Le pacte mondial sur les migrations est approuvé à Marrakech

Plus de 150 pays ont adopté lundi ,le 10  décembre 2018,à Marrakech, au Maroc, le pacte mondial sur les migrations des Nations unies, en le défendant par de vibrants plaidoyers face aux critiques des nationalistes et des partisans de la fermeture des frontières.

« Nous ne devons pas succomber à la peur », a exhorté le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, avant l’adoption formelle de ce texte destiné à renforcer la coopération internationale pour une « migration sûre, ordonnée et régulière ».

Comme plusieurs dirigeants présents à Marrakech, M. Guterres a aussi dénoncé les « nombreux mensonges » sur le pacte, qui a généré des tensions politiques dans plusieurs pays et fait éclater la coalition gouvernementale en Belgique, avec la démission des ministres issus du parti nationaliste flamand.

Le document doit encore faire l’objet d’un ultime vote de ratification, le 19 décembre à l’Assemblée générale des Nations unies à New York.

Prévue sur deux jours, la conférence intergouvermentale de Marrakech, qui coïncide avec le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, devait être une étape purement formelle du processus onusien.

Mais, le sujet déchaînant les passions, une quinzaine de pays (Autriche, Australie, Bulgarie, Chili, Estonie, Hongrie, Italie, République tchèque, République dominicaine, Lettonie, Pologne, Slovaquie, Slovénie et Suisse) ont annoncé leur retrait ou le gel de leur décision après avoir approuvé le texte le 13 juillet à New York.

« Gouvernance mondiale »

Les États-Unis, qui s’étaient retirés de l’élaboration du texte en décembre 2017 en le jugeant contraire à la politique d’immigration du président Donald Trump, ont lancé vendredi dernier une nouvelle salve contre le pacte et contre toute forme de « gouvernance mondiale ».


NOUVELLE MISE EN GARDE DE DONALD TRUMP

Donald Trump s’appètant à monter à bord de Air Force One.

Avec le Pacte mondial sur les migrations, dit Pacte de Marrakech, les Nations unies veulent « faire progresser la gouvernance mondiale aux dépens du droit souverain des Etats à gérer leur système d’immigration », ont dénoncé vendredi les Etats-Unis dans un communiqué plein de bon sens et qui met les points sur les i.

Dans un long texte très argumenté, diffusé par la mission diplomatique américaine à l’ONU, les Etats-Unis rappellent qu’ils ont quitté les négociations sur ce Pacte en 2017 car ses objectifs sont « incompatibles avec la loi américaine, la politique et les intérêts du peuple américain ». Ils sont de ce fait, incompatibles avec les intérêts des peuples européens. C’est parce qu’ils savaient que les citoyens diraient non que les instances européennes et les Etats ne les ont pas consulté, et qu’ils vont voter au mépris de la démocratie, et du droit fondamental des peuples à disposer d’eux-mêmes.

 

« Nous ne pouvons soutenir un Pacte qui pourrait s’opposer aux meilleurs intérêts de nos citoyens! »

« Les décisions sur la sécurité des frontières, sur qui est admis à résider légalement ou à obtenir la citoyenneté, figurent parmi les plus importantes décisions souveraines qu’un pays peut faire », soulignent aussi les Etats-Unis dans ce communiqué. Il n’est pas question donc qu’elles fassent l’objet « de négociations, d’un examen, dans un cadre international », ajoute le texte.

Tout en reconnaissant « l’apport de nombreux immigrants à la construction de notre nation, nous ne pouvons soutenir un Pacte ou un processus qui impose ou qui a la potentialité d’imposer des directives internationales, des normes, des attentes ou des engagements qui pourraient s’opposer à notre capacité à prendre des décisions dans les meilleurs intérêts de notre nation et de nos citoyens », affirme avec sagesse le document.

Malgré cette opposition, M. Guterres s’est dit confiant quant à la suite du processus : « la réponse a été donnée par plus de 150 pays qui sont venus ici », a-t-il dit au cours d’un bref point de presse.
Washington anticipe aussi que les pays signataires du Pacte chercheront in fine à imposer un « droit coutumier international » dans le domaine des migrations, c’est à dire transformer ce pacte « non contraignant » en obligation gravée en dur dans le droit international. Le terme de « pacte » induit « des obligations légales », ajoutent les Etats-Unis dans leur communiqué. La formulation du texte « sans caractère contraignant » a également été considéré comme suspecte par les autres pays qui ont décidé de ne pas le signer.

En dépit des crispations sans précédent provoquées par le Pacte, plus de cent pays sont attendus lundi et mardi à Marrakech pour l’entériner formellement avant le vote d’une résolution de ratification à l’Assemblée générale de l’ONU prévue le 19 décembre à New York.

Ni la Suisse, ni Israël, ni l’Amérique du président Trump ne sont tombés dans ce piège immigrationniste.


Angela Merkel

Alors que les nationalistes européens se mobilisent contre le pacte à l’approche des élections européennes de mai 2019, la chancelière allemande, Angela Merkel, est venue le soutenir en personne, comme plusieurs premiers ministres européens : l’Espagnol Pedro Sanchez, le Portugais Antonio Costa, le Grec Alexis Tsipras, le Danois Lars Løkke Rasmussen — qui vient de resserrer la politique migratoire de son pays — et le Belge Charles Michel, qui a donc maintenu son déplacement au prix de l’unité de sa coalition.

Dans un discours très applaudi, Mme Merkel a plaidé avec passion pour le multilatéralisme en rappelant l’histoire de son pays, marqué par le nazisme.

« La réponse au nationalisme pur a été la fondation des Nations unies et l’engagement à trouver ensemble des réponses à nos problèmes communs », a-t-elle dit.

« Ce modèle de coopération est complexe, il comprend parfois des pas en avant et parfois des peaux de banane […] mais c’est le seul moyen pour ceux qui veulent un monde meilleur », a lancé le premier ministre belge. Sans regret face au prix politique à payer, Charles Michel s’est dit « debout, droit et fier des convictions portées par la Belgique ».

Non contraignant, le pacte recense des principes — défense des droits de la personne, des enfants, reconnaissance de la souveraineté nationale — et fait la liste de différentes options de coopération — échanges d’information et d’expertises, intégration des migrants, etc. Il prône l’interdiction des détentions arbitraires, n’autorisant les arrestations qu’en dernier recours.

Présents à Marrakech, les défenseurs des droits de la personne et les ONG l’ont défendu avec ardeur même si certains le trouvent insuffisant, notamment quant aux droits des migrants. Ses détracteurs, eux, le voient comme un encouragement à un flux migratoire incontrôlé.

« Accord historique »selon les chantres du Nouvel Ordre Mondial

« Entre le laxisme inacceptable et le tout sécuritaire insupportable, il y a une voie que nous ouvrons aujourd’hui », a de son côté estimé le roi du Maroc, Mohamed VI, dans un message aux participants. « L’Afrique sera un acteur central » du pacte, a-t-il assuré, rappelant que le Maroc pilote le dossier migratoire de l’Union africaine.

Le Mexique, le Guatemala, le Salvador et le Honduras ont pour leur part salué un « accord historique » et mis en avant leur nouveau « plan de développement » régional destiné à freiner l’émigration depuis l’Amérique centrale, alors que des milliers de migrants se massent à la frontière américaine, placée sous haute surveillance par le président Trump.

Le Mexique prévoit 35 milliards de dollars d’investissements pour ce plan, qui est « la première et la plus importante application du pacte », selon Marcelo Ebrard, le chef de la diplomatie mexicaine, qui s’exprimait au cours d’un point-presse avec ses trois homologues.

Il y a environ 258 millions de personnes en mobilité et de migrants dans le monde, soit 3,4 % de la population mondiale. Plus de 80 % des déplacements entre les pays se font de façon légale. Quant aux migrants clandestins, plus de 60 000 sont morts pendant leur périple depuis 2000, selon les chiffres de l’ONU.

EN CONCLUSION

La submersion migratoire organisée, délibérément… A l’horizon 2025 ils ont prévu l’arrivée de 160 millions de migrants en Europe, soit le tiers de la population actuelle de 520 millions. 160 millions en majorité islamisés…

7 millions pour la seule France ( à l’horizon 2025, ensuite ce sera forcément encore pire puisque les Africains se reproduisent comme des lapins) ; 7 millions soit 10% de la population actuelle, dans laquelle il y a déjà entre 15 et 20 millions de musulmans… 7 millions ,c’est presque la population totale du Québec dont Justin Trudeau s’emploi à nous  diviser et à nous diluer avec 40,000 immigrants par an. Soit un total, sans tenir compte de la reproduction de la propre population musulmane déjà établie en France  de 22 à 27 millions d’étrangers, jeunes pour la plupart… Dans 7 ans ils sont majoritaires en France.Ensuite ce sera le Québec et le reste du Canada!

 

Publicités

Le thermomètre vient de tomber à -62 °C dans le village le plus froid du monde, et les photos sont à couper le souffle

Bienvenue à Oymyakon, un village où les élèves assistent aux cours jusqu’à ce que les températures atteignent -52° C. Ce village sibérien isolé est considéré comme le village d’habitation permanent le plus froid du monde, et la température cet hiver vient de dégringoler à -62° C (-80 ° F), ce qui rend nos plaintes quotidiennes à propos du temps plutôt idiotes.

Le photographe Amos Chapple y a voyagé :  » Je portais un pantalon fin quand je suis sorti pour la première fois à -47° C », a déclaré Chapple. « Je me souviens d’avoir eu l’impression que le froid agrippait physiquement mes jambes, l’autre surprise était que parfois ma salive se congelait en aiguilles me piquant les lèvres. »

 

Mais cette fois-ci, le froid est encore plus fort, non seulement il pince les jambes, mais il transforme aussi les cils des gens en glaçons. La station météorologique officielle au « pôle du froid » a enregistré -59 ° C, mais le nouveau thermomètre électronique a déclaré qu’il faisait -62° C. En fait, il a même cessé de fonctionner après avoir atteint la marque douloureuse. Certains des 500 habitants affirmant que les températures descendent même jusqu’à -68° C.

Dans les années 1920 et 1930, Oymyakon était une halte pour les éleveurs de rennes qui menaient leurs troupeaux à la source thermale. En essayant de forcer la population nomade à s’enraciner, le gouvernement soviétique a plus tard transformé le site en une colonie permanente. En 1933, une température de -67,7 ° C a été enregistrée dans le village, considérée comme la plus basse de l’hémisphère nord.

Bienvenue à Oymyakon, un village sibérien isolé considéré comme le village d’habitation permanent le plus froid du monde

 

La température a chuté à -62 ° C

 

Cependant dans le village, le froid qui pourrait geler vos globes oculaires n’a pas arrêté de vivre
Sauf pour les étudiants locaux qui ont cessé d’assister aux cours jusqu’à ce que les températures atteignent au moins -52° C
Et, croyez-le ou non, les gens vont encore travailler
Voici a quoi ressemble la conduite dans de telles conditions
Les vendeurs de rue n’ont pas besoin de réfrigérer leur poisson, car la température de l’air est suffisante pour les empêcher de pourrir

 

Cependant, les vendeurs ont besoin de se couvrir aussi chaud que possible

 

« Pendant le tournage du marcher, mes mains ont gelé », a déclaré le journaliste. « Les vendeurs sont là toute la journée. Comment se chauffent-ils? «

 

Certains touristes qui visitent Oymyakon sont aussi extrêmes que son temps

 

Ce groupe de Chinois n’a pas eu peur de plonger dans la source thermale à environ -60 ° C de température extérieur

 

Les photographes essaient d’utiliser le froid de manière créative: « J’ai vraiment pris des photos de cette ballerine à l’extérieur à moins 41° C, et cette photo n’est pas photoshopée »

 

Le village se trouve dans le district d’Oymyakonsky de la République de Sakha, en Russie

 

Il porte le nom de la rivière Oymyakon, dont le nom vient apparemment du mot Even kheium, signifiant « étendue d’eau non gelée »; un endroit où les poissons passent l’hiver «

 

Selon d’autres sources, le mot heyum (hэjум) (kheium peut être une faute d’orthographe) signifie « lac gelé »

 

La température avait trop chuté, même pour le nouveau thermomètre électronique. Il s’est cassé après avoir atteint -62 ° C

 

Mais environ 500 personnes vivent encore dans le village

 

Il se trouve à environ 750 mètres au-dessus du niveau de la mer

 

« Nous brossons la neige de nos chevaux Yakoutes. Pour nous, c’est normal « , a déclaré un habitant du village
Les gens ont surnommé ce lieu: le pôle nord du froid
Et bien que les hivers à Oymyakon soient longs et excessivement froids
Les étés peuvent parfois être chauds. En juin, juillet et août, les températures supérieures de 30° C ne sont pas rares

 

Dans les années 1920 et 1930, Oymyakon était une halte pour les éleveurs de rennes qui menaient leurs troupeaux à la source thermale au printemps

 

Mais en tentant de forcer sa population nomade à s’enraciner, les soviétiques ont ensuite transformé le site en un établissement permanent

 

Cependant, ce froid fait que tout le village ressemble à un pays hivernal merveilleux

 

Ce n’est pas tous les jours que vous verrez une telle beauté dans un tunnel de mine

 

En 1933, une température de -67,7 ° C a été enregistrée dans le village, validée comme la plus basse jamais enregistrée dans l’hémisphère Nord.

 

 

La durée du jour varie de trois heures en décembre à vingt et une heures en juin
Donc, vous devrez être rapide si vous voulez faire du tourisme en hiver

Et tandis que les habitants continuent à parler de leur vie quotidienne

 

 

Certains ont eu leurs cils gelés; ce qui mériterait de devenir la nouvelle tendance de beauté

 

 

Salle des Fêtes de l’Élysée : le couple Macron opte pour un nouveau look à… 500 000 euros !

Aphadolie

Salle des Fêtes de l'Élysée - 3

À partir de jeudi et pour huit semaines, les espaces de réception du palais présidentiel se transforment en chantier. Objectif : donner un coup de jeune aux salons XIXe. Les travaux sont estimés à 500.000 euros et financés en partie par les ventes des produits dérivés.

Jusqu’au 15 janvier 2019, la salle des fêtes de l’Élysée, le jardin d’hiver, le salon Napoléon IIIplus de 1.000 mètres carrés au sein du palais – seront fermés pour restauration. Adieu vrais faux décors Second Empire carmin et doré. Dans deux mois, la moquette, les rideaux et les tentures, ainsi que l’assise des sièges, auront été remplacées. La nouveauté décorative sera de taille : rideaux et moquette version 2019 puiseront dans des teintes gris et beige nettement plus contemporaines et, surtout, plus lumineuses.

Le chantier, qui s’annonce d’exception, va démarrer jeudi à huit heures. Il mobilisera en tout 120 personnes

Voir l’article original 749 mots de plus

Les « drames humains » de l’embourgeoisement dans le sud-ouest de Montréal

 

 

 

Des organismes de défense des locataires dénoncent les effets « catastrophiques » de l’embourgeoisement sur les résidents du sud-ouest de Montréal.

Le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), le POPIR – Comité Logement et le Regroupement Information Logement (RIL) de Pointe-Saint-Charles estiment que l’embourgeoisement cause des « effets dévastateurs » sur les ménages locataires à faible et modeste revenu du Sud-Ouest.

Les trois organismes ont procédé lundi à la présentation des données locales du Dossier noir sur le logement et la pauvreté publié par le FRAPRU, dont les chiffres sont tirés de l’Enquête nationale auprès des ménages menée par Statistique Canada en 2016.

La tendance que l’on observe d’emblée, c’est l’augmentation effarante des loyers médians dans tous les quartiers du Sud-Ouest.

Céline Magontier, responsable des dossiers montréalais du FRAPRU

On note une augmentation de 12,4 % du prix des loyers médians de 2011 à 2016 en général à Montréal, selon le document rendu public. Or, on constate une hausse plus accélérée dans les secteurs de Ville-Émard (13,7 %), Pointe-Saint-Charles (15,9 %) et Saint-Henri (19,8 %).

Le taux d’inoccupation des logements locatifs dans le sud-ouest de Montréal et Verdun a chuté de 4,8 % à 1,1 % en seulement un an, selon les dernières données de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

Céline Magontier affirme que la hausse marquée du prix des logements dans le Sud-Ouest est liée à la construction de condominiums et de logements locatifs de luxe.

À Griffintown, par exemple, le nombre de logements a augmenté de plus de 60 % de 2011 à 2016 et le loyer médian est de 1347 $, précise le document.

Le FRAPRU souligne également que cette situation force 3685 ménages du secteur, et dont le revenu médian est de 12 353 $ par année, à dépenser plus de 50 % de leur budget pour le logement.

Des drames humains

Les organismes déplorent le fait que l’embourgeoisement constitue un « vecteur de drames humains auxquels nous faisons face au quotidien ».

« On est en train d’assister à la destruction du tissu social local de nos quartiers », s’indigne Hassan El Asri, organisateur au Regroupement Information Logement de Pointe-Saint-Charles.

Il dit être témoin d’un déplacement de la population traditionnelle qui est provoqué par la hausse des loyers, l’explosion des prix de l’immobilier, la prolifération des condos, l’augmentation du revenu médian et la diminution de la part de logements sociaux et abordables.

L’étude permet d’apprendre qu’il faudrait au minimum 1170 logements sociaux supplémentaires dans le Sud-Ouest pour répondre aux besoins des ménages en attente d’une habitation à loyer modique (HLM) dans l’arrondissement.

Des locataires subissent de la pression de promoteurs immobiliers pour quitter leur logement, mentionne le POPIR – Comité Logement.

« Rien qu’en ce moment, c’est une soixantaine de ménages locataires à Saint-Henri, dont plusieurs à très faible revenu, qui se font évincer de leur logement, par des promoteurs à la recherche de profit. Ils quittent parfois en échange de dédommagement aussi bas que 400 $ », précise Sandrine Belley, organisatrice au POPIR – Comité Logement.

Le FRAPRU réclame la construction de 50 000 logements sociaux en cinq ans pour répondre aux besoins.

Les personnes seules, les locataires âgés de plus de 65 ans, les jeunes et les ménages issus de l’immigration récente figurent parmi les ménages les plus à risque d’être mal logés, révèle l’étude.

De la panique

Carmen Prince

 

C’est le cas de Carmen Prince. Elle habite un logement depuis trois ans dans un bloc d’appartements dans le quartier Saint-Henri.

Elle paie un loyer de 765 $ par mois. Elle a choisi son logement parce qu’il est situé du métro, près des commerces de proximité, pour la vie de quartier et parce que son coût est raisonnable.

En septembre, elle a appris que le nouveau propriétaire voulait évincer les locataires pour construire des lofts ou des condos. Cette nouvelle a semé la panique chez les locataires, raconte-t-elle.

Carmen Prince refuse de partir. Elle veut rester chez elle.

Moi, je vais avoir 63 ans bientôt. Il me reste deux ans à travailler. Pour moi, les dépenses ne doivent pas aller en augmentant. Il faut qu’elles aient en diminuant.

Carmen Prince, une résidente de Saint-Henri

Si jamais elle devait partir, Mme Prince estime qu’elle ne parviendrait pas à trouver un logement équivalent dans le quartier.

Mme Prince qualifie l’approche du nouveau propriétaire de « sauvage » et considère qu’il se fout du monde.

« Je me sens traitée comme une minable. Moi, j’ai de l’argent et toi tu n’en as pas. Alors, décolle et arrange-toi avec tes troubles. Moi, je ne veux pas savoir si ça te fait de la peine », admet-elle.

Elle ajoute que le nouveau propriétaire s’est mis à poser des gestes d’intimidation à l’égard de certains locataires pour qu’ils partent.

« [Il a fait] des appels. Il y a des personnes qui se sont fait dire :  » Ton logement va augmenter de 1000 $ par mois, on va détruire ta cour, ton jardin, tu ne pourras plus revenir, il n’en est pas question  » », relate-t-elle.

Intimidation

Patricia Vianney

 

Patricia Vianney, organisatrice de POPIR-Comité Logement, indique que Carmen Prince n’est pas la seule dans cette situation.

Au total, 43 locataires sont concernés par le rachat de quatre lots d’immeubles différents dans le quartier Saint-Henri.

Elle explique que le nouveau propriétaire en question, l’entreprise Hillpark Capital, n’a pas encore émis un avis officiel d’éviction. Ainsi, les locataires sont encore chez eux.

« On trouve que la façon de faire est vraiment cavalière. Les propriétaires arrivent dans un quartier où il y a déjà un milieu de vie, il y a déjà des locataires. Ils font fi, en fait, de l’existant. Pour eux, c’est un investissement. Ils viennent et veulent rentabiliser leur investissement. Ils ne cherchent même pas à savoir quel impact cela va avoir sur les locataires qui l’entretiennent », déplore-t-elle.

Mme Vianney dénonce le fait que le nouveau propriétaire ait exercé de l’intimidation sur les locataires pour parvenir à ses fins.

« On voit qu’il a insisté particulièrement sur les locataires les plus vulnérables, les personnes très âgées entre autres, les personnes seules où les appels étaient très insistants. Il semble même faire un certain profilage à chercher qui est le plus vulnérable, qui va le plus facilement partir. Après, il se sert de ces premiers départs pour dire aux autres :  » Regardez, tout le monde est parti, donc vous n’avez pas le choix de partir « . Ils font des menaces et annoncent le pire à venir. C’est complètement immoral », s’insurge-t-elle.

Donc Montréal se transforme de plus en plus en une jungle néolibérale capitaliste!

 

 

 

Plan illuminati pour un gouvernement totalitaire:Plus de chicanerie des Nations Unies

  • Le Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière – qui vise à criminaliser la critique de la migration – n’est rien d’autre que un effort dangereux pour affaiblir les frontières nationales, normaliser la migration de masse, effacer la frontière entre immigration légale et illégale, et de renforcer l’idée que les personnes qui prétendent être des réfugiés jouissent d’une panoplie de droits dans des pays où elles n’ont jamais mis les pieds.
  • En tout état de cause, l’accord est irréfutable: presque personne dans le monde occidental n’a réclamé cela. C’est tout simplement un projet d’élites mondialistes. C’est un coup de force de l’ONU.
  • C’est aussi quelque chose d’autre: il s’agit d’un effort visant à renforcer l’influence du bloc du pouvoir le plus important et le plus influent de l’ONU, à savoir les États arabes et musulmans. En bref, quel que soit cet accord, ce n’est certainement pas une bonne nouvelle pour l’Occident, pour la liberté, pour l’identité nationale et pour la sécurité.
Le Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière – qui vise à criminaliser la critique de la migration – n’est rien d’autre que un effort dangereux pour affaiblir les frontières nationales, normaliser les migrations massives, brouiller la ligne de démarcation entre immigration légale et illégale, et renforcer l’idée que les personnes qui prétendent être des réfugiés jouissent d’une panoplie de droits dans des pays où elles n’ont jamais mis les pieds. Sur la photo: des migrants se dirigent vers un camp de rétention à Dobova, en Slovénie, le 26 octobre 2015.

 

 

 

En Grande-Bretagne, la rage suscitée par les gangs de viols musulmans et l’encrassement de Theresa May au Brexit se propage. En Allemagne, la colère suscitée par la politique de transformation imprudente de Merkel ne cesse de grandir. En France, le coût croissant des freeloaders immigrés pour les contribuables a suscité les manifestations publiques les plus sensationnelles depuis 1968. En Italie et en Autriche, les opposants à l’islamisation de l’Europe tiennent maintenant les rênes du pouvoir. Ailleurs en Europe occidentale, de plus en plus de citoyens défendent la dhimmitude aux frontières ouvertes de leurs maîtres.

Maxime Bernier

Au Canada,seul le Parti Populaire du Canada de Maxime Bernier dénonce ce pacte satanique qui tuera la démocratie afin de  permettre au Parti libéral du Canada de s’accrocher au pouvoir avec l’appui des immigrants,légaux ou non!Le Parti conservateur d’Andrew Scheer  n’a fait que demander de ne pas le signer…sans insister!

Andrew Scheer

Au Québec,c’est le silence total et le peuple québécois est tenu endormi  par la Coalition Avenir Québec avec ses pseudo promesses  incertaines à réaliser et  par les frasques vestimentaires des députés de Québec Solidaire ,extrême gauche bolchevique qui monopolisent l’attention  sur leurs attitudes  méprisables envers le peuple. J’estime qu’une Assemblée Nationale doit refléter le respect envers son peuple ,même si les élections sont arrangées d’avance et que la démocratie est contrôlée par le crime organisé.Croyez-le ou non,mais lorsque le premier ministre du Québec (Coalition Avenir Québec) a demandé et s’est fait élire en partie en demandant une réduction des 50,000 migrants envahisseurs demandés par Justin Trudeau,les libéraux  et les solidaires voulaient déchirer leur chemise!Au Canada,vouloir faire des gestes  nationalistes et/ou dénoncer la dictature mondialiste du Nouvel Ordre Mondial est devenu illégal,illicite,raciste et hautement dangereux!

Justin Trudeau ,le franc maçon mondialiste canadien…illuminé!

Seul le néolibéralisme marche sur le bon pas et parler autrement que l’élite est devenu interdit!Quelqu’un quelque part peut-il parler du Canada comme portant encore la démocratie dans son sein?

 

Pourtant, une grande partie de cette résistance patriotique et fondée sur des principes pourrait s’avérer vaine, grâce au « Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière », qui devrait être signé par les représentants des États membres de l’ONU, le 10 et 11  décembre ,en  conférence. Les partisans du pacte n’hésitent pas à rassurer ses détracteurs sur le fait qu’il ne s’agit pas d’un traité contraignant et qu’il réaffirme le concept de souveraineté nationale. Néanmoins, quand on en vient au fond, ce n’est ni plus ni moins qu’un effort dangereux pour affaiblir les frontières nationales, normaliser les migrations massives, brouiller la ligne de démarcation entre immigration légale et illégale, et renforcer l’idée que les personnes prétendant être Les réfugiés jouissent d’une panoplie de droits dans des pays où ils n’ont jamais mis les pieds.

En ce qui concerne les 34 pages  du long document en  lui – même, il est écrit dans le genre d’anesthésiant, la prose d’abstraction lourde qui sera familier à quiconque a déjà lu quelque chose écrite  par l’ONU. Il déclare que « la migration est une caractéristique déterminante de notre monde globalisé, reliant les sociétés au sein de toutes les régions et à travers toutes les régions, faisant de nous tous les pays d’origine, de transit et de destination ». Le Pacte mondial a pour objectif « de créer des conditions propices permettant à tous [!] les migrants d’enrichir nos sociétés par leurs capacités humaines, économiques et sociales, et de faciliter ainsi leurs contributions au développement durable aux niveaux local, national, régional et régional. et les niveaux globaux.  » Il affirme également que:

« Nous devons sauver des vies et protéger les migrants du danger. Nous devons donner aux migrants les moyens de devenir membres à part entière de nos sociétés, souligner leurs contributions positives et promouvoir l’inclusion et la cohésion sociale. Nous devons générer une plus grande prévisibilité et une plus grande certitude pour les États, Pour ce faire, nous nous engageons à faciliter et à assurer une migration sûre, ordonnée et régulière dans l’intérêt de tous. « 

Cela va beaucoup plus loin, et ce que cela signifie en grande partie n’est pas tout à fait clair. S’agit-il d’une charge de rhétorique vide et de bien-être, ou faut-il engager les signataires dans des actions spécifiques? Qu’est-ce que cela signifie de dire que le Pacte mondial « intègre une perspective de genre » ou qu’une « approche pan gouvernementale est nécessaire pour assurer la cohérence des politiques horizontale et verticale dans tous les secteurs et à tous les niveaux de gouvernement »? D’un autre côté, le document semble certainement encourager la migration illégale. Il demande sans ambiguïté aux gouvernements de nourrir la propagande de leurs citoyens avec la propagande sur les délices des migrants et des migrations et de « sensibiliser et former les professionnels des médias aux questions et à la terminologie liées aux migrations » et, en fait, aux journalistes aux armes vives qui refusent jouer au ballon.

En tout état de cause, l’accord est irréfutable: presque personne dans le monde occidental n’a réclamé cela. C’est tout simplement un projet d’élites mondialistes. C’est un coup de force de l’ONU. Comme le rapportait The Guardian l’année dernière, Louise Arbour, responsable du projet, considère le pacte mondial comme une occasion de modifier l’opinion mondiale sur la nécessité de faire face aux migrations futures, de la même manière que l’ONU avait réussi à convaincre. le monde dont il avait besoin pour lutter contre le changement climatique « . En bref, ceci est un autre rappel que l’ONU est dirigée par des corps mobilisés et assoiffés de pouvoir qui se voient confier pour tâche de ne pas réagir face à l’opinion mondiale, d’agir en conséquence, mais de la façonner et, au besoin, de la punir.

C’est aussi quelque chose d’autre: il s’agit d’un effort visant à renforcer l’influence du bloc du pouvoir le plus important et le plus influent de l’ONU, à savoir les États arabes et musulmans. Il suffit de consulter le site Web de l’ONU consacré à ce Pacte mondial. Il est illustré par la photo d’un jeune homme et d’une jeune femme tenant leur index et leur pouce pour former un cœur. Elle est en hijab. Répétez: elle est en hijab!. En bref, quel que soit cet accord, ce n’est certainement pas une bonne nouvelle pour l’Occident, pour la liberté, pour l’identité nationale et pour la sécurité. Il semble approprié que la cérémonie de signature du 10 au 11 décembre se déroule à Marrakech, au Maroc.

Le président des États-Unis, Donald J. Trump, a eu le mérite d’accomplir ce travail malicieux en décembre dernier lorsqu’il a annoncé que les États-Unis ne voulaient rien avoir à faire avec cela. Il a reçu des critiques pour ce mouvement. Lors d’un vote des Nations Unies en juillet dernier, le Pacte mondial a été approuvé par tous les pays membres à l’exception des États-Unis. Mais au moins quelques médias ont commencé à prêter attention et une résistance s’est formée. Au cours des dernières semaines, de plus en plus de gouvernements ont déclaré qu’ils n’allaient pas signer l’accord après tout. Jusqu’à présent, la liste comprend l’Australie, l’Autriche, la Bulgarie, la Croatie, la République tchèque, le Danemark, la République dominicaine, l’Estonie, la Hongrie, Israël, l’Italie, le Japon, la Pologne, la Slovaquie et la Suisse.

Dans plusieurs autres pays d’Europe occidentale, la question est toujours en discussion. Je soupçonne que la situation en Norvège n’est pas unique. La plupart des partis politiques norvégiens soutiennent ardemment le Pacte mondial et se sont efforcés, avec la collaboration des principaux médias du pays, de garder cet accord potentiellement controversé à l’abri des regards du public. avant la cérémonie de signature. Après qu’une poignée de sites alternatifs d’information et d’opinion aient sonné l’alarme à propos de l’accord, il a été rapporté le 5 décembre que le Parti du progrès avait forcé le gouvernement à autoriser un débat parlementaire sur l’accord proposé.

Hélas, les trois grands pays d’Europe occidentale sont tous présents. Theresa May a engagé son gouvernement dans l’accord. Idem Angela Merkel. Emmanuel Macron a tenu à ce que le Pacte mondial soit « admirable ». De plus, grâce à Justin Trudeau, dont le mantra continue d’être « La diversité est une source de force », le Canada est également de la partie.

Il est certains que dans peu de temps,la Charte Canadienne des Droits et Liberté sera effacée pour le compte de valeurs nouvelles qui n’auront rien à voir avec l’héritage canadien.Nous parlerons plutôt de l’influence de l’Aga Khan et de nombreuses sectes religieuses islamiques qui feront en sorte d’installer leur agenda à moyen terme :la Charia!L’action de Justin Trudeau dans ce dossier montre clairement les liens entre la franc maçonnerie  ,les illuminati ,le Nouvel Ordre Mondial associés au crime organisé et aux multi nationales assoiffées de profits!

Ainsi, s’il n’est pas à craindre que le Pacte mondial supplante de sitôt la Constitution américaine, il est légitime de craindre que cet accord sournois ne constitue un obstacle supplémentaire pour les citoyens du monde libre soucieux de protéger et de préserver leurs pays – mais dont les élites sont résolues à contrecarrer leur volonté.


S’il -vous-plait luttez debout!

La liberté ou la mort!

Signez la pétition svp:Pétition

 

 

 

Facebook et le contrôle de l’information

S’il est aux prises avec de nombreuses fake news, des trolls russes et des groupuscules politiques, Facebook supprime également les profils d’utilisateurs innocents, prouvant une fois de plus qu’il est incapable de s’auto-réguler

 

James Reader a pris ses précautions. Pas question qu’il se fasse avoir par des fakes news ou des spams. Âgé de 54 ans, ce camionneur californien cherchait à s’impliquer davantage sur la scène politique. Il a donc lancé un blog intitulé Everlasting GOP Stoppers afin de mobiliser les progressistes contre les Républicains.

« Nous sommes devenus Reverb Press, » se souvient-il. « Je n’ai pas fait ça pour l’argent. Je l’ai fait parce que je tiens à mon pays. »

 

En 2014, il a lancé Reverb en prenant grand soin d’être toujours correct et factuel. Le site indépendant mediabiasfactcheck.com l’a catégorisé fortement orienté à gauche, mais a complimenté la pertinence de ses reportages. Ses audiences se sont envolées pendant la dernière campagne électorale. « Nous avions trente rédacteurs et quatre rédacteurs en chef à temps plein, » explique Reader. « On totalisait quatre à cinq millions de visites par mois. » Selon ses estimations, Facebook et les autres médias sociaux ont permis à treize millions de personnes par semaine d’avoir accès aux articles de Reverb. Une grande partie de son contenu était agrégé, mais il comprenait également des reportages originaux, comme un récit à la première personne décrivant les abus de l’Église catholique dans le New Jersey, repris par les médias grand public.

Comme la plupart des éditeurs indépendants, il s’est appuyé sur une page Facebook pour générer du trafic et a utilisé les outils proposés par le réseau social pour augmenter son lectorat. « Nous versions entre 2 000 $ et 6 000 $ par mois à Facebook pour faire croître notre page, » précise Reader. « Nous avons essayé de faire tout ce qu’ils nous ont suggéré. »

Reader adaptait sa ligne éditoriale à chaque fois que Facebook modifiait son algorithme. Lorsque le réseau social a mis l’accent sur la vidéo, Reader a développé davantage de contenus vidéo. Il considérait Facebook comme un outil essentiel pour un média indépendant comme le sien. « Les petits blogs ne peuvent pas exister sans Facebook… Mais ce sont également eux qui ont aidé Facebook à se développer. »

Rapidement, Reader remarque un problème. Au lendemain des élections, plusieurs de ses articles sont publiés dans des groupes Facebook de droite et reçoivent un grand nombre de commentaires négatifs. Certains d’entre eux sont également signalés comme étant des spams. « Ça aurait pu être des Russes, » confie Reader. « Ça aurait pu être des groupuscules américains… Mais ça ressemblait vraiment à une sorte de manipulation. » Le trafic de Reverb a diminué. Les ventes publicitaires ont décliné à leur tour. Reader n’avait plus les moyens d’investir dans les outils proposés par Facebook, et même lorsqu’il le faisait, ces derniers ne fonctionnaient plus de la même façon. « C’était comme du crack, » poursuit Reader. « Les premières doses sont gratuites, mais il faut dépenser de plus en plus pour ne pas perdre de terrain. »

Reader a voulu se plaindre à Facebook, mais il a eu du mal à trouver un être humain à qui parler. De nombreuses sources contactées pour écrire cet article font part d’une expérience similaire. Après des mois sans réponse, Reader est finalement entré en contact avec un employé de Facebook qui lui a confié qu’il ne pouvait rien faire. « Facebook compte plus de deux milliards d’utilisateurs. Si vous êtes trop petits, vous n’êtes pas assez important pour que l’on fasse attention à vous. »

Le 11 octobre dernier, au moment de rentrer chez lui, Reader reçut un coup de fil des plus choquants. « Des gens m’ont appelé pour m’annoncer que Reverb n’était plus en ligne. Facebook avait effacé plus de 800 comptes et pages pour lutter contre le spam politique. » Et il n’était pas le seul. Près d’une centaine de petits éditeurs se sont fait virer de Facebook lors de ce qui a rapidement été surnommée « La Purge ». Si la suppression de comptes étrangers prétendument faux n’avait pas causé de remous, celle de comptes américains suivis par un grand nombre de personnes posait davantage de problèmes. Quelques jours plus tard, d’autres pages disparaissaient, ainsi que des fils Twitter. Certaines pages supprimées étaient pro-Trump. Nation in Distress avait par exemple prétendu qu’Obama déclarerait la loi martiale si Trump gagnait en 2016. D’autres, comme Reverb et Blue State Daily, soutenaient le parti démocrate. D’autres, comme le Free Thought Project et Anti-Media, étaient anti-guerre et méprisaient le gouvernement dans son intégralité. Le ciblage de ces sites pour éviter toute ingérence électorale semblait étrange, car ils étaient ouvertement désintéressés par les élections.

Reader a essayé d’accéder à ses sites. La page Facebook de Reverb n’était plus en ligne. Il en était de même pour son vieux blog Everlasting GOP Stoppers. Même America Against Trump et ses 225 000 fans avaient disparu. « Toutes mes années de travail ont été réduites à néant, » lâche Reader. Il avait été mis dans le même sac que les trolls russes. Il faisait désormais partie des sites qui publient des contenus « clickbait » pour attirer les internautes vers des articles débordant de publicités ciblées… Facebook étant lui-même conçu pour que les internautes consomment de la publicité en interne – douce ironie. « C’est une question d’argent, » déclare Reader. « Tout ce qui peut arriver ne doit arriver que sur Facebook. »

Après l’élection de Donald Trump en 2016, Facebook – et la Silicon Valley – étaient sous pression. Nombre de spécialistes craignaient que les fake news aient eu un impact destructeur, et qu’elles soient responsables tant du Brexit que de l’élection du Chapelier Fou. Des professeurs de journalisme aux sociologues, en passant par les anciens employés de Facebook, ils ont tous blâmé le réseau social pour l’augmentation des complots, des ingérences russes et des discours haineux. « Le fil d’actualités de Facebook optimise l’engagement, » a déclaré l’ancien concepteur Bobby Goodlatte. « …et les conneries, c’est très engageant. »

Nombre de politiciens ont commencé à réclamer une réglementation accrue, mais Facebook s’est moqué de l’idée qu’il était responsable de l’élection de Trump, ou de quoi que ce soit d’autre. Ses dirigeants ont insisté sur le fait qu’il s’agissait de « rassembler les gens« , et non d’éditer le contenu qu’ils pourraient poster. « Nous sommes un réseau social, pas un média, » a déclaré Mark Zuckerberg en 2016. Rassembler autant d’internautes que possible permet à Facebook de multiplier les annonces publicitaires. Restreindre la liberté d’expression signifierait restreindre le nombre de points de vue exprimés, et donc l’argent qui pourrait être généré par la fréquentation des publicités intégrées à Facebook.

En 2017, 45% des Américains s’informaient grâce à Facebook, ce qui en faisait de loin la plus grande source d’informations du pays. Le réseau social était maintenant en mesure d’offrir aux gouvernements (y compris celui des États-Unis) un marché en or : un contrôle accru sur la circulation des informations en échange d’une certaine liberté pour mener à bien leurs activités commerciales.


Collecte secrète de données, concurrence écrasée: ce que révèlent les documents confidentiels de Facebook

 

Le Parlement britannique a publié 250 pages de documents appartenant au premier réseau social mondial, au nom de «l’intérêt du public». Ils sont riches d’enseignements sur son exploitation des données et la façon dont il assure sa domination sur le marché.

La série noire continue pour Facebook. Après les révélations du scandale Cambridge Analytica, après s’être expliqué devant les Parlements américain et européen, après avoir subi un piratage informatique de grande ampleur et vu la légitimité de ses deux dirigeants, Mark Zuckerberg et Sheryl Sandberg, remise en question, le réseau social affronte une nouvelle épreuve. Mercredi, le Parlement britannique a publié en ligne 250 pages de documents confidentiels appartenant à l’entreprise américaine. Ces derniers ont été obtenus via le PDG d’une entreprise en conflit judiciaire avec le réseau social, la semaine dernière.

Une initiative exceptionnelle, assumée par les députés britanniques. «Je pense qu’il est dans l’intérêt du public de publier ces documents», assure Damian Collins, à la tête de la commission du Parlement britannique dédiée au Numérique, à la Culture, aux Médias et au Sport, et à l’origine de cette affaire. «Ils soulèvent des questions importantes sur la manière dont Facebook traite les données de ses utilisateurs, sa politique vis-à-vis des développeurs d’applications, et comment il assure sa domination sur le marché des réseaux sociaux. Nous n’avons pas obtenu de réponses claires de Facebook sur ces sujets importants. C’est pour cela que nous publions ces documents.»

Le Figaro fait le point sur les principaux enseignements de ces 250 pages, mélange de correspondance privée entre les dirigeants de Facebook et de détails sur le modèle économique du premier réseau social au monde.

Facebook ne voulait pas alerter ses utilisateurs qu’il collectait leurs données

On savait déjà que nos données personnelles étaient précieuses pour Facebook. Mais les documents publiés par le Parlement britannique révèlent jusqu’où le réseau social est capable d’aller pour les exploiter. Ainsi, des emails datant de février 2015 lèvent le voile sur les débats concernant une mise à jour de l’application Facebook pour Android, le système d’exploitation de Google. Cette dernière apportait une nouveauté technique: la collecte de l’historique de SMS et des appels du téléphone de l’utilisateur, à des fins de recommandations publicitaires. Cette fonctionnalité existe encore aujourd’hui. Par exemple, si une personne vous a récemment écrit, son compte vous est ensuite recommandé comme ami Facebook.

Problème: une mise à jour de cette importance provoque généralement l’apparition d’une fenêtre «pop-up» de la part d’Android, réclamant au propriétaire du smartphone d’autoriser cette nouvelle collecte de données avant de télécharger la dernière version d’une application. «Je pense que cette nouveauté a le risque de nous attirer une mauvaise presse», s’inquiétait l’un des dirigeants du réseau social, dans un email. D’autres messages montrent que Facebook a finalement trouvé une parade. La collecte des données a été menée à bien, mais sans provoquer l’apparition de la fameuse fenêtre, et donc attirant moins l’attention du grand public.

La réponse de Facebook: Dans une longue réponse à ces révélations, Facebook a précisé que cette collecte était «optionnelle», au choix de l’utilisateur, et que les données récupérées n’étaient stockées que pendant une année. «Passé ce délai, ces informations ne sont plus aussi utiles.» 


Certaines applications ont accès à plus de données que d’autres

Entre 2014 et 2015, Facebook a restreint l’accès aux développeurs d’applications à certaines données personnelles de ses utilisateurs. Il s’agit d’ailleurs de sa principale ligne de défense dans l’affaire Cambridge Analytica, une société britannique d’analyse de données, qui a exploité de manière frauduleuse les informations de 87 millions de comptes sur le réseau social: puisque ses règles ont été durcies, une affaire similaire ne pourrait en théorie plus se produire. Néanmoins, d’après les documents publiés par le Parlement britannique, la réalité est plus complexe.

Dans certains emails, on retrouve la trace d’échanges entre Facebook et plusieurs applications, qui se voient garantir un droit d’accès aux données personnelles des utilisateurs plus large que les autres. Ainsi, le site de rencontres Badoo s’est plaint, en septembre 2014, d’un changement l’empêchant de récolter des données sur les amis Facebook de ses utilisateurs. La réponse de Facebook: proposer à Badoo une nouvelle API (une interface permettant à une application d’accéder aux données d’une autre) permettant, contrairement aux autres, de continuer à accéder à des informations portant sur la liste de contact des utilisateurs Facebook créant un compte sur Badoo. Cette API n’était accessible qu’aux membres d’une mystérieuse «liste blanche», comprenant Badoo et Bumble, une autre application de rencontres.

La réponse de Facebook: «Dans certaines situations, nous avons autorisé à des développeurs d’accéder au nom, prénom et à la photo de profil de vos amis Facebook. Les listes blanches sont une pratique banale pour tester des nouvelles fonctionnalités avec des partenaires.»

● Facebook empêche des rivaux d’accéder aux informations de ses utilisateurs

Dans d’autres cas, Facebook se montre au contraire peu enclin à partager les données de ses utilisateurs. Surtout quand il s’agit d’entreprises rivales sur le marché des réseaux sociaux. Ainsi, Vine, une plateforme de microvidéos, propriété de Twitter, a subi le couperet. «Ils utilisent nos outils pour que leurs utilisateurs puissent chercher leurs amis Facebook sur Vine. Si personne n’y voit d’inconvénients, nous allons les empêcher d’accéder à cette API à partir d’aujourd’hui», écrit Justin Osofsky, l’un des vice-présidents de Facebook. Réponse lapidaire de Mark Zuckerberg: «pas de problème.» Un mois plus tard, Instagram, l’application de Facebook, lançait son propre outil de microvidéos.

La réponse de Facebook: quelques heures avant la publication de ces documents, Facebook a justement levé sa politique interdisant à ses applications partenaires (utilisant ses API) de copier «une fonctionnalité que Facebook propose déjà». Une règle assez ironique, sachant que le réseau social copie lui-même régulièrement ses concurrents.

● Une application présentée comme protectrice de la vie privée servait en fait à collecter des données

 

Ce n’est pas la première fois que le nom d’«Onavo» provoque une polémique pour Facebook. Cette société israélienne, spécialisée dans l’analyse de données, a été rachetée par le réseau social en 2013. Il a ensuite proposé à ses utilisateurs l’une de ses applications, Onavo Project. Elle était présentée comme un VPN, un virtual private network. Son rôle était en théorie de permettre aux utilisateurs de naviguer anonymement sur Internet. Problème: l’application collectait aussi des données sur l’utilisation du smartphone et la manière dont les internautes naviguaient sur d’autres services, notamment chez les concurrents de Facebook.

Dans les documents publiés par le Parlement britannique, on peut consulter de nombreux graphiques issus de cette collecte de données, portant sur plusieurs applications qui intéressaient Facebook. C’est notamment le cas de WhatsApp, que le réseau social finira par racheter en 2014.

La réponse de Facebook: la polémique autour d’Onavo n’est pas nouvelle. L’application a déjà été retirée de l’App Store d’Apple cet été pour avoir enfreint ses règles sur la vie privée. «Les utilisateurs d’Onavo ont toujours le choix de régler leurs paramètres pour que leurs données ne soient pas utilisées à autre chose qu’à améliorer le service d’Onavo», précise simplement Facebook, qui assume utiliser cet outil «et d’autres» pour mieux comprendre le marché des applications mobiles.

 

 

La Conspiration nazi:Divulgation de documents top-secret sur la Légion Indienne Waffen-SS

 

Photo de Subhas Chandra Bose descendant d’avion.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, alors que les forces alliées chassaient de France les forces désormais démoralisées de Hitler, trois officiers allemands de haut rang ont fait défection.

Les informations qu’ils ont fournies aux services de renseignements britanniques ont été jugées si sensibles qu’elles ont été verrouillées en 1945 et ne devraient pas être publiées avant 2021.

Le programme Document de la BBC bénéficie désormais d’un accès privilégié à ce fichier secret. Il révèle comment des milliers de soldats indiens ayant rejoint la Grande-Bretagne dans la lutte contre le fascisme ont échangé leurs serments contre le roi britannique contre Adolf Hitler – une histoire étonnante de loyauté, de désespoir et de trahison qui menaçait de secouer la domination britannique en Inde:le  Raj.

La rencontre historique de Bose avec le Führer Adolph Hitler en 1942.

L’histoire racontée par les officiers allemands à leurs interrogateurs débuta à Berlin le 3 avril 1941. C’était la date à laquelle le chef révolutionnaire indien de gauche, Subhas Chandra Bose, était arrivé dans la capitale allemande.

Bose, qui avait été arrêté 11 fois par les Britanniques en Inde, avait fui le Raj avec une seule mission en tête. C’était pour demander l’aide d’Hitler pour chasser les Britanniques de l’Inde.

Six mois plus tard, avec l’aide du ministère allemand des Affaires étrangères, il avait créé ce qu’il appelait le « Centre de l’Inde libre », à partir duquel il avait publié des tracts, écrit des discours et organisé des émissions de télévision pour soutenir sa cause.

À la fin de 1941, le régime de Hitler reconnut officiellement son « gouvernement de l’Inde libre » provisoire en exil et accepta même d’aider Chandra Bose à lever une armée pour défendre sa cause. Elle devait s’appeler « La Légion de l’Inde libre ».

Une partie des indiens recrutés se retrouvèrent dans une division SS.

Bose espérait réunir une force d’environ 100 000 hommes qui, une fois armés et équipés par les Allemands, pourraient être utilisés pour envahir l’Inde britannique.

Il décida de les élever en effectuant des visites de recrutement dans des camps de prisonniers de guerre en Allemagne, qui abritaient à l’époque des dizaines de milliers de soldats indiens capturés par Rommel en Afrique du Nord.

Bénévoles

Enfin, en août 1942, la campagne de recrutement de Bose est pleinement engagée. Des cérémonies de masse ont eu lieu au cours desquelles des dizaines de prisonniers de guerre indiens se sont unis pour prêter serment d’allégeance à Adolf Hitler.

Ce sont les mots qui ont été utilisés par des hommes qui avaient formellement prêté serment au roi britannique: « Je jure par Dieu de ce saint serment que je vais obéir au chef de la race et de l’État allemands, Adolf Hitler, en tant que commandant des forces armées dans la lutte pour l’Inde, dont le chef est Subhas Chandra Bose « .

J’ai réussi à retrouver l’une des anciennes recrues de Bose, le lieutenant Barwant Singh, qui peut encore se souvenir du révolutionnaire indien qui est arrivé dans son camp de prisonniers de guerre.

« Il nous a été présenté comme un dirigeant de notre pays qui souhaitait nous parler », a-t-il déclaré.

« Il voulait 500 volontaires qui seraient formés en Allemagne puis parachutés en Inde. Tout le monde levait la main. Des milliers d’entre nous se sont portés volontaires. »

Démoralisé

Au total, 3 000 prisonniers de guerre indiens se sont inscrits pour la Légion de l’Inde libre.

SUBHASH CHANDRA BOSE (1897-1945).
Indian nationalist leader. Bose (right) with Japanese Prime Minister Hideki Tojo at a parade for Indian national independence at Shonan, Japan. Photographed 1944./ …en compagnie du premier ministre japonais Hidecky Tojo lors d’une parade pour soutenir l’indépendance nationale de l’Inde,à Shonan en 1944.

Mais au lieu d’être ravi, Bose était inquiet. Admirateur de gauche de la Russie, il fut dévasté lorsque les chars hitlériens traversèrent la frontière soviétique.

L’aggravation de la situation était due au fait qu’après Stalingrad, il était devenu évident que l’armée allemande en retraite ne serait pas en position d’offrir à Bose de l’aide pour conduire les Britanniques de l’Inde lointaine.

Lorsque le révolutionnaire indien rencontra Hitler en mai 1942, ses soupçons furent confirmés et il en vint à penser que le dirigeant nazi était plus intéressé par l’utilisation de ses hommes pour remporter des victoires de propagande que des victoires militaires.

Ainsi, en février 1943, Bose tourna le dos à ses légionnaires et se glissa secrètement à bord d’un sous-marin à destination du Japon.

Sur cette photo Bose est entouré des sous mariniers japonais qui le conduisirent au Japon.

Là, avec l’aide japonaise, il devait mobiliser une force de 60 000 hommes pour marcher sur l’Inde.

De retour en Allemagne, les hommes qu’il avait recrutés étaient sans chef et démoralisés. Après de nombreuses dissensions et même une mutinerie, le haut commandement allemand les envoya d’abord en Hollande, puis dans le sud-ouest de la France, où il leur fut demandé d’aider à fortifier la côte en vue d’un débarquement allié prévu.

Après le jour J, la Légion de l’Inde libre, qui faisait maintenant partie de la Waffen SS de Himmler, était en pleine retraite en France, aux côtés d’unités allemandes régulières.

C’est à cette époque qu’ils ont acquis une réputation sauvage et répugnante auprès de la population civile.

Henri Gendreaux, ancien combattant de la Résistance française, se souvient de la légion qui passait dans sa ville natale de Ruffec: -vieille fille. »

Enfin, au lieu de chasser les Britanniques de l’Inde, les Légions de l’Inde libre ont été chassées de la France puis de l’Allemagne.

À l’époque, leur traducteur militaire allemand était le soldat Rudolf Hartog.

Rudolf Hartog vers la fin de sa vie regardant des photos de la Légion indienne.

« Le dernier jour où nous étions ensemble, un blindé est apparu. Je me suis dit: mon Dieu, que puis-je faire? J’ai terminé », a-t-il déclaré.

« Mais il voulait seulement rassembler les Indiens. Nous nous sommes embrassés et avons pleuré. Vous voyez que c’était la fin. »

Mutineries

Un an plus tard, les légionnaires indiens ont été renvoyés en Inde, où ils ont tous été relâchés après de courtes peines de prison.

Mais lorsque les Britanniques ont jugé trois de leurs officiers supérieurs près de Delhi, des mutineries dans l’armée et des manifestations dans les rues ont eu lieu.

Les Britanniques sachant maintenant que le Raj ne pouvait plus compter sur l’armée indienne pour faire ce qui était à leur charge, l’indépendance s’ensuivit peu après.

Ce n’est pas que Subhas Chandra Bose devait voir le jour où il s’était battu si durement. Il est mort en 1945.

Depuis lors, on a peu entendu parler du lieutenant Barwant Singh et de ses collègues légionnaires.

À la fin de la guerre, il était interdit à la BBC de diffuser son histoire et cette saga remarquable était jusqu’alors enfermée dans les archives. Non pas que le lieutenant Singh ait jamais oublié ces jours dramatiques.

« Sous mes yeux, je peux voir à quoi nous ressemblons tous, comment nous chanterions tous et comment nous aurions tous parlé de ce qui allait nous arriver à tous », a-t-il déclaré.


Un des grands mystères de la Deuxième Guerre Mondiale:

La mort de Subhas Chandra Bose

Netaji Subhash Chandra Bose inspecting and INA regiment. Agency Photo

 

Subhas Chandra Bose était le fondateur et le chef de l’armée nationale indienne au cours des années qui ont entouré la Seconde Guerre mondiale. Du point de vue des Alliés, il était un traître dangereux. Bose avait rendu visite aux dirigeants allemands et japonais et avait été en compagnie amicale de Staline . Ses actions ont longtemps fait l’objet de débats, ses partisans affirmant qu’il était moins intéressé par les idéaux de l’Axe que par la recherche d’un ennemi des Britanniques avec lequel il pourrait s’allier. Les histoires de la vie de Bose sont dignes d’un film de James Bond: échapper à la surveillance britannique, s’enfuir en Italie, participer à des réunions secrètes et prendre différentes identités. . . il y a encore beaucoup d’inconnu sur le révolutionnaire indien. Une des questions qui a toujours été mise en doute est de savoir comment il est mort .

Les cendres de Bose reposeraient ici,à Tokyo.

Selon le récit officiel, Bose serait mort dans un accident d’avion en 1945. Son corps aurait été incinéré et ses cendres auraient été transportées à une place d’honneur au temple Renkoji, près de Tokyo. Il y a beaucoup de gens qui ne croient pas l’histoire, cependant; certains sont même allés jusqu’à nommer l’homme dont les cendres reposent à la place de Bose: ils disent que les cendres appartenaient à Ichiro Okura, un officier japonais de l’armée taïwanaise. On prétend que l’histoire de l’accident d’avion a été fabriquée de manière à dissuader les gens de la piste du vrai Bose.

Le type d’avion que Bose aurait pris lors de son dernier voyage,

Le pays tout entier espère toujours pouvoir un jour découvrir ce qui est arrivé à son chef patriotique, mais cela n’arrivera pas de si tôt. Le 1 er décembre 2014, l’Alliance démocratique nationale a rejeté une autre demande de publication des fichiers classifiés détenus par Bose. Trente-neuf fichiers ont été dissimulés au public à des degrés divers. dans certains cas, leur contenu – mais pas les fichiers réels – a été divulgué. Le gouvernement a également refusé de publier des documents qui avaient déjà été marqués «Non classés». Selon les responsables de l’information chargés du refus de la demande, cela a été fait car les informations contenues dans les documents pourraient en quelque sorte nuire aux relations de l’Inde avec d’autres pays.

Bose en compagnie d’Enrich Himmler en 1942.

Un nouveau rapport met en doute le sort de Bose

Pour les Britanniques, il était un traître qui avait rejoint Hitler. Pour les Indiens, il était un patriote qui prenait une position héroïque contre l’impérialisme.

Netaji Subhas Chandra Bose and Members of the Azad Hind Fauj – 1940′

Mais le sort de Subhas Chandra Bose, chef de l’Armée nationale indienne qui a collaboré avec les Japonais et les Allemands contre les Britanniques lors de la Seconde Guerre mondiale, demeure un mystère après six années d’enquêtes sur sa disparition qui contredisent la version officielle des événements.

Bose, connu en Inde sous le nom de Netaji ou leader respecté, serait mort des suites de brûlures dans un accident d’avion à Taïwan peu après la capitulation japonaise en août 1945. Cependant, une commission présidée par le juge de la Cour suprême, le député Mukherjee, a déclaré hier que Bose n’était pas mort l’accident et ses supposées cendres, conservés au temple Renkoji près de Tokyo, étaient ceux d’un soldat japonais et non ceux du héros indien.

« Les Taïwanais n’ont aucune trace de la crémation de Netaji ou de ses trois compagnons. Parmi eux figure un important général japonais Shidei qui aurait été définitivement enregistré », a déclaré le juge Mukherjee au Guardian. « Comme il aurait 108 ans aujourd’hui, je ne doute pas que Bose est mort, mais il n’est pas mort dans un accident d’avion. »

 

Le rapport Mukherjee affirme plutôt que les cendres, qui sont visitées par les dirigeants indiens modernes en visite à Tokyo, sont celles d’Ichiro Okura, un officier japonais de l’armée fantoche taïwanaise décédé des suites d’un « arrêt cardiaque ».

Tout ceci, conclut le rapport, était un « écran de fumée » de la part des autorités japonaises pour assurer le « passage sûr de Netaji ». Le gouvernement indien a émis une brève réplique affirmant qu’il avait « examiné le rapport … et qu’il n’était pas d’accord avec les conclusions ».

Une photo fit les manchettes ,il y a plusieurs années:on avait identifié le grand leader nationaliste Bose aux funérailles de Nehru en 1964…!

nombreux Indiens pensent que le juge Mukherjee a enfin mis au jour la vérité sur Bose. « Il a souvent été vu en Union soviétique un an après la fin de la guerre », a déclaré Anuj Dhar, auteur de Back from the Dead, un livre récent sur Bose. M. Dhar a déclaré qu’il aurait ensuite été retrouvé dans la Chine de Mao. un autre rapport indique que les Vietnamiens avaient des dossiers concernant son amitié d’après-guerre avec le leader vénéré du pays, Ho Chi Minh. Un thème récurrent est que Bose est retourné en Inde pour vivre ses derniers jours en tant que saint homme.

« Mais personne n’a pu enquêter tant que la théorie de l’accident d’avion aurait été acceptée », déclare M. Dhar. « Nous devons maintenant sonder plus avant. »

Les proches des Subhas, Chandra Bose, affirment qu’aucune de ces théories ne peut être facilement écartée. Pradip Bose, un neveu du chef de guerre indien, a déclaré qu’il y avait trop de trous dans la version acceptée de sa mort.

« Il y a des documents montrant que Staline parle de mon oncle et de ce qu’il faut faire de lui en 1946. Son plan était de se rendre en Russie et de s’y regrouper. Je garde toujours l’esprit ouvert sur ce qui lui est réellement arrivé. »

Netaji Subhas Chandra Bose Stamp

Bose reste une figure emblématique, en particulier dans son État d’origine, le Bengale occidental. Sa statue, en uniforme militaire, se tient au parlement indien avec ceux des deux dirigeants indiens les plus vénérés: Mohandas K. Gandhi et le premier Premier ministre du pays, Jawaharlal Nehru.

Une partie de la légende et de la mystique persistante de Bose découle de ses remarquables escapades en temps de guerre. Le combattant de la liberté formé à Cambridge a rejeté le pacifisme de Gandhi en faveur d’une révolution violente.

Bose s’est échappé de sa détention à domicile à Calcutta en 1941, voyageant via Kaboul jusqu’à Berlin où il a rencontré Hitler. Le Fuhrer a conseillé à Bose de demander de l’aide aux troupes japonaises en progression en Asie et lui a proposé de se rendre à Tokyo à bord d’un sous-marin allemand.

Bose est finalement arrivé en Birmanie à la tête d’une « armée nationale indienne » forte de 80 000 hommes et s’est avancé dans les États du nord-est de l’Inde britannique. Il avait mis en place un gouvernement en exil et inspiré les révoltes de l’armée indienne britannique. Un biopic l’an dernier l’a montré plantant pour la première fois le drapeau tricolore indien sur le sol indien.

Les universitaires ont fait valoir que Bose était en désaccord avec les arguments de supériorité raciale adoptés par le Japon et les nazis. La plupart décrivent Bose comme un pragmatique qui considérait  « l’ennemi de l’ennemi comme un ami ».

« C’était un homme très intelligent et un bon gars. J’ai eu beaucoup de temps pour lui », a déclaré Hugh Guard, l’ancien officier des services de renseignement britannique chargé de retrouver Bose, au Guardian. « Si nous l’avions attrapé, il aurait pourtant été condamné à mort. Je pense toujours qu’il est décédé dans l’accident d’avion. »

 

 

Ici,Bose est photographié en compagnie de Gandhi,en 1938.

 

(Sources:  BBC )