Suite à l’éruption solaire massive,Une nuit d’aurores boréales un peu partout au Canada

Les Canadiens amateurs de phénomènes naturels auront la chance d’observer des aurores boréales pour une deuxième nuit consécutive. Selon le Centre de prévision météorologique spatiale de l’agence spatiale américaine (NASA), les particules du soleil pourraient pénétrer dans le champ magnétique terrestre vers le 14 et 15 mai en Amérique du Nord.

Une zone d’activité magnétique autour d’une tache solaire et à l’intérieur de celle-ci est à l’origine du phénomène, explique la communicatrice scientifique au planétarium du Musée du Manitoba, Emily McIntosh.

Dans la nuit de lundi à mardi, une ouverture dans notre champ magnétique a permis aux particules de circuler vers l’intérieur ce qui a produit des aurores boréales qui ont pu être observées jusqu’en Iowa.Il s’agit d’une grave fracture de notre champs magnétique.Ce qui  signifie que de nombreuses personnes  vont en être affectées dans le futur immédiat.

« C’est un phénomène normal qui nous donne l’occasion d’observer une météo spatiale impressionnante », affirme Mme McIntosh.

Le soleil passe par un cycle d’activité tous les 11 ans. Dernièrement, la situation était au calme. Cependant, au cours des deux dernières semaines, le soleil s’est activé ce qui a augmenté les chances de voir de l’activité magnétique sur Terre.

Les aurores boréales sont causées par des particules chargées qui se déplacent le long du vent solaire et interagissent avec différentes molécules de l’atmosphère. De temps en temps, une tache solaire peut propulser ces particules beaucoup plus rapidement vers la Terre.

Habituellement, notre magnétosphère agit comme un bouclier autour de la planète, empêchant la plupart des particules d’y pénétrer, mais de temps en temps, une ouverture dans le champ magnétique se crée.

Emily McIntosh explique que les aurores boréales sont fréquentes dans le nord du Canada, car elles se déplacent le long des lignes de champ magnétique de l’ovale auroral autour des pôles. Parfois, l’ovale se déplace plus au sud, ce qui permet à plus de gens d’assister à un spectacle de lumières.

Le Centre de prévision météorologique spatiale de la NASA prévoit que l’évènement pourrait se produire à nouveau mercredi soir.

Mme McIntosh encourage les gens intéressés par le phénomène à se déplacer vers le nord pour les regarder.

« Vers 2 h ou 3 h, c’est souvent le meilleur temps pour les observer », dit-elle.

Elle conseille également aux gens en milieux urbains de s’éloigner des sources de lumières pour améliorer les chances de contempler le phénomène.

Ceux qui souhaitent prendre les aurores boréales en photo peuvent configurer leur appareil à une exposition de 8 à 15 secondes, avec une sensibilité ISO de 1600 à f / 4 ou moins.

 

 

 

 

Publicités

Ce que la disparition des dinosaures nous apprend sur notre sort futur

«Pourquoi les dinosaures se sont-ils éteints?» Chez les paléontologues comme chez les enfants férus de dinosaures, il y a consensus: un astéroïde de 10 kilomètres de diamètre s’est écrasé il y a quelque soixante-six millions d’années sur l’actuelle Amérique centrale. Cette chute a provoqué un nuage de poussière et de fumée: en se répandant dans la haute atmosphère, il a obstrué le soleil, refroidi la Terre et détruit la couche d’ozone, qui protège la vie des rayonnements cosmiques nocifs.

 

Ces effets ont duré plus d’une décennie, dévastant sur Terre plantes et planctons. Des ravages qui ont rapidement remonté la chaîne alimentaire, tuant d’abord les grands herbivores, incapables de se procurer suffisamment de nourriture, puis les carnivores, qui se sont vite trouvés dans la même situation.

Une proportion ahurissante des espèces s’est alors éteinte: 75% d’entre elles ont disparu –y compris tous les dinosaures non-aviaires (qu’on distingue des oiseaux, dinosaures eux aussi). Cet événement, baptisé «extinction Crétacé-Tertiaire», est l’une des cinq plus grosses extinctions connues au cours des 500 derniers millions d’années.

Frise retraçant les différentes ères géologiques, depuis l’apparition des dinosaures jusqu’à nos jours.

D’autres événements dramatiques coïncident toutefois avec la disparition des dinosaures. À peu près au même moment, en Inde centrale, une quantité colossale de volcans ont craché plus d’un million de kilomètres cubes d’une lave mélangée à du soufre et du dioxyde de carbone: la chaleur de ce magma a modifié le climat et provoqué des pluies acides dans le monde entier.

Entre temps, un ralentissement de l’activité tectonique sous-marine a conduit le niveau de la mer à une vitesse jamais égalée dans l’histoire de la planète: un phénomène qui a dévasté les écosystèmes côtiers.

Cette conjonction d’événements a conduit à quelques débats assez passionnés pour déterminer la cause réelle de l’éradication des dinosaures. D’autant qu’à d’autres époques, des événements tout aussi dramatiques sont survenus sans qu’ils semblent avoir causé autant de dégâts. Mais peut-être faut-il poser la question autrement.

Un changement profond, complexe et interconnecté

De nouveaux éléments suggèrent que tous ces événements étaient peut-être interconnectés et que l’on ne peut se contenter d’expliquer l’extinction du dinosaure comme un simple processus au cours duquel un phénomène malheureux est soudainement tombé du ciel bleu et clair, tuant tout sur son passage. Il s’agirait plutôt de changements profonds, complexes et interconnectés aux systèmes globaux qui soutiennent la vie.

Vers la fin de la période crétacée, par exemple, la planète a connu une restructuration des écosystèmes terrestres, qui les a rendus plus vulnérables à un effondrement catastrophique. Cette recomposition a pu être provoquée par de multiples modifications évolutives et écologiques liées au changement climatique, par la prédominance croissante des plantes à fleurs et par les fluctuations dans la diversité et l’abondance de certains groupes de dinosaures.

Cette complexité n’est pas non plus inhabituelle dans les extinctions de masse. Pour chacune des cinq grandes catastrophes mondiales, il existe quantité de causes possibles. Astéroïdes, volcans, changement climatique (refroidissement et réchauffement), l’évolution de nouvelles espèces –à l’image des plantes profondément enracinées qui ont transformé pour la première fois de la roche nue en un sol riche–, et même les effets d’étoiles explosant.

Astéroïdes, micro-organismes, volcans et méthane

 

La plus grosse des extinctions massives, dite la «grande extinction», paraît encore plus complexe. Survenu à la fin du Permien-Trias, il y a 250 millions d’années, cet événement a tué 90% des espèces sur Terre. Et l’on compte pas moins de sept événements catastrophiques associés à cette période dans l’histoire géologique.

Pour n’en citer que quelques-unes: l’évolution de nouvelles souches de micro-organismes, un impact d’astéroïde et une immense zone d’activité volcanique dans l’actuelle Sibérie, entrée en éruption pendant un million d’années.

Le crinoïde carbonifère, ouLe crinoïde carbonifère, ou lys de mer, a considérablement diminué après la «grande extinction». |

 

Mais les principaux changements se seraient produits dans les eaux. Le fond des océans émettait d’importantes quantités de méthane, les courants océaniques stagnaient, les niveaux de dioxyde de sulfure, en augmentation, causaient la mort du phytoplancton –ensemble des organismes végétaux vivant en suspension dans l’eau– et les niveaux d’oxygène diminuaient.

Sachant cela, on est surtout surpris d’apprendre que 10% des espèces ont survécu, plutôt que de savoir que 90% se sont éteintes!

Temps précaires pour l’humanité

Que cela implique-t-il pour la période que nous vivons aujourd’hui, qualifiée fréquemment de «sixième extinction»?

Au Centre pour l’étude des risques existentiels, à l’Université de Cambridge, nous nous heurtons souvent au problème de nouvelles menaces, mondiales et sans précédent. Certaines d’entre elles, comme les risques liés aux armes nucléaires ou à l’intelligence artificielle, peuvent s’apparenter à des astéroïdes tombés du ciel, et l’on nous demande souvent lesquelles nous inquiètent le plus.

Ce que l’étude des précédentes extinctions de masse nous enseigne, c’est que cette question est sans doute mal formulée.

La vie de l’humanité est bien plus précaire que l’on ne le croit. Elle dépend d’un grand nombre de systèmes globaux, depuis l’environnement qui nous fournit en nourriture, en eau, en air pur et en énergie, jusqu’à l’économie mondiale qui offre des biens et des services, où nous le souhaitons et quand nous le souhaitons.

En se penchant sur nos connaissances historiques et géologiques, il apparaît clair que de tels systèmes peuvent facilement basculer d’une phase à une autre, pour passer rapidement, et parfois irrévocablement, de la stabilité au chaos.

Les scientifiques mettent en garde contre le sixième événement d’extinction de masse de la Terre

 

Les chercheurs parlent d ‘«annihilation biologique» alors qu’une étude révèle que des milliards de populations d’animaux ont été perdues au cours des dernières décennies

Une «annihilation biologique» de la faune sauvage au cours des dernières décennies signifie qu’une sixième extinction massive dans l’histoire de la Terre est en cours et est plus grave que prévu, selon les recherches.

Les scientifiques ont analysé des espèces communes et des espèces rares et ont découvert que des milliards de populations régionales ou locales avaient disparu. Ils attribuent la crise à la surpopulation humaine et à la surconsommation et avertissent que celle-ci menace la survie de la civilisation humaine, avec peu de temps pour agir.

L’étude, publiée dans le compte-rendu de la revue à comité de lecture Acts of the  National Academy of Sciences , évite le ton généralement sobre des articles scientifiques et appelle la perte massive d’espèces sauvages un «anéantissement biologique» qui représente un «assaut effrayant des fondements de la civilisation humaine». 

Le professeur Gerardo Ceballos, de l’université nationale autonome du Mexique, qui a dirigé les travaux, a déclaré: « La situation est devenue tellement mauvaise qu’il ne serait pas éthique de ne pas utiliser un langage fort. »

Des études antérieures ont montré que les espèces sont en voie de disparition à un rythme nettement plus rapide que pour des millions d’années auparavant. Néanmoins, les extinctions restent relativement rares, ce qui donne l’impression d’une perte progressive de la biodiversité. Le nouveau travail adopte plutôt un point de vue plus large, évaluant de nombreuses espèces communes qui perdent des populations dans le monde entier à mesure que leur aire de répartition diminue, mais restent présentes ailleurs.

 

Les scientifiques ont découvert qu’un tiers des milliers d’espèces perdant des populations ne sont actuellement pas considérées en danger et que jusqu’à 50% de tous les animaux ont été perdus au cours des dernières décennies. Des données détaillées sont disponibles pour les mammifères terrestres, et près de la moitié d’entre eux ont perdu 80% de leur aire de répartition au cours du siècle dernier. Les scientifiques ont découvert que des milliards de populations de mammifères, d’oiseaux, de reptiles et d’amphibiens s’étaient perdues sur toute la planète, ce qui les a amenés à affirmer qu’une sixième extinction de masse avait déjà progressé plus loin que prévu.

Des milliards d’animaux ont été perdus car leurs habitats sont devenus plus petits d’année en année.

Les scientifiques concluent: «L’annihilation biologique qui en résultera aura évidemment de graves conséquences écologiques, économiques et sociales. L’humanité finira par payer un prix très élevé pour la décimation du seul assemblage de vie que nous connaissons dans l’univers. « 

Selon eux, bien que des mesures soient toujours possibles pour enrayer le déclin, les perspectives ne sont pas optimistes: «Tout indique que des attaques de plus en plus violentes contre la biodiversité au cours des deux prochaines décennies brosseront un tableau sombre de l’avenir de la vie, y compris la vie humaine. ”

La faune est en train de disparaître à cause de la destruction de son habitat, de la chasse excessive, de la pollution toxique, de l’invasion par des espèces exotiques et du changement climatique. Mais la cause ultime de tous ces facteurs est « la surpopulation humaine et une croissance continue de la population et la surconsommation, en particulier par les riches », déclarent les scientifiques, dont le professeur Paul Ehrlich, de l’Université Stanford aux États-Unis, dont le livre de 1968, The Population Bomb est un travail séminal, même si controversé.

«Il convient de tenir compte du sérieux avertissement de notre document, car la civilisation dépend entièrement des plantes, des animaux et des microorganismes de la Terre qui lui fournissent des services écosystémiques essentiels allant de la pollinisation des cultures à la protection des cultures en passant par la fourniture d’aliments de la mer et le maintien d’un climat viable. « Ehrlich a dit au Guardian. Les autres services écosystémiques incluent l’air pur et l’eau.

« Le temps d’agir est très court », a-t-il déclaré. «Malheureusement, il faudra beaucoup de temps pour commencer humainement la réduction de la population requise si la civilisation doit survivre longtemps, mais beaucoup pourrait être fait sur le front de la consommation et avec des« aides de bande »- réserves fauniques, lois sur la protection de la diversité – entre-temps . ”Ceballos a déclaré qu’une institution internationale était nécessaire pour financer la conservation mondiale de la faune.

La recherche a analysé les données de 27 500 espèces de vertébrés terrestres de l’UICN et a révélé que les aires de répartition d’un tiers avaient diminué au cours des dernières décennies. Beaucoup de ces espèces sont communes et Ceballos a donné l’exemple de près de chez lui: «Nous avions des hirondelles qui nidifiaient tous les ans dans ma maison près de Mexico – mais depuis 10 ans, il n’y en a plus.

Le lion magnifique dans son habitat.

Les chercheurs ont également évoqué le cas «emblématique» du lion: «Le lion a été historiquement réparti dans la majeure partie de l’Afrique, de l’Europe méridionale et du Moyen-Orient, jusqu’au nord-ouest de l’Inde. [Maintenant] la grande majorité des populations de lions ont disparu. « 

Répartition historique de la population des lions.

 

Historiquement, les lions ont vécu à travers l’Afrique, le sud de l’Europe, le Moyen-Orient et jusqu’au nord-ouest de l’Inde. Aujourd’hui, leur habitat a été réduit à quelques minuscules poches de la zone d’origine.

Pimm a également déclaré que l’approche au pinceau large utilisée avait des conséquences importantes. «Devrions-nous nous préoccuper de la perte d’espèces sur de vastes zones – absolument -, mais c’est une façon assez rudimentaire de le montrer», a-t-il déclaré. «Il y a des régions du monde où il y a des pertes énormes, mais il y a également des régions du monde où des progrès remarquables ont été accomplis. C’est assez dur pour des pays comme l’Afrique du Sud, qui protège bien les lions. »

Robin Freeman, de la Zoological Society of London, au Royaume-Uni, a déclaré: «Bien qu’il soit intéressant de voir les choses dans leur ensemble, le réel intéressant réside dans les détails. Quels sont les facteurs qui causent les baisses dans certaines zones?

Freeman faisait partie de l’équipe qui a produit une analyse de 3000 espèces en 2014 indiquant que 50% des animaux ont été perdus depuis 1970, ce qui concorde avec le nouveau travail mais repose sur différentes données de l’UICN. Il a convenu qu’un langage fort est nécessaire: «Nous avons besoin que les gens soient conscients des déclins catastrophiques que nous assistons. Je pense qu’il y a une place pour cela dans le [nouveau] journal, même si la ligne est délicate à tracer. ”

Citer la surpopulation humaine comme la cause fondamentale des problèmes environnementaux a longtemps été controversé, et la déclaration d’Ehrlich de 1968 selon laquelle des centaines de millions de personnes mourraient de faim dans les années 1970 ne s’était pas concrétisée, en partie à cause de nouvelles cultures à haut rendement qu’Ehrlich avait lui-même produites. noté comme possible.

Ehrlich a reconnu «des défauts» dans The Population Bomb, mais a déclaré que son objectif principal avait été atteint: sensibiliser la population aux problèmes environnementaux mondiaux et au rôle de la population humaine dans ceux-ci. Son message reste clair aujourd’hui: «Montrez-moi un scientifique qui affirme qu’il n’y a pas de problème de population et je vous montrerai un idiot.»

Les cinq extinctions de masse précédentes de la Terre

Ordovicien final, il y a 443 millions d’années

Une grave période glaciaire a entraîné une chute du niveau de la mer de 100 m, anéantissant 60 à 70% des espèces qui vivaient alors dans les océans. Peu après, la glace a fondu, laissant les océans sans oxygène.

Dévonien tardif, il y a 360 millions d’années

Changement climatique prolongé et désordonné, frappant à nouveau très durement la vie dans les mers peu profondes, tuant 70% des espèces, y compris presque tous les coraux.

Permien-Trias, c il y a 250 millions d’années

Le grand – plus de 95% des espèces ont péri, y compris les trilobites et les insectes géants – fortement lié aux éruptions volcaniques massives en Sibérie qui ont provoqué un épisode sauvage de réchauffement climatique.

Trias-Jurassique, il y a 200 millions d’années

Les trois quarts des espèces ont été perdues, encore une fois probablement à cause d’un nouvel élan de volcanisme. Il a laissé la Terre libre pour que les dinosaures se développent.

Crétacé-Tertiaire, il y a 65 millions d’années

L’impact d’un astéroïde géant sur le Mexique, juste après de grandes éruptions volcaniques dans l’actuelle Inde, a mis fin aux dinosaures et aux ammonites. Les mammifères, et finalement les humains, en ont profité.


Selon le WWF, la Terre a perdu la moitié de sa faune au cours des 40 dernières années

Les espèces terrestres, les rivières et les mers sont décimées du fait que les humains tuent pour se nourrir en nombre non durable et détruisent leurs habitats

Des ordures déversées dans la toundra à l'extérieur de llulissat au Groenland avec des icebergs derrière le fjord glacé de Sermeq Kujullaq ou de llulissat.  Le fjord de glace d'Ilulissat est un site du patrimoine mondial de l'Unesco
Les déchets déversés dans la toundra à l’extérieur de llulissat, au Groenland, contrastent avec les icebergs situés derrière le fjord de Sermeq Kujullaq ou de llulissat, classé au patrimoine mondial de l’Unesco

Selon une nouvelle analyse, le nombre d’animaux sauvages sur Terre a diminué de moitié au cours des 40 dernières années. Les créatures à travers le pays, les rivières et les mers sont décimées car les humains les tuent pour se nourrir en nombre non durable, tout en polluant ou en détruisant leurs habitats, selon les recherches des scientifiques du WWF et de la Zoological Society of London.

«Si la moitié des animaux mouraient dans le zoo de Londres la semaine prochaine, cela ferait la une des journaux», a déclaré le professeur Ken Norris, directeur scientifique de ZSL. «Mais cela se passe dans les grands espaces. Ces dommages ne sont pas une fatalité, mais une conséquence de la manière dont nous avons choisi de vivre. ”Il a déclaré que la nature, qui fournit de la nourriture, de l’eau potable et de l’air, était essentielle au bien-être de l’homme.

« Nous avons perdu la moitié de la population animale et sachant que cela est motivé par la consommation humaine, il s’agit clairement d’un appel aux armes et nous devons agir maintenant », a déclaré Mike Barratt, directeur des sciences et des politiques au WWF. Il a déclaré qu’une plus grande partie de la Terre devait être protégée du développement et de la déforestation, tandis que la nourriture et l’énergie devaient être produites de manière durable.

La déforestation en Amazonie va empirer avec l’élection de Jair Bolosano,au Brésil.

Le déclin rapide du nombre d’animaux, de poissons et d’oiseaux a été calculé en analysant 10 000 populations différentes, couvrant 3 000 espèces au total. Ces données ont ensuite été utilisées pour la première fois pour créer un «Indice Planète Vivante» (IPV) représentatif, reflétant l’état de tous les 45 000 vertébrés connus.

«Nous avons tous entendu parler de l’indice FTSE 100, mais nous avons manqué l’indicateur ultime, la tendance à la baisse des espèces et des écosystèmes dans le monde», a déclaré le professeur Jonathan Baillie, directeur de la conservation de ZSL. « Si nous obtenons [notre réponse], nous aurons un mode de vie sûr et durable pour l’avenir », a-t-il déclaré.

Sinon, at-il ajouté, la surutilisation des ressources conduirait finalement à des conflits. Il a déclaré que l’indice LPI était un indicateur extrêmement robuste et avait été adopté par la Convention sur la diversité biologique de l’ONU, adoptée au niveau international , en tant qu’information essentielle sur la biodiversité.

Un deuxième indice dans le nouveau rapport Living Planet calcule «l’empreinte écologique» de l’humanité, c’est-à-dire l’échelle d’utilisation des ressources naturelles. Actuellement, la population mondiale coupe les arbres plus vite qu’ils ne le repoussent, capturant les poissons plus vite que les océans ne peuvent plus se réapprovisionner, pompant l’eau des rivières et des aquifères plus rapidement que les précipitations ne peuvent les reconstituer et émettant plus de dioxyde de carbone qui réchauffe le climat que ne peuvent absorber les océans et les forêts.

Le rapport conclut que le taux de consommation mondial moyen actuel aurait besoin de 1,5 planète Terre pour le maintenir. Mais quatre planètes seraient nécessaires pour maintenir les niveaux de consommation américains, ou 2,5 pour correspondre aux niveaux de consommation britanniques.

Le déclin le plus rapide parmi les populations animales a été observé dans les écosystèmes d’eau douce, dont le nombre a chuté de 75% depuis 1970. «Les cours d’eau sont le fond du système», a déclaré Dave Tickner, conseiller principal du WWF en matière d’eau douce. «Peu importe ce qui se passe sur la terre ferme, tout finit dans les rivières.» Par exemple, des dizaines de milliards de tonnes d’effluents sont déversés dans le Gange, en Inde, chaque année.

Ainsi que la pollution, les barrages et le captage croissant d’eau endommagent les systèmes d’eau douce. Il existe plus de 45 000 grands barrages – 15 m ou plus – dans le monde. «Ils coupent les rivières en mille morceaux», a déclaré Tickner, empêchant ainsi le bon écoulement de l’eau. Alors que la population a quadruplé au cours du siècle dernier, la consommation d’eau a été multipliée par sept. «Nous vivons de plus en plus assoiffé», a-t-il déclaré.

Cependant, alors que des espèces d’eau douce telles que l’anguille européenne et la salamandre aux couleurs de l’enfer se sont écrasées aux États-Unis, des cas de récupération ont également été observés. Les loutres étaient presque éteintes en Angleterre, mais grâce aux efforts de conservation, ils vivent maintenant dans tous les comtés .

Le nombre d’animaux vivant sur les terres a diminué de 40% depuis 1970. Des éléphants de forêt en Afrique centrale , où les taux de braconnage dépassent maintenant le taux de natalité, au gibbon de Hoolock au Bangladesh et aux serpents européens comme le pré et les vipères, la destruction de l’habitat a vu des populations s’effondrer. Mais là encore, des efforts de conservation intensifs peuvent inverser les tendances, comme ce fut le cas avec les tigres au Népal .

David Nussbaum, directeur général du WWF-Royaume-Uni, a déclaré: «L’ampleur des destructions soulignées dans ce rapport devrait constituer un avertissement pour nous tous. Mais 2015 – lorsque les pays du monde doivent se réunir pour se mettre d’accord sur un nouvel accord mondial sur le climat , ainsi que sur un ensemble d’ objectifs de développement durable – nous offre une occasion unique de renverser les tendances.

«Nous tous – hommes politiques, entreprises et citoyens – avons un intérêt et une responsabilité d’agir afin de protéger ce que nous valons tous: un avenir en bonne santé pour les hommes et pour la nature. »

 

 

 

 

 

La découverte d’un crabe préhistorique confond les chercheurs

Calli chimera : «la belle chimère», c’est le nom qui a été donné avec poésie à une espèce de crabe vieille de plus de 90 millions d’années, découverte par un paléontologue de l’Université de l’Alberta.

Calli chimera : «la belle chimère», c’est le nom qui a été donné avec poésie à une espèce de crabe vieille de plus de 90 millions d’années, découverte par un paléontologue de l’Université de l’Alberta.

Javier Luque a déterré ces fossiles presque par hasard, lors d’une excursion sur le terrain d’un mois en Colombie. Après une longue journée de marche, il a décidé de prendre une pause sur un amas rocheux.

« J’ai donné un dernier coup de marteau, pour voir ce que je pourrais trouver. C’est incroyable, parce que dès que j’ai frappé la roche, elle s’est fendue. Elle était complètement couverte de fossiles, s’exclame le chercheur. Il y en avait des milliers, c’était très excitant! »

Le scientifique n’en croyait pas ses yeux lorsqu’il a vu ces fossiles, car ils sont l’antithèse du crabe classique, qui a un corps plus rond et plat et des yeux renforcés.

Les fossiles étaient à peine plus gros qu’une pièce de monnaie et, coup de chance pour le chercheur, étaient extrêmement bien préservés, ce qui a permis à Javier Luque de les examiner jusque dans leurs moindres détails.

« En paléontologie, souvent, la réalité surpasse la fiction et ces fossiles en sont un bon exemple. On n’aurait jamais pu se douter qu’une belle chimère comme ça aurait pu exister si on n’avait pas vu son fossile. »

Javier Luque, paléontologue de l’Université de l’Alberta

L’espèce découverte par Javier Luque ressemble à un amalgame de plusieurs espèces différentes : elle a les yeux globuleux d’une larve, la bouche d’une crevette, les griffes d’un crabe et la carapace d’un homard.

« Ses yeux étaient énormes, décrit-il. Ses pattes du devant, au lieu d’être formées pour marcher, étaient énormes et plates, comme des pagaies qu’elle aurait utilisées pour nager. Toutes ces caractéristiques nous ont vraiment rendus perplexes. »

le fossile.

Cette découverte a eu lieu en 2005. S’en est suivi plus d’une décennie de recherche, pour déterminer la place de ce fossile inusité dans la chaîne de l’évolution des crabes, avant que cette révélation soit enfin rendue publique.

« On savait que c’était un crabe, mais on ne savait pas du tout de quelle espèce il s’agissait. Le travail de détective […] a pris beaucoup de temps », indique Javier Luque.

Il estime que cette espèce date du mi-crétacé et qu’elle aurait habité dans les régions côtières il y a entre 90 et 95 millions d’années.

La zone des tropiques, l’eldorado des fossiles?

Christopher Cameron, professeur agrégé au Département de sciences biologiques à l’Université de Montréal, pense que ces fossiles marquent un jalon important, et pas seulement parce qu’il s’agit d’une nouvelle espèce.

« Je crois qu’une des répercussions les plus importantes de cette découverte, c’est qu’elle indique que les régions équatoriales seront l’endroit où il y aura le plus de fossiles déterrés au cours du prochain siècle. »

 

Si la plupart des fossiles ont jusqu’à présent été découverts en Europe ou en Amérique du Nord, ce ne sera plus le cas à l’avenir, croit Christopher Cameron. Il s’attend à ce que les régions équatoriales deviennent le terrain de jeu de prédilection des chercheurs de fossile.

Quant à Javier Luque, il espère que cette découverte permettra de donner un nouvel élan à la paléontologie sous les tropiques.

« C’est vraiment un bon moment pour être un paléontologue, au XXIe siècle, s’enthousiasme-t-il. Il y a tellement de choses à découvrir, alors il nous reste beaucoup de travail à faire. »

 

 

 

Vidéo: Ces musulmans qui disent non à l’islam

Voici une autre vision de la foi musulmane:de plus en plus de musulman veulent réformer l’islam et se disent démocrates.

Ils et elles veulent un monde  plus ouvert et libre,inspiré à la fois de l’occident,des changements sociaux et d’un retour aux sources par  la redécouverte de la vraie foie coranique et non  du terrorisme islamique.Une vidéo à voir absolument!

 

Nous continuerons dans cette voie afin de proposer une réforme des grandes religions monothéistes dans le monde!

Réévaluer le Saint Coran:une nécessité!

 

 

Astronomie:Le tout premier plan rapproché d’un trou noir

 

Voici la fameuse photo

 

Vous regardez la toute nouvelle image d’un trou noir en gros plan. Cette image du trou noir M87 au centre de la Vierge Une galaxie est le résultat d’un effort international de deux ans visant à agrandir la singularité. Cela révèle. pour la première fois, les contours de l’ horizon des événements d’un trou noir , le point au-delà duquel aucune lumière ni aucune matière ne s’échappe.

M87 se trouve à 53 millions d’années lumière, au centre d’une galaxie lointaine, entourée de nuages ​​de poussière, de gaz et d’autres matières, de sorte qu’aucun télescope à lumière visible ne puisse voir le trou noir àtravers toute cette crasse. Ce n’est pas le trou noir le plus proche, ni même le trou noir supermassif le plus proche. Mais c’est tellement énorme que c’est l’un des deux plus gros qui apparaissent dans le ciel de la Terre. (L’autre est le Sagittaire A * au centre de la Voie lactée.) Pour réaliser cette image, les astronomes ont mis en réseau des radiotélescopes dans le monde entier pour agrandir M87 à une résolution sans précédent. Ils ont appelé le réseau combiné le télescope Event Horizon.

Ce nom est approprié car cette image n’est pas le trou noir lui-même. Les trous noirs n’émettent aucun rayonnement, ou du moins sont loin d’être suffisamment détectés à l’aide des télescopes existants. Mais à leurs bords, juste avant que la gravité de la singularité ne devienne trop intense pour que même la lumière s’échappe, les trous noirs accélèrent la matière à des vitesses extrêmes. Cette question, juste avant de tomber au-delà de l’horizon, se frotte contre elle-même à grande vitesse, générant de l’énergie et rayonnant. Les ondes radio détectées par le télescope Event Horizon faisaient partie de ce processus.

« Cette image forme désormais un lien clair entre les trous noirs supermassifs et les galaxies lumineuses », a déclaré Sheperd Doeleman, astrophysicien de Harvard et directeur du télescope Event Horizon.

Cela confirme que les grandes galaxies comme Virgo A (et la Voie Lactée) sont maintenues ensemble par des trous noirs supermassifs, a déclaré Doeleman.

Les astronomes savaient que les trous noirs étaient entourés de matière incandescente. Mais cette image répond toujours à une question clé sur les trous noirs et sur la structure de notre univers. Nous savons maintenant avec certitude que la théorie de la relativité d’Einstein est valable, même au bord d’un trou noir, où certains chercheurs soupçonnaient qu’elle s’effondrerait. La forme de l’horizon des événements visibles dans l’image est un cercle, comme prédit par la 

relativité. Elle confirme donc que la relativité règne encore, même dans l’un des environnements les plus extrêmes de l’univers.

C’est une bonne et une mauvaise nouvelle pour la physique. C’est une bonne nouvelle, car cela signifie que les chercheurs n’ont pas à réécrire leurs manuels. Mais il reste une question clé en suspens: la relativité générale (qui gouverne de très grandes choses, comme les étoiles et la gravité) va jusqu’au bord d’un trou noir. La mécanique quantique (qui décrit de très petites choses) est incompatible avec la relativité générale à plusieurs égards. Mais rien dans cette image ne répond encore aux questions sur la façon dont les deux se croisent. Si la relativité générale s’était effondrée à cet endroit extrême, les scientifiques auraient peut-être trouvé des réponses unificatrices.

Les données continueront probablement d’arriver du réseau de télescopes, qui observe également le trou noir supermassif beaucoup plus proche (mais plus petit) au centre de la Voie lactée. Et les scientifiques continueront à comprendre les données déjà collectées par le télescope Event Horizons. Mais pour l’instant, profitez simplement de ce premier aperçu du bord d’une région totalement inconnaissable de l’espace.

 

 

 

 

 

Comment vaincre le stress ? par Boulay Quentin

*Je  me permet aujourd’hui ,de vous présenter un article remarquable de Boulay Quentin que j’estime important pour notre époque!

 

Le stress est un ressenti connu de toutes et de tous à différents niveaux et face à différentes situations. L’idée de cet article est de vous faire comprendre concrètement ce qu’est le stress et de vous présenter les différents moyen d’y faire face pour augmenter considérablement votre bonheur et votre bien-être si vous le combattez en sortant de votre zone de confort.

Nous allons donc aborder, dans un premier temps, le stress sous son angle général, sa définition , ses différentes formes, ses symptômes. Ensuite, vous serez invitez à réaliser un test pour déterminer votre niveau de stress.
En troisième partie, nous étudierons quelles sont les situations qui génère
un fort niveau de stress. Puis nous verrons les remèdes naturels et médicamenteux pour le combattre. 
Et pour finir nous étudierons le stress positif, en quoi il consiste et comment arriver à ce niveau de stress optimale.

Stress : Définition

Le stress (anglicisme) est, en biologie, l’ensemble des réponses d’un organisme soumis à des pressions ou contraintes de la part de son environnement. Ces réponses dépendent toujours de la perception qu’a l’individu des pressions qu’il ressent. Définition Wikipedia

De façon plus personnelle, le stress représente pour moi une réaction du corps à un sentiment de pression, de danger et/ou de difficulté perçu par notre mental. Un état de stress sera donc proportionnelle à la force de croyance de votre mental de cette réalité future.

Le stress expliqué en 2 minutes

Résultats de recherche d'images pour « stress »

Les 3 niveaux de stress

Les différentes études menées sur le stress ont abouti sur 3 différents niveaux de stress présentés ci-dessous.

Le stress aigu :
Le stress aigu représente le niveau psychologique et émotionnel commun d’un fort stress a connotations et conséquences négatives, qui nous pousse à nous renfermer sur nous même , à être agressif ou encore très irritable. C’est le stress le plus puissant mais à son avantage, il est aussi l’un des stress les plus temporels ( 1h , 1 jours jusqu’à semaine )

Le stress chronique :
Le stress chronique connaît les même racines à la différence que ce dernier est souvent présent sur une période plus longue, voir très longue et peut conduire à des burn-out , ou des gros renfermements synonyme d’isolation et de tristesse quotidienne.
Il faut donc ne pas hésiter à consulter un professionnel si vous vous sentez dans cette catégorie de stress. 

( Si vous ne souhaitez pas faire part de vos problèmes à un inconnu, il existe de nombreuses technique dites « du bonheur » que vous pouvez mettre en place à partir de chez vous.  » La gratitude , « l’affirmation de soi » ou encore la répétition d’affirmations positives.. ) 

Le bon stress :
Egalement appelé, « stress positif » , il est le niveau de stress optimal qui liera parfaitement créativité et performance sans nuire à ces deniers par un trop plein de pression.
Il est autrement appelé le « stress des vainqueurs« . Vous retrouverez plus de détails sur ce type de stress et ses bienfaits directement à la fin de cet article.


Alors si nous pouvons définir et caractériser le stress et sa provenance, ne pensez-vous pas que nous pouvons y faire face en utilisant notre mental ? 

C’est bien ce que nous allons étudié aujourd’hui dans cet article :

Comment vaincre le stress ? 

Pour commencer, il faut réussir à définir ce qu’est un état de stress et comment le reconnaître grâce à des sensations ou des émotions.

Stress : Les Symptômes

Il existe énormément de symptômes qui peuvent provenir ou indiquer un état de stress. 

Les symptômes les plus « classiques » du stress

Maux de ventre :
Selon une étude menée par le cabinet de psychologie Canadien, les maux de ventre sont présents dans plus de 74% des cas pour les patients atteint de stress temporel et/ou chronique.

Fatigue :
La fatigue ressentie est l’un des indicateurs principal du stress, il est souvent le premier indicateur d’une situation stressante ou d’un état de stress.

Transpiration :
La transpiration est un classique pour les grands stressé. Dans la majorité des cas, le stress secrète une hormone dans le cerveau qui déclenche la sudation et donc la transpiration naturelle.

Maux de tête :
De la même manière que les maux de ventre, les maux de tête sont régulièrement présents et arrivent souvent lors des situations de stress.

Les autres symptômes possible du stress.

Vertige :
Les vertiges sont des sensations de déplacements dans l’espace, une tête qui tourne, qui finissent souvent par une chute. Ce n’est pas le symptôme principal du stress et il ne revient que dans certains cas de stress poussés. Mais les vertiges peuvent être un gros signal d’alarme. On les appelle « les vertiges d’anxieux », si il vous arrive d’en faire l’avis d’un spécialiste sera important.

Vomissements / Nausées :
Les vomissements sont aussi un symptôme présent dans certains cas de stress, comme les vertiges. Les vomissements ne sont pas obligatoirement présents et révèlent un fort taux de stress.

Angoisse :
Même si les angoisses sont plus un ressenti qu’une sensation de mal-être, un fort taux de stress sur un instant T peut directement créer de l’angoisse, voir même des crises d’angoisses dans certains des cas les plus extrêmes.

Constipation :
Lors d’un stress chronique présent depuis un moment, les intestins peuvent se retrouver perturbé et certains patients atteint de stress régulier peuvent se retrouver de temps à autre constipé.

Perte de poids :
Un stress chronique, ou stress de longue durée peut entraîner à terme à une perte de poids de manière régulière! 
C’est également un symptôme alarmant qui indique qu’il faut que vous consultiez un professionnel ou que vous changiez votre système de croyance par le biais d’exercice de développement personnel.
( Attention , changer ses croyances et son mental n’est pas un travail des plus simple et nécessite du temps !! )

Perte de connaissance :
La perte de connaissance peut être liée avec le malaise ou encore les vertiges

Niveau de stress : Le test

Afin de définir et faire face au stress, selon votre niveau d’anxiété, il est nécessaire de pour voir tester son niveau de stress pour mettre en place les exercices les plus efficaces pour combattre ce dernier. C’est pourquoi je vous ai sélectionné un « test du stress » pour définir si vous y êtes sensibles ou non et surtout à quel niveau!

JE TEST MON NIVEAU DE STRESS

Les situations favorables au stress

Il existe de nombreuses situations fortes en émotion et qui directement ou indirectement augmentent le niveau de stress pour les personnes les plus sensibles. Nous allons les détailler et voir comment on peut passer au dessus de ces dernières.
Et pour contraindre et éviter le stress, le plus important est dans un premier temps d’identifier les facteurs de stress, ce qui permettra par la suite de mettre en place les solutions qui permettront de combattre ce stress.

Au travail

Au travail de nombreux éléments peuvent entraîner du stress, et il convient à chacun de déterminer si ces éléments sont la source de leur stress ou non, en voilà quelques exemples : 
– Les conflits avec les collègues 
– Le sentiments d’infériorité par rapport à ces mêmes collègues 
– La peur de mal effectuer une tâche et/ou de perdre un client important
– Le manque de responsabilité et/ ou le contrôle omniprésent du responsable…

Ce ne sont que 4 exemples parmi l’océan de possibilité de stress issu du travail mais cela permet de vous donner une idée des éléments déclencheurs que l’on recherche pour identifier la provenance du stress.

A la rentrée

Lorsque l’on est enfant ou adolescent, la rentrée scolaire est l’un des moments les plus détesté de l’année. 
C’est le moment par excellence où l’on peut ressentir de la « peur » : La peur de ne pas être dans la même classe que ces ami(e)s, la peur de se retrouver seul(e) -> Elle se résument toutes dans : « la peur de l’inconnu. »

Pour passer le permis, un oral ou un examen

Le stress des examens.. Nous y avons tous, plus ou moins, été confrontés et lorsque l’on est jeune il est difficile de passer au dessus et de prendre conscience que ce n’est « qu »un » examen.
C’est l’une des formes d’angoisses et de peur la plus présente chez les jeunes notamment au niveaux des études du fait du système de notation mis en place par les écoles et l’éducation nationale.


Comment vaincre le stress : Les remèdes ?

Il existe de nombreuses façons de réduire le stress, voir même de le vaincre. Parmi toutes les méthodes, nous pouvons les distinguer en deux parties distinctes : Les remèdes naturels et les remèdes médicamenteux.

Pour vous aider à combattre ce stress et à le réduire à son maximum, nous allons vous présenter ci-dessous l’ensemble des remèdes qui existent et comment ils peuvent vous être bénéfique lors de vos pics de stress quotidien.

Les remèdes naturels

Comment vaincre le stress naturellement ?

La rationnalisation

Pour conclure sur les différentes situations qui génère du stress, la clé pour s’en sortir et être moins impacté reste et restera toujours la RATIONALISATION !! 
Comparez toujours l’épreuve que vous allez affronter à une échelle de la douleur, pour vous faire comprendre à quel point c’est ridicule et à quel point même un échec ne réduira pas votre vie à néant.

Exemple :
Prenez une échelle de 1 à 10 ;
Imaginez que l’on vous coupe tous les membres et disons que cette douleur est classifiée à 9 sur cette échelle ! 
De la même façon, donnez maintenant une note aux sentiments de stress et à la douleur de louper votre examen, d’aller faire sa rentrée ou d’affronter vos collègues en fonction de la note donnée précédemment.

Cet exercice vous permet de vous rendre compte à quel point la vie est douloureuse si nous la voyons douloureuse et il y a de fortes chance que ce petit exercice de rationalisation vous permette de vous épanouir et vous fasse grandement réalisé que ce que vous allez affronter est loin d’être grave et/ou insurmontable.

Huiles essentielles

Les huiles essentielles sont des anti-stress par nature, qu’elles soient à respirer, ou à mettre sur soi! Elles peuvent devenir votre plus fidèle alliée contre le stress et l’anxiété au quotidien. 
Pour aller plus loin, je vous donne les deux types d’huiles essentielles les plus efficace, selon moi, pour vaincre le stress : 
L’Huile essentielle d’orange & L’Huile essentielle de lavande.

Massage / Reflexologie

La réflexologie, ici le massage des mains, permet de calmer le stress de façon radicale, je vous ai sélectionné une vidéo simple et explicative pour soulager votre stress par le biais de cette technique de massage. 
A vous de jouer ! 🙂

*Pour lire la suite de cet article remarquable  de Boulay Quentin voicici le lien que je vous recommande: Comment vaincre le stress

Les dossiers de Michel Duchaine:Un chasseur de trophées dévoré par les crocodiles lors d’un safari de chasse

Un chasseur sud-africain a été tué par un crocodile. Des tests ADN ont été effectués sur des restes humains trouvés à l’intérieur d’un crocodile, ce qui le prouve.

Le chasseur Scott Van Zyl, âgé de 44 ans, a disparu la semaine dernière après un safari de chasse. La police a abattu trois crocodiles du Nil qu’ils soupçonnaient d’avoir mangé le père de deux enfants. Van Zyl était un chasseur professionnel qui travaillait pour une entreprise qui organise des voyages pour des clients étrangers.

 

Tout cela s’est passé au Zimbabwe après que les policiers eurent abattu les crocs. Ils ont ensuite récupéré les carcasses et procédé à des tests ADN afin de déterminer lequel avait mangé Van Zyl. Van Zyl participait à un safari de chasse sur les rives du Limpopo avec un pisteur zimbabwéen et une meute de chiens. Ses traces de pas ont été suivies et suivies sur une rive lors d’une opération de recherche et de sauvetage dirigée par le Heritage Protection Group et les autorités du Zimbabwe.

L’équipe de recherche a reçu l’autorisation de tirer trois crocodiles du Nil dans la région. On découvrit alors que l’un d’entre eux contenait les restes de Van Zyl. Les tests ADN viennent juste de le prouver. Des groupes de défense de la nature ont condamné les circonstances autorisées qui ont conduit à la mort de Van Zyl. Ils affirment qu’il n’aurait pas dû chasser en premier lieu. Pendant qu’il était à la chasse, lui et son pisteur avaient quitté leur camion et étaient entrés dans la nature dans différentes directions. Plus tard dans la journée, ses chiens sont revenus au camp sans lui. Son fusil et ses affaires ont ensuite été retrouvés à l’intérieur du camion.


CROCODILE 1,CHASSEUR 0

Avec cette affaire,je trouve cet animal fort sympathique!

 

Cela a ensuite incité une opération de sauvetage. Une équipe de sauvetage composée d’hélicoptères, de plongeurs et de pisteurs a sillonné la région, tandis que des amis distribuaient des affiches disparues dans les villages et aux pêcheurs le long de la rivière. Les traces de Van Zyl ont été repérées plus tard menant à la rive du fleuve et son sac à dos avait déjà été récupéré par des traqueurs. La police et les services de protection de la natureanimale ont décidé conjointement de tirer sur les reptiles afin de déterminer s’il était mangé par l’un d’eux. Au moins quatre personnes ont été tuées par des crocodiles au Zimbabwe le mois dernier.

En mars, des villageois ont ouvert un crocodile et ont retrouvé les restes d’un garçon de huit ans. Un témoin oculaire a capturé cette scène choquante à l’aide d’un smartphone dans le village de Mushumbi Pools, dans la province de Mashonaland, dans le nord du Zimbabwe. Les habitants de la région soupçonnaient le crocodile d’avoir tué et mangé le jeune garçon et abattu l’animal. Il semble que l’augmentation du nombre de décès pourrait être liée à la forte pluie qui sévit récemment au Zimbabwe. Les niveaux des rivières et des barrages ont été élevés, ce qui peut amener les crocodiles dans des zones où ils ne sont généralement pas trouvés.

Il y a encore plus de cas de personnes mangées par des crocodiles récemment. Un crocodile a récemment été abattu à Beatrice, qui est une communauté agricole de la province voisine de Mashonaland East, avec ce qu’on croyait être les restes d’un pêcheur local dans son estomac. En novembre de l’année dernière, un crocodile a également tué un garçon de 13 ans qui avait été forcé de pêcher pour payer ses frais de scolarité.

Les crocodiles du Nil se nourrissent généralement de poissons, d’antilopes et de zèbres, mais ils peuvent également attaquer les humains.


VIDÉO DE PROMOTION DU SAFARI DE CHASSE DE VAN ZYL

 

 

 

 

 

 

 

Alerte dans l’espace:Un météore échappe à la détection terrestre et explose avec la force de 10 bombes atomiques

Le 18 décembre 2018, un météore de la taille d’un autobus scolaire a explosé au-dessus de la Terre avec une énergie d’impact d’environ 10 bombes atomiques. Selon la NASA , l’explosion est le deuxième plus gros impact de météore depuis que l’organisation a commencé à les localiser il y a 30 ans, battu uniquement par l’infâme boule de feu qui a explosé sur Tcheliabinsk, en Russie , en février 2013.

En dépit de cela, presque personne ne l’a remarqué – et personne ne l’a vu venir.

L’un des plus gros impacts de météores de l’histoire récente vous a peut-être complètement dépassé, probablement parce que la roche spatiale en question s’est brisée au-dessus de la mer de Béring , une étendue froide de l’océan Pacifique entre la Russie et l’Alaska, à des kilomètres de terres habitées. 

La NASA a appris l’impact de décembre grâce à l’US Air Force, dont les satellites de surveillance des missiles ont été parmi les premiers à détecter l’explosion. La rumeur de l’impact a également été enregistrée sur les détecteurs d’infrasons – stations qui mesurent les ondes sonores basses fréquences inaudibles pour les oreilles humaines – dans le monde entier, donnant aux scientifiques suffisamment de données pour tirer des conclusions de base sur le météore sournois.

Selon la NASA, ce météore pesait environ 1 500 tonnes (1 360 tonnes), avait un diamètre d’environ 10 mètres (32 pieds) et voyageait dans l’atmosphère à une vitesse d’environ 115 200 kilomètres à l’heure (71 582 mph) quand il a explosé. L’explosion a eu lieu à environ 25 km au-dessus de l’océan et a dégagé une énergie équivalente à 173 kilotonnes de TNT, soit environ 10 fois plus que l’énergie de la bombe atomique que les États-Unis ont déclenchée au-dessus de Hiroshima pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les groupes de surveillance des astéroïdes du monde n’ont pas réussi à voir la roche se diriger sur notre chemin probablement en raison de sa petite taille. Alan Fitzsimmons, astronome à la Queen’s University de Belfast, en Irlande du Nord, a déclaré au New Scientist que la plupart des télescopes modernes sont les mieux à même de détecter des objets de plusieurs centaines de mètres de diamètre ou plus, ce qui permet de les rater facilement. Les chasseurs d’astéroïdes de la NASA s’inquiètent le plus d’identifier des objets proches de la Terre mesurant 140 mètres de large qui pourraient effacer des États entiers s’ils sont autorisés à traverser l’atmosphère, a rapporté Live Science.

L’impact de décembre 2018 n’a été remarqué que cette semaine, en partie grâce à une présentation donnée par Kelly Fast, responsable du programme d’observation des objets situés à proximité de la Terre, à la Lunar and Planetary Science Conference, au Texas. Fast a déclaré à BBC News que l’événement de décembre avait explosé avec « 40% de la libération d’énergie de Chelyabinsk », mais n’a pas été mentionné dans les nouvelles en raison de l’emplacement relativement éloigné de l’impact.

Le météore de Chelyabinsk, qui mesurait 19 mètres de large, a survolé la Russie continentale et a été enregistré par de nombreux automobilistes. Les ondes de choc qui en ont résulté ont blessé plus de 1 200 personnes.

 

 

 

 

Réécrire l’histoire des origines de l’homme selon d’anciens textes sumériens

monstre sumérien du chaos et dieu soleil. ( Wikipedia )

 

Sumer , ou «pays des rois civilisés», prospéra en Mésopotamie , l’actuel Irak, vers 4500 av.Les Sumériens ont créé une civilisation avancée avec son propre système de langage et d’écriture élaborés, d’architecture et d’art, d’astronomie et de mathématiques. Leur système religieux était complexe et composé de centaines de dieux. Selon les textes anciens, chaqueville sumérienne était gardée par son propre dieu; et tandis que les humains et les dieux vivaient ensemble, les humains étaient des serviteurs des dieux.

Le mythe de la création sumérienne peut être trouvé sur une tablette à Nippour, une ancienne ville mésopotamienne fondée vers 5000 av.

La création de la Terre ( Enuma Elish ) selon les tablettes sumériennes commence comme ceci:

« Quand au plus haut des cieux le ciel n’était pas nommé,
et la terre ne portait pas encore de nom,
et le primitif Apsu, qui les engendra,
et le chaos, Tiamut, leur mère à la fois.
Leurs eaux se mélangèrent,
et aucun champ ne fut formé. , aucun marais ne devait être vu;
Quand des dieux n’avaient été appelés,
aucun ne portait un nom, et aucun destin n’était ordonné;
Alors furent créés les dieux au milieu du ciel,
Lahmu et Lahamu furent appelés à être … »

La mythologie sumérienne prétend qu’au début, des dieux de type humain régnaient sur la Terre. Quand ils sont venus sur la Terre, il y avait beaucoup de travail à faire et ces dieux ont travaillé le sol, creusant pour le rendre habitable et en exploitant ses minéraux.

Tablette sumérienne représentant Enki dans le mythe de la création.

Les textes mentionnent qu’à un moment donné les dieux se sont mutinés contre leur travail.

« Quand les dieux, comme les hommes,
enduraient le travail et subissaient les conséquences
Le travail des dieux était difficile,
le travail était pénible, la détresse était considérable. »

Anu , le dieu des dieux, admit que leur travail était trop difficile. Son fils Enki , ou Ea, proposa de créer un homme pour supporter le travail. C’est donc avec l’aide de sa demi-soeur Ninkiqu’il le fit. Un dieu a été mis à mort, et son corps et son sang ont été mélangés avec de l’argile.À partir de ce matériau, le premier être humain a été créé, à la ressemblance des dieux.

« Vous avez massacré un dieu ensemble.
Avec sa personnalité,
j’ai supprimé votre lourd travail et
j’ai imposé votre travail à l’homme.

Dans l’argile, Dieu et l’homme
seront liés
à une unité réunie;
Ainsi, jusqu’à la fin des jours,
la chair et l’âme
qui dans un dieu ont mûri –
cette âme dans une parenté de sang soit liée. »

Ce premier homme a été créé en Eden, un mot sumérien qui signifie « terrain plat ». Dans l’épopée de Gilgamesh , Eden est mentionné comme le jardin des dieux et se situe quelque part en Mésopotamie, entre le Tigre et l’Euphrate.

Initialement, les êtres humains étaient incapables de se reproduire par eux-mêmes, mais ont ensuite été modifiés avec l’aide d’Enki et de Ninki. Ainsi, Adapa a été créé en tant qu’être humain pleinement fonctionnel et indépendant. Cette « modification » a été fait sans l’approbation du frère d’ Enki , Enlil , et un conflit entre les dieux ont commencé. Enlil devint l’adversaire de l’homme, et la tablette sumérienne mentionne que les hommes servent les dieux et subissent beaucoup de difficultés et de souffrances.

Adapa, avec l’aide d’Enki, est monté à Anu où il n’a pas répondu à une question sur « le pain et l’eau de la vie ». Les opinions varient sur les similitudes entre cette histoire de création et l’histoire biblique d’ Adam et Eve en Eden .

Adam et Ève

Question:

Les quatre fleuves nous mènent-ils au jardin d’Eden?

Le jardin d’Éden avec la chute de l’homme par Jan Brueghel l’Ancien et Pieter Paul Rubens, ( Domaine Public )

Dans le livre biblique de la Genèse, chapitre 2, la description des quatre fleuves d’Éden fournit des indices pour localiser le jardin de paradis perdu. Suivre ces indices mène à une connexion entre la ville perdue d’Akkad et Eden.

La nature de la rivière Eden

 10 Un fleuve sortit d’Eden pour arroser le jardin. et de là il se sépara et devint quatre têtes.

Les lecteurs modernes de la Bible confondent souvent l’expression «de là elle s’est divisée et est devenue quatre têtes» pour signifier que les sources de quatre rivières ont leur origine dans l’Eden. En fait, le contraire est indiqué. D’Eden, une rivière se jette dans quatre rivières, dont le Tigre et l’Euphrate. Ces rivières vont ensuite vers l’extérieur pour devenir des rivières séparées, chacune formant sa propre tête. En termes simples, une rivière a traversé ou à proximité du jardin, puis a rejoint quatre rivières distinctes.

Au verset 10, bien que les écrivains disposent de nombreux mots pour désigner un fleuve, l’ancien mot hébreu utilisé est nahar, qui désigne généralement un grand fleuve comme le Nil ou l’Euphrate, mais peut également désigner la mer.

Une carte du Tigre – Euphrate dans la région de l’ancienne Babylone )

Une autre erreur courante dans l’identification de ces rivières est notre perspective moderne selon laquelle une rivière commence à sa source et finit ensuite où elle se disperse dans la mer. Pour un ancien peuple riverain, qui n’avait jamais vu une image de son monde vue par satellite, une rivière était un parcours que l’on pouvait parcourir. Comme indiqué par l’utilisation du mot nahar, une rivière pourrait aussi être la mer. Une fois que vous avez émergé dans la mer d’une rivière, vous voyagiez encore sur un nahar .

Dans l’Antiquité, le Tigre et l’Euphrate étaient reliés par de multiples canaux reliant efficacement les deux fleuves en un vaste réseau aquatique. Dans l’Antiquité, les deux grands fleuves sont entrés séparément dans le golfe Persique. Pour une personne se tenant le long d’un canal d’irrigation qui reliait les fleuves Tigre et Euphrate dans la région de Babylone, les voies navigables disponibles se dirigeraient effectivement dans quatre directions.

Le fleuve Euphrate ( domaine public )

Les deux rivières ambiguës

11 Le nom du premier est Pishon; c’est cela qui entoure tout le pays de Havila, où il y a de l’or;

Le nom Pishon vient de la racine puwsh , qui signifie grossir, se répandre ou être dispersé. Si un voyageur partait vers le sud sur le Tigre, c’est exactement la condition qu’il trouverait lorsque la rivière cèderait la place à un marais.

12 et l’or de ce pays est bon; il y a le bdellium et la pierre d’onyx.

En suivant la rivière dans la mer et en continuant sur sa rive orientale, le voyageur sillonnera les déserts du sud de l’Iran et du Pakistan. En effet, le mot Havilah peut être attribué à la racine chuwl qui signifie circulaire, à tordre ou à tourbillonner, ou se tordre de douleur et à la racine gloussante qui signifie sable.

L’identification de Havilah en tant que source de bdellium, résine pour la fabrication de l’encens, et d’onyx fait également allusion à l’Iran et au Pakistan. L’écrivain grec Theophrastus et Pline l’Ancien ont tous deux identifié des régions de l’Afghanistan comme étant la source du bdellium et, aujourd’hui encore, le Pakistan est l’un des rares fournisseurs d’Onyx.

Le Tigre à Êlih-Hafizbiniyan

13 Le second fleuve s’appelle Gihon; le même est celui qui entoure tout le pays de Cush.

Gihon vient de la racine giyach, qui signifie jaillir. Cela a peut-être décrit comment un ancien voyageur aurait pu expérimenter le puissant Euphrate lorsqu’il se serait finalement vidé dans le golfe Persique. En suivant la rive ouest de ce parcours, le voyageur finirait par se retrouver autour de la péninsule arabique et de rencontrer l’Afrique où se trouve la terre attendue de Cush, l’Éthiopie ancienne.

14 Le troisième fleuve s’appelle Tigris. c’est cela qui va vers l’est de Assur. Et le quatrième fleuve est l’Euphrate.

Les cartes modernes montrent encore comment le Tigre suit le flanc est du pays connu sous le nom d’Assyrie par les Grecs et d’Assur par ses habitants. L’Euphrate était probablement si connu qu’il n’avait pas besoin d’appellation. Cela nous laisse avec quatre rivières qui sont reliées par des canaux formant un grand réseau de rivières en forme de x.

Est-ce que les rivières nous mènent à Eden?

Alors, où est-ce que cela place le jardin? Si nous recherchons une rivière qui sort de la steppe et pénètre à proximité du cours conjoint des fleuves Tigre et Euphrate, l’œil ne peut s’empêcher d’être attiré par la rivière Diyala, dans l’est de l’Irak. Encore aujourd’hui, la province irakienne de Diyala est connue pour ses oranges et possède l’une des plus grandes oliveraies de la région.

Les quatre rivières d’Eden

15 Et l’Éternel Dieu prit l’homme et le plaça dans le jardin d’Eden pour le vêtir et le garder .

La description du jardin le définit comme étant le centre d’un réseau commercial. La localisation du jardin d’Eden sur la base de la vision du monde du commerce marchand coïncide avec le terme actuel de jardin dans le texte ancien qui est gan . Le mot gan fait spécifiquement référence à une zone clôturée qui a probablement été utilisée pour abattre des animaux ainsi que pour protéger des biens, en l’occurrence vraisemblablement à titre de tribut ou de commerce.

La connexion Akkad

Un texte ancien, « La malédiction d’Akkad », raconte l’époque qui suivit la chute d’Akkad, vers 2000 avant JC, lorsque, au milieu des invasions gutiennes, le chaos et la violence envahissaient tellement la terre que les jardins devaient être placés derrière les murs villes.

L’introduction de l’homme dans le jardin pour «habiller et garder» révèle davantage le langage du commerce. Le terme «robe» est abad en hébreu. Abad signifie servir d’ouvrier ou dans ce cas peut-être d’agriculteur. Ce sens est renforcé par le mot «garder» qui, dans l’ancien texte, est shamar , un mot qui signifie rester sur ses gardes.

Les archives de l’ancien Irak regorgent d’accords contractuels entre des propriétaires propriétaires de grands troupeaux et de grands bosquets et des bergers et des gardes qui s’occupaient de leurs troupeaux et de leurs denrées alimentaires en tant que travailleurs spécialisés. L’avènement de l’élevage à grande échelle et de l’agriculture irriguée, ainsi que la connexion au monde par de vastes réseaux commerciaux, font partie de l’héritage de la Mésopotamie. Des enclos clôturés et des enclos sécurisés auraient été monnaie courante et bien connus à Babylone à l’époque de la captivité hébraïque, quand il est possible que les récits de la Genèse aient été écrits. Pendant ce temps, Akkad et l’empire Akkadien auraient été évoqués dans les légendes d’un âge d’or qui se terminait à cause des péchés de ses dirigeants.

Akkad, un centre commercial connu, se trouvait probablement dans ou à proximité de la province irakienne de Diyala. Le placer à l’est de Babylone. Cela correspond à l’affirmation selon laquelle Eden serait un jardin orienté vers l’est. Pendant plus de deux mille ans, le centre commercial du monde a été Babylone, où, pendant un certain temps, les Juifs ont langui en exil. Ici les rois ont réclamé la domination sur les quatre quarts de la Terre. Les marchés de la Terre pourraient être atteints en empruntant l’une de ses quatre grandes voies navigables au nord, au sud, à l’est et à l’ouest. Du côté est de ces rivières se trouvait une steppe fertile qui regorge de jardins à ce jour.

Le jardin d’Éden par Erastus Salisbury Field 1860 ( Domaine Public )

 

 

 


EN COMPLÉMENT

L’ÉPOPÉE DE GILGAMESH

L’épopée de Gilgamesh est peut-être la plus ancienne histoire écrite de la planète. Il nous vient de l’ancien Sumeria et avait été écrit à l’origine sur 12 tablettes d’argile en écriture cunieform. Il s’agit des aventures du roi historique d’Uruk (entre 2750 et 2500 av. J.-C.).

Le traducteur a choisi d’éliminer la tablette XII pour des raisons personnelles, avec le soutien de nombreux experts littéraires, archéologiques et linguistiques, car il semble s’agir davantage d’une suite aux onze premières tablettes. Elle contient une histoire sur le fait qu’Enkidu se soit porté volontaire pour récupérer des objets abandonnés par Gilgamesh. dans le Netherworld.

Cette traduction est basée sur l’édition « standard » « akkadienne », mais est complétée d’extraits de l’ancien babylonien si nécessaire.

J’ai révisé cet ensemble de documents de manière approfondie, mais si vous y trouvez une erreur typographique, merci de me le faire savoir. 

LIENS VERS LES TABLETTES 


 

Réécrire l’histoire complexe des joints de cylindre mésopotamien

Image du haut: Sceau de Greenstone, néo-sumérien, vers 2100 av. J.-C., de Babylone.

Un sceau cylindrique est un petit objet cylindrique sur lequel sont gravés des images, des mots ou les deux. Les sceaux cylindriques sumériens seraient roulés sur de l’argile humide pour faire bonne impression. Lorsque l’argile séchée, un sceau serait formé. Les sceaux étaient utilisés à différentes fins à Sumer, notamment pour les transactions commerciales, la décoration et la correspondance. Parfois, les images présentées sur le sceau peuvent être assez complexes et belles. Les sceaux de cylindre étaient utilisés par diverses cultures de l’ancien Proche-Orient, y compris les Sumériens, les Akkadiens, les Hittites et les Perses.

Matériaux et utilisations des joints de cylindre sumériens

Selon certains spécialistes, les sceaux à cylindre auraient été utilisés pour la première fois en Syrie entre le 8ème et le 7ème millénaire avant notre ère. D’autres, cependant, ne sont pas d’accord, arguant qu’ils ont été inventés à Sumer (dans l’Irak moderne) autour du 4ème millénaire avant notre ère. Certains spécialistes ont fait valoir que les cachets de timbre avaient précédé les scellés de cylindre, tandis que d’autres ont proposé que les deux soient utilisés simultanément.

 

Les sceaux cylindriques sumériens étaient généralement en pierre (commune et semi-précieuse), tels que l’améthyste, l’obsidienne, l’hématite et le lapis-lazuli (préférés pour la beauté de la pierre bleue). Néanmoins, d’autres matériaux, notamment le verre, la céramique, l’or, l’argent, le bois, l’os et l’ivoire, ont également été utilisés pour fabriquer ces objets dans le monde antique.

Un sceau cylindrique d’hématite néo-sumérien (vers 2150-2000 av. J.-C.) décrivant la présentation d’un fidèle devant une divinité assise. Une déesse intercédant, vêtue d’une robe à plusieurs niveaux, conduit le fidèle, qui place une main devant son visage dans un geste pieux. L’inscription en trois lignes indique le nom et l’occupation du propriétaire du phoque: « Lugal-dugedu, le scribe, fils de Ur-dingira. »

 

Les joints de cylindre sumériens ont été utilisés à diverses fins. Par exemple, des trous pourraient être percés dans ces joints, de sorte qu’ils pourraient ensuite être utilisés comme une sorte de collier ou épinglés sur un vêtement. Un exemple de ce type de sceau cylindrique sumérien a été trouvé sur les restes du squelette de la reine Puabi au cimetière royal d’Ur. Le sceau de la reine avait également un capuchon en or, qui était fixé à une extrémité du cylindre avec du bitume. Le sceau du cylindre, ainsi que sa casquette en or, auraient été portés par la reine pour montrer son statut élevé. Certains sceaux de cylindre sumériens ont également été utilisés comme amulettes pour éloigner les mauvais esprits et apporter chance et prospérité à ceux qui les portaient.

Sceau-cylindre de la « dame » ou de la « reine » (NIN sumérien) Puabi, v. 2600 av. Scène de banquet typique de la première période dynastique. )

 

En plus d’être des symboles de statut et des amulettes, les sceaux cylindriques sumériens ont également des utilisations pratiques. Par exemple, ils étaient utilisés comme une sorte de signature pour les documents, qui se présentaient sous la forme de tablettes d’argile. En utilisant le sceau pour faire une empreinte sur un morceau de tablette d’argile humide, une personne peut certifier que ledit document est authentique. Ce besoin d’authentification des documents est apparu avec la montée en puissance de la bureaucratie, qui s’est produite en Mésopotamie, en particulier dans la partie méridionale, où elle était plus complexe, au cours du IVe millénaire av. Dans le commerce, les sceaux de bouteilles pourraient être utilisés pour garantir que les marchandises stockées ne soient ni altérées ni volées. Ainsi, des empreintes faites par des joints de bouteilles ont été retrouvées sur de l’argile utilisée pour sceller des bocaux de stockage ou les portes de salles de stockage de l’ancien Sumer.

Avant que l’écriture ne soit ajoutée, cette tablette, un reçu, était marquée d’un sceau cylindrique datant du règne du roi Shulgi d’Ur. On voit encore une représentation sumérienne (Ur III) typique représentant un fidèle debout avec une main levée et trois lignes d’une inscription portant le nom d’un scribe – suggérant que le sceau a pu appartenir à la personne qui a écrit la tablette. . (2100-2050 BC)

 

 

Les sculptures complexes des joints de cylindre sumériens

Les dessins des joints cylindriques sumériens ont également attiré beaucoup d’attention, car il s’agit de sculptures complexes comportant différents thèmes. Les sceaux de Sumer portaient généralement sur trois sujets principaux: les thèmes du concours, les scènes de banquet et les thèmes religieux. Des divinités, des humains, des animaux, des plantes et une iconographie religieuse apparaissent tous sur ces artefacts. Les autres conceptions trouvées sur les sceaux cylindriques sumériens peuvent inclure des conceptions géométriques et des inscriptions en écriture cunéiforme.

Joint de cylindre en hématite, sumérien, 2112-2004 av. ( Université Johns Hopkins ) La scène sur ce sceau représente la «scène de présentation» standard de la période Ur III, montrant un adorateur humain – représentant probablement le propriétaire du sceau – dirigé par une déesse devant une divinité intronisée. Une inscription, écrite en cunéiforme, identifie son propriétaire comme étant «Aḫa-nīšu, serviteur de Nūr-Šulgi».

 

Sceaux de cylindre sumériens aujourd’hui

Dans les archives archéologiques, les deux sceaux de cylindre et l’argile sur lequel ils avaient été gravés ont été retrouvés. De nombreux sceaux cylindriques sumériens sont exposés dans des musées du monde entier. Le musée irakien de Bagdad, par exemple, disposait d’une collection de 7 000 sceaux de cylindre, dont la plupart ont été pillés lorsque Bagdad est tombé aux mains des forces américaines en 2003. Ces précieux objets n’ont pas encore été récupérés.

Les joints de cylindre ont continué à être utilisés jusqu’au 1er millénaire avant notre ère. Dans le Spurlock Museum, dans l’Illinois, par exemple, des phoques remontent à 450 ans avant notre ère. Néanmoins, au cours de ce millénaire, les tablettes d’argile ont été progressivement remplacées par du parchemin de papyrus en tant que support d’écriture de choix pour le monde antique. En conséquence, les joints de cylindre ont commencé à tomber de la mode et sont finalement devenus obsolètes. Cependant, les sceaux de bouteilles sumériens et autres demeurent des biens précieux dans les collections de nombreux musées à travers le monde.

Sceau de quartz en calcédoine représentant un personnage barbu tenant une épée courbée. Il a un pied sur le dos d’un oiseau de proie qui tourne la tête en arrière vers le dieu. L’inscription sumérienne en cinq lignes se lit comme suit: Marduk, grand seigneur, le noble, entre les mains de qui sont confiées les décisions au ciel et sur la terre, que le serviteur qui vous révère soit heureux de se réjouir devant vous. Dans la collection du British Museum.

 

 

 

 

 

LA CRISE EST INÉVITABLE,SANS CROISSANCE ÉCONOMIQUE, LE TAS DE DETTES ACCUMULÉES NE VAUT RIEN

Certains fonctionnaires américains rêvent d’une croissance qui pourrait durer encore 10 ans, grosso modo le double du record enregistré par les Etats-Unis au XXème siècle. Ils se trompent lourdement.

On voit ce que l’on veut voir!

Certes, l’action des banques centrales permet aux gouvernements d’assurer leur solvabilité budgétaire et, in fine, de ne pas faire banqueroute. « Mais n’y a-t-il pas de côté négatif ? », s’interroge Natixis.

Comme l’explique l’équipe de recherche de Patrick Artus :

« En réalité, ces politiques sont dangereuses :

elles peuvent entraîner une expansion sans limite de la taille des bilans des banques centrales, d’où un risque de ‘fuite devant la monnaie’ (les agents économiques se débarrassent de la monnaie pour acheter des biens ou des actifs réels, d’où soit l’inflation soit des bulles sur les prix de ces actifs) ;

elles peuvent inciter les Etats à ne pas stabiliser les taux d’endettement publics, ce qui rend ces politiques irréversibles ;

elles permettent de financer des investissements inefficaces ;

elles écrasent anormalement les primes de risque sur les actifs risqués ;

elles forcent les banques centrales de réagir à des chocs qui nécessiteraient normalement qu’elles augmentent leurs taux d’intérêt. »

Bref, pas de free lunch. Milton Friedman avait prévenu, mais nos dirigeants l’ont oublié.

Milton, reviens ! Ils veulent nous ruiner

Chacun des points listés par Natixis est bien sûr important, mais l’un d’entre eux me semble plus critique que les autres. Ayant opté pour la fuite en avant, nos dirigeants pourraient bien s’être placés dans une position où il n’y a plus de retour en arrière possible.

 

https://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/2019/02/190226-lca-img8.jpg

Voici ce qu’explique Natixis dans une note du 20 décembre au sujet de ce « nouveau régime » :

« Dans le passé, dans les périodes d’expansion, la politique budgétaire redevenait suffisamment restrictive pour que la solvabilité budgétaire soit rétablie, et la politique monétaire pouvait donc en conséquence être normalement contracyclique ;

aujourd’hui, au contraire, on est passé à un régime de dominance fiscale : la politique budgétaire ne rétablit pas la solvabilité budgétaire, celle-ci est assurée par les taux d’intérêt anormalement bas associés à une politique monétaire qui reste fortement expansionniste malgré le retour au plein emploi.

Dans le nouveau régime, le policy mix (ensemble de la politique budgétaire et de la politique monétaire) est anormalement expansionniste et n’est plus contracyclique ; ce nouveau régime est de plus irréversible.

On pourrait en sortir par une politique budgétaire restrictive, mais c’est impossible parce que cette politique devrait être maintenant mise en place alors que la croissance ralentit ; ou par une politique monétaire restrictive, mais c’est impossible car elle ferait apparaître une crise des finances publiques (de solvabilité budgétaire). »

Vous avez bien lu : sauf miracle (comme évoqué par Nassim Taleb), il n’y a plus d’autre issue possible aux problèmes actuels que la fuite en avant.

Il ne s’agit d’ailleurs pas d’une situation particulièrement récente. Voilà en effet ce que cela a donné la dernière fois qu’une stratégie différente avait été esquissée :

La brève période de ralentissement de l’expansion du crédit a presque conduit à l’effondrement du système financier mondial 

https://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/2019/02/190226-lca-img9.jpg

Maintenant, comme au poker, nos dirigeants sont condamnés à faire tapis à chaque fois que l’étau se resserre.

A bulle de tout, crise de tout

Une fois au bord du précipice, la stratégie « kick the can down the road » ne fonctionnera plus.

Au mois de juillet, alors que le précédent rapport de l’IIF sur la dette mondiale venait d’être publié, Bruno Bertez avertissait que la promenade nous avait emmenés assez loin sur la falaise :

« Je ne crains pas de m’avancer et de signifier que nous sommes en phase terminale. On peut aller plus loin, mais il faut pour cela faire évoluer le système, la régulation, la conception de la monnaie, l’ordre international. Et puis Trump est l’élément perturbateur. » 

Il y a déjà plus d’un an, Natixis avertissait que les pays de l’OCDE s’exposaient à une crise de tout.

https://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/2019/02/190226-lca-img10.jpg

Côté crise sociale et politique, force est de constater que la France a déjà les deux pieds dedans. Reste le versant économique et financier de la crise, sur lequel la banque revenait au mois d’octobre dernier.

https://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/2019/02/190226-lca-img11.jpg

Là, Natixis en était réduite à faire un vœu pieu

 

« Le taux d’endettement du monde étant très élevé, les prix des actifs étant aussi élevés, une politique monétaire mondiale restant très expansionniste conduirait à la poursuite de la hausse des taux d’endettement et des prix des actifs, et inexorablement à une crise. 

Mais le passage à une politique monétaire restrictive déclencherait immédiatement une crise financière avec une hausse forte des paiements d’intérêt sur les dettes. 

La configuration qui permettrait d’éviter une crise financière serait donc : 

– une politique monétaire plus restrictive, mais pas au point qu’une crise de solvabilité des emprunteurs se déclenche ;

– une politique macro-prudentielle restrictive, pour arrêter la hausse des taux d’endettement et des prix des actifs. »

Suite aux choix qu’elles ont fait, nos autorités sont donc désormais condamnées à gérer la crise. 

Vous pouvez donc allumer un cierge à Sainte Rita (patronne des causes désespérées) et/ou vous préparer au violent changement qui nous attend.