Mettons un visage sur les Illuminati

LE GALA DU CONGRES MONDIAL JUIF A AFFICHÉ L’AILE SIONISTE DES ILLUMINATI. GEORGE SOROS N’ÉTAIT PAS LÀ. IL FAIT PARTIE DE L’AILE COMMUNISTE. MAIS IL TRAVAILLE POUR JACOB ROTHSCHILD, QUI Y ÉTAIT, SUGGÉRANT QUE LES ROTHSCHILD CONTRÔLENT LES AILES COMMUNISTES ET SIONISTES, QUI SONT CONSTITUÉES DE GANGSTERS ET DE MILLIARDAIRES.

LA PLUPART DES PARTICIPANTS ÉTAIENT JUIFS,  SAUF POUR QUELQUES GOYIM ÉGARÉS LÀ.

Des milliardaires, des oligarques russes, des ambassadeurs d’Ukraine, des financiers internationaux, des Rothschild et des personnalités de toute sorte se sont réunis au gala de 2019 pour le Congrès juif mondial (CJM).

Le rassemblement représentait un pouvoir, une richesse et une corruption inégalés… martialement au nom d’Israël …

Le Congrès juif mondial (CMJ), qui se désigne lui-même comme  «l’organe représentatif de plus de 100 communautés juives à travers le monde», a organisé son gala annuel à l’hôtel Pierre à New York le 6 novembre.

Il a décerné son prix annuel Théodore Herzl (du nom du père fondateur d’Israël) à l’ancienne ambassadrice américaine auprès de l’ONU, Nikki Haley [1], pour son travail au nom d’Israël. Joe Biden et Henry Kissinger ont déjà été lauréats.

Le soutien à Israël est l’un des principaux problèmes du CJM. Parmi ses nombreuses activités dans ce domaine, il collabore avec le gouvernement israélien pour défendre Israël des critiques de ses violations des droits de l’homme et de son système discriminatoire avec ses lois et sa religion explicitement racistes [2].

Quelques participants au gala du CJM (Congrès Juif Mondial) 2019: Michael Mirilashvili (3 milliards de dollars), Moshe Kantor (4 milliards de dollars), Henry Kissinger (180 millions de dollars), Ron Lauder (4 milliards de dollars), Leonard Lauder (21 milliards de dollars), Boris Lozhkin (500 millions de dollars), Baron David de Rothschild et Lord Jacob Rothschild (la valeur nette de la famille varie de milliards à 700 billions de dollars.

 

Le CJM définit de nombreuses déclarations factuelles sur Israël comme « antisémites » et qualifie d’antisémitisme toute opposition à la violence, aux crimes israéliens et à l’oppression israéliennes contre les Palestiniens. En conséquence, son principal sujet, la lutte contre «l’antisémitisme», consiste souvent en des efforts visant à supprimer les informations sur l’oppression des Palestiniens par Israël et à lutter contre les efforts en faveur des droits de l’homme des Palestiniens.

L’envoyé spécial des États-Unis, Elan Carr, a déclaré lors de l’une de ses récentes conférences internationales pour s’opposer à cet « antisémitisme » récemment défini, que tout organisme chargé de l’application de la loi et chaque ministère public du monde entier devaient « obliger tous ceux qui avaient un soupçon d’antisémitisme à se soumettre à un programme de formation tolérance « , c’est-à-dire à un lavage de cerveau.

LISTE ÉCLATANTE D’HÔTES

The Jewish Voice  (JV, La voix juive) a décrit le récent gala du Congrès juif mondial à New York:

« Il est 18 heures le mercredi 6 novembre à New York et des dizaines de services secrets sont réunis au Pierre pour protéger les milliardaires, les politiciens et les influenceurs mondiaux lors de l’une des meilleures soirées de l’année. »

JV rapporte que « l’illustre liste d’invités était sans précédent » et fournit une gamme qui représente une richesse et un pouvoir extraordinaires (et, dans un certain nombre de cas, divers types de méfaits et malfrats).

Baron David de Rothschild, Lord Jacob Rothschild, Ronald Lauder et Robert Kraft au Gala CJM le 6 novembre 2019.

 

JV a fourni les noms de certains clients, auxquels sont ajoutés leurs avoirs nets, le cas échéant (fluctuant dans le temps), ainsi que des informations supplémentaires:

  • Henry Kissinger(richesse nette de 180 millions de dollars, ancien secrétaire d’État et conseiller en matière de sécurité nationale sous deux présidents)
  • Les Rothschild(les estimations de la fortune nette vont de 400 milliards de dollars à 700 billions (mille milliards) de dollars, provenant de la célèbre famille bancaire Rothschild, plus d’informations ci-dessous)
  • Robert Kraft(7 milliards de dollars, propriétaire des Patriotes de la NFL, a reçu le prix Genesis d’Israël lors d’une somptueuse cérémonie en Israël. Il s’est engagé à verser 20 millions de dollars pour lutter contre l’antisémitisme et le mouvement de boycott dirigé par des Palestiniens contre Israël. Il a été poursuivi pour deux affaires de prostitution en Floride – La radio WBUR de Boston rapporte: « Les pistolets légaux parsemés de diamants représentant le propriétaire de New England Patriots âgé de 78 ans (l’un d’entre eux est un ancien avocat d’Epstein) pourraient le sauver … », entre temps, les femmes victimes  font face à 15 ans de prison.)
  • Thomas J. Tisch(121 millions de dollars, ancien chancelier de la Brown University, fils du milliardaire Laurence Tisch ancien PDG de CBS)
  • Leonard Lauder(valeur nette de 21 milliards de dollars, fils aîné d’Estee Lauder)
  • • Judy Glickman Lauder (épouse de Leonard Lauder, veuve de Louis J. Glickman)
  • Les Safras(de la dynastie bancaire «parfois clandestine» qui a débuté il y a plus d’un siècle, Chella Safra est trésorière du CJM)

o Ira Rennert (3 milliards USD nets, auparavant 6 milliards USD, investisseur connu sous le nom de « milliardaire d’obligations junk bod », reconnu coupable de corruption en 2015, a mis en faillite un moulin de l’avant-port de Baltimore, faisant perdre leur job à plus de 2.000 travailleurs. Il doit à Baltimore 8 millions de dollars en factures impayées d’eau de la ville, aurait utilisé l’argent pillé de son business pour construire un hôtel particulier de 29 chambres (un garage pouvant contenir 100 voitures)

o Dick Parsons (ancien PDG de Time Warnerprésident de CBS et président de Citibank; en 2012, des actionnaires ont intenté une action en justice contre Parsons et certains autres dirigeants pour « s’être bourrés les poches tout en laissant tomber la banque au raz du sol« )

o Ben Ashkenazy (valeur nette de 4 milliards de dollars, magnat immobilier israélo-américain, bienfaiteur du AIPAC Real Estate Luncheon en 2015 au Grand Hyatt Hotel à New York)

o Jack Chehebar (nabab de l’immobilier, poursuivi pour violation présumée du contrat, accusé d’avoir battu son fils)

  • Ray Kelly (le plus ancien commissaire de l’histoire du département de police de la ville de New York, a été pendant un certain temps vice-président d’Interpol, accusé de discrimination par des groupes musulmans: « Le commissaire a supervisé un programme d’espionnage visant les musulmans, fondé uniquement sur leur religion, a fait preuve de peu  de discernement en participant à un film anti-islamique virulent et a approuvé un rapport sur le terrorisme qui assimilait un comportement inoffensif tel que cesser de fumer à des signes de radicalisation « .

OLIGARQUES DE RUSSIE ET D’UKRAINE

  • Parmi les « joueurs superpuissants qui sont descendus dans le hall de l’hôtel Pierre », il y avait de nombreux oligarques russes, des ambassadeurs d’Ukraine et des dizaines d’investisseurs du cercle restreint qui se risquent rarement aux galas en semaine.

Parmi les oligarques, il y avait le milliardaire kazakh israélien Alexander Mashkevitch, d’une fortune nette de 3,6 milliards de dollars. Le journal israélien Ha’aretz l’appelle « l’un des plus grands oligarques à avoir émergé de l’ancienne Union soviétique ». Mashkevitch aurait des liens avec le crime organisé aux États-Unis [1] et aurait été accusé de blanchiment d’argent de 55 millions de dollars en Belgique. Il a également fait l’objet d’une enquête pour avoir organisé une soirée sexuelle sur un yacht de luxe en Turquie. (Sa fille a également été récemment accusée de fraude.)

LUTTER CONTRE LE MOUVEMENT PRO PALESTINIEN

Mashkevitch est président du Congrès juif euro-asiatique (Euro-Asian Jewish Congress / EAJC un affilié régional du CJM) et est considéré comme son « philanthrope le plus généreux« .

Le Times of Israel rapporte que l’EAJC collabore régulièrement avec les ministères des Affaires étrangères et des Affaires stratégiques d’Israël et travaille « pour contrecarrer le mouvement BDS (Boycott, Cession et Sanctions) » (le BDS est fondé sur le principe « Les Palestiniens ont les mêmes droits que le reste de l’humanité) …

JV ne nomme pas les autres oligarques qui ont assisté au gala, mais quelques-uns des oligarques russes et ukrainiens liés au CJM sont:

* Boris Lozhkin – un vice-président du CJM (l’avoir net semble se situer entre 450 et 500 millions de dollars US, président de la Confédération juive d’Ukraine, membre du conseil d’administration de l’AEJC, Lozhkin a été accusé de corruption en Ukraine, il fut limogé du poste de conseiller économique principal de président ukrainien l’année dernière après que des allégations de transactions financières frauduleuses impliquant des millions de dollars ont été révélées)

* Andrey Adamovsky – Vice-président du CJM (Un homme d’affaires ukrainien, vice-président de la Confédération juive d’Ukraine, a été reconnu coupable d’avoir volé ses anciens partenaires commerciaux pour un montant de 34,7 millions de dollars. En 2016, il a de nouveau été reconnu coupable de fraude.

* Michael Mirilashvili – membre du comité directeur du CJM (Mirilashvili, d’une valeur nette de 3 milliards de dollars, a été impliquée dans diverses accusations de corruption)

  • Le représentant républicainPeter King (membre du Congrès républicain de New York, membre du Comité de la sécurité intérieure et du Comité des services financiers, membre en titre du Sous-comité de la protection civile, a présidé le Comité de la sécurité intérieure de la Chambre en 2005-2006, puis 2011-2012, Connu notoirement  pour son extrémisme anti-musulman. Plus  de 100 milles dollars de contributions pro-israéliennes ont été versés à King entre 1998 et 2010), pour ses « bons et loyaux services » de promotion du suprématisme juif et de l’infériorité goy.
  • Jason Greenblatt(connu comme le concepteur du plan de paix Trump sur Israël-Palestine) [4]
  • Joel Grey(acteur, doté d’une valeur nette de 10 millions de dollars, recevant le prix Teddy Kollek du CJM, du nom de l’ancien maire israélien de Jérusalem, interview réalisée ici, consul général israélien à New York)
  • Israel Nitzan(Consul général adjoint du consulat à New York, la plus grande mission israélienne au monde, coordonne le dialogue interconfessionnel et les relations avec les pays.)
  • La princesse Firyal(mariée à la famille royale jordanienne. Après son divorce, elle était la compagne durant une longue période du méga-capitaliste de New York Lionel Pincus, partenaire d’Eric Warburg de la famille bancaire qui a débuté sa fortune il y a quelques siècles).
  • Stanley Chera(le promoteur immobilier, un ami proche de Donald Trump, pour lequel il a collecté des dizaines de millions de dollars pour sa campagne présidentielle, impliqué dans une transaction immobilière douteuse)
  • Izzy Tapoohi(président et PDG de Birthright Israel Foundation)
  • Linda Mirels(fille de l’homme d’affaires sud-africain Nathan Kirsh,, actionnaire majoritaire d’une société israélienne qui a fourni la technologie au mur d’apartheid israélien)
  • Malcolm Hoenlein(vice-président exécutif de la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines, qui défendent et justifient les crimes d’Israël)
  • Ze’ev Rubenstein(vice-président des obligations israéliennes, accusé d’être impliqué dans une affaire de corruption liée à Netanyahu, certains analystes ont qualifié ces obligations d’obligations israéliennes de « junk bonds » et les ont comparées à un   Ponzi scheme)
  • • Dore Gold (un haut responsable israélien sous Netanyahu & Sharon, né dans le Connecticut, financé par Sheldon Adelson)
  • Le rabbin Benjamin Goldschmidt(fils du grand rabbin de Moscou et du président de la Conférence des rabbins européens)
  • Dr.Ruth Westheimer(sexologue)
  • George Klein(fondateur du Comité juif républicain du Congrès)
  • Brooke Goldstein(fondatrice du projet Lawfare, elle a déclaré « il n’y a pas de Palestiniens ») pensant qu’ils ont tous été génocidés par les juifs.
  • Siggy Flicker(personnalité de la télévision israélienne)
  • Danny Danon(ambassadeur d’Israël en Amérique du Nord)
  • Ezra Friedlander(fondateur de l’Alliance de sécurité américano-israélienne, qui emmène des délégations en Israël, directeur général de Friedlander Group, connecteur politique, par exemple « Célébration des plus hauts représentants élus de New York, Grace Sukkoth » – vidéo ici)
  • Mark Botnick(assistant de Ron Lauder, ancien attaché de presse du maire de New York, Michael Bloomberg)
  • Michal Grayevsky(conseiller principal de Ron Lauder, président de JCS International (JCSI), la société de médias mondiale de Lauder, dont le siège est à New York)
  • Justin Hayet(chef de projet principal, Initiatives de la diaspora israélienne au sein du groupe de philanthropie Genesis)
  • Betty Grinstein(épouse du fondateur de l’Institut israélien Reut)
  • Eve Stieglitz((WJC Jewish Diplomatic Corps) Corps diplomatique juif CJM)
  • Peter Thoren(travaille pour Leonard Blavatnik – l’homme le plus riche du Royaume-Uni en 2015; Blavatnik a de nombreuses relations à Hollywood [5], est ami avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, a fait un don à des politiciens américains républicains et démocrates, dont Trump, en juin. Blavatnik et son épouse ont donné autant d’argent que tout autre don individuel que le Comité de la campagne du Congrès démocrate du Congrès ait reçu de toute son histoire; en 2009, il a organisé un événement pour The Atlantic, organisé par le rédacteur en chef Jeffrey Goldberg.
Henry Kissinger- former US Secretary of State, Amb. Ronald S. Lauder – President WJC, Nikki Haley – Former US Ambassador to the UN

 

Le président de longue date du CJM est le milliardaire Ronald Lauder, héritier de la société de cosmétiques Estée Lauder. À l’âge de 37 ans, Lauder, chercheur de fonds républicain, chercha et réussit à obtenir un poste au département de la défense (sous-secrétaire adjoint aux affaires européennes et de l’OTAN), puis un poste d’ambassadeur.

Lauder a lancé les discours du gala en dénonçant « la montée de l’antisémitisme », citant à titre d’exemple les récentes déclarations de Bernie Sanders qualifiant la situation de « inhumaines » à Gaza et déclarant qu’une partie de l’aide américaine annuelle de 3,8 milliards de dollars à Israël devrait aller à Gaza à la place. .

Le discours de Sanders faisait référence au fait qu’Israël avait fait de Gaza la « plus grande prison à ciel ouvert du monde ». Une ONG norvégienne rapporte: « Plus de 50 ans d’occupation et 10 ans de blocus ont rendu insupportable la vie de 1,9 million de Palestiniens vivant dans la bande de Gaza. C’est pourquoi ils protestent maintenant et risquent leur vie. » (Malgré ces critiques et les critiques vives des actions israéliennes, Sanders continue d’affirmer qu’il est un partisan d’Israël).

Contrairement à la condamnation de Sanders par Lauder, il a vanté les mérites de cette année au lauréat du prix CJM Herzl, ancien ambassadeur des États-Unis auprès de l’ONU, Nikki Haley.

à suivre………………..

Source : World Jewish Congress: Billionaires, Oligarchs, Global Influencers for Israel

par Allison Weir

 

 

 

 

Publicités

Il y a un an, l’Algérie entrait en résistance

 

 

Le Hirak, ce mouvement de résistance populaire réclame, chaque vendredi, et sans relâche depuis un an, la fondation d’une nouvelle démocratie en Algérie. Cette persistance dans le temps d’une contestation hebdomadaire, témoigne-t-elle de l’inefficacité de cette opposition ? Le Devoir a posé la question à la politicologue Louisa Dris-Aït Hamadouche, qui enseigne la science politique à l’Université d’Alger.

Un an de contestation dans la rue et toujours pas de changement concret dans le système politique algérien : le Hirak est-il un échec ?

 

Il est normal qu’avec un objectif aussi radical, aussi total qu’un changement profond de système politique, le Hirak n’ait pas encore atteint son objectif. La nature de ce mouvement, qui a fait le choix du pacifisme plutôt que des émeutes et de la violence, s’inscrit dans un temps long et comprend de nombreuses étapes, dont les premières sont à peine franchies.

«Un des points forts de ce mouvement est d’avoir donné aux Algériens un sentiment nouveau d’eux-mêmes», affirme la politicologue Louisa Dris-Aït Hamadouche, qui enseigne la science politique à l’Université d’Alger.

Nous ne sommes pas dans une configuration de forces politiques et sociales appelant à une rupture immédiate, mais plutôt à une transition étalée dans le temps, un peu sur le modèle de l’émancipation espagnole ou de plusieurs pays d’Amérique du Sud.

 

Quelles sont les premières étapes que le Hirak a permis d’atteindre ?

 

Un des points forts de ce mouvement est d’avoir donné aux Algériens un sentiment nouveau d’eux-mêmes. Ils se voient aujourd’hui de façon différente qu’avant le 22 février 2019. Dans les 20 années qui ont précédé la naissance de ce mouvement, ils s’étaient installés dans une passivité inconfortable et une colère tue quant à une situation politique qui se dégradait mandat après mandat sous l’ère du président Abdelaziz Bouteflika. Cela les a amenés à se détacher de la vie politique, de la vie associative, des élections locales et aujourd’hui, par ce mouvement de masse, ils s’y reconnectent. Les Algériens ont également retrouvé une forme de vivre-ensemble que le contexte sécuritaire et politique de la décennie noire [de 1991 à 2002] avait beaucoup affaibli. Le Hirak a rapproché les régions de l’Algérie autour d’un objectif commun, a transcendé les distances, les idéologies, les appartenances régionales et identitaires. Il a créé une harmonie nécessaire désormais au bien-être des Algériens.

 

Cette harmonie est-elle à même de porter les revendications du mouvement ?

 

Elle le fait déjà. Certes, en décembre dernier, l’Algérie a connu un changement de régime [avec l’élection à la présidence d’Abdelmajid Tebboune, au terme d’une campagne largement boudée par les Algériens et contestée par le Hirak], mais pas un changement de système politique. Sauf que le ton du régime a changé. Le nouveau président fait référence au Hirak comme quelque chose d’extrêmement positif. Pour lui, ce mouvement a été salvateur. Il a été l’acteur social et politique qui a sauvé l’État d’une dérive dangereuse après la démission de Bouteflika, selon lui. Parallèlement, le Hirak a commencé à grignoter les ressources de la résilience du système politique, comme jamais dans l’histoire du pays depuis son indépendance il y a près de 58 ans. Même le terrorisme des années 1990 n’y était pas arrivé. Il l’a fait en réussissant à mettre à nu les contradictions de ce système et en obligeant, entre autres, les figures du pouvoir réel en Algérie [l’armée, la police, les services de renseignement…] à devenir le pouvoir apparent. Ce sont les grandes réussites de ce mouvement qui préparent un peu plus la voie en direction d’un effondrement du système politique.

De mouvement de contestation, le Hirak peut-il devenir un mouvement de proposition ?

 

C’est tout l’enjeu de la deuxième année du Hirak : formuler des propositions réfléchies et concrètes pour faire entrer le pays dans une transition démocratique. Mais cela reste encore compliqué dans un pays où l’organisation des forces politiques est toujours contrainte par le pouvoir exécutif. Hormis les manifestations du vendredi, le reste de l’espace public n’est toujours pas ouvert à l’opposition. Les organisations de la société civile ne peuvent pas se réunir en dehors de leur siège et restent tributaires d’autorisations pour s’exprimer sur la place publique accordées par les autorités locales. Sans compter que le maintien de symbole politique en détention [c’est le cas de plusieurs figures de l’opposition liées au Hirak] est un obstacle majeur à la normalisation de la vie politique en Algérie. Pour les hirakistes, il est inconcevable de participer à la vie politique tant qu’il y aura des prisonniers d’opinion. Or, l’ouverture des espaces de liberté dépend de la volonté du gouvernement. Autre difficulté : les Algériens ne font toujours pas confiance aux personnes qui incarnent l’autorité. Le gouffre entre gouvernant et gouverné est abyssal. Nous commençons à peine à sortir de cette crispation, et cela va encore prendre du temps.

Libéraux, progressistes, islamistes, conservateurs s’unissent au sein de ce mouvement. Cette diversité, qui s’exprime aussi sur fond de divergences idéologiques, peut-elle nuire à la suite des choses ?

 

La force du Hirak, c’est son côté rassembleur. Et c’est aussi ce qui va assurer sa transformation, de mouvement de contestation hétérogène en forces politiques homogènes. La chose ne va être pas problématique tant que ces forces restent unies vers l’objectif commun de la transition démocratique et n’essayent pas d’entrer dans un jeu politique dont elles ne maîtrisent pas les règles. Il y aurait un risque élevé de tenter l’aventure des élections avant que les règles du jeu politique n’aient pas été complètement assainies. Et l’échéance des législatives [prévues d’ici la fin de 2020] devrait constituer un premier test pour le Hirak.


Très forte mobilisation à Alger pour le 1er anniversaire de la contestation populaire

Plus massive que les derniers vendredis, une foule compacte de manifestants défile depuis le début d’après-midi au coeur d’Alger.

 

Les Algériens sont descendus en masse lors du 53e vendredi consécutif, pour entretenir, à la veille de son premier anniversaire, la flamme d’une contestation inédite qui aura contraint Abdelaziz Bouteflika à démissionner, mais sans réussir à changer le « système » au pouvoir depuis l’indépendance.

Plus massive que les derniers vendredis, une foule compacte de manifestants —dont le nombre est difficile à évaluer— défile depuis le début d’après-midi près de la Grande Poste, au coeur d’Alger, point de rassemblement emblématique depuis un an, selon un journaliste de l’AFP.

Elle a été rejointe par un interminable cortège venu du quartier populaire de Bab el Oued, a de son côté constaté une autre journaliste de l’AFP.

« Nous ne sommes pas venus faire la fête, nous sommes venus vous dégager ! », scandent les manifestants, parmi lesquels des familles, au milieu d’un important dispositif policier antiémeute.

« Le peuple veut la chute du régime », « le gang des bandits doit partir », lancent-ils également.

Plusieurs organisations citoyennes et partis ont appelé à « la mobilisation populaire pour disqualifier l’agenda de la régénération du + système + et jeter les bases d’une nouvelle République ».

« C’est quoi le contenu de la 2e République ? C’est une république démocratique et sociale qui garantit toutes les libertés », renchérit un manifestant, Samir Larabi.

« Continuer la mobilisation »

Selon les réseaux sociaux, des barrages filtrants ont été mis en place dès jeudi soir aux entrées de la capitale pour compliquer l’accès des Algériens venus d’autres régions.

Mais cela n’a pas empêché Bachir, 50 ans, de rejoindre Alger depuis Aïn Defla, à 150 km de route, pour « fêter le premier anniversaire du + Hirak + (“mouvement”, NDLR) et renouveler les revendications de la contestation ».

Des marches imposantes se déroulent également dans les grandes villes de province, selon les réseaux sociaux.

Il y a un an, le vendredi 22 février 2019, de nombreux Algériens, qu’on disait alors résignés et dépolitisés, ont envahi soudainement les rues à travers le pays, contre la volonté annoncée du président Bouteflika — quasi invisible et muet depuis un AVC en 2013 — de briguer un 5e mandat.

Après six semaines de manifestations, le « Hirak » a poussé l’état-major de l’armée, pilier du régime, à exiger et obtenir le 2 avril la démission de M. Bouteflika.

Assurant ouvertement le pouvoir, le haut commandement militaire a toutefois balayé ensuite les revendications sur un changement du « système », et multiplié les arrestations.

Dans un entretien jeudi soir avec la presse nationale, le président Abdelmadjid Tebboune, ex-fidèle de M. Bouteflika élu en décembre lors d’une présidentielle massivement boudée, a rendu hommage au « Hirak » qui a empêché « l’effondrement total » du pays. Il a assuré qu’il allait mettre en oeuvre « l’ensemble de ses revendications ».

Mais, dans un « Manifeste du 22-Février » publié jeudi et distribué vendredi par les manifestants, des organisations proches du « Hirak » exhortent à « continuer la mobilisation ».

Les slogans restent d’actualité, rappelle le texte, qui exprime « une volonté de rupture avec les institutions actuelles » et le refus « que le processus de changement soit confié au pouvoir en place ».

Ce manifeste dénonce aussi la poursuite des « mesures répressives » contre journalistes, militants et manifestants et rappelle que les Algériens « veulent que leur pays soit gouverné et géré dans la transparence ».

Un test

L’ampleur de la mobilisation vendredi s’annonce comme un test, alors que le « Hirak » est confronté à de nombreux défis, face à un régime qui reprend des forces.

Depuis la présidentielle, « il y a une façade constitutionnelle et démocratique, mais en fait c’est exactement ce qu’il y avait avant », estime Dalia Ghanem, chercheuse au Carnegie Middle East Center de Beyrouth, évoquant « un régime qui reste aux mains de l’institution militaire ».

La capacité du régime « à changer sans changer et sa résilience vont être testées dans les prochaines années », poursuit Mme Ghanem, soulignant que les faibles prix des hydrocarbures vont l’empêcher de puiser dans la manne pétrolière pour acheter la paix sociale.

Largement informelle, sans structure organisée ou dirigeants identifiés, la contestation doit à son tour se repenser au risque de s’essouffler.

Doit-il accepter la « main tendue » par le président Tebboune ? Doit-il se structurer, au risque d’afficher au grand jour ses clivages et ses contradictions ?

Nouvelle donne

Quoi qu’il en soit, le « Hirak » a déjà changé la donne, après 20 ans de présidence Bouteflika durant laquelle toute opposition réelle a été méthodiquement découragée, entravée, bâillonnée ou « cooptée ».

Surtout, avec le mot d’ordre « pacifique », il a « réussi à faire en sorte qu’il n’y ait pas de confrontation sanglante ni de répression brutale », souligne l’historienne Karima Dirèche, directrice de recherche au CNRS (France).

La contestation a également rassemblé les Algériens en dépassant les clivages, et souligné l’émergence d’une « nouvelle génération très politisée et qui sait ce qu’elle veut », note Dalia Ghanem.

L’année qui s’ouvre va permettre « de prendre la mesure de ce que les Algériens souhaitent collectivement […]. Et ça prendra le temps que ça prendra », appuie Mme Dirèche.

 

 

 

 

 

Le système envoie de l’huile sur le feu de la  » Pandémie du virus de la peur »:Le monde n’est pas prêt à faire face au coronavirus, prévient un expert canadien

Le docteur Bruce Aylward

 

 

Le monde n’est pas préparé à affronter une épidémie planétaire de Covid-19, a prévenu mardi un épidémiologiste canadien de renom qui a dirigé une mission de l’Organisation mondiale de la santé en Chine pour étudier le coronavirus.

Le docteur Bruce Aylward a passé deux semaines en Chine, notamment dans la ville de Wuhan, considérée comme l’épicentre de l’éclosion. Il a invité les pays du monde à se préparer à la possibilité que le virus se propage sur leur propre territoire.

Il estime que les pays devraient solliciter l’expertise de la Chine pour gérer et traiter les personnes atteintes du Covid-19. Il a rappelé que Pékin avait pris les grands moyens pour tester, isoler et soigner ceux qui ont été infectés par le virus.

Le docteur Aylward a estimé que la propagation du virus semblait inévitable. Tous les pays doivent s’assurer que leurs hôpitaux augmentent le nombre de places disponibles et disposent de suffisamment d’appareils respiratoires pour les patients les plus malades, a-t-il dit.

Ils devraient aussi se préparer à placer en isolement un grand nombre de personnes entrées en contact avec ceux chez qui la maladie a été confirmée, a-t-il ajouté.

L’administratrice en chef de la santé publique du Canada, la docteure Theresa Tam, a affirmé lundi que la priorité du Canada était de retarder le plus possible une éventuelle épidémie au pays, tout en soulignant que le système de santé se préparait à cette possibilité.


La propagation du coronavirus mène les autorités américaines à sonner l’alarme

Les autorités américaines de santé publique, dont la Dre Nancy Messonnier, une des responsables des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies, ont estimé quasi inévitable la propagation du coronavirus aux États-Unis.

 

Contrastant avec le ton rassurant employé par les autorités américaines jusqu’ici, la principale agence fédérale américaine en matière de santé publique a lancé un avertissement mardi : il faut se préparer dès maintenant à une éventuelle propagation du coronavirus dans les communautés du pays, car elle est presque inévitable.

Ultimement, nous nous attendons à ce que la maladie se propage aux États-Unis, a averti la Dre Nancy Messonnier, une des responsables des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) des États-Unis, au cours d’une conférence de presse.

Les autorités ont dit ignorer si la propagation sera importante ou non, mais ont indiqué que les Américains doivent être prêts à faire face à une perturbation importante de leur vie quotidienne.

Nous demandons au public américain de se préparer à la perspective d’une propagation de grande ampleur, a insisté la Dre Messonnier.

En raison de l’absence de vaccin ou de traitement pour le nouveau coronavirus, les communautés et les individus doivent se protéger par d’autres moyens, a déclaré la Dre Messonnier.

Les autorités sanitaires américaines exhortent donc les établissements hospitaliers, les entreprises et les écoles à prévoir dès maintenant des moyens de limiter l’impact du coronavirus lorsqu’il se répandra dans leur communauté, évoquant par exemple le télétravail et la fermeture d’écoles.

La multiplication rapide, ces derniers jours, de nouveaux cas à l’extérieur de la Chine continentale, berceau de l’épidémie, explique l’urgence exprimée dans les nouveaux avertissements officiels, a précisé la Dre Messionnier.

Il y a 79 331 cas confirmés de COVID-19 à travers le monde, dont l’immense majorité en Chine, mais le virus progresse de façon foudroyante, avec des foyers de contamination importants à Hong Kong, en Iran, en Italie, au Japon, à Singapour, en Corée du Sud, à Taïwan et en Thaïlande.

Lundi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé la communauté internationale à se préparer à une éventuelle pandémie du nouveau coronavirus, jugeant très préoccupante […] l’augmentation soudaine de nouveaux cas dans plusieurs pays.

Les États-Unis dénombrent pour leur part 57 cas de coronavirus; 43 des personnes touchées étaient des passagers du bateau de croisière Diamond Princess.

Inquiétudes bipartites devant la stratégie du gouvernement

Le message a aussi été relayé devant un sous-comité du Sénat par le secrétaire à la Santé et aux Services sociaux, Alex Azar, qui a reconnu l’existence d’un défi sanitaire sans précédent, potentiellement grave, à l’échelle mondiale.

Le nombre d’Américains atteints augmentera inévitablement, a-t-il averti.

M. Azar a notamment indiqué que les services de santé du pays auront besoin de 300 millions de masques pour les travailleurs de la santé et de ventilateurs supplémentaires pour les hôpitaux.

Des élus démocrates et républicains ont exprimé des préoccupations devant le degré de préparation de l’administration de Donald Trump.

Le sénateur républicain John Kennedy a reproché au secrétaire à la Santé de ne pas avoir de réponses à fournir à plusieurs questions. M Azar n’a notamment pas indiqué le nombre estimé d’Américains qui risquaient d’être touchés, selon les prévisions des responsables sanitaires.

En matinée, le président Trump, en visite officielle en Chine, s’est fait rassurant. Le coronavirus est très bien contrôlé aux États-Unis, a-t-il écrit sur Twitter.

Je pense que c’est un problème qui va disparaître, nous sommes très près d’un vaccin, a-t-il aussi soutenu devant les médias.

Le président du comité sénatorial chargé d’étudier notamment les questions de santé, le républicain Lamar Alexander, a indiqué au réseau CNN que la mise au point d’un vaccin devrait prendre 18 mois.

Lundi, l’administration Trump a demandé 2,5 milliards de dollars américains pour aider à contrer la propagation du virus.

Le Dow Jones touché par le coronavirus

Les marchés réagissent nerveusement au risque d’une pandémie et ses possibles répercussions sur l’économie.

Partout les rue sont désertes en Chine.

Après avoir perdu 1000 points la veille, le Dow Jones Industrial Average a chuté de près de 900 points, soit 3,3 %, mardi après-midi, après l’avertissement lancé par les CDC.

Entre les deux reculs, le président Trump a minimisé les impacts économiques possibles d’une éventuelle propagation du virus aux États-Unis. Je pense que ça va être sous contrôle, a-t-il affirmé depuis la Chine. Sur Twitter, il avait précédemment déclaré que les marchés boursiers commençaient à lui sembler très bien.


S’ASSEOIR DEVANT LA TÉLÉ POUR CULTIVER LA

« Pandémie du virus de la peur »

 

L’exagération de la dangerosité du coronavirus par rapport à d’autres maladies ainsi que la préparation de la réponse des principaux acteurs deux mois avant l’épidémie laissent pantois. Il n’est pas possible de tirer de conclusions, pour le moment.
Étant entendu que le coronavirus ne doit pas être sous-évalué et qu’on doit suivre les 10 règles préventives du ministère de la Santé, il faut adopter une 11ème règle fondamentale : empêcher la diffusion du virus de la peur.

Celui-ci est répandu surtout par la télévision, en commençant par la Rai qui consacre les journaux télévisés quasiment entièrement au coronavirus. Le virus de la peur pénètre ainsi dans tous les foyers à travers les chaînes de télé.

Tandis qu’elles lancent la plus grande alarme pour le coronavirus, elles taisent le fait que la grippe saisonnière, épidémie beaucoup plus mortelle, a provoqué en Italie pendant la 6ème semaine de 2020 —selon l’Institut supérieur de la santé— en moyenne 217 décès par jour, dus aussi à des complications pulmonaires et cardiovasculaires liées à la grippe. Elles taisent le fait que —selon l’Organisation mondiale de la santé— meurent en Italie en une année du HIV/Aids plus de 700 personnes (en moyenne deux par jour), sur une total mondial d’environ 770.000.
À propos de la campagne alarmiste sur le coronavirus, Maria Rita Gismondo —directrice de macrobiologie clinique, virologie et diagnostic de bio-urgences du laboratoire de l’hôpital Sacco de Milan, où s’analysent les échantillons de contagions possibles— déclare : « C’est une folie. On a transformé une infection à peine plus sérieuse qu’une grippe en une pandémie létale. Regardez les chiffres. Ce n’est pas une pandémie ». Mais la voix de la scientifique n’arrive pas au grand public, alors que chaque jour, de la Rai service qui qui devrait public, aux chaînes Mediaset et pas seulement, on diffuse chez les Italiens la peur pour « le virus mortel qui de Chine se répand dans le monde ». Campagne de fait correspondant à ce que déclare le secrétaire USA au commerce Wilbur Ross dans une interview à Fox Business : « Je pense que le coronavirus contribuera au retour des emplois de la Chine aux USA. En Chine il y a eu d’abord le SARS, ensuite la peste porcine et maintenant le coronavirus ». Donc, commente le New York Times, « la perte pour la Chine pourrait être un gain pour l’Amérique ». Autrement dit, le virus pourrait avoir un impact destructeur sur l’économie chinoise et, dans une réaction en chaîne, sur celles du reste de l’Asie, de l’Europe et de la Russie, déjà touchées par la chute des flux commerciaux et touristiques, à l’avantage des USA restés économiquement indemnes.
Global Research, le centre de recherche sur la mondialisation dirigé par le professeur Michel Chossudovsky, est en train de publier sur l’argument de l’origine du virus une série d’articles d’experts internationaux. Ceux-ci soutiennent qu’« on ne peut pas exclure que le virus ait été créé en laboratoire » [a]. Cette hypothèse ne peut pas être considérée comme « complotiste » et exorcisée comme telle. Pourquoi ? Parce que les États-Unis, la Russie, la Chine et les autres grandes puissances ont des laboratoires où sont menées des recherches sur des virus qui, modifiés, peuvent être utilisés comme agents de guerre biologique y compris sur des secteurs ciblés de population. C’est un domaine entouré du plus dense secret, souvent sous couvert de recherche scientifique civile.
Mais des faits émergent : la présence à Wuhan d’un bio-laboratoire où des scientifiques chinois, en collaboration avec la France, effectuent des recherches sur des virus létaux, parmi lesquels certains envoyés par le Laboratoire canadien de microbiologie. En juillet 2015, l’Institut gouvernemental britannique Pirbright, a breveté aux USA un « coronavirus atténué ». En octobre 2019 le Johns Hopkins Center for Health Security a effectué à New York une simulation de pandémie par coronavirus en prévoyant un scénario qui, s’il se réalisait, provoquerait 65 millions de morts . Mais on ne simule pas la pandémie du virus de la peur, qui se répand avec des effets socio-économiques destructeurs.

Si vous réfléchissez:l’enjeux  est là:vous laver le cerveau pour vous briser moralement,économiquement puis enfin prendre le contrôle politique de la situation.


 

Le coronavirus est une arme de guerre biologique

En Italie,plus de 10 villes sont en quarantaine.

Dans une interview explosive, le Dr Francis Boyle, qui a rédigé la loi américaine sur les armes biologiques, a fait une déclaration détaillée déclarant que le coronavirus de Wuhan 2019 est une arme de guerre biologique offensive et que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le sait déjà. Cette arme biologique a été développée aux États-Unis et a été acheté par un laboratoire chinois de Wuhan.

Francis Boyle est professeur de droit international à l’Université de l’Illinois College of Law. Il a rédigé la législation nationale américaine de mise en œuvre de la Convention sur les armes biologiques, connue sous le nom de « Loi sur la lutte contre le terrorisme des armes biologiques de 1989 », qui a été approuvée à l’unanimité par les deux chambres du Congrès américain et promulguée par le président George HW Bush.

Dr Francis Boyle,une sommité mondiale dans le domaine

Dans une interview exclusive accordée à Geopolitics and Empire, le Dr Boyle discute de l’épidémie de coronavirus à Wuhan, en Chine et du laboratoire de biosécurité de niveau 4 (BSL-4) dont il pense que la maladie infectieuse s’est échappée. Il pense que le virus est potentiellement mortel et constitue une arme de guerre biologique offensive ou un agent d’armes à double usage de guerre biologique génétiquement modifié avec des propriétés de gain de fonction, c’est pourquoi le gouvernement chinois a initialement tenté de le couvrir et prend maintenant des mesures drastiques pour le contenir.

Le laboratoire Wuhan BSL-4 est également un laboratoire de recherche spécialement désigné par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Dr Boyle soutient que l’OMS sait très bien ce qui se passe.

La position du Dr Boyle contraste fortement avec la version des grands médias selon lesquels le virus provient d’un marché de fruits de mer, qui est de plus en plus remis en question par de nombreux experts.

« Je voudrais noter que Wuhan possède également l’unique super laboratoire de biosécurité de niveau quatre en Chine qui travaille avec les agents pathogènes les plus mortels au monde, y compris, oui, les coronavirus. »


CITATION

« Le monde se divise en trois catégories de gens : un très petit nombre qui fait se produire les événements, un groupe un peu plus important qui veille à leur exécution et les regarde s’accomplir, et enfin une vaste majorité qui ne sait jamais ce qui s’est produit en réalité ».

Nicholas Murray Butler (1862-1947), Président de la Pilgrim Society, membre de la Carnegie et du Council on Foreign Relations


Coïncidence… !?

En 2018, L’OMS nous préparait en ces termes : « La mystérieuse « maladie X » pourrait être la prochaine épidémie mondiale meurtrière » ( https://aphadolie.com/2018/03/13/loms-avertit-que-la-mysterieuse-maladie-x-pourrait-etre-la-prochaine-epidemie-mondiale/)


Interview explosive.  Le professeur Francis Boyle explique comment le coronavirus CoVid-19 a été conçu comme une arme biologique

(Natural News) Ce qui suit est l’une des interviews les plus importantes de l’année. Le professeur Francis Boyle, expert en guerre biologique, est l’invité d’Alex Jones dans Alex Jones Show, partageant ses découvertes incontestables concernant le coronavirus conçu comme une arme biologique «pour une propagation efficace dans la population humaine», selon l’un des articles scientifiques auxquels il fait référence.

Nous avons confirmé les conclusions du professeur Boyle en achetant le document complet en PDF  et en le consultant dans un article détaillé .

Cet article décrit le nouveau coronavirus CoVid-19 comme possédant des propriétés uniques de « gain de fonction » qui en font l’arme biologique parfaite, tout en confirmant que ces nouvelles propriétés étaient d’origine artificielles, et non pas d’évolution virale naturelle. (En d’autres termes, il a été conçu.)

Ci-dessous, nous imprimons la transcription complète de l’interview de Francis Boyle / Alex Jones, ainsi que la vidéo de l’échange complet ci-dessous, via Brighteon.com. (Le spectacle complet est également publié sur Banned.video)

Transcription complète… PARTAGEZ ça partout, republiez, tweetez et couvrez:

(Veuillez excuser toutes les erreurs mineures, cela a été transcrit un peu vite en raison de l’urgence du message…de même que la traduction automatique)

Alex: Très bien. Je n’ai pas touché au coronavirus aujourd’hui parce que j’attendais le professeur Francis A. Boyle pour venir, éminent expert américain du droit international; responsable de la rédaction de la loi de 89 sur la lutte contre le terrorisme en matière d’armes biologiques, qui a été adoptée en droit mondial, la loi de mise en œuvre américaine de la convention sur les armes biologiques. Il a siégé au conseil d’administration d’Amnesty International et représenté la Bosnie-Herzégovine auprès de la Cour mondiale. Il a servi de conseiller juridique à la délégation palestinienne, aux négociations de paix au Moyen-Orient. En 2007, il a prononcé les conférences sur la paix de Bertrand Russell. Le professeur Boyle enseigne le droit international à l’Université de l’Illinois et est l’auteur de – et il passe en revue tous les différents livres qu’il a écrits. Il est titulaire d’un doctorat en droit, magna cum laude; est titulaire d’un doctorat en science politique de l’université de Harvard. Son dernier livre est Poems Against the Empire, qui est un recueil de réflexions poétiques sur ses expériences de lutte pour la paix, la justice, les droits de l’homme, le droit international, le bien-être social et la Constitution des États-Unis. Et il nous rejoint maintenant. Je l’appellerais le libéral classique. Aujourd’hui, un libéral ou un gauchiste est un fasciste. C’est comme un néo-con en tant que fasciste. Et donc, les termes ne veulent rien dire. Et il a de grandes nouvelles exclusives de rupture ici. Et il m’a envoyé des notes, mais je pense que la meilleure façon de le faire est pour au moins les trois segments suivants, qu’il héberge à peu près, afin qu’il puisse vous guider à travers cela. Mais c’est une sérieuse nouvelle. Il s’agit de nouvelles très importantes auxquelles tout le monde devrait prêter attention. Le coronavirus de Wuhan est sorti du laboratoire de guerre biologique. C’est même ce que dit la Maison Blanche maintenant. Le Dr Boyle et d’autres le disaient il y a trois semaines. Les laboratoires de l’UNC devraient être fermés, tout le monde a fait l’objet d’une enquête pour violation de la loi sur les armes biologiques contre le terrorisme. Il a des études majeures qui viennent de sortir. Il est donc un expert des armes biologiques et de la loi. Nous avons huit minutes pour faire une pause ici, puis un segment de neuf minutes – un segment de 10 minutes. Je vais nous mettre en pause, docteur Boyle. Mais allez-y et hébergez. Vous avez la parole ici. Merci de vous joindre a nous.

Dr Boyle: Eh bien, Alex, merci beaucoup de m’avoir donné le meilleur de moi-même à votre auditoire. Oui. J’ai envoyé à votre assistant un e-mail lundi que j’avais révisé mon opinion sur certaines questions et aussi, j’avais trouvé ce que je concluais que c’était le pistolet fumant que le coronavirus de Wuhan était sorti de cette installation BSL-4. Et vous remarquerez maintenant que le sénateur Cotton dit la même chose. Il était derrière moi à la faculté de droit de Harvard, et malgré cela, le New York Times l’a critiqué. Et comme vous le savez, le sénateur Cotton est un ancien combattant décoré. Pas de surprise pour le New York Times. Alors oui, j’ai maintenant ces études scientifiques. Fondamentalement, j’ai lu ces choses au cours du week-end, c’est pourquoi, j’ai changé d’avis et dit que j’avais de nouvelles informations et alerté votre assistant un lundi. Et aujourd’hui est le premier jour où je pourrais vous donner une longue interview. Je veux parcourir ces études scientifiques afin que vous et le public qui en comprenne compreniez les implications. Je pense qu’ils sont l’arme à feu de ce qui s’est passé ici. Le premier est celui de quelques scientifiques du vivant: trois de Marseille en France et un des laboratoires de recherche clinique de Montréal. Il a été publié sur la recherche antivirale le 10 février 2020, d’accord. Et j’ai eu la chance de le lire le week-end. Vous savez, j’ai lu ce genre de choses pendant le week-end. Maintenant, je ne vais pas parcourir toute cette étude, mais ils ont fait une analyse génétique du coronavirus de Wuhan. Et permettez-moi de conclure, la partie critique ici où il est dit, « et peut fournir un gain de fonction au nCoV 2019 pour une diffusion efficace dans la population humaine par rapport aux autres bêta-coronavirus. » Permettez-moi de le répéter: «et pourrait fournir un gain de fonction au nCoV 2019 pour une diffusion efficace dans la population humaine par rapport aux autres bêta-coronavirus.» Et donc, Alex, vous vous souvenez du premier entretien que j’ai accordé à votre collègue, M. Shroyer, puis des entretiens de suivi que je vous ai accordés, j’ai déclaré que c’était clairement un gain de fonction, agent de guerre biologique offensif …

Alex: –Tu as dit il y a trois semaines, tu l’as dit il y a deux semaines et maintenant ce n’est pas seulement un grand Institut indien. Maintenant, plus de scientifiques vivants l’ont scanné. Ils disent exactement ce que vous disiez.

Dr Boyle: D’accord? Eh bien, cet article est le pistolet fumant. D’accord. Il est clair que–

Alex: Redites aux gens l’article et comment ils le trouvent.

Dr Boyle: Eh bien, vous pouvez – je l’ai eu sur une recherche antivirale de Science Direct le 10 février 2020.

Alex: Recherche antivirale–

Dr Boyle:  10 février 2020. Et c’est un titre long, mais il commence par « Le pic du coronavirus glycoprotéine contient un site de clivage semblable à la furine absent dans le CoV du même clade. »

Alex: C’est exactement ce que le prestigieux Indian Institute a dit, c’est qu’il a les points où l’ARN artificiel a été injecté, je veux dire, ils peuvent voir exactement où cela s’est produit.

Dr Boyle: D’accord. Mais c’était une génétique – comme vous le savez, qui a été retirée sous la pression politique. Mais maintenant, nous avons ici quatre scientifiques de la vie très distingués. Oui, c’est tout. Et le pistolet fumant ici se trouve à la page 11, près du bas, le dernier paragraphe complet à partir du bas où il est écrit: «peut fournir un gain de fonction au coronavirus pour une propagation efficace dans la population humaine …

Alex: Expliquez ce que signifie ce gain de fonction car nous ne sommes pas tous des experts dans ce domaine comme vous, docteur.

Dr Boyle: D’accord. Bon gain de fonction – Oh, alors laissez-moi répéter. Alex, comme je vous l’ai déjà dit, la technologie de gain de fonction est le génie génétique de l’ADN d’une substance de guerre biologique dangereuse pour commencer–

Alex: C’est une soupe d’agents pathogènes déjà mauvais.

Dr Boyle: D’accord. C’est une charge turbo et le gain de fonction ne peut être effectué en toute sécurité que dans un BSL-4 ou un BSL-3. Donc, je pense clairement, c’est le pistolet fumant que le coronavirus de Wuhan est sorti de cette installation BSL-4.

Alex: Alors, cela reflète-t-il ce que l’Institut indien a dit ou est-ce différent?

Dr Boyle: Eh bien, je pense que cela va au-delà de ce que l’étude indienne a dit, mais nous y reviendrons dans une minute, l’étude indienne. D’accord. Je pense, vous savez, je l’ai maintenant, excusez-moi – à condition que le pistolet fumant soit là. Il s’agit clairement d’un agent de guerre biologique armé et il n’y a aucune utilisation scientifique ou médicale légitime pour le gain de technologie fonctionnelle, la technologie ADN sur la guerre biologique –

Alex: Donc, il n’y a aucune excuse pour dire que c’est un test de vaccination qui est sorti.

Dr Boyle: C’est de l’argenterie. Il s’agit clairement d’un agent de guerre biologique offensif et il n’a aucun moyen médical ou autre légitime –

Alex: C’est au-delà du sensationnel. Est-ce pour cela que nous voyons une réponse très sérieuse à cela?

Dr Boyle: Eh bien, vous savez, Alex, nous en avons discuté pour la première fois il y a plus de trois semaines et ils m’attaquent toujours pour être un théoricien du complot et des fausses nouvelles et je suis un dingue et un dingue et tout le reste. Donc, il y a eu une riposte massive dans tous les grands médias contre cela. Et en effet, comme je vous l’ai déjà dit, j’avais été complètement censuré par tous les médias d’information aux États-Unis.

Alex: Mais tout ce que vous avez dit a été confirmé et maintenant de grands groupes scientifiques sont sortis et l’ont confirmé. Revenons à ce pistolet fumant et récapitulons-le et accédons directement à tous les autres documents.

[pause de programme]

Alex: Eh bien, nous avons un expert de premier plan en droit international qui a dirigé de grandes délégations au sein du gouvernement américain; expert en armes biologiques, antiterrorisme; responsable de la rédaction de la loi antiterroriste sur les armes biologiques qui a été adoptée en tant que loi mondiale, le Dr Francis Boyle ici. Et je lis les mêmes études que lui. De plus en plus de scientifiques viennent le voir et disent que cette chose est artificielle et ils montrent comment, et ils disent que c’est concluant. Vous savez, ces grands instituts indiens sont sortis et ont dit la même chose il y a trois semaines. Et donc, nous allons parcourir plus de ces études dans ce segment-segment suivant, mais juste en tant que père, en tant que citoyen, en tant qu’humain, en tant que citoyen de la planète Terre. Je vais demander au Dr Boyle ce qu’il pense vraiment que le jeu de fin est là. Est-ce que cela a été accidentellement libéré comme nous l’espérions et c’est déjà assez mauvais ou est-ce encore plus sinistre? Utilisent-ils cela comme excuse pour envahir Taïwan comme ils le font actuellement? Dr Boyle. Veuillez continuer avec les études, le pic de, puis nous avons la ventilation complète ici avec l’étude.

Dr Boyle: Très bien, laissez-moi maintenant passer à la deuxième étude, qui est un autre pistolet fumant et une bombe, Alex; il n’y a pas d’autre mot pour ça. Vous vous souvenez dans notre précédente interview, vous m’aviez demandé si cela venait de l’installation BSL-4 à Winnipeg, Canada – avait été volé de là-bas. J’ai dit que cela aurait pu arriver. Winnipeg est notre équivalent de Fort Detrick. Ils font tous les types de guerres biologiques hideuses et offensives de type nazi là-haut que vous pouvez imaginer. Mais encore une fois, sur la base de documents, de documents scientifiques, j’ai eu la chance de lire pendant le week-end. J’ai changé d’avis à ce sujet. Je pense que j’ai la preuve définitive d’où cela vient et cela vient du laboratoire de biowarfare BSL-3 de l’Université de Caroline du Nord. Maintenant, je les ai condamnés auparavant parce qu’ils ont fait du travail de gain de fonction, du génie génétique ADN sur tous les agents de guerre biologique hideux que vous pouvez imaginer, y compris le MERS à ce moment-là, l’agent du syndrome respiratoire du Moyen-Orient, qui encore une fois, est un coronavirus biofarqué. Maintenant, cela m’est venu à l’esprit…

Alex: Dites-le encore une fois parce que nous allons remonter cela pendant que vous parlez. Vous avez dit l’autre étude – nous l’avons relevée.

Dr Boyle: Une étude [inaudible] a révélé un gain de fonction en génie génétique de l’ADN sur le MERS, qui est respiratoire au Moyen-Orient –

Alex: –et c’était l’université de?

Dr Boyle: Caroline du Nord. Droite? Ils y ont un laboratoire de guerre biologique BSL-3.

Alex: Oh, c’est quelque chose que je continue de lire qu’ils font des trucs de niveau quatre au niveau trois, non?

Dr Boyle: Je pense que oui, mais ils le font avec un niveau trois. La dernière fois que j’ai vu, c’est tout ce qu’ils avaient. Mais laissez-moi parcourir cette étude. Elle est intitulée «Un groupe de coronavirus de chauves-souris en circulation ressemblant au SRAS montre un potentiel d’émergence humaine.»

Alex: Dites-le encore parce que nous avons des auditeurs de radio. Des centaines de stations. Un cluster de type SRAS – le nom du document – Un cluster de type SRAS

Dr Boyle: «Un groupe de coronavirus de chauves-souris en circulation ressemblant au SRAS présente un potentiel d’émergence humaine.»

Alex: C’est le 21 décembre 2015. Nous l’avons à l’écran.

Dr Boyle: C’est juste. Nat Med, c’est tout. Maintenant, si vous regardez attentivement, notez d’abord qui a été impliqué dans cette ingénierie génétique ADN du SRAS, qui est déjà un agent de guerre biologique pour lui donner des activités fonctionnelles. Et il y a tous ces gens de l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill. Il a quelqu’un de la Food and Drug Administration, vous ne pouvez donc pas faire confiance à la Food and Drug Administration. Et puis, tout en bas de la liste, qui est impliqué? Zhengli-Li Shi, Laboratoire clé des agents pathogènes spéciaux et de la biosécurité, Institut de virologie de Wuhan, Académie chinoise des sciences, Wuhan, Chine. Il est donc très clair pour moi que ce scientifique de l’Institut de virologie de Wuhan a obtenu ce gain de technologie fonctionnelle pour le SRAS dans ce laboratoire de l’Université de Caroline du Nord. Et il ne l’a pas volé – ou il ou elle ne l’a pas volé. Ce qui s’est passé, c’est que si vous lisez attentivement jusqu’à la fin des remerciements de l’article, ils ont reconnu le prix de la Fondation nationale des sciences naturelles de Chine. En d’autres termes, le gouvernement chinois les a payés pour qu’un de leurs meilleurs experts en guerre biologique soit impliqué dans ce type de …

Alex: Au fait, Dr Boyle, restez là.

Dr Boyle: Certainement.

Alex: Je lis le journal. Je veux dire, je sais que vous avez eu de grandes nouvelles, vous nous avez envoyé des liens, mais je viens de le lire. Et vous parlez d’information fracassante – c’est le gouvernement chinois qui paie exactement la même chose avec un laboratoire américain. Comment avez-vous découvert cela? Ceci est une information explosive. Comment diable avez-vous trouvé ça?

Dr Boyle: Eh bien Alex, je vous ai dit que cela faisait partie de mes responsabilités professionnelles de rester au courant de la guerre biologique, alors je l’ai découvert dans mes recherches. C’est juste une partie de mon travail.

AlexVous l’expliquez très bien, monsieur, – notre prochain invité est super, nous allons déménager demain. C’est trop gros et maintenant vous avez le temps, alors faites très simple pour tout le monde. Pourquoi ces deux papiers sont-ils si explosifs parce que je suis assis là à regarder ça. C’est incroyable. C’est incroyable.

Dr Boyle: J’ai plus que cela.

Alex: Oh, je sais.

Dr Boyle: J’ai remarqué qu’ils ont bien reconnu le prix de la Fondation nationale des sciences naturelles de Chine. En d’autres termes, ces meilleurs scientifiques de l’Université de Caroline du Nord ont pris l’argent sale de la Chine pour permettre à l’un de leurs meilleurs experts en matière de guerre biologique de cet institut de virologie de Wuhan, qui a l’installation BSL-4, de savoir exactement ce qu’ils étaient en train de faire, et ils ont permis à ce scientifique chinois de travailler avec eux pour donner un gain de fonction à la capacité génétique de l’ADN de la guerre biologique au SRAS, ce qui est assez dangereux pour commencer. Et permettez-moi de parcourir une partie du langage ici. C’est vraiment un truc explosif; il est clair que ce laboratoire doit être fermé immédiatement et tous les scientifiques doivent être soumis à une sérieuse enquête par le gouvernement américain pour cela, et leur responsabilité ici et pour avoir violé ma Loi sur les Armes Biologiques et le Terrorisme de 1989. Mais permettez-moi de continuer. Voici ce qu’ils ont dit. «Nous avons construit un virus chimérique qui code pour une nouvelle protéine de pointe zoonotique dans le contexte d’un SRAS viable. Cette approche a caractérisé la menace posée par le pic du coronavirus du SRAS –

Alex: Dr. Boyle, restez là. Nous devons aller faire une pause. Ceci est votre bombe informationelle. Je lis le papier ici. Ils admettent qu’ils ont construit le virus même que la Chine a payé aux États-Unis pour construire et maintenant qu’il a été libéré. Et pourquoi l’ont-ils libéré? Alors Xi Jinping pourrait prendre le pouvoir et envahir Taiwan. Sensationnel. C’est incroyable. Peu importe ce que vous avez entendu sur cette émission, c’est la plus folle et la plus documentée. C’est exagéré et nous les avons pris en flagrant délit. Incroyable. Nous revenons tout de suite. Dites à tous ceux que vous connaissez de vous connecter dès maintenant. C’est incroyable.

[pause de programme]

Alex: Je ne veux pas devenir métaphysique ici, mais mon père est un chirurgien bucco-dentaire et un dentiste à la retraite et il a également développé des médicaments qui ont été approuvés par le Pentagone et d’autres choses. Et il a un bureau ici et il travaille ici à temps partiel. Et il y avait quelque chose dans l’émission d’aujourd’hui avec l’arrivée du Dr Boyle – j’ai dit, vous savez, mon père a acquis ce crâne de la faculté de médecine. C’est un vrai crâne. Et l’un de mes premiers souvenirs est d’avoir deux, trois ans, et le crâne est dans une boîte noire et j’aime basculer et l’ouvrir. Je l’ai laissé tomber par terre et le berger allemand l’a pris et a couru avec lui dans le jardin. Mon père s’est énervé. Il a dit: «C’est important. Vous devez respecter cela. C’est un vrai crâne.  » Donc, l’un de mes premiers souvenirs est un berger allemand qui court dans la cour avec un crâne. Mais c’est juste drôle, je pensais que l’émission d’aujourd’hui, je ne savais pas pourquoi, je suis juste allé dire: « Papa, je peux mettre ton crâne en l’air? » Il l’avait dans le bureau et il a dit: « Oui, respectez simplement le crâne et tout va bien. » Mais le fait est que c’est réel. Il se passe quelque chose de grand. Et maintenant, je regarde tous ces rapports prestigieux remontant à il y a cinq ans, comment ils ont conçu cela, et le Dr Francis Boyle a écrit la loi américaine sur les armes biologiques, et il est ici en train de la présenter et je peux lire les rapports. Il est ridicule à quel point il est évident que les Chinois ont payé une université américaine – c’est partout dans les nouvelles. Yale et Harvard sont en difficulté pour quelque 300 millions de dollars, mais il s’avère que c’est des milliards au total. C’est le Wall Street Journal, New York Times, pour le financement communiste chinois. Donc, pour quelque raison que ce soit, nous sommes meilleurs en science qu’eux et ils nous amènent à financer et à construire leur grille de surveillance, tout cela. Donc, pour quelque raison archétypale aujourd’hui, je suis comme, je veux un crâne sur le spectacle aujourd’hui. J’aurais peut-être montré ce crâne en 20 ans quelque chose à l’antenne une ou deux fois. Pourquoi suis-je allé chercher le crâne? Je pensais juste qu’aujourd’hui j’aimerais faire ça pour souligner que nous sommes tous humains et c’est comme Macbeth, assis là quand ils déterrent son ancien professeur et qu’il parle au crâne. Donc, c’est tout au milieu de ça. Dr Boyle. S’il vous plaît, revenez à l’endroit où vous vous trouviez avant que nous allions faire une pause. Et vous en savez encore plus d’où cela vient, car cela nous donnera, espérons-le, la réponse de la situation.

Dr Boyle: D’accord. Eh bien, pour continuer ensuite, il est dit que cette approche a caractérisé la menace posée par un pic dans les voies respiratoires humaines primaires. En d’autres termes, ils conçoivent cela pour infecter les êtres humains par leurs voies respiratoires et ensuite cela dit, in vivo. En d’autres termes, ils utilisent des animaux vivants –

Alex: Ralentis et recommence. Encore une fois, redonnez-leur le nom du journal. C’est tellement énorme. Ils le font pour infecter les gens. Tu as raison. Ils devraient être arrêtés.

Dr Boyle: Bien sûr, ils devraient être poursuivis. Aucune question à ce sujet. C’est, je pense, celui que vous aviez déjà là-haut. Mais en tout cas–

Alex: Je vais arrêter de vous interrompre. Récapitulez simplement ce que vous venez de dire. Parcourez à nouveau cela.

Dr Boyle: D’accord. «Nous avons construit un virus chimérique», alors ils ont uni ces différents agents de guerre biologique dans une chimère, comme je vous l’ai dit, la grippe porcine était…

Alex: Et tu as dit il y a trois semaines que c’était une chimère.

Dr Boyle: Chimère, à droite. Et ici, ils le font pour avoir un «pic dans les cellules primaires des voies respiratoires humaines in vivo». C’est des substituts pour nous, d’accord. Maintenant, si vous continuez ici, ils ont pris des souris et avec leur technique, ils ont trouvé une réplication robuste comparable au SRAS.

Alex: Merveilleux.

Dr Boyle: Donc, ils utilisent le gain de la technologie fonctionnelle –

Alex: Ils le testent pour s’assurer qu’il se propage rapidement.

Dr Boyle:

C’est vrai. Et ce n’est pas seulement le SRAS, c’est un gain de fonction. «Ensemble, les données ont confirmé la capacité d’infecter les cellules des voies respiratoires humaines», et cetera. Ils savent exactement ce qu’ils font ici.

Alex: Je veux dire, tout comme Ford fabrique des camions F-150, vous venez de découvrir qui a fabriqué cela et ils s’en vantent ouvertement.

Dr Boyle: D’accord. Laisse-moi continuer. «Ensemble, les données indiquent que les virus utilisant ce qu’ils ont assemblé sont capables d’induire des maladies considérables chez la souris dans le contexte fondamental du SRAS.

Alex: Ouah. Et encore une fois, le SRAS est la même famille de coronavirus.

Dr Boyle: D’accord. C’est un coronavirus armé. Ils concluent également qu’ils ne pouvaient vraiment pas trouver d’anticorps contre celui-ci.

Alex: Ouah.

Dr Boyle: Donc, c’est extrêmement dangereux.

Alex: Total de secousses.

Dr Boyle: Permettez-moi de continuer alors–

Alex: Je commence juste à demander, vous savez, ces gens devraient être arrêtés très rapidement.

Dr Boyle: D’accord. Maintenant, permettez-moi de continuer ici où ils disent que leur nouveau virus génétiquement modifié d’ADN constitue un gain en pathogenèse. C’est là un gain de fonction; ils l’admettent. La pathogenèse signifie la létalité et l’infectiosité et nous savons que même Lancet a déclaré que la létalité est d’environ 15%. Si vous désagrégez les chiffres même publiés par le gouvernement chinois, c’est environ 17%. Donc, ensemble, ces données représentent un carrefour de gains de préoccupations de recherche fonctionnelle et elles indiquent clairement qu’elles vont continuer de toute façon. Ils soulignent également qu’ils impliquaient un pseudo-virus à base de VIH, préparé comme décrit précédemment …

Alex: – c’est ce que les Indiens ont trouvé. Oh mon Dieu.

Dr Boyle: Voilà pourquoi j’allais y arriver. Le VIH est–

Alex: C’est ridicule.

Dr Boyle: Non, non. C’est le type de travail de guerre biologique nazi que ces scientifiques font, Alex.

Alex: Oh, non, je suis d’accord. Mais ils publient. Ils admettent l’avoir fait.

Dr Boyle: Permettez-moi de continuer, Alex. Dans une note de bas de page, il est écrit: «Les cellules ont été obtenues à l’origine à Fort Detrick.»

Alex: Oh mon Dieu.

Dr Boyle: C’est une guerre biologique –

Alex: Cela signifie donc que le gouvernement des États-Unis Biowarfare Creek dirigeait cela.

Dr Boyle: Ils y ont également participé. Oui.

Alex: Jésus. Permettez-moi de vous poser cette question. Quand vous avez appris cela, ce week-end, comment était-ce? Votre cœur battait-il plus vite?

Dr Boyle: Non, j’ai décidé, eh bien, d’en informer votre assistant lundi matin, puis plus tard dans la matinée, CNN en Inde m’a interviewé à ce sujet, mais ce n’était que pour environ 20 minutes. Et puis j’ai dû retourner à mon enseignement. Mais vous savez, c’est ce que je fais professionnellement –

Alex: Non, je sais, mais c’est incroyable. Je lis ici le rapport d’il y a cinq ans. Évidemment, je ne pense pas que l’université savait que cela serait utilisé pour cela, mais que pensaient-ils faire lorsqu’ils donnaient une arme biologique à un gouvernement autoritaire étranger? Je veux dire-

Dr Boyle: Eh bien, c’est de la cupidité. Ils ont été payés.

Alex: C’est comme tu l’as dit, ils prennent juste l’argent, comme tu l’as dit, il y a trois semaines –

Dr Boyle: –de la Chine communiste et de leur principal expert en matière de guerre biologique.

Alex: Eh bien, voici un exemple. Je possède des fusils de calibre 50. Si un criminel connu venait à moi et me disait: « Je veux les acheter », je dirais: « Enfer, non. » Vous ne donnez pas aux criminels 50 fusils de calibre. Eh bien, les fusils de calibre 50 sont dangereux, mais rien par rapport à cela. Que diable se passe-t-il? Comment pouvez-vous, en tant que laboratoires de recherche sur les armes sous couvert de recherche sur la sécurité, donner aux ChiComms des trucs comme ça? Tu as raison. Je suis ici depuis 25 ans. Je n’ai jamais vu un scandale aussi important. Tout va bien ici. Ils l’admettent.

Dr Boyle: C’est encore pire que cela parce que tout ce travail, ce travail sur les armes biologiques impliquant la virologie de Wuhan, a été approuvé et financé par les National Institutes of Health …

Alex: Ouah.

Dr Boyle: – dont j’ai déjà discuté avec vous et l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses. D’accord. Je vous l’ai déjà dit, ces agences étaient à la hauteur de leurs yeux dans le développement de la recherche et le test d’armes de guerre biologique offensive.

Alex: Dr. Boyle, restez là. Vous êtes un grand professeur et incroyable. Quand nous reviendrons, vous devez tout récapituler et le résumer pour le spectateur moyen, parce que je suis intelligent, les téléspectateurs sont intelligents, mais j’ai été à l’antenne – je ne suis pas seulement dramatique – je suis en ondes depuis 25 ans. Je n’ai jamais été aussi choqué. Je lis ces rapports principaux; nous les avons retirés d’Internet. Ça y est. Il s’agit du même virus il y a cinq ans, concocté, vendu au gouvernement chinois. Je sais que vous ne spéculez pas, mais quand vous revenez, pourquoi est-il sorti maintenant? Quelle est la fin du jeu? Comment va-t-il devenir mauvais?

[pause de programme]

Alex: (Rédaction d’un discours promotionnel sur les aliments stockables)… C’est grand, devant et au centre. Ce que nous couvrons en ce moment avec le professeur Francis Boyle et les aveux qu’une université américaine a conçu le virus exact qui se propage maintenant à travers le monde. Donc, pour finir avec sa provenance, le fait que ce soient des fusils fumants, monsieur, en résumé, je sais que cela limite le temps dont nous disposons, et je l’apprécie vraiment. Revenez demain si vous le pouvez, puis voyez la situation dans son ensemble – la réponse, comment vous pensez qu’elle est sortie, pourquoi elle a été publiée. Je veux dire, je sais que c’est de la spéculation, mais nous savons que c’est conçu; nous savons que le gouvernement américain sait qu’il est conçu. Nous savons que cela s’est produit avant Trump il y a cinq ans, mais comment cela a-t-il pu arriver?

Dr Boyle: Eh bien, permettez-moi de revenir ici à cette deuxième étude pour souligner – il est dit à la fin, «le manuscrit actuel a été examiné par l’agence de financement, les National Institutes of Health. La poursuite de ces études a été demandée et approuvée par les National Institutes of Health. » Notez que les National Institutes of Health sous Fauci financent ce travail de guerre biologique nazie et ils ont approuvé et demandé un développement ultérieur, ce qui, évidemment, cette étude était de 2015 et le NIH voulait qu’il devienne un virus pathogène encore plus mortel. Et vous pouvez également voir ici l’argent de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses. Cette femme, je pense que vous prononcez son nom, [INAUDIBLE]) est maintenant là en public ou elle est à la hauteur de ses yeux aussi, tout comme Fauci. Et enfin, j’ai initialement condamné ce laboratoire de Caroline du Nord parce que faire gagner un travail de fonction sur MERS comme je l’ai dit. Aujourd’hui aux USA Today, Tony Fauci admet que le taux de létalité du MERS est d’environ 36%, alors que le SRAS est de 10%. Ce Wuhan est de 15% à 17%. Alors, remarquez Tony Fauci et l’Institut national de la santé –

Alex–sont de retour en arrière.

Dr Boyle: Non, ils savent très bien qu’ils payaient ce laboratoire de Caroline du Nord en coopération avec le laboratoire et le programme Wuhan BSL-4 pour développer des armes de guerre biologique …

Alex: Est-ce la raison pour laquelle le sénateur Cotton et même la Maison Blanche ont dit: « Hé, la Chine, nous n’achetons pas la provenance de cela », car ils savent que la Chine a payé une université américaine pour le faire. Permettez-moi de vous poser cette question alors. À quel point ça va être mauvais? Pourquoi la Chine a-t-elle fait cela? Je sais que c’est de la spéculation, mais en tant que simple citoyen, pas seulement un avocat et un expert en la matière, qu’est-ce que tu penses? Pourquoi est-ce sorti maintenant? Vont-ils l’utiliser contre Taiwan? Nous savons que la Chine l’a achetée comme arme biologique.

Dr Boyle: Eh bien, permettez-moi de discuter d’un autre article scientifique avec vous. Archives of Virology 2010, 155. Et ici, Wuhan travaillait avec un institut en Australie pour concevoir génétiquement une super-arme biologique impliquant le SRAS et le VIH. C’est juste ici; vous pouvez le lire, d’accord. Et apparemment, cela a réussi. Donc pour autant que je sache, Alex, ce qui s’est passé, c’est que le Wuhan est à la virologie a pris le… et c’était le gouvernement australien savait tout cela. Et il dit que ce travail a été financé conjointement par le programme clé d’État pour les subventions de recherche fondamentale du ministère chinois des Sciences, de la Technologie et de la Connaissance. Et l’autre écrivain ici, Australian Animal Health Laboratory en Australie. Donc, pour autant que je sache ici, ce qui s’est passé ici, Alex, c’est que les scientifiques de Wuhan ont pris le SRAS de Caroline du Nord avec un gain de fonction, qui est déjà une arme de guerre biologique, et ils ont pris la technologie ici derrière ce système bien développé Arme VIH du SRAS et ils l’ont tous ramené au Wuhan un BSL-4 et ont essayé de l’ADN génétiquement modifié en une chimère, en une arme de guerre biologique impliquant le coronavirus, le virus VIH et le gain de fonction.

Alex: Tout est clair dans les journaux. Ils admettent qu’ils l’ont fait. Vous l’avez inversé: un travail incroyable. Pensez-vous que cela a été fait exprès alors? Qui a tout à gagner? [INAUDIBLE] en tant que professeur de droit, qui ferait cela? Qui a tout à gagner?

Dr Boyle: Eh bien, il est clair que la Chine a un programme de guerre biologique coûteux. Ils n’ont pas aussi cher que le nôtre. Je veux dire, nous avons 12 installations BSL-4 ici aux États-Unis qui font toutes ce travail de guerre biologique nazie. Ils devraient tous être fermés demain ainsi que–

Alex: Oh, je suis totalement d’accord. Et puis en donner les fruits à la Chine. Les ChiComms peuvent venir nous acheter des armes biologiques?

Dr Boyle: Ils l’ont acheté. Ce qui est intéressant ici, Alex, c’est qu’ils ne l’ont pas volé; ils l’ont acheté. Et nous leur avons vendu, et nous leur avons vendu l’accès. Ils l’ont ramené à ce Wuhan BSL-4 …

Alex: Y a-t-il une spécificité raciale?

Dr Boyle: Eh bien, comme je l’ai déjà dit, nous avons vu une victime noire africaine que j’ai vue. Donc, en ce moment, je retiens mon jugement là-dessus, mais vous savez, les Chinois ont mis tout cela ensemble pour eux-mêmes. Et bien sûr, ils prévoyaient de l’utiliser comme guerre biologique contre nous. Il n’y a pas – je veux dire, qui d’autre –

Alex: Pensez-vous qu’il est sorti d’un accident ou qu’en pensez-vous?

Dr Boyle: À partir de maintenant, Alex, je pense que c’était un accident. L’installation BSL-4 avait connu des fuites de SRAS au moins deux fois auparavant et je pense que c’était un accident et cela est maintenant confirmé par les scientifiques chinois eux-mêmes. Et c’est la quatrième étude que je veux vous soumettre …

Alex: Reste là. Nous ferons encore cinq minutes avant que Paul Watson ne prenne le relais. Avec le Dr Francis Boyle, l’auteur de la convention sur les armes biologiques des États-Unis et tout le reste. Cela fait 25 ans que je suis en ondes, et ça dépasse tout. Je veux dire, nous parlons de nos enfants tout l’avenir, tout le reste. J’ai eu cette prémonition ce matin. J’ai dit, laissez-moi juste récupérer le crâne que mon père a obtenu de ses journées médicales. Permettez-moi de mettre ceci ici comme un petit accessoire pour penser à la mortalité et au fait que nous sommes tous mortels et le voilà. Et maintenant, nous ne faisons que l’étendre. C’est juste des trucs de fin de journée. Sinon, ce sera autre chose. Je veux dire, que font ces laboratoires? Pourquoi le vendent-ils à des gouvernements étrangers? Cela doit cesser. C’est un comportement de savant fou. Ils veulent réduire la population mondiale. Ils veulent le distribuer afin de pouvoir nier qui l’a fait. Ils veulent juste un déni plausible pour les rejets d’armes biologiques et la réduction massive de la population. C’est vraiment ce qui se passe.

[pause de programme]

Alex: Nous avons vu la réponse paniquée des gouvernements en action, mais leur propagande va bien. Le Dr Francis Boyle est notre invité ici pendant encore cinq minutes. Paul Joseph Watson s’apprête à reprendre. Notre invité est l’auteur de la loi américaine sur les armes biologiques qui est devenue une loi internationale. Dans les quatre minutes qui nous restent, Docteur, nous apprécions vraiment que vous synthétisiez ou résumiez tout ce que vous pensez vraiment se passer dans les bombes. Et cette nouvelle étude que vous tentiez d’intégrer en plus de toutes les autres études dont vous venez de parler.

Dr Boyle: D’accord. Ceci est la dernière étude. Il vient de sortir cette semaine. Origines possibles du coronavirus nCoV 2019. Ce qui est important ici, vous pouvez l’obtenir à ResearchGate. Ce qui est important ici, c’est que c’est par deux professeurs de l’Université de Technologie de Chine du Sud – ils sont tous professeurs. Et leur conclusion de cette étude est que le coronavirus de Wuhan s’est échappé de cette installation BSL-4. Permettez-moi de répéter – même les scientifiques chinois disent maintenant, indépendamment de moi, que cela a coulé. Et je crois que c’était probablement un accident qu’il y ait un de ces scientifiques de la mort là-bas dans l’installation de Wuhan BSL-4 essayant de génétiquement modifier la technologie de la Caroline du Nord, la technologie australienne, le VIH, le SRAS, le gain de fonction ensemble dans le super arme de guerre biologique et en quelque sorte infecté. Il y a eu des spéculations de ces auteurs sur les résidus animaux, ou ils les ont respirés ou quelque chose comme ça. Cette personne a ensuite été infectée, mais comme elle est asymptomatique, elle ne le savait pas. Et maintenant, même s’ils disent que c’est 14 jours, un expert britannique de la santé estime que cela pourrait être 24 jours. Quel que soit cet expert, ce scientifique de la mort est sorti et a fait ses activités de la vie normale pendant les 14 à 24 jours suivants et il s’est répandu tout autour de Wuhan.

Alex: Oh, ils jouaient avec le feu et ils ont été brûlés.

Dr Boyle: D’accord. Ils se sont tiré une balle dans le pied, Alex. C’est mon évaluation en ce moment, oui. Ils l’utilisaient – je pense qu’ils le développaient pour une utilisation contre nous ou contre les Russes et / ou les Russes. Ils ont une énorme frontière là-haut.

AlexOui, toute la division russo-sino.

Dr Boyle: D’accord. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, mais quand même, la Russie a beaucoup de terres là-bas et la Chine – et pas beaucoup de monde.

Alex: Bien sûr, ils peuvent anéantir les Russes, c’est leur cible. [INAUDIBLE] trail.

Dr Boyle: Et la Chine a beaucoup de gens et ils ont besoin de plus de terres, donc je n’exclus pas que cela aurait été dirigé …

Alex: Bien sûr. La Chine a toujours regardé la Russie avec avidité. D’accord. Tout puissant. Si vous pouvez revenir demain, le lendemain – nous avons besoin de mises à jour. Ceci est la plus grande nouvelle jamais connue. Et je dirais simplement que c’est incroyable. Les rapports, les revues scientifiques, le Dr Boyle – incroyables. Comment appelons-nous cette interview? Nous sommes toujours en vie. Je veux dire, je ne sais pas comment appeler cela une fois que nous l’afficherons sur Infowars.

Dr Boyle: Eh bien, Alex, permettez-moi également de dire que nous ne pouvons pas faire confiance au FBI pour faire la bonne chose ici. Ils ont menti, ils se sont cachés et ils ont saboté l’Amerithrax sortant de Fort Detrick. Nous allons devoir faire venir ici d’autres agences d’enquête de droit fédéral pour s’occuper de cette Caroline du Nord…

Alex: Et vous êtes l’auteur de la loi américaine sur les armes biologiques, donc je pense que vous êtes tout à fait l’autorité à ce sujet. Alors, encore une fois, veuillez vous joindre à nous demain ou chaque fois que vous le pouvez. Dr Boyle. Des informations très puissantes et tout simplement incroyables. Merci beaucoup.

Dr Boyle: Eh bien, merci Alex et j’espère que vous pourrez diffuser cela dans le monde entier parce que les médias d’information traditionnels aux États-Unis et en Europe m’ont blackballé et mis sur liste noire –

Alex: Bien sûr. Je ne sais même pas comment appeler ça. Pistolet fumant, virus de Wuhan, propagation par l’homme dans le monde entier, dissimulation. Je veux dire, la Chine nous a acheté le virus Wuhan armé. Merci, docteur Boyle. Paul Watson prend le relais en ce moment.

– Fin de transcription de fin

Source : Full transcript of “smoking gun” bombshell interview: Prof. Francis Boyle exposes the bioweapons origins of the CoVid-19 coronavirus

https://www.naturalnews.com/2020-02-20-full-transcript-smoking-gun-interview-prof-frances-boyle-coronavirus-bioweapons.html

 

 

 

Photo du jour/Picture of the day: La levée du drapeau sur Iwo Jima / Raising the flag on Iwo Jima

Cela fait 75 ans,le 23 février 2020 que la photo emblématique des US Marines a été prise.

It’s been 75 years,february 23,2020, since the iconic photo of U.S. Marines was captured.

 

 

Lever le drapeau sur Iwo Jima, par Joe Rosenthal. Cette photo montre le deuxième drapeau américain à être planté au sommet du mont Suribachi le 23 février 1945, lors de la bataille d’Iwo Jima. La photo est rapidement devenue célèbre dans le monde entier et, pour beaucoup, symbolisait la résilience des Marines américains pendant la Seconde Guerre mondiale./Raising the Flag on Iwo Jima, by Joe Rosenthal. This photo documents the second U.S. flag to be planted atop Mount Suribachi on Feb. 23, 1945, during the Battle of Iwo Jima. The photo quickly became famous worldwide and to many, symbolized the resilience of the U.S. Marines during World War II.

TEXTE FRANÇAIS:

 

 

Le 23 février 1945, lors de la bataille d’Iwo Jima (du 19 février au 26 mars), six Marines ont planté le drapeau américain au sommet du mont Suribachi. La scène a été photographiée par le journaliste Joe Rosenthal de l’Associated Press et son image est rapidement devenue célèbre dans le monde entier. Ce que beaucoup de gens ne savent pas, c’est que cette photo emblématique montre en fait le deuxième drapeau à être levé sur Iwo Jima ce jour-là. 

Qui a levé le premier drapeau sur Iwo Jima? 

Situé à la pointe sud de l’île japonaise, le mont Suribachi est un volcan dormant de 546 pieds (166 mètres) de haut. Le sommet a une vue dominante sur le reste d’Iwo Jima, y ​​compris ses plages de sable noir. Pendant la bataille, l’une des plus sanglantes du théâtre du Pacifique, les forces japonaises ont utilisé ce point de vue pour diriger des tirs d’artillerie sur les forces américaines. Peu après le début de la bataille, les Américains visaient à capturer la position. 


ENGLISH TEXT

On Feb. 23, 1945, during the Battle of Iwo Jima (Feb. 19 to March 26), six Marines planted the U.S. flag at the summit of Mount Suribachi. The scene was photographed by journalist Joe Rosenthal of the Associated Press and his image soon became famous around the world. What many people do not know is that this iconic photo actually shows the second flag to be raised on Iwo Jima that day. 

Who raised the first flag on Iwo Jima?

Located on the southern tip of the Japanese island, Mount Suribachi is a dormant volcano that is 546 feet (166 meters) high. The summit has a dominating view of the rest of Iwo Jima, including its black sand beaches. During the battle, one of the bloodiest in the Pacific theater, Japanese forces used this vantage point to direct artillery fire onto the American forces. Soon after the start of the battle, the Americans aimed to capture the position. 

Réécrire l’histoire de la Bataille de Los Angeles:La plus grande observation d’ovni méconnue et cachée

Il y a maintenant 78 ans,commençait ce que l’histoire retiendra comme étant « La Bataille de Los Angeles »!

Cinq ans après le crash ovni de Freiburg en Forêt Noire,cinq ans  avant Roswell, cinq ans avant les observations emblématiques du pilote Kenneth Arnold de « soucoupes volantes » dans le nord-ouest du Pacifique, 3 ans avant la bataille des Ardennes, deux ans avant le jour J et des années avant la soi-disant « ère ovni moderne » « avait officiellement commencé, il y avait la bataille de Los Angeles, sans doute la rencontre de masse d’OVNI la plus sensationnelle et dramatique jamais enregistrée. Avez-vous déjà entendu parler de la bataille de Los Angeles? Peu de gens le savent!

Imaginez un vaisseau spatial en visite d’un autre monde ou d’une autre dimension, planant au-dessus d’un LA paniqué et noirci au milieu de la nuit quelques semaines après Pearl Harbor au plus fort de la peur et de la paranoïa de la Seconde Guerre mondiale. Imaginez comment cet énorme navire, supposé être un avion japonais inconnu, a ensuite été attaqué alors qu’il était suspendu, presque immobile, au-dessus de Culver City et de Santa Monica par des dizaines de batteries anti-aériennes de l’armée tirant près de 2000 obus explosifs de 12 livres à la vue complète de centaines de milliers de résidents. Imaginez tout cela et vous avez une idée de ce qui a été la bataille de Los Angeles. 

L’apparition soudaine de l’énorme objet rond a déclenché tout LA et la majeure partie de la Californie du Sud dans une panne de courant immédiate avec des milliers de gardiens de raid aérien se précipitant dans toute la ville sombre tandis que le drame se déroulait dans le ciel au-dessus … un drame qui résulterait dans la mort de six personnes et la pluie de fragments d’obus sur les maisons, les rues et les bâtiments à des kilomètres à la ronde. Des dizaines d’équipages d’armes à feu et de projecteurs de la 37e Brigade d’artillerie côtière de l’armée ont facilement ciblé l’énorme navire qui pendait comme une lanterne magique surréaliste dans le ciel d’hiver clair et sombre au-dessus de la Cité des Anges. Peu de personnes dans la ville se sont endormies après que les artilleurs de la défense côtière ont commencé à tirer des centaines et des centaines de rafales vers le navire incandescent qui a apparemment été aperçu pour la première fois alors qu’il planait au-dessus de points de repère du côté ouest comme les studios MGM à Culver City. Le bruit sourd des batteries et l’allumage des obus aériens se répercutèrent d’un bout à l’autre de LA alors que les équipes de tir atteignaient facilement des dizaines de ce que beaucoup appelaient des « coups directs » … tout cela en vain. Voici maintenant à quoi ressemblait le ciel nocturne de LA au plus fort du tir …

 

En rapprochant l’image,on voit très bien l’appareil,sa coupole caractéristique et des nombreux obus qui semblent exploser au contact d’une espèce de bouclier protecteur..
Plus de 15,000 tirs directs ont fait mouche sur l’engin inconnu.

 

 

 

Faites très attention à la convergence des projecteurs et vous verrez clairement la forme du visiteur dans la zone cible éclairée. C’est un GRAND appareil qui  semblait complètement inconscient des centaines d’obus anti -aériens éclatant sur lui et à côté de lui, ce qui ne lui a causé aucune difficulté évidente. Il y a eu cependant des victimes … sur le terrain. Au moins 6 personnes sont mortes à la suite de l’attaque de l’armée sur l’OVNI qui a lentement et tranquillement fait son chemin jusqu’à survoler Long Beach avant de finalement s’éloigner et disparaître.


TÉMOIGNAGES

En février 1942, Katie était une jeune et belle décoratrice d’intérieur et artiste à succès qui a travaillé avec de nombreuses célébrités et sommités de l’industrie cinématographique les plus glamour d’Hollywood. Elle habitait à l’ouest de Los Angeles, non loin de Santa Monica. Avec le déclenchement de la guerre avec le Japon et la peur croissante d’une attaque aérienne japonaise, ou même d’une invasion de la côte ouest, des milliers de résidents se sont portés volontaires pour des tâches de guerre sur le front intérieur. Katie s’est portée volontaire pour devenir directrice de raid aérien, tout comme 12 000 autres résidents de la ville tentaculaire de Los Angeles et des communautés environnantes. Tôt le matin du 25 février, le téléphone de Katie a sonné. C’était le superviseur du Raid aérien de son quartier qui lui a notifié une alerte et lui a demandé si elle avait vu l’objet dans le ciel très près de chez elle. Elle s’est immédiatement dirigée vers une fenêtre et a levé les yeux. « C’était énorme! C’était juste énorme! Et c’était pratiquement juste au-dessus de ma maison. Je n’avais jamais rien vu de tel dans ma vie! » dit-elle. « Il était juste en vol stationnaire dans le ciel et ne bougeait presque pas. » Avec la ville noircie, Katie et des centaines de milliers d’autres ont pu voir le visiteur étrange avec une clarté spectaculaire. « C’était une belle orange pâle et à propos de la plus belle chose que vous ayez jamais vue. Je pouvais la voir parfaitement car elle était très proche. Elle était grande! »Les projecteurs anti-aériens de l’armée américaine à ce moment-là avaient complètement couvert l’objet. « Ils ont envoyé des avions de chasse (l’armée a nié qu’aucun de ses combattants n’était en action) et je les ai regardés en groupe s’approcher et ensuite se détourner. Il y avait des tirs, mais cela ne semblait pas avoir d’importance. » Katie insiste sur l’utilisation d’avions dans l’attaque de l’objet. Les avions ont apparemment été arrêtés après plusieurs minutes, puis le canon au sol s’est ouvert. « C’était comme le 4 juillet mais beaucoup plus fort. Ils tiraient comme des fous mais ils ne pouvaient pas y toucher. » L’attaque contre l’objet a duré plus d’une demi-heure avant que le visiteur ne finisse par disparaître. De nombreux témoins oculaires ont parlé de nombreux « coups directs » sur le gros engin, mais aucun dégât n’a été constaté.  » Je n’oublierai jamais quel spectacle magnifique c’était. Tout simplement merveilleux. Et quelle couleur magnifique! « , A déclaré Katie.

La photo avec inversion des couleurs!

« L’objet … coincé au centre des lumières comme le moyeu d’une roue de vélo entouré de rayons étincelants était ciblé comme un éléphant dans un couloir:impossible à manquer. Le feu a semblé éclater en anneaux tout autour de l’objet. »La SEULE description dans le LA Times de l’OVNI, et un sens de l’énergie et de l’émotion de cette nuit, ont été trouvés dans ce petit article de l’encadré écrit par le rédacteur du Times le lendemain de l’événement:

 

« Des explosions poignardant l’obscurité comme de minuscules étoiles qui éclatent … Des faisceaux de projecteurs poussant de longs doigts entrecroisés dans le ciel nocturne … Des cris de gardiens et des sifflets de policiers et de shérifs adjoints … Le bref allumage et extinction des lumières, le téléphone appels, bribes de conversation: «Obtenez la saleté …» C’était Los Angeles sous le grondement des coups de feu hier. »

RÉSIDENTS RÉVEILLÉS
 Les ménages endormis se réveillèrent au bruit sourd des explosions … « Tonnerre? Impossible! » Puis: « Raid aérien! Venez vite ici! Regardez là-bas … ces projecteurs. Ils ont quelque chose … ils explosent avec des anti-aériens! » Père, mère, enfants tous réunis sous le porche, rassemblés en petits groupes dans les rues noires – contre les ordres. Les bébés pleuraient, les chiens aboyaient, les portes claquaient. Mais l’objet dans le ciel s’est lentement déplacé, pris au centre des lumières comme le moyeu d’une roue de vélo entouré de rayons étincelants.

BEAUCOUP DE SPÉCULATIONS
 La spéculation est tombée comme la pluie. « C’est un escadron entier. » « Non, c’est un dirigeable. Ce doit être parce qu’il se déplace si lentement. » « J’entends des avions. » « Non, tu ne sais pas. C’est un camion dans la rue. » « Où sont les avions alors? » « Je ne sais pas. Mais ils doivent être là-haut. » « Je me demande pourquoi ils ont choisi une nuit aussi claire pour un raid? » « Ils viennent probablement d’un transporteur. » « Naw, je parie qu’ils viennent d’une base aérienne secrète quelque part au sud. » Le tir continuait. Comme des pétards meurtriers, les obus anti-aériens ont explosé au-dessus, en dessous, apparemment juste sur la cible fixée dans les faisceaux tenaces. D’autres tirs ont échoué, explosant à mi-chemin de la longue montée. Les traceurs brillaient comme des bougies romaines. Le métal est tombé. Il est tombé en morceaux, grands et petits; pas du métal ennemi, mais les fragments sifflants d’éclats d’obus . Le bruit et les cliquetis menaçants des rues et des toits ont poussé de nombreux spectateurs à s’abriter.

LES OFFICIERS FONT DU BON TRAVAIL
 Les officiers étaient au travail, ils faisaient du bon travail. « Éteignez vos lumières, s’il vous plaît. Tirez-vous vers le trottoir et arrêtez. N’utilisez pas votre téléphone. Prenez refuge. Prenez refuge. » Sur chaque rue, de brefs éclats de lampes de poche à capuchon coupent l’obscurité, avertissant les conducteurs rampants de s’arrêter. La police a surveillé les principales intersections. Les sirènes ont hurlé en route vers et depuis les accidents de panne d’électricité. Il y a eu des accalmies dans le tir. Les lumières de recherche se sont éteintes. (Pour permettre aux avions de chasse d’attaquer?). Angelinos a respiré profondément et a dit: « Je suppose que c’est fini. » Mais avant de pouvoir dire bonne nuit à leurs voisins, les canons explosaient à nouveau, apercevant les longs faisceaux bleus des lumières.

Ce qui suit sont des extraits de la première page du LA Times du 26 février. Notez qu’il n’y a pas de description UNIQUE de l’objet même s’il était clairement enfermé dans le focus de dizaines de projecteurs pendant plus d’une demi-heure et vu par des centaines de milliers de personnes:

 

L’armée dit que l’alarme  est réelle

Les nombreux coups de canons marquent une absence totale  d’identification des aéronefs voilés de mystère; Aucune bombe larguée et
aucun coup de réplique  ennemi; Des civils rapportent avoir vu des avions et des ballons

Oubliant un maelström national de rumeurs et de rapports contradictoires, le Western Defense Command de l’armée a insisté sur le fait que le black-out et l’action anti-aérienne de Los Angeles étaient le résultat d’avions non identifiés aperçus au-dessus de la plage. Dans deux déclarations officielles, publiées alors que le secrétaire de la Marine Knox à Washington attribuait l’activité à une fausse alarme et à des « nerfs nerveux », le commandement de San Francisco a confirmé et reconfirmé la présence au-dessus du Southland d’avions non identifiés. Relayée par le bureau sectoriel du sud de la Californie à Pasadena, la deuxième déclaration se lit comme suit: « L’avion qui a causé la panne d’électricité dans la région de Los Angeles pendant plusieurs heures ce matin n’a pas été identifié. » L’insistance des quartiers officiels sur le fait que l’alarme était réelle est venue lorsque des centaines de milliers de citoyens qui ont entendu et vu l’activité ont diffusé d’innombrables histoires différentes de l’épisode. Le spectaculaire barrage antiaérien est survenu après que le 14th Interceptor Command a ordonné la panne d’électricité lorsque des engins étranges ont été signalés au-dessus du littoral. De puissants projecteurs provenant d’innombrables stations ont poignardé le ciel avec de brillants doigts sondeurs tandis que les batteries antiaériennes parsemaient le ciel de magnifiques éclats d’oranges, quoique sinistres.

 

Une ville en  Black out pendant des heures
 La ville a été noircie de 2 h 25 à 7 h 21 après qu’une alerte jaune antérieure à 19 h 18 ait été annulée à 22 h 23. La panne d’électricité était en vigueur d’ici à la frontière mexicaine et à l’intérieur des terres jusqu’à la vallée de San Joaquin. Aucune bombe n’a été larguée ni aucun avion abattu et, miraculeusement en termes de tonnes de missiles lancés en l’air, seules deux personnes ont été blessées par des chutes de fragments d’obus. D’innombrables milliers de résidents de Southland, dont beaucoup ont été en retard au travail en raison des interruptions de circulation pendant la panne de courant, se sont frottés les yeux endormis hier et ont convenu qu’indépendamment de la question de savoir si «réelle» l’alarme de raid aérien pouvait être, il était «un grand spectacle» et «valait bien la peine de perdre quelques heures de sommeil». Le black-out n’a cependant pas été sans victimes. Un garde d’État est décédé d’une crise cardiaque alors qu’il conduisait un camion de munitions, l’insuffisance cardiaque a également causé la mort d’un gardien de raid aérien en service, une femme a été tuée dans une collision voiture-camion en Arcadie et un policier de Long Beach a été tué dans un accident de la circulation en route pour le service. La plupart des tirs semblaient provenir des environs des usines d’avions le long de la zone côtière de Santa Monica, Inglewood, Southwest Los Angeles et Long Beach.

 


Dans son éditorial de première page, le Times a déclaré: « Compte tenu de l’excitation et de la confusion considérables du public provoquées par le supposé raid aérien ennemi d’hier matin sur cette zone et de ses spectaculaires accompagnements officiels, il semble au Times que des informations publiques plus précises devraient être fournies prochainement. des sources gouvernementales sur le sujet, ne serait-ce que pour clarifier leurs propres déclarations contradictoires à ce sujet. « 

« Selon l’Associated Press, le secrétaire Knox a laissé entendre que les informations faisant état d’une activité aérienne ennemie dans la région côtière du Pacifique pourraient être dues en grande partie à des » nerfs nerveux « . Quels nerfs, M. Knox? Du public ou de l’armée? « 

La page 2 du Los Angeles Times du 26 février 1942.

Ce qui suit est un extrait d’un article paru dans Fate Magazine. Nos remerciements particuliers à Bill Oliver de UFO * BC pour sa transcription et son attention.

LA SECURITE OVNI DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE
Par Paul T. Collins
Fate Magazine juillet 1987
 Mercredi 25 février 1942, alors que la guerre faisait rage en Europe et en Asie, au moins un million de Californiens du Sud se sont réveillés au cri des sirènes des raids aériens alors que les villes du comté de Los Angeles s’éteignaient à 02h25. Beaucoup se sont assoupis à nouveau tandis que 12000 gardiens de raids aériens se sont présentés fidèlement à leurs postes, la plupart d’entre eux n’attendant rien de plus qu’une répétition générale pour un éventuel événement futur – une invasion des États-Unis par le Japon. À 3 h 36, cependant, ils ont été choqués et leurs familles endormies ont de nouveau grossièrement réveillé, cette fois par des sons inconnus de la plupart des Américains en dehors des services militaires. Le grondement des batteries antiaériennes de la 37th Coast Artillery Brigade les a fait sortir du lit et avant qu’elles ne puissent atteindre les fenêtres, les obus clignotants de 12,8 livres explosaient avec un lourd, sinistre boomp – boomp – boomp et l’acier pleuvait déjà. Toutes les stations de radio avaient été supprimées à 3 h 08. Mais la nouvelle était écrite avec des doigts de lumière à trois milles de haut sur un tableau noir clouté d’étoiles de 30 milles de long. Le tir a continué par intermittence jusqu’à 4 h 14. Des obus non explosés ont détruit des trottoirs, des maisons et des bâtiments publics, trois personnes ont été tuées et trois sont mortes d’une crise cardiaque directement imputable au barrage d’une heure. Plusieurs personnes ont été blessées par des éclats d’obus. Un troupeau laitier a été touché mais seules quelques vaches ont été blessées. Le black-out a été levé et les sirènes ont hurlé à 7h21.

Les tirs ont cessé mais les cris ont à peine commencé. Les militaires qui n’ont jamais bronché au grondement des fusils tremblaient maintenant à l’idée de faire face à la presse. Bien qu’ils ne puissent probablement pas être blâmés pour ce qui s’était passé, ils avaient une certaine raison d’être en détresse. La chose sur laquelle ils tiraient n’a pas pu être identifiée. Pris par les projecteurs et capturé sur des photographies, était un objet assez grand pour éclipser un immeuble. Les spécialistes expérimentés de l’air plus léger (dirigeable) doutaient qu’il puisse s’agir d’un dirigeable japonais car les Japonais n’avaient aucune source connue d’hélium et l’hydrogène était beaucoup trop dangereux à utiliser dans des conditions de combat. Quoi qu’il en soit, c’était un canard assis pour les canons du 37e. Les photographies montraient des obus qui éclataient tout autour. Un membre du personnel du Los Angeles Herald Express a déclaré qu’il était sûr que de nombreux obus l’ont touché directement. Il était étonné qu’elle n’ait pas été abattue. L’objet qui a déclenché l’alarme de raid aérien avait tiré 1430 cartouches de l’artillerie côtière, sans résultat. Quand il s’est déplacé du tout, l’objet s’était déplacé à un rythme tranquille au-dessus des villes côtières entre Santa Monica et Long Beach, prenant environ 30 minutes de temps de vol réel pour se déplacer de 20 milles; puis il a disparu de la vue. Vous pouvez bien imaginer avec quel chagrin les responsables de l’information ont répondu aux questions de la presse. Le bureau de Pasadena du secteur sud de la Californie du Army Western Defence Command a simplement annoncé qu’aucun avion ennemi n’avait été identifié; aucun engin n’a été abattu; aucune bombe n’a été larguée; aucun de nos intercepteurs n’a quitté le sol pour poursuivre l’intrus. Peu de temps après, le secrétaire de la Marine américaine, Frank Knox, a annoncé qu’aucun avion n’avait été aperçu. Les tirs côtiers ont été déclenchés, a-t-il dit, par une fausse alarme et des nerfs nerveux. Il a également suggéré que certaines industries de guerre le long de la côte pourraient devoir être déplacées à l’intérieur des terres à des points invulnérables aux attaques de sous-marins ennemis et d’avions embarqués. La presse a répondu par des éditoriaux cinglants, beaucoup à la première page, attirant l’attention sur les pertes en vies humaines et dénonçant l’utilisation de l’artillerie côtière pour tirer sur des fantômes. Le Los Angeles Times a demandé une explication complète à Washington. Le Long Beach Telegram s’est plaint que des responsables gouvernementaux qui avaient toujours voulu déplacer les industries manipulaient l’affaire à des fins de propagande. Et le Long Beach Independent a accusé: « Il y a une réticence mystérieuse dans toute cette affaire et il semble qu’une certaine forme de censure essaie d’arrêter la discussion sur le sujet.

L’Indépendant avait de bonnes raisons de remettre en question la compétence de certains des responsables de nos opérations de défense côtière ainsi que l’intégrité et les motivations de nos plus hauts fonctionnaires. Seulement 36 heures avant le raid aérien de Long Beach, un gigantesque sous-marin japonais avait fait surface près du rivage à 12 miles au nord de Santa Barbara et en 25 minutes de tir sans contestation, il avait lancé des obus de 25 pouces sur la raffinerie de pétrole du champ pétrolifère d’Ellwood. Le quatrième commandement intercepteur, bien que conscient de l’attaque du sous-marin, a ordonné une panne de Ventura à Goleta mais n’a envoyé aucun avion pour le couler. Pas un seul coup de feu n’a été tiré sur le sous-marin. Après que l’incident d’Ellwood ait alerté tous les postes de défense de la côte ouest de possibles attaques répétées, ces unités étaient sensibles aux tentatives d’invasion prévues. Mercredi matin, dans la région de Los Angeles, ils étaient prêts à ouvrir le feu sur le cerf-volant d’un garçon s’il ressemblait en quelque sorte à un avion ou à un ballon. Le secrétaire à la Guerre Henry Stimson a félicité la 37th Cost Artillery pour cette attitude. Il vaut mieux être un peu trop alerte que pas assez alerte, a-t-il dit. Dans le même temps, il a délicatement suggéré qu’il aurait pu être judicieux d’envoyer certains de nos avions pour identifier l’avion envahisseur avant de leur tirer dessus. Des avions du quatrième commandement intercepteur s’échauffaient en fait sur les pistes en attendant que les ordres montent et interrogent les intrus inconnus. Pourquoi, tout le monde demandait, n’a-t-on pas reçu l’ordre d’entrer en action pendant la période de 51 minutes entre la première alerte de raid aérien à 2 h 25 et le premier tir d’artillerie à 3 h 16? Dans ce contexte d’indécision et de confusion embarrassantes, le Commandement de la Défense de l’Armée de l’Ouest devait évidemment dire quelque chose rapidement. Les porte-parole ont déclaré aux journalistes qu’un à 50 avions avaient été aperçus, se donnant ainsi une grande latitude pour ajuster les histoires futures en fonction des exigences de propagande qui pourraient survenir dans les prochains jours. Lorsque des témoins oculaires ont rapporté que des milliers de personnes ont fouillé le ciel avec des jumelles sous les lumières vives de l’artillerie côtière, ont vérifié la présence d’un énorme objet non identifiable et indestructible – mais pas la présence d’un grand nombre d’avions – les communiqués de presse ont été progressivement réduits. Une semaine plus tard, le général Mark Clark a reconnu que les postes d’écoute de l’armée avaient détecté ce qu’ils pensaient être cinq avions légers approchant de la côte la nuit du raid aérien. Aucun intercepteur, a-t-il dit, n’a été envoyé pour les engager car il n’y a pas eu d’attaque de masse. Croyant qu’un bombardement aérien était en cours, certaines personnes pensaient avoir vu des formations d’avions de guerre, des combats de chiens entre des engins ennemis et nos avions de chasse et d’autres choses qui, selon eux, étaient la preuve d’une telle attaque. De toute évidence, il n’y a pas eu de combats de chiens car aucun de nos intercepteurs n’était en l’air. Des balles traçantes ont été tirées depuis des stations militaires au sol et certaines personnes ont confondu le schéma de tir de ces projectiles avec un combat aérien. D’autres observateurs ont signalé des objets éclairés qui ont été diversement décrits comme des fusées éclairantes rouges et blanches en groupes de trois rouges et trois blancs, tirés alternativement, ou des chaînes de lumières rouges en forme de chaîne ressemblant à un cerf-volant illuminé. Les gens ont suggéré que certaines de ces lumières étaient causées par des signaux japonais-américains approchant des avions japonais avec des fusées éclairantes pour les guider vers des cibles sélectionnées, mais comme aucune bombe n’a été larguée, la théorie a été rapidement abandonnée. En tout cas, de telles accusations s’inscrivaient parfaitement dans une campagne de presse hystérique pour rassembler tous les citoyens d’origine japonaise et les placer dans des camps de concentration. Au cours de la semaine de l’attaque du sous-marin japonais sur le champ pétrolifère d’Ellwood et du raid aérien sur le comté de Los Angeles, la presse a pleinement profité de la situation sur mesure. Des arrestations de suspects ont été rapidement effectuées et le FBI a été appelé, mais le Long Beach Press Telegram a déclaré que toutes les enquêtes indiquaient que personne ne signalait l’ennemi depuis le sol.


 

Des artilleurs de l’armée tirent sur des
ovnis au-dessus de Los Angeles
avec l’aimable autorisation de UFO ROUNDUP
Volume 3, numéro 8
22 février 1998
Rédacteur en chef Joseph Trainor
Le mercredi 25 février 1942, à 2 heures précises du matin, les convives du club branché du Trocadéro à Hollywood ont été surpris lorsque les lumières se sont éteintes et que des sirènes de raid aérien ont commencé à retentir dans tout le grand Los Angeles. « Les projecteurs ont scanné le ciel et des canons antiaériens protégeant les aéronefs essentiels et les usines de construction navale sont entrés en action. Au cours des prochaines heures, ils ont tiré plus de 1 400 obus sur un objet non identifié se déplaçant lentement dans le ciel au-dessus de Los Angeles qui semblait comme un dirigeable ou un ballon.  » L’auteur Ralph Blum, qui était un garçon de neuf ans à l’époque, a écrit qu’il pensait que « les Japonais bombardaient Beverly Hills ». « Il y avait des sirènes, des projecteurs, même des canons antiaériens qui se sont envolés dans le ciel de Los Angeles. Mon père avait été un homme d’observation de ballons (dans l’AEF) pendant la Première Guerre mondiale, et il connaissait de gros canons quand il les a entendus. Il a ordonné à mon ma mère pour emmener mes petites sœurs dans la salle de projection souterraine – notre maison était fortement approvisionnée en accessoires hollywoodiens – pendant que lui et moi sortions sur le balcon à l’étage.  » « Quelle scène! C’était après trois heures du matin. Des projecteurs ont sondé le ciel occidental. Des traceurs se sont dirigés vers le haut. La raquette était formidable. » Les tireurs contre les intrus aériens étaient des artilleurs du 65th Coast Artillery (Anti-Aircraft) Regiment à Inglewood et du 205th Anti-Aircraft Regiment basé à Santa Monica. L ‘ »objet en forme de cigare blanc » a reçu plusieurs coups directs mais a poursuivi son vol vers l’est. Jusqu’à 25 ovnis argentés ont également été vus par des observateurs au sol. Le rédacteur en chef Peter Jenkins du Los Angeles Herald Examiner a rapporté: « Je pouvais clairement voir la formation en V d’environ 25 avions argentés se déplaçant lentement à travers le ciel vers Long Beach. » Le chef de la police de Long Beach, JH McClelland, a déclaré: « J’ai regardé ce qui a été décrit comme la deuxième vague d’avions depuis le sommet de l’hôtel de ville de Long Beach à sept étages. Je n’ai vu aucun avion, mais les plus jeunes hommes avec moi ont dit qu’ils le pouvaient. Une marine expérimentée Un observateur avec de puissantes jumelles Carl Zeiss a dit qu’il comptait neuf avions dans le cône du projecteur. Il a dit qu’ils étaient de couleur argentée. Le groupe (OVNI) est passé d’une batterie de projecteurs à l’autre, et sous le feu des canons antiaériens , a volé en direction de Redondo Beach et Inglewood du côté terrestre de Fort MacArthur, et a continué vers Santa Ana et Huntington Beach. Les tirs antiaériens étaient si lourds que nous n’entendions pas les moteurs des avions.  » Le journaliste Bill Henry du Los Angeles Times a écrit: « J’étais assez loin pour voir un objet sans être en mesure de l’identifier … Je serais prêt à parier quels shekels je possède qu’il y avait un certain nombre de coups directs marqués sur le objet. » À 2 h 21, le lieutenant-général John L. DeWitt a donné l’ordre de cessez-le-feu et la «bataille de Los Angeles» de vingt minutes était terminée. (Voir AU-DELÀ DE LA TERRE: LE CONTACT DE L’HOMME AVEC LES OVNIS par Ralph Blum, Bantam Books, New York, avril 1974, page 68. Voir aussi le Los Angeles Times, le Los Angeles Herald-Examiner et le Long Beach Press-Telegram du 25 février 1942. Toutes les citations de journaux tirées de « The Battle of Los Angeles, 1942 » de Terrenz Sword, qui ont paru dans Unsolved UFO Sightings, numéro de printemps 1996, pages 57 à 62.) 


De Frank Altomontealto@earthlink.net
2-18-2 Extrait de «Les ovnis et l’État de la sécurité nationale»
par Richard M. Dolan Keyhole Publishing, 2000 

« Au moins un million d’habitants se sont réveillés pour entendre des sirènes de raid aérien à 2 h 25 du matin. Le personnel de l’armée américaine a tiré 1 430 obus antiaériens pour faire tomber ce qu’ils supposaient être des avions japonais. Mais il ne s’agissait pas d’avions japonais. George Marshall a écrit un mémorandum à Le président Roosevelt au sujet de l’incident, qui est resté classifié jusqu’en 1974. Marshall a conclu que des avions conventionnels étaient impliqués, probablement « des sources commerciales, exploitées par des agents ennemis dans le but de diffuser l’alarme, de révéler l’emplacement des positions antiaériennes et de ralentir la production par une panne d’électricité ». Malgré le barrage des tirs antiaériens américains, aucun de ces avions « commerciaux » n’a été abattu, bien que plusieurs maisons et bâtiments aient été détruits, et six morts civils ont été attribués au barrage. Compte tenu du carnage, l’explication militaire était maigre. Le secrétaire de la Marine américaine Knox a même nié que des avions aient survolé la ville; il a qualifié l’incident de fausse alarme due aux nerfs de la guerre. Inutile de dire que la presse locale n’a pas très bien pris cela. The Long Beach Independent a noté que: « Il y a une réticence mystérieuse à propos de toute l’affaire et il semble qu’une certaine forme de censure essaie d’arrêter la discussion sur la question. » Il est à noter que pendant trente ans jusqu’à la publication du mémorandum Marshall, le ministère de la Défense a prétendu n’avoir aucun enregistrement de l’événement. Cinq ans avant Roswell, ces militaires apprenaient déjà à réprimer les ovnis. « 


LE PRÉALABLE AVANT LA BATAILLE DE LOS ANGELES:

L’Attaque sous-marine du champ pétrolifère d’ Ellwood à Santa Barbara

La raffinerie d’Elwood,en 1942.

Quelques jours avant la « Bataille de LA », (23 février 1942)un sous-marin japonais avait refait surface la nuit et avait tiré avec son canon sur le champ pétrolifère d’Ellwood situé à 12 milles au nord-ouest de Santa Barbara.

The LA Times: « Depuis Santa Barbara, région de l’attaque sous-marine lundi soir, le procureur de district Percy Heckendorf a déclaré qu’il ferait appel au lieutenant-général John L. DeWitt, commandant du Western Defence Command, pour faire du comté de Santa Barbara une zone restreinte pour les ressortissants ennemis. et des Japonais d’origine américaine également. « Il existe des preuves convaincantes », a affirmé Heckendorf, « qu’il y avait des signaux à terre envoyés à l’ennemi. » Heckendorf a déclaré que le peuple tiendrait le général DeWitt responsable s’il n’agissait pas. Les Officiers des ordonnances de l’armée, pendant ce temps, ils étudiaient plus de 200 livres de fragments d’obus provenant de missiles tirés par le sous-marin, qui n’ont causé que 500 $ de dégâts dans le champ de pétrole d’Ellwood près de Santa Barbara.  » Certains habitants disent que le capitaine ou l’un des officiers du sous-marin japonais avait travaillé dans le champ pétrolifère d’Ellwood quelques années avant le début de la guerre. L’histoire prétend que l’homme avait été maltraité par certains de ses collègues pendant cette période, qu’il était retourné au Japon avant le début de la guerre et avait ensuite aidé à ramener le sous-marin dans la région pour l’attaquer.

L’hystérie collective faisait son oeuvre déjà!


MON ÉVALUATION

En février 1942,les allemands du  Troisième Reich avaient établi des contacts depuis longtemps avec la civilisation d’Aldébaran,d’ou provenait l’appareil du crash de Freiburg,en 1936.

Maria Orsic avait déjà dessiné et mis au point un premier prototype en…rétro-ingénierie extraterrestre.Déjà les savants du Reich avaient bien organisé l’expédition antartique de 1938-39 …et ils connaissaient  l’existence d’une ancienne civilisation en Antartique.

L’appareil  qui survola Los Angeles,le 26 février 1942,correspond en tout point à la définition des détails qui sont inscrit dans les archives secrètes allemandes.

Photo d’origine du 26 février 1942.

 

Photo prise d’un ovni volant au-dessus du Reichstag peu de temps avant la guerre.Notez la ressemblance.

 

Dessin fait à partir de la description du crash ovni de Freiburg ,en 1936…Le design est là!

 

 

Les armes du Nouvel Ordre Mondial:Les armes biologiques du Pentagone…une menace pour toute l’humanité

L’armée américaine produit régulièrement des virus, bactéries et toxines mortels en violation directe de la Convention des Nations Unies sur l’interdiction des armes biologiques. Des centaines de milliers de personnes inconscientes sont systématiquement exposées à des pathogènes dangereux et à d’autres maladies incurables.
Des scientifiques spécialistes de la guerre biologique utilisent la couverture diplomatique pour tester des virus créés par l’homme au sein des laboratoires biologiques du Pentagone dans 25 pays à travers le monde. Ces bio-laboratoires américains sont financés par la « Defense Threat Reduction Agency » (DTRA) dans le cadre d’un programme militaire de 2,1 milliards de dollars – le « Cooperative Biological Engagement Program » (CBEP), et sont situés dans des pays de l’ex-Union soviétique comme la Géorgie et l’Ukraine, le Moyen-Orient, l’Asie du Sud-est et l’Afrique.
Carte des laboratoires du Pentagone.

 

Le centre Lugar de la république de Georgie

 

 

La Géorgie est un terrain d’essai pour les armes biologiques
Le « Lugar Center » est le laboratoire biologique du Pentagone en Géorgie. Il est situé à seulement 17 km de la base aérienne militaire américaine Vaziani dans la capitale Tbilissi. Des biologistes de l’« US Army MedicalResearch Unit-Georgia » (USAMRU-G) ainsi que des entrepreneurs privés sont chargés du programme militaire. Le laboratoire de niveau de biosécurité 3 n’est accessible qu’aux citoyens américains ayant une habilitation de sécurité. Ils jouissent de l’immunité diplomatique en vertu de l’accord de coopération en matière de défense conclu en 2002 entre les États-Unis et la Géorgie.
L’accord USA-Géorgie accorde un statut diplomatique au personnel militaire et civil américain (y compris les véhicules diplomatiques) travaillant sur le programme du Pentagone en Géorgie. Les informations obtenues du registre fédéral américain des contrats clarifient certaines des activités militaires sdu « Lugar Center» – parmi lesquelles la recherche sur les bio-agents (anthrax, tularémie) et les maladies virales (par exemple la fièvre hémorragique de Crimée-Congo), et la collecte d’échantillons biologiques pour des expériences futures.
Les entrepreneurs du Pentagone produisent des agents biologiques sous couverture diplomatique
La « Defense Threat Reduction Agency » (DTRA) a confié une grande partie du travail dans le cadre du programme militaire à des entreprises privées, qui ne sont pas tenues de rendre des comptes au Congrès et qui peuvent fonctionner plus librement et contourner la primauté du droit. Le personnel civil américain travaillant au « Lugar Center » jouit également de l’immunité diplomatique, bien qu’il ne s’agisse pas de diplomates. Ainsi, les entreprises privées peuvent travailler, sous couverture diplomatique, pour le gouvernement américain sans être sous le contrôle direct de l’État hôte, en l’occurrence la République de Géorgie. Cette pratique est souvent utilisée par la CIA pour couvrir ses agents. 
Trois sociétés privées américaines travaillent au laboratoire biologique américain à Tbilissi – « CH2M Hill », « Battelle » et « Metabiota ». En plus du Pentagone, ces entrepreneurs privés effectuent des recherches biologiques pour l’ICA et divers autres organismes gouvernementaux. 
« CH2M Hill » a obtenu 341,5 millions de dollars de la DTRA dans le cadre du programme du Pentagone pour les bio-laboratoires en Géorgie, en Ouganda, en Tanzanie, en Irak, en Afghanistan et en Asie du Sud-Est. La moitié de cette somme (161,1 millions de dollars) est allouée au « Lugar Center », dans le cadre du contrat géorgien. Selon « CH2M Hill », la société américaine a obtenu des agents biologiques et a employé d’anciens scientifiques spécialistes de la guerre biologique au « Lugar Center ». Ce sont des scientifiques qui travaillent pour une autre société américaine impliquée dans le programme militaire en Géorgie.
« Battelle » en tant que sous-traitant de 59 millions de dollars au « Lugar Center » a une vaste expérience dans la recherche sur les bio-agents, car la société a déjà travaillé sur le programme américain d’armes biologiques dans le cadre de 11 précédents contrats avec l’armée américaine (1952-1966).

 

La société privée effectue des travaux pour les laboratoires biologiques DTRA du Pentagone en Afghanistan, en Arménie, en Géorgie, en Ouganda, en Tanzanie, en Irak, en Afghanistan et au Vietnam. « Battelle » effectue de la recherche, du développement, des essais et de l’évaluation en utilisant des produits chimiques hautement toxiques et des agents biologiques hautement pathogènes pour un large éventail d’organismes gouvernementaux américains. Il s’est vu attribuer quelque 2 milliards de dollars de contrats fédéraux au total et se classe 23e parmi les 100 premiers contrats du gouvernement américain.
Le projet CIA-Battelle : « Clear Vision »
Le Projet Clear Vision (1997 et 2000), une enquête conjointe de la CIA et du « Battelle Memorial Institute », dans le cadre d’un contrat accordé par l’Agence, a reconstruit et testé une bombe à anthrax de l’époque soviétique afin d’en tester les caractéristiques de dissémination. L’objectif déclaré du projet était d’évaluer les caractéristiques de dissémination des bio-agents des bombes. L’opération clandestine CIA-« Battelle » a été omise dans les déclarations de la Convention américaine sur les armes biologiques soumises à l’ONU.

 

Les spores d’anthrax sous le microscope

 

Expériences top secrètes

« Battelle » a exploité un bio-laboratoire Top Secret (« National Biodefense Analysis and Countermeasures Center » – NBACC) à Fort Detrick, Maryland dans le cadre d’un contrat du ministère américain de la Sécurité intérieure (DHS) au cours de la dernière décennie. La société s’est vu attribuer un contrat fédéral de 344,4 millions de dollars (2006 – 2016) et un autre contrat de 17,3 millions de dollars (2015 -2026) par le DHS

Parmi les expériences secrètes, réalisées par « Battelle » au NBACC, on trouve :

-. Évaluation de la technologie de dissémination des poudres.

-. Évaluation du danger posé par les toxines aérosolisées.

-. Évaluation de la virulence de B. Pseudomallei (Meliodosis) en fonction des particules d’aérosol chez les primates non humains.

La mélioïdose a le potentiel d’être développée en tant qu’arme biologique, c’est pourquoi elle est classée dans la catégorie B, Agent de bioterrorisme

Outre les expériences militaires menées au « Lugar Center » en Géorgie, « Battelle » a déjà produit des agents de bioterrorisme au niveau de biosécurité 4 du NBACC « Top Secret Laboratory » de Fort Detrick aux États-Unis. Une présentation du NBACC énumère 16 priorités de recherche pour le laboratoire. Il s’agit notamment de caractériser les pathogènes classiques, émergents et génétiquement modifiés pour leur potentiel de BTA (agent de menace biologique) ; d’évaluer la nature de l’induction non traditionnelle, nouvelle et non endémique d’une maladie à partir d’une BTA potentielle et d’accroître la capacité de tester des aérosols sur les primates non-humains.

Les bio labs du Pentagone à l’épicentre de la crise d’Ebola

La société américaine « Metabiota Inc. » a obtenu des contrats fédéraux à hauteur de 18,4 millions de dollars dans le cadre du programme DTRA du Pentagone en Géorgie et en Ukraine pour des services de consultation scientifique et technique. Les services de « Metabiota » comprennent la recherche mondiale sur les menaces biologiques sur le terrain, la découverte de pathogènes, l’intervention en cas d’éclosion et les essais cliniques.

« Metabiota Inc. » avait été engagé par le Pentagone pour effectuer des travaux pour DTRA avant et pendant la crise d’Ebola en Afrique de l’Ouest et a reçu 3,1 millions de dollars (2012-2015) pour des travaux en Sierra Leone – l’un des pays de l’épicentre de l’épidémie d’Ebola.

Un rapport en date du 17 juillet 2014, rédigé par le « Viral Hemorrhagic Fever Consortium », accusait « MetabiotaInc. » de ne pas respecter une entente existante sur la façon de communiquer les résultats des tests et de contourner les scientifiques sierra-léonais qui y travaillent. Le rapport soulève également la possibilité que« Metabiota » cultive des cellules sanguines au laboratoire, ce qui, selon le rapport, est dangereux, ainsi que le diagnostic erroné de patients en bonne santé. Toutes ces allégations ont été démenties par « Metabiota ».

Expériences militaires sur les insectes piqueurs

La guerre entomologique est un type de guerre biologique qui utilise des insectes pour transmettre des maladies. Le Pentagone aurait effectué de tels tests entomologiques en Géorgie et en Russie.

Mouches piqueuses en Géorgie

En 2014, le « Lugar Center » a été équipé d’une installation pour les insectes et a lancé le projet « Sensibilisation au codage à barres des mouches des sables en Géorgie et dans le Caucase ». Le projet couvrait une zone géographique plus vaste à l’extérieur de la Géorgie – le Caucase. En 2014-2015, des espèces de mouches phlébotomines ont été collectées dans le cadre d’un autre projet « Surveillance Work on Acute Febrile Illness » et toutes les mouches des sables (femelles) ont été testées pour déterminer leur taux d’infectiosité. Un troisième projet, incluant également la collecte des mouches des sables, a étudié les caractéristiques de leurs glandes salivaires.

En conséquence, Tbilissi est infesté de mouches piqueuses depuis 2015. Ces insectes vivent à l’intérieur, dans les salles de bains, toute l’année, ce qui n’était pas le comportement typique de ces espèces en Géorgie auparavant (normalement la saison des mouches des phlébotomes en Géorgie est exceptionnellement courte -de juin à septembre). La population locale se plaint d’avoir été mordue par ces mouches nouvellement apparues alors qu’elles étaient nues dans leurs salles de bains. Elles ont également une forte résistance au froid et peuvent survivre même à des températures inférieures à zéro dans les montagnes.

Piqûres de mouches au Daghestan, Russie

Depuis le début du projet du Pentagone en 2014, des mouches similaires à celles de Géorgie sont apparues au Daghestan voisin (Russie). Selon la population locale, Elles piquent et provoquent des éruptions cutanées. Leurs habitats de reproduction sont des drains domestiques.

Les mouches piqueuses
Les mouches de la famille des phlébotomines portent dans leur salive des parasites dangereux qu’elles transmettent par une morsure à l’homme. La maladie, que ces mouches portent est d’un grand intérêt pour le Pentagone. En 2003, lors de l’invasion de l’Irak par les Etats-Unis, les soldats américains ont été sévèrement piqués par des mouches des sables et ont contracté la leishmoniose. La maladie est originaire d’Irak et d’Afghanistan et si elle n’est pas traitée, la forme aiguë de la leishmoniose peut être fatale. Un rapport de l’armée américaine de 1967 « Arthropodes d’importance médicale en Asie et en URSS européenne » énumère tous les insectes locaux, leur répartition et les maladies qu’ils véhiculent. Les mouches piqueuses, qui vivent dans les drains, sont également répertoriées dans le document. Leurs habitats naturels, cependant, sont les Philippines, et non la Géorgie ou la Russie. 
Opération Whitecoat : Des mouches infectées testées pour piquer les humains
En 1970 et 1972, des tests de fièvre de la mouche des sables ont été effectués sur des humains selon un rapport déclassifié de l’armée américaine – US Army Activities in the US, Biological Warfare Programs, 1977,vol. II, p. 203. Au cours de l’opération, les bénévoles de « Whitecoat » ont été exposés à des piqûres de mouches des sables infectées.
L’« Opération Whitecoat » était un programme de recherche médicale en biodéfense mené par l’armée américaine à « Fort Detrick » (Maryland) entre 1954 et 1973. Malgré l’arrêt officiel du programme américain de fabrication d’armes biologiques, l’USAMRIID a effectué une expérience en 1982 pour vérifier si les mouches des sables et les moustiques pouvaient être des vecteurs du virus de la vallée du Rift, de la dengue, du Chikungunya et de l’encéphalite équine orientale – virus que l’armée américaine a étudié afin de déterminer leur potentiel en tant qu’armes biologiques. 
Insectes tueurs
Le Pentagone a une longue histoire dans l’utilisation des insectes comme vecteurs de maladies. Selon un rapport partiellement déclassifié de 1981 de l’armée américaine, les scientifiques américains spécialistes de la guerre biologique ont mené un certain nombre d’expériences sur les insectes. Ces opérations faisaient partie de la guerre entomologique des États-Unis dans le cadre du Programme des armes biologiques des États-Unis.
Le Pentagone : Comment tuer 625 000 personnes pour seulement 0,29 $ par décès
Un rapport de l’armée américaine en 1981 a comparé deux scénarios – 16 attaques simultanées sur une ville par des moustiques A. Aegypti, infectés par la fièvre jaune, et l’attaque par aérosol Tularemia, et évalue leur efficacité en termes de coût et de pertes.
Certaines parties du rapport de l’armée américaine de 1981, comme la « Production de masse d’Aedes Aegypti » n’ont pas été déclassifiées, ce qui pourrait signifier que le projet est toujours en cours. L’Aedes Aegypti, également connu sous le nom de moustique de la fièvre jaune, a été largement utilisé dans les opérations militaires américaines. Les mêmes espèces de moustiques seraient les vecteurs de la dengue, du chikungunya et du virus Zika, qui provoque des malformations génétiques chez les nouveau-nés. 
Opération Bellweather
L’ « US Army Chemical Research and Development Command, Biological Weapons Branch », a étudié l’activité de piqûre de moustiques en plein air lors d’un certain nombre d’essais sur le terrain à « Dugway ProvingGround », Utah, en 1960. Les moustiques femelles vierges Aedes aegypti, qui avaient été affamés, ont été testés sur des troupes en plein air.
Expériences militaires avec des moustiques et des tiques tropicaux en Géorgie
De telles espèces de moustiques et de puces (étudiées dans le passé dans le cadre du programme américain « Entomological Warfare Program ») ont également été collectées en Géorgie et testées au « Lugar Center ». Dans le cadre du projet DTRA « Virus et autres arbovirus en Géorgie » en 2014, le moustique tropical Aedes albopictus, jamais vu auparavant, a été détecté pour la première fois et après des décennies (60 ans), l’existence du moustique Aedes Aegypti a été confirmée en Géorgie occidentale.
Aedes Albopictus est un vecteur de nombreux pathogènes viraux, virus de la fièvre jaune, Dengue, Chikungunya et Zika. Ces moustiques tropicaux Aedes Albopictus n’ayant jamais été vus auparavant en Géorgie, ont également été détectés en Russie voisine (Krasnodar) et en Turquie. Selon les données fournies par le « Centre européen de prévention et de contrôle des maladies », leur propagation est inhabituelle pour cette partie du monde.
Les moustiques Aedes Aegypti n’ont été distribués qu’en Géorgie, dans le sud de la Russie et dans le nord de la Turquie. Ils ont été détectés pour la première fois en 2014 après le début du programme du Pentagone au « Lugar Center ».
L’épidémie de fièvre charbonneuse («Anthrax») en Géorgie et les essais humains de l’OTAN
En 2007, la Géorgie a mis fin à sa politique de vaccination annuelle obligatoire contre la fièvre charbonneuse du bétail. En conséquence, le taux de morbidité de la maladie a atteint son maximum en 2013. La même année, l’OTAN a commencé les essais de vaccins contre l’anthrax chez l’homme au « Lugar Cente r» en Géorgie.
Recherche du Pentagone sur l’anthrax russe
L’anthrax est l’un des bio-agents transformé en arme de guerre par l’armée américaine dans le passé. Malgré les affirmations du Pentagone selon lesquelles son programme n’est que défensif, il existe des faits contraires. En 2016, au « Lugar Center », des scientifiques américains ont effectué des recherches sur la « Séquence du génome de la souche 55-VNIIViM du vaccin Bacillus anthracis soviétique et russe », qui a été financée par le « Cooperative Biological Engagement Program » de la « Defense Threat Reduction Agency » (DTRA) des États-Unis à Tbilissi, et administrée par « Metabiota » (l’entrepreneur américain dans le cadre du programme du Pentagone en Géorgie). En 2017, le DTRA a financé d’autres recherches.
Dix séquences de génome d’isolats humains et d’animaux de Bacillus anthracis du pays de Géorgie, qui ont été effectuées par l’USAMRU-G au « Lugar Center »
34 personnes infectées intentionnellement par la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FHCC) en Géorgie. La fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FHCC) est causée par une infection par un virus transmis par les tiques (Nairovirus). La maladie a été caractérisée pour la première fois en Crimée en 1944 et a reçu le nom de fièvre hémorragique de Crimée. Elle a ensuite été reconnue en 1969 comme la cause de la maladie au Congo, d’où le nom actuel de la maladie. En 2014, 34 personnes (dont un enfant de 4 ans) ont été infectées par la FHCC. dont 3 sont morts. La même année, des biologistes du Pentagone ont étudié le virus en Géorgie dans le cadre du projet DTRA « Epidémiologie des maladies fébriles causées par les virus de la dengue et d’autres arbovirus en Géorgie ». Le projet comprenait des tests sur des patients présentant des symptômes de fièvre et la collecte de tiques, en tant que vecteurs possibles de CCHV pour des analyses de laboratoire.
La cause du foyer de la FHCC en Géorgie est encore inconnue. Selon le rapport du Département vétérinaire local, une seule tique de toutes les espèces collectées dans les villages infectés s’est révélée positive pour la maladie. Malgré les affirmations des autorités locales selon lesquelles le virus a été transmis à l’homme à partir d’animaux, tous les échantillons de sang animal étaient également négatifs. L’absence de tiques et d’animaux infectés est inexplicable étant donné la forte augmentation des cas humains de la FHCC en 2014, ce qui signifie que le foyer n’était pas naturel et que le virus s’est propagé intentionnellement. En 2016, 21 590 autres tiques ont été collectées pour la base de données ADN pour des études futures au Lugar Center dans le cadre du projet du Pentagone « Assessing the Seroprevalence and Genetic Diversity of Crimean-Congo Hemorrhagic Fever Virus (CCHFV) and Hantavirus in Georgia » (Évaluation de la séro prévalence et de la diversité génétique du virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo) et des virus de l’hantavirus en Géorgie.
Un bio-laboratoire militaire blâmé pour l’épidémie mortelle de la FHCC en Afghanistan
237 cas de fièvre hémorragique de Crimée-Congo (FHCC) ont également été signalés dans tout l’Afghanistan, dont 41 étaient mortels en décembre 2017. Selon le ministère afghan de la Santé, la plupart des cas ont été enregistrés dans la capitale Kaboul, où 71 cas ont été signalés avec 13 morts, et dans la province de Herat, près de la frontière avec l’Iran (67 cas).

 

L’Afghanistan est l’un des 25 pays du monde avec des laboratoires biologiques du Pentagone sur leur territoire. Le projet en Afghanistan fait partie du programme de bio défense des États-Unis – « Cooperative BiologicalEngagement Program » (CBEP), financé par la « Defense Threat Reduction Agency » (DTRA). Les entrepreneurs de DTRA, travaillant au « Lugar Center » en Géorgie, « CH2M Hill » et « Battelle » ont également été engagés pour le programme en Afghanistan. « CH2M Hill » a obtenu un contrat de 10,4 millions de dollars (2013-2017). Les entrepreneurs du Pentagone en Afghanistan et en Géorgie sont les mêmes, tout comme les maladies qui se propagent parmi la population locale dans les deux pays.

Pourquoi le Pentagone collectionne et étudie les chauves-souris

Les chauves-souris seraient les hôtes réservoirs du virus Ebola, du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) et d’autres maladies mortelles. Cependant, les modes précis de transmission de ces virus à l’homme sont actuellement inconnus. De nombreuses études ont été réalisées dans le cadre du DTRA « Cooperative Biological Engagement Program » (CBEP) à la recherche d’agents pathogènes mortels d’importance militaire chez les chauves-souris.

L’ingénierie des virus mortels est légale aux États-Unis

On pense que MERS-CoV provient des chauves-souris et se propage directement aux humains et/ou aux chameaux. Cependant, comme Ebola, les modes précis de propagation du virus sont inconnus. 1980 cas avec 699 décès ont été signalés dans 15 pays à travers le monde (en juin 2017) causés par le MERS-CoV.3.

Tularemia en tant qu’arme biologique

La tularémie, également connue sous le nom de fièvre du lapin, est classée comme un agent bioterroriste et a été développée dans le passé comme tel par les États-Unis. Cependant, les recherches du Pentagone sur la tularémie se poursuivent, ainsi que sur les vecteurs possibles des bactéries telles que les tiques et les rongeurs qui causent la maladie. Le DTRA a lancé un certain nombre de projets sur la tularémie ainsi que d’autres pathogènes particulièrement dangereux en Géorgie. Les agents pathogènes dangereux (EDP), ou agents sélectionnés, représentent une préoccupation majeure pour la santé publique à l’échelle mondiale. Ces agents hautement pathogènes ont le potentiel de devenir des armes avec la preuve de leur importance militaire vue à travers les projets suivants du Pentagone : Épidémiologie et écologie de la tularémie en Géorgie (2013-2016)(60 000 vecteurs ont été collectés pour les isolats de souches et la recherche génomique) ; Épidémiologie de la tularémie humaine en Géorgie et Épidémiologie des maladies humaines et surveillance des pathogènes particulièrement dangereux en Géorgie (étude de certains agents parmi les patients atteints de fièvre indifférenciée et de fièvre hémorragique/choc septique).

Le programme militaire américain est une information sensible

L’Ukraine n’a aucun contrôle sur les bio laboratoires militaires sur son propre territoire. Conformément à l’accord de 2005 entre le DoD américain et le ministère ukrainien de la santé, le gouvernement ukrainien n’est pas autorisé à divulguer publiquement des informations sensibles sur le programme américain et l’Ukraine est obligée de transférer au ministère américain de la défense (DoD) des pathogènes dangereux pour la recherche biologique. Le Pentagone s’est vu accorder l’accès à certains secrets d’État de l’Ukraine en relation avec les projets dans le cadre de leur accord.

Scientifiques spécialistes de la guerre biologique sous couverture diplomatique

Parmi l’ensemble des accords bilatéraux entre les États-Unis et l’Ukraine figure la création du Science and Technology Center in Ukraine (STCU) – une organisation internationale financée principalement par le gouvernement des États-Unis, à laquelle le statut diplomatique a été accordé. Le STCU soutient officiellement les projets de scientifiques qui participaient auparavant au programme soviétique d’armes biologiques. Au cours des 20 dernières années, le STCU a investi plus de 285 millions de dollars dans le financement et la gestion de quelque 1.850 projets de scientifiques qui travaillaient auparavant à la mise au point d’armes de destruction massive. 

364 Ukrainiens sont morts de la grippe porcine

L’un des laboratoires du Pentagone est situé à Kharkiv, où, en janvier 2016, au moins 20 soldats ukrainiens sont morts du virus grippal en seulement deux jours et 200 autres ont été hospitalisés. Le gouvernement ukrainien n’a pas rendu compte des soldats ukrainiens morts à Kharkiv. En mars 2016, 364 décès ont été signalés en Ukraine (81,3 % causés par la grippe porcine A (H1N1) pdm09 – la même souche qui a causé la pandémie mondiale en 2009).

La police enquête sur une infection par une maladie incurable

Une infection à l’hépatite A très suspecte s’est propagée rapidement en quelques mois seulement dans le sud-est de l’Ukraine, où se trouvent la plupart des bio labs du Pentagone.

La police locale a lancé une enquête sur « l’infection par le virus de l’immuno-déficience humaine et d’autres maladies incurables ». Il y a trois ans, plus de 100 personnes de la même ville ont été infectées par le choléra .Les deux maladies se seraient propagées par l’eau potable contaminée. Au cours de l’été 2017, 60 personnes atteintes d’hépatite A ont été admises à l’hôpital de la ville de Zaporizhia, la cause de cette épidémie est encore inconnue. Dans la région d’Odessa, 19 enfants d’un orphelinat ont été hospitalisés pour l’hépatite A en juin 2017. 29 cas d’hépatite A ont été signalés à Kharkiv en novembre 2017. Le virus a été isolé dans de l’eau potable contaminée. L’un des laboratoires biologiques du Pentagone est situé à Kharkiv, qui a été blâmé pour l’épidémie mortelle de grippe il y a un an, qui a coûté la vie à 364 Ukrainiens.

L’Ukraine et la Russie frappées par une nouvelle infection au choléra hautement virulente

En 2011, l’Ukraine a été frappée par une épidémie de choléra. 33 patients auraient été hospitalisés pour diarrhée grave. Une deuxième flambée a frappé le pays en 2014, lorsque plus de 800 personnes dans toute l’Ukraine ont été signalées comme ayant contracté la maladie. En 2015, au moins 100 nouveaux cas ont été enregistrés dans la seule ville de Mykolaiv.

Une nouvelle variante très virulente de l’agent du choléra, Vibrio cholera, avec une forte similitude génétique avec les souches signalées en Ukraine, a frappé Moscou en 2014. Selon une étude génétique de l’Institut russe de recherche anti-peste de 2014, la souche de choléra isolée à Moscou était similaire à la bactérie qui a causé l’épidémie en Ukraine voisine. « Southern Research Institute », l’un des entrepreneurs américains travaillant dans les bio-laboratoires en Ukraine, a des projets sur le choléra, ainsi que sur la grippe et Zika – tous des pathogènes d’importance militaire pour le Pentagone. En plus du « Southern Research Institute », deux autres sociétés privées américaines exploitent des bio-laboratoires militaires en Ukraine – « Black&Veatch » et « Metabiota ».

« Black & Veatch Special Project Corp. » a obtenu 198,7 millions de dollars pour la construction et l’exploitation de bio-laboratoires en Ukraine (deux contrats de 5 ans en 2008 et 2012 totalisant 128,5 millions de dollars), ainsi qu’en Allemagne, Azerbaïdjan, Cameroun, Thaïlande, Ethiopie, Ethiopie, Vietnam et Arménie. Metabiota a obtenu un contrat fédéral de 18,4 millions de dollars dans le cadre du programme en Géorgie et en Ukraine. Cette société américaine a également été engagée pour effectuer des travaux pour le DTRA avant et pendant la crise d’Ebola en Afrique de l’Ouest, la société a reçu 3,1 millions de dollars (2012-2015) pour des travaux en Sierra Leone. Southern Research Institute est un sous-traitant principal dans le cadre du programme DTRA en Ukraine depuis 2008. La société a également été un entrepreneur principal du Pentagone dans le passé dans le cadre du programme américain des armes biologiques pour la recherche et le développement d’agents biologiques, avec 16 contrats entre 1951 et 1962.

Le Défecteur soviétique a produit de l’anthrax pour le Pentagone

Le « Southern Research Institute » a également été sous-traitant d’un programme du Pentagone pour la recherche sur l’anthrax en 2001. L’entrepreneur principal étant « Advanced Biosystems », dont le président à l’époque était Ken Alibek (un ancien microbiologiste soviétique et expert en guerre biologique du Kazakhstan qui a fait défection aux États-Unis en 1992).

250.000 $ pour le lobbying auprès de Jeff Sessions

Le « Southern Research Institute » a fait pression sur le Congrès américain et le Département d’État américain pour « des questions liées à la recherche et au développement pour le renseignement américain » et « la recherche et le développement dans le domaine de la défense ». Les activités de lobbying ont coïncidé avec le début des projets du Pentagone sur les bio-laboratoires en Ukraine et dans d’autres anciens États soviétiques. L’entreprise a payé 250.000 $ pour faire du lobbying auprès du sénateur Jeff Sessions en 2008-2009 (actuellement le procureur général américain nommé par Donald Trump), lorsque l’institut s’est vu attribuer un certain nombre de contrats fédéraux.

Pendant une période de 10 ans (2006-2016), le « Southern Research Institute » a payé 1,28 million de dollars pour faire du lobbying auprès du Sénat américain, de la Chambre des représentants, du Département d’État et du Département de la défense (DoD). L’aide du sénateur Jeff Sessions au Capitole – Watson Donald, est maintenant directeur principal au « Southern Research Institute ».

La police enquête sur l’empoisonnement par la toxine botulique en Ukraine

115 cas de botulisme, avec 12 décès, ont été signalés en Ukraine en 2016. En 2017, le ministère ukrainien de la Santé a confirmé 90 nouveaux cas d’intoxication par la toxine botulique (l’une des substances biologiques les plus toxiques connues), dont 8 décès. Selon les autorités sanitaires locales, la cause de l’épidémie était une intoxication alimentaire sur laquelle la police a ouvert une enquête… Le gouvernement ukrainien a cessé de fournir des antitoxines en 2014 et aucun vaccin contre le botulisme en stock n’était disponible pendant l’épidémie de 2016-2017.

Le botulisme est une maladie rare et extrêmement dangereuse causée par une toxine produite par la bactérie Clostridium botulinum. 1 g de la toxine peut tuer jusqu’à 1 million de personnes. 

La neurotoxine botulini que représente une menace majeure pour les armes biologiques en raison de son extrême puissance, de sa facilité de production et de transport. Elle provoque des paralysies musculaires, une insuffisance respiratoire et finalement la mort si elle n’est pas traitée immédiatement. Un seul gramme de toxine cristalline, uniformément dispersée et inhalée peut tuer plus d’un million de personnes. Elle pourrait être disséminée par aérosol, ou par contamination de l’eau et/ou des approvisionnements alimentaires.

Le Pentagone produit des virus, bactéries et toxines vivants.

La toxine botulique a été testée comme arme biologique par l’armée américaine dans le passé, ainsi que l’anthrax, Brucella et Tularemia. Bien que le programme américain de fabrication d’armes biologiques ait officiellement pris fin en 1969, les documents montrent que les expériences militaires n’ont jamais pris fin. Actuellement, le Pentagone produit et teste des agents biologiques vivants dans les mêmes installations militaires que par le passé – « Dugway Proving Ground ».

Usine d’armes biologiques aux États-Unis

L’armée américaine produit et teste des bio-agents dans une installation militaire spéciale située à Dugway Proving Ground (West Desert Test Center, Utah), comme le prouve un rapport de l’armée américaine de 2012. L’installation est supervisée par le Commandement des essais et de l’évaluation de l’Armée de terre. La Division des sciences de la vie (LSD) de Dugway Proving Ground est chargée de la production d’agents biologiques. Selon le rapport de l’Armée de terre, les scientifiques de cette division produisent et testent des agents biologiques en aérosol au Lothar Saloman Life Sciences Test Facility (LSTF).

Expériences en aérosol avec la neurotoxine botulinique et l’anthrax

Des documents prouvent que l’armée américaine produit, possède et teste des aérosols de la toxine la plus mortelle au monde – la neurotoxine botulique. En 2014, le Département de l’Armée de terre a acheté 100 mg de toxine botulique de Metabiologics pour des tests à « Dugway Proving Ground ».Les expériences remontent à 2007, lorsqu’une quantité non spécifiée de la toxine a été achetée au département de l’armée par la même société – « Metabiologics ». Selon le « West Desert Test Center Report 2012 », l’installation militaire effectue des tests avec de l’aérosol de neurotoxine botulique, ainsi qu’avec de l’anthraxen aérosol, du Yersinia pestis et du virus de l’encéphalite équine vénézuélienne (VEE).

Le rapport de l’armée américaine énumère de nombreuses techniques de dissémination, y compris par des pulvérisateurs aérosols biologiques. De tels pulvérisateurs appelés disséminateurs Micronair ont déjà été mis au point par l’armée américaine et testés à Dugway Proving Ground. Selon les documents, ils peuvent être montés sur le véhicule, ou portés comme un sac à dos, avec un système de pompe qui peut être monté sur l’unité pour augmenter la précision du déclenchement. Les pulvérisateurs Micronair peuvent libérer de 50 à 500 ml de simulant bio-liquide par minute à partir de réservoirs de 12 litres.

Les États-Unis ont volé des bactéries dans l’usine d’armes biologiques de Saddam

Hussein.Bacillus thuringiensis est un insecte pathogène largement utilisé comme biopesticide. B. thuringiensis (BT) Al Hakam a été collecté en Irak par la Commission spéciale des Nations Unies dirigée par les États-Unis en 2003. Il porte le nom d’Al Hakam, l’usine irakienne de production d’armes biologiques. Outre les essais sur le terrain du Pentagone, cette bactérie est également utilisée aux Etats-Unis pour la production de maïs génétiquement modifié, résistant aux ravageurs. Les photos affichées par la CIA prouvent que la bactérie a été collectée par les États-Unis en Irak. Selon la CIA, les flacons contenant du bio-pesticide ont été récupérés chez un scientifique d’Al Hakam.

CIA : Un total de 97 flacons – y compris ceux qui portent des étiquettes conformes aux articles de couverture d’al Hakam sur les protéines unicellulaires et les biopesticides, ainsi que des souches pouvant être utilisées pour produire des agents d’armes biologiques – ont été récupérés dans la résidence d’un scientifique en Irak en 2003.

Les informations provenant du registre fédéral américain des contrats montrent que le Pentagone effectue des tests en utilisant les bactéries volées dans l’usine d’armes biologiques de Saddam Hussein en Irak. Le projet fédéral de la Defense Threat Reduction Agency (DTRA) pour l’analyse en laboratoire et les essais sur le terrain avec des bactéries.

Les tests sont effectués sur la base aérienne de Kirtland (Kirtland est le siège du Centre des armes nucléaires du Commandement du matériel de l’armée de l’air). Ici, les armes sont testées, ce qui signifie que les essais sur le terrain avec des simulants biologiques (bactéries) font également partie de ce groupe. L’entrepreneur de DTRA sur ce projet – « Lovelace Biomedical and Environmental Research Institute » (LBERI), exploite un laboratoire de biosécurité animale de niveau 3 (ABSL-3) qui a le statut d’agent de sélection. L’installation est conçue pour effectuer des études sur les bio aérosols. La société a obtenu un contrat de 5 ans pour des essais sur le terrain avec des simulants biologiques à la base aérienne de Kirtland.

Essais sur le terrain avec des simulants biologiques (bactéries)

Ce que le Pentagone fait aujourd’hui est exactement ce qu’il a fait dans le passé, ce qui signifie que son programme d’armes biologiques n’a jamais pris fin. L’armée américaine a effectué 27 essais sur le terrain avec de tels simulants biologiques, impliquant le domaine public de 1949 à 1968, lorsque le président Nixon a officiellement annoncé la fin du programme.

Essais sur le terrain en Tchétchénie

La Defense Threat Reduction Agency (DTRA), qui gère le programme militaire américain au Lugar Center en Géorgie, aurait déjà effectué des essais sur le terrain avec une substance inconnue en Tchétchénie, en Russie.

Au printemps 2017, des citoyens locaux ont fait état d’un drone disséminant de la poudre blanche près de la frontière russe avec la Géorgie. Ni la police des frontières géorgienne, ni le personnel américain opérant à la frontière entre la Géorgie et la Russie n’ont commenté ces informations.

Projet militaire américain de 9,2 millions de dollars à la frontière entre la Russie et la Géorgie

DTRA a un accès complet à la frontière entre la Russie et la Géorgie, accordé dans le cadre d’un programme militaire appelé « Projet de sécurité de la frontière terrestre de la Géorgie ». Les activités liées au projet ont été confiées à une société privée américaine – Parsons Government Services International. DTRA a déjà passé des contrats avec Parsons pour des projets de sécurité frontalière similaires au Liban, en Jordanie, en Libye et en Syrie. Parsons a obtenu un contrat de 9,2 millions de dollars dans le cadre du projet de sécurité à la frontière entre la Russie et la Géorgie.

En 2017, des citoyens tchétchènes ont remarqué un drone pulvérisateur près de la frontière russe avec la Géorgie.

La « US Defense Agency » teste les insectes GM pour transmettre les virus GM

Le Pentagone a investi au moins 65 millions de dollars dans l’édition génétique. La « US Defense Advanced Research Projects Agency » (DARPA) a attribué 7 équipes de recherche pour développer des outils d’ingénierie du génome chez les insectes, les rongeurs et les bactéries dans le cadre du programme Safe Gene de la DARPA, en utilisant une nouvelle technologie CRISPR-Cas9.

Dans le cadre d’un autre programme militaire – « Insect Allies », les insectes GM sont conçus pour transférer des gènes modifiés aux plantes. Le projet DARPA, d’une valeur de 10,3 millions de dollars, comprend la modification génétique des insectes et des virus qu’ils transmettent. « Ecological Niche-preference Engineeringg » est un troisième programme militaire en cours pour l’ingénierie du génome chez les insectes. L’objectif déclaré du Pentagone est de concevoir des organismes génétiquement modifiés afin qu’ils puissent résister à certaines températures, changer leur habitat et leurs sources de nourriture.

Les humains génétiquement modifiés

Outre l’édition de gènes chez les insectes et dans les virus qu’ils transmettent, le Pentagone veut aussi concevoir des humains. Le projet DARPA « Advanced Tools for Mammalian Genome Engineering Project » vise à créer une plateforme biologique à l’intérieur du corps humain, l’utilisant pour fournir de nouvelles informations génétiques, et ainsi altérer les humains au niveau de l’ADN. La DARPA veut insérer un 47e chromosome artificiel supplémentaire dans les cellules humaines. Ce chromosome produira de nouveaux gènes qui seront utilisés pour l’ingénierie du corps humain. SynPloid Biotek LLC a obtenu deux contrats dans le cadre du programme totalisant 1,1 million de dollars (2015-2016 – 100600 $ pour la première phase de la recherche ; 2015-2017 – 999 300 $ pour des travaux qui ne sont pas spécifiés dans le registre fédéral des contrats. L’entreprise n’a que deux employés et aucun dossier antérieur sur la recherche biologique.

Recherche très secrète sur les virus synthétiques

Entre 2008 et 2014, les États-Unis ont investi environ 820 millions de dollars dans la recherche en biologie synthétique, la Défense étant un contributeur majeur. Une grande partie des projets militaires sur la biologie synthétique sont classés, parmi lesquels un certain nombre d’études classifiées par le groupe secret de conseillers militaires américains JASON – par exemple, Emerging Viruses and Genome Editing pour le Pentagone,et Synthetic Viruses for the National Counterterrorism Center.

JASON est un groupe consultatif scientifique indépendant qui fournit des services de consultation au gouvernement américain sur les questions de science et de technologie de défense. Il a été créé en 1960 et la plupart des rapports JASON qui en résultent sont classifiés. Pour des raisons administratives, les projets du JASON sont gérés par la MITRE Corporation, qui a des contrats avec le Département de la Défense, la CIA et le FBI.

Depuis 2014, MITRE a obtenu quelque 27,4 millions de dollars en contrats avec le DoD. Bien que les rapports JASON soient classifiés, une autre étude de l’US Air Force intitulée « Biotechnology Genetically Engineered Pathogens », jette un peu de lumière sur ce que le groupe secret JASON a étudié – 5 groupes de pathogènes génétiquement modifiés qui peuvent être utilisés comme armes biologiques. Il s’agit d’armes biologiques binaires (combinaison mortelle de deux virus), de maladies d’échange d’hôtes (virus animaux qui « sautent » vers l’homme, comme le virus Ebola), de virus furtifs et de maladies de concepteurs. Les maladies de conception peuvent être conçues pour cibler un certain groupe ethnique, ce qui signifie qu’elles peuvent être utilisées comme armes biologiques ethniques.

Armes biologiques ethniques

L’arme biologique ethnique (arme biogénétique) est une arme théorique qui vise principalement à nuire à des personnes d’ethnies ou de génotypes spécifiques. Bien que la recherche et le développement d’armes biologiques ethniques n’aient jamais été officiellement confirmés publiquement, les documents montrent que les États-Unis collectent du matériel biologique de certains groupes ethniques – Russes et Chinois. L’armée de l’air américaine a collecté des échantillons d’ARN russe et de tissus synoviaux, ce qui fait craindre à Moscou un programme clandestin d’armes biologiques ethniques américaines.

Outre les Russes, les États-Unis ont collecté du matériel biologique auprès de patients sains et cancéreux en Chine. L’Institut national du cancer a prélevé des échantillons biologiques sur 300 sujets de Linxian, Zhengzhouet Chengdu en Chine. Un autre projet fédéral, intitulé « Serum Metabolic biomarkers discovery study of Esophageal Squamous Cell Carcinoma in China », comprend l’analyse de 349 échantillons de sérum prélevés chez des patients chinois.

Le « US National Cancer Institute » a collecté du matériel biologique auprès de patients de l’hôpital chinois du cancer à Pékin. Le matériel biologique chinois a été collecté dans le cadre d’une série de projets fédéraux, y compris la salive et les tissus cancéreux. Parmi eux, le génotypage d’échantillons d’ADN provenant de cas de lymphomes et de témoins (patients sains), de blocs de tissus de cancer du sein provenant de patientes atteintes de cancer du sein, d’échantillons de salive de 50 familles ayant 3 cas ou plus de cancer UGI, de génotype 50 SNP’S pour les échantillons d’ADN de l’hôpital du cancer, de Pékin, de génotypes de 3 000 cas de cancer gastrique et de 3 000 témoins (patients sains) à Pékin.

Comment le Pentagone a aidé les compagnies de tabac à tirer profit d’Ebola

La « Defense Advanced Research Projects Agency » (DARPA) a investi 100 millions de dollars dans la production de vaccins à partir de plants de tabac. Les sociétés impliquées dans le projet appartiennent aux plus grandes compagnies de tabac américaines.

« Mediacago Inc. » est détenue conjointement par « Philip Morris » et « Kentucky BioProcessing », une filiale de « Reynolds American » qui appartient à « British American Tobacco ». Actuellement, ils produisent des vaccins anti-grippaux et anti-Ebola à partir de plants de tabac. Le programme « Blue Angel » de 100 millions de dollars a été lancé en réponse à la pandémie de grippeH1N1 en 2009. Medicago reçoit 21 millions de dollars pour produire 10 000 millions de doses d’un vaccin anti-grippal en un mois. Le Dr John Julias, directeur du programme Blue Angel, explique :

« Bien que de multiples espèces végétales et d’autres organismes soient explorés comme plateformes alternatives de production de protéines, le gouvernement américain a continué d’investir dans la fabrication à base de tabac. »

La méthode de production de vaccins à base de plantes fonctionne en isolant une protéine antigénique spécifique qui déclenche une réponse immunitaire humaine à partir du virus ciblé. Un gène de la protéine est transféré à une bactérie, qui est utilisée pour infecter les plantes. Les plantes commencent alors à produire la protéine qui sera utilisée pour les vaccinations.

Il n’est pas clair pourquoi le Pentagone a choisi d’investir dans des vaccins produits à partir de plants de tabac parmi toutes les autres espèces de plantes qu’ils ont explorées. Medicago, copropriété de Philip Morris, a payé 495 000 $ pour faire pression sur le Département de la Défense, le Congrès et le Département de la Santé et des Services Humains pour  » le financement de l’avancement de la technologie à l’appui des applications de préparation à la santé publique « . Le Pentagone a financé des compagnies de tabac pour développer de nouvelles technologies et tirer profit des vaccins.

Les expériences biologiques sont des crimes de guerre L’article 8 du Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI) définit les expériences biologiques comme des crimes de guerre.

Toutefois, les États-Unis ne font pas partie du traité international et ne peuvent être tenus responsables de leurs crimes de guerre. 


Par Dilyana Gaytandzhieva

Journaliste d’investigation bulgare et correspondante au Moyen-Orient. Au cours des deux dernières années, elle a publié une série de reportages sur la contrebande d’armes. Au cours de l’année écoulée, elle a subi des pressions de l’Agence de sécurité nationale bulgare et a été licenciée du journal bulgare Trud Daily sans explication. Malgré cela, Dilyana poursuit son enquête. Son reportage actuel donne un aperçu de la vigueur du Pentagone dans le développement des armes biologiques. 

 

Source :

https://southfront.org/pentagon-bio-weapons/

https://fr.sott.net/article/32606-Les-armes-biologiques-du-Pentagone

https://nsarchive2.gwu.edu/NSAEBB/NSAEBB58/RNCBW_USABWP.pdf

— —————————————————————

TÉMOIGNAGE :

 

Épidémie au Kazakhstan causée par les tests américains d’armes  de guerre bactériologique

 

Mes camarades et moi avons constamment écrit et parlé des activités du laboratoire de référence militaire américain pour l’étude des dangereux agents pathogènes ouvert à Almaty, ouvert par les autorités du Kazakhstan en 2016. Les autorités ont rejeté toutes les accusations de personnalités publiques et d’écologistes sur le danger que représente ce labo, spécialement construit avec l’argent du Pentagone dans une zone sismique et dans une grande métropole. Des employés du ministère de la Santé de la République du Kazakhstan ont été contraints d’admettre que de nouvelles souches toxiques de la maladie contagieuse de la rougeole ont été découvertes en Ukraine et que les vaccins locaux ne peuvent pas les combattre efficacement.

Ukraine, Géorgie et Kazakhstan : terrains d’entraînement à l’utilisation d’armes biologiques

Ainsi, Zhandarbek Bekshin, président du Comité de la santé publique du ministère de la Santé, médecin hygiéniste en chef du pays, a déclaré le 29 janvier que des recherches de haute technologie avaient été menées pour identifier les causes de la rougeole qui ne sont pas typiques du Kazakhstan, les même qui ont causé l’épidémie en Ukraine.

«Le 24 janvier, nous avons reçu les résultats d’une étude génomique sur les agents pathogènes en circulation chez des patients au Kazakhstan. L’étude a montré que ce sont les mêmes souches D8 et B3 qui circulent sur le continent européen. Nous sommes allés plus loin. Ensuite, une étude plus détaillée a montré que la souche «B», qui circule davantage au Kazakhstan, possède les lignées génétiques «Dublin» et «Kaboul». Parmi celles-ci, «Kaboul» est très toxique. Elle a provoqué une épidémie en Ukraine », a déclaré le médecin hygiéniste en chef du pays.

Selon les médecins, ces deux souches n’ont jamais circulé au Kazakhstan. Contre elles, il n’y a pas d’immunité chez les enfants et les adultes vaccinés. Les experts estiment qu’il s’agit de nouvelles souches résistantes aux vaccins existants et spécialement conçues pour effectuer ce que l’on appelle des tests permettant de propager d’autres maladies plus dangereuses.

Il est clair que la rougeole, une maladie qui n’entraîne pas de cas mortels massifs, bien qu’elle puisse affecter gravement le système nerveux en cas de complications, affecte le foie, les reins, le système immunitaire et est très dangereuse pour les enfants. Mais, en prenant l’exemple de cette maladie contagieuse modifiée dans les laboratoires militaires américains, les mécanismes de propagation de maladies plus dangereuses sur les territoires des anciennes républiques de l’Union soviétique – Ukraine, Géorgie et Kazakhstan – sont en train d’être mis au point loin des Etats-Unis et dans des pays qui sont limitrophes de la Russie et, pour le Kazakhstan près de la Chine. Le génotype de la population locale est proche de celui des résidents de la Fédération de Russie. Ils sont donc extrêmement pratiques pour élaborer des méthodes et des technologies de propagation des épidémies, et de l’analyse du comportement et de la dynamique de propagation de certaines maladies. De plus, les services de renseignement occidentaux découvrent eux-mêmes la capacité des systèmes de santé locaux à résister et à faire face rapidement à une épidémie.

Parallèlement, il s’agit également d’une vérification du système de soins de santé et des services épidémiologiques en Russie, car il était censé propager la rougeole à partir du territoire de l’Ukraine, du Kazakhstan et de la Géorgie, qui servent comme têtes de pont. Comme vous le savez, en Fédération de Russie, les médecins ont réussi à mettre au point rapidement un vaccin extrêmement efficace qui protège bien contre les souches ukrainiennes Dublin et Kaboul. Et inversement, les services épidémiologiques de l’Ukraine et du Kazakhstan ont montré leur inefficacité, puisque plus de 40.000 enfants sont tombés malades au même endroit.

Au Kazakhstan, les responsables du ministère de la Santé sont constamment confus quant aux chiffres, affirmant qu’environ 910 cas, puis environ 950, manipulent clairement les statistiques et la comptabilité. Le fait est que les médecins hospitalisent tout le monde soupçonnés d’avoir la rougeole, et de ne fournir des données officielles que sur les personnes pour lesquelles le fait de la maladie a été prouvé en laboratoire. Autrement dit, les personnes en quarantaine dans les hôpitaux est infiniment plus que les données officielles de 950 citoyens. Et le médecin hygiéniste en chef du Kazakhstan est resté silencieux pendant cinq jours, disposant de données sur de nouvelles souches de rougeole, et bien au contraire, il a insisté sur le fait qu’il n’y avait pas d’épidémie dans le pays.

Au début, les parents refusaient de vacciner les enfants en raison de leurs croyances religieuses, mais tous les membres des réseaux sociaux ont commencé à dire que le refus de vaccination et de transfusion sanguine n’était pas conforme à la tradition islamique. Maintenant, il s’avère que les anciennes vaccinations sont généralement inefficaces et ne pourraient pas protéger contre la rougeole «ukrainienne». Ensuite, les responsables ont commencé à ressentir une frénésie frôlant la panique, lorsque les médecins exhortent quotidiennement les citoyens à se faire vacciner, bien qu’ils restent silencieux sur le fait que, cette fois-ci, ils ont fait venir de Russie d’énormes quantités de vaccin.

Craignant également la propagation de la grippe «géorgienne» à l’aéroport d’Astana, tous les citoyens géorgiens doivent être contrôlés par des médecins hygiénistes pour détecter les températures élevées et même dans le terminal, ils ont installé des capteurs spéciaux pour détecter les passagers malades. Cela prouve que les autorités kazakhes sont bien conscientes des menaces posées par les activités des laboratoires de biologie militaire américains en Ukraine, en Géorgie et dans leur propre pays, à Almaty, mais préfèrent garder le silence sur ce sujet, en inventant des versions idiotes.

La chose la plus intéressante est que le Centre américain de contrôle et de prévention des maladies a émis un avertissement spécial sur le danger de contracter la rougeole et a même inclus le Kazakhstan dans la liste des pays où il existe une menace biologique pour les citoyens américains. Les épidémiologistes américains recommandent vivement à leurs citoyens de se faire vacciner avant de se rendre au Kazakhstan. Ils ont même affiché un calendrier de vaccination indiquant le calendrier et les types de vaccins, en fonction de l’âge. Ce centre a même assigné une couleur de menace verte à son avertissement.

En fait, cela prouve indirectement l’implication des États-Unis dans la propagation de cette épidémie massive de rougeole. On peut en conclure que, dans la pratique, ce ne sont pas du tout des souches «ukrainiennes», mais plutôt des souches très américaines plantées à partir des laboratoires de référence des agents pathogènes dangereux dans trois républiques à la fois. Les autorités kazakhes essaient maintenant de nous dire que ces souches de rougeole de Dublin et de Kaboul sont arrivées dans le pays à cause de l’immigration, c’est-à-dire de l’arrivée massive de citoyens ukrainiens infectés. Mais c’est tout à fait ridicule! Comment expliquer comment que, sans Ukrainiens, il y a autant de malades infectés dans les villages reculés des régions d’Atyrau, de Mangystau, du Turkestan, d’Almaty et d’Akmola?

Il convient de noter que la première flambée de rougeole, comme l’épidémie de méningite survenue il y a un an, a été marquée dans la ville d’Almaty et dans les oblats d’Almaty, où le laboratoire de référence doté d’équipements coûteux est doté de 130 millions de dollars de double usage. C’est de là que vient la rougeole et, avant cela, la méningite vers les régions isolées du pays et ensuite ont abouti à Astana. Et rien d’autre!

Quel est le but du laboratoire de biologie militaire du Pentagone à Almaty?

Des scientifiques militaires américains, cachés derrière des activités diplomatiques, testent des virus créés artificiellement dans les laboratoires du Pentagone dans 25 pays (pays de l’ex-URSS (Azerbaïdjan, Arménie, Géorgie, Kazakhstan, Moldavie, Ouzbékistan et Ukraine (trois laboratoires), Moyen-Orient et Asie du Sud-Est. et Afrique), exposant des centaines de milliers de personnes d’infections provenant d’agents pathogènes et de maladies dangereuses, et nous, Kazakhstanais, sommes depuis longtemps des «cobayes». Si nous rappelons les épidémies massives de méningite qui ont eu lieu l’année dernière, ainsi que le décès de centaines de têtes de saigak il y a quelques années, l’émergence de foyers de maladies atypiques ou supprimés depuis longtemps, alors tout se met immédiatement en place.

 

Il est également nécessaire de prendre en compte le fait que le Kazakhstan est le territoire d’occurrence de pathogènes naturels de terribles maladies, telles que le charbon, la peste et de nombreuses autres espèces. Leurs versions modifiées artificiellement peuvent toucher des millions de personnes, la faune et la flore, ainsi que porter atteinte à l’agriculture et à l’économie du pays, et le territoire de notre État peut devenir un tremplin pour la propagation de ces maladies vers les pays voisins d’Asie centrale, Chine, Iran et Russie. De plus, le Kazakhstan est un pays membre de l’UEE, de l’Union douanière, de l’OTSC, de l’OCS, pour lesquels de nombreux obstacles sont assouplis ou supprimés.

Je déplore personnellement que la vaste expérience et les réalisations de scientifiques, épidémiologistes, biologistes, médecins soviétiques, ainsi que le matériel génétique de maladies collectées depuis près de 70 ans et la lutte contre les épidémies en Asie centrale et au Kazakhstan soient allés au Pentagone. Après tout, l’armée américaine a déployé ce laboratoire à Almaty sur la base d’un institut de recherche anti-peste liquidé par les autorités du Kazakhstan «indépendant». Naturellement, personne n’a demandé à la communauté scientifique, ni aux résidents d’Almaty, ni même aux autorités locales, puisque cet établissement d’armes biologiques a été ouvert sur ordre personnel du président Nursultan Nazarbayev!

Il est clair que cela résultait non pas d’une décision momentanée, mais d’un long processus pluriannuel visant à la liquidation des instituts de recherche soviétiques et au processus général de dégradation de la science nationale, de l’éducation, de la culture et de la redistribution active de la propriété, clôturé par instituts de recherche scientifique. À un moment donné, nous avons activement soutenu en 2010-13 la lutte des employés de «l’Institut de recherche sur les maladies de la peau et des maladies vénériennes» (NIKVI) contre la liquidation de leur institution, qui a eu lieu avec un succès variable auprès des fonctionnaires du ministère de la Santé.

À Astana et à Akorda, personne ne craignait que cela ne conduise à une catastrophe. Le même candidat en sciences médicales NIKVI, Azizov Davlet a déclaré que «la fermeture de NIKVI aura pour conséquence l’élimination du service de la peau vénérienne, ce qui provoquera une flambée de maladies de la peau au Kazakhstan», mais le pire est encore arrivé. Les autorités kazakhes ont, non seulement fermé, mais elles ont même transféré tous ces développements non seulement de l’institut anti-peste, mais également d’autres instituts de recherche médicale et scientifique de la RSS du Kazakhstan vers les  mains de biologistes militaires américains!

Par conséquent, nous sommes tous dans une zone de catastrophe biologique et écologique plus ou moins imminente, transformée en un grand terrain d’entraînement pour le développement de nouveaux agents pathogènes contre nous et contre la faune locale, et nous deviendrons bientôt un théâtre et un territoire pour les opérations militaires futures qui, comme nous le savons, sont hybrides. Cette « bombe » nous submergera, ainsi que des millions d’habitants des pays voisins. Devons-nous nous taire et avaler aussi calmement que la création en 2017 d’un dépôt de déchets radioactifs des centrales nucléaires américaines et japonaises, et du centre d’uranium faiblement enrichi de l’Est du Kazakhstan, construit avec de l’argent des États-Unis, de l’Union européenne et du Saoudien Saoudite?

Que devons-nous à faire

Il est clair que le gouvernement kazakh n’a aucune intention d’organiser des «référendums». Il y a quelques années, une enquête menée par l’agence Kazakhstan Today sur les habitants d’Almaty a été menée. 92% des personnes interrogées ont répondu NON à la question «Êtes-vous d’accord avec la création du biolaboratoire américain d’infections particulièrement dangereuses à Almaty? ”

Mais maintenant, il est déjà possible de s’organiser en groupes d’initiative sur les réseaux sociaux, en créant des pages spécialisées, en organisant des émissions vidéo, en enregistrant des vidéos et en les distribuant sur YouTube.

En conséquence, il est maintenant tout à fait réaliste de constituer un groupe d’initiatives composé de médecins, biologistes et journalistes, retraités ou en activité, qui seraient en mesure de lancer une telle campagne d’information et de rassembler des informations, ainsi que d’envoyer des demandes de renseignements concernant le danger potentiel d’une telle situation. Laboratoire de biologie militaire des États-Unis dans divers instituts de recherche des pays de la CEI et de l’UEE. Je pense que c’est assez réel! L’essentiel est de comprendre qu’il est nécessaire d’agir activement et d’élever la demande en faveur de l’élimination complète de la bombe biologique à Almaty!

Cela est suivi logiquement par les demandes de destruction du dépôt nucléaire, du centre d’uranium faiblement enrichi à Ust-Kamenogorsk et d’autres organisations militaires et paramilitaires des États-Unis et de l’OTAN au Kazakhstan, et cessation du transit des marchandises pour la guerre contre le peuple afghan.

Par Ainur Kurmanov, 10/2/2019

Coprésident du Mouvement socialiste du Kazakhstan, en particulier pour le News Front

Source : Epidemic In Kazakhstan: US Blamed for Germ Warfare Test

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Coronavirus : à ce jour, aucune mort d’un Blanc. Pourquoi les médias n’en parlent pas ?

« En ce qui concerne la  » race « (le gouvernement chinois) est honnête à   tel point que les officiels et journalistes américains devraient rougir de honte. Et l’honnêteté de la Chine ne fait que confirmer que ce n’est pas un virus dont les blancs meurent. »

 

« Si nous voulons éviter les souffrances, la panique et la mort futures – que ce soit à cause de virus ou autre chose – nous devons être comme les Chinois, capables de parler franchement de la race. » Lance Welton (VDARE.com)

 

L’histoire jusqu’à présent: Il n’y a toujours pas de cas confirmé de Coronavirus tuant quelqu’un d’autre que des Asiatiques de souche. Le rapport Drudge d’aujourd’hui (15 février) annonce en FRANCE   LA PREMIÈRE MORT EN DEHORS DE L’ASIE… mais l’histoire sous-jacente, de Bloomberg via Yahoo Finance, dit que la victime était un «touriste chinois de 80 ans». Drudge, bien sûr, ne fait qu’effrayer les clics. Mais pourquoi le reste des grands médias   et l’Establishment médical veulent-ils supprimer une possibilité qui pourrait apaiser les craintes dans le monde: que le coronavirus affecte de manière disproportionnée, et peut-être ne tue que les Asiatiques de l’Est?

Continuez à lire.

Prenant la position exactement opposée à la mienne, le Dr Sanjay Gupta, chef de la Conversation Médicale de CNN, a récemment affirmé que Corona «ne fait pas de discrimination fondée sur la race. Pourquoi le ferions-nous? »

Gupta a posé cette question la plus éveillée au directeur du CDC, le Dr Robert Redfield, en réponse à la décision de l’administration Trump de, selon les mots de Redfield, «de suspendre temporairement les voyages aux États-Unis de personnes qui n’étaient pas des Américains ou des résidents permanents qui avaient été dans la zone chaude au cours des 14 derniers jours.  » Cela va venir: le directeur du CDC avertit que le coronavirus va se répandre aux États-Unis,  probablement après 2020, par Tyler Durden, Zero Hedge, 14 février 2020].

Maintenant, évidemment, c’est un non-sens paranoïaque de prétendre que cette politique de Trump est discriminatoire sur la base de la «race». Les Canadiens d’origine chinoise n’auront aucun problème à entrer aux États-Unis tant qu’ils ne seront pas dans la «zone chaude» lors des deux dernières semaines. En revanche, les Britanniques blancs qui ont été dans la «zone chaude» au cours des quinze derniers jours se verront refuser l’accès aux États-Unis.

Et cela est parfaitement sensé si le virus ne fait pas de discrimination en fonction de la race, car si vous avez été à l’épicentre de l’épidémie de Corona, quelle que soit votre race, vous pourriez transporter cette maladie mortelle aux États-Unis, et il a des chances égales d’avoir un impact sur chaque citoyen américain.

Sauf que, comme je le dis depuis des semaines, la maladie fait apparemment une discrimination raciale. Il existe des différences raciales reconnues depuis longtemps dans la sensibilité aux virus pseudo-grippaux, c’est pourquoi la pandémie de grippe espagnole de 1918 a été beaucoup plus dévastatrice pour les Amérindiens et les Maoris que pour les Blancs (bien que la grippe espagnole, contrairement au Coronavirus jusqu’à présent, ait tué beaucoup d’autres races). Et certains types de grippe semblent être plus meurtriers pour les Asiatiques que pour les Blancs.

C’est la raison pour laquelle, comme je le dis, et je reste le seul à le dire, l’épidémie de SRAS de 2003, à propos de laquelle il y avait une panique similaire, a fini par tuer seulement, ou du moins principalement, les Asiatiques de l’Est.

Je soupçonne que les autorités savent que le Coronavirus fait une discrimination raciale. S’ils ne le savent pas, alors pourquoi le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Ahanom Ghebreyesus, a-t-il déclaré cette semaine qu’il s’opposait aux interdictions de voyager? Zero Hedge l’a cité dans son article ci-dessus:

«Nous réitérons notre appel à tous les pays pour qu’ils n’imposent pas de restrictions qui interfèrent inutilement avec les voyages et le commerce internationaux. De telles restrictions peuvent avoir pour effet d’augmenter la peur et la stigmatisation, avec peu d’avantages pour la santé publique. »

«Peu d’avantages pour la santé publique»? Si Corona ne fait vraiment pas de discrimination fondée sur la race, les avantages pour la santé publique d’interdire aux personnes venant de régions où le virus sévit d’entrer aux États-Unis seraient évidemment énormes. D’un point de vue utilitaire, ils dépasseraient largement l’impact négatif de la perturbation des échanges et quelques Chinois devraient entendre des remarques désagréables sur la consommation de chauves-souris.

Il n’y a qu’une seule façon dont ces restrictions auraient «peu d’avantages pour la santé publique» et interféreraient de manière injustifiée avec «les voyages et le commerce internationaux» – si Corona n’était mortel que pour les Asiatiques du Nord-Est et ne   donnerait à la grande majorité des Américains qui l’attrapent un cas irritant de grippe hivernale.

Si tel était le cas – et ce qui semble être le cas – alors le chef de l’OMS pourrait bien remettre en question la sagesse d’une interdiction de voyager.

Tout en étant naturellement incapable d’être honnête sur le pourquoi.

La crainte du directeur du CDC, Redfield, citée par Zero Hedge, que la maladie devienne un «virus communautaire» endémique aux États-Unis est tout à fait compatible avec cela: elle peut être limitée aux communautés d’origine chinoise.

De même, il y a eu une vague de gros titres la semaine dernière qu’une «femme américaine» était morte de Corona à Wuhan, par exemple. [Une citoyenne américaine décède du virus de Wuhan dans un premier décès non chinois confirmé, Par Youyou Zhou, Quartz, 8 février 2020]. Cependant, l’histoire de Quartz a ajouté:

Scott Gottlieb, ancien chef de la Food and Drug Administration des États-Unis, a déclaré à CNBC: « Nous verrons plus de cas aux États-Unis et beaucoup ne seront pas détectés. » Il a cependant ajouté qu’il ne s’attendait pas à une crise de niveau épidémique en Amérique.

Comment Gottlieb pouvait-il être si sûr qu’il n’y aurait pas d’épidémie aux États-Unis? Peut-être en partie parce que ce virus, comme tous les virus comparables, devient moins virulent lorsqu’il se transmet loin de l’épicentre. Mais plus important encore: peut-être parce qu’il n’y a tout simplement pas autant d’Asiatiques de l’Est aux États-Unis – c’est-à-dire des gens qui sont susceptibles d’être gravement touchés par Corona – et qu’ils ne vont pas le transmettre à d’autres Américains.

On peut assez souligner que l’Américain de 60 ans décédé à Wuhan n’était pas, malgré l’implication du titre Quartz, issu de personnes arrivées sur nos rives du Mayflower. Elle n’avait pas d’ancêtre collatéral pendu à Salem. Elle ne porte aucune culpabilité héréditaire pour ses ancêtres ayant détenu des esclaves en Caroline du Sud. Selon CNN:

    L’ambassade des États-Unis à Pékin a confirmé qu’une ressortissante américaine de 60 ans était décédée jeudi à l’hôpital Jinyintian de Wuhan, tandis que le gouvernement chinois présentait ses condoléances pour la mort d' »une sino-américaine ».

    [La Chine a le jour le plus meurtrier pour le coronavirus alors qu’une ressortissante américaine devient le premier étranger à mourir, par Lily Lee et Joshua Berlinger, CNN, 8 février 2020].

Le gouvernement chinois est peut-être l’un des plus secrets au monde. Mais, heureusement, quand il s’agit de «race», ils sont honnêtes à un degré qui devrait faire rougir les officiels et les journalistes américains. Et l’honnêteté de la Chine ne fait que confirmer que ce n’est pas un virus dont les blancs meurent.

Le coronavirus ressemble à une reprise du SRAS. Et le fait que le SRAS n’a tué que les Asiatiques de l’Est a échappé à l’attention des gens, mérite d’être examiné dans ce nouveau contexte.

Kevin MacDonald  a fait valoir que si la pression sociale et les avantages sociaux sont suffisamment forts, nous pouvons nous forcer – par le biais d’un processus appelé «contrôle efficace» – à croire que les mensonges sont vrais et à nous aveugler en face des faits qui ne sont pas conformes à la vision du monde qu’il est bénéfique d’accepter [Contrôle efficace, traitement explicite et régulation des prédispositions évoluées humaines, par Kevin MacDonald, Psychological Review, 2008].

Cela montre à quel point notre tabou sur la «race» est devenu pathologique . Le déni de race est si fort que d’éventuelles différences raciales dans l’incidence d’une maladie ne peuvent pas être mentionnées, ni même suggérées.

Si nous voulons éviter les souffrances, la panique et la mort futures, que ce soit à cause de virus ou de toute autre chose, nous devons être comme les Chinois, capables de parler franchement de race.

Ceux qui voudraient nous en empêcher – comme Angela Saini, et peut-être Sanjay Gupta – sont littéralement un danger pour l’humanité elle-même.

Source :

STILL No White Deaths from Coronavirus – Why Won’t the Media Talk About This?

Par Lance Welton (VDARE.com)

—————————————————————

 

 

 

 

Dinosaures:Le «moissonneur de la mort» un nouveau cousin de T. rex, découvert au Canada

Une image illustrant l’apparence probable du Thanatotheristes degrootorum.

 

Un nouveau type de dinosaure vient d’être découvert en Alberta par une équipe de chercheurs de l’Université de Calgary et du Musée royal Tyrrell. Faisant partie de la catégorie des célèbres tyrannosaures, le reptile géant a été baptisé du terrible nom de « faucheur de la mort ».

Selon une étude rendue publique le 10 février dans la revue Cretaceous Research, le Thanatotheristes degrootorum serait un très lointain cousin du redoutable T-Rex, même si les scientifiques préfèrent le relier à une autre catégorie de tyrannosaures : les Daspletosaurus. Il a été découvert à travers les restes d’un crâne de 80 centimètres trouvé en 2010 proche de la rivière Bow.

Le monstre aurait peuplé les plaines d’Amérique du Nord il y a environ 80 millions d’années à l’ère du crétacé. Au Canada, l’étude mentionne que les paléontologues n’avaient pas établi une si vieille espèce depuis un demi-siècle.

 

« C’est la plus ancienne apparition d’un grand tyrannosaure au Canada, a déclaré Darla Zelenitsky, coauteure de l’étude sur la découverte du dinosaure. Il a été trouvé dans une fenêtre temporelle plus ancienne que celle où les tyrannosaures précédents ont été trouvés. »

Le spécimen qui se distingue des autres groupes de tyrannosaures par la longueur de son museau mesurerait environ huit mètres de long. Les chercheurs indiquent qu’il était probablement la proie de plus grands dinosaures comme les Xénocératops à cornes et les Colepiochephales à tête bombée qui faisaient alors partie de l’écosystème.

 

Le Musée de paléontologie Royal Tyrrell de Drumheller est une institution, une référence mondiale qui fait rêver les passionnés de dinosaures. Le Musée nous a ouvert les portes de son laboratoire et Vincent Bonnay fait le tour du propriétaire.


PLUS DE DÉTAILS

Les chercheurs n’ont que deux crânes de cette nouvelle espèce, mais voici à quoi ressemblait le dinosaure il y a près de 80 millions d’années.

 

Le «moissonneur de la mort» est la première espèce de tyrannosaure nouvellement découverte à être nommée au Canada en 50 ans.

Les fossiles d’un cousin de Tyrannosaurus rex récemment découvert – un dinosaure vicieux mangeur de viande avec des dents dentelées et un visage monstrueux que les scientifiques appellent le « moissonneur de la mort », a été découvert en Alberta, au Canada. 

Âgé de 79,5 millions d’années, le Thanatotheristes degrootorum est le plus ancien tyrannosaure nommé connu du nord de l’Amérique du Nord, une région qui comprend le Canada et la partie nord de l’ouest des États-Unis, ont déclaré les chercheurs d’une nouvelle étude sur la découverte. Il s’agit également de la première espèce de tyrannosaure inconnue à être découverte au Canada en 50 ans. 

 

« Il aurait certainement été un animal assez imposant, mesurant environ 2,4 mètres (8 pieds) [de haut] aux hanches », a déclaré à Live Science le chercheur principal de l’étude, Jared Voris, étudiant au doctorat en paléontologie à l’Université de Calgary en Alberta.

T. degrootorum a vécu pendant la période du Crétacé , la dernière période de l’âge des dinosaures, qui a duré d’environ 145 millions à 65 millions d’années. L’imposante bête avait une bouchée de dents en forme de couteau à steak qui mesuraient plus de 2,7 pouces (7 centimètres) de long. Du museau à la queue, le dinosaure mesurait environ 26 pieds (8 mètres) de long, soit environ la longueur de quatre matelas king-size alignés bout à bout. 

Les chercheurs n’ont que deux crânes et mâchoires partiels du tyrannosaure nouvellement découvert (ils n’ont donc pas pu estimer sa masse , car les membres postérieurs sont nécessaires pour ce calcul), mais les fossiles mis au jour étaient suffisants pour définir la créature comme une espèce nouvelle, ils m’a dit.

Comme les autres tyrannosaures, le « moissonneur de la mort » (« Thanatos » est le dieu grec de la mort et « theristes » est le grec pour « moissonneur », c’est ainsi que l’équipe dérive des thanatotheristes ), avait d’étranges bosses sur son crâne qui lui ont donné un apparence monstrueuse. Mais il avait également une caractéristique unique: un ensemble distinct de crêtes verticales qui couraient de ses yeux le long de son museau supérieur. 

« Ces crêtes ne ressemblent à rien de ce que nous avons déjà vu dans d’autres espèces de tyrannosaures », a déclaré Voris. « Exactement ce que font les crêtes, nous ne sommes pas tout à fait sûrs. »

Cette illustration montre l’ensemble unique de crêtes sur le museau supérieur des Thanatotheristes.
Le crâne et les mâchoires d’un des spécimens Thanatotheristes récemment découverts. Ce dinosaure avait plus de dents que les autres espèces de tyrannosaures.

 

Les chercheurs ont les sections en blanc pour le premier crâne découvert par la famille Da Groot.

 

Les chercheurs de l’étude Darla Zelenitsky (à gauche) Jared Voris et François Therrien présentent les fossiles Thanatotheristes, qui font partie des collections du Royal Tyrrell Museum en Alberta, Canada.

Dinosaure  et rivage actuel

Des parties du crâne et des mâchoires du dinosaure ont été découvertes par le couple canadien John et Sandra De Groot de Hays, en Alberta, qui ont repéré les restes du dinosaure en 2010 sur la rive de la rivière Bow, dans le sud de l’Alberta. Un autre crâne a été trouvé à proximité, également dans la formation Foremost de l’Alberta, une unité rocheuse qui contient les restes de quelques espèces de dinosaures étonnamment. 

Les seuls autres dinosaures trouvés dans cette formation rocheuse étaient des mangeurs de plantes: le dinosaure à cornes et le parent Triceratops Xenoceratops foremostensis et le pachycephalosaur (un type de dinosaure avec un crâne en forme de casque) Colepiocephale lambei , co-chercheur de l’étude Darla Zelenitsky, professeur adjoint de paléontologie à l’Université de Calgary, a déclaré Live Science.  

Étant donné que ces herbivores appartiennent à la même couche rocheuse que T. degrootorum , il est probable qu’ils étaient le plat du jour au menu du carnivore, a déclaré Zelenitsky. 

La famille De Groot a parlé de la découverte au Royal Tyrrell Museum de l’Alberta, mais ce n’est que lorsque Voris a parcouru les collections du musée qu’il a réalisé qu’il s’agissait d’une nouvelle espèce. Après avoir étudié les crânes de près de 3 pieds de long (80 cm), Voris et ses collègues ont découvert que T. degrootorum était similaire à d’autres tyrannosaures du sud de l’Alberta et du Montana, y compris Daspletosaurus , car il avait un museau long et profond.

 

« Ces [caractéristiques] diffèrent des groupes de tyrannosaures dans d’autres régions: les parents les plus légers, comme Albertosaurus , qui avaient tendance à vivre un peu plus au nord dans le centre-sud de l’Alberta, et des formes plus primitives avec des visages plus courts et bouledogues du sud des États-Unis. , [y compris] le Nouveau-Mexique et l’Utah « , a déclaré M. Zelenitsky.

On ne sait pas pourquoi ces tyrannosaures avaient des types de corps et des formes de tête si différents, mais cela pourrait être dû à des différences de régime alimentaire – c’est-à-dire le type de proie qu’ils ont mangé et leur stratégie de chasse, a déclaré Zelenitsky. 

La nouvelle découverte montre que les tyrannosaures de type Daspletosaurus se diversifiaient dans la partie nord de l’ouest de l’Amérique du Nord il y a environ 80 millions d’années, a déclaré Steve Brusatte, paléontologue à l’Université d’Édimbourg en Écosse, qui n’était pas impliqué dans l’étude. Mais ces tyrannosaures au museau long et profond semblaient rester dans leur cou des bois, a-t-il dit.

« Cela semble être un thème plus vaste: il y avait différents sous-groupes de tyrannosaures caractéristiques de certains moments et endroits, et ils ne se sont pas tous mélangés », a déclaré Brusatte à Live Science. 

De plus, T. degrootorum n’était pas aussi énorme que T. rex , qui a vécu environ 12 millions d’années plus tard, mais sa découverte montre que les tyrannosaures « n’étaient pas tous des hypercarnivores colossaux comme T. rex , mais il y avait de nombreux sous-groupes qui avaient leur propre domaines et leurs propres types de corps uniques et probablement des styles de chasse au cours de la toute dernière période du Crétacé « , a déclaré Brusatte.

L’étude a été publiée en ligne le 23 janvier dans la revue Cretaceous Research . 

 

 

 

 

 

 

L’Antarctique vient de voir sa journée la plus chaude de tous les temps

Les températures en Antarctique auraient atteint 69,35 degrés Fahrenheit la semaine dernière, quelques jours seulement après avoir établi un nouveau record de 64,9 F.

température-en-hausse
température-en-hausse

 

Antarctique vient de connaître sa journée la plus chaude jamais enregistrée, atteignant un maximum de 69,35 degrés Fahrenheit (20,75 degrés Celsius) le 9 février, a rapporté une équipe de chercheurs argentins.

C’est la première fois que la température sur le continent dépasse 20 degrés C (68 F), ont déclaré les chercheurs au site d’information AFP.com , mais ce n’est pas la première fois que le continent enregistre un nouveau record ce mois-ci. Le 6 février, une station de recherche sur la péninsule Antarctique (la pointe nord-ouest du continent, la plus proche de l’Amérique du Sud) a signalé un maximum de 64,9 F (18,3 C) – dépassant le précédent record de 63,5 F (17,5 C), établi en mars 2015 .

Dans le même temps, la perte annuelle de glace de la calotte glaciaire antarctique a plus que sextuplé. Alors que l’océan environnant se réchauffe, d’énormes morceaux de glace se brisent et pénètrent dans la mer, diminuant lentement la côte glacée du continent. Si un glacier recule plus rapidement que de la nouvelle glace ne peut se former pour le remplacer, ce glacier pourrait s’effondrer, déversant potentiellement des milliards de tonnes de glace dans l’eau et contribuant à l’élévation du niveau de la mer. Selon la NASA, les deux glaciers de l’Antarctique qui rétrécissent le plus rapidement – le glacier Pine Island et le glacier Thwaites – contiennent suffisamment de glace vulnérable entre eux pour élever le niveau de la mer de 4 pieds (1,2 mètre).

La nouvelle température record s’adapte également au réchauffement climatique tendances du cours de la dernière décennie. Selon l’ONU, 2010 à 2019 a été la seule décennie la plus chaude jamais enregistrée, 2019 se classant comme la deuxième année la plus chaude jamais enregistrée (la plus chaude étant 2016). 

La tendance au réchauffement se poursuit déjà dans la nouvelle année: janvier 2020 a été classé comme le mois de janvier le plus chaud du record climatique de 141 ans. 

Un iceberg glisse dans l’eau de la péninsule Antarctique.

Le «  panache du manteau  » presque aussi chaud que le supervolcan de Yellowstone fait fondre la calotte glaciaire antarctique

 

 

L’Antarctique devient un peu chaud sous le col.

Une  étude a  révélé que juste sous la friche gelée du continent le plus froid du monde se trouvent des roches très chaudes, qui aident à faire fondre sa calotte glaciaire et à créer des lacs et des rivières .  

Comment chaud? Essayez 1800 degrés. La chaleur produite par les roches chaudes brûlantes – officiellement connue sous le nom de panache du manteau – a été mesurée à 150 milliwatts par mètre carré. Ce n’est pas loin de la chaleur produite dans le parc national de Yellowstone, qui est mesurée à environ 200 milliwatts par mètre carré.

L’étude est parmi les premières à dire qu’un panache de manteau existe sous Marie Byrd Land, une partie de l’Antarctique occidental. L’auteur principal de l’étude,  Helene Seroussi, du Jet Propulsion Laboratory de la NASA, pensait que c’était « fou » que ce soit là: « Je n’ai pas vu comment nous pourrions avoir cette quantité de chaleur et avoir encore de la glace dessus », a-t-elle déclaré .

 

Le but de l’étude était de comprendre comment la calotte glaciaire pouvait rester gelée avec un panache de manteau aussi chaud en dessous et de déterminer la quantité de chaleur fournie par le panache à la base de la calotte glaciaire.

Bien que la source de chaleur ne soit pas une menace nouvelle ou croissante pour la calotte glaciaire de l’Antarctique occidental, elle pourrait aider à expliquer pourquoi la calotte glaciaire s’est effondrée rapidement il y a environ 11000 ans et pourquoi elle est si instable aujourd’hui, a déclaré Seroussi.

En outre, il est important de comprendre les sources et l’avenir des eaux de fonte sous l’Antarctique occidental pour estimer le taux auquel la glace pourrait être perdue dans l’océan à l’avenir, a-t-elle ajouté.

Cette étude n’est pas liée au récent événement de mise bas des icebergs à Larsen C ou au changement de la glace de mer en Antarctique, a déclaré Seroussi.

Le panache du manteau est présent dans cette région depuis plus de 50 millions d’années, il existait donc avant le début de la calotte glaciaire antarctique. « Cependant, la présence du panache est importante, car elle suggère que la glace est plus vulnérable dans cette zone: cette chaleur supplémentaire réchauffe la glace, ce qui suggère une plus grande faiblesse face aux changements environnementaux futurs et passés », a-t-elle ajouté.