Publicités
Accueil

Les enseignements de Rampa : sur la Terre Creuse

Laisser un commentaire

Terre Creuse et Habitants de l’Intérieur.

… « Beaucoup de gens croient qu’il existe peut-être un monde à l’intérieur de ce monde. Que le monde pourrait être creux. Qu’en pensez-vous ? Vous prétendez connaître beaucoup de choses au sujet de la religion. Comment se fait-il que vous n’ayez jamais parlé de ça ? Comment se fait-il que les livres de religion n’en parlent jamais ? »

Eh bien, ce monsieur se trompe car la religion – ou la croyance – sur laquelle je suis le mieux informé (le bouddhisme) se réfère en vérité à un Monde Intérieur. Il y a un mot spécial pour le désigner, Agharta, qui revient très fréquemment dans les Écritures bouddhistes. En fait, la tradition tébétaine mentionne abondamment Shamballa, résidence du roi de tous les mondes, le roi qui est caché à la vue des multitudes vivant à la surface du globe. [Voir aussi F. Ossendowski, Bêtes, hommes et dieux, Éd. J’ai Lu ]

Les Tibétains croient fermement à ce roi du monde habitant à l’intérieur du monde. Ce n’est pas une sorte de démon mais un souverain extrêmement bon, un excellent maître spirituel qui vit simultanément sur deux plans : le plan physique où il règne éternellement et le plan spirituel ou astral où il règne aussi éternellement. Selon les Tibétains, le roi du monde a donné originellement ses instructions au premier dalaï-lama, lequel était, en réalité, le représentant dans le monde extérieur du roi du monde intérieur.

Il existe indiscutablement au Tibet des tunnels qui s’enfoncent toujours plus profond sous la terre et de nombreuses légendes font état de personnages singuliers qui empruntent ces tunnels pour s’entretenir avec des lamas de degré supérieur. Ainsi que je l’ai écrit dans quelques-uns de mes ouvrages, je suis descendu dans certains de ces tunnels et même dans ceux de l’Ultime Thulé. Il est divers endroits du globe d’où l’initié peut se rendre au centre de la planète pour y rencontrer des représentants de cette civilisation intérieure et beaucoup de gens savent de science certaine que les habitants du monde intérieur viennent conférer avec ceux de la surface. Naturellement, quelques-uns des O.V.N.I. proviennent de ce monde intérieur.

Il y a au Tibet des tunnels conduisant au monde intérieur et il y en a aussi au Brésil. Le Brésil et le Tibet sont deux régions du monde extérieur qui ont une importance capitale et qui exercent une attraction particulière sur le peuple du monde intérieur.

Il est fort regrettable qu’il existe un si grand nombre de superstitions que l’on n’a jamais convenablement étudiées car certains « sensitifs » savent qu’il y a un tunnel sous les grandes pyramides. Mais attention : je ne me réfère pas aux seules pyramides égyptiennes. Il y en a beaucoup d’autres. Toutes servaient de balises envoyant des messages aux Jardiniers de la Terre et à leurs représentants qui traversent l’espace dans leurs astronefs. Il y a des pyramides en Égypte et dans certaines parties de l’Amérique du Sud, il y en a aussi de très importantes dans le désert de Gobi mais celui-ci est aujourd’hui sous le contrôle de la Chine communiste, on ne sait pas grand-chose à ce propos à l’extérieur. Toutes ces pyramides communiquent avec le monde intérieur et, à l’époque des pharaons, un grand nombre de rites magiques égyptiens étaient conduits par des êtres venus du monde intérieur dans ce but.

Mais revenons aux faits fondamentaux. Selon les Écritures bouddhistes, la Terre a subi de considérables convulsions et les climats se sont maintes et maintes fois modifiés. En raison de ces bouleversements des tribus, chassées des zones froides, ont émigré vers des zones plus chaudes et, lors d’une de ces migrations de population – cela se passait il y a quelques 25 000 ans -, une tribu a atteint ce que nous appellerions aujourd’hui le pôle nord. Cette peuplade a continué sa marche et a fini par s’apercevoir que le soleil était toujours devant et jamais derrière, que jamais il ne se levait ni ne se couchait. Au fil du temps, ces hommes ont finalement compris qu’ils étaient à l’intérieur de la Terre, que celle-ci était creuse et ils se sont établis là. On pense également – j’aurais dû mettre des guillemets ! – que les Tziganes viennent tous du centre de la Terre.

J’ai entendu bien des gens discuter de la théorie de la terre creuse et les adversaires de cette thèse rétorquent immanquablement : « Si la Terre est creuse, comment se fait-il que les avions de ligne qui survolent le pôle nord ne voient pas d’ouverture ? Aujourd’hui, ils le survolent et ils survolent peut-être aussi le pôle sud. S’il y avait une grande crevasse, il est évident que les pilotes la remarqueraient. »

Eh bien, ce n’est pas vrai. Les avions de ligne ne survolent ni le pôle nord ni le pôle sud. Ils passent à bonne distance pour la simple raison que s’ils les survolaient à la verticale, cela affolerait les instruments de navigation. Aussi, les appareils civils font-ils un large crochet afin d’éviter un pôle nord ou un pôle sud mythique qui dérèglerait les compas.

D’autres disent encore : « Et tous les explorateurs qui sont allés au pôle nord ou au pôle sud ? S’il y avait eu un trou dans l’écorce terrestre, ils l’auraient trouvé. » 
Là encore, la réponse est non. Ce n’est pas vrai. Personne n’est allé au pôle nord, personne n’est allé au pôle sud. Nous disposons de rapports rédigés par des gens qui sont parvenus à proximité de l’un ou l’autre pôle et qui ont continué d’avancer pendant des kilomètres et des kilomètres. En d’autres termes, ils se sont plus ou moins perdus. L’histoire ancienne, et l’histoire moderne aussi, nous apprend que les marins repèrent souvent des débris flottants qui viennent des pôles (j’emploie le mot « pôle » pour me conformer à l’usage et pour que la localisation soit précise). Parfois, ce sont même des animaux ou des oiseaux. Or, tout le monde sait qu’on ne trouve ni oiseaux ni insectes, pas plus au pôle nord qu’au pôle sud. Sans parler de feuilles vertes. Alors, d’où viennent ces épaves ? De l’intérieur de la Terre, évidemment.

Voici ce que je crois.

Supposons que vous ayiez un véhicule et que vous puissiez aller d’ici – par « ici », j’entends l’endroit où vous êtes actuellement – au pôle nord. Vous avanceriez, vous avanceriez et vous atteindriez un point que vous considéreriez comme étant le pôle. Vous continueriez alors et vous constateriez finalement que c’est un autre soleil qui brille au-dessus de vous, le soleil étant un phénomène de nature atomique qui se produit naturellement, et pas seulement au centre de la Terre mais tout aussi bien sur beaucoup d’autres mondes. Les astronomes ont parfois noté, par exemple, l’apparition d’étranges lueurs sur la Lune à l’enplacement des pôles.

« Peut-être bien, répondrez-vous, mais des hommes ont été sur la Lune. »

Absolument, mais ils n’ont reconnu qu’un périmètre très réduit [écrit en 1974], un cercle de quelque huit kilomètres de rayon. Oh non ! on n’a pas exploré la Lune. Et on n’a pas exploré la Terre. Il reste encore une bonne partie de cette dernière à découvrir.

Si cela vous intéresse, allez à la bibliothèque publique. Je suis sûr que vous y trouverez quantité d’ouvrages où il est question de la théorie de la Terre creuse, relatant des récits de voyageurs égarés qui ont abordé un pays  étrange et ont fini par se  retrouver au coeur du monde intérieur. Plutôt que de vous rendre à la bibliothèque, achetez donc quelques livres dans une bonne librairie.

On m’a demandé d’expliquer à quoi pourrait ressembler un tel monde, comment pourrait exister un monde intérieurement creux. La meilleure explication que je puisse fournir est la suivante :

Imaginez une noix de coco. L’extérieur de la noix de coco est la surface de la Terre. Et rappelez-vous que si vos avez les mains moites, l’humidité que vous avez déposée sur l’écorce de votre noix de coco rien qu’en la touchant représente une profondeur proportionnelle à celle de la plus profonde des mers de la Terre en vraie grandeur. C’est là une donnée qui mérite qu’on la garde présente à l’esprit.

Bref, vous avez votre noix de coco et vous examinez sa surface externe. Elle figure notre Terre conventionnelle. Maintenant, percez un trou dans ce que l’on appelle l’oeil de la noix de coco et percez-en un autre diamétralement opposé. Nous dirons que ce sont respectivement le pôle nord et le pôle sud. Les trous doivent avoir deux centimètres environ. Videz le lait. Vous aurez à ce moment une écorce coriace qui est la croûte terrestre et, à l’intérieur, une pulpe blanche : c’est la surface du monde intérieur. Arrangez-vous pour placer juste au milieu de la noix de coco une petite ampoule électrique pour figurer le soleil interne qui brille sans relâche.

Poursuivons. L’enveloppe coriace qui est l’écorce terrestre et la surface interne, plus molle, qui permet aux habitants du monde intérieur de se tenir debout engendrent également la force de gravité grâce à laquelle les gens peuvent marcher verticalement sur l’une et l’autre surfaces accolées. Rien ne permet d’affirmer que le contenu de la terre soit fait de gaz en fusion, de fer en fusion, de roches en fusion ou de n’importe quoi d’autre en fusion. Ce n’est là qu’une supposition des  « savants », ces savants qui ont fait tant de suppositions erronées – quand ils disaient, par exemple, que si un homme voyageait à une vitesse supérieure à 50 kilomètres à l’heure, la pression de l’air ferait éclater ses poumons. Ou qu’un astronef ne pourrait jamais se poser sur la Lune car il s’enliserait aussitôt, englouti par la poussière impalpable constituant le sol de notre satellite. Non, les savants ne sont que des devins diplômés de l’université. Et ils sont souvent pires que les devins qui n’ont pas fait d’études car on leur enseigne que si Pierre, Paul ou Jacques dit qu’une chose est impossible, c’est qu’elle est impossible de sorte qu’au lieu de leur apprendre à penser, on leur apprend seulement que tel ou tel Auteur est infaillible et que s’il a dit que telle chose est impossible, eh bien, elle est impossible, voilà tout.

Je crois que les habitants de l’intérieur de la Terre sont un peuple très, très hautement développé, qu’ils ne sont autres que les survivants de la Lémurie, de Mu, de l’Atlantide et de beaucoup d’autres civilisations encore plus anciennes. La Terre a été ravagée par des cataclysmes, des tempêtes, des météorites et tout le reste, les habitants de la surface ont fréquemment été décimés. Mais, à l’intérieur, la vie se poursuit sereinement sans être perturbée par les événements de dehors et la connaissance spirituelle et scientifique a par conséquent progressé.

Peut-être ignorez-vous que les Chiliens, qui s’intéressent fort à la région du pôle sud, ont photograpié des O.V.N.I. qui y prenaient leur essor. Une équipe de géophysiciens chiliens a pris des photographies tout à fait passionnantes. Malheureusement, des pressions considérables ont été exercées sur eux et ces documents ont été remis aux autorités des États-Unis. Depuis, on n’en a plus jamais entendu parler.

Il existe différents types d’O.V.N.I. L’un d’eux vient des entrailles de la Terre et si l’on voit aujourd’hui beaucoup d’objets volants non identifiés, c’est parce que le peuple de l’intérieur s’inquiète énormément des explosions atomiques qui intervienent à l’extérieur. Après tout, si la déflagration est assez puissante, l’écorce terrestre risque de se fragmenter encore plus gravement que ce n’est actuellement le cas et la Terre tout entière pourrait bien périr. C’est pourquoi le peuple de l’intérieur se fait tant de souci, c’est pourquoi il essaye de contrôler la recherche atomique dans le monde extérieur.

Avez-vous véritablement étudié les voyages des explorateurs qui prétendent être allés au pôle nord ou au pôle sud ? Tous sans exception signalaient que plus ils remontaient vers le nord, plus la température s’élevait, qu’ils trouvaient plus de mers libres qu’ils ne s’y attendaient et qu’ils découvraient une foule de choses contredisant radicalement la théorie selon laquelle le froid augmente à mesure que l’on s’approche des pôles. En fait, les pôles n’existent pas sinon en tant que symboles mythiques suspendus en plein ciel, peut-être à la verticale de l’ouverture béant sur les profondeurs de la Terre.

Les aurores béréales pourraient fort bien n’être que le reflet du soleil interne que l’on observe dans certaines conditions favorables ou même des radiations émanant de la vie nucléaire au centre du globe.

Mais il y aura immanquablement quelqu’un qui dira que tout cela est impossible, qu’il n’y a, bien entendu, pas de trou conduisant à l’intérieur de la Terre, qu’une telle idée est absurde, ridicule… Si une gigantesque excavation s’ouvrait au pôle nord et une autre au pôle sud, il va de soi que les pilotes les auraient remarquées, les astronautes aussi et, d’ailleurs n’importe qui pourrait voir à travers l’épaisseur de la Terre, exactement comme on peut voir le jour à travers un oeuf percé. Quelqu’un ne saurait manquer de dire que l’auteur de ces lignes a perdu les pédales… ou qu’il est devenu gâteux.

C’est là une attitude entièrement erronée qui montre que l’on ignore les faits. Combien d’entre vous sont-ils allés au pôle nord ? Combien d’entre vous sont-ils allés au pôle sud ? Combien d’entre vous connaissent-ils les conditions climatiques qui règnent dans ces régions ? Les conditions d’ennuagement, par exemple ? Ou de visibilité ? Non, lecteur à l’esprit critique, je n’ai pas perdu les pédales. C’est toi qui les a perdues si tu penses que tout cela est impossible. Et si tu penses que tout cela est impossible, tu n’as pas seulement perdu les pédales, tu prends des vessies pour des lanternes, ce qui est bigrement plus grave.

Songe aux immenses grottes qui sont restées inconnues pendant des centaines ou des milliers d’années dans des régions fortement peuplées. À celle où l’on a retrouvé les manuscrits de la Mer Morte. On ne l’a découverte que par hasard.

Regarde le Canada. De vastes zones du Québec n’ont pas été explorées. Et supposons qu’un avion survole certaines de ces zones que la glace recouvre presque toute l’année. Les photos montreraient des reflets exactement semblables à la réflexion de la glace et de la neige. Ou peut-être des taches sombres exactement semblables aux taches sombres que peuvent présenter la glace et la neige. Vous savez, la glace peut avoir de nombreuses teintes différentes, elle n’est pas toujours blanche et pailletée comme le givre dont on saupoudre  les arbres de Noël. On trouve même de la glace rouge dans certains endroits. Je le sais parce que j’en ai vu. Toutefois, l’essentiel est qu’une photo prise à la verticale de l’emplacement approximatif du pôle sud pourrait révéler des ombres curieuses mais si l’on n’a pas de raison d’étudier ces ombres de près, personne n’ira enquêter sur place, n’est-il pas vrai ? Il faut beaucoup d’argent pour monter une expédition qui se rendrait au mythique pôle nord ou au non moins mythique pôle sud. Il faut beaucoup d’argent, il faut des hommes d’une espèce particulière, il faut énormément de matériel et de vivres et il faut un solide compte en banque pour payer les assurances.

J’en reviens au Canada. Une très grande partie des territoires septentrionaux de ce pays n’a pas été explorée. il y a des régions où l’homme n’a jamais posé le pied. Comment savoir quels trous il peut y avoir dans les territoires septentrionaux si l’on n’y est pas allé ? Il est stupide de dire que ces choses-là sont impossibles quand on ne connaît pas toutes les données, quand on n’est pas expert en photographie, quand on n’est pas un géologue patenté.

Pensez aux astronautes ou aux cosmonautes, quel que soit le terme par lequel on les désigne couramment. Quand ils décollent et qu’ils sont suffisamment près de la Terre, ils ont probablement autre chose à faire que chercher à savoir s’il y a un trou à l’emplacement théorique du pôle nord ou du pôle sud, d’autant que, dans ces régions polaires, la visibilité est affreusement médiocre du fait des brouillards, des tempêtes de neige et de la réflexion de la neige, de la glace et de l’eau qui brouille tout. Il convient aussi de considérer que lorsque les astronautes sont en orbite, ils ont des tâches précises à accomplir : jeter un coup d’oeil scrutateur sur les Russes et jeter un coup d’oeil encore plus scrutateur sur les Chinois. Y a-t-il des ombres révélatrices indiquant que l’on a construit des silos qui pourraient être des rampes de lancement de missiles balistiques intercontinentaux ? Et si tel est le cas, dans quelle direction sont-elles pointées ? C’est grâce à des informations de ce genre que les Américains sont à même de dire si les seigneurs de guerre de Pékin ont des fusées braquées sur New York, Los Angeles ou d’autres villes. Ils leur faut tenir compte de l’angle d’inclinaison et de la rotation de la Terre pour pouvoir déterminer à quelques kilomètres près la cible assignée aux missiles intercontinentaux. Savoir ce que fabriquent les Russes, les Polonais, les Chinois et les Tchèques intéresse beaucoup plus les Américains que de chercher à savoir s’il y a un trou dans la Terre.

On peut donc tenir pour établi que, à moins de conditions et de circonstances très particulières, on ne photographiera jamais ces excavations. Quant à se figurer qu’en regardant par un bout on pourrait voir le trou opposé comme s’il s’agissait d’un tunnel rectiligne, c’est une idée complètement aberrante. On ne pourrait pas. Imaginez un tunnel ferroviaire rectiligne, droit comme un fil. Vous regardez à un bout, Si vous faites très attention, mais vraiment très attention, il est possible que vous voyiez un petit point de lumière à l’autre extrémité. Et votre tunnel fait peut-être quinze cent mètres à peine. Mais si vous regardez à travers un trou s’ouvrant dans la Terre, le trou d’en face sera à une distance de quelques 12 800 kilomètres. C’est-à-dire que ce tunnel-là serait si long que vous ne verriez pas la lumière de l’autre côté. Et il n’y a pas que cela. Même si vous aviez une vue perçante au point de pouvoir distinguer un petit trou à l’autre bout, vous ne verriez quand même que les ténèbres pour la bonne raison qu’il n’y aurait pas de lumière réfléchie sauf si le soleil est juste en face de vous.

Si vous niez la POSSIBILITÉ que la Terre soit creuse, vous ne salez pas mieux que ceux qui croient qu’elle est plate ! … Toujours est-il que si vous n’êtes pas certain de quelque chose, pourquoi ne pas garder l’esprit ouvert pour ne pas être pris de court le jour où la preuve vous sera administrée ?

Encore une chose qu’il convient de considérer : les gouvernements du monde – ou, plutôt, les gouvernements des super-puissances – font des efforts titanesques pour étouffer tout ce qui a trait aux ovnis. Pourquoi ? Des millions de gens en ont vu. Pas plus tard qu’hier, je lisais dans un périodique que les statistiques prouvent que 15 millions d’Américains en ont vu. Si 15 millions de personnes dans un seul pays ont vu des O.V.N.I., c’est forcément qu’il existe quelque chose comme des O.V.N.I. L’Argentine, le Chili et quelques autres pays sensés admettent l’existence des O.V.N.I. Cela ne signifie pas obligatoirement qu’ils savent ce que sont les O.V.N.I. ou pourquoi  il y en a, mais ils reconnaissent que les O.V.N.I. existent, et c’est déjà un grand pas en avant.

Les gouvernements font le silence et dissimulent la vérité sur les O.V.N.I. Alors, supposons que le gouvernement américain, par exemple, possède des photographies d’O.V.N.I. arrivant sur Terre ou en repartant, supposons qu’il ait la preuve irréfutable que la Terre est creuse et qu’elle abrite une haute civilisation. Il ne fait pas l’ombre d’un doute que les gouvernements essaieraient de cacher la vérité, sinon ce serait l’affolement, les gens pilleraient, se suicideraient et feraient toutes les choses singulières que font les humains sous l’empire de la panique. Rappelons-nous seulement que l’émission de télévision d’Orson Welles, il y a quelques années – La Guerre des Mondes – a provoqué une panique chez les Américains malgré les exhortations des présentateurs qui leur disaient que ce n’était qu’une dramatique.

Bon… Les gouvernements cachent la vérité parce qu’ils redoutent que la panique ne s’empare des populations. Mais peut-être seront-ils obligés dans un avenir assez proche de s’incliner devant elle, de reconnaître que la Terre est creuse, qu’elle abrite dans ses profondeurs une race supérieurement intelligente et qu’une certaine catégorie d’objets volants non identifiés vient de ses entrailles. Une catégorie d’O.V.N.I. vient de l’« espace extérieur », une autre de l’« espace intérieur », autrement dit de l’intérieur de la Terre.

Mais peut-être allez-vous dire : « Je maintiens que ce type est fou parce qu’il n’y aurait pas assez de place à l’intérieur de la Terre pour qu’il y ait une civilisation. » 
Eh bien, mon cher monsieur – ou ma chère madame, selon le cas -, cela signifie que vous étiez cancre à l’école. Examinons donc quelques chiffres. Je ne vais pas citer les chiffres précis sinon quelqu’un s’écriera sans aucun doute : « Oh ! Regardez ! Voilà la preuve que nous avons affaire à un imposteur. Le diamètre de la Terre a 15 centimètres de plus en réalité ! » Eh oui, bien-aimé lecteur, les gens disent et écrivent des choses dans ce genre et ils se croient très malins. Néanmoins, voyons quelques chiffres approximatifs.

Le diamètre de la Terre est, en gros, de 12 680 Km. Admettons (puisqu’il faut tout de même donner des chiffres, n’est-ce pas ?) que l’épaisseur de l’écorce terrestre de ce côté de la Terre et celle du « sol » de la Terre intérieure fassent 1300 Km. Multiplions par deux : nous obtenons 2600 Km. Si nous retranchons ces 2600 Km  de 12 680 Km, cela nous donne 10 080 Km et nous pouvons considérer que c’est grossièrement le diamètre de la Terre à l’intérieur de la Terre [le diamètre de l’espace vide à l’intérieur de la Terre].

Autrement dit, le monde intérieure est (toujours de façon approximative) 2,9 fois plus grand que la Lune et si l’on pouvait fourrer la Lune dans la Terre, la malheureuse balloterait comme le pois chiche dans le sifflet de l’arbitre. Rappelons-nous que le diamètre de la Lune est de l’ordre de 3 450 Km et que nous avons évalué celui de la Terre intérieure à 10 080 Km. Maintenant, à vous de faire un peu d’arithmétique pour changer.

Ce n’est pas encore tout. Seul un huitième de la surface du globe est de la terre ferme. Les 7/8e  sont de l’eau : mers, océans, lacs et tutti quanti. Il est donc tout à fait vraisemblable que le monde intérieur comporte davantage de terre ferme et, dans ce cas, il pourrait avoir une population plus nombreuse. À moins que ces gens-là ne prennent régulièrement la pilule et recherchent la qualité de l’espèce de préférence à la quantité.

Tout cela, j’y crois, j’y crois depuis des années et j’ai étudié ce problème avec la plus grande attention. J’ai lu tout ce que j’ai pu trouver là-dessus et si vous en faites autant, vous arriverez obligatoirement à la même conclusion que moi, à savoir qu’il y a un autre monde à l’intérieur de notre Terre, qu’il a 2,9 fois la taille de la Lune et qu’il est habité par une race très intelligente.

Encore une chose qui ne manque pas d’intérêt. Pensez à tous les explorateurs qui sont allés « au pôle » : pas un seul d’entre eux n’a apporté la PREUVE qu’il y était allé. Songez à l’amiral Peary, songez à Wilkinson, à Amundsen, à Shackleton, à Scott, etc. Tous ces hommes qui, théoriquement, ont atteint cette région, y sont allés en bateau, à pied ou par la voie des airs et aucun n’a jamais vraiment prouvé et démontré qu’il était parvenu au pôle proprement dit. Je crois que c’était impossible parce que le « pôle » est une zone située quelque part dans l’espace au-dessus de la surface et il est acquis que son emplacement subit d’importantes variations.

J’en ai fini. Si cette question vous intéresse, inutile de m’écrire car j’ai dit tout ce que j’avais à dire là-dessus. Certes, je sais beaucoup d’autres choses, bien plus que ce qui précède. Alors, un conseil : rendez-vous au trot dans une bonne librairie et ACHETEZ quelques ouvrages traitant de la théorie de la Terre creuse…

Extrait de Crépuscule, de Lobsang Rampa
Publicités

Les Défenseurs de la Terre ont fêté leur dixième anniversaire hier

Laisser un commentaire

C’est dans un petit restaurant du centre-ville de Montréal qu’est né l’organisation des Défenseurs de la Terre.

Nous n’étions que 5 :3 hommes et 2 femmes.

Du nombre,seul Enrich von Echman est resté de ce monde avec moi.

Pour commémorer cet événement,il est devenu mon premier collaborateur sur notre site web.

Longue Vie aux Défenseurs de la Terre!

 

 

 

 

 

 

Cuba: Des touristes américains se plaignent à leur tour d’un mal mystérieux

Laisser un commentaire

Le département d’Etat a reçu « une poignée » de plaintes de touristes américains à Cuba qui disent avoir souffert de symptômes similaires à ceux des diplomates affectés à La Havane par de mystérieuses « attaques », a annoncé un responsable.

Le gouvernement américain n’est cependant pas en mesure de vérifier les informations communiquées par ces ressortissants, a précisé ce responsable.

La semaine dernière, le département d’Etat a émis un avertissement, déconseillant aux touristes américains de se rendre à Cuba en raison de ces attaques inexpliquées, sources de pertes d’audition, de vertiges et de fatigue chez 22 diplomates américains.

L’administration Trump a ordonné mardi l’expulsion de 15 diplomates de l’ambassade de Cuba à Washington après le rapatriement de la moitié du personnel diplomatique américain en poste à La Havane la semaine passée.

Cuba dément toute implication. Les enquêtes lancées sur place n’ont pour le moment donné aucun résultat.

Dans son avertissement, Washington précisait la semaine dernière que ces attaques avaient eu lieu dans des « résidences diplomatiques et des hôtels fréquentés par les citoyens américains ».

 

 

 

Émission de 1982:Johnny Hallyday …Carte-postale d’Alabama

Laisser un commentaire

 

 

 

 

Supportez notre site et notre future expédition en Antartique

Laisser un commentaire

Aidez-nous car nous apportons l’espoir de l’Ère Nouvelle

Nous allons avoir plusieurs nouveaux collaborateurs sur mon site car nous avons de grands projets. Nous aurons besoins de toute somme d'argent et nous accepterons mêmes les plus petites donations ($1 can ou US,1 euro ou toute petite dénomination de votre pays). Prochainement,nous allons créer une fondation afin d'amasser des sommes d'argent dans le but d'organiser une expédition scientifique ...en Antartique,vers les anciennes bases secrètes allemandes. Vous pôurrez acheter plus de deux articles sur notre site. Merci de nous supporter. Nous vous donnerons aussi une adresse pour nous faire parvenir tout article pouvant nous aider et aider d'autres oeuvres de charités ultérieurement. Donnez-nous vos suggestions s'il-vous-plait! Michel Duchaine et Enrich von Echman, Défenseurs de la Terre

C$1.00

Le chef hamburger Jamie Oliver prouve que les hamburgers de McDonalds sont « impropres à la consommation »

Un commentaire

Jamie Oliver a remporté son long combat contre l’une des plus grandes chaînes de fast food au monde, McDonald’s.

 

Après qu’Oliver ait montré comment les hamburgers McDo étaient fabriqués, la chaîne franchisée a finalement annoncé qu’elle changera ses recettes, annonce à peine reprise dans les médias. Oliver ne cesse d’expliquer, depuis des années, dans des documentaires, des émissions de télé et des interviews, que les parties grasses de la viande de bœuf sont « lavées » dans de l’hydroxyde d’ammonium et utilisées pour les hamburgers. Avant ce procédé de « lavage », selon Oliver, la viande est réputée impropre à la consommation humaine. Il explique que « fondamentalement, nous prenons un produit qui serait vendu dans des filières discount pour chiens, et qui, après ce procédé, est donné aux êtres humains ».

Outre la faible qualité de la viande, l’hydroxyde d’ammonium est dangereux pour la . Oliver parle du fameux « procédé pink slime ».
Qu’est-ce que le « pink slime » ? C’est un additif bon marché à base de viande de bœuf qui peut être ajouté à de la viande hachée ou transformée et servant ainsi d’agent de remplissage. Il se compose de morceaux de bœuf haché finement, de tendons, de graisse, de tissus conjonctifs qui ont été retirés mécaniquement dans une centrifugeuse chauffée à 38 °C afin d’en produire une pâte. Cette dernière est traitée à l’ammoniac ou à l’acide citrique pour l’élimination des bactéries, puis est finement broyée, pressée en blocs et surgelée pour son utilisation industrielle. Créé par Eldon Roth, le pink slime a été autorisé pour la nourriture des animaux autres que l’homme avant d’être, en 2001, autorisé pour la consommation humaine aux États-Unis.

Dans l’une de ses démonstrations hautes en couleur, Oliver montre aux enfants comment sont faits les nuggets. Après avoir mis de côté les meilleures parties du poulet, les restes (la graisse, la peau et les organes internes) sont traités pour devenir des nuggets.

En réponse à la mauvaise presse dont ce procédé a souffert grâce à Oliver, l’entreprise Arcos Dorados, le directeur de la franchise McDonalds en Amérique Latine, a dit qu’un tel procédé n’était pas pratiqué dans leur région. A noter qu’il en serait de même en Irlande et en Grande Bretagne où la viande provient de fournisseurs locaux.

Aux Etats-Unis, Burger King et Taco Bell avaient déjà abandonné l’utilisation de l’ammoniac dans leurs produits. L’industrie alimentaire utilise l’hydroxyde d’ammonium comme agent antimicrobien dans les viandes, ce qui a permis à McDonalds de détourner la « viande non comestible » et de l’utiliser autrement.

Le plus inquiétant est surtout le fait que, sous prétexte que l’hydroxyde d’ammonium est autorisé, par l’USDA (Département de l’Agriculture des Etats-Unis), comme composant dans la procédure de fabrication, les consommateurs ne savent pas quand ce produit chimique se retrouve dans leur nourriture.

Sur le site officiel de McDonalds, la société affirme que leur viande n’est pas chère parce que, le fait de servir chaque jour autant de personnes, leur permet d’acheter à bas prix à leurs fournisseurs et d’offrir ainsi des produits de la meilleure qualité.

Mais si le « pink slime » était vraiment la « meilleure qualité » que McDonald’s puisse trouver aux Etats-Unis, alors pourquoi ont-ils pu faire mieux en Amérique Latine et en Europe ? Plus précisément, pourquoi ne peuvent-ils apparemment pas faire mieux aux Etats-Unis ?

Toutes ces questions sont restées sans réponse de la part de McDonalds qui a nié que la décision de changer leur recette était liée à la campagne de Jamie Oliver.

Sur son site, McDonalds a admis qu’ils avaient abandonné le procédé.

 

source:http://lesmoutonsrebelles.com/le-chef-hamburger-jamie-oliver-prouve-que-les-hamburgers-de-mcdonalds-sont-impropres-a-la-consommation/

 

Pourquoi il ne faut pas boire l’eau du robinet

2 commentaires

 

 

« Le plastique est partout : il est le produit le plus durable, insidieux et intime du monde. De la semelle de vos chaussures aux lentilles de contact dans vos yeux, du téléphone dans votre poche à la nourriture dans votre réfrigérateur, les preuves sont indéniables : nous vivons à l’ère du plastique. » Partant du constat simple que « si ce dernier améliore grandement notre quotidien, il est aussi à l’origine de déchets et de pollution microscopique ».

Orb Media s’est intéressé à sa présence dans l’eau potable – des études récentes ont déjà démontré qu’il avait envahi les océans et les lacs du monde entier. Des recherches menées par l’organisation et des chercheurs de l’University of Minnesota – School of Public Health, et relayées par The Guardian, ont prouvé que des fibres microscopiques en plastique coulent dans nos robinets.

Lors de l’enquête, 83% des échantillons prélevés dans une douzaine de pays ont été testés positifs à la présence de ces fibres (72% pour l’Europe, et la France). Ainsi, on consommerait du plastique à chaque fois qu’on boirait un verre d’eau (potable). Ces micro-plastiques contiendraient des produits chimiques toxiques liés au cancer et à d’autres maladies qu’ils libéreraient lors de la consommation par les poissons et les mammifères.

Si les scientifiques ne sont pas sûrs de leur provenance, ces fibres microscopiques pourraient être issues de l’abrasion quotidienne des vêtements, tissus d’ameublement et tapis, et atteindraient nos robinets après avoir contaminé les systèmes de traitement et de distribution de l’eau environnants. On notera par ailleurs que des particules de cette taille peuvent facilement migrer à travers la paroi intestinale et se déplacer vers les ganglions lymphatiques ou d’autres organes corporels.


En complément:une étude française

Deux millions de Français, sans le savoir, consomment de l’eau chargée en aluminium, pesticides, médicaments, produits radioactifs, anticancéreux…

Pesticides et nitrates

L’agriculture est largement mise en cause par l’association UFC-Que Choisir dans la pollution de l’eau du robinet par les pesticides et les nitrates. C’est une réalité, depuis 10 ans l’utilisation des pesticides n’a pas diminué. Si les agriculteurs persistent dans les pesticides et les nitrates, c’est pour éviter une baisse de rendement de leur production qui les obligeraient à mettre la clé sous la porte.

Mais les agriculteurs ne sont pas les seuls à être responsables de cette pollution.Régulièrement des dérogations sont délivrées par les autorités pour continuer à distribuer une eau non conforme.  Parfois les taux dépassent de 6 % la norme acceptable.

Peu de communes informent sa population sur la pollution de l’eau du robinet.

Le documentaire de Sophie Le Gall diffusé sur France 2 au début de mars 2012 explique que les autorités sanitaires se cachent derrières des chiffres pour ne pas affoler les populations.

En Eure et Loire l’État interdit aux communes de construire de nouveaux lotissements tant que l’eau du robinet est pollué. En attendant le reste de la pollution est toujours alimentée par une eau polluée.

Ailleurs comme en Seine et Marne des dérogations sont délivrées jusqu’à la mise en place d’un projet pour dépolluer l’eau du robinet. Les maires peuvent demander des dérogations pendant 9 années consécutives. En attendant l’eau est dite « conforme par dérogation ». La population ou les maires sont convaincus de la sincérité de l’État sur la conformité de cette eau. Pourtant, cette eau est dangereuse pour les femmes enceintes et les enfants.

Les entreprises en profitent pour proposer aux particuliers des solutions miraculeuses qui purifient l’eau. Le coût est de 3000 euros.

 

 Une directive du ministère de santé très discrète.

Le 22 février 2012, l’association Générations Futures révèle l’existence d’une directive du ministère de la Santé, discrètement entrée en vigueur il y a plus d’un an, et qui revoit à la hausse les concentrations autorisées de pesticides dans l’eau potable.

Instruction émise par la Direction générale de la santé le 9 décembre 2010 :

« Pour répondre aux exigences dans la lutte contre la pollution de l’eau, soit on met tout en œuvre pour réduire la présence des substances nocives, soit on préfère remonter les taux et prétendre à une amélioration de la situation. C’est un peu comme si on changeait les degrés sur un thermomètre pour faire croire qu’il fait moins chaud.«

Vu sur Owni

La France est actuellement  poursuivie par Bruxelles pour ne pas respecter la législation européenne de 1991 sur la pollution des eaux aux nitrates.

 

L’aluminium 

sulfate aluminiumL’eau du robinet peut avoir une teinte jaunâtre suite à des intempéries. Cette couleur ne satisfait pas les consommateurs même si l’eau est pure. Pour rendre l’eau du robinet plus limpide, certaines stations d’épuration utilisent la floculation au sulfate d’aluminium. Depuis 35 ans de nombreuses études affirment qu’au-dessus de 100 mg d’aluminium par litre c’est un risque pour la santé humaine (démences et déclenchement de la maladie d’Alzheimer).

Pourtant, en Europe la norme tolérée est de 200 mg/l. Cette norme est souvent dépassée grâce à un joli détournement des chiffres.

Les autorités se cachent derrière les chiffres de « la référence de qualité » qui lui permet de rendre une eau non conforme, en eau conforme. Cette référence de qualité ne traduit pas un risque sanitaire direct. Si la DASS, en charge du contrôle de la conformité de l’eau dans chaque département, se base sur le chiffre de la « limite de qualité », l’eau serait considérée non conforme à la consommation.

L’État joue avec les chiffres, et les grands groupes de distribution tel que Véolia gère le risque médiatique. Le risque sanitaire est minimisé car les coûts de réhabilitations sont trop onéreux.

 

Résidus de médicaments

D’autres polluants tout aussi dangereux circulent dans l’eau du robinet : les résidus de médicaments issus des urines et de nos selles humaines et animales. L’industrie chimique et pharmaceutique, les élevages industriels qui bourrent les animaux d’antibiotiques… sont  responsables de cette pollution.

Les rejets des hôpitaux sont tout aussi préoccupants : anticancéreux, radioactifs, molécules toxiques…

Les stations d’épuration n’ont pas été prévues pour retenir les résidus médicamenteux. 70 à 80 % des résidus trouvés à l’entrée de la station réapparaissent après épuration.

Depuis 2009, l’Afssaps et l’Anses  ont commencé à analyser les eaux à la recherche de résidus de médicaments. En 2011 les premiers résultats tombent. Sur 45 molécules recherchées 19 ont été détectées (anti-épileptique, anxiolytique…). Pour le moment  ni la France ni l’Europe n’ont fixé de normes réglementaires.

40 millions de français boivent de l’eau du robinet.

 « Il y a près de deux millions de consommateurs qui paient pour de l’eau significativement polluée même si pour 97,5 % de la population globalement, l’eau est de bonne qualité grâce à la réglementation. » Sylvie Pradelle, administratrice nationale de l’association Que Choisir.

Les communes et les grands de la distribution de l’eau préfèrent laisser courir une eau non conforme plutôt que d’investir dans des usines trop coûteuses.

L’association Que Choisir dans sa dernière enquête sur la qualité sur l’eau du robinet fait un appel au secours. Elle est intervenue auprès des communes concernées pour qu’elles informent les consommateurs sur la pollution de l’eau.

« Elle demande aussi aux pouvoirs publics nationaux et européens :

– Une protection efficace de tous les captages ;

– Une application du principe constitutionnel pollueur-payeur dans le domaine des pollutions agricoles pour dissuader les pratiques agricoles polluantes ;

– Que les aides de la Politique Agricole Commune (PAC) soient réservées aux modes de production s’inspirant des principes des agricultures intégrées et biologiques. »

 

L’association a mis à disposition sur son site les résultats de ses analyses commune par commune

 Sophie Le Gall vu sur cdurable

« Autant de questions légitimes mais complexes qui méritent des informations détaillées et multiples… La gestion et le traitement de l’eau nécessitent la mise en oeuvre de technologies et de savoir-faire spécifiques pour garantir la qualité de l’eau distribuée, mais aussi la gestion durable de la ressource en eau et la préservation de l’environnement… Autant d’actions préventives de long terme pour limiter la pollution des milieux aquatiques.

 

Tous les résultats d’analyse sur la qualité de l’eau du robinet que boivent les français sont publics et consultables auprès de leur mairie ou de leur distributeur d’eau et sur Internet.

 

Quand un dépassement des limites définies par la réglementation est enregistré, les autorités sanitaires sont immédiatement averties afin qu’elles définissent si ce dépassement implique ou non un risque pour la santé publique. S’il n’y a pas de risque, elles peuvent délivrer une dérogation. S’il existe un risque, elles imposent une restriction d’usage adaptée. Dans les deux cas, la collectivité concernée doit s’engager dans un plan d’actions permettant le retour à la conformité dans les meilleurs délais. Les clients-consommateurs peuvent également contacter leur distributeur d’eau à tout moment en composant le numéro qui figure en haut à gauche de sa facture ».

 

Sources :
Documentaire de Sophie Le Gall
Que Choisir
Owni
Anses
cdurable

 

 

 

 

 

Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :