La Gigantesque Arnaque du COVID-19: Le plus grand Nuremberg de tous les temps se prépare…vidéo et article

Aujourd’hui, c’est un deuxième tribunal de Nuremberg qui se prépare, avec la mise en place d’une « Class Action » sous l’égide de milliers d’avocats mondiaux derrière l’avocat américano-allemand Reiner Fuellmich qui poursuit les responsables du scandale du Covid-19 instrumentalisé par le Forum de Davos. À ce sujet, il est utile de rappeler que Reiner Fuellmich est l’avocat qui a réussi à condamner le géant de l’automobile Volkswagen dans l’affaire des pots catalytiques trafiqués. Et c’est ce même avocat qui a réussi à condamner la Deutsche Bank comme entreprise criminelle.

http://

Selon Reiner Fuellmich, toutes les fraudes des entreprises allemandes sont dérisoires comparées aux dommages que la crise du Covid-19 a causés et continue de causer. Cette crise du Covid-19 doit être rebaptisée « Scandale du Covid-19 » et tous les responsables doivent être poursuivis pour dommages civils pour cause de manipulations et de protocoles de tests falsifiés. C’est pourquoi, un réseau international d’avocats d’affaires plaidera la plus grande affaire de délits civils de tous les temps, le scandale de la fraude Covid-19 qui s’est entretemps transformé en plus grand crime contre l’humanité jamais commis. Une commission d’enquête Covid-19 a été ouverte à l’initiative d’un collectif d’avocats allemands dans le but de faire un recours collectif au niveau international en utilisant le droit anglo-saxon.

Voici la traduction résumée de la dernière communication du Dr Fuellmich du 15/02/2021

« Les auditions d’une centaine de scientifiques, médecins, économistes, juristes de renommée internationale qui ont été menées par la commission d’enquête berlinoise sur l’affaire Covid-19 depuis le 10/07/2020, ont entre-temps montré avec une probabilité proche de la certitude que le scandale du Covid-19 n’était à aucun moment une affaire de santé. Il s’agissait plutôt de bétonner le pouvoir – illégitime, car obtenu par des méthodes criminelles – de la « clique de Davos » corrompue, en transférant la richesse des populations aux membres de la clique de Davos, en détruisant, entre autres, les petites et moyennes entreprises en particulier. Des plateformes comme Amazon, Google, Uber, etc. pourraient ainsi s’approprier leurs parts de marché et leurs richesses ».

État d’avancement de l’enquête du Comité Covid-19 :
  • a. Le Covid-19 comme tactique de diversion par les « élites » corporatistes et politiques dans le but de déplacer les parts de marché et la richesse des petites et moyennes entreprises vers des plateformes mondiales telles qu’Amazon, Google, Uber, etc.
  • b. Contribution de la taxe sur l’audiovisuel en vue de la reconstruction d’un nouveau paysage médiatique qui offre une véritable information indépendante
  • c. Sécurisation des structures agricoles régionales
  • d. Sécurisation d’une monnaie régionale pour éviter qu’une nouvelle monnaie ne vienne « d’en haut » pour être allouée en cas de bonne conduite
  • e. Considérations psychologiques de la situation : comment en est-on arrivé là ?

Recours en annulation de l’approbation d’une vaccination, déposé contre la Commission européenne, procès à New York du statut des tests PCR, procès allemands, procès canadiens, procès australiens, procès autrichiens, procès à la Cour de Justice Internationale et à la Cour Européenne des Droits de l’Homme.


VIDÉO IMPORTANTE SÉCURISÉE SUR NOTRE SITE


« Nous avons constaté ce qui a été confirmé à maintes reprises : la dangerosité du virus est à peu près la même que celle de la grippe saisonnière, indépendamment qu’il s’agisse d’un nouveau virus (entièrement ou partiellement fabriqué) ou que nous ayons simplement affaire à une grippe rebaptisée « pandémie Covid-19 ». En attendant, les tests PCR de Drosten ne sont même pas capables de nous dire quoi que ce soit sur les infections contagieuses. Pour aggraver les choses, les dommages sanitaires et économiques causés par les mesures anticovid ont été si dévastateurs qu’il faut parler d’un niveau de destruction historiquement unique ».

« Le fait qu’il n’ait jamais été question de santé est particulièrement évident, sinon que les injections de substances génétiquement expérimentales déguisées en « vaccination » causent maintenant de graves dommages, y compris des conséquences fatales, à une échelle de masse. La population mondiale a servi de cobaye à ces injections expérimentales de gènes à la fois progressivement et extrêmement rapidement. Afin de plonger la population dans la panique, des mesures de confinement dangereuses et nocives (même selon l’OMS) de port du masque obligatoire, inutile et dangereux, et de distanciation sociale, inutile et contre-productive, ont été introduites. La population était ainsi « prête » pour les injections ».

« En attendant, de plus en plus de personnes, et pas seulement des avocats – à juste titre – exigent, outre l’arrêt immédiat de ces mesures meurtrières, un contrôle juridictionnel par un tribunal international véritablement indépendant, sur le modèle des procès de Nuremberg. Un exemple de demande de ce type et un extrait émouvant d’une allocution du médecin anglais Dr Vernon Coleman peut être trouvé dans le lien suivant : https://youtu.be/T3DNV7v5i74.

En outre, une interview d’un lanceur d’alerte d’une maison de retraite berlinoise, témoigne que sur 31 personnes vaccinées là-bas, dont certaines par la force, en présence de soldats de la Bundeswehr, et dont le test était négatif avant la vaccination, 8 sont maintenant décédées et 11 sont sujettes à de graves effets secondaires ».1

Réunion extraordinaire du Comité Covid de Berlin mercredi 17/02/2021

« Dans ce contexte, une réunion extraordinaire du Comité Covid de Berlin aura lieu le mercredi 17/02/2021 en direct et avec de nombreux invités qui y participeront via Zoom.

À partir de 14 heures, l’état des lieux sera résumé. En outre, il sera question de la manière dont les contributions de la taxe sur la redevance audiovisuelle peuvent être conservées et utilisées pour la reconstruction d’un nouveau paysage médiatique qui serve réellement la liberté d’expression, et comment les contributions déjà versées pour la propagande insensée des 11 derniers mois peuvent être récupérées par le biais d’une mise en demeure.

Il y aura des contributions et des discussions sur la manière dont l’approvisionnement alimentaire peut être assuré, en particulier en renforçant l’agriculture régionale ; mais aussi en créant des monnaies régionales, si nécessaire avec le retour de l’UE à la CEE, sur la manière dont on peut s’assurer que la politique de la « clique de Davos », basée sur l’impression de monnaie à partir de rien, peut être arrêtée et qu’un retour à des monnaies stables peut être réalisé.

Mais surtout, des experts nous expliqueront comment il a pu arriver que nous nous retrouvions dans cette situation de chantage inimaginable il y a encore un an.

Dans la deuxième partie de la session, qui débutera à 19 h, des personnalités de renommée mondiale et de haut niveau commenteront l’état des litiges juridiques internationaux en cours, y compris les différentes actions collectives, comme résumé ci-dessus. Mais il sera également question de la manière dont les principaux responsables, en particulier politiques, des crimes contre l’humanité commis ici peuvent et doivent être tenus pour responsables en droit civil et pénal dans le cadre d’une nouvelle Cour internationale de justice qui sera créée conformément aux directives des procès de Nuremberg avec une distribution internationale ».

Le lien vers la session spéciale du Comité Covid annoncée ici sera disponible le 17/02/2021 via le site web du Comité.2

Commentaire :

Pour bien comprendre ce qui est en train de se jouer avec ce nouveau tribunal de Nuremberg pour juger la plus grande affaire de délits civils de tous les temps, c’est en tirant sur le fil du mensonge du Dr Drosten pour avoir faussé le protocole des tests PCR pour le compte de la clique de Davos, que tout va venir avec : les commanditaires de l’oligarchie financière, Klaus Schwab, le grand architecte de cette gigantesque prise d’otages, les politiques à la tête de l’UE, bras armé de l’exécution des directives de Drosten et de l’OMS qui ont amené tous les gouvernements occidentaux à prendre hier les décisions ravageuses de confinement, de couvre-feu, de port du masque obligatoire et de distanciation sociale et aujourd’hui de vaccins mortifères pour les plus âgés d’entre nous.

« Ce sont ces vérités qui feront tomber les masques des responsables des crimes commis. Aux politiciens qui ont eu foi dans ces personnages corrompus », dit le Dr Fuellmich, « Les faits présentés ici sont la bouée de sauvetage susceptible de les aider à rectifier le tir et à entamer le débat scientifique tant attendu du public, afin d’éviter de couler en même temps que ces charlatans criminels ».

Ensuite, à la lumière de cette dernière communication du Dr Fuellmich, deux propositions de la réunion extraordinaire du Comité Covid de Berlin retiennent l’attention :

  • Tout d’abord la manière dont l’approvisionnement alimentaire peut être assuré, ce qui apparaît quelque peu surréaliste eu égard à la situation d’aujourd’hui. Si l’on se réfère au planning du Forum de Davos de Klaus Schwab, il n’en est rien. Celui-ci a bel et bien prévu une rupture de la chaîne alimentaire dès la fin du second semestre 2021.3
  • Ensuite, la création de monnaies régionales. Là, il est clair que le Comité Covid de Berlin anticipe déjà le krach boursier mondial qui s’annonce et dont l’oligarchie financière du Forum de Davos à la manœuvre compte bien profiter pour mettre en place la monnaie numérique européenne dans l’attente d’une monnaie mondiale pour créer un crédit social à la chinoise dont deviendra dépendante la classe moyenne de tous les peuples ruinés par la fermeture de leurs commerces, PMI-PME, industries culturelles et touristiques, équipements sportifs, etc.

Rien que ces deux aspects de la prise d’otage 2.0 dont le monde occidental est victime depuis bientôt un an devraient en toute logique être suffisamment motivants pour nous faire comprendre définitivement que nous sommes face à un « populicide » qui ne demande qu’à nous broyer si nous restons inertes, les bras ballants sans rien faire.

C’est pourquoi il convient à chacun d’entre nous de tout mettre en œuvre dès maintenant afin que cette coalition juridique internationale puisse être opérationnelle le plus tôt possible. Pour ce faire, que toutes celles et tous ceux d’entre nous qui souhaitent rejoindre l’action collective des avocats français pour participer à cette reconquête de nos libertés se mettent déjà en contact d’ici le 21 février avec l’action collective4. Notre survie est à ce prix ainsi que l’avenir de nos enfants.

Source : https://nouveau-monde.ca/fr/

  1. 2020news.de/whistleblower-aus-berliner-altenheim-das-schreckliche-sterben-nach-der-impfung/
  2. corona-committee.com
  3. nouveau-monde.ca/fr/la-quatrieme-phase-de-schwab/
  4. francesoir.fr/opinions-entretiens/interview-me-virginie-de-araujo-recchia-avocate-au-barreau- de-paris

EN COMPLÉMENTAIRE

Israël : Le vaccin Pfizer a tué 40 fois plus de personnes que le Covid et 260 fois plus chez les jeunes !

Posted: 18 Feb 2021 10:07 AM PST

Alors là les Amis, c’est une BOMBE !
D’après des études, dans le pays le plus vacciné, Israël, uniquement avec le Pfizer, montrent que ce vaccin a tué 40 fois plus de personnes que le Covid lui-même ! et 260 fois chez les plus jeunes

 

!! https://t.co/s7sOLTeZGh pic.twitter.com/8L9m9TtRku

— SILVANO (@silvano_trotta) February 16, 2021

Covid 19 : l’histoire sans fin

En lisant la presse nationale et régionale on constate que cette « épidémie » de Covid 19 est due à un virus intelligent, qui mute sans cesse et défie les lois de la médecine et le savoir des épidémiologistes.
Son pouvoir mutagène a complètement déboussolé le ministère de la santé qui avoue être totalement dépassé.
Ce « smart » virus est un mutant digne de figurer dans les films de super héros de Marvel. Son histoire ressemble à un film hollywoodien adapté d’un roman de Stephen King, auteur à succés de livres fantastiques.
Pour illustrer nos propos, le Covid est utilisé dans une histoire similaire au film « Un jour sans fin ». Phil Connors, un cynique et misanthrope présentateur météo chargé de couvrir le traditionnel jour de la marmotte à Punxsutawney, petite ville de Pennsylvanie, se retrouve bloqué dans une boucle temporelle le forçant à revivre indéfiniment cette journée du 2 février.

  • « Un nouveau variant, le quatrième, a été découvert par des chercheurs de l’université d’Edimbourg, en Ecosse. Il s’agirait d’une version du virus assez semblable aux variants sud-africain et brésilien, plus résistante par conséquent aux vaccins développés à l’heure actuelle. Des cas seraient notamment apparus en France. De quoi inquiéter les autorités. »
    Dépêche du Midi

Pour remettre l’église au centre du village, il faut préciser que le langage des médecins journalistes et de la presse en général utilisent mal les terminologies pour qualifier les étapes de dépistage, d’infection et de contagion.

  • 1 les gens qui sont testés sont positifs ou négatif au virus et non au Covid 19.
  • 2 être positif ne signifie pas être atteint de la maladie qui s’appelle Covid 19, mais posséder en soi le virus qui est dépourvue de la glycoprotéine spike qui permet de rendre possible l’infection d’une cellule. On parle alors de cas asymptomatiques qui ne peuvent pas transmettre le virus a qui que ce soit puisqu’ils ne sont pas infectieux ni contagieux, ils sont dépourvus de signes cliniques comme la fièvre, la toux et la fatigue avec perte de goût et d’odorat. On est porteur sain.
  • 3 Si le cas est positif avec les signes cliniques de la maladie, on parle d’atteinte du Covid 19.

Au lieu de valoriser le vaccin qui est inefficace, il serait temps d’utiliser les traitements proposés par le Dr  Raoult avec Hydroxychloroquine et l’ivermectine qui soigne avec succés l’Inde, une des populations les plus dense au monde qui n’a ni confiné ni vacciné.
Ces vieux médicaments agissent principalement sur la glycoprotéine Spike qui une fois séparée du virus, rend la personne saine et non contagieuse, et n’impose pas de fermer une économie à la dérive.


OPÉRATION LAVAGE DE CERVEAU POUR ENFANTS

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


SUPPORTEZ MICHELDUCHAINE.COM EN VISITANT ET EN PARTAGEANT VINTAGE par MICHEL

Vintage par Michel

 

 

 

L’Amérique est en train de disparaître

Pendant des années j’ai fait l’inventaire du déclin d’une Amérique en voie d’effondrement, non seulement le déclin économique, du fait de la concentration ainsi que de la délocalisation des emplois et des investissements, mais également l’effondrement du système de croyances qui unifiait une population diverse. Aujourd’hui, non seulement l’économie est fichue, mais c’est aussi le cas du système de croyances qui étayait l’ordre social et politique.

L’Amérique n’existe plus. Il existe une entité géographique où vivent des populations différentes avec des intérêts différents, mais ce n’est plus un pays, encore moins une nation. Les États-Unis ont dégénéré en empire. Il ne s’agit plus d’un pays avec son empire. Les cinquante états sont eux-mêmes l’empire de l’« Establishment », et seule la force peut les maintenir ensemble. J’ai connu une époque où la liberté d’expression fut utilisée par les libéraux pour légaliser la pornographie, le mariage homosexuel et l’avortement, toutes choses auxquelles s’opposait la majorité de la population. Cela n’a pas empêché les libéraux d’imposer leurs agendas au peuple.

Aujourd’hui, la liberté d’expression est inadmissible parce qu’elle peut permettre de contester une élection présidentielle qu’une moitié de la population pense sincèrement avoir été volée. Même les avocats et les cabinets juridiques qui ont présenté à leurs clients des cas avérés de fraude électorale, sont sanctionnés pour avoir fait ce que font normalement les avocats. La même chose est arrivée à des professeurs d’université et à des Américains ordinaires qui ont exercé leur droit constitutionnel à la liberté d’expression et d’association et ont participé au rassemblement de soutien à Trump.

Aujourd’hui en Amérique, l’exercice de la liberté d’expression est étroitement contrôlé. On peut l’utiliser pour diaboliser Trump et ses partisans comme « ennemis de la démocratie ». On peut l’utiliser pour diaboliser les Blancs comme « racistes systémiques » et « suprémacistes blancs », également pour diaboliser les hommes blancs hétérosexuels comme « misogynes ». Son autre usage c’est la diabolisation de pays comme la Russie, la Chine, l’Iran, qui font obstacle à l’hégémonie de Washington. Il n’y a pas d’autres usages légitimes de la liberté d’expression aujourd’hui aux États-Unis, une appellation bien inappropriée pour un pays qui a été entièrement désuni par la « politique identitaire » [ « identity politics »] et par une élection présidentielle perçue par beaucoup d’électeurs comme ayant été volée. J’ai fourni à mes lecteurs un abondant, quoique partiel, ensemble de preuves du vol de l’élection.

Une simple question suffira : si l’élection ne fut pas volée, pourquoi est-il inadmissible de poser la question ? Des explications qui ne peuvent être l’objet d’une enquête ni d’un débat public, sont très probablement fausses. La raison pour laquelle elles ne peuvent être l’objet d’une enquête, c’est qu’elles ne peuvent résister au moindre examen. Vous n’avez pas à remonter loin dans le temps pour en obtenir une longue liste : les assassinats de John Kennedy, de Robert Kennedy et de Martin Luther King, Waco, la bombe d’Oklahoma City, le 11 septembre, les armes de destruction massive de Saddam Hussein, les bombes nucléaires de l’Iran, l’utilisation d’armes chimiques par Assad, l’invasion russe en Ukraine, le « Russiagate », la fraude électorale de 2020, l’insurrection de Trump le 6 janvier. Certes, j’en ai laissé de côté, mais cela ne nuit pas à la démonstration. Un pays dans lequel les explications sont contrôlées est un pays dont le peuple vit dans le mensonge.

En Amérique et dans le monde occidental en général, le concept de vérité objective a été détruit pour l’essentiel, en particulier dans les institutions éducatives et de communication. Partout dans le monde occidental, le fondement de la vérité est passé de la preuve à l’émotion. L’émotion est devenue l’évidence majeure. La vérité objective est disqualifiée comme étant une construction au service des hommes blancs.

Aujourd’hui en Amérique tout est ordonné contre la population blanche hétérosexuelle. La gauche Démocrate, les universités et les médias se rangent du côté des races et des genres, victimes du prétendu racisme et de la supposée « transphobie » des Blancs. Kristen Clarke a été nommée au Ministère de la Justice (sic) pour bien s’assurer que les politiques de l’emploi et de la promotion s’alignent sur les victimes, du fait de leur race ou de leur genre.

La politique de l’immigration s’établit contre les Américains blancs. Sans pouvoir en tant que majorité, les Américains blancs n’auront pas d’avenir lorsqu’ils seront minoritaires.  Même si les Américains blancs pouvaient sortir de leur insouciance et se rendre compte qu’on leur enlève leur pays, ils n’ont pas le pouvoir d’y remédier. Avec la nouvelle loi en préparation sur le « terrorisme intérieur », la simple protestation contre la dépossession devient un crime de sédition.

Nous pourrions examiner beaucoup d’autres aspects intéressants de notre situation. N’en considérons qu’un seul. Le gouvernement Biden semble rempli de néoconservateurs sionistes, qui sont les agents de l’hégémonie de Washington et d’Israël. La recherche de cette hégémonie, entraînera un conflit avec la Russie, la Chine et l’Iran.

Washington va entrer dans ces conflits avec une économie délabrée et une population profondément divisée. Ceux qui constituent la véritable colonne vertébrale des forces armées américaines – les « Déplorables  de Trump » – vont-ils se battre pour un Establishment qui les hait viscéralement ? Est-ce qu’une économie qui s’enfonce dans la dette et que les grandes firmes détruisent en délocalisant leurs investissements et les emplois de la classe moyenne américaine, destruction aggravée par les mesures de confinement qui anéantissent les derniers éléments de la classe moyenne – les petites entreprises – sera capable de soutenir un conflit avec des nations plus unies et qui n’ont pas de dette extérieure ni de dette intérieure insurmontable ? Si oui, ce serait une première dans l’Histoire.

 

 

 

Combien de temps les « Déplorables de Trump » resteront-ils obéissants quand ils s’apercevront qu’on les extermine en les privant de droits égaux, de protection constitutionnelle, d’emploi et de possibilité de réussite ?

Quant à l’ « Establishment » lui-même, quand donc son arrogance et son assurance seront-elles ébranlées, lorsqu’il s’apercevra qu’il ne peut pas contrôler les idéologues anti-Blancs et anti-Américains qu’il a suscités et qu’il se trouve lui-même confronté à la situation dans laquelle se trouvèrent Kerensky, les Chemises Brunes et le Parti Communiste chinois lorsque Mao déclencha la «révolution culturelle» ? L’ « Establishment » sera lui-même détruit par la haine qu’il a alimentée et laissée sortir de la lampe.

A qui en appellera l’ « Establishment » lorsque la révolution se retournera contre lui ? Que répondra-t-il lorsqu’on lui posera la question que les Bolcheviks posèrent à Kerensky : « Qui t’a choisi ? ».

Le Cabinet BIDEN compte plus de Juifs que de goys, La Maison Blanche devrait s’appeler maintenant LA SYNAGOGUE, un autre indice de la dégénérescence américaine :

LES JUIFS MONSTRUEUSEMENT SUR REPRÉSENTÉS
DANS LE CABINET BIDEN
1% de la POPULATION > 50% du CABINET

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID-19:complot COVID…à méditer!

Si nous étions confrontés à une épidémie digne de ce nom, nous n’aurions pas besoin de voir les infos pour le savoir.
Nous aurions chaque jour autour de nous des personnes gravement touchées, en train de mourir.

 


On n’échangerait pas 2 mots sans se dire « t’as vu, la mère de machin est en réa ! »
Mon voisin est mort et maintenant c’est sa femme qui est hospitalisée !
J’ai vu les pompiers emmener la voisine du dessus : Covid-19 ! Du coup ils désinfectent tout l’immeuble.
Mon cousin est mal en point ! Mon patron est mort. Le prof de ma fille a été transféré chez Raoult. La petite amie de mon fils est dans le coma depuis 15j » etc etc etc…
Ce serait ça à longueur de temps, pour chacun d’entre nous, et la peur serait légitime.
Mais si vous enlevez toutes les chaînes d’infos, radio, télé, réseaux… Il resterait quoi à propos du Covid-19 dans votre vie de tous les jours ? Vous rendriez-vous seulement compte qu’il y a un virus de plus ?
Vous auriez peut-être eu un voisin ou une tante morts d’une maladie en réa ou en EPHAD comme il en meurt chaque jour.
C’est pas ça une pandémie !

 

…du crétinisme systémique!

Le choléra, la peste noire étaient des pandémies.
C’est ça la pandémie qui vous terrifie au point d’accepter toutes ces mesures qui vous empêchent de continuer à vivre, danser, embrasser, sortir, aimer ?
Qui sont en train de plonger des gens, des familles dans la précarité, de faire couler des petits commerçants, de faire mourir vos parents de solitude, de plonger des millions d’êtres humains sur la planète dans la psychose ?
De nous dresser un peu plus chaque jour les uns contre les autres ?
Alors oui. Des gens sont morts. Et il y en aura encore. Comme il y en a tous les jours. De ça ou d’autre chose. Mais pas plus de ça que d’autre chose. Plutôt moins d’ailleurs. Beaucoup moins de morts de ça que d’autre chose.
Donc non ! C’est pas ça une pandémie !
Du moins une pandémie qui justifie qu’on paralyse toute une population !
Elle est devenu un outil du pouvoir en place.
Et ils vont l’utiliser autant que possible pour faire passer leurs lois, pour justifier une crise économique, pour finir la destruction de notre système de santé, et accepter de gré ou de force le vaccin, etc..
A méditer …


NOTRE NOUVELLE BOUTIQUE

Suite à la généralisation de la censure  par les médias,plus que jamais nous avons besoin de votre soutient pour continuer à vous donner de « vraies infos »!

Aussi,plutôt que de simplement vous demander de l’aide,nous avons pensé vous offrir des objets réels que vous pourrez acheter pour vous souvenir de moi,le donner à vos chers,l’ajouter à vos collections personnelles,etc

Il y aura toujours un attrait pour tout ce qui est vintage,alors comme je suis un nostalgique,je vous offre mes possessions par le biais de « Vintage par Michel sur Etsy!

Il y aura toujours quelque chose de nouveau…aussi rien ne vous empêche de faire des suggestions!

Merci de nous supporter,

votre humble serviteur Michel Duchaine qui vous ouvre les porte de 

Vintage par Michel

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID-19:Effets des masques sur le cerveau : « La privation d’oxygène provoque des dommages neurologiques irréversibles »

 

« La ré-inhalation de l’air que nous respirons va incontestablement générer un déficit en oxygène et une saturation en dioxyde de carbone. Nous savons que le cerveau humain est très sensible à la privation d’oxygène. Il y a des cellules nerveuses, par exemple dans l’hippocampe, qui ne peuvent pas rester plus de 3 minutes sans oxygène – elles ne peuvent pas survivre.

« Les symptômes d’alerte aigus sont les maux de tête, la somnolence, les vertiges, les problèmes de concentration, le ralentissement du temps de réaction – qui sont des réactions du système cognitif.

« Cependant, lorsque vous souffrez d’une privation chronique d’oxygène, tous ces symptômes disparaissent, car vous vous y habituez. Mais votre fonctionnement demeure altéré, et la sous-alimentation en oxygène de votre cerveau continue de progresser.

« Nous savons que les maladies neurodégénératives mettent des années, voire des décennies, à se développer. Si aujourd’hui, vous oubliez votre numéro de téléphone, cela indique que le processus de dégradation de votre cerveau a démarré il y a 20 ou 30 ans.
« Vous pensez peut-être que vous vous êtes habitué à porter un masque et à inspirer l’air que vous venez d’expirer, mais il n’en reste pas moins que les processus dégénératifs dans votre cerveau s’amplifient à mesure que votre privation d’oxygène se poursuit.

« Le deuxième problème est que les cellules nerveuses de votre cerveau sont incapables de se diviser normalement. Ainsi, au cas où nos gouvernements seraient assez généreux pour nous autoriser à enlever nos masques et à respirer à nouveau librement de l’oxygène dans quelques mois, les cellules nerveuses perdues ne seront plus régénérées. Ce qui est perdu est perdu.

« Je ne porte pas de masque, j’ai besoin de mon cerveau pour réfléchir. Je veux avoir les idées claires quand je m’occupe de mes patients, et ne pas être anesthésiée au dioxyde de carbone.
« Il n’existe pas d’exemption médicale infondée pour les masques faciaux, car la privation d’oxygène est dangereuse pour chaque cerveau. Chaque être humain doit pouvoir décider librement s’il veut porter un masque absolument inefficace pour se protéger contre un virus.
« Pour les enfants et les adolescents, les masques sont un interdit absolu. Les enfants et les adolescents ont un système immunitaire extrêmement actif et adaptatif, et ils ont besoin d’une interaction constante avec le microbiome de la Terre. Leur cerveau est également incroyablement actif, car il a beaucoup à apprendre. Le cerveau de l’enfant, ou de l’adolescent, a soif d’oxygène.
Plus l’organe est métaboliquement actif, plus il a besoin d’oxygène. Chez les enfants et les adolescents, chaque organe est métaboliquement actif.

« Priver le cerveau d’un enfant ou d’un adolescent d’oxygène, ou le restreindre de quelque manière que ce soit, est non seulement dangereux pour sa santé, mais aussi absolument criminel.
Le manque d’oxygène inhibe le développement du cerveau, et les dommages qui en résultent ne peuvent pas être réparés.

« L’enfant a besoin du cerveau pour apprendre, et le cerveau a besoin d’oxygène pour fonctionner.
Nous n’avons pas besoin d’étude clinique pour le savoir. C’est un fait physiologique simple et incontestable. Un manque d’oxygène provoqué consciemment et délibérément est un danger absolu pour la santé, et une contre-indication médicale absolue.

« En médecine, une contre-indication médicale absolue signifie que ce médicament, cette thérapie, cette méthode ou mesure ne doit pas être utilisé, et n’est pas autorisé à être utilisé. Pour contraindre par la force toute une population à utiliser une contre-indication médicale absolue, il faut qu’il y ait des raisons précises et sérieuses à cela, et ces raisons doivent être présentées à des organismes interdisciplinaires et indépendants compétents, pour être vérifiées et autorisées.
« Lorsque, dans dix ans, la démence augmentera de manière exponentielle et que les jeunes générations ne pourront pas atteindre leur potentiel inné, cela ne servira à rien de dire que « nous n’avions pas besoin des masques ».

« Comment un vétérinaire, un distributeur de logiciels, un homme d’affaires, un constructeur de voitures électriques et un physicien peuvent-ils décider des questions concernant la santé d’une population entière ? S’il vous plaît, chers collègues, nous devons tous nous réveiller.
« Je sais à quel point le manque d’oxygène est dommageable pour le cerveau, les cardiologues savent à quel point il est dommageable pour le cœur, les pneumologues savent à quel point il est dommageable pour les poumons. La privation d’oxygène endommage tous les organes.
« Où sont nos services de santé, notre assurance maladie, nos associations médicales ? Il aurait été de leur devoir de s’opposer avec véhémence au confinement et d’y mettre fin – dès le début.

« Pourquoi les autorités médicales infligent-elles des sanctions aux médecins qui accordent des exemptions aux gens ? La personne ou le médecin doivent-ils sérieusement prouver que la privation d’oxygène est nocif pour tous ? Quel genre de médecine nos médecins et nos associations médicales représentent-ils ?
« Qui est responsable de ce crime ? Ceux qui veulent le faire appliquer ? Ceux qui le laissent se produire et jouent le jeu, ou ceux qui ne l’empêchent pas ?
« Il ne s’agit pas de masques, ni de virus, et certainement pas de votre santé. Il s’agit de bien plus que cela. Je ne rentre pas dans ce jeu. Je n’ai pas peur.

« Comme vous pouvez le remarquer, ils nous prennent déjà notre air. L’impératif à l’heure actuelle est la responsabilité personnelle. Nous sommes responsables de ce que nous pensons – pas les médias. Nous sommes responsables de ce que nous faisons – pas nos supérieurs. Nous sommes responsables de notre santé – pas l’Organisation mondiale de la santé. Et nous sommes responsables de ce qui se passe dans notre pays – pas le gouvernement ».

Margareta Griesz-Brisson, neurologue de renommée mondiale
Vidéo VO AllemandVidéo doublée Anglais.

Source

Royaume-Uni : des centaines d’enfants hospitalisés à cause d’une maladie rare post-Covid (ou post vaccination ?)

De nombreux enfants sont hospitalisés puis placés en soins intensifs chaque semaine à cause d’une « maladie rare et inquiétante » qui apparaitrait généralement plusieurs semaines après une infection au coronavirus.
C’est un constat très inquiétant fait par des pédiatres britanniques. Jusqu’à 100 enfants seraient hospitalisés chaque semaine dans le pays à cause du syndrome inflammatoire multisystémique (MIS-C ou PIMS), révèle le Guardian. Au début de la pandémie, les spécialistes pensaient qu’il s’agissait de la maladie de Kawasaki, un syndrome qui touche les enfants et les nourrissons, mais il s’agit en fait d’une maladie très proche de celle-ci qui touche les enfants et les adolescents, quelques semaines après avoir contracté le Covid-19.

Entre 12 et 15 nouveaux cas par jour
Le PIMS est désormais reconnu comme un syndrome post-Covid qui toucherait un enfant sur 5.000 environ un mois après avoir été positif au coronavirus, avec ou sans symptôme. Cette maladie implique souvent des éruptions cutanées, une température pouvant atteindre 40°C, une pression artérielle très basse, des douleurs abdominales ou encore des diarrhées et dans les cas les plus graves, les symptômes ressemblent à ceux d’un choc toxique ou d’une septicémie potentiellement mortelle.
Sans pouvoir donner d’explications, les médecins se sont aperçus que les chiffres d’admissions en soins intensifs à cause de la maladie ont considérablement augmenté par rapport à la première vague du printemps dernier. Les hôpitaux ont admis jusqu’à 100 enfants par semaine lors de cette deuxième vague, contre environ 30 par semaine au mois d’avril dernier. Depuis le mois de janvier, entre 12 et 15 enfants tombent malade chaque jour et la majorité d’entre eux ont été signalés à Londres et dans le sud-est de l’Angleterre, régions où le variant du Covid-19 a entraîné une très forte augmentation des infections.

Source

Les enfants auraient-ils été vaccinés ? 

Il y a des précédents avec un vaccin prototype de l’OMS, qui a provoqué la maladie de Kawasaki sur des cobayes humains en Afrique…


EN COMPLÉMENTAIRE

La vaccination de masse anti Covid-19 prépare une catastrophe sanitaire mondiale

Les communiqués de victoire des fabricants de vaccin à ARN messager proclamant 95% d’efficacité a été très efficace sur leurs cours en bourse, mais a mal caché l’absence de données sur la mortalité et en particulier sur la seule cible éventuelle des vaccins: les personnes très âgées avec comorbidités multiples.
En l’absence de données probantes publiées, les campagnes massives de vaccination en Israël et en Grande-Bretagne constituent des essais thérapeutiques phase 3 sur des populations mal informées. Leurs résultats constatés du premier mois font craindre qu’elles se transforment bientôt en catastrophe/scandale sanitaire.

Signal d’alerte fort venant d’Israël

Les médias sacrent Israël, le champion de la lutte anti covid19 par le vaccin Pfizer. Superbe opération financière pour Pfizer qui a obtenu un bonus de prix de 40% pour cette priorité accordée à Israël. Depuis le 20 décembre, en un mois, près de 25% de la population (plus de 2 millions de personnes) auraient été vaccinées.
Mais depuis cette date, selon les chiffres de l’OMS, les nombres quotidiens de contaminations et de morts attribuées au Covid19 explosent.

Les contaminations quotidiennes sont ainsi passées de 1886 cas le 21/12 à 5674 cas le 20 janvier 21.[1]

Le Dr Sharon Elrai-Price, [2] des services de santé publique au ministère israélien a averti le 12/1/2021 qu’une seule dose du vaccin contre le coronavirus n’offrait pas une protection suffisante contre l’infection par le virus.
Elle a ajouté que 17% des patients gravement malades actuellement hospitalisés sont des patients qui ont reçu une première dose du vaccin avant leur hospitalisation. Les données montrent qu’à cette date, 4.500 personnes ont été diagnostiquées positives au coronavirus après avoir reçu la première dose de vaccin.
Le nombre de cas confirmés a atteint un nouveau sommet, nous avons passé la barre des 9.000 tests positifs. Il n’y a jamais eu un tel chiffre et la mortalité journalière a été multipliée par 3 passant de 18 le 20 décembre à 50 le 19 janvier 2021, et conduisant le gouvernement à prolonger le 3ème confinement du pays pour une durée indéterminée.

Forte inquiétude en Grande-Bretagne depuis la vaccination

La Grande-Bretagne est le second pays dans la course à la vaccination qui a débuté le 4 décembre avec le vaccin développé par Pfizer et BioNTech.

Depuis cette date, le nombre de contaminations quotidiennes a explosé passant de 14898 le 4/12/2020 à 33355 le 20/1/2021 (après un pic de 68063 le 9 janvier 2021.

Et malheureusement la mortalité Covid19 aussi, qui après une augmentation de près de 300% (414 le 4/12 à 1610 le 20/1/2021) dépasse de 30% celle observée en mars-avril 2020 (pic maximal 1224 le 22 avril 2020)

 

Dans ces deux pays les vaccins, présentés comme le moyen de sortir des confinements mortifères, aboutissent en fait à les prolonger !

Inquiétudes aux USA

Depuis le début de la vaccination, la mortalité Covid19 a augmenté de près de 200% (1296 le 28/12 à 3557 le 17/2021) et dépasse la moyenne des décès quotidiens observés en mars-avril 2020.

 

 

Ces augmentations considérables et simultanées des incidences journalières des contaminations et des décès après la première dose de vaccin Pfizer dans les trois pays à la couverture vaccinale les plus élevées sont très inquiétantes et constituent des signes d’alarme forts.

Alerte en Norvège pour les personnes fragiles

La Norvège a émis le 15/1/2021 une alerte après la constatation de 23 décès liés au vaccin Pfizer [3] [4]chez des personnes âgées en Ehpad. Parmi ces décès, 13 ont été autopsiés, les résultats suggérant que les effets secondaires courants pourraient avoir contribué à des réactions graves chez les personnes âgées fragiles. Selon l’Institut norvégien de santé publique : « pour les personnes les plus fragiles, même des effets secondaires relativement légers peuvent avoir des conséquences gravesPour ceux qui ont une durée de vie restante très courte de toute façon, les avantages du vaccin peuvent être marginaux ou non pertinents » et l’Institut national de santé publique a modifié le guide de vaccination contre le coronavirus, y ajoutant de nouveaux conseils de prudence sur la vaccination des personnes âgées fragiles.

Évolution en France non vaccinée pendant cette période

En France, tant le nombre de nouveaux cas que le nombre de morts quotidiennes ont diminué lentement durant cette période à un niveau beaucoup plus faible (par million) que dans les pays champions de la vaccination.

On est donc frappé par les différences évolutives de l’épidémie Covid19 entre les pays gagnants de la course à la vaccination et la France plus lente à vacciner.

Cet éloge de la lenteur rappelle qu’il n’y a pas de médicaments ou de vaccin sans risque et qu’ils peuvent paradoxalement augmenter la gravité de la maladie qu’ils sont censés combattre.

Vaccins anticancer à risque et vaccin contre le SIDA et la dengue

Cela a été constaté avec les vaccins prétendument anticancer (les vaccins anti-hépatite B censés prévenir le cancer du foie [5]et les vaccins anti-papillomavirus prétendument anticancer du col de l’utérus)[6], quelques candidats vaccins contre le Sida et plus récemment avec le scandale du vaccin contre la dengue aux Philippines qui a entraîné plusieurs centaines de morts.

Mais les leçons de la catastrophe du Dengvaxia n’ont pas été tirées et la propagande provaccin actuelle, en l’absence d’essais suffisants, met en danger ceux qui se font vacciner contre le Covid19.

Peter Doshi, un associé de l’Université du Maryland chargé de recherche sur les services de santé pharmaceutiques a prévenu dès novembre 2020 : « attendons de disposer des données complètes des essais » car les communiqués de victoire de l’industrie sont imprécis et incomplets. Il a rappelé aussi que les essais n’étudiaient pas le seul critère pertinent, la mortalité [7] seulement le nombre de cas basé sur des tests souvent faux [8] « le monde a tout parié sur les vaccins pour apporter la solution à la pandémie, mais les essais ne sont pas centrés sur la démonstration qu’ils le seront ».

Après examen du dossier remis à la FDA, il estime : « l’efficacité réelle beaucoup plus faible que celle affirmée jusqu’à présent : “bien en dessous du seuil d’efficacité de 50 % fixé par les autorités réglementaires pour l’approbation”. Ce chiffre ne serait donc pas de 95% mais bien en dessous, entre 19% et 29%. Si ces données avaient été présentées et analysées, il n’y aurait pas été possible d’obtenir d’autorisation de diffusion de ces vaccins par les autorités compétentes. »

Les anticorps facilitateurs sont-ils responsables de cette catastrophe annoncée ?

Après vaccination, les anticorps peuvent entraîner une aggravation paradoxale de la maladie. Ce phénomène immunologique particulier est appelé anticorps facilitateur (en anglais Antibody-dependent enhancement [9]).

Chez l’homme, un tel phénomène a été observé dans les essais de vaccins contre le virus respiratoire syncytial[10](VRS) et lors de la campagne de vaccination contre la dengue [11]  entraînant plusieurs centaines de morts aux Philippines en 2017, l’arrêt de la vaccination et une cascade de procès en attente de jugement.

Chez le chat, le vaccin contre le coronavirus responsable de la péritonite virale féline  a été abandonné à cause de ce mécanisme [12]. Chez les macaques vaccinés contre le SARS-COV spike protéine, les infections post vaccinales ont été marquées par l’aggravation de la pathologie pulmonaire. Lors d’essais de vaccin contre le coronavirus du Mers, les lapins développent des anticorps mais leur pathologie pulmonaire est aggravée.

Dans un communiqué récent l’Académie de médecine [14]  avertit : « sur le plan collectif, l’obtention d’une couverture vaccinale élargie, mais fragilisée par un faible niveau d’immunité, constitue un terrain favorable pour sélectionner l’émergence d’un ou de plusieurs variants échappant à l’immunité induite par la vaccination

Ni pro ni antivaccin, je suis fermement opposé pour l’instant à la généralisation d’un vaccin insuffisamment évalué et dont les premiers résultats en population réelle sont catastrophiques.

Contrairement à ce que prétendent les décodeurs /déconneurs liés à l’industrie pharmaceutique, je ne suis pas contre la vaccination. Je suis pro-vaccin lorsqu’un vaccin est efficace, sans danger et qu’il permet d’éviter une maladie grave.  Je suis contre un vaccin lorsqu’il est inutile, comme pour les maladies transmises uniquement par l’eau (polio, typhoïde, choléra) dans les pays à l’hygiène publique disposant d’eau potable et de traitement des eaux usées ou lorsqu’il n’a pas été correctement étudié et évalué : vaccin contre la dengue (qui a causé des centaines de morts), vaccin Gardasil (qui augmente paradoxalement le risque de cancer du col).

L’indication de n’importe quel traitement ou vaccin doit reposer sur l’évaluation de sa balance avantages/ risques.

On ne peut espérer aucun avantage individuel à vacciner contre le Covid les moins de 65 ans, puisque la maladie est chez eux plus bénigne que la grippe ; cette population ne peut donc rien espérer des vaccins anticovid si ce n’est des complications.

Et l’argument sociétal (on se vaccine pour protéger les autres) n’est pas non plus pertinent puisqu’il n’est pas démontré que le vaccin soit capable d’empêcher ou de ralentir les transmissions virales.

En l’état actuel des connaissances, la vaccination des plus âgés présentant des facteurs de risques (population où un vaccin efficace et sans danger pourrait être utile) n’a pas été correctement évaluée, car les essais refusent d’inclure cette population à risques.

Le principe de précaution soulevé par l’alerte norvégienne justifie de ne pas les vacciner systématiquement, tant qu’on ne disposera pas de données transparentes en nombre suffisant affirmant l’efficacité et l’absence de toxicité en population réelle.

En conclusion :

Il faut se réjouir paradoxalement de la lenteur que met le gouvernement à généraliser la vaccination anti Covid19. Les résultats actuels du vaccin génique dans les populations israélienne et britannique laissent en effet craindre un possible catastrophe sanitaire vaccinale.

Notes :

1T Zrihen Dvir Israël : plus ils nous vaccinent, plus la pandémie progresse Riposte Laique 20 janvier 2021

2 i24NEWS Israël/Covid-19 : 4.500 personnes infectées après avoir reçu la première dose de vaccin janvier 2021

3 La Norvège lance une alerte après la découverte de 23 décès liés au vaccin Pfizer Businessman 15/1/2021 https://fr.businessam.be/la-norvege-lance-une-alerte-apres-23-deces-possiblement-lies-au-vaccin-pfizer/

4 Norway Warns of Vaccination Risks for Sick Patients Over 80 https://www.infobae.com/en/2021/01/15/norway-warns-of-vaccination-risks-for-sick-patients-over-80/

5 www.docteurnicoledelepine.fr

6 Hystérie vaccinale, N et G Delépine éditions Michalon 2018

7 ] Peter Doshi : Pfizer and Moderna’s “95% effective” vaccines—let’s be cautious and first see the full data November 26, 2020 https://blogs.bmj.com/bmj/2020/11/26/peter-doshi-pfizer-and-modernas-95-effective-vaccines-lets-be-cautious-and-first-see-the-full-data/

8 ] Peter Doshi associate editor Will covid-19 vaccines save lives ? BMJ 27 10 2020 Current trials aren’t designed to tell us : BMJ 2020 ;371 :m4037 http://dx.doi.org/10.1136/bmj.m403.

9 Dejnirattisai, W. et al. Cross-reacting antibodies enhance dengue virus infection in humans. Science 328, 745–748 (2010).

10 Polack, F. P. Atypical measles and enhanced respiratory syncytial virus disease (ERD) made simple. Pediatr. Res. 62, 111–115 (2007).

11 Sridhar, S. et al. Effects of dengue serostatus on dengue vaccine safety and efficacy. N. Engl. J. Med. 379, 327–340 (2018

12 Vennema, H. et al. Early Death after feline infectious peritonitis virus challenge due to recombinant vaccinia virus immunisation. J. Virol. 64,1407–1409 (1990).

13 Hohdatsu, T., Nakamura, M., Ishizuka, Y., Yamada, H. & Koyama, H. A study on the mechanism of antibody-dependent enhancement of feline infectious peritonitis virus infection in feline macrophages by monoclonal antibodies. Arch. Virol. 120, 207–217 (1991).

14  Communiqué de l’Académie du 11 janvier 2021 : Élargir le délai entre les deux injections de vaccin contre la Covid-19 : quels risques pour quels avantages ?

 Par Dr  Gérard Delépine chirurgien, statisticien

Source

«On va rendre tout le monde fou»: Didier Raoult s’emporte et refuse un nouveau confinement

Ce jeudi 28 janvier, le professeur Didier Raoult a vivement critiqué la thèse d’un nouveau confinement estimant qu’on allait « rendre tout le monde fou ». Ce dernier a évoqué deux facteurs qui seraient à l’origine de la dégradation de la situation sanitaire en France : l’âge et le surpoids.

« On ne va pas proposer à la population de vivre entièrement cloisonnée tout le reste de l’histoire de l’humanité ! (…) C’est mieux de ne pas confiner (les gens), on va rendre tout le monde fou ». Ce jeudi 28 janvier, le professeur Didier Raoult a affirmé son désaccord sur la mise en place d’un nouveau confinement en France pour faire face à l’épidémie de Covid-19. Invité sur Radio Classique, le scientifique a souligné les effets psychologiques qu’aurait une telle mesure sur la population française.

Selon le professeur, il n’y aurait pas de « synchronisation entre les décisions sociales et l’évolution de l’épidémie » : «On ne peut pas dire (que les mesures prises ont) joué un rôle dans le contrôle de l’épidémie», affirme le directeur de l’Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée Infection de Marseille (Bouches-du-Rhône), qui estime que les mesures de restriction, décidées par le gouvernement répondent à une « émotion disproportionnée », selon les termes rapportés par le Figaro.

«On va rendre tout le monde fou!»: @raoult_didier s’oppose à l’idée d’un #reconfinement face au #COVIDー19.

➡https://t.co/Kmk6SqCSYZ pic.twitter.com/05hjQ6Fids

— Figaro Live (@Figaro_Live) January 28, 2021

 


Jetez un coup-d’oeil à notre nouvelle boutique:

https://www.etsy.com/ca-fr/shop/VintageParMichel?ref=seller-platform-mcnav

 

 

 

 

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID-19: la censure mondiale de la vidéo de PLANdémie

Le film le plus censuré du monde

 

La vidéo PLANdemie montre le Dr Judy Mikovits, microbiologiste, en conversation avec le cinéaste Mikki Willis. Sur YouTube et d’autres plateformes de publication, la vidéo est fortement censurée, c’est-à-dire qu’à peine mise en ligne elle est supprimée à nouveau. Qu’est-ce qui rend cette vidéo si « dangereuse » ? Regardez et jugez par vous-même.

Dr Judy Mikovits

La crise du coronavirus marquera l’histoire non seulement comme un événement au cours duquel un « verrouillage » économique mondial a eu lieu, mais aussi comme une période de censure mondiale des médias qui ont contredit le rapport officiel sur le coronavirus. Un soir, la rédaction de Kla.TV a pris connaissance de la vidéo PLANdemie par le biais d’une lettre d’un téléspectateur.

Lorsque les collaborateurs de Kla.TV ont voulu visionner la vidéo le lendemain matin, elle avait déjà été supprimée de YouTube. Une autre lettre pointait à nouveau vers la vidéo, cette fois-ci les collaborateurs de Kla.TV l’ont sauvegardée le jour même. Deux jours plus tard, elle a de nouveau été supprimée de YouTube. Vimeo et Facebook censurent également la vidéo, et sur Wikipédia, un rapport critique de la vidéo a déjà été fait. La vidéo a été visionnée au moins huit millions de fois sur YouTube avant la censure. Qu’est-ce qui rend cette vidéo « dangereuse » au point d’être censurée dans le monde entier ?

Par la suite, nous rediffusons la vidéo en exclusivité sur Kla.TV. 

Vous verrez le Dr Judy Mikovits, microbiologiste, s’entretenir avec le cinéaste Mikki Willis. Le Dr Judy Mikovits a passé 22 ans aux National Institutes of Health, l’autorité la plus importante en matière de recherche biomédicale aux États-Unis. Lorsqu’elle a réalisé que les vaccinations pouvaient être la cause de l’autisme et du cancer, elle a pris la parole. Elle a été menacée de voir sa carrière brisée, elle a été trahie et a passé cinq jours en prison. Pendant cinq ans, elle n’a pas été autorisée à s’exprimer, elle a été menacée d’être à nouveau jetée en prison. Mais maintenant, elle prend la parole. Elle a travaillé entre autres avec le Dr Rashid Buttar, qui figure parmi les « cinquante meilleurs médecins » des États-Unis depuis plus de 20 ans.

 

Visionnez dès maintenant la vidéo PLANdemie  et partagez-la sur vos réseaux.

Si ce dont témoigne cette microbiologiste de haut niveau est vrai, c’est un crime de guerre que de censurer sa voix professionnelle sur l’Internet libre. Tous les procureurs et magistrats du monde entier sont légalement tenus d’enquêter sur ces témoignages. Ce n’est rien de moins qu’un génocide si tous ces professionnels disent la vérité, comme le montre la vidéo suivante. Les peuples ont droit à la voix et à la contre voix ! Imitez Kla.TV tout de suite : enregistrez les émissions qui vous tiennent à cœur sur un disque dur externe dès aujourd’hui.

La suite ici : https://www.kla.tv/16750

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID-19:50 médecins, scientifiques et entrepreneurs deviennent milliardaires en pleine épidémie de Covid

La poule aux œufs d’or… La triche, la fraude et la connivence avec les super-oligarques mondialistes, ça rapporte ! OD
Un peu plus d’un an après l’apparition du Covid-19 sur notre planète, le magazine économique américain Forbes révèle dans un classement inédit que 50 scientifiques, médecins, et entrepreneurs travaillant dans le secteur de la santé sont devenus milliardaires en 2020. Parmi eux, le PDG de BioNTech, Uğur Şahin, et son homologue français de Moderna, Stéphane Bancel.

 

Il y en a pour qui la crise sanitaire, qui a mis à mal la planète entière, a rimé avec enrichissement. Dans un classement inédit, le magazine américain Forbes, spécialisé dans l’information économique, identifie en effet 50 nouveaux milliardaires dans le secteur de la santé en 2020 : des entrepreneurs, mais aussi des médecins et des scientifiques. Focus sur ces nouveaux riches.

Son nom était presque inconnu jusqu’à ce que son vaccin soit mis sur le marché pour lutter contre la propagation du Sars-CoV-2. Le PDG de BioNTech, Uğur Şahin, un médecin d’origine turque, occupe la tête du classement des nouveaux milliardaires. Celui qui a cofondé l’entreprise avec son épouse et le médecin-chef de l’entreprise, possède aujourd’hui une fortune de 4,2 milliards de dollars, ce qui équivaut à plus de 3,3 milliards d’euros.

 

Un montant qui surpasse de très peu celui que possède son homologue français chez Moderna, Stéphane Bancel, dont le vaccin vient d’obtenir le feu vert de la Haute Autorité de santé (HAS). L’un de ses investisseurs fondateurs, l’immunologiste et professeur de chimie biologique et de pharmacologie moléculaire à l’université de Harvard, Timothy Springer, détient lui aussi une importante fortune (1,6 milliard d’euros).

Flacons en verre et stylos à insuline 

Les nouveaux vaccins nécessitant de plus en plus de flacons, de super congélateurs et autres outils logistiques, d’autres grands entrepreneurs ont fait leur entrée dans ce classement. C’est le cas de l’Italien Sergio Stevanato, actionnaire majoritaire du groupe privé Stevanato, “qui produit des flacons en verre pour plusieurs dizaines de projets de vaccins dans le monde”, mais aussi des stylos à insuline, indique Forbes.

Outre les vaccins, le magazine relève que les compagnies à l’origine de traitements à base d’anticorps et des médicaments utilisés pour traiter le Covid-19 bénéficient elles aussi “de la frénésie du marché”. Comme le PDG de la société canadienne AbCellera, Carl Hansen, qui a développé, avec le géant pharmaceutique Eli Lilly, un traitement à base d’anticorps. Son patron détient aujourd’hui une fortune de 2,4 milliards d’euros.

A noter que les nouveaux milliardaires, originaires de 11 pays différents, vivent principalement en Chine.


Rappel 

Ugur Sahin, PDG de BioNTech : « Le Covid-19 sera avec nous pendant les 10 prochaines années

C’est quand même vachement sympa des vaccins qui ne sont pas virophobes, n’est-ce pas ? BIG PHARMA se fout ouvertement de nous… car on sait bien qu’une grippe (et donc un vaccin contre la grippe) ne sont pas immunisants ! Quant au confinement qui pourrait cesser « d’ici la fin de l’été », ce drôle nous prend là aussi pour des jambons ! Encore une fois, le but de cette énorme “opération coronavirus” est le contrôle des populations, avec en toile de fond le Grand Reset et l’Agenda 2030 de l’ONU. 

Ugur Sahin, PDG de la société allemande BioNTech – qui s’est associée à Pfizer pour développer un vaccin contre le COVID-19 en moins d’un an – affirme que le virus pourrait encore provoquer des épidémies dans dix ans, selon Yahoo News.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Le virus restera avec nous pendant les 10 prochaines années”, a déclaré M. Sahin lors d’une conférence de presse mardi, ajoutant “Nous devons nous habituer au fait qu’il y aura d’autres épidémies”.

 

“Nous avons besoin d’une nouvelle définition de la normale”, a-t-il poursuivi, suggérant que cela ne signifie pas nécessairement que les pays devront se confiner perpétuellement – ce qui pourrait cesser “d’ici la fin de l’été”.

“Cet hiver, nous n’aurons pas d’impact sur le nombre d’infections”, a-t-il déclaré, “mais nous devons avoir un impact pour que l’hiver prochain soit la nouvelle normalité”.

M. Sahin a également appelé à la prudence pour savoir si le fait de vacciner 60 à 70 % de la population mondiale suffirait à prévenir de nouvelles épidémies.

“Si le virus devient plus efficace… nous pourrions avoir besoin d’une plus grande quantité de vaccin pour que la vie revienne à la normale.” –Yahoo News

Les commentaires de Sahin arrivent alors que BioNTech et Moderna se démènent pour voir si leurs vaccins fonctionnent contre la nouvelle souche “mutante” COVID-19 qui se répand dans tout le Royaume-Uni. Il a ajouté qu’il faudra encore deux semaines pour savoir si son vaccin fonctionne, mais il a bon espoir que ce soit le cas.

“Scientifiquement, il est très probable que la réponse immunitaire de ce vaccin puisse également traiter cette variante du virus”, a-t-il poursuivi. “Le vaccin contient plus de 1 270 acides aminés, et seuls neuf d’entre eux sont modifiés (dans le virus mutant). Cela signifie que 99% de la protéine est toujours la même”.

Samedi, le conseiller scientifique en chef du Royaume-Uni, Patrick Vallance, a déclaré que les vaccins semblent “adéquats” pour générer une réponse immunitaire à la nouvelle souche.

La “nouvelle normalité” pour Sahin, en attendant, est d’être un riche immonde.

 

Source:le  par Olivier Demeulenaere

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du Covid-19:Les vaccins introduisent de nouvelles souches mutantes du virus et causent plus de malades

 Cobayes de tous pays, unissons-nous!

 

Peu de pays sont assez courageux ou imprudents pour exécuter une vaste expérience médicale sur l’ensemble de leur population et mettre en danger les personnes vulnérables. La Grande-Bretagne et Israël l’ont fait. Dans l’état actuel des choses, il est difficile de nier la possibilité d’une corrélation entre la vaccination de masse et une forte augmentation des cas de Covid-19 en Israël et en Grande-Bretagne.

Le 8 décembre, la Grande-Bretagne a été le premier pays occidental à commencer à «vacciner sa population». Deux semaines plus tard, quelques jours avant Noël, la Grande-Bretagne comprit qu’elle était en grave difficulté. Covid-19, le virus qui était censé disparaître de nos vies, s’est transformé en autre chose. Le 19 décembre, le Premier ministre Boris Johnson a admis que des scientifiques britanniques avaient identifié un nouveau mutant Covid-19 qui est « 70% plus transmissible » que ses ancêtres. La Grande-Bretagne a introduit des restrictions locales plus strictes, mais malgré celles-ci, ainsi que la vaste campagne de vaccination, le nombre de cas de Covid-19, d’hospitalisations et de décès n’a cessé d’augmenter. Ils augmentent de façon exponentielle sur une base quotidienne.

Israël a lancé sa campagne de vaccination de masse quelques jours après la Grande-Bretagne. Dans les deux semaines suivantes, Israël a réussi à vacciner près de 20% de sa population. Israël est de loin le vainqueur mondial en ce qui concerne le concours de vaccination de masse, mais le pays est également en grande difficulté. Comme la Grande-Bretagne, Israël fait face à une énorme poussée de Covid-19. Son système de santé national est au bord de l’effondrement et la question inévitable est de savoir si ces crises sanitaires similaires (sinon identiques) sont liées à ces deux crises de vaccination contre le covid-19.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd’hui, dans le plus grand média israélien News12, des informaticiens israéliens ont révélé que la mutation britannique est sur le point de devenir la souche Covid-19 dominante en Israël. Vous vous demandez peut-être comment la souche mutante britannique a réussi à faire Aliya et à s’installer si confortablement dans l’État juif. L’article de News 12 peut répondre à la question. «Les cas en Israël n’augmentent pas uniformément: il y a un ralentissement significatif dans le secteur arabe (israélien), qui dans le passé était le principal sujet de préoccupation. D’autre part, il y a une épidémie majeure dans le secteur (juif) ultra-orthodoxe. Cette semaine, 1,3% de tous les ultra-orthodoxes ont été testés positifs, et le taux d’augmentation des cas d’enfants (63%) cette semaine était presque le double de celui des adultes. Dans le secteur ultra-orthodoxe, il y avait 16 fois plus d’augmentation du nombre de personnes vérifiées positives en quatre semaines: c’est un doublement chaque semaine – de 100 personnes vérifiées par jour (par million de personnes) à 1.600 personnes vérifiées positives, le tout en un mois. Un tel taux de croissance n’est pas observé tout au long de la peste et est probablement dû au moins en partie au mutant britannique. On estime que le mutant britannique représente environ 20% de tous les ultra-orthodoxes vérifiés positifs. »

Cela doit soulever les sourcils. Pourquoi la souche mutante britannique se répandrait-elle si largement parmi les juifs orthodoxes? Pourquoi ne se propage-t-il pas aussi rapidement dans la population arabe?

Nous pourrons peut-être tomber sur une information très cruciale ici. Les Arabes israéliens font peut-être mieux sur le front du Covid-19 car beaucoup d’entre eux semblent réticents à propos du vaccin. Le titre du The Israeli Marker du 27 décembre déclarait: «Une source de préoccupation: les Arabes (israéliens) ne viennent pas se faire vacciner.» The Marker a souligné que les citoyens juifs de tout Israël se rendent dans les villages et les villes arabes pour recevoir les vaccins initialement destinés aux Arabes. Selon un responsable de service d’un centre de vaccination à Nazareth (la plus grande ville arabe du pays avec 75 700 habitants en 2015, principalement musulmans et chrétiens) ,  70 à 80% de ceux qui viennent recevoir le vaccin étaient juifs. Certains d’entre eux parcourent jusqu’à 50 km pour ce faire.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Le 3 janvier, le site d’information israélien Walla a rapporté que «les ultra-orthodoxes mènent la campagne de vaccination de la population». Walla a confirmé que «le pourcentage de personnes vaccinées contre la corona dans la société ultra-orthodoxe est plus élevé que dans le reste de la population de tous âges».
La raison pour laquelle les Israéliens ont décidé de devenir des cobayes dans cette expérience imprudente et non scientifique sur des vies humaines me dépasse. Une option qui ne peut pas être écartée est qu’Israël se dirige à nouveau vers des élections et il est plus que probable que les dirigeants israéliens aient cru qu’une campagne de vaccination de masse pourrait se traduire par un succès électoral.
Dans l’état actuel des choses, il est difficile de nier la possibilité d’une corrélation entre la vaccination de masse et une forte augmentation des cas de Covid-19 en Israël et en Grande-Bretagne. Il est difficile de nier le fait que les Arabes israéliens qui évitent en général le vaccin font bien mieux que les juifs orthodoxes qui semblent également croire en Pfizer.

Parallèlement aux révélations sur la souche britannique, nous avons également appris l’existence d’une souche sud-africaine très dangereuse et éventuellement résistante aux vaccins actuels. Il faut très peu de recherches pour comprendre que l’Afrique du Sud, avec le Brésil et la Grande-Bretagne, étaient le terrain d’essai pour de nouveaux essais de vaccins depuis septembre. Ce n’est plus un secret pour personne que c’était à peu près au même moment que les nouveaux mutants ont été découverts en Grande-Bretagne au moins.
Je signale ici la possibilité dévastatrice d’un lien entre les vaccinations de masse et les pics de Covid-19. Je ne suis pas qualifié pour soutenir ou expliquer la science qui peut provoquer cette corrélation. Mes faits sont étayés par des données accessibles au grand public par le biais des principaux organes de presse. Je ne suis ni épidémiologiste ni virologue et j’espère vraiment que des personnes ayant la formation scientifique appropriée pourront réfuter les questions soulevées ci-dessus.

Parfois, je souhaite vraiment me tromper.


PRÉCOMPLÉMENTAIRE

La situation en France  et au Québec

Près de 6 Français sur 10 (58%) ne veulent pas se faire vacciner contre le Covid-19, selon un sondage Odoxa-Backbone consulting pour franceinfo et Le Figaro, réalisé les 22 et 23 décembre et publié dimanche 3 janvier. C’est huit points de plus que le mois dernier.
Ce sont les plus réfractaires au vaccin parmi les Européens.
Comme avec les manifestation des Gilets Jaunes, les Français démontrent qu’ils ne sont ni des « cobayes » ni des moutons de Panurge qui gobent tout ce que leur déversent les Grands Médias Menteurs.

…et c’est exactement la même problème que pour la GRIPPE ESPAGNOLE,croyez-le ou non!

TOUS CEUX QUI ETAIENT VACCINÉS TOMBAIENT COMME DES MOUCHES avec des vaccinations de masse comme maintenant.

SEULS CEUX « NON VACCINES » SURVIVAIENT……..au temps de la grippe espagnole. (les articles là dessus ont été censurés sur internet).
C’est ainsi que des militaires se retrouvaient avec des maladies infantiles en plus des virus contenus dans les vaccins.

Ce vaccin n’en est pas un c’est une thérapie génique qui n’a rien à voir. Oui les peuples servent de cobayes…..et on réduit ainsi les populations …..

La trouvaille est idéale on protège les peuples en les vaccinant et les gens ont tellement peur qu’ils s’exécutent sans discuter. La peur est entretenue.
Alors qu’il y a bien d’autres moyens de réduire cette pandémie sans vaccins. Lobbies, Big Pharma.

Il faut que les gens se réveillent !!!! 

La « Grippe Espagnole » de 1918 était une pandémie mondiale provoquée par Rockefeller et l’armée américaine
Un nouveau développement historique qui a évolué depuis quelques années et qui est maintenant mis en évidence à cause du COVID-19, est la soi-disant «grippe espagnole» de 1918, il y a donc un siècle.
Des rapports et des documents récurrents émergent pour nous dire que cette «plus grande pandémie de L’histoire n’était [1] ni «espagnole», [2] ni «une grippe» et ni [3] un événement naturel mais le résultat du bricolage humain fait avec des vaccins.
Cela ne vous rappelle-t-il pas comment le virus fabriqué du COVID-19 s’est échappé des labos américains pour infecter le mode entier ??

La situation est extraordinaire : Jusqu’alors, big pharma faisait surtout son fric sur les gens malades. Désormais il le fait sur les personnes en bonne santé avec le vaccin et continuera avec ces mêmes personnes qu’il aura rendu malade. L’économie libérale faisait son « reset » avec des guerres militaires, désormais elle le fait avec une « guerre sanitaire ».

Au Québec,on rapporte 1934 cas et 47 décès, portant le total à 232 624 personnes infectées et 8782 morts depuis le début de la pandémie…mais au Québec,on comptabilise n’importe quoi comme atteint ou mort du COVID-19!

Au Québec,nous vivons un couvre-feu équivalent à une loi martiale et les citoyens et citoyennes qui veulent sortir d’un travail après 20 heures,doivent montrer un laisser-passer comme à l’époque de l’occupation en France!

Au Québec,pire qu’ailleurs,on maintient bien vivante la psychose collective et on met de l’avant l’esprit de délation.Bref,le gouvernement de la Coalition Avenir Québec fonctionne  comme s’il s’inspirerait des méthodes oppressives de la dictature communiste chinoise!François Legault et Horacio Arruda auront montré leur vrai visage au peuple québécois!


EN COMPLÉMENTAIRE

Covid-19 : pourquoi le variant détecté au Japon préoccupe-t-il la communauté scientifique ?

Le carrefour iconique du quartier de Shibuya, à Tokyo, le 8 janvier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien qu’il n’ait été identifié que chez quatre personnes, ce variant du Sars-CoV-2 présente des mutations soupçonnées d’augmenter sa contagiosité, mais aussi sa résistance à certains des anticorps développés par les anciens malades du Covid-19.

Les autorités sanitaires japonaises ont communiqué lundi,le 11 janvier 2021, sur un variant du virus, détecté le 6 janvier chez deux adultes et deux adolescents arrivés quatre jours plus tôt sur le territoire, en provenance de la région d’Amazonas, dans le nord-ouest du Brésil.

L’information pourrait sembler anodine. Le virus mute lentement, mais sans cesse, et l’on compte déjà plus de 12 000 mutations identifiées depuis un an. Au Royaume-Uni et en Afrique du Sud, deux variants (baptisés respectivement B117 et B1351) ont attiré l’attention en raison du très grand nombre de personnes qui s’en sont rapidement trouvées porteuses. Une situation apparemment sans commune mesure avec la détection de quatre cas au Japon.

Des anticorps dix fois moins sensibles à ce variant

Pourtant, ces deux variants prolifiques possèdent un point commun : une mutation (N501Y), apparue de façon indépendante dans ces deux régions du monde, qui modifie légèrement la protéine «spike» par laquelle le virus s’arrime aux cellules.

A la station Shinagawa, à Tokyo vendredi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les autorités sanitaires nippones disent avoir identifié une troisième souche mutante du coronavirus sur quatre personnes de retour du nord-ouest brésilien. Sa contagiosité n’est pas clairement établie.

Le Japon annonce avoir identifié un nouveau variant du coronavirus responsable de la Covid-19 sur des personnes revenant du Brésil. Cette souche mutante est différente de celles décelées en Grande-Bretagne et Afrique du Sud. L’analyse du génome du virus Sars-Cov-2 trouvé sur quatre personnes rentrées du Brésil a mis au jour l’existence d’un nouveau variant présentant des mutations en partie similaires à celles de celui apparu en Grande-Bretagne et Afrique du Sud.

Deux adultes et deux adolescents, de nationalité non précisée, ont été testés positifs à leur arrivée le 2 janvier à l’aéroport de Tokyo Haneda. L’analyse du virus dont ils et elles étaient porteurs a été effectuée le 6 janvier par l’Institut national des maladies infectieuses (Niid). Trois des quatre personnes infectées présentaient des symptômes divers: un homme quadragénaire a été hospitalisé pour difficultés respiratoires.


ALERTE SUPPLÉMENTAIRE:

«Des gens mourront après avoir été vaccinés contre le COVID-19» selon la docteure Dolores Cahill

La docteure Dolores Cahill

« Dolores Cahill, professeur au University College de Dublin et experte mondialement reconnue dans son domaine, prédit que des décès surviendront dans le monde entier comme conséquence directe de la prise des vaccins à ARNm.

 

Dans sa dernière interview vidéo, le célèbre professeur Dolores Cahill fait cette sombre prédiction en se basant sur ce que l’on sait déjà des vaccins à ARNm, de leur développement précipité et de l’approche entièrement nouvelle utilisant l’ARN messager au lieu des anticorps conventionnels.

Comme presque tous les grands experts qui s’élèvent contre le discours officiel sur la « pandémie », le professeur Cahill a subi des représailles professionnelles et personnelles. Dans son cas, Dolores Cahill a été contrainte de démissionner de son poste de vice-présidente du Comité scientifique de l’Initiative en matière de Médicaments innovants (IMI), un partenariat entre la Commission européenne et l’industrie du médicament visant à promouvoir les nouveaux médicaments.

« Pourquoi des gens vont commencer à mourir quelques mois après les “vaccinations” à ARNm »

 

La Gigantesque Arnaque du COVID-19:La fuite d’un laboratoire chinois est la source «  la plus crédible  » de l’épidémie de coronavirus, a déclaré un haut responsable du gouvernement américain, au milieu d’une bombe affirmant qu’un scientifique de Wuhan est devenu un dénonciateur

  • Le conseiller adjoint à la sécurité nationale de Donald Trump, Matthew Pottinger, a pris la parole
  • M. Pottinger a déclaré aux politiciens que la fuite était en train de devenir la «  source la plus crédible  » de virus
  • Il a affirmé que l’agent pathogène s’était peut-être échappé par une «  fuite ou un accident  » 
Matthew Pottinger, qui est le conseiller adjoint à la sécurité nationale respecté du président Donald Trump, dit que la théorie la plus «  crédible  » sur l’origine du coronavirus est qu’il s’est échappé de l’Institut de virologie top secret de Wuhan en Chine

L’un des plus hauts responsables du gouvernement américain a déclaré que la théorie la plus «  crédible  » sur l’origine du coronavirus est qu’il s’est échappé d’un laboratoire en Chine .

Matthew Pottinger, qui est le conseiller adjoint à la sécurité nationale respecté du président Donald Trump , a déclaré aux politiciens du monde entier que même les dirigeants chinois admettaient maintenant ouvertement que leurs affirmations antérieures selon lesquelles le virus provenait d’un marché de Wuhan étaient fausses.

M. Pottinger a déclaré que les dernières informations indiquent que le virus fuit de l’Institut top-secret de virologie de Wuhan, à 18 km du marché, déclarant: «  Il existe de plus en plus de preuves que le laboratoire est probablement la source la plus crédible du virus. ».

 

Mr. Pottinger (< gauche)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pottinger a affirmé que l’agent pathogène s’était peut-être échappé par une «  fuite ou un accident  », ajoutant: «  Même les personnalités de l’establishment à Pékin ont ouvertement rejeté l’histoire du marché humide  ». Sur la photo: le virologue chinois Shi Zhengli, surnommé «  Batwoman  », au laboratoire de Wuhan avec un collègue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cela fait un an que le monde a appris qu’une nouvelle maladie respiratoire mortelle sévissait dans la ville de Wuhan, dans le centre de la Chine, écrit Ian Birrell. Sur la photo: le virologue chinois Shi Zhengli, surnommé «  Batwoman  », à l’Institut de virologie de Wuhan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il a affirmé que l’agent pathogène s’était peut-être échappé par une «fuite ou un accident», ajoutant: «Même les personnalités de l’establishment à Pékin ont ouvertement rejeté l’histoire du marché humide.

Les commentaires, qui ont été faits lors d’une conférence Zoom avec des députés sur la Chine la semaine dernière, arrivent alors qu’une équipe d’experts de l’Organisation mondiale de la santé se prépare à se rendre à Wuhan pour enquêter sur le début de la pandémie.

Les critiques craignent que l’enquête ne soit un blanchiment étant donné l’influence de la Chine sur l’OMS.

«  Les députés du monde entier ont un rôle moral à jouer pour exposer l’enquête de l’OMS comme un exercice Potemkine  », a déclaré M. Pottinger aux parlementaires, en référence aux faux villages créés en Crimée au 18e siècle, destinés à convaincre l’impératrice russe en visite Catherine la Grande que la région était en bonne santé.

Iain Duncan Smith, l’ancien chef du Parti conservateur qui a assisté à la réunion, a déclaré que les commentaires de M. Pottinger représentaient un «  raidissement  » de la position américaine sur la théorie selon laquelle le virus provenait d’une fuite au laboratoire, alors que les Américains parlaient à un lanceur d’alerte de l’institut de Wuhan.

«On m’a dit que les États-Unis avaient un ancien scientifique du laboratoire américain pour le moment», a-t-il déclaré. «C’est ce que j’ai entendu il y a quelques semaines.

« J’ai été amené à croire que c’est ainsi qu’ils ont pu renforcer leur position sur l’origine de cette épidémie. »

Il a ajouté que le refus de Pékin d’autoriser les journalistes à visiter le laboratoire n’a fait qu’accroître les soupçons selon lesquels il s’agissait d’un «point zéro» pour la pandémie.

«La vérité est qu’il y a des gens qui ont été dans ces laboratoires qui soutiennent que c’est le cas», a-t-il déclaré. 

«Nous ne savons pas ce qu’ils ont fait dans ce laboratoire. 

«  Ils ont peut-être manipulé des coronavirus de chauves-souris et les ont examinés et ils ont commis une erreur. J’ai parlé à diverses personnes qui pensent que c’est le cas.

Sam Armstrong, directeur de la communication du groupe de réflexion sur la politique étrangère de la Henry Jackson Society, a déclaré: «  Avec un responsable du renseignement aussi haut placé et respecté en faveur de cette affirmation, le moment est venu pour le gouvernement britannique de rechercher à la fois des réponses et une compensation pour Covid19.’

M. Pottinger, qui parle couramment le mandarin, a précédemment travaillé comme journaliste pour Reuters et le Wall Street Journal, dont sept ans en tant que correspondant en Chine.

En 2005, il est devenu un marine américain et a servi comme officier du renseignement militaire avant d’être invité à rejoindre le Conseil de sécurité nationale des États-Unis en 2017, devenant directeur Asie avant d’assumer ses fonctions actuelles. 

Son frère aîné, Paul, est virologue à l’Université de Washington.

Le président Trump a accusé l’année dernière l’OMS d’être une «  marionnette de la Chine  » et a retiré le financement.

La visite à Wuhan de l’équipe de l’OMS est déjà embourbée dans la controverse après la publication d’un mandat révélant qu’elle n’enquêtera pas sur l’institut de Wuhan – le seul laboratoire en Chine avec le plus haut classement international de biosécurité – comme une source possible de Covid-19 .

Le monde doit enquêter sur toutes les preuves croissantes que Covid a fui d’un laboratoire de Wuhan, écrit IAN BIRRELL 

 

Cela fait un an que le monde a appris qu’une nouvelle maladie respiratoire mortelle sévissait dans la ville de Wuhan, dans le centre de la Chine. 

Pourtant, nous savons encore peu de choses sur comment et pourquoi le virus s’est propagé avec des conséquences si dévastatrices.

 Il peut presque certainement être attribué aux chauves-souris. Mais nous ne savons pas comment cet agent pathogène – ayant développé une extraordinaire capacité d’infection, causant de tels dommages à différents organes du corps – a fait le saut dans l’être humain.

Enfin, une enquête de l’Organisation mondiale de la santé est en cours sur les origines du coronavirus, mais il est accusé de se plier docilement à l’agenda de la Chine en recrutant des scientifiques patsy et en s’appuyant sur les données douteuses de Pékin.

Aujourd’hui, les experts du monde entier se disent de plus en plus nombreux à dire qu’aucune pierre ne doit être laissée de côté pendant cette enquête – et qu’elle doit inclure un élément clé d’une chasse qui a toutes les caractéristiques d’un roman à suspense.

 

Cela se concentre sur une grotte remplie de chauves-souris, une poignée de morts mystérieuses, de brillants scientifiques menant des expériences futuristes dans un laboratoire secret – et une dissimulation de proportions épiques qui, si elles étaient prouvées, auraient d’énormes conséquences pour le Parti communiste chinois et la pratique mondiale de la science.

Alors, quelle est précisément cette théorie sur les origines de cette pandémie?

Il faut dire clairement qu’il ne s’agit que d’une théorie, bien que basée sur des miettes de preuves taquinées par quelques scientifiques courageux et certains détectives en ligne.

De nouvelles maladies sont apparues au cours de l’histoire humaine. La plupart des experts pensent que Covid est une maladie «zoonotique» qui s’est propagée naturellement des animaux aux humains. 

Ils pensent qu’elle a probablement été «  amplifiée  » par une espèce intermédiaire – de la même manière que la consommation de civettes par les Chinois a déclenché l’épidémie de Sars en 2002.

Pourtant, dans le même temps, les actions de Pékin depuis le début – couvrir l’épidémie, blâmer un marché d’animaux sauvages qu’il a admis depuis n’étaient pas en faute, exclure les enquêteurs extérieurs, enterrer les données et faire taire ses propres experts – ont servi à alimenter les soupçons. .

La semaine dernière, des documents divulgués ont révélé comment le gouvernement chinois, sous les ordres du président Xi Jinping, contrôlait strictement toutes les recherches sur les origines de Covid tout en promouvant des théories marginales suggérant qu’il provenait de l’extérieur de la Chine.

Et c’est une coïncidence inconfortable que Wuhan – une ville qui bourdonne à nouveau, avec des magasins animés, des restaurants bondés et de nombreuses personnes sans masque dans les rues pour célébrer le Nouvel An – abrite la meilleure unité de recherche sur les coronavirus au monde ainsi que le point zéro d’une pandémie. d’une étrange nouvelle souche.

Les indices commencent par une mine de cuivre abandonnée à Mojiang, une région vallonnée du Yunnan, dans le sud de la Chine, où les chauves-souris se perchent dans un réseau de grottes souterraines, de fissures et de recoins.

Il y a deux semaines, un journaliste de la BBC a été empêché d’atteindre ce site isolé après avoir été suivi par la police sur des kilomètres le long de pistes cahoteuses, puis bloqué par un camion et confronté à des hommes aux barrages routiers disant que leur travail était de l’arrêter.

Quelques jours après la mort de trois mineurs chinois qui nettoyaient les excréments de chauves-souris à l’intérieur des grottes, Zhengli est allé enquêter

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le mois précédent, une équipe de journalistes américains avait également été suivie par des policiers en civil qui leur ont interdit l’accès. 

Une équipe de recherche a récemment réussi à prélever des échantillons à la mine, mais les aurait confisqués.

La raison de ce secret remonte à la fin du mois d’avril 2012, lorsqu’un homme de 42 ans en train de nettoyer les excréments de chauves-souris dans ces cavernes souterraines s’est présenté dans un hôpital voisin avec une mauvaise toux, une forte fièvre et du mal à respirer. 

En une semaine, cinq collègues avaient des symptômes similaires. Trois sont décédés plus tard, un après que les médecins aient passé plus de 100 jours à se battre pour lui sauver la vie – pourtant les deux plus jeunes ont passé moins d’une semaine à l’hôpital et ont survécu. Semble familier?

Nous avons depuis appris d’une thèse de maîtrise détaillée, qui comprenait des rapports médicaux et des analyses radiologiques, que ces mineurs souffraient d’une pneumonie virale, attribuée à des coronavirus de type Sars provenant de chauves-souris en fer à cheval.

Un important organisme de santé américain a souligné l’année dernière qu’ils avaient «une maladie remarquablement similaire à Covid-19». 

Il n’est pas étonnant qu’un éminent spécialiste des vaccins me dise: «C’est à peu près aussi proche d’un pistolet fumant qu’il existe».

Curieusement, une deuxième thèse trois ans plus tard a également mis en évidence ces cas. 

Il a été rédigé par un étudiant du virologue formé à Oxford, le professeur George Gao Fu, qui dirige maintenant le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, qui dirige leur réponse à la pandémie.

Les autorités chinoises ont donc dû être au courant des mineurs morts. 

Pourtant, ils ont rapidement tenté de blâmer le marché de la faune de Wuhan comme étant la source de Covid, jusqu’à ce que des études respectées révélées dans ce journal le contestent. 

Après la mort des mineurs, Shi Zhengli, une virologue basée à Wuhan connue sous le nom de Batwoman pour ses expéditions visant à recueillir des échantillons dans ces grottes et un membre de l’équipe qui a retracé l’origine de Sars aux chauves-souris, est allée enquêter.

«  Le puits de la mine sentait l’enfer  », a-t-elle déclaré au magazine Scientific American, expliquant comment ses collègues ont passé un an à découvrir de nouveaux coronavirus dans des échantillons prélevés dans le sang et les excréments de chauves-souris. 

Les mineurs, selon elle, sont morts d’une infection fongique.

«  Le puits de la mine sentait l’enfer  », a-t-elle déclaré au magazine Scientific American, expliquant comment ses collègues ont passé un an à découvrir de nouveaux coronavirus dans des échantillons prélevés dans le sang et les excréments de chauves-souris. Les mineurs, selon elle, sont morts d’une infection fongique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un autre expert a noté comment les mineurs décédés étaient traités avec des médicaments antifongiques, tandis que ceux qui survivaient recevaient d’autres médicaments. 

« Donc, en plus du fait que les cas ressemblaient plus à des Sars qu’à des champignons, cette histoire de traitement plaide contre une [cause] fongique », a-t-il déclaré. 

«Il est très étrange que Shi Zhengli affirme que ces cas étaient fongiques.

Le professeur Shi a examiné des échantillons dans son laboratoire de Wuhan, à quelques kilomètres du tristement célèbre marché. Des études plus tard ont trouvé le virus dans les eaux usées, mais il n’a pas été détecté chez les animaux.

L’Institut de virologie de Wuhan est le premier laboratoire avec le niveau mondial de biosécurité le plus élevé en Chine. 

Il est spécialisé dans l’étude des virus transmis par les chauves-souris et est le fer de lance de la Chine pour s’affirmer dans la biotechnologie. 

Des fuites de câbles diplomatiques révèlent que les responsables américains qui ont visité le laboratoire il y a deux ans ont mis en garde contre les faiblesses en matière de sécurité et les risques d’une nouvelle épidémie de type Sars émergeant du site. 

Le chef de la sécurité du laboratoire a également admis publiquement ses préoccupations concernant les systèmes de sécurité défectueux.

L’institut mène des expériences sur les coronavirus de chauve-souris depuis 2015 – y compris des recherches qui peuvent augmenter leur virulence en combinant des extraits de différentes souches. 

Certains virus ont été injectés à des souris «humanisées» spéciales qui avaient été créées pour être utilisées dans des laboratoires avec des gènes, des cellules ou des tissus humains dans leur corps.

Ces expériences controversées forcent artificiellement l’évolution des virus afin d’améliorer notre compréhension des maladies et de leur transmissibilité. 

Ils aident les chercheurs à développer de nouveaux médicaments et vaccins.

Les scientifiques de Wuhan travaillaient avec d’éminents experts occidentaux et étaient soutenus financièrement par les National Institutes of Health, le plus important organisme de financement américain – bien que cette relation ait été interrompue pour des raisons de sécurité après avoir été révélée par The Mail dimanche.

Certains scientifiques affirment que ce type de recherche sur les agents pathogènes est trop risqué car il pourrait déclencher une pandémie à partir d’une nouvelle maladie. 

En conséquence, il y a eu un moratoire sur ce travail par les États-Unis pendant quatre ans sous l’administration Obama.

D’autres critiques ont averti que l’Institut de Wuhan construisait des coronavirus «  chimériques  » – de nouveaux micro-organismes hybrides qui ne montrent aucun signe de manipulation humaine.

Maintenant, la grande question est de savoir s’ils ont prélevé des échantillons du coronavirus qui a tué les mineurs du Yunnan et, de retour dans leur laboratoire à plus de 1000 kilomètres de là, ont créé un nouveau virus qui s’est en quelque sorte répandu dans leur propre ville.

Des fuites de câbles diplomatiques révèlent que des responsables américains qui ont visité le laboratoire il y a deux ans ont mis en garde contre les faiblesses en matière de sécurité et les risques d’une nouvelle épidémie de type Sars émergeant du site.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme l’ont suggéré d’éminents experts, il aurait été logique de créer des virus chimériques en combinant les propriétés de différents échantillons. 

De nombreuses percées scientifiques ont émergé de ces efforts spéculatifs. 

Un professeur de médecine m’a suggéré que les mineurs étaient peut-être morts après avoir été exposés à de très fortes doses de coronavirus alors qu’ils travaillaient dans des puits profonds remplis de chauves-souris et de leurs excréments. 

Mais les scientifiques de Wuhan ont ensuite eu du mal à prouver la causalité dans leur laboratoire car leurs échantillons étaient trop faibles pour infecter les cellules humaines.

«  Cela les aurait empêchés de publier une découverte majeure d’un nouveau virus de type Sars infectant les humains. 

La possibilité est qu’ils auraient alors essayé de modifier le virus pour le rendre plus apte à infecter les cellules humaines dans le but d’établir le lien manquant. 

C’est, il faut le souligner, une spéculation non prouvée. 

Et on comprend pourquoi la Chine veut comprendre le plus possible les virus de chauve-souris qui émergent dans leur pays.

Pourtant, comme le disent les experts, de nombreuses questions restent sans réponse, centrées sur la réticence de Pékin à révéler les cas, les virus et les échantillons des mineurs conservés dans leurs laboratoires. 

 

L’Institut de Wuhan a même mis hors ligne des bases de données clés.

La clé de tout cela est l’énigmatique Batwoman, le professeur Shi. Tout d’abord, elle a publié une séquence génétique de Sars-Cov-2 – la souche de coronavirus qui cause Covid-19 – qui, malgré une analyse approfondie d’autres caractéristiques nouvelles, a ignoré sa caractéristique la plus surprenante. 

Il s’agit du «  site de clivage de la furine  », une mutation non trouvée sur des types similaires de coronavirus qui permet à sa protéine de pointe de se lier si efficacement à de nombreuses cellules humaines.

 

Le propre chef de la sécurité du laboratoire a également admis publiquement ses préoccupations concernant les systèmes de sécurité défectueux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis, en janvier dernier, le professeur Shi et deux collègues ont publié un article dans Nature qui révélait l’existence d’un virus appelé RaTG13 qui avait été prélevé sur une chauve-souris en fer à cheval et stocké dans leurs locaux, le plus grand dépôt de coronavirus de chauve-souris en Asie.

Cet article, soumis le même jour que la Chine a admis la transmission humaine, a fait sensation dans le monde scientifique car il a révélé l’existence du plus proche parent connu de Sars-Cov-2 avec plus de 96% de similitude génétique.

Il a souligné que de telles maladies surviennent dans la nature – mais bien que étroitement liées, il aurait fallu plusieurs décennies à RaTG13 pour évoluer à l’état sauvage en Sars-Cov-2 et était trop éloignée pour être manipulée dans un laboratoire.

D’autres experts se sont demandé pourquoi il y avait si peu d’informations sur cette nouvelle souche. Une raison est vite devenue claire: le nom avait été changé de celui d’un autre virus appelé Ra4991 identifié dans un article précédent – mais, exceptionnellement, non cité dans l’article Nature.

Cela a obscurci un lien direct avec les mineurs morts, ce qui n’a été confirmé que lorsque Nature a demandé la publication d’un «addendum» à la suite de plaintes. 

L’équipe de Wuhan a également admis qu’elle contenait huit autres virus Sars de la mine du Yunnan qui n’ont pas été divulgués.

Certains scientifiques disent que ces nouveaux détails soulèvent de nombreuses questions nouvelles – y compris une critique en 20 points publiée sur son blog par une microbiologiste indienne appelée Monali Rahalkar.

Cependant, de nombreux experts de haut niveau rejettent toujours l’idée d’une fuite de laboratoire comme une théorie du complot.

Pourtant, David Relman, l’un des plus grands experts mondiaux dans ce domaine, souligne que les scientifiques auraient facilement pu combiner un «site de clivage de la furine» d’un ancêtre viral avec l’épine dorsale de Sars-Cov-2 prélevée sur un autre.

«  Alternativement, la séquence complète de Sars-Cov-2 aurait pu être récupérée à partir d’un échantillon de chauve-souris et un virus viable recréé à partir d’un génome synthétique pour l’étudier avant que le virus ne s’échappe accidentellement  », a écrit Relman, professeur de microbiologie et d’immunologie à la faculté de médecine de l’Université de Stanford. , dans un article récent.

L’ancien conseiller du gouvernement américain sur la biosécurité m’a dit qu’il avait soulevé les problèmes par frustration avec des scientifiques qui semblaient gênés par l’idée. 

« Cette histoire déroutante ne s’additionne pas – la possibilité d’un accident de laboratoire ne peut être écartée », a-t-il déclaré.

On s’est également interrogé sur la disparition apparente d’une jeune chercheuse qui travaillait au laboratoire. 

Il a été suggéré qu’elle aurait pu être patiente zéro de cette pandémie, bien que cela ait été démenti par les autorités chinoises.

Même si le lien des mineurs était supprimé, cela n’exclurait pas la possibilité d’un accident causant cette pandémie. 

Alina Chan, biologiste moléculaire au Broad Institute of MIT et à Harvard, a déclaré que des scientifiques de Wuhan ont montré dans des publications qu’ils avaient échantillonné des centaines de chauves-souris et de personnes vivant près des grottes de chauves-souris dans leur recherche de virus liés à Sars.

«Même si le précurseur de Sars-Cov-2 ne provenait pas de ces mineurs ou de la mine de Mojiang, ont-ils trouvé d’autres virus très étroitement liés que nous ne connaissons pas encore? elle a demandé.

Cela ressemble à l’intrigue d’un film de science-fiction: un virus artificiel s’échappant d’un laboratoire de haute technologie pour provoquer le chaos mondial. 

Pourtant, il existe de nombreux précédents, dont deux chercheurs infectés par le Sars dans un laboratoire de virologie de Pékin en 2004.

Des études montrent également que les accidents avec des agents pathogènes mortels sont courants dans les laboratoires où des personnes travaillent avec des virus microscopiques.

Le professeur Shi a admis qu’elle ne s’attendait jamais à une épidémie dans une ville aussi éloignée du domicile des chauves-souris qu’elle a étudiées. 

Elle a déclaré que sa première pensée en entendant les coronavirus pourrait être le coupable était de se demander: «  Auraient-ils pu venir de notre laboratoire?  »

Elle s’est ensuite précipitée frénétiquement à Wuhan pour vérifier ses dossiers pour une éventuelle mauvaise gestion des matériaux – ce qui prouve qu’elle croyait qu’une telle fuite était une possibilité.

Il existe également un autre laboratoire à Wuhan avec un niveau de biosécurité inférieur, à 500 mètres du marché aux animaux. 

Une étude publiée par deux scientifiques chinois en février sur un site de partage de recherche – puis retirée deux jours plus tard – a énigmatiquement affirmé que 605 chauves-souris étaient gardées ici, décrivant comment certaines ont attaqué, saigné et uriné sur un chercheur. 

«Il est plausible que le virus ait fui», conclut le journal.

Peut-être que cette théorie s’effondrera à mesure que nous découvrirons des faits nouveaux. 

Ou les scientifiques découvriront une autre explication de la trajectoire du Covid-19 des chauves-souris aux humains. 

De même, il est possible que nous ne découvrions jamais la vérité sur les origines de ce virus.

Mais à ce stade, la seule certitude est que nous ne rendons pas service à la science – et en fait, aux rapports d’enquête – si cette idée est écartée sans être correctement réfutée et dépourvue de preuves.

Nous devons cela à un monde si terriblement bouleversé par cette pandémie.

 

 

 

 

 

 

À qui profite le crime:Les fortunes de Bezos, Musk et Zuckerberg augmentent de près de 1 TRILLION de dollars pendant la pandémie…

Alors que des millions de personnes luttent contre la pauvreté et se tournent vers les banques alimentaires pour leur prochain repas, un groupe d’élites financières américaines a vu leur fortune personnelle atteindre de nouveaux sommets inimaginables.

 

Alors que les verrouillages plongent les Occidentaux en difficulté dans la pauvreté et les obligent à s’appuyer sur les banques alimentaires, une poignée de milliardaires ont vu leur fortune personnelle exploser.

 

 

Le coronavirus a ravagé le monde et des familles du monde entier vivent sur la ligne de vie.

Mais pour 614 milliardaires en Amérique, leurs soldes bancaires ont augmenté d’un méga 931 milliards de dollars depuis que le virus s’est installé pour la première fois.

L’économie a chuté jusqu’à présent cette année avec des millions d’emplois en jeu et des budgets pour beaucoup plus serrés que jamais.

Au Royaume-Uni, les banques alimentaires sont plus utilisées que jamais – avec des chiffres montrant une augmentation de 61% des colis alimentaires distribués.

 

Pour le contexte, c’est six colis donnés à une famille affamée chaque minute.

Mark Zuckerberg, directeur général de Facebook. La société a déclaré que des millions de mots de passe de comptes d’utilisateurs avaient été stockés de manière non sécurisée…On s’en souvient!

Pendant ce temps, les patrons d’entreprises technologiques comme Microsoft, Google et Zoom ont vu leurs bénéfices augmenter lors des verrouillages, a rapporté UniLad.

USA Today a identifié les 30 milliardaires qui ont le plus profité de la pandémie, notamment Elon Musk, Mark Zuckerberg de Facebook et Jeff Bezos d’Amazon.

Jeff Bezos

Leur croissance combinée de 90,1 milliards de dollars de richesse représente près de 10% de l’augmentation totale dont bénéficient les milliardaires américains en 2020 seulement.

Elon Musk

Bezos, le fondateur et directeur général d’Amazon, a vu sa fortune grimper de 70 milliards de dollars à 185 milliards de dollars, principalement alors que des millions de ménages étaient enfermés à l’intérieur en fonction des livraisons.

Larry Page

 

 

Elon Musk, le franc-tireur derrière Tesla et personnalité franc Internet, a également vu des avantages financiers, tout comme Larry Page de Google et le gourou des médias sociaux Mark Zuckerberg.

 

 

 

Les demandes d'aide aux banques alimentaires ont explosées au Québec
Les demandes d’aide aux banques alimentaires ont explosées au Québec

 

Pour débuter l’année 2021:des vidéos importantes sur Arruda et l’agenda 21 sécurisés sur notre site web

Pour beaucoup de gens,le grotesque  et odieux personnage d’Horacio Arruda est apparu,un jour,au côté du psychopathe  François Legault,comme un souriant spécialiste des services de santé.

Laissez moi vous enlevez ce dangereux personnage mondialiste de son piedestal:

 


Le piège de l’agenda 21 …nous y sommes déjà dedans:

 

 

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :