Publicités

Sixième Extinction Massive:Plus de 1 millions d’espèces menacées …voici les faits

 

 

 

Près d’un million d’espèces menacées d’extinction du fait de l’influence humaine, selon un projet de rapport de l’ONU obtenu par l’AFP, qui documente minutieusement comment l’humanité a sapé les ressources naturelles dont dépend sa survie même.

La perte accélérée d’air pur, d’eau potable, de forêts absorbant le CO2, d’insectes pollinisateurs, de poissons riches en protéines et de mangroves anti-tempêtes – pour ne citer que quelques-uns des services rendus de plus en plus par la nature – ne représente pas moins une menace que le changement climatique , dit le rapport, qui a été dévoilé le 6 mai 2019.

En effet, perte de biodiversité et réchauffement de la planète sont étroitement liés, selon le Résumé à l’intention des décideurs politiques de 44 pages, qui présente une analyse de la littérature scientifique sur l’état de la nature réalisée par les Nations Unies et portant sur 1 800 pages.

Les délégués de 130 pays réunis à Paris à partir du 29 avril examineront le résumé, ligne par ligne. La formulation peut changer, mais les chiffres extraits du rapport sous-jacent ne peuvent être modifiés.

« Nous devons reconnaître que le changement climatique et la perte de la nature sont également importants, non seulement pour l’environnement, mais également pour le développement et les problèmes économiques », a déclaré à l’AFP Robert Watson, président de l’organe mandaté par l’ONU et chargé de la rédaction du rapport. sans divulguer ses conclusions.

«Notre façon de produire notre nourriture et notre énergie sape les services de régulation que nous obtenons de la nature», a-t-il déclaré, ajoutant que seul un «changement de transformation» pouvait enrayer les dégâts.

La déforestation et l’agriculture, y compris l’élevage, représentent environ un quart des émissions de gaz à effet de serre et ont également causé des ravages sur les écosystèmes naturels.

‘ÉVÈNEMENT D’EXTINCTION DE MASSE’

Le rapport de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) met en garde contre «une accélération rapide et imminente du taux mondial d’extinction des espèces».

Le rythme des pertes « est déjà plusieurs fois supérieur à des centaines de fois supérieur à ce qu’il était en moyenne au cours des 10 derniers millions d’années », note le rapport.

« Un demi-million à un million d’espèces devraient être menacées de disparition, dont beaucoup dans des décennies. »

De nombreux experts pensent qu’un «événement d’extinction de masse» – seulement le sixième en un demi-milliard d’années – est déjà en cours.Personnellement,j’en suis persuadé!

La plus récente a marqué la fin du Crétacé il y a quelque 66 millions d’années, lorsqu’un astéroïde de 10 km de large a balayé la plupart des formes de vie.

La perte de biodiversité dans le monde est mesurée en pourcentage par rapport à un écosystème intact. 

Les scientifiques estiment que la Terre abrite aujourd’hui quelque huit millions d’espèces distinctes, dont la majorité sont des insectes.

Un quart des espèces animales et végétales répertoriées sont déjà surpeuplées, mangées ou empoisonnées.

La chute des effectifs est encore plus dramatique, avec une biomasse de mammifères sauvages – leur poids collectif – en baisse de 82%.

L’homme et le bétail représentent plus de 95% de la biomasse des mammifères.

CROISSANCE DE LA POPULATION

«Si nous voulons une planète durable fournissant des services aux communautés du monde entier, nous devons changer cette trajectoire au cours des dix prochaines années, tout comme nous devons le faire avec le climat», a déclaré Rebecca Shaw, scientifique en chef du WWF, ancien membre des organismes scientifiques des Nations Unies pour le climat et la biodiversité.

Les causes directes de la perte d’espèces sont, par ordre d’importance, le rétrécissement de l’habitat et le changement d’affectation des terres, la chasse aux aliments ou le commerce illicite de parties de corps, le changement climatique, la pollution et des espèces exotiques telles que les rats, les moustiques et les serpents les navires ou les avions, le rapport trouve.

«Il existe également deux principaux facteurs indirects de perte de biodiversité et de changement climatique: le nombre de personnes dans le monde et leur capacité croissante à consommer», a déclaré Watson.

Autrefois considéré comme une menace future pour la vie animale et végétale, les effets perturbateurs du réchauffement planétaire se sont accélérés.

Les changements dans la répartition des espèces, par exemple, vont probablement doubler si la température moyenne monte d’un cran de 1,5 ° C (2,7 Fahrenheit) à 2 ° C.

Jusqu’à présent, le thermomètre global a augmenté de 1 ° C par rapport au niveau du milieu du XIXe siècle.

L’Accord de Paris de 2015 enjoint aux pays de limiter la hausse à «bien en dessous de» 2 ° C. Cependant, un rapport sur le climat des Nations Unies publié en octobre indiquait que cela suffirait pour renforcer l’intensité et la fréquence des vagues de chaleur, des sécheresses, des inondations et des tempêtes mortelles.

INÉGALITÉ GLOBALE

 

Les autres conclusions du rapport comprennent:

– Les trois quarts des terres émergées, 40% du milieu marin et 50% des voies navigables intérieures du monde ont été «gravement altérés».

– Nombre des régions où la contribution de la nature au bien-être humain sera le plus gravement compromise accueillent des peuples autochtones et les communautés les plus pauvres du monde, également vulnérables au changement climatique.

– Plus de deux milliards de personnes dépendent du bois comme source d’énergie, quatre milliards de personnes ont recours à des médicaments naturels et plus de 75% des cultures vivrières dans le monde nécessitent une pollinisation par des animaux.

– Près de la moitié des écosystèmes terrestres et marins ont été profondément compromis par l’intervention de l’homme au cours des 50 dernières années.

– Les subventions aux secteurs de la pêche, de l’agriculture industrielle, de l’élevage, de la foresterie, des mines et de la production de biocarburants ou de combustibles fossiles encouragent le gaspillage, l’inefficacité et la surconsommation.

Le rapport a mis en garde contre les solutions au changement climatique qui pourraient nuire par inadvertance à la Nature.

L’utilisation, par exemple, de biocarburants combinés au «captage et stockage du carbone» – la séquestration du CO2 libéré lors de la combustion de biocarburants – est largement considérée comme essentielle pour la transition vers l’énergie verte à l’échelle mondiale.

Mais les terres nécessaires à la culture de toutes ces cultures de biocarburants risquent de se transformer en production alimentaire, en expansion de zones protégées ou en efforts de reboisement.

Source: AFP / ec

 


EN COMPLÉMENT: MICHEL SIMON LE PRÉCURSEUR

 

En 1965, l’acteur Michel Simon prédisait déjà la fin du règne animal et de l’homme. Visionnaire !

En 1965, entre Noël et le jour de l’An, la télévision française diffuse un entretien intimiste réalisé par Claude Santelli en compagnie de l’acteur Michel Simon. Plutôt misanthrope et connu pour vivre en ermite, entouré de ses animaux, l’acteur a tout de même accepté de recevoir le réalisateur chez lui, dans sa maison de Noisy-le-Grand.

« Ce qui aurait pu sauver l’humanité ça aurait pu être la femme, parce qu’elle est encore en contact avec la nature. »

Alors qu’en cette période festive, on aurait pu s’attendre à un dialogue léger et optimiste, les spectateurs découvrent un homme profond, inquiet de l’évolution du monde industriel et de ses conséquences nocives sur la nature. Loin d’être hermétique à la société, le comédien discret dévoile ici un sens aiguisé de l’observation qui le mène déjà à un constat sans appel. Celui de la fin proche des animaux et par voie de conséquence, de la nature et de l’homme. En termes crus et sensibles, ce « Cassandre » délivre un message quasi prophétique sur l’avenir de l’humanité.

« La prolifération de l’être humain, c’est pire que celle du rat. C’est effroyable. Les bêtes sont merveilleuses car elles sont en contact direct avec la nature. Ce qui aurait pu sauver l’humanité ça aurait pu être la femme, parce qu’elle est encore en contact avec la nature. Elle échappe aux lois, aux imbécillités émises par les anormaux. Elle est encore en contact avec la nature mais elle n’a pas droit au chapitre.« 

« Les animaux vont disparaître. Il n’en restera plus bientôt. »

Claude Santelli interroge cet oiseau de mauvais augure : « Et les animaux alors ? » Pour l’artiste, tout est malheureusement déjà joué : « Les animaux vont disparaître. Il n’en restera plus bientôt. En Afrique, c’est l’hécatombe permanente. Quand je suis venu ici, j’avais une trentaine de nids d’hirondelles. L’année passée, j’ai eu deux nids d’hirondelles et pour la première fois j’ai ramassé une hirondelle qui était tombée de son nid qui était si pauvrement alimentée… »

« La science chimique qui assassine la Terre, qui assassine l’oiseau, qui tue toute vie ! Qui assassine l’homme ! « 

Ce qui trouble dans la suite de son propos, c’est sa lucidité quant aux dangers d’une science débridée au service d’un productivisme sans limite. Michel Simon décrit en quelques mots percutants ce qui provoquera selon lui la fin de la vie sur Terre et que les scientifiques nomment aujourd’hui la « Sixième extinction ». Avec une ironie désabusée, il conclut : 

 « Grâce » aux progrès de la science, la science chimique qui assassine la Terre, qui assassine l’oiseau, qui tue toute vie ! Qui assassine l’homme ! On s’en apercevra peut-être trop tard. « Grâce » à cela, il n’y a plus d’oiseaux. Ce parc, quand je suis arrivé en 1933, c’était merveilleux ! Le printemps c’était une orgie de chants d’oiseaux. C’était quelque chose de merveilleux. Aujourd’hui il n’y en a plus. Je ramasse chaque printemps des oiseaux morts tombés du nid ou des oiseaux adultes qui ont mangé des insectes empoisonnés et qui meurent ! »


 

Publicités

Suite à l’éruption solaire massive,Une nuit d’aurores boréales un peu partout au Canada

Les Canadiens amateurs de phénomènes naturels auront la chance d’observer des aurores boréales pour une deuxième nuit consécutive. Selon le Centre de prévision météorologique spatiale de l’agence spatiale américaine (NASA), les particules du soleil pourraient pénétrer dans le champ magnétique terrestre vers le 14 et 15 mai en Amérique du Nord.

Une zone d’activité magnétique autour d’une tache solaire et à l’intérieur de celle-ci est à l’origine du phénomène, explique la communicatrice scientifique au planétarium du Musée du Manitoba, Emily McIntosh.

Dans la nuit de lundi à mardi, une ouverture dans notre champ magnétique a permis aux particules de circuler vers l’intérieur ce qui a produit des aurores boréales qui ont pu être observées jusqu’en Iowa.Il s’agit d’une grave fracture de notre champs magnétique.Ce qui  signifie que de nombreuses personnes  vont en être affectées dans le futur immédiat.

« C’est un phénomène normal qui nous donne l’occasion d’observer une météo spatiale impressionnante », affirme Mme McIntosh.

Le soleil passe par un cycle d’activité tous les 11 ans. Dernièrement, la situation était au calme. Cependant, au cours des deux dernières semaines, le soleil s’est activé ce qui a augmenté les chances de voir de l’activité magnétique sur Terre.

Les aurores boréales sont causées par des particules chargées qui se déplacent le long du vent solaire et interagissent avec différentes molécules de l’atmosphère. De temps en temps, une tache solaire peut propulser ces particules beaucoup plus rapidement vers la Terre.

Habituellement, notre magnétosphère agit comme un bouclier autour de la planète, empêchant la plupart des particules d’y pénétrer, mais de temps en temps, une ouverture dans le champ magnétique se crée.

Emily McIntosh explique que les aurores boréales sont fréquentes dans le nord du Canada, car elles se déplacent le long des lignes de champ magnétique de l’ovale auroral autour des pôles. Parfois, l’ovale se déplace plus au sud, ce qui permet à plus de gens d’assister à un spectacle de lumières.

Le Centre de prévision météorologique spatiale de la NASA prévoit que l’évènement pourrait se produire à nouveau mercredi soir.

Mme McIntosh encourage les gens intéressés par le phénomène à se déplacer vers le nord pour les regarder.

« Vers 2 h ou 3 h, c’est souvent le meilleur temps pour les observer », dit-elle.

Elle conseille également aux gens en milieux urbains de s’éloigner des sources de lumières pour améliorer les chances de contempler le phénomène.

Ceux qui souhaitent prendre les aurores boréales en photo peuvent configurer leur appareil à une exposition de 8 à 15 secondes, avec une sensibilité ISO de 1600 à f / 4 ou moins.

 

 

 

 

El Niño, l’enfant terrible du Pacifique, est de plus en plus turbulent

 

 

 

En étudiant des coraux vieux de quatre siècles, des chercheurs australiens ont montré que certaines variantes du phénomène El Niño ont augmenté en nombre au cours des dernières années, tandis que d’autres ont augmenté en intensité.

El Niño est un phénomène climatique étonnamment complexe dont les répercussions sont ressenties partout autour du globe.

Selon certains modèles, le contexte actuel de changements climatiques pourrait augmenter le rythme et l’intensité des « crises » de cet enfant terrible du Pacifique. Or, jusqu’à maintenant, cette affirmation restait difficile à confirmer, puisque les chercheurs n’avaient pas de témoins nous indiquant les cycles d’El Niño avant l’époque où l’on a commencé à prendre des mesures systématiques.

Cela va toutefois changer grâce aux travaux d’une équipe de chercheurs australiens qui ont récemment découvert des archives historiques sur le phénomène El Niño gravées à l’intérieur des coraux.

Ces êtres vivants enregistrent une partie de leur vécu au cœur de leur structure, un peu comme le font les anneaux d’un tronc d’arbre. En « traduisant » ce vécu à l’aide d’une intelligence artificielle, les chercheurs ont pu retracer les faits et gestes d’El Niño au cours des 400 dernières années. Et selon leurs résultats, l’enfant serait de plus en plus turbulent.

Un enfant capricieux

Le phénomène El Niño est difficile à étudier. Cet événement météorologique survient tous les deux à sept ans, et il est caractérisé par une hausse des températures de l’océan Pacifique ainsi que des changements dans les courants marins et aériens de cette région.

Ces changements dans la chaleur et l’humidité augmentent le rythme des événements météo extrêmes et ont des répercussions partout dans le monde. Certaines régions seront frappées par de grands ouragans ou des inondations, tandis que d’autres subiront plus de sécheresses et des feux de forêt.

Image associée

La force et le rythme de ces événements ne sont toutefois pas constants. Certains épisodes, comme celui de 1997-1998, ont entraîné des dommages importants à l’échelle du globe, tandis que d’autres n’ont qu’une faible influence sur les événements météorologiques extrêmes.

De plus, les chercheurs reconnaissent maintenant qu’il existerait deux variantes du phénomène, une qui débute au centre du Pacifique, et une autre qui débute dans l’est de cet océan, chacune touchant plusieurs régions de façon différente.

Jusqu’à maintenant, nos connaissances de l’histoire du phénomène restaient limitées, et les chercheurs ne pouvaient qu’utiliser les données des événements qui ont été mesurés directement au cours du dernier siècle.

Les archives secrètes des coraux

L’étude des coraux va toutefois changer la donne. Ces derniers possèdent un squelette de carbonate de calcium qu’ils assemblent à l’aide de minéraux dissous dans l’océan. Leur composition permet d’en apprendre plus sur la salinité et la température de l’eau où les coraux ont grandi, des informations qui pourraient permettre d’identifier les changements océaniques occasionnés par El Niño.

Or, les modifications subies par les coraux sont infiniment plus complexes que celles que l’on trouve dans les anneaux des arbres, et plusieurs experts croyaient que cette méthode serait impraticable ou même impossible à réaliser.

C’est là que les chercheurs de l’Université de Melbourne se sont tournés vers l’intelligence artificielle. À l’aide d’échantillons de coraux provenant de 27 sites distincts à travers l’océan Pacifique, les scientifiques ont entraîné leur algorithme à reconnaître les modifications des coraux et à les associer aux événements El Niño du dernier siècle dont on connaissait déjà les dates.

Une fois que leur système était capable de faire cette association sans erreur, ils lui ont soumis des données de coraux plus anciens, échelonnés sur les quatre derniers siècles.

Ce faisant, ils ont remarqué que le nombre d’occurrences d’El Niño originaires du centre du Pacifique a plus que doublé durant la deuxième moitié du 20e siècle comparativement aux siècles précédents, passant de 3,5 épisodes par période de 30 ans à 9 épisodes durant la même période.

En ce qui concerne les occurrences d’El Niño débutant dans l’est du Pacifique, leur nombre semble plutôt avoir décliné durant les dernières décennies. Par contre, leur intensité semble suivre la tendance inverse, et les trois derniers phénomènes de ce type à avoir été enregistrés, ceux de 1982, 1997 et 2015, sont parmi les plus puissants El Niño des 400 dernières années.

Selon les chercheurs, cette méthode permet non seulement de mieux comprendre l’histoire du phénomène, mais aussi de mieux prévoir comment il pourrait se comporter au cours des prochaines années. En intégrant de nouvelles données dans les modèles actuels, il sera donc possible de se préparer aux événements météorologiques extrêmes que l’avenir nous réserve.


SOUS L’EFFET D’EL NIÑO, 2019 POURRAIT DEVENIR L’ANNÉE LA PLUS CHAUDE DE L’HISTOIRE

La planète chauffe. Selon plusieurs scientifiques, l’année 2019 pourrait devenir l’année la plus chaude depuis que les températures sont enregistrées. En cause, un probable phénomène El Niño associé au réchauffement climatique. Un record qui pourrait multiplier et intensifier les événements extrêmes comme les sécheresses, les canicules, les inondations…

 

Les années se suivent et sont de plus en plus chaudes. 2015, 2016 et 2017 étaient déjà les années les plus chaudes jamais enregistrées avec des températures moyennes supérieures de 1,2 °C à la période préindustrielle. 2018, à peine terminée, vient d’être classée par Météo France comme année la plus chaude en France depuis le début des mesures en 1900. 

Et selon les scientifiques, plus chaude de l’histoire de l’humanité. En cause : le réchauffement climatique doublé d’un épisode El Niño, un phénomène climatique qui se caractérise par une hausse anormale de la température de l’océan.

« Si un épisode El Nino se concrétise, 2019 sera sans doute plus chaude que 2018 ».

« Au mois d’octobre, les températures de surface de la mer dans l’est du Pacifique tropical semblaient indiquer le retour de conditions associées en général au phénomène El Niño, même si le pendant atmosphérique de ces conditions ne s’est pas encore véritable manifesté », indique l’Organisation météorologique mondiale (OMM). « Si un épisode El Nino se concrétise, 2019 sera sans doute plus chaude que 2018 ».

Résultats de recherche d'images pour « el niño 2019 »

Selon une étude de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA), il y a 80 % de risques qu’un phénomène El Niño se forme et entre 55 % et 60 % de risques que l’événement se poursuive jusqu’au printemps 2019. El Nino pourrait également être retardé et frappé plutôt en 2020. »Je ne suis pas prêt à dire que 2019 sera l’année la plus chaude jamais enregistrée », a déclaré le météorologue Brett Anderson à AccuWeather, « mais je suis assez confiant pour dire qu’elle sera classée parmi les trois années les plus chaudes de l’histoire, indépendamment de la puissance d’El Nino ». 

Des événements extrêmes aggravés par le réchauffement climatique

Le dernier épisode El Niño, qui a pris fin en 2016, est associé au blanchissement de la Grande Barrière de corail, à de graves sécheresses en Afrique ou encore des incendies en Indonésie. Des phénomènes extrêmes aggravés par le réchauffement climatique, ont conclu des chercheurs en août 2018 dans une étude publiée dans Geophysical Research Letters. Plus les températures augmentent, plus les conséquences extrêmes d’El Nino pourraient être fréquentes et intenses.

Or, pour l’instant, les émissions de gaz à effet de serre ne cessent de faire grimper le thermomètre. Selon les experts du groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), au rythme actuel, la température devrait augmenter de 1,5 °C entre 2030 et 2052. Même si l’Accord de Paris est respecté, ce qui n’est actuellement pas le cas, il faut compter sur une augmentation de 3 °C à la fin du siècle.

Cela parait peu mais ces trois petits degrés ont des conséquences dramatiques sur la planète et l’humanité, rendant certaines régions inhabitables. « Chaque degré de réchauffement influe sur la santé humaine, l’accès aux aliments et à l’eau douce, à l’extinction des animaux et des plantes, à la survie des récifs coralliens et à la vie marine », a déclaré la secrétaire générale adjointe de l’OMM, Elena Manaenkova.


 

 

 

 

 

Alerte Tempête solaire : Nos Technologies sont MENACÉES du fait qu’une énorme FISSURE est apparue dans le Champ Magnétique TERRESTRE

Une énorme tempête solaire inattendue qui va frapper la Terre CETTE NUIT pourrait menacer les technologies de notre planète et provoquer des aurores étourdissantes après l’apparition d’une FISSURE dans le champ magnétique de la Terre.

Un déferlement de particules solaires a été repéré par des chercheurs, qui ont averti que la tempête pourrait frapper aujourd’hui-même. La tempête solaire a été décrite comme “modérément forte” et est exacerbée par un petit trou dans le bouclier magnétique de notre planète. La tempête a été classée dans la catégorie G-2, ce qui peut causer une “panne de courant” pour les fréquences radio, ce qui pourrait rendre les communications radio beaucoup plus difficiles, et peut également causer des pannes d’électricité dans les régions situées en haute altitude.

 

Les aurores boréales, qui sont habituellement limitées au cercle polaire arctique, pourront ainsi être observées aussi loin sur le globe que New York et l’Écosse.

Le site de prévision cosmique Space Weather a dit : “Une tempête géomagnétique surprise est en cours pour le 14 mai.”

“Les niveaux de tempête solaire sont actuellement au niveau G2 (modérément fortes), ce qui signifie que des aurores pourraient être visibles dans les États du nord des États-Unis comme le Minnesota, le Michigan et le nord de l’État de New York.”

“La raison de la tempête : Une fissure s’est ouverte dans le champ magnétique terrestre, permettant au vent solaire d’entrer dans la magnétosphère.”

Habituellement, ces tempêtes ne sont pas dangereuses et se produisent le plus souvent en produisant des aurores boréales ou australes.

Cependant, le flux de particules peut parfois être si intense qu’il peut provoquer l’expansion de l’atmosphère terrestre en chauffant sa couche extérieure.

Avec l’expansion de l’atmosphère, les signaux satellites rendent l’accès au sol beaucoup plus difficile, ce qui peut entraîner une perte de la navigation par GPS, des signaux de téléphonie mobile et de la télévision satellite, comme Sky, etc.

De plus, une surtension de particules peut entraîner des courants élevés dans la magnétosphère, ce qui peut entraîner une augmentation de la production d’électricité dans les lignes électriques, ce qui entraîne ainsi de suite des surcharges de transformateurs électriques et de centrales électriques et une perte de puissance en général.

La forte déferlante de particules solaires pourrait aussi causer des aurores boréales.

Les aurores, qui comprennent les aurores boréales et les aurores australes, sont causées lorsque des particules solaires frappent l’atmosphère.

Lorsque la magnétosphère est bombardée par les vents solaires, des lumières bleues éblouissantes peuvent apparaître lorsque cette couche de l’atmosphère dévie les particules.

Source: Express.co.uk, le 14 mai 2019


Mise à jour du 15 mai 2019

La météo spatiale pourrait devenir un peu orageuse à partir de mercredi, alors que le Soleil a lancé hier une nouvelle éjection de masse coronale vers la Terre. Cela signifie que nous avons maintenant deux nuages ​​de plasma en route qui pourraient avoir un impact sur notre planète plus tard cette semaine.Voici des données en temps réel:

STEREO Ahead COR2

 

SDO/AIA 131 Ångström

 

SOHO LASCO C2

 

 

L’indice Kp

0123456789

Kp2

15-18 UTC
Prévisions météo
Aujourd’hui Actif Faible Fort
Hautes latitudes 10% 25% 65%
Latitudes moyennes 30% 30% 15%
Prévisions de l’indice Kp
Maximum prévu
Aujourd’hui Kp5
Demain Kp6
Après-demain Kp5

Ovale auroral

Aurora map

Puissance hémisphérique
Gigawatt15:0018:00201001020©NOAA SWPC – SpaceWeatherLive.comHémisphère Sud12:50 UTC: 8GW
Hémisphère Nord 8 GW
Hémisphère Sud 8 GW

Vent solaire en temps réel

A la vitesse actuelle, le vent solaire prendra 56 minutes pour se propager de DSCOVR à la Terre.
Vent solaire
Vitesse: 444.4 km/sec
km/sec30035040045050017:0018:00Terre©NOAA SWPC – SpaceWeatherLive.com
Vent solaire
Densité: 14.82 p/cm3
p/cm3010203017:0018:00Terre©NOAA SWPC – SpaceWeatherLive.com
Champ Magnétique Interplanétaire
Bt: 8.18 nT
nT02.557.51017:0018:00Terre©NOAA SWPC – SpaceWeatherLive.comMercredi 15 Mai 2019, 15:13 UTC● Bt: 7.67 nT
Champ Magnétique Interplanétaire
Bz: 6.91 nT Septentrional
nT5-10-501017:0018:00Terre©NOAA SWPC – SpaceWeatherLive.comMercredi 15 Mai 2019, 18:07 UTC● Bz: 5.02 nT

Perturbation Tempête Temps Index

Tempête modéréenTDST préditesDST observé-60-40-200204020:0015. Mai04:0008:0012:0016:00MaintenantWDC Kyoto ObservatoryMardi 14 Mai 2019, 19:00 UTC● DST observé: -39 nT

Plus de données

Magnétomètres

nT13:0014:0015:0016:0017:0018:00-200-150-100-50050100150200IRF.se – KirunaMercredi 15 Mai 2019, 12:16 UTC● Déviation de la composante X: -67.3 nT

Nous restons en contact mes ami(e)s…Partagez avec vos autres ami(e)s pour que l’info circule svp!

 

 

 

 

Vidéo: La bataille d’Azincourt

La bataille d’Azincourt est une défaite cuisante des Français face aux Anglais, durant la guerre de Cent Ans. Revendiquant le trône de France, Henri V d’Angleterre débarque en Normandie en août 1415, à la tête d’une armée d’environ 11 000 hommes. Il s’empare de Harfleur en septembre, mais ses forces sont réduites alors de moitié, à la suite des combats et en raison des maladies. Henri prend la décision de se porter vers le nord-est pour rejoindre Calais, possession anglaise, d’où il espère pouvoir regagner l’Angleterre. Mais une imposante armée française, sous les ordres du connétable Charles d’Albret, cherche à lui bloquer sa retraite.

Bataille d’Azincourt

Cette armée compte de 20 000 à 30 000 hommes et réunit la fine fleur de la chevalerie française. Elle rattrape l’armée anglaise exténuée à Agincourt (aujourd’hui Azincourt, dans le département du Pas-de-Calais). Persuadés de remporter une victoire facile, les Français ont imprudemment choisi pour champ de bataille une étroite clairière, d’environ 900 mètres, encadrée par deux bois. L’exiguïté du terrain rendant les manœuvres quasi impossibles, l’avantage de leur écrasante supériorité numérique se voit réduit à néant. À l’aube du 25 octobre 1415, les deux armées se préparent au combat. Du côté français, trois formations en bataille, les deux premières à pied, sont contraintes de s’aligner les unes derrière les autres. Henri ne dispose que d’environ 5 000 archers et 900 hommes d’armes, qu’il déploie en une seule ligne. Les hommes d’armes ont mis pied à terre et sont répartis en trois groupes centraux reliés par des groupes d’archers qui forment des angles en saillie, flanqués sur les ailes droite et gauche par deux masses d’archers supplémentaires.

Plan de bataille français retrouvé dans les archives britanniques.

Les archers anglais s’avancent pour avoir leur ennemi à portée de flèches. Le tir nourri des « long bows » pousse alors les Français à attaquer. Des charges isolées de chevaliers français se brisent sur la ligne de pieux acérés dressée par les Anglais.

 

Les Anglais eux-mêmes le reconnaissent : si les troupes du roi Henry V firent preuve d’un extraordinaire sang froid et d’une discipline sans faille sur le champ de bataille, leur victoire du 25 octobre 1415 à Azincourt marque surtout le fiasco absolu d’une chevalerie française trop sûre d’elle, butée dans sa stratégie et très mal organisée.

Les Français étaient supérieurs en nombre, même si la différence entre les deux armées était sans doute nettement plus faible que ce qui a longtemps été affirmé : 12 000 contre 9 000 selon l’historienne britannique Anne Curry, l’une des plus éminentes spécialistes d’Azincourt. Les Anglais, affaiblis par le siège d’Harfleur en Normandie et plusieurs jours de marche, semblaient surtout une proie facile pour nos chevaliers. Mais rien ne s’est passé comme prévu.

Voici les cinq principales erreurs commises lors de cette funeste journée qui coûta la vie à plus de 6000 combattants :

1. Une tactique prévisible
2. Un terrain inadapté
3. Une avant-garde trop fournie
4. Une charge de cavalerie désastreuse
5. Des troupes arrivées en retard

 Une tactique prévisible

Pendant des siècles, la tactique française employée dans les batailles rangées comme celle d’Azincourt avait peu évolué. Elle s’appuyait principalement sur des grandes charges de cavaliers qui utilisaient la vitesse et la force de leurs chevaux pour infliger de gros dégâts dans les premières lignes adverses. Parfois ça a fonctionné, comme à Bouvines (1214) ou à Roosebeke (1382). Mais très souvent ça a échoué, comme à Coutrai (1302), à Crécy (1346), à Poitiers (1356) ou à Nicopolis lors de la croisade de Hongrie contre les Turcs (1396). Avant, les Anglais fonçaient eux aussi tête baissée mais l’humiliante défaite que les piquiers écossais leur infligèrent à Bannockburn en 1314 les conduisit à revoir fondamentalement leur stratégie et à promouvoir une arme redoutable : l’arc long ou « long bow »capable de faire pleuvoir à distance une « grêle » de flèches sur l’adversaire. Les archers les plus habiles étant capables de décocher une quinzaine de flèches à la minute, la technique était extrêmement efficace pour « briser » les charges massives des chevaliers.

Les Français aussi ont intégré des « gens de traits » dans leurs rangs. L’arbalète – plus précise que l’arc long mais plus lente à recharger –  s’est souvent révélée une arme de défense très précieuse lors des sièges. En revanche, son usage semble moins convaincant lors des grandes batailles rangées. A Crécy, les arbalétriers génois placés en première ligne par les Français, avaient gêné la progression des chevaliers, qui, extrêmement courroucés, avaient fini par les massacrer pour dégager le passage. Quant à l’arc long, le roi Charles V a bien tenté de le promouvoir à la fin du XIVe siècle sans jamais parvenir à l’imposer.

On touche ici au mentalités de l’époque : en France, la guerre est avant tout l’affaire des nobles. Les armes de trait ne correspondent pas à l’idéal chevaleresque qui privilégie le combat à cheval, le corps-à-corps et la mêlée. Les archers et les arbalétriers sont considérés comme une simple force d’appoint au sein de l’ost royal. Les Anglais, au contraire, n’ont pas hésité à ouvrir leur armée aux gens du peuple parmi lesquels ils ont recruté l’élite de leurs tireurs. A Azincourt, parmi les 9000 combattants anglais présents, on compte 7000 archers. Côté français, les « gens de trait » représentent à peine un tiers des 12 000 hommes présents. Le pont faible des archers étant leur faible protection (impossible de tirer à l’arc avec une armure), de grosses charges de cavalerie allaient forcément être menées contre eux pour tenter de les neutraliser. Henry V l’avait prévu et avait demandé à ses hommes de trait de tailler des grands pieux pour se protéger des assauts. Une parade peut-être inspirée des archers turcs qui avaient vaincu de cette façon les croisés à Nicopolis en 1396. 

Un terrain inadapté

Au début des années 1980, l’historien Christopher Philpotts fit une incroyable découverte dans les archives de la British Library : il retrouva un authentique plan de bataille élaboré par les Français avant la bataille d’Azincourt. Ce document a probablement été rédigé par le maréchal Jean Le Meingre, dit Boucicaut. Les Anglais l’ont sans doute récupéré parmi ses effets lorsqu’il a été capturé, à l’issue des combats. Au regard des noms des commandants qui figurent sur le document, dont quelques uns étaient absents le jour « J », il semble que ce plan ait été élaboré au moins une dizaine de jours avant l’affrontement, sans prendre en compte la configuration du champ de bataille qui n’avait pas encore été désigné.

Bataille de Crecy.

Selon l’historienne anglaise Anne Curry, les Français voulaient pousser Henry V et ses troupes à se battre à découvert dans une grande plaine, bien plus à l’est qu’Azincourt, du côté d’Aubigny-en-Artois, entre Saint-Pol-sur-Ternoise et Arras. La course-poursuite engagée à partir du 7 octobre avait pourtant porté ses fruits : le roi d’Angleterre, qui cherchait à rejoindre Calais au plus vite, n’avait pas pu franchir la Somme à Abbeville, comme il le souhaitait. Il avait donc dû remonter le fleuve vers l’est pour trouver un nouveau gué, sans doute du côté de Béthencourt-sur-Somme (voir carte ci-dessous).

Mais Henry V parvint à devancer les Français lancés à ses trousses, pour remonter vers le nord-ouest. Sa progression fut stoppée dans l’Artois, à hauteur de Maisoncelle, ses ennemis lui barrant la route 1 kilomètre plus loin à Ruisseauville. On peut encore s’en rendre compte aujourd’hui lorsqu’on visite les lieux : la plaine qui sépare Maisoncelle de Ruisseauville se rétrécit entre les villages d’Azincourt et de Tramecourt, formant un léger entonnoir. Les bois, situés de part et d’autre, étaient beaucoup plus denses qu’aujourd’hui et ne laissaient qu’un passage d’environ 500 mètres de large. Cette caractéristique effaçait du coup l’avantage du surnombrepour les Français, en rendant difficile, voire impossible, le contournement, voire l’encerclement des troupes anglaises.  
Les lignes anglaises surplombaient également les lignes françaises, contraignant leurs adversaires, en armures, à davantage d’effort physique. A cela s’ajoutait l’état détrempé du terrain qui contraria les charges à pied et à cheval des Français. En ce mois d’octobre, les champs venaient d’être fraîchement labourés et se transformèrent en véritable bourbier dès les premiers assauts. Selon Le Religieux de Saint-Denis, un chroniqueur qui recueillit des témoignages de survivants, les hommes à pied « enfonçaient jusqu’aux chevilles« .   

Résultats de recherche d'images pour « Bataille d'Azincourt »

 

 

 

Ce que la disparition des dinosaures nous apprend sur notre sort futur

«Pourquoi les dinosaures se sont-ils éteints?» Chez les paléontologues comme chez les enfants férus de dinosaures, il y a consensus: un astéroïde de 10 kilomètres de diamètre s’est écrasé il y a quelque soixante-six millions d’années sur l’actuelle Amérique centrale. Cette chute a provoqué un nuage de poussière et de fumée: en se répandant dans la haute atmosphère, il a obstrué le soleil, refroidi la Terre et détruit la couche d’ozone, qui protège la vie des rayonnements cosmiques nocifs.

 

Ces effets ont duré plus d’une décennie, dévastant sur Terre plantes et planctons. Des ravages qui ont rapidement remonté la chaîne alimentaire, tuant d’abord les grands herbivores, incapables de se procurer suffisamment de nourriture, puis les carnivores, qui se sont vite trouvés dans la même situation.

Une proportion ahurissante des espèces s’est alors éteinte: 75% d’entre elles ont disparu –y compris tous les dinosaures non-aviaires (qu’on distingue des oiseaux, dinosaures eux aussi). Cet événement, baptisé «extinction Crétacé-Tertiaire», est l’une des cinq plus grosses extinctions connues au cours des 500 derniers millions d’années.

Frise retraçant les différentes ères géologiques, depuis l’apparition des dinosaures jusqu’à nos jours.

D’autres événements dramatiques coïncident toutefois avec la disparition des dinosaures. À peu près au même moment, en Inde centrale, une quantité colossale de volcans ont craché plus d’un million de kilomètres cubes d’une lave mélangée à du soufre et du dioxyde de carbone: la chaleur de ce magma a modifié le climat et provoqué des pluies acides dans le monde entier.

Entre temps, un ralentissement de l’activité tectonique sous-marine a conduit le niveau de la mer à une vitesse jamais égalée dans l’histoire de la planète: un phénomène qui a dévasté les écosystèmes côtiers.

Cette conjonction d’événements a conduit à quelques débats assez passionnés pour déterminer la cause réelle de l’éradication des dinosaures. D’autant qu’à d’autres époques, des événements tout aussi dramatiques sont survenus sans qu’ils semblent avoir causé autant de dégâts. Mais peut-être faut-il poser la question autrement.

Un changement profond, complexe et interconnecté

De nouveaux éléments suggèrent que tous ces événements étaient peut-être interconnectés et que l’on ne peut se contenter d’expliquer l’extinction du dinosaure comme un simple processus au cours duquel un phénomène malheureux est soudainement tombé du ciel bleu et clair, tuant tout sur son passage. Il s’agirait plutôt de changements profonds, complexes et interconnectés aux systèmes globaux qui soutiennent la vie.

Vers la fin de la période crétacée, par exemple, la planète a connu une restructuration des écosystèmes terrestres, qui les a rendus plus vulnérables à un effondrement catastrophique. Cette recomposition a pu être provoquée par de multiples modifications évolutives et écologiques liées au changement climatique, par la prédominance croissante des plantes à fleurs et par les fluctuations dans la diversité et l’abondance de certains groupes de dinosaures.

Cette complexité n’est pas non plus inhabituelle dans les extinctions de masse. Pour chacune des cinq grandes catastrophes mondiales, il existe quantité de causes possibles. Astéroïdes, volcans, changement climatique (refroidissement et réchauffement), l’évolution de nouvelles espèces –à l’image des plantes profondément enracinées qui ont transformé pour la première fois de la roche nue en un sol riche–, et même les effets d’étoiles explosant.

Astéroïdes, micro-organismes, volcans et méthane

 

La plus grosse des extinctions massives, dite la «grande extinction», paraît encore plus complexe. Survenu à la fin du Permien-Trias, il y a 250 millions d’années, cet événement a tué 90% des espèces sur Terre. Et l’on compte pas moins de sept événements catastrophiques associés à cette période dans l’histoire géologique.

Pour n’en citer que quelques-unes: l’évolution de nouvelles souches de micro-organismes, un impact d’astéroïde et une immense zone d’activité volcanique dans l’actuelle Sibérie, entrée en éruption pendant un million d’années.

Le crinoïde carbonifère, ouLe crinoïde carbonifère, ou lys de mer, a considérablement diminué après la «grande extinction». |

 

Mais les principaux changements se seraient produits dans les eaux. Le fond des océans émettait d’importantes quantités de méthane, les courants océaniques stagnaient, les niveaux de dioxyde de sulfure, en augmentation, causaient la mort du phytoplancton –ensemble des organismes végétaux vivant en suspension dans l’eau– et les niveaux d’oxygène diminuaient.

Sachant cela, on est surtout surpris d’apprendre que 10% des espèces ont survécu, plutôt que de savoir que 90% se sont éteintes!

Temps précaires pour l’humanité

Que cela implique-t-il pour la période que nous vivons aujourd’hui, qualifiée fréquemment de «sixième extinction»?

Au Centre pour l’étude des risques existentiels, à l’Université de Cambridge, nous nous heurtons souvent au problème de nouvelles menaces, mondiales et sans précédent. Certaines d’entre elles, comme les risques liés aux armes nucléaires ou à l’intelligence artificielle, peuvent s’apparenter à des astéroïdes tombés du ciel, et l’on nous demande souvent lesquelles nous inquiètent le plus.

Ce que l’étude des précédentes extinctions de masse nous enseigne, c’est que cette question est sans doute mal formulée.

La vie de l’humanité est bien plus précaire que l’on ne le croit. Elle dépend d’un grand nombre de systèmes globaux, depuis l’environnement qui nous fournit en nourriture, en eau, en air pur et en énergie, jusqu’à l’économie mondiale qui offre des biens et des services, où nous le souhaitons et quand nous le souhaitons.

En se penchant sur nos connaissances historiques et géologiques, il apparaît clair que de tels systèmes peuvent facilement basculer d’une phase à une autre, pour passer rapidement, et parfois irrévocablement, de la stabilité au chaos.

Les scientifiques mettent en garde contre le sixième événement d’extinction de masse de la Terre

 

Les chercheurs parlent d ‘«annihilation biologique» alors qu’une étude révèle que des milliards de populations d’animaux ont été perdues au cours des dernières décennies

Une «annihilation biologique» de la faune sauvage au cours des dernières décennies signifie qu’une sixième extinction massive dans l’histoire de la Terre est en cours et est plus grave que prévu, selon les recherches.

Les scientifiques ont analysé des espèces communes et des espèces rares et ont découvert que des milliards de populations régionales ou locales avaient disparu. Ils attribuent la crise à la surpopulation humaine et à la surconsommation et avertissent que celle-ci menace la survie de la civilisation humaine, avec peu de temps pour agir.

L’étude, publiée dans le compte-rendu de la revue à comité de lecture Acts of the  National Academy of Sciences , évite le ton généralement sobre des articles scientifiques et appelle la perte massive d’espèces sauvages un «anéantissement biologique» qui représente un «assaut effrayant des fondements de la civilisation humaine». 

Le professeur Gerardo Ceballos, de l’université nationale autonome du Mexique, qui a dirigé les travaux, a déclaré: « La situation est devenue tellement mauvaise qu’il ne serait pas éthique de ne pas utiliser un langage fort. »

Des études antérieures ont montré que les espèces sont en voie de disparition à un rythme nettement plus rapide que pour des millions d’années auparavant. Néanmoins, les extinctions restent relativement rares, ce qui donne l’impression d’une perte progressive de la biodiversité. Le nouveau travail adopte plutôt un point de vue plus large, évaluant de nombreuses espèces communes qui perdent des populations dans le monde entier à mesure que leur aire de répartition diminue, mais restent présentes ailleurs.

 

Les scientifiques ont découvert qu’un tiers des milliers d’espèces perdant des populations ne sont actuellement pas considérées en danger et que jusqu’à 50% de tous les animaux ont été perdus au cours des dernières décennies. Des données détaillées sont disponibles pour les mammifères terrestres, et près de la moitié d’entre eux ont perdu 80% de leur aire de répartition au cours du siècle dernier. Les scientifiques ont découvert que des milliards de populations de mammifères, d’oiseaux, de reptiles et d’amphibiens s’étaient perdues sur toute la planète, ce qui les a amenés à affirmer qu’une sixième extinction de masse avait déjà progressé plus loin que prévu.

Des milliards d’animaux ont été perdus car leurs habitats sont devenus plus petits d’année en année.

Les scientifiques concluent: «L’annihilation biologique qui en résultera aura évidemment de graves conséquences écologiques, économiques et sociales. L’humanité finira par payer un prix très élevé pour la décimation du seul assemblage de vie que nous connaissons dans l’univers. « 

Selon eux, bien que des mesures soient toujours possibles pour enrayer le déclin, les perspectives ne sont pas optimistes: «Tout indique que des attaques de plus en plus violentes contre la biodiversité au cours des deux prochaines décennies brosseront un tableau sombre de l’avenir de la vie, y compris la vie humaine. ”

La faune est en train de disparaître à cause de la destruction de son habitat, de la chasse excessive, de la pollution toxique, de l’invasion par des espèces exotiques et du changement climatique. Mais la cause ultime de tous ces facteurs est « la surpopulation humaine et une croissance continue de la population et la surconsommation, en particulier par les riches », déclarent les scientifiques, dont le professeur Paul Ehrlich, de l’Université Stanford aux États-Unis, dont le livre de 1968, The Population Bomb est un travail séminal, même si controversé.

«Il convient de tenir compte du sérieux avertissement de notre document, car la civilisation dépend entièrement des plantes, des animaux et des microorganismes de la Terre qui lui fournissent des services écosystémiques essentiels allant de la pollinisation des cultures à la protection des cultures en passant par la fourniture d’aliments de la mer et le maintien d’un climat viable. « Ehrlich a dit au Guardian. Les autres services écosystémiques incluent l’air pur et l’eau.

« Le temps d’agir est très court », a-t-il déclaré. «Malheureusement, il faudra beaucoup de temps pour commencer humainement la réduction de la population requise si la civilisation doit survivre longtemps, mais beaucoup pourrait être fait sur le front de la consommation et avec des« aides de bande »- réserves fauniques, lois sur la protection de la diversité – entre-temps . ”Ceballos a déclaré qu’une institution internationale était nécessaire pour financer la conservation mondiale de la faune.

La recherche a analysé les données de 27 500 espèces de vertébrés terrestres de l’UICN et a révélé que les aires de répartition d’un tiers avaient diminué au cours des dernières décennies. Beaucoup de ces espèces sont communes et Ceballos a donné l’exemple de près de chez lui: «Nous avions des hirondelles qui nidifiaient tous les ans dans ma maison près de Mexico – mais depuis 10 ans, il n’y en a plus.

Le lion magnifique dans son habitat.

Les chercheurs ont également évoqué le cas «emblématique» du lion: «Le lion a été historiquement réparti dans la majeure partie de l’Afrique, de l’Europe méridionale et du Moyen-Orient, jusqu’au nord-ouest de l’Inde. [Maintenant] la grande majorité des populations de lions ont disparu. « 

Répartition historique de la population des lions.

 

Historiquement, les lions ont vécu à travers l’Afrique, le sud de l’Europe, le Moyen-Orient et jusqu’au nord-ouest de l’Inde. Aujourd’hui, leur habitat a été réduit à quelques minuscules poches de la zone d’origine.

Pimm a également déclaré que l’approche au pinceau large utilisée avait des conséquences importantes. «Devrions-nous nous préoccuper de la perte d’espèces sur de vastes zones – absolument -, mais c’est une façon assez rudimentaire de le montrer», a-t-il déclaré. «Il y a des régions du monde où il y a des pertes énormes, mais il y a également des régions du monde où des progrès remarquables ont été accomplis. C’est assez dur pour des pays comme l’Afrique du Sud, qui protège bien les lions. »

Robin Freeman, de la Zoological Society of London, au Royaume-Uni, a déclaré: «Bien qu’il soit intéressant de voir les choses dans leur ensemble, le réel intéressant réside dans les détails. Quels sont les facteurs qui causent les baisses dans certaines zones?

Freeman faisait partie de l’équipe qui a produit une analyse de 3000 espèces en 2014 indiquant que 50% des animaux ont été perdus depuis 1970, ce qui concorde avec le nouveau travail mais repose sur différentes données de l’UICN. Il a convenu qu’un langage fort est nécessaire: «Nous avons besoin que les gens soient conscients des déclins catastrophiques que nous assistons. Je pense qu’il y a une place pour cela dans le [nouveau] journal, même si la ligne est délicate à tracer. ”

Citer la surpopulation humaine comme la cause fondamentale des problèmes environnementaux a longtemps été controversé, et la déclaration d’Ehrlich de 1968 selon laquelle des centaines de millions de personnes mourraient de faim dans les années 1970 ne s’était pas concrétisée, en partie à cause de nouvelles cultures à haut rendement qu’Ehrlich avait lui-même produites. noté comme possible.

Ehrlich a reconnu «des défauts» dans The Population Bomb, mais a déclaré que son objectif principal avait été atteint: sensibiliser la population aux problèmes environnementaux mondiaux et au rôle de la population humaine dans ceux-ci. Son message reste clair aujourd’hui: «Montrez-moi un scientifique qui affirme qu’il n’y a pas de problème de population et je vous montrerai un idiot.»

Les cinq extinctions de masse précédentes de la Terre

Ordovicien final, il y a 443 millions d’années

Une grave période glaciaire a entraîné une chute du niveau de la mer de 100 m, anéantissant 60 à 70% des espèces qui vivaient alors dans les océans. Peu après, la glace a fondu, laissant les océans sans oxygène.

Dévonien tardif, il y a 360 millions d’années

Changement climatique prolongé et désordonné, frappant à nouveau très durement la vie dans les mers peu profondes, tuant 70% des espèces, y compris presque tous les coraux.

Permien-Trias, c il y a 250 millions d’années

Le grand – plus de 95% des espèces ont péri, y compris les trilobites et les insectes géants – fortement lié aux éruptions volcaniques massives en Sibérie qui ont provoqué un épisode sauvage de réchauffement climatique.

Trias-Jurassique, il y a 200 millions d’années

Les trois quarts des espèces ont été perdues, encore une fois probablement à cause d’un nouvel élan de volcanisme. Il a laissé la Terre libre pour que les dinosaures se développent.

Crétacé-Tertiaire, il y a 65 millions d’années

L’impact d’un astéroïde géant sur le Mexique, juste après de grandes éruptions volcaniques dans l’actuelle Inde, a mis fin aux dinosaures et aux ammonites. Les mammifères, et finalement les humains, en ont profité.


Selon le WWF, la Terre a perdu la moitié de sa faune au cours des 40 dernières années

Les espèces terrestres, les rivières et les mers sont décimées du fait que les humains tuent pour se nourrir en nombre non durable et détruisent leurs habitats

Des ordures déversées dans la toundra à l'extérieur de llulissat au Groenland avec des icebergs derrière le fjord glacé de Sermeq Kujullaq ou de llulissat.  Le fjord de glace d'Ilulissat est un site du patrimoine mondial de l'Unesco
Les déchets déversés dans la toundra à l’extérieur de llulissat, au Groenland, contrastent avec les icebergs situés derrière le fjord de Sermeq Kujullaq ou de llulissat, classé au patrimoine mondial de l’Unesco

Selon une nouvelle analyse, le nombre d’animaux sauvages sur Terre a diminué de moitié au cours des 40 dernières années. Les créatures à travers le pays, les rivières et les mers sont décimées car les humains les tuent pour se nourrir en nombre non durable, tout en polluant ou en détruisant leurs habitats, selon les recherches des scientifiques du WWF et de la Zoological Society of London.

«Si la moitié des animaux mouraient dans le zoo de Londres la semaine prochaine, cela ferait la une des journaux», a déclaré le professeur Ken Norris, directeur scientifique de ZSL. «Mais cela se passe dans les grands espaces. Ces dommages ne sont pas une fatalité, mais une conséquence de la manière dont nous avons choisi de vivre. ”Il a déclaré que la nature, qui fournit de la nourriture, de l’eau potable et de l’air, était essentielle au bien-être de l’homme.

« Nous avons perdu la moitié de la population animale et sachant que cela est motivé par la consommation humaine, il s’agit clairement d’un appel aux armes et nous devons agir maintenant », a déclaré Mike Barratt, directeur des sciences et des politiques au WWF. Il a déclaré qu’une plus grande partie de la Terre devait être protégée du développement et de la déforestation, tandis que la nourriture et l’énergie devaient être produites de manière durable.

La déforestation en Amazonie va empirer avec l’élection de Jair Bolosano,au Brésil.

Le déclin rapide du nombre d’animaux, de poissons et d’oiseaux a été calculé en analysant 10 000 populations différentes, couvrant 3 000 espèces au total. Ces données ont ensuite été utilisées pour la première fois pour créer un «Indice Planète Vivante» (IPV) représentatif, reflétant l’état de tous les 45 000 vertébrés connus.

«Nous avons tous entendu parler de l’indice FTSE 100, mais nous avons manqué l’indicateur ultime, la tendance à la baisse des espèces et des écosystèmes dans le monde», a déclaré le professeur Jonathan Baillie, directeur de la conservation de ZSL. « Si nous obtenons [notre réponse], nous aurons un mode de vie sûr et durable pour l’avenir », a-t-il déclaré.

Sinon, at-il ajouté, la surutilisation des ressources conduirait finalement à des conflits. Il a déclaré que l’indice LPI était un indicateur extrêmement robuste et avait été adopté par la Convention sur la diversité biologique de l’ONU, adoptée au niveau international , en tant qu’information essentielle sur la biodiversité.

Un deuxième indice dans le nouveau rapport Living Planet calcule «l’empreinte écologique» de l’humanité, c’est-à-dire l’échelle d’utilisation des ressources naturelles. Actuellement, la population mondiale coupe les arbres plus vite qu’ils ne le repoussent, capturant les poissons plus vite que les océans ne peuvent plus se réapprovisionner, pompant l’eau des rivières et des aquifères plus rapidement que les précipitations ne peuvent les reconstituer et émettant plus de dioxyde de carbone qui réchauffe le climat que ne peuvent absorber les océans et les forêts.

Le rapport conclut que le taux de consommation mondial moyen actuel aurait besoin de 1,5 planète Terre pour le maintenir. Mais quatre planètes seraient nécessaires pour maintenir les niveaux de consommation américains, ou 2,5 pour correspondre aux niveaux de consommation britanniques.

Le déclin le plus rapide parmi les populations animales a été observé dans les écosystèmes d’eau douce, dont le nombre a chuté de 75% depuis 1970. «Les cours d’eau sont le fond du système», a déclaré Dave Tickner, conseiller principal du WWF en matière d’eau douce. «Peu importe ce qui se passe sur la terre ferme, tout finit dans les rivières.» Par exemple, des dizaines de milliards de tonnes d’effluents sont déversés dans le Gange, en Inde, chaque année.

Ainsi que la pollution, les barrages et le captage croissant d’eau endommagent les systèmes d’eau douce. Il existe plus de 45 000 grands barrages – 15 m ou plus – dans le monde. «Ils coupent les rivières en mille morceaux», a déclaré Tickner, empêchant ainsi le bon écoulement de l’eau. Alors que la population a quadruplé au cours du siècle dernier, la consommation d’eau a été multipliée par sept. «Nous vivons de plus en plus assoiffé», a-t-il déclaré.

Cependant, alors que des espèces d’eau douce telles que l’anguille européenne et la salamandre aux couleurs de l’enfer se sont écrasées aux États-Unis, des cas de récupération ont également été observés. Les loutres étaient presque éteintes en Angleterre, mais grâce aux efforts de conservation, ils vivent maintenant dans tous les comtés .

Le nombre d’animaux vivant sur les terres a diminué de 40% depuis 1970. Des éléphants de forêt en Afrique centrale , où les taux de braconnage dépassent maintenant le taux de natalité, au gibbon de Hoolock au Bangladesh et aux serpents européens comme le pré et les vipères, la destruction de l’habitat a vu des populations s’effondrer. Mais là encore, des efforts de conservation intensifs peuvent inverser les tendances, comme ce fut le cas avec les tigres au Népal .

David Nussbaum, directeur général du WWF-Royaume-Uni, a déclaré: «L’ampleur des destructions soulignées dans ce rapport devrait constituer un avertissement pour nous tous. Mais 2015 – lorsque les pays du monde doivent se réunir pour se mettre d’accord sur un nouvel accord mondial sur le climat , ainsi que sur un ensemble d’ objectifs de développement durable – nous offre une occasion unique de renverser les tendances.

«Nous tous – hommes politiques, entreprises et citoyens – avons un intérêt et une responsabilité d’agir afin de protéger ce que nous valons tous: un avenir en bonne santé pour les hommes et pour la nature. »

 

 

 

 

 

La découverte d’un crabe préhistorique confond les chercheurs

Calli chimera : «la belle chimère», c’est le nom qui a été donné avec poésie à une espèce de crabe vieille de plus de 90 millions d’années, découverte par un paléontologue de l’Université de l’Alberta.

Calli chimera : «la belle chimère», c’est le nom qui a été donné avec poésie à une espèce de crabe vieille de plus de 90 millions d’années, découverte par un paléontologue de l’Université de l’Alberta.

Javier Luque a déterré ces fossiles presque par hasard, lors d’une excursion sur le terrain d’un mois en Colombie. Après une longue journée de marche, il a décidé de prendre une pause sur un amas rocheux.

« J’ai donné un dernier coup de marteau, pour voir ce que je pourrais trouver. C’est incroyable, parce que dès que j’ai frappé la roche, elle s’est fendue. Elle était complètement couverte de fossiles, s’exclame le chercheur. Il y en avait des milliers, c’était très excitant! »

Le scientifique n’en croyait pas ses yeux lorsqu’il a vu ces fossiles, car ils sont l’antithèse du crabe classique, qui a un corps plus rond et plat et des yeux renforcés.

Les fossiles étaient à peine plus gros qu’une pièce de monnaie et, coup de chance pour le chercheur, étaient extrêmement bien préservés, ce qui a permis à Javier Luque de les examiner jusque dans leurs moindres détails.

« En paléontologie, souvent, la réalité surpasse la fiction et ces fossiles en sont un bon exemple. On n’aurait jamais pu se douter qu’une belle chimère comme ça aurait pu exister si on n’avait pas vu son fossile. »

Javier Luque, paléontologue de l’Université de l’Alberta

L’espèce découverte par Javier Luque ressemble à un amalgame de plusieurs espèces différentes : elle a les yeux globuleux d’une larve, la bouche d’une crevette, les griffes d’un crabe et la carapace d’un homard.

« Ses yeux étaient énormes, décrit-il. Ses pattes du devant, au lieu d’être formées pour marcher, étaient énormes et plates, comme des pagaies qu’elle aurait utilisées pour nager. Toutes ces caractéristiques nous ont vraiment rendus perplexes. »

le fossile.

Cette découverte a eu lieu en 2005. S’en est suivi plus d’une décennie de recherche, pour déterminer la place de ce fossile inusité dans la chaîne de l’évolution des crabes, avant que cette révélation soit enfin rendue publique.

« On savait que c’était un crabe, mais on ne savait pas du tout de quelle espèce il s’agissait. Le travail de détective […] a pris beaucoup de temps », indique Javier Luque.

Il estime que cette espèce date du mi-crétacé et qu’elle aurait habité dans les régions côtières il y a entre 90 et 95 millions d’années.

La zone des tropiques, l’eldorado des fossiles?

Christopher Cameron, professeur agrégé au Département de sciences biologiques à l’Université de Montréal, pense que ces fossiles marquent un jalon important, et pas seulement parce qu’il s’agit d’une nouvelle espèce.

« Je crois qu’une des répercussions les plus importantes de cette découverte, c’est qu’elle indique que les régions équatoriales seront l’endroit où il y aura le plus de fossiles déterrés au cours du prochain siècle. »

 

Si la plupart des fossiles ont jusqu’à présent été découverts en Europe ou en Amérique du Nord, ce ne sera plus le cas à l’avenir, croit Christopher Cameron. Il s’attend à ce que les régions équatoriales deviennent le terrain de jeu de prédilection des chercheurs de fossile.

Quant à Javier Luque, il espère que cette découverte permettra de donner un nouvel élan à la paléontologie sous les tropiques.

« C’est vraiment un bon moment pour être un paléontologue, au XXIe siècle, s’enthousiasme-t-il. Il y a tellement de choses à découvrir, alors il nous reste beaucoup de travail à faire. »

 

 

 

Alerte écologique:Les glaciers fondent de plus en plus vite

 

Les glaciers de l’ouest du Canada perdent plus d’un pour cent de leur masse chaque année, prévient une nouvelle étude, ce qui signifie que leur fonte compte parmi les plus rapides de la planète.

Les glaciers du centre de l’Europe, du Caucase, des États-Unis continentaux et de la Nouvelle-Zélande fondent à un rythme comparable, apprend-on dans les pages du prestigieux journal scientifique «Nature», tout comme ceux situés près des tropiques.

À ce rythme, les glaciers de ces régions auront disparu avant la fin du siècle, estime l’auteur principal de l’étude, le chercheur Michael Zemp, qui dirige le Service de surveillance mondial des glaciers de l’Université de Zurich.

Règle générale, les glaciers de la planète se liquéfient beaucoup plus rapidement que ne le croyaient les scientifiques jusqu’à présent. L’étude révèle qu’ils perdent 369 milliards de tonnes de neige et de glace chaque année, dont plus de la moitié en Amérique du Nord.

Cette étude, qui est présentée comme l’enquête la plus complète jamais réalisée sur l’état de santé des glaciers, constate qu’ils fondent 

18 pour cent plus rapidement que ne l’avaient calculé des scientifiques en 2013.

Ils fondent aujourd’hui cinq fois plus vite que dans les années 1960. Leur fonte est attribuée aux changements climatiques et gonfle encore plus le niveau des mers, selon l’étude. Dans l’Arctique canadien, l’intensification de la fonte estivale serait principalement responsable de la situation.

M. Zemp a expliqué que pratiquement toutes les régions du monde ont commencé à fondre au cours des 30 dernières années.

Son équipe et lui ont utilisé des mesures réalisées au sol et des données satellitaires pour examiner 19 000 glaciers, soit un nombre nettement plus élevé que lors des études précédentes. Ils ont calculé que l’Asie du Sud-Ouest est la seule des 19 régions où les glaciers ne reculent pas, ce que M. Zemp attribue aux conditions météorologiques locales.

Depuis 1961, le monde a perdu 9600 milliards de tonnes métriques de neige et de glace, indique l’étude, soit suffisamment de matière pour recouvrir les 48 États américains continentaux sous 1,20 mètre de glace.

La fonte des glaciers serait responsable de 25 à 30 pour cent de la hausse annuelle du niveau des océans.

 

 

 

Préhistoire:L’Homme de Néandertal aurait été poussé au cannibalisme… à cause du changement climatique

Le passé de nos ancêtres n’était visiblement pas tout rose : d’après une récente étude, l’Homme de Néandertal aurait été poussé au cannibalisme… A cause d’un changement brutal du climat.

C’est une découverte qui fait froid dans le dos. Dans le Sud-Est de la France, des ossements ayant appartenu à Néandertal ont été découverts dans les années 1990, plus précisément sur le site préhistorique de la Baume Moula-Guercy. Ils viennent d’être réétudiés par une équipe de chercheurs du CNRS, et leurs trouvailles lèvent le voile sur un pan bien sombre de l’histoire de nos ancêtres.

Selon les archéologues, ces ossements ont appartenu à deux adultes, deux adolescents et deux enfants ayant vécu il y a 120.000 à 130.000 ans. Et ils montrent des signes clairs de la faim et des traces de brutalité. Pourquoi ? D’après les experts, parce que Néandertal a dû s’adonner au cannibalisme.

Gestes funéraires ou canibalisme?

« Le changement climatique de la période glacière à la dernière ère interglaciaire a été très violent« , confirme le paléontologue Emmanuel Desclaux, chercheur au CNRS. « Je ne parle pas en terme d’échelle géologique, mais à l’échelle humaine. En l’espace de quelques générations, le paysage a totalement changé« .

Les sites connus de colonisation de l’homme de néandertal en Europe.

S’adapter à un changement climatique trop rapide 

Comme le décrivent les scientifiques, en seulement quelques années, notre planète s’est réchauffée et le niveau de la mer s’est élevé. Résultat : les plantes et les animauxse sont modifiés. Les communautés de chasseurs-cueilleurs qui s’étaient parfaitement adaptées aux froids extrêmes pendant des dizaines de milliers d’années, n’étaient plus en terrain conquis.

Divers ossements de néandertal.

« Des marques de découpe sont réparties sur 50% des restes humains, et ce sur l’ensemble du squelette, du crâne à la mâchoire inférieure jusqu’aux métacarpes et aux phalanges« , indiquent les scientifiques. « Aucun des membres retrouvés n’était en relation anatomique avec les autres, ce qui indique que les corps ont été complètement démembrés« .

Dessin d’artiste cherchant à reproduire une femme de néandertal.

Si cette théorie reste à l’état d’hypothèse, elle reste néanmoins probable au vu de ce que l’on sait déjà concernant Néandertal. « Le cannibalisme mis au jour sur le site de la Baume Moula-Guercy n’est pas une marque de bestialité ni de sous-humanité« , expliquent les scientifiques. Selon eux, il aurait probablement s’agit d’un épisode isolé d’endo-cannibalisme, « en réponse au stressnutritionnel dû aux changements environnementaux rapides et radicaux« .


Le changement climatique pourrait avoir aidé Homo sapiens à remplacer Néandertal en Europe

 

Selon une récente étude, l’Homme de Néandertal aurait notamment été victime du changement climatique. Un temps subitement froid et sec aurait eu raison de cet ancêtre alors qu’Homo sapiens serait parvenu à s’imposer en faisant preuve d’adaptation. 

Il y a 40.000 ans, notre cousin Néandertal, dominait en Europe et en Asie avant de s’éteindre. Et ce, quelques milliers d’années seulement avant l’arrivée en Europe de notre espèce, Homo sapiens. Mais comment et pourquoi l’Homme de Néandertal a-t-il disparu ? Le débat divise les scientifiques depuis des siècles.

Certains évoquent une épidémie, d’autres placent la faute sur Homo sapiens… Une récente étude publiée dans la revue Proceeding of the National Academy of Sciences et menée par l’Université de Cologne, en Allemagne, vient aujourd’hui compléter la liste des théories : Néandertal pourrait avoir été victime du changement climatique.

Une meilleure capacité d’adaptation 

En étudiant différentes grottes en Roumanie et en analysant de précédentes données écologiques, archéologiques et climatiques, le Dr. Michael Staubwasser et son équipe ont mis en évidence deux périodes où le climat s’est révélé particulièrement froid et sec : l’une ayant commencé il y a 44.000 ans pour durer 1.000 ans, et une autre ayant commencé il y a 40.800 ans pour durer 600 ans.

Les scientifiques ont ainsi pu constater que l’apparition de ces périodes aux conditions sèches et froides semble coïncider avec le début de la disparition d’artefacts néandertaliens. Et dans le même temps, avec les premiers signes de l’apparition d’Homo Sapiens en France et dans la vallée du Danube.

Selon les chercheurs, le changement climatique aurait remplacé les forêts par des prairies parsemées d’arbustes. Un nouvel environnement auquel Homo Sapiens se serait mieux adapté que Néandertal qui lui, aurait disparu avant que le premier ne s’implante à son tour en Europe.

« Comme il a été souligné dans des études passées, notre espèce n’a pas surpassé Néandertal en faisant preuve de plus d’intelligence. Nous avons simplement survécu« , insiste Rick Potts, paléontologue au Musée d’histoire naturelle de la Smithsonian Institution. Selon cette nouvelle étude, il n’existerait donc aucun lien de cause à effet entre l’arrivée de l’homme moderne et la disparition de Néandertal.

Des interrogations qui demeurent 

A ce stade toutefois, de nombreuses interrogations demeurent comme l’ont souligné les scientifiques : « Nous n’arrivons pas à déterminer si Néandertal a migré après le changement climatique ou bien si l’espèce s’est directement éteinte« , précise le Dr. Michael Staubwasser.

Image associée

Ce n’est pas la première fois que la théorie du changement climatique est explorée et elle peine encore à convaincre tout le monde. Katerina Harvati, une spécialiste de l’Université de Tuebingen en Allemagne non impliquée dans l’étude, a précisé que l’apport de nouvelles données climatiques était utile mais elle a également relevé que le doute demeure quant aux périodes exactes de disparition de Néandertal et d’émergence d’Homo sapiens.

D’autres recherches devront donc être conduites pour percer ce mystère. Si cette nouvelle étude ne répond pas à toutes les questions, elle apporte cependant un « regard rafraîchissant » pour Rick Potts et permet « d’échafauder de nombreuses théories sur les raisons de la disparition de Néandertal« .

Image associée

 

 

 

 

En ce jour dans l’espace! 2 avril 1963: Luna 4 se lance dans une fantastique mission de survol lunaire (vidéo inclus)

Le 2 avril 1963, l’Union soviétique a lancé le vaisseau spatial Luna 4 pour tenter le premier atterrissage en douceur sur la lune. Le lancement a été un succès, mais Luna 4 n’a jamais atteint la Lune.

Résultats de recherche d'images pour « Luna 4 »
Timbre commémoratif du lancement de Luna 4 par l’Union Soviétique.

Un jour après le lancement de Luna 4, il était supposé utiliser ses moteurs-fusées pour l’aider à se diriger vers la lune. Mais il n’a pas été en mesure d’achever cette correction à mi-parcours, car le système de navigation de l’engin spatial fonctionnait mal.

La sonde Luna 4

Les responsables de la mission n’ont pas été en mesure d’orienter l’engin spatial de manière à ce que la combustion du moteur l’envoie dans la bonne direction. Cette erreur a amené Luna 4 à manquer la lune de plus de 5 000 milles. Il s’est retrouvé sur une orbite solaire quelque part entre la Terre et Mars.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :