5 novembre 1605-5 novembre 2022:Commémoration du complot des poudres et l’héritage inoubliable de Guy Fawkes

Aujourd’hui, le Bonfire Night est connu comme le jour où les anglais tirent les feux d’artifice les plus spectaculaires de l’année!

Mais il y a une riche histoire derrière l’une des fêtes les plus populaires au monde, qui est principalement due à un seul homme .un courageux  héros: Guy Fawkes.


Vidéo commémoratif du 5 novembre 2022

 

 

 

Le 5 novembre 1605, Guy a été déjoué alors qu’il complotait pour détruire les chambres du Parlement lors de l’ouverture de l’État et tuer tous ceux qui s’y trouvaient – y compris le roi.

C’est ce qu’on a appelé le complot des poudres (ou Gunpowder Plot…en anglais).

INTERVIEW- Bernard Bourdin et le droit divin de Jacques VI-Ier d'Angleterre  – Un souffle d'histoires
Jacques 1 d’Angleterre et sa femme.

Qui était Guy Fawkes ?

Il est né le 13 avril 1570 à Stonegate à York, et a fait ses études à la St. Peter’s School à York, préférant s’appeler Guido Fawkes.

Enfant, il a vécu près de York avec son père Edward et sa mère Edith.

Son père était protestant et travaillait comme avocat au tribunal religieux de l’église. Cependant, en 1579, il mourut et trois ans plus tard, sa mère se remaria avec un homme appelé Denis Bainbridge, un catholique. Alors le jeune Guy s’est converti.

Pourquoi la conversion au catholicisme était-elle importante ?

Se convertir au catholicisme à cette époque était une grosse affaire, car la religion dominante était l’Église d’Angleterre, qui ne tolérerait pas le catholicisme romain.

C’était incroyablement difficile d’adorer, alors les fidèles ont été poussés à la clandestinité – et c’est de cette oppression que le complot est né.

Il y a eu des rumeurs selon lesquelles Guy a rencontré et épousé Maria Pulleyn en 1590 – mais il n’y a pas de registres paroissiaux pour le montrer, donc c’est sujet à controverse.

Les croyances religieuses de Guy étaient si ferventes qu’il a d’abord choisi de quitter l’Angleterre protestante et de s’enrôler dans l’armée espagnole en Hollande pendant la guerre de quatre-vingts ans.

Là, il a acquis une réputation de grand courage et de détermination froide et c’est là qu’il a acquis de l’expérience avec les explosifs, et aussi où il a décidé de s’appeler Guido – probablement parce que cela sonnait espagnol.

En 1604, à Ostende, Guy rencontra un autre Anglais du nom de Thomas Winter, qui avait également été en Espagne pour tenter de mobiliser des soutiens pour les catholiques anglais.

Alors que les deux retournaient à Londres, Thomas a dit à Guy que lui et ses amis – dont les Yorkshiremen John et Christopher Wright, de Welwick, et Robert Catesby – allaient agir, mais avaient besoin de l’aide d’un militaire qui ne serait pas reconnu. par les autorités.

Comment l’intrigue a commencé

Guy n’était pas le cerveau derrière le complot malgré sa renommée ultérieure – c’était Robert Catesby, né dans le Warwickshire, fils d’un catholique persécuté.

Catesby, un homme riche, connaissait la plupart de ses co-conspirateurs grâce à un réseau d’amitiés avec diverses familles catholiques romaines.

L’exception était Guy, qu’il a probablement rencontré lorsqu’il a été brièvement employé comme valet de pied par Anthony Browne, 2e Lord Montague – une famille dans laquelle la sœur de Catesby s’était mariée.

La « Lettre de Monteagle »

Le 18 octobre 1605 est une date cruciale en ce qui concerne le complot, car c’est lorsque les conspirateurs ont discuté de la manière dont les pairs catholiques pourraient être épargnés par l’explosion prévue.

Cela a conduit à la célèbre «lettre de Monteagle» écrite le 26 octobre au député catholique William Parker, le 4e baron de Monteagle, l’avertissant de ne pas s’approcher de Westminster.

Le complot des poudres 

Les conspirateurs du 5 novembre 1605

Afin de se rapprocher suffisamment de leurs cibles, une cave sous les chambres du Parlement a été louée par les membres du complot, qui était remplie de 36 barils de poudre à canon.

Arrestation de Guy Fawkes

Il y en avait assez pour détruire complètement le bâtiment et endommager les autres bâtiments dans un rayon d’un mile de celui-ci.

Le complot a été déjoué lorsque la lettre anonyme envoyée au baron de Monteagle, l’avertissant de ne pas se rendre à la Chambre des lords, a été rendue publique.

Cela a conduit à l’ordre de perquisitionner le palais de Westminster et aux premières heures du 5 novembre, Guy a été découvert en train de garder et préparer les explosifs.

Au départ, il a fait semblant d’être un serviteur et a déclaré que le bois appartenait à son maître Thomas Percy, mais lorsque cela a été signalé au roi et que Percy était catholique, le roi a ordonné une deuxième recherche. La poudre à canon a été retrouvée et Guy a été arrêté.

Au cours de son implication dans le complot des poudres à canon, Fawkes avait dit  s’appeler John Johnson  lorsqu’il a été arrêté et invité à donner son nom, c’est le nom qu’il a donné.

Peu de temps après avoir été retrouvé tôt le matin du 5 novembre, le Conseil privé s’est réuni dans la chambre du roi et Fawkes a été placé sous garde et on lui  a demandé pourquoi il voulait le tuer et faire sauter le Parlement.

Il répondit qu’il considérait le Roi comme une maladie puisqu’il avait été excommunié par le Pape.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il avait besoin d’une telle quantité de poudre à canon, il a apparemment répondu: « Pour vous renvoyer, vous les mendiants écossais, dans vos propres montagnes natales! »

 

Envoyez-le à la tour !

Guy a été envoyé à la Tour de Londres. Le roi Jacques 1 a indiqué dans une lettre du 6 novembre que « les tortures les plus douces doivent lui être d’abord utilisées, et ainsi progressivement au pire, et ainsi Dieu accélère votre bon travail ».

Et au cours des quatre jours suivants, il a été interrogé et torturé sur le « rack » et a finalement avoué et donné les noms de ses conspirateurs.

Sa signature sur la confession écrite après la torture, qui est toujours détenue par les Archives nationales, était très faible , et une autre prise quelques jours plus tard était beaucoup plus audacieuse indiquant à quel point il devait être affaibli par la torture.

Le procès…

Fawkes et les autres personnes impliquées ont été jugés le 31 janvier 1606, puis condamnés à être pendus, tirés au sort et écartelés dans l’Old Palace Yard à Westminster.

Le procureur général Sir Edward Coke a déclaré au tribunal que chacun des condamnés serait tiré en arrière jusqu’à sa mort, par un cheval, la tête près du sol.

Ils devaient être « mis à mort à mi-chemin entre le ciel et la terre comme indignes des deux ».

Leurs organes génitaux seraient coupés et brûlés sous leurs yeux, et leurs entrailles et leurs cœurs seraient enlevés.

Ils seraient alors décapités et les parties démembrées de leurs corps exposées afin qu’ils puissent devenir « la proie des oiseaux de l’air ».

Torture et exécution de Guy Fawkes

…et l’évasion

Mais Guy a échappé à ce destin horrible, car juste avant son exécution, il a sauté de l’échafaud où il devait être pendu et s’est cassé le cou, évitant ainsi l’agonie de la mutilation.

Il n’a pas non plus fait distribuer ses parties de corps aux «quatre coins du royaume», pour être affichées comme un avertissement à d’autres traîtres potentiels.

Bien qu’il soit impliqué dans ce qui est essentiellement un complot terroriste, Guy Fawkes a été nommé le 30e plus grand Britannique dans un sondage réalisé par la BBC en 2002.

Alors pourquoi brûlons-nous le « mec » ?

Aujourd’hui, le mot « gars » est utilisé pour désigner un homme, mais à l’origine, c’était un terme pour une « personne laide et répugnante » en référence à Fawkes.

Les effigies de paille faites de Guy Fawkes et jetées sur des feux de joie pour se souvenir du complot des poudres à canon étaient également connues sous le nom de « gars » et au fil du temps, la signification s’est estompée.

Suite à l’échec du complot, les Londoniens ont été encouragés à célébrer l’évasion du roi de l’assassinat de Guy Fawkes,en allumant des feux de joie et cette tradition se poursuit aujourd’hui.

Lanterne ayant appartenu à Guy Fawkes

 

 

 

Philosophie:Il y a une réinitialisation majeure en cours

« Il y a une réinitialisation majeure en cours.
Si vous vous sentez fatigué, espacé ou en proie à l’inertie, n’ayez crainte, il s’agit d’un état d’être temporaire pendant que cette réinitialisation se poursuit.
La méditation est à la base de s’insérer dans le Grand Tout Universel en constant changement!
Beaucoup d’entre nous sont en train de liquider tous nos anciens contrats d’âme karmiques et terminés ou redondants, nos façons habituelles d’être et de faire.
Les images de la réalité avec lesquelles nous avons vécu si longtemps changent maintenant et les nouvelles ne sont pas encore connues.
En fait, il n’y aura probablement plus jamais le même genre de certitude avec laquelle la plupart d’entre nous ont grandi.
Nous entrons maintenant dans une ère d’émergence – où nous vivons dans l’instant, naviguant par nos sens – apprenant à suivre ce qui nous fait du bien, notre intuition, nos désirs et notre savoir intérieur.
La vie va être très organique, ce qui signifie que nos anciennes façons de faire les choses et notre façon de voir la vie vont être très différentes.
Nous allons devoir savoir comment suivre l’impulsion évolutive ainsi que notre propre nature cyclique et c’est quelque chose qui semblera assez étranger à beaucoup.
Nous apprendrons à rester fidèles à nous-mêmes tout en réorientant nos compétences et notre expérience pour servir d’une manière nouvelle, plus collaborative qu’auparavant.
En ce moment, beaucoup de repos, une bonne nutrition, du temps dans la nature et des activités de contemplation ou de journalisation peuvent nous aider à nous intégrer pendant que cette réinitialisation majeure se produit.
Il peut s’agir de moments où nous ressentons une grande perte et il est important de laisser couler les larmes même lorsque nous ne savons pas pourquoi nous pleurons.
Au niveau de l’âme, beaucoup de choses changent et se réorientent.
Cela prend du temps et de l’énergie.
Nous sommes sur le point d’avoir une occasion en or de faire les choses différemment de ce que nous faisions auparavant.
Une attitude enfantine de curiosité et de volonté d’essayer des choses est utile en ce moment.
Avant tout, gentillesse et patience.
Pour nous et les uns pour les autres.
La gentillesse est une nouvelle monnaie.

Philosophie:Pourquoi les âmes qui vibrent haut ont de la difficulté à trouver une relation de couple stable ?

Pourquoi les âmes qui vibrent haut ont de la difficulté à trouver une relation de couple stable ?
Les vieilles âmes (hommes ou femmes) ne veulent pas avoir une relation juste pour avoir un compagnon/une compagne ; elles ont besoin d’un amour pour grandir ensemble.
Ce sont des Âmes qui ont vécu de nombreuses expériences passées et qui veulent donc utiliser cette incarnation sur Terre pour évoluer, elles n’aiment pas perdre leur temps.
Les vieilles âmes viennent dans ce monde avec un but, une mission et pensent souvent qu’un amour pourrait les distraire de l’accomplissement de cette tâche, avant de chercher l’amour d’un couple, elles privilégient leur évolution personnelle et la compréhension de leur mission de Vie.
Comme un amour exige beaucoup d’attention et de dévouement, elles finissent par mettre de côté les relations amoureuse les plus banales, à moins qu’il ne soit le compagnon de route idéal, complémentaire et proche du but à manifester.
Dans ce cas, la rencontre se produit par l’Alchimie Divine.
Les vieilles âmes ne s’adaptent pas bien aux rencontres conventionnelles, pour elles, tout cela est très superficiel, elles aiment les vraies rencontres, les gens qui se connaissent profondément, se montrent, se connectent à l’âme, et ont des énergies similaires.
Elles voient le sexe comme un acte sacré.
Malheureusement, ce genre de rencontres de nos jours ne sont pas fréquentes, les gens parlent généralement via des applications, des plateformes de rencontres, et cela ne plaît pas aux vieilles âmes et augmente la difficulté à trouver l’amour même si elles savent que ce qui doit être sera.
La vieille histoire d’egos : « J’attendrai qu’il m’appelle, je n’appellerai pas » ou « je ferai semblant de ne pas m’intéresser » est quelque chose que les vieilles âmes n’aiment pas vraiment, elles ne supportent pas les personnages, elles sont très sensibles et vraies, elles n’aiment pas la posture, elles sont transparentes, directes, avec l’âme à poil et ça fait peur à beaucoup de gens.
Les vieilles âmes ne rencontrent pas n’importe qui, juste pour avoir de la compagnie ou combler des vides ; si elles pensent que la personne n’en vaut pas la peine, elles ne se dérangent même pas, beaucoup de gens finissent par dire qu’elles sont « trop exigeantes », mais la vérité est que les vieilles âmes veulent quelqu’un avec qui partager leur vie.
Elles s’offrent et en équilibre par amour de soi elles attendent une synergie de la même nature, elles décident de miser sur quelqu’un de très spécial à avoir à leurs côtés sinon elles préfèrent être seules.
Les vieilles âmes ont des blessures émotionnelles de cette vie et d’autres, normalement ces âmes sont renforcées par l’expérience, mais ne trouvent pas une vie facile dans cette incarnation, elles ont de nombreux défis à relever, certains très douloureux, c’est pourquoi elles sont très prudentes, car elles ne veulent plus souffrir, et honorent l’accompagnement mutuel de qui sait ce que chacun traverse et ce qu’il suppose.
Pour avoir une relation avec quelqu’un, elles ont besoin de sentir que la personne est assez mature pour comprendre son chemin et son évolution.
Les vieilles âmes ont besoin d’un/une accompagnant qui souhaite être à leurs côtés, qui les respecte et les comprend, elles ne peuvent pas être avec des gens qui trompent, possèdent, ou les limitent, et ne comprennent la relation que depuis la liberté.
Elles savent qu’une relation ne peut avancer que s’il existe une vraie communication du cœur, une pure compréhension entre eux, un dévouement et une honnêteté, si leur partenaire ne les accompagne pas au rythme ou résonne la fréquence vibratoire elle-même après avoir essayé de servir de stimulus à la croissance de l’autre, elles détectent que c’est le bon moment et que ça devient infructueux. « 
Cette vision peut nous faire remonter à la plus haute antiquité!
Alejandro Jodorowsky

Divulgation choc:Michelle Obama a voté en tant qu’homme en 1994

L’ancienne Première Dame Michelle Obama a été inscrite pour voter en tant qu’homme de 1994 à 2008, selon des documents officiels obtenus auprès du Conseil des élections de l’État de l’Illinois.
Les documents officiels révèlent également que Michael a officiellement changé son sexe en femme en 2008, la même année où « son mari » se présentait à la présidence.  Par pur hasard.

Les documents officiels ont été obtenus de l’État de l’Illinois par le réalisateur de documentaires Joel Gilbert qui explique qu’il a décidé « d’adopter une approche sérieuse » pour en savoir plus sur les antécédents de Michelle Obama parce que les médias grand public refusent d’aborder le sujet. Mais il ne s’attendait pas à trouver la preuve qu’elle s’était inscrite pour voter en tant qu’homme pendant quatorze ans.

Barack Obama avec ce qui était Big Mike…à l’époque!

 

 

Gilbert a été stupéfait lorsqu’il a reçu les cartes d’électeur officielles de Michel Obama de 1994 et 2008. Décrivant le processus de démêlage de « l’identité sexuelle changeante » de « Michelle Obama », Gilbert écrit :

« Ayant récemment obtenu des documents officiels de l’État de l’Illinois, voici ce que je peux dire avec assurance : j’ai trouvé la preuve dans des documents officiels que Michelle Obama s’est inscrite pour voter en tant qu’homme en 1994. J’ai également la preuve officielle qu’après 14 ans de votant en tant qu’homme, Michelle Obama a changé son sexe en 2008 d’homme à femme. Ce n’est plus une bêtise sur les réseaux sociaux, c’est un fait. J’ai obtenu les documents du Conseil des élections de l’État de l’Illinois la semaine dernière seulement. Voici la carte d’électeur officielle de Michelle Obama de 1994 lorsqu’elle s’est inscrite pour voter en tant qu’homme. La lettre M est encerclée sous Sexe.« 

« Puis, le 14 juillet 2008, alors que son mari était sur le point d’être nommé par les démocrates à la présidence, elle a brusquement changé son sexe d’homme en femme. »

Un timing remarquable, je suis sûr que vous en conviendrez.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et avant d’accuser Joel Gilbert d’avoir conspiré pour piéger Michelle Obama et de la qualifier faussement de transgenre, il y a un fait que vous devez garder à l’esprit. Bien qu’il ait découvert que Michelle Obama s’est inscrite pour voter en tant qu’homme en 1994, Gilbert ne croit toujours pas qu’elle est né mâle. Il croit charitablement qu’elle a dû «cocher la mauvaise case» et s’est accidentellement inscrite pour voter en tant qu’homme. Il explique :

« Son inscription sur les listes électorales en tant qu’homme était probablement une erreur d’écriture commise lorsque Michelle a rempli son formulaire d’inscription sur les listes électorales de 1994. Elle n’a dû le remarquer qu’en 2008 et l’a corrigé de manière appropriée. »

Ouah. Certaines personnes veulent vraiment croire ce qu’on leur dit.

Depuis les premiers jours de l’administration Obama, des citoyens de tous bords ont étudié des vidéos et des photos de Michelle Obama et ont déclaré qu’elle était un homme. En 2014, la comédienne Joan Rivers a alimenté les deux rumeurs en répondant à un journaliste de TMZ qui lui a innocemment demandé si les États-Unis éliraient jamais un président gay.

« Nous l’avons déjà avec Obama, alors calmons-nous« , a déclaré Rivers, avant d’ajouter : « Vous savez que Michelle est une transsexuelle. »

Les commentaires de Rivers ont alimenté les publications sur les réseaux sociaux de photos suggérant que Michelle est vraiment un homme. Il y avait aussi des vidéos au ralenti en gros plan d’elle dansant sur The Ellen DeGeneres Show prétendant montrer quelque chose qui pointait dans son pantalon.

Michelle Obama

 

Moins de deux mois plus tard, Rivers est décédé brusquement des suites de ce qui était censé être une intervention mineure à la gorge. Inutile de dire que sa mort inattendue a alimenté la rumeur, et même la propre famille de Barack Obama a alimenté la rumeur. Sur Twitter, le frère aîné de Barack, Malik, a laissé entendre qu’il connaissait la vérité. Puis Malik a dû se taire soudainement, a supprimé le tweet original et a  refusé de confirmer ou de nier les allégations concernant « BIG MIKE ».

Remarquablement, Barack Obama lui-même s’est trompé plusieurs fois et l’a appelée « Michael »… encore et encore. Hmm… Avez-vous déjà rencontré un homme qui appelle accidentellement sa femme par un nom d’homme ?

La furtivité est au cœur de la stratégie à long terme des Obama depuis le premier jour. Barack et ses co-conspirateurs ont préparé Michael/Michelle à se présenter à la présidence depuis 2016. Dans un premier temps, le couple puissant a signé une offre de 65 millions de dollars pour écrire leurs mémoires respectives dès leur départ de la Maison Blanche.

Un autre indice révélateur des plans des démocrates pour Michelle est survenu lorsqu’ils lui ont décerné le rôle convoité de conférencier principal à la Convention nationale démocrate de 2020. Parallèlement, Barack a été le conférencier principal du congrès en 2004, quatre ans avant d’être nommé candidat en 2008.

Lors de la dernière vérification, Michelle comptait plus de 18 millions d’abonnés sur Facebook, 20 millions sur Twitter et près de 50 millions sur Instagram. Quand elle tweete, généralement avec une orientation politique, les démocrates écoutent.

Mais elle sera une candidate vulnérable car elle a tant à cacher. Joel Gilbert, le cinéaste qui a obtenu ses cartes d’électeur, dit « Seule la vérité peut l’arrêter ». La vérité n’est pas la meilleure amie de Michael/Michelle.

Elle fait semblant d’être quelque chose qu’elle n’est pas depuis qu’elle est apparue pour la première fois sur scène à l’échelle nationale.

Un gros calin de Barack à Michael /Michelle.

Source

 


EN COMPLÉMENTAIRE

HALLOWEEN 2009

 

La Maison Blanche a « couvert » la fête d’Halloween d’Alice au pays des merveilles de Tim Burton

La Maison Blanche a "couvert" la fête d'Halloween d'Alice au pays des merveilles de Tim Burton
La Première Dame Michelle Obama déguisée en léopard en 2009 lors d’un événement à la Maison Blanche…On voit bien les traits du visage de Big Mike.

La Maison Blanche a couvert une fête d’Halloween sur le thème d’Alice au pays des merveilles organisée par le réalisateur Tim Burton et l’acteur Johnny Depp de peur de créer une mauvaise impression pendant une récession, selon un nouveau livre sur les Obama paru à la même époque.

Johnny Depp a accueilli les invités dans le costume qu’il avait porté dans une version cinématographique de l’histoire de Lewis Carroll publiée à peu près à la même époque par Burton, qui a eu carte blanche pour transformer la salle à manger officielle en un thé du Chapelier fou dans « son effrayant-comique style »….

 

 

 


EN COMPLÉMENTAIRE

Mai 2010,pourquoi tout le monde regarde les genoux de Michelle Obama ?

 

 

 

 

 

 

La scène était le dîner des correspondants de la Maison Blanche de la semaine du premier mai 2010. Une foule se rassemble pour regarder les genoux de Michelle Obama.

Notre théorie sur ce qu’ils regardent est expliquée ci-dessous.

C’est assez bien connu que Michelle porte le pantalon à la Maison Blanche. Maintenant, nous pensons savoir pourquoi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


delphineangie2008, Sasha, Malia and Michelle Obama | | napavalleyregister.com

 

Certaines sources pensent que les filles Obama, Malia et Sasha, ont été secrètement adoptées hors du Maroc ou qu’elles sont des enfants de substitution comme les jumeaux de Bassett. Ils affirment qu’il n’y a pas de photos ou d’enregistrements de Michelle Obama enceinte ou avec un nouveau-né. Et, Malia et Sasha n’ont pas d’actes de naissance publics.Elles sont nées avant que Barrack Obama ne devienne président des États-Unis.


EN DEUXIÈME COMPLÉMENTAIRE

UNE INCROYABLE ENQUËTE CITOYENNE SUR  LE COUPLE MACRON -TROGNEUX (L’ENQUÊTE PLESSIBUS)

 

 #brigittegate, le dossier Pressibus, l’enquête citoyenne
Vous pouvez télécharger toute ce dossier au format pdf (17 Mo) – Version 24.0
De Jean-Michel à Brigitte Trogneux, mensonges à l’Elysée

Sommaire général

  1. Introduction : ce n’est pas une rumeur mais un solide dossier
  2. L’intime conviction du généalogiste
  3. La lignée Trogneux : des chocolatiers à Amiens
  4. La « légende » de Brigitte Trogneux mariée avec Emmanuel Macron
  5. Deux journalistes d’investigation : Xavier Poussard et Natacha Rey
  6. La famille où a grandi Jean-Michel Trogneux
  7. Brigitte avant 1990, selon la « légende »
  8. De Jean-Michel à Brigitte, leur ressemblance
  9. André-Louis Auzière, le mari fantôme de Brigitte
  10. La mère biologique des trois enfants Auzière, première hypothèse
  11. Les deux familles de Jean-Michel Trogneux
  12. Brigitte Macron, née Jean-Michel Trogneux, a 77 ans en 2022…
  13. Elle a l’ossature d’un homme…
  14. 1977-1990, Jean-Michel Trogneux et le pasteur Joseph Doucé
  15. 1991-1992, Brigitte à Amiens, sa rencontre avec Emmanuel
  16. 1993-2007, les débuts du couple Brigitte-Emmanuel
  17. La famille où a grandi Emmanuel Macron
  18. Emmanuel Macron et l’homosexualité
  19. Un dangereux psychopathe dirige la France
  20. Une « légende » truffée de mensonges pour médias diligents
  21. Macron l’emmerdeur instaure un apartheid en France
  22. Les inversions accusatoires du couple pervers de l’Elysée
  23. Interrogations sur l’enfance d’Emmanuel Macron
  24. Brigitte Trogneux, mariée Macron, a-t-elle une existence légale ?
  25. Joseph Doucé pourrait-il être le père biologique d’Emmanuel Macron ?
  26. Interrogations sur les trois enfants Auzière
  27. Jean-Michel Trogneux et Jean-Louis Auzière, grands copains à Alger ?
  28. D’Alger à Truchtersheim, l’autre copain Jean-Marc Uhrweiller
  29. Le tour de magie des deux Brigitte Auzière
  30. Conclusion : secrets de famille, vies imbriquées et pactes du silence
  31. Tableau récapitulatif des hypothèses, index
  32. Annexes A : documents complémentaires
  33. Annexes B : comparaisons complémentaires
  34. Annexes C : Macron et Covid
  35. Annexes D : évolution de la situation, le #brigittegate

Source


UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!

 

 

 

 

La Sexualité Sacrée:Aimez-vous les uns sur les autres

Saviez-vous que faire l’amour profite tant à la santé que cela devrait être prescrit par nos thérapeutes.

Tout cela est très sérieux, et d’éminents scientifiques se sont penchés sur la question.

Ils ont découvert qu’une femme qui fait l’amour produit un certain degré d’hormones oestrogènes, ce qui a comme conséquences de lui donner des cheveux luisants et une peau douce.

Ils nous apprennent aussi qu’il faut faire l’amour lentement, et tendrement, car cela réduit les problèmes de peau, de grains de beauté, les démangeaisons.

Si, en préliminaire à vos ébats amoureux, vous décidez de vous offrir une bonne table bien garnie, avec chandelles et champagne comme il se doit, lorsque ensuite vous ferez l’amour vous allez éliminer plus de calories que celles que vous avez accumulées lors de ce repas d’amoureux.

On pourrait même affirmer sans sourire que la pratique du sexe peut être assimilée à celle d’un sport.

A quand l’amour comme discipline olympique ?

En effet, faire l’amour étire et raffermit chaque muscle de nos corps.

Vous êtes dépressifs ?

Le psychologue américain, Stuart Brody préconise de faire l’amour au lieu de prendre des antidépresseurs.

En effet, la pratique sexuelle génère des endorphines qui, en coulant dans vos veines, vous procureront une sensation de bien-être et d’euphorie, et provoqueront un état de relaxation favorable au sommeil, en combattant le stress.

Faire l’amour est dix fois plus efficace que l’absorption de valium, car le sexe est le tranquillisant le plus sécuritaire au monde.

Embrasser votre partenaire, outre le plaisir que cela procure, a d’autres effets : cela éloigne le dentiste, car la salive nettoie et fait diminuer le niveau d’acide responsable des caries, et prévient contre la plaque dentaire.

De plus, faire l’amour soulage toutes les pressions dans les vaisseaux sanguins du cerveau : c’est donc la réponse idéale que l’on puisse faire à une femme qui prétextant un mal de tête, refuserait une proposition amoureuse.

Faire l’amour a d’autres effets : cela facilite l’écoulement nasal, et c’est efficace contre le rhume des foins et l’asthme.

D’après le Pr Ebrahim, les hommes qui ont au moins trois rapports par semaine, et pendant dix ans, courent deux fois moins de risques d’avoir une attaque cérébrale ou une crise cardiaque.

Cela permettrait de réduire de 15 % le risque de développer un cancer de la prostate.

Pour la femme, la stimulation des tétons et l’orgasme libèrent une hormone appelée ocytocine, bénéfique pour le sein.

Faire l’amour, c’est aussi un excellent exercice pour le muscle cardiaque qui a besoin de travailler pour bien se porter. Pendant les ébats amoureux, les pulsations passent de 75 à 180 à la minute au moment de l’orgasme !

Les ébats amoureux seront-ils un jour remboursés par la Sécurité sociale ?

Et pour ceux qui n’ont pas de partenaires pour célébrer le printemps, je n’ai qu’un conseil : pratiquez l’amour le plus souvent possible car plus vous le ferez, plus on vous fera d’offres.

En effet, les personnes sexuellement très actives sécrètent de grandes quantités de phéromones, et l’odeur dégagée rend l’humain fou de désir, homme autant que femme.

Et puis n’y a-t-il pas meilleur lieu pour soigner une convalescence qu’un grand lit, surtout quand on s’y trouve à deux ?

On vous le disait dès Mai-68 : « Faites l’amour, pas la guerre ».

Car comme disait un vieil ami africain : « Là où le cœur est, les pieds n’hésitent pas à y aller ».


 

UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!

 

 

La Sexualité Sacrée: Chaque fois qu’une femme a des relations sexuelles avec un homme, elle conserve son ADN dans son cerveau

De nouvelles recherches de l’Université de Seattle et du Fred Hutchinson Cancer Research Center ont accidentellement révélé qu’une partie de l’ADN de chaque homme avec lequel une femme a des relations sexuelles finit par rester avec elle pour toujours, logée dans son cerveau.

 

L’étude visait à l’origine à déterminer si les femmes qui tombent enceintes d’un garçon finissent par devenir plus prédisposées à développer certaines maladies neurologiques courantes chez les hommes. Cela a fini par révéler des mystères encore plus grands sur le fonctionnement interne du cerveau féminin.

Il s’avère que le système neurologique d’une femme abrite souvent un « microchimérisme masculin », ce qui signifie que son cerveau absorbe l’ADN masculin qui reste avec elle chaque fois qu’elle procrée avec un homme. Plus une femme couche avec des hommes, plus l’ADN masculin devient une partie d’elle.

L’étude explique que 63% des femmes (37 sur 59) testées présentaient un microchimérisme [1] masculin dans le cerveau – et dans plusieurs régions du cerveau. Cela signifie que l’ADN masculin fait désormais partie du système neurologique de ces femmes.

Pour rester politiquement correct, l’étude conclut que l’ADN masculin doit provenir d’une grossesse masculine. La réalité, cependant, est que même les femmes qui n’ont jamais été enceintes, mais qui ont couché avec beaucoup d’hommes, portent le même microchimérisme masculin que les femmes qui sont mères de garçons.

Tentant comme ils pourraient de cacher la vérité, les chercheurs qui ont été assez courageux pour approfondir ce phénomène ont conclu que les femmes sexuellement actives absorbent en fait l’ADN masculin chaque fois qu’elles s’engagent dans l’acte, qu’elles tombent enceintes ou non..

« Outre les grossesses connues, d’autres sources possibles de microchimérisme masculin comprennent un avortement spontané non reconnu, un jumeau mâle disparu, un frère aîné transféré par la circulation maternelle ou des RAPPORTS SEXUELS. », explique un rapport.

« Le microchimérisme masculin était significativement plus fréquent et les niveaux étaient plus élevés chez les femmes ayant subi un avortement provoqué que chez les femmes ayant d’autres antécédents de grossesse. D’autres études sont nécessaires pour déterminer les origines spécifiques du microchimérisme masculin chez les femmes. ”

Il y a beaucoup de mystères inconnus dans les rapports sexuels, c’est pourquoi ils étaient censés rester sacrés

Certaines des causes suggérées du microchimérisme masculin semblent peu susceptibles d’expliquer les découvertes des chercheurs car elles ne sont pas assez fréquentes. Il n’est pas non plus très courant qu’un jumeau mâle «disparaisse» ou qu’un frère aîné transfère de l’ADN par la circulation maternelle.

Non, la seule conclusion logique est que le simple fait d’avoir des relations sexuelles, quel que soit le résultat, suffit à transférer l’ADN masculin dans le cerveau d’une femme, où il reste en permanence et devient une partie de sa propre constitution génétique.

« Cela a des ramifications très importantes pour les femmes« , rapporte Newspunch. “Chaque homme dont vous absorbez les spermatozoïdes devient une partie vivante de vous pour la vie. Les femmes autopsiées dans cette étude étaient âgées. Certains portaient l’ADN masculin vivant en elles depuis plus de 50 ans. ”

« Le sperme est vivant. Ce sont des cellules vivantes. Lorsqu’il vous est injecté, il nage et nage jusqu’à ce qu’il s’écrase tête baissée dans un mur, puis il s’attache et s’enfouit dans votre chair. S’il est dans votre bouche, il nage et grimpe dans vos voies nasales, votre oreille interne et derrière vos yeux. Ensuite, il s’enfonce. Il pénètre dans votre circulation sanguine et s’accumule dans votre cerveau et votre colonne vertébrale. 

Les femmes qui se réservent pour le mariage et qui n’ont jamais de relations sexuelles qu’avec un seul homme s’unissent à cet homme et à lui seul. Nous savons maintenant que les femmes qui se livrent à des relations sexuelles sans scrupule modifient leur corps d’une manière qui commence à peine à être comprise.

Des nouvelles scientifiques intéressantes comme celle-ci peuvent être trouvées sur Brain.news.

Les sources de cet article incluent : Newspunch.comPLoS.orgNaturalNews.com

[1] Le microchimérisme se définit par la présence en faible quantité dans un organisme, sur le long terme, de cellules ou d’ADN provenant d’un autre individu sans qu’il n’y ait apparemment de réaction de greffon contre l’hôte (GvDH) ou de rejet de greffe.


UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!

Nos animaux domestiques en fin de vie…ont besoin de nous

Même si c’est dur, c’est important
 » Il s’avère que les animaux de compagnie ont aussi des dernières volontés avant de m.o.u.r.i.r, mais seulement connues des vétérinaires qui endorment les animaux vieux et malades. Un utilisateur de Twitter, Jesse Dietrich, a demandé à un vétérinaire quelle était la partie la plus difficile de son travail.
Le spécialiste a répondu sans hésiter que le plus dur pour lui était de voir comment les animaux vieux ou malades cherchent leurs propriétaires du regard avant de s’endormir. Le fait est que 90 % des propriétaires ne veulent pas se trouver dans une pièce avec un animal m.o.u.r.a.n.t. Les gens partent pour ne pas voir leur animal partir. Mais ils ne réalisent pas que c’est dans ces derniers moments de la vie que leur animal a le plus besoin d’eux.
Les vétérinaires demandent aux propriétaires d’être proches des animaux jusqu’à la toute fin. ′′Il est inévitable qu’ils m.e.u.r.e.n.t avant vous. N’oubliez pas que vous étiez le centre de leur vie. Peut-être n’étaient-ils qu’une partie de vous. Mais ils sont aussi votre famille. Même si c’est difficile, ne les quittez pas.
Ne les laissez pas m.o.u.r.i.r dans une pièce avec un étranger dans un endroit qu’ils n’aiment pas. Il est très douloureux pour les vétérinaires de voir comment les animaux de compagnie ne retrouvent pas leur propriétaire dans les dernières minutes de leur vie. Ils ne comprennent pas pourquoi leur maître les a quittés. Après tout, ils avaient besoin de la consolation de leur maître.
Les vétérinaires font tout leur possible pour que les animaux n’aient pas si peur, mais ils leur sont totalement étrangers. Ne soyez pas un lâche parce que c’est trop douloureux pour vous. Pensez à l’animal. Endurez cette douleur par égard pour eux. Soyez avec eux jusqu’à la fin. »
Aime Les Animaux ❤️

Lorsqu’un animal est en fin de vie, en dehors des modifications physiologiques et physiques, on observe des changements comportementaux particuliers. Cela veut-il dire que l’animal a conscience que sa vie arrive à son terme ?

De nombreux récits évoquent des comportements spécifiques d’un animal envers un proche décédé, que ce soit une mère envers son petit mort-né, ou un adulte envers son compagnon de vie. Des femelles dauphins (ou orques) ont ainsi été observées tentant de maintenir à la surface leur petit mort-né, comme pour lui permettre de respirer. Tout comme des femelles capucins attaquées par un prédateur peuvent essayer une « réanimation » sur leur petit tout juste tué. Dans ces deux cas, les mères s’occupent de leur petit un moment avec beaucoup de ténacité. Puis, après avoir réalisé que le jeune est sans vie, elles l’abandonnent.

UNE ATTITUDE PROTECTRICE ENVERS L’INDIVIDU MORT

Chez les éléphants, des réactions particulières envers les individus décédés durant les déplacements du groupe peuvent aussi exister. Les membres de la famille se postent alors plus ou moins longtemps -devant la dépouille, la flairent avec leur trompe, la touchent délicatement avec leurs pieds, affichant les signes d’un désarroi… Parfois, un membre s’attarde plus longtemps mais, en se tenant à l’écart, il risque de se mettre en danger. Il -finit donc généralement par reprendre la route et rejoindre ses congénères…

Une attitude protectrice envers l’individu mort, contre des con-génères, a aussi été rapportée chez certaines espèces. L’animal peut se poster à côté de son compagnon décédé et ne plus bouger. Des phases de deuil ont été observées chez le chimpanzé. Tous ces exemples témoignent que l’animal adopte des attitudes spécifiques lorsqu’un congénère décède, et qu’il ressent de l’émotion. L’animal se rend compte de la « disparition » de l’autre, la tristesse est présente, mais il n’est pas possible de conclure qu’il comprend l’irréversibilité de la situation.

Que ce soit un animal âgé, ou jeune mais malade ou accidenté, des signes annonciateurs du déclin et de la mort sont visibles.

Chez nos animaux de compagnie, des changements comportementaux sont également décrits lors de la perte de l’ami chien ou chat : baisse d’appétit, refus de sortie ou de jeu, attitude prostrée… Ces observations de terrain ont fait l’objet d’études scientifiques qui montrent les mêmes résultats. Cependant, il est évident que notre propre changement d’attitude face à la perte de l’un de nos compagnons, canin ou félin, affecte probablement l’animal qui est toujours là. Il est donc difficile de connaître avec exactitude l’élément déclencheur des variations comportementales.

L’animal est programmé génétiquement pour se prémunir contre un danger, contre la mort grâce à des stratégies de survie et de défense. Il met tout en œuvre pour vivre : trouver de l’eau et de la nourriture, se mettre à l’abri des intempéries et des prédateurs, se soigner des maladies et des blessures, etc. Cependant, l’animal non humain ne se rend pas compte de la durée de sa vie, il vit au jour le jour sans se projeter vers l’avenir. A ce jour, aucune étude scientifique n’a permis d’établir qu’il puisse avoir une quelconque conscience que sa vie est limitée dans le temps. L’homme semble être la seule espèce à pouvoir intégrer cette notion abstraite et donc à anticiper la fin de vie « naturelle ».

Pourtant, à l’approche de la fin de sa vie, des changements physiologiques et physiques se mettent en place ; des modifications que l’animal ressent sans aucun doute. Pour un individu en bonne santé, cela se fait progressivement, au fil des années. Pour l’animal malade, les alterations de son état peuvent aller beaucoup plus rapidement. Nombre de propriétaires de chien et de chat relatent des comportements singuliers de leur animal lors de cette période, comme s’il se rendait compte de l’évolution de son état.

UNE FORME DE COMPRÉHENSION DE LA SITUATION

Dans le cas de l’euthanasie, certains vétérinaires témoignent de l’attitude particulière et du regard du chien ou du chat qu’ils doivent aider à mourir, « comme s’il savait ». Il est possible que, dans ce cas-là, il y ait bien une forme de compréhension de la situation.

Que ce soit un animal âgé, ou jeune mais malade ou accidenté, des signes annonciateurs du déclin et de la mort sont visibles. Les premiers indices seront de la faiblesse, une perte d’énergie importante. Puis la perte d’appétit va suivre. L’animal peut également rencontrer des difficultés à contrôler ses sphincters et peut s’oublier dans son sommeil ou lorsqu’il se déplace. Sa respiration peut se modifier. Son regard et sa manière de se comporter varieront également. Le chat peut se mettre à ronronner quelques jours ou quelques heures avant son décès. Certains individus chercheront à se mettre à l’écart, voire à partir de chez eux, alors que d’autres rechercheront la présence d’un copain animal ou d’un humain dont ils sont proches.

Euthanasie : Ce vétérinaire révèle ce que ressent votre animal avant de  mourir, ne le laissez JAMAIS

Parfois, notre compagnon décédera dans son sommeil, mais parfois, il faut l’aider. La décision est toujours très difficile à prendre car nombre de personnes ne se sentent pas en droit de décider du moment où l’animal doit quitter ce monde ou ne veulent pas s’y résigner. Une discussion peut alors s’engager avec le vétérinaire référent qui sera à même de juger de la situation. L’animal s’intéresse-t-il toujours à sa nourriture ? Est-ce qu’il réagit quand on l’appelle ? Peut-il se déplacer ? Souffre-t-il ?

Finalement, c’est à nous, compagnon humain, de prendre la décision après nous être posé ce type de questions, y avoir réfléchi et en avoir parlé en famille. Chaque personne réagira différemment lors du deuil. Il est important de se faire accompagner en cas de difficultés.

RÉALISENT-ILS QUE LEUR CONGÉNÈRE EST MORT ?

En 2016, 153 praticiens de Caroline du Sud avaient été interrogés sur leurs observations relevées sur un animal lors de l’euthanasie d’un congénère. 54 % d’entre eux observaient « rarement, de temps en temps, souvent ou toujours » des réactions chez les animaux se trouvant proches de l’animal euthanasié, notamment des chiens qui exprimaient soit un silence soudain soit, au contraire, aboiements et agitation.
Les raisons avancées par les vétérinaires pour expliquer ces réponses sont variées : certains évoquent des modifications chimiques du corps lors de la mort, d’autres se disent persuadés que l’animal « se rend compte » du décès de son congénère, quelques autres évoquent une perception de l’émotion des humains présents au moment de l’euthanasie. 
Pour Antoine Bouvresse, docteur vétérinaire à Rueil-Malmaison, « c’est loin d’être choquant d’imaginer qu’une partie des animaux puisse avoir une réaction à l’euthanasie
d’un congénère 
». S’il ne souhaite pas la présence du compagnon de l’animal
à euthanasier, quand cela se produit, Antoine Bouvresse a été témoin de réactions que l’on peut expliquer par la mort de l’animal. « Un chien 
peut avoir deux types d’attitude : soit vouloir explorer, sentir le corps inanimé de son compagnon, soit adopter des comportements dirigés vers son maître comme pousser la main de son museau, aboyer ou gémir. » Mais, pour le scientifique qu’il est, ce type de réaction est difficile à interpréter comme étant la conscience de la mort de l’animal. Dans de nombreuses situations, le propriétaire se rend compte que l’animal sent la mort arriver. A nous de l’accompagner le mieux possible dans cette ultime étape de sa vie, dans le plus grand respect.



UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!

Regards sur …un miraculé de la guerre

Vous avez surement tous entendu parler de ces  miraculés de l’Holocauste qui sortent d’une impossible survie …et mutisme,pour nous raconter  le miracle de leur Survivance parmi nous!
En voici une nouvelle  venant du biographe officiel de Vladimir Poutine…ou comment on bâtit un mythe par la propagande:
Vladimir Poutine jeune
Pendant la Seconde Guerre mondiale, un soldat a reçu la permission de rentrer chez lui. Dès qu’il est arrivé sur la route près de sa maison, il a vu un camion militaire garé, chargé de cadavres, et a réalisé que l’ennemi avait bombardé sa ville. Le camion transportait des dizaines de cadavres et s’apprêtait à les transporter dans une fosse commune.
Le soldat s’est arrêté devant les cadavres empilés pour les jeter un dernier coup d’œil et a remarqué que la chaussure sur le pied de la femme ressemblait à une chaussure qu’il avait déjà achetée pour sa femme. Il s’est précipité chez lui pour vérifier où se trouvait sa femme, mais est vite retourné au camion pour vérifier le cadavre et a trouvé sa femme ! Après le choc subi par le soldat, il ne voulait pas que sa femme soit enterrée dans une fosse commune, alors il lui a demandé d’être retirée du camion pour pouvoir l’enterrer.
Pendant le transfert, on a découvert qu’elle respirait encore lentement et difficile, alors elle a été transportée à l’hôpital où on lui a donné les premiers soins et ramenée à la vie. Quelques années après l’incident et la fin de la guerre, sa femme, qui devait être enterrée vivante, est tombée enceinte et a donné naissance à un garçon nommé Vladimir Poutine. Il est l’actuel président de la Russie.
L’actuel Vladimir Poutine

UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!

Les 10 mystères de la guerre d’Ukraine

1 Pourquoi l’armée russe a-t-elle attaqué le 24 février 2022 ?
2 Pourquoi les Russes attaquent-ils à 1 contre 2 ?
3 Pourquoi les Russes ont-ils lancé l’assaut contre Kiev et Kharkov ?
4 Que s’est-il passé à Tchernobyl ?
5 Que s’est-il passé à Energodar ?
6 Quid des laboratoires biologiques US ?
7 Où sont passés les 50 officiers français de Marioupol + autres officiers de l’OTAN) ?
8 Que s’est-il passé à Boutcha ?
9 Que s’est-il passé à Kramatorsk ?
10 L’île aux serpents

Lancée dans la nuit du 23 au 24 février 2022, l’opération militaire spéciale, puisque c’est comme cela que les Russes l’ont appelée, recèle comme tout ce qui touche à la Russie, une bonne part de mystère et de nombreuses questions restées sans réponse. Nous allons tenter de répondre à certaines d’entre elles, ou du moins formuler des hypothèses, car il est bien évident qu’à ce stade des opérations et du brouillard de guerre qui l’environne, il est tout à fait impossible de répondre catégoriquement et on peut même affirmer qu’à l’issue de ce conflit – qui peut encore durer très longtemps – il est probable que certaines de ces questions ne connaîtront pas de réponses claires avant longtemps, si tant est qu’elles en reçoivent jamais. Mais cela n’empêche pas d’imaginer quelques réponses, quitte à soulever d’autres questions que d’autres essayerons de résoudre un jour.


Pourquoi l’armée russe a-t-elle attaqué le 24 février 2022 ?

Au-début de l’attaque russe ,le 24 février 2022,les tanks ukrainiens sont frappés de plein fouet par les canons russes.

Pour ceux qui suivent le dossier du Donbass depuis les origines, c’est-à-dire depuis le coup d’État du Maïdan de 2014, la bonne question serait plutôt : pourquoi les Russes ont-ils tant tardé à intervenir pour mettre un terme à ce conflit qui n’a jamais cessé depuis 2014 ? En effet, nombreuses sont les personnalités politiques et militaires qui en Russie même, critiquent le Kremlin pour n’avoir lancé l’opération spéciale qu’en 2022 alors que l’armée ukrainienne avait été battue à plate couture en février 2015 et qu’elle n’existait virtuellement plus à cette date après la cinglante défaite de Debaltsevo. La réponse la plus plausible à cette question est que la Russie n’était pas suffisamment forte en 2015 pour encaisser le contrecoup des sanctions infernales qui n’auraient pas manqué de lui être infligées comme elles le sont aujourd’hui. Il est probable qu’en 2015 l’économie russe n’aurait pas été assez résiliente pour résister à l’étranglement des sanctions. De même à cette époque l’architecture financière de la Russie était encore rudimentaire et trop dépendante de l’Occident pour faire face aux coupures du système Swift et à l’arrêt quasi complet des exportations vers l’Europe. De plus, on peut ajouter qu’en 2015, la restauration de la puissance de l’armée russe n’était pas achevée (le discours de Poutine sur les nouvelles armes russes date de 2018) et il est probable que la Russie ne s’estimait pas prête à un conflit ouvert avec l’OTAN si celui-ci avait éclaté à cette date.

Au 7 mars 2022,l’armée russe avait profondément pénétrée en Ukraine.

Les Russes ont affirmé (sans preuve dirimante pour l’instant) avoir saisi des documents dès les premiers jours de l’opération qui prouveraient que l’armée ukrainienne se préparait à donner l’assaut contre le Donbass dans les premiers jours de mars. Ce qui est établi c’est que l’état-major de Kiev avait positionné sur la ligne de front du Donbass depuis le printemps 2021 environ la moitié de son armée (plus de 150 000 hommes) et que ces troupes d’assaut étaient constituées des meilleures divisions de l’armée ukrainienne.

Le blogueur états-unien Moon of Alabama, spécialiste de géopolitique, affirme que

l’entrée de la Russie en Ukraine le 24 février 2022 visait très certainement à prévenir l’assaut de l’armée ukrainienne dans le Donbass. Le rapport du 15 février de la mission spéciale de surveillance de l’OSCE en Ukraine a enregistré 41 explosions dans les zones de cessez-le-feu. Ce chiffre est passé à 76 explosions le 16 février, 316 le 17 février, 654 le 18 février, 1413 le 19 février, un total de 2026 les 20 et 21 février et 1484 le 22 février. Les rapports de mission de l’OSCE ont montré que la grande majorité des points d’impacts de l’artillerie se situaient du côté séparatiste de la ligne de cessez-le-feu.

Ma conviction personnelle est que l’armée ukrainienne a bien tenté l’assaut contre les républiques de Donetsk et de Lugansk en avril 2021 mais que cette tentative a été brisée par l’emploi massif de techniques de guerre électronique par les Russes qui a littéralement coupé toutes les communications radio des forces ukrainiennes et provoquant de ce fait ce que l’on pourrait appeler un véritable déni de guerre. Il a fallu près d’un an pour l’OTAN et pour l’armée ukrainienne pour rebâtir un système de communication que les Russes ne pouvaient plus inhiber. Et c’est ainsi qu’intervient la mise à disposition « miraculeuse et gratuite » du réseau satellitaire STARLINK d’Elon Musk au bénéfice de Kiev – opérationnel dès le début du conflit, et sans doute bien avant – et qui a sans doute considérablement gêné l’état-major russe dans les premières semaines de l’opération et probablement aujourd’hui encore.

Pourquoi les Russes attaquent-ils à 1 contre 2 ?

Tous les spécialistes militaires vous diront que l’on n’attaque jamais avec un ratio inférieur à deux contre un, voire trois contre un de préférence, pour espérer pouvoir l’emporter. Dans le cas présent, les Russes semblent avoir lancé l’opération avec environ 150 000 hommes sur 4 secteurs différents (Kiev et Kharkov au nord, le Donbass à l’est et Kherson au sud) et cela sur une ligne de front de 2500 km). Pour mémoire, lors de la campagne de France en mai 1940, et sur un front beaucoup plus réduit, l’Allemagne attaque avec 137 divisions et un total de 2 750 000 hommes. Rien que les forces armées ukrainiennes dans le Donbass disposent d’un nombre d’hommes équivalent à l’ensemble des forces russes engagées dans l’opération. Alors pourquoi lancer l’assaut dans ces conditions ce qui a littéralement sidéré les états-majors occidentaux ?

Première observation, même si l’armée russe est indubitablement la première armée d’Europe, et de loin avec près d’un million d’hommes affectés à la défense du territoire, les forces opérationnelles de l’armée de terre ne dépassent pas 300 000 hommes et il serait très hasardeux de dégarnir toutes les frontières de la Fédération de Russie pour les engager massivement sur le théâtre ukrainien si l’OTAN décidait par exemple, d’actionner son valet japonais du côté des Kouriles. Les Russes n’ont pas oublié la leçon de 1905.

Deuxième observation, on a le sentiment que la décision d’intervention est prise dans la précipitation, probablement dans le but d’agir en premier dans une guerre préemptive afin d’éviter le massacre de populations civiles dans le Donbass dans le cas où les forces armées ukrainiennes (FAU) auraient lancé l’offensive. On se rappelle que les populations civiles du Donbass commencent à être évacuées massivement quelques jours avant le 24 février.

3ème observation, il s’agit pour les Russes d’une opération militaire spéciale et non pas d’une guerre ce qui interdit la mobilisation générale et le réveil du traumatisme de la Grande Guerre patriotique de 1941 avec ses 27 millions de morts toujours à vif dans l’esprit des Russes. La raison de ce choix politique est probablement que les dirigeants russes sont parfaitement conscients que cette guerre n’est pas une guerre contre l’Ukraine mais une guerre contre le Système occidental dans toutes ses composantes et qu’il est impératif de garder des forces sur le front économique afin de ne pas voir s’effondrer la Russie face aux sanctions occidentales. Mais il est bien clair que ce pari reposait sur une guerre courte et décisive et que sa prolongation, encouragée de toutes ses forces par l’OTAN, verra inéluctablement la transformation de cette opération militaire spéciale en situation de guerre stricto sensu avec toutes les conséquences qui en découleront, y compris pour les alliés de Kiev.

Pourquoi les Russes ont-ils lancé l’assaut contre Kiev et Kharkov ?

Dans une demeure de Kiev,au-début de mars 2022.

Bien évidemment, l’irruption des forces russes au nord sur les secteurs de Kiev et de Kharkov a contribué à fixer une part notable de l’armée ukrainienne dans cette zone ce qui a permis de soulager les fronts est et sud de l’opération. C’est un des arguments avancés par les propagandistes pro-russes pour justifier a posteriori la validité de ce choix stratégique. Si la prise rapide de tout le littoral sud qui a permis de sécuriser la péninsule de Crimée entre Kherson et Novoazovsk et de sanctuariser la mer d’Azov pourrait justifier la mise en place de cette stratégie, en revanche sur le front du Donbass, la résistance féroce des FAU jusqu’à aujourd’hui ne justifiait pas le sacrifice de milliers de soldats russes dans les batailles sanglantes à Irpin, Soumy, Kharkov et Tchernikov, d’autant moins que ces secteurs furent abandonnés quelques semaines après pour opérer une réaffectation des forces russes dans les opérations du front du Donbass.

Bien que cela ait été nié, on ne peut exclure que l’état-major général de l’armée russe ait été abusé sur l’état moral de l’armée ukrainienne et que la prise rapide de Kiev – peut-être avec des complicités internes qui auraient été déjouées par l’OTAN et le SBU – était escomptée de manière à provoquer un effondrement rapide de la résistance ukrainienne. Si cette hypothèse est vraie, on ne peut que constater qu’elle fut un dramatique échec dont la conséquence sera probablement d’aboutir à une guerre longue dont l’Ukraine sera la principale perdante.

Que s’est-il passé à Tchernobyl ?

La centrale nucléaire de Tchernobyl située à une centaine de kilomètres au nord de Kiev est occupée dès le 24 février par les troupes aéroportées russes en provenance de la frontière biélorusse toute proche. Le contrôle de ce site industriel ne présente aucun intérêt stratégique ni pour l’assaut sur la capitale ukrainienne, ni même dans le déroulé de l’opération militaire spéciale car l’essentiel des efforts de contre-attaque des FAU durant le mois de mars se dérouleront plus au sud pour la reprise de l’aérodrome Antonov de Kiev et de la ville adjacente de Gostomel. Contrairement à ce qu’affirme Wikipédia, il n’y a pas eu véritablement de « bataille de Tchernobyl » car les soldats ukrainiens et les forces de sécurité présentes sur place se sont rendues très vite quasiment sans résistance et semblent même avoir collaboré, au moins partiellement, avec les forces d’occupation.

Avancée des troupes russes près des centrales de Tchernobil en mars 2022.

Néanmoins, les Russes resteront sur place jusqu’au 29 mars en établissant quelques éléments de défense autour de la centrale, notamment en creusant des tranchées sur la périphérie sud. Qu’est-ce qui a poussé l’armée russe à envoyer quelques-unes de ses meilleures troupes sur un site hautement contaminé ? L’hypothèse la plus vraisemblable est qu’elle avait en projet d’empêcher les Ukrainiens de fabriquer une bombe nucléaire « sale » élaborée à partir de déchets radioactifs. Cette conjecture complotiste doit être examinée à l’aune des déclarations de Volodymir Zelensky le 18 février 2022 lors de la 58ème conférence de Munich sur la sécurité où il déclare très clairement que l’Ukraine est prête à remettre en question son statut de puissance non-nucléaire en menaçant de dénoncer le Mémorandum de Budapest. Le régime de Kiev avait-il déjà commencé à travailler à la mise au point d’une bombe atomique à partir des déchets radioactifs de la centrale de Tchernobyl ? On ne peut pas l’exclure, ni l’affirmer non plus, mais la question suivante au sujet de la prise de contrôle de la centrale d’Energodar apportera peut-être quelques éclaircissements.

Que s’est-il passé à Energodar ?

 

Ville située sur la rive gauche du Dniepr au sud de Zaporijia, Energodar est une cité moderne sur laquelle a été construite la plus puissante centrale nucléaire d’Europe. Comme Tchernobyl, la ville et la centrale d’Energodar passent sous contrôle russe – malgré le démenti du maire Dmitri Orlov – dès le 26 février. Dans un article daté du 25 mai 2022 le journaliste étatsunien du Wall Street Journal Laurence Summer affirme que le chef de l’AIEA (Agence internationale de l’Energie Atomique) Rafael Rossi aurait déclaré à Davos que la centrale nucléaire recelait 30 tonnes de plutonium et 40 tonnes d’uranium enrichi. Selon le degré d’enrichissement de ce dernier, il aurait été assez simple pour l’Ukraine de reconstituer tout un stock d’armes nucléaires avec le soutien occidental, ce qui était un risque que les Russes ne pouvait pas tolérer. Ce qui est sûr, c’est que dès le 4 mars, les forces spéciales ukrainiennes – peut-être assistées de SAS britanniques – tentent de reprendre le contrôle de la centrale afin d’empêcher le transfert en Russie des stocks de plutonium et d’uranium.

Selon le chercheur Thierry Meyssan « le plutonium est vendu entre 5 000 et 11 000 $ le gramme. 30 tonnes achetées au prix coûtant, cela représente 150 milliards de dollars. Le prix de l’uranium dépend de son degré d’enrichissement. À moins de 5 %, il ne peut être utilisé qu’à usage civil et doit atteindre au moins 80 % pour un usage militaire. Ignorant son degré d’enrichissement, on ne peut évaluer son prix. La saisie par la Russie de ce stock non-déclaré rembourse probablement l’ensemble des sanctions prises contre elles. »

Le président du Réseau Voltaire poursuit : « L’information dont nous disposons soulève plusieurs questions : depuis quand l’Ukraine, qui avait cédé à la Russie tous ses stocks de l’époque soviétique, détient-elle ces matériaux ? D’où viennent-ils et qui les a payés ? Subsidiairement : quel est le taux d’enrichissement de l’uranium et qui l’a enrichi ? ».

Ces questions restent en suspens et ne manquent pas d’interroger sur le rôle réel qu’a joué l’AIEA dans cette affaire.

Quid des laboratoires biologiques US ?

Dès la chute de Viktor Yanukovitch en 2014, l’OTAN renforce son emprise sur l’Ukraine et met en place un réseau d’une trentaine de laboratoires biologiques dont des documents récupérés par l’armée russe dès le début des opérations exposent qu’y étaient réalisées « des expériences extrêmement dangereuses visant à renforcer les propriétés pathogènes de la peste, de l’anthrax, de la tularémie, du choléra et d’autres maladies mortelles en recourant à la biologie de synthèse ». Les États-Unis, après avoir nié l’existence de ces laboratoires, ont affirmé qu’il s’agissait d’un programme visant à détruire les armes biologiques que l’Union soviétique aurait fabriquées et stockées en Ukraine. Pour la Russie au contraire, le Pentagone faisait sous-traiter en Ukraine – comme il le fait également en Géorgie, au Kazakhstan et ailleurs – des recherches sur des vecteurs biologiques interdits par la Convention sur l’interdiction des armes biologiques de 1972.

Malgré les tentatives américaines d’effacer toutes traces de ces recherches en ordonnant la destruction des souches et des documents y afférents dès le début de l’invasion, des sources russes affirment que des expériences auraient été menées sur des malades mentaux à l’hôpital psychiatrique n° 1 (dans la ville de Streletchyé, oblast de Kharkov) et qu’un agent tuberculeux aurait été manipulé pour infecter la population du district de Slavianoserbsk (République populaire de Lougansk). Ce qui semble avéré également serait la participation de Hunter Biden, fils du Président US, dans ces expériences comparables aux pires abominations nazies.

En effet, selon des médias états-uniens :

Environ un an après que les fonds d’investissement de Hunter Biden ont investi de l’argent dans Metabiota, des représentants de la société ont assisté à une réunion en octobre 2016 impliquant des responsables militaires américains et leurs homologues ukrainiens pour discuter de « la coopération dans la surveillance et la prévention des maladies infectieuses particulièrement dangereuses, y compris les maladies zoonotiques en Ukraine et dans les pays voisins ». Les contrats gouvernementaux corroborent également la relation de travail entre Metabiota, les laboratoires ukrainiens et le département américain de la Défense, l’entreprise ayant reçu une subvention de 18,4 millions de dollars de l’agence américaine en 2014.

Alors ? Complotisme ? Propagande russe ? Hystérie ? Nous vous laissons juge.

Où sont passés les 50 officiers français de Marioupol + autres officiers de l’OTAN) ?

La présence de milliers d’occidentaux dans les rangs de l’armée ukrainienne et cela bien avant le début du conflit, est parfaitement documentée : Instructeurs de l’OTAN, mercenaires, conseillers divers, forces spéciales… et il est même établi que notre Gendarmerie nationale a fourni quelques instructeurs aux FAU et peut-être même au régiment Azov, au moins durant l’année 2021.

Alors d’où vient cette rumeur sur la présence d’officiers français à Marioupol ? Dès la mi-mars 2022, l’encerclement de la ville est achevé et des rumeurs font déjà état de la présence de nombreux occidentaux (Canadiens, Britanniques, Américains, Français, Israéliens…) présents aux côtés des FAU et du célèbre régiment Azov qui défendent la ville. Le 30 mars, alors que les bruits enflent sur la présence de soldats français (des photos trouvées sur les réseaux sociaux montrent des insignes de la Légion étrangère française et des bérets verts trouvés dans les ruines de la ville), on apprend que le général Eric Vidaud, directeur du renseignement militaire est brutalement limogé alors qu’il n’est en poste que depuis 7 mois.

Durant tout le mois d’avril des pressions très fortes sont exercées par les occidentaux contre les Russes (le président français en première ligne sur ce sujet) pour obtenir un couloir humanitaire afin d’évacuer les « civils » de Marioupol. Devant le refus obstiné des Russes de laisser partir, non pas les civils mais les gros poissons (on a parlé d’un général canadien et d’un amiral US) enfermés dans l’usine Azovstal, plusieurs opérations de sauvetage par hélicoptères et même par voie maritime seront tentées et aboutiront toutes à des échecs sanglants. Selon les sources, entre 2 et 8 hélicoptères seront abattus lors des tentatives d’extraction. Lors de l’une d’entre elles, deux officiers français auraient été retrouvés morts dans la carlingue calcinée d’un des aéronefs.
Alors d’où vient cette rumeur sur la présence des 50 officiers français de Marioupol ?
L’affaire prend véritablement de l’ampleur lorsque le Secrétaire général du parti nationaliste turc VATAN, Özgür Bursal?, tient une conférence de presse au siège de son parti à Ankara le vendredi 22 avril 2022 en annonçant que « Macron avait laissé mourir plus de 50 officiers français en Ukraine ». Le Turc affirme tenir cette information de source russe de haut niveau.

Il est évident que ce type de révélation à quelques jours de la présidentielle française aurait eu un impact direct sur l’issue du scrutin et qu’il était crucial pour l’Élysée de maintenir le couvercle sur cette affaire, au moins jusqu’à l’issue de l’élection.

Quoi qu’il en soit, le 18 mai les derniers défenseurs d’Azovstal commencent à se rendre après deux mois de siège et de nombreuses vidéos circulent sur la Toile montrant le spectacle de la reddition. Si une photo présente de manière présumée l’amiral US Eric Olson (affirmation démentie par les médias aux ordres mais ni confirmée ni infirmée par l’armée russe), plus aucune trace de mercenaires ou d’officiers occidentaux n’apparaît dans la presse russe officielle. Seules les rumeurs continuent de plus belle sur les réseaux sociaux. Et parmi celles-ci, l’une d’entre elles affirme que les officiers de l’OTAN qui voulaient se rendre ont été exécutés par les fanatiques du régiment Azov qui ne voulaient pas entendre parler de reddition. Ce qui est certain, c’est que plusieurs centaines de cadavres (certaines sources parlent de plus de 200 corps) ont été retrouvés dans les sous-sols de l’usine dans des camions frigorifiques qui ne fonctionnaient plus. Des Français font-ils partie du lot ? Seuls les Russes ont la réponse à cette question. Sont-ils au contraire sortis vivants et feront-ils l’objet d’âpres négociations entre l’OTAN et le Kremlin lorsque la diplomatie reprendra ses droits ? Seul l’avenir nous le dira, peut-être…

Que s’est-il passé à Boutcha ?

Avec l’affaire de Boutcha, nous entrons clairement dans la propagande de guerre de bas étage et qui paradoxalement se démonte aujourd’hui plus facilement, grâce en partie aux réseaux sociaux, que les histoires de bébés crucifiés aux portes des granges par l’armée prussienne en 1914.

Il faut dire que dans cette affaire, la précipitation et l’amateurisme des faussaires ont permis d’éventer rapidement la supercherie.

Tout d’abord la chronologie même des événements ne colle pas avec la réalité : le 30 mars les soldats russes évacuent la ville et dès le lendemain, le 31 mars, le maire de Boutcha hilare devant une caméra, le confirme et précise même qu’il n’a aucun mort à déplorer dans sa ville ce dont il se réjouit, bien évidemment. Le même jour, les néo-nazis du régiment Azov entrent dans Boutcha et le 4 avril est publiée dans le New-York Times une photo satellite datée du 19 mars, qui montre une rue jonchée de cadavres. La photo, diffusée aux médias occidentaux, a été présentée comme preuve d’un « crime de guerre commis par les troupes russes en Ukraine ». Mais des experts établiront que la photo n’a pas été prise le 19 mars, quand l’armée russe se trouvait encore dans la ville mais le 1er avril, deux jours après qu’elle l’ait évacuée. La date et l’heure exacte de l’image ont été calculées par le programme SunCalc sur la base de l’inclinaison du soleil au-dessus de l’horizon et donc de la direction des ombres. Dans l’image satellite publiée par le New York Times, l’angle du Soleil est de 42 degrés. Cela signifie que la photo satellite a été faite à 11h57 GMT le 1er avril.

Par la suite, les expertises réalisées dans le cadre de l’enquête internationale chargée de démontrer la réalité du prétendu crime de guerre commis par la Russie, concluront au fait que la plupart des cadavres de Boutcha présentaient des blessures par des fléchettes contenues dans des obus utilisés par l’armée ukrainienne alors que les autorités de Kiev affirmaient que tous les civils avaient été exécutés avec des armes automatiques.

Fin de la manipulation et silence radio désormais sur les médias de grand chemin au sujet du « massacre de Boutcha ».

Que s’est-il passé à Kramatorsk ?

Dans cette autre affaire de manipulation où un missile a été lancé le 8 avril 2022 sur la gare de Kramatorsk juste après que les autorités ukrainiennes aient annoncé que des trains d’évacuation étaient à disposition des habitants et où une foule importante de civils était assemblée dans la gare (plusieurs dizaines de morts). Il y a là deux objectifs qui sont poursuivis : outre la volonté de présenter un agresseur russe commettant des crimes de guerre aux yeux de l’opinion publique mondiale, il y avait la volonté d’empêcher les populations du Donbass de quitter les villes où elles servent de bouclier humain aux FAU en les décourageant de partir par le train (pour les nombreuses familles qui ne disposent pas de véhicules).

Là encore, à l’heure des réseaux sociaux, après l’effet d’annonce, il est plus facile de faire circuler l’information et quelques minutes après l’attentat, une photo est reprise sur la Toile où l’on peut voir très nettement le numéro de série du missile Tochka-U (?91579 en russe) qui a frappé la gare ferroviaire. Ce missile provient d’un stock clairement identifié comme appartenant à l’armée ukrainienne. Seules les FAU disposent de missiles Tochka-U. L’armée russe n’utilise plus cette arme depuis 2019. Les Républiques Populaires de Donetsk et de Lugansk ne l’ont jamais utilisée. Il s’agit là de manière plus qu’évidente d’un crime de guerre accompli par le régime de Kiev contre sa propre population dans le but de blâmer la Russie.

Seuls ceux qui ne connaissent pas le degré de haine et de mépris dans lequel sont tenus les habitants du Donbass par les militants nationalistes et suprémacistes ukrainiens pourront s’étonner de voir une armée tirer délibérément sur son « propre » peuple.

L’île aux serpents (Ile Zmeiny)

Cet îlot minuscule situé en Mer Noire à une cinquantaine de kilomètres des côtes ukrainiennes et roumaines est d’une importance stratégique majeure dans le conflit actuel car la possession de ces arpents de terre permet à celui qui les contrôle de verrouiller l’accès à Odessa, c’est-à-dire au seul port dont dispose encore Kiev et surtout de surveiller toute la partie ouest de la Mer Noire où deux pays de l’OTAN sont présents, Bulgarie et Roumanie, cette dernière étant particulièrement active dans le conflit, notamment dans le cadre de la future très probable agression de l’OTAN contre la République Moldave du Dniestr, entité séparatiste pro-russe mieux connue sous le nom de Transnistrie et située entre la Moldavie et l’Ukraine.

Au-delà de l’intérêt stratégique pour le contrôle de cette île, il y a eu également des rumeurs sur la présence d’un laboratoire biologique sur l’île des Serpents mais les sources disponibles ayant relaté l’information sont plutôt sujettes à caution.

En revanche, la volonté de l’OTAN de reprendre le contrôle de cette île à tout prix découle clairement des moyens engagés – et perdus -. Petite chronologie des événements :

Dès le matin de l’offensive, le 24 février 2022, l’île est prise par la marine russe. Le récit de la prise de cet îlot stratégique sera l’occasion du premier bobard de guerre car selon le ministère ukrainien de la défense, les treize garde-frontières présents sur l’île auraient résisté jusqu’à la mort en refusant l’ultimatum d’un navire russe qui leur demandait de se rendre. Mais deux jours plus tard, la diffusion sur la Toile des photos de la reddition des gardes-frontières contraint les autorités ukrainiennes à annoncer que leurs soldats sont bien en vie et ont été capturés par les Russes. Une image satellite prise le dimanche 27 mars 2022 par Maxar Technologies montre l’île des Serpents dont certains bâtiments sont endommagés, ainsi qu’un navire de débarquement de classe Ropoutcha de la marine russe ancré près de l’île. Des frappes militaires russes ont donc bien eu lieu, mais d’ampleur limitée, en préalable à l’occupation de l’île. Fin mars 2022, les garde-frontières ukrainiens (il y en avait 82 et non pas 13) ont été libérés lors d’un échange contre des prisonniers russes détenus par l’Ukraine.

Le communiqué du Ministère de la Défense russe publié le 9 mai 2022 (date anniversaire de la victoire de l’Union soviétique contre l’Allemagne) fait état des faits suivants :

Selon les informations mises à jour, 6 hélicoptères Mi-8 et Mi-24 ont été détruits pendant la nuit près d’Artsiz dans la région d’Odessa près de l’aérodrome militaire de Chervonoglinskoe par des missiles de haute précision Onyks du système de missiles côtiers Bastion. …

Le 7 mai, sur ordre direct de Zelensky, l’état-major ukrainien, avec l’implication directe de conseillers américains et britanniques, a planifié une provocation majeure pour s’emparer de l’île de Zmeiny.

Au cours des deux derniers jours, le régime de Kiev a fait plusieurs tentatives désespérées d’assauts aériens et maritimes sur l’île de Zmeiny, qui est importante pour le contrôle de la partie nord-ouest de la mer Noire.

La provocation ukrainienne a été déjouée grâce à l’action compétente d’une unité des forces armées russes sur l’île. L’ennemi a subi de lourdes pertes.

4 avions ukrainiens, dont 3 Su-24 et 1 Su-27, 3 hélicoptères Mi-8 avec des parachutistes à bord, et 1 hélicoptère Mi-24 ont été abattus en vol pendant que l’armée repoussait les attaques contre l’île de Zmeiny.

En deux jours, 29 drones ukrainiens ont été abattus en vol, dont 8 drones d’attaque Bayraktar TB-2. De plus, 4 drones Bayraktar ont été abattus cet après-midi.

Par ailleurs, trois bateaux d’assaut amphibies ukrainiens blindés transportant du personnel de la marine ukrainienne ont été détruits lors d’une tentative de débarquement dans la nuit du 8 mai.

Suite à la provocation irréfléchie de Zelensky, plus de 50 saboteurs ukrainiens ont été tués en mer et sur la côte lors du débarquement et des tentatives de consolidation sur l’île.

24 corps de militaires ukrainiens morts ont été abandonnés sur le rivage de l’île de Zmeiny.

Côté russe, les pertes sont également sensibles puisqu’au moins deux navires de la Flotte de la Mer Noire ont été coulés (probablement par les missiles sol-mer ou air-mer) soit à proximité immédiate de l’île, soit au large de celle-ci.

Il est peu probable que les restes archéologiques du temple d’Achille découvert sur cette île pélagienne soient la raison principale des moyens très lourds engagés par les deux parties pour conserver ou reprendre le contrôle de ce bout de terre aride. Sa position-clé à une époque où les radars, la guerre électronique et les missiles à capacité stratégique jouent un rôle majeur dans la conduite de la guerre, suffit largement à expliquer l’intérêt majeur que représente ce bout de terrain situé aux confins des frontières de l’OTAN dans la guerre en cours entre la Russie et l’Occident.

Enfin pour conclure et au rebours de certains propagandistes pro-russes exagérément optimistes, et malgré les succès tactiques de l’armée russe obtenus dans le Donbass depuis son repositionnement du mois d’avril et son indubitable supériorité aérienne et de capacité d’artillerie, la lenteur extrême de l’avancée russe sur le front est et la stagnation quasi complète sur les autres fronts démontrent que le Kremlin ne pourra échapper à une mobilisation générale s’il veut l’emporter. La guerre d’Ukraine est une guerre existentielle pour la Russie comme pour l’Occident. Nous n’en sommes qu’au début et les peuples d’Europe n’ont pas fini de souffrir. Sursum corda !


Moment où deux avions de chasse ukrainiens bombardent l’île aux serpents occupée par la Russie

Au moment où deux avions de combat ukrainiens Su-27 Flanker bombardent l’île aux serpents occupée par la Russie, provoquant deux explosions secondaires majeures

(Dayly Mail,le 7 mai 2022)

  • Des images diffusées samedi montrent des Su-27 Flankers de l’armée de l’air ukrainienne frappant des installations russes lors d’un bombardement à grande vitesse de Snake Island
  • Un drone ukrainien Bayraktar TB2 a capturé deux Su-27 volant à basse altitude depuis le sud, larguant plusieurs bombes ainsi que des fusées éclairantes de contre-mesure infrarouges
  • Le raid audacieux a semblé frapper directement le complexe principal de l’île et les bâtiments au-dessus de la jetée
  • Après les frappes initiales, il semble y avoir au moins deux explosions secondaires majeures, ce qui pourrait signifier que les bombes ont touché une zone de munitions
  • L’incroyable attaque survient après que l’Ukraine a affirmé qu’un drone TB2 avait détruit un navire de débarquement russe sur Snake Island

 

 

 

Des images incroyables capturent le moment où deux avions de chasse ukrainiens ont bombardé l’île aux serpents occupée par la Russie.

Des images diffusées samedi montrent des Su-27 Flankers de l’armée de l’air ukrainienne en train de frapper des installations lors d’un bombardement à grande vitesse de Snake Island, qui a été saisi par les forces russes plus tôt cette année.

Un drone ukrainien Bayraktar TB2 a capturé deux Su-27 volant à basse altitude au-dessus de l’île depuis le sud, avant de larguer plusieurs bombes et fusées éclairantes de contre-mesure infrarouge, a rapporté TheDrive.com.

L’approche sud de l’île était une mesure stratégique des forces ukrainiennes, car les défenseurs russes sur l’île se concentreraient très probablement sur la recherche du nord et de l’ouest vers la côte ukrainienne, selon The Drive.

 

Des images diffusées samedi montrent des Su-27 Flankers de l’armée de l’air ukrainienne frappant des installations russes lors d’un bombardement à grande vitesse de Snake Island

Moment où deux avions de chasse ukrainiens bombardent l’île aux serpents occupée par la Russie

 

Un drone ukrainien Bayraktar TB2 a capturé deux Su-27 volant à basse altitude depuis le sud, larguant plusieurs bombes ainsi que des fusées éclairantes de contre-mesure infrarouges

Le raid audacieux a semblé frapper directement le complexe principal de l’île et les bâtiments au-dessus de la jetée.

Après les frappes initiales, il semble y avoir eu au moins deux explosions secondaires majeures, ce qui pourrait signifier que les bombes ont touché une zone de stockage de munitions ou de carburant, a rapporté The Drive.

L’attaque audacieuse vient après l’ukraine revendiqué un drone TB2 a détruit un navire de débarquement russe sur l’île.

Samedi, l’Ukraine a montré une vidéo prétendant être un drone militaire frappé sur un navire de débarquement russe fournissant un système de missiles anti-aériens TOR à Snake Island.

Les images semblent montrer la destruction d’une grande péniche de débarquement de type Serna lors d’une frappe aérienne.

« Les unités ennemies restant sur Snake Island restent sans couverture aérienne et seront détruites et brûlées comme des cafards ou des sauterelles », a déclaré le responsable ukrainien Anton Gerashchenko.

D’autres rapports ont indiqué que la péniche de débarquement avait été touchée par un drone militaire ukrainien Bayraktar TB2.

Moment où deux avions de chasse ukrainiens bombardent l’île aux serpents occupée par la Russie

 

Le raid audacieux a semblé frapper directement le complexe principal de l’île et les bâtiments au-dessus de la jetée

Moment où deux avions de chasse ukrainiens bombardent l’île aux serpents occupée par la Russie

 

Après les frappes initiales, il semble y avoir au moins deux explosions secondaires majeures, ce qui pourrait signifier que les bombes ont touché une zone de munitions ou de carburant.

Moment où deux avions de chasse ukrainiens bombardent l’île aux serpents occupée par la Russie

 

Cette image satellite prise par Planet Labs PBC montre une épaisse fumée noire s’élevant après une frappe présumée de drone ukrainien sur des positions russes sur Snake Island, en Ukraine, dans la mer Noire

Moment où deux avions de chasse ukrainiens bombardent l’île aux serpents occupée par la Russie

 

La grande péniche de débarquement de type Serna quelques instants après la frappe du missile par le drone Bayraktar TB2. « Les unités ennemies restant sur Snake Island restent sans couverture aérienne », ont déclaré les Ukrainiens

Des images en noir et blanc montraient de petites figures humaines se déplaçant sur le navire de débarquement quelques instants avant qu’un éclair blanc n’envahisse l’engin. Les personnages continuent de se déplacer sur l’engin après qu’il ait été touché.

Les images montraient également une attaque contre un bâtiment sur Snake Island. Ce qui semble être du personnel russe est vu en train de patrouiller autour du bâtiment lorsqu’il est lui aussi soufflé du ciel.

Les images de l’impact sur le navire n’étaient pas datées. Après la grève, on a vu des gens se déplacer sur le navire.

La classe Serna – désignation russe Projet 11770 – est un type de péniche de débarquement à cavité d’air construite pour la marine russe. Douze bateaux ont été construits entre 1994 et 2014.

En mars, les forces russes ont lancé une invasion à grande échelle de l’île, située à quelques kilomètres de la côte roumaine.

Moment où deux avions de chasse ukrainiens bombardent l’île aux serpents occupée par la Russie

 

 

L’île est stratégiquement importante car elle permet à la Russie de revendiquer des eaux territoriales s’étendant sur 12 milles marins au large.

Ils couvrent d’importants canaux de navigation vers les villes portuaires d’Odessa, Mykolaïv et Kherson.

Après avoir pris l’île, la Russie a coupé les canaux de navigation, isolant l’Ukraine des marchés internationaux et privant son économie de revenus commerciaux vitaux alors qu’elle cherche à se défendre.

En mars, un Un clip audio a été partagé en ligne d’un officier d’un navire militaire russe disant aux gardes ukrainiens gardant Snake Island de « déposer les armes immédiatement pour éviter des effusions de sang et des morts injustifiées », ajoutant « sinon vous serez bombardé ».

On peut alors entendre les gardes parler entre eux, se mettre d’accord « ça y est », avant de répondre à la marine russe en disant : « Navire de guerre russe, va te faire foutre ».

Source Dayly Mail 


 

 

Par Emmanuel Leroy

Président de l’Institut 1717 – Pour une nouvelle alliance franco-russe


 

UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

 

Les fabricants d’armes ne peuvent vivre sans un état de guerre mondial,par Zaho Lijian

Les fabricants d’armes ne peuvent vivre sans un état de guerre mondial.
Lorsque Madrid accueillera la semaine prochaine la réunion de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), l’un des événements les plus importants de la géopolitique mondiale aura lieu : dans un même édifice, les responsables de la plupart des les dernières tragédies humanitaires et aussi d’un grand pillage, tant dans les pays qui font partie d’une organisation aussi flippante que dans ceux qui deviennent l’objet de leur intérêt. Mort et spoliation sont en fait les conséquences les plus importantes des actions de l’OTAN au cours de ses dernières décennies, surtout depuis que, pendant les années 90, l’organisation susmentionnée a décidé de ne pas se dissoudre, ce qui a fallu une reconversion comme cela s’est rarement produit dans l’histoire.
Zaho Lijian,ministre communiste chinois des affaires étrangères.
Le virage européen
Ses actions en Libye et en Yougoslavie montrent la nature réelle de cette organisation, bien contre ce que beaucoup défendent et répètent fallacieusement : que l’OTAN est une organisation défensive. Une organisation défensive à laquelle on pourrait se demander pourquoi elle a « défendu » la Yougoslavie ou la Libye et quels pays les avaient envahis.
Malgré cette réalité incontestable, qui inclut le coût économique élevé de l’OTAN pour les pays européens et les pays vampirisés ; les multiples problèmes qu’elle a engendrés — et continue à engendrer — sur presque toute la planète, que ce soit dans les pays qui forment une partie ou non de l’organisation; ou les barbaries qu’il a perpétrées ; les dirigeants européens ne semblent pas prêts à couper le lien avec les États-Unis. Une position qui contraste fortement avec celle que les dirigeants européens ont maintenue au milieu du siècle dernier.
Le tournant sur cette question a été radical, car, dans l’ensemble, les pays européens craignaient que les États-Unis ne quittent pas le continent après la Seconde Guerre mondiale, à cause de la perte de souveraineté que cela entraînait, et seulement la présence d’un grand contingent soviétique à moins de 200 Des kilomètres de leurs frontières — cas de la France — les a fait abandonner. Au contraire, aujourd’hui, les militaires américains sont confortablement installés en Europe – environ 70 000 militaires habituellement, plus de 100 000 – alors que les Soviétiques n’existent plus, les Russes sont à des milliers de kilomètres des grandes puissances européennes et non seulement elles ne représentent pas une menace, mais sans la présence américaine, ils pourraient bien former une alliance.
En effet, la même Allemagne qui considère aujourd’hui comme dangereuse de dépendre énergétiquement de la Russie et préfère la dépendance des pays du Moyen-Orient ou de l’Afrique du Nord, il y a seulement quarante ans, au début des années 80, était celle qui refusait de c utiliser les ordres américains pour couper les relations commerciales, y compris les flux énergétiques, avec l’Union soviétique. Voir pour croire : la Russie de Poutine est pire aux yeux de l’Occident que l’Union soviétique de Brejnev ou d’Andropov – si vous lisez les abrupts de Ronald Reagan au début des années 80, vous comprendrez largement à quel point c’est incroyable.
La « guerre contre le terrorisme »
Au-delà du virage profond, sans aucun doute, l’un des plus grands crimes de l’OTAN et des pays qui la composent a été la soi-disant « guerre contre le terrorisme ». Une guerre qui a provoqué plusieurs invasions et conséquences catastrophiques : on estime que, rien qu’entre l’Irak et l’Afghanistan, un à trois millions de personnes sont mortes, 8 à 10 milliards de dollars dépensés, 35 millions de personnes ont été déplacées de personnes et le résultat ne pourrait pas être plus désastreux : naissance de l’État islamique en Irak et reconquête des talibans en Afghanistan. Aucun pays ni aucune organisation supranationale n’a provoqué de plus grande catastrophe humanitaire ces dernières décennies que les États-Unis et l’OTAN. Ce n’est pas une opinion, c’est un fait incontestable.
Yougoslavie, Libye et autres
Mais ce n’est pas seulement la guerre contre le terrorisme qui remet en question l’OTAN, ses actions en Libye et en Yougoslavie démontrent la vraie nature de cette organisation, bien contre ce que beaucoup défendent et répètent de manière fallacieuse : que l’OTAN est une organisation défensive. Une organisation défensive à laquelle on pourrait se demander pourquoi elle a « défendu » la Yougoslavie ou la Libye et quels pays les avaient envahis.
Les pays de l’OTAN ne commettent pas seulement des massacres, ils en profitent aussi. Ainsi, depuis le début de la guerre au Yémen, il y a huit ans déjà, les pays membres de cette organisation ont fourni 98 % des armes que l’Arabie saoudite a acquises.
C’est l’actuel président des États-Unis qui, dans une vidéo, a affirmé qu’il avait suggéré de bombarder Belgrade avant que ce bombardement n’ait lieu. Enfin, entre mars et juin 1999, les bombes et missiles de l’OTAN ont fait 2 500 morts, dont 89 enfants. Opération Alliée Force ils l’ont appelé. Une opération qui a pu avoir lieu grâce aux concepts stratégiques de 1991 et 1999 qui change le sens de l’OTAN et incluent les actions dites «non-article 5». C’est-à-dire qu’il n’est plus nécessaire qu’un pays membre de l’OTAN soit agressé pour que cette dernière intervienne
Bombardements massifs sur des civils
L’une des actions les plus terrifiantes de ces dernières décennies concerne les bombardements américains sur la population civile – n’oublions pas que les États-Unis sont leader de l’OTAN. Selon un rapport de l’organisation Airwars, depuis le 11 septembre, près de 100 000 frappes aériennes américaines ont été tuées entre 22 000 et 48 000 civils.
Armes pour la plus grande catastrophe humanitaire de la planète
Au cas où les chiffres présentés ne constitueraient pas en soi une horreur, la vérité est que les pays de l’OTAN ne commettent pas seulement des massacres, mais en profitent aussi. Ainsi, depuis le début de la guerre au Yémen, il y a huit ans déjà, les pays membres de cette organisation ont fourni 98 % des armes que l’Arabie saoudite a acquises. Pendant ce temps, plus de 377 000 Yéménites sont morts, dont plus de 125 000 enfants de moins de cinq ans, et des millions de Yéménites souffrent de pauvreté et de faim ou ont dû se déplacer. Un profit qui a surtout profité à la toute puissante industrie militaire américaine qui, en 2021, accapare 39 % des exportations d’armes.
L’impôt impérial
Pour que l’industrie militaire américaine soit soutenue, il faut des guerres et des pays qui paient pour elles. C’est le cas des pays européens, que les États-Unis forcent depuis des décennies à augmenter leurs dépenses militaires. Premièrement pour atteindre 2 % du PIB et atteindre cet objectif, passer à 4 %.
Dans le cas de l’Espagne, par exemple, le budget militaire doublera au cours de cette décennie, passant de plus de 10 milliards d’euros officiels à plus de 24 milliards — même si officieusement l’Espagne dépense déjà 22 milliards, ce qui signifie que le g asto réel pourrait représenter près de 50 milliards de euros annuels—.
Et ce n’est pas un cas isolé, mais le reste de l’Europe suit la même voie. Un autre exemple de cette tendance serait l’Allemagne, qui s’est engagée à moderniser ses forces armées à hauteur de 100 milliards d’euros, en plus d’augmenter les dépenses militaires. Pendant ce temps, une vingtaine de millions d’enfants européens souffrent d’une certaine pauvreté, parfois extrême.
OTAN : organisation militaire armée, extractive et sanguinaire
En définitive, l’OTAN est une organisation militaire armée, extractive et sanguinaire dirigée par les États-Unis. Des millions de morts et des millions d’euros le prouvent, même si des millions de personnes l’ignorent. C’est pourquoi la réunion de l’OTAN à Madrid sera certainement l’une des plus sinistres qui puisse se tenir aujourd’hui. Tellement que nous pourrions difficilement organiser une réunion de criminels avec plus de personnes tuées, plus de butin obtenu et plus de destruction causée. Et ce pendant que les médias les présentent comme des bienfaiteurs.
Article tiré d’une allocution de Zaho Lijian,ministre des affaires étrangères de la RP de Chine
Des remerciements à Eduardo Goffard pour le partage

EN COMPLÉMENTAIRE

Vladimir Poutine
POUTINE POSE LES QUESTIONS IMPORTANTES :
1. Y a-t-il des sanctions contre ISRA ELL pour le meurtre et la destruction de femmes et d’enfants palestiniens innocents ?
2. Y a-t-il des sanctions contre l’AMÉRIQUE pour avoir tué et détruit la vie de femmes et d’enfants innocents en Irak, Syrie, Afghanistan, Cuba, Vietnam, et même avoir volé leurs diamants et leur or ?
3. Y a-t-il eu des sanctions contre l’AMÉRIQUE / la FRANCE à cause de l’assassinat de Mouammar Kaddaf et de la destruction de
4. Y a-t-il déjà eu un soldat américain/OTAN qui a déjà été puni pour avoir violé et torturé des femmes/enfants innocents de tous les pays susmentionnés ?
5. Y a-t-il des sanctions contre la FRANCE pour avoir provoqué crise et troubles dans plusieurs pays africains ? Ce sont des crimes de guerre que l’Amérique et l’OTAN devraient être punis.
Peut-être qu’il est temps que nous comprenions que l’OTAN, les USA et tous leurs alliés sont les maux les plus dangereux de notre époque. Nous devons donc changer l’équilibre des forces dans le monde et nous assurer que tout le monde ait des droits égaux et arrêter les oppresseurs.
Paroles de Vladimir Poutine recueillies par Attila Ferkel,de Budapest

UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

%d blogueurs aiment cette page :