English article: How to build your own drone and learn the art of control it…part 1 — Club Drone-Québec

INTRODUCTION It’s a small plastic toy that we would once call a model airplane, but add the military veneer of “drone” and the toy becomes a lot more evolved than just a model I airplane. So when toys become sophisticated enough to be called drones, the name drone creates something that is currently conceived as a […]

via English article: How to build your own drone and learn the art of control it…part 1 — Club Drone-Québec

Publicités

Un réseau international de pédophiles démantelé par Interpol

Une opération internationale sur le «Darkweb» a permis de sauver 50 enfants et de poursuivre au moins neuf délinquants sexuels des États-Unis, de Thaïlande et d’Australie

 

 

Un communiqué de presse publié jeudi par Interpol annonçait que l’«Opération Blackwrist» avait atteint de nouveaux sommets puisque 50 enfants, dont les plus jeunes n’avaient que 15 mois, ont été sauvés d’un réseau de pédophilie sur le «Darkweb». En outre, au moins neuf délinquants sexuels ont été condamnés ou attendent d’être jugés pour leurs crimes présumés d’exploitation sexuelle d’enfants.

L’«opération Blackwrist» a débuté en 2017 après que l’unité d’Interpol chargée des crimes contre les enfants eut été alertée sur du matériel sexuel impliquant l’abus de 11 garçons, tous âgés de moins de 13 ans, lors d’une «surveillance de routine du Darkweb», selon le communiqué. Interpol indique que le contenu a été rendu accessible à au moins 63 000 utilisateurs dans le monde entier par l’intermédiaire d’abonnements d’un site sur le Darkweb qui fonctionnait depuis plusieurs années.

Le site, qui a publié de nouvelles images et vidéos d’abus sexuels sur de jeunes enfants, aurait pris des précautions en ne révélant aucun indice audio ou visuel quant à l’origine du contenu.

Pour mener à bien cette opération, qui porte le nom d’un bracelet régulièrement porté par les agresseurs, Interpol s’est appuyé sur la coopération d’organismes tels que le Département des enquêtes spéciales (DSI) de la Thaïlande, le Homeland Security Investigations (HSI) des États-Unis et la Police fédérale australienne (AFP).

Les premières arrestations ont eu lieu en janvier 2018 après qu’Interpol eut identifié avec succès les premières victimes deux mois auparavant.

Réunion opérationnelle d’Interpol avant les arrestations de Salangam et Tokputza en janvier 2018.
Montri Salangam, l’administrateur principal du site sur le darkweb, a été arrêté en Thaïlande et identifié comme l’homme qui maltraite les 11 garçons dans les vidéos qui ont déclenché le lancement de l’opération Blackwrist. Selon Interpol, Salangam a attiré des garçons, dont son propre neveu, chez lui en leur promettant «des repas, un accès à Internet et des matchs de football».
Le pédocriminel Montri Salangam ( au centre) en garde à vue après son arrestation en janvier 2018.

Simultanément, Ruecha Tokputza, un autre administrateur du site, a été arrêté en Australie.

Lors des deux arrestations, les agents ont également découvert des milliers d’images mettant en scène les deux administrateurs comme principaux agresseurs. La procédure judiciaire en Australie-Méridionale a révélé plus tard que la plus jeune victime du duo n’avait que 15 mois…

 

Les agents recueillent des preuves sous forme d’appareils et d’autres pièces à conviction au domicile de Salangam, en Thaïlande.

 

En juin 2018, Salangam a été condamné à 146 ans de prison pour viol d’enfants, traite d’êtres humains et possession et distribution de matériel pédopornographique, selon Channel News Asia. La peine serait ensuite réduite à 50 ans, mais Salangam est également tenue de payer 500 000 baht (15 600 dollars) à cinq victimes.

Un complice, identifié comme enseignant d’école maternelle ayant des liens étroits avec Tokputza, a été condamné par un tribunal thaïlandais à 36 ans de prison après avoir été reconnu coupable des mêmes accusations que Salangam.Le communiqué d’Interpol indique qu’un tribunal australien a infligé à Tokputza «la peine la plus longue jamais prononcée en Australie pour des infractions sexuelles impliquant des enfants» le 17 mai 2019 : 40 ans et trois mois.

«Vous êtes le pire cauchemar d’un enfant, vous êtes l’horreur de tous les parents, vous êtes une menace pour la communauté», a déclaré le juge Liesl Chapman à Tokputza à Adelaide.

Bien que la publication ne donne pas d’autres détails sur les personnes arrêtées, Interpol a clairement indiqué que plusieurs autres auteurs présumés ont été capturés aux États-Unis, en Thaïlande et en Australie à la suite d’enquêtes en cours.

En outre, Interpol indique que la police de «près de 60 pays» examine actuellement les renvois en provenance de Nouvelle-Zélande et s’attend à ce que davantage de délinquants et de violeurs soient traduits en justice.

«Chaque image d’abus pédosexuel est la preuve d’un crime et INTERPOL apportera toujours son plein appui aux agents sur le terrain pour aider à identifier et à secourir les victimes dans le monde entier», a déclaré le Secrétaire Général d’Interpol, Jürgen Stock, dans cette publication.

Source : https://sputniknews.com/asia/201905231075280667-interpol-rescues-children-darkweb-ring/

Montri Salangam

 

 

 

 

 

 

Aruj Barbarossa: Le pirate le plus célèbre des corsaires de Barbarie

Bataille d’un navire français de ligne et de deux galères des corsaires barbares / ottomans ( domaine public ). Encadré: Un pirate ottoman
Bataille d’un navire français de ligne et de deux galères des corsaires barbares / ottomans ( domaine public ). Encadré: Un pirate ottoman
Bataille d’un navire français de ligne et de deux galères des corsaires barbares / ottomans ( domaine public ). Encadré: Un pirate ottoman

 

 

Aruj Barbarossa, connu également en turc sous le nom d’Oruc Reis, est l’un des pirates les plus célèbres de l’histoire. Il vécut entre le XV e et le XVI e siècle et fut l’un des corsaires de Barbarie les plus connus. En tant qu’alliés des Ottomans, les cibles habituelles d’Aruj et de ses corsaires étaient les navires chrétiens et autres navires non islamiques qui naviguaient dans la Méditerranée occidentale.

Les corsaires de Barbarie étaient des pirates / corsaires opérant depuis des ports de la côte de Barbarie, c’est-à-dire la partie occidentale de l’Afrique du Nord, de Tripoli à l’est au Maroc à l’ouest. Pendant la vie d’Aruj, la côte de Barbarie faisait partie de l’empire ottoman. Aruj soumit Alger en 1517 aux Ottomans lorsqu’ils devinrent les dirigeants de cette région. En tant qu’alliés des Ottomans, les cibles habituelles d’Aruj et de ses corsaires étaient les navires chrétiens et autres navires non islamiques qui naviguaient dans la Méditerranée occidentale.

La vie d’Aruj Barbarossa

Aruj Barbarossa est né vers 1474 sur l’île grecque de Lesbos, qui a été enlevée aux Génois par les Ottomans en 1462. Le père de Yakup, Aruj, était peut-être un sipahi, un chevalier de cavalerie féodal. D’autres, cependant, ont émis l’hypothèse que Yakup était un janissaire de Vardar, une région de la Macédoine moderne. La mère d’Aruj, Katalina, était une chrétienne de la région, ainsi que la veuve d’un prêtre orthodoxe. Aruj avait un frère aîné appelé Ishak, ainsi que deux frères plus jeunes, Khizr (plus communément appelé Hayreddin) et Ilias.

A (1597) carte de Lesbos (Mytilène), lieu de la naissance de Barbarossa.
A (1597) carte de Lesbos (Mytilène), lieu de la naissance de Barbarossa.

Les quatre frères

Finalement, les quatre frères sont devenus marins. Les corsaires n’étaient pas les seuls pirates de la Méditerranée. Au cours d’une de leurs missions maritimes, les frères ont rencontré les Chevaliers de Saint-Jean, des pirates chrétiens opérant à partir de l’île de Rhodes. Au cours de la bataille navale qui s’ensuivit avec ces pirates chrétiens, l’un des frères d’Aruj, Ilias, fut tué au combat. Aruj lui-même a été capturé par les chevaliers et emprisonné sur leur île, où il a attendu d’être vendu comme esclave. Il a été suggéré qu’Aruj s’était échappé de captivité et s’était enfui en Égypte via l’Italie, ou avait servi d’esclave dans une galère jusqu’à ce qu’il soit racheté par un prince égyptien puis envoyé à Alexandrie.  

 

 

Cela semble être le moment où Aruj et ses frères survivants se sont tournés vers la piraterie, afin de contrecarrer les actions des Chevaliers de Saint-Jean. On raconte que pendant qu’il se trouvait en Égypte, Aruj réussit à obtenir une audience avec le sultan mamelouk Al-Ashraf Qansuh al-Ghawri et reçut un navire de lui. Ce navire était équipé et Aruj a commencé à attaquer les navires chrétiens.

Baba Aruj et ses batailles

Entre temps, la Reconquista espagnole avait pris fin en 1492 et les nouveaux dirigeants chrétiens d’Espagne n’étaient pas enclins à traiter leurs sujets musulmans et juifs avec gentillesse. De nombreux juifs et musulmans ont décidé de fuir l’Espagne en Afrique du Nord.On a prétendu qu’Aruj était venu en aide à ces personnes et avait aidé un grand nombre d’entre elles à échapper aux mains des Espagnols. On dit que grâce à cette bonne action, Aruj devint connu comme Baba Aruj (Père Aruj). Certains disent que le nom Baba Aruj a été transformé par les Européens en Barbarossa, les deux mots semblant similaires.Alternativement, il a été avancé que le nom Barbarossa (italien pour «barbe rousse») avait été attribué à Aruj simplement en raison de la couleur de sa barbe.

Aruj, cependant, ne s’est pas contenté de sauver les réfugiés. En plus de maltraiter leurs sujets juifs et musulmans, les Espagnols s’étaient également étendus en Afrique du Nord après la Reconquista. Aruj est devenu un mercenaire et a été embauché par le chef du port algérien de Bougie pour reprendre cette ville.

Cette mission s’est toutefois soldée par un échec et Aruj a même perdu son bras gauche pendant le siège. Son bras a été amputé par des chirurgiens et remplacé par une prothèse en argent. Aruj assiégea à nouveau la ville, bien que cela aussi se soldât par un échec.

Malgré ces revers, Aruj maintient sa réputation et est engagé en 1516 par la ville d’Alger pour chasser les Espagnols. Cette fois, Aruj a réussi. Non seulement les Espagnols ont été chassés, mais son ancien dirigeant, Selim ben Tumi, a également été tué par le pirate. Aruj était à présent le souverain d’Alger et, un an plus tard, prêta serment d’allégeance aux Ottomans.

La domination d’Aruj ne durera pas longtemps, les Espagnols envoyant une armée se débarrasser de lui en 1518. Les Espagnols assiégés Aruj à Tlemcen, une ville proche d’Alger.Bien qu’ils soient largement surpassés en nombre par l’ennemi, Aruj et ses hommes ont apparemment pu tenir pendant 20 jours, avant d’être vaincus par l’espagnol supérieur en nombre. Aruj et son frère, Ishak, ont tous deux perdu la vie. Il est écrit que la tête coupée du premier a été jetée dans un pieu. Aruj a été remplacé par son dernier frère, Hayreddin, qui était un pirate redoutable.

 

 

 

Facebook refuse de supprimer une fausse vidéo où la chef démocrate a l’air saoule

 

Facebook refuse de supprimer une vidéo altérée pour faire laisser croire que la chef des démocrates à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a livré un discours alors qu’elle était saoule, ce qui met en lumière un problème majeur dans le plan du géant techno pour combattre les fausses nouvelles.

Le clip, d’abord rapporté par The Washington Post, montre la démocrate californienne discutant du président Donald Trump à un événement organisé par le Center for American Progress mercredi. Un troll non identifié a réduit la vitesse de la vidéo et monté le ton pour que son discours ait l’air confus, mais normal – créant alors la fausse apparence qu’elle avait les capacités affaiblies.

La fausse vidéo s’est répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. L’avocat privé de Trump, Rudy Giuliani, a tweeté un lien vers la vidéo sur Facebook, où le clip avait alors pas loin d’un million de visionnements. (Giuliani a plus tard supprimé le tweet et a livré des excuses qui avaient l’air confuses.)

Facebook a depuis longtemps admis ses échecs dans la lutte aux fausses nouvelles dans la course à la présidentielle de 2016, et a dévoilé l’année suivant un système supposé arrêter le courant de matériel faux ou trompeur.

«Les fausses nouvelles sont nocives pour notre communauté, elles rendent le monde moins informé, et elles érodent la confiance», écrivait Facebook en avril 2017. «Ce n’est pas un nouveau phénomène, et nous tous – entreprises techno, entreprises médiatiques, salles de nouvelles, enseignants – nous avons la responsabilité de faire notre part pour y faire face.»

Mais un porte-parole de Facebook a déclaré vendredi que des «fakes news» évidentes, comme cette vidéo de Pelosi, techniquement ne brisaient pas les règles puisqu’il n’y a pas de politique contre la publication de faux contenu sur la plateforme. Facebook laissera donc la vidéo circuler.

Cela dit, Facebook a toutefois «mis en file d’attente» la vidéo pour une revue par une compagnie tierce de vérification des faits, ce qui voudrait dire qu’il juge la vidéo trompeuse. Alors maintenant, au lieu d’être supprimée complètement, la fausse vidéo du discours de Pelosi sera plus difficile à trouver sur la plateforme, selon le porte-parole.

L’annonce de Facebook a relancé les discussions sur les campagnes de salissage et les fausses nouvelles qui ont terni la dernière présidentielle. La vidéo de Pelosi rappelle celle d’Hillary Clinton devenue virale lors de sa campagne, qui la montrait physiquement ou mentalement indisposée.

«La vidéo modifiée/falsifiée de Nancy Pelosi n’est pas exactement une nouvelle affaire», a tweeté la journaliste de Wired Issie Lapowsky. «C’est copié du manuel “Hillary Clinton est malade” de 2016.»

Le clip de Pelosi continue à se propager sur Facebook. Un porte-parole a indiqué au Guardian que la compagnie est en constante réflexion sur la ligne entre la liberté d’expression et le contenu nocif:

Le clip de Pelosi continue à se propager sur Facebook. Un porte-parole a indiqué au Guardian que la compagnie est en constante réflexion sur la ligne entre la liberté d’expression et le contenu nocif:

«Il y a une tension ici: nous travaillons fort pour trouver le bon équilibre entre l’encouragement de la liberté d’expression et la promotion d’une communauté sécuritaire et authentique, et nous croyons que de réduire la distribution de contenu inauthentique atteint cet équilibre. Mais ce n’est pas parce que quelque chose est permis sur Facebook qu’elle devrait obtenir de la distribution. En d’autres mots, nous permettons aux gens de la publier en tant que forme d’expression, mais nous ne la montrerons pas à la une du fil d’actualité.»

 

 

 

Algérie: la fin programmée du romantisme révolutionnaire

Après treize semaines de mobilisation, Ali Benouari, candidat en 2014 et président du parti Nida el Watan, estime que la transition actuelle passe plus que jamais par un compromis entre le peuple et l’armée. 

L’armée considère le préalable de la transition comme porteur d’une grande instabilité pour le pays. Selon son chef, le peuple ne peut pas, dans le contexte actuel, se doter d’une représentation, pour diriger la transition sans passer par des élections.

Le chef d’Etat-Major de l’armée considère que la la voie de la transition pourrait s’avérer longue et donc pleine de périls. Il propose comme alternative l’élection rapide d’un président dans le cadre de l’actuelle constitution. Il donne, comme gage de sa bonne foi, l’arrestation des principaux dirigeants et de leurs complices oligarques qui ont saigné le pays. Il a évoqué le complot tramé par ces derniers, avec l’aide de certains pays étrangers pour se maintenir au pouvoir. Il a pensé que ces arrestations seraient bien acceuillies par le peuple, car elles faisaient partie des principales revendications du peuple.

Cependant, la contestation n’a pas faibli pour autant, les exigeances s’étant déplacées vers le départ du chef du gouvernement et du président par interim, voire du départ du chef d’Etat-Major lui même, auquel il reproche d’avoir servi le régime de Bouteflika.

Nous en sommes là, après 25 semaines de contestation populaire.

Qui a raison, qui a tort? Y a-t-il une voie de conciliation?

Gaïd Salah semble aujourd’hui disposé à assouplir sa position et se déclare prêt à discuter avec des représentants du Hirak et avec les forces d’opposition des conditions d’un bon déroulement de l’élection du prochain président. Il admet, entre les lignes, que l’échéance du 4 juillet pourrait être reportée.

 

Beaucoup y voient une manœuvre de sa part, puisqu’il continue à inscrire cette élection dans le cadre de l’actuelle constitution. Ce qui n’est pas faux, si l’on considère que le peuple n’a pas obtenu le départ du chef du Gouvernement et du président par interim, considérés comme les garants de l’ordre ancien.

Mais l’armée peut-elle se débarrasser de ces derniers sans être accusée de vouloir prendre le pouvoir? Elle pourrait le faire, en théorie, en légitimant son action par la transmission du pouvoir au peuple. Personne ne le lui reprocherait, au contraire.

A QUI PRECISEMENT TRANSMETTRE LE POUVOIR?

Telle est la question que les détracteurs du chef d’Etat-Major ne veulent pas aborder.

Il faut reconnaître que l’armée a quelques raisons à faire valoir pour expliquer sa position. Elle est dans son rôle quand elle affirme vouloir garantir la stabilité du pays, par ces temps de grande incertitude. Depuis le départ du président, elle est la seule force légitime et organisée du pays..

Elle se considère, en vertu de ses missions régaliennes, comme incontournable dans le processus de démocratisation en cours. Pas directement, mais derrière un pouvoir légal, même s’il est purement formel.

Elle se sait exposée au risque d’apparaître comme auteur d’un coup d’Etat si elle inscrivait son action hors du cadre constitutionnel

Pour les raisons indiquées ci-dessus, elle ne veut pas aller vers un processus de transition tel que le réclament, à cor et à cri, la plupart des Algériens. D’où l’impasse actuelle.

LE DEGAGISME SYTEMATIQUE EST-IL COMPATIBLE AVEC LA TRANSITION?

Dans la science politique, il n’y a pas une discipline qui s’appelle « transitologie », comme on l’entend assez souvent. Il y a juste un recensement des expériences vécues par nombre de pays qui ont vécu le passage d’un régime autoritaire à un régime démocratique.

Les pays qui s’y sont aventuré ont du improviser pour trouver leur voie, souvent dans la douleur et au prix de soubresauts coûteux. Nos concitoyens veulent que tout change, en même temps, de manière pacifique. Est-ce possible? Est-ce raisonnable?

Le peuple baigne depuis le 22 Fevrier dans ce que j’ai appelé la phase de romantisme révolutionnaire, qui lui fait croire que tout est possible. Surtout au vu des résultats obtenus en peu de temps: démission forcée du président, arrestation de l’ex chef du DRS et de son successeur, arrestation des principaux oligarques, inculpation annoncée de la plupart des ministres et premiers ministres qui ont servi sous l’ère Bouteflika, etc.

 

Encouragé par ces succès, il est poussé à réclamer toujours plus. Mais ces succès auraient-ils été possibles sans l’implication directe de l’armée et de son chef d’Etat-major, dont on dénonce l’intrusion dans la politique, et dont certains demandent carrément le départ? Là réside une première grande contradiction.

Que cette dénonciation de l’armée émane des milieux d’affaire véreux, voire du peuple qui en ressent la nécessité diffuse, on pourrait le comprendre. Mais comment expliquer qu’elle soit relayée par certaines élites qui crient au « dégagisme » sans discernement?

En se dispensant d’expliquer au peuple toutes les implications du processus de transition, ces élites entretiennent une confusion dangereuse.  Comme celle qui consiste à dire non à tout ce qui peut venir de l’armée, que la solution ne peut venir que du peuple. Cette posture confortable tend à ignorer l’urgence à sortir de l’impasse politique et à discréditer les arrestations des têtes de l’oligarchie politico-financière et sécuritaire.

Cette posture “dégagiste” les dédouane de tout effort d’analyse sérieux, qui intègre des données d’une grande complexité.

La première des complexités vient de la situation économique, qui est encore plus grave que ce que laissent penser les données purement financière. Certes, tout le monde admet maintenant la gravité de la crise, mais sans l’intégrer dans la problématique de la transition. Si la transition dure au delà de la fin de l’année, il est quasiment certain que les efforts de démocratisation du pays seront anihilés par les effets de la faillite financière du pays, largement prévisibles à l’horizon 2021. C’est à dire après demain.

La seconde des complexités vient de l’influence de l’argent sale sur le processus transitionnel et sur la réussite des prochaines élections libres. La plupart des élites admettent la nécessité de lutter contre ce fléau, tout en déniant à l’armée la responsabilté de conduire cette lutte, au prétexte que seule une justice indépendante aurait la légitimité pour le faire. Cet assainisement est pourtant un préalable salutaire, même s’il ne peut être rapidement achevé. Le chef d’etat-major a raison quand il parle de la menace que fait peser l’argent sale sur la démocratisation du pays. On attend de ses détracteurs qu’ils répondent sur ce point.

Les élites en question évitent, enfin, de se demander qui doit impulser et accompagner la transition.

La prise en compte de ces complexités est d’une nécessité vitale car elles conditionnent non seulement la réussite du processus de transition, mais également le succès des élections démocratiques à venir.

COMMENT CLARIFIER LE CONCEPT DE TRANSITION?

« Je n’ai jamais déjeuné avec une personne morale », disait un célèbre constitutionnaliste du XIXème siècle, Léon Duguit.

Certes, tout pouvoir émane du peuple, mais aucun peuple n’a réussi à entrer directement au Parlement ou à s’emparer du pouvoir. Il ne peut le faire qu’au travers de ses représentants.

Il convient donc de se pencher sur le processus par lequel le peuple peut dégager une représentation.

Ce processus s’est déroulé historiquement, de par le monde, de deux manières.

Soit il a résulté d’une violence révolutionnaire qui amène le pouvoir contesté à tomber entre les mains des chefs révolutionnaires qui se sont octroyé la légitimité de conduire la transition.

Soit il a résulté d’un compromis entre les représentants du peuple contestataire et du pouvoir contesté.

Nous sommes, pour l’instant du moins, dans le second cas de figure, puisque notre peuple, dans son immense sagesse, a choisi l’option de la contestation pacifique.

Dans notre cas, la transition entre l’ancien et le nouveau pouvoir ne peut être que négociée, avec la seule force qui représente le pouvoir actuel, c’est à dire l’armée.

Vouloir y échapper pourrait conduire à créer, sans le vouloir, un état de violence qui nous éloignerait de notre rêve d’une transition pacifique. Cet état de violence nous serait alors imposé par trois facteurs. La crise économique, dont la résolution n’est pas compatible avec une transition qui traine en longueur, le vide politique et institutionnel qui entrainerait l’armée dans un face à face risqué avec le peuple ainsi que l’activité subversive des differents lobbies qui exploiterait la situation pour déstabiliser le pays à leur profit. C’est d’alleurs, en substance, ce que dit Gaïd Salah.

A-t-il raison? Si non, quelle serait la solution alternative? Le manque de questionnements à ce propos est flagrant.

Pour y répondre, il convient tout d’abord d’admettre que l’échéance du 4 Juillet pour la tenue d’une élection présidentielle ne sera pas tenu, pour une multitude de raisons, et Gaïd salah, dans sa dernière déclaration, semble en convenir.

Que se passera-t-il dans ces conditions, sachant que nous serons en dehors de la constitution puisque ce cas de figure n’est pas prévu dans aucun de ses articles?

 

 Ce qui règle, du coup, le cas emblématique des 2 B. Il n’y aura plus ni de gouvernement, ni de présidence par intérim, ce qui placera ipso-facto l’armée au premier rang de la scène politique. Cette situation semble avoir été anticipée par l’armèe dès l’annonce de la démission de Bouteflika,  d’où son attachement à la solution constitutionnelle. Ce n’est pas l’idéal, mais que proposent les opposants, à part la démission des résidus de l’ancien pouvoir et le retrait de l’armée de la scène politique?

D’aucuns avancent des noms qui pourraient se voir confier immédiatement la tache de conduire la transition.

QUI PEUT PRETENDRE REPRESENTER LE HIRAK?

Il y en a qui disent que les personnalités les mieux placées sont celles qui ont émergé du Hirak, sous-entendu celles que nous servent les réseaux sociaux et autres médias électroniques, il faut rappeler que personne ne peut se présenter à El Mouradia et dire: « ouvrez-moi la porte. Je suis le représentant que le peuple a choisi ». À coup sûr, on l’éconduira, quelle que soit sa popularité réelle ou supposée. Cela devrait suffire à disqualifier toute personne présentée comme représentants du Hirak. Il est utile de rappeler que nous ne sommes pas dans un processus électif, mais dans une phase pré-transitionnelle.

Il y en a d’autres qui avancent, certainement de bonne foi,  l’idée d’organiser des consultations populaires pour désigner les représentants du Hirak, à travers l’ensemble du territoire national. Mais ce type de consultations nous renvoie immanquablement à l’équation électorale. Celle de la révision du fichier électoral, de l’instance indépendante responsable de l’organisation des élections, etc. C’est à dire justement au travail de l’équipe chargée de la transition. Tel est le problème. Il ne faut pas se voiler la face.

Enfin, il y en a qui avancent des plateformes qui se lmitent à définir les étapes de la transition (désignation d’une présidence provisoire qui désignera elle même un gouvernement provisoire pour gérer les affaires courantes et aider à la mise en place de nouvelles règles du jeu, etc), en évoquant une conference nationale d’où émergeraient des représentants du peuple. Or le problème n’est pas tant de comment doit se dérouler la transition que de savoir comment engager le processus qui est, somme toute, plus technique que politique, l’organisation d’une conférence nationale renvoyant elle même au problème précédent.

COMMENT SORTIR DE L’IMPASSE?

D’autres enfin, dont moi même, proposent, pour sortir de l’impasse,  de confier la transition à une personnalité ou à un groupe de personnalités, qui offrent les garanties de neutralité exigées. Les détracteurs de cette idée avancent comme argument que ces personnes pourraient en profiter pour rétablir à leur profit la dictature. Mais ils raisonnent selon le paradigme ancien du Président qui a tous les pouvoirs, alors que l’instance de transition n’est là que pour 6 mois et que son seul rôle est de mettre en place les mécanismes pour une élection libre. De plus, les personnalités choisies n’auront pas le droit de participer à une quelconque élection à venir.

Le critère le plus important n’est-il pas qu’elles doivent être crédibles aux yeux du peuple, à l’instar de nos vieux sages vers qui on se tournait pour arbitrer un conflit villageois, tribal ou familial?  Pourquoi vouloir emprunter à d’autres pays ce qui est dans notre boite à outils ancestrale?

Si cette idée a un sens, quelle sera alors l’autorité qui devra désigner les sages qui se dévoueront pour assurer la transition, étant donné qu’ils ne peuvent pas être élus, pour les raisons déjà soulignées?

Par réalisme et par pragmatisme, certains leaders ont  proposé depuis le début des manifestations qu’ils le soient par la seule institution qui détient les clés du pouvoir, c’est à dire l’armée. Elle seule a aujourd’hui la légitimité pour le faire. Il est entendu que le peuple pourra toujours récuser son choix, en manifestant. Les manifestations qui se déroulent chaque semaine sont l’incarnation vivante du fameux article 7 de la constitution. Car si le peuple ne peut pas aujourd’hui dire qui il veut, faute de pouvoir l’exprimer par des élections libres, il sait par contre dire ce qu’il ne veut pas, en l’exprimant dans la rue. Son jugement est infaillible. Depuis qu’il n’a plus peur de sortir, par millions, il dispose d’un pouvoir quasi-référendaire, de rejet ou de plébiscite. Faisons-lui confiance. Il l’a montré depuis le 22 Février. Sans lui, rien n’aurait été possible. Ni le départ de Bouteflika, ni l’arrestation de ses suppôts.

 L’armée ne doit pas nous faire peur. Depuis le 22 février, elle se trouve dans l’obligation d’écouter la voix du peuple. A mon humble avis, elle continuera à s’en inspirer dans toutes les décisions qu’elle prendra, à  part celle,  irréaliste et irresponsable, de vouloir la « dégager » elle aussi.

Oui, car la peur a changé de camp comme elle a changé de nature. La faillite totale du pays est le plus grand danger qui nous guette.

Image associée

par Ali Benouari ,correspondant à Alger

 

 

 

 

 

 

Les zouaves, parlons-en !

via site source : lematindalgerie.com Modifier par : marevuedepressedz.com + Modifs perso… Introduction Force nous est donnée ces temps-ci de constater que dès que les propagandistes anti-Kabyles découvrent un mot en lien avec l’histoire ou la culture kabyles, ils se lancent dans son exploitation malicieuse et manipulatrice espérant asséner ainsi un coup à la Kabylie. […]

via Les zouaves, parlons-en ! — systèmophobe

Réécrire l’histoire du grand mystère des pyramides d’Égypte

Les pyramides de Gizeh sont sans aucun doute l’un des sites les plus énigmatiques de la planète. Pendant si longtemps, de grandes questions ont entouré la dernière merveille du monde. Comment sont-ils arrivés là? Et qui les a créés? Eh bien maintenant, certains chercheurs pensent avoir trouvé  des réponses sérieuses…

Secrets du sphinx

Bien que les preuves suggèrent que les Égyptiens ont construit les pyramides, certains signes laissent penser qu’ils auraient pu être construits bien avant l’époque des Pharaons. Gerry Cannon et Malcolm Hutton estiment que le Sphinx doit avoir été taillé dans la roche naturelle. « Vous ne pouvez pas sculpter un rocher quand il est sous le sable », a déclaré Cannon. Il n’y avait pas de sable «il y a environ 12 000 ans et les Égyptiens n’étaient pas là». Mais y avait-il plus de preuves pour étayer leur croyance?


Meilleur des meilleurs

Pendant longtemps, de nombreux égyptologues et historiens se sont accordés sur certains détails concernant le contexte historique entourant la construction. Le consensus général est que ce sont les pharaons qui ont ordonné la construction des structures et qu’ils ont engagé les architectes et les ingénieurs les plus respectés de leur temps pour superviser les préparatifs. Cependant, ce sont les esclaves qui ont reçu l’ordre de faire le travail pénible. Une autre croyance populaire tourne autour de certaines des techniques de construction qui ont été mises en œuvre…

pyramides 431


Les théoriciens ont des idées contradictoires sur les circonstances dans lesquelles les pyramides ont été construites. Mais beaucoup partagent des détails similaires, en particulier certaines des techniques qui auraient été utilisées par les constructeurs. La principale similitude est l’idée que les ouvriers ont minutieusement sculpté des rochers au ciseau de cuivre. Ensuite, le produit final a été traîné et soulevé à la convenance du surveillant. Cependant, y a-t-il une possibilité que ce ne soit pas réellement les Egyptiens? Serait-ce quelqu’un d’autre qui les a construits?

pyramides 15

Qui les a construites?

Les premiers théoriciens grecs pensaient que les Égyptiens utilisaient des esclaves pour construire les pyramides. C’était une théorie à laquelle beaucoup s’assignaient depuis des années. Des historiens tels que Hérodote et Diodorus Siculus ont écrit des récits détaillés sur la création des pyramides. Le livre révolutionnaire du Ve siècle avant JC illustre à quel point il était en avance sur son temps…


L’information la plus fiable?

Les récits d’Hérodote sur la construction des pyramides sont toujours considérés comme les documents les plus fiables sur le sujet à ce jour. Cependant, au fil du temps, les archéologues sont devenus de plus en plus sceptiques quant à son travail, estimant que cela ne donne qu’un côté à une histoire aux multiples facettes…


Les extraterrestres ont construit les pyramides?

Bien que ce soit hors des sentiers battus, de nombreux chercheurs croient réellement qu’il est possible que les extraterrestres aient joué un rôle dans la construction des pyramides de Gizeh. Certaines des raisons derrière cela incluent l’alignement étrangement précis des structures avec la Ceinture d’Orion. De plus, les pyramides sont en bien meilleur état que nombre de celles construites des centaines d’années plus tard. Cependant, qui peut dire qu’un autre groupe d’humains n’était pas responsable de leur construction?

pyramides 4


Esclaves Hébreux?

Les premiers signes de ceux qui ont pu construire les pyramides remontent aux temps bibliques. Dans le livre de l’Exode, les Israélites ont été réduits en esclavage en Égypte. Bien que cela suggère que les Hébreux ont peut-être reçu l’ordre de construire les pyramides pour les Egyptiens, les historiens s’empresseront de répondre à cette idée fausse. Selon la plupart des recherches archéologiques, les pyramides de Gizeh ont été construites vers 2580 av. Les Israélites, cependant, n’étaient pas esclaves jusqu’au 13ème siècle avant notre ère. Les chiffres ne sont tout simplement pas alignés…pyramides 46

Était-ce vraiment les Egyptiens?

Cela pourrait impliquer que les anciennes structures sont beaucoup plus anciennes que les archéologues l’avaient prévu à l’origine et qu’une civilisation antérieure aurait pu construire les pyramides. «Personne ne sait qui était là il y a 12 000 ans», a déclaré Cannon. « Cela a dû être fait par une civilisation plus avancée que n’importe lequel d’entre nous. » Naturellement, les autorités égyptiennes ont été rapides pour abattre la théorie sauvage du couple. Cependant, cela ne signifie pas qu’il y a des théories plus logiques en circulation…

Pyramide de pouvoir

L’un des égyptologues les plus respectés de sa génération, Miroslav Verner, a émis l’hypothèse qu’une hiérarchie aurait dû être mise en place pour créer les pyramides. Il a estimé qu’il fallait probablement plus de 100 000 hommes, divisés en diverses équipes ayant des objectifs différents, puis davantage de divisions liées aux compétences individuelles. La théorie impliquait que, d’une certaine manière, ceux qui ont construit les pyramides avaient des rôles organisés à la manière d’une pyramide. Mais il y avait plus dans les subtilités de l’opération égyptienne…

Trouver la vérité

Les légendes de l’Égypte ancienne ont captivé l’imagination de millions de personnes au fil des ans, de nombreuses personnes consacrant leur vie à la recherche de la vérité sur ces mystérieuses pyramides. Nombreux sont ceux qui ont théorisé l’origine de ces magnifiques structures, les trois principaux arguments étant de savoir si les blocs utilisés pour les construire ont été levés, roulés ou traînés jusqu’à leur emplacement prévu. Cependant, il y avait un groupe spécifique de personnes qui avaient les théories les plus convaincantes de tous…

Plan directeur

Un autre égyptologue du nom de John Romer pense que la construction des pyramides a été planifiée méticuleusement, au point que les constructeurs ont probablement établi un plan à l’échelle réelle. « Un tel schéma de travail permettrait également de générer l’architecture de la pyramide avec une précision inégalée par tout autre moyen », a-t-il déclaré. Romer a également estimé qu’il leur avait probablement fallu 14 ans du début à la fin. Cependant, il y a un autre homme qui a poussé l’enquête au niveau supérieur…

pyramides 34

Changeur de jeu

À l’ère moderne, l’un des personnages les plus importants dans la recherche de la vérité derrière les pyramides est un homme modeste du nom de Mark Lehner. Avec son équipe, l’égyptologue chevronné a réalisé l’une des études les plus détaillées jamais réalisées, avec de nouvelles théories fascinantes. Lehner estime que le nombre de personnes impliquées dans la construction se situait entre 14 500 et 40 000. Mais Lehner n’a pas compris à quel point son rôle dans la recherche allait devenir important…

pyramides 1

Vaisseau de khufu

Le catalyseur qui a déclenché cette foule de preuves est revenu en 1954, lorsque l’archéologue Kamal el-Mallakh a dirigé une équipe et découvert un bateau qui, selon eux, aurait été laissé au Pharaon Khufu. Les restes du bateau, y compris les planches de bois, ont été restaurés et scannés afin de déterminer leurs origines. Les résultats ont montré qu’ils avaient été cousus ensemble. Mais quel était exactement le but de ce navire? Était-ce simplement pour descendre le Nil? Ou était-ce pour quelque chose de plus?

pyramides 20

Naviguer au paradis?

Les serviteurs ont scellé le navire en 2500 avant JC dans une fosse du complexe de la Grande Pyramide. C’était pour que le pharaon Khufu puisse y avoir accès après la mort et utiliser les outils et les objets funéraires nécessaires. Bien que cela ne soit pas confirmé, le navire est qualifié de «barge solaire», un navire conçu pour emmener le roi ressuscité dans son voyage éternel avec Ra, le dieu soleil. Cependant, la plupart des théoriciens considèrent que ce qui suit est la raison…

pyramides 21

 

Terre à terre

Voyant que les panneaux indiquent que le navire avait déjà été submergé dans l’eau, les théoriciens estiment qu’il était déjà utilisé pour escorter le corps momifié du roi jusqu’à son lieu de repos. Ou encore, Khufu a utilisé le navire alors qu’il était encore en vie comme moyen de transport vers les lieux saints. Quelle que soit la raison, le navire Khufu est considéré comme l’une des découvertes les plus importantes de l’histoire de l’égyptologie. Mais les récents développements ont tout changé…

pyramides 22

Pourquoi les pyramides ont-elles été construites?

Pourquoi la Grande Pyramide, cette merveille d’ingénierie étonnante a-t-elle été construite? Quel but pourrait-il éventuellement remplir? Selon les égyptologues, les constructeurs ont passé jusqu’à deux décennies à construire la structure en tant que tombeau, spécialement pour Pharaoh Khufu. Quant aux trois petites pyramides devant, elles sont supposées avoir été construites pour les trois femmes de Khufu. Cependant, des découvertes récentes ont fourni plus d’explications sur ce que pouvait être le but de la pyramide…

 

Pyramide de Pandore

Une vérité fascinante qui a récemment été révélée à propos de la grande pyramide est en réalité à l’intérieur de la structure menaçante. Après des séances de balayage intensives, les scientifiques ont récemment découvert un vide mystérieux au fond de la pyramide. Au-dessus de la chambre de la reine se trouve un gouffre de 30 mètres qui ressemble à une sorte de système de transport – un couloir, si vous voulez. Bien qu’il soit encore difficile de savoir quel était exactement le but du vide, il existe certaines théories sur les raisons pour lesquelles le vide pourrait avoir été conçu…

pyramides 24

 

Structure complexe

La Grande Pyramide a en fait un intérieur très sophistiqué. À ce jour, il y aurait trois chambres reconnues. Le plus bas construit dans son soubassement. Ensuite, vous avez les chambres de la reine et du roi, qui ont été construites plus haut. Ensuite, vous avez le complexe extérieur qui parle pour lui-même. Giza comprend deux temples mortuaires destinés à honorer Khufu. Il existe également une pyramide «satellite», ainsi qu’un ensemble de tombes l’entourant.

pyramides 101

 

 

Puissance du nil

Vous pensez peut-être que la raison principale pour laquelle les pyramides de Gizeh ont été construites si près du Nil est qu’il est logique que toute civilisation se trouve à proximité d’une source d’eau. Cependant, on pense qu’il y avait un raisonnement beaucoup plus spirituel derrière son emplacement. Les pyramides de Gizeh sont situées sur la rive ouest du Nil, car c’est exactement là que le soleil se couche. Cela était censé symboliser le royaume des morts.

pyramides 102

Glacière à l’intérieur

Il est indéniable à quel point les Égyptiens étaient en avance sur leur temps. Ceci peut être vu dans deux aspects de la construction. Premièrement, il a été découvert que les structures étaient construites avec un mécanisme à rotule afin d’éviter les dommages causés par les tremblements de terre. Deuxièmement, les pyramides ont été construites avec une telle netteté que même si la dure chaleur aride battait sur les structures égyptiennes, l’intérieur des pyramides avait une température qui restait froide à 20 degrés Celsius.


Qu’est-ce qui est arrivé en premier?

Tout comme la pyramide des Nombres ,à Palenque au Mexique,voici ce que nous retrouvons en Egypte:

 

Il y a un coffre en granit à l’intérieur de la chambre principale de la grande pyramide. Ce qui semble au premier abord être une caractéristique tout à fait normale de ce type de structure devient extraordinaire. La réalité est que le coffre est un morceau de granit finement sculpté. Les Égyptiens n’avaient aucun moyen de faire passer le gros morceau par le passage. Cela suggère que la Grande Pyramide était potentiellement construite autour du coffre plutôt que l’inverse.

pyramides 104

 

Mortier mystérieux

L’un des plus grands mystères entourant la Grande Pyramide est le mortier utilisé pour «coller» les blocs ensemble. La vérité est qu’à ce jour, aucun archéologue n’a été en mesure de retracer les origines de ce mortier ou du matériau utilisé pour le fabriquer. La seule chose que les chercheurs connaissent à ce sujet est sa composition chimique. Cependant, ils ont été incapables de reproduire la composition. Cependant, on pense qu’il est plus difficile que la pierre réelle.

pyramides 105


Chambres royales

Deux des théories les plus courantes entourant ce vide particulier se situent à des extrémités complètement opposées du spectre. La première théorie est de nature banale, suggérant que le vide a agi comme un «trou de construction», servant de plate-forme permettant aux constructeurs de procéder pour passer d’une partie de la construction à une autre. Cependant, une autre théorie suggère qu’il s’agissait du chemin de partitionnement entre la chambre du roi et la chambre de la reine. Et cela pourrait suggérer autre chose…

pyramides 23


Symbole de pouvoir

Il est clair que la Grande Pyramide était une expression flagrante du pouvoir. La base de 13 acres de large et ses 479 pieds de hauteur, ainsi que ses 2,3 millions de blocs de calcaire, constituent l’un des plus somptueux spectacles de richesse de toute l’histoire de l’humanité. « Ces sortes de pyramides sont le produit principal, pour ainsi dire, des rois qui les ont construites », a déclaré l’archéologue Kate Spence. Et ce ne sont pas seulement les peuples de l’Egypte ancienne qui admiraient ces magnifiques structures…

pyramides 42

Attirer des millions

D’une manière ou d’une autre, il semble que presque personne ne puisse résister à l’attrait des pyramides de Gizeh. La plupart des gens appartiennent à l’une des deux catégories suivantes: soit vous êtes un égyptologue qualifié, déterminé à dévoiler les vérités de ces structures mystérieuses, soit vous avez l’Egypte sur votre liste, principalement pour visiter Gizeh. Sans aucun doute, la Grande Pyramide de Gizeh est la principale raison pour laquelle l’Égypte parvient à attirer plus de 5 millions de visiteurs par an.

pyramides 25

La dernière merveille?

Si la Grande Pyramide de Gizeh est le dernier membre survivant des Sept Merveilles du Monde, quels étaient les autres? Et qu’est-ce qui leur est arrivé? Selon de nombreux historiens, les six autres merveilles comprennent les jardins suspendus de Babylone, le temple d’Artémis, la statue olympique de Zeus, le mausolée d’Halicarnasse, le colosse de Rhodes et le phare d’Alexandrie. Mais les archéologues ont-ils finalement révélé les secrets de la dernière merveille du monde?pyramides 26


Trône de l’espace?

Un professeur de l’Ecole polytechnique de Milan pense qu’un trône sculpté dans une météorite est stocké au fond d’une chambre secrète de la Grande Pyramide. Depuis que le poignard du roi Tut a été découvert en 1922, il est bien établi que les anciens Egyptiens utilisaient du fer météorique. « Dans ces textes, il est dit que le pharaon, avant d’atteindre les étoiles du nord, devra passer les » portes du ciel « et s’asseoir sur son » trône de fer «  », a déclaré Giulio Magli.

pyramides 101

Pyramides Populaires

Les pyramides ont capturé l’imagination de millions de personnes et ont inspiré de nombreux artistes à les utiliser dans leur travail sur diverses plates-formes. De nombreux films ont utilisé les pyramides comme toile de fond pour certaines des scènes les plus emblématiques du cinéma. Celles-ci incluent des films tels que La Momie , Les Aventuriers de l’arche perdue et Stargate , pour n’en nommer que quelques-uns. Ensuite, il y a eu la comédie musicale animée Le Prince d’Égypte , qui a beaucoup tourné autour de l’époque de l’Égypte ancienne du point de vue de la Bible.
pyramides 102

Sois notre invité

L’un des développements les plus récents a jeté un nouvel éclairage sur la culture globale de l’Égypte ancienne. Des chercheurs de l’Université de Londres ont des preuves suggérant que les Égyptiens n’entreraient dans les pyramides que s’ils avaient des invités. «Des rouleaux de papyrus récemment découverts datant de 2400 av. J.-C. confirment que la plupart des Égyptiens de l’époque se sont rendus aux pyramides de Guizeh lorsqu’ils étaient enfants et les ont trouvés plutôt cool. là-bas avant « , a déclaré le professeur Sidney Colliver.pyramides 103


Grand Pharaon

L’un des malheurs qui a empêché les égyptologues de se faire une idée complète de ce que c’était de vivre à l’époque des pyramides était l’activité illégale historique qui les entourait. Selon des auteurs tels que Briar et Hobbs, «toutes les pyramides ont été volées» par le Nouvel Empire. On pense également que la pierre qui servait de pente aux fondations de la grande pyramide a été prise à un moment donné. Vers la fin de l’Ancien Empire, de nombreux voleurs ont fait irruption.

pyramides 104

Homme avec un plan

Mark Lehner a fait de nombreuses découvertes liées aux pyramides. Son équipe a découvert une ville ouvrière connue de la communauté archéologique sous le nom de «La ville perdue». Il a également découvert ce qui semble avoir été à l’origine un port à proximité. Cela met en lumière la possibilité que la région soit beaucoup plus intégrée aux masses que prévu. Lehner estime également que les travailleurs de la pyramide ont peut-être vécu sur des rampes qu’ils utilisaient pour la construction, qu’ils gareraient à proximité du site.

pyramides 105

 


Découverte du siècle

En 2013, une découverte tout à fait remarquable a été faite lorsqu’un papyrus ancien a été découvert dans une grotte à Wadi al-Jarf. Ils sont officiellement les plus anciens de ce genre, remontant à un peu plus de 4 500 ans. Le texte truffé de hiéroglyphes a révélé des détails sur la construction des pyramides que les archéologues et les historiens ont simplement spéculés auparavant. Maintenant, ils avaient des preuves substantielles qui confirmaient un mystère séculaire. Alors, qui a mis au jour cet artefact révolutionnaire?

pyramides 3

 


 

L’Histoire changée

La personne qui a fait la découverte étonnante était Pierre Tallet. Après avoir retrouvé l’ancien papyrus, il a passé près d’une demi-décennie à déchiffrer les hiéroglyphes et à élaborer ce qui était écrit dessus. «Depuis le jour même de la découverte, il était évident que nous possédons le plus vieux papyrus jamais découvert au monde», a-t-il déclaré. Tallet savait qu’il avait changé le visage de l’égyptologie avec sa découverte étonnante. Quelle était donc la vérité derrière cet artefact incroyable?

pyramides 11

Le journal de Merer

Un ancien égyptien du nom de Merer a écrit un texte complexe expliquant en quoi la main-d’œuvre égyptienne à l’origine de la Grande Pyramide était composée d’un nombre impressionnant d’ingénieurs qualifiés. Ces travailleurs ont utilisé des bateaux pour transporter plus de 170 000 tonnes de calcaire sur le Nil, de Tura à Giza. Pour la première fois de l’histoire, les égyptologues avaient enfin un récit de première main. Mais il y a encore un détail stupéfiant qui rend cette merveille d’ingénierie encore plus impressionnante qu’elle ne l’était déjà…

pyramides 27


 

Canaux artificiels

Une autre chose étonnante sur laquelle Merer a écrit est un système de canaux complexe. Les ingénieurs des pyramides ont construit la série de canaux afin de rendre le transport des matériaux aussi rapide et efficace que possible. Ces canaux directement connectés du Nil à la zone sur laquelle les pyramides ont été construites. Mais d’où viennent exactement les matériaux? Merer n’a pas seulement brossé un tableau clair des techniques de construction, il a également révélé les personnages importants du projet…

pyramides 28

Le pharaon et le vizir

L’un des aspects les plus fascinants du journal de Merer est qu’il a révélé de nombreuses informations importantes sur le règne du roi (2600 av. J.-C.), le pharaon Khufu. Son demi-frère, « le noble Ankh-haf » était également son vizir et il a été confirmé qu’il avait supervisé la construction de la Grande Pyramide. Le texte suggère que c’est Khufu lui-même qui a chargé les ingénieurs de décorer la pyramide, de calcaire de Tura. Mais c’est quelqu’un d’autre qui a aidé à réaliser le rêve de Tallet…pyramides 43


Développement le plus récent

C’est Mark Lehner qui a mis la touche finale à cet effort de collaboration indirecte. Lehner et son équipe ont découvert la voie navigable perdue à Gizeh, ce qui ne fait qu’ajouter de la crédibilité aux détails du journal de Merer. «Nous avons décrit le bassin central du canal qui, selon nous, était la principale zone de livraison au pied du plateau de Gizeh», a-t-il déclaré. Maintenant, avec le journal de Merer, le navire Khufu et maintenant la voie navigable perdue, les chercheurs disposent de trois sources de preuves clés pour prouver les origines des pyramides.

pyramides 29

La vérité incontestée

Par conséquent, Tallet, Lehner et les autres ont pu vérifier une liste de faits importants qui n’étaient qu’un ouï-dire pendant des centaines d’années. Le fait le plus important est que le journal de Merer confirme que les bateaux et les canaux ont joué un rôle essentiel dans la construction des pyramides de Gizeh. En outre, les deux matériaux les plus importants de la structure, le granit et le calcaire, ont été importés d’Assouan et de Tura, respectivement. Que signifient ces détails pour l’avenir de l’égyptologie?

pyramides 31

L’avenir de l’égyptologie

Les trois découvertes distinctes sont fortement liées et semblent avoir ajouté une nouvelle couche de sens aux théories que des égyptologues comme Herodotus, Gerry Cannon et Miroslav Verner ont élaborées au fil des ans. Malgré ces découvertes révolutionnaires, la recherche des vérités cachées sur l’Égypte ancienne se poursuivra. Cependant, il semble que certains des secrets les plus profonds sur les grandes pyramides aient finalement été débloqués, ce qui incite les archéologues à redoubler d’efforts pour découvrir la prochaine grande avancée de l’égyptologie.

pyramides 30

 

Des preuves révolutionnaires

Les pyramides de Gizeh ne sont rien de moins qu’un phénomène architectural et ont laissé les historiens perplexes pendant des milliers d’années. Cependant, un groupe d’archéologues a trouvé de nouvelles preuves qui aident à résoudre le mystère…

 

pyramides 32


EN CONCLUSION

Les scientifiques que nous vous présentons dans cet article sont le reflet  de la science officielle actuelle!Ils ne peuvent expliquer l’alignement « parfait » des pyramides de Gizeh sur  les étoiles de la constellation d’Orion!Ils ne peuvent expliquer l’origine de la technologie qui a permis de tailler les gros blocs de pierre à angle droit,ni même comment  on a creuser à angle droit et disposer les sarcophage en granit …afin de construire la pyramide autour  dudit sarcophage!

Cette technologie vient d’une autre civilisation extraterrestre tout comme les modèles d’avions en bois trouvés dans un tombeau!

La quête du savoir continue!

L’humanité n’aura pas le temps de comprendre ou  d’apprendre ne serait-ce que 1 % de tout ce qu’il y a à  savoir dans l’Univers connu!

 

 

 

 

Sixième Extinction Massive:Plus de 1 millions d’espèces menacées …voici les faits

 

 

 

Près d’un million d’espèces menacées d’extinction du fait de l’influence humaine, selon un projet de rapport de l’ONU obtenu par l’AFP, qui documente minutieusement comment l’humanité a sapé les ressources naturelles dont dépend sa survie même.

La perte accélérée d’air pur, d’eau potable, de forêts absorbant le CO2, d’insectes pollinisateurs, de poissons riches en protéines et de mangroves anti-tempêtes – pour ne citer que quelques-uns des services rendus de plus en plus par la nature – ne représente pas moins une menace que le changement climatique , dit le rapport, qui a été dévoilé le 6 mai 2019.

En effet, perte de biodiversité et réchauffement de la planète sont étroitement liés, selon le Résumé à l’intention des décideurs politiques de 44 pages, qui présente une analyse de la littérature scientifique sur l’état de la nature réalisée par les Nations Unies et portant sur 1 800 pages.

Les délégués de 130 pays réunis à Paris à partir du 29 avril examineront le résumé, ligne par ligne. La formulation peut changer, mais les chiffres extraits du rapport sous-jacent ne peuvent être modifiés.

« Nous devons reconnaître que le changement climatique et la perte de la nature sont également importants, non seulement pour l’environnement, mais également pour le développement et les problèmes économiques », a déclaré à l’AFP Robert Watson, président de l’organe mandaté par l’ONU et chargé de la rédaction du rapport. sans divulguer ses conclusions.

«Notre façon de produire notre nourriture et notre énergie sape les services de régulation que nous obtenons de la nature», a-t-il déclaré, ajoutant que seul un «changement de transformation» pouvait enrayer les dégâts.

La déforestation et l’agriculture, y compris l’élevage, représentent environ un quart des émissions de gaz à effet de serre et ont également causé des ravages sur les écosystèmes naturels.

‘ÉVÈNEMENT D’EXTINCTION DE MASSE’

Le rapport de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) met en garde contre «une accélération rapide et imminente du taux mondial d’extinction des espèces».

Le rythme des pertes « est déjà plusieurs fois supérieur à des centaines de fois supérieur à ce qu’il était en moyenne au cours des 10 derniers millions d’années », note le rapport.

« Un demi-million à un million d’espèces devraient être menacées de disparition, dont beaucoup dans des décennies. »

De nombreux experts pensent qu’un «événement d’extinction de masse» – seulement le sixième en un demi-milliard d’années – est déjà en cours.Personnellement,j’en suis persuadé!

La plus récente a marqué la fin du Crétacé il y a quelque 66 millions d’années, lorsqu’un astéroïde de 10 km de large a balayé la plupart des formes de vie.

La perte de biodiversité dans le monde est mesurée en pourcentage par rapport à un écosystème intact. 

Les scientifiques estiment que la Terre abrite aujourd’hui quelque huit millions d’espèces distinctes, dont la majorité sont des insectes.

Un quart des espèces animales et végétales répertoriées sont déjà surpeuplées, mangées ou empoisonnées.

La chute des effectifs est encore plus dramatique, avec une biomasse de mammifères sauvages – leur poids collectif – en baisse de 82%.

L’homme et le bétail représentent plus de 95% de la biomasse des mammifères.

CROISSANCE DE LA POPULATION

«Si nous voulons une planète durable fournissant des services aux communautés du monde entier, nous devons changer cette trajectoire au cours des dix prochaines années, tout comme nous devons le faire avec le climat», a déclaré Rebecca Shaw, scientifique en chef du WWF, ancien membre des organismes scientifiques des Nations Unies pour le climat et la biodiversité.

Les causes directes de la perte d’espèces sont, par ordre d’importance, le rétrécissement de l’habitat et le changement d’affectation des terres, la chasse aux aliments ou le commerce illicite de parties de corps, le changement climatique, la pollution et des espèces exotiques telles que les rats, les moustiques et les serpents les navires ou les avions, le rapport trouve.

«Il existe également deux principaux facteurs indirects de perte de biodiversité et de changement climatique: le nombre de personnes dans le monde et leur capacité croissante à consommer», a déclaré Watson.

Autrefois considéré comme une menace future pour la vie animale et végétale, les effets perturbateurs du réchauffement planétaire se sont accélérés.

Les changements dans la répartition des espèces, par exemple, vont probablement doubler si la température moyenne monte d’un cran de 1,5 ° C (2,7 Fahrenheit) à 2 ° C.

Jusqu’à présent, le thermomètre global a augmenté de 1 ° C par rapport au niveau du milieu du XIXe siècle.

L’Accord de Paris de 2015 enjoint aux pays de limiter la hausse à «bien en dessous de» 2 ° C. Cependant, un rapport sur le climat des Nations Unies publié en octobre indiquait que cela suffirait pour renforcer l’intensité et la fréquence des vagues de chaleur, des sécheresses, des inondations et des tempêtes mortelles.

INÉGALITÉ GLOBALE

 

Les autres conclusions du rapport comprennent:

– Les trois quarts des terres émergées, 40% du milieu marin et 50% des voies navigables intérieures du monde ont été «gravement altérés».

– Nombre des régions où la contribution de la nature au bien-être humain sera le plus gravement compromise accueillent des peuples autochtones et les communautés les plus pauvres du monde, également vulnérables au changement climatique.

– Plus de deux milliards de personnes dépendent du bois comme source d’énergie, quatre milliards de personnes ont recours à des médicaments naturels et plus de 75% des cultures vivrières dans le monde nécessitent une pollinisation par des animaux.

– Près de la moitié des écosystèmes terrestres et marins ont été profondément compromis par l’intervention de l’homme au cours des 50 dernières années.

– Les subventions aux secteurs de la pêche, de l’agriculture industrielle, de l’élevage, de la foresterie, des mines et de la production de biocarburants ou de combustibles fossiles encouragent le gaspillage, l’inefficacité et la surconsommation.

Le rapport a mis en garde contre les solutions au changement climatique qui pourraient nuire par inadvertance à la Nature.

L’utilisation, par exemple, de biocarburants combinés au «captage et stockage du carbone» – la séquestration du CO2 libéré lors de la combustion de biocarburants – est largement considérée comme essentielle pour la transition vers l’énergie verte à l’échelle mondiale.

Mais les terres nécessaires à la culture de toutes ces cultures de biocarburants risquent de se transformer en production alimentaire, en expansion de zones protégées ou en efforts de reboisement.

Source: AFP / ec

 


EN COMPLÉMENT: MICHEL SIMON LE PRÉCURSEUR

 

En 1965, l’acteur Michel Simon prédisait déjà la fin du règne animal et de l’homme. Visionnaire !

En 1965, entre Noël et le jour de l’An, la télévision française diffuse un entretien intimiste réalisé par Claude Santelli en compagnie de l’acteur Michel Simon. Plutôt misanthrope et connu pour vivre en ermite, entouré de ses animaux, l’acteur a tout de même accepté de recevoir le réalisateur chez lui, dans sa maison de Noisy-le-Grand.

« Ce qui aurait pu sauver l’humanité ça aurait pu être la femme, parce qu’elle est encore en contact avec la nature. »

Alors qu’en cette période festive, on aurait pu s’attendre à un dialogue léger et optimiste, les spectateurs découvrent un homme profond, inquiet de l’évolution du monde industriel et de ses conséquences nocives sur la nature. Loin d’être hermétique à la société, le comédien discret dévoile ici un sens aiguisé de l’observation qui le mène déjà à un constat sans appel. Celui de la fin proche des animaux et par voie de conséquence, de la nature et de l’homme. En termes crus et sensibles, ce « Cassandre » délivre un message quasi prophétique sur l’avenir de l’humanité.

« La prolifération de l’être humain, c’est pire que celle du rat. C’est effroyable. Les bêtes sont merveilleuses car elles sont en contact direct avec la nature. Ce qui aurait pu sauver l’humanité ça aurait pu être la femme, parce qu’elle est encore en contact avec la nature. Elle échappe aux lois, aux imbécillités émises par les anormaux. Elle est encore en contact avec la nature mais elle n’a pas droit au chapitre.« 

« Les animaux vont disparaître. Il n’en restera plus bientôt. »

Claude Santelli interroge cet oiseau de mauvais augure : « Et les animaux alors ? » Pour l’artiste, tout est malheureusement déjà joué : « Les animaux vont disparaître. Il n’en restera plus bientôt. En Afrique, c’est l’hécatombe permanente. Quand je suis venu ici, j’avais une trentaine de nids d’hirondelles. L’année passée, j’ai eu deux nids d’hirondelles et pour la première fois j’ai ramassé une hirondelle qui était tombée de son nid qui était si pauvrement alimentée… »

« La science chimique qui assassine la Terre, qui assassine l’oiseau, qui tue toute vie ! Qui assassine l’homme ! « 

Ce qui trouble dans la suite de son propos, c’est sa lucidité quant aux dangers d’une science débridée au service d’un productivisme sans limite. Michel Simon décrit en quelques mots percutants ce qui provoquera selon lui la fin de la vie sur Terre et que les scientifiques nomment aujourd’hui la « Sixième extinction ». Avec une ironie désabusée, il conclut : 

 « Grâce » aux progrès de la science, la science chimique qui assassine la Terre, qui assassine l’oiseau, qui tue toute vie ! Qui assassine l’homme ! On s’en apercevra peut-être trop tard. « Grâce » à cela, il n’y a plus d’oiseaux. Ce parc, quand je suis arrivé en 1933, c’était merveilleux ! Le printemps c’était une orgie de chants d’oiseaux. C’était quelque chose de merveilleux. Aujourd’hui il n’y en a plus. Je ramasse chaque printemps des oiseaux morts tombés du nid ou des oiseaux adultes qui ont mangé des insectes empoisonnés et qui meurent ! »