C’était hier:Le 14 octobre 1962 ,un avion-espion U-2 photographie un site de lancement de missiles soviétiques à Cuba

La crise des missiles cubains a duré du 16 au 28 octobre 1962. L’Union soviétique en effet stationne des missiles nucléaires à Cuba, menaçant ainsi les États-Unis et le Canada et plongeant toute la planète à l’orée d’une guerre nucléaire. Même si le premier ministreJohn Diefenbaker finit par mettre les forces armées canadiennes en état d’alerte, son hésitation à agir envenime les relations déjà tendues entre le Canada et les États et mène à la chute de son gouvernement en 1963.

 

Un missile sol-air S-75 Dvina (SAM) en face du Musée historique et militaire d’artillerie, du génie et du Corps des transmissions à Saint-Pétersbourg, en Russie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Découverte des missiles

La crise des missiles de Cuba a lieu au plus fort de la guerre froide. Le 14octobre 1962, un avion-espion américain photographie des missiles balistiques soviétiques en pleine installation à Cuba. Conçus pour lancer des têtes nucléaires, ces missiles sont capables de toucher n’importe quelle cible aux É-U et au Canada.

Le président américain John F. Kennedy est informé de la situation le 16 octobre. Ses conseillers et lui passent la semaine à étudier en secret leurs options d’action. L’armée lui conseille d’entamer des frappes aériennes sur les bases de missiles, mais il met plutôt en place un embargo naval de Cuba. C’est par le biais d’un message télédiffusé le 22octobre qu’il fait part de la crise et de l’embargo au public américain et qu’il menace l’Union soviétique de prendre des mesures additionnelles si les bases ne sont pas démantelées.

Hésitation canadienne

En tant qu’un des dirigeants de l’OTAN, le premier ministre John Diefenbaker est informé par John F. Kennedy du plan de son administration, peu de temps avant l’annonce publique. Au téléphone, John Diefenbaker émet des doutes quant aux intentions des Soviétiques, et demande à voir plus de preuves de ce qui se déroule à Cuba. Il exhorte John F. Kennedy à envoyer une délégation d’inspecteurs des Nations-Unies à Cuba pour vérifier l’état de la situation.

Le gouvernement canadien se demande s’il faut effectivement, comme l’exigent les É-U, faire passer les forces canadiennes à un niveau d’alerte élevé appelé «DEFCON-3». John Diefenbaker, qui n’aime pas particulièrement John F. Kennedy, hésite. Il est en effet outré que les États-Unis n’aient pas consulté le Canada plus tôt. Pour ces raisons, Howard Green, secrétaire d’État aux Affaires extérieures, et John Diefenbaker décident de se montrer prudents lorsqu’il s’agit d’exaucer les demandes des États-Uniens.

De plus, ils craignent que le fait de placer l’armée canadienne en état d’alerte ne provoque l’Union soviétique inutilement.

 

 

Vue aérienne montrant le site de lancement de missiles 3 à Cuba, octobre 1962.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

«DEFCON-3»

Malgré les inquiétudes et les retards, le ministre de la Défense nationale Douglas Harkness demande aux unités canadiennes de hausser leur niveau d’alerte à «DEFCON-3». L’autorisation formelle, toutefois, tarde à venir tandis que le Cabinet débat sur la question pendant deux jours. Douglas Harkness argue que la nature de la crise et les traités sur la défense internationale rendent un tel état d’alerte nécessaire (le Canada étant membre, tout comme les É-U, de l’OTAN et du NORAD).

Près de la moitié des ministres du Canada restent indécis sur la question. Lorsque les navires soviétiques approchent la zone de quarantaine plus tard la même semaine et que d’autres membres de l’OTAN annoncent leur soutien à l’embargo, toutefois, la position de Harkness finit par faire consensus. Le 24octobre, le gouvernement de Diefenbaker autorise l’alerte«DEFCON-3» et le déploiement de navires et d’avions de patrouille canadiens pour localiser les sous-marins soviétiques dans l’Atlantique du Nord.

La réponse hésitante du Canada reflète le désir du gouvernement de préserver son indépendance en matière de politique étrangère et de maintenir une position mesurée en situation de crise. Les délais, toutefois, sont fortement critiqués à l’international. Ils contribuent à la réputation d’indécision qu’on attribue au gouvernement Diefenbaker.

L’hésitation canadienne exacerbe également les relations déjà tendues entre le Canada et l’administration Kennedy, en plus d’attiser la controverse et la confusion du Canada à l’égard de sa position sur les armes nucléaires, un débat faisant rage depuis la crise des missiles Bomarc en 1960.

John Diefenbaker

 

Résolution

La crise des missiles de Cuba se poursuit durant 13 jours de fortes tensions. Les deux superpuissances atomiques mondiales frôlent de plus près que jamais une guerre nucléaire. La confrontation prend fin le 28octobre grâce à l’aide de diplomates des Nations-Unies. Le premier ministre soviétique Nikita Khrushchev accepte de démanteler et de retirer les missiles soviétiques, en échange d’une promesse des É.-U. selon laquelle ils n’envahiraient pas Cuba.

Effet sur le Canada

John Diefenbaker a remporté les élections de 1958, célébrant ainsi la victoire la plus écrasante de l’histoire du Canada. Sa réaction hésitante face à la crise des missiles cubains, toutefois, entraîne la chute de son régime. Au lendemain de la crise, les États-Unis accusent le gouvernement Diefenbaker de mentir et d’éviter ses devoirs militaires. Douglas Harkness démissionne alors de son poste de ministre de la Défense. Aux élections du 5 février 1963, les progressistes-conservateurs de Diefenbaker perdent contre Lester B. Pearson et le Parti libéral.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ultimatum de Kennedy à Khrouchtchev

Le 22 octobre 1962, dans un discours mémorable prononcé d’une voix grave, le président américain John Fitzgerald Kennedy lance un ultimatum à peine voilé aux Soviétiques et à leur chef, Nikita Khrouchtchev, secrétaire général du Parti et président du Conseil des ministres.

Il conclut son discours sur une note très grave : « Le prix de la liberté est élevé. Mais l’Amérique l’a toujours payé ». Le monde tremble dans la crainte d’une guerre nucléaire entre les deux superpuissances.

 

Coup de bluff

Une semaine plus tôt, des photos aériennes prises par un avion-espion U2 ont révélé au président américain que les Soviétiques étaient en train d’installer des bases de lancement de fusées à tête nucléaire sur l’île de Cuba, à 200 kilomètres de la Floride et à portée immédiate des métropoles américaines.

Il s’agit pour les Soviétiques de répliquer à l’installation en novembre 1961 par le président Kennedy de  quinze fusées Jupiter en Turquie et de trente en Italie, destinées à frapper l’URSS en cas de guerre nucléaire.

Pour les Soviétiques, cette épée de Damoclès est inadmissible… tout comme pour les Américains l’installation de fusées similaires à Cuba.

Le président Kennedy confie la gestion de la crise à un Conseil de sécurité nationale placé sous l’autorité de son frère Bob et du Secrétaire à la Défense McNamara. Le vice-président Lyndon Johnson y participe exceptionnellement.

Pendant plusieurs jours et plusieurs nuits, dans le secret, ce conseil élabore tous les scénarios possibles face à ce casus belli, y compris le pire, à savoir un bombardement de Cuba avec le risque d’un engrenage nucléaire.

Le 19 octobre, dans le salon ovale de la Maison Blanche, le général en chef de l’aviation (US Air Force) Curtis Le May tente encore de convaincre le président d’employer la manière forte.

Américains et Soviétiques négocient pendant ce temps dans les coulisses (« On a heureusement affaire à cette époque-là à deux acteurs rationnels qui pèsent le pour et le contre », note l’historien André Kaspi, auteur d’une remarquable biographie de Kennedy).

Un avion américain oblige un cargo soviétique à se détourner de Cuba en octobre 1962La tension est à son comble. Le président choisit en définitive le bluff et, dans son discours du 22 octobre, annonce une « quarantaine » autour de Cuba pour empêcher les navires communistes de livrer le matériel destiné aux bases de missiles.

C’est un jeu extrêmement périlleux : avec ce blocus (un acte de guerre qui ne dit pas son nom), on frôle à tout moment l’incident qui pourrait dégénérer en troisième guerre mondiale.

Dès le 24 octobre, des cargos soviétiques renoncent à poursuivre leur route vers l’île. Le 26 octobre, Nikita Khrouchtchev propose des négociations mais Kennedy ne veut rien d’officiel qui rappellerait les tristement célèbres accords de Munich (1938).

Le lendemain, un avion-espion U2 est abattu au-dessus de Cuba et son pilote tué. Kennedy prévient les Soviétiques que la prochaine agression de ce type serait suivie d’un bombardement des sites de missiles.

Mais finalement, du bout des lèvres, il accepte le principe des négociations et prend par écrit l’engagement de ne jamais tenter d’envahir Cuba. Par une clause secrète, il  s’engage aussi à démanteler ses missiles en Turquie, aux frontières de l’URSS.

Le 28 octobre, Khrouchtchev, l’honneur sauf, s’incline et accepte de démonter les sites de missiles.


SUPPORTEZ VOTRE SITE WEB FAVORI EN VISITANT SA BOUTIQUE EN LIGNE « VINTAGE par  MICHEL:

Sur ce lien: Vintage par Michel

 

 

 

 

Radioastronomie:Des scientifiques étudient de mystérieuses ondes radio en provenance du centre de la Voie Lactée

Des signaux inhabituels ont été détectés au cœur de la Voie lactée grâce au travail d’une équipe internationale de scientifiques.

Les ondes détectées ne correspondent à aucun des modèles connus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces ondes radio ont d’abord été repérées à l’aide du réseau australien de radiotélescopes ASKAP composé de 36 antennes paraboliques.

D’autres observations réalisées par le télescope MeerKAT de l’Observatoire sud-africain de radioastronomie ont confirmé l’existence du signal nommé « ASKAP J173608.2-321635 » en fonction de ses coordonnées.

Ces ondes radio ne correspondent à aucun de nos modèles connus. Elles pourraient appartenir à une nouvelle classe d’objets stellaires», affirme Ziteng Wang, de l’École de physique de l’Université de Sydney, dans un communiqué.

La caractéristique la plus étrange de ce nouveau signal est qu’il présente une très forte polarisation. Cela signifie que sa lumière oscille dans une seule direction», explique M. Wang.

Plusieurs types d’objets émettent une lumière variable à travers le spectre électromagnétique, tels que les pulsars, les supernovae, les étoiles filantes et les sursauts radio rapides.

Nous avons d’abord pensé qu’il pouvait s’agir d’un pulsar – un type d’étoile morte en rotation très dense – ou d’un type d’étoile qui émet d’énormes éruptions solaires. Mais les signaux de cette nouvelle source ne correspondent pas à ce que nous attendons de ces types d’objets célestes», a déclaré M. Wang.

Les scientifiques estiment que le nouvel objet partage certaines caractéristiques avec d’autres signaux découverts dans les dernières années, les sursauts radio rapides. Les deux phénomènes présentent toutefois quelques différences.

Dans les prochaines années, de nouveaux instruments plus précis entreront en fonction et permettront de mieux observer ces objets. C’est notamment le cas du radiotélescope géant SKA, en Afrique du Sud.

Le détail de ces travaux est publié dans l’Astrophysical Journal (en anglais).

Pourrai-il s'agir d'une civilisation extraterrestre?
Pourrai-il s’agir d’une civilisation extraterrestre?

 


SUPPORTEZ VOTRE SITE WEB FAVORI EN VISITANT NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE:

Sur ce lien:Vintage par Michel

 

 

 

 

 

 

 

 

C’était hier:10 octobre 1944 et le Projet de partage des Balkans

Winston Churchill,le président Roosevelt (au centre) et Staline .

Le 9 octobre 1944, Churchill arrivait à Moscou afin d’avoir avec Staline l’entrevue qu’il réclamait depuis la fin septembre, le projet de conférence à trois avec Roosevelt ayant été provisoirement repoussé par ce dernier en raison de la proximité de l’élection présidentielle américaine. On connaît la version donnée par Churchill dans ses Mémoires du premier entretien que les deux dirigeants eurent le jour même, dont le résultat est connu sous le nom d’ « accord des pourcentages ». Ils auraient, d’un trait de plume, réglé en quelques minutes le sort des pays balkaniques, Churchill s’adjugeant la Grèce à 90 % et concédant à la « Russie » la Bulgarie à 75 % et la Roumanie à 90 % – tout en prévoyant un partage 50-50 en Yougoslavie et en Hongrie.

Des discussions complexes
Outre que cette formulation en pourcentages apparaît pour le moins curieuse, il est peu probable que les choses se soient ainsi passées à l’emporte-pièce. L’historien américain Lloyd C. Gardner (dans Spheres of Influence. The Great Powers Partition from Munich to Yalta) donne de cette soirée du 9 octobre un aperçu beaucoup plus complexe : la première question traitée a été celle des frontières futures de la Pologne et les deux dirigeants sont revenus à plusieurs reprises sur la question des Balkans sans aboutir en fait à un accord formel. Pas plus de résultat d’ailleurs le lendemain malgré les tentatives de marchandage entre Anthony Eden, également présent à Moscou, et Viatcheslav Molotov, très perplexes devant ces bases de discussion assez énigmatiques. Il est clair que Churchill a donné à ces entretiens une importance qu’ils ne méritent pas, vu entre autres l’absence de Roosevelt qui ne considérait cette rencontre que comme un préliminaire à la conférence à trois prévue ultérieurement, et au refus de Staline de s’engager formellement pour cette raison.

« On donne une importance démesurée – pour ne pas dire presque une coresponsabilité – à Staline dans le massacre des résistants grecs, tout en en exonérant un Roosevelt qui ne s’y est pas plus opposé et a même aidé à sa réalisation.»

Or, c’est cet accord qui est très souvent mis en avant pour expliquer l’abstention de Staline lors du massacre des résistants grecs perpétré par Churchill à Athènes en décembre 1944. On suggère ainsi un partage de ses responsabilités avec le dirigeant soviétique, imputant à ce dernier le même cynisme et laissant au contraire dans l’ombre le rôle non négligeable de Roosevelt dans ces événements : c’est sur des bateaux américains qu’ont été acheminées du front italien les troupes britanniques qui ont écrasé la Résistance grecque.
En réalité ces discussions de Moscou ne font, concernant les Balkans, que prendre acte d’une situation déjà établie. « Concéder » le 9 octobre la Roumanie et la Bulgarie à l’URSS n’a guère de sens : l’Armée rouge est présente dans ces deux pays depuis déjà un mois. La Bulgarie est dorénavant alliée de l’URSS et cette dernière domine la commission de contrôle alliée qui administre provisoirement la Roumanie. Les Anglo-Saxons ont protesté contre cette situation, mais les Soviétiques leur ont rappelé le précédent italien : la Commission de contrôle « alliée » y a été dès les débarquements de l’été 1943 entièrement contrôlée par les officiers américains et britanniques et ce sont les États-Unis et la Grande-Bretagne qui ont pris toutes les décisions politiques concernant l’Italie, y laissant d’ailleurs en place la plupart des cadres du régime fasciste.
De même, il est clair que Staline a déjà accepté tacitement la mainmise de Churchill sur la Grèce. À la mi-septembre l’Armée rouge, arrivée de Bulgarie à la frontière grecque, s’en est détournée et a poursuivi sa route vers la Yougoslavie où elle a fait sa jonction avec les partisans de Tito. À la grande déception d’ailleurs de nombreux résistants grecs, qui attendaient l’aide soviétique pour venir à bout des Allemands encore présents sur leur territoire. C’est au même moment qu’arrivent les premiers détachements britanniques dans le Péloponnèse, sans justification militaire : les Anglais n’ont aucunement cherché à gêner le retrait des Allemands et le but de ces premiers débarquements est clairement d’occuper le terrain pour ne pas laisser le champ libre aux partisans. Et cela sans réaction aucune des Soviétiques.
Staline n’avait évidemment pas attendu octobre 1944 pour se rendre compte de la véritable obsession de Churchill concernant la Grèce, point stratégique et zone d’influence de première importance pour l’Empire britannique depuis le XIXe siècle. Le Premier ministre britannique a pendant toute la guerre, on le sait, insisté pour des débarquements en Méditerranée et plus particulièrement dans les Balkans. Devant l’échec définitif de ses plans, il a entamé dès mai 1944 de grandes manœuvres diplomatiques afin d’obtenir de ses alliés qu’ils lui laissent « les mains libres » en Grèce – plus précisément qu’il puisse y débarquer un contingent lors du retrait des Allemands, comme il en avait esquissé le plan dès septembre 1943. Ce qui a donné lieu à un chassé-croisé de lettres entre les trois Grands pendant plus de deux mois, dont ne sort pas plus d’accord formel qu’il n’en sortira en octobre à Moscou, mais que Churchill interprète à juste titre comme une acceptation tacite.

La position fragile de Staline
Staline, en effet, a bien compris que Churchill ne renoncera pas à la Grèce. Or, en cet automne 1944, la guerre est loin d’être terminée, malgré l’avance rapide de l’Armée rouge et le débarquement de Normandie, et Staline a besoin pour y mettre fin de maintenir coûte que coûte la « grande alliance » avec la Grande-Bretagne et les États-Unis. Or cette alliance commence à être remise en question dans certains cercles anglo-saxons, où l’on envisage de signer avec l’Allemagne ou ses satellites une paix séparée qui leur laisserait toute latitude pour en finir avec une Union soviétique dont les succès inquiètent certains bien plus qu’ils ne les encouragent… Une entrée dans la « chasse gardée » des Britanniques serait évidemment de nature à précipiter la réalisation de ces plans et Staline n’avait guère de choix.
De plus, il attendait certainement de ses alliés la même « compréhension » pour ses projets concernant un pays qui présentait pour lui la même importance que la Grèce pour Churchill, pour des raisons différentes tenant à la sécurité de l’URSS : la Pologne. Et c’est bien ce qui peut se lire dans le compte rendu complet de la rencontre d’octobre 1944 : on le dit peu – ou pas du tout – lorsqu’on met cette dernière en avant pour expliquer l’abstention de Staline dans l’affaire grecque, mais en fait il a été ces jours-là surtout question de la Pologne. Churchill a convoqué d’urgence à Moscou le Premier ministre polonais, Mikolajczyk, en exil à Londres, et l’a copieusement insulté devant son refus obstiné d’accepter la révision des frontières de son pays au profit de l’URSS (et au détriment de l’Allemagne) – question sur laquelle Churchill comme Roosevelt étaient prêts à faire des concessions à Staline (G.Kolko, The Politics of War. The World and United States Foreign Policy. 1943-1945). Mais là encore la conférence n’a été suivie d’aucun résultat et c’est à Yalta que cette question sera tranchée.
La rencontre de Moscou n’a donc qu’une importance très relative, malgré les allégations de Churchill. Les jeux sont déjà faits, en octobre 1944, concernant la Grèce et c’est dès 1943 que Churchill s’est montré prêt à utiliser tous les moyens pour conserver la Grèce dans sa sphère d’influence et donc empêcher la Résistance de participer à la vie politique du pays à la Libération. Pourquoi alors cette référence systématique à la conférence de Moscou pour « expliquer » la cynique et meurtrière expédition britannique de décembre 1944 à Athènes ? On donne ainsi une importance démesurée – pour ne pas dire presque une coresponsabilité – à Staline dans le massacre des résistants grecs, tout en en exonérant un Roosevelt qui ne s’y est pas plus opposé et a même aidé à sa réalisation. Et cela n’éclaire guère la question des raisons de la défaite de la Résistance grecque.


APRÈS-COUP:LES NOTES DE CHURCHILL PARLENT

Le 10 octobre 1944, à Moscou, Churchill et Staline scellent en tête-à-tête le sort des pays balkaniques après la chute du IIIe Reich allemand.

Leurs ministres des affaires étrangères Anthony Eden et Viatcheslav Molotov avaient déjà dû en parler lors de la signature du traité anglo-soviétique de Londres, le 26 mai 1942…

L’« accord des pourcentages »

Mal inspiré et sans doute usé par l’âge et les déceptions, le Premier ministre britannique croit possible de s’accorder avec le dictateur sur un partage d’influence dans cette région sensible d’Europe centrale.

Churchill tient surtout à maintenir la Grèce dans la sphère occidentale, en dépit de l’influence qu’y joue le parti communiste.

Aussi griffonne-t-il sur un papier :
1) Roumanie : Russie 90%, les autres 10%,
2) Grèce : Grande-Bretagne (en accord avec les États-Unis) 90%, Russie 10%,
3) Yougoslavie : 50/50%,
4) Hongrie : 50/50%,
6) Bulgarie : Russie 75%, les autres 25%
.

Signifiant son accord d’un trait de crayon bleu, Staline paraphe le document.

Le lendemain, Eden et Molotov, ministres des affaires étrangères britannique et soviétique, affinent les pourcentages… Mais l’évolution des rapports de force sur le terrain va rendre caduc l’« accord des pourcentages ».

Un plan caduc

Le 3 décembre 1944, le Parti communiste grec (EAM-ELAS) tente de s’emparer d’Athènes. Un corps expéditionnaire britannique intervient. C’est le début d’une atroce guerre civile (tortures et meurtres de civils, femmes et enfants en grand nombre). Cessez-le-feu le 14 janvier 1945. Lâchés par l’URSS, les communistes sont écrasés. La victoire reste aux partis pro-occidentaux.

En Yougoslavie, par contre, c’est au chef des communistes, Josip Broz Tito, que va revenir la totalité du pouvoir, Churchill ayant commis l’erreur de le soutenir plutôt que les résistants royalistes ou démocratiques, au moins aussi efficaces contre les Allemands.

La Hongrie et la Roumanie vont tomber tout entières sous la coupe des communistes locaux, inféodés aux « libérateurs » soviétiques.

Lorsque s’ouvrira la conférence de Yalta, le 4 février 1945, peu avant l’effondrement du IIIe Reich, Staline aura déjà l’Europe centrale à sa botte.


Josip Broz  « Tito »

Sous le surnom de Tito, Josip Broz milite dans le parti communiste clandestin en Croatie, à partir de 1923. Secrétaire général du parti communiste yougoslave en 1937, il participe à la guerre contre l’occupant nazi après que Hitler ait envahi l’URSS (22 juin 1941). Cela lui vaut d’être proclamé Maréchal ! À la Libération, il renverse la monarchie et établit un régime communiste, sans que les Soviétiques aient eu à occuper le pays comme en Europe centrale.

Le 29 juin 1948, au terme d’une longue période de tension, le chef charismatique de la République populaire fédérale de Yougoslavie, est exclu du Kominform, le mouvement communiste international, à l’instigation de Staline, qui voit en lui un rival encombrant. La Yougoslavie va dès lors faire bande à part et Tito s’ériger en promoteur du mouvement des non-alignés (ni l’Est pro-soviétique, ni l’Ouest pro-américain).


SUPPORTEZ VOTRE SITE WEB PRÉFÉRÉ EN VISITANT ET PARTAGEANT LES LIENS DE NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE:

Sur ce lien: Vintage par Michel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réécrire l’histoire de la conspiration de la gauche sioniste:Le 4 septembre 1923,le Fûhrer remportait une importante victoire en cours

Nous entendons celui-ci tout le temps ; mais combien peu de gens qui répètent ce mensonge concocté, transmis et vieux de 100 ans se rendent compte que la première diffamation de ce type contre Hitler est venue d’un journal ouvertement pro-marxiste ? C’est vrai.

Photo du Fûhrer en 1923.

 

Co-fondé en 1876 par le communiste allemand Wilhelm Liebknecht –  Vorwarts  ( Forward ), en 1923 – dans un effort intelligent pour séparer Hitler de sa base, a affirmé que Henry Ford (qui a tenté d’exposer les banquiers juifs) et les banquiers juifs américains finançaient Hitler .

Hitler a intenté une action en diffamation contre  Vorwarts  pour cette affirmation absurde – et il a gagné devant le tribunal parce que Fake News Marxist  Vorwarts  n’a pu produire aucune preuve pour étayer leur mensonge fabriqué. Et ni les marxistes ni les fausses taupes et dupes anti-hitlériens « de droite » d’aujourd’hui.

Le premier NSDAP a peut-être collecté une somme d’argent négligeable auprès de Juifs qui sont connus pour « couvrir leurs paris » – mais l’argent réel provenait de quelques émigrés russes qui avaient échappé à la révolution bolchevique, certains propriétaires d’entreprises préoccupés par la menace très réelle de une prise de contrôle communiste en Allemagne – et un  grand nombre  de petits donateurs qui croyaient en Hitler et sa révolution.

annexe

Hitler gagne en diffamation
le 4 septembre 1923

Berlin Vorwaerts paiera 6 000 000 de marks de dommages et intérêts pour avoir dit qu’Hitler avait « de l’argent juif et de Ford ».

Adolph Hitler, leader des fascistes bavarois, s’est vu octroyer hier 6 000 000 de marks de dommages et intérêts dans son procès en diffamation contre le rédacteur en chef du Vorwaerts, le quotidien socialiste de Berlin.

Les poursuites en diffamation contre le rédacteur en chef socialiste ont été engagées par le dirigeant réactionnaire de Bavière à la suite de la publication par les Vorwaerts d’un rapport selon lequel l’Organisation hitlérienne recevait une aide financière de « Juifs américains et d’Henry Ford ».

* * *

Source : William Leone et Agence télégraphique juive


Visitez et soutenez notre Boutique en ligne: Vintage par Michel

Sur ce lien: Vintage par Michel

 

 

Article multilingue/Multilingual article:Appel à la Résistance Nationale des Nations du 4 juillet 2021 /Appeal to the National Resistance of Nations of July 4, 2021

Nous en sommes finalement rendu au 4 juillet 2021:Jour de l’Indépendance Américaine!Jour de la Nation qui se « prétend » la championne des droits et des libertés de toutes les nations!
Tantôt,nous en serons au  14 juillet 2021,fête universelle de la Révolution Française qui donna naissance à la Déclaration Universelle des Droits de L’Homme et du Citoyen!La Belle République Française écrasée sous la férule d’un certain Emmanuel Macron,banquier des Rotschild qui avait usurpé le pouvoir de la présidence en instaurant un climat de psychose lors de sa dernière élection!
Si le peuple pouvait réaliser sa puissance, tout serait différent
Maintenant que cela fait plus de un an et demi environ que nous vivons sous l’oppression sanitaire des gouvernements corrompus:
1-si ce cheminement vous satisfait dans la vie ,veuillez continuer de dormir au gaz sans déranger ceux et celles qui veulent vous réveiller!Car si vouys vous placez pour nous fermer la route:vous devenez des collaborateurs du Système Politique…donc une nuisance que nous devrons éliminer d’une manière ou d’une autre!
Veuillez nous excuser de faire la Révolution Mondiale sans votre possible contribution.
2-si ce cheminement ne vous satisfait pas et que vous en avez ras-le-bol de cette tyrannie,joignez vous à nous et ne vous arrêtez pas:continuez votre chemin…qui est le Nôtre aussi (celui de la Résistance et de la Désobéissance Civile des Nations).
Si ce monde n’est pas celui que vous avez rêvé étant jeune:changez le!
Attendez-vous aussi au pire: soit celui de devoir peut-être défendre votre vie et celles de vos enfants avant de vous faire tuer,car le Système institué Actuellement par le Nouvel Ordre Mondial (celui des Legault,des Trudeau,des Macron,des Biden et des Merkel ) ne vous permettra pas de sortir de l’esclavage pour devenir, après réflexion, des humains libres!
Ces criminels vont s’arranger pour vous faire abattre avant!
Donc il n’y a pas de « Terrain Neutre » et vous ne pouvez pas vous endormir devant votre écran de télévision ou en vous cachant peureusement derrière votre masque inutile,car avec le vaccin vous allez mourir pareil!
Les Nations sont en danger!
Aux armes citoyens!Aux Armes citoyennes! Unissons-nous!

We have finally reached July 4, 2021: American Independence Day! Day of the Nation which « claims » to be the champion of the rights and freedoms of all nations!
Soon, we will be on July 14, 2021, universal feast of the French Revolution which gave birth to the Universal Declaration of Human and Citizen’s Rights! The Beautiful French Republic crushed under the rule of a certain Emmanuel Macron, banker of the Rotschild who had usurped the power of the presidency by creating a climate of psychosis during his last election!

 

 

Now that we have been living under the health oppression of corrupt governments for over a year and a half:
1-if this path satisfies you in life, please continue to sleep on gas without disturbing those who want to wake you up! Because if you place yourself to close the road to us: you become collaborators of the Political System … nuisance that we will have to eliminate one way or another!
Please excuse us for making the World Revolution without your possible contribution.
2-if this path does not satisfy you and you are fed up with this tyranny, join us and do not stop: continue your path … which is also Ours (that of the Resistance and of the Civil Disobedience of Nations).
If this world is not the one you dreamed of when you were young: change it!
Also expect the worst: either that of perhaps having to defend your life and those of your children before being killed, because the System currently instituted by the New World Order (that of Legault, Trudeau, Macron, Biden and the Merkels) will not allow you to come out of slavery and become, upon reflection, free humans!
These criminals will manage to get you shot first!
So there is no « Neutral Ground » and you cannot fall asleep in front of your TV screen or fearfully hiding behind your useless mask, because with the vaccine you will die the same!

Nations are in danger!

To Citizen Arms! To Citizen Arms! Be together!


Emmanuel Macron et Justin Trudeau:2 politiciens vendus à la cause mondialiste et serviteurs des Rotschild!

 

 

Ahora que hemos estado viviendo bajo la opresión sanitaria de gobiernos corruptos durante más de un año y medio:
1-Si estás satisfecho con este viaje en la vida, ¡sigue durmiendo a gas sin molestar a quienes te quieran despertar! Porque si te colocas para cerrarnos el camino: te conviertes en colaboradores del Sistema Político … molestia que tendremos que eliminar de una forma u otra!
Perdónenos por hacer la Revolución Mundial sin su posible contribución.
2-Si este camino no te satisface y estás harto de esta tiranía, únete a nosotros y no te detengas: continúa tu camino … que también es Nuestro (el de la Resistencia y de la Desobediencia Civil de las Naciones).
Si este mundo no es el que soñabas cuando eras joven: ¡cámbialo!
También espere lo peor: o quizás tener que defender su vida y la de sus hijos antes de ser asesinados, porque el Sistema actualmente instituido por el Nuevo Orden Mundial (el de Legault, Trudeau, Macron, Biden y los Merkels) no lo permitirá. que salgas de la esclavitud y te conviertas, tras la reflexión, en seres humanos libres.
¡Estos criminales lograrán que te disparen primero!
Así que no hay un « terreno neutral » y no puedes quedarte dormido frente a la pantalla de tu televisor o esconderte con miedo detrás de tu máscara inútil, ¡porque con la vacuna morirás igual!

¡Las naciones están en peligro!

¡A las armas ciudadanas! ¡A las armas ciudadanas! ¡Estar juntos!


SUPPORTEZ VOTRE SITE WEB FAVORI EN FAISANT UNE PETITE VISITE SUR SA BOUTIQUE EN LIGNE

Sur ce lien svp: Vintage par Michel

 

 


 

 

 

Wir haben endlich den 4. Juli 2021 erreicht: den amerikanischen Unabhängigkeitstag, den Tag der Nation, der « beansprucht », der Verfechter der Rechte und Freiheiten aller Nationen zu sein!
Bald werden wir am 14. Juli 2021 sein, dem universellen Fest der Französischen Revolution, das die Allgemeine Erklärung der Menschen- und Bürgerrechte hervorbrachte!Die schöne Französische Republik wurde unter der Herrschaft eines gewissen Emmanuel Macron, Bankiers der Rotschild, zerschlagen die Macht der Präsidentschaft an sich gerissen, indem er während seiner letzten Wahl ein Klima der Psychose geschaffen hat!

 

 

Nun, da wir seit über anderthalb Jahren unter der gesundheitlichen Unterdrückung korrupter Regierungen leben:
1-Wenn Sie mit dieser Reise im Leben zufrieden sind, schlafen Sie bitte weiterhin auf Gas, ohne diejenigen zu stören, die Sie aufwecken möchten! Denn wenn Sie sich dazu stellen, uns den Weg zu versperren: Sie werden Mitarbeiter des Politischen Systems … Ärgernis, das wir so oder so beseitigen müssen!
Bitte entschuldigen Sie, dass wir die Weltrevolution ohne Ihren möglichen Beitrag gemacht haben.
2-Wenn Sie dieser Weg nicht zufriedenstellt und Sie diese Tyrannei satt haben, schließen Sie sich uns an und hören Sie nicht auf: Setzen Sie Ihren Weg fort … der auch Unser ist (der des Widerstands und des zivilen Ungehorsams der Nationen).
Wenn diese Welt nicht die ist, von der Sie in Ihrer Jugend geträumt haben: Ändern Sie sie!
Erwarten Sie auch das Schlimmste: Entweder müssen Sie Ihr Leben und das Ihrer Kinder verteidigen, bevor Sie getötet werden, weil das derzeit von der Neuen Weltordnung (dem von Legault, Trudeau, Macron, Biden und den Merkels) eingeführte System dies nicht zulässt Ihr sollt aus der Sklaverei herauskommen und nach dem Nachdenken freie Menschen werden!
Diese Kriminellen werden es schaffen, dich zuerst erschießen zu lassen!
Es gibt also keinen « Neutral Ground » und Sie können nicht vor Ihrem Fernsehbildschirm einschlafen oder sich ängstlich hinter Ihrer nutzlosen Maske verstecken, denn mit dem Impfstoff werden Sie genauso sterben!

Nationen sind in Gefahr!

Zu den Waffen der Bürger! Zu den Waffen der Bürger! Zusammen sein!


قد وصلنا أخيرًا إلى 4 يوليو 2021: يوم الاستقلال الأمريكي! يوم الأمة التي « تدعي » أنها نصيرة حقوق وحريات جميع الأمم!
قريباً ، سنكون في 14 يوليو 2021 ، العيد العالمي للثورة الفرنسية التي ولدت الإعلان العالمي لحقوق الإنسان والمواطن! الجمهورية الفرنسية الجميلة التي سُحقت تحت حكم إيمانويل ماكرون ، مصرفي روتشيلد الذي كان لديه اغتصب سلطة الرئاسة بخلق مناخ من الذهان خلال انتخابه الأخير!

 

الآن بعد أن كنا نعيش في ظل الاضطهاد الصحي للحكومات الفاسدة لأكثر من عام ونصف:
1- إذا كنت راضيًا عن هذه الرحلة في الحياة ، فالرجاء الاستمرار في النوم على الغاز دون إزعاج من يريد إيقاظك ، لأنك إذا وضعت نفسك لتغلق الطريق أمامنا ، فأنت تصبح متعاونًا مع النظام السياسي … مصدر إزعاج يتعين علينا التخلص منه بطريقة أو بأخرى!
من فضلك اعذرنا على صنع الثورة العالمية بدون مساهمتك الممكنة.
2-إذا كان هذا الطريق لا يرضيك ، وسئمت من هذا الاستبداد ، انضم إلينا ولا تتوقف: واصل طريقك … وهو أيضًا طريقنا (طريق المقاومة والعصيان المدني للأمم).
إذا لم يكن هذا العالم هو الذي حلمت به عندما كنت صغيرًا: فغيره!
توقع أيضًا الأسوأ: إما أن تضطر إلى الدفاع عن حياتك وحياة أطفالك قبل القتل ، لأن النظام الذي وضعه النظام العالمي الجديد (نظام Legault و Trudeau و Macron و Biden و Merkels) لن يسمح عليك أن تخرج من العبودية وتصبح ، عند التفكير ، بشرًا أحرارًا!
هؤلاء المجرمين سوف يتمكنون من إطلاق النار عليك أولاً!
لذلك لا توجد « أرض محايدة » ولا يمكنك النوم أمام شاشة التلفزيون أو الاختباء وراء قناعك غير المجدي بخوف ، لأنك ستموت مع اللقاح بنفس الطريقة!

الأمم في خطر!

إلى سلاح المواطن! إلى سلاح المواطن! لنكن معا!


我们终于到了 2021 年 7 月 4 日:美国独立日!“声称”是所有国家权利和自由的捍卫者的国家日!
很快,我们将在 2021 年 7 月 14 日,诞生了《世界人权和公民权利宣言》的法国大革命的世界盛宴!美丽的法兰西共和国在某个罗茨柴尔德银行家埃马纽埃尔·马克龙的统治下被粉碎了。在他上次选举期间制造精神病气氛篡夺了总统的权力!

 

La Liberté …assassinée!

现在我们已经生活在腐败政府的健康压迫下一年半了:
1-如果你对人生的这段旅程感到满意,请继续加油,不要打扰那些想叫醒你的人!因为如果你把自己关在通往我们的道路上:你成为政治系统的合作者……滋扰,我们将不得不以一种或另一种方式消除!
请原谅我们在没有您可能的贡献的情况下进行了世界革命。
2-如果这条道路不满足您并且您厌倦了这种暴政,请加入我们,不要停止:继续您的道路……这也是我们的(抵抗运动和公民不服从的国家)。
如果这个世界不是你年轻时梦想的世界:改变它!
还要做最坏的打算:要么在被杀之前必须保护你和你孩子的生命,因为目前由新世界秩序(勒戈、特鲁多、马克龙、拜登和默克尔的秩序)建立的体系将不允许你从奴隶制中走出来,经过反思,成为自由的人类!
这些罪犯会设法让你先开枪!
所以没有“中立地”,你不能在你的电视屏幕前睡着,也不能害怕地躲在你没用的面具后面,因为接种了疫苗你会死的一样!

国家危在旦夕!

致公民武器!致公民武器!在一起!

 


우리는 마침내 2021 년 7 월 4 일에 도달했습니다 : 미국 독립 기념일! 모든 국가의 권리와 자유의 옹호자라고 « 주장 »하는 국가의 날!
곧 우리는 2021 년 7 월 14 일 세계 인권 선언을 탄생시킨 프랑스 혁명의 세계적 향연이 될 것입니다! 아름다운 프랑스 공화국은 로츠 차일드의 은행 가인 엠마누엘 마크 롱의 통치 아래 무너졌습니다. 그의 마지막 선거에서 정신병의 분위기를 만들어 대통령의 권력을 빼앗 았습니다!

 

이제 우리는 1 년 반 이상 부패한 정부의 건강 억압 아래 살고 있습니다.
1-이 인생의 여정에 만족한다면 깨우고 싶은 사람들을 방해하지 않고 계속 주유소에서 잠을 자십시오! 우리와의 길을 막기 위해 자신을두면 정치 시스템의 협력자가됩니다 … 우리가 어떤 식 으로든 제거해야 할 성가신!
여러분의 공헌없이 세계 혁명을 일으킨 것에 대해 죄송합니다.
2-이 길이 당신을 만족시키지 못하고 당신이이 폭정에 지쳤다면, 우리와 함께하고 멈추지 마십시오. 당신의 길을 계속하십시오 … 그것은 또한 우리의 것입니다 (저항군과 국가의 시민 불복종).
이 세상이 당신이 어렸을 때 꿈꾸던 세상이 아니라면 바꾸세요!
또한 최악의 상황을 예상하십시오. 현재 신세계 질서 (레고 트, 트뤼도, 마크 롱, 바이든, 메르켈)에 의해 제정 된 시스템이 허용하지 않기 때문에 죽기 전에 여러분과 자녀의 생명을 지켜야하는 것입니다. 당신은 노예 상태에서 나오고, 반성하자면 자유로운 인간이 되십시오!
이 범죄자들이 먼저 총을 맞을 것입니다!
따라서 « 중립 지대 »가 없으며 TV 화면 앞에서 잠들거나 쓸모없는 마스크 뒤에 두려워 숨을 수 없습니다. 백신을 사용하면 똑같이 죽을 것입니다!

국가가 위험합니다!

시민 무기로! 시민 무기로! 함께하세요!

Ça veut dire que sur 5029 décès, il y en a environ 4500 provenant des #CHSLD. Et pour 500 morts seulement en 6 mois parmi 8 millions de citoyens en dehors, on nous a imposé le confinement, la distanciation sociale, on a carrément détruit l’économie du Québec en entier, on a écrasé les commerces et les petites entreprises, augmenté la dette de 30%, on a engendré la détresse psychologique, conduit des gens au suicide, fermé les parcs du Québec, mis fin à tous les sports, fermé les écoles, les tribunaux, l’Assemblée nationale…
Maintenant que c’est fini, le gouvernement veut continuer sa dictature pour deux ans avec le projet de loi 61 qui lui permettra de se protéger de toute poursuite éventuelles, entre autres choses.

Photos et vidéo du jour:Le vélo est la mort lente de la planète

 

Le vélo est la mort lente de la planète.

Le directeur général d’Euro Exim Bank Ltd. a fait réfléchir les économistes lorsqu’il a déclaré :

« Un cycliste est une catastrophe pour l’économie du pays : il n’achète pas de voitures et n’emprunte pas d’argent pour acheter. Il ne paie pas les polices d’assurance. Il n’achète pas de carburant, ne paie pas l’entretien et les réparations nécessaires. Il n’utilise pas de parking payant Il ne cause pas d’accidents graves Il n’a pas besoin d’autoroutes à plusieurs voies Il ne grossit pas.
Les personnes en bonne santé ne sont ni nécessaires ni utiles pour l’économie. Ils n’achètent pas de médicaments. Ils ne vont pas dans les hôpitaux ou les médecins. Rien n’est ajouté au PIB du pays (produit intérieur brut).
Au contraire, chaque nouveau restaurant McDonald’s crée au moins 30 emplois : 10 cardiologues, 10 dentistes, 10 diététiciens et nutritionnistes, et bien sûr + des personnes qui travaillent dans le restaurant lui-même. »

Choisissez bien : cycliste ou McDonald’s ? Cela vaut la peine d’être considéré.

C’est un excellent moyen de garder un système immunitaire fort et de vivre plus longtemps.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On peut même pratiquer du vélo aquatique
On peut même pratiquer du vélo aquatique

 


SOUTENEZ MICHELDUCHAINE.COM EN VISITANT SA BOUTIQUE EN LIGNE:

Sur ce lien que vous pourriez partager…svp:Vintage par Michel

 

 

 

 

 

 

Réécrire l’histoire:Les Vikings étaient-ils en Amérique du Sud plus de 400 ans avant Colomb ?

 

Ici est présenté le récit largement rejeté selon lequel probablement au milieu du XIe siècle, des Vikings danois du Schleswig et du Danelaw (comme le prouvent les inscriptions rupestres runiques) sont arrivés à Santos au Brésil et se sont rendus à l’intérieur des terres jusqu’au Paraguay.

Depuis une colline fortifiée près de la frontière brésilienne, ils ont occupé une position défensive pendant une partie de deux siècles, surveillant une petite montagne voisine. Il a été rapporté qu’au 20ème siècle, sous la montagne sous observation, a été découvert une vaste zone dont les murs et le toit sont construits en béton inconnu de la science et ne peuvent pas être ouverts mais sont censés cacher un réseau de tunnels. Ce qui suit dévoile l’histoire présentée par quelques défenseurs des Vikings en Amérique du Sud. Comme tant de ces histoires, elle nécessite une enquête plus approfondie pour permettre la vérification, mais néanmoins, elle donne matière à réflexion.

Les Vikings en Amérique du Sud

Les historiens universitaires n’admettent généralement la présence de visiteurs européens en Amérique du Sud qu’après l’arrivée de Christophe Colomb. Par conséquent, pour eux, toute discussion sur les Vikings voyageant n’importe où au sud de la Nouvelle-Écosse avant 1492 après JC n’est même pas hypothétique mais pure fiction. Afin de maintenir ce prétexte, les historiens ont jugé nécessaire de rejeter ce qui pourrait être pour d’autres du bon sens et de le remplacer par une théorie absurde. Le meilleur exemple en est le cas des chiens de berger du Bundsö.

C’était la coutume des Incas d’avant la conquête d’être momifiés avec leurs chiens. Une variété de chiens trouvée dans des tombes à Ancon, au Chili, par le professeur Nehring en 1885 a été analysée par deux zoologistes français dans les années 1950 qui ont déterminé que cette variété ne pouvait pas être descendue des chiens sauvages d’Amérique du Sud. Ils les ont associés à Canis familiaris L.patustris Rut dont de nombreux restes squelettiques ont été découverts, tous à Bundsö sur l’île danoise d’Als/Jutland.

La coïncidence anatomique étant jugée parfaite, la difficulté résidait alors dans l’explication de l’arrivée de ces chiens danois en Amérique du Sud avant la conquête espagnole. Les scientifiques français se sont concertés et ont décidé que : « les Vikings danois ont dû donner certains de leurs chiens de berger du Bundsö à des Vikings norvégiens qui les ont emmenés au Vinland. Lorsque les Norvégiens ont été expulsés du Vinland par les indigènes, les chiens ont dû être transportés de du Vinland au Canada moderne où ils ont dû être passés de main en main toujours vers le sud par des tribus qui n’en voulaient pas, impliquant des voyages par terre et par mer, puis l’ascension de montagnes jusqu’au Pérou où ils ont été adoptés par les Incas. »

Cette explication absurde était la seule théorie scientifique disponible, c’est-à-dire qui correspondrait à l’histoire acceptée de la découverte des Amériques. Mais si ce récit était faux, une explication plus logique pourrait être que les Vikings danois ont amené les chiens avec eux lorsqu’ils ont navigué vers l’Amérique du Sud depuis l’Europe au XIe siècle.

 

Le protectorat viking au Paraguay ?

En 1085 après JC, le roi Knut II avait 1700 navires pour « l’expansion vers l’ouest ». Pour les distances plus importantes, un type spécial de voile en laine, qui avait été développé pour une plus grande vitesse et une navigation beaucoup plus près du vent, comme le prouvent les expériences d’Amy Lightfoot avec le Viking Ship Museum, Roskilde. Étrangement pour les Européens si loin de chez eux au 11ème siècle, les Vikings du Danemark-Schleswig dans ce récit semblaient savoir exactement où ils se dirigeaient.

Ils débarquèrent à Santos, au Brésil, trouvèrent le chemin qui avait été préparé depuis longtemps et se dirigèrent à pied vers les hautes terres situées à Amambay, à 25 kilomètres (16 mi) au sud-est de la ville moderne de Pedro Juan Caballero au Paraguay.

Le Cerro Corá est un anneau de trois petites montagnes de cinq kilomètres de diamètre. À trois kilomètres au nord de cet anneau se trouve la montagne Itaguambype, qui signifie « forteresse ». Bien avant l’arrivée supposée des Vikings, il avait été creusé pour en faire un, d’où son nom.

L’anthropologue qui a enquêté sur la région dans les années 1970, Jacques de Mahieu, était un anthropologue franco-argentin et chef du groupe néo-nazi espagnol CEDADE, qui a proposé diverses théories de contact précolombiennes et affirmé que certains groupes autochtones d’Amérique du Sud descendent des Vikings. Grâce à ses observations, il a décidé qu’à un moment indéterminé dans le passé, le but de la construction devait être une sorte de poste d’observation militaire assez grand pour une colonie ou un refuge.

La basse montagne Itaguambype s’étend sur un axe nord-sud. Il mesure deux kilomètres de long et cent mètres de haut. L’ex-forteresse est une section coupée à l’extrémité sud, longue de 300 mètres (984 pieds) avec une ouverture d’accès de 20 mètres de large (66 pieds). Les parois sont en roche naturelle, à un quart de la hauteur du sol avec au-dessus des blocs de pierre de taille inégale taillés sur mesure pour s’emboîter parfaitement à la manière des murs anti-séisme au Pérou et en Bolivie.

Le long de la crête, un chemin plat de 3 mètres de large (10 pieds) s’étend; à l’extrémité sud se trouve une plate-forme avec les ruines d’une tour de guet ronde élevée à 5 mètres au-dessus de la crête pour un panorama sur l’ensemble du territoire mais particulièrement sur Cerro Corá. La forteresse aurait été abandonnée soit vers 1250 après JC, lorsqu’une rébellion indigène a réussi à expulser les Vikings, soit plus tôt, une fois qu’elle avait atteint son véritable objectif.

Le temple nordique de Tacuati mis au jour dans les années 1970 présente un intérêt supplémentaire dans la région et le fait que le total des inscriptions runiques gravées au Paraguay se compte par milliers et dépasse celui de toute la Scandinavie : 71 ont été traduits du dialecte sud-américain de Futhorc. . Une inscription runique de 5 lettres a été trouvée à l’intérieur d’Itaguambype mais a défié la traduction.

700 ans plus tard – Fritz Berger enquête

Fritz Berger était un ingénieur mécanicien de 50 ans, originaire de ce qui était alors les Sudètes. Il a admis qu’il souffrait de troubles mentaux de temps à autre. Il a erré en Amérique du Sud en faisant des petits boulots, et pendant la guerre du Chaco entre le Paraguay et le Brésil en 1932-1935 a servi l’armée paraguayenne dans l’un de leurs ateliers en reconditionnant les armes ennemies capturées. De 1935 à 1940, il a déclaré qu’il avait prospecté sans succès pour des gisements de pétrole dans l’État brésilien du Paraná, mais plus probablement au cours de cette période, il a recueilli les informations menant à l’enquête qui a suivi.

En février 1940, Berger a traversé le Paraguay au poste frontière de Pedro Juan Caballero et a contacté l’armée du Paraguay. Simplement à la suite de ce qu’il leur a dit, ils ont accepté de former avec lui une société connue sous le nom d’Agrupación Geológica y Archaeológica (AGA). Une clause de l’accord stipulait que le trésor appartenait au Paraguay. Le signataire paraguayen était le major Samaniego, plus tard le ministre paraguayen de la Défense.

Représentation d’un chef Viking et de ses hommes se dirigeant vers la terre

Au cœur de ce contrat se trouvait la Légende du Roi Blanc d’Amambay. La tradition raconte :

« A cette époque régnait dans cette région un roi puissant et sage appelé Ipir. Il était blanc et portait une longue barbe blonde. Avec des hommes de sa race et des guerriers indiens qui lui étaient fidèles, il vivait dans une communauté située sur la crête d’un montagne. Il possédait des armes redoutables et possédait d’immenses richesses en or et en argent. Un jour pourtant, il fut attaqué par des tribus sauvages et disparut à jamais. C’est ce que m’a dit mon père, qui l’avait entendu de son père.

Le lecteur doit noter ici que le roi Ipir n’a jamais été identifié et que ses partisans ont « disparu » et rien n’indique qu’ils ont été massacrés.

Berger avait une correspondante à Munich à qui il écrivait occasionnellement pour décrire les développements au Paraguay, peut-être pour les transmettre au gouvernement allemand, et des copies de ces lettres passèrent en possession de de Mahieu beaucoup plus tard pour être incluses dans son livre. En mai 1940, Berger a écrit à Munich en mentionnant qu’il connaissait des tunnels dans la région de Cerro Corá « 130 kilomètres de long » (81 mi). En octobre 1941, il avait dressé un plan des installations souterraines et des croquis de quatre tunnels, comprenant des mesures minutieuses mais des informations insuffisantes pour identifier les emplacements des différentes entrées.

La mystérieuse montagne chauve et la dalle impénétrable

Un autre jour de 1940, sur la base d’informations mystérieuses qu’il a probablement apportées avec lui du Brésil, Berger « a remarqué » un grand rocher de quarante mètres (131 pieds) de hauteur dans la direction de dix kilomètres (6 mi) au sud-sud-est de Cerro Cora. Le rocher était en deux parties et recouvert d’une végétation dense à mi-hauteur. Pour cette raison, les indigènes l’appelaient Yvyty Pero – « Montagne chauve ».

Les raisons secrètes de Berger pour vouloir creuser là-bas ont convaincu le major Samaniego d’installer un campement militaire permanent avec des maisons en bois à moins de vingt mètres (66 pieds) du mont Chauve, et il a également rebaptisé la chaîne de collines « Cerro Ipir ». Une fois que ses sapeurs ont commencé à creuser, à leur grande surprise, ils auraient trouvé « un morceau d’or de forme triangulaire, qui semblait être le coin cassé d’une table » et « un bâton de marche avec une tête en or ».

Ensuite, la saison des pluies s’installe, entravant la progression par les inondations : l’excavation est suspendue une fois que tous les explosifs disponibles n’ont pas pu endommager une grande dalle de béton armé rencontrée au niveau du sol de la montagne à dix-huit mètres (59 pieds) de profondeur. À ce stade, de Mahieu nous laisse deviner ce qui s’est passé ensuite dans l’année allant de « fin 1941 » à « fin 1942 », au cours de laquelle le Troisième Reich s’est impliqué et semble avoir accepté d’envoyer au Paraguay un type spécial de perceuse pneumatique. Nous le savons parce qu’en novembre 1942, des agents américains ont signalé à leur attaché naval à Montevideo l’arrivée d’un sous-marin allemand à la base navale argentine de Bahia Blanca et cela a coïncidé avec la visite inexpliquée du major Pablo Stagni, commandant en Chef de l’armée de l’air paraguayenne,

Suite à cette « coïncidence », selon Berger, en décembre 1942, les travaux à Bald Mountain ont repris. Les sapeurs paraguayens ont travaillé obliquement dans le flanc de la montagne pour se connecter au puits vertical. À 23 mètres (75 pieds), ils ont de nouveau rencontré l’énorme dalle de béton, qui ne pouvait même pas être rayée par la perceuse ou les explosifs et était maintenant décrite comme « un matériau définitivement artificiel plus dur que le béton armé et inconnu de la science ». Après que d’autres tentatives en 1944 aient été déjouées pour la même raison, les fouilles ont été abandonnées. Fritz Berger est mort au Brésil en 1949. Cette partie d’Amambay est aujourd’hui inaccessible en tant que zone militaire.

Conclusion

Ainsi, pour lier cette théorie, en utilisant la légende, les preuves runiques possibles et l’implication nazie, bien avant le 11ème siècle, le riche et puissant roi blanc Ipir et ses disciples, inconnus des historiens du monde, habitaient la crête de la forteresse de montagne Itaguambype . Lorsqu’ils ont été attaqués par une force écrasante d’indigènes, Ipir et sa cour se sont retirés en sécurité sous le mont Chauve. Peut-être que les Vikings ont été envoyés à Amambay plus tard pour protéger et superviser l’installation du toit et des côtés en béton impénétrables au-dessus du portail sous le mont Chauve.

Ce qui est intéressant dans cette histoire, c’est que tous les acteurs principaux cachent quelque chose. Tous les historiens et scientifiques universitaires, certains sciemment, adhèrent au mensonge apparent selon lequel aucun Européen n’a atteint l’Amérique du Sud avant Colomb en 1492. Par conséquent, « aucun Viking n’aurait pu être là ». Fritz Berger n’a jamais révélé la source de ses informations sur le mont Chauve et le réseau de tunnels s’étendant à travers le pays, mais lorsqu’il est entré au Paraguay depuis le Brésil, il savait exactement où il allait, tout comme l’armée paraguayenne.

Représentation des premiers Vikings arrivant dans les Amériques

L’auteur, l’anthropologue/archéologue Jacques de Mahieu, un hors-caste de la fraternité scientifique pour avoir été officier dans la division française Waffen-SS, a peut-être révélé beaucoup d' »histoire cachée », ils préféreraient qu’il ne l’ait pas mentionné. Des décennies après la guerre, le serment SS qu’il avait prêté le liait, et il y avait encore des secrets officiels allemands sur lesquels il était obligé de garder le silence. Par conséquent, dans son livre, il a omis toute mention de l’année 1942 et des détails sur l’origine du marteau pneumatique.

Le Troisième Reich était au milieu d’une guerre majeure, qu’il risquait déjà de perdre. Son issue dépendait de la bataille de l’Atlantique, mais ils pouvaient épargner un sous-marin pour faire un détour par l’Argentine avec un marteau pneumatique pour une fouille archéologique au Paraguay. Probablement qu’ils ne se souciaient pas de deux huées pour le roi Ipir et donc leur intérêt était dans deux choses :

(i) Ils avaient besoin de la plus petite puce du toit et des murs en béton réputés impénétrables du refuge souterrain pour une analyse scientifique afin d’obtenir la formule.

(ii) Ils avaient besoin de savoir où menait le tunnel sous Bald Mountain ? La montagne était-elle l’un des portails du monde Vril ou similaire ?


N’oubliez pas de visiter et d’inviter vos ami(e)s  sur notre boutique web:

sur ce lien:Vintage par Michel

 

 

 

 

 

 

 

Alerte désastre écologique:Des tonnes de granulés toxiques recouvrent les plages du Sri Lanka, provoquant une catastrophe environnementale

Un porte-conteneurs en feu a jeté des tonnes de débris plastiques sur les plages du Sri Lanka.

 

Les soldats de la marine sri-lankaise travaillent pour enlever les débris qui se sont échoués sur un porte-conteneurs en feu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un porte-conteneurs en feu a jeté des tonnes de débris de plastique sur les plages du Sri Lanka, provoquant une catastrophe écologique généralisée, selon de récents rapports de presse.

Smoke billows from the Singapore-registered container ship MV X-Press Pearl, which has been burning for the ninth consecutive day in the sea off Sri Lanka’s Colombo Harbour, on a beach in Colombo on May 28, 2021. (Photo by Ishara S. KODIKARA / AFP) (Photo by ISHARA S. KODIKARA/AFP via Getty Images)

Le navire, le X-Press Pearl, avait navigué vers le Sri Lanka depuis l’Inde et était ancré près de Colombo le 20 mai, lorsque l’équipage a signalé pour la première fois de la fumée provenant de sa soute, selon le X-Press Pearl Incident Information Center . Le 21 mai, un incendie s’est déclaré sur le pont et au cours de la semaine suivante, l’incendie s’est intensifié et a continué de se propager. Le 24 mai, l’équipage de 13 personnes et l’équipage de lutte contre les incendies de 12 personnes ont été évacués du navire.

Le 31 mai, avec l’aide de la marine sri-lankaise, des remorqueurs pompiers et des garde-côtes indiens, l’incendie a été maîtrisé, sans flammes visibles, mais toujours de la fumée, selon le centre d’information. On ne sait pas encore comment l’incendie a commencé, mais les autorités suggèrent qu’une fuite des conteneurs du navire a déclenché les flammes, selon le Washington Post .

Le navire transportait 327 tonnes (297 tonnes métriques) de fioul lourd, 56 tonnes (51 tonnes métriques) de fioul marin et 81 conteneurs remplis de « marchandises dangereuses », dont 28 tonnes (25 tonnes métriques) d’acide nitrique, un composé corrosif. Le navire transportait également trois conteneurs ou 86 tonnes (78 tonnes métriques) de granulés de plastique, dont certains sont tombés du navire et couvrent maintenant des plages jusqu’à la côte sud du Sri Lanka, selon Mongabay .

Les autorités avertissent les gens de ne pas toucher aux granulés, appelés nurdles, car ils peuvent être contaminés par des produits chimiques, selon Mongabay. Les nurdles, qui sont la matière première utilisée dans la fabrication d’autres articles en plastique, peuvent absorber des produits chimiques au fil du temps, et si les espèces marines les avalent, ils peuvent contaminer la chaîne alimentaire.

«C’est une catastrophe environnementale», et les courants peuvent transporter les pellets jusqu’à l’autre côté du Sri Lanka, tuant potentiellement la faune et endommageant les écosystèmes, a déclaré la biologiste marine Asha de Vos au Post. Vos a décrit les plages comme étant remplies de tas de «neige» en plastique.

Les autorités ont également temporairement interdit la pêche dans ces zones ; et l’Agence nationale de recherche et de développement sur les ressources aquatiques échantillonne et analyse les poissons morts et les tortues trouvés le long de la côte ouest pour voir si leurs décès sont liés aux déversements.

Les débris du navires s’échouent partout sur les rivages.

 

La protection du milieu marin et le personnel militaire du Sri Lanka s’efforcent de retirer les nurdles des plages avant que les granulés ne retournent dans l’eau. Les équipes les jettent temporairement dans un parc à déchets dangereux et une fois que les scientifiques auront analysé les granulés, les autorités les détruiront, selon Mongabay.

Le nettoyage sera probablement difficile, a déclaré à Mongabay Muditha Katuwawala, coordinatrice de Pearl Protectors, une organisation à but non lucratif qui envoie des volontaires pour nettoyer les plages. « Nous prévoyons que le processus de nettoyage sera une opération de longue haleine, nous avons donc commencé à créer des outils qui peuvent aider les opérations de nettoyage et sensibiliser à la pollution des plages d’une telle ampleur. »

En raison d’un verrouillage national du COVID-19 au Sri Lanka, Pearl Protectors n’a pas pu nettoyer après cet incident, selon Mongabay. 

Il faudra des mois,sinon des années pour tout nettoyer!

APPUYEZ VOTRE SITE WEB FAVORI EN VISITANT LA BOUTIQUE  Vintage par Michel

UNISSONS-NOUS CONTRE LA CENSURE DE LA PENSÉE UNIQUE:

 

Sur ce lien à partager avec vos ami(e)s:VINTAGE PAR MICHEL

 

 

 

Exploration de l’espace:le rover chinois Tianwen-1 a atterri sur Mars

La Chine vient de débarquer avec succès son premier rover sur Mars, devenant ainsi le deuxième pays à le faire. 

Concept d’artiste de la première mission de rover sur Mars par la Chine, Tianwen-1, sur la planète rouge.

La mission Tianwen-1 , la première tentative interplanétaire de la Chine, a atteint la surface de la planète rouge vendredi (14 mai) vers 19 h 11 HAE (23 h 11 GMT), bien que les responsables spatiaux chinois n’aient pas encore confirmé l’heure et le lieu exacts de l’atterrissage. . Tianwen-1 (qui se traduit par « Heavenly Questions ») est arrivé sur l’orbite de Mars en février après avoir été lancé sur la planète rouge sur une fusée longue du 5 mars en juillet 2020. 

Après avoir fait le tour de la planète rouge pendant plus de trois mois, l’atterrisseur Tianwen-1, avec le rover attaché, s’est séparé de l’orbiteur pour commencer sa plongée vers la surface de la planète. Une fois que l’atterrisseur et le rover sont entrés dans l’atmosphère de Mars, le vaisseau spatial a subi une procédure similaire aux « sept minutes de terreur » que les rovers martiens de la NASA ont éprouvées en tentant d’atterrir en douceur sur Mars. 

La Chine vient de débarquer avec succès son premier rover sur Mars, devenant ainsi le deuxième pays à le faire. 

La mission Tianwen-1 , la première tentative interplanétaire de la Chine, a atteint la surface de la planète rouge vendredi (14 mai) vers 19 h 11 HAE (23 h 11 GMT), bien que les responsables spatiaux chinois n’aient pas encore confirmé l’heure et le lieu exacts de l’atterrissage. . Tianwen-1 (qui se traduit par « Heavenly Questions ») est arrivé sur l’orbite de Mars en février après avoir été lancé sur la planète rouge sur une fusée longue du 5 mars en juillet 2020. 

Après avoir fait le tour de la planète rouge pendant plus de trois mois, l’atterrisseur Tianwen-1, avec le rover attaché, s’est séparé de l’orbiteur pour commencer sa plongée vers la surface de la planète. Une fois que l’atterrisseur et le rover sont entrés dans l’atmosphère de Mars, le vaisseau spatial a subi une procédure similaire aux « sept minutes de terreur » que les rovers martiens de la NASA ont éprouvées en tentant d’atterrir en douceur sur Mars. 

Un bouclier thermique a protégé le vaisseau spatial pendant la descente enflammée, après quoi la mission a parachuté en toute sécurité dans la région d’ Utopia Planitia , une plaine à l’intérieur d’un énorme bassin d’impact dans l’hémisphère nord de la planète. Tout comme lors de l’atterrissage du rover Perseverance de la NASA, la plate-forme d’atterrissage de Tianwen-1 a tiré quelques petits moteurs de fusée orientés vers le bas pour ralentir pendant les dernières secondes de sa descente. 

L’Administration spatiale nationale chinoise (CNSA) n’a pas encore officiellement confirmé le succès de l’atterrissage, mais il a été annoncé sur les réseaux sociaux par le China Global Television Network ( CGTN ) et par des chercheurs de l’Université des sciences et technologies de Macao en Chine. 

Le rover chinois sur Mars, appelé Zhurong d’ après un ancien dieu du feu dans la mythologie chinoise, se séparera de l’atterrisseur en descendant une rampe pliable. Une fois déployé, le rover devrait passer au moins 90 jours sur Mars (ou environ 93 jours sur Terre; un jour sur Mars dure environ 40 minutes de plus qu’un jour sur Terre) à errer sur Mars pour étudier la composition de la planète et rechercher signes de glace d’eau. On pense qu’Utopia Planitia contient de grandes quantités de glace d’eau sous la surface. C’est également là que la mission Viking 2 de la NASA a atterri en 1976.

Le rover à six roues, qui a à peu près la taille des deux rovers Mars Spirit et Opportunity de la NASA, transporte à bord six instruments scientifiques, dont deux caméras panoramiques, un radar pénétrant dans le sol et un détecteur de champ magnétique. Il dispose également d’ un laser qu’il peut utiliser pour zapper les roches et étudier leur composition, ainsi que d’un instrument météorologique pour étudier le climat et la météo sur Mars.

Une image d’Utopia Planitia prise par l’orbiteur Tianwen-1 à une altitude d’environ 350 kilomètres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Zhurong travaillera en tandem avec l’orbiteur Tianwen-1 pour étudier la planète rouge, et l’orbiteur servira de station de relais de données pour les communications entre Zhurong et les contrôleurs de mission sur Terre. L’orbiteur est conçu pour durer au moins une année sur Mars, soit environ 687 jours terrestres.

Concept d’artiste de la première mission de rover sur Mars en Chine, Tianwen-1, sur la planète rouge. (Crédit d’image: CCTV / China National Space Administration)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tianwen-1 est peut-être la première mission d’atterrissage sur Mars de la Chine, mais ce n’est pas le premier tir de la Chine sur Mars. Le premier, un orbiteur appelé Yinghuo-1, lancé en 2011 avec l’échec de la mission russe de retour d’échantillons Phobos-Grunt Mars, qui n’a jamais dépassé l’orbite de la Terre après le lancement, s’écrasant dans l’océan Pacifique et détruisant le vaisseau spatial.

La Chine est désormais le deuxième pays à avoir réussi à faire atterrir un rover sur Mars (la NASA a atterri cinq rovers sur Mars). L’insertion en orbite réussie de la mission Tianwen-1 en février a fait de la Chine la sixième entité à le faire, après la NASA, l’Union soviétique, l’Agence spatiale européenne (ESA), l’Inde et les Émirats arabes unis. 

Mis à part la Chine et la NASA, l’Union soviétique est le seul autre pays à avoir posé une sonde sur Mars, mais cette mission (appelée Mars 3) s’est terminée prématurément lorsque le vaisseau spatial a échoué quelques minutes seulement après son atterrissage. L’Agence spatiale européenne a tenté deux atterrissages sur Mars, mais les deux engins spatiaux se sont écrasés. 

Tianwen-1 est la première mission interplanétaire de la Chine; Jusqu’à présent, les vaisseaux spatiaux chinois ne se sont pas aventurés au-delà de la lune terrestre, où la nation a réussi à atterrir deux rovers dans le cadre de son programme Chang’e , qui a récemment amené des roches lunaires sur Terre en décembre. La Chine prévoit également de lancer une ambitieuse mission de retour d’échantillons sur Mars en 2028, un peu comme une mission conjointe de retour d’échantillons de la NASA et de l’ESA qui devrait être lancée la même année.

En attendant, la Chine travaille à la construction de sa nouvelle station spatiale, dont la première pièce a été lancée en avril – et a provoqué la panique mondiale la semaine dernière lorsque de gros débris de fusées sont tombés sur Terre de manière incontrôlée. La Chine collabore également avec la Russie sur une mission de retour d’échantillons d’astéroïdes prévue pour 2024.


EN COMPLÉMENTAIRE

La mission Tianwen-1 en images
La fusée chinoise Long March 5 transportant la mission chinoise Tianwen-1 Mars se déploie sur la rampe de lancement le 17 juillet 2020.
La mission Tianwen-1 a été lancée sur une fusée chinoise Long March 5 le 23 juillet 2020, depuis le centre de lancement de satellites de Wenchang sur l’île de Hainan.

 

 

 

 

 

 

La sonde chinoise Tianwen-1 sur Mars est vue par une minuscule caméra éjectée du vaisseau spatial sur une photo prise à 15 millions de kilomètres de la Terre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

…autre photo de la caméra

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Terre et la lune imagées par Tianwen-1 le 27 juillet 2020, alors qu’elle se trouvait à 750000 miles de sa planète d’origine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une partie du bassin d’impact Utopia Planitia de Mars, photographiée par la caméra HiRISE à bord de Mars Reconnaissance Orbiter de la NASA. Le rover chinois Tianwen-1 Mars atterrira dans une section d’Utopia Planitia en 2021.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fusée Long 5 March a été transportée verticalement vers la zone de lancement du centre de lancement spatial chinois de Wenchang le 17 juillet 2020. Notez les logos des agences spatiales européenne (ESA), française (CNES), argentine (CONAE) et autrichienne (FFG) en plus de celui de l’Agence spatiale nationale chinoise (CNSA).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mise à feu de la fusée
La fusée en haute altitude

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’orbiteur, le rover et l’atterrisseur Tianwen-1 Mars séparés de leur fusée Long 5 mars après un lancement réussi le 23 juillet 2020.

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette capture d’écran d’une émission de vidéosurveillance montre une représentation de l’orbiteur-rover-atterrisseur Tianwen-1 Mars de la Chine après la séparation de l’engin spatial et le déploiement du panneau solaire le 23 juillet 2020.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une image fixe montrant le vaisseau spatial chinois Tianwen-1 Mars vu par le levé d’astéroïdes ATLAS basé à Hawaï.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le rover chinois Tianwan-1 Mars est photographié au «chantier de Mars», un terrain d’essai simulé de la planète rouge à l’Académie chinoise de technologie spatiale à Pékin, en Chine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une vue rapprochée des roues du rover Tianwen-1.

 

 

 

 

 

 

 

 

Concept d’artiste de la première mission de rover sur Mars en Chine, Tianwen-1, arrivant en orbite sur la planète rouge.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Concept d’artiste de la première mission de rover sur Mars en Chine, Tianwen-1, atterrissant sur la planète rouge.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tianwen-1 prèt à prendre contact avec le sol martien (dessin d’artiste)

 

 

 

 

 

 

 

 

Le concept d’un artiste du rover chinois Tianwen-1 déployé depuis l’atterrisseur sur la planète rouge.

 

 

 

 

 

 

 

 


N’oubliez pas de  supporter la boutique Vintage par Michel qui permet de faire vivre votre site web favori,malgré la censure des médias…en prenant l’occasion de vous faire plaisir!

Nous allons essayer de varier nos articles à l’avenir!

Sur ce lien: Vintage par Michel

 

 

 

Exploration spatiale:La Russie retourne sur la lune en cette année 2021

Vaisseau spatial Luna 25
Le vaisseau spatial Luna 25 vu lors de l’assemblage et des tests avant le lancement

La Russie revisite son patrimoine spatial soviétique pour une nouvelle série de missions qui prendront la nation à la m sur .

La première de ces missions, baptisée Luna 25, devrait être lancée en octobre, mettant fin à une sécheresse de 45 ans d’atterrissages sur la lune russe avec la première arrivée du pays au pôle sud, où, comme tout le monde ciblant la lune, les scientifiques russes veulent étudier l’ eau enfermée sous la surface dans la glace permanente.

« La lune est au centre de notre programme pour la prochaine décennie », a déclaré Lev Zelenyi, conseiller scientifique de l’Institut russe de recherche spatiale, lors d’une présentation virtuelle le 23 mars organisée par l’Académie nationale des sciences.

 

Dessin d’artiste russe représentant le rover Luna 25 en déplacement sur la lune.

 

La Russie a beaucoup de monde pour esquisser des programmes d’exploration lunaire ambitieux. Les États-Unis ciblent l’exploration humaine avec leur programme Artemis , qui comprend également de nombreuses missions robotiques sur la lune. En décembre, la Chine a acheminé les premiers échantillons lunaires frais sur Terre depuis des décennies dans une série de missions encore en cours, baptisée Chang’e. L’Inde et Israël ont tous deux promis un successeur de vaisseau spatial après que leurs atterrisseurs lunaires – respectivement surnommés Chandrayaan-2 et Beresheet – se sont écrasés sur la lune en 2019.

Mais seuls les États-Unis peuvent égaler l’héritage lunaire de la Russie, que la Russie exploite consciemment en reprenant le nom et l’énumération de la série Luna là où ils s’étaient arrêtés en 1976 . « Nous voulons montrer quelques cohérences », a déclaré Zelenyi.

Par conséquent, Luna 25. L’atterrisseur qui sera lancé en octobre est conçu pour étudier la glace gelée en permanence sous la surface de la lune, que les explorateurs potentiels espèrent exploiter en tant que ressource, et pour évaluer les dangers posés par des fragments acérés de poussière lunaire . Lors de son atterrissage, le vaisseau spatial utilisera une caméra de construction européenne pour faire avancer les futures missions lunaires de l’Agence spatiale européenne.

Mais Luna 25 n’est que le début, a souligné Zelenyi, parcourant un total de cinq missions lunaires à différentes étapes de planification. En 2023 ou 2024, la Russie prévoit de lancer Luna 26, cette fois un orbiteur qui rechercherait des anomalies magnétiques et gravitationnelles dans la lune et capturerait des images de haute précision de sites d’atterrissage potentiels.

Puis, en 2025, ce serait de retour à la surface avec Luna 27, que Zelenyi appelait «je pense le plus important». Comme l’atterrisseur arrivant cette année, Luna 27 ciblera le pôle sud de la lune et embarquera un logiciel d’atterrissage européen. Mais aussi sur le robot gracieuseté de l’Agence spatiale européenne serait une première: un foret permettant de rassembler la roche lunaire du pôle sud sans faire fondre des composés comme la glace d’eau trouvée dans le matériau.

En outre, l’atterrisseur portera une série d’instruments conçus pour étudier comment le vent solaire , un flux constant de particules chargées s’écoulant du soleil et à travers le système solaire, affecte la surface lunaire.

Les deux dernières missions de la série Luna telles que décrites par Zelenyi n’ont pas encore de dates de lancement. Mais Luna 28, également connu sous le nom de Luna-Grunt, s’appuierait directement sur son prédécesseur en ramenant sur Terre des échantillons stockés cryogéniquement du pôle sud lunaire qui retiendraient la glace d’eau et d’autres composés dits volatils.

« C’est un retour d’échantillons, mais un retour d’échantillons différent de celui qui a été fait auparavant », a déclaré Zelenyi. « Ce ne sera pas seulement le régolithe [la saleté lunaire], mais tous les éléments volatils et cryogéniques qui y sont inclus, ce qui est techniquement difficile. »

Enfin, Luna 29 emporterait un nouveau rover Lunokhod, rappelant à nouveau les missions soviétiques. Lunokhod-1 est devenu le premier rover à succès sur un autre monde en 1970 et a passé 10 mois à explorer la région surnommée Mare Imbrium, ou la mer des pluies.


SUPPORTEZ VOTRE SITE WEB FAVORI  QUI EST CENSURÉ PAR LES MÉDIAS EN VISANT NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE:

SUR CE LIEN: VINTAGE PAR MICHEL

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :