LA CRISE EST INÉVITABLE,SANS CROISSANCE ÉCONOMIQUE, LE TAS DE DETTES ACCUMULÉES NE VAUT RIEN

Certains fonctionnaires américains rêvent d’une croissance qui pourrait durer encore 10 ans, grosso modo le double du record enregistré par les Etats-Unis au XXème siècle. Ils se trompent lourdement.

On voit ce que l’on veut voir!

Certes, l’action des banques centrales permet aux gouvernements d’assurer leur solvabilité budgétaire et, in fine, de ne pas faire banqueroute. « Mais n’y a-t-il pas de côté négatif ? », s’interroge Natixis.

Comme l’explique l’équipe de recherche de Patrick Artus :

« En réalité, ces politiques sont dangereuses :

elles peuvent entraîner une expansion sans limite de la taille des bilans des banques centrales, d’où un risque de ‘fuite devant la monnaie’ (les agents économiques se débarrassent de la monnaie pour acheter des biens ou des actifs réels, d’où soit l’inflation soit des bulles sur les prix de ces actifs) ;

elles peuvent inciter les Etats à ne pas stabiliser les taux d’endettement publics, ce qui rend ces politiques irréversibles ;

elles permettent de financer des investissements inefficaces ;

elles écrasent anormalement les primes de risque sur les actifs risqués ;

elles forcent les banques centrales de réagir à des chocs qui nécessiteraient normalement qu’elles augmentent leurs taux d’intérêt. »

Bref, pas de free lunch. Milton Friedman avait prévenu, mais nos dirigeants l’ont oublié.

Milton, reviens ! Ils veulent nous ruiner

Chacun des points listés par Natixis est bien sûr important, mais l’un d’entre eux me semble plus critique que les autres. Ayant opté pour la fuite en avant, nos dirigeants pourraient bien s’être placés dans une position où il n’y a plus de retour en arrière possible.

 

https://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/2019/02/190226-lca-img8.jpg

Voici ce qu’explique Natixis dans une note du 20 décembre au sujet de ce « nouveau régime » :

« Dans le passé, dans les périodes d’expansion, la politique budgétaire redevenait suffisamment restrictive pour que la solvabilité budgétaire soit rétablie, et la politique monétaire pouvait donc en conséquence être normalement contracyclique ;

aujourd’hui, au contraire, on est passé à un régime de dominance fiscale : la politique budgétaire ne rétablit pas la solvabilité budgétaire, celle-ci est assurée par les taux d’intérêt anormalement bas associés à une politique monétaire qui reste fortement expansionniste malgré le retour au plein emploi.

Dans le nouveau régime, le policy mix (ensemble de la politique budgétaire et de la politique monétaire) est anormalement expansionniste et n’est plus contracyclique ; ce nouveau régime est de plus irréversible.

On pourrait en sortir par une politique budgétaire restrictive, mais c’est impossible parce que cette politique devrait être maintenant mise en place alors que la croissance ralentit ; ou par une politique monétaire restrictive, mais c’est impossible car elle ferait apparaître une crise des finances publiques (de solvabilité budgétaire). »

Vous avez bien lu : sauf miracle (comme évoqué par Nassim Taleb), il n’y a plus d’autre issue possible aux problèmes actuels que la fuite en avant.

Il ne s’agit d’ailleurs pas d’une situation particulièrement récente. Voilà en effet ce que cela a donné la dernière fois qu’une stratégie différente avait été esquissée :

La brève période de ralentissement de l’expansion du crédit a presque conduit à l’effondrement du système financier mondial 

https://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/2019/02/190226-lca-img9.jpg

Maintenant, comme au poker, nos dirigeants sont condamnés à faire tapis à chaque fois que l’étau se resserre.

A bulle de tout, crise de tout

Une fois au bord du précipice, la stratégie « kick the can down the road » ne fonctionnera plus.

Au mois de juillet, alors que le précédent rapport de l’IIF sur la dette mondiale venait d’être publié, Bruno Bertez avertissait que la promenade nous avait emmenés assez loin sur la falaise :

« Je ne crains pas de m’avancer et de signifier que nous sommes en phase terminale. On peut aller plus loin, mais il faut pour cela faire évoluer le système, la régulation, la conception de la monnaie, l’ordre international. Et puis Trump est l’élément perturbateur. » 

Il y a déjà plus d’un an, Natixis avertissait que les pays de l’OCDE s’exposaient à une crise de tout.

https://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/2019/02/190226-lca-img10.jpg

Côté crise sociale et politique, force est de constater que la France a déjà les deux pieds dedans. Reste le versant économique et financier de la crise, sur lequel la banque revenait au mois d’octobre dernier.

https://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/2019/02/190226-lca-img11.jpg

Là, Natixis en était réduite à faire un vœu pieu

 

« Le taux d’endettement du monde étant très élevé, les prix des actifs étant aussi élevés, une politique monétaire mondiale restant très expansionniste conduirait à la poursuite de la hausse des taux d’endettement et des prix des actifs, et inexorablement à une crise. 

Mais le passage à une politique monétaire restrictive déclencherait immédiatement une crise financière avec une hausse forte des paiements d’intérêt sur les dettes. 

La configuration qui permettrait d’éviter une crise financière serait donc : 

– une politique monétaire plus restrictive, mais pas au point qu’une crise de solvabilité des emprunteurs se déclenche ;

– une politique macro-prudentielle restrictive, pour arrêter la hausse des taux d’endettement et des prix des actifs. »

Suite aux choix qu’elles ont fait, nos autorités sont donc désormais condamnées à gérer la crise. 

Vous pouvez donc allumer un cierge à Sainte Rita (patronne des causes désespérées) et/ou vous préparer au violent changement qui nous attend.

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:Le manuel de censure secret de Facebook révélé après que la plate-forme ait retiré une vidéo sur la terreur israélienne à l’encontre des Palestiniens (Common Dreams)

Après la publication jeudi par le New York Times d’un article sur les règles de censure mondiale de Facebook, la journaliste Rania Khalek a appelé le géant des médias sociaux à supprimer une vidéo dans laquelle elle explique comment, « en plus d’être un territoire occupé et colonisé, la Palestine est le laboratoire personnel d’Israël pour tester, affiner et présenter ses méthodes et ses armes de domination et de contrôle « .

Tweetant l’article du Times – et notant que, même si, selon le journal, « les modérateurs se sont fait dire de traquer et d’éliminer les rumeurs accusant à tort un soldat israélien d’avoir tué un infirmier palestinien », les soldats israéliens ont tué une auxiliaire médicale de 21 ans non armée plus tôt cette année, elle a annoncé vendredi matin que Facebook avait « juste enlevé » sa vidéo.


Voici l’article et la vidéo de Rania Khalek:

Rania Khalek,journaliste.

 

 

    En parlant de Facebook censurant le contenu au nom d’Israël, ils viennent de supprimer une vidéo que j’ai faite sur la façon dont Israël utilise la Palestine comme laboratoire d’armement.

    – Rania Khalek (@RaniaKhalek) 28 décembre 2018

    Voici ma vidéo sur la façon dont Israël utilise la Palestine comme laboratoire d’essais d’armes, que Facebook a effacé sans explication.

https://t.co/kT6YvZpVPj

    – Rania Khalek (@RaniaKhalek) 28 décembre 2018

Après qu’elle et d’autres journalistes éminents eurent porté plainte, Khalek annonça quelques heures plus tard que Facebook avait restauré la vidéo. « Il faudra se souvenir qu’à l’heure actuelle, ces géants des médias sociaux ont la capacité de faire disparaître du contenu comme bon leur semble », a-t-elle déclaré dans un tweet. « C’est effrayant et alarmant et on devrait s’y opposer haut et fort. »

Après quelques plaintes, la vidéo est de retour sur Facebook.


Voici donc la copie  du fameux vidéo avant que tout soit à nouveau censuré.Avec ce que  j’ai investi dans mon site web depuis quelque temps,je peux sauvegarder toutes les vidéos importantes menacées de censure par  Facebook et autres  merdias:

 

 


Il est bon de ce souvenir qu’en ce moment, ces géants des médias sociaux ont la possibilité de faire disparaître du contenu comme bon leur semble. C’est effrayant et alarmant et il faut s’y opposer haut et fort.

– Rania Khalek (@RaniaKhalek) 28 décembre 2018

Parmi ceux qui ont souligné la censure de la vidéo de Khalek par Facebook

 

 

vendredi, Ben Norton du Real News Network – qui l’a qualifiée d' »excellent reportage vidéo informatif » – et Glenn Greenwald de The Intercept, qui a souligné que la plateforme a fait taire les voix palestiniennes et pro-palestiniennes depuis plus d’un an. Les utilisateurs qui en parlent ou qui y font référence sont menacé d’exclusion par Facebook…!

    Facebook vient de supprimer ce reportage vidéo excellent et informatif de @RaniaKhalek, dans lequel elle explique comment Israël utilise la Palestine comme un laboratoire pour les armes et la technologie militaire.

Il n’explique pas pourquoi la vidéo a été retirée.

https://t.co/GN234qFy4K

– Ben Norton (@BenjaminNorton) 28 décembre 2018

    Depuis au moins 18 mois, Facebook efface agressivement les pages des Palestiniens et des voix pro-palestiniennes, obéissant aux exigences du gouvernement israélien. Félicitations à ceux qui ont pensé que c’était une bonne idée pour la Silicon Valley d’agir comme censeur paternel et gardien de l’internet : https://t.co/BTs9JBvfwT

    – Glenn Greenwald (@ggreenwald) 28 décembre 2018

 

Glenn Greenwald

« Avec Mark Zuckerberg, Sundar Pichai, Sheryl Sandberg et Eric Schmidt, nous faisons confiance à la censure et à la réglementation de l’Internet avec les motifs les plus bienveillants, dévoués comme ils l’ont été toute leur vie à protéger les sans-voix et les marginalisés « , ajoute Greenwald, faisant allusion au PDG de Facebook, le PDG de Google, le directeur de Facebook et le directeur général de Alphabet, la société mère de Google.

Max Fisher

Le combat court et réussi pour restaurer la vidéo de Khalek, cependant, n’est qu’un des innombrables cas où Facebook a retiré du contenu sans fournir d’explication à l’utilisateur ou au public. Le rapport de Max Fisher pour le Times offre un aperçu de ses pratiques de censure secrètes mais largement critiquées.

Un examen de 1.400 pages fournies au journal par un employé inquiet – et vérifiées comme authentiques par Facebook, qui aurait fait des mises à jour – « a révélé de nombreuses lacunes, des préjugés et des erreurs flagrantes« , a écrit Fisher. « Les règles de proximité sont nombreuses et font de l’entreprise un arbitre beaucoup plus puissant que ce qui a été publiquement reconnu ou reconnu par l’entreprise elle-même.

Bien que Facebook prétende que le livre des règles est destiné à la formation, les modérateurs – qui « déclarent se sentir dépassés » lorsqu’ils essaient de prendre des décisions en aussi peu que huit à dix secondes – disent à Fisher qu’ils le consultent régulièrement. Et bien que le personnel de Facebook aurait élaboré des règles de modération lors de réunions toutes les deux semaines, « l’entreprise sous-traite une grande partie de la modération post-par-post à des entreprises qui recrutent des travailleurs en grande partie non qualifiés, dont beaucoup sont recrutés hors des centres d’appels« .

Les directives longues et déroutantes que Facebook donne aux modérateurs ont donné des résultats mitigés et, parfois, alarmants. Comme l’a fait remarquer Fisher, « ils ont permis à un langage extrémiste de s’épanouir dans certains pays tout en censurant le discours dominant dans d’autres« .

Mark Zuckerberg,patron de Facebook

Il a expliqué :

Par exemple, on a déjà dit aux modérateurs de supprimer les appels à la collecte de fonds pour les victimes des volcans en Indonésie parce qu’un co-parrain de la campagne figurait sur la liste interne des groupes interdits sur Facebook. Au Myanmar, une erreur administrative a permis à un groupe extrémiste de premier plan, accusé d’avoir fomenté un génocide, de rester sur la plate-forme pendant des mois. En Inde, les modérateurs se sont fait dire à tort de noter les commentaires critiques à l’égard de la religion.

La principale conclusion de son article, a déclaré Fisher sur Twitter, est double : Facebook « intervient dans les affaires politiques et sociales du monde entier », agissant « comme une branche invisible du gouvernement« , et « fait tout cela au rabais, envoyant des diapositives PowerPoint désorganisées à des entreprises de sous-traitance qu’il peut à peine contrôler ». Et il fait beaucoup, beaucoup d’erreurs en cours de route. »

    (2) Facebook fait tout cela au rabais, en envoyant des diapositives PowerPoint désorganisées à des entreprises de sous-traitance qu’il peut à peine contrôler. Et il fait beaucoup, beaucoup d’erreurs en cours de route.

    – Max Fisher (@Max_Fisher) 27 décembre 2018

 

Article originel : Facebook’s Secret Censorship Manual Exposed as Platform Takes Down Video About Israel Terrorizing Palestinians

Par Jessica Corbett

La gauche- caviard du PQ se porte bien:Pauline Marois vend son majestueux penthouse pour 4,6 millions $

On savait bien que Pauline Marois avait de la classe et s’élevait très haute au-dessus du bas-peuple qu’elle avait administrée… mais on était loin de se douter de la majestuosité étonnante de son chez-soi! L’ancienne première ministre du Québec vient de vendre son somptueux penthouse pour 4,6 millions $, 2 millions $ de plus que leur coût d’achat il y a cinq ans, selon le Journal de Montréal. 

Salon de la maison

 

 

C’est un médecin américain fortuné qui est récemment devenu le nouveau propriétaire de ce prestigieux condo de style new-yorkais proposant « 4906 pieds carrés d’un luxe inégalé couronné d’une superbe terrasse sur le toit de plus de 2000 pieds carrés », qui comporte notamment une cuisine et un vaste espace de réception et de relaxation. 

Ce dernier se situe dans le Vieux-Montréal et est constitué de deux chambres à coucher et trois salles de bains. Selon la courtière de Sotheby’s Liza Kaufman, Pauline Marois et son mari Claude Blanchet auraient décidé de se construire une autre maison, malgré l’amour éprouvé pour cette propriété achetée en 2013 de Maxime Rémillard, grand patron de V Télé. 

Pauline Marois et Claude Blanchet…vous vous souvenez de son conjoint?

 

Voici une série de photos prises à l’intérieur de cette fameuse maison de luxe:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

N’est-ce pas que c’est payant de profiter du peuple  quand on fait partie de l’élite bourgeoise de gauche:la gauche-caviard comme je l’appelle!

 

 

 

Android : ce cheval de Troie peut vous voler 1000 euros chaque fois que vous utilisez PayPal

Android malware

Un nouveau malware, découvert en novembre dernier, utilise une fonction d’accessibilité pour contourner la double protection de votre compte PayPal et vous voler de l’argent chaque fois que vous lancez l’application de ce service.

 

Découvert par des experts en sécurité le mois dernier, un Cheval de Troie bancaire sur Android défraie la chronique. Pour cause, il réussit le beau tour de force d’arriver à voler de l’argent sur un compte PayPal, même si celui-ci est sécurisé grâce à deux facteurs d’authentification.

Attention aux Stores alternatifs

Selon le blog de sécurité de l’ESET, ce malware se diffuse par le biais de kiosques de téléchargements alternatifs au Play Store de Google. On le retrouve dans de fausses applications d’optimisation des performances et de la batterie pour smartphone.
Comme souvent avec ce genre de programme, après la première exécution, l’application va se refermer immédiatement et demandera ensuite l’accès aux fonctions d’accessibilité d’Android à des fins de mesures « statistiques ».
L’application va alors envoyer un message à l’utilisateur sous forme d’une notification qui lui demande d’ouvrir l’application PayPal officielle et de s’y connecter, en utilisant l’authentification à deux facteurs, au besoin. Un moyen ingénieux de contourner cette double sécurité.

 

Rien à faire…

Car pendant que l’utilisateur s’identifie, le malware profite de la fonction d’accessibilité qui a été activée pour reproduire la saisie effectuée dans l’appli PayPal. Une fois connecté, il réalise un paiement de 1000 euros à destination de l’adresse de l’attaquant.
Selon les chercheurs en sécurité de l’ESET, le processus total ne prend pas plus de cinq secondes après l’authentification et il n’y a aucun moyen de l’interrompre. L’opération échoue dans deux cas seulement, si le compte PayPal n’est pas suffisamment approvisionné et/ou si aucune carte de crédit n’est liée au compte.
Pire encore, l’attaque et le virement auront lieu chaque fois que vous lancerez par la suite l’application PayPal ! A 1000 euros les cinq secondes d’attaque, cela peut vite coûter cher.

Du vol d’informations précieuses

Mais le cheval de Troie ne s’arrête pas là. Il télécharge des pages HTML pour cinq applications très populaires : Gmail, Google Play, Skype, Viber et WhatsApp. Ces pages vont se superposer à l’application. En fonction du programme visé, elles demandent l’identifiant et le mot de passe, pour Gmail, notamment qui sert souvent d’adresse pour la double authentification sur PayPal. Elles peuvent aussi demander à l’utilisateur de saisir ses identifiants bancaires. Le seul moyen de se débarrasser de ces écrans est de saisir du faux texte. Le bouton Home ou Retour sont en effet désactivés.

Et la routine habituelle

Enfin, le malware se livre aux exactions habituelles de ce genre de programme. A savoir qu’il va intercepter les SMS et changer l’application de SMS par défaut, toujours dans l’optique de récupérer des données ou de contourner une sécurité par double authentification. Il récupérera également votre liste de contacts, dressera un état des lieux des applications installées, etc. Un bon moyen de savoir pour la suite quelles applications attaquer. Un plan bien huilé, en quelque sorte.

Pour l’heure, afin d’éviter de tomber dans le piège de ce cheval de Troie, il vous suffira d’éviter de télécharger des applis en dehors du Play Store de Google. Par ailleurs, PayPal ayant été averti, il est fort probable que ses développeurs travaillent à produire une mise à jour qui bloquera cette attaque.


8 applications Android espionnent près de 2 milliards de personnes

Huit applications mobiles sur Android sont placées au banc des accusés, alors qu’elles espionneraient près de 2 milliards de personnes dans le but de générer des revenus publicitaires frauduleux.

Plus tôt cette année, nous apprenions que 125 applications Android étaient impliquées dans une fraude. Celles-ci espionnaient les utilisateurs pour siphonner de l’argent aux annonceurs de Google.

Si ces 125 applications touchaient plus de 115 millions de personnes, voilà que 8 nouvelles applications utilisant sensiblement le même schéma de fraude pourraient quant à elles en toucher plus de 2 milliards!

Deux firmes chinoises accusées de détourner des revenus publicitaires

C’est une enquête du site Buzz Feed News en collaboration avec la société d’analyse serbe Kochava qui a levé le voile sur ces 8 applications frauduleuses et qui auraient été téléchargées plus de 2 milliards de fois.

Sept d’entre elles sont développées par la firme chinoise Cheetah Mobile, alors que la huitième elle a été développée par une autre société chinoise nommée Kika Tech.

  • Clean Master
  • Security Master
  • CM Launcher 3D
  • Kika Keyboard
  • Battery Doctor
  • Cheetah Keyboard
  • CM Locker
  • CM File Manager
Voici les applications frauduleuses et leur nombre de téléchargements.

L’arnaque est relativement bien ficelée, alors qu’une fois installées et qu’on leur accorde plusieurs autorisations sur notre téléphone ou tablette, ces applications se mettent alors à espionner nos moindres gestes.

Dans quel but? Celui d’extirper de l’argent aux annonceurs de Google en falsifiant les interactions que l’on a sur notre téléphone.

Ainsi, si on clique sur une bannière publicitaire d’un produit qui nous intéresse ou sur une page web, ces applications vont falsifier ces clics pour plutôt dire à Google que nous avons télécharger les applications des deux firmes chinoises.

Cela leur permettrait de mettre la main sur une cote de publicité allant de 50 cents à 3 dollars. Ça fait pas mal de bidous pour chaque clique!

Pour l’instant, seules les applications CM Locker et Battery Doctor ont été retirées du Play Store, avant de revenir quelques jours plus tard.

Google enquêterait présentement sur ces applications pour vérifier les allégations de l’enquête de Buzz Feed.

Dans tous les cas, il serait judicieux de supprimer ces applications si vous les avez sur votre téléphone ou votre tablette Android.

 

 

Source :
Blog de l’ESET

 

 

 

Comment Facebook peut collecter certaines données même si vous n’êtes pas inscrit

Une étude de l’ONG de défense de la vie privée Privacy International révèle que de nombreuses applications pour mobile populaires envoient des données à Facebook quand bien même un utilisateur n’a pas de compte sur le réseau social.

figarofr: L'entreprise collecte un grand nombre de données via des applications partenaires et desL’entreprise collecte un grand nombre de données via des applications partenaires et des

Ne pas être sur Facebook n’empêche pas le réseau social le plus puissant au monde de collecter des informations sensibles sur vous. L’ONG de défense de la vie privée Privacy International l’a prouvé une nouvelle fois en dévoilant le 29 décembre dernier qu’une dizaine d’applications populaires sur Android transmettaient des données à Facebook sans que l’utilisateur n’en soit informé et ce, même s’il n’était pas inscrit sur le réseau social.

Des applications comme SpotifyCandy CrushDuolingo ou encore Kayak ont en effet installé un outil informatique qui programme automatiquement le transfert de données vers le réseau social. Ces données dites «techniques» comportent par exemple le nom de l’application téléchargée, si elle a été ouverte, le modèle et le nom du téléphone, la langue sélectionnée… Associées à l’identifiant publicitaire de Google, dont chaque internaute est doté, elles permettent de dresser un profil relativement complet de la personne à qui l’on a affaire. Et de lui proposer de la publicité ciblée, y compris en fonction de critères ethniques ou religieux pourtant particulièrement encadrés en France.

«Par exemple, un individu qui a installé […] Qibla Connect [une application de prière pour musulmans], Period Tracker Clue [une application de suivi des règles], Indeed [une application de recherche d’emploi] et My Talking Tom [une application pour enfants] pourrait faire être profilé comme étant probablement une femme, probablement musulmane, probablement en recherche d’emploi, probablement mère de famille.» rapportent les auteurs de l’étude. D’après leurs conclusions, 61 % des 34 applications les plus populaires d’Android envoient des informations à Facebook dès leur première ouverture, mais il demeure impossible de savoir comment ces données sont utilisées par Facebook.

Dans les filets de Facebook

Facebook estime qu’il ne peut être tenu pour responsable de ce transfert de données que d’aucuns pourraient trouver indésirable. C’est selon lui aux développeurs d’applications d’informer de la collecte des données et de veiller à bien obtenir le consentement avant de les transférer à Facebook. Sauf que, comme le rappelle Libération, l’envoi de ces données s’est longtemps fait automatiquement, avant même d’obtenir ce précieux consentement pourtant exigé par le règlement européen sur la protection des données (RGPD). Après l’entrée en vigueur de ce texte en mai dernier, certains développeurs avaient alors signalé à Facebook que cette transmission s’opérait avant même que l’internaute n’ait pu donner son autorisation. «Ce n’est qu’un mois plus tard que le géant de Menlo Park a mis à jour son kit de développement logiciel, qui inclut désormais la possibilité de retarder la collecte de données jusqu’au recueil du consentement», rapporte le journal.

Au-delà du seul monde des applications, Facebook recueille un nombre considérable d’informations sur le web grâce à des cookies installés sur près de deux tiers des sites Internet au monde. Les petits boutons «j’aime», incontournables sur les sites Internet, servent aussi à collecter des informations. Enfin, nombre d’internautes pensent que supprimer son profil suffit pour échapper aux filets de Facebook, mais oublient parfois que l’entreprise possède aussi WhatsApp et Instagram, deux précieux outils pour collecter des informations.

Le pare-feu, unique protection à l’heure actuelle

Enfin, il n’est pas facile pour l’utilisateur d’échapper à ces transferts de données. Les applications ne le permettent pas. L’unique moyen à ce jour est d’utiliser des applications de filtrage de trafic comme NetGuardou AFWall+. Mais celles-ci ne sont pas simples à paramétrer et nécessitent parfois de rooter le smartphone.

Facebook n’est pas le seul à collecter des données par le biais d’un SDK. Le grand maître en la matière est Google. Une étude réalisée en octobre 2018 par des chercheurs d’Oxford a montré que les modules et trackers de ce géant du Web étaient inclus dans 88 % des applications Android, contre 42 % pour Facebook. Se ruer sur les smartphones d’Apple n’est pas forcément une solution non plus, car il est probable que cette collecte existe également sur iOS…  

 

 

 

Sur Android, Facebook vous surveille que vous ayez un compte ou non

 

 

 

Un « Google du dark web » pour naviguer dans le monde obscur du net

Céline Haéri, co-fondatrice d’Aleph Networks, le 4 décembre 2018 dans ses locaux, à Villefranche-sur-Saône

Un « Google du dark web », permettant d’aller fouiller dans les entrailles obscures d’internet où s’achètent armes, drogues et codes de cartes bancaires: c’est l’outil – à ne pas mettre entre toutes les mains – qu’a développé une start-up française.

« Nous indexons la quasi-totalité du +dark web+ », souligne Céline Haéri, cofondatrice d’Aleph Networks, interrogée par l’AFP dans les discrets locaux de l’entreprise, nichés au coeur de la région viticole du Beaujolais, dans le centre-est de la France.

L’accès au « dark web » se fait très classiquement à travers des logiciels accessibles via l’internet de monsieur « Tout le monde ».

Mais dans cet univers sulfureux, les internautes ne peuvent pas faire de recherche par mots-clés et avoir ainsi accès à une liste de sites. Pour aller plus loin, ils doivent disposer d’une adresse précise.

Le logiciel Aleph, lui, indexe et stocke donc des millions de ces pages du « dark web », comme le fait Google ou Bing sur l’internet traditionnel.

En cinq ans, la start-up française a répertorié 1,4 milliard de liens et 450 millions de documents sur 140.000 sites, en 70 langues différentes.

Céline Haéri tape ainsi « Glock » – marque autrichienne de pistolets prisés des mafias – et coche la case « bitcoin », monnaie virtuelle supposée intraçable. Aussitôt, apparaissent les liens de sites de vente en monnaie électronique.

Certains « affichent même les étoiles de satisfaction de leurs clients », s’exclame son mari – et PDG – Nicolas Hernandez.

Début décembre, leur logiciel recensait 3,9 millions de numéros de cartes de crédit volées. Leur neutralisation était l’un des axes de développement pressentis par Aleph. « Mais les banques sont assurées. Elles s’en fichent », sourit M. Hernandez.

Une autre recherche, sur le Cesium 137, ingrédient potentiel des « bombes sales », fait apparaître 87 sites… Un « supermarché du terrorisme » explique encore comment fabriquer à la maison bazooka ou explosifs.

Ce paysage inquiétant est loin d’être figé. Au sein du « dark web », « les sites tombent très rapidement et se remontent sous une forme légèrement différente ».

– « en mode garage » –

« Sans moteur de recherche, on ne peut pas avoir de vue d’ensemble », explique M. Hernandez.

Son logiciel permet lui de visualiser les liens entre sites, pour cartographier le « dark web » et ses éventuelles connexions avec l’internet légal.

Début 2019, la société ajoutera une couche d’intelligence artificielle pour reconnaître des images: Kalachnikov, enfants victimes d’abus ou marques contrefaites…

A l’origine de l’aventure, M. Hernandez et un ami d’enfance. Ingénieurs informatiques le jour, dans de grands groupes internationaux, hackers la nuit, au service de grandes causes, liberté d’opinion ou lutte contre la maltraitance des enfants.

Céline Haéri, co-fondatrice d’Aleph Networks,

 

A la demande de Céline, alors institutrice, ils mettent au point « en mode garage » un logiciel pour agréger les blogs d’enseignants français hostiles à une réforme scolaire. Ce logiciel reste aujourd’hui à la base de leur technologie de collecte massive et de structuration d’informations.

Sautant le pas, le trio monte en 2012 sa société, baptisée du nom de la première lettre de l’alphabet hébraïque – et l’une des définitions de l’infini pour les mathématiciens.

Après avoir « failli mourir trois ou quatre fois » et exploré en vain divers marchés, la société trouve à sa grande surprise son salut auprès de la communauté militaire.

« On avait été repérés par la Direction générale de l’armement (français, NDLR). Deux jours après l’attentat contre Charlie Hebdo, ils nous ont demandé une démonstration », raconte M. Hernandez.

« L’armée a été particulièrement sensible au discours consistant à dire que, si on ne connaît pas un territoire, ce qui est le cas avec le +dark web+, on ne le maîtrise pas », relève Mme Haéri.

– culture du « non » –

Mais un tel outil ne peut tomber entre toutes les mains, d’autant que le « dark web » est aussi le lieu où s’organise la résistance aux mouvements totalitaires, relève M. Hernandez, qui se vit volontiers en « protecteur de la cité », au sens des Grecs anciens.

Aleph affirme refuser 30% à 40% des demandes de licence de son logiciel, en s’appuyant sur son comité d’éthique et les conseils – avisés – de ses clients étatiques.

« On tient à cette culture du +non+ », dit-il.

La société, qui compte aujourd’hui neuf personnes, a pu lever 200.000 euros à son lancement, dont 130.000 apportés par un « business angel » du Beaujolais qui a pris 20% de son capital. Elle s’autofinance depuis 2017.

Si elle ne devrait réaliser que 660.000 euros de ventes cette année, elle compte les doubler l’an prochain. Ce qui commence à titiller les investisseurs.

Car l’enjeu est maintenant de décliner pour les entreprises privées les logiciels vendus aux administrations. Ce qui nécessitera d’édicter des règles claires pour répondre à une foule de questionnements éthiques.

 

 

 

La panique saisit les marchés et l’administration Trump

Il semble que l’administration Trump soit en mode panique complet. Steven Mnuchin tente de calmer les marchés, mais ses efforts ne font qu’empirer les choses.

Dimanche,le 23 décembre 2018, le secrétaire au Trésor de Trump a appelé les plus grands banquiers américains: « Aujourd’hui, j’ai convoqué des appels individuels avec les PDG des six plus grandes banques du pays », a déclaré Steven Mnuchin sur Twitter. 

La raison de ces appels était de calmer les plus grands acteurs du secteur financier américain au milieu d’une déroute persistante à Wall Street. À en juger par les réactions observées sur les réseaux sociaux, le plan s’est retourné de manière spectaculaire.

« Le secrétaire au Trésor a appelé dimanche les plus grands banquiers du pays pour leur confirmer qu’ils avaient de l’argent à prêter. Pas vraiment inspirant confiance », a écrit Ian Bremer, président du groupe de réflexion influent Eurasia Group.

« Juste au cas où les dirigeants de grandes banques ne seraient pas inquiets des perspectives d’une autre crise financière, l’appel de Mnuchin dimanche après-midi pour assurer à tout le monde qu’il n’y a rien à craindre pourrait avoir l’effet opposé. , « a déclaré Peter Schiff, un gestionnaire de fonds de couverture et un critique virulent de l’administration Trump.
Nouriel Roubini avait sa propre théorie sur Twitter: « Le fait que Mnuchin ait publié une telle déclaration via Twitter… est un signe qu’il était terrifié à l’idée que Trump pourrait envisager de licencier [le président de la Réserve fédérale, Jerome] Powell pourrait faire s’effondrer les marchés ».

Certains commentateurs ont établi un parallèle entre les appels de Mnuchin et ceux de l’ancien secrétaire au Trésor, Hank Paulson, juste avant l’effondrement de Lehman Brothers en 2008. D’autres ont critiqué le secrétaire au Trésor pour avoir suscité la panique: «c’est comme si on se levait dans un théâtre bondé et qu’on criait » tout le monde reste calme, les pompiers sont en route », a écrit un commerçant anonyme sur Twitter.

Donald Trump a un problème sérieux sur les mains et aucune solution facile n’est disponible. Il pense (à juste titre!) Que la Réserve fédérale est en train de ruiner l’économie et que sa politique de relèvement des taux d’intérêt explique la chute du marché boursier. Cependant, il ne peut pas simplement renvoyer Jerome Powell et nommer un nouveau président de la Réserve fédérale car il est difficile de savoir si le président américain dispose de ce pouvoir (les experts sont divisés sur la question) et marchés et aggraver les choses.

En revanche, laisser encore davantage augmenter les taux de Powell ruinera la cote de popularité du président et l’économie, car un krach boursier est évidemment mauvais pour les notations et l’économie. En plus de cela, Trump pense être sur le point de gagner la guerre commerciale avec la Chine et les actions de la Fed le privent d’une victoire bien méritée en affaiblissant l’économie américaine pendant la phase décisive du conflit sino-américain. Fondamentalement, son seul espoir est que les grandes banques et les grands fonds de couverture puissent faire pression sur la Réserve fédérale et forcer Powell à cesser de relever ses taux, voire à lui faire adopter une politique plus accommodante. C’est peut-être la véritable raison des appels de Steven Mnuchin. C’est peut-être la véritable raison pour laquelle Mnuchin a décidé de convoquer un groupe de fonctionnaires connu sous le nom de « équipe de protection en plongée ».”, Qui comprend des représentants de la Réserve fédérale ainsi que de la Securities and Exchange Commission. 

Reste à savoir si la Réserve fédérale tiendra tête à Trump et à ses alliés de Wall Street ou à une grotte sous pression. Peut-être que Powell sera disposé à cesser de relever les taux uniquement après une baisse de 20% ou 30% du S & P 500 ou de la moyenne industrielle Dow Jones.

Il est impossible d’éviter une crise économique massive. Cela ne peut être que retardé et c’est ce que Trump se bat. Il sait que l’économie américaine est (selon ses propres mots) une « fausse économie », mais il ne veut évidemment pas assumer la responsabilité d’un krach boursier. La situation difficile de Trump correspond à la description d’une crise systémique rendue inévitable par les politiques monétaires fous des administrations et des présidents précédents qui ont systématiquement choisi de renverser la tendance et ont utilisé une politique monétaire exceptionnellement laxiste pour créer l’illusion d’un boom économique permanent .

En 1949, le légendaire économiste Ludwig von Mises écrivait: «Il n’y a aucun moyen d’éviter l’effondrement final d’un boom provoqué par l’expansion du crédit. L’alternative est simplement de savoir si la crise doit venir plus tôt à la suite de l’abandon volontaire de nouvelles mesures d’expansion du crédit, ou plus tard comme une catastrophe finale et totale du système monétaire impliqué. ”

Si Jerome Powell parvient à ses fins, la crise viendra plus tôt et sera causée par «l’abandon de l’expansion du crédit» et par une contraction radicale du bilan de la Réserve fédérale. Si Trump parvient à ses fins, la crise viendra plus tard, mais ce sera probablement une crise de plus grande ampleur et cela impliquera une «catastrophe du système monétaire impliqué». Il n’y a pas de bonne solution, mais le président des États-Unis peut toujours espérer blâmer quelqu’un d’autre, probablement la Réserve fédérale, qui semble très enclin à provoquer une crise à l’heure actuelle.

Il est peu probable que le public achète ses explications, mais en fin de compte, si les alliés de Trump à Wall Street ne sont pas en mesure de faire changer d’avis Jerome Powell, Trump n’aura plus d’autre choix. Cependant, étant donné que les banques contactées par Steven Mnuchin sont littéralement propriétaires de la Réserve fédérale, il est possible que la crise soit évitée, au moins pour quelques mois ou, si Trump a de la chance, pour quelques années. Cependant, à long terme, les décisions de la Fed ne changent rien car la « fausse économie » doit imploser tôt ou tard.

 

 

 

 

 

 

Facebook permet aux entreprises partenaires d’avoir un accès intime aux données des utilisateurs pendant des années

Photo d’archives du 11 avril 2018, le président de Facebook, Mark Zuckerberg, témoigne devant une audience de la House Energy et du Commerce à Capitol Hill, à Washington, sur l’utilisation des données de Facebook pour cibler les électeurs américains lors de l’élection de 2016

 

Facebook a donné à ses partenaires corporatifs l’accès aux données personnelles des utilisateurs pendant des années à titre d’arrangements spéciaux, a rapporté le New York Times tard mardi soir.

Le journal a obtenu auprès de Facebook des centaines de documents détaillant les «partenariats de données» qu’il avait construits au fil des ans et le degré d’accès intime aux informations des utilisateurs sans leur consentement, qui avait été accordé par la société de médias sociaux.

De grandes entreprises telles que le moteur de recherche Bing de Microsoft, Amazon et Yahoo figuraient parmi celles qui disposaient d’un accès aux informations sensibles, permettant notamment à Amazon d’obtenir des informations de contact par le biais de connexions d’amis. Netflix et Spotify avaient même accès aux messages privés des utilisateurs.

Un porte-parole de Netflix a expliqué dans un communiqué que la société de divertissement avait lancé une fonctionnalité en 2014 permettant aux abonnés de recommander des émissions à leurs amis via Facebook Messenger, mais celle-ci a été fermée en 2015.

« Nous n’avons à aucun moment eu accès aux messages privés de Facebook ou demandé la possibilité de le faire », a déclaré le porte-parole.

Dans certains cas, tels que permettre aux entreprises extérieures de voir les informations de contact par le biais de connexions d’amis, Facebook prétendait précédemment s’être arrêté.

Au total, le Times a constaté que plus de 150 entreprises, principalement du secteur de la technologie mais comprenant des détaillants et des médias, avaient accès et demandaient des informations sur des centaines de millions d’utilisateurs chaque mois.

Certaines affaires remontent à 2010, a noté le Times, et toutes étaient actives en 2017.

Steve Satterfield, directeur de la protection de la vie privée et des politiques publiques de la société, a déclaré que Facebook, qui avait fait l’objet d’une enquête de la Federal Trade Commission en mars, ne violait pas l’accord FTC.

Il a expliqué que la société considérait les partenariats de données comme faisant partie de sa propre opération, en tant que fournisseurs permettant davantage d’engagements sur la plate-forme.

Toutes les entreprises ayant accès aux données doivent se conformer à la politique de Facebook et l’entreprise n’a vu aucune preuve de partenaires violant cet accord, a déclaré M. Satterfield.

 

 

Facebook et le contrôle de l’information

S’il est aux prises avec de nombreuses fake news, des trolls russes et des groupuscules politiques, Facebook supprime également les profils d’utilisateurs innocents, prouvant une fois de plus qu’il est incapable de s’auto-réguler

 

James Reader a pris ses précautions. Pas question qu’il se fasse avoir par des fakes news ou des spams. Âgé de 54 ans, ce camionneur californien cherchait à s’impliquer davantage sur la scène politique. Il a donc lancé un blog intitulé Everlasting GOP Stoppers afin de mobiliser les progressistes contre les Républicains.

« Nous sommes devenus Reverb Press, » se souvient-il. « Je n’ai pas fait ça pour l’argent. Je l’ai fait parce que je tiens à mon pays. »

 

En 2014, il a lancé Reverb en prenant grand soin d’être toujours correct et factuel. Le site indépendant mediabiasfactcheck.com l’a catégorisé fortement orienté à gauche, mais a complimenté la pertinence de ses reportages. Ses audiences se sont envolées pendant la dernière campagne électorale. « Nous avions trente rédacteurs et quatre rédacteurs en chef à temps plein, » explique Reader. « On totalisait quatre à cinq millions de visites par mois. » Selon ses estimations, Facebook et les autres médias sociaux ont permis à treize millions de personnes par semaine d’avoir accès aux articles de Reverb. Une grande partie de son contenu était agrégé, mais il comprenait également des reportages originaux, comme un récit à la première personne décrivant les abus de l’Église catholique dans le New Jersey, repris par les médias grand public.

Comme la plupart des éditeurs indépendants, il s’est appuyé sur une page Facebook pour générer du trafic et a utilisé les outils proposés par le réseau social pour augmenter son lectorat. « Nous versions entre 2 000 $ et 6 000 $ par mois à Facebook pour faire croître notre page, » précise Reader. « Nous avons essayé de faire tout ce qu’ils nous ont suggéré. »

Reader adaptait sa ligne éditoriale à chaque fois que Facebook modifiait son algorithme. Lorsque le réseau social a mis l’accent sur la vidéo, Reader a développé davantage de contenus vidéo. Il considérait Facebook comme un outil essentiel pour un média indépendant comme le sien. « Les petits blogs ne peuvent pas exister sans Facebook… Mais ce sont également eux qui ont aidé Facebook à se développer. »

Rapidement, Reader remarque un problème. Au lendemain des élections, plusieurs de ses articles sont publiés dans des groupes Facebook de droite et reçoivent un grand nombre de commentaires négatifs. Certains d’entre eux sont également signalés comme étant des spams. « Ça aurait pu être des Russes, » confie Reader. « Ça aurait pu être des groupuscules américains… Mais ça ressemblait vraiment à une sorte de manipulation. » Le trafic de Reverb a diminué. Les ventes publicitaires ont décliné à leur tour. Reader n’avait plus les moyens d’investir dans les outils proposés par Facebook, et même lorsqu’il le faisait, ces derniers ne fonctionnaient plus de la même façon. « C’était comme du crack, » poursuit Reader. « Les premières doses sont gratuites, mais il faut dépenser de plus en plus pour ne pas perdre de terrain. »

Reader a voulu se plaindre à Facebook, mais il a eu du mal à trouver un être humain à qui parler. De nombreuses sources contactées pour écrire cet article font part d’une expérience similaire. Après des mois sans réponse, Reader est finalement entré en contact avec un employé de Facebook qui lui a confié qu’il ne pouvait rien faire. « Facebook compte plus de deux milliards d’utilisateurs. Si vous êtes trop petits, vous n’êtes pas assez important pour que l’on fasse attention à vous. »

Le 11 octobre dernier, au moment de rentrer chez lui, Reader reçut un coup de fil des plus choquants. « Des gens m’ont appelé pour m’annoncer que Reverb n’était plus en ligne. Facebook avait effacé plus de 800 comptes et pages pour lutter contre le spam politique. » Et il n’était pas le seul. Près d’une centaine de petits éditeurs se sont fait virer de Facebook lors de ce qui a rapidement été surnommée « La Purge ». Si la suppression de comptes étrangers prétendument faux n’avait pas causé de remous, celle de comptes américains suivis par un grand nombre de personnes posait davantage de problèmes. Quelques jours plus tard, d’autres pages disparaissaient, ainsi que des fils Twitter. Certaines pages supprimées étaient pro-Trump. Nation in Distress avait par exemple prétendu qu’Obama déclarerait la loi martiale si Trump gagnait en 2016. D’autres, comme Reverb et Blue State Daily, soutenaient le parti démocrate. D’autres, comme le Free Thought Project et Anti-Media, étaient anti-guerre et méprisaient le gouvernement dans son intégralité. Le ciblage de ces sites pour éviter toute ingérence électorale semblait étrange, car ils étaient ouvertement désintéressés par les élections.

Reader a essayé d’accéder à ses sites. La page Facebook de Reverb n’était plus en ligne. Il en était de même pour son vieux blog Everlasting GOP Stoppers. Même America Against Trump et ses 225 000 fans avaient disparu. « Toutes mes années de travail ont été réduites à néant, » lâche Reader. Il avait été mis dans le même sac que les trolls russes. Il faisait désormais partie des sites qui publient des contenus « clickbait » pour attirer les internautes vers des articles débordant de publicités ciblées… Facebook étant lui-même conçu pour que les internautes consomment de la publicité en interne – douce ironie. « C’est une question d’argent, » déclare Reader. « Tout ce qui peut arriver ne doit arriver que sur Facebook. »

Après l’élection de Donald Trump en 2016, Facebook – et la Silicon Valley – étaient sous pression. Nombre de spécialistes craignaient que les fake news aient eu un impact destructeur, et qu’elles soient responsables tant du Brexit que de l’élection du Chapelier Fou. Des professeurs de journalisme aux sociologues, en passant par les anciens employés de Facebook, ils ont tous blâmé le réseau social pour l’augmentation des complots, des ingérences russes et des discours haineux. « Le fil d’actualités de Facebook optimise l’engagement, » a déclaré l’ancien concepteur Bobby Goodlatte. « …et les conneries, c’est très engageant. »

Nombre de politiciens ont commencé à réclamer une réglementation accrue, mais Facebook s’est moqué de l’idée qu’il était responsable de l’élection de Trump, ou de quoi que ce soit d’autre. Ses dirigeants ont insisté sur le fait qu’il s’agissait de « rassembler les gens« , et non d’éditer le contenu qu’ils pourraient poster. « Nous sommes un réseau social, pas un média, » a déclaré Mark Zuckerberg en 2016. Rassembler autant d’internautes que possible permet à Facebook de multiplier les annonces publicitaires. Restreindre la liberté d’expression signifierait restreindre le nombre de points de vue exprimés, et donc l’argent qui pourrait être généré par la fréquentation des publicités intégrées à Facebook.

En 2017, 45% des Américains s’informaient grâce à Facebook, ce qui en faisait de loin la plus grande source d’informations du pays. Le réseau social était maintenant en mesure d’offrir aux gouvernements (y compris celui des États-Unis) un marché en or : un contrôle accru sur la circulation des informations en échange d’une certaine liberté pour mener à bien leurs activités commerciales.


Collecte secrète de données, concurrence écrasée: ce que révèlent les documents confidentiels de Facebook

 

Le Parlement britannique a publié 250 pages de documents appartenant au premier réseau social mondial, au nom de «l’intérêt du public». Ils sont riches d’enseignements sur son exploitation des données et la façon dont il assure sa domination sur le marché.

La série noire continue pour Facebook. Après les révélations du scandale Cambridge Analytica, après s’être expliqué devant les Parlements américain et européen, après avoir subi un piratage informatique de grande ampleur et vu la légitimité de ses deux dirigeants, Mark Zuckerberg et Sheryl Sandberg, remise en question, le réseau social affronte une nouvelle épreuve. Mercredi, le Parlement britannique a publié en ligne 250 pages de documents confidentiels appartenant à l’entreprise américaine. Ces derniers ont été obtenus via le PDG d’une entreprise en conflit judiciaire avec le réseau social, la semaine dernière.

Une initiative exceptionnelle, assumée par les députés britanniques. «Je pense qu’il est dans l’intérêt du public de publier ces documents», assure Damian Collins, à la tête de la commission du Parlement britannique dédiée au Numérique, à la Culture, aux Médias et au Sport, et à l’origine de cette affaire. «Ils soulèvent des questions importantes sur la manière dont Facebook traite les données de ses utilisateurs, sa politique vis-à-vis des développeurs d’applications, et comment il assure sa domination sur le marché des réseaux sociaux. Nous n’avons pas obtenu de réponses claires de Facebook sur ces sujets importants. C’est pour cela que nous publions ces documents.»

Le Figaro fait le point sur les principaux enseignements de ces 250 pages, mélange de correspondance privée entre les dirigeants de Facebook et de détails sur le modèle économique du premier réseau social au monde.

Facebook ne voulait pas alerter ses utilisateurs qu’il collectait leurs données

On savait déjà que nos données personnelles étaient précieuses pour Facebook. Mais les documents publiés par le Parlement britannique révèlent jusqu’où le réseau social est capable d’aller pour les exploiter. Ainsi, des emails datant de février 2015 lèvent le voile sur les débats concernant une mise à jour de l’application Facebook pour Android, le système d’exploitation de Google. Cette dernière apportait une nouveauté technique: la collecte de l’historique de SMS et des appels du téléphone de l’utilisateur, à des fins de recommandations publicitaires. Cette fonctionnalité existe encore aujourd’hui. Par exemple, si une personne vous a récemment écrit, son compte vous est ensuite recommandé comme ami Facebook.

Problème: une mise à jour de cette importance provoque généralement l’apparition d’une fenêtre «pop-up» de la part d’Android, réclamant au propriétaire du smartphone d’autoriser cette nouvelle collecte de données avant de télécharger la dernière version d’une application. «Je pense que cette nouveauté a le risque de nous attirer une mauvaise presse», s’inquiétait l’un des dirigeants du réseau social, dans un email. D’autres messages montrent que Facebook a finalement trouvé une parade. La collecte des données a été menée à bien, mais sans provoquer l’apparition de la fameuse fenêtre, et donc attirant moins l’attention du grand public.

La réponse de Facebook: Dans une longue réponse à ces révélations, Facebook a précisé que cette collecte était «optionnelle», au choix de l’utilisateur, et que les données récupérées n’étaient stockées que pendant une année. «Passé ce délai, ces informations ne sont plus aussi utiles.» 


Certaines applications ont accès à plus de données que d’autres

Entre 2014 et 2015, Facebook a restreint l’accès aux développeurs d’applications à certaines données personnelles de ses utilisateurs. Il s’agit d’ailleurs de sa principale ligne de défense dans l’affaire Cambridge Analytica, une société britannique d’analyse de données, qui a exploité de manière frauduleuse les informations de 87 millions de comptes sur le réseau social: puisque ses règles ont été durcies, une affaire similaire ne pourrait en théorie plus se produire. Néanmoins, d’après les documents publiés par le Parlement britannique, la réalité est plus complexe.

Dans certains emails, on retrouve la trace d’échanges entre Facebook et plusieurs applications, qui se voient garantir un droit d’accès aux données personnelles des utilisateurs plus large que les autres. Ainsi, le site de rencontres Badoo s’est plaint, en septembre 2014, d’un changement l’empêchant de récolter des données sur les amis Facebook de ses utilisateurs. La réponse de Facebook: proposer à Badoo une nouvelle API (une interface permettant à une application d’accéder aux données d’une autre) permettant, contrairement aux autres, de continuer à accéder à des informations portant sur la liste de contact des utilisateurs Facebook créant un compte sur Badoo. Cette API n’était accessible qu’aux membres d’une mystérieuse «liste blanche», comprenant Badoo et Bumble, une autre application de rencontres.

La réponse de Facebook: «Dans certaines situations, nous avons autorisé à des développeurs d’accéder au nom, prénom et à la photo de profil de vos amis Facebook. Les listes blanches sont une pratique banale pour tester des nouvelles fonctionnalités avec des partenaires.»

● Facebook empêche des rivaux d’accéder aux informations de ses utilisateurs

Dans d’autres cas, Facebook se montre au contraire peu enclin à partager les données de ses utilisateurs. Surtout quand il s’agit d’entreprises rivales sur le marché des réseaux sociaux. Ainsi, Vine, une plateforme de microvidéos, propriété de Twitter, a subi le couperet. «Ils utilisent nos outils pour que leurs utilisateurs puissent chercher leurs amis Facebook sur Vine. Si personne n’y voit d’inconvénients, nous allons les empêcher d’accéder à cette API à partir d’aujourd’hui», écrit Justin Osofsky, l’un des vice-présidents de Facebook. Réponse lapidaire de Mark Zuckerberg: «pas de problème.» Un mois plus tard, Instagram, l’application de Facebook, lançait son propre outil de microvidéos.

La réponse de Facebook: quelques heures avant la publication de ces documents, Facebook a justement levé sa politique interdisant à ses applications partenaires (utilisant ses API) de copier «une fonctionnalité que Facebook propose déjà». Une règle assez ironique, sachant que le réseau social copie lui-même régulièrement ses concurrents.

● Une application présentée comme protectrice de la vie privée servait en fait à collecter des données

 

Ce n’est pas la première fois que le nom d’«Onavo» provoque une polémique pour Facebook. Cette société israélienne, spécialisée dans l’analyse de données, a été rachetée par le réseau social en 2013. Il a ensuite proposé à ses utilisateurs l’une de ses applications, Onavo Project. Elle était présentée comme un VPN, un virtual private network. Son rôle était en théorie de permettre aux utilisateurs de naviguer anonymement sur Internet. Problème: l’application collectait aussi des données sur l’utilisation du smartphone et la manière dont les internautes naviguaient sur d’autres services, notamment chez les concurrents de Facebook.

Dans les documents publiés par le Parlement britannique, on peut consulter de nombreux graphiques issus de cette collecte de données, portant sur plusieurs applications qui intéressaient Facebook. C’est notamment le cas de WhatsApp, que le réseau social finira par racheter en 2014.

La réponse de Facebook: la polémique autour d’Onavo n’est pas nouvelle. L’application a déjà été retirée de l’App Store d’Apple cet été pour avoir enfreint ses règles sur la vie privée. «Les utilisateurs d’Onavo ont toujours le choix de régler leurs paramètres pour que leurs données ne soient pas utilisées à autre chose qu’à améliorer le service d’Onavo», précise simplement Facebook, qui assume utiliser cet outil «et d’autres» pour mieux comprendre le marché des applications mobiles.

 

 

Les risques d’une chute brutale de l’économie mondiale s’accumulent

L’économie mondiale a entrepris une décélération qui pourrait se révéler « plus brutale que prévu », notamment si l’escalade des sanctions commerciales se poursuit, met en garde l’OCDE.

Voyant grossir les risques de dérapage de l’économie mondiale, l’OCDE se montre de plus en plus préoccupée par les niveaux où se trouvent encore les taux d’intérêt des banques centrales (trop bas) et les déficits des gouvernements (trop élevés).

Encore forte, la croissance économique mondiale a toutefois probablement « atteint son point culminant » et cherchera désormais une façon de revenir à un rythme « certes plus modeste, mais durable », a rapporté mercredi l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) lors de la mise à jour de ses perspectives économiques. Bien que l’économie mondiale semble en voie de réaliser cet « atterrissage en douceur », les risques d’un retour sur terre plus violent « sont suffisamment importants pour être considérés comme alarmants et nous inciter à nous préparer à affronter les éventuels orages à venir », a expliqué sa chef économiste, Laurence Boone.

Désastreuse guerre commerciale

Au premier rang des facteurs de risques qui pourraient tout faire capoter, l’OCDE évoque l’impact sur les échanges et l’investissement d’une recrudescence des tensions commerciales ainsi que du climat d’incertitude qui en découle. Entre autres facteurs, on cite aussi le relèvement des taux d’intérêt par les banques centrales, les difficiles négociations du Brexit et l’augmentation de la tension politique au Moyen-Orient et au Venezuela.

Sur le front commercial, les seuls tarifs douaniers imposés par Donald Trump sur les importations chinoises et les représailles chinoises ont déjà causé une réduction de 0,4 % des échanges mondiaux, une diminution de la croissance économique de 0,2 % à 0,3 % dans les deux pays et devraient amener une hausse des prix à la consommation de 0,2 point de pourcentage aux États-Unis à partir de l’an prochain, estime l’OCDE. S’il fallait que le président américain passe de la parole aux actes et inflige une taxe de 25 % sur l’ensemble des produits chinois et que Pékin réponde par une taxe équivalente sur tous ses produits américains importés, le commerce mondial reculerait de 1,75 % et l’économie mondiale de 0,5 %, les économies américaine et chinoise perdraient respectivement 0,8 % et 1 % et les prix à la consommation augmenteraient de presque 1 %.

« Les conflits commerciaux et l’incertitude politique accentuent les difficultés auxquelles sont confrontés les gouvernements tandis qu’ils s’emploient à préserver une croissance économique forte, durable et inclusive », a martelé le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría.

Son organisation n’a pas manqué de déplorer également le fait que l’exceptionnelle période de croissance des dernières années a essentiellement profité à une minorité de la population plus mobile et qualifiée et que les inégalités de revenus ont continué de se creuser. « Ces inégalités, l’absence de mobilité intergénérationnelle, menacent la croissance et alimentent le rejet de la mondialisation », a rappelé Laurence Boone.

 

Message à Bill Morneau

Pour le moment, l’OCDE se contente de réviser à la baisse les dernières prévisions de croissance de l’économie mondiale qu’elle faisait en mai, de 3,8 % à 3,7 % pour cette année et de 3,9 % à 3,5 % l’an prochain. Paradoxalement, les chiffres pour les États-Unis et la Chine restent pratiquement inchangés, à 2,9 % cette année et 2,7 % l’an prochain (plutôt que 2,8 %) pour les premiers et à 6,6 % (6,7 %) cette année et 6,3 % (6,4 %) l’an prochain pour l’autre.

Le Canada, de son côté, reste au même point avec des prévisions de croissance de 2,1 % pour cette année, de 2,2 % pour 2019 et de 1,9 % en 2020, sous l’effet notamment d’un inévitable ralentissement de la création d’emploi et, par conséquent, de la consommation, mais sous le coup aussi de l’essoufflement attendu de la croissance américaine (2,1 % en 2020).

Voyant grossir les risques de dérapage de l’économie mondiale, l’OCDE se montre de plus en plus préoccupée par les niveaux où se trouvent encore les taux d’intérêt des banques centrales (trop bas) et les déficits des gouvernements (trop élevés) dix ans après le début de la dernière récession et alors qu’il se peut que les événements les amènent à intervenir de nouveau pour stimuler l’économie.

Le Canada ne fait pas exception. Au moment même où le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, s’apprêtait à présenter une mise à jour économique qui ne comprenait toujours pas de date de retour au déficit zéro, l’OCDE lui suggérait, dans son rapport, qu’à « ce stade avancé du cycle conjoncturel, un assainissement budgétaire plus marqué serait indiqué, car il permettrait d’alléger le fardeau pesant sur la politique monétaire et de disposer d’une marge de manoeuvre budgétaire plus ample pour soutenir l’activité économique dans l’hypothèse où elle subirait un fléchissement ».