Nouvel Ordre Mondial:Le FMI soutient le plan de l’Afrique du Sud visant à confisquer des terres à des agriculteurs blancs

Le Fonds monétaire international (FMI) approuve la réforme agraire controversée de l’Afrique du Sud tant que le processus hautement controversé est «fondé sur des règles» et transparent, selon le représentant du fonds dans le pays.
Montfort Mlachila ,l’homme derrière le crime.

Montfort Mlachila, représentant principal du FMI en Afrique du Sud, a déclaré que le règlement ne devait pas nuire à la production agricole et mettre en péril les approvisionnements alimentaires des citoyens du pays.

« Nous soutenons pleinement la nécessité de procéder à des réformes agraires afin de résoudre les problèmes d’inégalité », a déclaré Mlachila dans un entretien avec Reuters.

«Il est nécessaire de mettre en place un processus constitutionnel transparent, fondé sur des règles et menant aux résultats souhaités. Il est particulièrement important de ne pas nuire à la production agricole et à la sécurité alimentaire. ”

La réforme agraire largement débattue a été proposée par le Congrès national africain (ANC) au pouvoir en 2015 et a reçu le soutien total du président nouvellement élu, Cyril Ramaphosa. La mesure proposée permettra au gouvernement sud-africain d’exproprier sans indemnité les terres appartenant aux agriculteurs blancs du pays.

Des fermes développées depuis plusieurs générations.

Une partie importante des terres agricoles sud-africaines appartient toujours à la minorité blanche du pays. Le président en exercice a promis de modifier la constitution sud-africaine afin d’accorder une partie des terres à la majorité noire sans terres.

Le projet de réforme, qui aurait provoqué des attaques violentes et même des meurtres d’agriculteurs blancs, a déclenché un grand tollé au niveau international. La semaine dernière, le président américain Donald Trump a ordonné au secrétaire d’État Mike Pompeo d’étudier de près la question. Plus tôt cette année, le gouvernement australien a commencé à délivrer des visas d’urgence aux agriculteurs confrontés à la violence en Afrique du Sud.

La semaine dernière, l’ANC a annoncé le retrait du projet litigieux par le Comité du portefeuille des travaux publics pour complément d’étude. Selon Humphrey Mmemezi, président de la commission, le projet de loi a été renvoyé devant le Parlement pour des raisons de procédure, mais ils ne pouvaient pas reproduire un processus parlementaire distinct. L’ANC a ensuite annoncé son engagement à faire progresser la réforme agraire.


La nation zouloue d’Afrique du Sud se joint aux agriculteurs blancs pour lutter contre les saisies de terres par le gouvernement

Le peuple zoulou…négligé!
Le groupe ethnique le plus important d’Afrique du Sud, les Zoulous, s’est prononcé contre l’expropriation de terres sans compensation dans le pays. Zulu est prêt à coopérer avec les agriculteurs blancs du pays, appelés Afrikaners ou Boers.

Zulu King Goodwill Zwelithini a déclaré que le groupe coopérerait avec le groupe de défense des droits des minorités sud-africaines AfriForum.

«La nation zouloue dont je parle n’existera pas si nous n’avons pas de nourriture. C’est pourquoi je dis que les agriculteurs doivent se rapprocher afin que nous discutions de ce que nous pouvons faire lorsque nous parlons de l’agriculture et de la disponibilité de suffisamment de nourriture dans le pays. C’est pourquoi je demande à AfriForum des Boers de venir nous aider », a déclaré Zwelithini, citée par eNews Channel Africa.

«Parce que lorsque le gouvernement a commencé à parler d’appropriation de terres, d’expropriations sans indemnités,les  Boers ont acheté des outils. Il n’y a pas de nourriture en Afrique du Sud », a-t- il ajouté.

 

Les Zoulous constituent le groupe ethnique le plus important en Afrique du Sud, avec environ 10 à 12 millions de personnes vivant principalement dans la province du KwaZulu-Natal. Le groupe représente plus d’un cinquième de la population du pays et son avis est important dans le contexte des élections générales de l’année prochaine.

«Quiconque veut être élu et élu par nous, je vais parler maintenant, quiconque veut être élu par nous doit venir s’agenouiller ici et s’engager à ne jamais toucher votre pays», a déclaré le roi zoulou.

Bien que les rois n’aient aucun pouvoir officiel dans l’Afrique du Sud moderne, ils conservent la loyauté de millions de personnes et sont reconnus dans la Constitution comme des chefs traditionnels.

Le programme d’expropriation de terres dirigé par le président Cyril Ramaphosa vise à redistribuer les terres aux pauvres Noirs afin de lutter contre les graves inégalités 24 ans après la fin de l’apartheid. Il s’agit principalement de terres appartenant à des Boers, des Blancs d’origine néerlandaise. Cependant, le programme a également suscité le mécontentement des Zoulous.

Le roi zoulou a déclaré attendre une réunion avec le président. «Il (Ramaphosa) doit venir ici… et le dire, l’écrire dans un accord et signer le fait que le pays des Zoulous ne sera pas touché», a déclaré Zwelithini.


Ramaphosa à AGNU: Les terres agricoles sud-africaines saisies « doivent être partagées par tous »

Cyril Ramaphosa,l’ex-dauphin de Nelson Mandela

 

Plus tôt cette année, l’ANC a proposé un amendement constitutionnel qui donnerait au gouvernement le droit légal de saisir et de redistribuer les terres agricoles sans aucune compensation pour les propriétaires. Le projet de réforme a déclenché un débat houleux au niveau international, ainsi que de nombreux reportages dans les médias faisant état de violences présumées contre des agriculteurs blancs sud-africains, y compris des meurtres.

Selon les données du gouvernement, plus de 77% des exploitations agricoles et des exploitations agricoles sud-africaines sont la propriété de citoyens blancs et seulement 4% de terres appartenant à des Sud-Africains noirs. La population totale du pays est composée de 9% de Blancs et de 76% de Noirs.

La réforme a également suscité de vives inquiétudes parmi les investisseurs internationaux, tandis que le parti au pouvoir du pays s’est efforcé de rassurer sur le fait que cette mesure serait légale et ne menacerait pas la stabilité. Plus tôt ce mois-ci, la confiance dans l’agriculture et les prix des terres en Afrique du Sud ont chuté au plus bas depuis plus de deux ans, selon l’indice de confiance Agbiz / IDC dans l’agroalimentaire.

S’adressant à l’Assemblée générale des Nations Unies, Ramaphosa a annoncé son intention de dépenser 50 milliards de rands (3,52 milliards de dollars) de «dépenses redéfinies et de nouveaux financements au niveau des projets» afin de redresser l’économie sud-africaine.

Le président a également commenté la politique America First de Donald Trump, affirmant qu’aucun pays ne peut prospérer aux dépens de millions d’autres. «Nous devons assumer la responsabilité collective du développement de toutes les nations», a ajouté Ramaphosa.

Dans un tweet mercredi, le président américain Donald Trump, à gauche, a critiqué les saisies de terres inexistantes chez des agriculteurs blancs en Afrique du Sud. Le gouvernement sud-africain du président Cyril Ramaphosa a ensuite tweeté que les critiques mal informées de Trump étaient source de division.

 

 

 

 

 

 

Publicités

Une vidéo montre le «double corps» sortant du consulat saoudien portant les vêtements de Khashoggi après le meurtre

Le procureur général d’Istanbul convoque 28 autres membres du personnel du consulat d’Arabie saoudite…voici pourquoi:

Dans cette image réalisée à partir d’une vidéo, Jamal Khashoggi parle lors d’une interview en mars dans un lieu tenu secret. Dix-huit jours après la disparition de Khashoggi, l’Arabie saoudite a reconnu samedi matin qu’il était mort dans un « combat de poings » à l’intérieur du consulat d’Arabie saoudite à Istanbul.

Selon une vidéo de surveillance, un homme portant apparemment les vêtements de Jamal Khashoggi a quitté le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul après l’assassinat du journaliste, alors qu’un membre de l’entourage du prince héritier saoudien Mohammed bin Salman aurait passé quatre fois au bureau du prince.

Les reportages de CNN et d’un journal turc pro-gouvernemental sont parvenus juste un jour avant le sommet du prince Mohammed sur l’investissement, qui doit débuter à Riyad, et le président turc Recep Tayyip Erdogan a promis que les détails de l’assassinat de Khashoggi « seront révélés nus » . « 

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, prononce un discours devant les partisans à Istanbul dimanche. Erdogan a annoncé qu’il annoncerait les détails de l’enquête turque sur la mort de Khashoggi mardi.

 

Cela ajoute encore une fois à la pression qui pèse sur l’Arabie saoudite pour le meurtre du chroniqueur du Washington Post et du résident permanent des États-Unis. L’affirmation samedi du royaume selon laquelle Khashoggi est mort dans un « combat de poings » a rencontré le scepticisme international et des accusations de dissimulation pour dispenser le prince héritier, âgé de 33 ans, de toute responsabilité directe.

 

Les médias turcs et des responsables affirment qu’une équipe saoudienne de 15 membres s’est rendue à Istanbul le 2 octobre, sachant que Khashoggi arriverait pour obtenir un document dont il avait besoin pour se marier. Une fois à l’intérieur de la mission diplomatique, les Saoudiens ont abordé Khashoggi, lui ont coupé les doigts et ont tué et démembré l’écrivain âgé de 59 ans.

CNN a diffusé lundi une séquence de surveillance montrant l’homme vêtu de la chemise, du veston et du pantalon de Khashoggi. Un responsable turc aurait qualifié cet homme de « double » et un membre de l’équipe saoudienne a été envoyé à Istanbul pour viser l’auteur. L’homme est vu dans les images sortant du consulat par la sortie arrière du consulat avec un complice, puis prenant un taxi pour se rendre à la célèbre mosquée Sultan Ahmed d’Istanbul, où il est entré dans une salle de bains publique, s’est déshabillé et est parti.

CBC News
Khashoggi ‘double body’
 REGARDER

00:00 00:26

Détails de la lectureDétails de la lecture


CBC Caffeine Player 14.2.0

La vidéo de surveillance montre un homme semblant porter les vêtements de Jamal Khashoggi quittant le consulat d’Arabie Saoudite à Istanbul après le meurtre du journaliste le 2 octobre. 0:26

 

 

La chaîne de télévision publique TRT a également annoncé par la suite qu’un homme qui entrait dans le bâtiment du consulat avait été vu en train de quitter le bâtiment avec les vêtements de Khashoggi.

Dans les jours qui ont suivi la disparition de Khashoggi, des responsables saoudiens ont d’abord annoncé qu’il avait quitté le consulat, ce qui impliquait une préméditation de la part de l’équipe saoudienne.

« Après que les autorités turques et les médias eurent été autorisés à inspecter l’intégralité du bâtiment du consulat, les accusations portèrent à la prétention scandaleuse qu’il avait été assassiné au consulat, pendant les heures de bureau et avec des dizaines d’employés et de visiteurs dans l’immeuble », Le 8 octobre, l’ambassadeur saoudien auprès des Etats-Unis, le prince Khalid bin Salman, frère du prince héritier, a écrit: « Je ne sais pas qui se cache derrière ces affirmations, ni dans leurs intentions, et je m’en moque franchement. »

 

Appels au bureau du prince héritier

Le journal Yeni Safak a indiqué dans un article séparé que Maher Abdulaziz Mutreb, membre de l’entourage du prince Mohammed lors de voyages aux États-Unis, en France et en Espagne cette année, avait passé des appels du consulat. Selon le journal, les quatre appels ont été adressés à Bader al-Asaker, responsable du bureau du prince Mohammed. Un autre appel a été envoyé aux États-Unis.

Yeni Safak n’a cité aucune source d’information. Cependant, des journaux pro-gouvernementaux ont divulgué des informations sur le meurtre de Khashoggi, apparemment avec l’aide des forces de sécurité turques. Yeni Safak a annoncé la semaine dernière que des responsables saoudiens avaient coupé les doigts de Khashoggi, puis l’avaient décapité au consulat pendant que sa fiancée attendait à l’extérieur.

Une image réalisée à partir d’une caméra de surveillance montre un homme identifié par des responsables turcs comme Maher Abdulaziz Mutreb se dirigeant vers le consulat d’Arabie Saoudite à Istanbul avant la disparition de Khashoggi le 2 octobre 2018. L’image a été publiée jeudi par le journal pro-gouvernemental turc Sabah. (Sabah via Associated Press)

Les responsables en Arabie saoudite n’ont pas répondu aux demandes répétées de commentaires de l’Associated Press ces derniers jours, y compris lundi. Jusqu’à présent, l’Arabie saoudite n’a pas reconnu ni expliqué la présence de Mutreb à Istanbul – ni qu’un expert en criminalistique et en autopsie était également présent pour l’arrivée de Khashoggi au consulat.

La semaine dernière, une photo divulguée apparemment tirée d’une séquence de surveillance montrait Mutreb au consulat, juste avant l’arrivée de Khashoggi. Le nom de Mutreb correspond également à celui d’un premier secrétaire qui a déjà été diplomate à l’ambassade saoudienne à Londres, selon une liste de 2007 établie par le ministère britannique des Affaires étrangères.

Appels de condoléances

Dans le même temps, les médias saoudiens ont annoncé que le prince Mohammed et le roi Salman avaient téléphoné au fils de Khashoggi, Salah, tôt lundi matin. Selon des déclarations de l’agence, le roi et le prince héritier ont exprimé leurs condoléances pour la mort de Khashoggi.

Un ami saoudien de Khashoggi, qui était en contact avec lui avant sa mort, a déclaré à l’Associated Press que Salah Khashoggi faisait l’objet d’une interdiction de voyager et qu’il était interdit de quitter le royaume depuis l’année dernière à la suite des critiques adressées par son père au gouvernement. L’ami a parlé sous condition d’anonymat par peur de répercussion. Les déclarations saoudiennes n’ont pas reconnu l’interdiction.

Le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman participe à la cérémonie d’ouverture du G20 au Hangzhou International Expo Center le 4 septembre 2016 à Hangzhou, en Chine. Bin Salman, aujourd’hui prince héritier, et son père, le roi Salman, ont appelé le fils de Khashoggi pour lui exprimer leurs condoléances pour le décès de son père, a annoncé le gouvernement saoudien. (Nicolas Asfouri / Getty Images)

Cinq employés turcs du consulat ont également témoigné lundi devant les procureurs, ont rapporté les médias turcs. Le procureur en chef d’Istanbul avait convoqué 28 autres fonctionnaires du consulat d’Arabie saoudite, y compris des citoyens turcs et des ressortissants étrangers, pour témoigner. Certains employés turcs auraient déclaré avoir reçu l’ordre de ne pas aller au travail à l’époque de la disparition de Khashoggi.

Les enquêteurs turcs ont également visité lundi un parking souterrain à Istanbul où les autorités avaient retrouvé un véhicule appartenant au consulat saoudien. Selon certaines informations, la voiture aurait été laissée là il y a deux semaines. Les enquêteurs qui enquêtent sur la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi la semaine dernière ont fouillé d’autres véhicules du consulat, ainsi que le bâtiment du consulat et la résidence du consul général.

 

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir, a déclaré dimanche à Fox News que le meurtre de Khashoggi était « une opération frauduleuse » et que « nous ne savons pas où se trouve le corps ».

« Les personnes qui ont agi de la sorte l’ont fait en dehors du cadre de leur autorité », a-t-il déclaré. « De toute évidence, une énorme erreur a été commise et ce qui a aggravé l’erreur est d’essayer de dissimuler. C’est inacceptable pour le gouvernement. »

Les critiques des législateurs américains

Cependant, des républicains et des démocrates au Congrès estiment que l’Arabie saoudite devrait être punie pour le meurtre de Khashoggi. Le président des États-Unis, Donald Trump, avait également évoqué la possibilité d’une sanction, mais a déclaré qu’il ne voulait pas mettre fin aux ventes d’armes proposées à l’Arabie saoudite, car cela nuirait aux fabricants américains.

Jared Kushner, conseiller à la Maison Blanche, a déclaré lundi à CNN qu’il avait exhorté le prince héritier de l’Arabie saoudite à faire preuve de transparence à propos du meurtre, et qu’il « le monde regarde » le récit de Riyadh sur la disparition du journaliste. Il n’a pas précisé quand ni par quels moyens il avait communiqué avec le prince Mohammed avec qui il entretenait une relation personnelle.

La Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France ont publié une déclaration commune condamnant le meurtre de Khashoggi, soulignant qu’il y avait un « besoin urgent de clarifier ce qui s’était passé ».

Dans un communiqué publié dimanche, les gouvernements ont déclaré que les attaques contre les journalistes étaient inacceptables et « préoccupent au plus haut point nos trois pays ». Selon eux, les « hypothèses » proposées jusqu’à présent dans l’enquête saoudienne doivent être étayées par des faits pour être considérées comme crédibles.

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré dimanche à la presse à Berlin qu’elle était favorable à un gel des exportations d’armes vers l’Arabie saoudite. Le ministre allemand de l’Economie, Peter Altmaier, a appelé lundi à une position commune européenne, dans la mesure où l’Allemagne « n’approuvera pas pour l’instant d’autres exportations d’armes parce que nous voulons savoir ce qui s’est passé ».

 

 

Réécrire l’histoire:Le génocide « camouflé et oublié  » des Philippines: 3 millions de Philippins tués

 

Le génocide philippin est l’histoire du génocide oublié, vous trouverez dans les livres d’histoire la guerre philippino-américaine de 1899-1902, mais ils ne mentionnent pas le génocide perpétré par les États-Unis d’Amérique contre le peuple philippin.

J’ai découvert pour la première fois le génocide aux Philippines en 2009 et depuis lors, j’ai passé beaucoup de temps à le rechercher. J’en ai discuté avec beaucoup de gens, il semble que les Philippines ne soient pas informés du génocide et très peu d’entre eux ont même entendu parler du génocide aux Philippines.

Le fait qu’il ne soit pas enseigné et que peu de gens le sachent m’a fait me demander si cela s’était réellement passé. J’ai donc creusé beaucoup plus profondément et suis parvenu à la conclusion que cela s’est produit, mais au moment où les vainqueurs écrivent les livres d’histoire, ils ont essayé de le dissimuler parce que c’était tellement horrible,immoral et barbare.

La torture de l’eau

Les chiffres ne s’additionnent pas

Ce qui m’a amené à la conclusion que le génocide aux Philippines s’est réellement produit, ce sont les chiffres des livres d’histoire qui ne correspondent tout simplement pas. Les livres d’histoire écrits par les vainqueurs disent que quelque 200 000 à 300 000 personnes sont mortes au cours de cette période, ce qui est encore un chiffre considérable compte tenu du fait que la population philippine de l’époque ne dépassait pas 9 millions.

 

Une estimation de 200 000 à 300 000 morts ne peut tout simplement pas être correcte. Une histoire populaire des États-Unis (1980) cite 300 000 Philippins tués à Batangas seulement, ce qui prouve à lui seul que les chiffres sont faux, le néo-colonialisme américain de William Pomeroy (1970) cite 600 000

Ramassage des cranes durant le génocide philippin

à  ici à 1902 , qui a déclaré « nous avons estimé que nous avions tué un sixième de la population de la principale  de  quelque 600 000 personnes ».

E. Ahmed a écrit «La théorie et les sophismes de la contre-insurrection», The Nation, 2 août 1971. «La guerre coloniale la plus sanglante (en proportion de la population) jamais menée par un pouvoir blanc en Asie; cela a coûté la vie à 3 000 000 de Philippins. ”

Des prisonnier philippins.

Un des dernier  historienne philippine  qui a travaillé sur cette affaire, Luzviminda Francisco, a mené une enquête approfondie sur le génocide des Philippines et l’a documenté, elle est arrivée au chiffre de 1,4 million de Philippins morts. La fin d’une illusion (Londres, 1973). Cependant, cela ne couvrait que la période de 1899 à 1905, il ne couvrait pas les deux premières décennies de la domination coloniale américaine. À une époque où l’assassinat aurait pu ralentir mais où il était toujours temps de garder la population en ordre, cela n’inclut pas non plus les milliers de Musulmans philippins (Moros) qui ont été brutalement tués.

Chiffres du recensement et génocide aux Philippines

 

Les gens se demanderont souvent pourquoi les chiffres du recensement ne font pas apparaître une baisse de la population pour cette période.

Cela pourrait être dû à plusieurs raisons. Tout d’abord, je doute qu’aujourd’hui encore, les chiffres de la population des Philippines soient exacts, alors que de nombreuses personnes vivent isolées. Imaginez à quel point il aurait été difficile de calculer la population à la fin des années 1890 et au début des années 1900.

Le général philippin Gregorio del Pilar et ses troupes…vers 1898

Les méthodologies utilisées par les Espagnols et les Américains étaient également très différentes. Les Espagnols ont en général laissé les peuples Igorots, Aetas, Lumads et Moro seuls; il est donc peu probable qu’ils aient été inclus dans le recensement.

Vous devez également vous demander que si les chiffres du recensement américain indiquent une baisse de 1,4 million ou plus le publieraient-ils à la vue du monde?

Les vainqueurs de San Juan Hill en 1898

Je suppose cependant que les chiffres des États-Unis n’étaient qu’une hypothèse fondée sur les chiffres espagnols, car c’était en période de guerre et il aurait été presque impossible de collecter ces chiffres. Ou peut-être que les États-Unis se sont chargés de collecter les chiffres, mais plutôt que de se rendre dans des communautés hostiles qui les mettraient en danger, ils les ont inventés en utilisant le recensement espagnol comme guide.

Le massacre

Dans un article publié dans The Philadelphia Ledger en novembre 1901, leur correspondant de Manille écrivait: «La guerre actuelle n’est pas un engagement sans effusion de sang; nos hommes ont été implacables, ont tué pour exterminer des hommes, des femmes, des enfants, des prisonniers et des captifs, des insurgés actifs et des suspects parmi des garçons de dix ans, l’idée qui prévalait que le Philippin en tant que tel n’était guère plus qu’un chien…

« Nos soldats ont injecté de l’eau salée dans les hommes pour les faire parler et ont capturé des prisonniers qui ont levé  les mains hautes et se sont rendus pacifiquement. On les amena sur un pont  pour les abattre un par un, pour  les faire tomber dans l’eau et les faire flotter, afin de servir comme exemples pour ceux qui trouveront leurs cadavres chargés de balles. « 

Le major Littletown Waller est un officier de la marine américaine accusé d’avoir abattu 11 Philippins non armés sur Samar. Un autre officier de marine a décrit son témoignage.

« Le major a déclaré que le général Smith lui avait ordonné de tuer et de brûler, et que plus il tuerait et brûlerait, plus il serait content; que ce n’était pas le moment de faire des prisonniers et qu’il devait faire de Samar un désert hurlant. Le major Waller a demandé au général Smith de définir la limite d’âge pour le meurtre, et il a répondu «tout le monde qui a plus de dix ans».

Les Philippins n’avaient aucune chance face à la puissance de feu supérieure et écrasante des troupes américaines. Lors de la première bataille, l’ amiral Dewey tirait des obus de 500 livres alors qu’il naviguait le long de la rivière Pasig. Les corps des Philippins morts étaient si nombreux que les troupes américaines les utilisèrent comme mur de défense.

Mark Twain

L’écrivain Mark Twain, plus connu pour son livre «Les aventures de Tom Sawyer» a écrit:

«… J’ai vu que nous n’entendions pas libérer, mais assujettir le peuple philippin. nous sommes allés conquérir, pas racheter… et je suis donc anti-impérialiste. Je suis opposé à ce que l’aigle [américain] pose ses griffes sur un autre pays. « 

Le 15  Octobre 1900 Twain  écrivait au  New York Times:

« Nous avons pacifié des milliers d’habitants de l’île et les avons enterrés; détruit leurs champs; ils ont brûlé leurs villages et renvoyé leurs veuves et leurs orphelins; fourni le chagrin par l’exil à quelques dizaines de patriotes désagréables; soumis les dix millions restants par Assimilation bienveillante, qui est le nouveau nom pieux du mousquet; nous avons acquis des biens dans les trois cents concubines et autres esclaves de notre partenaire commercial, le sultan de Sulu, et avons hissé notre drapeau protecteur au-dessus de ce butin. Et donc, par ces providences de Dieu – et la phrase est celle du gouvernement, pas la mienne – nous sommes une puissance mondiale.  » – Mark Twain

Le racisme américain s’exprime dans cette caricature ou l’on suggère que la civilisation est arrivée.

Mark Twain a également parlé du racisme presque universel des troupes américaines blanches et des politiciens qu’il a qualifiés de sans vergogne. Il était profondément troublé par les crimes de guerre sadiques commis par les troupes américaines. Il a suggéré que les étoiles et les rayures sur le drapeau américain soient remplacées par un crâne et des os croisés.

Rentrée Scolaire : Oncle Sam dispense un cours de Civilisation (les élèves sont Philippines, Hawai, Puerto Rico, et Cuba) Puck Magazine 1899

Était-ce la politique américaine que de tuer autant de Philippins que possible? Le brigadier général J. Franklin Bell a écrit: «À de très rares exceptions près, pratiquement toute la population nous a été hostile à cœur» ; il ne fait donc aucun doute que les Américains ont considéré chaque Philippin comme leur ennemi.

Les États-Unis ont mené une campagne de la terre brûlée en brûlant et en détruisant des villages. Ils ont également modifié des villages en camps de concentration. Ils ont ensuite incendié les terres autour d’eux et construit des tours de guet permettant de tirer librement sur les zones occupées. Ils ont appelé ces camps de concentration :reconcentrados.

Exécution d’un prisonnier philippin .

Les reconcentrados (camps de concentration) étaient pleins de maladie qui a provoqué une très forte mortalité dans certains camps:le taux  était aussi élevé que 20%. Un camp faisait 2 miles de long sur 1 mile de large et c’était la prison pour 8 000 Philippins. Les hommes étaient souvent arrêtés pour être interrogés sous la torture s’ils donnaient aux Américains les informations qu’ils souhaitaient ou non importait peu, car ils étaient toujours abattus.

Soldats américains en manœuvres près de Manille,1899.

Un soldat de New York a écrit:

« La ville de Titatia nous a été livrée il y a quelques jours, et deux compagnies occupent le terrain. La nuit dernière, l’un de nos garçons a été retrouvé blessé par balle et son estomac ouvert. Immédiatement, le général Wheaton a ordonné de brûler la ville et de tuer tous les autochtones en vue; qui a été fait pour finir. Environ 1 000 hommes, femmes et enfants auraient été tués. Je suis probablement de plus en plus dur, car je suis dans ma gloire quand je peux voir mon arme sur une peau sombre et appuyer sur la gâchette »

Caricature raciste de l’époque montrant McKinley donnant le premier bain philippin.

Le caporal Sam Gillis a écrit: «Nous faisons rentrer tout le monde chez lui à 19 heures et nous le disons à un homme une seule fois. S’il refuse, on lui tire dessus. Nous avons tué plus de 300 autochtones la première nuit. Ils ont essayé de mettre le feu à la ville. S’ils tirent un coup de feu de la maison, nous incendierons la maison et toutes les maisons voisines, et tirerons sur les indigènes. Ils sont donc assez calmes en ville, maintenant.

Un témoin britannique aux Philippines a déclaré:

«Ce n’est pas la guerre. c’est simplement un  et une boucherie

Ravitaillement de l’armée philippine.Les paysans étaient entraînés sur le champs.

.

Pourquoi le génocide des Philippines est arrivé

Les envahisseurs américains tuent les enfants de 10 ans et plus.

Tout est arrivé à cause d’une prière à Dieu.

Le président McKinley était à la Maison Blanche en train de prier  lorsqu’il affirma qu’il lui était imposé de ne pas rendre les Philippines à l’Espagne car cela lui donnerait un air de lâche.

William McKinley dans son bureau.

McKinley a déclaré qu’il ne voulait pas des Philippines. Mais alors une nuit à la Maison Blanche, alors qu’il était à genoux pour prier Dieu, il lui vin en tête:

Que nous ne puissions pas les rendre en Espagne, ce serait lâche.

Propagande de l’époque.

Il ne pouvait pas laisser la France et l’Allemagne posséder les Philippines, ce qui serait mauvais pour les affaires.

Il ne pouvait pas laisser les Philippins se gouverner eux-mêmes puisqu’il les considérait comme incapables.

Il a donc décidé que les États-Unis devraient s’emparer de toutes les Philippines plutôt que de Manille, ce qui est tout ce qu’ils avaient à l’époque, éduquer et christianiser le peuple, ce que les Espagnols avaient déjà fait à beaucoup d’entre eux.

Ainsi, en 1899, les États-Unis déclarèrent la guerre aux Philippines comme un moyen d’éduquer, de christianiser et de civiliser le peuple et le génocide des Philippines commença.

Conclusion

Bien que nous ne puissions être certains du chiffre de 3 millions selon certains historiens, nous pouvons être assez certains, d’après les recherches, que le chiffre de 1,4 millions de personnes tuées aux Philippines lors du génocide est correct, il est peu probable que les tueries se soient arrêtées subitement, les rapports de l’époque montrent à quel point les troupes américaines étaient devenues racistes à l’égard des Philippins, mais aussi que de nombreuses troupes étaient venues pour apprécier le massacre. Pourriez-vous amener les hommes qui sont devenus des tueurs brutaux à arrêter soudain de tuer .Il est très improbable qu’il ne vous reste plus qu’à regarder les guerres aujourd’hui qui sont loin d’être aussi brutales et à une époque où les gens sont plus instruits pour comprendre à quel point la guerre affecte certaines personnes. Nous savons également que les combats avec les Moros se sont poursuivis longtemps après l’invasion américaine.

Le nombre de personnes tuées a-t-il atteint 3 millions? Nous ne le saurons jamais, mais c’est probablement ce qui s’est passé entre 1899 et 1942 lorsque les Japonais sont arrivés.

 

 

 

 

Les médias américains se riaient du peuple des Phillippines.

 

Il ne faut pas oublier que William McKinley était franc maçon de haut niveau et…qu’il fut assassiné par un pseudo anarchiste,tout l’archiduc François Ferdinand.

 

Nouvel Ordre Mondial: l’horreur de l’assassinat de Jamal Khashoggi…en détails!

 

« Faites ça dehors, vous allez m’attirer des problèmes », aurait lancé le consul lors de l’assassinat, selon l’enregistrement.

Jamal Khashoggi entre dans le Consulat de l'Arabie saoudite à Istanbul, le 2 octobre 2018.
Jamal Khashoggi entre dans le Consulat de l’Arabie saoudite à Istanbul, le 2 octobre 2018.

 

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi a été torturé avant d’être « décapité » dans le consulat de son pays à Istanbul, a affirmé ce mercredi 17 octobre le quotidien turc « Yeni Safak » qui dit avoir eu accès à un enregistrement sonore des faits.

L’éditorialiste critique de Ryad s’est rendu au consulat le 2 octobre pour des démarches administratives en vue de son mariage. Il n’a pas été vu depuis.

Affirmant avoir eu accès à des enregistrements sonores de ce qui s’est déroulé ensuite, Yeni Safak explique que Jamal Khashoggi a été torturé au cours d’un interrogatoire et que ses doigts ont été coupés par des agents saoudiens.

Il a ensuite été « décapité », selon le quotidien progouvernemental, qui ne précise pas comment il a eu accès à ces enregistrements.

Des responsables turcs ont accusé Ryad d’avoir fait assassiner le journaliste par une équipe spécialement envoyée sur place, mais les autorités saoudiennes ont démenti.

« Faites ça dehors, vous allez m’attirer des problèmes »

Certains médias, dont le « Washington Post » pour lequel écrivait Jamal Khashoggi, avaient auparavant rapporté l’existence d’enregistrements audio et vidéo prouvant que le journaliste avait été « interrogé, torturé puis tué » à l’intérieur du consulat, avant que son corps ne soit démembré.

Mais c’est la première fois qu’un média turc dit avoir eu accès à de tels enregistrements.

Selon « Yeni Safak », le consul saoudien Mohammad Al-Otaibi est entendu sur l’un des enregistrements. Il lance alors : « Faites ça dehors, vous allez m’attirer des problèmes. »

Ce à quoi un individu non identifié lui répond : « Si tu veux vivre quand tu reviens en Arabie saoudite, tais toi. » Mohammad Al-Otaibi a quitté Istanbul mardi.

Découpé vivant, en musique

Le site d’informations en ligne Middle East Eye raconte, citant une source qui a eu accès à l’enregistrement sonore des derniers moments du journaliste, que Jamal Khashoggi a été emmené dans le bureau du consul.

Selon cette source, « il n’y a pas eu de tentative d’interrogatoire. Ils étaient venus le tuer » et le consul lui-même a été sorti de la pièce.

Un médecin légiste, identifié comme Salah al-Tubaigy et qui faisait partie de la quinzaine de Saoudiens dépêchés par Ryad à Istanbul ce jour-là selon plusieurs médias, a ensuite commencé à découper le corps de Jamal Khashoggi encore vivant, d’après la source de Middle East Eye. « Yeni Safak » précise que les doigts du journaliste ont été coupés avant qu’il soit décapité.

Pendant qu’il faisait cela, Salah al-Tubaigy a commencé à écouter de la musique à l’aide d’écouteurs.

« Quand je fais ce travail, j’écoute de la musique. Vous devriez (le) faire aussi », l’entend-on dire sur l’enregistrement, selon la même source.

L’assassinat a duré sept minutes, affirme en outre Middle East Eye.

Des médias américains ont affirmé que l’Arabie saoudite, dont l’image a terriblement souffert de cette affaire, envisageait de reconnaître la mort du journaliste lors d’un interrogatoire qui aurait mal tourné au consulat.


Khashoggi : son dernier édito portait sur la liberté de la presse

 

Le « Washington Post » publie un éditorial présenté comme la dernière contribution de Jamal Khashoggi, journaliste saoudien disparu.

Selon le « Washington Post », il s’agit de la dernière contribution de Jamal Khashoggi. Dans un éditorial publié mercredi 17 octobre par le quotidien américain, le journaliste saoudien, résident permanent aux Etats-Unis et porté disparu depuis qu’il est entré au consulat saoudien d’Istanbul le 2 octobre, écrivait sur la nécessaire liberté de la presse dans le monde arabe.

« Hélas, cette situation ne changera probablement pas », déplore-t-il dans cet éditorial transmis par son traducteur au « Washington Post » au lendemain de sa disparition. Il poursuit :

« Il y avait un temps où les journalistes ont cru qu’Internet allait libérer l’information de la censure et du contrôle associé à la presse écrite. Mais ces gouvernements, dont l’existence même s’appuie sur le contrôle de l’information, ont bloqué de manière agressive Internet. »

Pour lui, « le monde arabe fait face à sa propre version du rideau de fer, imposé non pas par des acteurs externes mais à cause des forces nationales se disputant le pouvoir ».

Et le journaliste, critique du pouvoir de Ryad, de citer le Qatar, grand rival de l’Arabie saoudite au Moyen-Orient :

« Le gouvernement du Qatar continue à soutenir la couverture des informations internationales, contrairement aux efforts de ses voisins visant à maintenir le contrôle de l’information afin d’appuyer ‘l’ancien ordre arabe’. »

« Ce sera sa dernière contribution »

Alors que les soupçons d’un assassinat de Jamal Khashoggi par des tueurs envoyés par Ryad se font de plus en plus tenaces, le quotidien américain a décidé finalement de publier cette tribune.

« Le ‘Post’ a retardé la publication parce que nous espérions que Jamal allait revenir vers nous afin que nous l’éditions avec lui », écrit dans un texte accompagnant son texte l’éditorialiste Karen Attiah. Elle ajoute :

« Maintenant, je dois l’accepter : ça ne va pas arriver. Ce sera sa dernière contribution. »

« Cet éditorial saisit parfaitement son engagement et sa passion pour la liberté dans le monde arabe. Une liberté pour laquelle il a apparemment donné sa vie. »

La presse turque a publié mercredi de nouvelles informations accablantes pour les Saoudiens, selon lesquelles Jamal Khashoggi aurait été torturé et assassiné dans le consulat dès le jour de sa disparition. Selon des informations du « New York Times », l’un des hommes identifiés par les autorités turques comme faisant partie du commando de 15 agents dépêchés par Ryad et suspectés de l’avoir tué fait partie de l’entourage du prince hériter saoudien Mohammed Ben Salmane, dit « MBS ».


Ce journaliste critique du pouvoir saoudien, n’a plus donné de signe de vie depuis son entrée au consulat saoudien à Istanbul le 2 octobre.

 

Jamal Khashoggi, un journaliste critique du pouvoir saoudien, qui écrivait notamment pour le « Washington Post », n’a plus donné signe de vie depuis son entrée le 2 octobre au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul. Que sait-on pour l’instant ? Où en est l’enquête ? 

Que sait-on ?

Le consulat d’Arabie Saoudite ou le meurtre a été commis.

Selon la fiancée de Jamal Khashoggi, celui-ci s’est rendu au consulat le 2 octobre pour effectuer des démarches en vue de leur prochain mariage. « Il est allé au consulat avec un rendez-vous, donc ils savaient quand il y serait », a expliqué Yasin Aktay, un proche du journaliste. Il avait appelé le consulat un peu avant d’y aller pour voir si ses documents étaient prêts, ils lui ont dit ‘oui, c’est prêt, vous pouvez venir’.

La police turque, qui a ouvert une enquête, a estimé, dans ses premières conclusions, que le journaliste a été tué au sein du consulat d’Arabie saoudite par une équipe venue spécialement à Istanbul et repartie dans la même journée. Selon elle, un groupe de 15 Saoudiens avait fait le 2 octobre l’aller-retour à Istanbul et se trouvait au consulat en même temps que Jamal Khashoggi. Le « Washington Post » a, lui, avancé qu’Ankara aurait affirmé à Washington détenir des enregistrements audio et vidéo montrant comment Khashoggi a été « interrogé, torturé puis tué » à l’intérieur du consulat, avant que son corps ne soit démembré. D’après le « New York Times », l’équipe d’agents saoudiens avait, à cet effet, apporté une scie à os. « C’est comme dans ‘Pulp Fiction' », a déclaré un haut responsable turc cité par le quotidien.

Les quotidiens « Sözcü » et « Milliyet » ont rapporté ce vendredi 12 octobre que Jamal Khashoggi portait, quand est entré au consulat, une « montre intelligente » connectée à un téléphone qu’il avait laissé entre les mains de sa fiancée, Hatice Cengiz. Les deux journaux affirment que des enregistrements audio ont ainsi été transmis par ce téléphone et sont actuellement examinés par la justice. Toutefois, si « Milliyet » affirme que des cris et une querelle ont été enregistrés, « Sözcü » rapporte que des dialogues, mais pas de cris, peuvent être entendus dans cet enregistrement de « quelques minutes ».

Que répond l’Arabie saoudite ?

Les autorités saoudiennes, qui avaient rapidement jugé « infondées » les accusations sur leur implication dans l’assassinat à Istanbul du journaliste Jamal Khashoggi, et affirmé qu’elles n’avaient « rien à cacher », ont depuis choisi la stratégie du silence. Jusqu’à présent, la seule réponse de Ryad a été d’affirmer que les caméras de la mission diplomatique ne fonctionnaient pas le jour de la disparition du journaliste.

Mardi 9 octobre, l’Arabie saoudite avait donné son feu vert pour une fouille de son consulat à Istanbul, mais celle-ci n’avait toujours pas eu lieu. Selon le quotidien progouvernemental « Sabah », ce retard s’explique par un désaccord sur les conditions de cette recherche : après avoir donné son accord, l’Arabie saoudite a fait savoir qu’elle n’accepterait, selon les informations du quotidien, qu’une fouille « visuelle ». Les autorités turques ont refusé cette condition et d’intenses tractations sont en cours depuis entre le procureur, le ministère turc des Affaires étrangères et des responsables saoudiens pour essayer de trouver un compromis, selon « Sabah ».

On a appris, ce vendredi 12 octobre, qu’une délégation saoudienne est arrivée en Turquie pour des entretiens portant sur l’enquête. Selon l’agence de presse étatique Anadolu, elle devait rencontrer des responsables turcs pendant le week-end. Ibrahim Kalin, le porte-parole de la présidence turque, a annoncé jeudi soir la formation d’un « groupe de travail » turco-saoudien pour tenter d’élucider le mystère de la disparition du journaliste.

Comment réagissent la Turquie et les Etats-Unis ?

President turc Recep Tayyip Erdogan

Le président turc Recep Tayyip Erdogan et le président américain Donald Trump Trump mettent la pression sur Ryad.

« Cet incident s’est déroulé dans notre pays. Nous ne pouvons rester silencieux », a prévenu le premier. Alors que les Saoudiens ont expliqué que les caméras de la mission diplomatique ne fonctionnaient pas le jour de cette disparition, le dirigeant turc n’a pas caché son scepticisme, soulignant que l’Arabie saoudite avait les systèmes de vidéosurveillance « les plus avancés ». « Si un moustique sort, leurs systèmes de caméras vont l’intercepter », a-t-il ironisé.

Donald Trump, lui, continue de réclamer des explications. « Nous allons étudier cela très, très sérieusement. Je n’aime pas cela du tout. » « C’est un précédent terrible, terrible », a-t-il estimé. Le président des Etats-Unis a également déclaré que des enquêteurs américains travaillaient avec la Turquie et l’Arabie saoudite, mais cette participation a été démentie par des sources diplomatiques turques.

 

Les Etats-Unis, comme l’ensemble des Occidentaux, font toutefois preuve d’une certaine retenue dans leurs commentaires, tant l’Arabie saoudite est un partenaire clé sur tous les plans – stratégique, militaire, commercial. Le président américain a ainsi d’ores et déjà exclu un gel des ventes d’armes américaines en guise de sanctions.

L’affaire Khashoggi fait, en tout cas, des remous dans le monde des affaires. Le milliardaire britannique Richard Branson, fondateur du groupe Virgin, a annoncé sa décision de geler plusieurs projets d’affaires avec le Royaume. De grands noms de l’économie mondiale et des médias, censés participer à la deuxième édition du sommet Future Investment Initiative du 23 au 25 octobre à Ryad, ont commencé à prendre leurs distances. Plusieurs médias partenaires ont également annulé leur venue.

Menaces et contre-menaces

Mardi, Michelle Bachelet, haut-commissaire de l’ONU pour les Droits de l’homme, a réclamé la levée de l’immunité de responsables saoudiens qui pourraient être impliqués dans la disparition de Jamal Khashoggi.

« Compte tenu de la gravité de la situation […], j’estime que l’inviolabilité ou l’immunité des locaux et des fonctionnaires concernés accordée par des traités tels que la Convention de Vienne de 1963 sur les relations consulaires devrait être levée immédiatement », a-t-elle déclaré.

Samedi, le président Trump, un grand allié de Riyad, avait pour la première fois estimé possible une implication de l’Arabie saoudite et l’avait menacée d' »un châtiment sévère ».

L’Arabie saoudite avait promis le lendemain de riposter à d’éventuelles sanctions.


Pompeo et le prince héritier Mohammed bin Salman ont discuté du meurtre présumé d’un journaliste saoudien le 16 octobre. L’Arabie saoudite a rejeté à plusieurs reprises les allégations et « toute tentative visant à le saper dans l’Affaire Khashoggi.

Mike Pompeo et Bin Salman

Le président turc Tayyip Erdogan s’entretiendra avec le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, arrivé le 17 octobre pour une visite de travail à Ankara. Les entretiens américano-turcs devraient porter principalement sur la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, ministre turc des Affaires étrangères.

Mike Pompeo a eu des entretiens avec la ministre turque des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, au sujet de la disparition du journaliste et de Manbij, en Syrie, selon des reportages.

L’agence publique Anadolu a rapporté, citant le ministre de l’Intérieur Suleyman Soylu, que la Turquie attendait un accord conjoint pour perquisitionner la résidence du consul d’Arabie saoudite à Istanbul, en lien avec la disparition de Khashoggi.

Selon le service de presse du président turc, Erdogan rencontrera Pompeo à l’aéroport d’Ankara avant de partir pour la Moldavie.

Mike Pompeo avait déclaré plus tôt que le gouvernement saoudien s’était engagé à aller au fond des choses dans l’affaire du chroniqueur du Washington Post.

 Les Saoudiens affirment que Khashoggi a quitté le bâtiment indemne et nie avec véhémence toutes les allégations de meurtre du chroniqueur.


EN COMPLÉMENT:

Qui est Jamal Khashoggi?

Jamal Khashoggi

 

Jamal Khashoggi, dont la mort a été admise tôt samedi par l’Arabie saoudite évoquant « une bagarre qui a mal tourné » à l’intérieur du consulat du Royaume à Istanbul en Turquie, était un chroniqueur connu pour ses contributions dans les médias, dont le Washington Post.

Le défunt a d’abord été un proche collaborateur de la famille royale et des services de renseignement avant de devenir un critique de la politique autoritaire du prince Mohammed ben Salmane surnommé MBS.

L’homme qui devait avoir 60 ans le 13 octobre n’a plus donné signe de vie depuis qu’il est entré dans la représentation diplomatique saoudienne à Istanbul, le 2 octobre.

Jamal Khashoggi s’est exilé aux États-Unis après une vague d’arrestations en septembre 2017 dans le royaume. Depuis, il n’a cessé de dénoncer les « excès » de MBS. Il a révélé que le Palais lui avait interdit de s’exprimer dans le quotidien panarabe Al-Hayat, propriété du prince saoudien Khaled Ben Sultan al-Saoud, pour avoir défendu la confrérie des Frères musulmans, classée « terroriste » par Riyad.

En mars dernier, M. Khashoggi a cosigné un éditorial avec l’historien britannique Robert Lacey dans The Guardian dans lequel le duo reprochait au prince héritier de n’avoir « ni encouragé ni permis le moindre débat en Arabie saoudite ».

Né le 13 octobre 1958 dans la ville sainte de Médine, dans l’ouest de l’Arabie saoudite, Jamal Khashoggi obtient en 1982 un diplôme de gestion à l’Université d’État d’Indiana, aux États-Unis.

C’est pour les quotidiens Saudi Gazette et Asharq al-Awsat qu’il commence sa carrière en couvrant surtout le conflit en Afghanistan.

S’il n’a pas combattu aux côtés des moudjahidines contre les Soviétiques, il épouse rapidement leur cause financée par la CIA américaine et les services secrets saoudiens.

Jamal Khashoggi réalise une entrevue avec Oussama ben Laden, chef de l’organisation islamiste armée Al-Qaïda.

Mais dans les années 1990, il prend ses distances avec Oussama ben Laden.

Plus tard, Khashoggi occupe plusieurs postes de responsabilité dans des journaux saoudiens.

En 2003, il est contraint à la démission de son poste de rédacteur en chef au quotidien Al-Watan après seulement 54 jours.

Il revient au journal en 2007 pour en repartir en 2010 après avoir signé un éditorial jugé offensant pour les salafistes, courant rigoriste de l’islam.

Des relations ambiguës avec le Palais

Jamal Khashoggi n’est pas seulement connu pour sa carrière journalistique. Neveu du célèbre marchand d’armes Adnan Khashoggi, il vient d’une grande famille saoudienne qui a des origines turques. il a longtemps entretenu une relation particulière avec le pouvoir saoudien.

M. Khashoggi est proche conseiller du prince Turki al Fayçal, qui a dirigé les services de renseignement pendant plus de 20 ans.

Le célèbre prince milliardaire Alwalid bin Talal lui confie la responsabilité de lancer en 2015 Al Arab, une chaîne panarabe d’information en continu. Le projet tombe à l’eau lorsque les autorités de Manama, proches de Riyad opposent leur véto.

Deux ans plus tard, le prince Alwalid lui-même, est détenu à l’hôtel Ritz-Carlton de Riyad avec des dizaines de personnalités accusées de « corruption » par une commission présidée par le prince héritier MBS.

En 2017, les critiques de Jamal Khashoggi deviennent virulentes contre les dérives autoritaires de MBS.

Il critique également l’engagement de l’armée saoudienne dans la guerre au Yémen et l’embargo imposé au Qatar voisin, accusé par Riyad de soutenir les Frères musulmans et d’entretenir des liens avec l’Iran.

Le 2 octobre, il entre au consulat saoudien à Istanbul pour des démarches administratives en vue de son mariage avec une Turque, Hatice Cengiz. Il ne sera plus vu vivant.

…aussi

Le prince saoudien Khalid bin Farhan al Saoud, qui vit actuellement en exil en Allemagne, a déclaré que le prince héritier Mohammed bin Salman, qui fait face à une pression croissante pour faire face au meurtre présumé de Khashoggi, est un partenaire particulièrement important pour les États-Unis. « Le gouvernement américain pourrait difficilement se permettre de se passer d’un homme comme Mohammed bin Salman, facile à influencer et à contrôler », a déclaré bin Farhan

 

 


EN CONCLUSION

Mike Pompeo,l’envoyé de Donald Trump reçu par le président tuc Erdogan.

Les trois pays mêlés a cette affaire,les États-Unis,la Turquie et l’Arabie Saoudite semblent discuter d’un montant d’argent (en milliards de $ US) afin de  terminaliser  ce meurtre « a l’amiable » entre eux!

Les Américains viennent de perdre toute  crédibilité en s’assoyant avec ces deux dictatures pour  effacer l’assassinat monstreux d’un homme qui croyait a la liberté de parole et a la démocratie!

Des membres masculins de la famille royale entoure le prince héritier.

 

Demain, 1er Juillet 2018, vous prendrez la Départementale… — Raimanet

Initialement publié sur jbl1960blog : …NAN ! J’y vais jamais sur les départementales ; C’est plein de boue et ça sent mauvais ! J’aime pas ça les routes départementales !! Je hais les routes départementales !!! Les routes départementales rien que de m’en causer ça me donne envie d’envoyer des mandales à tout ce qui…

via Demain, 1er Juillet 2018, vous prendrez la Départementale… — Raimanet

Retraités – Le pouvoir d’achat se défend dans la rue ! — On n’est pas des moutons

Nouvelle manifestation des retraités contre les mesures d’Emmanuel Macron, demain sur la place du général de Gaulle à Marseille. Dans le même temps, le député communiste des Bouches-du-Rhône, Pierre Dharréville, portera un projet de loi pour améliorer leur pouvoir d’achat. Une proposition de loi « tendant à garantir le pouvoir d’achat des retraités », c’est ce que […]

via Retraités – Le pouvoir d’achat se défend dans la rue ! — On n’est pas des moutons

• Beyond The Horizon — Ricardo Sexton

The tide is cheerful The view is beautiful The time is priceless The life is sleeveless We’re family. ‘Friend to the end’ (No pretend) sometimes the day …is painted with seconds of grey So, the time tics in a gradual way Often, only the drizzle to smear …nothing goes as we’ve planned From, ‘no’ more […]

via • Beyond The Horizon — Ricardo Sexton