La Sexualité Sacrée:Vidéo et article :L’artiste québécoise Roxane Bruneau a demandé sa blonde en mariage!

Roxane Bruneau

 

C’est officiel, Roxane Bruneau a trouvé celle qui fait battre son coeur et a bien l’intention de passer le reste de ses jours avec!

Après plus d’un an d’amour avec Caroline Lefort, que ses abonnés connaissent bien pour l’avoir vue à plusieurs reprises dans les vidéos YouTube de la chanteuse, elle lui a demandé sa main et a partagé ce magnifique moment à ses abonnés.

Et elle a dit oui!!!

Roxane, également bien connue pour ses vidéos comiques, a fait croire à son amoureuse qu’elles allaient participer à une nouvelle tendance web inventée de toutes pièces qui consiste à regarder une capsule devant les caméras, un prétexte pour pouvoir filmer la réaction de sa douce à sa grande demande!

Le couple s’est donc assis devant une vidéo de Roxane, dans laquelle elle explique en long et en large toutes ses raisons d’aimer Caroline et de vouloir bâtir une vie avec elle et ses trois enfants.

Déjà en larmes depuis un moment face à tant d’émotion, Caroline n’en revenait tout simplement pas quand sa célèbre blonde lui a tendu une bague! Difficile de faire plus cute que ça; les deux femmes sont visiblement aux anges!

On leur souhaite beaucoup de bonheur!

 

 

 

 

 

1919-2019:Cent ans de national socialisme

L’année 2019 marque le 100e anniversaire de la naissance du mouvement national-socialiste. Le 12 septembre 1919, Adolf Hitler assista à une réunion du parti ouvrier allemand à Munich et, quatre jours plus tard, le 16 septembre, il rejoignit officiellement le groupe.

 

 

Personne à l’époque n’aurait pu comprendre les implications fatales de cet événement apparemment insignifiant, mais l’histoire le reconnaît comme le début de la carrière politique de Hitler, un événement qui changera le monde pour toujours.

Pour raconter en détail l’histoire centenaire du national-socialisme, il faudrait plus qu’un seul article, voire plus qu’un seul livre. De nombreux volumes seraient nécessaires pour la tâche. Cependant, nous pouvons passer en revue certains des points saillants de notre héritage, dans la mesure où notre passé est un prélude à notre avenir.

DÉFINITIONS

Au commencement était l’ idée national-socialiste  , née de l’esprit d’Adolf Hitler.

La notion de  lutte nationale-socialiste est implicite dans l’Idée , car Hitler n’a jamais voulu que sa vision du monde n’existe que comme une construction abstraite que les intellectuels peuvent admirer de manière détachée, mais plutôt qu’elle devrait être concrétisée par l’action.

L’idée nationale socialiste ne se définit pas étroitement comme une idéologie ou une philosophie. Il s’agit plutôt d’une  vision du monde  ( Weltanschauung ), qui constitue une attitude fondamentale vis-à-vis de la vie humaine plus globale que les idéologies et les philosophies.

La lutte se déroule par l’intermédiaire du  Mouvement , qui a historiquement pris une forme concrète en tant que  parti.

De même, l’idée est formulée de manière définitive en tant que  Parole, en particulier telle qu’elle est énoncée avec autorité dans  Mein Kampf.

Un des premiers rassemblements du pati national socialiste des travailleurs allemands vers 1921.

EVOLUTION DU MOUVEMENT

Il ne faut pas s’étonner que le Mouvement ait évolué au cours du siècle dernier. Si ses principes fondamentaux sont restés constants, ses politiques et programmes spécifiques ont été adaptés aux besoins d’un monde en mutation. En 2019, le monde est bien différent de celui de 1919. Cette évolution est la preuve que le national socialisme est une entité vivante, et pas seulement les restes fossilisés d’un mouvement politique disparu depuis longtemps des générations précédentes.

Cette évolution peut être notée dans le développement de la pensée national-socialiste, tant dans le domaine de la politique raciale qu’ailleurs, ainsi que dans la structure organisationnelle formelle du Mouvement.

Mais dès les premiers jours de la lutte, le  Führer a  fixé des lignes directrices inébranlables pour son développement. Toute évolution du mouvement se déroule dans ce cadre.

S’adressant à la dernière session du congrès du NSDAP de 1934, il a énoncé ces principes d’organisation de base, qui fondent la vision du monde national-socialiste avec la politique pratique:

«… Alors que notre parti ne comptait que sept hommes, il avait déjà énoncé deux principes: premièrement, il souhaitait être un véritable mouvement conditionné par l’idéologie; et, deuxièmement, il voulait donc être l’unique puissance en Allemagne.

«En tant que parti, nous devions rester dans la minorité, car nous devions mobiliser les éléments les plus précieux de lutte et de sacrifice du Reich, qui, à tout moment, ont constitué non pas une majorité mais une minorité. […]

«Ce ne sera toujours qu’une partie de la nation qui se composera de combattants réellement actifs, et on en demandera plus que d’autres que des millions d’autres citoyens. Pour eux, le simple engagement «je crois» ne suffit pas; au lieu de cela, ils jureront au serment «Je me bats».

«Le Parti représentera pour toujours l’élite des dirigeants politiques du peuple allemand.

«Il sera immuable dans sa doctrine; dur comme l’acier dans son organisation; tactiquement flexible et adaptable; dans son entité cependant, ce sera comme un ordre sacré!  […]

«Mais l’objectif doit être que tous les Allemands fidèles deviennent des national-socialistes. Seuls les meilleurs national-socialistes sont membres du parti!

Aujourd’hui comme par le passé, ce sont les directives que nous suivons.

CHRONOLOGIE

Le Führer en compagnie de femmes slaves.
Contrairement à toute la propagande haineuse émanant de ses ennemis,Hitler n’a jamais refusé de rencontrer d’autres ethnies.

Période d’incubation, 1919-1923  – Le Parti des travailleurs allemands ( Deutsche Arbeiterpartei ) a été officiellement fondé le 5 janvier 1919, mais ce n’est qu’au moment où Adolf Hitler l’a rejoint le 16 septembre de cette année que le Mouvement tel que nous le connaissons a réellement commencé . Au cours de ses quatre premières années d’activité, les fondements de l’avenir ont été jetés. Munich fut établie comme base d’opérations du Mouvement; son nom a été rallongé au Parti ouvrier national-socialiste allemand ( Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei ); la croix gammée a été choisie comme son symbole; les Stormtroops ( Sturmabteilung ) ont été formés en tant que milice du parti; et le Folkish Observer ( Völkischer Beobachter ) devint son journal officiel.

La carte de membre du Parti national socialiste au nom d’Adolph Hitler.
Ce fut la première émise.

Les 8 et 9 novembre 1923, le NSDAP et l’AS, appuyés par d’autres formations folkloriques, menèrent un soulèvement sans succès contre la République de Weimar. En conséquence, le Mouvement fut interdit et de nombreux dirigeants emprisonnés.

Entre 1924 et 1932,de nombreux partis nationalistes de droite virent le jour,en Allemagne.
Lors de l’élection de 1933,ils vont appuyer le parti national-socialiste.

Période d’interdiction, 1923-1925  – Même si un responsable est déclaré illégal, le Mouvement continue de fonctionner sur une base réduite pendant la période d’interdiction. Alfred Rosenberg a été nommé par Hitler pour diriger le Mouvement au cours de cette période. Il a formé un remplaçant ad hoc pour le NSDAP, appelé la Grande Communauté Folklorique Allemande ( Grossdeutsche Volksgemeinschaft ). D’autres formations de la Nouvelle-Écosse sont également apparues, telles que le National Socialist Freedom Movement et le Bloc folklorique de Bavière. La SA continua d’être une organisation souterraine connue sous le nom de  Frontbann.

L’élaboration la plus importante de cette période a toutefois été la rédaction du premier volume de  Mein Kampf  par le  Führer . Il y codifiait la vision du monde de la NS sous une forme définitive et définissait les directives opérationnelles pour l’avenir.

Période d’opposition à l’avant-garde, 1925-1930  – Le  Führer  est libéré de prison en décembre 1924. Il fonde officiellement le NSDAP en février 1925. Pendant cinq ans, le Mouvement existe comme un petit parti d’avant-garde en marge de la scène politique. Il a continué à diffuser son message auprès du peuple allemand et a progressivement renforcé sa force. Le 9 novembre 1925, la SS est fondée et le 3 juillet 1926, la jeunesse hitlérienne est créée. politique, le NSDAP a réalisé une percée politique décisive le 14 septembre 1930. Il a remporté 107 sièges au Parlement allemand, devenant ainsi le deuxième parti politique en importance. en Allemagne. La lutte pour le pouvoir politique national a alors commencé sérieusement. Lors de l’élection du 31 juillet 1932 au Reichstag, le NSDAP devint le plus grand parti politique. Conformément aux pratiques établies de la République de Weimar, Hitler aurait dû être invité à former un gouvernement national à ce moment-là. Cependant, les conservateurs l’ont bloqué et ce n’est que le 30 janvier 1933 que Hitler a été nommé chancelier. Il a immédiatement commencé les travaux de construction de l’État national-socialiste.

 

Percée et lutte pour le pouvoir, 1930-1932  

Après des années d’errance,des Années de paix, 1933-1939 

En 1932,le Führer reçoit de plus en plus d’appuis.

Il est impossible de résumer toutes les réalisations du national socialisme en Allemagne en quelques paragraphes. Au départ, le Mouvement avait pour objectif principal de consolider la révolution national-socialiste et d’empêcher la contre-révolution, de gauche ou de droite. La consolidation du pouvoir fut achevée vers le milieu de 1934. En 1936, l’Allemagne était sortie de la Grande Dépression, même si c’était la nation occidentale qui avait été la plus durement touchée. Les forces armées allemandes ont été reconstituées, les chaînes injustes du Traité de Versailles ont été levées et les Allemands des régions frontalières coupées du Reich ont été réintégrés dans la Patrie. En six années seulement, le Mouvement avait transformé l’Allemagne, qui était alors le malade de l’Europe, une grande puissance mondiale. Chômage, itinérance et pauvreté,

Outre le renforcement économique et militaire de l’Allemagne, l’État national-socialiste a également connu des avancées vertigineuses dans les domaines de la culture, des sciences, de la technologie, de l’agriculture et de l’éducation. Le célèbre   système d’autoroute Autobahn – le premier du genre au monde – a été construit pour relier toutes les régions du Reich.

Tout comme le Duce Mussolini,le Führer aimait à apporter son soutient aux travailleurs des autobahn allemandes.

Bien que le NSDAP ne reçoive que 40% du public allemand en 1933, en 1939, 98% de la population allemande était un national-socialiste enthousiaste. Le NSDAP était le mouvement politique le plus réussi de l’histoire moderne et Adolf Hitler était le dirigeant national le plus populaire de tous les temps.

Le Führer Adolph Hitler inaugurait une grande autoroute (autobahn) en 1934.

Années de guerre, 1939-1945  – Hitler avait déclaré à ses généraux que l’Allemagne serait imposée à la guerre en 1942. Cependant, son optimisme quant à l’espoir d’une période de paix prolongée était injustifié. En 1939, les Britanniques et les Français, sous l’impulsion juive, transformèrent un conflit frontalier entre l’Allemagne et la Pologne en une guerre mondiale. Après cinq ans et demi de lutte héroïque, l’Allemagne nationale-socialiste et ses alliés ont été submergés par une alliance impie de l’Union soviétique avec les ploutocraties occidentales. Jusqu’au bout, l’écrasante majorité du peuple allemand a maintenu sa foi dans la vision du monde du  Führer  et du national-socialisme.

Le Zeppelin Hindenburg au-dessus des installations olympiques de 1936.

Le mouvement d’après-guerre

À des fins pratiques, la guerre prit fin le 8 mai 1945 lorsqu’un armistice fut signé par le grand amiral Karl Dönitz, que Hitler avait nommé son successeur à la tête de l’État. Initialement, des nationalistes socialistes intransigeants ont poursuivi leur campagne militaire contre les Alliés et les Soviétiques par le biais du mouvement de guérilla «Werwolf». Cependant, en 1946, il a été reconnu que cet effort était futile. Les national-socialistes se sont regroupés dans une succession de partis politiques pro-NS, qui cherchaient à promouvoir l’idée de manière à ne pas contrevenir à l’interdiction du national-socialisme déclarée après la guerre par les Alliés et les Soviétiques (et qui reste en vigueur). L’Allemagne et l’Autriche aujourd’hui).

Le plus notable de ces partis se substituant au NSDAP est le Parti socialiste du Reich ( Sozialistische Reichspartei Deutschlands ), déclaré illégal en 1952. Il a été reconstitué sous une forme affaiblie en tant que Parti du Reich allemand ( Deutsche Reichspartei ). En 1964, le DRP et plusieurs autres organisations ont fusionné pour former le Parti national démocratique d’Allemagne ( Nationaldemokratische Partei Deutschlands , ou NPD), qui existe encore à ce jour.

Dans le passé comme dans le présent, certains camarades de la Nouvelle-Écosse ont préféré une lutte clandestine ou semi-clandestine qui prônait ouvertement le national socialisme. Le Front d’action des nationalistes socialistes (années 1980) et le National Socialist Underground (2010) sont des exemples de telles formations. De nombreux groupes extrémistes ont été approvisionnés avec du matériel de propagande imprimé aux États-Unis par Gerhard Lauck et le NSDAP-AO.

LE MOUVEMENT HORS D’ALLEMAGNE

Juste avant la Deuxième Guerre Mondiale,Adrien Arcand fonde le Parti National-socialiste du Canada.
Devant sa popularité durant la guerre,il sera arrêté sans raison valable .
Il est le premier grand leader nationaliste de droite au Québec et au Canada.

Avant 1945  – Dès ses débuts dans les années 1920, le Mouvement attira des adeptes hors d’Allemagne. Le NSDAP n’avait que peu d’intérêt pour ces groupes, à l’exception de l’Autriche, considérée comme faisant partie du Reich allemand. La partie autrichienne de la Nouvelle-Écosse était simplement une extension du NSDAP. Après l’occupation allemande des Pays-Bas en 1940, le Mouvement national-socialiste néerlandais ( Nationaal-Socialistische Beweging in Nederland ) est officiellement reconnu par le NSDAP.

Affiche électorale de « notre » Führer canadien,Adrien Arcand.

D’autres partis de la NS existaient au Danemark, en Suède, au Chili et ailleurs, mais n’ont pas reçu de sanction officielle. Il y avait un petit groupe en Grande-Bretagne, le Mouvement national socialiste, créé par l’Union britannique des fascistes et des nationalistes socialistes de Sir Oswald Mosely. Aucune de ces organisations n’a été reconnue par le mouvement allemand. Aux États-Unis, le Bund germano-américain était la première formation de NS. Hitler, cependant, estimait que le Bund avait fait plus de tort à l’image de l’Allemagne aux États-Unis et mis autant de distance qu’il le pouvait avec les Bundistes.

Le développement le plus important du socialisme national extra-allemand a eu lieu dans la  Waffen-SS , dans laquelle des dizaines de milliers de non-Allemands se sont portés volontaires pour se battre pour le Troisième Reich. Si la guerre s’était terminée différemment, ces volontaires étrangers auraient sans aucun doute formé le noyau des gouvernements national-socialistes dans leurs pays respectifs.

Georges Lincoln Rockwell

Après 1945  – Ironiquement, c’est au-delà des frontières du Reich que le national-socialisme s’est ouvert après la guerre. En 1959, George Lincoln Rockwell a formé le parti nazi américain aux États-Unis. Il l’a rebaptisé Parti populaire national-socialiste blanc en 1967. Le NOUVEL ORDRE, l’organisation qui a succédé au NSWPP, a été formé en 1983 et se poursuit aujourd’hui. En Grande-Bretagne, Colin Jordan a fondé le Mouvement national socialiste en 1962. Il existe également aujourd’hui sous le nom de Mouvement britannique. En 2019, le Mouvement de résistance nordique ( Nordiska motståndsrörelsen ), basé en Suède, est la plus vaste et la plus viable formation NS. Elle possède également des succursales en Norvège, au Danemark et en Islande.

En août 1962, Rockwell, Jordan et des camarades de divers pays européens se sont réunis pour former l’Union mondiale des nationaux-socialistes. C’était la première fois que le Mouvement se dotait d’une structure internationale formelle.

Il est à noter que ces organisations nationales-socialistes d’après 1945 ont une taille, une influence et un soutien publics infimes par rapport au mouvement d’avant-guerre en Allemagne. Au mieux, le mouvement contemporain hors Allemagne se trouve dans une situation similaire à la phase d’avant-garde du NSDAP (1925-1930) évoquée ci-dessus.

NATIONALISME ALLEMAND ET INTERNATIONALISME PANARYEN

Sans aucun doute, Adolf Hitler était le nationaliste allemand par excellence de l’ère moderne et peut-être de tous les temps. Le mouvement national-socialiste, tel que le concevait Hitler, était avant tout un moyen de redonner à l’Allemagne sa grandeur, même aux dépens des autres nations et peuples. Et pourtant, dès le début, on se rendit compte que le peuple allemand et le Reich allemand étaient construits sur des fondements raciaux que les Allemands partageaient avec les autres peuples aryens de l’Europe et que le destin et les fortunes de l’Allemagne étaient indissolublement liés à ces autres peuples aryens. nations. En particulier, Hitler a reconnu l’Angleterre comme un grand pays frère du peuple allemand.

Sans pour autant abandonner le nationalisme allemand, il a également défendu le pan-aryanisme. Écrivant en 1927, il nota:

«Nous ne devons pas permettre que la grande communauté raciale ( die grössere Rassegemeinschaft ) soit déchirée par la différence des peuples individuels ( Völker ). La lutte qui fait rage aujourd’hui vise de très grands objectifs. Une culture combinant des millénaires et embrassant l’hellénisme et le germanisme se bat pour son existence. ”( Mein Kampf, volume II, chapitre 2, p. 423; s / 476  au deutsch ).

Il y avait donc une certaine tension, même dans l’esprit d’Hitler, entre le nationalisme allemand et l’unité pan-aryenne. Nous pouvons voir que cette tension se résorbe lentement dans les déclarations de Hitler au fil des ans.

Hitler a commencé sa carrière politique – sans doute sans reconnaître au moment où il le faisait – avec un discours impromptu lors d’une réunion privée du parti des travailleurs allemands le 12 septembre 1919. Plus précisément, il s’est prononcé contre une proposition de sécession de la Bavière de la Prusse et le reste de l’Allemagne et forment un État indépendant. La notion outrageait Hitler: pour lui, toutes les subdivisions politiques constitutives de l’Allemagne appartenaient ensemble à un Reich uni.

Cinq mois plus tard, en tant que dirigeant du Mouvement, il a officiellement promulgué la plate-forme politique du parti, le fameux 25 Points. Le premier point « demandait » l’union de tous les Allemands ( alle Deutschen )… dans une grande Allemagne. « 

Quatre ans plus tard, il écrivit le premier chapitre de  Mein Kampf.  Il commence son livre – comme il commençait les 25 points – par un appel à l’union de tous les Allemands dans un seul Reich. Mais ici, il étend l’idée des unités pan-allemandes aux seuls camarades du peuple vivant à l’intérieur du Reich aux Allemands d’Autriche. «Le sang lié appartient à un Reich commun», écrit-il.

Pendant la période du Troisième Reich, ceux ayant la citoyenneté allemande formelle ont été notés comme  Reichsdeutsche ; ceux de sang allemand qui vivaient hors de l’Allemagne mais qui conservaient leur langue et leur culture allemandes s’appelaient  Volksdeutsche . Cela se traduit littéralement par «folk allemand», mais peut-être est-il mieux traduit en anglais par «ethnie allemande». En tout état de cause, le concept est clair: le national-socialisme défendait l’unité de tous les Allemands, quelle que soit leur terre d’origine. un seul État-nation. En tant que chancelier de Reich, le Führer a fait entrer dans le Grand Reich allemand non seulement les Autrichiens, mais également des Allemands des Sudètes, du Memelland, de la Silésie, de l’Alsace et de la Lorraine, du Sud-Tyrol et d’ailleurs.

Mais il ne s’est pas arrêté là. Le peuple allemand, au sens étroit du terme, n’est qu’un élément de la grande famille germanique. Surtout après le début de la guerre, on a envisagé à long terme d’incorporer tous les peuples germaniques dans un seul Reich, en commençant probablement par les Néerlandais.

La Table Talks  enregistre Hitler comme disant:

«Dans le nouveau monde que nous construisons, peu importe si un homme est originaire d’une région ou d’une autre, qu’il vienne de Norvège ou d’Autriche, une fois les conditions de la pureté raciale réunies.» ( Soirée du 1er novembre – 2, 1941)

L’inclusion des germaniques non allemands dans les limites d’un futur Reich était un changement radical dans le nationalisme allemand traditionnel.

The Table Talks  rapporte également que le Fuehrer a confié à un major danois de la  Waffen-SS:

«Je comprends qu’il soit difficile pour un jeune Hollandais ou un jeune Norvégien de se voir appelé à former une unité commune, dans le cadre du Reich, avec des hommes ayant d’autres liens avec l’Allemagne. Mais ce qu’on leur demande n’est pas plus difficile que ce qui a été demandé aux tribus germaniques au moment des grandes migrations. À cette époque, l’amertume était si grande que le chef des tribus germaniques [ Arminius – Ed .] Fut assassiné par des membres de sa propre famille. Ce qui est demandé à des pays qui ont formé le deuxième Reich est semblable à ce que nous demandons maintenant, et à ce que nous avons récemment demandé des Autrichiens. »( Soirée du 22 Février, 1942)

Son intention d’inclure d’autres peuples germaniques occidentaux ainsi que les Allemands du Nord dans un seul Reich unifié peut également être vue dans l’intention du Führer de renommer un Berlin élargi d’après-guerre: «Germania».

Pour récapituler:

1. En 1919, il commence par réclamer l’unité de tous les  Reichsdeutsche  .

2. En 1924, il étend son appel à l’unité des Allemands en Autriche.

3. Dans les années 1930, il intègre les Allemands des territoires frontaliers dans le cadre du Reich.

4. Après le début de la guerre en 1939, il rappelle au pays les  Volksdeutsche vivant dans les Balkans et ailleurs.

5. Au fur et à mesure que la guerre progresse, il élargit son appel pour inclure les peuples germaniques de Scandinavie et des Pays-Bas, et pas seulement les Allemands au sens strict du terme.

Mais il ne s’arrête pas là. Dans son Testament politique, il se fait passer pour le défenseur des «enfants européens des nations aryennes», pas seulement comme le chancelier du Reich allemand ou Chef germanique. Il a écrit:

De plus, je ne laissais aucun doute sur le fait que cette fois-ci des millions d’enfants européens des nations aryennes n’allaient pas mourir de faim (des millions d’hommes ont perdu un million d’enfants dans l’Europe , et que des millions d’hommes subir la mort, et des centaines de milliers de femmes et d’enfants ne seraient pas brûlés et bombardés à mort dans les villes, sans que les vrais coupables aient à se racheter de leur culpabilité, même par des moyens plus humains.

Il convient également de noter l’anecdote fréquemment répétée concernant le général belge  Waffen-SS Leon Degrelle. Hitler lui aurait dit: « Si j’avais un fils, je voudrais qu’il soit comme vous. » Degrelle n’était ni allemand ni germanique, mais il était aryen.

Il restait à George Lincoln Rockwell de mener cette trajectoire raciale à sa conclusion naturelle. Dans son essai novateur  In Hoc Signo Vinces  (1960), il déclare que les intérêts des différentes nations aryennes sont subordonnés au bien-être de la race blanche dans le monde. Il écrit:

Nos problèmes aujourd’hui ne sont pas des problèmes «américains», des problèmes «britanniques», des problèmes «français», «allemands», «européens» ou «africains» – ce sont des problèmes de survie pour tous les hommes blancs. […]

La seule chose à laquelle je puisse être fidèle avec une conviction profonde – la seule loyauté qui ait un sens – est ma fraternité RACIALE, et donc culturelle, avec mon propre peuple, où qu’il soit né! Lorsque cette loyauté est mise au défi et que mon peuple est en danger, il est monstrueux de prétendre que nous devons nous méfier les uns des autres simplement parce que nous vivons au-delà de frontières géographiques imaginaires nous, Blancs, devons marcher pour nous tuer, nous bombarder et nous haïr de manière éternelle parce que nous sommes des «rivaux du commerce», de la «démocratie américaine», de «l’Empire britannique» ou de n’importe quoi d’autre au monde.

Je suis un homme blanc, et un frère de tous les hommes blancs, et je compte être aux côtés de tous et, au besoin, les mener au combat pour survivre contre la menace indicible des populations colorées de la Terre…

Dans le même essai, Rockwell inclut le passage suivant dans lequel il cherche à mettre fin à l’inimitié séculaire existant entre les Allemands et les peuples slaves:

Et cela inclut nos  frères russes aryens  , qui sont aussi des hommes blancs. Bientôt, ils se retrouveront avec nous contre les hordes colorées de la Chine.

Ainsi, alors que le national socialisme continue de progresser vers le XXIe siècle, l’unité raciale globale de la race aryenne prime maintenant sur le nationalisme étroit et mesquin, qui a ses racines au XIXe siècle et plus tôt.

DANS LE FUTUR: 
UNE VISION MONDIALE MULTIDIMENSIONNELLE

Après la guerre,le président argentin Juan Domingo Peron,accueuillit de très nombreux officiers et politiciens nationaux-socialistes,dont…le Führer lui-même.

La dimension raciale du national-socialisme est la caractéristique la plus importante du Mouvement, tant dans le passé que dans le présent. C’est comme il se doit, car le national socialisme est le seul  chemin réaliste, voire le seul  concevable , de l’humanité aryenne.

Aujourd’hui comme hier cependant, le national socialisme n’est pas un mouvement racial à une dimension; il englobe plutôt toutes les facettes de la société moderne.

• Le national socialisme remplace la société de consommation moderne par une communauté folklorique dans laquelle chaque homme, femme et enfant aryen est reconnu comme un camarade folklorique. Il est également anticommuniste et anticapitaliste et exige l’élimination des différences et des inégalités de classe. 
• Il s’agit d’une restructuration révolutionnaire du système éducatif qui met autant l’accent sur la forme physique et le développement du caractère, ainsi que sur les études universitaires traditionnelles. 
• C’est le «mouvement vert» original. Il reconnaît que l’homme n’est qu’un élément de l’ordre naturel et qu’il exige donc un environnement sain comme condition préalable à une population en bonne santé.
• Il reconnaît que la famille traditionnelle, avec un seul soutien de famille et des rôles de genre clairement définis, constitue le fondement social de base de la communauté populaire.

Contrairement à ce que prétendent ses nombreux ennemis, le national socialisme ne fait pas et n’a jamais fait partie de l’extrême droite. Ce n’est pas non plus une partie de la gauche. Le vieil ordre – la dispensation existante – a son aile droite et il a son aile gauche. Mais le national socialisme ne fait pas partie de l’ordre ancien et, par conséquent, il ne peut être véritablement placé nulle part dans son spectre politique. Au lieu de cela, il se distingue et représente un nouvel ordre renaissant pour notre race qui transcende l’ancienne dichotomie gauche-droite.

Après 100 ans de lutte incessante, nous nous trouvons à un moment crucial de l’histoire de notre race. Notre existence même biologique est attaquée et, en effet, nous sommes confrontés à l’extermination en tant que peuple. Le national-socialisme seul fournit la lumière, l’espoir et le chemin d’une humanité aryenne assiégée. Alors que le Mouvement hitlérien se prépare à entrer dans son deuxième siècle, ses dirigeants et ses membres sont conscients de la nature profondément historique de leur lutte. Ils se conduiront en conséquence.

 

 

 

 

 

Qu’est-ce que les “Canadiens européens” ?

Canadien européen
Ces gars sont-ils des Turcs, des musulmans, des Azerbaïdjanais ou des Canadiens d’origine européenne ?

 

Il y a deux semaines, un certain “Charlie Smith” a écrit un court article demandant “Ce que c’est, diable, qu’un Canadien européen ?” (What The Hell Is A European-Canadian?). Publié dans le Georgia Straight, dont Smith est le rédacteur en chef depuis 2005, il demande pourquoi le Conseil des Canadiens européens (Council of European Canadians) utiliserait le terme “européen” pour décrire la majorité des Canadiens alors que le “continent Europe” désigne une masse continentale contiguë à des pays asiatiques comme la Turquie, la Géorgie, le Kazakhstan, la Russie et l’Azerbaïdjan.

Le terme « Canadien européen ” implique qu’il y a un point commun et un lien entre ceux qui sont originaires d’Ukraine, du Portugal, de Grèce, de Finlande, d’Allemagne, de Roumanie, de Turquie, de Suisse, d’Estonie et d’Angleterre, pour ne nommer que 10 de ces pays.

Désolé, le terme “européen” n’implique pas qu’il y ait une “communauté culturelle et un lien” entre tous les pays qui sont inclus géographiquement dans le continent de l’Europe. Charlie a peut-être “enseigné les techniques d’investigation” à un endroit appelé “Kwantlen Polytechnic University”, mais il semble qu’il n’a fait aucune recherches pour cet article.

Il est de notoriété publique que le continent européen est contigu avec des terres, des cultures (et aujourd’hui des États-nations) qui se situent entre l’Asie et l’Europe, mais qui ne sont pas classés comme européens au sens culturel du terme, car ils ont des identités ethniques, des religions et une histoire très différentes. Ouvrez n’importe quel atlas standard de l’Europe, et aucun d’entre eux ne classera la Turquie, la Géorgie, le Kazakhstan ou l’Azerbaïdjan comme européens – à moins qu’ils ne soient classés comme des régions en périphérie de la Russie soviétique. La Russie a toujours été connue pour être en partie européenne et en partie asiatique, avec la partie occidentale de la Russie, et les peuples slaves, fermement identifiés comme européens dans leur christianisme, leur langue indo-européenne et leurs caractéristiques raciales.

Même l’Union européenne immigrationniste reconnaît cette réalité culturelle. Aucun des pays asiatiques que Charlie trouve “européen” n’appartient à cette union.

Diviser les concepts et les idées en une multiplicité de parties divergentes et contradictoires au motif qu’aucun concept n’a de frontières définitionnelles claires est un jeu postmoderniste que les étudiants de premier cycle sont obligés de jouer dans le monde universitaire. Puisqu’aucun concept ne saisit jamais aucun aspect de la réalité d’une manière bien délimitée, les postmodernistes ont très bien réussi à persuader les étudiants qu’aucun concept fermement établi et aucun énoncé factuel n’est possible. Soyez assurés que ces efforts déconstructifs ont été entièrement dirigés contre les concepts et les identités occidentales afin de créer de l’incertitude, du doute et de la faiblesse chez les Européens au sujet de leur histoire et de leur culture, de manière à faciliter l’absorption de l’Occident dans un monde encore plus confus, sans frontières et ridiculement diversifié, contrôlé par les entreprises et manipulé par des journalistes sans visage.

(Il a été dit que le fondateur de la déconstruction, Jacques Derrida, s’est senti comme un “étranger” en France, comme un “petit juif noir et très arabe », et que c’était une motivation motrice dans ses efforts incessants pour déconstruire l’identité européenne et promouvoir le multiculturalisme).

Quand on regarde le Canada, il est très certain que cette nation a été fondée par des personnes ayant des ancêtres dans les îles britanniques et en France. A cet égard, ils étaient “européens”. Ils étaient aussi “canadiens” puisque la plupart d’entre eux sont nés au Canada. Wikipedia en a fait une entrée sur les “Canadiens européens” qui est raisonnablement exacte et juste. C’est un fait statistique qu’en 1871, selon le premier recensement après la Confédération, 32 pour cent des habitants canadiens étaient d’ascendance française, 24 pour cent irlandais, 20 pour cent anglais, 16 pour cent écossais et 6 pour cent allemand. Et c’est un fait statistique qu’en 1867, 79 p. 100 étaient nés au Canada.

Charlie dit aussi que le terme « Canadien européen » est « trop réducteur » en ignorant que les Canadiens peuvent aussi être identifiés par « leur classe sociale, leur niveau d’éducation, leur statut socioéconomique, leur profession, leur religion, le nombre de générations au Canada, leur orientation sexuelle, leur lieu de résidence urbain ou rural, leur perspective politique, leur province d’origine, leurs passe-temps, leur âge, leur sexe ou leur situation de famille ».

C’est absurde. Évidemment, on peut distinguer les Canadiens de nombreuses façons, y compris le poids, les goûts musicaux, la couleur des cheveux, les habitudes alimentaires – à l’infini. Mais si nous voulons avoir une conversation sur l’identité nationale ou ethnique des Canadiens, il va de soi que nous devrions nous concentrer sur les concepts pertinents plutôt que d’empiler un concept sur un autre, un sujet sur un autre, ce qui crée de la confusion et du chaos conceptuel. Peut-on parler d’orientation sexuelle, ou de religion, ou d’idéologies politiques, en particulier sans parler simultanément de toute autre identification ? Peut-on parler du Charlie Smith de Georgia Straight sans parler des innombrables Charlie Smiths qui habitent la planète avec des hobbies et des orientations sexuelles différentes ?

Le but de ce type de déconstruction est de créer une situation dans laquelle rien ne peut être distingué de quoi que ce soit d’autre puisque toutes les choses sont interconnectées et incluent une multiplicité d’autres choses. Cette conception sans particularité de la réalité dans laquelle il n’y a pas de concepts et d’identités définis a été ridiculisée à juste titre par Hegel comme “la nuit où toutes les vaches sont noires”. Tout s’efface dans une nuit sombre dans laquelle aucune chose particulière ne peut être distinguée d’une autre chose.

C’est ce que les banques, les partis politiques et les médias, comme le Georgia Straight, veulent: un monde de Canadiens indiscernables qui peuvent être définis de diverses façons sans racines, identités et connaissances précises de leurs ancêtres, de sorte qu’ils peuvent être facilement manipulés pour croire ce que l’establishment veut qu’ils croient.

Vos partages nous permettent de continuer, merci !

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

 

 

 

 


*Mes ami(e)s,voici une traduction en français de cet article paru le 4 septembre 2017 sur Council of European Canadians. Texte original en anglais de Ricardo Duchesne (photo ci-dessous), sociologue, professeur à l’Université du Nouveau Brunswick

En images : où en est la grande muraille de Trump?

Donald Trump a proclamé une «urgence nationale» pour la construction d’un mur entre les Etats-Unis et le Mexique. Voici en images à quoi ressemblent les 3100 kilomètres de cette frontière qui accapare le débat politique américain depuis trois ans.


C’EST ICI QUE COMMENCE LA FRONTIÈRE ENTRE LE MEXIQUE ET LES ETATS-UNIS, OÙ LE RIO GRANDE SE JETTE DANS LE GOLFE DU MEXIQUE. A CET ENDROIT, AUCUN MUR : CÔTÉ ÉTATS-UNIEN, LE LIEU EST UNE RÉSERVE NATURELLE. LA PHOTOGRAPHIE A ÉTÉ PRISE EN MAI 2013. LES PHOTOGRAPHIES SUIVANTES SUIVRONT UNE PROGRESSION D’EST EN OUEST.

A ROMA, DANS L’EST DU TEXAS, UN PONT TRAVERSE LE RIO GRANDE ET RELIE LE MEXIQUE AUX ETATS-UNIS, ICI EN AVRIL 2018.

A 160 KM AU NORD-OUEST DE LAREDO, AU TEXAS, DES MIGRANTS TENTENT DE FRANCHIR LE RIO BRAVO POUR REJOINDRE EAGLE PASS, DU CÔTÉ DES ETATS-UNIS.

LE 17 JANVIER 2019, LE BROUILLARD A ENVAHI LA VALLÉE DU RIO GRANDE, LA FRONTIÈRE NATURELLE ENTRE LES ETATS-UNIS ET LE MEXIQUE, DANS LE PARC DE BIG BEND RANCH, DANS L’OUEST DU TEXAS.

CONSTRUCTION D’UNE SECTION DE CLÔTURE À EL PASO, AU TEXAS, LE 5 FÉVRIER DERNIER.

ALORS QUE DES OUVRIERS INSTALLENT UNE CLÔTURE À EL PASO, AU TEXAS, DES MIGRANTS FRANCHISSENT LA FRONTIÈRE, LE 5 FÉVRIER DERNIER.

A SUNLAND PARK, AU NOUVEAU-MEXIQUE, DES AGENTS DE LA BORDER PATROL, LA POLICE DES FRONTIÈRES, TRAQUENT À CHEVAL UN HOMME QUI VIENT D’ENTRER ILLÉGALEMENT AUX ETATS-UNIS, EN JUIN 2018.

VUE AÉRIENNE DE LA FRONTIÈRE À TIJUANA, EN JUILLET DERNIER. LE CÔTÉ MEXICAIN EST À DROITE.

VUS DEPUIS LE MEXIQUE À TIJUANA, DES PROTOTYPES DU MUR VOULU PAR DONALD TRUMP, CONSIDÉRABLEMENT PLUS HAUTS QUE L’ACTUELLE CLÔTURE, VISIBLE AU PREMIER PLAN.

UNE GRUE INSTALLÉE LE LONG D’UNE SECTION RÉCEMMENT CONSTRUITE DE LA CLÔTURE FRONTALIÈRE, LE 17 NOVEMBRE DERNIER À SAN DIEGO, EN CALIFORNIE.

A TIJUANA, AU MEXIQUE, FILES DE VOITURES EN ATTENTE POUR REJOINDRE SAN YSIDRO, AUX ETATS-UNIS, LE 19 NOVEMBRE DERNIER.

UN PETIT GARÇON JOUE PRÈS DE LA FRONTIÈRE, DANS LA LUMIÈRE DES PROJECTEURS INSTALLÉS CÔTÉ ÉTATS-UNIEN, À TIJUANA AU MEXIQUE, LE 11 JANVIER DERNIER.







UN HOMME FAIT SON JOGGING LE LONG DU MUR QUI PLONGE DANS L’OCÉAN PACIFIQUE À TIJUANA, AU MEXIQUE, LE 10 DÉCEMBRE DERNIER.

VUS DU CÔTÉ MEXICAIN, DES MIGRANTS FRANCHISSENT LA FRONTIÈRE À TIJUANA, LE 26 DÉCEMBRE DERNIER.

Les partisans de Donald Trump ont déjà changé de slogan : ils ne scandent plus «Build the wall» («construisez le mur») mais «Finish the wall» («achevez le mur»). C’est le président américain lui-même qui a encouragé cette évolution ces dernières semaines, après avoir essuyé une défaite face aux démocrates qui n’ont pas cédé à son chantage au «shutdown». Après 35 jours de fermeture de certains services gouvernementaux, Trump n’a pas obtenu un penny des 5,7 milliards de dollars qu’il réclamait pour la construction d’un gigantesque mur le long de la frontière des Etats-Unis avec le Mexique.

Cet échec n’a pas empêché un changement de rhétorique étourdissant : à en croire Donald Trump, le chantier serait bel et bien lancé et l’enjeu des prochains mois, avant sa campagne de réélection, serait simplement de le mener à bien.

Pourtant, ainsi que le notait la semaine dernière le «New York Times», l’administration Trump n’a rien construit des 1600 kilomètres de mur promis, qui devaient s’ajouter à 1000 kilomètres déjà bâtis par les prédécesseurs du milliardaire. Les récentes négociations au Congrès entre les Républicains et les Démocrates n’ont pas donné satisfaction au président : moins de 90 kilomètres ont été financés.

« Les murs ça marche à 100% »

Donald Trump, qui a fait du mur la promesse centrale de sa campagne électorale, n’a pas pour autant abandonné ce projet pharaonique. La semaine dernière, il a même déclenché une procédure d’«urgence nationale», affirmant : «Ils disent que les murs ça marche pas. Les murs ça marche à 100%.» En vertu de ce pouvoir très particulier, le président pourrait rediriger à sa guise des fonds pour les consacrer à son mur… si toutefois sa proclamation survit aux multiples contestations judiciaires qui s’annoncent.

La frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, qui s’étire sur plus de 3100 kilomètres, est une zone de contrastes violents, du Golfe du Mexique au Pacifique, traversant des zones désertiques mais délimitée en certains points par des fortifications censées repousser les migrants. Pourtant, alors même que les engins de chantier s’affairent à réparer les clôtures existantes, ceux que Trump veut exclure du rêve américain tentent toujours leur chance.

Depuis que la star de «The Apprentice» a fait de la frontière le nœud gordien de la vie politique américaine, les photographes des plus grandes agences de presse ont abondamment documenté ce qui s’y passait. Leurs clichés montrent comment se déroule la vie de part et d’autre de cette limite, qu’elle soit marquée par un mur ou simplement protégée par des patrouilles qui traquent les clandestins jusqu’au cœur de la nuit.

La Sexualité Sacrée:Quand le sexe entre les dieux et les humains ébranlait le ciel et la terre

 

Les extraterrestres cherchent-ils à améliorer notre patrimoine génétique ?

Selon les partisans de la théorie des anciens astronautes, les premiers hommes se seraient accouplés avec des êtres d’origine extraterrestre. L’ADN humain aurait été analysé sous toutes les coutures et il semble ou tout du moins, selon certains, qu’un changement de 7% aurait été observé. 7% ce n’est pas grand-chose, mais ça peut tout changer et cela prouverait que notre ADN aurait pendant une brève période, changé de façon significative. Voilà comment en venir à la conclusion suivante : nous serions la descendance d’accouplements entre extraterrestres et humains.

Ishtar…représentation plus récente pour une fête se situant à …Pâques!

Il est vrai que de nombreuses cultures et autres mythologies, des légendes s’approchant de cette théorie y sont inscrites à l’encre rouge. Mais cela est-il vraiment crédible ? Si cela s’avérait exact, quel aurait réellement été le but de ces extraterrestres ? En tant qu’humains, nous sommes relativement insignifiants, du moins à ce qu’il semble. Dans la bible, ce serait des anges déchus qui auraient copulé avec les filles des hommes, de nombreux écrits se rejoignent donc, à ça près.

Ishtar…venue des étoiles!

On peut se demander alors si ces soi-disant extraterrestres (et/ou intraterrestres) n’auraient pas voulu en s’unissant avec les terriens, manipuler leur ADN de façon à ce qu’il contienne un peu du leur. Mais pourquoi auraient-ils fait cela ? Toujours selon la bible, les enfants nés de ces unions auraient porté le doux nom de ‘’Nephilims’’. S’ils ont réellement existé, il est très clair que nous devrions être capables d’en apporter la preuve. Selon certains, des squelettes à la taille hors norme auraient été découverts, mais aujourd’hui, personne ne sait ce qu’ils sont devenus. Il semble d’ailleurs que des squelettes similaires aient été retrouvés partout à travers le monde. Certains vont plus loin en affirmant que les extraterrestres eux-mêmes auraient provoqué le déluge alors qu’ils se seraient aperçus que leur petite expérience prenait un bien mauvais chemin.


EN COMPLÉMENT:

                                       LES NEPHILIMS

« Les Néphilim étaient sur la terre à cette époque et aussi après, quand les fils de Dieu allèrent vers les filles des hommes et eurent des enfants par elles. » – Genèse 6: 4

Qui étaient les « fils de Dieu »? C’étaient des anges et ils se sont alliés à des femelles humaines (« filles d’hommes ») pour créer une race hybride d’anges humains (les Nephilim), dont certains sont réputés être encore en vie de nos jours. A quoi ressemble le sexe avec des anges? On dit qu’une fois ange, on ne retourne jamais à l’homme. Avoir des relations sexuelles avec des anges est-il dangereux? Y a-t-il une vérité derrière la rumeur selon laquelle les anges sont obsédés par les cheveux des femmes, comme l’a suggéré saint Paul? Le sexe avec des anges est-il le sexe le plus pur ou le plus sale?



 

 

 

Aujourd’hui, de nombreux témoins affirment avoir été enlevés par des extraterrestres. Qu’en est-il vraiment ? Quel intérêt auraient-ils à faire cela ? Certains disent également avoir été approchés par des succubes, elles auraient toujours selon eux, eu des rapports sexuels avec eux. Tous les témoignages se regroupent d’une certaine façon puisque tous relatent avoir retrouvé un seul cheveu blonds sur leur drap. L’un d’entre eux aurait d’ailleurs été analysé en laboratoire, il aurait subi une analyse ADN et le résultat aurait été plutôt inhabituel car le cheveu était transparent. L’être dont il dépendait aurait été très clair et aurait sans aucun doute eu les yeux bleus, comme le stipulent tous les témoins. L’ADN en somme n’était absolument pas naturel.

Marduk

Que croire alors ? Les extraterrestres enlèvent-ils des humains pour accomplir sur eux de mystérieuses expériences ? Est-il vrai qu’ils volent également des fœtus à certaines femmes enceintes ? Que feraient-ils de ces fœtus ? Des expériences sur leur ADN ? Des clonages ? Un homme raconte avoir vu à deux reprises une extraterrestre. La première fois, il aurait couché avec un succube et la deuxième fois, il l’aurait de nouveaux aperçu mais cette fois-ci avec la créature, une enfant. Selon ses dires, il aurait tout de suite compris qu’un lien fort l’unissait à l’enfant et pour cause, puisque elle aurait été la sienne. 

Nous allons répondre à ces questions qui originent de la Grande Prophétie et qui nous influencent davantage depuis le 21 décembre 2012!
 

DANS L’ANCIENNE MÉSOPOTAMIE …UNE ÉTUDE RATIONNELLE

 

La sexualité était au cœur de la vie dans l’ancienne Mésopotamie, une région du Proche-Orient ancien souvent décrite comme le berceau de la civilisation occidentale, correspondant à peu près à l’Irak moderne, au Koweït et à certaines parties de la Syrie, de l’Iran et de la Turquie. Ce n’était pas seulement ainsi pour les humains ordinaires mais pour les rois et même les divinités.

Les divinités mésopotamiennes ont partagé de nombreuses expériences humaines, avec des dieux se mariant, procréant et partageant des tâches domestiques et familiales. Cependant, lorsque l’amour échouait, les conséquences pourraient être terribles au ciel et sur la terre.

Les érudits ont observé les similitudes entre la «machine à mariage» divine trouvée dans les œuvres littéraires anciennes et la parade historique des mortels, bien qu’il soit difficile de les démêler, plus particulièrement dans les soi-disant «mariages sacrés», qui ont vu les rois mésopotamiens épouser des divinités. .

Sexe divin

Les dieux, étant immortels et généralement d’un statut supérieur à l’être humain, n’avaient pas strictement besoin de relations sexuelles pour maintenir leur population, mais les aspects pratiques de la question semblent avoir peu contribué à freiner leur enthousiasme.

Les relations sexuelles entre divinités mésopotamiennes ont inspiré une grande variété de récits. Ceux-ci incluent des mythes sumériens tels qu’Enlil et Ninlil et Enki et Ninhursag , où il a été démontré que les interactions sexuelles compliquées entre divinités impliquaient la duperie, la tromperie et le déguisement.

La déesse Ishtar telle que représentée dans Mythes et légendes de Babylone et d’Assyrie, 1916, de Lewis Spence.

 

Dans les deux mythes, une divinité masculine adopte un déguisement, puis tente d’obtenir un accès sexuel à la divinité féminine – ou d’éviter la poursuite de son amant. Dans la première, la déesse Ninlil suit son amoureux, Enlil, jusqu’aux Enfers, et cherche des faveurs sexuelles pour obtenir des informations sur l’endroit où se trouve Enlil. La présence d’une fausse identité dans ces mythes est utilisée pour faire le tour des attentes de la société en matière de sexe et de fidélité.

La trahison sexuelle pourrait être condamnée, non seulement pour les amants errants, mais pour l’ ensemble de la société . Lorsque la reine des enfers, Ereshkigal, est abandonnée par son amant, Nergal, elle menace de ressusciter le cadavre s’il ne lui est pas rendu, faisant ainsi allusion à son droit à la satiété sexuelle.

La déesse Ishtar fait la même menace face à un rejet romantique du roi d’Uruk dans l’épopée de Gilgamesh. Il est intéressant de noter qu’Ishtar et Ereshkigal, toutes deux soeurs, utilisent l’une des menaces les plus puissantes à leur disposition pour résoudre les problèmes du cœur.

Ancienne empreinte de sceau de cylindre sumérien montrant Dumuzid en train d’être torturé aux enfers par les galla…des démons.

Les intrigues de ces mythes mettent en évidence le potentiel de tromperie pour créer une aliénation entre les amoureux pendant les parades. Le parcours amoureux de ces mythes et son utilisation complexe de l’imagerie littéraire ont établi des comparaisons savantes avec les travaux de Shakespeare .

Poésie d’amour

Les auteurs anciens de la poésie d’amour sumérienne, décrivant les exploits de couples divins, montrent une richesse de connaissances pratiques sur les étapes de l’excitation sexuelle féminine. Certains chercheurs pensent que cette poésie a toujours eu un but éducatif: enseigner aux jeunes amants inexpérimentés de l’ancienne Mésopotamie les relations sexuelles. Il a également été suggéré que les textes avaient des objectifs religieux, voire une puissance magique .

Plusieurs textes parlent de la cour d’un couple divin, Inanna (l’équivalent sémitique d’Ishtar) et de son amant, la divinité des bergers Dumuzi. La proximité des amants est illustrée par une combinaison sophistiquée de poésie et d’images sensuelles, ce qui constitue peut-être un exemple édifiant pour les nominés de Bad Sex in Fiction de cette année .

 

*Représentation d’Ishtar retrouvée à Babylone.

 

 

Dans l’un des poèmes, des éléments de l’excitation sexuelle de l’amante sont répertoriés, de la lubrification accrue de sa vulve au «tremblement» de son point culminant. Le partenaire masculin est présenté se délectant de la forme physique de son partenaire et lui parlant gentiment. La perspective féminine sur l’amour est soulignée dans les textes à travers la description des fantasmes érotiques de la déesse. Ces fantasmes font partie des préparatifs de la déesse en vue de son union et contribuent peut-être à sa satisfaction sexuelle.

Dans l’un des poèmes, des éléments de l’excitation sexuelle de l’amante sont répertoriés, de la lubrification accrue de sa vulve au «tremblement» de son point culminant. Le partenaire masculin est présenté se délectant de la forme physique de son partenaire et lui parlant gentiment. La perspective féminine sur l’amour est soulignée dans les textes à travers la description des fantasmes érotiques de la déesse. Ces fantasmes font partie des préparatifs de la déesse en vue de son union et contribuent peut-être à sa satisfaction sexuelle.

Le «Burney Relief», censé représenter soit Ishtar, la déesse de l’amour et de la guerre mésopotamienne, ou sa sœur aînée Ereshkigal, reine des enfers (environ le XIXe ou le XVIIIe siècle av. J.-C.).

Bonne déesse, heureux royaume

Le sexe divin n’était pas l’apanage des dieux, mais pouvait aussi impliquer le roi humain. Peu de sujets de Mésopotamie ont autant captivé l’imagination que le concept de mariage sacré. Dans cette tradition, le roi historique mésopotamien serait marié à la déesse de l’amour, Ishtar. Il existe des preuves littéraires de tels mariages remontant à la Mésopotamie très tôt, avant 2300 av. J.-C., et le concept a perduré bien plus tard.

La relation entre les rois historiques et les divinités mésopotamiennes était considérée comme essentielle au maintien de l’ordre terrestre et cosmique. Pour le monarque mésopotamien, la relation sexuelle avec la déesse de l’amour impliquait donc probablement une certaine pression.

 

Statuette d’une femme nue, peut-être la Grande Déesse de Babylone (ou Ishtar). De la nécropole de Hillah, près de Babylone.

Certains érudits ont suggéré que ces mariages impliquaient une expression physique entre le roi et une autre personne (telle qu’une prêtresse) qui incarnait la déesse. L’opinion générale est à présent que s’il s’agissait d’un acte physique relatif à un rituel du mariage sacré, il aurait été conduit de manière symbolique plutôt que charnelle, le roi partageant peut-être son lit avec une statue de la divinité.

L’imagerie agricole était souvent utilisée pour décrire l’union de la déesse et du roi. Le miel, par exemple, est décrit comme doux comme la bouche et la vulve de la déesse.

Une chanson d’amour de la ville d’Ur entre 2100 et 2000 avant JC est dédiée à Shu-Shin, le roi et Ishtar:

«Dans la chambre à coucher dégouttant de miel, laissez-nous profiter encore et encore de votre charme, de la douceur. Lad, laisse-moi te faire les choses les plus douces. Mon précieux chéri, laisse-moi t’apporter du miel. »

Le sexe dans cette poésie d’amour est décrit comme une activité agréable qui renforce les sentiments amoureux d’intimité. Ce sentiment de proximité accrue a été considéré comme apportant de la joie au cœur de la déesse, résultant en une fortune et une abondance pour toute la communauté – illustrant peut-être une première version mésopotamienne de l’adage «épouse heureuse, vie heureuse».

La présentation diversifiée du sexe divin crée en quelque sorte un mystère autour des causes de l’accent culturel mis sur la copulation cosmique. Alors que la présentation du sexe divin et du mariage dans l’ancienne Mésopotamie servait probablement de nombreux objectifs, certains éléments des relations intimes entre dieux témoignent d’un report aux unions mortelles.

Alors que la malhonnêteté entre amants pouvait mener à l’aliénation, les interactions sexuelles positives comportaient de nombreux avantages, notamment une plus grande intimité et un bonheur durable.

 


Chaînon du règne animal ou créé spontanément, l’homme a dû forcément être édité à plusieurs exemplaires, en plusieurs prototypes fort différents et qui n’évoluèrent pas tous selon les mêmes normes.

 

 

De plus, notre globe, au cours de son existence, subit vraisemblablement des
bombardements radioactifs naturels ou provoqués, générateurs de mutations accélérées ( Les nations dites « atomiques », pour se débarrasser de leurs déchets radioactifs,les jettent clandestinement au fond des océans. Il est à peu près inévitable que des monstres naissent dans les zones infestées. La radioactivité terrestre détermine elle aussi des mutations accélérées et les enfants monstrueux naissent en grand nombre, mais bien entendu, le fait est tenu secret.
Des espèces disparurent dans certains points du globe — par exemple le cheval en Amérique – d’autres prirent un caractère anarchique, monstrueux.
Une espèce irradiée put subir un développement soudain et extraordinaire de ses facultés intellectuelles : l’homme serait-il le produit d’une de ces heureuses mutations?
Une raison milite en faveur de cette thèse : la procréation lente, hasardeuse de l’humanité, contrairement à ce qui se passa pour les autres animaux. Or, on sait qu’une des premières conséquences de l’irradiation est précisément de détériorer l’engendrement.
S’il y eut un premier homme — Adam — ou une première femme – Eve – à exemplaire unique et spontané, l’un ou l’autre, pour assurer sa continuité , dut avoir des rapports sexuels, soit avec les animaux dont il était issu, soit avec des animaux d’une espèce différente.
 On peut admettre que le premier être humain fut hermaphrodite. Cette thèse est d’ailleurs presque classique.
S’il y eut plusieurs prototypes humains, ce qui est très probable, ils furent tous obligatoirement dissemblables. De toute façon, de l’exemplaire unique ou des différents prototypes découlèrent naturellement des monstres, et il est intéressant d’étudier si, en cette conjecture, ces monstres eurent un rapport direct avec ceux de la mythologie et, par conséquent, avec les héros et demi-dieux qui jouèrent un rôle énigmatique dans la protohistoire de l’humanité.
Pour les biologistes, l’accouplement entre animaux de différentes espèces, s’il est possible en fait, est obligatoirement stérile quant au résultat.
Pourtant, certains mettent en doute cette théorie, d’autant qu’elle ne répond à aucun critère scientifique .
 En 1965, le Pr Henry Harris et le Dr J.F. Watkins d’Oxford ont localisée la
fusion des cellules d’hommes et de souris, et obtenu des cellules hybrides.
D’autres mariages ont réussi entre espèces et entre ordres différents. Ainsi, au niveau cellulaire, l’hybridation entre mammifères et poissons, et peut-être entre oiseaux et plantes est possible. Le ménage cellulaire a reçu le nom de « hétérokaryon ».

Il est certain que de nombreuses expériences ont été tentées entre des animaux inférieurs : souris, chats, cobayes, etc., mais jamais, semble-t-il, entre des animaux et des êtres humains.
Il n’est pas du tout exclu qu’une femme puisse avoir des enfants à partir d’un animal mâle, et l’aventure de Thérèse X. à Vichy, semble en fournir la preuve.
La jeune fille (seize ans) vivait avec son père et un petit singe dans une roulotte stationnant sur un terrain vague. Un jour, Thérèse se trouva enceinte, et les gendarmes, soupçonnant peut-être une affaire d’inceste, firent une enquête discrète.
Le père de la jeune fille, homme fort ignorant mais d’esprit très chrétien, fut
rapidement mis hors de cause, d’autant qu’il croyait très sincèrement que par l’opération du Saint-Esprit, exactement comme à Bethléem (et pourquoi pas?), son humble roulotte allait être honorée d’une naissance miraculeuse !
.Enfin, la fille accoucha normalement… mais ce fut un monstre à la fois singe et homme qu’elle mit au monde. L’être était non seulement vivant mais parfaitement viable.
Thérèse avoua alors ses amours coupables avec le singe, si bien que le produit du couple fut supprimé par piqûre quelques jours après sa naissance.
Le Dr T…, de Vichy, fit des études sur le monstre; son rapport scientifique et l’enquête judiciaire sont conservés aux archives de la ville.
Le problème de l’hybridation animale serait donc remis en question; d’autre part, ce qui est vrai pour les animaux en général ne l’est peut-être pas pour l’homme en particulier, celui-ci jouissant, à n’en pas douter, d’un privilège exceptionnel qui s’exprime par son psychisme, son intelligence, et peut-être par ses facultés de reproduction.
On pourrait aussi spéculer sur le fait que les hommes venus d’une autre planète, qui firent des enfants aux Terriennes, n’étaient peut-être pas exactement conditionnés comme nous? Il n’est pas impossible, par surcroît, que leurs connaissances scientifiques leur aient donné le pouvoir d’assurer des procréations entre humains et animaux, par exemple à titre expérimental.

 

Si nos modernes cosmonautes atterrissent un jour sur une planète où la vie humaine normale est soumise à des obstacles majeurs, il est permis de penser qu’ils essaieront par insémination artificielle de créer sur cette planète une espèce hybride, mi-terrestre, mi-autochtone?
De toute façon, la science du futur vaincra fatalement ce qui est pour le moment une difficulté insurmontable, et le problème des monstres mythologiques eut peut-être une solution favorable en fonction de la science mystérieuse des cosmonautes d’Hyperborée.
Les traditions andines assurent que notre humanité descend d’une cosmonaute vénusienne : Orejona, et d’un père qui était un tapir; le biologiste espagnol Garcia Beltran accueille cette assertion avec un certain préjugé favorable.

La Genèse selon le Livre d’Enoch

Dessin mural de Pompéi représentant Parsipaé et son taureau.

L’accouplement entre femmes et bêtes tient une place importante dans les traditions, surtout en Egypte et en Grèce.

L’accouplement de Pasipae avec le taureau fut repris dans toutes les traditions et inspira de grands artistes comme ici Osuna.

La très belle Pasiphaé, en proie à une irrésistible passion érotique, voulut connaître l’amour avec un taureau blanc qui la rendit mère du Minotaure.
Les Propoétides se prostituaient à tout venant et ne craignaient pas de provoquer le rut des animaux, ce qui lut — dit-on aussi — le cas des belles Arméniennes et Lydiennes qui consacraient au culte très impudique de la déesse Anaïtis (l’Anahid des Orientaux).

Anaïtis (ou Anahit)
Anahit, déesse de la fertilité et des naissances, était la fille (ou l’épouse) du grand dieu Aramazd; elle fut identifiée avec Artémis ou Aphrodite.
Tête d’Anahit
Timbre à l’effigie d’Anahit
La « Grande Dame Anahit » était l’une des déesses les plus aimées et honorées du panthéon arménien; elle était souvent représentait avec un enfant dans ses bras, et la tête revêtue de la coiffe particulière aux femmes arméniennes; elle était aussi considérée comme une déesse guerrière et une déesse de l’eau.
Les temples dédiés à Anahit étaient établis à Armavir, Artashat, Ashtishat. Strabon raconte que la prostitution sacrée avait lieu dans ces sanctuaires mais les écrivains chrétiens locaux n’en parlent pas.
D’après Plutarque le temple d’Eriza était le plus riche et le plus réputé d’Arménie avec une magnifique statue en or de la déesse. Cette statue fut mise en pièces par les armées de Marc-Antoine mais elle fut remplacée par une nouvelle statue et vénérée jusqu’à l’investiture de Grégoire l’Illuminateur, le premier catholicos de l’Arménie en 314.

Dans la grotte magdalénienne de Lussac-les-Châteaux (Vienne), furent trouvés des galets à représentation humaine, où l’on voit des hommes dont la tête a un caractère canin nettement accusé.
Sans doute aussi faut-il accorder une particulière attention au chapitre LXXXIV (section 17) du Livre d’Enoch, où l’auteur décrit, d’après une vision, de très ( (ranges scènes de procréation :
2. – Voici un taureau sortant de la terre,
3. – Et ce taureau était blanc.
4. – Ensuite sortit une génisse et avec elle deux jeunes veaux dont l’un était noir et l’autre rouge.
Note : le taureau blanc (couleur de justice) désigne Adam; la génisse est Eve; le veau noir est Caïn; le veau rouge est Abel.
Chapitre LXXXV. – Enoch enregistre la prolifération des taureaux, des génisses et poursuit :
6. – Je regardai et admirai ces choses et voici que les taureaux commencèrent à entrer en feu et à monter sur les génisses; celles-ci ayant conçu mirent au monde des éléphants, des chameaux et des ânes…
Puis, on trouve la narration d’une bataille entre éléphants, taureaux et autres bêtes, puis l’érection de la tour de Babel, suivie d’une grande confusion terrestre avec aboutissement à Noé et au déluge.
Cette genèse, très différente de la genèse biblique, tendrait à faire croire conjointement
avec les mythologies qu’il y eut une mystérieuse interférence entre les taureaux et les
hommes. Quel que soit le sens que l’on donne aux taureaux et aux génisses, (êtres humains ou
animaux véritables), Enoch précise bien que les autres bêtes furent enfantées par eux, qu’ils
eurent pour mère soit une génisse, soit, et c’est beaucoup plus probable : une femme.
Une tradition des tribus indiennes de l’Amérique du Nord, rapportée par le père Charlevoix, prétend que tous les humains ayant été détruits par un grand cataclysme, Dieu, pour repeupler la terre, avait changé les animaux en nommes.
Certes, nous n’accordons pas un grand crédit à ces relations, mais il est curieux de noter que les peuples anciens, à tort ou à raison, ne jugeaient pas impossibles les engendrements entre animaux d’espèces différentes.

Oannès ,le dieu venu de la mer qui enseignait.

Oannès l’initiateur-poisson
On ne sait pas si les Chaldéens étaient de même race que les Hébreux — et c’est peu probable — toujours est-il que leurs traditions porteraient à croire qu’un étrange personnage,
ni homme ni bête, est leur ancêtre supérieur : Oannès, à la fois dieu et civilisateur des peuples de Babylone (1).
(1) Oannès, Oan = Ogen, Okean, Okéanos = Oceanos. C’est le Janus sagace et
initié des Romains, et aussi le Prométhée des Grecs.
On le représente sous la forme d’un monstre moitié homme, moitié poisson — on a dit
aussi moitié grenouille – qui venait de la « mer Érythréenne » (golfe Persique et mer Rouge).
Il avait deux têtes, l’une d’homme, l’autre de poisson, des jambes qui s’adaptaient à sa queue et il était doué de parole.

Chaque matin, il sortait de la mer pour venir parmi les humains enseigner les sciences,
les arts, les lettres et l’agriculture.
En syriaque, Oannès signifie étranger, ce qui renseigne bien imparfaitement sur
l’origine de ce dieu grand initié.
Était-ce les vêtements d’Oannès qui lui donnaient une ressemblance avec les poissons,
ou bien était-il, par quelque miracle incroyable, le résultat d’un croisement monstrueux (1)?
(1) Le 1er novembre 1964, une chienne de Courthezon (Vaucluse) a mis bas sept
chiots, dont six ressemblent étrangement à des poissons : museau allongé, pas d’oreilles,
pattes palmées, corps aminci en fuseau et se terminant en « queue de poisson ». La peau
elle-même a l’apparence luisante des écailles. Serait-ce là une preuve de croisement
monstrueux ou de mutation fantastique? De toute façon le fait existe, même s’il est
inexplicable.
Notre logique nous inclinerait plutôt à voir en cet être extraordinaire, s’il a existé, le
représentant d’une race extraterrestre venu sur Terre dans un engin spatial, analogue à un
sous-marin, ou pouvant se comporter après atterrissage comme une sorte d’habitation sousmarine.
En tout cas, il reste que les hommes à constitution physique anormale n’étaient pas
faits pour effrayer les peuples anciens, comme si la monstruosité avait été non pas l’exception,
mais un phénomène assez commun.
De si loin qu’elles surgissent, ces traditions, ces légendes, souvent, forment la
substance essentielle à la compréhension de l’histoire inconnue des hommes, même si elles
paraissent s’opposer aux lois scientifiques d’une évolution universelle beaucoup plus
aventureuse qu’on le croit !
Car enfin, si le monde a été détruit plusieurs fois, si des déluges ont noyé l’humanité,
comment l’évolution aurait-elle pu se poursuivre sans altérations profondes?
Altérations que d’ailleurs on trouve à profusion dans tous les règnes !
Les monstres, les bêtes fantastiques, les hommes physiquement extraordinaires ne
pourraient-ils trouver une place logique, rationnelle dans l’acheminement de la matière, de
l’intellect et du psychisme vers le dernier maillon actuel de la chaîne : l’homme !
Est-il insensé de croire que lors de la création des premiers hommes, certains mutants
doués d’intelligence et peut-être de perversion engagèrent avec l’homo sapiens une lutte
implacable dont l’enjeu était la suprématie terrestre?
La Bête Fantastique
Les traditions de tous les pays rapportent que des géants ou que des bêtes
monstrueuses, parfois semi-humaines, parfois entièrement animales, exigeaient des rançons
de jeunes garçons ou de jeunes vierges, ou décimaient les populations.
On peut se demander jusqu’à quel point ces monstres : Minotaure, Sphinx, Volta,
géants, dragons ou créatures sataniques, pouvaient perpétuer le souvenir d’un très antique
fléau.
Dans le labyrinthe de la mort, les hommes normaux finirent par l’emporter sur la Bête
Fantastique, l’évolution humaine put s’opérer librement et le peuplement du globe acquérir un
rythme naturel.
La Bête Fantastique des Anciens était-elle un symbole, un mutant redoutable, une véritable bête ou un pollen de mort?

Sous le voile de la fable et de la légende, se cache une vérité que nous craignons
d’identifier.
La mémoire des hommes n’a le pouvoir de conserver exact un souvenir que durant une
quarantaine d’années; plus loin dans le temps, les faits commencent à se déformer et entrent
peu à peu dans la légende.
Les guerres napoléoniennes seraient depuis longtemps devenues des chansons de
geste, si les chroniqueurs ne les avaient consignées par écrit.
Le souvenir des monstres semi-humains est donc entré dans un merveilleux où il sied
de discerner la parcelle de vérité initiale.
La formidable Bête de Gévaudan n’était même pas un loup ordinaire, mais un gros
chat ou loup-cervier !
La bataille titanesque qui opposa Roland aux Sarrasins dans le défilé de Roncevaux fut
tout au plus une escarmouche !
En général, les petits faits anciens sont démesurément grossis, mais s’ils ont été
démesurément importants, il arrive, au contraire, qu’ils soient relativement minimisés.
Par exemple, la guerre des Titans contre Zeus, qui ébranla l’Olympe et fit trembler les
dieux, fut vraisemblablement un cataclysme universel où sombra une grande partie de
l’humanité !
Entre ces extrêmes, quelle valeur doit-on donner aux monstres antiques? Et
notamment aux Cyclopes, Minotaures, Titans, Gorgones, Faunes, Anges, Ogres, Hydres, au
Léviathan et au Béhémoth des mythologies et des traditions?
Le docteur américain I. Velikovsky a prouvé – et personne ne songerait à le contredire
– que le déluge date approximativement de l’an 1500 av. J.-C. et qu’un cataclysme universel,
un passage de comète pense-t-il, troubla profondément la Terre 1 500 ans avant notre ère.
Dans la pensée d’Aristote, notre système solaire était régulièrement perturbé et remis
en place au cours de « l’Année suprême », laquelle comportait un grand hiver dit Kataklusmos
(déluge, catastrophe) et un grand été appelé ekpyrosis (incendie), ce qui rejoint l’explication
de I. Velikovsky = déluge universel et incendie du monde.
Les monstres mythologiques datant du dernier déluge auraient-ils été engendrés à la
suite des irradiations produites par le passage d’une comète?
La Bible ne faisant pas état de cette prolifération de bêtes extraordinaires, nous
pensons devoir reporter leur apparition avant le déluge, c’est-à-dire à l’époque indéterminée
(on a avancé le chiffre de 9 000 années) où, selon nos hypothèses, le globe aurait été atomisé
en Amérique et dans le désert de Gobi.
Ensuite, les quelques rescapés de la catastrophe, irradiés, auraient pu engendrer des
monstres et leur disputer le droit de survivre. Peut-être même, s’ils furent très peu nombreux,
durent-ils, pour perpétuer leur race, avoir des relations sexuelles avec des animaux?
Les monstres sont-ils plus anciens encore? Datent-ils des temps primhistoriques où
l’homme fut créé par mutations exceptionnelles? Il est difficile de le croire, car le souvenir en
serait tellement lointain que la mémoire n’eût pu en garder la moindre trace.
Si nous ne sombrons pas à la façon des exégètes classiques qui font de la Terre le
centre du monde, nous pouvons essayer une meilleure explication !
Les géants
Pourquoi ne pas continuer à envisager que la Terre a été une sorte de parc zoologique
et de jardin des plantes d’une humanité extraplanétaire?
Comme tout alors s’enchaîne, s’éclaire et devient logique : des commandos d’hommes
venus d’une autre planète atterrissent sur notre globe, apportent une civilisation, des semences
de plantes inconnues, des spécimens d’animaux qu’ils espèrent acclimater.
104
Certes, ils trouvent des Terriens et essaient, soit de les coloniser, soit de s’intégrer à
eux, mais non sans risques, sans payer la dîme du sang, car ces cosmonautes ne sont pas
biologiquement identiques à nous.
Leur union avec les femmes des hommes produira donc des enfants plus grands que la
normale terrestre, soit, avec le grossissement du temps : des géants.
L’existence de ces géants avant le déluge dit universel est attestée par tous les peuples
anciens (1).
(1) On a trouvé dans une grotte d’Alguetca, près de Mangliss (II.R.S.S.) des
squelettes d’hommes mesurant 2,80 m à 3 mètres (l’ouilles du Caucase – 1964).
D’après une tradition des Indiens Cholula, consignée dans un manuscrit du Vatican, «
avant la grande inondation qui eut lieu 4 008 ans après la création du monde, le pays
d’Anahuac était habité par des géants; tous ceux qui ne périrent pas furent transformés en
poissons… ».
En Egypte, « les géants étaient en guerre contre les hommes et émigrèrent en revêtant
des formes d’animaux ».
Les rabbins juifs ont essayé d’établir, d’après des souvenirs trop lointains pour être
précis, que la taille du premier homme atteignait plusieurs centaines de pieds. La Bible parle
longuement des géants et notamment du dernier d’entre eux, le roi de Basan, Og, qui périt
dans sa lutte contre Moïse. Cet Og, semi-légendaire, dut avoir des descendants puisque les
Hébreux eurent encore de longues guerres à soutenir contre eux.
Les Thaïlandais anciens prétendaient que les hommes des premiers temps étaient d’une
taille colossale, et les Nordiques, se référant à des traditions hyperboréennes, disent que les
premiers êtres de la création étaient grands comme des montagnes.
Toutefois, compte tenu de « l’agrandissement » qui est un fait habituel à la légende, à
l’imagination et au temps, on doit penser que ces géants antiques ne mesuraient guère plus de
deux mètres.
Les fantastiques géants de Nicolas Henrion !
Un numismate et historien du XVIIe siècle, Nicolas Henrion, fit à ce sujet une étude
curieuse mais dénuée de fondements sérieux, que nous rapportons pour son pittoresque.
D’après une certaine loi de décroissance, Henrion déterminait, disait-il, avec une
exactitude rigoureuse, les variations de la taille des hommes depuis leur création originelle.
Il en résulterait qu’Adam « avait dû avoir » 123 pieds 9 pouces (soit environ 49
mètres!), Noé 103 pieds, Abraham 27, Moïse 13, Hercule 10, Alexandre 6, César 5, etc.

Les géants d’Hyperborée

 

La mythologie grecque donne une indication, qui tendrait à accréditer la thèse
d’hommes extraplanétaires plus grands et plus intelligents que les hommes de la Terre. En
effet, les géants étaient invincibles et les dieux mêmes ne pouvaient les vaincre qu’avec le
secours des mortels, ce qui, en tenant compte de l’exagération, pourrait fort bien se rapporter à
des êtres beaucoup plus civilisés que les Terriens et paraissant de ce fait invulnérables.
A l’appui de cette thèse, nous rappelons que les Nordiques situent la patrie des géants
vers cette Thulé où, pense-t-on, durent atterrir les premiers êtres venus d’une planète, car les

Hyperboréens selon les traditions celtiques et Scandinaves fournirent la race des hommes
supérieurs qui sombra avec leur continent, quand se produisit le cataclysme atomique
américain et asiatique.
Les géants hyperboréens auraient actuellement une descendance avec les « sumotori »
(lutteurs de sumo) qui, au Japon, sont des personnages de haute popularité se situant, dans la
hiérarchie, immédiatement après les dieux et l’empereur.
Leur force est prodigieux, leur poids peut atteindre 200 kg et leur taille 2,40 m.
Au début, écrit l’historien Pierre Darcourt, les sumotori se recrutaient chez les géants
Aïnous à la peau claire (1).
(1) Le Monde et la Vie, N° 141, février 1965.
Les Aïnous sont des Blancs, des proto-Caucasiens, qui auraient émigré à travers la
Sibérie. Leur dieu « Kamu » englobait le soleil, le vent, l’océan et l’ours.
Ces montagnards de l’Hokkaïdo, velus, lourds et puissants, buveurs d’alcool chaud,
étaient de formidables lutteurs…
Les autres Japonais, de teinte cuivrée, seraient originaires des îles polynésiennes, de la
Malaisie et de la Chine. Ils avaient, grâce à leur science et à leurs armes perfectionnées,
vaincu les géants.
Les vainqueurs, poursuit Pierre Darcourt, avaient emporté en croupe, vers le sud, les
belles femmes blanches (de leurs adversaires) et de leurs accouplements étaient nés des
géants asiates qui devinrent les premiers gardes du corps de l’empereur.
Selon cette thèse, le Japon du Nord pourrait donc être considéré comme étant
l’Extrême-Occident du globe avec ses autochtones hyperboréens, ou peut-être encore comme
un îlot préservé de l’antique terre de Mû dont les habitants étaient de même race extraterrestre
que ceux d’Hyperborée.
Il ne s’agit là que d’un indice, mais qui s’ajoute à une foule d’autres et milite dans le
sens de notre hypothèse d’ancêtres supérieurs venus de Vénus ou d’une étoile.
De ces Hyperboréens extraplanétaires, auraient découlé en premier lieu les « hommes
géants et fameux » cités par la Bible et enfin, par altération, accouplements monstrueux (les
fils du Ciel dévoyés de la Genèse) ou irradiation, les monstres semi-humains de la légende et
les géants à forme animale qui « émigrèrent en Egypte ».
A moins de nier purement et simplement l’existence des géants et des monstres
antiques, et alors il faut réfuter la Bible, les Apocryphes et toutes les traditions, nous ne
concevons aucune autre explication rationnelle à opposer à cette interprétation.
mes-taureaux (le Minotaure), ces faunes à jambes de bouc, ces sphinx à tête de femme,
ces gorgones, ces sirènes, etc.
Les géants de la Bible
Les géants, d’après la Bible, étaient bien des êtres supérieurs puisqu’ils engendrèrent
l’élite des peuples : rois, héros, initiés.
C’est ce que relate la Genèse, chapitre VI, verset 4 :
Or, il y avait des géants sur la terre en ce temps-là. Car depuis que les enfants de
Dieu eurent épousé les filles des hommes, il en sortit des enfants qui furent des hommes
puissants et fameux dans le siècle.
Nous voilà donc avec une explication sur les géants qu’il suffit d’appliquer au règne
animal pour avoir la clef de l’énigme.

En premier lieu, ces « enfants de Dieu » venus sur Terre pour voler les filles des
hommes ou violer leurs épouses ne forniquèrent-ils pas avec certaines bêtes?
De nos jours encore, ces pratiques anormales sont courantes chez les obsédés sexuels
et à plus forte raison le furent-elles chez des êtres sans doute sevrés d’amour depuis fort
longtemps !
Les cosmonautes purent fort bien engendrer des enfants monstrueux, mi-hommes mi-chevaux
ou mi-hommes mi-vaches…
Par ailleurs, le cheptel animal qu’ils lâchèrent dans la nature terrestre dut avant de
disparaître ou de s’acclimater, et à la suite de croisements naturels perturbés ou
d’accouplements extraordinaires, passer par des stades d’où la monstruosité physique découlait
obligatoirement.
Et voilà peut-être expliqué à la fois ces humains géants, ces hommes-chevaux (les
centaures), ces hommes-taureaux (le minotaure), ces faunes à jambes de bouc, ces sphinx à
tête de femme, ces gorgones, ces sirènes, etc…

Les monstres contre les hommes
A corps monstrueux, esprit tortueux, dit la sagesse populaire !
Ces êtres déformés par la légende, car le Minotaure, par exemple, n’était sans doute
qu’un géant à mufle de taureau, ou bien ces mutants, pour reprendre aussi la thèse de
l’irradiation, voulurent-ils jouer un rôle dans la société?
C’est probable, et ils trouvèrent alors, dans les êtres normaux,- des adversaires décidés
à préserver leurs prérogatives et leur race.
D’où une guerre quasi fratricide qui, durant de longues années, endeuilla l’humanité.
Les monstres avaient pour eux la force, la brutalité, au service d’une intelligence
bornée…
Les hommes avaient moins de force physique, mais une intelligence plus subtile, et ils
étaient le nombre.
Les « Bêtes mythologiques » firent de la jeunesse humaine un carnage rappelé par les
sacrifices, les tributs de sang frais, mais finalement, les héros, entendez par là les « Géants »,
fils des extraplanétaires et des filles des hommes, eurent raison de la tyrannie des êtres
anormaux.
Peut-être aussi pouvons-nous penser qu’en souvenir impérissable de la grande bataille
des temps antiques, les hommes vainqueurs érigèrent les seize cents monstres énigmatiques
du Temple de Karnak, et à l’ouest des Pyramides de leurs connaissances, la statue colossale de
l’ennemi héréditaire vaincu : le Sphinx .
Quelle magnifique épopée pour les bardes antiques et comme on comprend
l’enthousiaste métamorphose qu’ils firent des événements !
Les héros victorieux furent certainement promus demi-dieux, mais la vérité nichait au
fond de l’affabulation !
Exhortation du Dieu jaloux
La Bible nous apporte à ce sujet des précisions du plus haut intérêt.
Dans Exode (chap. XXXIV) le Seigneur, qui se nomme lui-même le Dieu jaloux, fait
ses recommandations aux Hébreux.
15. — Ne faites point alliance avec les habitants de ce pays-là…
16. – Vous ne ferez point épouser leurs filles à vos fils…

24. – Car lorsque j’aurai chassé les nations de devant votre face, et que j’aurai étendu
les limites de votre pays…
Il s’agit, bien entendu, de montrer l’alliance du Seigneur avec les tribus d’Israël, mais
un peu plus loin, dans Lévitique (chap. XVIII) Dieu donne une étrange raison qui fait des
Hébreux le « Peuple élu » :
22. – Vous ne commettrez point cette abomination où l’on se sert d’un homme comme si c’était une femme.
23. – Vous ne vous approcherez d’aucune bête, et vous ne vous souillerez point avec elle. La femme ne se prostituera point aussi en cette manière à une bête, parce que c’est un crime abominable.
24. – Vous ne vous souillerez point par toutes ces infamies dont se sont souillés tous les peuples que je chasserai devant vous.
Voilà qui est nettement formulé et d’une importance primordiale pour l’évolution humaine : il fut un temps, après le déluge, où il était de pratique générale, pour les hommes et pour les femmes, de se prostituer avec des animaux.
En résulta-t-il quelque engendrement monstrueux? La Bible semble muette à ce sujet, mais la mythologie grecque accréditerait le fait.


EN CONCLUSION

LAISSONS PARLER ZECHARIA SITCHIN

 

 

Un des récits les plus énigmatiques (et théologiquement difficiles) de la Bible est raconté dans les premiers versets du chapitre 6 de la Genèse – le récit des Néfilim, fils des dieux qui (dans les jours précédant le Déluge «et par la suite aussi») ont pris «des filles de l’homme» comme épouses et ont eu des enfants héroïques par elles. 

Il y a quelque quatre-vingts ans, un écolier, heureux d’étudier la Bible dans son hébreu original, a été réprimandé pour avoir demandé pourquoi, alors que Néfilim voulait dire «Ceux qui étaient descendus» (du ciel à la terre), les traducteurs traduisaient le mot en «géants». L’écolier, c’était moi et la réprimande injuste m’a amené à étudier les mythes anciens, à remonter à la première civilisation connue de l’homme à Sumer et à écrire The 12th Planet.et des livres ultérieurs comprenant le scénario «Anciens astronautes»: Les Néfilim, également appelés Anakim dans la Bible, étaient les Anunnaki sumériens – «Ceux qui sont venus sur Terre sont venus du ciel» – et plus précisément de Nibiru, une planète lointaine dans notre propre système solaire. 

 

 

C’étaient les anciens dieux dont les exploits, détaillés dans des textes sumériens inscrits sur des tablettes d’argile, étaient rappelés dans les récits de la Genèse d’Adam et Eve, du Jardin d’Éden et des mariages ultérieurs. Cela avait du sens (du moins pour moi); il expliquait des énigmes allant de la biologie à l’astronomie; elle était appuyée par d’innombrables représentations picturales sur des objets appelés sceaux de cylindre. Mais pourrait-on le prouver?

À la même époque, il y a quelque quatre-vingts ans, le célèbre archéologue britannique Leonard Woolley, lors d’une fouille en Irak dans l’enceinte sacrée d’Ur – la ville sumérienne où le voyage d’Abraham à Canaan et le monothéisme – découvrit un groupe de tombes inhabituelles. Ils étaient et restent extraordinaires par leur construction et leur tracé, étonnant par la richesse incroyable et la fabrication artisanale des artefacts trouvés dans cet endroit (même les ustensiles les plus courants étaient en or) et surtout par l’inhumation de nombreux assistants ( soixante-treize dans une seule tombe!) qui ont été enterrés vivants aux côtés des personnalités décédées – une pratique inconnue à tout moment, avant ou après.

Qui étaient les personnalités si enterrées – au troisième millénaire avant notre ère – dans ce qui a été connu depuis comme les tombes royales d’Ur? Diverses inscriptions les reliaient à la première dynastie d’Ur. Deux des personnalités ont été identifiées par leurs scellés cylindriques comme étant une femelle appelée Nin.Puabi et un mâle Mes.kalam.dug. Leurs restes squelettiques ont été emportés à Londres, passés aux rayons X et examinés pour leurs particularités anthropologiques. Ils ont été répertoriés comme étant les restes d’une « reine » et d’un « prince » de Su-mer – et oubliés. 

Mais maintenant, quatre-vingts ans plus tard, les deux événements ont bouclé la boucle et, combinés, constituent la preuve insaisissable d’une présence extraterrestre sur Terre dans le passé antique. 

Qu’après trente-cinq ans écoulés depuis La 12ème planètele cycle des données bibliques et le cycle de la découverte scientifique, comme deux roues combinées dans un coffre-fort, entrent en jeu dans l’ouverture du chapitre 6 de Genesis, ce qui n’était ni prévu ni prémédité par moi; mais c’était peut-être prédéterminé et inévitable par la nature même du sujet: les origines humaines.

En regardant en arrière, on s’aperçoit maintenant que les récits de notre création (brève dans la Bible, assez détaillée dans les textes sumériens) sont des récits d’ADN, de génomique et de génie génétique: la «graine de vie» (ADN) est transmise de Nibiru à la Terre lors d’une collision céleste; L’homme est façonné par les Elohim / Anunnaki en ajoutant certains de leurs gènes à ceux d’un hominidé primitif pour atteindre un Homo sapiens; l’hybride stérile a la capacité de procréer par une autre manipulation génétique (l’épisode du «jardin d’Éden»); et puis le cycle est complété par l’accouplement des dieux et des terriens, amenant la réalisation précieuse, les demi-dieux.

C’est avec les demi-dieux que cette chaîne de mélange génétique revêt un intérêt personnel pour nous tous. Les indices sont mis en lumière dans le récit épique de Gilgamesh, le plus célèbre de tous les demi-dieux connus, qui fut roi dans la ville d’Uruk vers 2650 av. J.-C. Son père était le demi-dieu Lugalbanda; mais parce que sa mère était la déesse Ninsun, il était plus qu’un demi-dieu – il était «les deux tiers de lui divin». Cela, croyait-il, lui donnait droit à la longévité (alias «immortalité») des dieux. Mais sa recherche, lui avait-il été prévenu, serait vaine parce que, comme le dit l’épopée de Gilgamesh: 

« Quand les dieux ont créé la compréhension de l’homme, ils se sont perfectionnés pour lui;La sagesse qu’ils lui avaient donnée; À lui ils avaient donné la connaissance – la vie éternelle qu’ils ne lui avaient pas donnée. »

À bien y penser, c’est exactement la leçon du conte biblique du jardin d’Éden: après avoir pris part à l’arbre de la connaissance, les terriens sont expulsés et n’ont pas accès à l’arbre de vie. 

Qu’est-ce que c’est génétiquement que les dieux nous ont délibérément retenu? Quels gènes qui garantissent la longévité, repoussent le cancer? 

Avec les avancées scientifiques révolutionnaires de la génomique, de telles différences génétiques pourraient être vérifiées si nous pouvions mettre la main sur un dieu Anunnaki, ou un demi-dieu, pour effectuer le séquençage du génome de comparaison. 

Et cela, je le révèle dans mon dernier livre Il y avait des géants sur la Terre, pourrait maintenant être possible – parce que Mes.kalem.dug était un demi-dieu et que Nin.Puabi n’était pas une « reine » – elle était une NIN, une déesse. Étant une femme, son ADN mitochondrial qui traverse la lignée féminine était 100% nibourien. 

Une fois sa lignée établie, j’ai approché le Natural History Museum de Londres. Ils ont confirmé l’existence des restes squelettiques, mais ont rejeté ma suggestion de procéder au séquençage du génome de comparaison. Après deux ans d’incitation, la publication deThere Were Giants a conduit le Musée à atténuer son «non» absolu à «nous pourrions le considérer» si un institut de génomique qualifié entreprend le projet.

J’ai approché certains des scientifiques les plus en vue dans ce domaine, en leur proposant de financer un «projet Goddess of Ur Genome». Il reste donc à voir si la science pourra relever le défi qui consiste à prouver que Il y avait des extraterrestres sur la Terre . 

Z. Sitchin, juin 2010

 

 

 

 

 

 

 

Les géants de Patagonie,aperçus en Amérique du Sud,ne sont pas une illusion.La science officielle ne s’y interresse pas…parce qu’ils dérangent!

Réécrire l’histoire du Canada: Les libéraux blancs déforment l’histoire des «Premières nations» au BC Museum

(Article d’un correspondant canadien anonyme) 

J’ai décidé d’emmener les enfants au Royal British Columbia Museum de Victoria, en Colombie-Britannique, la semaine dernière. Maintenant, j’aime les musées, ils ont une longue histoire de conclusions factuelles rigoureusement vérifiées. Eh bien,on peut dire qu’ ils avaient l’habitude. 

Le British Columbia Museum

 

La première zone d’affichage dans laquelle nous sommes entrés était la section «Première nation» . Dans l’intérêt d’une divulgation complète, je dois ajouter à cet article le fait que j’ai une vaste expérience des «Premières nations», à la fois sur et hors des divers Rez.

Mes Dénés et Cris, bien qu’ils ne parlent pas couramment, soient passables et j’ai passé de nombreuses semaines à camper et à chasser avec les Autochtones et les Métis.

Soucieux de savoir qu’avant l’arrivée du Blanc, les Autochtones de l’Amérique du Nord n’avaient pas de langage écrit, ni de calcul ni de calcul (au-delà des mains et des orteils) et aucune notion de la roue, j’attendais avec impatience une analyse judiciaire de ce que la vie devait avoir été avant l’arrivée des hommes blancs.

Cependant, rien ne pouvait me préparer pour l’exposition présentant la plus grande collection de discours paternalistes et sycophaniques de ce côté de la création.

 


 

* L’entrée comportait un certain nombre de «pôles» qui diffusaient des salutations dans différentes langues, enregistrées sur une mémoire non volatile traditionnelle et étayées par des mots écrits équivalents. Ils disaient tous bonjour, salut, merci ou une phrase amicale, dénuée de sens et bien évidemment blanche – nous montrant à quel point les Premières nations s’entendaient merveilleusement bien – et un écart total par rapport à la réalité des différentes tribus ne faisant que haïr et s’entre-tuer assez longtemps pour passer un peu de temps de qualité avec une politique interministérielle déchirante. Ce comportement reste répandu même aujourd’hui.


 

* Aucune date n’était indiquée sur la plupart des étalages – et il était évident que la plupart d’entre eux n’avaient pas plus de 200 ans. Par exemple, le tissage de la plupart des vêtements traditionnels était tellement post-européen dans leur création Historique des Premières Nations – ce qui implique que l’histoire n’a commencé que lorsque l’homme blanc est arrivé!

Ci-dessus: Couture et travaux de couture autochtones «traditionnels»… mais tous les matériaux et les perles utilisés ont été fournis par des Européens…

* La section des mâts totémiques était encore pire, avec le même manque de dates, une vidéo montrant comment les mâts totémiques ont été créés à l’aide d’une tronçonneuse Stihl traditionnelle. Au moins, la vidéo était en noir et blanc, donnant une certaine authenticité à la date postérieure à 1950.


Un lieu de table «traditionnel». . . complété avec des serviettes européennes. . .

 

* Et oh, les excuses inventées pour essayer d’expliquer ou de justifier pourquoi les «Premières nations» font face à tant de défis. Principalement la faute des blancs  bien sûr.

* Il est risible de s’en remettre à l’histoire orale pour transmettre des informations et apprendre. Pourtant, elle  est traité comme une vérité  révérée, sacrée et précise. Ces histoires changent d’une génération à l’autre, sans distinction d’une génération à l’autre, et sont notoirement peu fiables. Une société sans langue écrite est extrêmement limitée, à la fois en termes de transmission des connaissances, d’histoire et de notions abstraites telles que la précision, le temps et les mathématiques.

Sculptures en bois. . . soi-disant «traditionnels» mais tous créés avec des couteaux à découper fournis par l’Europe…

 

* La plus grande plaisanterie de toutes a été de décrire les Premières nations comme des gardiennes du pays. Maintenant, je sais par expérience personnelle que rien ne procure plus de joie à nos frères autochtones que de rouler dans un VTT traditionnel ou une motoneige, de broyer,de détruire  la Terre Mère et de ne faire qu’une pause pour faire sauter un orignal ou un caribou vers la Terre promise avec un fusil traditionnel à grande vitesse. Parce qu’ils le peuvent maintenant.

J’ai donc été profondément déçu que les archives archéologiques se soient limitées à l’arrivée de l’homme blanc. Aucune histoire significative au-delà d’une tête de lance n’a été exposée.

Je serais extrêmement embarrassé si j’avais été aborigène de cette  banale fraude dérivée de l’esprit blanc. Ce qui était intéressant, c’est la façon dont les enfants ont tout gâché. Sans connaissance de première main de la réalité et privés de la capacité de remettre en question l’histoire sociale, ils la croyaient implicitement.

Je n’ai même pas essayé de soulever les problèmes avec les enfants – ils sont tellement à l’abri de la réalité de leur climat micro-social d’égalité et d’équité créé par le gouvernement et les médias contrôlés qu’ils sont aussi inconscients de la réalité que deux femmes scandinaves qui marchent à travers le maroc.

Image associée

 

 

 

 

«Dragons»:des questions sur l’affaire Néron

Caroline Néron…à l’époque de jours meilleurs

 

 

 

L’importante restructuration annoncée dans les magasins des bijoux Caroline Néron a suscité des questions sur le processus de sélection de l’émission «Dans l’oeil du dragon», dans laquelle de riches gens d’affaires s’engagent à investir dans des entreprises en démarrage.

Les problèmes financiers de Caroline Néron ont provoqué un coup de tonnerre dans le domaine québécois du divertissement, certains se demandant comment elle avait fait pour se qualifier comme dragonne à la populaire émission de téléréalité présentée à Radio-Canada.

François Lambert, qui a déjà participé à l’émission, déplore que le diffuseur public ne demande pas à ses vedettes de démontrer qu’ils ont du temps et des liquidités à offrir à leurs partenaires potentiels.

En entrevue, M. Lambert a affirmé que personnellement, il ne s’était jamais fait demander ses chiffres.

D’autres choix de dragons ont suscité la controverse. Gilbert Rozon, le fondateur de Juste pour rire, a fait l’objet de plusieurs allégations de nature sexuelle et est accusé de viol. Pour sa part, Martin-Luc Archambault a quitté l’émission en septembre alors qu’une enquête du commissaire canadien à la vie privée révélait que son entreprise avait enfreint plusieurs articles de la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques.

François Lambert a cofondé l’entreprise Aheeva Technology, un système pour des centres d’appels disponible dans 75 pays. Il dit aussi avoir des investissements dans dix entreprises.

Selon lui, il n’y aurait fallu que peu de recherches pour disqualifier MM. Rozon et Archambault. Et il prétend que d’autres gens qui l’entouraient à l’émission n’avaient pas non plus sa place.

Il croit que le diffuseur public devrait chercher des candidats qui ont de l’argent et qui ont déjà vendu une entreprise.

«En réalité, nous faisons de l’argent avec une entreprise quand on la vend», a-t-il expliqué.

«Je venais juste de vendre mon entreprise quand ils m’ont demandé d’être à l’émission… Je n’étais pas un imposteur, j’avais ma place là. Tu deviens un dragon quand tu as fini ton entreprise et que tu as le temps de t’investir et d’appliquer cette recette du succès à d’autres.»

Radio-Canada se défend

Marc Pichette, le porte-parole de Radio-Canada, a assuré que le diffuseur et les producteurs «menaient une évaluation de base de l’application, selon les informations données de bonne foi par le dragon potentiel.»

Il a rappelé qu’en 2016, lorsque M. Rozon était une personnalité louangée à l’international, qui avait été choisi par la Ville de Montréal comme commissaire pour le 375e anniversaire de la métropole, qui s’est tenu en 2017.

Selon le quotidien «La Presse», qui a contacté huit des entrepreneurs avec qui Mme Néron s’était entendue lors de la dernière saison, la femme d’affaires n’a pas versé un sou à leur entreprise.

En entrevue avec le réseau TVA, jeudi, Mme Néron a annoncé qu’elle fermerait neuf des quatorze boutiques dans la province et qu’elle mettrait à pied 64 de ses 152 employés.

L’entreprise a grossi trop vite

Michel Nadeau, qui dirige l’Institut sur la gouvernance d’organisations privées et publiques, la marque de l’ancienne chanteuse et comédienne était populaire au Québec et celle-ci était l’une des seules à se tailler une place dans le marché des bijoux.

«C’était l’une des rares entreprises dans l’industrie des bijoux, de l’artisanat, qui a réussi à imposer une marque — elle a réussi, a-t-il déclaré en entrevue. Elle est encore très, très présente à la télévision et la radio», a-t-il souligné.

Le problème est selon lui que son entreprise a grossi trop rapidement, avec l’ajout de plusieurs boutiques dans des centres commerciaux où l’espace est dispendieux.

M. Lambert, qui n’a pas été invité dans la prochaine saison de l’émission, estime que l’histoire de Mme Néron devrait servir de leçon à tous les entrepreneurs «qui s’éparpillent tellement et qui font tout, à part gérer leur propre entreprise.»

 

 

 

 

 

 

 

Les dossiers de Michel Duchaine:Les origines antiques des fêtes du nouvel an

Le 1 er janvier de chaque année, de nombreux pays du monde célèbrent le début d’une nouvelle année. Mais il n’y a rien de nouveau dans le nouvel an. En fait, les festivals et les célébrations marquant le début du calendrier existent depuis des milliers d’années. Alors que certaines festivités étaient simplement une occasion de boire et d’être joyeux, de nombreuses autres célébrations du nouvel an étaient liées à des événements agricoles ou astronomiques. En Égypte, par exemple, l’année a commencé avec l’inondation annuelle du Nil, qui a coïncidé avec la montée de l’étoile Sirius. Les Phéniciens et les Perses ont commencé leur nouvelle année avec l’équinoxe de printemps et les Grecs l’ont célébrée au solstice d’hiver. Le premier jour du Nouvel An chinois s’est déroulé avec la deuxième nouvelle lune après le solstice d’hiver.

La célébration d’Akitu à Babylone

Fresque représentant le dieu Akitu qui comme on le voit,descend du ciel.

La plus ancienne fête du Nouvel An enregistrée remonte à environ Babylone ancienne, il y a 4 000 ans. Elle était étroitement liée à la religion et à la mythologie. Pour les Babyloniens de l’ancienne Mésopotamie, la première nouvelle lune suivant l’équinoxe vernal – le jour de fin mars avec une quantité égale de lumière du soleil et d’obscurité – annonçait le début d’une nouvelle année et représentait la renaissance du monde naturel. Ils ont marqué l’occasion avec un festival religieux massif appelé Akitu (dérivé du mot sumérien pour orge coupé au printemps) qui comportait un rituel différent tous les 11 jours. Au cours de l’Akitu, des statues des dieux ont été défilées dans les rues de la ville et des rites ont été décrétés pour symboliser leur victoire sur les forces du chaos.

En plus de la nouvelle année, Atiku a célébré la victoire mythique du dieu du ciel babylonien, Marduk, sur la déesse de la mer diabolique Tiamat. renouvelé. Un aspect fascinant de l’Akitu impliquait une sorte d’humiliation rituelle endurée par le roi babylonien. Cette étrange tradition a vu le roi comparaître devant une statue du dieu Marduk, dépouillé de ses habits de cérémonie royaux, giflé et traîné par les oreilles dans l’espoir de le faire pleurer. Si des larmes royales étaient versées, cela était perçu comme un signe que Marduk était satisfait et avait prolongé symboliquement le règne du roi.

Célébration romaine antique de Janus

Le Nouvel An romain correspondait aussi à l’équinoxe vernal. Le calendrier romain ancien comprenait 10 mois et 304 jours, chaque nouvelle année commençant à l’équinoxe vernal. Selon la tradition, le calendrier a été créé par Romulus, le fondateur de Rome, au VIIIe siècle avant notre ère. Cependant, au fil des siècles, le calendrier s’est désynchronisé avec le soleil. En 46 avant JC, l’empereur Jules César décida de résoudre le problème. en consultant les plus grands astronomes et mathématiciens de son temps. Il a présenté le calendrier julien, un calendrier solaire qui ressemble beaucoup au calendrier grégorien plus moderne que la plupart des pays utilisent aujourd’hui.

Janus est le dieu romain des commencements et des fins, des choix, du passage et des portes[1]. Il est bifrons et représenté avec une face tournée vers le passé, l’autre sur l’avenir..

Dans le cadre de sa réforme, César institua le 1er janvier comme premier jour de l’année, en partie pour honorer son nom: Janus, le dieu romain du changement et des origines, dont les deux visages lui permettaient de regarder dans le passé et d’avancer dans le monde. futur. Cette idée est devenue liée au concept de transition d’une année à l’autre.

Les Romains fêtaient le 1er janvier en offrant des sacrifices à Janus dans l’espoir de gagner de la chance pour le Nouvel An, en décorant leurs maisons de branches de laurier et en assistant à des soirées bruyantes. Cette journée a été considérée comme préparant les préparatifs pour les douze prochains mois et il était courant que les amis et les voisins commencent l’année en beauté en échangeant leurs vœux de bonheur et leurs cadeaux de figues et de miel.

Moyen Age: 1er janvier aboli

Dans l’Europe médiévale, cependant, les célébrations du Nouvel An étaient considérées comme des manifestations païennes et non chrétiennes. En 567, le Conseil de Tours supprima le 1er janvier comme le début de l’année et le remplaça par des journées plus religieuses, comme en décembre 25 et 25 Mars ème , la fête de l’Annonciation, aussi appelée « Lady Day ».

La date du 1 er janvier a également reçu une signification chrétienne et est devenue la Fête de la Circoncision, considérée comme le huitième jour de la vie du Christ à compter du 25 décembre et suivant la tradition de la circoncision juive huit jours après la naissance au cours de laquelle l’enfant est officiellement donné son nom. Toutefois, la date du 25 Décembre e pour la naissance de Jésus est discutable.


EN COMPLÉMENT

Pourquoi Noël a lieu le 25 décembre

 

Selon la tradition populaire, Noël est célébré le 25 e Décembre pour honorer la naissance de Jésus. Toutefois, aucun enregistrement existe dans la Bible ou ailleurs pour suggérer que Jésus était né à cette date, ce qui pose la question importante – pourquoi est – Noël célébré le 25 e Décembre? En fait, le choix de cette date a ses racines dans les traditions persanes et païennes.

L’Encyclopédie Catholique admet « qu’il n’y a pas de mois dans l’année auquel des autorités respectables n’ont pas attribué la naissance du Christ » ( Encyclopédie Catholique ). Il y a cependant plusieurs raisons de penser que Jésus n’est probablement pas né en décembre. En premier lieu, Luc 2: 8 déclare que la nuit de la naissance de Jésus  » il y avait aussi dans ce même pays des bergers vivant dehors et surveillant la nuit leurs troupeaux ».  De nombreux érudits s’accordent pour dire que cela aurait été peu probable en décembre, car les bergers auraient gardé leur troupeau à l’abri pendant les mois les plus froids de l’hiver. 

Certains érudits ont déclaré que les bergers ne surveilleraient pas leurs troupeaux pendant la nuit de décembre, mais les garderaient à l’abri. « Le bon berger » de la catacombe chrétienne de Domitilla / Domatilla (crypte de Lucina, 200-300 de notre ère), d’origine chrétienne. 

Deuxièmement, il est écrit dans la Bible que Joseph et Marie se sont rendus à Bethléem pour s’inscrire à un recensement romain (Luc 2: 1-4). Toutefois, ces recensements n’ont pas été effectués en hiver, alors que les températures tombaient souvent sous le point de gel et que les routes étaient en mauvais état.

Célébrations païennes

Comme il semble peu probable que Jésus soit né le 25 décembre, cela pose la question logique de savoir pourquoi Noël est célébré à cette date. La réponse renvoie aux célébrations païennes du solstice d’hiver par les Romains. Aux alentours du 25 décembre, deux célébrations en particulier ont eu lieu: les Saturnales et l’anniversaire du dieu soleil, Mithra (Encyclopédie catholique). Le festival Saturnales a commencé le 17 e Décembre et développé plus tard avec des festivités jusqu’au 25 eDécembre. Elle rend hommage à Saturne, le dieu agricole des semailles et de l’élevage, et est associée au renouveau de la lumière et à la venue de la nouvelle année. La fête a été célébrée avec un sacrifice dans le temple de Saturne, un banquet public, suivi de cadeaux privés, d’une fête continue et d’une atmosphère de carnaval

La célébration païenne des Saturnales

 

La naissance de Mithra

Les adeptes du culte de Mithra, qui est devenu populaire parmi les militaires de l’Empire romain du 1 er au 4 e siècle de notre ère, sont soupçonnés d’avoir célébré son anniversaire le Décembre 25ème, qui était le jour le plus saint de l’année pour beaucoup de Romains . Le culte du dieu soleil, Mithra («Mitra» proto-indo-iranien), tire son origine de la Perse, datant du VIesiècle avant J.-C. environ , et a ensuite été adapté en grec pour devenir «Mithra». L’hypothèse la plus populaire est que les soldats romains ont rencontré cette religion lors d’excursions militaires en Perse.

Bien qu’il soit largement admis que le nouvel an mithria et l’anniversaire de Mithra ont eu lieu le 25 décembre et ont été célébrés ce jour-là dans le cadre de la fête romaine Natalis Invicti , d’autres ont soutenu que la Natalis Invicti était une fête générale du soleil et n’était pas spécifique aux Mystères de Mithra. Néanmoins, il est clair que le 25 décembre fut un jour important pour les Romains et s’articulait autour d’une célébration du soleil.

Statue de divinité Mithra dans la bibliothèque du Vatican, ancienne illustration. Par auteur non identifié, publié sur Magasin Pittoresque, Paris, 1840. 

Fusion païenne et chrétienne

Lorsque le roi Constantin s’est converti au christianisme au quatrième siècle, il a eu tout un défi devant lui en ce qui concerne la conversion d’un empire rempli de païens. Il fut donc décidé de célébrer la naissance de Jésus à une date déjà sacrée selon les traditions païennes. Ainsi, en tant que compromis avec le paganisme et dans le but de donner une signification chrétienne aux vacances païennes, il a simplement été décidé que l’anniversaire du dieu soleil serait également l’anniversaire du Fils de Dieu. L’encyclopédie catholique cite un ancien chrétien en disant: « Oh, comme la Providence a agi de manière si merveilleuse que ce jour-là, ce soleil est né … le Christ devrait naître ».


 

 

Calendrier Grégorien: 1er janvier restauré

En 1582, après la réforme du calendrier grégorien, le pape Grégoire XIII rétablit le 1 er janvier comme le jour de l’An. Bien que la plupart des pays catholiques aient adopté le calendrier grégorien presque immédiatement, celui-ci n’a été adopté que progressivement par les pays protestants. Les Britanniques, par exemple, n’ont adopté le calendrier réformé qu’en 1752. Jusque-là, l’Empire britannique et ses colonies américaines célébraient encore le Nouvel An en mars.


Les traditions du nouvel an à travers le monde et leurs origines

Akitu Festival
Le défilé en direction de la porte d’Ishtar dans le cadre du festival Akitu à Babylone.

Dans de nombreux pays du monde, le Nouvel An est célébré le 1 er janvier avec des feux d’artifice et des festivités la veille. Mais ce n’est pas le seul type de célébration du Nouvel An et tout le monde ne le célèbre pas le 1 er janvier. Nous nous intéressons ici aux célébrations célébrant le Nouvel An dans différentes cultures du monde.

Nouvel An chinois et la bête sanguinaire

Danse du dragon sur le nouvel an chinois.

 

L’une des traditions les plus anciennes qui soit encore célébrée aujourd’hui est le Nouvel An chinois, qui aurait été créé il y a environ trois millénaires sous la dynastie Shang. La fête a commencé comme un moyen de célébrer les nouveaux débuts de la saison de plantation du printemps, mais plus tard, elle a été reliée au mythe et à la légende. Selon un récit, il était une fois une créature sanguinaire appelée Nian– maintenant le mot chinois pour «année» – qui se nourrissait de villages chaque année. Afin de faire peur à la bête affamée, les villageois se sont mis à décorer leur maison de garnitures rouges, de bambou brûlant et de faire des bruits forts. La ruse a fonctionné, et les couleurs vives et les lumières associées à l’effarouchement de Nian ont finalement été intégrées aux coutumes que l’on voit encore aujourd’hui. Les fêtes sont maintenant célébrées avec de la nourriture, des familles, de l’argent chanceux (généralement dans une enveloppe rouge) et beaucoup d’autres choses rouges pour la chance. Des danses de lion et de dragon, des tambours, des feux d’artifice, des pétards et d’autres types de divertissements envahissent les rues ce jour-là. Etant donné que le Nouvel An chinois est toujours basé sur un calendrier lunaire remontant au deuxième millénaire avant notre ère, les vacances tombent généralement à la fin de janvier ou au début de février sur la deuxième nouvelle lune après le solstice d’hiver.

 

Nowruz et le nouvel an persan

Le «Nouvel An persan», autrement appelé Norouz (ou Norooz), est un festival printanier de 13 jours qui remonte très loin dans l’Antiquité, même si de nombreuses traditions y sont toujours célébrées Asie. Le festival est célébré à l’équinoxe vernal ou aux alentours de celui-ci, en mars, et aurait été créé en tant que membre de la religion zoroastrienne. Les documents officiels de

Bas-relief à Persépolis – symbole: Nowruz zoroastrien – au jour d’un pouvoir d’équinoxe de printemps d’un taureau combattant éternellement (personnifiant la Terre) et d’un lion (personnifiant le Soleil), sont égaux.

Les fêtes de Norouz ne parurent pas avant le IIe siècle, mais la plupart des historiens pensent que sa célébration remonte au moins au VIe siècle av. Contrairement à beaucoup d’autres anciens festivals persans, Nowruz demeura une fête importante même après la conquête de l’Iran par Alexandre le Grand en 333 av.

Les anciennes observances de Norouz étaient axées sur la renaissance qui accompagnait le retour du printemps. Les traditions incluaient des fêtes, des échanges de cadeaux avec des membres de la famille et des voisins, des feux de joie, des œufs et de la teinture et de l’eau pour symboliser la création. Le Norouz a considérablement évolué au fil du temps, mais nombre de ses traditions anciennes, notamment l’utilisation de feux de joie et d’œufs colorés, font toujours partie des vacances modernes, observées par environ 300 millions de personnes chaque année.

 

Le Nouvel An tamoul s’appelle Varousha Pirappu.

Cinghalais et Nouvel An Tamoul

Le Nouvel An cinghalais est célébré par le Sri Lankan Sinhalese, tandis que le nouvel an tamoul est célébré le même jour par le Sri Lankan Tamils. Le Nouvel An cinghalais (Aluth avurudda), marque la fin de la saison de récolte et est tenue le 13 e ou 14 eAvril. Il existe un décalage astrologique entre l’année qui passe et le Nouvel An, qui repose sur le passage du soleil de la Meena Rashiya (maison des poissons) à la Mesha Rashiya (maison du Bélier) dans la sphère céleste. La différence de temps astrologique entre le Nouvel An et l’année qui passe est célébrée avec plusieurs rituels et coutumes bouddhistes, ainsi que des rassemblements sociaux et des fêtes. L’échange de cadeaux, l’allumage de la lampe à huile et la fabrication de lait de riz sont des aspects importants du Nouvel An cinghalais. Dans l’ Assam, du Bengale, Kerala, Népal, Orissa, Punjab et du Tamil Nadu, les ménages hindous célèbrent également la nouvelle année le 14 e ou 15 e Avril.

 

 

Image associée
Le calendrier tamoul de l’an 5119 (2017-2018)

Wepet Renpet égyptien antique

La culture égyptienne antique était étroitement liée au Nil et il semble que leur Nouvel An correspondait à son inondation annuelle. Le Nouvel An égyptien a été prédit lorsque Sirius, l’étoile la plus brillante du ciel nocturne, est devenue visible après 70 jours d’absence, généralement à la mi-juillet, juste avant l’inondation annuelle du Nil, ce qui a permis de préserver les terres agricoles fertiles pour l’année à venir. Les Égyptiens ont célébré ce nouveau départ avec un festival connu sous le nom de Wepet Renpet, qui signifie «ouverture de l’année». Le Nouvel An a été perçu comme une période de renaissance et de rajeunissement, et a été honoré de fêtes et de rites religieux spéciaux. 

Des découvertes récentes au temple de Mout ont montré que, sous le règne d’Hatchepsout, le premier mois de l’année avait accueilli un «Festival de l’ivresse». Cette grande fête était liée au mythe de Sekhmet, une déesse de la guerre qui avait prévu de toute l’humanité jusqu’à ce que le dieu du soleil, Ra, l’ait incitée à se boire sans connaissance. En l’honneur du salut de l’humanité, les Égyptiens célèbreraient avec musique, sexe, réjouissances et copieuses quantités de bière.

L’enqutatash éthiopien

Nouvel An éthiopien est appelé Enqutatash et est célébré le 11 e ou 12 eSeptembre, selon l’année bissextile. L’Éthiopie utilise son propre calendrier ancien appelé calendrier Ge’ez. La date d’Enqutatash marque la fin approximative de trois mois de fortes pluies. Les marguerites fleurissent partout dans les montagnes et les champs deviennent jaune vif. C’est une période où les personnes âgées bénissent les jeunes et les jeunes, dans l’espoir de nouvelles perspectives. Il a également été associé traditionnellement au retour de la reine de Saba en Éthiopie à la suite de sa visite au roi Salomon à Jérusalem vers 980 av. Enqutatash est un séjour partagé entre des personnes de toutes les religions et de presque toutes les cultures du pays. De grandes célébrations sont organisées, qui commencent à la veille en brûlant un sapin de Noël fait de brindilles devant leurs maisons. Le jour du Nouvel An commence par l’abattage des animaux, en bénissant le pain et le Tella (une infusion traditionnelle).  

Le hogmanay écossais

Les résidents d’Écosse marquent l’arrivée du Nouvel An avec une passion particulière dans un séjour qu’ils appellent Hogmanay, qui puise dans leur histoire d’invasions de Viking, de superstitions et d’anciens rituels païens. Les origines de Hogmanay remontent aux rituels païens qui ont marqué le solstice d’hiver. Les célébrations romaines de la fête hédoniste hivernale de Saturnalia et les célébrations viking de Yule (à l’origine des douze jours de Noël) ont contribué aux célébrations en Écosse vers le nouvel an. Ces célébrations et autres cérémonies ont évolué au fil des siècles pour devenir la fête de Hogmanay célébrée aujourd’hui en Écosse. Au Moyen-Âge, les fêtes d’hiver entourant les fêtes païennes préexistantes ont éclipsé les festivals païens préexistants et le Nouvel An a été déplacé pour coïncider avec les jours saints chrétiens. Après la réforme en Écosse,

Les diverses traditions locales relatives aux incendies trouvées en Écosse et remontent à l’antiquité. Au cours des célébrations païennes de l’hiver, le feu symbolisait le retour du soleil, qui venait de ressurgir, et était censé éloigner les mauvais esprits demeurant dans les ténèbres. Les incendies jouent toujours un rôle majeur dans les célébrations de Hogmanay, avec des processions aux flambeaux, des feux de joie et des feux d’artifice populaires dans toute l’Écosse. Une autre coutume connue sous le nom de « premier pied » dicte que la première personne à franchir le seuil d’une maison après minuit la veille du nouvel an déterminera la chance du propriétaire pour le Nouvel An. Le visiteur idéal porte des cadeaux – de préférence du whisky, du charbon pour le feu, des petits gâteaux ou une pièce de monnaie – et devrait être un homme au teint foncé. Pourquoi? La réponse remonte au 8ème siècle, lorsque les Vikings aux cheveux clairs ont envahi l’Ecosse:

Autres coutumes et traditions

Les coutumes et traditions susmentionnées ne sont qu’une petite sélection des célébrations culturelles qui se déroulent dans le monde entier. Mais il y en a bien sûr beaucoup d’autres. 

En Espagne, il est d’usage d’avoir 12 raisins sous la main lorsque l’horloge sonne 12 heures à minuit. Un raisin est mangé à chaque coup. Si tous les raisins sont consommés pendant la période des grèves, cela signifie bonne chance pour le Nouvel An. 

Au Japon, des «fêtes pour l’année» sont organisées pour faire ses adieux aux problèmes et aux préoccupations de l’année écoulée et se préparer à un nouveau départ. 

Aux Pays-Bas, les Néerlandais brûlent des feux de joie dans la rue et lancent des feux d’artifice. 

En Grèce, la nourriture traditionnelle servie est le Vassilopitta, un gâteau dans lequel une pièce de monnaie est cachée à l’intérieur; quiconque trouvera la pièce dans son gâteau recevra de la chance au cours de la prochaine année.

En Suède et en Norvège, il s’agit d’une amande cachée dans un riz au lait qui porte chance.

Dans les temples bouddhistes du monde entier, des gongs sont frappés 108 fois au réveillon du Nouvel An, dans le but d’éliminer 108 types de faiblesses humaines.

 

 

 

La Sexualité Sacrée:Khajuraho et les temples les plus sexy de l’Inde

 

 

Le complexe de temples de Khajuraho est une série de bâtiments joliment construits et décorés dans le Madhya Pradesh. Sur les 85 temples construits à l’origine par la dynastie Chandela entre 900 et 1130, seuls 25 subsistent. Khajuraho a été classée au patrimoine mondial de l’UNESCO et mérite grandement l’attention des touristes. Pourtant, ce qui distingue vraiment Khajuraho des autres temples, ce sont les nombreuses gravures érotiques, à l’intérieur et à l’extérieur du temple, qui représentent des hommes, des femmes et même des animaux en train de faire l’amour, des orgies et de la bestialité sous le sourire bénin des divinités.

La construction de temples à l’âge d’or pour l’Inde centrale

Les temples de Khajuraho ont été mis en service presque aussitôt que les Chandelas sont arrivés au pouvoir dans le Madhya Pradesh, une région de l’Inde centrale. Elles étaient dédiées à deux religions indiennes, l’hindouisme et le jaïnisme, suggérant une culture d’acceptation et de respect des traditions religieuses différentes. Sur un espace d’environ 20 kilomètres carrés, 85 temples ont été construits par les souverains Chandela successifs. C’était un âge d’or pour l’Inde centrale.

Elle a brusquement pris fin au début du treizième siècle lorsque le sultanat de Delhi a envahi le royaume Chandela et s’est emparé de la capitale, Mahoba (située à environ 56 km de Khajuraho). Jusqu’à l’invasion, les temples de Khajuraho étaient activement vénérés. Cependant, à l’arrivée du sultanat musulman de Delhi, les temples ont été profanés ou détruits. Les dirigeants islamiques menaient une «politique d’intolérance envers les lieux de culte [sic] d’autres religions, de sorte que tous les citoyens de Khajuraho quittaient la ville avec l’espoir que sa solitude n’attirerait pas l’attention des envahisseurs musulmans dans la temple et eux-mêmes resteront indemnes ».

Les temples émergent de la jungle

Ce ne sont que les temples relativement isolés qui ont réussi à survivre aux différentes dynasties islamiques qui ont dirigé la région du  13ième  au 18 ième siècle. Pourtant, même ceux-ci ont souffert du fait que les forêts et la végétation aient lentement envahi les bâtiments négligés. Ce n’est qu’en 1838 que les temples de Khajuraho ont été connus dans le monde entier. L’exploration britannique TS Burt avait entendu parler d’un temple sexuellement explicite au fond de la jungle indienne, mais «devait être persuadé par ses assistants indiens de faire le voyage; il ne croyait pas que rien d’intéressant puisse être trouvé à cet endroit éloigné »(Ramadurai, 2015)

L’érotisme est partout!

 

Les sculptures érotiques de Khajuraho

En plus de la brillance architecturale et de la sculpture magistrale, les temples de Khajuraho sont bien connus pour leurs sculptures érotiques. L’intention de l’imagerie sexuelle est mal connue, mais il est largement admis que les temples étaient destinés à célébrer tous les aspects de la vie humaine, y compris la sexualité. Environ 10% seulement des œuvres d’art des temples sont de nature sexuelle, mais elles attirent le plus l’attention. Les temples représentent les nombreuses manifestations différentes de Shakti et de Shiva, les principes divins féminin et masculin. Pourtant, les figures humaines sont celles engagées dans les mithunas (terme sanskrit utilisé dans le tantra pour décrire le contexte rituel des unions sexuelles). 

 

Sculptures érotiques au temple de Lakshmana

 

Certaines des sculptures érotiques trouvées sur les complexes du temple de Khajuraho

Résultats de recherche d'images pour « khajuraho temple »

 

 

 

Principes tantriques

Considérés comme des adeptes des principes tantriques, les dirigeants Chandela ont peut-être créé les temples pour aider à favoriser l’équilibre entre les forces masculines et féminines, exprimée par le plaisir mutuel de l’union physique. En effet, les temples représentent des femmes si ouvertement et si librement appréciant les plaisirs sexuels que certains érudits pensent que ces temples sont censés être une célébration du pouvoir féminin: «On considère que ces temples sont une célébration de la large hanche et plantureuse mais bien proportionnée des femmes ( apsaras) ornant les murs du temple. Les corps bien formés des nymphes attirent l’attention et on peut les voir se livrer à des activités telles que se maquiller, se laver les cheveux, jouer à des jeux, nouer et dénouer leurs ceintures »(Cunningham, 2016).

Mêmes des dieux et des animaux participent aux célébrations sexuelles des temples.

Image associée

 

Image associée

Résultats de recherche d'images pour « khajuraho temple »

La danse et la musique.

Temple de Laksmana.

 

L’amour lesbien ainsi que la masturbation des femmes.

Image associée

 

Résultats de recherche d'images pour « khajuraho temple »

 

 

 

 


Sculptures sensuelles à Khajuraho

Sculptures érotiques à Khajuraho

 

Contrairement à de nombreuses autres cultures, en particulier celle islamique qui a envahi la région peu de temps après la construction des temples de Khajuraho, les cultures hindoue et jaïn ne mécontentent pas les femmes qui aiment le sexe. Le plaisir sexuel était considéré comme une forme d’art, le Kama Sutra, destiné à être pratiqué et perfectionné par les deux sexes. «L’hindouisme a traditionnellement considéré le sexe comme un élément essentiel de la vie, ce qui pourrait expliquer pourquoi les sculptures sont parsemées entre elles et décrivent des activités aussi variées que la prière et la guerre. Le fait qu’ils soient mis en évidence et non cachés dans un coin obscur semble suggérer que leurs créateurs ont voulu être vus de tous. « (Ramadurai, 2015) La différence est particulièrement frappante compte tenu de la croissance de la société indienne conservatrice au cours des derniers siècles.

Sources:

Cunningham, Eleanor. « Un catalogue du désir: Les sculptures érotiques des temples de Khajuraho. »  Voyage culturel . Voyage culturel, 2016. Web. https://theculturetrip.com/asia/india/articles/a-catalogue- of-desire-the-erotic-sculptures-of-the-khajuraho-temples/ .

Khajuraho, Inde. « Histoire des temples de Khajuraho. »  Histoire de Khajuraho . Conseils de voyage en Inde, 2016. Web. http://www.khajuraho-india.org/khajuraho-history.html .

Ramadurai, Charukesi. « BBC – Travel – Les temples du sexe de l’Inde. »  BBC News . BBC, 7 octobre 2015. Web. http://www.bbc.com/travel/story/20150921-indias-temples-of-sex .

Shunya. « Photos, Photos de Khajuraho, Inde. »  Khajuraho, Inde . Shunya, août 2005. Web. http://www.shunya.net/Pictures/NorthIndia/Khajuraho/Khajuraho.htm .

Une caravane.

 

Une femme soignant le pied d’une autre.

Le Temple du Lion

 

 

 

Chansons de Noël -Christmas Songs-Canciones de navidad

 

 

 

 

 

 

Au nom de tous les Chercheurs et Diseurs de Vérité,hommes et femmes,à travers notre petite planète bleue:

Je vous souhaite le meilleur Noël de votre Vie!

In the name of all Truthseekers and Truthtellers ,men and women,around our Little Blue Planet:

I wish you the best Christmas of your Life!

En nombre de todos los Investigadores y los Buscadores de la Verdad, hombres y mujeres, a través de nuestro pequeño planeta azul:

Te deseo la mejor Navidad de tu vida!