Courte opinion du jour:Quelques nouvelles passées inaperçues

Les derniers jours auront vu certains thèmes phares faire la Une : tension sino-américaine croissante (sur laquelle nous reviendrons très bientôt), pétroliers iraniens vers le Venezuela bafouant ouvertement Washington, Hong Kong à nouveau en ébullition. D’autres nouvelles sont, par contre, restées dans l’ombre, tant dans les médias officiels qu’alternatifs. Elles ne sont pourtant pas dénuées d’importance, loin de là…

 

Beaucoup a été dit sur la petite friction entre Moscou et Assad ayant vu le jour il y a peu. En cause, un article du prestigieux Conseil russe aux Affaires internationales, affilié au MAE, qui a émis une inhabituelle critique sur la politique de Damas. Il n’en fallait pas plus pour que tout ce que le système impérial compte de petits génies nous resserve l’énième divorce syro-russe, plat indigeste déjà passé par toutes les tables depuis 2015.

Même un observateur respecté comme Bhadrakumar s’est cru obligé d’écrire un papier sur l’affaire, ce qui tend à prouver que, pour une fois, celle-ci n’était effectivement pas inventée de toute pièce. Mais ce que l’on dit moins, et même pas du tout, c’est que quelques jours après ces passagères chicanes, du matériel lourd a débarqué à Tartous à destination d’Assad : hélicoptères Mi-17, blindés etc. A ce prix, on en connaît beaucoup qui aimeraient se chamailler avec Moscou…

Soit dit en passant, l’ambassadeur russe à Damas, en poste depuis 2018, vient d’être nommé représentant spécial du président pour la Syrie, preuve supplémentaire que l’ours n’a aucune intention de lâcher son allié, bien au contraire.

A 12 000 kilomètres de là, il s’est passé des choses bien curieuses en Bolivie. Il y a deux mois, nous écrivions :

La situation était dans la balance jusqu’à ce que les élections prévues pour le 3 mai soient reportées sine die pour cause de coronavirus. En attendant, quel est l’état des forces en présence ? Il y a deux semaines, un sondage établissait la hiérarchie suivante :

  1. MAS : 32,6 %
  2. Carlos Mesa : 19,2 %
  3. Jeanine Áñez (présidente de facto) : 18,2 %
  4. Luis Fernando Camacho et Marco Antonio Pumari : 12,5 %
  5. Chi Hyung Chung évangéliste d’origine sud-coréenne) : 8,6 %

Le parti d’Evo Morales est donc largement en tête mais ne regroupe qu’un tiers de la population (…) La scène politique bolivienne est extrêmement divisée. Si le MAS est en tête, il ne peut prétendre gouverner avec un tiers des votants. Quant à l’autre « camp », si tant est qu’il n’y en ait qu’un seul, il est éclaté et se crêpe régulièrement le chignon.

Evo Morales

Le putschinho de novembre a remplacé la bande à Evo par une coterie de conservateurs, souvent religieux et parfois clairement illuminés, persuadés pour certains d’avoir chassé le diable du pouvoir. Quelle n’a pas dû être leur surprise en entendant les critiques acerbes du président de la Conférence épiscopale de Bolivie, Monseigneur Ricardo Centellas. Une attaque en règle, allant du maïs transgénique au manque de respirateurs pour les malades du Covid, et se terminant par ces mots assassins : « Un gouvernement de transition trop soucieux de placer ses affidés dans les institutions publiques n’est pas un gouvernement de transition« .

Paniqué, ledit gouvernement a tenté de rattraper la chose en tendant, un peu grossièrement, la main à l’Eglise. Si, depuis, la tension a baissé d’un cran, la division de l’autre « camp » est bien réelle, même entre gens censés partager les mêmes valeurs, et pourrait favoriser le MAS.

Terminons par une autre nouvelle passée inaperçue. La crise coronavirienne semblait avoir mis les pharaoniques routes de la Soie chinoises en pause. De fait, un certain nombre de projets ont, logiquement, marqué un temps d’arrêt. Pas tous, cependant. Un accord a été trouvé pour la construction de la ligne TGV entre la Chine et la Thaïlande, qui devrait être formellement signé en octobre. Il s’agit évidemment de bien plus que de simples rails : cette voie ferrée matérialise la poussée du dragon vers l’Asie du Sud-est.

Mike Pompeo

Est-ce tout à fait un hasard si l’inénarrable Pompeo vient de menacer l’Australie à propos de l’imminent accord entre l’Etat de Victoria et Pékin sur les routes soyeuses ? Si sa petite phrase – « Nous allons tout simplement déconnecter » – concernait avant tout les télécommunications et l’alliance Five Eyes, le ton du discours et son ambiguïté ont été très diversement appréciés, provoquant une tempête dont les partisans australiens dont l’Empire se seraient bien passés…

Source : Chroniques du Grand Jeu

 

 

Publicités

L’autre effrayante cabale (chrétienne) qui contrôle le monde

 

Récemment, les Juifs de Netflix ont exposé «La Famille» – la conspiration fondamentaliste chrétienne secrète qui dirige le monde. 

Contrebalancent-ils le pouvoir de la cabale juive ? Pas vraiment. 

Ils énervent un peu les Juifs qui sont toujours mécontents de la concurrence. Mais ils font partie de la dialectique familière gauche-droite Illuminati (maçonnique). Leur objectif est le même: un ordre mondial néo-féodal où les milliardaires satanistes (nombreux dans le cabinet de Trump) exploitent des moutons affamés, vaccinés et fluorés. Si ces francs-maçons «chrétiens» pensent qu’ils auront un siège à la table juive cabaliste, ils vont être drôlement surpris.

 

 

Eisenhower accepte à contrecœur de venir au premier petit-déjeuner national de prière en 1953, envisagé par Vereide comme un rituel annuel pour consacrer la direction politique de la nation pour Jésus. Assisté par chaque président depuis, le petit-déjeuner deviendra l’outil de recrutement le plus puissant du mouvement, avec des dirigeants étrangers invités pour un face à face avec des politiciens et des hommes d’affaires américains. Pétrole et défense particulièrement bien représentés.

« Les hommes qui ont le mieux compris le vrai sens de la Nouvelle Alliance étaient Adolph Hitler, Joseph Staline, Pol Pot et Mao Tse Tung » Doug Coe, chef de « The Family » dont les initiés incluent Mike Pence, Dr Ben Carson, Dan Coats, Jeff Sessions , Betsy DeVoss, Billy, Franklin Graham et « Cells » des membres du Congrès, des sénateurs, des juges et des hommes d’affaires.

Jésus a dit «Aime Dieu», «Aime ton prochain». The Family, alias, The Fellowship a été lancée par le ministre méthodiste Abram Vereide et a ensuite été dirigé par Doug Coe dans le but de créer des « cellules », de petits groupes de courtiers en pouvoir aux États-Unis et à l’étranger …

Il existe des centaines de «cellules» de «la Famille» dans les pays étrangers. Au sein du gouvernement américain, les membres comprennent les sénateurs américains Strom Thurmond, Mark Pryor, Mark Hatfield, John Ensign, Tom Coburn, Sam Brownback, Charles Grassley, Jim DeMint, Lindsey Graham, Conrad Burns, James Inhofe, John Thune, Pete Domenici, Bill Nelson , Don Nickles, Mike Enzi, Rick Santorum, John Kerry, Al Gore (Gore a déclaré officiellement que Doug Coe « est mon héros personnel. »), Hillary Clinton, le franc-maçon luciférien de 33 degrés, criminel du Watergate et chef de la « Prison Fellowship » (Privatiser le système pénitentiaire américain) Charles W. Colson, le juge en chef William Rehnquist, le procureur général de Ronald Reagan Ed Meese, Ronald Reagan, 33 degrés Mason George H.W. « Magog » Bush, le secrétaire d’État de Bush Senior James Baker III (avocat du groupe Carlyle), le franc-maçon de 33 degré Bill Clinton, Karl Rove, le procureur général de George W. Bush John Ashcroft et le général Atty Alberto Gonzales, George W. « Gog » Bush, Commandant suprême des forces alliées de l’OTAN, le conseiller à la sécurité nationale d’Obama, le général James Jones.

 

(« La plupart de mes amis
sont de mauvaises personnes »
-Doug Coe,
Coe est-il pour Cohen?)

 

Les «mauvais amis internationaux» de Doug Coe comprennent «le chef le plus corrompu de l’histoire moderne» Suharto (Indonésie), le criminel de guerre parrainé par la CIA, Gustavo Álvarez Martínez (Honduras), le tortionnaire de masse et assassin des « guerres sales » de la CIA, le général Carlos Eugenios Vides Casanova (El Salvador), le tueur extrajudiciaire, kidnappeur et tortionnaire Teodoro Obiang Nguema Mbasogo (Guinée équatoriale), l’inculpé criminel de guerre Omar al-Bashir (Soudan), le commandant des enfants soldats (pédocriminel) Joseph Kabila (Congo), le criminel de guerre formé par le Pentagone Paul Kagame (Rwanda), l’allié du Kagame et l’employeur des enfants (pédocriminel) soldats Yoweri Museveni (Ouganda) et le tueur par excellence Mohamed Siad Barre (Somalie) que Coe a facilité (avec Charles Grassley) à recevoir l’armement américain Barre utilisé pour «  semer la terreur biblique sur sa propre nation  » (Somalie)

 

Abraham Vereide, ci-dessus, a commencé les premiers « petits déjeuners de prière » en 1935 avec le père jésuite Heinrich Himmler SJ, inspiration spirituelle du parti nazi, fondé sur la philosophie de la « théosophie ». Vereide est devenu « conseiller spirituel » du prince maçon luciférien de 33 degrés Bernhardt qui a fondé le groupe de pilotage de Bilderberg et a été le conseiller spirituel de Harry Truman, l’aumônier maçon de 33 degrés, John Magee..

Souverain signifie «il n’y a pas de rang supérieur à son rang». Les maçons souverains lucifériens de 33 degrés GHW Bush, Henry Kissinger, John Kerry, Bill Clinton, Zbigniew Brzezinski sont des membres actuels.

Doug Coe est devenu le « Premier frère » de Vereide et a dirigé « La famille » jusqu’à sa mort en 2017. Il a été encadré dans la mémorisation de la Bible et la livraison par le Luciferian maçon de 33 degrés Billy Graham. Il s’appelait le « Furtif Billy Graham ».

Le fils de Billy, Franklin, a donné la Bénédiction pour Donald Trump, essentiellement un « Appel aux armes pour le Christ »; la femme adultère, pentecôtiste, prédicatrice de la prospérité Paula White, à gauche, a donné l’invocation de Trump et sert de conseillère spirituelle de Trump.

Doug Coe enseigne que «les règles normales ne s’appliquent pas aux nouveaux frères élus de la Famille». La même doctrine calviniste peut être trouvée dans la doctrine « Thelema » du maçon Aleister Crowley « Fais ce que tu veux« .

«La Famille» est décrite comme une «mafia chrétienne à l’abri de tout examen public», ce qui a la même signification que la MAFIA « Mazzini autorise les vols, incendies et empoisonnements ».

Maçon de 33 degrés, jésuite, sorcière, révolutionnaire du Vatican (Notez que la série HBO « Young Pope » préconise la religion de la « révolution ») Guiseppe Mazzini a introduit la MAFIA en Amérique après la guerre civile avec le maçon confédéré de 33 degrés, l’hédoniste Albert Pike dont la statue se dresse au pied du ministère américain de la Justice ….

Doug Coe a déclaré: « Je n’invite jamais les gens, ils viennent à moi et je fais ce que Jésus a fait, je ne tourne le dos à personne, la Bible est pleine de meurtriers de masse. »

 « Jésus est comme Ho Chi Minh, Lénine ou Ben Laden, des hommes qui changent le monde par la force des alliances forgées avec leurs frères. »

« Les enseignements de Jésus étaient comme ceux des Gardes rouges pendant la révolution culturelle prolétarienne chinoise, qui prenaient leurs mères et leurs pères, les déposait sur une table, préparaient un panier à une extrémité, prenaient une hache et coupaient leur tête pour remplir leur engagement d’alliance. »

Le National Prayer Breakfast 2017 affirme que le vice-président de Trump, Mike Pence, le procureur général Jeff Sessions et le directeur du renseignement national Dan Coats sont des initiés. ….

En relation :

Review of Jeff Sharlet’s book The Family 

Critique du livre de Jeff Sharlet The Family

Review of the Netflix Series 

Examen de la série Netflix

Viewers React with Horror

Les téléspectateurs réagissent avec horreur

Source : The Creepy Christian Cabal that Controls the World 

Par Howard Ratcliffe

(extraits par henrymakow.com)


 

ADDENDUM

Selon Wikipédia, « The Family (en français : « La Famille »), aussi connue sous les noms : The Fellowship, The Fellowship Foundation et The International Foundation, est un groupe intégriste chrétien fondé à Seattle (États-Unis) en 1935 par Abraham Vereide, un immigrant norvégien, prêcheur méthodiste et anti-communiste itinérant. Bien que n’ayant pas d’adhésion officielle, le groupe, dirigé depuis 1966 par Douglas Coe, compte 20 000 membres, dirigés par 350 cadres1. Ses membres comptent aussi bien des gens des classes populaires que des représentants importants du Congrès américain. « La Famille » est connue en particulier pour son National Prayer Breakfast (en français : « Petit déjeuner national de la prière »), organisé annuellement et auquel le Président des États-Unis se rend habituellement pour un discours. Ce groupe a aussi des liens internationaux dont Edmond Michelet et Alain Poher en France. »

The Fellowship Foundation est un groupe très secret d’hommes chrétiens qui se réunissent pour des études bibliques et des réunions de prière ; elle est surtout connue pour servir d’organisateur du National Prayer Breakfast, un rassemblement annuel de diplomates et de dirigeants mondiaux à Washington D.C. Fondée en 1935 par un norvégien nommé Abraham Veride, The Fellowship Foundation est née de l’organisation d’une réunion de 19 chefs d’entreprise pour écraser les tentatives des travailleurs de se syndicaliser. Au cours des soixante quinze dernières années, elle est devenue ce que certains ont appelé une théocratie secrète, ou un mouvement clandestin d’hommes chrétiens éminents qui exercent leur influence non seulement aux États-Unis, mais aussi à l’étranger. Les membres de la fraternité opèrent sous un voile de secret, qui est là par dessein ; Douglas Coe, le chef de la fraternité, qui est décédé en 2017, croyait que le groupe pourrait mieux exercer son influence de cette façon. « Plus vous pouvez rendre votre organisation invisible, plus elle aura d’influence », dit-il précisément dans l’un des rares discours archivés disponibles.

La principale façon dont The Fellowship Foundation maintient son influence est par le biais du National Prayer Breakfast, auquel tous les présidents américains depuis Eisenhower ont assisté au cours des cinquante dernières années. Bien que beaucoup considèrent le petit-déjeuner de prière comme un « événement banal »c’est vraiment en réalité une démonstration impressionnante d’influence et de pouvoir .  Dans ses efforts pour consolider son pouvoir, La Famille a étendu ses tentacules à l’étranger.

La Famille est donc une institution dont la monnaie la plus prisée a toujours été le secret. En fouillant dans ses origines, on découvre ses liens avec certains des autocrates les plus méchants du monde, dont son actuel enthousiasme pour Trump comme un « roi-loup » qui peut changer l’histoire. The Family  considère ce dernier comme un élément crucial dans la quête d’une vraie domination mondiale, via une alliance mutuellement bénéfique avec la cabale juive pour lesquels le pouvoir mondial est l’objectif ultime. Derrière tout cela se profile sans doute une réponse possible à un terrible questionnement tout à fait fondamental de la présidence de Trump : Comment un homme si ouvertement dévoué à la banalité du mal peut-il encore conserver un large soutien parmi les chrétiens ?  

Comme pour la cabale juive, La Famille croit que les dirigeants gouvernent par droit divin, et que le pouvoir est en soi une preuve de la bénédiction de Dieu.  

En accord avec leur admiration de longue date pour de nombreux dictateurs, elle considère Trump comme une âme sœur de Hitler, Staline, Mao. Elle considère que certains sont prédestinés à dominer les autres, que chacun est un partenaire commercial potentiel et que l’éthique n’est pas un obstacle pour atteindre ses objectifs. « Si tu es choisi, peu importe ce que tu fais »

 

 

 

 

 

 

 

Le vidéo controversé de l’année:Plandemic

 

Présentée comme un extrait d’un futur documentaire, la vidéo, qui assène contre-vérité sur contre-vérité, a accumulé des millions de vues en quelques jours, début mai.

Judy Mikovits, figure du mouvement antivaccination, interviewée dans « Plandemic ».

La vidéo dure vingt-six minutes. Elle est tout entière construite autour des « révélations » d’une chercheuse en épidémiologie, Judy Mikovits, qui raconte avoir été harcelée et mise au ban de la communauté scientifique après avoir découvert les preuves d’un gigantesque complot. Pêle-mêle, elle explique que la pandémie de Covid-19 a été orchestrée pour imposer la vaccination obligatoire, et faire gagner « des centaines de milliards de dollars » aux créateurs d’un futur vaccin, qui ne fonctionnera pas et « tuera des millions de gens ». Le grand orchestrateur de ce complot serait le propre conseiller spécial de la Maison Blanche, l’épidémiologiste Anthony Fauci.

 

 

 

Plandemic – c’est son titre, jeu de mot sur « pandémie » et « plan » – a été l’une des vidéos les plus virales depuis le début de l’année. En moins de deux semaines, d’après les chiffres compilés par The New York Times, elle a été commentée ou partagée près de 2,5 millions de fois, soit quatre fois plus que la très populaire vidéo des comédiens de la série The Office, qui se sont retrouvés pour un bref épisode spécial durant le confinement.

Contrairement à d’autres vidéos antivaccination, Plandemic n’a pourtant pas bénéficié de gros moyens, ni d’une campagne de publicité soutenue. Réalisée par Mikki Willis, un Américain habitant en Californie qui gère une petite société de production, elle a été faite pour un budget de moins de 2 000 dollars, affirme M. Willis auprès du Los Angeles Times. Il explique avoir rencontré Mme Mikovits, figure connue du mouvement antivaccination américain, par le biais d’amis communs.

La vidéo semble s’être diffusée à très grande échelle de manière organique, d’abord par le biais de groupes de discussions liés à la mouvance QAnon, dont certains partisans croient notamment que Donald Trump est le chef d’un mouvement secret visant à mettre au jour une gigantesque conspiration pédophile à la tête des Etats-Unis. Puis elle a circulé dans des espaces de discussion anticonfinement aux Etats-Unis, où elle a également été partagée par plusieurs personnalités, dont Christiane Northrup, une médecin consultante pour l’émission télévisée d’Oprah Winfrey, et Nick Catone, un champion de MMA, détaille le New York Times. D’après la chercheuse en sciences sociales Erin Gallagher, qui a étudié en détail la diffusion de Plandemic, la majorité des « vues » sur la vidéo semble être venue de groupes Facebook.

Supprimée des grandes plates-formes vidéo

Trois jours après sa publication, les principales plates-formes en ligne ont supprimé la vidéo, alors qu’elle dépassait les 7 millions de « vues » sur YouTube. Facebook et Instagram ont expliqué que la vidéo était interdite sur leurs plates-formes principalement parce qu’elle incite les spectateurs à ne pas respecter les consignes sanitaires en vigueur. Dans Plandemic, Mme Mikovits explique notamment que c’est le fait de porter un masque qui provoque la contamination par le Covid-19. Si l’efficacité protectrice des différents types de masques est encore sujette à débat parmi les experts, aucune étude n’indique que leur port puisse « provoquer » une contamination.

Des copies de Plandemic sont depuis hébergées sur d’autres sites, comme Internet Archive ou Google Drive, où les systèmes de modération sont plus limités, et pour certains critiqués pour leur supposée inaction en matière de contrôle des contenus. « Je suis très gêné par le présupposé, diffusé dans les médias, que tous les services qui hébergent des fichiers devraient être modérés comme des réseaux sociaux », objecte l’ancien responsable de la sécurité de Facebook et spécialiste de la désinformation Alex Stamos.

 

 

 

 

La volonté du gouvernement Macron de mettre fin à la liberté d’expression du peuple de France

 

Avec une nouvelle loi, le gouvernement français a décidé de déléguer la tâche de censure de l’État aux plateformes en ligne telles que Facebook, Google, Twitter, YouTube, Instagram et Snapchat. Les entreprises privées seront désormais obligées d’agir en tant que police d’opinion au nom de l’État français ou s’exposeront à de lourdes amendes.

 

 

 

Le 13 mai, le Parlement français a adopté une loi qui oblige les plateformes en ligne telles que Facebook, Google, Twitter, YouTube, Instagram et Snapchat [1] à supprimer les « contenus haineux » signalés dans les 24 heures et les « contenus terroristes » dans l’heure. Le non-respect pourrait entraîner des amendes exorbitantes de jusqu’à 1,25 million € , soit 4% du chiffre d’affaires mondial dans le cas de la plate – forme d’échec répété pour supprimer le contenu.

La portée du contenu en ligne jugé « haineux » en vertu de ce que l’on appelle la « loi Avia » (d’après le législateur qui l’a proposé) est, comme cela est courant dans les lois européennes sur le discours de haine, très largement délimitée et comprend « l’incitation à la haine ou discriminatoire ». insulte, fondée sur la race, la religion, l’ethnie, le sexe, l’orientation sexuelle ou le handicap « .

La loi française est directement inspirée de la loi controversée allemande NetzDG , adoptée en octobre 2017, et elle est explicitement mentionnée dans l’introduction de la loi Avia.

« Cette proposition de loi vise à lutter contre la propagation des discours de haine sur Internet », précise-t-on dans l’introduction de la loi Avia.

« Personne ne peut contester l’exacerbation du discours de haine dans notre société … l’attaque [s] contre les autres pour ce qu’ils sont, en raison de leurs origines, de leur religion, de leur sexe ou de leur orientation sexuelle … indices … [ aux] heures les plus sombres de notre histoire … la lutte contre la haine, le racisme et l’antisémitisme sur Internet est un objectif d’intérêt public qui justifie … des dispositions fortes et efficaces … cet outil d’ouverture [Internet] au monde, à l’accès à l’information, à la culture, à la communication, peut devenir un véritable enfer pour ceux qui deviennent la cible de ‘haineux’ ou de harceleurs cachés derrière des écrans et des pseudonymes. Selon une enquête réalisée en mai 2016, 58% de nos concitoyens considèrent Internet comme le principal lieu de discours de haine. Plus de 70% déclarent avoir déjà été confrontés à des discours de haine sur les réseaux sociaux.Pour les jeunes en particulier, le cyber-harcèlement peut être dévastateur … Cependant … Peu de plaintes sont déposées, peu d’enquêtes aboutissent, peu de condamnations sont prononcées – cela crée un cercle vicieux … « 

Ayant reconnu que la « haine » en ligne est délicate à poursuivre en vertu des lois en vigueur car « peu de plaintes sont déposées et peu d’enquêtes réussies, peu de condamnations prononcées », mais a néanmoins déterminé que la censure est la panacée aux problèmes perçus, le gouvernement français a décidé de déléguer la tâche de censure de l’État aux plateformes en ligne elles-mêmes. Les entreprises privées seront désormais obligées d’agir en tant que police d’opinion au nom de l’État français ou s’exposeront à de lourdes amendes. Comme en Allemagne, une telle législation conduira inévitablement les plateformes en ligne à faire preuve de zèle dans la suppression ou le blocage de tout ce qui pourrait éventuellement être perçu comme « haineux » pour éviter d’être condamné à une amende.

 

Le but de la loi semble avoir été double – non seulement pour parvenir à la censure effective des discours par la suppression ou le blocage des publications en ligne, mais aussi (inévitablement) les effets dissuasifs de la censure sur le débat en ligne en général. « Les gens réfléchiront à deux fois avant de franchir la ligne rouge s’ils savent qu’il y a de fortes chances qu’ils soient tenus pour responsables », a déclaré la ministre française de la Justice Nicole Belloubet dans ce qui semblait inquiétant pour un représentant du gouvernement de dire dans un pays qui prétend être démocratique.

Dès le début, lorsque le président français Emmanuel Macron a chargé pour la première fois le groupe dirigé par Laetitia Avia de préparer la loi, la proposition a été critiquée par plusieurs groupes et organisations. La Commission nationale consultative des droits de l’homme de la France a critiqué la proposition de loi visant à augmenter le risque de censure, et La Quadrature du Net, une organisation qui lutte contre la censure et la surveillance en ligne, a averti que, « des délais de renvoi courts et des amendes élevées pour non-conformité incitent davantage plates-formes pour supprimer le contenu « . L’article 19 de l’organisation basée à Londres sur la liberté d’expression a indiqué que la loi menaçait la liberté d’expression en France. Selon à Gabrielle Guillemin, juriste hors classe à l’article 19:

« La loi Avia permettra effectivement à l’État français de déléguer la censure en ligne aux entreprises technologiques dominantes, qui seront censées agir en tant que juge et jury pour déterminer ce qui est » manifestement illégal « . La loi couvre un large éventail de contenus. ne va pas toujours être une décision simple.

« Compte tenu des délais dans lesquels les entreprises doivent répondre, nous pouvons nous attendre à ce qu’elles se trompent de prudence lorsqu’il s’agit de décider si le contenu est légal ou non. Elles devront également recourir à des filtres qui conduiront inévitablement à la fin -enlèvement de contenu.

« Le gouvernement français a ignoré les préoccupations soulevées par les groupes sur les droits numériques et la liberté d’expression, et le résultat sera un effet paralysant sur la liberté d’expression en ligne en France ».

La loi adoptée a également rencontré un certain désaccord en France. Le 22 mai, Guillaume Roquette, directeur éditorial du magazine Le Figaro , écrivait :

« Sous prétexte de lutter contre les contenus » haineux « sur Internet, elle [la loi Avia] met en place un système de censure aussi efficace que dangereux … » haine « est le prétexte systématiquement utilisé par ceux qui veulent pour faire taire les opinions dissidentes.

« Ce texte [loi] est dangereux car, selon l’avocat François Sureau, » il introduit une sanction pénale … de la conscience « . Il est dangereux … car il délègue la régulation du débat public … sur Internet à Les multinationales américaines … Une démocratie digne de ce nom devrait accepter la liberté d’expression « .

Jean Yves Camus. de Charlie Hebdo , a qualifié la loi de « placebo pour lutter contre la haine » et a souligné que « l’hyper-concentration sur la haine en ligne » masque le vrai danger:

« Ce n’est pas la haine en ligne qui a tué Ilan Halimi, Sarah Halimi, Mireille Knoll, les victimes du Bataclan, Hyper Cacher et Charlie; c’est une idéologie appelée antisémitisme et / ou islamisme … Qui détermine ce qu’est la haine et son [distinction de] critique? Une boîte de Pandore vient d’être ouverte … Il existe un risque de marche lente mais inexorable vers un langage numérique hyper-normativé par le politiquement correct, tel que défini par les minorités actives « .

« Qu’est-ce que la haine? » demanda rhétorique l’écrivain français Éric Zemmour. « Nous ne savons pas! Vous avez le droit de ne pas aimer … vous avez le droit d’aimer, vous avez le droit de haïr. C’est un sentiment … Il ne peut pas être judiciarisé, légiféré. »

Néanmoins, c’est ce que font les lois sur le discours de haine, que ce soit dans le domaine numérique ou non numérique. Demander à des entreprises privées – ou au gouvernement – d’agir comme des policiers pensés n’appartient pas à un État qui prétend respecter un État de droit démocratique.

Malheureusement, la question n’est pas de savoir si la France sera le dernier pays européen à introduire de telles lois de censure, mais quels sont les autres pays à suivre.


NOTES

[1] Ainsi que d’autres plateformes et moteurs de recherche en ligne qui atteignent un certain seuil d’activité en France (ce seuil sera précisé par décret ultérieurement).

 

 

 

 

 

 

Archéologie fantastique:la Barque du Ciel de la « Dame du trône à pointes »

Un nouvel objet découvert récemment de la civilisation  Sindhu-Sarasvati,en Inde, représente un « bateau céleste » qui a été longuement décrit par l’archéologue italien Massimo Vidale dans une monographie.

Des suggestions sur ce que cela pourrait représenter? Vidale l’appelait la « Dame du trône à pointes ».

La Barque Céleste

 

 

Une image claire de la dame (la déesse des étoiles sur son trône à pointes) dans le bateau, avec ses mains sur deux figures (petits taureaux) qui la flanquent.
Le bateau a 8 personnes, 4 femmes et 4 hommes (qui sont montrés un peu plus petits)

 

Selon la théorie d’un jeune étudiant et écrivain de l’Inde: »Dame sur le trône à pointes » a 5 mèches dans les cheveux (Vidale: p26). Seule Apsaras porte 5 mèches (Mb 3-134) Elle est dans un bateau et non sur un char. Les caractéristiques ressemblent à Mehgarh – Matrikavat (Maa ghar> Mehgarh) Représente le style de vie. Apsara abandonne son enfant, pas à Mehrgarh

 

La Barque Céleste …photo du livre de l’archéologue Vidale.

 

Autre découverte récente:la déesse de Kaushambi…2000 ans avant Jésus-Christ.

 

Cette idole en bronze de Daimabad est similaire à l’idole ci-dessus. Mais la personne qui conduit le char est un homme, contrairement au Devi ci-dessus. Fait intéressant, cela aussi a été trouvé dans une période après la civilisation Sindhu saraswati

Voici ce qu’un  réalisateur indien a fait sur le thème de la Déesse des  Étoiles:

 

 

 

 

EN COMPLÉMENTAIRE

La mémoire d’une civilisation perdue

Il est non seulement possible de dissiper l’obscurité et le silence qui enveloppent l’histoire védique / harappéenne, mais cela nous donnera des idées merveilleuses et une clarté de compréhension dans la civilisation ancienne la plus énigmatique et la moins appréciée. Tout ce qui doit être fait est d’abandonner les tas de biais et de spéculations sans fondement.

Sri David Frawley a noté un jour un paradoxe très anormal dans l’histoire indienne. D’une part, nous avions la plus grande civilisation de l’âge du bronze du monde. La civilisation Sindhu-Sarasvati (SSC). Elle était beaucoup plus grande dans son étendue géographique que la Mésopotamie contemporaine et l’Égypte réunies. Il avait une population estimée à environ cinq millions d’habitants. Ce nombre a oscillé autour de 20% de l’humanité en 2000 avant JC.

Pourtant, malgré cette massivité de ses praja et samrajya , les ruines du Sindhu et du Sarasvati semblent muettes et sans voix, leurs aksharas non fissurés semblent creux et silencieux. Ils n’ont rien à nous dire, qui ils étaient ou ce qui leur est arrivé, malgré leur grandeur.

D’autre part, nous avons également la littérature la plus grande et la plus sophistiquée de l’âge du bronze. Le corpus védique. Son échelle massive, son évolution littéraire, son contenu philosophique, mathématique et astronomique et leur progression sont sans égal dans le monde antique. Il décrit les grands royaumes, le commerce, les chevaux, les chars, les autels de feu élaborés, les innovations technologiques, l’astronomie, les unités de mesure normalisées, la navigation maritime, l’agriculture, etc. Pourtant, il n’y a rien dans les archives archéologiques pour expliquer une civilisation aussi avancée . Certainement pas en 1500 avant JC, lorsque Max Mueller nous dit avec un commandement colonial que tous les textes védiques commencent seulement à être composés.Pas un seul texte sanscrit en Inde ne peut être plus ancien que cette date, assure M. Mueller. Mais ce n’est pas une discussion pour l’instant.

C’est ce qu’on appelle le «paradoxe de Frawley». Le SSC crie silencieusement pitoyablement pour qu’un seul mot appelle le sien, pour un seul son prononcé dans sa mémoire. Et les textes védiques crient désespérément qu’une seule brique repose et se valide.

Mais pour une fois, si nous abandonnons le bagage irrationnel dont nous avons hérité de l’ère coloniale, si nous jetons un regard neuf sur les faits et réévaluons toutes les preuves recueillies au cours de ces cent ans, des conclusions remarquables et magnifiquement naturelles émergeront. Sans aucun doute, ils renverseront de nombreux dogmes transmis comme faits historiques, mais la joie de la réalisation sera vraie et immense. L’une d’elles fait référence à une grande migration enregistrée dans le Shatapatha Brahmana, dans le quatrième adhyāya de son premier kāṇḍa :

Mâthava, le Videgha, était à cette époque sur la (rivière) Sarasvatî. 

Il (Agni) partit alors brûler le long de cette terre vers l’est; et Gotama Râhûgana et le Videgha Mâthava le suivirent alors qu’il brûlait. Il a brûlé (séché) toutes ces rivières.

 Maintenant cette (rivière), qui s’appelle ‘Sadânîrâ’, coule de la montagne nord (Himâlaya): celle qu’il n’a pas brûlée. Celui que les Brâhmanes n’ont pas croisé autrefois, pensant: «il n’a pas été brûlé par Agni Vaisvânara».

De nos jours, cependant, il y a beaucoup de Brâhmans à l’est de celui-ci. A cette époque, elle (la terre à l’est du Sadânîrâ) était très inculte, très marécageuse, car elle n’avait pas été goûtée par Agni Vaisvânara.

 De nos jours, cependant, il est très cultivé, car les Brâhmans l’ont fait goûter (Agni) par des sacrifices. Même à la fin de l’été, cette rivière, pour ainsi dire, fait rage: elle est si froide qu’elle n’a pas été brûlée par Agni Vaisvânara.

 Mâthava, le Videgha, a alors dit (à Agni): «Où dois-je demeurer? «À l’est de cette rivière, ta demeure! a-t-il dit. Aujourd’hui encore, cette (rivière) forme la frontière des Kosalas et des Videhas; car ce sont les Mâthavas (ou descendants de Mâthava).

Maintenant, cela peut sembler n’être que quelques lignes d’un texte obscur. Mais la qualité et la quantité des inférences que ces mots assez explicites nous permettent de tirer est sans précédent dans la littérature védique. Tirons ces inférences ligne par ligne, nom par nom.

Mais d’abord il est impératif de comprendre la position historique du SB vis-à-vis des autres textes védiques. Il est considéré comme le plus jeune brahmana. Et les brahmanes, en gros, sont antérieurs aux Aranyakas et Upanishads. Il est également important de noter que la description historique ci-dessus semble être un souvenir d’un événement passé, plutôt qu’une référence contemporaine. Donc, cet événement peut en fait se dérouler à une couche plus profonde de l’âge des brahmanes.

1. Mâthava, le Videgha – Nous ne savons pas plus sur ce très ancien maharaja que ce que nous dit le SB. Mais le mot Videgha / Videha sonne beaucoup de cloches familières. C’était un royaume de la région de Mithila pendant le mahajanapada Et le roi philosophe le plus célèbre de cette janapada était Janaka. Il était si célèbre que la dynastie elle-même était englobée sous ce nom et que presque tous les rois de Videha furent appelés «Janaka». De nombreux Janakas distincts sont mentionnés dans les Upanishads, Puranas, Ramayana, etc. Ils ne peuvent pas tous être une seule personne. Et le SB déclare clairement que la dynastie à l’époque de sa composition était connue du patronyme de Mathava. Jusqu’à ce que, bien sûr, l’un de ses descendants, Janaka, atteigne une renommée encore plus grande que la sienne. À tel point que Mathava a été complètement oublié dans les textes suivants.

Conclusions

-Mathava Videgha fut l’un des premiers rois de l’âge du fer historiquement bien attesté Videha janapada.

– À un moment de l’ère upanishadique, succédant ou concourant à l’âge tardif de Brahmana dont le SB est représentatif, Janaka a remplacé Mathava comme patronyme.

2. « était à ce moment-là sur le (fleuve) Sarasvatî» – Il n’y a vraiment pas de double sens ou de nuances mythiques à cela, à moins que l’on ne soit poussé par des biais pour défendre les dogmes coloniaux. Il est énergique et simple, ne nécessitant aucune élaboration. L’existence de la rivière Sarasvati, son identité avec le lit séché du Ghaggar-Hakra et son histoire hydrologique approximative ont toutes été bien étudiées par plusieurs disciplines et sont connues au-delà de tout doute raisonnable. Elle n’est plus ouverte au débat.

Conclusions

-Mathava et son peuple vivaient autrefois dans un royaume appelé Videgha situé quelque part le long des rives de la rivière Sarasvati.

– Sarasvati était encore probablement une rivière qui coule, vivace ou non, à l’époque de Mathava. Cela a des implications pour la datation de l’événement, comme beaucoup le savent. Cela place carrément l’exode de Mathava au moins ~ 2000 avant JC ou des périodes antérieures.

– Bref, la très bien attestée Videha janapada a une préhistoire sérieuse, non enregistrée ou oubliée.

Dans l’image ci-dessous, il est évident que les Videhans ont dû migrer très loin pour arriver à leur habitat historique de Mithila. Ils occupaient l’un des janapadas les plus à l’est.

 

 

 

3. ‘.. de là est allé brûler le long de cette terre vers l’est’ – Là où des métaphores apparaissent, il y a aussi place à l’interprétation et à l’incertitude. Même ainsi, Agni brûlant la terre et les rivières vers l’est est, par l’explication la plus simple, un témoignage des conditions de sécheresse qui prévalent, ce qui aide également à expliquer pourquoi un roi doit faire un voyage aussi radical, conduisant son peuple dans un exode épique vers l’est, abandonnant même les rives sacrées du Sarasvati.

Conclusions

-Il y a eu un exode et c’était probablement une conséquence de la sécheresse, de l’échec de l’agriculture ou d’une autre condition drastique qui a mis à l’épreuve la subsistance même du peuple Videha.

-La direction de la migration est d’ ouest en est . Ceci est d’une importance vitale dans la recherche de la validation archéologique d’un tel événement. Et parce que beaucoup d’historiens muellerian-marxistes ont interprété à la hâte ce passage pour illustrer la célèbre «  invasion aryenne  » – n’ayant complètement trouvé aucun support pour lui à partir d’un texte védique, surtout dans le plus ancien Rig Veda.

-L’archéologie ne connaît et n’admet qu’une seule de ces migrations vers l’est. La migration des Harappans. Un moment unique et rare dans l’étude de l’histoire partout, où la littérature et les faits sur le terrain s’accordent et se complètent si parfaitement.

La représentation ci-dessous illustre le déplacement indubitable de la densité de peuplement vers l’est pendant et après la fin de la période Harappan.

La mémoire d’une civilisation perdue 2

 

4. ‘.. et Gotama Râhûgana ..’ – Ce sont les deux mots les plus importants du passage. Plus instructif et rempli d’importations que le reste du passage réuni. Qu’est-ce qui pourrait être si génial dans le nom d’un purohita inconnu d’un raja inconnu? -Tu pourrais demander.

Tout! Son nom apparaît dans les anukramani du Rig Veda (RV)! Pour ceux qui sont conscients de ce que cela signifie, cela apportera des larmes de joie. Pour ceux qui ne le savent pas, les anukramani ou indices du RV nous donnent des informations fondamentales sur les rishis qui ont écrit les suktas, les chhanda utilisés dans chacune de leur composition et les devata ou divinités de chaque hymne. Gotama Rahugana est l’auteur des hymnes 74-93 du livre 1 et de l’hymne 31 du livre 9. Cela signifie, pour abréger une très longue histoire, que Gotama Rahugana et son patron Mathava Videgha vivaient au Moyen Âge védique.

Ci-dessous un verset composé par lui conservé dans le livre 1 du Rig Veda.

« O Jatavedas (Agni), vif et rapide, Gotama avec le chant sacré t’exalte pour l’amour de ta gloire.
Une chanson agréable à Agni, fils de Rahūgaṅa, a chanté:
Nous te louons pour ta gloire
 . »

-Gautama Rahugana, Rig Veda 1.78.1,5

Il est au-delà de la portée de cet article d’expliquer comment les dix livres sont classés par leur chronologie et leur antiquité. Le lecteur peut se référer à « Rig Veda – Une analyse historique » par Shrikant Talageri pour cela. Pour l’instant, il suffit de savoir que le livre 6 est le plus ancien et le livre 10 le plus jeune. Il s’agit d’un schéma généralement accepté et approuvé par un consensus de chercheurs. Les livres Rig Vedic vont dans cet ordre-

VI -> III -> VII -> IV -> II -> V -> VIII -> IX -> X

Sur cette base, et une analyse comparative rigoureuse du contenu historique du VR, son histoire a été divisée en: –

  1. Première période – Livres VI, III et VII.
  2. Période intermédiaire – Livres IV et II.
  3. Période tardive – Livres V, VIII et IX.
  4. Dernière période – le livre X qui se démarque des autres à bien des égards, y compris sa langue.

Le livre I contient des hymnes composés de descendants de rishis des trois plus anciens ainsi que de ceux contemporains aux trois suivants . Sa position historique est juste après les trois premiers, légèrement antérieure et contemporaine aux trois suivantes . C’est un livre chronologiquement «étiré». Le livre IX est un livre encore plus étiré. Il a des hymnes par les rishis des derniers suktas des livres I, V et VIII (y compris le Gotama de notre fascination actuelle) ainsi que des rishis entièrement nouveaux qui n’apparaissent que dans les livres IX et X. On peut dire que les livres I et IX partagent plus que juste Gotama Rahugana.

Conclusions

  • Gotama Rahugana et son patron Mathava Videgha ont vécu pendant la période intermédiaire du VR, peut-être vers la fin de cette période, alors que le RV n’était encore qu’à moitié terminé.
  • L’âge Brahmana n’est pas un successeur chronologique du Rig Veda samhita, mais les débuts de la première et de la moyenne, la fin et la dernière période de cette dernière sont probablement contemporains.
  • Ce n’est PAS une invasion / migration aryenne d’aucune sorte. Si c’était le cas, nous nous attendrions à ce que Gotama soit un rishi des livres les plus anciens (VI, III et VII), à une époque où les envahisseurs / migrants aryens venaient d’entrer dans le nord de l’Inde pour la première fois (selon cette théorie qui s’effondre) . Les livres les plus anciens ont en fait des hymnes composés par les ancêtres de Gotama!
  • Il s’agissait d’une migration au sein de la culture védique profondément ancrée dans la vallée de Sindhu-Sarasvati. Et c’est arrivé avant la période du SB. Des preuves supplémentaires sont nécessaires pour conclure si elles étaient contemporaines d’un brahmana plus ancien comme Aitareya.
  • Le SB est contemporain de la période tardive, dernière ou post-Rig Vedic. Des preuves supplémentaires sont nécessaires pour conclure.
  • Les Brahmanes plus anciens comme Aitareya sont donc un développement très parallèle à la RV samhita au moins depuis la période intermédiaire. Leurs positions chronologiques exactes vis-à-vis du RV, également entre elles ainsi que par rapport au dossier archéologique Harappan doivent être étudiées.

5. « Celui-là (Sadânîrâ) que les Brâhmanes n’ont pas traversé dans le passé … » – Cela impliquerait qu’il y a eu des tentatives de migrations plus profondes en Inde du Nord depuis la vallée de Sindhu-Sarasvati avant même l’époque de Mathava et Gotama et ce petit Védique des colonies existaient déjà dans les territoires vers lesquels les Videhans migraient. Vouloir plus de détails, pousser plus loin ne serait qu’un effort spéculatif. Quoi qu’il en soit, le passage atteste que des colonies védiques contemporaines existaient déjà dans les terres à l’est de Sadânîrâ à cette époque. Le Sadânîrâ est identifié au fleuve moderne Gandak, un affluent du Gange.

Mais plus intéressant encore, nous constatons que certaines des découvertes archéologiques les plus surprenantes de ces dernières années sont en parfait accord avec cela. Varanasi a une antiquité approchant Harappan et la civilisation Harappan mature et sa technologie de brique cuite au four s’est étendue aussi loin à l’est que Raghopur Diara près de Patna! Qui sait quoi d’autre reste à découvrir et où. Les frontières doivent être redessinées, c’est le moins qu’on puisse dire.

Et la région de Mithila, où les Videhans se sont installés, est si proche de toutes ces découvertes palpables. La découverte de la couche la plus ancienne ou des preuves de nouvelles colonies à Mithila nous aiderait sans aucun doute à trouver des dates matérielles appropriées pour Mathava, Ragugana, les Brahmanas et même le Rig Veda.

Conclusion

  • La migration de Videha n’était qu’une des nombreuses vagues d’expansions harappaises vers l’est commençant peut-être à la période mature.

Lequel des autres janapadas historiques a fait des voyages similaires? Lesquels de ces anciens royaumes et républiques indiens étaient autrefois situés sur les rives de l’Indus et du Sarasvati? Des questions fascinantes en effet. À l’exception de quelques-uns d’entre eux, il est très difficile de répondre sans entrer dans le spéculatif.

La mémoire d'une civilisation perdue 03

 

 

6. «À cette époque, il (la terre à l’est du Sadânîrâ) était très inculte, très marécageux», – Une autre phrase importante . Un témoignage ferme de certains des détails subtils cruciaux pour notre compréhension de cet âge insaisissable ainsi que des questions existentielles sur le caractère culturel, les réalisations sociétales des Indo-Européens qui ont propagé la culture védique et aussi les mécanismes de ce processus. Deux faits très significatifs sont révélés par cette phrase.

Premièrement, il condamne à la poubelle le modèle traditionnel qui soutient depuis un siècle que les personnes qui ont amené le sanscrit en Inde du Nord étaient des pasteurs d’Asie centrale . C’étaient des nomades qui faisaient paître le bétail et montaient à cheval. Un peu plus. Mais Mathava et son peuple n’étaient pas de simples éleveurs de vaches. Et ce n’étaient certainement pas des nomades. Ils étaient un lot établi, pendant une longue période indéterminée avant cet exode. Ils avaient un royaume. Ils pratiquaient l’agriculture comme leur occupation principale. Et avait des rituels avec des autels de feu élaborés. Les textes brahmana connaissent la technologie de la brique, les unités de mesure normalisées et bien plus encore. Même le Rig Veda connaît la navigation maritime.

À tel point que leur premier souci de devoir migrer vers de nouvelles terres est que tout était marécageux et non cultivé! Et sans compromis. Et pas le moins du monde, il n’y avait pas d’herbe pour leurs chevaux. Ils étaient un rajya avant de migrer, et ils étaient un rajya quand et longtemps après avoir traversé le Sadânîrâ; ils étaient déjà devenus un État . Plus tard, ils évolueront encore et fusionneront dans la puissante République Vrijji, l’un des seize mahajanapadas! Videha a achevé une évolution politique complète et précoce en une république!Dont il y a si peu d’exemples dans le monde antique. Il n’y avait ni Grèce, ni Rome, ni aucun État en Europe lorsque les ancêtres de Mathava dirigeaient Videgha quelque part dans la vallée SS. Quel était le scénario occidental à l’époque de Mathava? Il était rempli de petites communautés agricoles, de pasteurs agressifs des steppes et même de chasseurs-cueilleurs.

L’identité tribale que les éleveurs des steppes et la plupart des autres tribus IE de cette époque ont sans doute été définie par, avait depuis longtemps été dépassée par le peuple védique. Un tel passé tribal nomade est déjà une préhistoire non enregistrée en ce qui concerne le VR. Il faudrait torturer les premiers versets du RV pour les faire admettre. L’enquête sur la véritable antiquité des Indo-Européens dans la vallée de Sindhu-Sarasvati est d’une importance cruciale.

Ce n’est pas seulement une invasion de Kurgans d’Asie centrale, les Videhans ne leur ressemblent en rien. Cela jette de nombreuses hypothèses cavalières sur la culture védique à douter. Plus révolutionnaire, cela oblige l’honnête enquêteur à affronter à nouveau ce paradoxe de Frawley .

Le deuxième fait étonnant que la phrase ramène chez elle et oblige ainsi une autre hypothèse d’invasion aryenne fondamentale à mordre la poussière, c’est que ces Aryens migrateurs étaient alors assez seuls en Inde du Nord. L’AIT / AMT nous oblige à croire que des millions de Harappéens défunts vivaient encore dans les vallées de l’Indus et du Gangetic tandis que les Indo-Aryens les envahissaient ou les «ruisselaient» . En fait, l’archéologue chevronné nous assurera qu’à aucun moment il n’y a eu de rupture notable dans l’habitation humaine dans le large âge du bronze au nord de l’Inde, ni aucun signe de contact entre deux cultures matérielles différentes, indigène et étrangère. Pourtant, les preuves littéraires montrent que les Aryens védiques étaient tout à fait seuls dans les vallées de l’Indus et du Gangetic. Les Videhans ne sont pas tombés sur unseule tribu étrangère ou linguistiquement différente à tout moment de leur grand exode des Sarasvati à Sadanira. Au mieux, le SB laisse entendre qu’il y avait des colonies védiques antérieures ici et là. A part cela, tout était une terre plaine, inculte et marécageuse. Personne n’occupait les plaines gangétiques. Il n’y a aucune preuve d’une transformation linguistique impliquée et encore moins d’une invasion dramatique. Les Videhans se développaient contre un vide démographique, tout comme les Harappéens dans les archives archéologiques.

Alors, sur quelle base a-t-on prétendu au cours des cent dernières années que les Harappéens et les Aryens védiques étaient deux personnes différentes? Vœux pieux et spéculation pure. Une théorie scandaleuse inventée pour soutenir une autre théorie scandaleuse. Il n’y a pas de place pour les faits, les inférences ou les preuves dans leur orthodoxie rigide. Ou ils devraient essayer de répondre à cette question. Où des millions de Harappéens ont-ils disparu? L’éléphant dans la pièce que l’école Muellerian des érudits a réussi à ignorer avec tact et a réussi à échapper.

Conclusions

– Les Rig Vedic Aryans, dont les Videhans sont un, sont des agriculteurs et un lot civilisé, pas des pasteurs.

– Ils étaient très évolués politiquement et non nomades ou tribaux.

– Ils n’étaient pas des envahisseurs. Ils s’étendent dans des terres vierges inoccupées.

-Il n’y avait aucune autre tribu occupant la vallée de Gangetic et aucune preuve d’aucune sorte de conflit impliqué dans le processus.

– L’indo-européen est la plus ancienne couche linguistique détectable en Inde du Nord – malgré des millions de Harappans qui parlaient autre chose (selon l’école d’histoire de Mueller) censément vivre partout.

– Aryens védiques = Harappans . En résolvant le paradoxe de Frawley, nous nous rendons compte que cette expansion de Videhans n’est rien d’autre qu’une vague de la dispersion Harappan qui est bien attestée archéologiquement.

7. « Aujourd’hui encore, ce (fleuve) forme la frontière des Kosalas et des Videhas.» – Le passage arrive enfin sur la scène contemporaine. Le scénario politique du nord de l’Inde est désormais bien connu de la plupart d’entre nous après nos années de scolarité. Il y avait des mahajanapadas. Au moment du Bouddha, il y en avait seize ou plus . Il est également explicitement implicite et probable que les habitants de Kosala ont également fait un voyage similaire à Videha et qu’ils se sont installés juste à côté des Videhans. Lesquels des autres mahajanapadas ont également effectué des migrations similaires (et étaient autrefois les royaumes de la SSC) est un sujet fascinant nécessitant des recherches supplémentaires et qui est encore sans réponse de manière concluante.

Conclusions

-Les constituants de la civilisation Sindhu-Sarasvati étaient sans doute très similaires aux mahajanapadas des derniers jours. Ou étaient au moins leurs ancêtres directs dans un continuum ethno-politique.

– Videha était l’un des royaumes de la civilisation Sindhu-Sarasvati. Kosala en était probablement un aussi. La localisation exacte de l’origine de la SSC nécessite des recherches supplémentaires. Probablement, il peut ne jamais être trouvé. Le cours reconstruit du Sarasvati dans l’image ci-dessous montre le nombre écrasant de sites situés sur ses rives. Il n’est pas exagéré de suggérer que l’une de ces ruines le long de la rivière perdue pourrait bien avoir été la ville des Videhas, où Mathava a régné.

La mémoire d'une civilisation perdue 04

 

 

– Les autres janapadas candidats qui ont peut-être aussi été autrefois des États de la SSC sont ceux qui figurent dans les textes védiques plus anciens que SB et qui ont survécu jusqu’à la période historique. Il s’agit notamment des Kuru, Pancala, Matsyas etc. Les deux premiers descendent des dynasties Paurava-Bharata du RV.

Comme nous l’avons vu, l’obscurité et le silence qui entourent l’histoire védique / harappéenne ne sont pas seulement possibles à dissiper, cela nous fournira des idées merveilleuses et une clarté de compréhension dans la civilisation ancienne la plus énigmatique et sous-estimée. Tout ce qui doit être fait est d’abandonner les tas de biais et de spéculations sans fondement. Pour nettoyer l’ardoise de craie coloniale et regarder à nouveau toutes les preuves qui existent. Pour ne pas surcharger les études en Asie du Sud avec des bagages de la steppe ou toute autre théorie extraterritoriale – ou du moins pas avant de lui donner un traitement indépendant et équitable de la bourse. Pour suivre la méthode scientifique et se déclarer: «voici les preuves, quelles conclusions peut-on en tirer?

Références

Colin McEvedy   &  Richard M. Jones , 1978: Atlas de l’histoire de la population mondiale

Srikant Talageri: Rig Veda une analyse historique

David Frawley, Georg Feuerstein et Subhash Kak, 1995: A la recherche du berceau de la civilisation.

Swami Ranganathananda, Ramakrishna Math: Lemessage du Brhadaranyaka Upanishad.
E. Pargiter, 1922: ancienne tradition historique indienne.

Harvard oriental series – Vol 25: Rig Veda Brahmanas – Aitareya et Kausitaki Brahmanas

 

 

 

 

Photo sexy du jour :UNE INFIRMIÈRE SANCTIONNÉE POUR AVOIR PORTÉ UN BIKINI SOUS SA TENUE DE PROTECTION TRANSPARENTE

 

Une infirmière russe a dû faire face à des mesures disciplinaires après avoir pris l’étrange décision de porter un bikini sous sa combinaison de protection transparente.

 

À Toula, en Russie, une ville située à environ 180 km au sud de Moscou, une femme travaillant à la clinique hospitalière régionale locale a suscité bien des regards lorsqu’elle s’est présentée à son lieu de travail dans un accoutrement inhabituel, selon ce que rapporte le New York Post.

Assignée à une aile où sont traités des patients masculins souffrant de la COVID-19, elle portait un bikini sous son habit de protection en vinyle transparent, ce qui a évidemment attiré l’attention de la direction de l’hôpital.

L’infirmière âgée d’une vingtaine d’années aurait prétexté qu’elle avait trop chaud pour porter des vêtements sous sa combinaison de protection.

Bien qu’aucune plainte formelle n’ait été déposée par des patients, la direction de l’établissement a tenu à sanctionner la jeune femme pour «ne pas s’être conformée à la politique vestimentaire médicale».

Selon le New York Post, l’infirmière aurait prétendu qu’elle ne savait pas qu’on pouvait la voir en sous-vêtements sous son équipement de protection.

À l’origine, l’administration du centre hospitalier croyait en effet que la femme portait de la lingerie, alors que dans les faits, il s’agissait d’un maillot de bain.

Le Sun, quant à lui, ajoute que la soignante que des mesures disciplinaires ont été appliquées, sans toutefois les préciser.

Selon l’agence de presse TulaNews, de nombreux internautes ont vivement critiqué la peine infligée à l’infirmière.

«Pourquoi la punir? Il faut la récompenser! En la voyant, personne ne veut mourir», a dit l’un d’eux.

 

 

 

 

Des dizaines de sites archéologiques découverts par des bénévoles de leur domicile pendant l’isolement

 


Un peuplement probable de l’âge du fer ou de l’enceinte romaine (flèches rouges) et un système de champ associé (flèches bleues)
révélé par les données LiDAR mais caché aujourd’hui sous les bois

 

 

Des dizaines de sites romains, préhistoriques et médiévaux non enregistrés ont été découverts par des volontaires en archéologie basés à domicile pendant la fermeture du coronavirus.

Les fouilles peuvent être suspendues en raison de la pandémie, mais l’équipe a trouvé des parties de deux routes romaines, une trentaine d’enceintes de peuplement remblayées préhistoriques ou romaines, une vingtaine de tumulus préhistoriques, ainsi que les restes de centaines de fermes médiévales, des systèmes de terrain et les carrières . Ceux qui dirigent le projet pensent qu’ils feront beaucoup plus de découvertes dans les semaines à venir.

L’équipe, dirigée par le Dr Chris Smart de l’Université d’Exeter et travaillant dans le cadre du projet Understanding Landscapes financé par le National Lottery Heritage Fund, analyse des images dérivées de LiDAR., ou détection et télémétrie de la lumière, données. Cette technologie laser est utilisée lors des levés aériens pour produire des cartes topographiques très détaillées.

La végétation et les bâtiments modernes peuvent être supprimés, permettant aux archéologues de regarder la forme de la surface du terrain pour trouver les restes de terrassements archéologiques. Les données, obtenues à partir du projet Tellus Sud-Ouest et de l’Agence pour l’environnement, sont systématiquement examinées et recoupées avec des enregistrements d’archéologie connue et des cartes historiques, ce qui signifie que le total des nouvelles découvertes change régulièrement.

Le Dr Smart a déclaré: « Le Sud-Ouest possède sans doute les données LiDAR les plus complètes à ce jour au Royaume-Uni et nous les utilisons pour cartographier le plus possible l’environnement historique. Le projet se concentre actuellement sur la vallée de Tamar, mais cela a été étendu pour inclure une large bande de terre entre Bodmin Moor et Dartmoor, Plymouth et Barnstaple – environ 4000 km2 en tout.

«Il s’agit de la première analyse systématique majeure des données LiDAR de la vallée de Tamar vers l’ouest et s’appuie sur les ateliers de formation que nous avons organisés plus tôt dans l’année. Habituellement, nous serions maintenant sur le terrain pour étudier des sites archéologiques avec des groupes de volontaires ou pour préparer notre communauté. les fouilles, mais tout est maintenant en suspens. Je savais qu’il y aurait de l’enthousiasme au sein de notre groupe de bénévoles pour continuer à travailler pendant le verrouillage – on a même suggéré de renommer temporairement notre projet ‘Lockdown Landscapes’ – mais je ne pense pas qu’ils aient réalisé combien de nouvelles découvertes ils feraient.

 

Un tronçon d’une route probablement romaine

 

« Je suis très reconnaissant à notre équipe pour ses efforts et je suis heureux que nous puissions continuer à mener des recherches dirigées par des bénévoles en ces temps troublants, au rythme actuel, nous nous attendons à ce qu’ils reconnaissent des centaines de nouveaux sites archéologiques au cours des prochains mois. « 

Un bénévole régulier du projet, Fran Sperring, a déclaré: « La recherche de sites archéologiques jusque-là inconnus – et aider à identifier des lieux pour une éventuelle étude future – a été non seulement gratifiant mais captivant. Bien que ce soit une courbe d’apprentissage assez abrupte pour moi – étant un novice relatif au sujet – j’apprécie chaque minute. L’archéologie du confort chaud et sec de votre salon – quoi de mieux? « 

Le Dr Smart travaille en étroite collaboration avec son collègue de l’Université d’Exeter, le Dr Joao Fonte,

Le Dr Fonte a déclaré: « La télédétection est un outil très puissant pour la prospection archéologique. Alors que je travaille normalement dans le nord-ouest de la péninsule ibérique, je suis vraiment heureux de collaborer à ce projet et de partager mon expertise au profit des magnifiques paysages du Devon et de Cornwall, et un projet impliquant une communauté de bénévoles intéressés par leur propre patrimoine culturel. « 

L’équipe travaille également avec les équipes de Cornwall et du Devon Historic Environment Record pour trouver un moyen d’intégrer toutes ces nouvelles informations dans leurs bases de données et, éventuellement, de déployer le projet sur une plus grande partie du Sud-Ouest.

Lorsque le pire de la pandémie sera passé, l’équipe a l’intention d’entreprendre des levés géophysiques dans un certain nombre de sites nouvellement identifiés dans le cadre du projet Understanding Landscapes .

Le Dr Smart a déclaré: « Il est difficile pour nous de ne pas pouvoir effectuer le travail que nous avions prévu cet été – y compris une fouille au fort romain de Calstock – mais j’espère que ce n’est qu’un coup temporaire et que nous serons de retour à la campagne avec des bénévoles dès qu’il est possible de le faire en toute sécurité. « 

Source: Université d’Exeter [13 mai 2020]

 

 

 

 

 

 

Facebook doit payer 9 millions $ pour indications trompeuses sur la confidentialité

 

 

Facebook versera également une somme supplémentaire de 500 000 $ pour les coûts de l’enquête du Bureau.

Facebook devra payer neuf millions de dollars pour avoir donné des indications trompeuses sur la confidentialité aux Canadiens au sujet de la protection des renseignements personnels sur Facebook et Messenger, conclut le Bureau de la concurrence.

Dans un communiqué rendu public mardi, le Bureau explique que le réseau social versera également une somme supplémentaire de 500 000 $ pour les coûts de l’enquête.

Il s’agit d’un règlement enregistré aujourd’hui auprès du Tribunal de la concurrence, et dans le cadre duquel Facebook a accepté de ne pas donner d’indications fausses ou trompeuses à propos de la divulgation de renseignements personnels, précise le Bureau.

Cette décision intervient après une enquête qui a porté entre autres sur les pratiques de Facebook entre août 2012 et juin 2018.

Le Bureau de la concurrence reproche à Facebook d’avoir laissé croire aux utilisateurs qu’ils pouvaient limiter l’accès à leurs renseignements personnels et leur consultation à l’aide de fonctionnalités de protection des renseignements personnels, comme la page générale des « Paramètres de confidentialité », la page « À propos » et le menu de sélection d’audience des publications.

Mais le réseau social n’a pas limité le partage de renseignements personnels de ses utilisateurs auprès de certains développeurs tiers, peut-on lire dans le communiqué.

Cela va du contenu que les utilisateurs avaient publié sur Facebook aux messages échangés sur Messenger.

Pour le Bureau de la concurrence, Facebook a aussi permis à certains développeurs tiers d’accéder aux renseignements personnels d’amis d’utilisateurs une fois que ces derniers avaient installé certaines applications de tierces parties.

 

 

 

 

 

La Valkyrie d’Adolph Hitler: comment la britannique Unity Mitford a rencontré le Führer 140 fois

 

Le premier livre allemand sur l’aristocrate britannique et fan d’Adolf Hitler Unity  « Valkyrie » Mitford révèle que le Führer était tellement obsédé par elle qu’il l’a rencontrée 140 fois alors qu’il se préparait pour la Seconde Guerre mondiale.

 

Adolf Hitler était aussi fasciné par Unity – l’une des célèbres filles «  It  » des années 1930.

La première biographie allemande traitant de cette attraction mutuelle est publiée et intitulée: «Je feuilletais le magazine Vogue lorsque le Führer m’a parlé. »

L’auteur à succès de science politique Michaela Karl raconte comment le lien a été forgé au restaurant préféré de Hitler à Munich, l’Osteria Bavaria, le 9 février 1935.

Hitler, Unity Mitford et SA Obergruppenfuhrer Franz von Pfeffer, photos à Bayreuth, 1936 Hitler, Unity and SA Obergruppenfuhrer Franz von Pfeffer, pictures in Bayreuth, 1936
L’auteur à succès de science politique Michaela Karl raconte comment le lien a été forgé dans le restaurant préféré de Hitler à Munich.
Il s’agissait du restaurant Ostara Bavaria.

Adolf Hitler et Unity Mitford dans le restaurant préféré du Führer à Munich

Unity a écrit à sa sœur Diana: «À 15 h 00, j’avais fini de manger quand le Führer est venu avec son trench-coat doux et s’est assis avec deux autres hommes à sa table.

« Je feuilletais la vogue quand dix minutes après son arrivée, l’aubergiste est venu et a dit que le chef » voulait vous parler. «  »

L’auteur Karl a dit; « Entre 1935 et 1939, Hitler et Unity se réunissaient tous les dix jours – pour un leader occupé, qui était en même temps un chef du troisième Reich allemand, c’était 140 fois au total, donc étonnamment souvent. »

Il l’emmena bientôt au Festival de Wagner à Bayreuth, au rassemblement de Nuremberg et à d’autres grands événements du national-socialisme. 

« L’unité a rapidement fait partie du cercle restreint », a ajouté Karl. « En Angleterre, elle est toujours bien connue, mais en Allemagne, juste une note de bas de page dans l’histoire. »

L’architecte d’Hitler, Albert Speer, a décrit plus tard Unity: «Elle était une femme très intelligente et avait sa propre tête, pas un type comme Eva Braun, qui ne s’intéressait à rien.

Mais le partenaire de longue date de Hitler, qui l’épouserait à l’effondrement de Berlin en 1945 pour devenir son épouse d’un jour avant de s’évader  avec lui vers l’Argentine, considérait Unity comme un rival.

Le 10 mai 1934, Eva, 23 ans, a écrit dans son journal que l’épouse du photographe personnel d’Hitler, Heinrich Hoffmann, lui avait parlé d’Unity. Eva a écrit: «Mme Hoffmann, sans tact et avec amour, m’a dit qu’il avait maintenant un remplaçant pour moi.

«Enfin, il a pu me connaître si bien, que je n’ai jamais pu lui mettre quelque chose sur le chemin quand il a découvert qu’il voulait son cœur pour un autre.

Une tentative de suicide ratée d’Eva en 1935 a été interprétée par beaucoup comme un acte de jalousie contre Unity.

 

«Enfin, il a pu me connaître si bien, que je n’ai jamais pu lui mettre quelque chose sur le chemin quand il a découvert qu’il voulait son cœur pour un autre.

Unity Mitford, une beauté aristocratique anglaise passionnément dévouée à Hitler

Quand Hitler prévoyait d’avaler l’Autriche en 1938, Unity écrivit à son cousin Winston Churchill: «Cher cousin Winston. L’idée que l’Allemagne tente de dévorer les pauvres, la petite Autriche, qui lutte pour son indépendance, est très ridicule pour tous les Autrichiens.

 

 

 

1932: Trois des sœurs Mitford au mariage de Lord Stanley d’Aldernay, lr Unity Mitford; Diana Mitford (Mme Bryan Guinness, plus tard Lady Diana Mosley) et l’écrivain Nancy Mitford

En mai 1939, Hitler a organisé pour elle un appartement de trois chambres dans le quartier Schwabing de Munich. Les Juifs qui vivaient dans l’immeuble sont partis à l’étranger peu de temps après et Unity a placé deux énormes drapeaux à croix gammée dans la chambre.

Joseph Kennedy Jr., le fils de l’ambassadeur des États-Unis à Londres et frère aîné de John F. Kennedy, a écrit après l’avoir rencontrée: «Mitford est convaincu que le conflit avec l’Angleterre et les États-Unis est, avant tout, la faute de la propagande juive. et le seul moyen de le résoudre était de chasser les Juifs.

Lorsque la France et l’Angleterre ont déclaré la guerre à l’Allemagne en septembre 1939, son monde s’est effondré. Ce qui s’est passé exactement après cela reste trouble: probablement le même jour de la déclaration, Unity s’est tiré une balle dans la tête dans le jardin anglais de Munich.

Hitler a organisé son placement dans le meilleur hôpital de Munich pour le traitement et lui a rendu visite le 8 novembre – la nuit où le menuisier George Elser a tenté de le tuer avec une bombe au Bürgerbräukeller où il parlait.

Il était parti tôt pour lui rendre visite et avait échappé à la mort de 13 minutes. Huit personnes sont mortes dans l’explosion.

Unity a été rapatriée en Grande-Bretagne où elle est décédée de ses blessures en mai 1948. Hitler, a déclaré Karl, ne l’a jamais surmontée.

Unity Mitford wearing a swastika badge with her sister Diana Mitford

 

 

Unity Mitford portant un badge à croix gammée: en Angleterre, elle est toujours bien connue, mais en Allemagne, juste une note de bas de page dans l’histoire

 

À couper le souffle: Le modèle Ground Zero du 9/11 (Un nouveau livre expose l’arme nucléaire utilisée)

…par Heinz Pommer:

De la fin de 2005 à la fin de 2011, j’ai fait des recherches à temps plein sur le 11 septembre et j’ai rédigé 11 livres sur le sujet. J’avais collecté 3,2 téraoctets de données directement liées au 11 septembre : 1000 images, 1000 vidéos et 1000 documents, dont plusieurs centaines de rapports examinés par des pairs. Je pensais, avec une grande confiance, que je savais tout ce qu’il y avait à savoir sur le 11 septembre. Gordon Duff a même organisé un débat privé entre le Dr Jones, le Dr Wood et moi-même fin 2011.

 

Grâce à la sérendipité (don de faire par hasard des découvertes fructueuses), confirmée par le problème d’anniversaire, au début de 2019, j’ai rencontré le physicien Heinz Pommer qui m’a appris le peu que je ne connaissais pas du 11 septembre, mais plus important encore, M. Pommer m’a appris le sens de l’humanité, quelque chose que je pensais bien connaître aussi.

 

 

The Ground Zero Model est  un nouveau livre collectif du physicien Heinz Pommer, du physicien Dr. David Madlener, du physicien Dr. Francois Roby, du marin et physicien Andreas Pieper, avec un court chapitre que l’on m’a demandé d’écrire. Vous y trouverez de nombreux dessins CAO 3D sophistiqués montrant exactement comment les tours jumelles et le bâtiment 7 ont été détruits.

Ces 4 courageux physiciens européens révèlent, encore une fois pour la première fois, «l’empreinte digitale nucléaire» que les auteurs ont laissée derrière eux et que cette empreinte nucléaire se trouve encore à New York aujourd’hui . Les isotopes restent et ils seront là pendant de nombreuses décennies à venir. Pour le tritium, seulement 2 demi-vies se sont écoulées, donc un signal pour des niveaux de tritium légèrement élevés sera toujours trouvé aujourd’hui. Un compteur Geiger ne fonctionnera pas, et cela vient directement du laboratoire d’isotopes en Allemagne. Un équipement coûteux et sophistiqué de détection des radiations serait nécessaire.

J’ai posé une question rhétorique à M. Pommer en passant. Je connaissais la réponse, mais il y a quand même répondu. Voici ce que M. Pommer a révélé lorsque je lui ai demandé pourquoi il avait écrit le modèle Ground Zero (j’espère que je serai autorisé à poster un autre essai ici sur VT sur la coupe en V mentionnée ci-dessous, avec des images, décrivant ce que la coupe en V est, en 2 ou 3 jours).

  1. Pommer écrit:

Imaginez que vous vous sentiez libre. Une fois. Certaines limites et frontières ont toujours existé, mais «liberté» n’a jamais été qu’un mot. Il avait et a un sens. Il a une valeur intrinsèque.

Voici un livre qui explique la destruction physique du World Trade Center. Il détaille l’empreinte nucléaire que nous avons trouvée, et d’autres auxquelles nous devrions nous attendre, si nous n’étions autorisés à les rechercher que sous terre.

Ce livre est une invitation à un voyage à la fois terrifiant et merveilleux. Il est parti d’une description purement physique de l’événement du 11 septembre, comme la coupe en forme de V et la conception de l’appareil nucléaire, mais bientôt il s’est développé et moulé en quelque chose de nouveau.

Au cours de mes recherches, et en tant qu’auteur, j’ai soudain dû me rendre compte que notre «liberté totale» a des limites inattendues. J’ai soudain découvert que vous ne devez pas parler d’une bonne théorie. Il y a des choses dont il est interdit de discuter.

Avec cette interdiction inattendue au niveau académique vient l’étonnement, puis la rébellion. Puis plus d’étonnement, et enfin la question de savoir où pourraient être les vraies frontières.

Le trou du lapin que ce livre dénoue est incroyablement profond. Nous évitons les noms, mais quiconque s’intéresse à cette question comprendra rapidement par qui la Nation a été détournée et pourquoi notre «nouvelle liberté» est privée de sa valeur intérieure, pourquoi le mot «liberté» a été vidé de sa véritable signification.

Et le lecteur comprendra également pourquoi nous devons retrouver notre liberté. Ce combat est toujours devant nous. Notre arme est la vérité. Notre arme est le courage de dire la vérité…

Ensemble, vérité et courage vaincront les Puissances qui détiennent toujours la Nation en captivité. Nous avons besoin de coopération, de respect mutuel et de compassion pour nous permettre de combattre ceux qui livrent des armes nucléaires et biologiques contre le peuple.

Avant de quitter cet endroit, nous devons au moins accepter nos erreurs et essayer de les corriger. Pas pour nos petites raisons individuelles, mais pour nos enfants, collectivement. Pour notre famille, qui s’appelle: l’humanité.

Avec cette motivation, le livre a été écrit.

~ M. Heinz Pommer

Je téléchargerai le livre sur Barnes & Noble mercredi et il sera disponible en couverture rigide, couverture souple et format PDF d’ici la fin de la semaine prochaine ou au début de la semaine suivante sur Barnes & Noble et Amazon. La couverture rigide coûte environ 39,00 $, la couverture souple environ 20,00 $ et le PDF environ 10,00 $. Je recommande le PDF car le livre contient environ 200 liens et tout est entièrement référencé. Le PDF vous permet d’utiliser les liens et également d’utiliser les liens internes du document.

Les auteurs souhaitent ne pas gagner d’argent sur cette entreprise. Nous avons tous été richement récompensés en servant la vérité, au mieux de nos capacités, en prenant la décision consciente de dire la vérité contre le pouvoir. Par conséquent, tous les profits de ce livre sont dirigés vers la FeelGood Foundation à New York, une organisation gérée par John Feel, un pompier et premier répondant qui a survécu à ses blessures et qui aide maintenant à financer les premiers répondants encore mourants.

Ce livre met maintenant un terme à ma quête de vérité sur le 11 septembre. Le livre révèle des choses que personne n’a jamais vues, moi y compris. Les lois de la physique sont appliquées parce que les lois de la physique ne peuvent pas être brisées. La recherche de la vérité sur le 11 septembre est maintenant terminée avec la publication de ce livre tant attendu. Vous n’avez pas besoin de chercher plus loin. Disponible sur Amazon et Barnes & Noble @ 25 mai 2020.

Source : Breathtaking: 9/11, The Ground Zero Model (New Book Exposes Nuclear 9/11)

By VT Editors

May 16, 2020