Science de la Terre:Le volcan le plus actif d’Islande s’est réveillé

 

Depuis cinq  jours, les volcanologues enregistrent une importante activité sismique et volcanique dans le nord de l’Islande tandis qu’une éruption du volcan le plus actif se prépare dans le sud de l’île. Selon les autorités scientifiques islandaises, ces phénomènes présentent des risques limités.

Speed Star 1.0226751 00

https://www.futura-sciences.com/planete/videos/8-choses-savoir-volcans-6719/

La terre tremble dans le nord de l’Islande où plus de 3.000 secousses ont agité les sismographes ces trois derniers jours, ont annoncé lundi des scientifiques, tandis qu’une éruption est en vue pour un volcan dans le sud de l’île.

Le volcan Grímsvötn, le plus actif de l’île boréale, se prépare pour sa prochaine éruption, la première depuis 2011, ont fait savoir les autorités depuis la mi-juin. Des taux de dioxyde de soufre particulièrement élevés ont été enregistrés, indiquant la présence du magma à faible profondeur. Si l’éruption du volcan Eyjafjöll en 2010 avait provoqué la formation d’un immense nuage de fumée et semé le chaos dans le ciel européen pendant un mois, avec plus de 100.000 vols annulés et huit millions de passagers bloqués, les risques, cette fois, sont jugés plus faibles.

Mais le réveil du Grímsvötn en 2011 avait tout de même entraîné l’annulation de quelque 900 vols, les cendres ayant atteint le Royaume-Uni et les abords du continent européen. Volcan subglaciaire, son éruption déclenche aussi des inondations liées à la fonte des glaces qui le recouvrent.

L’éruption du volcan Eyjafjallajokull, en 2010, avait paralysé le ciel européen et le trafic aérien.

 

Sur la côte nord, cette fois, trois séismes d’une magnitude supérieure à 5 sur l’échelle de magnitude du moment ont été enregistrés ces derniers jours. L’un d’eux a été ressenti jusqu’à Reykjavík, la capitale, située à 265 km.

Selon l’Institut météorologique d’Islande (l’OMI), l’épicentre de cet « essaim sismique », qui devrait se poursuivre au cours des prochains jours, se trouve à 20 kilomètres au large de Siglufjördur, petit village de quelque 1.200 âmes sur la côte nord islandaise. Et à quelques dizaines de kilomètres d’Akureyri, deuxième ville d’Islande avec près de 20.000 habitants. Aucun blessé ni dégât majeur n’est pour l’instant à déplorer — seuls des glissements de terrain et des chutes de pierres ont été observés près de l’épicentre.

L’Islande est l’une des zones volcaniques les plus actives du globe avec pas moins de 200 volcans actifs (ou failles volcaniques) qui se réveillent tous les 4 ou 5 ans en moyenne. Photo d’un volcan en Islande, en septembre 2014.

La région est régulièrement secouée par des séismes : située sur la zone de fracture de Tjörnes, cette faille géologiquement active est composée d’une série de zones tectoniques et volcaniques en mouvement. Le dernier événement de ce type a été enregistré en 2012-2013. Le séisme le plus intense dans cette zone remonte à 1755 avec, selon des études conduites bien plus tard, des secousses de magnitude 7.

Ces évènements interviennent alors qu’une partie du pays était déjà sous surveillance : depuis janvier, une série de tremblements de terre secoue les alentours de Grindavik, non loin des eaux fumantes du touristique « Lagon bleu » dans la péninsule de Reykjanes au sud-ouest.

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Questionnement concernant l’effacement de l’histoire de l’esclavage et de la violence coloniale

Les jeunes Britanniques ,Américains ,canadiens ,français et québécois qui se sentent vraiment coupables des crimes coloniaux et racistes de leurs ancêtres blancs sont-ils également prêts à être soumis à une taxe spéciale réservée aux Blancs allouant une part importante de leurs revenus aux organisations noires afin que la justice puisse, enfin, prévaloir?

 

Ces jeunes esprits révolutionnaires blancs soutiendront-ils, par exemple, un projet de loi qui empêche les Blancs (y compris leurs parents bien sûr) de transmettre leurs richesses à leur progéniture afin que justice soit rendue et que les Noirs puissent être indemnisés pour des siècles d’abus racistes? J’essaie vraiment de comprendre le vrai sens de la «culpabilité blanche», cela a-t-il des conséquences personnelles?

 

Étant donné que l’histoire de la criminalité de l’Empire britannique est vaste, je me demande si nos jeunes révolutionnaires culpabilisés se sentent également responsables de la situation en Palestine? Vont-ils pousser le gouvernement britannique à mettre fin à ses liens étroits avec Israël jusqu’à ce que la justice soit rétablie en Palestine et que les autochtones du pays soient invités à retourner dans leurs villages et villes? Ces jeunes anti-racistes britanniques sont-ils prêts à se présenter et à présenter des excuses au peuple pakistanais ou irlandais ? Et qu’en est-il des habitants de Dresde ? Bref, je voudrais savoir quelles sont exactement les limites de cet «éveil éthique» post-colonial britannique?

Je me demande si ceux qui insistent pour renverser les monuments de Churchill  sont prêts à accepter la possibilité que David Irving ait eu raison tout au long de sa lecture du leader britannique?

Étant donné que la gauche a mené une bataille intense et sans relâche contre la notion de «révisionnisme historique», je me demande si ceux qui insistent actuellement pour «remettre les pendules à l’heure» comprennent que ce qu’ils font de facto est de réviser le passé. Est-il possible que la gauche ait finalement accepté que le révisionnisme soit le vrai sens de la pensée historique?

Enfin, les jeunes qui adhèrent aux valeurs de gauche et progressistes et insistent pour un avenir meilleur, plus diversifié et antiraciste sont-ils prêts à admettre qu’il y a encore quelques esclaves noirs sous le monopoly? Je demande parce qu’à ce jour, aucune voix de gauche ou progressiste ne s’est prononcée pour dire que cette fresque murale est entièrement consacrée à l’esclavage noir et aux capitalistes.

 

 

 

 

 

 

Le Ghana propose d’accueillir tous les Black Lives Matter : “L’Afrique est votre maison !”

Voilà un message que tous les Black Lives Matter d’Amérique et d’Europe devraient écouter attentivement.
Barbara Oteng-Gyasi, ministère ghanéen du Tourisme, a invité les Afro-Américains à s’installer au Ghana s’ils se sentent indésirables aux Etats-Unis.

Prenant la parole à l’occasion d’une commémoration en l’honneur de George Floyd, la ministre a déclaré :

«Profitez-en, rentrez chez vous, construisez une vie au Ghana, vous n’avez pas à rester là où vous n’êtes pas désirés pour toujours, vous avez le choix et l’Afrique vous attend»

« L’Afrique est votre maison »

Les déclarations de la ministre Barbara Oteng-Gyasi ont été relayées par The Independent Ghana.

«Nous continuons à ouvrir nos bras et à inviter tous nos frères et soeurs à rentrer chez eux», a-t-elle ajouté.

L’année dernière, le Ghana a lancé l’initiative «l’année du retour». Celle-ci consiste à ouvrir le pays à l’accueil des Africains de la diaspora.

Que tous les Noirs qui se sentent victimes de racisme en Europe et en Amérique saisissent cette opportunité.


EN COMPLÉMENTAIRE

La vérité sur le mouvement Black Lives Matter financé par Georges Soros

 

1-New-York, Paris, Londres, la guerre raciale des Black Lives Matter s’exporte

 

Les Black Lives Matter exportent leur guerre raciale partout en Occident, des Etats-Unis en passant par la France et la Grande-Bretagne.

Depuis des décennies, le bien-pensant « vivre-ensemble » est devenu la grande justification de la conscience morale universelle pour faire accepter à des peuples européens une immigration massive. Mais cette panacée de la vie en société n’a fait que favoriser de forts communautarismes religieux, civilisationnels, culturels venus d’ailleurs. Cette utopie multiculturelle se retrouve aujourd’hui confrontée au réel de minorités étrangères devenues puissantes.

Après New-York, Washington, et autres villes états-uniennes, après Paris et les cités de France, c’est au tour de Londres de connaître les débordements et violences fomentées par des « indigénistes », « décolonialistes » et autres Black Lives Matter, bras armé d’un socialisme mondialiste, semant chaos et destruction pour bâtir un homme nouveau sans frontière, sans racine, sans famille, nomade et errant.

En solidarité avec les manifestations organisées par les Black Lives Matter et les Antifa aux États-Unis à la suite du décès de l’Afro-Américain George Floyd, des milliers de personnes se sont rassemblées aujourd’hui dans le centre de Londres, et un bon nombre a attaqué la résidence du premier ministre britannique, Boris Johnson, au 10 Downing Street. Pourtant ce dernier leur avait donné des gages en déclarant mercredi à la Chambre des communes que la mort de Floyd était « inexcusable ». Un certain nombre d’affrontements ont eu lieu entre manifestants et policiers, ces derniers ont dû faire face à des coups de poing et à des lancés de projectiles. Treize personnes ont été arrêtées dans le cadre du mouvement Black Lives Matter.

 

 

 

2-Saviez-vous que Black Lives Matter soutient l’avortement, l’homosexualité et l’agenda anti-familial ?

 

Beaucoup sont surpris de découvrir le manifeste anti-famille de Black Lives Matter.

Alors que Black Lives Matter nous est présenté par les médias du système comme une organisation de justice sociale qui vise à promouvoir les droits des Afro-Américains – et maintenant des Afro-Européens -, beaucoup sont surpris de découvrir que cette nébuleuse a un programme pro-avortement, promeut l’homosexualité et l’idéologie du genre et tient un discours anti-famille.

Dans leur manifeste en ligne intitulé “What We Believe”, les organisateurs de Black Lives Matter Patrisse Khan-Cullors, Alicia Garza et Opal Tometi disent qu’eux et leurs partisans “perturbent” la famille “prescrite par l’Occident”. Ils disent également qu’ils se sont libérés de la «pensée hétéronormative» et exigent «la justice reproductive».

 

«Nous perturbons l’exigence de structure de la famille nucléaire prescrite par l’Occident en nous soutenant mutuellement les familles élargies et «villages» qui s’occupent collectivement les uns des autres, en particulier nos enfants, dans la mesure où les mères, les parents et les enfants sont à l’aise», ont- ils écrit .

«Nous favorisons un réseau d’affirmation queer. Lorsque nous nous réunissons, nous le faisons avec l’intention de nous libérer de l’emprise étroite de la pensée hétéronormative, ou plutôt, de la croyance que tous dans le monde sont hétérosexuels (à moins qu’ils ne divulguent le contraire) », ont-ils poursuivi.

«Nous méritons et donc nous exigeons une justice reproductive [ndlr : c’est-à-dire l’avortement] qui nous donne l’autonomie sur notre corps et notre identité tout en garantissant que nos enfants et nos familles sont soutenus, sûrs et capables de s’épanouir

Des fondatrices lesbiennes et/ou transgenres

Bien qu’ils aient perturbé la «famille nucléaire», les trois fondateurs de Black Lives Matter ont été élevés dans des familles intactes. Patrisse Khan-Cullors, 36 ans, est une militante LGBT qui a quitté la maison de ses parents mariés à l’âge de 16 ans après les avoir informés de son homosexualité. Alicia Garza, 39 ans, a également grandi avec ses deux parents à la maison et est maintenant «mariée» à une femme blanche qui s’identifie comme un «homme transgenre». Garza, elle aussi, se considère comme une militante LGBT. Opal Tometi, 35 ans, a grandi avec une mère et un père nigérians et deux frères en Arizona.

 

Dans une interview accordée à MSNBC en 2015 , Khan-Cullors a souligné «l’identité queer» des fondatrices de Black Lives Matter.

Même le hashtag [#BlackLivesMatter] a été créé par deux femmes homosexuelles noires, moi-même et Alicia, et une femme nigéro-américaine, Opal Tometi“, a-t-elle déclaré.

Khan-Cullors a expliqué que «dès le début», il était important pour le mouvement de s’attaquer non seulement aux «meurtres de jeunes garçons noirs», mais à «toutes les vies noires», y compris celles des personnes transgenres. Khan-Cullors a laissé entendre que les dirigeants des droits civiques du passé n’étaient pas représentatifs de tous les Noirs.

Le récit historique des Noirs se bat pour les hommes noirs cis-hétéro-chrétiens“, a-t-elle déclaré.

Black Lives Matter a été accusé par certains experts d’avoir détourné le meurtre de George Floyd à des fins politiques.

Ryan Bomberger, un activiste pro-vie métisse, a déclaré que la focalisation de l’organisation Black Lives Matter sur l’idéologie LGBT est l’une des dix raisons pour lesquelles il ne rejoindra jamais le mouvement.

«Ils promeuvent fortement l’homosexualité et le transgenre», a écrit Bomberger le 5 juin pour Townhall .

Je n’embrasse pas la confusion“, a-t-il ajouté.

Ils ignorent complètement la paternité“, écrit-il également. «Chaque «village» qui a des familles sans père est un village qui subit des taux de criminalité plus élevés, une consommation de drogues plus élevée, des taux d’avortement plus élevés, des taux d’abandon plus élevés, des taux de pauvreté plus élevés, et bien plus encore. #DadsMatter. “

Bomberger a également noté que les plus jeunes vies noires ne semblent pas avoir d’importance pour les auteurs du manifeste Black Lives Matter.

«Les enfants avortés ne prospèrent pas. Les groupes BLM ont annoncé leur « solidarité » avec les groupes de «justice reproductive» en février 2015. Vous ne pouvez pas combattre simultanément la violence tout en la célébrant », a-t-il déclaré.

Khan-Cullors et Garza ont commencé le mouvement «Black Lives Matter» après que l’hispanique George Zimmerman a été acquitté en 2013 du meurtre au deuxième degré et de l’homicide involontaire d’un garçon noir de 17 ans nommé Trayvon Martin. Le nom du mouvement est désormais synonyme des manifestations qui ont balayé les États-Unis et bien d’autres pays occidentaux, dont la France, depuis que le criminel condamné George Floyd a été filmé en train de mourir sous le genou d’un policier blanc.

EN CONCLUSION

Black Live Matter est une sorte de groupe d’action politique anti-blanc,haineuse et très active dont l’agenda à court terme …est la mort ou l’élimination de la race blanche.

Quelqu’un, dans ce groupe ,va finir par se retrouver dans mon chemin!

 

 

 

 

La Grande Arnaque du COVID 19:Un officiel allemand affirme que la Covid-19 est «une fausse alerte mondiale»

 

 

Le gouvernement fédéral allemand et les médias grand public sont engagés dans la lutte pour réparer les dommages causés par un rapport contestant le récit établi sur le Coronavirus, divulgué par le ministère de l’Intérieur.

Les porteurs de mauvaises nouvelles – Emile Thomas 1872

 

Certains des passages clés du rapport sont les suivants :

  • La dangerosité de Covid-19 a été surestimée : il est probable qu’à aucun moment le danger posé par le nouveau virus n’a dépassé le niveau normal.
  • Les personnes qui meurent du Coronavirus sont essentiellement celles qui, statistiquement, seraient mortes cette année, car elles ont atteint la fin de leur vie et leur corps affaibli ne peut plus faire face à un stress quotidien aléatoire – y compris aux quelques 150 virus actuellement en circulation.
  • Dans le monde, en moins de trois mois, il n’y a pas eu plus de 250.000 décès dus à la Covid-19, contre 1,5 million de décès [25.100 en Allemagne] lors de la vague de grippe 2017/18.
  • Le danger n’est évidemment pas plus grand que celui de nombreux autres virus. Rien ne prouve que ce soit plus qu’une fausse alarme.
  • Un reproche pourrait aller dans ce sens : pendant la crise de la Covid-19, l’État s’est révélé l’un des plus grands producteurs de Fake News.

Jusque là c’est déjà pas mal. Mais ça empire.

Le rapport se concentre sur les «conséquences multiples et lourdes des mesures Corona» et avertit qu’elles sont «graves».

Plus de gens meurent à cause des mesures Corona imposées par l’État qu’ils ne sont tués par le virus.

La raison en est un scandale en devenir : Le système de santé allemand, concentré sur Corona, reporte la chirurgie vitale et retarde ou réduit le traitement pour les patients non-Corona.

Berlin en mode déni. Les scientifiques ripostent

Initialement, le gouvernement a tenté de rejeter le rapport comme étant «le travail d’un employé» et son contenu comme «une opinion personnelle» – alors que les journalistes ont serré les rangs, sans poser de questions aux politiciens.

Mais le rapport de 93 pages intitulé «Analyse de la gestion de crise» a été rédigé par un groupe scientifique nommé par le ministère de l’Intérieur et composé d’experts médicaux externes de plusieurs universités allemandes.

Le rapport est à l’initiative d’un département du ministère de l’Intérieur appelé Unité KM4 et chargé de la «Protection des infrastructures critiques».

C’est également là que le fonctionnaire allemand devenu lanceur d’alerte, Stephen Kohn,  travaillait, et d’où il l’a divulgué aux médias.

Les auteurs du rapport ont publié un communiqué de presse conjoint le 11 mai, reprochant au gouvernement d’avoir ignoré les conseils d’experts et demandant au ministre de l’Intérieur de commenter officiellement la déclaration conjointe des experts :

«Les mesures thérapeutiques et préventives ne devraient jamais causer plus de tort que la maladie elle-même. Leur objectif devrait être de protéger les groupes à risque, sans négliger la disponibilité des soins médicaux et la santé de l’ensemble de la population, comme cela se produit malheureusement.

Nous, dans la pratique scientifique et médicale, subissons quotidiennement les dommages secondaires des mesures Corona sur nos patients.

Nous demandons donc au ministère fédéral de l’Intérieur de commenter notre communiqué de presse et nous espérons une discussion pertinente concernant les mesures [Corona], qui débouchera sur la meilleure solution possible pour l’ensemble de la population»

À ce jour, le gouvernement allemand n’a pas encore réagi.

Mais les faits justifient – malheureusement – les inquiétudes des experts médicaux.

Le 23 mai, le journal allemand Das Bild a titré : «Conséquences dramatiques des mesures Corona : 52 000 opérations de cancereux retardées».

En interne, un médecin de renom prévient que «nous ressentirons les effets secondaires de la crise de Corona pendant des années».

Tuer le messager pour ignorer le message

Comme le rapporte Der Spiegel le 15 mai : «Stephen Kohn [le lanceur d’alerte] a depuis été suspendu de ses fonctions. On lui a conseillé de chercher un avocat et son ordinateur portable de travail a été confisqué.»

Kohn avait initialement divulgué le rapport le 9 mai au magazine libéral-conservateur Tichys Einblick, l’un des médias alternatifs les plus populaires d’Allemagne.

La nouvelle du rapport s’est répandue en Allemagne au cours de la deuxième semaine de mai – mais déjà dans la troisième semaine, les médias et les politiciens ont cessé de discuter de la question en refusant de commenter.

L’approche adoptée par Günter Krings, le représentant du ministre de l’Intérieur Horst Seehofer, le patron du lanceur d’alerte, est emblématique.

Interrogé sur le fait qu’il traiterait le document sérieusement, Krings a répondu :

« Si vous commencez à analyser des articles comme celui-là, alors très bientôt, vous inviterez les gars avec des entonnoirs sur la tête à des auditions parlementaires. »

Les hommes avec un entonnoir sur la tête – Aluhut en allemand – est une expression utilisée pour décrire les gens qui croient aux théories du complot [des fous ! NdT].

En effet, un article de Der Spiegel au sujet du mouvement de protestation contre la gestion du Corona et les conséquences du rapport divulgué contenait pas moins de 17 fois le mot «conspiration» !

Mais aucune discussion sur les questions soulevées par le rapport lui-même.

En dehors de l’Allemagne, la nouvelle n’est pratiquement pas diffusée.

Le mouvement de protestation ou les «Corona-Rebelles»

Les Allemands ont commencé à manifester contre le confinement dès avril.

Et des milliers de citoyens continuent de se présenter aux manifestations chaque week-end, alors même que le gouvernement assouplit les restrictions.

Les manifs ne sont pas simplement contre les restrictions, qui étaient en réalité relativement douces par rapport à de nombreux autres pays occidentaux.

Elles remettent en cause l’ensemble du récit sur la Covid-19, et encore plus ses dogmes, en particulier le rôle que joue Bill Gates, en tant que deuxième donateur de l’OMS – le premier depuis que Trump a suspendu la contribution américaine.

09.05.2020, Baden-Württemberg, Stuttgart: Teilnehmer stehen während einer Protestkundgebung der Initiative « Querdenken 711 » auf dem Cannstatter Wasen. In der Landeshauptstadt demonstrierten Menschen gegen die Corona-Beschränkungen und für Grundrechte wie Versammlungsfreiheit und Glaubensfreiheit. Bundesweit finden ähnliche Demos statt. Kritiker befürchten eine Vereinnahmung der Proteste durch Verschwörungstheoretiker und Rechtspopulisten. Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++

En effet, le plus grand rassemblement de ce type a eu lieu à Stuttgart le 9 mai, où des dizaines de milliers de personnes ont manifesté leur opposition – au New World Order.

Les Allemands disent non à toute solution orwellienne que le gouvernement pourrait un jour imposer à partir d’un «statut d’urgence» douteux, des applications de surveillance de masse aux vaccinations obligatoires.

Le rapport divulgué a prouvé que leurs craintes étaient fondées.

Du moins en ce qui concerne la fausse nature de la «pandémie de la Covid-19».

Le reste pourrait bientôt suivre.

Par Daniele Pozzati 
Le 29 mai 2020 − Source Strategic Culture

 

 

 

 

La Russie tente de geler le conflit en Libye

La guerre en Libye s’est transformé en conflit par procuration entre de nombreux acteurs internationaux.

 

Le gouvernement d’entente nationale (GNA), dirigé par le Premier ministre Fayez al-Sarraj, est soutenu par les Frères musulmans. Son principal sponsor politique et financier est le Qatar et son principal allié militaire est la Turquie. L’Italie soutient également Sarraj. Le GNA contrôle la capitale, Tripoli, et Misrata dans l’ouest du pays.

 

Du côté opposé, on trouve l’ancien agent de la CIA, Khalifa Haftar, et son armée nationale libyenne (ANL). Il contrôle l’est de la Libye et la plupart des ressources pétrolières. Il est soutenu par les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, l’Égypte, la Grèce et la France.

 

La Russie se voit dans le conflit en tant qu’arbitre.

Elle veut rétablir ses intérêts commerciaux à long terme en Libye, qui s’étaient volatilisés après la guerre que les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont menée contre ce pays en 2011. Elle a vendu des armes à Haftar via les EAU et a permis à des mercenaires russes de prendre part à la guerre aux côtés de l’ANL d’Haftar.

 

Depuis avril 2019, Haftar tente de prendre Tripoli et d’expulser le GNA. Le combat a été plus difficile et a duré beaucoup plus longtemps qu’il ne s’y attendait. La situation économique des deux camps est imbriquée et complique la guerre. En janvier, la Russie a demandé à Haftar d’arrêter de se battre. Elle a tenu une conférence de paix à Moscou et l’a exhorté à signer un accord de cessez-le-feu :

Après des heures de négociations négociées par la Russie et la Turquie, Haftar a demandé, lundi soir, d’avoir jusqu’à mardi matin pour étudier l’accord déjà signé par Fayez al-Sarraj, le chef du gouvernement d’entente nationale (GNA) reconnu par les Nations unies.

 

Mais Haftar, dont les forces avaient lancé, en avril, une offensive pour s’emparer de Tripoli, la base du GNA, a quitté Moscou sans signer l’accord, a déclaré mardi le ministère russe des affaires étrangères, selon l’agence de presse TASS.

Cette attitude envers la Russie ne sera pas oubliée.

 

Avant la réunion de Moscou, la Turquie avait promis un soutien militaire au GNA. En échange, le GNA avait signé un accord avec la Turquie pour délimiter une frontière maritime entre la Turquie et la Libye. Cette frontière convenue ignore les droits de la Grèce et de Chypre et ne sera jamais reconnue au niveau international. Mais la Turquie utilise l’accord pour revendiquer des droits étendus en Méditerranée orientale.

 

Une semaine après l’échec des pourparlers à Moscou, une autre tentative de négociation d’un cessez-le-feu, cette fois à Berlin, a également échoué. L’Allemagne a de nouveau tenté de faire entendre raison à Haftar, lors d’une visite en mars, mais sans résultat.

 

Pendant ce temps, le conflit s’intensifie grâce aux fournitures turques de drones et d’artillerie et aux 13 000 « rebelles syriens » engagés par la Turquie comme mercenaires pour renforcer le GNA. L’opération turque est financée par le Qatar, qui est également intervenu récemment pour arrêter la chute de la livre turque.

systèmes de défense aérienne Pantsir

Les Émirats arabes unis ont contré cette poussée turque en fournissant à la LNA davantage de systèmes de défense aérienne Pantsir, de fabrication russe, et en recrutant davantage de mercenaires en Russie et au Soudan. Face aux Pantsirs, les drones turcs sont tombés par douzaines, les lignes de front ne bougeant pratiquement pas.

 

Le 17 mai, la donne a changé. Les drones turcs ont soudainement pu frapper les Pantsirs et, en une journée, en ont détruit au moins six. Au même moment, les mercenaires russes ont reçu l’ordre de se retirer du front. Laissées sans protection, les forces de Haftar ont pour la plupart fui et le GNA a avancé. Ces cartes montrent les changements récents.

8 mai 2020

 

8 juin 2020

 

 

 

Il n’y a pas eu de fuites sur ce qui s’est passé en coulisses. Il est possible que la Turquie ait réussi à brouiller électroniquement le radar des Pantsirs afin que ses drones puissent les éliminer. Mais si elle avait cette capacité, pourquoi ne l’a-t-elle pas utilisée plus tôt ?

 

Certains pensent que la Russie en a assez des entourloupes d’Haftar et juge nécessaire de le punir pour son attitude.

 

Mais la Russie ne l’a pas complètement laissé tomber. Peu après l’attaque sur les Pantsirs, des avions de chasse russes ont été acheminés de Russie en Libye et installés sur la base aérienne d’Al-Jufra, qui est sous le contrôle de l’ALN. Ils permettront à la Russie de maintenir un équilibre entre les parties en conflit.

 

Jusqu’à présent, ce plan a bien fonctionné. Samedi, l’Égypte a annoncé un nouveau cessez-le-feu en Libye à partir d’aujourd’hui et Haftar l’a finalement accepté :

Haftar et Aguila Saleh, présidente de la Chambre des représentants basée à Tobrouk, ont participé à la conférence du Caire. Plusieurs diplomates étrangers, dont des envoyés américains, russes, français et italiens, y ont assisté. Haftar et Saleh sont des alliés.

 

Il n’y avait pas de représentants de l’administration de Tripoli, ni de ses principaux bailleurs de fonds, la Turquie et le Qatar, à la conférence.

Vendredi, le GNA a pris Tarhuna, une ville située à 60 kms au sud-est de Tripoli. Les « rebelles syriens » ont immédiatement commencé à piller la ville. Cette action a mis fin au siège de Tripoli qu’Haftar tenait depuis 15 mois.

 

La Russie aurait dit à la GNA de ne pas se déplacer plus à l’est et de respecter le cessez-le-feu qu’Haftar avait accepté. Elle veut qu’Haftar garde le contrôle de l’Est. La Russie a tracé une ligne traversant Syrte, une ville qui couvre les champs pétrolifères de l’Est, ce qui va également créer des profits pour Moscou. La base aérienne d’Al-Jufra, à 220 kms au sud de Syrte, est également censée rester sous le contrôle d’Haftar. Le pays serait ainsi divisé en deux moitiés.

 

 

 

Mais la victoire du 17 mai est montée à la tête du GNA et de ses commanditaires et leur a donné de mauvaises idées. La Turquie a soudainement changé ses objectifs de guerre :

À la lumière des derniers développements, la Turquie a identifié un nouvel objectif en Libye. Ankara ne cherche plus à forcer Haftar à participer aux négociations diplomatiques. La nouvelle mission consiste plutôt à mettre hors d’état de nuire cette source d’instabilité, cet homme qui assassine la population civile de Tripoli.

Le gouvernement du GNA a posé une condition à son acceptation du cessez-le-feu :

Le ministre de l’intérieur basé à Tripoli, Fathi Bashagha, a déclaré que la partie gouvernementale n’engagerait des discussions politiques qu’après avoir pris Syrte et la base aérienne intérieure de la Jufra, au sud. Le mois dernier, les États-Unis ont accusé la Russie de déployer au moins 14 avions sur la base pour soutenir les mercenaires russes soutenant Haftar, une accusation rejetée par Moscou.

 

Prendre Syrte ouvrirait la porte aux milices alliées à Tripoli pour faire pression encore plus loin vers l’est, afin de prendre potentiellement le contrôle d’installations pétrolières vitales, de terminaux et de champs pétrolifères que les tribus alliées à Haftar ont fermés au début de l’année, asséchant ainsi la principale source de revenus de la Libye.

Depuis vendredi, les « rebelles syriens » sous commandement turc tentent de prendre Syrte, qui est aux mains de l’ALN. Mais soudain, les avions récemment livrés par la Russie sont entrés en action. Plusieurs convois du GNA, qui se dirigeaient vers Syrte, ont été bombardés. Les drones turcs tombent à nouveau du ciel.

 

L’Égypte a commencé à positionner des équipements militaires lourds sur sa frontière occidentale. Elle ne veut pas d’une Libye contrôlée par les Frères musulmans comme voisin. La zone tampon que l’ALN d’Haftar lui fournit est une priorité pour sa propre sécurité. L’Égypte, ainsi que la France, la Grèce, Chypre et les Émirats arabes unis, ont également rejeté les aspirations turques en Méditerranée orientale.

 

Si la Russie retirait son soutien et renonçait complètement à Haftar, l’Égypte serait obligée d’intervenir en Libye. Une guerre turco-égyptienne sur le sol libyen deviendrait alors probable.

 

Les États-Unis sont quasiment restés en dehors du jeu actuel. Mais s’ils semblaient auparavant favoriser Haftar, ils ont récemment exprimé leur inquiétude quant au rôle de la Russie en Libye et ont fait quelques remarques positives à l’égard du GNA.

 

L’Europe est divisée sur la question, la France et la Grèce étant du côté de l’ANL tandis que l’Italie du côté du GNA. Il est donc impossible pour l’UE de jouer un rôle important.

 

La Russie tente de parvenir en Libye à la même situation qu’en Syrie (et en Ukraine). Elle veut geler le conflit actif en pressant les deux parties de s’en tenir à une ligne et en n’intervenant que lorsque cette ligne est franchie par l’une ou l’autre des parties. Elle continuera à faire pression pour que des négociations soient menées entre les deux parties en conflit et leurs parrains.

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:USA Weimar 2020

Avez-vous remarqué le fait particulier que, malgré le verrouillage, la crise économique, des dizaines de millions de chômeurs et de multiples sociétés en faillite, Wall Street est en train de faire les choses? Jim Cramer de CNBC a examiné cette anomalie il y a quelques jours, le verdict: « Nous envisageons une reprise en V de la bourse (une reprise rapide ; courbe en V) , et cela n’a presque rien à voir avec une reprise en V de l’économie. Ce qui se passe est l’un des plus grands transferts de richesse de l’histoire. « 

Montréal,la ville néolibérale par exellence au Québec,acclamait Hillary Clinton au Palais des Congrès ,en 2017.
Toutes les places furent réservées en un clin d’oeil.
Montréal est profondément une ville gauchiste pro-bolchévique et pro-néolibérale avec sa mairesse mondialiste souriante.

Comment le marché peut-il rebondir quand l’économie ne le fait pas? La réponse de Kramer est tellement simple. « Parce que le marché ne représente pas l’économie; il représente l’avenir du grand business. « 

Kramer souligne que si les petites entreprises tombent comme des mouches, les grandes entreprises, bien sûr, avec une plus grande richesse, traversent la crise pratiquement indemnes.

Kramer prévoit que le transfert aura un « effet horrible » sur les États-Unis. Nous assistons déjà à un tsunami de faillites. Les retombées économiques sont inévitables. Les données fédérales montrent que la nation fait face à un taux de chômage de 13,3%. La fortune des milliardaires aux États-Unis ont augmenté de 565 milliards de dollars entre le 18 mars et le 4 juin, tandis que la même période de 11 semaines a également vu 42,6 millions d’Américains déposer des demandes de chômage. Les résultats sont dévastateurs, et ce n’est guère une nouvelle : pendant que le peuple américain s’appauvrit, les plus riches s’enrichissent.

On aurait pu penser que la gauche américaine et les institutions politiques progressistes seraient les premières à s’alarmer de ces développements. Nous avons tendance à croire que tempérer les riches et leur cupidité, prendre soin des travailleurs et lutter pour l’égalité des chances et la justice en général sont les principales préoccupations de la gauche.

Barack Hussein Obama aura été l’exemple parfait du « gros parleur,petit faiseur » avec ses gros slogans à l’emporte pièce et ses discours fabriqués par des professionnels du make up politique.
Il restera pour de nombreux travailleurs américains,leur plus grand désappointement…surtout après avoir financé des multinationales et des banques milliardaires avec l’argent public,en 2008.

La réalité américaine suggère cependant le contraire. Au lieu de nous unir dans une bataille acharnée contre Wall Street et ses spoliations en plein jour de ce qui reste de la richesse américaine, la gauche américaine investit sa dernière goutte d’énergie politique dans une «guerre raciale». Au lieu de s’engager sur la téléologie de la valeur de la gauche, à savoir, la lutte des classes qui nous unissent dans un poing de résistance en colère contre cette spoliation et cette discrimination, et sans égard à notre race, ou notre sexe, la gauche américaine nous amène à nous battre les uns contre les autres.

 

 

Des meurtres attribués aux Antifa allemands ou américains sont resté impunis et inconnus du public.

 

 

Le silence de la gauche sur les « transferts de richesses » actuels de Wall Street n’est pas un hasard. La gauche américaine et les institutions progressistes sont soutenues financièrement et par Wall Street et des financiers globalistes . Ce financement signifie que, dans la pratique, la gauche américaine fonctionne comme une opposition contrôlée.

La meilleure manière de contrôler l’opposition est de la conduire nous-mêmes

Elle maintient sa pertinence en entretenant des tensions sociales et raciales qui détournent l’attention de Wall Street et de ses crimes. La soi-disant «gauche» est également réticente à pointer Wall Street et son hold-up actuel , car de telles critiques, même légitimes, seraient immédiatement censurées comme «antisémites» par les institutions juives qui se sont désignées pour contrôler le discours public occidental.

Il y a beaucoup d’histoires d’une telle politique de division de la gauche et de la façon dont elle finit souvent par trahir la classe ouvrière. L’effondrement de la gauche allemande au début des années 1930 en est probablement l’étude de cas la plus intéressante.

 

Avant l’effondrement économique de 1929, le mouvement fasciste allemand était un phénomène relativement marginal composé de diverses factions concurrentes. Lors des élections de 1928, le parti nazi a obtenu 2,8% (810.000 voix) du vote général. Mais ensuite, le krach de 1929 a entraîné une augmentation rapide et brutale du chômage; de 1,2 million en juin 1929 à 6 millions en janvier 1932. Au milieu de la crise, la production a chuté de 41,4% de 1929 à la fin de 1931, entraînant une montée en flèche de la pauvreté. Comme des millions d’Américains en ce moment, au début des années 1930, des millions d’Allemands ont passé de nombreux jours et nuits dans les files d’attente.

 

Durant la crise économique allemande qui s’étend de 1918 à 1933,nombreux furent les berlinois à faire les ligne d’attente comme les américains et les québécois en 2020.

 

On supposerait que l’effondrement du capitalisme aurait été politiquement célébré par les communistes allemands et les marxistes alors que les Allemands perdaient tout espoir dans la « démocratie bourgeoise » et le capitalisme. Le Parti communiste allemand (KPD), comme le parti nazi, a augmenté son pouvoir de façon exponentielle après la crise économique. Pourtant, la gauche allemande a raté cette occasion en or. Malgré la pauvreté et les mesures d’austérité, c’est Hitler qui a fini par gagner le cœur et l’âme de la classe ouvrière allemande. Aux élections de septembre 1930, Hitler avait remporté 18,3% puis 37,4% en juillet 1932. En seulement quatre ans, les nazis ont accru leur soutien de 13 millions de voix.

Beaucoup a été écrit sur l’échec de la gauche allemande, marxiste et communiste, à lutter contre Hitler et le fascisme. Certains marxistes sont assez honnêtes pour admettre que c’est en fait le KPD, sa politique autoritaire et de division qui a ouvert la voie à Hitler et au nazisme.

Timbre commémoratif de l’assassinat de Rosa Luxembourg et de Karl Liebnicht survenu le 15 janvier 1919.
Cet assassinat annonce la fin des spartakistes en Allemagne et la montée des nationalistes.

Comme Staline, le KPD allemand a rapidement employé le terme «fasciste» pour décrire tous les opposants politiques. Dans un acte d’auto-marginalisation progressive, la gauche allemande s’est réduite à un bruit politique irrationnel qui a finalement perdu le contact avec la réalité. Le KPD était tellement éloigné de la minimisation de la transition politique en Allemagne que le 30 janvier 1933, le jour où Hitler fut nommé chancelier d’Allemagne, le KPD déclara bêtement: « Après Hitler, nous prendrons le relais! »

Photos d’époque montrant les spartakistes menés par Rosa Luxembourg et Carl Liebnitz. En bas,vous avez un set de 2 photos montrant les Corps francs allemands qui étaient des volontaires nationalistes dont plusieurs étaient issus de l’armée impériale.Aidés par de nombreux donateurs venant des sociétés secrètes allemandes,ils barrèrent la route aux communistes bolchéviques…dont les spartakistes.

Comme la gauche radicale américaine aujourd’hui, le KPD a mené des batailles de rue contre les nazis de 1929 à 1933. Ces batailles ont coûté la vie à des centaines de nazis et de membres du KPD. Mais en 1933, aucun groupe politique n’a payé le prix du sang aussi élevé que le KPD. Près d’un tiers des membres du KPD se sont retrouvés en prison.

Une projection du Dow Jones en avril 2020:reprise en V

 

 

Durant la République de Weimar,l’argent allemande ne valait pas le papier sur lequel elle était imprimée.

 

Il est à noter que l’un des aspects les plus préoccupants de la politique de gauche est le fait particulier que les agitateurs qui prétendent s’inspirer de la «dialectique» semblent aveugles à leur propre passé idéologique. Par conséquent, ils sont détachés du présent et totalement éloignés d’un concept de «futur».

Je dis depuis un certain temps que Trump prend souvent, sinon toujours, la bonne décision pour les mauvaises raisons. Par exemple, il a déclaré «une guerre» à l’autoritarisme des médias sociaux au nom du 1er amendement. Bien que ce soit clairement vrai, Trump n’est pas motivé par un véritable souci de «liberté d’expression» ou de «droits de l’homme», il est simplement bouleversé que ses tweets soient soumis à des « vérifications de faits ». La gauche, de façon assez particulière, a tendance à prendre la mauvaise décision, généralement pour de bonnes raisons. La lutte contre le racisme est sans aucun doute un objectif important; de même, la lutte contre la brutalité policière ou la discrimination raciale en Amérique sont des batailles cruciales majeures. Cependant, alimenter un conflit racial est la pire voie possible pour éliminer à la fois le racisme et la discrimination. Une telle tactique ne fera qu’aggraver le fossé qui divise déjà la classe ouvrière américaine. Je me demande si c’est exactement ce que la gauche américaine essaie de réaliser, c’est peut-être ce pour quoi elle est payée?

Aujourd’hui, alors que les progressistes et les gauchistes américains se préparent pour une longue bataille sans relâche, j’ai un petit conseil à offrir. L’histoire nous enseigne que le fascisme gagne toujours lorsque les conditions sont parfaites pour une révolution marxiste. Lorsque vous faites pression pour un conflit racial et une nouvelle fragmentation de la société américaine, gardez à l’esprit que vous pourriez vous retrouver face à un vrai personnage de Trump (par opposition à Donald) qui pourrait être en mesure d’unir l’Amérique et de le rendre grand pour de vrai, mais vous n’y trouverez pas votre place.

Par Gilad Atzmon

 Source : Weimar 2020

https://gilad.online/writings/2020/6/8/weimar-2020

 

Gilad Atzmon

Gilad Atzmon est un artiste de jazz et de musique du monde, un romancier et un auteur ID se concentrant sur la politique. Gilad Atzmon est un militant antisioniste britannique, né en Israël et résidant actuellement à Londres. Musicalement, il a collaboré avec Shane McGowan, Robbie Williams, Sinéad O’Connor, Robert Wyatt, Paul McCartney et le groupe Pink Floyd.

« La criminalisation du discours politique et de l’activisme contre Israël est devenue l’une des menaces les plus graves pour la liberté d’expression en Occident. » Glenn Greenwald 19.7.2017

 

 

Poésie:Miroir du Temps

 

 

Passons derrière le miroir,

Traversons la ligne de notre histoire.

Découvrons nous simplement,

Aimons nous tendrement.

Le temps passe si vite

Qu’on ne l’évite.

N’ayons plus aucuns doute

Poursuivons notre route

À travers ce miroir,

Par delà l’histoire.

C’était hier,

Soyons en fiers,

De nos aïeux

Venus des cieux!

Comme Jimmy Guieu,

Attendons sans pardon

Le Retour des Dieux

Nous libérer de cette prison!

À Guy Tarade,

J’offre cette tirade:

Une fleur chaque jour

Est preuve d’amour

Que l’on voit s’ouvrir

Sans la cueillir!

Et pour finir

Dans notre délire,

Nous croyons sans fin

Voler le butin

De la nature mourante

De notre futur d’épouvante!

Meurent sur Terre,

Humains mercenaires!

Après Grande Extinction

De toute vie…sans illusion!

Meurent sur Terre

Banquiers sanguinaires

Créateurs des guerres

Voleurs des terres!

Meurent sur Terre

Chefs des pays,

Menteurs infinis

De fausses pandémies!

À ceux du miroir

Qui gardent l’espoir

Fuyez ces Enfers

Devenez Peuples de l’Univers

Libérés des Frontières

D’un monde éphémère!

par Michel Duchaine

Découverte du complexe d’armes nucléaires secrètes d’Adolf Hitler en Autriche

Un labyrinthe de tunnels souterrains de la Seconde Guerre mondiale qui aurait été utilisé pour développer une bombe nucléaire a été découvert.

L’installation, qui couvre une superficie allant jusqu’à 75 acres, a été découverte près de la ville de St Georgen an der Gusen, en Autriche.

Les fouilles ont commencé sur le site après que les chercheurs ont détecté des niveaux accrus de rayonnement dans la région – soutenant les affirmations selon lesquelles les national-socialistes développaient des armes nucléaires.

Le documentariste Andreas Sulzer, qui dirige les fouilles, a déclaré au Sunday Times que le site était « probablement la plus grande installation de production d’armes secrètes du Troisième Reich ».

Son entrée n’a été découverte que lorsque l’équipe de fouilles, qui comprend des historiens et des scientifiques, a rassemblé des informations dans des documents de renseignement déclassifiés et des témoignages de témoins.

L’équipe est maintenant en train d’enlever les couches de terre et de béton emballées dans les tunnels et les plaques de granit lourd qui ont été utilisées pour couvrir l’entrée.

Les casques appartenant aux troupes de la Waffen-SS et d’autres reliques national-socialistes font partie des articles qui ont été découverts jusqu’à présent.

La fouille a été interrompue la semaine dernière par la police, qui a exigé que le groupe produise un permis pour mener des recherches sur les sites historiques. Mais M. Sulzer est convaincu que les travaux reprendront le mois prochain.

Il a déclaré au Sunday Times: «  Les prisonniers des camps de concentration à travers l’Europe ont été triés sur le volet pour leurs compétences spéciales – physiciens, chimistes ou autres experts – pour travailler sur ce projet monstrueux et nous devons aux victimes d’ouvrir enfin le site et de révéler la vérité. « 

L’enquête a été déclenchée par un documentaire de recherche de M. Sulzer sur la quête d’Hitler pour construire une bombe atomique.

Il y faisait référence à des entrées de journal intime d’un physicien appelé à travailler pour les national-socialistes. Il existe d’autres preuves de scientifiques travaillant pour un projet secret géré par le général SS Hans Kammler.

M. Sulzer a fouillé les archives en Allemagne, à Moscou et en Amérique pour trouver des preuves du projet de construction d’armes nucléaires mené par les SS.

Après la guerre, l’Autriche a dépensé quelque 10 millions de livres sterling pour couler du béton dans la plupart des tunnels.

Mais Sulzer et ses partisans pensent qu’ils ont raté une section secrète où la recherche atomique a été menée.

Les Soviétiques étaient stationnés à St Georgen jusqu’en 1955 et ils ont ramené tous les dossiers sur le site avec eux à Moscou.

Les experts tentent de découvrir s’il existe un lien entre St Georgen et des sites en Allemagne proprement dits où les scientifiques ont été rassemblés pendant le Troisième Reich dans le but de correspondre aux efforts américains pour construire l’arme ultime.

En juin 2011, des déchets atomiques provenant du programme nucléaire secret d’Hitler auraient été découverts dans une ancienne mine près de Hanovre.

Plus de 126 000 barils de matières nucléaires pourrissent à plus de 2 000 pieds sous terre dans une ancienne mine de sel.

 

 

 

 

 

La sixième grande extinction est en cours et s’aggrave

 

De nombreux chercheurs l’affirment : la sixième grande extinction est en route. La raison : la destruction progressive de l’habitat de millions d’êtres vivants. Explications.

 

De nombreux chercheurs l’affirment : la sixième grande extinction est en route. La plus grande extinction des espèces depuis 66 millions d’années est bien enclenchée en raison de la destruction progressive de l’habitat de millions d’êtres vivants. Les scientifiques Gerardo Ceballos, Paul Ehrlich et Peter Raven ont publié une étude revue par d’autres chercheurs qui analyse près de 30 000 espèces de vertébrés. Parmi celles-ci, 1,7 % sont en voie d’extinction.

Leur conclusion : la sixième grande extinction s’accélère. Plusieurs espèces en danger vont disparaître. Ces animaux vivent dans des régions où l’activité humaine malmène la biodiversité, ce qui menace de nombreuses autres espèces. Plus les êtres vivants disparaissent, plus cette disparition exerce un effet d’entraînement sur d’autres. Enfin, l’action de l’homme et les pressions qu’il exerce sur la nature ne sont pas sans conséquence. L’avènement de la COVID-19 en est la preuve. Le trafic et la consommation d’animaux sauvages en seraient la cause.

Chaque être vivant joue un rôle dans l’écosystème et sa disparition est permanente. La survie des humains dépend directement de la biodiversité. Selon les chercheurs, la perte massive des espèces est directement ou indirectement causée par l’activité humaine. Déforestation, agriculture, élevage et activités minières et industrielles sont responsables de la réduction du territoire de ces espèces. Cette détérioration des habitats est presque entièrement survenue depuis les débuts de l’agriculture qui remonte à 11 000 ans.

La biodiversité est nécessaire à notre survie. Sa disparition est un phénomène méconnu du grand public, des autorités gouvernementales et de ceux qui participent à l’économie mondiale.

 


La sixième extinction de masse des animaux s’accélère, alertent des scientifiques

 

Plus de 500 espèces sont menacées de disparition, selon des scientifiques américains. L’activité humaine en est la cause principale.

Un rhinocéros de Sumatra, en Indonésie, en novembre 2016.

Une étude, publiée dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences, affirme que plus de 500 espèces d’animaux risquent de disparaître d’ici 20 ans. Un chiffre alarmant qui met en lumière l’accélération du phénomène lorsque l’on sait qu’autant d’espèces ont disparu tout au long du siècle dernier. 

D’après les auteurs de cette étude, 515 espèces d’animaux terrestres, dont des mammifères, des reptiles et des amphibiens, ont à ce jour une population inférieure à 1000 individus, et 50% de ces espèces ne comptent pas plus de 250 spécimens. Pire encore, 77 espèces ont perdu 94% de leur population et 173 ont totalement disparu entre 2001 et 2014, s’alarment les scientifiques.

L’activité humaine en cause

Le rhinocéros de Sumatra, le troglodyte de Clarion, la tortue géante espagnole ou encore la grenouille arlequin sont tous menacés d’extinction.   

La tortue géante espagnole

 

La grenouille arlequin

En cause: l’activité humaine. Les chercheurs estiment que sans ce facteur destructeur, ces espèces pourraient vivre encore des milliers d’années.

Par le biais de leur étude, les scientifiques mettent en garde contre l’effet domino de la disparition des espèces. Par exemple, la chasse excessive de la loutre de mer, principal prédateur des oursins, entraîne la prolifération de ces invertébrés qui dévastent les forêts de varech, une espèce d’algues, dans la mer de Béring. Cette situation engendre l’extinction de la rhytine de Steller, un mammifère qui se nourrit de varech.

le professeur Paul Ehrlich

 

“Quand l’humanité extermine d’autres créatures, elle détruit les fondations sur lesquelles elle s’est bâtie et qui lui sont nécessaires pour vivre”, explique au Guardian le professeur Paul Ehrlich, de l’université de Stanford aux Etats-Unis.

« Il n’est pas trop tard » pour réagir

Il estime que la conservation des espèces menacées devrait être “élevée au rang d’urgence mondiale par les gouvernements et les institutions, au même titre que le dérèglement climatique”.

“Cette étude prouve que l’extinction de masse s’accélère et que la crise de la biodiversité est bien réelle. Mais il n’est pas trop tard pour passer à un mode de vie plus respectueux de la nature et ainsi protéger l’héritage des générations futures”, veut croire le professeur Andy Purvis, du musée d’histoire naturelle de Londres. 

Un espoir partagé par le directeur des sciences à l’ONG WWF, Marc Wright, qui estime que la fin de la déforestation en Amazonie pourrait “permettre d’inverser la courbe de l’extinction des espèces et du réchauffement climatique”.

Mais si cet effort est nécessaire, il semble difficile à mettre en place: en 2019, nos forêts tropicales ont perdu une surface équivalent à un terrain de football toutes les six secondes, selon une étude américaine de l’université du Maryland, publiée ce mardi par Global Forest Watch.

 

 

Paul Ehrlich,le grand  penseur et guide  des écosystèmes

 

Depuis de nombreuses années, il observe les défis biophysiques actuels de notre planète, chacun d’entre eux étant capable de déstabiliser notre société. Nous sommes familiers avec la plupart d’entre eux – le changement climatique, l’eau, le sol, la biodiversité, etc. Pourtant, les causes sous-jacentes à ces défis continuent de passer largement inaperçues. La population humaine explose et entraîne avec elle la destruction des ressources naturelles nécessaires pour satisfaire les besoins d’une croissance économique sans limites.

Mondialement reconnu, Paul Ehrlich incite depuis plus de 50 ans l’humanité à réfléchir avec intelligence et clairvoyance à ces défis. Faisant partie du cercle des plus grands intellectuels de notre époque, il est également l’un des penseurs les plus créatifs et les plus influents sur les défis fondamentaux pour l’humanité et la relation entre l’homme et sa biosphère.

Le Prof. Ehrlich est considéré comme l’un des écologistes les plus honorés dans le monde, l’un des écrivains les plus compétents et les plus prolifiques sur les questions biophysiques auxquelles l’humanité est confrontée et sur l’interdépendance entre ces questions. Il est connu pour son style divertissant, son humour et sa profonde compassion.

 

 

 

 

 

 

 

Une anomalie électromagnétique aurait Capilla del Monte comme épicentre

Capilla del Monte,en Argentine, pourrait être l’épicentre de l’inversion des pôles magnétiques ! 

L’Agence spatiale européenne vient de publier une vidéo où elle montre comment le champ magnétique terrestre s’affaiblit et oh coïncidence le foyer central de l’anomalie de nos jours, se trouve dans notre Cordoue se déplaçant vers l’ouest

.

Quelque chose de similaire aurait été localisé il y a des décennies dans le célèbre triangle des Bermudes. Il s’agit de l’intensité magnétique minimale de cette décennie, le champ magnétique de la planète déviant le vent solaire, empêchant l’érosion de l’atmosphère et le bombardement de la surface par des rayonnements de haute énergie.

En fait, sans ce champ, notre planète ressemblerait à Mars.

  Il a été spéculé si ces changements sont un signal qui anticipe une inversion des pôles, un événement dans lequel les pôles magnétiques changent de position, comme cela s’est produit des dizaines de fois au cours de l’histoire de la planète.

Pour le moment, cependant, les changements sont considérés comme étant dans les fluctuations normales.

La grande anomalie de l’Atlantique-sud se déplace vers ce point.

Pour l’instant, ces changements sont presque inoffensifs. Le seul inconvénient est que les satellites qui survolent l’anomalie qui a Capilla del Monte comme épicentre ont une plus grande tendance à connaître des défaillances en raison du plus grand flux de vent solaire qui existe dans ces régions.

Ce n’est pas que Capilla del Monte veuille être dans l’actualité tous les jours, mais le sort de l’univers semble jouer le rôle principal dans cette humble ville.

L’influence cosmique semblerait affecter les décisions du gouvernement actuel et des habitants en général. Cela aussi, ainsi que l’anomalie, ont fluctué, depuis hier, nous avons vu l’appel de M. le maire Fabrizio Díaz à une réunion de toutes les institutions pour coordonner les actions face à la crise de Covid19 et aujourd’hui, nous constatons que l’appel est suspendu faute de l’espace étant donné que la participation dépasserait la capacité du lieu de tenir la réunion selon le protocole.

Nous espérons que la société fera écho à cet appel et, à partir de cette réunion, la solution pour lutter contre la crise actuelle sortira « au moins avant que les pôles ne soient inversés … 


Capilla del Monte est dans un univers parallèle

Il y a quelques jours, la NASA a publié un article annonçant l’existence d’un univers parallèle dans lequel le temps reculerait.

Différentes études ont été réalisées en Antarctique car elle est plus propice à son atmosphère, pour ce type de recherche scientifique, et apparemment à l’époque du Big Bang, non seulement notre univers mais un autre univers parallèle auraient été créés.

Et si … il fallait s’y attendre à un moment donné, la NASA devait nous découvrir.

Pourquoi Capilla del Monte vit dans un univers parallèle, selon ce que certains experts disent est Uritorco, le facteur déclenchant de toutes les altérations surnaturelles qui sont observées dans cette ville curieuse. 

Depuis sa création, il a été pensé différemment, si l’on regarde son plan de rue, on remarquera la présence de trois nœuds principaux d’artères dans lesquels se distinguent cinq coins. Quelle coïncidence que sa forme soit la même que « l’étoile magique à 5 branches ».

Ces trois nœuds de rue principaux simulent les trois Marie dans le ciel connues sous le nom de Constellation d’Orion. Chance, coïncidence, qui sait …

Mais le fait que ces trois croisements de rues très particuliers soient en plein centre de la ville, fait réfléchir.

L’une est au début de la célèbre Calle Techada, l’autre à droite où commence la Plaza San Martín et la troisième où la place se termine, ce n’est pas un hasard si ces trois formations sont alignées avec l’église de la ville elle-même, érigée sur une vieille montagne qui maintenant il n’est pas distingué, mais au pied duquel convergent trois rues formant une étoile à six branches.

Cela peut sembler fou ou un caprice du destin, mais la même rue qui borde l’église et l’étoile à six branches mène également à la célèbre promenade El Zapato, un lieu de cérémonie pour les anciens aborigènes de la région. 

Se pourrait-il que ceux qui ont construit et aménagé Capilla de Monte aient voulu nous dire quelque chose, ce sera que notre ville est faite de telle manière qu’elle attire les forces du Cosmos et peut-être même celles d’un univers parallèle, personne ne peut le dire avec certitude. Mais ce que nous savons, c’est que cette ville et ses habitants sont très particuliers, ici il est très courant de s’asseoir dans un café aux «5 coins» et de se sentir à la table d’à côté, alors que vous parlez de vos rencontres avec des extraterrestres , ou voyez celui sur la table d’en face comment il lance les cartes de tarot.

Il est très courant de marcher dans les rues et de rencontrer des gens qui s’habillent de manière saisissante, avec des turbans ou des robes, pour ne pas parler lorsque la fête des extraterrestres approche.

Dans Chapel, vous vous frappez et d’abord ils font du reiki, puis vous pouvez consulter le médecin.À Chapel, si quelque chose vous fait mal, ils vous disent de faire du yoga ou de faire un thé yuyo et ça vous passe; À Chapel, si vous tombez malade, c’est bien parce que vous vous «purifiez» et si vous vous fâchez contre quelqu’un, le calme est votre miroir, votre ego…

Et si … nous vivons dans un univers parallèle où le temps ne recule pas mais dans un éternel et même délirant… maintenant!