Le monde complexe des pirates, corsaires, flibustiers et corsaires

 

 

 

La piraterie peut être définie comme «l’acte d’attaquer des navires dans le but de les voler», et celui qui participe à cet acte est simplement appelé un pirate . Aussi simple que cela puisse paraître en théorie, il existait en réalité différents «types» de pirates, comme en témoignent les différents noms donnés en anglais aux personnes impliquées dans le piratage: corsaires, flibustiers et corsaires.   

Qu’est-ce qu’un pirate?

Le mot « pirate » tire son origine du mot grec  » peira  » qui signifie « tentative, procès ou attaque ». En effet, la piraterie existait déjà dans le monde antique, comme le prouvent par exemple les vies parallèles de Plutarque : Pompée . Dans ce travail, Plutarque a écrit sur les pirates qui ont causé beaucoup de problèmes à Rome en Méditerranée et sur la façon dont Pompey les a maîtrisés. Le soi-disant âge d’or de la piraterie ne s’est toutefois produit que beaucoup plus tard, entre les années 1650 et la fin des années 1720, et c’est à peu près à cette époque que la sémantique de la piraterie s’est compliquée.

Drapeau de pirate déchiré. (adimas / Adobe)

 

Comment un corsaire est-il différent d’un pirate?

Le «type» de pirate le plus connu était peut-être le corsaire. En un sens, il s’agissait de mercenaires chargés par un État d’attaquer les navires ennemis. En d’autres termes, un corsaire était un pirate avec des papiers. Les corsaires existaient bien avant l’âge d’or de la piraterie. Par exemple, pendant la guerre anglo-espagnole de 1585 à 1604, des corsaires anglais tels que Sir Francis Drake ont pris pour cible les flottes de trésors espagnoles qui transportaient les richesses du Nouveau Monde en Espagne.

 

Bien que la guerre entre l’Espagne et l’Angleterre ait mis fin au corset, les cauchemars se poursuivirent en raison des conflits constants entre les puissances européennes. Par exemple, vers la fin du 17ème siècle, des corsaires français de Dunkirk et de Saint-Malo ont activement perturbé le commerce maritime anglais, tandis que des corsaires anglais tels que Sir Henry Morgan opéraient contre les ennemis de l’Angleterre aux Antilles.

 

Privateer vs Buccaneer

Alors que le terme « corsaire » s’appliquait à toute personne impliquée dans le corset, quelle que soit sa région géographique, le terme  » flibustier  » s’appliquait spécifiquement aux pirates opérant dans les Caraïbes . Ce terme est dérivé du boucan français , qui est le gril utilisé pour fumer la viande séchée qui était consommée à bord des navires, et qui faisait initialement référence aux chasseurs de gibier sauvages français qui vivaient dans l’ouest de l’Hispaniola au début du 17 e siècle. Bien que les flibustiers se soutiennent en chassant le gibier, ils participent également au piratage quand ils en ont l’occasion.

 

 

Les flibustiers se sont principalement battus contre les Espagnols, ce qui en faisait de précieux alliés des Anglais et des Français. Au cours du XVIIe siècle, les Français établirent une colonie à Tortuga, une île au large de la côte nord-ouest de Hispaniola, et autorisèrent les flibustiers à l’utiliser comme base d’opérations contre les Espagnols.

En outre, après la capture de la Jamaïque par les Anglais d’Espagne en 1655, les flibustiers obtiennent la permission d’utiliser l’île comme base. Les Espagnols ont réagi en exterminant le gibier sauvage sur les îles des boucaniers en espérant que cela les chasserait de la région. Le plan a toutefois échoué, car les flibustiers comptaient encore plus sur les raids espagnols pour survivre.

Les principales routes commerciales sont la proie de la piraterie du XVIe siècle: des flottes de trésors espagnoles reliant les Caraïbes à Séville, des galions de Manille après 1568 en armadas d’Inde blanche et portugaise après 1498 en bleu.

 

Quels sont les deux types de corsaires?

Le terme «corsaire» dérive directement du corsaire français et tire son origine du mot latin cursus , qui signifie «voyage ou expédition». Alternativement, il est plausible que le terme soit une mauvaise prononciation de l’arabe corsanni , qui signifie « pirate ». Historiquement, il existait deux types de corsaires, le premier étant les corsaires au service de la couronne française, le second les serviteurs de l’empire ottoman et les corsaires de Barbarie. On peut dire que le terme anglais «corsair» est plus communément associé à ce dernier et sera donc traité plus en détail.

Corsaires français avec butin et prisonniers britanniques en 1806 .

 

Les corsaires barbares

Comme les flibustiers, les corsaires de Barbarie avaient une sphère d’activité spécifique, à savoir la Méditerranée. Les corsaires de Barbarie ont établi leurs bases dans les grandes villes portuaires de la côte de Barbarie, notamment Tripoli, Tunis, Alger, Rabat et Sale. Ces villes faisaient initialement partie de l’Empire ottoman, mais sont devenues ses vassales lorsque les corsaires sont arrivés au pouvoir. De plus, ces États étaient capables d’agir de manière indépendante et étaient souvent hors du contrôle de l’empire ottoman.

Navire pirate.

 

Au début du XVI e siècle, les corsaires ont commencé à attaquer des villes côtières d’Europe occidentale et à perturber le commerce européen en Méditerranée. Les raids menés par les corsaires de Barbarie étaient destinés à capturer des esclaves chrétiens qui pourraient ensuite être vendus dans tout l’empire ottoman. Les corsaires de Barbarie ont atteint leur apogée entre le début et le milieu du XVIIe siècle, après quoi les puissances européennes ont commencé à organiser les marines pour lutter ouvertement contre les corsaires. Néanmoins, les corsaires de Barbarie sont restés une force en Méditerranée jusqu’au 19ème siècle. La conquête d’Alger par les Français en 1830 marque la fin des corsaires de Barbarie.

 

 

Publicités

Les codes maçonniques secrets dans la politique québécoise

Tout d’abord ,pour les nouveaux lecteurs,les douze signes maçonniques de reconnaissance:

 

Les 12 signes maçonniques. Source: « Freimaurersignale in der Presse ».

Quelques signes tirés d’un ancien manuel maçonnique. Source: « Richardson’s monitor of freemasonry ». La dernière image, en bas à droite, provient du livre: « Scotch Rite Masonry Illustrated Part 2 » page 26.

Une affiche de la chanteuse Barbara Hendricks annoncant un concert bénéfice pour une loge maçonnique. Une pose voulue, le doigt près de l’oeil. 

 

 

 

Un exemple classique de pose voulue. Remarquez les plis dans la toile de fond du photographe.Cette photo a été prise dans un studio. Le geste est la pyramide maçonnique. Cette image a été publiée dans le journal La Presse du 29 sept. 2007. « Environnement: l’ADQ veut briser les forces de l’immobilisme ». 

 

 

la main sur le coeur (signe de fidélité). En haut à gauche: « André Boisclair a défendu sans réserve son candidat Robin Philpot, jeudi. (Philpot est accusé d’avoir nié l’holocauste au Rwanda » (08/03/07). À droite lors du soir des élections et en bas un autre photographe a jugé bon d’immortaliser le même geste au même moment.

Le signe d’admiration est un très ancien signe religieux (comme tous les signes maçonniques). C’est un geste que les prêtres se font enseigner dans les séminaires et qui fait parti de leur rituel. Les politiciens se font eux aussi enseigner le même geste dans leurs loges maçonniques. 

Ce post est inspiré du livre de l’auteur Allemand Johannes Rothkranz, « Freimaurersignale in der Presse » (signaux maçonniques dans la presse). Lire aussi le livre « codex magica » dans la même veine. Ces deux livres sont disponibles gratuitement sur des p2p comme emule.
Consultez aussi ces pages web: http://www.yogaesoteric.net/content.aspx?lang=FR&item=2355
http://www.waitingtorot.blogspot.com/

Ces signes sont seulement valides quand un journal important ou une agence de presse les publient. Donc si votre voisin fait ces signes, cela ne compte pas. Si le journal explique pourquoi le sujet pointe du doigt, il ne s’agit pas d’un code. Les images d’athlètes sur le terrain de jeu ne comptent pas non plus car les sportifs ont leur propres codes reliés à leur sport. Le code a été découvert quand on s’est rendu compte que plusieurs photos publiés dans les journaux étaient des poses voulues. C’est-à-dire que le sujet photographié regarde directement la caméra en faisant le signe « OK », par exemple.
Ces 12 gestes sont très communs pour ne pas attirer l’attention mais avec un peu de patience, vous allez vite découvrir que le signe ok par exemple, revient un peu trop souvent.
Quel est donc l’importance pour un journal de montrer quelqu’un faisant le signe ok?
Pourquoi quelqu’un qui donne une entrevue dans un journal va t’il se laisser photographier avec un doigt dans l’oeil? Pourquoi les journaux publient ils aussi souvent des photos aussi disgracieuses? Et sourtout pourquoi s’agit il toujours des même 12 signes mais jamais de photos avec un type qui se gratte le dos?

Voici donc les 12 signes tels qu’illustrés sur la première photo du haut tiré du livre de Rothkranz.
La photo du bas est un collage d’images tirées du livre: « Richardson’s monitor of freemasonry » lien

1- Pointer de l’index. L’index vers les haut est le 2e signe maçonnique du « secret monitor ». l’index près de l’oeil est le signe du degré « mark master ». l’index près de la bouche est le signe du « royal master ». Le sujet peut aussi pointer vers la caméra etc.
2- faire le signe « OK ».
3- faire un poing.
4- faire une pyramide avec ses avant bras sur une table.
5- faire un geste comme si on tenait une boule invisible avec une ou deux mains.
Ce signe ressemble beaucoup au signe du « knight templar », tel qu’illustré.
6- la main sur le coeur. Signe du « sublime knight elected ».
7- la poignée de main maçonnique. Il y a plusieurs variantes. Le pouce est tourné vers le bas et presse le revers de la main de l’autre personne.
8- regarder vers le haut de façon éxagéré dans une photo. (imitation de Jésus sur la croix).
9- se faire photographier en regardant par-dessus les lunettes.
10- la main sur les lunettes.
11- la main sur la cravatte (signe de détresse).
12- la main sur le cou (signe de détresse).

Cependant, comme avec tous les langages, il peut survenir parfois des erreurs de communication dans le code. Deux ou trois fois dans toute une année, un journal va laisser passer une photo d’un non-initié en train de faire un geste maçonnique. Rothkranz admet ce fait lui-même dans son livre. La confirmation vient quand la personne emploi d’autres gestes maçonniques dans des photos différentes ou si le sujet regarde directement la caméra sur la photo, bref si la pose est artificielle et voulue.
Ces codes sont valides dans le monde entier. Au Québec, le journal La Presse ,le Devoir et www.radio-canada.ca participent à ces codes.


Deux codes maçonniques:regard exagéré vers le haut et signe O.K.
Avec Marc Laviolette,c’est un signe de haut rang employé pour rendre une communication …silencieuse.
Fort employé chez les marxistes.
Gilles Duceppe:la décision vient d’en haut.
Jean Charest et son poing :signification d’un agenda.Jean charest faisait alors campagne sur le thème de l’unité.

 

Mario Dumont nous montre un signe maçonnique du 18 ième dégré.En pointant du doigt et en parlant des accommodements raisonnables.
Si vous ne voyez pas de signes maçonniques ici,c’est que les médias les ont coupé.N’oubliez pas la collaboration entre les grandes familles contrôlant les médias,les gouvernements,les francs maçons et le Nouvel Ordre Mondial qui inclus parfois le crime organisé.
On voit Mario Dumont et son signe maçonnique d’origine en bas…On a coupé le doigt de Charest en haut,etc…
Regard vers le haut…avec supplication.Les sondages sont un désastre pour le Parti Québécois et Boisclair tire à boulets rouges sur Dumont et l’ADQ.
Mon oeil? Jean Charest reconnaît ses échecs. Cette même photo est aussi utilisée pour un autre article. Titre: « Seul le PLQ peut régler le déséquilibre fiscal, dit Charest ». Mon oeil, en effet et un futur échec de Charest, sans doutes. (03/03/07)L’index près de l’oeil est le « dueguard du mark master mason »

 

Doigt horizontal= « Nous allons dans cette direction » (par rapport au texte). « Charest appelle Harper à l’aide » (pour contrer la popularité de Dumont) Le Devoir (03/03/07)
Un geste maçonnique très clair ici: « Boisclair adopterait un gouvernement réduit ». 04/03/07
Signe OK= « bénédiction » maçonnique. Voici Le vice-président de la Commission des droits de la personne qui vient de déposer un rapport sur l’homophobie. Ce n’est probablement pas un hasard non plus. Probablement que l’animateur de radio qui a traité Boisclair de tapette travaille pour la loge péquiste question de donner à Boisclair l’occasion de passer pour une victime. Boisclair va gagner beacoup de votes avec cette histoire là.

 

la présidente du Conseil du trésor, Monique Jérôme-Forget. « Les libéraux chiffrent les promesses de Dumont » (9/03/07)
Regard vers le haut. Le ministre des finances du gouvernement Harper,James Flaherty, s’ingère dans la campagne électorale québécoise. « Québec obtiendra 2,2 milliards de plus d’Ottawa » 19/03/07/
Mario Dumont:Regard vers le haut et jeux de la main (tenir une boule invisible). Le comté baromètre de Saint-Jean voterait ADQ (22/03/07)
Les libéraux sont minoritaires, l’ADQ forme l’opposition officielle et le PQ est recalé au 3e rang. Cette photo de Gérald Larose est apparue sur le site cyberpresse.ca la veille de la démission de Boisclair. L’ordre est venu d’en haut, Boisclair doit quitter. Notez le décor derriere Larose: il s’agit d’une vieille photo d’archive du temps des dépliants du conseil de la souveraineté distribués dans les écoles…

PLUS RÉCEMMENT :LES POLITICIENS MAÇONNIQUES ACTUELS ET TRÈS RÉCENTS

François Legault nous montre ici qu’il est un important personnage chez les francs maçons:François Legault donnant le signe du « Most excellent master ».

 

Ils ne se cachent plus. Assez évident.Toujours regarder ce qui entoure un personnage, que ce soit un politicien, scientifique ou spirituel qui parle en public cela en dit long.

 

La poignée de main maçonnique entre Pauline Marois et Jean charest en 2008.
Arthur Porter,le grand maître franc maçon,pointe du doigt pour Philippe Couillard,l’élève!

 

François Legault observe sa nouvelle recrue,François Rebello faisant le geste maçonnique de l’ouverture des mains.
Jean-François Lysée et le signe des mains ouvertes.
Martin Coiteux,,,même signe,mais plus ouvertes.
Martin Coiteux devant la pyramide inversée.Ensemble ,on fait avancer le Québec »,derrière lui!
Philippe Couillard pointe du doigt.

 

Le 16 juin 2017,Jean-François Lisée faisait ce signe de OK du bout des doigts:les sondages sont en baisse pour le PQ.

 

Une poignée de main commune qui en dit tout…celle sur le dessus prend une posture semblable à une pyramide.

 

 

 

Franc maçonnerie:Les Old Fellows et la franc maçonnerie du pauvre

Old Fellows 001

 

 

 

Les loges d’Oddfellows ou Odd Fellows sont des sociétés amicales qui prétendent généralement être parmi les plus anciennes du monde. Elles furent parmi les premières à former des réseaux d’organismes locaux appelés « loges » et regroupés en « Grandes loges » rayonnant dans toute l’Angleterre à partir du milieu du xviiie siècle, d’une manière un peu similaire à ce que pratiquaient les loges maçonniques anglaises depuis 1717. Comme les loges maçonniques, elles se réclament d’une origine légendaire remontant bien avant, jusqu’aux Guildes du Moyen Âge, l’occupation de la Grande-Bretagne par les Romains, voire la déportation des Hébreux à Babylone.

Principalement anglaises ou américaines, elles furent créées pour la protection de leurs membres dans le besoin à une époque où la protection sociale n’existait pas. Elles prennent la forme d’associations non commerciales. Appartenant ainsi à leurs membres plutôt qu’à des actionnaires, elles leur reversent ce qu’elles gagnent sous la forme de services et d’aides. Tous les membres et leurs familles ont accès aux services de soin de l’association. Elles organisent également des collectes de fonds pour les œuvres caritatives locales et nationales.

Old Fellows 002

Histoire

Sociétés fraternelles et guildes

D’après la légende, les origines des sociétés fraternelles remonteraient à l’époque ou les hébreux rentrèrent de leur exil à Babylone en -587.

Plus vérifiable est l’évolution des guildes. Au xiiie siècle, les guildes de marchands étaient bien établies et prospères. Durant le xive siècle, les « maîtres » des guildes auraient restreint l’accès à celles-ci pour protéger leurs privilèges. Par contrecoup, les « compagnons » (fellows), moins expérimentés et moins riches, auraient constitué leurs propres guildes.

Les Odd Fellows

Dans les villages et les petites villes, il n’y avait pas suffisamment de compagnons d’un même métier pour permettre la création d’une guilde locale. C’est pourquoi plusieurs métiers différents se sont rassemblés pour former des guildes de compagnons provenant de différents métiers, donc des guildes de compagnons « dépareillés », en anglais « Odd Fellows ».

Au cours des 300 années suivantes, l’idée de gens n’appartenant ni à la noblesse ni au clergé rassemblant leurs forces pour améliorer leur situation souleva diverses oppositions, voire persécutions, de la part du pouvoir en place. Ce fut le cas par exemple lorsque le roi Henri VIII d’Angleterre se sépara de l’Église catholique romaine: les guildes furent alors considérées comme soutenant le Pape et en 1545 tous leurs biens furent confisqués. Elisabeth I leur retira la responsabilité de l’organisation de l’apprentissage et à la fin de son règne, la plupart des guildes avaient disparu.

Les loges de Oddfellows

Edwardian_Hall_-_Redmond,_WA_-_02
Edwardian Hall, ancien hall des Odd Fellows de Redmond (Washington).

La suppression des guildes marqua la fin d’une importante forme de protection sociale et financière pour les hommes et femmes ordinaires. Dans les principales cités, telles que Londres, quelques guildes (comme celles des francs-maçons et celles des Odd Fellows) réussirent à survivre en s’adaptant et en modifiant leur fonctionnement.

Les plus anciennes règles connues pour les loges de Oddfellows remontent à 1730 et à la loge « Aristarcus » de Londres. Aujourd’hui encore, beaucoup de pubsbritanniques portent le nom The Oddfellows ou Oddfellows Arms. Il s’agit toujours d’anciens lieux de réunion de loges deOddfellows.

Évolution

Une conséquence de la Glorieuse Révolution de 1688, qui vit le protestant Guillaume III d’Angleterre remplacer le roi catholique Jacques II d’Angleterre (Jacques VII d’Écosse), fut la scission au milieu du xviie siècle entre l’« Ordre des Oddfellows patriotiques » (The Order of Patriotic Oddfellows), basé dans le sud de l’Angleterre et soutenant Guillaume, et l’« Ordre ancien des Oddfellows » (The Ancient Order of Oddfellows) basé dans le nord et favorable aux Stuarts. En 1789, ces deux ordres se réunirent de nouveau pour former le « Grand Ordre uni des Oddfellows » (Grand United Order of Oddfellows) (à ne pas confondre avec le Grand United Order of Odd Fellows fondé aux États-Unis en 1943).

La Révolution française amena les cours d’Europe à considérer avec méfiance les Oddfellows comme les francs-maçons. De plus, de nombreuses sociétés amicales (Friendly societies) comme celle des Oddfellows inspirèrent au xixe siècle la naissance des syndicats, ce qui augmenta la défiance des pouvoirs en place.

The Independent Order – Manchester Unity

En 1810, des membres des Oddfellows de la région de Manchester, insatisfaits de la manière dont les affaires de l’« ordre uni » étaient conduites, formèrent un ordre indépendant dénommé « Manchester Unity ». Ils encouragèrent beaucoup d’autres loges à travers le pays à quitter le « Grand Ordre uni » et à les rejoindre.

Ils introduisirent en particulier de nouveaux avantages pour leur membres. Notamment le Travel Warrant, qui permettait aux membres qui recherchaient du travail à passer la nuit dans les locaux de l’ordre, gratuitement, n’importe où dans le pays. Ils instaurèrent aussi des programmes de protection sociale mutuelle permettant à leurs membres malades de couvrir leurs frais de consultation médicales ou d’hospitalisation.

L’indépendance du mouvement américain

Les Oddfellows se sont répandus aux États-Unis au début du xixe siècle: Plusieurs loges informelles existaient déjà à New York lorsque la branche américaine de l’ordre fut officiellement fondée à Baltimore en 1819 par Thomas Wildey et affiliée dès l’année suivante à l’ordre Manchester Unity.

En 1834, les Tolpuddle Martyrs, des membres de la société amicale des laboureurs du comté de Dorset, furent déportés en Australie après s’être mis en grève sous l’accusation d’appartenance à une « société amicale illégale ». Le bureau directeur des Oddfellows de Manchester modifia alors à la hâte la constitution et les rituels de leur ordre afin d’éviter un sort similaire à leurs membres. Les membres américains, eux, n’acceptèrent pas ces modifications faites pour satisfaire le gouvernement britannique qu’ils avaient combattu pendant la guerre d’indépendance des États-Unis. Ils déclarèrent donc leur indépendance sous le titre de Independent Order of Odd Fellows1.

Le temps de la légitimité au Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, les Oddfellows continuèrent d’être regardés avec suspicion par le pouvoir et à plusieurs reprises, jusqu’en 1850, plusieurs aspects de son activité furent déclarés illégaux. Ceci n’empêcha pas l’ Independent Order of Oddfellows Manchester Unity Friendly Society de devenir en 1850 la société amicale la plus importante et la plus riche de Grande-Bretagne. Cette croissance était le résultat de la Révolution industrielle, de l’absence de syndicats, et du manque de protection sociale.

En 1911, lorsque le gouvernement libéral mit en place le National Insurance Act, les Oddfellows britanniques protégeaient tant de gens qu’ils étaient devenus la société amicale la plus importante du monde et que le gouvernement reprit leurs tables de calcul des contributions et des remboursements.

La protection sociale d’état et les Oddfellows modernes

L’instauration d’une protection sociale mise en place par les états, notamment après la seconde guerre mondiale, a obligé les Oddfellows a évoluer. Au Royaume-Uni, l’ordre s’est spécialisé dans la gestion de produits financiers au cours de la seconde moitié du xxe siècle. En 1996, il prit la décision de quitter cette activité et de se concentrer sur l’aide sociale et caritative en direction de ses membres, particulièrement les personnes âgées et les handicapés.

Extension internationale du mouvement

Le modèle des Oddfellows fut exporté par les émigrants dans l’ensemble du Commonwealth et du Nouveau Monde. Aujourd’hui, on trouve des Oddfellows dans de très nombreux pays, notamment en AustralieNouvelle-ZélandeAfrique du Sud et aux Antilles. L’ordre américain a établi des loges en AllemagneIslandeDanemarkBelgiqueSuède,Finlande,Estonie,Pays-Bas et dans de nombreux autres pays d’Europe continentale.

Liste de quelques ordres d’Odd Fellows

Royaume-Uni

États-Unis

  • Independent Order of Odd Fellows (IOOF), fondé en 1819 à Baltimore et affilié au Manchester Unity en 1820. Indépendant depuis les années 1830.
  • Grand United Order of Odd Fellows (GUOOF) fondé en 1843.

Australie

  • The Independent Order of Odd Fellows (IOOF).
  • The Grand United Order of Odd Fellows (GUOOF).
  • The Manchester Unity Order of Odd Fellows (MUOOF)

 

 

 

 

 

 

 

 

NSA Le mystère du gratte-ciel sans fenêtre

Construit par l’architecte John Carl Warnecke en 1974 à New York, l’AT&T Long Lines Building demeure sans doute l’un des immeubles les plus atypiques et mystérieux de la mégapole américaine. 44 ans après son ouverture, il suscite encore toutes les interrogations et les spéculations.

L’édifice mystère!

Le 2 juin dernier sur Twitter, Tom Hanks partageait son effroi avec spontanéité face à cet inquiétant « bunker », haut de 168 mètres et pourtant dépourvu de fenêtres: « Jamais vu un immeuble aussi flippant! Bon sang, mais il se passe quoi là-dedans?? ».

Résistance à toute épreuve

Située en plein coeur de Manhattan, au 33 Thomas Street, la tour appartient officiellement au géant des télécommunications AT&T et pourrait, selon la légende, résister à une explosion nucléaire. Des réserves stockées dans les sous-sols permettraient d’ailleurs à 1.500 personnes de survivre en autarcie pendant deux semaines. La nuit, la lugubre bâtisse est plongée dans le noir et constitue ainsi une curieuse exception dans le paysage de « Big Apple ».

Un centre d’espionnage de la NSA?

Cet « abri nucléaire » est donc censé protéger des outils de télécommunications. Or, selon The Intercept, à l’origine d’une enquête menée avec Edward Snowden en 2016, l’immeuble brutaliste dissimulerait en réalité l’un des plus grands centres d’espionnage de la NSA, baptisé « Titanpointe ». Un nom de code que l’on retrouve dans des rapports internes de l’Agence. Avec l’aide d’AT&T, elle disposerait (ou aurait disposé) en effet de matériel d’écoute capable d’intercepter n’importe quelle communication internationale: une « arme » géopolitique dont le gouvernement américain aurait largement tiré profit.

Surveillance tous azimuts

Car sa fonction majeure consisterait en réalité à surveiller, non pas la dangereuse menace terroriste, mais bien les pays alliés de Washington: la France, l’Allemagne, l’Union européenne, les principales organisations internationales comme le FMI ou encore les Nations unies. Les Etats-Unis n’ont évidemment jamais commenté les allégations de la presse d’investigation.

Quelques rares photos

The Intercept avait réussi quelques jours après ses révélations à partager quelques rares clichés capturés à l’intérieur du bâtiment par Stanley Greenberg. En 1992, ce photographe, originaire de Brooklyn, avait souhaité réaliser un reportage sur les lieux les plus méconnus de New York, dont la fameuse tour. Un accès limité lui avait été concédé: c’était alors bien avant la paranoïa du 11 septembre 2001. Le livre « Invisible New York » a vu le jour en 1998, il est d’ailleurs disponible sur Amazon, mais les photos du « bunker », elles, n’y ont finalement jamais été publiées.

QUELQUES PHOTOS D’ARCHIVES:

 

 

 

Selon The Guardian: des loges maçonniques repérées au sein du parlement UK

Les francs-maçons ont mis en place deux loges dans l’enceinte du Palais de Westminster à Londres et y manœuvrent dans le plus grand secret, affirme The Guardian.

 

Deux loges maçonniques opèrent secrètement au sein du parlement britannique, l’une réservée aux parlementaires et l’autre aux membres de la presse politique connue sous le nom de lobby, écrit The Guardian.

Il y a également une troisième loge, baptisée Alfred Robbins Lodge, qui a été créée elle aussi pour les journalistes qui se réunissent régulièrement à Londres, affirme le quotidien. Bien que l’identité de leurs membres ne soient pas connue du grand public, certains journalistes qui n’en font pas partie sont de toute évidence conscient de leur existence, indique le journal.

The Guardian affirme que la première loge, connue sous le nom de The New Welcome Lodge, réunit d’une trentaine à une quarantaine de membres, dont quatre seraient des députés. Cependant, aucun lord ne figurerait parmi ses membres.

Selon David Staples, directeur général de la Grande Loge Unie d’Angleterre (UGLE), il n’y a aucune contradiction entre la pratique du journalisme et l’appartenance à la franc-maçonnerie.

«Contrairement à l’idée que s’en fait le grand public, être franc-maçon aide ces membres dans leur rôles de journalistes, d’hommes politiques, de policiers et d’avocats, à mieux travailler en les encourageant à agir comme de meilleures personnes», explique M.Staples contacté par le journal. Toujours d’après lui, les membres de ces trois loges auraient bien révélé leurs identités et leurs activités s’ils n’avaient pas peur d’être traités de façon «injuste».

Note SM: toujours la même excuse bidon comme quoi la FM ne serait qu’un joyeux groupe de travail, discret, et non pas une société secrète qui tire les ficelles des pouvoirs.

En Grande-Bretagne, les députés, les pairs et les journalistes politiques ne sont pas obligés de déclarer leur appartenance à la franc-maçonnerie, bien qu’ils puissent le faire de leur propre initiative.

Source : https://fr.sputniknews.com

Nouvel Ordre Mondial:L’Ex banquier Illuminati qui a exposé le réseau pédophile de l’Élite mondiale est retrouvé mort

Le corps du banquier néerlandais Ronald Bernard est retrouvé mort  en Floride!

 

 

Un banquier néerlandais qui a parlé plus tôt cette année pour exposer les secrets des  Illuminati , y compris les détails d’un réseau satanique  de pédophile ancestral et du sacrifice  d’un enfant  , a été retrouvé mort en Floride.Les révélations de Ronald Bernard sur les abus d’enfants et les sacrifices humains exécutés par l’ Elite ont envoyé des ondes de choc à travers le monde lorsque des vidéos de ses interviews télévisées, dans lesquelles il décrit ses expériences, sont devenues virales sur les réseaux sociaux.Ses descriptions déchirantes de la mort rituelle des enfants et des abus sexuels exposaient le ventre perturbant de l’élite sociale et politique (dont la Fondation Clinton).Bernard a affirmé que son expérience dans les Illuminati était «une formation pour devenir un psychopathe» car il a révélé des détails sordides des sacrifices d’enfants que la cabale utilise pour faire chanter ses membres en disant: « J’ai été prévenu quand je suis entré dans cela – ne faites pas cela à moins que vous ne puissiez mettre votre conscience à 100% dans le congélateur. »Je m’entendais rire en l’espèce, mais ce n’était pas une blague du tout ».

Des adolescents photographiés lors d’un rituels pédophile satanique.

Non seulement Bernard a révélé les pratiques complètement dépravées et méchantes de l’élite qui comprenaient le sacrifice d’enfants et le viol, il a également exposé les méthodes Illuminati de manipulation et de contrôle des masses .

Il a poursuivi en disant que les êtres humains sur cette planète remontent à un état prédateur ou une entité élite qui est à l’abri de la loi, par le privilège qui leur est conféré par l’État. « Toute misère sur terre est un modèle d’entreprise. »La Syrie est un modèle commercial, »Il s’agit de ressources et d’autres intérêts ».Maintenant, il semble que son dénonciation ait pu lui coûter sa vie après que son cadavre ait été trouvé après avoir eu mystérieusement « disparu ».Selon NP , Bernard, âgé de 61 ans, vivait à Sebring, en Floride, l’année dernière après avoir épousé un citoyen américain.

 

Le bureau du shérif du comté de Highland a déclaré que Ronald Bernard appelait le 911 à 15h46 en disant qu’il s’est perdu après avoir quitté la promenade à 13h00 sur la piste naturelle à l’extrémité ouest du lac Sun ‘n à Sebring.Plus d’une douzaine de députés avec des unités K-9, des unités aériennes des comtés de Highlands et de Polk, quatre roues de HCSO et la Commission de conservation des poissons et de la faune de la Floride ont cherché Ronald Bernard. » Le terrain était très difficile, et les chercheurs se trouvaient parfois dans les eaux profondes de la taille alors qu’ils essayaient de zéro sur l’emplacement de Fernandez « , a déclaré le bureau du shérif.Les députés ont fait un ping à son téléphone portable, mais il a continué à afficher différents endroits et Bernard a rappelé à plusieurs reprises – il a déclaré que sa vie était en danger – mais il a continué à bouger malgré le fait de pouvoir rester mis, ont indiqué les députés. Les derniers contacts par des agents  avaient avec l’ancien banquier furent  à 18h13.

 

 

 

Son corps a été retrouvé loin de sa voiture.

 

 

À 8 h 24, l’hélicoptère du Polk County a repéré Bernard, qui était face  dans l’eau peu profonde à environ 300 mètres du dernier emplacement connu de son téléphone portable et à 1,8 milles de l’entrée du sentier du boulevard Sun ‘n Lake et Balboa Boulevard.

La cause du décès sera déterminée par le médecin légiste.

Ronald Bernard a fait trembler les pratiques occultes et les sacrifices d’enfants parmi les élites de l’industrie bancaire, décrivant ses expériences dans une entrevue télévisée qui a été virale au début de cette année.

John Podesta…

Partager des détails explicites sur la façon dont les Illuminati utilisent des sacrifices d’enfants pour tester et faire  chanter leurs membres, il a dit qu’on lui avait demandé de sacrifier un enfant à une fête. «Je me suis entraîné pour devenir un psychopathe et j’ai échoué».En décrivant la période où son « congélateur commençait à fonctionner mal », Ronald a également raconté des histoires sur les économies nationales en panne et les sociétés en faillite.

Ces actions ont conduit à des suicides et à des destructions – des réussites à célébrer, selon ses collègues banquiers.

 

 

 

 

 

Pirates et flibustiers:l’épave du bateau du célèbre pirate Barbe Noire a été retrouvée, en vidéo

L’épave d’un navire avait été découverte en 1995 au large de la Caroline du Nord. Les spécialistes étaient depuis presque certains qu’il s’agissait des restes du Queen Anne’s Revenge, le bateau ayant appartenu au célèbre Barbe Noire, l’un des plus grands pirates de l’histoire. Cette hypothèse est désormais confirmée par les experts, mettant fin à plus de 20 années d’incertitude.

Représentation du Queen Anne’s Revenge dans le film « Pirates des Caraïbes ».

 

 

Edward Teach ou Edward Thatch, alias Barbe Noire est l’un des plus grands pirates de l’histoire ayant sévi dans les années 1700. Il est plus connu de nos jours pour avoir été popularisé par des œuvres de fiction comme le film Pirates des Caraïbes : La Fontaine de jouvence (2011), ou encore le jeu vidéo Assassin’s Creed IV: Black Flag (2013), de la compagnie Ubisoft.

En 1995, l’épave d’un navire avait été découverte au large de la Caroline du Nord, un lieu correspondant parfaitement à l’endroit où avait sévi Barbe Noire entre 1716 et 1718 avant sa disparition. Le Queen Anne’s Revenge, le célèbre navire ayant appartenu au pirate s’était échoué sur un banc de sable à proximité de Beaufort en 1718. Barbe Noire et son équipage y avaient abandonné le navire.

Les spécialistes pensaient donc que les épaves retrouvées étaient celles du bateau. Mais cette affirmation était faite jusqu’à récemment avec un certain recul. Le Département des ressources culturelles de la Caroline du Nord prenait par exemple soin de préciser que l’épave « était probablement » le Queen Anne’s Revenge.

Barbe Noire : l’épave du bateau retrouvé était bien celle du célèbre pirate

Après des années de spéculations et d’incertitude, des chercheurs en archéologie sous-marine avaient décidé d’entreprendre une sérieuse étude sur l’épave. Plusieurs objets avaient ainsi pu être analysés : des canons, la cloche du navire, des seringues destinées à traiter la syphilis, entre autres. Après un examen minutieux des éléments, les chercheurs ont pu conclure avec certitude qu’il s’agit bien du navire Edward Teach, alias barbe Noire.

L’ancre du Queen Anne’s Revenge est ramenée à l’air libre .

Pour Claire Aubel, coordinatrice des relations publiques des musées maritimes de Caroline du Nord, « il y a eu une succession de découvertes et une déduction évidente, tirée des différents indices ». D’après elle, deux principales évidences ont permis de lever le doute : d’une part, l’envergure de l’épave et la quantité impressionnante d’armes retrouvée dans les décombres. Cela montre qu’il ne pouvait s’agir qu’un d’un bateau pirate.

D’autre part, on ne connaît aucun autre navire de ce genre qui naviguait dans la région à cette époque. Ces facteurs ont permis de conclure que l’épave était bien celle de Barbe Noire, ce pirate parmi les plus redoutables de l’histoire.

Une petite vidéo pour connaitre davantage l’histoire de Barbe Noire :

 

 


MAIS QUI ÉTAIT BARBE-NOIRE,LE CÉLÈBRE PIRATE

Edward Teach, surnommé Barbe-Noire

En Anglais : Blackbeard, est l’une des figures les plus célèbres de l’histoire de la piraterie.

Né en 1680 à Bristol en Angleterre son vrai nom est présumé Edward Drummond. Une découverte récente datant de mai 2009 pourrait prouver qu’il serait né en 1690 à Beaufort en Caroline du Nord, et que son nom serait Edward Beard.
Il s’engage sur un bâtiment corsaire anglais pendant la guerre de Succession d’Espagne au service de la reine Anne de 1702 à 1713. En dépit de sa témérité et de son courage dans l’abordage des navires français, il n’a aucun avancement.

LE PAVILLON DE BARBE NOIRE
Représenté par un diable squelettique sur fond noir, tenant dans la main gauche un harpon qui transperce un coeur, et dans la main droite, un sablier pour signifier la fuite du temps (ou encore un verre pour trinquer avec le diable, selon les versions).

Il devient pirate en 1716. Le capitaine pirate Hornigold lui confie le commandement d’un sloop. Pendant deux ans, Teach accompagne Hornigold jusqu’au jour où il aborde un gros navire marchand français.

Il reçoit alors en novembre 1717 de son capitaine le commandement d’un navire français armé de 40 canons. « Le Concorde », rebaptisé « Queen Anne’s Revenge » (« La Revanche de la Reine Anne »).

C’est le 5 juillet 1717 que la réputation de Barbe-Noire commence à prendre de l’ampleur, suite à une déclaration du capitaine Mathew Musson suite au naufrage de son navire sur Catt Island aux Bahamas. Il apprend que cinq pirates se retrouvent régulièrement au Port de Providence : Hornigold, Jennings, Burgiss, White et Thatch (Barbe-Noire), munis d’un sloop armé de six canons et d’environ 70 hommes.

En 1718, Teach se sépare d’Hornigold et s’en va écumer les mers pour son propre compte. A la tête de 300 hommes et de 4 navires, il se met alors à ravager les côtes de la Caroline, à multiplier les abordages, les pillages et tueries. Il pille en un an plus de 40 navires. Teach est recherché et sa tête est mise à prix par le gouverneur Alexander Spotswood. Ce dernier fait appel au Lieutenant Maynard (19 sept. 1684 – 4 janv. 1751), commandant du bâtiment de guerre le « Pearl » pour capturer Barbe-Noire.


LE QUEEN ANNE’S REVENGE RETROUVÉ

La légende de Barbe-Noire, le célèbre pirate anglais qui écuma les Caraïbes entre 1716 et 1718, a largement été nourrie par la mystérieuse disparition de son navire, le Queen Anne’s revenge. Or, il y a quelques années, une épave qui pourrait lui correspondre a été découverte au large de la Caroline du Nord. À l’automne 2008, des spécialistes de l’archéologie sous-marine ont entrepris de l’explorer. Les premiers objets remontés à la surface (la cloche du navire, des canons, des seringues destinées à traiter la syphilis…) semblent confirmer l’hypothèse selon laquelle il s’agirait du navire de Barbe-Noire.

 

 

 

 

la cloche de bronze espagnole provenant de l’épave du Queen Anne’s Revenge.
Elle porte la date 1705 (on croit lire 9, mais c’est l’ancien graphisme du 5 qui porte à confusion aujourd’hui).

 

En provenance du Queen Anne’s Revenge, un canon en fonte de 1,50m de longueur, dégagé en partie de ses concrétions, est suspendu.

 

 

 

 

 

 


 

 

Ocracoke (Caroline du Nord - USA), le port d'attache préféré de Barbe-Noire
» Voir sur Google Earth (nécessite le logiciel)
» Voir sur Google Maps

Après plusieurs jours de recherche, Maynard arrive à retrouver Barbe-Noire dans la baie d’Ocracoke (voir carte) où son bâtiment est au mouillage. Teach était prévenu de la venue de Maynard mais ne semblait pas s’en soucier.

 

La mort de Barbe-Noire…une force de la nature difficile à vaincre !

Le Duel entre le pirate Barbe-Noire et le lieutenant Maynard à Ocracoke – peinture de J.L.G.FERRIS (1863-1930)

Au matin du 22 novembre 1718, l’abordage est lancé, un combat féroce s’ensuit. Teach et Maynard se retrouvent face à face. Chacun étant armé d’un sabre et d’un pistolet. Ils se livrent à un duel au pistolet. Teach est touché. Les deux hommes s’affrontent ensuite au sabre, celui du Lieutenant se brise sous les assauts de son terrible adversaire. Teach se rue sur lui pour lui porter le coup fatal, lorsqu’un matelot lui assène un coup de poignard à la nuque. Surmontant sa douleur, le sang l’inondant partout, Barbe-Noire continue à combattre courageusement en dépit de ses multiples blessures quand un autre matelot se mêle au combat et l’assaille de coups de couteaux. Hurlant et fou de rage, Barbe-Noire se bat de toutes ses forces. Les autres matelots tirent sur lui, cherchant à l’achever et enfin, Maynard le touche mortellement d’un coup de pistolet. Le pirate s’écroule lourdement…
Dans un ultime effort, Barbe-Noire sors son dernier des six pistolets qu’il porte à sa poitrine et s’apprête à tirer mais il n’y parvient pas, il sombre, sans vie.

On releva sur lui 25 blessures diverses dont 5 par balle. Maynard fit trancher la tête de Teach et l’exposa au sommet du mât afin de servir d’avertissement à tous les pirates qui se trouvaient aux Caraïbes où ailleurs. Bien que sa tête fut exposée par la suite en place publique, de nombreux marins et colons refusèrent de croire à sa mort… Et c’est ainsi que bien des actes de piraterie lui furent attribués à titre posthume.