La conspiration nazi:La vie d’Otto Skorzeny, « L’homme le plus dangereux en Europe » Avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale

Otto Skorzeny, le plus remarquable  commando allemand de la Seconde Guerre mondiale, est l’un des hommes les plus célèbres de l’histoire des forces spéciales. Sa carrière de guerre extraordinaire était l’une des aventures à haut risque.

 

 

Parmi les exploits qui lui ont valu la réputation d ‘«homme le plus dangereux d’Europe», on peut citer le sauvetage de Mussolini en 1943 et la capture du régent hongrois Horthy juste avant qu’il puisse signer un traité de paix avec Staline.

Skorzeny est né le 12 juin 1908 à Vienne. Après son examen final, il étudia la construction de machines à l’Université technique de Vienne et devint ingénieur en 1931. Durant cette période, il fut entre autres éduqué politiquement grâce à son appartenance à un corps d’étudiants et à sa lutte pour l’union de l’Allemagne et L’Autriche. En 1932, il est devenu un membre du NSDAP, qui a été cependant interdit en 1933. Après que l’Autriche soit devenue une partie du Reich allemand en mars 1938, Skorzeny est devenu un membre de la SS.

Otto Skorzeny avec sa femme avant la guerre

À partir de septembre 1939, Skorzeny s’entraîne avec le Leibstandarte SS Adolf Hitler à Berlin. Il a pris part à la campagne dans l’ouest dans les rangs du régiment Germania et le 30 janvier 1941, il a été promu au SS-Untersturmführer.

Après son entrée en Serbie avec les troupes allemandes en avril 1941, il participa à la campagne à l’Est dans les rangs de la division SS Das Reich. Il a été décoré de la Croix de fer et a combattu à l’est de Kiev contre des formations soviétiques encerclées. Après cela, il a avancé avec sa division sur Moscou.

Avril 1943, une nouvelle tâche est offerte à Skorzeny. Pour le cours spécial d’Oranienburg de la Waffen-SS, il fallait un nouveau chef, qui devait en même temps construire à Friedrichsthal, près d’Oranienburg, une école pour former des agents chargés de mener des opérations derrière les lignes ennemies. Skorzeny a accepté les deux missions et a été détaché comme une réserve SS-Obersturmführer à Amt IV, SD-Ausland (service de renseignement externe) du Reichssicherheitshauptamt (RSHA). Avec son adjoint, le SS-Obersturmführer Karl Radl, il recruta des soldats appropriés pour la nouvelle unité et étudia minutieusement tous les rapports sur l’entraînement et l’opération des troupes de commando. Certaines tâches de la troupe de commandos étaient: formation d’infanterie et de pionniers, maniement de lance-grenades, d’artillerie légère et de chars, formation de chauffeur pour une moto, charrette, bateau à moteur et locomotive, ainsi que des exercices de sport et de chevaux. Bientôt, une mission importante devra être réalisée.

 

Le 25 juillet 1943, Benito Mussolini fut – à la suite d’une conspiration organisée par les hauts fonctionnaires du Parti fasciste – déposé, arrêté et emmené dans un lieu inconnu. Skorzeny était là, avec cinq autres officiers, convoqués au Führerhauptquartier. Le Führer l’a choisi pour une mission dont il a discuté avec lui confidentiellement. Il était convaincu que l’Italie, sous un gouvernement nommé par le roi, allait bientôt mettre fin à la guerre et extrader le Duce aux Alliés. La mission de Skorzeny était de découvrir où Mussolini était détenu et de le libérer. L’opération devrait être préparée et réalisée dans le plus grand secret.

Après avoir tenu une consultation avec l’étudiant général, Skorzeny a donné à Berlin – du Führerhauptquartier – ses instructions pour la formation d’un Einsatzgruppe. Avant l’aube, une quarantaine d’hommes devaient être équipés d’uniformes tropicaux, de vêtements civils, d’armes, d’explosifs, de récepteurs radio, de parachutes et de nouveaux livres de paie afin de dissimuler la présence des membres de la Waffen SS en Italie. Grâce à l’attaché de police de l’ambassade d’Allemagne à Rome, le SS-Sturmführer Herbert Kappler, les lieux de détention toujours changeants de Mussolini ont pu être découverts. L’un des endroits où Mussolini a été détenu était la forteresse côtière Maddalena, au nord de la Sardaigne. Skorzeny se prépara à libérer Mussolini à la suite d’une attaque inattendue de soldats, qui devaient être amenés sur l’île par des torpilleurs à moteur et vaincre les gardes italiens. L’opération, qui devait être effectuée le 28 août 1943, devait cependant être annulée, car le nouveau gouvernement italien connaissait apparemment l’opération planifiée et, par conséquent, Mussolini fut emmené au dernier moment. Plus tard, il apparut que le chef de l’Abwehr, l’amiral Canaris, qui n’était autre qu’un lâche traître, avait également trahi l’opération prévue pour le 28 août 1943.

Heureusement, le nouvel endroit où Mussolini a été maintenu en prison pourrait bientôt être localisé. C’était le Sport Hotel sur le Gran Sasso dans les montagnes des Abruzzes, à environ 2000 mètres d’altitude. Le 8 septembre 1943, Skorzeny et Radl survolèrent la région et photographièrent le Gran Sasso. Peu de temps après, le désarmement des Italiens par les troupes allemandes pourrait être effectué. Parce que, après la capitulation de l’armée italienne, on pouvait s’attendre à l’extradition de Mussolini aux Alliés, il fallait essayer de le libérer le plus tôt possible. Une attaque sur l’hôtel était seulement possible avec des parachutistes en planeurs. À la dernière minute, douze de ces appareils ont été commandés du sud de la France vers l’Italie. L’avion pourrait transporter neuf hommes en plus du pilote. Skorzeny a choisi un pâturage autour de l’hôtel comme lieu de débarquement. En même temps, un bataillon de parachutistes devait occuper la station au sol d’un funiculaire dans la vallée menant à l’hôtel. Karl Radl eut l’idée de faire accompagner le général des Carabinières Soleti, qui était connu des gardes, et de lui donner l’ordre de ne pas tirer sur les soldats allemands.

Sauvetage de Benito Mussolini du mont Sasso (septembre 1943)

Le 12 septembre, l’opération pourrait commencer. Étudiant général a pris congé de 17 hommes de la Waffen SS et 90 parachutistes à l’aéroport Pratica di Mare. Une fois au-dessus de l’aire d’atterrissage, Skorzeny remarqua, cependant, que la surface qu’il avait prise pour un pâturage était en réalité une piste de ski. Il n’était donc pas possible d’y atterrir. Skorenzy a maintenant ordonné au pilote d’atterrir en piqué nasal aussi près de l’hôtel que possible. Son planeur s’est immobilisé à seulement 15 mètres du bâtiment. Skorzeny, les hommes de son avion et Carabiniere General Soleti ont couru à l’hôtel aussi vite que possible. Karl Radl, qui a atterri avec son planeur juste après Skorzeny, a décrit ce moment dans son livre « Befreier fallen vom Himmel »:

Skorzeny et ses hommes se dirigent vers l’hôtel. Il y a un garde italien là-bas. Le général Soleti l’interpelle: «Ne tirez pas, ne tirez pas! Nous laissons la garde et allons à l’hôtel. Une porte s’ouvre. C’est la salle de radio. Un soldat italien est assis derrière la radio. Nous l’arrachons de sa chaise. Un, deux coups avec la crosse de la mitraillette et la radio est en panne. C’est ça. Ils ne peuvent plus appeler à l’aide. Aucune porte, cependant, les dirigeants hors de cette cave. Retour à l’extérieur. Nous allons au coin de l’addition. Un autre garde. « Ne tirez pas, ne tirez pas! », Les appels généraux. Ce garde aussi ne tire pas. Là, un mur de béton de deux mètres de haut. Skorzeny est tombé sur les épaules de ses hommes. Les autres escaladent le mur de la même manière.

Ensuite, mon avion commence à descendre. Peut-être qu’une minute s’est écoulée. C’est une question de secondes. Ma machine plonge, se lève une fois, se jette à une cinquantaine de mètres et finit par atterrir à environ 100 mètres de l’hôtel. Nous courons à l’aide du chef. Il voit maintenant le Duce à la fenêtre. «Duce, éloigne-toi de la fenêtre, loin de la fenêtre!», Crie Skorzeny. Il craint apparemment que le Duce ne soit accidentellement abattu. Nous approchons de l’hôtel. Avant que j’atteigne l’entrée, Skorenzy et Schwerdt ont gagné l’accès, ont dégagé un chemin à travers les carabinieri sans utiliser leurs armes. Les carabiniers sont très contrariés et veulent quitter l’hôtel. Ils doivent avoir juste eu leur après-midi de repos. Certains portent leurs mitraillettes et d’autres sont non armés. Ils voient leur général, que beaucoup connaissaient, et personne ne tire.

Skorzeny ouvre une porte au deuxième étage. C’est le bon. À l’intérieur de la pièce se trouve Mussolini. Avec lui sont deux officiers et un homme en civil. Ils se précipitent dehors. Alors ils sont seuls. Ensuite, les sous-officiers Gföller et Gläsnert se présentent à la porte. Quand j’arrive, Skorzeny rapporte simplement: « Duce, le Führer nous envoie pour te libérer! » Mussolini est très ému. Il répond seulement: « Je savais que le Führer ne me laisserait pas tomber. » Il serre la main de Sorzeny, l’embrasse, l’embrasse sur les joues. La même chose arrive à moi, Schwerdt et Wartger.

Le commandant italien de l’hôtel capitule. Bientôt un Frieseler Storch débarque pour amener Mussolini et Skorzeny du Gran Sasso à un aérodrome d’où ils volent à Vienne. Là, Skorzeny téléphone au Führer, qui lui dit: «Skorzeny, tu as mené à bien une opération militaire qui va faire partie de l’histoire, tu m’as rendu mon ami Mussolini, je t’accorde la Croix des Chevaliers et je te fais la promotion au SS-Sturmbannführer, je vous félicite.

Otto Skorzeny s’est présenté à Benito Mussolini avec les mots: « Duce, le Führer m’a envoyé! Tu es libre! »Mussolini embrassa Skorzeny et dit:« Je savais que mon ami Adolf ne m’abandonnerait pas.

Au cours des mois suivants, Skorzeny était très occupé avec le renforcement de ses troupes de commando et le développement de nouvelles armes pour leurs opérations. Sa formation spéciale a été transformée en Jagdverband Mitte avec cinq bataillons, un bataillon d’instruction et d’autres unités. Par chance, il dut accomplir une autre mission inattendue le 20 juillet 1944. Ce jour-là, le colonel Stauffenberg tenta d’assassiner Adolf Hitler et d’autres fonctionnaires en faisant exploser une bombe lors d’une réunion sur la situation militaire au Führerhauptquartier. Après l’élimination du Führer, les troupes de réserve devraient prendre le pouvoir. La tentative a échoué, cependant, et Adolf Hitler n’a été que légèrement blessé. Le 20 juillet 1944, Skorzeny venait d’arriver de Vienne, en train, de Berlin, lorsqu’il apprit que les troupes, déjà alarmées par les conspirateurs, avançaient sur Berlin. Skorzeny, accompagné d’une compagnie de soldats, marcha sur les quartiers du commandant des troupes de réserve, où les officiers de l’armée avaient déjà arrêté les conspirateurs et en avaient abattu quelques-uns. Pendant ce temps, le commandant des troupes de réserve fut libéré, mais libéré de son commandement. Skorzeny demanda alors aux officiers de continuer leurs fonctions, pendant qu’il s’occupait du fonctionnement de l’unité de l’armée, compétente pour l’armement, l’approvisionnement et la réserve.

En septembre 1944, Skorzeny reçoit de nouveaux ordres du Führer. Le régent hongrois Horthy avait pris contact avec les Alliés occidentaux et les Soviets et préparé la capitulation de son pays. C’était la tâche de Skorzeny d’empêcher cela. Il concentra ses unités dans les environs de Vienne, acheva son équipement avec de nouveaux matériaux et véhicules et se rendit en tant que civil à Budapest. Pendant cinq semaines, il s’est orienté vers les circonstances locales. Il sembla qu’en sa qualité de plénipotentiaire de Horthy, son fils Niklas avait pris contact avec les Soviétiques par l’intermédiaire du chef de parti yougoslave Tito. Quelques heures plus tard, la radio hongroise proclama que Horthy avait conclu un accord d’armistice avec les Soviétiques. Skorzeny a alors ordonné l’occupation du château de Budapest, où Horthy était régent, le matin du 16 octobre. 1944. Vers minuit, quelques-unes de ses troupes encerclèrent la montagne sur laquelle se trouvait le château. Les autres ont été assemblés dans une colonne de route par Skorzeny; il voulait donner l’impression que leur avance vers le château était une mesure convenue. Le plan a réussi. Les canons hongrois restèrent silencieux et le général hongrois capitula. Le lendemain, l’armée hongroise a prêté serment à un nouveau gouvernement qui a continué à se battre contre les Soviétiques du côté de l’Allemagne. Un danger considérable pour les troupes allemandes avait été évité, grâce à Skorzeny et à ses hommes. Quand Skorzeny décrivit l’opération à Budapest au Führer, celui-ci lui dit: «Tu as très bien fait, mon cher Skorzeny, je te promets au SS-Obersturmführer dès le 16 octobre 1944 et te décerne la Croix d’or allemande» . Puis il a informé Skorzeny de sa prochaine mission.

Otto Skorzeny dans le château de Buda, Budapest

A l’ouest, l’avance des troupes anglaises et américaines avait été arrêtée à la frontière. Le Führer prévoyait une nouvelle offensive, qui commencerait dans la région entre Aix-la-Chapelle et Luxembourg, puis traverserait les Ardennes jusqu’à la côte de la Manche afin de détruire les forces ennemies au nord de la ligne Bastogne-Brüssels-Anvers. port aux Alliés. La tâche de Skorzeny était de prendre possession des ponts de Meuse entre Liège et Namur, avec des soldats en uniformes anglais et américains, et de les empêcher de sauter. En outre, de petites unités de commandos en uniforme ennemi, derrière les lignes américaines, donneraient de faux ordres, brouilleraient les communications, égareraient les troupes alliées et causeraient de la confusion dans leurs rangs. Cette opération était certainement efficace. Bientôt, des rapports utiles sont venus sur la situation derrière les lignes américaines. Par exemple, le chef d’une unité a envoyé un régiment de chars américains dans la mauvaise direction, a détruit des lignes téléphoniques et enlevé des panneaux de signalisation. Cependant, l’hystérie de confusion et de sabotage qui a éclaté derrière les lignes américaines était encore plus efficace.

Après l’effondrement du front de l’Est, Skorzeny et ses hommes reçurent l’ordre de former et de tenir une tête de pont à l’est de l’Oder, près de Schwedt, destinée à de futures opérations contre l’Armée rouge. Skorzeny a sécurisé la zone comme ordonné et a complété ses quatre bataillons avec des soldats allemands de retour, créant ainsi le noyau de la division Schwedt. Il a également sauvé de nombreux réfugiés en toute sécurité à travers l’Oder. Le 28 février 1945, le Führer lui dit: «Skorzeny, je dois vous remercier pour vos réalisations sur le front de l’Oder, votre tête de pont a été le seul point lumineux pendant des jours, je vous remets les feuilles de chêne de la Croix du Chevalier à vous dans quelques jours, alors vous devez me parler de vos expériences. « 

À la fin de la guerre, Skorzeny, qui avait été promu SS-Standartenführer le 20 avril 1945, a été emmené en captivité américaine près de Salzbourg.

En 1947, il a été inculpé à Dachau pour des opérations avec des soldats en uniforme ennemi, mais acquitté. Jusqu’en juillet 1948, il attendait dans le camp de Darmstadt pour son audience dite de déazazification, qui a cependant été remise à plus tard afin de le maintenir en prison le plus longtemps possible. Par conséquent, il a choisi de se libérer. Il est resté en Allemagne et en France pour deux autres années et est allé en Espagne en 1951, où il a travaillé avec succès en tant qu’ingénieur. Il a également aidé à la formation du service de renseignement égyptien sous le nom de Moukhabarat.

La maladie pulmonaire l’a amené à l’hôpital en 1975

Une maladie pulmonaire incurable l’a amené à Heidelberg en 1975 pour un traitement médical. Là, Hans-Ulrich Rudel et Waldemar Schütz étaient ses derniers camarades, lui rendant visite avant son retour en Espagne huit jours avant sa mort.

Otto Skorenzy leur raconta à cette occasion sa visite au Führerhauptquartuer à l’automne 1944, lorsque le Führer fut malade et le reçut à son lit. Le Führer lui a dit ce jour-là que l’Allemagne n’avait pas construit la bombe atomique, parce qu’il ne voulait pas prendre la responsabilité de la destruction de l’humanité par un tel « Teufelswerk ». Le 5 juillet 1975, Otto Skorzeny meurt à Madrid. Son urne est enterrée à Vienne.

Enterrement d’Otto Skorzeny et ses cendres (1975)

 

 

 

 

Publicités

Adolf Hitler sur l’importance de la préservation raciale

Il y a certaines vérités qui se détachent si ouvertement sur le bord de la route que tous les passants peuvent les voir.

 

 

Pourtant, à cause de leur évidence, le peuple ignore ces vérités ou du moins n’en fait pas l’objet d’une connaissance consciente. Les gens sont si aveugles à certains des faits les plus simples de la vie quotidienne qu’ils sont très surpris quand quelqu’un attire l’attention sur ce que tout le monde devrait savoir. Toutes les innombrables formes dans lesquelles se manifeste la vie sont soumises à une loi fondamentale. peut l’appeler une loi de fer de la nature – qui oblige les diverses espèces à rester dans les limites définies de leurs propres formes de vie en propageant et en multipliant leur genre.

Chaque animal s’accouple seulement avec une de ses propres espèces. La mésange ne cohabite qu’avec la mésange, le pinson avec le pinson, la cigogne avec la cigogne, la souris des champs avec la souris des champs, la souris de la maison avec la souris de la maison, le loup avec la louve, etc.

Chaque croisement entre deux races qui ne sont pas tout à fait égales aboutit à un produit qui occupe une place intermédiaire entre les niveaux des deux parents. Cela signifie que la progéniture sera en effet supérieure au parent qui se situe dans l’ordre biologiquement inférieur de l’être, mais pas aussi haut que le parent supérieur. Pour cette raison, il doit éventuellement succomber dans toute lutte contre les espèces supérieures. Le plus fort doit dominer et ne pas s’accoupler avec le plus faible. Cette exigence de maintien de la race non mélangée, qui est un phénomène qui prévaut dans l’ensemble du monde naturel, résulte non seulement de la distinction extérieure nettement définie entre une espèce et une autre mais aussi de la similitude interne des qualités caractéristiques qui sont particulières. à chaque race ou espèce.

Cette photo prise en Europe de l’Est montre le niveau de respect qu’on lui portait.
Le Führer était le chef politique de nombreuses nations en Europe et il aimait respecter les différences nationales et régionales.

Si la nature ne veut pas que les individus les plus faibles s’accouplent avec les plus forts, elle veut encore moins qu’une race supérieure s’entremêle avec une race inférieure; parce que dans un tel cas, tous ses efforts, pendant des centaines de milliers d’années, pour établir un stade évolutif plus élevé de l’être, peuvent ainsi devenir futiles. Si nous passons en revue toutes les causes qui ont contribué à la chute du peuple allemand, nous trouverons que la cause la plus profonde et la plus décisive doit être attribuée au manque de perspicacité dans le problème racial et surtout au fait de ne pas reconnaître le danger juif.

En négligeant le problème de la préservation des fondements raciaux de notre vie nationale, l’ancien Empire a abrogé le seul droit qui permet à un peuple de vivre sur cette planète. Les nations qui font des métis de leur peuple, ou qui permettent à leur peuple de se transformer en métis, pèchent contre la volonté de la Providence éternelle. Ainsi, leur renversement par un adversaire plus fort ne peut être considéré comme un tort, mais au contraire comme un rétablissement de la justice.

Si un peuple refuse de garder et de maintenir les qualités dont il a été doté par la nature et qui ont leurs racines dans le sang racial, alors un tel peuple n’a pas le droit de se plaindre de la perte de son existence terrestre. Tout sur cette terre peut être transformé en quelque chose de mieux, à condition que le sang racial soit toujours pur. Mais la perte de la pureté raciale détruira le bonheur intérieur pour toujours. Il dégrade les hommes pour tout le temps à venir. Et les conséquences physiques et morales ne peuvent jamais être effacées.

Si l’on étudie ce problème unique et qu’on le compare avec les autres problèmes de la vie, on reconnaîtra facilement combien leur importance est petite par rapport à cela. Ils sont tous limités au temps; mais le problème du maintien ou de la perte de la pureté du sang racial durera aussi longtemps que l’homme lui-même. La jeunesse juive aux cheveux noirs attend des heures entières, lançant des regards sataniques et espionnant la jeune fille sans méfiance qu’il projette de séduire, adultérant son sang et l’enlevant du sein de son propre peuple.

Le Juif utilise tous les moyens possibles pour saper les fondements raciaux d’un peuple subjugué. Dans ses efforts systématiques pour ruiner les filles et les femmes, il s’efforce de faire tomber les dernières barrières de discrimination entre lui et les autres peuples. Les Juifs étaient chargés d’amener les Nègres en Rhénanie, avec l’idée ultime de détruire la race blanche qu’ils haïssent et d’abaisser ainsi son niveau culturel et politique pour que le Juif puisse dominer. Aussi longtemps qu’un peuple reste racialement pur et conscient du trésor de son sang, il ne peut jamais être vaincu par le Juif. Jamais dans ce monde le Juif ne peut devenir le maître d’aucun peuple sauf un peuple bâtard. C’est pourquoi le Juif s’efforce systématiquement d’abaisser la qualité raciale d’un peuple en adultérant de façon permanente le sang des individus qui composent ce peuple.

(Extraits de Mein Kampf, Chapitre XI: Nation et Race)

 

Même en tant que chancelier du Reich,Adolph Hitler n’avait pas besoin de gardes du corps au milieu des foules qui se pressaient autour de lui.
La volonté de protéger et de préserver la race blanche était omniprésente a l’époque du Troisième Reich.Aujourd’hui,les divers gouvernements gauchistes,néolibéraux et bolchéviques en ont fait un crime odieux…et pourtant tout semble lui donner raison,en 2018 avec ce qui arrive en Europe,au Canada,en Afrique du sud ,et aux Etats-Unis!

 

Un mystérieux sous-marin U-Boat du Troisième Reich retrouvé près du Danemark

Le sous-marin U-36 de l’armée allemande

Depuis 73 ans, la disparition du sous-marin nazi U-3523 alimentait les fantasmes les plus fous. Or, ce dernier a été retrouvé près des côtes danoises.

 

Selon The Independant, qui a reçu les informations du Musée de la guerre de la mer du Jutland (Danemark), le U-3523 se serait volatilisé le 6 mai 1945, deux jours avant la fin officielle de la Seconde guerre mondiale en Europe. Or, l’épave du sous-marin vient d’être retrouvée à environ 15 km de Skagen, ville la plus au nord du Danemark. Grâce aux images radar du navire océanographique Vina, le sous-marin a été repéré, planté dans le plancher océanique à une profondeur de 120 mètres, la poupe en l’air à 45° – dont seulement 20 mètres sont visibles.

 

Le U-3523 est célèbre pour l’histoire de sa disparition, plus que pour son importance dans la flotte allemande. En effet, au moment où le B24 de la Royal Air Force (armée de l’air britannique) annonce avoir coulé le U-3523, le relevé de sa position aurait fait l’objet d’une erreur, indiquant un écart de 15 km avec la réelle position de l’épave. À l’époque, cette mystérieuse disparition avait fait l’objet de nombreuses spéculations. Certains pensaient que le sous-marin transportait de l’or ou que des dirigeants nazis (et Hitler lui-même) s’en étaient servi pour rejoindre l’Amérique du Sud.

En revanche, si nous sommes désormais certains que le U-3523 a bien été coulé par un avion britannique, la panique de la dernière semaine du IIIe Reich a fait en sorte qu’aujourd’hui encore « personne ne sait quelle était la destination du U-boat, et personne ne sait s’il transportait des objets de valeurs ou des passagers en plus de ses 58 membres d’équipage », selon l’équipe du musée de Jutland.

Par ailleurs, si certaines fabulations existent bel et bien sur le U-3523, l’idée que celui-ci ait voulu rejoindre l’Amérique du Sud n’est pas extravagante. En effet, les U-977 et le U-530 sont bien arrivés en Argentine plusieurs mois après la fin de la guerre.

Hors le U-3523 est exactement le mod`le développé pour le transport < longue  distance vers …Neu Schwabenland et l’Antartique,…donc c’est une histoire à suivre!

 

Vidéo et article: Colonia Dignitad,la secte pédophile nazi de Paul Schaefer au Chili

 

   Lien vidéo:                      Colonia Dignidad ,la Secte nazi de Paul Schaefer au Chili

La meilleure description de la situation pour les années de l’ancienne Colonia Dignidad, aujourd’hui Villa Baviera au Chili, est celle de « un état dans l’autre ». Dans ce lieu s’a développé un pseudo projet religieux-social, où il manquait les inclinations de pédérastie de son leader, les abus de travail, et l’omission de n’importe quel droit au peuple qu’intéguait l’organisation. Même ces derniers temps ont participé à des événements politiques conformément à la dictature de Pinochet, en augmentant toutes sortes de rumeurs insoupçonnées sur d’autres activités de la colonie. De nombreux chercheurs pensent que la véritable dimension des activités développées par ces sectaires allemands n’est pas encore totalement connue. Aujourd’hui,je vous présente :
 
LES DÉBUTS D’UN PROJET: COLONIA DIGNIDAD, AUJOURD’HUI VILLA BAVIERA

Le 27 juin 1961, selon l’enregistrement de la Police Internationale, les premiers Allemands se sont connectés à ce qui serait le futur Colonia Dignidad au Chili. En octobre 1961, un groupe d’Allemands a été détecté à la recherche de terres à acheter dans une zone de l’intérieur de Linares (Région du Maule) dans la ville de Parral. Ses intentions sont apparemment religieuses avec des origines dans une église baptiste. Ce groupe est hétérogène, il y a des femmes, des enseignants, des charpentiers, des agriculteurs, des mécaniciens, etc., ainsi que des enfants soi-disant orphelins de la guerre. Une personne nommée Paul Schäfer Scheneider se distingue comme la tête du groupe, et avec le temps, il sera impossible de séparer son image de cet endroit. Il est également accompagné d’une autre personne nommée Herman Schmidt. Qui sont ces personnages vraiment? 

Selon les rapports recueillis, Paul Schäfer est né dans la ville de Sieburg en 1921. À dix-huit ans, il s’est enrôlé comme infirmier et faisait partie de l’armée d’occupation allemande en Italie. On se souvient de lui comme une personne de facilité de mots, de ferveur verbale et de charisme inhabituel parmi ses pairs, bien que toujours à la limite de l’histrionique. On dit que son premier travail fut d’être un artiste itinérant dans un spectacle de chiens et de chats entraînés dont le propriétaire s’appelait Danilo, et c’est ici qu’il acquit sa première étape en tant qu’artiste et en tant que spectateur. À la fin de la guerre, il devint un prédicateur baptiste, prêchant un christianisme fondamentaliste, pour lequel toutes les autres croyances ou confessions étaient des imitations d’un véritable attachement aux enseignements bibliques. En même temps qu’il prêche, il obtient un emploi comme gardien d’enfants dans une congrégation évangélique, et c’est là que son inclination obsessionnelle envers les jeunes enfants et les jeunes domestiques est remarquée. Après une série de plaintes et de problèmes avec certains parents d’enfants, et aussi avec les gens autour de lui, en 1952, il a été expulsé de l’église où il a effectué ses services religieux et la police allemande l’a répertoriée comme un homosexuel et un pédophile. Harcelé par la loi et opportunément averti, Schäfer s’installe en Afrique et revient quelques temps plus tard, mais son retour est accompagné d’un garçon de douze ans nommé Hussein Siam, de nationalité égyptienne et qui devient partie intégrante d’un harem particulier. Appréciant que son cercle se rétrécissait,et avec discrétion.

A cette époque, sa grande ardeur oratoire attire l’attention des autres prédicateurs. L’un d’entre eux, Hugo Baar, propose de l’associer à ses prédications et projets. Bientôt, Schäfer surpasse Baar en termes de charisme et reçoit le soutien inconditionnel des adeptes de l’église, qui se rendent fascinés par sa manière de prêcher. Il convient de mentionner à ce stade que certaines communautés chrétiennes radicales de l’époque ont trouvé dans les leaders charismatiques l’externalisation de leurs propres frustrations et c’est le cas que nous traitons. Schäfer en l’an 1959 crée dans son pays d’origine la  » Mission Sociale Privée », après avoir rompu avec l’église baptiste et a toujours essayé de faire comprendre que son organisation n’était pas une institution ecclésiale, bien qu’elle ait eu une mission sociale qui se souciait des orphelins de guerre et des enfants ayant des problèmes. La caractéristique la plus appréciée de Schäfer parmi ses disciples est sa dureté religieuse et son système est de discréditer les mouvements similaires, qui abondent dans l’Allemagne d’après-guerre. La société Baar-Schäfer commence à prendre forme et surtout le pouvoir économique, parce que sa domination est totale sur les adeptes de la secte, qui commence à acquérir une seule voix de commandement, absolue, et c’est la loi de Schäfer que tous doivent se conformer, y compris Baar, qui est en arrière-plan.

Schäfer, avec le pouvoir dans les mains rapidement, forme un régime d’esclave et est inflexible dans l’application de sa loi. Par la tromperie, il obtient des confessions de couples mariés sur leur vie privée, qu’il utilise quand cela lui convient et avec ce secret de ses partisans oblige les femmes à se séparer et à détruire des familles entières. Sa puissance économique augmente de jour en jour mais a encore des problèmes avec la police allemande. Le problème est le même que toujours, l’abus des jeunes dans le groupe, et il est nécessaire de déménager en Belgique. C’est peut-être à ce moment de cette histoire que l’organisation acquiert toutes les connotations d’une secte et commence à élaborer un plan pour trouver son propre paradis et Schäfer pense au sud du Chili.

En Belgique, Schäfer organise des enlèvements massifs de dizaines d’enfants. Utilisant le subterfuge, il les sépare de leurs mères et les force à les écrire, leur donnant la tranquillité d’esprit. Beaucoup de ces mères n’ont jamais connu leurs enfants à nouveau.Beaucoup de ces enfants ont été expédiés destinés au « Paradis sur Terre » (Schäfer se référait ainsi à son futur projet) en idéalisant l’endroit qu’il avait choisi pour sa secte. Ce «paradis» était caché de manière naturelle dans une région montagneuse de l’intérieur de Parral au Chili. Curieusement, c’est un Juif nommé Rudi Cohn qui prend des dispositions pour l’achat au numéro 2 de la ferme San Manuel, appelée « La Blanchisserie »  dans la commune d’ El Retiro

. La transaction s’élève à trente-cinq mille escudos, payant sept mille en espèces et le solde à cinq ans. Le terrain a une superficie de 3 062,4 hectares, ce qui augmente à plus de 17 000 au fil du temps. Les propriétaires précédents de cette terre venaient  d’une société italienne appelée CITAL , qui n’avait pas réussi à  réaliser une enclave agricole, parce que la terre était un éboulis qui ne permettait pas la moindre plantation, en plus de la configuration géologique de la région n’était pas adéquate pour toute activité. Ce sont les terres initiales que Paul Schäfer Scheneider achète à cette société italienne par la gestion d’un intermédiaire juif.Ce sont les débuts de la Colonia Dignidad Benefactor Society au Chili, maintenant appelée Villa Baviera.

QUI ÉTAIT HERMAN SCHMIDT, LE COMPAGNON DE PAUL SCHÄFER?
Herman Schmidt, était un ancien pilote de la Lufwaffe et un ancien membre d’un groupe de renseignement sélectionné, qui aurait été très proche d’Adolf Hitler, avec un pouvoir sur la Gestapo dirigée par le général Ghelen. Herman Schmidt acquiert une importance vitale dans la secte, car c’est une sorte d’expert en  relations publiques et externes entre l’organisation et le monde qui entoure la jeune Colonia Dignidad. Allant plus loin pour savoir qui est ce Schmidt, il a également été localisé dans une photographie de l’époque, où Ghelen apparaît avec son personnel, et vous pouvez voir Schmidt, bien que plus tard au Chili, il serait connu comme le Dr Seewald, mais en réalité, il n’a jamais été médecin que pour avoir écrit un livre sur la Bible. (L’existence de cette photographie n’a jamais été claire).

Sur la terre acquise au Chili, on commence immédiatement une vie pratiquement d’esclavage. Le travail se fait du lever au coucher du soleil, sans aucune forme de rémunération pour les participants et tout cela dans des conditions inhumaines.Tous les participants sont allemands, et le secret du lieu est de plus en plus radical, la seule langue parlée est l’allemand. De plus, il n’y a pas de contact ou de relation de personnes amenées d’Europe avec des Chiliens dans la région. Ce dernier est totalement interdit, et pendant des années ces règles sont maintenues. Avec le temps et lorsque sa présence commence à être remarquée par divers actes conflictuels, des mesures extrêmes sont prises avec les médias chiliens, appelez ceux-ci, la radio, la presse et la télévision. L’isolement des membres de la colonie est total avec le monde extérieur,

Cette situation resterait sans aucune intervention des gouvernements chiliens sur la question, bien que pour être réaliste il est nécessaire d’indiquer au lecteur que tout le sud du Chili a une grande quantité de personnes originaires de l’Allemagne, parce que les citoyens de ce pays ont commencé à arriver dans l’année 1850 sur ces terres, avec de grandes facilités des autorités chiliennes, ce qui est logique de penser qu’il existe et existe encore un grand réseau de communication de toutes sortes entre les descendants allemands et chiliens d’entre eux, ce qui facilite grandement tout projet et parce que, pour ne pas le dire, il peut facilement être camouflé dans la bureaucratie existante dans une capitale lointaine telle que Santiago, où toutes les décisions importantes de ce petit et long pays sont développées et prises. 

COMMENT LA COLONIE A-T-ELLE ETE CONNUE DANS LE MONDE?

Les sauts  d’alarme furent  lancés à la presse quand un jeune homme de Cologne, appelé Wolgang Muller Lilisckies en 1966 échappe à l’enceinte et parvient à atteindre Santiago, où la recherche de protection en soins infirmiers en Allemand,à la  maison située à cette époque , dans la commune Barrancas (aujourd’hui Pudahuel). Les événements peuvent se résumer comme suit: Dans une soirée en Mars 1966, l’ambassade d’Allemagne demande la protection Préfecture d’enquête fédérale Santiago pour un couple  d’Allemands âgés. Bien que cette plainte ne cause pas beaucoup d’attention de la police s’il a fait le chef de la police internationale à l’époque, Hugo Villegas Garin, qui découvre que le groupe d’Allemands essayait de chasser de force de l’intérieur de l’asile un jeune homme d’environ dix-neuf ans qui s’était échappé d’une colonie agricole de la ville de Parral. La question était de savoir ce que faisait un garçon de dix-neuf ans dans une maison de retraite.

Oswaldo Murray (à gauche)

 

Les forces de police arrivées sur les lieux ont rencontré un groupe d’Allemands perturbés qui n’ont même pas hésité à affronter la police qui leur a demandé de s’identifier. Compte tenu de la situation de violence et de voir que l’humeur était de plus en plus agressive, l’aide de la police a été demandée et c’est ainsi que le groupe d’Allemands s’est enfui, à l’exception d’un qui a été arrêté. L’Allemand arrêté s’avère être Kurt Schnellenkampf, qui a été emmené à la caserne de la préfecture de police située dans la rue du Général Mackenna. La surprise fut grande quand un assistant du directeur des enquêtes, le colonel (R) Emilio Oelckers Hollstein, fils d’Allemands par père et mère, les attendait à la porte de la caserne. Ce colonel a eu une longue conversation avec le détenu dans la langue allemande et à son terme, sur les ordres d’Oelckers . Le Préfet Villegas a été chargé d’oublier l’incident et a simplement essayé de prétendre que l’épisode n’existait pas. Le préfet Villegas communique sa détermination à son peuple, mais ses collègues qui avaient eu la confrontation avec ces Allemands et plus que quelques uns étaient sur la piste de l’altercation physique souhaitaient que cela ne reste pas anonyme. Villegas cherchait une issue honorable. Cette sortie devait donner sa version à la presse et c’est ainsi que cette histoire mentionnait pour la première fois une colonie agricole nommée Dignidad dans la presse.

Couverture magazine « Ercilla »

 

Le journaliste chilien Oswaldo Villegas préfet ami Murray se souvient bien que , dans la rédaction des nouvelles et apporter ce à son éditeur Augustine Picó Cañas, le journal « La Tercera » , il ne voulait pas de savoir quoi que ce soit au sujet et moins faire face à l’ambassade d’Allemagne. L’épisode a été transféré à la revue »Ercilla »  et l’éditeur adjoint à l’époque, Erika Vexier, si elle l’a publié. Pour ce journaliste, aujourd’hui , il doit l’existence des nouvelles de l’existence de cette colonie sur le territoire chilien depuis continué à enquêter surcette affaire, et comme il le dit ce correspondant … « cette question pouvait me sentir  pourrir dès le premier instant «  … le temps lui a prouvé le droit. Le jour suivant la nouvelle a été dans tous les journaux du monde et Parral a été envahi par des journalistes des endroits les plus inhabituels. Fait intéressant au Chili les deux premiers mois, les nouvelles n’ont pas eu de résonance, ou du moins, la presse en général a essayé d’ignorer les faits, sauf exceptions honorables.

Boris Weisfeiler

 

A partir de ce moment même, commence une histoire incertaine, couverte de toutes sortes d’actions qui vont de l’évasion de certains membres des campus de Colonia, dont beaucoup de ces tentatives ont été avortées violemment et en dehors de leurs limites, la complaisance des autorités chiliennes qui ne prennent pas de décisions drastiques pour savoir ce qui se passait réellement dans le pays de cet endroit étrange … Il y a eu aussi des kidnappings d’enfants de familles chiliennes et des morts de personnes dans la colonie sans connaître les causes réelles. Tout cela avec les années est augmenté avec un autre type d’actions de la propre Colonie qui est poussée à céder dans certaines actions, plus que tout par certaines énigmes où il est impliqué et qu’il est très difficile de couvrir, en outre, quand la dénomination de »Nazis »  est déjà utilisé par une grande partie de la presse et cette vision est diffusée dans le monde entier. L’un de ces faits énigmatiques où Colonia Dignidad est clairement citée comme responsable, est la disparition de Boris Weisfeiler, professeur de mathématiques né à Moscou, nationalisé américain et d’origine juive.

L’ENIGME DE LA DISPARITION DE BORIS WEISFEILER

Ce professeur de mathématiques est né le 19 avril 1941 en Russie, il aimait dès le plus jeune âge faire de longs voyages et se promener, se nourrissant de conserves et de ce qu’il trouvait sur son chemin. Il ne s’est jamais marié, il était très simple dans la vie. Il avait émigré aux États-Unis après avoir eu des problèmes dans son pays natal en ne voulant pas adhérer à certaines exigences du régime communiste. Ce qui est certain, c’est qu’il était éminent en mathématiques et c’est ainsi qu’on se souvient de lui à l’ Institut des Sujets Avancés de Princeton et dans d’autres prestigieux centres américains où il a travaillé comme professeur.
Carte d’identité du disparu Boris Weisfeiler

 

Sa passion pour les longs et solitaires voyages l’a amené à beaucoup de pays et à chaque voyage il a placé le niveau  plus haut , c’est ainsi qu’il a voulu connaître le Chili et peut-être choisi le pire moment pour atteindre ce pays, en raison de la situation dans ces pays. années quatre-vingt en raison de la dictature militaire qui a dominé tout. Bien qu’il y ait des points sombres et très difficiles à comprendre dans l’itinéraire de ce jeune voyageur, que beaucoup de chercheurs curieux ont confondu, nous ne pouvons pas arrêter de poser des questions qui n’ont pas encore reçu de réponse. Qu’est-ce que ce jeune Américain d’origine russo-juive a réellement atteint les limites de Colonia Dignidad ?

Boris est venu au Chili pour le 25 Décembre 1984, elle – même une date étrange pour les Chiliens, mais pas pour un citoyen juif qui ne participe pas aux vacances que les Occidentaux en général catholiques. Il a immédiatement pris l’autobus pour Los Angeles  et est arrivé dans la nuit du 25 décembre. Il est resté à l’ Hôtel Mariscal Alcazar , où il est resté jusqu’au jour  du 26. Le même jour , il se rendit immédiatement à la zone appelée  El Abanico , près de La Laguna de Laja , zone privilégiée pour la randonnée rurale, flanqué anciens arrancarias et liaison d’origine Pehuenche peuple autochtone, une autre est de dire une zone très peu peuplée dans ces années. Jusqu’au 4 janvier il y a des signes de sa présence dans la zone après avoir passé le contrôle d’un poste de police d’ El Roble … Il y a aussi des témoignages de sa présence dans la région par le paysan Luis Alberto López Benavides . À ce stade, nous devons mentionner que cet agriculteur « s’est suicidé »  sans explication apparente dans le même endroit où le sac à dos de Boris a été trouvé  par la suite.
Les enquêtes récentes et compte tenu de la grande pression des organisations internationales, tous indiquent que ce dernier touriste étrange la dernière fois qu’il est vu vivant est au confluent des rivières Nuble et Los Sauces,  même partiellement gouvernement officiel chilien de ces années, il se serait noyé en essayant de traverser la rivière Nuble . Des enquêtes récentes, cependant, indiquent qu’il est probablement entré sur le territoire de Colonia Dignidad  et donné la situation qui prévalait dans le pays dans ces années, les forces paramilitaires de la colonie , sans exclure la collaboration des carabiniersIls ont agi ensemble et ce touriste a été arrêté. Son passeport indiquant sa place d’origine russo-juive a mis fin à sa condamnation. Au fil des années, il a pu déterminer que peut-être Boris Weisfeiler  avait été retenu pendant deux ans à l’intérieur de la colonie  pour effectuer des travaux forcés, mais la vérité est que rien de particulier n’a été connu jusqu’à présent. Pourquoi Boris Weisfeiler est- il venu à la gueule du loup qui marche seul? Imprudence de touriste non averti? Les circonstances du destin ont conspiré pour le faire disparaître?
Coupure de presse de l’époque

 

Cette brève revue de la disparition de Boris Weisfeiler  dans les limites territoriales de laColonia Dignidad  des années 1985 reste encore beaucoup à dire. Suite à la disparition de ce jeune juif nous ont conduit à d’autres hypothèses, que nous allons bientôt énoncer, pour ne pas s’écarter de la problématique qui nous occupe dans cet ouvrage. Que ce détail soit vu comme une image du danger et de la liberté absolue que les colons, qui étaient des partisans de la colonie, ontagi  et qui ont souvent reçu la collaboration des forces de police chiliennes elles-mêmes.
QUAND LE CHANGEMENT COMMENCE-T-IL EFFECTIVEMENT À CETTE SITUATION?
Le 31 janvier 1991, sous le mandat du président Patricio Aylwin  , la personnalité juridique de Colonia Dignidad a été supprimée . C’est une période de pleine transition vers la démocratie au Chili, et avec cette action, cette concession du 21 septembre 1961 au terme du mandat du président Jorge Alessandri Rodríguez est obsolète . Cette action légale établit que les actifs et les actifs de l’entité dissoute sont transférés à la société méthodiste. Jusqu’à ce moment Colonia Dignidad il a accueilli les exemptions fiscales et douanières que la législation prévoit pour les organismes de bienfaisance. Quand il est vérifié qu’il n’y a pas de comptabilité technique, ne fait pas de déclarations annuelles de revenus et d’importations sans droits de douane, ni que ses travailleurs contribuent à l’Etat, ni reçoivent de salaire, la mesure prise contre eux est pleinement justifiée selon les lois en vigueur au Chili. .
Schmidt et Muller, les
principaux colons allemands dans les premiers jours de l’ancienne Colonia
Dignidad.
La Colonia , qui apprécie les énormes possibilités du lieu et de ses avantages, a étendu ses actions financières, encore plus, quand elle commence à sentir les pressions de l’opinion publique chilienne et surtout quand il est possible de stabiliser la transition vers la démocratie après la dictature dePinochet. Malgré tout cela, la justice a été incapable de clarifier vraiment le hangar économique qui a été créé autour de la colonie . C’est ainsi que des sociétés industrielles et commerciales comme Abretec, SA, Bardana, SA, Sociedad Cerro Florido Ltda, Etc. ont été formées . Toutes ces sociétés satellites gèrent plusieurs richesses du sud du Chilitels que l’administration de forêts et de bois très prisés à l’étranger, les entreprises liées à la richesse maritime, les entreprises sidérurgiques et assimilées, la richesse chimique et d’autres encore en cours de recherche mais compte tenu du large réseau créé avec les familles L’allemand déjà inséré dans la société chilienne est très difficile à déterminer et surtout à étudier.
L’ÉTAPE DE LA LÉGALISATION ET LE MONDE MODERNE

Dans ce scénario, quand, le 30 novembre 1996, à la première heure du matin, 100 membres du V Department of Investigation ont envahi les territoires deColonia Dignidad  pour la première fois de son histoire. Compte tenu de la situation extrême et de la vérification de la participation de cet ancien agronome allemand aux activités politiques du régime de Pinochet et de la disparition de nombreuses personnes dans ses limites territoriales, le gouvernement deRicardo Lagos  entreprend une fouille intensive de toutes les terres de lacolonie , rencontre avec des surprises inattendues.

Dans ces mandats de perquisition, ils rencontrent une opposition totalement organisée des colons, où même les plus petits enfants participent. Les déplacements sont presque militaires sur le territoire des sectaires, et avec une grande organisation qui démontre une préparation préalable exhaustive. La police détecte les mouvements nocturnes et le déplacement des biens d’un endroit à l’autre, et est censée être dans le but de cacher leur chef de file maximum Paul Schäfer , qui est resté sans connaissance pendant plusieurs années et sans être vu dans les limites de la colonie . Schäfer comme dans les occasions précédentes dans sa vie, a dû être présenté à la justice chilienne pour plusieurs allégations de maltraitance d’enfants qui avaient réussi à échapper à laCologne . Ces affaires en instance contre lui étaient seulement et est la pointe de l’iceberg de ce qui expliquerait ses activités au Chili. D’autres dirigeants de lacolonie avaient  déjà été appelés à témoigner devant les tribunaux dans les années 1990 et beaucoup d’entre eux sont toujours détenus ou poursuivis à ce moment-là. Parmi les découvertes que la police trouve, il y a des systèmes de communication et de surveillance sophistiqués, dont beaucoup sont inconnus au Chili, des tunnels souterrains où des personnes ont été détenues après le coup d’Etat de Pinochet.

Les tracteurs et voitures enterrées qui pourraient être liés à certains actes criminels, armes stockées de haute précision, etc. Quant à la situation personnelle des colons, beaucoup d’entre eux ne savaient rien du monde extérieur, ne parlaient pas espagnol ou un seul mot, n’avaient pas de familles spécifiques, mais toutes des situations partagées de liens familiaux indéfinis, étant très difficiles à définir. eux. Beaucoup de ces gens ne connaissaient pas un autre type de vie étant né dans cette «agriculture allemande précédente au Chili»  et leur innocence et leur ingéniosité ont laissé les chercheurs surpris.Beaucoup d’entre eux ne connaissaient pas des détails aussi banals que la mode musicale actuelle, les vêtements de jeunesse, etc.

La presse a annoncé la fin de
Colonia Dignidad sur ses couvertures

À ce stade, il convient de mentionner que la colonie avec le passage du temps avait montré des signes d’ouverture aux locaux et avait installé un hôpital moderne et acquis du personnel chilien très choisi pour travailler avec eux. Ces personnels d’origine chilienne sont devenus les plus fervents défenseurs des terres de la colonie, parce que beaucoup de ces citoyens autochtones ont bénéficié de l’hôpital et du travail fourni par les Allemands, qui, incidemment, et comme beaucoup de gens le savent, se caractérisent par leur grande qualité, leur hygiène supérieure et une variété de formes de concentrer certains problèmes de la population de la région très différente de la sécurité sociale du Chili. Les citoyens chiliens, abandonnés depuis de nombreuses années par les gouvernements de leur propre pays, ont réussi à former des groupes de soutien pour la colonie . Tout cela attire beaucoup de gens à se sentir identifiés avec ces »étrangers allemands » mais cela résout d’une manière ou d’une autre leurs problèmes les plus élémentaires. Certains secteurs de la classe politique la plus conservatrice ont toujours été des défenseurs de ce lieu pendant de nombreuses années, recevant un soutien, des avantages économiques et des avantages de toutes sortes de la part des influents Allemands de la région. Tout ce qui précède, c’est être capable de comprendre comment cet endroit aurait pu être soumis pendant tant d’années sans être examiné, contrôlé et payé des impôts comme n’importe quel citoyen chilien. AUJOURD’HUI: VILLA BAVIERA

 

Paul Schäfer à ses débuts dans l’armée allemande.

 

En 2007, la situation décrite ci-dessus a considérablement changé.Briser l’isolement de l’ancienne colonie  et ouvrir ses portes aux centaines d’Allemands qui y vivaient sous contrôle strict, ainsi qu’aux Chiliens qui désirent le visiter, a complètement changé la donne. L’activité et les produits alimentaires que les résidents de la Villa Baviera font sont d’une qualité exceptionnelle et ont réussi à les placer dans la plupart des grandes chaînes commerciales. Ils sont auto-suffisants, en plus d’avoir la liberté de sortir et d’entrer quand ils veulent les locaux, le réseau commercial est beaucoup plus prospère et avec un avenir de plus en plus grand.

Habituellement, lorsque les plus anciens du lieu sont consultés sur les événements qui se sont produits à l’intérieur, éluder la réponse ou essayer de mettre un mur sombre à cette partie de leur vie. Les jeunes ont rejoint les universités existantes dans les villes les plus proches et leurs relations avec les Chiliens sont fluides et sans problèmes. Il a dû recourir à tout un programme de réintégration sociale, en particulier avec les jeunes, pour apprendre à communiquer en espagnol, comprendre le pays et ses coutumes où ils ont vécu totalement dans l’obscurité pendant des années, interagir avec leur peuple et même partager leur festivités Il y a aussi eu un recensement gouvernemental sur les membres à ce moment-là, puisqu’ils n’avaient aucune identification du Chili, Pour tout cela, certains colons qui ont réussi à s’échapper dans leurs moments les plus sinistres et qui sont restés au Chili ont beaucoup aidé. Pour atteindre ce véritable changement, un événement transcendantal a eu lieu le jeudi 10 mars 2005: La capture de son leader maximum Paul Schäfer Schneider en Argentine.

 

La Conspiration nazi:une statue antique découverte par les nazis est faite de météorite

Une ancienne statue qui a été récupérée par une expédition nazie dans les années 1930 a été initialement découpée dans une météorite très précieuse.

Les chercheurs disent que l’objet de 1000 ans avec un crocodile à l’estomac est fabriqué à partir d’une forme rare de fer avec une teneur élevée en nickel.

Ils croient que cela fait partie de la météorite de Chinga, qui s’est écrasée il y a environ 15 000 ans.

Les résultats apparaissent dans le Journal,Meteoritics et Planetary Science .

La statue de 24 cm (9 pouces) est de 10 kg (22 lb) et s’appelle Iron Man.

Origines inconnues

L’histoire de cet objet inestimable doit plus peut-être à un script de film d’Indiana Jones que la recherche scientifique sobre.

Il a été découvert au Tibet en 1938 par le scientifique allemand Ernst Schafer. Son expédition a été soutenue par les nazis, en particulier par Heinrich Himmler, le chef des SS. On a dit que Himmler croyait que la race aryenne était originaire du Tibet et qu’elle voulait récupérer des objets de la région.

Retiré en Allemagne, la statue est devenue une partie d’une collection privée et a disparu depuis 2007. Un nouveau propriétaire a ensuite demandé des conseils scientifiques sur les origines. Il s’est tourné vers le Dr Elmar Buchner de l’Université de Stuttgart.

« J’étais absolument sûr que c’était une météorite quand je l’ai vu d’abord, même à 10 mètres », a déclaré le Dr Buchner.

Il a dit que l’indice était en petites impressions au pouce causées par la fonte de la surface. Une analyse plus approfondie a montré que c’était une classe d’ataxite rare, un type de météorite qui ne se trouvait pas souvent sur Terre.

« Il est riche en nickel, il est riche en cobalt. Moins de 0,1% de toutes les météorites et moins de 1% des météorites de fer sont des ataxites, donc c’est le plus rare type de météorites que vous pouvez trouver ».

Les météorites ont été considérés comme un signe d’activité divine dans de nombreuses cultures depuis l’aube des temps. Les couteaux et les bijoux ont été fabriqués à partir de météorites de fer par les Inuits anciens. Mais tracer leurs origines exactes est souvent extrêmement difficile.

Les scientifiques allemands et autrichiens qui ont travaillé sur Iron Man avec le Dr Buchner ont été surpris de pouvoir tracer la statue à un événement spécifique dans l’histoire des météorites.

Absolument inestimable

Les chercheurs croient qu’il a été sculpté dans une partie de la météorite de Chinga qui est tombée dans la région frontalière de l’est de la Sibérie et de la Mongolie il y a environ 15 000 ans.

Les débris de l’accident n’ont été découverts qu’en 1913 par des prospecteurs d’or, mais le fragment individuel dont la statue a été sculptée a été recueilli plusieurs siècles auparavant.

«Nous avons été étonnés par les résultats», a déclaré le Dr Buchner.

« OK, c’est une météorite, mais ce qui m’a étonné, c’est que nous pourrions aussi dire que c’était de Chinga, que nous pouvions trouver la provenance, c’était vraiment étonnant pour moi ».

On croit que la statue dépeint le dieu Vaisravana. Les chercheurs pensent qu’il appartient à la culture Bon pré-bouddhiste qui existait en Asie il y a environ 1000 ans.

« Si nous avons raison de dire qu’il a été fait dans la culture Bon au 11ème siècle, il est absolument inestimable et absolument unique dans le monde entier », a observé le Dr Buchner.

Ni la personne qui l’a sculptée ni les nazis ont eu une idée qu’il était fabriqué à partir d’une substance si rare, at-il dit.

Conformément à l’élément hollywoodien de l’histoire, le Dr Buchner a déclaré que la statue avait une certaine aura.

« Il est extrêmement impressionnant, il était autrefois presque entièrement doré – il y a un grand mystère représenté par celui-ci ».

 

 

 

 

 

 

6 août 1945 : les États-Unis massacrent la population civile d’Hiroshima

Dessin d’artiste de l’époque représentant le bombardement atomique d’Hiroshima.

 

 

Le Japon a marqué le 72e anniversaire de l’attaque américaine à la bombe nucléaire dans la ville d’Hiroshima dimanche, avec la tenue d’une cérémonie par le Premier ministre Shinzo Abe et des survivants.

Des milliers de participants ont observé une minute de silence en mémoire des victimes à 08h15 dimanche (GMT 01h15 HB), l’heure à laquelle l’aviation américaine a lâché la première bombe atomique sur la ville à l’est du pays, le 6 août 1945.

La déflagration a tué des dizaines de milliers d’habitants sur le champ, et au cours de l’année 140.000 autres ont perdu la vie.

Les Etat-Unis ont ensuite lâché une seconde bombe visant Nagasaki sur l’île de Kyushu trois jours plus tard. Le Japon s’est alors rendu le 15 août, mettant un terme à la Seconde guerre mondiale.

En mai l’année dernière, le président américain, Barack Obama à l’époque, s’était rendu sur le site de l’attaque meurtrière.

Il avait fait part de ses condoléances aux victimes, mais n’avait pas présenté d’excuses au nom de son pays aux Japonais pour ces terribles actes de guerre.

En partie grâce à la visite du président Obama, le nombre de visiteurs au mémorial de la paix érigé à Hiroshima a grimpé de 16,4%, avec 1,74 million s’y présentant l’an passé.

 

 

Voir notre article vedette sur ce sujet (une étude exhaustive de la bombe atomique durant la Deuxième guerre Mondiale):

Ré-écrire l’histoire:La bombe atomique ,Hiroshima et les débuts du terrorisme illuminati