Publicités
Accueil

Why Hawaii Gov. Neil Abercrombie is taking on anti-Obama ‘birthers’

Laisser un commentaire

A Hawaii,le gouverneur Neil Abercrombie donne sa première conférence de presse en tant que gouverneur, le 6 décembre à Honolulu. Il dit maintenant qu'il prend au sérieux les revendications des «birthers».

It’s the rumor that won’t go away, despite multiple investigations by fact-checking groups that declare it bogus: the claim that President Obama was not born in the US, and is therefore ineligible to be president.

Now, it’s surfacing in the news yet again, this time thanks to the newly elected governor of Hawaii, Neil Abercrombie, who says he wants to end the debate once and for all.

His idea: Change state policy so that he can release additional proof (perhaps the « long form » birth certificate that so-called « birthers » have been requesting, which is not a public record in Hawaii) that Obama was born in Honolulu, and not in Kenya as conspiracy theorists claim.

The trouble is, the facts are out there already, and they haven’t succeeded in quelling the certainty of those determined not to believe them. In addition to the « certificate of live birth » released by the Obama campaign when the rumors first started circulating – which groups like factcheck.org have concluded is authentic – there were two separate birth announcements in local papers at the time (Aug. 4, 1961).

The birther claims are mostly confined to a relatively small group on the fringe, but state legislators in a handful of states have also introduced legislation requiring political candidates to show their official birth certificate – an effort clearly targeting Obama.

And Hawaii’s health department at one point was so besieged by birther requests to see Obama’s birth certificate that former Gov. Linda Lingle (R) signed a law earlier this year allowing it to ignore them.

Governor Abercrombie is not acting at the request of the White House, whose official policy for some time has been to ignore the rumors rather than engage with what it sees as a bunch of conspiracy theorists.

On CNN yesterday. Abercrombie acknowledged that more documentation may not satisfy the birthers, but said he was acting because of his personal disgust with the claims and the fact that he knew Obama’s parents back in college when Obama was born and is deeply offended at claims he knows to be false.

« It’s a matter of principle with me. I knew his mom and dad. I was here when he was born. Anybody who wants to ask a question honestly could have had their answer already, » he told CNN.

Still, it’s very likely the governor’s efforts will be poorly received by the White House, since they may just serve to put the rumors back in the news once again. And at least a few commentators have a more cynical take on Abercrombie’s actions, suggesting that he’s trying to push an image of Obama as victim of « right-wing zealots. »

 

Publicités

Pourquoi le gouverneur Neil Abercrombie d’Hawaii est-il contre le dossier de la naissance « officielle » de Barak Obama

Un commentaire

A Hawaii,le gouverneur Neil Abercrombie donne sa première conférence de presse en tant que gouverneur, le 6 décembre à Honolulu. Il dit maintenant qu’il prend au sérieux les revendications des «birthers».

Cette rumeur-là ne va pas disparaître: en dépit de multiples enquêtes par groupes de vérification des faits que la déclarer fausse: l’affirmation selon laquelle le président Obama n’est pas né aux États-Unis, et n’est donc admissible à être président.

Maintenant, il est de retour dans les nouvelles encore une fois, cette fois grâce au gouverneur nouvellement élu de Hawaii, Neil Abercrombie, qui dit qu’il veut mettre fin au débat une fois pour toutes.

Son idée: le changement politique de l’Etat afin qu’il puisse libérer une preuve supplémentaire (peut-être le certificat de « forme longue » naissance que les  soi-disant « birthers » ont demandé,…et qui n’est pas un document public à Hawaii) que Barack Obama est né à Honolulu, et pas au Kenya que les théoriciens du complot avancent.

Le problème, c’est que les faits sont là-bas déjà, et ils n’ont pas réussi à réprimer la certitude de ceux qui sont déterminés à ne pas les croire. En plus de l ‘ »attestation de naissance vivante » publié par la campagne d’Obama quand les premières rumeurs ont commencé à circuler – quels sont les groupes comme factcheck.org ont conclu est authentique -, il y avait deux annonces distinctes naissance dans les journaux locaux à l’époque (le 4 août, 1961).

Les revendications birther se limitent principalement à un groupe relativement faible sur la frange, mais les législateurs d’État dans une poignée d’Etats ont également adopté une législation exigeant que les candidats politiques pour montrer leur certificat de naissance officiel – un effort visant clairement Obama.

Et ministère de la Santé d’Hawaï à un moment donné était si assiégée par les demandes des birthers  à voir le certificat de naissance d’Obama que l’ancien gouverneur Linda Lingle (R) a signé une loi plus tôt cette année qui lui permet de les ignorer.

Gouverneur Abercrombie n’agit pas à la demande de la Maison Blanche, dont la politique officielle pendant un certain temps a été d’ignorer les rumeurs plutôt que de s’engager avec ce qu’il voit comme une bande de théoriciens de la conspiration.

Sur CNN, hier, Abercrombie a reconnu que plus de documentations peuvent ne pas satisfaire les birthers, mais a dit qu’il a agi en raison de son dégoût personnel avec les revendications et le fait qu’il savait parents de Barack Obama  étaient de retour au collège, quand Barack Obama est né et est profondément offensé par les prétentions qu’il sait être fausses.

«C’est une question de principe avec moi. Je savais  au sujet de sa mère et son père. J’étais ici quand il est né. Quiconque veut poser une question honnêtement aurait pu avoir leur réponse déjà, at-il déclaré à CNN.

Pourtant, il est très probable que les  efforts du gouverneur seront mal perçue par la Maison Blanche, car ils peuvent tout simplement servir à mettre les rumeurs à la une des nouvelles une fois de plus. Et au moins un certain nombre de commentateurs ont une vision plus cynique sur les actions d’Abercrombie, suggérant qu’il essaie de pousser une image d’Obama en tant que victime de «fanatiques d’extrême droite. »

WikiLeaks cable reveals how a Brazilian ‘terrorist’ got a US visa last year

Laisser un commentaire

WikiLeaks on Tuesday released a secret cable that reveals how a Brazilian ‘terrorist’ got a US visa last year. But the question remains: Did the move amount to a policy change by the Obama administration?

US President Barack Obama seen after accepting the Nobel Peace Prize in Oslo City Hall Dec. 10, 2009. Some speculated that the Obama administration had relaxed US policy by issuing a visa to a Brazilian who, while a member of a student radical group, had held former US Ambassador Charles Burke Elbrick hostage for four days in 1969. The visa issuing occurred at the same time the media was talking about the Nobel Prize awarded to President Obama.

Santiago, ChileA Brazilian who helped kidnap the US ambassador to his country in 1969 should never have receive a tourist visa from the State Department last year, according to a US diplomatic cable posted yesterday by Wikileaks.

After the US consulate pasted the precious visa into former student radical Paulo de Tarso Venceslau’s passport, but before it returned the passport to him, officials realized what had happened. A top diplomat wrote to Washington asking whether it would be best to let him slide « in light of the distance from the crime, the circumstances under which it took place, and our desire for a forward-looking relationship. »

The US had long considered Mr. Venceslau a terrorist for holding former US Ambassador Charles Burke Elbrick hostage for four days in 1969 along with a group of radical students that included current Brazilian congressman Fernando Gabeira and Franklin Martins (a minister for President Luiz Inácio Lula da Silva). The group, known as Revolutionary Movement 8th October (MR-8), demanded the release of 15 political prisoners held by the Brazilian military dictatorship. It worked.

The newly released WikiLeaks cable is the first indication of why Venceslau was approved for a visa last year after having been turned down three times previously for having terrorist affiliations.

Did Obama really change policy?

Once approved, Venceslau went to the press and suggested that President Obama – who had recently won the Nobel Peace Prize – had made a policy change.

« Will these be new times? Did Obama really change things? » he said to newspaper O Globo.

Venceslau wasn’t the only one to speculate that Obama’s administration had relaxed US policy by issuing the visa. Opponents of the US leader took to the Internet to denounce the administration for being soft on terror.

On the website Brazzilmag.com, some readers called the move « revolting, » the result of dependence on Brazilian oil exports, and an example of Obama’s communism.

Initial visa approval not a policy change

If the WikiLeaks cable is both genuine and complete, the initial visa approval wasn’t a policy change at all.

According to the cable, Venceslau didn’t mention any past arrests or convictions on his visa application, and he told the consul general in São Paulo that Brazilian law doesn’t require people to include political crimes when declaring their criminal record. The consulate checked his name and it came up clean, according to the cable.

Once Venceslau went to the press after he got the visa, Charge d’ Affaires Lisa Kubiske wrote: « Cancellation of the visa, which would be the standard course of action, will likely lead to significant and negative reaction in the Brazilian media at a time when both official Brazilians and the public are considering new possibilities for US-Brazil relations. »

But Ms. Kubiske didn’t blithely advocate for Venceslau, either.

« Issuance of a visa … might have implications for broader US policy and messaging on terrorism. »

She said the minimum the US would accept in return for the visa would be « a public repudiation of the crime and of kidnapping as a tactic. »

A spokeswoman at the US consulate in São Paulo wasn’t immediately available to comment.

While the initial visa acceptance may have been an error, the follow-up shows that diplomats wanted to take advantage of Obama’s popularity after he won the Nobel Prize. Unfortunately, the effort to foment good will may have been for naught.

Brazilian President Luiz Inácio Lula da Silva, who leaves office this weekend, said this week he has been disappointed by how much Obama’s policies in Latin America resemble those of earlier US presidents.

« Relations have changed little » between the US and Latin America, Lula said this week. « The reality is they didn’t change at all. That makes me sad. »

Un Câble Wikileaks révèle comment un «terroriste brésillien» a obtenu un visa des États-Unis l’an dernier

Laisser un commentaire

Wikileaks a publié mardi un câble secret qui révèle comment un Brésilien «terroriste» a obtenu un visa des États-Unis l’an dernier. Mais la question demeure: Est-ce  qu’un mouvement de   changement  politique aurait touché l’administration Obama?

Le président américain Barack Obama vu après avoir accepté le prix Nobel à Oslo City Hall 10 décembre, 2009. Certains ont spéculé que l’administration Obama a assoupli la politique américaine en délivrant un visa à un Brésilien qui, tout membre d’un groupe d’étudiants radicaux, avait eu lieu l’ancien ambassadeur américain Charles Burke Elbrick en otage pendant quatre jours en 1969. La délivrance des visas eu lieu en même temps les médias parlais du prix Nobel décerné au président Obama.

Santiago, Chili
Un Brésilien qui a aidé à kidnapper l’ambassadeur américain à son pays en 1969 ne devrait jamais avoir reçu un visa touristique auprès du Département d’Etat l’année dernière, selon un américain du câble diplomatique envoyé hier par Wikileaks.

Après le consulat américain collé le visa précieux en ancien élève passeport radical Paulo de Tarso Venceslau, mais, avant de retourner le passeport à lui, les fonctionnaires réalisé ce qui s’était passé. Un haut diplomate a écrit à Washington en demandant s’il serait mieux de le laisser « passer »…en cachant  les circonstances dans lesquelles elle a eu lieu, et ainsi garder notre objectif  d’une relation de nature prospective. »

Les États-Unis ont  longtemps  considéré comme un terroriste M. Venceslau pour l’enlèvement  de l’ancien ambassadeur américain Charles Burke Elbrick en otage pendant quatre jours en 1969 avec un groupe d’étudiants radicaux qui comprenait un membre actuel du Congrès brésilien Fernando Gabeira et Martins Franklin (un ministre pour le président Luiz Inácio Lula da Silva). Le groupe, connu sous le nom Mouvement révolutionnaire du 8 Octobre (MR-8), a exigé la libération de 15 prisonniers politiques détenus par la dictature militaire brésilienne.

Le câble nouvellement libérés Wikileaks est la première indication des raisons pour lesquelles Venceslau a été approuvé pour un visa de l’an dernier après avoir été refusé trois fois auparavant pour avoir des affiliations terroristes.

Obama at-il vraiment changer la politique?
Une fois approuvé, Venceslau allés à la presse et a suggéré que le président Obama – qui a récemment remporté le Prix Nobel de la paix – avait fait un changement de politique.

« Seront-elles une nouvelle époque? Avez-Obama vraiment changer les choses? » at-il dit au journal O Globo.

Venceslau n’était pas le seul à spéculer que l’administration Obama a assoupli la politique des États-Unis par la délivrance du visa. Les opposants au président américain a pris à l’Internet pour dénoncer l’administration pour être laxiste face au terrorisme.

Sur le site Brazzilmag.com, certains lecteurs qualifié cette décision de « révoltante », le résultat de la dépendance sur les exportations de pétrole du Brésil, et un exemple du communisme Obama.

l’approbation du visa initial n’est pas un changement de politique
Si le câble Wikileaks est à la fois réelle et complète, l’approbation initiale de visa n’a pas été un changement de politique à tous.

Selon le câble, Venceslau n’a pas mentionné les arrestations ou condamnations passées sur sa demande de visa, et il a dit au consul général à São Paulo que la loi brésilienne ne pas les gens à commettre des crimes politiques lors de la déclaration de leur casier judiciaire. Le consulat a vérifié son nom et il est venu propre, en fonction du câble.

Une fois Venceslau allés à la presse après avoir obtenu le visa, La chargé d ‘Affaires Lisa Kubiske a écrit: «L’annulation du visa, qui serait la norme de l’action, mènera probablement à une réaction significative et négative dans les médias brésiliens à un moment lorsque les Brésiliens officiels et le public envisagent de nouvelles possibilités pour les relations américano-brésilienne.  »

Mais Mme Kubiske n’a pas allègrement plaider pour Venceslau, soit.

«La délivrance d’un visa … pourrait avoir des implications pour la politique américaine plus large eainsi que le message lancé sur le terrorisme. »

Elle a dit que le minimum aux États-Unis acceptent en retour pour le visa serait « un désaveu public de la criminalité et de l’enlèvement en tant que tactique. »

Une porte-parole du consulat américain à São Paulo n’était pas immédiatement disponible pour commenter.

Bien que l’acceptation initiale de visa peut-être été une erreur, le suivi montre que les diplomates ont voulu profiter de la popularité d’Obama après qu’il ait remporté le prix Nobel. Malheureusement, les efforts visant à fomenter la bonne volonté peut-être pour rien.

Le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, qui quitte ses fonctions ce week-end, a déclaré cette semaine qu’il a été déçu par le genre  de politique qu’Obama mène en Amérique latine  .

«Les relations ont peu changé» entre les États-Unis et en Amérique latine, A déclaré  Lula,cette semaine. «La réalité est qu’ils n’ont pas changé du tout. Ça me rend triste. »

Past,present and future of the « society of humans »

Laisser un commentaire

LOOK AT THE PAST

It is modeled on the past, we can build the future …

The Neolithic hunters, gatherers and nomads have become pastors, they built villages and acquired the concept of ownership. With the notion of ownership, was born the concept of force: « homeland defense ». Conquer, catch and keep …

At the time Taurus, people became homeowners and warriors. As they spent their time fighting, they were no longer working. So they took the slaves who did the work. It should be remembered that the American Indians had no sense of ownership. They said: « The Earth is our mother, she feeds us, and we do not cut his mother to pieces. » At that time, everything belonged to everyone … When the whites went there, with their mentality, they asked: « Whose is this land? » The native replied: « A person ». The whites said « Oh!?, Then it is our …!». And you know the rest … It brought home the misery, they did not know.

In the subsequent evolution, we brought the horse, beef, and about 1875, the steam engine, telegraph etc.. Since then, growth is such that one becomes more and more powerful. But what about this constructive power in the human, social, ecological, global? We do not yet understand much about the art of controlling our powers …

In cultural terms:

People left the countryside to move to the cities. The peasants worked in factories. They had the right to education, to learn to read and write. Just middle school. Soon there were too many workers and too many students. So we increased the tuition because it is better for young people in school, rather than the street. Soon there were too many students. In universities, it makes the selection much more severe. They increased the amount of material to study (not to give better training, but to regulate the selection). Farming has declined sharply, stocks are destroyed to keep prices and give a subsidy to farmers to live decently.

The organization of working time:

In the last century, a work day lasted 12 or 13 hours a week for eight days were 85 to 90 hours .. Now the day is eight hours and the 40 hour week. Some companies give 6 hours days. Then we proposed the ¼ time, part-time … The evolution of our time offers no other alternative than having to reduce working time. This situation causes panic. For centuries, the work was the reason for being. They equated their personality to their activities and pay month-end was a source of pride and security.

Work = exist, seem, can compare themselves to others and be in permanent competition with its environment in a horrible feeling « of the fittest » which means « well-enforced cannibalism » The stronger eat the weaker and so on until only one remains … As said the famous sentence: « … And if there’s only one left, I’d be one!  »

We’re so focused on « work » as an essential of life, in our mind, any man who does not work is considered a slacker, a profiteer, a useless parasite of society, or a bad citizen as someone with psychological disorders … Work has become essential to the individual in social terms, mental and physical.

Man is the only animal that can not find everything he needs in his natural environment. The man lies on his natural rights: « The survival of the fittest, » « defeat to live etc. … « With this rule we get nowhere. The men eat them, not wolves! When one wants to demolish another man, not a bad conscience, one is convinced at first that it is not worth living, and it creates a sub-human, ie that this man has the right to be destroyed because it is not really a man. Racism, Nazism is here! except that the Nazis were racist even in the same skin color. For many years it has caused the enslavement of more freedom for the privileged few.

There is a serious mistake in the idea of productivity:

It said: « The more we produce, the more there is work … « Not true! The opposite happens … Modern technology, robotics and computer produce a lot while reporting much more. This should allow men to have more free time and even get paid to do nothing (unemployment benefits, etc.). Some companies retain workers paid to do nothing … to maintain the illusion! In fact, the company has less need of human labor to fill its needs. This means positively, that we are liberating themselves from the bondage of work, as at the time of Eden, before the punishment of God « You shall work by the sweat of your brow … « This punishment is about to be lifted … Alas, men appear in the streets to maintain … It is from the golden age, but obviously there are still many problems to solve in our society.

Today, we come to absurd conclusions like this:

– Since we have fewer and fewer workers – there are too many unemployed!

– Since the purchasing power decreases! – Too minimex

– That the state has less money! – Whether the economy slows down!

– What businesses go wrong! – That there is overcrowding!

– That there are too many foreigners …

– That there are too many pensioners (pension reduction = less consumer …)

– We will no longer be able to feed everyone! So foreigners at the door …!

It’s a joke! It happens so that each year we must destroy the surplus to maintain prices. Supermarkets are destroying, day after day of huge amounts of food still good for consumption … There is a monumental waste to keep prices! There was plenty of food for everyone!

Capitalism = produce more than you invested.

This idea is wrong. It goes against the principle of conservation. To do so, we must cheat. Or you do not pay someone, or we sell the wind. We will sell anything more expensive than its actual value = profit, so a continuing obligation to cheat. We will make objects of lesser quality, to speed performance. Therefore produce more and break more to produce more …

We must find the slaves who work very cheap. So we take the foreign labor and we’ll do more work … Now, we are trapped because the industries produce in quantity of products that nobody can buy because: less work = less money = less shopping. As this situation occurs at almost all countries, exporting is not profitable. We turn in circles …

Example of speculative system:

We will buy roasted coffee or not, at very low prices in Colombia. This cafe is on site, but speculators are in London. They sell the coffee, for that they will be spread rumors, like: « The harvest was bad, too much rain, could be a shortage of coffee etc … » to make prices rocket. This same coffee will be repurchased and resold several times, each time with a profit. In Colombia, people are suffering … This technique, stock market, is practiced with everything the same way!

Another example:

A plant with a production value of six million, is interesting for its products. Some manipulators are « a rumor overrated » about this plant. The shares become more valuable. In exchange, there buy / sell, still buy / sell always at a profit … The plant has not grown an inch, it has not changed, it remained the same … The ultimate purchaser « pigeon » comes to account, it creates a crash and some have lost everything … They are ruined and some fail at suicide! And we continue this system cannibal … One loses his life trying to win it!

What then of our overproduction?

We create advertising that will create the need … So instead of building things that serve human needs, we will manipulate humans for their needs correspond to things built! In short: the trick is to buy unnecessary things while pretending that it is essential to our needs!

In fact what the money:

Money is nothing more than fuel. It errs on the concept of money. Money should be a genuine exchange value! Gold instead of a concrete value, it is speculative! We must demystify money: you can not link money to work.

Initially the money was a means of barter and currency market, and blocks of gold traded … Then, pieces were struck with a figure. Rulers struck their currencies to their effigies or their weapons (blasons.) Then came the confusion between power and money and we’re left more …

At the French Revolution, began to run out of gold. The Lombards, the Templars and the Jews, created the promissory note.

For security reasons, people left their gold to guard the banks and bankers soon realized that the height of these stocks will never diminish. So they had the idea of vicious people start paying … They created a fictitious promissory note is a good match to claim the gold stored. Soon, it was created more than promissory notes that there was gold stored …

Example: A bar of gold bullion for the photo = = move to the photo of the ingot to retrieve the ingot. One day a wise guy said, « because I have a picture, I make photocopies …

The phenomenon of unemployment:

So the full-time work is not really possible. The part-time work, does not really the same benefits. If we reduce working hours by reducing the salary, we can use our free time to do something else …

Purchasing power and sense of security decreases. We can not count the number of bankruptcies … and in case of bankruptcy, the taxes are not paid, social security is not paid, so that will have to repay, Everybody …

So to summarize: fewer and fewer people work and the few people who still work have to pay more tax …

Throughout history, there have been long periods of unemployment. In general, the problem was solved by war. It destroyed everything, rebuilt and there is work for the survivors. We know the definition of war: « War is made by those who do not know why they had made, organized by those who did not do it, but know very well why …  »

40/45 War has removed the equivalent number of the unemployed before the war. What are the major economic powers at the moment: the losers of the last war: Germany and Japan!

History has proved that it was not really a solution. We must find something else. It’s stupid to tear down what has always taken time and energy to build. We are busy making the same mistakes, and we prepare the Third World War …

The Gulf: Too much oil we consume too little, where falling prices …

As the Iraqis and Iranians beat their top, it suits well the global economy, because thanks to this, oil production is not excessive. In addition, because there is too much oil is flowing in a few. As is reimbursed by insurance (ie us) This suits many people.

The major powers provided arms and we also … Israel and also supplies weapons to both sides …

Now, what are the wages of workers? :

Is removed from the gross salary, 50% of charges and taxes that pay for the unemployed, politicians, pensions, jobs « created. »

The robot is cool, but they do not pay taxes. The boss found there, but there is no redistribution of taxes … Therefore, the state must compensate by drawing all kinds compensatory allowances …

This system is not sustainable because there will not be enough workers to pay for it. Thus, public debt increases.

At what point did we lose our freedom?

From the introduction of the current banking system. Very practical, very clever … for whom? Banks have each of us.

Banks finance wars: How the heads of state could they provide if not in arms? Every major war, men were killed by weapons financed by their own country sometimes … Who benefits from wars?

Banks lend: For countries with difficulties. These indebted countries do what they want. They must give cons in part, a mining right on their products, their agricultural resources and so on.

Credits: Credit cards: The permanent temptation! The headlong rush into the fog! They are made to prolong the illusion … While holding people in prison mental, moral … It’s a vicious circle!

We are all indebted and live in anguish of not knowing repay and losing what little they had acquired on credit. Banks lend at usurious rates and spend his life to pay. The higher interest costs of all kinds are being added each month to repay more happens. After years, it has already returned three or four times the amount borrowed …

All this power struggle to fund our ambitions, we are so concerned that no longer reflects … We no longer know how to break a cycle. Our external signs of wealth, our desires seem to have the same thing the neighbor, we pay dearly!

     We are prisoners of the system and are weighed down under its weight.

Those who do not adhere to the system are rapidly eliminated in one way as another. In America, some great presidents have wanted to change things … They were all murdered. Whenever a « president », where a « leader » does not adhere to any requirements made of occult powers, it is « broken » by scandals or murders. (Lincoln, Kennedie etc..) Same here, if a minister wanted to stop the system « usury rates » and other banking practices, it could certainly be major problems. It is not surprising that the meddle of a scandal can to neutralize it.

A friend told me 15 years ago, « you’ll see, we will be so scared to have cash because of insecurity, we will all magnetic cards for payments. (It is) « Then we will be so embarrassed by all the cards, they will ultimately have an implant with a barcode on the forearm. It will just have to pass a scanner and we know all of us … All these codes will be included in the mainframe called « THE BEAST » in the Bible. « (We do not have barcode implant, but we are already number in the beast …)

To join the society you must be registered. He who will not be, where that form of punishment would be banned, no longer ID, can no longer do business in short, no longer exist …

FICTION?

Only our most valuable assets are our lives and our free will. c.à.d.vivre free to choose what we want and not what we want!

The financial operation:

Currency Banking:

Ex: A merchant submits its recipe of the day at the bank. In exchange, he receives a receipt. The banker said: « Since you have an account with us, instead of taking money, taking checks »

Checks = promise to pay. Very quickly appeared the NSF and checks stolen. Some have claimed that money did not exist. Checks rested a lot of problems … Attempts to remove them.

Since people do walk around with more money in his pocket but with promises to pay, banks therefore propose to continue to lend, and they extend their credits. We are ready for fabulous sums on values that are virtually stored. If tomorrow everyone would find his money in the bank, it would panic, because long ago that the money is gone.

This system continues to operate against all logic. If the system works with huge debts and play money is that money does not at all the magical value attributed to it. He also lends a moral value

We must demystify the money, absolutely … To avoid a new society of rich and poor.

The biggest karmic burden of the West, is to have preached charity and never having practiced.

TIME TO LIVE

Sources: leisure activities, what for? J. Harrington

Conf. L.D Alès and E. DORION

And if there came a time when it will delay retirement to enjoy his time off for a few years?

Many pessimistic, traditionalist, saying: « It is not possible … People will do anything good in their free time … The young people will linger or even worse …  »

Try to be optimistic and look at the program:

• The work was considered a disposition and recreation as a liberation. We become free …

If you looked in the Larousse dictionary definition of the words:

WORK: the Latin Trepalium = instrument of torture!

UNEMPLOYMENT: the Latin Caumare = rest during the heat … We’ll work less: the better we’ll be able to look after us and others. Give more value to the individual « is sold, you sell your knowledge.

· There will be a swinger community structure, a global society that values individual.

Aquarius new ideas:

We’ll demystify money by replacing it with a currency distributive:

A non-currency thésorisable:

– Everyone is entitled to a personal account maintained for life. All will benefit from social production in solidarity. At each bring in more trash, than everyone will be prosperous. The work will no longer be bound to pay but the services rendered. This will be a relationship between parents and children, free exchanges. In this system, income would be a legacy of the usufruct for life.

The machines will manufacture for there to be enough for everybody. If a manufactured product is not purchased, we will stop making it, because it is useless.

We have no further interest in the war, because everyone will be happy.

Robots and machines produce what we need, the computer can handle everything.

We will create an interdependence, first version of love because the word « I love you » means « you cover my needs. »

– You will not know to buy more goods than there is available and you will have no incentive to buy more goods that you will consume.

– You will not know eating more than the volume of your stomach. This will not help to have 3 or 4 houses, because you will not know resale. Why would people buy a house because they would be entitled by birth.

– We will not fly over: because by birth, we will all be over and that since we can not resell it. This currency will no longer be supplied by a bank, so we will not take more interest on it. this investment will be provided by any society.

The right to life for all men.

We’ll get bored do you think? Imagine your days:

How to upgrade to a sedentary society? :

The existence of leisure will play a fundamental role in our daily lives and our future.

What all this time of freedom:

Those inhabited by certain passions, will quickly how to use their days. The others will find a number of possibilities:

– Travelling, excluding neither the time nor the money …

– Soon intergalactic mini trips. (Fiction becomes reality)

– Thanks to the systems movement growing fast, it will be in Nice on the beach in the morning and evening with us …

– Take courses in music, singing, painting, theater,

– All learning in all areas to make us useful in all sectors.

– Exchanging his car against another …

– Exchanging his home city against a campaign to wherever we want to change …

– Helping each other …

– Making the desert green and productive in the world, so there will be room and food enough for everyone …

– Circle the children of love and attention …

– Circle the elderly who are no longer confined to old people’s homes …

– Everyone will bring his qualities, his personality, his knowledge of the profits of others.

– Go listen and see what others are doing: Concerts, etc..

– Read, write, photograph …

– Perform a variety of sports for fun and for windfall gains …

With mountains to climb, oceans to explore, caves to explore, museums to visit, to observe the heavens, do you really think it is nothing to do with our time …?

Completed stress, nervous disorders, jealousy …

It is not unrealistic!

If we go back in history, said some « primitive » has lived almost exactly like that, (but without our fabulous technology to serve), and yet they were happy …

Le passé,le présent et l’avenir de notre société humaine

Laisser un commentaire

REGARD SUR LE PASSE

C’est en prenant exemple sur le passé, qu’on peut construire l’avenir…

Le Néolithique  :  Les chasseurs, nomades et cueilleurs  sont devenus des pasteurs, ils construisirent des villages et acquirent la notion de propriété. Avec la notion de propriété, est née la notion de force : « défense du territoire ». Conquérir, prendre et garder…

A l’époque Taureau, les gens devinrent propriétaires et guerriers. Comme ils passaient leur temps à combattre, ils ne travaillaient plus. Donc ils prirent des esclaves qui faisaient le travail. Il faut rappeler, que les Indiens d’Amérique, n’avaient pas le sens de la propriété. Ils disaient : « la Terre est notre mère, elle nous nourrit, et on ne coupe pas sa mère en morceaux.»  A cette époque, tout appartenait à tout le monde… Quand les blancs sont allés là-bas, avec leur mentalité, ils ont demandé : «C’est à qui ces terres?»    Les indigènes répondirent : «A personne». Les blancs dirent «Ah bon !?, alors c’est à nous…!». Et vous connaissez la suite… On a introduit chez eux la misère, qu’ils ne connaissaient pas.

Dans la suite de l’évolution, on a introduit le cheval, le boeuf et vers 1875, la machine à vapeur, le télégraphe etc. Depuis, la croissance est telle qu’on devient de plus en plus puissant. Mais que fait-on de constructif de cette puissance au niveau humain, social, écologique, planétaire ?  On n’a pas encore compris grand-chose dans l’art de maîtriser nos pouvoirs…

Au point de vue culturel :

Les gens ont quitté les campagnes pour aller vers les villes. Les paysans travaillèrent dans les usines. Ils ont eu droit à l’enseignement, pour apprendre à lire et à écrire. Juste l’école moyenne. Très vite, il y eut trop d’ouvriers et trop d’étudiants. On a donc augmenté la scolarité, car il vaut mieux des jeunes à l’école, plutôt qu’à la rue. Bien vite il y eut trop d’étudiants. Dans les universités, on rend la sélection beaucoup plus sévère. Ils ont augmenté la quantité de matière à étudier (pas pour donner une meilleure formation, mais pour réguler la sélection).  L’agriculture à fortement diminué, on détruit les stocks pour maintenir les prix et on donne une subvention aux agriculteurs pour qu’ils vivent décemment.

L’organisation du temps de travail :

Au siècle dernier, une journée de travail durait 12 ou 13 heures, une semaine de huit jours comptait 85 à 90 heures..  A présent la journée est de huit heures et la semaine de 40 heures. Certaines sociétés, accordent les 6 heures journées. Ensuite on a proposé le ¼ temps, le mi-temps… L’évolution de notre époque n’offre aucune autre alternative que de devoir diminuer le temps de travail. Cet état de choses provoque la panique.  Pendant des siècles, le travail était la raison d’être des individus. Ils assimilaient leur personnalité à leurs activités et leur salaire de fin de mois était source d’orgueil et de sécurité.  

Travailler = exister, paraître, permet de se situer par rapport aux autres et d’être en compétition permanente avec son environnement dans un sentiment  horrible « de  loi du plus fort » qui signifie « cannibalisme bien appliqué » Le plus fort mange le plus faible et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un… Comme dit la célèbre phrase : « …Et si il n’en reste qu’un, je serais celui-là ! »

On a tellement focalisé sur le « travail » en tant qu’instrument essentiel de vie, que dans notre mentalité, tout homme qui ne travaille pas est considéré comme un fainéant, un profiteur, un incapable, un parasite de société, un mauvais citoyen ou comme quelqu’un ayant des troubles psychologiques… Le travail est devenu essentiel à l’individu d’au point de vue social, psychique et physique.

L’homme est le seul animal qui ne trouve pas tout ce qu’il a besoin dans son environnement naturel. L’homme ment sur ses droits naturels : « La loi du plus fort », « vaincre pour vivre etc… »  Avec cette règle on n’arrive nulle part.  Les hommes se mangent entre eux, pas les loups !  Lorsqu’on veut démolir un autre homme, pour ne pas avoir mauvaise conscience, on se convainc d’abord qu’il ne vaut pas la peine de vivre, et on crée un sous-homme, c.à.d.  que cet homme là, a le droit d’être détruit, car il n’est pas vraiment un homme. Le racisme, le Nazisme c’est çà ! sauf que les nazis étaient racistes même dans la même couleur de peau. Pendant longtemps, on a provoqué l’asservissement du plus grand nombre pour la liberté de quelques-uns privilégiés.

Il y a une grave erreur dans l’idée de productivité :

On se dit : « Plus on produit, plus il y a du travail… » C’est faux ! C’est l’inverse qui se passe… La technologie moderne, la robotique et l’informatique produisent beaucoup, tout en rapportant beaucoup plus. Ce qui devrait permettre aux hommes d’avoir plus de temps libre et même d’être payés à ne rien faire (chômage, allocations, etc.) Certaines sociétés  gardent des travailleurs payés à ne rien faire…pour maintenir l’illusion ! En fait, la société a de moins en moins besoin du travail de l’homme pour pourvoir à ses besoins. Cela signifie donc positivement, qu’on est en train de se libérer de la servitude du travail, comme à l’époque du paradis terrestre, avant la sanction de Dieu  «  Tu travailleras à la sueur de ton front… » Cette punition est sur le point d’être levée… Hélas, les hommes manifestent en rue pour la maintenir…On est au départ de l’âge d’or, mais, évidemment, il y a encore beaucoup de problèmes à régler dans notre société.

Aujourd’hui, on arrive à des conclusions absurdes de ce genre :

– Puisqu’on a de moins en moins de salariés     – Qu’il y a trop de chômeurs ! 

– Puisque le pouvoir d’achat diminue !              – Trop de minimexés

– Que l’état a moins d’argent !                          – Que l’économie ralentit !

– Que les commerces vont mal !                        – Qu’il y a surpopulation !

– Qu’il y a trop d’étrangers…  

– Qu’il y a trop de pensionnés (diminution des pensions = moins de consommateurs…)

– On ne va plus pouvoir nourrir tout le monde !!!  Donc les étrangers, à la porte…!

C’est une blague !  On produit tellement que chaque année, on doit détruire les surplus pour maintenir les prix. Les grandes surfaces détruisent, jour après jour des quantités énormes de nourriture encore bonnes à la consommation… Il y a un gaspillage monumental pour maintenir les prix !   Il y a largement de quoi nourrir tout le monde !! 

Le capitalisme = produire plus qu’on investit.  

Cette idée est incorrecte. Elle va contre le principe de conservation. Pour procéder de la sorte, il faut tricher. Soit on ne paye pas quelqu’un, soit on vend du vent. On va vendre quelque chose plus cher que sa valeur réelle = profit, donc obligation permanente de tricher. On va fabriquer des objets de moins bonne qualité, pour accélérer le rendement. Donc produire plus et casser plus pour produire plus…

Il faut trouver des esclaves qui travaillent très bon marché. Donc on prend de la main-d’oeuvre étrangère et nous, nous n’avons plus de travail…Là,  on est piégés, car  les industries produisent en quantité des produits que plus personne ne peut acheter, car : moins  de travail =  moins d’argent = moins d’ achats. Comme cet état de choses  se produit a peu près dans tous les pays, l’exportation n’est guère plus rentable.  On tourne en rond… 

Exemple de système spéculatif : 

On va acheter du café torréfié ou non, à très bas prix en Colombie. Ce café reste sur place, mais les spéculateurs se trouvent à Londres. Ils vendent ce café, pour cela ils vont faire  courir des bruits, du style : “La récolte a été mauvaise, trop de pluies, risque d’y avoir pénurie de café etc…” pour faire flamber les prix. Ce même café sera ainsi racheté et revendu plusieurs fois avec chaque fois un bénéfice. En Colombie, les gens sont dans la misère… Cette technique, boursière, se pratique avec tout, de la même façon !  

Autre exemple :

Une usine d’une valeur productive de six millions, est intéressante pour les articles qu’elle produit. Certains manipulateurs font « courir un bruit surfait » à propos de cette usine. Les actions prennent de la valeur. En Bourse, il y a achat/revente, encore achat/revente toujours avec bénéfice… L’usine n’a pas grandi d’un pouce, elle n’a pas changé, elle est restée identique… Le dernier acheteur « pigeonné » vient demander des comptes, on crée un Crash et certains ont tout perdu… Ils sont ruinés et en arrivent parfois au suicide ! Et on continue ce système cannibale…    On perd sa vie à vouloir la gagner !  

Que faire alors de nos surproductions ?  

On crée la publicité, qui va créer le besoin… Donc au lieu de construire des choses qui servent aux besoins des humains, on va manipuler les humains pour que leurs besoins correspondent aux choses construites !  Bref : tout l’art consiste à faire acheter des choses inutiles tout en faisant croire que c’est indispensable à nos besoins ! 

En fait qu’est-ce que l’argent : 

L’argent n’est rien d’autre qu’un carburant.  On se trompe sur la notion de l’argent. L’argent devrait être une valeur d’échange réelle ! Ors au lieu d’être une valeur concrète, elle est spéculative !  Il faut démystifier l’argent : on ne peut plus associer l’argent au travail. 

Au départ : l’argent était un moyen de troc, puis une monnaie marchande, puis des blocs d’or échangés…Ensuite , des pièces furent frappées d’une figure. Les souverains frappaient leur monnaie à leurs effigies ou à leurs armes(blasons.)  De là est venue la confusion entre le pouvoir et l’argent et nous n’en sommes plus sortit… 

A la révolution française, on a commencé à manquer d’or. Les Lombards, les Templiers et les Juifs, créèrent le billet à ordre. 

Par souci de sécurité, les gens laissèrent leur or à la garde des banques et les banquiers se rendirent vite compte que la hauteur de ces stocks ne diminuait jamais. Ils eurent donc l’idée vicieuse  de commencer à prêter aux gens… Ils créèrent un billet à ordre fictif soit un bon pour valoir correspondant à l’or stocké. Bien vite, on a crée plus de billets à ordre qu’il n’y avait d’or stocké… 

Exemple : Un lingot d’or = photo du lingot pour circuler = donner la photo du lingot pour récupérer ce lingot. Un jour un petit malin à dit : « puisque j’ai la photo, je fais des photocopies… 

Le phénomène du chômage : 

Donc le travail à temps plein n’est plus vraiment possible. Le travail à temps partiel, n’offre pas vraiment les mêmes avantages. Si on diminue les heures de travail, en diminuant le salaire, on peut utiliser notre temps libre pour faire autre chose…

Le pouvoir d’achat et le sentiment de sécurité diminue. On ne compte plus le nombre de faillites… et en cas de faillite, les impôts ne sont pas payés, la sécurité sociale n’est pas payée, donc qui va devoir  rembourser, Tout le monde…

Donc pour résumer : de moins en moins de gens travaillent et le peu de gens qui travaillent encore doivent payer de plus en plus d’impôts…

Dans toute l’histoire de l’humanité, on a connu de grandes périodes de chômage. En général, on a réglé le problème par des guerres. On détruit tout, on reconstruit et il y a du travail pour  les survivants.  On connaît la définition de la guerre : « La guerre est faite par ceux qui ne savent pas pourquoi ils l’a font, organisées par ceux qui ne l’a font pas, mais qui savent très bien pourquoi… » 

La guerre 40/45 a supprimé le nombre de personnes équivalent au nombre de chômeurs d’avant la guerre.  Quelles sont les grandes puissances économiques pour le moment : les perdants de la dernière guerre : l’Allemagne et le Japon ! 

L’histoire a prouvé que ce n’était pas vraiment une solution. Il faut trouver autre chose. C’est stupide de démolir constamment ce qu’on a mis du temps et de l’énergie à bâtir . On est occupé à refaire les mêmes erreurs, et on prépare la troisième guerre mondiale…

Le Golfe : Il y a trop de pétrole, on en  consomme trop peu d’où,  chute des prix…

Tant que les Irakiens et les Iraniens se tapent dessus, cela arrange bien l ’économie mondiale, car grâce a cela, la production de pétrole n’est pas excédentaire. En plus, comme il y a trop de pétroliers, on en coule quelques-uns . Comme c’est remboursé par les assurances (c.à.d. nous)  Cela arrange beaucoup de monde. 

Les grandes puissances fournissent les armes et nous aussi…et Israël aussi, fournit des armes aux deux côtés… 

A présent, où en sont les salaires des travailleurs ? : 

On retire du salaire brut, 50 % de charges et d’impôts qui servent à payer : les chômeurs, les politiciens, les pensions, les emplois « crées ». 

Les robots c’est chouette, mais ils ne paient pas de taxes. Le patron s’y retrouve, mais il n’y a plus de redistribution d’impôts… Dès lors, l’état doit compenser par des prélèvements de toutes sortes : allocations compensatoires… 

Ce système n’est pas viable, car il ne restera plus assez de travailleurs pour payer tout cela. Donc, la dette publique augmente. 

A partir de quel moment avons-nous perdu notre liberté ?  

A partir de l’instauration du système bancaire actuel. Très pratique, très ingénieux…pour qui ? Les Banques possèdent chacun d’entre nous. 

Les Banques financent les guerres : Comment les chefs d’Etats pourraient-ils se fournir en armement sinon ?  A chaque grande guerre, les hommes se sont fait tuer par des armes financées parfois par leur propre patrie… A qui profitent les guerres ? 

Les Banques prêtent : Aux pays en difficultés. Ces pays surendettés ne font plus ce qu’ils veulent. Ils doivent céder en contre partie, un droit sur leurs produits miniers, sur leurs richesses agricoles etc. 

Les crédits : Les cartes de crédits : La tentation permanente ! La fuite en avant dans le brouillard !  Ils sont fait pour prolonger l’illusion… Tout en maintenant les gens dans une prison psychique, morale … C’est un cercle vicieux !

Nous sommes tous endettés et vivons dans l’angoisse de ne plus savoir rembourser et de perdre le peu qu’on a acquis à crédit. Les Banques prêtent à des taux d’usurier et on passe sa vie à payer. Les intérêts plus les frais de toutes sortes additionnés mensuellement font qu’on arrive plus à rembourser. Après des années, on a déjà restitué trois ou quatre fois la somme empruntée…

Toute cette lutte pour pouvoir financer nos ambitions, nous préoccupe tellement qu’on ne réfléchit plus… On ne sait plus comment sortir de l’engrenage. Nos signes extérieurs de richesses, nos désirs de paraître, d’avoir la même chose que le voisin, nous le payons très cher !

     Nous sommes prisonniers du système et croulons sous son poids. 

Ceux qui ne veulent pas adhérer au système sont rapidement éliminés, d’une façon comme un autre. En Amérique, quelques grands présidents ont voulu changer les choses… Ils ont tous été assassinés.  A chaque fois qu’un « président », où un « chef »  n’adhère plus tout-à-fait aux exigences des pouvoirs occultes, on le « casse », par des scandales ou par des meurtres. (Lincoln, les Kennedi etc.) Même chez nous, si un ministre voulait faire stopper le système « des taux d’usures » et d’autres pratiques bancaires, il risquerait certainement de gros problèmes. Il ne serait pas étonnant qu’on le mêlerait à un scandale bidon pour le neutraliser. 

Un ami m’a dit il y a 15 ans, « tu vas voir,  on aura tellement peur de posséder de l’argent liquide à cause de l’insécurité, qu’on aura tous des cartes magnétiques pour effectuer les paiements ». (C’est fait) « Ensuite, on sera tellement embarrassés de toutes ces cartes, qu’on finira par avoir un implant avec un code barre sur l’avant-bras. Il n’y aura plus qu’à passer devant un scanner et on saura tout de nous… Tous ces codes seront repris dans l’ordinateur central  appelé «  LA  BETE » dans la Bible. »   (Nous n’avons pas de code barre en implant, mais nous sommes déjà des numéros dans la bête…) 

Pour faire partie de la société il faudra être immatriculé. Celui qui ne le sera pas, où qui en guise de punition serait banni, n’aura plus d’identité, ne pourra plus faire de commerce, bref n’existera plus…

FICTION  ??

Nos seuls bien les plus précieux, ce sont nos vies, et notre libre-arbitre. c.à.d.vivre libre de choisir ce qu’on veut et ce qu’on veut pas ! 

Le fonctionnement financier : 

La monnaie Bancaire : 

Ex : Un commerçant dépose sa recette du jour à la banque. En échange, il reçoit un reçu. Le banquier lui dit : « Puisque vous avez un compte chez nous, au lieu de prendre l’argent, prenez des chèques »  

Les chèques = une promesse de payer. Très rapidement apparurent les chèques sans provisions, puis les chèques volés. Certains se sont fait rembourser des sommes qui n’existaient pas. Les chèques posèrent beaucoup de problèmes… On tente de les supprimer.  

Puisque les gens ne se promènent plus avec de l’argent en poche mais avec des promesses de payer, les banques proposent donc de continuer à prêter, et elles allongent leurs crédits. On nous prête des sommes fabuleuses sur des valeurs qui ne sont pratiquement plus stockées. Si demain, tout le monde allait rechercher son argent à la banque, ce serait la panique, car il y a bien longtemps que l’argent n’y est plus.

Ce système continue à fonctionner contre toute logique. Si le système fonctionne avec des dettes énormes et le l’argent fictif, c’est que l’argent n’a pas du tout la valeur magique qu’on lui prête. On lui prête en plus une valeur morale

Il faut démystifier l’argent, absolument… Pour éviter de nouveau une société de riches et de pauvres.

La plus grande charge karmique de l’occident, c’est d’avoir prêché la charité et de ne l’avoir jamais pratiquée. 

LE TEMPS  DE  VIVRE  

Sources : Des loisirs, pour quoi faire ? J.Mousseau

Conf. L.D’Alès et E.DORION 

Et si, il venait un temps où il ne faudra plus attendre la retraite pour profiter de son temps libre pour quelques années à peine ?  

Beaucoup de pessimiste, traditionaliste, diront : « ce n’est pas possible…Les gens ne feront rien de bon de leur temps libre…Les jeunes vont paresser ou pire encore… » 

Essayons d’être optimiste et examinons le programme :

  • Le travail était considéré comme une aliénation et les loisirs comme une libération. On deviendra libre…

Si on regardait dans le dictionnaire Larousse la définition des mots : 

TRAVAIL : du latin trepalium = instrument de torture !

CHOMAGE : du latin Caumare = se reposer pendant la chaleur…On va travailler moins : tant mieux, on va pouvoir s’occuper de nous et des autres. Donner plus de valeur à l’individu « on se vend, on vend son savoir faire. 

  • On aura une structure communautaire échangiste, une société planétaire valorisant l’individu. 

Nouvelles idées Verseau :  

On va démystifier l’argent en le remplaçant par une monnaie distributive :

Une monnaie non-thésorisable

– Chacun aura droit à un compte personnel géré à vie. Tous auront intérêt à la production sociale en solidarité. Au plus chacun apportera dans la corbeille, au plus tout le monde sera prospère. Le travail ne sera plus lié au salaire mais aux services rendus. Ce sera comme une relation parents/enfants, des échanges gratuits. Dans ce système, le revenu serait l’usufruit d’un héritage à vie. 

Les machines fabriqueront pour qu’il y ait assez pour tout le monde. Si un produit fabriqué n’est pas acheté, on arrêtera de le fabriquer, car il est inutile.

On n’aura plus aucun intérêt à faire la guerre, car tout le monde sera content. 

Les robots et les machines produiront ce qu’on a besoin, l’informatique peut tout gérer.

On créera une interdépendance, première version de l’amour car le mot “je t’aime” signifie : “tu couvres mes besoins”. 

– Vous ne saurez pas acheter plus de biens qu’il n’y en a de disponible et vous n’aurez pas intérêt à acheter plus de biens que vous saurez consommer.

– Vous ne saurez pas manger plus que le volume de votre estomac. Cela ne servira à rien d’avoir 3 où 4 a maisons, car vous ne saurez plus les revendre. Pourquoi les gens achèteraient-ils une maison puisqu’ils y auraient droit par leur naissance. 

– On ne volera plus : car par sa naissance, on aura tout, et que faire de plus puisqu’on ne pourra pas le revendre.  Cette monnaie ne sera plus fournie par une banque, donc on ne prendra plus d’intérêts dessus. cet investissement sera fourni par toute la société. 

Le droit à la vie pour tous les hommes. 

On va s’ennuyer pensez-vous ?  Imaginez vos journées : 

Comment passer à une société sédentaire ? : 

L’existence des loisirs jouera un rôle fondamental dans notre quotidien et notre futur. 

Que faire de tout ce temps de liberté : 

Ceux qui sont habités par certaines passions, sauront vite comment utiliser leurs journées. Les autres, trouveront une quantité de possibilités : 

– Voyager, sans compter ni le temps, ni l’argent…

– Bientôt des mini-trips intergalactiques. (la fiction deviendrait réalité)

– Grâce aux systèmes de déplacements de plus en plus rapides, on pourra être à Nice sur la plage au matin, et chez nous le soir…

– Suivre des cours de musique, de chant, de peinture, de théâtre,

– Tout apprendre, dans tous les domaines, pour nous rendre utile dans tous les           secteurs.

– Echanger sa voiture contre une autre…

– Echanger sa maison de ville contre une à la campagne chaque fois qu’on a  envie de changement…

– S’entraider les uns les autres…

– Rendre verdoyants et productifs les déserts de la planète, ainsi il y aura de la place et de la nourriture assez pour tout le monde…

– Entourer les enfants d’amour et d’attentions…

– Entourer les personnes âgées qui ne seront plus confinées dans des mouroirs…

– Chacun pourra apporter ses qualités, sa personnalité, ses connaissances aux profits des autres. 

– Aller écouter et admirer ce que les autres font : Concerts, etc.

– Lire, écrire, photographier…

– Pratiquer plusieurs sports, pour le plaisir et plus pour les gains mirobolants…

Avec les montagnes à gravir, les mers à sonder, les grottes à explorer, les musées à visiter, les cieux à observer,  pensez-vous vraiment qu’il n’y à rien à faire de notre temps…? 

Terminé le stress, les maladies nerveuses, les jalousies… 

Ce n’est pas utopique ! 

Si nous remontons dans l’histoire, certains dit « primitifs » vivaient a peu de chose près comme cela, (mais sans notre fabuleuse technologie pour les servir), et ils étaient pourtant heureux… 

A l’époque Taureau, les gens devinrent propriétaires et guerriers. Comme ils passaient leur temps à combattre, ils ne travaillaient plus. Donc ils prirent des esclaves qui faisaient le travail. Il faut rappeler, que les Indiens d’Amérique, n’avaient pas le sens de la propriété. Ils disaient : « la Terre est notre mère, elle nous nourrit, et on ne coupe pas sa mère en morceaux.»  A cette époque, tout appartenait à tout le monde… Quand les blancs sont allés là-bas, avec leur mentalité, ils ont demandé : «C’est à qui ces terres?»    Les indigènes répondirent : «A personne». Les blancs dirent «Ah bon !?, alors c’est à nous…!». Et vous connaissez la suite… On a introduit chez eux la misère, qu’ils ne connaissaient pas.

Dans la suite de l’évolution, on a introduit le cheval, le boeuf et vers 1875, la machine à vapeur, le télégraphe etc. Depuis, la croissance est telle qu’on devient de plus en plus puissant. Mais que fait-on de constructif de cette puissance au niveau humain, social, écologique, planétaire ?  On n’a pas encore compris grand-chose dans l’art de maîtriser nos pouvoirs…

Au point de vue culturel :

Les gens ont quitté les campagnes pour aller vers les villes. Les paysans travaillèrent dans les usines. Ils ont eu droit à l’enseignement, pour apprendre à lire et à écrire. Juste l’école moyenne. Très vite, il y eut trop d’ouvriers et trop d’étudiants. On a donc augmenté la scolarité, car il vaut mieux des jeunes à l’école, plutôt qu’à la rue. Bien vite il y eut trop d’étudiants. Dans les universités, on rend la sélection beaucoup plus sévère. Ils ont augmenté la quantité de matière à étudier (pas pour donner une meilleure formation, mais pour réguler la sélection).  L’agriculture à fortement diminué, on détruit les stocks pour maintenir les prix et on donne une subvention aux agriculteurs pour qu’ils vivent décemment.

L’organisation du temps de travail :

Au siècle dernier, une journée de travail durait 12 ou 13 heures, une semaine de huit jours comptait 85 à 90 heures..  A présent la journée est de huit heures et la semaine de 40 heures. Certaines sociétés, accordent les 6 heures journées. Ensuite on a proposé le ¼ temps, le mi-temps… L’évolution de notre époque n’offre aucune autre alternative que de devoir diminuer le temps de travail. Cet état de choses provoque la panique.  Pendant des siècles, le travail était la raison d’être des individus. Ils assimilaient leur personnalité à leurs activités et leur salaire de fin de mois était source d’orgueil et de sécurité.  

Travailler = exister, paraître, permet de se situer par rapport aux autres et d’être en compétition permanente avec son environnement dans un sentiment  horrible « de  loi du plus fort » qui signifie « cannibalisme bien appliqué » Le plus fort mange le plus faible et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un… Comme dit la célèbre phrase : « …Et si il n’en reste qu’un, je serais celui-là ! »

On a tellement focalisé sur le « travail » en tant qu’instrument essentiel de vie, que dans notre mentalité, tout homme qui ne travaille pas est considéré comme un fainéant, un profiteur, un incapable, un parasite de société, un mauvais citoyen ou comme quelqu’un ayant des troubles psychologiques… Le travail est devenu essentiel à l’individu d’au point de vue social, psychique et physique.

L’homme est le seul animal qui ne trouve pas tout ce qu’il a besoin dans son environnement naturel. L’homme ment sur ses droits naturels : « La loi du plus fort », « vaincre pour vivre etc… »  Avec cette règle on n’arrive nulle part.  Les hommes se mangent entre eux, pas les loups !  Lorsqu’on veut démolir un autre homme, pour ne pas avoir mauvaise conscience, on se convainc d’abord qu’il ne vaut pas la peine de vivre, et on crée un sous-homme, c.à.d.  que cet homme là, a le droit d’être détruit, car il n’est pas vraiment un homme. Le racisme, le Nazisme c’est çà ! sauf que les nazis étaient racistes même dans la même couleur de peau. Pendant longtemps, on a provoqué l’asservissement du plus grand nombre pour la liberté de quelques-uns privilégiés.

Il y a une grave erreur dans l’idée de productivité :

On se dit : « Plus on produit, plus il y a du travail… » C’est faux ! C’est l’inverse qui se passe… La technologie moderne, la robotique et l’informatique produisent beaucoup, tout en rapportant beaucoup plus. Ce qui devrait permettre aux hommes d’avoir plus de temps libre et même d’être payés à ne rien faire (chômage, allocations, etc.) Certaines sociétés  gardent des travailleurs payés à ne rien faire…pour maintenir l’illusion ! En fait, la société a de moins en moins besoin du travail de l’homme pour pourvoir à ses besoins. Cela signifie donc positivement, qu’on est en train de se libérer de la servitude du travail, comme à l’époque du paradis terrestre, avant la sanction de Dieu  «  Tu travailleras à la sueur de ton front… » Cette punition est sur le point d’être levée… Hélas, les hommes manifestent en rue pour la maintenir…On est au départ de l’âge d’or, mais, évidemment, il y a encore beaucoup de problèmes à régler dans notre société.

Aujourd’hui, on arrive à des conclusions absurdes de ce genre :

– Puisqu’on a de moins en moins de salariés     – Qu’il y a trop de chômeurs ! 

– Puisque le pouvoir d’achat diminue !              – Trop de minimexés

– Que l’état a moins d’argent !                          – Que l’économie ralentit !

– Que les commerces vont mal !                        – Qu’il y a surpopulation !

– Qu’il y a trop d’étrangers…  

– Qu’il y a trop de pensionnés (diminution des pensions = moins de consommateurs…)

– On ne va plus pouvoir nourrir tout le monde !!!  Donc les étrangers, à la porte…!

C’est une blague !  On produit tellement que chaque année, on doit détruire les surplus pour maintenir les prix. Les grandes surfaces détruisent, jour après jour des quantités énormes de nourriture encore bonnes à la consommation… Il y a un gaspillage monumental pour maintenir les prix !   Il y a largement de quoi nourrir tout le monde !! 

Le capitalisme = produire plus qu’on investit.  

Cette idée est incorrecte. Elle va contre le principe de conservation. Pour procéder de la sorte, il faut tricher. Soit on ne paye pas quelqu’un, soit on vend du vent. On va vendre quelque chose plus cher que sa valeur réelle = profit, donc obligation permanente de tricher. On va fabriquer des objets de moins bonne qualité, pour accélérer le rendement. Donc produire plus et casser plus pour produire plus…

Il faut trouver des esclaves qui travaillent très bon marché. Donc on prend de la main-d’oeuvre étrangère et nous, nous n’avons plus de travail…Là,  on est piégés, car  les industries produisent en quantité des produits que plus personne ne peut acheter, car : moins  de travail =  moins d’argent = moins d’ achats. Comme cet état de choses  se produit a peu près dans tous les pays, l’exportation n’est guère plus rentable.  On tourne en rond… 

Exemple de système spéculatif : 

On va acheter du café torréfié ou non, à très bas prix en Colombie. Ce café reste sur place, mais les spéculateurs se trouvent à Londres. Ils vendent ce café, pour cela ils vont faire  courir des bruits, du style : “La récolte a été mauvaise, trop de pluies, risque d’y avoir pénurie de café etc…” pour faire flamber les prix. Ce même café sera ainsi racheté et revendu plusieurs fois avec chaque fois un bénéfice. En Colombie, les gens sont dans la misère… Cette technique, boursière, se pratique avec tout, de la même façon !  

Autre exemple :

Une usine d’une valeur productive de six millions, est intéressante pour les articles qu’elle produit. Certains manipulateurs font « courir un bruit surfait » à propos de cette usine. Les actions prennent de la valeur. En Bourse, il y a achat/revente, encore achat/revente toujours avec bénéfice… L’usine n’a pas grandi d’un pouce, elle n’a pas changé, elle est restée identique… Le dernier acheteur « pigeonné » vient demander des comptes, on crée un Crash et certains ont tout perdu… Ils sont ruinés et en arrivent parfois au suicide ! Et on continue ce système cannibale…    On perd sa vie à vouloir la gagner !  

Que faire alors de nos surproductions ?  

On crée la publicité, qui va créer le besoin… Donc au lieu de construire des choses qui servent aux besoins des humains, on va manipuler les humains pour que leurs besoins correspondent aux choses construites !  Bref : tout l’art consiste à faire acheter des choses inutiles tout en faisant croire que c’est indispensable à nos besoins ! 

En fait qu’est-ce que l’argent : 

L’argent n’est rien d’autre qu’un carburant.  On se trompe sur la notion de l’argent. L’argent devrait être une valeur d’échange réelle ! Ors au lieu d’être une valeur concrète, elle est spéculative !  Il faut démystifier l’argent : on ne peut plus associer l’argent au travail. 

Au départ : l’argent était un moyen de troc, puis une monnaie marchande, puis des blocs d’or échangés…Ensuite , des pièces furent frappées d’une figure. Les souverains frappaient leur monnaie à leurs effigies ou à leurs armes(blasons.)  De là est venue la confusion entre le pouvoir et l’argent et nous n’en sommes plus sortit… 

A la révolution française, on a commencé à manquer d’or. Les Lombards, les Templiers et les Juifs, créèrent le billet à ordre. 

Par souci de sécurité, les gens laissèrent leur or à la garde des banques et les banquiers se rendirent vite compte que la hauteur de ces stocks ne diminuait jamais. Ils eurent donc l’idée vicieuse  de commencer à prêter aux gens… Ils créèrent un billet à ordre fictif soit un bon pour valoir correspondant à l’or stocké. Bien vite, on a crée plus de billets à ordre qu’il n’y avait d’or stocké… 

Exemple : Un lingot d’or = photo du lingot pour circuler = donner la photo du lingot pour récupérer ce lingot. Un jour un petit malin à dit : « puisque j’ai la photo, je fais des photocopies… 

Le phénomène du chômage : 

Donc le travail à temps plein n’est plus vraiment possible. Le travail à temps partiel, n’offre pas vraiment les mêmes avantages. Si on diminue les heures de travail, en diminuant le salaire, on peut utiliser notre temps libre pour faire autre chose…

Le pouvoir d’achat et le sentiment de sécurité diminue. On ne compte plus le nombre de faillites… et en cas de faillite, les impôts ne sont pas payés, la sécurité sociale n’est pas payée, donc qui va devoir  rembourser, Tout le monde…

Donc pour résumer : de moins en moins de gens travaillent et le peu de gens qui travaillent encore doivent payer de plus en plus d’impôts…

Dans toute l’histoire de l’humanité, on a connu de grandes périodes de chômage. En général, on a réglé le problème par des guerres. On détruit tout, on reconstruit et il y a du travail pour  les survivants.  On connaît la définition de la guerre : « La guerre est faite par ceux qui ne savent pas pourquoi ils l’a font, organisées par ceux qui ne l’a font pas, mais qui savent très bien pourquoi… » 

La guerre 40/45 a supprimé le nombre de personnes équivalent au nombre de chômeurs d’avant la guerre.  Quelles sont les grandes puissances économiques pour le moment : les perdants de la dernière guerre : l’Allemagne et le Japon ! 

L’histoire a prouvé que ce n’était pas vraiment une solution. Il faut trouver autre chose. C’est stupide de démolir constamment ce qu’on a mis du temps et de l’énergie à bâtir . On est occupé à refaire les mêmes erreurs, et on prépare la troisième guerre mondiale…

Le Golfe : Il y a trop de pétrole, on en  consomme trop peu d’où,  chute des prix…

Tant que les Irakiens et les Iraniens se tapent dessus, cela arrange bien l ’économie mondiale, car grâce a cela, la production de pétrole n’est pas excédentaire. En plus, comme il y a trop de pétroliers, on en coule quelques-uns . Comme c’est remboursé par les assurances (c.à.d. nous)  Cela arrange beaucoup de monde. 

Les grandes puissances fournissent les armes et nous aussi…et Israël aussi, fournit des armes aux deux côtés… 

A présent, où en sont les salaires des travailleurs ? : 

On retire du salaire brut, 50 % de charges et d’impôts qui servent à payer : les chômeurs, les politiciens, les pensions, les emplois « crées ». 

Les robots c’est chouette, mais ils ne paient pas de taxes. Le patron s’y retrouve, mais il n’y a plus de redistribution d’impôts… Dès lors, l’état doit compenser par des prélèvements de toutes sortes : allocations compensatoires… 

Ce système n’est pas viable, car il ne restera plus assez de travailleurs pour payer tout cela. Donc, la dette publique augmente. 

A partir de quel moment avons-nous perdu notre liberté ?  

A partir de l’instauration du système bancaire actuel. Très pratique, très ingénieux…pour qui ? Les Banques possèdent chacun d’entre nous. 

Les Banques financent les guerres : Comment les chefs d’Etats pourraient-ils se fournir en armement sinon ?  A chaque grande guerre, les hommes se sont fait tuer par des armes financées parfois par leur propre patrie… A qui profitent les guerres ? 

Les Banques prêtent : Aux pays en difficultés. Ces pays surendettés ne font plus ce qu’ils veulent. Ils doivent céder en contre partie, un droit sur leurs produits miniers, sur leurs richesses agricoles etc. 

Les crédits : Les cartes de crédits : La tentation permanente ! La fuite en avant dans le brouillard !  Ils sont fait pour prolonger l’illusion… Tout en maintenant les gens dans une prison psychique, morale … C’est un cercle vicieux !

Nous sommes tous endettés et vivons dans l’angoisse de ne plus savoir rembourser et de perdre le peu qu’on a acquis à crédit. Les Banques prêtent à des taux d’usurier et on passe sa vie à payer. Les intérêts plus les frais de toutes sortes additionnés mensuellement font qu’on arrive plus à rembourser. Après des années, on a déjà restitué trois ou quatre fois la somme empruntée…

Toute cette lutte pour pouvoir financer nos ambitions, nous préoccupe tellement qu’on ne réfléchit plus… On ne sait plus comment sortir de l’engrenage. Nos signes extérieurs de richesses, nos désirs de paraître, d’avoir la même chose que le voisin, nous le payons très cher !

     Nous sommes prisonniers du système et croulons sous son poids. 

Ceux qui ne veulent pas adhérer au système sont rapidement éliminés, d’une façon comme un autre. En Amérique, quelques grands présidents ont voulu changer les choses… Ils ont tous été assassinés.  A chaque fois qu’un « président », où un « chef »  n’adhère plus tout-à-fait aux exigences des pouvoirs occultes, on le « casse », par des scandales ou par des meurtres. (Lincoln, les Kennedi etc.) Même chez nous, si un ministre voulait faire stopper le système « des taux d’usures » et d’autres pratiques bancaires, il risquerait certainement de gros problèmes. Il ne serait pas étonnant qu’on le mêlerait à un scandale bidon pour le neutraliser. 

Un ami m’a dit il y a 15 ans, « tu vas voir,  on aura tellement peur de posséder de l’argent liquide à cause de l’insécurité, qu’on aura tous des cartes magnétiques pour effectuer les paiements ». (C’est fait) « Ensuite, on sera tellement embarrassés de toutes ces cartes, qu’on finira par avoir un implant avec un code barre sur l’avant-bras. Il n’y aura plus qu’à passer devant un scanner et on saura tout de nous… Tous ces codes seront repris dans l’ordinateur central  appelé «  LA  BETE » dans la Bible. »   (Nous n’avons pas de code barre en implant, mais nous sommes déjà des numéros dans la bête…) 

Pour faire partie de la société il faudra être immatriculé. Celui qui ne le sera pas, où qui en guise de punition serait banni, n’aura plus d’identité, ne pourra plus faire de commerce, bref n’existera plus…

FICTION  ??

Nos seuls bien les plus précieux, ce sont nos vies, et notre libre-arbitre. c.à.d.vivre libre de choisir ce qu’on veut et ce qu’on veut pas ! 

Le fonctionnement financier : 

La monnaie Bancaire : 

Ex : Un commerçant dépose sa recette du jour à la banque. En échange, il reçoit un reçu. Le banquier lui dit : « Puisque vous avez un compte chez nous, au lieu de prendre l’argent, prenez des chèques »  

Les chèques = une promesse de payer. Très rapidement apparurent les chèques sans provisions, puis les chèques volés. Certains se sont fait rembourser des sommes qui n’existaient pas. Les chèques posèrent beaucoup de problèmes… On tente de les supprimer.  

Puisque les gens ne se promènent plus avec de l’argent en poche mais avec des promesses de payer, les banques proposent donc de continuer à prêter, et elles allongent leurs crédits. On nous prête des sommes fabuleuses sur des valeurs qui ne sont pratiquement plus stockées. Si demain, tout le monde allait rechercher son argent à la banque, ce serait la panique, car il y a bien longtemps que l’argent n’y est plus.

Ce système continue à fonctionner contre toute logique. Si le système fonctionne avec des dettes énormes et le l’argent fictif, c’est que l’argent n’a pas du tout la valeur magique qu’on lui prête. On lui prête en plus une valeur morale

Il faut démystifier l’argent, absolument… Pour éviter de nouveau une société de riches et de pauvres.

La plus grande charge karmique de l’occident, c’est d’avoir prêché la charité et de ne l’avoir jamais pratiquée. 

LE TEMPS  DE  VIVRE  

Sources : Des loisirs, pour quoi faire ? J.Mousseau

Et si, il venait un temps où il ne faudra plus attendre la retraite pour profiter de son temps libre pour quelques années à peine ?  

Beaucoup de pessimiste, traditionaliste, diront : « ce n’est pas possible…Les gens ne feront rien de bon de leur temps libre…Les jeunes vont paresser ou pire encore… » 

Essayons d’être optimiste et examinons le programme :

  • Le travail était considéré comme une aliénation et les loisirs comme une libération. On deviendra libre…

Si on regardait dans le dictionnaire Larousse la définition des mots : 

TRAVAIL : du latin trepalium = instrument de torture !

CHOMAGE : du latin Caumare = se reposer pendant la chaleur…On va travailler moins : tant mieux, on va pouvoir s’occuper de nous et des autres. Donner plus de valeur à l’individu « on se vend, on vend son savoir faire. 

  • On aura une structure communautaire échangiste, une société planétaire valorisant l’individu. 

Nouvelles idées Verseau :  

On va démystifier l’argent en le remplaçant par une monnaie distributive :

Une monnaie non-thésorisable

– Chacun aura droit à un compte personnel géré à vie. Tous auront intérêt à la production sociale en solidarité. Au plus chacun apportera dans la corbeille, au plus tout le monde sera prospère. Le travail ne sera plus lié au salaire mais aux services rendus. Ce sera comme une relation parents/enfants, des échanges gratuits. Dans ce système, le revenu serait l’usufruit d’un héritage à vie. 

Les machines fabriqueront pour qu’il y ait assez pour tout le monde. Si un produit fabriqué n’est pas acheté, on arrêtera de le fabriquer, car il est inutile.

On n’aura plus aucun intérêt à faire la guerre, car tout le monde sera content. 

Les robots et les machines produiront ce qu’on a besoin, l’informatique peut tout gérer.

On créera une interdépendance, première version de l’amour car le mot “je t’aime” signifie : “tu couvres mes besoins”. 

– Vous ne saurez pas acheter plus de biens qu’il n’y en a de disponible et vous n’aurez pas intérêt à acheter plus de biens que vous saurez consommer.

– Vous ne saurez pas manger plus que le volume de votre estomac. Cela ne servira à rien d’avoir 3 où 4 a maisons, car vous ne saurez plus les revendre. Pourquoi les gens achèteraient-ils une maison puisqu’ils y auraient droit par leur naissance. 

– On ne volera plus : car par sa naissance, on aura tout, et que faire de plus puisqu’on ne pourra pas le revendre.  Cette monnaie ne sera plus fournie par une banque, donc on ne prendra plus d’intérêts dessus. cet investissement sera fourni par toute la société. 

Le droit à la vie pour tous les hommes. 

On va s’ennuyer pensez-vous ?  Imaginez vos journées : 

Comment passer à une société sédentaire ? : 

L’existence des loisirs jouera un rôle fondamental dans notre quotidien et notre futur. 

Que faire de tout ce temps de liberté : 

Ceux qui sont habités par certaines passions, sauront vite comment utiliser leurs journées. Les autres, trouveront une quantité de possibilités : 

– Voyager, sans compter ni le temps, ni l’argent…

– Bientôt des mini-trips intergalactiques. (la fiction deviendrait réalité)

– Grâce aux systèmes de déplacements de plus en plus rapides, on pourra être à Nice sur la plage au matin, et chez nous le soir…

– Suivre des cours de musique, de chant, de peinture, de théâtre,

– Tout apprendre, dans tous les domaines, pour nous rendre utile dans tous les           secteurs.

– Echanger sa voiture contre une autre…

– Echanger sa maison de ville contre une à la campagne chaque fois qu’on a  envie de changement…

– S’entraider les uns les autres…

– Rendre verdoyants et productifs les déserts de la planète, ainsi il y aura de la place et de la nourriture assez pour tout le monde…

– Entourer les enfants d’amour et d’attentions…

– Entourer les personnes âgées qui ne seront plus confinées dans des mouroirs…

– Chacun pourra apporter ses qualités, sa personnalité, ses connaissances aux profits des autres. 

– Aller écouter et admirer ce que les autres font : Concerts, etc.

– Lire, écrire, photographier…

– Pratiquer plusieurs sports, pour le plaisir et plus pour les gains mirobolants…

Avec les montagnes à gravir, les mers à sonder, les grottes à explorer, les musées à visiter, les cieux à observer,  pensez-vous vraiment qu’il n’y à rien à faire de notre temps…? 

Terminé le stress, les maladies nerveuses, les jalousies… 

Ce n’est pas utopique ! 

Si nous remontons dans l’histoire, certains dit « primitifs » vivaient a peu de chose près comme cela, (mais sans notre fabuleuse technologie pour les servir), et ils étaient pourtant heureux…

Henoch,un homme passionnant

Laisser un commentaire

Lorsqu’on fait la connaissance de cet homme passionnant, on comprend pourquoi l’église a voulu nous interdire de lire son témoignage. Ces révélations sont tellement importantes qu’elles risquent de faire tomber bien des illusions sur les « Dieux » dont parle les anciennes écritures.  

HENOCH signifie en Hébreu : l’Initié, l’Eclairé ou l’Informé… Il est le septième patriarches qui vécurent avant le déluge. Fils de Jéred, il est passé inaperçu derrière son fils Mathusalem.

D’après l’Hexateuque (les six premiers livres de la Bible), l’Initié Hénoch a vécu trois cent soixante-cinq ans avant, de monter au ciel sur un char de feu. 

Les premier textes primitif du Livre d’Hénoch à été rédigé en hébreu ou en araméen. Ce texte original s’est perdu. Cependant les Ethiopiens avaient traduit dans leur langue une version grecque rédigée au début de l’ère chrétienne et découverte en Egypte. Cette traduction  a été incorporée à la Bible en usage dans l’église éthiopienne.

La première traduction en Anglais fut faite par le prof. Richard Laurence qui devint évêque de Cashel. Cette traduction n’était pas correcte.  La première traduction en Allemand fut faite par l’orientaliste et théologien August Dillman (1823-1894) éditée en 1851.  Ces textes furent complétés par une trentaine de manuscrits éthiopiens. Une confrontation de l’ensemble de ces écrits avec un manuscrit grec a permis d’établir qu’il s’agissait bien du véritable Livre d’Hénoch.  

Les experts des traductions de Tubingen, ont perdu leur souffle d’étonnement, devant :

      – Les descriptions de chiffres astronomiques

– Les descriptions médicales,

– Des manipulations génétiques,

– Des termes physique (scientifique)

  Hénoch parle en mots simples propre à sa culture et ses descriptions imagées sont à présent facile à interprétées avec nos connaissances actuelles. 

Les cinq premiers chapitres du livre annoncent un jugement dernier : Dieu du ciel quittera sa demeure pour se rendre sur la terre avec ses légions d’anges. Les onze chapitres suivants décrivent la chute des anges apostats qui s’unirent aux filles des hommes.

  Ces anges avaient tous des tâches bien spécifiques, ex :

« Sémésia enseigna les conjurations et l’art de couper les racines, Armaros enseigna les exorcismes, Baraqel l’observation des étoiles, Kokabel l’astrologie, Etzéquéel la science des nuages, Arakiel les signes de la terre, Samsavéel les signes du soleil, Sériel les signes de la lune… »  

Ces professeurs hautement qualifiés ont instruit les hommes.

  • Les chapitres de 17 à 36, décrivent les voyages d’Hénoch dans différents mondes cosmiques.
  • Les chapitres 37 à 71 rapportent des paraboles diverses formulées par les Dieux à l’intention du prophète, des messages pour l’avenir…
  • Les chapitres 71 à 82, contiennent des informations détaillées sur le cours du soleil et de la lune, les jours intercalaires, le mouvement des étoiles et la mécanique céleste. Ils précisent des coordonnées géographiques dans l’univers.
  • Les derniers chapitres rapportent les dialogues d’Hénoch avec son fils mathusalem auquel il annonce le déluge et ses dernières volontés :

  « Et maintenant Mathusalem, mon fils, je vais tout te raconter et l’écrire pour toi;

 je t’ai tout dévoilé et je t’ai remis les livres ou sont

 rapportés toutes ces choses.

Mathusalem, mon fils, veille sur les livres écrits de la main

de ton père, et transmets-les aux générations futures de la terre. »

 Et enfin,  on nous décrit l’ascension du prophète au ciel dans un char de feu.    

Livre d’Enoch – chap.XLVIII et LXII  « … Depuis le commencement, le Fils de l’homme était dans le Mystère. Le Très-Haut Le gardait auprès de Sa Puissance et Le manifestait à Ses Elus… Mais les rois seront effrayés et prosterneront leur visage contre terre et l’épouvante les saisira, quand ils verront le Fils de la Femme assis sur le trône de Sa gloire. Alors l’Elu appellera toutes les Forces du Ciel, tous les Saints d’en-haut et la Puissance de Dieu. Alors les Chérubin, les Séraphim, les Orphanim, tous les Anges du Seigneur, c.à.d. de l’Elu, et de l’Autre Force, qui servent sur la Terre et au-dessus des Eaux, élèveront leur voix. »     

Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :