Accueil

Comment Trump embobine la presse

Laisser un commentaire

Charlie Hebdo – /08/02/2017 – Jacob Hamburger – La question tournait en boucle avant son investiture : une fois au pouvoir, Trump allait-il s’abstenir fr tweeter compulsivement ? Enfin, on a la réponse : c’est non. Ceux qui pensaient que Trump allait délaisser son compte twitter, pour accepter tout d’un coup les normes traditionnelles de […]

via Comment Trump embobine la presse — Résistance Inventerre

Advertisements

Anarchie politique US: Arrestations imminentes à Washington de nombreuses personnalités en rapport avec le vaste réseau mondial de pédophilie Pizzagate

Un commentaire

Un dénonciateur du FBI a confirmé que les 30 hommes politiques et 40 autres personnes doivent être arrêtés à Washington DC et àNew York dans le cadre du réseau pédophile « Pizzagate », et d’autres suspects sont sous enquête que l’enquête continue « ramification dans des directions inattendues. « 

L’initié au Federal Bureau of Investigation affirme que le FBI vient de terminer la paperasse (02/02/17 15:00) et va tout soumettre au ministère de la Justice en vue de l’arrestation du réseau « Pizzagate » qui commencera dès que Jeff Sessions est confirmé Procureur général.

billarycoverups-1024x576

M. Sessions a été informé de l’enquête de grande envergure et tous les éléments de preuve il y a trois semaines.

Les enquêteurs disent qu’ils ont tenu des fichiers sur les politiciens de haut rang depuis des années. Cependant, ils ne trouvaient pas une preuve  de béton jusqu’à Novembre 2016, quand ils ont suivi trois suspects après qu’ils auraient été capturés en utilisant un langage codé dans un forum internet créé par le FBI pour les pédophiles …un piège.

L’enquête de police Pizzagate ensuite bifurqué à partir de là, par la suite découvrir un enchevêtrement de la criminalité en plein essor dans les couloirs de Washington DC du pouvoir.

 » Je ne l’ ai jamais été impliqué dans une enquête qui a gardé ramification dans tant de directions inattendues,  » a-t – il dit.

Bill Clinton et Bill Cosby:2 grands pédophiles.

Bill Clinton et Bill Cosby:2 grands pédophiles.

Selon l’initié anonyme:

L’information a été finalement soumis du FBI au DOJ aujourd’hui (5 février 2017) à 15 heures.M. Sessions a été informé il y a 3 semaines à l’enquête dans son intégralité. Une fois que suppose sa position, des mandats d’arrêt seront signés, et les arrestations seront faites. Ceci est également la raison pour laquelle le Parti démocrate à Washington DC a été la lutte contre le vote Sessions. Panique.

En outre, à partir de lundi ou mardi de la semaine prochaine, vous allez commencer à voir des arrestations d’individus. Plus de 30 hommes politiques (nombreux sont les noms des ménages), et plus de 40 autres individus à travers DC, VA et aussi une poignée à New York. Certains peuvent se rendre eux- mêmes avant qu’ils ne soient appréhendés, alors gardez un œil sur ce que ce week-end et le début de semaine, et vous saurez s’ils sont impliqués d’une certaine manière.

La pédophilie infantile ring / trafic sexuel arrête la Californie n’a pas encore lié, au moins aucune preuve suggérant qu’il était. Peut-être tort a des gens commencent à parler, ou faire des affaires sur la question.

Jerry Epstein que j'ai déjà signalé comme le grand manitou pourvoiyeur de chair fraiche.

Jerry Epstein que j’ai déjà signalé comme le grand manitou pourvoiyeur de chair fraiche.

Bien que l’initié a refusé de révéler tous les noms sur la liste de ceux qui seront arrêtés par le FBI, ils ne révèlent que des démocrates et le sénateur américain, Chuck Ellis Schumer, était l’un des noms de haut niveau qui seront arrêtés, ainsi que Le sénateur Tim Kaine et ancien procureur général du Connecticut Richard Blumenthal.

Le sénateur Jeff Sessions devrait avoir son rôle en tant que procureur général a confirmé la prochaine nous après avoir survécu à son premier vote plancher d’essai jeudi, malgré presque tous les démocrates dans le vote de la chambre sont  contre M. Sessions…avec raison!

Les dirigeants démocrates ont déclaré que leur vote n’a pas été une déclaration sur M. Sessions lui-même, mais plutôt sur les politiques qu’ils craignaient qu’il poursuivrait au ministère de la Justice, comme il est largement admis que Sessions va porter plainte contre Hillary Clinton,et demander son arrestation.

Des démocrates affirment également qu’ils ne sont pas convaincus que  M. Sessions fera une vérification indépendante sur M. Trump.

 

bill-clinton-and-the-pedophile-the-sex-scandal-that-could-destroy-hillarys-presidential-ambitions

 

 

 

 

 

 

Anarchie politique US: George Soros jure de ‘démolir le Président Trump’

2 commentaires

George Soros, le milliardaire mondialiste de triste notoriété, a menacé publiquement qu’il allait « démolir le Président Trump ». Il a aussi affirmé à l’assistance du Forum économique mondial de Davos, que le Nouvel Ordre Mondial fait les préparatifs nécessaires pour anéantir complètement tous les projets de Trump.

S’adressant à un public rassasié lors de son dîner annuel au Forum économique mondial de Davos, Soros a conseillé aux grandes multinationales de remettre à plus tard leurs activités aux USA, jusqu’à ce qu’il ait mis fin à la présidence Trump – ou bien d’en assumer les conséquences.

 

Un Georges Soros   hystérique!

Un Georges Soros hystérique!

Interrogé sur les conseils qu’il donnerait aux entreprises qui se préparent au choc de la nouvelle présidence, il a dit : « Je m’en tiendrai aussi loin que possible. »

Gestionnaire de fonds spéculatifs et criminel condamné, devenu célèbre pour avoir gagné un milliard de dollars en pariant sur la dévaluation de la livre en 1992, Soros aurait perdu près d’un milliard de dollars à cause du ralliement du marché boursier à Trump, après sa victoire.

M.Soros a attribué la poussée des marchés à la promesse de M. Trump de réduire la réglementation et les taxes, mais il a dit aux zélites réunies au Forum économique mondial, que le bon temps sous Trump ne durera pas. Soros a dit qu’après l’arrivée de Trump – en moins de 24 heures –, « la réalité prévaudra. »

Soros, un collaborateur nazi juif, s’est dit assuré que les pouvoirs de M. Trump seront limités par le Congrès. « Il ne pourra pas se permettre de jouer au dictateur, » a-t-il ajouté.

Les commentaires de Soros devant les zélites économiques internationales en Suisse, viennent après que les analystes de Wall Street ont commencé à parler de lui comme d’une « bête blessée », et prévenu qu’il « est prêt à tout pour se venger » de la défaite électorale de sa candidate.

Ces dernières semaines, les pontes et les analystes du marché ont gardé un œil attentif sur la « bête blessée », afin d’estimer quelle sera sa prochaine démarche, et des rapports disent à présent que les fonds gaspillés par Soros pour Clinton sont négligeables par rapport à la somme d’argent qu’il dépense maintenant sur le marché obligataire.

Il projette de créer l’« Armageddon financier et de déchaîner l’enfer » qui entraînera le monde occidental, et en particulier les USA, au bord de la ruine. Des flammes surgiront un phénix et ce sera l’apparition du Nouvel Ordre Mondial de Soros.

Soros pense que le marché est le point faible de Trump. Il affirme que Trump n’a « aucune chance » de survivre à sa prochaine attaque contre le marché, et se réjouit parce que le futur Président des USA sera démoli et incapable de se focaliser sur la reconstruction de la grandeur des USA.

Selon un analyste de Wall Street, « Un jour, la façon dont Soros a brisé la Banque d’Angleterre et ruiné l’économie malaise, sera juste considérée comme des échauffements pour le déclenchement de son Armageddon financier mondial. »

Your News Wire, Baxter Dmitry

Original : yournewswire.com/soros-take-down-trump/
Traduction Petrus Lombard

SOURCES

Anarchie politique US: Dans quelle galère s’embarque Trump

Laisser un commentaire

president_2-1728x800_c

 

 

 

Le bref discours d’investiture du Président Trump est une déclaration de guerre à l’establishment US entier. Contre l’ensemble de ceux qui détiennent le pouvoir.

Trump a longuement expliqué que les ennemis des USA sont ici. Ce sont : les mondialistes ; les néocons et les autres partisans de l’unilatéralisme habitués à imposer les USA au monde et à les engager dans des guerres ruineuses et sans fin ; les politiciens qui servent l’establishment dirigeant plutôt que le peuple ; et à vrai dire, l’ensemble de l’aréopage d’intérêts privés qui laissent se dégrader les USA tout en profitant de la chose pour s’enrichir.

À vrai dire, le Président Trump s’est engagé dans une guerre bien plus dangereuse pour lui que s’il l’avait déclarée contre la Russie ou la Chine.

Qualifiés d’ennemis par Trump, les groupes d’intérêts sont bien ancrés et habitués à être au pouvoir. Leurs puissants réseaux sont toujours en place. Bien que la majorité soit républicaine à la Chambre des députés et au Sénat, la plupart des membres du Congrès sont redevables devant les groupes d’intérêts dirigeants qui leur fournissent les fonds de campagne, plutôt que devant le peuple ou le Président. Le complexe militaro-sécuritaire, les compagnies délocalisées, Wall Street et les banques, ne se soumettront pas à Trump. Pas plus que les médias de la pressetituée, qui appartiennent à des groupes d’intérêt dont le pouvoir est remis en question par Trump.

le-congres-americain-certifie-l-election-de-donald-trump-a-la-presidence

Aucun doute que son discours rassembleur [inclusiveness] sera ignoré par les fielleux de gauche, qui continueront à le traiter de raciste, tout comme les manifestants payés 50 dollars de l’heure, comme je l’ai déjà écrit.

À vrai dire, le leadership noir, par exemple, est piégé dans son rôle de victime, d’où il lui sera dur de sortir. Comment rallier des gens qui ont appris toute leur vie durant que le Blanc est raciste et qu’ils sont victimes des racistes ? Est-ce faisable ?

J’ai participé juste quelques instants à une émission de Press TV où nous étions censés fournir l’analyse du discours d’investiture de Trump. L’autre commentateur était un Noir de Washington. Le laïus intégrateur [inclusiveness] de Trump ne l’a pas impressionné, et l’animateur de l’émission ne s’intéressait qu’à montrer les manifestants embauchés pour discréditer les USA. Tant de gens ont des intérêts économiques à parler au nom des victimes, que ce genre de propos est disqualifiant.

Ainsi, en plus des mondialistes, de la CIA, des compagnies délocalisées, des industries d’armement, du gratin de l’OTAN en Europe, et des politicards étrangers habitués à se faire grassement rétribuer pour leur soutien à la politique étrangère interventionniste de Washington, Trump aura contre lui les leaders des gens discriminés, noirs, hispaniques, féministes, clandestins, homosexuels et autres transgenres. Cette longue liste inclut évidemment aussi les libéraux blancs, car ils sont convaincus que l’intérieur des USA est l’habitat des racistes blancs, des misogynes, des homophobes et des cinglés de la gâchette. Pour eux, ces 84% du pays devraient être placés en quarantaine ou claquemurés.

En d’autres termes, reste-t-il assez de bonne volonté dans la population pour permettre à un président d’unir les 16% de haineux aux 84% de forcenés ?

 

donald-trump_9db9db79

Voyez les forces qui s’opposent à Trump :

Comme leur pouvoir et revenu en sont revalorisés, les leaders noirs et hispaniques ont besoin de passer pour des victimes. Ils tourneront un œil désabusé vers l’ouverture de Trump ; elle est bonne pour les Noirs et les Hispaniques, mais pas pour eux.

Les dirigeants et les actionnaires des multinationales s’enrichissent avec les emplois délocalisés que Trump veut ramener dans le pays. Si les emplois reviennent, leurs profits, primes de rendement et gains en capital disparaîtront. Mais ce sera le retour de la sécurité économique pour la population US.

Le budget annuel de 1000 milliards de dollars du complexe militaro-sécuritaire est lié à la « menace russe ». Comme Trump veut le remplacer par des relations équilibrées, son assassinat ne peut être écarté.

De nombreux Européens doivent prestige, pouvoir et revenus à l’OTAN que Trump remet en cause.

Les profits du secteur financier viennent presque entièrement de la mise en esclavage des gens par la dette et du pillage de leurs pensions privées et publiques. Avec son représentant, la Réserve fédérale, le secteur financier peut déborder Trump avec la crise financière. La Banque de la Réserve fédérale de New York dispose d’un bureau de spéculation complet. Elle peut plonger le marché entier dans la tourmente. Ou soutenir tout marché, car sa capacité à créer des dollars US n’a aucune limite.

Tout l’édifice politique des USA s’est coupé de la volonté, des désirs et des besoins du peuple. Maintenant Trump dit que les politiciens seront responsables devant le peuple. Cela signifierait évidemment une importante réduction de leur sécurité au pouvoir, de leur revenu et richesse.

Il existe un grand nombre de groupes, financés par on ne sait qui. Par exemple, contre l’énergique engagement de Trump à défendre tout le monde contre l’establishment dirigeant, RootsAction a réagi aujourd’hui par une requête « demandant au congrès d’ordonner au Comité judiciaire de Chambre d’ouvrir une enquête de mise en accusation » et d’envoyer de l’argent pour la destitution de Trump.

Human Rights First, un autre groupe fasciste, attaque la protection des frontières voulue par Trump, car elle condamne « l’espoir d’un refuge pour ceux qui fuient la persécution ». Réfléchissez un instant à ceci : Selon les organisations libérales progressistes de gauche et les organisations des groupes d’intérêts raciaux, les USA sont une société raciste, à l’image du président Trump. Et malgré tout, les victimes du racisme se réfugieraient aux USA, là où elles subiront une persécution raciste ? Ça n’a pas de sens. Les clandestins viennent ici pour travailler. Demandez aux entreprises du bâtiment. Demandez aux abattoirs de volaille et d’animaux. Demandez aux services de nettoyage des régions de villégiature.

La liste de ceux qui ont déclaré la guerre à Trump est suffisamment longue, bien que l’on puisse encore en rajouter.

Nous devrions nous demander pourquoi un milliardaire âgé de 70 ans, propriétaire d’entreprises florissantes, marié à une fort belle femme et père d’enfants intelligents, est prêt à sacrifier ses dernières années à l’extraordinaire stress d’un président porteur de l’angoissant programme consistant à rendre au peuple son pouvoir. Il est certain que Trump s’expose à être assassiné. La CIA ne va pas ramasser ses cliques et ses claques et aller voir ailleurs. Pourquoi quelqu’un entreprendrait-il de restaurer en grand les USA, ce qu’a dit vouloir faire Trump, alors qu’il pourrait plutôt passer ses dernières années à prendre énormément de plaisir ?

Quelle que soit la raison, nous devons lui en être reconnaissants, et s’il est sincère, nous devons l’encourager. S’il est assassiné, il nous faudra prendre les armes, réduire en cendres le QG de la CIA de Langley et tous les abattre.

S’il réussit, il méritera le titre de Trump le Grand !

trump-abolish-federal-reserve-885x350

Russie, Chine, Iran, Venezuela, Équateur, Bolivie…, tous les pays sur la liste des victimes de la CIA devraient comprendre que l’ascension de Trump ne donne qu’une piètre protection. La CIA est une organisation mondiale. Ses rentables activités génèrent des revenus indépendants du budget US. Cette organisation est capable de lancer des opérations sans le consentement du président, ni même de son propre directeur.

La CIA a eu près de 70 ans pour se retrancher. Elle ne ramassera pas ses cliques et ses claques pour aller voir ailleurs.

Paul Craig Roberts
Original : www.paulcraigroberts.org/2017/01/20/trumps-declaration-war/
Traduction Petrus Lombard

Sources

Risque planétaire. À deux minutes et trente secondes de l’Apocalypse !

Laisser un commentaire

Vous ne rêvez pas : il existe une horloge de l’Apocalypse ! Symbolique, elle est néanmoins gérée par des scientifiques de renom dont quinze prix Nobel. Jeudi, les aiguilles ont été légèrement avancées, nous situant, sur cette échelle du risque planétaire, à 23 h 57 et 30 secondes, soit à quelques instants de minuit, l’heure fatidique.

 

risque-planetaire-a-deux-minutes-et-trente-secondes-de-l-apo_3270746_419x330p

L’horloge du magazine The Bulletin of the Atomic Scientists (BAS) a été créée en 1947. Conçue par des scientifiques engagés dans le Projet Manhattan, à l’origine de la première bombe atomique, elle était un moyen d’avertir des menaces nucléaires liées à la Guerre froide qui débutait. Aujourd’hui, c’est un outil symbolique des menaces globales. Son fonctionnement : plus les aiguilles s’approchent de minuit, plus le monde court au désastre. Elles oscillent donc au gré des événements. Chaque année, les scientifiques du BAS réfléchissent à avancer ou reculer l’heure de l’Apocalypse. Et pour décider, ils prennent en considération plusieurs facteurs : les menaces nucléaires, le réchauffement climatique, la biosécurité, le terrorisme biologique…

Jamais aussi proche de minuit


Jeudi, l’aiguille de cette inquiétante horloge s’est déplacée vers minuit pour la première fois depuis deux ans. Le bureau de l’horloge de l’Apocalypse justifie ce choix en raison des récentes déclarations de Donald Trump. Ses propos sont, selon eux, « en totale rupture avec ses prédécesseurs ». Ils citent ses commentaires « déplacés » sur les armes nucléaires et font remarquer que le nouveau président des États-Unis montre « une tendance troublante à ignorer ou à rejeter les conseils d’experts sur la sécurité internationale ». La situation était déjà mauvaise sur la planète, précisent les scientifiques, relevant « la forte montée du nationalisme dans le monde » et « le réchauffement climatique ». C’est en tout cas la première fois, depuis 63 ans, que l’horloge du BAS est aussi proche de minuit alors qu’elle a été ajustée 19 fois, depuis sa création. Au sortir de la Guerre froide, en 1991, elle avait fait une magnifique reculade pleine d’espérance. Elle indiquait alors 23 h 43.

Anarchie politique US:Le Congrès américain vote pour quitter l’ONU

Un commentaire

Donald Trump avec Melania ,sa femme et son dernier fils,Barron Trump.

Donald Trump avec Melania ,sa femme et son dernier fils,Barron Trump.

Quelques jours après l’investiture de Trump, les membres du Congrès s’emparent du moment pour exiger que les USA sortent de l’ONU. Ils présentent à la Chambre des députés un projet de loi qui abroge la Loi de 1945 sur la participation aux Nations Unies et réclament la pleine souveraineté.

    Sous une présidence Trump, il y a la conviction de plus en plus grande que l’idée de sortir les USA de l’ONU est non seulement vraisemblable, mais que cela pourrait rallier l’enthousiasme national, puisque les citoyens US cherchent à vaincre l’élite mondiale corrompue et à reprendre le contrôle de leur pays.

    Appelé American Sovereignty Restoration Act of 2017 , ce projet de loi est censé abroger la participation des USA aux Nations Unies et bannir tout versement de financement à l’ONU, ainsi que la contribution militaire US à toute opération de l’ONU. Le projet de loi retire aussi l’immunité diplomatique aux fonctionnaires de l’ONU.

Le Congrès Américain,une place d,intérêts divers!

Le Congrès Américain,une place d,intérêts divers!

    Ce projet de loi exige : (1) que le Président mette fin à l’adhésion des USA aux Nations Unies, y compris à tous ses organismes affiliés officiellement, agences spécialisées, commissions ; (2) de fermer la Mission US auprès des Nations Unies.

    Le projet de loi prohibe : (1) le financement de la participation imposée ou volontaire des USA aux Nations Unies ; (2) le financement de toute contribution US à toute opération militaire ou de maintien de la paix de l’ONU ; (3) de dépenser des fonds pour soutenir la participation des forces armées US dans le cadre de toute opération militaire ou de maintien de la paix de l’ONU ; (4) aux forces armées US de servir sous commandement de l’ONU ; et (5) l’immunité diplomatique aux officiers ou employés de l’ONU.

    Les partisans du projet de loi disent que la sortie de l’ONU est attendue depuis longtemps. Ils se réfèrent aux milliards de dollars gaspillés, alors que l’ONU travaille systématiquement contre les projets US. Bien que les USA versent plus aux Nations Unies que tout autre pays, les recommandations US sont rejetées par le veto des élites mondiales qui ont leur propre programme.

    Bien que l’adoption de ce projet de loi ne soit pas garantie à la première tentative, tant à la Chambre qu’au Sénat – même avec la voix du Président Trump – ce sera un baromètre utile pour compter et départager les politiciens mondialistes des patriotes prêts à faire la transition du retour du pouvoir au peuple.

    Les spécialistes qualifient déjà le projet de loi de « brillant coup d’échecs » du Président Trump. Il changera pour toujours l’équilibre du pouvoir au sein des politiciens de carrière corrompus, comme McCain et Graham. L’objectif est de piéger les adversaires de Trump sans aucune possibilité de gesticuler.

    La sortie est-elle prochaine ? Le monde change rapidement, les gens se réveillent, et l’exemple du Brexit et de l’élection de Trump, ainsi que d’autres bouleversements sismiques dans le monde, prouvent que les gens qui en ont marre du statu quo sont capables de se révolter et de forcer le changement.


HORS TEXTE

LE 8 NOVEMBRE 2016,NOUS AVONS TOUS ÉVITÉ LE PIRE

trump-election-president

Je ne dis pas que Trump est un super gars et qu’il fait partie de la Résistance, non, je dis qu’on a vraiment évité le pire (Hillary Clinton) qu’aux États Unis certains appellent Killary. Ne nous y trompons pas, Trump a été mis en face de Hillary par la Cabale, pour faire élire Hillary. Mais au pentagone et à la CIA, beaucoup d’efforts ont été fait par la Résistance pour faire sortir les casseroles d’Hillary Clinton, via wikileaks. Toutes les fuites venaient de l’intérieur. C’est le travail de la Résistance que vous venez de voir à l’œuvre. La Résistance a réussi l’impossible ce 08 Novembre 2016 : faire élire le pire candidat au monde (Donald Trump).

Donc, les américains n’ont pas le meilleur président possible, mais le moins pire des 2.

Il y a maintenant au moins un espoir de ce coté là que le nouveau président ne soit pas 100% à la botte de la Cabale. Et si vous voulez mon avis, on vient juste de passer à coté de la 3eme guerre mondiale avec Hillary Clinton. De là à croire qu’il va lui même faire le ménage dans l’establishment américain, pourquoi pas on verra, mais de toute façon, n’oublions pas que c’est nous, le collectif des 99% qui avons tous les pouvoirs.

On a tous travaillé dur à s’informer, évoluer et partager nos infos autours de nous, sur Internet, mais d’abord dans le champs de conscience collectif. Nous allons atteindre le 100ème singe les amis. Et le monde va changer pour toujours. L’Histoire est en marche et nous en faisons tous partie.

La suite des évènements va être passionnant, non pas parce que Trump a été élu, mais parce que cette élection catastrophique, a profondément bouleversée tous les américains. C’est la pire élection au monde qui vient d’avoir lieu. Et alors que des pays comme l’Espagne a tourné pendant plus de 540 jours sans aucun gouvernement, et la Belgique aussi, le monde entier est enfin en train de s’interroger sur la question : mais pourquoi avons nous besoin d’un représentant pour prendre les décisions a notre place ????

Cette élection marquera l’accélération du déclin de ce système pourri qu’est la fausse démocratie représentative.

Un nouveau système réellement démocratique prendra bientôt place dans un pays ou dans un autre, ou les gens seront libre, de voter leurs propres lois, sans aucun représentant qui puisse se faire corrompre ou trahir ses promesses électorales. Un monde libre choisi et géré par le peuple et pour le peuple.


EN CONCLUSION

 

donald-trump-001

 

Maintenant que le régime Trump a formellement été installé, la véritable bataille au sujet de l’avenir de la planète Terre peut commencer sérieusement. D’un côté, nous avons le complexe militaro-industriel de l’Occident et de l’autre, les anciennes familles de lignées sanguines.

Une autre façon de le dire est, que la bataille se situe maintenant entre ceux qui ont les armes à feu, et ceux qui contrôlent le gras (argent). Pourtant, une perspective différente d’analyser cette lutte à venir, serait de la voir comme la bataille de la Chine (Asie) contre les États-Unis (l’Ouest), mais cela est trop simpliste.

« L’Ouest » comme les choses se présentent maintenant, comprend le Japon, plus la Corée du Nord et du Sud, et peut-être même le Vietnam, tandis que « l’Asie » inclus l’Allemagne et d’autres États-Nations contrôlés par les Rothschild.

Les lignes idéologiques de la bataille ont été fixées dans deux discours, l’un par le président Chinois Xi Jinping, à la Fête à la gloire des lignées sanguines à Davos le 17 janvier, tandis que l’autre fut le discours d’inauguration du président Donald Trump.

Le discours de Xi a essentiellement soutenu le statu quo mondialiste, en autant que «le système de gouvernance économique mondiale» continue à être réformé pour donner plus de voix aux pays en développement. Xi a également promis que la Chine aiderait le monde à se développer d’une manière gagnant-gagnant en harmonie avec la nature.

Bien sûr, la Chine a été de loin le plus grand bénéficiaire du système actuel, de sorte que les lignées mondialistes ont demandé protection à la Chine, maintenant qu’une réaction contre eux a démarré en Occident.

Le discours de Trump a déploré le fait que la classe moyenne Américaine avait été détruite par les globalistes, ainsi que l’industrie Américaine, et il a promis de restaurer l’industrie et l’infrastructure Américaines.

*L’Otan est une organisation criminelle, c’est bien que les USA en sortent. La chute de la Cabale s’accélère et les effets en sont visible clairement maintenant. Ce qui se passait depuis des années derrière le rideau est en train de passer du coté visible au publique.

Analyse du discours inaugural de Donald Trump

Laisser un commentaire

Trump, révolutionnaire ?

J’ai lu et relu le discours de Donald Trump à son peuple au moment d’assumer la présidence des États-Unis d’Amérique. Un discours que bien des chefs d’État des pays émergents en Amérique latine et ailleurs dans le monde pourraient faire leur sur de nombreux points.

donald-trump_9db9db79

Le diagnostique, trop sombre pour certains, qu’il fait sur l’état de la Nation met en évidence les faiblesses d’un système qui a servi les intérêts d’une certaine élite, mais qui a laissé dépérir les conditions des travailleurs et du peuple.

 

« Pendant des décennies, nous avons enrichi l’industrie étrangère aux dépens de l’industrie américaine; subventionné les armées d’autres pays tout en permettant le très triste appauvrissement de notre armée; nous avons défendu les frontières d’une autre nation tout en refusant de défendre les nôtres; et dépensé des milliards de milliards de dollars à l’étranger pendant que les infrastructures de l’Amérique se sont délabrées et abîmées. »

 

C’est le genre de diagnostique que font bien des pays du Tiers-monde qui ont souffert de la colonisation de pays puissants venus s’enrichir au dépens des populations et avec la complicité d’une certaine élite nationale corrompue et de politiciens soumis.

 

Que l’on pense à Fidel Castro qui s’est porté au secours de son peuple, soumis à la dictature de Batista et aux multinationales qui en ratissaient les richesses.  Que l’on pense au Chili d’Allende soucieux de redonner à son peuple son indépendance et les richesses de son pays pour vaincre la pauvreté, assurer des écoles gratuites, des services de santé et redonner espoir et confiance à tous et à toutes. C’est également le cas de la Bolivie d’Évo Morales, de l’Équateur de Rafael Correa, du Venezuela d’Hugo Chavez et de Maduro. Tous veulent redonner le pouvoir à leur peuple et lui assurer la priorité sur ses propres richesses, son indépendance, l’accès à l’éducation, à la santé et à un niveau de vie respectueux de la personne humaine.

 

N’en va-t-il pas  de même avec Donald Trump ?

 

« Les Américains veulent de bonnes écoles pour leurs enfants, des quartiers sûrs pour leurs familles et de bons emplois pour eux-mêmes. 

 

Ce sont des revendications légitimes et raisonnables pour un public juste. »

 

Comment ne pas partager ce point de vue et vouloir qu’il en soit ainsi pour tous les peuples de la terre?

 

Ces objectifs comportent toutefois des mesures concrètes qui ne seront pas sans affecter ceux et celles qui s’accommodaient bien du système existant.

 

« Chaque décision sur le commerce, les impôts, l’immigration, les affaires étrangères sera prise au bénéfice des familles et des travailleurs américains.

Nous devons protéger nos frontières des ravages des autres pays fabriquant nos produits, spoliant nos entreprises et détruisant nos emplois. La protection conduira à une grande force et prospérité. »

 

Ces mesures ne sont pas sans nous rappeler celles prises par plusieurs pays émergents dans le monde. De nombreuses nationalisations se sont avérées nécessaires pour que les pays concernés puissent retrouver leur plein pouvoir sur leurs richesses. Il y eut également l’expulsion de diplomates, d’organisations humanitaires aux objectifs malveillants. Des mesures que les grandes puissances qui en bénéficiaient n’apprécièrent guère.

 

Un des points, sans doute le plus important sur le plan des relations internationales, est celui de reconnaître que chaque peuple dispose de ces mêmes droits et qu’il n’est pas dans sa politique d’intervenir par la force ou les menaces dans les affaires internes des autres peuples.

 

« Nous rechercherons l’amitié et la bonne volonté des autres nations du monde, mais nous le ferons avec l’idée que c’est le droit de tout pays de mettre ses propres intérêts en avant.

 

Nous ne cherchons pas à imposer notre mode de vie, mais plutôt à le rendre éclatant comme un exemple à suivre. »

Si Donald Trump donne suite à cette promesse, bien des peuples, victimes de l’interventionnisme étasunien, lui en seront grandement reconnaissants. Il en va de même pour ces centaines de bases militaires qui s’imposent à de nombreux peuples à travers le monde.  Le rapatriement de ces bases militaires lui permettra de faire de grandes économies pour son peuple tout en redonnant aux nations concernées leur indépendance.

 

La vision que nous livre Donald Trump le rapproche davantage d’un monde multipolaire que d’un monde unipolaire. À ce titre, il se montre ouvert au respect de chaque peuple au droit de chacun de travailler en priorité pour ses propres intérêts. Dans une telle optique, le monde des échanges se convertira en gagnant-gagnant, chacun y trouvant  ses propres intérêts. Un principe avancé par le Président chinois au sommet tout récent de Davos.

 

L’avenir nous dira si les paroles de Donald Trump seront suivies d’actions concrètes et cohérentes avec ces dernières. La non-intervention dans les affaires internes des autres pays fait partie de celles-là. À y donner suite, les relations internationales entre les peuples en seront profondément modifiées pour le mieux-être de ces peuples.

 

Ses rencontres à venir avec Vladimir Poutine et le Président chinois nous donneront une première idée jusqu’où il est prêt à aller dans cette révolution.

Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :