Histoire nordique:Le raid viking sur Lindisfarne

 

L’attaque inattendue des hommes du Nord contre le monastère de Lindisfarne en 793 est largement considérée comme le début de l’ère viking. Voici l’histoire fascinante du raid Lindisfarne Viking.

J’étais à l’école primaire quand j’ai découvert le raid Lindisfarne Viking. Pour une raison quelconque, l’image des navires vikings naviguant à travers la mer pour attaquer de nouvelles terres me resta gravée dans les décennies à venir.

Pourtant, ce n’est que ces dernières années que je vis en Scandinavie que j’en ai appris tellement plus sur ce raid.

Bien que ce ne soit pas la première attaque contre les îles britanniques, ce fut de loin la plus importante car elle changea la façon dont les hommes du Nord étaient perçus non seulement sur les îles britanniques, mais dans toute l’Europe.

Sources historiques

Tout d’abord, un mot sur l’histoire. Malgré les pierres runiques, les Vikings n’ont pas enregistré beaucoup de leurs aventures par écrit. Au lieu de cela, ils étaient des conteurs oraux. Beaucoup de contes n’ont été écrits que dans les sagas islandaises des siècles plus tard.

Cependant, nous avons écrit des documents historiques du Lindisfarne, du point de vue des Northumbriens. C’est pourquoi nous pouvons parler de Lindisfarne avec plus de confiance que de nombreux autres éléments de l’ère viking.

Deux sources historiques majeures comprennent des extraits de la Chronique anglo-saxonne et une lettre du moine Alcuin à Mgr Higbald. C’était une réponse à la lettre originale de Higbald à Alcuin, qui contenait probablement de nombreux détails sur le raid. Malheureusement, nous n’avons que la réponse.

Dans cet esprit, lisez la suite pour découvrir l’histoire complète et fascinante du raid Viking sur Lindisfarne.

Avant le raid

Comme mentionné précédemment, le raid de Lindisfarne n’était pas la première fois que des gens des îles britanniques rencontraient les marins du Nord. En fait, l’Angleterre avait été ciblée six ans auparavant, comme indiqué dans la Chronique anglo-saxonne:

«AD, 787. Cette année, le roi Bertric a emmené Edburga, fille d’Offa, pour femme. Et à son époque, trois premiers navires des hommes du Nord vinrent du pays des voleurs. Le Reve y monta alors et les conduisit à la ville du roi; car il ne savait pas ce qu’ils étaient, et il fut tué. C’étaient les premiers navires des Danois qui cherchaient la terre de la nation anglaise.

L’importance de Lindisfarne

Fondé au milieu du VIIe siècle, le monastère et l’évêché de Lindisfarne sont devenus le centre d’une mission de conversion très réussie.

Le fameux château de Lindisfame.

Le monastère abritant les reliques de saint Cuthbert, nommé évêque de Lindisfarne en 685, il devint rapidement un lieu de pèlerinage pour les croyants. Suite à la mort du guérisseur Cuthbert, de nombreux miracles ont été rapportés dans son sanctuaire.

Cette importance croissante s’accompagna d’une richesse et d’un pouvoir croissants. Des cadeaux ont été donnés par des personnalités royales et au moment du raid, Lindisfarne détenait probablement de nombreuses richesses, notamment de précieux objets liturgiques.

L’une des raisons pour lesquelles le raid de Lindisfarne est considéré comme le début de l’ère viking est l’impact majeur qu’il a eu sur le monde chrétien en Grande-Bretagne et au-delà. Lindisfarne, également connue sous le nom d ‘«île sacrée», a été décrite par le moine Alcuin comme «un lieu plus sacré qu’aucun autre en Grande-Bretagne».

D’où viennent les Vikings de Lindisfarne?

Attendez, la Chronique ne faisait-elle pas référence aux Danois? Comme l’a dit un chercheur viking sur le Life in Norway Show, Danois ou Danois était un terme catch-call et pas nécessairement utilisé pour désigner des personnes de ce que nous connaissons maintenant sous le nom de Danemark.

L’attaque de Lindisfarne par les Vikings,en 793.

On pensait que les raids antérieurs avaient peut-être été faits à partir de ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de Danemark, mais le raid sur Lindisdarne aurait pu être mené par des pillards de ce que nous connaissons aujourd’hui comme la Norvège ou le Danemark.

C’est parce que dans la lettre d’Alcuin à Higbald, il écrit que le raid était le produit d’un «voyage que l’on ne croyait pas possible». Nous savons que des gens du Danemark étaient déjà allés dans les îles britanniques, donc l’implication est que les équipages de Lindisfarne ont voyagé de beaucoup plus loin.

Le raid de Lindisfarne

La Chronique anglo-saxonne note: «793. Ici, de terribles présages se produisirent au-dessus du pays de Northumbrie et effrayèrent misérablement le peuple: c’étaient des éclairs d’époque, et des dragons de feu volaient dans les airs. Une grande famine a immédiatement suivi ces signes, et peu de temps après, la même année, le 8 janvier, le raid d’hommes païens a misérablement dévasté l’église de Dieu sur l’île de Lindisfarne en pillant et en massacrant.

On pense certainement que les drakkars Viking sont arrivés par temps orageux, ou du moins pas par temps clair.

Des expériences récentes ont montré qu’un drakkar approchant aurait pu être aperçu de Lindisfarne avec un avertissement d’une heure, mais ceux du monastère ont été complètement pris par surprise. Étant donné les raids antérieurs ailleurs dans les îles britanniques, la vue d’un drakkar approchant aurait sûrement provoqué la panique et déclenché des préparatifs.

Il est intéressant de noter que malgré la date de janvier indiquée dans la Chronique, la date réelle est généralement considérée comme juin. La description écrite de l’attaque elle-même est très brève.

Tout ce que nous savons, c’est que l’église a été détruite, des biens volés et du sang versé. Cependant, l’accent mis sur les présages précédents met en évidence l’importance du raid du point de vue anglo-saxon.

Alcuin a qualifié l’événement de «calamité sans précédent», car il a décrit l’église comme «éclaboussée du sang des prêtres de Dieu, dépouillée de tous ses ornements». Il a poursuivi en disant que les païens «foulaient aux pieds les corps des saints dans le temple de Dieu, comme de la bouse dans la rue».

L’héritage de Lindisfarne

Des sources ultérieures expliquent que le raid viking était si terrifiant pour les chrétiens à cause de la grande violence infligée mais aussi parce qu’un sanctuaire chrétien a été vandalisé par des païens.

Des événements occasionnels marquent le raid, qui a été imaginé, repensé et immortalisé dans de nombreuses émissions de télévision et films Viking au fil des ans.

Les ruines du grand monastère de l’île sainte britannique.

L’île sacrée reste un lieu de pèlerinage à ce jour. Mais c’est aussi une destination touristique populaire, sans doute aidée par son association avec l’ère viking. Les ruines évocatrices du prieuré de Lindisfarne ainsi que le château du XVIe siècle construit pour défendre l’île contre les attaques des Écossais et des Norvégiens sont des attractions populaires.

Au début de 2020, une pièce de jeu rare d’un jeu de société Viking a été découverte dans un fossé de l’île. A-t-il été amené par l’un des pillards en 793? Personne ne sait.

Une cité historique qui ressemble étrangement au Vieux Québec.
On recycle depuis une époque lointaine des bateaux en « boat sheds »…ou grange de bâteaux…ou cabanon de pêcheur!

Archéologie:Des petites momies égyptiennes antiques réservent des surprises à l’intérieur … et elles ne sont pas humaines

Les tomodensitogrammes ont révélé des découvertes inattendues à l’intérieur de ces anciennes momies égyptiennes.

 

Lorsque les scientifiques ont regardé sous les emballages de deux petites momies égyptiennes anciennes censées contenir des cœurs humains, ils ont été surpris: non seulement il n’y avait pas de cœurs visibles à l’intérieur, mais les restes n’étaient même pas humains. 

Au contraire, l’une des momies est étroitement remplie de céréales et de boue – une soi-disant momie de maïs ou de céréales – tandis que l’autre contient les restes d’un oiseau, peut-être un faucon, à qui il manque une partie du corps et plusieurs organes, ont découvert les chercheurs. .

« Il manque sa jambe gauche, personne ne sait pourquoi », a déclaré le Dr Marcia Javitt, présidente de radiologie à l’hôpital Rambam de Haïfa, en Israël, et professeur auxiliaire de radiologie à l’Université George Washington de Washington, DC, qui a aidé à scanner les momies. avec tomodensitométrie (TDM) le 29 juin. 

Les deux momies, toutes deux enterrées dans des sarcophages, sont logées au musée de Haïfa depuis environ 50 ans. Cependant, «les archives n’étaient pas conservées avec autant de diligence qu’aujourd’hui», donc on ne sait pas grand-chose à leur sujet sauf qu’ils ont plus de 2000 ans, a déclaré Ron Hillel, registraire et responsable de la gestion des collections des musées de Haïfa. 

Cette momie de 1700 ans a un cerveau, pas de cœur et des plaques sur son sternum et son abdomen, selon des chercheurs. Ici, la momie est déballée le premier jour d’une séance de numérisation à l’Institut neurologique de Montréal.

Au cours des dernières années, le Musée maritime national de Haïfa a parcouru sa collection et a déterminé la meilleure façon de préserver chaque artefact. Lorsque les conservateurs sont tombés sur les deux momies, ils ont réalisé qu’ils ne savaient pas ce qu’il y avait à l’intérieur. Les enregistrements ont noté qu’ils contenaient des cœurs momifiés , mais « nous avons fait la recherche et cela n’a pas de sens », a déclaré Hillel. Souvent, ( mais pas toujours ) «les cœurs étaient laissés dans le corps», des momies égyptiennes, a déclaré Hillel, parce que les anciens Égyptiens pensaient que lorsque les gens mouraient, leur cœur serait pesé contre une plume représentant ma’at, un concept égyptien qui inclut la vérité et la justice. Si le cœur pesait autant ou moins que la plume, ces personnes gagneraient la vie éternelle; sinon, ils seraient détruits.

L’une des choses les plus déroutantes révélées dans les tomodensitogrammes était deux fines plaques faites de quelque chose de similaire au cartonnage (un matériau plâtré), placées sur le sternum et l’abdomen de la momie.
Scanner des momies Osiris (à gauche) et Horus (à droite).
La Dre Marcia Javitt (au centre) et ses collègues tiennent les momies et les sarcophages à côté du scanner.

 

Les tomodensitogrammes effectués à l’ hôpital de Rambam ont révélé que les momies avaient des intérieurs très différents les uns des autres. La momie en forme humaine d’environ 18 pouces de long (45 centimètres) – conçue pour ressembler à Osiris , le dieu de l’au-delà, des morts, de la vie et de la végétation – contenait de la boue et des grains. 

« Pendant les festivals d’Osiris qui se tenaient, [les anciens Egyptiens] les produisaient », a déclaré Hillel. « Ce serait un mélange d’argile ou de sable avec ces grains, puis ils le tremperaient dans l’eau et les grains germeraient. » En effet, cet acte lierait Osirus à la mort, à la vie et à la fertilité de la Terre.

Ou, comme Javitt l’a dit, «ce ne sont pas de vraies momies; ce sont des artefacts».

L’autre momie, une momie en forme d’oiseau d’environ 10 pouces de long (25 cm), représentait le dieu Horus. Selon la mythologie égyptienne, Horus était le fils à tête de faucon d’Osiris et d’Isis; une divinité associée au ciel et aux pharaons. 

Avec le temps, la momie de l’oiseau s’est desséchée, ce qui signifie que le tissu est devenu plus dense, comme du bœuf séché. Pendant ce temps, la moelle des os s’était desséchée, ne laissant que de délicats tubes osseux. Javitt et ses collègues ont donc utilisé un scanner à double énergie, qui utilise à la fois des rayons X normaux et des rayons X moins puissants, une technique qui peut révéler des propriétés des tissus qu’un scanner ordinaire ne peut pas, a déclaré Javitt. 

 

« Afin de différencier les tissus mous les uns des autres et les os et ainsi de suite, il peut être très utile d’utiliser un scanner à double énergie », a déclaré Javitt.

Maintenant, son équipe identifie les différents tissus et os de l’oiseau. Javitt a noté que le cou de l’oiseau est cassé, mais que cette blessure s’est probablement produite après la mort de l’oiseau. C’est parce que la peau est également cassée, et dans la plupart des cas d’os cassés, « vous ne fendez généralement pas la peau d’un bord à l’autre, vous vous cassez simplement l’os », a déclaré Javitt. 

De plus, l’oiseau semble manquer certains de ses organes abdominaux, mais des études supplémentaires sont nécessaires pour déterminer lesquels ne sont pas là, a-t-elle déclaré. Par exemple, le cœur semble être présent, tout comme la trachée.

À l’avenir, Hillel a déclaré que le musée pourrait créer une exposition spéciale centrée sur ces deux momies. Il espère également les faire dater au radiocarbone 14, afin que le musée puisse déterminer leur âge.

Publié à l’origine sur Live Science.

 

 

 

 

 

Voici comment Trump pourrait encore gagner

Trump semble actuellement perdre le combat sur le résultat des élections. Jusqu’à présent, il n’a montré aucune preuve que la fraude s’est produite dans une large mesure. Bien qu’il y ait toujours des votes douteux, les fraudes en jeu actuellement ne sont pas assez importantes pour expliquer la victoire présumée de Biden. Les tribunaux sont donc susceptibles de rejeter les défis actuels de Trump.

Qui l’emportera?

 

 

Les médias, y compris l’écurie des médias de droite de Murdoch et les géants des médias sociaux, ont fermement déclaré une victoire de Biden et ne sont donc d’aucune aide pour Trump.
Mais le Parti Républicain et Trump voudront faire vivre la peur, l’incertitude et le doute au moins jusqu’au 5 janvier, lorsque les deux tours de scrutin du Sénat en Géorgie seront décidés.
Alors que les titulaires Républicains mènent la course en Géorgie, les Démocrates consacreront beaucoup de ressources dans l’État pour déplacer ces sièges de leur côté. Ils donneraient à une administration Harris / Biden le contrôle du Sénat.
Il est également possible que Trump tente réellement de rester au pouvoir en manipulant le processus du Collège électoral.

Il y a plusieurs étapes et échéances supplémentaires dans le processus électoral élaboré pour la présidence.

  • 8 décembre – Les États désignent leurs grands électeurs pour le Collège électoral.
  • 14 décembre – Les grands électeurs se réunissent dans chaque État pour voter pour le nouveau président et le nouveau vice-président.
  • 23 décembre – Les certificats des résultats du vote du Collège sont remis au président du Sénat, qui est le vice-président Mike Pence
  • 3 janvier – Les membres du Congrès prêtent serment.
  • 6 janvier – Le Congrès se réunit pour compter les votes et proclamer les résultats.

Trump pourrait, même sans trouver les votes nécessaires, (ab)user du processus du Collège électoral pour déplacer le résultat de son côté. Il peut essayer de bloquer ou retarder les certifications dans certains États et / ou il peut pousser les législateurs des États républicains à nommer les électeurs de Trump.


Vidéo associée

 


Il y a des précédents  à cela depuis l’élection de 1876 :

Hier comme aujourd’hui, chaque État doit se prononcer sur un groupe d’électeurs qui se rendront à une session conjointe du Congrès le 6 janvier où le vainqueur de l’élection présidentielle sera déclaré. La pratique normale dans un État où Biden a remporté le total du vote populaire serait que les responsables électoraux de l’État certifient les résultats et envoient une liste d’électeurs pro-Biden au Congrès. Mais les législatures des États ont le pouvoir constitutionnel de conclure que le vote populaire a été corrompu et d’envoyer ainsi une liste d’électeurs concurrents au nom de leur État.
Le 12e amendement à la Constitution précise que «le président du Sénat doit, en présence du Sénat et de la Chambre des représentants, ouvrir tous les certificats et les votes sont alors comptés». Cela signifie qu’en cas de différends concernant des listes électorales concurrentes, le président du Sénat – le vice-président Pence – semble avoir le pouvoir ultime de décider lequel accepter et lequel rejeter. Pence choisirait Trump. Les Démocrates feraient alors appel devant la Cour suprême.
Alternativement, si à ce stade, aucun candidat ne dispose des 270 voix électorales requises, le 12e amendement stipule que «la Chambre des représentants choisit immédiatement, par scrutin, le président. Mais lors du choix du président, chaque État vote, la représentation de chaque État ayant une voix.» Actuellement, les républicains ont une majorité de délégation d’État avec 26 des 50 États et ils semblent presque certains de conserver cette majorité au nouveau Congrès. Un vote des États élirait alors le président Trump pour un second mandat. Et encore une fois, les Démocrates feraient appel de ce résultat devant la Cour suprême.

Dans les deux cas, la Cour suprême, avec six de ses neuf juges nommés par des républicains, est susceptible de trancher en faveur de Trump.

Il existe quelques variantes d’un tel scénario :

Si un procès réussit à arrêter la certification des résultats dans un État, les législateurs pourraient alors combler le vide et choisir une liste d’électeurs pro-Trump.
* L’avocat, qui a demandé l’anonymat pour parler du scénario, a déclaré que l’équipe de Trump semblait maintenant essayer de jeter suffisamment de discrédit sur le processus de comptage des bulletins de vote tardifs pour faire valoir que des résultats précis ne peuvent pas être vérifiés.
* La prochaine étape pourrait être d’essayer de faire en sorte que les tribunaux fédéraux ou d’État interdisent aux secrétaires des États de certifier les résultats.
* Toute initiative visant à fournir une liste alternative d’électeurs pourrait forcer au premier véritable test de la loi sur le décompte électoral de 1887 et pourrait aboutir devant la Cour suprême.
* Parmi les principaux États indécis, l’Arizona et la Géorgie ont des gouverneurs et des législatures GOP. Le Michigan, la Pennsylvanie et le Wisconsin ont des gouverneurs Démocrates mais des législatures GOP.

Les Démocrates sont bien sûr conscients d’une telle possibilité. Ils jouent donc sur la certitude d’une victoire de Biden alors même que le processus électoral est loin d’être décidé.

Mais il ne faut jamais mettre Trump hors-jeu. Malgré quatre ans à se faire couvrir d’immondices sur le Russiagate, il a réussi à rester au pouvoir et à poursuivre une grande partie de son programme. Il est également le premier président en cent ans à résister à la pression intense pour lancer une nouvelle guerre. Il est donc peu probable qu’il pliera en admettant qu’il a perdu la compétition.

Il n’y a qu’une seule personne qui pourrait empêcher Trump de réussir avec une stratégie « sale » au Collège électoral . C’est bien sûr lui-même. Au cours des quatre dernières années, il n’a pas réussi à sélectionner des conseillers compétents. Il aura désormais besoin des meilleurs stratèges et avocats disponibles. Jared Kushner et Rudi Giuliani ne feront pas l’affaire. Trump aura également besoin du soutien total de son parti pour faire pression sur les législateurs des États. Il devra faire des concessions pour obtenir le soutien nécessaire.

En attendant, nous devrons tous, en tant que spectateurs, augmenter nos approvisionnements en pop-corn pour continuer à profiter du cirque pendant les deux prochains mois.

Par Moon of Alabama −  Le 11 novembre 2020

 

 

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID-19:« Hold-Up » : documentaire sur la fumisterie CoV19 et la dictature sanitaire mise en place. A voir et diffuser sans modération…

AUX ARMES CITOYENS,CITOYENNES! AUX ARMES…L’HUMANITÉ EN DANGER!

 

A voir et diffuser SANS AUCUNE MODERATION, censurée sur YouTube, cette vidéo demeure sur d’autres plateformes,notre site  vient de la sauvegarder pour les générations futures …pour qu’elles comprennent notre couardise et notre  psychose collective:

 

 

 

 


MISE À JOUR DU 15 novembre 2020

 

Pierre Barnerias
Fin de la polémique sur HOLD UP : Qui est ce réalisateur breton ?
le documentaire est CENSURE, j’ai bien dit CENSURE. Lynchage , inquisition, de moins en moins de libertés…
POurquoi ? Certains se sentent menacés ? Mlepen et ses amis sont invités regulièrement à parler sur France INter.
Pourquoi au bout de 2 jours, ce documentaire est interdit ?
Je trouve cela très ennuyeux pour notre liberté de penser, de nous informer, de réfléchir. Pas eu le temps de parler avec le réal en public de son travail conséquent, il n’a pas eu de droit de réponse.
Je cautionne des personnes fiables à mes yeux, avec les valeurs humanistes, fraternelles et environnementalistes que je porte, voyez vous même le cv de Pierre Barnerias le réalisateur de Hold UP, breton est tout sauf un complotiste et fait preuve dans son travail plus d’humanité que de désinformation :
source wiki : « Pierre Barnérias a fait une maîtrise de droit privé à l’Université Panthéon-Assas et, après un grave accident, il intègre l’école européenne de journalisme de Bruxelles ». Devenu journaliste, il a travaillé pour la presse écrite (Ouest France, de 1989 à 1994), radio (France Info / RTL 2) et la télévision (Envoyé Spécial, Des racines et des ailes, Zone Interdite…).
Il a réalisé plus de quarante magazines et documentaires.
Source OF : « En 2010, Pierre Barnérias a produit « Les Yeux ouverts », un long-métrage sur les soins palliatifs. Un documentaire très fort, souvent repris pour évoquer cette question de la fin de vie dans les hôpitaux. « Mon leitmotiv en tant que journaliste depuis 25 ans, c’est de faire une information qui construit, c’est à dire une information positive », explique ce journaliste qui a débuté comme correspondant de Ouest-France, à Paris, de 1989 à 1994. Il était alors en charge de la rubrique Religion. Il a aussi été reporter pour Envoyé spécial, Des racines et des ailes, Thalassa, Faut pas rêver ou Reportages. En 2012, il a tourné et réalisé « Il était une Foi », un film inédit sur un tour du monde des chrétiens persécutés et oubliés ». Vous pensez sincèrement que cet homme peut produire un film à charge, malintentionné et complotiste ???? Allo? Allo ?

 

 

Archéologie fantastique:Des personnages cornus du culte d’un dieu lunaire mésopotamien découverts dans un fort de l’époque biblique

Une stèle en pierre du dieu de la lune trouvée en 2019 sur un site appelé et-Tell, au nord de la mer de Galilée, qui était peut-être l’ancienne capitale du royaume de Geshur.

 

Un fort vieux de 3000 ans contenant une sculpture de mystérieuses figures à cornes a été découvert sur les hauteurs du Golan. Et il peut avoir été construit par le royaume de Geshur, un allié du roi israélien David . 

Il se trouve sur une petite colline surplombant une rivière qui traverse. Les archéologues israéliens ont découvert la structure en inspectant la zone où un nouveau quartier est en cours de construction dans la colonie d’Hispine. (Le plateau du Golan a été capturé par Israël à la Syrie en 1967 et son statut est contesté; Hispin y est une colonie israélienne.)

Selon l’Autorité des Antiquités d’Israël (IAA), le fort remonte probablement au 11ème ou au 10ème siècle avant JC Il se compose de murs de blocs de basalte de près de 1,5 m de large. Parmi les ruines se trouvaient des perles, des céramiques, une bague et une partie d’une figurine brisée représentant une femme tenant un tambour. Mais la découverte la plus excitante à l’intérieur du fort était une grande pierre sculptée avec deux personnages humains en forme de bâton aux bras tendus. Les personnages arborent chacun deux cornes et semblent se tenir à côté d’un objet inconnu. 

Cette sculpture rappelle une autre découverte sur un autre site ancien appelé et-Tell sur la rive nord de la mer de Galilée. En 2019, les archéologues ont découvert une seule figure similaire à la sculpture d’Hispin près de la porte de la ville à et-Tell. Cette pierre était d’un âge similaire à la découverte d’Hispin et pourrait représenter un dieu lunaire mésopotamien, ont déclaré des archéologues au magazine Haaretz plus tôt cette année. Les cornes sur les sculptures pourraient représenter des cornes de taureau, ou elles pourraient être une représentation du croissant de lune sur son côté. 

Les étudiants locaux montrent une sculpture de deux bâtons avec des cornes, qui peuvent représenter le culte d’un dieu lunaire mésopotamien.

 

Le nom exact de et-Tell dans l’Antiquité reste une question contestée, mais certains archéologues pensent qu’il s’agissait de Bethsaïda, la capitale du royaume de Geshur. Si tel est le cas, la sculpture trouvée sur les hauteurs du Golan était peut-être une copie de la stèle du dieu de la lune aux portes de la ville de la capitale du royaume, ont déclaré les directeurs des fouilles de l’IAA Barak Tzin et Enno Bron dans un communiqué. 

Selon l’IAA, les sites archéologiques les plus connus de Geshur se trouvent sur la rive nord de la mer de Galilée, avec peu de sites connus dans la région du Golan, qui est parallèle à la mer à l’est et au nord-est. La découverte du site de Geshur dans cette zone soulève de nouvelles questions sur les limites du royaume à l’âge du fer. 

Geshur a maintenu des relations diplomatiques étroites avec Israël, selon les histoires juives. L’une des épouses du roi biblique David serait Maacah, la fille du roi Talmi de Geshur. 

L’ancien fort sera transformé en site culturel en plein air, selon l’IAA. 

Publié à l’origine sur Live Science.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La France et Macron s’enfoncent

Emmanuel Macron et la France s’enfoncent dans une sorte de guerre avec l’Islam et le monde musulman où politique intérieure et extérieure ne font qu’un. Et une frange québécoise veut s’enfoncer avec eux, dont le premier ministre Legault.
Le 22 octobre, au lendemain de la décapitation immonde de Samuel Paty, Macron a déclaré : « Nous défendrons la liberté […] et nous porterons la laïcité, nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d’autres reculent ». En gros, il dit que la France ne renoncera pas aux caricatures du prophète Mahomet.

Précisons d’emblée que l’attaque immonde à Conflans-Sainte-Honorine tout comme celle à Nice doivent être condamnées sans équivoque.

Ceci dit, la réaction d’Emmanuel Macron comme celle de la classe politique et médiatique française manque totalement le coche. Ils campent leur position en invoquant la république et la liberté d’expression.

Tout d’abord, l’idée républicaine ne se résume pas au seul mot « liberté » ou au vocable « liberté d’expression ». Laisser entendre cela, c’est comme faire un trépied qui n’a qu’un seul pied.
Il y a trois colonnes indissociables dans une république à la française : liberté, égalité et fraternité. Or, dans la conception macronienne, « égalité » et « fraternité » sont évacuées.

« Égalité ». Tout le monde sait qu’il n’y en a pas en France. Il suffit de visiter les cités de banlieue de Paris et de d’autres grandes villes françaises comme Marseille ou Nice pour s’en convaincre. Ou se rappeler les « gilets jaunes » et les manifestations contre la réforme des retraites. Ou regarder le film Les misérables de Ladj Ly (2019).

Qui fait semblant de l’ignorer court à sa perte.

« Fraternité ». Respecter cet élément de la république exigerait qu’on respecte les croyances et des rituels de tous les citoyens, qu’on cherche promouvoir ce qui rassemble, non pas ce qui divise.

Or Emmanuel Macron, en disant que la France ne renoncera pas aux caricatures du prophète Mahomet, comme celles de Charlie Hebdo, transforme le droit de faire de telles caricatures en un devoir de le faire. Bref, au lieu de dire, « Tu as le droit de le faire », il dit essentiellement, « Tu dois le faire ».

Il s’avère pour beaucoup de musulmans représenter le prophète de quelque façon que ce soit, est sacrilège, à plus forte raison quand on le caricature de façon insultante somme l’a fait Charlie Hebdo.

En transformant le « tu as le droit » en « tu dois », Macron invite les Français à insulter des millions de concitoyens de confession musulmane. Donc, pour la fraternité, cette 3e colonne qui sous-tend la république, il faudrait repasser.

À la question à savoir si on a le droit de caricaturer le prophète, Macron aurait eu respecter les principes républicains en répondant :   Vous en avez le droit. Mais j’y suis vivement opposé personnellement et dans notre volonté bien républicaine de bâtir sur la fraternité et sur ce qui nous rassemble et non sur ce qui nous divise, je vous invite fortement à ne pas le faire.

Mais il n’a pas dit cela, même quand il a reculé un peu à la lumière de la réaction viscérale contre ses propos, mais surtout à voir la campagne de boycottage actuelle de produits français.

Cette guéguerre française contre l’Islam et le monde musulman cache des squelettes dans le placard de l’histoire française, notamment la guerre d’indépendance de l’Algérie après une colonisation de 130 ans. [1]
Mais elle cache aussi une politique étrangère qui leur pète dans la face – le fameux « blowback »–, soit celle du soutien des djihadistes par la France, et d’autres pays, dont le Canada et les États-Unis, dans la guerre contre la Syrie.  Laurent Fabius n’a-t-il pas dit du Front Al-Nosra (Al Qaeda en Syrie) « Ils font du bon boulot sur le terrain [Syrie] » (Le Monde, 13 déc. 2012).

Idem dans la guerre non déclarée contre la Russie par djihadistes tchétchènes interposés – le terroriste qui a décapité Samuel Paty est un réfugié tchétchène.

Tout ce beau monde faisait des attaques terroristes avec la bénédiction de la France et de ses alliés occidentaux. Ils ont perdu ces guerres et ils sont revenus. Quand ça leur pète dans la face, au lieu de reconnaître l’iniquité de leur propre politique, ils cherchent à trouver des bouc-émissaires pour mieux la cacher et cacher la destruction qu’elle a laissée.

caricature musulmane de Macron

NOTES 

L’Algérie vient de signifier au ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, son refus d’accueillir les personnes que la France compte expulser.

Lors de son séjour à Alger, le ministre français de l’Intérieur, avait remis une liste de « français d’origine algérienne » que l’Algérie refuse d’accueillir pour la simple raison qu’ils sont nés en France, et que l’Algérie considère que français et non algériens.

Nés de parents algériens, ces français ne sont ni des migrants clandestins, ni auteurs de documents algériens, enregistrés dans les représentations consulaires algériennes en France

[1] Une grande attention est accordée (dans les médias français et dans la bouche des « spécialistes » de l’islam, et qui ne sont pas musulmans ) à la manière exotique de tuer (couper la tête) par les terroristes présumés. En fait, la décapitation est aussi française que la soupe à l’oignon, donc elle n’est pas si exotique qu’on le dit. La guillotine était la méthode d’exécution nationale préférée (comme la chaise électrique aux États-Unis). Les Français ont décapité leur roi et leur reine. Pendant la bataille d’Algérie, les paras français (dont un certain J.M. Lepen, ex candidat à la présidence franaise, et dont la fille vise la même fonction) ont joué au football avec des têtes de rebelles hachées (voir ci-dessous).

C’est Napoléon avait introduit la décapitation au Moyen-Orient, et non l’inverse. Au cours de sa campagne en Égypte, le général Bonaparte ayant appris un soulèvement dans un village avait ordonné à son adjudant Croisier de s’y rendre, d’entourer toute la tribu, de tuer tous les hommes sans exception, et d’amener femmes et enfants au Caire. Ses ordres ont été exécutés rapidement. De nombreux enfants et femmes conduits à pied sont morts en chemin et, quelques heures plus tard, des ânes chargés de sacs sont apparus sur la place principale du Caire. Les sacs ont été ouverts et les têtes des hommes exécutés de la tribu coupable ont roulé sur la place, a écrit l’historien.

 

 

Mutations animales:Un calmar rare avec des tentacules «  coudées  » déroute les scientifiques dans de nouvelles images effrayantes

Les tentacules du calmar sont plus grands qu’un humain moyen, mais son corps est petit comme un billet d’un dollar.

Le calmar Bigfin fléchettes autour des eaux de l’Australie du Sud

Il ressemble à un extraterrestre – la tête éclipsée par d’énormes nageoires battantes, le corps blottissant dans l’eau sombre, de minces tentacules bleus coulant derrière lui dans un enchevêtrement de spaghettis au néon. Mais malgré son apparence d’un autre monde , l’insaisissable céphalopode connu simplement comme le Bigfin squid (Magnapinnidae) peuvent être plus fréquents dans la Terre des océans profonds de scientifiques que jamais savaient.

Au cours des 113 années écoulées depuis sa découverte, le calmar Bigfin n’a été repéré dans la nature que 12 fois dans le monde. Maintenant, une étude publiée mercredi 11 novembre dans la revue PLOS ONE , ajoute cinq nouvelles observations au décompte, toutes capturées à des milliers de pieds sous la surface de la Great Australian Bight en Australie du Sud.

Non seulement les observations marquent la première fois que des calamars Bigfin ont été vus dans les eaux australiennes, mais c’est aussi la première fois que cinq d’entre eux sont surpris ensemble au même endroit. Les images qui en résultent – capturées par des caméras sous-marines traînant derrière un grand navire de recherche – offrent un regard sans précédent sur l’anatomie et le comportement du céphalopode bizarre, a déclaré l’auteure principale de l’étude Deborah Osterhage à Live Science.

«J’ai été stupéfait et excité quand j’ai vu le calmar Bigfin pour la première fois sur une photo prise par notre appareil photo», a déclaré Osterhage, chercheur marin au sein de l’Organisation de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (ou CSIRO, l’agence scientifique du gouvernement australien), dans un e-mail. « Je l’ai reconnu immédiatement, avec ses grandes nageoires distinctives et ses bras et tentacules extrêmement longs et minces. »

Les chercheurs ont aperçu cinq spécimens de calmar Bigfin dans les eaux au sud de l’Australie, ce qui a plus que doublé le nombre total d’observations dans l’hémisphère sud.

Les scientifiques ont identifié le premier spécimen de calmar Bigfin, qui a été capturé par des pêcheurs près du Portugal, en 1907. Il a fallu plus de 80 ans avant que quiconque n’en voie un dans la nature, nageant à 15 535 pieds (4 735 mètres) sous l’eau au large des côtes du Brésil en 1988. Le le calmar est distinct, avec des nageoires géantes dépassant de son corps comme Dumbo les oreilles de l’éléphant. Ces nageoires sont aussi larges que le haut du corps (ou le manteau) du calmar est long, a déclaré Osterhage, et les Bigfins se propulsent dans l’eau en les battant comme des ailes.

Ce n’est pas nouveau pour les céphalopodes (il suffit de demander au poulpe adorablement nommé Dumbo ), mais ce qui distingue vraiment le calmar Bigfin de ses autres cousins ​​des grands fonds, ce sont des tentacules incroyablement longs et filandreux. Désormais, les chercheurs ont une meilleure idée de la durée et de la longueur qu’ils peuvent obtenir. Dans la nouvelle étude, qui culmine après plus de 40 heures d’observations sous-marines à des profondeurs de 3100 à 7900 pieds (950 à 2400 m) sous la surface, l’équipe a non seulement aperçu le groupe de Bigfins nageant dans la baie, mais ils ont même mesuré l’un d’eux avec des méthodes plus précises que jamais.

«Nous avons pu mesurer [un spécimen] avec des lasers – une première, car les mesures précédentes sont des estimations basées sur des objets proches», a déclaré Osterhage. « Il mesurait 5,9 pieds (1,8 m) de longueur. Le manteau du spécimen mesurait environ 6 pouces (15 centimètres), les 5,9 pieds [1,8 m] restants étant composés de ces longs bras et tentacules. »

Pensez, un haut du corps aussi long qu’un billet d’un dollar américain, traînant des tentacules aussi longtemps que la championne de tennis américaine Serena Williams. Et cela peut même être petit; selon Osterhage, des études antérieures ont estimé que le calmar Bigfin peut atteindre 22 pieds (7 m) de long.

La façon dont les calmars tiennent ces tentacules est peut-être encore plus étrange. Contrairement à la plupart des céphalopodes, dont les tentacules pendent sous leur corps, les appendices du calmar Bigfin font saillie à des angles perpendiculaires à leurs manteaux avant de se plier et de s’enrouler, donnant à chaque tentacule l’apparence d’un «coude», a déclaré Osterhage.

Lors de l’une des observations de l’équipe, un Bigfin a surpris les chercheurs en levant un long bras au-dessus de son corps et en le tenant là – un comportement déconcertant jamais vu chez les calmars, ont écrit les chercheurs. La posture pourrait avoir quelque chose à voir avec l’alimentation par filtre, ont-ils spéculé, mais la vérité est que personne ne le sait avec certitude. Trouver la réponse à cela (et à de nombreuses autres questions en suspens sur le calmar bizarre) nécessitera beaucoup plus de rencontres dans la nature.

« Il y a beaucoup à apprendre sur le calmar Bigfin – des questions de base telles que de quoi il se nourrit, comment il se reproduit, etc., sont encore inconnues », a déclaré Osterhage. « Mais une chose passionnante à propos de notre article est que les cinq spécimens ont été trouvés groupés à proximité spatiale et temporelle les uns des autres, ce qui n’a jamais été vu auparavant. »

Pourquoi ils ont été regroupés est une autre question sans réponse, mais ce comportement est souvent associé à des opportunités de survie ou d’accouplement , a déclaré Osterhage. Les observations futures aideront à déterminer les besoins spécifiques du calmar, a-t-elle ajouté – mais pour l’instant, il est peut-être plus sûr de dire que les extraterrestres d’une plume (ou d’un tentacule) collent ensemble.

Publié à l’origine sur Live Science.

 

 

 

 

 

Instagram dit que «l’art» du génocide blanc est complètement casher

 

 

 

Tout d’abord, je tiens à m’excuser auprès de tout le monde de vous avoir tous soumis à cette hideuse «œuvre d’art» de deux «queenz» africaines obèses avec les têtes coupées de Blancs dans leurs mains.

C’est dégoûtant, mais c’est apparemment complètement casher sur Instagram.

Par exemple, «l’artiste» qui a peint le portrait officiel d’Obama adore peindre des femmes blanches décapitées par des femmes noires.

EN COMPLÉMENTAIRE

Le peintre que Barack Obama a choisi pour son portrait a vraiment peint une femme noire décapitant une blanche

Lundi 12 février 2018, l’ancien couple présidentiel Barack et Michelle Obama ont dévoilé leurs portraits officiels pour la National Portrait Gallery de Washington. Monsieur a choisi d’être peint par l’artiste Kehinde Wiley tandis que Madame a été représentée par Amy Sherald.

Today, @KehindeWiley and @ASherald became the first black artists to create official presidential portraits for the Smithsonian. To call this experience humbling would be an understatement. Thanks to Kehinde and Amy, generations of Americans — and young people from all around the world — will visit the National Portrait Gallery and see this country through a new lens. They’ll walk out of that museum with a better sense of the America we all love. Clear-eyed. Big-hearted. Inclusive and optimistic. And I hope they’ll walk out more empowered to go and change their worlds.

Une publication partagée par Barack Obama (@barackobama) le 

As a young girl, even in my wildest dreams, I never could have imagined this moment. Nobody in my family has ever had a portrait – there are no portraits of the Robinsons or the Shields from the South Side of Chicago. This is all a little bit overwhelming, especially when I think about all of the young people who will visit the National Portrait Gallery and see this, including so many young girls and young girls of color who don’t often see their images displayed in beautiful and iconic ways. I am so proud to help make that kind of history. But the fact is that none of this would be possible without the extraordinary artist and woman behind this portrait, @asherald. Thank you, Amy – it was a joy to work with you and get to know you.

Une publication partagée par Michelle Obama (@michelleobama) le 

Suite à cette présentation, plusieurs personnes et médias se sont plongés dans les oeuvres produites par les deux peintres.

Dans le cas de Kehinde Wiley, l’extrême-droite a créé une polémique en déterrant deux tableaux du peintre où l’on voit une femme noire décapitant une blanche. Il s’agit des peintures Judith and Holofernes achevées en 2012 et qui sont disponibles sur le compte Instagram de l’artiste : 

 

Il s’agit d’une réinterprétation d’une scène issue du Livre de Judith : la décapitation du général Holopherne par la veuve Judith. Cet épisode a souvent été peint durant la Renaissance, notamment par les peintres italiens Le Caravage et Giovanni Baglione (ci-dessous). 

On remarquera qu’à la différence de Baglione ou de l’épisode narré dans le Livre de Judith, le peintre américain a choisi de représenter Judith sous les traits d’une femme noire et Holopherne comme une femme blanche. 

Parti à la recherche d’explications sur ces peintures, le site américain, expert dans la vérification de rumeurs, Snopes.com a retrouvé des critiques publiées lors de leurs présentations. Selon le critique d’art Walter Robinson et selon une analyse du Musée d’Art de Caroline du Nord, il s’agirait pour l’artiste de dénoncer les idéaux de beauté des blancs et de mettre en avant les corps de femmes noires, pas assez mises en avant dans l’histoire de l’art. 

Cette restitution peut avoir plusieurs niveaux d’interprétations, y compris l’identité raciale et de genre et l’inégalité, la représentation des femmes dans l’histoire de l’art, et les idéaux de beauté de la société. Selon les mots de Wiley, «Je peins les femmes pour en finir avec les représentations du genre dans le contexte de l’histoire de l’art. Il faut élargir la conversation… Cette série d’oeuvres tente de réconcilier la présence de stéréotypes de femmes noires qui entoure leur présence et/ou leur absence dans l’histoire de l’art, et les notions de beauté, spectacle et du « grand » dans la peinture». 

Il faut remettre ces peintures en regard de l’art prôné par le peintre qui est, selon Le Monde, «réputé pour ses portraits d’Afro-Américains peints dans des postures triomphantes»«Kehinde élève ceux qui sont souvent hors champ et montre qu’ils méritent d’être au centre la société américaine», a d’ailleurs précisé Barack Obama. Dans une interview retrouvée par Snopeson entend d’ailleurs Kehinde Wiley expliquer que «au mieux, ce que fait l’art c’est de provoquer».

«Non seulement les Obama représentent le premier couple présidentiel afro-américain à être inscrit dans la collection, mais les peintres qu’ils ont choisi (…) sont eux aussi Afro-Américains», a expliqué le New York Times. Kehinde Wiley, 40 ans, a acquis une notoriété dans les années 2000 grâce à ses «portraits en taille réelle de jeunes afro-américains habillés en style hip-hop, mais dépeint à la maniète des grands maîtres des portraits royaux européens. Plus récemment, il a élargi son répertoire pour y inclure des sujets féminins, tout comme des modèles brésiliens, indiens, nigérians et sénégalais, créant ainsi une image collective d’une aristrocratie noire mondiale». 

En résumé, le peintre qui a réalisé le portrait de Barack Obama a bien produit deux réinterprétations de Judith décapitant Holopherne, où Judith est une femme noire et Holopherne une blanche. Cela s’inscrit dans le parcours artistique du peintre…qui banalise le meurtre des blancs et à plus long terme « Le Grand Remplacement »!

 

Réécrire l’histoire vraie d’Haïti – et le meurtre de masse des Blancs après la révolte des esclaves

L’État caribéen d’Haïti rappelle de manière frappante à quel point la pratique de l’esclavage pourrait être mortelle. En 1804, l’effet combiné de treize ans de soulèvements, de meurtres et de terrorisme avait détruit la population blanche d’Haïti, ainsi que toute la production agricole et l’économie de ce qui était autrefois la colonie la plus prospère de l’hémisphère occidental.

La description présumée d’Haïti comme un «trou de merde» par le président sortant des États-Unis, Donald Trump, rend instructif de revoir l’histoire de cette nation insulaire des Caraïbes – et comment sa naissance a été baignée de sang alors que tous les Blancs et les métis ont été massacrés pendant la série tumultueuse des événements qui ont donné naissance à cet état défaillant.

Haïti et le massacre des blancs

L’État caribéen d’Haïti rappelle de manière frappante à quel point la pratique de l’esclavage pourrait être mortelle. En 1804, l’effet combiné de treize ans de soulèvements, de meurtres et de terrorisme avait détruit la population blanche d’Haïti, ainsi que toute la production agricole et l’économie de ce qui était autrefois la colonie la plus prospère de l’hémisphère occidental.

L’île, à l’origine nommée San Domingo, était devenue un centre d’activité espagnole à l’époque du conquistador Hernando Cortes. Les Espagnols ont conservé une petite présence sur le côté est de l’île, aujourd’hui connue sous le nom de République dominicaine. La partie occidentale de l’île a été colonisée par les commerçants français en 1697 et rebaptisée Saint-Domingue, et c’est ici que s’est déroulée la féroce guerre raciale.

Les Amérindiens locaux, appelés Canibales par les Espagnols en raison de leurs habitudes cannibales, avaient été réduits à l’insignifiance par une combinaison de la force espagnole des armes, de l’esclavage et des maladies européennes contre lesquelles ils n’avaient aucune immunité. En conséquence, les Français ont commencé à importer des esclaves africains pour travailler dans la colonie.

«Le joyau de la couronne» – répond à la moitié des besoins en sucre de l’Europe

En 1789, San Domingue était le joyau de la couronne coloniale française. Son climat idéal et son sol naturellement riche produisaient plus de sucre, de café et de coton que toutes les colonies alors existantes en Amérique du Nord réunies. La production de sucre de San Domingue a fourni non seulement l’ensemble des besoins de la France, mais également la moitié des besoins du continent européen.

La richesse de San Domingue était légendaire et au moment de la Révolution française, quelque 40 000 Blancs s’étaient installés dans la colonie. Cependant, à ce stade, il y avait au moins 450 000 esclaves noirs travaillant dans les champs pour maintenir la production agricole prodigieuse de l’île, et en plus il y avait environ 27 000 mulâtres. Cette énorme population non blanche, principalement maintenue dans des conditions d’esclavage, a fourni la bombe à retardement démographique qui a complètement détruit la colonie blanche.

Révolution française – Passez à donner la franchise aux non-blancs

La Révolution française de 1789 a servi d’étincelle qui a enflammé les pressions raciales qui mijotaient depuis longtemps à San Domingue. Un décret de l’Assemblée nationale française du 15 mai 1791 donna le droit de vote à la population blanche et métisse de l’île.

Les colons blancs de l’île ont immédiatement protesté. Le bien nommé gouverneur général de l’île, Blanchelande, a envoyé un message à Paris avertissant que la mise en place d’une telle forme de gouvernement entraînerait «une terrible guerre civile» et la perte de la colonie pour la France.

L’Assemblée nationale française a ensuite annulé le décret précédent et en a publié un nouveau disant que les colons eux-mêmes pouvaient décider de la forme de gouvernement la mieux adaptée à leur situation particulière. Lorsque cette nouvelle a été portée à la connaissance de San Domingue, elle a accru les tensions. La population métisse en particulier était dans un tollé après avoir été informée qu’elle avait le droit de vote, puis seulement quelques mois plus tard, a dit le contraire.

«Amis des Noirs» – Révolutionnaires français

Un puissant lobby anti-esclavagiste, les Amis des Noirs , s’est développé en France et s’est développé de plus en plus au cours de la révolution. Ce groupe abolitionniste s’est constamment battu pour l’émancipation et les pleins droits politiques des mulâtres et des noirs à San Domingue, et a réagi avec indignation au deuxième décret qui lui enlevait le droit de vote pour l’élément métis.

À la suite des efforts des Amis des Noirs , l’assemblée nationale française a publié un troisième décret qui redonnait le droit de vote aux mulâtres et aux «noirs libres», c’est-à-dire à ces Noirs qui ne sont soumis à aucune forme de travail sous contrat.

Lorsque cette nouvelle a été reçue à San Domingue, la population noire désormais armée a lancé une violente rébellion. Les Blancs ont été attaqués au hasard, les plantations brûlées et l’île plongée dans le chaos. La population métisse s’est d’abord rangée du côté des Blancs, mais a ensuite changé d’allégeance aux Noirs.

Les Noirs éliminent tous les Blancs en Haïti

À la fin du soulèvement en Haïti, tous les hommes, femmes et enfants blancs avaient été assassinés. Une fois les Blancs exterminés, la population noire s’est retournée contre la population métisse et l’a également anéantie.

Le chaos règne pendant dix ans

Le chaos se prolongea jusqu’en 1802, lorsqu’un détachement de vingt mille soldats français fut envoyé par Napoléon Bonaparte pour rétablir l’ordre sur l’île. Les forces françaises, sous le commandement du beau-frère de Napoléon, le général Leclerc, écrasent la rébellion. Les insurgés ont été impitoyablement pourchassés et les principaux chefs rebelles ont été contraints de prêter allégeance au nouveau gouvernement français.

 

Juste au moment où la situation semblait s’être stabilisée, deux événements désastreux se sont produits. Le premier était la nouvelle que le gouvernement napoléonien avait donné l’autorisation de rétablir l’esclavage, et le second était une épidémie de fièvre jaune à San Domingue. La possibilité que l’institution de l’esclavage puisse renvoyer des troubles noirs a ravivé sur l’île. Pendant ce temps, les forces françaises déjà peu sollicitées ont été décimées par la maladie, qui a tué jusqu’à 160 soldats par jour. En août 1802, quatre cinquièmes des troupes françaises arrivées plus tôt dans l’année étaient décédées.

Napoléon a envoyé dix mille troupes fraîches pour soutenir la garnison française assiégée. Les nouvelles troupes ont également été étouffées par la fièvre jaune, et les noirs rebelles, largement immunisés contre la maladie, ont intensifié leurs attaques. La situation sécuritaire sur l’île s’est à nouveau détériorée.

Le conflit a alors pris une tournure encore plus désagréable. Les autorités françaises ont décidé que le seul moyen de mettre fin à la guerre raciale vieille de douze ans était de tuer tous les habitants noirs de plus de douze ans. Le raisonnement en était que tout Noir adulte qui avait, au moins au cours de la décennie précédente, mené une guerre raciale contre les Blancs, ne retournerait jamais docilement travailler dans les champs. La même chose s’appliquait aux femmes noires, décident les Français, car les femmes de cette race s’étaient révélées encore plus vicieuses et cruelles envers les Blancs capturés que leurs hommes. Avec une énergie impitoyable, les troupes françaises survivantes ont poursuivi leurs nouveaux ordres et de nombreux Noirs ont été tués de cette manière arbitraire. Les deux camps étaient plongés dans une spirale d’atrocités qui semblaient sans fin.

Retrait français et règle des noirs

Le déclenchement des guerres napoléoniennes est intervenu dans les développements sur l’île. La France est devenue impliquée dans une guerre avec la Grande-Bretagne en mer, et la possession coloniale française de San Domingue a été attaquée. La marine britannique a bloqué l’île, a coupé les approvisionnements à la garnison française et a fourni aux rebelles noirs des fusils et des munitions.

Le plus important des chefs rebelles noirs, Dessalines, a lancé un certain nombre d’attaques contre les garnisons françaises de plus en plus isolées dans les villes côtières. Dessalines prit ville après ville des forces françaises affaiblies et extermina systématiquement tous les Blancs faits prisonniers. Le 10 novembre 1803, les Français ne pouvaient plus tenir et se rendirent à la flotte britannique au large des côtes. Sur les cinquante mille soldats français envoyés sur l’île, seuls quelques milliers sont revenus en France.

Le massacre des derniers blancs

Avec le départ des Français, le chef noir Dessalines avait les mains libres pour instituer son propre règne de terreur contre tous les Blancs encore assez malheureux pour être sur l’île. San Domingue a été rebaptisé Haïti en décembre 1803 et déclaré indépendant.

Le pays parce que la deuxième nation indépendante de l’hémisphère occidental (après les États-Unis d’Amérique) et la première nation indépendante dirigée par des Noirs dans les Caraïbes.

Après avoir éliminé les Blancs, les Noirs et la population métisse se sont retournés les uns contre les autres dans une autre guerre raciale. Cela se termina par l’anéantissement presque complet de la population mulâtre et, en octobre 1804, Dessalines déclara son peuple vainqueur. Pour marquer l’occasion, il s’est déclaré «empereur à vie» d’Haïti.

La même année, Dessalines a demandé à ces Blancs qui avaient fui, de revenir et de contribuer à la reconstruction de l’économie. Un nombre étonnamment élevé de colons ont accepté son offre, mais ont rapidement découvert la nature de leur erreur.

Au début de 1805, la population noire s’est à nouveau soulevée contre les colons blancs revenus. Dessalines était impuissant à contrôler les foules, malgré les appels des colons blancs. Les Européens ont été traqués et, le 18 mars 1805, le tout dernier Blanc d’Haïti a été tué.

«Armée» haïtienne comique 1899. L’armée haïtienne en parade en 1899: une collection comique de «généraux» sans presque aucun soldat, comme le montre le livre Where Black Rules White (HH Prichard).

 

San Domingue, qui sous la domination française était autrefois la terre la plus riche de toutes les Caraïbes, est aujourd’hui une pagaille de pauvreté, d’anarchie et de chaos du tiers monde. Cet état de fait est encore plus significatif quand on considère que l’État indépendant d’Haïti n’a que trente-cinq ans de moins que les États-Unis d’Amérique.

C’est un contre-argument dévastateur à la théorie «environnementale» du développement – parce que si le temps et l’environnement étaient les seuls facteurs influençant la civilisation, Haïti, en théorie, devrait être aussi avancée que l’Amérique.

Haïti – Une nation du tiers monde. Une scène de rue en Haïti, 2009. Bien qu’elle n’ait que quelques années de moins que les États-Unis, Haïti est une nation du tiers monde. C’est parce que sa population est d’origine du tiers monde.

 

 

 

 

 

 

République française:Que cherchent Macron, Zemmour et Charlie Hebdo ?

Le président français a marché pour la deuxième fois sur un râteau et a sa longue manche en pleine gueule. Les produits français sont exclus des rayons des magasins arabes et turcs; têtes coupées au milieu des pandémies; beaucoup d’animosité, de colère, des bruits de guerre civile. Vous l’avez voulu, Emmanuel Macron! Nous l’avons vu en 2015, pourquoi avez-vous rejoué le «Replay»? N’importe qui peut marcher, par erreur une fois, sur un râteau, mais pourquoi répéter cette erreur? Ce n’est pas le signe d’un gars intelligent, à moins que cette réponse ne soit exactement ce qu’il voulait.

Macron est sûrement un gars intelligent. Il avait quelques bonnes raisons pratiques de provoquer les musulmans français. Il n’est pas un homme idéologique, il voulait voler l’électorat d’extrême droite de Mme Le Pen, qui est connus pour haïr les étrangers, en tête desquels l’importante population musulmane de la république. Les musulmans ne correspondent pas à l’image que le Français se fait de lui-même, un homme mince en imperméable avec un béret su la tête et une baguette sous le bras. Il n’a pas été difficile de mettre en colère cette population musulmane, puis de manifester la poigne de fer de Macron en traitant avec eux, et voilà! les électeurs nationalistes sont dans la poche du président français.

Emmanuel Macron et Justin Trudeau:2 politiciens vendus à la cause mondialiste et serviteurs des Rotschild!

Le replay a été lancé par Charlie Hebdo. Ce petit magazine satirique, de peu de valeur artistique, publie généralement des caricatures de mauvais goût et de caniveau. Il ne survivrait pas sans des subventions et des garanties gouvernementales. Ce magazine  est si mineur qu’il ne serait même pas remarqué sans les médias grand public qui colportent son message jusqu’à la dernière banlieue d’immigrants. Maintenant, il a republié des caricatures désagréables du prophète Mahomet. Les immigrés et leurs enfants n’ont pas apprécié cette insulte préméditée à leur foi. Pensez à ce qui se passerait si vous vous moquiez en riant de l’Holocauste en présence d’une personne juive et vous comprendrez. Même les personnes paisibles et calmes n’aiment pas être offensées. Cependant, la publication était de peu d’importance, par opposition au soutien public et bien couvert de Macron. Il a célébré positivement cette publication et ajouté quelques phrases bien choisies et offensantes contre l’islam. Il a sonné le tocsin.

Tartuffe serait fier de Macron qui a déclaré que Charlie Hebdo est le véritable porteur de l’esprit républicain français et de son amour pour la liberté d’expression débridée. Ce serait déjà assez mauvais si c’était vrai, mais ce n’est pas le cas. La France et le monde entier sont maintenant au milieu d’une énorme offensive contre la liberté d’expression. Facebook bannit les comptes et supprime les publications, Google interdit les sites, le vénérable Unz.com [qui publie le présent article] a été à la fois banni sur Facebook et sur Google. Le président Trump a ses tweets supprimés ou ajoutés avec un avertissement « sanitaire » sur Twitter. La nouvelle loi haineuse proposée en Écosse ferait un crime d’exprimer des opinions susceptibles de causer de l’inconfort même à l’intérieur des quatre murs de votre propre maison. Pendant longtemps, dire des «choses haineuses» dans l’espace public a été un crime, et au Royaume-Uni, cent mille «crimes haineux» sont commis chaque année, selon la police de la pensée.

La France mène l’assaut contre la liberté d’expression.
L’écrivain français Hervé Ryssen a été emprisonné pour avoir critiqué les Juifs ; Un tribunal français a condamné Alain Soral à payer 158.500 $ à une organisation juive pour avoir republié un livre vieux de 128 ans – disent les récents titres. La nouvelle loi française interdit le «discours de haine» sur les réseaux sociaux. La loi oblige les plateformes et les moteurs de recherche à supprimer les contenus offensants – y compris le sectarisme religieux – dans les 24 heures ou à risquer une amende pouvant aller jusqu’à 1,25 million d’euros. Cette loi et d’autres lois « haineuses » sont appliquées pour défendre les Juifs, mais étrangement elles ne défendent pas les sensibilités musulmanes ou chrétiennes. [1]

Le rédacteur en chef de Charlie Hebdo est au courant de ces lois discriminatoires et les approuve. Un journaliste de Spiked raconte l’avoir rencontré: « Biard [l’éditeur] n’est pas en faveur d’un discours non réglementé. Il soutient les lois françaises qui interdisent la négation de l’Holocauste et sont favorables aux lois sur le discours de haine. Il approuve les poursuites contre le comédien français Dieudonné, qui a été arrêté à plusieurs reprises pour avoir déclaré que la Shoah n’était pas importante. Vous ne pouvez pas parler contre les juifs, mais attaquer la foi des pauvres immigrés musulmans est parfaitement normal, car ce sont des gens sans importance, et ils devraient apprendre qui est leur patron et quelle est la vraie foi de leur nouvelle patrie (un indice: ce n’est pas le christianisme). S’ils créent des problèmes, c’est encore mieux car ils peuvent être durement frappés.« 

Théoriquement, il est illégal en France d’insulter les croyances musulmanes (ou chrétiennes). La Cour européenne des droits de l’homme en avait statué  explicitement dans un arrêt dans l’affaire Otto-Preminger-Institut c. Autriche: «Le respect des sentiments religieux des croyants garanti par l’article 9 peut légitimement être considéré comme violé par des images provocantes d’objets de vénération religieuse, de telles images peuvent être considérées comme une violation malveillante de l’esprit de tolérance, qui devrait également être une caractéristique d’une société démocratique. »

Dans l’affaire Wingrove c.Royaume-Uni:
«… Le respect des sentiments religieux des croyants peut devenir la base de la restriction légale par l’État de la publication d’images provocantes d’objets de vénération religieuse.»

Dans l’affaire Pussy Riot c.Russie: «Étant donné que la présentation des requérants a eu lieu dans une cathédrale, lieu de culte religieux, la Cour considère que l’ingérence (de l’État) peut être considérée comme ayant pour but légitime de protéger les droits des tiers. »

De telles activités devraient être illégales, mais ne le sont apparemment pas. Cette injustice est une source d’aggravation: lorsque des musulmans se sont plaint devant le tribunal des caricatures particulièrement viles de Charlie, le tribunal s’est moqué d’eux de manière grossière. Par contre, les juifs gagnent presque toujours lorsqu’ils vont au tribunal contre leurs dénigrants. (Nota: j’ai également été poursuivi par la LICRA, l’organisme juif français, tandis que mon éditeur français était financièrement ruiné par leur guerre juridique )

Ainsi, la France (comme le reste de l’Occident) a très peu de liberté d’expression, et l’affirmation de Macron selon laquelle les dessins animés de Charlie devraient être célébrés comme un signe de Liberté semble particulièrement hypocrite et fausse, comme celle de George Bush Ils nous détestent pour notre liberté.
Comme si cela ne suffisait pas, Macron approuve la méchanceté de Charlie envers les Français musulmans. Dans les écoles, une leçon a été consacrée à l’éducation des enfants à la pornographie grossière des dessins animés. Il a été affirmé (et je n’ai aucun moyen de vérifier) ​​que le professeur de français assassiné avait montré des dessins animés se moquant du Prophète chaque année depuis 2015, comme il l’a fait cette année après le discours de Macron. Il aurait ajouté un autre dessin animé pornographique et suggéré que les musulmans pourraient quitter la salle de classe s’ils ne voulaient pas être offensés. J’imagine les cris  si un enseignant avait suggéré aux élèves juifs de quitter la salle. Les parents musulmans bouleversés sont allés voir la police et se sont plaints. L’enseignant a déposé une contre-plainte pour diffamation. Il est difficile de juger maintenant si l’enseignant tué a agi comme il était obligé de le faire par les autorités, ou s’il était particulièrement zélé pour délivrer ses cochonneries aux enfants.

Un jeune de 18 ans d’origine tchétchène (il vivait en France depuis l’âge de six ans) l’a tué et l’aurait décapité, et aussitôt le tueur a été abattu par la police. Cela a créé une vague de panique en France, Macron et Le Pen se sont lancés dans une concurrence obscène dans leurs appels à « punir les musulmans ». Certains extrémistes musulmans auraient attaqué des fidèles dans une église de Nice et en auraient tué trois ou quatre personnes. Cela a été décrié comme une action sous fausse bannière, visant à terroriser les gens pour qu’ils acceptent le nouveau verrouillage, par un site français radical de premier plan qui a appelé au “refus de reconduction (ou nouveau verrouillage) comme le seul véritable acte de résistance dans ces pays en ces temps troublés« .[2]

Cela pourrait être un faux drapeau, car aucun groupe musulman n’en a accepté la responsabilité, et en plus, les services secrets français ont une tradition de tuer les auteurs qu’ils ont envoyés pour accomplir l’acte, et le meurtre des jeunes Tchétchènes correspond à leur façon de faire. L’acte terroriste suivant, la fusillade sur un prêtre grec orthodoxe à Lyon, a également été attribué à des musulmans assoiffés de sang, jusqu’à ce qu’on découvre que le criminel était un ancien moine orthodoxe ayant une certaine rancune personnelle contre le prêtre; puis l’attaque de Lyon est miraculeusement tombée dans un trou de mémoire.

Macron fermait alors toutes les églises de France; apparemment, le gouvernement voulait créer le contexte d’une guerre religieuse des chrétiens contre les musulmans. Encore plus obscure est la raison pour laquelle les rebelles / terroristes tchétchènes ont été amenés en France, ainsi que les réfugiés / terroristes syriens, libyens et afghans qui ont participé aux guerres civiles sanglantes sur leurs terres. Ils étaient certainement dangereux.

Nous savons que les services de renseignement britanniques ont utilisé des réfugiés libyens aux antécédents douteux pour continuer à se mêler des affaires libyennes, et deux terroristes, Salman et Hashem Abedi, ont fui la Libye avec l’aide du gouvernement britannique à bord du navire de la Royal Navy britannique, le HMS Enterprise, pour tuer et blesser de nombreux Britanniques en 2017 à Manchester. Nous savons que les Russes ont demandé l’extradition de présumés terroristes tchétchènes d’Angleterre et de France, mais Français et Britanniques ont , évidemment, refusé.

Il est peu probable que ces terroristes endurcis aient été amenés en Europe occidentale dans l’espoir d’en faire des citoyens exemplaires, ou pour des raisons humanitaires. Il est plus probable qu’ils ont été amenés exactement dans le but de créer un réseau souterrain terroriste, pour faire peur aux citoyens et les amener à obéir. Tout comme le coronavirus, mais d’une autre manière. Certaines personnes se font tuer, mais le but est atteint: de nouvelles lois et actions  antiterroristes sont promulguées et mises en œuvre; plus de surveillance est introduite. Les gouvernements et leurs services de sécurité veulent nous faire peur, et le terrorisme est un moyen fiable pour cela. Tout cela fait partie de la guerre que les élites mènent contre les nations et contre des démocraties trop peu fiables.

Les élites sont mécontentes de nous, le peuple.  Comme le dit Frank Furedi : «Le mépris des élites pour les personnes qui ne votent pas conformément à leurs souhaits est l’un des principaux moteurs de l’hostilité des élites envers la démocratie aujourd’hui.» Ces élites espèrent que «le coronavirus tuera le populisme», lisez: la démocratie, ajoute-t-il.

Vous pouvez faire confiance aux Russes politiquement incorrects pour le dire clairement. Le grand banquier russe Herman Gref dans son discours franc au SPIEF 2012 a déclaré ce que ses partenaires occidentaux pensent mais ne diront jamais: “Je veux vous dire que vous dites en fait des choses terribles. Vous proposez de transférer le pouvoir entre les mains du peuple. Mais si les gens savent tout, il sera extrêmement difficile de les manipuler. Les gens ne veulent pas être manipulés lorsqu’ils ont des connaissances. C’est pourquoi la Cabale a été un enseignement secret pendant trois mille ans. Tout contrôle de masse implique un élément de manipulation. Comment vivre, comment gérer une telle société, où tout le monde a un accès égal à l’information, tout le monde a la possibilité de recevoir directement des informations à moins qu’elles n’aient été traitées par des analystes gouvernementaux? Comment vivre dans une telle société? Votre raisonnement me fait peur. ”

Herman Gref avait reçu une injection d’un sérum de vérité, ont déclaré les gens après avoir entendu son discours franc. ( Ici en russe). Peut-être.

Peut-être que l’idée même d’une immigration massive en provenance des régions ravagées par la guerre était liée au désir des élites de déclencher une guerre civile de faible intensité dans leur propre pays tout en détruisant la cohésion sociale acquise par des siècles de vie commune.

Nous allons maintenant passer à une raison plus profonde pour laquelle Macron a décidé jeter de l’huile sur le feu toujours étincelant des conflits.

Eric Zemmour, juif algérien, est un idéologue courant du nationalisme d’extrême droite français. Voici un court article en anglais donnant un aperçu de l’homme. L’Irish Times l’appelle à tort «le fils des Pied-Noirs  juifs », qui ont émigré d’Algérie lors de son indépendance. Ce n’est pas le cas: les Pied-Noirs étaient des colons français en Algérie, tandis que Zemmour est un juif d’origine algérienne. Au lieu d’être un juif assimilé comme il le prétend, il est plutôt un crypto juif (un juif dissimulant): bien qu’il soit un défenseur de la France catholique, il va dans une synagogue, évite le porc et ne consomme que casher (lois alimentaires juives) chez lui, mais pas à l’extérieur. Il dit qu’il était de gauche jusqu’à ce qu’il « découvre » les musulmans et commence sa propre guerre raciste contre eux.
Il est, et a été, autorisé à dire d’énormes insultes racistes et xénophobes sur les chaînes de télévision françaises grand public pour lesquelles n’importe qui d’autre serait arrêté et emprisonné. Il appelle à mettre fin à l’immigration (ce qui est raisonnable) mais il ne s’arrête pas là, il recommande des déportations massives et appelle en fait à une guerre civile contre les citoyens musulmans français, tout en se présentant comme un défenseur de la France catholique.

Son adversaire officiel, l’idéologue de la France libérale, est Bernard Henri Levi, BHL, un autre juif nord-africain, qui a joué un rôle déterminant dans la création de guerres civiles en Syrie et en Libye tout en encourageant les fanatiques islamistes de ces terres à renverser les régimes socialistes ou nationalistes laïques. Il est partisan de l’immigration et vit une partie de l’année à Marrakech, au Maroc.

Ces deux Juifs conduisent la France à des conflits religieux, agissant des deux côtés de la fracture politico-sociale française. Cela nous rappelle  Rothschild et Trotsky, un banquier impitoyable et un révolutionnaire fougueux, qui ont provoqué des conflits de classe des deux côtés de la fracture sociale, comme le voyait GK Chesterton?

C’est le point de vue d’un auteur franco-marocain, Youssef Hindi, ami et collaborateur d’Alain Soral. Il a affirmé que les Juifs ont systématiquement infiltré les élites musulmanes et chrétiennes afin de stimuler des guerres destructrices entre musulmans et chrétiens, au profit des seuls Juifs, qui pourront ainsi s’installer en Terre Sainte, chasser les habitants d’origine et établir un empire mondial de nations obéissant à Jérusalem, qui est le contenu ultime du messianisme juif.
L’Occident et l’Islam de Hindi a pour légende «Les sources messianiques et la genèse du sionisme de l’Europe médiévale au choc des civilisations».
Selon Hindi, le sionisme n’a pas commencé avec Théodore Herzl mais a des racines profondes dans l’eschatologie kabbalistique du Moyen Âge, véhiculée et nourrie par des générations successives de sages, de mystiques et de faiseurs de miracles.

Un tel sage était Don Isaac Abravanel (né en 1437), sujet du livre de Benzion Netanyahou, père du Premier ministre israélien et figure culte pour père et fils. Il a lancé l’ère du messianisme juif, dit un écrivain du Haaretz . Son idée, absorbée et acceptée par Benjamin Netanyahou, était l’appel à une catastrophe apocalyptique, une «guerre des monstres» entre Gog et Armilus – symbolisant les ismaélites (musulmans) et la chrétienté (comme Abravanel l’a décrit, par exemple, dans son ouvrage «MayaneiYeshua ”). Cette guerre se conclura par un affaiblissement des deux côtés et la montée des Juifs à la domination mondiale, symboliquement appelée «la fête du Léviathan».

Karl Schmitt, le grand philosophe de son temps, a déclaré en 1942 que les Juifs apprécient la lutte mondiale colossale entre les monstres, Léviathan (Grande-Bretagne et États-Unis) et Behemoth (Allemagne): Ils se frottent joyeusement les mains en attendant l’attrition mutuelle qui permettrait aux Juifs de dominer le monde, ou «La Fête du Léviathan». La guerre entre l’islam et la chrétienté qui se prépare actuellement en France permettra-t-elle la prochaine fête du Léviathan?
Peut-être.
Avner Ben-Zaken, un penseur israélien, a écrit dans son excellent traitement du sujet ( ici en anglais ) que Benjamin Netanyahou, lui-même grand adepte du messianisme catastrophique et partisan de la guerre d’Edom et d’Ismaël comme clé du salut des Juifs , s’est rendu en France au lendemain du premier épisode de Charlie et a encouragé les dirigeants juifs français à agir en les qualifiant de «nouveau collectif Isaac Abravanel». Deux ans plus tard, les dirigeants juifs français ont nommé Emanuel Macron président de la République, explique un écrivain juif français bloguant sous le nom de Tsarfat (nom hébreu de la France).

Dans un long article détaillé , Tsarfat raconte l’histoire de quelques juifs éminents (Alain Minc, Serge Weinberg, Jacques Attali et Bernard Mourad) se portant garant de Macron avec David de Rothschild. En 2011, Macron est devenu associé junior chez Rothschild, gagnant un salaire substantiel. Il valait chaque centime – il a trompé Le Monde, il a trompé le président Hollande, il a trompé l’État français, il a fait tout ce que Rothschild exigeait de lui et en retour, il a obtenu la présidence de la République. Il était le nouveau roi nommé par le nouvel Abravanel. Il doit maintenant livrer la guerre entre la chrétienté et l’islam, pour la gloire suprême d’Israël.

Eric Zemmour, le fougueux porte-parole de l’extrême droite, commentateur avec son propre créneau aux heures de grande écoute sur une grande chaîne de télévision, est l’homme idéal pour mener la France (et l’Europe) psychotique (grâce à la panique de Corona) dans une guerre de religion entre la chrétienté et l’Islam. Dans la guerre, les deux principaux opposants seront brisés et affaiblis, tandis qu’Israël avec son judaïsme-pour-Goyim, le credo de l’Holocauste  aura le dessus.

Eric Montana, journaliste chrétien français a écrit : “Zemmour est un agent double au service du choc des civilisations et du mouvement sioniste qui alimente un climat de tension permanente en France. Zemmour s’emploie à provoquer la division et à alimenter le feu en criminalisant outrageusement certains de nos compatriotes de confession musulmane, mettant ainsi en danger la paix civile dans notre pays. Zemmour est un danger public qui, malgré ses nombreuses condamnations pour incitation à la haine raciale et religieuse, reste scandaleusement présent dans les médias, bénéficiant sans aucun doute d’une protection invisible à l’œil nu… mais pourtant bien réelle. ”

Au moins, on peut dire que les opposants aux musulmans ne sont pas chrétiens. Car le magazine Charlie Hebdo est explicitement anti-chrétien et anti-musulman. On y trouve des caricatures les plus odieuses offensant la Vierge et le Christ, ainsi que le pape et l’Église. (Ils n’ont jamais offensé les Juifs, d’une manière ou d’une autre).

Un gouvernement chrétien agirait comme les Russes. Il y a quelques années, Pussy Riot a profané le Saint-Sauveur de Moscou comme Femen avait profané de grandes cathédrales européennes, de Notre-Dame de Paris à Strasbourg . Le gouvernement russe n’a pas attendu que justice soit rendue contre les viragos, mais les a condamné jusqu’à deux ans de prison. Dans le même temps, le droit pénal russe a été modifié pour inclure le «sacrilège» parmi les crimes ordinaires, par consentement général. Depuis lors, de tels crimes ne se produisent plus.

Dans la France de Charlie Macron, les Femen dépouillant les églises n’ont jamais été punis; mais un marguillier qui a essayé d’empêcher cela a été condamné à une lourde amende. La France a une longue tradition anti-chrétienne, généralement qualifiée de «laïque» , et sa grande coalition anti-ecclésiale d’athées, de huguenots et de juifs a fusionné à l’époque de l’affaire Dreyfus. Elle a également une église catholique forte, mais qui n’appelle pas à une guerre avec les musulmans.

La vraie vision chrétienne des développements a été exprimée par l’archevêque Théodose Atallah Hanna de Sébaste en Palestine (il m’a baptisé en 2002). Il a condamné le ciblage des musulmans en France et dans le monde à travers des peintures et des dessins animés dégradants. «Le discours de haine vise à servir la politique de division pour vaincre. Les chrétiens et les musulmans doivent cimenter une culture de fraternité et de solidarité et nous devons travailler ensemble, plus que jamais pour vaincre tous les plans et complots qui visent à nous diviser et à créer la discorde dans nos rangs », a déclaré l’évêque palestinien.

PS Une grande attention est accordée à la manière exotique de tuer par les terroristes présumés. En fait, la décapitation est aussi française que la soupe à l’oignon. La guillotine était la méthode d’exécution nationale préférée (comme la chaise électrique aux États-Unis). Les Français ont décapité leur roi et leur reine. Pendant la bataille d’Algérie, les paras français ont joué au football avec des têtes de rebelles hachées. [3]. Napoléon avait introduit la décapitation au Moyen-Orient, et non l’inverse. Au cours de sa campagne en Égypte, le général Bonaparte ayant appris un soulèvement dans un village avait ordonné à son adjudant Croisier de s’y rendre, d’entourer toute la tribu, de tuer tous les hommes sans exception, et d’amener femmes et enfants au Caire. Ses ordres ont été exécutés rapidement. De nombreux enfants et femmes conduits à pied sont morts en chemin et, quelques heures plus tard, des ânes chargés de sacs sont apparus sur la place principale du Caire. Les sacs ont été ouverts et les têtes des hommes exécutés de la tribu coupable ont roulé sur la place, a écrit l’historien. Devrions-nous dire que le poulet est rentré à la maison pour se percher?

Source : Charlie Hebdo Rides Again (Charlie Hebdo remis en selle)
Par  Israel Shamir • November 2, 2020; The Unz Review

Macron incite à l’islamophobie pour en faire un fonds de commerce électoral

A des fins politiciennes, le président français incite à la haine à l’encontre les musulmans.

Emmanuel Macron a déclaré samedi sur la chaîne Al-Jazeera qu’il comprenait les sentiments des musulmans choqués par la diffusion de caricatures offensantes du prophète Mahomet et qu’il nuançait sa défense absolue des dessins. « Je pense que les réactions sont le résultat de mensonges et de déformations de mes paroles car les gens ont compris que je soutenais ces caricatures », a-t-il expliqué.
Il s’agit là d’une reculade pour le président français et d’une victoire pour la campagne de boycott des produits français qui a balayé une grande partie du monde islamique.
Mais ce n’est pas suffisant. M. Macron doit des excuses claires à 1,7 milliard de musulmans pour les insultes qu’il leur infligées dans leur foi. Ce serait avant tout dans l’intérêt de la France elle-même, car la blessure causée par son président est profonde et le mal est déjà fait.

Les hommes d’État sont censés se comporter de manière responsable, choisir leurs mots avec soin et éviter les actions qui mettent en péril la sécurité et la stabilité de leur pays. Mais Macron s’est plus comporté comme un fauteur de troubles, un chef de gang ou un semeur de haine religieuse que comme le président d’un pays qui se targue de son héritage des Lumières et dont l’économie, touchée par la pandémie du coronavirus, est en mauvaise posture.

Il aurait pu imiter la Belgique voisine, qui a licencié un enseignant qui avait montré ces images obscènes à sa classe de 10-11 ans. Ou il aurait pu réagir comme le Canadien Justin Trudeau, qui a déclaré que la liberté d’expression devait avoir des limites et que les Occidentaux devaient respecter les cultures des autres et essayer d’éviter de blesser leurs sentiments.

Au lieu de cela, l’obsession de Macron de gagner des avantages politiques nationaux l’a poussé à adopter une attitude colonialiste hautaine qui ne peut que nuire à l’économie et à la position internationale de la France.

Si quelque chose de bon est ressorti de sa rhétorique anti-islamique provocatrice, c’est qu’elle a uni les musulmans du monde entier, indépendamment de leur appartenance sectaire ou de leur couleur politique, dans une cause commune.

Le Koweït a donné l’exemple de ce qu’une action populaire concertée de ce type peut accomplir. Le contrecoup a conduit à la « suspension » du commerce bilatéral, évalué à 12 milliards de dollars par an.
Le potentiel de dommages supplémentaires est bien plus important, étant donné que les États du Golfe à eux seuls ont investi quelque 300 milliards de dollars en France.

Nous mentionnons ces chiffres parce que nous savons que rien ne préoccupe et ne blesse plus les États capitalistes occidentaux que d’être frappés à leur porte-monnaie. C’est la raison pour laquelle Macron a décidé de commencer à faire machine arrière dans une tentative désespérée de désamorcer la crise et de limiter les dégâts.

Mais sa démagogie raciste et sa myopie politique ont déjà provoqué un énorme schisme entre son pays et le monde islamique, qu’il faudra des années pour combler. La première étape, et la plus importante, pour y parvenir est de présenter des excuses claires et nettes.

Par Abdel Bari Atwan,
rédacteur en chef du journal numérique Rai al-Yaoum. Il est l’auteur de L’histoire secrète d’al-Qaïda, de ses mémoires, A Country of Words, et d’Al-Qaida : la nouvelle génération.

Source et Traduction : Chronique de Palestine – Lotfallah

Version originale : 1° novembre 2020 – Raï al-Yaoum


NOTES 

Rappel :  Incroyable : Macron fait coïncider le début de la levée du confinement avec la fête juive de Lag Baomer (fin d’une épidémie)

“Le confinement le plus strict doit encore se poursuivre jusqu’au lundi 11 mai”, a déclaré Emmanuel Macron. “Le lundi 11 mai ne sera possible que si nous continuons d’être civiques, responsables, de respecter les règles et que si la propagation du virus a effectivement continué à ralentir”, a-t-il ajouté. Le 11 mai tombe au même moment que la fête juive du Lag Baomer qui célèbre la fin d’une épidémie qui décima les disciples du grand sage Rabbi Akiva.

Le Talmud relate que, dans les semaines entre Pessa’h et Chavouot, une épidémie frappa les disciples du grand sage Rabbi Akiva “parce qu’ils ne se comportaient pas avec respect les uns envers les autres” ; ces semaines sont donc considérées comme une période de deuil, ce qui implique que certaines formes de réjouissances y sont interdites par la loi et la tradition. Le jour de Lag BaOmer, l’épidémie cessa.

[1] « Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer. » Voltaire

[2] La politique du pire: attentat sous faux drapeau à Nice et dans d’autres pays pour faire passer le confinement

l’État profond en France poursuit la politique du pire. Après avoir fomenté un attentat à Bab al-Hawa à la frontière entre la Syrie et la Turquie, puis un attentat à Khost en Afghanistan, demeurés sans impact médiatique en Hexagone, il passe à l’action en France en visant un lieu symbolique, une église dans un ville dont l’exécutif est totalement acquis à la secte au pouvoir.

Cette attaque au couteau selon la narration de la propagande officielle est trop flagrante et démontre la volonté du pouvoir d’Etat français à terroriser les population pour faire passer par la force un reconfinement qui ne passe pas et qui corrobore la grande manipulation autour du COVID-19.
Les églises n’ont jamais été une cible des islamistes mercenaires de l’OTAN mais il semble que la secte de Macron veut attiser tous les faux clivages possibles à défaut de les créer de toutes pièces. Macron sera le fossoyeur d’une république en fin de vie.
C’est une opération de diversion qui ne sera pas la dernière pour un pouvoir en plein dérive dictatoriale et criminelle au profit d’un ordre mondial en perte de vitesse.
Face à cette réincarnation du régime de la Terreur, lequel a été derrière plus d’un génocide en France et ailleurs, il faut absolument refuser le reconfinement.
Le refus du reconfinement est le seul acte de résistance réel en ces temps troublés.

Source : Strategika51

 [4] La France en Algérie. Les 900 oreilles coupées par le bachagha Bengana
Quand la France affichait fièrement des maghrébins décapités
Les guillotinés des guerres françaises en Algérie

« Dès lors qu’on avait arrêté quelqu’un, il fallait qu’il soit coupable. Quand une bombe avait éclaté, si on attrapait un type et qu’on trouvait qu’il avait la tête du client, on ne s’en embarrassait pas plus », témoignage de Jean-Claude Périer, membre du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) en 1956.

FRANCE : des primes pour « décapitations d’indigènes »
« … Un plein baril d’oreilles… Les oreilles indigènes valurent longtemps dix francs la paire et leurs femmes, demeurèrent comme eux d’ailleurs, un gibier parfait… » (1). C’est en ces termes choisis qu’un général français racontait les exploits de ses troupes pendant la guerre de conquête de l’Algérie (2).
 «… Tout ce qui vivait fut voué à la mort… On ne fit aucune distinction d’âge, ni de sexe… En revenant de cette funeste expédition plusieurs de nos cavaliers portaient des têtes au bout de leurs lances… ».