William Kidd,de gentleman à pirate

William Kidd

 

Le vie trépidante de William Kidd, marchand, rebelle, aristocrate et marin. Un cocktail détonnant, qui placera Kidd, à de nombreuses reprises et pour de nombreuses raisons, sous les bonnes ou mauvaises grâces de la couronne d’Angleterre.

William Kidd, né nous ne savons où. Les versions ou légendes le font naître au milieu du 16ème siècle, probablement en Angleterre ou en Ecosse (près de Greenock). Une chose est certaine, en 1691, il fait parti des hommes actifs et imminents de New York (Nouvelle Angleterre). Il habite la City (à la jonction Cedar St et de William St: toujours la légende), il est marié et possède de nombreux biens. Un bourgeois commerçant bien établi!

Ce qu’on suppose, c’est qu’il a l’expérience de la marine. Il a peut-être participé à la quasi-permanente guerre navale que se livrent l’Angleterre et la France. Guerre durant laquelle, Kidd aurait fait preuve de bravoure et de galanterie. On peut décidément donc saigner élégamment… En tout cas, Kidd semble, d’après les témoignages de son procès, avoir eu un comportement honorable dans ces jeunes années.
Nous sommes en Juin 1689, Jacob Leisler est nommé temporairement gouverneur de la Province (New York) et reste en place jusqu’en Mars 1691. Henry Sloughter est alors commissionné par la couronne (d’Angleterre) gouverneur royal. Fait banal, un banal intérim de pouvoir. Oui, mais… Si Leisler a administré la Province, ce ne fut pas sans heurt et une farouche opposition s’est mise en place (quand elle n’a pas tout simplement désertée la Province pour l’Albany). Leisler et son beau-fils finiront même jugés puis pendus en Mai 1691 (encore un meurtre judiciaire). Après l’arrivée de Sloughter, nous retrouvons le nom du capitaine Kidd dans un compte rendu de l’assemblée provinciale. William Kidd est remercié pour son rôle actif dans l’opposition à Leisler. Le 14 Mai, l’assemblée demande même au receveur général de payer £150 au capitaine Kidd pour ses bons et loyaux services. Ses services ont consisté à mettre à disposition de la Provence des navires armés. On retrouve en Juin 1691, des tractations entre la Province et Kidd pour organiser une chasse aux pirates qui hantent les côtes du Massachuetts. Si les lettres de tractation existent, rien ne prouvent quelles ont abouti et que la chasse aux pirates a été organisée. Mais qu’importe, ces démarches montrent que Kidd a une connaissance de la mer et des affrontements marins.
1695, la guerre qui a précédé l’accession au trône d’Angleterre du Prince d’Orange a fortement affecté les colonies britanniques. Les pirates entrent dans leur âge d’or, la guerre en Europe leur a ouvert des chemins inespérés. Les Indes Orientales sont fortement touchées et les lucratifs échanges commerciaux avec le Grand Moghol faiblissent. L’Angleterre n’a pas les moyens de défendre ses navires de commerce et un appel est lancé aux initiatives privées. Kidd est justement à Londres (pour commercer) à cette période. Son ami, Robert Livingston, la plus grande personnalité de la Province, est aussi dans la capitale anglaise. Très rapidement, ils se lancent dans l’aventure.
Le roi pourra fournir £3000 de sa caisse personnelle (à croire que les rois travaillent). Finalement ce sont ses ministres (Lord Somers, les comtes d’Orford, de Rummey et de Bellamont..) qui délient leurs bourses (un accident ne permettant pas à Sa Majesté de donner la somme promise).
Lord Sommers (chancelier d’état), le duc d’Halifax (ministre des finances), Richard Coote duc de Bellamont (un irlandais, gouverneur général de New-York et de la Nouvelle Angleterre) , Sir Richard Harrison, William Kidd et Robert Livingston forment alors une association.
Le 11 Décembre 1695, Kidd reçoit sa lettre de course. Il doit armer un navire et partir à la chasse des pirates, français et autres ennemis de l’Angleterre. Le 26 Janvier 1696, il reçoit une seconde lettre de course. Cette lettre est exceptionnelle. Elle donne une liste de personnes à arrêter (des pirates notoires dse côtes américaines), le capitaine Thomas Too, William Maze, John Ireland, le capitaine Thomas Wake. Kidd a pour mission de les arrêter et de les remettre dans les mains de la justice. Pour l’aider dans son action toutes les autorités doivent coopérer avec le capitaine Kidd. William Kidd est devenu un homme puissant.

L’Adventure Galley

 

En Avril 1696, Kid quitte l’Angleterre aux commandes du Adventure Galley un navire armé avec un équipage de 80 personnes. Il navigue directement vers New-York. En chemin, il capture un navire français. C’est la première prise. Le navire reste au port 3 ou 4 mois et monte son équipage à 155 hommes. En Juillet, le navire quitte New York pour Madère puis en route vers l’Océan Indien.

William Kidd est un fidèle sujet britannique des colonies d’Amérique. C’est un riche marchand de New-York, marin, défenseur de l’Angleterre contre les Français. En somme, un homme respectable, exécutant pour le compte d’un conglomérat d’hommes puissants (comte, ministres et autres gouverneurs) une chasse aux pirates le long des côtes américaines.
En tout cas, c’est l’image de Kidd à son départ. Mais très vite, l’homme surprend son monde. Il part bien à la chasse aux pirates mais ceux d’Indes Orientales plutôt que d’Indes Occidentales. Y-aurait-il eu méprise sur les termes?

Neuf mois de mer pour arriver à Madagascar et toujours rien. La morosité gagne l’équipage de l’Adventure. Un matin, trois voiles à l’horizon! Pas de doute ce sont des boucaniers avec deux prises. L’équipage s’agite fébrilement, ils vont enfin ramasser de l’or!
Consternation: Kidd déclare que ce sont des navires de guerre anglais… Le capitaine Warren commande cette flotille. Les entretiens entre les deux capitaines durent trois jours. Finalement, Kidd fuit à la faveur de la nuit après que Warren lui ait pressé quelques hommes. 
1697, l’Adventure arrive enfin à Madagascar et ses ports remplis de pirates. Une fois encore, c’est la déception: les pirates sont partis en chasse… Même pas un simple navire à se mettre sous la main. Le navire fait halte pour réapprovisionner puis met le cap vers Malabar et l’Inde. Il arrive à Malabar 4 mois plus tard, sans aucune prise. Le mécontentement règne à bord de l’Adventure. 
Puis un coup du destin, ils aperçoivent un navire à l’ancre près de l’île Joanna. Kidd met un canot à la mer, gagne l’île et découvre que le navire est français. Hélas, il est aussi vide! Son équipage et sa cargaison ont disparu. Cependant, il arrive à saisir de l’or aux Français qu’il retrouve. Les premières saisies se font à terre, Kidd est décidément un drôle de corsaire…
Puis c’est la route vers Malabar pour se réarmer. En route, il croise plusieurs vaisseaux de l’Empire Mongol (la puissance dominante de l’époque) allié de l’Angleterre. La tentation est grande pour Kidd et son équipage. La tentation est là: attaquer les marchands et faire facilement fortune ou suivre les ordres. L’équipage de l’Adventure a déjà fait son choix, le navire frôle la mutinerie. Les hommes sont prêts à franchir la frontière et à devenir pirates. 
Ils décident de franchir le Rubicon, en apprenant qu’une riche flotte mongole va être envoyée de la mer rouge en Chine, via le détroit de Babelmandel. La tentation est trop grande, Kidd annonce à son équipage qu’ils font attaquer le convoi. En chemin, à court d’argent, ils pillent un village d’autochtones. Puis, ils se mettent en embuscade et, après plusieurs jours d’attente, les voiles sont en vue. Une fois de plus, c’est la déception. Le convoi est accompagné de frégates anglaises et hollandaises. Kidd tente de se saisir rapidement d’un galion isolé. Il espère le capturer avant que les navires de guerre ne puissent intervenir. Mais, dès les premiers coups de canon, les frégates dévient leur route et partent vers le galion en détresse. Kidd préfère abandonner son projet. Il peut attaquer des navires mongols mais pas s’en prendre ouvertement à la marine anglaise. Il décide de retourner vers les côtes de Malabar. En chemin, il capture le Maiden un navire appartenant à un marchand d’Aden. Le Maiden est commandé par un Anglais, le capitaine Parker. Parker est finalement embauché par Kidd pour être son pilote ainsi qu’Antonio, un matelot portugais qui parle les langues de la région. Les autres hommes d’équipage sont violentés et torturés en vain car le Maiden ne recèle pas l’or tant attendu. 

 

Ensuite, c’est le retour à Malabar, plus exactement au port de Carawar où se trouvent également plusieurs navires de commerce anglais. Dès que l’Adventure arrive au port, Kidd reçoit la visite de gentlemen anglais: M Mason and M Harvey. Ces derniers l’accusent d’être un pirate et lui demandent ce qu’il a fait du Maiden, de son capitaine, et du matelot portugais. Kidd leur montre ses lettres de courses et leur fait remarquer qu’il est inconcevable qu’un homme ayant la confiance du roi puisse être à la tête d’une bande de pirates. Les deux hommes capitulent, même s’ils ne sont pas convaincus.
Pendant ce temps, évidemment, les Parker et Antonio sont confinés en fond de cale et sévèrement gardés. Kidd ne demande pas son reste et quitte rapidement le port.
Peu de temps après, un navire de guerre portugais entre à Carawar. Mason and Harvey parlent au capitaine portugais et lui font part de leurs doutes quant à Kidd. Le navire portugais se met en chasse de l’Adventure. Les deux bateaux finissent par se rencontrer: c’est l’affrontement. Après six heures de combats, Kidd décide de fuir le champ de bataille. Nouvelle déception: six blessés dans l’équipage, toujours pas de prise. L’Adventure doit cependant faire une escale à terre pour réparation et pour faire le plein de provisions. Sans argent, le ravitaillement se fait à coups de pistolet et de sabre. Au cours de la rapine, un homme d’équipage est tué. Les représailles ne tardent pas: l’Adventure canonne le village, les marins brûlent les huttes restantes. Un indigène est capturé, attaché à un arbre, puis chaque membre d’équipage lui tire une balle dans la tête. Kidd vient de signer un pacte de piraterie avec son équipage. Piraterie soit, mais piraterie terrestre…
Plus tard, l’Adventure croise un navire hollandais. L’équipage de Kidd veut le capturer, mais celui-ci refuse. La mutinerie s’installe. Kidd s’arme et déclare que quiconque veut capturer le navire hollandais peut y aller mais qu’il ne remette plus les pieds à bord de l’Adventurer. La tension monte encore d’un cran quand William Moore prend à parti Kidd l’accusant de les ruiner et d’en faire des mendiants de la mer. En guise de réponse, Kidd l’assomme d’un coup de saut. Moore meurt le lendemain. La mutinerie est matée. Etrange épisode qui voit un capitaine pirate refuser d’agir comme un pirate et s’oppose à son équipage qui souhaite hisser le pavillon noir. Kidd joue encore et toujours sur les deux tableaux.

Puis, c’est la fin de la campagne de corsaire, la croisade des pirates commence. Le 18 November 1697 un navire de commerce mongol est en vue. Kidd hisse le pavillon français et part en chasse. Le capitaine du bateau mongol est un Hollandais nommé Mitchel. Se voyant poursuivi par des Français, il fait hisser le pavillon français également. Kidd hisse alors son pavillon anglais. Le navire ne tarde pas à être pris. Prise légale: Kidd a arraisonné un navire français…
A son bord, Kidd trouve un capitaine hollandais et un Français nommé Leroy qui prétend être passager à bord du navire. Un navire mongol, allié des Anglais et commandé par un capitaine hollandais allié des Anglais, avec un passager Français, ennemi des Anglais. Kidd devrait libérer le bateau mais il a choisi son camp. Il prétend que le bâtiment est français et que Leroy en est le propriétaire. Il se doit donc de le saisir. Mensonge de pirate et justification légale: Kidd joue sur les deux tableaux! Le navire est saisi et baptisé November (devinez pourquoi…). Rapidement le November est revendu contre or et argent. 

1698, c’est un navire portugais qui croise la route de Kidd. Le navire est pris, sans un bléssé! La prise est correcte ($2000). Kidd relâchera le navire portugais sans violence. Au milieu du mois de décembre, un grand navire mongol, le Quedash Merchant, est repéré. 400 tonneaux! Kidd hisse le pavillon français et la chasse est lancée. Elle continue en canonnade et se termine par la rédition de Wright, le capitaine du Quedash Merchant. Kidd prend possesion du Quedash Merchant et se débarrasse de l’équipage en le laissant dériver dans des canots. 
Kidd a maintenant deux navires. L’Adventure est cependant en mauvais état et finalement Kidd choisi de le brûler. Kidd est un pirate et se rend au grand rendez-vous de la piraterie: le port de Sainte Claire (Madagascar). Ces derniers mois, il a empoché £64000, un joli magot. Son arrivée sur l’île est remarquée. Tous les pirates connaissent Kidd et surtout ses lettres de commission contre les pirates. L’un d’entre eux, Culliford, est surpris de voir Kidd arriver. Les deux hommes se connaissent, ils ont combattu ensemble les français sur le même navire le Blessed William. Le Blessed William été commandé par Kidd, avant d’être volé par Culliford à la suite d’une mutinerie Depuis, Culliford s’est fait une bonne réputation de flibustier. Ne sachant que faire, Culliford envoie des hommes sur le Quedash Merchant sonder Kidd. Les pirates apprennent que Kidd est l’un des leurs. Culliford l’invite même à son bord. A terre, les fêtes sont nombreuses, les bagarres aussi. Après quelques jours passé à madagascar, Kidd n’a plus d’équipage: mort, échappé, enrôlé sur d’autres navires (le Blessed William surtout)…
Quand Culliford quitte Sainte Marie le 15 juin 1698, Kidd n’a plus que 15 hommes d’équipage. Le temps sont difficiles pour Kidd qui a la réputation ni d’être un marin audacieux, ni d’être un capitaine « agréable ». Il arrive cependant à réarmer son bateau et décide de revenir vers les Indes Occidentales (les Caraïbes), £80000 en poche. Retour peut-être motivé par le fait que le gouverneur des Indes Orientales l’a fait placer sur la liste des pirates devant être arrêtés.

Le cimetière de pirates de Sainte Marie
Le cimetière de pirates de Sainte Marie

 

Le voyage est long et sans divertissement: pas une voile ne sera aperçue. En Mars 1699, le Quedash Merchant arrive à Anguilla (ou Snake Island) une île sur laquelle se trouve une petite colonie britannique. Ici, Kidd apprend qu’il a été nommé pirate par le parlement anglais, qu’une commission d’enquête est ouverte à son encontre et qu’un navire de guerre, le Queensborough, est à sa recherche. Il apprend aussi qu’un décret royal offre le pardon à tous les pirates de la côte Est du cap de Bonne Espérance qui se repentiront avant Avril 1699. Tous, excepté William Kidd et un certain Avery.

Les temps deviennent durs pour le capitaine Kidd.

Après de nombreux déboires, des revers de fortune et quelques mauvaises actions en Mer Indienne, William Kidd retourne aux Caraïbes. Sur l’île d’Anguilla, il apprend que son nom est noté sur la liste des pirates.

Kidd découvre avec étonnement qu’il est considéré comme un pirate, un hors-la-loi, par le gouvernement anglais. Il reste cependant confiant car sa mission est couverte par un ordre royal. Il a toujours trouvé une trace de Français à bord des navires qu’il a capturés. Il a même en sa possession des lettres de course en français qui légalisent ses prises. 
Kidd fait également confiance aux hauts personnages qui ont soutenu et financé son aventure. Des hommes aussi influents ne peuvent pas le laisser tomber ! Mais tout de même, le fait est accompli, il est accusé! En réalité, Kidd est devenu un bouc émissaire. Ces amis et mécènes sont devenus ses accusateurs les plus acharnés. Tous pour se couvrir de la rumeur selon laquelle « Kidd est devenu pirate » le dénoncent et l’accusent. Il est rapidement considéré comme l’ennemi publique numéro un. Un pirate, plus par réputation que par les faits.
A Anguilla, Kidd et son éqiupage sont sur leurs gardes. Ils scrutent l’horizon en permanence, à l’affut de la moindre voile sur l’horizon. Ils décident de gagner rapidement le Venezuela et l’ile de Curacoa. Le Venezuela est petit, certes, mais il est surtout hollandais c’est-à-dire hors des juridictions anglaises. Arriver à bon port, Kidd achète un sloop, l’Antonio, pour regagner New York. Il est bien décidé à prouver son innocence. Voyager avec le Quedash Merchant est trop risqué: le bateau est connu mais surtout c’est un navire mongol, allié de l’Angleterre. Les deux navires navigent jusqu’à Saint Domingue. Le Quedash Marchant est confié au commandement d’un pirate nommé Bolton et reste caché sur l’île, tandis que Kidd regagne New York.
Que devient le Quedash durant ce temps? Personne ne le sait exactement. On raconte que l’équipage a hanté les Caraïbes, pillant et attaquant jusqu’à ce que tous périssent. Certains racontent qu’il a disparu dans une tempête, d’autres qu’il a été déserté par son équipage avant d’être brulé.

Mais revenons à Kidd. Kidd semble remettre tous ses espoirs en Lord Bellomont, devenu gouverneur de New York et grand financeur de l’expédition. Mais, car il y a un mais, Bellomont pense que lui aussi va être inculpé dans l’affaire Kidd comme responsable des actes de piraterie. Ainsi, dès que Bellomont va apprendre que Kidd est sur le chemin du retour (les choses étant décidément peu secrètes à cette époque qui pourtant ne connait pas le téléphone portable), il envoie un sloop armé à sa rencontre. 
Par chance, le navire de Kidd a besoin de réparations et doit faire halte à Lewiston dans le Delaware. Nous sommes en Juin 1699. Gillam, un des pirates de l’équipage, s’enfuit. Il sera sans doute un des indics des poursuivants de Kidd. Puis Kidd regagne la mer et, par méfiance ou par prudence, ne rejoind pas directement New York. Il remonte prudemment la côte de Long island, puis Oyster Bay. D’ici, il écrit une lettre à Bellomont dans laquelle il explique ses craintes d’aborder un port anglais aux ouirs des rumeurs à son propos. 
Quelques temps plus tard, Kidd reçoit la visite de Emot, un homme de loi de New York. Emot lui explique que Bellomont est à Boston. Kidd charge alors Emot d’apporter une seconde lettre à Bellomont. Dans ce courrier, Kidd ne nie pas avoir été le témoin d’actes de piraterie, mais les attributs tous à ses membres d’équipage, lui n’étant qu’au final qu’un otage. Il déclare pourvoir rendre visite à Bellomont avec des preuves de son innocence si on peut garantir sa sécurité. Bellomont accepte.

 

Finalement, après une étape à Bock island, où il reçoit la visite de sa femme, puis une halte à Gardiner’s island, Kidd arrive à Boston en Juillet 1699.

Arrestation de William Kidd.

 

 

A son arrivée, Lord Bellomont demande Kidd en entretien. On ne sait rien de cette discussion, ni si elle est réelle ou inventée. Le 6 Juillet, Kidd est arrêté et l’Antonio saisit. On s’étonne de ne trouver que peu de richesses à bord du navire: la légende du trésor caché de Kidd vient de naître. 
Le 17 Juillet, Le capitaine Nicholas Evertse rapporte que le Quedash Merchant a été brulé après que sa cargaison fut déchargé sur un autre navire à destination du Venezuela. 
La nouvelle de l’arrestation de Kidd arrive en Angleterre. Le procès se tiendra à Londres. Les anglais envoient un navire de guerre chercher le prisonnier. L’agitation gagne le pays. Les rumeurs parlent d’un procès en présence du roi et de ses ministres. L’excitation monte dans le pays (C’est l’effervescence quand le navire chargé de le ramener arrive vide après avoir essuyer une forte tempête, quelques jours après son départ). L’affaire Kidd est devenu une affaire d’Etat. 
Après l’arrivée de Kidd à Londres, la politique commence. Une pétition demandant le report du procès de Kidd circule. Il faut du temps pour réunir des preuves et assurer la condamnation de l’inculpé. La prison de Newgate accueille un pensionnaire de plus. Pour une année…

Entre temps, la chambre des communes met en accusation le duc d’Oxford et Lord Somers pour leurs connexions avec Kidd et pour l’extraordinaire lettre de commission qu’ils lui ont remis. Pour rappel, Kidd avait obtenu les pleins pouvoirs pour arrêter toutes les personnes soupçonnées de piraterie et les mener devant un tribunal. Ce que Kidd a transformé en pleins pouvoirs pour décider qui était pirate ou non et sans faire appel à une cours de justice. Finalement, les ministres sont également accusés de de détournement!
Tout ce complique pour Kidd. Les anti-ministres, les Tory, veulent faire pendre Kidd puis prouver que les ministres sont aussi coupables que lui. Tandis que les ministres, les Whigs, font preuve du plus grand zèle pour faire pendre Kidd et ainsi montrer qu’on les a dupés. Les chances d’avoir un procès équitable sont minces…
Les ministres ne seront finalement pas destitués, suite à un vote du parlement (56 vs 23). Lord Bellomont voyant les problèmes qu’il pourrait avoir, préfère regagner New York où, habilement, il meurt en Mars 1700. Pendant ce temps, Kidd délire et sombre dans la folie à la prison de Newgate.
Le 27 Mars 1701, Kidd comparaît devant la chambre des Communes. De cette journée, il n’y aucune retranscription. Kidd aurait cependant déclamé son innocence et aurait refusé d’impliquer d’autres personnes que lui dans son affaire.

Le procès de William Kidd

 

Le procès commence le 8 Mai 1701. Le premier acte d’accusation porte sur le meurtre de William Moore. Les témoins pour l’accusation sont deux anciens membres de l’équipage de Kidd: Joseph Palmer et Robert Bradinham. Verdict coupable! Second acte d’accusation, acte piraterie sur le Quedash Merchant, témoin: Joseph Palmer et Robert Bradinham. Les lettres de laisser-passer, saisies sur le navire par Kidd puis par la justice, lors de l’arrestation de Kidd, sont introuvables. Verdict coupable. La procédure se prolongera sur encore deux actes. Vendredi 9 Mai, après un temps cumulé de 1h30 min de délibérations, Kidd a été jugé quatre fois coupable de meurtre, vol et piraterie. William Kidd est condamné à la pendaison. Joseph Palmer et Robert Bradinham sont pardonnés.

Vendredi 23 Mai 1701, Kidd avance péniblement vers son échafaud de l’Execution Dock de Wapping. Il a bu beaucoup de rhum et ses derniers mots sont empâtés: il blâme son équipage mutin, et les « vilains » Bellomont et Livingston. La première pendaison rate (la corde se rompt), heureusement qu’il y a trois autres condamnations. La deuxième fois sera la bonne. Puis le corps de Kidd est lavé trois fois dans la tamise avant d’être enfermé dans une cage de fer puis exposé à Tilbury Point. 

Voici la fin de William Kidd, un pirate mythique. Ce qui m’étonne dans cette histoire, c’est que Kidd n’apparaît jamais comme un pirate mais comme une victime. Victime d’un équipage mutin, victime d’une lutte de pouvoir, victime des circonstances. Il y a finalement peu de choses que l’histoire aurait du retenir de ce pirate. Mais il reste son trésor que certains recherchent toujours activement (on parle de plusieurs dizaines de millions cachés quelque part). Nous sommes loin de la flamboyance sanguinaire d’un Monbars.

Pendaison et exposition du corps de William Kidd
Pendaison et exposition du corps de William Kidd

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

LE PIRATE EDWARD JORDAN: UN DESTIN PIRE QUE LA MORT

«Le Seigneur aie pitié de moi! Que feront mes pauvres enfants? » – Edward Jordan, sur le point d’être capturé

Les restes d’Edward Jordan, facilement étiquetés ‘Pirate’, vous savez donc que cela doit être vrai!

 

PREMI`RE ENQUÊTE …ET VERSION DE L’AFFAIRE

 

Edward Jordan a été décrit comme un homme à «apparence attrayante». Son visage était innocent et sans lignes, malgré ses trente-sept ans, et il avait un teint frais et roux, des cheveux noir de jais, des yeux brun foncé, de fortes dents blanches et un grand rire (Stairs 1962: 28). »Jordan était un« Black Irishman »originaire du comté de Carlow, en Irlande. Il avait été impliqué dans les événements qui préparaient la rébellion irlandaise de 1798. Au cours de cette rébellion, il fut capturé, jugé et condamné à mort. il a réussi à s’échapper, seulement pour être rattrapé. Devenu informateur, Jordan a reçu le Pardon du roi et s’est marié, mais a été forcé de fuir l’Irlande lorsque ses contacts antérieurs ont découvert sa trahison. Son épouse Margaret et lui ont atterri à New York en 1803, puis à Montréal (Québec) et enfin à Gaspé. Terre-Neuve où il s’est établi pêcheur avec l’aide d’un créancier. En tant que pêcheur, le gagne-pain de Jordan était constitué par sa goélette Three Sisters, qui doit son nom à ses trois jeunes filles à l’époque. Cependant, affligé de malchance constante, Jordan s’endette auprès de son créancier et sollicite l’aide des marchands d’Halifax, J. & J. Tremain (Stairs, 1962).

Après une série d’événements plus lamentables, Jordan est redevable à J. & J. Tremain. Vers la fin de 1809, ces marchands de Halifax envoyèrent à Captain Stairs la tâche de récupérer les 1 000 quintaux (1 quintal pesant environ 100 kg) de poisson promis par Jordan pour rembourser sa dette. Une fois à Gaspé, Stairs n’a trouvé que 100, et non 1000 quintaux, et a été obligé d’emmener Trois Sœurs de Jordanie pour rembourser sa dette. Néanmoins, Stairs a proposé à Jordan et à sa famille de se rendre à Halifax à bord de leur navire, où il pourrait trouver un emploi plus facilement qu’à Gaspé (Stairs 1962: 28). Le 10 septembre 1809, trois sœurs s’embarquèrent pour Halifax avec le capitaine Stairs, trois membres d’équipage (John Kelly, Tom Heath et Ben Matthews), Edward Jordan, son épouse Margaret Jordan et leurs quatre enfants (Howell 1995: 8).

Trois jours plus tard, le 13 septembre, Jordan sortit un pistolet et tira sur le Capitaine Stairs mais le manqua et tua Heath, qui se tenait à côté de lui. Un conflit a immédiatement éclaté opposant Jordan et Margaret à Stairs et Matthews. Il a été rapporté que tout au long de la lutte, Kelly a continué à naviguer et à diriger  le Three Sisters. Jordan, avec l’aide de Margaret, a tué Matthews. Après avoir été blessé, Stairs a sauté à la mer. Jordan insista pour changer de cap afin de «s’assurer que John était fini» (Stairs 1962: 30). Kelly refusa, déclarant qu’il était peu probable que les escaliers fassent le retour à la mer dans la mer qui coule et que s’ils devaient faire passer le navire, il serait difficile, voire impossible, de localiser des escaliers par mauvais temps. la goélette (Escalier 1962: 30).

Jordan, sa famille et Kelly s’embarquèrent pour Terre-Neuve avec l’intention d’embaucher un équipage et de retourner en Irlande. Une goélette se dirigeant vers le Massachusetts, cependant, a sauvé Stairs. Il s’est ensuite rendu à Halifax, où il a relaté ce qui s’était passé à bord de Three Sisters. Le consul britannique a diffusé une description du navire tout au long de la côte est. Les instructions à toutes les autorités judiciaires étaient «d’arrêter Jordan et Kelly, chaque fois qu’ils étaient trouvés, accusés de piraterie et de meurtre» (Stairs 1962: 31). La raison pour laquelle Jordan a été accusé de piratage et non de mutinerie, c’est qu’il était techniquement un passager à bord du navire et non un membre d’équipage, même si cela ne faisait guère de différence, les peines étant les mêmes: mort.

Une fois que le crime a été annoncé à Halifax, une récompense de 100 £ a été offerte pour la capture du «pirate Jordan» (Stairs 1962: 32). Les croiseurs ont été envoyés hors du port d’Halifax pour abattre Three Sisters. Elle a finalement été capturée par la goélette HMS Cuttle à Bay of Bulls, à Terre-Neuve (Howell, 1995: 8). Bien que Jordan et sa famille soient déterminés à se rendre en Irlande, ils ont tous été amenés à Halifax.

La Cour d’amirauté a tenu le procès en vertu des lois de William et de Mary. Jordan a été reconnu coupable et condamné à être pendu. Son épouse, Margaret, a été libérée car le tribunal a estimé qu’elle avait agi par «contrainte ou crainte de son mari» (Stairs 1995: 9). »Jordan a été exécuté le 23 novembre 1809« sur une terrasse près de Freshwater. / [Bridge] Halifax, pendu jusqu’à la mort. Après l’exécution, son corps a été goudronné et pendu ou enchaîné au parc Point Pleasant de Black Rock Beach, près de Steele’s Pond »(Conlin 2007: 1).

Des lois sévères ont été élaborées au cours de l’âge d’or de la piraterie (1690-1750), telles que les lois britanniques sur la piraterie, qui exigeaient que les corps des pirates exécutés soient affichés en public afin d’avertir les autres marins. La même année, la Royal Navy avait recruté quatre ou six mutins sur l’île McNab à Mauger’s Beach (Hangman’s Beach), juste en face du port de Black Rock Beach (Conlin 2007: 1). Tous les navires qui entraient dans le port d’Halifax en 1809 étaient confrontés à un gant de cadavres en décomposition pour les accueillir à Halifax. Pour les citoyens de Halifax qui ont traversé le parc Point Pleasant, la vue du cadavre de Jordan aurait été inévitable, car il se trouvait juste à côté de la route principale. Il y est resté pendant plus de trois décennies, se détériorant lentement et tombant dans la mer jusqu’à ce qu’il ne reste plus que le crâne. En 1844, le crâne a été recueilli dans le parc Point Pleasant et a finalement été confié au Nova Scotia Museum (NSM). En 2007, il a été présenté au Musée maritime de l’Atlantique (MMA) dans le cadre de l’exposition Pirates: mythe et réalité.


 

SECONDE VERSION DE L’AFFAIRE

LE CAS EDWARD JORDAN,PREMIER PIRATE CONDAMNÉ AU CANADA

On peut devenir pirate par choix, par mégarde, parce que l’occasion se présente, par vengeance ou par psychose. C’est cette explication qui pourrait convenir le mieux à Edward Jordan: premier pirate à être condamné au Canada.

Edward Jordan est un pirate de la dernière heure, en ce sens qu’il commence sa carrière (si on peut la nommer ainsi) au début du 19ème siècle, presque 80 après l’âge d’or de la profession.

Jordan est né en Irlande. Fils d’un famille de bigots, il hérite de la ferme parentale à 16 ans. Il mène une vie respectable ou tout au moins en accord avec les principes moraux et judiciaires de son état. Il sera ainsi « deputy-receiver » i.e. collecteur des loyers pour un grand propriétaire terrien. Métier peu populaire qui va conduire Jordan à l’exil.

En effet, un des « locataires » va déposer une plainte contre Jordan et l’accuser d’appartenir à une bande de rebelles. A cette époque, qu’importe la réputation, Jordan est jeté en prison et, après huit jours d’enfermement, il apprend qu’il sera exécuté le lendemain (sans procès bien entendu). Jordan s’échappe.

Il reste, cependant, en Irlande. Il décide de faire profil bas et travaille comme laboureur. Il apprend alors que les dragons irlandais ont brulé sa ferme et jeté sa mère dans la brasier. C’est l’acte de trop. Jordan rejoint les rebelles. Il prend part à la bataille de Wexford, se posant en défenseur des protestants hors des champs de bataille, ne pillant pas et n’assassinant pas. Un rebelle propre sur lui en résumé.
Fin de 1798 = fin de la rébellion, Jordan profite de l’Amnesty Act pour reprendre une vie plus ordinaire. Il se marie avec Margaret Croke en 1798. En 1799, l’administration découvre que finalement ses papiers ne sont pas en règle. Il est arrêté, emprisonné et jugé. Il est acquitté grâce à la légèreté des faits qui lui sont reprochés. Par prudence, Jordan et sa famille déménagent à New Ross où Jordan travaille chez un marchand. 
Après quatre années de ce régime, Jordan devient un homme aigri et trouve l’Irlande trop petite. Il n’a aucune chance d’évoluer ici. Il songe au nouveau monde. Sa décision est aussi motivée par les frémissements d’une nouvelle révolte irlandaise et tous les problèmes que cela entrainera pour lui (il connait déjà trop bien la justice anglaise).
Jordan, sa femme, et ses quatre enfants émigrent au Canada: Montréal, Québec puis Percé dans la péninsule de Gaspé où il tente de s’installer comme fermier. Les déboires continuent et, rapidement, il est criblé de dettes. Lors d’une visite à Halifax, il rencontrent les frères Tremaines, des marchands, qui lui prêtent £70. Ici les avis divergent.
Selon Jordan, il aurait parlé d’une goélette en sa possession qui aurait besoin de gréements et d’hommes pour être remise à flot. Les Tremaines lui auraient alors prêté les gréements et des hommes et lui auraient promis de prendre le navire dans leur flotte de commerce antre Halifax et les Indes Occidentales. Jordan lui certifia qu’il ferait le travail et que le navire baptisé « les trois soeurs » (en hommage à ses filles) leur serait renvoyé contre une somme de £500.
L’autre version, celle des frères Tremaines, dit que Jordan aurait déclaré posséder 1000 quintaux de morue séchée à Gaspé, qu’il aurait besoin de renflouer son navire pour vendre sa marchandise et rembourser ses dettes. La somme prêtée, les frères Tremaines, envoient un homme, le capitaine John Stairs, pour s’assurer qu’ils récupéreront leur bien (John Stairs est un marin aguerri ayant découvert les joies de la navigation grâce à la presse anglaise et quelques années de marin dans la marine de guerre anglaise…). Lorsqu’il arrive à Gaspé, il découvre que Jordan n’a que 100 quintaux de morue. Il saisit alors le « les trois soeurs » au nom des Tremaines qui l’ont armé. Désespéré, Jordan sombre dans la boisson et ne dessaoule pas du jour et de la nuit. Sa femme aussi est désespérée: ruinée elle n’a plus rien pour habiller ses enfants. John Stairs lui aurait alors donné un calico de coton pour qu’elle puisse confectionner des vêtements. Geste mal interprété par Jordan qui accuse sa femme d’adultère et la bat sévèrement. 

Le 10 septembre 1809, le « les trois soeurs » quitte Gaspé pour Halifax avec, à son bord, le capitaine John Stairs, son second John Kelly, les marins Thomas Heath et Benjamin Matthews, Edward et Margareth Jordan et leurs enfants. Pour Stairs, c’est une faveur qu’il a accordé à la famille Jordan en les ramenant à Halifax. Pour Edward Jordan, c’est une ruse. Stairs veut le conduire en prison. La psychose s’installe, il doit s’échapper…

Le 13 septembre, Stairs prend son quart. Heath est dans son dos. Soudain Jordan surgit, un pistolet dans la main, et fait feu. La balle écorche le nez de Stairs et finit sa course dans la poitrine de Heath. Stairs, au sol, recherche une arme tandis que Jordan approche une hache à la main. Mais Stairs en a vue d’autres dans la marine anglaise. Il se jette finalement sur Jordan en appelant Kelly et Matthews à l’aide. Stairs arrive a désarmer Jordan et le repousse. Il part à la recherche d’une arme tout en s’interrogeant sur le manque de réactivité de ses deux hommes d’équipage. Il appelle Kelly mais c’est Margareth Jordan qui se jette sur lui. Nouvelle mêlée, Stairs se débarrasse de la valkyrie et cherche toujours une arme sur le pont. Pendant ce temps, Edward Jordan a retrouvé une hache et se précipite sur Stairs. En chemin, il croise Matthews qu’il massacre à coups de hache. Stairs voit qu’il n’a aucune chance à bord. Il lance un panneau d’écoutille par dessus bord et se jette à l’eau.

Comportement sanguinaire, détournement d’un navire, Jordan Edward est devenu un pirate…

 

Nous avons laissé Edward Jordan, le 13 septembre 1809, alors qu’il vient de se saisir du «Trois Soeurs». Un acte dicté par d’obscures raisons, acte de piraterie ou pas? La question n’a pas de réponse claire, ce qui est certain c’est que des hommes ont péri.

Trois jours plus tard, le « Trois soeurs » entre dans les eaux de Terre-Neuve et jette l’ancre à Fortune Bay. Jordan Edward se fait nommer John ou Edward Tremaine. Kelly, lui, endose le rôle du capitaine John Stairs. Une fois à terre, Jordan tente de recruter des hommes d’équipage. Il trouve deux postulants, William Crewe et John Pigot, qui souhaitent se rendre à Halifax. Cependant, le comportement de Jordan et Kelly alarme Pigot qui se pose des questions sur le véritable but de deux apprentis pirates. Pigot mégote, il reçoit un billet lui assurant un quintal de morue comme paiement contre son travail. Ca ne suffit pas pour estomper ses soupçons et, finalement, Jordan le menace de l’attacher au mât pour y être fouetté comme l’autorisent les règlements maritimes face à des équipages récalcitrants. Pigot se calme subitement.
Après une semaine au port de St Marie, Jordan loue les services d’un pilote, Patrick Power, pour se rendre à St John puis faire route vers l’Irlande. Jordan se déclare pressé de faire route vers sa terre natale, cependant il reste tranquillement au bord, assurant à Power qu’il est en attente d’argent que doit lui remettre un créancier. Quelques jours plus tard, alors qu’il rentre à son navire avec Power, Jordan ne trouve que Kelly et deux marins à bord. Il demande où se trouve Margareth sa femme. « A terre » déclare Kelly qui reçoit ordre d’aller la chercher. Femme à bord, Jordan va se coucher, laissant Kelly et les autres boire sur le pont. Soudain, il surgit subitement, frappe sa femme en hurlant « You Shore, I hear you talk! ».
La dispute dégénère. Power garde la tête froide et éloigne les mousquets des belligérants. Jordan se bat maintenant avec Kelly et sa femme, Power tente de limiter les dommages. Finalement les trois arrivent à calmer Jordan (avec du rhum) et le laisse endormi dans sa couchette. Kelly demande à Power de garder les mousquets: « Vous ne savez pas quel sorte d’homme est Jordan » déclare-t-il. Même comportement de Margareth qui dit: « vous ne savez pas quelle diablerie ces mousquets ont créés». Durant la nuit, Magareth demande à Power et à Pigot de la laisser fuir à terre. Sans succès.

Tandis que Jordan, pour d’obscures raisons, reste au Canada au lieu de fuir, nous avons laissé John Stairs flottant sur son écoutille. Son naufrage ne dure pas longtemps. Trois heures et demi plus tard, il est recueilli sur l’Eliza, un bateau de pêche américain puis débarqué à Hingham (Massachusetts). Stairs, préviendra le consul britannique de Boston de son infortune avant de regagner Halifax. Le 10 Octobre 1809, le journal Nova Scotia Royal Gazette fait paraître dans ces colonnes, l’aventure de Stairs. Dans cet article, Jordan est présenté comme un pirate sanguinaire et meurtrier. Une prime de £100 est offerte par le gouverneur George Prevost. Le 20 Octobre, la somme passe à £200 grâce à un complèment des frère Treimane. 

Les affaires se corsent pour Jordan qui, sans doute, apprend la nouvelle lors d’une sortie à terre. Jordan décide, enfin, de se hâter, mais Power déclare que le navire n’est pas prêt à traverser l’océan pour l’Irlande. Il leur faut faire des vivres et du bois avant de partir. Provisions faites, Jordan ordonne d’appareiller. Mais un fois de plus, Power s’y oppose prétextant un manque de vent. C’en est trop, Jordan demande à des hommes en chaloupe de tracter le navire hors du port. Power l’interroge sur son soudain empressement. Jordan réplique qu’il est criblé de dettes et qu’un vaisseau de la Navy britanique , le «HMS Cuttle», est à sa recherche et doit saisir les «Trois soeurs».
Power décide alors de quitter ce navire devenu subitement peu certain. Mais l’affaire n’est pas aisée car Jordan a besoin d’un capitaine pour son navire. Power tente alors de quitter le navire en empruntant la chaloupe des « Trois soeurs ». Il reçoit l’aide de Kelly pour cette manœuvre. Hélas pour lui, Kelly quitte le navire mais sans emmener Power avec lui. Power est maintenant prisonnier du navire. De son côté Jordan prend les choses en main. Il met les voiles et demande, hache à la main, à Power de naviguer ou de mourir. Power s’execute mais à sa manière…
Au loin, une voile pointe, Power se dirige droit sur elle et refuse de changer de route. Il déclare à Jordan qu’il s’agit d’un bateau de pêche. Un peu plus tard, Jordan est pris de panique à la vue de la voile qui approche. Il s’agit du navire de la Navy. Rapidement, le « trois soeurs » est capturé, et son équipage arrêté. Kelly sera capturé, plus tard, à terre.

Le procès qui suivra sera rapide. Edward et Margareth Jordan seront accusés de meurtre, piraterie et vol en haute mer. Pigot, Stairs et Power seront les témoins de l’accusation. Margareth déclare avoir pris à parti Stairs uniquement pour protéger ses enfants d’un homme furieux. Argument valable pour la cour puiqu’elle sera acquittée par les juges. Quant à Edward Jordan, il déclare n’avoir pris possession que de ce qu’il lui appartenait déjà. Edward Jordan fut condamné pour piraterie et pour les meurtres de Heath et Mathews. Ces meurtres sont qualifiés de diaboliques et provoqués par un esprit possédé que, ni la présence de ses enfants ni celle de sa femme, n’est capable de contenir. Edward Jordan sera pendu le 24 Novembre 1809, à Point Pleasant, puis son corps sera exposé sur un gibet dans une cage de fer jusqu’à ce que la nature fasse son œuvre.

Ainsi se termine la vie de Jordan Edward, premier pirate a être pendu au Canada. Piètre pirate, meurtrier certainement, victime d’un état qu’il aura fui puis retrouvé d’une manière que nul n’aurait pu imaginer.

Reconstitution de la pendaison de Jordan ainsi que son exposition dans une cage de fer pendant 3 décennies.

 

 

 

 

Aruj Barbarossa: Le pirate le plus célèbre des corsaires de Barbarie

Bataille d’un navire français de ligne et de deux galères des corsaires barbares / ottomans ( domaine public ). Encadré: Un pirate ottoman
Bataille d’un navire français de ligne et de deux galères des corsaires barbares / ottomans ( domaine public ). Encadré: Un pirate ottoman
Bataille d’un navire français de ligne et de deux galères des corsaires barbares / ottomans ( domaine public ). Encadré: Un pirate ottoman

 

 

Aruj Barbarossa, connu également en turc sous le nom d’Oruc Reis, est l’un des pirates les plus célèbres de l’histoire. Il vécut entre le XV e et le XVI e siècle et fut l’un des corsaires de Barbarie les plus connus. En tant qu’alliés des Ottomans, les cibles habituelles d’Aruj et de ses corsaires étaient les navires chrétiens et autres navires non islamiques qui naviguaient dans la Méditerranée occidentale.

Les corsaires de Barbarie étaient des pirates / corsaires opérant depuis des ports de la côte de Barbarie, c’est-à-dire la partie occidentale de l’Afrique du Nord, de Tripoli à l’est au Maroc à l’ouest. Pendant la vie d’Aruj, la côte de Barbarie faisait partie de l’empire ottoman. Aruj soumit Alger en 1517 aux Ottomans lorsqu’ils devinrent les dirigeants de cette région. En tant qu’alliés des Ottomans, les cibles habituelles d’Aruj et de ses corsaires étaient les navires chrétiens et autres navires non islamiques qui naviguaient dans la Méditerranée occidentale.

La vie d’Aruj Barbarossa

Aruj Barbarossa est né vers 1474 sur l’île grecque de Lesbos, qui a été enlevée aux Génois par les Ottomans en 1462. Le père de Yakup, Aruj, était peut-être un sipahi, un chevalier de cavalerie féodal. D’autres, cependant, ont émis l’hypothèse que Yakup était un janissaire de Vardar, une région de la Macédoine moderne. La mère d’Aruj, Katalina, était une chrétienne de la région, ainsi que la veuve d’un prêtre orthodoxe. Aruj avait un frère aîné appelé Ishak, ainsi que deux frères plus jeunes, Khizr (plus communément appelé Hayreddin) et Ilias.

A (1597) carte de Lesbos (Mytilène), lieu de la naissance de Barbarossa.
A (1597) carte de Lesbos (Mytilène), lieu de la naissance de Barbarossa.

Les quatre frères

Finalement, les quatre frères sont devenus marins. Les corsaires n’étaient pas les seuls pirates de la Méditerranée. Au cours d’une de leurs missions maritimes, les frères ont rencontré les Chevaliers de Saint-Jean, des pirates chrétiens opérant à partir de l’île de Rhodes. Au cours de la bataille navale qui s’ensuivit avec ces pirates chrétiens, l’un des frères d’Aruj, Ilias, fut tué au combat. Aruj lui-même a été capturé par les chevaliers et emprisonné sur leur île, où il a attendu d’être vendu comme esclave. Il a été suggéré qu’Aruj s’était échappé de captivité et s’était enfui en Égypte via l’Italie, ou avait servi d’esclave dans une galère jusqu’à ce qu’il soit racheté par un prince égyptien puis envoyé à Alexandrie.  

 

 

Cela semble être le moment où Aruj et ses frères survivants se sont tournés vers la piraterie, afin de contrecarrer les actions des Chevaliers de Saint-Jean. On raconte que pendant qu’il se trouvait en Égypte, Aruj réussit à obtenir une audience avec le sultan mamelouk Al-Ashraf Qansuh al-Ghawri et reçut un navire de lui. Ce navire était équipé et Aruj a commencé à attaquer les navires chrétiens.

Baba Aruj et ses batailles

Entre temps, la Reconquista espagnole avait pris fin en 1492 et les nouveaux dirigeants chrétiens d’Espagne n’étaient pas enclins à traiter leurs sujets musulmans et juifs avec gentillesse. De nombreux juifs et musulmans ont décidé de fuir l’Espagne en Afrique du Nord.On a prétendu qu’Aruj était venu en aide à ces personnes et avait aidé un grand nombre d’entre elles à échapper aux mains des Espagnols. On dit que grâce à cette bonne action, Aruj devint connu comme Baba Aruj (Père Aruj). Certains disent que le nom Baba Aruj a été transformé par les Européens en Barbarossa, les deux mots semblant similaires.Alternativement, il a été avancé que le nom Barbarossa (italien pour «barbe rousse») avait été attribué à Aruj simplement en raison de la couleur de sa barbe.

Aruj, cependant, ne s’est pas contenté de sauver les réfugiés. En plus de maltraiter leurs sujets juifs et musulmans, les Espagnols s’étaient également étendus en Afrique du Nord après la Reconquista. Aruj est devenu un mercenaire et a été embauché par le chef du port algérien de Bougie pour reprendre cette ville.

Cette mission s’est toutefois soldée par un échec et Aruj a même perdu son bras gauche pendant le siège. Son bras a été amputé par des chirurgiens et remplacé par une prothèse en argent. Aruj assiégea à nouveau la ville, bien que cela aussi se soldât par un échec.

Malgré ces revers, Aruj maintient sa réputation et est engagé en 1516 par la ville d’Alger pour chasser les Espagnols. Cette fois, Aruj a réussi. Non seulement les Espagnols ont été chassés, mais son ancien dirigeant, Selim ben Tumi, a également été tué par le pirate. Aruj était à présent le souverain d’Alger et, un an plus tard, prêta serment d’allégeance aux Ottomans.

La domination d’Aruj ne durera pas longtemps, les Espagnols envoyant une armée se débarrasser de lui en 1518. Les Espagnols assiégés Aruj à Tlemcen, une ville proche d’Alger.Bien qu’ils soient largement surpassés en nombre par l’ennemi, Aruj et ses hommes ont apparemment pu tenir pendant 20 jours, avant d’être vaincus par l’espagnol supérieur en nombre. Aruj et son frère, Ishak, ont tous deux perdu la vie. Il est écrit que la tête coupée du premier a été jetée dans un pieu. Aruj a été remplacé par son dernier frère, Hayreddin, qui était un pirate redoutable.

 

 

 

Le monde complexe des pirates, corsaires, flibustiers et corsaires

 

 

 

La piraterie peut être définie comme «l’acte d’attaquer des navires dans le but de les voler», et celui qui participe à cet acte est simplement appelé un pirate . Aussi simple que cela puisse paraître en théorie, il existait en réalité différents «types» de pirates, comme en témoignent les différents noms donnés en anglais aux personnes impliquées dans le piratage: corsaires, flibustiers et corsaires.   

Qu’est-ce qu’un pirate?

Le mot « pirate » tire son origine du mot grec  » peira  » qui signifie « tentative, procès ou attaque ». En effet, la piraterie existait déjà dans le monde antique, comme le prouvent par exemple les vies parallèles de Plutarque : Pompée . Dans ce travail, Plutarque a écrit sur les pirates qui ont causé beaucoup de problèmes à Rome en Méditerranée et sur la façon dont Pompey les a maîtrisés. Le soi-disant âge d’or de la piraterie ne s’est toutefois produit que beaucoup plus tard, entre les années 1650 et la fin des années 1720, et c’est à peu près à cette époque que la sémantique de la piraterie s’est compliquée.

Drapeau de pirate déchiré. (adimas / Adobe)

 

Comment un corsaire est-il différent d’un pirate?

Le «type» de pirate le plus connu était peut-être le corsaire. En un sens, il s’agissait de mercenaires chargés par un État d’attaquer les navires ennemis. En d’autres termes, un corsaire était un pirate avec des papiers. Les corsaires existaient bien avant l’âge d’or de la piraterie. Par exemple, pendant la guerre anglo-espagnole de 1585 à 1604, des corsaires anglais tels que Sir Francis Drake ont pris pour cible les flottes de trésors espagnoles qui transportaient les richesses du Nouveau Monde en Espagne.

 

Bien que la guerre entre l’Espagne et l’Angleterre ait mis fin au corset, les cauchemars se poursuivirent en raison des conflits constants entre les puissances européennes. Par exemple, vers la fin du 17ème siècle, des corsaires français de Dunkirk et de Saint-Malo ont activement perturbé le commerce maritime anglais, tandis que des corsaires anglais tels que Sir Henry Morgan opéraient contre les ennemis de l’Angleterre aux Antilles.

 

Privateer vs Buccaneer

Alors que le terme « corsaire » s’appliquait à toute personne impliquée dans le corset, quelle que soit sa région géographique, le terme  » flibustier  » s’appliquait spécifiquement aux pirates opérant dans les Caraïbes . Ce terme est dérivé du boucan français , qui est le gril utilisé pour fumer la viande séchée qui était consommée à bord des navires, et qui faisait initialement référence aux chasseurs de gibier sauvages français qui vivaient dans l’ouest de l’Hispaniola au début du 17 e siècle. Bien que les flibustiers se soutiennent en chassant le gibier, ils participent également au piratage quand ils en ont l’occasion.

 

 

Les flibustiers se sont principalement battus contre les Espagnols, ce qui en faisait de précieux alliés des Anglais et des Français. Au cours du XVIIe siècle, les Français établirent une colonie à Tortuga, une île au large de la côte nord-ouest de Hispaniola, et autorisèrent les flibustiers à l’utiliser comme base d’opérations contre les Espagnols.

En outre, après la capture de la Jamaïque par les Anglais d’Espagne en 1655, les flibustiers obtiennent la permission d’utiliser l’île comme base. Les Espagnols ont réagi en exterminant le gibier sauvage sur les îles des boucaniers en espérant que cela les chasserait de la région. Le plan a toutefois échoué, car les flibustiers comptaient encore plus sur les raids espagnols pour survivre.

Les principales routes commerciales sont la proie de la piraterie du XVIe siècle: des flottes de trésors espagnoles reliant les Caraïbes à Séville, des galions de Manille après 1568 en armadas d’Inde blanche et portugaise après 1498 en bleu.

 

Quels sont les deux types de corsaires?

Le terme «corsaire» dérive directement du corsaire français et tire son origine du mot latin cursus , qui signifie «voyage ou expédition». Alternativement, il est plausible que le terme soit une mauvaise prononciation de l’arabe corsanni , qui signifie « pirate ». Historiquement, il existait deux types de corsaires, le premier étant les corsaires au service de la couronne française, le second les serviteurs de l’empire ottoman et les corsaires de Barbarie. On peut dire que le terme anglais «corsair» est plus communément associé à ce dernier et sera donc traité plus en détail.

Corsaires français avec butin et prisonniers britanniques en 1806 .

 

Les corsaires barbares

Comme les flibustiers, les corsaires de Barbarie avaient une sphère d’activité spécifique, à savoir la Méditerranée. Les corsaires de Barbarie ont établi leurs bases dans les grandes villes portuaires de la côte de Barbarie, notamment Tripoli, Tunis, Alger, Rabat et Sale. Ces villes faisaient initialement partie de l’Empire ottoman, mais sont devenues ses vassales lorsque les corsaires sont arrivés au pouvoir. De plus, ces États étaient capables d’agir de manière indépendante et étaient souvent hors du contrôle de l’empire ottoman.

Navire pirate.

 

Au début du XVI e siècle, les corsaires ont commencé à attaquer des villes côtières d’Europe occidentale et à perturber le commerce européen en Méditerranée. Les raids menés par les corsaires de Barbarie étaient destinés à capturer des esclaves chrétiens qui pourraient ensuite être vendus dans tout l’empire ottoman. Les corsaires de Barbarie ont atteint leur apogée entre le début et le milieu du XVIIe siècle, après quoi les puissances européennes ont commencé à organiser les marines pour lutter ouvertement contre les corsaires. Néanmoins, les corsaires de Barbarie sont restés une force en Méditerranée jusqu’au 19ème siècle. La conquête d’Alger par les Français en 1830 marque la fin des corsaires de Barbarie.

 

 

Les codes maçonniques secrets dans la politique québécoise

Tout d’abord ,pour les nouveaux lecteurs,les douze signes maçonniques de reconnaissance:

 

Les 12 signes maçonniques. Source: « Freimaurersignale in der Presse ».

Quelques signes tirés d’un ancien manuel maçonnique. Source: « Richardson’s monitor of freemasonry ». La dernière image, en bas à droite, provient du livre: « Scotch Rite Masonry Illustrated Part 2 » page 26.

Une affiche de la chanteuse Barbara Hendricks annoncant un concert bénéfice pour une loge maçonnique. Une pose voulue, le doigt près de l’oeil. 

 

 

 

Un exemple classique de pose voulue. Remarquez les plis dans la toile de fond du photographe.Cette photo a été prise dans un studio. Le geste est la pyramide maçonnique. Cette image a été publiée dans le journal La Presse du 29 sept. 2007. « Environnement: l’ADQ veut briser les forces de l’immobilisme ». 

 

 

la main sur le coeur (signe de fidélité). En haut à gauche: « André Boisclair a défendu sans réserve son candidat Robin Philpot, jeudi. (Philpot est accusé d’avoir nié l’holocauste au Rwanda » (08/03/07). À droite lors du soir des élections et en bas un autre photographe a jugé bon d’immortaliser le même geste au même moment.

Le signe d’admiration est un très ancien signe religieux (comme tous les signes maçonniques). C’est un geste que les prêtres se font enseigner dans les séminaires et qui fait parti de leur rituel. Les politiciens se font eux aussi enseigner le même geste dans leurs loges maçonniques. 

Ce post est inspiré du livre de l’auteur Allemand Johannes Rothkranz, « Freimaurersignale in der Presse » (signaux maçonniques dans la presse). Lire aussi le livre « codex magica » dans la même veine. Ces deux livres sont disponibles gratuitement sur des p2p comme emule.
Consultez aussi ces pages web: http://www.yogaesoteric.net/content.aspx?lang=FR&item=2355
http://www.waitingtorot.blogspot.com/

Ces signes sont seulement valides quand un journal important ou une agence de presse les publient. Donc si votre voisin fait ces signes, cela ne compte pas. Si le journal explique pourquoi le sujet pointe du doigt, il ne s’agit pas d’un code. Les images d’athlètes sur le terrain de jeu ne comptent pas non plus car les sportifs ont leur propres codes reliés à leur sport. Le code a été découvert quand on s’est rendu compte que plusieurs photos publiés dans les journaux étaient des poses voulues. C’est-à-dire que le sujet photographié regarde directement la caméra en faisant le signe « OK », par exemple.
Ces 12 gestes sont très communs pour ne pas attirer l’attention mais avec un peu de patience, vous allez vite découvrir que le signe ok par exemple, revient un peu trop souvent.
Quel est donc l’importance pour un journal de montrer quelqu’un faisant le signe ok?
Pourquoi quelqu’un qui donne une entrevue dans un journal va t’il se laisser photographier avec un doigt dans l’oeil? Pourquoi les journaux publient ils aussi souvent des photos aussi disgracieuses? Et sourtout pourquoi s’agit il toujours des même 12 signes mais jamais de photos avec un type qui se gratte le dos?

Voici donc les 12 signes tels qu’illustrés sur la première photo du haut tiré du livre de Rothkranz.
La photo du bas est un collage d’images tirées du livre: « Richardson’s monitor of freemasonry » lien

1- Pointer de l’index. L’index vers les haut est le 2e signe maçonnique du « secret monitor ». l’index près de l’oeil est le signe du degré « mark master ». l’index près de la bouche est le signe du « royal master ». Le sujet peut aussi pointer vers la caméra etc.
2- faire le signe « OK ».
3- faire un poing.
4- faire une pyramide avec ses avant bras sur une table.
5- faire un geste comme si on tenait une boule invisible avec une ou deux mains.
Ce signe ressemble beaucoup au signe du « knight templar », tel qu’illustré.
6- la main sur le coeur. Signe du « sublime knight elected ».
7- la poignée de main maçonnique. Il y a plusieurs variantes. Le pouce est tourné vers le bas et presse le revers de la main de l’autre personne.
8- regarder vers le haut de façon éxagéré dans une photo. (imitation de Jésus sur la croix).
9- se faire photographier en regardant par-dessus les lunettes.
10- la main sur les lunettes.
11- la main sur la cravatte (signe de détresse).
12- la main sur le cou (signe de détresse).

Cependant, comme avec tous les langages, il peut survenir parfois des erreurs de communication dans le code. Deux ou trois fois dans toute une année, un journal va laisser passer une photo d’un non-initié en train de faire un geste maçonnique. Rothkranz admet ce fait lui-même dans son livre. La confirmation vient quand la personne emploi d’autres gestes maçonniques dans des photos différentes ou si le sujet regarde directement la caméra sur la photo, bref si la pose est artificielle et voulue.
Ces codes sont valides dans le monde entier. Au Québec, le journal La Presse ,le Devoir et www.radio-canada.ca participent à ces codes.


Deux codes maçonniques:regard exagéré vers le haut et signe O.K.
Avec Marc Laviolette,c’est un signe de haut rang employé pour rendre une communication …silencieuse.
Fort employé chez les marxistes.
Gilles Duceppe:la décision vient d’en haut.
Jean Charest et son poing :signification d’un agenda.Jean charest faisait alors campagne sur le thème de l’unité.

 

Mario Dumont nous montre un signe maçonnique du 18 ième dégré.En pointant du doigt et en parlant des accommodements raisonnables.
Si vous ne voyez pas de signes maçonniques ici,c’est que les médias les ont coupé.N’oubliez pas la collaboration entre les grandes familles contrôlant les médias,les gouvernements,les francs maçons et le Nouvel Ordre Mondial qui inclus parfois le crime organisé.
On voit Mario Dumont et son signe maçonnique d’origine en bas…On a coupé le doigt de Charest en haut,etc…
Regard vers le haut…avec supplication.Les sondages sont un désastre pour le Parti Québécois et Boisclair tire à boulets rouges sur Dumont et l’ADQ.
Mon oeil? Jean Charest reconnaît ses échecs. Cette même photo est aussi utilisée pour un autre article. Titre: « Seul le PLQ peut régler le déséquilibre fiscal, dit Charest ». Mon oeil, en effet et un futur échec de Charest, sans doutes. (03/03/07)L’index près de l’oeil est le « dueguard du mark master mason »

 

Doigt horizontal= « Nous allons dans cette direction » (par rapport au texte). « Charest appelle Harper à l’aide » (pour contrer la popularité de Dumont) Le Devoir (03/03/07)
Un geste maçonnique très clair ici: « Boisclair adopterait un gouvernement réduit ». 04/03/07
Signe OK= « bénédiction » maçonnique. Voici Le vice-président de la Commission des droits de la personne qui vient de déposer un rapport sur l’homophobie. Ce n’est probablement pas un hasard non plus. Probablement que l’animateur de radio qui a traité Boisclair de tapette travaille pour la loge péquiste question de donner à Boisclair l’occasion de passer pour une victime. Boisclair va gagner beacoup de votes avec cette histoire là.

 

la présidente du Conseil du trésor, Monique Jérôme-Forget. « Les libéraux chiffrent les promesses de Dumont » (9/03/07)
Regard vers le haut. Le ministre des finances du gouvernement Harper,James Flaherty, s’ingère dans la campagne électorale québécoise. « Québec obtiendra 2,2 milliards de plus d’Ottawa » 19/03/07/
Mario Dumont:Regard vers le haut et jeux de la main (tenir une boule invisible). Le comté baromètre de Saint-Jean voterait ADQ (22/03/07)
Les libéraux sont minoritaires, l’ADQ forme l’opposition officielle et le PQ est recalé au 3e rang. Cette photo de Gérald Larose est apparue sur le site cyberpresse.ca la veille de la démission de Boisclair. L’ordre est venu d’en haut, Boisclair doit quitter. Notez le décor derriere Larose: il s’agit d’une vieille photo d’archive du temps des dépliants du conseil de la souveraineté distribués dans les écoles…

PLUS RÉCEMMENT :LES POLITICIENS MAÇONNIQUES ACTUELS ET TRÈS RÉCENTS

François Legault nous montre ici qu’il est un important personnage chez les francs maçons:François Legault donnant le signe du « Most excellent master ».

 

Ils ne se cachent plus. Assez évident.Toujours regarder ce qui entoure un personnage, que ce soit un politicien, scientifique ou spirituel qui parle en public cela en dit long.

 

La poignée de main maçonnique entre Pauline Marois et Jean charest en 2008.
Arthur Porter,le grand maître franc maçon,pointe du doigt pour Philippe Couillard,l’élève!

 

François Legault observe sa nouvelle recrue,François Rebello faisant le geste maçonnique de l’ouverture des mains.
Jean-François Lysée et le signe des mains ouvertes.
Martin Coiteux,,,même signe,mais plus ouvertes.
Martin Coiteux devant la pyramide inversée.Ensemble ,on fait avancer le Québec »,derrière lui!
Philippe Couillard pointe du doigt.

 

Le 16 juin 2017,Jean-François Lisée faisait ce signe de OK du bout des doigts:les sondages sont en baisse pour le PQ.

 

Une poignée de main commune qui en dit tout…celle sur le dessus prend une posture semblable à une pyramide.

 

 

 

Franc maçonnerie:Les Old Fellows et la franc maçonnerie du pauvre

Old Fellows 001

 

 

 

Les loges d’Oddfellows ou Odd Fellows sont des sociétés amicales qui prétendent généralement être parmi les plus anciennes du monde. Elles furent parmi les premières à former des réseaux d’organismes locaux appelés « loges » et regroupés en « Grandes loges » rayonnant dans toute l’Angleterre à partir du milieu du xviiie siècle, d’une manière un peu similaire à ce que pratiquaient les loges maçonniques anglaises depuis 1717. Comme les loges maçonniques, elles se réclament d’une origine légendaire remontant bien avant, jusqu’aux Guildes du Moyen Âge, l’occupation de la Grande-Bretagne par les Romains, voire la déportation des Hébreux à Babylone.

Principalement anglaises ou américaines, elles furent créées pour la protection de leurs membres dans le besoin à une époque où la protection sociale n’existait pas. Elles prennent la forme d’associations non commerciales. Appartenant ainsi à leurs membres plutôt qu’à des actionnaires, elles leur reversent ce qu’elles gagnent sous la forme de services et d’aides. Tous les membres et leurs familles ont accès aux services de soin de l’association. Elles organisent également des collectes de fonds pour les œuvres caritatives locales et nationales.

Old Fellows 002

Histoire

Sociétés fraternelles et guildes

D’après la légende, les origines des sociétés fraternelles remonteraient à l’époque ou les hébreux rentrèrent de leur exil à Babylone en -587.

Plus vérifiable est l’évolution des guildes. Au xiiie siècle, les guildes de marchands étaient bien établies et prospères. Durant le xive siècle, les « maîtres » des guildes auraient restreint l’accès à celles-ci pour protéger leurs privilèges. Par contrecoup, les « compagnons » (fellows), moins expérimentés et moins riches, auraient constitué leurs propres guildes.

Les Odd Fellows

Dans les villages et les petites villes, il n’y avait pas suffisamment de compagnons d’un même métier pour permettre la création d’une guilde locale. C’est pourquoi plusieurs métiers différents se sont rassemblés pour former des guildes de compagnons provenant de différents métiers, donc des guildes de compagnons « dépareillés », en anglais « Odd Fellows ».

Au cours des 300 années suivantes, l’idée de gens n’appartenant ni à la noblesse ni au clergé rassemblant leurs forces pour améliorer leur situation souleva diverses oppositions, voire persécutions, de la part du pouvoir en place. Ce fut le cas par exemple lorsque le roi Henri VIII d’Angleterre se sépara de l’Église catholique romaine: les guildes furent alors considérées comme soutenant le Pape et en 1545 tous leurs biens furent confisqués. Elisabeth I leur retira la responsabilité de l’organisation de l’apprentissage et à la fin de son règne, la plupart des guildes avaient disparu.

Les loges de Oddfellows

Edwardian_Hall_-_Redmond,_WA_-_02
Edwardian Hall, ancien hall des Odd Fellows de Redmond (Washington).

La suppression des guildes marqua la fin d’une importante forme de protection sociale et financière pour les hommes et femmes ordinaires. Dans les principales cités, telles que Londres, quelques guildes (comme celles des francs-maçons et celles des Odd Fellows) réussirent à survivre en s’adaptant et en modifiant leur fonctionnement.

Les plus anciennes règles connues pour les loges de Oddfellows remontent à 1730 et à la loge « Aristarcus » de Londres. Aujourd’hui encore, beaucoup de pubsbritanniques portent le nom The Oddfellows ou Oddfellows Arms. Il s’agit toujours d’anciens lieux de réunion de loges deOddfellows.

Évolution

Une conséquence de la Glorieuse Révolution de 1688, qui vit le protestant Guillaume III d’Angleterre remplacer le roi catholique Jacques II d’Angleterre (Jacques VII d’Écosse), fut la scission au milieu du xviie siècle entre l’« Ordre des Oddfellows patriotiques » (The Order of Patriotic Oddfellows), basé dans le sud de l’Angleterre et soutenant Guillaume, et l’« Ordre ancien des Oddfellows » (The Ancient Order of Oddfellows) basé dans le nord et favorable aux Stuarts. En 1789, ces deux ordres se réunirent de nouveau pour former le « Grand Ordre uni des Oddfellows » (Grand United Order of Oddfellows) (à ne pas confondre avec le Grand United Order of Odd Fellows fondé aux États-Unis en 1943).

La Révolution française amena les cours d’Europe à considérer avec méfiance les Oddfellows comme les francs-maçons. De plus, de nombreuses sociétés amicales (Friendly societies) comme celle des Oddfellows inspirèrent au xixe siècle la naissance des syndicats, ce qui augmenta la défiance des pouvoirs en place.

The Independent Order – Manchester Unity

En 1810, des membres des Oddfellows de la région de Manchester, insatisfaits de la manière dont les affaires de l’« ordre uni » étaient conduites, formèrent un ordre indépendant dénommé « Manchester Unity ». Ils encouragèrent beaucoup d’autres loges à travers le pays à quitter le « Grand Ordre uni » et à les rejoindre.

Ils introduisirent en particulier de nouveaux avantages pour leur membres. Notamment le Travel Warrant, qui permettait aux membres qui recherchaient du travail à passer la nuit dans les locaux de l’ordre, gratuitement, n’importe où dans le pays. Ils instaurèrent aussi des programmes de protection sociale mutuelle permettant à leurs membres malades de couvrir leurs frais de consultation médicales ou d’hospitalisation.

L’indépendance du mouvement américain

Les Oddfellows se sont répandus aux États-Unis au début du xixe siècle: Plusieurs loges informelles existaient déjà à New York lorsque la branche américaine de l’ordre fut officiellement fondée à Baltimore en 1819 par Thomas Wildey et affiliée dès l’année suivante à l’ordre Manchester Unity.

En 1834, les Tolpuddle Martyrs, des membres de la société amicale des laboureurs du comté de Dorset, furent déportés en Australie après s’être mis en grève sous l’accusation d’appartenance à une « société amicale illégale ». Le bureau directeur des Oddfellows de Manchester modifia alors à la hâte la constitution et les rituels de leur ordre afin d’éviter un sort similaire à leurs membres. Les membres américains, eux, n’acceptèrent pas ces modifications faites pour satisfaire le gouvernement britannique qu’ils avaient combattu pendant la guerre d’indépendance des États-Unis. Ils déclarèrent donc leur indépendance sous le titre de Independent Order of Odd Fellows1.

Le temps de la légitimité au Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, les Oddfellows continuèrent d’être regardés avec suspicion par le pouvoir et à plusieurs reprises, jusqu’en 1850, plusieurs aspects de son activité furent déclarés illégaux. Ceci n’empêcha pas l’ Independent Order of Oddfellows Manchester Unity Friendly Society de devenir en 1850 la société amicale la plus importante et la plus riche de Grande-Bretagne. Cette croissance était le résultat de la Révolution industrielle, de l’absence de syndicats, et du manque de protection sociale.

En 1911, lorsque le gouvernement libéral mit en place le National Insurance Act, les Oddfellows britanniques protégeaient tant de gens qu’ils étaient devenus la société amicale la plus importante du monde et que le gouvernement reprit leurs tables de calcul des contributions et des remboursements.

La protection sociale d’état et les Oddfellows modernes

L’instauration d’une protection sociale mise en place par les états, notamment après la seconde guerre mondiale, a obligé les Oddfellows a évoluer. Au Royaume-Uni, l’ordre s’est spécialisé dans la gestion de produits financiers au cours de la seconde moitié du xxe siècle. En 1996, il prit la décision de quitter cette activité et de se concentrer sur l’aide sociale et caritative en direction de ses membres, particulièrement les personnes âgées et les handicapés.

Extension internationale du mouvement

Le modèle des Oddfellows fut exporté par les émigrants dans l’ensemble du Commonwealth et du Nouveau Monde. Aujourd’hui, on trouve des Oddfellows dans de très nombreux pays, notamment en AustralieNouvelle-ZélandeAfrique du Sud et aux Antilles. L’ordre américain a établi des loges en AllemagneIslandeDanemarkBelgiqueSuède,Finlande,Estonie,Pays-Bas et dans de nombreux autres pays d’Europe continentale.

Liste de quelques ordres d’Odd Fellows

Royaume-Uni

États-Unis

  • Independent Order of Odd Fellows (IOOF), fondé en 1819 à Baltimore et affilié au Manchester Unity en 1820. Indépendant depuis les années 1830.
  • Grand United Order of Odd Fellows (GUOOF) fondé en 1843.

Australie

  • The Independent Order of Odd Fellows (IOOF).
  • The Grand United Order of Odd Fellows (GUOOF).
  • The Manchester Unity Order of Odd Fellows (MUOOF)

 

 

 

 

 

 

 

 

NSA Le mystère du gratte-ciel sans fenêtre

Construit par l’architecte John Carl Warnecke en 1974 à New York, l’AT&T Long Lines Building demeure sans doute l’un des immeubles les plus atypiques et mystérieux de la mégapole américaine. 44 ans après son ouverture, il suscite encore toutes les interrogations et les spéculations.

L’édifice mystère!

Le 2 juin dernier sur Twitter, Tom Hanks partageait son effroi avec spontanéité face à cet inquiétant « bunker », haut de 168 mètres et pourtant dépourvu de fenêtres: « Jamais vu un immeuble aussi flippant! Bon sang, mais il se passe quoi là-dedans?? ».

Résistance à toute épreuve

Située en plein coeur de Manhattan, au 33 Thomas Street, la tour appartient officiellement au géant des télécommunications AT&T et pourrait, selon la légende, résister à une explosion nucléaire. Des réserves stockées dans les sous-sols permettraient d’ailleurs à 1.500 personnes de survivre en autarcie pendant deux semaines. La nuit, la lugubre bâtisse est plongée dans le noir et constitue ainsi une curieuse exception dans le paysage de « Big Apple ».

Un centre d’espionnage de la NSA?

Cet « abri nucléaire » est donc censé protéger des outils de télécommunications. Or, selon The Intercept, à l’origine d’une enquête menée avec Edward Snowden en 2016, l’immeuble brutaliste dissimulerait en réalité l’un des plus grands centres d’espionnage de la NSA, baptisé « Titanpointe ». Un nom de code que l’on retrouve dans des rapports internes de l’Agence. Avec l’aide d’AT&T, elle disposerait (ou aurait disposé) en effet de matériel d’écoute capable d’intercepter n’importe quelle communication internationale: une « arme » géopolitique dont le gouvernement américain aurait largement tiré profit.

Surveillance tous azimuts

Car sa fonction majeure consisterait en réalité à surveiller, non pas la dangereuse menace terroriste, mais bien les pays alliés de Washington: la France, l’Allemagne, l’Union européenne, les principales organisations internationales comme le FMI ou encore les Nations unies. Les Etats-Unis n’ont évidemment jamais commenté les allégations de la presse d’investigation.

Quelques rares photos

The Intercept avait réussi quelques jours après ses révélations à partager quelques rares clichés capturés à l’intérieur du bâtiment par Stanley Greenberg. En 1992, ce photographe, originaire de Brooklyn, avait souhaité réaliser un reportage sur les lieux les plus méconnus de New York, dont la fameuse tour. Un accès limité lui avait été concédé: c’était alors bien avant la paranoïa du 11 septembre 2001. Le livre « Invisible New York » a vu le jour en 1998, il est d’ailleurs disponible sur Amazon, mais les photos du « bunker », elles, n’y ont finalement jamais été publiées.

QUELQUES PHOTOS D’ARCHIVES:

 

 

 

Selon The Guardian: des loges maçonniques repérées au sein du parlement UK

Les francs-maçons ont mis en place deux loges dans l’enceinte du Palais de Westminster à Londres et y manœuvrent dans le plus grand secret, affirme The Guardian.

 

Deux loges maçonniques opèrent secrètement au sein du parlement britannique, l’une réservée aux parlementaires et l’autre aux membres de la presse politique connue sous le nom de lobby, écrit The Guardian.

Il y a également une troisième loge, baptisée Alfred Robbins Lodge, qui a été créée elle aussi pour les journalistes qui se réunissent régulièrement à Londres, affirme le quotidien. Bien que l’identité de leurs membres ne soient pas connue du grand public, certains journalistes qui n’en font pas partie sont de toute évidence conscient de leur existence, indique le journal.

The Guardian affirme que la première loge, connue sous le nom de The New Welcome Lodge, réunit d’une trentaine à une quarantaine de membres, dont quatre seraient des députés. Cependant, aucun lord ne figurerait parmi ses membres.

Selon David Staples, directeur général de la Grande Loge Unie d’Angleterre (UGLE), il n’y a aucune contradiction entre la pratique du journalisme et l’appartenance à la franc-maçonnerie.

«Contrairement à l’idée que s’en fait le grand public, être franc-maçon aide ces membres dans leur rôles de journalistes, d’hommes politiques, de policiers et d’avocats, à mieux travailler en les encourageant à agir comme de meilleures personnes», explique M.Staples contacté par le journal. Toujours d’après lui, les membres de ces trois loges auraient bien révélé leurs identités et leurs activités s’ils n’avaient pas peur d’être traités de façon «injuste».

Note SM: toujours la même excuse bidon comme quoi la FM ne serait qu’un joyeux groupe de travail, discret, et non pas une société secrète qui tire les ficelles des pouvoirs.

En Grande-Bretagne, les députés, les pairs et les journalistes politiques ne sont pas obligés de déclarer leur appartenance à la franc-maçonnerie, bien qu’ils puissent le faire de leur propre initiative.

Source : https://fr.sputniknews.com