Une station spatiale chinoise fonce sur la Terre (et on ignore où elle atterrira)

Sujet d’interrogations, la station Tiangong-1 devrait entrer en collision avec la surface de la Terre le 31 mars. Reste à savoir où. Les spécialistes ne redoutent pas nécessairement des dégâts.

La station spatiale chinoise Tiangong-1, ici en action en 2013, doit entrer en collision avec la Terre dans les jours à venir.

 

Mais où va s’écraser Tiangong-1? La question attise la curiosité de celles et ceux qui ont la tête dans les étoiles. La réponse, elle, devrait tomber ce week-end. En même temps que cette station spatiale lancée dans l’espace en 2011 et dont le contrôle interroge grandement.

Si l’on en croît les spécialistes, une perte de contrôle n’est pas rare. Le problème, c’est que cela empêcherait les scientifiques chinois de s’assurer que l’engin s’abîmera dans un océan. Pire: il est bien difficile de savoir où le « palais céleste » (c’est son nom en chinois) finira sa course. Alors qu’en début d’année, la Chine affirmait que l’engin était sous contrôle, les questions demeurent.

Une zone de chute très (très) large

Interrogé par Sud-Ouest, Stéphane Christy, expert au Centre national d’études spatiales de Toulouse, explique que « l’inclinaison de l’orbite de la station chinoise est environ de 42,8 degrés. « Cela veut dire que si on projette cette orbite sur un planisphère, la zone terrestre sur laquelle va retomber l’objet est une bande comprise entre les latitudes -42,8° et +42,8 ».

En l’état, c’est un petit peu vague parce que cela concerne aussi bien les Etats-Unis, le Japon ou le Brésil que l’ensemble du continent africain, les Territoires d’Outre-Mer… et la Corse.

Mais rien ne sert de s’alarmer. D’abord parce qu’en entrant dans l’atmosphère, ce cylindre de 8,5 tonnes va dans un premier temps se fragmenter en plusieurs morceaux et que « la plupart (d’entre eux) vont être détruits par la chaleur », assure Stéphane Christy. Reste que certains éléments « peuvent arriver plus ou moins entiers au sol ».

« Une chance sur 40 000 » pour qu’un élément tombe en Corse

Mais là aussi, il faut rester serein. « La probabilité d’avoir un problème ou d’éventuelles victimes est extrêmement faible », assure Christophe Bonnal, spécialiste des débris spatiaux au Centre national d’études spatiales (Cnes), interrogé par LCI.

Selon lui, de nombreux débris tombent de l’espace chaque semaine. « Il y a eu 25 000 rentrées atmosphériques d’objets catalogués et il n’y a jamais eu d’accident majeur ni de victime », argumente-t-il. « Cela nous donne, grosso modo, une chance sur 40 000 de tomber en Corse, une chance sur 308 000 de tomber en Martinique, une chance sur 138 000 de tomber sur la Réunion », confirme Stéphane Christy.

Une seule chose est sûre: avec le temps, les prévisions des spécialistes s’affinent. Après avoir annoncé que Tiangong-1 entrerait en collision avec la Terre dans une période comprise entre le 29 mars et 9 avril, l’Agence spatiale européenne (ESA) considèrent désormais que l’événement devrait survenir le 31 mars.

Publicités

Danger planétaire:Ce que les scientifiques ont trouvé en Sibérie est vraiment Terrifiant! Et ils disent que ce n’est que le début

On lui a donné le nom de HellMouth ou…Bouche de l’Enfer (ou Porte de l’Enfer)

 

Les scientifiques ont découvert quelque chose de vraiment inquiétant en Sibérie. Un énorme cratère  surnommé HELLMOUTH (ou Bouche de l’Enfer) s’est ouvert révélant un «monde perdu figé dans le temps». C’est ce qu’on appelle la «porte du monde souterrain» par les habitants.

Le cratère massif, situé à environ 660 kilomètres au nord de Yakutsk, est connu des experts depuis les années 1960, car la déforestation rapide a changé la région. Sans aucune ombre pour protéger le sol des rayons du soleil, le pergélisol fondait et le sol s’affaissait de façon catastrophique.

Le cratère humongous est désigné par les habitants comme la «porte de l’enfer».

L’énorme cratère se trouve près du village de Batagai, dans le district de Verkhoyansk, et atteint des profondeurs de plus de 300 pieds. Cette région est l’un des endroits les plus froids au monde.

Les experts croient que le cratère massif a été créé uniquement à la suite de la fonte du pergélisol dans le paysage sibérien.

Ce phénomène curieux a transformé la surface d’une manière méconnaissable et n’est qu’un des nombreux événements terrifiants qui se produisent en Sibérie avec l’augmentation des températures dans le monde.

Le cratère massif est officiellement connu sous le nom de Batagaïka et plus de 50 ans après son apparition, les scientifiques sont extrêmement inquiets parce qu’il ne cesse de croître.

Avec près d’un kilomètre de longueur et environ 100 mètres de profondeur, il est à craindre que dans quelques mois il atteindra la vallée voisine.

L’année dernière, une enquête a révélé qu’au cours de la dernière décennie le trou est devenu à un rythme sans précédent de dix mètres par an, bien que dans les années particulièrement chaudes, la croissance a augmenté jusqu’à 30 mètres par an.

«En moyenne depuis de nombreuses années, nous avons constaté qu’il n’y a pas tellement d’accélération ou de décélération de ces taux, mais une croissance continue», explique Frank Günther de l’Institut Alfred Wegener de Potsdam, en Allemagne. « Et la croissance continue signifie que le cratère devient de plus en plus profond chaque année. »

Les experts disent que plus de pergélisol dégèle,plus de grandes quantités de carbone sont exposées aux microbes. À leur tour, les microbes consomment du carbone, produisant du méthane et du dioxyde de carbone en tant que déchets. Ces gaz à effet de serre sont ensuite libérés dans l’atmosphère, ce qui accélère le réchauffement, rapporte la BBC

Un pergélisol dangereux à dégeler.

Malheureusement, les grandes inondations de 2008 ont contribué à augmenter la taille du cratère, et maintenant, alors que la température de la Terre augmente en raison du réchauffement climatique, les géologues avertissent que la «porte vers le monde souterrain» va grandir beaucoup plus.

Le fait que le cratère continue de croître à un rythme qui semble imparable ne représente pas seulement un danger pour les locaux mais pourrait finir par affecter la planète entière. L’enlèvement du pergélisol pourrait entraîner la libération de grandes quantités de gaz à effet de serre qui sont conservés par la toundra sous sa surface.

«Les estimations globales du carbone stocké dans le pergélisol sont [la même] quantité que celle de l’atmosphère», expliqueGünther.

« C’est ce que nous appelons une réaction positive », explique Günther. « Le réchauffement accélère le réchauffement, et ces caractéristiques peuvent se développer dans d’autres endroits. Ce n’est pas seulement une menace pour l’infrastructure. Personne ne peut arrêter ce développement. Il n’y a pas de solution technique pour arrêter le développement de ces cratères. « 

Le professeur Julian Murton, géologue à l’Université du Sussex, a déclaré: «Dans un certain sens, Batagaika donne une idée de ce qui s’est passé dans le passé et de ce qui est susceptible de se produire à l’avenir.

«Au fur et à mesure que le climat se réchauffe – je crois qu’il ne fait aucun doute qu’il se réchauffera – nous connaîtrons une dégelation croissante du pergélisol et un développement croissant de ces caractéristiques« thermokarst ». Il y aura plus de glissements et plus de ravinement, plus d’érosion de la surface du sol. « 

« Je pense qu’il y a de plus en plus de preuves au cours des dernières décennies que l’activité du thermokarst dans l’hémisphère Nord a augmenté en étendue et en intensité. »

 

L’équipe de recherche prend des relevés depuis de nombreux mois!

Bien qu’il y ait des preuves de ce qui s’est passé au Groenland, en Chine ou en Antarctique, l’histoire de la Sibérie est largement inconnue. Savoir ce qui se passe en Sibérie et comment, disent les experts, nous offrirait une chance de mieux nous préparer à ce qui peut arriver. Pour rassembler plus de données, les scientifiques prévoient de creuser des trous dans la région afin d’analyser les sédiments.

.

 

Des troncs d’arbres anciens et bien conservés ressurgissent du sol.Certain remontant à 100,000 ans.

 

Alerte Yellowstone: le supervolcan pourrait éclater à tout moment suite à la découverte d’une gigantesque rivière de lave

Une «rivière» anormale de lave profondément enfouie sous le supervolcan de Yellowstone pourrait la faire éclater à tout moment et «anéantir l’Amérique occidentale», préviennent les scientifiques.

On craint que le volcan Yellowstone ne disparaisse complètement du parc national en descendant sur une distance de 215 miles jusqu’au Mexique et tue des millions de personnes avec son nuage de cendres mortel.

Les chercheurs Peter Nelson et Stephen Grand de l’Université du Texas ont publié leur découverte de « l’anomalie » dans le journal de Nature Geoscience.

Ils décrivent la rivière comme une «anomalie lente unique de forme cylindrique, d’environ 350 km de diamètre, que nous interprétons comme un panache du manteau entier».

Selon les deux chercheurs, c’est « l’origine profonde du hotspot de Yellowstone » qui « dépasse actuellement la résolution des modèles de tomographie globale ».

Si le supervolcan devait entrer en éruption, les kilomètres de lave qui coulent sous lui causeraient des dommages catastrophiques au-dessus du sol.

Boue chaude laissant échapper de la vapeur.
Lien vidéo à voir:vidéo
Une rivière de lave de 215 milles découverte sous le volcan pourrait avoir des effets catastrophiques

360 000 personnes seraient immédiatement tuées et des millions d’autres mourraient alors que les nuages ​​de cendres couvraient le soleil.

Les craintes d’une méga-éruption imminente ont été suscitées l’an dernier lorsqu’un «essaim» de 1 400 petits tremblements de terre a eu lieu au parc national de Yellowstone.

À l’époque – lorsque le foyer sous le volcan était estimé à 51 miles de long – les scientifiques pensaient que le volcan ne ferait que tuer 90 000 personnes.


Quels effets auraient l’éruption du supervolcan en tenant compte de la rivière de lave:

Une rivière de lave sous le supervolcan de Yellowstone pourrait avoir des effets catastrophiques si elle éclatait.

La rivière s’étend sur 215 miles du parc national de Yellowstone jusqu’à la frontière entre la Californie et le Mexique.

Plus de 300 000 personnes dans la région seraient immédiatement tuées.

Des millions d’autres mourraient à mesure que les nuages ​​de cendres volcaniques couvriraient le soleil.

En 2017, 1 400 mini-tremblements de terre se sont produits dans le parc national de Yellowstone, suscitant la crainte d’une éruption imminente.


 

Les chercheurs se sont longtemps disputés sur la source de la chaleur de Yellowstone, mais tous s’accordent à dire qu’une éruption volcanique dans le parc serait catastrophique.

Les deux chercheurs, du Texas, croient avoir trouvé la preuve que le « fleuve de lave » existe sous le supervolcan.

L’activité sismique a été analysée autour de Yellowstone avec des données du réseau USArray, qui a des stations d’écoute positionnées à travers l’Amérique du Nord.

Les vagues sismiques sont «plus lentes» dans le chenal où l’on croit que la rivière est, selon les scientifiques.


EN COMPLÉMENT

Les effets apocalyptiques de l’éruption du supervolcan de Yellowstone qui a eu lieu il y a 630 000 ans sont révélé ici

 

On craint qu’un volcan gigantesque dans le Wyoming puisse exploser à un moment donné dans le futur. Maintenant, les scientifiques ont découvert des preuves de la dévastation causée par une éruption qui a eu lieu il y a environ 630 000 ans

Le supervolcan de Yellowstone a un énorme cratère qui mesure environ 34 par 45 miles

 

On craint que le même supervolcan ne se déclenche à un moment donné dans le futur, tuant potentiellement 90 000 personnes immédiatement et des millions d’autres en jetant des nuages ​​de cendres qui bloquent le soleil.

Les universitaires ont trouvé des preuves suggérant que deux éruptions se sont produites dans une succession relativement rapide, entraînant une baisse globale de la température d’environ 6 ° C.

Si la même chose se produisait aujourd’hui, cela pourrait faire échouer les récoltes dans le monde entier et provoquer une famine massive sur une échelle véritablement apocalyptique.

« Nous avons découvert ici qu’il y a deux super éruptions formant des cendres à 170 ans d’intervalle et chacune a refroidi l’océan d’environ 3 ° C », a déclaré le géologue Jim Kennett.

Cette carte montre les «calderas» de Yellowstone, qui sont des chambres massives qui se forment lorsque le magma et la lave jaillissent de la Terre.

 

Son équipe a trouvé deux couches de cendres volcaniques dans les sédiments du fond marin dans le bassin de Santa Barbara, au large de la côte sud de la Californie, ce qui leur a permis de comprendre ce qui s’est passé lors de l’éruption de Yellowstone.

Les explosions se sont produites juste au moment où le monde sortait d’une période glaciaire majeure et a interrompu un processus naturel de réchauffement climatique.

Il a provoqué des nuages ​​de poussière qui auraient causé la mort des plantes à travers le monde, affamant les animaux et potentiellement les premiers ancêtres de l’humanité.

Un «essaim» de 1 400 mini-tremblements de terre a eu lieu au parc national de Yellowstone plus tôt cette année, suscitant des craintes d’une méga-éruption imminente.

Mais les géologues ont déclaré que le risque d’explosion était faible.

Les recherches de Jake Lowenstern ont révélé que les cendres d’une éruption pouvaient atteindre jusqu’à un mètre d’épaisseur

 

Jamie Farrell a déclaré au New Scientist : « C’est un grand essaim, mais ce n’est pas le plus gros essaim que nous avons enregistré à Yellowstone.

« Les essaims de tremblements de terre sont assez communs à Yellowstone. »

Après que l’essaim ait été détecté, Jake Lowenstern, le scientifique américain chargé de l’observation de l’énorme volcan, a déclaré  que le supervolcan de Yellowstone était capable de dommages à l’échelle du continent.

Selon ses propres recherches, une éruption massive pourrait durer un mois et couvrir toute l’Amérique de cendres, avec de la poussière tombant sur un mètre d’épaisseur au centre de l’explosion.

Une des sources d’eau chaude du parc. Les anneaux aux couleurs vives sont en fait des communautés florissantes de microbes aimant la chaleur

 

Le parc national de Yellowstone est une magnifique région de beauté naturelle

 

La poussière chaude d’une super-éruption atteindrait la côte Est américaine, avec des milliers de personnes suffoquées.

Si l’explosion était suffisamment importante, elle pourrait jeter tellement de débris dans l’air que les agriculteurs du monde entier seraient incapables de produire suffisamment de nourriture pour nourrir les populations.

Cependant, il a rassuré l’humanité que « rien n’indique » qu’une super-éruption aura lieu de sitôt.

 

 

 

Ré-écrire l’histoire: Brandi Mueller expose le cimetière sous-marin d’avions

Brandi Mueller aime la plongée sous-marine dans la mer bleue et la photographie. Elle a pris ses passions et les a transformées en une carrière qui l’a rendue célèbre à travers le monde. Sa découverte sous-marine et les photos suivantes ont révélé quelque chose d’inconnu sur l’océan et l’histoire.

 La photographie sous-marine nécessite de la bravoure, de la patience et des connaissances. Le travail de Brandi parle de lui-même. Elle a prouvé qu’elle avait l’endurance nécessaire pour capturer des images en haute mer dans des conditions douteuses et la créativité pour faire des choses intéressantes avec des caméras dans les eaux peu profondes.

Photo sous-marine de Brandi
Brandi a gagné plusieurs qualifications et elle n’a pas eu peur de faire sortir son esprit créatif comme photographe de plongée. Elle sort des sentiers battus en matière de photographie et les experts en ont pris note.

 

Elle s’est fait un nom en raison de sa créativité et de ses impressionnants clichés de la nature comme un papa fier et sa pléthore d’alevins et ce cliché d’une méduse en bas. Ses plans océaniques inspirent même les experts.

 

Ses photos proviennent d’une combinaison de travail acharné qui comprend l’expérience acquise à l’âge de 15 ans et qui a permis de découvrir la photographie sous-marine, le chronométrage et beaucoup de temps passé sous l’eau. Son expérience à bord de la Garde côtière et en tant qu’instructeur de plongée la rendent idéale pour capturer ces images parfaitement synchronisées.

 

Alors que son talent l’a mise sur la carte, sa découverte et le journal photographique qui lui a succédé dans les îles Marshall ont transformé la vision des historiens partout. La séance photo a hanté quelques instants, un surréalisme de temps en temps selon Brandi.

 

Sa découverte a peut-être été oubliée pendant des années parce que les objets sur le fond de la mer ne sont pas rares. En fait, des objets sont parfois placés intentionnellement pour créer des habitats pour les récifs et les créatures marines vivant dans les récifs. Le général USNS Hoyt S. Vandenberg, un navire de guerre américain à la retraite, a été délibérément coulé près de Key West. Il s’est reposé sur le fond marin en tant qu’habitat naturel depuis.

 

Brandi a trouvé ce qui semblait être un cimetière d’avion aux Iles Marshall. Mais les avions ne sont généralement pas trouvés sur le fond de la mer en groupes. Un avion sur le fond de l’océan est généralement attaché à une épave. Comme elle a cherché et documenté la découverte, elle a découvert beaucoup plus que ce qu’elle attendait.

 

Plus d’exploration des lieux a lentement révélé, avion après avion, pour finalement en totaliser 150. Sa découverte a soulevé beaucoup de questions. Ces avions ont-ils tous été abattus pendant la guerre, il y a longtemps? Pourquoi y en a-t-il autant dans un même endroit? C’était un mystère troublant.

 

Tous ces avions sont devenus encore plus mystérieux une fois qu’il a été découvert que beaucoup d’entre eux étaient en bonne forme (compte tenu de leurs années sur le fond de l’océan). S’ils ont tous été abattu, où sont les trous de balles et les impacts de flak? L’idée de faire partie de la guerre n’était pas hors de portée, après tout l’endroit était un point chaud de la Seconde Guerre mondiale.
La vérité derrière les avions n’est rien de perplexe à la génération actuelle de recycleurs. Même le mantra de l’ère de la dépression de «Utilisez-le, portez-le, faites-le » contredit la découverte. Cependant, cela peut être une bonne nouvelle pour ceux qui craignent que le site soit un lieu de démolition de masse par les puissances de l’Axe. La vérité est dérangeante mais ce n’est pas tragique.

 

Les avions sont des années 1930 et ont été faits pour être utilisés en guerre. Les modèles incluent les bombardiers Dauntless, Corsair F4U et TBF / TBM Avengers. La majorité des avions étaient des bombardiers Dauntless.

 

L’histoire originale du cimetière d’avions de haute mer commence avec le Curtiss SB2C Helldiver, un modèle d’avion plus rapide et plus efficace. Alors que certains des modèles raclés étaient parfaitement bien, cet avion a été fait pour gagner des guerres et changer l’histoire. Chaque avantage obtenu par l’Helldiver peut signifier un autre soldat qui rentre à la maison voir sa famille,à la fin de cette guerre.

 

Lorsque ce nouveau modèle plus rapide a été lancé, les modèles plus anciens, tout en restant digne de voler, n’étaient plus considérés comme utilisable en temps de guerre. Donc, ils ont été délibérément passés par dessus bord ,créant ce cimetière marin, avrc tous les 150 avions payés par les contribuables américains!C’est un cas flagrant de gaspillage et un scandale éhonté ,décidé par les autorités militaires d’alors qui se pensaient infaillibles avec tous les droits!

 

La guerre a atteint son paroxysme aux îles Marshall et les nouveaux avions ont certainement beaucoup à voir avec la victoire. Cependant, la nécessité de jeter les plus anciens au milieu de l’océan peut être débattue.

 

Ces soldats, posant avec un Hellcat ont été soulagés pour chaque gain de vitesse qui est venu avec le nouvel avion. Parfois dans la guerre, vous devez faire ce que vous avez à faire et le cimetière sous-marin en est un témoignage.
Par contre ,il faut se poser des questions sur la pertinence de jeter des avions en parfait état à la mer sous le principe qu’ils sont devenu anachroniques et dépassés!Ils auraient pu servir ailleur …aider un allié plus pauvre ,par exemple!

 

Tous les avions supplémentaires ont été jetés après la guerre, juste là dans l’océan sur lequel flottait ce porte-avions. Il a dû y avoir un pilote ou deux à bord pensant tristement en eux-mêmes qu’ils pourraient faire beaucoup mieux que de mettre ces avions au rebut! Avec la pénurie de métaux pendant et juste après la guerre, il est étonnant que cette décision de jeter les avions à la poubelle ait été approuvée.On peut parler d’inconscience car ce n’était pas leur argent à eux,mais celui du peuple américain.

 

La journalisation photographique intensive et créative du site par Brandi a ramené ce cimetière aquatique à la surface pour ainsi dire. Elle a probablement satisfait la curiosité de ceux et celles  qui étaient là et se sont demandé à quoi ressemblaient ces avions maintenant.Elle a présenté le thème de la bataille des Alliés et de l’Axe dans les îles Marshall à une nouvelle génération.

 

Brandi Meuller est celle que vous devez surveiller si vous êtes intéressé par la photographie sous-marine ou les gens créatifs sont à la hausse. Son travail va du naturel au dangereux et à l’absurde, mais d’une manière ou d’une autre elle est toujours magnifique.

 

 

 

 

 

Insolite:un mystérieux animal ressemblant à un plésiosaure découvert sur une plage

Est-ce un plésiosaure?

 

 

Le corps d’une créature inconnue avec un long cou et une petite tête, ressemblant étrangement à un plésiosaure – ou au mythique monstre du Loch Ness – a été trouvé sur une plage en Géorgie, aux États-Unis. Pour les spécialistes, il pourrait en fait s’agir d’un cadavre de requin décomposé.

Un animal étrange échoué sur une plage de Géorgie a récemment fait la une des journaux. En cause : sa ressemblance avec le légendaire monstre du Loch Ness. Certains y voient plus un plésiosaure, ce grand reptile marin qui évoluait au Mésozoïque. Un touriste américain, Jeff Warren, a en effet remarqué l’animal au long cou alors qu’il naviguait avec son fils près de l’île de Wolf. Il a ensuite filmé la scène. Par ailleurs, les oiseaux commençaient déjà à « picorer » l’animal quand il a été retrouvé.

Avec son long cou et ses ailerons, l’animal de 1,5 mètre ressemble ici plus à une sorte de monstre marin préhistorique qu’à tout ce que nous connaissons aujourd’hui dans les océans. Pour l’heure, les experts de l’US Fish and Wildlife Service se posent encore des questions. Mais Internet s’est également chargé de l’affaire. Il existe en effet une légende locale sur l’existence de « Altie » ou « Altahamaha-ha » –  qui n’est autre que la version géorgienne du monstre du Loch Ness.

Dan Ashe, directeur du Fish and Wildlife Service des États-Unis, note en revanche que les animaux marins se décomposent souvent de cette manière, ressemblant à un plésiosaure avec un long cou et une petite tête. Plus précisément, il suggère qu’il s’agit ici un requin-pèlerin, le plus grand poisson du monde après le requin-baleine, et le plus grand poisson de l’Atlantique nord. Celui-ci peut atteindre 12 mètres de long pour un poids d’au moins 4 tonnes.

Le requin-pèlerin ne figure pas sur la liste des espèces protégées par la loi française. Il est cependant considéré comme une espèce menacée depuis 1996 par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). En Atlantique nord-est, l’espèce est considérée comme en danger d’extinction depuis 2000.

 

Source

 

 

 

 

 

Vidéo: Prédateurs de la préhistoire :les loups d’autrefois

 

 

 

Canis dirus (mot-à-mot « loup sinistre ») est un canidé qui a habité l’Amérique du Nord au Pléistocène et s’est éteint il y a environ 10 000 ans. Bien qu’il soit proche du loup gris, et par conséquent du chien, il n’est pas considéré comme leur ancêtre.

 Canis dirus était plus gros que le loup gris en taille et en allure, il mesurait environ 1,50 m de long et pesait environ 80 kg. Il est probable que ces loups vivaient en bandes, unies par des liens de famille, et qu’ils chassaient en groupes. La principale différence entre les deux espèces se trouve dans la structure du squelette, plus massif et plus lourd chez Canis dirus. Ses jambes étaient proportionnellement plus courtes, sa tête plus grande et plus lourde, mais la capacité crânienne était moindre. Ses dents, plus grandes et plus fortes que celles du loup gris, étaient capables de broyer des os. De telles caractéristiques suggèrent que ce n’était pas un bon coureur et qu’il se nourrissait d’animaux peu rapides et de grande taille, ou de proies affaiblies et de charognes, un peu comme les hyènes d’aujourd’hui, mais aussi comme d’autres prédateurs qui vivaient à son époque, les félins à dents de sabre comme le smilodon, qui eux aussi présentaient des adaptations évolutives pour la chasse d’animaux de grande taille. 

 

Turquie : un escroc fait fortune en vendant des vaches virtuelles

L’homme le plus recherché de Turquie est un informaticien de 27 ans. En moins de deux ans, Mehmet Aydin a extorqué plus de 130 millions de dollars à près de 80.000 personnes grâce à un jeu virtuel inspiré de FarmVille.

Mehmet Aydin

 

Son application Ciftlik Bank-La Banque fermière, créée en août 2016, simulait une ferme virtuelle où les inscrits achetaient et élevaient bétail, volaille et abeilles en ligne dans l’espoir de voir leurs investissements leur rapporter de réels intérêts financiers. L’entreprise promettait en effet d’élever des animaux dans des fermes physiques et de rémunérer les utilisateurs grâce aux productions de lait, miel et viande de ces derniers. Si les premiers joueurs ont bénéficié de quelques versements d’argent, la majorité n’a vu que des vaches pixelisées. En tout, près de 80.000 personnes ont été extorquées pour plus de 130 millions de dollars.

La tromperie a été révélée en janvier dernier quand les paiements ont cessé. L’argent des souscripteurs n’avait servi qu’à enrichir les comptes chypriotes de Mehmet Aydin. Ils ont été vidés depuis. Le 12 mars dernier, à l’annonce de la fuite du jeune escroc de 27 ans, des centaines de victimes se sont ruées dans une ferme de la ville de Bursa appartenant à l’entreprise pour emmener des vaches. Elles ont été empêchées par les forces de l’ordre.

Pourtant tout paraissait si réel. Basé sur le système de Ponzi, Ciftlik Bank a d’abord rémunéré les investissements des premiers inscrits par les fonds procurés par les nouveaux utilisateurs. De quoi convaincre les joueurs d’en parrainer d’autres. Pour renforcer sa crédibilité, Mehmet Aydin avait investi dans des installations physiques avec quelques animaux. Des élus locaux avaient même participé aux cérémonies d’ouverture des premières fermes.

Une émission de télévision très populaire avait également diffusé un reportage sur le miel produit par Ciftlik Bank en octobre 2017.

Mêmes les élus ont parti le bal avec des cérémonies de coupage de rubans!

Après de nombreuses plaintes, le parquet s’est saisi de l’affaire. Trois personnes dont l’épouse de Mehmet Aydin ont été interpellées alors que le jeune informaticien s’est volatilisé. Il travaillerait actuellement dans la construction en Uruguay. Un nouvel avenir pour celui qui avait d’abord essayé de percer en vendant des lunettes qui permettent de voir les gens nus. Ses faux animaux de la ferme ont eu nettement plus de succès.

Les codes maçonniques secrets dans la politique québécoise

Tout d’abord ,pour les nouveaux lecteurs,les douze signes maçonniques de reconnaissance:

 

Les 12 signes maçonniques. Source: « Freimaurersignale in der Presse ».

Quelques signes tirés d’un ancien manuel maçonnique. Source: « Richardson’s monitor of freemasonry ». La dernière image, en bas à droite, provient du livre: « Scotch Rite Masonry Illustrated Part 2 » page 26.

Une affiche de la chanteuse Barbara Hendricks annoncant un concert bénéfice pour une loge maçonnique. Une pose voulue, le doigt près de l’oeil. 

 

 

 

Un exemple classique de pose voulue. Remarquez les plis dans la toile de fond du photographe.Cette photo a été prise dans un studio. Le geste est la pyramide maçonnique. Cette image a été publiée dans le journal La Presse du 29 sept. 2007. « Environnement: l’ADQ veut briser les forces de l’immobilisme ». 

 

 

la main sur le coeur (signe de fidélité). En haut à gauche: « André Boisclair a défendu sans réserve son candidat Robin Philpot, jeudi. (Philpot est accusé d’avoir nié l’holocauste au Rwanda » (08/03/07). À droite lors du soir des élections et en bas un autre photographe a jugé bon d’immortaliser le même geste au même moment.

Le signe d’admiration est un très ancien signe religieux (comme tous les signes maçonniques). C’est un geste que les prêtres se font enseigner dans les séminaires et qui fait parti de leur rituel. Les politiciens se font eux aussi enseigner le même geste dans leurs loges maçonniques. 

Ce post est inspiré du livre de l’auteur Allemand Johannes Rothkranz, « Freimaurersignale in der Presse » (signaux maçonniques dans la presse). Lire aussi le livre « codex magica » dans la même veine. Ces deux livres sont disponibles gratuitement sur des p2p comme emule.
Consultez aussi ces pages web: http://www.yogaesoteric.net/content.aspx?lang=FR&item=2355
http://www.waitingtorot.blogspot.com/

Ces signes sont seulement valides quand un journal important ou une agence de presse les publient. Donc si votre voisin fait ces signes, cela ne compte pas. Si le journal explique pourquoi le sujet pointe du doigt, il ne s’agit pas d’un code. Les images d’athlètes sur le terrain de jeu ne comptent pas non plus car les sportifs ont leur propres codes reliés à leur sport. Le code a été découvert quand on s’est rendu compte que plusieurs photos publiés dans les journaux étaient des poses voulues. C’est-à-dire que le sujet photographié regarde directement la caméra en faisant le signe « OK », par exemple.
Ces 12 gestes sont très communs pour ne pas attirer l’attention mais avec un peu de patience, vous allez vite découvrir que le signe ok par exemple, revient un peu trop souvent.
Quel est donc l’importance pour un journal de montrer quelqu’un faisant le signe ok?
Pourquoi quelqu’un qui donne une entrevue dans un journal va t’il se laisser photographier avec un doigt dans l’oeil? Pourquoi les journaux publient ils aussi souvent des photos aussi disgracieuses? Et sourtout pourquoi s’agit il toujours des même 12 signes mais jamais de photos avec un type qui se gratte le dos?

Voici donc les 12 signes tels qu’illustrés sur la première photo du haut tiré du livre de Rothkranz.
La photo du bas est un collage d’images tirées du livre: « Richardson’s monitor of freemasonry » lien

1- Pointer de l’index. L’index vers les haut est le 2e signe maçonnique du « secret monitor ». l’index près de l’oeil est le signe du degré « mark master ». l’index près de la bouche est le signe du « royal master ». Le sujet peut aussi pointer vers la caméra etc.
2- faire le signe « OK ».
3- faire un poing.
4- faire une pyramide avec ses avant bras sur une table.
5- faire un geste comme si on tenait une boule invisible avec une ou deux mains.
Ce signe ressemble beaucoup au signe du « knight templar », tel qu’illustré.
6- la main sur le coeur. Signe du « sublime knight elected ».
7- la poignée de main maçonnique. Il y a plusieurs variantes. Le pouce est tourné vers le bas et presse le revers de la main de l’autre personne.
8- regarder vers le haut de façon éxagéré dans une photo. (imitation de Jésus sur la croix).
9- se faire photographier en regardant par-dessus les lunettes.
10- la main sur les lunettes.
11- la main sur la cravatte (signe de détresse).
12- la main sur le cou (signe de détresse).

Cependant, comme avec tous les langages, il peut survenir parfois des erreurs de communication dans le code. Deux ou trois fois dans toute une année, un journal va laisser passer une photo d’un non-initié en train de faire un geste maçonnique. Rothkranz admet ce fait lui-même dans son livre. La confirmation vient quand la personne emploi d’autres gestes maçonniques dans des photos différentes ou si le sujet regarde directement la caméra sur la photo, bref si la pose est artificielle et voulue.
Ces codes sont valides dans le monde entier. Au Québec, le journal La Presse ,le Devoir et www.radio-canada.ca participent à ces codes.


Deux codes maçonniques:regard exagéré vers le haut et signe O.K.
Avec Marc Laviolette,c’est un signe de haut rang employé pour rendre une communication …silencieuse.
Fort employé chez les marxistes.
Gilles Duceppe:la décision vient d’en haut.
Jean Charest et son poing :signification d’un agenda.Jean charest faisait alors campagne sur le thème de l’unité.

 

Mario Dumont nous montre un signe maçonnique du 18 ième dégré.En pointant du doigt et en parlant des accommodements raisonnables.
Si vous ne voyez pas de signes maçonniques ici,c’est que les médias les ont coupé.N’oubliez pas la collaboration entre les grandes familles contrôlant les médias,les gouvernements,les francs maçons et le Nouvel Ordre Mondial qui inclus parfois le crime organisé.
On voit Mario Dumont et son signe maçonnique d’origine en bas…On a coupé le doigt de Charest en haut,etc…
Regard vers le haut…avec supplication.Les sondages sont un désastre pour le Parti Québécois et Boisclair tire à boulets rouges sur Dumont et l’ADQ.
Mon oeil? Jean Charest reconnaît ses échecs. Cette même photo est aussi utilisée pour un autre article. Titre: « Seul le PLQ peut régler le déséquilibre fiscal, dit Charest ». Mon oeil, en effet et un futur échec de Charest, sans doutes. (03/03/07)L’index près de l’oeil est le « dueguard du mark master mason »

 

Doigt horizontal= « Nous allons dans cette direction » (par rapport au texte). « Charest appelle Harper à l’aide » (pour contrer la popularité de Dumont) Le Devoir (03/03/07)
Un geste maçonnique très clair ici: « Boisclair adopterait un gouvernement réduit ». 04/03/07
Signe OK= « bénédiction » maçonnique. Voici Le vice-président de la Commission des droits de la personne qui vient de déposer un rapport sur l’homophobie. Ce n’est probablement pas un hasard non plus. Probablement que l’animateur de radio qui a traité Boisclair de tapette travaille pour la loge péquiste question de donner à Boisclair l’occasion de passer pour une victime. Boisclair va gagner beacoup de votes avec cette histoire là.

 

la présidente du Conseil du trésor, Monique Jérôme-Forget. « Les libéraux chiffrent les promesses de Dumont » (9/03/07)
Regard vers le haut. Le ministre des finances du gouvernement Harper,James Flaherty, s’ingère dans la campagne électorale québécoise. « Québec obtiendra 2,2 milliards de plus d’Ottawa » 19/03/07/
Mario Dumont:Regard vers le haut et jeux de la main (tenir une boule invisible). Le comté baromètre de Saint-Jean voterait ADQ (22/03/07)
Les libéraux sont minoritaires, l’ADQ forme l’opposition officielle et le PQ est recalé au 3e rang. Cette photo de Gérald Larose est apparue sur le site cyberpresse.ca la veille de la démission de Boisclair. L’ordre est venu d’en haut, Boisclair doit quitter. Notez le décor derriere Larose: il s’agit d’une vieille photo d’archive du temps des dépliants du conseil de la souveraineté distribués dans les écoles…

PLUS RÉCEMMENT :LES POLITICIENS MAÇONNIQUES ACTUELS ET TRÈS RÉCENTS

François Legault nous montre ici qu’il est un important personnage chez les francs maçons:François Legault donnant le signe du « Most excellent master ».

 

Ils ne se cachent plus. Assez évident.Toujours regarder ce qui entoure un personnage, que ce soit un politicien, scientifique ou spirituel qui parle en public cela en dit long.

 

La poignée de main maçonnique entre Pauline Marois et Jean charest en 2008.
Arthur Porter,le grand maître franc maçon,pointe du doigt pour Philippe Couillard,l’élève!

 

François Legault observe sa nouvelle recrue,François Rebello faisant le geste maçonnique de l’ouverture des mains.
Jean-François Lysée et le signe des mains ouvertes.
Martin Coiteux,,,même signe,mais plus ouvertes.
Martin Coiteux devant la pyramide inversée.Ensemble ,on fait avancer le Québec »,derrière lui!
Philippe Couillard pointe du doigt.

 

Le 16 juin 2017,Jean-François Lisée faisait ce signe de OK du bout des doigts:les sondages sont en baisse pour le PQ.

 

Une poignée de main commune qui en dit tout…celle sur le dessus prend une posture semblable à une pyramide.

 

 

 

Vidéo et article:Des abeilles-robots pour sauver des plantes… ou pour préparer le programme de dépopulation

https://videopress.com/embed/fu9n2dUy?hd=0&autoPlay=0&permalink=0&loop=0

Les chercheurs de l’Université Harvard ont mis au point une abeille robotisée capable de décoller, puis d’effectuer les mouvements de tangage et de roulis. Le projet Robobees a démarré en 2009, avec le travail sur de minuscules aéronefs inspirés par les insectes capables d’assumer plusieurs tâches différentes. La structure de ces bestioles artificielles est un sandwich de […]

via Vidéo et article:Des abeilles-robots pour sauver des plantes… ou pour préparer le programme de dépopulation — Club Drone-Québec