Accueil

En Birmanie, les extrémistes bouddhistes massacrent la minorité musulmane Rohingya

Laisser un commentaire

Bouddhisme_religion_d_amouuuur-300x149

 

Depuis pas mal d’années, j’écris des articles sur les religions en expliquant qu’elles ne servent qu’une oligarchie et participent au rabaissement de l’Homme.

Comme j’écris principalement des articles sur les 3 religions monothéistes, les fans du bouddhisme s’imaginent être à l’abri…

Pourtant, j’ai déjà abordé ce sujet, en publiant de nombreuses preuves que le bouddhisme est comme les autres religions > Une arme de destruction massive de l’esprit .

Pour en revenir au monothéisme, j’entends souvent les moutons dirent > Ah regardez l’Islam, ils tuent des chrétiens, ah, ils tuent des innocents…

Déjà avant tout, il faut arrêter de stigmatiser l’Islam plus que les autres religions. Car comme je l’ai déjà publié, TOUTES les religions TUENT et l’Islam n’est pas la pire de toutes… Suffi simplement de s’intéresser à l’histoire, la vraie.

Maintenant que j’ai mis les pendules à l’heure, je voudrais justement aborder le massacre des Musulmans en Birmanie.

Ah… Bizness FM à oublié de vous en parler ?

Et oui, la réalité est là : En Birmanie, les extrémistes bouddhistes massacrent la minorité musulmane Rohingya  !!!

Comment ces bouddhistes menés par des moines justifient-ils le recours à la force avec tant de haine ?

Je vous invite à regarder cette vidéo et écouter Jean-Louis Margolin, chercheur en histoire contemporaine de l’Asie à l’Institut de recherche asiatique de Marseille, l’expliquer à Jean-Baptiste Cocagne en précisant que le bouddhisme est une religion intolérante envers les autres religions.

A écouter et surtout à méditer sur cette prétendue religion d’amouuuur !

 

Source : Le mutien 

 

 

Advertisements

Un député britannique viole un homme dans les couloirs du Parlement

Laisser un commentaire

Nigel Evans

Nigel Evans

 

Nigel Evans, député et figure du parti conservateur britannique, est accusé d’avoir usé de son influence pour violer un homme et en agresser sexuellement plusieurs autres jusque dans les couloirs du Parlement, a appris le jury à l’ouverture de son procès lundi.

L’ancien vice-président de la Chambre des Communes, qui avait révélé son homosexualité en 2010, pour «ne plus vivre dans le mensonge», fait face à neuf chefs d’accusation, un pour viol, deux pour attentat à la pudeur et six pour agression sexuelle, devant la Preston Crown Court, au nord de l’Angleterre.

Selon le procureur, le député conservateur était la plupart du temps sous «l’effet de la boisson» lorsqu’il usait «de sa fonction ou de son influence pour s’en prendre à de jeunes hommes». Et ce jusque dans les couloirs du Parlement où certaines des sept victimes ambitionnaient de travailler.

Il avait les moyens de «faire et défaire» les carrières, a souligné lundi le procureur Mark Heywood pour décrire la «puissante influence» qu’exerçait M. Evans avant de détailler ses agressions présumées et «récurrentes».

«Malgré les mises en garde de collègues respectables», M. Evans, 56 ans, est accusé d’avoir essayé d’embrasser de jeunes chercheurs ou étudiants, de leur avoir touché l’entre-jambes ou d’avoir glissé une main dans leur pantalon.

Les faits présumés se sont produits dans un bar à Soho, au bar d’un hôtel lors d’une conférence de son parti à Blackpool, où des témoins ont qualifié le député de «particulièrement bourré». Mais aussi à l’intérieur du Parlement, que ce soit au «Strangers’ Bar» où viennent se désaltérer les députés, dans un bureau ou au détour d’un couloir.

L’accusation la plus grave, celle de viol, est aussi la plus récente et celle qui a conduit à son arrestation. Elle repose sur le témoignage d’un jeune universitaire qui travaillait à l’époque avec M. Evans, et qui accuse le député de l’avoir violé à son domicile, à Pendleton.

Nigel Evans nie catégoriquement toutes les charges portant sur des faits étalés sur plus de dix ans, de 2002 jusqu’à son arrestation par la police.

 

Libéré sous caution le soir même de son arrestation, M. Evans a démissionné de son poste de vice-président de la Chambre des Communes en septembre lorsqu’il a été formellement inculpé.

Sources:

http://www.lapresse.ca/international/europe/201403/10/01-4746329-un-depute-britannique-accuse-de-viol-et-dagressions-jusqua-linterieur-du-parlement.php

 

%d blogueurs aiment cette page :