Élections Américaines 2020:Un pays divisé, une élection en suspens :la guerre civile va pouvoir se faire entendre

Les deux candidats ont été fidèles à ce qu’on aurait pu attendre d’eux : le démocrate Joe Biden a appelé à compter toutes les voix, et le président Donald Trump a crié victoire avant même que le dépouillement soit terminé.

Le candidat démocrate Joe Biden (à gauche) et le candidat républicain, Donald Trump (à droite).

Après s’être prématurément déclaré vainqueur sur Twitter, le président Trump a martelé son message devant les caméras de télévision peu avant 2 h 30 du matin, utilisant une rhétorique défiant les normes démocratiques.

Annoncé de façon solennelle et faisant son entrée sur l’hymne présidentiel «Hail to the Chief» – le salut au chef –, il a dénoncé une «fraude contre notre nation» et a accusé ses adversaires de vouloir voler l’élection. Il s’est targué, sans pouvoir le savoir, d’avoir une avance qui ne pourrait être rattrapée, alors que des millions de voix restent à compter.

«Des millions et des millions de personnes ont voté pour nous», a déclaré le président devant des centaines de personnes réunies pour célébrer dans la salle Est de la Maison-Blanche. «Un très triste groupe de personnes tente de priver ce groupe de ses droits.»

Se tenant devant plusieurs drapeaux américains, il a déclaré qu’il se tournerait vers la Cour suprême pour arrêter le dépouillement des votes qui n’ont pas encore été comptés.

Contrairement à ce qu’affirme le président Trump, les États poursuivent toujours leur dépouillement les jours suivants le vote. Les projections des médias traditionnellement annoncées en soirée lorsqu’une tendance claire se dessine ne sont que cela : des projections basées sur les résultats partiels en fonction du profil des États et des districts.

Tout inusitée qu’elle soit, la réaction du président était prévisible : sa campagne avait signalé ses intentions au cours des derniers jours.

À ses côtés, le vice-président Mike Pence s’est montré plus prudent. «Alors que les votes continuent d’être comptés, nous allons rester vigilants, comme l’a dit le président. Le droit de vote est au centre de notre démocratie depuis la fondation de cette nation. Nous allons protéger l’intégrité du vote.»

Prenant brièvement la parole avant son adversaire, Joe Biden a appelé à la patience, rappelant que les résultats n’avaient pas été annoncés dans plusieurs États, notamment dans trois États de la région des Grands Lacs, le Wisconsin, le Michigan et la Pennsylvanie, qu’il s’est dit confiant de remporter.

Le candidat démocrate Joe Biden s’est adressé aux militants en compagnie de son épouse Jill Biden, à Philadelphie, le 4 novembre 2020.

À 6 h 30 HE, il restait encore un nombre important de bulletins de vote à dépouiller et plusieurs grands électeurs d’États clés à attribuer.

«Ce n’est pas à moi ou Donald Trump de décider qui gagne cette élection. C’est aux Américains de le faire», a lancé l’ancien vice-président, pressentant les intentions de son rival.

Après le discours de Donald Trump, la campagne de Joe Biden a d’ailleurs dénoncé une déclaration «scandaleuse, sans précédent et incorrecte», martelant que le comptage dans les États se poursuivrait et que le droit constitutionnel des électeurs à voir leur vote pris en compte serait respecté, conformément à la loi.

«Si le président va de l’avant avec ses menaces d’aller devant les tribunaux, nous avons des équipes d’avocats prêts à contrer ses efforts. Et ils l’emporteront», a-t-il assuré.

Les gouverneurs du Wisconsin et de la Pennsylvanie, tous deux démocrates, ont eux aussi assuré que toutes les voix seraient comptées. Même des alliés du président, comme l’ancien gouverneur républicain du New Jersey Chris Christie, ont pour leur part averti qu’il était trop tôt pour revendiquer la présidence.

Après que Donald Trump eut proclamé «une grande victoire» sur Twitter, accusant les démocrates de vouloir «voler l’élection», le réseau social a d’ailleurs rapidement sévi, accolant à son message un avertissement indiquant que le contenu était «contesté» et potentiellement «trompeur».

Chronique de poursuites annoncées

 Le président des États-Unis et candidat républicain, Donald Trump, a prononcé un discours aux petites heures du matin, mercredi.
Le président des États-Unis et candidat républicain, Donald Trump, a prononcé un discours aux petites heures du matin, mercredi.

 

Au cours des derniers jours, le président Trump n’avait laissé planer aucun doute sur ses intentions, indiquant que les avocats de sa campagne lanceraient les procédures «dans la nuit, dès que cette élection va être terminée».

À l’origine d’une avalanche de poursuites entamées ces derniers mois pour limiter le vote postal dans plusieurs États, les républicains entendent poursuivre leur croisade dans plus d’un État, par exemple au Nevada et en Pennsylvanie.

Dans cet État, ils comptent revenir à la charge, après avoir été déboutés en Cour suprême, pour faire rejeter tous les bulletins de vote portant le cachet de la poste en date du 3 novembre qui arriveront avant vendredi.

L’espoir d’une vague bleue s’est brisé

Une victoire du démocrate Joe Biden dans des États traditionnellement républicains du Sud, qui semblaient à portée de main, aurait mis fin au suspense dès mardi soir, avant même que les résultats dans la région du Midwest ne soient connus. Mais le scénario d’un balayage espéré par les démocrates – et que les sondages n’excluaient pas – ne s’est pas concrétisé, pas plus que celui de la reconquête du Sénat.

La lutte dans la Sun Belt a cependant été plus âprement disputée qu’il y a quatre ans, mais en bout de ligne, cela s’est avéré insuffisant pour marquer des gains.

Selon les projections des médias américains, le président conservera dans le giron républicain l’Ohio, qui fait historiquement figure de baromètre, ainsi que l’Iowa, la Floride et le Texas.

Misant sur la démographie changeante du Texas, les démocrates anticipent depuis longtemps le moment où ce poids lourd électoral, avec ses 38 grands électeurs, basculera dans leur camp, mais ce n’est pas cette année qu’ils auront décroché leur Saint Graal.

Même la Floride, quintessence de l’État pivot, leur a échappé. L’avance républicaine semble attribuable à l’augmentation de ses appuis par rapport à 2016 au sein de la communauté hispanique de la région de Miami, particulièrement la communauté cubaine, qui s’est montrée sensible au message antisocialiste mis de l’avant par le président.

Joe Biden semble cependant en bonne position en Arizona, l’État de la Sun Belt traditionnellement républicain qui était d’ailleurs le plus susceptible de devenir bleu. À l’exception de 1996, les républicains ont remporté cet État depuis 1952.

Il est également en avance au Nevada, où le comptage a été suspendu jusqu’à jeudi matin. Dans cet État qui a automatiquement envoyé un bulletin de vote par la poste aux électeurs inscrits, les voix exprimées aux bureaux de vote ainsi que les bulletins de vote postaux ont tous été comptées à l’exception de celles arrivées après le 2 novembre.

Avec des résultats partiels, Donald Trump mène en outre en Caroline du Nord et en Georgie, selon l’Associated Press.

Plus au nord, Joe Biden a par ailleurs remporté le New Hampshire, le Minnesota ainsi que le deuxième district du Nebraska un des deux seuls États à attribuer des grands électeurs au gagnant des districts. Le camp Trump croyait initialement être en mesure de remporter ces deux États, qui, en 2016, avaient accordé à Hillary Clinton ses victoires les plus minces, mais les sondages montraient qu’ils semblaient hors d’atteinte.

Dans l’est du pays, il reste encore le deuxième district du Maine à octroyer.

Jusqu’ici, selon les projections de Radio-Canada, le démocrate cumule 238 grands électeurs et le républicain en a pour sa part 213.

D’après ABC News, Joe Biden recueille jusqu’ici plus de 68 millions de voix et Donald Trump, 2,5 millions de moins.

Les regards se tournent vers les Grands Lacs

Si la tendance se confirme dans les États de la Sun Belt, la bataille se transporte donc dans la région du Midwest, où plusieurs États continuent à compter leurs votes postaux.

Pour l’instant, Donald Trump mène au Michigan et en Pennsylvanie, et Joe Biden au Wisconsin.

Ironiquement, la balle est entre autres dans le camp de ce trio d’anciens bastions démocrates qui avaient livré la présidence à Donald Trump en 2016.

Dans ces États, l’avance de Donald Trump était prévisible, car, contrairement à d’autres, comme la Floride ou l’Arizona, ils n’ont pas commencé à compter les votes postaux, dont le traitement est plus long, avant mardi matin et ont d’abord procédé au décompte des votes exprimés en personne.

Il était donc déjà établi que les résultats liés au vote postal, viendraient plus tard.

D’emblée, les résultats dans le Wisconsin n’étaient pas attendus avant la matinée, et il était déjà prévu que le décompte des votes postaux au Michigan et en Pennsylvanie, entre autres, irait au lendemain de l’élection, voire aux jours subséquents, tout comme au Nevada.

Les sondages et les données montrent que les démocrates, davantage préoccupés par les risques de la COVID-19, ont été beaucoup plus nombreux que les républicains à poster leur bulletin de vote.

Ce n’est pas le suffrage populaire qui importe, car les électeurs ne votent pas directement pour le président, mais pour des intermédiaires, connus sous le nom de «grands électeurs». Ces derniers forment le «Collège électoral», composé de 538 grands électeurs répartis dans les États.

À cause de ce système, Hillary Clinton, en 2016, avait recueilli près de trois millions de voix de plus que son adversaire, mais mordu la poussière.

Les Américains avaient, à la surprise générale, envoyé à la Maison-Blanche le candidat républicain, vedette de téléréalité et magnat milliardaire de l’immobilier, provoquant une onde de choc ébranlant les États-Unis et le monde.

Quatre ans plus tard, il pourrait de nouveau déjouer les pronostics. Mais les dés ne sont pas encore jetés.


« Nous avons gagné cette élection » : Donald Trump revendique la victoire malgré des résultats incomplets

 

Alors que les résultats de l’élection américaine se font toujours attendre, Donald Trump n’a pas hésité à revendiquer la victoire finale lors de sa prise de parole depuis la Maison-Blanche, ce mercredi 4 novembre au matin.

La tension monte outre-Atlantique. Alors que les résultats de l’élection américaine se font longuement attendre, Donald Trump s’est finalement exprimé depuis la Maison-Blanche, peu de temps après l’allocution de son homologue démocrate Joe Biden dans le Delaware. Un discours au cours duquel l’actuel pensionnaire du Bureau ovale a notamment revendiqué la victoire et dénoncé des « fraudes » dans le scrutin.

« Des millions de personnes ont voté pour nous »

« Je veux remercier le peuple américain pour son soutien, des millions et des millions de personnes ont voté pour nous ce soir », a commencé Donald Trump, quelques dizaines de minutes après avoir accusé les démocrates de vouloir « voler » l’élection sur Twitter. « Les résultats sont phénoménaux », a-t-il ensuite annoncé.

Après avoir énuméré les États où le camp républicain est d’ores et déjà sorti victorieux, Donald Trump a prédit d’autres triomphes en Géorgie et en Caroline du Nord, deux États dans lesquels les décomptes sont toujours en cours.

« On a gagné au Texas de 700.000 voix. On va clairement gagner en Géorgie, on a 2,5 points d’avance avec 7% des voix. On a gagné en Caroline du Nord, 1,4 points avec plus que 5% à dépouille, il ne peut pas nous rattraper. »

« En Pennsylvanie nous gagnons d’une marge significative. Nous avons 690.000 voix d’avance, ce n’est même pas une bataille. Avec 64% des voix déjà comptées, ils ne pourront pas nous rattraper », a-t-il poursuivi concernant l’un des derniers « swing states ».

« Nous n’avons même pas besoin de l’Arizona (pour remporter l’élection) mais il y a une bonne possibilité pour qu’on l’emporte », s’est-il ensuite félicité.

Trump revendique la victoire

Le candidat Trump s’est ensuite attaqué à de possibles « fraudes » qui pourraient avoir entaché le scrutin, et a même annoncé son intention de saisir la Coup suprême :

« C’est de la fraude, c’est une honte pour ce pays. Tout s’est arrêté alors que nous allions fêter. Il faut garantir l’intégrité de cette élection. Nous souhaitons que la loi soit appliquée correctement. Nous irons à la cour suprême, nous souhaitons que les votes soient arrêtés. C’est un moment très triste pour moi. »

Pour conclure sa prise de parole, le président américain a tout bonnement revendiqué la victoire finale. « Nous avons gagné cette élection », a-t-il assené à plusieurs reprises.


Les Etats-Unis à la croisée des chemins

L’Empire (ou monarchie) britannique a été créé par des intérêts rentiers et financiers qui ont consolidé leur mainmise sur la monarchie anglaise avec l’accession au trône du roi George Ier. Dès lors, l’établissement d’une république indépendante en Amérique du Nord devint l’intérêt et la cause commune de toutes les forces républicaines et patriotiques européennes. Ces forces, surtout en France, mais également en Allemagne, en Italie, en Angleterre, etc. – s’unirent alors pour contribuer au succès de l’indépendance des États-Unis. S’ils sont devenus une république indépendante, c’est uniquement grâce à la direction et au soutien de l’Europe pour cette cause. L’intention des Européens, jusqu’à la Révolution française, et encore à ses débuts, était que la France devienne un deuxième État-nation, une République modelée sur les principes définis par la Déclaration d’indépendance et la Constitution fédérale américaine.
Intervention de Dennis Speed, porte-parole du Comité d’action politique Lyndon LaRouche (LPAC), lors de la journée de mobilisation de Solidarité & Progrès, le 19 septembre 2020.

 

Tout d’abord, permettez-moi de vous saluer. Ici, sur la côte est des Etats-Unis, c’est un peu tôt… J’ai toujours aimé l’idée de parler à 4 ou 5 heures du matin à Paris, mais plutôt en étant sur place ! La dernière fois que j’ai eu l’occasion de le faire, c’était il y a 36 ans, il serait donc temps que cela se reproduise. J’espère que cela se fera dès que les circonstances le permettront et que nous pourrons nous rencontrer.

Je voudrais vous saluer au nom de tous ceux pour qui l’Amérique n’est pas « un lieu » mais « une idée ». Mais pas une idée de « changement de régime » ! Ce n’est pas l’idée de répandre la démocratie à la pointe du fusil, ou d’un drone. C’est l’idée que les citoyens d’une nation, quelle qu’elle soit, puissent s’unir pour former une union plus parfaite, un symposium de créativité infinie (et de productivité), incarnée par le progrès scientifique et technologique et la célébration de la capacité mentale à exprimer cette créativité via le théâtre, la musique et les arts.

J’ai choisi ce court extrait d’un clip vidéo de Lyndon LaRouche, parce que j’aime toujours être précédé et accompagné par lui. Cela permettra de cadrer l’échange que je vais avoir avec vous en dessinant un contexte plus précis.

[vidéo, conférence de l’Institut Schiller, 2 septembre 2000]
LYNDON LAROUCHE :

 

 

L’Empire (ou monarchie) britannique a été créé par des intérêts rentiers et financiers qui ont consolidé leur mainmise sur la monarchie anglaise avec l’accession au trône du roi George Ier. Dès lors, l’établissement d’une république indépendante en Amérique du Nord devint l’intérêt et la cause commune de toutes les forces républicaines et patriotiques européennes. Ces forces, surtout en France, mais également en Allemagne, en Italie, en Angleterre, etc. – s’unirent alors pour contribuer au succès de l’indépendance des États-Unis. S’ils sont devenus une république indépendante, c’est uniquement grâce à la direction et au soutien de l’Europe pour cette cause. L’intention des Européens, jusqu’à la Révolution française, et encore à ses débuts, était que la France devienne un deuxième État-nation, une République modelée sur les principes définis par la Déclaration d’indépendance et la Constitution fédérale américaine.
Le règne de la « Terreur » de 1789 (du 14 juillet 1789 jusqu’à la décapitation de Robespierre et de Saint-Just cinq ans plus tard) a démoralisé l’Europe et isolé les États-Unis, qui n’avaient plus d’amis en Europe, ou du moins de grands défenseurs de l’État-nation.
Les États-Unis se remirent de cet isolement avec la défaite infligée par le président Abraham Lincoln à la Confédération, cette entreprise fantoche qui, comme la Terreur jacobine en France, avait été orchestrée depuis Londres.
Plus précisément, la Terreur jacobine fut orchestrée par Jeremy Bentham, sous la direction du comte Shelburne, le premier chef du service de renseignement secret du ministère britannique des Affaires étrangères, c’est-à-dire le « Comité secret ». (…) L’objectif était de détruire le principal allié des États-Unis, la France.

[fin de l’extrait vidéo]

DENNIS SPEED :

La complexité de l’histoire contemporaine des États-Unis est, une fois de plus, liée à celle de la France. J’ai pensé que cet extrait était particulièrement approprié, parce que, pour comprendre ce qui se passe actuellement aux États-Unis, il est utile d’avoir cette vision complexe, comme si on voyait les choses depuis le sommet d’une montagne. On doit les voir du point de vue de ceux qui ont conspiré et travaillé ensemble pour permettre aux États-Unis de voir le jour. L’Amérique d’aujourd’hui est infestée par le même type de synarchie qui saborda la promesse de la Révolution française, et je fais ici allusion à cette entente entre le monde financier, les services secrets, certains juges et parfois aussi des églises, qui forment une sorte d’État parallèle, ou de « gouvernement secret ». C’est cette forme de gouvernement oligarchique qui domine aujourd’hui.

Aux Etats-Unis, on a affaire à cela depuis le 22 novembre 1963, lorsque, malgré les mises en garde que lui avait adressées le président Charles de Gaulle, le président Kennedy fut assassiné par l’entremise de forces militaires traîtresses.

Ces forces ont également tenté de tuer de Gaulle, qui échappa à une trentaine de tentatives d’assassinat, et les personnes impliquées dans l’assassinat de Kennedy ont été retrouvées à Montréal, mais aussi en Espagne et dans d’autres endroits.

 

 

Les Etats-Unis ont eu quatre de leurs présidents assassinés : Kennedy en 1963, William McKinley en 1901, 62 ans plus tôt, James Garfield en 1881, 20 ans avant McKinley, et puis le président Abraham Lincoln, assassiné en 1865.

Si vous regardez ces quatre assassinats, ainsi que les tentatives manquées, comme celle contre Franklin Roosevelt deux semaines avant qu’il ne prenne ses fonctions en 1933, ils émanent tous de la même source.

Ils font partie d’un processus visant à empêcher les États-Unis d’incarner l’intention initiale, internationale, qui présida à leur fondation, non pas comme une sorte de république arriérée et sans intelligence, mais comme l’avant-garde des aspirations des peuples du monde entier.

Aujourd’hui, les mises en garde contre un coup d’État militaire, lancées par des personnes comme le colonel Richard Black ou d’anciens responsables de la National Security Agency (NSA) comme William Binney et Kirk Wiebe, tombent hélas trop souvent dans l’oreille d’un sourd. Pourtant, l’heure n’est pas à la partisanerie mais à la raison. Ainsi, quoi qu’on puisse penser de Donald Trump, cela n’a pas grand-chose à voir avec la présidence des Etats-Unis en tant que telle.

Nous sommes dans un contexte qui est bien compris, par exemple, par la Russie. Leur ministre des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, a accordé le 17 septembre une interview à Sputnik et lorsqu’on l’a interrogé sur les attaques contre la Russie de la part des États-Unis, il a déclaré :

Cela a commencé sous l’administration Obama. C’est lui qui disait, y compris publiquement, que les autorités russes avaient délibérément adopté une ligne de conduite visant à nuire aux relations entre Moscou et Washington. C’est lui qui parlait d’ingérence de la Russie dans les élections présidentielles de 2016…

Ainsi, alors qu’il aurait pu évoquer les tensions actuelles avec Trump, il ne l’a pas fait, et ce n’est pas anodin.

Je voudrais maintenant vous donner une idée de ce qui est arrivé aux États-Unis, en particulier depuis le 11 septembre 2001, il y a presque 20 ans. C’est alors qu’a commencé ce que l’on appelle parfois la « révolution dans les affaires militaires », un processus lancé par l’administration Obama (et l’administration Bush/Cheney avant lui). Ils ne voyaient la Russie que comme une puissance régionale et se croyaient même capables d’avoir le dessus en cas d’échange thermonucléaire avec elle. Leur doctrine, baptisée « Prompt Global Strike », est devenue entre-temps la politique nucléaire des Etats-Unis, ce qui est extrêmement dangereux. Elle fut mise en place par des gens associés à Wall Street et à la City de Londres, notamment par George Shultz et Felix Rohatyn, l’un étant associé au parti républicain et l’autre au parti démocrate. J’en reparlerai un peu plus tard.

Le malthusianisme

Le véritable objet de mes remarques d’aujourd’hui porte sur le changement de cap qu’a connu l’Amérique depuis 1963, parce que ce n’est qu’en comprenant ce changement que nous pourrons aborder les processus sous-jacents à la crise culturelle qui secoue ce pays, et que vous verrez s’exprimer à travers les élections du 3 novembre. Mais l’élection n’est pas le processus central. C’est peut-être l’événement crucial que les gens regardent, mais en réalité, il est lui-même déterminé par un processus de désintégration qui a atteint son point critique. S’il a été aggravé par l’arrivée du coronavirus, cela ne l’a pas non plus précipité, car c’était déjà une conséquence de la crise précédente.

Le scénariste Dalton Trumbo et son épouse Clea.

Je voudrais donc vous expliquer comment nous en sommes arrivés là, en vous donnant une idée de la façon dont cela fut perçu aux États-Unis par ceux qui y prêtaient attention, au cours des 50 dernières années.

Dix ans après l’assassinat de Kennedy, un scénariste du nom de Dalton Trumbo se rendit célèbre aux États-Unis parce qu’il avait été mis sur liste noire pendant l’ère maccarthyste des années 1950, soi-disant parce qu’il était communiste. Écrivant sous des pseudonymes, il reçut de multiples récompenses et remporta plusieurs Oscars. Il écrivit le scénario du film « Executive Action », qui portait sur l’assassinat de John F. Kennedy. Au cours du film, deux officiers militaires fictifs expliquent pourquoi ils pensent que Kennedy doit être assassiné.

Le vrai problème, James, c’est le suivant, dit l’un d’eux. Dans deux décennies, il y aura 7 milliards d’êtres humains sur la planète, la plupart d’entre eux étant basanés, jaunes ou noirs. Ils quitteront leurs zones de reproduction en essaim pour gagner l’Europe et l’Amérique du Nord. D’où le Vietnam. Tous nos efforts au Vietnam nous donneront le contrôle de l’Asie du Sud pour les décennies à venir. Et avec une planification adéquate, nous pouvons réduire la population à 550 millions d’ici la fin du siècle.

Cette discussion sur la réduction démographique se poursuit tout au long du film. Un an après sa sortie, un mémorandum secret a été rédigé, intitulé National Security Study Memorandum (NSSM) 200, avec pour sous-titre : « Les implications de la croissance démographique mondiale pour la sécurité des États-Unis et les intérêts des pays étrangers ».

Il ne fut déclassifié que beaucoup plus tard, en 1989, alors qu’il aurait dû l’être en1980. Le NSSM affirmait, en gros, qu’on a certains pays, notamment le Nigeria, le Mexique, le Bangladesh et d’autres, qui risquent de devenir une menace pour la sécurité nationale des États-Unis en raison de leur croissance démographique.

L’idée étant que pour les Américains, leur approvisionnement en ressources serait compromis par le fait que ces pays auraient tant d’habitants qu’il serait très difficile de les forcer à se défaire de leurs ressources ou à les exploiter. Ce problème se posait non seulement pour les États-Unis mais aussi pour les pays de l’OTAN.

Or, c’est à la même époque, en 1974, que LaRouche et ses associés dénoncèrent pour la première fois le caractère génocidaire des politiques du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale. Les pays d’Afrique, d’Amérique du Sud et d’Asie étaient alors considérés comme échappant à l’influence de l’Union soviétique comme à celle de l’OTAN.

Robert McNamara, qui était alors à la tête de la Banque mondiale, avait défendu l’idée que les habitants de ces régions n’avaient tout simplement pas de chance, qu’on devait reconnaître qu’une croissance démographique rapide dans ces régions ne serait tout simplement pas tolérable et, en fin de compte, que ces gens allaient mourir.

Nous (c’est-à-dire Lyndon LaRouche et son organisation) avions alors averti que si l’on mettait en œuvre les politiques du FMI et de la Banque mondiale, on irait jusqu’à provoquer « un holocauste écologique », notamment parce que l’on créerait des conditions telles que de nouvelles maladies et pandémies pourraient apparaître ou d’anciennes, revenir en force.

On peut penser que ce fut le cas, notamment avec l’apparition du sida, le syndrome d’immunodéficience acquise. Mais il n’y a pas que cela, et ce n’est pas seulement dû à la Banque mondiale et à Robert McNamara : il y a quelque chose qui fait partie de l’histoire de l’Amérique, et c’est de cela qu’il faut parler.

Racisme

 

Vous avez évidemment entendu parler des conflits raciaux et sociaux qui enflamment les États-Unis.

Pourquoi cela se produit-il et de quoi s’agit-il réellement ? Les gens tendent à reprendre comme seule vérité tout ce qu’affirme la mouvance Black Lives Matter. La réalité est plus complexe.

Aux États-Unis, le phénomène du racisme est intimement lié à l’émergence du mouvement « écologiste » et du mouvement pour le contrôle des naissances.

Je pense en particulier à Lothrop Stoddard, qui fut l’un des fondateurs de ce qu’on appelait d’abord la Ligue américaine du contrôle des naissances, puis le « Planning familial ».

Lothrop a aussi écrit un livre intitulé The rising tide of color against White World Supremacy (La marée montante de la couleur contre la suprématie du monde blanc).

Il y affirme (p. 92) :

Pour commencer, disons clairement que les peuples noirs n’ont pas de passé historique. N’ayant jamais développé de civilisation propre, ils sont pratiquement dépourvus de cette masse accumulée de croyances, de pensées et d’expériences qui rendent les Asiatiques si impénétrables et si hostiles aux influences blanches. Bien que la race blanche fasse preuve d’une puissance constructive soutenue à un degré inégalé, en particulier dans ses branches nordiques, les peuples basanés et jaunes ont grandement contribué à la civilisation du monde et ont profondément influencé le progrès humain. Le noir, au contraire, n’a pratiquement rien apporté. Livré à lui-même, il est resté un sauvage et, dans le passé, son seul vivier a été celui où les hommes basanés ont imposé leurs idées et modifié son sang. La force provenant de l’Europe et de l’Asie ne sont pas en lui.

Cette vision extrême, tout comme celle de Madison Grant, fut reprise par les nazis. En particulier, Stoddard élabora le concept de Untermensch (homme inférieur), repris et utilisé par les premiers eugénistes de l’Allemagne nazie.

Aussi, quand vous regardez les États-Unis, vous devez en rappeler les fondements constitutionnels. Stoddard est particulièrement important parce qu’il vient de l’université de Harvard, au Massachusetts, et qu’il représente le vrai visage du racisme en Amérique, non pas celui de policiers désorientés, ni de ces pauvres blancs des Appalaches qui se mettent une cagoule et une robe (attributs du KKK). Certes, ces gens sont problématiques. Mais le vrai visage du racisme en Amérique, c’est celui de l’establishment : il vient de Wall Street et de la City de Londres. C’est la première chose à comprendre, dans tout ce processus.

 

 

Je voudrais parler d’un autre individu dont vous ne connaissez peut-être pas le nom, mais qui est très important pour le mouvement écologiste. C’est lui qui instaura, il y a 50 ans, la « Journée de la Terre ». Il s’agit de Gaylord Nelson. Lorsqu’il a été interviewé il y a environ 20 ans, peu avant sa mort, il dit qu’il était déçu, parce que, je cite :

Le thème de la première Journée de la Terre était centré sur la compréhension que la croissance de la population américaine est le corollaire de la dégradation des ressources environnementales de notre nation. La plupart de ceux d’entre nous qui ont participé à la création du mouvement environnemental moderne, ont bien compris que nous ne pourrions atteindre les objectifs environnementaux fixés si les États-Unis ne commençaient pas rapidement à stabiliser leur population, et se gardaient de répéter le baby boom que nous venons de connaître.

Schultz et Rohatyn

Le milliardaire « vert » Mike Bloomberg, mécène inconditionnel de Joe Biden
et grand ami d’Anne Hidalgo, maire de Paris, félicitant son ami George Schultz.

 

(…) Je voudrais maintenant vous présenter un peu plus George Shultz et Felix Rohatyn, dont j’ai parlé plus haut.

George Shultz aura 100 ans en décembre. C’est un poids lourd de l’establishment américain depuis les années 1950. C’est également lui qui a organisé et composé l’administration de George W. Bush. Schultz a occupé quatre postes différents de haut niveau : ministre du Travail, secrétaire au Trésor, secrétaire d’État et directeur du Bureau de la gestion et du budget auprès du Président.

C’est lui qui orchestra le démontage des accords de Bretton Woods en 1971 en conseillant au président Nixon de mettre fin à la convertibilité du dollar en or. C’est également George Shultz qui fut la première grande figure du Parti républicain à demander la légalisation des drogues.

L’autre personnage qui nous intéresse s’appelle Felix Rohatyn. C’était un démocrate, et il est connu pour avoir conçu un programme supposé réorganiser les finances de la ville de New York, appelé la Municipal Assistance Corporation (Big MAC). De 1975 à 2008, ce programme a imposé une véritable dictature financière sur la ville.

En 2004, trois ans après le 11 septembre, tous deux participèrent à un forum conjoint au Middlebury College, dans le Vermont, pour discuter de la « révolution dans les affaires militaires ». Pour eux, au niveau de la défense, la nouvelle frontière, c’est la haute technologie, c’est-à-dire la cyberguerre, la guerre des drones, la guerre à distance.

Andrew Marshall

Cette haute technologie s’avèrerait également fort utile pour recouvrer les dettes au niveau international. Ils avaient différentes approches sur la façon de la mettre en œuvre, et pour y parvenir, ils se tournèrent vers Andrew Marshall, qui fut de 1973 à 2015 à la tête de l’Office of Net Assessment (ONA), chargé d’évaluer et d’accompagner l’arrivée des nouvelles technologies dans l’appareil militaire américain.

Historiquement, jusqu’en 1945, aux États-Unis, chaque fois qu’une guerre était terminée, on démobilisait les troupes. Cependant, avec l’arrivée de l’arme atomique et le largage de deux bombes atomiques sur le Japon, l’état de mobilisation devint permanent. Avec cela naîtra ce fameux « complexe militaro-industriel » contre lequel le président Eisenhower avait mis en garde à la fin de son mandat.

C’est précisément ce milieu que représentait Andrew Marshall. Depuis l’assassinat de Kennedy, ce complexe militaro-industriel cherchait à recréer les conditions d’un affrontement thermonucléaire. La notoriété de Marshall date des années 1973-74, l’époque où le NSSM 200 de Kissinger était au cœur de la politique américaine. Durant ses 42 ans à la tête de l’ONA, il accompagna une terrible transformation de l’armée américaine : d’abord, pour l’armée, la création d’internet, qui fut ensuite répandu dans le monde entier pour le contrôler. Ensuite, l’utilisation des drones, notamment pour opérer des assassinats ciblés. C’est en quelque sorte Andrew Marshall qui fut, dès 1973, l’architecte de notre monde. Votre – notre – addiction à internet et aux écrans n’est en quelque sorte rien d’autre qu’une extension de sa nouvelle « Révolution dans les affaires militaires ».

Tout cela pose la question majeure de la culture. Je veux parler de quelque chose qui est souvent évoqué mais jamais vraiment pensé : c’est le rôle de la contre-culture, en particulier le rôle d’Aldous Huxley. Il est, bien sûr, connu comme un auteur britannique, il a écrit plusieurs livres et passé beaucoup de temps aux États-Unis, à partir des années 1930 environ. Surtout connu comme le père ou le grand-père de la contre-culture, il est souvent considéré comme celui qui a bousculé le conservatisme américain par son plaidoyer en faveur de l’usage des drogues hallucinogènes.

En 1962, lors d’une conférence en Californie, Huxley déclara :

Il existera, dans la prochaine génération, une méthode pharmacologique pour faire aimer la servitude et créer une dictature sans larmes, une sorte de camp de concentration indolore pour des sociétés entières, de sorte que les gens se verront, en fait, ôter leur liberté, mais qu’ils s’en réjouiront plutôt, car ils seront distraits de toute volonté de se rebeller par la propagande et le lavage de cerveau, ou le lavage de cerveau renforcé par des méthodes pharmacologiques. Cela semble être la révolution finale.

Il y a un poème peu connu, écrit par un hippie américain pour promouvoir l’idée d’Huxley à l’époque. Cela dit, entre autres :

J’imagine un monde où l’écologie sera cybernétique, où nous serions libérés de tout travail, réunis à la nature, rendus à nos frères et sœurs mammifères, et tous surveillés par les machines de la grâce aimante.

Cette idée d’un monde bienfaisant de surveillance universelle était donc déjà popularisée en 1967. Elle n’est pas née avec l’avènement d’internet, ni avec l’affaire Snowden ou ce que nous voyons dans le travail d’Assange et d’autres. C’est un sujet qui a fait l’objet de discussions approfondies et qui fut posé comme une question culturelle. La Révolution dans les affaires militaires n’implique pas seulement de changer d’armes, mais aussi de changer l’état d’esprit, pas seulement des soldats mais de toute la nation. Et les drogues hallucinogènes et psychédéliques entrent dans ce cadre. On a, bien sûr, entendu parler de certains programmes (comme MK-Ultra [1], organisé par Alan Dulles et la CIA), y compris d’expériences secrètes avec la drogue en France dans les années 1950.

Ce sont ces différentes façons de manipuler et façonner l’esprit des peuples qui nous ont conduits là où nous en sommes.

Je voudrais évoquer une chose dont Lyndon LaRouche nous a parlé en 1999 et 2000. Certains d’entre vous se rappellent peut-être de la fusillade au lycée Columbine à Littleton, dans le Colorado.

Juste avant, un certain Amadou Diallo avait été abattu dans le Bronx, à New York. Alors qu’il s’apprêtait à sortir son portefeuille de sa poche pour présenter sa carte d’identité, les quatre agents de police lui ont tiré dessus 41 fois !

« C’est quelque chose d’entièrement nouveau », a dit LaRouche en apprenant ce qu’il s’était passé, et il parla alors d’une « nouvelle violence », du fait qu’on avait remplacé les policiers ordinaires par des « flics Nintendo », tout droit sortis de jeux vidéo ultra-violents, mais très répandus chez les jeunes dans les écoles. L’origine de cette « nouvelle violence » vient d’un certain type d’utilisation des ordinateurs, de la technologie informatique et de la dissociation mentale des esprits qui en résulte.

Eh bien, ce processus a infecté l’armée américaine, et c’est exactement à cela que l’administration Obama a passé son temps. C’est ce que l’on a vu avec le déploiement de drones par l’administration Obama, au Pakistan et ailleurs, et avec les séances d’assassinat du mardi , les soi-disant « actions anti-terroristes », qu’Obama organisait pendant son administration. C’est ce qu’on a vu dans son attitude vis-à-vis de la Libye, chez lui comme chez Hillary Clinton. Et c’est encore le même processus avec le printemps arabe.

Ainsi, de 2009 à 2017, période où Obama était à la Maison Blanche, ce processus s’est consolidé. Mais de quoi s’agissait-il vraiment ? Qu’est-ce qui avait changé aux États-Unis avec cette idée de « nouvelle violence » ? C’est l’image de l’homme que l’on avait changée. Or, en faisant cela, c’est la culture que vous changez, et en changeant la culture, vous pouvez dès lors changer toute la structure du gouvernement. Et c’est cela qui est en cours.

Maintenant, je voudrais aborder le sujet de Donald Trump. Il faut noter que le 7 septembre, jour de la fête du travail, Donald Trump a commencé à parler des militaires en disant :

Je ne dis pas que l’armée est amoureuse de moi, mais les soldats le sont. Les hauts responsables du Pentagone ne le sont probablement pas, parce qu’ils ne veulent rien faire d’autre que la guerre, pour que toutes ces merveilleuses entreprises qui fabriquent les bombes et les avions et tout le reste, continuent à être heureuses.

Cela provoqua un tollé et le lendemain, son porte-parole a précisa : « Le Président tient à bien faire comprendre que ses remarques visent le complexe militaro-industriel. »

Comme l’a fait remarquer une journaliste indépendante :

C’est vraiment énorme. Aucun président, aucun président américain depuis Eisenhower – et c’était en janvier 1961, il y a presque 60 ans – n’a jamais prononcé les mots ou l’expression ‘complexe militaro-industriel’. C’est ce que disent les gens qui sont devenus très critiques à l’égard des militaires, de nos engagements militaires dans le monde entier, de nos interventions à l’étranger, de notre politique de changement de régimes, de renversement des gouvernements. (…) Mais je ne pense pas qu’aucun président ait jamais prononcé cette phrase, à part Eisenhower. C’est vraiment un gros coup.

Le Président a donc défié le complexe militaro-industriel. A un moment où, comme la Russie le sait, il est fort possible qu’il y ait dans les prochains jours ou les prochaines semaines, une erreur de calcul pouvant conduire à la guerre. Il nous appartient de reconnaître que l’élection aux États-Unis a très peu à voir avec ce processus en soi. Le « coup d’État » contre la présidence américaine dont on a parlé, et la révolution qui s’est produite dans les affaires militaires, ont maintenant infiltré toute la politique américaine.

Nous verrons, au fil des jours, si le peuple des États-Unis a la capacité de réagir, non pas par idéologie ou par politique partisane, mais en essayant réellement de défendre son gouvernement et sa Constitution. Merci.

 


JOE BIDEN  DÉCLARÉ ÉLU PAR UNE FRAUDE MASSIVE

 

 

 

DOCUMENT IMPORTANT À LIRE

 

USA_-_Une_Liste_de_Fraudes_des_D_233_mocrates_2020_15_Pages_de_Preuves__33

 

 

Nouvel Ordre Mondial vs les Triades:Une volonté de renverser les États-Unis

Le 25 mai 2020, à Minneapolis, Minnesota, un officier de police, Derek Chauvin, qui avait déjà déposé 18 plaintes contre lui, a tué un Noir, George Floyd, en s’agenouillant sur le cou pendant près de neuf minutes.

WASHINGTON, DC – JUNE 22: Protesters pull down a fence surrounding the statue of Andrew Jackson in an attempt to pull the statue down in Lafayette Square near the White House on June 22, 2020 in Washington, DC. Protests continue around the country over police brutality, racial injustice and the deaths of African Americans while in police custody. .
La destruction ou la suppression de statues par la foule apparaît comme une tentative d’effacer l’histoire des États-Unis … Ce qu’ils font ressemble à une prise de pouvoir à l’ancienne. La première loi des accapareurs de pouvoir est que si personne ne les arrête, ils continuent – souvent avec des conséquences catastrophiques. Sur la photo: des manifestants abattent une clôture entourant la statue d’Andrew Jackson, dans une tentative de renverser la statue de Lafayette Square, près de Black Lives Matter Plaza à Washington, DC, le 22 juin 2020

Les manifestations de colère à Minneapolis se sont rapidement transformées en émeutes qui ont ravagé la ville. La police n’est pas intervenue; le maire leur avait ordonné de se retirer et de ne rien faire.

De nouvelles manifestations ont rapidement éclaté dans les grandes villes du pays et ont rapidement entraîné un désordre généralisé. Dans les villes jumelles de Minneapolis et de St. Paul, 1 500 bâtiments ont été vandalisés, pillés ou détruits. Encore une fois, la police n’a pas fait grand-chose pour intervenir: les maires de la plupart des villes ont demandé à la police d’agir avec retenue .

Les émeutiers ont attaqué des églises et des synagogues et pillé des magasins, appartenant souvent à des propriétaires minoritaires dans des quartiers en détresse.

Les émeutes ont pris fin, mais les dégâts ont été immenses. Une zone du centre-ville de Seattle qui a été prise, la zone « CHAZ » ou « CHOP », a depuis été dissoute, mais un effort de copie pour reprendre une zone s’est installé à New York, près de l’hôtel de ville.

Des statues ont été attaquées dans tout le pays – d’abord des statues confédérées , puis des hommages à Abraham Lincoln , Thomas Jefferson et George Washington . D’éminents politiciens ont soutenu les émeutiers. Le maire de Boston a déclaré qu’il voulait retirer d’une place de la ville une statue de Lincoln debout devant un homme noir libéré. Les membres du Conseil de la ville de New York ont demandé qu’une statue de Thomas Jefferson soit retirée de l’hôtel de ville. À Portland, en Oregon, une statue de George Washington a été abattue et incendiée. Des statues de Christophe Colomb ont été renversées et certaines décapitées .

La destruction ou la suppression de statues par la foule apparaît comme une tentative d’ effacer l’histoire des États-Unis et de traiter de grands hommes comme Abraham Lincoln, qui a aboli l’esclavage, George Washington, premier président des États-Unis ou Thomas Jefferson , troisième président des États-Unis. États et auteur de la Déclaration d’indépendance, comme s’ils étaient irrémédiablement méprisables. Ce qu’ils font ressemble à une prise de pouvoir à l’ancienne. La première loi des accapareurs de pouvoir est que si personne ne les arrête, ils continuent – souvent avec des conséquences catastrophiques.

« Pourquoi est-ce que je m’inquiète même de voir de petites statues idiotes tomber ou de changer de noms de petites rues? » a demandé Elizabeth Rogliani, qui a vécu la transition du Venezuela vers le communisme.

« [Q] uand je vivais au Venezuela. Des statuts sont descendus – Chavez ne voulait pas que cette histoire soit affichée. Et puis il a changé les noms des rues. Puis est venu le [programme scolaire]. certaines chaînes de télévision, etc., etc.

« Nous ne pensions pas que cela pourrait nous arriver. La plupart des Vénézuéliens – les Cubains nous ont prévenus – et nous nous sommes dit: » C’est le Venezuela, nous connaissons la liberté. Cela ne se produira pas ici.  » Pourtant, c’est arrivé. Et il y a littéralement beaucoup de gens qui veulent détruire les États-Unis « 

Deux mouvements ont été actifs dans la violence. L’un est Antifa , qui a été appelé « un mouvement de milice marxiste / anarchiste révolutionnaire qui cherche à renverser les États-Unis par la violence et l’intimidation ». Antifa, bien qu’il se prétende antifasciste, se comporte de manière fasciste .

L’autre mouvement, Black Lives Matter , a été fondé en 2013 par trois femmes noires , Alicia Garza , Opal Tometi et Patrisse Cullors . Cullors a déclaré qu’elle et Garza étaient des « marxistes de formation ». Le manifeste fondateur de Black Lives Matter, publié en 2016 (puis retiré du site BLM), décrit les États-Unis comme une « démocratie corrompue fondée à l’origine sur le génocide des autochtones et l’esclavage des biens mobiliers » qui « continue de prospérer grâce à l’exploitation brutale des personnes de couleur ». et cela perpétue « les vilaines traditions américaines du patriarcat, du classisme, du racisme et du militarisme ». En décembre 2014, un sloganlors d’une manifestation Black Lives Matter organisée par le National Action Network d’Al Sharpton, était: « Que voulons-nous? Des flics morts. Quand le voulons-nous? Maintenant. »

Si Antifa est largement rejeté, Black Lives Matter ne l’est pas. Son nom est devenu un slogan sur les murs, les devantures de magasins et les restaurants. Les affiches disent:  » Pas de justice, pas de paix . »

Il y a de nombreux appels au financement ou à l’abolition de la police. Le conseil municipal de Minneapolis a en effet voté le 6 juin la dissolution de ses forces de police. Le maire de New York, Bill de Blasio, a coupé 1 milliard de dollars du budget de la police de New York à 6 milliards de dollars. Au moins six autres villes ont également réduit les budgets de la police.

Ce qui semble vouloir gagner en influence, c’est un souhait – né avant les émeutes – de réécrire l’histoire des États-Unis. Le New York Times, par exemple, a lancé le 14 août 2019  » The 1619 Project « . Son auteur, Nikole Hannah Jones, a écrit que les États-Unis avaient été fondés sur l’esclavage et étaient donc – vraisemblablement toujours – coupables de « racisme structurel ».

D’éminents historiens, Gordon Stewart Wood , récipiendaire du prix Pulitzer pour l’histoire de 1993, et James M. McPherson , ancien président de l’American Historical Association, ont noté que le projet 1619 était fondé sur des « affirmations trompeuses et historiquement inexactes ». Le 17 juin, le sénateur Tim Kaine, démocrate de Virginie, a dit de façon ridicule que les États-Unis avaient « créé l’esclavage ».

« Les réparations », a commenté l’ auteur et l’avocat Larry Elder sur le sujet, « sont l’extraction d’argent de ceux qui n’ont jamais été propriétaires d’esclaves à donner à ceux qui n’ont jamais été esclaves ».

« Chaque vie compte », a déclaré l’ ancien président de la Chambre des représentants américaine Newt Gingrich. Si seulement.

L’idée qu’aux États-Unis il existe un « racisme structurel » ( défini par l’Institut Aspen comme « un système dans lequel les politiques publiques, les pratiques institutionnelles, les représentations culturelles et d’autres normes fonctionnent de diverses manières, renforçant souvent les moyens de perpétuer l’inégalité des groupes raciaux » ) a conduit, semble-t-il, à une forme d’expiation obsessionnelle. Les films ont été supprimés des services de streaming. Autant en emporte le vent sera désormais affiché avec un avertissement de cinq minutes . (Une minute n’aurait pas suffi?)

Le film n’est probablement que le premier sur une liste qui s’allonge. Un journaliste de Variety a récemment énuméré « 10 films problématiques qui pourraient utiliser des étiquettes d’avertissement ». Ils incluent Forrest Gump: pendant un bref instant, le personnage principal est décrit, de façon ironique, comme ayant été nommé d’après un membre du Ku Klux Klan. Les marques de produits de consommation , telles que le riz d’oncle Ben et le sirop de tante Jemima, voient leurs noms et logos changer brusquement. Princeton a voté pour radier le nom de Woodrow Wilson de son école de politique publique. Des demandes ont été faites pour que les universités et les entreprises montrent qu’elles ne sont pas racistes en déclarant leur soutien à Black Lives Matter. Beaucoup se sont pliés à la demande.

Le 12 Juin, moins d’un mois après l’assassinat de George Floyd, un autre policier blanc, Garrett Rolfe, à Atlanta, en Géorgie, tiré et tué un homme noir, Rayshard Brooks. Les policiers arrêtaient Brooks pour conduite en état d’ivresse et après un échange cordial avec les policiers, il a résisté de façon inattendue à l’arrestation et a saisi un Taser à l’un des policiers. Il a commencé à courir, mais quand il s’est retourné et a tiré le Taser sur Rolfe, Rolfe a tiré et l’a tué. Rolfe a été renvoyé des forces de police sans procédure régulière et inculpé de meurtre pour crime, passible de la peine de mort. Bien que les enregistrements vidéo de l’événement ont été largement diffusés, procureur Paul Howard a tenté de réclamationque Brooks était calme et « gai ». Il a ajouté qu’un Taser n’est pas une arme mortelle – après avoir dit quelques semaines plus tôt qu’il l’était.

Entre-temps, à Chicago , entre le 12 et le 15 juin, un homme noir a été tué par balle par un autre homme noir et 32 ​​autres ont été blessés par balles. Malheureusement, en ce qui concerne la violence noir sur noir , personne ne semble s’en soucier.

Ce qui semble fondamentalement être au travail n’a rien à voir avec les vies noires ou la police. C’est une volonté de renverser les États-Unis. Ce désir inclut les institutions américaines, tout ce sur quoi les États-Unis sont fondés et les États-Unis eux-mêmes.

La déclaration « Black Lives Matter » suppose dès le départ que, pour la police, le système judiciaire et tout le monde, les vies noires n’ont pas d’ importance. Ce qui est si remarquable et tragique, c’est que les vies noires ne semblent avoir d’importance que si elles ont été prises par une personne blanche … Malheureusement, en ce qui concerne la violence noir sur noir, personne ne semble s’en soucier.

Un fonctionnement démocratique normal signifie que les électeurs d’une ville paient des impôts et élisent un maire pour prendre soin de la ville, pour assurer la sécurité de ses habitants et de ses biens – pour ne pas laisser la ville sombrer dans l’anarchie et la destruction. Lorsque, face à la violence, un maire demande à un service de police de ne pas agir, permettant ainsi à la violence de se produire, il est non seulement complice de la dévastation, mais également délinquant dans l’exercice de la fonction pour laquelle il a été élu .

Bien que la plupart des policiers soient généralement décents et désireux de protéger la communauté, et mettent quotidiennement leur vie en danger, s’ils utilisent une violence inutile, le problème doit être résolu. Malheureusement, ce n’est parfois pas le cas. Les syndicats de police peuvent faire beaucoup de bien, mais en cas de litige, ils nécessitent un «arbitrage» – souvent malgré une mauvaise conduite . Dans certains services de police, il est presque impossible de licencier quiconque devrait être licencié; il peut, au contraire, être envoyé dans un autre quartier. (Un problème similaire existe avec les syndicats d’enseignants pour les enseignants inacceptables.)

La semaine dernière, une loi fédérale recommandant des réformes policières a été proposée par le sénateur Tim Scott, un républicain de Caroline du Sud. Les démocrates de la Chambre, refusant même d’en discuter, ont bloqué la mesure. Plus tard, les démocrates de la Chambre ont présenté leur propre projet de loi de réforme , mais il semblait viser davantage à éliminer les forces de police qu’à les réformer.

« Le projet de loi restreindrait les restrictions et interdirait aux agents fédéraux de mener des raids de drogue sans heurts. Il limiterait les transferts de matériel militaire à la police, créerait un registre d’inconduite des officiers, mettrait fin à l’immunité qualifiée contre les poursuites et abaisserait le seuil pour poursuivre les officiers fédéraux s’ils le montraient. » « mépris téméraire » de la vie de quelqu’un. « 

Et si chaque fusillade impliquant un officier était suivie d’une poursuite? Pourquoi quelqu’un s’inscrirait-il un jour pour un emploi qui le mettrait en danger? « Porte tournante » des politiques doivent déjà se sentir si vaincre: un officier de police met sa vie en danger pour faire une arrestation, seulement pour trouver la personne arrêtée en arrière dans la rue peu après. Les démocrates de la maison semblaient seulement vouloir empêcher les républicains d’avoir une victoire et une question sur laquelle se plaindre au lieu d’une solution. (La même pensée politique semble également expliquer pourquoi tant d’enfants américains ne sont pas en mesure de recevoir une éducation scolaire de qualité.)

La question se pose alors: les politiciens qui prétendent vouloir aider les communautés en détresse sont-ils ceux-là mêmes qui maintiennent les communautés en détresse en détresse – et dans un état perpétuel de tendre la main à ces mêmes politiciens pour des promesses d’aide suspendues?

Malheureusement, toujours et partout, l’ absence de police – par exemple en les remplaçant par des travailleurs sociaux – entraînera une explosion de criminalité et de désordre, comme on l’a vu récemment à Seattle. De plus, utiliser un crime commis par un seul policier pour affirmer que tous les policiers sont racistes, c’est mentir pour paralyser les policiers, les empêcher de faire leur travail: aider la communauté et assurer la sécurité. Demander le remboursement de la police, c’est demander une explosion de violence et de pandémonium.

Les récents dégâts infligés à des milliers de personnes qui ont perdu leurs biens et leurs entreprises – ainsi que les nombreux meurtres et agressions – montrent ce qui arrive à une société avec moins de policiers ou pas de policiers.

L’ancien gouverneur de l’Arkansas, Mike Huckabee, avait suggéré très tôt, pour éviter une confrontation, de démanteler la zone saisie de Seattle. Cela pourrait être fait, a-t-il suggéré, en déconnectant l’eau, l’électricité et surtout la communication cellulaire – puis en voyant combien de temps les preneurs d’otages ont apprécié l’expérience.

Des graffitis peints lors des émeutes sur les murs des synagogues de Los Angeles ont également révélé la présence d’ antisémitisme : Melina Abdullah , « organisatrice principale de Black Lives Matter à Los Angeles et professeur d’études panafricaines à Cal State » , se révèle-t-il, un partisan de Louis Farrakhan, le chef antisémite de la Nation of Islam. Abdullah l’ appelle «l’honorable ministre Farrakhan». Il semble que Black Lives Matter  » soit structurellement antisémite « .

Protestors demonstrate outside of a burning Minneapolis 3rd Police Precinct, Thursday, May 28, 2020, in Minneapolis. Protests over the death of George Floyd, a black man who died in police custody Monday, broke out in Minneapolis for a third straight night. 

Que le nom Black Lives Matter soit présent partout, et que tout le monde semble ignorer ou oublier ce qu’est réellement l’organisation Black Lives Matter , montre qu’une organisation violente et antidémocratique, qui appelle au meurtre de policiers et accepte l’antisémitisme et le racisme anti-blanc , peuvent utiliser des menaces, l’ intimidation et la destruction – et trouver l’acceptation du public.

Bien sûr, il y a encore du racisme parmi les individus, mais l’idée que les États-Unis sont aujourd’hui une société où le « racisme structurel » existe est contredite par des décennies de décisions politiques pour réparer les dommages et, comme, par exemple, dans les programmes d’action positive, favoriser l’égalité pour tous les Américains. Comme Ayaan Hirsi Ali, une écrivaine américaine qui a fui sa patrie, la Somalie, a écrit :

« Le problème est qu’il y a des gens parmi nous qui ne veulent pas comprendre et qui ont intérêt à éviter des solutions viables. Ils ont une incitation politique évidente à ne pas résoudre les problèmes sociaux, parce que les problèmes sociaux sont la base de leur pouvoir. C’est pourquoi, chaque fois qu’un chercheur comme Roland Fryer apporte de nouvelles données – montrant qu’il n’est tout simplement pas vrai que la police abat des Noirs de manière disproportionnée – la réponse n’est pas de lire le journal mais d’essayer de discréditer son auteur. « 

Pendant de nombreuses années, les films américains traitant de questions raciales ont été explicitement hostiles à toute discrimination raciale, et il serait impossible de trouver un livre publié par une maison d’édition américaine soutenant la discrimination raciale, à moins qu’il ne date d’une époque révolue. Réécrire l’histoire en la falsifiant est simplement une tentative de remplacer l’histoire par de la propagande . Supprimer les films et autres informations qui ne correspondent pas à une vision prédéterminée de l’histoire est depuis longtemps la pratique des despotismes totalitaires . Dire que les universités et les entreprises font face à de graves conséquences si elles refusent de bowdleriser le passé est tout simplement un fascisme, un tyrannique des moyens de coercition. Pire encore, l’attitude soumise de tant d’universités et de sociétés est ce qui permet à l’intimidation de continuer.

Ce qui se passe a des racines.

« Le succès de la récente révolution culturelle américaine peut être mesuré non pas par des gouvernements renversés mais par des valeurs brisées », a écrit le commentateur américain Roger Kimball dans son livre, The Long March (2000), sur les bouleversements des années 1960 aux États-Unis. Des personnes radicales, a-t-il observé, ont pris le pouvoir dans les universités et leurs idées se sont répandues dans tout le système éducatif – dans la culture, la politique, la justice et l’économie. Les radicaux dominent encore la plupart des universités américaines – maintenant encore plus qu’alors, et leurs idées sont désormais plus répandues .

L’ancien président Barack Obama, le 30 octobre 2008, a déclaré : « Nous sommes à cinq jours de transformer fondamentalement les États-Unis d’Amérique. » Cinq jours plus tard, il a été élu président.

Douze ans plus tard, on se demande: en quoi espérait-il le transformer?

Il aurait été difficile d’imaginer en 2008 qu’un maire pourrait abandonner sa ville à des émeutiers, ou qu’ils accepteraient de démolir et de détruire des statues de Washington, Jefferson ou Lincoln. Quand seront – ils à venir à abattre les statues du Dr Martin Luther King Jr.?

Il aurait également été difficile d’imaginer qu’une organisation violente comme Black Lives Matter ne serait même pas remise en question, ou que des émeutes similaires à celles qui ont touché Ferguson , Missouri en 2014 ou Baltimore en 2015 éclateraient et se répandraient à travers le pays.

Il serait difficile d’imaginer, il y a à peine deux mois, qu’un conseil municipal voterait effectivement pour l’ abolition des forces de police.

Les États-Unis semblent à un moment charnière. Bruce Thornton, professeur de sciences humaines et classiques à la California State University et chercheur à la Hoover Institution de l’Université de Stanford, a noté que:

« En effet, en dehors des voyous et des criminels opportunistes, la majeure partie des » troupes « qui constitueraient un côté d’une guerre civile sont à peu près des habitants des jeunes classes confortables. Leur comportement perturbateur et violent se produit parce que les gouverneurs, les maires et la police Au cours de la dernière décennie, les chefs ont envoyé le message qu’ils ne répondraient pas avec une force concentrant l’esprit afin de rétablir l’ordre et de tenir les émeutiers responsables … « 

Les émeutiers aux États-Unis semblent avoir inspiré des manifestants en Europe occidentale . Les slogans en colère utilisés aux États-Unis sont utilisés à Londres et à Paris ; les mêmes accusations contre les démocraties sont portées, et des statues qui étaient des repères de l’histoire sont abattues .

Dans un discours prononcé le 6 juillet 2017, le président américain Donald J. Trump a déclaré :

« La question fondamentale de notre temps est de savoir si l’Occident a la volonté de survivre. Avons-nous confiance en nos valeurs pour les défendre à tout prix? … Avons-nous le désir et le courage de préserver notre civilisation en le visage de ceux qui voudraient le renverser et le détruire? « 

Bonne question.

 

 

 

Un réseau «Antifa» basé à Brooklyn aide à organiser la violence aux États-Unis

Alors que les villes américaines brûlent et que les gens sont assassinés dans la rue en toute impunité par des groupes protestant contre la mort de George Floyd, très peu de rapports ont été publiés sur qui est exactement responsable, au-delà des tweets de Donald Trump, des foules dirigées par « Antifa » (Anti- Fasciste) – un terme générique que les organisations anarchistes utilisent comme propagande lorsqu’elles tentent d’obtenir un soutien libéral pour les attaques paramilitaires qu’elles mènent contre des manifestants nationalistes et des partisans de Trump.

 

 

Les médias grand public ont joué leur rôle en dissimulant intentionnellement qui sont exactement les groupes incitant à l’émeute et au meurtre en affirmant que « antifa » n’est pas un groupe, ce qui est une demi-vérité malveillante. Des sources policières, Andy Ngo et Fox News ont identifié deux organisations comme jouant un rôle actif dans le carnage: le Mouvement révolutionnaire abolitionniste et The Base.

Ces deux groupes sont liés et encouragent et organisent actuellement la violence dans la région de New York.

Mouvement révolutionnaire abolitionniste et la base

 

La Base, dont la page Facebook dit désormais explicitement aux gens de commettre des actes de violence, est un « espace organisationnel » hors-sol situé au 1286 Myrtle Ave à Bushwick, Brooklyn.

Selon un article paru dans une publication de Brooklyn de 2013, le « collectif anarchiste » est dirigé par Elysa Lozano, professeure adjointe au LaGuardia Community College qui porte ses vues extrémistes violentes sur sa manche, et Khalid Robinson, un homme qui, selon une interview accordée à un podcast anarchiste est l’organisateur du Mouvement révolutionnaire abolitionniste à New York.

Robinson, représenté ci-dessus avec Lozano, peut être vu portant un t-shirt « antifa » vendu dans le cadre d’une collecte de fonds pour le « Tinley Park 5 », un groupe d’anarchistes qui ont été arrêtés pour avoir brutalement blessé 10 personnes dans une attaque au marteau préméditée à la banlieue de Tinley Park en Illinois en 2012.

Selon l’interview de Robinson sur le « Solecast », il a aidé à démarrer The Base comme « un lieu de rencontre pour les anarchistes ».

On ne sait pas combien d’activités criminelles sont prévues sur ce site, mais c’est une lumière de bogue pour les extrémistes de gauche de partout au pays et à l’étranger. Le groupe utilise des images d’explosions comme logo et a des liens étroits avec la milice terroriste kurde en Syrie, les YPG, qui a fourni à de nombreux anarchistes américains une formation militaire qui est sans aucun doute utilisée dans les émeutes au moment où nous parlons.

Le front est également un espace de travail pour des groupes comme la Croix-Noire anarchiste de New York, qui est composée de membres « antifa » et utilisée comme un moyen aérien pour lever des fonds et écrire des lettres de prisonniers.

Une photographie obtenue par des services de renseignement open source montre des membres « antifa » masqués qui, selon les médias, n’existent pas devant The Base.

 

Quant au Mouvement révolutionnaire abolitionniste de Khalid Robinson, il ne cache pas de quoi il s’agit. Comme l’a rapporté Lara Logan de Fox News, ils croient à la violence raciale contre les blancs et les policiers au hasard au nom du renversement de la «suprématie blanche».

Le groupe a deux drapeaux, l’un avec un AK-47 rouge sur une bannière noire, et un autre montrant une étoile rouge avec l’acronyme « RAM ».

La justice nationale a obtenu une image de membres masqués de la RAM posant avec des fusils de chasse, des AK-47, des machettes et un drapeau « antifa ».

Quant au Mouvement révolutionnaire abolitionniste de Khalid Robinson, il ne cache pas de quoi il s’agit. Comme l’a rapporté Lara Logan de Fox News, ils croient à la violence raciale contre les blancs et les policiers au hasard au nom du renversement de la «suprématie blanche».

Le groupe a deux drapeaux, l’un avec un AK-47 rouge sur une bannière noire, et un autre montrant une étoile rouge avec l’acronyme « RAM ».

La justice nationale a obtenu une image de membres masqués de la RAM posant avec des fusils de chasse, des AK-47, des machettes et un drapeau « antifa ».

Ce groupe opère depuis des années, diffusant une propagande violente avec l’aide de sociétés de médias sociaux, tandis que le FBI consacre toutes ses ressources à chasser les «terroristes suprémacistes blancs» imaginaires.

L’étendue de leurs activités terroristes est inconnue, mais ils ont été très actifs dans les émeutes de George Floyd – appelant cela une « révolte de libération noire » – et ont des sections à travers le pays.

Extrémistes « Antifa » à Brooklyn

Christian Erazo est une autre figure importante dans l’organisation de la violence anarchiste à New York.

Erazo, photographié ci-dessus à l’extrême droite dans le bandana rouge et vert filmant une vidéo annonçant des plans pour perturber les transports publics, a été profilé pour ses activités par National Justice en janvier dernier pour son rôle dans la planification des émeutes du métro J31. Malgré ces informations, le NYPD et le FBI n’ont pris aucune mesure ni contre les personnes qui ont planifié ce chaos, ni contre la Synagogue qui leur a permis d’accueillir leurs séances de planification.

Erazo, le chanteur du groupe punk (A) Truth illustré ci-dessus en tenant le drapeau « antifa », aide à diriger plusieurs projets anarchistes violents, tels que Brigada 71 (un groupe de hooligan de football de gauche associé au New York Cosmos) et NYC Antifa . Brigada 71 passe beaucoup de temps au East River Bar, un lieu de rencontre populaire pour les hooligans de football de gauche, sur 97 South 6th Street à Brooklyn.

Les deux groupes encouragent actuellement la violence sur les réseaux sociaux et sont proches des propriétaires de The Base, qui leur ont permis d’utiliser le site pour leurs activités. Des lieux de rencontre comme The Base jouent un rôle important dans la fourniture de nouvelles recrues en raison de sa visibilité sur la devanture, qui invite les hipsters curieux et ennuyés et les radicalise dans le quartier rapidement embourgeoisé.

Pendant des années, Erazo a utilisé un entrepôt au 258 Johnson Ave à East Williamsburg surnommé « The Swamp » pour accueillir des spectacles de punk rock qui serviraient à recruter de nouveaux anarchistes. Alors qu’Erazo et ses amis ont fait de leur mieux pour garder l’endroit secret, une publication hipster de Brooklyn a répertorié « The Swamp » comme un endroit cool pour voir de la musique aussi récemment qu’en 2015. Erazo est spécifiquement nommé son « fondateur ».

Selon une source proche de la communauté anarchiste, lorsque la musique n’était pas jouée, le bâtiment avait une salle de gym et était utilisé pour mener une formation paramilitaire. Bien qu’il ne semble plus y avoir de concerts au Swamp, on ne sait pas si ces groupes anarchistes utilisent encore l’espace pour d’autres activités.

La vraie raison pour laquelle il est difficile de poursuivre « Antifa »

De nombreux Américains se sont plaints que ni la police ni le FBI ne semblent intéressés à enquêter ou à poursuivre les groupes paramilitaires anarchistes, même lorsqu’ils mènent les pires émeutes les plus meurtrières de l’histoire moderne.

Ce n’est pas parce qu’il est difficile de savoir qui sont ces personnes. Cela est dû à la corruption et aux privilèges de l’État. Un grand nombre d’anarchistes sont les fils et les filles de politiciens, de banquiers, de juges et d’autres élites connectées, immunisant ainsi contre les conséquences de leurs crimes.

Récemment, la propre fille du maire de New York, Bill De Blasio, a été arrêtée parmi les émeutiers de la ville qu’il dirige. Le candidat à la vice-présidence et le fils du sénateur de Virginie Tim Kaine en est un autre exemple. Un organisateur d ‘ »antifa » a été dénoncé par National Justice comme le petit-fils d’un juge et le neveu d’un membre du Congrès qui est également maintenant juge.

Ken Klippenstein, un blogueur numérique qui est un fan des groupes anarchistes surnommé « antifa », a été divulgué par des agents du FBI avec des détails sur une enquête en cours sur les activités de ces extrémistes violents.

Avec pratiquement toutes les institutions américaines exprimant leur soutien à ces groupes terroristes, ainsi que leurs liens avec de puissants responsables, Donald Trump se targue de les qualifier de groupe terroriste ne semble être rien d’autre qu’une rafale d’air chaud.

 

 

 

 

 

La Russie tente de geler le conflit en Libye

La guerre en Libye s’est transformé en conflit par procuration entre de nombreux acteurs internationaux.

 

Le gouvernement d’entente nationale (GNA), dirigé par le Premier ministre Fayez al-Sarraj, est soutenu par les Frères musulmans. Son principal sponsor politique et financier est le Qatar et son principal allié militaire est la Turquie. L’Italie soutient également Sarraj. Le GNA contrôle la capitale, Tripoli, et Misrata dans l’ouest du pays.

 

Du côté opposé, on trouve l’ancien agent de la CIA, Khalifa Haftar, et son armée nationale libyenne (ANL). Il contrôle l’est de la Libye et la plupart des ressources pétrolières. Il est soutenu par les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, l’Égypte, la Grèce et la France.

 

La Russie se voit dans le conflit en tant qu’arbitre.

Elle veut rétablir ses intérêts commerciaux à long terme en Libye, qui s’étaient volatilisés après la guerre que les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont menée contre ce pays en 2011. Elle a vendu des armes à Haftar via les EAU et a permis à des mercenaires russes de prendre part à la guerre aux côtés de l’ANL d’Haftar.

 

Depuis avril 2019, Haftar tente de prendre Tripoli et d’expulser le GNA. Le combat a été plus difficile et a duré beaucoup plus longtemps qu’il ne s’y attendait. La situation économique des deux camps est imbriquée et complique la guerre. En janvier, la Russie a demandé à Haftar d’arrêter de se battre. Elle a tenu une conférence de paix à Moscou et l’a exhorté à signer un accord de cessez-le-feu :

Après des heures de négociations négociées par la Russie et la Turquie, Haftar a demandé, lundi soir, d’avoir jusqu’à mardi matin pour étudier l’accord déjà signé par Fayez al-Sarraj, le chef du gouvernement d’entente nationale (GNA) reconnu par les Nations unies.

 

Mais Haftar, dont les forces avaient lancé, en avril, une offensive pour s’emparer de Tripoli, la base du GNA, a quitté Moscou sans signer l’accord, a déclaré mardi le ministère russe des affaires étrangères, selon l’agence de presse TASS.

Cette attitude envers la Russie ne sera pas oubliée.

 

Avant la réunion de Moscou, la Turquie avait promis un soutien militaire au GNA. En échange, le GNA avait signé un accord avec la Turquie pour délimiter une frontière maritime entre la Turquie et la Libye. Cette frontière convenue ignore les droits de la Grèce et de Chypre et ne sera jamais reconnue au niveau international. Mais la Turquie utilise l’accord pour revendiquer des droits étendus en Méditerranée orientale.

 

Une semaine après l’échec des pourparlers à Moscou, une autre tentative de négociation d’un cessez-le-feu, cette fois à Berlin, a également échoué. L’Allemagne a de nouveau tenté de faire entendre raison à Haftar, lors d’une visite en mars, mais sans résultat.

 

Pendant ce temps, le conflit s’intensifie grâce aux fournitures turques de drones et d’artillerie et aux 13 000 « rebelles syriens » engagés par la Turquie comme mercenaires pour renforcer le GNA. L’opération turque est financée par le Qatar, qui est également intervenu récemment pour arrêter la chute de la livre turque.

systèmes de défense aérienne Pantsir

Les Émirats arabes unis ont contré cette poussée turque en fournissant à la LNA davantage de systèmes de défense aérienne Pantsir, de fabrication russe, et en recrutant davantage de mercenaires en Russie et au Soudan. Face aux Pantsirs, les drones turcs sont tombés par douzaines, les lignes de front ne bougeant pratiquement pas.

 

Le 17 mai, la donne a changé. Les drones turcs ont soudainement pu frapper les Pantsirs et, en une journée, en ont détruit au moins six. Au même moment, les mercenaires russes ont reçu l’ordre de se retirer du front. Laissées sans protection, les forces de Haftar ont pour la plupart fui et le GNA a avancé. Ces cartes montrent les changements récents.

8 mai 2020

 

8 juin 2020

 

 

 

Il n’y a pas eu de fuites sur ce qui s’est passé en coulisses. Il est possible que la Turquie ait réussi à brouiller électroniquement le radar des Pantsirs afin que ses drones puissent les éliminer. Mais si elle avait cette capacité, pourquoi ne l’a-t-elle pas utilisée plus tôt ?

 

Certains pensent que la Russie en a assez des entourloupes d’Haftar et juge nécessaire de le punir pour son attitude.

 

Mais la Russie ne l’a pas complètement laissé tomber. Peu après l’attaque sur les Pantsirs, des avions de chasse russes ont été acheminés de Russie en Libye et installés sur la base aérienne d’Al-Jufra, qui est sous le contrôle de l’ALN. Ils permettront à la Russie de maintenir un équilibre entre les parties en conflit.

 

Jusqu’à présent, ce plan a bien fonctionné. Samedi, l’Égypte a annoncé un nouveau cessez-le-feu en Libye à partir d’aujourd’hui et Haftar l’a finalement accepté :

Haftar et Aguila Saleh, présidente de la Chambre des représentants basée à Tobrouk, ont participé à la conférence du Caire. Plusieurs diplomates étrangers, dont des envoyés américains, russes, français et italiens, y ont assisté. Haftar et Saleh sont des alliés.

 

Il n’y avait pas de représentants de l’administration de Tripoli, ni de ses principaux bailleurs de fonds, la Turquie et le Qatar, à la conférence.

Vendredi, le GNA a pris Tarhuna, une ville située à 60 kms au sud-est de Tripoli. Les « rebelles syriens » ont immédiatement commencé à piller la ville. Cette action a mis fin au siège de Tripoli qu’Haftar tenait depuis 15 mois.

 

La Russie aurait dit à la GNA de ne pas se déplacer plus à l’est et de respecter le cessez-le-feu qu’Haftar avait accepté. Elle veut qu’Haftar garde le contrôle de l’Est. La Russie a tracé une ligne traversant Syrte, une ville qui couvre les champs pétrolifères de l’Est, ce qui va également créer des profits pour Moscou. La base aérienne d’Al-Jufra, à 220 kms au sud de Syrte, est également censée rester sous le contrôle d’Haftar. Le pays serait ainsi divisé en deux moitiés.

 

 

 

Mais la victoire du 17 mai est montée à la tête du GNA et de ses commanditaires et leur a donné de mauvaises idées. La Turquie a soudainement changé ses objectifs de guerre :

À la lumière des derniers développements, la Turquie a identifié un nouvel objectif en Libye. Ankara ne cherche plus à forcer Haftar à participer aux négociations diplomatiques. La nouvelle mission consiste plutôt à mettre hors d’état de nuire cette source d’instabilité, cet homme qui assassine la population civile de Tripoli.

Le gouvernement du GNA a posé une condition à son acceptation du cessez-le-feu :

Le ministre de l’intérieur basé à Tripoli, Fathi Bashagha, a déclaré que la partie gouvernementale n’engagerait des discussions politiques qu’après avoir pris Syrte et la base aérienne intérieure de la Jufra, au sud. Le mois dernier, les États-Unis ont accusé la Russie de déployer au moins 14 avions sur la base pour soutenir les mercenaires russes soutenant Haftar, une accusation rejetée par Moscou.

 

Prendre Syrte ouvrirait la porte aux milices alliées à Tripoli pour faire pression encore plus loin vers l’est, afin de prendre potentiellement le contrôle d’installations pétrolières vitales, de terminaux et de champs pétrolifères que les tribus alliées à Haftar ont fermés au début de l’année, asséchant ainsi la principale source de revenus de la Libye.

Depuis vendredi, les « rebelles syriens » sous commandement turc tentent de prendre Syrte, qui est aux mains de l’ALN. Mais soudain, les avions récemment livrés par la Russie sont entrés en action. Plusieurs convois du GNA, qui se dirigeaient vers Syrte, ont été bombardés. Les drones turcs tombent à nouveau du ciel.

 

L’Égypte a commencé à positionner des équipements militaires lourds sur sa frontière occidentale. Elle ne veut pas d’une Libye contrôlée par les Frères musulmans comme voisin. La zone tampon que l’ALN d’Haftar lui fournit est une priorité pour sa propre sécurité. L’Égypte, ainsi que la France, la Grèce, Chypre et les Émirats arabes unis, ont également rejeté les aspirations turques en Méditerranée orientale.

 

Si la Russie retirait son soutien et renonçait complètement à Haftar, l’Égypte serait obligée d’intervenir en Libye. Une guerre turco-égyptienne sur le sol libyen deviendrait alors probable.

 

Les États-Unis sont quasiment restés en dehors du jeu actuel. Mais s’ils semblaient auparavant favoriser Haftar, ils ont récemment exprimé leur inquiétude quant au rôle de la Russie en Libye et ont fait quelques remarques positives à l’égard du GNA.

 

L’Europe est divisée sur la question, la France et la Grèce étant du côté de l’ANL tandis que l’Italie du côté du GNA. Il est donc impossible pour l’UE de jouer un rôle important.

 

La Russie tente de parvenir en Libye à la même situation qu’en Syrie (et en Ukraine). Elle veut geler le conflit actif en pressant les deux parties de s’en tenir à une ligne et en n’intervenant que lorsque cette ligne est franchie par l’une ou l’autre des parties. Elle continuera à faire pression pour que des négociations soient menées entre les deux parties en conflit et leurs parrains.

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:Des mercenaires alimentent les émeutes suite à l’assassinat de George Floyd

NdT : ceci constitue l’introduction d’un article de Preston James sur les réseaux pédophiles et de trafic d’enfants existant à Minneapolis, la ville émeutière suite à l’assassinat par des flics psychopathes de George Floyd lors de son interpellation. Minneapolis est une plaque tournante de ce trafic criminel à Yankland… Titre de l’article “Pedophile Terrorism is Running Rampant in America”. L’article est la continuité de notre traduction en provenance du lien ci-dessus.
VT a minutieusement étudié les vidéos en provenance de Detroit, Atlanta et Minneapolis et a trouvé des membres d’organisations, de firmes sous-traitantes du Pentagone, présents à chaque manifestation, manipulant des bombes incendiaires, lançant de grosses pierres et menant la violence.
CORRUPTION: Le Dr Michael Baden, qui a fait l’autopsie du faux suicide d’Epstein, est chargé de l’autopsie de George Floyd.
Va-t-il déclarer que George s’est suicidé aussi ?
Barbouzes en manif’… (source: VT)
Minneapolis est le “ground zero” d’un cercle pédophile très puissant qui rend des services à des leaders politiques, du monde des affaires, de la police et de l’armée dans des hôtels et facilités balnéaires exclusifs, certains gérés par l’organisation de Trump, d’autres par des groupes comme St Hubertus et des membres du club Bilderberg, qui ont de longues relations avec la cabale Epstein-Maxwell-Mogeleivitch. 
Ceci commença en 1946 lorsque des leaders sionistes, ne faisant pas confiance aux antisémites notoires de Washington, essentiellement du parti républicain et des démocrates du sud, commencèrent un programme de “cramage” (NdT: de compromission) de membres du congrès des États-Unis et de vieux hauts-fonctionnaires, ce au moyen du chantage sexuel. 
Cet effort est maintenant géré en partie par l’armée américaine, dans un premier temps par le Presidio (NdT: ancienne forteresse espagnole prise en 1846 et devenue dans les années 1850 jusqu’à il y a quelques décennies, le QG de l’armée de terre américaine, le Presidio est situé à Monterey Bay, San Francisco, Californie) et aujourd’hui au travers de Fort Huachuca (NdT : dans l’état d’Arizona), le “cœur noir” de l’état profond américain.
Ces 20 dernières années, une coalition a été formée entre l’armée américaine de Fort Huachuca en Arizona, où sont organisés les assassinats par drones et depuis où l’internet est “géré” et un mélange bizarre d’”escadrons de la mort” de la police, de gangs de la drogue comme le MS13 et des groupes sionistes radicaux, maintenant lourdement renforcés par des suprématistes blancs, un Klu Klux Klan revitalisé et la vieille ligne néo-nazie américaine.
Ceci constitue la “véritable base Trump”, organisée par l’agence du renseignement militaire (Defense Intelligence Agency ou DIA) et qui a secrètement débuté sous la présidence d’Obama, une base qui travaille d’arrache-pied à mener les États-Unis vers la guerre civile, en commençant avec une guerre raciale.
La preuve devient de plus en plus évidente que ce groupe est le COVID19…
Un des directeurs de Google, Jared Cohen, en conférence avec l’armée, 2014 (source: VT)
Nous avons confirmation de notre personnel de Minneapolis qui tient ses sources au sein de la police et du FBI local.
Un sous-groupe travaille avec ces firmes sous-traitantes au sein des départements et des unités de “renseignement” et de “contre-terrorisme” qui surveillent et qui furent, dans chaque département que nous avons analysé, à la fois entraînés en Israël et supervisés quotidiennement par des “officiers traitants” soit d’un consulat israélien de et pour les associations de l’ADL / JDL / JINSA ou de groupes similaires représentant le Shin Bet.
Quant à ces manifestations anti-confinement et ces mouvements allant vers une guerre raciale fomentée par Trump et ses sponsors de la Kosher Nostra (alias “l’État profond”), nous suspectons grandement que la contagion et l’épidémie mondiale du CoV19, est le plus sûrement mise en place par ceux qui, en même temps, accusent des cibles faciles comme George Soros, Bill Gates ou les “vaccins”.
Avec Bill la piquouze… Big Pharma engrange le flouze…
Les mêmes entreprises sous-traitantes propriété du Mossad israélien (certaines étant des associées de VT) furent utilisées pour mettre en scène le Pizzagate de 2016 et elles contrôlent l’agent israélien Julian Assange.
A Minneapolis, depuis 2012, la police a donné le contrôle de toutes les “plus hautes fonctions” à une cabale du FBI et du Mossad, le FBI du Washington Field Office (pas le FBI local qui est OK) et le consulat israélien de Chicago. Ceci a commencé en 2012.
Devise du Mossad : « Par la tromperie tu feras la guerre »
“Dès que l’État n’est plus à même d’imposer l’union forcée, l’union surgit d’elle-même, selon les besoins naturels. Renversez l’État, la société fédérée surgira de ses ruines, vraiment une, vraiment indivisible, mais libre et grandissant en solidarité par sa liberté même.”
~ Pierre Kropotkine ~
“il faut sinon se moquer, en tout cas se méfier des bâtisseurs d’avenir. Surtout quand pour bâtir l’avenir des hommes à naître, ils ont besoin de faire mourir les hommes vivants. L’homme n’est la matière première que de sa propre vie. Je refuse d’obéir.”
~ Jean Giono ~

Israël forme «un grand nombre de responsables de l’application des lois» à Minneapolis

Par Kevin BarrettVeterans Today Editor 1 juin 2020

L’Institut juif des affaires de sécurité nationale (JINSA) se vante d’avoir amené des Israéliens à former «un grand nombre» de flics de Minneapolis.

Les entraînent-ils à traiter les Américains comme les voyous en uniforme d’Israël traitent les Palestiniens? Pas étonnant que la communauté noire considère les flics comme une armée d’occupation.

George Soros Utilise Black Lives Matter Et ANTIFA Pour Transformer Minneapolis En Zone De Guerre

À l’heure actuelle, la ville de Minneapolis est assiégée et attaquée, mais pas par des terroristes musulmans ou un autre groupe étranger.

Non, Minneapolis est attaquée par la gauche radicale, avec des bus dans des agitateurs de groupes comme Black Lives Matter , et tout l’enfer se déchaîne littéralement.

George Soros et sa femme

George Soros finance l’anarchie aux États-Unis depuis de nombreuses années maintenant , mais cette fois, il a peut-être finalement trouvé la combinaison gagnante qu’il recherchait.

Alors que les troubles se propageaient dans des dizaines de villes américaines vendredi, le Pentagone a pris la rare mesure d’ordonner à l’armée de mettre plusieurs unités de police militaire américaine en service prêt à se déployer à Minneapolis, où le meurtre de George Floyd par la police a déclenché une vague de protestations. .

La situation étant déjà extrêmement grave, les choses ont pris une tournure décisive tard hier, alors que le président Trump a demandé au Pentagone d’intervenir avec un plan pour réprimer la violence, les attentats à la bombe et les pillages qui ravageaient Minneapolis ces derniers jours.

Le Pentagone a alors ordonné à l’armée de préparer des unités de police militaire à entrer dans la ville si et quand l’ordre est donné. Voilà où en sont les choses en ce moment alors que le soleil se lève ce samedi matin.

Comme nous vous l’avons déjà montré hier soir, ces flambées de violence et d’attentats terroristes dans plusieurs villes sont alimentées et financées par George Soros et ses fondations Open Society qui donnent de l’argent pour la mobilisation à Black Lives Matter et à ANTIFA .

À l’heure actuelle, alors que les États-Unis sont déjà sous le coup de COVID-19, nous sommes maintenant également dans un état de guerre civile opposant les patriotes américains à la gauche radicale qui a l’intention de nous détruire.

Soros et ses serviteurs l’ont fait plusieurs fois au cours des 8 dernières années, mais quelque chose me dit que ce pourrait être le «grand». Restez à l’écoute ainsi vous apportera des mises à jour en direct au fur et à mesure qu’elles se produisent.

Le Pentagone Met La Police Militaire En Alerte Pour Se Rendre À Minneapolis

D’après YAHOO NEWS: Des soldats de Fort Bragg en Caroline du Nord et de Fort Drum à New York ont ​​reçu l’ordre d’être prêts à se déployer dans les quatre heures s’ils sont appelés, selon trois personnes ayant une connaissance directe des ordres.

On a dit aux soldats de Fort Carson, au Colorado et de Fort Riley au Kansas, d’être prêts dans les 24 heures.

Les gens ne voulaient pas que leur nom soit utilisé parce qu’ils n’étaient pas autorisés à discuter des préparatifs.

Les ordres de préparation ont été envoyés verbalement vendredi, après que le président Donald Trump a demandé au secrétaire à la Défense, Mark Esper, des options militaires pour aider à apaiser les troubles à Minneapolis après que les manifestations se soient transformées en pillages et incendies criminels dans certaines parties de la ville.

George Soros A Déjà Commencé À Envoyer À ANTIFA


Trump a fait la demande lors d’un appel téléphonique du bureau ovale jeudi soir qui comprenait Esper, le conseiller à la sécurité nationale Robert O ‘Brien et plusieurs autres.

Le président a demandé à Esper des options de déploiement rapide si les manifestations de Minneapolis continuaient de dégénérer, selon l’une des personnes, un haut responsable du Pentagone qui était de garde.

« Lorsque la Maison Blanche demande des options, quelqu’un ouvre le tiroir et les sort pour ainsi dire. » dit le fonctionnaire.

La personne a déclaré que les unités militaires seraient déployées en vertu de l’Insurrection Act de 1807, qui a été utilisée pour la dernière fois en 1992 lors des émeutes de Los Angeles qui ont suivi le procès de Rodney King.

« Si c’est là que le président se dirige en termes de réponse, cela représenterait une escalade importante et une détermination que les diverses autorités étatiques et locales ne sont pas à la hauteur pour répondre aux troubles grandissants », a déclaré Brad Moss, un Washington DC. -avocat basé, qui se spécialise dans la sécurité nationale.

Des Émeutiers Volent Des Milliers De Dollars À Des Entreprises De Minneapolis

Les membres des unités de police étaient en alerte de rappel de 30 minutes tôt samedi, ce qui signifie qu’ils devraient retourner dans leurs bases dans ce délai pour se préparer à un déploiement à Minneapolis dans un délai de quatre heures.

Les unités de Fort Drum devraient d’abord se rendre à Minneapolis, selon les trois personnes, dont deux fonctionnaires du ministère de la Défense.

Environ 800 soldats américains se déploieraient dans la ville s’ils étaient appelés.

N’arrêtez Pas Votre Véhicule Si Vous Rencontrez Des Manifestants, Voici Pourquoi

Des manifestations ont éclaté à Minneapolis cette semaine après la sortie d’une vidéo montrant un policier agenouillé sur le cou de Floyd.

Floyd est décédé plus tard de ses blessures et l’officier, Derek Chauvin, a été arrêté et accusé de meurtre au troisième degré et d’homicide involontaire coupable vendredi.

Les manifestations sont devenues violentes et jeudi les émeutiers ont incendié le troisième commissariat de police de Minneapolis près de l’endroit où Floyd a été arrêté. Le maire Jacob Frey a ordonné un couvre-feu dans toute la ville à 20 h, heure locale, à partir de vendredi.

Dans cette ville, les manifestations pacifiques ont pris de l’ampleur à mesure que la nuit tombait, des milliers de personnes ignorant le couvre-feu pour marcher dans les rues du sud de la ville.

Certaines voitures ont été incendiées dans des quartiers dispersés, des cambriolages ont commencé et, finalement, il y a eu des incendies plus importants.

Les troubles se sont depuis répandus à travers le pays, avec des manifestations, dont certaines violentes, ont éclaté dans des villes comme Washington DC, Atlanta, Phoenix, Denver et Los Angelas.

Le gouverneur du Minnesota, Tim Walz, a commandé 500 de ses troupes de la Garde nationale à Minneapolis, St. Paul et dans les communautés environnantes.

Mais un porte-parole du Pentagone a déclaré que Walz n’avait pas demandé le déploiement de l’armée dans son état.

« Le département a été en contact avec le gouverneur et il n’y a aucune demande pour que les forces du titre 10 soutiennent la garde nationale du Minnesota ou les forces de l’ordre », a déclaré le porte-parole. Le titre 10 est la loi américaine qui régit les forces armées et autoriserait militaire en service actif pour opérer aux États-Unis

Alyssa Farah, directrice des communications stratégiques de la Maison Blanche, a déclaré que le déploiement de la police militaire en service actif était faux.

« Faux: hors du record – le titre 10 n’est pas en discussion », a déclaré Farah dans une réponse par courrier électronique.

Aucun accord officieux n’a été négocié avec l’Associated Press. La 16e brigade de police militaire a transmis les questions de l’AP au ministère de la Défense.

Les trois responsables ayant une connaissance directe du déploiement potentiel affirment que les commandes sont sur un système classifié, connu sous le nom de Secret Internet Protocol Router ou SIPR.

Il est normalement interdit aux forces en service actif d’agir en tant qu’organisme d’application des lois nationales. Mais l’Insurrection Act offre une exception.

La loi permettrait aux militaires d’exercer une autorité policière qu’ils n’auraient pas été autorisés à faire autrement, faisant respecter les lois étatiques et fédérales, a déclaré Stephen Vladeck, professeur à la faculté de droit de l’Université du Texas, spécialisé en droit constitutionnel et de sécurité nationale.

Le statut « est délibérément vague » en ce qui concerne les cas dans lesquels la loi sur l’insurrection pourrait être utilisée, a-t-il déclaré.

Le gouverneur de l’État pourrait demander au président Donald Trump de prendre des mesures ou Trump pourrait agir de sa propre autorité s’il est déterminé que les autorités locales sont tellement dépassées qu’elles ne peuvent pas appliquer correctement la loi, a déclaré Vladeck.

« C’est une très, très large concession d’autorité pour le président », a-t-il ajouté. ( Source )

Le Pentagone Met La Police Militaire Américaine En Disponibilité Pour Entrer À Minneapolis

Les manifestants de Minneapolis ont défié un couvre-feu à 20 heures au cours d’une quatrième nuit d’affilée de manifestations contre la mort de George Floyd, un homme noir de Minneapolis qui est décédé aux mains d’un policier blanc.

La police militaire a été alertée par le Pentagone.

La Garde nationale est déjà dans la ville, assurant la sécurité des pompiers qui travaillent samedi matin pour éteindre les incendies des manifestations nocturnes.

 

 

 

 

 

 

 

Géopolitique du coronavirus : entretien avec Valérie Bugault

Au cœur d’une crise mondiale inédite par son ampleur, Strategika vous propose l’éclairage d’analystes et de penseurs reconnus dans leur domaine d’expertise. Nous avons posé à chacun une série de questions qui portent sur les différents aspects de cette véritable crise de civilisation ainsi que sur ses répercussions politiques, géopolitiques et sociales.

 

La première à nous répondre est Valérie Bugault.

Valérie Bugault est docteur en droit privé de l’université Panthéon-Sorbonne et avocate. Depuis 2009, elle a cessé ses activités d’avocate pour se consacrer à la diffusion auprès du public du résultat de ses nombreux travaux de recherches. Elle est aujourd’hui analyste de géopolitique (économique, juridique et monétaire) et conférencière. Ses sujets de recherche sont les institutions – nationales et internationales – la monnaie, l’entreprise, le droit et le fonctionnement de l’économie globale.

Elle est auteur de quatre livres, récemment publiés aux éditions Sigest :

– « Du nouvel esprit des lois et de la monnaie », co-écrit avec feu Jean Rémy, publié en juin 2017

– « La nouvelle entreprise », publié en juillet 2018

– « Les raisons cachées du désordre mondial », recueil d’articles, publié le 30 mars 2019

– « Demain dès l’aube… le renouveau », publié en septembre 2019

Strategika – On lit beaucoup d’éléments contradictoires selon les différentes sources d’information disponibles ou selon les avis des professionnels de la santé. Quelle est la réalité effective de cette pandémie selon vous ?

VB : que la « version officielle » de la crise coronavirus est fausse qu’il n’y a pas d’épidémie ; de même, ce n’est pas parce que la « version officielle » des attentats terroristes est fausse que les attentats n’ont pas lieu. Des événements ont lieu, et c’est la narration explicative qui est fausse, pas les événements en eux-mêmes. L’analyse de la crise actuelle révèle aussi l’application des techniques du pompier pyromane et du triangle de Karpman, c’est-à-dire le jeu de rôles bourreau/victime/sauveur. Le pouvoir laisse la situation de crise s’installer, voire l’aide à s’installer, volontairement ou involontairement. Dans le réel, le pouvoir occupe donc la place du pyromane, donc du bourreau. Puis, une fois que la crise est installée et en cours, le pouvoir se présente comme le sauveur, qui va donc nous sauver de la crise qu’il a lui-même installée furtivement, tel un pompier qui éteindrait l’incendie après l’avoir lui-même allumé discrètement. »

Nous sommes face à une sorte de dissonance cognitive globale parce que les phénomènes auxquels nous sommes confrontés reçoivent une ou plusieurs explications officielles partielles (dans le meilleur des cas), contradictoires et/ou erronées qui ne permettent pas un accès intellectuel à l’ensemble du phénomène. En réalité, la méthodologie suivie dans la couverture de cette crise du coronavirus est similaire à celle qui nous est imposée d’une façon générale pour orienter les processus intellectuels : un séquençage (puisque le mot est désormais à la mode) ou un émiettement des connaissances, une sorte de fordisme appliqué à toute l’échelle des connaissances. A cela s’ajoute un autre phénomène d’émiettement et d’isolement des populations : les milieux médicaux fréquentent peu ou pas d’autres milieux, chacun restant dans son pré carré par l’organisation même de la société. Ainsi, les constats et la vie que mènent les uns sont quasi hermétiques aux constats et à la vie que mènent les autres, leurs seuls points de contact étant leur façon (directe ou indirecte) de consommer.

Ainsi, nous recevons des retours en provenance du corps médical, d’autres en provenance d’organisations internationales, d’autres en provenance des différents pays du monde. D’autres sources d’informations sont inhérentes à la structuration de notre propre gouvernement (décret, lois…), d’autres sources d’informations encore proviennent de médias dits indépendants qui contredisent partiellement ou totalement les sources précédentes…

Finalement, pour y voir clair, il faut et il suffit de remettre de l’ordre, c’est-à-dire qu’il faut hiérarchiser et contextualiser les phénomènes ; encore faut-il que cette hiérarchisation soit pertinente.

Dans l’ordre nous avons : l’apparition peu préparée d’un virus en Chine, pays qui connaît historiquement cette typologie de virus. Ensuite, une série de nouvelles alarmistes en forme d’hécatombe. Ensuite, bien sûr, le virus se répand sur la surface du globe pendant que l’on apprend que la Banque mondiale (que je ne présente plus) avait prévu, dès 2017, des « bonds spécifiques aux pandémies ». Ensuite une litanie de pays touchés et d’innombrables populations confinées pour, prétendument, lutter contre la propagation dudit virus. Pendant que les « morts » se multiplient et que les services hospitaliers étouffent littéralement sous cette affluence de gens à détecter ou à traiter.

Le tout se produisant dans un contexte géopolitique très particulier où la puissance économique chinoise, aujourd’hui arrivée à maturité, s’est alliée à la puissance militaire russe pour contrer l’hégémonie américaine et Cie.

Ce qui n’est pas dit dans ce tableau est pourtant l’essentiel : les USA et ses alliés ne sont plus depuis le début du XXème siècle (au bas mot) gouvernés par ce que j’appelle un phénomène politique, qui représente l’intérêt commun, mais par un cartel d’entreprises dirigé par les principales banques globales d’investissement qui ont leur quartier général, depuis Oliver Cromwell, à la City of London.
En réalité, les États occidentaux n’existent plus car ils ont été privatisés lorsque le contrôle de leurs monnaies est tombé dans les mains des banquiers privés, ce qui explique, en Europe, l’apparition des institutions européennes, qui ne sont que la formalisation politique de cette capture des règles d’organisation des peuples par des intérêts privés.

Si l’on veut bien prendre en compte l’ensemble de ces éléments, un tableau assez clair se dessine.

Dans ce tableau, d’un côté apparaît un virus très contagieux et qui devient dangereux lorsqu’il se fixe dans les poumons et les voies respiratoires. Les patients, à ce stade, n’ont quasi plus de virus dans le corps et il devient inutile de leur appliquer le traitement préconisé par le Professeur Didier Raoult, comme ce dernier l’indique très clairement lui-même. Hormis ces cas de complications qui, apparemment ne sont pas si rares que ça, ledit virus est relativement anodin, il procure des symptômes plus ou moins gênants mais ne met pas en jeu de pronostique vital des patients infectés. Didier Raoult, professeur français spécialiste mondialement réputé en virologie et infectiologie, a émis des hypothèses de travail qui ont été confirmées par des spécialistes chinois ayant eu à traiter le virus et par un professeur Sénégalais (Pr. Seydi) qui a eu à affronter le virus Ebola et qui est, à ce titre, reconnu comme une sommité dans son domaine. Le traitement préconisé ne coûte pas cher (car les brevets très anciens sont tombés dans le domaine public) ; il n’est pas efficace à 100 % en fonction, notamment, du moment tardif ou non où il a été administré. Voilà, pour l’essentiel, ce qu’il importe de retenir.

De l’autre côté du tableau, on a des médecins stipendiés (la plus en vogue actuellement est la sulfureuse Karine Lacombe qui sévit sur les grandes ondes et est multi stipendiée des lobbies pharmaceutiques) ainsi que tout l’appareil d’Etat et les corps constitués (Inserm…), tous reliés, de près ou de loin, aux lobbies pharmaceutiques qui sont montés aux créneaux pour disqualifier les travaux des éminents spécialistes décrits ci-dessus. Sans oublier le fait que la campagne présidentielle de Macron a été partiellement financée par Big Pharma.

En outre, je ne fais qu’effleurer rapidement, car l’énumération en serait vraiment trop longue, toutes les décisions politiques actuelles prises en opposition ouverte à l’objectif officiel d’enrayement de l’épidémie, qui passent par la classification début 2020 d’un médicament en vente libre depuis des décennies en substance vénéneuse, par le refus d’octroyer des autorisations administratives à des chercheurs proposant des tests pour détecter l’infection au coronavirus, par le refus de l’aide proposée par des industriels pour la fabrication de respirateurs… Ajoutons à cela, pour compléter le tableau, la déconstruction méthodique du service de santé publique, allant de la liquidation des stocks de matériels aux restrictions de lits et de personnels hospitaliers, aggravée depuis la présidence Sarkozy.

Cette crise sanitaire laisse ainsi apparaître les véritables acteurs politiques cachés derrière les oripeaux étatiques ! On perçoit, aujourd’hui mieux qu’hier, que l’Etat est tenu par des intérêts privés qui préconisent des remèdes très coûteux, voire peu efficients, en attendant le futur vaccin obligatoire. Sur la ligne d’arrivée pour gagner le cocotier des contrats publics et privés de commandes massives de vaccins : Johnson & Johnson qui annonce ce 31 mars qu’il sera prêt à tester son premier vaccin dès septembre 2020 ! D’autres laboratoires restent bien évidemment en lice pour la cagnotte du futur vaccin…

Il faut toutefois savoir deux choses. Premièrement, tous les vaccins rapidement fabriqués se sont historiquement révélés peu efficaces et même dangereux pour la santé humaine. Deuxièmement, un vaccin contre un virus par hypothèse mutant, comme l’est le coronavirus, a très peu de chance d’être efficace. Ce problème est aggravé par le fait que la maladie Covid-19 met en cause plusieurs souches différentes, dont l’une d’elle se subdivise encore en plusieurs variantes.

En conclusion, si les pouvoirs publics voulaient effectivement enrayer l’épidémie, ils décideraient de traiter, à moindre coût qui plus est, un maximum de gens en amont, comme le préconise le Dr. Raoult et d’autres grands spécialistes du monde entier. Cette aune du traitement médical préventif massif est la mesure exacte de l’honnêteté du gouvernement français.

En d’autres termes, si le gouvernement était honnête, il ne prendrait pas l’option dilatoire actuelle consistant à mettre tous les obstacles en place pour que les gens ne soient pas massivement traités selon les préconisations du Pr. Raoult ; pendant que les mesures de confinement ciblées sur les populations locales les plus normées deviennent de plus en plus rigoureuses alors même que ces mesures excluent les populations rebelles situées dans les zones de non droit, et les camps de migrants.

Par ailleurs, notons que le gouvernement français, qui a également récemment, sur préconisation de l’ONU, vidé massivement et prématurément les prisons de prisonniers de droit commun [1] (ce qui a fait l’objet d’un communiqué officiel de professionnels de la magistrature), punira d’emprisonnement les contrevenants multirécidivistes qui auront dépassé leur heure de promenade quotidienne autorisée, qui auront dépassé leur périmètre de promenade autorisée, ou qui auront oublié leur laisser-circuler…

On se rend bien compte ici de deux choses :

  • Que la volonté affichée de protéger les populations cache une volonté sournoise de les mettre en état de choc et de les surveiller massivement ;
  • Que l’anarchie sociale en cours de développement, est consciencieusement organisée par les pouvoirs publics eux-mêmes, sous le faux prétexte d’enrayer une épidémie.

Strategika – Cette pandémie précède-t-elle un effondrement économique et systémique ?

 

Plus de 3 milliards de personnes sont appelées à se confiner dans le monde. Pour la première fois de son histoire, l’humanité semble réussir à se coordonner de manière unitaire face à un ennemi global commun. Que vous inspire cette situation ?

Valérie Bugault

Cette pandémie va-t-elle forcer l’humanité à se doter d’un gouvernement mondial comme le préconisait Jacques Attali lors de la pandémie de grippe A en 2009 ?  En 2009 toujours, Jacques Attali expliquait que « l’Histoire nous apprend que l’humanité n’évolue significativement que lorsqu’elle a vraiment peur ». Que vous inspire cette idée ?     

VB : Effectivement, de multiples informations montrent que l’existence d’une pandémie était prévue, pour ne pas dire attendue, par un certain nombre d’institutions et de personnages, au premier rang desquels on peut citer, pèle mêle, la fondation Bill et Melinda Gates, le centre John Hopkins pour la sécurité sanitaire, le Forum économique mondial, l’OMS, la Banque mondiale, Jacques Attali, le magazine « The Economist » (année 2019 et 2020) … Avec le britannique Gordon Brown qui appelle ouvertement à la constitution d’un gouvernement mondial pour faire face à cette pandémie de coronavirus.

Nous faisons donc globalement, ou mondialement, si vous préférez, face à une situation inédite dans l’histoire, dans laquelle un petit groupe de gens [2], cachés derrière l’anonymat des capitaux et des institutions internationales et menés par quelques banquiers privés, organisent des chocs ou tirent parti de chocs afin de faire avancer leur agenda global de prise de contrôle politique du monde en instituant un « gouvernement mondial ».

Pour réaliser ce gouvernement mondial, il faut avoir préalablement développé, chez les individus en général et chez les dirigeants politiques en particulier, le sentiment de la nécessité d’une régulation des évènements à l’échelle globale. Une pandémie est en effet le phénomène qui répond le mieux à ce type de besoin. Dès le départ, on peut et on doit suspecter une manipulation.

Par ailleurs, il devient en effet de plus en plus évident que ce coronavirus résulte de la combinaison, aidée, de deux virus naturels, combinaison qui aurait malencontreusement fuité d’un ou de plusieurs laboratoires. Nous ne saurons probablement jamais le véritable déroulement des évènements ayant abouti à la dissémination de ce type de virus.

Ensuite, et en raison de l’homogénéisation de la réponse politique apportée à cette crise sanitaire par différents pays, il est tout à fait nécessaire que les citoyens victimes aiguisent leur vigilance et se tiennent sur leur garde car la manipulation devient évidente dans le contexte de privatisation généralisée des États.

Toutefois, on ne saurait trop insister sur l’impérieuse nécessité de discriminer les informations reçues. Ainsi, à titre personnel, je ne pense pas qu’il faille mettre sur un même plan la réponse politique chinoise et la réponse politique des pays européens.

D’une part, il ne faut pas oublier que la Chine, actuel opposant victorieux à l’hégémonie économique du bloc de l’ouest sous l’égide de l’OTAN, a été le premier pays attaqué par ce virus.

D’autre part, les dirigeants chinois ont publiquement incriminé les GI’s américains dans la propagation du virus sur leur territoire.

Enfin, il faut se souvenir qu’aux USA, se sont produits, courant 2019, deux évènements extrêmement importants qui peuvent aisément être corrélés :

  • Une sorte d’épidémie pulmonaire grave avait été mise sur le dos des fabricants de cigarettes électroniques et
  • Un laboratoire (Fort Detrick) a dû être fermé (Trump vient d’ailleurs récemment d’ordonner sa réouverture pour lutter contre le coronavirus !), durant l’été 2019, pour cause de fuites.

Il devient assez loisible d’imaginer que les conséquences de cette fuite de matériel bactériologique, volontaire ou non (nous ne le saurons jamais), a été artificiellement endossée par le puissant lobby du tabac – ce qui lui a permis d’éliminer un concurrent inoffensif naissant mais menaçant (l’industrie de la cigarette électronique) – avec la bénédiction des instances gouvernementales qui ont ainsi évité d’avoir à rendre des comptes publics.

Par ailleurs, il faut absolument toujours conserver à l’esprit que les gouvernements officiels sont privatisés mais que même dans ce cas de figure, il y a quantité de gens qui œuvrent quotidiennement dans ces structures et qui ne sont pas eux-mêmes corrompus. Ainsi, même en cas de fuite bactériologique issue d’un laboratoire secret on ne peut pas être sûr que cette fuite soit volontaire ; des individus infiltrés et aux ordres directs des puissances financières peuvent très bien avoir organisé ces fuites à l’insu de leurs collègues.

Par ailleurs, je voudrais revenir sur l’existence des laboratoires secrets de recherche bactériologiques. Il faut comprendre que le problème se pose dans les mêmes termes qu’il s’est déjà posé en matière d’armes nucléaires : beaucoup de pays disposent légitimement de ce type de laboratoires sans qu’il soit question de les utiliser à des fins offensives. De la même façon, beaucoup de pays disposaient et disposent de l’arme nucléaire, tandis que très peu les ont utilisées à des fins offensives. Nous connaissons par ailleurs depuis longtemps la propension des puissances anglo-saxonnes et de leurs affiliés à cibler les populations civiles, qui n’ont, à vrai dire, à leurs yeux, aucune espèce d’importance et seraient plutôt considérées comme étant surnuméraires (voir les Georgia Guidestones, les travaux du « Club de Rome », et ceux de tous leurs descendants).

A ma connaissance, la puissance chinoise n’a jamais utilisé de façon offensive ni la bombe nucléaire, ni toute autre arme de destruction massive. En revanche, les USA, et leurs affiliés, n’ont plus de preuves à apporter quant à leur capacité à utiliser ce type d’armes pour viser, en particulier (c’est devenu une sorte de spécialité) les populations civiles.

Une fois ces préalables explicités et le contexte rétabli, il devient possible de répondre à votre première question.

En effet, la mise en confinement des gens bien-portants porte un coup d’arrêt brutal à l’économie des pays. En fonction de la durée du confinement, ces pays, surtout lorsqu’ils sont endettés, ne pourront que très difficilement s’en remettre. Cette remise sur pied devra, à l’évidence, s’accompagner d’une remise en cause de leur fonctionnement interne. Par ailleurs, les bienfaits abondamment claironnés de la globalisation économique, qui a rendu chaque pays dépendant des autres, reçoivent, eux aussi, un énorme démenti par cette crise sanitaire qui rend visible l’extrême dénuement industriel des pays dits développés, lesquels ne sont plus autosuffisants en quoi que ce soit. On peut en effet en déduire, sans risque d’erreur, qu’il y aura un « avant la crise du coronavirus » et un « après la crise du coronavirus ».

Nous sommes collectivement sur une ligne de crête et les choses peuvent basculer, en fonction de la capacité de réaction des citoyens, soit dans le sens du globalisme intégral avec gouvernement mondial, soit dans celui d’une reprise en main politique des pays par leurs ressortissants.

Strategika – Comment voyez-vous l’évolution de la pandémie et ses conséquences politiques et sociales dans les semaines et les mois à venir ?

VB : Soit les citoyens cèderont à la peur, soit ils réfléchiront et comprendront que la peur est elle-même entretenue de façon contrôlée par leurs dirigeants qui prennent toutes les décisions permettant au coronavirus de se propager en toute tranquillité, ou plutôt, en toute facilité. C’est ainsi, qu’ils refusent à leur population l’accès aux soins et médicaments utiles à l’endiguement du processus de contamination pendant qu’ils mettent les gens en confinement suffisamment longtemps pour pouvoir leur imposer – il s’agit ici de la mise en œuvre de la « servitude volontaire » – un futur vaccin miracle. Ce vaccin, outre son prix financier, sera sans doute agrémenté de sels d’aluminium (qui est devenu l’adjuvant obligatoire), d’ARN messagers (qui permettront de faire, in vivo et à grande échelle, des expériences génétiques sur le génome humain), et surtout de puce RFID, qui permettront à tout un et chacun de recevoir ses rémunérations et d’avoir accès à son compte en banque.

Cette étape de la vaccination obligatoire sera tout à fait décisive pour assurer aux globalistes (banquiers, big pharma et consorts) le contrôle direct sur les populations. Chaque personne devra ainsi obéir sous peine de se voir retirer l’accès à tous ses moyens de subsistances. Étant ici précisé qu’en raison de l’effondrement économique, il est fortement à craindre que les moyens de subsistances ne soient in fine aucunement reliés à un travail individuel productif mais plutôt à un subside universel reçu de l’Etat fantoche entièrement aux ordres des puissances financières.

Strategika – Existe-t-il une issue politique à la situation que vous venez de décrire et quelle forme pourrait-elle prendre selon vous ?

VB : Il faut partir du principe naturel que chaque problème a une solution à la condition exclusive d’être bien posé. Dans le cas présent, bien sûr qu’il existe des issues politiques à ce problème, je dirai même que les seules issues favorables sont de nature politique au sens propre du terme. Autrement dit, seule une reprise en main politique de l’organisation des États par leurs ressortissants pourra aboutir à une issue favorable aux populations. Sinon, nous assisterons au basculement général souhaité par l’oligarchie supranationale vers un gouvernement mondial aux mains des puissances financières, les populations étant vouées à être fortement réduites puis mises en esclavage, pour la partie qui aura survécu.

J’ai, dans mes travaux, expliqué comment la Société pourrait être réorganisée pour devenir réellement politique, c’est-à-dire pour que les ressortissants des Etats puissent devenir acteurs à part entière des choix politiques de leur pays. Il suffit de consulter la partie « Le renouveau institutionnel » situé page 278 et suivantes de mon ouvrage « Les raisons cachées du désordre mondial », publié en mars 2019 aux éditions Sigest. Je ne reviendrai pas ici sur ce sujet qui requiert des développements trop long. Ces développements seront peut-être l’occasion d’un nouvel entretien pour Strategika ?

Strategika – Comment liez-vous la crise actuelle à votre domaine d’expertise et à votre champ de recherche ?

VB : En vérité, cette crise est liée à mes travaux à plusieurs égards. J’ai mentionné, ci-dessus, la question institutionnelle d’organisation des États. Mais ce n’est en effet pas le seul lien. L’autre lien très important est relatif aux évolutions en cours de la monnaie mondiale.

J’ai déjà expliqué à maintes et maintes reprises que le Brexit, dont on peut se féliciter en apparence, avait été initié par les banquiers de la City afin d’avoir toute liberté d’action, en étant libérés des lourdeurs institutionnelles de l’UE, pour piloter le changement de monnaie mondiale.

Comme prévu par Keynes au siècle dernier, le dollar, sous la double casquette de monnaie nationale et de monnaie mondiale, n’était, dès le départ, économiquement pas viable. Ainsi, sa fin prévisible pouvait être programmée. Elle a eu pour première étape sa décorrélation du standard or tandis que la seconde étape, à laquelle nous assistons en direct, est sa décorrélation du standard pétrole qui avait succédé au standard or.

Actuellement, la plupart des pays du monde sont convaincus de l’inanité de conserver le dollar comme monnaie de réserve internationale. Trump lui-même passe à l’action puisqu’il vient de prendre des mesures pour fusionner la Fed et le département du Trésor dans l’objectif de créer, sur le modèle du Yuan et du Renmibi, deux types de dollar : un dollar interne et un dollar devise qui circulera sur les marchés internationaux. Le reset monétaire approche donc à grands pas. Ainsi, une monnaie mondiale viable, contrôlée par les banquiers il va sans dire, pourra bientôt voir le jour, sous forme de panier de devises, qui circulera de façon entièrement dématérialisée.

Je ne détaillerai pas ici – car les développements y seraient trop longs – l’escroquerie bancaire originelle ayant consisté à identifier la monnaie avec un bien matériel (au départ un métal précieux) dans le commerce. Toute une histoire, que je raconte dans mon livre, co-écrit avec le banquier Jean Rémy, intitulé « Du nouvel esprit des lois et de la monnaie », publié en juin 2017 aux éditions Sigest.

J’ajoute que la fin du dollar en tant que monnaie internationale est la condition sine qua non pour qu’advienne une monnaie mondiale viable, du moins selon les critères de fonctionnement économiques et monétaires imposés par les banquiers internationaux. Or, la fin du dollar monnaie mondiale suppose la fin de l’hégémonie de l’empire américain. Dès lors, il devient facile de comprendre que certains membres décisionnaires de cet empire se sont violemment opposés, et s’opposent encore violemment, à ce projet qui aboutira à une disparition de leur situation dominante. Cette partie des dirigeants américains qui se rebellent peut être qualifiée de patriote, il s’agit des gens qui étaient ouvertement impliqués dans la domination du monde par les Américains eux-mêmes. A l’opposé, ces derniers ont pour pires ennemis internes les globalistes apatrides, dont la tête se situe à la City of London, et qui œuvrent en sous-mains pour l’avènement d’un gouvernement mondial, lequel suppose la disparition de l’empire US.

Cette distinction, essentielle à la bonne compréhension des choses, entre dirigeants patriotes et dirigeants apatrides existe également en Chine et en Russie où, par exemple, le gouvernement civil semble dirigé par les partisans des globalistes apatrides tandis que l’armée semble aux mains des dirigeants patriotes, Poutine faisant la jonction entre les deux factions opposées. Concernant la Chine, il faut garder à l’esprit le considérable nettoyage ayant eu lieu depuis des années, y compris dans les plus hautes instances dirigeantes, pour purger l’appareil d’Etat des élites compradores, lesquelles peuvent être reliées aux dirigeants apatrides siégeant à la City of London. Cette opposition entre dirigeants patriotes et dirigeants compradores existe également dans des pays comme l’Iran.

Ainsi, dans cette lutte de nature géopolitique, structurée autour des questions juridiques d’organisation du circuit de commandement, rien ne me semble encore acquis ni pour un camp, ni pour l’autre. Il est néanmoins possible de faire la prévision selon laquelle la victoire serait écrasante pour les patriotes, à la condition que ces derniers s’allient avec leur population et ne cherchent pas à la dominer, comme cela leur a été inculqué par leurs anciens alliés compradores.

Rien ne résisterait à l’alliance entre dirigeants patriotes et populations locales. C’est précisément cette alliance que redoutent les puissances globalistes. Notons à cet égard que les mesures restrictives de liberté ordonnées par les différents gouvernements pour lutter contre la propagation du coronavirus vont à l’encontre de cette alliance naturelle qui permettrait le succès des patriotes sur les globalistes. Vous voyez que les choses ne sont pas simples… et que, décidemment, cette « pandémie de coronavirus » arrive à point nommé pour soutenir la stratégie des globalistes alors que ces derniers étaient en situation de faiblesse…

D’un autre côté, cette pandémie permet des ouvertures inespérées dans la remise en cause générale de la stratégie globaliste. Encore faut-il avoir le courage de saisir cette occasion. Je terminerai mon exposé en disant que les cartes sont actuellement dans les mains des populations civiles : ces dernières ont enfin, phénomène unique dans l’histoire, la possibilité de reprendre leur destin en main ; ce qui signifie, très précisément, qu’elles ont la possibilité de réinstaurer des gouvernements politiques en lieu et place des ersatz actuels entièrement aux mains des puissances financières. Les peuples auront ce qu’ils méritent : ils recevront, s’ils acceptent de se prendre en charge – en contrepartie d’un peu de courage – des fruits extrêmement bénéfiques… mais l’accepteront-ils ? Là est la question… Je profite de ce texte pour rendre hommage au travail de structuration politique fait, en France, par les Gilets Jaunes constituants, qui ont pleinement compris et anticipé cette problématique de fond.

Finalement, les lois naturelles, tellement honnies des globalistes [2], reprennent le dessus et les choses vont entrer dans l’ordre : soit on lutte collectivement pour survivre collectivement, soit on ne lutte pas collectivement et ce sera la fin de la civilisation et de la liberté, y compris celle de vivre et de mourir.

Source : Stratégika

NOTES 

[1] Cela nous rappelle ce qui s’est passé en Tunisie et ailleurs (Égypte, Libye, etc.) lors du sinistre Printemps Arabe. Des criminels de haut vol ont été récupérés par les Islamistes et libérés immédiatement: moyennant des salaires mirobolants, ces criminels ont été recyclés pour devenir des « djihadistes », c’est-à-dire des criminels qui tuent « au nom d’Allah ». Cela veut dire que les normes humaines ne les concernent pas. On a vu (et on continuera de voir) ce qu’ils ont fait (et ce qu’ils feront) en Syrie, en irak, en Libye, en Égypte, en Tunisie, en Europe et ailleurs. Le capo di capi de ces criminels s’appelle Recep Erdogan, et son plus proche lieutenant s’appelle Rached Ghanouchi, président actuel la chambre des députés du Tunistan.  Ce sont les chefs politiques et idéologiques de tous les terroristes islamistes dans le monde. Naturellement, l’Occident le sait et les aime, malgré leurs innombrables erreurs. Mais ils lui rendent tellement de services, qu’il est toujours prêt à les soutenir.

[2] Dans cet article, Valérie Bugault fait gaffe à ses os : elle ne dit pas explicitement qui sont les mondialistes, ces apatrides qui dirigent la City de Londres et la finance internationale.  Pour le lecteur non avisé, et qui n’aurait pas déviné qui sont ces gens qui se cachent derrière le langage prudent de V. Bugault, voici  :

Coronavirus : à ce jour, aucune mort d’un Blanc. Pourquoi les médias n’en parlent pas ?

« En ce qui concerne la  » race « (le gouvernement chinois) est honnête à   tel point que les officiels et journalistes américains devraient rougir de honte. Et l’honnêteté de la Chine ne fait que confirmer que ce n’est pas un virus dont les blancs meurent. »

 

« Si nous voulons éviter les souffrances, la panique et la mort futures – que ce soit à cause de virus ou autre chose – nous devons être comme les Chinois, capables de parler franchement de la race. » Lance Welton (VDARE.com)

 

L’histoire jusqu’à présent: Il n’y a toujours pas de cas confirmé de Coronavirus tuant quelqu’un d’autre que des Asiatiques de souche. Le rapport Drudge d’aujourd’hui (15 février) annonce en FRANCE   LA PREMIÈRE MORT EN DEHORS DE L’ASIE… mais l’histoire sous-jacente, de Bloomberg via Yahoo Finance, dit que la victime était un «touriste chinois de 80 ans». Drudge, bien sûr, ne fait qu’effrayer les clics. Mais pourquoi le reste des grands médias   et l’Establishment médical veulent-ils supprimer une possibilité qui pourrait apaiser les craintes dans le monde: que le coronavirus affecte de manière disproportionnée, et peut-être ne tue que les Asiatiques de l’Est?

Continuez à lire.

Prenant la position exactement opposée à la mienne, le Dr Sanjay Gupta, chef de la Conversation Médicale de CNN, a récemment affirmé que Corona «ne fait pas de discrimination fondée sur la race. Pourquoi le ferions-nous? »

Gupta a posé cette question la plus éveillée au directeur du CDC, le Dr Robert Redfield, en réponse à la décision de l’administration Trump de, selon les mots de Redfield, «de suspendre temporairement les voyages aux États-Unis de personnes qui n’étaient pas des Américains ou des résidents permanents qui avaient été dans la zone chaude au cours des 14 derniers jours.  » Cela va venir: le directeur du CDC avertit que le coronavirus va se répandre aux États-Unis,  probablement après 2020, par Tyler Durden, Zero Hedge, 14 février 2020].

Maintenant, évidemment, c’est un non-sens paranoïaque de prétendre que cette politique de Trump est discriminatoire sur la base de la «race». Les Canadiens d’origine chinoise n’auront aucun problème à entrer aux États-Unis tant qu’ils ne seront pas dans la «zone chaude» lors des deux dernières semaines. En revanche, les Britanniques blancs qui ont été dans la «zone chaude» au cours des quinze derniers jours se verront refuser l’accès aux États-Unis.

Et cela est parfaitement sensé si le virus ne fait pas de discrimination en fonction de la race, car si vous avez été à l’épicentre de l’épidémie de Corona, quelle que soit votre race, vous pourriez transporter cette maladie mortelle aux États-Unis, et il a des chances égales d’avoir un impact sur chaque citoyen américain.

Sauf que, comme je le dis depuis des semaines, la maladie fait apparemment une discrimination raciale. Il existe des différences raciales reconnues depuis longtemps dans la sensibilité aux virus pseudo-grippaux, c’est pourquoi la pandémie de grippe espagnole de 1918 a été beaucoup plus dévastatrice pour les Amérindiens et les Maoris que pour les Blancs (bien que la grippe espagnole, contrairement au Coronavirus jusqu’à présent, ait tué beaucoup d’autres races). Et certains types de grippe semblent être plus meurtriers pour les Asiatiques que pour les Blancs.

C’est la raison pour laquelle, comme je le dis, et je reste le seul à le dire, l’épidémie de SRAS de 2003, à propos de laquelle il y avait une panique similaire, a fini par tuer seulement, ou du moins principalement, les Asiatiques de l’Est.

Je soupçonne que les autorités savent que le Coronavirus fait une discrimination raciale. S’ils ne le savent pas, alors pourquoi le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Ahanom Ghebreyesus, a-t-il déclaré cette semaine qu’il s’opposait aux interdictions de voyager? Zero Hedge l’a cité dans son article ci-dessus:

«Nous réitérons notre appel à tous les pays pour qu’ils n’imposent pas de restrictions qui interfèrent inutilement avec les voyages et le commerce internationaux. De telles restrictions peuvent avoir pour effet d’augmenter la peur et la stigmatisation, avec peu d’avantages pour la santé publique. »

«Peu d’avantages pour la santé publique»? Si Corona ne fait vraiment pas de discrimination fondée sur la race, les avantages pour la santé publique d’interdire aux personnes venant de régions où le virus sévit d’entrer aux États-Unis seraient évidemment énormes. D’un point de vue utilitaire, ils dépasseraient largement l’impact négatif de la perturbation des échanges et quelques Chinois devraient entendre des remarques désagréables sur la consommation de chauves-souris.

Il n’y a qu’une seule façon dont ces restrictions auraient «peu d’avantages pour la santé publique» et interféreraient de manière injustifiée avec «les voyages et le commerce internationaux» – si Corona n’était mortel que pour les Asiatiques du Nord-Est et ne   donnerait à la grande majorité des Américains qui l’attrapent un cas irritant de grippe hivernale.

Si tel était le cas – et ce qui semble être le cas – alors le chef de l’OMS pourrait bien remettre en question la sagesse d’une interdiction de voyager.

Tout en étant naturellement incapable d’être honnête sur le pourquoi.

La crainte du directeur du CDC, Redfield, citée par Zero Hedge, que la maladie devienne un «virus communautaire» endémique aux États-Unis est tout à fait compatible avec cela: elle peut être limitée aux communautés d’origine chinoise.

De même, il y a eu une vague de gros titres la semaine dernière qu’une «femme américaine» était morte de Corona à Wuhan, par exemple. [Une citoyenne américaine décède du virus de Wuhan dans un premier décès non chinois confirmé, Par Youyou Zhou, Quartz, 8 février 2020]. Cependant, l’histoire de Quartz a ajouté:

Scott Gottlieb, ancien chef de la Food and Drug Administration des États-Unis, a déclaré à CNBC: « Nous verrons plus de cas aux États-Unis et beaucoup ne seront pas détectés. » Il a cependant ajouté qu’il ne s’attendait pas à une crise de niveau épidémique en Amérique.

Comment Gottlieb pouvait-il être si sûr qu’il n’y aurait pas d’épidémie aux États-Unis? Peut-être en partie parce que ce virus, comme tous les virus comparables, devient moins virulent lorsqu’il se transmet loin de l’épicentre. Mais plus important encore: peut-être parce qu’il n’y a tout simplement pas autant d’Asiatiques de l’Est aux États-Unis – c’est-à-dire des gens qui sont susceptibles d’être gravement touchés par Corona – et qu’ils ne vont pas le transmettre à d’autres Américains.

On peut assez souligner que l’Américain de 60 ans décédé à Wuhan n’était pas, malgré l’implication du titre Quartz, issu de personnes arrivées sur nos rives du Mayflower. Elle n’avait pas d’ancêtre collatéral pendu à Salem. Elle ne porte aucune culpabilité héréditaire pour ses ancêtres ayant détenu des esclaves en Caroline du Sud. Selon CNN:

    L’ambassade des États-Unis à Pékin a confirmé qu’une ressortissante américaine de 60 ans était décédée jeudi à l’hôpital Jinyintian de Wuhan, tandis que le gouvernement chinois présentait ses condoléances pour la mort d' »une sino-américaine ».

    [La Chine a le jour le plus meurtrier pour le coronavirus alors qu’une ressortissante américaine devient le premier étranger à mourir, par Lily Lee et Joshua Berlinger, CNN, 8 février 2020].

Le gouvernement chinois est peut-être l’un des plus secrets au monde. Mais, heureusement, quand il s’agit de «race», ils sont honnêtes à un degré qui devrait faire rougir les officiels et les journalistes américains. Et l’honnêteté de la Chine ne fait que confirmer que ce n’est pas un virus dont les blancs meurent.

Le coronavirus ressemble à une reprise du SRAS. Et le fait que le SRAS n’a tué que les Asiatiques de l’Est a échappé à l’attention des gens, mérite d’être examiné dans ce nouveau contexte.

Kevin MacDonald  a fait valoir que si la pression sociale et les avantages sociaux sont suffisamment forts, nous pouvons nous forcer – par le biais d’un processus appelé «contrôle efficace» – à croire que les mensonges sont vrais et à nous aveugler en face des faits qui ne sont pas conformes à la vision du monde qu’il est bénéfique d’accepter [Contrôle efficace, traitement explicite et régulation des prédispositions évoluées humaines, par Kevin MacDonald, Psychological Review, 2008].

Cela montre à quel point notre tabou sur la «race» est devenu pathologique . Le déni de race est si fort que d’éventuelles différences raciales dans l’incidence d’une maladie ne peuvent pas être mentionnées, ni même suggérées.

Si nous voulons éviter les souffrances, la panique et la mort futures, que ce soit à cause de virus ou de toute autre chose, nous devons être comme les Chinois, capables de parler franchement de race.

Ceux qui voudraient nous en empêcher – comme Angela Saini, et peut-être Sanjay Gupta – sont littéralement un danger pour l’humanité elle-même.

Source :

STILL No White Deaths from Coronavirus – Why Won’t the Media Talk About This?

Par Lance Welton (VDARE.com)

—————————————————————

 

 

 

 

Trump dit qu’il pourrait déclarer Antifa une organisation terroriste

Donald Trump a averti que le mouvement antifasciste Antifa pourrait être qualifié d’organisation terroriste.

 

Le président a déclaré qu’il était «envisagé» de déclarer le mouvement, composé de groupes de gauche autonomes et d’individus aux Etats-Unis, une organisation majeure du terrorisme.

Cette annonce faisait suite à une résolution proposée par les sénateurs Ted Cruz et Bill Cassidy plus tôt ce mois-ci, qui condamnait le mouvement et demandait qu’il soit qualifié d’organisation terroriste nationale.

Bien que le sérieux avec lequel M. Trump envisage l’idée ne soit pas clair, il a semblé appuyer le mouvement et a déclaré que cela «faciliterait la tâche de la police pour la police».

« Il est envisagé de déclarer ANTIFA, le gauchiste sans gauche de Wack Jobs qui frappe sans relâche des battes de baseball (uniquement des non-combattants) », a-t-il écrit sur Twitter samedi.

Antifa est connue pour son recours à l’action directe, qui peut inclure des dommages matériels, la violence physique et le harcèlement à l’encontre de ceux qu’ils considèrent fascistes, et les membres du mouvement se sont souvent affrontés aux partisans de Trump.

M. Trump a ajouté que la bande criminelle internationale MS-13, à laquelle font souvent référence les républicains dans les débats sur l’immigration, pourrait également être qualifiée de groupe terroriste.

M. Cruz a déclaré qu’Antifa est une organisation « composée de radicaux haineux et intolérants qui poursuivent leur programme extrême par la violence agressive ».

Il a ajouté: «À maintes reprises, leurs actions ont démontré que leur objectif central est d’infliger du tort à ceux qui s’opposent à leurs points de vue. »

Antifa a attiré l’attention en juin lorsque Andy Ngo, un écrivain conservateur, a été attaqué par des antifascistes lors de manifestations à Portland, en Oregon.

M. Ngo a été battu par des manifestants qui s’opposaient à une marche organisée par les Proud Boys, un groupe d’extrême droite patriote.

 

 

 

 

De l’incendie de Notre-Dame et la destruction de l’Occident chrétien…J’accuse!

  • À peine une heure après que les flammes aient commencé à s’élever au-dessus de Notre-Dame – à un moment où personne ne pouvait donner aucune explication – les autorités françaises se sont empressées de dire que l’incendie était un « accident » et que « l’incendie criminel avait été exclu.  » Les propos ressemblaient à toutes les déclarations officielles du gouvernement français après les attentats perpétrés en France au cours de la dernière décennie.
  • L’incendie de Notre-Dame s’est également produit à un moment où les attaques contre des églises en France et en Europe se sont multipliées. Plus de 800 églises ont été attaquées en France rien qu’en 2018.
  • Les églises en France sont vides. Le nombre de prêtres est en baisse et les prêtres actifs en France sont soit très âgés, soit africains ou latino-américains. La religion dominante en France est maintenant l’islam. Chaque année, des églises sont démolies pour laisser la place à des parkings ou à des centres commerciaux. Des mosquées sont construites partout et elles sont pleines.
L’incendie qui a détruit une grande partie de la cathédrale Notre-Dame au cœur de Paris est une tragédie irréparable. Même si la cathédrale est reconstruite, elle ne sera plus jamais comme avant.

 

L’incendie qui a détruit une grande partie de la cathédrale Notre-Dame au cœur de Paris est une tragédie irréparable. Même si la cathédrale est reconstruite, elle ne sera plus jamais comme avant. Les vitraux et les principaux éléments architecturaux ont été gravement endommagés et la charpente en chêne totalement détruite . La flèche qui s’élevait de la cathédrale était une œuvre d’art unique. Il a été dessiné par l’architecte qui a restauré l’édifice au XIXe siècle, Eugène Viollet-le-Duc, qui avait fondé son travail sur des documents du XIIe siècle.

En plus de l’incendie, l’eau nécessaire pour éteindre les flammes a pénétré dans le calcaire des murs et de la façade et les a affaiblies , les rendant cassantes. La toiture est inexistante : la nef, le transept et le choeur sont maintenant en plein air, vulnérables aux intempéries. Ils ne peuvent même pas être protégés avant que la structure n’ait été examinée de manière approfondie, une tâche qui prendra des semaines. Trois éléments principaux de la structure (le pignon du transept nord, le pignon situé entre les deux tours et la voûte) sont également sur le point de s’effondrer.

Notre Dame a plus de 800 ans. Il a survécu aux turbulences du Moyen Âge, au règne de la terreur de la Révolution française, aux deux guerres mondiales et à l’occupation nazie de Paris. Il n’a pas survécu à ce que devient la France au 21 èmesiècle.

 

La cause de l’incendie a jusqu’à présent été attribuée à  » un accident « ,  » un court-circuit  » et, plus récemment, à  » un problème informatique « .

Si l’incendie était vraiment un accident, il est presque impossible d’expliquer comment il a commencé. Benjamin Mouton, ancien architecte en chef de Notre-Dame, a expliqué que les règles étaient exceptionnellement strictes et qu’aucun câble ou appareil électrique ni aucune source de chaleur ne pouvaient être placés dans le grenier. Il a ajouté qu’un système d’alarme extrêmement sophistiqué était en place. La société qui a installé l’échafaudage n’a pas utilisé de soudure et s’est spécialisée dans ce type de travail. L’incendie s’est déclaré plus d’une heure après le départ des travailleurs et aucun d’entre eux n’était présent. Il s’est propagé si rapidement que les pompiers qui se sont précipités sur les lieux dès qu’ils ont pu y arriver ont été choqués . Rémi Fromont, l’architecte en chef des monuments historiques français a déclaré: « L’incendie ne peut pas partir de l’élément où il a commencé. Une véritable charge calorifique est nécessaire pour déclencher un tel désastre ».

Une enquête longue, difficile et complexe sera menée.

La possibilité que l’incendie soit le résultat d’un incendie criminel ne peut être écartée. À peine une heure après que les flammes aient commencé à s’élever au-dessus de Notre-Dame – à un moment où personne ne pouvait donner aucune explication – les autorités françaises se sont empressées de dire que l’incendie était un « accident » et que « l’incendie criminel avait été exclu .  » Les propos ressemblaient à toutes les déclarations officielles du gouvernement français après les attentats perpétrés en France au cours de la dernière décennie.

En novembre 2015, le soir du massacre au théâtre Bataclan à Paris, au cours duquel des djihadistes ont assassiné 90 personnes, le ministère français de l’Intérieur a déclaré que le gouvernement ne savait rien , si ce n’est qu’une fusillade s’était produite. La vérité a été révélée seulement après que l’Etat islamique a revendiqué la responsabilité du massacre.

À Nice, après l’attaque d’un camion en juillet 2016, le gouvernement français a insisté pendant plusieurs jours pour que le terroriste qui a écrasé 86 personnes à mort soit un  » homme souffrant de dépression nerveuse « .

En 2018, le meurtrier de Sarah Halimi, qui avait récité des versets du Coran tout en torturant sa victime, a été déclaré « perturbé mentalement » et placé en détention dans un établissement psychiatrique immédiatement après son arrestation. Il ne sera probablement jamais devant un tribunal. Le 8 avril, Alain Finkielkraut et 38 autres intellectuels ont publié un texte disant que son meurtrier ne devait pas échapper à la justice. Le texte n’a eu aucun effet.

L’incendie de Notre-Dame a eu lieu moins de trois ans après qu’une « unité commando » composée de femmes djihadistes, plus tard arrêtée, ait tenté de détruire la cathédrale en faisant exploser des bouteilles de gaz naturel. Trois jours avant l’incendie de la semaine dernière, le 12 avril, la chef des djihadistes, Ines Madani, une jeune française convertie à l’islam, a été condamnée à huit ans de prison pour avoir créé un groupe terroriste affilié à l’État islamique.

L’incendie de Notre-Dame s’est également produit à un moment où les attaques contre des églises en France et en Europe se sont multipliées. Plus de 800 églises ont été attaquées en France rien qu’en 2018. Beaucoup ont subi de graves dégâts : bris, statues décapitées, tabernacles brisés, excréments jetés aux murs. Dans plusieurs églises, des feux ont été allumés. Le 5 mars, la basilique Saint-Denis, où sont enterrés tous les rois de France, sauf trois, a été vandalisée par un réfugié pakistanais. Plusieurs vitraux ont été brisés et l’orgue de la basilique, trésor national construit entre 1834 et 1841, a failli être détruit. Douze jours plus tard, le 17 mars, un incendiea éclaté à Saint Sulpice, la plus grande église de Paris, causant de graves dommages. Après des jours de silence, la police a finalement admis que la cause était un incendie criminel .

Pendant des mois, des organisations djihadistes ont publié des déclarations appelant à la destruction d’églises et de monuments chrétiens en Europe. Notre Dame a été nommée à plusieurs reprises comme cible principale. Malgré tout, la cathédrale n’était pas suffisamment protégée. Un couple de jeunes hommes, entrés de nuit dans la cathédrale, ont grimpé sur le toit en novembre dernier et ont tourné une vidéo qu’ils ont ensuite diffusée sur YouTube.

De nombreux messages ont été postés par des personnes portant des noms musulmans sur les médias sociaux – Twitter, Facebook, le site Web d’Al Jazeera – exprimant la joie de voir détruit un symbole chrétien important. Hafsa Askar , une migrante marocaine et vice-présidente de l’Union nationale des étudiants de France (UNEF), la principale organisation étudiante de France, a publié un tweet qui disait: « Les gens pleurent sur de petits morceaux de bois … c’est une illusion. des déchets blancs « .

Le président français Emmanuel Macron, qui n’avait jamais mentionné les attentats de Saint-Denis ou de Saint-Sulpice, s’est rapidement rendu à Notre-Dame et a déclaré : « Notre-Dame est notre histoire, notre littérature, notre imagination ». Il a totalement laissé de côté la dimension religieuse de la cathédrale.

Le lendemain soir, il a déclaré que Notre-Dame serait reconstruite dans cinq ans: c’était une déclaration audacieuse. De nombreux commentateurs ont interprété ses paroles comme dictées par sa volonté désespérée d’essayer de regagner la confiance des Français après cinq mois de manifestations, d’émeutes et de destructions résultant de son inefficacité à gérer le soulèvement des « Gilets jaunes ». (Le 16 mars, une grande partie des Champs-Élysées a été endommagée par des émeutiers ; les réparations ont à peine commencé.) Tous les experts s’accordent pour dire qu’il faudra presque certainement plus de cinq ans pour reconstruire Notre Dame.

Macron a étrangement ajouté que la cathédrale serait  » plus belle  » qu’avant – comme si un monument gravement endommagé pourrait être plus beau après sa restauration. Macron a poursuivi en disant que la reconstruction serait un « geste architectural contemporain ». La remarque a suscité l’ inquiétude , voire la panique, des défenseurs des monuments historiques, qui craignent maintenant qu’il veuille ajouter des éléments architecturaux modernes à un joyau de l’architecture gothique. Encore une fois, il a totalement laissé de côté la dimension religieuse de la cathédrale.

L’attitude de Macron n’est pas surprenante. Depuis qu’il est devenu président, il s’est tenu à l’ écart de toute cérémonie chrétienne. La plupart des présidents qui l’ont précédé ont fait de même. La France est un pays où règne une laïcité dogmatique . Un leader politique qui ose se dire chrétien est immédiatement critiqué par les médias et ne peut que nuire à une carrière politique naissante. Nathalie Loiseau – ancienne directrice de l’École nationale d’administration de France et principale candidate sur la liste électorale du parti de Macron, « Republic on the Move », aux élections européennes de mai 2019 – a récemment été photographiée en train de sortir d’une église après la messe, ce qui a conduit à un débat dans les médias sur la question de savoir si sa présence à l’église était un « problème ».

Les résultats de la laïcité française sont visibles. Le christianisme a été presque complètement éliminé de la vie publique. Les églises sont vides . Le nombre de prêtres est en baisse et les prêtres actifs en France sont soit très âgés, soit africainsou latino-américains. La religion dominante en France est maintenant l’ islam . Chaque année, des églises sont démolies pour laisser la place à des parkings ou à des centres commerciaux. Des mosquées sont construites partout et elles sont pleines . Des imams radicaux prosélytent . L’assassinat, il y a trois ans, de Jacques Hamel, un prêtre âgé de 85 ans qui a été massacré par deux islamistes alors qu’il disait la messe dans une église où seulement cinq personnes (dont trois vieilles religieuses) étaient présentes, raconte.

En 1905, le parlement français adopta une loi décrivant la confiscation de tous les biens de l’Église catholique en France . Les églises et les cathédrales sont devenues la propriété de l’État. Depuis lors, les gouvernements successifs ont dépensé peu d’argent pour les entretenir. Les églises qui n’ont pas été vandalisées sont en mauvais état et la plupart des cathédrales sont également en mauvais état. Même avant l’incendie dévastateur, l’archidiocèse de Paris a déclaré qu’il « ne peut pas se permettre toutes les réparations » dont Notre Dame a besoin « , estimées à 185 millions de dollars ». Selon CBS News, dans un rapport du 20 mars 2018:

« Le gouvernement français, propriétaire de la cathédrale, a promis environ 50 millions de dollars au cours de la prochaine décennie, laissant une facture de 135 millions de dollars. donateurs en France et outre-Atlantique.

« Nous savons que les Américains sont riches, alors nous allons dans les endroits où nous pensons pouvoir trouver de l’argent pour aider à la restauration de la cathédrale », a déclaré Picaud.

Le soir de l’incendie de Notre-Dame, des centaines de Français se sont rassemblés devant la cathédrale en flammes pour chanter des psaumes et prier. Ils semblèrent soudain comprendre qu’ils perdaient quelque chose de précieux.

Après l’incendie, le gouvernement français a décidé de commencer à collecter des dons de particuliers, d’entreprises et d’organisations pour la reconstruction. plus d’un milliard d’euros ont été dépensés. Les milliardaires français ont promis de débourser de grosses sommes: la famille Pinault (les principaux propriétaires du conglomérat de distribution Kering) a promis 100 millions d’euros, la famille Arnault (les propriétaires de LVMH, la plus grande société de luxe du monde ), 200 millions d’euros, la famille Bettencourt (propriétaires de l’Oréal), elle aussi 200 millions. Beaucoup de « partis » français ont immédiatement déclaré que les familles riches avaient trop d’argent et que ces millions seraient mieux utilisés pour aider les pauvres que pour prendre soin de vieilles pierres.

Dans un avenir prévisible, le cœur de Paris portera les terribles cicatrices d’un incendie qui a dévasté bien plus qu’une cathédrale. Le feu a détruit une partie essentielle de ce qui reste de l’âme presque perdue de la France et de ce que la France pourrait accomplir lorsque les Français croyaient en quelque chose de plus grand que leur existence quotidienne.

Certains espèrent que la vue de la cathédrale détruite incitera de nombreux Français à suivre l’exemple de ceux qui ont prié le soir de la catastrophe. Michel Aupetit, archevêque de Paris, a déclaré le 17 avril, deux jours après l’incendie, qu’il était convaincu que la France connaîtrait un « réveil spirituel ».

D’autres, moins optimistes, voient dans les cendres de la cathédrale un symbole de la destruction du christianisme en France. L’historien de l’art, Jean Clair, a déclaréqu’il voyait dans la destruction de Notre-Dame un signe supplémentaire d’une « décadence irréversible » de la France et de l’effondrement final des racines judéo-chrétiennes de l’Europe.

Un éditorialiste américain, Dennis Prager, a écrit :

« Le symbolisme de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame, l’édifice le plus renommé de la civilisation occidentale, symbole emblématique de la chrétienté occidentale, est difficile à manquer.

« C’est comme si Dieu lui-même voulait nous avertir de la manière la plus évidente que le christianisme occidental soit en feu – et avec lui la civilisation occidentale. »

Un autre auteur américain, Rod Dreher, a déclaré :

« Cette catastrophe à Paris aujourd’hui est un signe pour nous tous, chrétiens, et un signe pour tous les peuples de l’Ouest, en particulier ceux qui méprisent la civilisation qui a construit ce grand temple pour son dieu sur une île de la Seine où les rites religieux ont été célébrée depuis les jours de la Rome païenne. C’est un signe de ce que nous perdons et de ce que nous ne récupérerons pas si nous ne changeons pas de cap maintenant. « 

Pour le moment, rien n’indique que la France et l’Europe occidentale vont changer de cap.


AU QUÉBEC

 

 

L’égise des Patriotes ,à St-Eustache est un monument historique formidable pour les nationaliste québécois.
C’est ici , le 14 décembre 1838 que les Patriotes se réfugièrent devant l’assaut de l’armée britannique supérieure en hommes et en armes.
Voici l’impact d’un boulet de canon britannique sur la façade de l’égise de St-Eustache.
Les cicatrices de l’église rappellent la véritable histoire du Québec:celle ou à une époque ,les Patriotes avaient une colonne vertébrale et du courage!
Peinture rappelant l’événement…Nous voyons l’église à l’arrière-plan.
En 2019,les citoyens doivent se battre encore contre les autorités politique afin de sauvegarder cette majestueuse église située au centre d’une communauté francophone et fière d’être québécoise.

 

Au Québec,nous avons remarqué qu’un nombre croissant d’églises sont menacées de destruction ou de changement de vocation!Au Québec,au fil des ans de nombreuses églises et édifices religieux catholiques sont devenus des condominiums à appartements,ont été démolis ou pire,sont devenus des mosquées ou lieux de cultes sectaires.Peu d’efforts sont  fait pour préserver notre patrimoine culturel  religieux.C’est devenu raciste que de dire que nous sommes chrétiens:ce n’est plus à la mode que de dire que nous sommes spirituels ou religieux,mais athées…oui!Le Québec est devenu un bûcher ou brûle l’héritage français de notre jeunesse en Amérique!La gauche bolchevique du parti Québec Solidaire préfère défendre les islamistes,les femmes voilées et Addil Charkaoui dans sa mosquée du centre-ville de Montréal!

Triste époque que la nôtre,pour paraphraser Maurice Druon!

Adil Charkaoui

 

Le logo de l’État Islamique apparut au dessus de la mosquée de Montréal en…2014!