Vidéo important: Gilets Jaunes ,une répression d’état

Au mois de décembre 2018,le gouvernement français était devenu hystérique!

 

 

Publicités

William Kidd,de gentleman à pirate

William Kidd

 

Le vie trépidante de William Kidd, marchand, rebelle, aristocrate et marin. Un cocktail détonnant, qui placera Kidd, à de nombreuses reprises et pour de nombreuses raisons, sous les bonnes ou mauvaises grâces de la couronne d’Angleterre.

William Kidd, né nous ne savons où. Les versions ou légendes le font naître au milieu du 16ème siècle, probablement en Angleterre ou en Ecosse (près de Greenock). Une chose est certaine, en 1691, il fait parti des hommes actifs et imminents de New York (Nouvelle Angleterre). Il habite la City (à la jonction Cedar St et de William St: toujours la légende), il est marié et possède de nombreux biens. Un bourgeois commerçant bien établi!

Ce qu’on suppose, c’est qu’il a l’expérience de la marine. Il a peut-être participé à la quasi-permanente guerre navale que se livrent l’Angleterre et la France. Guerre durant laquelle, Kidd aurait fait preuve de bravoure et de galanterie. On peut décidément donc saigner élégamment… En tout cas, Kidd semble, d’après les témoignages de son procès, avoir eu un comportement honorable dans ces jeunes années.
Nous sommes en Juin 1689, Jacob Leisler est nommé temporairement gouverneur de la Province (New York) et reste en place jusqu’en Mars 1691. Henry Sloughter est alors commissionné par la couronne (d’Angleterre) gouverneur royal. Fait banal, un banal intérim de pouvoir. Oui, mais… Si Leisler a administré la Province, ce ne fut pas sans heurt et une farouche opposition s’est mise en place (quand elle n’a pas tout simplement désertée la Province pour l’Albany). Leisler et son beau-fils finiront même jugés puis pendus en Mai 1691 (encore un meurtre judiciaire). Après l’arrivée de Sloughter, nous retrouvons le nom du capitaine Kidd dans un compte rendu de l’assemblée provinciale. William Kidd est remercié pour son rôle actif dans l’opposition à Leisler. Le 14 Mai, l’assemblée demande même au receveur général de payer £150 au capitaine Kidd pour ses bons et loyaux services. Ses services ont consisté à mettre à disposition de la Provence des navires armés. On retrouve en Juin 1691, des tractations entre la Province et Kidd pour organiser une chasse aux pirates qui hantent les côtes du Massachuetts. Si les lettres de tractation existent, rien ne prouvent quelles ont abouti et que la chasse aux pirates a été organisée. Mais qu’importe, ces démarches montrent que Kidd a une connaissance de la mer et des affrontements marins.
1695, la guerre qui a précédé l’accession au trône d’Angleterre du Prince d’Orange a fortement affecté les colonies britanniques. Les pirates entrent dans leur âge d’or, la guerre en Europe leur a ouvert des chemins inespérés. Les Indes Orientales sont fortement touchées et les lucratifs échanges commerciaux avec le Grand Moghol faiblissent. L’Angleterre n’a pas les moyens de défendre ses navires de commerce et un appel est lancé aux initiatives privées. Kidd est justement à Londres (pour commercer) à cette période. Son ami, Robert Livingston, la plus grande personnalité de la Province, est aussi dans la capitale anglaise. Très rapidement, ils se lancent dans l’aventure.
Le roi pourra fournir £3000 de sa caisse personnelle (à croire que les rois travaillent). Finalement ce sont ses ministres (Lord Somers, les comtes d’Orford, de Rummey et de Bellamont..) qui délient leurs bourses (un accident ne permettant pas à Sa Majesté de donner la somme promise).
Lord Sommers (chancelier d’état), le duc d’Halifax (ministre des finances), Richard Coote duc de Bellamont (un irlandais, gouverneur général de New-York et de la Nouvelle Angleterre) , Sir Richard Harrison, William Kidd et Robert Livingston forment alors une association.
Le 11 Décembre 1695, Kidd reçoit sa lettre de course. Il doit armer un navire et partir à la chasse des pirates, français et autres ennemis de l’Angleterre. Le 26 Janvier 1696, il reçoit une seconde lettre de course. Cette lettre est exceptionnelle. Elle donne une liste de personnes à arrêter (des pirates notoires dse côtes américaines), le capitaine Thomas Too, William Maze, John Ireland, le capitaine Thomas Wake. Kidd a pour mission de les arrêter et de les remettre dans les mains de la justice. Pour l’aider dans son action toutes les autorités doivent coopérer avec le capitaine Kidd. William Kidd est devenu un homme puissant.

L’Adventure Galley

 

En Avril 1696, Kid quitte l’Angleterre aux commandes du Adventure Galley un navire armé avec un équipage de 80 personnes. Il navigue directement vers New-York. En chemin, il capture un navire français. C’est la première prise. Le navire reste au port 3 ou 4 mois et monte son équipage à 155 hommes. En Juillet, le navire quitte New York pour Madère puis en route vers l’Océan Indien.

William Kidd est un fidèle sujet britannique des colonies d’Amérique. C’est un riche marchand de New-York, marin, défenseur de l’Angleterre contre les Français. En somme, un homme respectable, exécutant pour le compte d’un conglomérat d’hommes puissants (comte, ministres et autres gouverneurs) une chasse aux pirates le long des côtes américaines.
En tout cas, c’est l’image de Kidd à son départ. Mais très vite, l’homme surprend son monde. Il part bien à la chasse aux pirates mais ceux d’Indes Orientales plutôt que d’Indes Occidentales. Y-aurait-il eu méprise sur les termes?

Neuf mois de mer pour arriver à Madagascar et toujours rien. La morosité gagne l’équipage de l’Adventure. Un matin, trois voiles à l’horizon! Pas de doute ce sont des boucaniers avec deux prises. L’équipage s’agite fébrilement, ils vont enfin ramasser de l’or!
Consternation: Kidd déclare que ce sont des navires de guerre anglais… Le capitaine Warren commande cette flotille. Les entretiens entre les deux capitaines durent trois jours. Finalement, Kidd fuit à la faveur de la nuit après que Warren lui ait pressé quelques hommes. 
1697, l’Adventure arrive enfin à Madagascar et ses ports remplis de pirates. Une fois encore, c’est la déception: les pirates sont partis en chasse… Même pas un simple navire à se mettre sous la main. Le navire fait halte pour réapprovisionner puis met le cap vers Malabar et l’Inde. Il arrive à Malabar 4 mois plus tard, sans aucune prise. Le mécontentement règne à bord de l’Adventure. 
Puis un coup du destin, ils aperçoivent un navire à l’ancre près de l’île Joanna. Kidd met un canot à la mer, gagne l’île et découvre que le navire est français. Hélas, il est aussi vide! Son équipage et sa cargaison ont disparu. Cependant, il arrive à saisir de l’or aux Français qu’il retrouve. Les premières saisies se font à terre, Kidd est décidément un drôle de corsaire…
Puis c’est la route vers Malabar pour se réarmer. En route, il croise plusieurs vaisseaux de l’Empire Mongol (la puissance dominante de l’époque) allié de l’Angleterre. La tentation est grande pour Kidd et son équipage. La tentation est là: attaquer les marchands et faire facilement fortune ou suivre les ordres. L’équipage de l’Adventure a déjà fait son choix, le navire frôle la mutinerie. Les hommes sont prêts à franchir la frontière et à devenir pirates. 
Ils décident de franchir le Rubicon, en apprenant qu’une riche flotte mongole va être envoyée de la mer rouge en Chine, via le détroit de Babelmandel. La tentation est trop grande, Kidd annonce à son équipage qu’ils font attaquer le convoi. En chemin, à court d’argent, ils pillent un village d’autochtones. Puis, ils se mettent en embuscade et, après plusieurs jours d’attente, les voiles sont en vue. Une fois de plus, c’est la déception. Le convoi est accompagné de frégates anglaises et hollandaises. Kidd tente de se saisir rapidement d’un galion isolé. Il espère le capturer avant que les navires de guerre ne puissent intervenir. Mais, dès les premiers coups de canon, les frégates dévient leur route et partent vers le galion en détresse. Kidd préfère abandonner son projet. Il peut attaquer des navires mongols mais pas s’en prendre ouvertement à la marine anglaise. Il décide de retourner vers les côtes de Malabar. En chemin, il capture le Maiden un navire appartenant à un marchand d’Aden. Le Maiden est commandé par un Anglais, le capitaine Parker. Parker est finalement embauché par Kidd pour être son pilote ainsi qu’Antonio, un matelot portugais qui parle les langues de la région. Les autres hommes d’équipage sont violentés et torturés en vain car le Maiden ne recèle pas l’or tant attendu. 

 

Ensuite, c’est le retour à Malabar, plus exactement au port de Carawar où se trouvent également plusieurs navires de commerce anglais. Dès que l’Adventure arrive au port, Kidd reçoit la visite de gentlemen anglais: M Mason and M Harvey. Ces derniers l’accusent d’être un pirate et lui demandent ce qu’il a fait du Maiden, de son capitaine, et du matelot portugais. Kidd leur montre ses lettres de courses et leur fait remarquer qu’il est inconcevable qu’un homme ayant la confiance du roi puisse être à la tête d’une bande de pirates. Les deux hommes capitulent, même s’ils ne sont pas convaincus.
Pendant ce temps, évidemment, les Parker et Antonio sont confinés en fond de cale et sévèrement gardés. Kidd ne demande pas son reste et quitte rapidement le port.
Peu de temps après, un navire de guerre portugais entre à Carawar. Mason and Harvey parlent au capitaine portugais et lui font part de leurs doutes quant à Kidd. Le navire portugais se met en chasse de l’Adventure. Les deux bateaux finissent par se rencontrer: c’est l’affrontement. Après six heures de combats, Kidd décide de fuir le champ de bataille. Nouvelle déception: six blessés dans l’équipage, toujours pas de prise. L’Adventure doit cependant faire une escale à terre pour réparation et pour faire le plein de provisions. Sans argent, le ravitaillement se fait à coups de pistolet et de sabre. Au cours de la rapine, un homme d’équipage est tué. Les représailles ne tardent pas: l’Adventure canonne le village, les marins brûlent les huttes restantes. Un indigène est capturé, attaché à un arbre, puis chaque membre d’équipage lui tire une balle dans la tête. Kidd vient de signer un pacte de piraterie avec son équipage. Piraterie soit, mais piraterie terrestre…
Plus tard, l’Adventure croise un navire hollandais. L’équipage de Kidd veut le capturer, mais celui-ci refuse. La mutinerie s’installe. Kidd s’arme et déclare que quiconque veut capturer le navire hollandais peut y aller mais qu’il ne remette plus les pieds à bord de l’Adventurer. La tension monte encore d’un cran quand William Moore prend à parti Kidd l’accusant de les ruiner et d’en faire des mendiants de la mer. En guise de réponse, Kidd l’assomme d’un coup de saut. Moore meurt le lendemain. La mutinerie est matée. Etrange épisode qui voit un capitaine pirate refuser d’agir comme un pirate et s’oppose à son équipage qui souhaite hisser le pavillon noir. Kidd joue encore et toujours sur les deux tableaux.

Puis, c’est la fin de la campagne de corsaire, la croisade des pirates commence. Le 18 November 1697 un navire de commerce mongol est en vue. Kidd hisse le pavillon français et part en chasse. Le capitaine du bateau mongol est un Hollandais nommé Mitchel. Se voyant poursuivi par des Français, il fait hisser le pavillon français également. Kidd hisse alors son pavillon anglais. Le navire ne tarde pas à être pris. Prise légale: Kidd a arraisonné un navire français…
A son bord, Kidd trouve un capitaine hollandais et un Français nommé Leroy qui prétend être passager à bord du navire. Un navire mongol, allié des Anglais et commandé par un capitaine hollandais allié des Anglais, avec un passager Français, ennemi des Anglais. Kidd devrait libérer le bateau mais il a choisi son camp. Il prétend que le bâtiment est français et que Leroy en est le propriétaire. Il se doit donc de le saisir. Mensonge de pirate et justification légale: Kidd joue sur les deux tableaux! Le navire est saisi et baptisé November (devinez pourquoi…). Rapidement le November est revendu contre or et argent. 

1698, c’est un navire portugais qui croise la route de Kidd. Le navire est pris, sans un bléssé! La prise est correcte ($2000). Kidd relâchera le navire portugais sans violence. Au milieu du mois de décembre, un grand navire mongol, le Quedash Merchant, est repéré. 400 tonneaux! Kidd hisse le pavillon français et la chasse est lancée. Elle continue en canonnade et se termine par la rédition de Wright, le capitaine du Quedash Merchant. Kidd prend possesion du Quedash Merchant et se débarrasse de l’équipage en le laissant dériver dans des canots. 
Kidd a maintenant deux navires. L’Adventure est cependant en mauvais état et finalement Kidd choisi de le brûler. Kidd est un pirate et se rend au grand rendez-vous de la piraterie: le port de Sainte Claire (Madagascar). Ces derniers mois, il a empoché £64000, un joli magot. Son arrivée sur l’île est remarquée. Tous les pirates connaissent Kidd et surtout ses lettres de commission contre les pirates. L’un d’entre eux, Culliford, est surpris de voir Kidd arriver. Les deux hommes se connaissent, ils ont combattu ensemble les français sur le même navire le Blessed William. Le Blessed William été commandé par Kidd, avant d’être volé par Culliford à la suite d’une mutinerie Depuis, Culliford s’est fait une bonne réputation de flibustier. Ne sachant que faire, Culliford envoie des hommes sur le Quedash Merchant sonder Kidd. Les pirates apprennent que Kidd est l’un des leurs. Culliford l’invite même à son bord. A terre, les fêtes sont nombreuses, les bagarres aussi. Après quelques jours passé à madagascar, Kidd n’a plus d’équipage: mort, échappé, enrôlé sur d’autres navires (le Blessed William surtout)…
Quand Culliford quitte Sainte Marie le 15 juin 1698, Kidd n’a plus que 15 hommes d’équipage. Le temps sont difficiles pour Kidd qui a la réputation ni d’être un marin audacieux, ni d’être un capitaine « agréable ». Il arrive cependant à réarmer son bateau et décide de revenir vers les Indes Occidentales (les Caraïbes), £80000 en poche. Retour peut-être motivé par le fait que le gouverneur des Indes Orientales l’a fait placer sur la liste des pirates devant être arrêtés.

Le cimetière de pirates de Sainte Marie
Le cimetière de pirates de Sainte Marie

 

Le voyage est long et sans divertissement: pas une voile ne sera aperçue. En Mars 1699, le Quedash Merchant arrive à Anguilla (ou Snake Island) une île sur laquelle se trouve une petite colonie britannique. Ici, Kidd apprend qu’il a été nommé pirate par le parlement anglais, qu’une commission d’enquête est ouverte à son encontre et qu’un navire de guerre, le Queensborough, est à sa recherche. Il apprend aussi qu’un décret royal offre le pardon à tous les pirates de la côte Est du cap de Bonne Espérance qui se repentiront avant Avril 1699. Tous, excepté William Kidd et un certain Avery.

Les temps deviennent durs pour le capitaine Kidd.

Après de nombreux déboires, des revers de fortune et quelques mauvaises actions en Mer Indienne, William Kidd retourne aux Caraïbes. Sur l’île d’Anguilla, il apprend que son nom est noté sur la liste des pirates.

Kidd découvre avec étonnement qu’il est considéré comme un pirate, un hors-la-loi, par le gouvernement anglais. Il reste cependant confiant car sa mission est couverte par un ordre royal. Il a toujours trouvé une trace de Français à bord des navires qu’il a capturés. Il a même en sa possession des lettres de course en français qui légalisent ses prises. 
Kidd fait également confiance aux hauts personnages qui ont soutenu et financé son aventure. Des hommes aussi influents ne peuvent pas le laisser tomber ! Mais tout de même, le fait est accompli, il est accusé! En réalité, Kidd est devenu un bouc émissaire. Ces amis et mécènes sont devenus ses accusateurs les plus acharnés. Tous pour se couvrir de la rumeur selon laquelle « Kidd est devenu pirate » le dénoncent et l’accusent. Il est rapidement considéré comme l’ennemi publique numéro un. Un pirate, plus par réputation que par les faits.
A Anguilla, Kidd et son éqiupage sont sur leurs gardes. Ils scrutent l’horizon en permanence, à l’affut de la moindre voile sur l’horizon. Ils décident de gagner rapidement le Venezuela et l’ile de Curacoa. Le Venezuela est petit, certes, mais il est surtout hollandais c’est-à-dire hors des juridictions anglaises. Arriver à bon port, Kidd achète un sloop, l’Antonio, pour regagner New York. Il est bien décidé à prouver son innocence. Voyager avec le Quedash Merchant est trop risqué: le bateau est connu mais surtout c’est un navire mongol, allié de l’Angleterre. Les deux navires navigent jusqu’à Saint Domingue. Le Quedash Marchant est confié au commandement d’un pirate nommé Bolton et reste caché sur l’île, tandis que Kidd regagne New York.
Que devient le Quedash durant ce temps? Personne ne le sait exactement. On raconte que l’équipage a hanté les Caraïbes, pillant et attaquant jusqu’à ce que tous périssent. Certains racontent qu’il a disparu dans une tempête, d’autres qu’il a été déserté par son équipage avant d’être brulé.

Mais revenons à Kidd. Kidd semble remettre tous ses espoirs en Lord Bellomont, devenu gouverneur de New York et grand financeur de l’expédition. Mais, car il y a un mais, Bellomont pense que lui aussi va être inculpé dans l’affaire Kidd comme responsable des actes de piraterie. Ainsi, dès que Bellomont va apprendre que Kidd est sur le chemin du retour (les choses étant décidément peu secrètes à cette époque qui pourtant ne connait pas le téléphone portable), il envoie un sloop armé à sa rencontre. 
Par chance, le navire de Kidd a besoin de réparations et doit faire halte à Lewiston dans le Delaware. Nous sommes en Juin 1699. Gillam, un des pirates de l’équipage, s’enfuit. Il sera sans doute un des indics des poursuivants de Kidd. Puis Kidd regagne la mer et, par méfiance ou par prudence, ne rejoind pas directement New York. Il remonte prudemment la côte de Long island, puis Oyster Bay. D’ici, il écrit une lettre à Bellomont dans laquelle il explique ses craintes d’aborder un port anglais aux ouirs des rumeurs à son propos. 
Quelques temps plus tard, Kidd reçoit la visite de Emot, un homme de loi de New York. Emot lui explique que Bellomont est à Boston. Kidd charge alors Emot d’apporter une seconde lettre à Bellomont. Dans ce courrier, Kidd ne nie pas avoir été le témoin d’actes de piraterie, mais les attributs tous à ses membres d’équipage, lui n’étant qu’au final qu’un otage. Il déclare pourvoir rendre visite à Bellomont avec des preuves de son innocence si on peut garantir sa sécurité. Bellomont accepte.

 

Finalement, après une étape à Bock island, où il reçoit la visite de sa femme, puis une halte à Gardiner’s island, Kidd arrive à Boston en Juillet 1699.

Arrestation de William Kidd.

 

 

A son arrivée, Lord Bellomont demande Kidd en entretien. On ne sait rien de cette discussion, ni si elle est réelle ou inventée. Le 6 Juillet, Kidd est arrêté et l’Antonio saisit. On s’étonne de ne trouver que peu de richesses à bord du navire: la légende du trésor caché de Kidd vient de naître. 
Le 17 Juillet, Le capitaine Nicholas Evertse rapporte que le Quedash Merchant a été brulé après que sa cargaison fut déchargé sur un autre navire à destination du Venezuela. 
La nouvelle de l’arrestation de Kidd arrive en Angleterre. Le procès se tiendra à Londres. Les anglais envoient un navire de guerre chercher le prisonnier. L’agitation gagne le pays. Les rumeurs parlent d’un procès en présence du roi et de ses ministres. L’excitation monte dans le pays (C’est l’effervescence quand le navire chargé de le ramener arrive vide après avoir essuyer une forte tempête, quelques jours après son départ). L’affaire Kidd est devenu une affaire d’Etat. 
Après l’arrivée de Kidd à Londres, la politique commence. Une pétition demandant le report du procès de Kidd circule. Il faut du temps pour réunir des preuves et assurer la condamnation de l’inculpé. La prison de Newgate accueille un pensionnaire de plus. Pour une année…

Entre temps, la chambre des communes met en accusation le duc d’Oxford et Lord Somers pour leurs connexions avec Kidd et pour l’extraordinaire lettre de commission qu’ils lui ont remis. Pour rappel, Kidd avait obtenu les pleins pouvoirs pour arrêter toutes les personnes soupçonnées de piraterie et les mener devant un tribunal. Ce que Kidd a transformé en pleins pouvoirs pour décider qui était pirate ou non et sans faire appel à une cours de justice. Finalement, les ministres sont également accusés de de détournement!
Tout ce complique pour Kidd. Les anti-ministres, les Tory, veulent faire pendre Kidd puis prouver que les ministres sont aussi coupables que lui. Tandis que les ministres, les Whigs, font preuve du plus grand zèle pour faire pendre Kidd et ainsi montrer qu’on les a dupés. Les chances d’avoir un procès équitable sont minces…
Les ministres ne seront finalement pas destitués, suite à un vote du parlement (56 vs 23). Lord Bellomont voyant les problèmes qu’il pourrait avoir, préfère regagner New York où, habilement, il meurt en Mars 1700. Pendant ce temps, Kidd délire et sombre dans la folie à la prison de Newgate.
Le 27 Mars 1701, Kidd comparaît devant la chambre des Communes. De cette journée, il n’y aucune retranscription. Kidd aurait cependant déclamé son innocence et aurait refusé d’impliquer d’autres personnes que lui dans son affaire.

Le procès de William Kidd

 

Le procès commence le 8 Mai 1701. Le premier acte d’accusation porte sur le meurtre de William Moore. Les témoins pour l’accusation sont deux anciens membres de l’équipage de Kidd: Joseph Palmer et Robert Bradinham. Verdict coupable! Second acte d’accusation, acte piraterie sur le Quedash Merchant, témoin: Joseph Palmer et Robert Bradinham. Les lettres de laisser-passer, saisies sur le navire par Kidd puis par la justice, lors de l’arrestation de Kidd, sont introuvables. Verdict coupable. La procédure se prolongera sur encore deux actes. Vendredi 9 Mai, après un temps cumulé de 1h30 min de délibérations, Kidd a été jugé quatre fois coupable de meurtre, vol et piraterie. William Kidd est condamné à la pendaison. Joseph Palmer et Robert Bradinham sont pardonnés.

Vendredi 23 Mai 1701, Kidd avance péniblement vers son échafaud de l’Execution Dock de Wapping. Il a bu beaucoup de rhum et ses derniers mots sont empâtés: il blâme son équipage mutin, et les « vilains » Bellomont et Livingston. La première pendaison rate (la corde se rompt), heureusement qu’il y a trois autres condamnations. La deuxième fois sera la bonne. Puis le corps de Kidd est lavé trois fois dans la tamise avant d’être enfermé dans une cage de fer puis exposé à Tilbury Point. 

Voici la fin de William Kidd, un pirate mythique. Ce qui m’étonne dans cette histoire, c’est que Kidd n’apparaît jamais comme un pirate mais comme une victime. Victime d’un équipage mutin, victime d’une lutte de pouvoir, victime des circonstances. Il y a finalement peu de choses que l’histoire aurait du retenir de ce pirate. Mais il reste son trésor que certains recherchent toujours activement (on parle de plusieurs dizaines de millions cachés quelque part). Nous sommes loin de la flamboyance sanguinaire d’un Monbars.

Pendaison et exposition du corps de William Kidd
Pendaison et exposition du corps de William Kidd

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE PIRATE EDWARD JORDAN: UN DESTIN PIRE QUE LA MORT

«Le Seigneur aie pitié de moi! Que feront mes pauvres enfants? » – Edward Jordan, sur le point d’être capturé

Les restes d’Edward Jordan, facilement étiquetés ‘Pirate’, vous savez donc que cela doit être vrai!

 

PREMI`RE ENQUÊTE …ET VERSION DE L’AFFAIRE

 

Edward Jordan a été décrit comme un homme à «apparence attrayante». Son visage était innocent et sans lignes, malgré ses trente-sept ans, et il avait un teint frais et roux, des cheveux noir de jais, des yeux brun foncé, de fortes dents blanches et un grand rire (Stairs 1962: 28). »Jordan était un« Black Irishman »originaire du comté de Carlow, en Irlande. Il avait été impliqué dans les événements qui préparaient la rébellion irlandaise de 1798. Au cours de cette rébellion, il fut capturé, jugé et condamné à mort. il a réussi à s’échapper, seulement pour être rattrapé. Devenu informateur, Jordan a reçu le Pardon du roi et s’est marié, mais a été forcé de fuir l’Irlande lorsque ses contacts antérieurs ont découvert sa trahison. Son épouse Margaret et lui ont atterri à New York en 1803, puis à Montréal (Québec) et enfin à Gaspé. Terre-Neuve où il s’est établi pêcheur avec l’aide d’un créancier. En tant que pêcheur, le gagne-pain de Jordan était constitué par sa goélette Three Sisters, qui doit son nom à ses trois jeunes filles à l’époque. Cependant, affligé de malchance constante, Jordan s’endette auprès de son créancier et sollicite l’aide des marchands d’Halifax, J. & J. Tremain (Stairs, 1962).

Après une série d’événements plus lamentables, Jordan est redevable à J. & J. Tremain. Vers la fin de 1809, ces marchands de Halifax envoyèrent à Captain Stairs la tâche de récupérer les 1 000 quintaux (1 quintal pesant environ 100 kg) de poisson promis par Jordan pour rembourser sa dette. Une fois à Gaspé, Stairs n’a trouvé que 100, et non 1000 quintaux, et a été obligé d’emmener Trois Sœurs de Jordanie pour rembourser sa dette. Néanmoins, Stairs a proposé à Jordan et à sa famille de se rendre à Halifax à bord de leur navire, où il pourrait trouver un emploi plus facilement qu’à Gaspé (Stairs 1962: 28). Le 10 septembre 1809, trois sœurs s’embarquèrent pour Halifax avec le capitaine Stairs, trois membres d’équipage (John Kelly, Tom Heath et Ben Matthews), Edward Jordan, son épouse Margaret Jordan et leurs quatre enfants (Howell 1995: 8).

Trois jours plus tard, le 13 septembre, Jordan sortit un pistolet et tira sur le Capitaine Stairs mais le manqua et tua Heath, qui se tenait à côté de lui. Un conflit a immédiatement éclaté opposant Jordan et Margaret à Stairs et Matthews. Il a été rapporté que tout au long de la lutte, Kelly a continué à naviguer et à diriger  le Three Sisters. Jordan, avec l’aide de Margaret, a tué Matthews. Après avoir été blessé, Stairs a sauté à la mer. Jordan insista pour changer de cap afin de «s’assurer que John était fini» (Stairs 1962: 30). Kelly refusa, déclarant qu’il était peu probable que les escaliers fassent le retour à la mer dans la mer qui coule et que s’ils devaient faire passer le navire, il serait difficile, voire impossible, de localiser des escaliers par mauvais temps. la goélette (Escalier 1962: 30).

Jordan, sa famille et Kelly s’embarquèrent pour Terre-Neuve avec l’intention d’embaucher un équipage et de retourner en Irlande. Une goélette se dirigeant vers le Massachusetts, cependant, a sauvé Stairs. Il s’est ensuite rendu à Halifax, où il a relaté ce qui s’était passé à bord de Three Sisters. Le consul britannique a diffusé une description du navire tout au long de la côte est. Les instructions à toutes les autorités judiciaires étaient «d’arrêter Jordan et Kelly, chaque fois qu’ils étaient trouvés, accusés de piraterie et de meurtre» (Stairs 1962: 31). La raison pour laquelle Jordan a été accusé de piratage et non de mutinerie, c’est qu’il était techniquement un passager à bord du navire et non un membre d’équipage, même si cela ne faisait guère de différence, les peines étant les mêmes: mort.

Une fois que le crime a été annoncé à Halifax, une récompense de 100 £ a été offerte pour la capture du «pirate Jordan» (Stairs 1962: 32). Les croiseurs ont été envoyés hors du port d’Halifax pour abattre Three Sisters. Elle a finalement été capturée par la goélette HMS Cuttle à Bay of Bulls, à Terre-Neuve (Howell, 1995: 8). Bien que Jordan et sa famille soient déterminés à se rendre en Irlande, ils ont tous été amenés à Halifax.

La Cour d’amirauté a tenu le procès en vertu des lois de William et de Mary. Jordan a été reconnu coupable et condamné à être pendu. Son épouse, Margaret, a été libérée car le tribunal a estimé qu’elle avait agi par «contrainte ou crainte de son mari» (Stairs 1995: 9). »Jordan a été exécuté le 23 novembre 1809« sur une terrasse près de Freshwater. / [Bridge] Halifax, pendu jusqu’à la mort. Après l’exécution, son corps a été goudronné et pendu ou enchaîné au parc Point Pleasant de Black Rock Beach, près de Steele’s Pond »(Conlin 2007: 1).

Des lois sévères ont été élaborées au cours de l’âge d’or de la piraterie (1690-1750), telles que les lois britanniques sur la piraterie, qui exigeaient que les corps des pirates exécutés soient affichés en public afin d’avertir les autres marins. La même année, la Royal Navy avait recruté quatre ou six mutins sur l’île McNab à Mauger’s Beach (Hangman’s Beach), juste en face du port de Black Rock Beach (Conlin 2007: 1). Tous les navires qui entraient dans le port d’Halifax en 1809 étaient confrontés à un gant de cadavres en décomposition pour les accueillir à Halifax. Pour les citoyens de Halifax qui ont traversé le parc Point Pleasant, la vue du cadavre de Jordan aurait été inévitable, car il se trouvait juste à côté de la route principale. Il y est resté pendant plus de trois décennies, se détériorant lentement et tombant dans la mer jusqu’à ce qu’il ne reste plus que le crâne. En 1844, le crâne a été recueilli dans le parc Point Pleasant et a finalement été confié au Nova Scotia Museum (NSM). En 2007, il a été présenté au Musée maritime de l’Atlantique (MMA) dans le cadre de l’exposition Pirates: mythe et réalité.


 

SECONDE VERSION DE L’AFFAIRE

LE CAS EDWARD JORDAN,PREMIER PIRATE CONDAMNÉ AU CANADA

On peut devenir pirate par choix, par mégarde, parce que l’occasion se présente, par vengeance ou par psychose. C’est cette explication qui pourrait convenir le mieux à Edward Jordan: premier pirate à être condamné au Canada.

Edward Jordan est un pirate de la dernière heure, en ce sens qu’il commence sa carrière (si on peut la nommer ainsi) au début du 19ème siècle, presque 80 après l’âge d’or de la profession.

Jordan est né en Irlande. Fils d’un famille de bigots, il hérite de la ferme parentale à 16 ans. Il mène une vie respectable ou tout au moins en accord avec les principes moraux et judiciaires de son état. Il sera ainsi « deputy-receiver » i.e. collecteur des loyers pour un grand propriétaire terrien. Métier peu populaire qui va conduire Jordan à l’exil.

En effet, un des « locataires » va déposer une plainte contre Jordan et l’accuser d’appartenir à une bande de rebelles. A cette époque, qu’importe la réputation, Jordan est jeté en prison et, après huit jours d’enfermement, il apprend qu’il sera exécuté le lendemain (sans procès bien entendu). Jordan s’échappe.

Il reste, cependant, en Irlande. Il décide de faire profil bas et travaille comme laboureur. Il apprend alors que les dragons irlandais ont brulé sa ferme et jeté sa mère dans la brasier. C’est l’acte de trop. Jordan rejoint les rebelles. Il prend part à la bataille de Wexford, se posant en défenseur des protestants hors des champs de bataille, ne pillant pas et n’assassinant pas. Un rebelle propre sur lui en résumé.
Fin de 1798 = fin de la rébellion, Jordan profite de l’Amnesty Act pour reprendre une vie plus ordinaire. Il se marie avec Margaret Croke en 1798. En 1799, l’administration découvre que finalement ses papiers ne sont pas en règle. Il est arrêté, emprisonné et jugé. Il est acquitté grâce à la légèreté des faits qui lui sont reprochés. Par prudence, Jordan et sa famille déménagent à New Ross où Jordan travaille chez un marchand. 
Après quatre années de ce régime, Jordan devient un homme aigri et trouve l’Irlande trop petite. Il n’a aucune chance d’évoluer ici. Il songe au nouveau monde. Sa décision est aussi motivée par les frémissements d’une nouvelle révolte irlandaise et tous les problèmes que cela entrainera pour lui (il connait déjà trop bien la justice anglaise).
Jordan, sa femme, et ses quatre enfants émigrent au Canada: Montréal, Québec puis Percé dans la péninsule de Gaspé où il tente de s’installer comme fermier. Les déboires continuent et, rapidement, il est criblé de dettes. Lors d’une visite à Halifax, il rencontrent les frères Tremaines, des marchands, qui lui prêtent £70. Ici les avis divergent.
Selon Jordan, il aurait parlé d’une goélette en sa possession qui aurait besoin de gréements et d’hommes pour être remise à flot. Les Tremaines lui auraient alors prêté les gréements et des hommes et lui auraient promis de prendre le navire dans leur flotte de commerce antre Halifax et les Indes Occidentales. Jordan lui certifia qu’il ferait le travail et que le navire baptisé « les trois soeurs » (en hommage à ses filles) leur serait renvoyé contre une somme de £500.
L’autre version, celle des frères Tremaines, dit que Jordan aurait déclaré posséder 1000 quintaux de morue séchée à Gaspé, qu’il aurait besoin de renflouer son navire pour vendre sa marchandise et rembourser ses dettes. La somme prêtée, les frères Tremaines, envoient un homme, le capitaine John Stairs, pour s’assurer qu’ils récupéreront leur bien (John Stairs est un marin aguerri ayant découvert les joies de la navigation grâce à la presse anglaise et quelques années de marin dans la marine de guerre anglaise…). Lorsqu’il arrive à Gaspé, il découvre que Jordan n’a que 100 quintaux de morue. Il saisit alors le « les trois soeurs » au nom des Tremaines qui l’ont armé. Désespéré, Jordan sombre dans la boisson et ne dessaoule pas du jour et de la nuit. Sa femme aussi est désespérée: ruinée elle n’a plus rien pour habiller ses enfants. John Stairs lui aurait alors donné un calico de coton pour qu’elle puisse confectionner des vêtements. Geste mal interprété par Jordan qui accuse sa femme d’adultère et la bat sévèrement. 

Le 10 septembre 1809, le « les trois soeurs » quitte Gaspé pour Halifax avec, à son bord, le capitaine John Stairs, son second John Kelly, les marins Thomas Heath et Benjamin Matthews, Edward et Margareth Jordan et leurs enfants. Pour Stairs, c’est une faveur qu’il a accordé à la famille Jordan en les ramenant à Halifax. Pour Edward Jordan, c’est une ruse. Stairs veut le conduire en prison. La psychose s’installe, il doit s’échapper…

Le 13 septembre, Stairs prend son quart. Heath est dans son dos. Soudain Jordan surgit, un pistolet dans la main, et fait feu. La balle écorche le nez de Stairs et finit sa course dans la poitrine de Heath. Stairs, au sol, recherche une arme tandis que Jordan approche une hache à la main. Mais Stairs en a vue d’autres dans la marine anglaise. Il se jette finalement sur Jordan en appelant Kelly et Matthews à l’aide. Stairs arrive a désarmer Jordan et le repousse. Il part à la recherche d’une arme tout en s’interrogeant sur le manque de réactivité de ses deux hommes d’équipage. Il appelle Kelly mais c’est Margareth Jordan qui se jette sur lui. Nouvelle mêlée, Stairs se débarrasse de la valkyrie et cherche toujours une arme sur le pont. Pendant ce temps, Edward Jordan a retrouvé une hache et se précipite sur Stairs. En chemin, il croise Matthews qu’il massacre à coups de hache. Stairs voit qu’il n’a aucune chance à bord. Il lance un panneau d’écoutille par dessus bord et se jette à l’eau.

Comportement sanguinaire, détournement d’un navire, Jordan Edward est devenu un pirate…

 

Nous avons laissé Edward Jordan, le 13 septembre 1809, alors qu’il vient de se saisir du «Trois Soeurs». Un acte dicté par d’obscures raisons, acte de piraterie ou pas? La question n’a pas de réponse claire, ce qui est certain c’est que des hommes ont péri.

Trois jours plus tard, le « Trois soeurs » entre dans les eaux de Terre-Neuve et jette l’ancre à Fortune Bay. Jordan Edward se fait nommer John ou Edward Tremaine. Kelly, lui, endose le rôle du capitaine John Stairs. Une fois à terre, Jordan tente de recruter des hommes d’équipage. Il trouve deux postulants, William Crewe et John Pigot, qui souhaitent se rendre à Halifax. Cependant, le comportement de Jordan et Kelly alarme Pigot qui se pose des questions sur le véritable but de deux apprentis pirates. Pigot mégote, il reçoit un billet lui assurant un quintal de morue comme paiement contre son travail. Ca ne suffit pas pour estomper ses soupçons et, finalement, Jordan le menace de l’attacher au mât pour y être fouetté comme l’autorisent les règlements maritimes face à des équipages récalcitrants. Pigot se calme subitement.
Après une semaine au port de St Marie, Jordan loue les services d’un pilote, Patrick Power, pour se rendre à St John puis faire route vers l’Irlande. Jordan se déclare pressé de faire route vers sa terre natale, cependant il reste tranquillement au bord, assurant à Power qu’il est en attente d’argent que doit lui remettre un créancier. Quelques jours plus tard, alors qu’il rentre à son navire avec Power, Jordan ne trouve que Kelly et deux marins à bord. Il demande où se trouve Margareth sa femme. « A terre » déclare Kelly qui reçoit ordre d’aller la chercher. Femme à bord, Jordan va se coucher, laissant Kelly et les autres boire sur le pont. Soudain, il surgit subitement, frappe sa femme en hurlant « You Shore, I hear you talk! ».
La dispute dégénère. Power garde la tête froide et éloigne les mousquets des belligérants. Jordan se bat maintenant avec Kelly et sa femme, Power tente de limiter les dommages. Finalement les trois arrivent à calmer Jordan (avec du rhum) et le laisse endormi dans sa couchette. Kelly demande à Power de garder les mousquets: « Vous ne savez pas quel sorte d’homme est Jordan » déclare-t-il. Même comportement de Margareth qui dit: « vous ne savez pas quelle diablerie ces mousquets ont créés». Durant la nuit, Magareth demande à Power et à Pigot de la laisser fuir à terre. Sans succès.

Tandis que Jordan, pour d’obscures raisons, reste au Canada au lieu de fuir, nous avons laissé John Stairs flottant sur son écoutille. Son naufrage ne dure pas longtemps. Trois heures et demi plus tard, il est recueilli sur l’Eliza, un bateau de pêche américain puis débarqué à Hingham (Massachusetts). Stairs, préviendra le consul britannique de Boston de son infortune avant de regagner Halifax. Le 10 Octobre 1809, le journal Nova Scotia Royal Gazette fait paraître dans ces colonnes, l’aventure de Stairs. Dans cet article, Jordan est présenté comme un pirate sanguinaire et meurtrier. Une prime de £100 est offerte par le gouverneur George Prevost. Le 20 Octobre, la somme passe à £200 grâce à un complèment des frère Treimane. 

Les affaires se corsent pour Jordan qui, sans doute, apprend la nouvelle lors d’une sortie à terre. Jordan décide, enfin, de se hâter, mais Power déclare que le navire n’est pas prêt à traverser l’océan pour l’Irlande. Il leur faut faire des vivres et du bois avant de partir. Provisions faites, Jordan ordonne d’appareiller. Mais un fois de plus, Power s’y oppose prétextant un manque de vent. C’en est trop, Jordan demande à des hommes en chaloupe de tracter le navire hors du port. Power l’interroge sur son soudain empressement. Jordan réplique qu’il est criblé de dettes et qu’un vaisseau de la Navy britanique , le «HMS Cuttle», est à sa recherche et doit saisir les «Trois soeurs».
Power décide alors de quitter ce navire devenu subitement peu certain. Mais l’affaire n’est pas aisée car Jordan a besoin d’un capitaine pour son navire. Power tente alors de quitter le navire en empruntant la chaloupe des « Trois soeurs ». Il reçoit l’aide de Kelly pour cette manœuvre. Hélas pour lui, Kelly quitte le navire mais sans emmener Power avec lui. Power est maintenant prisonnier du navire. De son côté Jordan prend les choses en main. Il met les voiles et demande, hache à la main, à Power de naviguer ou de mourir. Power s’execute mais à sa manière…
Au loin, une voile pointe, Power se dirige droit sur elle et refuse de changer de route. Il déclare à Jordan qu’il s’agit d’un bateau de pêche. Un peu plus tard, Jordan est pris de panique à la vue de la voile qui approche. Il s’agit du navire de la Navy. Rapidement, le « trois soeurs » est capturé, et son équipage arrêté. Kelly sera capturé, plus tard, à terre.

Le procès qui suivra sera rapide. Edward et Margareth Jordan seront accusés de meurtre, piraterie et vol en haute mer. Pigot, Stairs et Power seront les témoins de l’accusation. Margareth déclare avoir pris à parti Stairs uniquement pour protéger ses enfants d’un homme furieux. Argument valable pour la cour puiqu’elle sera acquittée par les juges. Quant à Edward Jordan, il déclare n’avoir pris possession que de ce qu’il lui appartenait déjà. Edward Jordan fut condamné pour piraterie et pour les meurtres de Heath et Mathews. Ces meurtres sont qualifiés de diaboliques et provoqués par un esprit possédé que, ni la présence de ses enfants ni celle de sa femme, n’est capable de contenir. Edward Jordan sera pendu le 24 Novembre 1809, à Point Pleasant, puis son corps sera exposé sur un gibet dans une cage de fer jusqu’à ce que la nature fasse son œuvre.

Ainsi se termine la vie de Jordan Edward, premier pirate a être pendu au Canada. Piètre pirate, meurtrier certainement, victime d’un état qu’il aura fui puis retrouvé d’une manière que nul n’aurait pu imaginer.

Reconstitution de la pendaison de Jordan ainsi que son exposition dans une cage de fer pendant 3 décennies.

 

 

 

 

Photo du Jour/Picture of the day :L’abeille devant la fleur/The bee in front of the flower

Les abeilles ne sont pas amicales, elles ne sont pas mignonnes et elles ne sont certainement pas câlin – mais sans abeilles, nous mourrions tous de faim dans les cinq prochaines années ! La population mondiale d’abeilles est en déclin, en raison de l’utilisation répandue de nicotinidés, des produits chimiques non nuisibles pour les abeilles. Les scientifiques sont très inquiets à ce sujet. Les abeilles du monde sont les plus grands champions de nos cultures vivrières, fertilisant tout, des grains comme le maïs et le blé aux fruits comme les fraises et les pommes. Sans le soin des abeilles, les récoltes ne se concrétiseront pas et les récoltes échoueront. Il ne nous faudra pas longtemps pour manger toute la nourriture stockée dans des fournitures d’urgence et la famine mondiale va commencer. Les abeilles nous donnent également cette friandise sucrée la plus saine, le miel, qui est, en soi, suffisante pour nous aimer et les apprécier!

Les plantes disparaissent à un rythme plus alarmant que les animaux |

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1183468/disparition-plantes–rythme-animaux Les plantes disparaissent à un rythme plus alarmant que les animaux vendredi 14 juin 2019 à 14 h 44 Depuis 1900, trois espèces de plantes disparaissent chaque année. C’est le double des disparitions qu’on remarque chez les animaux et c’est 500 fois plus rapide que ce que l’on observerait si la nature en était […]

via Les plantes disparaissent à un rythme plus alarmant que les animaux | ICI Radio-Canada.ca — Enjeux énergies et environnement

Réseau pédophile mondial:Arrestation de près de 1 700 pédophiles suspectés lors de l’opération «Cœur brisé»

Le ministère américain  de la Justice a annoncé ,le 11 Juin 2019, l’arrestation de près de 1 700 personnes soupçonnées d’avoir commis des crimes sexuels sur Internet au cours d’une opération nationale de deux mois menée par les forces opérationnelles contre crimes contre les enfants. Les forces opérationnelles ont identifié 308 délinquants qui ont produit de la pornographie juvénile ou commis des abus pédosexuels, et 357 enfants qui ont subi des abus sexuels récents, répétitifs ou anciens ou qui ont été exploités dans la production de pornographie enfantine.

Les 61 forces opérationnelles de «l’Independent Commission Against Corruption», répartis dans les 50 États et composés de plus de 4 500 services de police fédéraux, étatiques, locaux et tribaux, ont dirigé l’opération coordonnée connue sous le nom de «Cœur brisé» en avril et mai 2019. Au cours de l’opération, les équipes spéciales ont enquêté sur plus de 18 500 plaintes concernant des crimes à l’aide de la technologie visant des enfants et ont présenté plus de 2 150 présentations sur la sécurité sur Internet à plus de 201 000 jeunes et adultes.

«L’abus sexuel d’enfants est répugnant, et cela cible les plus innocents et les plus vulnérables de tous», a déclaré le procureur général William P. Barr.

«Nous devons faire respecter la loi contre les prédateurs sexuels et, avec l’aide de notre programme Crimes contre les enfants sur Internet, nous le ferons. En l’espace de deux mois seulement, nos groupes de travail de « l’Independent Commission Against Corruption » ont enquêté sur plus de 18 000 plaintes d’abus liés à Internet et aidé à arrêter 1 700 auteurs présumés d’abus. J’aimerais remercier notre Bureau des programmes du Bureau de la justice, tous les membres du groupe de travail, et en particulier les partenaires de l’État et les partenaires locaux qui nous ont aidés à atteindre ces résultats importants. Nous nous engageons à traduire en justice les accusés dans ces affaires et à protéger tous les enfants américains.»

L’opération visait des suspects qui :

(1) produire, distribuer, recevoir et posséder de la pornographie juvénile ;

(2) se livrer à l’incitation en ligne d’enfants à des fins sexuelles ;

(3) se livrer à la traite sexuelle d’enfants ;

et (4) voyager d’un État ou d’un pays étranger à l’autre et abuser sexuellement des enfants.

Le programme de «l’Independent Commission Against Corruption» est financé par le Bureau de la justice pour mineurs et de la prévention de la délinquance (OJJDP) du Département au sein du Bureau des programmes de justice (OJP). En 1998, l’OJJDP a lancé le programme des forces opérationnelles de «l’Independent Commission Against Corruption» afin d’aider les organismes d’application de la loi fédéraux, étatiques et locaux à améliorer leurs réponses d’enquête aux délinquants qui utilisent Internet, les systèmes de communication en ligne ou la technologie informatique pour exploiter les enfants. ce jour, les équipes spéciales de «l’Independent Commission Against Corruption» ont examiné plus de 922 000 plaintes pour exploitation d’enfants, qui ont abouti à l’arrestation de plus de 95 500 personnes. En outre, depuis la création du programme ICAC, plus de 708 500 agents des services de détection et de répression, procureurs et autres professionnels ont été formés aux techniques d’enquête et de poursuite dans les affaires liées à «l’Independent Commission Against Corruption».

Source : https://www.justice.gov/opa/pr/nearly-1700-suspected-child-sex-predators-arrested-during-operation-broken-heart

 

 

 

 

Une province anglophone au Canada épouse l’Islam et la langue arabe

Les Jardins de l’Aga Khan à Edmonton…nous montre l’importance de l’ami de Justin Trudeau,chef d’une puissante secte islamique.

 

 

Le gouvernement de l’Alberta, une province de l’Ouest du Canada, vient d’annoncer que le mois d’octobre de chaque année sera célébré comme le Mois du Patrimoine islamique. Cette décision tombe quelques mois après l’intégration de l’arabe dans les écoles publiques.

Dans une mosquée,un vendredi à Calgary:on y fête l’Aïd.

Le Mois du Patrimoine islamique sera une occasion pour la communauté musulmane de diffuser l’histoire de l’Islam dans la province de l’Ouest du Canada, la sixième plus vaste du pays.

Irfan Saber, le ministre des Services sociaux et communautaires, qui est lui même musulman, annonce fièrement que « les communautés musulmanes de l’Alberta font partie intégrante de notre richesse culturelle, économique, sociale et historique. J’espère que tous les Albertains profiteront de cette occasion pour en apprendre davantage sur l’islam et sur la manière dont les musulmans ont façonné le patrimoine de notre province et promu notre diversité ».

« Le mois de l’héritage islamique est une occasion de célébrer la diversité des personnes qui adhèrent à la religion islamique et de reconnaître leurs importantes contributions à nos sociétés en tant que dirigeants spirituels, politiques et sociaux. Je suis très fier que beaucoup de musulmans aient choisi l’Alberta comme leur patrie« , a dit Christina Gray, la ministre du Travail de la province anglophone.

« En tant qu’Albertains, nous avons la chance de témoigner et de participer à la Déclaration du mois du patrimoine islamique. Cette reconnaissance continuera au fil des ans pour rappeler à chacun d’être fier de notre identité collective. Il s’agit de célébrer la communauté et de soutenir nos efforts pour faire de l’Alberta reste un meilleur endroit où vivre« , ajoute Dr. Nahla Juma, présidente du Conseil des communautés musulmanes d’Edmonton.

Les membres du Congrès islamique canadien (CIC) et du Muslim Council of Calgary se félicitent aussi de cette décision qui va propager la doctrine de l’islamisme.

Pour les musulmans ici, l’islam a un rôle très important à jouer dans la société canadienne. Car en islam, la religion devrait être imbriquée à la politique et les politiques du gouvernement devraient être influencées par les religieux.

Le Mois du Patrimoine islamique sera transformé en Alberta en une machine de propagande pour les islamistes qui veulent se cacher derrière l’écran de la diversité culturelle et qui ont réussi à infiltrer de nombreux niveaux de gouvernement provincial en Alberta pour servir les membres de la soi-disant Oumma globale, qui est dirigée à partir de centres islamiques au Moyen-Orient.

Ailleurs au Canada, comme en Ontario, l’expérience de tenir un Mois du Patrimoine islamique, qui semble être une bonne idée comme moyen de faire la sensibilisation vis-à-vis la communauté musulmane, a montré qu’il est devenu un outil qui permet aux islamistes d’asseoir leur idéologie politique qui est enracinée dans les Frères musulmans.

Les islamistes canadiens poursuivent subtilement la promotion de la Sharia qui avait apporté d’indicibles souffrances dans le monde musulman. Sous le couvert du multiculturalisme, le Canada permet à cette idéologie de prendre racine au pays ce qui va accélérer la décomposition de la société canadienne.

Rappelons que 2018 marque le 30e anniversaire de la Loi sur le multiculturalisme canadien.

Si les gens ont droit à leurs croyances, ceux qui répandent l’idéologie dangereuse de l’Islamo-fascisme et du djihad armé contre l’Occident et ceux qui ne parviennent pas à renoncer à cette doctrine, ne devraient avoir aucune place au Canada.

Des organisations musulmanes somaliennes au Canada reconnaissent que «État islamique» avait mobilisé des jeunes de l’Alberta.

Le gouvernement Fédéral de Justin Trudeau refuse de se pencher sur l’infiltration lente mais constante des islamistes à l’intérieur des institutions gouvernementales ; des hommes et des femmes qui sont inspirés par le fondateur des Frères musulmans Hassan Al-Banna et son adjoint Syed Qutb. Ces deux personnalités islamiques ont prêché le djihad contre l’Occident et demandé aux musulmans ordinaires de lutter contre les «infidèles».

La mosquée d’Ottawa.

La province de l’Alberta offre le programme de langue arabe

Les islamistes qui soutiennent le Hamas et les Frères Musulmans ont réussi déjà en 2017 à introduire la langue arabe dans les écoles publiques de cette province anglophone.

Le ministre de l’Éducation de l’Alberta, David Egan, avait introduit, en mars 2018 le Arabic bilingual program destiné à toutes les écoles du gouvernement de l’Alberta qui offre un programme bilingue de la maternelle à la « K-12 », (la 12e année).

 

Le ministre de l’Éducation de l’Alberta, David Egan, lance à Glengarry School à Edmonton le programme d’enseignement de la langue arabe

« En créant un programme d’études en langue arabe en Alberta, nous offrons aux écoles davantage d’options pour répondre aux besoins de la communauté dont elles ont besoin« , a déclaré le ministre de l’Éducation.

Les élèves de Glengarry School ont joué une pièce de théâtre intitulée « Le Monde arabe » et ont passé en revue leurs compétences en matière de Dabkeh, une danse populaire palestinienne, au cours de la célébration.

Le programme bilingue arabe de l’école publique en Alberta connait la croissance la plus rapide en nombres des inscrits durant la rentée scolaire 2018-2019, surtout dans les écoles publiques de la ville d’Edmonton.

« La multiplicité des cultures dans notre société contribue à renforcer notre pouvoir en tant que force économique et culturelle … et soutenir l’éducation aux langues bilingues est un moyen de s’assurer que les étudiants albertains sont prêts pour une économie mondiale... », a dit le ministre de l’Éducation de l’Alberta.

Le programme d’arabe de l’école Glengarry à Edmonton compte 631 étudiants en ce moment.

Prière à l’Université d’Edmonton.

Pour absorber les enfants des immigrants musulmans, la cheffe du gouvernement de l’Alberta, Rachel Nutelli, annonce l’octroi de 393 millions de dollars à 20 projets de nouvelles écoles. Le budget 2018 alloue 393 millions de dollars à ces nouveaux projets, qui devraient être achevés pour l’année universitaire 2022-2023.

« Le Calgary Education Council a toujours besoin de nouvelles écoles et de mises à jour pour répondre au nombre croissant d’élèves de Calgary et à leurs besoins en matière d’éducation. Au nom de nos étudiants actuels et futurs, nous sommes reconnaissants de ce financement pour créer ces nouveaux espaces d’apprentissage dans nos communautés en développement  »

Ces nouvelles écoles répondent à la pression des arabes et les musulmans dans les zones urbaines d’Edmonton, Calgary, Grand Prairie et Lethbridge. Le Canada avait accueilli de millers de réfugiés syriens. On parle de centaines de milliers de personnes qui vont débarquer dans les prochaines années, d’Afrique du Nord, des Afghans, des Irakiens, de l’Iran, du Pakistan, d’Égypte, du Soudan, de la Somalie, de l’Afghanistan…

Les réfugiés syriens qui arrivent du Canada proviennent entre autres du Liban et de la Turquie.

Justin Trudeau et sa main sur le coeur :un spectacle touchant pour les islamistes.

Des faits brefs sur l’Islam en Alberta

  • Alberta compte déjà une dizaine d’écoles islamiques privées qui enseignent l’Arabe et la doctrine islamique.
  • La première mosquée au Canada – la mosquée Rasheed – a été construite à Edmonton en 1938 et est conservée comme site historique au parc Fort Edmonton.
  • La mosquée de Karim à Lak La Bisch était la deuxième mosquée construite au Canada.
  • Selon les statistiques canadiennes, l’Islam est le groupe religieux qui connaît la croissance la plus rapide au pays, avec plus de 1,1 million de membres.
  • Le parc Agha Khan à Edmonton , un parc de 4,8 hectares, a été inauguré le 16 octobre 2018 avec un don de 25 millions de dollars par le prince musulman Son Altesse l’Aga Khan, 49e imam des musulmans ismaéliens nizarites, et ami de Justin Trudeau.
  • Parmi les personnalités musulmanes connues de l’Alberta, des activistes islamo-féministes Hilwe Hamdon et Lili Flehman, alors que deux écoles publiques ont été nommées à leur noms à Edmonton.
  • Kadam Larry Shabbin a été député de Lesser Slave Lake de 1975 à 1980 et a été le premier musulman au Canada à occuper le poste de ministre du gouvernement.
  • Le premier acteur musulman au Canada de 1997 à 2008, Rahim Jaafar, vient de Edmonton-Strathcona.
  • Naheed Nenshi est le premier maire musulman de Calgary, une grande ville du Canada, en Alberta.

Source:Dreuz.info.

Vidéo et article:Le Québec ,dernière colonie survivante de l’Empire Britannique: Le Coup d’état du Canada contre le Québec

 

La Bataille de Londres

– Dessous, secrets et coulisses du rapatriement constitutionnel Frédéric Bastien est le premier historien qui se penche sur ces événements en s’appuyant sur une étude systématique des archives, notamment les documents secrets du Foreign Office. C’est grâce à ces derniers que nous apprenons que Trudeau, dans son entêtement, est allé jusqu’à enfreindre une règle fondamentale des gouvernements démocratiques, soit celle de la séparation des pouvoirs, compromettant d’emblée la légitimité du nouveau régime constitutionnel.

Un rapatriement légal mais inconstitutionnel!

28 septembre 1981 La Cour suprême rend son verdict sur le rapatriement unilatéral de la Constitution en septembre 1981 : le rapatriement unilatéral de la Constitution est tout à fait légal. Par contre, comme six juges sur neuf reconnaissent l’existence d’une convention constitutionnelle, le gouvernement fédéral devra obtenir le consensus des provinces. Mme Solange Chaput-Rolland, ancienne membre de la commission Pépin-Robarts sur l’unité canadienne, et José Woehrling, professeur de droit constitutionnel à l’Université de Montréal, expliquent le jugement de la Cour suprême. À l’unanimité, les juges de la Cour suprême considèrent dans leur jugement que les modifications proposées par le fédéral affectent les droits des provinces. Par conséquent, une majorité de ces juges croient qu’une convention constitutionnelle oblige le fédéral à obtenir l’assentiment des provinces pour demander le rapatriement. Cinq juges sur sept pensent que celle-ci oblige le gouvernement fédéral à obtenir leur accord. Le fédéral décidera donc de ne pas outrepasser la position des provinces et tentera d’obtenir leur approbation. Le premier ministre de la Colombie-Britannique et porte-parole de l’alliance des huit, Bill Bennett, se réjouit de la décision de la Cour suprême.

Le gouvernement Trudeau se voit en quelque sorte forcé à négocier avec les provinces. À l’annonce du jugement, Pierre Elliott Trudeau est en Océanie. Il va profiter des rencontres du Commonwealth à Melbourne pour commencer son « lobbying » auprès de la reine. À son retour, le premier ministre va convoquer une conférence des premiers ministres provinciaux afin d’obtenir l’appui d’une majorité d’entre eux.

 

 

La signature sans le Québec est une insulte suprême,un coup d’état bien orchestré.

 

Pierre Elliott Trudeau et Mao Tsé Tung 1973.
PET portait une admiration sans borne au sanguinaire leader communiste.
Le fils,Justin Trudeasu qui a été intronisé chez les francs maçons par son père,voue la même admiration pour un autre dictateur communiste chinois: Xi Jin Ping.

 

– Le gouvernement péquiste exige du gouvernement Harper qu’il «ouvre les livres» du Conseil privé pour faire toute la lumière sur cette affaire trouble. – Face au refus aussi rapide que prévisible d’Ottawa, le ministre Alexandre Cloutier annonce que le gouvernement Marois préparerait «une offensive», dont on attend les détails.

– Voyant sa crédibilité remise en cause ouvertement, l’adjoint exécutif juridique de la Cour suprême réagit à la vitesse de l’éclair en ces brefs termes: «La Cour attache une très grande importance à son indépendance institutionnelle et à la confidentialité de ses délibérations, et elle examine présentement la teneur de ces allégations». S’il n’y aura évidemment pas d’«enquête» de la Cour sur la Cour, sa réaction rapide trahit tout de même une certaine inquiétude. Quoiqu’il serait fort étonnant, pour ne pas dire inconcevable, que la Cour suprême en vienne à conclure à sa propre perte de crédibilité…

– Constitutionnalistes et politologues interviewés dénoncent quant à eux le comportement allégué du juge Laskin (décédé en 1984). Ils demandent aussi que le gouvernement Harper «ouvre ses livres». Le tout, en faisant remarquer avec raison, que la constitution de 82 continuera malgré tout à s’appliquer au Québec. Publicité

– Constatant le caractère grave des allégations, certains experts proposent carrément le déclenchement d’une enquête indépendante. Un minimum dans les circonstances. – Dans les médias anglophones, d’ici et hors Québec, on rapporte l’histoire, mais on la commente peu.

– À Ottawa, on banalise et réduit le tout à des «vieilles chicanes» du passé. La réaction de Justin Trudeau — futur chef du PLC et fils de Pierre Trudeau -, s’en fait l’écho parfait.

– À Québec, le Parti libéral de Philippe Couillard marche sur des œufs tout en demandant, timidement, de faire la lumière. – Côté CAQ, la réaction de François Legault voulant que cette histoire n’ait plus d’importance aujourd’hui, en laisse plusieurs pantois et fait décrocher bien des mâchoires. Qu’un chef de parti se comporte de manière à banaliser une question pourtant centrale à l’existence politique du Québec risque de laisser des traces. De le voir contribuer ainsi à endormir une population qui a pourtant grand besoin de retrouver sa conscience politique nonobstant les convictions de chacun sur cette question cruciale, en laissera plusieurs sur leur faim.

– Jeudi soir, sur les ondes de RDI à 24 heures en 60 minutes, l’ex-premier ministre Lucien Bouchard, pourtant un proche de M. Legault, se fait cinglant et qualifie la réaction du chef caquiste d’«inacceptable» : «Comment un chef de parti, qui veut devenir un jour premier ministre du Québec peut réagir de façon aussi légère à quelque chose d’aussi important, qui est au cœur même de la vie constitutionnelle canadienne? N’oublions pas que le rapatriement, la Charte, du côté de beaucoup de gens, c’est perçu comme l’acte fondateur du Canada moderne.» – Pour les caquistes, ce retour en force de la question constitutionnelle prouve que contrairement à leur principal mantra, elle est loin d’être enterrée. Pour les libéraux et les caquistes, l’intervention de Lucien Bouchard leur met une pression considérable en les enjoignant publiquement de se réveiller sur l’«affaire» de la bataille de Londres.

– Au gouvernement Marois, nul doute qu’on entend se servir du tout pour faire la «pédagogie» d’une telle duperie. Ayant exigé du Conseil privé canadien qu’il «ouvre ses livres», il reste cependant à voir s’il sera également capable, ou non, d’aller au-delà de la rhétorique de dénonciation pour reprendre la promotion de son option comme étant sa véritable réponse…

Le vrai visage de Pierre Elliott Trudeau, Les Intouchables, 

Il y a 37 ans entrait en vigueur, le 17 avril 1982, une importante modification de la constitution du Canada, la Loi constitutionnelle de 1982, qui a donné naissance à la Charte canadienne des droits et libertés. Cette charte a été imposée par Trudeau au Québec avec l’accord des neuf provinces anglophones. Trudeau a reconnu en 1986 « qu’à cette dernière étape il fallait presque un putsch, un coup de force. »

EN CONCLUSION

Étant donné que François Legault,l’homme d’affaire multimillionnaire  est devenu premier ministre  du Québec,nous avons  tout à craindre d’un formatage  des cerveaux de la jeunesse actuelle,au Québec.

François Legault est devenu premier ministre du Québec suite à « l’écoueurantite aigüe » qui a marqué le règne des libéraux (2003-2012,2014-2018) .La loi 21 sur la laïcité va  réveiller la franc maçonnerie,le crime organisé et les migrants djihadistes et autres que Justin Trudeau a laissé entrer …librement!C’est l' »État Profond » qui a largué les libéraux (contrôlé par la famille Desmarais et leurs alliés).

J’avais prédit l’élection de François Legault en 2018 suite à cette décision des Desmarais:tantôt la CAQ et Legault auront des comptes à rendre!

Il est important pour les Illuminatis et leNouvel Ordre Mondial que les québécois de souche restent endormis et abrutis par le travail en attendant leur mise en minorité par l’immigration massive…Legault semble rentrer dans leur jeu!

Si le peuple québécois se réveille à temps,il se rendra compte qu’il se fait « fourrer » à chaque élection.

Encore une fois,je le répète:Si les élections,au Québec ou/et même au Canada pouvaient servir à changer quelque chose,on les  enlèverait et on les rendrait illégales!

Seule la désobéissance civile bien organisée pourrait changer ce système basé sur l’élite et l’oligarchie financière bourgeoise!Le système canadien actuel est né dans la tête de Pierre Elioth Trudeau,le franc maçon ,et est basé sur la division du peuple par la multi-ethnicité et le mondialisme.Souvenez-vous comment le petit Justin était à genoux devant Donald Trump quand celui-ci ait réclamé  un nouvel ALENA!

Lors de l’élection de Jean Charest,en 2008,Pauline Marois lui serre la main.

 

 

Nouvel Ordre Mondial:L’Occident se culpabilise pour satisfaire aux visées de l’Islam

En 1988, The Satanic Verses est publié. Il est écrit par Salman Rushdie (à gauche), citoyen britannique. L’Ayatollah Ruhollah Khomeiny (à droite), son « guide suprême » en 1989, a condamné Rushdie à la peine de mort pour avoir écrit ce livre. L’affaire Rushdie semble avoir profondément façonné la société britannique.

 

 

 

Il y a trois ans, le gouvernement italien a pris une décision honteuse. Il a voilé ses statues antiques romaines pour ne pas offenser le président iranien en visite, Hassan Rouhani. Les statues nues étaient enfermées dans des cases blanches. Un an auparavant, à Florence, une autre statue représentant un homme nu de style gréco-romain avait également été couverte lors de la visite du prince héritier d’Abou Dhabi. Aujourd’hui, l’une des galeries d’art britanniques les plus célèbres a recouvert deux tableaux, après que des musulmans se soient plaints de leur  » blasphème « .

À la Saatchi Gallery de Londres, deux œuvres, contenant encore des nus, superposés cette fois-ci avec une écriture arabe, ont suscité des plaintes de visiteurs musulmans, qui ont demandé que les peintures soient retirées de l’exposition Rainbow Scenes. À la fin, les peintures étaient recouvertes de feuilles. « Le Saatchi se comporte comme l’Arabie saoudite, dissimulant à la vue du public les œuvres qui blasphèment contre l’islam », a commenté Brendan O’Neill à proposde Spiked. Un expert a décrit les peintures comme  » Les versets sataniques à nouveau « . Il était fait référence au livre de Salman Rushdie, citoyen britannique, publié en 1988. En 1989, le « Guide suprême » iranien, l’ayatollah Ruhollah Khomeini, avait condamné Rushdie à mort pour avoir écrit le livre. La prime sur Rushdie ‘à 4 millions de dollars en 2016 lorsqu’un groupe d’Iraniens a ajouté 600 000 dollars à la « récompense » – sans protestation de la part de la Grande-Bretagne.

C’est après Les Versets sataniques de Rushdie que de nombreuses maisons d’édition occidentales ont commencé à s’incliner devant l’intimidation islamiste. Christian Bourgois, une maison d’édition française qui avait acheté les droits, a refusé de publier The Satanic Verses . C’était la première fois qu’un écrivain, au nom de l’islam, était condamné à disparaître de la surface de la terre – à être assassiné pour une prime.

Rushdie est toujours avec nous, mais le meurtre en 2004 de Theo van Gogh pour avoir produit et réalisé un film, « Submission », sur la violence islamique à l’égard des femmes; la mort de tant arabo-islamiques intellectuels coupables d’écrire librement, les émeutes de caricatures danoises et les nombreux essais (par exemple, ici et ici ) et les tentatives de meurtre (comme ici et ici) , l’ abattage au magazine satirique français Charlie Hebdo , attaques après le discours de Benoît du pape à Ratisbonne, annulation des livres et des textes , représentation de Mahometenfermés dans les entrepôts des musées, et les menaces et sanctions croissantes, y compris la flagellation, infligées à d’innombrables journalistes et écrivains tels que Raif Badawi , d’ Arabie saoudite , devraient nous alarmer – ne pas nous mettre à genoux.

Comme le montre la capitulation de la galerie Saatchi, la liberté de parole en Europe est à présent épuisée et faible. Jusqu’à présent, nous avons cédé aux extrémistes islamiques et aux apaisements occidentaux. C’est la leçon tragique de l’affaire Rushdie, 30 ans plus tard: aucun auteur n’oserait écrire Les Versets sataniques aujourd’hui; aucune grande maison d’édition telle que Penguin ne l’imprimerait; les attaques des médias contre les « islamophobes » seraient encore plus fortes, de même que la trahison sans fond des diplomates occidentaux. De plus, aujourd’hui, grâce aux médias sociaux en tant qu’arme de censure et menaces de masse implicites, tout auteur serait probablement moins chanceux que ne l’était Rushdie il y a 30 ans. Depuis ce temps, nous n’avons fait aucun progrès. Au lieu de cela, nous avons vu le jihad contre les Versets sataniques encore et encore.

« Personne ne voudrait aujourd’hui écrire ‘ The Satanic Verses’ , et encore moins le publier », a déclaré l’écrivain Hanif Kureishi. « L’écriture est maintenant timide parce que les écrivains sont maintenant terrifiés ».

Selon l’auteur Kenan Malik, écrivant en 2008:

« Ce dont nous parlons ici n’est pas un système de censure formelle, en vertu duquel l’État interdit les oeuvres jugées offensantes. Plutôt, ce qui s’est développé est une culture d’autocensure dans laquelle le fait de offenser est devenu moralement inacceptable Au cours des 20 années écoulées depuis la publication des Versets sataniques, la fatwa s’est effectivement intériorisée « .

L’affaire Rushdie semble également avoir profondément façonné la société britannique. La reddition de la Saatchi Gallery à Londres n’est pas unique. La galerie Tate Britain a exposé une sculpture de John Latham intitulée « Dieu est grand » du coran, de la Bible et du Talmud incrustés dans du verre. « Tamburlaine le Grand » de Christopher Marlowe a été censuré au Barbican Centre. La pièce faisait référence au prophète de l’islam « ne méritant pas d’être vénéré », ainsi qu’à une scène dans laquelle le Coran est brûlé. La Whitechapel Art Gallery de Londres a purgé une exposition contenant des poupées nues qui auraient peut-être dérangé la population musulmane. Aux peintures du centre commercial de Londres, un tableau « ISIS Threaten Sylvania » de l’artiste Mimsy a été censuré pour avoir montré aux terroristes des animaux en peluche sur le point de massacrer des animaux en peluche en train de pique-niquer.

Au Royal Court Theatre de Londres, Richard Bean a été contraint de se censurer pour une adaptation de « Lysistrata », la comédie grecque dans laquelle les femmes entament une grève sexuelle pour arrêter les hommes qui veulent partir en guerre. Dans la version de Bean, des vierges islamiques se mettent en grève pour arrêter les kamikazes terroristes.

Malheureusement, au nom de la lutte contre « l’islamophobie », l’establishment britannique semble maintenant se soumettre à la charia rampante: et à purger et à censurer un discours à lui seul.

Récemment, de grands intellectuels conservateurs ont été licenciés au Royaume-Uni. L’un d’entre eux est le philosophe sans égal Roger Scruton, qui a été limogé par un comité gouvernemental pour avoir déclaré que le mot « islamophobie » avait été inventé par les Frères musulmans  » pour mettre fin à la discussion sur un problème majeur « .

Puis ce fut le tour du grand psychologue canadien Jordan Peterson, dont la bourse de recherche à l’Université de Cambridge fut annulée pour avoir posé avec un homme portant un t-shirt  » Je suis un fier islamophobe « . Le professeur Peterson a déclaré par la suite que le mot « islamophobie » avait été « construit en partie par des personnes se livrant à l’extrémisme islamique, afin de garantir que l’islam ne soit pas critiqué en tant que structure ».

Les cas de Scruton et Peterson ne font que confirmer la signification réelle de l ‘ « islamophobie », un mot inventé pour faire taire toute critique de l’ islam par quiconque, ou comme Salman Rushdie a commenté , un mot « créé pour aider les aveugles restent aveugles ». Où est la répulsion attendue depuis longtemps?

En 2008, Tim Walker , du Telegraph , citait le célèbre dramaturge Simon Gray, affirmant que Nicholas Hytner, directeur du National Theatre de Londres de 2003 à 2015, « s’est contenté d’offenser les chrétiens », mais « se garde de rien bouleversé les musulmans  » Les dernières personnes qui l’ont fait sont les journalistes du magazine satirique français Charlie Hebdo . Ils ont payé de leurs vies. En refusant d’affronter le discours policier, ou de soutenir la liberté d’expression de Salman Rushdie, Roger Scruton, Jordan Peterson, Charlie Hebdo et Jyllands-Posten– juste la pointe d’un énorme iceberg – nous avons commencé sur la voie de la soumission à la charia et à la tyrannie. Nous avons tous dissimulé notre culture prétendument « blasphématoire » avec des burqas pour éviter d’offenser des personnes qui ne semblent pas nous déranger de nous offenser.

Sources:Giulio Meotti, éditeur culturel pour Il Foglio, est un journaliste et auteur italien.