Suite à l’éruption solaire massive,Une nuit d’aurores boréales un peu partout au Canada

Les Canadiens amateurs de phénomènes naturels auront la chance d’observer des aurores boréales pour une deuxième nuit consécutive. Selon le Centre de prévision météorologique spatiale de l’agence spatiale américaine (NASA), les particules du soleil pourraient pénétrer dans le champ magnétique terrestre vers le 14 et 15 mai en Amérique du Nord.

Une zone d’activité magnétique autour d’une tache solaire et à l’intérieur de celle-ci est à l’origine du phénomène, explique la communicatrice scientifique au planétarium du Musée du Manitoba, Emily McIntosh.

Dans la nuit de lundi à mardi, une ouverture dans notre champ magnétique a permis aux particules de circuler vers l’intérieur ce qui a produit des aurores boréales qui ont pu être observées jusqu’en Iowa.Il s’agit d’une grave fracture de notre champs magnétique.Ce qui  signifie que de nombreuses personnes  vont en être affectées dans le futur immédiat.

« C’est un phénomène normal qui nous donne l’occasion d’observer une météo spatiale impressionnante », affirme Mme McIntosh.

Le soleil passe par un cycle d’activité tous les 11 ans. Dernièrement, la situation était au calme. Cependant, au cours des deux dernières semaines, le soleil s’est activé ce qui a augmenté les chances de voir de l’activité magnétique sur Terre.

Les aurores boréales sont causées par des particules chargées qui se déplacent le long du vent solaire et interagissent avec différentes molécules de l’atmosphère. De temps en temps, une tache solaire peut propulser ces particules beaucoup plus rapidement vers la Terre.

Habituellement, notre magnétosphère agit comme un bouclier autour de la planète, empêchant la plupart des particules d’y pénétrer, mais de temps en temps, une ouverture dans le champ magnétique se crée.

Emily McIntosh explique que les aurores boréales sont fréquentes dans le nord du Canada, car elles se déplacent le long des lignes de champ magnétique de l’ovale auroral autour des pôles. Parfois, l’ovale se déplace plus au sud, ce qui permet à plus de gens d’assister à un spectacle de lumières.

Le Centre de prévision météorologique spatiale de la NASA prévoit que l’évènement pourrait se produire à nouveau mercredi soir.

Mme McIntosh encourage les gens intéressés par le phénomène à se déplacer vers le nord pour les regarder.

« Vers 2 h ou 3 h, c’est souvent le meilleur temps pour les observer », dit-elle.

Elle conseille également aux gens en milieux urbains de s’éloigner des sources de lumières pour améliorer les chances de contempler le phénomène.

Ceux qui souhaitent prendre les aurores boréales en photo peuvent configurer leur appareil à une exposition de 8 à 15 secondes, avec une sensibilité ISO de 1600 à f / 4 ou moins.

 

 

 

 

Publicités

El Niño, l’enfant terrible du Pacifique, est de plus en plus turbulent

 

 

 

En étudiant des coraux vieux de quatre siècles, des chercheurs australiens ont montré que certaines variantes du phénomène El Niño ont augmenté en nombre au cours des dernières années, tandis que d’autres ont augmenté en intensité.

El Niño est un phénomène climatique étonnamment complexe dont les répercussions sont ressenties partout autour du globe.

Selon certains modèles, le contexte actuel de changements climatiques pourrait augmenter le rythme et l’intensité des « crises » de cet enfant terrible du Pacifique. Or, jusqu’à maintenant, cette affirmation restait difficile à confirmer, puisque les chercheurs n’avaient pas de témoins nous indiquant les cycles d’El Niño avant l’époque où l’on a commencé à prendre des mesures systématiques.

Cela va toutefois changer grâce aux travaux d’une équipe de chercheurs australiens qui ont récemment découvert des archives historiques sur le phénomène El Niño gravées à l’intérieur des coraux.

Ces êtres vivants enregistrent une partie de leur vécu au cœur de leur structure, un peu comme le font les anneaux d’un tronc d’arbre. En « traduisant » ce vécu à l’aide d’une intelligence artificielle, les chercheurs ont pu retracer les faits et gestes d’El Niño au cours des 400 dernières années. Et selon leurs résultats, l’enfant serait de plus en plus turbulent.

Un enfant capricieux

Le phénomène El Niño est difficile à étudier. Cet événement météorologique survient tous les deux à sept ans, et il est caractérisé par une hausse des températures de l’océan Pacifique ainsi que des changements dans les courants marins et aériens de cette région.

Ces changements dans la chaleur et l’humidité augmentent le rythme des événements météo extrêmes et ont des répercussions partout dans le monde. Certaines régions seront frappées par de grands ouragans ou des inondations, tandis que d’autres subiront plus de sécheresses et des feux de forêt.

Image associée

La force et le rythme de ces événements ne sont toutefois pas constants. Certains épisodes, comme celui de 1997-1998, ont entraîné des dommages importants à l’échelle du globe, tandis que d’autres n’ont qu’une faible influence sur les événements météorologiques extrêmes.

De plus, les chercheurs reconnaissent maintenant qu’il existerait deux variantes du phénomène, une qui débute au centre du Pacifique, et une autre qui débute dans l’est de cet océan, chacune touchant plusieurs régions de façon différente.

Jusqu’à maintenant, nos connaissances de l’histoire du phénomène restaient limitées, et les chercheurs ne pouvaient qu’utiliser les données des événements qui ont été mesurés directement au cours du dernier siècle.

Les archives secrètes des coraux

L’étude des coraux va toutefois changer la donne. Ces derniers possèdent un squelette de carbonate de calcium qu’ils assemblent à l’aide de minéraux dissous dans l’océan. Leur composition permet d’en apprendre plus sur la salinité et la température de l’eau où les coraux ont grandi, des informations qui pourraient permettre d’identifier les changements océaniques occasionnés par El Niño.

Or, les modifications subies par les coraux sont infiniment plus complexes que celles que l’on trouve dans les anneaux des arbres, et plusieurs experts croyaient que cette méthode serait impraticable ou même impossible à réaliser.

C’est là que les chercheurs de l’Université de Melbourne se sont tournés vers l’intelligence artificielle. À l’aide d’échantillons de coraux provenant de 27 sites distincts à travers l’océan Pacifique, les scientifiques ont entraîné leur algorithme à reconnaître les modifications des coraux et à les associer aux événements El Niño du dernier siècle dont on connaissait déjà les dates.

Une fois que leur système était capable de faire cette association sans erreur, ils lui ont soumis des données de coraux plus anciens, échelonnés sur les quatre derniers siècles.

Ce faisant, ils ont remarqué que le nombre d’occurrences d’El Niño originaires du centre du Pacifique a plus que doublé durant la deuxième moitié du 20e siècle comparativement aux siècles précédents, passant de 3,5 épisodes par période de 30 ans à 9 épisodes durant la même période.

En ce qui concerne les occurrences d’El Niño débutant dans l’est du Pacifique, leur nombre semble plutôt avoir décliné durant les dernières décennies. Par contre, leur intensité semble suivre la tendance inverse, et les trois derniers phénomènes de ce type à avoir été enregistrés, ceux de 1982, 1997 et 2015, sont parmi les plus puissants El Niño des 400 dernières années.

Selon les chercheurs, cette méthode permet non seulement de mieux comprendre l’histoire du phénomène, mais aussi de mieux prévoir comment il pourrait se comporter au cours des prochaines années. En intégrant de nouvelles données dans les modèles actuels, il sera donc possible de se préparer aux événements météorologiques extrêmes que l’avenir nous réserve.


SOUS L’EFFET D’EL NIÑO, 2019 POURRAIT DEVENIR L’ANNÉE LA PLUS CHAUDE DE L’HISTOIRE

La planète chauffe. Selon plusieurs scientifiques, l’année 2019 pourrait devenir l’année la plus chaude depuis que les températures sont enregistrées. En cause, un probable phénomène El Niño associé au réchauffement climatique. Un record qui pourrait multiplier et intensifier les événements extrêmes comme les sécheresses, les canicules, les inondations…

 

Les années se suivent et sont de plus en plus chaudes. 2015, 2016 et 2017 étaient déjà les années les plus chaudes jamais enregistrées avec des températures moyennes supérieures de 1,2 °C à la période préindustrielle. 2018, à peine terminée, vient d’être classée par Météo France comme année la plus chaude en France depuis le début des mesures en 1900. 

Et selon les scientifiques, plus chaude de l’histoire de l’humanité. En cause : le réchauffement climatique doublé d’un épisode El Niño, un phénomène climatique qui se caractérise par une hausse anormale de la température de l’océan.

« Si un épisode El Nino se concrétise, 2019 sera sans doute plus chaude que 2018 ».

« Au mois d’octobre, les températures de surface de la mer dans l’est du Pacifique tropical semblaient indiquer le retour de conditions associées en général au phénomène El Niño, même si le pendant atmosphérique de ces conditions ne s’est pas encore véritable manifesté », indique l’Organisation météorologique mondiale (OMM). « Si un épisode El Nino se concrétise, 2019 sera sans doute plus chaude que 2018 ».

Résultats de recherche d'images pour « el niño 2019 »

Selon une étude de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA), il y a 80 % de risques qu’un phénomène El Niño se forme et entre 55 % et 60 % de risques que l’événement se poursuive jusqu’au printemps 2019. El Nino pourrait également être retardé et frappé plutôt en 2020. »Je ne suis pas prêt à dire que 2019 sera l’année la plus chaude jamais enregistrée », a déclaré le météorologue Brett Anderson à AccuWeather, « mais je suis assez confiant pour dire qu’elle sera classée parmi les trois années les plus chaudes de l’histoire, indépendamment de la puissance d’El Nino ». 

Des événements extrêmes aggravés par le réchauffement climatique

Le dernier épisode El Niño, qui a pris fin en 2016, est associé au blanchissement de la Grande Barrière de corail, à de graves sécheresses en Afrique ou encore des incendies en Indonésie. Des phénomènes extrêmes aggravés par le réchauffement climatique, ont conclu des chercheurs en août 2018 dans une étude publiée dans Geophysical Research Letters. Plus les températures augmentent, plus les conséquences extrêmes d’El Nino pourraient être fréquentes et intenses.

Or, pour l’instant, les émissions de gaz à effet de serre ne cessent de faire grimper le thermomètre. Selon les experts du groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), au rythme actuel, la température devrait augmenter de 1,5 °C entre 2030 et 2052. Même si l’Accord de Paris est respecté, ce qui n’est actuellement pas le cas, il faut compter sur une augmentation de 3 °C à la fin du siècle.

Cela parait peu mais ces trois petits degrés ont des conséquences dramatiques sur la planète et l’humanité, rendant certaines régions inhabitables. « Chaque degré de réchauffement influe sur la santé humaine, l’accès aux aliments et à l’eau douce, à l’extinction des animaux et des plantes, à la survie des récifs coralliens et à la vie marine », a déclaré la secrétaire générale adjointe de l’OMM, Elena Manaenkova.


 

 

 

 

 

Survivre au Nouvel Ordre Mondial:Contrôler et abolir la consommation de ces aliments qui vous tuent chaque jour

Saviez vous que certains aliments que vous mangez quotidiennement vous tuent chaque jour un peu plus ?  Alors, analysez ce que vous mangez et commencez à faire les bons choix dès aujourd’hui. Essayez d’éviter ou de limiter la consommation de ces aliments autant que possible. Ils entraînent l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie, les maladies cardiaques, le diabète, la maladie d’Alzheimer et même le cancer., sans oublier l’obésité et toute l’anxiété et la dépression qui peuvent l’accompagner.

Les gouvernements néolibéraux ,à la solde du Nouvel Ordre Mondial, ne limiteront  jamais ces aliments toxiques car ils en  récupèrent des taxes et qui plus est,permettent de limiter la population en général!Le Canada et ses gouvernements provinciaux  n’interdiront jamais la consommation de gras saturé,ni certaines variétés de viandes dont on a injecté divers éléments chimiques afin de grossir le volume …et les profits!


Sauce tomate en conserve

La sauce tomate en conserve est un tueur déguisé. C’est une source cachée de sucre et il ne vous viendrait même pas à l’esprit que cela pourrait entraîner un risque accru d’obésité, de diabète, de maladie cardiaque et même de carie dentaire. Pour éviter ces problèmes, utilisez des tomates fraîches pour préparer la sauce vous-même, ou optez pour des tomates en purée sans sucre ni sel supplémentaires et ajoutez vos propres épices. Ou du moins, optez pour des marques qui contiennent moins de sucre et de sodium.

Les sodas

Les boissons gazeuses ou sodas sont vos pires ennemis. Ils peuvent tout gâcher, qu’il s’agisse de votre peau, de votre glycémie, de vos hormones ou de votre humeur. Oubliez le marketing et les étiquettes qui disent que c’est bon pour vous ou qu’il contient des nutriments ou des vitamines. Tout ce qu’il contient, c’est du sucre, des colorants alimentaires et des conservateurs. Et les versions sans sucre ne sont pas meilleures car elles sont remplies d’édulcorants artificiels nocifs. Achetez un mixeur ou un fabricant de jus et faites votre propre jus, s’il vous plaît. Et si les bulles vous manquent, vous pouvez toujours ajouter votre jus de fruits maison à de l’eau pétillante, et voilà

 


Le sucre

Si vous aimez le sucre, il existe des moyens beaucoup plus sains de satisfaire vos envies. Le sucre crée une forte dépendance et, outre le fait d’augmenter votre glycémie et de créer de la graisse, il peut entraîner des maladies cardiaques. Évitez le sucre autant que possible pour réduire le risque de diabète, de cancer, d’obésité, de maladie cardiaque et bien plus encore. Savourez un bol de fruits ou ajoutez du miel à vos recettes au lieu de sucre.

Les charcuteries

Les charcuteries comme le salami, le jambon, le saucisson, etc. sont pleines de nitrates, de sodium, d’agents de conservation et d’additifs. Toutes ces substances peuvent augmenter le risque de cancer, de maladies cardiaques, de diabète et même de problèmes de comportement et d’apprentissage chez les enfants. Pour diminuer les effets négatifs, optez pour les charcuteries de votre boucherie locale plutôt que celles des supermarchés. Ou mieux encore, apprenez à les éviter tout court.

Les huiles végétales

L’huile végétale fait partie de la cuisine et nous n’y pensons même pas à deux fois. Mais certaines de ces huiles sont des OGM et nous n’avons encore aucune idée des effets à long terme que ces produits peuvent avoir. De plus, les huiles végétales contiennent des gras trans dangereux qui peuvent déclencher des maladies cardiovasculaires, l’obésité, le cancer et la maladie d’Alzheimer. Vérifiez l’étiquette et si l’huile est raffinée, évitez-la car elle contient des radicaux libres qui peuvent favoriser la croissance du cancer, accélérer le vieillissement et causer toutes sortes de problèmes. Optez pour des alternatives saines comme l’huile d’olive, l’huile de noix de coco ou l’huile d’avocat.

La margarine

Encore une fois, la publicité est à blamer pour les GRANDES idées fausses sur la margarine. Ce n’est pas sain ! C’est l’un des aliments les plus malsains de votre alimentation. Alors, arrêtez ça ! La margarine est comme une version très mauvaise du beurre fait d’huiles végétales hydrogénées et c’est plus contre nature que vous ne le pensez. C’est de la chimie pure. Alors qu’est-ce qu’il y a de si mauvais là-dedans ? Ce sont les gras trans qui peuvent endommager votre cœur, vos vaisseaux sanguins et altérer votre taux de cholestérol. Passez au beurre pour une alternative plus saine. D’autres alternatives saines sont l’huile d’olive et l’huile d’avocat que vous pouvez étaler sur votre pain. Évitez la margarine, s’il vous plaît !

Hot-dogs

Les hot-dogs et les autres viandes fumées et salées contiennent beaucoup d’agents de conservation qui sont mauvais pour la santé. Le Physicians Committee for Responsible Medicine a comparé les effets de la consommation de hot-dogs aux effets de la cigarette. Si vous n’êtes pas encore convaincu, sachez que les hot-dogs sont riches en sodium et en toxines qui augmentent votre risque de cancer. Si vous ne pouvez pas résister, assurez-vous au moins que vos hot-dogs sont sans produits chimiques et la fameuse saucisse issue de vraies boucheries.

Les chips

Tous les aliments frits contiennent une substance dangereuse appelée acrylamide. Les chips ne font pas exception. L’acrylamide augmente le risque de cancer du côlon, du sein, de la prostate et du rectum. Évitez donc les chips ou faites-en une version plus saine à la maison. Mettez un peu d’huile d’olive sur les pommes de terre tranchées, saupoudrez d’une pincée de sel, et faites cuire au four. Nous vous promettons qu’elles seront délicieuses.

Les vinaigrettes en bouteille

Les vinaigrettes en bouteille sont pleines de sucre, de couleurs artificielles et de sirop de maïs à haute teneur en fructose. Une fois que vous avez noyé votre salade dans ce désastre nutritionnel, vous pourriez aussi bien manger un paquet de chips ou un hot dog à la place. Laissez tomber les vinaigrettes en bouteille et utilisez du jus de citron, du vinaigre de cidre de pomme ou du vinaigre balsamique avec de l’huile d’olive pour une vinaigrette saine.

Les sucres artificiels

Non, ce n’est pas mieux que du sucre. En fait, ils sont souvent pires. Les édulcorants artificiels comme l’aspartame, le néotame, l’acésulfame, le potassium, etc. peuvent contenir moins de calories, mais ils peuvent quand même augmenter le risque de diabète, d’hypertension, de maladie cardiaque et de syndrome métabolique. Vous ne l’avez peut-être pas remarqué, mais de nombreuses gommes sans sucre contiennent de l’aspartame, qui est considéré comme la substance la plus dangereuse au monde. Le sucre a des substituts sains comme le miel, le sirop d’érable et le sirop d’agave, pour n’en nommer que quelques-uns.



L’alcool

Nous sommes désolés de vous l’annoncer, et encore une fois, beaucoup ne seront pas d’accord, mais l’alcool n’a aucun effet bénéfique sur la santé. Il est extrêmement riche en calories, peut causer de la déshydratation, des dommages au foie, un gain de poids, la dépression et des problèmes de peau. Sans parler des mauvaises décisions que vous prenez sous l’influence de l’alcool. Donc, si vous voulez endommager tous vos systèmes, du cerveau au foie en passant par la peau, buvez les paroles des publicitaires et buvez de l’alcool quotidiennement. Sinon, évitez-le définitivement.

Le pain blanc et les farines raffinées

Les céréales sont bonnes, non ? Le pain doit être bon aussi ? Pas si c’est du pain blanc fait avec des farines raffinées. La farine blanche est dépouillée de toutes les fibres nutritives, minéraux et vitamines, et tout ce que vous obtenez, c’est des déchets de céréales mélangés à des produits chimiques pour obtenir la belle couleur blanche. Mais derrière, il y a le risque de prise de poids, de lésions thyroïdiennes et de lésions d’organes. Optez plutôt pour les grains entiers et complets !

Les produits laitiers

Oui, le lait est la première nourriture que nous mangeons dès notre venue au monde. Mais le lait maternel est très différent du lait maternel d’une vache. De plus, en vieillissant, nous développons une intolérance au lactose. Les produits laitiers sont liés à une faible absorption de nutriments, aux migraines, à l’arthrite, au cancer, aux allergies et à l’asthme. Encore une fois, oubliez la publicité et passez au lait de coco ou au lait d’amande, ça a bon goût et ça ne vous tuera pas lentement comme du lait de vache.

Les viandes grillées au barbecue

L’odeur du barbecue est peut être une des plus difficile à laquelle résister, mais vraiment essayez. Les produits chimiques qui pénètrent dans la viande pendant le processus sont associés au risque de cancer du pancréas et du sein. Si vous ne pouvez pas résister, essayez de limiter la consommation de viande cuite au barbecue et pensez à ajouter du romarin à votre hamburger pour réduire la quantité et le nombre de carcinogènes.

Les barres de céréales énergétiques

Les barres énergétiques peuvent être nécessaires pour les athlètes qui ont besoin d’un coup d’énergie rapide, mais si ce n’est pas votre cas, essayez de résister à ces savoureuses bombes caloriques. Les barres énergétiques contiennent beaucoup de sucre, du sirop de maïs à haute teneur en fructose, des agents de conservation et peuvent contenir des gras trans. C’est donc essentiellement des bonbons pleins de calories, de sucre et d’ingrédients artificiels. En d’autres termes, c’est une bombe à retardement.

Les fast-food

Bien sûr, la restauration rapide a bon goût, c’est assez bon marché et c’est partout et bien pratique parfois. Mais qu’est-ce qui le rend si bon ? Ce sont les mêmes choses qui vous tuent lentement : les gras trans, le sucre, le sel, les agents de conservation, les additifs, les colorants et autres produits chimiques qui rehaussent l’apparence et le goût de ces aliments. La restauration rapide peut affecter votre risque de diabète, de maladies cardiovasculaires, de cancer, de troubles de l’humeur, de prise de poids, de troubles métaboliques, etc. Essayez au moins de réduire les fast-foods à une fois par mois.

Le blé

Le blé contient un glucide qui augmente soudainement et considérablement votre glycémie. Cela déclenche une production élevée d’insuline et une prise de poids. Avec le temps, votre pancréas deviendra surmené et vous deviendrez résistant à l’insuline, et vous pourrez alors devenir diabétique. L’hyperglycémie déclenche la production de composés qui accélèrent le processus de vieillissement et vous donnent une peau ridée. Ainsi, vous vieillirez plus rapidement et serez sujet au diabète, ce qui est en soi un gros problème donc limitez là aussi.

Les céréales au petit déjeuner

Encore une fois, il faut blâmer la publicité. Les céréales pour petit-déjeuner ne sont pas inoffensives comme leurs couleurs joyeuses et joyeuses et les jouets à l’intérieur de la boîte pourraient le suggérer. En fait, ils contiennent du sucre, des colorants artificiels, des agents de conservation, des produits à base d’OGM, et ils sont souvent dépouillés des éléments nutritifs qu’ils avaient avant leur transformation. Essayez plutôt des flocons d’avoine avec des fruits frais ou séchés. C’est délicieux, et c’est bon pour vous.

Les jus de fruits dans les grandes surfaces

Ne croyez pas les grosses étiquettes flashy qui font croire que le jus est fait de 100% fruits. La plupart du temps, le secret est dans les petits caractères. Les jus de fruits commerciaux contiennent souvent du sucre ajouté, des colorants, des agents de conservation et peuvent perdre leurs nutriments pendant la pasteurisation. Votre meilleur choix est de trouver un bar à jus local de confiance ou de faire votre propre jus de fruits à la maison. Nous opterions pour cette dernière solution. Amusez-vous et explorez de nouveaux goûts.

Le sel

Le sel joue un rôle important dans la régulation de notre tension artérielle. Si vous mangez trop de sel, vous souffrirez d’hypertension artérielle et serez exposé à un risque accru de maladie cardiovasculaire, qui est l’une des principales causes de décès dans le monde. Alors, n’éliminez pas tout le sel, car votre corps en a encore besoin mais limitez-en la quantité et faites attention à la teneur en sodium des aliments transformés. Seulement 3,75 grammes de sodium par jour est une quantité suffisante et sûre. Tout ce qui comporte plus de 6 grammes pose un risque sérieux pour la santé.

 

Wikipedia Is Now Banned in China in All Languages — TIME

China has expanded its ban on Wikipedia to block the community-edited online encyclopedia in all available languages, the BBC reports. An earlier enforced ban barred Internet users from viewing the Chinese version, as well as the pages for sensitive search terms such as Dalai Lama and the Tiananmen massacre. According to Open Observatory of Network…

via Wikipedia Is Now Banned in China in All Languages — TIME

I’m Being Asked — Ricardo Sexton

What can change in a year? To life, at the edge of a pier In it but not knowing a thing Coming to knock everything Our experiences amuse us Differences ignores choice Potentials can’t doubt a be – Principals taunts the free Happenings, that I never, Heard. Thought (or) Said: Have turned into my lever […]

via I’m Being Asked — Ricardo Sexton

Alerte Tempête solaire : Nos Technologies sont MENACÉES du fait qu’une énorme FISSURE est apparue dans le Champ Magnétique TERRESTRE

Une énorme tempête solaire inattendue qui va frapper la Terre CETTE NUIT pourrait menacer les technologies de notre planète et provoquer des aurores étourdissantes après l’apparition d’une FISSURE dans le champ magnétique de la Terre.

Un déferlement de particules solaires a été repéré par des chercheurs, qui ont averti que la tempête pourrait frapper aujourd’hui-même. La tempête solaire a été décrite comme “modérément forte” et est exacerbée par un petit trou dans le bouclier magnétique de notre planète. La tempête a été classée dans la catégorie G-2, ce qui peut causer une “panne de courant” pour les fréquences radio, ce qui pourrait rendre les communications radio beaucoup plus difficiles, et peut également causer des pannes d’électricité dans les régions situées en haute altitude.

 

Les aurores boréales, qui sont habituellement limitées au cercle polaire arctique, pourront ainsi être observées aussi loin sur le globe que New York et l’Écosse.

Le site de prévision cosmique Space Weather a dit : “Une tempête géomagnétique surprise est en cours pour le 14 mai.”

“Les niveaux de tempête solaire sont actuellement au niveau G2 (modérément fortes), ce qui signifie que des aurores pourraient être visibles dans les États du nord des États-Unis comme le Minnesota, le Michigan et le nord de l’État de New York.”

“La raison de la tempête : Une fissure s’est ouverte dans le champ magnétique terrestre, permettant au vent solaire d’entrer dans la magnétosphère.”

Habituellement, ces tempêtes ne sont pas dangereuses et se produisent le plus souvent en produisant des aurores boréales ou australes.

Cependant, le flux de particules peut parfois être si intense qu’il peut provoquer l’expansion de l’atmosphère terrestre en chauffant sa couche extérieure.

Avec l’expansion de l’atmosphère, les signaux satellites rendent l’accès au sol beaucoup plus difficile, ce qui peut entraîner une perte de la navigation par GPS, des signaux de téléphonie mobile et de la télévision satellite, comme Sky, etc.

De plus, une surtension de particules peut entraîner des courants élevés dans la magnétosphère, ce qui peut entraîner une augmentation de la production d’électricité dans les lignes électriques, ce qui entraîne ainsi de suite des surcharges de transformateurs électriques et de centrales électriques et une perte de puissance en général.

La forte déferlante de particules solaires pourrait aussi causer des aurores boréales.

Les aurores, qui comprennent les aurores boréales et les aurores australes, sont causées lorsque des particules solaires frappent l’atmosphère.

Lorsque la magnétosphère est bombardée par les vents solaires, des lumières bleues éblouissantes peuvent apparaître lorsque cette couche de l’atmosphère dévie les particules.

Source: Express.co.uk, le 14 mai 2019


Mise à jour du 15 mai 2019

La météo spatiale pourrait devenir un peu orageuse à partir de mercredi, alors que le Soleil a lancé hier une nouvelle éjection de masse coronale vers la Terre. Cela signifie que nous avons maintenant deux nuages ​​de plasma en route qui pourraient avoir un impact sur notre planète plus tard cette semaine.Voici des données en temps réel:

STEREO Ahead COR2

 

SDO/AIA 131 Ångström

 

SOHO LASCO C2

 

 

L’indice Kp

0123456789

Kp2

15-18 UTC
Prévisions météo
Aujourd’hui Actif Faible Fort
Hautes latitudes 10% 25% 65%
Latitudes moyennes 30% 30% 15%
Prévisions de l’indice Kp
Maximum prévu
Aujourd’hui Kp5
Demain Kp6
Après-demain Kp5

Ovale auroral

Aurora map

Puissance hémisphérique
Gigawatt15:0018:00201001020©NOAA SWPC – SpaceWeatherLive.comHémisphère Sud12:50 UTC: 8GW
Hémisphère Nord 8 GW
Hémisphère Sud 8 GW

Vent solaire en temps réel

A la vitesse actuelle, le vent solaire prendra 56 minutes pour se propager de DSCOVR à la Terre.
Vent solaire
Vitesse: 444.4 km/sec
km/sec30035040045050017:0018:00Terre©NOAA SWPC – SpaceWeatherLive.com
Vent solaire
Densité: 14.82 p/cm3
p/cm3010203017:0018:00Terre©NOAA SWPC – SpaceWeatherLive.com
Champ Magnétique Interplanétaire
Bt: 8.18 nT
nT02.557.51017:0018:00Terre©NOAA SWPC – SpaceWeatherLive.comMercredi 15 Mai 2019, 15:13 UTC● Bt: 7.67 nT
Champ Magnétique Interplanétaire
Bz: 6.91 nT Septentrional
nT5-10-501017:0018:00Terre©NOAA SWPC – SpaceWeatherLive.comMercredi 15 Mai 2019, 18:07 UTC● Bz: 5.02 nT

Perturbation Tempête Temps Index

Tempête modéréenTDST préditesDST observé-60-40-200204020:0015. Mai04:0008:0012:0016:00MaintenantWDC Kyoto ObservatoryMardi 14 Mai 2019, 19:00 UTC● DST observé: -39 nT

Plus de données

Magnétomètres

nT13:0014:0015:0016:0017:0018:00-200-150-100-50050100150200IRF.se – KirunaMercredi 15 Mai 2019, 12:16 UTC● Déviation de la composante X: -67.3 nT

Nous restons en contact mes ami(e)s…Partagez avec vos autres ami(e)s pour que l’info circule svp!

 

 

 

 

Un nouveau scandale aux relents de Cambridge Analytica pour Facebook

Facebook a intenté vendredi une poursuite contre Rankwave, une firme sud-coréenne qu’il soupçonne d’avoir utilisé illégalement les données de ses utilisateurs à des fins publicitaires.

D’après la plainte citée par CNN, Rankwave a mis en ligne au moins 30 applications sur Facebook entre 2010 et 2019. L’une d’entre elles était une application servant à déterminer la « popularité » d’une personne sur le réseau social et vérifiant le nombre d’interactions qu’elle avait eues avec d’autres utilisateurs.

Le réseau social ne peut pas conclure pour l’instant que Rankwave a bel et bien enfreint les règles en matière d’utilisation des données privées. Les soupçons de Facebook émanent du fait que l’entreprise sud-coréenne a refusé de se soumettre à des vérifications, obligatoires pour tous les partenaires de la plateforme.

L’entreprise de Mark Zuckerberg allègue que Rankwave a utilisé les données d’utilisateurs de Facebook pour « créer et vendre de la publicité ainsi que des plateformes d’analyse marketing », à l’encontre des politiques du réseau social, rapporte CNN.

« Facebook a déjà suspendu les applications les comptes associés à Rankwave, et la plainte d’aujourd’hui demande au tribunal d’appliquer les conditions de coopération de base que Rankwave a acceptées en échange de la possibilité d’exploiter des applications sur la plateforme », a écrit dans un communiqué Jessica Romero, la directrice des litiges et de la mise en application des règles de Facebook.

Rankwave reste muette

Chris Hughes,jeune pdg de Rankwave

Les partenaires de Facebook proposant des applications et des services sur le réseau social peuvent normalement accéder à certaines données des utilisateurs s’ils obtiennent leur accord explicite. L’accès à ces données permet entre autres de se connecter à d’autres services en utilisant ses identifiants Facebook, de jouer à des jeux en ligne et de remplir des questionnaires. Les entreprises n’ont pas le droit de s’en servir pour d’autres raisons.

Facebook croit toutefois savoir que Rankwave a utilisé ces données pour mousser ses affaires en « fournissant des services de consultation à des annonceurs et des entreprises de marketing », indique CNN.

Rankwave n’a pas commenté publiquement la plainte de Facebook. En février dernier, après avoir reçu une mise une demeure du réseau social, Rankwave avait indiqué ne pas avoir enfreint les règles de Facebook.

Retour sur Cambridge Analytica

 

 

Au début de l’année 2018, Facebook a été confronté à un scandale semblable lorsque le sonneur d’alerte Christopher Wylie a révélé que la firme d’analyse de données Cambridge Analytica avait eu accès de manière illégitime à des données d’utilisateurs.

Cambridge Analytica a par la suite utilisé ces données pour mettre au point des modèles de prédictions politiques très avancés, utilisés entre autres dans le cadre des campagnes du Oui au Brexit et de Donald Trump à la présidence des États-Unis.

Résultats de recherche d'images pour « Rankwave »

 

 

 

 

Facebook n’a pas stocké de manière sécurisée les mots de passe. Voici ce que vous devez savoir.

Mark Zuckerberg, directeur général de Facebook. La société a déclaré que des millions de mots de passe de comptes d’utilisateurs avaient été stockés de manière non sécurisée.

 

 

 

 Facebook a déclaré jeudi que des millions de mots de passe de comptes d’utilisateurs avaient été stockés de manière non sécurisée, permettant potentiellement aux employés d’accéder aux comptes des personnes à leur insu.

La société de la Silicon Valley a annoncé la défaillance de la sécurité à peu près au même moment où Brian Krebs, rédacteur en cybersécurité, avait signalé la vulnérabilité du mot de passe. M. Krebs a déclaré qu’un audit de Facebook avait révélé que des centaines de millions de mots de passe d’utilisateurs datant de 2012 étaient stockés dans un format appelé texte brut, ce qui rend les mots de passe lisibles par plus de 20 000 employés de l’entreprise.

Facebook a déclaré qu’il n’avait trouvé aucune preuve d’abus et qu’il commencerait à alerter des millions d’utilisateurs et des milliers d’utilisateurs Instagram du problème. La société a déclaré que les personnes ne seraient pas obligées de réinitialiser leurs mots de passe.

L’échec de la sécurité est un autre embarras pour Facebook, un colosse de 470 milliards de dollars qui emploie certains des experts en cybersécurité les plus recherchés du secteur. Cela s’ajoute à la liste croissante de scandales de données qui ont terni la réputation de Facebook au cours des dernières années. L’année dernière, parmi les révélations selon lesquelles un cabinet de conseil politique aurait eu indûment accès aux données de millions de personnes , Facebook a également révélé qu’une attaque sur son réseau avait révélé les informations personnelles de dizaines de millions d’utilisateurs .

En réponse, la société a déclaré à plusieurs reprises son intention d’améliorer la protection des données des personnes.

« Il n’y a rien de plus important pour nous que de protéger les informations des personnes, et nous continuerons à apporter des améliorations dans le cadre de nos efforts de sécurité en cours sur Facebook », a déclaré Pedro Canahuati, vice-président de l’ingénierie en sécurité et confidentialité de Facebook .

Voici un aperçu de ce que vous devez savoir sur la vulnérabilité du mot de passe et ce que vous pouvez faire.

Stocker les mots de passe en texte brut est une pratique de sécurité médiocre. Cela laisse les mots de passe largement ouverts aux cyberattaques ou aux abus potentiels des employés. Une meilleure pratique de sécurité aurait été de conserver les mots de passe dans un format crypté et indéchiffrable.

Facebook a déclaré qu’il n’avait pas trouvé de preuve d’abus, mais cela ne veut pas dire que cela ne s’est pas produit. Citant un initié de Facebook, M. Krebs a déclaré que les enregistrements d’accès avaient révélé que 2 000 ingénieurs ou développeurs avaient effectué neuf millions de requêtes pour des données contenant des mots de passe utilisateur en texte brut.

Un employé de Facebook aurait pu partager votre mot de passe avec une autre personne qui aurait alors un accès inapproprié à votre compte, par exemple. Ou bien un employé aurait pu lire votre mot de passe et l’utiliser pour vous connecter à un autre site sur lequel vous utilisiez le même mot de passe. Il y a beaucoup de possibilités.

En fin de compte, une entreprise aussi grande, riche et dotée d’un personnel suffisant que Facebook aurait dû mieux se connaître.

Il n’y a pas de moyen facile de savoir. Facebook enquête toujours et commencera à alerter les personnes dont le mot de passe aurait pu être stocké au format texte.

Facebook ne demande pas aux utilisateurs de changer leurs mots de passe, mais vous devriez le faire quand même.

Il existe de nombreuses méthodes pour définir des mots de passe forts. Par exemple, n’utilisez pas le même mot de passe sur plusieurs sites et n’utilisez pas votre numéro de sécurité sociale en tant que nom d’utilisateur ou mot de passe. Vous pouvez également configurer des fonctionnalités de sécurité telles que la vérification en deux étapes.

Il y a quelques autres mesures à prendre. Je recommande également de configurer votre compte Facebook pour recevoir des alertes dans le cas où un appareil non reconnu se connecte au compte. Pour ce faire, accédez aux paramètres de votre application Facebook, appuyez sur Sécurité et connexion, puis sur Recevoir des alertes concernant les connexions non reconnues. À partir de là, vous pouvez choisir de recevoir les alertes via des messages, des courriels ou des notifications.

Un audit des appareils connectés à votre compte peut également être en ordre, de sorte que vous sachiez quels ordinateurs portables, téléphones et autres gadgets ont déjà accès à votre compte. Sur la page Sécurité et connexion de Facebook , sous l’onglet « Où vous êtes connecté », vous pouvez voir une liste des appareils connectés à votre compte, ainsi que leurs emplacements.

Si vous voyez un gadget inconnu ou un appareil connecté depuis un emplacement étrange, vous pouvez cliquer sur le bouton “Supprimer” pour démarrer l’appareil à partir de votre compte.

 

 

 

Le peuple algérien se réveille et remet en jeu le système capitaliste fortement touché

L’ALGÉRIE SE LIBÈRE SOUS NOS YEUX!

VIVE LE PEUPLE ALGÉRIEN!

Résultats de recherche d'images pour « algérie actualité »

 

La situation politique qui prévaut actuellement en Algérie a sérieusement impacté les entreprises françaises qui n’arrivent visiblement pas à faire fructifier leurs affaires, selon l’hebdomadaire français L’Express qui a consacré un dossier de 14 pages à l’Algérie. Le silence règne partout, y compris chez les fleurons français qui ont pignon sur rue à Alger, dont le Medef qui a observé “un silence gêné” après une demande d’interview formulée par cet hebdomadaire.

Idem dans les états-majors des grands groupes français qui se sont donné “un seul mot d’ordre : la discrétion”, indique encore la même source, affirmant qu’“il n’y a pas que sur le terrain de la géopolitique que les relations entre les deux pays sont minées. Sur le front du business aussi, le climat est tendu”. Selon Ruben Nizard, économiste de la Coface, “en une quinzaine d’années, la part des produits français dans le total des importations algériennes a été divisée par deux, tombant à moins de 10% l’an passé contre près de 25% en 2004”.
Autrement dit, analyse-t-il encore, derrière les annonces fracassantes, les investissements français en Algérie ont fondu. Interrogé par ce magazine, un haut dirigeant d’un fleuron français, ayant pignon sur rue à Alger, a répondu : “Il n’est pas question que le nom de l’entreprise apparaisse dans un dossier sur l’Algérie.” Tétanisées par la perte des parts de marché, les entreprises françaises se plaignent du climat des affaires qui prévaut en Algérie et évoquent “la froideur des statistiques qui racontent une autre histoire”. Le magazine cite les exemples de Renault et de PSA qui ont construit des unités d’assemblage de voitures, qu’il qualifie d’“usines tournevis”, et la même source évoque Alstom et la fabrication du matériel ferroviaire. “Le gouvernement a imposé que les trams qui sortent de notre usine intègrent 30% de pièces fabriquées localement”, a expliqué Raphaël Bernardelli, le responsable Afrique de l’entreprise. Ce dernier déplore que les sous-traitants locaux ne soient pas au rendez-vous. Une situation que le président de la Chambre de commerce franco-algérienne, Michel Bisac, qualifie de cauchemardesque. “Ce cauchemar administratif a fait fuir bon nombre de PME”, a reconnu M. Bisac. Mais pour l’hebdomadaire, la corruption constitue le frein majeur dans le traitement des affaires et le partenariat. “À cela s’ajoute une corruption endémique, notamment pour toutes les commandes publiques. Alors que les règles d’éthique se sont durcies dans les grands groupes français, les Bouygues, Vinci ou Bolloré ont quitté le pays”, relève-t-il. Ce magazine révélera que “Vinci aurait même refusé de s’aligner récemment sur un appel d’offres pour la construction de gazoducs.

De fait, tous les grands chantiers d’infrastructures (ports, autoroutes, aéroports) sont trustés par des groupes chinois, plus compétitifs et surtout bien moins regardants sur l’origine des fonds ou les conditions de travail des salariés”. La même source regrette que l’ex-président du FCE, Ali Haddad—qu’il cite par ailleurs—soit “l’interlocuteur préféré des patrons français (…) Il y a mieux comme carte de visite. Il reste que les intérêts économiques entre les deux pays sont considérables”. En revanche, rapporte cet hebdomadaire, “dans l’autre sens, près de 400 entreprises françaises regroupent près de 40 000 salariés en Algérie, faisant de la France le premier employeur privé étranger du pays (…). Quant au géant de la pharmacie, Sanofi, il a annoncé cet automne la construction à Sidi Abdallah de la plus grosse usine de fabrication de médicaments d’Afrique. Montant du projet : 85 millions d’euros”. Tout en déplorant “un protectionnisme ravageur” (règle 51/49, ndlr), l’interdiction d’importation de milliers de produits étrangers et l’instauration de droits de douane prohibitifs, cet hebdomadaire conclut : “Seule solution : plier bagage ou fabriquer sur place.”


L’Algérie, un pays marqué par les crises politiques depuis son indépendance

En Algérie, le climat politique pourrait changer après la démission du président Abdelaziz Bouteflika. Son départ, provoqué par la pression de la rue algérienne, pourrait clore une longue période de crise qui, comme le soulignent nos archives, a commencé pratiquement dès l’indépendance du pays en 1962.

Car si l’Algérie est sortie du joug colonial français en 1962, c’est pour retomber presque immédiatement dans les griffes d’une « clique militaire corrompue ».

Peu après l’indépendance algérienne, le pouvoir est confisqué par un clan qui dirige le pays comme si c’était sa propriété privée.

L’incompétence de cette clique fait sombrer l’économie alors que l’Algérie possède pourtant d’immenses ressources naturelles et humaines.

Pour le peuple algérien, à la misère matérielle s’ajoutent bientôt la guerre civile et la terreur provoquée par l’État et des milices islamistes.

En 1990 et en 1991, les élections municipales et législatives sont remportées par le Front islamique du salut.

Plutôt que de leur céder la place, « le Pouvoir », comme appellent les Algériens le régime, préfère voir le pays s’enfoncer dans une vague de violence et de terrorisme.

Cette flambée de fureur, qui durera presque une décennie, provoquera la mort de 60 000 à 200 000 Algériens, auxquels s’ajoutent des milliers de disparus et près d’un million de réfugiés.

Cet épisode dans l’histoire de l’Algérie a profondément traumatisé les Algériens. Le régime utilise la commotion pour justifier son maintien au pouvoir.

Le président Bouteflika, symbole d’un régime corrompu

Par sa trajectoire, en raison de ses politiques, l’ex-président Abdelaziz Bouteflika est un puissant symbole des tares du régime qui gouverne l’Algérie.

Sa première élection, le 16 avril 1999, fait l’objet d’un reportage de la journaliste Danielle Levasseur au Montréal ce soir qu’anime Christine Fournier.

Élu avec 74 % des voix lors d’un scrutin que ses opposants qualifient de frauduleux et qu’ils boycottent, Abdelaziz Bouteflika promet de revitaliser l’économie et de combattre la corruption.

Du même souffle, il fait cette déclaration surprenante.

Je donnerais des garanties internationales, même à l’argent illicite, s’il devait créer des emplois, faire faire à l’Algérie une épargne de devise.

 Le président Abdelaziz Bouteflika

Pouvait-on croire à la lumière de cette annonce que l’éthique serait placée au cœur du mandat du nouveau président? On peut en douter.

Les milliers d’Algériens qui manifestaient contre l’élection d’Abdelaziz Bouteflika à cette époque-là ne s’illusionnaient guère sur cette question.

Un président muet

En 2011, dans la foulée des printemps arabes tunisien, égyptien et libyen, l’Algérie s’enflamme. Place du 1er-mai à Alger, 10 000 manifestants exigent que le président Bouteflika « dégage ».

La journaliste Émilie Dubreuil relate dans un reportage présenté au Téléjournal du 11 février 2011 qu’anime Pascale Nadeau le soulèvement dans la capitale algérienne.

Mais après quelques jours, l’Algérie retourne dans le silence.

Elle n’est pas la seule.

En 2013, le président Bouteflika est terrassé par un accident vasculaire cérébral.

Résultats de recherche d'images pour « Bouteflika »

Cloué dans un fauteuil roulant, il disparaît de la scène publique. Cela ne l’empêche pas de se représenter pour un quatrième mandat en 2014.

Une nouvelle tentative de décrocher un cinquième mandat fait déborder le vase. La rue exige, et obtient, la démission présidentielle.

Le plus difficile reste maintenant à faire…et la jeunesse algérienne  vient de commencer le « travail »!

 

 

 

 

L’étrange histoire du « Bombardier Fantôme » et des foo fighters

Dessin représentant l’avion durement touchée par la flak allemande.

La Seconde Guerre mondiale a été l’un des plus grands conflits aériens de l’histoire. Les explications concernant les observations de Foo Fighters sur des ovnis sont toujours débattues, mais nul ne peut nier que l’incident du B-17 «Ghost Bomber» était unique en son genre.

Lorsque les enquêteurs ont finalement pu embarquer dans ce mystérieux bombardier qui s’est posé, ils se sont retrouvés avec plus de questions que de réponses. Rien n’aurait pu les préparer à ce qu’ils ont trouvé. Avez-vous déjà vu quelque chose comme ça?

Un avion non planifié traverse l’horizon

Le 23 novembre 1944, une base alliée à Cortonburg, en Belgique, n’a toujours pas été expliquée en détail. Ce jour-là, un bombardier américain B-17G était en train de se rapprocher de trois positions de canon antiaérien allié et semblait devoir être touché.

Les soldats au sol ont pu se rendre compte que le train d’atterrissage du bombardier était sorti et, à cause de la façon dont il volait, ils ont supposé que l’avion avait été endommagé ou que certains membres de l’équipage avaient été blessés. Il arrivait rapidement et le bombardier de 35 000 livres tombait du ciel juste au-dessus d’eux. Ils ont frappé le pont et se sont préparés à l’impact en maudissant le pilote de l’avion.

L’atterrissage difficile a indiqué qu’il y avait eu des problèmes

Plusieurs soldats américains vérifient l’aile endommagée,une fois l’appareil au sol.

Le bombardier a à peine dégagé les positions de l’arme et a frappé le sol comme un caillou. Le bombardier géant a commencé à rebondir en raison de la force extrême de l’impact, ce qui a provoqué le décollage de l’avion et la destruction d’une des ailes contre le sol. Des morceaux de l’hélice ont été projetés violemment dans les airs, comme des météores, alors qu’ils filaient dans le sol.

À une centaine de pieds de la position du canon, le bombardier lourd s’est finalement arrêté. Les moteurs qui fonctionnaient continuaient à fonctionner et les témoins retenaient leur souffle. Ils attendirent et attendirent encore, mais aucun équipage ne sortit de la Forteresse Volante. Les soldats sur le sol ont commencé à se demander: « Où est l’équipage? »

L’équipage s’est approché avec précaution… ils ne savaient pas à quoi s’attendre

Voici la photo originale du fameux bombardier fantôme,peu après son atterrissage.

Cinq minutes passèrent et aucun équipage ne sortit. Puis dix et quinze minutes sans signe de vie. Les hommes sur le terrain ne savaient certainement pas quoi penser et ne savaient certainement pas comment aider. Aucun appel d’urgence de l’avion n’a annoncé son arrivée imprévue, et les hommes aux positions de tir étaient inquiets dès le début.

Après tout, il s’agissait de la Seconde Guerre mondiale et les deux camps avaient eu recours à une tactique sournoise et arriérée. L’avion se trouvait étrangement dans le champ. L’anticipation a commencé à croître alors que les trois moteurs restants ont continué à faire tourner leurs hélices. Après 20 minutes, finalement, un major britannique du nom de John V. Crisp décide d’enquêter, mais même Crisp est nerveux et extrêmement prudent dans ses recherches.

La recherche commence

L’anticipation a continué de croître alors que les trois moteurs fonctionnels ont continué à faire tourner leurs hélices. Toujours aucun mouvement, et toujours aucune trace de l’équipage. Le temps était compté, alors le major Crisp commença à fouiller l’extérieur de l’avion. Ce n’était pas parce qu’il cherchait quelque chose, mais parce qu’il n’était pas aviateur et qu’il lui fallait une minute pour comprendre comment entrer.

Le major Crisp était un officier de l’armée britannique et il a été campé à proximité avec le reste de son unité. Il n’était pas un aviateur, comme il était dans l’armée, il lui a donc fallu quelques minutes pour localiser la trappe d’entrée sous le fuselage. Il était seul quand il entra et était sur le point de découvrir quelque chose d’incroyable à propos de cet avion.

Il n’y avait pas d’âme à bord

Le major Crisp était inquiet dans ses recherches, car il s’attendait à retrouver des hommes morts ou mourants parmi l’équipage. Pourquoi personne ne sortirait-il de l’avion? Le major Crisp a poursuivi sa course à travers le mince fuselage qui contenait généralement la plupart des dix membres d’équipage d’un B-17G.

Le major découvrit des tablettes de chocolat à moitié mangées et commenta plus tard que «la preuve d’une occupation relativement récente était omniprésente», mais que même dans le fuselage étroit du B-17G, il ne trouvait personne. Ce qu’il a trouvé, ce sont douze paquets de parachute qui n’ont pas été utilisés, ce qui est étrange, car sa recherche a révélé qu’il n’y avait pas une seule âme à bord de l’avion.

«La forteresse fantôme»

Le major Crisp est resté la seule personne à bord pendant qu’il continuait à chercher des indices sur ce qui était arrivé à l’équipage. Il se dirigea vers le cockpit et ne remarqua rien de suspect au joug. En d’autres termes, l’avion avait non seulement réussi à voler lui-même, mais aussi à atterrir.

Après quelques essais et erreurs, le major Crisp a réussi à éteindre les moteurs de l’avion. Il se dirigea également vers le journal de bord de l’avion et remarqua quelques mots qui y étaient griffonnés. Mais où était l’équipage? L’enquête qui s’ensuivrait laisserait perplexes les forces alliées et le mot « La forteresse fantôme », comme l’ appelait le magazine Stars and Strips , commença à circuler.

L’enquête commence

La chaîne de commandement a été alertée par l’incident et une enquête a été ouverte immédiatement, les commandants craignant le pire pour l’équipage. Pour compliquer encore les choses, le B-17G qui s’est posé n’avait même pas de nom. Le major Crisp a ensuite signalé l’incident à ses supérieurs et une équipe a été envoyée pour enquêter.

Les enquêteurs sont arrivés sur le bombardier et ont trouvé le numéro de série de l’avion, ce qui a permis aux commandants de la 8 e Air Force de l’identifier comme faisant partie du 91 e Bomber Group, qui était un contingent de B-17G opérant à East Anglia. Angleterre. L’avion avait effectivement décollé de là avec son équipage, mais maintenant ils avaient disparu.

L’équipage était localisé

Une fois que l’escadron et l’avion ont été identifiés, des questions ont commencé à tourbillonner autour de l’équipage et de ce qu’est devenu le. L’avion était jonché de preuves qu’ils étaient à bord, à un moment donné. La couverture du site de bombardement de Sperry a été retirée, ce qui était typique lorsqu’un bombardier effectuait un bombardement.

OVER GERMANY — B-17 Flying Fortresses from the 398th Bombardment Group fly a bombing run to Neumunster, Germany, on April 8, 1945. On May 8, Germany surrendered, and Victory in Europe Day was declared. (Courtesy photo)

Les parachutes étaient le plus grand mystère et, même s’ils étaient à bord, un peu plus tard, tous les hommes ont été localisés; Tous les dix étaient en vie et bien portés dans une base aérienne en Belgique. Les enquêteurs ont été complètement déconcertés par ce qu’ils ont découvert et ont approfondi leur mystère.

La mission leur a fait survoler l’Allemagne

La mission du B-17G était de bombarder la raffinerie de pétrole de Leuna à Merseburg, en Allemagne, une cible dangereuse étant donné son emplacement en Allemagne de l’est. À ce stade de la guerre, les alliés martelaient des cibles allemandes 24 heures sur 24.

Les Britanniques ont bombardé des cibles allemandes de nuit, tandis que des équipages de bombardiers américains venus d’Angleterre et d’Italie ont bombardé la journée. Parce que la précision des bombardements était un tel problème, les planificateurs de la guerre américains ont insisté pour que les missions à la lumière du jour donnent des coups plus précis. Cela rendait les bombardiers américains beaucoup plus vulnérables et, après avoir fouillé l’aéronef, Crisp trouva un journal de bord dans la station de navigation qui indiquait «Bad Flak».

La soute à bombes a été touchée

 

Le lieutenant Harold R. DeBolt était le pilote du B-17G et, même si l’avion était neuf, il était un pilote expérimenté. Le bombardier a fait le voyage en Allemagne très bien jusqu’à ce que le groupe commence sa campagne de bombardement. Pour une raison quelconque, l’avion n’a pas pu garder l’altitude avec le reste du groupe.

C’est alors que des tirs antiaériens allemands se sont abattus sur le bombardier volant à basse altitude et ont frappé deux fois. La soute à bombes a subi un coup direct et, par miracle, elle n’a pas déclenché les bombes. «Nous avons été touchés dans la soute à bombes», a déclaré le lieutenant DeBolt. « Je serai damné si je sais pourquoi les bombes n’ont pas explosé. »

Ils ont dû faire demi-tour, seuls

 

 

Un moteur aurait également été endommagé par un tir direct à la flamme alors que l’avion était en approche pour atterrir et que les quatre moteurs fonctionnaient toujours. L’équipage savait qu’il était en difficulté lorsqu’il volait à basse altitude, seul et en territoire ennemi.

Le temps avait été terrible toute la journée et l’avion avait volé dans des nuages ​​blancs. Le climat en Europe, tout comme le climat politique, était terrible en 1944 et, avec cela, un moteur en panne et un soute à bombes défectueux, le lieutenant DeBolt a décidé d’abandonner le tir et de retourner à sa base d’East Anglia, en Angleterre. .

Un deuxième moteur s’arrête

Le lieutenant DeBolt a ajouté autant de puissance que possible aux moteurs, mais son avion a continué à perdre lentement de l’altitude. Il a ensuite ordonné à l’équipage de larguer tout son matériel. Ils ont fait comme ordonné mais l’avion a continué à tomber.

Les membres de l’équipage espéraient que l’avion pourrait regagner leur base aérienne, mais leur situation paraissait de pire en pire. Puis, tout à coup, un deuxième moteur s’arrêta de tourner, ne laissant aucun choix au lieutenant DeBolt; il allait devoir donner l’ordre d’abandonner. Il a dirigé l’avion en direction de Bruxelles et a ordonné à l’équipage de préparer ses parachutes.

Les parachutes étaient toujours à bord

 

L’avion avait du mal à conserver son altitude une fois touché, et le pilote Harold R. DeBolt a fait demi-tour et est retourné en Angleterre. Lorsqu’un second moteur a été compromis et qu’il a cessé de fonctionner, DeBolt savait que l’avion ne pourrait jamais traverser la Manche.

Il a ensuite tracé un cap pour Bruxelles, en Belgique, où se trouvait le quartier général de la 8 ème Force aérienne. L’équipage est sorti de l’appareil et DeBolt a été le dernier à partir. Il a mis l’avion en pilote automatique et a sauté. Ils prévoyaient que l’avion succomberait à ses blessures et s’écraserait au sol.

L’avion aurait parcouru des kilomètres par ses propres moyens

Les rapports d’un avion volant seul n’étaient pas inconnus dans la Seconde Guerre mondiale, mais un B-17G sur deux moteurs avait très peu de chance de rester en l’air. L’équipage a vu l’avion s’envoler, mais une couverture nuageuse épaisse lui a fait perdre de vue le bombardier. À l’insu de l’équipage, l’avion était toujours dans les airs au moment où il a touché le sol.

 

Il est assez incroyable que l’avion ait parcouru des kilomètres à lui seul avec une demi-cylindrée, mais cela semble être ce qui s’est passé. Le commandant de bord a annoncé que son équipage avait largué l’aéronef près de Bruxelles, en Belgique. Pour les enquêteurs, ce n’était pas une explication soignée et ordonnée. Il restait encore de nombreuses divergences à résoudre.

La plus grande question de tous

Il y avait un équipage sans parachute, un avion qui faisait des kilomètres avec des moteurs blessés et des anomalies dans le rapport d’enquête – toutes obscures et pâles par rapport à la partie la plus incompréhensible de tout cela, l’histoire du bombardier fantôme.

 

Les chances qu’un avion sans nom se rende si loin et atterrissent par lui-même ne sont pas moins infimes. De tous les endroits, angles, approches et points d’atterrissage potentiels (qui aurait pu être au milieu de la chaîne anglaise), il est époustouflant de voir l’avion atterrir comme s’il savait comment atterrir lui-même, ce que tout pilote vous dira est absurde.

 

 

Il y avait des rapports contradictoires sur ce qui s’est passé

Une partie du mystère entoure la question de savoir pourquoi des rapports contradictoires ont été rapportés entre ce que les soldats au sol ont vu après l’atterrissage de l’avion et la version des événements de l’équipage avant l’avortement de leur mission. L’équipage a signalé qu’au cours de sa mission, un moteur avait été détruit et un autre avait été arrêté.

 

Cependant, les soldats au sol ont signalé que les quatre moteurs étaient intacts (jusqu’à ce qu’un seul soit détruit à l’atterrissage) lorsque l’avion a effectué son approche. Bien que les deux comptes aient été enregistrés lors de l’enquête officielle, la contradiction n’a jamais été résolue. Y avait-il un trou dans l’histoire de l’équipage?

Les soldats qui ont trouvé l’avion n’ont peut-être pas été correctement entraînés

Une autre différence qui n’a jamais vraiment été résolue est le fait que l’équipage a déclaré avoir été touché par un tir ennemi, raison pour laquelle il a estimé nécessaire d’abandonner l’avion. Cependant, le major Crisp et les autres soldats n’ont signalé dans l’avion aucun dégât physique susceptible de justifier l’allégation de tir par l’ennemi.

 

Cependant, compte tenu de l’atterrissage brutal et non piloté de l’avion, une des explications possibles de cette divergence est que Crisp et les autres soldats n’étaient pas formés pour identifier la différence entre les dommages causés par les tirs ennemis et ceux subis par l’avion en raison de son atterrissage brutal.

Les parachutes étaient toujours à bord

Si l’histoire de l’équipage est vraie, il est étrange que le major Crisp ait trouvé tous les parachutes à bord. S’il est plausible qu’ils décident d’abandonner l’avion s’ils pensent que celui-ci a subi trop de dégâts sous le feu ennemi, il est difficile de comprendre comment ils ont évacué l’avion sans parachute.

 

Malheureusement, le rapport officiel ne résout pas cet écart, de sorte que nous ne pourrons peut-être jamais savoir pourquoi les parachutes ont été laissés pour compte. Sinon, comment l’équipage de l’avion aurait-il pu survivre en sautant d’un avion s’il n’avait pas utilisé les parachutes? La seule réponse possible est que Major Crisp a peut-être identifié des paquets de parachute qui ne contenaient pas de parachute (car ils étaient utilisés). Mais le rapport ne le rend pas officiel, donc nous ne le saurons peut-être jamais.

 

La forteresse volante B-17 est un avion robuste

Peut-être que le major Crisp s’est trompé, et peut-être que les soldats sur le terrain l’ont également fait, mais il n’en reste pas moins que le B-17G a réussi à se poser. Le B-17G était un avion très robuste et pouvait supporter une quantité considérable de punition. Le lieutenant Debolt a peut-être senti qu’il faisait ce qu’il y avait de mieux pour son équipage, mais son avion était déterminé à les ramener tous à la maison.

Image associée

La B-17 sur la photo ci-dessus était également déterminée à ramener son équipage à la maison. Il suffit de regarder les dégâts qu’il a absorbés sur son moteur gauche et avec seulement 1 1/2 ailes, il a réussi à atterrir. Mais au moins, cet avion avait un pilote et un équipage qui l’a amené. Les avions ont des fonctions de pilote automatique, mais pas la capacité d’atterrir automatiquement!

Était-ce un miracle?

De toutes les façons dont cette incroyable histoire aurait pu se terminer, il semble que ce fût le meilleur scénario. Après tout, l’équipage a réussi à s’en sortir en toute sécurité, et l’avion endommagé n’a causé aucune autre destruction lorsqu’il est redescendu vers la Terre.

 

Inutile de dire que beaucoup d’histoires pendant la guerre ne se sont pas bien terminées. C’était peut-être un signe pour les Alliés, au plus fort de la guerre, que le destin leur était réservé, à un moment où il aurait pu sembler que tout espoir était perdu.

Mais les mystères de la Seconde Guerre mondiale ne s’arrêtent pas là, car plusieurs équipages aériens ont été confrontés à une incidence sans explication. 

Autres observations mystérieuses de la seconde guerre mondiale

Le niveau d’activité et de destruction au cours de la Seconde Guerre mondiale était trop vaste et cataclysmique pour que chaque incident, personne et action fasse l’objet d’une enquête appropriée. Après la guerre, les efforts étaient davantage axés sur la reconstruction que sur l’explication. Telle est la nature de la guerre – parfois, nous n’obtenons pas la réponse que nous recherchons.

 

Le bombardier fantôme n’était pas le seul événement bizarre survenu pendant la guerre. Il y a eu de nombreuses autres observations, parfois observées par des groupes entiers de personnes, inexpliquées à ce jour. Un de ces récits, qui est apparu de manière répétitive, est celui de mystérieuses orbes volantes, rapportées par de nombreux pilotes combattant pour les deux camps.

Les combattants de nuit

De nombreux récits d’avions volants non identifiés durant la Seconde Guerre mondiale ont été repérés par des avions de combat de nuit. Les chasseurs de nuit, comme leur nom l’indique, étaient des avions dotés de spécifications qui les rendaient aptes au combat de chiens dans l’obscurité de la nuit. Les avions avaient souvent des moteurs jumelés et étaient un peu plus lourds que leurs homologues de jour (par exemple, le P-51 Mustang américain et le Britannique Supermarine Spitfire).

 


Contrairement à la quasi-totalité des avions de la Seconde Guerre mondiale, ils étaient équipés d’un radar, ce qui leur permettait d’identifier des bogeys utilisant leur équipement au lieu de devoir repérer un avion ennemi ou de s’appuyer sur des installations radar au sol à des centaines de kilomètres.

Quelque chose d’étrange dans le ciel

Le Beaufighter en chasseur de nuit.

À peu près au même moment que le mystérieux atterrissage du bombardier fantôme, un équipage  américain d’un chasseur de nuit a repéré quelque chose d’inexplicable. Leur Bristol Beaufighter, un avion britannique, était équipé d’un radar avancé et, selon leurs instruments, tout semblait normal. Le radar n’enregistrait aucun objet étranger à proximité, mais il pouvait clairement voir quelque chose devant.

L’observateur-radar Donald J. Meiers.

L’équipage de trois personnes se composait de trois pilotes hautement qualifiés: Edward Schlueter, l’observateur radar Donald J. Meiers et l’officier du renseignement Fred Ringwald. Ils ont décrit ce qu’ils ont observé comme «huit à dix feux orange vif de l’aile gauche… volant dans les airs à grande vitesse».

 l’acte de disparition

Meiers a appelé par radio les unités de contrôle au sol et elles ont confirmé la lecture de son radar: il n’y avait rien. Son radar ne fonctionnait pas mal. Ils étaient en mission de combat en Allemagne, alors Schlueter décida de regarder de plus près. Les objets étaient visibles depuis plusieurs minutes et Schlueter tourna l’avion dans leur direction.

 

Tout à coup, comme si quelqu’un appuyait sur un interrupteur, les lumières se sont éteintes. L’équipage était déconcerté. Puis les lumières ont réapparu, cette fois plus loin, puis ont de nouveau disparu. Meiers a donné aux objets un nom qui serait souvent utilisé en 1944 et 1945. Il les a appelés: Foo Fighters

Où il y a foo, il y a le feu

La fameuse bande dessinée qui a inspirée le nom de « foo fighter »!

 

Meiers était un lecteur assidu du dessin animé «Smokey Stover», et «foo» était un mot que Smokey Stover employait souvent lorsqu’il disait: «Là où il y a des foo, il y a du feu». , il semblait y avoir du feu. Il s’agit de la première utilisation connue du terme Foo Fighters (ne pas être la dernière grâce à son génial M. Dave Grohl, qui a emprunté le terme pour le nom de son groupe) en termes de description d’un objet volant non identifié.

 

Les explications abondent quant à leur véritable nature et aucune d’entre elles ne satisfait pleinement les hommes du 415 e Escadron d’opérations spéciales, dont Meier et son équipage faisaient partie. Ils étaient responsables de plus d’observations de Foo Fighter que toute autre unité de la Seconde Guerre mondiale.

Entrées dans les journaux de guerre

Le journal de guerre officiel de la 415ème contient de multiples rencontres avec des objets inexpliqués. Les rapports d’objets volants non identifiés remontent à septembre 1941, mais il y eut une très forte hausse en décembre 1944. Un grand nombre de ces observations ont été consignés dans des documents officiels.

Le journal de guerre pour le 415 e anniversaire du 15 décembre se lit comme suit: «Nous avons vu un feu rouge brillant à 2 000 pieds (est) à 200 milles à l’heure dans les environs d’Erstein. En raison de l’échec de [l’interrogateur alternatif], le contact n’a pas été trouvé, mais il a été suivi à vue jusqu’à ce qu’il soit éteint. Impossible de s’approcher suffisamment pour identifier un objet avant sa sortie. ”

Les lumières semblaient les suivre

Le 18 décembre, le journal rapporte un incident similaire, mais cette fois, il s’agissait de plus d’une lumière. « Dans la région de Rastatt, nous avons observé cinq ou six feux rouges et verts en forme de » T « qui suivaient [les avions] dans les virages et se fermaient à 1000 pieds. » ou autre chose.

«Les lumières ont suivi pendant plusieurs kilomètres, puis se sont éteintes. Nos pilotes ont nommé ces mystérieux [illisibles] qu’ils rencontrent en Allemagne la nuit, « Foo-Fighters ». . « 

Des pilotes ont déclaré avoir été poursuivis par les foo fighters

Le 23 décembre, un pilote de Beaufighter et son équipage ont couru l’un de ces incidents. Le pilote a d’abord repéré «deux lueurs orange» s’avançant rapidement vers son avion depuis le sol. Il a appelé par radio et cette fois, le radar au sol a été en mesure de capter les objets.

Les «lueurs» se sont stabilisées et ont poursuivi son avion. Le pilote a effectué des virages serrés à gauche et à droite et a même tenté de les perdre en piqué raide, mais il ne pouvait rien faire pour les secouer. Au bout de deux minutes, les lueurs disparurent sous un contrôle parfait et bientôt ne furent plus visibles.

Les lumières étaient rapides et agiles

Ce qui est devenu si alarmant à propos des Foo Fighters, c’est qu’ils étaient sensiblement plus rapides que les avions britanniques. De plus, chaque fois qu’un pilote essayait de créer un meilleur contact, les Foo Fighters s’envolaient et étaient toujours capables de les distancer. Le plus troublant était peut-être leur capacité à exécuter des manœuvres qui étaient décidément impossibles pour les avions de l’époque.

Dans une entrée de la nuit de la veille de Noël 1944, le journal de guerre du 415th Squardon disait: «Observé un objet rougeoyant qui tirait droit vers le haut. Il a changé soudainement un plan [ sic ] d’un point de vue [avions] faire une aile plus et d’ entrer dans une plongée et disparaître  » .

Quand la presse a appris

Les équipages des avions commençaient à parler et, lorsque le public eut vent de l’événement, de nombreux rapports expurgés furent publiés dans diverses publications. Ils ont parlé des objets, mais ils n’avaient pas tout à fait les détails des descriptions des équipages aériens. Un de ces incidents, rapporté par un autre opérateur radar, a déclaré:

«J’avais fréquemment détecté une cible sur l’écran radar qui semblait être un avion conventionnel. Mais… lorsqu’il était suivi, il s’accélérerait à une vitesse fantastique, ce qui rendait impossible l’établissement d’un taux et encore plus difficile à identifier. Nous les avons donc appelés «fantômes» »


Explications « rationnelles » possibles de l’US ARMY

L’armée américaine a enquêté sur ces incidents et leurs conclusions ne sont pas tout à fait exactes. Un pilote de B-17 poursuivi par un chasseur Foo (ce qu’il appelait «un petit disque») pendant plus de 250 km a décrit sa rencontre avec un agent du renseignement et le pilote a raconté l’explication qu’il avait donnée.

 

«C’était un nouveau chasseur allemand, mais [il] ne pouvait pas expliquer pourquoi il ne nous avait pas tiré dessus, ou s’il indiquait notre cap, notre altitude et notre vitesse, pourquoi nous n’avions pas reçu de tirs anti-aériens.» Le jour même, bien que les orbes aient été repérés par beaucoup, aucun d’entre eux n’a causé de dégâts ni n’a attaqué les avions qui les ont repérés.

Explication possible n ° 1: le feu de St. Elme

Une autre explication donnée aux équipages aériens était un phénomène naturel connu sous le nom d’incendie à St. Elmo. Le feu de St. Elmo a été découvert à l’origine sur des navires, lorsque le grand mât produisait un feu semblable à un sentier généralement associé à des orages ou lorsque des courants électriques étaient dans l’air.

Le phénomène se produit à bord d’avions dans le même type de conditions, créant souvent une traînée de feu au bout de leurs ailes. Mais cette explication n’a pas convaincu les pilotes, car elle n’indiquait pas pourquoi les phares étaient plus maniables que tout ce qu’ils avaient vu auparavant. Si c’était le feu de St. Elmo, il venait d’un avion et les pilotes étaient convaincus que les foo fighters n’étaient pas des avions traditionnels.

Explication possible n ° 2:  éclair en boule

Un des autres problèmes de l’incendie de St. Elme est qu’il apparaît le plus souvent comme un traqueur ou un météore, et non comme une forme de sphère rapportée par les pilotes. Cependant, un autre phénomène naturel appelé «éclair en  boule» apparaît dans les sphères et ressemble plus aux rapports du pilote.

Les cas de foudre en boule dans l’histoire sont incroyables. Les grandes éclairs menant à des explosions sont typiques, et certains ont même tué des gens. Mais le phénomène est de très courte durée et ne se comporte jamais comme les lumières brillantes que les pilotes ont vues derrière les avions. Les pilotes ont rejeté ce phénomène naturel comme une explication possible.

Explication possible n ° 3: Silver Balls

Le phénomène météorologique n’était pas la réponse recherchée par les pilotes et, naturellement, leur curiosité s’est tournée vers leur ennemi de la guerre: les Allemands. Un reportage publié en décembre 1944 décrit les efforts de l’Allemagne pour perturber les systèmes de guerre radar et électronique alliés.

www.saturdaynightuforia.com

Les Allemands lâcheraient des balles « argentées » et « métalliques » dans le ciel. C’était après avoir utilisé de minuscules bandes d’aluminium libérées dans l’air pour tenter de perturber le radar. Les Allemands utilisaient les boules d’argent à peu près au même moment, mais aucun pilote au 415 e n’a jamais conclu que c’était ce qu’ils voyaient.

 Explication possible n ° 4: Feuerball / Kugelblitz

Ce n’est un secret pour personne que les Allemands ont dépensé de nombreuses ressources pour développer des «armes miracles» au cours de la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre, un major de l’armée allemande a écrit sur deux de ces armes. Le major Rudolf Lusar a affirmé que les Allemands avaient créé Feuerball et Kugelblitz, de minuscules avions à réaction télécommandés.

 

…Des inventions allemandes

Un certain nombre de brillants scientifiques et ingénieurs allemands travaillaient sur des engins volants en forme de disque, dont beaucoup utilisaient des techniques traditionnelles de propulsion de fusée / jet … mais certains, apparemment, utilisaient des méthodes bien avant les techniques connues à l’époque. Aujourd’hui, le 
Vol d'essai d'un disque volant nazi
 Dr Richard Miethe, dont le groupe aurait construit des soucoupes à Breslau, est venu au Canada après la guerre et a collaboré à la conception de soucoupes avec la société AV Roe, dans le cadre d’un projet conjoint 
 canado-américain qui  fit naître une soucoupe fonctionnelle de type « aéroglisseur ». La plupart des chercheurs considèrent aujourd’hui la «soucoupe» de Roe comme une diversion. Sur quoi travaillait vraiment Miethe?

 

 Le Dr Viktor Schauberger, qui travaillait en Autriche à l’usine Kertl de Vienne, dirigeait un autre groupe très avancé. L’incroyable artisanat de Schauberger aurait utilisé un vortex en forme de tornade produisant des effets magnétiques censés causer de la lévitation. Deux modèles Schauberger, tous deux en cuivre, auraient été construits et l’un d’eux aurait été testé avec succès. L’histoire raconte qu’elle volait si bien, en fait, qu’elle a touché le toit intérieur du hangar et a été détruite.

 La SS, qui était apparemment en charge de cette recherche et de toutes les recherches effectuées en Allemagne sur les soucoupes, aurait interrompu toute expérience après accident, renvoyé Schauberger et transféré tout son travail et sa magie dans un autre lieu. Après la guerre, Schauberger fut attiré aux États-Unis par une prétendue société écran de la CIA et fut ensuite persuadé de signer un contrat en anglais (il ne connaissait que l’allemand), donnant à la société tous les droits et le titre sur ses inventions, concepts et conceptions. Il a ensuite été renvoyé en Autriche … et est décédé cinq jours plus tard.

 Comme indiqué précédemment, beaucoup de soucoupes allemandes étaient basées sur une technologie connue, bien qu’assez exotique. Notre source pour le dessin extraordinaire ci-dessous a été soigneusement interrogée pendant une longue période et est reconnue pour son intégrité irréprochable. Nous avons vu quelques-uns des centaines de documents de guerre datant de son long service auprès des frères Horten, y compris une correspondance personnelle.

 Quand on lui demandait comment il avait pu obtenir le dessin de l’embarcation à disque ci-dessous, il se contentait de dire: «Sournois… sournois. Personne ne devait jamais rien savoir à ce sujet… je devais obtenir le dessin d’un ami qui était très proche du projet « . Il a dit qu’il ne  compromettrait jamais 
son ami en divulguant son identité.

Diagramme secret

Notre source a décrit comment il avait été posté sur une base aérienne à Prague pendant la guerre tout en suivant une formation avancée en mécanique et en enseignant. À plusieurs reprises au cours de son passage à la base, il a entendu dire que, selon lui, le véhicule en forme de disque représenté sur le dessin ci-dessous a été testé. Nous disons «entendu» parce que tous ceux qui vivaient dans la zone de test de la base, ou même à proximité, étaient totalement interdits de regarder par la fenêtre… sous peine de se faire tirer dessus. En fait, toutes les fenêtres des maisons faisant face à la zone de test ont été occultées. Aucune exception. Il a décrit le son de l’engin comme étant «assourdissant». Ce ne serait pas une surprise, étant donné les 5 moteurs … trois pour la portance et deux pour la poussée vers l’avant … indiqués dans le dessin ci-dessous. Ceci est un schéma simple vue d’ensemble du métier qui ne,

 Notre source a déclaré que les moteurs n’étaient pas des moteurs à réaction typiques mais des turbines fonctionnant au kérosène, d’un type dont on lui a dit qu’elles étaient capables de produire des vitesses très élevées. Le dessin en sa possession et montré ici peut être du disque de Schriever qui aurait utilisé des aubes métalliques rotatives fixées dans le périmètre du disque pour obtenir une portance verticale semblable à celle obtenue par un hélicoptère. Une fois en vol, les deux turbines de poussée ont pris le relais pour pousser l’engin sur son chemin. Notre source affirme qu’il pense que le premier vol d’essai a eu lieu en 1942.

 Qu’est-il arrivé à ces vaisseaux après la guerre? Notre source indique que les Russes et les Américains étaient au courant des programmes de recherche de disques ultra-secrets allemands et avaient convenu de ne pas abattre les disques ni apparemment bombarder les installations de recherche parce que l’engin ne présentait pas de menace hostile … contrairement aux installations. à Peenemunde. Le résultat final de la guerre était une quasi-certitude et les deux pays voulaient que la technologie du disque devienne l’un des butins de la guerre.

 Alors que les recherches continuent à sonder les programmes avancés de la Seconde Guerre mondiale en Allemagne, il devient de plus en plus évident qu’au moins certaines des observations d’OVNI actuelles – et actuelles – peuvent être directement liées aux engins à disques comme ceux décrits dans ce dessin historique récemment mis au jour .

Dessin d’artiste représentant exactement l’appareil Schriever-Habermoth qui fut testé au dessus de l’Allemagne sur la fin de la guerre.

 

Explication possible n ° 5: fatigue au combat

Le fait que ces armes miracles n’aient jamais causé de dommages était une raison suffisante pour que les pilotes les écartent comme une explication plausible. Une autre explication suggérée était que les pilotes et les équipages souffraient de fatigue au combat ou de contraintes de missions de combat constantes dans des environnements très stressants.

Les incidents de fatigue au combat ont été connus pour causer des hallucinations. Mais comme de nombreux équipages différents ont vécu et décrit de tels incidents, il est peu probable qu’ils aient la même hallucination. Ceci, combiné au fait que toutes les observations de lumières se trouvaient dans une zone aussi localisée, rend cette explication ad hoc aux équipages de conduite.

 


 

Constatation sur d’autres  rapports et fuites d’information

Kraut Bolids

Durant la seconde guerre mondiale, les pilotes observent des « Foo Fighters » ou « Kraut-Bolids » pour les alliés. Chaque camp pensent avoir à faire à une arme secrète des ennemis, ( tout comme à présent certains voudraient réduire les OVNI à de simples expérimentations de prototypes militaires ).

 

  • Le 23 novembre 1944, le lieutenant pilote Edward Schluter de la 415e escadrille des chasseurs de nuit de l’armée de l’air américaine basée en Angleterre observe une véritable formation d’une dizaine de disques lumineux se déplaçant à une vitesse effrayante. La formation est suivie au sol par le lieutenant radariste Donald J. Meirs et à bord par le lieutenant du service de renseignements F. Ringwald, observateur.

  • En septembre 1944, lors de l’essai d’un Messerschmitt à réaction ME-262 Schwab, le pilote remarquedeux points lumineux vers lesquels il pique plein gaz. Il se retrouve alors en face d’un cylindre de plus de 100 mètres de long, sans ailes mais doté de sortes d’antennes métalliques. Sur le côté, il aperçoit des ouvertures rondes en forme de hublots. Il estime sa vitesse supérieure à 2 000 Km/h.

  • En février 1944, à la suite d’un lancement de fusées expérimentales, un film est projeté  devant les autorités, en présence de Goebbels, Himmler, Kammler et de nombreux officiers supérieurs. Il révèle la présence d’un corps sphérique que personne n’avait vu sur le terrain et qui s’élève en tournant autour de la fusée.

  • En décembre 1943, un engin silencieux oblong qui survole Hambourg est pris en chasse par deux bombardiers, détecté par le radar et vu par de nombreux témoins. Il volait à 3 450 Km/h. 
    A Pennemünde, les experts sont formels, ce n’est ni un avion, ni une fusée. A deux reprises, des cigares volants sont filmés par des avions fusées Komet en cours d’essai.

  • Le 25 mars 1942, le commandant pilote Roman Sobinski revient d’une opération de bombardement au-dessus d’Essen dans la Rurh. En passant au-dessus du Zuiderzee, au nord de la Hollande, son mitrailleur de queue lui signale un disque lumineux de couleur orange qui les suit. Après différentes manoeuvres pour s’en défaire, ordre est donné au mitrailleur de tirer. Plusieurs projectiles ont bien l’air de pénétrer dans le cercle lumineux, mais sans résultat, bien que l’objet soit à environ 150 mètres. Puis le disque volant disparaît à grande vitesse.


  • Le 14  mars 1942, le Capitaine Karl Fischer, commandant de la base secrète de Banak en Norvège, répond à une  alerte: un point lumineux semble surveiller la base. Dans un Messerschmitt 109, Fischer se lance à la poursuite de ce qu’il décrira comme « une baleine volante à silhouette de dirigeable, métallique et comme enveloppée d’air chaud ». Et tandis qu’il s’interroge sur la conduite à tenir, brusquement, l’engin disparaît.Dans son rapport,à son retour à la base, le Hauptman Fisher  décrivit l’appareil: »C’est un  étrange appareil…un énorme corps fuselé…aucun plan de sustentation…aucune ouverture visible! »

  • L’officier au sol: « Combien long,mein kaptain?Fisher: « Au moins 100 mètres et environ 15 mètres de diamètre…il y a des tiges à une extrémité,peut-être à l’avant,ressemblant étrangement à des antennes radar. » »Une espèce de grosse baleine aérienne…on dirait,mein leutnant! »
  • « Achtung!Achtung!Elle monte à toute vitesse à la verticale!Elle vient de disparaître à grande vitesse devant mes yeux,her leutnant! »
  • « Avec toute l’attention que j’ai mis à observer l’étrange appareil et avec  toute l’expérience que j’ai de l’aéronautique,j’estime que l’appareil n’a pas été fabriqué de mains d’hommes! »(Rapport signé du capitaine Fisher et du commandant de base Boer,14 mars 1942)
  • 2 jours plus tard,le Führer Adolph Hitler créait le Bureau Spécial No 13…Une conjuration du secret venait de se créer en Allemagne.

 


  • Le 26 février 1942, le croiseur Tromp, de la marine royale hollandaise, traverse la mer de Timor quand l’officier de quart aperçoit un énorme disque d’aluminium qui s’approche du vaisseau à grande vitesse. Pendant trois heures, il tourne en altitude au-dessus du croiseur et disparaît enfin à une très grande vitesse, estimée à environ 6 000 Km/h.

  • En 1941, des officiers britanniques envoyés en Somalie et en Erythrée rédigent plusieurs rapports dans lesquels ils consignent de curieuses observations : des disques étincelants semblent stationner au-dessus des zones de combat.