(Video )Legacy of NASA’s Kepler Space Telescope: More Planets Than Stars

Publicités

Découverte d’un «passage vers le monde souterrain» sous la pyramide de la Lune

 

La pyramide de la Lune et sa grande place, sur le site archéologique de Teotihuacan, au nord-est de Mexico, la capitale du Mexique

 

Des archéologues ont découvert un passage secret «vers le monde souterrain» ainsi qu’une cavité cachée sous l’ancienne pyramide de la Lune qui est située au nord de l’allée des Morts au Mexique, relate The Daily Mail.

Les archéologues de l’Institut national d’anthropologie et d’histoire ont annoncé avoir découvert, sous la pyramide de la Lune au Mexique, un tunnel secret et une cavité cachée qui aurait été dédiée à des rituels toltèques «du monde souterrain», annonce The Daily Mail.

Les spécialistes estiment notamment que ce «passage vers le monde souterrain» pourrait contenir des objets étranges et, entre autres, des crânes déformés.

«Des explorations antérieures ont permis de découvrir des squelettes d’individus présentant une déformation crânienne, comme dans la région maya, ainsi que divers objets en pierre verte (colliers, figures anthropomorphes en mosaïque)», a expliqué Veronica Ortega, directrice du projet de conservation intégrale de la pyramide.

La découverte de la chambre et du tunnel est le résultat d’une première étude utilisant la résistivité électrique et qui avait été réalisée autour de la pyramide de la Lune en juin 2017.

Le tunnel est situé vers le sud de pyramide et les experts estiment qu’il pourrait y avoir une autre entrée à l’est.

La pyramide de la Lune est une pyramide précolombienne du site archéologique de Teotihuacán, au Mexique, dont elle est le second plus grand édifice après la pyramide du Soleil. Elle se situe au nord de l’allée des Morts et mesure 46 mètres de haut.


D’énigmatiques galeries. 

 

Un passage souterrain inconnu a été identifié à proximité de la pyramide de la Lune, sur le site de Teotihuacan, l’antique Cité des Dieux, au Mexique. Les archéologues de l’Institut national d’anthropologie et d’histoire (INAH) ont décelé sa présence entre la Place de la Lune, une petite esplanade, et l’imposant monument du même nom, grâce à des mesures de tomographie de résistivité électrique réalisées début juin 2017, comme l’a annoncée le 5 juillet 2017, l’archéologue de l’Inah, Veronica Ortega, directrice du  » Projet de conservation intégré Plaza de la Lune « . Ce couloir aurait été localisé à une dizaine de mètres sous la surface. Ignoré depuis 2000 ans, il témoigne néanmoins un schéma de construction très utilisé par les anciens résidents de Teotihuacan.

Les archéologues de l’Inah, procédant à des mesures de résistivités après avoir placé des électrodes dans le sol.

 

Ces trouvailles confirment en effet que la pyramide de la Lune, autant que celle du Soleil et le temple de Quetzalcoatl, dit du Serpent à plumes, possédaient tous des galeries souterraines ! Dans les années 1970, le premier de ces corridors avait été trouvé pillé sous la pyramide du Soleil. Plus proche de nous, le temple de Quetzalcoatl ou du Serpent à plumes, a par contre tenu ses promesses avec la mise au jour de forts nombreux trésors archéologiques . Situé à 12 mètres de profondeur, scellé entre 200 et 250 de notre ère, ce tunnel accidentellement révélé par Sergio Gomez (Inah) sous le bâtiment à gradins étudié de 2009 à 2016, regorgeait de milliers de riches offrandes, statuettes en jades, céramiques, et coquillages , sans parler de l’étonnante présence de mercure dans les entrailles du monument. Cependant, aucune tombe royale n’y a été rencontrée. Celle des premiers  seigneurs de Teotihuacan, tant recherchés.

Image 3D d’un précédent tunnel découvert sous la pyramide du Serpent à plumes, à Teotihuacan.

 

A 18 m de profondeur, l’intérieur des 103m de long du tunnel de la pyramide de Quetzalcoatl, lors des fouilles de 2009 à 2016.

 

 

 

D’autres faux espoirs concernant ces dirigeants avaient déjà été soulevés en 1998, lors de la découverte, à l’époque dans les soubassements de la pyramide de la Lune, le même édifice auprès duquel vient d’être signalé un nouveau conduit méconnu. Là, dans d’étroits boyaux, avaient été dégagés les restes d’individus sacrifiés. Quatre hommes étendus sur le sol, les bras liés dans le dos entourés de prestigieuses offrandes : figurines, coquillages, conques, ossements de jaguars et de faucons, mais aussi quantités objets faisant référence à la guerre, tels que des lames d’obsidiennes et des pointes de flèches. Certaines victimes portaient un ornement nasal en forme de papillon. De précieux vestiges alors arrachés au silence de la mythique cité précolombienne par Saburo Sugiyama, professeur à l’Université d’Aïchi (Japon), et l’Université d’Arizona (Etats-Unis) ainsi que Ruben Cabrera Castro, de l’Institut National d’Anthropologie et d’Histoire (Inah) du Mexique.

Situé à 50 kilomètres au nord-est de Mexico, Teotihuacan est classé sur la liste du patrimoine mondial. Peuplé à son apogée d’environ 100.000 âmes, la cité précolombienne a été entre 200 et 700 de notre ère, le plus vaste centre urbain de Mésoamérique. Son plan architectural s’ordonnait autour du Miccaotli, une Allée des morts, dominée au nord par la pyramide de la Lune, et à mi-chemin, par celle du Soleil, une des plus grandes du monde. Au sud, la Citadelle, enserrait le temple du Serpent à plumes, Quetzalcóatl. Les raisons de son mystérieux abandon vers 700, bien avant l’arrivée des Aztèques, qui n’aura lieu qu’au XIVe siècle, n’ont toujours pas été élucidées. Ni l’origine de ses bâtisseurs clarifiée. Le site de Teotihuacan demeure toujours une énigme. Comme l’atteste une fois de plus l’existence de ce nouveau tunnel.

 

 

 

De nombreux cranes y ont été retrouvés.

 

 

 

 

 

Affaire Khashoggi:Un présumé accord secret sur l’armement saoudien créerait 500 000 emplois aux USA

  • Trump affirme que l’accord sur les armes de 110 milliards de dollars qu’il a négocié avec l’Arabie saoudite l’année dernière créera « 500 000 emplois »
  • La réclamation est au centre de ses raisons pour ne pas sanctionner le royaume pour le meurtre du journaliste du Washington Post Jamal Khashoggi dans son consulat à Istanbul
  • Un document interne à Lockheed Martin indique que moins de 1 000 postes américains seraient créés par un entrepreneur en défense 
  • Un véritable boom économique serait créé en Arabie saoudite, où 10 000 nouveaux emplois verraient le jour 
  • Raytheon s’attend à maintenir 10 000 emplois existants et à créer un petit pourcentage de ce chiffre 

 

Chaque fois que le président Donald Trump mentionne l’accord sur les armes de 110 milliards de dollars qu’il a négocié avec l’Arabie saoudite l’année dernière, il fait un suivi rapide en déclarant: « C’est 500 000 emplois ».

Toutefois, s’il parle de nouveaux emplois dans le secteur de la défense aux États-Unis, un document interne consulté par Lockheed Martin, de Reuters, prévoit que moins de 1 000 postes seraient créés par le sous-traitant, qui pourrait potentiellement livrer quelque 28 milliards de dollars de marchandises.

Lockheed prévoit au contraire que cet accord pourrait créer près de 10 000 nouveaux emplois en Arabie saoudite, tout en occupant jusqu’à 18 000 travailleurs américains existants, si tout se mettait en place – un résultat que les experts estiment peu probable.

Une personne familière avec la planification de Raytheon a déclaré que si l’ordre saoudien était exécuté, cela pourrait aider à maintenir environ 10 000 emplois américains, mais le nombre de nouveaux emplois créés ne représenterait qu’un faible pourcentage de ce chiffre.

 

Lockheed, un sous-traitant de la défense, participe à l’énorme contrat d’armement saoudien, aux termes duquel il fournirait des versions exportées de son hélicoptère Blackhawk. Mais ses documents internes montrent qu’il ne créerait rien de plus que les 500 000 emplois revendiqués par Trump.

Lockheed Martin Corp a refusé de commenter le « package deal  saoudien ». Le directeur financier de Raytheon Co, Toby O’Brien, a déclaré la semaine dernière que le nombre de recrutements est en croissance, mais il n’a pas imputé ces programmes à un programme particulier.

Pas de sanction: Trump a invoqué la revendication de 500 000 emplois américains pour justifier son refus de sanctionner l’Arabie saoudite, sous la direction de facto du prince héritier Mohammed bin Salman, pour le meurtre du journaliste du Washington Post, Jamal Khashoggi

La Maison Blanche n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Les emplois sont importants pour Trump. Il a milité sur sa capacité à créer des emplois aux États-Unis, en particulier dans le secteur manufacturier, qui sont bien rémunérés. Entre-temps, il a limité ses critiques à l’encontre des dirigeants saoudiens à propos du meurtre d’un critique de premier plan, car il ne voulait pas mettre en péril l’accord sur la vente d’armes.

Donc Trump fait face a un chantage  économique

Le chiffre de 500 000 de Trump a été salué par le scepticisme généralisé étant donné que les cinq plus grands sous-traitants américains de la défense, qui fabriquent presque tous les articles de la liste saoudienne, emploient maintenant 383 000 personnes.

Des documents vus par Reuters et des entretiens avec des sources de l’industrie de la défense connaissant le présumé accord de contrat d’armes suggèrent qu’entre 20 000 et 40 000 travailleurs américains du secteur de la défense pourraient être impliqués dans la production destinée à l’Arabie saoudite si l’ensemble du paquet de 110 milliards de dollars passait.

Les travailleurs existants sont généralement expérimentés et qualifiés, et peuvent être redéployés plus facilement que les nouveaux employés qui nécessiteraient un investissement initial important dans leur formation.

Toute prévision concernant la création d’emplois doit être mise en garde de savoir si toutes les défenses antimissiles et les radars, navires, chars, logiciels, bombes et autres équipements énumérés dans le package deal complet saoudien seront livrés.

Les entretiens avec des personnes familiarisées avec les plans et les estimations d’autres grands entrepreneurs de la défense reflètent une dynamique similaire à celle de Lockheed et de Raytheon – des ajouts relativement mineurs à leur effectif américain et une accumulation plus importante en Arabie saoudite.

Depuis le voyage de Trump dans le Royaume l’année dernière, peu d’activités économiques ont été menées au-delà des travaux de Lockheed sur quatre frégates commandées par les Saoudiens.

La commande générera près de 10 000 emplois dans les ports saoudiens pour le personnel de maintenance, mais seuls 500 nouveaux emplois seront créés aux États-Unis, selon des documents consultés par Reuters.

Des dirigeants de plusieurs des plus grandes entreprises américaines du secteur de la défense ont déclaré que Riyad souhaitait une grande partie de l’équipement militaire afin de développer une nouvelle industrie nationale et de créer de nouveaux emplois et une expertise locale dans le cadre de l’initiative Vision 2030 du prince héritier Mohammed bin Salman visant à rendre le pays hors de la dépendance au pétrole.

L’Arabie saoudite s’est fixé pour objectif de créer 40 000 emplois dans le secteur de la défense d’ici 2030.

Le paquet d’armes annoncé par Trump en mai 2017 a fait l’objet d’un nouvel examen après l’assassinat de Jamal Khashoggi, éditorialiste du Washington Post, dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul. 

Cet assassinat a provoqué l’indignation de la communauté internationale. L’administration et les sous-traitants de la défense s’emploient à prévenir une réaction brutale susceptible de mettre en péril ce que Trump a qualifié de « formidable ordre » et de 500 000 emplois.

Les dirigeants de l’industrie ont fait valoir que sans le package deal saoudien, ils auraient moins de commandes à exécuter, mais les budgets de défense américains robustes, qui représentent la majorité de leurs ventes, combinés à un carnet de commandes record, suggèrent que les travailleurs risquent peu à être licenciés si le présume accord  de vente saoudien ne s’est pas matérialisé.

Certes, pour chaque contrat  de fabrication dans le secteur de la défense, amène d’autres travaux adjacents qui sont soutenus indirectement par une demande accrue de produits de défense.

Mais Heidi Garrett-Peltier, chargée de recherche à l’Institut de recherche en économie politique, a estimé que pour ce type d’industrie, le multiplicateur le plus élevé serait juste inférieur à 3,2. 

Selon les calculs de Reuters, 20 000 à 40 000 emplois durables ou nouveaux pourraient créer entre 64 000 et 128 000 emplois dans les industries connexes, ce qui porterait le nombre total d’emplois durables et nouveaux entre 84 000 et 168 000.

En bref, 500 000 emplois créés par Trump sont au moins trois à cinq fois supérieurs à ce que l’on pourrait attendre de l’accord avec l’Arabie saoudite, compte tenu des estimations des entreprises elles-mêmes, plus l’utilisation la plus généreuse du multiplicateur indirect.

Selon ses propres calculs, le département d’État américain a déclaré en mai 2017 que l’accord saoudien pourrait soutenir «des dizaines de milliers de nouveaux emplois aux États-Unis».

Rappelons aussi que l’Arabie Saoudite refuse d’extrader les dix-huit ressortissants réclamés par la Turquie pour y être jugés dans l’affaire de l’assassinat de Jamal Kharshoggi.

 

 

 

 

 

 

Système 001: Un concept innovant pour retirer le plastique de l’océan a été déployé au large de la côte californienne

Fondé en 2013 par Boyan Slat, l’inventeur âgé de 18 ans (à l’époque), The Ocean Cleanup est une organisation à but non lucratif qui travaille pour nettoyer nos océans en retirant le plastique. Après cinq années de conception et d’essais rigoureux, l’appareil de nettoyage de Cleanup, appelé Système 001, a été déployé au large de la côte californienne.

 

Le système 001 est un appareil de collecte passive fonctionnant en tandem avec les courants océaniques, tirant parti des modèles de mouvements circulaires de l’eau, appelés gyres, qui provoquent l’accumulation des déchets. Ocean Cleanup souligne que 92% des débris sont encore assez gros pour être collectés à l’aide du grand filet suspendu du système. Il est donc essentiel de retirer ce plastique avant qu’il ne se dégrade en microplastiques entrant dans la chaîne alimentaire. En raison de la conception du filet, le groupe a indiqué qu’il n’avait pas attiré les animaux, probablement parce qu’ils disposaient de suffisamment de temps et d’espace pour s’éloigner des filets à entonnoir à débris.

 

Bien que l’organisation ait des aspirations mondiales et une équipe internationale (le fondateur est néerlandais), leur premier objectif est l’énorme vortex de déchets du Pacifique nord, qui flotte dans l’océan entre la Californie et Hawaï. Le vortex de déchets du Pacifique nord est le plus grand regroupement de déchets aquatiques au monde, reconnu pour la première fois il y a trente ans. On estime qu’il contient environ 80 000 tonnes d’ordures couvrant une superficie gigantesque. Le bateau de nettoyage de l’océan, le lanceur Maersk, a remorqué le système 1 200 milles d’Alameda pour commencer ses travaux.

Vous pouvez voir une mise à jour en direct de l’emplacement du système et en savoir plus sur The Ocean Cleanup sur le site Web de l’organisation , ainsi que sur Twitter et Instagram .

 

 

 

 

Le sort d’une partie  de la vie sur Terre dépend de nos décisions actuelles!

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:LA FEUILLE DE ROUTE DE SANTE SEXUELLE, UN TRANQUILLISANT SOCIAL…?

LA FEUILLE DE ROUTE DE SANTE SEXUELLE, UN TRANQUILLISANT SOCIAL…?

 La feuille de route 2018-2020 sur la stratégie nationale de santé sexuelle en France montre que l’accent est mis sur l’éducation sexuelle et le « santé reproductive » (contraception, avortement, insémination artificielle)

En particulier, l’accès aux méthodes d’avortement d’avortement devrait être garanti aux jeunes. Une consultation globale « santé sexuelle » sera mise en place pour tous les jeunes âgés de 15 à 18 ans afin de les informer sur la contraception et l’avortement. 
En outre, des projets innovants donneront un accès gratuit à une offre de préservatifs. Cette stratégie éducative favorise la sexualisation (sur-accentuation abusive et focalisation sur la disposition sexuelle dans le but de distraire) des jeunes, mais ignore des questions importantes sur la relation, telles que la « prise de responsabilités » ou la « fidélité ».

Ainsi, le philosophe Serge Canfrantan écrivait dans son livre « Leçon 163 : Sagesse et révolte  » :
 » Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. […] On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. « 
Cette stratégie semble maintenant s’appliquer à la jeunesse française.

(Source : V&VC 20/2018)
(en photo : Ariane Bilheran)

Pêché en Chine, ce mystérieux poisson mutant humanoïde effraie les locaux

 

Une forme de vie inconnue ou un habitant des fonds marins? La nature de la créature qui apparaît dans cette vidéo, mise récemment en ligne, partage les internautes.

 

Un habitant des eaux profondes jusque-là inconnu et dont la forme paraît humaine a été découvert sur une plage du sud de la Chine.

Comme le précise le Daily Star, lorsque les locaux ont découvert cette créature, ils ont crû qu’elle était déjà morte. Mais lorsque le plus courageux d’entre eux a décidé de s’approcher de ce poisson mutant pour se prendre en photo, le monstre marin s’est avéré vivant.

Pour le moment, on ignore aussi bien la nature de cette créature que son destin ultérieur. Les internautes suggèrent qu’il s’agisse d’une forme de vie jusque-là inconnue. Les plus sceptiques y voient une étoile de mer qui a muté pour une raison inconnue.

Mise en ligne le 9 juillet, la vidéo a vite attiré l’attention des internautes qui l’ont republiée à plusieurs reprises. Quant à l’enregistrement initial, il a déjà été visionné des centaines de milliers de fois.

 

 

 

Jamal Khashoggi :Les photos qui prouvent son meurtre (coeurs sensibles s’abstenir)

Les  médias ont tout fait depuis le 25 octobre 2018,afin de faire disparaître les preuves  photographiques de l’assassinat horrible de Jamal Khashoggi au Consulat d’Arabie Saoudite en Turquie.

La simple tentative de faire disparaître ces preuves  et la disparition des policiers turcs qui ont retrouvés les parties du corps de Jamal Khashoggi nous montre l’odieux des politiciens criminels et corrompus qui dominent  cette affaire.

Donald Trump nous aura prouvé qu’on ne pourra jamais faire confiance en ce goujat issu de la mafia khazare.Cet ami fidèle d’Israël ne carbure qu’en billets verts…américains!Il forme un magnifique trio de scélérats avec le  tyran de Ryad,Mohammed bin Salmane et le dictateur  de Turquie Recep Erdogan.Ce sont de dangereux criminels en liberté,auxquels l’Union Européenne cherche a dissipper les crimes afin de profiter financièrement de la situation.

J’ai reçu ces quelques photos d’un ami dont je garde l’anonymat  et je fait suivre ces  terrifiantes et sadiques photos d’une évaluation de la situation:


LES PHOTOS

La photo du visage tuméfié de Jamal Khashoggi.La tête semble avoi été coupée!

 

des membres et diverses parties du corps furent retrouvées dans des sacs.

 

On a poussé l’horreur a enlever la peau du crâne de Khashoggi et les disposer au même endroit que ses parties génitales.

UN BREF RÉSUMÉ ET UNE ÉVALUATION DE LA SITUATION

 

 

 

De la disparition du journaliste Jamal Khashoggi le 2 octobre à l’aveu, samedi matin,le 21 octobre 2018,, par Ryad qu’il a été tué dans le consulat saoudien à Istanbul, les développements d’une crise majeure.

L’éditorialiste saoudien s’était exilé aux Etats-Unis en 2017, redoutant une arrestation après avoir critiqué le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS).

Le consulat saoudien.

– Disparition –

Le 2 octobre 2018,arrivée de Jamal Khashoggi au Consulat.
Une image de vidéosurveillance montre Jamal Khashoggi (dans le cercle rouge) à côté de sa fiancé devant le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, le 2 octobre

Un mardi après-midi d’automne, le journaliste saoudien en exil Jamal Khashoggi entre dans le consulat de son pays à Istanbul. Cet ancien proche de la famille royale est devenu, depuis l’arrivée au cœur du pouvoir de Mohammed Ben Salman, un critique affirmé du régime de Riyad. M. Khashoggi, 59 ans, est fiancé à une femme turque, Hatice Cengiz. Afin de pouvoir l’épouser, il doit accomplir une formalité administrative, d’où sa visite à la représentation diplomatique saoudienne. Les heures passent, il ne réapparaît pas. Sa fiancée, qui l’avait accompagné et était restée l’attendre à l’extérieur, alerte les médias et le gouvernement d’Ankara, une consigne que le journaliste lui avait donnée dans le cas où il tarderait à revenir.

Une capture écran extraite de la vidéosurveillance, publiée par le journal turc « Sabah » le 10 octobre, montre des hommes suspectés d’avoir participé à la disparition de Jamal Khashoggi à l’aéroport Ataturk d’Istanbul, le 2 octobre.

 

Le 2 octobre, vers 10H15 GMT, Jamal Khashoggi entre au consulat saoudien à Istanbul, selon une image de caméra de surveillance publiée par le quotidien américain Washington Post, avec lequel il collabore. Selon sa fiancée, il s’y est rendu pour des démarches en vue de leur prochain mariage.

Ce van, entré dans l’aire du consulat saoudien le 2 octobre, est au centre de nombreuses questions.

Le 3, la présidence turque affirme que le journaliste se trouve au consulat saoudien.

Des médias turcs publient le 10 octobre des images de vidéosurveillance qui permettent de suivre les déplacements, le 2 octobre, du groupe de quinze personnes soupçonnées d’avoir orchestré la disparition du journaliste. Les profils se précisent : il s’agit d’officiers des forces spéciales et de l’armée de l’air saoudiennes et de membres supposés de la sécurité rapprochée de Mohammed Ben Salman, accompagnés d’un médecin légiste. Dans les médias proches du pouvoir turc, on commence à évoquer des enregistrements établissant un démembrement à la scie à os du journaliste saoudien. Plus d’une semaine après le début de l’affaire, les premières réactions internationales tombent.

 


Le Washington Post affirme que les services de renseignement américains avaient connaissance d’un projet saoudien, impliquant le prince héritier, consistant à attirer le journaliste dans un piège pour l’arrêter. « Nous n’étions pas informés à l’avance de la possible disparition de M. Khashoggi », affirme le département d’État.

Donald Trump réclame des explications à l’Arabie saoudite sur le sort du journaliste. Il dit être en contact avec la fiancée de M. Khashoggi, qui a demandé son aide.


 

Dans une interview diffusée le 5 octobre par l’agence Bloomberg, le prince héritier affirme que Khashoggi est effectivement « entré » au consulat, mais qu’il en est sorti peu après.

– « Tué au consulat » –

Le 6, une source proche du gouvernement turc déclare que la police estime « que le journaliste a été tué au consulat par une équipe venue spécialement à Istanbul et repartie dans la même journée ». Ryad dément.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, prononce un discours devant les partisans à Istanbul dimanche. Erdogan a annoncé qu’il annoncerait les détails de l’enquête turque sur la mort de Khashoggi mardi.

Le 7, le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui s’exprime pour la première fois sur cette affaire, dit attendre les résultats de l’enquête.

« Le corps de Khashoggi a été probablement découpé et mis dans des caisses avant d’être transféré par avion hors du pays », affirme le Washington Post, citant un responsable américain.

Ryad doit « prouver » que le journaliste a quitté le consulat, dit M. Erdogan.

Le 10, des télévisions turques diffusent des images de vidéosurveillance montrant l’arrivée à Istanbul de Saoudiens soupçonnés d’avoir conduit l’opération.

Selon le Washington Post, Ankara aurait affirmé à Washington détenir des enregistrements audio et vidéo montrant comment Khashoggi a été « interrogé, torturé puis tué » à l’intérieur du consulat, avant que son corps ne soit démembré.

– Washington menace puis ménage Ryad –

Le 13, Donald Trump estime que l’Arabie saoudite pourrait être derrière la disparition et menace Ryad d’un « châtiment sévère », tout en excluant un gel des ventes d’armes.

Le 15, le président des Etats-Unis suggère après un entretien téléphonique avec le roi saoudien Salmane que la disparition « pourrait être le fait de tueurs hors de contrôle ».

Le 16, le secrétaire d’Etat Mike Pompeo affirme que Ryad est favorable à une enquête « approfondie », après des entretiens avec le roi et le prince héritier.

M. Trump réclame l’application du principe de présomption d’innocence en faveur de l’Arabie saoudite.

Le lendemain, il nie chercher à « couvrir » ses alliés saoudiens. Il souligne que les Etats-Unis ont besoin de Ryad dans la lutte contre le terrorisme et insiste sur la coopération militaire et sa dimension économique.

– Une « équipe d’exécution » –

Un journal pro-gouvernemental turc, affirmant s’appuyer sur des enregistrements sonores à l’intérieur du consulat, rapporte que le journaliste y a été torturé avant d’être « décapité ».

Selon le New York Times, l’un des hommes identifiés par les autorités turques comme faisant partie de l’équipe soupçonnée d’avoir perpétré l’assassinat appartient à l’entourage du prince héritier, et trois autres aux services de sécurité rattachés au prince.

– Washington durcit le ton –

Le 18, le secrétaire américain au Trésor annonce qu’il ne se rendra pas à une conférence économique à Ryad, boycottée par un nombre croissant de personnalités.

Donald Trump admet pour la première fois que Khashoggi est très probablement mort, menaçant Ryad de « très graves » conséquences si sa responsabilité est confirmée.

Washington décide cependant d’accorder un délai supplémentaire à l’Arabie saoudite pour s’expliquer.

– Fouilles et témoignages –

Le 19, les médias turcs indiquent que les enquêteurs ont élargi les recherches à une vaste forêt d’Istanbul. Des images de vidéosurveillance prises le 2 octobre montrent, selon une chaîne de télévision privée, au moins un véhicule muni de plaques diplomatiques y pénétrer après avoir quitté le consulat.

Les enquêteurs ont fouillé cette semaine le consulat et la résidence du consul saoudien.

Mike Pompeo prévient que les Etats-Unis disposent d’une « large gamme » de sanctions possibles contre l’Arabie saoudite s’il s’avérait qu’elle était derrière la disparition du journaliste.

– Ryad reconnaît la mort –

L’Arabie saoudite reconnaît dans la nuit du 19 au 20 octobre que Jamal Khashoggi a été tué dans le consulat, et annonce une restructuration de ses services de renseignements et des limogeages à leur tête.

« Les discussions entre Jamal Khashoggi et ceux qu’il a rencontrés au consulat du royaume à Istanbul (…) ont débouché sur une rixe, ce qui a conduit à sa mort », déclare l’agence de presse officielle saoudienne SPA, citant le parquet.

Le roi ordonne au prince héritier de restructurer les services des renseignements, dont un des hauts dirigeants, Ahmad al-Assiri, est limogé, ainsi qu’un conseiller de haut rang à la cour royale.

 

…l’histoire continue!

 

 

 

Remplacement de population:25 000 faux enfants réfugiés en France coûtent 800 millions d’euros par an

Il y a maintenant plus de 25 000 envahisseurs non blancs officiellement classés comme «mineurs non accompagnés» en France, ce qui coûte à l’État plus de 800 millions d’euros par an – tout cela parce que la loi française garantit tout asile a un  «mineur», d’où qu’il vienne.

CALAIS, FRANCE – Des membres de la Gendarmerie tentent d’empêcher des centaines de migrants d’accéder a l’Eurotunnel pour fuir vers le Royaume Uni.
Ceci se passait le 30 juillet 2015.

Selon un article du journal Le Figaro , le nombre de non-Blancs nouvellement arrivés se faisant passer pour des «enfants réfugiés» serait passé de 4 000 en 2010 à plus de 25 000 cette année.

Chacun de ces non-Blancs coûte entre 40 000 et 50 000 € par an à l’Etat français, et leurs parents les utilisent activement comme moyen de s’implanter en France, a déclaré Le Figaro.

Des envahisseurs venus de la mer.

L’article continuait en indiquant que l’afflux de « mineurs étrangers non accompagnés » est maintenant « un schéma bien établi, des passeurs clandestins transportant ces enfants jusqu’aux frontières de l’Europe, où les organisations humanitaires s’en occupent avant de les céder aux États ».

« Les enfants sont considérés comme des clients parfaits pour les trafiquants, sachant que l’asile leur est automatiquement accordé », poursuit l’article.

« En outre, conformément à la loi française, une fois arrivés dans le pays, ils peuvent inviter leurs parents », indique l’article, ce qui « incite les parents à pousser leurs enfants » à envahir l’Europe par eux-mêmes.

«Dans certains cas, la question de savoir qui est vraiment un enfant devient également un problème, les jeunes hommes sans identification et les caractéristiques biologiques des hommes de 20 ans qui prétendent avoir entre 15 et 18 ans sont également traités comme des mineurs», poursuit le Figaro.

La France a vu plus de 323 900 «demandes d’asile» enregistrées entre 2014 et 2017,devenir  toutes fausses, car toutes provenaient de pays sûrs avant d’arriver en France.

Néanmoins, les néolibéraux qui nient la race et qui forment l’élite dirigeante en France continuent d’accueillir ce nombre de plus en plus important de parasites, accélérant le jour où la France – et une grande partie de l’Europe occidentale – sera complètement envahie par les non-blancs et s’effondrera en une réplique. du tiers monde d’où les envahisseurs sont originaires.

 

 

 

Ils n’hésitent pas a risquer leur vie!