Philosophie:Il y a une réinitialisation majeure en cours

« Il y a une réinitialisation majeure en cours.
Si vous vous sentez fatigué, espacé ou en proie à l’inertie, n’ayez crainte, il s’agit d’un état d’être temporaire pendant que cette réinitialisation se poursuit.
La méditation est à la base de s’insérer dans le Grand Tout Universel en constant changement!
Beaucoup d’entre nous sont en train de liquider tous nos anciens contrats d’âme karmiques et terminés ou redondants, nos façons habituelles d’être et de faire.
Les images de la réalité avec lesquelles nous avons vécu si longtemps changent maintenant et les nouvelles ne sont pas encore connues.
En fait, il n’y aura probablement plus jamais le même genre de certitude avec laquelle la plupart d’entre nous ont grandi.
Nous entrons maintenant dans une ère d’émergence – où nous vivons dans l’instant, naviguant par nos sens – apprenant à suivre ce qui nous fait du bien, notre intuition, nos désirs et notre savoir intérieur.
La vie va être très organique, ce qui signifie que nos anciennes façons de faire les choses et notre façon de voir la vie vont être très différentes.
Nous allons devoir savoir comment suivre l’impulsion évolutive ainsi que notre propre nature cyclique et c’est quelque chose qui semblera assez étranger à beaucoup.
Nous apprendrons à rester fidèles à nous-mêmes tout en réorientant nos compétences et notre expérience pour servir d’une manière nouvelle, plus collaborative qu’auparavant.
En ce moment, beaucoup de repos, une bonne nutrition, du temps dans la nature et des activités de contemplation ou de journalisation peuvent nous aider à nous intégrer pendant que cette réinitialisation majeure se produit.
Il peut s’agir de moments où nous ressentons une grande perte et il est important de laisser couler les larmes même lorsque nous ne savons pas pourquoi nous pleurons.
Au niveau de l’âme, beaucoup de choses changent et se réorientent.
Cela prend du temps et de l’énergie.
Nous sommes sur le point d’avoir une occasion en or de faire les choses différemment de ce que nous faisions auparavant.
Une attitude enfantine de curiosité et de volonté d’essayer des choses est utile en ce moment.
Avant tout, gentillesse et patience.
Pour nous et les uns pour les autres.
La gentillesse est une nouvelle monnaie.

Philosophie:Pourquoi les âmes qui vibrent haut ont de la difficulté à trouver une relation de couple stable ?

Pourquoi les âmes qui vibrent haut ont de la difficulté à trouver une relation de couple stable ?
Les vieilles âmes (hommes ou femmes) ne veulent pas avoir une relation juste pour avoir un compagnon/une compagne ; elles ont besoin d’un amour pour grandir ensemble.
Ce sont des Âmes qui ont vécu de nombreuses expériences passées et qui veulent donc utiliser cette incarnation sur Terre pour évoluer, elles n’aiment pas perdre leur temps.
Les vieilles âmes viennent dans ce monde avec un but, une mission et pensent souvent qu’un amour pourrait les distraire de l’accomplissement de cette tâche, avant de chercher l’amour d’un couple, elles privilégient leur évolution personnelle et la compréhension de leur mission de Vie.
Comme un amour exige beaucoup d’attention et de dévouement, elles finissent par mettre de côté les relations amoureuse les plus banales, à moins qu’il ne soit le compagnon de route idéal, complémentaire et proche du but à manifester.
Dans ce cas, la rencontre se produit par l’Alchimie Divine.
Les vieilles âmes ne s’adaptent pas bien aux rencontres conventionnelles, pour elles, tout cela est très superficiel, elles aiment les vraies rencontres, les gens qui se connaissent profondément, se montrent, se connectent à l’âme, et ont des énergies similaires.
Elles voient le sexe comme un acte sacré.
Malheureusement, ce genre de rencontres de nos jours ne sont pas fréquentes, les gens parlent généralement via des applications, des plateformes de rencontres, et cela ne plaît pas aux vieilles âmes et augmente la difficulté à trouver l’amour même si elles savent que ce qui doit être sera.
La vieille histoire d’egos : « J’attendrai qu’il m’appelle, je n’appellerai pas » ou « je ferai semblant de ne pas m’intéresser » est quelque chose que les vieilles âmes n’aiment pas vraiment, elles ne supportent pas les personnages, elles sont très sensibles et vraies, elles n’aiment pas la posture, elles sont transparentes, directes, avec l’âme à poil et ça fait peur à beaucoup de gens.
Les vieilles âmes ne rencontrent pas n’importe qui, juste pour avoir de la compagnie ou combler des vides ; si elles pensent que la personne n’en vaut pas la peine, elles ne se dérangent même pas, beaucoup de gens finissent par dire qu’elles sont « trop exigeantes », mais la vérité est que les vieilles âmes veulent quelqu’un avec qui partager leur vie.
Elles s’offrent et en équilibre par amour de soi elles attendent une synergie de la même nature, elles décident de miser sur quelqu’un de très spécial à avoir à leurs côtés sinon elles préfèrent être seules.
Les vieilles âmes ont des blessures émotionnelles de cette vie et d’autres, normalement ces âmes sont renforcées par l’expérience, mais ne trouvent pas une vie facile dans cette incarnation, elles ont de nombreux défis à relever, certains très douloureux, c’est pourquoi elles sont très prudentes, car elles ne veulent plus souffrir, et honorent l’accompagnement mutuel de qui sait ce que chacun traverse et ce qu’il suppose.
Pour avoir une relation avec quelqu’un, elles ont besoin de sentir que la personne est assez mature pour comprendre son chemin et son évolution.
Les vieilles âmes ont besoin d’un/une accompagnant qui souhaite être à leurs côtés, qui les respecte et les comprend, elles ne peuvent pas être avec des gens qui trompent, possèdent, ou les limitent, et ne comprennent la relation que depuis la liberté.
Elles savent qu’une relation ne peut avancer que s’il existe une vraie communication du cœur, une pure compréhension entre eux, un dévouement et une honnêteté, si leur partenaire ne les accompagne pas au rythme ou résonne la fréquence vibratoire elle-même après avoir essayé de servir de stimulus à la croissance de l’autre, elles détectent que c’est le bon moment et que ça devient infructueux. « 
Cette vision peut nous faire remonter à la plus haute antiquité!
Alejandro Jodorowsky

La Sexualité Sacrée:Aimez-vous les uns sur les autres

Saviez-vous que faire l’amour profite tant à la santé que cela devrait être prescrit par nos thérapeutes.

Tout cela est très sérieux, et d’éminents scientifiques se sont penchés sur la question.

Ils ont découvert qu’une femme qui fait l’amour produit un certain degré d’hormones oestrogènes, ce qui a comme conséquences de lui donner des cheveux luisants et une peau douce.

Ils nous apprennent aussi qu’il faut faire l’amour lentement, et tendrement, car cela réduit les problèmes de peau, de grains de beauté, les démangeaisons.

Si, en préliminaire à vos ébats amoureux, vous décidez de vous offrir une bonne table bien garnie, avec chandelles et champagne comme il se doit, lorsque ensuite vous ferez l’amour vous allez éliminer plus de calories que celles que vous avez accumulées lors de ce repas d’amoureux.

On pourrait même affirmer sans sourire que la pratique du sexe peut être assimilée à celle d’un sport.

A quand l’amour comme discipline olympique ?

En effet, faire l’amour étire et raffermit chaque muscle de nos corps.

Vous êtes dépressifs ?

Le psychologue américain, Stuart Brody préconise de faire l’amour au lieu de prendre des antidépresseurs.

En effet, la pratique sexuelle génère des endorphines qui, en coulant dans vos veines, vous procureront une sensation de bien-être et d’euphorie, et provoqueront un état de relaxation favorable au sommeil, en combattant le stress.

Faire l’amour est dix fois plus efficace que l’absorption de valium, car le sexe est le tranquillisant le plus sécuritaire au monde.

Embrasser votre partenaire, outre le plaisir que cela procure, a d’autres effets : cela éloigne le dentiste, car la salive nettoie et fait diminuer le niveau d’acide responsable des caries, et prévient contre la plaque dentaire.

De plus, faire l’amour soulage toutes les pressions dans les vaisseaux sanguins du cerveau : c’est donc la réponse idéale que l’on puisse faire à une femme qui prétextant un mal de tête, refuserait une proposition amoureuse.

Faire l’amour a d’autres effets : cela facilite l’écoulement nasal, et c’est efficace contre le rhume des foins et l’asthme.

D’après le Pr Ebrahim, les hommes qui ont au moins trois rapports par semaine, et pendant dix ans, courent deux fois moins de risques d’avoir une attaque cérébrale ou une crise cardiaque.

Cela permettrait de réduire de 15 % le risque de développer un cancer de la prostate.

Pour la femme, la stimulation des tétons et l’orgasme libèrent une hormone appelée ocytocine, bénéfique pour le sein.

Faire l’amour, c’est aussi un excellent exercice pour le muscle cardiaque qui a besoin de travailler pour bien se porter. Pendant les ébats amoureux, les pulsations passent de 75 à 180 à la minute au moment de l’orgasme !

Les ébats amoureux seront-ils un jour remboursés par la Sécurité sociale ?

Et pour ceux qui n’ont pas de partenaires pour célébrer le printemps, je n’ai qu’un conseil : pratiquez l’amour le plus souvent possible car plus vous le ferez, plus on vous fera d’offres.

En effet, les personnes sexuellement très actives sécrètent de grandes quantités de phéromones, et l’odeur dégagée rend l’humain fou de désir, homme autant que femme.

Et puis n’y a-t-il pas meilleur lieu pour soigner une convalescence qu’un grand lit, surtout quand on s’y trouve à deux ?

On vous le disait dès Mai-68 : « Faites l’amour, pas la guerre ».

Car comme disait un vieil ami africain : « Là où le cœur est, les pieds n’hésitent pas à y aller ».


 

UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!

 

 

La Sexualité Sacrée: Chaque fois qu’une femme a des relations sexuelles avec un homme, elle conserve son ADN dans son cerveau

De nouvelles recherches de l’Université de Seattle et du Fred Hutchinson Cancer Research Center ont accidentellement révélé qu’une partie de l’ADN de chaque homme avec lequel une femme a des relations sexuelles finit par rester avec elle pour toujours, logée dans son cerveau.

 

L’étude visait à l’origine à déterminer si les femmes qui tombent enceintes d’un garçon finissent par devenir plus prédisposées à développer certaines maladies neurologiques courantes chez les hommes. Cela a fini par révéler des mystères encore plus grands sur le fonctionnement interne du cerveau féminin.

Il s’avère que le système neurologique d’une femme abrite souvent un « microchimérisme masculin », ce qui signifie que son cerveau absorbe l’ADN masculin qui reste avec elle chaque fois qu’elle procrée avec un homme. Plus une femme couche avec des hommes, plus l’ADN masculin devient une partie d’elle.

L’étude explique que 63% des femmes (37 sur 59) testées présentaient un microchimérisme [1] masculin dans le cerveau – et dans plusieurs régions du cerveau. Cela signifie que l’ADN masculin fait désormais partie du système neurologique de ces femmes.

Pour rester politiquement correct, l’étude conclut que l’ADN masculin doit provenir d’une grossesse masculine. La réalité, cependant, est que même les femmes qui n’ont jamais été enceintes, mais qui ont couché avec beaucoup d’hommes, portent le même microchimérisme masculin que les femmes qui sont mères de garçons.

Tentant comme ils pourraient de cacher la vérité, les chercheurs qui ont été assez courageux pour approfondir ce phénomène ont conclu que les femmes sexuellement actives absorbent en fait l’ADN masculin chaque fois qu’elles s’engagent dans l’acte, qu’elles tombent enceintes ou non..

« Outre les grossesses connues, d’autres sources possibles de microchimérisme masculin comprennent un avortement spontané non reconnu, un jumeau mâle disparu, un frère aîné transféré par la circulation maternelle ou des RAPPORTS SEXUELS. », explique un rapport.

« Le microchimérisme masculin était significativement plus fréquent et les niveaux étaient plus élevés chez les femmes ayant subi un avortement provoqué que chez les femmes ayant d’autres antécédents de grossesse. D’autres études sont nécessaires pour déterminer les origines spécifiques du microchimérisme masculin chez les femmes. ”

Il y a beaucoup de mystères inconnus dans les rapports sexuels, c’est pourquoi ils étaient censés rester sacrés

Certaines des causes suggérées du microchimérisme masculin semblent peu susceptibles d’expliquer les découvertes des chercheurs car elles ne sont pas assez fréquentes. Il n’est pas non plus très courant qu’un jumeau mâle «disparaisse» ou qu’un frère aîné transfère de l’ADN par la circulation maternelle.

Non, la seule conclusion logique est que le simple fait d’avoir des relations sexuelles, quel que soit le résultat, suffit à transférer l’ADN masculin dans le cerveau d’une femme, où il reste en permanence et devient une partie de sa propre constitution génétique.

« Cela a des ramifications très importantes pour les femmes« , rapporte Newspunch. “Chaque homme dont vous absorbez les spermatozoïdes devient une partie vivante de vous pour la vie. Les femmes autopsiées dans cette étude étaient âgées. Certains portaient l’ADN masculin vivant en elles depuis plus de 50 ans. ”

« Le sperme est vivant. Ce sont des cellules vivantes. Lorsqu’il vous est injecté, il nage et nage jusqu’à ce qu’il s’écrase tête baissée dans un mur, puis il s’attache et s’enfouit dans votre chair. S’il est dans votre bouche, il nage et grimpe dans vos voies nasales, votre oreille interne et derrière vos yeux. Ensuite, il s’enfonce. Il pénètre dans votre circulation sanguine et s’accumule dans votre cerveau et votre colonne vertébrale. 

Les femmes qui se réservent pour le mariage et qui n’ont jamais de relations sexuelles qu’avec un seul homme s’unissent à cet homme et à lui seul. Nous savons maintenant que les femmes qui se livrent à des relations sexuelles sans scrupule modifient leur corps d’une manière qui commence à peine à être comprise.

Des nouvelles scientifiques intéressantes comme celle-ci peuvent être trouvées sur Brain.news.

Les sources de cet article incluent : Newspunch.comPLoS.orgNaturalNews.com

[1] Le microchimérisme se définit par la présence en faible quantité dans un organisme, sur le long terme, de cellules ou d’ADN provenant d’un autre individu sans qu’il n’y ait apparemment de réaction de greffon contre l’hôte (GvDH) ou de rejet de greffe.


UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!

Réécrire l’histoire:devant la découverte de Glozel,les scientifiques refusent l’idée de la « primhistoire »

Glozel, petit hameau de la montagne Bourbonnaise, est situé sur la commune de Ferrières/Sichon dans l’Allier à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Vichy.

Les fouilles débutèrent il y a presque 100 ans.

Le 1er mars 1924, dans le champ Duranthon ( rebaptisé plus tard le champ des morts ), un jeune agriculteur de 17 ans, Emile, et son grand-père, Claude Fradin, font une découverte impossible qui déclenche l’une des plus violentes controverses archéologiques du XXe siècle car elle remet en cause ce que l’on savait sur les origines de l’écriture.

En défrichant un morceau de terrain, l’une des vaches tirant la charrue tombe dans un trou, à l’intérieur duquel Emile trouve des ossements humains. Avec la découverte de ce tombeau, ils pensent avoir mis la main sur un trésor, les premières fouilles se font à coups de pelle et de pioche. Ils trouvent divers objets, des urnes, des vases, des haches et des tablettes gravées. Ils brisent les urnes mais elles ne contiennent que de la terre, déception, le trou est rebouché et l’avoine est semée.

Au cours de l’été, la Société d’Emulation du Bourbonnais se déplace, recueille des échantillons et les envoie au Dr Capitan des Beaux-Arts.
A l’époque, le Dr Capitan, l’abbé Breuil et le conservateur du musée des Eyzies, M. Peyroni, composaient le triumvirat incontournable de la préhistoire.

Émile Fradin nous présente une formidable tablette gravée en 1976.

Entre temps, en 1925, Antonin Morlet, médecin à Vichy, passionné d’archéologie, entend parler de la découverte et se rend sur place avec son épouse. Fasciné par ce qu’il trouve, il obtient le droit de publication sur les objets qui restent la propriété de M. Emile Fradin.

13 mois après avoir reçu les premières pièces, le Dr Capitan se rend sur place. « Vous avez là un gisement merveilleux..« , il demande au Dr Morlet un rapport détaillé.

Mais au lieu d’envoyer son rapport, le Dr Morlet le publie le 23 septembre 1925 sous le titre « Nouvelle station néolithique« . Morlet est convoqué par Capitan, furieux, « …mettez mon nom à la place de celui d’Emile Fradin..« , ( fait rapporté et publié par le chanoine Cote, « Glozel, 30 ans après« , 1959 ; toutes les personnes « baignant » dans le milieu scientifique savent l’importance d’avoir son nom au sein d’une publication ) ; Morlet refuse.
Puis l’abbé Breuil écrit un article en faveur de Glozel mais sans citer le nom du Dr Morlet, qui à son tour s’insurge et accuse l’abbé de vouloir s’approprier la découverte. L’abbé se retournera alors lui aussi contre Glozel.
On est bien loin des argumentations scientifiques !

Les grands pontes de la préhistoire, tout d’abord très favorables à Glozel, pris de court par cette fabuleuse découverte, se retrouvant « hors jeu« , prennent alors position contre Glozel.
D’autant plus qu’à cette même période un éminent épigraphiste, René Dussaud, vient de publier officiellement que l’écriture est née en Phénicie, 1 600 ans av. J.C. ( après la mise à jour du sarcophage du roi Ahiram de Byblos, recouvert d’inscriptions ).
Or le Dr Morlet estime les tablettes gravées à 5 ou 6 000 ans av. J.C..

Les deux découvertes sont contradictoires et cela va déclencher une véritable guerre chez les hommes de science. Les glozeliens et les anti-glozeliens s’affrontent, Glozel devient l’affaire Dreyfus de l’archéologie.

L’artéfact le plus médiatisé depuis les années 1960.

Et dans cette guerre, tous les coups ( bas ) sont permis, lettres anonymes, injures, etc. ; un jour le Dr Morlet surprend même miss Garrod, secrétaire de l’abbé Breuil, en flagrant délit de truquage lors d’une enquête sur place de la Commission des fouilles ( nommée par le Dr. Capitan, impartialité quand tu nous tiens !!! ).
Le Dr Morlet, Emile Fradin sont traînés dans la boue, tout est mis en oeuvre pour les déshonorer, « calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose« .

Le Président de la Société Préhistorique de France se rend à Glozel, il paye 4 francs pour entrer dans le musée ( mis en place sommairement par Emile Fradin pour satisfaire le nombre croissant de visiteurs, curieux de voir ces fantastiques objets si controversés ), puis il prétend qu’on lui montre des choses fausses. Il porte plainte contre X pour « entreprise pécuniaire pour montrer les produits d’une mystification« .

Le 25 février 1928, la police de Clermond-Ferrand fait une descente pour perquisitionner chez les Fradin ; leur but, trouver l’atelier où Emile fabrique ses objets. Ils brisent les vitrines, certains objets, ils molestent le pauvre Emile et emportent plus de 200 objets, soit disant pour les faire dater mais à l’époque il n’y a aucun moyen pour faire cela.

Le 4 juin 1929, Emile Fradin est inculpé d’escroquerie, le juge d’instruction va le cuisiner pendant les 63 heures de l’interrogatoire.
On veut qu’il avoue avoir fabriqué ces objets, mais ce jeune paysan du Bourbonnais, ignorant tout de la préhistoire, a sa conscience pour lui, il n’a pas fabriqué ces objets surgis de la nuit des temps.

Son courrier est ouvert, il est constamment surveillé par la police qui veut le surprendre en flagrant délit de fabrication et vérifier s’il enterre lui-même les objets.

Finalement, deux ans plus tard, l’inculpation finit par un non-lieu.
Emile Fradin peut enfin profiter de la vie, il se marie et a des enfants.
Le Dr Morlet continue ses fouilles, toujours à ses frais, pendant 16 ans. Il trouvera plus de 3000 objets, jusqu’en 1941 où la loi Carcopino est votée. Il est désormais interdit de fouiller le sol français sans l’autorisation de l’Etat. Ceci met fin au fouilles de Glozel.
Le Dr Morlet meurt en 1966, il ne verra pas la reconnaissance de Glozel.

En 1972, Henri François, ingénieur au Commissariat à l’Energie Atomique, en visite à Glozel, fait des prélèvements et les envoie à 3 laboratoires étrangers pour datation. On utilisera la méthode de datation au carbone 14 pour les os gravés et la thermoluminescence pour les céramiques et la terre cuite.
Pour les trois laboratoires indépendants ,les résultats sont clairs et irréfutables, Glozel est ancien !
Henri François écrira à Emile Fradin :
« …Seuls quelques attardés mal informés pourront encore prétendre que vous êtes un faussaire, les regroupements des mesures faites indépendamment dans chaque laboratoire sont parfaits et indiscutables…« 

Les résultats sont les suivants :

  • les ossements ont entre 15 000 et 17 000 ans,
  • les céramiques ont 5 000 ans,
  • les tablettes gravées ont 2 500 ans.

En 1974, une équipe du Centre de Recherche Nucléaire de Grenoble passe le site au magnétomètre, montrant qu’il existerait encore des objets enfouis.

En 1975, après un congrès d’archéométrie tenu à Oxford, la lumière est enfin faite sur l’authenticité du site. L’Etat reconnaît l’authenticité de Glozel, mais la communauté scientifique continue de douter.

De 1983 à 1990, de nouvelles fouilles sont entreprises, bizarrement, à plusieurs kilomètres du champ des morts, ensuite, aucun résultat n’est publié (?).

Alors pourquoi ?
Je cite M. Remy Chauvin, biologiste, « père spirituel des hérétiques en France » :
« …S’ils ne publient pas c’est qu’ils ont probablement trouvé des choses qui les ennuient, alors pourquoi ?
De quoi a-t-on peur ?
On a peur de contrarier quelques vieux professeurs, on a peur de démolir les théories en cours ?
Mais, est-ce que les théories scientifiques sont des monuments religieux ?
Qu’y a-t-il donc à Glozel qui soit responsable d’une telle levée de boucliers ?
Faisons donc des fouilles méthodiques et raisonnées à l’endroit où Emile Fradin les fit ! …
« 

M. Emile Fradin s’est vu proposé des sommes fabuleuses pour ses découvertes mais il n’a cédé aucun objet. Le 16 juin 1990, il reçut les Palmes Académiques.

En 1995, suite à la diffusion d’une émission télévisée,  le résumé provisoire des recherches précédentes est enfin publié mais ne révèle rien, si ce n’est ce que l’on savait déjà, qu’il y a une grande disparité dans l’âge des objets de Glozel.


Plus de 3000 objets ont été retrouvés, des poteries, des tablettes gravées, des pierres polies, des bijoux en os, des têtes de flèches, des aiguilles, et il ne semble pas que les signes écrits aient été superposés à des gravures animalières antérieures.

Tous les ossements, humains ( n’appartenant pas à des squelettes d’homme moderne ), et d’animaux ( ayant été transformés en outils, bijoux, certains portant des signes d’écriture ), tous, présentent une fossilisation avancée.

Les haches en pierre polie ont leur tranchant trop peu usé et sont donc certainement votives.

Les galets, gravés notamment de splendides rennes, ont soulevé l’admiration des spécialistes en art préhistorique.

Les objets en céramique, idoles, vases mortuaires aux masques étranges dépourvus de bouche et les fameuses tablettes couvertes d’inscriptions toujours inconnues, ont été fabriqués dans un four ovale qui fut tout d’abord pris pour une tombe. 


Même s’il n’y a plus de doute sur l’authenticité du site, Glozel conserve encore de nombreux mystères.

En effet, sans doute à cause de la très forte radioactivité naturelle de la région, les datations sont extrêmement disparates, et on a du mal à comprendre et à fortiori à expliquer la présence sur le même lieu, d’objets âgés de 17 000 ans, de 5 000 ans, de 2 500 ans, de 1 500 ans, et même du moyen âge !

Reste également l’énigme de l’écriture que l’on retrouve sur des os gravés de 17 000 ans, toujours non déchiffrée…
Elle présente de grandes ressemblances avec :

  • des formes très anciennes de l’écriture phénicienne.
  • Mais aussi avec un certain nombre d’inscriptions alphabétiformes retrouvées dans des sites magdaléniens, au Portugal, en Roumanie et en France.

Glozel serait peut-être un ancien lieu de culte, magique, où auraient été regroupés des objets de diverses provenances ? …

On ne pourra lever le voile du mystère que si l’on étudie sérieusement et systématiquement ce site exceptionnel.


 

UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!

 

 

 

 

 

 

Nos animaux domestiques en fin de vie…ont besoin de nous

Même si c’est dur, c’est important
 » Il s’avère que les animaux de compagnie ont aussi des dernières volontés avant de m.o.u.r.i.r, mais seulement connues des vétérinaires qui endorment les animaux vieux et malades. Un utilisateur de Twitter, Jesse Dietrich, a demandé à un vétérinaire quelle était la partie la plus difficile de son travail.
Le spécialiste a répondu sans hésiter que le plus dur pour lui était de voir comment les animaux vieux ou malades cherchent leurs propriétaires du regard avant de s’endormir. Le fait est que 90 % des propriétaires ne veulent pas se trouver dans une pièce avec un animal m.o.u.r.a.n.t. Les gens partent pour ne pas voir leur animal partir. Mais ils ne réalisent pas que c’est dans ces derniers moments de la vie que leur animal a le plus besoin d’eux.
Les vétérinaires demandent aux propriétaires d’être proches des animaux jusqu’à la toute fin. ′′Il est inévitable qu’ils m.e.u.r.e.n.t avant vous. N’oubliez pas que vous étiez le centre de leur vie. Peut-être n’étaient-ils qu’une partie de vous. Mais ils sont aussi votre famille. Même si c’est difficile, ne les quittez pas.
Ne les laissez pas m.o.u.r.i.r dans une pièce avec un étranger dans un endroit qu’ils n’aiment pas. Il est très douloureux pour les vétérinaires de voir comment les animaux de compagnie ne retrouvent pas leur propriétaire dans les dernières minutes de leur vie. Ils ne comprennent pas pourquoi leur maître les a quittés. Après tout, ils avaient besoin de la consolation de leur maître.
Les vétérinaires font tout leur possible pour que les animaux n’aient pas si peur, mais ils leur sont totalement étrangers. Ne soyez pas un lâche parce que c’est trop douloureux pour vous. Pensez à l’animal. Endurez cette douleur par égard pour eux. Soyez avec eux jusqu’à la fin. »
Aime Les Animaux ❤️

Lorsqu’un animal est en fin de vie, en dehors des modifications physiologiques et physiques, on observe des changements comportementaux particuliers. Cela veut-il dire que l’animal a conscience que sa vie arrive à son terme ?

De nombreux récits évoquent des comportements spécifiques d’un animal envers un proche décédé, que ce soit une mère envers son petit mort-né, ou un adulte envers son compagnon de vie. Des femelles dauphins (ou orques) ont ainsi été observées tentant de maintenir à la surface leur petit mort-né, comme pour lui permettre de respirer. Tout comme des femelles capucins attaquées par un prédateur peuvent essayer une « réanimation » sur leur petit tout juste tué. Dans ces deux cas, les mères s’occupent de leur petit un moment avec beaucoup de ténacité. Puis, après avoir réalisé que le jeune est sans vie, elles l’abandonnent.

UNE ATTITUDE PROTECTRICE ENVERS L’INDIVIDU MORT

Chez les éléphants, des réactions particulières envers les individus décédés durant les déplacements du groupe peuvent aussi exister. Les membres de la famille se postent alors plus ou moins longtemps -devant la dépouille, la flairent avec leur trompe, la touchent délicatement avec leurs pieds, affichant les signes d’un désarroi… Parfois, un membre s’attarde plus longtemps mais, en se tenant à l’écart, il risque de se mettre en danger. Il -finit donc généralement par reprendre la route et rejoindre ses congénères…

Une attitude protectrice envers l’individu mort, contre des con-génères, a aussi été rapportée chez certaines espèces. L’animal peut se poster à côté de son compagnon décédé et ne plus bouger. Des phases de deuil ont été observées chez le chimpanzé. Tous ces exemples témoignent que l’animal adopte des attitudes spécifiques lorsqu’un congénère décède, et qu’il ressent de l’émotion. L’animal se rend compte de la « disparition » de l’autre, la tristesse est présente, mais il n’est pas possible de conclure qu’il comprend l’irréversibilité de la situation.

Que ce soit un animal âgé, ou jeune mais malade ou accidenté, des signes annonciateurs du déclin et de la mort sont visibles.

Chez nos animaux de compagnie, des changements comportementaux sont également décrits lors de la perte de l’ami chien ou chat : baisse d’appétit, refus de sortie ou de jeu, attitude prostrée… Ces observations de terrain ont fait l’objet d’études scientifiques qui montrent les mêmes résultats. Cependant, il est évident que notre propre changement d’attitude face à la perte de l’un de nos compagnons, canin ou félin, affecte probablement l’animal qui est toujours là. Il est donc difficile de connaître avec exactitude l’élément déclencheur des variations comportementales.

L’animal est programmé génétiquement pour se prémunir contre un danger, contre la mort grâce à des stratégies de survie et de défense. Il met tout en œuvre pour vivre : trouver de l’eau et de la nourriture, se mettre à l’abri des intempéries et des prédateurs, se soigner des maladies et des blessures, etc. Cependant, l’animal non humain ne se rend pas compte de la durée de sa vie, il vit au jour le jour sans se projeter vers l’avenir. A ce jour, aucune étude scientifique n’a permis d’établir qu’il puisse avoir une quelconque conscience que sa vie est limitée dans le temps. L’homme semble être la seule espèce à pouvoir intégrer cette notion abstraite et donc à anticiper la fin de vie « naturelle ».

Pourtant, à l’approche de la fin de sa vie, des changements physiologiques et physiques se mettent en place ; des modifications que l’animal ressent sans aucun doute. Pour un individu en bonne santé, cela se fait progressivement, au fil des années. Pour l’animal malade, les alterations de son état peuvent aller beaucoup plus rapidement. Nombre de propriétaires de chien et de chat relatent des comportements singuliers de leur animal lors de cette période, comme s’il se rendait compte de l’évolution de son état.

UNE FORME DE COMPRÉHENSION DE LA SITUATION

Dans le cas de l’euthanasie, certains vétérinaires témoignent de l’attitude particulière et du regard du chien ou du chat qu’ils doivent aider à mourir, « comme s’il savait ». Il est possible que, dans ce cas-là, il y ait bien une forme de compréhension de la situation.

Que ce soit un animal âgé, ou jeune mais malade ou accidenté, des signes annonciateurs du déclin et de la mort sont visibles. Les premiers indices seront de la faiblesse, une perte d’énergie importante. Puis la perte d’appétit va suivre. L’animal peut également rencontrer des difficultés à contrôler ses sphincters et peut s’oublier dans son sommeil ou lorsqu’il se déplace. Sa respiration peut se modifier. Son regard et sa manière de se comporter varieront également. Le chat peut se mettre à ronronner quelques jours ou quelques heures avant son décès. Certains individus chercheront à se mettre à l’écart, voire à partir de chez eux, alors que d’autres rechercheront la présence d’un copain animal ou d’un humain dont ils sont proches.

Euthanasie : Ce vétérinaire révèle ce que ressent votre animal avant de  mourir, ne le laissez JAMAIS

Parfois, notre compagnon décédera dans son sommeil, mais parfois, il faut l’aider. La décision est toujours très difficile à prendre car nombre de personnes ne se sentent pas en droit de décider du moment où l’animal doit quitter ce monde ou ne veulent pas s’y résigner. Une discussion peut alors s’engager avec le vétérinaire référent qui sera à même de juger de la situation. L’animal s’intéresse-t-il toujours à sa nourriture ? Est-ce qu’il réagit quand on l’appelle ? Peut-il se déplacer ? Souffre-t-il ?

Finalement, c’est à nous, compagnon humain, de prendre la décision après nous être posé ce type de questions, y avoir réfléchi et en avoir parlé en famille. Chaque personne réagira différemment lors du deuil. Il est important de se faire accompagner en cas de difficultés.

RÉALISENT-ILS QUE LEUR CONGÉNÈRE EST MORT ?

En 2016, 153 praticiens de Caroline du Sud avaient été interrogés sur leurs observations relevées sur un animal lors de l’euthanasie d’un congénère. 54 % d’entre eux observaient « rarement, de temps en temps, souvent ou toujours » des réactions chez les animaux se trouvant proches de l’animal euthanasié, notamment des chiens qui exprimaient soit un silence soudain soit, au contraire, aboiements et agitation.
Les raisons avancées par les vétérinaires pour expliquer ces réponses sont variées : certains évoquent des modifications chimiques du corps lors de la mort, d’autres se disent persuadés que l’animal « se rend compte » du décès de son congénère, quelques autres évoquent une perception de l’émotion des humains présents au moment de l’euthanasie. 
Pour Antoine Bouvresse, docteur vétérinaire à Rueil-Malmaison, « c’est loin d’être choquant d’imaginer qu’une partie des animaux puisse avoir une réaction à l’euthanasie
d’un congénère 
». S’il ne souhaite pas la présence du compagnon de l’animal
à euthanasier, quand cela se produit, Antoine Bouvresse a été témoin de réactions que l’on peut expliquer par la mort de l’animal. « Un chien 
peut avoir deux types d’attitude : soit vouloir explorer, sentir le corps inanimé de son compagnon, soit adopter des comportements dirigés vers son maître comme pousser la main de son museau, aboyer ou gémir. » Mais, pour le scientifique qu’il est, ce type de réaction est difficile à interpréter comme étant la conscience de la mort de l’animal. Dans de nombreuses situations, le propriétaire se rend compte que l’animal sent la mort arriver. A nous de l’accompagner le mieux possible dans cette ultime étape de sa vie, dans le plus grand respect.



UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!

La Criminelle Arnaque du COVID-19:Les vaccins anti-Covid enfin reconnus dangereux !

La télévision Fox News vient de le révéler aux Américains. Or, Jean-Marc Sabatier ne cesse de le répéter : la multiplication des doses de vaccins affaiblit l’immunité naturelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

La vérité a parfois du mal à s’imposer, surtout si elle dérange les consciences, si elle touche de gros intérêts financiers, si elle remet en cause le dogme. Toutes les vérités, même scientifiques, ne sont pas bonnes à dire. Rappelons-nous Galilée. Pour avoir affirmé que la terre était ronde, le mathématicien a failli connaître les tourments du bûcher.
Il en va ainsi des vaccins anti-Covid censés sauver l’humanité d’une pandémie dévastatrice. Administrés massivement et sous contrainte, ils n’ont empêché ni l’infection, ni la réinfection et encore moins la transmission du virus. Pire : la multiplication des doses s’est révélée être plus dangereuse que bénéfique en raison des effets secondaires nombreux et, parfois, très graves, qu’elles engendrent.

« Un facteur de risque majeur »

Un article du Lancet publié en février 2022 sur la population suédoise constatait « une diminution progressive de l’efficacité du vaccin contre l’infection par le SRAS-CoV-2 ». Au mois de juin, un médecin japonais, Kenji Yamamoto, publiait un article intitulé « Effets indésirables des vaccins et mesures pour les prévenir ».
Reprenant les éléments du Lancet, il écrit : « L’étude a montré que la fonction immunitaire des personnes vaccinées 8 mois après l’administration de deux doses de vaccin Covid-19 était inférieure à celle des personnes non vaccinées. Selon les recommandations de l’Agence européenne des médicaments, des injections de rappel fréquentes de la Covid-19 pourraient avoir un effet négatif sur la réponse immunitaire et ne sont peut-être pas réalisables. (…) Par mesure de sécurité, les nouvelles vaccinations de rappel doivent être interrompues. (…) En conclusion, la vaccination COVID-19 est un facteur de risque majeur pour les infections chez les patients en état critique. »

Un lien de causalité

D’autres scientifiques ont plus récemment alerté sur les dangers de la vaccination répétée. Stephanie Seneff, Greg Nigh, Anthony Kyriaakopoulos et Peter McCullough ont publié un article intitulé « Suppression de l’immunité innée par les vaccinations à l’ARNm du SRAS-CoV-2 : Le rôle des quadruplexes G, des exosomes et des micro-ARN. »

Dans cet article, les scientifiques présentent « des preuves que la vaccination induit une altération profonde de la signalisation de l’interféron de type I, qui a diverses conséquences néfastes sur la santé humaine. Les cellules immunitaires qui ont absorbé les nanoparticules du vaccin libèrent dans la circulation un grand nombre d’exosomes contenant une protéine de pointe ainsi que des microARN critiques qui induisent une réponse de signalisation dans les cellules réceptrices à distance… Ces perturbations ont potentiellement un lien de causalité avec les maladies neurodégénératives, la myocardite, la thrombocytopénie immunitaire, la paralysie de Bell, les maladies du foie, l’immunité adaptative altérée, la réponse altérée aux dommages de l’ADN et la tumorigenèse… Nous pensons qu’une évaluation complète des risques et des avantages des vaccins à ARNm remet en question leur contribution positive à la santé publique. »

Une découverte fondamentale

Jean-Marc sabatier
Jean-Marc sabatier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si le public américain découvre aujourd’hui à la télévision les effets nocifs des vaccins (voir la vidéo ci-dessous), les lecteurs d’infodujour.fr sont alertés depuis longtemps par les articles de Jean-Marc Sabatier*.
Dès le mois d’avril 2020 le scientifique publiait un article révélant l’atteinte de l’immunité innée induite par le SARS-CoV-2 (via sa protéine Spike) et décrivait le dysfonctionnement du système rénine-angiotensine responsable des maladies Covid-19.
En décembre 2020, dans un article intitulé « Et si le SRA expliquait la Covid-19 ? » nous évoquions alors « l’histoire d’une découverte fondamentale française, celle du Pr Jean-Marc Sabatier, qui pourrait bouleverser la compréhension et le traitement de cette maladie décidément bien mystérieuse. »
Plus récemment, deux articles ont ébranlé les données scientifiques.
Le 29 juin, dans une interview qui a fait du bruit « Covid-19 : les limites de la vaccination » Jean-Marc Sabatier expliquait pourquoi « la vaccination pourrait, elle-même, favoriser l’infection ». En conclusion : « des injections vaccinales répétées d’un même antigène, quel qu’il soit (ici la protéine Spike du SARS-CoV-2), à des niveaux qui dépassent le seuil ‘’critique’’, conduisent inévitablement à un dérèglement de l’immunité innée, et à l’apparition de potentiels troubles auto-immuns. Ainsi, pour les vaccins anti-Covid-19 actuels, il existe au moins trois bonnes raisons scientifiques de ne pas procéder à des injections vaccinales multiples, avec l’action directe et néfaste de la protéine Spike sur le SRA et l’immunité innée, la répétition de ces injections qui dérègle également l’immunité innée de l’hôte et les effets nocifs potentiels de certains adjuvants, dont les nanoparticules lipidiques. »

Un fact checking bidon

Il est vrai qu’un fact checking de l’AFP est venu contredire les propos du scientifique. Un jeune ‘’vérificateur’’ (diplômé en histoire !) s’est cru autorisé à remettre en cause les infos contenues dans cet article.
Jean-Marc Sabatier et infodujour.fr ont donc apporté une réponse circonstanciée le 24 mai 2022 à ce fact checking à la sauce Pfizer.
L’historien-fact checker réfute l’idée selon laquelle le vaccin endommagerait le système immunitaire. Réponse de Jean-Marc Sabatier : « Les vaccins et rappels anti-Covid-19 altèrent (affaiblissent) le système immunitaire de l’hôte, car la protéine spike vaccinale est capable d’agir sur les cellules de l’immunité innée (via les récepteurs AT1R et Toll-like, notamment TLR4 et TLR2) et d’altérer leur fonctionnement.
La protéine Spike (vaccinale ou virale) affecte aussi l’immunité adaptative/acquise. Il existe ainsi une lymphocytopénie induite (liée au syndrome d’activation macrophagique et une hémo-phagocytose associée qui tue des lymphocytes T CD4+ auxiliaires et CD8+ cytotoxiques, les lymphocytes B et les cellules NK tueuses) conduisant à un syndrome d’immunodéficience acquise/induite.
Etudes : 1, 23, 4, 5, 6, etc. »

La vérité est parfois difficile à admettre et longue à s’imposer. Mais elle finit par triompher face à des faits tenaces. L’histoire tourmentée de la Covid-19 et de ses vaccins qui n’en sont pas, resteront dans les annales des mensonges de l’Histoire.

*Jean-Marc Sabatier est directeur de recherches au CNRS et docteur en Biologie Cellulaire et Microbiologie, HDR en Biochimie. Éditeur-en-Chef des revues scientifiques internationales : « Coronaviruses » et « Infectious Disorders – Drug Targets ». Il s’exprime ici en son nom propre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme il s’agit de la Vérité,vous ne pouvez pas  l’écrire sur Facebook…vous serez traité comme un complotiste et perdrez peut-être votre  compte Facebook censuré que vous aimez tant!


UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!

 

 

 

 

 

La Criminelle Arnaque du COVID -19:Voici le Top 7 des « événements indésirables » post-vaccin les plus EFFRAYANTS

Ces « événements indésirables » deviennent de plus en plus courants, même si le complexe industriel du vaccin et les MSM les cachent totalement.

Le CDC et les MSM appellent cela « l’hésitation aux vaccins », mais il s’agit davantage de « la science des vaccins » qui montre que les piqûres de mutation du gène COVID-19 sont expérimentales, dangereuses et inefficaces. Ce n’est pas une « hésitation » si les statistiques révèlent que se faire un caillot est BEAUCOUP plus dangereux pour la majorité de la population que d’attraper le dernier coronavirus. Ce n’est pas une théorie du complot selon laquelle les injections de caillots sont au mieux expérimentales, avec des approbations « d’urgence uniquement » et des essais cliniques frauduleux qui révèlent des effets secondaires et des événements indésirables cauchemardesques.

Ce n’est pas parce que les médias grand public (fake news) ne couvrent pas les faits qu’ils ne se produisent pas tout autour de nous. Si un arbre tombe dans la forêt, mais que vous n’entendez pas ses craquements, cela ne signifie pas qu’il n’est jamais tombé. Lorsque des athlètes, des pilotes et des militaires en parfaite santé tombent morts suite à des caillots sanguins, de myocardite, de crises cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux, quelques jours ou semaines seulement après avoir reçu une injection de thérapie génique COVID-19, il y a de bonnes raisons d’être très inquiets.

Pourquoi donner à un adolescent, un préadolescent ou un enfant un caillot mortel du virus échappé d’un labo alors qu’il n’y a pratiquement aucune chance qu’il meure du COVID ?

Même après que le CDC et la FDA admettent que les adolescents et les enfants courent un très faible risque de contracter ou de mourir de la grippe Fauci, ils continuent de pousser et de propager la vaccination pour tous, à cause de… attendez… les profits astronomiques de la vache à lait et le programme de dépopulation . C’est comme pousser le vaccin contre le VPH (virus du papillome humain), une injection pour une maladie sexuellement transmissible, à des enfants de 9 ans. C’est comme rendre obligatoire le vaccin contre le sida pour chaque terrien.

Nous avons des droits, et l’un d’entre eux est de savoir si des toxines doivent ou non être injectées dans notre sang par des médecins voyous et des scientifiques intrigants qui profitent énormément de leur médicament à la poudre de perlimpinpin. Quelle est la prochaine étape, la chimiothérapie pré-cancéreuse obligatoire pour tous ?

Le complexe industriel des vaccins a déboursé plus de 4 milliards de dollars pour les effets secondaires néfastes et handicapants  et les décès induits par les vaccins au cours des deux dernières décennies, et les injections de COVID-19 sont PLUS MORTELLES que tous les autres vaccins combinés, depuis les années 1960.

Bill Gates, l’empereur des vaccins

Les deux tiers de tous les Américains ont subi un lavage de cerveau par une campagne de propagande basée sur la peur pour obtenir les piqûres COVID

Les jours de la science fondée sur des preuves sont morts en Amérique et en Europe. L’époque des freins et des contrepoids est révolue. Les agences de réglementation regorgent de gourous de Big Pharma qui établissent toutes les règles et tous les mandats en se basant sur la science zéro. Seule la peur pourrait faire que des centaines de millions d’êtres humains se retrouvent coincés avec des injections qui obstruent le sang, inondent les organes et provoquent le «syndrome de la mort subite de l’adulte».

Seule une campagne basée sur la peur pour un virus (dont l’existence n’a JAMAIS été démontrée) qui cause un taux de mortalité très inférieur à 1% pourrait convaincre les deux tiers des Américains de porter un masque antibactérien pendant deux années consécutives.

Seule une escroquerie pourrait prendre autant d’argent des contribuables et le remettre aux corrompus scientifiques, politiciens et crétins de la réglementation qui l’ont financé, conçu et propagé. Avouons-le, il n’y a RIEN de « sûr » ou « d’efficace » dans les vaccins contre la grippe Fauci. Évitez-les comme la peste.

Les 7 « événements indésirables » post-vaccin les plus effrayants de COVID-19 que les MSM et les CDC ne mentionnent jamais par crainte d’une « hésitation à la vaccination »

#1. Tomber mort subitement de « causes inattendues » alias SADS (Sudden Adult Death Syndrome) syndrome de mort subite de l’adulte

#2. Caillots sanguins étranges, longs, caoutchouteux et fibreux (bio-structures)

#3. Myocardite, battements cardiaques irréguliers et crises cardiaques

#4. Le cancer et les tumeurs éclatent à l’improviste

#5. Attraper et/ou mourir du COVID-19 ou de ses variantes

#6. Paralysie des bras, des jambes ou du visage (syndrome “Ramsay Hunt” de Justin Bieber)

#7. Souffrant soudainement de SGB (Guillain-Barre Syndrome), AIDS, ADE, ou VAED

Ajoutez Vaccines.news  à vos sites Web indépendants préférés pour obtenir des mises à jour.

Les sources de cet article incluent : Health.ClevelandClinic.orgTheGatewayPundit.comNaturalNews.com

————————————————————————-

EN COMPLÉMENTAIRE

Rudolf Steiner, un visionnaire qui dérange…

Rudolf Steiner

Rudolf Steiner a connu, jeune, la réalité de ce qu’il nommera plus tard  » le monde suprasensible « . Il cherche à établir la base philosophique de ses connaissances élargies à ce monde.

Il trouve dans l’approche goethéenne un exemple du passage de l’observation de la nature à celle du monde spirituel.
C’est avec la  » Philosophie de la liberté  » qu’il établit en 1894 les fondements de sa recherche.

Ses investigations dans le domaine spirituel ne cesseront de se développer, apportant des connaissances sur la nature de l’homme, (corps, âme, esprit), la réincarnation et le karma (Théosophie, 1904), la cosmogonie et l’histoire de la terre (Science de l’occulte, 1910), la Christologie. Il a favorisé la création artistique (théâtre, architecture, eurythmie).

Steiner donne des conférences dans de nombreuses villes d’Europe jusqu’à la fin de sa vie, et répond aux questions concrètes qui lui sont posées.

Ainsi est lancé en 1919, le mouvement pour la triple articulation sociale (Liberté dans la vie culturelle, Égalité dans les rapports entre les êtres, Fraternité dans la vie économique), et sont donnés, de 1921 à 1924, les cours aux pédagogues (Écoles Steiner / Waldorf), aux médecins (médecine anthroposophique), aux thérapeutes (pédagogie curative) et aux agriculteurs (Agriculture bio-dynamique).

Source : https://www.anthroposophie.fr/

Il y a plus de cent ans, Rudolf Steiner a écrit ce qui suit :

« Dans le futur, on éliminera l’âme par des médicaments.

Sous prétexte d’un « point de vue sain » se trouvera un vaccin par lequel l’organisme humain sera traité, dès que possible, éventuellement directement à la naissance, afin que l’être humain ne puisse développer la pensée de l’existence d’âme et Esprit.

Aux médecins matérialistes sera confiée la tâche d’éliminer l’âme de l’humanité.

Comme aujourd’hui, on vaccine les gens contre cette maladie ou telle maladie, ainsi à l’avenir, on vaccinera les enfants avec une substance qui pourra être produite précisément de telle sorte que les gens, grâce à cette vaccination, seront immunisés d’être soumis à la « folie » de la vie spirituelle.

Il serait extrêmement intelligent mais il ne développerait pas une conscience et c’est le véritable objectif de certains cercles matérialistes.

Avec un tel vaccin, vous pouvez facilement faire en sorte que le corps éthérique se détache dans le corps physique.

Une fois le corps éthérique détaché, la relation entre l’univers et le corps éthérique deviendrait extrêmement instable et l’homme deviendrait un automate, car le corps physique de l’homme doit être poli sur cette Terre par une volonté spirituelle.

Alors le vaccin devient une sorte de force arymanique ; l’homme ne peut plus se débarrasser d’un sentiment matérialiste donné. Il devient matérialiste de constitution et ne peut plus s’élever au spirituel. »

Rudolf Steiner (1861-1925) dans « La chute des esprits des ténèbres » aux éditions Triades.
Le passage cité est à la fin de la page 79 et au début de la page 80 – cinquième conférence, du 7 octobre 1917. Un autre passage sur le même thème (les vaccins) se trouve à la page 188 – treizième conférence, du 27 octobre 1917.

 

 

 

 

 

 

 

 


 

UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!

 

 

 

 

Remise en question:notre vrai dieu n’a jamais été la religion.!!

En 325, au concile de Nicée, Constantin le Grand, créa l’église catholique après un génocide de 45 000 chrétiens, où il les tortura pour renoncer à la réincarnation. En même temps, des livres religieux de tous les villages de l’empire sont collectés et créent ainsi la BIBLE.
En 327, Constantin, connu sous le nom d’empereur de Rome, ordonne à Jérôme de traduire la version Vulgate en latin, changeant les noms hébreux et adultères qui s’appelèrent les Écritures.
En 431, le culte de la VIERGE a été inventé.
En 594, le PURGATOIRE a été inventé.
En 610, le titre de PAPE a été inventé.
En 788 le culte a été imposé aux journaux intimes païens.
En 995 la signification de kadosh (section) a été changée pour le tître de saint.
En 1079, le célibat des prêtres est imposé .
En 1090 le Rosaire est imposé.
En 1184, l’Inquisition a été perpétrée.
Dans les années 1190, les indulgences étaient vendues.
En 1215, la confession a été imposée aux prêtres.
Innocent III, le pape absolu
Innocent III
En 1216, le conte du pape Innocent sur la terreur du pain (un dieu de la mythologie grecque), qui devient chair humaine, a été inventé.
En 1311 le baptême est imposé.
En 1439, le PURGATOIRE inexistant a été dogmatisé.
En 1854, l’immaculée conception a été inventée.
En 1870, l’absurdité d’un pape infaillible s’impose, dans laquelle le concept de recrutement est inventé.
Il y a plus de 2500 choses inventées par cette religion pour asservir les êtres humains avec le christianisme..
Les religions et leurs dieux ont été créés comme un moyen de MANIPULATION et d’AFFAIRE. Dans le cadre de l’ÉVOLUTION de l’être humain est la LIBÉRATION de ces moyens de manipulation. Même si petit à petit l’humanité est à l’ère du RÉVEIL, les jeunes tous les jours sont moins religieux deux générations de plus et la religion catholique sera dans son crépuscule. (Je veux voir ce moment)
Tout fera partie de notre ÉVOLUTION.
C’est à vous de continuer à croire ce que vous croyez maintenant être la vérité absolue parce que vous ne vous êtes pas remis en question……
Donc  remets-toi en question et tu verras que toutes les religions sont une invention…. de l’homme.
Ce qu’il faut croire:c’est aux message d’amour,de paix et la philosophie de vie de Jésus Christ,de Mahomet et de Bouddha!
L’histoire humaine ne fait que commencer!

EN COMPLÉMENTAIRE

1215 INNOCENT III ET LE CONCILE DE LATRAN IV
Le pape Innocent III (1198-1216) réunit à Rome en 1215 un concile œcuménique (le quatrième siégeant au Latran) pour instituer une réforme de l’Église et de la société chrétiennes face aux hérétiques, aux musulmans et aux juifs. (Voir « L’antijudaïsme dans l’Europe chrétienne ».)Ce concile œcuménique fréquenté par 404 évêques venus de toute l’Église occidentale et de l’Église orientale de rite latin, un très grand nombre d’abbés, chanoines et représentants du pouvoir civil édicta les mesures sur l’ensemble de l’activité spirituelle et sociale des clercs et des laïcs, notamment sur le célibat et les mœurs des prêtres, l’élection des évêques, la perception des dîmes, le droit canon, le mariage. Le décret 21 rendit obligatoire la confession individuelle. Cette mesure, prise en charge surtout par les nouveaux ordres religieux, dominicains et franciscains, fut assez rapidement respectée par tous, avec ses compléments, l’attachement des fidèles à leurs paroisses et à leurs curés, le respect absolu par les prêtres du secret de la confession.La décision de Latran IV révolutionna les habitudes du clergé (des manuels initièrent les curés à cette nouvelle charge) et de l’ensemble des fidèles : examen de conscience, repentir, pénitence. L’examen de conscience inaugura une sensibilité et des pratiques qu’on peut considérer comme une formation à des attitudes propres à l’héritage occidental : l’introspection
et une technique d’exonération du poids des malaises existentiels .

UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

D’énormes « chiens-ours » peuplaient les Pyrénées il y a 12 millions d’années

Une mandibule fossilisée mise au jour dans les Pyrénées-Atlantiques en France appartient à une espèce d’amphicyonidés inconnue à ce jour, affirment des paléontologues associés au Musée d’histoire naturelle de Bâle, en Suisse.

Mieux connus sous le nom de chiens-ours», les amphicyonidés forment une famille éteinte de grands mammifères carnivores. Ces animaux étroitement apparentés aux canidés peuplaient une bonne partie de l’hémisphère Nord.

Apparus à l’éocène (il y a 36 millions d’années) et disparus au miocène moyen (il y a 7,5 millions d’années), ils représentent l’un des groupes de prédateurs les plus caractéristiques de l’ancienne faune européenne.

Tartarocyon cazanavei
Leur masse corporelle variait de 9 à 320 kg et leur régime alimentaire était typiquement mésocarnivore, omnivore, broyeur d’os et hypercarnivore», note le paléontologue Bastien Mennecart dans un communiqué publié par le musée.
La mandibule a été mise au jour dans la petite commune de Sallespisse, dans le département des Pyrénées-Atlantiques, dans le sud-ouest de la France. Elle a été extirpée d’un dépôt marin vieux de 12 à 12,8 millions d’années.
La mandibule a été mise au jour dans un dépôt marin vieux de 12 à 12,8 millions d’années.

Les scientifiques ont été frappés par la dentition de la mâchoire inférieure.

L’équipe a nommé la bête Tartarocyon cazanavei, nom inspiré du personnage de Tartaro, un borgne géant de la mythologie basque.

La masse corporelle d’un Tartarocyon est estimée à 200 kg, ce qui en fait l’un des plus gros prédateurs qui vivaient sur le territoire européen au miocène.

Les découvertes de fossiles de vertébrés terrestres qui vivaient il y a 13 à 11 millions d’années dans le nord des Pyrénées sont très rares, note le communiqué. Cette découverte et la description de la mâchoire inférieure sont d’autant plus importantes. Elles offrent l’occasion de mieux comprendre l’évolution des chiens-ours européens dans le contexte environnemental de l’époque.»

Le détail de ces travaux est publié dans la revue PeerJ (en anglais).

Holotype de Tartarocyon cazanavei de Sallespisse, France, en vues occlusale, linguale et labiale. Barre d’échelle – 5 cm. Crédit image : Sole et al ., doi : 10.7717/peerj.13457.

N’OUBLIEZ PAS DE VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE QUI SOUTIENNENT NOS SITES WEB EN DÉVELOPPEMENT
Sur ces liens: