Troisième Guerre Mondiale en préparation:La Russie et la Chine construisent des robots tueurs hautement autonomes

La Russie et la Chine créent des armes hautement autonomes, plus communément appelées robots teuurs, et cela fait pression sur le Pentagone pour qu’il continue, selon le vice-secrétaire américain à la Défense, Robert Work.

Lors d’un forum sur la sécurité nationale lundi, M. Work a déclaré que la Chine et la Russie investissaient massivement dans une armée robotisée, selon un rapport de Defence One .

« Nous savons que la Chine investit déjà massivement dans la robotique et l’autonomie et le chef d’état-major russe [Valery Vasilevich] Gerasimov a récemment déclaré que l’armée russe se préparait à combattre sur un champ de bataille robotisé », a déclaré M. Work lors du forum, organisé par le Centre pour une nouvelle sécurité américaine à Washington, DC.

« [Gerasimov] a déclaré, et je cite: » Dans un avenir proche, il est possible qu’une unité robotisée complète soit créée, capable de mener indépendamment des opérations militaires «  », a poursuivi le travail.

Les travaux ont ensuite indiqué qu’il était important que les États-Unis «dominent» l’apprentissage automatique et l’intelligence artificielle pour compenser les menaces imposantes posées par la Chine et la Russie.

Les inquiétudes concernant la création de robots tueurs se sont accrues alors que des progrès ont été réalisés dans le domaine de l’intelligence artificielle. Plus d’un millier de chercheurs en intelligence artificielle ont cosigné une lettre ouverte appelant à l’interdiction des armes autonomes cet été, y compris de grands noms comme le PDG de Tesla, Elon Musk, et le scientifique Stephen Hawking.

Musk a annoncé la semaine dernière la création d’une nouvelle société de recherche à but non lucratif, OpenAI , dont il est coprésident. L’objectif d’OpenAI est de « faire progresser l’intelligence numérique de la manière la plus susceptible de bénéficier à l’humanité dans son ensemble » – en restant en ligne avec sa position précédente sur la garantie que les progrès de l’IA vont dans une direction sûre.

 

Les questions concernant l’avenir de l’IA ne feront que gagner en importance à mesure que la Russie et la Chine progresseront avec la création d’une armée de robots.

Selon Defence One , les forces de missiles stratégiques russes ont annoncé qu’elles déploieraient des robots sentinelles armés capables de sélectionner et de détruire des cibles sans humain dans ou sur la boucle de cinq installations de missiles en mars 2014.

En outre, Vyacheslav Khaitov – directeur général adjoint de l’entrepreneur russe de défense Uralvagonzavod – a déclaré qu’il prévoyait de montrer des prototypes de ses nouveaux robots de combat dans les deux prochaines années, selon RT.

« Nous serons en mesure de montrer des prototypes dans 1,5 à deux ans. Nous nous éloignons progressivement des machines équipées », a-t-il déclaré en octobre ,l’an passée.

De par leurs nombreux automatismes, les drones de combat et autres appareils pilotés à distance préfigurent l’arrivée d’engins robotisés autonomes létaux que les médias appellent « robots tueurs ». Pourvus de la capacité à ouvrir le feu sans intervention humaine, ils suscitent une grande appréhension.
Dotées d’intelligence artificielle, ces machines sont aptes à choisir et à décider d’elles-mêmes quelle cible détruire. Elles amalgament en une seule entité l’arme et son décideur – le combattant. Pourtant, des appareils automatiques aptes à détruire des cibles existent déjà – tels les systèmes anti-aériens – mais ils se contentent de réagir à des intrusions et non de prendre des décisions.
N’étant doués de conscience, les robots tueurs ne peuvent être tenus pour responsables de leurs actes. Ils ne peuvent donc être jugés, ils doivent répondre à d’autres modes de régulation.
L’autonomie des robots tueurs permet non seulement de transformer la conduite des opérations militaires, mais également le paradigme même de la guerre. Les conséquences sociales, voire morales de l’usage des robots tueurs sont loin d’être négligeables.
Le chemin qui a mené aux robots tueurs fut long et difficile. Démarré dans les années 40, il s’est poursuivi avec constance et malgré des échecs répétés dans le cadre d’un objectif : automatiser la guerre. Ce projet se rapproche aujourd’hui de son terme. Une fois établie, l’automatisation du champ de bataille risque d’être irréversible. De par leur vitesse de décision, leur capacité d’accéder à de larges bases de données, leur absence d’émotion et leur statut de machines consommables, ces engins pourraient progressivement occuper un rôle central dans la conduite de la guerre.

 

Publicités

La photo d’un psychopathe du jour:Justin Trudeau et l’Islam

…avec sa déclaration provocante et annonciatrice d’un futur apocalyptique pour le Canada:

Justin Trudeau : «l’Islam doit entrer dans L’ADN du Canada»

 

Discours de Justin qui date de 2012 qui s’adressait aux musulmans . Lisez bien c’est très clair on peu voir très bien ses intentions qui sont en train de se réaliser.

Chers compatriotes musulmans, Bism ellahi al rahmani el rahimi.

C’est avec un profond respect et une fierté sans bornes que je m’adresse à vous, et j’aimerais tout d’abord vous remercier de m’avoir invité à vous adresser la parole. Certains se sont posé cette question : que va faire un député libéral, qui est aussi candidat à la chefferie de son parti, dans une conférence islamique ?

La réponse est simple et elle se trouve dans le thème de votre conférence : faire revivre l’esprit de l’islam.

C’est tout à fait cela, car je ne vois aucune incompatibilité entre l’esprit de l’islam et la cause que je défends et que mon propre père a défendue dans le passé. Cette conférence est également pour moi l’occasion de faire revivre l’esprit de mon père Pierre Eliott Trudeau.

Sans lui, sans la lutte qu’il a menée pour le pluralisme et le multiculturalisme, une conférence comme la vôtre n’aurait pas pu se tenir. Je veux vous dire que j’ai l’intention de m’inspirer de lui et de poursuivre son œuvre. Mon père voulait changer le visage du Canada et je crois qu’il a réussi : dans son temps on parlait de deux peuples fondateurs, cette idée est heureusement morte et enterrée.

Il n’ y a plus de peuples fondateurs mais des communautés culturelles qui, grâce à la politique d’immigration ouverte et à la protection de la Charte des droits, se sont développées et se sont imposées partout au Canada. Il n’y a pas si longtemps Gérard Bouchar d’un historien et penseur du Québec, a comparé sa province à un train où chaque communauté culturelle occupe son propre wagon, cette image est juste et elle s’applique également à tout le Canada.

Je suis fier d’être l’héritier spirituel de mon père et j e vais vous dire comment je pourrai compléter son œuvre : j’estime que le Canada n’a pas assez changé et qu’il lui reste beaucoup de chemin à faire, mais auparavant j’aimerais vous assurer de mon profond respect pour la cause que vous défendez.

En m’invitant vous étiez au courant de mon ouverture d’esprit à l’égard de l’islam, et vous ne vous êtes pas trompés. Je vois dans cette salle les hommes assis d’un bord de l’allée centrale et les femmes de l’autre, les hommes portent la barbe et les femmes sont voilées, certaines le sont complètement et cela me remplit de fierté, car c’est la preuve que les musulmans au Canada pratiquent leur religion comme ils le veulent et comme elle doit être pratiquée.

Mais cela n’est pas suffisant, car il faut que l’esprit de l’islam, cet esprit que vous faites revivre, inspire davantage les politiques des différents paliers de gouvernement. L’esprit et les valeurs de l’islam devront désormais faire partie des valeurs canadiennes.

L’islam doit entrer dans l’ADN du Canada !

Si je suis élu chef du Parti libéral et si avec votre appui je deviens Premier ministre du Canada, j’aurai comme priorité votre participation à l’élaboration et la rédaction des lois, afin qu’elles reflètent votre culture et les valeurs islamiques.

Il n’y a pas si longtemps on débattait au Québec des accommodements raisonnables. Cette expression me choque car je ne vois pas en quoi des accommodements peuvent être raisonnables ou non, c’est la notion même d’accommodement qu’il faut bannir.

Les musulmans n’ont pas à attendre ou à espérer des accommodements, dans le Canada que je dirigerai, ils prendront toute la place qu’ils jugeront nécessaire sans restriction ni compromis. Le Canada ne peut pas être multiculturel à moitié ou aux trois – quarts, il doit l’être entièrement.

Le musulman qui décide de venir vivre au Canada ne doit pas se sentir moins musulman ici que dans son pays d’origine, c’est ça l’esprit du multiculturalisme. Vivre pleinement l’islam est votre objectif, il me fait plaisir de vous annoncer qu’il est également le mien, qu’il sera très bientôt un objectif inscrit au programme du Parti libéral et, inch’Allah , un objectif du gouvernement que je dirigerai avec votre appui.

 

Le multiculturalisme a pour raison d’être de préserver et de faire la promotion de toutes les cultures. Cela veut dire que les cultures qui aspirent à l’authenticité et qui prêchent pour un retour aux sources doivent être encouragées à le faire.

Votre conférence d’aujourd’hui s’inscrit pleinement dans cet objectif, vous avez le droit et je dirai même le devoir de marquer votre différence, ce en quoi vous vous distinguez, la société canadienne a l’obligation de vous accepter tels que vous choisissez d’être et de vous comporter, c’est en cela qu’elle fera la preuve de sa tolérance et de son ouverture.

Le Canada ne peut pas prétendre être vraiment multiculturel s’il contraint les musulmans à se soumettre à des lois différentes de celles qui sont prescrites par l’islam. Les lois canadiennes sur le mariage, le divorce, la garde des enfants, la violence conjugale, le patrimoine familial, les successions, ne sont pas islamiques, le Canada n’a donc pas le droit de les imposer aux musulmans.

Il en va de même pour l’enseignement à l’école, si les musulmans jugent contraire à leur foi l’enseignement de certaines matières, leurs enfants devront en être exemptés. Le monde change et évolue, le Canada doit aussi changer et évoluer.

Nous avons une Charte des droits et des libertés qui a bien servi les Canadiens mais qui doit être remise à jour pour mieux les servir en tenant compte des changements sociaux et culturels survenus au cours des trente dernières années.

La conception que nous nous faisons de l’égalité entre citoyens et en particulier de l’égalité des sexes ne doit pas être imposée telle quelle à tout le monde mais adaptée ou modifiée dans l’esprit du multiculturalisme. Il n’y a rien d’absolu dans l’égalité des sexes, dans ce domaine votre conception diffère de la nôtre et je ne vois pas pourquoi notre conception doit s’appliquer sur vous.

Nous devons mettre fin à l’impérialisme dans le champ des valeurs : nos valeurs ne doivent pas empiéter sur les vôtres. Faire revivre l’esprit islamique c’est faire prendre conscience aux musulmans du Canada que le multiculturalisme canadien leur permet d’être pleinement musulmans sur tous les plans, y compris dans le domaine des droits et des libertés

Notre Charte des droits et des libertés donne une place très large à la liberté d’expression, certaines balises ont été établies pour que la liberté d’expression ne permette pas certains excès comme l’incitation à la haine.

Les temps ont changé et ces balises ne sont plus suffisantes car nous voyons de plus en plus de gens qui profitent de la liberté d’expression pour rapporter toutes sortes de choses sur des sujets que les musulmans considèrent comme sacrées.

Fort heureusement les médias s’abstiennent de les diffuser pour ne pas offenser les musulmans, mais cela ne suffit pas et il faudra se donner et vous donner les moyens légaux de mettre fin à la critique.

La politique extérieure du Canada devra refléter sa réalité intérieure et comme la communauté islamique aura une place de premier plan dans le pays que je dirigerai, il va sans dire que le Canada devra réorienter sa politique étrangère et harmoniser ses action s avec celles des pays musulmans.

Ma priorité si je deviens Premier ministre du Canada sera d’établir des relations amicales et de collaborer étroitement avec l’Organisation de la Conférence Islamique. Il y a deux semaines certains Canadiens musulmans ont exprimé leur désaccord avec ma participation à cette conférence.

Ces gens ne démontrent pas beaucoup d’enthousiasme pour le multiculturalisme, j’ignore s’ils sont d’authentiques musulmans mais ils préfèrent que le Canada ne change pas, qu’il continue à se ressembler, pour eux tous les Canadiens doivent partager les mêmes valeurs ! Moi je dis que le Canada doit changer profondément par l’immigration, les nouveaux venus ne doivent pas ressembler aux Canadiens de souche, autrement comment pourrons – nous prouver que nous sommes ouverts et tolérants.

Je suis troublé par le fait que beaucoup d’immigrants s’intègrent et se laissent assimiler par la société canadienne, cela prouve que le multiculturalisme qui nous est si cher n’est pas soutenu par des politiques appropriées qui visent à cultiver et à approfondir les différences entre les communautés.

Heureusement la communauté islamique a su résister à la tentation de s’assimiler, elle est pour les autres communautés un exemple à suivre, voilà pourquoi nous devons la soutenir dans ses efforts et c’est de ce sujet que je suis venu vous entretenir aujourd’hui.

Plus j’y pense, plus je réalise que l’œuvre de mon père doit être défendue par tous les moyens, c’est l’héritage que j’ai reçu de lui. Mon père m’a transmis cette cause et je dois la porter et la conduire à son terme.

J’ai besoin d’alliés sûrs et déterminés et c’est en vous que je les trouve, je vous ai exposé ma vision et je vois par vos réactions que vous la partagez, cela me réconforte et m’encourage, il me reste seulement à vous dire Merci, choukran et Al salamou alykoumou wa rahmatou Allahi wa barakatouhou .

Justin Trudeau

 

 

Archéologie:Un navire romain chargé d’amphores découvert au fond de la mer Ionienne

 

Les restes du navire ont été retrouvés au fond de la mer Ionienne environ 2000 ans après son naufrage.

La mer Ionienne est située dans la Méditerranée, au sud de l’Adriatique.

L’épave a été détectée en 2013 à l’aide d’un sonar à haute résolution par des équipes d’archéologues et de plongeurs associés à l’Université de Patras et au club de plongée sous-marine de Kefallinia.

 

Précisément, le navire de 34 mètres de long et de 13 mètres de large baptisé Fiscardo se trouve au fond la mer à l’extrémité nord-est de l’île grecque de Kefallinia, à environ 2 km de l’entrée de la baie de Fiscardo.

Le bâtiment contenait une cargaison de 6000 grosses amphores en très bon état de conservation, qui reposaient soit dans la cale du bateau, soit empilées sur le fond marin.

Ces contenants servaient à l’époque au transport de produits de base tels que le vin et l’huile d’olive.

Détails sur les amphores.

 

Selon Xenophontas Dimas, la disposition des amphores autour de l’épave laisse à penser que le navire a coulé très lentement en position verticale et s’est immobilisé sur sa quille, puis a basculé progressivement sur le côté. La structure de la coque est restée pratiquement intacte.

Grâce aux types d’amphores retrouvées, les archéologues pensent qu’il s’agit d’un navire qui sillonnait les mers entre le 1er siècle avant J.-C. et le 1er siècle après J.-C.

Cette épave est parmi les plus grandes trouvées jusqu’à présent en Méditerranée pour cette période, et c’est certainement la découverte la plus importante à ce jour en Méditerranée orientale.

La présence de l’épave au large du port de pêche actuel de Fiscardo, où des reliques datant de l’époque romaine, entre 146 avant J.-C. et 330 après J.-C., ont été récemment découvertes, indique que Fiscardo était un port important à cette époque.

Cette découverte est décrite dans un article publié dans le Journal of Archaeological Science (en anglais).

 

 

 

Génocide blanc en Afrique du Sud: une sorcière noire trouvée en train de cuire des parties du corps d’un Afrikaner blanc

Cela s’est produit lors du procès de Moeketsi Hopolong Mokoena (notre photo), 34 ans, devant la Haute Cour de l’Etat libre lundi, a rapporté Volksblad.

 

Mokoena est accusé du meurtre de Jan van Wyk, 82 ans, de la ferme Jakkalsfontein en 2009. Des documents judiciaires ont montré que certaines parties de son corps avaient été trouvées dans une casserole de sa ferme où Mokoena était occupée à les cuisiner. Mokoena a commencé son déchaînement meurtrier dans la soirée du 30 mars 2009, tuant Basie Venter, 65 ans, après être arrivé à la ferme Biesiesvlei pour lui demander de la nourriture. Alors que la femme de Venter était occupée à lui faire quelque chose à manger, elle a entendu des chiens aboyer et a vu Mokoena frapper son mari avec une tige de fer.

Elle s’est ensuite enfuie. Les gardes de sécurité à la recherche de Mokoena le lendemain ont été invités à se rendre à la ferme de Van Wyk, située à environ 5 km. Lorsque les gardes sont arrivés à la ferme, ils ont trouvé Mokoena sur le pas, portant seulement une chemise et un slip. Ses jambes étaient couvertes de sang. Elle a couru dans la maison et a fermé la porte. Ensuite,elle a attaqué les gardes, mais ils ont réussi à la maîtriser et à l’attacher.

Le corps gravement mutilé de Van Wyk a été retrouvé dans le salon, et des parties du corps dans une casserole dans la cuisine. Un an après les meurtres, Mokoena a été déclarée « patiente du président » (ayant besoin d’une aide psychiatrique). L’État soutient maintenant qu’elle a été traitée avec succès et qu’elle peut être jugée.

Comme on peut le voir,en considérant  cette sorcière noire comme « malade psychiatrique »,on élimine le vrai débat politique autour du génocide blanc,en Afrique du Sud.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Découverte fantastique d’un impact majeur d’astéroïde vieux de 800,000 ans en Asie

Les scientifiques savaient qu’un impact de météorite avait jeté des débris partout dans le monde, mais où il a frappé est resté un mystère…jusqu’à présent!

Il y a 800,000 ans environ ,un énorme impact météorite a eu lieu au Laos.
Les scientifiques viennent de l’identifier.

La Terre a connu de nombreux accrochages avec des roches spatiales. Ils ont déclenché la disparition des dinosaures il y a 66 millions d’années, illuminé le ciel diurne au-dessus de la Russie dans des milliers de vidéos de caméras et même frappé un humain .

Mais un impact majeur de météorite qui s’est produit il y a environ 800 000 ans a longtemps dérouté les chercheurs. Ils savent que cela s’est produit parce que des millions de gouttes de verre appelées tektites ont été lancées sur 10% de la surface de la planète, de l’Asie du Sud-Est à l’Antarctique et à travers de vastes étendues des océans Indien et Pacifique.

L’impact qui a projeté ces tektites australasiens aurait creusé un cratère d’au moins plusieurs kilomètres de diamètre et des centaines de pieds de profondeur. Mais près d’un siècle de détournements n’a pu révéler aucune trace directe de la grève.

«C’est un trou de taille très difficile à faire disparaître», a déclaré Aaron Cavosie , scientifique planétaire au Space Science and Technology Center de la Curtin University à Perth, en Australie.

Un morceau de tektite trouvé au Laos. Les tektites sont des débris vitreux et rocheux formés par l’impact des météorites sur la surface de la Terre.

 

Maintenant, une équipe de chercheurs pense qu’ils l’ont trouvée, enterrée sous un lit de lave au Laos.

L’équipe, dirigée par Kerry Sieh , géologue à l’Observatoire de la Terre de Singapour, a publié ses preuves la semaine dernière dans les Actes de la National Academy of Sciences . Alors que certains chercheurs suggèrent qu’un travail de terrain supplémentaire est nécessaire pour confirmer les résultats, ces résultats fournissent des indices importants pour reconstituer une rencontre catastrophique entre la Terre et un visiteur fougueux de l’espace.

Le Dr Sieh chasse le cratère depuis des années, mais de nombreuses pistes se sont révélées être des impasses. Alors que la plupart des scientifiques conviennent que l’impact des météorites s’est probablement produit en Asie du Sud-Est, cela présente un casse-tête.

D’étranges tektites semblables à des gouttes de verre ont été retrouvées.
Des témoins de l’intensité extrême de la puissance d’énergie émise lors de l’impact.

De nombreux cratères d’impact antiques ont disparu de la surface de la Terre en raison des forces volcaniques, tectoniques et autres forces d’érosion. Mais la plupart des endroits en Asie du Sud-Est connaissent de faibles taux d’érosion et de sédimentation, insuffisants pour avoir effacé un si grand cratère en relativement peu de temps.

Cependant, il y a au moins une exception: un plateau de la taille du Delaware près du Mékong dans le sud du Laos. Ici, les éruptions volcaniques ont créé des lits de lave jusqu’à 1 000 pieds de profondeur. C’est assez épais pour cacher un grand cratère, ont réalisé les scientifiques. La chasse était lancée.

Le Dr Sieh et ses collègues ont commencé par étudier des données montrant que les tektites australasiennes contiennent des éléments caractéristiques du champ volcanique laotien. Les scientifiques ont également daté les coulées de lave. Certains sont antérieurs à l’impact tandis que d’autres en sont postérieurs. Cela a du sens, a déclaré le Dr Sieh, car les laves qui ont enterré le cratère doivent être plus jeunes que l’impact et les laves qui ont été incorporées dans les tektites doivent être plus anciennes.

Un indice est donné par l’étendue extrême des tektites depuis le point d’impact au Laos jusqu’en Australie!

Le Dr Sieh et son équipe ont également mesuré le champ gravitationnel local autour des lits de lave. Les cratères présentent souvent un remorqueur gravitationnel légèrement plus faible que les zones environnantes car ils peuvent être remplis de matériaux brisés et moins denses. Les scientifiques ont trouvé un signal de gravité compatible avec un cratère allongé d’environ 11 miles de long par 8 miles de large rempli d’environ 300 pieds de roche brouillée.

Une microphotographie de cristal de quartz d’un gisement de brèche d’impact à environ 12 miles au sud-est du centre de l’endroit où les chercheurs pensent qu’un cratère laotien est situé

L’équipe est ensuite partie à la recherche de débris – tout impact important aurait dispersé des rochers et du sol. À quelques kilomètres du sommet du champ volcanique, le Dr Sieh et ses collègues sont tombés sur deux endroits où la pente de la colline avait été creusée pour faire place à une route. Ces coupes ont révélé des rochers de grès qui s’emboîtent, « comme un puzzle », a déclaré le Dr Sieh.

« Nous avons calculé qu’ils ont été éjectés du cratère et ont atterri à environ 450 mètres par seconde, assez rapidement pour les briser lors de l’impact », a déclaré Vanpheng Sihavong, géoscientifique au ministère de l’Énergie et des Mines en République démocratique populaire du  Laos et membre de l’équipe de recherche.

Les scientifiques ont également examiné des grains de quartz dans certains des rochers et ont observé qu’ils étaient fracturés, souvent considérés comme un indice certain  d’impact.

« Nous pensons que nous avons trouvé cela », a déclaré le Dr Sieh.

Bien que ces résultats soient cohérents avec un cratère enterré, ils ne sont pas une preuve sans ambiguïté, a déclaré le Dr Cavosie.

«C’est une excellente piste sur un nouveau site digne d’enquête», a-t-il déclaré, mais a ajouté que la prochaine étape serait de forer à travers la lave.

« La découverte de roches déformées par les chocs scellerait l’accord. »

Un épais lit de lave volcanique recouvre le cratère de l’impact du météore.

 

 

 

 

Histoires,contes et récits:L’étrange rencontre en mer du roi viking Olaf

Histoire tirée d’un ancien manuscrit viking:

Représentation du bateau nommé « Long Dragon »

 

UN JOUR Le roi Olaf Tryggvisson et ses hommes ont navigué vers le sud le long des côtes de la Norvège à bord du navire Long Dragon. Lorsqu’ils sont arrivés dans le fjord de Nidaros, les hommes ont dû monter à l’aviron, car le vent était trop faible pour remplir les voiles. Mais le roi n’était pas pressé. Il était de bonne humeur et a fait toutes sortes de tours pour ses hommes. Il a combattu un duel simulé avec son porte-bannière, Ulf le Rouge. D’abord, ils ont combattu de la manière habituelle avec l’épée dans la main droite; puis avec l’épée dans la main gauche; et, enfin, avec des épées dans les deux mains. À chaque fois, le roi a avancé jusqu’au panneau. C’étaient des jeux notables. Après cela, le roi Olaf a grimpé sur la balustrade du navire, tout en marchant le long de jongler avec trois poignards dégainés. Personne n’a jamais vu le roi manquer ou un poignard tomber dans la mer. Les hommes ramèrent avec plus d’enthousiasme et rirent.

Le roi Olaf était assis parmi ses hommes sur le pont arrière et parlait de ceci et de cela. Il y avait Kolbjörn le maréchal et Thorstein Ochsenfuss; Un Schätze du Jämtland et Bersi le Fort; Einar et Finn de Hardanger; Ketil le Grand et ses frères; des hommes de toute la Norvège; d’Islande et des îles de l’ouest; une équipe d’élite, de beaux camarades pleins de force et d’audace. On pouvait voir ça. Aucun n’avait plus de 60 ans, à l’exception de l’évêque Sigurd, et aucun n’avait moins de 20 ans, sauf Einar Bogenschüttler, qui n’avait que 18 ans mais qui était le meilleur tireur de tout le pays.

« Maintenant, je tiens la Norvège dans ma main », a déclaré le roi, et il a tendu la main droite dans le ciel, comme s’il saisissait quelque chose que les autres ne pouvaient pas voir.

«Parce que vous l’avez reçu de la main de Dieu», a commenté Mgr Sigurd avec sérieux.

«Oui», a convenu le roi, de la main de Dieu et non de la vôtre, évêque. Je force tout le monde à s’incliner devant Christ, les peuples de toutes les provinces: Stravanger et Hardranger, Vik et Sogne, Moere et Ramsdalen, les provinces sur la mer et dans les montagnes, et maintenant Helgaland et Upland aussi. Ce sont les plus difficiles à résoudre. »

« Mais vous avez les dents les plus aiguisées », intervint Skald Hallfred, l’Islandais. « Beaucoup les ont ressentis. »

« C’est peut-être vrai, » répondit Olaf, « mais maintenant la Norvège est un seul Reich, et les cloches des églises sonnent sur tout notre royaume. »

« Je l’admets, » acquiesça Hallfred. Il a ri légèrement et a ajouté: «De plus, il m’est difficile de m’habituer à ces cloches. Et beaucoup d’autres ressentent la même chose, même s’ils ne le disent pas. »

« Vous avez des oreilles sensibles, étant un skald », a rétorqué le roi Olaf.

Mais Hallfred a pointé son cœur et a dit: «Ici, le roi Olaf, est assis celui qui ne veut pas l’entendre. Christ a mis trop de temps à venir vers nous. Nous avons tous appris différemment de nos mères. »

Le roi Olaf le regarda longuement. Puis il a dit: «Là où les cloches sonnent… c’est le Reich et la domination du roi.»

« Ce que vous avez reçu de Dieu », a encore évoqué l’évêque. «L’un est maître. Celui au ciel. « 

« Et l’un est roi en Norvège, évêque », a rétorqué Olaf.

«Il faut être maître et on doit être roi, à moins qu’il ne devienne le butin des rois étrangers. Souvenez-vous toujours de cela. »

« Il ne devrait y avoir qu’un seul roi en Norvège et dans les îles », a déclaré Hallfred. «Et un seul devrait être maître dans le ciel. Mais je suis toujours désolé pour ceux qui ont dû tout quitter », et il a lentement fait un geste de la main vers les montagnes, puis à travers le ciel et enfin vers la mer. Tout le monde savait ce qu’il voulait dire.

L’évêque Sigurd le regarda avec colère: «Ces dents doivent encore mordre souvent et mordre beaucoup», a-t-il commenté, «avant que ces idoles et ces sorciers n’aient été forcés de quitter toute la Norvège».

Tous regardèrent vers Olaf pour voir sa réaction aux paroles audacieuses d’Hallfred. Mais son cœur était léger et bon enfant aujourd’hui, le genre d’humeur qui captive tout le monde. En riant, il a montré ses dents et a crié: «Norvège, patrie! Salut à lui, qui nous l’a donné pour régner. Nous le tiendrons fermement avec nos dents. Personne ne nous l’arrachera aussi longtemps que nous vivrons! »

«Je vous salue  roi Olaf!», Ont crié les hommes. Et Hallfred a commencé un poème vers cette heure:

« Une météo de bataille parfumée vers le 
sud a voyagé avec le roi … »

Le navire a glissé près de la côte dans le fjord et est tombé sur une falaise rocheuse, qui dépassait loin dans l’eau. Les oiseaux de la rive ont pris la fuite. Un nuage argenté d’ailes battantes s’éleva comme de la poussière dans le ciel. Un millier d’oiseaux crièrent.

Les pins, qui se dressent l’un après l’autre le long du flanc de la montagne, reflétaient la lumière du soleil en se balançant. La lumière a rebondi sur toutes les branches. On entendit les calanques babiller bruyamment dans les gorges, et la respiration légère de la mer.

Soudain, ils ont tous entendu le cri d’une voix claire et nette. Un homme se tenait sur le rebord rocheux près du navire. Les hommes ont soulevé leurs rames et les ont déplacés vers le côté terre. Mais avant même que le navire ne soit arrivé jusque-là, ils virent l’étranger debout sur la pointe de la proue, près de la tête de dragon d’or. Il hocha la tête vers le roi, qui était assis haut sur le pont arrière. Il semblait qu’il ne se balançait que légèrement de son saut et essayait toujours de retrouver son équilibre. Puis il a marché parmi les hommes à l’avant du navire: il semblait être un fermier de la région, qui voulait probablement juste voyager avec eux pendant un certain temps, tant qu’ils toléreraient sa compagnie sur le navire. Ce n’était pas un commerçant comme ils l’avaient d’abord pensé.

C’était un homme très solide dans la robe à l’ancienne de drap de laine grossier vert. Probablement un homme du plus profond des montagnes. Autour de sa hanche était une large ceinture en cuir avec une jolie boucle en cuivre. Dans l’une des boucles de ceinture, il portait un marteau à deux faces, la vieille arme du fermier: une pièce d’artisanat joliment formée. Mais la chose la plus notable à propos de l’homme était sa barbe rouge, qui était si épaisse et longue qu’il la divisa en deux et la glissa dans sa ceinture, à gauche et à droite.

Il s’assit sur une bobine de corde et regarda les hommes assis ou debout autour de lui, l’un après l’autre, complètement sans timidité. Chacun se sentait un peu nerveux du feu bleu de son regard. C’était comme s’il les regardait – et avait trouvé un petit défaut avec chacun.

« Ce n’était pas un mauvais saut que vous avez fait sur le navire », a reconnu Vakr Ramnisson de Götälf.

« Ce n’était pas plus grand, » répondit l’étranger, « que celui que tu as fait, Vakr, quand tu as transformé un ami de Thor en chrétien. Vous êtes tous de bons sauteurs à cet égard. »

 

Ce que l’homme a dit n’était pas réconfortant.

«Vous ne savez pas avec qui vous voyagez, agriculteur? Faites attention! Et où avons-nous fait ta connaissance, pour que tu penses que tu sais quelque chose sur nous?

« Un vieil ami m’a dit, » répondit-il, « du temps de vos pères. Mais oubliez ça. Maintenant, je voudrais voyager avec vous pour un étirement. « 

« Où veux-tu aller? »

«À l’étranger», répondit tristement l’homme.

« Vous semblez capable pour une expédition militaire. »

«J’en ai beaucoup derrière moi, mais maintenant je veux me reposer.»

« Vous n’y ressemblez pas », a observé Bersi le Fort. Selon sa coutume – comme si cela ne valait pas la peine de parler à un homme avant de tester sa force – il tendit la main de l’étranger et essaya de l’arracher de son siège. Ce fut une lutte courte et acharnée, mais Bersi était allongé par terre. Il était parfaitement clair qui était le plus fort. Bersi n’avait pas vécu cela depuis sa jeunesse. Cela a frappé tout le monde comme le feu et l’ivresse: chacun a dû tester l’étranger dans un concours. Mais aucun ne pouvait lui correspondre. Le navire tout entier regarda le diable. Ses paroles ont également volé, vives et intrépides, et ont trouvé leur marque aussi infailliblement que ses mouvements. Chacun a le sien! Enfin, il a marché le long de la rambarde au-dessus des rames, qui n’a jamais cessé d’aviron, et il a jonglé non seulement avec trois poignards (comme l’avait fait le roi Olaf), mais quatre poignards, avec deux en l’air sur une dans chaque main en tout temps. C’était un jeu rapide, car les poignards dansaient au-dessus de sa tête comme des flammes. L’équipage regarda ce fermier qui jouait comme ça. Il connaissait certainement son chemin plus que des bœufs.

Enfin, le roi Olaf l’appela, et il monta sur le pont du navire, enleva sa casquette et se tint devant le roi. On a vu que les cheveux sur sa tête étaient également rouges, et comment ils ressemblaient à un feu au-dessus de son front.

« Si un étranger et un fermier comme vous se présente devant le roi de Norvège, il s’incline », a dit à haute voix Thorgrim Thorsteinsson.

Le fermier s’est tourné vers lui et a dit: «Vous descendez aussi des hommes, Thorgrim, qui n’étaient pas habitués à plier le dos devant d’autres hommes – à part peut-être avant celui dont ils étaient – comme vous – ont été nommés.

« Vous êtes un homme bien parlé et talentueux », a déclaré le roi Olaf en faisant signe aux autres de se taire. « Êtes-vous de cette région? »

La barbe rouge a regardé le roi Olaf pendant longtemps. Il rit légèrement, comme celui qui a du souci dans le cœur. « Oui, » répondit-il, « on pourrait dire que je suis de la région.

– De quelle province? Demanda le roi.

Puis il fit le même geste qu’Hallfred le skald avait fait, quand il parlait des vieux dieux. Il pointa la main vers la montagne, puis à travers le ciel et enfin vers la mer. En un instant, tout le monde savait qui il était. Un vent hurla de la montagne et du soleil comme un voile, et l’eau commença à monter. Mais personne n’a pu penser au navire, qui a soudainement commencé à danser près des falaises rocheuses. Ils regardèrent tous la barbe rouge, qui se tenait maintenant devant leur roi grand et puissant, et vit le saint marteau dans sa main. Un grondement sourd de tonnerre est venu du ciel, et ils se tenaient tous comme des ombres dans une lumière de soufre. Et puis ils ont entendu la voix lourde de l’homme.

«Oui, le roi Olaf», a-t-il dit, «je viens de cette province, de Helgeland et de Dronthiem, de Havanger et de Stavanger, de toute la Norvège et des îles, des montagnes et des vallées, des nuages ​​et de la mer. Et c’est mon travail qu’il existe une telle terre qui vous donne de la joie et dont vous pouvez être roi. Quand je suis venu ici pour la première fois, c’était une terre de glace sous les pieds de géants. Mais j’ai tué les géants, qui étaient assis sur les montagnes. Des arbres poussaient et des ruisseaux y coulaient. J’ai étranglé les trolls, qui sont les ennemis des dieux et des hommes. Des fleurs poussaient dans les prés et des chèvres gravissaient les sentiers de montagne. Et les gens sont venus et ont construit des huttes et labouré les champs. J’ai béni leurs récoltes. Ils avaient du pain. J’ai béni la mer pour eux. Ils avaient du poisson. J’ai béni leur table. Leurs enfants ont grandi. Moi et mon espèce, le roi Olaf, a rendu cette terre habitable pour les enfants des humains. C’est pourquoi ils m’ont honoré, hommes et femmes. Et c’était mon peuple, depuis longtemps.

Mgr Sigurd a ensuite pris courage et a fait preuve de courage. Il souleva sa croix de sa poitrine et la tint vers Perle Rouge. «Laissez-vous aller, idole!», A-t-il demandé.

L’homme rit, doux et amer. C’était comme pleurer dans le vent.

« Oui, » dit-il, « et maintenant un autre vient. Mon heure est passée, selon la volonté du Tout-Souverain. C’est dur pour mes amis. Et toi, Olaf, persécute-les et tue-les, et accomplis le destin. Finalement, cela nous arrive à tous. Mais je m’attendais à ce que ce soit différent: le Loup qui nous dévore, le Serpent qui nous étrangle. Vient le doux et surmonte le puissant. Mais personne n’échappe au destin, et personne ne sait à l’avance. L’heure viendra aussi pour l’homme sur la croix. »

« Laissez-vous aller, idole! », Ordonna de nouveau l’évêque en tenant sa croix près des yeux de Perle Rouge.

Puis il leva son marteau, et un éclair tomba le long du mât comme un serpent d’or. Mais c’était comme s’il l’avait saisi avec sa main avant qu’il ne puisse faire de mal. Pour une troisième fois, on a entendu le rire amer. Ils ne l’ont jamais oublié jusqu’à la mort.

Et ils ont vu comment l’homme s’est jeté par-dessus bord avec un bond puissant, et, tenant le marteau au-dessus de sa tête, s’est enfoncé dans la mer et a disparu.

À ce moment, tout a changé. Un vent léger du sud a soufflé, a rempli les voiles et a poussé le navire au soleil le long des vagues qui roulaient doucement plus profondément dans la baie. Il semblait qu’ils s’étaient tous réveillés d’un rêve ou d’une stupeur. Le roi Olaf se frotta les deux mains sur le visage. Alors que Mgr Sigurd se raclait la gorge comme pour parler, le roi lui fit signe de se taire.

Devant eux se trouvaient les maisons de Nidaros, des bateaux sur le rivage, le toit puissant de la maison du roi et la nouvelle cathédrale avec son sommet pointu et sa large tour. Le soir était venu. Le soleil s’est enfoncé dans la mer. Les cloches sonnèrent doucement sur l’eau. Tous se tenaient comme le roi et mettaient leurs têtes à nu.

« Nous prions pour tous ceux qui savent mourir comme des hommes », a déclaré le roi.

Tiré de: SS Ideology , Hammer, 1988, USA, pp. 17-22.

 


EN COMPLÉMENT

Olav Tryggvason,grand roi des vikings

 

Olav Tryggvason fut roi de Norvège de 995 à sa mort en 1000, à la bataille de Svolder. Il entreprit la christianisation de la Norvège et des îles nord-atlantiques.

L’Olav Tryggvason-monument de W. Rasmussen (1921) se dresse sur Torvet, à Trondheim, ville qu’Olav est réputé avoir fondée

 

Olav est le fils de Tryggve Olafsson, un roitelet de l’Est de la Norvège (l’emplacement exact de son royaume est incertain), et d’Astrid Eiriksdatter. Selon la tradition, il est l’arrière-petit-fils du roi Harald Hårfagre. Rien dans les sources contemporaines ne permet de l’établir, et il s’agit sans doute d’une construction tardive.

Son père mort avant sa naissance, Olav grandit en Russie et participe très tôt à des expéditions vikings, évoquées dans l’Óláfsdrápa du scalde Hallfred Vandrædaskald.

Les sources anglo-saxonnes attestent la présence d’un Anlaf, généralement identifié à Olav, aux côtés du roi de Danemark Svend Tveskæg dans l’armée qui ravage l’Angleterre et force le roi Ethelred II à verser deux tributs (Danegeld) en 991, puis en 994. Après le paiement du dernier, Olav s’engage à ne plus revenir en Angleterre.

Pourvu d’une armée et d’un trésor de guerre (et peut-être du soutien d’Ethelred), il rentre en Norvège, dans le Trøndelag, où le jarl Haakon Sigurdsson fait face à une révolte. Après le meurtre de Haakon, Olav est choisi comme roi par l’Øreting.

Son autorité s’étend sur les régions côtières du Nord et de l’Ouest de la Norvège. Il s’appuie sur des chefs locaux, dont Erling Skjalgsson, son beau-frère.

 

Au cours de son règne, Olav, qui a été baptisé en Angleterre, puis confirmé en 994 avec Ethelred pour parrain, apparaît comme un roi missionnaire. Sa promotion du christianisme obéit à des motifs, tant spirituels, que politiques. De nombreux épisodes dans les sagas qui lui sont consacrées le montrent ordonnant la construction d’églises ou s’efforçant d’obtenir la conversion de la population, souvent par la force. La conversion des îles nord-atlantiques (dont l’Islande, qui adopte le christianisme en 1000) lui est également attribuée.

Cependant, une affirmation telle que celle figurant dans l’Ágrip (ch. 19) : « pendant les cinq ans durant lesquels il porta le nom de roi en Norvège, il christianisa cinq pays : la Norvège et l’Islande et les Shetland, les Orcades et le cinquième les Féroé » apparaît très exagérée : du fait des contacts avec les îles britanniques, le processus de christianisation était partout engagé. En Norvège même, il est loin de parvenir à implanter partout et en profondeur la nouvelle religion.

Olav Tryggvason est le premier roi norvégien à battre monnaie à son nom.
Elle est imitée des monnaies anglo-saxonnes.

 

Olav est vaincu en 999 ou 1000 lors de la bataille navale de Svolder, victime d’une coalition rassemblant le jarl Eirik et son frère Svein, fils du jarl Haakon, le roi de Danemark Svend Tveskæg et le roi de Suède Olof Skötkonung. Il serait mort en se jetant à la mer depuis son navire, le Long serpent. Le récit de la bataille dans les sagas est légendaire, ses circonstances sont obscures, et son emplacement même est incertain (dans l’Øresund ou près de l’île allemande de Rügen, en mer Baltique). Après sa mort, Svend restaure la souveraineté danoise sur la Norvège, pour partie par l’intermédiaire des jarls de Lade.

Malgré la brièveté de son règne, Olav Tryggvason est une figure majeure des sagas royales : le moine Oddr Snorason lui consacre une saga en latin, et son confrère Gunnlaugr Leifsson en rédige une également, toujours en latin ; l’Óláfs saga Trygvassonar est l’une des composantes de la Heimskringla de Snorri Sturluson ; l’Ólafs saga Trygvassonar en mesta en propose une version considérablement développée. Ces œuvres présentent une vision idéalisée d’Olav, à la fois héros viking aux nombreux exploits et roi chrétien d’une grande ferveur. Elles sont emplies d’épisodes légendaires, hagiographiques ou romantiques.

 

 

 

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:La Vérité et les mensonges sur la riposte de l’Iran aux États-Unis

Tout d’abord,voici la rhétorique,pour ne pas dire « La Propagande  » mensongère lancée par les médias occidentaux:

L’Iran possède une très puissante armée!

Le 7 janvier 2020,

Les Iraniens ont lancé 22 missiles sur deux bases irakiennes où sont installés des soldats étrangers.

Selon le Pentagone, plus d’une dizaine de missiles balistiques se sont abattus sur les bases aériennes d’Aïn al-Assad et d’Erbil.

En entrevue à l’émission 24/60 sur ICI RDI, le président de l’Observatoire sur les États-Unis de l’UQAM, Charles-Philippe David, a avoué avoir été surpris par la rapidité de la riposte iranienne. Elle est plus rapide et plus directe que ce que nous aurions pu anticiper. On voulait anticiper avec de l’espoir que la riposte allait être plus tardive, a-t-il indiqué.

Dans un message publié sur Twitter en soirée mercredi, le président américain Donald Trump a indiqué qu’il allait faire une déclaration officielle mercredi matin. Il a précisé que le bilan et l’évaluation des dommages étaient en cours.

Autant les Forces armées canadiennes que l’armée irakienne ont affirmé n’avoir compté aucune victime dans leurs rangs à la suite de l’attaque iranienne.

Jusqu’à présent tout va bien (so far, so good)! Nous avons l’armée la plus puissante et la mieux équipée du monde, et de loin! a écrit M. Trump.

Le département américain de la Défense a annoncé mardi soir qu’il faisait une évaluation préliminaire des dégâts et qu’il évaluait sa réponse à l’attaque.

Ça m’étonnerait que Donald Trump annonce des choses anodines, s’est avancé Charles-Philippe David.

« On redoutait depuis le début de sa présidence que viendrait un tel moment où ce président qui n’est pas vraiment en contrôle de sa politique étrangère, voire en contrôle de lui-même, puisse pour une fois écouter ses conseillers quand ils vont lui dire « vous savez, il y aura des représailles, mais annoncez-les de manière à rassurer tout le monde », de sorte que vous n’enclencherez pas une autre escalade », a expliqué le président de l’Observatoire sur les États-Unis de l’UQAM.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif, a affirmé sur Twitter que son pays ne voulait pas « l’escalade ou la guerre », mais qu’il se défendrait « contre toute agression ». L’Iran a lancé et terminé des mesures d’autodéfense proportionnées en vertu de l’article 51 de la Charte des Nations unies en ciblant la base d’où l’attaque lâche contre nos citoyens et nos dirigeants a été lancée, a-t-il déclaré.

Pour le spécialiste des groupes chiites armés Phillip Smyth toutefois, des missiles balistiques ouvertement lancés depuis l’Iran sur des cibles américaines marquent une nouvelle phase.

En outre, un des chefs du Hachd al-Chaabi, coalition de paramilitaires pro-Iran intégrés à l’État irakien, a menacé mercredi les États-Unis d’une « riposte » qui « ne sera pas moins importante que la réponse iranienne ».

 

Signe que de nouvelles violences sont toujours redoutées, l’agence fédérale de l’aviation américaine (FAA) a interdit aux avions civils américains le survol de l’Irak, de l’Iran et du Golfe.

Les cours du pétrole s’envolaient de plus de 4,5 % mercredi matin dans les échanges en Asie.

Les Corps des Gardiens de la révolution islamique, l’armée idéologique de la République islamique ont conseillé à Washington de rappeler ses troupes déployées dans la région afin d’éviter de nouvelles pertes, menaçant Israël et des gouvernements alliés des États-Unis, en premier lieu les États du Golfe, pris entre l’Iran et l’Irak.

Les militaires canadiens sont « sains et saufs »

Le chef de l’état-major de la Défense canadienne Jonathan Vance a soutenu mardi soir que tous les membres des Forces armées canadiennes (FAC) déployés étaient « sains et saufs » à la suite de l’attaque de missiles en Irak. Il a ajouté : nous demeurons vigilants.

Le ministre canadien de la Défense nationale, Harjit Sajjan a déclaré qu’il était heureux de savoir que tout le personnel des FAC est en sécurité. Nous continuons à surveiller la situation de près et à prendre toutes les précautions nécessaires pour assurer la sûreté et la sécurité du personnel civil et militaire, a ajouté le ministre.

L’une des bases aériennes visées par des tirs de l’Iran mercredi matin en Irak est un ancien centre des opérations canadiennes dans la lutte contre le groupe État armé islamique (EI). La base d’Erbil, dans le nord-est du pays, était le principal poste de commande pour les troupes canadiennes envoyées pour combattre les djihadistes de l’EI en Irak.

Le premier ministre Justin Trudeau a été informé des attaques et il suit la situation de près, a indiqué un porte-parole.

Après les missiles, la rhétorique

Les Corps des Gardiens de la révolution islamique, une division de l’armée iranienne, ont lancé un avertissement aux pays alliés des États-Unis, nommément Israël : en cas d’attaque, ils riposteront.

«Nous conseillons au peuple américain de rappeler les troupes américaines [déployées dans la] région afin d’éviter de nouvelles pertes et de ne pas permettre que la vie de ses soldats soit davantage menacée par la haine toujours croissante du régime [américain].»

-Communiqué des Gardiens de la révolution

Le chef d’État-major de l’armée iranienne a déclaré qu’il est temps que Washington adopte un comportement différent avec l’Iran.

Les Corps des Gardiens de la révolution islamique ont indiqué mercredi qu’ils répertorient 100 cibles américaines ainsi que de leurs alliés dans la région. Nous frapperons ces cibles en cas d’attaques américaines.

La télévision publique iranienne avance que les attaques contre des cibles américaines en Irak ont fait 80 morts et qu’aucun des missiles lancés n’a été intercepté.

 

 

Les réactions se multiplient à l’international

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a qualifié mercredi de « nouvel exemple d’escalade » ces frappes iraniennes.

Les dernières attaques aux missiles balistiques contre des bases aériennes en Irak utilisées par les forces américaines et de la coalition, dont des forces européennes, sont un autre exemple d’escalade et de confrontation accrue, a déploré M. Borrell lors d’une courte intervention devant la presse à Bruxelles. Il n’est dans l’intérêt de personne d’aggraver encore la spirale de la violence, a également mis en garde M. Borrell.

La Chine, l’un des principaux pays importateurs de brut iranien, a quant à elle appelé à « faire preuve de retenue ».

Il n’est dans l’intérêt d’aucune partie que la situation au Moyen-Orient s’aggrave encore, a averti devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Geng Shuang.

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a pour sa part vivement réagi aux menaces proférées par un haut responsable iranien, qui affirmait vouloir réduire des villes israéliennes en « poussière », si l’Amérique prend la moindre mesure après notre riposte militaire à l’assassinat du général Soleimani.

Benjamin Netanyahu a prévenu l’Iran qu’Israël répondrait de manière « retentissante » en cas d’attaque contre l’État hébreu.

Par ailleurs, les compagnies aériennes de Dubaï, Emirates et flydubai, ont annoncé mercredi avoir annulé leurs vols à destination de Bagdad. Air France a également suspendu « tout survol des espaces aériens iranien et irakien ».

Une tension croissante

Une quinzaine d’attaques aux missiles balistiques ont déjà visé des soldats et des diplomates américains en Irak depuis la fin octobre. Aucune n’a été revendiquée, mais Washington en a attribué plusieurs aux factions irakiennes pro-Iran.

Les Américains avaient riposté en bombardant des bases des milices chiites.

Cette attaque intervient un peu plus de 24 heures après un cafouillage des États-Unis, le Pentagone ayant démenti une information selon laquelle leur commandement militaire avait ordonné à ses troupes de se retirer du pays conformément à un appel du Parlement.

Plusieurs États membres de la coalition ont déjà retiré des soldats, par crainte de nouvelles att


aques, dont une quinzaine ont déjà visé des bases où sont postés les militaires de la coalition depuis fin octobre.

Les Forces armées canadiennes entendent pour leur part déplacer une partie de leurs effectifs de l’Irak vers le Koweït.

L’Iran pourrait compliquer les défenses antimissiles régionales

Un rapport du Pentagone, datant de 2019, dresse un portrait de la capacité de frappe iranienne, notamment celle liée au moyen de missiles balistiques. On peut y lire que l’Iran peut lancer des salves de missiles contre des cibles de grande superficie, comme des bases militaires et des centres de population, dans toute la région pour infliger des dommages, compliquer les opérations militaires de l’adversaire et affaiblir le moral de l’ennemi.

Les spécialistes de la Défense américaine indiquent que les systèmes iraniens les plus précis sont principalement à courte portée, comme le Fateh-110 SRBM et ses dérivés. Les systèmes iraniens à plus longue portée, comme le MRBM Shahab 3, sont généralement moins précis.

Bien qu’il conserve dans son inventaire de nombreux missiles plus anciens et imprécis, l’Iran augmente la précision de bon nombre de ses systèmes de missiles, précise le rapport.

 


…et ce qui ressemble davantage à la Vérité qu’on ne veut pas parler:

 

L’IRAN riposte: au moins 80 GIs tués et 242 blessés

Les bases américaines en Irak ont été prises pour cible de deux vagues de tirs de missiles balistiques vraisemblablement de type « Fateh ». Une troisième vague de tirs de missiles est attendue si les Américains commettaient une nouvelle erreur, selon le porte-parole du CGRI, le général Ramezan Charif. 

Selon Fars, deux vague de missiles ont visé la plus grande base aérienne des États-Unis à al-Anbar à l’ouest de l’Irak non loin des frontières syriennes ainsi que la base américaine à Erbil au Kurdistan irakien. Ain al-Asad est située à 108 kilomètres de l’ouest de Ramadi et abrite depuis 2011 près de 4 000 militaires américains. C’est aussi la deuxième grande base aérienne de l’Irak après Balad située à Salaheddine. A l’heure qu’il est, les hélicoptères US évacuent les morts et les blessés américains depuis la base américaine. Le site kurde Rudaw affirme de son côté que des avions et des chasseurs stationnés à Ain al-Assad ont également été visés et plusieurs appareils brûlent. Les militaires américains ont totalement bloqué l’entrée de la base aux forces irakiennes pour éviter toute fuite des images des morts et des blessés.

Les missiles balistiques tels que ceux utilisés par l’Iran originent tous de la V2 allemande.

Les tirs de missiles ont eu lieu de deux vagues successives et à intervalle régulière. Une première vague a été lancée vers deux heures, heure locale, soit l’heure exacte de l’assassinat du commandant en chef de la Force Qods vendredi 3 janvier par les forces américaines, juste au moment où ses compatriotes enterraient sa dépouille mortelle dans la ville de Kerman.

Une autre information rapportée par VOA confirme de son côté le tir de cinq roquettes contre une troisième base américaine, Taji au nord de la capitale. Selon les sources bien informées, les missiles qui ont visé les bases américaines en Irak auraient été tirés depuis la ville de l’ouest iranien, Kermanchah et ils seraient de type Fateh, visiblement Fateh-313 d’une portée de 500 kilomètres.

missile iranien Fateh-313

Dans un communiqué le Corps des gardiens de la Révolution islamique, CGRI, revendique les frappes au missile et met en garde contre toute nouvelle » démarche criminelle américaines. On lit dans ce communiqué : « toute nouvelle bêtise américaine déclenchera une riposte encore plus violente et plus douloureuse ».  

Panique à Washington

  •  Alors que le conseil de sécurité national américain vient d’achever sa réunion extraordinaire le président américain et son ministre de la Défense ont annulé leurs points de presse respectifs. Trump a reconnu dans un tweet que deux bases américaines en Irak avaient été prises pour cible des missiles iraniens et dit  » être en train d’évaluer les pertes et les dégâts » : « Jusqu’ici tout va bien. Nous possédons de loin la plus puissante et la plus équipées de toutes les armées du monde! je publierai un communiqué demain matin ». 
  • Ceci étant, la plus puissante armée du monde a été incapable d’intercepter les missiles iraniens, en dépit de certaines informations précipitamment colportées par les médias arabes. Al Mayadeen relève l’incapacité des batteries de défense antimissile US installées à Aîn al-Asad et dans d’autres bases US à intercepter les missiles iraniens. Selon la chaîne, « les agissements militaires américains sont totalement défensifs, signe que les Américains sont incapables de passer à l’offensive.  Cette faiblesse organique des miliaires US est d’autant plus flagrante qu’il s’agit de la plus grande base militaire américaine en Irak et de loin la mieux équipée avec une bande d’atterissage de 4 000 mètres. Selon un expert militaire libanais cité par le site, la DCA américaine déployée sur la base Aïn al-Asad n’aurait pu visiblement… ni repérer des missiles ni les intercepter. Le missile Fateh-313 est un missile à combustible solide composé. Son ogive est intelligente. 
  • Le porte-parole du CentCom dit qu’au total 15 missiles ont visé les bases américaines en Irak dont 10 se sont abattus sur Aïn al-Asad et un sur la base américaine à Erbil. Pourtant, le journaliste de VOA évoque le tir d’au moins 35 missiles contre Aïn al-Asad. 
  •  Selon cette information le gouvernement irakien refuse toujours de répondre aux appels téléphoniques hystériques de Washington et de ses commandants militaires tandis que dans sa première réaction, le président irakien, Barham Saleh prie pour sa ville natale Erbil. Aucun mort ou blessés irakiens n’est à déplorer, ce que confirme par ailleurs CNN.
  • Dans un tweet, le ministre iranien des A.E., Mohamad Javad Zarif a affirmé que la frappe a eu lieu en totale conformité avec la charte de l’ONU et constitue une réponse « adéquate » à « l’attaque lâche » des États-Unis contre l’Iran. 
  • Le conseiller du président Rohani, Hessamedin Achna vient de tweeter de son côté : » La moindre riposte américaine déclenchera une guerre totale dans la région. Ceci dit, les Saoudiens pourraient opter pour une approche bien différente et rester en paix « . 
  • Quelques heures après la première riposte iranienne un ministre émirati y a réagi :  » j’espère qu’il n’y aurait pas une autre attaque ». Soheil Al Mazroui, ministre émirati de l’Énergie a souhaité un « retour rapide au calme » en affirmant que  » les Émirats et les autres pays ont besoin du calme et de la stabilité sur le marché du pétrole ». Dans les minutes suivant la première riposte iranienne, le baril du pétrole a gagné 2.6 dollars soit une hausse de près de 4 pourcent pour s’échanger à 71 dollars sur le marché. Quant à la bourse américaine, elle a perdu 2.2 pourcent pour plonger dans le rouge et entraîner avec elle les bourses asiatiques.

Un premier bilan recueilli sur place fait état de la mort de 80 militaires US

Selon le Renseignement du Corps des gardiens de la Révolution islamique, deux vagues de missiles tirés contre la plus importante base aérienne américaine à l’ouest d’al-Anbar à savoir Aïn al-Asad se sont soldées par la mort d’au moins 80 soldats américains. Le bilan exact est à déterminer en dépit de la forte censure américaine. Toujours est-il que selon les sources irakiennes, l’armée US a lancé un appel de détresse aux hôpitaux irakiens. 

Alors Al-Mayadeen confirme le vol incessant des hélicoptères US sur la base pour évacuer les morts et les blessés, le commandement américain de la base a interdit aux forces irakiennes tout accès par crainte des fuites sur le vrai bilan des morts et des blessés. Dans un communiqué publié il y a quelques minutes, l’ambassade US aux Émirats arabes unis affirme que « tout est sous contrôle » et qu’il n’existe aucun changement dans la configuration sécuritaire des troupes US aux Émirats et dans la région ». Difficile d’y croire! Le rapport du renseignement du CGRI affirme : « Au moins 80 militaires américains ont été tués, 200 autres, blessés, les autorités de la base évacuant dans la hâte et la précipitation des blessés« . 

Et le rapport d’ajouter : » 20 points sensibles de la base ont été pris pour cible alors que toutes les composantes du complexe revêtent une importance stratégique pour les troupes d’occupation US. De nombreux hélicoptères et drones ont également été détruits. En dépit de l’alerte maximale pour les unités de la défense antiaérienne US, aucun missile antimissile n’a été tiré et donc aucune interception de la part des forces US n’a eu ». Le texte affirme que le Renseignement du CGRI a identifié « 104 cibles stratégiques américaines dans la région ». « Au moindre agissement hostile des États-Unis, elles vont être frappées »

Toujours selon le Renseignement du CGRI, « les explosions ont été si intense qu’un seul missile aurait provoqué la destruction de plusieurs cibles dans certains cas. Quelques 4 000 militaires américains se trouvent toujours sur la base et leur présence est illégale depuis que le Parlement irakien a voté samedi le retrait des troupes US et ce, en représailles à l’attentat terroriste commis par les États-Unis vendredi 3 janvier et qui a coûté la vie au commandant en chef adjoint des Hachd al-Chaabi entre autres. 

Source : Presstv

Des S-400 en Irak ?

Le président du Conseil public du ministère de la Défense de Russie, Igor Korotchenko, a suggéré que l’Irak pouvait renforcer sa défense aérienne avec le système de missile S-400 russe.

En allusion à la mort en martyr du général Soleimani dans un raid aérien vendredi 3 janvier de l’armée américaine en Irak, Igor Korotchenko en est venu à cette conclusion que « l’Irak aurait besoin de renforcer ses défenses aériennes ».

« L’Irak est un partenaire de la Russie dans le domaine de la coopération militaro-technique, et la Fédération de Russie peut fournir les fonds nécessaires pour assurer la souveraineté de ce pays et une protection fiable de son espace aérien », a indiqué le président du Conseil public du ministère de la Défense de Russie, qui a suggéré par la suite « la fourniture de missiles S-400 et d’autres composants du système de défense aérienne comme le Buk-M3 et Tor-M2 », ajoute la même source.

Le missile russe S-400

Fin août 2019, lambassadeur russe à Bagdad avait promis que la Russie aiderait l’Irak à renforcer ses capacités en matière de défense aérienne. L’information sur le renforcement de la DCA de l’Irak tombait alors que des positions et stocks de munitions des Unités de mobilisation populaire d’Irak (Hachd al-Chaabi) avaient été la cible d’attaques de drones.

Il faudrait aussi rappeler que tout de suite après l’assassinat du commandant en chef de la Force Qods du CGRI par l’aviation américaine à Bagdad, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou a condamné la « démarche imprudente de Washington » susceptible de provoquer « une brusque dégradation de la situation politique et militaire au Moyen-Orient ».

Ce lundi 6 janvier, le ministre russe de la Défense, le général Sergueï Choïgou, a présenté ses condoléances à la nation, au gouvernement et aux forces armées iraniens, lors d’un entretien téléphonique avec le chef d’état-major de l’armée iranienne, le général de division Mohammad Baqeri. 

Choïgou a qualifié le grand général iranien de « héros national », ce qu’ont bien prouvé ses funérailles « historiques ».

Par ailleurs, l’agence de presse russe Sputnik a rapporté dans son édition du 6 janvier qu’au cours d’une visite en 2015 en Russie, le général Soleimani avait suggéré l’engagement militaire russe aux côtés de l’armée syrienne. Vu l’émotion exprimée par le ministre russe de la Défense après son assassinat à Bagdad, cette version des faits paraît parfaitement plausible.

Par ailleurs, certaines sources estiment probable qu’en cas de l’éclatement d’un conflit militaire entre Téhéran et Washington, des bases militaires russes en Syrie seraient la cible d’attaques américaines, ce qui déclenchera, selon les analystes politiques, les ripostes des plus dures de Moscou.

Selon une source  fiable en Israel:

242 SOLDATS AMÉRICAINS BLESSÉS

Maintenant, c’est une explication pour ces militaires au visage de pierre derrière Trump.

Haaretz a publié qu’un avion américain transportant des soldats américains blessés par la frappe de missile iranienne – très réussie – a atterri à Tel-Aviv il y a quelques heures. Apparemment, il y a jusqu’à 242 SOLDATS AMÉRICAINS BLESSÉS – qui ont été transportés à l’hôpital du centre médical de Tel Aviv Sourasky.


L’AUTRE VERSANT  DES MENSONGES DE LA PROPAGANDE: LA DICTATURE ISLAMISTE EN IRAN ET LE SOULÈVEMENT DU PEUPLE IRANIEN

Moi,ainsi que beaucoup de Défenseurs de la Terre appuyons le soulèvement et la désobéissance civile du peuple iranien contre la dictature sanguinaire des islamistes religieux en Iran.


 

La propagande autour des funérailles pour un meurtrier honni par la population en Iran

 

Des informations parues dans divers médias ont rapporté « d’énormes cérémonies funéraires » en Iran pour le commandant de la Force Qods, Ghassem Soleimani, récemment tué par une frappe américaine à Bagdad et qui a réjoui la majorité des iranien dans le pays et la diaspora.

La couverture des funérailles par BBC World Service mentionnait alternativement «des centaines de milliers», voire «des millions» d’Iraniens rendant hommage à Soleimani en tant que «héros national ». Les preuves de ces chiffres ont généralement pris la forme de clips vidéo d’émissions officielles des médias d’État.

Lors d’une session extraordinaire du Conseil de sécurité de l’État iranien à laquelle a assisté Ali Khamenei et qui s’est tenue à peine un jour après la disparition de Soleimani, les autorités ont discuté des conséquences et des mesures nécessaires à prendre. Le plus urgent : la tenue d’une «immense» cérémonie funéraire. Une mobilisation sans précédent dans tout le pays a alors commencé ce jour-là.

Le centre ville de Téhéran,ce jour-là!

Chaque personne dans les forces armées, dans l’appareil de sécurité, les instituts gouvernementaux et les entités appartenant au gouvernement a été obligée de participer, ainsi que toute leur famille.

« Tous les centres d’enseignement des sciences appliquées de la province de Khorassan sont fermés le dimanche 5 janvier, afin de permettre la pleine participation du personnel et des autres classes sociales aux cérémonies funéraires », lit-on dans une circulaire publiée le lendemain de la mort de Soleimani.

Un SMS de masse envoyé aux citoyens de Chiraz, l’une des plus grandes villes du pays dans le sud, proposait : «afin de participer aux funérailles organisées à Kerman (lieu de naissance de Soleimani où il a été enterré à environ mille kilomètres de Chiraz), des services de bus gratuits ont été organisés à partir de la gare routière de Chiraz le lundi 6 janvier pour revenir mardi soir, avec le petit déjeuner, le déjeuner et le dîner gratuits. » Les femmes et les hommes devaient être transférés dans des bus séparés.

Lundi, tous les magasins de Kermanshah, dans l’ouest de l’Iran, ont dû fermer et les étudiants ont été contraints de participer aux cérémonies. Les taxis ont été contraints de coller des photos de Soleimani sur leurs pare-brises. Un grand nombre d’affiches et de dépliants avec les mêmes photographies ont été diffusés par la ville.

Dans la province de Varamine, près de Téhéran, les autorités ont annoncé qu’un dîner gratuit serait offert à ceux qui participeraient aux cérémonies tenues dans les locaux du gouvernorat.

Dans l’immense prison Gohardasht à Karaj, tout le personnel administratif, 90% du personnel médical, 70% du personnel de protection et de sécurité, 60% des gardiens de prison, 90% du personnel technique, tout le personnel du magazine, 80% des services  » du personnel et 40% du personnel de la cuisine ont été envoyés de force aux cérémonies nécrologiques.

Un formulaire officiel a été distribué dimanche matin dans les écoles primaires de Téhéran. Les élèves ont dû écrire, dans leur manuscrit, un texte que leur professeur leur avait lu en hommage à Ghassem Soleimani. Le formulaire, ainsi que les commentaires requis des enseignants, doivent être conservés dans le dossier de chaque élève. Les élèves ont été invités à participer aux cérémonies funéraires après avoir rempli le formulaire.

Un directeur d’école a continué d’appeler tout le personnel pour leur demander de participer aux cérémonies et prendre des photos de selfie comme preuve de participation, afin d’être indemnisé.

Et ce ne sont là que quelques-unes des milliers de mesures prises à l’appui des objectifs de propagande définis par le Conseil de sécurité d’État des mollahs. Mais des informations précises provenant de l’intérieur du pays montrent que moins de 5% de la population des grandes villes y ont effectivement participé, le pourcentage total dans le pays ne dépassant pas 10%.

Les «formulaires d’inscription» pour les volontaires des opérations kamikazes distribués dans les mosquées et les écoles ont rencontré encore moins d’enthousiasme. En fait, de tels efforts ne sont rien de plus que des mesures destinées à remonter le moral des pasdaran.

 


En conclusion

Les critiques continuent de pleuvoir sur l’administration Trump à chacune des tentatives de la Maison Blanche de dissuader l’Iran de mettre ses menaces à exécution. Plus l’Iran adopte un comportement agressif et multiplie les actes de violence envers les États-Unis, plus les commentateurs blâment le président Trump et condamnent sa détermination à obtenir du gouvernement iranien qu’il rende des comptes.

En utilisant ses forces armées contre les États-Unis et ses alliés, la République islamique utilise des tactiques résolument offensives. Chaque geste de l’Iran est un geste militaire que les officiels du régime ne tentent même pas de dissimuler. L’opinion publique internationale devrait s’étouffer d’indignation, mais les principaux médias continuent de travestir les attaques de l’Iran. Aucun d’eux n’a fait mention de l’augmentation des gestes d’agression au cours des deux derniers mois.

La stratégie iranienne est double. L’Iran a tout d’abord ordonné à ses milices régionales d’attaquer et de multiplier les provocations contre des entités liées aux États-Unis, à des pays européens et aux États du Golfe.

La semaine dernière, un site industriel américain dans le sud de l’Irak a été attaqué au lance-roquettes. Quarante salariés du géant de l’énergie, Exxon Mobil, ont dû être évacués.

Une attaque Houthi contre une installation pétrolière saoudienne et une roquette qui a atterri près de l’ambassade américaine, à Bagdad, ont également été attribuées au régime iranien et à ses milices régionales. Chacune de ces agressions a porté préjudice, d’une manière ou d’une autre, aux intérêts américains.

The Guardian a récemment révélé que le chef de la Force Qods, le général Qassem Soleimani, avait ordonné aux Forces de mobilisation populaires (PMF), soit une quarantaine de milices sous commandement unifié, de « se préparer pour une guerre par délégation ».

Le deuxième volet de la politique de violence de l’Iran semble consister en agressions militaires directes. Au cours des deux derniers mois, six pétroliers ont été attaqués. Quatre pétroliers ont zindi été pris pour cible dans le port de Fujairah, aux Émirats arabes unis. Un mois plus tard, deux pétroliers traversant le golfe d’Oman, au large des côtes iraniennes, ont été sabotés à l’explosif ; un des pétroliers a été la proie d’un violent incendie et les deux sont partis à la dérive.

Le détroit d’Hormuz, borné par les frontières de l’Iran et d’Oman, est une artère navigable cruciale pour l’activité économique mondiale. Un tiers du total des hydrocarbures distribué par voie maritime y transite. Ces attaques ont inquiété l’ensemble de la planète et ont impacté les entreprises du monde entier.

Toutes ces agressions ont été marquées d’une empreinte iranienne parfaitement visible. La grande sophistication des attaques contre les pétroliers semble être la marque d’une action iranienne directe. L’incident n’était pas isolé. Il a été prémédité et organisé, ce qui laisse penser que d’autres attaques de ce type sont en préparation.

Mike Pompeo, secrétaire d’Etat américain, a déclaré : « Notre évaluation [sur l’identité iranienne des agresseurs] est basée sur le renseignement, les armes utilisées, le niveau d’expertise nécessaire pour mener à bien cette opération et aussi le fait que des attaques iraniennes similaires ont déjà été menées contre le transport maritime. Par ailleurs, dans cette région, aucune milice chiite à la solde de l’Iran, n’a les ressources et la compétence pour agir avec ce degré de sophistication. »

L’Iran a également détruit un drone militaire américain. Le chef du Corps des gardes de la révolution islamique (CGRI), le général Hossein Salami, a déclaré que la destruction de ce drone était un avertissement pour les États-Unis. Il a ajouté que « le seul moyen qu’ont nos ennemis d’être en sécurité passe par le respect de notre souveraineté, de notre sécurité nationale et des intérêts nationaux de la grande nation iranienne ».

À plusieurs reprises, l’administration Trump a invité l’Iran à la table des négociations. C’est l’Iran qui refuse de désamorcer les tensions et continue d’agir de manière agressive, tout en menaçant ouvertement les États-Unis et leurs alliés.

Dans un tweet adressé au Premier ministre japonais Shinzo Abe, le guide suprême iranien Ali Khamenei a écrit :

« Vous avez dit M. @abeshinzo que Trump a déclaré que des négociations avec les Etats-Unis feraient progresser l’Iran. Par la grâce de Dieu, sans négociations et malgré les sanctions, nous progresserons. »

Lors d’une réunion avec Abe, Khamenei a particulièrement insisté sur le fait qu’il « ne considère pas Trump comme une personne avec laquelle il est nécessaire d’échanger des messages. Nous ne négocierons pas avec les États-Unis ».

La question se pose de savoir pourquoi les détracteurs de l’administration Trump sont si prompts à condamner le président alors qu’ils prennent à la légère les attaques de l’Iran. S’attendent-ils à ce que les États-Unis demeurent les bras croisés pendant que la République islamique multiplie les provocations dans la région ? Espèrent-ils que les États-Unis ferment les yeux quand Téhéran tente de déstabiliser la région pour faire avancer, par l’insécurité et la peur, ses intérêts révolutionnaires et religieux ? Combien faudra-t-il de personnes menacées, torturées ou massacrées avant que la réponse de Trump soit considérée comme justifiée ?

 

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:l’escalade de la guerre est enclenchée depuis l’assassinat de Soleimani

L’élimination par les États-Unis du général iranien Qassem Soleimani interroge. Prise par Donald Trump en personne, la décision d’abattre le chef des Gardiens de la révolution à l’étranger, l’une des figures les plus importantes de la République islamique, arrivé à Bagdad sur invitation du gouvernement irakien, est d’autant plus cruciale qu’elle pourrait provoquer une nouvelle guerre au Moyen-Orientl’Iran ayant promis de le venger.

Au lendemain de la frappe du drone, le président américain a précisé les raisons ayant motivé sa décision : Soleimani préparait des attaques « imminentes » contre des diplomates et des militaires américains. « Une action d’envergure » menaçant des « centaines de vies américaines », a précisé dans la journée le secrétaire d’État Mike Pompeo, affirmant se baser sur des « évaluations » des services de renseignements américains. D’après le général Mark Milley, le chef d’état-major de l’armée américaine, ces preuves seraient « irréfutables ». Mais ni l’un ni l’autre n’ont donné de plus amples détails.

Des responsables américains, qui ont eu accès à ces renseignements, ont confié au New York Times que les menaces visaient particulièrement les ambassades et consulats américains au Liban, en Syrie et en Irak. Considéré comme l’architecte de la domination de l’Iran au Moyen-Orient, le général Qassem Soleimani revenait justement de ces trois pays et devait se rendre à Téhéran pour s’entretenir avec le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei.

« Opinion personnelle »

Mais tous n’ont pas été convaincus par les renseignements américains. Un haut responsable, qui a requis l’anonymat, affirme au New York Times que les éléments étaient trop légers pour en tirer la moindre conclusion. Surtout, il rappelle que l’ayatollah Khamenei n’avait pas donné son aval à un éventuel plan d’attaque fomenté par Soleimani. Chef de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants et farouche adversaire politique de Donald Trump, le sénateur démocrate Adam Schiff va plus loin. Selon lui, rien ne permet d’affirmer que l’élimination de Qassem Soleimani a permis de « sauver des vies américaines ». « Il s’agit d’une opinion personnelle du secrétaire d’État Pompeo, pas de conclusions des renseignements », souligne-t-il sur la chaîne américaine CNN. D’autres élus américains précisent que les éléments qui leur ont été présentés ne sont pas assez précis quant à la nature des cibles visées par les Iraniens ainsi que l’imminence de l’attaque.

Il apparaît que la décision des États-Unis d’abattre Qassem Soleimani trouve plutôt son origine dans une attaque perpétrée en Irak le 27 décembre dernier qui a coûté la vie à un civil américain. Trente-six roquettes ont été tirées ce jour-là contre une base irakienne à Kirkouk, dans le nord du pays, coûtant la vie à un sous-traitant américain et blessant quatre GI. Non revendiquées, les frappes ont été attribuées par Washington à la milice chiite irakienne des Brigades du Hezbollah, entraînée et financée par l’Iran. Une force qui a eu un rôle important au moment de la lutte au sol contre Daech en Irak.

Cela faisait deux mois que les soldats américains étaient visés par des attaques attribuées par Washington à cette milice. Or, pour la première fois, un citoyen américain (un traducteur) a perdu la vie. Pour Donald Trump, il ne fait aucun doute que Téhéran est derrière cette attaque. Depuis le mois de juin, le président américain se refuse à riposter aux attaques iraniennes dans le Golfe, dans le souci d’éviter une guerre dont il ne veut pas au Moyen-Orient et qui pourrait compromettre sa réélection. Or, à Téhéran, cette passivité est alors interprétée comme un signe de faiblesse. La mort d’un ressortissant américain « change la donne », estime le secrétaire américain à la Défense Mark Esper.

Déterminé, cette fois, à agir, Donald Trump, alors en vacances dans sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride, s’est vu présenter par ses plus proches conseillers une liste de cibles iraniennes à viser, raconte le New York Times : des bases des Brigades du Hezbollah en Irak, des navires de guerre iraniens dans le Golfe, en passant par des dépôts de missiles. Ultime option envisagée, l’élimination de Qassem Soleimani, l’homme derrière le soutien iranien au Hezbollah libanais, au Hamas palestinien, à Bachar el-Assad et aux milices irakiennes.

Attaque de l’ambassade

Déjà présentée par le passé à George W. Bush et Barack Obama, cette éventualité avait jusqu’ici été toujours écartée par les précédents présidents américains, en raison des risques de représailles contre des soldats américains. Car Soleimani est un maillon essentiel du régime iranien, l’un des commandants de l’une des deux forces régulières du pays (les Gardiens de la révolution représentent l’armée idéologique de la République islamique, ).

Trump opte, le dimanche 29 décembre, pour une action moins radicale : le bombardement de cinq installations militaires de la milice chiite en Irak et en Syrie. Massive et sans précédent, l’attaque fait 25 morts dans les rangs des Brigades du Hezbollah et provoque la fureur du Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi. À l’unisson, toute la classe politique du pays dénonce une violation flagrante de la souveraineté nationale de la part des États-Unis. C’est pourquoi, deux jours plus tard, le mardi 31 décembre, les forces de sécurité irakiennes restent étonnamment passives lorsque des centaines de membres des milices chiites investissent l’ambassade des États-Unis située dans la zone verte, le quartier pourtant ultrasécurisé du centre de Bagdad.

« Extrêmement audacieux »

Assistant, impuissant devant son écran de télévision, à l’envahissement de la représentation américaine, Donald Trump se remémore la prise d’otages terrible de l’ambassade des États-Unis à Téhéran quarante ans plus tôt, et plus récemment le raid contre le consulat américain à Benghazi, en 2012 en Libye. Toujours en vacances dans sa propriété de Floride, le président fulmine. Pour lui, cette attaque porte à nouveau la marque de la République islamique. « L’Iran sera tenu pour pleinement responsable des vies perdues ou des dégâts occasionnés dans nos installations. Ils paieront LE PRIX FORT ! », prévient le président américain dans un tweet. « Ceci n’est pas une mise en garde, c’est une menace », insiste-t-il.

La manifestation est finalement dispersée par les forces américaines sans que les miliciens soient parvenus à pénétrer dans le bâtiment principal de l’ambassade. Mais le mal est fait et l’humiliation subie par les États-Unis est terrible. C’est à ce moment-là que Donald Trump ordonne à ses services d’éliminer Qassem Soleimani. « C’était extrêmement audacieux et a surpris nombre d’entre nous », raconte au Washington Post un haut responsable de son administration, tandis que d’autres officiels s’alarment déjà des conséquences pour les troupes américaines dans la région.

Interceptions et informateurs

Il s’agit alors de mettre la main sur le « numéro deux » officieux du régime iranien. Et la chose n’est pas si ardue. Incontournable depuis trente ans dans la région, Qassem Soleimani est constamment en déplacement au Moyen-Orient, se rendant ouvertement auprès des plus grands leaders politiques de l’« axe de la résistance » aux États-Unis, de Beyrouth à Bagdad en passant par Damas. S’estimant protégé par sa toute-puissance ? même le Mossad n’a jamais osé le cibler ? le général iranien ne vit pas caché, contrairement à Abou Bakr al-Baghdadi ou Oussama Ben Laden.

Suivi à la trace durant plusieurs jours à l’aide d’informateurs, d’interceptions téléphoniques et de drones de reconnaissance, Qassem Soleimani est repéré par les services américains : il doit arriver vendredi matin à l’aube à l’aéroport de Bagdad, par un vol officiel, pour y être accueilli par Abou Mahdi al-Mohandes, le chef des Brigades du Hezbollah. Celui-là même qui a participé à l’invasion de l’ambassade américaine mardi. Il est jeudi, 17 heures, et Donald Trump donne l’ordre d’abattre Qassem Soleimani.


LA VÉRITÉ

Ce que vous venez de lire correspond à la version officielle des choses…Voyons voir la Vérité qui se cache derrière tout cela:

 

Piège « diplomatique »: Soleimani tué lors d’une mission diplomatique en Irak pour recevoir une missive de Trump-Pompeo

Aucune interception magique n’était nécessaire, apprend-on maintenant de l’Irak, pour organiser l’assassinat de Soleimani. Nous apprenons maintenant que l’embuscade a été organisée par la voie diplomatique, en attirant Soleimani en Irak en lui promettant qu’il allait recevoir une offre de réduction des sanctions du président Trump.

Le général Qassem Soleimani a atterri en Irak pour rencontrer le Premier ministre Adel Mahdi, qui devait recevoir un message pour l’Iran de la part du président Trump. Il a plutôt été assassiné, et la note diplomatique du secrétaire d’État Michael Pompeo à l’envoyé iranien, Soleimani, était en fait une invitation à une embuscade mortelle. Méthode maffieuse.

Photo choc censurée:
le général Soleimani avec les troupes américaines en Irak
Esper et Pompeo ont menti à Trump

 

 

 

Soleimani s’est envolé de Damas et a été tué alors qu’il quittait l’enregistrement diplomatique à l’aéroport international de Bagdad.

L’Irak avait servi d’intermédiaire entre Téhéran et Washington, le général Soleimani jouant le rôle de représentant diplomatique de l’Iran.

Le gouvernement irakien avait demandé à Soleimani d’organiser et d’entraîner les forces qui avaient vaincu Daech, un processus qui se poursuivait comme il se poursuivait en Syrie en partenariat avec la Russie et la Turquie, dans le cadre de la Coalition d’Astana.

Trump menace l’Irak de «grandes sanctions» s’il est contraint d’abandonner les bases aériennes

Trump menace d’utiliser une base américaine en Irak pour bombarder Bagdad, détruire la production pétrolière irakienne ….

D’abord la Turquie, puis l’Irak et ensuite le Qatar, l’Amérique est expulsée du Moyen-Orient… il est temps de fabriquer plus de porte-avions… après tout, protéger et transporter ISIS autour du monde… et voler du pétrole est un travail difficile.

l’Irak devrait se préparer à des sanctions devant lesquelles celles imposées à l’Iran paraîtraient douces s’il devait expulser les troupes américaines sans couvrir d’abord les coûts d’une base aérienne équivalente, a déclaré le président américain Donald Trump.

«Nous avons une base aérienne extrêmement chère qui existe. Cela a coûté des milliards de dollars à construire, bien avant mon temps. Nous ne partirons pas à moins qu’ils ne nous remboursent pour cela », a déclaré Trump aux journalistes à bord d’Air Force One dimanche.

Les mesures punitives que les États-Unis sont prêts à infliger à leur prétendu allié dans la lutte contre l’État islamique seront encore plus sévères que les sanctions paralysantes déjà en vigueur contre Téhéran, a déclaré le président.

«S’ils nous demandent de partir, si nous ne le faisons pas de manière très amicale, nous leur imposerons des sanctions comme ils n’en ont jamais vues auparavant. Cela rendra les sanctions iraniennes gentilles »

L’avertissement de Trump à l’Irak intervient après que les députés irakiens ont adopté une résolution, défendue par le Premier ministre intérimaire du pays, demandant au gouvernement irakien d’expulser les troupes étrangères en annulant une demande d’assistance militaire auprès de la coalition dirigée par les États-Unis.

La résolution, adoptée ce dimanche, prévoit que certaines troupes étrangères pourraient rester en Irak à des fins de formation, mais le nombre d’instructeurs étrangers jugés nécessaires devrait être communiqué par les autorités irakiennes.

Trump promet de  détruire tous les sites culturels iraniens

Prenant exemple sur les idiots utiles de l’impérialisme et du sionisme que sont les terroristes islamistes sunnites, Trump a réitéré sa menace de détruire les sites culturels iraniens en représailles à de futures attaques potentielles de Téhéran, qui a promis de venger l’assassinat du général Qassem Soleimani, par les États-Unis.

Accusant l’Iran de « torturer » et de « mutiler » des soldats américains dans des attentats-suicides et en posant des bombes en bordure de route, Trump a laissé entendre que les attaques contre les troupes américaines justifient le fait que l’Amérique puisse impunément commettre des crimes de guerre –comme  la destruction du patrimoine culturel d’une nation :

« Ils ont le droit de tuer notre peuple. Ils sont autorisés à torturer et à mutiler notre peuple. Ils sont autorisés à utiliser des bombes en bordure de route et à faire exploser notre peuple. Et nous ne sommes pas autorisés à toucher leurs sites culturels? Cela ne fonctionne pas de cette façon. « 

La déclaration de Trump samedi selon laquelle les États-Unis pourraient tirer sur 52 sites importants pour le peuple et la culture iraniens a suscité une controverse aux États-Unis, de nombreux critiques, car  l’administration Trump imiterait alors les méthodes de ses « adversaires déclarés », l’État islamique (qui  a endommagé et détruit des sites culturels d’importance mondiale en Syrie et en Irak.) et les Talibans qui ont commis les mêmes prédations en Afghanistan.

Les satanistes veulent la troisième guerre mondiale en Iran

Source : Satanists want World War III in Iran—again

Les satanistes qui ont littéralement créé le chaos en Irak, en Afghanistan, en Libye et en Syrie, applaudissent maintenant Donald Trump pour avoir assassiné le général iranien Qassem Soleimani.

Le nettoyeur et belliciste ethnique John Bolton a récemment déclaré:

«Félicitations à toutes les personnes impliquées dans l’élimination de Qassem Soleimani. Longtemps en préparation, ce fut un coup décisif contre les activités malveillantes de la Force Quds iranienne dans le monde entier. J’espère que c’est la première étape d’un changement de régime à Téhéran. »[1]

Bolton n’est pas à la Maison Blanche, mais il sourit certainement parce qu’il est témoin que Trump réalise réellement l’aspiration d’Israël. Ce qui est intéressant, c’est qu’en 2011, Trump était partout dans les médias pour attaquer Obama et dire qu’Obama voulait mener une guerre inutile avec l’Iran. Trump a alors déclaré:

«Notre président va déclencher une guerre avec l’Iran parce qu’il n’a absolument aucune capacité de négocier – il est faible et inefficace. Donc, la seule façon dont il pense qu’il va être réélu, et aussi sûr que vous êtes assis là, c’est de déclencher une guerre avec l’Iran. »[2]

En 2012, Trump a de nouveau déclaré: «Ne laissez pas Obama jouer la carte de l’Iran pour déclencher une guerre afin d’être élu – faites attention , Républicains!» [3] En 2013, Trump n’a pas du tout pu fermer sa grande gueule: « Je prédis que le président Obama attaquera l’Iran à un moment donné pour sauver la face! » [4]

Obama n’avait aucune intention d’attaquer l’Iran. En fait, il a toujours affronté le régime israélien, l’entité même qui continue d’envoyer de précieux soldats américains mourir au Moyen-Orient. Obama a été le premier président de l’histoire à qualifier ouvertement le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de personne sans valeur et méprisable. “a chickenshit.”[5].

Alors maintenant, Trump fait exactement ce qu’il pensait qu’Obama avait l’intention de faire. Alors pourquoi les États Sionistes d’Amérique (Zionist States of America) ont-ils assassiné Qassem Soleimani? Eh bien, ils essayaient de sauver «des centaines de vies américaines» [6]! Trump a déclaré:

«Le général Qassem Soleimani a tué ou gravement blessé des milliers d’Américains sur une longue période, et complotait pour en tuer beaucoup plus… mais il s’est fait prendre! Il était directement et indirectement responsable de la mort de millions de personnes, y compris du grand nombre récent de manifestants tués en Iran même. »[7]

Quelqu’un peut-il donner à Trump une copie de On Bullshit (sur les conneries) de Harry G. Frankfurt? « L’une des caractéristiques les plus marquantes de notre culture est qu’on y trouve tellement de conneries« , écrit Francfort. « Tout le monde le sait. » [8]

Trump sait qu’il est une marionnette du régime israélien et qu’il essaie de plaire à ses maîtres. Il sait qu’aucun Américain sérieux ne soutiendrait une autre guerre au Moyen-Orient. Il sait que la guerre en Irak coûtera aux États-Unis au moins six mille milliards de dollars. Mais il doit obéir aux pouvoirs sataniques d’Israël. Il doit provoquer l’Iran afin que les États-Unis trouvent une excuse pour une autre guerre. En fait, dès que le général a été assassiné, Benjamin Netanyahu est rapidement monté sur le podium politique et a déclaré que Trump avait fait du bon travail, car il avait agi «rapidement, avec force et de manière décisive».

Mais Israël et les États-Unis peuvent regretter une telle décision car la Russie, la Chine et la France ne sont pas satisfaites. De plus, l’activité diabolique de Trump provoque une réaction massive dans le monde, et il semble que les responsables israéliens et leurs marionnettes aux États-Unis n’étaient pas prêts pour cette réaction.

Gardez à l’esprit que les dirigeants iraniens ont toujours sympathisé avec les Américains, malgré le fait que l’establishment anglo-américain a renversé un président iranien démocratiquement élu du nom de Mohammad Mosaddegh en 1953. [9]

Par exemple, juste après l’attaque du 11 septembre, ce sont les dirigeants iraniens eux-mêmes qui ont proposé de s’associer à l’armée américaine pour lutter contre le terrorisme. Les États-Unis ont toutefois rejeté l’offre généreuse. [10]

De plus, l’Iran, contrairement à l’Amérique, n’a jamais eu pour mission d’envahir des pays et de détruire le tissu moral et politique de ces pays. Nous savons déjà à quel point la guerre en Irak a été catastrophique. [11]

Ainsi, lorsque Khamenei déclare que l’Amérique est «mauvaise et méchante», il se réfère à la manifestation d’une idéologie diabolique qui est venue enrouler sans doute la planète entière [12]. Il ne fait nullement référence au peuple américain. Khamenei a même dit très clairement aujourd’hui que «Mort à l’Amérique» n’a rien à voir avec l’Américain moyen, mais a tout à voir avec l’idéologie sioniste, qui cherche à pressuriser la planète entière. Cette politique a été étoffée en 1979 [13] et elle est toujours d’actualité. L’ayatollah Khomeini postulait alors:

«Il n’y a aucun crime que l’Amérique ne commettra pas afin de maintenir sa domination politique, économique, culturelle et militaire sur les parties du monde où elle prédomine. Elle exploite les peuples opprimés du monde au moyen des campagnes de propagande à grande échelle qui sont coordonnées pour lui par le sionisme international.

«Au moyen de ses agents cachés et perfides, elle aspire le sang des peuples sans défense comme si elle seul, avec ses satellites, avait le droit de vivre dans ce monde. L’Iran a essayé de rompre toutes ses relations avec ce grand Satan et c’est pour cette raison qu’il fait face maintenant à des guerres qui lui sont imposées. »

Le «sionisme international» est une description appropriée de ce qui se passait alors. Comme je l’ai déjà suggéré, les États-Unis et l’Angleterre avaient déjà renversé un président démocratiquement élu en Iran en 1953, et les deux pays se développaient de manière agressive au Moyen-Orient pour maintenir en vie un empire diabolique.

L’ayatollah Khomeiny a tenté de résoudre le problème du «sionisme international» en faisant appel à l’unité musulmane. Mais c’était encore un autre problème parce que des pays comme l’Arabie saoudite se prosternaient déjà devant le «sionisme international». Comme le dit E. Michael Jones,

«Au moment même où il a invoqué l’unité islamique, Khomeiny a été forcé d’admettre que l’islam était en train de se diviser en deux factions en guerre. La grande bataille culminante de la croisade anti-communiste a masqué cette scission pendant des décennies, mais maintenant, alors que les guerres intra-islamiques font rage au Yémen et en Irak, Khomeiny s’est montré plus un prophète qu’un politicien capable de réaliser l’unité islamique. Dans les deux cas, le Grand Satan exacerbait la division comme moyen d’atteindre des objectifs géopolitiques. »[14]

Khomeiny a manifestement allumé un projecteur prophétique qui, encore une fois, est toujours d’actualité. Le «sionisme international» aspire toujours le sang de pratiquement toutes les nations de la terre à travers des activités secrètes, l’espionnage et des moyens trompeurs. [15] Et en rejetant métaphysiquement l’ordre moral et politique et en embrassant le chaos et la destruction, le sionisme international est essentiellement devenu le satanisme.

Ce principe a été exprimé par saint Athanase, qui a postulé que toute idée métaphysique qui nie ontologiquement le Logos et sa place centrale dans l’univers finira par être satanique. Dans un univers satanique, ce qui est vrai est en fait un mensonge et ce qui est un mensonge est par définition vrai. Le régime israélien et ses marionnettes aux États-Unis représentent le satanisme. Trump est l’un de leurs prédicateurs. En bref, une «allégeance active à Satan» est l’idéologie politique des États-Unis, de l’Arabie saoudite et même d’Israël, en particulier lorsqu’il s’agit de traiter des questions importantes au Moyen-Orient.

Khamenei a ajouté que tant que la politique étrangère des États-Unis demeurerait «mauvaise et méchante» [16], l’Iran et ses dirigeants continueraient de scander la mort à ceux qui perpétuent le nettoyage ethnique pratiquement partout au Moyen-Orient. Les représentants du mal au Moyen-Orient, dit Khamenei, ne sont autres que Donald Trump, John Bolton et Pompeo. [17] Khamenei a continué: «Les États-Unis sont l’incarnation du mal, mais se plaignent toujours lorsque vous scandez « Mort à l’Amérique ». [18]

Les États-Unis sont l’incarnation du mal parce que les politiciens ont adopté un principe essentiellement talmudique qui dit essentiellement que les guerres perpétuelles et le nettoyage ethnique au Moyen-Orient et ailleurs sont bons pour l’Amérique, malgré la preuve du contraire.