La Sexualité Sacrée:Quand le sexe entre les dieux et les humains ébranlait le ciel et la terre

 

Les extraterrestres cherchent-ils à améliorer notre patrimoine génétique ?

Selon les partisans de la théorie des anciens astronautes, les premiers hommes se seraient accouplés avec des êtres d’origine extraterrestre. L’ADN humain aurait été analysé sous toutes les coutures et il semble ou tout du moins, selon certains, qu’un changement de 7% aurait été observé. 7% ce n’est pas grand-chose, mais ça peut tout changer et cela prouverait que notre ADN aurait pendant une brève période, changé de façon significative. Voilà comment en venir à la conclusion suivante : nous serions la descendance d’accouplements entre extraterrestres et humains.

Ishtar…représentation plus récente pour une fête se situant à …Pâques!

Il est vrai que de nombreuses cultures et autres mythologies, des légendes s’approchant de cette théorie y sont inscrites à l’encre rouge. Mais cela est-il vraiment crédible ? Si cela s’avérait exact, quel aurait réellement été le but de ces extraterrestres ? En tant qu’humains, nous sommes relativement insignifiants, du moins à ce qu’il semble. Dans la bible, ce serait des anges déchus qui auraient copulé avec les filles des hommes, de nombreux écrits se rejoignent donc, à ça près.

Ishtar…venue des étoiles!

On peut se demander alors si ces soi-disant extraterrestres (et/ou intraterrestres) n’auraient pas voulu en s’unissant avec les terriens, manipuler leur ADN de façon à ce qu’il contienne un peu du leur. Mais pourquoi auraient-ils fait cela ? Toujours selon la bible, les enfants nés de ces unions auraient porté le doux nom de ‘’Nephilims’’. S’ils ont réellement existé, il est très clair que nous devrions être capables d’en apporter la preuve. Selon certains, des squelettes à la taille hors norme auraient été découverts, mais aujourd’hui, personne ne sait ce qu’ils sont devenus. Il semble d’ailleurs que des squelettes similaires aient été retrouvés partout à travers le monde. Certains vont plus loin en affirmant que les extraterrestres eux-mêmes auraient provoqué le déluge alors qu’ils se seraient aperçus que leur petite expérience prenait un bien mauvais chemin.


EN COMPLÉMENT:

                                       LES NEPHILIMS

« Les Néphilim étaient sur la terre à cette époque et aussi après, quand les fils de Dieu allèrent vers les filles des hommes et eurent des enfants par elles. » – Genèse 6: 4

Qui étaient les « fils de Dieu »? C’étaient des anges et ils se sont alliés à des femelles humaines (« filles d’hommes ») pour créer une race hybride d’anges humains (les Nephilim), dont certains sont réputés être encore en vie de nos jours. A quoi ressemble le sexe avec des anges? On dit qu’une fois ange, on ne retourne jamais à l’homme. Avoir des relations sexuelles avec des anges est-il dangereux? Y a-t-il une vérité derrière la rumeur selon laquelle les anges sont obsédés par les cheveux des femmes, comme l’a suggéré saint Paul? Le sexe avec des anges est-il le sexe le plus pur ou le plus sale?



 

 

 

Aujourd’hui, de nombreux témoins affirment avoir été enlevés par des extraterrestres. Qu’en est-il vraiment ? Quel intérêt auraient-ils à faire cela ? Certains disent également avoir été approchés par des succubes, elles auraient toujours selon eux, eu des rapports sexuels avec eux. Tous les témoignages se regroupent d’une certaine façon puisque tous relatent avoir retrouvé un seul cheveu blonds sur leur drap. L’un d’entre eux aurait d’ailleurs été analysé en laboratoire, il aurait subi une analyse ADN et le résultat aurait été plutôt inhabituel car le cheveu était transparent. L’être dont il dépendait aurait été très clair et aurait sans aucun doute eu les yeux bleus, comme le stipulent tous les témoins. L’ADN en somme n’était absolument pas naturel.

Marduk

Que croire alors ? Les extraterrestres enlèvent-ils des humains pour accomplir sur eux de mystérieuses expériences ? Est-il vrai qu’ils volent également des fœtus à certaines femmes enceintes ? Que feraient-ils de ces fœtus ? Des expériences sur leur ADN ? Des clonages ? Un homme raconte avoir vu à deux reprises une extraterrestre. La première fois, il aurait couché avec un succube et la deuxième fois, il l’aurait de nouveaux aperçu mais cette fois-ci avec la créature, une enfant. Selon ses dires, il aurait tout de suite compris qu’un lien fort l’unissait à l’enfant et pour cause, puisque elle aurait été la sienne. 

Nous allons répondre à ces questions qui originent de la Grande Prophétie et qui nous influencent davantage depuis le 21 décembre 2012!
 

DANS L’ANCIENNE MÉSOPOTAMIE …UNE ÉTUDE RATIONNELLE

 

La sexualité était au cœur de la vie dans l’ancienne Mésopotamie, une région du Proche-Orient ancien souvent décrite comme le berceau de la civilisation occidentale, correspondant à peu près à l’Irak moderne, au Koweït et à certaines parties de la Syrie, de l’Iran et de la Turquie. Ce n’était pas seulement ainsi pour les humains ordinaires mais pour les rois et même les divinités.

Les divinités mésopotamiennes ont partagé de nombreuses expériences humaines, avec des dieux se mariant, procréant et partageant des tâches domestiques et familiales. Cependant, lorsque l’amour échouait, les conséquences pourraient être terribles au ciel et sur la terre.

Les érudits ont observé les similitudes entre la «machine à mariage» divine trouvée dans les œuvres littéraires anciennes et la parade historique des mortels, bien qu’il soit difficile de les démêler, plus particulièrement dans les soi-disant «mariages sacrés», qui ont vu les rois mésopotamiens épouser des divinités. .

Sexe divin

Les dieux, étant immortels et généralement d’un statut supérieur à l’être humain, n’avaient pas strictement besoin de relations sexuelles pour maintenir leur population, mais les aspects pratiques de la question semblent avoir peu contribué à freiner leur enthousiasme.

Les relations sexuelles entre divinités mésopotamiennes ont inspiré une grande variété de récits. Ceux-ci incluent des mythes sumériens tels qu’Enlil et Ninlil et Enki et Ninhursag , où il a été démontré que les interactions sexuelles compliquées entre divinités impliquaient la duperie, la tromperie et le déguisement.

La déesse Ishtar telle que représentée dans Mythes et légendes de Babylone et d’Assyrie, 1916, de Lewis Spence.

 

Dans les deux mythes, une divinité masculine adopte un déguisement, puis tente d’obtenir un accès sexuel à la divinité féminine – ou d’éviter la poursuite de son amant. Dans la première, la déesse Ninlil suit son amoureux, Enlil, jusqu’aux Enfers, et cherche des faveurs sexuelles pour obtenir des informations sur l’endroit où se trouve Enlil. La présence d’une fausse identité dans ces mythes est utilisée pour faire le tour des attentes de la société en matière de sexe et de fidélité.

La trahison sexuelle pourrait être condamnée, non seulement pour les amants errants, mais pour l’ ensemble de la société . Lorsque la reine des enfers, Ereshkigal, est abandonnée par son amant, Nergal, elle menace de ressusciter le cadavre s’il ne lui est pas rendu, faisant ainsi allusion à son droit à la satiété sexuelle.

La déesse Ishtar fait la même menace face à un rejet romantique du roi d’Uruk dans l’épopée de Gilgamesh. Il est intéressant de noter qu’Ishtar et Ereshkigal, toutes deux soeurs, utilisent l’une des menaces les plus puissantes à leur disposition pour résoudre les problèmes du cœur.

Ancienne empreinte de sceau de cylindre sumérien montrant Dumuzid en train d’être torturé aux enfers par les galla…des démons.

Les intrigues de ces mythes mettent en évidence le potentiel de tromperie pour créer une aliénation entre les amoureux pendant les parades. Le parcours amoureux de ces mythes et son utilisation complexe de l’imagerie littéraire ont établi des comparaisons savantes avec les travaux de Shakespeare .

Poésie d’amour

Les auteurs anciens de la poésie d’amour sumérienne, décrivant les exploits de couples divins, montrent une richesse de connaissances pratiques sur les étapes de l’excitation sexuelle féminine. Certains chercheurs pensent que cette poésie a toujours eu un but éducatif: enseigner aux jeunes amants inexpérimentés de l’ancienne Mésopotamie les relations sexuelles. Il a également été suggéré que les textes avaient des objectifs religieux, voire une puissance magique .

Plusieurs textes parlent de la cour d’un couple divin, Inanna (l’équivalent sémitique d’Ishtar) et de son amant, la divinité des bergers Dumuzi. La proximité des amants est illustrée par une combinaison sophistiquée de poésie et d’images sensuelles, ce qui constitue peut-être un exemple édifiant pour les nominés de Bad Sex in Fiction de cette année .

 

*Représentation d’Ishtar retrouvée à Babylone.

 

 

Dans l’un des poèmes, des éléments de l’excitation sexuelle de l’amante sont répertoriés, de la lubrification accrue de sa vulve au «tremblement» de son point culminant. Le partenaire masculin est présenté se délectant de la forme physique de son partenaire et lui parlant gentiment. La perspective féminine sur l’amour est soulignée dans les textes à travers la description des fantasmes érotiques de la déesse. Ces fantasmes font partie des préparatifs de la déesse en vue de son union et contribuent peut-être à sa satisfaction sexuelle.

Dans l’un des poèmes, des éléments de l’excitation sexuelle de l’amante sont répertoriés, de la lubrification accrue de sa vulve au «tremblement» de son point culminant. Le partenaire masculin est présenté se délectant de la forme physique de son partenaire et lui parlant gentiment. La perspective féminine sur l’amour est soulignée dans les textes à travers la description des fantasmes érotiques de la déesse. Ces fantasmes font partie des préparatifs de la déesse en vue de son union et contribuent peut-être à sa satisfaction sexuelle.

Le «Burney Relief», censé représenter soit Ishtar, la déesse de l’amour et de la guerre mésopotamienne, ou sa sœur aînée Ereshkigal, reine des enfers (environ le XIXe ou le XVIIIe siècle av. J.-C.).

Bonne déesse, heureux royaume

Le sexe divin n’était pas l’apanage des dieux, mais pouvait aussi impliquer le roi humain. Peu de sujets de Mésopotamie ont autant captivé l’imagination que le concept de mariage sacré. Dans cette tradition, le roi historique mésopotamien serait marié à la déesse de l’amour, Ishtar. Il existe des preuves littéraires de tels mariages remontant à la Mésopotamie très tôt, avant 2300 av. J.-C., et le concept a perduré bien plus tard.

La relation entre les rois historiques et les divinités mésopotamiennes était considérée comme essentielle au maintien de l’ordre terrestre et cosmique. Pour le monarque mésopotamien, la relation sexuelle avec la déesse de l’amour impliquait donc probablement une certaine pression.

 

Statuette d’une femme nue, peut-être la Grande Déesse de Babylone (ou Ishtar). De la nécropole de Hillah, près de Babylone.

Certains érudits ont suggéré que ces mariages impliquaient une expression physique entre le roi et une autre personne (telle qu’une prêtresse) qui incarnait la déesse. L’opinion générale est à présent que s’il s’agissait d’un acte physique relatif à un rituel du mariage sacré, il aurait été conduit de manière symbolique plutôt que charnelle, le roi partageant peut-être son lit avec une statue de la divinité.

L’imagerie agricole était souvent utilisée pour décrire l’union de la déesse et du roi. Le miel, par exemple, est décrit comme doux comme la bouche et la vulve de la déesse.

Une chanson d’amour de la ville d’Ur entre 2100 et 2000 avant JC est dédiée à Shu-Shin, le roi et Ishtar:

«Dans la chambre à coucher dégouttant de miel, laissez-nous profiter encore et encore de votre charme, de la douceur. Lad, laisse-moi te faire les choses les plus douces. Mon précieux chéri, laisse-moi t’apporter du miel. »

Le sexe dans cette poésie d’amour est décrit comme une activité agréable qui renforce les sentiments amoureux d’intimité. Ce sentiment de proximité accrue a été considéré comme apportant de la joie au cœur de la déesse, résultant en une fortune et une abondance pour toute la communauté – illustrant peut-être une première version mésopotamienne de l’adage «épouse heureuse, vie heureuse».

La présentation diversifiée du sexe divin crée en quelque sorte un mystère autour des causes de l’accent culturel mis sur la copulation cosmique. Alors que la présentation du sexe divin et du mariage dans l’ancienne Mésopotamie servait probablement de nombreux objectifs, certains éléments des relations intimes entre dieux témoignent d’un report aux unions mortelles.

Alors que la malhonnêteté entre amants pouvait mener à l’aliénation, les interactions sexuelles positives comportaient de nombreux avantages, notamment une plus grande intimité et un bonheur durable.

 


Chaînon du règne animal ou créé spontanément, l’homme a dû forcément être édité à plusieurs exemplaires, en plusieurs prototypes fort différents et qui n’évoluèrent pas tous selon les mêmes normes.

 

 

De plus, notre globe, au cours de son existence, subit vraisemblablement des
bombardements radioactifs naturels ou provoqués, générateurs de mutations accélérées ( Les nations dites « atomiques », pour se débarrasser de leurs déchets radioactifs,les jettent clandestinement au fond des océans. Il est à peu près inévitable que des monstres naissent dans les zones infestées. La radioactivité terrestre détermine elle aussi des mutations accélérées et les enfants monstrueux naissent en grand nombre, mais bien entendu, le fait est tenu secret.
Des espèces disparurent dans certains points du globe — par exemple le cheval en Amérique – d’autres prirent un caractère anarchique, monstrueux.
Une espèce irradiée put subir un développement soudain et extraordinaire de ses facultés intellectuelles : l’homme serait-il le produit d’une de ces heureuses mutations?
Une raison milite en faveur de cette thèse : la procréation lente, hasardeuse de l’humanité, contrairement à ce qui se passa pour les autres animaux. Or, on sait qu’une des premières conséquences de l’irradiation est précisément de détériorer l’engendrement.
S’il y eut un premier homme — Adam — ou une première femme – Eve – à exemplaire unique et spontané, l’un ou l’autre, pour assurer sa continuité , dut avoir des rapports sexuels, soit avec les animaux dont il était issu, soit avec des animaux d’une espèce différente.
 On peut admettre que le premier être humain fut hermaphrodite. Cette thèse est d’ailleurs presque classique.
S’il y eut plusieurs prototypes humains, ce qui est très probable, ils furent tous obligatoirement dissemblables. De toute façon, de l’exemplaire unique ou des différents prototypes découlèrent naturellement des monstres, et il est intéressant d’étudier si, en cette conjecture, ces monstres eurent un rapport direct avec ceux de la mythologie et, par conséquent, avec les héros et demi-dieux qui jouèrent un rôle énigmatique dans la protohistoire de l’humanité.
Pour les biologistes, l’accouplement entre animaux de différentes espèces, s’il est possible en fait, est obligatoirement stérile quant au résultat.
Pourtant, certains mettent en doute cette théorie, d’autant qu’elle ne répond à aucun critère scientifique .
 En 1965, le Pr Henry Harris et le Dr J.F. Watkins d’Oxford ont localisée la
fusion des cellules d’hommes et de souris, et obtenu des cellules hybrides.
D’autres mariages ont réussi entre espèces et entre ordres différents. Ainsi, au niveau cellulaire, l’hybridation entre mammifères et poissons, et peut-être entre oiseaux et plantes est possible. Le ménage cellulaire a reçu le nom de « hétérokaryon ».

Il est certain que de nombreuses expériences ont été tentées entre des animaux inférieurs : souris, chats, cobayes, etc., mais jamais, semble-t-il, entre des animaux et des êtres humains.
Il n’est pas du tout exclu qu’une femme puisse avoir des enfants à partir d’un animal mâle, et l’aventure de Thérèse X. à Vichy, semble en fournir la preuve.
La jeune fille (seize ans) vivait avec son père et un petit singe dans une roulotte stationnant sur un terrain vague. Un jour, Thérèse se trouva enceinte, et les gendarmes, soupçonnant peut-être une affaire d’inceste, firent une enquête discrète.
Le père de la jeune fille, homme fort ignorant mais d’esprit très chrétien, fut
rapidement mis hors de cause, d’autant qu’il croyait très sincèrement que par l’opération du Saint-Esprit, exactement comme à Bethléem (et pourquoi pas?), son humble roulotte allait être honorée d’une naissance miraculeuse !
.Enfin, la fille accoucha normalement… mais ce fut un monstre à la fois singe et homme qu’elle mit au monde. L’être était non seulement vivant mais parfaitement viable.
Thérèse avoua alors ses amours coupables avec le singe, si bien que le produit du couple fut supprimé par piqûre quelques jours après sa naissance.
Le Dr T…, de Vichy, fit des études sur le monstre; son rapport scientifique et l’enquête judiciaire sont conservés aux archives de la ville.
Le problème de l’hybridation animale serait donc remis en question; d’autre part, ce qui est vrai pour les animaux en général ne l’est peut-être pas pour l’homme en particulier, celui-ci jouissant, à n’en pas douter, d’un privilège exceptionnel qui s’exprime par son psychisme, son intelligence, et peut-être par ses facultés de reproduction.
On pourrait aussi spéculer sur le fait que les hommes venus d’une autre planète, qui firent des enfants aux Terriennes, n’étaient peut-être pas exactement conditionnés comme nous? Il n’est pas impossible, par surcroît, que leurs connaissances scientifiques leur aient donné le pouvoir d’assurer des procréations entre humains et animaux, par exemple à titre expérimental.

 

Si nos modernes cosmonautes atterrissent un jour sur une planète où la vie humaine normale est soumise à des obstacles majeurs, il est permis de penser qu’ils essaieront par insémination artificielle de créer sur cette planète une espèce hybride, mi-terrestre, mi-autochtone?
De toute façon, la science du futur vaincra fatalement ce qui est pour le moment une difficulté insurmontable, et le problème des monstres mythologiques eut peut-être une solution favorable en fonction de la science mystérieuse des cosmonautes d’Hyperborée.
Les traditions andines assurent que notre humanité descend d’une cosmonaute vénusienne : Orejona, et d’un père qui était un tapir; le biologiste espagnol Garcia Beltran accueille cette assertion avec un certain préjugé favorable.

La Genèse selon le Livre d’Enoch

Dessin mural de Pompéi représentant Parsipaé et son taureau.

L’accouplement entre femmes et bêtes tient une place importante dans les traditions, surtout en Egypte et en Grèce.

L’accouplement de Pasipae avec le taureau fut repris dans toutes les traditions et inspira de grands artistes comme ici Osuna.

La très belle Pasiphaé, en proie à une irrésistible passion érotique, voulut connaître l’amour avec un taureau blanc qui la rendit mère du Minotaure.
Les Propoétides se prostituaient à tout venant et ne craignaient pas de provoquer le rut des animaux, ce qui lut — dit-on aussi — le cas des belles Arméniennes et Lydiennes qui consacraient au culte très impudique de la déesse Anaïtis (l’Anahid des Orientaux).

Anaïtis (ou Anahit)
Anahit, déesse de la fertilité et des naissances, était la fille (ou l’épouse) du grand dieu Aramazd; elle fut identifiée avec Artémis ou Aphrodite.
Tête d’Anahit
Timbre à l’effigie d’Anahit
La « Grande Dame Anahit » était l’une des déesses les plus aimées et honorées du panthéon arménien; elle était souvent représentait avec un enfant dans ses bras, et la tête revêtue de la coiffe particulière aux femmes arméniennes; elle était aussi considérée comme une déesse guerrière et une déesse de l’eau.
Les temples dédiés à Anahit étaient établis à Armavir, Artashat, Ashtishat. Strabon raconte que la prostitution sacrée avait lieu dans ces sanctuaires mais les écrivains chrétiens locaux n’en parlent pas.
D’après Plutarque le temple d’Eriza était le plus riche et le plus réputé d’Arménie avec une magnifique statue en or de la déesse. Cette statue fut mise en pièces par les armées de Marc-Antoine mais elle fut remplacée par une nouvelle statue et vénérée jusqu’à l’investiture de Grégoire l’Illuminateur, le premier catholicos de l’Arménie en 314.

Dans la grotte magdalénienne de Lussac-les-Châteaux (Vienne), furent trouvés des galets à représentation humaine, où l’on voit des hommes dont la tête a un caractère canin nettement accusé.
Sans doute aussi faut-il accorder une particulière attention au chapitre LXXXIV (section 17) du Livre d’Enoch, où l’auteur décrit, d’après une vision, de très ( (ranges scènes de procréation :
2. – Voici un taureau sortant de la terre,
3. – Et ce taureau était blanc.
4. – Ensuite sortit une génisse et avec elle deux jeunes veaux dont l’un était noir et l’autre rouge.
Note : le taureau blanc (couleur de justice) désigne Adam; la génisse est Eve; le veau noir est Caïn; le veau rouge est Abel.
Chapitre LXXXV. – Enoch enregistre la prolifération des taureaux, des génisses et poursuit :
6. – Je regardai et admirai ces choses et voici que les taureaux commencèrent à entrer en feu et à monter sur les génisses; celles-ci ayant conçu mirent au monde des éléphants, des chameaux et des ânes…
Puis, on trouve la narration d’une bataille entre éléphants, taureaux et autres bêtes, puis l’érection de la tour de Babel, suivie d’une grande confusion terrestre avec aboutissement à Noé et au déluge.
Cette genèse, très différente de la genèse biblique, tendrait à faire croire conjointement
avec les mythologies qu’il y eut une mystérieuse interférence entre les taureaux et les
hommes. Quel que soit le sens que l’on donne aux taureaux et aux génisses, (êtres humains ou
animaux véritables), Enoch précise bien que les autres bêtes furent enfantées par eux, qu’ils
eurent pour mère soit une génisse, soit, et c’est beaucoup plus probable : une femme.
Une tradition des tribus indiennes de l’Amérique du Nord, rapportée par le père Charlevoix, prétend que tous les humains ayant été détruits par un grand cataclysme, Dieu, pour repeupler la terre, avait changé les animaux en nommes.
Certes, nous n’accordons pas un grand crédit à ces relations, mais il est curieux de noter que les peuples anciens, à tort ou à raison, ne jugeaient pas impossibles les engendrements entre animaux d’espèces différentes.

Oannès ,le dieu venu de la mer qui enseignait.

Oannès l’initiateur-poisson
On ne sait pas si les Chaldéens étaient de même race que les Hébreux — et c’est peu probable — toujours est-il que leurs traditions porteraient à croire qu’un étrange personnage,
ni homme ni bête, est leur ancêtre supérieur : Oannès, à la fois dieu et civilisateur des peuples de Babylone (1).
(1) Oannès, Oan = Ogen, Okean, Okéanos = Oceanos. C’est le Janus sagace et
initié des Romains, et aussi le Prométhée des Grecs.
On le représente sous la forme d’un monstre moitié homme, moitié poisson — on a dit
aussi moitié grenouille – qui venait de la « mer Érythréenne » (golfe Persique et mer Rouge).
Il avait deux têtes, l’une d’homme, l’autre de poisson, des jambes qui s’adaptaient à sa queue et il était doué de parole.

Chaque matin, il sortait de la mer pour venir parmi les humains enseigner les sciences,
les arts, les lettres et l’agriculture.
En syriaque, Oannès signifie étranger, ce qui renseigne bien imparfaitement sur
l’origine de ce dieu grand initié.
Était-ce les vêtements d’Oannès qui lui donnaient une ressemblance avec les poissons,
ou bien était-il, par quelque miracle incroyable, le résultat d’un croisement monstrueux (1)?
(1) Le 1er novembre 1964, une chienne de Courthezon (Vaucluse) a mis bas sept
chiots, dont six ressemblent étrangement à des poissons : museau allongé, pas d’oreilles,
pattes palmées, corps aminci en fuseau et se terminant en « queue de poisson ». La peau
elle-même a l’apparence luisante des écailles. Serait-ce là une preuve de croisement
monstrueux ou de mutation fantastique? De toute façon le fait existe, même s’il est
inexplicable.
Notre logique nous inclinerait plutôt à voir en cet être extraordinaire, s’il a existé, le
représentant d’une race extraterrestre venu sur Terre dans un engin spatial, analogue à un
sous-marin, ou pouvant se comporter après atterrissage comme une sorte d’habitation sousmarine.
En tout cas, il reste que les hommes à constitution physique anormale n’étaient pas
faits pour effrayer les peuples anciens, comme si la monstruosité avait été non pas l’exception,
mais un phénomène assez commun.
De si loin qu’elles surgissent, ces traditions, ces légendes, souvent, forment la
substance essentielle à la compréhension de l’histoire inconnue des hommes, même si elles
paraissent s’opposer aux lois scientifiques d’une évolution universelle beaucoup plus
aventureuse qu’on le croit !
Car enfin, si le monde a été détruit plusieurs fois, si des déluges ont noyé l’humanité,
comment l’évolution aurait-elle pu se poursuivre sans altérations profondes?
Altérations que d’ailleurs on trouve à profusion dans tous les règnes !
Les monstres, les bêtes fantastiques, les hommes physiquement extraordinaires ne
pourraient-ils trouver une place logique, rationnelle dans l’acheminement de la matière, de
l’intellect et du psychisme vers le dernier maillon actuel de la chaîne : l’homme !
Est-il insensé de croire que lors de la création des premiers hommes, certains mutants
doués d’intelligence et peut-être de perversion engagèrent avec l’homo sapiens une lutte
implacable dont l’enjeu était la suprématie terrestre?
La Bête Fantastique
Les traditions de tous les pays rapportent que des géants ou que des bêtes
monstrueuses, parfois semi-humaines, parfois entièrement animales, exigeaient des rançons
de jeunes garçons ou de jeunes vierges, ou décimaient les populations.
On peut se demander jusqu’à quel point ces monstres : Minotaure, Sphinx, Volta,
géants, dragons ou créatures sataniques, pouvaient perpétuer le souvenir d’un très antique
fléau.
Dans le labyrinthe de la mort, les hommes normaux finirent par l’emporter sur la Bête
Fantastique, l’évolution humaine put s’opérer librement et le peuplement du globe acquérir un
rythme naturel.
La Bête Fantastique des Anciens était-elle un symbole, un mutant redoutable, une véritable bête ou un pollen de mort?

Sous le voile de la fable et de la légende, se cache une vérité que nous craignons
d’identifier.
La mémoire des hommes n’a le pouvoir de conserver exact un souvenir que durant une
quarantaine d’années; plus loin dans le temps, les faits commencent à se déformer et entrent
peu à peu dans la légende.
Les guerres napoléoniennes seraient depuis longtemps devenues des chansons de
geste, si les chroniqueurs ne les avaient consignées par écrit.
Le souvenir des monstres semi-humains est donc entré dans un merveilleux où il sied
de discerner la parcelle de vérité initiale.
La formidable Bête de Gévaudan n’était même pas un loup ordinaire, mais un gros
chat ou loup-cervier !
La bataille titanesque qui opposa Roland aux Sarrasins dans le défilé de Roncevaux fut
tout au plus une escarmouche !
En général, les petits faits anciens sont démesurément grossis, mais s’ils ont été
démesurément importants, il arrive, au contraire, qu’ils soient relativement minimisés.
Par exemple, la guerre des Titans contre Zeus, qui ébranla l’Olympe et fit trembler les
dieux, fut vraisemblablement un cataclysme universel où sombra une grande partie de
l’humanité !
Entre ces extrêmes, quelle valeur doit-on donner aux monstres antiques? Et
notamment aux Cyclopes, Minotaures, Titans, Gorgones, Faunes, Anges, Ogres, Hydres, au
Léviathan et au Béhémoth des mythologies et des traditions?
Le docteur américain I. Velikovsky a prouvé – et personne ne songerait à le contredire
– que le déluge date approximativement de l’an 1500 av. J.-C. et qu’un cataclysme universel,
un passage de comète pense-t-il, troubla profondément la Terre 1 500 ans avant notre ère.
Dans la pensée d’Aristote, notre système solaire était régulièrement perturbé et remis
en place au cours de « l’Année suprême », laquelle comportait un grand hiver dit Kataklusmos
(déluge, catastrophe) et un grand été appelé ekpyrosis (incendie), ce qui rejoint l’explication
de I. Velikovsky = déluge universel et incendie du monde.
Les monstres mythologiques datant du dernier déluge auraient-ils été engendrés à la
suite des irradiations produites par le passage d’une comète?
La Bible ne faisant pas état de cette prolifération de bêtes extraordinaires, nous
pensons devoir reporter leur apparition avant le déluge, c’est-à-dire à l’époque indéterminée
(on a avancé le chiffre de 9 000 années) où, selon nos hypothèses, le globe aurait été atomisé
en Amérique et dans le désert de Gobi.
Ensuite, les quelques rescapés de la catastrophe, irradiés, auraient pu engendrer des
monstres et leur disputer le droit de survivre. Peut-être même, s’ils furent très peu nombreux,
durent-ils, pour perpétuer leur race, avoir des relations sexuelles avec des animaux?
Les monstres sont-ils plus anciens encore? Datent-ils des temps primhistoriques où
l’homme fut créé par mutations exceptionnelles? Il est difficile de le croire, car le souvenir en
serait tellement lointain que la mémoire n’eût pu en garder la moindre trace.
Si nous ne sombrons pas à la façon des exégètes classiques qui font de la Terre le
centre du monde, nous pouvons essayer une meilleure explication !
Les géants
Pourquoi ne pas continuer à envisager que la Terre a été une sorte de parc zoologique
et de jardin des plantes d’une humanité extraplanétaire?
Comme tout alors s’enchaîne, s’éclaire et devient logique : des commandos d’hommes
venus d’une autre planète atterrissent sur notre globe, apportent une civilisation, des semences
de plantes inconnues, des spécimens d’animaux qu’ils espèrent acclimater.
104
Certes, ils trouvent des Terriens et essaient, soit de les coloniser, soit de s’intégrer à
eux, mais non sans risques, sans payer la dîme du sang, car ces cosmonautes ne sont pas
biologiquement identiques à nous.
Leur union avec les femmes des hommes produira donc des enfants plus grands que la
normale terrestre, soit, avec le grossissement du temps : des géants.
L’existence de ces géants avant le déluge dit universel est attestée par tous les peuples
anciens (1).
(1) On a trouvé dans une grotte d’Alguetca, près de Mangliss (II.R.S.S.) des
squelettes d’hommes mesurant 2,80 m à 3 mètres (l’ouilles du Caucase – 1964).
D’après une tradition des Indiens Cholula, consignée dans un manuscrit du Vatican, «
avant la grande inondation qui eut lieu 4 008 ans après la création du monde, le pays
d’Anahuac était habité par des géants; tous ceux qui ne périrent pas furent transformés en
poissons… ».
En Egypte, « les géants étaient en guerre contre les hommes et émigrèrent en revêtant
des formes d’animaux ».
Les rabbins juifs ont essayé d’établir, d’après des souvenirs trop lointains pour être
précis, que la taille du premier homme atteignait plusieurs centaines de pieds. La Bible parle
longuement des géants et notamment du dernier d’entre eux, le roi de Basan, Og, qui périt
dans sa lutte contre Moïse. Cet Og, semi-légendaire, dut avoir des descendants puisque les
Hébreux eurent encore de longues guerres à soutenir contre eux.
Les Thaïlandais anciens prétendaient que les hommes des premiers temps étaient d’une
taille colossale, et les Nordiques, se référant à des traditions hyperboréennes, disent que les
premiers êtres de la création étaient grands comme des montagnes.
Toutefois, compte tenu de « l’agrandissement » qui est un fait habituel à la légende, à
l’imagination et au temps, on doit penser que ces géants antiques ne mesuraient guère plus de
deux mètres.
Les fantastiques géants de Nicolas Henrion !
Un numismate et historien du XVIIe siècle, Nicolas Henrion, fit à ce sujet une étude
curieuse mais dénuée de fondements sérieux, que nous rapportons pour son pittoresque.
D’après une certaine loi de décroissance, Henrion déterminait, disait-il, avec une
exactitude rigoureuse, les variations de la taille des hommes depuis leur création originelle.
Il en résulterait qu’Adam « avait dû avoir » 123 pieds 9 pouces (soit environ 49
mètres!), Noé 103 pieds, Abraham 27, Moïse 13, Hercule 10, Alexandre 6, César 5, etc.

Les géants d’Hyperborée

 

La mythologie grecque donne une indication, qui tendrait à accréditer la thèse
d’hommes extraplanétaires plus grands et plus intelligents que les hommes de la Terre. En
effet, les géants étaient invincibles et les dieux mêmes ne pouvaient les vaincre qu’avec le
secours des mortels, ce qui, en tenant compte de l’exagération, pourrait fort bien se rapporter à
des êtres beaucoup plus civilisés que les Terriens et paraissant de ce fait invulnérables.
A l’appui de cette thèse, nous rappelons que les Nordiques situent la patrie des géants
vers cette Thulé où, pense-t-on, durent atterrir les premiers êtres venus d’une planète, car les

Hyperboréens selon les traditions celtiques et Scandinaves fournirent la race des hommes
supérieurs qui sombra avec leur continent, quand se produisit le cataclysme atomique
américain et asiatique.
Les géants hyperboréens auraient actuellement une descendance avec les « sumotori »
(lutteurs de sumo) qui, au Japon, sont des personnages de haute popularité se situant, dans la
hiérarchie, immédiatement après les dieux et l’empereur.
Leur force est prodigieux, leur poids peut atteindre 200 kg et leur taille 2,40 m.
Au début, écrit l’historien Pierre Darcourt, les sumotori se recrutaient chez les géants
Aïnous à la peau claire (1).
(1) Le Monde et la Vie, N° 141, février 1965.
Les Aïnous sont des Blancs, des proto-Caucasiens, qui auraient émigré à travers la
Sibérie. Leur dieu « Kamu » englobait le soleil, le vent, l’océan et l’ours.
Ces montagnards de l’Hokkaïdo, velus, lourds et puissants, buveurs d’alcool chaud,
étaient de formidables lutteurs…
Les autres Japonais, de teinte cuivrée, seraient originaires des îles polynésiennes, de la
Malaisie et de la Chine. Ils avaient, grâce à leur science et à leurs armes perfectionnées,
vaincu les géants.
Les vainqueurs, poursuit Pierre Darcourt, avaient emporté en croupe, vers le sud, les
belles femmes blanches (de leurs adversaires) et de leurs accouplements étaient nés des
géants asiates qui devinrent les premiers gardes du corps de l’empereur.
Selon cette thèse, le Japon du Nord pourrait donc être considéré comme étant
l’Extrême-Occident du globe avec ses autochtones hyperboréens, ou peut-être encore comme
un îlot préservé de l’antique terre de Mû dont les habitants étaient de même race extraterrestre
que ceux d’Hyperborée.
Il ne s’agit là que d’un indice, mais qui s’ajoute à une foule d’autres et milite dans le
sens de notre hypothèse d’ancêtres supérieurs venus de Vénus ou d’une étoile.
De ces Hyperboréens extraplanétaires, auraient découlé en premier lieu les « hommes
géants et fameux » cités par la Bible et enfin, par altération, accouplements monstrueux (les
fils du Ciel dévoyés de la Genèse) ou irradiation, les monstres semi-humains de la légende et
les géants à forme animale qui « émigrèrent en Egypte ».
A moins de nier purement et simplement l’existence des géants et des monstres
antiques, et alors il faut réfuter la Bible, les Apocryphes et toutes les traditions, nous ne
concevons aucune autre explication rationnelle à opposer à cette interprétation.
mes-taureaux (le Minotaure), ces faunes à jambes de bouc, ces sphinx à tête de femme,
ces gorgones, ces sirènes, etc.
Les géants de la Bible
Les géants, d’après la Bible, étaient bien des êtres supérieurs puisqu’ils engendrèrent
l’élite des peuples : rois, héros, initiés.
C’est ce que relate la Genèse, chapitre VI, verset 4 :
Or, il y avait des géants sur la terre en ce temps-là. Car depuis que les enfants de
Dieu eurent épousé les filles des hommes, il en sortit des enfants qui furent des hommes
puissants et fameux dans le siècle.
Nous voilà donc avec une explication sur les géants qu’il suffit d’appliquer au règne
animal pour avoir la clef de l’énigme.

En premier lieu, ces « enfants de Dieu » venus sur Terre pour voler les filles des
hommes ou violer leurs épouses ne forniquèrent-ils pas avec certaines bêtes?
De nos jours encore, ces pratiques anormales sont courantes chez les obsédés sexuels
et à plus forte raison le furent-elles chez des êtres sans doute sevrés d’amour depuis fort
longtemps !
Les cosmonautes purent fort bien engendrer des enfants monstrueux, mi-hommes mi-chevaux
ou mi-hommes mi-vaches…
Par ailleurs, le cheptel animal qu’ils lâchèrent dans la nature terrestre dut avant de
disparaître ou de s’acclimater, et à la suite de croisements naturels perturbés ou
d’accouplements extraordinaires, passer par des stades d’où la monstruosité physique découlait
obligatoirement.
Et voilà peut-être expliqué à la fois ces humains géants, ces hommes-chevaux (les
centaures), ces hommes-taureaux (le minotaure), ces faunes à jambes de bouc, ces sphinx à
tête de femme, ces gorgones, ces sirènes, etc…

Les monstres contre les hommes
A corps monstrueux, esprit tortueux, dit la sagesse populaire !
Ces êtres déformés par la légende, car le Minotaure, par exemple, n’était sans doute
qu’un géant à mufle de taureau, ou bien ces mutants, pour reprendre aussi la thèse de
l’irradiation, voulurent-ils jouer un rôle dans la société?
C’est probable, et ils trouvèrent alors, dans les êtres normaux,- des adversaires décidés
à préserver leurs prérogatives et leur race.
D’où une guerre quasi fratricide qui, durant de longues années, endeuilla l’humanité.
Les monstres avaient pour eux la force, la brutalité, au service d’une intelligence
bornée…
Les hommes avaient moins de force physique, mais une intelligence plus subtile, et ils
étaient le nombre.
Les « Bêtes mythologiques » firent de la jeunesse humaine un carnage rappelé par les
sacrifices, les tributs de sang frais, mais finalement, les héros, entendez par là les « Géants »,
fils des extraplanétaires et des filles des hommes, eurent raison de la tyrannie des êtres
anormaux.
Peut-être aussi pouvons-nous penser qu’en souvenir impérissable de la grande bataille
des temps antiques, les hommes vainqueurs érigèrent les seize cents monstres énigmatiques
du Temple de Karnak, et à l’ouest des Pyramides de leurs connaissances, la statue colossale de
l’ennemi héréditaire vaincu : le Sphinx .
Quelle magnifique épopée pour les bardes antiques et comme on comprend
l’enthousiaste métamorphose qu’ils firent des événements !
Les héros victorieux furent certainement promus demi-dieux, mais la vérité nichait au
fond de l’affabulation !
Exhortation du Dieu jaloux
La Bible nous apporte à ce sujet des précisions du plus haut intérêt.
Dans Exode (chap. XXXIV) le Seigneur, qui se nomme lui-même le Dieu jaloux, fait
ses recommandations aux Hébreux.
15. — Ne faites point alliance avec les habitants de ce pays-là…
16. – Vous ne ferez point épouser leurs filles à vos fils…

24. – Car lorsque j’aurai chassé les nations de devant votre face, et que j’aurai étendu
les limites de votre pays…
Il s’agit, bien entendu, de montrer l’alliance du Seigneur avec les tribus d’Israël, mais
un peu plus loin, dans Lévitique (chap. XVIII) Dieu donne une étrange raison qui fait des
Hébreux le « Peuple élu » :
22. – Vous ne commettrez point cette abomination où l’on se sert d’un homme comme si c’était une femme.
23. – Vous ne vous approcherez d’aucune bête, et vous ne vous souillerez point avec elle. La femme ne se prostituera point aussi en cette manière à une bête, parce que c’est un crime abominable.
24. – Vous ne vous souillerez point par toutes ces infamies dont se sont souillés tous les peuples que je chasserai devant vous.
Voilà qui est nettement formulé et d’une importance primordiale pour l’évolution humaine : il fut un temps, après le déluge, où il était de pratique générale, pour les hommes et pour les femmes, de se prostituer avec des animaux.
En résulta-t-il quelque engendrement monstrueux? La Bible semble muette à ce sujet, mais la mythologie grecque accréditerait le fait.


EN CONCLUSION

LAISSONS PARLER ZECHARIA SITCHIN

 

 

Un des récits les plus énigmatiques (et théologiquement difficiles) de la Bible est raconté dans les premiers versets du chapitre 6 de la Genèse – le récit des Néfilim, fils des dieux qui (dans les jours précédant le Déluge «et par la suite aussi») ont pris «des filles de l’homme» comme épouses et ont eu des enfants héroïques par elles. 

Il y a quelque quatre-vingts ans, un écolier, heureux d’étudier la Bible dans son hébreu original, a été réprimandé pour avoir demandé pourquoi, alors que Néfilim voulait dire «Ceux qui étaient descendus» (du ciel à la terre), les traducteurs traduisaient le mot en «géants». L’écolier, c’était moi et la réprimande injuste m’a amené à étudier les mythes anciens, à remonter à la première civilisation connue de l’homme à Sumer et à écrire The 12th Planet.et des livres ultérieurs comprenant le scénario «Anciens astronautes»: Les Néfilim, également appelés Anakim dans la Bible, étaient les Anunnaki sumériens – «Ceux qui sont venus sur Terre sont venus du ciel» – et plus précisément de Nibiru, une planète lointaine dans notre propre système solaire. 

 

 

C’étaient les anciens dieux dont les exploits, détaillés dans des textes sumériens inscrits sur des tablettes d’argile, étaient rappelés dans les récits de la Genèse d’Adam et Eve, du Jardin d’Éden et des mariages ultérieurs. Cela avait du sens (du moins pour moi); il expliquait des énigmes allant de la biologie à l’astronomie; elle était appuyée par d’innombrables représentations picturales sur des objets appelés sceaux de cylindre. Mais pourrait-on le prouver?

À la même époque, il y a quelque quatre-vingts ans, le célèbre archéologue britannique Leonard Woolley, lors d’une fouille en Irak dans l’enceinte sacrée d’Ur – la ville sumérienne où le voyage d’Abraham à Canaan et le monothéisme – découvrit un groupe de tombes inhabituelles. Ils étaient et restent extraordinaires par leur construction et leur tracé, étonnant par la richesse incroyable et la fabrication artisanale des artefacts trouvés dans cet endroit (même les ustensiles les plus courants étaient en or) et surtout par l’inhumation de nombreux assistants ( soixante-treize dans une seule tombe!) qui ont été enterrés vivants aux côtés des personnalités décédées – une pratique inconnue à tout moment, avant ou après.

Qui étaient les personnalités si enterrées – au troisième millénaire avant notre ère – dans ce qui a été connu depuis comme les tombes royales d’Ur? Diverses inscriptions les reliaient à la première dynastie d’Ur. Deux des personnalités ont été identifiées par leurs scellés cylindriques comme étant une femelle appelée Nin.Puabi et un mâle Mes.kalam.dug. Leurs restes squelettiques ont été emportés à Londres, passés aux rayons X et examinés pour leurs particularités anthropologiques. Ils ont été répertoriés comme étant les restes d’une « reine » et d’un « prince » de Su-mer – et oubliés. 

Mais maintenant, quatre-vingts ans plus tard, les deux événements ont bouclé la boucle et, combinés, constituent la preuve insaisissable d’une présence extraterrestre sur Terre dans le passé antique. 

Qu’après trente-cinq ans écoulés depuis La 12ème planètele cycle des données bibliques et le cycle de la découverte scientifique, comme deux roues combinées dans un coffre-fort, entrent en jeu dans l’ouverture du chapitre 6 de Genesis, ce qui n’était ni prévu ni prémédité par moi; mais c’était peut-être prédéterminé et inévitable par la nature même du sujet: les origines humaines.

En regardant en arrière, on s’aperçoit maintenant que les récits de notre création (brève dans la Bible, assez détaillée dans les textes sumériens) sont des récits d’ADN, de génomique et de génie génétique: la «graine de vie» (ADN) est transmise de Nibiru à la Terre lors d’une collision céleste; L’homme est façonné par les Elohim / Anunnaki en ajoutant certains de leurs gènes à ceux d’un hominidé primitif pour atteindre un Homo sapiens; l’hybride stérile a la capacité de procréer par une autre manipulation génétique (l’épisode du «jardin d’Éden»); et puis le cycle est complété par l’accouplement des dieux et des terriens, amenant la réalisation précieuse, les demi-dieux.

C’est avec les demi-dieux que cette chaîne de mélange génétique revêt un intérêt personnel pour nous tous. Les indices sont mis en lumière dans le récit épique de Gilgamesh, le plus célèbre de tous les demi-dieux connus, qui fut roi dans la ville d’Uruk vers 2650 av. J.-C. Son père était le demi-dieu Lugalbanda; mais parce que sa mère était la déesse Ninsun, il était plus qu’un demi-dieu – il était «les deux tiers de lui divin». Cela, croyait-il, lui donnait droit à la longévité (alias «immortalité») des dieux. Mais sa recherche, lui avait-il été prévenu, serait vaine parce que, comme le dit l’épopée de Gilgamesh: 

« Quand les dieux ont créé la compréhension de l’homme, ils se sont perfectionnés pour lui;La sagesse qu’ils lui avaient donnée; À lui ils avaient donné la connaissance – la vie éternelle qu’ils ne lui avaient pas donnée. »

À bien y penser, c’est exactement la leçon du conte biblique du jardin d’Éden: après avoir pris part à l’arbre de la connaissance, les terriens sont expulsés et n’ont pas accès à l’arbre de vie. 

Qu’est-ce que c’est génétiquement que les dieux nous ont délibérément retenu? Quels gènes qui garantissent la longévité, repoussent le cancer? 

Avec les avancées scientifiques révolutionnaires de la génomique, de telles différences génétiques pourraient être vérifiées si nous pouvions mettre la main sur un dieu Anunnaki, ou un demi-dieu, pour effectuer le séquençage du génome de comparaison. 

Et cela, je le révèle dans mon dernier livre Il y avait des géants sur la Terre, pourrait maintenant être possible – parce que Mes.kalem.dug était un demi-dieu et que Nin.Puabi n’était pas une « reine » – elle était une NIN, une déesse. Étant une femme, son ADN mitochondrial qui traverse la lignée féminine était 100% nibourien. 

Une fois sa lignée établie, j’ai approché le Natural History Museum de Londres. Ils ont confirmé l’existence des restes squelettiques, mais ont rejeté ma suggestion de procéder au séquençage du génome de comparaison. Après deux ans d’incitation, la publication deThere Were Giants a conduit le Musée à atténuer son «non» absolu à «nous pourrions le considérer» si un institut de génomique qualifié entreprend le projet.

J’ai approché certains des scientifiques les plus en vue dans ce domaine, en leur proposant de financer un «projet Goddess of Ur Genome». Il reste donc à voir si la science pourra relever le défi qui consiste à prouver que Il y avait des extraterrestres sur la Terre . 

Z. Sitchin, juin 2010

 

 

 

 

 

 

 

Les géants de Patagonie,aperçus en Amérique du Sud,ne sont pas une illusion.La science officielle ne s’y interresse pas…parce qu’ils dérangent!

Politique canadienne:Accusation d’accointance avec le « nazisme » : Maxime Bernier refuse de se soumettre au B’nai Brith

Maxime Bernier,chef du Parti Populaire du Canada

Selon B’nai Brith:

Le gouvernement canadien est un cartel de la «mafia».

Une administration américaine antérieure s’est livrée à la «torture» et au «terrorisme d’État», et l’ancien Président Barack Obama était «sur la voie du fascisme».

Les membres des médias sont des «parasites».

Ce ne sont là que quelques exemples de déclarations publiques illustrant la vision du monde conspiratrice de Martin Massé, porte-parole clé du Parti populaire du Canada et ami et conseiller de longue date de son dirigeant, Maxime Bernier.

Une enquête indépendante menée par B’nai Brith Canada a révélé que Masse avait soit fait, soit soutenu toute une série de déclarations susceptibles de fomenter l’antisémitisme, la misogynie et le racisme. La majorité d’entre eux sont issus de son époque en tant que propriétaire et éditeur de Québécois Libre, un journal de presse libertaire en ligne qui contenait plusieurs articles péjoratifs et erronés. Il a fermé en 2016.

Dans un article, un contributeur affirme que l’Occident est à blâmer pour le terrorisme, écrivant que les attentats-suicide islamistes «ne sont pas une conséquence de l’extrémisme religieux» mais une «réponse à l’extrémisme politique – à savoir l’agression et l’interventionnisme occidentaux».

Dans d’autres articles, des chroniqueurs suggèrent qu’Abraham Lincoln était «un criminel de guerre et le pire président de tous les temps des États-Unis», qui n’avait pas pour objectif de supprimer l’esclavage et que l’Afrique avait une responsabilité égale dans le commerce des esclaves occidentaux. 

Massé a également publié un article qui discrédite les groupes LGBTQ comme voulant établir «leur propre tyrannie».

Dans plusieurs articles, Masse défend personnellement les ex-politiciens européens Jörg Haider, qui a fait l’éloge des criminels de guerre nazis et a souvent banalisé l’Holocauste, et Jean-Marie Le Pen, un négationniste invétéré qui a endossé plusieurs tropes antisémites, en affirmant que l’ancien président français Jacques Chirac était «contrôlé par des organisations juives, notamment le tristement célèbre B’nai Brith».

De même, Massé a qualifié B’nai Brith et d’autres groupes juifs au Canada de «barons ethniques» et a décrié les «médias pro-israéliens». Il a qualifié le sionisme de «simplement une justification supplémentaire de l’assassinat et du déplacement de Palestiniens», se moquant ainsi de lois égalitaires favorisant les «féministes-fascistes», et a laissé entendre qu’Israël et les États-Unis sont en partie responsables attentats terroristes contre eux, tout en qualifiant ce dernier un «Etat policier».

En tant que membre du PPC, Massé a signé un «engagement sans embarras» déclarant qu’il n’a jamais rien fait de mal à son parti.

Cependant, lorsque B’nai Brith a approché Bernier au sujet des déclarations embarrassantes de Massé, ce dernier a répondu que rien dans son long dossier ne décrivait les vues de Massé comme étant «racistes» ou «antisémites».

Bernier a également refusé la demande de B’nai Brith de renvoyer Massé de son parti.

> La suite sur B’nai Brith Canada.

Les océans changeront de couleur d’ici 2100

L’impact du réchauffement climatique sur le phytoplancton modifiera plus rapidement la couleur de la surface des océans que ce que l’on pensait initialement, conclut une nouvelle étude américaine.

La couleur de l’océan repose sur l’interaction entre la lumière du soleil et l’eau, qui absorbe les rayons et réfléchit la partie bleue du spectre. La présence d’organismes dans l’eau change la façon dont se fait l’absorption de la lumière.

Le phytoplancton, par exemple, contient de la chlorophylle, un pigment absorbant le bleu de la lumière pendant la photosynthèse. Les zones plus denses en phytoplancton ont donc une teinte verdâtre.

Des chercheurs de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT) ont simulé l’impact qu’aurait le réchauffement de l’eau sur le phytoplancton, puis ont calculé comment il absorberait et réfléchirait alors la lumière.

« Il y aura une différence notable dans la couleur de 50 % de l’océan d’ici la fin du 21e siècle », affirme Stephanie Dutkiewicz, l’auteure principale de l’étude publiée dans Nature Communications.

Il sera difficile de percevoir ce changement de couleur à l’œil nu. Les images satellites montreront cependant que le bleu et le vert des océans de la planète deviendront plus foncés.

Un modèle amélioré

Pour comprendre les effets qu’auront les changements climatiques, les scientifiques se basent généralement sur la concentration de chlorophylle dans l’océan.

« On utilise des données satellites qui mesurent la couleur de l’eau, et puis on utilise des algorithmes pour déduire la concentration en chlorophylle », explique Claudie Beaulieu, une chercheuse originaire du Québec qui a cosigné l’étude.

« Le modèle du MIT permet plutôt de comparer la réflectance directement », poursuit celle qui a rejoint récemment l’équipe du département des sciences de l’océan de l’Université de Californie à Santa Cruz.

Ce qu’on voit, c’est que les changements climatiques se manifestent un peu plus vite si on surveille la couleur de l’eau, plutôt que la concentration en chlorophylle uniquement.Claudie Beaulieu, Université de Californie à Santa Cruz

« C’est un résultat intéressant, puisque ça nous donne un indice précurseur de l’impact des changements climatiques dans la productivité primaire des océans », poursuit-elle.

Impact sur l’écosystème sous-marin

Plus de 70 % de la surface de la Terre est recouverte d’océans.

L’augmentation de la température de l’eau affecte le taux de croissance des organismes, comme le phytoplancton, et bouleverse les courants océaniques. Des régions seront ainsi plus riches en phytoplanctons et d’autres, plus pauvres.

« S’il y a des changements dans l’abondance et la composition des communautés de phytoplancton, on peut s’attendre à ce qu’il y ait des répercussions dans le reste de la chaîne alimentaire des océans », prévient Claudie Beaulieu.

Le phytoplancton est à la base de la chaîne alimentaire. Ces changements vont avoir des répercussions sur les petits poissons, les invertébrés, et ainsi de suite.Claudie Beaulieu, Université de Californie à Santa Cruz

Un autre impact, poursuit-elle, est le « service que le [phytoplancton] nous rend à absorber du CO2 ». Comme les plantes sur la Terre, les plantes dans l’océan absorbent du dioxyde de carbone.

L’étude s’est basée sur une élévation des températures globales de 3 °C d’ici 2100, ce que prévoient la plupart des scientifiques au rythme actuel des émissions de gaz à effet de serre.

L’Union Européenne baigne dans le monde d’Orwell

  • Le problème est que cette noble initiative est une organisation qui censure depuis plusieurs années déjà la liberté d’expression en Europe.
  • Les directives du manuel stipulent que les journalistes doivent « Veiller à ne pas stigmatiser davantage des termes tels que » musulman « ou » islam « en les associant à des actes particuliers … Mettez en surbrillance … la diversité des communautés musulmanes … où il est nécessaire et d’actualité de signaler des commentaires haineux contre des musulmans, négociez l’information « . En d’autres termes, les directives demandent aux journalistes de désinformer le public.
  • C’est la même Commission européenne qui a exprimé récemment sa désapprobation du retrait de l’Autriche du « Pacte mondial pour la migration sûre, ordonnée et régulière » des Nations unies. Le Pacte stipule que les médias qui ne soutiennent pas le programme de migration des Nations Unies ne seront pas éligibles au financement public. En quoi cela consiste-t-il à « respecter pleinement les principes fondamentaux de l’Europe en matière de liberté d’expression, de presse libre et de pluralisme »?

L’UE a lancé un plan d’action global contre la désinformation . Selon un récent communiqué de presse de la Commission européenne, son objectif est apparemment de « protéger ses systèmes démocratiques et ses débats publics et dans la perspective des élections européennes de 2019 ainsi que d’un certain nombre d’élections nationales et locales qui se dérouleront dans les États membres d’ici 2020 ».

En juin 2018, les dirigeants des États membres de l’UE s’étaient réunis au Conseil européen et avaient invité la Commission européenne à « présenter … un plan d’action avant décembre 2018 contenant des propositions spécifiques pour une réponse coordonnée de l’UE au défi de la désinformation … ». est ce plan d’action que la Commission a présenté au public le 5 décembre.

Le plan d’action se concentre sur quatre domaines :

  1. Détection améliorée de la désinformation (la Commission européenne a consacré 5 millions d’euros à ce projet et s’attend apparemment à ce que les États membres contribuent également au niveau national).
  2. Réponse coordonnée – les institutions de l’UE et les États membres mettront en place un système d’alerte rapide « pour faciliter le partage des données et l’évaluation des campagnes de désinformation ». Le système d’alerte rapide sera mis en place d’ici mars 2019 et « sera complété par un renforcement supplémentaire des ressources nécessaires ».
  3. Les plateformes en ligne et l’industrie sont appelées à assurer « la transparence de la publicité politique, en intensifiant les efforts pour fermer les faux comptes actifs, en étiquetant les interactions non humaines (messages transmis automatiquement par des » robots « ) et en coopérant avec des vérificateurs de faits et des chercheurs universitaires pour détecter la désinformation campagnes et de rendre le contenu factuel plus visible et plus répandu « conformément au Code de pratique contre la désinformation signé précédemment .
  4. Sensibilisation et autonomisation des citoyens: outre les « campagnes de sensibilisation ciblées », les « institutions de l’UE et les États membres encourageront l’initiation aux médias par le biais de programmes spécifiques. Un soutien sera apporté aux équipes nationales multidisciplinaires de vérificateurs de faits indépendants et de chercheurs afin de détecter et de révéler la désinformation. campagnes sur les réseaux sociaux « . En 2018, les citoyens ne sont soudainement plus « familiarisés avec les médias » et ont besoin d’être « responsabilisés » pour se faire dire comment et quoi penser.

Comme il est dit plus haut, le plan d’action repose sur le code de pratique sur la désinformation , introduit précédemment , que les géants de la technologie en ligne – Facebook, Google, Twitter et Mozilla – ont signé en octobre 2018. Le code de pratique est nécessaire, parce que selon le commissaire de l’Union européenne pour la sécurité, Sir Julian King:

« La militarisation de fausses informations et de désinformations en ligne constitue une menace sérieuse pour la sécurité de nos sociétés. La subversion de canaux de confiance pour colporter des contenus pernicieux et conflictuels nécessite une réponse lucide basée sur une transparence accrue, la traçabilité et la responsabilité. Les plates-formes Internet ont rôle vital à jouer pour contrer les abus de leurs infrastructures par des acteurs hostiles et pour assurer la sécurité de leurs utilisateurs et de la société. « 

En septembre, la commissaire à l’économie et à la société numériques, Mariya Gabriel, a déclaré à propos du code de pratique:

«C’est la première fois que le secteur s’est mis d’accord sur un ensemble de normes d’autoréglementation pour lutter contre la désinformation dans le monde, sur une base volontaire. Le secteur s’engage dans un large éventail d’actions, allant de la transparence de la publicité politique à la fermeture des faux la comptabilité et la démonétisation des fournisseurs de désinformation, et nous nous en félicitons.Ces actions devraient contribuer à une réduction rapide et mesurable de la désinformation en ligne.A cette fin, la Commission accordera une attention particulière à sa mise en œuvre effective.

« Le code de pratique devrait contribuer à une campagne en ligne transparente, juste et digne de confiance avant les élections européennes de printemps 2019, tout en respectant pleinement les principes fondamentaux de l’Europe en matière de liberté d’expression, de presse libre et de pluralisme. »

Selon Andrus Ansip, vice-président responsable du marché unique numérique, le code de pratique et le plan d’action contre la désinformation visent à « protéger nos démocraties contre la désinformation. Nous avons assisté à des tentatives d’ingérence dans les élections et les référendums, avec des preuves La Russie comme source principale de ces campagnes « .

Federica Mogherini, responsable de la politique étrangère de l’UE, a déclaré : « Il est de notre devoir de protéger cet espace et de ne permettre à personne de répandre une désinformation qui alimente la haine, la division et la méfiance à l’égard de la démocratie. »

Cela semble noble: l’UE veut protéger les citoyens des « fausses informations » et de l’ingérence des processus étrangers nationaux et européens dans les processus démocratiques de puissances étrangères telles que la Russie.

Le problème est que cette noble initiative a été lancée par une organisation qui censure déjà les discours en Europe depuis plusieurs années, ce qui rend difficile la compréhension de ces intentions déclarées. C’est après tout la Commission européenne qui, en mai 2016, a convenu avec Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft d’un  » Code de conduite sur la lutte contre le discours de haine en ligne illégal en ligne  » (Google+ et Instagram ont également rejoint le Code de conduite en janvier 2018).

Le code de conduite engage les entreprises de médias sociaux à examiner et à supprimer, dans les 24 heures, le « discours de haine illégal ». Selon le code de conduite, lorsque les entreprises reçoivent une demande de suppression de contenu, elles doivent « évaluer la demande par rapport à leurs règles et directives de la communauté et, le cas échéant, à leur législation nationale relative à la lutte contre le racisme et la xénophobie … ». les géants des médias agissent comme des censeurs volontaires au nom de l’Union européenne.

Outre le code de conduite, l’UE organise plusieurs initiatives visant à renforcer la censure. Récemment, par exemple, l’UE a lancé un appel à propositions de recherche sur la manière de « surveiller, prévenir et combattre les discours de haine en ligne ». Il sponsorise également des projets qui « guident » les journalistes sur ce qu’il faut écrire: dans le cadre du programme Droits, égalité et citoyenneté (REC) de l’UE, l’UE a financé la publication d’un manuel contenant des lignes directrices à l’intention des journalistes sur l’écriture des migrants et des migrations. Les lignes directrices font partie du projet RESPECT WORDS – également financé par l’UE – qui vise à promouvoir la qualité de l’information sur les migrants et les minorités ethniques et religieuses en tant qu’outil indispensable dans la lutte contre la haine « .déclarent , entre autres, que les journalistes devraient:

« Veillez à ne pas davantage stigmatiser des termes tels que » musulman « ou » islam « en les associant à des actes particuliers … Ne laissez pas les » affirmations d’actes extrémistes « au nom de l’islam » sans opposition … la diversité des communautés musulmanes … où il est nécessaire et d’actualité de signaler des commentaires haineux contre des musulmans, médiatisez l’information. Mettez au défi tous les faux postulats sur lesquels reposent de tels commentaires « .

En d’autres termes, les directives demandent aux journalistes de désinformer le public. Comment donc devrait-on logiquement réagir à un « plan d’action contre la désinformation » parrainé par l’UE?

Enfin, c’est la même Commission européenne qui a récemment exprimé sa désapprobation du retrait de l’Autriche du « Pacte mondial pour les migrations sûres, ordonnées et régulières » de l’ONU. Le Pacte stipule que les médias qui ne soutiennent pas le programme de migration des Nations Unies ne seront pas éligibles au financement public. En quoi cela consiste-t-il à « respecter pleinement les principes fondamentaux de l’Europe en matière de liberté d’expression, de presse libre et de pluralisme »?

À l’heure où ce nouveau plan d’action contre la désinformation est mis en œuvre, l’Europe devrait s’attendre à davantage de censure.

Troubles en France: pas de fin en vue

  • Le troisième groupe est extrêmement important: c’est le reste de la population. Les classes supérieures les traitent comme un poids mort regrettable et n’attendent d’eux que le silence et la soumission. Ses membres ont souvent du mal à joindre les deux bouts. Ils paient des impôts mais constatent qu’une part croissante est utilisée pour subventionner ceux-là mêmes qui les ont chassés de leurs maisons en banlieue.
  • Pour le moment, Macron ne semble pas vouloir reconnaître que ces personnes existent même.
  • Lorsque Macron a abaissé les taxes des plus riches, mais augmenté celles de ces « périphériques » au moyen d’une taxe sur les carburants, cela a été perçu comme la dernière goutte – en plus de sa condescendance arrogante.
  • « Aujourd’hui, la plupart de ceux qui protestent n’attaquent pas la police. Mais au lieu d’agir pour mettre fin à la violence, la police reçoit des ordres les poussant à être très violents. Je ne blâme pas la police. Je blâme ceux qui leur donnent des ordres. « . – Xavier Lemoine, maire de Montfermeil, ville de la banlieue est de Paris où les émeutes de 2005 ont été extrêmement destructrices,
La police se bagarre avec un manifestant jaune le 18 décembre 2018 à Biarritz, en France.

Samedi, 26 Janvier ème 2019. « gilets jaunes » manifestations étaient organisés dans les principales villes de France. La mobilisation ne faiblissait pas. Le soutien de la population avait légèrement diminué mais restait considérable (60% à 70%, selon les sondages ). Le slogan principal est resté le même depuis le 17 novembre 2018: « Macron doit démissionner ». En décembre, un autre slogan a été ajouté:  » Référendum sur l’initiative citoyenne « .

Le gouvernement et le président français Emmanuel Macron ont tout mis en œuvre pour écraser le mouvement. Ils ont tenté des insultes et de la diffamation et ont affirmé que les manifestants étaient à la fois des  » personnes séditieuses  » qui souhaitaient renverser les institutions et des  » chemises brunes  » fascistes . Le 31 décembre, Macron les qualifiait de  » foules haineuses « . La présence de certains antisémites a conduit un porte-parole du gouvernement (à tort) à décrire le mouvement dans son ensemble comme  » antisémite « .

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a ordonné à la police de recourir à un degré de violence jamais observé depuis l’époque de la guerre d’Algérie (1954-1962). En France, au cours des deux dernières décennies, d’autres émeutes ont eu lieu à plusieurs reprises. En 2005, par exemple, lorsque tout le pays a été condamné à des incendies criminels et à des émeutes pendant des semaines, le nombre d’émeutiers blessés est resté faible. Mais la violence a des conséquences. Au cours des dernières semaines, 1 700 manifestants ont été blessés, parfois gravement. Dix-neuf ont perdu un œil; quatre ont perdu une main. Bien que les policiers français n’utilisent pas d’armes meurtrières, ils utilisent des lance-balles en caoutchouc et tirent souvent sur le visage des manifestants – une cible interdite par les règles d’engagement en vigueur . Les Français sont aussi les seuls police en Europe à utiliser des grenades Sting-Ball.

Macron n’a jamais traité les manifestants comme des personnes ayant des revendications légitimes, il n’a donc jamais prêté attention à leurs revendications. Il n’a accepté que de suspendre la taxe supplémentaire sur les carburants, qui devait commencer en janvier, et d’ accorder une légère augmentation du salaire minimum, ce qu’il n’a fait qu’après des semaines de manifestations.

Les journalistes disent que Macron pensait que le mouvement disparaîtrait après la fin de l’année. que la violence et le désespoir de la police inciteraient les manifestants à se résigner à leur sort et que le soutien de la population en général s’effondrerait. Rien de tel n’a eu lieu.

Il est clair que Macron ne veut pas répondre aux principales demandes des manifestants. qu’il ne démissionnera pas et qu’il refusera d’accepter un référendum d’initiative citoyenne. Il a apparemment décidé que s’il a dissous l’Assemblée nationale et a appelé à des élections législatives pour mettre fin à la crise – comme le président Charles de Gaulle a fait pour mettre fin à un soulèvement en mai 1968, comme autorisé par la Constitution française – il serait subir une défaite cinglante. Il peut constater qu’une majorité écrasante de Français le rejette . Il est donc apparemment déterminé à chercher une issue:

Macron a appelé à un  » grand débat national  » pour résoudre les problèmes auxquels le pays est confronté. Cependant, il est vite apparu que le « grand débat » serait pour le moins non conventionnel.

Macron a écrit une lettre à tous les citoyens français en les invitant à « participer », mais en disant explicitement que le « débat » ne changerait rien, que le gouvernement continuerait dans la même direction ( «Je ne l’ ai pas oublié que j’ai été élu sur un projet, sur les grandes orientations auxquelles je reste fidèle. « ) et que tout ce que le gouvernement a fait depuis juin 2017 resterait inchangé ( » Nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises « ).

Il a ensuite confié l’organisation du « débat » et la rédaction des conclusions à deux membres du gouvernement, et demandé que des « registres de griefs » soient mis à la disposition du public dans toutes les mairies.

Macron a ensuite lancé le « débat » en rencontrant les maires de nombreuses villes, mais pas en public. Il semble s’être inquiété du fait que s’il organisait des réunions ouvertes au public, il serait immédiatement chassé par la foule.

Les deux premières réunions ont eu lieu dans de petites villes (2000 à 3000 habitants) et avec des maires que les organisateurs – choisis par Macron – ont autorisé à venir. Les organisateurs ont également sélectionné les questions à poser, puis les ont envoyées à Macron pour obtenir une réponse à la réunion.

La veille de chaque réunion, la ville sélectionnée était placée sous l’ administrationde légions de policiers. Toutes les voies d’accès à la ville étaient fermées et quiconque portait un gilet jaune ou un dans sa voiture était passible d’une amende. Toutes les manifestations dans la ville étaient catégoriquement interdites. La police a veillé à ce que la route empruntée par le convoi de Macron pour atteindre la ville soit vide de toute présence humaine pendant plusieurs heures avant l’arrivée du convoi.

Les chaînes d’informations télévisées ont été invitées à retransmettre l’intégralité des réunions, qui ont duré six à sept heures. Seuls quelques journalistes, également sélectionnés par Macron, ont eu la permission d’y assister.

Plusieurs commentateurs ont souligné que prétendre « débattre » était un non-sens, et que confier l’organisation du « débat » et la rédaction de ses conclusions aux membres du gouvernement, ainsi que l’organisation des réunions, montraient clairement que ces performances étaient un simulacre. .

Certains commentateurs ont souligné que le terme « registre des griefs » n’était plus utilisé depuis l’époque de la monarchie absolue, que les maires étaient traités comme de la cire et que placer les villes visitées par Macron était indigne d’une démocratie.

Un économiste français, Nicolas Lecaussin, qui a grandi en Roumanie, a écrit que ces réunions lui rappelaient celles de la Roumanie pendant le communisme.

L’auteur Éric Zemmour a déclaré que Macron essayait désespérément de sauver sa présidence mais que cette tentative serait vaine:

« Macron a perdu toute légitimité. Sa présidence est morte … Pendant trois mois, le pays s’est arrêté économiquement; et Emmanuel Macron, pour tenter de sauver sa présidence, inflige au pays deux mois de stagnation économique supplémentaire et deux autres mois de manifestations Quand la population comprend qu’elle a été trompée, la colère peut augmenter … La France est déjà un pays très mal en point. « 

L’économie française est en fait sclérosée. L’ Indice de liberté économique créé par la Heritage Foundation et le Wall Street Journal le classe au 71ème rang mondial (35ème sur les 44 pays de la région Europe) et note que « les dépenses publiques représentent plus de la moitié de la production nationale totale ». L’indice révèle également que « le budget est chroniquement déficitaire »; que « la corruption reste un problème et que » le marché du travail est chargé de réglementations strictes « , ce qui entraîne un taux de chômage élevé.

La France a perdu presque toutes ses usines (les emplois industriels ne représentent que 9,6% de l’emploi total). Son agriculture est en ruine malgré les énormes subventions européennes: 30% des agriculteurs français gagnent moins de 350 euros par mois et des dizaines se suicident chaque année. Dans le secteur de la haute technologie , la France est essentiellement absente.

Une fuite des cerveaux a commencé et ne montre aucun signe d’arrêt.

En parallèle, chaque année, 200 000 immigrants d’Afrique ou du monde arabe, souvent sans qualification, arrivent. La plupart sont musulmans et ont contribué à l’ islamisation de la France.

Quand un animateur de talk-show a récemment demandé à Zemmour pourquoi Macron ne plaçait pas l’intérêt du pays plus haut en tenant compte de la réalité sur le terrain, l’auteur a répondu :

« Macron est un technocrate. Il pense avoir toujours raison. Il a été programmé pour faire ce qu’il fait. Pour lui, la France et les Français ne comptent pas. Il est au service de la technocratie. Il fera exactement ce que souhaite la technocratie et une classe supérieure, [qui] sont totalement déconnectés de la masse de la population du pays … Ceux qui veulent comprendre doivent lire Christophe Guilluy. « 

Guilluy, géographe, a publié deux ouvrages: La France périphérique en 2014 et, quelques semaines avant le début du soulèvement, No society. La fin de la classe moyenne occidentale (« Aucune société. La fin de la classe moyenne occidentale « ). Il y explique que la population française est aujourd’hui divisée en trois groupes. Le premier groupe est une classe dirigeante , totalement intégrée à la mondialisation, composée de technocrates, de politiciens, de hauts fonctionnaires, de dirigeants travaillant pour des sociétés multinationales et de journalistes travaillant pour les grands médias. Les membres de cette classe vivent à Paris et dans les principales villes de France.

Le deuxième groupe vit dans les banlieues des grandes villes et dans des zones interdites ( » Zones Urbaines Sensibles « ). Il est composé principalement d’immigrants. La classe supérieure française, qui gouverne, recrute des personnes pour la servir directement ou indirectement. Ils sont mal payés, mais fortement subventionnés par le gouvernement et vivent de plus en plus conformément à leurs propres cultures et normes.

Le troisième groupe est extrêmement important: c’est le reste de la population. C’est ce groupe qu’on appelle  » la France périphérique « . Ses membres sont composés de fonctionnaires subalternes, de cols bleus et d’anciens cols bleus, d’employés en général, d’artisans, de petits entrepreneurs, de commerçants, d’agriculteurs et de chômeurs.

Pour la classe dirigeante, ils sont inutiles. La classe dirigeante au pouvoir les traite comme un poids mort regrettable et n’attend d’eux que le silence et la soumission.

Des membres de la « France périphérique » ont été chassés de la banlieue par l’afflux d’immigrés et l’émergence de zones interdites. La plupart de ces « périphériques » habitent à 30 kilomètres ou plus des grandes villes. Ils peuvent voir que la classe supérieure les rejette. Ils ont souvent du mal à joindre les deux bouts. Ils paient des impôts mais constatent qu’une part croissante est utilisée pour subventionner ceux-là mêmes qui les ont chassés de leurs maisons en banlieue. Lorsque Macron a abaissé les taxes des plus riches, mais augmenté celles des « périphériques » avec une taxe sur les carburants , cela a été perçu comme la dernière goutte – en plus de sa condescendance arrogante .

Dans une récente interview dans le magazine britannique Spiked , Guilluy a déclaré que le mouvement des « gilets jaunes » est un réveil désespéré de la « France périphérique ». Il a prédit que, malgré les efforts de Macron pour déplacer le problème, le réveil durerait et que ce soit Macron « reconnaîtra l’existence de ces personnes ou il devra opter pour un totalitarisme neutre ».

Pour le moment, Macron ne semble pas vouloir reconnaître que ces personnes existent même.

Selon François Martin , journaliste du mensuel Causeur , Macron s’est placé dans une impasse:

« Il doit prendre des décisions et il ne peut plus prendre de décision sans aggraver la situation … Macron devrait accepter de démissionner mais ne le fera pas. Il préférerait aller jusqu’au bout et se heurter à un mur … Le Les trois prochaines années seront un enfer pour les gilets jaunes et pour les Français « .

À la fin des manifestations à Paris le 26 janvier, des milliers de « gilets jaunes » avaient prévu de se rassembler pacifiquement sur l’une des places principales de la ville, la place de la République, pour un « débat » et apporter des réponses au débat. « débat » organisé par Macron. La police a reçu l’ordre de les disperser brutalement; Ils ont encore une fois utilisé des lance-balles en caoutchouc et des grenades Sting-Ball.

Jérôme Rodrigues, l’un des leaders du mouvement des « gilets jaunes », a été touchéau visage alors qu’il filmait des policiers sur une place voisine, la place de la Bastille. Il a perdu un œil et a été hospitalisé pendant plusieurs jours . D’autres manifestants ont été blessés.

Au printemps 2016, les gauchistes avaient organisé des débats aux mêmes endroits et avaient été autorisés à y rester pendant trois mois sans intervention de la police.

Dans un article décrivant les événements du 26 janvier, le chroniqueur Ivan Rioufol écrivait dans Le Figaro : « La répression semble être le seul argument de la caste au pouvoir, confrontée à une manifestation de grande envergure qui ne faiblira pas ».

Pourquoi les événements d’aujourd’hui sont-ils particulièrement laids, selonXavier Lemoine, maire de Montfermeil, une ville de la banlieue est de Paris où les émeutes de 2005 ont été particulièrement destructrices, est la suivante:

« En 2005, la police était clairement la cible des émeutiers et elle a fait preuve de retenue dans l’utilisation de la force pour faire baisser la violence. Aujourd’hui, la plupart de ceux qui protestent n’attaquent pas la police. Mais au lieu d’agir pour faire baisser la violence , la police reçoit des ordres les poussant à être très violents. Je ne blâme pas la police, je blâme ceux qui leur donnent des ordres « .

Le lendemain, dimanche 27 janvier, une manifestation était organisée par les partisans de Macron, qui s’appelaient eux-mêmes  » les foulards rouges « . La manifestation devait montrer qu’un nombre impressionnant de personnes était toujours du côté de Macron. Les organisateurs ont dit que dix mille personnes sont venues. Des vidéos montrent toutefois que le nombre semble avoir été beaucoup plus bas .

Les jeux de société nazis de la seconde guerre mondiale

Ces reliques de propagande de guerre et d’antisémitisme ont été conçues pour la récréation.


Un jeu de société produit vers 1939 a permis aux enfants allemands de s’imaginer étrangler le littoral britannique avec des avions et des sous-marins.

PENDANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE, LES nazis ont alimenté l’enthousiasme des enfants à la fois pour leur effort de guerre et leur génocide, en partie par le stockage de magasins de jouets avec des jeux de société gais mais insidieux. En tant que membres potentiels de la Jeunesse hitlérienne, ils ont lancé des dés, ils ont rivalisé avec des armes miniatures pour conquérir les terres alliées et débarrasser leur plateau de jeu de pièces représentant des caricatures de Juifs sans défense ou avides. Après la guerre, les familles allemandes ont lancé un nombre incalculable de jeux incriminés, mais au cours des dernières années, des dizaines d’entre elles ont fait surface dans les collections institutionnelles et sur le marché.

Au musée international de la seconde guerre mondiale à Natick, dans le Massachusetts, des croix gammées jalonnent le chemin menant à la zone de victoire centrale sur un tableau de style pachisi en forme de croix gammée fabriqué en Allemagne pendant la guerre. Dans un autre jeu de propagande de la collection, les enfants pourraient jouer pour encercler la côte britannique avec de minuscules sous-marins.

Kenneth Rendell, le fondateur du musée, a déclaré que le pouvoir nazi découlait en partie d’une conception de produit aussi astucieuse. Les fabricants ont appliqué les symboles de l’antisémitisme et de la mort aux jouets, ainsi que de nombreux autres articles d’ameublement, des ornements de Noël aux filaments d’ampoules. Les objets racistes, même s’ils n’ont jamais incité directement à des actes odieux, auraient incité les propriétaires à se rendre compte de la violence qui les entoure.

«Le vrai pouvoir du mal, dit Rendell, est de le rendre normal.»


Des croix gammées ont tracé le chemin de la victoire dans un jeu de pachisi fabriqué en Allemagne

Le musée Wolfsonian de Miami Beach a obtenu des jeux nazis avec des graphismes montrant de nombreux soldats saluant Hitler et des artilleurs abattant des avions alliés. Des jeux de société nazis au Holocaust Memorial Museum des États-Unis, à Washington, ont permis aux joueurs de s’imaginer comme des parachutistes se faufilant derrière les lignes ennemies et des opérateurs radio bloquant les émissions alliées .

Steven Luckert, conservateur en chef du Holocaust Memorial Museum, a déclaré qu’inculquer la jeunesse était particulièrement important pour les nazis – leur vision, après tout, était que demain appartiendrait aux générations suivantes.

Le musée a récemment acquis une collection de documents antisémites produits en Europe et aux États-Unis au cours des 500 années qui ont précédé la Seconde Guerre mondiale. Elle comprend des ancêtres des jouets nazis. Dans les jeux de société du XIXe siècle , par exemple, les joueurs essayaient d’éviter de donner de l’argent aux Juifs. La collection, qui comptait près de 1 000 pièces, a été constituée par Peter Ehrenthal , un survivant de l’Holocauste roumain qui a longtemps dirigé une galerie de Manhattan spécialisée dans le judaïa. Michael, le fils d’Ehrenthal, explique que les jeux font écho aux idéologies racistes courantes dans les livres pour enfants de leur époque. Mais les jouets tridimensionnels que les jeunes ont gardés dans leurs mains pendant des heures, ajoute-t-il, auraient été « plus tactiles pour l’esprit naissant de l’antisémite ».


Un jeu de société allemand de 1933 dans la collection du Wolfsonian à Miami. 

Au cours de la dernière décennie, la maison de ventes Regency-Superior, basée à St. Louis (Missouri), a vendu des exemples de jeux nazis (à des prix variant entre quelques centaines et quelques milliers de dollars chacun). Les panneaux représentent des soldats étreignant leur amoureuse, incendiant des villages et rassemblant des Juifs. Les jouets liés à la vie civile montrent comment se comporter pendant et après les raids aériens, en éteignant les feux sur les rideaux des fenêtres des appartements, en aidant à stabiliser les bâtiments bombardés et en jouant tranquillement à des jeux de société en attendant des signaux clairs dans les abris antiaériens.

Les catalogues d’enchères citent les livrets d’ instructions énervants des jeux , qui expliquent qu’ils ont été conçus «pour l’entraînement spirituel, l’entraînement militaire et l’éducation publique». L’auteur d’un livret pour un jeu sur la destruction des avions de guerre alliés affirme que le sens du jeu est «plus profond ment, dans l’esprit toujours alerte, la protection de la patrie. « 

Thomas Garcia, un antiquaire de Los Angeles, a consacré plus d’une décennie à la création d’une collection de jeux nazis. Il en a quelques douzaines, dont un lot qui s’est retrouvé dans le grenier d’un couple allemand. «Les propriétaires eux-mêmes étaient absolument consternés d’avoir ces objets», dit-il, et personne ne pouvait se rappeler qui les avait empilés là-bas. (Il a consigné plusieurs de ses exemplaires aux enchères de Regency-Superior.)


Les joueurs de ce jeu de combat aérien d’environ 1941 ont traversé le plateau en naviguant dans les avions de combat miniatures de leurs adversaires. 

Garcia dit que les graphiques et les messages troublants des jeux sont importants à préserver et à documenter, compte tenu de leur impact. Il a également recherché des jouets de propagande fabriqués dans les pays alliés, qui étaient également destinés à modeler des patriotes, parfois avec des graphiques qui diabolisent les forces allemandes et japonaises.

Alors que la guerre se prolongeait, dit Garcia, les signes de paranoïa et de pessimisme sont devenus plus courants sur les plateaux allemands. Ils ont mis en garde contre les dangers des agents doubles et des raids aériens, plutôt que de célébrer les nations ennemies tombant sous le contrôle de l’Axe. La qualité des matériaux s’est également détériorée. En 1942, les fabricants ont commencé à fournir des pièces de jeu en papier bon marché au lieu de pièces en métal ou en plastique. Les jeux, dit Garcia, « sont devenus très fragiles vers la fin – vous pouvez dire comment le destin de l’Allemagne se déroulait. »

Kerstin Merkel, historienne de l’art en Allemagne, a analysé le sujet dans un livre très complet qu’elle a écrit: Jouer avec le Reich: idées nazies dans les jouets et les livres pour enfants . Même si pratiquement aucun document des fabricants n’a survécu, elle a trouvé des exemples à étudier dans les collections de musées. Les objets ont peut-être survécu aux purges de propagande de l’après-guerre parce que les propriétaires étaient sentimentaux et n’avaient «peut-être vu aucune dimension politique dans les jouets». Les familles ont peut-être caché nostalgiquement ces artefacts de l’époque, sous la forme de petits zeppelins, torpilles, Des avions de la Luftwaffe, des tanks Panzer et des Juifs emprisonnés: le mal était tout à fait normal.

Le « destructeur de mondes » soviétique découvert dans la forêt polonaise


Des bunkers nucléaires de la Guerre froide soviétique, abandonnés, semblables à celui-ci, ont été découverts dans les forêts polonaises.

L’Union soviétique a laissé en Pologne un héritage terrifiant de la guerre froide: des bunkers qui abritaient autrefois des ogives nucléaires cachées au fond des forêts du pays.

Les experts découvrent maintenant de nouveaux détails sur les sites autrefois secrets. Dans la revue  Antiquity , l’archéologue Grzegorz Kiarszys affirme que les anciennes bases nucléaires en ruine devraient être protégées et étudiées car «elles ont le potentiel d’accroître notre compréhension des mécanismes généraux liés à des phénomènes tels que les conflits, le totalitarisme et l’identité culturelle».

Les bunkers ont été construits par les Polonais dans les années 1960, convaincus qu’ils construisaient des casernes de communication pour les troupes soviétiques. Cependant, lorsque les bases ont été cédées à l’armée soviétique en 1969, elles ont disparu des archives officielles, selon Kiarszys.

«Peu de temps après l’achèvement des bases, des documents ont été détruits et des cartes et des plans ont été renvoyés à Moscou», écrit-il dans l’Antiquité. «Il n’existe pas de plans connus des installations dans les archives polonaises, aucune information sur leur organisation spatiale, leurs défenses de terrain, le contexte du paysage ou toute modification potentielle.»

Selon l’archéologue, même les photos aériennes prises par le Service cartographique polonais de la fin des années 1960 au début des années 90 ont été soigneusement censurées.

Soucieux de découvrir des détails sur les sites, Kiarszys a utilisé des données de balayage laser, des cartes historiques, des images satellites déclassifiées et des photographies aériennes historiques pour étudier trois bunkers abandonnés dans l’ouest de la Pologne. L’archéologie, dit-il, peut servir de détective pour révéler de nouveaux détails sur la guerre froide.

Deux des trois anciens sites de stockage nucléaire décrits dans l’étude sont très endommagés. Kiarszys note que presque tous les bâtiments de Brzeźnica Kolonia et de Templewo ont été démolis au milieu des années 1990. Même les surfaces en béton ont été enlevées, mais les bunkers «Monolit» qui abritaient autrefois les ogives nucléaires demeurent.

Les casemates de Brzeźnica Kolonia et de Templewo ont toutefois été «pillées», selon Kiarszys, qui affirme que leurs équipements internes ont été enlevés et leurs entrées bloquées avec du béton.

Podborsko, la troisième base en vedette, a survécu dans des conditions relativement décentes. « Les trois bunkers de Podborsko conservent la plupart de leurs équipements d’origine et leurs portes in situ », selon Kiarszys.

L’étude offre de nouvelles informations sur la manière dont les sites ont été construits et sur la vie du personnel soviétique qui y est affecté.

La construction d’un terrain de football entouré d’une piste de course constituait un indice essentiel du site de Brzeźnica Kolonia. Les installations sportives des soldats soviétiques se distinguaient de la forêt verdoyante qui les entourait et «ont certainement attiré l’attention des interprètes de photographies aériennes de l’OTAN et de la CIA», écrit l’archéologue.

Podborsko révèle également ses secrets. «Pendant plus de deux décennies, la base de Podborsko était fortement gardée et les activités des soldats ont laissé de nombreuses traces matérielles dans le paysage environnant», explique Kiarszys. «Une caractéristique remarquable enregistrée par la SLA [balayage laser aéroporté] concerne les innombrables chemins érodés par les soldats qui patrouillent jour après jour.»

Les anciennes installations militaires continuent de révéler leurs secrets. En 2017, par exemple, des travailleurs installant des panneaux solaires dans une usine de traitement des eaux usées en Écosse ont découvert un abri antiaérien militaire bien préservé datant de la Seconde Guerre mondiale.

En 2016, des scientifiques du parc national de l’Arctique russe ont mis au jour les vestiges d’une base secrète nazie sur l’île isolée d’Alexandra Land, abandonnée au cours des dernières phases de la Seconde Guerre mondiale.

«Les gilets jaunes sont à la mesure de l’écroulement de la politique» #AshRévolution

«Les gilets jaunes sont à la mesure de l’écroulement de la politique» 29 JANVIER 2019 PAR AMÉLIE POINSSOT Pour le philosophe italien Antonio Negri, les gilets jaunes s’inscrivent dans une mouvance que l’on observe, en Europe et dans le monde, depuis 2011, d’Occupy Wall Street à la révolution tunisienne. « On est au bord d’une transformation mondiale », explique […]

via «Les gilets jaunes sont à la mesure de l’écroulement de la politique» #AshRévolution — Avant-Garde Togolaise et Africaine Peuples Observateurs

Allemagne: un pays qui deviendra non blanc en une génération

L’invasion actuelle de l’Allemagne par le tiers monde créera une majorité non blanche dans le groupe des 20-30 ans d’ici quatre ans et une majorité non blanche dans une génération, a révélé une nouvelle analyse statistique basée sur les chiffres du recensement allemand.

 

 

L’analyse, réalisée par le professeur Adorján F. Kovács du Goethe-Universität de Francfort-sur-le-Main, a été publiée dans le magazine européen allemand sous le titre «Vérités sur la crise des réfugiés» (Wahrheiten zur Flüchtlingskrise).

Le professeur Kovács a déclaré que les défenseurs de « l’immigration sans précédent », comme la chancelière Angela Merkel, affirment que « un, deux ou trois millions ne sont que quelques-uns, par rapport aux 79 à 80 millions de personnes qui vivent actuellement en Allemagne ».

Selon le professeur Kovács, cette affirmation est tout simplement fausse car elle ne tient pas compte de l’âge démographique affecté par l’afflux.

Il ajoute que les chiffres publiés par l’Office fédéral allemand de la migration et des réfugiés (Bundesamt für Migration und Flüchtlinge ou BAMF) montrent que les envahisseurs non blancs se limitent presque exclusivement aux personnes âgées de 20 à 35 ans. encore plus jeune.

Selon le professeur Kovács, on peut obtenir une image beaucoup plus précise de l’afflux comparé à la population allemande déjà existante de ce même groupe d’âge.

 

L’Office fédéral de la statistique officiel compte actuellement quelque 15 millions de personnes dans ce groupe d’âge en Allemagne, a-t-il ajouté, ajoutant que « la proportion de personnes d’origine immigrée dans ce groupe d’âge est d’environ 3,5 millions de personnes ».

En d’autres termes, la population amérindienne actuelle – européenne – allemande âgée de 20 à 35 ans, à l’exclusion de la nouvelle vague d’envahisseurs, s’élève à 11,5 millions de personnes.

Selon un chiffre approximatif d’environ un million d’envahisseurs arrivant chaque année en Allemagne au cours des prochaines années – et le chiffre réel est peut-être supérieur – il est parfaitement raisonnable de s’attendre à une population totale de « demandeurs d’asile » en Allemagne comprise entre trois et quatre millions d’ici 2020.

Ce n’est cependant que la pointe de l’iceberg. Selon le professeur Kovács, si seulement la moitié de ce nombre bénéficiera de l’asile et restera en Allemagne, cela signifie qu’il y aura environ deux millions de candidats retenus d’ici à 2020.

«Le fait que la majorité des prétendus demandeurs d’asile soient des hommes signifie que, dans presque tous les cas, la candidature au regroupement familial sera retenue.

«Cela va ajouter entre trois et huit personnes supplémentaires par demandeur d’asile retenu, ce qui signifie qu’en 2020, le nombre total de personnes appartenant à ce groupe dépassera huit millions».

Le fait qu’il n’ya actuellement que 11,5 millions d’Allemands européens dans la tranche des 20-30 ans signifie qu’en 2020, dans quatre ans, les Blancs seront une minorité totale dans cette catégorie d’âge.

«Sur les 23 millions d’habitants de ce pays qui ont entre 20 et 35 ans, environ 11,5 millions d’habitants ont migré d’ici cinq ans», a déclaré le professeur Kovács.

En outre, le taux de natalité élevé des immigrés « n’a même pas été pris en compte », a-t-il poursuivi.

«Vous devez penser à l’avenir dans 30 ans. Si la majorité, c’est-à-dire que plus de 50% des personnes vivant actuellement en Allemagne sont des personnes âgées et sont décédées dans ce laps de temps, il ne faut pas d’imagination pour avoir une idée de la composition de la future population allemande. « 

La conclusion est inévitable: soit l’Allemagne prendra des mesures politiques pour mettre un terme à l’invasion actuelle du tiers monde, soit l’inverser, soit elle deviendra un pays à majorité non blanche d’ici une génération.


Le génocide blanc s’accélère en Allemagne: trois grandes villes allemandes renversent leur majorité ethnique par des non-blancs

L’immigration massive en provenance du tiers monde en Allemagne provoquera «bientôt» l’entrée des trois villes allemandes d’Augsbourg, Stuttgart et Francfort au statut de majorité non-blanche, a annoncé l’un des plus importants démographes du pays.

 

Lors d’une interview dans le journal Augsburger Allgemeine, « l’expert en intégration », Jens Schneider, a déclaré qu’Augsbourg serait l’une des « premières grandes villes allemandes où les personnes d’origine migrante formeraient la population majoritaire ».

L’interview a révélé que les statistiques officielles montrent déjà que « un sur cinq » (soit 20%) des personnes vivant en Allemagne « ont des racines étrangères ».

Cela est particulièrement vrai dans les zones urbaines, dit Schneider, où la proportion de «personnes d’origine immigrée» augmente de manière exponentielle.

« Les experts estiment qu’Augsbourg, Stuttgart et Francfort sont les premières villes dans lesquelles les immigrés deviendront majoritaires », a-t-il ajouté.

Plus de la moitié de ces « étrangers » sont déjà en possession de la nationalité allemande, a poursuivi Schneider, ce qui signifie que « l’intégration sera donc le plus gros défi des prochaines années ».

Cela signifie que le «pays va changer», a déclaré Schneider, qui est en faveur de l’invasion.

Les statistiques officielles décrivent les personnes «d’origine migrante» comme des personnes non seulement étrangères, mais immigrées en Allemagne depuis 1950 et leurs descendants.

Bien que Schneider ne l’ait pas dit, cela signifie le grand nombre de Turcs qui sont entrés en Allemagne en tant que «gastarbeiters» (travailleurs invités) dans les années 1950, censés travailler en Allemagne puis rentrer chez eux – mais qui ne l’ont jamais fait.

À Augsburg, a-t-il déclaré, le segment de la population «personnes d’origine migrante» représente désormais plus de 43% des habitants de la ville – et est en augmentation.

Cette tendance est particulièrement apparente dans la population préscolaire, où plus de la moitié des enfants de six ans sont issus de «milieux d’immigrants». Ce dernier chiffre, a-t-il ajouté, était répandu dans toute l’Allemagne.

Le seul élément des statistiques pouvant affecter les projections est le nombre exact d ‘«immigrants» originaires d’autres pays européens – y compris, il est intéressant, la Russie.

Bien que Schneider et Augsburger Allgemeine aient mentionné ce facteur, ils n’ont donné aucun chiffre précis à cet égard, mais il est probable qu’il représente moins du quart du total.

Cependant, tout effet de freinage que cela pourrait avoir sur l’équilibre racial de la population aura certainement été plus que compensé par l’actuelle invasion massive de non-Blancs, provoquée par l’invitation d’Angela Merkel en 2015 à inviter l’ensemble du tiers monde à venir en Allemagne.

Depuis lors, environ 1,5 million de non-Blancs sont entrés en Allemagne, mais leur nombre exact est inconnu en raison de la politique de «frontières ouvertes» qui permet à quiconque de n’importe où de pénétrer dans le pays sans être contrôlé ou enregistré.

 

 

 

 

Des têtes humaines étonnantes: les photographies satellites prouvent-elles l’existence de l’homme en Antarctique… il y a 6000 ans?

Des informations géographiques et cartographiques précises concernant le continent antarctique n’ont été réellement découvertes qu’en 1822. Cependant, en contradiction directe, les anciennes cartes révèlent que l’Antarctique est totalement exempt de glaciation des milliers d’années auparavant.

Selon les experts en cartographie et océanographie anciennes, seule une culture maritime très avancée explorant l’Antarctique après la fin de la dernière période glaciaire, il y a 11 000 ans, aurait pu créer de telles cartes. Alors, qui était cette civilisation soudainement incroyablement avancée?

Le magnifique mais formidable paysage de l’Antarctique.

 

L’incapacité de trouver une réponse acceptable à ce mystère cartographique a conduit à penser que les anciennes cartes étaient produites par des extraterrestres extrêmement avancés, car pour produire des cartes d’énormes masses continentales, elles ne pouvaient être tracées avec précision que d’un point de vue aérien, à l’aide d’appareils d’arpentage spécialement conçus pour le but!

Prenons une position  rationaliste ,comme les professeurs d’universités actuels qui ne veulent pas toucher au paranormal  et au réalisme fantastique.

Ainsi, à l’exclusion des extraterrestres (soyons frileux), quels cartographes très avancés sur le plan technique pourraient parcourir notre planète plusieurs milliers d’années avant Columbus, et autres? D’où viennent-ils et comment ont-ils acquis l’expertise et la capacité de navigation nécessaires pour naviguer dans de vastes océans et, surtout, pour enregistrer leurs découvertes sur des cartes qui auraient été la source d’informations transmises à des explorateurs «modernes» comme Columbus, Cook, Magellan ou Vasco da Gama, par exemple.

 

Une photographie satellite surprenante révèle le passé lointain de l’Antarctique

Pour citer un exemple, il y a la carte « Buache » du XVIe siècle qu’il prétend avoir été réalisée par une très ancienne civilisation, qui cartographiait avec précision le continent de l’Antarctique, dépourvu de sa calotte glaciaire d’un mile de profondeur. Cependant, sans aucune preuve concrète pour étayer ses affirmations, les experts soupçonnent que la carte de Buache était probablement le produit d’une imagination vive. Mais était-ce? Nous verrons plus tard.

« Carte des terres du sud comprise entre le tropique du Capricorne et le pôle Antarctique, où les nouvelles découvertes faites en 1739 au sud du cap de Bonne-Espérance peuvent être vues », de Philippe Buache.

 

 

Auteur, archéologue de l’espace et chercheur indépendant, William James Veall a tiré parti de l’étroite extension actuelle de la déglaciation côtière en Antarctique et a utilisé la photographie satellite à télédétection pour exposer un grand nombre de têtes humaines et de portraits d’animaux absolument étonnants, ainsi qu’un matériel inscriptif démontrant clairement que quelqu’un avait touché dans au moins trois zones distinctes du littoral antarctique dans un passé lointain.

FIGURE 1: Carte moderne de l’Antarctique indiquant la partie du littoral de la mer de Ross, l’objet de l’archéologue de l’espace, William James Veall, sondé par satellite de télédétection (en rouge) et le segment sans glace prolongé du littoral de la mer de Ross, comme indiqué dans l’annonce 1512 cartes d’Oronteus Finaeus (indiquées en vert).

 

William Veall poursuit: Beaucoup de lecteurs d’Antiquités Anciennes savent déjà que j’utilise la technique de la photographie satellite à télédétection pour exposer des images au sol: sculptures rupestres, intaglios, pictogrammes, pétroglyphes et symboles d’épigraphie. Actuellement, je suis également impliqué dans l’utilisation de la technologie par satellite pour le service extrêmement important de détection, de préservation et de protection des sites archéologiques du monde entier contre le vol et les actes de vandalisme. (GlobalXplorer)

En utilisant cette même technique, j’ai très bien réussi à tracer le littoral «houblon» de voyageurs transocéaniques en Amérique du Sud, le littoral nord-américain, Terre-Neuve, la côte ouest de l’Afrique, l’Uruguay et même le long de la côte est de l’Australie ( voir tableau 1) avec quelques révélations incroyables.

FIGURE 2: Tableau 1. Anciens symboles découverts le long de la côte est de l’Australie par William James Veall, mars 2017.

 

L’Antarctique était-il une fois sans glace?

Après une incursion assez fructueuse le long de la côte est de l’Australie, j’ai décidé de tenter ma chance et de mettre à l’épreuve la déclaration faite par le géographe, cartographe et mathématicien grec, Marinus de Tyr, qui, en 400 av. J.-C., avait eu connaissance d’une ancienne carte illustrant Antarctique sans glace.

Logiquement, le point le plus proche de tout contact transocéanique avec l’Antarctique utilisant comme guide la côte est de l’Australie serait de traverser l’Atlantique Sud, de pénétrer dans le cercle antarctique et de débarquer à un point situé à peu près dans la région de Wilkes Land; la même région que celle choisie par Ross en 1840-1843.

 

Il n’est pas déraisonnable de supposer sur le principe que le littoral extrême oriental de l’Australie se dirige vers le sud, suivant à peu près tout le méridien de 153 ° selon lequel les anciens explorateurs auraient «sauté la côte» de ce méridien par paliers faciles à mesurer, connus dans l’ancien langage de navigation les latitudes »en conjonction avec certaines constellations aériennes, leur permettant ainsi de traverser les océans jusqu’à atteindre le continent antarctique.

Après un balayage préliminaire de la plus grande partie du périmètre antarctique, une partie déglacée de la région de la mer de Ross semblait être la seule zone susceptible de fournir suffisamment de données factuelles et factuelles pour que ce «coup dans le noir» ait une réelle signification pour répondre à la question. : Existe-t-il des signes d’activité autochtone ou externe pouvant expliquer le fait que diverses cartes marines anciennes prétendent montrer que tout ou partie du littoral de l’Antarctique est exempt de glace?

Ainsi, premièrement, comment Marinus de Tyr a-t-il appris l’existence de «l’Antarctique» en 400 av. J.-C. et deuxièmement, Buache at-il réellement accès à des cartes anciennes lui permettant de construire ce qu’il prétend être une représentation fidèle du continent antarctique? moins sa couverture de glace et de neige gelées?

Apparemment, c’est Aristote qui a informé Marinus de l’existence d’un continent nommé «Terra Australis» entourant le pôle Sud. Marinus a ensuite marqué la carte du monde qu’il compilait à partir d’autres cartes anciennes portant le même titre. Mais, ce qui est le plus fascinant, sa carte montre Terra Australis (Antarctique) sans le bouclier de glace traditionnel. Cependant, les cartes anciennes que Marinus aurait utilisées mystérieusement « ont disparu », nous n’avons donc aucun moyen de vérifier son histoire.

Par la même occasion; Cela n’explique pas comment d’autres anciens cartographes, comme Oronteus Finaeus et Hadji Ahmed, pourraient également prétendre avoir accès à des cartes datant de 6 000 ans (4000 ans av. J.-C.) représentant le continent de l’Antarctique complètement dépourvu de glace. D’où viennent leurs cartes et qui les a compilées? Je crois que j’ai peut-être eu une réponse par hasard.

Oronteus Finaeus (ou Oronce Finé),

À la recherche de la route des explorateurs

Je dois avouer qu’avant mon coup de feu antarctique – à part le fait de savoir que l’Antarctique abritait le pôle Sud … et quelques pingouins – je n’avais aucune idée préconçue sur cette région recouverte de glace, à l’extrémité sud de la planète Terre. . Imaginez ma surprise de découvrir par hasard que j’avais suivi la voie maritime désormais connue des explorateurs «modernes» vers l’Antarctique et que, par mégarde, ma sonde de télédétection avait atterri pratiquement au même ancrage choisi par Amundsen (1911-1912) et Scott (1910-1913) ).

En contournant le cap Adare et dans la mer de Ross, j’ai balayé la côte est le long d’un tronçon où la mer de Ross borde la terre Victoria. C’est tout à fait par hasard qu’une partie du rivage déglacié s’est retirée un peu à l’intérieur des terres, laissant à découvert un tronçon de deux kilomètres environ, bien que certains endroits soient encore recouverts de traces de glaciation. Selon les études scientifiques les plus récentes, le bouclier de glace de l’Antarctique oriental a même commencé à fondre au cours des vingt dernières années à un rythme alarmant, probablement à cause du réchauffement de la planète.

J’avais à peine franchi la moitié du terrain sur le littoral de la mer de Ross lorsque j’ai eu le choc de ma vie!

Têtes humaines

Le satellite avait capturé très clairement une image de tête humaine (portrait) en regardant depuis le terrain rocheux. (Figures 7 et 7a) Cela n’était pas censé se produire: la présence de l’humanité sous quelque forme que ce soit, préhistorique ou autre, n’a jamais été détectée en Antarctique. logiquement, soyez un territoire vierge exempt de tout peuple autochtone préhistorique jusqu’à bien après la fin du grand âge glaciaire, il y a 12 000 ans.

FIGURES 7 et 7a: Le tout premier portrait que j’ai découvert sur l’Antarctique; Cette étonnante figure coiffée d’un chapeau tricorne est sculptée dans une surface rocheuse déglacée de 25 mètres de hauteur sur 32 mètres de largeur. Elle présente une tête humaine, d’apparence caucasienne, avec des traits faciaux gentils et des yeux légèrement épicanthic et expressifs. La joue gauche (face) est piquée avec une «étoile» de style crétois; le front avec une pointe de diamant SIG. Sous l’œil droit (en regard) se trouve un petit triangle piqué. Juste en face, deux personnages de Linear A ont été picorés.

Les recherches effectuées par l’Université de Reading au Royaume-Uni suggèrent fortement qu’une civilisation avancée existait déjà plusieurs milliers d’années avant les Egyptiens, les Sumériens ou les Babyloniens; cette culture des peuples noirs (époque Kiffian) due aux changements climatiques a été chassée vers le sud de leurs terres du « Sahara Vert » (9000 – 4000 av. J.-C.) pour finalement fusionner leur technologie prétendument assez avancée avec les peuples moins développés des régions méridionales, Egypte, par exemple. (Voir les références: ‘ Momie noire du Sahara Vert’ – une excellente vidéo).

Le balayage des côtes rocheuses de la mer de Ross a permis de dégager une quarantaine de portraits de têtes humaines, notamment des têtes d’animaux et, parmi ceux du tableau 2, près de cent symboles picorés. Ma méthode d’analyse a été développée au cours de nombreuses années, en étudiant littéralement des centaines de situations d’imagerie satellitaire dans les montagnes et les déserts du monde, ce qui a permis de créer des règles extrêmement critiques pour une interprétation précise des images.

 

FIGURE 3: Tableau 2: Tableau illustrant les anciens symboles découverts le long du littoral antarctique de la mer de Ross par l’archéologue de l’espace, William James Veall, en avril 2017. 

 

FIGURE 4: Tableau 3: Comparaison des scripts Linéaire A et Linéaire B des Tableaux 1 et 2.

FIGURE 4: Tableau 3: Comparaison des scripts Linéaire A et Linéaire B des Tableaux 1 et 2.

[Note de l’auteur: Les fonds des figures 5 à 12 ont été légèrement diffusés pour améliorer la clarté de l’image, mais cette image satellite originale n’a jamais été retouchée. La silhouette ajoutée ne doit pas être un «portrait» mais simplement une aide pour identifier la pose de l’image satellite. Les figures 5 à 12 sont publiées sous «Autorisations d’utilisation équitable» de Google Earth .]

 

FIGURES 5 et 5a: Un pétroglyphe, situé sur l’île Marambio, dans le coin nord-ouest de l’Antarctique, présente un profil de visage de singe tout à fait inhabituel, qui sous-tend la tête d’un aigle. La tête est marquée d’un symbole SIG en boucle ouverte sur la joue gauche. Trois cercles (pierres) sont joints à l'arrière de la tête de l'aigle. Une date peut-être?

FIGURES 5 et 5a: Un pétroglyphe, situé sur l’île Marambio, dans le coin nord-ouest de l’Antarctique, présente un profil de visage de singe très inhabituel sous la tête d’un aigle. La tête est marquée d’un symbole SIG en boucle ouverte sur la joue gauche. Trois cercles (pierres) sont joints à l’arrière de la tête de l’aigle. Une date peut-être?

Quelle culture particulière a utilisé ce motif comme icône de signature pour annoncer sa présence en Antarctique? La tête mesure 34 mètres de haut sur 50 mètres de large (Eagle), l’Aigle 18 mètres de haut sur 39 mètres de long (59 pieds sur 128 pieds). Les deux «dieux» réunis semblent représenter Hanuman, le tout-puissant dieu hindou des singes et l’aigle, le dieu hindou Garuda … mais dans l’ANTARCTIQUE?

FIGURE 6: À l’origine, j’avais ignoré ces débris jonchés de roches, mais une manipulation minutieuse de la prise de vue avec une caméra de télédétection a révélé un motif de roches qui ressemblait à une ancienne légende ancrée dans le littoral. Malheureusement, la partie du texte qui fait face à la mer est maintenant submergée sous l’eau (de fusion). Taille exposée de 50 mètres de long sur 25 mètres de large.

Ce message était-il une dédicace pour célébrer un rêve de longue date de débarquer sur la masse terrestre la plus emblématique de la planète Terre? agissant comme un contrepoids pour équilibrer la planète avec une autre grande masse terrestre dans le nord: l’Arctique? Je le crois.

Les caractères paraissent très similaires au script de comptabilité ‘Minoan Linear A’, circa 1800 – 1400 av. c’est extrêmement intéressant car les « points et tirets » pourraient bien se traduire en données chronologiques, en d’autres termes – annonçant l’arrivée et la date du premier passage de l’homme européen sur le continent antarctique?

Il est intéressant de noter que le tableau 3 montre très clairement que les caractères sont à la fois linéaires A et B, alors que pratiquement tout le matériel inscriptif ultérieur (voir tableau 2) le long du littoral de la mer de Ross est «picoré» dans un alphabet plus avancé du genre phénicien. Ainsi, par inférence, le débarquement doit avoir eu lieu bien avant 1200 avant JC car, à partir de ce moment-là, le genre phénicien (1100 av. J.-C.) commença à dominer «l’écriture».

Un autre fait qui pourrait confirmer que le message était une « dédicace de l’arrivée » ; le symbole en triangle donne une latitude exacte de 72 21 04 00 S et une longitude de 170 15 37 00E. D’après mon expérience, un triangle suivi d’un «A» majuscule signifiait presque toujours une géodésie d’importance.

De plus, pourquoi placer cette coordonnée sur un rivage fragile alors que tous les autres sont gravés dans la falaise? Réponse: de nombreuses années auparavant, le littoral avait été considérablement étendu, comme le prouvent les anciennes cartes Oronteus Finaeus et Buache (voir la carte de la figure 1, extension verte).

FIGURES 7 et 7a: Le tout premier portrait que j'ai découvert sur l'Antarctique; cette étonnante figure coiffée d'un chapeau tricorne est sculptée dans une surface rocheuse déglacée.

FIGURES 7 et 7a: Le tout premier portrait découvert par Veal sur l’Antarctique; cette étonnante figure coiffée d’un chapeau tricorne est sculptée dans une surface rocheuse déglacée.

FIGURES 8 et 8a: Ce chiffre de 23 mètres de haut sur 20 mètres de large est clairement d’ascendance «autochtone». La tête semble avoir une mâchoire saillante inhabituelle. Un gnomon enregistre la coordonnée de longitude 170.16.26.00 de cette image particulière.

FIGURES 8 et 8a: Ce chiffre de 23 mètres de haut sur 20 mètres de large est clairement d’ascendance «autochtone». La tête semble avoir une mâchoire saillante inhabituelle. Un gnomon enregistre la coordonnée de longitude 170.16.26.00 de cette image particulière.

En lisant l’histoire de l’Antarctique, les références indiquent clairement qu’il n’y a jamais eu de flore ni de faune indigènes sur le continent, car la masse terrestre était entièrement recouverte de glace depuis au moins neuf millions d’années … avant même la préhistoire. 


Un message sur le rivage

 

En lisant l’histoire de l’Antarctique, les références indiquent clairement qu’il n’y a jamais eu de flore ni de faune indigènes d’aucune sorte sur le continent parce que la masse terrestre était complètement recouverte de glace depuis au moins neuf millions d’années … avant même l’homme préhistorique 

Selon les experts en cartographie et océanographie anciennes, seule une culture maritime très avancée explorant l’Antarctique après la fin de la dernière période glaciaire, il y a 11 000 ans, aurait pu créer des informations géographiques et cartographiques précises sur des cartes. Pourtant, de telles cartes existent apparemment. Alors, qui était cette civilisation soudainement incroyablement avancée?

Les images satellites révèlent des surprises

Maintenant, cette découverte de William James Veall pose la question suivante: qui a sculpté avec une telle finesse deux têtes de cerfs massives, qui, de par leur conformation, suggèrent qu’elles pourraient appartenir à l’espèce Huemul? La taille des sculptures (chacune) est en moyenne de 18 mètres de long sur six mètres de large (59 x 20 pieds).

FIGURES 9 et 9a: Parmi la pléthore d’images de l’Antarctique, j’ai enregistré chaque pièce d’imagerie qui a suscité sa propre surprise. Les deux animaux représentés dans cette figure passionnante ne font pas exception.

 

Les deux sculptures étaient-elles des icônes de la patrie ou des vagues successives d’immigrants ont-ils importé des cerfs en tant que source d’aliments vivants ou de fourniture de lait? cela pose une autre question: d’où? L’habitat le plus proche pour l’espèce de cerf Huemul serait probablement la Patagonie, en Amérique du Sud.

Un Heumul, un cerf du sud des Andes (Hippocamelus bisulcus) dans la réserve nationale de Cerro Castillo, dans la région d’Aysén, au Chili.

 

 

Il y a une solution possible. Pendant une période de climat tempéré, une route maritime a-t-elle été ouverte entre le cap Horn (Patagonie) et les îles Shetland? Je suis assez confiant pour avancer cette suggestion car des traces distinctes d’activités d’art rupestre sont visibles sur les parois rocheuses de certaines îles du groupe des Shetland. (à publier plus tard)

De plus, l’île Nelson fait directement face à la péninsule Antarctique où j’ai enregistré davantage de portraits de têtes humaines, dont l’un est le MS 3815 représenté à la figure 5, située sur l’île Marambio. Certains peuples ont-ils mis le pied sur l’Antarctique avant ou après ceux qui ont atterri à la mer de Ross? En outre, les mêmes personnes ont-elles, au cours d’une grande période de changement climatique, fait le tour du monde ou emprunté une route terrestre déglacée de l’Antarctique pour atteindre la communauté de la mer de Ross? Par conséquent, expliquer pourquoi différentes races sont immortalisées dans son portrait à la tête humaine.

 

La réponse à de telles questions est un projet énorme et distinct en soi, probablement même supérieur à celui de l’enquête sur la mer de Ross, car il doit prendre en compte les mouvements transitoires d’humains et d’animaux entre la pointe de l’Amérique du Sud et la péninsule Antarctique, des intervalles probables de glaciation et de déglaciation. pendant les périodes de changement climatique.

Si la fonte des glaciers se poursuit, on découvrira inévitablement davantage de portraits de têtes humaines, avec peut-être un matériel très important d’inscriptibilité; Tout cela fera des comparaisons fascinantes avec le mouillage de la mer de Ross et résoudra la question de savoir qui ont vraiment été les premiers à fouler le sol de l’Antarctique.

FIGURE 10 et 10a Quelle découverte incroyable! Entièrement sculptée dans la roche blanche, cette tête humaine de forme ovale est ornée d’un regard effrayant aux yeux ronds, marqué par des symboles anciens. Les points dans un cercle autour d'un motif central sont typiques de la fin du 13ème siècle av. Mycénien. (Taille 44 mètres de haut x 33 mètres de large).

FIGURE 10 et 10a Quelle découverte incroyable! Entièrement sculptée dans la roche blanche, cette tête humaine de forme ovale est ornée d’un regard effrayant aux yeux ronds, marqué par des symboles anciens. Les points dans un cercle autour d’un motif central sont typiques de la fin du 13ème siècle av. Mycénien. (Taille 44 mètres de haut x 33 mètres de large).

FIGURES 11 et 11a: Une tête humaine superbement sculptée dans un casque de style «roman / greco» avec une marque GIS en boucle ouverte sur le panneau avant. Le portrait, d'une hauteur de près de 800 mètres sur une largeur de 400 mètres, est gravé dans la face abrupte d'une crête de montagne. Immédiatement à droite (en regard) se trouve un symbole SIG très distinct qui donne une lecture en latitude de 82º 25 15 00S. A six cents mètres à l'est se trouve un piquet, un SIG à pointe en diamant indiquant la longitude du site.

FIGURES 11 et 11a: Une tête humaine superbement sculptée dans un casque de style «roman / greco» avec une marque GIS en boucle ouverte sur le panneau avant. Le portrait, d’une hauteur de près de 800 mètres sur une largeur de 400 mètres, est gravé dans la face abrupte d’une crête de montagne. Immédiatement à droite (en regard) se trouve un symbole SIG très distinct qui donne une lecture en latitude de 82º 25 15 00S. A six cents mètres à l’est se trouve un piquet, un SIG à pointe en diamant indiquant la longitude du site.

Les photographies satellite montrent que la sculpture se trouve sur un flanc de montagne dans la chaîne Holyoake. Le fait même que ce buste colossal ait été sculpté dans un endroit si isolé et couvert de neige m’a beaucoup intrigué, même si j’accepte que le buste ait été sculpté si cette région de l’Antarctique était devenue jadis libre de glace et accessible. Quand, par qui et dans quel but cette figure massive at-elle été fixée à cet endroit particulier?

La navigation par satellite révèle d’anciens records

Et puis, je me suis souvenu de la lecture d’un excellent livre du regretté professeur Charles Hapgood, (FRGS)  » Maps of the Sea Sea Ancient  » qu’Oronteus Finaeus avait tracé la position du pôle Sud à partir d’anciennes cartes qu’il avait acquises. Hapgood a pu calculer que le pôle Sud d’Oronteus Finaeus était en fait à 7,5 degrés (800 km) du véritable pôle Sud que nous connaissons aujourd’hui.

Maintenant vint le moment de vérité! Le 9 mai 2017, mon navigateur satellite avait enregistré une lecture latitudinale de 82 ° 25 ‘pour la statue, presque à 7,5 ° du vrai pôle Sud. J’ai ensuite vérifié les coordonnées longitudinales, 160º 32 ‘.

Chaque coordonnée confirmait presque exactement la position du pôle Sud, exactement comme Oronteus Finaeus l’avait indiquée sur sa carte de 1531 après JC.

Je crois fermement que la gigantesque sculpture de 800 mètres de haut a été sculptée, non seulement pour marquer de manière permanente ce que l’on croyait être, à l’époque, le véritable pôle Sud, mais aussi pour honorer et enregistrer à Memoriam les premiers peuples à avoir jamais existé. atteindre sciemment le «pôle Sud».

Messages sur le bord de la mer

La dernière chose que je m’attendais à faire était d’écrire un article en profondeur, d’analyser et de créer des illustrations pour de nombreux portraits, de dessiner des cartes, ainsi que des tables d’épigraphie, le tout résultant d’une intuition amusante de faire le tour du vaste continent antarctique par Remote. satellite de détection – tout par curiosité.

Trouver toute une série de portraits de têtes humaines, apparemment composés d’au moins cinq cultures différentes, plus des têtes d’animaux, le tout entremêlé d’une masse de textes inscriptifs et, romantiquement,  » un message au bord de la mer », était pour le moins époustouflant .

Il ne fait absolument aucun doute dans mon esprit, contrairement à ce que l’on sait, que l’Antarctique a été visité dans le passé avec probablement une habitation de longue durée le long, du moins, des régions côtières dans des périodes de climat plus tempéré; cette preuve réfute complètement la croyance de longue date selon laquelle « l’Antarctique n’a JAMAIS vécu de peuple autochtone dans ce pays. En fait, jusqu’en 1822, personne n’avait jamais vu l’Antarctique ».

Mais la cerise sur le gâteau était certainement lorsque j’ai découvert l’importance de la figure massive sculptée dans la chaîne de montagnes de Holyoake pour commémorer la découverte et l’enregistrement de l’emplacement exact du pôle Sud, tel qu’extrapolé des anciennes cartes d’Oronteus Finaeus.

J’ai une légère réserve sur ce point, après avoir enregistré par télédétection des centaines de marqueurs SIG (géodésique et d’identification). J’ai toujours été étonné de l’incroyable précision obtenue par les anciens cartographes – et je ne parle pas en degrés, mais en minutes -, évoquant discrètement une civilisation ancienne possédant des connaissances en astronomie, en navigation et en cartographie de superlatifs équipement scientifique non égal à l’homme «moderne» jusqu’au 19ème siècle au moins.

La datation de matériel artificiel est, au mieux, très aléatoire. Le code vestimentaire de toute statue ou portrait ancien est presque toujours un indice sonore de la provenance. Ici, un indice est dans le style de casque plutôt «roman / greco», comme on le voit ci-dessus. En fait, le long de la section de la mer de Ross, il semble y avoir au moins quatre bustes portant le même casque, suggérant qu’une force expéditionnaire de la Méditerranée avait effectivement réussi à atteindre l’Antarctique.

En tant qu’archéologue de l’espace, je ne prétends pas avoir d’expertise en épigraphie; Cela n’empêche pas de faire des observations sur les documents que j’ai découverts au cours de mes recherches. Par conséquent, est-il possible de dériver un laps de temps simplement à partir du matériel inscriptif que j’ai présenté dans les tableaux 1 à 3)? La réponse est oui. Premièrement, en observant les extrémités historiques des tableaux.

Le tout premier stade de la chaîne d’épigraphie antarctique aurait besoin de hiéroglyphes égyptiens: il n’y en a AUCUN. Un point final de ma chaîne tabulée devrait inclure l’alphabet grec « modernisé », l’hébreu et peut-être même le lettrage romain. Il n’y en a pas. Ainsi, nous avons établi les limites du matériel inscriptif répertorié.

Tableau 1 « Symboles découverts le long de la côte est de l’Australie ».

Tableau 1 « Symboles découverts le long de la côte est de l’Australie » . MS 3755, Col 5, dépeint un personnage proto-sinaïtique (un homme agitant joyeusement des bras) vers 1850 av. Est-ce le premier lien dans l’hypothèse? En examinant les autres caractères des tableaux 1 et 2, nous constatons un biais en faveur de l’écriture minoenne, Linear A. Maintenant, Linear A a été développé, entre 1800 et 1400 av. D’où «points et tirets» qui signifient un script en base 10. (voir tableau 3 et le « message sur les sables » )

Tableau 2. Graphique illustrant les anciens symboles découverts le long du littoral antarctique de la mer de Ross par l’archéologue de l’espace, William James Veall, en avril 2017.

Tableau 3. «Message sur les sables»

 

Cependant, on remarquera dans le «mélange» (tableaux 1, 2 et 3) que des caractères du script mycénien Linéaire B, développé vers 1500 avant JC – 1200 avant JC, sont principalement utilisés pour la communication.

Ainsi, nous avons une date de début dans notre chronologie composée de Proto-Sinaiatic (1850 av. J.-C.) parallèle à Linéaire A (1800 av. J.-C. – 1400 av. J.-C.), suivi de Linear B (1500 av. La Linéaire B était suivie de l’alphabet phénicien (1100 av. J.-C.) qui continuait jusqu’à l’âge du fer (1050 av. J.-C.) avant d’être repris par des variantes de l’alphabet grec (800 – 750 av. J.-C.). 

Selon le matériel inscriptif, la région de la mer de Ross en Antarctique était sujette à des visites et à un éventuel habitat semi-permanent au cours d’une période de déglaciation de 1850 av. J.-C. à au moins 1050 av. hors 1000 ans.

De plus, je pense que sur une période de 1 000 ans, l’Antarctique a finalement été circumnavigée, la carte de l’Antarctique a donc été cartographiée au format bitmap, produisant ainsi la série de cartes locales légèrement disjointes et historiquement rapportées.

Une évaluation approfondie de la glaciation et de la déglaciation de l’Antarctique, même pour seulement 10 000 ans, est extrêmement complexe et sort du cadre de cet article. Qu’il suffise de dire que si le «message dans les sables» était peut-être un message d’adieu, pourquoi était-il «écrit» en Linéaire A / Linéaire B et non pas le même alphabet que la masse de textes inscriptifs présentée dans le Tableau 2? Y a-t-il eu des visites successives au cours de la période de 1000 ans? Peut-être avec ces dernières vagues utilisant une forme de communication écrite plus «moderne».

Qui aurait pu créer de telles œuvres?

Nous avons déjà discuté était Aristote qui a informé Marinus de Tyr en 400 avant JC de l’existence d’un continent appelé Terra Australis (Antarctique) qu’il avait glanées (local) des cartes des centaines d’années.

Maintenant, si nous acceptons les anciennes cartes mentionnées par Aristote, qui remontent à des centaines d’années, 1450 av. J.-C. se situe bien dans un laps de temps acceptable. Une période qui englobe la période où les Minoens étaient des négociants maritimes extrêmement actifs, de superbes artisans produisant d’étonnantes figurines humaines en or et en bronze, ainsi que des formes naturelles outils de fer et de bronze pour la construction navale aux beaux-arts.

Détail de la fresque du dauphin, le palais minoen de Knossos, Crète, (1700-1450 av. J.-C.)

Un détail de la fresque du dauphin, le palais minoen de Knossos, Crète, (1700-1450 av. J.-C.) 

Les sculptures de la mer de Ross ne pouvaient avoir été sculptées que par des artistes hautement qualifiés travaillant avec peut-être certaines des roches les plus dures connues de l’homme; ces artisans auraient sûrement besoin de «mauls et ciseaux» en bronze ou en fer résistant. Ce fait est très important car les dates de l’âge du bronze minoen (1500 – 1200 av. J.-C.) et le léger chevauchement qui s’ensuit dans le premier âge du fer (1050 av. J.-C.) maintiennent fermement les Minoens dans notre calendrier postulé.

Beaucoup de cultures différentes?

Un point très intéressant se pose lorsque l’on considère que, sur un aussi court littoral, il existe au moins cinq cultures complètement différentes décrites par la physionomie des bustes; Je ne crois pas que ce soit une génération issue d’un développement linéaire, parce que tout simplement, nous nous pencherions sur des dizaines de milliers d’années, pas seulement sur 10 000 ans d’histoire déglaciée.

De plus, les artistes antiques ont soigneusement sélectionné leurs pièces de façades en pierre pour refléter les tons de couleurs des visages qu’ils désiraient représenter, nous présentant ainsi des portraits inédits d’habitants « en chair » exactement tels qu’ils étaient il ya plusieurs siècles. .

Étrangement, même les portraits des peuples les plus primitifs sont marqués du même SIG «international» en boucle ou en forme de diamant, indiquant clairement que les statues sont contemporaines aux côtés des quantités copiques de matériel inscriptif; comme nous l’avons déjà dit, il est facile de le dater entre les limites de 1850 et de 800 av.

 

Je ne peux pas affirmer catégoriquement que les Minoens ont été les premiers à voir ou à mettre les pieds sur les côtes de l’Antarctique; c’est quelque chose que nous ne saurons jamais avec certitude. Le fait même que des bustes «primitifs» soient évidents parmi les sculptures suggère que les «Fisherfolk» originaires de Patagonie, de Nouvelle-Guinée ou d’Australie-Méridionale, par exemple, auraient également pu tirer parti d’un climat tempéré et étaient déjà en résidence avant les Minoens. arrivée.

De toute évidence, sans un examen médico-légal approfondi, je ne saurais dire si les Minoens, passionnés par la reconstitution de tous les êtres vivants sous forme de peintures ou de sculptures, ont conçu le littoral de la mer de Ross comme un chef-d’œuvre et des outils permettant de façonner des images à leur image avant l’arrivée des Minoens… et l’utilisation d’un insigne SIG. (Je ne pense pas?)

Et pour finir, quelques HOT NEWS:

FIGURE 12 et 12a: La figure 12 est la photographie satellite originale non modifiée. La figure 12a a été légèrement retouchée au crayon.

FIGURE 12 et 12a: La figure 12 est la photographie satellite originale non modifiée. La figure 12a a été légèrement retouchée au crayon.

Cette dernière capture satellite montre ici encore une fois l’étrange juxtaposition entre la forme primitive et le matériel symbolique. Où se situe ce spécimen d’humanité «préhistorique» dans la chaîne d’humanité exposée de l’Antarctique?

Notez le front bas orné d’un bandeau à fleurs, de petits yeux fixés sous une crête (front) crânienne. Observez le nez large et trapu au-dessus d’une grande bouche montrant très clairement un ensemble de canines saillantes et saillantes. Remarquez la fleur, en bas à droite, parmi le matériel inscriptif.

Gardant à l’esprit le précédent contact Australie / Antarctique mentionné ci-dessus, je soupçonne que l’image représente une arrivée autochtone précoce sur le continent, mais associée à un matériel inscriptif… c’est un mystère persistant!

Enfin, la question fascinante que tout le monde se posera: croyez-vous que, maintenant que l’Antarctique a été partiellement exposé, ce continent deviendra la véritable « île » et la mystérieuse île de « Atlantis »?

EN CONCLUSION

Il est impossible qu’un peuple préhistorique ait pu faire cela…seule une civilisation très avancée sur le plan technologique le pourrait.

Une civilisation qui connaissait le déplacement dans l’espace et  la technologie aérospatiale…par exemple!

Cette étude basée sur les recherches de Veal,nous montre bien   les raisons de l’expédition allemande de 1938-39:retrouver l’ancienne civilisation …venue des Cieux! 

Squelette retrouvé fossilisé en Antartique.