Publicités
Accueil

Résistance et voir:une citation

Laisser un commentaire

 » L’idée est de créer de la résistance, sinon nous ne pouvons pas observer. Et cet effort de résistance est le début de l’étude des émotions. Nous ne pouvons pas observer les émotions si nous ne les voyons pas « .
– P. Ouspensky

 

 

 

 

 

Publicités

Les enseignements de Rampa : sur la Terre Creuse

Laisser un commentaire

Terre Creuse et Habitants de l’Intérieur.

… « Beaucoup de gens croient qu’il existe peut-être un monde à l’intérieur de ce monde. Que le monde pourrait être creux. Qu’en pensez-vous ? Vous prétendez connaître beaucoup de choses au sujet de la religion. Comment se fait-il que vous n’ayez jamais parlé de ça ? Comment se fait-il que les livres de religion n’en parlent jamais ? »

Eh bien, ce monsieur se trompe car la religion – ou la croyance – sur laquelle je suis le mieux informé (le bouddhisme) se réfère en vérité à un Monde Intérieur. Il y a un mot spécial pour le désigner, Agharta, qui revient très fréquemment dans les Écritures bouddhistes. En fait, la tradition tébétaine mentionne abondamment Shamballa, résidence du roi de tous les mondes, le roi qui est caché à la vue des multitudes vivant à la surface du globe. [Voir aussi F. Ossendowski, Bêtes, hommes et dieux, Éd. J’ai Lu ]

Les Tibétains croient fermement à ce roi du monde habitant à l’intérieur du monde. Ce n’est pas une sorte de démon mais un souverain extrêmement bon, un excellent maître spirituel qui vit simultanément sur deux plans : le plan physique où il règne éternellement et le plan spirituel ou astral où il règne aussi éternellement. Selon les Tibétains, le roi du monde a donné originellement ses instructions au premier dalaï-lama, lequel était, en réalité, le représentant dans le monde extérieur du roi du monde intérieur.

Il existe indiscutablement au Tibet des tunnels qui s’enfoncent toujours plus profond sous la terre et de nombreuses légendes font état de personnages singuliers qui empruntent ces tunnels pour s’entretenir avec des lamas de degré supérieur. Ainsi que je l’ai écrit dans quelques-uns de mes ouvrages, je suis descendu dans certains de ces tunnels et même dans ceux de l’Ultime Thulé. Il est divers endroits du globe d’où l’initié peut se rendre au centre de la planète pour y rencontrer des représentants de cette civilisation intérieure et beaucoup de gens savent de science certaine que les habitants du monde intérieur viennent conférer avec ceux de la surface. Naturellement, quelques-uns des O.V.N.I. proviennent de ce monde intérieur.

Il y a au Tibet des tunnels conduisant au monde intérieur et il y en a aussi au Brésil. Le Brésil et le Tibet sont deux régions du monde extérieur qui ont une importance capitale et qui exercent une attraction particulière sur le peuple du monde intérieur.

Il est fort regrettable qu’il existe un si grand nombre de superstitions que l’on n’a jamais convenablement étudiées car certains « sensitifs » savent qu’il y a un tunnel sous les grandes pyramides. Mais attention : je ne me réfère pas aux seules pyramides égyptiennes. Il y en a beaucoup d’autres. Toutes servaient de balises envoyant des messages aux Jardiniers de la Terre et à leurs représentants qui traversent l’espace dans leurs astronefs. Il y a des pyramides en Égypte et dans certaines parties de l’Amérique du Sud, il y en a aussi de très importantes dans le désert de Gobi mais celui-ci est aujourd’hui sous le contrôle de la Chine communiste, on ne sait pas grand-chose à ce propos à l’extérieur. Toutes ces pyramides communiquent avec le monde intérieur et, à l’époque des pharaons, un grand nombre de rites magiques égyptiens étaient conduits par des êtres venus du monde intérieur dans ce but.

Mais revenons aux faits fondamentaux. Selon les Écritures bouddhistes, la Terre a subi de considérables convulsions et les climats se sont maintes et maintes fois modifiés. En raison de ces bouleversements des tribus, chassées des zones froides, ont émigré vers des zones plus chaudes et, lors d’une de ces migrations de population – cela se passait il y a quelques 25 000 ans -, une tribu a atteint ce que nous appellerions aujourd’hui le pôle nord. Cette peuplade a continué sa marche et a fini par s’apercevoir que le soleil était toujours devant et jamais derrière, que jamais il ne se levait ni ne se couchait. Au fil du temps, ces hommes ont finalement compris qu’ils étaient à l’intérieur de la Terre, que celle-ci était creuse et ils se sont établis là. On pense également – j’aurais dû mettre des guillemets ! – que les Tziganes viennent tous du centre de la Terre.

J’ai entendu bien des gens discuter de la théorie de la terre creuse et les adversaires de cette thèse rétorquent immanquablement : « Si la Terre est creuse, comment se fait-il que les avions de ligne qui survolent le pôle nord ne voient pas d’ouverture ? Aujourd’hui, ils le survolent et ils survolent peut-être aussi le pôle sud. S’il y avait une grande crevasse, il est évident que les pilotes la remarqueraient. »

Eh bien, ce n’est pas vrai. Les avions de ligne ne survolent ni le pôle nord ni le pôle sud. Ils passent à bonne distance pour la simple raison que s’ils les survolaient à la verticale, cela affolerait les instruments de navigation. Aussi, les appareils civils font-ils un large crochet afin d’éviter un pôle nord ou un pôle sud mythique qui dérèglerait les compas.

D’autres disent encore : « Et tous les explorateurs qui sont allés au pôle nord ou au pôle sud ? S’il y avait eu un trou dans l’écorce terrestre, ils l’auraient trouvé. » 
Là encore, la réponse est non. Ce n’est pas vrai. Personne n’est allé au pôle nord, personne n’est allé au pôle sud. Nous disposons de rapports rédigés par des gens qui sont parvenus à proximité de l’un ou l’autre pôle et qui ont continué d’avancer pendant des kilomètres et des kilomètres. En d’autres termes, ils se sont plus ou moins perdus. L’histoire ancienne, et l’histoire moderne aussi, nous apprend que les marins repèrent souvent des débris flottants qui viennent des pôles (j’emploie le mot « pôle » pour me conformer à l’usage et pour que la localisation soit précise). Parfois, ce sont même des animaux ou des oiseaux. Or, tout le monde sait qu’on ne trouve ni oiseaux ni insectes, pas plus au pôle nord qu’au pôle sud. Sans parler de feuilles vertes. Alors, d’où viennent ces épaves ? De l’intérieur de la Terre, évidemment.

Voici ce que je crois.

Supposons que vous ayiez un véhicule et que vous puissiez aller d’ici – par « ici », j’entends l’endroit où vous êtes actuellement – au pôle nord. Vous avanceriez, vous avanceriez et vous atteindriez un point que vous considéreriez comme étant le pôle. Vous continueriez alors et vous constateriez finalement que c’est un autre soleil qui brille au-dessus de vous, le soleil étant un phénomène de nature atomique qui se produit naturellement, et pas seulement au centre de la Terre mais tout aussi bien sur beaucoup d’autres mondes. Les astronomes ont parfois noté, par exemple, l’apparition d’étranges lueurs sur la Lune à l’enplacement des pôles.

« Peut-être bien, répondrez-vous, mais des hommes ont été sur la Lune. »

Absolument, mais ils n’ont reconnu qu’un périmètre très réduit [écrit en 1974], un cercle de quelque huit kilomètres de rayon. Oh non ! on n’a pas exploré la Lune. Et on n’a pas exploré la Terre. Il reste encore une bonne partie de cette dernière à découvrir.

Si cela vous intéresse, allez à la bibliothèque publique. Je suis sûr que vous y trouverez quantité d’ouvrages où il est question de la théorie de la Terre creuse, relatant des récits de voyageurs égarés qui ont abordé un pays  étrange et ont fini par se  retrouver au coeur du monde intérieur. Plutôt que de vous rendre à la bibliothèque, achetez donc quelques livres dans une bonne librairie.

On m’a demandé d’expliquer à quoi pourrait ressembler un tel monde, comment pourrait exister un monde intérieurement creux. La meilleure explication que je puisse fournir est la suivante :

Imaginez une noix de coco. L’extérieur de la noix de coco est la surface de la Terre. Et rappelez-vous que si vos avez les mains moites, l’humidité que vous avez déposée sur l’écorce de votre noix de coco rien qu’en la touchant représente une profondeur proportionnelle à celle de la plus profonde des mers de la Terre en vraie grandeur. C’est là une donnée qui mérite qu’on la garde présente à l’esprit.

Bref, vous avez votre noix de coco et vous examinez sa surface externe. Elle figure notre Terre conventionnelle. Maintenant, percez un trou dans ce que l’on appelle l’oeil de la noix de coco et percez-en un autre diamétralement opposé. Nous dirons que ce sont respectivement le pôle nord et le pôle sud. Les trous doivent avoir deux centimètres environ. Videz le lait. Vous aurez à ce moment une écorce coriace qui est la croûte terrestre et, à l’intérieur, une pulpe blanche : c’est la surface du monde intérieur. Arrangez-vous pour placer juste au milieu de la noix de coco une petite ampoule électrique pour figurer le soleil interne qui brille sans relâche.

Poursuivons. L’enveloppe coriace qui est l’écorce terrestre et la surface interne, plus molle, qui permet aux habitants du monde intérieur de se tenir debout engendrent également la force de gravité grâce à laquelle les gens peuvent marcher verticalement sur l’une et l’autre surfaces accolées. Rien ne permet d’affirmer que le contenu de la terre soit fait de gaz en fusion, de fer en fusion, de roches en fusion ou de n’importe quoi d’autre en fusion. Ce n’est là qu’une supposition des  « savants », ces savants qui ont fait tant de suppositions erronées – quand ils disaient, par exemple, que si un homme voyageait à une vitesse supérieure à 50 kilomètres à l’heure, la pression de l’air ferait éclater ses poumons. Ou qu’un astronef ne pourrait jamais se poser sur la Lune car il s’enliserait aussitôt, englouti par la poussière impalpable constituant le sol de notre satellite. Non, les savants ne sont que des devins diplômés de l’université. Et ils sont souvent pires que les devins qui n’ont pas fait d’études car on leur enseigne que si Pierre, Paul ou Jacques dit qu’une chose est impossible, c’est qu’elle est impossible de sorte qu’au lieu de leur apprendre à penser, on leur apprend seulement que tel ou tel Auteur est infaillible et que s’il a dit que telle chose est impossible, eh bien, elle est impossible, voilà tout.

Je crois que les habitants de l’intérieur de la Terre sont un peuple très, très hautement développé, qu’ils ne sont autres que les survivants de la Lémurie, de Mu, de l’Atlantide et de beaucoup d’autres civilisations encore plus anciennes. La Terre a été ravagée par des cataclysmes, des tempêtes, des météorites et tout le reste, les habitants de la surface ont fréquemment été décimés. Mais, à l’intérieur, la vie se poursuit sereinement sans être perturbée par les événements de dehors et la connaissance spirituelle et scientifique a par conséquent progressé.

Peut-être ignorez-vous que les Chiliens, qui s’intéressent fort à la région du pôle sud, ont photograpié des O.V.N.I. qui y prenaient leur essor. Une équipe de géophysiciens chiliens a pris des photographies tout à fait passionnantes. Malheureusement, des pressions considérables ont été exercées sur eux et ces documents ont été remis aux autorités des États-Unis. Depuis, on n’en a plus jamais entendu parler.

Il existe différents types d’O.V.N.I. L’un d’eux vient des entrailles de la Terre et si l’on voit aujourd’hui beaucoup d’objets volants non identifiés, c’est parce que le peuple de l’intérieur s’inquiète énormément des explosions atomiques qui intervienent à l’extérieur. Après tout, si la déflagration est assez puissante, l’écorce terrestre risque de se fragmenter encore plus gravement que ce n’est actuellement le cas et la Terre tout entière pourrait bien périr. C’est pourquoi le peuple de l’intérieur se fait tant de souci, c’est pourquoi il essaye de contrôler la recherche atomique dans le monde extérieur.

Avez-vous véritablement étudié les voyages des explorateurs qui prétendent être allés au pôle nord ou au pôle sud ? Tous sans exception signalaient que plus ils remontaient vers le nord, plus la température s’élevait, qu’ils trouvaient plus de mers libres qu’ils ne s’y attendaient et qu’ils découvraient une foule de choses contredisant radicalement la théorie selon laquelle le froid augmente à mesure que l’on s’approche des pôles. En fait, les pôles n’existent pas sinon en tant que symboles mythiques suspendus en plein ciel, peut-être à la verticale de l’ouverture béant sur les profondeurs de la Terre.

Les aurores béréales pourraient fort bien n’être que le reflet du soleil interne que l’on observe dans certaines conditions favorables ou même des radiations émanant de la vie nucléaire au centre du globe.

Mais il y aura immanquablement quelqu’un qui dira que tout cela est impossible, qu’il n’y a, bien entendu, pas de trou conduisant à l’intérieur de la Terre, qu’une telle idée est absurde, ridicule… Si une gigantesque excavation s’ouvrait au pôle nord et une autre au pôle sud, il va de soi que les pilotes les auraient remarquées, les astronautes aussi et, d’ailleurs n’importe qui pourrait voir à travers l’épaisseur de la Terre, exactement comme on peut voir le jour à travers un oeuf percé. Quelqu’un ne saurait manquer de dire que l’auteur de ces lignes a perdu les pédales… ou qu’il est devenu gâteux.

C’est là une attitude entièrement erronée qui montre que l’on ignore les faits. Combien d’entre vous sont-ils allés au pôle nord ? Combien d’entre vous sont-ils allés au pôle sud ? Combien d’entre vous connaissent-ils les conditions climatiques qui règnent dans ces régions ? Les conditions d’ennuagement, par exemple ? Ou de visibilité ? Non, lecteur à l’esprit critique, je n’ai pas perdu les pédales. C’est toi qui les a perdues si tu penses que tout cela est impossible. Et si tu penses que tout cela est impossible, tu n’as pas seulement perdu les pédales, tu prends des vessies pour des lanternes, ce qui est bigrement plus grave.

Songe aux immenses grottes qui sont restées inconnues pendant des centaines ou des milliers d’années dans des régions fortement peuplées. À celle où l’on a retrouvé les manuscrits de la Mer Morte. On ne l’a découverte que par hasard.

Regarde le Canada. De vastes zones du Québec n’ont pas été explorées. Et supposons qu’un avion survole certaines de ces zones que la glace recouvre presque toute l’année. Les photos montreraient des reflets exactement semblables à la réflexion de la glace et de la neige. Ou peut-être des taches sombres exactement semblables aux taches sombres que peuvent présenter la glace et la neige. Vous savez, la glace peut avoir de nombreuses teintes différentes, elle n’est pas toujours blanche et pailletée comme le givre dont on saupoudre  les arbres de Noël. On trouve même de la glace rouge dans certains endroits. Je le sais parce que j’en ai vu. Toutefois, l’essentiel est qu’une photo prise à la verticale de l’emplacement approximatif du pôle sud pourrait révéler des ombres curieuses mais si l’on n’a pas de raison d’étudier ces ombres de près, personne n’ira enquêter sur place, n’est-il pas vrai ? Il faut beaucoup d’argent pour monter une expédition qui se rendrait au mythique pôle nord ou au non moins mythique pôle sud. Il faut beaucoup d’argent, il faut des hommes d’une espèce particulière, il faut énormément de matériel et de vivres et il faut un solide compte en banque pour payer les assurances.

J’en reviens au Canada. Une très grande partie des territoires septentrionaux de ce pays n’a pas été explorée. il y a des régions où l’homme n’a jamais posé le pied. Comment savoir quels trous il peut y avoir dans les territoires septentrionaux si l’on n’y est pas allé ? Il est stupide de dire que ces choses-là sont impossibles quand on ne connaît pas toutes les données, quand on n’est pas expert en photographie, quand on n’est pas un géologue patenté.

Pensez aux astronautes ou aux cosmonautes, quel que soit le terme par lequel on les désigne couramment. Quand ils décollent et qu’ils sont suffisamment près de la Terre, ils ont probablement autre chose à faire que chercher à savoir s’il y a un trou à l’emplacement théorique du pôle nord ou du pôle sud, d’autant que, dans ces régions polaires, la visibilité est affreusement médiocre du fait des brouillards, des tempêtes de neige et de la réflexion de la neige, de la glace et de l’eau qui brouille tout. Il convient aussi de considérer que lorsque les astronautes sont en orbite, ils ont des tâches précises à accomplir : jeter un coup d’oeil scrutateur sur les Russes et jeter un coup d’oeil encore plus scrutateur sur les Chinois. Y a-t-il des ombres révélatrices indiquant que l’on a construit des silos qui pourraient être des rampes de lancement de missiles balistiques intercontinentaux ? Et si tel est le cas, dans quelle direction sont-elles pointées ? C’est grâce à des informations de ce genre que les Américains sont à même de dire si les seigneurs de guerre de Pékin ont des fusées braquées sur New York, Los Angeles ou d’autres villes. Ils leur faut tenir compte de l’angle d’inclinaison et de la rotation de la Terre pour pouvoir déterminer à quelques kilomètres près la cible assignée aux missiles intercontinentaux. Savoir ce que fabriquent les Russes, les Polonais, les Chinois et les Tchèques intéresse beaucoup plus les Américains que de chercher à savoir s’il y a un trou dans la Terre.

On peut donc tenir pour établi que, à moins de conditions et de circonstances très particulières, on ne photographiera jamais ces excavations. Quant à se figurer qu’en regardant par un bout on pourrait voir le trou opposé comme s’il s’agissait d’un tunnel rectiligne, c’est une idée complètement aberrante. On ne pourrait pas. Imaginez un tunnel ferroviaire rectiligne, droit comme un fil. Vous regardez à un bout, Si vous faites très attention, mais vraiment très attention, il est possible que vous voyiez un petit point de lumière à l’autre extrémité. Et votre tunnel fait peut-être quinze cent mètres à peine. Mais si vous regardez à travers un trou s’ouvrant dans la Terre, le trou d’en face sera à une distance de quelques 12 800 kilomètres. C’est-à-dire que ce tunnel-là serait si long que vous ne verriez pas la lumière de l’autre côté. Et il n’y a pas que cela. Même si vous aviez une vue perçante au point de pouvoir distinguer un petit trou à l’autre bout, vous ne verriez quand même que les ténèbres pour la bonne raison qu’il n’y aurait pas de lumière réfléchie sauf si le soleil est juste en face de vous.

Si vous niez la POSSIBILITÉ que la Terre soit creuse, vous ne salez pas mieux que ceux qui croient qu’elle est plate ! … Toujours est-il que si vous n’êtes pas certain de quelque chose, pourquoi ne pas garder l’esprit ouvert pour ne pas être pris de court le jour où la preuve vous sera administrée ?

Encore une chose qu’il convient de considérer : les gouvernements du monde – ou, plutôt, les gouvernements des super-puissances – font des efforts titanesques pour étouffer tout ce qui a trait aux ovnis. Pourquoi ? Des millions de gens en ont vu. Pas plus tard qu’hier, je lisais dans un périodique que les statistiques prouvent que 15 millions d’Américains en ont vu. Si 15 millions de personnes dans un seul pays ont vu des O.V.N.I., c’est forcément qu’il existe quelque chose comme des O.V.N.I. L’Argentine, le Chili et quelques autres pays sensés admettent l’existence des O.V.N.I. Cela ne signifie pas obligatoirement qu’ils savent ce que sont les O.V.N.I. ou pourquoi  il y en a, mais ils reconnaissent que les O.V.N.I. existent, et c’est déjà un grand pas en avant.

Les gouvernements font le silence et dissimulent la vérité sur les O.V.N.I. Alors, supposons que le gouvernement américain, par exemple, possède des photographies d’O.V.N.I. arrivant sur Terre ou en repartant, supposons qu’il ait la preuve irréfutable que la Terre est creuse et qu’elle abrite une haute civilisation. Il ne fait pas l’ombre d’un doute que les gouvernements essaieraient de cacher la vérité, sinon ce serait l’affolement, les gens pilleraient, se suicideraient et feraient toutes les choses singulières que font les humains sous l’empire de la panique. Rappelons-nous seulement que l’émission de télévision d’Orson Welles, il y a quelques années – La Guerre des Mondes – a provoqué une panique chez les Américains malgré les exhortations des présentateurs qui leur disaient que ce n’était qu’une dramatique.

Bon… Les gouvernements cachent la vérité parce qu’ils redoutent que la panique ne s’empare des populations. Mais peut-être seront-ils obligés dans un avenir assez proche de s’incliner devant elle, de reconnaître que la Terre est creuse, qu’elle abrite dans ses profondeurs une race supérieurement intelligente et qu’une certaine catégorie d’objets volants non identifiés vient de ses entrailles. Une catégorie d’O.V.N.I. vient de l’« espace extérieur », une autre de l’« espace intérieur », autrement dit de l’intérieur de la Terre.

Mais peut-être allez-vous dire : « Je maintiens que ce type est fou parce qu’il n’y aurait pas assez de place à l’intérieur de la Terre pour qu’il y ait une civilisation. » 
Eh bien, mon cher monsieur – ou ma chère madame, selon le cas -, cela signifie que vous étiez cancre à l’école. Examinons donc quelques chiffres. Je ne vais pas citer les chiffres précis sinon quelqu’un s’écriera sans aucun doute : « Oh ! Regardez ! Voilà la preuve que nous avons affaire à un imposteur. Le diamètre de la Terre a 15 centimètres de plus en réalité ! » Eh oui, bien-aimé lecteur, les gens disent et écrivent des choses dans ce genre et ils se croient très malins. Néanmoins, voyons quelques chiffres approximatifs.

Le diamètre de la Terre est, en gros, de 12 680 Km. Admettons (puisqu’il faut tout de même donner des chiffres, n’est-ce pas ?) que l’épaisseur de l’écorce terrestre de ce côté de la Terre et celle du « sol » de la Terre intérieure fassent 1300 Km. Multiplions par deux : nous obtenons 2600 Km. Si nous retranchons ces 2600 Km  de 12 680 Km, cela nous donne 10 080 Km et nous pouvons considérer que c’est grossièrement le diamètre de la Terre à l’intérieur de la Terre [le diamètre de l’espace vide à l’intérieur de la Terre].

Autrement dit, le monde intérieure est (toujours de façon approximative) 2,9 fois plus grand que la Lune et si l’on pouvait fourrer la Lune dans la Terre, la malheureuse balloterait comme le pois chiche dans le sifflet de l’arbitre. Rappelons-nous que le diamètre de la Lune est de l’ordre de 3 450 Km et que nous avons évalué celui de la Terre intérieure à 10 080 Km. Maintenant, à vous de faire un peu d’arithmétique pour changer.

Ce n’est pas encore tout. Seul un huitième de la surface du globe est de la terre ferme. Les 7/8e  sont de l’eau : mers, océans, lacs et tutti quanti. Il est donc tout à fait vraisemblable que le monde intérieur comporte davantage de terre ferme et, dans ce cas, il pourrait avoir une population plus nombreuse. À moins que ces gens-là ne prennent régulièrement la pilule et recherchent la qualité de l’espèce de préférence à la quantité.

Tout cela, j’y crois, j’y crois depuis des années et j’ai étudié ce problème avec la plus grande attention. J’ai lu tout ce que j’ai pu trouver là-dessus et si vous en faites autant, vous arriverez obligatoirement à la même conclusion que moi, à savoir qu’il y a un autre monde à l’intérieur de notre Terre, qu’il a 2,9 fois la taille de la Lune et qu’il est habité par une race très intelligente.

Encore une chose qui ne manque pas d’intérêt. Pensez à tous les explorateurs qui sont allés « au pôle » : pas un seul d’entre eux n’a apporté la PREUVE qu’il y était allé. Songez à l’amiral Peary, songez à Wilkinson, à Amundsen, à Shackleton, à Scott, etc. Tous ces hommes qui, théoriquement, ont atteint cette région, y sont allés en bateau, à pied ou par la voie des airs et aucun n’a jamais vraiment prouvé et démontré qu’il était parvenu au pôle proprement dit. Je crois que c’était impossible parce que le « pôle » est une zone située quelque part dans l’espace au-dessus de la surface et il est acquis que son emplacement subit d’importantes variations.

J’en ai fini. Si cette question vous intéresse, inutile de m’écrire car j’ai dit tout ce que j’avais à dire là-dessus. Certes, je sais beaucoup d’autres choses, bien plus que ce qui précède. Alors, un conseil : rendez-vous au trot dans une bonne librairie et ACHETEZ quelques ouvrages traitant de la théorie de la Terre creuse…

Extrait de Crépuscule, de Lobsang Rampa

Un trou mystérieux plus grand que les Pays-Bas s’est ouvert au milieu de la glace antarctique

Un commentaire

Un trou de la taille du Maine – ou plus grand que les Pays – Bas , selon la masse géographique qui signifie plus pour vous – s’est ouvert dans la mer de Weddell en Antarctique. Dans une couche de glace de mer autrement épaisse, encore gelée de l’hiver antarctique, le trou est une aberration scientifique.

Les scientifiques  ne sont pas sûrs de ce qui se passe sur et sous la glace de l’Antartique, mais ils en parlent tous .

«On dirait que vous venez de percer un trou dans la glace» , a déclaré à la carte mère de Vice le physicien atmosphérique Kent Moore de l’Université de Toronto .

Moore, avec le groupe d’observation et de modélisation du carbone et du climat dans l’océan Austral ( SOCCOM ) à Princeton, étudie le trou mystérieux qui s’est produit dans des images satellites vers le 9 septembre 2017.

Les scientifiques appellent des trous entourés de glace de mer  » polynyas. « National Geographic explique que les polynas sont créés lorsque les courants océaniques poussent l’eau chaude vers la surface, fondant la glace qui se trouve sur le dessus. Lorsque l’eau de surface entre en contact avec l’atmosphère antarctique, elle se refroidit et coule, puis se réchauffe et remonte vers la surface.

Cette polynie particulière apparue précédemment pour plusieurs saisons dans les années 1970. Le trou s’est ouvert à nouveau l’année dernière pour la première fois en quatre décennies, et réapparu, encore plus grand, le mois dernier.

En ce moment, expliquer pourquoi le trou s’est encore ouvert est un mystère. Moore dit qu’il serait « prématuré » de le connecter au changement climatique, bien que son équipe analyse les données pour mieux comprendre ce qui pourrait avoir causé cela.

« C’est maintenant la deuxième année consécutive qu’il est ouvert après 40 ans de ne pas être là », a déclaré Moore à Motherboard. « Nous essayons toujours de comprendre ce qui se passe. »

Mais Earther note qu’une autre équipe, du Centre Helmholtz pour la recherche océanographique à Kiel, en Allemagne, croit que sa réapparition confirme leurs modèles de variabilité climatique , ce qui suggère que la polynie pourrait se manifester à nouveau.

« Alors que de nombreux modèles climatiques ont tendance à produire une polynie océanique aussi large, la caractéristique a été considérée comme un pépin de modèle perturbateur par rapport à un vrai phénomène dans le passé », a déclaré à Earther Torge Martin, un météorologue et modélisateur du climat au Centre Helmholtz. « Sa récurrence soutient notre hypothèse … que le Weddell Polynya n’était pas un événement ponctuel, mais il a  peut-être survenu régulièrement dans le passé ».

La nouvelle du trou se rapproche d’autres indications de changement majeur en Antarctique. Il y a quelques semaines, un iceberg de plus de deux fois la taille de Pariss’est détaché du glacier Pine Island en Antarctique de l’Ouest, au même endroit que deux autres grands événements de détachement de glace ont eu lieu ces dernières années. Et cette semaine, un nouvel article publié dans Geophysical Research Letters a révélé que le réchauffement des océans minait considérablement l’intégrité d’une importante plate-forme de glace flottante dans l’Antarctique de l’Ouest. L’eau chaude sculpte ce que le journaliste du Washington Post Chris Mooney a appelé un «énorme canyon à l’envers» dans la calotte glaciaire par le bas. Le canyon coupe presque à mi-chemin à travers la plate-forme de glace de Dotson.

Le statut de la plate-forme de glace n’a pas d’impact direct sur l’élévation du niveau de la mer puisqu’il flotte et déplace donc déjà autant d’eau qu’il le ferait s’il était liquide. Mais sa stabilité est d’une importance critique; comme d’autres tablettes de glace flottantes, Dotson empêche les grands glaciers de glisser dans la mer, ce qui affecterait certainement le niveau de la mer.

 

EN CONCLUSION

Cette découverte majeure survient quelques semaines après celle de 51 nouveaux volcans sous la calotte glaciaire antartique,les mesures montrant une importante émanation d’énergie en provenance de l’ancien site de Neue Schwabenland,la découverte d’une troisième pyramide sous la glace et,en  plus,celle de structures non naturelles sous  la banquise antartique  laissant supposer que nous serions en face des ruines d’une très ancienne civilisation.

Aussi j’ai le grand pressentiment (pour ne pas dire:la certitude) que le sort futur de l’humanité repose sur les découvertes que nous allons faire en Antartique…particulièrement sur les anciennes bases secrètes allemandes.

Oui,nous allons retourner à Neue Schwabenland et j’en fait le serment,au nom des Défenseurs de la Terre!

Si vous acceptez de nous aider,nous allons créer une fondation pour financer cette expédition et nous aurons besoins de l’aide de tous!

 

La cité perdue d’Alexandre le Grand retrouvée au Kurdistan grâce à des images satellites

Laisser un commentaire

Grâce à des clichés secrets pris par un satellite américain, des archéologues ont pu découvrir la cité d’Alexandre le Grand !

Une découverte incroyable ! Grâce à des images de satellite, la cité perdue d’Alexandre le Grand a été retrouvée au Kurdistan ! Elle refait surface après 2000 ans !

Des images de satellites époustouflantes

Cette cité, nommée Qualatga Darband, a été fondée en 331 av J-C dans le Kurdistan irakien. Fondée par Alexandre le Grand, roi de Macédoine, cette cité a été retrouvée grâce à des images prises par un satellite-espion américain. Ces clichés ont été pris lors de la guerre froide, mais sont restés secrets. « C’est un peu tôt pour s’avancer, mais nous pensons que la ville, située sur une route qui conduit de l’Irak à l’Iran, était en pleine effervescence. Avec sans doute des marchands de vin qui le vendaient aux soldats qui traversaient la région », explique John MacGinnins, archéologue au British Museum. 

Un travail minutieux

L’archéologue et son équipe ont alors commencé par faire l’étude des images fournies pour pouvoir cartographier la cité. Ils ont ensuite trouvé des bâtiments construits dans le style architectural Greco-Romain. L’utilisation d’un drone a permis de révéler qu’il y avait des murs souterrains sous des champs de blé et d’orge. Cette découverte est tout simplement saisissante pour les experts.


EN COMPLÉMENTAIRE

L’EXPLORATION MINUTIEUSE DES LIEUX VIENT DE COMMENCER

 

Un groupe international de recherche archéologique travaille sur la dernière expédition du Musée britannique au Kurdistan irakien, à quelques kilomètres des lieux des unités de l’État islamique. Ils n’ajoutent pas seulement des objets incroyables à la collection de musées, mais enseignent aux archéologues irakiens et kurdes les méthodologies d’exploration modernes et les dernières réalisations de la protection du patrimoine culturel. L’un des leaders de l’expédition, Virág Pabeschitz, l’archéologue hongrois de l’Antiquité, s’exclame exclusivement sur les réalisations d’Origo dans les relations internationales.

Les chercheurs de l’expédition archéologique internationale du Musée britannique, au centre droit, la deuxième archéologue Virág Pabeschitz, le membre hongrois de l’expédition et le chef d’une des fouilles

La technique scientifique la plus récente près de la ligne de front

L’expédition du British Museum a été lancée à deux fins: d’une part, chercher des sites archéologiques qui n’ont pas été découverts et éduquer et préparer les archéologues locaux pour l’expédition post-ISIS.

L’équipe emploie la crème des archéologues sur le plan  international,particulièrement  les archéologues et les spécialistes qui ont une vaste expérience au Moyen-Orient.

Les archéologues irakiens et kurdes qui participent au programme peuvent passer jusqu’à 10 semaines au Royaume-Uni avant l’excavation, où ils participeront à l’enseignement théorique du British Museum. Ils peuvent revenir à la pratique en revenant à leur connaissance. Grâce au soutien financier anglais, l’éducation est dotée d’équipements archéologiques à la fine pointe de la technologie, qui resteront en Irak à la fin du programme.

 

L’expédition comprend, entre autres, un atelier de restauration bien équipé et un studio de photos et de dessins.

Viraq Pabeschitz éduque les collègues locaux pour le travail sur le terrain

Les derniers outils d’arpentage et la technologie laser sont à la disposition des chercheurs. Les spécialistes de l’archaeobotan, de l’archéozooler et de la céramique travaillent également sur les fouilles, y compris les archéobotanistes, les archéologues et les spécialistes en céramique du British Museum, d’autres spécialistes londoniens, qui fournissent un appui continu aux archéologues de terrain.

L’exploration de l’ancienne ruine se trouve dans un quartier isolé mais dangereux

 

Les étudiants qui travaillent sous la supervision de chercheurs peuvent s’ inclure  dans tous les niveaux  de travail, depuis les explorations jusqu’ à des tâches spéciales.

 

Les découvertes qui ont été creusées pendant des milliers d’années ont pris fin

Au cours de cette saison printanière, un drone séticialiste a rejoint l’équipe, ce qui a permis aux archéologues de voir les signes qui pourraient être visibles dans la croissance des grains. Sur la base des images satellitaires connues antérieurement et des photos et des vidéos du drone, plusieurs découvertes ont été réalisées concernant la taille et la disposition de la ville depuis l’époque d’Alexandre le Grand.

 

L’expédition se concentre principalement sur le site Qalatga Darband dans le nord,

où, dans les temps anciens, un important établissement à grande échelle installé au pied des montagnes de Zagros,

au nord du moderne lac Dukan. L’ancienne ville était protégée du nord par la montagne et du sud par un mur de la ville.

Plusieurs bâtiments ont déjà été identifiés, mais ils sont toujours explorés, donc ce n’est qu’un résultat préliminaire pour l’instant. Nous connaissons une zone viticole, une forteresse et une église. Il y avait également des fouilles sur l’ancien mur de la ville, de sorte que sa technique et son étendue étaient également examinées.

Sándor Nagy pouvait voler à travers la ville à la tête de ses troupes

Sur la base des découvertes, la ville aurait pu vivre ses périodes hellénistiques (336 av. J.-C. – 31 av. J.-C.) et le Parti (3ème siècle av. J.-C. – 3ème siècle av. J.-C.), mais encore plus il faut du temps.

Alexandre le Grand dans la bataille d’Issos. (Extrait de la mosaïque du Museo Nazionale di Napoli).

 

En tant que directeur de l’excavation, a déclaré John MacGinnis,

Imaginez une ville animée comme les soldats offrent du vin pendant qu’ils passent. Ici, aussi, Sándor Nagy pourrait prendre son armée, car c’était déjà l’une des routes principales. « 

Investir dans le travail et l’énergie semble se redresser à la lumière des résultats obtenus jusqu’ici.

 

Le programme d’exploration complexe a commencé sa troisième saison de fouilles dans les jours et les fouilles ont déjà été suivies par des étudiants à Nimrud près de Mossoul

et d’autres domaines qui ne sont repris que par ISIS en possession des connaissances acquises.

Les fouilles font ressortir de plus belles découvertes qui méritent les portes du monde.

Une ancienne église a été découverte par la jeune archéologue hongroise

L’un des quatre cadres du Programme du Nord est un archéologue hongrois, Pabeschitz Virág, qui a fièrement rendu compte des résultats de ses fouilles (que je reproduis ici,dans cet article).

L’ archéologue explore la découverte  d’un temple possible dans la ville.

La jeune archéologue hongroise, Pabeschitz Virág, a travaillé en tant que membre de nombreuses expéditions de recherche internationales, notamment en Égypte et au Soudan

 

Il a raconté à Origo son travail: «Lors de ma première saison d’expédition, en septembre 2016, j’ai commencé à travailler avec un ouvrier et un étudiant lors d’un costume de pierre précédemment dévoilé.

Un temps mort à Qualatga Darband

« Tout archéologue le  tir à l’arc pourrait choisir une zone, et j’aime les défis, alors j’ai décidé d’une énorme pile de pierres ».

Le chef de l’expédition hongroise de l’expédition guidera les travailleurs

 

«Ce n’était rien ou presque, car nous n’avions aucune information préalable et on disait que l’armée irakienne était autrefois une base pour les mitrailleuses, mais les fouilles devinrent incroyablement excitantes lorsque, contrairement aux attentes, je réussis à m’identifier les murs et il s’est avéré que le tas est un bâtiment ancien complet, avec plusieurs mètres de grands murs debout et des trouvailles accrocheurs.

Un morceau de mur exploré sur l’excavation. La jeune archéologue Pabeschitz (représentée au milieu) a découvert les ruines d’un temple censé être une église

 

 

Nous avons demandé au jeune chef de pelle hongrois du musée Brtish des résultats concrets à ce jour et des plans suivants: 

La presse mondiale a également rendu compte de l’exploration de la colonisation apostrophée de certains des habitants de Sándor Nagy en tant que ville perdue. Qu’avez-vous trouvé au sujet de l’âge et de l’origine de la ville, en fonction des découvertes à ce jour?

Il faut souligner que les fouilles sont encore en cours, et demain matin, je travaille à nouveau, de sorte que les résultats jusqu’à présent ne sont que préliminaires.

Cependant, il est déjà possible de voir que le matériau céramique précoce trouvé au début (3ème à 2ème C. BC).

Sur la base des caractéristiques architecturales du bâtiment et de l’examen de la stratification archéologique, nous pensons cela comme une église, mais cette théorie peut être facilement ignorée plus tard. En tant qu’archéologue, je dois faire très attention à ces mots, car après trois saisons, je ne sais pas quelle est la taille du bâtiment. Jusqu’à présent, je connais six salles plus grandes, variant d’environ 4m X 7m chacune.

Comment se déroule la datation des découvertes et quelles méthodes sont utilisées pour cette recherche?

Dans le bâtiment, il y avait plusieurs médailles et un certain nombre de belles petites découvertes, à côté de la céramique importante pour l’archéologue. Ici, en pensant à des conteneurs écrasés presque pleins d’êtres humains, remplis de diverses substances qui ont encore un test chimique.

De nombreuses pièces de monnaie en argent et en or ont été produites lors de l’excavation.

Dans ces fouilles, toutes les couches archéologiques sont tamisées selon des règles très strictes et nous prélevons plusieurs litres d’échantillons terrestres soumis à des essais géologiques, botaniques, zoologiques et chimiques. De plus, d’autres échantillons de charbon de bois sont examinés par des spécialistes qui, outre le  Carbone 14, peuvent identifier la variété d’arbres.

Les fouilles révèlent de plus en plus de secrets de l’ancienne ville hellénistique.

Pour la science, ces modèles fournissent souvent plus d’informations que des découvertes miraculeuses.

Comme cette expédition a vraiment tous les outils modernes, j’essaie de tirer le meilleur parti des méthodes de la science naturelle. La recherche et la documentation scientifiques précises et complètes sont très importantes, comme c’est le cas pour nos étudiants.

Selon nos informations, un certain nombre de trouvailles intéressantes – comme la céramique et les pièces de monnaie – ont été jugées utiles pour le vieillissement des coudes. Que pouvons-nous considérer comme la découverte la plus intéressante ou la plus significative?

La plus grande découverte (et sans aucun doute la plus grande expérience) fut l’exploration d’une statue de deux marques hellénistiques et d’autres fragments sculpturaux. Une figure féminine assise et une jeune sculpture jeune albâtre ont été produites, et ce sont des souvenirs étranges de l’histoire ancienne.

Au moment de trouver une statue féminine assise .

 

 

Définir les dieux continue toujours,mais peut-être est-il probable que les sculpteurs voulurent représenter  Perséphon et Adonis.

Je n’oublierai jamais le moment où la statue féminine fut découverte, j’ai vu des estampes jaunes, roses et bleues.

Virág Pabeschitz exalte doucement la sculpture représentant la figure masculine du sol

Le collègue du restaurateur a beaucoup travaillé sur place pour que ces couleurs originales ne disparaissent pas. Ce fut aussi un moment mémorable où les pieds de la statue du garçon sont sortis. Tous mes ouvriers sont allés au lit, accroupis sur eux tous et me regardaient alors que je découvrais lentement la statue.

Ensemble, nous avons été surpris lorsque le peigne usé, l’abdomen, la poitrine et le cou sont devenus visibles.

Comment peut-il être considéré comme une tâche exigeante à la frontière de la zone de guerre et poursuivre des recherches dans un environnement naturel plutôt rude?

Je travaille sur le bâtiment dans la troisième saison d’excavation avec mes travailleurs, qui font un travail incroyablement difficile.

La ville de Rania, au Kurdistan, abrite des archéologues

 

Parfois, ils ne portent que des pierres pendant des jours pour nettoyer les murs après le retrait des déchets.

Tout cela se fait dans la chaleur féroce, se heurtant entre les pierres avec des serpents et des scorpions.

L’excavation dans un tel champ est parfois une tâche physiquement difficile que mes travailleurs kurdes locaux effectuent avec un sourire.

Nous savons que ce projet, malgré son jeune âge, est déjà arrivé plusieurs fois en Egypte, au Soudan et en Irak – et pas seulement dans un environnement très aventureux. Comment vous sentez-vous comme mentor et instructeur de l’une des organisations les plus connues au monde, le chef de pelle du British Museum et l’archéologue local?

Demain, nous nous réveillerons à un nouveau jour, et j’espère que les merveilleux bâtiments et les découvertes exquises d’autres couches merveilleuses et nous trouve. Les objectifs éducatifs de l’expédition sont très importants et c’est un grand honneur de travailler sur le site.

Parfois, ils ne portent que des pierres pendant des jours pour nettoyer les murs après le retrait des déchets.

Tout cela se fait dans la chaleur féroce, se heurtant entre les pierres avec des serpents et des scorpions.

L’excavation dans un tel champ est parfois une tâche physiquement difficile que mes travailleurs kurdes locaux effectuent avec un sourire.

Partager l’information est très important dans l’archéologie – dit l’archéologue hongroise.

Nous savons que ce projet, malgré son jeune âge, est déjà arrivé plusieurs fois en Egypte, au Soudan et en Irak – et pas seulement dans un environnement très aventureux. Comment vous sentez-vous comme mentor et instructeur de l’une des organisations les plus connues au monde, le chef de pelle du British Museum et l’archéologue local?

Demain, nous nous réveillerons à un nouveau jour, et j’espère que les merveilleux bâtiments et les découvertes exquises d’autres couches merveilleuses et nous trouve. Les objectifs éducatifs de l’expédition sont très importants et c’est un grand honneur de travailler sur le site.

Le partage de connaissances est très important dans l’archéologie, surtout dans une situation féroce et difficile, comme l’archéologie irakienne à l’heure actuelle, après la destruction dévastatrice de l’État Islamique.

Le British Museum a une mission incroyablement importante, une mission culturelle et scientifique dans le pays.

La frontière entre l’Irak et l’Iran, avec ses sommets enneigés dans les montagnes de Zargos

J’essaie tous les jours de tirer le meilleur parti de moi-même et d’élever sa réputation auprès des archéologues hongrois.

Sources:Un compte-rendu de Virág Pabeschitz sur un site web basé au Kurdistan…la traduction est de moi

Vidéo:La disparition des dinosaures

Laisser un commentaire

 

Diplodocus

Émission de 1982:Johnny Hallyday …Carte-postale d’Alabama

Laisser un commentaire

 

 

 

 

Le chef hamburger Jamie Oliver prouve que les hamburgers de McDonalds sont « impropres à la consommation »

Un commentaire

Jamie Oliver a remporté son long combat contre l’une des plus grandes chaînes de fast food au monde, McDonald’s.

 

Après qu’Oliver ait montré comment les hamburgers McDo étaient fabriqués, la chaîne franchisée a finalement annoncé qu’elle changera ses recettes, annonce à peine reprise dans les médias. Oliver ne cesse d’expliquer, depuis des années, dans des documentaires, des émissions de télé et des interviews, que les parties grasses de la viande de bœuf sont « lavées » dans de l’hydroxyde d’ammonium et utilisées pour les hamburgers. Avant ce procédé de « lavage », selon Oliver, la viande est réputée impropre à la consommation humaine. Il explique que « fondamentalement, nous prenons un produit qui serait vendu dans des filières discount pour chiens, et qui, après ce procédé, est donné aux êtres humains ».

Outre la faible qualité de la viande, l’hydroxyde d’ammonium est dangereux pour la . Oliver parle du fameux « procédé pink slime ».
Qu’est-ce que le « pink slime » ? C’est un additif bon marché à base de viande de bœuf qui peut être ajouté à de la viande hachée ou transformée et servant ainsi d’agent de remplissage. Il se compose de morceaux de bœuf haché finement, de tendons, de graisse, de tissus conjonctifs qui ont été retirés mécaniquement dans une centrifugeuse chauffée à 38 °C afin d’en produire une pâte. Cette dernière est traitée à l’ammoniac ou à l’acide citrique pour l’élimination des bactéries, puis est finement broyée, pressée en blocs et surgelée pour son utilisation industrielle. Créé par Eldon Roth, le pink slime a été autorisé pour la nourriture des animaux autres que l’homme avant d’être, en 2001, autorisé pour la consommation humaine aux États-Unis.

Dans l’une de ses démonstrations hautes en couleur, Oliver montre aux enfants comment sont faits les nuggets. Après avoir mis de côté les meilleures parties du poulet, les restes (la graisse, la peau et les organes internes) sont traités pour devenir des nuggets.

En réponse à la mauvaise presse dont ce procédé a souffert grâce à Oliver, l’entreprise Arcos Dorados, le directeur de la franchise McDonalds en Amérique Latine, a dit qu’un tel procédé n’était pas pratiqué dans leur région. A noter qu’il en serait de même en Irlande et en Grande Bretagne où la viande provient de fournisseurs locaux.

Aux Etats-Unis, Burger King et Taco Bell avaient déjà abandonné l’utilisation de l’ammoniac dans leurs produits. L’industrie alimentaire utilise l’hydroxyde d’ammonium comme agent antimicrobien dans les viandes, ce qui a permis à McDonalds de détourner la « viande non comestible » et de l’utiliser autrement.

Le plus inquiétant est surtout le fait que, sous prétexte que l’hydroxyde d’ammonium est autorisé, par l’USDA (Département de l’Agriculture des Etats-Unis), comme composant dans la procédure de fabrication, les consommateurs ne savent pas quand ce produit chimique se retrouve dans leur nourriture.

Sur le site officiel de McDonalds, la société affirme que leur viande n’est pas chère parce que, le fait de servir chaque jour autant de personnes, leur permet d’acheter à bas prix à leurs fournisseurs et d’offrir ainsi des produits de la meilleure qualité.

Mais si le « pink slime » était vraiment la « meilleure qualité » que McDonald’s puisse trouver aux Etats-Unis, alors pourquoi ont-ils pu faire mieux en Amérique Latine et en Europe ? Plus précisément, pourquoi ne peuvent-ils apparemment pas faire mieux aux Etats-Unis ?

Toutes ces questions sont restées sans réponse de la part de McDonalds qui a nié que la décision de changer leur recette était liée à la campagne de Jamie Oliver.

Sur son site, McDonalds a admis qu’ils avaient abandonné le procédé.

 

source:http://lesmoutonsrebelles.com/le-chef-hamburger-jamie-oliver-prouve-que-les-hamburgers-de-mcdonalds-sont-impropres-a-la-consommation/

 

Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :