La Chine lance la mission historique Chang’e 5 pour collecter les premiers échantillons de lune depuis 1976

La première mission de retour d’échantillons lunaires depuis les années 1970 est en cours.

La mission robotique chinoise Chang’e 5 a été lancée aujourd’hui (23 novembre) depuis le centre de lancement spatial de Wenchang dans la province de Hainan, s’élevant dans le ciel au sommet d’une fusée Long 5 mars vers 15h30 HNE (21h30 GMT; 4h30 le novembre 24 heure locale à Hainan).

Si tout se passe comme prévu, l’audacieux et complexe Chang’e 5 ramènera des échantillons de lune immaculés sur Terre à la mi-décembre – ce qui n’a pas été fait depuis la mission Luna 24 de l’Union soviétique en 1976.

Une fusée chinoise Long March 5 lance la mission de retour d’échantillons de lune Chang’e 5 en orbite depuis le site de lancement de l’engin spatial Wenchang sur l’île de Hainan, dans le sud de la Chine, le 24 novembre 2020, heure de Pékin (23 novembre HNE). (Crédit d’image: Administration spatiale nationale chinoise)

La courte mission de Chang’e 5 sera pleine d’action. Les 18 100 livres. Un vaisseau spatial (8200 kilogrammes) arrivera probablement en orbite lunaire vers le 28 novembre, puis enverra deux de ses quatre modules – un atterrisseur et un véhicule d’ascension – sur la surface lunaire un jour ou deux plus tard . (Les responsables chinois ont été généralement vagues sur les détails de Chang’e 5, de sorte que les informations sur la chronologie ont été rassemblées à partir de diverses sources par des observateurs de l’espace chinois comme Andrew Jones de Space News , qui fournit également des articles pour Space.com.)

La mission atterrira dans la région de Mons Rumker de l’immense plaine volcanique Oceanus Procellarum (« Ocean of Storms »), dont des parties ont été explorées par un certain nombre d’autres missions de surface, dont Apollo 12 de la NASA en 1969.

L’atterrisseur fixe étudiera ses environs avec des caméras, un radar pénétrant dans le sol et un spectromètre. Mais son travail principal est d’accrocher environ 4,4 livres. (2 kg) de matériau lunaire, dont certains seront creusés jusqu’à 6,5 pieds (2 mètres) sous terre. Ce travail sera effectué sur deux semaines, ou un jour lunaire – une date limite ferme, étant donné que l’atterrisseur Chang’e 5 est alimenté par l’énergie solaire et ne pourra plus fonctionner une fois la nuit tombée à son emplacement.

 

Mons Rumker abrite des roches qui se sont formées il y a à peine 1,2 milliard d’années, ce qui signifie que Chang’e 5 « aidera les scientifiques à comprendre ce qui se passait à la fin de l’histoire de la lune, ainsi que comment la Terre et le système solaire ont évolué », comme l’a noté la Planetary Society à but non lucratif. sa description de la mission . (Les 842 livres, ou 382 kg, de roches lunaires rapportées par les astronautes d’Apollo entre 1969 et 1972 sont considérablement plus anciennes, offrant une fenêtre sur un passé lunaire plus profond.)

L’atterrisseur Chang’e 5 transférera ses échantillons vers le véhicule d’ascension, qui les lancera sur l’orbite lunaire pour une rencontre avec les deux autres éléments de la mission, un module de service et une capsule de retour terrestre. Le matériel lunaire sera chargé dans la capsule de retour, que le module de service ramènera vers la Terre, la libérant peu de temps avant un atterrissage prévu le 16 décembre ou le 17 décembre.

« Alors que les véhicules à classification humaine comme la capsule Apollo de la NASA reposaient uniquement sur un solide blindage thermique, Chang’e 5 effectuera un ‘saut de rentrée’, rebondissant une fois dans l’atmosphère pour ralentir avant de plonger pour un atterrissage en Mongolie intérieure, » la Planetary Society a écrit. « Le site d’atterrissage est le même que celui utilisé pour le vaisseau spatial Shenzhou avec équipage de retour [en Chine]. »

Cette illustration montre les composantes de l’ambitieuse mission de retour d’échantillons lunaires Chang’e 5 en Chine. (Crédit d’image: All About Space // Future)

 

Cette photo de la lune prise par les astronautes d’Apollo 15 de la NASA en 1971, la mission chinoise Chang’e-5 débarquera dans la région fin 2020. (Crédit d’image: NASA)

Chang’e 5, le tout premier effort de retour d’échantillons en Chine, est la sixième et la plus ambitieuse mission du programme d’exploration lunaire robotique de Chang’e , qui porte le nom d’une déesse de la lune dans la mythologie chinoise. La Chine a lancé les orbiteurs Chang’e 1 et Chang’e 2 en 2007 et 2010, respectivement, et le duo d’atterrisseur-rover Chang’e 3 s’est posé sur le côté proche de la lune en décembre 2013.

La mission Chang’e 5T1 a lancé un prototype de capsule de retour lors d’un voyage de huit jours autour de la lune en octobre 2014, pour aider à se préparer à Chang’e 5. Et en janvier 2019, Chang’e 4 est devenu la première mission à avoir atterrissage en douceur sur le côté mystérieux de la lune. L’atterrisseur et le rover de Chang’e 4 sont toujours aussi puissants que l’atterrisseur de Chang’e 3. (Le rover Chang’e 3 est mort après 31 mois de travail sur la surface lunaire.)

Illustration d’un artiste du vaisseau spatial chinois Chang’e 5.

Chang’e 5 fait partie d’une récente vague de missions de retour d’échantillons. Le 6 décembre, par exemple, des morceaux de l’astéroïde Ryugu collectés par la mission japonaise Hayabusa2 devraient atterrir en Australie. Et la sonde OSIRIS-REx de la NASA a attrapé un gros échantillon de l’astéroïde Bennu le mois dernier; ce matériel descendra sur Terre en septembre 2023, si tout se passe comme prévu.

 

 

 

 

 

 

La courte opinion du jour:faisant fi des problèmes développés sur Terre,Nokia et la NASA vont installer un réseau 4G sur la lune

La NASA a confié un projet d’une valeur de 14,1 millions de dollars américains à l’entreprise de télécommunications Nokia visant à déployer un réseau cellulaire sur la lune.

 

Selon ce que rapporte le site Mashable, la division nord-américaine de Nokia planifie d’y installer un réseau 4G/LTE et éventuellement, d’effectuer une transition vers la 5G. Selon ce qu’a affirmé NASA dans une annonce officielle, ce sera «le premier système de communications 4G/LTE dans l’espace».

«Le système pourrait permettre des communications sur la surface lunaire sur de plus grandes distances, avec une vitesse accrue, et plus de fiabilité que les standards actuels», peut-on lire dans l’annonce de l’agence fédérale américaine.

Ce sera le premier système de communication 4G/LTE dans l’espace, selon la NASA.

 

L’enveloppe allouée à Nokia s’inscrit dans le programme Tipping Point de la NASA, une initiative de 370 millions de dollars américains vouée à avancer la recherche et le développement dans le domaine de l’exploration spatiale.

La division de recherche et développement de Nokia, Bell Labs, a fourni plus d’explications dans une série de publications sur Twitter. Grâce à son réseau, l’entreprise souhaite permettre le contrôle à distance de véhicules lunaires et la diffusion de vidéos en haute définition à partir du satellite naturel de la Terre.

Le réseau sera «spécifiquement conçu pour résister aux températures extrêmes, à la radiation et au vide spatial.»

Aucun échéancier n’a été dévoilé pour la construction du réseau, mais elle s’inscrit dans l’objectif de la NASA d’avoir une base sur la lune d’ici 2028, a affirmé l’administrateur de la NASA Jim Bridenstine.

EN CONCLUSION

Depuis plusieurs décennies,la NASA ainsi que d’autres agences spatiales sans compter les diverses puissances militaires qui s’affrontent depuis toujours pour le contrôle de l’humanité ,utilisent des  technologies de communication  (rayon laser,amplification de fréquences,etc) permettant aux ondes de communication terrestre de pouvoir voyager et s’étendre dans l’espace jusqu’à 5,000 années-lumière.

À ce rythme,il  est très possible que plus de 1,000 systèmes solaires de notre galaxie reçoivent nos ondes de communications militaires ou scientifiques,chaque jour.

Donc,nous avons signalé notre existence dans toute la galaxie depuis  le début des années ’60…et nous avons reçu l’ordre de faire attention ,par l’ONU,de ne pas envoyer de messages vers d’autres étoiles,par mesures de sécurité.

La question à $1 million de dollars:est-ce qu’il n’y a que des imbéciles sur cette planète pour administrer des secteurs importants de notre vie sociale?

L’édification d’une antenne de 4G va envoyer le message « ailleurs » que non seulement nous polluons et détruisons notre monde,mais que nous sommes prêt à faire de même avec d’autres corps célestes pour améliorer le confort d’une petite élite!

Je ne suis pas sur que  le côté « envahisseur et destructeur » de notre petite élite va être bien reçu par une race extraterrestre plus évoluée et mieux avertie que la nôtre qui vient de commencer la Sixième Extinction Massive de l’Histoire de la Terre!

Mis à leur place,je serais très méfiant et réagirais!

Ils nous ont développé et ils peuvent facilement mettre fin à l’expérience!

 

L’idée,le rêve de conquérir la Lune existe depuis plus de 100 ans.

 

Alerte dans l’espace:Un satellite américain risque d’exploser et de créer des milliers de débris

 

Un opérateur de télévision a demandé aux autorités américaines l’autorisation d’éloigner l’un de ses satellites en raison d’un problème de batterie faisant courir un risque d’explosion.

Dessin représentant Spaceway I dans l’espace.

 

Un service de télévision par satellite américain, DirecTV, s’inquiète du risque d’explosion d’un de ses appareils à cause d’un problème de batterie. Le satellite Spaceway 1 a été lancé en avril 2005 et pèse environ 3700 kilogrammes en fin de vie, selon une ancienne fiche de Boeing, le constructeur. Avec ses panneaux solaires déployés, il mesure 41 mètres de longueur et 7 mètres de largeur.

Un risque « important » que les batteries explosent

DirecTV a informé la Commission fédérale des communications (FCC) le 19 janvier qu’une « anomalie majeure » avait causé « des dommages thermiques importants et irréversibles » aux batteries de Spaceway 1.

« Il existe un risque important que ces batteries explosent », écrit DirecTV dans un courrier.

A partir du 25 février, le satellite sera dans l’ombre de la Terre et les batteries abîmées tenteront inévitablement de se recharger, ce qui pourrait provoquer l’explosion. L’opérateur veut donc évacuer son satellite au plus vite vers l’orbite cimetière, 300 km plus loin que l’orbite géostationnaire où se trouvent des centaines de précieux satellites de télécommunications. 

Risque d’endommagement d’autres satellites

Pour réduire le risque d’une explosion accidentelle, DirecTV va vidanger dans l’espace une partie des 73 kg de carburant (bipropergol) encore à bord, mais l’opérateur a prévenu que le temps manquait pour tout vider. Il a demandé une exemption d’urgence car la réglementation exige en temps ordinaire que le carburant soit entièrement vidangé d’un satellite avant sa désorbitation.

L’explosion d’un satellite aussi grand pourrait créer des milliers de débris et endommager d’autres satellites.


EN COMPLÉMENT

LA POLLUTION DES DÉBRIS DE LA CONQUÊTE SPATIALE

 

 

L’espèce humaine pollue la Terre, mais aussi l’espace immédiat environnant notre planète. La Royal Society of London a mis au point une animation qui retrace les étapes de cette dégradation depuis Spoutnik 1 en 1957.

 

SpaceX, avenir des lanceurs réutilisables?

Pour limiter la pollution due aux débris spatiaux, une solution pourrait être d’employer des lanceurs réutilisables. La société SpaceX du milliardaire américain Elon Musk a réussi lundi pour la première fois à faire décoller une fusée Falcon 9 et à récupérer ensuite le premier étage de son lanceur, revenu atterrir en douceur sur Terre après 11 minutes de vol.

Pour Jean-Yves Le Gall, président du Centre national d’études spatiales (Cnes) interrogé par l’AFP, SpaceX a bien accompli un « exploit technologique ». Pour autant, tout n’est pas résolu. Il rappelle que les lanceurs réutilisables ne sont pas nouveaux. Citant l’exemple de la navette spatiale américaine, il souligne que lorsqu’elle devait être remise en vol, les coûts étaient très importants ». Les ambitions du fondateur de Tesla se briseront-elles sur l’argument économique? Le directeur du Cnes croit ce scénario plausible. Tout dépendra du nombre de réutilisations possibles et d’écart de temps entre deux lancements. « Entre un monde parfait où on réutilise en l’état un lanceur un très grand nombre de fois, et un monde réel où il faut remettre les choses d’aplomb, et finalement ça ne fonctionne qu’une ou deux fois, l’écart est très très grand », souligne-t-il.

Le PDG d’Arianespace, Stéphane Israël, se pose les mêmes questions et s’en est ouvert à BFM Business, mercredi. En réponse à SpaceX, il planifie de réduire les coûts du lanceur européen par six d’ci quelques années.

 

 

 

Le rover Curiosity de la NASA examine de plus près «  l’étrange creux  » sur Mars

 

Les découvertes du Rover Curiosity n’ont pas finies de nous étonner,voyez ici:

 

La fosse de Balby est pleine de sable foncé et se démarque du paysage martien.

The Balby Trough, un curieux paysage sur Mars.
The Balby Trough, un curieux paysage sur Mars.

Mettez les mots « étrange » et « Mars » ensemble et vous avez mon attention. NASA rover de Mars Curiosity vit jusqu’à son nom en consultant une formation inhabituelle situé dans une zone appelée Butte Ouest dans le cratère Gale.

« Dans les images de l’orbite, il semble que quelqu’un ait tracé une ligne droite épaisse avec un marqueur de feutre sombre sur le côté sud-est de la butte »  , a écrit Melissa Rice , membre de l’équipe de Curiosity , géologue planétaire à l’Université Western Washington, dans une mise à jour de mission. semaine intitulée A Strange Trough sur Western Butte.

Cette image du rover Curiosity du 14 janvier montre la vue depuis la descente de Western Butte.NASA / JPL-Caltech

Du point de vue de Curiosity, l’auge est peu profonde et remplie de sable foncé. 

Le rover a été chargé de capturer plus d’images de la région pour que les scientifiques puissent les étudier. « Nous ne savons pas ce qui a créé cette fonctionnalité, ni pourquoi elle se trouve ici », a écrit Rice, « il vaut donc la peine de s’arrêter pour y regarder de plus près. »    

L’équipe de rover a nommé le fossé Balgy Trough, une référence aux pittoresques chutes de Balgy en Écosse. L’équipe a donné des noms d’inspiration écossaise à certaines caractéristiques du paysage martien de cette région. 

Mars regorge de formations fascinantes, de petits nodules ronds  à des roches qui ressemblent par coïncidence à des objets familiers de la Terre . L’auge est une autre fonctionnalité intéressante à étudier par les scientifiques alors que nous en apprenons davantage sur la géologie sauvage et merveilleuse de la planète rouge.

 


AUTRES PHOTOS PARTICULIÈRES

 

Photo prise sur Mars durant une nuit.Le point blanc au-dessus,c’est notre terre!

 

 

L’énorme désert de Mars.

 

Le cratère Gusev: on dirait qu’une ancienne rivière s’y rendait.

 

Un élément inconnu apparaît ici.

 

 

Anomalie en forme de mâchoire de crocodile

 

 

…sous un angle différend.

 

 

Au pôle sud de Mars,une étrange fosse.

 

Le sol de Mars ressemble à celui de la Lune.

 

Terre et lune vue de mars

 

Un étrange « fossile » découvert sur une ancienne photo de Curiosity…restée inexpliquée!

 

…toujours inexpliquée!

 

Fossiles sur mars

 

Combien d’autres mystères restent enfouis sous la surface de la planète Mars qui n’attendent que le jour ou nous les sortirons des sables?
Pourquoi la NASA efface-t-elle les photos qui remettent la science en question?

 

 

 

Voyager 3, vers une fiction…

 

 

L’idée ici c’est qu’il y a eu une troisième sonde Voyager, après Voyager 1 et Voyager 2. La sonde Voyager 3 aurait permis de trianguler avec les deux autres sondes, je ne sais pas quoi. Mais là on est pris, car la sonde Voyager 3 empêche la respiration par ambification de se faire. Par là je veux dire que l’ambification c’est la caractéristique qu’ont les astres d’échanger avec d’autres astres. Ce type de respiration implique donc pour l’astre, un commencement et une fin. Tandis que chaque respiration permet de perdurer aussi longtemps que voulu. La fin d’un astre est sa singularité. Donc, un trou noir.

Évidemment, le processus d’ambification complète de la Terre qui la fait suffoquer peut être dû à plusieurs facteurs. Par exemple, les recherches du CERN ont peut-être créé un portail quelconque, une déchirure dans la fiction espace-temps, ou bien quelques singularités qui se promènent maintenant ici et un peu partout avant de pouvoir un jour se réveiller (phoenix).

Si le CERN a créé un trou noir, alors les effet de se trou noir ont commencé à se faire sentir bien avant sa création par le CERN. D’où l’exploration spatiale, d’où les sondes Voyager.

Dans certains milieux, on dit que la Terre est sous quarantaine. Même dans un épisode d’X-Files (l’épisode 4 de la saison 11), vers la fin de l’épisode il y a un extra-terrestre qui vient pour dire que la Terre est sous quarantaine dorénavant.

L’ambification implique une sortie, car autrement il n’y aurait pas d’ambification. Pas besoin d’avoir un mot qui ne veut rien dire, puisqu’il suffit de ne rien écrire pour obtenir le même effet. La nature n’aime pas le gaspillage, oubliez-pas ça.

Au niveau fictif, j’aime croire qu’il suffira d’un simple signal, une sorte de couleur bleue unique, en quelque sorte, envoyé je ne sais pas où, pour faire en sorte que nous nous libérerons de ce qui nous retiens où nous sommes.

Parce que si la Terre est en processus d’ambification, alors le système solaire aussi. Souvenez-vous où se trouvent Voyager 1 et 2. Et Voyager 3, qui officiellement n’a pas été lancé, mais dont les pièces ont été utilisés (par la très fiable agence NASA, pas du tout sarcastique ici) pour servir je sais pas quoi.

Ben c’est çá. Si nous sommes dans un processus d’ambification, alors le coeur de la Terre se refroidit un peu. Où va la chaleur ? vers l’autre côté de la Terre, c’est-à-dire où nous sommes. Si la Terre est dans un processus d’ambification, alors Mars aussi. Avez-vous lu la nouvelle qui dit que la calotte polaire de Mars est en train de fondre?

 

 

 

 

 

Exploration spatiale:Selon Elon Musk , il faudra 20 ans et 1000 voyages pour construire la première ville sur Mars

 

Elon Musk n’a pas abandonné son idée de coloniser Mars. Le patron revient de SpaceX régulièrement sur son projet ambitieux dont les contours demeurent encore imprécis. Pour autant, il a déjà établi le coût total approximatif, les équipements et le temps qu’il faudra pour implanter une première ville humaine sur la planète.

L’Homme, en arrivant sur Mars, signera le début d’une ère nouvelle, celle d’une espèce interplanétaire. L’humanité saura-t-elle dépasser ce qui la divise ou, au contraire, sombrera-t-elle dans des conflits inhérents à sa nature ?

 

 

L’intérêt mondial pour la colonisation de Mars est grandissant. La course spatiale du début des années 1960 entre les États-Unis et l’ancienne Union soviétique est de l’histoire ancienne. Aujourd’hui, ce sont toutes les nations qui apprennent à collaborer pour développer l’intelligence technologie nécessaire à l’objectif Mars. Les pays du monde entier, y compris certains dont on ne s’attendait pas à ce qu’ils travaillent avec les États-Unis, pensent, parlent et font avancer le projet de vaisseaux spatiaux – et finalement de l’Homme – sur la planète rouge.

Les collaborations entre l’Europe, la Russie, la Chine et l’Inde, par exemple, avec les États-Unis, rassemblent des forces qui rendront ce projet de conquête de Mars possible, financièrement et technologiquement. Quant au secteur privé, les recherches qu’il accomplit sont tellement enthousiasmantes qu’elles pourraient bien nous rapprocher encore plus vite de l’accomplissement de cette conquête.

La liste complète des nations qui travaillent à ce projet Mars est longue.

 

LA CHINE

Les responsables du secteur spatial chinois ont indiqué que des plans sont en cours pour envoyer un rover vers la planète rouge dès 2020. Un prototype de Mars Rover à petite échelle a été présenté au public. La mission chinoise permettrait de recueillir des échantillons de roches et de sols, avec un retour prévu sur Terre vers 2030. La Chine a d’ores et déjà lancé une mission d’exploration lunaire robotisée, qui, étape par étape, conduira à l’exploration humaine de la surface de la Lune.  Le pays fabrique également la puissante fusée Longue Marche 5, destinée à diverses missions spatiales.

Voici le projet chinois pour 2020 qui permettra de recueuillir des échantillons de roches et de les rapporter sur Terre.

 

L’EUROPE

Le projet d’envergure à destination de Mars, ExoMars, est mené par l’Agence spatiale européenne (ESA). Le programme a été inauguré avec le lancement, en mars 2016, de l’orbiteur TGO, pour « trace gas orbiter », et d’un module expérimental d’entrée, de descente et d’atterrissage appelé Schiaparelli. Ils ont atteint la planète rouge en octobre 2016. ExoMars prévoit également le lancement d’un rover en 2020.

L’entreprise ouvre la voie à une future mission de retour d’échantillons de Mars dans les années 2020. Les deux missions ExoMars sont menées en coopération avec les organisations spatiales européennes et russes.

 

L’INDE

La Mars Orbiter Mission, ou MOM, mission d’envoie d’orbiteur indien autour de Mars, s’appelle aussi Mangalyaan. Elle a envoyé une sonde en orbite autour de la planète en septembre 2014 et a marqué la première incursion réussie de l’Inde dans l’espace interplanétaire. La sonde analyse les caractéristiques de Mars et l’atmosphère de la planète ; elle étudie la présence de méthane, qui pourrait indiquer que la vie existe sur Mars. Ce succès pousse l’Organisation indienne pour la recherche spatiale (ISRO) à envisager d’autres vols interplanétaires. Le groupe de travail de la NASA-ISRO Mars est en train de renforcer la coopération entre les deux pays.

La sonde indienne Mangalyaan a fracassé de nombreux records.

 

LE JAPON

L’Agence d’exploration aérospatiale japonaise envisage une mission sur l’une des deux lunes de Mars, Phobos ou Deimos, avec un atterrissage ciblé au début des années 2020. De retour sur Terre, le matériel récolté sera analysé. La première sonde japonaise – Nozomi, ou Planet-B, a été envoyée en orbite de Mars en décembre 2003, malheureusement sans succès. L’appareil est maintenant une planète artificielle, qui tournera autour du Soleil pour l’éternité.

 

LES ÉMIRATS ARABES UNIS

Ils envisagent de lancer un orbiteur autour de Mars d’ici 2021, afin d’étudier les liens entre la météo actuelle et le climat passé de la planète rouge. La sonde sera la première à renvoyer une image globale de l’évolution de l’atmosphère martienne sur une seule journée, et au cours des saisons. L’Agence spatiale émiratie a récemment lancé un concours national de conception d’un habitat pour deux sur Mars. Les règles stipulent que les matériaux pourront être soit apportés de la Terre, soit trouvés sur la planète rouge. 


La conquête de Mars demandera un changement de la mentalité et du corps des futurs colons, estime l’expert polonais Konrad Szocik.

Le 1er mars 2016, les cosmonautes russe Mikhaïl Kornienko et américain Scott Kelly sont revenus sur Terre après avoir passé un an à bord de la Station spatiale internationale (ISS). Durant toute leur mission, ils étaient sous la surveillance de médecins qui suivaient les moindres changements de leurs états physique et psychologique.

Le NASA place cette expérience dans le cadre du programme Mission habitée vers Mars (Journey to Mars), qui prévoit une expédition vers la Planète rouge dans les années 2030. Pourtant, l’expert polonais Konrad Szocik de l’Université des technologies de l’information et de gestion à Rzeszow reste sceptique quant à la possibilité de ce voyage.

« Ici sur Terre, nous sommes incapables d’imiter précisément les conditions de vie martienne, notamment la microgravité et les rayons cosmiques. Donc, nous ne pouvons pas prévoir les conséquences biologiques et physiques de la vie sur Mars » indique le spécialiste.

En outre, il conteste la possibilité de reproduire les dangers d’un voyage sans retour sur Mars à bord de la Station spatiale internationale et en Antarctique. L’expert souligne qu’un vol vers la Planète rouge demanderait une préparation spéciale, plus précisément un changement de mentalité et du corps. Par exemple, des médicaments spéciaux ou des appareils électroniques aideront les futurs colons à surpasser les émotions que les dangers imprévus pourraient provoquer.

Enfin, Konrad Szocik attire l’attention sur le problème de reproduction des colons. Pour lutter contre les organismes qui entraîneront une dégradation du génome et l’extinction de la population, il faudra que le nombre de colons atteigne 500 ce qui est presque irréalisable. Quoi qu’il en soit, résume l’expert, il est peu probable que la première colonie martienne soit établie dans un avenir proche.

Le terraforming devient l’ultime défi.

 

Astronomie:Vénus aurait été habitable pendant des milliards d’années

Le climat de la planète Vénus aurait été stable et tempéré pendant pratiquement trois milliards d’années, ce qui aurait permis à la vie de s’y développer, affirment des planétologues américains.

Un événement planétaire mystérieux a ensuite redessiné 80 % de sa surface, montrent des modèles climatiques créés par l’astrophysicien Michael Way et ses collègues de l’Institut d’études spatiales Goddard affilié à la NASA.

La planète voisine de la Terre aurait-elle pu abriter la vie? Fort probablement, si on se fie aux simulations de l’équipe américaine qui laissent à penser que des températures entre 20 et 50 degrés Celsius auraient prévalu sur la deuxième planète du système solaire pendant environ trois milliards d’années.

De nos jours, elle est considérée comme la planète la plus chaude du système, avec une température moyenne à sa surface avoisinant les 460 °C.

Les sondes américaines Pionner-Vénus 1 et 2 ont détecté dans les années 1970 les premiers indices selon lesquels la planète aurait peut-être déjà eu un océan peu profond.

Selon les chercheurs, un climat tempéré y serait encore observé de nos jours si l’événement cataclysmique, survenu il y a environ 700 ou 750 millions d’années, n’avait pas provoqué un rejet massif de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Ce gaz était jusque-là emprisonné dans les roches de la planète.

Une planète volcanique

L’explication pourrait bien être liée à l’intense activité volcanique de la planète. Il est fort possible que de grandes quantités de magma s’y soient accumulées, libérant dans l’atmosphère une énorme quantité de dioxyde de carbone qui n’aurait pas été réabsorbée dans sa surface au fil du temps pour une raison toujours inconnue.

Topographie de Vénus:on y distingue des continents.

Cet apport massif de CO2 dans l’atmosphère aurait déclenché un intense effet de serre, qui a entraîné les températures vers le haut.

Si la vie a pu y exister par le passé, elle aurait disparu à la suite de l’événement. De nos jours, Vénus reste un monde improbable pour la présence de la vie, non seulement à cause de la température élevée, mais aussi en raison de la pression à sa surface.

Des volcans seraient toujours actifs sur la planète.

Notre fiche descriptive de la planète : Vénus, la jumelle si différente

Les principale missions vers Vénus

  • En 1961, Vénéra-1 devient le premier vaisseau spatial à visiter Vénus. Malheureusement, le contact avec cette sonde soviétique est perdu lorsqu’elle se trouve à 100 000 km de Vénus.
  • En 1964, la sonde soviétique Zond 1 passe à 100 000 km de Vénus, mais ne transmet aucune donnée.
  • En 1965, Vénéra-3 réussit la première entrée dans l’atmosphère de la planète, mais, encore une fois, aucune information n’est transmise.
  • En 1967, Vénéra-4 pénètre dans l’atmosphère de Vénus et envoie des informations jusqu’à environ 25 km de sa surface.
  • La même année, la sonde américaine Mariner 5 effectue un vol rapproché jusqu’à 4000 km de la surface.
  • En 1970, la sonde Vénéra-7 réussit un premier atterrissage.
  • Deux ans plus tard, Vénéra-8 envoie des informations sur la surface de la planète et sa composition atmosphérique.
  • En 1975, la sonde Vénéra-9 retransmet les premières images de sa surface.
  • Plusieurs sondes seront par la suite envoyées, dont les américaines Pionner-Vénus 1 et 2, et transmettront des informations sur son atmosphère.
  • En 1982, la sonde Vénéra 13 envoie les premières photos en couleur de la surface et les premières analyses de son site d’atterrissage.
  • Entre 1989 et 1994, la sonde américaine Magellan permet de cartographier 98 % de la surface de Vénus. Cette sonde observe le sol de Vénus par radar. En effet, les nuages empêchent de voir le sol. Les images sont reconstituées à partir des données radar.
  • En 2005, la sonde Venus Express est lancée par l’Agence spatiale européenne. Cette mission, qui s’est achevée en 2014, a permis de récolter de nombreuses informations sur la planète.
  • En 2010, la sonde spatiale japonaise Akatsuki se place en orbite autour de Vénus, mais cette orbite est toutefois beaucoup plus élevée que celle visée, ce qui ne lui permet pas de remplir tous ses objectifs.
Photo de Vénus par Venera 3.

 

 

 

L’Inde a enfin décollé vers la Lune

Le lanceur GSLV-MkIII a placé lundi avec succès Chandrayaan-2 sur son orbite définie. L’expédition inhabitée a pour but de poser le 6 septembre prochain un atterrisseur et un robot mobile près du pôle sud de la Lune.

Lancement de Chandrayan 2

 

 

L’Inde a lancé lundi dans l’espace sa mission lunaire destinée à poser un appareil sur le satellite naturel de la Terre, illustrant le regain d’intérêt international pour l’exploration et l’exploitation de la Lune. Une fusée GSLV-MkIII, le plus puissant lanceur de l’agence spatiale indienne ISRO, a décollé à 14H43 (09H13 GMT) du pas de tir de Sriharikota, dans le sud-est de l’Inde, ont constaté des journalistes de l’AFP présents sur place. Au bout d’une vingtaine de minutes, les scientifiques de l’ISRO ont applaudi et se sont tombés dans les bras les uns des autres. « Je suis extrêmement heureux d’annoncer que le GSLV-MkIII a placé avec succès Chandrayaan-2 sur son orbite définie », a déclaré Kailasavadivoo Sivan, le président de l’ISRO. « C’est le début d’un voyage historique pour l’Inde », a-t-il ajouté.

L’expédition inhabitée a pour but de poser le 6 septembre prochain un atterrisseur et un robot mobile près du pôle sud de la Lune, située à quelque 384.000 kilomètres de la Terre, ainsi que de placer une sonde en orbite lunaire.

Si la mission est couronnée de succès, l’Inde deviendrait la quatrième nation à réussir à poser un appareil sur le sol sélénite, après l’Union soviétique, les États-Unis et la Chine. Une sonde israélienne a raté son alunissage en avril et s’est écrasée.

Chandrayaan-2 (« Chariot lunaire » en hindi) devait initialement être lancée le 15 juillet, mais les responsables ont arrêté le compte à rebours 56 minutes et 24 secondes avant le décollage, à cause d’un « problème technique » que l’ISRO n’a pas détaillé officiellement.

Selon la presse locale, il s’agissait d’une fuite dans une bouteille d’hélium du moteur cryogénique de l’étage supérieur de la fusée.

New Delhi a consacré 140 millions de dollars (124 millions d’euros) à Chandrayaan-2 – un montant bien inférieur à ceux des autres grandes agences spatiales pour des missions de ce type -, qui pèse au total 3,8 tonnes.

Ambition et sobriété

 

La lanceur n’étant pas assez puissant pour atteindre directement la Lune, la mission doit se propulser en utilisant la force de gravité. Chandrayaan-2 va tourner autour de la Terre pendant près de trois semaines en élevant progressivement son orbite, de façon à atteindre l’orbite lunaire. Arrivée à ce stade, elle resserrera alors progressivement ses cercles autour de l’astre.

La Lune a été relativement délaissée par l’homme depuis la fin du  pseudo-programme américain Apollo dans les années 1970, les grandes agences spatiales ayant préféré se consacrer à l’étude et à l’exploration du système solaire.

Mais le satellite de la Terre est l’objet d’un regain d’intérêt ces dernières années. L’Homme, qui ne l’a plus foulée depuis 1972, y prépare son retour et vise, à plus long terme, à s’y implanter de façon durable.

Le gouvernement américain a ainsi demandé à la Nasa de renvoyer des astronautes sur le sol sélénite pour 2024. Le retour sur la Lune est vu comme une étape incontournable de la préparation de vols habités vers des destinations plus lointaines, au premier plan desquelles la planète Mars.

Le projet Chandrayaan-2 est la deuxième mission lunaire de l’Inde, qui avait placé une sonde en orbite autour de la Lune au cours de la mission Chandrayaan-1 il y a onze ans.

Le programme spatial indien s’est fait remarquer ces dernières années en alliant ambition et sobriété budgétaire, avec des coûts opérationnels bien inférieurs à ceux d’autres pays, ainsi que par sa progression au pas de charge.

L’ISRO compte d’ici 2022 envoyer un équipage de trois astronautes dans l’espace, ce qui serait son premier vol habité. Ses scientifiques travaillent aussi à l’élaboration de sa propre station spatiale, attendue au cours de la prochaine décennie.

Résultats de recherche d'images pour « Chandrayaan-2 »

 

 

 

 

En ce jour dans l’espace! 2 avril 1963: Luna 4 se lance dans une fantastique mission de survol lunaire (vidéo inclus)

Le 2 avril 1963, l’Union soviétique a lancé le vaisseau spatial Luna 4 pour tenter le premier atterrissage en douceur sur la lune. Le lancement a été un succès, mais Luna 4 n’a jamais atteint la Lune.

Résultats de recherche d'images pour « Luna 4 »
Timbre commémoratif du lancement de Luna 4 par l’Union Soviétique.

Un jour après le lancement de Luna 4, il était supposé utiliser ses moteurs-fusées pour l’aider à se diriger vers la lune. Mais il n’a pas été en mesure d’achever cette correction à mi-parcours, car le système de navigation de l’engin spatial fonctionnait mal.

La sonde Luna 4

Les responsables de la mission n’ont pas été en mesure d’orienter l’engin spatial de manière à ce que la combustion du moteur l’envoie dans la bonne direction. Cette erreur a amené Luna 4 à manquer la lune de plus de 5 000 milles. Il s’est retrouvé sur une orbite solaire quelque part entre la Terre et Mars.

 

 

Exploration spatiale:Des physiciens russes s’approchent d’un moteur à plasma pour un voyage dans l’espace ultra-rapide

 

Générateur de plasma

 

 

 

Des scientifiques russes et du monde entier considèrent la technologie des fusées à plasma comme un ingrédient possible essentiel pour des missions rapides sur Mars et au-delà.

Des physiciens de l’Institut Budker de physique nucléaire de la section sibérienne de l’Académie des sciences de Novosibirsk préparent une nouvelle série d’expériences visant à exploiter avec succès la puissance du plasma thermonucléaire destiné à être utilisé dans un moteur de fusée, a déclaré aux journalistes le directeur adjoint de l’institut, Alexander Ivanov .

Les expériences, qui débuteront plus tard ce mois-ci, feront suite à des tests déjà réussis qui ont confirmé la faisabilité du confinement du plasma dans une configuration expérimentale utilisant des paramètres appropriés pour un moteur de fusée, a déclaré Ivanov.

À la fin de 2018, l’institut a commencé à exploiter une installation unique, connue sous le nom de SMOLA, l’acronyme russe de « Spiral Magnetic Open Trap », ce dispositif servant de premier pas vers la création d’un réacteur à fusion. Le « piège à plasma » a permis aux scientifiques de travailler sur le confinement du plasma dans un système magnétique linéaire, ce qui, espérons-le, pourrait éventuellement contribuer à la création d’un prototype de moteur à plasma adapté aux voyages dans l’espace.

« Les premières expériences ont montré que l’effet existait. Le moteur spatial fonctionne, ainsi que le moyen de réduire les pertes de plasma. Un équipement standard est actuellement installé. Nous nous préparons à commencer des expériences en janvier 2019 qui devraient démontrer pleinement ses capacités, « Ivanov a dit.

Selon le physicien, la configuration actuelle sert de démonstrateur technologique. Les scientifiques atteignent une température de 100 000 degrés pour former le plasma et atteignent une densité suffisante pour leur fournir des données appropriées pour la poursuite des travaux de création d’une fusée à plasma. moteur.

En octobre, Energomash, une société russe d’ingénierie énergétique engagée dans la production de moteurs de fusées, a annoncé son intention de construire un moteur de fusée à plasma à haute puissance et sans électrodes. L’institut Kurchatov de Russie et le bureau de conception de produits chimiques automatiques ont tout d’abord annoncé qu’ils travaillaient sur un moteur à base de plasma pour les voyages dans l’espace en 2016 .

D’autres pays, y compris les États-Unis, sont engagés dans des développements similaires. En 2015, la NASA a attribué à la société privée de technologie de fusée à plasma Ad Astra un contrat portant sur la création de la « VASIMR ( » Variable Specific Impulse Magnetoplasma Rocket « ). Les moteurs proposés fonctionneraient en chauffant le gaz sous pression à des températures extrêmement élevées en utilisant des ondes radio. plasma sous contrôle utilisant des champs magnétiques.

Les moteurs de fusée à plasma sont l’une des options proposées pour l’exploration humaine d’autres planètes de notre système solaire et au-delà.

 


les vaisseaux spatiaux à propulsion nucléaire de l’avenir

Les vaisseaux spatiaux utilisant un combustible hydrogène-oxygène conventionnel pourront emmener les gens sur la Lune, Mars ou Vénus. Mais l’exploration humaine d’autres planètes dans notre système solaire, et au-delà, nécessitera la création de navires exploitant le pouvoir de la fission nucléaire et de la fusion nucléaire, notamment via le concept de propulsion nucléaire à impulsions.

L’idée d’un système de propulsion de fusée utilisant une combustion explosive a été proposée pour la première fois par l’expert en explosifs russe Nikolai Kibalchich à la fin du 19ème siècle. Cependant, c’est le physicien nucléaire américain né en Pologne, Stanislaw Ulam, qui a eu l’idée d’utiliser des explosions nucléaires pour propulser des engins spatiaux. Ulam a eu l’idée en 1947, une décennie avant le satellite Sputnik 1 et l’avènement de l’ère spatiale. La proposition d’Ulam envisageait l’utilisation d’un bouclier métallique fixé au navire pour exploiter la puissance d’une explosion nucléaire et faire avancer le navire.

Projet Orion & PK-5000

À la fin des années 1950, des scientifiques américains dirigés par les physiciens Ted Tailor et Freeman Dyson ont commencé à travailler sur le projet Orion, un programme visant à créer un modèle de vaisseau spatial propulsé par un système de propulsion nucléaire. Le concept de véhicule Project Orion comprenait une unité d’impulsion nucléaire et des réservoirs de stockage de liquide de refroidissement, une plaque de poussée et deux étages d’amortisseurs pour absorber l’énergie des explosions nucléaires et propulser le navire vers l’avant, ainsi qu’une section de charge utile à l’avant du navire.

Coupe transversale du vaisseau spatial orion

En plus de sa rapidité, le concept a été prédit pour pouvoir théoriquement supporter une charge utile d’un ordre de grandeur supérieur à celui des fusées à combustible classiques. Les scientifiques ont estimé que si une charge nucléaire était déclenchée une fois toutes les trois secondes, le navire serait capable d’atteindre 3% de la vitesse de la lumière, permettant ainsi à l’humanité d’atteindre Alpha Centauri, le système solaire le plus proche en dehors de chez nous, dans environ 140 ans.

S’exprimant avec Tatyana Pichugina, collaboratrice scientifique de Rossiya Segodnya, à propos du projet Orion, Anton Pervushin, cosmonautique, historien et auteur de science-fiction, a expliqué que l’idée était séduisante dans le fait que « seule l’aide d’un système de propulsion à impulsions nucléaires peut accélérer de manière significative .  » Ainsi, a noté Pervushin, « les planètes distantes de notre système solaire deviendront accessibles et il deviendra possible d’organiser la première expédition interstellaire ». 

Modèle informatique de la conception du projet Orion.

Naturellement, des scientifiques soviétiques, dont le physicien Andrei Sakharov, père de la bombe à hydrogène soviétique, ont également exploré le concept de vaisseau spatial propulsé par une explosion nucléaire. Avec un engin spatial surnommé « vsryvolet » (littéralement « avion explosif »), le travail des Soviétiques était axé sur l’utilisation possible du concept d’exploration spatiale de grande envergure.

Le concept de Sakharov , baptisé PK-5000, visait à utiliser des explosions pour alimenter des navires d’une charge utile de 1 000 tonnes ou plus et de 10 à 20 cosmonautes.

Capture d’écran d’un journal scientifique russe présentant le design de vzryvolet de Sakharov.

Les travaux relatifs au projet Orion et à son analogue soviétique ont été arrêtés en 1963 à la suite de la signature du Traité d’interdiction partielle des essais nucléaires, qui interdisait les essais d’armes nucléaires dans l’atmosphère terrestre, dans l’espace et sous l’eau.

Propulsion thermonucléaire

En 1971, le physicien germano-américain Friedwardt Winterberg a publié un article scientifique proposant d’utiliser des réactions à commande thermonucléaire déclenchées par des faisceaux d’électrons intenses pour accélérer les engins spatiaux. Selon l’historien spatial Willis L. Shirk, l’énergie produite par une réaction de fusion nucléaire serait 26 millions de fois supérieure à celle d’un propulseur hydrogène-oxygène conventionnel, et plus de 4,3 fois supérieure à celle de la fission nucléaire.

En 1973, des scientifiques de la British Interplanetary Society formèrent  le « Project Daedalus », une vision pour un système de propulsion à fusion nucléaire.

Tatyana Pichugina écrit: « La fusion thermonucléaire se produit à l’intérieur d’étoiles. Sa création sur Terre nécessiterait d’immenses températures et de l’hydrogène ou de l’hydrogène-hélium. Des calculs ont montré que l’énergie de la fusion thermonucléaire d’un mélange de deutérium et d’hélium-3 pourrait permettre des vitesses de vol 36 000 km par seconde, soit 12% de la vitesse de la lumière, permettant ainsi à Dédale d’atteindre l’étoile de Bernard, à 5,9 années terrestres de la Terre, en un demi-siècle. À titre de comparaison, le Voyager 1, actuellement le plus rapide au monde engin spatial accéléré à 17,02 km / s grâce à sa manœuvre gravitationnelle près de Saturne. « 

Sur le plan structurel, le projet Daedalus prévoyait un grand réservoir de carburant de 50 000 tonnes, dans lequel de petites quantités de pastilles de mélange de deutérium et d’hélium-3 seraient envoyées à la chambre de combustion pour une détonation toutes les secondes, le flux d’échappement de plasma résultant étant dirigé via une puissante buse magnétique . Le navire sans équipage aurait une charge utile utile de 500 tonnes constituée d’équipements scientifiques.

Les travaux sur le projet Daedalus ont été annulés en 1978. En 2009, des scientifiques de la British Interplanetary Society, appuyés par la Tau Zero Foundation, ont commencé à travailler sur le projet Icarus, son successeur spirituel. 

Icarus envisage d’ envoyer plusieurs sondes à travers plusieurs systèmes solaires à moins de 15 années-lumière de la Terre afin d’effectuer des études détaillées des étoiles et des planètes. Comme Dédale, le projet nécessite de l’hélium-3 comme carburant, que l’on trouve en quantité suffisante à Neptune ou à Jupiter, mais qui est rare sur Terre. Compte tenu du rythme actuel du développement technologique, une telle exploitation minière sur une autre planète et, partant, une telle mission, pourrait ne pas être possible avant 2 300 ans.

En fin de compte, Anton Pervushin estime que tant que le traité d’interdiction des essais nucléaires restera en vigueur, la propulsion par impulsions nucléaires restera inévitablement un concept théorique. En outre, comme l’a expliqué Pichugina, outre les problèmes juridiques, un certain nombre de problèmes techniques restent en suspens. Celles-ci incluent comment appliquer du carburant dans la chambre de combustion, amortir l’accélération, protéger les équipages du rayonnement cosmique et, d’une manière générale, déterminer les types d’engins spatiaux les plus efficaces.

Pourtant, comme le note Pervushin, si l’humanité veut échapper aux liens de notre système solaire et envoyer de gros engins spatiaux à ses voisins, la propulsion par impulsions nucléaires reste la seule option réaliste.

Post-scriptum: Fission nucléaire pour la propulsion électrique

Outre les propositions ambitieuses relatives à la propulsion par fission nucléaire et à la fusion nucléaire interstellaire, les scientifiques soviétiques ont travaillé intensément des années 1960 aux années 1980 sur les systèmes de propulsion électrique à fission nucléaire, qui transforment l’énergie thermique nucléaire en énergie électrique, qui est ensuite utilisée pour alimenter des systèmes électriques conventionnels. systèmes de propulsion.

 

 

 

Capture d’écran d’un film éducatif soviétique sur les moteurs de fusée à propulsion nucléaire destinés aux engins spatiaux.

Le programme spatial soviétique a été un pionnier et a travaillé à améliorer la technologie avec la série de satellites Kosmos, qui, bien que généralement couronnée de succès, avait une réputation quelque peu entachée après la descente d’urgence de Kosmos 954 en 1978, laquelle a propagé des débris radioactifs dans le nord du Canada.

Les Soviétiques ont continué à expérimenter ces technologies jusqu’à la fin des années 1980, et ont même envisagé d’ utiliser l’énergie issue de la fission nucléaire comme moyen réaliste d’atteindre Mars.

 

Vision soviétique de 1988 d’une mission martienne utilisant la technologie de propulsion nucléaire

 

 

%d blogueurs aiment cette page :