Nouvelle Société du Vril:Important message spirituel:Demain sera une date ultime pour toutes les formes de vie …sur Terre

Message reçu de l’au delà par télépathie

Tout comme Maria Orsic ( et c’est pourquoi je me sens tellement proche delle et de sa vision spirituelle) quand je dors,je fais parfois des rêves qui restent dans mon esprit longtemps après mon réveil.Ce matin ,j’ai fait cette constatation à nouveau que je me suis mis à écrire, une fois bien éveillé.

Ce matin,mon rêve a transcendé un événement qui m’a marqué dans ma vie:soit  la journée du 21 décembre 2012!Voici ma vision que j’ais par écrit après avoir longuement médité :

Une grande Réinitialisation Spirituelle se fera

Demain,le 28 mars 2023,se produira un certain alignement de plusieurs planètes qui aura la même influence que le 21 décembre 2012:une puissante attraction magnétique  poussant l’énerie du soleil vers la Terre en direction du Centre de Notre Galaxie Bien-Aimée!

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette énergie sera canalisée par de nombreuses civilisations dans l’espace qui s’en feront une immersion d’énergie,pour ensuite l’analyser!Beaucoup suivront  et se concentreront sur ce flux d’énergie ,dont la Nôtre  l’aura initialisé!

Voir la suite de ce message avec la vidéo sur ce lien:

Important message spirituel:Demain sera une date ultime pour toutes les formes de vie …sur Terre

 

Troisième Guerre Mondiale en développement:La Russie détruit le bunker de commandement souterrain profond de l’OTAN à Kiev

Selon Pronews, « plus de 300 officiers de l’OTAN » ont été tués dans une « frappe terrifiante » par un missile volant à Mach 12.

Comme l’a rapporté le 12 mars le portail grec d’informations politiques et militaires Pronews, citant des sources américaines, au cours d’une opération de représailles à une provocation dans la région de Bryansk, un missile hypersonique russe « Dagger » a frappé un centre conjoint de commandement et de communication Ukraine-OTAN.

Selon toute vraisemblance, nous parlons de la défaite de «l’état-major fantôme» de l’OTAN en Ukraine. Le bunker souterrain secret, construit à une profondeur de 400 pieds (120 mètres), abritait plusieurs officiers et conseillers de l’OTAN, soit un total de plus de 300 personnes. À ce jour, selon le portail, 40 personnes ont été extraites des décombres du quartier général souterrain, mais la plupart de celles qui sont mortes sous les décombres n’ont pas encore été retrouvées.

On ne sait pas, poursuit le portail, exactement combien de citoyens occidentaux et combien d’Ukrainiens ont été tués à la suite de la frappe « Dagger ». « La plupart d’entre eux, » selon Pronews, « sont des Britanniques et des Polonais, mais il y avait aussi des Américains et des représentants d’entreprises privées qui prennent en charge la communication et la transmission de données. On verra dans les prochains jours dans quelle mesure cela affectera la conduite des opérations ukrainiennes et occidentales et les tentatives d’arrêt de la phase finale de l’offensive russe sur Bakhmut.

« Il s’agit », déclare Pronews, « de la première frappe d’une telle ampleur contre le personnel militaire des pays de l’OTAN, et on ne sait pas comment les capitales occidentales réagiront à cela, bien qu’en cas de réaction, ce serait une reconnaissance de la participation active du personnel militaire otanien à la guerre contre la Russie. ”

Selon le représentant officiel du ministère russe de la Défense, le lieutenant-général Igor Konashenkov, les bases des drones d’attaque ont été détruites, le transfert des réserves et le transport ferroviaire des armes étrangères ont été perturbés, et les installations de production pour la réparation du matériel militaire et la production de munitions ont été désactivées.

Selon le commandant en chef des forces armées ukrainiennes, Zaluzhny, sur les conséquences de la frappe russe sur des cibles ukrainiennes dans la nuit du 8 au 9 mars, la partie russe a tiré 81 missiles, dont Kh-47 Kinzhal, X -22, Kh-101 / Kh-555, ainsi que 8 drones Geranium. Selon Zelensky, « ce fut une nuit difficile »; comme l’ont noté les observateurs, tandis que le président de l’Ukraine ressemblait à un chien battu.

Les déclarations des responsables ukrainiens ne disent rien sur la destruction du bunker de l’OTAN et la mort de militaires occidentaux. Cependant, des informations circulent dans le public ukrainien selon lesquelles le 9 mars, une délégation de l’état-major général d’Ukraine s’est rendue à l’ambassade américaine à Kiev, comme on le suppose, afin de transférer les listes des Américains morts pendant la frappe.

« L’utilisation de missiles hypersoniques a accru l’anxiété des États-Unis et démontré que la Russie dispose d’une arme à capacité nucléaire difficile à intercepter« , a déclaré le Washington Post. Les États-Unis n’ont pas encore été en mesure de développer leurs propres missiles avec des caractéristiques similaires, ce qui rend les pays occidentaux encore plus vulnérables, ont conclu les auteurs de l’article.

Le chasseur-bombardier Mig 31 K

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Kinzhal est le dernier système russe avec des missiles aérobalistiques hypersoniques portés par des intercepteurs MiG-31K spécialement équipés. Le missile a une faible visibilité radar et une grande maniabilité et est conçu pour détruire des cibles terrestres et maritimes. Les complexes de Kinzhal sont en service de combat expérimental dans les forces armées russes depuis décembre 2017. Officiellement, la première utilisation au combat de ces missiles a eu lieu le 18 mars 2022 lors de la SVO.

Comme l’a dit Yuriy Ignat, porte-parole du commandement de l’armée de l’air ukrainienne,  nous ne pouvons pas encore contrecarrer ces missiles, ils volent le long d’une trajectoire balistique. Nous n’avons aucun moyen contre eux. « 

L’année dernière, les tests d’un missile hypersonique américain à Hawaï se sont soldés par un échec en raison de problèmes de lancement, a rapporté , Bloomberg, citant une déclaration du département américain de la Défense.

L’armée russe a lancé une frappe de missiles contre les infrastructures ukrainiennes avec une grande variété de missiles et de drones aériens, détruisant le quartier général secret de l’OTAN en Ukraine, rapporte WarFiles.

Selon l’Ukraine, les attaques ont été menées par milliers : avec des missiles      X-47 Kinzhal (« Dagger »),  X-22, X-101 / X-555, et des UAV « Géran ».

Les militaires ukrainiens ont immédiatement signalé que 34 missiles auraient été abattus et huit d’entre eux n’ont pas atteint leur cible « à la suite d’une réponse organisée « .

Ce chiffre ridiculement bas est même douteux pour les Ukrainiens qui voient par les fenêtres voler ces milliers de missiles. Les citoyens pensent que la défense aérienne « aurait peut être pu abattre quelque chose comme deux missiles. »

La Russie utilise des missiles hypersoniques Kinzhals dans des attaques massives contre l’Ukraine en représailles à la terreur ukrainienne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La défense aérienne ukrainienne (et même américaine) ne peut pas abattre le «Dagger» à une altitude de 20 km, et après que le missile a pris de l’altitude, il tombe à grande vitesse sur la cible et rien ne peut l’arrêter.

     « En fait, l’attaque a touché des centres de contrôle et de planification dans des bunkers, ainsi que des stations de défense aérienne/radar. De lourdes pertes d’officiers, dont des Américains, sont enregistrées. Il semble que le « Shadow Staff » par procuration de l’OTAN en ait reçu un sale coup », écrivent les auteurs de « Military Materials« .

Après cela, selon la publication, des représentants de l’état-major ukrainien se sont rendus à l’ambassade des États-Unis, très probablement pour transférer les listes des morts.

     On connaît également les frappes sur les systèmes de défense aérienne IRIS et NASAMS, qui étaient alimentés par des missiles factices et ont été détruits par les X-men qui les poursuivaient. Presque immédiatement, les sites publics qui publiaient ces informations ont été bloqués.

Le chef du ministère ukrainien de l’Énergie, German Galushchenko, a reconnu séparément que l’attaque au missile avait endommagé au moins trois centrales thermiques. En fait, des installations énergétiques et militaires dans jusqu’à 12 régions ont été la cible de tirs nourris.

 

SOURCE

 

 

 

 

 

 

La Criminelle Arnaque du COVID 19:1 enfant sur 36 souffre désormais d’autisme

Le nouveau rapport montre une augmentation de la prévalence avec 1 enfant sur 36 ou plus de 2,7% des enfants de 8 ans diagnostiqués avec un trouble du spectre autistique en 2020, et révèle pour la première fois des taux de prévalence plus élevés chez les Noirs non hispaniques (BNH) , hispaniques et asiatiques ou insulaires du Pacifique (A/PI) par rapport aux enfants blancs non hispaniques (WNH).

Ils veulent blâmer TOUT sauf les médicaments ou les poisons dans notre environnement ou les produits qu’ils appellent la nourriture !
Ils disent même que si une femme a de la fièvre pendant la grossesse, l’autisme peut en résulter… UM NON>> ne pensent-ils pas que les femmes à travers l’histoire ont eu des fièvres et d’autres problèmes pendant la grossesse.

L’autre chose qu’ils disent, c’est qu’il y a plus de dépistage. Bien sûr, cela pourrait être une partie de cela, mais quiconque est assez âgé sait que les gens sont plus malades que jamais..

Toute personne de plus de 40 ans vous souvenez-vous

Combien d’enfants étaient obèses dans votre école ? Nous avons eu 1 fille vraiment obèse dans tout notre primaire, et je suis convaincu qu’elle avait un problème médical sous-jacent maintenant, donc si mon intuition est bonne, ce serait zéro.

Combien d’enfants étaient allergiques à la nourriture? Nous avons eu un enfant allergique aux cacahuètes, c’est tout.

Combien d’enfants souffraient d’asthme ou d’allergies graves ? Nous avions quelques asthmatiques dans une classe entière.

Combien d’enfants avaient de graves troubles d’apprentissage? Peut-être un dans une classe entière.

Combien d’enfants qui avaient une maladie mentale? Nous en avons eu quelques-uns, mais pas tous les autres comme aujourd’hui.

Oui, certaines de ces choses n’ont pas été testées, mais nous étions avec ces enfants BEAUCOUP plus que les enfants passent du temps ensemble ces jours-ci et il était rare de voir l’une de ces choses. Interrogez n’importe quelle personne âgée sur les allergies saisonnières…

Le vaccin contre l’hépatite B qu’ils donnent au début est l’un des principaux coupables. Maintenant, ils donnent 72+ et parfois 6+ à la fois, ce qui est ridicule. Les cas de poliomyélite dans certains pays sont statistiquement davantage causés par le vaccin que par le type sauvage.

C’est une énorme boîte de vers qui a été exposée parce que le vaccin covid est si mauvais, ce qui oblige les médecins à remettre en question tous les vaccins.

Ce sont les charlatans de l’enfance. La vérité éclate maintenant. Un médecin a recueilli des mesures pendant 10 ans sur les problèmes de santé des non vaccinés par rapport aux vaccinés et les enfants vaccinés avaient beaucoup plus de problèmes de santé et ce n’était même pas proche.

Enfant autiste décidant où est le meilleur endroit pour mettre son bloc. Le construira-t-il plus haut ?

 

 

L’autisme est en hausse chez les jeunes enfants.

Plus tôt cette année, une nouvelle étude publiée dans la revue Pediatrics a examiné plus de 4 000 enfants de 8 ans dans les régions de New York et du New Jersey et a constaté que les taux d’autisme avaient triplé au cours des 16 dernières années.

En outre, les Centers for Disease Control and Prevention ont publié leur mise à jour sur la prévalence estimée de l’autisme chez les enfants du pays. Leur recherche est basée sur une surveillance active dans 11 sites de surveillance aux États-Unis pour les enfants de 8 ans en 2020.

Le nouveau rapport montre une augmentation de la prévalence avec 1 enfant sur 36 ou plus de 2,7% des enfants de 8 ans diagnostiqués avec un trouble du spectre autistique en 2020, et révèle pour la première fois des taux de prévalence plus élevés chez les Noirs non hispaniques, hispaniques, et les enfants asiatiques ou insulaires du Pacifique par rapport aux enfants blancs non hispaniques.

Cela représente une prévalence de 1 enfant sur 44 en 2018 et de 1 enfant sur 150 en 2000. Le CDC affirme que davantage de recherches sont nécessaires pour comprendre cette variation, qui pourrait être liée aux différences dans les stratégies utilisées pour identifier et diagnostiquer la maladie.

 

Le responsable:la fraude pandémique

De plus, certains se demandent si la pandémie de Covid elle-même (et non les vaccins) a potentiellement causé une sous-déclaration de l’autisme.

« Avec 2,7 % des enfants aux États-Unis diagnostiqués autistes, la communauté de l’autisme a plus que jamais besoin de notre soutien », a déclaré Keith Wargo, président et chef de la direction d’Autism Speaks. « Nous continuons à donner la priorité aux efforts de plaidoyer et de recherche pour soutenir les personnes à tous les niveaux, à toutes les étapes de la vie et dans les communautés du monde entier, mais nous appelons le public à reconnaître le besoin croissant de services et d’unité pour parvenir à un monde plus inclusif. Ensemble, nous pouvons faire toute la différence pour toutes les personnes avec autisme. »

En général, ces chiffres renforcent la nécessité de fournir des services dans tous les domaines, en particulier dans les diverses communautés où la prévalence est plus élevée.

C’est aussi un appel à l’action pour une meilleure acceptation et compréhension des personnes neurodivergentes, en particulier en ce qui concerne l’accès aux soins ainsi que la diversité et l’inclusion en milieu de travail .

L’autisme, également connu sous le nom de trouble du spectre autistique, est défini par les Centers for Disease Control and Prevention comme un « déficit de développement pouvant entraîner d’importants problèmes sociaux, de communication et de comportement ». Le « spectre » désigne un large éventail de symptômes et de gravité.

L’autisme peut être diagnostiqué de manière fiable chez des enfants dès l’âge de 18 mois , mais l’âge moyen du diagnostic est resté stagnant pendant des décennies à plus de 4 ans .

Les enfants non blancs, les femmes et ceux issus de zones rurales ou de milieux socio-économiques défavorisés sont souvent diagnostiqués plus tard ou complètement manqués . Cependant, la recherche montre que les interventions précoces, en particulier avant l’âge de trois ans, pendant une période critique du développement neurologique précoce, peuvent améliorer les résultats tout au long de la vie des enfants.

Ce qui a causé l’augmentation

Ces dernières années, de bons progrès ont été réalisés dans la détection précoce de l’autisme – un rapport antérieur du CDC a révélé que les enfants nés en 2014 étaient 50% plus susceptibles de recevoir un diagnostic d’autisme ou une éducation spéciale à l’âge de 4 ans que ceux nés en 2010.

« Ces résultats ne sont pas surprenants compte tenu des déterminants sociaux connus tels qu’une mauvaise sensibilisation, un faible accès aux soins et une mauvaise qualité des soins, qui sont courants dans les communautés minoritaires, quel que soit le statut autistique », a déclaré Andy Shih, directeur scientifique d’Autism Speaks. « Il existe de nombreuses façons d’améliorer la situation, telles que des activités de sensibilisation ciblées dans ces communautés ainsi qu’un meilleur accès. Par exemple, depuis le début de la pandémie, les services de télésanté sont plus répandus et disponibles pour les familles, offrant à plus de familles un possibilité d’accéder aux services s’ils résident dans un désert de ressources comme dans une communauté rurale ou minoritaire.

Jia Jia Ye, fondatrice et PDG de Springtide Child Development, estime qu’une partie de l’augmentation est due à de meilleurs outils de dépistage et de dépistage. « Il est courant que les enfants de moins de trois ans subissent un dépistage de l’autisme, et les outils se sont améliorés », a déclaré Ye. « De plus, il y a eu une sensibilisation accrue et une réduction de la stigmatisation. Les gens sont plus conscients de l’autisme grâce à de merveilleuses organisations comme Autism Speaks, et il y a moins de peur et de stigmatisation autour de cela. Bien que ce soit toujours difficile, il y a beaucoup plus acceptation de la neurodiversité et du développement.

Comme mentionné précédemment, Autism Speaks suggère que cette dernière recherche explore également l’impact à long terme de la pandémie de Covid sur l’évaluation et le diagnostic des TSA dans l’étude de quatre ans.

Un aperçu des conclusions du CDC

Bien que ces chiffres aient augmenté, le point positif est qu’il y a eu des progrès dans la sensibilisation et le plaidoyer pour l’identification et le diagnostic précoces parmi tous les groupes. Cependant, il réitère également la nécessité d’une augmentation significative du financement de la recherche et des services sur l’autisme à travers le spectre et la durée de vie.

Développement de la motricité fine. Jeu avec développement des compétences mathématiques et capacité à … [+]

 

Les principales conclusions de ce rapport comprennent également :

 

  • Aux États-Unis, un enfant sur 36, soit plus de 2,7 % des enfants de 8 ans, a reçu un diagnostic de TSA en 2020, en augmentation par rapport à 2018 où l’estimation était de 1 sur 44.
  • Le taux d’autisme pour 1000 était plus élevé chez les enfants BNH (29,3), hispaniques (31,6) et A/PI (33,4) que chez les enfants WNH (24,3), ce qui indique une amélioration de la sensibilisation, des dépistages et de la déstigmatisation du diagnostic d’autisme chez les minorités. communautés.
  • Les enfants autistes BNH étaient plus susceptibles que les enfants autistes WNH et hispaniques d’avoir une déficience intellectuelle concomitante. Les filles autistes étaient également plus susceptibles d’avoir une déficience intellectuelle concomitante que les garçons autistes. Les deux résultats indiquent un sous-dénombrement de l’autisme chez les BNH et les filles, soulignant la nécessité d’approfondir les recherches sur l’âge auquel les enfants et les filles BNH sans déficience intellectuelle reçoivent des évaluations et des diagnostics d’autisme.
  • La pandémie de Covid a limité la collecte de données, entraînant potentiellement une sous-déclaration de la prévalence et renforçant la nécessité d’explorer les impacts à long terme de la pandémie de Covid sur l’évaluation et le diagnostic de l’autisme.

L’impact que cette augmentation aura

Compte tenu de cette augmentation notable, on s’inquiète d’assurer suffisamment de ressources pour soutenir ceux qui en ont besoin, que ce soit dans les écoles ou par une intervention précoce.

« En raison d’une augmentation aussi rapide du diagnostic d’autisme, il y a une pénurie de thérapeutes disponibles et les listes d’attente ne sont pas rares », a déclaré Ye. « Il est important de s’assurer que vous trouvez un thérapeute qui se concentrera sur les résultats. Cela signifie qu’il pourra faire progresser votre enfant plus rapidement, ce qui signifie qu’il pourra servir plus de familles au fil du temps et que ses listes d’attente évolueront plus rapidement. Ils devrait également bien fonctionner avec l’écosystème de soins de votre enfant – y compris ses médecins, ses écoles et ses soignants afin que vous puissiez maximiser toutes les ressources qui vous entourent. »

CONCLUSION
Ce que vous venez de lire, fait parti depuis longtemps du plan criminel de dépopulation mondiale immaginé par le Nouvel Ordre Mondial!
Ce sont les  Biden,les Macron,les Trudeau et les Legault de ce monde devenu fou que vous  tolérez à la gérance de vos gouvernements qui en sont les  responsables!
Combien faudra-t-il de générations  pour colmater un peu ,les crimes commis par  ceux et celles qui ont enclenchés la  Criminelle Arnaque du COVID 19?
Combien de vies fauchées par ce geste  combien criminel?
Quand les responsables monteront-ils sur l’échafaud qu’ils ont eux-mêmes bâti pour s’emplir les poches de fric?
Combien de temps avant que les sourires sournois d’Emmanuel Macron,de Justin Trudeau et de François Legault …se transformeront en en inquiétude  facilement visible par les peuples du monde?

Nouvelle Société du Vril:La bataille de Los Angeles 1942 : nouvel éclairage sur l’image originale

Voici un lien important vers notre site frère afin  de vous initier  à son développement :

 

Alors que le président dormait à Washington, un énorme vaisseau spatial extraterrestre est apparu au-dessus de Los Angeles aux premières heures du 25 février 1942. Pearl Harbor venait d’être attaqué quelques mois auparavant et il y avait une véritable peur des raids japonais sur la côte ouest de l’Amérique. Mais c’était autre chose.

À Culver City et Santa Monica, cet énorme objet est apparu dans le ciel vers 2 heures du matin, heure locale. Quelques minutes plus tard, les sirènes de l’air ont rompu le silence, une panne d’électricité a été déclenchée et les citoyens de Los Angeles ont regardé le ciel avec peur. Bientôt, les gardes de l’air et l’artillerie locale étaient en action alors que les forces défensives étaient brouillées.

Alors que les lumières de recherche rayonnantes traversaient le ciel nocturne, ils ont tous commencé à converger vers une seule chose. Un objet géant non identifié, décrit par certains comme une énorme lanterne suspendue dans le ciel. La 37e brigade d’artillerie côtière de l’armée a illuminé l’obscurité en bombardant l’objet pendant plus de 30 minutes. Des centaines et des centaines de coups ont été dépensés pour tenter de faire tomber l’objet. De nombreux citoyens ont été blessés lorsque des fragments d’obus sont tombés à travers Los Angeles et, tragiquement, un petit nombre de citoyens (6) ont perdu la vie.
L’objet a finalement glissé au-dessus de Long Beach et a glissé hors de vue sur les collines de Palos Verdes alors que les canons se taisaient.

Eh bien, c’est la tradition OVNI concernant la “bataille de LA”. Je suis sûr que beaucoup d’entre vous connaissent l’histoire ou du moins la connaissent vaguement. C’est probablement l’un des cas d’OVNI les plus célèbres du monde anglophone et il est antérieur à l’histoire de Roswell.

 

Bon point – je ne voulais pas non plus vraiment composer un gros fil. Eh bien… Je déteste les gens qui publient une vidéo et une ligne de texte, puis qui s’effondrent aussi… en s’attendant à ce que tout le monde fasse le travail. Et ce sont les règles.

Donc – L’épisode traite de la bataille de Los Angeles 1942 (parmi d’autres cas d’OVNI de LA) et se penche sur deux éléments de preuve majeurs concernant cette affaire.

• L’analyse montre que le négatif original ne provenait pas de la même pellicule que la fameuse photo « améliorée » utilisée dans le LA Times le lendemain. En fait, il semble qu’elle n’ait pas été prise par un photographe du LA Times.

• Analyse d’un document militaire officiel détaillant cet événement :
The History of the 4th AA Command, Western Defence Command, 9 janvier 1942 au 1er juillet 1945

Analyse du négatif

 

VOICI DONC LE LIEN AFIN DE POUVOIR LIRE LA SUITE QUI VOUS PERMETTRA  DE COMPRENDRE NOTRE CHEMINEMENT FUTUR:

LA BATAILLE DE LOS ANGELES 1942…

 

 

La Criminelle Arnaque du COVID 19:La Cour d’appel fédérale bloque le mandat de vaccin de Biden sur les employés fédéraux

Le mandat de vaccin contre le coronavirus du président Joe Biden est illégal en vertu de la loi fédérale, a déclaré jeudi la cour d’appel fédérale du cinquième circuit lors d’une défaite majeure pour l’administration Biden.

Biden a publié le décret exécutif 14043 le 9 septembre 2021, exigeant que 4,2 millions d’employés fédéraux reçoivent un vaccin Covid comme condition de maintien de l’emploi par le gouvernement fédéral. Il a affirmé qu’il avait ce pouvoir en vertu de la loi sur la réforme de la fonction publique (CSRA) dans le cadre de la détermination des «conditions de travail» pour les employés, et qu’il avait également le pouvoir inhérent en vertu de l’article II de la Constitution d’exiger que les employés fédéraux obtiennent le coup.

Un groupe à but non lucratif nommé Feds for Medical Freedom a poursuivi au nom de ses 6 000 membres qui sont des employés fédéraux, rejoints par d’autres groupes et des plaignants individuels, arguant tous que le président n’a pas une telle autorité, et demandant une injonction préliminaire pour bloquer le mandat pendant l’affaire se joue au tribunal. Ils sont représentés par Boyden Gray & Associates, un cabinet d’avocats spécialisé dirigé par le célèbre avocat Boyden Gray, qui a été avocat à la Maison Blanche sous le président George HW Bush et est également un ancien ambassadeur des États-Unis. Plusieurs avocats de l’administration Trump qui travaillent maintenant dans son cabinet, Jonathan Berry, Michael Buschbacher et Trent McCotter ont mené le défi.

Le juge Jeffrey Brown du tribunal de district américain du district sud du Texas était d’accord avec les challengers, estimant que le président n’avait pas cette autorité. Notant que les 6 000 employés et autres plaignants étaient dispersés dans tout le pays parmi pratiquement toutes les agences fédérales, il a émis une injonction préliminaire bloquant le mandat de vaccin de Biden à l’échelle nationale.

 

Joe Biden reçoit son cinquième vaccin covid….vous vous demandiez pourquoi il ne parle presque plus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les appels du ministère de la Justice et un panel de 3 juges composé principalement des quelques juges libéraux du cinquième circuit – qui est dans l’ensemble la cour d’appel fédérale la plus conservatrice du pays – ont jugé que les tribunaux fédéraux n’avaient pas compétence pour trancher des différends CSRA comme celui-ci, dissoudre l’injonction sans commenter le bien-fondé juridique.

Mais ensuite, l’ensemble du cinquième circuit a voté pour réentendre l’affaire en banc, ce qui signifie que tous les juges du tribunal entendront l’affaire ensemble – soit 17 juges, mais 16 juges à l’époque en raison d’une vacance – mettant de côté le 3- la décision du panel de juges, et rétablissant ainsi l’injonction du juge Brown pendant que l’appel était en cours de décision.

Le cinquième circuit complet en banc a rendu sa décision jeudi, le juge Andrew Oldham rédigeant l’opinion majoritaire pour ce qui est essentiellement une décision 10-6, bien que certains juges se soient divisés sur d’autres questions mises en évidence dans des opinions séparées.

Un manifestant tient une pancarte indiquant « End All Mandates » alors que les gens se rassemblent pour un rassemblement avec des camionneurs au début de la manifestation « The Peoples Convoy » contre le vaccin Covid-19 et les mandats gouvernementaux à Adelanto, en Californie, le 23 février 2022

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oldham a expliqué en détail pourquoi les tribunaux fédéraux ont effectivement compétence sur cette contestation, en parcourant soigneusement des arguments très techniques expliquant pourquoi cela n’est pas laissé entre les mains du conseil qui entend les plaintes du CSRA.

Passant au fond de la contestation judiciaire, Oldham a écrit pour la majorité de 10 juges, « nous n’avons pas besoin de répéter le raisonnement du tribunal de district, avec lequel nous sommes d’accord pour l’essentiel ».

Cet avis du tribunal de district de Brown avait conclu que CSRA « autorise le président à réglementer la conduite sur le lieu de travail des employés de la direction, mais pas leur conduite en général ».

« Appliquant cette même logique à l’autorité du président en vertu de [la CSRA], il ne peut pas exiger que les employés fédéraux civils se soumettent au vaccin comme condition d’emploi », a ajouté Brown.

Brown a également rejeté l’argument selon lequel l’article II de la Constitution donne au président le pouvoir inhérent d’exiger des vaccins, estimant que « le gouvernement ne mentionne aucun exemple d’un précédent directeur général invoquant le pouvoir d’imposer des procédures médicales aux employés fédéraux civils ».

Le juge James Ho a rejoint l’opinion du juge Oldham dans son intégralité, ajoutant une opinion concordante rejointe par la juge Edith Jones, soulignant que le CSRA pourrait être inconstitutionnel et soulignant comment pendant des décennies de nombreux employés fédéraux ne tiennent pas compte des directives du président élu sous lequel ils servent. , car en vertu de la CSRA, il est très difficile de licencier un employé fédéral.

Citant plusieurs universitaires, Ho écrit :

De plus, les employés fédéraux le savent et en profitent à pleine gorge. Comme toute personne ayant déjà occupé un poste de direction au sein de l’exécutif peut en témoigner, les employés fédéraux se considèrent souvent, non comme des subordonnés tenus de réaliser la vision du président, qu’ils soient personnellement d’accord avec elle ou non, mais comme un intérêt autonome groupe habilité à imposer des exigences à ses supérieurs. En conséquence, les présidents peuvent avoir du mal à mettre en œuvre leur programme si les fonctionnaires traînent collectivement les pieds ou manquent de compétence pour exécuter les ordres du président.

Ho a poursuivi, citant un éminent professeur :

En effet, un chercheur a souligné que le plus grand obstacle pour tout président n’est pas la séparation des pouvoirs conçue par nos fondateurs, mais les millions d’employés fédéraux qui sont censés travailler pour lui. Ces employés peuvent traîner les pieds, fuir dans la presse, menacer de démissionner et employer d’autres tactiques pour saper les initiatives [d’un président] s’ils s’y opposent. Ils sont également difficiles à licencier, grâce aux protections de la fonction publique.

Cependant, Ho a noté que Biden ne contestait pas la constitutionnalité du CSRA, et donc cette affaire n’est pas un moyen approprié pour déterminer si les présidents ont toujours le pouvoir de licencier les subordonnés qui refusent de suivre les instructions du président.

L’affaire revient maintenant à la salle d’audience de Brown pour des procédures supplémentaires, notamment pour déterminer si l’injonction continuerait à bloquer le mandat à l’échelle nationale ou serait limitée aux 6 000 membres représentés dans l’affaire.

Le ministère de la Justice a également la possibilité de demander à la Cour suprême de revoir la décision du cinquième circuit.

L’affaire est Feds for Medical Freedom c. Biden , n ° 22-40043 devant la Cour d’appel des États-Unis pour le cinquième circuit.


DERNIÈRE NOUVELLE

 

 

Et bien le revoilà ! La rage tonitruante démocrate de l’autoritarisme est giflée !!

Exemple démocrate de « faites-le quand même, obtenez les effets désirés, et la LOI BE Maudit! » est exposée !!

Biden (ou quelqu’un) a écrit un décret en septembre 2021 qui obligeait des millions d’employés fédéraux à obtenir VAXXED ou ELSE !!

Biden n’avait bien sûr aucune « autorité » mais a dit qu’il l’avait fait (quelle frick’n surprise) 😁

Un procès multipartite a fait les défis 😁

Tout le gâchis est maintenant dans les limbes injonctif 😁

Je ne sais pas si les syndicats sont impliqués, mais sinon – 

Le mandat de vaccin contre le coronavirus du président Joe Biden est illégal en vertu de la loi fédérale, a déclaré jeudi la cour d’appel fédérale du cinquième circuit lors d’une défaite majeure pour l’administration Biden.

Biden a publié le décret exécutif 14043 le 9 septembre 2021, exigeant que 4,2 millions d’employés fédéraux reçoivent un vaccin Covid comme condition de maintien de l’emploi par le gouvernement fédéral. Il a affirmé qu’il avait ce pouvoir en vertu de la loi sur la réforme de la fonction publique (CSRA) dans le cadre de la détermination des «conditions de travail» pour les employés, et qu’il avait également le pouvoir inhérent en vertu de l’article II de la Constitution d’exiger que les employés fédéraux obtiennent le coup.

Un groupe à but non lucratif nommé Feds for Medical Freedom a poursuivi au nom de ses 6 000 membres qui sont des employés fédéraux, rejoints par d’autres groupes et des plaignants individuels, arguant tous que le président n’a pas une telle autorité, et demandant une injonction préliminaire pour bloquer le mandat pendant l’affaire se joue au tribunal. Ils sont représentés par Boyden Gray & Associates, un cabinet d’avocats spécialisé dirigé par le célèbre avocat Boyden Gray, qui a été avocat à la Maison Blanche sous le président George HW Bush et est également un ancien ambassadeur des États-Unis. Plusieurs avocats de l’administration Trump qui travaillent maintenant dans son cabinet, Jonathan Berry, Michael Buschbacher et Trent McCotter ont mené le défi.

 

 

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:L’arnaque de la Cour Pénale Internationale vidéo importante

Le 17 mars 2023, la Cour pénale internationale a émis un mandat d’arrêt contre Vladimir Poutine pour « crimes de guerre », en l’accusant de déportation d’enfants ukrainiens vers la Russie.
La presse occidentale a aussitôt présenté ce mandat d’arrêt comme une nouvelle preuve du caractère criminel de la Russie et de ses dirigeants qui les mettrait au ban de toutes les autres nations.

François Asselineau revient sur cet évènement pour démontrer la supercherie que représente la CPI, laquelle n’a jamais dit un mot sur les crimes de guerre commis par les Occidentaux et infiniment plus nombreux que ceux dont on accuse la Russie. La CPI se révèle ainsi n’être qu’un des outils de propagande et de domination des États-Unis.

Le bruit que font aujourd’hui les médias occidentaux autour de ce mandat d’arrêt contre Poutine contraste singulièrement avec le silence de ces mêmes médias lorsque, en 2011, la « Commission contre les crimes de guerre de Kuala Lumpur » créée par des pays musulmans, condamna pour crimes de guerre l’ancien président des États-Unis George W Bush et l’ancien Premier ministre Britannique Anthony Blair.

 

 

Les vérités bien cachées sur la guerre d’Ukraine orchestrée par les Khazars

La vérité sur le conflit avec la Russie. Et la mort imminente du dollar américain en tant que monnaie de réserve mondiale

 «En temps de guerre, la vérité est si précieuse, qu’elle doit toujours être protégée par un rempart de mensonges.» – Winston Churchill

Le conflit actuel entre les États-Unis et la Russie est dû à une raison simple : les Ashkénazes, également connus sous le nom de Juifs ashkénazes. Ils ont de nombreux comptes à régler avec la Russie.

Vengeance 1

Permettez-moi de transmettre un peu de tableaux chronologiques alors que nous nous plongeons dans le fond du conflit.

Les Ashkénazes sont les descendants des Gentils (Goy) Ashkénazes, les Japhetites.
« Les fils de Japhet étaient Gomer, Javan… Les fils de Gomer : Ashkenaz, Riphath et Togarmah. » Genèse 10:2,3

«Par ceux-ci étaient les îles des Gentils divisées dans leurs terres; chacun selon sa langue, selon sa famille, selon sa nation. » Genèse 10:5

C’est un peuple turc résilient et itinérant. Les Ashkénazes ont le don de se réinventer. Ils sont d’abord apparus dans les annales mondiales en tant que Scythes ou Sakadéens, selon la phonétique régionale, et ils étaient réputés notoirement barbares,

« En qui il n’y a ni Grec, ni Juif, ni Circoncision, ni Prépuce, ni Barbare, ni Scythe, ni esclave, ni libre ; mais Christ y est tout, et en tous.. » Colossiens 3 : 11

Le mot Scythe ou Sakadéen vient du mot Saka – avec sa racine verbale iranienne Sak, signifiant errer. L’Empire iranien, alors nommé Parthie et attenant à la Scythie, a influencé ce mot.

 

Les Scythes ont colonisé l’Eurasie centrale qu’ils ont conquise avec leur frère Gentil Togarmath et divers autres cousins, s’étendant sur une vaste étendue de terre qui englobait, mais sans s’y limiter, des parties de la Turquie et de l’Iran actuels. Leur frère Gentil, Riphath, ainsi que les descendants de leur oncle Javan se sont installés en Grèce.

Plus tard, ils se sont réinventés et se sont installés sur une terre qu’ils appellaient Khazaria – du mot Qasar, avec sa racine turque Qaz, signifiant errer – suite à l’éclatement de l’empire des steppes de la Turquie occidentale. Ensuite, le pays s’est converti en masse au judaïsme/pharisaïsme, entre 740 et 920 après JC, juste pour rester indépendant des deux empires concurrents de l’époque, le christianisme et l’islam.

« Le judaïsme était la religion qui faisait le plus de prosélytisme », a expliqué l’historien juif Shlomo Sand. « La conversion de masse la plus importante s’est produite au 8ème siècle, dans l’immense royaume Khazar entre les mers Noire et Caspienne. »  

Khazaria

Puis, Sviatoslav Ier de Kiev détruisit la Khazarie vers 1048 et l’absorba dans la Russie de Kiev, un territoire qui deviendra plus tard une partie de l’Empire russe.
Dans la Russie impériale, les Ashkénazes étaient étroitement contrôlés et enfermés dans la zone de résidence, qui, selon Wikipédia, « était une région occidentale de l’Empire russe avec des frontières variables qui existaient de 1791 à 1917 où la résidence permanente des Juifs était autorisée, et au-delà de laquelle la résidence juive, permanente ou temporaire, était pour la plupart interdite. ”

Un traitement pour lequel les Ashkénazes – alias le peuple  » Jamais oublier, jamais pardonner « , sauf lorsqu’ils commettent eux-mêmes des crimes contre l’humanité – n’ont jamais disculpé la Russie.

Juifs ashkénazes khazars 1878

 

 

 

 

 

 

 

Attendant leur heure,ils ont nourri leur haine et comploté leur vengeance avec une nouvelle réinvention. Ils sont devenus le pouvoir derrière les odieux bolcheviks qui ont pris le contrôle du gouvernement russe dans les années 1910, tué 66 millions de chrétiens, dont 200.000 membres du clergé chrétien, et détruit 40.000 églises. [2]

Soljenitsyne avec Poutine

 

 

 

 

 

 

« Vous devez comprendre que les principaux bolcheviks qui ont pris le contrôle de la Russie n’étaient pas des Russes« , a révélé le célèbre écrivain chrétien russe Alexandr Soljenitsyne. “ Ils détestaient les Russes. Ils détestaient les chrétiens. Poussés par la haine ethnique, ils ont torturé et massacré des millions de Russes sans la moindre once de remords humains. Ceci ne doit pas être surestimé. Le bolchevisme a commis le plus grand massacre humain de tous les temps. Le fait que la majeure partie du monde ignore et ne se soucie pas de cet énorme crime est la preuve que les médias mondiaux sont entre les mains des perpétrateurs”.

La grande majorité de ces bolcheviks vicieux étaient des juifs ashkénazes tels que Vladimir Lénine, Léon Trosky, Lev Kamenev, Gregory Zinoviev, Yakov Sverdlov et Grigory Sokolnikov. Ils ont été financés par des banquiers ashkénazes de New York et de Londres [3], tels que Rothschild Bank et Jacob Schiff of Kuhn and Loeb & Co. qui ont eux-mêmes défendu l’idéologie destructrice de l’ashkénaze Karl Marx, et ont trouvé rentable d’investir dans la conquête désastreuse de la Russie par les communistes, tout en gagnant des dollars dans le processus en pillant le pays via des agents bien placés qui seront plus tard connus sous le nom d’« oligarques ».

L’ensemble de l’empire soviétique russe s’est effondré en 1991. Ainsi, les Ashkénazes ont réussi à mettre la Russie à genoux.

Le Round 1 de la vengeance a ainsi été accompli.

Vengeance 2

La Khazarie chevauchait l’Ukraine et la Crimée

 

Aujourd’hui, la Russie est sous le feu des critiques pour le conflit en Ukraine. Un conflit déclenché par la néoconservatrice ashkénaze Victoria Nuland au département d’État américain, avec son mari ashkénaze Robert Kagan [4] travaillant en arrière-plan via des organisations puissantes telles que Project for a New American Century, la Brookings Institution et le Council on Foreign Relations. L’ashkénaze George Soros a également contribué financièrement à la « révolution » ukrainienne de Maïdan.

« De nombreux participants aux manifestations » EuroMaidan « de Kiev étaient membres d’ONG financées par Soros et / ou ont été formés par les mêmes ONG dans les nombreux ateliers et conférences parrainés par la Fondation internationale de la Renaissance (IRF) de Soros et ses divers instituts d’Open Society. et fondations », a écrit William F. Jasper dans The New American. « L’IRF, fondée et financée par Soros, se vante d’avoir donné  » plus que toute autre organisation donatrice « à la » transformation démocratique « de l’Ukraine. »

En d’autres termes, les Ashkénazes – ou les néo-et-vrais-cons américains qui sont majoritairement juifs – aiguillonnent l’ours russe en excitant le chien américain. Le chien ne peut pas vraiment refuser de réagie parce que le groupe de pression juif AIPAC le tient par la laisse, soudoyant à la fois les républicains (Trump inclus) et les démocrates, qui ne sont que des putains politiques prêtes à trahir leur pays et à risquer la paix du monde. . Et rappelez-vous, l’AIPAC est contrôlé par de puissants chefs d’entreprise américains ashkénazes. Découvrez comment les Juifs ashkénazes ont conquis l’Occident.

Leur seul but est de détruire à nouveau la Russie en allumant un incendie dans son ventre, l’Ukraine. Un incendie qu’ils prévoient de propager en Russie proprement dite par la guerre économique et militaire – un peu comme ce qu’ils ont fait à l’Allemagne avec le boycott économique de 1933 suivi d’un conflit militaire total. Pourquoi?

  1. Parce que la Russie a eu le culot de se relever de ses cendres encore chaudes induites par les Ashkénazes.
  2. Parce que la Russie a eu la témérité d’arrêter leurs agents maffieux bien placés connus sous le nom d' »oligarques », dont beaucoupont fui le pays vers l’Israël de l’apartheid [5], à partir duquel ils ne peuvent plus violer la Russie et voler ses ressources pour enrichir encore plus l’élite juive.
  3. Parce que la Russie a eu l’audace d’entraver la guerre américaine contre la Syrie, qui a étéorchestrée par l’AIPAC au profit d’Israël, un ignoble pays d’apartheid qui escroque encore et encore le peuple américain.
  4. Parce que, comme l’expliqueDavid Sant, « la position de la Russie en tant que membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU avec droit de veto est une épine dans la patte de la bête atlantiste depuis la guerre froide. La volonté de la Russie d’utiliser son armée pour défendre ses alliés en Syrie, en Ukraine et en Arménie présente un facteur de risque incontrôlable pour l’hégémonie (sioniste) anglo-américaine. Ils ne peuvent pas le tolérer. La Russie a utilisé son veto au Conseil de sécurité à plusieurs reprises pour bloquer le bellicisme américain.
  5. Parce que la Russie menacela domination juive ashkénaze du dollar américain en tant que monnaie de réserve mondiale et émise par la Réserve fédérale contrôlée par les juifs : un monopole que la Russie est en train de défaire avec sa réémergence mondiale inattendue, en particulier en Europe, en Asie et au Moyen-Orient où le commerce avec la Russie contourne le dollar américain. Un tel retour de l’ours russe est quelque chose que l’élite juive essaie d’empêcher depuis la dissolution de l’Union soviétique. Ils ont été implacables dans leurs efforts pour maintenir le pays en érigeant des murs économiques et, plus tard sous Poutine, des sanctions paralysantes pour empêcher un tel scénario. Anuradha Chenoy explique :

« … Le gouvernement des États-Unis, en tant qu’émetteur de la monnaie de réserve mondiale, ne s’intéresse qu’à une chose : la prolifération du dollar américain. Ce seul fait est tout ce qu’il faut saisir pour vraiment comprendre la politique étrangère américaine.

« Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Cela signifie que le gouvernement américain, en collusion avec la Réserve fédérale, a la capacité d’imprimer le dollar américain à volonté… et peut exporter son inflation vers le reste des nations du monde. Toute nation qui souhaite s’engager dans le commerce international, y compris l’achat de matières premières telles que le gaz naturel ou le pétrole, doit maintenir d’énormes réserves de dollars américains pour ses achats.

« Le monde, en effet, agit comme une éponge pour absorber l’inflation américaine, permettant au gouvernement américain d’accumuler des déficits obscènes qui permettent un budget militaire massif et enrichissent une très petite partie de la population américaine au détriment non seulement de la population mondiale, mais aussi de la classe ouvrière américaine.

Quant à toute nation qui veut se libérer du dollar américain, nous ne savons que trop bien ce que les États-Unis lui réservent… C’est là qu’intervient la Fédération de Russie. Si l’on veut vraiment comprendre pourquoi l’establishment américain déteste la Russie sous Vladimir Poutine, il suffit de comprendre le rôle du dollar dans le monde. La Russie est une menace directe pour la prolifération du dollar américain.

« Pour sa part, la Fédération de Russie est devenue assez résiliente au cours des 20 dernières années et beaucoup moins sensible à toute pression ou influence extérieure… La Russie est une nation souveraine qui n’est pas intimidée par les États-Unis.

« Les États-Unis ne peuvent pas simplement lancer une frappe militaire contre la Fédération de Russie comme ils l’ont fait en Irak et en Libye et dans de nombreux autres pays qui ont rejeté l’hégémonie du dollar. La Russie a désormais le pouvoir d’empêcher la prolifération du dollar américain. Pour revenir à l’analogie de l’éponge : la Russie réduit la taille de l’éponge. Cela laisse le gouvernement américain avec un nombre de plus en plus petit de pays vers lesquels exporter l’inflation en dollars. Plus l’éponge devient petite, plus la politique étrangère américaine devient désespérée, alors que les dirigeants américains essaient par tous les moyens de préserver leur emprise sur la puissance mondiale… »

…. Tout cela au profit d’une petite élite juive et de leur pays d’apartheid qui leur sert de refuge au cas où les choses cesseraient soudainement d’aller dans leur sens. L’apartheid israélien n’existe pas en tant que foyer pour tous les Juifs à cause du soi-disant antisémitisme mondial, comme ils le prétendent, mais c’est :

  1. a)le protecteurde la Réserve fédérale contrôlée par les Juifs – l’agence d’espionnage d’Israël, le Mossad, espionne les politiciens américains et les fait chanter avec leur linge sale, en même temps que l’AIPAC les soudoie sans vergogne, assurant ainsi la domination juive sur le dollar américain, la monnaie de réserve actuelle du monde ;
  2. b)l’exécuteurchargé de détruire tout pays qui refuse d’utiliser le système financier judéo-américain et son dollar fiduciaire comme principal outil de commerce ;
  3. c)le sanctuaire pour les criminels élitistes juifs – en particulier lorsqu’il y aura une véritable révolution américaine, similaire à ce qui s’est passé en Russie sous Poutine, qui cible les oligarques juifs détruisant l’économie américaine pour s’enrichir.

Par conséquent, parce que la Russie est une menace pour l’emprise de l’élite juive américano-ashkénaze sur le pouvoir mondial, elle est ciblée. Et ce qui suit a été lancé:

1) une guerre économique de la terre brûlée contre le pays afin de le détruire intérieurement ;

2) l’OTAN empiétant sur les frontières de la Russie, contrairement aux accords précédents, pour mieux lui faire la guerre dans un futur proche ;

3) les dirigeants juifs ukrainiens et leurs bataillons néo-nazis commettant des crimes de guerre et le nettoyage ethnique des Russes dans la région ukrainienne du Donbass en quête d’indépendance, qui est habitée principalement par des Russes, afin d’inciter la Russie à une opération militaire pour protéger ses compatriotes russes là-bas, puis les vilipender et imposer des sanctions économiques plus paralysantes.

La vengeance Round 2 est en cours.

Vengeance 3

Après la destruction de la Khazarie, un grand nombre d’Ashkénazes se sont dispersés à l’Est et à l’Ouest à travers l’Europe et se sont réinventés en tant que Juifs errants ou Juifs errants (Khazars/Sakadéens ou Scythes). Cette étiquette n’avait rien à voir avec un désir de Palestine mais un désir de Khazarie ou peut-être un désir d’une nouvelle terre, n’importe quelle nouvelle terre. Voici un extrait de Wikipédia :

En 1903, Theodore Herzl a présenté le programme de l’Ouganda britannique [comme foyer juif] au sixième congrès sioniste à Bâle.

À la fin des années 1930, la Ligue sioniste britannique a envisagé un certain nombre d’autres endroits où une patrie juive pourrait être établie. La région de Kimberley en Australie a été envisagée jusqu’à ce que le gouvernement Curtin (en fonction: 1941-1945) rejette la possibilité.

Avec le soutien du premier ministre de Tasmanie de l’époque, Robert Cosgrove (en poste depuis 1939), Critchley Parker proposa une colonie juive à Port Davey, dans le sud-ouest de la Tasmanie. Parker a arpenté la région, mais sa mort en 1942 a mis fin à l’idée.

L’oblast autonome juif créé dans l’Extrême-Orient russe en 1934 représentait une approche soviétique pour fournir une patrie juive.

 

 

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, un grand nombre se sont assimilés à contrecœur dans toutes les Amériques. Cependant, la grande majorité a émigré en Palestine où ils ont créé de nombreux groupes terroristes tels que Irgun, le Stern gang, et Haganah.. Ils ont terrorisé la population palestinienne, tué des milliers de personnes et forcé des centaines de milliers de personnes à quitter leurs maisons et à se réfugier dans les pays arabes voisins. Par conséquent, ils ont volé la Palestine et l’ont rebaptisée Israël afin de se réinventer en tant qu’hébreux et tromper les chrétiens crédules en Occident.

« Il est certain qu’il n’y a pas de continuum ethnique ou racial entre les Israélites bibliques et les Khazars (ashkénazes) qui dirigent l’État juif« , a écrit Gilad Atzmon, écrivain et musicien juif.

Dans leurs pays d’adoption en dehors d’Israël, y compris les États-Unis et l’Europe, les Ashkénazes sont devenus des puissances financières et influentes, non pas parce qu’ils sont juifs – au fond, la majorité d’entre eux ne sont vraiment pas religieux du tout et s’en fichent – mais parce que ce sont des rapaces avisés. Ils ont beaucoup appris de leur errance à travers l’histoire. Ce sont les ultimes nomades.

Était-ce dans l’esprit de Poutine ?

Se pourrait-il qu’après deux échecs idéologiques successifs sous les formes du communisme et la destruction actuelle au ralenti du sionisme en Israël, quelque part au plus profond de l’esprit des dirigeants ashkénazes purs et durs se trouve un plan pour une nouvelle réinvention ?

Cette réinvention sera-t-elle la reconquête de leur Khaganat Khazar – une terre située au plus profond de la Russie et englobant l’Ukraine et la Crimée ? Est-ce pour cela que Poutine a soudainement rattaché la Crimée à la Russie ?

Se pourrait-il que le plan des Ashkénazes soit de reprendre et de réinstaller leur ancienne Khazarie après la chute probable de l’apartheid Israël ? Est-ce la raison pour laquelle le président dûment élu de l’Ukraine a été destitué de force en 2014 afin d’installer un gouvernement fantoche avec un nouveau Premier ministre nommé Arseni Iatseniouk, qui, selon The Guardian, essayait de caher ses racines juives ?

Arseni Iatseniouk a ensuite été remplacé par un autre Juif, Volodymyr Groysman, avec un président juif sniffeur de coke [une tantouse idole des télévisions occidentales] Volodymyr Zelensky, un comédien cochon et grossier (voir la vidéo ci-dessous), qui aurait été « élu » (qui a volé 850 millions de dollars au Trésor ukrainien) ; faisant ainsi de l’Ukraine à ce moment-là le seul pays au monde, en dehors d’Israël de l’apartheid, dont le président et le premier ministre étaient tous deux juifs, indiquant ainsi la direction vers laquelle le pays se dirigeait. D’ailleurs, Zelensky ne s’en cache pas, il a déclaré : « L’Ukraine deviendra le Grand Israël« .

Wayne Madsen explique la conspiration derrière ce concept ukrainien du Grand Israël :

« L’histoire explosive du Times of Israel sur les racines khazars des Ashkénazes a également révélé qu’Israël, sachant qu’un État palestinien est inévitable, compte tenu de la pression croissante de l’Europe, se prépare à transférer des colons ashkénazes de Cisjordanie en Ukraine. Les recherches avancées d’Israël en génétique ont abouti à l’établissement d’une lignée ADN directe entre les Ashkénazes d’Israël et les Khazars qui ont été dispersés à travers l’Europe centrale et orientale après que la Russie a conquis l’empire khazar au 11ème siècle…

« En Ukraine, le soi-disant « deuxième Israël » (le magnat milliardaire juif ukrainien) , Ihor Kolomoisky et Kiev ont enrôlé un certain nombre d’anciens membres des Forces de défense israéliennes dans leurs bataillons de volontaires, y compris le bataillon (nazi) Azov. L’une des unités israéliennes est connue sous le nom de «Casques bleus de Maïdan» et est commandée par un Israélien utilisant le pseudonyme «Delta». Si Israël n’avait pas intérêt à étendre son influence en Ukraine, il pourrait facilement empêcher ces unités de se rendre en Ukraine…

« Certains russophones du Donbass se méfient des intentions des pro-israéliens au sein du gouvernement de Kiev. Curieusement, Kolomoisky a recruté un certain nombre de néo-nazis de l’ouest de l’Ukraine et d’Europe pour combattre dans ses bataillons dont les organisations de droite ont toujours souscrit à l’idée d’une future « bataille royale » entre la Russie et les restes de la Khazarie en Israël, en Ukraine, en Pologne et dans la République de Géorgie pour venger la défaite de la Khazarie au XIe siècle face à l’Empire russe. ”

Il est tout à fait possible que les Israéliens ne soient pas seulement intéressés par la vengeance et la réinstallation des voleurs de terres juifs (c’est-à-dire des colons) de la Cisjordanie de Palestine dans une région du Donbass ethniquement nettoyée et exempte d’indigènes russes, en particulier lorsque l’establishment juif d’Israël a juré qu’il n’y aura jamais d’État palestinien, et encore moins d’expulser les voleurs de terres juifs des terres volées en Cisjordanie.

Leur plan ouvertement discuté pour que les voleurs de terres israéliens se « réinstallent » en Ukraine pourrait être une couverture pour le but plus néfaste de reconquérir l’ensemble de leur Khaganat Khazar où une grande partie de la population juive d’Israël de l’apartheid, en particulier ceux qui n’ont pas de double passeport de leurs pays d’origine, migreront une fois que la Grande Guerre éclatera au Moyen-Orient.

« En regardant en arrière dans l’histoire, il faut admettre que ces terres sont les anciennes terres ancestrales de la Khazarie juive, c’est-à-dire Israël, capturées par la Rus’ de Kiev (l’ancien État de Russie avec la capitale à Kiev) au Xe siècle« , a pontifié il y a 25 ans le rabbin Menahem Mandel Schneerson, un aspirant Messie trompeur. “ Les Slaves sont des hôtes temporaires sur ces terres et sont susceptibles d’être expulsés. Nous reviendrons sur ce territoire et construirons la Grande Khazarie – l’Etat juif – sur ces terres fertiles de la même manière qu’il y a 50 ans, nous avons créé Israël, en évinçant les Palestiniens. Les Israéliens s’installeront partiellement ici et nous chasserons le bétail slave loin au nord, au-delà de Moscou. Il y aura un petit Territoire du Nord, une réserve avec une population compacte – une réserve, comme les réserves indiennes en Amérique. ”

Mais les Juifs ashkénazes seraient-ils d’accord avec juste l’Ukraine – moins la Crimée, le Donbass et le Sud (tous les territoires russes avant 1922, habités par des Russes de souche et récemment annexés à la Russie proprement dite par vote populaire) – comme nouvelle base à partir de laquelle ils projetteraient de détruire leur perpétuel ennemi russe, ainsi que tous les autres ennemis imaginaires, et de préserver leur emprise sur le système financier mondial en utilisant leur émission par la Réserve fédérale de dollars américains fiduciaires comme monnaie de réserve mondiale incontestée ?

Vengeance Round 3? Nyet.

ET L’ARROGANCE S’ARRÊTE ICI

La cabale juive contrôlant le monde financier occidental pensait que la patience russe face à leur agression incessante en Ukraine pour déstabiliser leur pays était une faiblesse, et donc une erreur de calcul.

« C’est un fait qu’au cours des 30 dernières années, nous avons patiemment essayé de parvenir à un accord avec les principaux pays de l’OTAN concernant les principes d’une sécurité égale et indivisible en Europe« , a déclaré Poutine en février 2022. « En réponse à nos propositions, nous avons invariablement été confrontés soit à des tromperies cyniques et à des mensonges, soit à des tentatives de pression et de chantage, tandis que l’alliance nord-atlantique continuait de s’étendre malgré nos protestations et nos inquiétudes. Sa machine militaire est en mouvement et, comme je l’ai dit, s’approche de notre frontière même. ”

Maintenant, la Russie a agi, et après une longue hibernation, l’ours s’est réveillé avec fureur. Poutine a ordonné à son armée de libérer la région du Donbass des Ukronazis et de démilitariser et dénazifier entièrement l’Ukraine (c’est-à-dire que la région du Donbass sera coupée de l’Ukraine et deviendra indépendante tandis que l’Ukraine doit être ramenée dans l’orbite de la Russie et loin du contrôle juif).

Le Juif nazi-sioniste immoral : le président ukrainien Zelensky,
centre droit, au défilé de la « fierté gay »

 

« L’opération militaire spéciale du président Poutine pour défendre le peuple du Donbass contre une offensive générale imminente du régime néonazi de Kiev est non seulement pleinement justifiée en droit international par l’article 51 de la Charte des Nations Unies, mais elle est pleinement cohérente avec la praxis militaire et la doctrine de la légitime défense des États face à une menace imminente émanant d’un État voisin ou de forces ennemies », explique Heinz Dieterich, directeur du Centre des sciences de la transition (CTS) de l’Université métropolitaine autonome à Mexico et coordinateur du World Advanced Research Project (WARP).

Et si les conspirateurs sionistes/néocons et leurs politiciens occidentaux achetés et payés n’ont pas clairement compris le message, Poutine a fait cette déclaration sans équivoque :

“ Je voudrais maintenant dire quelque chose de très important pour ceux qui pourraient être tentés d’interférer dans ces développements de l’extérieur. Peu importe qui essaie de nous barrer la route ou, a fortiori, de créer des menaces pour notre pays et notre peuple, ils doivent savoir que la Russie réagira immédiatement, et les conséquences seront telles que vous n’en avez jamais vues dans toute votre histoire. Peu importe comment les événements se déroulent, nous sommes prêts. Toutes les décisions nécessaires à cet égard ont été prises. J’espère que mes paroles seront entendues. ”

 J’ai vu la prospérité des méchants… Leur force est ferme… L’orgueil leur sert de collier ; La violence les couvre comme un vêtement… C’est ainsi que sont les méchants – toujours sans souci alors qu’ils continuent d’amasser des richesses… Sûrement (Seigneur) Tu les places sur un sol glissant… Comme ils tombent soudainement et sont détruits, complètement emportés par des terreurs ! ” Psaume 73:2,4,6,12,18,19

CONCLUSION : LA RUSSIE ET LE $ US

La Russie est dans le collimateur des barons voleurs juifs (alias les « élites » occidentales) depuis plus d’un siècle, et sa survie même dépend de sa capacité à repousser de toutes ses forces.

En fait, en affrontant les supplétifs néonazis ukrainiens formés par Israël de cette cabale juive satanique, qui espère soumettre le monde et détruire le fondement chrétien de la civilisation occidentale, la Russie ne se bat pas seulement pour elle-même, mais pour l’Occident et toute l’humanité. .

« La dictature des élites occidentales vise toutes les sociétés, y compris les citoyens des pays occidentaux eux-mêmes », a déclaré Poutine.

« C’est un défi pour tous. Ce renoncement complet à ce que signifie être humain, le renversement de la foi et des valeurs traditionnelles et la suppression de la liberté en viennent à ressembler à une « religion à l’envers » – le pur satanisme. Dévoilant de faux messies, Jésus-Christ a dit dans le sermon sur la montagne :  » C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.  » Ces fruits vénéneux sont déjà évidents pour les gens, et pas seulement dans notre pays mais aussi dans tous les pays, y compris de nombreuses personnes dans le monde. Ouest lui-même. ”

Avec une victoire de la Russie commencera la destruction du système financier par lequel cette mafia juive contrôle et influence le monde. Le Russe Andrei Bezrukov, membre du Présidium du Conseil de politique étrangère et de défense, est d’accord :

« Je veux dire que l’Occident a réussi à nous entraîner dans cette guerre. Peu importe comment nous avons essayé de résister, c’est leur victoire tactique. Ils ont réussi à heurter deux nations fraternelles l’une contre l’autre.

« De cela, nous pouvons tirer la conclusion suivante – maintenant nous avons été pratiquement contraints, surtout après le dernier paquet de sanctions, dans une position où nous n’avons pas d’autre choix que de restructurer totalement notre économie, notre système financier et, en substance, notre politique intérieure .

« Le fait est qu’en gagnant tactiquement et en réussissant à nous quereller avec le peuple ukrainien – la guerre, naturellement, est le niveau ultime de querelle – ils n’ont pas compris qu’en faisant cela, ils ont totalement détruit le système même qu’ils avaient construit dans le monde. Ce n’est pas encore visible, mais dans quelques mois, leurs chaînes financières coupées, leurs messages idéologiques brisés et leur système de sécurité brisé deviendront apparents. ”

Bloomberg semble être du même avis et conclut comme suit : « Expulser la Russie du système mondial critique – qui gère 42 millions de messages par jour et sert de bouée de sauvetage à certaines des plus grandes institutions financières du monde – pourrait se retourner contre lui, faisant grimper l’inflation, poussant la Russie à se rapprocher de la Chine et protéger les transactions financières de l’examen minutieux de l’Occident. Cela pourrait également encourager le développement d’une alternative SWIFT qui pourrait éventuellement nuire à la suprématie du dollar américain. ”

Et lorsque le FMI se joint au chœur selon lequel les sanctions contre la Russie pourraient se retourner contre la position du dollar américain dans le monde, alors la situation devient vraiment grave.

« Le premier directeur général adjoint du FMI, Gita Gopinath, a averti que les sanctions occidentales contre la Russie, et plus précisément la confiscation des réserves libellées en dollars et en euros détenues par la Banque centrale russe, pourraient se retourner contre eux en rendant les autres banques centrales étrangères plus réticentes à détenir une si grande quantité de leurs propres réserves de change en dollars et en euros », a écrit Zero Hedge.

Prenant les choses d’un cran, Poutine a officiellement décrété qu’à partir du 1er avril 2022, la Russie n’acceptera que des roubles, de l’or ou des bitcoins comme paiement pour les exportations d’énergie vers des pays « inamicaux ».

« Si Poutine applique sa demande d’accepter uniquement les roubles, l’or ou le bitcoin pour les exportations d’énergie, le dollar perd instantanément une utilité significative dans le monde« , a écrit Mike Adams. « Les pays qui souhaitent acheter de l’énergie à la Russie – qui comprend la plupart des pays européens – devront d’abord acheter des roubles, puis échanger des roubles contre de l’énergie. Cela donne aux roubles un soutien instantané aux matières premières… La dernière décision de Poutine menace l’avenir même de la monnaie dollar (fiat) et pourrait signifier le début de la fin pour le dollar. 

« Celui qui creuse une fosse y tombera et celui qui roule une pierre, elle retombera sur lui. » Proverbes 26:27

________________________________________

ADDENDA 1

Un rapide récapitulatif des sionistes ukrainiens

Seuls les cerveaux morts à travers l’OTANstan – et il y en a des hordes – ne sont pas au courant de Maidan en 2014. Pourtant, peu de gens savent que c’est alors le ministre ukrainien de l’Intérieur Arsen Avakov, ancien gouverneur de Kharkov, qui a donné le feu vert à un groupe de 12 000 paramilitaires pour matérialiser des hooligans de football de la Sect 82 qui ont soutenu le Dynamo Kiev. C’est ainsi qu’est né le bataillon Azov, en mai 2014, dirigé par Andriy Biletsky, alias le Führer blanc, et ancien chef du gang néonazi des Patriotes d’Ukraine.

Avec l’agent de l’OTAN Dmitro Yarosh, Biletsky a fondé Pravy Sektor, financé par le parrain de la mafia ukrainienne et milliardaire juif Ihor Kolomoysky (plus tard le bienfaiteur de la méta-conversion de Zelensky de comédien médiocre à président médiocre).

Il se trouve que Pravy Sektor était farouchement anti-UE – dites-le à Ursula von der Lugen – et politiquement obsédé par l’idée de relier l’Europe centrale et les pays baltes dans un nouvel intermarium sordide. Surtout, Pravy Sektor et d’autres gangs nazis ont été dûment formés par des instructeurs de l’OTAN.

Biletsky et Yarosh sont bien sûr des disciples de Stepan Bandera, collaborateur nazi notoire de la Seconde Guerre mondiale, pour qui les Ukrainiens purs sont proto-germaniques ou scandinaves, et les Slaves sont Untermenschen.

Azov a fini par absorber presque tous les groupes néonazis en Ukraine et a été envoyé pour lutter contre le Donbass – leurs acolytes gagnant plus d’argent que les soldats réguliers. Biletsky et un autre dirigeant néonazi, Oleh Petrenko, ont été élus à la Rada. Le Führer blanc était autonome. Petrenko a décidé de soutenir le président Porochenko. Bientôt, le bataillon Azov a été incorporé en tant que régiment Azov à la Garde nationale ukrainienne.

Ils se sont lancés dans une campagne de recrutement de mercenaires étrangers – avec des personnes venant d’Europe occidentale, de Scandinavie et même d’Amérique du Sud.

Cela était strictement interdit par les accords de Minsk garantis par la France et l’Allemagne (et aujourd’hui de facto disparus). Azov a mis en place des camps d’entraînement pour adolescents et a rapidement atteint 10 000 membres. Erik « Blackwater » Prince, en 2020, a conclu un accord avec l’armée ukrainienne qui permettrait à son équipe renommée, Academi, de superviser Azov.

Ce n’est nul autre que la sinistre distributrice de biscuits Maidan, la virago Vicky « Fuck the EU » Nuland, qui a suggéré à Zelensky – tous deux, soit dit en passant, juifs ukrainiens – de nommer le nazi avoué Yarosh comme conseiller du commandant en chef des forces armées ukrainiennes, le général Valerii Zaluzhnyi. L’objectif : organiser une guerre éclair sur le Donbass et la Crimée – la même guerre éclair dont le SVR, les renseignements étrangers russes, a conclu qu’elle serait lancée le 22 février, propulsant ainsi le lancement de l’opération Z.

Tout ce qui précède montre qu’en Ukraine, il n’y a aucune différence entre les néonazis blancs et les al-Qaïda/ISIS/Daesh de couleur brune. Ainsi les néonazis sont tout aussi « chrétiens » que les takfiris salafistes djihadistes d’ISIS sont « musulmans ». .

Lorsque Poutine a dénoncé une « bande de néo-nazis » au pouvoir à Kiev, l’humoriste (qui sait jouer du piano avec son sexe et qui sait danser en tenue cuir et avec des talons hauts, d’où son succès en Occident) a répondu que c’était impossible car il était juif. Absurdité. Zelensky et son patron Kolomoysky, à toutes fins pratiques, sont des sionistes.

Alors même que des branches du gouvernement des États-Unis admettaient les néo-nazis retranchés dans l’appareil de Kiev, la machine Exceptionnaliste (US) a tout simplement fait disparaître le bombardement quotidien du Donbass pendant 8 ans. Ces 14 000 victimes civiles n’ont jamais existé.

________________________________________

 February 27, 2023 Par Biblicism Institute
SOURCE : State of the Nation


NOTES

1

1-Comment fut inventé le peuple juif

Les Juifs forment-ils un peuple ? A cette question ancienne, un historien israélien,  Shlomo Sand , apporte une réponse nouvelle. Contrairement à l’idée reçue, la diaspora ne naquit pas de l’expulsion des Hébreux de Palestine, mais de conversions successives en Afrique du Nord, en Europe du Sud et au Proche-Orient. Voilà qui ébranle un des fondements de la pensée sioniste, celui qui voudrait que les Juifs soient les descendants du royaume de David et non — à Dieu ne plaise ! — les héritiers de guerriers berbères ou de cavaliers khazars [a].

Victor Brauner. — « Coupe du doute » (1946)
Museu de Arte, São Paulo, Brésil

Le récit officiel

Tout Israélien sait, sans l’ombre d’un doute, que le peuple juif existe depuis qu’il a reçu la Torah (1) dans le Sinaï, et qu’il en est le descendant direct et exclusif. Chacun se persuade que ce peuple, sorti d’Égypte, s’est fixé sur la « terre promise », où fut édifié le glorieux royaume de David [b] et de Salomon, partagé ensuite en royaumes de Juda et d’Israël. De même, nul n’ignore qu’il a connu l’exil à deux reprises : après la destruction du premier temple, au VIe siècle avant J.-C., puis à la suite de celle du second temple, en l’an 70 après J.C.

S’ensuivit pour lui une errance de près de deux mille ans : ses tribulations le menèrent au Yémen, au Maroc, en Espagne, en Allemagne, en Pologne et jusqu’au fin fond de la Russie, mais il parvint toujours à préserver les liens du sang entre ses communautés éloignées. Ainsi, son unicité ne fut pas altérée. A la fin du XIXe siècle, les conditions mûrirent pour son retour dans l’antique patrie. Sans le génocide nazi, des millions de Juifs auraient naturellement repeuplé Eretz Israël (« la terre d’Israël ») puisqu’ils en rêvaient depuis vingt siècles.

Vierge, la Palestine attendait que son peuple originel vienne la faire refleurir. Car elle lui appartenait, et non à cette minorité arabe [c], dépourvue d’histoire, arrivée là par hasard. Justes étaient donc les guerres menées par le peuple errant pour reprendre possession de sa terre ; et criminelle l’opposition violente de la population locale.

D’où vient ce fantasme ?

D’où vient cette interprétation de l’histoire juive ? Elle est l’œuvre, depuis la seconde moitié du XIXe siècle, de talentueux reconstructeurs du passé, dont l’imagination fertile a inventé, sur la base de morceaux de mémoire religieuse, juive et chrétienne, un enchaînement généalogique continu pour le peuple juif. L’abondante historiographie du judaïsme comporte, certes, une pluralité d’approches. Mais les polémiques en son sein n’ont jamais remis en cause les conceptions essentialistes élaborées principalement à la fin du XIXe siècle et au début du XXe.

Lorsque apparaissaient des découvertes susceptibles de contredire l’image du passé linéaire, elles ne bénéficiaient quasiment d’aucun écho. L’impératif national, telle une mâchoire solidement refermée, bloquait toute espèce de contradiction et de déviation par rapport au récit dominant. Les instances spécifiques de production de la connaissance sur le passé juif — les départements exclusivement consacrés à l’« histoire du peuple juif », séparés des départements d’histoire (appelée en Israël « histoire générale ») — ont largement contribué à cette curieuse hémiplégie. Même le débat, de caractère juridique, sur « qui est juif ? » n’a pas préoccupé ces historiens : pour eux, est juif tout descendant du peuple contraint à l’exil il y a deux mille ans.

Ces chercheurs « autorisés » du passé ne participèrent pas non plus à la controverse des « nouveaux historiens », engagée à la fin des années 1980. La plupart des acteurs de ce débat public, en nombre limité, venaient d’autres disciplines ou bien d’horizons extra-universitaires : sociologues, orientalistes, linguistes, géographes, spécialistes en science politique, chercheurs en littérature, archéologues formulèrent des réflexions nouvelles sur le passé juif et sioniste. On comptait également dans leurs rangs des diplômés venus de l’étranger. Des « départements d’histoire juive » ne parvinrent, en revanche, que des échos craintifs et conservateurs, enrobés d’une rhétorique apologétique à base d’idées reçues.

Le judaïsme, religion prosélyte

Bref, en soixante ans, l’histoire nationale a très peu mûri, et elle n’évoluera vraisemblablement pas à brève échéance. Pourtant, les faits mis au jour par les recherches posent à tout historien honnête des questions surprenantes au premier abord, mais néanmoins fondamentales.

La Bible peut-elle être considérée comme un livre d’histoire ? Les premiers historiens juifs modernes, comme Isaak Markus Jost ou Leopold Zunz, dans la première moitié du XIXe siècle, ne la percevaient pas ainsi : à leurs yeux, l’Ancien Testament se présentait comme un livre de théologie constitutif des communautés religieuses juives après la destruction du premier temple. Il a fallu attendre la seconde moitié du même siècle pour trouver des historiens, en premier lieu Heinrich Graetz, porteurs d’une vision « nationale » de la Bible : ils ont transformé le départ d’Abraham pour Canaan, la sortie d’Égypte ou encore le royaume unifié de David et Salomon en récits d’un passé authentiquement national. Les historiens sionistes n’ont cessé, depuis, de réitérer ces « vérités bibliques », devenues nourriture quotidienne de l’éducation nationale.

Mais voilà qu’au cours des années 1980 la terre tremble, ébranlant ces mythes fondateurs. Les découvertes de la « nouvelle archéologie » contredisent la possibilité d’un grand exode au XIIIe siècle avant notre ère. De même, Moïse n’a pas pu faire sortir les Hébreux d’Égypte et les conduire vers la « terre promise » pour la bonne raison qu’à l’époque celle-ci… était aux mains des Égyptiens. On ne trouve d’ailleurs aucune trace d’une révolte d’esclaves dans l’empire des pharaons, ni d’une conquête rapide du pays de Canaan par un élément étranger.

Il n’existe pas non plus de signe ou de souvenir du somptueux royaume de David et de Salomon. Les découvertes de la décennie écoulée montrent l’existence, à l’époque, de deux petits royaumes : Israël, le plus puissant, et Juda, la future Judée. Les habitants de cette dernière ne subirent pas non plus d’exil au VIe siècle avant notre ère : seules ses élites politiques et intellectuelles durent s’installer à Babylone. De cette rencontre décisive avec les cultes perses naîtra le monothéisme juif.

L’exil de l’an 70 de notre ère a-t-il, lui, effectivement eu lieu ? Paradoxalement, cet « événement fondateur » dans l’histoire des Juifs, d’où la diaspora tire son origine, n’a pas donné lieu au moindre ouvrage de recherche. Et pour une raison bien prosaïque : les Romains n’ont jamais exilé de peuple sur tout le flanc oriental de la Méditerranée. A l’exception des prisonniers réduits en esclavage, les habitants de Judée continuèrent de vivre sur leurs terres, même après la destruction du second temple.

Une partie d’entre eux se convertit au christianisme au IVe siècle, tandis que la grande majorité se rallia à l’islam lors de la conquête arabe au VIIe siècle. La plupart des penseurs sionistes n’en ignoraient rien : ainsi, Yitzhak Ben Zvi, futur président de l’Etat d’Israël, tout comme David Ben Gourion, fondateur de l’Etat, l’ont-ils écrit jusqu’en 1929, année de la grande révolte palestinienne. Tous deux mentionnent à plusieurs reprises le fait que les paysans de Palestine sont les descendants des habitants de l’antique Judée (2).

A défaut d’un exil depuis la Palestine romanisée, d’où viennent les nombreux Juifs qui peuplent le pourtour de la Méditerranée dès l’Antiquité ? Derrière le rideau de l’historiographie nationale se cache une étonnante réalité historique. De la révolte des Maccabées, au IIe siècle avant notre ère, à la révolte de Bar-Kokhba, au IIe siècle après J.-C, le judaïsme fut la première religion prosélyte. Les Asmonéens avaient déjà converti de force les Iduméens du sud de la Judée et les Ituréens de Galilée, annexés au « peuple d’Israël ». Partant de ce royaume judéo-hellénique, le judaïsme essaima dans tout le Proche-Orient et sur le pourtour méditerranéen. Au premier siècle de notre ère apparut, dans l’actuel Kurdistan, le royaume juif d’Adiabène, qui ne sera pas le dernier royaume à se « judaïser » : d’autres en feront autant par la suite.

Les écrits de Flavius Josèphe ne constituent pas le seul témoignage de l’ardeur prosélyte des Juifs. D’Horace à Sénèque, de Juvénal à Tacite, bien des écrivains latins en expriment la crainte. La Mishna et le Talmud (3) autorisent cette pratique de la conversion — même si, face à la pression montante du christianisme, les sages de la tradition talmudique exprimeront des réserves à son sujet.

La victoire de la religion de Jésus, au début du IVe siècle, ne met pas fin à l’expansion du judaïsme, mais elle repousse le prosélytisme juif aux marges du monde culturel chrétien. Au Ve siècle apparaît ainsi, à l’emplacement de l’actuel Yémen, un royaume juif vigoureux du nom de Himyar, dont les descendants conserveront leur foi après la victoire de l’islam et jusqu’aux temps modernes. De même, les chroniqueurs arabes nous apprennent l’existence, au VIIe siècle, de tribus berbères judaïsées : face à la poussée arabe, qui atteint l’Afrique du Nord à la fin de ce même siècle, apparaît la figure légendaire de la reine juive Dihya el-Kahina [d], qui tenta de l’enrayer. Des Berbères judaïsés vont prendre part à la conquête de la péninsule Ibérique, et y poser les fondements de la symbiose particulière entre juifs et musulmans, caractéristique de la culture hispano-arabe.

La conversion de masse la plus significative survient entre la mer Noire et la mer Caspienne : elle concerne l’immense royaume khazar, au VIIIe siècle [a]. L’expansion du judaïsme, du Caucase à l’Ukraine actuelle, engendre de multiples communautés, que les invasions mongoles du XIIIe siècle refoulent en nombre vers l’est de l’Europe. Là, avec les Juifs venus des régions slaves du Sud et des actuels territoires allemands, elles poseront les bases de la grande culture yiddish (4).

Ces récits des origines plurielles des Juifs figurent, de façon plus ou moins hésitante, dans l’historiographie sioniste jusque vers les années 1960 ; ils sont ensuite progressivement marginalisés avant de disparaître de la mémoire publique en Israël. Les conquérants de la cité de David, en 1967, se devaient d’être les descendants directs de son royaume mythique et non — à Dieu ne plaise ! — les héritiers de guerriers berbères ou de cavaliers khazars. Les Juifs font alors figure d’« ethnos » spécifique qui, après deux mille ans d’exil et d’errance, a fini par revenir à Jérusalem, sa capitale.

Les tenants de ce récit linéaire et indivisible ne mobilisent pas uniquement l’enseignement de l’histoire : ils convoquent également la biologie. Depuis les années 1970, en Israël, une succession de recherches « scientifiques » s’efforce de démontrer, par tous les moyens, la proximité génétique des Juifs du monde entier. La « recherche sur les origines des populations » représente désormais un champ légitimé et populaire de la biologie moléculaire, tandis que le chromosome Y mâle s’est offert une place d’honneur aux côtés d’une Clio juive (5) dans une quête effrénée de l’unicité d’origine du « peuple élu ».

Cette conception historique constitue la base de la politique identitaire de l’Etat d’Israël, et c’est bien là que le bât blesse ! Elle donne en effet lieu à une définition essentialiste et ethnocentriste du judaïsme, alimentant une ségrégation qui maintient à l’écart les Juifs des non-Juifs — Arabes comme immigrants russes ou travailleurs immigrés.

Israël, soixante ans après sa fondation, refuse de se concevoir comme une république existant pour ses citoyens. Près d’un quart d’entre eux ne sont pas considérés comme des Juifs et, selon l’esprit de ses lois, cet Etat n’est pas le leur. En revanche, Israël se présente toujours comme l’Etat des Juifs du monde entier, même s’il ne s’agit plus de réfugiés persécutés, mais de citoyens de plein droit vivant en pleine égalité dans les pays où ils résident. Autrement dit, une ethnocratie sans frontières justifie la sévère discrimination qu’elle pratique à l’encontre d’une partie de ses citoyens en invoquant le mythe de la nation éternelle, reconstituée pour se rassembler sur la « terre de ses ancêtres ».

Écrire une histoire juive nouvelle, par-delà le prisme sioniste, n’est donc pas chose aisée. La lumière qui s’y brise se transforme en couleurs ethnocentristes appuyées. Or les Juifs ont toujours formé des communautés religieuses constituées, le plus souvent par conversion, dans diverses régions du monde : elles ne représentent donc pas un « ethnos » porteur d’une même origine unique et qui se serait déplacé au fil d’une errance de vingt siècles.

Le développement de toute historiographie comme, plus généralement, le processus de la modernité passent un temps, on le sait, par l’invention de la nation. Celle-ci occupa des millions d’êtres humains au XIXe siècle et durant une partie du XXe. La fin de ce dernier a vu ces rêves commencer à se briser. Des chercheurs, en nombre croissant, analysent, dissèquent et déconstruisent les grands récits nationaux, et notamment les mythes de l’origine commune chers aux chroniques du passé. Les cauchemars identitaires d’hier feront place, demain, à d’autres rêves d’identité. A l’instar de toute personnalité faite d’identités fluides et variées, l’histoire est, elle aussi, une identité en mouvement.

2-

Les Juifs fomenteurs de la Shoah russe      :
Ceux qui ouvrirent la voie :
– Gesya Gelfman (juive) : criminelle responsable de l’assassinat du Tsar Alexandre II.
– Jacob Schiff (juif) : le banquier américain qui finança la révolution russe de 1917.
– Olaf Aschberg (juif) : banquier.
– Evno Azev (juif) : agent double.
– Grigori Guerchouni : assassin professionnel.
– Alexandre Parvus (juif) : révolutionnaire professionnel.
– Jacob Ganetski (Jacob Furstenberg) (juif) : larbin de Lénine.
Les moteurs de la révolution de 1917 :
– Léon Trotski (juif) : révolutionnaire professionnel.
– Lev Kamenev (juif) : révolutionnaire professionnel.
– Grigory Zinoviev (juif) : L’apôtre de la terreur socialiste.
– Iakov Sverdlov (juif) : Assassin du Tsar et de sa famille.
– Grigori Sokolnikov (juif) : ministre des finances de Juifs bolcheviques.
– Karl Radek (juif) : dirigeant socialiste.
– Maxim Litvinov (juif) : issu d’une famille de banquiers juifs, ministre des Affaires étrangères bolchevique.
– Adolf Joffé (juif) : commissaire du peuple aux Affaires étrangères.
– Moïsseï Ouritski (juif) : chef de la Tcheka de Petrograd et grand criminel.
– Moïse Volodarski (juif) : assassin en gros.
– Lazare Kaganovitch (juif) : assassin en gros.
Les exécuteurs zélés :
– Guenrikh Iagoda (juif) : le plus grand meurtrier juif du 20è siècle.
– Martyn Latsis : l’exterminateur de la bourgeoisie.
– Jacob Agranov (juif) : « S’il n’y a pas d’ennemi, il faut en créer ».
– Iakov Iakovlev (juif) : exterminateur de la paysannerie.
– Semyon Dimanstein (juif) : rabbin promoteur de la région juive « autonome », donc sioniste.
– Alexandre Lozovski (juif) : chef syndicaliste et fondateur du Comité antifasciste juif.
– Jacob Yourovski (juif) : criminel ordonnant le massacre de la famille impériale.
– Yakov Davydov (juif) : chef du Département des affaires étrangères de la Tchéka 1921-1922, le premier chef du renseignement extérieur soviétique.
– Solomon Mogilevsky (juif) : chef du service de renseignement extérieur.
– Mikhail Trilisser (juif) : espionnage et contre-espionnage en tous genres.
– Abram Slutsky (juif) : celui qui traquait les opposants à l’étranger.
– Sergey Spigelglas (juif) : chef par intérim du service de renseignement extérieur soviétique.
– Grigori Maïranovski : chimiste assassin.
– Isaï Berg (juif) : inventeur des chambres à gaz ambulantes.
Au Goulag :
– Naftali Frenkel (juif) : organisateur de l’esclavage dans l’institution du Goulag.
Bien-sûr tous les Juifs ne furent pas bolcheviques et tous les bolcheviques n’étaient pas des Juifs. Cependant incontestablement tout une génération de Juifs fut cancérisée par le pouvoir et donc participa à la Shoah anti russe qui fut commise à très grande échelle et jusqu’aux « grandes purges staliniennes » soviétiques de la fin des années 1930.
Des Juifs massacreurs sont parmi les plus grands criminels de tous les temps, et ils se moquaient totalement de leur religion.
Cette génération de Juifs joua un rôle essentiel, pourtant ils n’étaient qu’environ 4% de la population russe. De plus, cette génération de criminels bénéficia, surtout aux États-Unis, d’un fort soutien et d’une réelle sympathie de la diaspora juive.

 

 

 

La Criminelle Arnaque du COVID 19:15 jours (trois ans) pour ralentir la propagation : une folie sans fin

Jeudi dernier marquait le troisième anniversaire de la tristement célèbre campagne « 15 jours pour ralentir la propagation ».
Au 16 mars 2020, les données s’étaient déjà accumulées indiquant que cette contagion ne serait pas plus mortelle qu’une épidémie de grippe.
Ce qui m’a le plus surpris, c’est que les « experts » désignés n’étaient rien de plus que des mathématiciens ratés, des médecins du gouvernement et des professeurs d’université qui étaient plus intéressés par la politique par le biais de prévisions universitaires de mauvaise qualité que par l’observation de la réalité.

 

Le 16 mars, votre humble serviteur en avait déjà assez de la «réponse» gouvernementale et sociétale à ce qui était sans fondement classé comme la pire pandémie en 100 ans, malgré l’absence de données statistiques à l’appui d’une affirmation aussi grave.

Je vivais à l’époque à Washington, DC Beltway, et il était pratiquement impossible de trouver une personne partageant les mêmes idées dans un rayon de 50 miles qui ne mordait pas non plus à l’appât. Après avoir lu les nouvelles en provenance de Wuhan en janvier, j’ai passé une grande partie des deux semaines suivantes à rattraper mon retard et à lire à quoi une réponse moderne à la pandémie était censée ressembler.

Ce qui m’a le plus surpris, c’est qu’aucune des « mesures » n’a été mentionnée, et que ces « experts » désignés n’étaient rien de plus que des mathématiciens ratés, des médecins du gouvernement et des professeurs d’université qui étaient plus intéressés par la politique par le biais de prévisions universitaires de mauvaise qualité que par l’observation de la réalité.

Quelques jours après avoir continuellement entendu leurs jappements aux presseurs de la Maison Blanche, il est rapidement devenu clair que les Deborah Birx et Anthony Fauci du monde ne s’engageaient dans rien de plus qu’une expérience géante. Il n’y avait aucune approche fondée sur des preuves pour gérer Covid. Ces personnalités se penchaient sur l’hystérie collective et brandissaient leurs références en tant  qu’experts en santé publique  pour exiger des approches descendantes pour éradiquer le WuFlu.

Pour le dire franchement, ces bureaucrates gouvernementaux de longue date n’avaient aucune idée de ce qu’ils faisaient. Fauci et ses cohortes n’étaient pas des scientifiques établis ou réputés, mais des autoritaires, des charlatans, qui avaient des antécédents de piratage et de corruption de plusieurs décennies. Ce groupe de travail sur le coronavirus n’avait pas l’intellect collectif ni la sagesse de prendre ces décisions générales.

À l’époque, il n’y avait littéralement qu’une poignée de personnes qui tentaient de sensibiliser le public à la vague de tyrannie, d’hystérie et de politiques anti-science qui se dirigeait vers nous. Nous étions si peu nombreux en mars 2020 qu’il était impossible de former une sorte de résistance structurée significative à la folie qui se déroulait devant nous. Ces structures se formeront plus tard, mais pas avant que l’infrastructure de l’autoroute vers l’enfer de l’hystérie Covid n’ait déjà été cimentée.

Pour aggraver les choses, la réalité était que la grande majorité de la population – amis, collègues, pairs et famille inclus – convenait que les dissidents n’étaient rien de plus que des extrémistes imprudents, des bioterroristes, des négationnistes de Covid, des agitateurs anti-science, etc.

Pourtant, nous avions raison, et nous avions les preuves et les données pour le prouver. Il n’y avait aucune preuve pour soutenir une telle série d’initiatives gouvernementales visant à « ralentir la propagation ».

Au 16 mars 2020, les données s’étaient déjà accumulées indiquant que cette contagion ne serait pas plus mortelle qu’une épidémie de grippe.

L’épidémie de février 2020 sur le  bateau de croisière Diamond Princess  a fourni un signal clair que les modèles d’hystérie fournis par les organisations financées et gérées par Bill Gates étaient incroyablement hors de propos. Sur les 3 711 personnes à bord du  Diamond Princess,  environ 20 % ont été testées positives au Covid. La majorité de ceux qui ont été testés positifs n’avaient aucun symptôme. Au moment où tous les passagers ont débarqué du navire, 7 décès ont été signalés sur le navire, l’âge moyen de cette cohorte étant au milieu des années 80, et il n’était même pas clair si ces passagers sont morts de  ou  avec  Covid  .

Malgré les étranges photos et vidéos provenant de Wuhan, en Chine, il n’y avait aucune preuve objective d’une maladie une fois par siècle approchant les côtes américaines, et l’  épidémie de Diamond Princess  l’a clairement montré.

Bien sûr, ce n’est pas la contagion virale qui est devenue le problème.

C’est la contagion de l’hystérie qui a fait ressortir les pires qualités d’une grande partie de la classe dirigeante mondiale, laissant les dirigeants mondiaux enlever leurs masques proverbiaux à l’unisson et révéler leur véritable nature de fous ivres de pouvoir.

Et même les dirigeants mondiaux les plus décents ont été emportés par la peur et le chaos, remettant les clés du contrôle gouvernemental aux supposés experts en santé publique omniscients.

Ils ont rapidement fermé des milliards de vies et de moyens de subsistance, faisant exponentiellement plus de ravages qu’un nouveau coronavirus ne pourrait jamais le faire.

Aux États-Unis, 15 jours pour ralentir la propagation est rapidement devenu 30 jours pour ralentir la propagation. Quelque part en cours de route, la date de fin des « mesures » a été entièrement supprimée de l’équation.

 

3 ans plus tard, il n’y a toujours pas de date de fin…

Anthony Fauci est apparu sur MSNBC jeudi matin et a déclaré que les Américains auraient besoin de rappels annuels de Covid pour compléter leurs vaccins contre la grippe.

Une grande partie de l’ère de l’hystérie Covid était motivée par la pseudoscience et le non-sens pur et simple, et pourtant, très peu de dirigeants mondiaux, voire aucun, ont pris l’initiative de rétablir la raison dans leurs domaines. Maintenant, sans surprise, tant d’élus qui ont été complices de cette tragédie humaine de plusieurs milliards de personnes n’oseront pas y réfléchir.

Dans une lettre de 1775 de John Adams à sa femme, Abigail, le père fondateur américain  écrit :

« La liberté, une fois perdue, est perdue à jamais. Lorsque le peuple renonce une fois à sa part de la législature et à son droit de défendre les limitations imposées au gouvernement et de résister à tout empiètement sur lui, il ne peut jamais le récupérer. »

L’hystérie de Covid et le 3e anniversaire de 15 jours pour ralentir la propagation constituent la période de début d’une cicatrice permanente résultant des prises de pouvoir du gouvernement et de la portée excessive du gouvernement fédéral.

Alors que la vie est revenue à la normale dans la majeure partie du pays, la fenêtre d’Overton d’une politique acceptable a glissé encore plus loin dans la direction de la tyrannie par bouton-poussoir. Espérons qu’une grande partie du monde se soit éveillée à la réalité que la plupart des responsables ne font pas réellement ce qui est le mieux pour leurs populations respectives.

 

Par Jordan Schachtel

 

Photo album-Nude study by Fritz Henle — Mujerdelcosmos

Fritz Henle (June 9, 1909 – January 31, 1993) was a German-born photographer, known as « Mr. Rollei » for his use of the 2.25″ square format film used in the Rolleiflex camera. Called, « the last classic freelance photographer » by photohistorian, Helmut Gernsheim, he had a career spanning more than 60 years, during which he amassed an archive of more than 110,000 […]

Photo album-Nude study by Fritz Henle — Mujerdelcosmos

Hors des sentiers battus : La théorie du complot la plus impopulaire

Je ne veux vraiment pas contrarier qui que ce soit, et je sais que cette affirmation va être profondément douloureuse pour beaucoup, alors considérez-vous comme dûment prévenus, mais j’ai peur de devoir le dire…

Respirez profondément…

C’est parti…

Les Beatles faisaient partie “du club”.

Oui, j’ai bien peur que ce soit vrai. Ils n’étaient pas “quatre gars ordinaires de Liverpool”, John Lennon n’était pas un “héros de la classe ouvrière”, et le groupe et tous ses membres constitutifs étaient des agents de renseignement contrôlés par l’establishment : Des “agents de changement” utilisés pour introduire les changements culturels spectaculaires qui ont eu lieu dans les années 1960.

*Prend un hiatus pour se cacher derrière un canapé afin d’éviter tout déluge numérique de fruits pourris*.

Écoutez… Je n’aime pas ça plus que vous. J’ai grandi en adorant les Beatles (mon père avait des vinyles originaux des années 60, et l’un de mes premiers souvenirs est d’avoir dansé dans le salon sur “Twist ‘n’ Shout » – puis d’avoir hurlé d’horreur lorsque “A Taste of Honey » est passée après (je ne supporte toujours pas cette chanson…).

J’ai lu la biographie de Hunter Davies de manière obsessionnelle ; l’un de mes souvenirs d’adolescence les plus précieux est celui où moi et un ami Beatlemaniaque avons séché l’école pour la journée afin de prendre le train pour Liverpool et faire le Magical Mystery Tour (nous étions plus que ravis lorsque nous avons pu ensuite encaisser nos jetons de “boisson gratuite à la Caverne” sans être identifiés : Je me souviens même de ce que j’ai pris : un Malibu et un Coca Light. Parce que rien ne dit mieux culture rock liverpuldienne des années 1960 que des cocktails synthétiques trop sucrés à la noix de coco…).

Mais mis à part la nostalgie et les conseils d’adolescents… pour réitérer le même point que je fais chaque fois que j’évalue un héros culturel ou une star des médias : personne n’atteint un niveau de notoriété à moins que cela ne soit entièrement arrangé et sponsorisé par l’establishment (parce qu’ils possèdent les médias et ont créé la culture, mais nous y reviendrons plus tard).

Par conséquent, vous ne pouvez tout simplement pas atteindre le niveau de superstar mondiale que les Beatles ont atteint (notoirement, “plus célèbre que Jésus ») à moins d’avoir tous les bras de l’establishment derrière vous. Après tout, les Beatles n’étaient pas une sorte d’histoire à succès clandestine : ils étaient trop grand public, apparaissant dans toutes les émissions de télévision populaires et se retrouvant sans cesse dans tous les journaux, et cela s’est produit exceptionnellement vite et dans le monde entier – bien trop vite pour que ce soit “organique”. Gardez à l’esprit que la moitié du groupe était encore en âge d’aller à l’école au début des années 1960 – et pourtant, en février 1964, ils avaient obtenu un tube numéro un dans un pays dont ils n’étaient même pas originaires. Même les historiens classiques des Beatles admettent que leur histoire officielle ressemble à “un conte de fées ».

Comme il est notoirement difficile pour les artistes britanniques de “percer aux États-Unis” – sans parler de ceux qui ont à peine quitté l’uniforme scolaire – il est évident que cela ne s’est pas produit naturellement. Tout a été organisé dans les coulisses, et financé de manière exorbitante au plus haut niveau, afin de catalyser des changements sociaux incroyables comme nous n’en avions jamais vus auparavant (ou depuis), et c’est ce que nous allons explorer dans cet essai. Quels changements les Beatles ont apporté, pourquoi, et surtout, comment.

Si l’on considère les Beatles moins comme un groupe que comme une force culturelle capable de changer radicalement les attitudes, les comportements et les normes sociales dominantes (ce qui est l’objectif spécifique des “agents du changement”), nous pouvons constater qu’ils y sont parvenus avec succès : il suffit de comparer le monde d’avant les Beatles à celui d’après les Beatles – les grandes différences culturelles qui ont eu lieu entre 1960 et 1970. Pour citer une certaine cyber-encyclopédie : “aux États-Unis et dans d’autres pays occidentaux, les années 60 sont marquées par la contre-culture. On assiste à une révolution des normes sociales, notamment en matière d’habillement, de musique, de drogues, de tenue vestimentaire, de sexualité, de formalités, de droits civiques, de préceptes du devoir militaire et de scolarité ».

Comme le résume la citation ci-dessus, les années 1960 ont été marquées par une intense “libéralisation” de la société, avec un profond changement d’attitude à l’égard du trio titillant “sexe, drogue et rock ‘n’ roll”. L’histoire que l’on nous raconte est que ce changement s’est produit parce que le peuple, frustré d’être horriblement opprimé par des siècles de conservatisme austère, s’est soulevé et a changé la société pour le mieux.

Comme la plupart des histoires que l’on nous raconte sur notre histoire, ceci est complètement faux. Les gens ordinaires n’ont pas les outils, les ressources ou les capacités d’organisation nécessaires pour opérer des changements sociaux d’une telle ampleur en un temps aussi court. Ces changements se sont produits parce qu’ils ont été conçus et financés par l’élite, et qu’ils ont été induits comme “la nouvelle normalité” par leurs agents de changement stratégiquement placés. Aux États-Unis, la soi-disant contre-culture était entièrement contrôlée par la CIA, qui utilisait des agents de renseignement gérés – souvent des enfants de militaires de haut rang, comme Jim Morrison des Doors, fils de l’amiral Morrison – pour changer rapidement la culture.

Au Royaume-Uni, les Beatles ont fait l’objet d’un projet similaire de la part de l’armée et des services de renseignements. Une rumeur très répandue et crédible veut que le groupe n’ait écrit aucune de ses propres chansons et que celles-ci aient été, en fait, produites par des ingénieurs sociaux de haut niveau tels que Theodore Aldorno (un pianiste extrêmement talentueux qui avait initialement prévu de faire carrière comme compositeur), ayant des liens avec le Tavistock Institute et l’école de Francfort. En bref, des corps secrets et puissants d’intellectuels subversifs ont conspiré pour changer radicalement la culture avec une musique incroyablement accrocheuse, presque hypnotique, en utilisant de jolis garçons aux cheveux mous comme “façade” photogénique. Notez que le premier lien hypertexte de ce paragraphe se moque de cette théorie, sans fournir la moindre preuve qu’elle n’est pas vraie, ce qui est la méthode approuvée par la CIA pour étouffer les contestations du récit officiel, et la raison pour laquelle ils ont inventé le terme “théorie du complot ».

Cependant, en appliquant la moindre logique à la situation, nous pouvons voir que c’est presque certainement vrai – à l’époque de l’ascension fulgurante des Beatles vers une gloire insondable, ils étaient quatre adolescents impassibles sans aucune formation musicale formelle d’aucune sorte. Parmi tous les compositeurs professionnels brillants et accomplis du monde (comme, par exemple, Theodore Aldorno), est-il vraiment plausible que quatre jeunes amateurs aient pu s’entendre pour construire des mélodies impressionnantes, de niveau professionnel – encore et encore et encore – qui ont conquis le cœur du monde entier ?

Non, pas du tout.

Il serait étonnant de trouver ne serait-ce qu’un seul jeune au talent surnaturel dans une localité, sans parler de trois, quatre ou plus qui se connaissent. Il est donc beaucoup plus plausible qu’ils n’aient fait que suivre le modèle désormais établi depuis longtemps des “boys bands” : de jolis visages pour sourire aux caméras et faire bonne figure pour les fans, les vraies forces musicales écrivant les paroles et composant la musique dans les coulisses.

Dans le cadre d’une conspiration plus large, il s’agit d’une théorie assez “classique”, qui circule depuis des décennies et qui n’est pas vraiment controversée pour ceux qui savent que “le monde entier est une scène”. Mais cela ne représente pas toute l’étendue de ma conspiration : cela ne fait que préparer le terrain… Ce qui suit est, à ma connaissance, une “théorie du complot” entièrement originale, que j’ai élaborée tout seul, et je ne peux donc pas toujours “référencer” mes idées en reprenant les propos d’autres personnes. Ce que je peux faire, cependant, c’est extrapoler à partir de choses que nous savons, utiliser la logique et la raison, et arriver à une conclusion (euh, j’espère) convaincante…

Ma théorie est que les Beatles n’étaient pas “quatre gars ordinaires de Liverpool” qui ont grandi dans des foyers familiaux ordinaires, mais qu’ils étaient plutôt (à l’exception peut-être de George, mais nous y reviendrons plus tard) des résidents de la maison d’enfants Strawberry Field, sélectionnés dans leur enfance pour être sculptés par l’armée et les agences de renseignement afin de devenir plus tard des agents de changement stellaires célèbres. Les garçons auraient été placés dans des familles à un moment donné de leur enfance (comme c’est souvent le cas pour les enfants placés en famille d’accueil) afin de donner du crédit à leurs “histoires officielles”, mais ils seraient restés sous la direction et le contrôle étroits de leurs manipulateurs (et leurs “familles” étaient potentiellement ces manipulateurs – je veux dire, “Tante Mimi » ne sonne-t-il pas comme le nom d’une sorte d’espion du MI5 codé ?)

Je suis arrivé à cette conclusion parce que l’extraordinaire quantité d’influence sociale possédée par des personnes aussi célèbres que les Beatles, leur donnait un pouvoir énorme, et il n’y a tout simplement aucun moyen pour l’establishment obsédé par le contrôle de permettre à “quatre gars ordinaires de Liverpool” d’avoir ce genre de pouvoir, à moins que ledit establishment soit entièrement confiant qu’il reste complètement sous leur contrôle.

La seule façon d’assurer ce niveau de contrôle total est de former les futurs agents dès la petite enfance avec une programmation de type MK Ultra (et c’est quelque chose qui, comme on le sait, prolifère avec les enfants stars à Hollywood, et pour les mêmes raisons, l’actrice Roseanne Barr l’ayant confirmé : “MK Ultra règne en maître à Hollywood »). Si vous n’avez jamais entendu parler de MK Ultra, il ne s’agit pas d’une “théorie du complot”, mais d’un programme de modification du comportement et de gestion des perceptions (par exemple, un lavage de cerveau), aujourd’hui déclassé, utilisé par les agences de renseignement pour créer, en fait, des esclaves contrôlés par l’esprit grâce à la consommation de drogues et à des traumatismes. Ces esclaves peuvent ensuite être utilisés pour toute une série de rôles, dont celui de “stars”, c’est-à-dire de personnalités publiques très visibles qui influencent profondément le public.

MK Ultra n’a été porté à l’attention du public qu’en 1975, ce qui signifie qu’il a été largement utilisé au cours des décennies précédentes, à partir d’un travail qui a débuté dans les installations japonaises et les camps de concentration nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, à peu près à l’époque de la naissance des Beatles.

MK Ultra était fondamental pour les subversifs sociaux machiavéliques qui cherchaient à changer le monde en profondeur, parce qu’ils ne pouvaient pas le faire seuls – ils avaient besoin d’agents de changement pour se produire sur la scène mondiale, qui avaient l’apparence et l’attitude requises. Un groupe de vieux hommes obèses (comme “l’élite” l’était et l’est généralement) ne va pas conquérir les cœurs et les esprits de la jeunesse mondiale : ce sont les jeunes hommes beaux et charmants qui le font.

Ainsi, si vous êtes un ingénieur social sournois qui cherche à créer et à gérer un agent de changement puissant, vous devez veiller à ce que cet agent soit sous votre contrôle étroit à tout moment – ce qui signifie qu’il reste un atout utile, plutôt que le dangereux handicap qu’il serait autrement. Si ces agents de changement n’étaient pas sous votre contrôle total à tout moment, ils pourraient devenir des voyous, s’écarter du script et utiliser leur incroyable influence pour effectuer des changements qui ne sont pas dans votre intérêt. C’est pourquoi les personnes à l’origine du contrôle mental de type MK Ultra – les “manipulateurs” – sont toujours très attentifs à cette possibilité.

Notez que la programmation MK Ultra peut commencer à échouer à mesure que les sujets vieillissent, en raison de changements neurologiques naturels dans le cerveau, et de nombreux agents MK Ultra sont sacrifiés à la trentaine pour cette raison précise. C’est peut-être pour cette raison que John Lennon, qui est mort quelques semaines seulement après son 40e anniversaire, a été tué. L’establishment n’a pas investi une fortune sans précédent pour le former dès sa naissance en tant qu’agent suprême du changement mondial, pour lui faire passer cinq ans à faire du baby-sitting et à cuire du pain, ce qu’il aurait fait après la naissance de son plus jeune enfant, Sean, en 1975, et s’« ils” – le mystérieux “ils” derrière tous les grands événements et phénomènes culturels – n’avaient pas réussi à le remettre sur les rails, ils l’auraient simplement fait tuer. “Ils » font cela tout le temps lorsqu’ils ne peuvent pas contrôler leurs agents, comme dans le cas de la princesse Diana (dont la mort a été jugée comme un “meurtre illégal » et non un accident).


…mais revenons aux Beatles…

Mais revenons aux débuts des Beatles… Si vous regardez attentivement, vous verrez que les orphelinats et l’industrie du placement familial ont été pendant plusieurs décennies des terrains de recrutement privilégiés pour diverses formes d’expérimentation gouvernementale, et ce pour des raisons évidentes : il n’y a pas de parents gênants pour s’opposer à l’inscription de leurs enfants dans de tels programmes. Dans le même ordre d’idées, nous savons également quel rôle central l’orphelinat Strawberry Field a joué dans la vie des premiers Beatles, les obligeant à écrire l’une de leurs chansons les plus populaires et les plus durables.

Mais pourquoi un orphelinat aurait-il une telle importance pour des garçons provenant ostensiblement de foyers familiaux aimants ?

Lorsque l’on se penche un peu plus sur le passé des Beatles (ou leur passé supposé), on découvre une quantité inhabituelle de traumatismes et d’instabilité : John et Paul ont perdu leur mère à un jeune âge ; John connaissait à peine ses parents et a grandi avec une “tante” (qui, selon les rapports officiels, a fait intervenir les services sociaux dans la famille) ; Paul avait peu de souvenirs de sa mère et avait – surtout pour l’époque – un père nettement plus âgé (40 ans à la naissance de son premier enfant, Paul). Ringo, quant à lui, était un enfant du divorce, à une époque où le divorce était rare et stigmatisé, et connaissait à peine son père, tout en passant une grande partie de son enfance à l’hôpital pour diverses maladies.

Le seul des quatre qui a prétendument eu une enfance normale, stable et sans drame, c’est George. C’est aussi celui qui a le plus dévié du scénario par la suite, et qui a connu une mort plutôt étrange – et significativement prématurée (il avait 58 ans). Officiellement attribuée à un cancer du poumon, la mort de Harrison est survenue peu de temps après ce qui semble être une tentative d’assassinat ratée, et Harrison lui-même avait exprimé à plusieurs reprises ses craintes d’être tué. S’il est vrai que George n’a pas été soumis au même niveau de lavage de cerveau traumatique de l’enfance que les autres (il est le seul à ne pas avoir perdu un parent par la mort ou le divorce), alors nous pouvons spéculer qu’il n’a peut-être pas été programmé aussi “efficacement” que les autres.

Une photo troublante des Beatles montrant un certain attachement au satanisme

 

Un thème intéressant que nous pouvons observer chez les trois autres Beatles est qu’aucun de leurs principaux fournisseurs de soins n’a consacré ses premières années d’âge adulte à élever des enfants, à une époque où cela était inhabituel. La tante de John, Mimi, et son mari n’ont pas eu d’enfants (par choix) et auraient eu la quarantaine quand ils se sont occupés de John. Le père de Paul n’est devenu parent qu’à l’âge de 40 ans et la mère de Ringo Starr n’a eu qu’un seul enfant – très inhabituel pour une femme de la classe ouvrière de l’époque – qui a passé une grande partie de son enfance loin de la maison familiale (prétendument à l’hôpital).

On peut donc se poser des questions intéressantes sur ce que ces personnes faisaient réellement dans leur vingtaine et leur trentaine. Bien sûr, la “backstory officielle” des Beatles a une explication, mais tous les bons espions ont des histoires de couverture. Est-il possible qu’ils travaillaient en fait pour l’État et les services de renseignements, se formant à leur rôle crucial de manipulateurs d’agents aussi importants par la suite ? N’oubliez pas que Liverpool est une ville portuaire, des lieux qui ont souvent des liens étroits et complexes avec les agences militaires et de renseignement. Le père de John et celui de Stuart Sutcliffe ont tous deux servi dans la marine, et le père de Sutcliffe serait devenu “fonctionnaire” – l’une des branches de la fonction publique étant l’agence de renseignement MI5.

Ainsi, ma théorie est que – à l’exception peut-être de George – les “histoires officielles” des Beatles ne sont pas entièrement vraies. John, Paul et Ringo étaient soit des orphelins, soit des enfants placés dans des familles d’accueil à Strawberry Field, qui ont probablement été placés dans des familles plus tard pour leur donner une légitimité en tant que “gars ordinaires de Liverpool”, mais qui étaient en fait des pupilles de l’État (il y a beaucoup d’allusions dans la littérature sur les Beatles que la mère de John Lennon était une prostituée, ce qui pourrait certainement être considéré comme une raison pour laquelle l’État l’a retiré de sa garde), qui avaient été programmés dès leur plus jeune âge, à l’aide de technologies militaires de contrôle mental “perfectionnées” pendant la Seconde Guerre mondiale, pour connaître plus tard un succès fulgurant.

 

 

 

Les longs séjours “à l’hôpital” de Ringo pendant son enfance pourraient très bien être un code pour (comme c’est souvent le cas dans ce genre d’affaires) aller dans des centres de programmation militaire. La mort des mères de John et Paul (les soignants auxquels ils étaient attachés) pourrait avoir été arrangée intentionnellement, en tant que sacrifice pour le lavage de cerveau traumatique de John et Paul (une partie essentielle des techniques de contrôle mental étant de sacrifier quelque chose que la victime aime). La mort de Stuart Sutcliffe pourrait aussi certainement entrer dans cette catégorie. Rien de tout cela n’est vraiment tiré par les cheveux une fois que vous avez étudié la véritable histoire de l’establishment et son utilisation bien documentée des techniques du style MK Ultra pour façonner et gérer les futurs puissants.

Mais pour moi, l’arme fatale a toujours été cette photo très célèbre de John Lennon enfant. Quelqu’un peut-il expliquer pourquoi il porte une casquette avec les lettres “SF”, si ce n’est qu’il était résident à Strawberry Field ? (Notez que l’emblème ne correspond à ceux d’aucune école qu’il aurait fréquentée, ni à ceux d’aucune école primaire de Liverpool).

 

Maintenant, jetons un coup d’œil à certaines des paroles de la chanson très rêveuse, presque hallucinogène (le LSD a joué un rôle clé dans les techniques MK Ultra), “Strawberry Fields Forever » :

Let me take you down / Laisse-moi t’emmener
‘Cause I’m going to strawberry fields / Parce que je vais à Strawberry fields
Nothing is real / Rien n’est réel
And nothing to get hung about / Et il n’y a pas de quoi s’énerver
Strawberry fields forever / Strawberry fields pour toujours

Living is easy with eyes closed / La vie est facile avec les yeux fermés
Misunderstanding all you see / Mal comprendre tout ce que tu vois
It’s getting hard to be someone but it all works out / C’est difficile d’être quelqu’un, mais tout s’arrange.
It doesn’t matter much to me / Ça n’a pas vraiment d’importance pour moi

“Rien n’est réel” – ? Hmm… Un théoricien de la conspiration pourrait dire que c’est plutôt révélateur – eh bien – d’une conspiration : une ruse pour tromper le public avec des acteurs et des agents de changement qui ne sont pas du tout ce qu’ils semblent être ?

“Il devient difficile d’être quelqu’un” = il devient difficile de continuer à jouer le rôle ?

“Misunderstanding all you see” = on vous vend une illusion, à vous, le public ?

Ce sont certainement des paroles très “intéressantes”…

Par la suite, beaucoup ont, bien sûr, fait grand cas de la relation improbable de Lennon avec Yoko Ono, une femme très étrange qui différait tellement de son type habituel. John Lennon aimait que ses petites amies ressemblent à Brigitte Bardot, à tel point qu’il encourageait sa première épouse Cynthia à modifier radicalement ses vêtements et ses cheveux pour ressembler davantage à la star française (et il a admis avoir exercé une pression similaire sur d’autres petites amies). Alors, pour un homme qui aurait pu avoir à peu près toutes les femmes qu’il voulait – probablement même Bardot elle-même – pourquoi a-t-il brusquement quitté sa femme ressemblant à Bardot pour une femme qui ne ressemblait en rien à son idéal physique ? Oui, le “grand amour”, bien sûr, peut-être : mais aussi peut-être (et probablement) autre chose.

Les circonstances de la première rencontre présumée de Lennon avec Ono sont extrêmement étranges et ses communications avec lui, hautement ésotériques (lui remettant un morceau de carte lisant “breathe” et ainsi de suite), et pour moi, cela crie “déclencheurs de programmation » et “handler”, c’est-à-dire quelqu’un qui gère les agents MK en déclenchant divers aspects de leur programmation avec certains mots – en effet, les agents MK Ultra ont des “mots de passe” pour les “activer”, tout comme les appareils technologiques. Il est intéressant de noter qu’Ono était originaire du Japon, le pays où MK Ultra aurait vu le jour, et qu’elle était issue d’une famille d’élite, son père étant un riche banquier et sa mère descendant de guerriers samouraïs.

Comme tout Beatlemaniaque vous le dira, dès que Yoko Ono est entrée en scène, ce fut le début de la fin pour les Beatles – a-t-elle donc été envoyée comme nouveau “gestionnaire” de Lennon, pour le faire entrer dans une nouvelle mission, une fois que son rôle d’agent de changement au sein des Beatles aurait produit les effets escomptés ? Au moment où les Beatles se sont séparés en 1970, la culture était méconnaissable par rapport à ce qu’elle était dix ans auparavant – mission accomplie, place à la suivante ?

Bien sûr, lorsqu’il s’agit de la séparation des Beatles, des doigts accusateurs ont été pointés sur Paul également, et je crois aussi, j’ai peur de le dire (je vous ai prévenus au début…) en la théorie “PID” – Paul is Dead – et que le Paul original a été écarté en 1966 parce qu’il sortait du script. Le Paul original était trop traditionnel et ne tenait pas à promouvoir le message de l’amour libre et de la drogue auprès des adolescents, alors ils se sont débarrassés de lui. Le Paul remplaçant était beaucoup plus hippie.

Comme je l’ai dit précédemment, si un agent MK a une programmation qui commence à échouer, il sera tué, car il est beaucoup trop dangereux si la programmation cesse de fonctionner efficacement, et je pense que c’est ce qui est arrivé à Paul (et peut-être plus tard, John aussi, et peut-être même George).

Il n’entre pas dans le cadre de cet essai d’exposer toutes les preuves de la théorie “PID”, mais je me suis plongé dans toutes les théories de PID il y a des années (c’était ma théorie de conspiration d’entrée !), et les preuves sont vraiment très convaincantes : par exemple, les médecins légistes italiens qui en avaient assez de lire les “théories de conspiration” selon lesquelles Paul avait été remplacé, se sont procuré des photos vérifiées de lui avant et après la date de sa mort présumée (novembre 1966) pour mesurer scientifiquement et prouver qu’il s’agissait de la même personne.

Ils ont publié leur choc et leur étonnement absolus lorsqu’ils ont découvert le contraire, à savoir qu’il ne s’agissait absolument pas de la même personne.

Il existe de nombreuses autres preuves corroborantes que vous pouvez creuser par vous-même (cette ressource est un bon point de départ), mais il suffit de dire que je suis convaincu, et si Paul a effectivement été tué (sacrifié car sa programmation était défaillante), alors cela donne encore plus de poids à ma théorie globale.

Si Paul était un homme ordinaire issu d’une famille ordinaire, alors sa mort et son remplacement par des agences de renseignement seraient impossibles à réaliser, car il est évident que sa famille le remarquerait et donnerait l’alerte. Mais si le “père” de Paul n’était pas vraiment un parent, mais un autre agent militaire – un gestionnaire – avec lequel Paul avait simplement été placé pour créer une histoire crédible – si son “père” et d’autres membres supposés de la famille étaient tous effectivement “dans le coup” – alors ce serait possible. Oui, je sais que tout cela semble un peu tiré par les cheveux, mais encore une fois, nous devons nous rappeler à quel point le pouvoir social des Beatles était grand. Ils étaient aussi célèbres que quiconque l’a été ou le sera jamais, et pour ce genre de pouvoir culturel colossal et sans précédent, on peut s’attendre à ce que des choses colossales et sans précédent se passent en coulisses pour le contrôler.

En effet, Hunter Davies, le biographe officiel des Beatles, a admis dans une édition ultérieure de son livre, qu’une grande partie de ce qui avait été rapporté dans le premier livre, n’était pas vrai. Ce livre avait été fortement édité (pour apaiser les familles, selon Davies, en faisant apparaître l’enfance des garçons comme plus heureuse qu’elle ne l’avait été) et donnait une impression très différente de la vie des Beatles (en particulier celle de John) par rapport à la réalité. Donc, de l’aveu même de Davies, il mentait et écrivait une fiction – mais à quel point mentait-il et quelle part de son livre était fabriquée ?

“Rien n’est réel”, vous vous souvenez ? Les Beatles vous le disent eux-mêmes (comme le “code » des gens haut placés dans le club l’exige) dans ce qui est l’un de leurs disques les plus célèbres, et celui qui donne le plus grand indice sur leurs véritables origines. Nous devons à nouveau nous demander pourquoi un orphelinat (parmi tous les endroits) aurait eu un impact aussi profond sur eux ?

John Lennon a déclaré dans une interview à Rolling Stone qu’il “ressentait une connexion avec les orphelins », ajoutant qu’« il y avait quelque chose qui n’allait pas chez moi, je pensais, parce que je semblais voir des choses que les autres ne voyaient pas ».

Que veut-il dire exactement par “voir” ? Et les orphelinats permettent-ils vraiment à des enfants du voisinage de venir au hasard et de s’associer étroitement à leurs protégés ? Comment se fait-il qu’il ait pu connaître ces orphelins suffisamment bien pour développer une “connexion” avec eux ? Il est évident, au vu de la profondeur de cet environnement, que John Lennon ne s’est pas contenté de jouer seul dans les jardins environnants.

L’histoire officielle est que, à l’époque, l’orphelinat n’accueillait que des filles. Il est admis qu’ils ont pris des garçons “plus tard”, il n’est donc pas impossible qu’ils aient fait une exception au préalable – surtout s’ils étaient généreusement encouragés par le gouvernement et les agences de renseignement à le faire. La situation des “demandeurs d’asile” nous montre maintenant qu’il est très facile pour les gouvernements centraux de passer outre les conseils locaux et de leur faire accepter des arrangements d’hébergement peu orthodoxes. Si le gouvernement peut forcer les conseils à accueillir des milliers d’hommes d’âge militaire contre leur gré, je suis sûr qu’il n’aura aucun problème à faire en sorte qu’un foyer pour enfants accueille quelques bébés.

Ce que nous devons toujours garder à l’esprit, c’est qu’en ce qui concerne la culture populaire d’après-guerre dans le monde occidental, il est vrai que “rien n’est réel”, qu’il y a des couches et des couches de mensonges et d’illusions, et que – si nous prenons ce qu’on nous dit pour argent comptant – nous allons effectivement “mal comprendre tout ce que nous voyons”, tout comme les paroles de Strawberry Field’s Forever nous le disent. Les agences de renseignement comme la CIA et le MI5, et les initiatives d’ingénierie sociale comme le Tavistock, ont conspiré pour créer un climat culturel complètement faux, et ce que nous considérons comme la “culture moderne” est une fraude – un mirage perpétué par les médias – à des fins d’ingénierie sociale et de contrôle des foules.

Si vous lisez cet article, il est probable que vous pouvez voir cela avec le Covid – que tout a été truqué par les médias pour manipuler les gens et changer le climat culturel. Si vous pouvez voir cela à propos d’un phénomène social, comprenez que ce genre de machinations ultra-manipulatrices n’a pas commencé seulement au cours des deux ou trois dernières années. Elles durent depuis bien plus longtemps que cela.

Si vous êtes nouveau dans ce milieu, vous serez peut-être tenté de vous moquer, “oh allez, tout n’est pas une théorie du complot”, et à cela je réponds, cela dépend de ce que vous voulez dire. Votre vie de tous les jours, votre famille et vos amis, votre travail, ne sont pas des conspirations. Mais tous les événements majeurs de la scène mondiale et les personnes qui attirent beaucoup l’attention des médias mondiaux, le sont presque toujours. Il s’agit de cascades stratégiques et d’opérations psychologiques de haut niveau visant à façonner vos perceptions, vos pensées et vos comportements afin de les adapter aux fins souhaitées par les classes dirigeantes.

Dans les années 1960, les classes dirigeantes avaient trois objectifs principaux (qui sont toujours les leurs) : 1) réduire la population ; 2) briser les familles ; 3) briser les communautés.

Les Beatles ont joué un rôle déterminant dans la création et la promotion d’une “culture de la jeunesse” qui n’existait pas vraiment auparavant (le mot “adolescent” n’a été largement utilisé que dans les années 1950). Cette nouvelle culture du sexe, de la drogue et du rock ‘n’ roll, si différente de tout ce qui avait existé auparavant, a joué un rôle clé dans l’aliénation des jeunes par rapport à la génération plus âgée, accélérant ainsi l’éclatement des familles et la fragmentation des communautés, et a contribué à la révolution sexuelle, qui a été essentielle pour réduire le taux de natalité.

En changeant l’attitude des gens à l’égard du sexe et en les convainquant de le considérer comme une activité principalement ou exclusivement récréative, plutôt que procréatrice, les gens ont commencé à avoir beaucoup moins de bébés. On pourrait penser que si l’on veut réduire le taux de natalité, encourager les gens à s’engager dans une activité plus potentiellement reproductive serait une approche complètement paradoxale, mais en fait, ce n’est pas le cas, car une fois que les gens considèrent le sexe comme une activité récréative plutôt que procréative, ils sont beaucoup plus susceptibles de s’engager volontairement dans la contraception et l’avortement, et amener les gens à faire ces choses eux-mêmes, plutôt que d’imposer ces mesures par la force (ce qui avait été essayé auparavant) est une stratégie beaucoup plus efficace pour limiter les naissances. Vous pouvez en savoir plus sur l’histoire et les objectifs réels de la révolution sexuelle, ainsi que sur les personnages profondément douteux qui en sont à l’origine (eugénistes ardents et racistes sympathisants des nazis, principalement) dans mon essai ici.

Pour résumer : après le rituel de sacrifice de masse qu’a été la Seconde Guerre mondiale, les mêmes personnes à l’origine de ce rituel ont tourné leur attention vers la décimation de la société et la réduction de la population par d’autres moyens. Il est plus facile de se débarrasser des gens en les empêchant de naître que de les tuer, d’où l’introduction dans les années 1960 de la pilule, de l’avortement légal et de la révolution sexuelle, dont la combinaison a fait chuter le taux de natalité. Mais pour que ces phénomènes se répandent, il fallait qu’ils soient promus de manière agressive par les agents du changement mondialement connus de l’époque.

L’invention de la “culture de la jeunesse”, telle que promue par les Beatles et d’autres grands noms de la culture populaire, a contribué à creuser un fossé durable entre les générations, ce qui a conduit à une atomisation et un isolement considérablement accrus, rendant les gens plus contrôlables. La première chose que font les abuseurs pour exercer un contrôle total est d’isoler une personne de ses anciennes communautés, et c’est aussi ce qu’ont fait les ingénieurs sociaux des années 60. Ces thèmes sont très bien explorés dans la série télévisée populaire “The Wonder Years », qui dépeint le conflit quasi permanent entre les parents et les adolescents des années 1960 : on nous fait croire que les choses ont “toujours été ainsi”, que les parents et les adolescents ont toujours été à couteaux tirés, mais ce n’est pas vrai, car la culture a rarement évolué aussi radicalement que dans les années 1960, créant ainsi autant de sujets de dispute.

Avant cela, les valeurs culturelles et les attentes des parents et des enfants étaient souvent plus ou moins les mêmes, et le sont toujours dans les cultures qui ne participent pas à la culture moderne, comme les tribus indigènes isolées. Si vous demandiez aux sociétés qui ne consomment pas du tout de médias grand public ou sociaux : “Vos adolescents se disputent-ils constamment avec leurs parents ?”, la réponse serait un non catégorique. Cette “guerre des générations” militante est un phénomène entièrement concocté, exclusif aux sociétés qui ont la télévision, la radio, les journaux, les magazines, etc.

L’idée qu’il est “naturel” que parents et enfants aient des croyances et des normes très différentes au point de se disputer constamment est une autre invention moderne. Des ingénieurs sociaux subversifs ont créé ce phénomène à travers les écoles, les universités, les médias et, surtout, la culture populaire (des jeunes), dans le but d’empêcher la culture traditionnelle d’être transmissible, ce qui conduirait inévitablement à son effondrement. C’est évident : si les parents ne peuvent pas transmettre leurs valeurs culturelles à leurs enfants, car ceux-ci sont trop absorbés par la culture moderne des jeunes, alors personne ne transmet la culture. La même chose se produit aujourd’hui, avec la génération Z “woke” qui est constamment en guerre contre ses parents de la génération X “bigote”.

Ces conflits artificiels existent parce que les créer est une stratégie plus efficace pour effondrer une culture que de l’envahir et de la bombarder, car la résistance est moindre. Les jeunes qui ont subi un lavage de cerveau pensent qu’ils détruisent leur culture par choix (parce qu’elle est ennuyeuse, arriérée, oppressive, transphobe, etc.), et les parents “dinosaures” qui tentent de défendre la culture meurent rapidement, de sorte qu’en quelques générations, les forces d’occupation hostiles ont gagné.

Souvenez-vous de ce que les maîtres veulent de vous : solitaire, isolé, atomisé, sans culture, sans famille, sans communauté – et plus de gens répondent à cette description aujourd’hui qu’à n’importe quel autre moment de l’histoire, et tout cela est le résultat direct des changements sociaux mis en place dans les années 1960 – par des agents de changement gérés par les militaires comme les Beatles.

Si vous ne me croyez toujours pas, considérez les paroles suivantes :

Imagine there’s no countries / Imagine qu’il n’y a pas de pays
It isn’t hard to do / Ce n’est pas difficile à faire
Nothing to kill or die for / Aucune raison de tuer ou de mourir
And no religion, too / Et pas de religion non plus

Imagine no possessions / Imaginez qu’il n’y a pas de possessions
I wonder if you can / Je me demande si vous pouvez
No need for greed or hunger / Pas besoin d’avidité ou de faim
A brotherhood of man / Une fraternité d’hommes

La question est de savoir si c’est un extrait de “Imagine » de John Lennon ou le dernier discours de Klaus Scwab au WEF.

Pas de pays ? (par exemple, un gouvernement mondial unique)

Pas de possessions ? (“Vous ne posséderez rien et serez heureux »)

Pas de besoin d’avidité ou de faim ? (Parce que l’avidité devient impossible une fois que la seule monnaie est constituée de CDBC contrôlés par le gouvernement et que la pâte d’insectes est très rassasiante ?)

Imagine » est un plan du Nouvel Ordre Mondial écrit par quelqu’un d’aussi “dans le club” que possible – celui qui l’a écrit a utilisé le super célèbre agent de changement Lennon pour le publier en 1971, nous expliquant la fin de la partie, maintenant que notre culture traditionnelle avait été subvertie avec succès dans les années 60. Je répète qu’il n’y a jamais eu de changement culturel aussi spectaculaire et complet que celui qui s’est produit au cours de cette seule décennie, et pour opérer ce genre de changements extraordinaires aussi rapidement, les ingénieurs sociaux avaient besoin d’un niveau de célébrité différent, d’un autre type d’idole et “d’influenceur” – il a donc fallu déployer des stratégies différentes pour les créer.

En fait, les Beatles n’étaient pas “réels” : ils étaient dès le départ des créations des services de renseignement militaire, préparés très tôt à changer la culture de façon permanente, et ils l’ont probablement fait avec plus de succès que n’importe quel autre agent de changement dans l’histoire.

Oui, je sais, tout le monde me déteste maintenant pour avoir sali des icônes et des idoles aussi irréprochables, et certains individus fatigués répondront inévitablement par “d’habitude, je daigne approuver ce que vous écrivez, mais vous êtes allé trop loin cette fois-ci” (j’ai déjà une réponse pour vous, alors mettez votre morceau préféré de contrôle mental hypnotisant de qualité militaire des Beatles et lisez-le…).

Plus sérieusement, je comprends parfaitement la force d’attraction de la mythologie des Beatles, dans la mesure où cette attraction est la raison principale (et, pour être honnête, probablement la seule raison) pour laquelle je suis allé à l’université à Liverpool. Pendant toute mon adolescence, j’ai été fasciné par les Beatles (j’avais un ami avec des frères aînés cool qui ont réussi à nous sevrer de Take That), pas tant pour leur musique que pour leur mythologie. J’étais donc ravi de vivre dans leur ville natale, et j’adorais me promener dans les rues mythiques de Merseyside (Mathew Street, Menlove Avenue, Forthlin Road), puis descendre sur les quais, regarder la mer, en imaginant avec nostalgie qu’il fut un temps où quatre garçons qui allaient changer le monde marchaient aussi dans ces rues… Donc je comprends vraiment, vraiment, à quel point la mythologie est fascinante et puissante.

Et c’est exactement le but. Tout comme les ingénieurs sociaux.

source : Miri AF