du Vril.

Après avoir  longuement médité,j’ai décidé de revenir « sur les ondes » et de vous offrir  une nouvelle série d’émissions et de vidéos.

J’en profiterai pour vous offrir la science de la Grande Prêtresse du Vril.

Et en hommage à  Claudette Duval,la Grande Médium,je publierai sa biographie et fonderai une nouvelle fraternité spirituelle et philosophique.

Ainsi,malgré  que cet article annonce des relents de Troisième Guerre Mondiale,je le dédie à sa mémoire!

Votre serviteur,Michel Duchaine

 

Il y a quelques années (environ 5 ans) ,j’avais pris cette photo d’elle .
C’était juste avant de tomber gravement malade d’un avc.

 

Début de l’article numéro 4,000

 

Craignant une forte baisse de son taux d’approbation, en particulier au vu d’une crise économique imminente, l’homme fort islamiste de Turquie, le président Recep Tayyip Erdoğan, semble poursuivre de nouvelles guerres avec des ennemis réels ou imaginaires.

 

Le dictateur Erdogan,se prend pour un nouveau calife d’un nouvel empire ottoman.

Les données électorales et les recherches montrent que les Turcs ont tendance à s’unir derrière leur chef en période de crise ou de confrontation avec des ennemis étrangers. Selon le sondeur turc Metropoll, par exemple, le taux d’approbation d’Erdoğan a culminé à 71,1% en décembre 2013, lorsqu’il a présenté une série d’allégations de corruption à son sujet et à sa famille comme « une tentative de coup d’État ». Lors des élections législatives de 2015, le vote d’Erdoğan à l’échelle nationale est tombé à 37,5% et son Parti de la justice et du développement a perdu sa majorité parlementaire pour la première fois depuis son arrivée au pouvoir en 2002.

La cote d’approbation d’Erdoğan a de nouveau fortement augmenté à 67,6% après un putsch raté contre son gouvernement en juillet 2016. Au plus fort de la crise du COVID-19, sa cote était de 55,8%. Metropoll a déclaré que le taux d’approbation actuel d’Erdoğan était de 50,6%. Il pense avoir besoin de nouvelles tensions avec les adversaires passés et actuels de la Turquie.

Plus récemment, condamnant l’accord de normalisation historique entre Israël et les Emirats Arabes Unis (EAU), Erdoğan a déclaré que « parce que nous soutenons la Palestine », il envisage de retirer l’ambassadeur de Turquie des Emirats Arabes Unis. «J’ai donné des instructions à mon ministre des Affaires étrangères … Nous pouvons suspendre les relations diplomatiques [avec les Émirats arabes unis] ou rappeler notre ambassadeur à Abu Dhabi», a ajouté Erdoğan.

S’il le fait, la Turquie sera le seul pays de la région à ne pas avoir de relations diplomatiques avec l’Arménie et Chypre, ni de relations au niveau des ambassadeurs avec la Syrie, Israël, l’Égypte et les Émirats arabes unis. Les relations de la Turquie avec de nombreux pays où elle entretient des relations diplomatiques complètes ne sont pas en bien meilleure forme.

Fin juillet, avant même l’accord EAU-Israël, le ministre turc de la Défense Hulusi Akar a déclaré à Al Jazeera que la Turquie tiendrait Abu Dhabi, le principal émirat, responsable au bon moment et au bon endroit des «actions malveillantes commises en Libye et en Syrie». Il a déclaré que les EAU sont « un pays fonctionnel qui sert les autres politiquement ou militairement et est utilisé à distance ».

La Turquie a manifestement une profonde colère pour tout accord qui pourrait aider à stabiliser l’une des régions les plus instables du monde. Le 3 août, le ministère turc des Affaires étrangères a condamné un accord pétrolier conclu entre une société basée aux États-Unis et des Kurdes syriens pour le développement de champs pétrolifères dans le nord-est de la Syrie. Dans le nord-ouest de la Syrie, où la Turquie contrôle de petites poches de terres, Ankara a menacé de répondre militairement à des attaques potentielles contre ses forces.

 

Il y a aussi des différends «plus chauds». Ignorant les efforts internationaux pour trouver une solution diplomatique aux différends frontaliers maritimes avec son rival traditionnel de la mer Égée, la Grèce, le 10 août, la Turquie a repris l’exploration pétrolière et gazière en mer Méditerranée – quelques jours seulement après que le gouvernement turc a déclaré qu’il retarderait les enquêtes offshore pour rechercher un résolution diplomatique avec la Grèce.

Le président français Emmanuel Macron a appelé la Turquie à être sanctionnée et a accusé son gouvernement de violer les droits de la Grèce et de Chypre. Face à l’affirmation croissante de la Turquie, Macron a également ordonné à la marine française de la Méditerranée orientale de fournir une assistance militaire à la Grèce. Dans un autre mouvement, la France a signé un accord de défense avec Chypre. L’accord est entré en vigueur le 1er août. L’accord de coopération en matière de défense, d’une durée de deux ans, couvre l’énergie, la gestion des crises, la lutte contre le terrorisme et la coopération en matière de sécurité maritime entre Chypre et la France.

Alors que l’impasse s’approfondissait, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a convoqué son conseil de sécurité nationale. Une déclaration publiée à l’issue des réunions rappelait l’époque d’avant-guerre: « Nous sommes en pleine préparation politique et opérationnelle », a déclaré le ministre d’État George Gerapetritis sur la chaîne de télévision publique ERT. « La majeure partie de la flotte est prête à être déployée partout où cela est nécessaire. »

Si vous ajoutez à ce tableau périlleux les marines chypriote, israélienne et égyptienne, la Turquie se heurte à de formidables forces navales en Méditerranée. Lors d’un incident dangereux le 14 août, deux navires de guerre, la frégate Limnos de la marine grecque et le TCG Kemalreis de Turquie , sont entrés en collision en Méditerranée orientale.

Toutes ces tensions turco-grecques dans les mers de la mer Égée et de la Méditerranée renforcent une nostalgie turque d’un siècle de reprendre certaines îles grecques. Yeni Safak , un journal farouchement pro-Erdoğan, a suggéré que l’armée turque envahisse 16 îles grecques.

Le site Web Greek City Times a commenté :

« La discussion sur les guerres et l’invasion des îles grecques est … une tactique utilisée par le régime du président turc Recep Tayyip Erdoğan pour détourner l’attention de la population turque de la situation économique déplorable »,

L’idée d’Erdoğan de chasser le vote par des troubles régionaux ne se limite pas aux seules aventures navales. Dans le contexte d’une soudaine flambée de frontière entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie le 12 juillet, les armées turque et azérie ont lancé un exercice militaire conjoint de deux semaines, impliquant les forces aériennes et terrestres des alliés traditionnels.

Dans le sud-est de la Turquie, l’Irak a blâmé Ankara pour une attaque de drone qui a tué deux officiers militaires irakiens de haut rang. L’incident s’est produit peu de temps avant une visite prévue du ministre turc de la Défense Hulusi Akar à Bagdad. Un gouvernement irakien furieux a déclaré que le ministre turc n’était plus le bienvenu.

Erdoğan a besoin d’histoires épiques de puissance militaire contre des ennemis étrangers réels ou fabriqués pour raconter à un nombre croissant d’électeurs réticents face à une économie en difficulté. C’est une mauvaise nouvelle pour toute la région.

 

 

 

 

 

 

 

Description de la micro-bombe nucléaire larguée par les drones israéliens sur Beyrouth

 

VT avait encore raison. Nous avons estimé la profondeur du cratère à Beyrouth sur la base d’une mini-explosion nucléaire à 40 à 45 pieds. Le Washington Post rapporte que l’estimation officielle a été révisée à 45 pieds de 150.

  • Les avions israéliens étaient au-dessus
  • Le faux nitrate d’ammonium non explosif peut avoir existé
  • Des vidéos de missiles ont été diffusées et maintenant bloquées sur le net

 

VT: Le 2 novembre 2019, VT a rapporté qu’Israël avait développé une arme micro-nucléaire (micro-nuke). Sur une photographie divulguée d’Israël, une bombe nucléaire de moins d’une kilotonne est dévoilée. Ces armes, de la taille d’une canette de bière, sont capables d’explosions nucléaires d’environ 10 kilotonnes sans rayonnement résiduel, avec de très petits éclairs de combustion de carburant et peu de signes révélateurs d’explosion.

Dans une étrange tournure du destin, avec des vidéos de missiles, des avions au-dessus et tant de controverses sur de fausses explosions d’engrais, nous devons nous demander si les génies de Tel-Aviv, presque tous des prix Nobel, ont réussi quelque chose d’incroyable?

Les premières vidéos, démenties par qui-vous-savez, montraient des oiseaux volant dans le ciel de Beyrouth juste avant l’explosion. Un oiseau a choisi de suivre une route directe, plongeant vers la partie la plus chaude du feu et pondant un œuf cylindrique qui s’est fissuré avec ce qui semble maintenant être une omelette de 6 kilotonnes.

D’après un rapport secret de l’AIEA:

“Les années écoulées et des projets top-secrets ont été lancés en Amérique et en Israël pour remplacer l’ancien SADM (Special Atomic Demolition Munition Munition spéciale de démolition atomique ) avec son poids lourd et son excès de radioactivité, aboutissant au développement et aux essais réussis à Dimona en 1981 du « nouveau »micro-dispositif nucléaire. En utilisant la physique nucléaire avancée, les scientifiques ont trouvé un moyen de faire exploser la nouvelle bombe «petite valise» sans utiliser de réflecteur à l’uranium 238, et ont affiné davantage le Plutonium 239 dans son noyau à 99,78%.

Ces mesures ont abouti à une arme considérablement plus petite et plus légère que le SADM, qui avait également un autre énorme avantage. La nouvelle micro-bombe  nucléaire de Dimona était la toute première arme critique pouvant être utilisée en mode «furtif». Fini le réflecteur sale d’Uranium 238, et bienvenue à la pureté du plus petit noyau de Plutonium 239.

Le plutonium émet uniquement un rayonnement alpha, qui est à toutes fins pratiques «invisible» pour un compteur Geiger standard. En contraste direct avec ses cousins ​​plus mortels bêta et gamma, l’alpha ne peut parcourir que quelques mètres et est incapable de pénétrer la peau humaine. Rappelez-vous que cette micro-nuke (micro-bombe nucléaire) est une arme minuscule en termes de masse critique, avec son nombre limité de particules réparties sur une très large zone.

Vous devrez être à moins de cinq pieds pour détecter une seule particule. Bien que les particules alpha ne puissent pas pénétrer dans la peau, un tel rayonnement est extrêmement dangereux s’il est inhalé car le plutonium est la substance la plus toxique (qu’on connaît) pour l’homme. Si vous respiriez une bouchée immédiatement après l’explosion, vous seriez mort en moins d’une heure, peut-être en quelques minutes. ”

Courte vidéo préservée sur Twitter ici (soyez attentif et vous le verrez passer juste avant l’explosion):

 


Des drones israéliens larguent des mini-bombes nucléaires

2 novembre 2019
VT a des informations selon lesquelles Israël arme ses drones avec de petites armes nucléaires tactiques. La photo ci-dessus est un test d’une arme nucléaire à faible rendement testée en Israël. La photo est tirée d’une vidéo israélienne divulguée relative à leur programme secret d’armes nucléaires, des armes qui ont été utilisées en Syrie pour soutenir les terroristes islamiste dont l’Etat islamique ISIS.
Les armes elles-mêmes sont une réalisation technologique réalisée grâce à l’espionnage du programme d’armes nucléaires américain par l’infiltration de la direction du Département américain de l’énergie par ses 3 derniers chefs, qui, selon nos sources, travaillaient tous comme espions israéliens.

 

 

 

 

Des drones israéliens larguent des mini-bombes nucléaires

2 novembre 2019
VT a des informations selon lesquelles Israël arme ses drones avec de petites armes nucléaires tactiques. La photo ci-dessus est un test d’une arme nucléaire à faible rendement testée en Israël. La photo est tirée d’une vidéo israélienne divulguée relative à leur programme secret d’armes nucléaires, des armes qui ont été utilisées en Syrie pour soutenir les terroristes islamiste dont l’Etat islamique ISIS.
Les armes elles-mêmes sont une réalisation technologique réalisée grâce à l’espionnage du programme d’armes nucléaires américain par l’infiltration de la direction du Département américain de l’énergie par ses 3 derniers chefs, qui, selon nos sources, travaillaient tous comme espions israéliens.

 

L’histoire secrète des Micro-Nukes

Nous avons reçu des tonnes de données issues de diverses enquêtes, dont une grande partie «bouleverse le monde». Cela provient de plusieurs sources, mais toutes ne trouvent pas les mêmes réponses. Ce que nous avons noté, c’est que l’enquête initiale sur le 11/9, la vraie, était un «préliminaire», donné à la Maison Blanche, aux dirigeants du Congrès, au Pentagone et aux principaux juges. Lorsque le travail de suivi était effectué, il était stocké et non publié ou présenté. Ils voulaient enterrer le «11 septembre nucléaire» aussi profondément que possible.

Aujourd’hui, nous réécrivons l’histoire.

Nous avons établi et prouvé une physique solide qui a survécu à tous les défis, nous avons également établi la large présence du terrorisme d’État nucléaire, en grande partie centré autour d’Israël. Nous nous rapprochons également d’une explication plus «multinationale» des actions d’Israël, car nous les voyons coopérer avec d’autres, les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, dans la technologie des armes. Il y a longtemps, il a été établi que ces trois pays injectaient non seulement de la technologie, mais du matériel nucléaire en Israël.

Nous avons montré exactement qui et comment cela a été fait d’une manière dont personne d’autre ne l’a fait. À cette fin, cette série, publiée sous mon nom avec quelques articles sous Veterans Today, devrait être revue par des universitaires et des scientifiques, des experts en sécurité qui prennent vraiment leur travail au sérieux. Nous avons rendu très facile l’obtention de matériel qui n’est nulle part ailleurs. L’enracinement autour de VT semble être difficile pour certains.

Nous ne sommes pas dans le secteur de l’édition de livres et nous ne vendons pas non plus d’huile de serpent. J’ai déjà été informé par des «hauts dirigeants» que nous avons changé le monde et que le terrorisme nucléaire n’est plus si attrayant maintenant qu’il n’est plus secret. À cette fin, je tiens à remercier ceux qui sont horriblement offensés par la vérité et les dommages que nous avons causés à leurs campagnes de mensonges et de dissimulation. Ils ont fait avancer la cause en reconnaissant qui sont nos vrais ennemis bien plus qu’ils ne le savent.)

«Peu de temps après, les scientifiques se sont rendu compte qu’en créant la minuscule « arme principale » de la bombe à hydrogène, ils avaient également créé une micro-arme nucléaire relativement légère qui pouvait être portée par un seul soldat pour diverses utilisations contre des cibles de grande valeur, notamment des centrales hydroélectriques et des ponts.

Moins de deux ans plus tard, le premier de la série SADM [Special Atomic Demolition Munition] présenté en haut de cette page a été mis en service opérationnel. Le SADM «standard» qui a évolué aurait finalement un noyau de Plutonium 239 enfermé dans une mince couche d’uranium 238 non fissile connu sous le nom de «réflecteur à neutrons».

Brûlures éclair au plutonium et au napalm – mais pouvez-vous dire lesquelles sont lesquelles? Lorsque le SADM d’équivalence de 10 tonnes TNT est devenu critique, il a évidemment créé beaucoup moins de rayonnement que l’énorme et mal nommé «Little Boy» à Hiroshima, mais a quand même produit des niveaux dangereusement élevés de rayonnement résiduel. La majeure partie de cela provenait du réflecteur Uranium 238 très «sale» de SADM, qui, avec son noyau en Plutonium 239, a explosé en millions de particules au point de criticité.

Ce même matériau non fissile à l’uranium 238 provoque encore de graves maladies aujourd’hui, après avoir été tiré par des chars et des avions américains sous la forme d’obus ou d’ogives de missiles sous-critiques à l’uranium appauvri. Demandez à n’importe qui dans le sud de l’Irak et au Kosovo à quel point ce truc peut vous rendre malade.

——————

Toutes ces munitions contiennent de l’uranioum 237.

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:L’équilibre de la terreur sous les mers

Homme libre, toujours tu chériras la mer… Justement, il s’en passe de belles sous les flots, théâtre parmi d’autres de la grande rivalité entre l’empire et le Heartland et où se joue en partie l’équilibre de la terreur entre les deux grands.

 

On sait déjà qu’avec beaucoup moins, Moscou tient la dragée haute aux petits génies du Pentagone :

Avec un budget militaire dix fois moins élevé, Moscou donne une véritable leçon d’efficacité, ébréchant le mythe d’une Amérique performante, professionnelle, productive. Dans la course à l’armement, comme dans la conquête spatiale d’ailleurs, la réalité met souvent à mal l’image chimérique du « rêve américain » : amateurisme, gaspillages et fiascos militaro-industriels y sont légion.

Le seul budget de l’US Navy est trois plus élevé que la totalité du budget militaire russe. Et pourtant. Dans les profondeurs abyssales comme ailleurs, aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des… annuités.

L’amiral Dave Johnson est en émoi : « Nous faisons face à des adversaires difficiles. Vous n’avez qu’à voir le Severodvinsk. Je suis tellement impressionné par ce bâtiment que j’en ai fait construire une maquette dans mes bureaux. »

 

La bestiole a en effet tout pour plaire (ou déplaire, c’est selon) : double coque furtive, sonar très sophistiqué, automatisation poussée (65 membres d’équipage seulement) et, très bientôt, missiles hypersoniques Zircon.

L’amirauté impériale tire la sonnette d’alarme. Certes, on connaît la propension historique des militaires à exagérer les menaces afin d’obtenir des crédits supplémentaires, mais il s’agit d’autre chose ici. Il y a deux ans, le Severodvinsk a pris un bain de minuit dans l’Atlantique et la marine américaine a totalement perdu sa trace durant des semaines. Comme le dit l’adage, perdre un sous-marin ennemi en temps de paix est déjà un casse-tête ; en tant de guerre, c’est un désastre…

Une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais seule, les Russes ont mis au point une technique pour que les submersibles navigant sous la calotte glaciaire arctique puissent tirer leurs ogives nucléaires. L’idée n’est évidemment pas nouvelle. La banquise polaire est l’abri rêvé de tout sous-marin voulant échapper à la détection adverse. Mais elle empêche à son tour de lancer des projectiles.

Range des missiles nucléaires emportés par le nouveau submersible russe.

 

 

Durant la Guerre froide, les Soviétiques avaient déjà essayé de percer la glace avec des torpilles mais le résultat escompté n’était pas à la hauteur. Les Russes ont donc récemment mis au point des missiles perce-banquise, ouvrant la voie au missile intercontinental tiré ensuite.

 

 

 

Mise à jour: Nouvel Ordre Mondial sioniste :Israël frappe Beyrouth avec un missile nucléaire, Trump et le gouvernement libanais ont confirmé

 

 

Trump confirme qu’il s’agissait d’un bombardement, pas d’un accident et est immédiatement flagellé par la presse pro-israélienne …et ce n’est pas par hasard que Joe Biden a choisi Kamala Harris ,une juive,comme colistière.

 

Autre vidéo d’origine libanaise:

https://www.telewebion.com/episode/2339550

 

 

Voici ce que nous savons depuis:

  • Des preuves accablantes que les F 16 israéliens venaient de terminer une attaque contre l’entrepôt 12 lorsque la grande explosion s’est produite. Nous avons des dizaines de témoins oculaires fiables et de nombreuses vidéos, du son et même des avions qui sortent d’une plongée, pas des oiseaux, ils ne volent pas à 350 nœuds, pas normalement. (Beaucoup d’oiseaux s’envolaient, ils ressemblent exactement à des oiseaux)
  • Le gouvernement libanais et le Hezbollah acceptent maintenant que le nitrate d’ammonium n’était en aucun cas impliqué. Le Liban est construit sur la roche et tout doit être détruit. Les Libanais connaissent les explosifs, savent comment utiliser l’AN et tout le monde au Liban sait que c’est un canular. AN n’est pas explosif, il brûle même dans une suspension explosive (ANFO) à moins que de très grandes charges de TNT ne soient utilisées pour l’initier.
  • Tous impliqués dans l’histoire de l’AN, le conte du navire russe ou prétendant qu’il a explosé sont maintenant des suspects de terrorisme, bien que la plupart soient simplement des idiots d’Internet. AN est démystifié.
  • Cette vidéo a la vraie déclaration de Trump, il est à 100% derrière VT (embarrassant)
  • Les enquêteurs examinent maintenant une attaque israélienne complexe et à deux volets utilisant un probable missile Rampage à pointe nucléaire (nouvelle conception) tout en se couvrant d’une attaque F 16 et d’un éventuel explosif conventionnel. À ce stade, c’est très probablement comme le voient les enquêteurs.

Et maintenant, à l’histoire originale qui a été piratée, comptée à rebours par Google et bien plus encore. Nous adorons ça… VT avait raison une fois de plus alors que les médias mondiaux viennent de publier du slop bon marché. Cela ne se serait jamais produit avant que la démence précoce de Reagan ne prenne le train de la «libre entreprise» pour consolider les médias indépendants locaux et régionaux merveilleusement diversifiés de l’Amérique.

#Breaking #Syrie Le président Assad ordonne que toutes les frontières et tous les ports du pays soient ouverts au #Liban, ordonne à des caravanes d’ambulances de se rendre à #Beirut et à un ferry transporter les blessés vers les hôpitaux de #Damas, et lance un pont aérien de fournitures médicales et alimentaires entre les deux villes

L’absurdité au carré: les «Fact Checkers» de YouTube et Facebook, employés par les personnes qui, selon VT, ont mis en scène l’attaque, effacent les preuves d’Internet… qui l’aurait deviné.

 

Voici  l’image vidéo originale, jamais publiée nulle part, qui prouve que tout ce qui a été retiré sur Facebook et YouTube est réel.

Photo infrarouge originale soigneusement validée comme intacte et authentique.

 

Voici des Images infrarouges du missile lui-même avant l’impact:

 

 

Set II Caméra différente, angle différent

C’est le même missile vu sous un angle légèrement différent lors de l’impact.

 

Missile israélien Delilah transportant un missile nucléaire de 6 kilotonnes (6000 tonnes équivalent TNT) (photo non retouchée via VT Damas) Tineye dit que c’est une image unique et n’apparaît nulle part sur le Web.

Il s’agit d’une vidéo infrarouge qui montre, à 6 secondes, le missile entrant et frappant…

Il s’agit de la vidéo qui a été supprimée de YouTube pour « violation de contenu ».

 

L’analyse des pixels indique que c’est une bonne photo. Ainsi, le démystifier deviendra un énorme problème. Une armée de trolls est déjà sur Twitter et Facebook.

«La première explosion a été causée par le missile anti-navire Gabriel d’Israël. La deuxième explosion a été causée par le missile israélien Delilah du F16. Notre pays est complètement menacé par ce régime paresseux et corrompu. 

Il s’agit de la signature de rayonnement de l’explosion reçue d’une source en Italie, soumise à VT par l’Agence internationale de l’énergie atomique (ONU)

Trump confirme l’attaque (nucléaire non mentionnée) et est soudainement devenu un «ennemi d’Israël» (En 2015, Trump a été désigné VT comme une source de briefings de renseignement. Finalement, son personnel s’est tourné vers InfoWars et Steve Bannon. Vous pouvez voir comment cela a élaboré.)

 Un général de l’armée libanaise rapporte qu’Israël a largué une arme nucléaire tactique sur le port de Beyrouth aujourd’hui. Il rapporte que cela a été fait pour faire tomber le régime politique actuel et se révolter contre le Hezbollah.

Leur déni, presque identique à celui d’Israël, soutient cette hypothèse.

Alors que les mensonges commencent, rien dans cette explosion, le nuage de champignon ou la force de l’explosion n’est un feu d’artifice, qui était le premier mensonge, puis un engrais au nitrate d’ammonium, disent-ils sous 3k tonnes, qui a été stocké pendant des années pour être utilisé sur les terrains de golf du Liban. , quand ils décident de les construire. Non, rien d’aujourd’hui n’est drôle.

Nous ajoutons également que plus tôt dans la journée, la déclaration de Netanyahu qui, selon nous, est qu’Israël s’attribue le mérite de l’attaque. Beyrouth est toujours une bombe endommagée par Israël à partir de 2006. Comment vous prenez les déclarations de Netanyahu telles que décrites dans le Times of Israel aujourd’hui, est une question de foi, de confiance ou de conjecture.

 

 

Cependant, ce que me disent des sources influentes et crédibles de Beyrouth, c’est ceci:
«L’explosion de Beyrouth représente environ 100 fois plus d’énergie que l’explosion de Tianjin en 2015, soit 5,4 kilotonnes d’équivalent TNT (en utilisant une extrapolation linéaire de Tianjin, qui impliquait 800 tonnes d’ammonium nitrate).

Les armes nucléaires conventionnelles contre le Japon avaient 15 à 21 kilotonnes. Mais cette explosion est différente, c’est à cause de l’arme nucléaire tactique moderne qui contient jusqu’à 10 kilotonnes de matière hybride, y compris de l’uranium. C’est pour cette raison que nous avons encore de l’acide et des radiations dans l’air. Les installations de stockage à proximité du silo à grains ne sont PAS marquées pour le stockage des matières dangereuses, mais sont plutôt marquées pour les marchandises générales. Par conséquent, vous pouvez le deviner, de quoi nous serons nourris dans les heures à venir. – Ghayet Ali

«La première explosion a été causée par le missile anti-navire Gabriel d’Israël. La deuxième explosion a été causée par le missile israélien Delilah du F16. Notre pays est complètement menacé par ce régime paresseux et corrompu.

 

L’arme faisait 6 kilotonnes. Ce rapport maintenant:

«En obtenant des rapports de Beyrouth, une bombe nucléaire tactique miniature a été utilisée pour attaquer le port, des experts nucléaires et des chercheurs ont signalé au hasard les particules ayant réagi dans la boule de feu.

On s’attend à ce que le Hezbollah, nous dit-on, riposte contre Israël et ils disent qu’il n’y a aucun moyen pour que la Syrie ne soit pas introduite.

Jeff Smith de l’AIEA confirme qu’il s’agit d’une explosion nucléaire. Les mensonges sur les feux d’artifice dans les navires et les engrais sont ce que nous obtenons toujours. Vous ne stockez en aucun cas un centre-ville dans une grande ville comme Beyrouth. Pas beaucoup d’agriculture à Beyrouth et on n’y fête pas le 4 juillet.

La fumée pourrait bien être du carburant pour missiles, ce qui pourrait signifier qu’une installation de stockage de missiles a été touchée par Israël. Nous avons la confirmation d’Israël qu’ils prévoyaient d’attaquer Beyrouth il y a 5 jours en représailles aux attaques militaires du Hezbollah sur le Golan, qui n’ont été signalées nulle part.

On nous dit que le Liban a demandé des enquêteurs nucléaires de la Russie, mais il n’y a aucune tentative de protéger le site qui, même s’il s’agissait d’une arme propre moderne, est encore radioactif.

 

<blockquote class= »twitter-tweet »><p lang= »en » dir= »ltr »>So proud of this shop!<br>Jersey Journal takes home 11 statewide press association awards <a href= »https://t.co/QMuludKjgh »>https://t.co/QMuludKjgh</a></p>&mdash; Barbara Davis (@Natusb2) <a href= »https://twitter.com/Natusb2/status/1294118091958505473?ref_src=twsrc%5Etfw »>August 14, 2020</a></blockquote> <script async src= »https://platform.twitter.com/widgets.js » charset= »utf-8″></script>

 

 

Le gouverneur de Beyrouth qualifie l’explosion de «  catastrophe nationale proche d’Hiroshima  »

«Une brigade de pompiers de 10 personnes est arrivée sur les lieux. Ce qui s’est passé est très similaire à ce qui s’est passé dans les villes japonaises d’Hiroshima et de Nagasaki. Ils se sont rendus sur les lieux et ont disparu. C’est une catastrophe nationale pour le Liban. Nous ne savons pas comment nous allons gérer cela », a déclaré le gouverneur de Beyrouth, Marwan Abboud. (Spoutnik / Moscou)

«Israël n’a rien à voir avec l’explosion massive qui a secoué Beyrouth le 4 août, a annoncé la chaîne de télévision parlementaire du pays. Une déclaration similaire a été faite par un responsable israélien anonyme dans une interview à Reuters, tandis que le ministre des Affaires étrangères du pays, Gabi Ashkenazi, a affirmé que l’explosion était probablement un accident causé par un incendie. (Spoutnik / Moscou)

Auparavant / VT : Deux explosions à Beyrouth, une bombe guidée conventionnelle suivie d’une petite arme nucléaire. Il est maintenant confirmé que la cible est une installation de stockage de missiles du Hezbollah.

 

On s’attend à ce que le Hezbollah, nous dit-on, riposte contre Israël et ils disent qu’il n’y a aucun moyen pour que la Syrie ne soit pas introduite.

Jeff Smith de l’AIEA confirme qu’il s’agit d’une explosion nucléaire. Les mensonges sur les feux d’artifice dans les navires et les engrais sont ce que nous obtenons toujours. Vous ne stockez en aucun cas un centre-ville dans une grande ville comme Beyrouth. Pas beaucoup d’agriculture à Beyrouth et on n’y fête pas le 4 juillet.

La fumée pourrait bien être du carburant pour missiles, ce qui pourrait signifier qu’une installation de stockage de missiles a été touchée par Israël. Nous avons la confirmation d’Israël qu’ils prévoyaient d’attaquer Beyrouth il y a 5 jours en représailles aux attaques militaires du Hezbollah sur le Golan, qui n’ont été signalées nulle part.

On nous dit que le Liban a demandé des enquêteurs nucléaires de la Russie, mais il n’y a aucune tentative de protéger le site qui, même s’il s’agissait d’une arme propre moderne, est encore radioactif.

 

Le gouverneur de Beyrouth qualifie l’explosion de «  catastrophe nationale proche d’Hiroshima  »

«Une brigade de pompiers de 10 personnes est arrivée sur les lieux. Ce qui s’est passé est très similaire à ce qui s’est passé dans les villes japonaises d’Hiroshima et de Nagasaki. Ils se sont rendus sur les lieux et ont disparu. C’est une catastrophe nationale pour le Liban. Nous ne savons pas comment nous allons gérer cela », a déclaré le gouverneur de Beyrouth, Marwan Abboud. (Spoutnik / Moscou)

«Israël n’a rien à voir avec l’explosion massive qui a secoué Beyrouth le 4 août, a annoncé la chaîne de télévision parlementaire du pays. Une déclaration similaire a été faite par un responsable israélien anonyme dans une interview à Reuters, tandis que le ministre des Affaires étrangères du pays, Gabi Ashkenazi, a affirmé que l’explosion était probablement un accident causé par un incendie. (Spoutnik / Moscou)

Auparavant / VT : Deux explosions à Beyrouth, une bombe guidée conventionnelle suivie d’une petite arme nucléaire. Il est maintenant confirmé que la cible est une installation de stockage de missiles du Hezbollah.

 

C’est la deuxième explosion, qui ressemble à la boule de plasma d’une explosion nucléaire pour moi, notez la couleur blanche indiquant des températures extrêmement élevées – aucune explosion conventionnelle ne brûle si chaud. Notez également la grande hauteur de la boule de plasma – elle est plus haute que le silo à grains. Je me souviens très fortement du bombardement de Tianjin il y a quelques années. L’entrepôt à l’est dont il parle est le bâtiment noir montré dans les images vidéo ci-dessus.

Cela sent comme un article de couverture, je doute fort qu’il y ait eu des feux d’artifice, les petites explosions vues dans les vidéos étaient plus susceptibles d’avoir été des munitions cuisant à cause des incendies déclenchés par la première explosion.

RT vient de couvrir les explosions et cite un gouvernement libanais. ministre:

https://www.rt.com/news/497080-beirut-explosion-lebanon-videos /

Le ministre de la Santé Hamad Hassan a déclaré aux médias locaux qu’un navire transportant des feux d’artifice avait explosé dans le port. La séquence vidéo donne du poids à son explication, car elle montre une petite explosion suivie du crépitement de feux d’artifice, avant une seconde explosion massivement destructrice.

Les résidents locaux ont partagé des images montrant d’importants dommages matériels. Le bureau du journal Daily Star a été détruit par l’explosion, avec des fenêtres soufflées et des meubles jetés au sol. La correspondante de France24, Leila Molana-Allen, a déclaré que son appartement avait été «détruit par l’explosion», ajoutant qu’elle pensait que l’explosion avait été causée par un «missile à réaction».

On dirait que les Libanais ont inventé le navire rempli d’histoire de feux d’artifice pour couvrir la vérité. Molana-Allen a presque certainement raison – qu’il s’agissait d’une sorte de missile ou de bombe guidée larguée par un chasseur-bombardier à réaction.

Ou vont-ils avec celui que nous avons entendu tant de fois auparavant lorsque des armes nucléaires tactiques ont été utilisées – que c’était un stock d’explosifs qui a augmenté: bien sûr, ils nieraient qu’il s’agissait d’une attaque, personne n’admet jamais qu’une arme nucléaire est partie off, c’est terriblement mauvais pour l’opinion publique.

Le nitrate de sodium, essentiellement une grosse bombe d’engrais, non, ne pas acheter ça du tout, c’est l’histoire de couverture avec laquelle ils semblent aller.

Cette dame locale décrit une sensation de fusion, qui ressemble à un rayonnement qui la frappe – être frappée par un rayonnement ressemble à de la chaleur, cela vous brûle.

Je ne suis pas d’accord avec l’évaluation selon laquelle il s’agissait d’une explosion de particules fines, cela n’expliquerait pas la boule de plasma chauffée à blanc, seule une arme nucléaire peut l’expliquer.

Des fenêtres soufflé à 7 km indique une énorme explosion, encore une fois, suggérant qu’il s’agissait bien d’une bombe atomique.

La panne des téléphones est probablement due à l’impulsion électromagnétique produite par les armes nucléaires.

 

Il y a beaucoup de victimes, probablement principalement dues aux éclats de verre et aux débris.

Donc,peu importe les morts et les milliards de  perdus,Joe Biden,le pédophile opportumiste va serrer les mains sionistes juives  de l’AIPAC pour tout tenter afin de battre Donald Trump!Ces milliardaires de politiciens US sont totalement pourris!

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:La base d’al-Watiya se prépare ; des soldats de l’OTAN débarquent en Lybie

Pour la première fois depuis le début de la pseudo guerre libyenne, les médias font état des avions transportant des terroristes ont atterri mercredi 29 juillet sur la base militaire d’al-Watiya, non loin de la Tunisie et de l’Algérie. Parallèlement des informations reliées par les sources algériennes font état des tentatives des services secrets « étrangers » destinés à faciliter des opération d’infiltration sur le sol algérien en vue des violences terroristes et ce, dans l’objectif d’en accuser l’armée et les forces de sécurité algériens.

Après avoir signé des accords de sécurité avec le Niger, la Turquie otaniste est-elle sur le point de placer des soldats de l’OTAN sur les frontières tunisiennes et algériennes?
Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, vitrine médiatique de l’opposition pro-occidentale anti-Etat syrien, la Turquie aurait déjà envoyé 17 000 mercenaires, dont 350 âgés moins de 18 ans, en Libye, et ce, après une formation militaire ». Ce chiffre est revu à la baisse par d’autres sources qui mettent en avant un contingent de 12 000 à 15 000 mercenaires étrangers, venus non seulement d’Idlib mais aussi des provinces séparatistes chinoises mais aussi de l’Asie centrale et des républiques de l’ex Union soviétique. Ils combattant aux côtés du Gouvernement d’union nationale (GNA) dirigé par Fayez el-Sarraj qui sert de paravent aux équipées militaires turques, diligentées par le QG OTAN/USA.
Depuis plusieurs mois, des mercenaires de plusieurs nationalités affluent en Libye, affirme Sky News. « Les observateurs estiment leur nombre à plusieurs milliers.
« La majorité de ces mercenaires sont syriens, ce qui rend la tache infiniment plus dure non pas pour l’agent Haftar et ses soutiens qui ne sont dans cette histoire – a part évidemment la Russie) de simples acteurs à la solde des Etats-Unis mais pour l’armée algérienne, la plus puissante de la région car elle se devra s’apprêter à faire face à une guérilla bien aguerri et expérimentée. Au nombre des terroristes il y aurait aussi des daechistes d’origine irakienne et syrienne, ceux-là mêmes qui sont formé par les Etats-Unis à Ain al-Asad (Irak) ou encore à al-Tanf (Syrie). Bref l’axe US/Israël est en train de masser sur les frontières algérienne et tunisienne un cocktail explosif . Des Yéménites et des Somaliens ou des Maghrébin s’y trouvent et la Turquie continue d’envoyer davantage de troupes en Libye », toujours selon l’OSDH.
Mais qui les commandent? « Ces mercenaires, répartie en unités, sont dirigés par 3.000 soldats et agents de renseignements turcs, appuyés par les officiers de détachement américain et otanien et présents dans le pays pour soutenir le GNA. Ces mercenaires reçoivent 2 000 dollars par mois et la Turquie a promis de leur accorder la citoyenneté turque ».
Selon ce rapport, « 481 personnes, dont 34 enfants et adolescents à la solde d’Ankara ont déjà été tués dans le conflit libyen. Il y a quelque temps, des centaines de mercenaires pro-turcs s’étaient rendus de Syrie en Turquie pour que leur procès de recrutement par les forces de l’Armée nationale syrienne (Al-Jaysh al-Watani), soit mené sous l’ordre des services de renseignement turcs ».
Interrogé sur le sujet le politologue Kanani Moghadam va de son commentaire : « En effet, alors que les Emirats et l’Egypte secondés plus ou moins par la Russie continuent à déployer des missiles Scud-B, des S-200 et des avions de combat à Syrte, Ankara dit vouloir coûte que coûte contrôler cette ville stratégique et verrou du croissant pétrolier, tout comme al-Jufra. Mais les deux villes sont des lignes rouges pour l’Égypte qui menace d’intervenir. Mais de plus en plus d’observateurs voient à travers les menaces du Caire un simple verbiage tout comme l’est la rhétorique belliciste d’Erdogan. A vrai dire, ces altercations et menaces mutuelles visent à occulter le sale jeu qui se déroule aux portes de l’Algérie et de la Tunisie à savoir « la transformation de la Libye en un stock d’armes et de terroristes, propres à nourrir une longue et interminable guerre comme celle en Somalie. Surtout que les accords de sécurité signé par Ankara avec le Niger ouvrira grand les portes du Sahel aux terroristes multinationaux ».
Le pont aérien transportant armes et mercenaires d’Ankara à Tripoli est incessant. Le plus souvent, ce sont des avions civils qui sont utilisés en vue de la bataille de Syrte. Mercredi 29 juillet, pour la première fois, ces avions ont atterri sur la base militaire d’al-Watiya, à 30 kilomètres de la Tunisie et de l’Algérie, alors qu’habituellement, ces mercenaires atterrissent à Tripoli ou à Misrata. C’est un signe peu rassurant surtout que les informations font état d’une réactivation des cellules pro-Ankara en Algérie.
Alger et Tunis s’inquiètent d’une possible infiltration sur leur territoire d’éléments terroristes venant de Syrie. Une majeure partie de ces mercenaires ont été membres du groupe terroriste Daech, du Front al-Nosra ou d’al-Qaïda en Syrie. Et ils ont parfaitement raison. Mais qu’ont-elles fait jusqu’ici? « La volonté de créer une coalition militaire nord-africaine est là mais il semble que les moyens manquent. L’Egypte a le cœur qui bat auprès des Saoudiens et des Emiratis. La Russie refuse d’apporter son appui à un plan Alger-Moscou. La situation est grave et le temps presse. Et si l’axe Alger-Tunis se tourner vers d’autres horizon? Le problème; c’est que l’Algérie croit toujours à une solution politique, erreur qu’a déjà commise la Syrie, juste à la veille de la guerre, estime le politologue Kanani Moghadam.

EN COMPLÉMENTAIRE

L’Algérie renforce sa défense avec des missiles antichars chinois portables

A travers l’acquisition de missiles antichars guidés HJ-12 produits par la firme chinoise Norinco, l’Algérie sera le premier client export de cette arme de guerre de troisième génération. Ainsi l’Algérie renforce ses capacités militaires.

Missile de troisième génération HJ-12 antichar.

 

Selon Algérie 360, l’information a été donnée par China Défense, qui reprend le site spécialisé Mena Défense. L’arme en question un missile clone, serait redoutable. Puisque, outre le fait d’être un missile antichar de combat de troisième génération, il peut être porté par l’homme. Une fois la cible détectée par le système électro optique, le missile, sans guidage additionnel, accomplit sa mission.

Le missile se dirige et attaque le char par sa partie la plus exposée et la moins bien blindée, le toit. L’avantage majeur de cette arme est qu’elle est, selon le journal algérien, beaucoup moins chère que le lance-missile américain FGM-148 Javelin. Sans compter que le HJ-12 est équipé d’un chercheur infrarouge, qui reçoit les informations sur la cible envoyée à partir d’un viseur d’imagerie thermique de troisième génération non refroidi.

Autre particularité importante qui fait de ce missile une arme redoutable, c’est que sa masse de 17 kg, pour une longueur de 980 mm et un diamètre de 135 mm font qu’il est portable par l’homme. D’autant qu’il a une forme de corps cylindrique avec un carénage de tête transparent. En outre, le missile est doté d’ailes repliables dans les parties centrales et arrière de la coque.

La portée de tir de nuit sans lune ne dépasse pas 2 000 m du fait de la capacité du viseur à détecter et à faire l’acquisition de la cible, alors qu’elle peut atteindre 4 000 dans des conditions de luminosité idéale. Le missile peut être équipé de têtes à fragmentation, explosives ou thermobariques. Ce qui confère à cette arme une grande capacité de destruction.

Source : afrik.com


EN COMPLÉMENTAIRE

 La présence de jihadistes parmi les mercenaires syriens envoyés en Libye par Ankara est vraisemblable

Les jeeps Toyota de l’État Islamique (on se souviendra qu’elles proviennent des vieux stocks de la CIA.)sont de retour au boulot…Elles vont en prendre du millage!

En Libye, deux camps s’affrontent. D’un côté, on trouve le gouvernement d’entente nationale [GNA], conduit par Fayez el-Sarraj et soutenu par la Turquie [et le Qatar]. De l’autre, il y l’Armée nationale libyenne [ANL] du maréchal Khalifa Haftar, qui relève du gouvernement de Tobrouk, lequel tire sa légitimité du Parlement élu en juin 2014. Cette dernière peut compter sur l’appui des Émirats arabes unis, de l’Égypte, de la Russie et de la… Syrie [en réponse à l’implication turque].

Après avoir lancé une offensive en direction de Tripoli, en avril 2019, l’ANL a subi une série de revers face aux milices pro-GNA, appuyées par des mercenaires recrutés parmi les groupes rebelles syriens pro-Turcs, par ailleurs équipés et encadrés par Ankara.

Voici les fameux mercenaires bien équipés,bien nourris et bien entraînés par la Turquie.

Désormais, la situation s’est stabilisée au niveau de Syrte, tenue par l’ANL. Mais sans doute pas pour longtemps car celui qui contrôle cette ville a la mainmise sur le croissant pétrolier, et donc sur la manne qui va avec. En outre, l’Égypte a prévenu : toute avancée du GNA et des mercenaires turcs vers l’est de la Libye pourrait déclencher une intervention militaire de sa part.

Des troupes du GNA du général Haftar.

Cela étant, le 8 juillet, ayant dénoncé « la livraison d’équipements sophistiqués et le nombre de mercenaires impliqués dans les combats » en Libye, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, s’est dit « très préoccupé » par la « concentration militaire alarmante autour » de Syrte et le « haut niveau d’interférence étrangère directe dans le conflit en violation de l’embargo sur les armes décrété par l’ONU, les résolutions du Conseil de sécurité et les engagements pris par les États membres à Berlin » en janvier dernier.

Lors d’une audition devant la commission sénatoriale des Affaires étrangères et des Forces armées, le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, a expliqué les enjeux de la situation en Libye, après avoir fait un rappel historique des relations de la France à l’égard du maréchal Haftar. Ainsi, Paris a effectivement soutenu ce dernier car, en 2015, l’ANL était « internationalement reconnue pour son combat contre Daesh », en plus d’être légitimée par le Parlement de Tobrouk, dont la légalité avait été reconnue par l’accord de Skhirat.

« Nous étions en 2014-2015 : Daesh attaquait la France sur son territoire, et ses forces occupaient plusieurs villes libyennes, comme Benghazi. Ce n’est qu’à partir du début de l’année 2019 que la guerre a changé de nature : les forces de l’Armée nationale libyenne ne se sont plus mobilisées pour combattre le terrorisme, mais se sont organisées militairement dans un combat de guerre civile. Il faut mettre toute cette histoire en perspective pour comprendre la relation de la France avec le maréchal Haftar », a ainsi rappelé M. Le Drian.

Quoi qu’il en soit, la situation actuelle libyenne réunit tous les ingrédients d’un cocktail explosif… « La syrianisation de la Libye est réelle et pas uniquement symbolique », a estimé le ministre. Notamment en raison de l’implication grandissante de la Turquie auprès du GNA et, dans une moindre mesure, selon lui, de celle de la Russie, via les « groupes parallèles dits ‘forces Wagner’ », en soutien de l’ANL.

« Il importe néanmoins que l’Union européenne prenne conscience que la maîtrise de cette partie du nord de l’Afrique sera assurée par des acteurs qui n’ont pas les mêmes normes de sécurité que nous ni les mêmes intérêts. Cette situation réduit considérablement nos marges de manoeuvre stratégiques. Il y a là pour l’Europe des risques en termes de sécurité et de souveraineté, qu’il s’agisse des flux migratoires incontrôlés ou de la menace terroriste », a prévenu M. Le Drian. Et, a-t-il ajouté, cela « n’est pas acceptable » et « nous oeuvrons donc à une solution politique, mais sans l’ingérence de puissances extérieures, comme c’est le cas aujourd’hui. »

Par la suite, le chef du Quai d’Orsay a surtout dénoncé le comportement d’Ankara. « Je n’ai pas eu le sentiment que la Turquie regrettait son action sur le territoire libyen. J’observe que les capacités militaires se renforcent de façon significative. Il s’agit aussi de prendre en considération les voisins de la Libye. Avec l’Égypte, les relations de la Turquie ne sont pas très conviviales. Il n’est pas certain que les Tunisiens ou les Algériens apprécieraient la présence à leurs frontières des successeurs de l’Empire ottoman, dont se revendique le président Erdogan », a-t-il fait valoir.

Cette implication turque en Libye est susceptible d’avoir plusieurs conséquences pour l’Europe. En premier lieu, a avancé M. Le Drian, il « peut y avoir des résurgences de Daesh au sud de la Libye, voire même à Derna » et il est « vraisemblable que les forces militaires syriennes accompagnant les manoeuvres de la présence turque soient infiltrées par d’anciens responsables de groupes jihadistes qui soutenaient les Turcs à Idlib. »

Ces mercenaires rentreront-ils en Syrie? « On ne le sait pas. Nous parlons de milliers de soldats, tout cela à 200 kilomètres de Lampedusa. La situation est extrêmement préoccupante, d’où la nécessité d’agir ensemble pour aboutir à une solution », a dit le ministre.

Les 600,000 migrants entassés au nord de la Libye servent d’otages pour ralentir la domination complète du pays!

Ensuite, le soutien turc au GNA obéit à une autre raison : la délimitation des frontières maritimes entre la Libye et la Turquie, objet d’un protocole d’accord signé en novembre 2019 et permettant à Ankara d’étendre la superficie de son plateau continental de 40% et donc de s’inviter dans les projets gaziers de la République de Chypre.

« D’une part, la Turquie ne reconnaît pas la convention de Montego Bay sur le droit de la mer alors que tous les pays de l’Union européenne l’ont fait. D’autre part, la Turquie a un accord avec le gouvernement d’entente nationale de Libye, dont la légitimité internationale est relative, sur la délimitation des frontières maritimes. Par conséquent, la République de Chypre et la Grèce sont inquiètes », a résumé M. Le Drian.

Mercenaires syriens anciennement de l’État Islamique…Vous vous rappelez?

En outre, a-t-il poursuivi, la « Turquie a réalisé des forages en mer, au sud de Chypre, dans les zones 7 et 8, qu’elle considère comme relevant de son domaine économique maritime, et elle a annoncé des forages au large de la Crète, en violation du droit international maritime. »

Aussi, « nous réagissons fortement contre cela et, sans entrer dans les détails, nous allons prendre des initiatives », a annoncé le ministre. « Du reste, nous en avons déjà pris, notamment au Caire, avec mes homologues égyptien, chypriote, grec et italien, afin de définir une position commune sur cette zone », a-t-il précisé avant de souligner que cette question « peut entraîner des tensions majeures. »

Les mercenaires sont signés à $2,000 par mois et reçoivent la citoyenneté turque.

AUTRE COMPLÉMENTAIRE

L’armée algérienne opte pour le « Kornet chinois »

Le général en chef des forces algériennes passe en revue ses troupes déployées près de la frontière libyenne
Alors que le cercle de la guerre déclenché par les États-Unis et leurs alliés turcs et émiratis en Libye s’approche à grand pas des portes de l’Algérie, l’armée algérienne commence à calibrer ses commandes militaires. Le ministère chinois de la Défense a annoncé la vente de son système antichar de type HJ-12 à l’Algérie, l’équivalent chinois de Kornet russe. L’exercice “Bourkane” 2019 tenu par l’armée algérienne a été l’occasion pour celle-ci d’exposer ses Kornet EM mais il semble que l’arsenal anti blindé algérien se veut le plus performant possible. 

 

Selon le blog China Defense, il s’agit du système antichar Red Arrow-12 de troisième génération, également connu sous le nom de HJ-12 et l’Algérie est le premier client arabe de ce système antichar chinois récemment mis à jour.
Il convient de noter que l’armée algérienne est l’un des plus grands clients de l’industrie de défense et d’équipements militaires chinois : les mortiers, les avions militaires, les lanceurs de missiles, les drones militaires et de reconnaissance, ainsi que les équipements de défense navale.
Des rumeurs ont auparavant circulé selon lesquels l’armée algérienne avait l’intention d’utiliser le système pour soutenir le gouvernement d’union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj contre les forces de Khalifa Haftar. Le 23 juillet, des chefs de la diplomatie algérien et russe à Moscou se sont rencontrés à Moscou. Le ministre russe des A.E. Sergueï Lavrov a confirmé lors de cette visite qu’il n’y avait pas de «feuille de route bilatérale» algéro-russe et que Moscou s’en tenait aux résolutions de la Conférence de Berlin. 
La proposition algérienne de paix durable s’appuie pourtant sur la nécessité de mettre un terme à l’ingérence étrangère en Libye. Certes, la Conférence de Berlin impose également une telle mesure, mais la quasi-totalité des États signataires des résolutions de cette rencontre internationale ont un bras ou une main dans le pétrin libyen, ce qui empêche l’Algérie mais aussi la Tunisie de pouvoir leur faire confiance. L’achat de ces Kornet chinois qui pourrait signifier une possible demande d’alliance d’Alger auprès de la Chine dans le cadre du règlement de la crise libyenne, intervient alors que les deux parties en présence, toutes deux alliés des Etats-Unis affûtent les armes pour la ville de Syrte. Samedi, le porte-avions Eisenhower et 12 autres de navires de guerre avec à leur bord des F-16 et des F-18 se sont mis à manœuvrer en Méditerranée orientale non loin de l’Algérie. 

HJ-12, le Javelin chinois

 

Ce missile est un clone, beaucoup moins cher, du lance-missile américain FGM-148 Javelin dont la particularité est qu’il est Fire and Forget avec une trajectoire en cloche. Une fois la cible acquise par le système électro optique, le missile s’envole sans guidage additionnel et attaque le char par sa partie la plus exposée et la moins bien blindée, le toit.
Le HJ-12 est équipé d’un chercheur infrarouge, auquel les informations sur la cible sont envoyées à partir d’un viseur d’imagerie thermique de troisième génération non-refroidi, après quoi la cible est capturée et lancée.
La masse du projectile est de 17 kg, pour une longueur de 980 mm et un diamètre de 135 mm. L’ATGM a une forme de corps cylindrique avec un carénage de tête transparent. Dans les parties centrale et arrière de la coque se trouvent les ailes repliables et les gouvernes. La tête explosive est en fait constituée d’une charge tandem pour défaire les blindages réactifs. Le missile peut être équipé de têtes à fragmentation, explosives ou thermobariques. La portée de tir maximale peut atteindre 4000 m. Dans l’obscurité et par mauvaise visibilité, la portée de tir est limitée par la capacité du viseur à détecter et à faire l’acquisition de la cible. Par nuit sans lune, la portée de l’optique de nuit ne dépasse pas 2000 m. NORINCO propose également une version avec missile à guidage TV qui peut être contrôlé par un opérateur.
A l’instar du Javelin, le HJ-12 est composé d’un lanceur et d’un missile dans un conteneur jetable qui est orienté vers le haut et non parallèle au sol comme les autres ATGM.
L’Algérie dispose d’une grande quantité de missiles anti-chars russes Kornet qui ont fait leurs preuves au combat. La différence entre le Kornet et le HJ-12 est de taille, le HJ-12 a, en théorie une meilleure capacité de destruction que le Kornet à cause de son angle d’attaque et le fait qu’il soit fire and forget laisse le temps à son opérateur de se mettre à l’abri ou se déplacer après le tir, alors que l’opérateur du Kornet doit guider son missile jusqu’à l’impact.
Source : MENA Defense

 

Mardi,4 aout 2020, 18h07, Beyrouth, Liban :une explosion titanesque secoue tout l’est de la Méditerranée

Depuis mardi,4 août 2020, à 18h07,de nombreuses théories se sont emparées du web.Plusieurs bloggers de longue date y allant de leurs commentaires et de leurs théories parfois  vraiment difficiles à croire.

Voici donc,une recherche personnelle  que je vous livre afin  de cerner la vérité.


TOUT D’ABORD : LES VIDÉOS

 

 

 


PUIS ENSUITE VIENNENT LES THÉORIES

LA THÉORIE DE L’ATTAQUE TERRORISTE D’ISRAEL

Immédiatement après l’explosion,le président américain,Donald Trump et le gouvernement libanais ont réagit  ainsi:

 

Israël frappe Beyrouth avec un missile nucléaire, Trump et le gouvernement libanais confirment.
Mardi 18h07, Beyrouth, Liban. Après une première explosion dans le port de la ville, une longue colonne de fumée obscurcit le ciel de la capitale libanaise. Dans les tours alentour, sur mer, dans les rues de la ville, les objectifs des caméras de téléphone se braquent vers le lieu de la déflagration. À cet instant précis, une seconde explosion fait trembler la ville entière et est ressentie à plus de 200 km à la ronde. Une flamme immense, puis un souffle de gaz et un champignon de fumée se forme instantanément, avant qu’une épaisse fumée rouge et un nuage de poussière recouvrent les quartiers du centre de la cité portuaire millénaire.

Les vidéos de cette tragédie font rapidement le tour de la planète. En moins de temps qu’il faut pour le dire, on cherche un responsable sur les réseaux sociaux. Dès les premiers instants, le « champignon de fumée » qui est apparue sur les écrans du monde entier, permet à certains d’accréditer la thèse d’une bombe nucléaire lancée sur Beyrouth par des drones israéliens.

On dénombre plus d’une centaine de morts (143 aujourd’hui et plus de 70 disparus), 4000 blessés. La plupart des hôpitaux et des hôtels sont hors service.

 

Israël frappe Beyrouth avec un missile nucléaire, Trump et le gouvernement libanais confirment (mise à jour en continu)

Trump confirme qu’il s’agissait d’un attentat à la bombe, pas d’un accident et qu’il est immédiatement flagellé par la presse pro-israélienne … à commencer par le Daily BeastPar  Gordon Duff, rédacteur en chef  – 5 août 2020 

#Breaking #Syrie Le président Assad ordonne que toutes les frontières et tous les ports du pays soient ouverts au #Liban, ordonne à des caravanes d’ambulances de se rendre à #Beirut et à un ferry blessé vers les hôpitaux de #Damas, et lance un pont aérien de fournitures médicales et alimentaires entre les deux villes

 

 

Missile israélien Delilah transportant un missile nucléaire de 6 kilotonnes (6000 tonnes équivalent TNT) (photo non retouchée via VT Damas) Tineye dit que c’est une image unique et n’apparaît nulle part sur le Web. Cependant, nous sommes toujours méfiants lorsque quelque chose semble «trop beau pour être vrai».

 

 

« La première explosion a été causée par le missile anti-navire Gabriel d’Israël. La deuxième explosion a été causée par le missile israélien Delilah du F16. Notre pays est complètement menacé par ce régime paresseux et corrompu. »

Il s’agit de la signature de rayonnement de l’explosion reçue d’une source en Italie, soumise à VT par l’Agence internationale de l’énergie atomique (ONU)

Preuve d’un événement de fission nucléaire en Méditerranée orientale

 

Trump confirme l’attaque (nucléaire non mentionnée) et est soudainement devenu un «ennemi d’Israël»

VT : Un général de l’armée libanaise rapporte qu’Israël a largué une arme nucléaire tactique sur le port de Beyrouth aujourd’hui. Il rapporte que cela a été fait pour faire tomber le régime politique actuel et se révolter contre le Hezbollah.

Leur déni, presque identique à celui d’Israël, conforte cette hypothèse.

Alors que les mensonges commencent, rien dans cette explosion, le nuage de champignons ou la force de l’explosion n’est un feu d’artifice, qui était le premier mensonge, puis un engrais au nitrate d’ammonium, disent-ils sous 3k tonnes, qui a été stocké pendant des années pour être utilisé sur les terrains de golf du Liban. , quand ils décident de les construire. Non, rien d’aujourd’hui n’est drôle.

Nous ajoutons également que plus tôt dans la journée, la déclaration de Netanyahu qui, selon nous, est qu’Israël s’attribue le mérite de l’attaque. Beyrouth est toujours une bombe endommagée par Israël à partir de 2006. Comment vous prenez les déclarations de Netanyahu telles que décrites dans le Times of Israel aujourd’hui, est une question de foi, de confiance ou de conjecture.

L’arme faisait 6 kilotonnes. Le rapport maintenant:

«En obtenant des rapports de Beyrouth, une bombe nucléaire tactique miniature a été utilisée pour attaquer le port, des experts nucléaires et des chercheurs ont signalé au hasard les particules ayant réagi dans la boule de feu.

Les terroristes impliqués dans la guerre urbaine au Moyen-Orient n’ont pas accès à ces armes tactiques très avancées. S’ils l’ont maintenant, alors quelqu’un les équipe pour des gains politiques. Attendons les déclarations officielles du Liban. J’espère que nos amis de Beyrouth sont en sécurité.

Selon ma dernière source d’informations de Beyrouth. Il va y avoir une dissimulation du gouvernement. L’histoire du «Nitrate dans les conteneurs» va être déclarée comme la cause initiale de la deuxième explosion massive qui a causé les dégâts majeurs. Cela deviendra le récit officiel des Grands Médias Menteurs.

 

ISRAËL A-T-IL FAIT CELA?

Une énorme catastrophe, une enquête en cours, à première vue, a été causée par la négligence totale, la corruption et l’incompétence de l’État libanais, mais je fais partie de ceux qui ont souligné que les ennemis auraient pu exploiter cette négligence et cette corruption de l’État pour déclencher cette catastrophe par le sabotage. Quelques raisons simples à cela, notamment:

a) cette catastrophe sert complètement les efforts actuels américano-israéliens pour faire pression sur le Liban pour qu’il se plie à leurs demandes

b) le site de l’explosion, le port de Beyrouth, était le transit par lequel 50 à 80% des besoins en matières premières et en commerce du Liban ont été satisfaits

c) les explosions ont également frappé les réserves de blé stockées là-bas, aggravant encore la situation économique désastreuse et l’inflation

d) Il y a quelques jours, des responsables israéliens ont averti la Résistance que s’ils frappaient des cibles de l’armée israélienne (une réponse aux récents crimes israéliens par la Résistance était imminente), l’infrastructure du Liban serait ciblée

e) il y a un an exactement l’ambassadeur d’Israël à l’ONU a déclaré au Conseil de sécurité que le port de Beyrouth était devenu le «port du Hezbollah». L’ambassadeur libanais a déclaré qu’il s’agissait d’une menace directe pour les civils et la sécurité du Liban

f) last but not least, les 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium (qui ont explosé) y auraient été stockées il y a 6 ans, et elles ont été décrites comme une bombe à retardement compte tenu de la manière irresponsable dont elles ont été stockées. Est-ce vraiment une coïncidence que cette bombe à retardement se déclenche aujourd’hui, au pire moment possible pour le Liban (le pays tombe à tous les niveaux, coronavirus, siège américain à son apogée, etc.)?

Ainsi, alors que les premiers rapports ont déclaré que cette catastrophe avait été causée par la négligence totale, la corruption et le manque de responsabilité des institutions de l’État libanais, une enquête officielle est actuellement en cours et la Résistance mènera certainement sa propre enquête, car il n’y avait pas de pire possible. il est temps que ce désastre se produise au Liban qu’aujourd’hui. Le sabotage par l’ennemi doit rester une possibilité forte, même s’il s’avère en fait difficile.

Qui sont les amis du Liban ?

La Syrie et l’Iran ont immédiatement promis une aide au Liban. Un hôpital d’urgence iranien est actuellement en route pour Beyrouth et devrait ouvrir plus tard dans la journée. La Syrie a dépêché des équipes médicales et reçoit des patients des hôpitaux débordés de Beyrouth.

L’explosion a frappé Beyrouth à un moment où le pays est sous sanctions américaines et alors que sa monnaie s’effondre avec une inflation atteignant 90% par mois après l’explosion de la bulle d’un schéma de Ponzi [cavalerie financière] géré par sa banque centrale. Les personnes qui ne possèdent pas de devises étrangères ne pourront pas remplacer leurs fenêtres brisées. Le pays tout entier se désintègre.

Nous espérons que l’aide étrangère des États arabes et d’autres États parviendra à présent et contribuera à atténuer les souffrances de nos amis libanais.


LA THÉORIE DES MATIÈRES DANGEREUSES ENTREPOSÉES DEPUIS TROP LONGTEMPS

Explosions à Beyrouth : un responsable des douanes aurait signalé le danger

Le port de Beyrouth a été complètement détruit par l’explosion de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium.

La possible négligence des responsables de l’entreposage de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium dans le port de Beyrouth est au cœur de l’enquête sur l’explosion meurtrière qui a ravagé une partie de la ville mardi.

Selon les premières informations disponibles, cette grande quantité de matière hautement explosive était entreposée dans le port depuis qu’elle avait été confisquée en 2014.

Une source officielle informée des premiers résultats de l’enquête sur les causes de la catastrophe a déclaré que l’explosion était le résultat de négligences, et que ce point avait été examiné à plusieurs reprises par différentes commissions et par la justice sans que «rien ne soit fait» pour ordonner l’évacuation de ces matières extrêmement dangereuses.

Le procureur général Ghassan Oueidat a ordonné aux services de sécurité de collecter tous les documents pertinents, notamment les listes des personnes chargées de l’entretien, de l’entreposage et de la protection du hangar, de même que les communications qu’elles ont échangées.

Un chef des douanes avait apparemment adressé des avertissements à un juge en 2017, dans une lettre qui circule en ligne, mais dont l’authenticité n’a pas été confirmée.

Il y expliquait qu’il avait signalé à plusieurs reprises, au fil des ans, que l’énorme stock de nitrate d’ammonium entreposé dans le port représentait un danger. Le chef des douanes y allait d’une mise en garde en garde au sujet des «dangers» qui menaçaient «la sécurité des employés» du port si les matériaux restaient là où ils étaient.

L’auteur précisait que cinq lettres similaires avaient été envoyées au cours des trois années précédentes.

Il proposait que le matériel soit exporté ou vendu à une société libanaise spécialisée dans les explosifs, et indiquait espérer obtenir des instructions des autorités judiciaires.

On ignore si l’auteur de la lettre a reçu une réponse.

Des responsables assignés à résidence

Pour sa part, le gouvernement a annoncé que plusieurs responsables du port ont été assignés à résidence.

La ministre des Déplacés, Ghada Chreim Ata, a précisé que tous les responsables de l’entreposage et de la sécurité au port depuis 2014 ont été assignés à résidence.

Les explosions survenues près du port ont brisé les vitres de nombreux immeubles et magasins à des kilomètres à la ronde.

 

 

Dans la foulée, le ministre de l’Intérieur libanais a indiqué que «le Liban n’avait pas besoin d’une enquête internationale» sur cette explosion.

Une position que réfute Amnistie internationale, en faveur d’une enquête indépendante et internationale. Par voie de communiqué, mercredi, l’organisation pour la défense des droits de la personne dit considérer «qu’une enquête internationale, exempte de toute interférence politique nationale potentielle, est nécessaire pour garantir vérité, justice et réparations aux victimes».

«Peu importe ce qui peut avoir provoqué cette explosion, notamment la possibilité qu’il s’agisse d’une grande quantité de nitrate d’ammonium stockée de manière dangereuse, Amnistie internationale appelle à l’instauration rapide d’un mécanisme international afin d’enquêter sur ce qu’il s’est passé», a déclaré Julie Verhaar, secrétaire générale par intérim d’Amnistie internationale.

Le président libanais, Michel Aoun, a indiqué que les autorités étaient déterminées à trouver les causes de cette tragédie le plus rapidement possible et à en juger les responsables.

Parallèlement à l’enquête judiciaire, le gouvernement a mis en place une commission d’enquête administrative de cinq membres, présidée par le premier ministre Hassan Diab, qui aura pour mandat d’expliquer les circonstances qui ont conduit à l’explosion.

Un motocycliste passe devant des ruines, à Beyrouth.

Un rapport sera remis dans les cinq jours aux autorités compétentes pour qu’elles décident des sanctions à imposer.

Selon le ministère de la Santé, l’explosion survenue au port de Beyrouth mardi a tué 135 personnes et en a blessé environ 5000 autres.

Pour sa part, le gouverneur de Beyrouth, Marwan Abboud, a déclaré à Al HadathTV que les pertes financières liées aux dégâts pourraient atteindre de 10 à 15 milliards de dollars américains.

…ET J’AI RETRACÉ LE FAMEUX CAPITAINE À L’ORIGINE DU DRAME

Les premières images émergent d’un capitaine Russe dont la cargaison de nitrate d’ammonium a explosé dans le port de Beyrouth

 

La cargaison de 2750 tonnes de l’homme d’affaires né à Khabarovsk Igor Grechushkin a été arrêtée au Liban en 2013.

Igor Grechushkin résiderait toujours à Limassol, Chypre avec sa femme.

Le père russe de l’un d’eux, qui vivrait actuellement à Limassol, à Chypre, a été accusé par l’équipage de son navire d’avoir abandonné à la fois les personnes et la cargaison. 

Le navire appelé Rhosus allait sous pavillon de la Moldavie de Batoumi en Géorgie jusqu’au Mozambique. Il a été arrêté en octobre 2013 par les autorités libanaises après s’être arrêté à Beyrouth en raison d’un dysfonctionnement à bord. 

La cargaison a été vérifiée et retenue après que les autorités portuaires ont déclaré qu’elle «  manquait des documents et des conditions nécessaires au transport  ».

L’équipage – huit hommes ukrainiens et deux hommes russes – a été contraint de rester à bord du navire tandis que le propriétaire Grechushkin s’est déclaré en faillite et a «abandonné le navire». 

Les autorités libanaises ont accepté de laisser six marins sur dix quitter le pays, d’autres sont restés bloqués sur le navire pendant près d’un an. 

Ukrainian sailors beg for help in Beirut
Quatre membres de l’équipage photographiés dans le port de Beyrouth et plus tard à l’automne 2014 alors qu’ils retournaient en Ukraine.

Le propriétaire du navire Igor Grechushkin a effectivement abandonné le navire et l’équipage restant.

«Il ne nous fournit pas d’argent, il nous a complètement privés de tout moyen de communication.

«  Il nous a dit qu’il avait fait faillite et bien que je ne le crois pas, le plus important est qu’il a renoncé à la fois aux personnes et à la cargaison  », a écrit le capitaine Boris Prokoshev en juin 2014 dans un appel désespéré aux organisations internationales. , diplomates, autorités ukrainiennes et autorités du port de Beyrouth pour les libérer. 

Igor Grechushkin résiderait toujours à Chypre avec sa femme. 

Leur fils Artyom de 20 ans étudie l’informatique en Ecosse, c’est entendu. 

Il n’y a eu jusqu’à présent aucun commentaire de la part d’Igor Grechushkin ou des membres de sa famille.

 


MISE À JOUR DU 9 AOUT 2020

CONFIRMATION. C’est Israël qui a bombardé Beyrouth

J’ai longuement attendu avant de terminer cet article,car mon réseau fonctionne bien et on vient de m’envoyer les liens  çi-dessous:

 

Le premier Premier ministre israélien a ordonné la destruction d’un entrepôt d’armes du Hezbollah à Beyrouth au moyen d’une arme nouvelle. Celle-ci étant mal connue a provoqué des dégâts considérables dans la ville tuant plus de 100 personnes, en blessant 5 000 et détruisant de nombreux immeubles. Cette fois, il sera difficile à Benjamin Netanyahu de nier.
Nous espérons que les liens pertinents concernant cette atrocité seront fournis par nos nombreux lecteurs du monde entier.
 Placez-les simplement dans la section Commentaires avec vos propres réflexions. Des commentaires négatifs, niant l’implication israélienne, seront également publiés s’ils sont poliment exprimés et fournissent des informations utiles.

 

LINKS

Breaking: Israel bombed Beirut? See this report from Richard Silverstein,
writing in Tikun Olam
Silverstein report | Video from worldstar shows a bomb-shaped object slamming into building before the mushroom cloud.
Sound of warplanes, then object hits
| Filtered Video shows “Missile” then explosion | Breathtaking: Case Closed, Infrared video reveals details of [Israeli] nuclear missile (6 missile videos/3 of them new)
Israel Hits Beirut – Veterans Today
Israel “not behind Beirut blast, sources” say
Israeli aircraft strikes Syrian military targets– BBC
Former Israeli Member of the Knesset Moshe Feiglin hails Beirut explosion as a “gift” from God . “Today is Tu B’Av, a day of joy, and a true and huge thank you to all the heroes who organized this celebration
| July 31: Israeli defense minister threatens to bomb Lebanon infrastructure.

None of this is even hinted at in the mainstream media.

Two other sources of recommended reading:

—  Israel is in shock, in a sickening show of hypocrisy
By Gideon Levy
— Devastating Beirut Explosion: An Accident or Something More Sinister?
By Stephen Lendman

Un ancien membre du parlement israélien a les explosions mortelles de port de mardi à Beyrouth de « cadeau » de Dieu dans un message partagé sur Facebook. Le chef du parti d’extrême droite israélien Zehut, Moshe Feiglin, a ensuite semblé supprimer le post Facebook avant jeudi après-midi. Feiglin l’a initialement partagé mercredi. « Aujourd’hui, c’est Tu B’Av, un jour de joie, et un véritable et immense merci à Dieu et à tous les génies et héros vraiment (!) Qui ont organisé pour nous cette merveilleuse célébration en l’honneur du jour de l’amour« , a écrit Feiglin sur Facebook, selon Middle East Monitor. Tu B’Av est une fête juive similaire à la Saint-Valentin. [1]. « Pour marquer les vacances de Tu B’Av, nous avons un fantastique feu d’artifice depuis le port de Beyrouth« , aurait-il déclaré ailleurs dans le post. Il a également suggéré que les explosions n’avaient pas été causées par un accident industriel et aurait déclaré plus tard à une station de radio locale qu’Israël « devrait être fier » s’il était d’une manière ou d’une autre responsable.

Cela nous rappelle les Israéliens dansants devant le WTC en flammes après l’attaque israélienne du 11/9 avec une arme similaire (nuke), et la joie d’officiels israéliens et de religieux juifs après l’incendie de Notre Dame. [2]


NOTES COMPLÉMENTAIRES

1-Pourim, La fête juive qui célèbre joyeusement le massacre massif des Perses

Certains juifs qui, de nos jours, célèbrent Pourim, peuvent n’y voir que la célébration du désamorçage du complot d’Haman par Esther. Ils peuvent ne pas considérer cette fête comme la célébration du massacre de 75.000 personnes (l’équivalent de 7,5 millions de personnes d’aujourd’hui suite à un petit bombardement nucléaire sur l’Iran), même si le Livre d’Esther, qu’ils lisent durant les cérémonies religieuses propres à cette fête, dit très clairement quel en est le motif essentiel. Certains juifs, qui célèbrent aujourd’hui Pourim, peuvent voir dans le Livre d’Esther une histoire ancienne, voire même mythique, qui n’a rien à voir avec des événements actuels, mais l’obsession des juifs à vouloir entraîner les États-Unis et l’Occident à détruire l’Iran prouve le contraire..

Ces juifs sionistes se servent de la fête de Pourim pour appeler à la guerre, aux massacres voire au génocide contre des peuples, de nos jours, qu’ils qualifient d’ennemis des juifs. Dans certains cas, ils pratiquent même des massacres de non-juifs, à Pourim.

Ainsi, lors du Pourim 1994, Baruch Goldstein, un adepte (né aux Etats-Unis) de Meir Kahane, devenu colon en Palestine occupée en 1967, massacra vingt-neuf Arabes palestiniens et en blessa plus de cent, dans une mosquée d’Hébron. Les juifs sionistes de droite continuent à honorer Goldstein et son massacre de Pourim.

Certains juifs sionistes pensent à l’attaque et à l’invasion de l’Irak (nommées « Choc et Terreur » [Shock-and-awe]) par les « États-Unis », et ils y voient l’exécution des ennemis des juifs, et donc quelque chose qui doit être fêté. (Cf., à ce lien, un exemple de cette vision des choses :

http://www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/2125)

En 2007, le Conseil de Relations publiques de la communauté juive du Grand Boston (Jewish Community Relations Council of Greater Boston – JCRC) a demandé à tous les rabbins de l’Etat du Massachusetts de prononcer des sermons de Pourim prenant pour thème la soi-disant « menace » iranienne (l’Iran étant la Perse actuelle), et diabolisant le Président iranien. Mais je peux encore trouver des annonces d’autres associations juives aux États-Unis d’ « Amérique » durant les deux années passées, de manifestations de Pourim dirigées contre l’Iran, durant lesquelles ils ont explicitement comparé le Président iranien à l’Haman de la Perse antique, appelant ainsi implicitement à une guerre contre l’Iran et au massacre des Iraniens.

(A titre d’illustration, voir :  http://chaitimeblog.wordpress.com/2006/03/09/a-modern-haman-irans-ahmadinejad/ )

La vérité, c’est que les juifs constituent un groupe social privilégié. Les juifs ne sont absolument pas une minorité opprimée. Mais les sionistes et les impérialistes se servent de la fiction selon laquelle les juifs seraient menacés en tant que groupe pour justifier l’occupation et la domination suprématiste juive de toute la Palestine, ainsi que pour (tenter de justifier des guerres contre d’autres pays (le Liban, l’Irak, la Syrie, etc.) autour de la Palestine.

La colonie sioniste en Palestine est édifiée sur une terre volée. Les Palestiniens veulent la justice et vivre en paix dans leur propre pays. Le régime colonial suprématiste juif dispose d’armes nucléaires et de milliards de dollars d’aide en provenance des Etats-Unis d’ « Amérique ». …Leurs fêtes de Pourim doivent être boycottées, car leurs célébrations joyeuses ont de fortes chances de tourner à l’appel à la guerre et à la célébration de massacres de non-juifs.

Traditionnellement, lors des repas festifs de Pourim, sont servis des plats représentant différentes parties du corps d’Haman supplicié. Ainsi, les Hamantashen sont des gâteaux qui représentent ses oreilles (voir http://judaism.about.com/od/purim/a/purimfood.htm). Quant au Kreplach, il représente la chair d’Haman, hachée. C’est une incitation au cannibalisme que nous avons relaté dans [1]

(voir http://judaism.about.com/library/2_cuisine/recipes_holidays/blpurimkreplach.htm )

Pour les juifs sionistes impérialistes contemporains, ces pâtisseries peuvent représenter des débris humains de musulmans démonisés en tant qu’Haman des temps modernes. D’autres traits, propres aux festivités de Pourim, sont les chaussons (blintze) au fromage et les crécelles. Si vous allez à n’importe quelle fête (même si elle n’est pas appelée clairement fête de Pourim) ces prochains jours, surveillez afin de voir si ces éléments traditionnels de Pourim n’ont pas été subrepticement insérés dans la fête. Les juifs sionistes adorent, en effet, impliquer des goyim dans la célébration de leurs fêtes commémoratrices de massacres à grande échelle. C’est là, en quelque sorte, une aimable « private joke » pour les psychopathes suprématistes juifs, c’est une démonstration psychologique de leur prétendue supériorité.

Vous pourrez lire (en anglais) un bref article du militant anti-guerre Tom Mysiewics, publié par Mediamonitors.net en 2003, à l’adresse suivante :

http://www.mediamonitors.net/tommysiewicz4.html

Récemment (il y a tout juste un an), un ex-Israélien antisioniste, Gilad Atzmon, a écrit un article intitulé « De la Reine Esther à l’Aipac », dans lequel il dénonce Pourim sous un autre angle, arguant du fait que la leçon de Pourim consiste en ce que les juifs devraient jouer les Esther des temps modernes et infiltrer les institutions non-juives, afin d’utiliser la fomentation fallacieuse de la peur pour promouvoir les intérêts juifs.

(voir http://www.gilad.co.uk/html%20files/purim.html (je reproduis cet article, traduit par moi-même, après ce texte, ndt)

Si vous aviez fait le projet d’assister à une fête de Pourim, je vous suggère de rester chez vous et de lire ces articles, au lieu d’aller y assister. Si vous y allez, je vous en prie, soyez conscients de ce qui se passe, dans ces fêtes, et prenez la parole, protestez contre le vol, par les sionistes, de la Palestine, et contre les guerres d’agression sionistes-impérialistes contre l’Iran, le Liban, le Soudan, l’Irak, la Syrie, l’Afghanistan, le Pakistan, la Somalie, etc !…

Source : https://www.alterinfo.net/Joyeux-massacre-de-Pourim–La-fete-juive-de-Pourim-est-la-celebration-d-un-massacre-massif-de-Perses_a17975.html

Commentaire

La morale de cette histoire est très claire : si les juifs veulent survivre, ils ont intérêt à se trouver des infiltrés dans les arcanes du pouvoir. Dès lors qu’on a Esther, Mordechaï et Pourim présents à l’esprit, l’Aipac et la notion de « pouvoir juif » semblent bien être l’incarnation d’une profonde idéologie culturelle et biblique.

Bien que cette histoire soit présentée comme un récit historique, la véridicité historique du Livre d’Esther est très largement remise en cause par la plupart des biblistes contemporains. C’est dans une très large mesure l’absence de corroboration claire de l’un quelconque des détails de l’histoire relatée dans le Livre d’Esther par ce que l’on connaît de l’Histoire de la Perse à partir des sources classiques qui a conduit beaucoup de spécialistes à la conclusion que ce récit est en très grande partie (sinon totalement) fictionnel.

Le Livre d’Esther a pour finalité de former l’identité exilique. Il sert à implanter le stress existentiel ; il introduit la religion de l’Holocauste ; il réunit les conditions qui feront de l’Holocauste une réalité.

De manière très intéressante, le Livre d’Esther (dans sa version hébraïque) est un des deux seuls livres de la Bible qui ne mentionnent jamais Dieu directement (l’autre étant le Cantique des Cantiques). Dans le Livre d’Esther, ce sont les juifs qui croient en eux-mêmes, en leur propre pouvoir, en leur caractère unique, en leur sophistication, en leur propre aptitude à conspirer, à leur habileté à prendre le contrôle de royaumes entiers, à leur capacité à sauver leur peau par eux-mêmes. Dans le Livre d’Esther, mis à part ces juifs qui croient en leur propre puissance, il n’est question que d’une seule chose : la prise du pouvoir.

Mais la question de savoir ce que les juifs sont censés faire par eux-mêmes, demeure, de fait, sans réponse. Les Néocons sont partisans d’entraîner l’Amérique et l’ensemble de l’Occident dans une guerre sans fin contre l’Islam. De fait, la conquête du pouvoir par les juifs n’est qu’une réponse, parmi bien d’autres réponses possibles. Pourtant, c’est là une réponse très radicale, pour ne pas dire dangereuse. Cette réponse est particulièrement dangereuse, dès lors que le Comité juif américain [AJC – American Jewish Committee] se comporte en Mordechaï des temps modernes et s’engage publiquement dans un effort généralisé de lobbying en vue d’une guerre contre l’Iran.

Pourim. La folie de la fête des assassins

En analysant l’action et l’influence de l’Aipac au sein du monde politique américain, c’est le Livre d’Esther que nous devrions avoir présent à l’esprit. L’Aipac est plus qu’un simple lobby politique. L’Aipac et l’AJC sont les Mordechaï des temps modernes. Tant l’Aipac que l’AJC se situent de manière inhérente dans la lignée de l’école de pensée biblique hébraïque. Toutefois, alors que les Mordechaïs sont de nos jours plutôt faciles à repérer, il est un peu plus difficile de pister les Esthers des temps modernes, qui agissent certes dans l’intérêt d’Israël, mais dans les coulisses.

2-Mercredi dernier, nous avons appris que Shlomo Aviner, éminent rabbin sioniste et leader de la Yeshiva, avait suggéré que l’incendie qui a ravagé Notre-Dame aurait pu être une vengeance divine contre Notre Dame car les catholiques avaient brûlé des manuscrits juifs en 1242 sur les lieux de ND. Le rabbin transforme pratiquement le dieu juif en un brûleur d’église qui met huit siècles à «riposter».

Si Victor Hugo est le plus grand romancier qui fut, on n’oubliera pas que Rabelais, le plus grand écrivain français de tous les temps, a lui aussi animé Notre-Dame. Gravure de Gustave Doré pour Gargantua.

 

Aux yeux de ses disciples, le Tout-Puissant juif est une substance élastique. Il se métamorphose occasionnellement pour répondre aux besoins de ses fils et filles préférés. Les premiers sionistes, par exemple, ont rétrogradé Dieu en «agent immobilier» en réduisant la Torah en «titre de propriété». Les premiers sionistes étaient des juifs laïcs, ils ne croyaient pas en Dieu mais étaient heureux d’expulser les Palestiniens indigènes en «son nom» et à «sa place». Mais le rabbin Aviner nous emmène encore plus loin. Il a fait du dieu juif un pyromane paresseux mais vengeur. Le rabbin transforme pratiquement le dieu juif en un brûleur d’église qui met huit siècles à «riposter».

Shlomo Aviner est le rabbin de la colonie de Beit El et le chef de la Ateret Yerushalayim yeshiva. Il fournit le «rationnel» derrière la rétribution divine. «Le christianisme, dit-il, est notre principal ennemi à travers l’histoire. [Ils] ont essayé de nous convertir par des arguments et par la force, ont mené une inquisition contre nous, ont brûlé le Talmud, des expulsions, des pogroms. L’antisémitisme occidental s’inspire de la haine du christianisme contre «les meurtriers de Dieu». Il a également joué un rôle dans l’Holocauste ».

Il est inutile de mentionner que de nombreux Israéliens et Juifs ont été consternés par la déclaration de Rabbi Aviner. Certains politiciens israéliens ont condamné le rabbin et pourtant sa haine flagrante envers le christianisme est malheureusement gravée dans la pensée juive et judaïque.

En 2009, le Jerusalem Post signalait la tendance croissante des Juifs orthodoxes à Jérusalem à cracher sur leurs voisins chrétiens. Le père Samuel Aghoyan, un important religieux orthodoxe arménien de la vieille ville de Jérusalem, a déclaré au JPost «qu’il s’est fait cracher dessus par de jeunes Juifs Haredi et orthodoxes « environ 15 à 20 fois » au cours de la dernière décennie». De même, le père Athanasius, un moine franciscain né au Texas qui dirige le centre d’information chrétien de la vieille ville de Jérusalem, a déclaré qu’il s’est fait cracher dessus par des juifs orthodoxes «environ 15 fois au cours des six derniers mois».

Le professeur israélien Israël Shahak a commenté la haine des Juifs envers le christianisme et son symbolisme, suggérant que «déshonorer les symboles religieux chrétiens est un ancien devoir religieux du judaïsme». Selon Shahak, «pour les juifs pieux, cracher sur la croix, et particulièrement sur le crucifix, et cracher quand un juif passe devant une église, sont obligatoires depuis environ 200 ans. ”

Comme je suis actuellement à Prague, je suis obligé d’ajouter que les crachats d’église ont eu un impact sur le paysage de la ville. Ce qui suit peut être lu dans un «Guide de voyage pour l’Europe juive»:

« Sur le pont Charles de Prague, le visiteur observera un grand crucifix entouré d’énormes lettres hébraïques dorées qui symbolisent la sanctification hébraïque traditionnelle Kadosh Kadosh Kadosh Adonai Tzvaot,  » Saint, Saint, Saint est le Seigneur des armées « .  

Selon divers commentateurs, cette pièce, dégradant pour les Juifs, est née du fait qu’en 1609 un Juif était accusé d’avoir profané le crucifix. La communauté juive a été obligée de payer pour avoir écrit les mots hébreux en lettres d’or… ”(Pour en savoir plus: Guide de voyage pour l’Europe juive, p. 497)

Shahak affirme que «par le passé, lorsque le danger d’hostilité antisémite était réel, les pieux Juifs se voyaient ordonner par leurs rabbins de cracher de façon à ce que la raison en soit inconnue, ou de cracher sur leur poitrine, pas réellement sur une croix ou ouvertement devant une église. « 

Mais la colère envers l’Église s’étend bien au-delà du royaume rabbinique. On en trouve quelques traces dans la plupart des cercles dits «progressistes» juifs laïcisés. Dans une lettre à sa mère datée du 25 novembre 1937, Chaim Katz, un combattant de la brigade internationale espagnole parlant yiddish, écrit: «J’ai pris les armes contre les persécuteurs de mon peuple – les Juifs – et de ma classe – les Opprimés. Je me bats contre ceux qui fondent une inquisition comme celle de leurs ancêtres idéologiques il y a plusieurs siècles, en Espagne. »

Comme on peut le constater, Katz se définit lui-même dans la lettre « en tant que Juif et progressiste » et voit la guerre civile meurtrière en Espagne comme une plate-forme possible pour la punition juive contre l’Église catholique. Ce n’est un secret pour personne que la guerre civile  en Espagne s’est rapidement transformée en une orgie d’églises en feu. *

Il y a une semaine, nous avons appris que le monde juif était scandalisé par la suggestion du président brésilien Jair Bolsonaro selon laquelle les crimes de l’Holocauste peuvent être pardonnés, mais pas oubliés. Alors que Bolsonaro exprimait la croyance chrétienne la plus élémentaire, Yad Vashem et le président israélien ont rapidement précisé que le pardon juif n’était pas une option. Le président Rivlin a annoncé que « personne ne recommandera le pardon du peuple juif et qu’aucun intérêt ne l’achètera. » La porte-parole de Yad Vashem, Dana Weiler-Polak, a déclaré que personne ne pouvait décider « s’il est possible de pardonner les crimes de l’Holocauste« .

Si le christianisme est une question de pardon, la judéité peut être considérée comme un projet accumulé de personnages ‘Amalek’. Si le christianisme est une question de compassion, de capacité à défier la gravité au moyen de l’harmonie et de la réconciliation, le judaïsme et la judéité peuvent être décrits métaphoriquement comme des forces gravitationnelles. Elles sont là pour unir la tribu autour de la peur constante d’un ennemi émergent. Je suppose que ceux qui tiennent à promouvoir la notion fantasmatique de «valeurs judéo-chrétiennes» devraient garder à l’esprit le net contraste idéologique, spirituel et métaphysique entre les deux préceptes religieux distincts qui ont en réalité très peu en commun.

Plutôt que de prendre le parti de Franco, je traite ici des moyens juifs d’identification.

 

Ma bataille pour la vérité et la liberté implique des services juridiques coûteux. J’espère que vous envisagerez de vous engager à faire un don mensuel, quel que soit le montant que vous puissiez donner. Des contributions régulières me permettront d’éviter de me heurter contre un mur et de rester au-dessus du harcèlement sans fin des opérateurs sionistes qui tentent de me faire taire.