D’énormes « chiens-ours » peuplaient les Pyrénées il y a 12 millions d’années

Une mandibule fossilisée mise au jour dans les Pyrénées-Atlantiques en France appartient à une espèce d’amphicyonidés inconnue à ce jour, affirment des paléontologues associés au Musée d’histoire naturelle de Bâle, en Suisse.

Mieux connus sous le nom de chiens-ours», les amphicyonidés forment une famille éteinte de grands mammifères carnivores. Ces animaux étroitement apparentés aux canidés peuplaient une bonne partie de l’hémisphère Nord.

Apparus à l’éocène (il y a 36 millions d’années) et disparus au miocène moyen (il y a 7,5 millions d’années), ils représentent l’un des groupes de prédateurs les plus caractéristiques de l’ancienne faune européenne.

Tartarocyon cazanavei
Leur masse corporelle variait de 9 à 320 kg et leur régime alimentaire était typiquement mésocarnivore, omnivore, broyeur d’os et hypercarnivore», note le paléontologue Bastien Mennecart dans un communiqué publié par le musée.
La mandibule a été mise au jour dans la petite commune de Sallespisse, dans le département des Pyrénées-Atlantiques, dans le sud-ouest de la France. Elle a été extirpée d’un dépôt marin vieux de 12 à 12,8 millions d’années.
La mandibule a été mise au jour dans un dépôt marin vieux de 12 à 12,8 millions d’années.

Les scientifiques ont été frappés par la dentition de la mâchoire inférieure.

L’équipe a nommé la bête Tartarocyon cazanavei, nom inspiré du personnage de Tartaro, un borgne géant de la mythologie basque.

La masse corporelle d’un Tartarocyon est estimée à 200 kg, ce qui en fait l’un des plus gros prédateurs qui vivaient sur le territoire européen au miocène.

Les découvertes de fossiles de vertébrés terrestres qui vivaient il y a 13 à 11 millions d’années dans le nord des Pyrénées sont très rares, note le communiqué. Cette découverte et la description de la mâchoire inférieure sont d’autant plus importantes. Elles offrent l’occasion de mieux comprendre l’évolution des chiens-ours européens dans le contexte environnemental de l’époque.»

Le détail de ces travaux est publié dans la revue PeerJ (en anglais).

Holotype de Tartarocyon cazanavei de Sallespisse, France, en vues occlusale, linguale et labiale. Barre d’échelle – 5 cm. Crédit image : Sole et al ., doi : 10.7717/peerj.13457.

N’OUBLIEZ PAS DE VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE QUI SOUTIENNENT NOS SITES WEB EN DÉVELOPPEMENT
Sur ces liens:

Alerte climatique: l’Antarctique frappé par une vague de chaleur sans précédent

Plusieurs stations météorologiques du continent ont battu des records de température pour un mois de mars. « C’est un événement comparable au dôme de chaleur de 2021 en Amérique du Nord. Ce n’est pas censé arriver », a réagi sur Twitter un chercheur français.

La base franco-italienne de Concordia, le 24 janvier 2013 en Antarctique. (FRANCOIS LEPAGE / HANS LUCAS / AFP)
La base franco-italienne de Concordia, le 24 janvier 2013 en Antarctique. (

Coup de chaud sur le continent le plus froid de la planète. En Antarctique, plusieurs stations météorologiques ont battu, vendredi 18 mars, des records de chaleur, sidérant les scientifiques spécialistes de la région. Alors que l’automne commence sur ces terres australes, il a ainsi fait -17,7 °C sur la base russe de Vostok (contre -32,7 °C pour le précédent record mensuel), -12,2 °C à Concordia (record tous mois confondus) ou encore 4,9 °C à Dumont d’Urville, la base française de l’est du continent (contre 3,4 °C pour le précédent record mensuel).

 

Pour le chercheur Jonathan Wille, de l’université de Grenoble-Alpes, « c’est un événement comparable au dôme de chaleur de 2021 en Amérique du Nord. Ce n’est pas censé arriver. » 

 

Un événement favorisé par le changement climatique

Cette vague de chaleur intervient alors que la température planétaire grimpe sous l’effet du réchauffement climatique. Interrogé par le Washington Post (en anglais), Jonathan Wille rappelle qu’il est toujours difficile d’attribuer un événement ponctuel à ce phénomène global, mais précise que ce dernier favorise l’apparition de telles vagues de chaleur. « Nous pensons qu’elles deviendront plus intenses, parce que c’est juste de la physique. Mais nous sommes encore en train d’essayer de comprendre les détails. Il me paraît très difficile de dire qu’il n’y a pas la trace du changement climatique dans un événement comme celui-ci », poursuit le chercheur.

Pour le moment, Jonathan Wille ne s’inquiète pas d’une éventuelle fonte des glaciers. « On est plutôt en train de se dire : ‘tiens, c’est bizarre, cela pourrait arriver plus souvent à l’avenir. Et là, cela pourrait être grave », poursuit-il dans les colonnes du journal américain. D’éventuelles fontes en Antarctique alimenteraient encore un peu plus la montée des océans.

une vague de chaleur inédite enregistrée en Antarctique

La température a dépassé de 30 degrés les moyennes habituelles, vendredi 18 mars, dans l’Antarctique. Le réchauffement climatique se constate plus qu’ailleurs dans les régions polaires.

L’Antarctique est l’endroit le plus froid de la terre. Il n’est pas rare que les températures descendent à -80 degrés. Mais vendredi 18 mars, un record de chaleur a été enregistré : -11,8 degrés. Une donnée qui a laissé les chercheurs stupéfaits. « Ce sont des températures complètement anormales pour ce mois de mars. Normalement, les températures moyennes sont autour de -55 degrés », explique Julien Witwicky, glaciologue à la station Concordia-Antarctique.

Le dérèglement de la planète favorise ces vagues de chaleur

Le glaciologue a immortalisé l’instant par des photos. La douceur des températures a provoqué des chutes de neige, événement rare dans ces zones. Il est tombé environ dix centimètres de neige, l’équivalent d’un an de précipitations. Ce coup de chaud est dû à un phénomène météorologique appelé « rivière atmosphérique ». Il s’agit d’un long couloir d’air chaud et humide, constitué d’une grande quantité de vapeur d’eau. Il n’est pas possible d’associer ce phénomène au réchauffement climatique, mais il est certain que le dérèglement de la planète favorise ces vagues de chaleur. 


BIENVENUE DANS NOS BOUTIQUES EN LIGNE:

Vintage par Michel sur E Bay

 

 

 

 

 

…ET TOUJOURS NOTRE BOUTIQUE SUR ETSY:

VINTAGE par MICHEL

 

 

Sixième Extinction Massive:La Terre pourrait se réveiller pour anéantir l’humanité, selon ce scientifique

À 102 ans, l’écologiste et scientifique James Lovelock, de la Royal Society, émet l’hypothèse que la Terre pourrait se soulever pour anéantir l’humanité, à la manière d’un organisme chassant un parasite, dans une tribune publiée par le Guardian le 1er novembre. Sa théorie, dite théorie de Gaïa, est un avertissement qu’on aurait tort de balayer d’un revers demain.

James Lovelock

Pour l’écologiste anglais, les espoirs de vie sur la planète Terre sont minces si « nous continuons à traiter le changement climatique et la destruction de la nature comme des problèmes séparés ». Il explique que la « composition de l’atmosphère terrestre et la température de la surface sont activement maintenues et régulées par la biosphère, par la vie, par ce que les anciens Grecs appelaient Gaïa ». Un certain équilibre aurait perduré, notamment grâce aux forêts et aux océans qui ont permis à la planète de maintenir une température constante et optimale pour vivre. Cependant, les humains ont modifié cet équilibre. Les « deux actes génocidaires » causés par l’humanité sont selon le scientifique « l’étouffement par les gaz à effet de serre et le défrichement des forêts tropicales », provoquant des changements à une échelle « jamais vue depuis des millions d’années ».

« Mes frères humains doivent apprendre à vivre main dans la main avec la Terre, sans quoi le reste de la création, faisant partie de Gaïa, poussera inconsciemment notre planète vers un nouvel état dans lequel les humains ne seront peut-être pas les bienvenus », écrit James Lovelock dans sa tribune. Nommée Gaïa en référence à la divinité incarnant la Terre dans la mythologie grecque, sa théorie suggère que notre planète pourrait répondre à la manière d’un organisme vivant aux dégâts causés par l’humanité. Il n’exclue d’ailleurs pas que le coronavirus puisse être une conséquence du changement climatique. Si cela ne suffit pas, dit-il, « Gaïa fera plus d’efforts la prochaine fois avec quelque chose d’encore plus méchant. »

La théorie de Gaïa, reçue à ses débuts avec quelques sourires moqueurs, semble dramatiquement se confirmer au cours des années. « Nous pourrions également avoir d’autres surprises. La nature est imprévisible, encore plus à une époque de transition. » D’après James Lovelock, il faudrait mobiliser des ressources à l’échelle « d’une économie de guerre » et réduire considérablement la consommation de ressources fossiles, pour apaiser la colère de la planète bleue. 

Source : The Guardian 


EN COMPLÉMENTAIRE

Quelles autres catastrophes peuvent nous prendre par surprise ?

La pandémie de Covid-19 n’est pas encore derrière elle que l’humanité voit déjà se profiler des menaces qui mettent sa survie en jeu.

Après la crise, la crise continue

Sous les arbres plantés le long des rails du tramway, trois policiers pénètrent dans une rame. « Vous n’avez pas de masque », interpellent-ils un jeune homme qui regarde la place de Verdun par la fenêtre. « On va vous demander de descendre, s’il vous plaît, par rapport aux autres personnes », poursuivent-ils ce mercredi 13 mai 2020. À Grenoble, en Isère, les forces de l’ordre demandent régulièrement aux voyageurs qui ne respectent pas les mesures d’hygiènes imposées dans les transports en commun de quitter le tramway.

Pour quelques-uns, cette obligation a de quoi étonner. Non seulement le gouvernement a longtemps déconseillé aux Français de porter un masque, mais une enquête parue le 13 mai révèle qu’1,5 million de masques ont été détruits entre janvier et mars. Le Premier ministre affirme qu’ils étaient périmés, mais BFM TV jure que certains étaient utilisables et parle « d’un fiasco », alors que Mediapart évoquait dès le 2 avril un « mensonge d’État ».

Au moment où certains scientifiques prédisent l’arrivée d’une deuxième vague de coronavirus, un tel manque de préparation a de quoi inquiéter. D’autant qu’il ne concerne pas que la santé. L’incendie de Lubrizol, en octobre 2019, a montré à quel point le pays pouvait être menacé par ses usines, et le déluge tombé dans les Landes mercredi 13 mai 2020 prouve que la France est aussi vulnérable aux inondations. Or elle possède le plus grand parc de centrales nucléaires au monde. Si les typhons n’y sont pas aussi fréquents qu’au Japon, touché par l’accident de Fukushima en 2011, le dérèglement climatique risque de rendre les catastrophes naturelles de plus en plus fréquentes.

Dans son livre La prochaine catastrophe, le sociologue américain Charles Perrow pointe la vulnérabilité des réacteurs aux phénomènes naturels comme les ouragans. « Les tremblements de terre et les volcans sont des menaces omniprésentes », ajoute-t-il. En Indonésie, le supervolcan Toba présente un indice d’explosivité de 8, soit la plus haute valeur possible. Certains géologues estiment que son éruption, il y a quelque 73 000 ans, avait été si puissante qu’elle avait entraîné un hiver volcanique de près d’une décennie sur toute la planète, et un refroidissement pendant un millénaire.

Face à son réveil, difficile à anticiper, comme face à un astéroïde, nous serions certes bien désarmés. Mais il existe encore une foule de menaces minimisées. Dans son livre The Reality Bubble, la journaliste scientifique canadienne Ziya Tong a étudié les dix plus gros angles morts de l’humanité, où son habitat est peu à peu détruit sans qu’elle s’en aperçoive. Il faut souvent une crise, constate-t-elle, pour que les soubassements destructeurs de l’activité humaine apparaissent.

Les tempêtes solaires

Au large de Jakarta, entre les îles indonésiennes de Java et de Sumatra, le Krakatoa semble endormi, affaissé au milieu d’une mer d’huile. C’est le calme après la tempête. En décembre 2018, ce volcan s’est effondré des deux tiers, ce qui a entraîné un tsunami qui a fait près de 500 morts. En 1883, son explosion avait tué plusieurs dizaines de milliers de personnes. Et malheureusement, le Krakatoa n’est pas le seul géant endormi.

Selon le chercheur britannique Simon Day, de l’University College de Londres, un flanc du Cumbre Vieja est instable. Ce volcan situé sur les îles Canaries menace lui aussi de plonger dans l’océan, ce qui pourrait engendrer une vague de 650 mètres de haut, qui déferlerait sur les côtes européennes, africaines et jusqu’aux États-Unis. Cela dit, 138 des 157 tsunamis recensés avant 2005 avaient eu lieu dans le Pacifique, ce qui fait donc de l’océan Atlantique une zone moins sensible.

Aussi les habitants de ses côtes sont-ils sans doute plus menacés par la hausse du niveau des océans due, entre autre, à la fonte des glaciers. Selon une étude parue dans la revue Nature Communications en octobre 2019, 150 millions de personne vivent à des endroits qui seront sous le niveau de la mer d’ici 2050. Sans doute Ziya Tong dirait-elle qu’ils sont beaucoup à l’ignorer. Mais le danger pourrait venir de plus haut. À en croire une étude de l’université britannique de Warwick, des tempêtes solaires « assez grosses pour causer des perturbations significatives de nos réseaux et systèmes électroniques se produisent en moyenne tous les vingt-cinq ans ».

En 1989, ce phénomène causé par une éruption du Soleil avait entraîné une large panne électrique au Canada et en 2012, il s’en est fallu de peu pour que la planète ne soit plus affectée encore : « Si l’éruption s’était produite une semaine plus tôt, la Terre aurait été en ligne de mire », expliquait le scientifique Daniel Baker à la NASA. L’Agence spatiale européenne (ESA) veut lancer un satellite pour mieux comprendre ces éruptions mais les connaissances sont encore minces en la matière.

D’après une étude publiée par des chercheurs américains en 2018, les gens préfèrent rester dans l’ignorance, plutôt que d’être informés d’une mauvaise nouvelle. Une personne lambda aurait ainsi beaucoup de mal à imaginer une pandémie ou des incendies qui viendraient bouleverser son train de vie, et c’est aussi vrai des dirigeants. Pour Ziya Tong, cette habitude doit changer si l’on veut espérer provoquer un changement dans notre société, sinon, « ces catastrophes continueront à nous frapper de plus en plus fort ». Il faut espérer que des leçons durables seront tirées de la gestion de la crise actuelle.


SUPPORTEZ VOTRE SITE WEB FAVORI EN  VISITANT SA BOUTIQUE EN LIGNE…AFIN DE GARANTIR SA SURVIE:

Sur ce lien:Vintage par Michel

 

 

 

 

 

 

Un terrible scandale oublié:En 2017,en Australie, le blé OGM provoquait la mort de 21 millions de kangourous. Silence radio depuis

Un rapport alarmant du  Service fédéral russe de surveillance vétérinaire et phytosanitaire, ROSSELKHOZNADZORqui doit rendre compte des cas mondiaux d’abus d’organismes génétiquement modifiés (OGM) en vertu de la loi du 29 juin 2016 interdisant tous les aliments et activités OGM en Russie (qui a fait de la Russie le plus grand territoire sans OGM du monde) dit que les scientifiques du gouvernement australien ont manipulé génétiquement leur blé, ce qui a eu pour conséquence une hécatombe apocalyptique et historique pour les kangourous dont des dizaines de millions sont morts.

Le nombre de victimes kangourou 2016-2017
en Australie atteint maintenant un nombre stupéfiant 21.687. 258
Imaginez actuellement!

 

Selon ce rapport, la Russie ayant provoqué une onde de choc dans le monde cette année avec ses 81 millions de tonnes de production de blé, les experts de ROSSELKHOZNADZOR ont commencé à estimer ce que devrait être le calendrier de plantation de cette céréale vitale pour 2018-2019, avec une attention particulière à la production attendue des concurrents étrangers afin de ne pas créer une surabondance mondiale, qui à son tour, ferait chuter les prix.

Comme l’Australie, en 2015, était le 9ème producteur mondial de blé, les experts de russes ont estimé que la production de cette nation resterait autour de 25 millions de tonnes au moins jusqu’en 2020, surtout parce que les rendements moyens de blé de l’Australie, avaient plus que triplé en raison des progrès technologiques entre 1900 et 1990, mais n’avaient pas augmenté de 1990 à 2015 – et que, également en 2015, ils avaient signalé l’émergence d’une nouvelle maladie fongique appelée White Grain Disorder attaquant leur blé.

La maladie du grain blanc en Nouvelle-Galles du Sud en 2015

Au début de 2016, et alors que la récolte de blé stagnait, et même baissait à cause de cette  maladie, les scientifiques du gouvernement australien ont commencé à travailler avec Monsanto, la plus grande entreprise mondiale d’OGM. Cela fait 20 ans que les experts de ROSSELKHOZNADZOR savent qu’il y a un «régime de plantations secret» de diverses graines de céréales OGM en Australie, mais principalement dans les vastes champs de blé situés dans la région de Nouvelle-Galles du Sud.

Dès 1993, ce rapport indique qu’il est important de noter que les producteurs australiens de blé de la Nouvelle-Galles du Sud avaient mis en garde contre les dommages que les kangourous causaient à leurs récoltes. Par exemple,  la famille de Paul Remond qui possède 49.000 ha dans le nord de cette région, affirme que les kangourous détruisaient systématiquement au moins 10% et parfois plus de la moitié de son blé, et que le blé était devenu la principale source de nourriture de ces marsupiaux, tous exclusivement herbivores.

C’est donc que, fin 2016, des rapports ont commencé à émerger d’Australie, notamment dans la région de Nouvelle-Galles du Sud, indiquant que des centaines de kangourous ont été retrouvés morts  – et dont les cadavres étaient laissés intacts par les animaux charognards comme les corneilles, corbeaux noirs, les milans,  les chiens errants, etc. ne les mangeait pas.

Il y avait des dizaines de millions de carcasses de kangourous délaissées par les charognards

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du point de vue du rendement  du « régime de plantation secrète » du binôme Australie-Monsanto des cultures de blé OGM,  les experts de ROSSELKHOZNADZOR disent qu’il  est comme sans précédent, comme le prouve le Bureau australien de l’économie et des sciences agricoles (ABARES), indiquant que leur production de blé d’hiver de 2016-2017 avait augmenté de 49% à plus de 58,9 millions de tonnes métriques.

Coïncidant avec cette « gigantesque » augmentation des récoltes de blé OGM en Australie, il y a eu  l’apocalypse mortelle des kangourous, qui, après s’être nourri de ces champs de blé et de céréales     OGM, tombent comme des mouches et sont maintenant en train de mourir par les dizaines de millions d’une «maladie mystérieuse» qui cause la cécité, des hémorragies massives et  internes qui les tuent en moins d’une heure; et dont la mort est en augmentation constante et massive.

Quant à savoir pourquoi ces kangourous meurent massivement dans l’indifférence générale de l’Occident, il faut d’abord noter comment Monsanto a inondé des centaines de millions de dollars les meilleures universités du monde en récompensant certains des meilleurs chercheurs agricoles du monde – dont l’école australienne de recherche en biologie Solomon Lab pour la biosécurité du blé – et qui, à la fin de 2015, a utilisé des millions de ces dollars de Monsanto pour identifier la cause de la maladie des grains blancs.

Une fois la séquence d’ADN de la maladie du grain blanc fournie par les scientifiques australiens, Monsanto a ensuite créé une nouvelle graine de blé OGM, à laquelle ils ont  ajouté un composant de la fièvre hémorragique virale (HF) qui cause la mort massive des kangourous en Australie. 

Le nombre de kangourous était estimé à plus de 500 millions, et le gouvernement australien les a qualifiés de « pestes ravageuses ». Ce gouvernement a donc décrété leur massacre, ce qui a entraîné le plus grand massacre de la faune terrestre de la planète depuis que celle-ci existe [1].

Cependant, le plus grand danger de cette nouvelle et monstrueuse semence de blé OGM-Australian-Monsanto est que les fièvres hémorragiques virales sont en train de muter et pourraient se propager dans l’air. Si cela se produit, on verrait des dizaines de millions de citoyens australiens étendus morts à côté de leurs «amis» kangourou, mais aucun d’entre eux ne sera capable de comprendre qui sont les vrais monstres responsables de leur mort en masse.

Il en sera de même pour les animaux et pour les humains qui mangeraient, consciemment ou non, de ce blé Mansanto-Australien. Le principe de précaution le plus élémentaire  nous dicte d’acheter du blé non-OGM.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


EN COMPLÉMENTAIRE

LA MÊME ANNÉE (EN 2017),LE GOUVERNEMENT AUSTRALIEN CHERCHAIT À ÉLIMINER TOTALEMENT LES KANGOUROUS AU MOYEN D’UNE CLÔTURE

Moyens différents,mais même hécatombe meurtrière! Des inquiétudes ont été soulevées après que des kangourous ont été retrouvés abattus à l’intérieur de clôtures en grappes.

 

 

(Article de 2017)

Des clôtures pour contrôler les chiens sauvages dans l’ouest du Queensland financées par le gouvernement de l’État sont utilisées pour aider à piéger et à tuer « cruellement » la faune indigène, selon les tireurs de kangourous.

Le gouvernement de l’État a dépensé plus de 31 millions de dollars pour ériger des clôtures en grappes pour contrôler les chiens sauvages dans l’ouest du Queensland, mais des inquiétudes ont été exprimées quant au fait que les clôtures facilitaient la cruauté envers les animaux et interrompaient la migration de la faune indigène.

Les clôtures en grappes sont une barrière à mailles hautes qui longe également le sol, érigée par un groupe de propriétés qui ont demandé au gouvernement d’éloigner les parasites sauvages de leurs terres.

Le tireur de kangourous de Cunnamulla, Tom King Senior, a déclaré que les clôtures coupaient les kangourous et les émeus de la nourriture et de l’eau.

« Je vois beaucoup de roos contre la clôture en grappe qui ne peuvent pas passer et je vois des kangourous périr parce qu’ils ont l’habitude d’aller aux points d’eau, ils ne peuvent plus passer à travers la clôture jusqu’aux points d’eau maintenant », a-t-il déclaré. mentionné.

« Ils meurent de soif ou de faim parce qu’il n’y a pas de nourriture dans certains des endroits où ils se trouvent, de sorte que les kangourous ne peuvent plus migrer. »

M. King a également déclaré que certains propriétaires fonciers invitaient des tireurs sportifs sur leurs propriétés pour tuer les kangourous coincés le long des clôtures et que cela n’était pas toujours fait avec humanité.

« J’ai vu des kangourous abattus du bout des oreilles au bout de la queue juste emportés et laissé le joey dans la poche encore vivant.

« Vous ne pouvez pas comprendre cela – c’est juste quelque chose qui est incontrôlable et je pense que quelque chose doit être fait à ce sujet. »

Le tireur de kangourous basé à Surat, Geoff Moore, a déclaré que d’autres propriétaires terriens utilisaient du poison pour tuer des kangourous à l’intérieur d’une clôture en grappe.

« Ils le ferment à leur bétail et mettent de l’urée dans l’abreuvoir et les roos y vont boire un verre parce qu’ils ne peuvent pas accéder aux rivières, aux ruisseaux ou aux points d’eau et cela les décime », a-t-il déclaré.

Les aînés autochtones en colère contre le manque de consultation

L’aînée de Murrawri, Geraldine Robinson, a déclaré que les propriétaires traditionnels de Cunnamulla n’avaient pas eu la possibilité d’effectuer un défrichement de la zone de travail avant que la terre ne soit défrichée pour construire les clôtures en grappe.

« Nos vieillards y seront peut-être enterrés », dit-elle.

« Cela vous donne la nausée que ces non-autochtones puissent s’en tirer sans consulter les propriétaires traditionnels.

« Je ne suis pas le seul – la moitié de la ville est sauvage parce que Cunnamulla est principalement une ville aborigène.

Les aînés autochtones Geraldine Robinson et John Bird marchent le long d'une clôture en grappe près de Cunnamulla, dans l'ouest du Queensland
Les aînés autochtones Geraldine Robinson et John Bird marchent le long d’une clôture en grappe

 

L’aîné de Badjiri, John Bird, a qualifié le manque de consultation de dégoûtant.

« Tout ce qui m’inquiète, c’est le côté culturel des choses, les sites et les lieux de sépulture et il y a beaucoup de lieux de sépulture dans ce pays et je sais où ils se trouvent », a-t-il déclaré.

Les clôtures en grappes paralyseront les communautés rurales

La porte-parole de Warroo Game Meats, Betty Mickleborough, emploie environ 25 à 30 personnes à Surat et a déclaré que le nombre de kangourous traités avait diminué de moitié depuis l’introduction des clôtures en grappes.

« Sans nous ici, beaucoup de ces gens dans cette petite ville devraient partir et déménager à cause de la fermeture de l’industrie minière – il n’y a pas beaucoup d’emplois dans ces villes de l’arrière-pays », a-t-elle déclaré.

Mme Mickelborough a déclaré qu’elle avait fait part de ses préoccupations au sujet de la diminution de l’offre auprès du gouvernement de l’État, mais que cela était tombé dans l’oreille d’un sourd.

« Je ne veux pas les voir être totalement détruits parce que c’est un animal adorable », a-t-elle déclaré.

Des employés travaillent à l'usine de transformation de kangourous de Warroo Meats à Surat
Warroo Game Meats emploie environ 25 à 30 personnes à Surat

Mais le porte-parole d’AgForce, Michael Allpass, a défendu les clôtures et a déclaré que le programme visait à contrôler les chiens sauvages.

« Ceux qui ont des clôtures ont déjà vu une augmentation de la production intérieure des taux d’agnelage de 20 à 80 et 90 pour cent », a-t-il déclaré.

« La raison pour laquelle les transformateurs ne voient pas le nombre de kangourous à travers le traitement en vaut la peine en raison du manque de marché.

« Il y a eu la possibilité pour tout le monde de faire des commentaires et de soulever toutes les préoccupations qu’ils auraient pu avoir. »

Le maire et éleveur du Paroo Shire Council, Lindsay Godfrey, a déclaré que la construction des clôtures avait eu un effet positif sur l’économie de Cunnamulla.

« Il y aura beaucoup de gens qui travaillent qui ne travailleraient pas là-bas autrement qui paient des impôts – ce projet [de clôture] est un exemple exceptionnel de réussite. »

Dans un communiqué, le gouvernement de l’État a déclaré avoir accordé cette année 120 permis d’atténuation des dommages, ce qui a permis aux agriculteurs d’abattre jusqu’à 1 000 kangourous à la fois.

Il a déclaré qu’il n’avait reçu que deux plaintes relatives à la cruauté envers les animaux, mais n’a pas pu étayer les allégations.

Une foule de kangourous paissent dans un cimetière de Cunnamulla, dans l'ouest du Queensland.
Des kangourous paissent dans un cimetière de Cunnamulla, dans l’ouest du Queensland.

NOTES

1-Une hécatombe comparable causée par les immigrants européens en Amérique du Nord a causé la mort de plusieurs millions de bisons. 

Alors que les Européens se déplaçaient de plus en plus vers l’ouest des Etats-Unis dans les années 1800, la chasse au bison s’est développée dans des proportions extrêmes, non seulement sa viande et sa fourrure se vendaient pour un bon prix mais le gouvernement encourageait son abattage comme un moyen de déplacer et affamer les indiens qui en dépendaient pour se nourrir.

Les passagers des trains tiraient sur les bisons qu’ils croisaient juste pour s’amuser.

En un siècle la population de bison est passée de centaines de millions à moins de 1000 animaux.

Il a été sauvé par les efforts de conservation entrepris par Théodore Roosevelt, on estime aujourd’hui leur nombre à 500 000.

L’aire naturelle des bisons en Amérique du Nord:au nord en plus pâle:les bisons des prairies et au sud en foncé: les bisons des forêts.

 

De nombreux dessins venus de la préhistoire prouvent l’importance des bisons pour l’humanité depuis des dizaines de millénaires.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une petite bisonne marche devant sa mère.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


VISITEZ NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE QUI PERMET NOTRE SURVIE FACE À LA CENSURE ACTUELLE DES MÉDIAS:

*Les revenus générés par notre boutique vont nous permettre d’améliorer Michelduchaine.com dès maintenant!Merci à nos visiteurs et clients!

S’il-vous-plait,partagez le lien de notre boutique et invitez vos ami(e)s:

Vintage par Michel

 

 

 

Astronomie:Les scientifiques ont peut-être trouvé la première planète connue en orbite autour de trois étoiles

Une image réalisée par le télescope ALMA, à gauche, montre la structure annulaire du disque GW Ori, l’anneau le plus interne étant séparé du reste du disque. Les observations de SPHERE, à droite, montrent l’ombre de cet anneau le plus interne sur le reste du disque.Crédit…

 

 

 

 

Les astronomes ont découvert plusieurs planètes en orbite autour de deux étoiles à la fois, appelées planètes circumbinaires. Et maintenant, ils pourraient avoir trouvé la première planète en orbite autour de trois étoiles , rapporte The New York Times. Un système stellaire à 1300 années-lumière de la Terre appelé GW Ori a deux étoiles en orbite étroite l’une autour de l’autre avec une troisième étoile plus loin qui les entoure, et un énorme disque de poussière qui entoure les trois (vue d’artiste, en haut à gauche). Ce disque poussiéreux est divisé en trois anneaux, avec un grand espace entre l’anneau intérieur et les deux autres. Les scientifiques se sont demandé si cet écart dans l’anneau était un symptôme du couple gravitationnel causé par les trois étoiles, ou s’il s’agissait plutôt d’une preuve que la première planète « circontriple » connue a creusé son orbite. Une nouvelle modélisation pointe vers une planète massive – ou même plusieurs planètes – comme le meilleur moyen d’expliquer cet écart , rapportent des scientifiques dans les Monthly Notices of the Royal Astronomical Society. Si cela est confirmé, cela pourrait renforcer l’idée que les planètes se forment plus fréquemment dans l’univers qu’on ne le pense, même dans des systèmes particulièrement étranges.

 


UNE DÉCOUVERTE FANTASTIQUE

 

Animation d’un artiste du mouvement des trois étoiles au centre de GW Orionis, basée sur un modèle informatique utilisant des observations faites par le Very Large Telescope de l’Observatoire européen austral. Animation par ESO/Exeter/Kraus et al./L. Calçada

 

GW Ori est un système stellaire situé à 1 300 années-lumière de la Terre dans la constellation d’Orion. Il est entouré d’un énorme disque de poussière et de gaz, une caractéristique commune des jeunes systèmes stellaires qui forment des planètes. Mais de façon fascinante, c’est un système avec non pas une étoile, mais trois.

Comme si cela n’était pas assez intriguant, le disque de GW Ori est divisé en deux, presque comme les anneaux de Saturne s’ils avaient un espace énorme entre eux. Et pour le rendre encore plus bizarre, la bague extérieure est inclinée à environ 38 degrés.

Les scientifiques ont essayé d’expliquer ce qui se passe là-bas. Certains ont émis l’hypothèse que l’espace dans le disque pourrait être le résultat de la formation d’ une ou plusieurs planètes dans le système. Si tel est le cas, ce serait la première planète connue qui orbite autour de trois étoiles à la fois, également connue sous le nom de planète circumtriple.

Maintenant, le système GW Ori a été modélisé plus en détail, et les chercheurs disent qu’une planète – un monde gazeux aussi massif que Jupiter – est la meilleure explication de l’écart dans le nuage de poussière. Bien que la planète elle-même ne soit pas visible, les astronomes pourraient l’observer se tailler son orbite au cours de son premier million d’années d’existence.

Un article sur la découverte a été publié en septembre dans les Monthly Notices of the Royal Astronomical Society. Les scientifiques disent que cela réfute une explication alternative – que le couple gravitationnel des étoiles a nettoyé l’espace dans le disque. Leur article suggère qu’il n’y a pas assez de turbulence dans le disque, connue sous le nom de viscosité, pour que cette explication suffise.

La découverte met également en évidence combien il reste encore à apprendre sur les manières inattendues dont les planètes peuvent se former.

 

 

 

 

 

 

 

 

Quiconque a regardé « Star Wars » (l’original de George Lucas) est familier avec les planètes qui peuvent avoir deux étoiles montantes et descendantes dans leur ciel. La maison poussiéreuse de Luke Skywalker, Tatooine, était dans un tel système stellaire binaire. Mais une planète en orbite autour de trois étoiles serait plus inhabituelle.

Si une forme de vie familière pouvait habiter une géante gazeuse comme celle qui serait en orbite autour de GW Ori, elle ne serait pas réellement capable de voir les trois étoiles dans son ciel. Au contraire, ils ne verraient qu’une paire alors que les deux étoiles les plus à l’intérieur orbitent si près qu’elles apparaissent comme un seul point de lumière. Pourtant, au fur et à mesure que la planète tournait, ses étoiles se levaient et tombaient dans des levers et couchers de soleil fascinants qui ne ressemblent à aucun autre monde connu.

« ‘Star Wars’ a raté un tour », a déclaré Rebecca Nealon de l’Université de Warwick en Angleterre, co-auteur de l’article.

Les scientifiques ont recherché une planète en orbite autour de trois étoiles et ont trouvé des preuves potentielles dans un autre système, GG Tau A , situé à environ 450 années-lumière de la Terre. Mais les chercheurs disent que l’écart dans l’anneau de gaz et de poussière de GW Ori en fait un exemple plus convaincant.

« C’est peut-être la première preuve qu’une planète circumtriple creuse un fossé en temps réel », a déclaré Jeremy Smallwood de l’Université du Nevada à Las Vegas, auteur principal du nouvel article.

William Welsh, astronome à l’Université d’État de San Diego, a déclaré que les chercheurs « présentent de bons arguments. Si cela s’avérait être une planète, ce serait fascinant.

Alison Young de l’Université de Leicester en Angleterre, qui a soutenu que les étoiles de GW Ori ont causé l’espace dans le disque du système, plutôt qu’une planète, note que les observations du télescope ALMA et du Very Large Telescope au Chili dans les prochains mois pourraient mettre fin au débat .

« Nous serons en mesure de rechercher des preuves directes d’une planète dans le disque », a déclaré le Dr Young.

Si l’hypothèse de la planète est confirmée, le système renforcerait l’idée que la formation des planètes est courante. Plusieurs mondes, connus sous le nom de planètes circumbinaires, sont déjà connus pour orbiter deux étoiles à la fois. Mais les planètes circumtriples ont été plus difficiles à trouver – malgré les estimations selon lesquelles au moins un dixième de toutes les étoiles se regroupent dans des systèmes de trois ou plus. Pourtant, leur existence possible suggère que les planètes surgissent dans toutes sortes d’endroits, même ici dans ce système des plus étranges.

« Trois étoiles ne suffisent pas pour tuer la formation des planètes », a déclaré le Dr Nealon.

Cela suggère que les exoplanètes sont susceptibles d’apparaître dans des endroits de plus en plus inhabituels. « Ce que nous avons appris, c’est que chaque fois que les planètes peuvent se former, elles le font », a déclaré Sean Raymond, un astronome de l’Université de Bordeaux en France qui n’était pas impliqué dans l’article.

Peut-être même un monde en orbite autour de quatre, ou cinq, ou six étoiles à la fois ?

« Pourquoi pas ,dit-il.


SUPPORTEZ VOTRE SITE WEB FAVORI EN VISITANT SA BOUTIQUE EN LIGNE:

Sur ce lien: Vintage par Michel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Diseurs de Vérité:Selon le FBI,la part des Noirs parmi les auteurs de meurtres connus atteint un record de 56,5% aux États-Unis

Le FBI a finalement publié ses données 2020 Uniform Crime Reporting de la plupart (mais, comme d’habitude, pas de tous) des organismes chargés de l’application de la loi aux États-Unis. Je me concentre sur les meurtres, le crime le plus précisément signalé.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les meurtres et les homicides involontaires non par négligence ont augmenté de 29,4%, un record, conformément à mon estimation du 6 janvier 2021 : « Par conséquent, le chiffre national se situe peut-être dans la fourchette de croissance de 25 à 30%, le double de la pire année enregistrée auparavant, 1968.

Dans les données élargies du FBI sur les homicides, la part noire des auteurs de meurtres connus a atteint un nouveau record de 56,52 %.

Mais, la grande nouvelle est que, tandis que le nombre de meurtriers connus (qui peuvent donc être classés selon la race) a augmenté de 17,3 pour cent, le nombre de auteurs de meurtres inconnus a augmenté de 36,0 %. Traditionnellement, les meurtres dans les quartiers noirs ont tendance à avoir le taux d’élimination le plus bas, avec des vifs d’or qui se font des points de suture.

Ainsi, la part des Noirs parmi les auteurs de meurtres a probablement encore augmenté.

Comme d’habitude, les statistiques du FBI regroupent négligemment les Hispaniques et les Blancs non hispaniques dans une supercatégorie blanche qui n’est pas en phase avec la façon dont la plupart des agences gouvernementales envisagent la race et l’ethnicité au cours de la dernière génération. Par conséquent, je regarde juste le noir par rapport au non-noir (blanc, hispanique, asiatique, indien d’Amérique, etc.).

Avec le nouveau recensement 2020, un delta assez important s’est ouvert entre le pourcentage de personnes qui se disent racialement noires et rien d’autre (12,4%, y compris les Hispaniques noirs) par rapport aux personnes qui se disent toutes noires ou aussi noires et autre chose. (14,2%).

Quelle définition du noir les flics utilisent-ils lorsqu’ils accusent quelqu’un de meurtre ? Je ne sais pas… probablement certains utilisent un moyen, d’autres un autre.

Si vous utilisez le dernier chiffre plus large pour la population au moins partiellement racialement noire de 14,2%, alors le rapport des délinquants noirs (et noirâtres) pour meurtre connus aux délinquants pour meurtre non noirs connus en 2020 était de 8,4 pour 1. (Si vous utilisez le plus chiffre restrictif de noir uniquement de 12,4%, vous obtenez un rapport noir à non-noir de 9,8 à 1.)

Incroyablement, même le rapport le plus faible (au moins partiellement noir) de 8,4 pour un est un peu plus élevé que le rapport par habitant entre hommes et femmes auteurs de meurtres connus de 7,5 pour 1.

(Je suppose que les femmes s’en tirent moins souvent que les hommes sans être détectées, car elles volent rarement des étrangers et une grande partie de leurs meurtres sont des domestiques. Ainsi, le ratio hommes/femmes est probablement plus élevé parmi les délinquants inconnus que parmi les délinquants connus. )

Je me demande si les Noirs ont en moyenne plus de délinquants par meurtre que les non-Noirs ? Par exemple, les trois gars dans la voiture sont-ils accusés du meurtre en voiture ? Les tueurs blancs ont tendance à être des décideurs solitaires – dans la plupart des niveaux de la société blanche, « Hé, allons assassiner un gars » n’est pas une suggestion populaire. Mais, si cela est vrai, comment cela aurait un impact sur ces ratios est une question difficile.

Par exemple, bien que la Louisiane ait enregistré le taux de meurtres le plus élevé au cours des 30 dernières années, certains analystes soupçonnent que si davantage de PD du Mississippi prenaient la peine d’envoyer leur nombre, le Mississippi serait n ° 1 avec une balle.

Les victimes de meurtre ont moins augmenté dans les 85 % des services de police qui ont soumis des données étendues sur les homicides au FBI (+22,2 %) que dans l’ensemble du pays (+29,4 %). Parmi ces départements, les victimes noires ont augmenté de 2 164 cadavres par rapport à une augmentation de 1 015 victimes de meurtre pour tous les non-noirs.

Ainsi, les Noirs représentaient 68,1% des victimes de meurtres supplémentaires en 2020, l’année du Reckoning racial.

Heckuva un travail, Black Lives Matter !

Fait intéressant, le nombre de victimes de meurtres asiatiques a très légèrement diminué en 2020 par rapport à 2019, malgré tous les discours sur Trump mentionnant la « grippe chinoise » provoquant une vague de violence anti-asiatique.

Source : La revue Unz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


SOUTENEZ MICHELDUCHAINE.COM EN VISITANT SA BOUTIQUE EN LIGNE

Sur ce lien:Vintage par Michel

 

 

 

 

 

Photos et vidéo du jour:Le vélo est la mort lente de la planète

 

Le vélo est la mort lente de la planète.

Le directeur général d’Euro Exim Bank Ltd. a fait réfléchir les économistes lorsqu’il a déclaré :

« Un cycliste est une catastrophe pour l’économie du pays : il n’achète pas de voitures et n’emprunte pas d’argent pour acheter. Il ne paie pas les polices d’assurance. Il n’achète pas de carburant, ne paie pas l’entretien et les réparations nécessaires. Il n’utilise pas de parking payant Il ne cause pas d’accidents graves Il n’a pas besoin d’autoroutes à plusieurs voies Il ne grossit pas.
Les personnes en bonne santé ne sont ni nécessaires ni utiles pour l’économie. Ils n’achètent pas de médicaments. Ils ne vont pas dans les hôpitaux ou les médecins. Rien n’est ajouté au PIB du pays (produit intérieur brut).
Au contraire, chaque nouveau restaurant McDonald’s crée au moins 30 emplois : 10 cardiologues, 10 dentistes, 10 diététiciens et nutritionnistes, et bien sûr + des personnes qui travaillent dans le restaurant lui-même. »

Choisissez bien : cycliste ou McDonald’s ? Cela vaut la peine d’être considéré.

C’est un excellent moyen de garder un système immunitaire fort et de vivre plus longtemps.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On peut même pratiquer du vélo aquatique
On peut même pratiquer du vélo aquatique

 


SOUTENEZ MICHELDUCHAINE.COM EN VISITANT SA BOUTIQUE EN LIGNE:

Sur ce lien que vous pourriez partager…svp:Vintage par Michel

 

 

 

 

 

 

Les photos mexicaines du jour et vidéo:le 8 avril 2016 des webcams de Mexico enregistraient une « entité volante inconnue »

Photo 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo 2

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo 3

 

 

 

 

 

 

 

 

Ceci n’est pas sans rappeler l’affaire du Mothman ,il y a plusieurs années!

Bien entendu,l’humanité n’aura pas le temps de comprendre  même 1% des secrets du monde qui l’entoure avant de disparaître!


Supportez Michel Duchaine en visitant sa boutique web afin de lutter contre la censure médiatique

 

…en cliquant sur ce lien: VINTAGE par MICHEL

 

 

 

Vie extraterrestre:Les scientifiques pensent avoir détecté des émissions radio d’un monde extraterrestre

Les scientifiques ont peut-être détecté pour la première fois des émissions radio d’une planète en orbite autour d’une étoile au-delà de notre soleil.

Les astronomes à l’origine de la nouvelle recherche ont utilisé un radiotélescope aux Pays-Bas pour étudier trois étoiles différentes connues pour héberger des exoplanètes . Les chercheurs ont comparé ce qu’ils ont vu aux observations de Jupiter, diluée comme si elle était vue depuis un système stellaire à des dizaines d’années-lumière. Et un système stellaire s’est démarqué: Tau Boötes, qui contient au moins une exoplanète. Si la détection tient, elle pourrait ouvrir la porte à une meilleure compréhension des champs magnétiques des exoplanètes et donc des exoplanètes elles-mêmes, espèrent les chercheurs.

« Nous présentons l’un des premiers indices de détection d’une exoplanète dans le domaine de la radio », a déclaré Jake Turner, astronome à l’Université Cornell et auteur principal de la nouvelle recherche, dans un communiqué . « Nous plaidons pour une émission par la planète elle-même. De par la force et la polarisation du signal radio et du champ magnétique de la planète, il est compatible avec les prévisions théoriques. »

Cependant, Turner et ses collègues ne sont pas encore sûrs que le signal qu’ils ont détecté vient vraiment de la planète, surnommé Tau Boötes b; les chercheurs ont appelé à des observations supplémentaires du système, qui se trouve à environ 51 années-lumière de la Terre dans la constellation de Boötes .

La nouvelle recherche a en fait commencé à Jupiter ; les chercheurs avaient précédemment étudié les émissions radio de cette planète, puis ajusté ces mesures pour refléter l’effet qu’ils attendaient de la proximité de l’étoile hôte et de la distance de la Terre sur leurs observations d’une exoplanète.

Ensuite, les scientifiques ont consulté les observations faites en 2016 et 2017 par le Low Frequency Array (LOFAR) aux Pays-Bas. En plus du signal potentiel de Tau Boötes b, les chercheurs rapportent également qu’ils ont peut-être capté un signal de l’étoile Upsilon Andromedae ou de sa planète, mais que la détection était encore plus faible que celle de Tau Boötes b.

Les chercheurs s’intéressent à la détection des émissions radio des planètes, car ces informations peuvent aider les scientifiques à déchiffrer ce qui se passe dans les champs magnétiques des mêmes mondes. Ces champs magnétiques , à leur tour, influencent les conditions à la surface de la planète – le champ magnétique de la Terre protège l’atmosphère qui fait du monde un où nous pouvons survivre, par exemple. De tels champs magnétiques peuvent également informer les scientifiques sur d’autres qualités d’un monde, comme sa structure et son histoire.

 

 

La représentation par un artiste de l’exoplanète Tau Boötes b montre un champ magnétique, qui peut provoquer les émissions radio que les scientifiques pensent avoir détectées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais jusqu’à présent, étudier directement ces champs magnétiques a été difficile à gérer pour les scientifiques, malgré le fait que presque toutes les planètes de notre système solaire en ont eu un à un moment de son histoire. D’où l’intérêt d’utiliser les émissions radio comme intermédiaire.

«Nous avons appris de notre propre Jupiter à quoi ressemble ce type de détection», a déclaré Turner. « Nous sommes allés le chercher et nous l’avons trouvé. »

Mais ce n’est que le début de l’histoire, pas la fin, a-t-il souligné, car les émissions radio pourraient encore provenir des étoiles ou d’une autre source au lieu de la planète. « Il reste une certaine incertitude sur le fait que le signal radio détecté provient de la planète. Le besoin d’observations de suivi est critique. »

La recherche est décrite dans un article qui sera publié par la revue Astronomy & Astrophysics et est déjà disponible à la lecture en ligne.

Le réseau de radiotélescopes géants LOFAR sera utilisé, entre autres, pour observer de près des trous noirs géants comme celui au cœur de la galaxie active Cygnus A (représentée ici), qui est à environ 700 millions d'années-lumière de la Terre.
Le réseau de radiotélescopes géants LOFAR sera utilisé, entre autres, pour observer de près des trous noirs géants comme celui au cœur de la galaxie active Cygnus A (représentée ici), qui est à environ 700 millions d’années-lumière de la Terre. Cette image de LOFAR montre des jets de plasma du trou noir qui s’étendent sur 2000 années-lumière du noyau de Cygnus A.

 

 

 

 

 

Astronomie:Le plus gros astéroïde de 2021 arrive ce mois-ci

Même si cet objet céleste ne représente pas une grande menace pour la Terre pendant ce survol ou dans un avenir prévisible, la NASA le désigne déjà comme le plus gros, mais aussi le plus rapide astéroïde qui se déplacera dans notre ciel cette année.

 

Un astéroïde dix fois plus haut que le Stade olympique de Montréal

Un énorme astéroïde, nommé 2001 FO32 par la NASA, survolera la Terre ce mois-ci. En orbite autour du Soleil tous les 810 jours environ, il se déplace de l’intérieur de l’orbite de Mercure et traverse l’orbite terrestre. Quand c’est le cas, notre planète se trouve souvent de l’autre côté du Soleil. Mais parfois, nous en sommes plus proches. Ainsi, sur la base des enregistrements de la NASA, nous assisterons le 21 mars 2021 à la rencontre la plus proche jamais vue avec l’astéroïde 2001 FO32. Son dernier rapprochement remonte au début des années 1900. Et il ne se rapprochera plus de la Terre dans un avenir proche, du moins pas avant l’année 2200.

Ce corps céleste d’un kilomètre de large est connu depuis près de 20 ans et près d’une centaine d’autres d’astéroïdes répertoriés par la NASA devraient aussi survoler la Terre d’ici la fin de l’année 2021. D’une largeur estimée à 1,1 km, 2001 FO32 se démarque pourtant comme étant le plus gros astéroïde connu à nous avoir survolés cette année. Il pourrait même mesurer jusqu’à 1,7 km de large, d’après les enregistrements astronomiques des deux dernières décennies. À titre de comparaison, cela signifie qu’il est environ deux fois plus haut que la tour CN de Toronto ou dix fois plus haut que le Stade olympique de Montréal. Et sur les quelque 25 000 astéroïdes géocroiseurs que nous connaissons, seulement trois et demi pour cent d’entre eux mesurent plus d’un kilomètre. Cela place 2001 FO32 comme un spécimen exceptionnel.

D’autant plus qu’il est également celui qui se déplacera le plus rapidement cette année. Alors que la plupart des astéroïdes se contentent de nous « accompagner » en voyageant à moins de 10 km/s, 2001 FO32 nous dépassera à une vitesse de 34,4 km par seconde, soit près de 124 000 kilomètres par heure.

 

 

 

 

 

 

 

Crédit: NASA CNEOS

Peu de chances de collision avec la Terre

Même si certains l’ont qualifié de « potentiellement dangereux », 2001 FO32 ne représente pas une grande menace pour la Terre. En effet, lorsque l’astéroïde nous croisera le 21 mars 2021, son approche la plus près se fera à plus de deux millions de kilomètres. C’est plus de cinq fois la distance de la Terre à la Lune. Le moment exact de sa position la plus proche est indiqué sur le graphique ci-dessous. Il se trouvera à plus de deux millions de kilomètres de nous et aura déjà dépassé l’orbite terrestre.

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédit: NASA CNEOS

Au cours des 20 dernières années, les astronomes ont observé cet astéroïde à de nombreuses reprises. Ils connaissent si bien son orbite que le taux d’incertitude dans son approche la plus près, deux millions de kilomètres, est infime, puisqu’il ne s’agit que de 330 kilomètres. À titre de comparaison, si la Terre avait la taille d’un ballon de basket-ball, l’astéroïde aurait celle d’un petit grain de sable et en serait plus éloigné que la longueur d’un terrain de football (environ 120 mètres).

Étant donné que la Terre a déjà fait le tour du Soleil environ quatre milliards et demi de fois, elle a amplement prouvé sa capacité à se tenir éloignée des astéroïdes dangereux. Selon la NASA, il n’y aurait donc pas de collisions avec des astéroïdes connus pour au moins les 100 prochaines années.

Depuis le début de l’année 2021, ce sont plus de 500 nouveaux astéroïdes géocroiseurs qui ont été repérés. Bien que certains d’entre eux mesurent seulement une centaine de mètres de large, ils ont pour la plupart été détectés bien au-delà de la Lune. Quant aux plus proches, ils mesurent généralement dix mètres de moins en largeur. Bien qu’ils puissent se rapprocher de très près, voire intercepter notre planète, ceux-ci sont trop petits pour présenter un danger et exploseraient de toute façon assez loin dans l’atmosphère. Si l’année dernière était prolifique en matière de découverte d’astéroïdes – près de 3000 ont été trouvés en 2020 – l’année actuelle le sera encore plus avec quelques milliers d’autres qui seront probablement trouvés avant de quitter 2021.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :