Affaire Weinstein: Le producteur aurait employé une «armée d’espions» pour étouffer les accusations d’abus sexuels

D’ex-agents secrets enquêtant sous de fausses identités et des journalistes de la presse à scandale auraient été utilisés pour empêcher, en vain, la publication d’accusations…

 

C’est peut-être le « scandale dans le scandale » de l’affaire Harvey Weinstein. Le producteur aurait employé des moyens colossaux pour tenter d’étouffer les révélations sur ses abus sexuels présumés, utilisant par l’intermédiaire de ses avocats les services d’ex-agents secrets enquêtant sous de fausses identités ou des journalistes de la presse à scandale, affirme le New Yorker lundi.

Selon l’article, le producteur en disgrâce a déployé cette « armée d’espions » depuis au moins l’automne 2016. Le New Yorker cite des dizaines de documents et sept personnes directement impliquées dans les efforts du producteur déchu pour empêcher en vain la publication d’accusations à son encontre.

 

Une ex-agent israélienne aurait contacté Rose McGowan sous un faux nom

D’après l’hebdomadaire, une ex-agent israélienne, employée de la société Black Cube, dont le contrat prévoyait au moins 200.000 dollars d’honoraires, a notamment contacté l’actrice Rose McGowan, l’une des principales accusatrices de Harvey Weinstein, en prétendant être une militante pour les droits des femmes. Elle a enregistré en secret des heures de conversations avec McGowan, qui s’apprête à publier ses mémoires, The Brave, un livre qui inquiétait Harvey Weinstein.

L’agent de Black Cube qui avait établi des contacts avec Rose McGowan a par ailleurs, sous une différente identité, contacté des journalistes enquêtant sur les agressions sexuelles présumées de Harvey Weinstein, notamment un reporter du New York magazine, Ben Wallace, pour savoir de quelles informations ils disposaient.

Weinstein et son équipe ont aussi enquêté sur les reporters eux-mêmes, y compris leur vie personnelle et sexuelle et leurs précédentes enquêtes et potentiels litiges, pour tenter de les contredire, les discréditer ou les intimider. Son équipe a notamment rassemblé des éléments sur l’ex-femme de Ben Wallace.

Weinstein aurait aussi été informé par des journalistes

Harvey Weinstein, aujourd’hui visé par des enquêtes policières à Londres, New York et Los Angeles, « surveillait personnellement les progrès de ces enquêtes ». Certaines étaient orchestrées par les avocats de Weinstein, y compris David Boies, célèbre notamment pour avoir défendu Al Gore lors du litige sur le scrutin présidentiel de 2000 et pour avoir plaidé en faveur du mariage gay devant la Cour suprême, bien que son cabinet défende par ailleurs le New York Times dans un procès pour diffamation.

Selon le New Yorker, Harvey Weinstein a également obtenu des informations de Dylan Howard, directeur des contenus d’American Media Inc. qui publie le magazine de ragots National Enquirer. L’un des journalistes de National Enquirer a notamment appelé l’ex-femme d’un réalisateur ayant eu une relation amoureuse avec Rose McGowan, Roberto Rodriguez, pour lui faire dire des commentaires négatifs sur la comédienne.

La porte-parole de Harvey Weinstein Sallie Hofmeister et David Boies n’ont pas répondu aux demandes de commentaires de l’Agence France Presse. Sallie Hofmeister a déclaré au New Yorker : « C’est une fiction de suggérer que des personnes aient pu être visées (ou aient fait l’objet d’efforts d’intimidation) », évoquant une « conspiration ».

Des employés pour recenser, contacter et intimider les actrices

Par ailleurs, le cabinet de conseil américain Kroll aurait envoyé à Harvey Weinstein 11 photos où Rose McGowan et lui-même apparaissaient ensemble à différents événements des années après son agression présumée, pour discréditer ses accusations.

La célèbre avocate de célébrités Blair Berk, qui fait partie de l’équipe légale de Harvey Weinstein, a décrit ces méthodes comme ordinaires. « Tout avocat de défense au pénal qui se respecte enquêterait sur des allégations non prouvées pour savoir si elles sont crédibles ».

Ronan Farrow, l’auteur de l’article du New Yorker – le fils de Mia Farrow et Woody Allen – précise que Harvey Weinstein utilisait des détectives pour enquêter sur les journalistes qui écrivaient des articles négatifs sur lui depuis des années.

Le New Yorker écrit également que des ex-employés de Weinstein ont été recrutés sous le faux prétexte de faire des recherches pour un livre sur « les belles années de Miramax », la maison de production co-fondée par Harvey Weinstein et son frère Bob. Au lieu de cela, ils ont été utilisés pour rassembler des listes d’anciens employés et d’actrices, les contacter… et les intimider.


EN COMPLÉMENT:

VOICI  LE TEXTE DE L’ARTICLE DU NEWYORKER:

L’armée des espions de Harvey Weinstein

Le directeur du film a embauché des enquêteurs privés, y compris des agents de l’ex-Mossad, pour suivre les actrices et les journalistes.

 

À l’automne 2016, Harvey Weinstein a entrepris de réprimer les allégations selon lesquelles il aurait harcelé sexuellement ou agressé de nombreuses femmes. Il a commencé à embaucher des agences de sécurité privées pour recueillir des informations sur les femmes et les journalistes qui tentaient d’exposer les allégations. Selon des dizaines de pages de documents et sept personnes directement impliquées dans l’effort, les entreprises que Weinstein a embauchées comprenaient Kroll, l’une des plus grandes sociétés de renseignement d’entreprise au monde, et Black Cube, une entreprise largement dirigée par d’anciens officiers du Mossad et d’autres agences de renseignement israéliennes. Black Cube, qui a des succursales à Tel Aviv, Londres et Paris, offre à ses clients les compétences d’agents «hautement expérimentés et formés dans les unités d’intelligence militaires et gouvernementales d’élite d’Israël», selon sa littérature.

Deux enquêteurs privés de Black Cube, utilisant de fausses identités, ont rencontré l’actrice Rose McGowan, qui a finalement publiquement accusé Weinstein de viol, pour lui extorquer des informations. Un des enquêteurs a prétendu être un défenseur des droits des femmes et a secrètement enregistré au moins quatre réunions avec McGowan. Le même agent, utilisant une fausse identité différente et impliquant qu’elle avait une allégation contre Weinstein, a rencontré deux fois un journaliste pour savoir quelles femmes parlaient à la presse. Dans d’autres cas, des journalistes dirigés par Weinstein ou des enquêteurs privés ont interrogé des femmes et ont rapporté les détails.

L’objectif explicite des enquêtes, énoncées dans un contrat avec Black Cube, signé en Juillet, était d’arrêter la publication des allégations d’abus contre Weinstein qui ont finalement émergé dans le New York  Times  et  le New Yorker . Au cours d’une année, Weinstein a fait «cibler» les agences, ou recueillir des informations sur des douzaines d’individus, et compiler des profils psychologiques qui se sont parfois focalisés sur leurs histoires personnelles ou sexuelles. Weinstein a surveillé personnellement les progrès des enquêtes. Il a également recruté d’anciens employés de ses entreprises cinématographiques pour se joindre à l’effort, recueillir des noms et passer des appels qui, selon certaines sources qui les ont reçus, se sont sentis intimidants.

Dans certains cas, l’enquête a été menée par les avocats de Weinstein, y compris David Boies, un avocat célèbre qui a représenté Al Gore dans le conflit électoral présidentiel de 2000 et a plaidé pour l’égalité du mariage devant la Cour suprême des États-Unis. Boies a personnellement signé le contrat ordonnant à Black Cube de tenter de découvrir des informations qui empêcheraient la publication d’une histoire du Times sur les abus de Weinstein, alors que son cabinet représentait également le Times , y compris dans une affaire de diffamation.

Boies a confirmé que son cabinet avait conclu un contrat avec deux des agences et en avait payé les frais et que les enquêteurs de l’un d’entre eux lui avaient envoyé des rapports, qui ont ensuite été transmis à Weinstein. Il a dit qu’il n’a pas sélectionné les firmes ni dirigé le travail des enquêteurs. Il a également nié que le travail concernant l’ histoire du Times représentait un conflit d’intérêts. Boies a déclaré que l’implication de son cabinet avec les enquêteurs était une erreur. «Nous n’aurions pas dû contracter et payer des enquêteurs que nous n’avons pas sélectionnés et dirigés», m’a-t-il dit. «À l’époque, cela semblait être un accommodement raisonnable pour un client, mais ce n’était pas réfléchi, et c’était mon erreur. C’était une erreur à l’époque. « 

Harvey Weinstein était un allié inconditionnel des juifs sionistes américains et israéliens.
On le voit ici,alors qu’il est re¸u au centre Simon Wiesenthal,le chasseur de Nazi.

Les techniques comme celles utilisées par les agences au nom de Weinstein sont presque toujours gardées secrètes et, parce que ces relations sont souvent menées par des cabinets d’avocats, les enquêtes sont théoriquement protégées par le secret professionnel, ce qui peut empêcher leur divulgation devant les tribunaux. Les documents et les sources révèlent les outils et les tactiques à la disposition des individus puissants pour réprimer les histoires négatives et, dans certains cas, empêcher les enquêtes criminelles.

Dans une déclaration, le porte-parole de Weinstein, Sallie Hofmeister, a déclaré: « C’est une fiction de suggérer que des individus ont été ciblés ou supprimés à tout moment. »

En mai 2017, McGowan a reçu un e-mail d’une agence littéraire qui l’a présentée à une femme qui s’est identifiée comme Diana Filip, responsable adjointe des investissements durables et responsables chez Reuben Capital Partners, une société de gestion de fortune basée à Londres. Filip a dit à McGowan qu’elle lançait une initiative pour combattre la discrimination contre les femmes sur le lieu de travail, et a demandé à McGowan, une avocate des droits des femmes, de prendre la parole lors d’un événement de lancement du gala plus tard dans l’année. Filip a offert à McGowan des honoraires de soixante mille dollars. « Je comprends que nous avons beaucoup en commun », a écrit Filip à McGowan avant leur première rencontre, en mai, à l’hôtel Peninsula de Beverly Hills. Filip avait un numéro de téléphone cellulaire au Royaume-Uni, et elle a parlé de ce que McGowan a pris pour être un accent allemand. Au cours des mois suivants, Les deux femmes se sont rencontrées au moins trois fois dans des bars d’hôtels à Los Angeles et à New York et ailleurs. «Je l’ai emmenée à la promenade de Venise et nous avions de la crème glacée pendant que nous flânions», m’a dit McGowan, ajoutant que Filip était «très gentil». Les deux ont longuement discuté des questions relatives à l’autonomisation des femmes. Filip a également dit à plusieurs reprises à McGowan qu’elle voulait faire un investissement important dans la société de production de McGowan.

Filip était persistant. Dans un e-mail, elle a suggéré de se rencontrer à Los Angeles et ensuite, quand McGowan a dit qu’elle serait à New York, Filip a dit qu’elle pouvait s’y retrouver aussi facilement. Elle a également commencé à faire pression sur McGowan pour obtenir des informations. Dans une conversation en juillet, McGowan a révélé à Filip qu’elle m’avait parlé dans le cadre de mes reportages sur Weinstein. Une semaine plus tard, j’ai reçu un e-mail de Filip demandant une réunion et suggérant que je rejoins sa campagne pour mettre fin àdiscrimination professionnelle contre les femmes. «Je suis très impressionnée par votre travail en tant que défenseur de l’égalité des sexes et je crois que vous apporteriez une contribution inestimable à nos activités», a-t-elle écrit en utilisant l’adresse électronique de son cabinet de gestion de patrimoine. Je ne savais pas qui elle était, je n’ai pas répondu.

Filip a continué à rencontrer McGowan. Lors d’une réunion en septembre, Filip a été rejoint par un autre agent de Black Cube, qui a utilisé le nom de Paul et affirmé être un collègue chez Reuben Capital Partners. L’objectif, selon deux sources connaissant l’effort, était de faire passer McGowan à un autre agent pour en extraire plus d’informations. Le 10 octobre, le jour où The New Yorker apublié mon histoire sur Weinstein, Filip a tendu la main à McGowan dans un e-mail. « Salut Love », elle a écrit. « Comment allez-vous? . . . Je voulais juste vous dire à quel point je pense que vous êtes courageux. « Elle a signé avec un » xx « . Filip a envoyé un courriel à McGowan aussi récemment que le 23 octobre.

En fait, « Diana Filip » était un pseudonyme pour un ancien officier des forces de défense israéliennes originaire d’Europe de l’Est et travaillant pour Black Cube, selon trois personnes ayant une connaissance de la situation. Quand j’ai envoyé à McGowan des photos de l’agent Black Cube, elle l’a reconnue instantanément. « Oh mon Dieu », elle a répondu. « Reuben Capital. Diana Filip. Pas de putain de chemin. « 

Ben Wallace, journaliste à New Yorkqui poursuivait une histoire sur Weinstein, a dit que la même femme l’a rencontré deux fois l’automne dernier. Elle s’est identifiée seulement comme Anna et a suggéré qu’elle avait une allégation contre Weinstein. Quand j’ai présenté à Wallace les mêmes photographies de l’agent d’infiltration de Black Cube, Wallace l’a rappelé vivement. « C’est elle, » dit-il. Comme McGowan, Wallace a déclaré que la femme avait ce qu’il a supposé être un accent allemand, ainsi qu’un numéro de téléphone cellulaire au Royaume-Uni. Wallace m’a dit qu’Anna l’avait contacté pour la première fois le 28 octobre 2016, alors qu’il travaillait sur l’histoire de Weinstein depuis environ un mois et demi. Anna a refusé de révéler qui lui avait donné l’information de Wallace. Au cours des deux réunions, Wallace est devenu de plus en plus méfiant de ses motifs. Anna semblait le pousser à se renseigner, se souvient-il, « sur le statut et la portée de mon enquête, et à propos de qui je pourrais parler, sans me donner d’aide ou d’information significative. »Lors de leur deuxième rencontre, Anna leur a demandé de s’asseoir près de lui, ce qui a amené Wallace à soupçonner qu’elle pourrait enregistrer l’échange. Quand elle a raconté ses expériences avec Weinstein, Wallace a dit, « cela ressemblait à du soap-opera. » Wallace n’était pas le seul journaliste contacté par la femme. En plus de ses e-mails, Filip a également envoyé un e-mail à Jodi Kantor, duLes temps , selon les sources impliquées dans l’effort.

Les numéros de téléphone cellulaire britanniques que Filip a fournis à Wallace et McGowan ont été déconnectés. Les appels au numéro de Reuben Capital Partners à Londres sont restés sans réponse. Pas plus tard que vendredi, le cabinet disposait d’un site Web simple, avec des photos de stock et des passages de texte génériques sur la gestion des actifs et une initiative intitulée Women in Focus. Le site, qui a maintenant été démonté, a répertorié une adresse près de Piccadilly Circus, exploitée par une entreprise spécialisée dans les espaces de bureaux partagés. Cette société a déclaré n’avoir jamais entendu parler de Reuben Capital Partners. Deux sources ayant connaissance du travail de Weinstein avec Black Cube ont déclaré que l’entreprise crée des sociétés fictives pour couvrir ses activités, et que la firme de Filip était l’une d’entre elles.

Black Cube a refusé de commenter les détails de tout travail qu’il a fait pour Weinstein. L’agence a déclaré dans un communiqué: « C’est la politique de Black Cube de ne jamais discuter de ses clients avec des tiers, et de ne jamais confirmer ni nier toute spéculation sur le travail de l’entreprise. Black Cube soutient le travail de nombreux grands cabinets d’avocats à travers le monde, en particulier aux États-Unis, rassemblant des preuves de processus juridiques complexes, impliquant des différends commerciaux, parmi lesquels la découverte de campagnes négatives. . . . Il convient de souligner que Black Cube applique des normes morales élevées à son travail, et fonctionne en pleine conformité avec la loi de toute juridiction dans laquelle elle opère – en suivant strictement les conseils et avis juridiques fournis par les principaux cabinets d’avocats du monde entier.

À l’automne dernier, Weinstein a commencé à mentionner Black Cube dans ses conversations avec ses associés et avocats. L’agence s’est fait un nom en cherchant de l’information pour des entreprises en Israël, en Europe et aux États-Unis, ce qui a mené à des jugements juridiques couronnés de succès contre des concurrents commerciaux. Mais l’entreprise a également fait face à des questions juridiques sur l’utilisation de fausses identités et d’autres tactiques par ses employés. L’année dernière, deux de ses enquêteurs ont été arrêtés en Roumanie sur des accusations de piratage. En fin de compte, la société a conclu un accord avec les autorités roumaines, en vertu duquel les opérateurs ont reconnu avoir été piratés et ont été libérés. Deux sources familières avec l’agence ont défendu sa décision de travailler pour Weinstein, en disant qu’ils croyaient initialement que la mission se concentrait sur ses rivaux d’affaires.

Le 28 octobre 2016, Boies Schiller Flexner, le cabinet d’avocats de Boies, a câblé à Black Cube les premiers cent mille dollars, vers ce qui serait finalement un six cent mille dollarsfacture d’achat. (Les documents ne précisent pas combien de la facture a été payée.) Le cabinet d’avocats et Black Cube ont signé un contrat ce mois-là et plusieurs autres plus tard. L’une, datée du 11 juillet 2017 et portant la signature de Boies, indique que les «objectifs principaux» du projet sont de «fournir des renseignements qui aideront le client à arrêter complètement la publication d’un nouvel article négatif dans un grand journal de New York» et à « Obtenir le contenu supplémentaire d’un livre qui est en cours d’écriture et comprend des informations négatives nuisibles sur et sur le client », qui est identifié comme Weinstein dans plusieurs documents. (Dans un courriel, un cadre de Black Cube demande aux avocats retenus par l’agence de désigner Weinstein comme «le client final» ou «M. X», notant que le fait de le désigner par son nom le mettra extrêmement en colère.) L’article mentionné dans le contrat était,l’histoire qui a finalement couru dans le Times le 5 octobre. Le livre était «Brave», un mémoire de McGowan, qui devait être publié par HarperCollins en janvier. Les documents montrent que, finalement, l’agence a livré à Weinstein plus de cent pages de transcriptions et de descriptions du livre, basées sur des dizaines d’heures de conversations enregistrées entre McGowan et l’enquêteuse privée.

Lis

Le contrat entre une société de sécurité privée et l’un des avocats de Harvey Weinstein.

Le porte-parole de Weinstein, Hofmeister, a appelé «l’affirmation que M. Weinstein a obtenu n’importe quelle partie d’un livre. . . faux et parmi les nombreuses inexactitudes et théories de conspiration sauvages promues dans cet article. « 

L’entente de juillet comportait plusieurs «frais de réussite» si Black Cube atteignait ses objectifs. L’entreprise recevrait trois cent mille dollars supplémentaires si l’agence «fournit des renseignements qui contribueront directement aux efforts visant à empêcher complètement la publication de l’article, sous quelque forme que ce soit». Black Cube serait également payé cinquante mille dollars si il a assuré « l’autre moitié » du livre de McGowan « dans un livre lisible et un format légalement admissible. »

Les contrats montrent également certaines des techniques employées par Black Cube. L’agence a promis « une équipe dévouée de spécialistes du renseignement qui opèreront aux Etats-Unis et dans tout autre pays nécessaire », dont un chef de projet, des analystes du renseignement, des linguistes et des « opérateurs d’avatars » spécialement recrutés pour créer de fausses identités sur les réseaux sociaux. L’agence a également indiqué qu’elle fournirait «un agent à temps plein du nom de« Anna »(ci-après« l’agent »), qui sera basé à New York et Los Angeles. Angeles selon les instructions du client et qui sera disponible à plein temps pour assister le client et ses avocats pour les quatre prochains mois.

Harvey Weinstein et Jennifer Lawrence.

Black Cube a également accepté d’embaucher «un journaliste d’enquête, selon la demande du client», qui serait tenu de mener dix entretiens par mois pendant quatre mois et d’être payé quarante mille dollars. Black Cube a accepté de « rapporter rapidement au Client les résultats de ces interviews du Journaliste ».

En janvier 2017, un journaliste indépendant a appelé McGowan et a eu une longue conversation avec elle qu’il a enregistrée sans le lui dire; il a ensuite communiqué avec Black Cube au sujet des entrevues, bien qu’il ait nié qu’il leur rendait compte officiellement. Il a contacté au moins deux autres femmes avec des allégations contre Weinstein, y compris l’actrice Annabella Sciorra, qui plus tard est devenue publique dans The New Yorker avec une allégation de viol contre Weinstein. Sciorra, qu’il a appelé en août, a dit qu’elle a trouvé la conversation suspecte et a décroché le téléphone aussi vite que possible. « Cela m’a frappé comme BS », m’a-t-elle dit. « Et ça m’a fait peur qu’Harvey fasse des tests pour voir si je pourrais parler. » Le pigiste a également passé des appels à Wallace, le journaliste de New York , et à moi.

Deux sources proches de l’effort et plusieurs documents montrent que le même pigiste a reçu des informations de contact des actrices, des journalistes et des rivaux de Weinstein de Black Cube, et que l’agence a finalement transmis des résumés de ces entretiens aux avocats de Weinstein. Lorsqu’il a été contacté à propos de son rôle, le pigiste, qui a parlé sous condition d’anonymat, a déclaré qu’il avait travaillé sur sa propre histoire à propos de Weinstein, en utilisant les informations de contact qui lui ont été fournies par Black Cube. Le pigiste a dit qu’il a tendu la main à d’autres journalistes, dont l’un a utilisé le matériel de ses entretiens, dans l’espoir d’aider à exposer Weinstein. Il a nié avoir été payé par Black Cube ou Weinstein.

Weinstein a également enrôlé d’autres journalistes pour découvrir des informations qu’il pourrait utiliser pour saper les femmes avec des allégations. En décembre 2016, un échange de courriels entre Weinstein et Dylan Howard, le responsable du contenu d’American Media Inc., qui publie le National Enquirer , montre que Howard a partagé avec Weinstein des documents obtenus par un de ses journalistes, dans le cadre d’un effort. pour aider Weinstein à réfuter l’allégation de viol de McGowan. Dans un e-mail, Howard a envoyé à Weinstein une liste de contacts. « Discutons des prochaines étapes pour chacun », a-t-il écrit. Après que Weinstein l’a remercié, Howard a décrit un appel qu’un de ses journalistes a fait à Elizabeth Avellan, l’ex-épouse du directeur Robert Rodriguez, que Rodriguez est parti pour avoir une relation avec McGowan.

Avellan m’a dit qu’elle se souvenait de l’interview. La journaliste de Howard « a continué à appeler, à appeler et à appeler », a-t-elle dit, et a également contacté d’autres personnes proches d’elle. Avellan enfin appeléEn arrière, parce que «j’avais peur que les gens puissent commencer à appeler mes enfants.» Dans un long appel téléphonique, le journaliste l’a pressée pour des déclarations peu flatteuses au sujet de McGowan. Elle a insisté pour que l’appel soit retiré du dossier, et le journaliste a accepté. Le journaliste a enregistré l’appel et a ensuite transmis l’audio à Howard.

Dans les courriels subséquents à Weinstein, Howard a déclaré: «J’ai quelque chose d’incroyable. . . elle finit par s’installer dans Rose. « Weinstein répondit: » C’est le tueur. Surtout si mes empreintes digitales ne sont pas là. « Howard rassura alors Weinstein, » Ils ne le sont pas. Et la conversation. . . Le jour suivant, Howard a ajouté, dans un autre courriel, «Fichier audio à suivre». (Howard a nié avoir envoyé l’audio à Weinstein.) Avellan m’a dit qu’elle n’aurait pas accepté de collaborer aux efforts pour discréditer McGowan. . « Je ne veux pas faire honte aux gens », a-t-elle dit. « Je n’étais pas intéressé. Les femmes devraient être solidaires. « 

Weinstein avec l’une de ses filles.

Dans une déclaration, Howard a déclaré que, en plus de son rôle en tant que responsable du contenu principal chez American Media Inc., le National Enquirer’séditeur, il a supervisé un accord de production télévisuelle avec Weinstein, qui a depuis été résilié. Il a déclaré que, au moment des courriels, «en l’absence d’une décision de l’entreprise de résilier l’entente avec The Weinstein Company, j’avais l’obligation de protéger les intérêts d’AMI en recherchant – sans publier – des informations véridiques Weinstein a insisté faisait de fausses réclamations contre lui. Dans la mesure où j’ai fourni des renseignements «officieux» à M. Weinstein au sujet de l’un de ses accusateurs – à un moment où M. Weinstein refusait le harcèlement de toute femme -, je n’aurais jamais permis à AMI de publier Internet ou dans ses magazines. « Bien qu’au moins un des journalistes de Howard ait fait des appels liés aux enquêtes de Weinstein, Howard a insisté sur le fait qu’il a strictement divisé son travail avec Weinstein de son travail de journaliste. « J’ai toujours séparé ces deux rôles avec soin et complètement et j’ai résisté aux efforts répétés de M. Weinstein pour que les titres AMI publient des histoires favorables sur lui ou des articles négatifs sur ses accusateurs », a déclaré Howard. Un représentant de l’AMI a noté qu’à l’époque, Weinstein avait insisté sur le fait que la rencontre était consensuelle et que les allégations étaient fausses.

Hofmeister, le porte-parole de Weinstein, a ajouté: « En ce qui concerne M. Howard, il a servi de point de contact pour les relations d’affaires de longue date d’American Media avec The Weinstein Company. Plus tôt cette année, M. Weinstein a donné à M. Howard une information dont M. Howard a convenu qu’elle pourrait faire une bonne histoire. M. Howard a suivi le conseil et a suivi M. Weinstein par courtoisie, mais a refusé de publier une histoire.

 relation de Weinstein avec Kroll, l’une des autres agences avec lesquelles il a contracté, remonte à plusieurs années. Après Ambra Battilana Gutierrez, un modèle italien, accusé Weinstein de l’agresser sexuellement, en 2015, elle a conclu un accord avec Weinstein qui l’obligeait à livrer tous ses appareils personnels à Kroll, afin qu’ils puissent être effacés de la preuve d’une conversation dans laquelle Weinstein admis à la tâtonner. Un enregistrement de cet échange , capturé lors d’une opération policière, a été publié par le New Yorker le mois dernier.

Au cours de l’effort plus récent pour fermer les histoires émergentes, Kroll a de nouveau joué un rôle central. Des courriels montrent que Dan Karson, le président de la pratique des enquêtes et des différends de Kroll Americas, a contacté Weinstein à son adresse électronique personnelle avec des informations sur des femmes avec des allégations. En octobre 2016, par courriel, Karson a envoyé à Weinstein onze photographies de McGowan et de Weinstein lors de différents événements au cours des années après qu’il l’aurait agressée. Trois heures plus tard, Weinstein transmettait le courriel de Karson à Blair Berk, l’avocat de la défense de Boies et Weinstein, et leur disait de «faire défiler les messages supplémentaires». Le lendemain matin, Berk a répondu à cette photo montrant McGowan Weinstein, « est l’argent tiré. »

Berk a défendu ses actions. « Tout avocat de la défense criminelle digne de ce nom enquêterait sur des allégations non prouvées afin de déterminer si elles sont crédibles », a-t-elle dit. « Et ce serait un manquement au devoir de ne pas procéder à une recherche dans les archives publiques des photographies de l’accusateur qui embrasse l’accusé, prises après le moment de l’agression alléguée. »

Une autre entreprise, le psops basé à Los Angeles, et son enquêteur privé principal, Jack Palladino, ainsi qu’un autre de ses enquêteurs, Sara Ness, ont produit des profils détaillés de divers individus dans la saga, parfois de nature personnelle, qui comprenaient des informations qui pourraient être utilisées pour miner leur crédibilité. Un rapport sur McGowan que Ness a envoyé à Weinstein en décembre dernier a duré plus d’une centaine de pages et comportait l’adresse de McGowan et d’autres informations personnelles, ainsi que des sections intitulées « Mensonges / Exagérations / Contradictions », « Hypocrisie » et « Potentiel Négatif ». « Une abréviation apparente de » témoins. « Un sous-titre lire » Past Lovers. « La section comprenait des détails de ruptures acrimonieuses, en mentionnant Avellan, et discuté des messages Facebook exprimant des sentiments négatifs sur McGowan. (Palladino et Ness n’ont pas répondu à plusieurs demandes de commentaires.)

D’autres entreprises ont également participé à l’élaboration de ces profils, y compris ceux qui se concentraient sur des facteurs qui, en théorie, pourraient faire en sorte que les femmes se prononcent contre les abus sexuels. Rosanna Arquette, une actrice qui, plus tard, dans The New Yorker , a accusé Weinstein de harcèlement sexuel. Le dossier mentionne l’amitié d’Arquette avec McGowan, les publications de médias sociaux sur les abus sexuels, et le fait qu’un membre de la famille soit devenu public avec une allégation selon laquelle elle aurait été molestée dans son enfance.

Toutes les entreprises de sécurité que Weinstein a embauchées ont également été impliquées dans la tentative de dénichersources des journalistes et sonder leurs origines. Wallace, le journaliste de New York , a dit qu’il était méfiant quand il a reçu l’appel de l’agent du Black Cube en utilisant le pseudonyme Anna, parce que Weinstein avait déjà demandé une rencontre avec Wallace; Adam Moss, le rédacteur en chef de New York ; David Boies; et un représentant de Kroll. L’intention, supposait Wallace, était de « venir avec des dossiers qui traînaient diverses femmes et moi ». Moss déclina la réunion.

Dans une série d’e-mails envoyés dans les semaines qui ont précédé Wallace a reçu l’appel d’Anna, Dan Karson, de Kroll, a envoyé à Weinstein des informations préliminaires sur Wallace et Moss. « Pas d’informations défavorables sur Adam Moss jusqu’à présent (pas de procès en diffamation, pas de dossiers judiciaires ou de jugements / privilèges / UCC, etc.) », a écrit Karson dans un e-mail. Deux mois plus tard, Palladino, le psopsinvestigator, a envoyé à Weinstein un profil détaillé de Moss. Il a déclaré: « Notre recherche n’a pas donné de pistes prometteuses pour la destitution personnelle de Moss. »

Harvey weinstein avec sa femme Georgina Chapman.

Des échanges de courriels similaires ont eu lieu à propos de Wallace. Kroll a envoyé à Weinstein une liste de critiques publiques sur les rapports antérieurs de Wallace et une description détaillée d’un procès en diffamation intenté par le Royaume-Uni en réponse à un livre qu’il avait écrit, en 2008, sur le marché des vins rares. psops a également décrit l’ex-épouse de Wallace, notant qu’elle «pourrait s’avérer pertinente aux considérations de notre stratégie de réponse quand l’article de Wallace sur notre client est finalement publié.

En janvier 2017, Wallace, Moss et d’autres éditeurs de New York ont décidé de mettre l’histoire à l’écart. Wallace avait dressé une liste détaillée de femmes avec des allégations, mais il manquait des déclarations officielles de victimes. Wallace a déclaré que la décision de ne pas diffuser une histoire avait été prise pour des raisons journalistiques légitimes. Néanmoins, il a dit: « Il y avait beaucoup plus de statique et de distraction que ce que j’ai rencontré sur n’importe quelle autre histoire. »

D’autres journalistes ont également fait l’objet d’une enquête. En avril 2017, Ness, de psops , a envoyé à Weinstein une évaluation de mes propres interactions avec des «personnes d’intérêt» – une liste composée en grande partie de femmes avec des allégations, ou de celles qui leur sont liées. Plus tard, le psops a soumis un rapport détaillé axé sur moi et Jodi Kantor, du Times . Certaines des observations contenues dans le rapport sont banales. « Kantor ne suit pas Ronan Farrow », note-t-il, se référant aux relations sur Twitter. À d’autres moments, le rapport reflète un effort détaillé pour découvrir des sources. Une personne que j’ai interrogée, et une autre à qui Kantor a parlé dans son entreprise distincte, ont été répertoriées comme ayant rapporté les détails des conversations à Weinstein.

WEST HOLLYWOOD, CA – JANUARY 27: Harvey Weinstein (L) and actress Meryl Streep attend the Australian Academy Of Cinema And Television Arts International Awards Ceremony at Soho House on January 27, 2012 in West Hollywood, California.

Pendant des années, Weinstein avait utilisé des agences de sécurité privées pour enquêter sur les journalistes. Dans les débuts, alors que le journaliste David Carr, décédé en 2015, travaillait sur un reportage sur Weinstein pour New York , Weinstein chargeait Kroll de recueillir des informations peu flatteuses à son sujet, selon une source proche du sujet. La veuve de Carr, Jill Rooney Carr, m’a dit que son mari croyait qu’il était surveillé, bien qu’il ne sache pas par qui. « Il pensait qu’il était suivi », se souvient-elle. Dans un document, les enquêteurs de Weinstein ont écrit que Carr avait appris l’allégation de McGowan au cours de ses reportages. Carr « a écrit un certain nombre d’articles critiques / peu flatteurs sur HW au cours des années », dit le document, « aucun d’entre eux n’a abordé le sujet des femmes (en raison de la peur des représailles de HW, selon HW). »

Les relations de Weinstein avec les enquêteurs privés étaient souvent acheminées par les cabinets d’avocats qui le représentaient. Ceci est conçu pour placer des documents d’investigation sous l’égide du privilège avocat-client, ce qui peut empêcher la divulgation de communications, même au tribunal.

David Boies, qui était impliqué dans les relations avec Black Cube et psops , était d’abord réticent à parler avec The New Yorker , craignant d’être «mal interprété soit en essayant de nier ou de minimiser les erreurs qui ont été commises, soit en accord avec les critiques que je ne suis pas d’accord sont valables. « 

Mais Boies a senti le besoin de répondre à ce qu’il considérait comme «juste et important» des questions sur son embauche d’enquêteurs. Il a dit qu’il ne considérait pas que les dispositions contractuelles enjoignant Black Cube d’empêcher la publication de l’ article du Times  de constituer un conflit d’intérêts, car son cabinet représentait également le journal dans une poursuite en diffamation. Dès le début, il a conseillé à Weinstein «que l’histoire ne pouvait être stoppée par des menaces ou une influence et que la seule façon de stopper l’histoire était de convaincre le Times qu’il n’y avait pas de viol.» Boies m’a dit qu’il n’avait jamais fait pression n’importe quel point de vente. « Si des preuves pouvaient être découvertes pour convaincre le Timesles accusations ne devraient pas être publiées, je ne croyais pas, et je ne crois pas, que cela serait contraire à l’ intérêt du Times . « 

Il a toutefois admis que tout effort visant à dresser un portrait et à saper les journalistes, au Times et ailleurs, était problématique. « En général, je ne pense pas qu’il soit approprié d’essayer de faire pression sur les journalistes », a-t-il dit. « Si cela s’est passé ici, cela n’aurait pas été approprié. »

Bien que les agences payées par son cabinet se soient concentrées sur de nombreuses femmes avec des allégations, Boies a dit qu’il était seulement au courant de leur travail en rapport avec McGowan, dont les allégations ont été réfutées par Weinstein. « Compte tenu de ce qui était connu à l’époque, j’ai pensé qu’il était tout à fait approprié d’enquêter précisément sur ce qu’il était accusé de faire, et d’enquêter sur les faits qui réfuteraient ces accusations », a-t-il dit.

De sa représentation de Weinstein en général, il a déclaré: «Je ne crois pas que les anciens avocats devraient critiquer les anciens clients.» Mais il a exprimé des regrets. « Bien qu’il vigoureusementnie utiliser la force physique, M. Weinstein a lui-même reconnu que son contact avec les femmes était indéfendable et incroyablement blessant », m’a dit Boies. « En rétrospective, j’en ai su assez en 2015 que je crois que j’aurais dû être au courant d’un problème et en avoir fait quelque chose. Je ne sais pas ce qui s’est passé après 2015, mais dans la mesure où c’est le cas, je pense avoir une certaine responsabilité. Je pense aussi que si les gens avaient agi plus tôt, cela aurait été mieux pour M. Weinstein. « 

Weinstein a également rédigé des individus autour de lui dans ses efforts – volontairement et non. En décembre 2016, Weinstein a demandé à l’actrice Asia Argento, qui a finalement rendu public dans The New Yorker son allégation de viol contre Weinstein, de rencontrer en Italie ses enquêteurs privés pour témoigner en son nom. Argento, qui se sentait obligée de dire oui, a décliné après que son partenaire, le chef et personnalité de la télévision Anthony Bourdain, lui ait conseillé d’éviter la réunion. Une autre actrice, qui a refusé d’être nommée dans cette histoire, a déclaré que Weinstein lui a demandé de rencontrer des journalistes pour extraire des informations sur d’autres sources.

Weinstein a également enrôlé deux anciens employés, Denise Doyle Chambers et Pamela Lubell, dans ce qui s’est avéré être un effort pour identifier et appeler des gens qui pourraient parler à la presse au sujet de leurs propres allégations ou d’autres allégations. Weinstein partageait secrètement les listes qu’ils compilaient avec Black Cube.

Ici,en compagnie d’Emma Thompson.

Hofmeister, s’exprimant au nom de Weinstein, a déclaré: «Toutes les« listes »qui ont été préparées comprenaient les noms d’anciens employés et d’autres qui étaient pertinents pour la recherche et la préparation d’un livre sur Miramax. Les anciens employés interviewés pour le livre ont rapporté avoir reçu des contacts non désirés des médias. « 

Doyle Chambers a refusé une demande d’entrevue. Mais Lubell, une productrice qui a travaillé pour Weinstein à Miramax il y a des décennies, m’a dit qu’elle avait été manipulée pour participer. En juillet 2017, Lubell a visité les bureaux de Weinstein pour le présenter sur une application qu’elle développait. Au milieu de la réunion, Weinstein a demandé à Lubell s’ils pouvaient avoir une conversation privée dans son bureau. Lubell m’a dit qu’un avocat travaillant avec Weinstein était déjà là, avec Doyle Chambers. Weinstein a demandé si Lubell et Doyle Chambers pouvaient écrire un « livre amusant sur les temps anciens, l’apogée, de Miramax. » « Pam », elle a rappelé lui disant, « écrivez tous les employés que vous connaissez, et pouvez-vous entrer en contact avec eux? »

Quelques semaines plus tard, en août, après qu’ils eurent fait la liste, Weinstein « nous a rappelés dans le bureau », a rappelé Lubell. « Et il a dit: » Vous savez quoi, nous allons mettre un terme au livre.  » « Il a demandé à Doyle Chambers et Lubell » d’appeler certains de vos amis sur la liste et de voir s’ils recevaient des appels de la presse. « Début septembre, Weinstein a convoqué Lubell et Doyle Chambers à son bureau pour leur demander de téléphoner aux gens connecté à plusieurs actrices. « Ça a été plutôt intense », se souvient Lubell. «Nous ne connaissions pas ces personnes, et tout à coup, c’était quelque chose de très différent de ce à quoi nous nous étions engagés.» Plusieurs des femmes ciblées ont dit avoir ressenti les appels qu’elles avaient reçus de Lubell et Doyle Chambers et de Weinstein lui-même , étaient effrayants.

Harvey Weinstein en com,pagnie de Lindsay Lohan

Lubell m’a dit que des heures avant la première histoire de Times , le 5 octobre, Weinstein l’a convoquée, Doyle Chambers, et d’autres membres de son équipe, y compris l’avocat Lisa Bloom, qui a depuis démissionné, à son bureau. « Il était dans la panique », a rappelé Lubell. « Il commence à crier, » Obtenez untel au téléphone.  » « Après la publication de l’histoire, l’équipe s’est démenée pour y répondre. Bloom et d’autres se sont penchés sur des photos qui, comme celles présentées dans les e-mails de Kroll, ont montré un contact continu entre Weinstein et les femmes qui ont fait des allégations. « Il nous criait: » Envoyez-les aux membres du conseil «  », se souvient Lubell. Elle a envoyé les photos au conseil d’administration avant la réunion de crise au cours de laquelle la position de Weinstein dans sa société a commencé à s’effilocher.

Depuis que les allégations contre Weinstein sont devenues publiques, Lubell n’a pas bien dormi. Elle m’a dit que, même si elle savait que Weinstein «était un tyran et un tricheur», elle «n’a jamais pensé qu’il était un prédateur». Lubell s’est demandé si elle aurait dû en savoir plus, plus tôt.

Après une année d’efforts concertés, la campagne de Weinstein pour suivre et faire taire ses accusateurs s’est effondrée. Plusieurs des femmes ciblées, cependant, ont déclaré que l’utilisation par Weinstein d’agences de sécurité privées a accentué le défi de s’exprimer. « Ça m’a fait peur, » dit Sciorra, « parce que je savais ce que cela signifiait d’être menacé par Harvey. J’avais peur qu’il me trouve. »McGowan a déclaré que les agences et les cabinets d’avocats ont permis le comportement de Weinstein. Comme elle était ciblée, elle ressentait un sentiment croissant de paranoïa. « C’était comme le film ‘Gaslight' », m’a-t-elle dit. «Tout le monde m’a menti tout le temps.» Au cours de la dernière année, elle a dit: «J’ai vécu dans une maison sympa.

 

 

 

Publicités

Article et vidéos:Coup d’état en Arabie Saoudite et préparatifs du déclenchement de la Troisième Guerre Mondiale à partir du Moyen Orient

 

 

 

Depuis le 5 novembre 2017,c’est une purge sans précédent en Arabie Saoudite. Le prince héritier du royaume ultra-conservateur, Mohammed ben Salmane, a fait arrêter onze princes, une dizaine de ministres, anciens et actuels, et 38 hommes d’affaires samedi soir. Parallèlement, les puissants chefs de la garde nationale saoudienne, une force d’élite intérieure, et de la marine ont été limogés.Cet énorme coup de filet a été fait au nom de la lutte contre la corruption, quelques instants après la création par décret royal d’une commission ad hoc dirigée par Mohammed Ben Salmane en personne. Une enquête a été ouverte dans la foulée sur les inondations meurtrières qui avaient fait plus de cent morts en 2009 à Djedda, la deuxième ville du pays au bord de la mer Rouge. Le quotidien Al-Riyad titrait, dimanche matin : « Le roi use de l’épée de la réforme pour frapper la corruption ».Fin octobre, le prince héritier avait promis dans un discours historique une Arabie « modérée », débarrassée de l’islam rigoriste. « Nous n’allons pas passer 30 ans de plus de notre vie à nous accommoder d’idées extrémistes et nous allons les détruire maintenant », avait-il assuré sous les applaudissements des participants à un forum économique baptisé le « Davos dans le désert » qui avait attiré 2.500 décideurs du monde entier.Dans ce sens, il a lancé plusieurs chantiers de réformes – droit de conduire pour les femmes et plan Vision 2030 – qui marquent un bouleversement culturel et économique dans l’histoire moderne du royaume. Dans le même temps, il a œuvré pour renforcer son emprise politique sur le pouvoir : en septembre, il avait déjà procédé à une vague d’arrestations de dissidents, dont des religieux influents et des intellectuels.Avec cette nouvelle opération, il semble vouloir étouffer les contestations internes avant que son père, le roi Salmane, lui transfère formellement le pouvoir. Mais qui est exactement Mohammed ben Salman et quelles sont ses intentions ? Que cache ce coup de force ? Entre les réformes annoncées et les revirements diplomatiques, l’Arabie Saoudite est-elle à l’aube d’une métamorphose ?

Pour moi,c’est le début d’une guerre de l’ombre ou une force Illuminati,voire maçonnique et sioniste,prépare un affrontement militaire avec l’Iran.


Comment l’Arabie Saoudite pourrait déclencher la troisième guerre mondiale alors qu’elle intensifie sa rhétorique furieuse contre l’Iran

 

OUBLIEZ Kim Jong-un: L’Arabie saoudite pourrait être le pays à commencer la troisième guerre mondiale alors que son courageux prince héritier escalade une querelle de longue date avec l’Iran:

Le roi Mohammed bin Salman

 

Alors que les tensions au Moyen-Orient sont en ébullition après une série de disputes diplomatiques ardentes,  après que le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman ait fait une prise de pouvoir audacieuse la semaine dernière.

Le prince Mohammed a été très apprécié à la maison pour avoir emprisonné de hauts fonctionnaires prétendument corrompus et saisi leurs biens, y compris des membres de sa propre famille.

Mais à l’étranger, il a attisé les tensions, en  , entraînant d’autres nations dans l’escalade du conflit.

Le 4 novembre, le Premier ministre libanais Saad al-Hariri a scandalisé la région lorsqu’il s’est présenté à Riyad, capitale saoudienne, en annonçant sa démission sur la chaîne de télévision publique du royaume.

 

 

Le Financial Times écrit qu’il a livré la déclaration avec « la condamnation d’une victime d’enlèvement », suscitant des rumeurs qu’il était à Riyad contre son gré.

Le fait qu’il ait accusé l’Iran de déstabiliser le Liban par l’intermédiaire du groupe chiite musulman Hezbollah était, en tout cas, conforme à l’insistance des Saoudiens sur le fait que l’Iran est responsable de la plupart des problèmes de la région.

Le soir de la démission de M. Hariri, un missile visant Riyad a été tiré du ciel au-dessus de l’aéroport, lancé par des rebelles soutenus par l’Iran au Yémen.

Il semble que la rhétorique ait pu toucher un nerf.

Le Premier ministre libanais, Saad al-Hariri, a démissionné à Riyad au milieu de réclamations selon lesquelles il aurait été poussé par les Saoudiens

 

Le prince Mohammed a ensuite accusé l’Iran d’un « acte de guerre » à travers les médias d’Etat. Bien que le missile ait été tiré par les rebelles houthis du Yémen, le dirigeant saoudien a affirmé que l’acte d’agression était contrôlé par l’Iran, qui a introduit des armes en contrebande à la milice.

Tous les accès terrestre, maritime et aérien au Yémen ont été bloqués par le royaume saoudien à la suite de l’attaque à la roquette.

Le Liban a également été accusé de  contre le royaume au sujet de « l’agression » du Hezbollah – alors que les dirigeants du Hezbollah ont renvoyé l’accusation.

Le ministre saoudien des Affaires du Golfe, Thamer al-Sabham, a déclaré que le Hezbollah, un parti politique libanais dont l’aile militaire était accusée de terrorisme, était impliqué dans tous les « actes terroristes » qui menaçaient l’Arabie saoudite.

L’Arabie Saoudite a continuellement lancé des frappes de missiles sur les populations civiles du Yémen
Il s’agit maintenant d’une guerre d’extermination.

 

L’Arabie saoudite a également été accusée d’avoir bloqué le Qatar après avoir été accusée de soutenir l’État islamique et le Hezbollah.

Le royaume de plus en plus audacieux a doublé ses ennemis et se rapproche de l’Iran alors que le conflit semble vouloir s’intensifier.

Le président américain Donald Trump a également pris une position belliciste en Iran et pourrait soutenir les Saoudiens dans un conflit.

Les menaces de Kim Jong-un en Asie du Sud-Est ne sont donc peut-être pas la plus grande menace en raison des conflits qui surgissent autour du globe.

La tentative de frappe de missiles par les rebelles yéménites ne sera probablement pas la dernière provocation dans la région, de sorte que la troisième guerre mondiale pourrait être déclenchée très différemment des prédictions initiales des commentateurs.

 

 

 

 

Syria Slams West for Supplying Nuclear Material to Israel

Socio-Economics History Blog

  • PressTV News Videos Published on Nov 10, 2017
    Syria’s ambassador to the United Nations has blasted the West for supplying Israel with nuclear material, warning that the regime’s nuclear capability threatens regional security.

http://socioecohistory.wordpress.com/2011/05/26/ashkenazi-jews-are-not-descendents-of-the-biblical-israelites-2/ Revelation 2:9 – …. and I know the blasphemy of those who say they are Jews and are not, but are a synagogue of Satan.

http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/report-israel-to-deploy-nuclear-armed-submarines-off-iran-coast-1.293005 Who is threatening whom with nuclear destruction? Click on image for article.

http://www.cbsnews.com/8301-503543_162-57446537-503543/report-israel-fitting-nuclear-missiles-on-german-built-subs/ Who is threatening who with nuclear annihilation?

http://www.jpost.com/IranianThreat/News/Article.aspx?id=176874 Who is threatening who with nuclear annihilation? Click on image to go to article.

http://www.spiegel.de/international/world/israel-deploys-nuclear-weapons-on-german-submarines-a-836671.html Who is threatening who with nuclear annihilation?!

http://www.au.af.mil/au/awc/awcgate/cpc-pubs/farr.htm by Warner D. Farr, LTC, U.S. Army, http://www.au.af.mil/

http://www.wired.com/science/discoveries/news/2007/10/dayintech_1005#

http://www.wired.com/science/discoveries/news/2007/10/dayintech_1005# Click on image for article!

http://www.timesofisrael.com/iran-not-israel-faces-an-existential-threat/ Click on image for article.

end

View original post

Changements climatiques : « L’hypocrisie de Justin Trudeau est claire »

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1066234/changements-climatiques-hypocrisie-justin-trudeau-claire-cop23-bill-mckibben Changements climatiques : «L’hypocrisie de Justin Trudeau est claire» Publié le vendredi 10 novembre 2017 Bill McKibben est l’environnementaliste le plus influent des États-Unis. Contrairement à de nombreux militants étrangers qui perçoivent Justin Trudeau comme un grand champion de la lutte contre les changements climatiques, l’écologiste américain juge très sévèrement le premier ministre canadien. […]

via Changements climatiques : « L’hypocrisie de Justin Trudeau est claire » | ICI.Radio-Cana da.ca — Enjeux énergies et environnement

Le Québec sous la gérance du crime organisé:Action collective déposée contre Hydro-Québec

Une demande de recours collectif sera déposée contre Hydro-Québec pour exiger un remboursement des «trop-perçus» qui avaient permis au gouvernement d’équilibrer plus rapidement ses finances.

 

La Coalition peuple allumé a recruté à cet effet près de 30 500 participants sur la plate-forme d’action citoyenne Weroes.

En avril dernier, le même regroupement avait symboliquement mis en demeure le premier ministre Couillard pour exiger des éclaircissements quant au remboursement des abonnés, quelques jours après que le gouvernement eut admis avoir profité des trop-perçus pour combler son déficit.

Le ministre des Ressources naturelles de l’époque, Pierre Arcand, avait annoncé que l’atteinte de l’équilibre budgétaire marquait la fin de cette pratique.

Hydro-Québec avait confirmé un écart de 1,4 milliard $ entre ses besoins et ses revenus depuis 2008. Son porte-parole, Louis-Olivier Batty, avait toutefois tenu à souligner que ce chiffre représente «moins qu’un pour cent sur nos prévisions budgétaires». Il avait nié toute surfacturation et expliqué l’écart par des gains d’efficience.

Le ministre Arcand avait écarté d’ailleurs la possibilité d’un remboursement des abonnés, promettant plutôt des hausses minimales des tarifs d’électricité.

En août dernier, Hydro-Québec a demandé à la Régie de l’énergie de lui permettre d’augmenter ses tarifs résidentiels de 1,1 pour cent. La Régie devrait rendre sa décision vers le début du mois de mars.

Pour l’année qui tire à sa fin, elle avait donné le feu vert à une augmentation de 0,7 des tarifs résidentiels, égale à celle de 2016, alors qu’Hydro souhaitait une hausse de 1,6 pour cent.

La Coalition peuple allumé, qui tient un point de presse ce mercredi, réclame un remboursement rétroactif pour les trop-perçus accumulés de 2008 à 2013, qui représentent selon elle une ristourne de 365 $ par abonné ou une baisse de tarifs de plus de 10 pour cent.

Mercredi matin, l’actuel ministre de l’Énergie et des Ressources Naturelles, Pierre Moreau, a déclaré qu’il serait «étonnant» qu’une surfacturation soit démontrée.

Il a rappelé que les sommes facturées par la société d’État dépendent des décisions prises par la Régie de l’énergie selon les prévisions d’Hydro-Québec sur sa demande de consommation.