Ukraine : offensive russe et chars occidentaux …un prélude au démantèlement de l’Union Européenne

Planification stratégique
Bases

Dans ce qui suit, je vais essayer de souligner mes prédictions, à quoi pourrait ressembler la planification stratégique russe. Bien sûr, nous devons garder à l’esprit que ce ne sont que des HYPOTHÈSES. Cela pourrait aussi s’avérer totalement différent.
Eh bien, comme je l’ai écrit dans la plupart de mes analyses, l’objectif russe est de déclencher un effondrement de la logistique ukrainienne, de l’approvisionnement en main-d’œuvre et donc de la résistance armée.
Gardez à l’esprit: le but est l’effondrement, et non 
pas conquérir chaque village d’Ukraine par des assauts frontaux.

 

 

En raison du cadeau que l’Ukraine fait à la Russie, non seulement pour défendre chaque centimètre carré du Donbass, mais aussi pour essayer de reconquérir des territoires, la Russie peut remplir sa tâche dans une large mesure uniquement dans les régions orientales.

Les réserves de main-d’œuvre ukrainiennes ne sont pas illimitées et elles arrivent lentement mais sûrement à leur fin. En forçant l’ennemi à se battre dans le Donbass, la Russie s’assure que la main-d’œuvre ennemie est attirée hors de toutes les autres grandes villes importantes. Comme Kharkov, Dnipropetrovsk, Zaporozhye, Nikolayev, Kherson, Odessa etc. etc.

À son tour, cela signifie qu’il y a une forte probabilité que les Russes n’auront pas besoin de se battre dans ces villes dès que l’armée ukrainienne s’effondrera.

Carte

Dans ce qui suit, j’ai créé une carte avec cinq théâtres de guerre potentiels. Je vais passer en revue les cinq et décrire mes réflexions à leur sujet.

Théâtre 1 : Artemovsk-Soledar-Seversk

D’où les retraits de Surovikin, l’égalisation des lignes de front et la création d’un sac de feu parfait pour détruire la main-d’œuvre ennemie. Artemovsk (Bakhmut), c’est l’endroit le plus défavorable pour l’Ukraine pour se battre. Et pourtant, l’Ukraine essaie de la défendre avec tout ce qu’elle a, pour des raisons politiques. Sinon, la rupture de soutien public occidental. La Russie a des lignes d’approvisionnement courtes, une supériorité aérienne, une population amie et des positions favorables pour les bombardements. On pourrait dire que l’armée ukrainienne est enterrée à Artemovsk. Il y a déjà des dizaines de milliers de morts et peut-être le double de blessés. Il faut garder à l’esprit que les soldats blessés sont un fardeau encore plus lourd pour une nation que les morts, en temps de guerre.

De mon point de vue, et comme décrit dans une analyse précédente, la Russie aurait pu prendre Artemovsk avant. … Les réserves russes sont actuellement préparées pour l’offensive. Artemovsk ne doit pas tomber avant qu’ils ne soient prêts. De plus, Artemovsk doit provoquer la mort d’autant de soldats ukrainiens que possible avant le début de l’offensive. Ce qui signifie à son tour que cela n’a aucun sens de la prendre, tant que l’ennemi est capable de se nourrir de troupes. Lorsque l’ennemi commence à avoir des problèmes pour alimenter des troupes supplémentaires, en les tirant d’autres lignes de front importantes, alors la Russie est prête pour les autres opérations offensives.

Ainsi, les conditions requises pour déclencher la prise d’assaut d’Artemovsk sont :

  1. En attendant que le flux des troupes ukrainiennes se tarit.
  2. Les autres formations offensives de l’armée russe doivent être en place.

Je suppose que ce moment pourrait être atteint en février. Quand exactement? Je ne sais pas. Nous verrons.

Théâtre 2 : Izyum-Sloviansk-Kramatorsk

Dès que ces offensives commenceront, je suppose que les défenses ukrainiennes commenceront à s’effondrer, puisque la plupart des troupes ukrainiennes seront déjà mortes ou blessées. À ce stade, l’armée russe se déplacera très probablement de Kupiansk à Izyum par le nord et occupera des positions favorables au nord et peut-être même à l’ouest de Kramatorsk et Sloviansk.

Selon l’état de résistance de l’armée ukrainienne, il y aura soit une prise d’assaut directe du groupe Artemovsk et Sloviansk de Sloviansk et Kramatorsk, soit un siège. Il n’est pas nécessaire de sacrifier des troupes pour des victoires rapides, car il y aura plus de fronts pour déclencher l’effondrement ukrainien.

Théâtre 3

Peut-être que simultanément il y aura une poussée vers Ugledar et les villages environnants du sud, pour mettre une pression supplémentaire sur les lignes d’approvisionnement ukrainiennes, tant en matériel qu’en personnes.

Théâtre 4

Comme vous le voyez sur ma carte, le théâtre « 4 » est assez long.

Pour le moment, au moment où j’écris cet article, je ne vois aucune possibilité physique de mener une offensive à grande échelle de la Biélorussie vers l’Ukraine. Il n’y a ni assez d’équipement ni la logistique nécessaire en place. Ainsi, les grosses flèches du Bélarus sont actuellement physiquement impossibles.

Ce que je suppose en effet, est ce qui suit.  

On verra localement, pas partout où j’ai mis un chiffre 4 dessus, mais à certains endroits (je ne sais où) de petites incursions, pour coincer et lier l’ennemi au plus près de la frontière. Engager le plus possible de troupes, d’équipements et d’efforts logistiques dans le nord. En même temps, je suppose que nous pourrions commencer à vivre le début d’une campagne aérienne russe sur des cibles de l’autre côté de la frontière nord de l’Ukraine. Étant donné que la plupart des défenses aériennes sont actuellement concentrées autour de l’infrastructure critique ou déjà épuisées, nous verrons très probablement le nouveau rôle du général Surovikin. Matraquant et dégradant les ressources ukrainiennes dans le nord. Et l’Ukraine devra constamment les remplacer, pour ne pas ouvrir la porte de Kiev.

En même temps, nous pourrions peut-être voir l’accumulation de troupes et d’équipements en Biélorussie.

Cela pourrait durer peut-être jusqu’au début de l’été 2023.

Ici, nous avons la même situation qu’à Artemovsk. Dès que l’approvisionnement en troupes et en matériel commence à diminuer dans le nord, la Russie peut supposer que le moment est venu de sécuriser Kiev.

Exigences pour un déménagement vers Kiev :

  • Effondrement complet du front du Donbass.
  • Effondrement complet du front nord.

En fonction de la situation politique à ce moment-là, nous pourrions voir déjà une reddition totale ou seulement le déplacement des troupes russes à proximité de Kiev. Peut-être même déjà le début de l’encerclement de Kiev.

Théâtre 5

Soit simultanément au théâtre 4, soit après le déplacement sur Kiev (entourant ou prépositionnant au nord, à l’ouest et à l’est de Kiev), on peut voir s’ouvrir une cinquième ligne de front au sud. L’objectif serait d’atteindre la ville de Zaporozhye. Encore une fois, dans le but d’attirer au maximum les ressources et la logistique ukrainiennes.

Perspectives

Encore une fois, je suis sûr que l’objectif de la Russie est de déclencher un effondrement, de ne pas être obligé de se battre pour chaque village jusqu’à Lvov. Après ces cinq « phases » ou théâtres, je suppose, que nous verrons l’effondrement de l’Ukraine. Ce qui entraînera soit une reddition, soit nous pourrions simplement voir un passage des forces russes vers leurs futures frontières souhaitées en contournant les derniers nids de résistance. Qui devront de toute façon se rendre après un certain temps, lorsqu’ils seront encerclés loin derrière les frontières de l’OTAN.

En appliquant cette stratégie, la Russie peut infliger un maximum de dégâts à l’armée ukrainienne tout en épargnant la vie de ses propres soldats et l’infrastructure civile ukrainienne des grandes villes russes (Odessa, etc.). 

Quel est le but ultime de la Russie.

Selon le degré de résistance et l’escalade occidentale, nous pourrions assister à une reddition de Kiev au plus tôt à l’été 2023. Au plus tard ? C’est impossible à dire. Si la Russie doit traverser l’Ukraine, encercler les grandes villes et les forcer sans violence à se rendre, cela pourrait durer encore deux ans. Qui sait? Et bien sûr, il reste la question de la main-d’œuvre. Comme dans mon analyse de la phase 3 décrite, la Russie aurait besoin de mobiliser davantage de troupes, si elle était forcée de prendre l’Ukraine sans qu’elle se rende. Pas pour les combats proprement dits, mais simplement pour l’occupation et la sécurisation des arrières (contre insurrection etc.), de ce grand pays.

Livraisons d’armes et terre brûlée

De plus en plus de rapports font état de livraisons de chars et de véhicules de combat d’infanterie, ainsi que d’artillerie à l’Ukraine par l’OTAN. 

Bien sûr, nous passerons par toutes les étapes d’escalade en termes de livraisons d’armes, jusqu’à la fin de cette guerre.

L’Occident suit une stratégie de la terre brûlée en Ukraine. Il est absolument clair pour tout le monde que ce n’est qu’une question de temps, quand l’Ukraine tombera dans son ensemble. Tous sont conscients que cela se produira très probablement cette année. Ainsi, l’objectif de l’OTAN est d’infliger autant de dommages complets et durables que possible à la Russie au cours du processus.  Voir mon article à ce sujet ici.

L’Ukraine, ou la plus grande partie de celle-ci, fera à nouveau partie de la Russie. Certaines parties pourraient aller en Pologne, en Hongrie et en Roumanie en accord avec la Russie. Et une partie sera peut-être libérée dans une pseudo indépendance après avoir été dénazifiée et démilitarisée. Mais en fait, la Russie tue actuellement « en masse » ses futurs citoyens et la base d’un développement ultérieur. Bien entendu, les soldats ukrainiens d’aujourd’hui seront également les soldats russes de demain. Et plus les infrastructures sont endommagées, plus la Russie devra investir pour reconstruire. Au moins en partie, cela ira à la Russie.

Par conséquent, l’OTAN doit s’assurer que tout le potentiel masculin valide sera utilisé pour combattre la Russie. Dans le meilleur des cas, tout le monde meurt. Rappelez-vous, ce sont de futurs citoyens et soldats russes. C’est pourquoi l’Occident ne négociera jamais une fin. La Russie ne le fera d’ailleurs pas non plus, puisque toute l’Ukraine sera capturée, dénazifiée et démilitarisée. Sauf peut-être les petits lots, qui iront à d’autres États en vertu d’un accord mutuel.

Eh bien, pour autant que je sache, l’Ukraine a manqué d’armes lourdes. Et elle ne pourra plus continuer le combat sans armes lourdes. D’abord physiquement, ensuite moralement. Si les Ukrainiens ne pouvaient que jeter leurs corps contre les chars russes, il y aurait alors une reddition massive.

On pourrait penser que ces chars fournis par l’Occident seront nécessaires pour des opérations offensives. Mais plus personne ne pense aux offensives. Il s’agit plus, de prépositionner ces chars etc. sur des positions, où des offensives russes seront attendues. Préparer des embuscades et des pièges à feu pour les troupes russes entrantes. Similaire à ce qui s’est passé dans la phase 1. L’Occident fournira dans n’importe quelle phase, tant que le potentiel humain existe, pour réagir aux défis du moment/phase/théâtre donné.

Conclusion

À partir de maintenant, l’Ukraine a perdu la guerre. Je dirais que le jour où la ligne défensive de Soledar a été percée et que la nouvelle structure de commandement a été annoncée, est le jour où l’Ukraine a officiellement perdu la guerre. Maintenant, nous devons passer au peigne fin, ce qui entraînera, malheureusement pour les deux parties, d’horribles pertes en vies humaines et en matériel.

Malheureusement, les régimes fascistes ou leurs soutiens non fascistes ont tendance à sacrifier toute leur population avant que le monde ne puisse soutenir la paix. C’était comme ça pendant la Seconde Guerre mondiale, et maintenant nous avons encore la même merde.

Je pensais depuis le début que la Russie voulait crée une zone tampon qui englobe la mer noire, donnant à la future Ukraine ou ce qui restera aucun accès d’abord à la mer, puis d’avance jusqu’à Kiev pour pouvoir négocier au plus haut toute en occupant aussi des lignes a quelques kilomètres de la pologne…. Démantelant de force l’Ukraine au profit des pays limitrophe et empechant y facto, sur le plan internationale des revendications d’un état mort….. puisque offrant à la pologne et à la hongrie y compris à la Roumanie une partie du territoire Ukrainien. En sachant que de toute manière la Hongrie et la Roumanie se tournerai vers Moscou et les Brics pour recevoir de l’energie, car après cette guerre, on aura une nouvelle guerre, celle des bureaucrates, qui feront tout pour empêcher le démantèlement de l’UE, l’Allemagne ouvrira le Bal, car ces industries ont besoins d’énergie, et elle aussi fera pression sur UE qui refusera ces positions, l’Allemagne prétextant de fait, son retrait de la zone Euro… DONC la mise a mort de l’UE… les allemands ne sont pas dupes ni bêtes, il n’ont pas oublié les humiliations de 14/18 (Le  traité de versailles) puis 39/45 qui a duré jusqu’en 1983, date de la dernière traite de remboursement de guerre… ils vont décider de dire que cela suffit, ils ont payés, et que tout est régler… On va donc assister à un démantèlement puis un craquement de l’OTAN car tout cela sonne la fin de l’empire américain…


EN COMPLÉMENTAIRE

Les chars américains patinent dans la neige

Génial. Tout simplement génial ! Regardez ce que nos millions de dollars pour chaque char nous rapportent. . . .

Vous voulez voir par vous-même comment nous avons été escroqués par le complexe militaro-industriel ? Nos chars Abrams . . . vous savez, nos principaux chars de combat. . . ne peuvent pas monter des collines dans la neige. Ils dérapent et glissent vers l’arrière.

Ils coûtent de six à neuf MILLIONS DE DOLLARS CHACUN !!

C’est la qualité et l’excellence en ingénierie du complexe militaro-industriel américain ?

Avec des systèmes d’armes comme celui-ci, que vont faire  les Ukrainiens ? Demander à la Russie de retarder son offensive jusqu’à l’été prochain ?


EN DEUXIÈME COMPLÉMENTAIRE

Des chars pour l’Ukraine : Un écran de fumée

 

 

 

 

 

 

 

 

En ce qui concerne la clameur incessante de l’information autour de la fourniture de chars à l’Ukraine, je suggère de rappeler d’abord l’histoire de la Russie. Le prince Svyatoslav de Kiev, lorsqu’il partait en guerre, annonçait à son ennemi : « Je viens à toi ! ». Il gagna la plupart des batailles, mais fut sournoisement tué par ses ennemis dans une embuscade, et le khan Pecheneg Kurya fit de son crâne un bol.

Plus de mille ans se sont écoulés, mais la Russie suit toujours cette stratégie à bien des égards. L’honnêteté, la franchise, le refus de cacher ses intentions – c’est ainsi que nos ancêtres se sont battus, et c’est ainsi que nous nous battons.

L’Ukraine, bien qu’elle considère Sviatoslav comme un souverain exclusivement ukrainien, se bat d’une manière très différente. Cela est dû en grande partie au fait que les Ukrainiens, dans la confrontation actuelle, ne sont qu’un outil, un exécuteur obéissant de la volonté de quelqu’un d’autre. Et les États-Unis, après la leçon du Viêt Nam, ne se battent eux-mêmes que lorsqu’ils ont une supériorité absolue et totale, comme ils l’ont fait en Yougoslavie, en Irak et dans tous les autres cas de figure. Après avoir fait face à une résistance insignifiante en Somalie et avoir perdu 19 Marines tués, les Américains ont immédiatement retiré leurs troupes du pays.

Cependant, cela n’a pas aidé la Somalie.

Car lorsque les Américains ne peuvent pas gagner sur le champ de bataille, ils financent activement les militants locaux et font en sorte que la situation dans les pays ciblés soit au bord de l’effondrement.

En fait, c’est exactement ce que nous voyons en Ukraine. Des deux côtés du conflit, les Russes, les Ukrainiens, les représentants d’autres peuples de l’URSS et de l’Empire russe s’entretuent. Et les États-Unis fournissent volontiers des armes aux ennemis de la Russie.

Mais les armes classiques ne se limitent certainement pas aux armes classiques. Au cours de la précédente guerre froide et des décennies que nous considérions comme pacifiques, mais qui n’étaient en réalité que la préparation de l’OTAN à un nouveau « Drang nach Osten » décisif, Washington a parfaitement maîtrisé les technologies de l’information, de la guerre psychologique et cognitive. Et si le territoire de l’Ukraine est devenu un site d’essai pour les armes américaines, alors toute la puissance des armes d’information occidentales a maintenant été déployée contre nous.

Le terme « brouillard de guerre » a été formulé au début du XIXe siècle par le commandant prussien et scientifique militaire Carl von Clausewitz : « La guerre est le domaine du non fiable : les trois quarts de ce sur quoi repose l’action dans la guerre se trouvent dans le brouillard de l’inconnu, et, par conséquent, pour découvrir la vérité, il faut avant tout un esprit subtil, souple et perspicace… Le manque de fiabilité des nouvelles et l’interférence constante du hasard conduisent au fait que le combattant fait en réalité face à une situation complètement différente de celle à laquelle il s’attendait. »

Les militaires occidentaux sont passés maîtres dans l’art du brouillard. Il suffit de se rappeler une histoire de la Seconde Guerre mondiale intitulée « Opération Mincemeat ». À l’époque, les services secrets britanniques avaient pris le cadavre d’un homme, l’avaient habillé d’un costume d’officier de marine et l’avaient emmené en sous-marin jusqu’à la côte espagnole, avant de l’allonger soigneusement sur le rivage.

Une valise contenant des « documents top-secrets » avait été enchaînée au poignet du faux « officier noyé », indiquant que les Alliés allaient lancer une attaque majeure en Grèce. Les Allemands y ont cru et, par conséquent, les Alliés ont débarqué en Sicile sans encombre.

De nombreuses opérations de ce type ont eu lieu depuis lors et nous ne les connaissons pas toutes. Je suis sûr que les publications dans les médias occidentaux à la veille de l’OMS, selon lesquelles Kiev est complètement sans défense et que la Russie la prendra en trois jours, font également partie d’une guerre cognitive destinée à montrer au public occidental la « faiblesse » de notre armée. Bien qu’aucun de nos généraux, je dois le souligner, n’ait promis quoi que ce soit de ce genre. Et les accords de Minsk, conçus, comme il s’est avéré, pour donner à l’Ukraine le temps d’améliorer l’efficacité au combat de l’armée – qu’est-ce que c’est, sinon une opération spéciale de l’Occident ?

Revenons donc au sujet principal : les chars. Abrams, Léopard et ainsi de suite. Ces dizaines de véhicules blindés sont-ils capables de renverser le cours des hostilités contre la Russie ? Non, ils ne peuvent pas. Nos soldats sont excellents pour lutter contre les véhicules blindés ennemis. Donc, le seul effet de ces chars, s’ils atteignent la ligne de contact, est de prolonger les combats (comme, soit dit en passant, la plupart des autres types d’armes occidentales).

Mais le bruit qui accompagne l’approvisionnement en chars est : « Donnons. Nous ne le ferons pas. Nous le donnerons plus tard, mais pas que. Nous le donnerons s’ils donnent. Ou peut-être que nous ne le ferons pas. Non, nous le ferons. À moins que… ? » est clairement destiné à dissimuler quelque chose d’autre, de vraiment important à la fois pour l’Occident et pour Kiev.

Par exemple, la fourniture à l’Ukraine de 300 000 obus de 155 mm provenant de dépôts américains en Israël. Et il y a de sérieux doutes sur le fait que seuls des obus américains seront présents, malgré les assurances données par Israël qu’il ne fournirait pas d’armes à Kiev.

Mais ce n’est qu’une version. Dans tous les cas, il ne faut pas trop se focaliser sur ce qui se trouve à la surface, et toujours se rappeler que si l’ennemi tient à attirer notre attention sur quelque chose, c’est qu’il est en fait occupé à faire tout autre chose.

Vous ne pouvez pas vous attendre à un honnête « Je viens à toi ! » de la part de l’Occident ou de l’actuel Kiev.

source : Russia Today

 

Interview de Nikolaï Patrouchev, successeur potentiel de Vladimir Poutine

Nicola¨Patrouchv au coté de Vladimir Poutine.Il est son homme de confiance et l'éminence grise  du régime politique.
Nicolai¨Patrouchv au coté de Vladimir Poutine. Il est son homme de confiance et l’éminence grise du régime politique.

 

 

Quelles actions l’Occident prépare-t-il à Moscou et quelle politique peut-on y opposer ? Nikolaï Patrouchev, ancien directeur du FSB et actuel secrétaire du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, en a parlé à Vitaly Tseplyaev début janvier 2023.

Vitaly Tseplyaev : Nikolaï Platonovich, comment évaluez-vous la situation dans le monde qui s’est développée au début de la nouvelle année ?

Nikolaï Patrouchev : La situation dans le monde est extrêmement complexe et a un caractère turbulent. De nombreux pays de différentes régions traversent simultanément une crise militaro-politique, économique, sociale et spirituelle. Espérons qu’il y aura des changements positifs cette année.

VT : Vous avez dit un jour que les dirigeants des pays occidentaux ne faisaient rien pour améliorer la situation, non seulement dans le monde, mais même dans leur propre pays. Expliquez ce qui est en jeu.

NP : Les politiciens occidentaux n’ont pas la force et la capacité de changer la vie de leurs États pour le mieux, car ils ne sont plus des personnalités indépendantes depuis longtemps. Tout le monde a des liens avec les grandes entreprises, les lobbyistes et les fondations derrière leur dos. Ils ne cachent même pas ces faits. Il existe des exemples très récents. Il s’est avéré que des dizaines de députés européens étaient contrôlés par les structures de George Soros et que la Commission européenne, à la demande de l’une des plus grandes sociétés pharmaceutiques américaines au monde, a créé un certain nombre de stratagèmes de corruption pour l’achat de vaccins d’une valeur de dizaines de milliards d’euros. Il est clair que le vrai pouvoir en Occident est entre les mains de clans ingénieux et de sociétés multinationales.

VT : Rockefeller et Rothschild ?

NP : En fait, il existe bien d’autres corporations et clans de ce genre. Ainsi, le revenu total des 500 plus grandes entreprises du monde, selon des données non officielles, a atteint près de 38 000 milliards de dollars en 2021. La majeure partie des sociétés multinationales sont des sociétés dont le siège est aux États-Unis. Leurs revenus ont rapporté environ 16 billions de dollars avec un bénéfice net de 1,8 billion de dollars.

Le capital d’un certain nombre de sociétés multinationales dépasse le PIB de la plupart des économies mondiales, et les fonds créés par elles pour un enrichissement ultérieur prétendent être un mécanisme supranational de gestion de l’humanité. La même Fondation Soros est devenue presque le principal centre mondial de planification et de mise en œuvre des « révolutions de couleur ».

Le projet de budget américain pour 2023 est la meilleure preuve des projets de Washington de déclencher de nouvelles guerres au détriment du bien-être de ses propres citoyens.

VT : Voulez-vous dire que même les autorités américaines ne mènent pas une politique indépendante ?

NP : En fait, l’État américain n’est qu’une coquille pour un conglomérat d’énormes sociétés qui dirigent le pays et tentent de dominer le monde. Pour les multinationales, même les présidents américains ne sont que des figurants qu’on peut faire taire, comme Trump . Les quatre assassinats de dirigeants américains sont liés à la piste des entreprises. Ce n’est pas un hasard si un nombre croissant d’Américains disent que les républicains et les démocrates ne sont que deux acteurs dans une pièce qui n’a rien à voir avec la démocratie.

Nicolaï Patrouchev a souvent remplacé Vladimir Poutine aux services des relations internationales.
Ici,en mission au VietNam.

Les autorités américaines, fusionnées avec les grandes entreprises, servent les intérêts des sociétés multinationales, y compris le complexe militaro-industriel. La politique étrangère affirmée de la Maison Blanche, l’agressivité débridée de l’OTAN, l’émergence du bloc militaire AUKUS et d’autres sont également une conséquence de l’influence des entreprises. Le projet de budget américain pour 2023 est la meilleure preuve des projets de Washington de déclencher de nouvelles guerres au détriment du bien-être de ses propres citoyens. Sur les 1700 milliards de dollars de dépenses prévues par le gouvernement fédéral, la moitié est destinée à la défense, soit plus de 850 milliards de dollars. Seulement pour la poursuite des hostilités en Ukraine et la prolongation du conflit, il est prévu d’allouer 45 milliards.

Ceci en dépit du fait que les États-Unis eux-mêmes et leurs hommes de main glissent irrémédiablement dans un trou d’endettement. La dette publique américaine a atteint plus de trente et un billions de dollars. La dette de l’Angleterre de 2,4 billions de livres sterling est la plus élevée depuis la Seconde Guerre mondiale, dépassant 101% du produit intérieur brut. Le record mondial du ratio dette/PIB – plus de 2,6 fois – a été établi par le Japon avec une dette publique de près de dix mille milliards de dollars. Seuls les pays qui se considèrent comme les maîtres du monde ne rembourseront pas ces dettes.

Auparavant, l’Occident était parvenu à la prospérité et à la domination du monde grâce aux conquêtes coloniales. C’est exactement la façon dont les entreprises multinationales se comportent aujourd’hui, préférant augmenter leur capital en pompant des ressources d’autres pays. En même temps, ils utilisent leur système de lavage de cerveau des masses afin d’imposer à la population de la planète de toutes les manières possibles l’idée de certaines règles qu’ils ont eux-mêmes inventées et qui ne respectent pas le droit international.

VT : Alors, pensez-vous vraiment que lorsqu’elles opèrent dans divers pays du monde, les multinationales influencent sérieusement les processus politiques et socio-économiques locaux ?

NP : Exactement. D’une part, ils introduisent de nouvelles technologies grâce à l’investissement étranger direct et augmentent la productivité du travail. Seule la population ne peut pas profiter de ces résultats, puisque les entreprises évincent en permanence le producteur local, devenant des monopoles. En exportant l’essentiel des profits, ils privent les pays de la possibilité d’accroître leur bien-être national.

Pour résoudre ce problème, une réglementation juridique nationale ne suffit pas. La réglementation juridique internationale actuelle des activités économiques des sociétés multinationales est formée dans l’intérêt des sociétés elles-mêmes et avec leur participation directe. Son changement en faveur des intérêts nationaux des pays est torpillé.

Dans les conditions de changements cardinaux dans le monde, l’objectif des entreprises est de préserver le système d’exploitation mondiale. Il est dirigé par une élite d’hommes d’affaires qui ne s’associent à aucun État. En dessous se trouvent les pays dits développés du monde, ainsi que le « milliard d’or ». Et puis – le reste de l’humanité, qualifié avec mépris de « tiers monde ».

VT : Selon cette logique, apparemment, la Russie dans cette hiérarchie n’est pas la place la plus enviable.

NP : Il n’y a pas de place pour notre pays en Occident. La Russie agace un groupe de dirigeants du monde parce qu’elle possède de riches ressources, un vaste territoire, des gens intelligents et autosuffisants qui aiment leur pays, ses traditions et son histoire.

Les sociétés multinationales sont troublées par la vision du monde et la divergence idéologique entre la Russie et les pays contrôlés par le capital occidental. Les entreprises visent à enrichir et à développer la société de consommation. La Russie, en revanche, maintient un équilibre raisonnable entre les valeurs spirituelles et morales et le développement socio-économique.

À cet égard, les Occidentaux cherchent à affaiblir notre pays, à le démembrer, à détruire la langue russe et le monde russe. Ils ont depuis longtemps mis au point la technologie permettant de saper leurs rivaux de l’intérieur et de les diviser en petits États. C’est ainsi qu’ils agissaient auparavant, lorsque, par exemple, Londres, à la suite des résultats de la Première Guerre mondiale, a effondré des empires et en a éliminé des dizaines de pays. C’est ainsi qu’ils fonctionnent aujourd’hui. Un excellent exemple est la Yougoslavie. Ayant une voix indépendante sur la scène internationale, l’État est divisé en six.

VT : Fin décembre, le 100ème anniversaire de la formation de l’URSS a été célébré. Selon vous, comment l’effondrement de l’Union en 1991 a-t-il affecté la politique des États-Unis et de ses alliés ?

NP : 15 nouveaux sujets de droit international ont émergé dans l’espace de l’ancienne Union. Bien sûr, aucun d’entre eux ne peut être comparé à l’URSS en termes de niveau d’influence, à l’exception de la Fédération de Russie qui, ayant conservé l’autorité internationale méritée pendant des siècles, est membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, joue un rôle crucial dans le monde, la défense des intérêts nationaux. Par conséquent, dans les plans des Occidentaux, il reste à continuer à séparer la Russie et, à la fin, à l’effacer simplement de la carte politique du monde. Aujourd’hui, ils crient encore publiquement que la Russie ne doit pas rester unie, qu’elle doit être repoussée dans le cadre de la Moscovie du XVe siècle. Pour ce faire, ils ne dédaignent rien, y compris inventer une histoire complètement fausse de notre pays, rejetant sur elle leur responsabilité dans l’oppression des autres peuples, ce que la Russie n’a jamais fait.

Toute l’histoire avec l’Ukraine a commencé à Washington afin d’élaborer les technologies pour délimiter et jouer avec un seul peuple. Des millions de personnes se voient interdire de parler le russe, leur langue maternelle depuis leur naissance, elles sont obligées d’oublier leurs origines. L’Occident, au nom de ses ambitions, détruit pratiquement le peuple ukrainien, forçant la génération active à mourir sur le champ de bataille et amenant le reste de la population à la pauvreté.

Nous ne sommes pas en guerre contre l’Ukraine, car, par définition, nous ne pouvons pas avoir de haine pour les Ukrainiens ordinaires. Les traditions ukrainiennes sont proches des habitants de la Russie, tout comme l’héritage du peuple russe est indissociable de la culture des Ukrainiens.

Les événements en Ukraine ne sont pas un affrontement entre Moscou et Kyiv, c’est un affrontement militaire entre l’OTAN, et surtout les États-Unis et l’Angleterre, avec la Russie. Craignant un contact direct, les instructeurs de l’OTAN conduisent des Ukrainiens à une mort certaine. À l’aide d’une opération militaire spéciale, la Russie libère ses régions de l’occupation et doit mettre fin à l’expérience sanglante de l’Occident visant à détruire le peuple ukrainien frère.

VT : Mais dans le monde, au contraire, la Russie est accusée de s’emparer du territoire de l’Ukraine, d’attaques contre ses infrastructures…

NP : Nous ne sommes pas en guerre avec l’Ukraine, car, par définition, nous ne pouvons pas avoir de haine envers les Ukrainiens ordinaires. Les traditions ukrainiennes sont proches des habitants de la Russie, tout comme l’héritage du peuple russe est indissociable de la culture des Ukrainiens. Veuillez noter qu’en Crimée, la langue ukrainienne est préservée comme l’une des langues d’État. Les centres culturels ukrainiens, les ensembles ukrainiens de chant et de danse continuent de fonctionner dans de nombreuses villes. Dans le sud de l’Extrême-Orient, compte tenu de la forte proportion de migrants de l’époque de Stolypine, un nombre important d’habitants considèrent la culture d’origine du peuple ukrainien.

Et plus tôt les citoyens ukrainiens se rendront compte que l’Occident se bat contre la Russie avec leurs mains, plus de vies seront sauvées. Beaucoup s’en sont rendu compte depuis longtemps, mais ont peur de le dire, craignant des représailles. L’Occident ne prévoit pas de sauver la vie de qui que ce soit au détriment de son enrichissement et d’autres ambitions. Dans le même temps, les Américains, les Britanniques et les autres Européens créent souvent l’illusion qu’ils protègent la civilisation de la barbarie.

VT : Faites-vous allusion aux événements en Afghanistan, où les États-Unis ont déclaré la lutte contre le terrorisme, puis sont partis plutôt ignominieusement ?

NP : Non seulement en Afghanistan, mais aussi dans d’autres régions. Ils ont eux-mêmes créé des organisations terroristes, telles qu’Al-Qaïda, le Mouvement taliban ou ISIS, pour atteindre leurs objectifs, et les ont eux-mêmes combattus. Organisant une manifestation de liquidation des chefs terroristes, comme Oussama ben Laden , une centaine de nouveaux ont été entraînés et armés.

La présence américaine en Afghanistan s’est avérée ne pas être la lutte contre le terrorisme, mais la création de programmes de corruption de plusieurs millions de dollars et une augmentation multiple de la production de drogue. Il s’est avéré que le départ soudain des Américains de ce pays était en grande partie dû au fait qu’ils se concentraient sur l’Ukraine, où, selon eux, la préparation du régime fantoche de Kyiv à des actions anti-russes offensives se déroulait bien. Soit dit en passant, cela a également été confirmé par le secrétaire d’État américain Blinken , qui a déclaré que si l’armée américaine n’avait pas quitté l’Afghanistan, Washington n’aurait pas été en mesure d’allouer autant d’argent à l’Ukraine. De plus, une partie du matériel exporté du sol afghan a été transféré en Europe, principalement en Pologne, permettant aux Européens de procéder à la militarisation du régime de Kiev.

VT : Le 24 février de l’année dernière, la Russie a qualifié les objectifs de la l’ « opération spéciale » de « démilitarisation » et de « dénazification » de l’Ukraine. Êtes-vous toujours convaincu que ces objectifs seront atteints ?

NP : Les criminels néonazis qui se sont déchaînés en Ukraine ces dernières années seront inévitablement punis. Cependant, il est possible que leurs conservateurs essaient de sauver les plus odieux dans le but de les utiliser dans d’autres pays, y compris pour organiser des coups d’État et effectuer des tâches de sabotage.

Un tel schéma a été élaboré lors de la défaite de l’Allemagne nazie. Après 1945, les Américains, les Britanniques et les autorités ouest-allemandes contrôlées par eux ont fait état de la dénazification de leur zone d’occupation de l’Allemagne, tandis que les nazis sauvés du châtiment ont été utilisés pour créer les forces armées de la RFA, ainsi que l’agent réseau de services de renseignement américains et britanniques, y compris pour des opérations secrètes contre les pays des camps socialistes.

La CIA, qui jusqu’en 1948 s’appelait la Direction des services stratégiques des États-Unis, a activement utilisé d’anciens employés de l’Abwehr et de la Direction de la sécurité impériale du Reich nazi pour créer de nouveaux services de renseignement allemands.

Dans les années d’après-guerre, les Américains ont activement impliqué des criminels nazis dans le développement de nouveaux types d’armes, y compris des armes de destruction massive et leurs vecteurs. Il en va de même pour l’utilisation par les criminels de guerre américains et japonais qui ont développé et utilisé des armes chimiques et bactériologiques.

VT : Revenons au sujet de l’influence des sociétés multinationales sur la politique des différents pays. Vous prétendez qu’il est pratiquement illimité. Et quelles méthodes pensez-vous que les multinationales ont dans leur arsenal ?

NP : Ces méthodes sont les plus cyniques. Certains d’entre eux sont des expériences avec des agents pathogènes et des virus dangereux dans des laboratoires biologiques militaires supervisés par le Pentagone. Engagé sans cérémonie dans la décadence morale et morale de la société. L’Occident a maîtrisé la zombification des gens à l’aide de la propagande de masse, et maintenant il cherche à utiliser des armes cognitives, influençant chaque personne ponctuellement à l’aide des technologies de l’information et des méthodes neuropsychologiques. Promeut les valeurs néolibérales et autres, dont certaines sont intrinsèquement directement opposées à la nature humaine. Ils agissent consciemment et dans leur entourage ne cachent pas que l’agenda LGBT est un outil pour réduire progressivement le nombre de « personnes supplémentaires » qui ne rentrent pas dans le cadre du fameux « milliard doré ». Hier, ils ont fait de la publicité pour les OGM, sans se soucier quelles seront les conséquences sanitaires de tels produits, et elles exhortent aujourd’hui les femmes à ne pas avoir d’enfants pour lutter contre le changement climatique. La science d’outre-mer propose d’évaluer les gens par la quantité de carbone qu’ils laissent derrière eux. L’humanité est mesurée et comptée de la même manière que les scientifiques nazis mesuraient autrefois les crânes à la recherche de critères pour diviser les « races supérieures » et les « races inférieures ».

VT : Vous brossez un tableau plutôt sombre. Comme si la fin de l’humanité n’était pas loin…

NP : Le potentiel de l’humanité est loin d’être épuisé. Il existe des structures conçues pour influencer positivement cette situation. Il s’agit de l’ONU et du Conseil de sécurité de l’ONU. Des associations telles que SCO, BRICS, ASEAN et autres sont de plus en plus populaires. Cependant, l’Occident ne s’intéresse pas à l’efficacité de leur travail. Les Anglo-Saxons essaient de manière obsessionnelle de pousser la communauté mondiale à l’idée que ces institutions ont généralement perdu leur utilité, mais nous devons vivre selon les règles qu’ils ont inventées. Ceux qui ne sont pas d’accord avec leur hégémonie sont étiquetés « États voyous », « pays terroristes » ou États qui constituent une menace pour la sécurité nationale. Dans le même temps, les pays occidentaux ne s’aperçoivent pas qu’eux-mêmes restent progressivement minoritaires, le monde étant déjà fatigué de la stratégie de force et de menace qu’ils utilisent.

VT : Comment les dirigeants russes vont-ils construire leur stratégie en tenant compte des problèmes ci-dessus ?

NP : Notre pays est sur la voie de la création d’une économie forte, moderne et indépendante afin d’atteindre la souveraineté économique. La Russie a toutes les ressources pour cela. Nous avons besoin d’une culture de leur utilisation, d’une attitude attentive et prudente envers nos trésors – non seulement naturels, mais aussi intangibles. Les entreprises russes doivent être orientées vers le pays. Les capitaux privés, ainsi que les autorités, doivent penser au développement à long terme du pays.

L’indépendance financière est importante pour la Russie, ainsi que la souveraineté technologique. Nous avons beaucoup de nos Lomonossov et Kulibins. Le problème est de les remarquer à temps. Il faut non seulement développer la science et l’éducation, mais raviver le véritable culte du savant, de l’ingénieur, de l’ouvrier. La jeune génération devrait s’inspirer des idées de travail créatif au profit de notre patrie et ne pas s’asseoir dans les bureaux des entreprises occidentales.

La force invincible de la Russie réside dans son peuple travailleur, dont l’avantage réside, entre autres, dans des visions différentes de la vie, dans sa multinationalité et son multiconfessionnalisme. Il est important de comprendre que nous avons une culture unique et originale, que la Russie n’est pas l’Europe, pas l’Asie, et encore moins « anti-occidentale ». C’est d’ailleurs notre différence fondamentale. Pour un Russe, la haine, par définition, ne peut être un principe unificateur. Seuls les Occidentaux sont pleins de haine, qui nous traitent ouvertement d’opposants. Mais il faut leur rappeler leurs opérations militaires infructueuses au Vietnam, en Afghanistan et dans d’autres pays… Mais face à l’émergence de nouvelles menaces militaires, il est important pour nous d’avoir de telles forces armées et services spéciaux pour que les adversaires de la Russie n’aient même pas l’idée qu’ils pourraient se battre avec nous.

source : Rusreinfo

 

 

 

La guerre en Ukraine a été imaginé pour maintenir l’Union européenne sous tutelle

par Thierry Meyssan

C’est difficile à admettre, mais les Anglo-Saxons ne s’en cachent pas. Pour paraphraser une citation célèbre du premier secrétaire général de l’Alliance, l’OTAN a été conçue pour « garder la Russie à l’extérieur, les Américains à l’intérieur et l’Union européenne sous tutelle ».

Il n’y a aucune autre interprétation possible de la poursuite des inutiles « sanctions » contre Moscou et des vains combats meurtriers en Ukraine.

 

Cela fait presque un an que l’armée russe est entrée en Ukraine pour appliquer la résolution 2202 du Conseil de sécurité. L’OTAN, rejetant ce motif, considère au contraire que la Russie a envahi l’Ukraine pour l’annexer. Dans quatre oblasts, les référendums d’adhésion à la Fédération de Russie semblent confirmer l’interprétation de l’OTAN, sauf que l’Histoire de la Novorossia confirme l’explication de la Russie. Les deux narrations se poursuivent en parallèle, sans jamais se recouper.

Pour ma part, ayant édité un bulletin quotidien durant la guerre du Kosovo1, je me souviens que la narration de l’OTAN à l’époque était contestée par toutes les agences de presse des Balkans, sans que j’aie le moyen de savoir qui avait raison. Deux jours après la fin du conflit, des journalistes des pays membres de l’Alliance atlantique purent se rendre sur place et constater qu’ils avaient été bernés. Les agences de presse régionales avaient raison. L’OTAN n’avait cessé de mentir. Par la suite, alors que j’étais membre du gouvernement libyen, l’OTAN, qui avait un mandat du Conseil de Sécurité pour protéger la population, l’a détourné pour renverser la Jamahiriya arabe libyenne, tuant 120 000 des personnes qu’elle devait protéger. Ces expériences nous montrent que l’Occident ment sans honte pour couvrir ses actes.

Aujourd’hui l’OTAN nous assure qu’elle n’est pas en guerre puisqu’elle n’a pas déployé d’hommes en Ukraine. Pourtant nous assistons d’une part à des transferts d’armes gigantesques vers l’Ukraine pour que les nationalistes intégraux ukrainiens2, formés par l’OTAN, résistent à Moscou et, d’autre part, à une guerre économique, elle aussi sans précédent, pour détruire l’économie russe. Compte-tenu de l’ampleur de cette guerre par Ukrainiens interposés, l’affrontement entre l’OTAN et la Russie semble à tout instant possible.

Une nouvelle Guerre Mondiale est pourtant hautement improbable, à court terme tout au moins : en effet, les actes contredisent déjà la narration de l’OTAN.

La guerre dure et dure encore. Non pas que les deux camps soient à égalité, mais parce que l’OTAN ne veut pas affronter la Russie. Nous l’avons vu, il y a trois mois, lors du sommet du G20 à Bali. Avec l’accord de la Russie, le président ukrainien Volodymyr Zelensky est intervenu dans les débats en vidéo, depuis Kiev. Il a demandé l’exclusion de la Russie du G20, comme elle l’avait été du G8 après l’adhésion de la Crimée à la Fédération russe. À sa grande surprise et à celle des membres de l’OTAN présents à ce sommet, les États-Unis et le Royaume-Uni ne l’ont pas soutenu3. Washington et Londres sont convenus qu’il y avait une ligne à ne pas dépasser. Et pour cause : les armes russes modernes sont bien supérieures à celles de l’OTAN, dont la technologie date des années 90. En cas d’affrontement, il ne fait aucun doute que certes la Russie souffrirait, mais qu’elle écraserait les Occidentaux en quelques jours.

À la lumière de cet événement, nous devons relire ce qui se passe sous nos yeux.

L’afflux d’armes vers l’Ukraine n’est qu’un leurre : la majorité des matériels envoyés n’atteint pas le champ de bataille. Nous avions annoncé qu’elles seraient envoyées pour déclencher une autre guerre au Sahel4, ce que le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, a publiquement confirmé en attestant que de nombreuses armes destinées à l’Ukraine étaient déjà aux mains des jihadistes africains5. Au demeurant, constituer un arsenal de bric et de broc, en additionnant des armes d’âge et de calibres différents, ne sert à rien. Personne n’a la logistique suffisante pour approvisionner les combattants en munitions multiples. Il faut donc en conclure que ces armes ne sont pas données à l’Ukraine pour qu’elle gagne.

Le New York Times a sonné l’alerte en expliquant que les industriels occidentaux de la Défense ne parvenaient pas produire d’armes et de munitions en quantité suffisante. Les stocks sont déjà épuisés et les armées occidentales sont contraintes de donner le matériel indispensable à leur propre défense. Ceci a été confirmé par le secrétaire US à la Marine, Carlos Del Toro, qui a mis en garde face au déshabillage actuel des armées états-uniennes6. Il a précisé que si le complexe militaro-industriel US ne parvenait pas, dans les six mois, à produire plus d’armes que la Russie, les armées US ne pourraient plus accomplir leur mission.

Première remarque : si des politiciens US veulent déclencher l’Armageddon, ils n’ont pas les moyens de le faire dans les six prochains mois et ne les auront probablement pas non plus par la suite.

Mais pourquoi donc Josep Borrell, Charles Michel et Ursula von der Leyen, qui ont été convaincus de corruption et ont prouvé leur incompétence, sont devenus les leaders de l’Union européenne ? Pour souscrire à ce que leur dicte Jens Stoltenberg.

Étudions maintenant la guerre économique. Laissons de côté son camouflage sous un vocabulaire châtié : les « sanctions ». J’ai déjà traité cette question et souligné qu’il ne s’agit pas de décision d’un tribunal et qu’elles sont illégales en droit international. Observons les monnaies. Le dollar a écrasé le rouble durant deux mois, puis il est redescendu à la valeur qu’il avait de 2015 à 2020, sans que la Russie ait emprunté massivement. En d’autres termes, les prétendues « sanctions » n’ont eu qu’un effet négligeable sur la Russie. Elles ont gravement perturbé ses échanges durant les deux premiers mois, mais ne la gênent plus aujourd’hui. Par ailleurs, elles n’ont rien coûté aux USA et ne les ont pas du tout affectés.

Nous savons que, tout en interdisant à leurs alliés d’importer des hydrocarbures russes, les États-Unis en importent via l’Inde et reconstituent ainsi les stocks dans lesquels ils avaient puisé durant les premiers mois du conflit7.

Par contre, nous observons un chamboulement de l’économie européenne qui est contrainte d’emprunter massivement pour soutenir le régime de Kiev. Nous ne disposons ni de statistiques sur l’ampleur de ces emprunts, ni de l’identification des créanciers. Il est cependant clair que les gouvernements européens font appel à Washington au titre de la loi de prêt-bail US (Ukraine Democracy Defense Lend-Lease Act of 2022). Tout ce que les Européens donnent à l’Ukraine a un coût, mais il ne sera comptabilisé qu’après la guerre. Ce n’est qu’à ce moment-là que la facture sera établie. Et elle sera exorbitante. Jusque-là, tout va bien.

Le sabotage des pipe-lines Nord Stream 1 et Nord Stream 2, le 26 septembre 2022, n’a pas été revendiqué après coup, mais avant par le président états-unien Joe Biden, le 7 février 2022, à la Maison-Blanche, en présence du chancelier allemand Olaf Scholz. Certes, il ne s’est engagé qu’à détruire Nord Stream 2 en cas d’invasion russe de l’Ukraine, mais c’est que parce que la journaliste qui l’interrogeait avait cadré le sujet sans oser imaginer qu’il pourrait le faire aussi pour Nord Stream 1. Par cette déclaration et plus encore par ce sabotage, Washington a montré le mépris dans lequel il tient son allié allemand. Rien n’a changé depuis que le premier secrétaire général de l’OTAN, Lord Ismay, déclarait que le véritable but de l’Alliance était de « garder l’Union soviétique à l’extérieur, les Américains à l’intérieur et les Allemands sous tutelle » (« keep the Soviet Union out, the Americans in, and the Germans down »)8. L’Union soviétique a disparu et l’Allemagne a pris la tête de l’Union européenne. S’il était toujours en vie, Lord Ismay dirait probablement que l’objectif de l’OTAN est de garder la Russie à l’extérieur, les Américains à l’intérieur et l’Union européenne sous tutelle.

L’Allemagne, pour qui le sabotage de ces pipe-lines est le plus grave coup depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, a encaissé sans broncher. Simultanément, elle a avalé le plan Biden de sauvetage de l’économie US au détriment de l’industrie automobile allemande. À tout cela, elle a réagi en se rapprochant de la Chine et en évitant de se fâcher avec la Pologne, nouvel atout des États-Unis en Europe. Elle se propose aujourd’hui de reconstruire son industrie en développant des usines de munitions pour l’Alliance.

Par voie de conséquence, l’acceptation par l’Allemagne de la suzeraineté US a été partagée par l’Union européenne que Berlin contrôle9.

Deuxième remarque : Les Allemands et les membres de l’Union européenne dans leur ensemble ont pris acte d’une baisse de leur niveau de vie. Ils sont, avec les Ukrainiens, les seules victimes de la guerre actuelle et s’en accommodent.

En 1992, alors que la Fédération de Russie venait de naître sur les ruines de l’Union Soviétique, Dick Cheney, alors secrétaire à la Défense, commanda au straussien10 Paul Wolfowitz un rapport qui ne nous est parvenu qu’amplement caviardé. Les extraits de l’original qu’en ont publié le New York Times et le Washington Post font apparaître que Washington ne considérait plus la Russie comme une menace, mais l’Union européenne comme un rival potentiel11. On pouvait y lire : « Bien que les États-Unis soutiennent le projet d’intégration européenne, nous devons veiller à prévenir l’émergence d’un système de sécurité purement européen qui minerait l’OTAN, et particulièrement sa structure de commandement militaire intégré ». En d’autres termes, Washington approuve une Défense européenne subordonnée à l’OTAN, mais est prêt à détruire l’Union européenne si elle s’imagine devenir une puissance politique capable de lui tenir tête.

La stratégie actuelle des États-Unis, qui n’affaiblit pas la Russie, mais l’Union européenne au prétexte de lutter contre la Russie, est la seconde application concrète de la doctrine Wolfowitz. Sa première application, en 2003, consistait à punir la France de Jacques Chirac et l’Allemagne de Gerhard Schröder qui s’étaient opposées à ce que l’OTAN détruise l’Iraq12.

C’est très exactement ce qu’a déclaré le président du comité des chefs d’état-major US, le général Mark Milley, lors d’une conférence de presse à l’issue de la réunion des alliés, le 20 janvier à Ramstein. Alors qu’il avait exigé de chaque participant le don d’armes à Kiev, il a reconnu que « Cette année, il sera très, très difficile d’éjecter militairement les forces russes de chaque centimètre carré de l’Ukraine occupée par la Russie » (« This year, it would be very, very difficult to militarily eject the Russian forces from every inch of Russian-occupied Ukraine »). En d’autres termes, les Alliés doivent se saigner, mais il n’y a aucun espoir de gagner quoi que ce soit en 2023 sur la Russie.

Troisième remarque : Cette guerre n’est pas conduite contre Moscou, mais pour affaiblir l’Union européenne.

Thierry Meyssan

source : Réseau Voltaire


NOTES

  1. Le Journal de la guerre en Europe.
  2. « Qui sont les nationalistes intégraux ukrainiens ? », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 15 novembre 2022.
  3. « Zelensky piégé par Moscou et Washington », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 22 novembre 2022.
  4. « Une nouvelle guerre se prépare pour l’après défaite face à la Russie », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 24 mai 2022.
  5. « Muhammadu Buhari met en garde contre le flux d’armes de la guerre russo-ukrainienne en Afrique », Actu Niger, 30 novembre 2022.
  6. « Navy Secretary Warns : If Defense Industry Can’t Boost Production, Arming Both Ukraine and the US May Become ‘Challenging’ », Marcus Weisgerber, Defense One, January 11, 2023.
  7. « India’s breaking all records for buying Russian oil, but who is the surprise buyer ? », Paran Balakrishnan, The Telegraph of India, January 16, 2022.
  8. Cette citation orne fièrement le site officiel de l’Alliance atlantique.
  9. « Déclaration conjointe sur la coopération entre l’UE et l’OTAN », Réseau Voltaire, 10 janvier 2023.
  10. « Vladimir Poutine déclare la guerre aux Straussiens », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 5 mars 2022.
  11. « US Strategy Plan Calls For Insuring No Rivals Develop », Patrick E. Tyler, and « Excerpts from Pentagon’s Plan : “Prevent the Re-Emergence of a New Rival” », New York Times, March 8, 1992. « Keeping the US First, Pentagon Would preclude a Rival Superpower » Barton Gellman, The Washington Post, March 11, 1992.
  12. « Instructions et conclusions sur les marchés de reconstruction et d’aide en Irak », par Paul Wolfowitz, Réseau Voltaire, 10 décembre 2003.

 

 

 

 

Soledar et le point de non-retour des forces occidentales est atteint

La rupture du front à Soledar marque un tournant décisif dans la guerre qui se joue entre « l’Occident collectif » et le reste du monde emmené par la Russie pour l’occasion. Une question se pose : l’Occident collectif va-t-il franchir un palier dans son engagement en soutien à l’Ukraine ou bien accepter une porte de sortie ? Une question subsidiaire en découle : la co-belligérance sera-elle déclarée ou non ?

Sur le plan opérationnel, la rupture du front à Soledar marque un tournant considérable dans les opérations militaires. En effet, après des mois de guerre d’attrition méthodique, la percée tactique à Soledar place la Russie en position d’engager l’offensive décisive. À cet égard, la nomination du chef d’état-major de l’armée russe, le général Gerasimov, à la tête de l’opération et celle du général Sourovikine à la tête des opérations aériennes, alors que les réserves russes sont désormais prêtes au combat, laisse présager un changement d’ampleur de la stratégie militaire russe, et potentiellement, une victoire rapide de la Russie sur le terrain… bien avant que les chars lourds promis n’arrivent sur le front (et tant mieux pour eux).

Pour les États-Unis suivis de leurs toutous, il s’agissait jusqu’à présent d’alimenter le chaudron le plus longtemps possible en vue, pensaient-ils, d’essouffler la Russie, sans toutefois être déclarés co-belligérants. La bêtise de cette tactique a fait s’épuiser les ressources militaires des pays de l’OTAN sous les coups de l’artillerie et de l’aviation russe par un effet boomerang, de la même façon que les sanctions économiques contre la Russie se sont retournées contre leurs auteurs. De surcroît, compte tenu que l’armée ukrainienne a subie des pertes monstrueuses depuis le début, il faudrait de la chair à canon fraîche venue d’ailleurs, en l’occurrence des pays de l’OTAN. La Pologne semble montrer la voie.

Sur le plan géopolitique, les États-Unis ont enfin admis, par la voix de hauts responsables militaires et politiques, que cette guerre était existentielle pour eux, et de fait elle l’est puisqu’il s’agit de la dernière scène du dernier acte du changement de paradigme géopolitique débuté il y a quinze ans. L’effondrement des États-Unis en tant que super puissance mondiale s’accélère. Nous assistons à un mouvement de fond en vue de la dédollarisation de l’économie mondiale et au développement rapide des échanges économiques entre les pays du reste du monde (en dehors de l’Occident collectif). Les pays d’Afrique, d’Amérique latine, du Moyen-Orient et d’Asie ont choisi leur camp. Mais au-delà des réalités de la situation, c’est peut-être l’aspect psychologique de ce changement de paradigme qui est le plus important. En effet, le sentiment de supériorité des dirigeants américains est fondé sur le mythe de l’exceptionnalisme américain qui fait qu’ils se sentent légitimes à donner des ordres au reste de la planète et à punir les pays qui refusent d’obéir. Baignés dans ce sentiment de supériorité qui aujourd’hui relève du fantasme plus que de la réalité de la situation, les neocons psychopathes qui sont aux commandes de l’Occident collectif jouent avec le feu (nucléaire). Il n’est même pas certain qu’ils aient bien évalué la puissance militaire russe.

Pour la Russie, il s’agit d’atteindre les objectifs géopolitiques de cette opération en évitant une escalade qui mènerait à une confrontation nucléaire. On marche sur des œufs. En fin stratège, Vladimir Poutine sait qu’il ne faut jamais acculer son adversaire mais toujours lui laisser une porte de sortie « honorable », tout en dessinant des lignes rouges pour le dissuader d’en faire trop (par exemple livrer des chars lourds à l’Ukraine, ce qui, sur le plan opérationnel ne changerait pas grand-chose, mais qui pourrait être considéré comme un acte de co-belligérance et permettrait à la Russie de frapper directement des cibles en territoire américain).

Voilà à peu près où nous en sommes actuellement. Cette partie qui se joue en ce moment est le point clé du changement de paradigme géopolitique. La Russie va vraisemblablement lancer son offensive décisive bientôt. Quelle sera la réaction des psychopathes ?

Pour ma part, j’imagine trois scénarios :

• Les psychopathes pourraient être ramenés les pieds sur terre, ou au minimum neutralisés, par des généraux de haut rang du Pentagone qui ont une vision suffisamment claire de la situation. J’estime que la probabilité de ce scénario est assez faible, mais on ne sait jamais.

• Des révolutions de palais ou des révolutions populaires pourraient avoir lieu dans les pays de l’Occident collectif et renverser les psychopathes, tant la situation économique de nos pays se dégrade à grande vitesse. Il m’est difficile d’évaluer la probabilité de ce scénario.

• Les psychopathes pourraient être ramenés les pieds sur terre par effet de sidération, comme pétrifiés. Si la Russie décrète que la ligne rouge a été franchie, elle pourrait envoyer par le fond les plus prestigieux des porte-avions américains à l’aide d’une bordée de missiles hypersoniques. En effet, les porte-avions américains constituent l’emblème absolu de la puissance militaire américaine. Des films tels que le Nimitz ou Top Gun l’illustrent très bien. Ce scénario me semble plus probable que les deux premiers.

Je n’envisage pas le scénario d’une montée aux extrêmes nucléaire, mais…

Qui vivra verra. Espérons que nous verrons.


EN COMPLÉMENTAIRE

Le chef de l’état-major interarmées US vient d’admettre que Kiev ne peut pas vaincre la Russie

Chairman of the Joint Chiefs of Staff Gen. Mark Milley speaks during a Senate Armed Services Committee hearing on the conclusion of military operations in Afghanistan and plans for future counterterrorism operations, Tuesday, Sept. 28, 2021, on Capitol Hill in Washington. (AP Photo/Patrick Semansky, Pool)

Le général Mark Milley, président des chefs d’état-major interarmées, est le plus haut responsable militaire des États-Unis et ne peut raisonnablement pas être accusé d’être un « propagandiste russe » , compte tenu de son rôle de premier plan dans l’orchestration de la guerre par procuration de l’OTAN contre ce pays par le biais de l’Ukraine. Au contraire, il est l’une des figures anti-russes les plus dures depuis la Seconde Guerre mondiale en raison de ce qu’il fait aujourd’hui, et c’est pourquoi sa dernière prédiction sur le conflit ukrainien devrait faire l’objet d’une réflexion approfondie de la part de tous les Occidentaux.

Milley a conforté les propos tenus par le premier ministre, le président et le chef d’état-major des forces armées polonais au cours de la semaine écoulée en déclarant publiquement vendredi que « D’un point de vue militaire, je maintiens qu’à partir de cette année, il sera très, très difficile d’éjecter militairement les forces russes de chaque pouce de l’Ukraine occupée par la Russie. » Voici la vidéo de ses remarques partagée par The Guardian pour les sceptiques qui douteraient que le plus haut responsable militaire des États-Unis ait vraiment dit cela.

Ce que cela signifie, c’est que les quelque 100 milliards de dollars que les États-Unis ont déjà donnés à Kiev pour combattre la Russie en son nom n’ont manifestement pas suffi pour gagner. Le milliard doré occidental dirigé par les États-Unis est donc véritablement à un « point de basculement » , comme l’affirmait CNN en début de semaine, où il devra soit augmenter indéfiniment le financement de l’Ukraine, à hauteur de centaines de milliards de dollars supplémentaires, soit accepter le fait accompli imminent de la victoire de la Russie.

Pour ajouter l’insulte à la blessure que les responsables militaires polonais et maintenant même américains viennent d’infliger au « récit officiel » antérieur sur cette guerre par procuration censée tendre vers une  « inévitable victoire ukrainienne  » , un haut responsable américain anonyme a déclaré aux médias que Kiev gaspillait de précieuses ressources en continuant à se battre pour Artymovsk/Bakhmut. Ce conseil est intervenu une semaine après que la Russie a officiellement confirmé la libération de Soledar, dont l’évolution a obligé le « récit officiel » à changer radicalement [Sauf sur les chaîne francophones comme Euronews, TF1, Fr2, LCI etc. pour lesquels l’Ukraine triomphe : il y aurait eu 180.000 morts russes pour 100.000 morts ukrainiennes !!] .

Dans ce qui n’est manifestement pas une coïncidence, Der Spiegel rapportait, le même jour que la déclaration des hauts fonctionnaires américains anonymes susmentionnés et celle de Milley, que l’agence de renseignement allemande avait précédemment informé les législateurs que Kiev perdait « un nombre à trois chiffres de soldats » chaque jour autour d’Artyomovsk. Pris ensemble, ces trois événements narratifs, plus les trois autres initiés par le premier ministre, le président et le chef d’état-major des forces armées polonais, préparent le public à la défaite de Kiev.

Cela ne signifie pas que le mandataire anti-russe du milliard doré va bientôt s’effondrer, et encore moins que les forces de son adversaire vont balayer l’ensemble de cette ancienne république soviétique en ruine dans un avenir proche, mais simplement que la défaite de Kiev semble désormais inévitable en l’absence d’une évolution qui change la donne. À tout le moins, les États-Unis, la Pologne et l’Allemagne s’attendent à de nouveaux revers dans la bataille du Donbass, ce qui explique pourquoi leurs responsables (nommés ou non) viennent de modifier de manière décisive le « récit officiel« .

Cette dynamique militaro-stratégique tardivement reconnue, qui était évidente depuis un certain temps déjà mais qui est devenue indéniable après la libération de Soledar la semaine dernière, contribue également à expliquer la réticence de Berlin à approuver la demande de ses partenaires européens d’envoyer en Ukraine les chars Leopard fournis par l’Allemagne. En d’autres termes, le leader de facto de l’UE ne veut pas parier sur un cheval perdant et se retrouver dans l’embarras si les forces russes commencent à partager des images d’elles détruisant ces armements surfaits.

L’Allemagne pourrait encore capituler devant la pression sans précédent exercée par le milliard doré pour qu’elle revienne sur sa décision, mais elle tient bon pour le moment, du moins en grande partie grâce à ces calculs prudents. Milley ayant déclaré publiquement qu’il ne s’attendait pas à ce que Kiev vainque la Russie cette année, le chancelier Olaf Scholz et son nouveau ministre de la défense Boris Pistorius n’ont aucune raison de faire marche arrière, ce qui pourrait accélérer le calendrier de la victoire apparemment inévitable de la Russie.

Prédiction de la nouvelle carte de l’Ukraine…si la tendance se maintient.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


DEUXIÈME COMPLÉMENTAIRE

Le général allemand Kujat avertit que la guerre en Ukraine est perdue

Relance l’accusation de coup de poignard dans le dos contre les États-Unis et l’OTAN pour « avoir exposé l’Allemagne à la Russie ».
Un nouveau général allemand a émis un avertissement public que la guerre sur le champ de bataille ukrainien par les armées américaines et de l’OTAN est perdue, et que l’Allemagne sera ensuite perdue si l’avancée des forces russes vers Kiev et Lvov n’est pas stoppée rapidement par un armistice, une partition et la démilitarisation de l’Ukraine, et le temps de reconstruire l’armée allemande.
le général Harald Kujat

 

 

 

 

 

 

 

 

Le général de division à la retraite Harald Kujat — fils d’un soldat de la Wehrmacht tué au combat par l’Armée rouge qui a grandi pour devenir chef de l’armée allemande puis de l’état-major militaire de l’OTAN — est l’auteur d’un bilan militaire dans lequel il accuse la presse allemande, l’ex  chancelière Angela Merkel, l’ex premier ministre britannique Boris Johnson ( image principale, centre droit ) et d’autres alliés de l’OTAN qu’il ne nomme pas d’êtrevune nouvelle version allemande du coup de poignard dans le dos ( image principale, gauche) .

Dans ce plan, selon Kujat, les alliés de l’OTAN ont cherché à saboter la puissance de l’Allemagne en Europe. Cela se fait, a-t-il dit, en augmentant le « risque d’une attaque conventionnelle contre l’Allemagne » et en « poursuivant l’objectif d’exposer l’Allemagne à la Russie en particulier ». Sans viser explicitement les États-Unis, Kujat accuse Washington d’avoir créé une menace nucléaire directe contre la Russie par les batteries de missiles Aegis désormais installées en Pologne et en Roumanie ; pour avoir fait de l’Allemagne une partie directe à la guerre en Ukraine en permettant « aux États-Unis [de] former des soldats ukrainiens en Allemagne » ; et pour avoir détruit les gazoducs Nord Stream vers l’Allemagne.

L’évaluation de Kujat a été publiée en Suisse le 18 janvier ; La publication allemande a suivi le 20 janvier . Attaquée dans le passé par les grands médias allemands et par des représentants du gouvernement américain, la nouvelle déclaration de Kujat a été ignorée en Allemagne et aux États-Unis.

« Plus la guerre dure, plus le risque d’expansion ou d’escalade est grand« , a averti Kujat, ajoutant que l’armée allemande, la sécurité territoriale allemande et la puissance industrielle allemande seront les perdants car « la Russie pourrait dépasser l’escalade occidentale à tout moment avec ses armes. » Kujat voulait dire que cela incluait l’utilisation d’armes nucléaires.

Kujat est l’officier allemand le plus haut gradé à avoir rendu publique une attaque contre la guerre menée par l’Allemagne et les alliés pour vaincre la Russie en Europe.

Il succède au vice-amiral Kay-Achim Schönbach, chef de la marine allemande, qui a été contraint de démissionner en janvier 2022 , après un discours public dans lequel il a déclaré que « la péninsule de Crimée est partie : elle ne reviendra jamais — c’est un fait ». ”; et que les préoccupations russes en matière de sécurité doivent être traitées avec « respect ». « Ce que [Poutine] veut vraiment, c’est le respect. Et, mon Dieu, donner du respect à quelqu’un coûte peu, voire pas de coût. … Il est facile de lui accorder le respect qu’il exige vraiment – ​​et qu’il mérite probablement aussi. »

Après l’éviction de Schönbach, aucun officier allemand en service n’a osé risquer la critique publique de la politique de guerre en Allemagne. Au lieu de cela, ils s’expriment par l’intermédiaire d’officiers à la retraite. Le général de brigade Erich Vad, l’ancien chef du groupe militaire de la chancellerie de Merkel, a lancé une attaque détaillée au début du mois ; lire les détails ici .

Left to right: Vice Admiral Kay-Achim Schönbach, Brigadier General Erich Vad, and Major General Kujat.

Se référant à la résistance du chancelier Olaf Scholz ( image principale, à droite à droite ) à l’envoi de chars Leopard allemands en Ukraine, Kujat déclare que « le débat sur la fourniture de certains systèmes d’armes montre clairement l’intention de nombreux médias de faire eux-mêmes la politique. Il se peut que mon malaise face à cette évolution soit la conséquence de mes nombreuses années de service au sein de l’OTAN, notamment en tant que président du Conseil OTAN-Russie et de la Commission des chefs d’état-major OTAN-Ukraine. Je trouve particulièrement ennuyeux que les intérêts de sécurité allemands et les dangers pour notre pays posés par une expansion et une escalade de la guerre reçoivent si peu d’attention. Cela montre un manque de responsabilité ou, pour utiliser un terme démodé, une attitude hautement antipatriotique. »

Kujat affirme « avoir toujours cru que cette guerre devait être empêchée et qu’elle aurait pu l’être ». Que cela n’a pas été le résultat qu’il reproche à Merkel pour sa politique de tromper la Russie, qualifiant cela « d’abus de confiance flagrant » et « de violation du droit international, c’est clair« .

Le tournant dans l’équilibre des forces de sécurité russo-allemand a commencé à Washington en 2002, dit Kujat, lorsque le président américain George W. Bush a annulé le traité sur les missiles anti-balistiques (ABM), puis en 2008 lorsque Bush « a tenté de faire passer une invitation de l’Ukraine et de la Géorgie à rejoindre l’OTAN « . La décision de l’administration Obama en 2009 de déployer « le système de défense antimissile balistique de l’OTAN en Pologne et en Roumanie » était une nouvelle escalade « parce que la Russie est convaincue que les États-Unis pourraient également éliminer les systèmes stratégiques intercontinentaux russes par ces installations de lancement et ainsi mettre en danger l’équilibre stratégique nucléaire. 

La survie de l’Allemagne est menacée par ce déséquilibre nucléaire, selon Kujat, car les armes nucléaires russes sont désormais directement menacées par les États-Unis, et par l’escalade des armes conventionnelles américaines et de l’OTAN sur le champ de bataille ukrainien. « Il faut compter avec ça. Plus la guerre dure, plus le risque d’expansion ou d’escalade est grand. [ Question : Nous avons déjà eu cela lors de la crise des missiles de Cuba ? ] C’était une situation comparable.

Comme Vad, Kujat a été obligé de publier dans un magazine zurichois à petit tirage, Zeitgeschehen im Fokus (« Focus sur les événements actuels »), puis dans une obscure publication allemande basée à Francfort ; Appelé Overton , un nom révolutionnaire anglais , ce magazine ne révèle rien sur lui-même si ce n’est qu’il est « une voix contre l’étranglement du débat et le moralisme. Il remet en question les récits généraux et n’est décidément pas un porte-parole idéologique ou un organe de déclaration, mais se sent engagé dans les Lumières. Vad a publié son analyse militaire dans Emma , ​​un magazine féministe de Cologne.

Vad a été explicite dans sa critique de Merkel et de l’actuelle ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock. Bien qu’il ait été interrogé à son sujet dans son interview, Kujat évite d’attaquer Baerbock par son nom. Il affirme également que les médias américains ont été moins trompeurs dans leurs reportages sur la guerre que la presse allemande, citant un « article dans Foreign Affairs… de Fiona Hill, un ancien haut responsable du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche. Elle est très compétente et absolument fiable.

Left, Henriette Hanke Güttinger, editor in chief of Zeitgeschehen im Fokus; centre: Alice Schwartzer, publisher and editor-in-chief of Emma; rightFiona Hill, former US intelligence analyst and Russia policy director on President Trump’s National Security Council.

Kujat accuse les Britanniques, et non les Américains, d’avoir perturbé les conditions de cessez-le-feu qu’il pense que le Kremlin était prêt à signer à la suite des négociations d’Istanbul fin mars 2022. Suivez ce qui s’est passé à Moscou et à Istanbul à l’époque dans ce rapport .

Dans la version de Kujat,  » la Russie avait apparemment [ sic ] accepté de retirer ses forces au niveau du 23 février, c’est-à-dire avant le début de l’attaque contre l’Ukraine. Aujourd’hui, le retrait complet est réclamé à plusieurs reprises comme condition préalable aux négociations… L’Ukraine s’était engagée à renoncer à l’adhésion à l’OTAN et à ne permettre le stationnement d’aucune troupe ou installation militaire étrangère. En contrepartie, elle devrait recevoir des garanties de sécurité des États de son choix. L’avenir des territoires occupés devrait se régler diplomatiquement d’ici 15 ans, avec le renoncement explicite à la force militaire… Selon des informations dignes de foi [ sic ], le Premier ministre britannique de l’époque, Boris Johnson, est intervenu à Kiev le 9 avril et a empêché une signature. Son raisonnement était que l’Occident n’était pas prêt pour la fin de la guerre. »

Kujat n’a pas révélé les sources « apparentes » et « fiables » de ses affirmations. Il semble également signaler que les responsables américains n’étaient pas derrière l’action de Johnson, et ce que Kujat appelle également le président Vladimir Zelensky « modifiant à plusieurs reprises les objectifs stratégiques de la guerre ukrainienne ».

….

Comme Vad au début du mois, Kujat appelle le Pentagone, les officiers militaires américains et les fabricants d’armes américains à arrêter l’escalade de la guerre sur le champ de bataille ukrainien alors que les objectifs stratégiques russes se durcissent et que la défaite tactique des armes américaines, allemandes et de l’OTAN devient inévitable. . « Selon les chefs d’état-major interarmées américains, le général Mark Milley », déclare Kujat, « l’Ukraine a réalisé ce qu’elle pouvait réaliser militairement. Plus n’est pas possible. C’est pourquoi des efforts diplomatiques doivent être faits maintenant pour parvenir à une paix négociée. Je partage ce point de vue… on peut se demander si les forces armées ukrainiennes disposent encore d’un nombre suffisant de soldats aptes à pouvoir utiliser ces systèmes d’armes compte tenu des pertes importantes de ces derniers mois. En tout cas, la déclaration [du chef d’état-major ukrainien, le général Valery] Zaluzhny explique aussi pourquoi les livraisons d’armes occidentales ne permettent pas à l’Ukraine d’atteindre ses objectifs militaires, mais ne font que prolonger la guerre. De plus, la Russie pourrait surpasser l’escalade occidentale à tout moment avec la sienne. Dans la discussion allemande, ces connexions ne sont pas comprises ou ignorées. La manière dont certains [ sic ] alliés tentent publiquement d’exhorter le gouvernement fédéral à livrer des chars de combat Leopard 2 joue également un rôle. Cela ne s’est pas produit à l’OTAN jusqu’à présent. Cela montre à quel point la réputation de l’Allemagne au sein de l’alliance a souffert de l’affaiblissement de la Bundeswehr et de l’engagement avec lequel certains alliés poursuivent l’objectif d’exposer l’Allemagne à la Russie notamment.

Kujat laisse entendre que le chancelier Olaf Scholz subit secrètement des pressions de la part des États-Unis pour des raisons que Kujat ne veut pas révéler maintenant – à l’exception de son indice selon lequel les Américains et les Britanniques visent à affaiblir politiquement l’Allemagne en Europe et à supplanter l’industrie allemande de l’armement avec leurs propres entreprises. . « Les efforts actuels des États-Unis pour inciter les Européens à fournir davantage d’armes pourraient avoir quelque chose à voir avec cette situation. Une distinction doit être faite entre les raisons exprimées publiquement et les décisions concrètes du gouvernement fédéral. Ça irait trop loin [ sic] pour entrer dans tout le spectre de cette discussion. Cependant, je souhaite que le gouvernement fédéral reçoive des conseils vraiment compétents sur cette question et – peut-être plus important encore – qu’il soit réceptif et capable de jugement en fonction de l’importance de cette question. »

Left: Baerbock campaigning in Kiel, September 26, 2021; Right: Scholz campaigning in Kiel on May 5, 2022, before the SPD’s defeat by the CDU and Greens in the Schleswig-Holstein state election.

Kujat omet également de mentionner l’alliance de Baerbock et du Parti vert avec l’industrie aérospatiale et de la défense allemande pour obtenir des votes verts à Kiel, Düsseldorf, Munich et d’autres électorats de villes et d’États ( Bundesland ) où les Verts visent à attirer de grandes oscillations de vote de la part du social-démocrate. parti (SDP) et l’Union chrétienne-démocrate (CDU).

Kiel abrite Krauss-Maffei Wegmann Maschinenbau, constructeur du char Leopard. Lors du vote parlementaire de Kiel en 2021, les Verts ont gagné près de 14 % pour marquer 28 % du total, tandis que le SDP a perdu du terrain mais a conservé le siège avec 29,5 %. Un peu plus de deux mille voix les séparaient. Les candidats anti-guerre de la gauche et de l’alternative pour l’Allemagne (AfD) ont perdu du terrain à Kiel, terminant avec 5 % et un peu plus de 7 000 voix chacun. A Düsseldorf, siège du groupe Rheinmetall, les Verts ont gagné 13 % en 2021 sur le SDP et la CDU, perdant de justesse face à la CDU. Des changements de vote similaires vers les Verts ont été enregistrés à Essen et Duisburg, où Thyssen-Krupp dirige son complexe militaro-industriel.

Les liens de Kujat avec ces principaux fabricants d’armes allemands sont indiqués par sa présidence du conseil consultatif du Network Centric Operations Industry Consortium, une association de fabricants d’armes américains, allemands et européens . Pour en savoir plus sur les perspectives des entreprises allemandes que lui et le consortium représentent, lisez ceci .

Kujat prévient que la défaite des États-Unis et de l’OTAN par les forces russes en Ukraine met en péril la rentabilité future de cette entreprise. « C’est la situation actuelle dans laquelle les systèmes d’armes occidentaux modernes sont utilisés dans la guerre en Ukraine. En décembre, la Russie a lancé un vaste programme d’évaluation des paramètres techniques et opérationnels-tactiques des armes occidentales capturées, ce qui devrait accroître l’efficacité de ses propres opérations et l’efficacité de ses armes. »

 

 

 

 

 

 

Alerte Troisième Guerre Mondiale en développement rapide:L’Amérique déploie de nouvelles bombes nucléaires en Europe

La Fédération des Scientifiques Américains (FAS) confirme en janvier l’information donnée par Grandangolo en décembre 2022 sur la base d’un document de l’US Air Force : l’avion C-17A Globemaster a été autorisé à transporter en Italie et d’autres pays européens la bombe nucléaire USA B61-12. Des fonctionnaires de l’Administration Biden ayant annoncé que l’envoi des B61-12 aurait été anticipé en décembre, nous estimons que les nouvelles bombes nucléaires US sont déjà en train d’arriver en Europe pour être déployées contre la Russie.

Bombe B61-12 en test de larguage

USA et OTAN sont en train de déverser en Ukraine d’énormes quantités de munitions pour l’artillerie lourde fournie aux forces armées de Kiev. Les États-Unis -selon les données officielles- ont jusqu’à présent envoyé en Ukraine plus d’un million de munitions pour obusiers de 115 mm, plus des dizaines de milliers de missiles. Environ 300 000 projectiles proviennent de dépôts militaires US en Israël. L’envoi d’armes est géré par un réseau international, dans lequel jour un rôle central (la base USA proche de Pise) Camp Derby, le plus grand arsenal US hors de la mère-patrie, relié au port de Livourne et à l’aéroport militaire de Pise. Grande-Bretagne, France, Pologne et Finlande sont en train de fournir des chars d’assaut à Kiev, et la Pologne acquiert aux USA des chars Abrams dont une partie peut être destinée à l’Ukraine.

La bombe nucléaire guidée B61-12 est prise pour un essai en vol au Nevada Test and Training Range. (Photo de l’US Air Force par SSgt. Cody Griffith)

Dans le même temps USA et OTAN potentialisent le déploiement de leurs forces en Europe, toujours plus adossées à la Russie. En Roumanie l’OTAN a déployé des avions AWACS, dotés des plus sophistiquées installations électroniques, tenus constamment en vol près de l’espace aérien russe. En Roumanie toujours, le Pentagone a installé la 101e Division aéroportée, qui se trouve déployée en Europe pour la première fois depuis la Deuxième Guerre mondiale.

L’OTAN et l’UE instituent « une task force sur la résilience et les infrastructures critiques ». « L’OTAN – déclare le Conseil de l’Union européenne – reste le fondement de notre défense collective. Nous reconnaissons la valeur d’une Défense européenne plus forte qui contribue à la sécurité transatlantique et soit complémentaire et inter-opérationnelle avec l’OTAN ».

Manlio Dinucci

Bref résumé de la revue de presse internationale Grandangolo de vendredi 20 janvier 2023 à 20h30 sur la chaîne TV italienne Byoblu

https://www.byoblu.com/2023/01/20/lintera-europa-campo-di-battaglia-grandangolo-pangea/

À la mémoire de Jean-Marie Six, ✝︎ 21 janvier 2022, 

Polytechnicien, pilote d’avion, ingénieur retraité de la Direction Générale de lArmement, militant contre la Traite des Etres Humains. 

Face au déferlement actuel de propagande guerrière anti-russe, ses immenses compétences intellectuelles et professionnelles (armement aéronautique et spatial), son attachement à la Russie et sa générosité lucide nous manquent. Mais s’en souvenir nous aide à continuer ce combat commun. 

Le vieux sénile manipulé par la gauche US au pouvoir est responsable de ce déploiement nucléaire!
Joe Biden ,un fou dangereux!

 

 

 

 

Guerre Russie-Ukraine:La victoire russe prend de l’ampleur avec la chute de Soledar

Alors que MSM, l’establishment de Washington et ses marionnettes de Kiev prétendent qu’ils ne voient pas de photos et de vidéos des troupes russes à Soledar, les Russes ont développé une dynamique dans la région. Avec la libération de la ville de Soledar, le principal point d’affrontements s’est déplacé vers la gare ferroviaire voisine de Sol, au nord-ouest de la ville. Des combats ont également été signalés dans les environs est de Blagodatnoe (à l’ouest de Soledar) et de Krasnopolievka (au nord-est de Sol).

Le front de Soledar,tout récemment.

Il est intéressant de noter que les forces de Kiev ont subi de lourdes pertes lors de la bataille de Soledar et ont laissé derrière elles de nombreux cadavres de troupes pro-Kiev.

Pendant ce temps, la propagande pro-Kiev et les ventouses du budget de l’OTAN sont devenues furieuses pour tenter de nier la réalité sur le champ de bataille. À l’heure actuelle, les versions de MSM & Co varient de « Kiev contrôle toujours la ville stratégique et les affrontements sont en cours » . «  Soledar est une petite colonie sans importance« . Il n’y a rien à voir ici’.

Le ministère russe de la Défense a publié des déclarations révélant les détails de l’opération de libération de la ville de Soledar.

Le premier:

–     Dans la soirée du 12 janvier, la ville de Soledar, qui est d’une grande importance pour la poursuite des opérations offensives réussies en direction de Donetsk, a été libérée.

–     La mise en place du contrôle total de Soledar permet de bloquer les voies d’approvisionnement des forces ukrainiennes dans la ville d’Artyomovsk, située au sud-ouest, ainsi que de bloquer et d’empocher les unités des Forces armées ukrainiennes (AFU) qui y restent encore .

–     La capture de Soledar est devenue possible grâce aux attaques au feu constantes lancées sur l’ennemi par l’attaque au sol et l’aviation de l’armée, les troupes de missiles et l’artillerie du groupe de forces russe. Des attaques concentrées ont été lancées sans interruption sur les positions de l’AFU dans la ville, entravant le redéploiement des forces de réserve, les approvisionnements en munitions, ainsi que les tentatives de l’ennemi de se redéployer vers d’autres lignes défensives.

–     Lors de la libération de la ville, l’aviation de chasse des forces aérospatiales russes avait détruit 3 avions et 1 hélicoptère de l’armée de l’air ukrainienne chargés de fournir un appui-feu aérien aux forces ukrainiennes.
–     De plus, les équipages de défense aérienne du groupe de forces russes avaient abattu neuf projectiles propulsés par fusée lancés par HIMARS et les systèmes de lance-roquettes multiples Uragan (MLRS) sur les points forts pris par les forces russes près de Soledar.
–     Les troupes aéroportées ont effectué une manœuvre secrète dans une autre direction, ont attaqué les positions de l’AFU en mouvement, ont pris les hauteurs dominantes et ont bloqué les limites nord et sud de la ville.
–     Les installations et les forces de guerre électronique russes, concentrées dans la direction susmentionnée, ont neutralisé le système de contrôle hostile et ont entravé le fonctionnement des véhicules aériens sans pilote ukrainiens.
–     L’ensemble de mesures, adopté par le groupe de forces russe, a conduit à des opérations offensives réussies de détachements d’assaut lors de la libération de Soledar. Au cours des 3 derniers jours, plus de 700 membres du personnel ukrainien et plus de 300 unités d’armement de l’AFU ont été éliminés.
–     Les Forces armées de la Fédération de Russie poursuivent l’opération militaire spéciale.
–     Dans la direction de Kupyansk, les attaques lancées par l’artillerie du district militaire occidental contre les unités de la 103e brigade de défense territoriale ukrainienne ont entraîné l’élimination de jusqu’à 20 hommes, 3 véhicules blindés de combat et 3 véhicules à moteur près de Krakhmalnoye et Berestovoye (région de Kharkov ).
–     En direction de Krasny Liman, des frappes d’artillerie lancées par une formation de troupes aéroportées depuis Pskov ont entraîné la neutralisation des unités des 80e et 95e brigades d’assaut aéroportées de l’AFU près de Grigorovka et Serebryanka (République populaire de Donetsk).
–     L’ennemi a perdu plus de 40 soldats ukrainiens, 4 véhicules blindés de transport de troupes et 3 camionnettes.
–     Dans la direction du sud de Donetsk, des tirs complexes lancés par les unités marines de la flotte de la Baltique ont entraîné l’élimination de plus de 20 membres du personnel ukrainien, 2 véhicules de combat blindés et 2 véhicules à moteur près de Poltavka et Uspenovka (République populaire de Donetsk).
–    L’aviation opérationnelle et tactique, les troupes de missiles et l’artillerie des forces armées de la Fédération de Russie ont neutralisé 117 unités d’artillerie de l’AFU sur des positions de tir, des effectifs et du matériel militaire dans 105 zones.
–    2 dépôts de munitions de la 107e brigade d’artillerie de roquettes et de la 46e brigade aéromobile de l’AFU ont été détruits près de Zaporozhye et Yasnogorka (République populaire de Donetsk).
–    2 dépôts de munitions d’artillerie des 28e et 65e brigades mécanisées de l’AFU, ainsi qu’un hangar avec armement et matériel du 108e TerrLa brigade de défense territoriale a été détruite près de Konstantinovka (République populaire de Donetsk), Novoivanovka et Orekhov (région de Zaporozhye).
–     Les opérations de guerre de contre-batterie ont entraîné la destruction de :
     1 véhicule de combat équipé d’Uragan MLRS et 2 rampes de lancement de Grad MLRS près de Krasny Liman et Seversk (République populaire de Donetsk);
     1 obusier automoteur 2S1 Gvozdika et 3 obusiers automoteurs 2S3 Akatsiya près de Gulyay Pole et Orekhov (région de Zaporozhye).
     De plus, trois obusiers ukrainiens D-20 ont été détruits près de Viyemka et Dyleyevka (République populaire de Donetsk).
     Les installations de défense aérienne ont détruit 3 véhicules aériens sans pilote près de Vladimirovka, Nikolskoye (République populaire de Donetsk) et Zmiyevka (République populaire de Lougansk).
     Au total, 372 avions et 200 hélicoptères, 2 876 véhicules aériens sans pilote, 400 systèmes de missiles de défense aérienne, 7 495 chars et autres véhicules de combat blindés, 982 véhicules de combat équipés de MLRS, 3 820 canons et mortiers d’artillerie de campagne, ainsi que 8 027 unités d’armes spéciales militaires équipements ont été détruits au cours de l’opération militaire spéciale.

Le deuxième:

–   En raison des demandes des médias concernant la composition et la participation de diverses unités du groupe des forces russes à la libération de Soledar (République populaire de Donetsk) des forces armées ukrainiennes, il est nécessaire de clarifier ce qui suit.
–    Un groupement interarmes de troupes (forces) russes a mené les opérations offensives dans cette direction tactique qui ont abouti à la défaite des Forces armées ukrainiennes (AFU) et à la prise de Soledar conformément à un concept et à un plan unique qui stipulait une nombre de missions de combat.
 –   Ces missions comprenaient, comme indiqué précédemment, bloquer la ville du nord et du sud, isoler la zone d’opérations, empêcher l’ennemi de déplacer des réserves dans la ville depuis les zones voisines et empêcher le retrait des unités AFU de Soledar, comme ainsi que l’appui-feu de l’offensive par des avions d’attaque au sol et de l’artillerie.
–    Quant à l’assaut des zones urbaines de Soledar occupées par l’AFU, cette mission de combat a été accomplie avec succès grâce aux actions courageuses et désintéressées des unités d’assaut volontaires de la compagnie militaire privée Wagner.

Les développements autour de Soledar se poursuivent au milieu d’intenses combats dans la ville d’Artemovsk (Bahmut) dans le secteur au sud de Soledar. Plus récemment, des unités russes ont pris le contrôle de la région d’Opitnoe et y ont sécurisé le flanc de Bahmut depuis le nord-est, le sud et l’est. Les spéculations de certaines sources selon lesquelles la ville est dans un «encerclement tactique» par les forces russes sont une surestimation. Les routes vers l’ouest sont toujours sous le contrôle des forces de Kiev. Cependant, la route sud de la ville (le long de Yagodnone) est régulièrement frappée par les Russes.

Dans les conditions actuelles, la ville de Bahmut semble être le prochain point de défense des forces de Kiev dans la région qui s’effondrera sous la pression des forces armées russes. Dans le même temps, il est peu probable que les Russes entreprennent de « grandes attaques de débordement » sur d’autres secteurs de la ligne de front dans un avenir proche. Les forces armées russes profitent des tentatives du régime de Kiev pour réaliser des « gains médiatiques » en jetant de plus en plus d’unités ukrainiennes dans le feu des affrontements autour de Bahmut et de Soledar et utilisent cette situation pour infliger le plus de dégâts possible aux forces armées de ce qui reste d’Ukraine.

Dans le même temps, l’effondrement de la défense ukrainienne autour de Soledar et de Bahmut complique considérablement la situation des unités de Kiev déployées dans la ville de Seversk (à l’est de Sloviansk). L’avancée russe dans cette direction restera une menace permanente qui limiterait la manœuvre des forces fidèles au régime de Kiev.

Par Jonas E. Alexis, Senior Editor

January 14, 2023            SOURCE

———————————————————————-

Témoignage : Ryan O’Leary se trouve actuellement dans la zone d’opérations de Bakhmut sous le commandement d’officiers ukrainiens. M. O’Leary n’est pas content. Il est un ancien élève de 34 ans de Carroll High School dans l’Iowa et un vétéran de la Garde nationale qui a servi en Afghanistan et en Irak.

Ryan O’Leary

 

 

Il rapporte que son unité manque d’effectifs et manque d’armes lourdes parce qu' »elles ont disparu ». En d’autres termes, les armes sont vendues sur le marché noir. O’Leary attribue les problèmes de logistique au comportement corrompu et criminel de sa chaîne de commandement ukrainienne – du major général à son capitaine. Il appelle spécifiquement un capitaine Baroda, notant que Baroda fait le trafic d’une multitude de stupéfiants illégaux.

Je crains que le jeune M. O’Leary n’ait signé son arrêt de mort.
Des hommes comme le capitaine Baroda exerceront des représailles de manière très brutale contre quiconque interfère avec leur activité « entrepreneuriale ». À un moment donné, les législateurs des États-Unis, les médias et le public doivent se réveiller de leur rêve illusoire selon lequel l’Ukraine est une démocratie naissante luttant pour la vérité et la justice et réaliser qu’il s’agit d’une kleptocratie célébrant une idéologie néonazie. Le président Zelensky et son général, Zalushny, ont envoyé la crème de la jeunesse ukrainienne dans un abattoir tout en les privant des fournitures, des munitions et des armes nécessaires pour combattre les Russes.

C’est une tragédie que Ryan O’Leary ait voyagé si loin des fermes bucoliques de l’ouest de l’Iowa pour apprendre une vérité très dure. J’espère qu’il survivra.

Source


La capture de Bakhmut et Soledar sera un tournant pour l’armée russe

 

La capture de Bakhmut et Soledar sera un tournant dans le déroulement de l’opération spéciale Une photo: Vladimir Zhabrikov © URA.RU

nouvelles de l’histoireOpération spéciale russe en Ukraine

Les politiciens occidentaux et ukrainiens font preuve d’arrogance en faisant des déclarations bruyantes contre la Russie et ses alliés, mais Moscou réagit calmement à de telles attaques et atteint avec succès ses objectifs à Bakhmut et Soledar. La situation sur ce secteur du front a sérieusement changé, ce qui indique un tournant dans le conflit. C’est ce qu’a déclaré l’observateur politique Nasser Qandil.

« Alors que les responsables occidentaux se permettent de faire des déclarations arrogantes sur « l’épuisement » de l’armée russe, Moscou s’en tient à la stratégie planifiée qui lui apportera la victoire sur Kyiv. La preuve en est Bakhmut et Soledar. Une partie importante des Forces armées ukrainiennes (AFU) a été détruite et les systèmes énergétiques ont été désactivés. La situation sur le secteur du Donbass du front a sérieusement changé, en particulier à deux points clés – Bakhmut et Soledar”, a déclaré Kandil dans un article pour un quotidien libanais. Al Binah.

Il a souligné que l’évolution souhaitée du conflit a déjà eu lieu et qu’il est inutile de le nier. “La panique grandit en Occident et l’hystérie grandit à Kyiv”, a conclu Kandil.

Depuis le 24 février, la Russie mène une opération militaire spéciale (SVO) pour protéger le Donbass. Les principaux objectifs des Forces armées russes (Forces armées RF) sont la démilitarisation et la dénazification de l’Ukraine. Auparavant, le fondateur de la société militaire privée (PMC) Wagner, Yevgeny Prigozhin, avait annoncé la libération complète de Soledar par ses soldats. Selon la déclaration de Prigozhin, les pertes de l’ennemi s’élevaient à environ 500 soldats.


EN COMPLÉMENTAIRE

 

L’armée russe salue le «courage» des combattants de Wagner à Soledar

Souvent critiquée par le fondateur du groupe Wagner, Evgueni Prigojine, l’armée russe a reconnu l’impact du groupe de mercenaires à Soledar. Le ministère russe de la défense a affirmé s’être emparé de cette ville proche de Bakhmout. Une affirmation niée en Ukraine. 

 

 

Des visiteurs en treillis se rassemblent devant le Centre PMC Wagner, un projet mis en œuvre par l’homme d’affaires et fondateur du groupe de mercenaire Wagner Evgueni Prigojine, lors de l’ouverture officielle de ces bureaux à Saint-Pétersbourg, le 4 novembre 2022.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


EN SECONDE COMPLÉMENTAIRE

LES CONSÉQUENCES DE LA PERTE DE SOLEDAR

 

Les pertes parmi les effectifs des forces armées ukrainiennes en direction de Sviatove ont fortement augmenté depuis le 12 janvier, a rapporté Russia Today. L’augmentation du nombre de morts et de blessés est associée à la décision du commandement ukrainien de transférer d’urgence les combattants des 103e, 27e, 92e et 40e brigades pour renforcer la région de Soledar – Bakhmout. Mais la véritable cause de tous ces morts est le succès des contre-attaques russes qui ont profité de cette vulnérabilité (voir carte 1). La percée de la ligne de défense dans la région de Kharkov, en plein milieu de celle-ci, montre que le plus dur a été fait. Par conséquent, dans les prochains jours, la brèche russe à Sviatove va s’élargir, car les réserves d’artillerie et de blindés ukrainiens qui permettraient des contre-attaques font défaut (voir carte 2). Si l’armée ukrainienne ne trouve pas les forces adéquates pour stabiliser la situation, dans 2 semaines, l’armée russe sera capable de rétablir l’ancienne ligne de front de septembre, annulant le succès de la contre-attaque ukrainienne dans la région de Kharkov.

La conséquence la plus désagréable pour l’armée ukrainienne a été la perte de l’initiative dans la partie sud du front, dans la région de Kremina, à Kharkov. Le dispositif offensif à Kremina est lui aussi réduit, une partie des troupes étant envoyée à Bakhmout. Au sud, Kremina est naturellement protégée par une épaisse forêt qui ne permet pas l’utilisation de blindés ukrainiens. L’artillerie russe a créé des brèches à l’ouest de Kremina à travers lesquelles les fantassins russes avancent vers Liman. À 10 km à l’est de Seversk, les Russes avancent depuis la direction de Zolotarivka, et à 10 km au sud, les Russes attaquent depuis Soledar. La garnison de Seversk et son réseau de fortifications sont patiemment « hachés » par l’artillerie russe 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et maintenant, revenons à Soledar et Bakhmout. La situation à Bakhmout devient chaque jour de plus en plus critique pour les Ukrainiens. Même si le Bakhmout tombe également, cela ne signifie pas que l’armée russe a atteint son objectif de l’offensive d’hiver, c’est-à-dire la libération de toute la région de Donetsk, qui a été déclarée partie intégrante de la Russie. Et il s’agit principalement des villes de Kramatorsk et Slovyank. Si les Russes continuent l’offensive de Soledar et Bakhmout vers Kramatorsk et Slovyank, les Ukrainiens peuvent encore tenir sur ce front jusqu’en avril, en raison des nombreuses localités qui s’interposent le long du chemin et qui ont été précédemment fortifiées. Et nous revenons ici à la brèche faite par les Russes à Sviatove, qui d’ici la fin du mois de janvier peut se matérialiser par le retour à l’ancienne ligne de front de l’été dernier. Une fois que les troupes russes auront réoccupé Izium et Barvinove, le front du Donbass s’effondrera. Parce que Sloviansk et Kramatorsk seront prises par les Russes comme dans une pince, de Bahmut et Barvinove

 

 

 

 

 

Guerre Russie-Ukraine:rions,c’est l’heure

Prenons l’humour macabre comme il se doit. Zelensky a parfaitement réussi l’opération Morgenthau en Ukraine, détruire la base industrielle et accessoirement, le peuple ukrainien, dont le total ne doit pas dépasser, désormais, 20 millions (en Ukraine).

Le tyran de Kiev…Zelensky!

« Au moins huit millions de personnes ont quitté l’Ukraine en 2022. Si l’on tient compte de la population des territoires perdus, il ne reste pas plus de 18 à 20 millions d’habitants dans le pays. Et en raison des restrictions sévères imposées au départ des hommes, ce sont surtout les femmes et les enfants qui quittent l’État ».

Du moins, ceux qui restent, sont ceux qui ne peuvent pas payer…

Les plus riches, aide internationale obligent, ont vu leurs fortunes augmenter de 20 milliards de $. Il fallait bien les consoler, les pôvres !

La moitié du PIB a disparu, la production minière est en berne, et l’industrielle a baissé de 50 à 90% suivant les régions…

Le pays n’est qu’une coquille désormais vide.

Seule la coquille existe encore, entre les soldats, payés au front 100 000 hryvnias (2700$) et les fortifications érigées en 8 ans, elle commence à s’effondrer avec la prise de Soledar, et Zelensky, tel Hitler, refuse tout recul. Ça tient un temps, mais aux prix de lourdes pertes, dont on disait qu’elles étaient dix fois plus lourdes que les russes, mais ce ratio bouge lui aussi, il est largement dépassé, certains affirmant qu’il atteint 30 contre 1…

Zelensky entouré d’un groupe de rabbins juifs en Ukraine.

Les USA battent les records de vente d’armes, en réalité, ce ne sont pas parce qu’elles sont meilleures ou plus nombreuses, c’est qu’elles sont plus chères, sans avoir une qualité adéquate. 800 milliards de budgets pour des résultats inférieurs à ceux de la Russie, qui en dépensent 65, et sans doute inférieurs aussi, à ceux de la Chine, 290 milliards. Mais dans un des cas, le complexe militaro industriel est privé, corrompt et accumule, dans l’autre, ils ont une industrie nationale…

Deripaska, qui en détenait une bonne part en Russie, a dû tout revendre à l’état. La rentabilité était incertaine, et les contrôles du FSB, incessants.

En Europe, on suit la voie Morgenthau de l’appauvrissement, du dépeuplement. Personne n’en a conscience, mais la jean-foutrerie du richofemenclimatic occupe encore tous les esprits.

Les dirigeants européens, vont finir par choisir la voie Belge : chauffage à 14° pour sauver l’industrie, ou ce qu’il en reste.

source : La Chute

Plan Illuminati de Dépopulation Mondiale:La 5G est un système d’armes conçu pour TUER les gens, déclare l’expert en armes Mark Steele

L’expert en armes Mark Steele a averti le public que la  5G est un système d’armes  conçu pour tuer des personnes. La 5G se fait passer pour une technologie avancée bénigne pour des communications améliorées et des téléchargements plus rapides.

 

Dans un rapport d’expert, Steele a déclaré que la 5G représente un crime odieux et il faut comprendre le motif de son déploiement.

Steele a précédemment agi en tant que témoin et fourni des déclarations dans plusieurs affaires judiciaires, révélant l’absence de toute preuve crédible que le réseau de diodes électroluminescentes (LED) 5G et la connexion neuronale prévue au réseau 5G sont sûrs. Il a également exposé les technologies de nano-métamatériaux qui contaminent les vaccinations contre COVID-19.

Ses efforts ont porté leurs fruits car un juge du Newcastle Crown Court a déclaré que « le risque 5G doit être débattu ».

« Les preuves que j’ai présentées au tribunal ont vaincu la tentative des autorités locales et des acteurs de l’establishment britannique de m’empêcher de fournir les preuves scientifiques publiées sur les risques posés au public et à l’environnement par le réseau radar urbain 5G et son objectif ultime, », a déclaré Steele.

Cette victoire sur le champ de bataille juridique a créé une preuve qui a mis en valeur les risques réels du déploiement de la 5G à travers le monde, ainsi que le manque total d’attention des régulateurs.

Steele a déploré que le monde suive aveuglément les plans de l’élite technocratique et du complexe militaro-industriel-pharmaceutique pour éliminer un grand nombre de populations à travers le monde.

« La compartimentation du développement des systèmes d’armes a joué un rôle crucial en n’alertant pas les membres des autorités de réglementation et de l’industrie des télécommunications sur le véritable objectif et les intentions de ceux qui réalisent et financent le déploiement de la 5G et des armes chimiques biologiques se faisant passer pour des vaccins COVID-19 pour une grille de contrôle et de commande planifiée », a-t-il déclaré.

Steele explique les liens entre les vaccins 5G et COVID-19

« Les données sur les effets indésirables du vaccin COVID-19 ressemblent à la destruction de l’humanité alors que des millions de citoyens nord-américains meurent et sont blessés dans l’expérience médicale qui enfreint le Code de Nuremberg et le Statut de Rome de la Cour pénale internationale« , a déclaré Steele. .

« Le fait que les données vectorielles des vaccins COVID-19 aient été créées dans des laboratoires d’armes chimiques biologiques prouve qu’elles ne font que se faire passer pour des vaccins, les données émergentes sur la stérilisation, la mauvaise santé et la mort à travers l’Occident révélant leur véritable objectif« , a déclaré Steele. (Connexe :  Étude : L’exposition à la 5G est un « facteur important » dans les cas de covid et les décès les plus élevés )

Selon Steele, le réseau 5G a la capacité de cibler, d’acquérir et d’attaquer les vaccinés grâce à l’antenne nano métamatériau du vaccin COVID-19.

« Les systèmes d’armes létales autonomes (LAWS) ont besoin des réseaux 5G pour maintenir leur géopositionnement et naviguer dans leur environnement jusqu’à la cible », a-t-il expliqué.

« Ces armes ne peuvent pas compter sur les communications par satellite en raison du potentiel d’événements météo-réceptifs et de la latence du signal pour perturber leurs signaux. Elles doivent donc disposer de réseaux 5G localisés pour l’environnement de champ de bataille du paysage urbain à venir, pour la capacité d’assassinat et pour la domination du champ de bataille dans les futures guerres prévues. »

Suivez 5GAlert.com pour  plus d’informations sur les dangers de la technologie 5G.

Regardez la vidéo ci-dessous pour savoir pourquoi l’expert en armes Mark Steele a qualifié la 5G de système d’armes conçu pour tuer des gens.

https://www.brighteon.com/e493a120-ca8a-4b9a-92bf-a970de6a1639

Vidéo et article historique:L’affaire Sacco et Vanzetti : quand la justice américaine faisait le crime

Bartolomeo Sacco (à gauche) et Nicola Vanzetti (à droite), à la Cour Suprême de l’État du Massaschussets, en 1923. Sacco en était à son 23e jour de grève de la faim.

 

 

 

 

 

 

 

   IIl y a plus de 95 ans maintenant,le 23 août 1927, au terme d’une bataille juridique de sept ans, deux anarchistes italiens sont exécutés aux Etats-Unis malgré une mobilisation internationale. L’occasion, pour les auteurs du Figaro, d’une réflexion féconde sur le temps de la justice.

Moins célèbres que les époux Rosenberg, Sacco et Vanzetti forment un autre duo emblématique de «l’hystérie rouge» dont l’Amérique fut régulièrement saisie au cours du XXème siècle. Condamnés à mort en 1921 au terme d’une procédure judiciaire hasardeuse, les deux anarchistes passeront sur la chaise électrique six ans après, dans la stupeur générale. Quatre-vingt-dix ans plus tard, retour sur cette insurrection internationale de l’été 1927.

Des individus douteux…

L’histoire commence en décembre 1919, à Bridgewater, et se poursuit en avril 1920, à South-Braintree. Dans ces deux villes du Massachussets ont lieu des braquages à main armée, dont le second se solde par la mort de deux hommes.

Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti se rendant à leur exécution, à Boston (Massachusetts), en 1926.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 5 mai 1920, deux Italiens sont interpelés par la police. Il s’agit de Nicola Sacco, 29 ans, ouvrier cordonnier, et de Bartolomeo Vanzetti, 32 ans, vendeur de poisson ambulant. Convaincus qu’on les arrête pour des raisons politiques, les deux activistes produisent des témoignages évasifs et inexacts pour protéger leurs camarades anarchistes. La police ne tardera pas à faire le lien entre ces individus douteux (suspicious characters) et les attentats non élucidés.

…Dans une Amérique paranoïaque

S’ensuit alors une première juridiction, à Plymouth, qui innocente Sacco et condamne Vanzetti à quinze ans d’emprisonnement. Un second procès a lieu à Dedham au printemps 1920, dans une Amérique en proie aux psychoses xénophobe et antirévolutionnaire (c’est la période de la Red Scare, la «peur rouge»). Dans ce contexte, Sacco et Vanzetti sont les coupables idéaux. Immigrés, anarchistes et favorables au terrorisme révolutionnaire, «ils font partie de ces rats moraux (moral-rats) qui grignotent les fondements de l’ordre établi» (Henri Guernut).

« Ils font partie de ces rats moraux qui grignotent les fondements de l’ordre établi »

Henri Guernut, Secrétaire général de la Ligue de Droits de l’Homme, le 10 août 1927.

Malgré les fausses déclarations et les conclusions hâtives que comporte le dossier, les suspects sont déclarés coupables en juillet 1921. La défense demande un sursis et des comités de soutien se mobilisent un peu partout dans le monde. Six ans plus tard, le 9 avril 1927, après cinq pourvois rejetés et un refus de révision de la Cour suprême de l’État du Massachussets, Sacco et Vanzetti sont condamnés à la peine capitale.

L’embrasement de l’été 1927

À l’annonce du verdict, les manifestations et les grèves se multiplient à Berlin, Sydney, Moscou, Londres, Amsterdam, Bruxelles, Stockholm, Saint-Domingue… À Johannesburg, on brûle même un drapeau américain sur le parvis de l’hôtel de ville. L’activité terroriste s’intensifie dans plusieurs villes des États-Unis et des bombes éclatent à Buenos Aires et à Montevideo, en août 1927.

Manifestation en faveur de Sacco et Vanzetti, à Londres, en 1921.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En France, l’été 1927 est marqué par de nombreuses manifestations de soutien à Sacco et Vanzetti. Les deux hommes sont exécutés dans la nuit du 22 au 23 août, entraînant de violentes émeutes sur tout le territoire. Si L’Humanité se félicite d’un «Paris ouvrier maître du pavé», proclamant «Montmartre et le centre en état de siège», Le Figaro s’inquiète, dans son édition du 25 août, de ce qui ressemble à une «répétition du Grand Soir».

Dans ses colonnes politiques, en revanche, cette condamnation tardive amène certains éditorialistes à solliciter la clémence à l’égard des deux condamnés. Pour preuve cette tribune du juriste Henri Vonoven…


Le temps et la justice

En France,le gouvernement a décidé d’interdire, aujourd’hui, toute manifestation sur la voie publique à l’occasion de l’affaire de Sacco et Vanzetti. Il serait, en effet, inouï de permettre aux anarchistes et aux communistes de se réconcilier, pendant un jour, pour soulever l’émeute à Paris sous prétexte que le gouverneur de Massachussetts a refusé leur grâce aux condamnés. Il y a d’autres moyens de protester contre une décision de justice. Les cortèges à hurlements et à placards injurieux, les bousculades et les bagarres, en attendant les bombes comme à New-York, sont des procédés intolérables en un pays où la presse jouit d’une liberté sans limite et où l’opinion, par tous les moyens légitimes, fait connaître son sentiment et poursuit son effort.

Ces deux hommes sont-ils coupables? La ligue des Droits de l’Homme va jusqu’à jurer qu’ils sont innocents. Pousser jusqu’au serment l’expression de la certitude née de l’étude d’un dossier, c’est beaucoup… Mais l’affaire dépasse la question de fait.

Supposons les deux anarchistes coupables. Voilà près de sept ans qu’ils sont condamnés, sept ans que la justice laisse traîner ses procédures et recommence ses enquêtes. Elle a dépassé les bornes de la boiterie permise. Tant pis pour elle si elle s’est laissée manœuvrer par la défense. Elle a trop tardé. Ce n’est point là principe nouveau. Beccaria l’a formulé dans son traité des Délits et des peines: «le châtiment doit suivre de près le crime si l’on veut qu’il soit un frein utile contre les scélérats». Et Faustin Hélie, commentant le passage, ajoutait que l’horreur du crime paraît s’affaiblir en même temps que le temps amène avec lui l’oubli et la miséricorde. Il ajoutait que la peine trop longtemps attendue, prend quelque chose de cruel, et même d’injuste. C’est une des raisons d’être de la prescription pénale. Sept années d’attente, c’est ce chiffre biblique qui, dans le crime de South Brainttree, d’abord frappe la foule et la prévient en faveur des condamnés. La justice du Massachusetts, par sa lenteur, a dressé contre elle le sentiment mondial et le droit de punir, de punir de mort surtout, n’est point tel qu’il puisse se dispenser de l’appui du consentement général.

Ces raisons font, peut-être du cas de Sacco et Vanzetti, «une affaire de tous les honnêtes gens». Mais elles ne justifient pas du tout la promenade révolutionnaire à travers nos rues, des admirateurs de la justice russe et de ses assassinats.



Sacco et Vanzetti (le film)

Sacco et Vanzetti (Sacco e Vanzetti) est un film francoitalien, réalisé par Giuliano Montaldo, et sorti en 1971. Il retrace l’histoire de l’affaire Sacco et Vanzetti survenue dans les années 1920.

Le film a été présenté en  au Festival de Cannes.

C’est avec plaisir que je vous l’offre aujourd’hui,car pour moi,c’est un chef-d’oeuvre important!

 


UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!

 

 

 

Le Canada Totalitaire de Trudeau interdit « d’ignorer, de nier ou de minimiser » le mythe de l’Holocauste. La théologie politique juive inscrite dans le Code criminel

Selon l’OED, un « mythe » est un « thème ou modèle narratif traditionnel ou récurrent ; une intrigue standard dans la littérature. »  . Pour beaucoup, le mythe  de l’Holocauste [1] évoque l’espoir d’une rédemption universelle des maux absolus du racisme, de l’antisémitisme et du nationalisme blanc militant. Découlant de l’extermination prétendument planifiée du peuple juif par l’Allemagne « nazie » et ses collaborateurs, l’histoire de l’Holocauste a acquis un statut canonique dans les « cultures de la mémoire » officiellement construites dans tout l’Occident [2]. Au Canada, où le régime « politiquement correct » de Trudeau aspire clairement à être reconnu comme une superpuissance humanitaire, le gouvernement a suivi les traces de l’Allemagne et de plusieurs autres États européens en enchâssant le récit officiel dans le Code criminel, par l’article  s. 319. 

Un bel exemple de riche parvenu est Justin Trudeau.
Ce franc-maçon initié par son père Pierre Elioth Trudeau,pose ici au côté d’une jeune fille dénudée dans une manifestation.
Un bel exemple pour le peuple!

Désormais :

(2.1) Quiconque, en communiquant des déclarations, autrement que dans une conversation privée, encourage délibérément l’antisémitisme en tolérant, niant ou minimisant l’Holocauste

  • (a) est coupable d’un acte criminel et passible d’un emprisonnement maximal de deux ans; ou
  • (b) est coupable d’une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire.

Même avant que le droit pénal ne soit modifié pour interdire la « promotion délibérée de l’antisémitisme », les écoles, les universités, les églises et les médias au Canada stigmatisent régulièrement quiconque ose publiquement douter de la véracité du mythe de l’Holocauste. Le Parlement canadien a donc fait humblement écho à l’historien juif Alon Confino qui décrit l’Holocauste comme « un événement fondateur qui teste les limites de notre humanité ». Un autre historien juif, Matthew Feldman, reconnaît que l’interprétation reçue de « l’Holocauste » comme « le plus grand crime de l’histoire » émane une aura essentiellement religieuse [3]. Aucun député n’a voulu être vu en train de « profaner » la mémoire des victimes juives de « l’exemple suprême de l’inhumanité humaine » en votant contre les amendements proposés. Pour sa part, le gouvernement Trudeau peut être sûr que l’application de sa loi anti-blasphème postmoderne ne sera pas entravée par la très médiatisée Charte des droits et libertés. Pour un sceptique de la Charte de longue date comme moi, ce n’est pas une surprise.

Après les violations massives d’une foule de droits fondamentaux et de libertés civiles prétendument « garanties » par la Charte lors de la récente arnaque pandémique de Covid, la suppression des droits présomptifs de former et d’exprimer publiquement des opinions controversées sur l’histoire du Troisième Reich est à peu près normale .

Est-ce simplement une coïncidence si cette restriction de la liberté d’expression reflète le pouvoir et sert les intérêts d’un groupe ethnique particulier, très visible, économiquement bien doté, socialement privilégié et politiquement puissant ?

Assez curieusement, au moins un éminent porte-parole juif craint que le fait de « ignorer, nier ou minimiser l’Holocauste » une infraction pénale ne soit pas bon pour les Juifs. Néanmoins, Carolyn Yeager, une blogueuse américaine d’ascendance allemande, a documenté le large soutien à une telle législation au sein de la communauté juive organisée au Canada.

Lorsqu’il a été annoncé, le texte de la modification proposée par le régime Trudeau au Code criminel a été enfoui dans l’annexe 3 des documents budgétaires fédéraux présentés au Parlement au printemps 2022. À la fin juin, les modifications du gouvernement avaient traversé le Parlement comme partie d’un projet de loi budgétaire long et complexe, recevant la sanction royale sans débat sur ses mérites (au grand soulagement des députés, on s’en doute). La législation actuelle adopte la définition de l’Holocauste proposée à l’origine dans un projet de loi d’initiative parlementaire reflétée de manière flagrante par la mesure gouvernementale ; à savoir:

peut-on se fier à un mondialiste semblable ,prèt à tout pour quelques votes de plus?

Holocauste désigne la persécution et l’anéantissement planifiés et délibérés ( parrainés par l’État) de la communauté juive européenne par les nazis et leurs collaborateurs de 1933 à 1945

Il se trouve qu’une telle définition a été « niée » ou « minimisée » à plusieurs reprises par l’école dite « fonctionnaliste » des historiens traditionnels qui dépeignent l’Holocauste comme une réaction évolutive des bureaucrates, du personnel militaire et des collaborateurs aux événements pendant les années de guerre plutôt que le produit d’un stratagème « intentionnel », « planifié » ou « délibéré » dirigé du haut vers le bas. Il reste à voir si l’art. 319(3)(1)(c) fournira une défense adéquate à quelqu’un qui fait publiquement la promotion d’une interprétation « fonctionnaliste » de l’Holocauste. Selon cette disposition, nul ne peut être condamné si « les déclarations étaient pertinentes pour un sujet d’intérêt public, dont la discussion était d’intérêt public, et s’il a des motifs raisonnables de croire qu’elles sont vraies« . Ce moyen de défense n’empêche évidemment pas les poursuites dans lesquelles le processus est lui-même destiné à servir de sanction. En dehors du domaine respectable du débat académique convenable, cependant, les «révisionnistes» renégats risquent la pleine mesure de la rétribution légale.

L’épisode de la « Blackface » va continuer de hanter le politicien caméléon qu’est le franc maçon Justin Trudeau.

Pourquoi, alors, l’événement fondateur du christianisme, le mythe pascal entourant la mort et la résurrection de Jésus-Christ, mériterait un statut juridique moins protégé qu’une histoire crypto-théocratique d’une seule phrase officiellement prescrite et issue de la Seconde Guerre mondiale ?

Est-ce simplement une coïncidence si le mythe de l’Holocauste présente un arc narratif remarquablement similaire à l’histoire de Pâques ?
Bien que se déroulant au XXe siècle, la Shoah est l’histoire de souffrances juives imméritées dans les «camps de la mort» d’Europe de l’Est, suivies de leur résurrection ethno-religieuse triomphante dans « la terre promise, volée par la force des armes et par la terreur à ses habitants multiséculaires : les Palestiniens.

Au lendemain de sa victoire électorale:le premier libéral franc maçon prie avec ses alliés islamistes.

Au Canada, à partir de maintenant, quiconque « ferme les yeux », « nie » ou même « minimise » publiquement le récit de l’Holocauste juif est menacé de deux ans d’emprisonnement. Cette mesure répressive a été annoncée peu de temps après que des pasteurs chrétiens aient été inculpés pour avoir simplement organisé des services religieux le dimanche de Pâques en violation des ordonnances de santé publique pendant l' »urgence » artificielle de Covid. En contraste avec le respect obséquieux accordé aux sensibilités juives contemporaines, un tel manque de respect flagrant pour les rituels chrétiens séculaires représente un défi remarquable pour la théologie politique de chaque église anglo-protestante.

Les affirmations de vérité du mythe officiel de l’Holocauste sont-elles plus ou moins contestables que les récits bibliques et ecclésiastiques concernant le Jésus historique ? On entend souvent affirmer que « l’Holocauste » est « l’événement » le mieux documenté de l’histoire humaine. Mais quand, où et par qui les documents pertinents et fiables ont-ils été soumis à un contre-interrogatoire médico-légal libre, équitable et public et ouverts à un débat continu entre toutes les parties intéressées ?

Comment en sommes-nous arrivés à la triste situation actuelle ?

La réponse à cette question nécessite une critique fondamentale de la théologie politique anglo-protestante contemporaine et, en particulier, de celle de l’Église anglicane.

Après tout, étant donné une définition littérale de «politique» comme signifiant «affaires d’État», tout aspect de la théologie professée par l’Église d’Angleterre est politique dans le sens où il s’agit d’une église d’État établie. Certes, dans la première moitié du XXe siècle, les églises anglicanes des anciens dominions blancs n’étaient pas des églises d’État, mais leur adhésion majoritairement anglo-saxonne faisait largement confiance à leurs gouvernements et, suivant leur exemple, acceptait les déclarations de guerre contre l’Allemagne. en 1914 et 1939 sans hésitation significative.

De plus, en Grande-Bretagne, les évêques de l’Église d’Angleterre étaient membres de la Chambre des Lords. De facto, le gouvernement de l’époque décidait qui devait être identifié comme ennemi du peuple britannique et puni comme tel. Attribuer la culpabilité de l’état de guerre entre l’Allemagne et l’Empire britannique était une question de politique d’État. Dans le traité de Versailles (alias le Diktat) imposé à l’Allemagne en 1919 et dans les procès de Nuremberg après la défaite de l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, les gouvernements impérial et dominion ont confirmé l’accusation selon laquelle l’Allemagne était seule coupable d’avoir mené une guerre d’agression.

Mais la théologie politique désigne plus que les activités quotidiennes d’une église établie se conformant aux politiques de l’État. Selon le juriste allemand Carl Schmitt, la politique, au sens le plus profond, a à voir avec la distinction existentielle entre ami et ennemi. Parce que l’Église n’était pas un régime ecclésiastique autonome du peuple anglais, par et pour le peuple anglais, les amis et ennemis de l’État britannique étaient, ipso facto, amis ou ennemis de l’Église.

Malheureusement, ni les laïcs du WASP ni les dirigeants ecclésiastiques de l’Église d’Angleterre, que ce soit « chez eux » ou dans les dominions, n’ont pas fait grand-chose pour défendre et préserver les dimensions ethno-religieuses de l’identité anglicane.
Cela contraste fortement avec l’ethnocentrisme bien connu du peuple juif.
En enchâssant le mythe de l’Holocauste dans le Code criminel, le gouvernement canadien a adopté une théologie politique essentiellement juive.

Dirk Moses, professeur émérite du Frank Porter Graham d’histoire mondiale des droits de l’homme à l’Université de Caroline du Nord-Chapel Hill, dans son livre très apprécié sur les problèmes du génocide, identifie la structure narrative du mythe de l’Holocauste comme « l’archétype du génocide« . en droit international. Il observe que la loi et la culture populaire présentent « l’image de la victime juive en grande partie sans agent et innocente – c’est-à-dire apolitique – [comme] la victime « idéale » ou « exemplaire » ». Les juifs orthodoxes « mettent généralement l’accent sur… la religiosité traditionnelle des victimes juives » et « [c]ette interprétation théologique a imprégné la commémoration générale, qui constitue ainsi une théologie politique ». La « culture de la mémoire » mondiale officiellement prescrite adopte cette théologie politique particulariste chaque fois qu’elle associe les Juifs à « la forme archétypale et universelle de la victimisation ».
On ne peut nier la signification particulariste et ethno-religieuse du mythe de l’Holocauste. Cela était évident, par exemple, lorsqu’un trio de députés juifs de tous les partis s’est levé à la Chambre des communes d’offrir leur plein soutien lors de la deuxième lecture de Tory M.P. le projet de loi d’initiative parlementaire maintenant redondant de Kevin Waugh visant à criminaliser la « négation de l’Holocauste » au Canada. Le régime Trudeau, bien sûr, a un programme plus large, visant à redorer son blason autoproclamé en tant que premier État post-national. Le gouvernement va donc probablement « nier » ou « minimiser » le favoritisme ethno-religieux inhérent à sa décision de sanctifier la théologie politique juive par la force de la loi.

Quelles que soient les conséquences de cette décision au Canada, cependant, les anglo-protestants de toute l’anglosphère ont maintenant une rare occasion d’examiner comment leurs intérêts ethno-religieux pourraient être affectés par la criminalisation de la dissidence publique à l’égard du récit officiellement imposé de l’Holocauste. Nous devrions prier pour que l’occasion de réfléchir à qui « nous » sommes, d’où « nous » venons et peut-être même où « nous » allons ne soit pas manquée. Malheureusement, cependant, les anglo-protestants, en particulier les anglicans, ont adopté un humanitarisme libéral qui rend désormais pratiquement impossible la distinction entre « nous », et « eux ».

Andrew Fraser • August 11, 2022

Justin Trudeau et John Podesta:deux grands amis qui chuchottent à l’oreille!

NOTES

[1] Selon la définition de l’Oxford English Dictionary, un mythe est : « un récit traditionnel, portant en particulier sur l’histoire ancienne d’un peuple ou expliquant un phénomène naturel ou social, et impliquant typiquement des êtres ou événements surnaturels » (Oxford English Dictionary, 2017a).

Cette acception du mythe est largement répandue, et souvent associée à l’adjectif « mythologique ». Une seconde signification du mythe, liée à la première – toujours selon l’Oxford English Dictionary (2017a) – est celle d’« une croyance ou idée largement partagée mais fausse ». Ces deux définitions tendent à opposer le « mythe » à la « réalité .

Dans l’imaginaire commun, le mythe est généralement associé à des termes tels que ceux d’histoire ou de conte. Mais les mythes ne sont pas de simples histoires ; ils sont très réels au sens où ils sont activement forgés et reproduits par des groupes d’individus – qui peuvent sincèrement y croire, ou pas, pour différentes raisons –, au sein de réseaux qui forment des coalitions et des lobbies sur lesquels ces mythes s’appuient.

[2]Avant et après « l’Holocauste » : effectifs de la population juive en 1933 et 1948

Depuis plus d’un siècle, l’Almanach juif mondial est largement considéré comme la source la plus authentique des chiffres de la population juive dans le monde. Les universitaires du monde entier, y compris les éditeurs de l’Encyclopedia Britannica, se fiaient à l’exactitude de ces chiffres. Voici ce que les Alamanacs du monde de 1933 et 1948 avaient à dire sur la population mondiale des Juifs.
Selon le World Almanac, la population mondiale de Juifs est passée (!) Entre 1933 et 1948 de 15 315 000 à 15 753 000. Si le gouvernement allemand sous Adolf Hitler avait – comme on le prétend – assassiné six millions de Juifs, ces pertes auraient dû être reflétées dans les chiffres de la population juive cités dans l’Almanach mondial.

Almanach mondial 1933:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Almanach mondial 1948 :

 

 

 

 

 

 

Les soupçons soulevés par les chiffres ci-dessus concernant la véracité des allégations portées contre le gouvernement hitlérien sont confirmés par le rapport officiel en trois volumes du Comité international de la Croix-Rouge, publié en 1948 à Genève, selon lequel 272 000 détenus des camps de concentration sont morts en détention, environ la moitié d’entre eux étaient juifs. L’article suivant précise.

Une évaluation factuelle de « l’Holocauste » par la Croix-Rouge

Les juifs et les camps de concentration : aucune preuve de génocide

Il existe une enquête sur la question juive en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale et sur les conditions des camps de concentration en Allemagne qui est presque unique dans son honnêteté et son objectivité, le rapport en trois volumes du Comité international de la Croix-Rouge sur ses activités pendant la Seconde Guerre mondiale, Genève, 1948.

Ce récit complet d’une source entièrement neutre incorporait et développait les conclusions de deux ouvrages antérieurs : Documents sur l’activité du CICR en faveur des civils détenus dans les camps de concentration en Allemagne 1939-1945 (Genève, 1946) et Inter Arma Caritas : l’Œuvre du CICR pendant la Seconde Guerre mondiale (Genève, 1947). L’équipe d’auteurs, dirigée par Frédéric Siordet, a expliqué dans les premières pages du Rapport que son objet, dans la tradition de la Croix-Rouge, avait été la stricte neutralité politique, et c’est là sa grande valeur.

Le CICR a appliqué avec succès la convention militaire de Genève de 1929 afin d’avoir accès aux internés civils détenus en Europe centrale et occidentale par les autorités allemandes. En revanche, le CICR n’a pu obtenir aucun accès à l’Union soviétique, qui n’avait pas ratifié la Convention. Les millions d’internés civils et militaires détenus en URSS, dont les conditions étaient connues pour être de loin les pires, étaient complètement coupés de tout contact ou contrôle international.

Le rapport de la Croix-Rouge est précieux en ce qu’il clarifie d’abord les circonstances légitimes dans lesquelles les Juifs ont été détenus dans des camps de concentration, c’est-à-dire en tant qu’ennemis étrangers. En décrivant les deux catégories d’internés civils, le rapport distingue le second type comme « les civils déportés pour des raisons administratives (en allemand, « Schutzhäftlinge »), qui ont été arrêtés pour des motifs politiques ou raciaux parce que leur présence était considérée comme un danger pour l’État ou les forces d’occupation » (Vol. 111, p. 73). Ces personnes, poursuit-il, « ont été assimilées à des personnes arrêtées ou emprisonnées de droit commun pour des raisons de sécurité ». (P.74).

Le rapport admet que les Allemands ont d’abord été réticents à autoriser la surveillance par la Croix-Rouge des personnes détenues pour des raisons de sécurité, mais vers la fin de 1942, le CICR a obtenu d’importantes concessions de l’Allemagne. Les personnes du CICR ont été autorisées à distribuer des colis alimentaires aux principaux camps de concentration en Allemagne à partir d’août 1942, et « à partir de février 1943, cette concession a été étendue à tous les autres camps et prisons » (Vol. 111, p. 78). Le CICR établit rapidement des contacts avec les commandants des camps et lance un programme de secours alimentaires qui se poursuit jusqu’aux derniers mois de 1945, pour lesquels des lettres de remerciements affluent d’internés juifs.

Les récipiendaires de la Croix-Rouge étaient juifs

Le rapport indique que «jusqu’à 9.000 colis étaient distribués quotidiennement. >De l’automne 1943 jusqu’en mai 1945, environ 1.112.000 colis d’un poids total de 4.500 tonnes ont été expédiés vers les camps de concentration » (Vol. III, p. 80). En plus de la nourriture, ceux-ci contenaient des vêtements et des fournitures pharmaceutiques. « Des colis ont été envoyés à Dachau, Buchenwald, Sangerhausen, Sachsenhausen, Oranienburg, Flossenburg, Landsberg-am-Lech, Flöha, Ravensbrück, Hambourg-Neuengamme, Mauthausen, Theresienstadt, Auschwitz, Bergen-Belsen, vers des camps près de Vienne et dans le centre et le sud. Allemagne. Les principaux bénéficiaires étaient des Belges, des Néerlandais, des Français, des Grecs, des Italiens, des Norvégiens, des Polonais et des Juifs apatrides » (Vol. III, p. 83).

Au cours de la guerre, « Le Comité a été en mesure de transférer et de distribuer sous forme de secours plus de vingt millions de francs suisses collectés par des organisations juives d’aide sociale à travers dans le monde, notamment par l’American Joint Distribution Committee de New York » (Vol. I, p. 644). Cette dernière organisation a été autorisée par le gouvernement allemand à maintenir des bureaux à Berlin jusqu’à l’entrée américaine dans la guerre. Le CICR s’est plaint que l’obstruction de leur vaste opération de secours aux internés juifs ne venait pas des Allemands mais du blocus serré de l’Europe par les Alliés. La plupart de leurs achats de vivres de secours ont été effectués en Roumanie, en Hongrie et en Slovaquie.

Le CICR avait des éloges particuliers pour les conditions libérales qui régnaient à Theresienstadt jusqu’au moment de leurs dernières visites en avril 1945. Ce camp, « où se trouvaient environ 40.000 Juifs déportés de divers pays, était un ghetto relativement privilégié » (Vol. III , p. 75). Selon le rapport, « ‘Les délégués du Comité ont pu visiter le camp de Theresienstadt (Terezin) qui était utilisé exclusivement pour les Juifs et était régi par des conditions spéciales. D’après les informations recueillies par le Comité, ce camp avait été mis en place à titre expérimental par certains dirigeants du Reich… Ces hommes voulaient donner aux Juifs les moyens d’établir une vie communautaire dans une ville sous leur propre administration et possédant une autonomie presque complète. . . deux délégués purent visiter le camp le 6 avril 1945. Ils confirmèrent l’impression favorable acquise lors de la première visite » (Vol. I, p . 642).

Le CICR a également fait l’éloge du régime d’Ion Antonescu de la Roumanie fasciste où le Comité a pu accorder une aide spéciale à 183.000 Juifs roumains jusqu’à l’époque de l’occupation soviétique. L’aide cessa alors et le CICR se plaignit amèrement de n’avoir jamais réussi « à envoyer quoi que ce soit en Russie » (Vol. II, p. 62). La même situation s’appliquait à de nombreux camps allemands après leur « libération » par les Russes. Le CICR a reçu un volumineux flux de courrier d’Auschwitz jusqu’à la période de l’occupation soviétique, lorsque de nombreux internés ont été évacués vers l’ouest. Mais les efforts de la Croix-Rouge pour envoyer des secours aux internés restés à Auschwitz sous contrôle soviétique ont été vains. Cependant, des colis alimentaires ont continué d’être envoyés aux anciens détenus d’Auschwitz transférés à l’ouest dans des camps tels que Buchenwald et Oranienburg.

Aucune preuve de génocide

L’un des aspects les plus importants du rapport de la Croix-Rouge est qu’il clarifie la véritable cause de ces décès qui se sont sans aucun doute produits dans les camps vers la fin de la guerre. Selon le rapport : « Dans l’état chaotique de l’Allemagne après l’invasion au cours des derniers mois de la guerre, les camps n’ont reçu aucun approvisionnement alimentaire et la famine a fait un nombre croissant de victimes. Lui-même alarmé par cette situation, le gouvernement allemand en informa enfin le CICR le 1er février 1945… En mars 1945, des discussions entre le président du CICR et le général S.S. Kaltenbrunner donnèrent des résultats encore plus décisifs. Les secours pouvaient désormais être distribués par le CICR, et un délégué était autorisé à rester dans chaque camp… » (Tome III, p. 83).

De toute évidence, les autorités allemandes se sont efforcées de remédier à la situation désastreuse dans la mesure où elles le pouvaient. La Croix-Rouge est assez explicite en déclarant que les approvisionnements alimentaires ont cessé à cette époque en raison du bombardement allié des transports allemands, et dans l’intérêt des Juifs internés, ils avaient protesté le 15 mars 1944 contre « la guerre aérienne barbare des Alliés » ( Inter Arma Caritas, p. 78). Le 2 octobre 1944, le CICR avertit le ministère allemand des Affaires étrangères de l’effondrement imminent du système de transport allemand, déclarant que les conditions de famine pour les habitants de toute l’Allemagne devenaient inévitables.

En traitant de ce rapport complet en trois volumes, il est important de souligner que les délégués de la Croix-Rouge internationale n’ont trouvé aucune preuve dans les camps de l’Europe occupée par l’Axe d’une politique délibérée d’extermination des Juifs. Dans l’ensemble de ses 1600 pages, le rapport ne mentionne même pas une telle chose comme une chambre à gaz. Il admet que les Juifs, comme beaucoup d’autres nationalités en temps de guerre, ont souffert des rigueurs et des privations, mais son silence complet sur le sujet de l’extermination planifiée est une ample réfutation de la légende des Six Millions. Comme les représentants du Vatican avec lesquels elle travaillait, la Croix-Rouge se trouva incapable de se livrer aux accusations irresponsables de génocide qui étaient devenues à l’ordre du jour. En ce qui concerne le véritable taux de mortalité, le rapport souligne que la plupart des médecins juifs des camps étaient utilisés pour combattre le typhus sur le front oriental, de sorte qu’ils n’étaient pas disponibles lorsque les épidémies de typhus de 1945 ont éclaté dans les camps. (Vol. I, p. 204 et suiv.) – Incidemment, il est souvent affirmé que des exécutions massives ont été effectuées dans des chambres à gaz astucieusement déguisées en douches. Encore une fois, le rapport rend cette allégation absurde. « Non seulement les lavoirs, mais les installations pour les bains, les douches et la lessive ont été inspectés par les délégués. Ils ont souvent dû prendre des mesures pour que les luminaires soient moins primitifs et pour les faire réparer ou agrandir » (Vol. III, p. 594).

Tous n’ont pas été internés

Le volume III du rapport de la Croix-Rouge, chapitre 3 (I. Population civile juive) traite de «l’aide apportée à la section juive de la population libre», et ce chapitre montre clairement que tous les juifs européens n’étaient en aucun cas placés dans des camps d’internement, mais restèrent, sous réserve de certaines restrictions, au sein de la population civile libre. Cela entre directement en conflit avec l’« ampleur » du prétendu « programme d’extermination », et avec l’affirmation dans les faux mémoires de Höss selon laquelle Eichmann était obsédé par l’arrestation de « chaque Juif sur lequel il pouvait mettre la main ».

En Slovaquie, par exemple, où l’assistant d’Eichmann, Dieter Wisliceny, était en charge, le rapport indique qu’« une grande partie de la minorité juive avait l’autorisation de rester dans le pays et, à certaines périodes, la Slovaquie était considérée comme un refuge comparativement sûr pour les Juifs, surtout pour ceux qui viennent de Pologne. Ceux qui sont restés en Slovaquie semblent avoir été relativement en sécurité jusqu’à la fin du mois d’août 1944, lorsqu’un soulèvement contre les forces allemandes a eu lieu. S’il est vrai que la loi du 15 mai 1942 avait entraîné l’internement de plusieurs milliers de Juifs, ces personnes étaient détenues dans des camps où les conditions de nourriture et de logement étaient tolérables, et où les internés étaient autorisés à effectuer un travail rémunéré à des conditions presque égales à celles du marché du travail libre » (Vol. I, p. 646).

Non seulement une grande partie des quelque trois millions de juifs européens évita complètement l’internement, mais l’émigration des juifs se poursuivit tout au long de la guerre, généralement via la Hongrie, la Roumanie et la Turquie. Ironiquement, l’émigration juive d’après-guerre des territoires occupés par l’Allemagne a également été facilitée par le Reich, comme dans le cas des Juifs polonais qui s’étaient enfuis en France avant son occupation. « Les Juifs de Pologne qui, pendant leur séjour en France, avaient obtenu des permis d’entrée aux États-Unis étaient considérés comme des citoyens américains par les autorités d’occupation allemandes, qui ont en outre accepté de reconnaître la validité d’environ trois mille passeports délivrés aux Juifs par les consulats de Pays d’Amérique du Sud » (Vol. I, p. 645).

En tant que futurs citoyens américains, ces Juifs étaient détenus au camp de Vittel, dans le sud de la France, pour étrangers américains. L’émigration des Juifs européens de Hongrie en particulier s’est déroulée pendant la guerre sans être gênée par les autorités allemandes. « Jusqu’en mars 1944« , précise le. Rapport de la Croix-Rouge, « Les Juifs qui avaient le privilège de visas pour la Palestine étaient libres de quitter la Hongrie » (Vol. I, p. 648). Même après le remplacement du gouvernement Horthy en 1944 (suite à sa tentative d’armistice avec l’Union soviétique) par un gouvernement plus dépendant de l’autorité allemande, l’émigration des Juifs se poursuit.

Le Comité a obtenu les promesses de la Grande-Bretagne et des États-Unis « de soutenir par tous les moyens l’émigration des Juifs de Hongrie », et de la part du gouvernement américain, le CICR a reçu un message indiquant que « le gouvernement des États-Unis… t spécifiquement réitère son assurance que des dispositions seront prises par lui pour la prise en charge de tous les Juifs qui, dans les circonstances actuelles, sont autorisés à partir » (Vol. I, p . 649).

Biedermann a convenu que dans les dix-neuf cas où « Est-ce que Six Million sont réellement morts? »  cités dans le rapport du Comité international de la Croix-Rouge sur ses activités pendant la Seconde Guerre mondiale et Inter Arma Caritas (cela inclut le matériel ci-dessus), il l’a fait avec précision.

Citation de Charles Biedermann (délégué du Comité international de la Croix-Rouge et directeur du Service international de recherches de la Croix-Rouge) sous serment au procès Zündel (9, 10, 11 et 12 février 1988).

Ce qui précède est le chapitre neuf du livre « Did Six Million Really Die? ».

Source

Commentaire

    Parmi les ouvrages les plus connus sur la Seconde Guerre mondiale, il y a « La Croisade en Europe » du général Eisenhower (559 pages), « La Seconde Guerre mondiale » de Winston Churchill (6 volumes ; 4 448 pages) et « Mémoires de guerre » du général de Gaulle (3 tomes ; 2 054 pages).
Il n’y a absolument aucune mention d’un quelconque «Holocauste», génocide des Juifs ou chambres à gaz dans ces ouvrages, ou par d’autres sommités moins importantes qui ont écrit sur la Seconde Guerre mondiale.

    Winston Churchill : Vous devez comprendre que cette guerre n’est pas contre Hitler ou le national-socialisme, mais contre la force du peuple allemand, qui doit être brisée une fois pour toutes, qu’elle soit entre les mains d’Hitler ou d’un prêtre jésuite .*** Emrys Hughes, Winston Churchill – Sa carrière dans la guerre et la paix, p. 145

     L’affirmation selon laquelle 6 millions de Juifs étaient en péril a été faite avant la Révolution bolchevique, avant la Première Guerre mondiale, et bien sûr avant la Seconde Guerre mondiale, qui étaient TOUTES initiés et financées par les Juifs.

[3]Holocauste. Le mythe de « L’Holocauste » a été révélé 7 ans avant qu’il n’est sensé se produire, et celui des « 6 millions de morts »a été imposé dans le Talmud !!

Des fausses sonnettes d’alarme concernant la mort de « millions de Juifs » avaient déjà sonné pendant la Première Guerre mondiale et durant la Guerre Civile Russe qui a suivi. Quant au chiffre des 6 millions de juifs morts dans des camps de concentration, il a été prévu dans les anciennes écritures juives, disant que les juifs ne pourront revenir dans la « Terre Promise » qu’après la mort violente de six millions d’entre eux. En  imposant ce double mensonge aux juifs et aux non juifs, les sionistes ont fait de l’Holocauste une affaire extrêmement rentable financièrement, politiquement, et moralement. S’adjugeant le monopole de l’Holocauste, ils effacent  d’un coup tous les autres génocides commis par les Anglais et les Américains (juifs et chrétiens) contre les autres peuples et nations, et qui sont réels et radicalement mortels.

 

Pendant le bruit fort et la fureur enfumée du temps de guerre, de si grands témoignages de génocide semblaient quelque peu plausibles pour le lecteur superficiel des journaux –déjà menteurs- de l’époque. Mais pendant la période de paix des années 1930, même l’adorateur de journal le plus louche ne croirait jamais ces contes. Pourtant, comme nous le verrons, cela n’a pas empêché les audacieux sionistes d’essayer.

Alfred Tarski (@AlfredTarski) / Twitter

Alfred Tarski 

À l’approche des Jeux olympiques de Berlin de 1936, Adolf Hitler est au pouvoir depuis près de 3 ans et demi. La campagne de haine anti-allemande initiale de 1933-34 a diminué, parce que le monde réalise maintenant que la propagande des atrocités anti juives était fausse. Bien que renvoyés des premières positions dans la presse, la banque, le gouvernement et le milieu universitaire, les Juifs qui restent en Allemagne prospèrent dans l’économie revitalisée. Au cours des années 1930, 75% des juifs allemands sont de classe moyenne ou riche. Même le légendaire Max Warburg, bien que dépouillé de sa domination sur la Banque centrale allemande, a choisi de rester en Allemagne jusqu’en 1938, faisant de sérieuses affaires bancaires tout le temps.

Bildnummer: 60201938 Datum: 25.06.2003 Copyright: imago/United Archives International
Peace Conference – Paris 1919. Baron Von Lersner (centre) Max Warburg (short Man – German delegates. 1919 PUBLICATIONxINxGERxSUIxAUTxONLY kbdig 2003 quer
60201938 Date 25 06 2003 Copyright Imago United Archives International Peace Conference Paris 1919 Baron from Lersner Centre Max Warburg Short Man German Delegates 1919 PUBLICATIONxINxGERxSUIxAUTxONLY Kbdig 2003 horizontal

En ce qui concerne le reste des Juifs d’Europe, ils continuent, sans problème et généralement sont plus aisés et riches que leurs homologues goys. Le Juif Léon Blum vient d’être élu Premier ministre de la France. Le gouvernement de l’Union soviétique est rempli de juifs, de même que la classe dirigeante de la Grande-Bretagne. Même dans la Pologne réputée «antisémite» et en Italie fasciste, les Juifs ne sont pas dérangés. En bref, juste 3 ans avant le déclenchement de la guerre germano-polonaise, les juifs européens des années 1930 sont sains et saufs, et beaucoup d’entre eux en plein essor y compris en Allemagne.

Les Juifs d’Europe ne sont pas « persécutés » en 1936!

1- Max Warburg gagne beaucoup d’argent dans l’Allemagne d’Hitler

2- Léon Blum est élu Premier ministre de la France

3- Lazare Kaganovich contrôle la Russie de Staline

4- Baron Rothschild est l’homme le plus puissant de Grande-Bretagne

5- Alfred Tarski: mathématicien et savant, est acclamé en Pologne

Alfred Tarski, Friend and Daemon
Alfred Tarski

Donc, compte tenu du bon traitement et du succès relatif des Juifs européens, il est curieux de découvrir un numéro du New York Times, daté du 31 mai 1936, portant l’affirmation audacieuse d’un « Holocauste européen » s’abattant sur des  » Millions de juifs « .

Comment se peut-il?

Comme le prouvent les Hauts prêtres du « Canular de l’Holocauste », l’internement en temps de guerre des juifs n’a commencé qu’après la seconde moitié de 1941. Les exécutions de masse alléguées auraient débuté en 1943, en augmentant le génocide à grande échelle jusqu’en 1944.

Oups. Il semblerait donc qu’un sioniste excité n’a pas résisté à sortir le scénario, concocté depuis belle lurette,  6-7 ans trop tôt!

Cette proclamation ridicule d’un « Holocauste européen »-nous dirions des « fake news »- faite par un groupe de « chrétiens » devant les sionistes de Chicago et de New York, constitue la base pour l’établissement d’un État juif en Palestine; que les Britanniques ont donné en cadeau aux sionistes pour leur aide en traînant les États-Unis dans la guerre du côté de la Grande-Bretagne durant la première guerre mondiale.

Le Canular de l’Holocauste: un mensonge de 1936, un mensonge  en 1945, et TOUJOURS un mensonge aujourd’hui

Source

Le mythe « Six Million »

Le Grand mensonge des Sionistes

« Le premier Holocauste » de Don Heddesheimer est un travail critique documentant les tentatives juives continues de propager la propagande de l’Holocauste avant, pendant et après la Première Guerre mondiale, invoquant souvent la figure magique « 6.000.000 » et utilisant le terme « Holocauste ». Bien sûr, ces propagandistes intelligents ont depuis réussi leur objectif d’établir le mythe scandaleux de l’Holocauste juif ™ (le mot Holocauste est réservé aux juifs.  Le génocide, par les Européens juifs et chrétiens, de dizaines de millions d’Amérindiens, d’aborigènes d’Australie, de Nouvelle Zélande et d’ailleurs, n’est pas un Holocaustes car ces peuplades n’étaient pas juives) dans la conscience publique après la fin de la Seconde Guerre mondiale. En grande partie en raison de films de fiction Hollywoodiens, comme « la liste de Shindler » de la vipère menteuse et lubrique, Steven Spielberg.

Lisez The First Holocaust en ligne ici.

Pourquoi le nombre « Six Millions »?

Comme indiqué dans le livre The First Holocaust, les sionistes ont tenté continuellement et hystériquement de prétendre que six millions de Juifs étaient morts, mourraient ou étaient gravement en danger de mort en Europe et en Russie depuis la fin des années 1800. Chaque fois qu’il y a eu des turbulences en Europe, même si des turbulences ont souvent été provoquées par des juifs en premier lieu, des personnalités sionistes éminentes et des organisations de médias contrôlées par des juifs dans le monde entier, répandirent constamment avec frénésie des histoires fausses et désolantes pour que les gens se sentent désolés pour les Juifs européens et qu’ils fassent des dons d’argent  aux organismes de bienfaisance juifs. Il s’avère que ce mythique chiffre de six millions, longtemps discrédité même par les historiens traditionnels du Canular de l’Holocauste (en anglais :  Holohoax), provient d’un mythe religieux juif-talmudique qui dit «vous devrez revenir moins six millions» ou «vous reviendrez à la terre d’Israël avec six millions en Moins « , et bien sûr, la Seconde Guerre mondiale a donné naissance à l’état moderne d’Israël qui a été créé en 1948. Les juifs israéliens excusent souvent leur génocide systématique de Palestiniens et le vol de terres palestiniennes en faisant ressortir la soi-disant Holocauste ™ de la Seconde Guerre mondiale, que tout chercheur sérieux et tout penseur critique sait à l’heure actuelle une fraude de proportions colossales.

Les sionistes ont tellement d’influence qu’ils ont transformé une prophétie religieuse juive délirante en «fait historique».

De l’histoire et des origines scripturaires du nombre de six millions;

[Citation 1] Les prophéties juives dans la Torah exigent que 6 millions de Juifs « disparaissent » avant que l’état d’Israël ne puisse être formé. « Vous devrez revenir moins 6 millions. » C’est pourquoi Tom Segev, un historien israélien, a déclaré que le « 6 millions » est une tentative de transformer l’histoire de l’Holocauste en religion d’État. Selon la prophétie, ces six millions doivent disparaître dans les «fours brûlants», que la version judiciaire de l’Holocauste authentifie maintenant. Comme l’écrit Robert B. Goldmann: « . . . Sans l’Holocauste, il n’y aurait pas d’État juif « . Une conséquence simple: six millions de Juifs ont enfumé à Auschwitz et ont fini dans les  » fours brûlants » (le mot grec l’holocauste signifie les offrandes brûlées), donc les prophéties ont été  » accomplies « et Israël peut devenir un » État légitime « .

[Citation 2] En ce qui concerne le numéro «six millions», vous devez savoir ce qui suit: Dans le texte hébreu des prophéties de la Torah, on peut lire «vous devrez retourner». Dans le texte, la lettre « V » ou « VAU » est absente, car l’hébreu n’a aucun chiffre; La lettre V représente le numéro 6. Ben Weintraub, un scientifique religieux, a appris des rabbins que le sens de la lettre manquante signifie que le nombre est de «6 millions». La prophétie se lit ensuite: vous reviendrez, mais avec 6 millions de moins. Voir Ben Weintraub: « The Holocaust Dogma of Judaism », Cosmo Publishing, Washington 1995, page 3. Les 6 millions manquants doivent l’être avant que les Juifs ne puissent retourner dans la Terre Promise. Jahweh voit cela comme un ménage des âmes des gens pécheurs. Les Juifs doivent, au retour dans la Terre Promise, être propres – le nettoyage doit se faire en brûlant. –

 Quelques exemples pour votre considération;

 11 JUIN 1900 – NEW YORK TIMES – page 7 – Adresse de Rabbi Wise

« Il y a 6.000.000 d’arguments vivants, sanglants et souffrants en faveur du sionisme ».

1906-

1911-

Max Nordau, cofondateur de l’Organisation sioniste mondiale avec Theodore Herzl, met en garde contre l’anéantissement de six millions de personnes au congrès sioniste de Bâle, en Suisse. C’était 22 ans avant que Hitler ne vienne au pouvoir et 3 ans avant la Première Guerre mondiale.

1919-

Peu de temps après la Première Guerre mondiale, les Juifs revendiquent l’Holocauste de «six millions de Juifs». Il ne vole pas trop loin, personne ne l’achète.

Cliquez pour lire l’article complet.

1921-

Les patriotes russes blancs gagnent du terrain sur les usurpateurs bolcheviks juifs de leur nation. En tentant de dissimuler leur forte implication dans le bolchevisme meurtrier, les Juifs débrouillent à nouveau le mythe de «six millions».

1938-

Ce n’est qu’une petite partie des parcelles disponibles qui indiquent qu’il y a beaucoup plus à l’Holocauste que ce qui est évident. Ceux-ci ainsi que de nombreux autres exemples peuvent être trouvés dans le Grand mensonge de Sion: le mythe « Six millions« 

 

source
Calcul mathématique

Les maths utilisées sont simples.  

Il y avait 4,5 millions de Juifs en Europe en 1940, dans toute l’Europe, y compris en Russie.  

En tant que Français (ou Allemand, ou autre européen), je suis obligé, sous peine d’emprisonnement, de déclarer  avec une certitude morale absolue que 6 millions de juifs parmi les 4,5 millions ont été gazés.

Les 3,8 millions de Juifs qui ont survécu à ce gazage en Europe sont devenus des réfugiés. Ces juifs européens se sont installés en Palestine (car leur Dieu leur a soufflé qu’il fallait en exterminer les habitants pour leur confisquer leur terre et leur vie), d’autres sont allés en Argentine (auprès des survivants nazis), en Amérique, au Canada, en Grande-Bretagne, en Australie, en Afrique du Sud et dans le monde libre.

Ce calcul est totalement correct. Ceux qui le contestent sont des antisémites.

 


CONCLUSION DE CE MENSONGE HISTORIQUE ET POLITIQUE À LA TRUDEAU

 

LE GRAND CANULAR DE L’HOLOCAUSTE:. Les tas de cadavres à Dachau, Buchenwald étaient ceux des soldats allemands

Nous connaissons tous les images et les séquences filmées de tas de cadavres de «Juifs» découverts dans les «camps de la mort» Dachau et Buchenwald libérés à la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais ce qu’on ne nous a jamais dit, c’est que la plupart de ces cadavres étaient en fait des soldats allemands morts qui ont été jetés là-bas dans le cadre d’une psy-op élaborée par British Intelligence, et bon nombre de ces images horribles ont été filmées par nul autre que le maître du film d’horreur, Alfred Hitchcock.

 

Ce qui suit est un extrait du témoignage oculaire corroboré d’un soldat allemand capturé:

En 1977, lors d’une visite à New York et à Cape May, j’ai raconté l’histoire du train des prisonniers allemands mourants à deux anciens officiers américains. Ils avaient tous deux été postés à Heidelberg peu après la guerre et ils savaient tout à ce sujet. Ils ont convenu que les wagons à bestiaux étaient remplis de soldats allemands capturés infectés par le typhus et la dysenterie.

… Par une journée ensoleillée à la mi-juin 1945, j’ai sauté dans un train de marchandises et je suis allé à Erfurt. Le train s’est arrêté à environ un kilomètre et demi avant la gare, alors j’ai porté mon sac à dos et j’ai commencé à marcher vers la gare. J’ai rapidement remarqué un train de marchandises d’une vingtaine de wagons à bestiaux stationnant sur une voie latérale. Une mauvaise odeur venait de cette direction. En me rapprochant, j’ai vu des mains qui dépassaient des trous de ventilation et j’ai entendu des gémissements, alors j’ai traversé plusieurs pistes et je me suis approché des wagons à bestiaux. Les gens à l’intérieur m’ont remarqué et ont commencé à pleurer « Eau, camarade, eau! » Puis j’ai atteint le train et j’ai reconnu la terrible puanteur des excréments et des cadavres en décomposition. Les portes coulissantes et les trous de ventilation étaient entrecroisés avec du fil de fer barbelé solidement cloué. De l’urine et des excréments partiellement séchés suintaient sous les portes coulissantes et entre les planches.

… Ils étaient en fait des figurants involontaires dans un film réalisé par Alfred Hitchcock, le spécialiste des films d’horreur d’Hollywood. Il avait obtenu un contrat pour réaliser un film sur les camps de concentration pour le tribunal de Nuremberg.

La nuit, les prisonniers morts seraient déchargés à Buchenwald, Dachau et dans d’autres camps de concentration par ceux qui étaient encore en vie. Hitchcock les filmerait ensuite, dépeignant les tas de cadavres victimes des atrocités allemandes. Un grand nombre de cadavres ont été jetés à Buchenwald la nuit, et le lendemain, les citoyens de Weimar ont été contraints de passer devant les tas de cadavres en décomposition et de sentir l’odeur nauséabonde.

Certains d’entre eux croyaient en fait à la propagande américaine, que les cadavres étaient des détenus des camps de concentration. Tout a été filmé dans le cadre du film de Hitchcock. Par la suite, les cadavres ont été jetés dans des fosses communes à proximité. Cela aussi faisait partie du script. C’est l’explication que les deux anciens officiers de l’armée américaine m’ont donnée concernant le train de prisonniers allemands mourants que j’ai vu le 16 juin 1945.

Je certifie que mon témoignage est un véritable compte rendu de ce que j’ai personnellement vu et vécu.

[Remarque: Alfred Hitchcock a été persuadé par son ami et producteur de films, le Juif britannique, Sidney Bernstein, de quitter Hollywood pour participer au projet «F3080». F3080 est le nom que British Intelligence a donné à un projet de compilation d’un film documentaire sur les atrocités allemandes.

Le projet est né en février 1945 dans la division de guerre psychologique de la SHAEF (Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force). Hitchcock a été enregistré exprimant sa principale préoccupation: «Nous devons essayer d’empêcher les gens de penser que tout cela a été truqué.»]

Le témoignage du soldat allemand peut être vérifié par plusieurs autres témoins, dont le ministère britannique de l’Information, qui a admis que la British Broadcasting Company (BBC) serait impliquée dans une campagne de propagande anti-allemande en cours pour distraire le public des horribles atrocités commises par l’armée soviétique.

Et Victor Cavendish-Bentick, le chef du British Psychological Warfare Executive (Propagande), dans une note manuscrite, écrite le 27 août 1943, a confirmé que le meurtre de masse présumé de Juifs dans les soi-disant «  camps de la mort  » était en effet un psy -op:

    «Nous avons eu une bonne affaire pour notre argent avec cette histoire de chambre à gaz que nous avons mise en place, mais ne courons-nous pas le risque finalement d’être découverts et quand nous serons découverts, risquer l’effondrement de ce mensonge et la fin de notre guerre psychologique? Ce n’est donc pas le moment de le laisser dériver tout seul et de se concentrer sur les autres lignes que nous utilisons. » [Document F0371 / 34551 du Bureau des archives publiques révélé par Stephen Mitford Goodson, Inside the South African Reserve Bank]

Bien sûr, il serait très facile de confirmer l’origine ethnique des corps dans les charniers de Dachau et Buchenwald simplement en exhumant certains des corps et en effectuant des tests ADN sur eux. Un tout simple test ADN pourrait confirmer que les restes étaient juifs ou allemands. Mais comme nous le savons de toute l’Europe, les groupes juifs ont absolument interdit à ces «charniers juifs» d’être dérangés car cela violerait prétendument leurs convictions «religieuses», sauf dans les cas où cela leur convient.

Et maintenant, les gouvernements d’Amérique et d’Europe dépensent des dizaines de millions de dollars chaque année pour s’assurer que chaque enfant d’âge scolaire impressionnable se voit montrer ces images truquées dans un seul but: transformer les agresseurs de la Seconde Guerre mondiale en victimes, par sympathie illicite pour le diable.

Et voici le tristement célèbre faux documentaire de Hitchcock: 

——————————-

Source : Piles of Corpses at Dachau, Buchenwald Were Dead German Soldiers Staged for Propaganda by Jews in US Military

CFT Team(Christians For Truth) May 4, 2020 

——————————–

Dernière Conclusion

Rappelons que les armées anglo-américaines n’ont   libéré aucun « camp d’extermination », notion par ailleurs inconnue à l’époque: les six camps : Auschwitz, Treblinka, Maidanek, Sobibor, Belzec, Chelmno ; étaient tous situés à l’Est, dans la zone d’action de l’Armée rouge. Toutes les images qui figurent dans les « reportages » des armées alliées sur ces camps sont fausses. Ainsi, par exemple, dans le film  Memory of the Camps, notamment celles de la libération du camp de Bergen-Belsen par l’armée britannique, ne montrent donc pas un lieu réel de la « Shoah ». Mais ces images, qui toutes avaient été montrées et remontrées depuis cette époque, au sein de montages différents, sont incontestablement à la base de la construction de l’imaginaire de la Shoah.

Pour continuer à défendre le mythe de l’extermination des juifs et le mythe des chambres à gaz ou des camions à gaz nazis, il ne reste plus que des romanciers, des cinéastes, des artistes, des clowns à la manière d’Elie Wiesel, de Claude Lanzmann, de Bernard-Henri Lévy et d’Éric Zemmour. Et des milliards extorqués aux banques, aux compagnies d’assurances, aux contribuables vont à la plus basse propagande sioniste dans les écoles, les lycées, les universités, les musées, les clubs (y compris de football). Ces milliards financent le seul État d’apartheid qui reste sur terre, et le seul asile inexpugnable des malfrats juifs : Israël.


Liste des personnes persécutées pour avoir contesté les données de l’Holocauste

L’Holocauste est – ou devrait être – un événement historique et non une question de religion. En tant que tel, il est soumis au même type de recherche et d’examen que les autres événements passés, et donc nos conceptions de l’Holocauste doivent être soumises à une enquête critique. Mais dans les pays sous la poigne des lobbies juifs, il est interdit de discuter ou de douter de la religion holocaustique.

La liste suivante n’inclut pas les personnes chassées de leur job pour avoir émis le plus petit doute sur cette religion  [1]

Liste des personnes persécutées pour avoir contesté les données de l’Holocauste
L’Holocauste est – ou devrait être – un événement historique et non une question de religion. En tant que tel, il est soumis au même type de recherche et d’examen que les autres événements passés, et donc nos conceptions de l’Holocauste doivent être soumises à une enquête critique. Mais dans les pays sous la poigne des lobbies juifs, il est interdit de discuter ou de douter de la religion holocaustique.
La liste suivante n’inclut pas les personnes chassées de leur job pour avoir émis le plus petit doute sur cette religion [1]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pays européens dans lesquels le lobby juif a interdit
de douter de l’histoire de l’holocauste

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

– 1985 (Allemagne) Thies Christophersen – purge un an et demi de prison

– Sept. 1987 (France) Jean-Marie Le Pen – amende de 183 000 €

– Novembre 1991 (Royaume-Uni) Fred Leuchter – arrêté et déporté

– Octobre 1992 (Allemagne) Otto Ernst Remer – 22 mois d’emprisonnement, qu’il a évité en s’enfuyant en Espagne en février 1994

– 28 octobre 1993 (Allemagne) Fred Leuchter – arrêté, mais libéré sous caution. Il a quitté l’Allemagne avant d’être jugé

– 27 février 1998 (France) Roger Garaudy – 6 mois d’emprisonnement (avec sursis), 240 000 ((37 500 €) d’amende

– 12 décembre 1996 (Allemagne) Udo Walendy – condamné à deux reprises: 15 mois et 14 mois de prison – sans libération conditionnelle

– 21 juil. 1998 (Suisse) Jürgen Graf – 15 mois d’emprisonnement (a fui la Suisse pour éviter la peine)

– 21 juil. 1998 (Suisse) Gerhard Förster – 12 mois d’emprisonnement, remise en liberté

– 8 avril 1999 (Australie) Fredrick Töben – 7 mois d’emprisonnement Mannheim, Allemagne – nouveau procès – 2011 indéfiniment suspendu par le juge Dr Meinerzhagen

– 27 mai 1999 (France) Jean Plantin – 6 mois d’emprisonnement (avec sursis), amende, dommages et intérêts

– Juin 1999 (Allemagne) Jean-Marie Le Pen – Amende de 6000 €

– 11 avril 2000 (Suisse) Gaston-Armand Amaudruz – 1 an d’emprisonnement, dommages et intérêts

– 9 juin 2004 (France) Vincent Reynouard – 24 mois d’emprisonnement, dont 18 mois avec sursis, plus 3 000 €

– 20 février 2006 (Autriche) David Irving – 3 ans d’emprisonnement. Libéré et expulsé après avoir purgé 13 mois

– 15 mars 2006 (Allemagne) Germar Rudolf – 2 ans et demi de prison

– 3 octobre 2006 (France) Robert Faurisson – 7 500 € d’amende, 3 mois de probation

– 15 février 2007 (Allemagne) Ernst Zündel – 5 ans d’emprisonnement

– 8 novembre 2007 (France) Vincent Reynouard – 1 an de prison et 10 000 € d’amende

– 14 janvier 2008 (Autriche) Wolfgang Fröhlich – 6 ans d’emprisonnement (troisième infraction)

– 15 janvier 2008 (Allemagne) Sylvia Stolz – 3 ans et demi de prison

– 19 juin 2008 (Belgique) Vincent Reynouard – 1 an de prison et 25 000 € d’amende

– 1 octobre – 19 novembre 2008 (Allemagne) Fredrick Töben – L’extradition de Londres à Mannheim, en Allemagne, sur mandat d’arrêt européen émis par l’Allemagne, a échoué

– 11 mars 2009 (Allemagne) Horst Mahler – 5 ans d’emprisonnement

– 27 avril 2009 (Autriche) Gerd Honsik – 5 ans d’emprisonnement, plus tard réduits à quatre ans

– 15 août – 12 novembre 2009 (Australie) Fredrick Töben – 3 mois d’emprisonnement pour outrage au tribunal

– 23 octobre 2009 (Allemagne) Dirk Zimmerman – 9 mois d’emprisonnement

– 27 octobre 2009 (Allemagne) Richard Williamson – amende de 12 000 € [annulée plus tard]

– 6 février 2011 (Allemagne) Günter Deckert – 5 mois de prison pour avoir traduit en allemand Auschwitz de Carlo Mattogno – Les premiers gazages

– 31 janvier 2013 (Hongrie) Gyorgy Nagy – 18 mois de prison avec sursis

– 11 février 2015 (France) Vincent Reynouard – 2 ans d’emprisonnement et 4500 € d’amende

– 7 mai 2015 (France) Vincent Reynouard – 2 mois d’emprisonnement

– 12 novembre 2015 (Allemagne) Ursula Haverbeck – 10 mois d’emprisonnement

– 4 novembre 2016 (France) Vincent Reynouard – 5 mois de prison, 4000 € d’amende (2016)

– 5 mai 2018 (Allemagne) Alfred Schaefer – 5000 € d’amende

– 8 mai 2018 (Allemagne) Ursula Haverbeck – 2 ans d’emprisonnement

– 26 octobre 2018 (Allemagne) Monika Schaefer – 10 mois d’emprisonnement

– 23 mai 2019 (Allemagne) Sylvia Stolz – 18 mois d’emprisonnement

——————————–

À la liste ci-dessus, ajoutez l’Anglaise Lady Alison Chaboz, coupable d’avoir chanté une chanson sur Youtube que les Juifs ont trouvée offensante.

Une grand-mère de 91 ans, Ursula Haverbeck, qui a été condamnée en Allemagne occupée à 2 ans pour avoir douté de la version officielle de holoHOAX, s’est vu refuser la libération anticipée, même si elle a purgé les 2/3 de sa peine. Haverbeck a affirmé à plusieurs reprises que le camp de la mort par le gaz d’Auschwitz n’était qu’un camp de travail.

Il est courant en Allemagne que des personnes soient libérées après avoir purgé les deux tiers de leur peine. Mais l’agence de presse DPA a indiqué que le tribunal d’Etat de Bielefeld, où elle est en prison, a déclaré mercredi qu’elle avait décidé de ne pas libérer Haverbeck en janvier. Elle n’a pas motivé sa décision.

Aucun n’est nécessaire pour un de libre pensée.

SOURCE:  List of Revisionist Scholars Persecuted/Imprisoned for Questioning the “Holocaust”


 

UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!