Nouvel Ordre Mondial:55 meurtres en 98 jours et Londres s’effondre dans le cauchemar de la criminalité non-blanche

Le lien racial avec le crime et le fléau du meurtre à Londres a été ouvertement admis par l’ex-chef noir de la «Commission pour l’égalité raciale», d’origine jamaïcaine, Trevor Phillips.

 

 

Dans une interview au Mail on Sunday, Phillips a appelé à «une police plus sévère dans les communautés noires frappées par des crimes de couteau que dans les zones blanches avec moins de violence» et a déclaré: «Ce ne sont pas des garçons blancs à Surrey qui poignardent ou poignardent d’autres personnes.

Phillips a également attaqué les dirigeants politiques « pour ne pas avoir reconnu que la montée du crime de couteau à Londres impliquait la course », a rapporté le journal.

«Nous devons être honnêtes et dire que la question centrale n’est pas que les garçons blancs de Surrey soient poignardés ou poignardent d’autres personnes. Les victimes et les auteurs sont principalement issus d’horizons différents et nous ne devrions pas avoir peur de le dire. Ils viennent généralement de milieux afro-antillais noirs « , a-t-il dit.

Phillips a appelé à la réintroduction du maintien de l’ordre «stop and search», une pratique qui a été stoppée en 2014 suite aux affirmations de la gauche selon lesquelles elle «visait injustement les Noirs et les minorités ethniques».

La vague de criminalité noire enveloppant Londres est souvent capturée sur des caméras mobiles et téléchargée sur des sites de médias sociaux, comme celui des Noirs attaquant et chassant la police d’une rue de la capitale britannique.

Un autre article du Mail a révélé que des Noirs âgés de neuf ans jouent à un jeu malade appelé « Scores » où ils gagnent des points pour avoir poignardé des gens et commis des crimes. Selon le rapport, la compétition «entre les gangs rivaux qui se disputent les uns les autres» est alimentée par les auteurs «se vantant de leur travail horrible sur les médias sociaux».

Un «tarif» informel des crimes va des éléments de bas niveau tels que l’invasion du territoire d’un gang rival à poignarder quelqu’un et finalement jusqu’au meurtre, le rapport a continué, ajoutant que «plus de points sont accordés si le couteau est inséré jusqu’à la poignée ou si la victime est poignardée au visage ou dans une autre zone où une cicatrice sera visible. « 

L’article a également révélé que la «musique préférée» des Noirs, appelée «Drill Rap», se caractérise par «des artistes masqués frappant à propos de drogues, de fusillades et de coups de couteau».

Comme on pouvait s’y attendre de la part de l’establishment, le ministre britannique de l’Intérieur, Amber Rudd, a annoncé un paquet de « nouvelles mesures » le week-end dernier après une semaine d’attaques violentes.

Les nouvelles mesures annoncées par Rudd comprennent des plans visant à rendre illégale la possession de certains types de couteaux et d’acide et à introduire des «ordonnances de restriction des télécommunications sur les drogues» qui permettront à la police de fermer les lignes téléphoniques utilisées par les gangs.

Aucune de ces mesures n’aura le moindre effet, parce que la cause du crime n’est pas l ‘«environnement», comme le croient les négationnistes, mais simplement le fait que Londres est majoritairement non-blanc et a donc une culture qui reflète le la majorité des habitants y vivent maintenant.

La seule «réponse» au «problème de la criminalité» de Londres est le rapatriement de sa population non-blanche importée vers son pays d’origine – tout le reste est une perte de temps.

 

 

 

Publicités

Du nouveau sur l’épave du U-Boat trouvé près des côtes du Danemark

En avril de cette année, lors d’un projet de cartographie des navires coulés dans la mer du Nord et Skaggerak, le musée de la guerre de la mer à Thyborøn a fait une découverte sensationnelle.

 

S’étendant sur 123 mètres de profondeur, à dix milles nautiques au nord de Skagen, se trouvait l’épave du type le plus avancé de sous-marin Kriegsmarine produit: un type XXI.

De toutes les armes développées par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, l’U-boat était l’un des plus redoutés, et à juste titre. Les sous-marins allemands étaient responsables du naufrage d’environ 2 779 navires, pour un total d’environ 14,1 millions de tonneaux de jauge brute – environ 70% de toutes les pertes de navires alliés sur tous les théâtres de guerre.

Ce bateau particulier, désigné U-3523, a été chargé en profondeur par un bombardier britannique Libérateur le 6 mai 1945 – le lendemain de la capitulation officielle de l’Allemagne. Il n’était pas engagé dans une mission mais essayait probablement de s’échapper.

La découverte a été d’autant plus surprenante que l’épave a été retrouvée à environ neuf milles marins à l’ouest de la position donnée par le bombardier britannique.

Le bateau de type XXI était le premier sous-marin conçu pour opérer principalement submergé, plutôt que de passer le plus clair de son temps comme navire de surface. Il a également eu une gamme beaucoup plus grande que les types précédents et pourrait théoriquement avoir navigué tout le chemin vers l’Amérique du Sud en une seule fois.

Le sous-marin découvert était l’un des deux qui ont fini en service sur les 118 commandés, et aucun d’eux n’a pris part au combat réel.

Après la guerre, la Grande-Bretagne, la France et la Russie ont tous construit un certain nombre de sous-marins ex-nazis de type XXI afin d’étudier la technologie.

En Russie, ils sont devenus connus sous le nom de bateaux de classe Whiskey et ont été utilisés jusque dans les années 1980. Un mémorable s’est échoué dans les skerries suédois.

En raison de la profondeur de l’épave, le musée n’a pas l’intention d’élever le sous-marin. Aujourd’hui, seul un exemple de ce type de sous-marin existe toujours. C’est au musée maritime de Bremerhaven.

 

 

 

Ré-écrire l’histoire:1941, Les Ukrainiens accueillent les troupes allemandes à la lumière des atrocités soviétiques (VIDEO)

Les Ukrainiens accueillent les troupes allemandes comme des libérateurs de la tyrannie soviétique.

 

Les habitants de Lvov ou de Lemberg, en Ukraine occidentale, accueillent les soldats qui entrent dans la ville. Les massacres de masse viennent à la lumière. Juste avant de fuir la ville, la police soviétique a utilisé des haches, des couteaux et des armes à feu pour tuer de nombreux Ukrainiens dans les locaux de la police du GPU. Les corps des victimes sont transportés depuis le bâtiment GPU et disposés pour identification. Des civils enragés se rassemblent pour se venger de ceux qui ont soutenu les Soviétiques.

Les Ukrainiens applaudissent lorsqu’une statue de Staline est détruite et qu’une affiche de propagande soviétique est détruite. Ce reportage est extrait de l’hebdomadaire allemand « Die Deutsche Wochenschau », n ° 566 du 9 juillet 1941. La narration en allemand. Durée: 3:54 mins

 

 

L’humain représente 0,01 % de la vie sur Terre, mais que dire de son impact?

Pour la première fois, des chercheurs ont réussi à mettre en chiffres la masse que représente la vie sur Terre. Leurs résultats montrent non seulement la petite place qu’y occupe l’humanité, mais surtout l’immensité de son impact.

En comparant l’humanité à l’ensemble de la vie sur Terre, notre espèce ne fait littéralement pas le poids. Malgré nos 7,6 milliards de personnes, nous ne représentons, en masse, que 0,01 % de la vie sur la planète. Pourtant, malgré notre apparente insignifiance, notre influence sur le reste de la vie terrestre est indéniable.

La folie humaine qui consiste a posséder une voiture polluante!

Changements climatiques, déforestation et surpêche sont tous des exemples cités couramment. Il est malgré tout difficile de réaliser l’ampleur de notre impact avant de le chiffrer. Une étude parue dans la revue PNAS nous donne un premier aperçu de la distribution de la vie sur Terre durant l’Anthropocène .

Estimer la vie

Pour parvenir à ces chiffres, les chercheurs ont estimé l’ensemble de la biomasse terrestre. Il y a plusieurs façons de la mesurer, mais ces derniers ont opté pour la masse de carbone, qui est l’élément sur lequel toute la vie terrestre est basée et qui a l’avantage d’éviter la variabilité de la teneur en eau.

Les abeilles maintiennent ressources vitales en légumes et en fruits …vivantes!
Si l’abeille disparait,l’humain pourrait suivre!

Pour arriver à leurs estimations, ils ont compilé des centaines d’études sur la présence d’êtres vivants à grande et à petite échelle. Ce genre de recensement est fait par observation à l’aide de satellites ou par l’analyse de l’ADN présent dans des cours d’eau ou dans le sol; il permet d’estimer les espèces présentes ainsi que leur nombre.

Leur premier résultat est astronomique : l’ensemble de la biomasse composée des êtres vivants sur Terre serait d’environ 550 gigatonnes de carbone (une gigatonne représente 1 milliard de tonnes). De ce nombre, 86 % se retrouve sur la terre ferme, 13 % est enfouis sous terre et seulement 1 % se retrouve dans les océans.

Voici un champignon géant en Orégon,USA.

Les championnes incontestées sont les plantes qui représentent, en poids, 82 % de toute la vie sur notre planète. Elles sont suivies des bactéries, qui représentent quant à elles 13 % de la vie.

Les 5 % restants regroupent donc toutes les autres formes de vie, des insectes jusqu’aux mammifères. C’est ainsi que les chercheurs ont pu affirmer que 0,01 % de la vie terrestre est humaine, soit trois fois moins que la masse de l’ensemble des virus ou de l’ensemble des vers.

Sur cette même lancée, la masse de l’humanité est aussi 12 fois plus petite que celle des poissons, 17 fois plus petite que celle des insectes ou 200 fois plus petite que celle des champignons.

La vie réarrangée pour nos besoins

Beaucoup de bétail pour nourrir les humains.

Même si ces chiffres sont étourdissants, ils révèlent à quel point l’humanité a modifié la vie sur Terre pour la mettre au service de ses besoins de consommation.

Seulement avec les mammifères, la masse de l’humanité passe soudainement à 36 %. Le groupe qui occupe le premier rang est… notre bétail! Environ 60 % des mammifères sur Terre sont des animaux d’élevage, tels que le bœuf, le porc et les autres animaux de la ferme. Cela signifie donc que les 4 % restants représentent l’ensemble des mammifères sauvages de la planète.

La situation n’est guère mieux pour les oiseaux, dont 70 % sont destinés à notre consommation. Les oiseaux sauvages forment les 30 % restants. Ces deux données montrent à quel point nos habitudes de consommation ont changé le cours de la vie sur Terre.

Les chercheurs ont aussi pu estimer que la masse de la vie a grandement diminué depuis l’arrivée de l’humanité. Jusqu’à 83 % des mammifères terrestres pourraient s’être éteints depuis les débuts de notre civilisation. Il en va de même pour 80 % des mammifères marins, 50 % des plantes et 15 % des poissons.

Un magnifique requin suit le surfer sur la vague!

Selon ces chercheurs, l’ampleur de la tâche ne leur permet pas de donner des chiffres précis. Il s’agit toutefois de la première évaluation globale de l’importance de la vie sur Terre, qui sert aussi de base pour évaluer l’impact environnemental de nos activités.

Libellule et fleur

 

 

 

 

 

 

Les fossiles d’Anticosti permettent une percée scientifique

Une équipe internationale de chercheurs a réussi, grâce notamment aux fossiles de l’île d’Anticosti, à démontrer que l’extinction massive survenue à la fin de la période géologique de l’Ordovicien serait liée à une chute brusque de l’oxygène dans les océans.

La majestueuse chute Vauréal constitue un joyau du parc national de l’île d’Anticosti

 

 

 

Les scientifiques qui étudient les fossiles avaient déjà pu remarquer une importante baisse du nombre d’êtres vivants dans les océans vers la fin de la période géologique de l’Ordovicien, soit près d’il y a 444 millions d’années.

Cette recherche a permis de préciser que la majeure partie de la disparition de ces espèces s’est produite il y a près de 444 millions d’années.

Certains avaient soulevé l’hypothèse d’une chute importante de la quantité d’oxygène présente dans les océans, mais il restait à le prouver.

L’étude des diverses strates de fossiles, couplée à celle des isotopes d’uranium présent dans les roches calcaires d’Anticosti et sensibles à la quantité d’oxygène dissoute dans les océans, a permis d’en faire la démonstration, souligne André Desrochers, professeur à l’Université d’Ottawa et codirecteur de l’équipe de recherche qui fait cette découverte.

Des fossiles de diverses espèces retrouvés à l’île d’Anticosti.

« On a fait des analyses d’isotopes en uranium, explique André Desrochers. Certains [de ces] isotopes sont très sensibles à la quantité d’oxygène dissous dans les océans. Ce dont on s’est aperçu, c’est que coïncidant avec cette chute importante de la biodiversité dans les océans, on avait une chute brusque de concentration de cet isotope d’oxygène. »

C’est donc près de 85 % de la vie marine présente il y a 444 millions d’années qui a disparu dans les océans en suffoquant par manque d’oxygène.

À l’époque, la majeure partie de la vie se retrouvait sous les océans avec des invertébrés et des plantes marines.

Deux membres de l’équipe du chercheur André Desrochers de l’Université d’Ottawa scrutent une paroi à la recherche de fossiles à l’île d’Anticosti.

 

Parallèle avec notre époque

Un certain parallèle peut être établi avec notre situation actuelle et servir de mise en garde, estime André Desrochers

« C’est quelque chose aussi qui est d’actualité parce que lorsqu’on regarde les océans aujourd’hui, on est en train de réchauffer, en train d’asphyxier les océans. Et des océans qui sont plus chauds retiennent de moins en moins d’oxygène. Donc, il y a peut-être une leçon à tirer de cette extinction de vie passée qui date de 444 millions d’années qu’il faut faire attention à notre terre. »

Fossiles et patrimoine mondial de l’UNESCO

C’est parce que ce site est au-dessus de la moyenne pour l’étude des fossiles que le dossier de candidature en préparation insistera sur la nécessité pour l’UNESCO de reconnaître l’île.

André Desrochers, qui a pris la direction scientifique du comité de pilotage de la candidature de l’île, précise que la préparation du dossier devrait prendre environ trois ans.

« Probablement [que] le plus important dans la prochaine année est de faire l’étude comparative, note André Desrochers. Il y a peut-être 25 à 30 sites similaires à Anticosti qui ont enregistré les mêmes événements géologiques. Il va falloir, à partir d’une étude très très exhaustive, démontrer qu’Anticosti se situe au numéro 1. »

Le dossier de candidature ne doit pas se limiter à souligner le caractère exceptionnel, il doit aussi inclure un plan de protection et de mise en valeur de l’Île au cours des prochaines années

 

 

 

 

Mystère en Arctique : ces rennes tournent en rond et personne ne sait pourquoi

Une incroyable vidéo tournée dans le nord-ouest de la Russie et publiée par un chercheur local laisse songeur. On y voit des troupeaux de rennes tourner en rond sans s’arrêter, une véritable course circulaire sans fin dont personne n’a encore trouvé la véritable raison.

 

Le 1er mai 2018, le chercheur Andrei Golovnev, par ailleurs directeur du musée d’ethnographie et d’anthropologie de l’Académie des sciences de Russie (Kunstkamera), a publié une vidéo surprenante sur sa page Facebook. Les images obtenues par un drone fin avril ont été tournées dans la péninsule de Kola, située dans l’extrême nord-ouest de la Russie.

 

Il est possible de voir sur ces images trois troupeaux de rennes tournant littéralement en rond à toute vitesse dans leur enclos. À défaut de donner une explication à ce phénomène, Andrei Golovnev a commenté la vidéo d’une façon non moins étonnante : « Un de mes amis dit que les combats et les tourbillons sont un chemin vers une réalité différente. »

Le fait est que ce phénomène reste toujours un épais mystère, puisque personne n’a donné d’explication jugée acceptable. Les images ont également été relayées sur le site officiel du musée de la Kunstkamera, et les internautes y sont allés de leur commentaire alors que certains évoquent des théories plus ou moins folles.

En effet, certains internautes pensent à des « cercles aliens » ou à « l’impact du champ magnétique de la Terre » puisque les animaux vivent près du Pôle Nord. D’autres personnes ont avancé des explications plus terre à terre. Il pourrait s’agir d’une technique de défense afin de protéger les individus les plus faibles contenus au centre du cercle, ou encore une manière de générer de la chaleur afin de résister au froid polaire. En revanche aucune de ces explications n’a été validée par un quelconque organisme scientifique, mais il ne serait pas surprenant que la question intéresse réellement quelques chercheurs.

 

 

 

 

 

 

Des milliers d’habitants de Hawaï évacués après l’éruption d’un volcan

Environ 10 000 personnes ont dû quitter leur domicile. C’est la première éruption du Kilauea depuis 2014.

Réveillé d’un sommeil de quatre ans, le Kilauea menace des habitants de Hawaï. Environ 10 000 d’entre eux ont été invités à se réfugier, jeudi 3 mai, après l’éruption de ce volcan. C’est la première depuis 2014.

Des « vapeurs et de la lave se sont échappées par une fissure dans la zone de Mohala Street », a écrit la Défense civile locale sur son compte Facebook, un responsable local précisant qu’environ 10.000 personnes habitent la zone concernée.

Un photographe local a filmé, à l’aide d’un drone, la lave s’échappant d’une faille qui s’est ouverte, avec l’éruption, dans un quartier résidentiel.

 

Des tremblements de terre annonciateurs

Cette éruption avait été précédée d’une série de tremblements de terre annonciateurs. A 10H30 jeudi, une secousse d’une magnitude 5 a eu lieu au sud du Puu Oo, une des bouches éruptives du Kilauea. Elle a déclenché des chutes de pierres et une potentielle rupture dans le cratère du volcan, selon l’Institut américain de géologie (USGS).

Un bref panache de cendres était en train de se dissiper en se déplaçant vers le sud-ouest du Puu Oo, a indiqué un responsable de USGS. Les autorités ont déclaré que l’éruption pouvait contenir des « concentrations potentiellement létales de dioxyde de soufre ».

 Au moins 26 maisons ont été détruites par l’éruption du volcan hawaïen Kilauea.

L’éruption a projeté de la lave à plusieurs centaines de mètres dans les airs et les évacués ne savent pas quand ils pourront rentrer chez eux.

Les structures incinérées se trouvent dans le secteur de Leilani Estates, où des fissures dans le sol laissent échapper de la lave en fusion, des gaz toxiques et de la vapeur.

Les autorités ont permis à quelques-uns des quelque 1700 évacués de rentrer brièvement chez eux pour recueillir des biens d’urgence, des médicaments et des animaux de compagnie.

© (USGS Hawaiian Volcano Observatory via AP)

Seuls les résidants des zones jugées sécuritaires pourront effectuer de telles visites chaque jour.

De la lave recouvre maintenant plus de 35 000 mètres carrés autour de la fissure la plus active. La progression de la lave est lente, mais inexorable.

Le volcan Kilauea compte parmi les plus actifs du monde et entre continuellement en éruption depuis 1983.