Un cauchemar pour Trump et Netanyahou. L’Iran annonce la découverte d’un vaste gisement de pétrole couvrant 2400 km² !

 

La cote de crédit de l’Iran vient d’augmenter. Je suppose qu’il s’est retenu longtemps avant d’annoncer  cette nouvelle concernant les champs de pétrole. Et vous pouvez parier que les Chinois le savaient déjà avant de signer l’engagement de plus de 400 milliards de dollars dans des projets d’infrastructures en Iran, dont une grande partie en énergie.

En tant que station clé de la Nouvelle Route de la Soie, les énormes quantités de pétrole et de gaz iraniens sont des bonus supplémentaires pour quiconque envisage de tenter un projet de développement de cette taille.

Au fur et à mesure que les lignes de chemin de fer seront construites, il ne sera pas difficile de s’assurer que les pipelines et les gazoducs seront en mesure de suivre le même itinéraire, l’efficacité totale constituant l’un des principaux objectifs de l’ingénierie.

L’Occident n’aura à s’en prendre qu’à lui-même. Le faible taux d’intérêt rapporté par la dette américaine a découragé les Chinois, qui y ont beaucoup investi mais gagné très peu. Il a clairement montré qu’un investissement beaucoup plus rentable pourrait être réalisé à long terme en investissant dans ces mégaprojets d’infrastructure, qui pourront créer des emplois pour les travailleurs chinois et d’autres travailleurs de la région pour plusieurs décennies.

C’est quelque chose que ni les États-Unis ni l’UE ne semblent capables de faire. On ne peut pas trouver chez eux un seul projet de développement de 50 milliards de dollars,  qu’il soit en cours ou même au stade de la planification. Les États-Unis s’endettent pour garder les portes ouvertes et les lumières allumées, tout en utilisant le chaos mondial et les changements de régime pour aider à maintenir cette position.

Ce n’est pas une stratégie gagnante à long terme. En fin de compte, tout ce que les États-Unis vont devoir jouer, suivis par leurs alliés européens, c’est la «carte de la guerre», semblable à ce que Roosevelt a fait pour s’engager dans la Seconde Guerre mondiale lorsque toutes les activités de stimulation qui ont suivi la Grande Dépression ne produisaient quasiment aucun emploi permanent… 

Hassan Rohanni à l’annonce de la découverte.

 

 

« Un petit cadeau du gouvernement au peuple »: le président iranien Hassan Rohani a annoncé ce dimanche 10 novembre la découverte d’un gisement pétrolier susceptible d’accroître d’un tiers les réserves nationales, une « bonne nouvelle » pour un Iran confronté aux sanctions économiques américaines.

 

« Nous avons trouvé un gisement de pétrole contenant (des réserves estimées à  53 milliards de barils », a déclaré Hassan Rohani lors d’un discours à Yazd (centre).
Une telle découverte est susceptible d’augmenter d’un tiers les réserves prouvées du pays. Celles-ci étaient de 155,6 milliards de barils fin 2018, selon la dernière édition du « Bilan statistique de l’énergie mondiale » publié par le groupe BP. L’Iran y était classé au quatrième rang derrière le Venezuela, l’Arabie saoudite et le Canada. La nouvelle serait susceptible de lui faire gagner un rang.
Le pays sous pression américaine
Le gisement, large de 2 400 km² et profond de 80 mètres, s’étend selon Hassan Rohani « de Bostan à Omidiyeh », deux villes de la province du Khouzestan, dans le sud-ouest.
Situation du nouveau champ pétrolier en Iran.
C’est « un petit cadeau du gouvernement au peuple d’Iran », a déclaré Hassan Rohani, alors que l’économie du pays souffre des sanctions économiques rétablies contre la République islamique par les Etats-Unis depuis 2018.
Le PIB iranien devrait ainsi chuter de 9,5% cette année, selon le Fonds monétaire international (FMI).
« Hostilité et sanctions cruelles »
Au quotidien, les Iraniens sont confrontés à une inflation à deux chiffres, en reflux progressif néanmoins, et à une dévaluation du rial qui renchérit fortement le prix des importations.
Hassan Rohani a profité de l’annonce de la « bonne nouvelle » pétrolière pour assurer que l’économie iranienne se stabilisait déjà: « Notre peuple a traversé des jours difficiles l’an dernier (mais) je pense que l’Amérique désormais n’a plus d’espoir », a-t-il lancé.
« Nous annonçons aujourd’hui à l’Amérique que nous sommes une nation riche, et qu’en dépit de votre hostilité et de vos sanctions cruelles, les ouvriers et les ingénieurs iraniens du pétrole ont découvert ce champ magnifique », a ajouté le président iranien.
Débouchés difficiles
Reste à savoir comment le pays pourra profiter de cette découverte. Conséquence du rétablissement de sanctions américaines contre la République islamique dans la foulée de la sortie unilatérale des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 à Vienne, l’Iran a les plus grandes difficultés à écouler son pétrole à l’étranger.
En mai, Washington a notamment mis fin aux exemptions qu’il accordait aux huit principaux acheteurs de pétrole iranien, renforçant la pression sur des pays comme la Chine, l’Inde et la Turquie pour trouver d’autres fournisseurs de brut que l’Iran.
Téhéran a rétorqué aux sanctions américaines en réduisant progressivement ses engagements sur le nucléaire.
La région sous haute tension
L’Iran a ainsi annoncé jeudi avoir repris des activités d’enrichissement d’uranium dans son usine souterraine de Fordo, qui étaient gelées en vertu de l’accord de 2015.
Entre un drone américain abattu en juin par l’Iran, des saisies croisées de pétroliers, et des attaques contre des navires étrangers attribuées à l’Iran mais démenties par Téhéran, la région du Golfe est sous haute tension depuis six mois.
En septembre, l’Iran, bien qu’il s’en soit défendu, a été accusé d’être derrière une attaque contre des installations pétrolières majeures en Arabie saoudite. Celle-ci a été revendiquée par les rebelles Houthis du Yémen, soutenus par Téhéran.
L’Iran possède déjà la troisième puissance militaire du monde.

 

 

Publicités

Astronomie:La NASA détecte une énorme explosion thermonucléaire dans l’espace lointain

 

 

“Cet éclatement a été exceptionnel”. L’astrophysicien de la NASA Peter Bult s’enthousiasme après l’observation d’une explosion thermonucléaire massive dans l’espace. À l’origine de cet évènement ? Un puissant pulsar, c’est-à dire les restes stellaires d’une étoile en supernova. L’implosion du corps céleste était trop petite pour former un trou noir, mais a pu être découverte par l’agence spatiale grâce à la projection intense d’un faisceau de rayons X, capté par le télescope NASA Neutron star Interior Composition Explorer (NICER) de la Station spatiale internationale (ISS). Le phénomène, décrit dans une étude publiée dans The Astrophysical Journal Letters fin octobre, serait le plus puissant et le plus brillant jamais détecté.

 

 

 

Plus précisément, les pulsars sont des sortes d’étoiles à neutrons. Lorsqu’ils n’ont plus de “carburant”, leur noyau compact s’effondre sous son propre poids et explose. Ces objets astronomiques hébergent des points chauds émettant des rayons X. Et comme ils tournent vite, ils balayent ces points embrasés dans notre champ de vision, produisant des impulsions de rayonnement de haute énergie.

La rotation rapide de l étoile peut entrainer deux faisceaux radio. produits par le champ magnétique. -> perception d impulsions radio périodiques. horloges cosmiques de grande stabilité.

Le lointain pulsar observé par la NASA est surnommé SAX J1808.4-3658, ou J1808. Il se trouve à environ 11.000 années-lumière de la constellation du Sagittaire. L’explosion a quant à elle été observée par la NASA le 20 août dernier. Et elle révèle “de nombreux phénomènes qui n’ont jamais été vus ensemble en une seule rafale”, d’après les chercheurs. Ces derniers estiment qu’elle est un puissant rappel que l’espace est extrêmement dangereux. En seulement 20 secondes, l’éclat a libéré la même quantité que notre Soleil produit en 10 jours.

 

Des changements de luminosité

Les détails capturés lors de cette “éruption record” devraient aider les astronomes à affiner leur compréhension des processus physiques à l’origine de ces poussées thermonucléaires. Car les données de NICER montrent des caractéristiques étranges, notamment “ un changement de luminositéen deux étapes, peut-être causé par l’éjection de couches séparées de la surface du pulsar ”, explique Peter Bult.

En fait, les astronomes pensent que l’explosion a été causée par de l’hélium accumulé, qui se serait enfoncé sous la surface du pulsar et aurait fondu pour composer une boule de carbone. “Ensuite, l’hélium explose et libère une boule de feu thermonucléaire sur toute la surface du pulsar”, explique Zaven Arzoumanian, directeur de la mission NICER. Seulement, après s’être stabilisée, avoir augmenté puis s’être rétractée, la luminosité du flash s’est de nouveau allumée, de façon moins importante. Il faudra de plus amples recherches pour que les scientifiques comprennent pourquoi.

 


EN COMPLÉMENT

 

Qu’est-ce que la limite de Chandrasekhar ?

 

Au cours de leur vie, les étoiles traversent plusieurs phases corrélées à leur dynamique interne. Cette évolution peut les mener au stade de naine blanche et, par la suite, jusqu’aux stades d’étoile à neutrons et de trou noir. En 1930, alors qu’il n’avait que 20 ans, le physicien indien Subrahmanyan Chandrasekhar démontre que la fin des étoiles dépend de leur masse et de celle de leur cœur.

Il calcule alors la limite maximale qu’un objet peut atteindre avant soit d’exploser, dans le cas d’une naine blanche (étoiles peu massives), soit de s’effondrer en étoile à neutrons ou en trou noir dans le cas d’une étoile massive. Cette limite porte le nom de « limite de Chandrasekhar » et vaut 1.44 masses solaires, soit 2.9×1030 kg.

Fin de vie des étoiles peu massives : naines blanches et supernovas de type Ia

1. Évolution d’une étoile en naine blanche

Le stade de naine blanche est le stade final de l’évolution des étoiles de la Séquence principale possédant une masse comprise entre 0.05 et 10 masses solaires (1). Une étoile demeure stable dès lors que l’effet de la gravitation, qui tend à contracter l’étoile sur elle-même, est contrebalancé par la pression de radiation issue des réactions de fusion thermonucléaire ayant lieu dans son cœur. Ces deux forces s’équilibrent, permettant à l’étoile de rester stable sur la Séquence principale.

Cependant, à la fin de sa vie, une étoile peu massive a fusionné la presque totalité de son hydrogène en hélium. Les réactions de fusion thermonucléaire s’arrêtent donc progressivement et ne fournissent plus assez de pression de radiation pour équilibrer la contraction gravitationnelle. L’étoile s’effondre alors sur elle-même.

Cet effondrement entraîne une élévation extrêmement importante de la température (jusqu’à 100 millions de Kelvin) et de la pression du cœur, conduisant à un nouvel état d’équilibre hydrostatique et à l’allumage de nouvelles réactions thermonucléaires fusionnant l’hélium en carbone et en oxygène, par l’intermédiaire du mécanisme de réaction triple-alpha (processus permettant d’aboutir à la formation de carbone à partir de la fusion de trois particules alpha).

 

Ces réactions de fusion dégagent une importante quantité d’énergie allant du centre vers la périphérie de l’étoile, générant une pression interne responsable de l’augmentation du diamètre de l’étoile : celle-ci devient une géante rouge. Ce stade est temporaire, car la fusion de l’hélium est un processus assez rapide ; une fois cette dernière terminée, la contraction gravitationnelle recommence. L’étoile n’étant pas assez massive pour amorcer la fusion du carbone, son cœur s’effondre et donne naissance à une naine blanche. Les couches périphériques rebondissent sur le cœur et son éjectées dans l’espace pour former une nébuleuse planétaire (composée d’hydrogène et d’hélium).

2. De la naine blanche à la supernova de type Ia

Le cœur carbone-oxygène de la naine blanche continue de se contracter sous l’effet de la gravitation. Cependant, sous cette compression progressive, les atomes finissent par se retrouver très étroitement juxtaposés. La matière atteint une telle densité que les orbitales atomiques sont compressées les unes contre les autres. Dès lors, une pression opposée à la gravité apparaît : la pression de dégénérescence électronique.

En effet, le principe d’exclusion de Pauli empêche alors les orbitales atomiques contenant des électrons de se rapprocher davantage. Ce principe interdit à deux électrons d’être dans le même état quantique, c’est-à-dire de posséder un spin identique sur un même niveau d’énergie. Pour empêcher la violation du principe d’exclusion, une force s’opposant à la contraction gravitationnelle émerge. Un tel état de la matière est appelé « matière dégénérée ».

 

Grâce à cette pression de dégénérescence électronique s’opposant à la gravité, la naine blanche, dont le cœur possède une masse inférieure à 1 masse solaire (2), atteint un état d’équilibre très stable. Sans influence extérieure, la naine blanche est vouée à refroidir progressivement et à devenir une naine noire.

Toutefois, si la naine blanche appartient à un système binaire, celle-ci peut accréter (absorber) de la matière de son compagnon (3), ayant pour effet d’augmenter sa masse tout en diminuant son rayon. Cette augmentation de masse entraîne la compression du cœur, conduisant à une augmentation de température jusqu’à ce que cette dernière soit suffisante pour permettre la fusion du carbone (3).

Lorsque la masse de la naine blanche atteint la limite de Chandrasekhar, soit 1.44 masses solaires, la température est si élevée que la réaction de fusion du carbone s’emballe brusquement, libérant une quantité phénoménale d’énergie (supérieure à l’énergie de liaison gravitationnelle du cœur) et conduisant à l’explosion thermonucléaire de la naine blanche en supernova de type Ia (4). La naine blanche est littéralement soufflée et aucun résidu, hormis un rémanent, ne demeure après sa fin. Un tel processus porte le nom de « modèle à dégénérescence simple ».

 

 

Il a été avancé que, théoriquement, si une naine blanche accrète une importante quantité de matière en un laps de temps extrêmement bref, alors celle-ci pourrait contenir la réaction de fusion du carbone suffisamment longtemps pour s’effondrer sur elle-même et former une étoile à neutrons (5). Toutefois, cette hypothèse reste actuellement très discutée.

Fin de vie des étoiles massives : supernovas de type II, étoiles à neutrons et trous noirs

1. Évolution d’une étoile en étoile à neutrons

Pour une étoile possédant une masse supérieure à 10 masses solaires, le destin est tout autre. Une telle étoile est suffisamment massive pour que se son cœur de carbone-oxygène se contracte et se réchauffe de manière à amorcer la fusion du carbone en néon et magnésium. Puis, la température continuant d’augmenter sous la contraction gravitationnelle, le néon fusionne pour donner du fer et du nickel 56.

À ce stade, la pression de dégénérescence électronique qui s’exerce au sein du cœur est suffisante pour contrebalancer la gravité. Cependant, les réactions de fusion continuent à produire du fer et du nickel 56, qui se déposent progressivement sur le cœur, augmentant graduellement sa masse jusqu’à ce que elle-ci atteigne la limite de Chandrasekhar. Dès lors, la pression de dégénérescence électronique n’est plus suffisante et le cœur s’effondre.

Afin de respecter le principe d’exclusion de Pauli, les électrons entrent dans les protons qui se transforment en neutrons. Le cœur subit donc une neutronisation générale avec émission masive de neutrinos électroniques. Le cœur devient une étoile à neutrons avec un diamètre compris entre 20 et 30 kilomètres.

Parallèlement, les couches entourant le cœur rebondissent sur ce dernier à une vitesse égale à 10% de celle de la lumière, prenant la forme d’une onde de choc. L’émission massive de neutrinos se propage du centre vers la périphérie, chauffant brutalement l’onde de choc. L’onde de choc et l’émission rapide de neutrinos combinées conduisent à un phénoménal dégagement d’énergie sous la forme d’une supernova de type II.

À ce stade, le cœur neutronique continue de se contracter sous l’effet de la gravitation jusqu’à ce que les neutrons, soumis au principe d’exclusion de Pauli, développent une force répulsive contrecarrant la gravité : c’est la pression de dégénérescence neutronique. L’étoile à neutrons devient ainsi stable tant que le cœur ne dépasse pas une masse de 3 masses solaires.

2. Évolution d’une étoile à neutrons en trou noir : la limite d’Oppenheimer-Volkoff

Comme vu ci-dessus, une étoile à neutrons est stable tant que la pression de dégénérescence neutronique contrebalance la contraction gravitationnelle. Cela n’est possible que tant que la masse du cœur reste inférieure ou égale à 3 masses solaires. Au-delà de cette limite calculée par les physiciens J. R. Oppenheimer et G. M. Volkoff, l’étoile à neutrons s’effondre en trou noir.

 

Pour une étoile à neutrons solitaire, l’évolution sera donc extrêmement stable. En revanche, pour une étoile à neutrons binaire et/ou entourée d’autres corps célestes, l’évolution est plus chaotique. Celle-ci pourra accréter la matière de son/ses compagnon(s), augmentant progressivement la masse de son cœur neutronique jusqu’à la limite d’Oppenheimer-Volkoff.

Une fois cette limite atteinte, la pression de dégénérescence neutronique n’est plus suffisante pour contrebalancer la contraction gravitationnelle. Le cœur s’effondre dès lors sur lui-même et un horizon des événements apparaît, piégeant la lumière émise lors du dégagement d’énergie dû à l’effondrement. L’étoile à neutrons disparaît pour laisser place à un trou noir stellaire.

Dans certains cas, la transformation en trou noir ne passe pas par l’étape de l’étoile à neutrons. Si lors de la neutronisation du cœur de l’étoile, ce dernier possède une masse supérieure à la limite d’Oppenheimer-Volkoff, alors le cœur s’effondre directement en un trou noir stellaire.

 

Sources : Iopscience (1), Observatoire de Paris (2), AnnualReviews (3), Department Of Astronomy Of Ohio State University (4), Arxiv.org (5)

 

 

 

15 ans d’émissions de gaz à effet de serre, 20 cm de montée des eaux (étude)

Comme un paquebot lancé à toute vitesse ne peut s’arrêter d’un coup, le niveau des océans va monter dramatiquement même si l’on réduisait à zéro les émissions de gaz à effet de serre en 2030, avertissent des chercheurs dans une étude publiée lundi.

Kivalina Alaska

Rien que les gaz à effet de serre rejetés entre la signature de l’accord de Paris, en 2015, et l’année 2030 contribueront à élever le niveau des mers de 8 centimètres d’ici 2100 et 20 cm d’ici 2300, par rapport à la période de référence 1986-2005, rapportent des chercheurs en science du climat basés en Allemagne dans les Comptes-rendus de l’Académie américaine des sciences (la revue PNAS).

Le but de l’étude, explique à l’AFP le coauteur Alexander Nauels, de l’institut Climate Analytics basé à Berlin, est de montrer que les émissions actuelles ont un effet assuré sur la montée des eaux, et que cet effet sera particulièrement ressenti dans les deux prochains siècles.

Au total, la montée des eaux atteindrait au moins un mètre d’ici 2300, dans le scénario très improbable où les émissions tomberaient à zéro en 2030. En tout état de cause, la hausse a de grandes chances de dépasser le mètre. Les scientifiques mandatés par l’ONU ont déjà prédit 26 à 77 cm d’ici la fin de notre siècle.

Mais le quart de cette élévation d’un mètre sera dû aux seules émissions de la Chine, des Etats-Unis, de l’Union européenne, de l’Inde et de la Russie pendant 40 ans, pour la seule période 1991-2030, calculent les chercheurs dans la nouvelle étude.

Par comparaison, les océans ont monté de l’ordre de 20 cm au cours du 20e siècle.

« On se concentre d’habitude sur le 21e siècle, ce qui peut parfois donner la fausse impression qu’après le 21e siècle tout s’arrêtera », dit le chercheur.

Or la montée des eaux est due à plusieurs phénomènes complexes, qui agissent pour certains avec des échelles de plusieurs siècles. On comprend toujours mal le comportement des glaces de l’Antarctique, qui jusqu’à présent ont moins fondu que le Groenland.

« Le problème de la montée des eaux est que c’est un système très lent, avec un temps de réponse très long », dit Alexander Nauels.

Et il ajoute: « un centimètre, peut-être que ça n’a l’air de rien, mais c’est beaucoup ».

Dans un rapport publié l’an dernier, les experts du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) ont écrit que réduire de 10 cm la montée des eaux permettrait d’épargner directement 10 millions de personnes.

Le pire ce serait cela…sans aucun contrôle!

Les dossiers de Michel Duchaine: Hécate, sorcière du XXIe siècle

 

La nouvelle ambassadrice de Lucifer reçoit ses « clients » dans le 16e arrondissement de Paris. Une sorcière qui fait plus de pub que de mal.

Photo d’Hécate

 

Elle n’a pas eu besoin de baguette magique pour attirer l’attention des médias fin septembre, un simple mail a suffi « Hécate devient la doyenne des sorcières de France. » De LCI à 20 Minutes en passant par Libération, les journalistes se sont jetés sur le sujet. Signe du destin ?  L’association d’idées fut immédiate : sorcière = jeteuse de sorts = pacte avec le Diable. N’est-ce pas le cliché ancré dans l’imaginaire populaire depuis que l’Inquisition a inventé le personnage maléfique de la sorcière cruelle et lubrique ? Mais au XXIe siècle, au regard du Code pénal, la sorcellerie n’existe pas. Alors, Hécate (c’est son nom officiel), une blague ? Nous sommes donc nous aussi allés la consulter.

 

« Une confidente qui accueille tout »

Dans le très chic 16e arrondissement de Paris, un paillasson élimé à motif de chat et de chien. Un homme très maigre s’efface pour nous laisser entrer : son assistant, et son époux, qui filtre les appels et dépouille les mails. Il nous introduit dans une petite pièce à la moquette et aux tapisseries fatiguées. Fenêtre vitrail qui tamise la lumière, crâne humain, statues hindoues, masques africains… et elle. Les yeux, lourdement surlignés, la chevelure, ébène. Noirs, le pull, la longue jupe, les escarpins et les collants brodés. Hécate, 65 ans, porte beau. On commence par la question la plus tarte à l’heure d’Harry Potter. « Hécate, une sorcière aujourd’hui, c’est quoi ? » – « Une confidente qui accueille tout. Qui apaise. » Mais la sorcellerie, alors ? « La sorcière essaie de faire dévier le cours d’un destin, ce qui n’est pas toujours gagné. Car qu’est-ce qui est écrit, qu’est-ce qui ne l’est pas ? ». Plus précisément ?

Hécate a pour patron Lucifer, « à ne pas confondre avec Satan »explique-t-elle. Au firmament, donc, Dieu et le bien, dans les bas-fonds le Diable, incarnation du mal, et au milieu, Lux Ferri, celui qui apporte la lumière, l’ange déchu par Dieu. « Il a payé pour avoir transmis un peu de la connaissance aux hommes ; il ne mérite pas sa mauvaise réputation. » Lucifer, un petit frère chrétien du Prométhée grec, victime comme lui d’un dieu jaloux de son pouvoir. Cette histoire tragique a détourné Hécate du catholicisme. « Crois et tais-toi. Cela m’a vite soûlée. » En recherche, la jeune fille côtoie plusieurs illuminés, certains dangereux (une estafilade liée à un rituel exotique en témoigne). Mais un jour elle rencontre Yul Rugga, fondateur de la Wicca occidental (de whitchcraft, sorcellerie en anglais), aujourd’hui décédé, maître en luciférisme, une « religion plutôt philosophique », selon elle, qui redonne du pouvoir à l’homme et ne laisse pas Dieu décider de tout.

Des demandes de plus en plus violentes

Hécate se forme pendant dix ans auprès du maître, le soir. La journée, elle étudie le droit. Elle sera pendant deux ans avocate pénaliste, avant de demander sa radiation du barreau. « J’avais suffisamment fait plaisir à mes parents », confie-t-elle. Sa catholique de mère comme son chef d’entreprise de père n’ont pu que s’incliner. Ne gagnait-elle pas bien sa vie grâce à la sorcellerie ? Et une sorcière, comme l’avocate, est au service du client, qui demande toujours la même chose « Faire revenir un être aimé ou aider au développement d’une entreprise », ce qui peut se traduire par l’envie de dégommer un concurrent. De plus en plus violents, d’ailleurs, les « consultants ». Quand il y a trente ans, elle comptait une demande d’assassinat par an, elle en reçoit aujourd’hui plusieurs ; quant aux demandes de vengeance, elles se multiplient.

Évidemment, elle filtre. Au cours d’un entretien préalable (80 euros), elle dissèque les motivations de ses clients, avec comme règle de ne jamais leur donner tort, de les rassurer en leur disant qu’elle va faire le maximum – un bon moyen de désamorcer la violence –, mais aussi ne jamais garantir la réussite: « Donner satisfaction tout en ne donnant pas trop. C’est commode de ne pas garantir les travaux à 100 %, même si ce n’est pas très glorieux. »

Paiements en liquide

Mais Hécate, pratiquez-vous la magie noire, celle qui tue ? Réponse de sorcière : « Notre vocation est d’aider, sans faire de mal à l’autre, mais s’il faut donner un coup de griffe, on le donne. La magie n’est ni blanche ni noire, elle est dans l’intentionnalité. » Concrètement, Hécate n’envoie pas ceux qui contrarient ses clients dans un fauteuil roulant, elle se contente de leur pourrir la vie en leur imposant une succession d’ennuis : panne de voiture, crédit refusé, maladie, etc. « J’assume seule le parti que je vais prendre. » Comme ses confrères, ainsi que l’analyse Dominique Camus, ethnologue, docteur ès sciences à l’EHESS, qui a longuement enquêté sur les sorciers hexagonaux : « Le sorcier fait et défait, il envoûte ou désenvoûte, il agit pour ce que communément on appelle le bien ou le mal. Mais c’est en fait une fausse vision des choses. Le sorcier agit toujours pour le bien de son client… qui est toujours la victime de quelqu’un. » Et de poursuivre : « Les sorciers assument par principe, puisqu’ils acceptent les demandes de leurs clients en prenant leur argent. »

L’argent, justement.Oui, Hécate reçoit des paiements en liquide, une préférence de clients qui veulent éviter toute trace sur leur relevé bancaire. Mais elle accepte les chèques, et déclare ses revenus en tant que parapsychologue, une profession classée libérale. Elle a même été contrôlée à deux reprises. Riche, la plus ancienne sorcière de France ? Elle n’est que locataire de son appartement. Elle facture ses travaux 3 000 euros en moyenne. Si le « consultant » n’a pas eu satisfaction, elle recommence les rituels une seconde fois gratuitement. Cher payée, la consultation ? « Je facture mon temps », explique-t-elle. Les rituels sont chronophages. Ils s’effectuent la nuit pendant trois lunaisons. Pour manipuler forces occultes et énergies, elle utilise comme support des statuettes en cire, des dagydes, auxquelles ont été incorporées des matières organiques, ongles ou cheveux de l’intéressé et qu’elle pique avec un clou.

La concurrence des pseudo-sorciers du net

Mais quel besoin l’a poussée à claironner urbi et orbi qu’elle était devenue la doyenne des sorcières de France, à la suite du décès de sa consœur luciférienne du Midi, Carmen, 82 ans ? « J’ai une notoriété à entretenir », déclare pudiquement Hécate, qui a déjà participé à plusieurs émissions sur le paranormal. C’est aussi à cause d’Internet, qui, selon elle, fait beaucoup de tort au métier. Sur la Toile, des charlatans ne proposent-ils pas d’envoyer contre 20 euros des rituels à faire soi-même ? Et, elle le reconnaît volontiers, il faut bien qu’elle renouvelle, voire étende sa clientèle, des femmes comme des hommes, et de tout milieu social.

Et l’avenir, Hécate ? Un cabinet de sorcellerie, cela se transmet-il ? La doyenne des sorcières n’a pas préparé sa succession. « Vous savez, cela demande du temps de former un nouvel adepte. » De fait, l’avenir du métier, elle n’y croit pas. « On comprendra un jour pourquoi les phénomènes dits surnaturels ne l’étaient pas grâce à la physique quantique. La sorcellerie disparaîtra alors d’elle-même, je ne vois pas cet art-là perdurer indéfiniment. » Lucifer a du souci à se faire.

Yul Rugga ,le nouveau gourou luciférien…décédé!

 

 

Jeremy Rifkin prédit la fin de la « civilisation fossile »

Jeremy Rifkin

La civilisation centrée sur les énergies fossiles va s’effondrer d’ici à 2028 pour être remplacée par une nouvelle économie basée sur le solaire, l’éolien, le numérique, et sans nucléaire, prédit l’essayiste et économiste américain Jeremy Rifkin.

« La civilisation des carburants fossiles, qui est à la base des deux premières révolutions industrielles, s’effondre en temps réel », estime-t-il dans un entretien à l’AFP à l’occasion de la parution en français de son dernier ouvrage, « Le New Deal vert mondial » (éditions Les liens qui libèrent).

Jeremy Rifkin, qui a conseillé des responsables européens et des dirigeants chinois, part du constat que « le solaire et l’éolien deviennent si bon marché que leur coût moyen est désormais moindre que celui de l’énergie nucléaire, du pétrole, du charbon ou même du gaz naturel ».

« C’est un tournant majeur et nous commençons à voir des milliers de milliards de dollars d’actifs perdus dans le complexe mondial des énergies fossiles », souligne-t-il.

« Les actifs perdus, ce sont les droits d’exploration (pétrolière et gazière) qui resteront inutilisés, tous les hydrocarbures qui ne seront jamais extraits, tous les pipelines qui seront abandonnés, les centrales électriques qui ne seront pas utilisées parce qu’elles ne seront jamais amorties. »

Pour lui, le marché agit comme « une force puissante » dans cette évolution: « 11.000 milliards de dollars se sont déjà rapidement détournés des énergies fossiles, les investisseurs ne voulant pas perdre leur mise », indique-t-il, relevant: la banque américaine « Citigroup estime que nous pourrions voir 100.000 milliards d’actif perdus. C’est la plus grosse bulle de l’histoire économique ».

 

– « Pas besoin de nouvelles taxes » –

Pour l’essayiste, convaincu de l’avènement d’une nouvelle forme de capitalisme, c’est « la nature de l’infrastructure qui détermine la nature du système économique ».

Il imagine ainsi un monde futur reposant sur trois grands types d’infrastructures, réunissant les populations au niveau local comme mondial dans ce qu’il appelle la « glocalisation »: des réseaux de communication par smartphones; de l’énergie renouvelable, produite de manière décentralisée et distribuée par des réseaux intelligents; et enfin des transports électriques ou à pile à combustible, intégrés dans des chaînes logistiques intelligentes.

Cela nécessitera de gérer beaucoup de données. Elle ne seront toutefois plus contrôlées par les Google, Facebook et autres Amazon, mais stockées dans de petits centres reliés entre eux et contrôlés par des « assemblées de pairs » (des experts nommés par des responsables locaux ou régionaux).

Des projets pilotes existent aujourd’hui, avec quelques autobus à hydrogène ou bâtiments à énergie positive. Dans le nord de la France, Jeremy Rifkin a conseillé en la matière le président de région Daniel Percheron et continue de collaborer avec son successeur Xavier Bertrand.

Mais il plaide pour un changement d’échelle, où les décideurs politiques auront un rôle important à jouer.

« Ce sont les gouvernements qui créent l’infrastructure pour la révolution industrielle du XXIe siècle. Les Etats doivent créer des banques vertes, les régions françaises doivent mettre sur pied leurs propres banques vertes et émettre des obligations vertes » qui séduiront les fonds d’investissements recherchant « des rendements à long terme, stables, qui sont ceux que fournissent les infrastructures », détaille M. Rifkin.

En revanche, « vous n’avez pas besoin de nouvelles taxes », assure-t-il, un peu moins d’un an après le début de la crise des « gilets jaunes ».

– Le nucléaire condamné –

Avec ces infrastructures, des millions de personnes, d’associations, de petites entreprises pourront « créer des coopératives pour leur énergie solaire et éolienne et réinjecter ce qu’elles n’utilisent pas dans un internet de l’énergie renouvelable de plus en plus numérisé qui pourra traverser les pays et même les continents ».

Exit donc la production d’énergie centralisée qui domine aujourd’hui.

« Construire une nouvelle centrale électrique est complètement absurde », affirme-t-il, « le prix réel de l’énergie nucléaire sur la durée de vie d’une centrale est de 112 dollars par mégawatt », contre « entre 29 et 40 dollars par mégawatt » pour le solaire et l’éolien.

Et « il y a un autre problème: le manque d’eau », prévient-il. « Une part importante de l’eau douce sert à refroidir les réacteurs. Mais avec le changement climatique, l’eau des rivières et des lacs se réchauffe » et deviendra inutilisable l’été pour refroidir les centrales. Cela s’est déjà produit dans le sud de la France.

 

 

 

 

L’humanité en danger:Le déclin de la nature mettra en péril cinq milliards d’êtres humains d’ici 30 ans

D’ici 30 ans, cinq milliards d’humains, particulièrement en Afrique et en Asie du Sud, pourraient être confrontés à une pénurie d’eau potable et de nourriture.

 

 

D’ici 30 ans, cinq milliards d’humains, particulièrement en Afrique et en Asie du Sud, pourraient être confrontés à une pénurie d’eau potable et de nourriture. Des centaines de millions d’autres vivant dans des régions côtières pourraient être frappés par des inondations catastrophiques. C’est ce que révèle une modélisation des services que la nature sera encore en mesure d’offrir aux populations humaines à l’échelle du globe en 2050 compte tenu du déclin rapide de la biodiversité et dont les résultats sont publiés dans la revue Science.

Sécheresse en Afrique de l’est

Le plus récent rapport de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) nous informait qu’un million d’espèces étaient menacées d’extinction et que les bénéfices que les humains retirent de la nature diminueraient en conséquence. La nature contribue au bien-être des populations humaines de diverses façons. Ce peut être sous forme de ressources alimentaires par le biais de la pêche et de l’agriculture, ou plus indirectement en contribuant à l’épuration de l’eau, à la pollinisation des cultures et à la protection des côtes contre les effets dévastateurs des tempêtes, par exemple.

 

Une équipe internationale dirigée par Becky Chaplin-Kramer, de l’Université Stanford, a voulu savoir où, dans le monde, les contributions de la nature sont les plus nécessaires pour assurer le bien-être des habitants et quelles populations en particulier écoperont le plus de la dégradation de la nature, afin de prévoir des actions plus ciblées qui permettraient de prévenir les dégâts.

Pour ce faire, les chercheurs ont cartographié les besoins, voire la dépendance des différentes populations du monde à trois services particuliers que la nature leur fournit. Le service offert par les plantes et les algues des milieux humides qui filtrent les polluants, tels que les nitrates en excès provenant des fertilisants répandus pour accroître les récoltes, et qui assurent ainsi l’accès à de l’eau potable. Le service accordé par les récifs coralliens, les mangroves, les herbiers marins et les marais salants qui atténuent l’érosion des côtes et, de ce fait, diminuent l’impact des inondations entraînées par le vent, la houle et l’élévation du niveau de la mer. Et le service fourni par les pollinisateurs naturels, tels que les abeilles, qui assurent des cultures fécondes.

Ils ont également cartographié les contributions actuelles de la nature en matière de rétention de nitrates, de protection des côtes et de pollinisation des cultures à travers le monde. Et ils ont repéré, avec une précision de 300 mètres sur 300 mètres, les endroits où ces contributions ne suffisent pas à combler les besoins des populations, en raison vraisemblablement de la dégradation de la nature, qui entraîne notamment la présence de polluants dans l’eau, des risques accrus d’inondation en régions côtières et des pertes de récoltes, résultat d’une pollinisation insuffisante.

 

À l’aide d’une plateforme de modélisation, les chercheurs ont ensuite pu prédire les impacts de divers scénarios du futur sur l’aptitude de la nature à répondre aux besoins des populations humaines. Ils ont ainsi calculé que, peu importe le scénario, près de cinq milliards d’humains pourraient ne plus avoir un accès assuré à l’eau potable et à la nourriture nécessaires à leur survie en 2050. Et des centaines de millions de personnes vivant dans des régions côtières ne seront plus protégées des intempéries.

 

Les chercheurs ont également remarqué que c’est sur les populations d’Afrique et d’Asie du Sud que pèsent les plus grandes menaces de famine, de pénurie d’eau potable et d’inondations découlant de la dégradation de la nature, soit plus particulièrement sur celles du bassin du Gange, de la Chine orientale et de l’Afrique subsaharienne, des populations qui, en plus, dépendent beaucoup de la nature pour assurer leur survie.

 

Cette étude permet d’orienter les actions qui doivent être prises pour atténuer les dégâts, font valoir les chercheurs. Selon Elena Bennett, du Département des sciences des ressources naturelles de l’Université McGill, « pour résoudre les problèmes que vivent les populations d’Asie du Sud, on ne peut pas simplement leur dire de faire une meilleure gestion [de leurs ressources] ».

Sans commentaire!

« Nous devons aussi considérer le rôle que nous, habitants de l’Amérique du Nord, jouons dans leurs problèmes en achetant divers produits d’Asie du Sud, que ce soit des denrées alimentaires, des vacances dans leurs stations touristiques ou même l’exploitation d’industries canadiennes. Nous générons ainsi de la pollution là-bas plutôt qu’ici », affirme Mme Bennett, qui est l’une des auteurs de l’étude.

 

Au Sénégal, les femmes vont chercher l’eau sur des kilomètres.

 

 

 

 

 

«Des centaines de cannibales noirs» dans un village sud-africain

Des centaines de cannibales africains noirs se sont livrés à de grandes fêtes sur de la chair humaine cette année dans la ville sud-africaine d’Estcourt, dans la province du KwaZulu-Natal, a avoué un responsable du gouvernement local, quatre jours après la comparution de quatre habitants accusés de meurtre et de complot.

 

 

Selon un article paru dans le service de presse News24 d’Afrique du Sud, plus de 300 personnes sur un village de 971 seulement ont admis avoir sciemment pris part à des fêtes cannibales cette année sous les ordres d’un médecin-sorcier local.

Les quatre Africains arrêtés, nommés Nino Mbatha (32 ans), Sthembiso Sithole (31 ans), Lindokuhle Masondo (32 ans) et Lungisani Magubane (30 ans), ont comparu lundi devant le tribunal de Estcourt pour accusation de meurtre et de complot.

Ils ont été arrêtés après que l’un des quatre hommes soit entré au poste de police d’Estcourt vendredi, en possession de morceaux de corps et avoué être «fatigué de manger de la chair humaine».

Lorsqu’il fut interrogé, il produisit une partie d’une jambe humaine et une main. Une enquête plus poussée a conduit la police à une maison dans le quartier de Rensburgdrift à Estcourt où elle a été accueillie avec une odeur nauséabonde et où d’autres restes humains ont été retrouvés.

Les quatre Africains ont apparemment violé, tué et découpé le corps d’une femme, qu’ils ont ensuite consommé.

Le porte-parole de la police du KwaZulu-Natal, le colonel Thembeka Mbhele, a déclaré vendredi que l’un des accusés, Mbatha, était un « nyanga » (mot politiquement correct signifiant guérisseur traditionnel, mais en réalité juste un médecin de sorcière), et a été arrêté dans la région d’Amangwe. plus de parties du corps ont été trouvés.

Plus tard, le conseiller de quartier Mthembeni Majola, qui a tenu une réunion à la salle communautaire d’Esigodlweni lundi, a déclaré qu’environ 300 résidents avaient avoué avoir visité Mbatha et mangé sciemment de la chair humaine qu’il leur avait donnée.

Il a dit qu’il y avait environ 700 personnes à la réunion où environ 300 résidents ont avoué avoir su que Mbatha avait de la chair humaine et avoué l’avoir mangée.

Majola a également révélé que le cannibalisme « ne se limitait pas à Estcourt » et que Mbatha « entretenait des liens dans la région d’Uthukela ».

«Nous ne savons pas quoi faire ni à qui faire confiance», a déclaré Majola. «Cela s’est produit dans notre communauté. Les familles, les personnes que nous connaissons et vivons avec nous ont maintenant avoué avoir mangé cette femme », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que des membres de la communauté avaient également avoué avoir creusé des tombes sous les ordres de Mbatha et lui avoir remis les ossements.

Majola a déclaré que la communauté avait déclaré lors de la réunion que le sorcier leur avait dit qu’exploiter les tombes les fortifierait et les protégerait des blessures et que lui apporter les ossements leur apporterait de la richesse à l’avenir.

Majola a déclaré qu’il ne pouvait en croire ses yeux lorsqu’un des suspects a conduit les membres de la communauté et la police sur les lieux de l’inhumation du corps d’une femme.

«Elle était enterré sous de gros rochers et nous avons dû faire appel à une machine TLB pour enlever les rochers. Ils nous ont montré les parties du corps dans l’une des maisons. Ils ont admis qu’ils attendaient que les parties du corps attirent les asticots. Apparemment, les asticots collectent de l’argent pour eux,selon une superstition locale.

Cinq hommes accusés de cannibalisme ont comparu lundi 28 août devant le tribunal d’une petite ville de l’est de l’Afrique du Sud, a rapporté la police. Les suspects, originaires de l’agglomération rurale d’Estcourt, dans la province du KwaZulu-Natal, ont été arrêtés il y a une semaine après la reddition de l’un d’entre eux à la police, à qui il a avoué « être fatigué de manger de la chair humaine ». Ses aveux ont conduit à l’arrestation de quatre personnes.

 

 

 

 

 

 

 

Les dossiers de Michel Duchaine:Anniversaire d’une sanglante dictature communiste :la Chine 1949-2019

Des troupes chinoises nombreuses défilent à l’occasion du 70e anniversaire du régime, à Pékin le 1er octobre 2019

La Chine communiste a donné mardi,le 1 er octobre 2019, le coup d’envoi des colossales célébrations de son 70e anniversaire, alors qu’à Hong Kong, les contestataires pro-démocratie ont promis de voler la vedette.

« Rien ne peut ébranler les fondations de notre grande nation. Rien ne peut empêcher la nation et le peuple chinois d’aller de l’avant« , a lancé le président Xi Jinping, habillé en costume Mao sombre. 

Le président Xi a prononcé son discours depuis la porte Tiananmen, l’endroit même où son lointain prédécesseur Mao Tsé-toung proclama la République populaire le 1er octobre 1949. 

Une image de propagande chinoise, non datée, publiée par l’AFP en 1955.

Il a ensuite commencé à passer en revue les troupes debout dans une voiture décapotable, avant un défilé militaire ultra-sécurisé. 

Avec 15.000 soldats, des centaines de chars, missiles et avions de combat, le défilé décennal du 1er octobre s’annonce comme l’un des plus gigantesques jamais vus à Pékin. 

Les festivités se déroulent sous très haute surveillance: seul un public trié sur le volet est admis sur l’immense avenue de la Paix éternelle pour voir passer le défilé. 

 

Xi Jinping, qui a encore renforcé l’autorité du Parti communiste chinois (PCC) depuis son arrivée au pouvoir fin 2012, est parfois considéré comme le plus puissant dirigeant chinois depuis le règne de Mao (1949-76). 

Il lui a d’ailleurs rendu hommage lundi dans le mausolée où le « Grand timonier » repose, sur la place Tiananmen. 

Le pouvoir glorifie le rôle historique de Mao Tsé-toung comme fondateur du régime, tout en gommant ses aspects dramatiques. Selon un bilan avancé par de nombreux sinologues à l’étranger, les campagnes politiques et économiques lancées par le « Grand timonier » se sont traduites par la mort de 40 à 70 millions de personnes. 

 « Journée de colère » à Hong Kong – 

La puissance chinoise est contestée par le président américain Donald Trump, qui a déclenché l’an dernier une guerre commerciale contre Pékin à coup de droits de douane punitifs. L’économie chinoise a commencé à accuser le coup. 

L’autorité de Pékin est surtout battue en brèche depuis juin à Hong Kong, à 2.000 km au sud de Pékin, par un mouvement de contestation jamais vu depuis le retour de l’ex-colonie britannique à la Chine en 1997. 

Des manifestations violentes ont encore opposé dimanche forces de l’ordre et manifestants pro-démocratie, qui accusent Pékin d’accroître son influence dans le territoire autonome. 

« Nous nous attendons à ce que la situation demain soit très, très dangereuse« , a averti lundi John Tse, haut responsable de la police locale. 

« Les émeutiers radicaux sont en train d’élever leur niveau de violence. La profondeur et l’ampleur de leurs violences et de leurs projets montrent qu’ils se livrent de plus en plus à des actes de terrorisme« , a-t-il accusé. 

Les manifestants hongkongais, qui ont appelé à une « journée de colère« , comptent bien profiter des célébrations de mardi pour crier encore plus fort leur ressentiment à l’encontre du régime chinois, dénoncer le recul des libertés et la violation, selon eux, du principe « Un pays, deux systèmes » qui avait présidé à la rétrocession de 1997. 

S’exprimant lundi soir, le président Xi Jinping s’est engagé à poursuivre l’application de ce principe, tout en défendant l’unité nationale. 

« L’unité, c’est le fer et l’acier. L’unité est source de force« , a-t-il lancé, alors que son régime a laissé planer ces derniers mois le spectre d’une intervention pour rétablir l’ordre. 

Trente ans tout juste après la répression sanglante du mouvement démocratique de la place Tiananmen à Pékin, qui avait donné un coup d’arrêt au développement économique chinois, nombre d’experts doutent cependant que le régime communiste prenne un tel risque dans un centre financier international comme Hong Kong. 

Les tensions sont nées de l’opposition à un projet de loi hongkongais qui devait autoriser les extraditions vers la Chine continentale. Le texte a depuis été enterré mais les revendications se sont considérablement élargies, réclamant notamment la tête de la cheffe de l’exécutif pro-Pékin, Carrie Lam. 

Mme Lam a quitté Hong Kong pour Pékin afin d’assister aux festivités. Dans l’ex-colonie, son gouvernement a annulé le feu d’artifices prévu pour le 1er octobre, par crainte d’incidents. 

A Pékin, la journée doit se conclure par un défilé civil de quelque 100.000 personnes autour de 70 chars de carnaval évoquant les accomplissements des dernières décennies, avant un feu d’artifice qui s’annonce colossal. 


ASCENSION DE LA DICTATURE

 

1949 -1962: les difficiles débuts de la République Populaire de Chine

Déchirée depuis 1927 par une guerre civile entre nationalistes et communistes ayant fait près de six millions de morts, hors seconde guerre mondiale, la Chine se réunifie le 1er octobre 1949 sous l’égide de Mao Zedong. «Les Chinois se sont levés!», s’exclame-t-il dans son discours d’intronisation, place Tiananmen. Le «Grand Timonier» apparaît comme un pacificateur.

Mao Tsé Toung,le « Grand Timonier »!

Mais la stabilité prétendument retrouvée n’est que façade: dès 1950, le PCC lance des campagnes de terreur pour éradiquer la corruption et «supprimer les contre-révolutionnaires». Les individus considérés comme agents du Kuomintang – le parti nationaliste qui était en guerre contre le PCC – sont alors arrêtés, exécutés ou envoyés en camps de rééducation. Selon Mao lui-même, 700.000 personnes sont exécutées.

En 1955, une première collectivisation est imposée au pays. Une centaine de millions de paysans sont placés sous le contrôle direct des cadres du parti. Mais l’opération est un échec – d’importantes pertes agricoles sont à déplorer durant l’été 1956 – et le PCC commence à être critiqué. S’ensuit, dès 1957, la Campagne des Cent Fleurs: Mao prend le taureau par les cornes en appelant ouvertement à critiquer le régime, dans le but de l’améliorer. Mais surpris par l’ampleur de la contestation, menée par la jeunesse et les intellectuels, le PCC réprime et jette des centaines de milliers de protestataires dans des camps de travail.

En 1958, Mao récidive. Il impose de nouveau une collectivisation, qu’il surnomme le Grand Bond en avant. Mais comme la première fois, l’échec est total, et pire: jusqu’en 1962, cette politique, qui prévoit l’expansion des infrastructures et un boost sensationnel de l’agriculture, cause une gigantesque famine et la mort de 30 à 55 millions de Chinois. Un désastre.

1962 – 1976: chute et mort du «Grand Timonier»

Sur fond de rupture sino-soviétique, Mao est poussé vers la sortie: s’il reste au sein du PCC, il cède sa place de président à Liu Shaoqi, qui s’oppose fermement au «Grand Timonier». Un certain Deng Xiaoping gère également le pays. Mais Mao n’a pas dit son dernier mot. Au contraire, puisqu’il fait publier en 1964 son «Petit livre rouge», un recueil de ses citations, et s’assure que tout citoyen en reçoive une copie.

En 1966, il lance la «révolution culturelle». Il souhaite purger le PCC et revenir à la tête du pouvoir. Il encourage et manipule la jeunesse: «On a toujours raison de se révolter!», «Nous ne voulons pas la gentillesse, nous voulons la guerre!», clame-t-il dans ses discours. Inspirés par le «Petit livre rouge», de très nombreux jeunes forment un mouvement de masse: les «Gardes rouges». En majorité issus de familles populaires (ouvriers, paysans, soldats), ses membres ont pour intention de mettre un terme à la bureaucratie, qu’ils considèrent comme une nouvelle bourgeoisie.


LE PETIT LIVRE ROUGE DE MAO

Le recueil de citations du Grand Timonier a été publié en 1964. Dès 1966, tout citoyen chinois devait en posséder un exemplaire sous peine de sanction grave. Traduit en 36 langues, on estime qu’il s’est vendu à 900 millions d’exemplaires dans le monde.

 

• De quoi le Petit Livre rouge parle-t-il?

C’est un recueil de sentences du président Mao Tsé-Toung, extraites de ses œuvres philosophiques ou poétiques et de formules qui ont fait le tour du monde. «Le pouvoir est au bout du fusil», l’une des plus célèbres, est une formulation poétique de l’idée que l’histoire bascule quand une minorité d’individus représentant le peuple prend le pouvoir par la violence.

Ce recueil est un mélange d’aphorismes intellectuellement puissants et de sentences très banales que tous les intellectuels maoïstes du monde ont récités en chœur à cette époque. Autre exemple, «la révolution n’est pas un dîner de gala», qui est une autre manière de dire qu’on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. Ces formules sont écrites sur un ton très solennel. Mao a tout fait pour arracher la Chine au confucianisme mais son style n’échappe pas à la tradition chinoise.

Il y a dans ce livre une étrange rencontre entre le volontarisme prométhéen du marxisme et le fatalisme chinois empreint de passivité que résume la formule de Confucius bien connue «ne fais rien et tout sera fait». Mao, tel qu’il se montre dans le Petit Livre rouge, est une sorte de Hegel chinois si on pense au mot de Hegel qui dit que «les hommes font l’histoire mais ne savent pas l’histoire qu’ils font».

• Quel rôle a joué le Petit Livre rouge dans la Révolution culturelle?

Il a été la Bible, si l’on peut dire, de la révolution culturelle. Quand Mao veut reprendre la main, au moment où il sent que le pouvoir lui échappe, il réussit le tour de force de monter la jeunesse étudiante contre le Parti. Avec ce livre, il a dopé cette jeunesse en l’incitant à revenir à un communisme pur, dur et sans compromis, contre l’embourgeoisement des bureaucrates.

Le petit livre rouge redonne une énergie révolutionnaire à ces jeunes frustrés qui ne voient pas les fruits du socialisme et mènent une vie misérable après l’échec économique catastrophique du Grand bond en avant. Ce livre qui aujourd’hui nous paraît par endroits risible véhicule dans le monde entier le marxisme version Mao. Le Grand Timonier donne sa vision du monde – et tout y passe: rapports homme-femme, littérature, poésie. Mao devient alors un dieu vivant. C’est un coup de génie politique.

• Quelle fut l’influence de ce petit livre à l’extérieur, notamment en France et au Québec?

À la fin des années 60 et au début des années 70, l’École normale supérieure est le foyer du culte de Mao et de sa pensée. Une partie de l’élite intellectuelle y adhère et se regroupe dans la Gauche prolétarienne. Sartre les rejoint. On ne plaisantait pas avec le livre de Mao. C’était une référence de l’intelligentsia parisienne qui a rompu alors avec le Parti communiste pour revenir au purisme révolutionnaire.

Au Québec,je me souviens qu’on le mettait  dans la petite poche de la chemise  blanche ou du veston.C’était aussi la référence  de mon époque pour passer  dans la masse!

 


Rapidement, la lutte idéologique se transforme en folie collective. Des millions de Chinois – citoyens, cadres du Parti, intellectuels, artistes… – sont déportés, torturés, et exécutés. Deng Xiaoping est exclu du PCC et qualifié de «capitaliste de droite». Liu Shaoqi est battu, arrêté et jeté en prison, dans laquelle il mourra deux ans plus tard, faute de soins.

 

 

 

 

 

 


LE RECYCLAGE PHYSIQUE DES DISSIDENTS

 

 

 

 

Jadis,dans le quartier Chinois à Montréal, il y avait des adeptes du Falun Gong c’est une sorte de philosophie, c’est une méthode de cultivation personnelle et.de.méditation fondé sur le principe, authenticité, bienveillance et tolérance. Le gouvernement Chinois prélèvent brutalement les organes sur les adeptes pour ensuite les vendre, en plus ces adeptes du Falun Gong se font torturer et font aussi tuer. Toute personne qui se font prendre avec n’importe quelle philosophie ou religion se font emprisonner, se font torturer ou carrément tuer, comme par exemple les Chrétiens de Chine se font aussi emprisonner, torturer ou tuer. C’est honteux et scandaleux, le gouvernement Chinois est malade dans la tête, il est tortionnaire, psychopathe génocidaire, ethnocidaire, tueur, meurtrier, assassins, despote, dictateur, sanguinaire, méchant, bourreau, voleur, fraudeur, escroc, magouilleur, bandit, hors-la-loi, criminel


Démonstration de force à Pékin, Hong Kong bouillonne

 

Des troupes paradant lors du défilé militaire commémorant le 70e anniversaire du régime communiste, place Tiananmen à Pékin le 1 octobre 2019

 

La Chine s’est livrée mardi à une démonstration de force avec un défilé militaire record à l’occasion du 70e anniversaire du régime communiste, défié à Hong Kong par des manifestants pro-démocratie qui ont promis de gâcher la fête.

Quinze mille soldats, des centaines de chars, missiles et avions de combat ont défilé à Pékin devant les plus hauts dirigeants du pays rassemblés au balcon de la porte Tiananmen, l’endroit même où Mao Tsé-toung proclama la République populaire le 1er octobre 1949. 

Justin Trudeau et Xi Jinping.

 

 

Des milliers d’invités rassemblés sur l’immense place Tiananmen ont agité une mer de fanions rouges face au président chinois, qui venait de passer les troupes en revue, avant le départ du défilé, le plus grand jamais organisé par la Chine, selon le quotidien nationaliste Global Times. 

Des hélicoptères ont ouvert le défilé aérien en deux formations dessinant le chiffre « 70 » dans le ciel de la capitale chinoise, voilé par un indésirable nuage de pollution.  

La Chine aurait développé une bombe à impulsion électromagnétique.

 

La pointe de la technologie militaire chinoise a été exhibée, notamment le missile nucléaire intercontinental DF-41, qui a défilé pour la première fois. Cet engin, d’une portée supposée de 14.000 km, pourrait en théorie atteindre le territoire des Etats-Unis. 

– « Situation très très dangereuse » – 

L’événement vise à faire vibrer la fibre patriotique en célébrant l’émergence de la République populaire au cours des dernières décennies et son statut de deuxième puissance économique mondiale. 

Hong Kong sous les émeutes depuis juin 2019

Mais à 2.000 km au sud de Pékin, les manifestants hongkongais, qui défient le régime communiste depuis près de quatre mois, ont appelé à une « journée de colère » ce mardi, également férié dans l’ancienne colonie britannique rendue à la Chine en 1997. 

« Nous nous attendons à ce que la situation demain soit très, très dangereuse« , a averti lundi John Tse, haut responsable de la police locale dans le territoire autonome. 

« Les émeutiers radicaux sont en train d’élever leur niveau de violence. La profondeur et l’ampleur de leurs violences et de leurs projets montrent qu’ils se livrent de plus en plus à des actes de terrorisme« , a-t-il accusé. 

Dès mardi matin, les autorités de Hong Kong ont intensifié les contrôles d’identité et les fouilles dans les rues et les transports en commun alors que plus d’une douzaine de stations de métro ont été fermées. 

Les manifestants entendent profiter des célébrations pour crier encore plus fort leur ressentiment à l’encontre du régime chinois, dénoncer le recul des libertés et la violation, selon eux, du principe « Un pays, deux systèmes » qui avait présidé à la rétrocession de 1997. 

S’exprimant lundi soir, Xi Jinping s’est engagé à poursuivre l’application de ce principe, tout en défendant l’unité nationale. 

« L’unité, c’est le fer et l’acier. L’unité est source de force« , a-t-il lancé, alors que son régime a laissé planer ces derniers mois le spectre d’une intervention pour rétablir l’ordre. 

Trente ans tout juste après la répression sanglante du mouvement démocratique de la place Tiananmen à Pékin, qui avait donné un coup d’arrêt au développement économique chinois, nombre d’experts doutent cependant que le régime communiste prenne un tel risque dans un centre financier international comme Hong Kong. 

Xi Jinping, qui a encore renforcé l’autorité du Parti communiste chinois (PCC) depuis son arrivée au pouvoir fin 2012, est parfois considéré comme le plus puissant dirigeant chinois depuis le règne de Mao (1949-76). 

Le pouvoir glorifie le rôle historique de Mao Tsé-toung comme fondateur du régime, tout en gommant ses aspects dramatiques. Selon un bilan avancé par de nombreux sinologues à l’étranger, les campagnes politiques et économiques lancées par le « Grand timonier » se sont traduites par la mort de 40 à 70 millions de personnes. 

La puissance chinoise est contestée par le président américain Donald Trump, qui a déclenché l’an dernier une guerre commerciale contre Pékin à coup de droits de douane punitifs. L’économie chinoise a commencé à accuser le coup. 

Les festivités se déroulent sous très haute surveillance: seul un public trié sur le volet est admis sur l’immense avenue de la Paix éternelle pour voir passer le défilé. 

Le défilé militaire est suivi d’une grande parade rassemblant quelque 100.000 figurants enthousiastes autour de 70 chars de carnaval, un drapeau national géant et un portrait de Mao. 

La journée soit s’achever par un feu d’artifice colossal tiré depuis la place Tiananmen. 

Propagande d’une autre époque.

 

 

 

Particratie, la Pieuvre Mondialiste !,article de Louis de Jonghe D’Ardoye

Prologue
L’excellent article paru dans « Natural news » nous démontre que partout les mondialistes sont infiltrés dans toutes les familles politiques qui se sont laissés asservir par la cupidité, méprisant et trahissant en fin de compte les intérêts des populations.
L’exemple parfait de ce qui c’est passé au USA depuis WW2 jusqu’au 11 septembre est bien clair, nous avons le même scénario en Belgique, en France et en Angleterre, plus ailleurs… Nous sommes infiltrés par des créatures hideuses au service du mondialisme.
Il est grand temps d’ouvrir les yeux…. Louis De Jonghe d’Ardoye
 https://www.naturalnews.com/2019-09-11-remembering-911-and-the-criminal-neocons.html ( traduction )

Larry Silverstein en achetant le WTC quelque temps avant,réalisa un profit de $4,7 milliards lors du 9/11.

Les criminels néo-conservateurs qui ont conçu le 11 septembre pour détruire les preuves de la grande criminalité de l’État et du vol de milliards de dollars

Nous voici de nouveau au 11 septembre et la plupart des Américains ne savent toujours pas la vérité sur le 11 septembre, pour la simple raison que le marais de l’État profond a contribué à sa réalisation, alors que la fausseté des médias malhonnêtes l’a couverte.
Ce que nous pouvons dire avec confiance maintenant, 18 ans après cet événement horrible, est que le 11 septembre a été conçu afin de créer une panique sur la sécurité nationale, ce qui permettrait de facilement adopter les lois de surveillance de l’État Profond qui ont récemment été utilisées pour espionner illégalement le président Trump. Les attaques terroristes du 11 septembre n’ont pas été commises par le personnel américain, mais il a été demandé au personnel américain de se retirer (y compris les défenses militaires telles que les patrouilles aériennes de routine) afin que la catastrophe artificielle puisse réussir.
Voici quelques faits supplémentaires sur le 11 septembre qui sont apparus lentement au cours des 18 dernières années. Les médias traditionnels menteurs – y compris Fox News – continuent d’occulter la vérité sur toutes ces choses :
1) Le troisième bâtiment effondré tout seul le 11 septembre – le WTC 7 – a été détruit par démolition contrôlée.
Il est douloureusement évident pour quiconque comprend l’ingénierie structurelle que le WTC 7, qui n’a pas été touché par un avion, a été détruit par des charges de démolition soigneusement placées qui ont entraîné la défaillance simultanée de toutes les colonnes de support structurel du bâtiment. En fait, ceci est la conclusion d’une nouvelle étude sur le sujet qui vient d’être publiée. Tel que rapporté par le projet Free Thought:  https://thefreethoughtproject.com/tower-7-office-fires-study-collapse/

Cette semaine, Architects & Engineers for 9/11 Truth a annoncé son partenariat avec l’Université de l’Alaska Fairbanks (UAF) en publiant un projet de rapport d’une étude approfondie de quatre ans sur ce qui a réellement entraîné la chute du WTC 7. Selon le communiqué de presse, la publication du projet de rapport marque le début d’une période de deux mois au cours de laquelle le public est invité à soumettre des commentaires. Le rapport final sera publié plus tard cette année.

Après avoir effectué une modélisation complète et étudié d’innombrables scénarios, les auteurs de l’étude, J. Leroy Hulsey, Ph.D., PE, SE, UAF, Zhili Quan, Ph.D., ingénieur des ponts au département des transports de la Caroline du Sud et Feng Xiao, Ph. .D., Professeur agrégé Département de génie civil de l’Université des sciences et technologies de Nanjing, a conclu ce qui suit:
L’incendie n’a pas causé l’effondrement du WTC 7 le 11 septembre, contrairement aux conclusions du NIST et des sociétés d’ingénierie privées qui ont étudié cet effondrement. La conclusion secondaire de notre étude est que l’effondrement du WTC 7 était un échec mondial impliquant la défaillance quasi simultanée de toutes les colonnes du bâtiment.
Vous pouvez vous inscrire pour recevoir une copie du rapport complet via ce lien. https://salsa3.salsalabs.com/o/50694/signup_page/uaf-wtc7-draft-report

Lisez davantage d’informations sur le 11/9 sur le site Web AE911truth.org, présentées par des architectes et des ingénieurs. http://ae911truth.org/
2) Les décombres ont été rapidement retirés afin de faire disparaitre les preuves matérielles de la destruction des bâtiments.
C’était la plus grande dissimulation criminelle de l’histoire de l’Amérique. Après avoir organisé la manifestation et utilisé des explosifs contrôlés pour faire tomber le WTC 7, les traces de la puissance qui a été utilisée ont été détruites avec toutes les preuves physiques sous les yeux de l’Amérique, toujours sous le choc de l’audace et de la violence de l’attaque.
Cela ne fait que vous montrer que l’État profond peut faire presque tout ce qu’il veut, y compris commettre des meurtres de masse contre des Américains, à condition qu’il contrôle le récit. Les moutons vont croire absolument n’importe quoi… ou du moins ils le faisaient avant que Trump remporte les élections de 2016 et la confiance du public dans les faux médias s’est effondrée.
Maintenant, nous réalisons tous que le même FBI qui opérait en 2001 était dirigé par le même genre de créatures traîtres et visqueuses qui le dirigeaient après sous Obama (et qui le contrôlaient toujours sous Trump, car le marais n’a pas été drainé complètement après l’exclusion de Comey et Wray)
3) Le Pentagone n’a pas été touché par un avion à réaction.
C’est pourquoi le FBI – le même cartel criminel corrompu et profond qui a organisé un coup d’Etat illégal contre Trump – a confisqué toutes les bandes vidéo de sécurité se trouvant à proximité du Pentagone et a depuis refusé de les libérer. À ce jour, il n’ya pas un extrait de vidéo montrant un avion heurtant le Pentagone. Oui, le même établissement qui a diffusé des millions de fois la vidéo de la tour jumelle dans l’esprit des Américains nous a dit qu’ils ne pouvaient pas nous montrer la vidéo de la grève du Pentagone pour des raisons de «sécurité nationale».
En d’autres termes, l’histoire officielle est complètement fausse, comme c’est toujours le cas.
4) Le cocktail extrêmement toxique de métaux lourds, d’amiante et de poussières de construction, qui a provoqué un cancer généralisé et le décès chez les premiers intervenants, continue d’être dissimulé, même à ce jour. Les mêmes hommes et femmes qui ont risqué leur vie pour tenter de sauver des victimes innocentes à la suite de l’attaque, en d’autres termes, ont été sacrifiés par l’État afin de maintenir le faux récit selon lequel personne n’a été blessé par des substances toxiques libérées par l’effondrement artificiel des bâtiments.
Soit dit en passant, le gouvernement américain aime vraiment beaucoup les citoyens. Vous n’êtes rien d’autre qu’une nuisance consommable pour les pouvoirs en place, et ils n’hésitent pas à causer des milliers de cas de cancer et de décès tant qu’ils disposent des pouvoirs de surveillance qu’ils souhaitent pour pouvoir espionner (et contrôler) chaque sénateur, procureur général et juge de la Cour suprême des États-Unis qu’ils souhaitent.
Vous êtes-vous déjà rendu compte que les hideux de l’État profond avait déjà accumulé des charges sur le juge en chef Roberts ainsi que sur l’ancien AG Jeff Sessions ? Comment ont ils contrôlé ces individus pour les forcer à abandonner leurs principes?
5) L’explication officielle du gouvernement sur ce qui s’est passé dans le 11/9 se lit maintenant presque exactement comme dans le rapport Mueller
– un amalgame désespéré de fictions, de mensonges et de théories fantaisistes qui n’ont aucun sens dans le monde réel. La plus grande vérité sur le 11/9 était dissimulée, tout comme la vérité sur l’assassinat de JFK. L’état profond opère tout cela depuis des décennies, et ils contrôlent les récits en contrôlant les médias (tout en interdisant à tous les médias indépendants ces trois dernières années de faire taire les voix divergentes).
Oh, au fait, le FBI était également complice de l’assassinat du sénateur Robert F. Kennedy et du docteur Martin Luther King, Jr. Ce n’est pas juste JFK et le 9/11… l’état profond et voyou assassine des gens et le couvre pour les générations. Lisez  http://fbicorruption.news/ pour plus de précision.
6) À la surprise de personne, des milliards de dollars et des millions de pages de documents secrets du gouvernement ont tous disparu le 11 septembre
Ils auraient été détruits dans les décombres. À bien des égards, l’événement sous faux drapeau du 11 septembre a été mis en scène pour détruire des preuves, effacer les traces de blanchiment d’argent et créer une excuse pour la «disparition» par l’État profond de documents et de traînées d’argent incriminants.
Tel que rapporté  reported by Big League Politics :
Le 10 septembre 2001, le secrétaire à la Défense de l’époque, Donald Rumsfeld, annonçait que 2,3 billions de dollars avaient disparu au Pentagone. Il a fait une déclaration blâmant la bureaucratie corrompue et inefficace pour ces fonds disparaissant pour l’essentiel dans le vide. CBS News a publié un article faisant partie de sa série «Eye on America» sur la perte de fonds et sur la perte commode de ce scandale un jour seulement après sa publication…
Quelle coïncidence incroyable.
Un État profond criminel qui tuerait des milliers d’Américains pour adopter une loi sur la surveillance n’hésiterait pas à en tuer des milliers d’autres pour passer le contrôle des armes à feu ou éliminer Trump
Le résultat important dans tout cela est la prise de conscience que si l’Etat profond américain tuait des milliers d’Américains afin de faire avancer la législation en matière de surveillance, d’enterrer les preuves et de mener à bien le vol de billions de dollars, que ne feraient-ils pas?
C’est le même État profond criminel qui n’hésiterait même pas à tenter d’assassiner le président Trump, de tuer des militants populaires pour la liberté ou de criminaliser le Deuxième amendement.
En passant, bon nombre de ces créatures nauséabondes sont des républicains de base. Ce sont des créatures perfides à l’esprit criminel, telles que John McCain et George Bush Sr. Aujourd’hui, ces scélérats se positionne en « Anti-Trump  » qui ont travaillé aux côtés des démocrates pour tenter de démettre Trump de ses fonctions dès le premier jour.
Il ne s’agit pas de partis politiques; il s’agit de l’établissement contre le peuple. Les néo-conservateurs, les démocrates et les élitistes veulent tous que la population soit asservie, désemparée, désarmée et frappée psychologiquement à mort avec de fausses nouvelles de CNN. Toute différence entre les républicains de base et les démocrates de base n’est que fumée et miroirs. En réalité, ils veulent tous les deux la même chose: un pouvoir brut, absolu, autoritaire sur tout. Expansion massive du gouvernement. Augmentation des dépenses pour tous leurs amis et industries connectés. Expansion accélérée de la surveillance des citoyens américains. Et ils sont prêts à tuer pour obtenir tout cela.
C’est la raison pour laquelle nous devons tous être reconnaissants au fait que le président Trump se bat encore contre ces criminels de guerre. Il vient de renvoyer Bolton. Trump n’est pas parfait, et il est totalement indifférent aux grands problèmes comme l’enlèvement médical d’enfants et les mandats de vaccination, mais c’est un outsider politique qui voit à quel point le gouvernement est véritablement corrompu, tordu et pervers. Après le départ de Trump, en 2021 ou 2025, c’est fini pour l’Amérique. L’empire a atteint le sommet de la corruption et de la criminalité. Bientôt, il ne reste plus qu’à savoir quand et comment l’effondrement aura lieu… et qui y survivra.
Le 11 septembre aurait dû réveiller tous les Américains au sujet de la corruption et de la malhonnêteté de leur propre gouvernement. Au lieu de cela, il est devenu un cri de ralliement pour un gouvernement plus grand et plus dangereux. Aujourd’hui, nous voyons les effets désastreux de cette poursuite en tant qu’État profond corrompu et criminel – Obama, Clinton, Comey, Brennan, McCabe, etc. – tente de renverser la démocratie, d’annihiler la volonté des électeurs et d’introduire un État policier autoritaire. où personne n’est autorisé à parler sauf si vous vous alignez parfaitement avec tous les mensonges officiels.

Activité paranormale:Nina Kulagina: L’arme secrète des Soviétiques pouvait arrêter un coeur de battre

Le 10 mars 1970, l’impossible s’est produit. Niché dans un laboratoire à Leningrad, le cœur d’une grenouille flottait dans une solution qui battait très normalement. Les coups sont devenus plus rapides, puis plus lents; enfin, il a complètement cessé de battre. Mais ce n’était pas une mort ordinaire, ni le résultat d’une expérience scientifique sur la fonction d’organes d’animaux. C’était un test du pouvoir mental d’une ménagère du nom de Nina Kulagina.

 

Née Ninel Sergeyevna Kulagina le 30 juillet 1926 à Léningrad, Nina était une femme russe plutôt dure et dure. Fidèle à son pays, elle a rejoint le régiment de chars de l’Armée rouge pendant la Seconde Guerre mondiale alors qu’elle n’avait que 14 ans. Après la guerre, elle s’est mariée et est devenue femme au foyer. si les capacités psychiques de sa mère ont pu l’effacer.

C’est lors des tentatives privées de Nina visant à développer ces capacités psychiques qu’elle a apparemment débloqué quelque chose en elle. La plus connue de ces capacités présumées était la psychokinésie (PK), ou le déplacement d’objets avec l’esprit. Nina pouvait déplacer une grande variété d’objets, notamment des pendules d’horloge, des bols en cristal, des allumettes, des cigarettes, des aiguilles de boussole, des pains de pain, des salières et de nombreux autres petits objets (souvent placés dans des boîtes en plexiglas pour montrer qu’il n’y avait aucune condition attachée). Elle a d’abord pris conscience de cette capacité lorsque les choses bougeaient lorsqu’elle se mettait en colère. Et en plus de son célèbre arrêt du cœur d’une grenouille, Nina a accompli un autre exploit fascinant: elle a séparé un œuf. Cela pourrait ne pas sembler tellement étonnant jusqu’à ce que vous sachiez que l’œuf flottait dans un réservoir d’eau salée à deux mètres d’elle.Et elle rapprocha le jaune et le blanc quand on lui demanda de le faire.

Nina Kulagina lévitait ce qui semblait être une balle de ping-pong dans les années 1960.

 

Mais Nina KulaginaSes pouvoirs spéciaux vont bien au-delà des matches en mouvement et du massacre de grenouilles. On dit qu’elle possède des pouvoirs de guérison, des plaies avec l’application de sa main, et qu’elle est capable de diagnostiquer des maladies simplement en rencontrant des gens. Elle avait la capacité de faire apparaître des images sur du papier photographique, à la fois les contours des images qui lui étaient montrés et les lettres A et O. Son corps pouvait générer un fort champ électromagnétique et même une forte chaleur, provoquant des brûlures sur ses vêtements et ses vêtements. – à une occasion, un patch de brûlure rouge apparaît sur le bras d’un journaliste observateur. Alors que Nina était à l’hôpital en 1964, en convalescence après une dépression nerveuse, les médecins ont constaté qu’elle pouvait mettre la main dans son panier et tirer la couleur de fil appropriée sans même le regarder. (Elle a affirmé qu’elle était capable de « voir » les couleurs avec ses doigts.

Lors de la première conférence internationale de parapsychologie à Moscou en 1968, des images de Nina, apparemment des objets en mouvement avec son esprit, ont finalement été montrées au public. Mais avec la communauté scientifique attrapée par le vent des exploits étonnants de Nina, la lourde main de l’examen minutieux. Les sceptiques, dont James Randi, ont longtemps soutenu que les capacités psychiques apparentes de Nina n’étaient rien de plus que de la tromperie et des tours de passe-passe. Tout comme Uri Gellar, les expériences médiatisées de Nina n’ont jamais été dans des conditions de laboratoire idéales. Elle a été vue à la maison ou dans des chambres d’hôtel, sans experts en supercherie. On a prétendu que Nina avait implanté des aimants dans son corps pour manipuler des objets; d’autres demandes de télékinésie auraient pu utiliser des fils minces ou des miroirs. Pourtant, en URSS, des expériences de laboratoire ont été effectuées sur Nina (sous le pseudonyme de Nelya Mikhailova) par plusieurs chercheurs, notamment le Dr Zdenek Rejdak, chercheur en psychologie tchèque, le psychologue B. Blazek, le physicien VF Shvetz, le Dr JS Zvierev, le physiologiste LL Vasiliev et le Dr Sergeyev . Le Dr Rejdak a publié un rapport de ses expériences (intitulé ‘L’esprit sur la matière de Nina Kulagina ‘ ) dans le numéro de juin 1971 de Psychic Magazine .

Une image fixe de l’un des 60 courts métrages illustrant la psychokinésie de Kulagina.

La guerre froide avait une équipe peu connue, une «course psi» où les États-Unis et l’URSS s’efforçaient de devenir des superpuissances dotées de superpuissances. Télékinésie, visualisation à distance, écriture automatique et de nombreuses autres expériences sur l’esprit de la matière ont été menées par les deux parties dans le but de transformer l’esprit humain en un puissant moyen de contrôle et d’armement. Malheureusement, beaucoup de ces expériences ont été des échecs complets.

On a fait valoir que l’URSS avait montré à Nina qu’elle faisait semblant de faire d’énormes sauts en télékinésie alors qu’en réalité, tout cela était faux. Cependant, même si la guerre froide a pris fin depuis longtemps, la Russie a continué à garder bon nombre de ses secrets. Si Nina a eu un tel succès, où sont les rapports scientifiques? Pourraient-ils toujours être hébergés quelque part dans une pièce de stockage pour ne jamais voir la lumière du jour? Comme c’est le cas avec tant de choses, le fait de ne pas avoir vu quelque chose ne veut pas dire qu’il n’existe pas.

Vers la fin de sa vie, Nina semble avoir perdu les capacités pour lesquelles elle est devenue si célèbre. Ses efforts pour manifester ces pouvoirs ont été imputés à une crise cardiaque presque fatale à la fin des années 1970. Des douleurs aiguës dans la colonne vertébrale, des vertiges, des irrégularités dans la glycémie, une vue défaillante et de nombreux autres problèmes de santé la tourmentaient. La santé se détériorant, Nina s’est éloignée des essais scientifiques sans fin, menant des expériences très limitées dans les laboratoires jusqu’à sa mort en 1990. Ainsi, toute la vérité est morte avec elle. Que ce soit ou non elle a jamais possédé des capacités remarquables, peut-être simulant quand ses pouvoirs ont disparu plus tard dans la vie, est une question de spéculation.

Qu’est-ce que tu penses? Nina Kulagina était-elle une fraude délibérée, un pion de la guerre froide ou une véritable énigme? Laissez-nous un commentaire ou dites ce que vous en pensez sur   VK.com ou Facebook .