Troisième Guerre Mondiale en préparation:L’Iran intercepte le porte-avions USS Nimitz dans le golfe Persique

Le commandant de la marine du CGRI a donné les détails de l’identification et de l’interception du porte-avions USS Nimitz. « La marine et la Force aérospatiale du CGRI font voler des drones 24 heures sur 24 au-dessus du golfe Persique », a-t-il déclaré. 

 

Le général de brigade Alireza Tangsiri a déclaré, jeudi 24 septembre, lors d’un entretien à la télévision nationale que les marines du CGRI et de l’armée iranienne s’étaient réparties les tâches sous la supervision de deux quartiers généraux, à savoir l’état-major des forces armées et le QG central de la base de Khatam ol-Anbiya. « La marine du CGRI est responsable du détroit d’Hormuz jusqu’au bout du golfe Persique, et nous avons une coopération et une coordination étroite avec nos confrères de la marine de l’armée », a-t-il indiqué.

Concernant l’interception de la flotte américaine par les drones du CGRI, le général de brigade Tangsiri a souligné : « Nous avons observé et intercepté avec nos drones la flotte américaine contenant le porte-avions Nimitz et son escorte avant d’entrer dans le détroit d’Hormuz. Le porte-avion USS Nimitz, deux destroyers 114 et 104, des navires de guerre 58 et 59, deux vedettes de patrouilles 9 et 12 et un flottant de la garde côtière 1333 de l’armée américaine ont été interceptés avant d’entrer dans le détroit d’Hormuz et dans le golfe Persique. »

« La surveillance se fait au niveau maritime et aérien respectivement par des vedettes et des drones. Les Américains étaient absents dans le golfe Persique pendant près de 10 mois. La flotte en question y a pénétré le vendredi 18 septembre. L’USS Nimitz était escorté par trois navires de guerre. Nous les avons appelés et ils ont répondu. Nous avons également envoyé des drones, car nous sommes obligés de respecter la loi du contrôle de la bande maritime. Lorsque le porte-avions Nimitz est arrivé, il avait activé tous ses radars, trois hélicoptères étaient sur le pont d’envol et un autre était prêt pour un décollage d’urgence », a expliqué le commandant de la marine du CGRI.

Cerné!!!

 

Soulignant que « cette région nous appartient » et que « nous surveillons les Américains en plusieurs étapes pour atteindre un point stationnaire », le commandant de la marine du CGRI a déclaré : « Nous avons un contrôle total sur les Américains dès leur arrivée et jusqu’à leur départ. »

« Il n’y a aucune différence entre la présence et l’absence d’Américains dans la région du golfe Persique, mais il serait mieux qu’ils y restent car lorsqu’ils y sont présents, ils sont à notre portée de main et nous avons un contrôle total sur eux », a précisé le général de brigade Tangsiri.

Faisant allusion à l’annexion en masse de drones de combat à la marine du CGRI, il a déclaré que trois types de drones à lancement vertical Sepehr, Shahab-2 et Hodhod-4 ont rejoint mercredi la flotte de la marine, « ce qui augmentera notre portée opérationnelle »

« Ces drones sont capables de transporter des bombes de haute précision à guidage laser à une portée de 1 500 kilomètres, et avec ces nouveaux drones, nous formerons le cinquième groupe de drones dans la troisième zone navale au nord du golfe Persique », a-t-il précisé.

 

Plus loin dans cet entretien, ce haut commandant du CGRI a fait savoir : « Nous avons sous notre contrôle total tout le golfe Persique. La marine et la Force aérospatiale du CGRI y déploient des drones jour et nuit. Nous surveillons constamment la région et nous la contrôlons totalement. Dans un proche avenir, nous aurons le droit à des navires transatlantiques au sein de l’Organisation de combat naval du CGRI. Nous aurons également des navires lance-missiles à 94 nœuds capables de naviguer avec force 4. En outre, des navires transatlantiques de 65 mètres seront construits par la marine du CGRI, qui peuvent également transporter des hélicoptères. »

« Nous serons bientôt témoins de l’annexion de navires porte-hélicoptères et porte-drones à la marine du CGRI », a-t-il promis. Source : Presstv

Comment le drone iranien « Shahed-129 » a aveuglé les radars de l’USS Nimitz et son escorte ?

Un drone iranien a désactivé tous les systèmes
de défense aérienne et «attaqué» les navires
de l’US Navy, le 23 septembre 2020.

Ces images que le CGRI vient de publier de l’USS Nimitz et qui mettent en scène la flotte de combat US fraîchement arrivée à Bahreïn avec quelques 1300 marines a bord sont à plus d’un égard étonnante. Le secrétaire du Conseil de discernement du bien de l’Ordre islamique en Iran, a affirmé que l’embargo américain sur les armes contre l’Iran n’a eu et n’aura aucun impact sur les capacités défensives du pays, ni sur sa disposition à approvisionner ses besoins en armes. C’est sur cet aspect que se focalisent les analystes. Comment se fait-il que le porte-avions USS Nimitz, les croiseurs lance-roquettes et de soutien qui l’escortaient le 18 septembre lors de sa traversée périlleuse du détroit d’Hormuz n’ont rien su ni vu de cette spectaculaire mission de reconnaissance des drones iraniens? 

Et de poursuivre : « Les mesures d’embargo américaines n’auront aucun impact  sur les capacités défensives de l’Iran, ni sur ses besoins en armement.  Nous avons accès à des armes modernes qui n’ont pas encore été dévoilées, les Américains les découvriront le moment venu, et là ce sera trop tard pour faire marche arrière », a affirmé mercredi 23 septembre , Mohsen Rezaï, secrétaire du Conseil de discernement du bien de l’Ordre islamique en Iran, soit quelques heures après que l’Iran eut dévoilé les images tournées au dessus de l’USS Nimitz lors de son passage via le détroit d’Hormuz. 

Mais le site web militaire russe, Avia.pro, en sait plus : « Un porte-avions américain déployé dans le golfe Persique a été littéralement approché par un drone d’assaut iranien de type Shahed-129, drone qui a prouvé ses performance. Armé d’au moins quatre missiles de croisière de type visiblement Qaem, le drone d’attaque iranien a foncé, selon des informations exclusives de notre site, en direction de l’USS Nimitz, en prévision de tout clash à venir et chose inouïe, il n’a été intercepté par aucun système radar de la flotte et pourtant l’USS Nimitz se faisait escorter au moins par 5 autres bâtiments ! », écrit le site. 

Les images diffusées par l’Iran montrent le drone Shahed  survoler librement en direction du porte-avions de l’US Navy à une distance de seulement quelques kilomètres sans être détecté. Selon certains rapports, l’Iran pourrait avoir pu recourir à une attaque électronique pour désactiver les systèmes de défense aérienne américains. Les Iraniens maintiennent le plus grand flou sur leurs capacités de guerre électroniques et pourtant ce furent ces mêmes capacités qui leurs ont permis en janvier dernier de s’en prendre à la base américaine Aïn al-Asad en Irak sans que les radars des Patriot et autres éléments de la DCA américaine puissent détecter les missiles iraniens.

Certains commentaires américains ont affirmé que les missiles Fateh-313 du CGRI visant les fibres optiques avaient coupé tout lien entre les drones US et le centre de commandement de la base, privant ainsi les troupes américaines de toute possibilité d’interception mais il semblerait que cette cécité ait été due surtout à une puissante attaque électronique précédent la frappe au missile. Il y peu l’Iran a dévoilé  le système de détection antiradar “Dehghan”, un système de détection antiradar adapté à divers types de drones et de missiles antiradars. Il se peut que ce système ait été utilisé pour aveugler Nimitz et ses compagnons. Une chose est sûre, en cas de guerre l’US Navy ne saurait pas trop compter sur sa DCA dans la région du Golfe (persique). » 

Source : Presstv

 

 

 

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:Comment voler une élection aux USA

Comment s’assurer que leurs alliés politiques sont idéologiquement synchronisés et savent exactement comment perturber une élection présidentielle? Qu’en est-il des «journalistes» dans les médias d’information et des bavardages sur les médias sociaux – comment les faire participer à la perturbation révolutionnaire planifiée à l’échelle nationale? Facile! Publiez un rapport intitulé: « Prévenir une élection présidentielle perturbée ».

Dans l’une des plus grandes campagnes de désinformation publique de l’histoire américaine – la gauche et ses alliés NeverTrumper (sous le nom de guerre : «Transition Integrity Project») ont publié un rapport de 22 pages en août 2020 «war gaming» (leur terme) quatre Scénarios de crise électorale: 1. Une victoire décisive de Trump; 2. Une victoire décisive de Biden; 3. Une victoire étroite de Biden; et, 4. Une période d’incertitude prolongée après l’élection. Le résultat de chaque scénario TIP aboutit à la violence de rue et à une impasse politique.

Le pouvoir politique généré par un document comme le rapport «Transition Integrity Project» présente la menace de terreur et de violence de rue comme un résultat «normal» ou «attendu» de la prochaine élection présidentielle. Voici ce que vous verrez, entendrez et lirez dans les prochaines semaines: «Oui, attendez-vous à des violences au lendemain de l’élection, car maintenant c’est la nouvelle« normale ». Trump nous a fait faire … « Sur la photo: des policiers à Washington DC sont attaqués par des émeutiers qui leur lancent des feux d’artifice, le 30 mai 2020.

Les organisateurs et dirigeants de TIP incluent Rosa Brooks, professeur de droit à Georgetown, Nils Gilman de l’Institut « indépendant » Berggruen en Californie, et John Podesta, le fixateur et le gestionnaire de longue date de la dynastie politique Clinton. Les membres nominalement républicains du groupe comprennent l’ancien président national républicain Michael Steele, le journaliste David Frum et l’ancien rédacteur en chef du magazine Bill Kristol.

La publication du rapport TIP est une stratégie de guerre de l’information employée à des fins politiques révolutionnaires. La stratégie est sophistiquée et multiforme. Le document TIP:

  • Jette les bases des médias d’information «consensuels» et des récits des médias sociaux;
  • Rationalise les «stratégies non conventionnelles» pour générer un maximum de confusion et d’agitation sur des résultats électoraux «défavorables»;
  • Projette des accusations de conduite illégale / criminelle contre le président Trump et ceux qui votent pour lui;
  • Coopère avec la bureaucratie fédérale (déjà politiquement sympathique) de Washington DC pour soutenir sa stratégie depuis le siège de chaque département et agence de l’exécutif;
  • S’appuie (correctement) sur une réponse de faible niveau de sensibilisation / d’énergie de la droite politique pour contrer le programme TIP.

Est-il possible que les dirigeants de la gauche américaine, ainsi que leurs alliés NeverTrumper, soient occupés à défendre et à promouvoir la violence de rue en réponse à une élection présidentielle?

La réponse est oui.

Dans le premier paragraphe de leur rapport « bipartisan », TIP déclare: « Nous estimons avec une grande probabilité que les élections de novembre seront marquées par un paysage juridique et politique chaotique. » Surtout s’ils ont leur chemin.

Une alternative à l’un des scénarios de jeu de guerre a conduit les TIPsters à préconiser la sécession de Washington, de l’Oregon et de la Californie. N’y a-t-il aucun sentiment d’ironie historique au sein du parti démocrate? Sécession après une élection? Encore?

La plus grande ironie du rapport TIP est l’utilisation écrasante de la «projection» dans la formulation et la caractérisation de diverses revendications contre le président Trump (et ses partisans) comme un moyen de justifier les plans «irréguliers» de la gauche pour perturber le processus électoral.

La projection, en tant que technique politique, n’est pas un secret. La gauche américaine n’a jamais pris la peine de le cacher ou de le déguiser, et n’a même pas jugé souhaitable de le faire.

La partie secrète de la technique de projection est le financement et l’implication organisationnelle derrière la projection elle-même. Qui paie les factures de TIP et de ses affiliés? Il s’agit d’une opération hautement organisée et sophistiquée avec des agents politiques de carrière aux commandes. Personne ne le fait gratuitement et quelqu’un (ou une entité) paie la facture. OMS?

Le rapport TIP est lui-même un exercice de pouvoir. Les informations de renseignement politique et les stratégies de politique publique sont fusionnées grâce aux actions de la TIP. Cette synthèse est une démonstration de pouvoir politique réel, et elle est mise en œuvre dans un plan écrit qui envisage la violence de rue pour affecter le résultat de l’élection présidentielle américaine. Le pouvoir politique financé et généré à partir d’un document comme le rapport TIP peut être utilisé pour la persuasion (par le biais des nouvelles et des médias sociaux), l’endoctrinement (d’activistes et d’autres «vrais croyants») et introduit la menace de terreur et de violence de rue (au population générale) comme un résultat «normal» ou «attendu».

Voici comment les actualités et le récit des médias sociaux se rejoignent et ce que vous verrez, entendrez et lirez dans les prochaines semaines: « Oui, attendez-vous à de la violence après les élections, car maintenant c’est la nouvelle« normale ». Trump nous a fait faire. Il nous a fait passer les élections, parce que l’ancien système régulier ne peut tout simplement pas être invoqué. C’est pourquoi nous avons dû publier notre rapport, afin que nous puissions nous organiser « autour » de tous les processus réguliers. Obama a promis  » transformation fondamentale, «et maintenant, des années plus tard, nous allons enfin réussir».

Quelles preuves y a-t-il de la prise de conscience et de la préparation de la droite politique pour affronter et contrer le TIP (et d’autres gauchistes) et leurs plans pour perturber l’élection? Pas tant. Le temps presse. La menace de violence et de subversion de l’élection de la gauche est réelle. La manière dont nous répondons est essentielle.

Après avoir établi le plan documenté de la gauche pour perturber l’élection présidentielle de 2020, examinons plus en détail certaines des techniques d’opérations d’information actuellement déployées contre le public américain pour persuader et influencer la «saison» électorale à venir.

La publication même du rapport Transition Integrity Project (TIP) et les reportages des médias d’information à son sujet sont des composantes de la guerre psychologique au sein de la campagne de guerre de l’information plus large visant à répandre des rumeurs démoralisantes aux partisans de Trump. Le but est de briser et d’affaiblir le soutien avant, pendant et après le jour des élections. Les partisans démoralisés et démotivés ne rendent pas public leur soutien à leur candidat. Ils ne font pas campagne dans les quartiers et ne placent pas de panneaux dans la cour. Ils ne votent pas. Ils ne font pas de bénévolat dans les bureaux de vote. Ils deviennent convaincus que leurs espoirs sont une cause perdue et hautement controversée. Ils ne souhaitent pas être qualifiés de racistes, de haineux ou identifiés à d’autres éléments marginaux. Ils restent à la maison et regardent la télévision.

Ayant été psychologiquement conditionnés (à travers la pandémie COVID-19) à se retirer, à isoler et à verrouiller – sur ordre en grande partie fiable de divers responsables gouvernementaux – de nombreux Américains réagiront aux tactiques « irrégulières » et extra-légales de la gauche . La gauche compte sur cette réaction pour réprimer la participation électorale et utiliser diverses formes de terreur, telles que les représailles et les menaces de représailles, contre ceux qui ne coopèrent pas ou qui contestent les accusations projetées détaillées dans le rapport TIP.

Le rapport TIP veille à ne pas se livrer à la sédition. Ils sont loin de prôner la violence – mais ce sont des agents politiques très pointus qui sont tous jurés, donc ils parlent dans le code. Voici quelques exemples à lire entre les lignes:

  • «En cas de crise, les événements se dérouleront rapidement et les dirigeants privés de sommeil seront invités à prendre rapidement des décisions conséquentes. Réfléchir maintenant aux options aidera à assurer de meilleures décisions»
  • « Les planificateurs doivent prendre au sérieux l’idée que cela pourrait bien être un combat de rue, pas une bataille juridique; les solutions technocratiques, les tribunaux et le fait que les élites respectent les normes ne sont pas la réponse ici. »
  • « Les groupes, coalitions et réseaux devraient se préparer maintenant à établir les communications nécessaires et à organiser l’infrastructure pour soutenir la mobilisation de masse. »
  • « Les responsables militaires et chargés de l’application des lois doivent être particulièrement attentifs à la possibilité que des acteurs partisans cherchent à manipuler ou à abuser de leurs pouvoirs coercitifs à des fins politiques inappropriées. »

Aucune déclaration ou recommandation particulière n’est complètement scandaleuse, sauf que, dans le contexte du rapport, elles soutiennent et amplifient des prémisses douteuses: les manifestants de gauche sont non violents tandis que les partisans de Trump sont des agents provocateurs; Trump abusera de l’armée et des forces de l’ordre pour conserver le pouvoir; le vote universel par correspondance ne présente aucun risque de fraude; trouver de nouveaux bulletins de vote des semaines après l’élection est tout à fait normal; les nouvelles critiques de Biden sont la désinformation; une victoire de Trump sera la preuve d’une ingérence étrangère, etc.

La campagne de conditionnement psychologique des électeurs, dans laquelle la répression et les représailles deviennent une prophétie auto-réalisatrice, ne sera pas examinée de près par les médias d’information ou les médias sociaux. Ceux qui soulèvent les menaces de violence et de représailles seront qualifiés de théoriciens du complot, marginalisés et renvoyés. Encore une fois, qui veut être traité de raciste, de haineux ou identifié à d’autres éléments marginaux?

Grâce à la publication du rapport TIP, la gauche américaine s’est imposée et son scénario malhonnête comme le récit officiel de l’élection présidentielle de 2020. Ils ont alerté l’aile militante de leur mouvement pour prendre le contrôle de la préparation du jour du scrutin, du jour du scrutin lui-même et jusqu’à la fin du jour de l’inauguration. C’est une campagne en soi – pas un événement. Vous comprenez maintenant comment la gauche entend perturber et voler l’élection présidentielle de 2020. Vous comprenez les techniques de guerre psychologique actuellement utilisées pour vous convaincre (à tort) d’être démoralisé et affaibli. Tu étais prévenu. La question pour vous et pour les autres opposants au plan TIP est la suivante: qu’allez-vous faire?

La Liberté …assassinée!

 

 

 

 

le 11 septembre et la mort du rêve américain

Parfois, les comédiens peuvent rire simplement en disant la vérité. George Carlin était doué pour ça. L’une de ses citations les plus célèbres est: « C’est pourquoi ils l’appellent le rêve américain, car il faut être endormi pour le croire. »

Sigmund Freud a analysé les rêves comme des fantasmes de réalisation de souhaits. Dans ce genre de rêve, le rêveur tente de satisfaire un désir frustré dans la vie éveillée. Le rêve américain était un peu comme ça. Nous avions un continent immense, relativement vide et doté de ressources abondantes. Et nous avions une nouvelle philosophie politique, le progressisme libéral laïc-matérialiste, la base de notre république démocratique. Cette philosophie soutenait que tout continuerait de s’améliorer: si nous travaillions dur, nous réussirions et deviendrions riches, et alors nos enfants deviendraient encore plus riches et les leurs encore plus riches. En attendant, nous continuerions à peaufiner notre système politique et nos mœurs sociales afin que la «poursuite du bonheur» individuelle – qui est ce que la Déclaration d’indépendance considère comme le but ultime de la vie – connaisse toujours plus de succès.

Ce fantasme de réalisation de souhaits n’était évidemment pas vrai. Bien qu’il y ait certainement eu des progrès matériels progressifs – le niveau de vie aux États-Unis a continué de s’améliorer au moins dans les années 1960 – cela n’a pas rendu les gens sensiblement plus heureux. Ils ne vivaient pas non plus dans une véritable démocratie libérale. C’était juste un habillage couvrant la réalité politique, l’oligarchie.

Puis dans les années 1960, la décennie au cours de laquelle l’homme ordinaire en Amérique a atteint ce qui aurait dû être son plus haut niveau de sécurité et de prospérité, les choses ont commencé à se désagréger. Une nouvelle épée de Damoclès, la terreur nucléaire, a projeté son ombre sur la terre et tué toutes les philosophies de l’optimisme. L’invention de la pilule contraceptive, associée à une attaque de propagande de la Fondation Rockefeller et d’autres forces oligarchiques, a normalisé le sexe «récréatif» et injecté un poison à action lente dans la famille traditionnelle. Dans le même temps, le père national symbolique figure-président-a été rituellement assassiné le 22 Novembre 1963 par des éléments de l’État de sécurité nationale en collaboration avec Israël et ses actifs du crime organisé. La plupart des Américains ont senti leur sommeil confortable vaguement perturbé par la diffusion en direct du gangster Jack Rubenstein, dont le patron était Mickey Cohen , le principal collecteur de fonds d’Israël , assassinant l’assassin solitaire présumé de JFK, Lee Harvey Oswald, au milieu d’une foule de policiers.

Après les années 1960, la famille traditionnelle subit des assauts de plus en plus furieux. Le «patriarcat» – c’est-à-dire les familles avec des pères – a été attaqué par les propagandistes de la Fondation Rockefeller, les médias dominés par les sionistes et les universitaires marxistes culturels. Alors que le pourcentage d’enfants américains nés hors mariage et / ou élevés dans des foyers monoparentaux ou brisés est passé d’une petite minorité à une grande majorité, les oligarques se sont emparés de plus en plus de la richesse nationale, entraînant une stagnation du niveau de vie des gens ordinaires. La pauvreté, les foyers brisés, la dépendance à l’aide sociale, la criminalité, la toxicomanie, le suicide, les maladies vénériennes et d’autres indicateurs sociaux négatifs ont considérablement augmenté. Simultanément, les oligarques ont injecté de l’argent de la fondation dans la politique identitaire afin de distraire la gauche des problèmes économiques.

Le 11 septembre 2001, le décor était depuis longtemps planté. La république américaine avait été abolie, remplacée par une oligarchie secrète, avec la fondation de la soi-disant Réserve fédérale en 1913. Cette oligarchie était sortie de l’ombre le 22 novembre 1963. Elle avait alors commencé à détruire la famille traditionnelle et à se creuser. la classe moyenne.

Le 11 septembre 2001 a représenté le coup de grâce, le coup de grâce, pour la république démocratique américaine et le rêve américain. Ils ont fait sauter le World Trade Center à la télévision en direct. Même si la grande majorité des journalistes ont correctement rapporté ce qu’ils ont vu de leurs propres yeux – les bâtiments avaient été détruits par des explosions – les oligarques ont terrorisé les médias pour qu’ils changent l’histoire et racontent au monde que les bâtiments s’étaient effondrés d’une manière ou d’une autre à cause d’incendies mineurs dans les bureaux. alimenté par une quantité négligeable de kérosène (carburéacteur).

Encore plus que les images en direct de Jack Rubenstein assassinant Lee Harvey Oswald, les images en direct de la démolition explosive du World Trade Center, suivie d’un raz-de-marée de mensonges officiels ridicules, ont imposé de force un état de dissonance cognitive extrême au peuple américain. Depuis, ils vivent dans l’ombre d’un mur de peur. La vérité est de l’autre côté du mur, mais ils ont peur de regarder. Une nouvelle ère de domination par la peur, plutôt que par l’espoir, a prévalu. Le coup d’État contre le coronavirus fabriqué en laboratoire , qui a transféré des milliards de dollars de gens ordinaires à des milliardaires , est tout simplement le dernier assaut oligarchique conçu pour terroriser les Américains et les soumettre.

Le rêve américain a commencé à mourir il y a longtemps. Il a succombé à une série d’assauts de l’oligarchie la plus vicieuse de toute l’histoire de l’humanité. Le 11 septembre n’était que le coup de grâce.

Les Américains se réveilleront-ils un jour de leur rêve toujours plus cauchemardesque? Vont-ils identifier et renverser les oligarques qui les ont dépossédés? Allahu ‘alim . (Dieu seul le sait.)


EN COMPLÉMENTAIRE

New York, en pleine crise, marque l’anniversaire des attentats du 11 septembre 2001

Dix-neuf ans après, le 11-Septembre reste synonyme d’héroïsme des New-Yorkais. Les dirigeants new-yorkais répètent que c’est grâce à leur « résilience » que la ville a, depuis un mois, ramené sous les 1 % le taux de contamination d’un virus qui a tué plus de 23 000 New-Yorkais.

Criminalité en hausse, appartements et magasins vacants, sans-abris omniprésents : New York commémore vendredi l’anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 empêtrée dans une crise profonde, enjeu de bataille politique à l’approche de la présidentielle américaine.

Malgré la pandémie, la première métropole américaine tiendra sa cérémonie annuelle en mémoire des près de 3000 personnes mortes dans les attentats les plus meurtriers de l’histoire, ponctuée de minutes de silence aux heures où les avions détournés par les djihadistes ont percuté les tours du World Trade Center.

Au lieu de prendre la parole à tour de rôle, les familles des victimes ont enregistré leurs interventions. Mais elles pourront se retrouver, avec masques et distanciation physique, au Mémorial du site de « Ground Zero », dont le musée rouvrira pour la première fois depuis mars.

Dix-neuf ans après, le 11-Septembre reste synonyme d’héroïsme des New-Yorkais. Les dirigeants new-yorkais répètent que c’est grâce à leur « résilience » que la ville a, depuis un mois, ramené sous les 1 % le taux de contamination d’un virus qui a tué plus de 23 000 New-Yorkais.

Mais tous soulignent aussi, comme le gouverneur Andrew Cuomo mardi, que cette résilience est désormais mise à rude épreuve par les « effets secondaires », économiques et sociaux, de la pandémie.

Bureaux vides jusqu’en 2021 ?

Gale Brewer, présidente du district de Manhattan, reconnaît que cette île symbole de l’effervescence new-yorkaise est aujourd’hui plombée par des problèmes multiformes.

Certains découlent directement du coronavirus : la quasi-totalité des banques, assurances et autres entreprises de « cols blancs », passées au télétravail en mars, l’ont maintenu, vidant les quartiers d’affaires et condamnant des milliers de petits restaurants qui nourrissaient leurs employés le midi.

Même si Manhattan lui manque, Boris Tulchinskiy, ingénieur en logiciel de 26 ans, prévoit ainsi, comme beaucoup de ses collègues, de « continuer à travailler de chez lui », dans le New Jersey voisin, jusqu’en juillet 2021.

Si les plus de 60 millions de touristes qui visitaient New York annuellement ont disparu, les New-Yorkais ont aussi fui par milliers : 35 000 personnes au moins ont quitté Manhattan, au vu des demandes de vote par correspondance enregistrées pour la présidentielle, selon Gale Brewer.

Beaucoup de commerces ont fermé : entre 2017 et 2020, le nombre de commerces vacants a presque doublé (+78 %), selon Mme Brewer.

Quant aux personnes sans abris, leur visibilité a augmenté avec la fermeture de nombreux centres d’hébergement et le transfert de quelque 13 000 d’entre elles dans des hôtels vides de Manhattan, dit-elle.

La hausse des meurtres et fusillades (respectivement +47 % et +166 % en août comparé à août 2019) est un des signes frappants de cette crise new-yorkaise.

Si on est loin de la criminalité endémique qu’avait connue New York dans les années 1970-80, la ville, qui se targuait d’être l’une des plus sûres au monde, est désormais revenue au niveau de criminalité de 2012, selon le New York Times.

Trump veut « tuer New York »

« Je ne peux pas vous dire combien d’appels je reçois de New-Yorkais (…) littéralement inquiets de la dégradation de la ville », résumait mardi M. Cuomo.

Tous les dirigeants new-yorkais se disent cependant convaincus que la ville remontera la pente, mais dans combien de temps ?

Si la ville montre des signes de reprise – avec notamment la réouverture des musées débutée fin août et, fin septembre, des salles de restaurants – cela pourrait prendre trois ans, estime Mme Brewer, rapportant l’avis de promoteurs immobiliers.

En attendant, à moins de deux mois de la présidentielle, cette crise est devenue un sujet de conflit avec le gouvernement Trump.

Le président républicain répète que la hausse de la criminalité dans le bastion démocrate qu’est sa ville natale est la conséquence de l’incompétence et du laxisme de ses élus. Mardi encore, il accusait le maire et le gouverneur de New York de « détruire » la ville.

Les responsables new-yorkais dénoncent eux le refus de l’ex-magnat de l’immobilier et des républicains d’octroyer des milliards de dollars à New York – comme à d’autres villes démocrates-pour combler leurs immenses pertes de recettes fiscales.

« Trump essaie de tuer New York, c’est personnel, c’est psychologique », affirmait mardi M. Cuomo.


la vérité du 11 septembre dans une distorsion temporelle (fausse vérité?)

 

Lénine a observé: «La meilleure façon de contrôler l’opposition est de la diriger». Richard Gage, le fondateur d’Architects and Engineers for 9/11 Truth, a été présenté  sur C-SPAN le 1er août 2014.  Il n’a pas été en mesure d’expliquer qui était responsable et pourquoi, et sa réponse à la façon dont cela avait été fait était déjà connue. désespérément inadéquat. C’est peut-être pour cela qu’il a été choisi pour comparaître.]

«Le 11 septembre a été conçu comme une opération psychologique élaborée pour insuffler la peur au peuple américain afin de le manipuler pour qu’il soutienne l’agenda politique de l’administration Bush / Cheney» – Jim Fetzer

 

Tous ceux qui sont attachés à la vérité sur le 11 septembre devraient souhaiter une plus grande couverture de C-SPAN. Peut-être que la plus grande couverture pour atteindre le public dans  le passé était aussi de C-SPAN, quand il a couvert  la table ronde de l’American Scholars Conference, Los Angeles , 24-25 juin 2006. Mais celui-ci pourrait être une exception.

Nous avons ensuite entendu parler de la nano-thermite par Steve Jones, coprésident de  Scholars for 9/11 Truth . Et nous l’avons entendu à nouveau du fondateur de A & E911. Mais une division majeure est apparue entre ceux qui prétendent que la nano-thermite peut avoir détruit les bâtiments et ceux qui soutiennent que ce n’est même pas théoriquement possible. De récentes décharges d’informations confirment l’utilisation d’armes nucléaires  et  expliquent ces petites sphères de fer comme conséquence de l’utilisation d’armes nucléaires de haute technologie spéciales (à enveloppe de fer) .

Alors qu’en est-il de Richard Gage et A & E911 qu’ils continuent de promouvoir une théorie que T. Mark Hightower et moi avons prouvée indéfendable dans trois articles publiés le 1er mai 2011, le 17 juillet 2011 et le 27 août 2011? Pourquoi Gage a-t-il gaspillé cette précieuse opportunité de faire progresser la vérité sur le 11 septembre sur C-SPAN en approuvant une théorie prouvée fausse?

 

Les «trois grandes questions»

Non seulement cela, mais il y a trois grandes questions dans l’esprit du public à propos du 11 septembre, qui sont les suivantes:

a) que s’est-il passé le 11 septembre? 

(b) comment cela a-t-il été fait?

c) qui était responsable et pourquoi?

Nous connaissons l’avant et l’après du World Trade Center par rapport au 11 septembre, donc la réponse à (a) est triviale. Mais Richard Gage n’avait pas de réponse à (c), même si on lui a posé la question à plusieurs reprises, et sa réponse à (b) était fausse et trompeuse. Est-ce le mieux que Richard Gage et A & E911 peuvent faire? C’était embarrassant de se voir poser la question trop évidente et de ne pas pouvoir y répondre. Note : rétrospectivement, cela a peut-être été le point et pourquoi il a été présenté sur C-SPAN plutôt que, par exemple, le fondateur de  Scholars for 9/11 Truth .]

A & E911 n’est pas le seul à tenter de placer  le comment  devant  le qui  et  le pourquoi , là où Judy Wood et ses partisans DEW adoptent la même position. Mais le public américain a une patience limitée avec ceux qui ne peuvent pas apporter de réponses à des questions aussi évidentes, surtout plus d’une décennie après l’événement. Et c’est pourquoi  «l’Opération Terreur» , la reconstruction par Art Olivier des événements du 11 septembre, est un instrument plus puissant pour ouvrir l’esprit à ce qui a pu arriver que l’appel à un mécanisme causal obscur – surtout lorsqu’il est mal conçu.

Les trois questions ont des réponses justifiables, mais Richard Gage ne les a pas fournies. C’était bien pire que cela, parce que l’hôte s’était préparé à vaincre tout appel qu’il ferait à «thermite», utilisant le NIST comme son autorité et posant ainsi la question, en assumant la position du NIST qui est la position en doute:

La plupart des Américains sont trop crédules pour se rendre compte que cela cite la source même que Gage conteste. Mais ça aurait pu être pire. Il aurait pu souligner que Neils Harrit, un partisan de l’hypothèse de la nano-thermite, a estimé  qu’il aurait fallu «des centaines de tonnes» pour faire le travail  (où Harrit a également proposé  le calcul plus précis de 29 000 tonnes métriques à 143000 tonnes métriques pour chaque tour ) ou que le laboratoire Christopher Bollyn a cité Los Alamos comme sa source de «nano-thermite explosive» a déclaré à Gordon Duff  «qu’ils ne pouvaient rien produire de moins de 10 microns et qu’il ne pouvait pas faire un trou dans un morceau de papier » .

Pourquoi la nano-thermite ne peut pas la couper

Si cela avait été un épisode de  «The Twilight Zone» , cela aurait peut-être plus de sens où la vérité sur le 11 septembre est prise dans une distorsion temporelle. Richard Gage doit savoir maintenant que la nano-thermite ne peut pas être à la hauteur de ses capacités telles que avancées par Steven Jones, Kevin Ryan et d’autres, qui se considèrent comme les gardiens et les seuls vrais praticiens de la méthode scientifique dans la recherche sur le 11 septembre. La nano-thermite (ou même la «thermite», qui est le terme Gage utilisé) n’a que 1/13 de la force explosive du TNT et, quelle que soit sa contribution à l’effondrement du bâtiment 7, ne peut pas avoir été responsable de l’explosion. les tours jumelles.

Comme l’ observe Denis Spitzer et al.,  «Nano-matériaux énergétiques: opportunités pour des performances améliorées»,  Journal of Physics and Chemistry of Solids  (2010) , compte tenu du rôle crucial de l’expansion rapide des gaz pour effectuer des travaux par explosifs, déclare, «Nano-thermites générateurs de gaz: les thermites sont des matériaux énergétiques, qui ne libèrent pas d’espèces gazeuses lorsqu’elles se décomposent. Cependant, les explosifs peuvent être mélangés à des thermites pour leur conférer des propriétés de dynamitage », ce qui implique que, à moins d’être complétés par des explosifs, les nano-thermites ne sont pas explosifs. Alors Mark et moi avons peut-être été trop généreux.

Après avoir publié trois articles expliquant que la nano-thermite ne pouvait pas l’avoir fait et pour informer d’éminents chercheurs de cette découverte, Mark a écrit à Steven Jones, Richard Gage et d’autres. Dwain Deets, l’ancien chef de l’ingénierie de recherche et directeur des projets aéronautiques au NASA Dryden Flight Research Center, a écrit à Mark et lui a dit qu’il avait écouté notre interview sur  «The Real Deal»  et a déclaré: «Excellent entretien. Un pas vers la suppression des allégations qui dépassent les preuves. »

Dwain a également envoyé un diagramme illustrant certaines vitesses de détonation ainsi que les vitesses sonores (vitesse du son) dans divers matériaux. Ainsi, pour qu’un explosif puissant fragmente de manière significative un matériau, sa vitesse de détonation doit être égale ou supérieure à la vitesse du son dans ce matériau. Cette loi exige une vitesse de détonation d’au moins 3 200 m / s pour fragmenter le béton et de 6 100 m / s pour fragmenter l’acier, ce qui est bien au-delà de la vitesse de détonation la plus élevée enregistrée de 895 m / s pour la nano-thermite.

«Preuve explosive»

Ce n’est pas une surprise lorsque Richard Gage a recommandé «Explosive Evidence», le documentaire A & E911 sur ce qui est arrivé au World Trade Center, en particulier au WTC-7. Depuis sa publication le 12 septembre 2012, alors que Mark et moi avons publié nos études en mai-août 2011, A & E911 ont dû savoir que la théorie qu’ils présentaient s’était déjà révélée indéfendable pour des raisons scientifiques. Alors que les partisans de la nano-thermite prétendent être «scientifiques», ils violent les canons de la science en ne révisant pas leurs points de vue lorsque de nouvelles preuves ou de nouvelles hypothèses deviennent disponibles.

En effet, lors de la Midwest 9/11 Truth Conference, qui s’est tenue à Urbana, IL, le 22 septembre 2013, nous avons présenté «Explosive Evidence» comme  la première heure de la conférence , où j’ai avancé une critique de ses limites et de ses lacunes pendant la deuxième heure comme suit et a expliqué pourquoi les preuves actuellement disponibles étayent désormais la conclusion selon laquelle les tours jumelles ont été retirées à l’aide d’un agencement sophistiqué de micro ou mini armes nucléaires, qui semblent avoir été attachées aux colonnes centrales de chacune:

En effet, de nombreuses justifications avaient déjà été présentées lors des audiences de Vancouver, qui s’y sont déroulées du 15 au 17 juin 2012, y compris plusieurs présentations en faveur de l’utilisation des armes nucléaires le 11 septembre, la plus importante étant celle de Jeff Prager (où Don Fox présenté en son nom). Jeff a expliqué qu’en 2002, il avait entrepris de prouver que, le 11 septembre, 19 musulmans avaient détourné quatre avions et nous avaient attaqués. Mais en 2005, il a réalisé que c’était faux, a vendu son entreprise, a quitté les États-Unis et a commencé à enquêter sur le 11 septembre à plein temps. (Voir son  9/11 America Nuked .)

Comment ça a été fait

Dans  « Preuve de fission ternaire à New York le 11 septembre » il observe (1) que les échantillons de poussière sont la meilleure preuve de ce qui s’est passé le 11 septembre; (2) que les échantillons de l’USGS prélevés sur une douzaine d’endroits montrent comment divers éléments interagissent prouvent que des réactions de fission ont eu lieu; (3) que le myélome multiple dans la population générale à un taux de 3 à 9 incidents pour 100 000 personnes, mais le taux était de 18 pour 100 000 chez les premiers répondants; (4) que d’autres cancers relativement inhabituels sont apparus parmi les répondeurs, notamment le lymphome non hodgkinien, la leucémie, la thyroïde, le pancréas, le cerveau, la prostate, l’œsophage et les cancers du sang et du plasma; et (5) qu’en mars 2011, pas moins de 1 003 premiers intervenants sont décédés de divers cancers. Les éléments trouvés dans les échantillons de poussière de l’USGS fournissent un éventail assez étonnant de preuves de la présence d’armes nucléaires:

Baryum et strontium : Aucun de ces éléments ne devrait jamais apparaître dans les débris de construction  en ces quantités . Les niveaux ne tombent jamais en dessous de 400 ppm pour le baryum et ils ne descendent jamais en dessous de 700 ppm pour le strontium et atteignent plus de 3000 ppm pour les deux échantillons de poussière prélevés dans les rues Broadway et John.

Thorium et Uranium : Ces éléments n’existent que sous forme radioactive. Le thorium est un élément radioactif formé à partir de l’uranium par désintégration. C’est très rare et ne devrait jamais être présent dans les gravats de construction.  Donc, une fois de plus, nous avons des preuves vérifiables qu’un événement de fission nucléaire s’est produit.
Lithium:  Avec la présence de lithium, nous avons des preuves convaincantes que cette voie de fission de l’uranium vers le thorium et l’hélium, avec la désintégration ultérieure de l’hélium en lithium, a eu lieu.

Lanthane:  Le lanthane est le prochain élément de la voie de désintégration de l’élément baryum.

Yttrium : Le prochain élément de désintégration après le strontium, ce qui confirme davantage la présence de baryum.
Chrome : La présence de chrome est une autre signature «révélatrice» d’une détonation nucléaire.
Tritium : Un élément très rare et ne devrait pas être trouvé à des concentrations 55 fois normales au sous-sol du WTC-6 pas moins de 11 jours après le 11 septembre, ce qui est un autre signe «révélateur» des armes nucléaires.

De nouvelles recherches sur l’utilisation des armes nucléaires ont fourni une confirmation supplémentaire, y compris des études de Don Fox, Dr Ed Ward et Jeff Prager, montrent que ces éléments se produisent dans des modèles de corrélation qui rendent l’hypothèse pratiquement indéniable (pas que Steve Jones, Kevin Ryan et Richard Gage, entre autres, ne continuera pas à le nier), où Gordon Duff a récemment publié que  le nombre réel de New-Yorkais qui ont contracté ces cancers inhabituels liés au 9/11 est maintenant passé à plus de 70 000 .

Et ce n’est pas un problème nouveau. Dans son analyse des  «Avantages et inconvénients des audiences de Toronto» , par exemple, publiée le 20 septembre 2011, Joshua Blakeney a observé que le juge Richard Lee était préoccupé par les appels de Kevin Ryan à la nano-thermite et a demandé si elle avait déjà été utilisée. pour démolir un bâtiment. S’il y a même eu «un moment embarrassant» dans l’histoire du mouvement de la vérité sur le 11 septembre, cela doit être celui-ci. Alors pourquoi Richard Gage a-t-il répété l’erreur sur C-SPAN? N’était-ce pas une fois assez mauvais?

 

 

Il est ironique que la théorie de la nano-thermite, basée sur des échantillons de poussière, ait été remplacée par de nouvelles recherches basées sur des échantillons de poussière plus complets, mais cela est caractéristique de la recherche scientifique: la découverte de nouvelles données ou de nouvelles alternatives peut conduire à le rejet d’hypothèses précédemment acceptées, à l’acceptation d’hypothèses précédemment rejetées et à en laisser les autres en suspens, ce qui est caractéristique non seulement de la science en particulier mais de la rationalité de la croyance en général.

 Qu’en est-il des avions / pas d’avions?

Si l’impossibilité de la nano-thermite ayant détruit les tours jumelles pousse Richard Gage, Steve Jones et Neils Harritt vers le haut du mur, les questions qui se sont posées à propos des lieux de l’accident du 11 septembre et les preuves suggèrent que les quatre d’entre eux ont été fabriqués ou falsifiés ( quoique de différentes manières). C’était donc profondément troublant quand Richard Gage a laissé entendre que les accidents d’avion du 11 septembre étaient réels, ce qui contredit les preuves disponibles.

Mais nous avons la preuve documentaire que les vols 11 (tour nord) et 77 (Pentagone) n’étaient même pas programmés ce jour-là, où les registres d’enregistrement de la FAA montrent que les avions utilisés pour les vols 93 (Shanksville) et 175 (tour sud) n’ont pas été sortis de service («radié») jusqu’au 28 septembre 2005.

Alors, comment des avions qui n’étaient même pas dans les airs se sont-ils écrasés le 11 septembre? et comment des avions qui se sont écrasés le 11 septembre ont-ils pu encore voler quatre ans plus tard?

 

 

Pour de nombreux étudiants du 11 septembre, leur cerveau s’est coupé à l’idée même, même si  Pilots for 9/11 Truth  ont établi que le vol 93 était dans les airs ce jour-là, mais  qu’il était au-dessus de Champaign-Urbana, IL, après cela. se serait écrasé à Shanksville ; et que le vol 175 était également dans les airs ce jour-là, mais  qu’il était au-dessus de Harrisburg et de Pittsburgh, en Pennsylvanie, longtemps après qu’il avait prétendument heurté la tour sud . Cela signifie que les vidéos que nous avons vues des avions frappant les tours nord et sud impliquaient une forme de falsification, comme je l’ai expliqué à plusieurs reprises.

Cela ne veut pas dire que de vrais avions de toute nature – tels que des drones ou des avions militaires spéciaux – ont été utilisés à cette fin, car leur entrée n’a entraîné aucune perte de vitesse en violation de la troisième loi de Newton.

Et, comme Jack White, un étudiant légendaire de JFK, qui a tourné son attention sur le 11 septembre, l’a découvert, le composant du moteur trouvé à Church & Murray était sous un échafaudage en acier, assis sur un trottoir relativement intact, et n’était pas du bon proviennent d’un Boeing 767. Il a également trouvé des images de FOX NEWS d’hommes en gilets du FBI déchargeant quelque chose de lourd d’une camionnette blanche, ce qui aurait été une nouvelle sensationnelle si Richard Gage avait fait des observations de ce type sur C-SPAN:

 

Qu’aucun avion ne s’est écrasé à Shanksville devrait être évident pour quiconque a vu à quoi ressemble un véritable accident d’avion, comme la chute du «Malaysian 17» en Ukraine.

Bien que ce cas soit fascinant en soi, la preuve que nous avons été induits en erreur à propos du Pentagone va de la violation des lois de l’aérodynamique et de la physique entraînée par la trajectoire de vol officielle à la considération plus évidente que l’avion montré dans l’unique image que le Pentagone prétend montrer que «l’avion», comparé à l’image d’un Boeing 757 (correctement dimensionné pour comparaison), était beaucoup trop petit pour avoir été un Boeing 757:

Les problèmes concernant les avions seraient extrêmement intéressants pour le public que de parler d’éclats rouges et gris trouvés dans la poussière, surtout quand – même s’il s’agissait de   nano-thermite de bonne foi – ne peut pas expliquer comment les tours jumelles ont été détruites. Qu’aucun des avions du 11 septembre ne se soit réellement écrasé et qu’aucun des passagers à bord ne soit mort est une question entièrement différente, car cela prouve que toute la «guerre contre le terrorisme» était une fabrication.
Trop de membres du mouvement semblent oublier qu’une demi-douzaine ou plus des «pirates de l’air suicidaires» sont revenus vivants et bien portants le lendemain.  Gage n’a non seulement fait aucun des points évidents soulevés ici, mais a laissé entendre que l’avion du 11 septembre était réel. Dans les deux cas, des questions sont soulevées quant à sa compétence ou à son intégrité.

Qui était responsable et pourquoi?

Plus troublant que son incapacité à discuter des avions qui ne se sont pas écrasés – et à laisser entendre qu’ils étaient réels – était son incapacité totale à répondre à des questions simples et directes sur qui et pourquoi. Le 11 septembre date de l’effondrement de l’Union soviétique en 1990-91, qui a laissé le complexe militaro-industriel sans boogie man pour pacifier le public américain en ce qui concerne le «dividende de la paix» qu’il ne verrait jamais et une nouvelle menace à maintenir les milliards des contribuables entrent dans leurs coffres. Cela impliquait une collusion entre la CIA, les néo-conservateurs du ministère de la Défense et le Mossad, où Israël sortirait du 11 septembre comme «le grand gagnant».

Lors des audiences de Vancouver, Susan Lindauer a révélé des informations privilégiées selon lesquelles le 11 septembre était un «travail interne». Elle a servi de liaison entre la CIA et Saddam Hussein, qui était si désireux d’éviter la guerre avec les États-Unis qu’il a proposé d’acheter 1 000 000 de voitures par an pendant les dix prochaines années. Si cela ne suffisait pas, dit-il, faites-en les vingt prochains!  Imaginez où en seraient les États-Unis sur le plan économique si nous avions seulement repris sa proposition? Au lieu de cela, quand Susan a appris des plans pour attaquer l’Irak, elle a protesté vigoureusement auprès du président Bush. Pour avoir franchi cette étape, pour avoir exprimé ses inquiétudes face à l’injustice de tout cela, elle a été harcelée, intimidée, emprisonnée et torturée.

Le 11 septembre a été conçu comme une opération psychologique élaborée pour inculquer la peur au peuple américain afin de le manipuler pour qu’il soutienne l’agenda politique de l’administration Bush / Cheney, qui comprenait l’invasion de plusieurs nations du Moyen-Orient pour provoquer la création d’un nouveau siècle de domination américaine sur le monde pour les 100 prochaines années.

Les preuves étayent la conclusion que le 11 septembre était un «événement de sécurité nationale» qui a été autorisé aux plus hauts niveaux du gouvernement américain – la CIA, la NSA, le Pentagone et la Maison Blanche.

Cela a facilité un renversement de la politique étrangère des États-Unis et des contraintes extraordinaires sur la Constitution des États-Unis, qui ont considérablement accru la centralisation du pouvoir politique au sein de l’exécutif et dominant les pouvoirs législatif et judiciaire du gouvernement.

 

 

 

 

 

 

La création du Département de la sécurité intérieure a été particulièrement inquiétante, où le DHS a maintenant réquisitionné plus de 2 milliards de cartouches de munitions à pointe creuse de calibre .40, ce qui n’est même pas autorisé dans la conduite de la guerre en vertu des Conventions de Genève. Combiné avec plus de 300 camps de la FEMA à travers le pays, chaque Américain devrait s’alarmer des parallèles avec la montée du Troisième Reich en Allemagne avant la Seconde Guerre mondiale.

En tant qu’ancien officier du Corps des Marines, je suis extrêmement inquiet de l’avenir de mon pays, qui est passé de la nation la plus admirée et la plus respectée au monde – avec notre «vaillant allié» au Moyen-Orient, Israël – à être les plus méprisés et vilipendés. D’ici 2014, Richard Gage aurait dû connaître ces choses, ce qui rend son silence à leur sujet d’autant plus révélateur.

 

 

 

 

La Grande Conspiration du Silence:Les vies chrétiennes noires n’ont apparemment pas d’importance


Au Nigéria, au cours des 20 dernières années, 100 000 chrétiens ont été tués. Le Nigéria est en train de devenir le «plus grand terrain de meurtre de chrétiens au monde». Le président américain Donald Trump, en 2018, a soulevé la question avec le président nigérian Muhammadu Buhari. « Nous avons eu de très graves problèmes avec les chrétiens qui sont assassinés au Nigeria », lui a dit Trump. Le président Trump, cependant, est presque le seul parmi les dirigeants occidentaux à soulever la question. Lorsque son prédécesseur, le président Barack Obama, a rencontré Buhari, il n’a jamais parlé des meurtres de chrétiens. Sur la photo: Trump et Buhari le 30 avril 2018, à Washington, DC.

«Arrêtez les massacres», «Assez c’est assez», «Nos vies comptent», ont déclaré des chrétiens nigérians et des chefs d’églises réunis à Londres le 20 août pour manifester contre le massacre des chrétiens dans leur pays. Ils ont envoyé au Premier ministre britannique Boris Johnson une lettre accusant les médias internationaux de « conspiration du silence ».

Dans le même temps, un rapport de trois organisations – l’Organisation internationale pour la consolidation de la paix et la justice sociale, le Comité international sur le Nigéria et le Groupe parlementaire multipartite pour la liberté internationale de religion ou de conviction – a révélé qu’au Nigéria, ces 20 dernières années, 100 000 chrétiens ont été tués. Boko Haram, Al-Qaïda, les bergers peuls et d’autres groupes islamistes sont responsables de la mort de plus de 96 000 chrétiens lors de 21 000 attaques distinctes. Selon le rapport, 43 242 chrétiens ont été tués par Boko Haram, l’État islamique et Al-Qaïda; 18 834 sont morts dans les attaques peuls et 34 233 d’autres groupes armés. Le Nigéria est en train de devenir le «plus grand terrain de meurtre de chrétiens au monde».

«Cette chose est systématique», a déclaré l’archevêque anglican Benjamin Argak Kwashi de Jos; « c’est prévu; c’est calculé … leur intention est d’islamiser le Nigéria ».

Les enjeux sont stratégiques et immenses. Le Nigéria, déjà le pays africain le plus peuplé, pourrait avoir une population d’environ 800 millions d’habitants en 2100, selon une étude de The Lancet , et pourrait devenir la neuvième économie du monde. « Si l’Islam envahit le Nigéria, le reste de l’Afrique pourrait facilement en devenir la proie », a déclaré Mgr Hyacinth Egbebo .

Pour lire les reportages sur les massacres de chrétiens nigérians, la scène est toujours la même: un village avec quelques maisons pauvres entourées de champs ouverts. Les djihadistes apparaissent au milieu de la nuit et attaquent maison après maison. Ils enfoncent les portes, crient « Allahu akbar », assassinent les personnes âgées, violent et mutilent les femmes et les enfants, et les kidnappent contre rançon en tant qu ‘ » affaires « . Ils brûlent des maisons, des écoles et des églises. «C’est comme si la vie des chrétiens n’avait plus d’importance», a déclaré le pasteur Stephen Baba Panya, président de l’Église évangélique Winning All.

Non, il n'y a pas de génocide des chrétiens au Nigeria | Radio-Canada.ca

«Dans les États du nord et du centre du Nigéria, des milliers de civils ont été tués dans des attaques menées par Boko Haram, des bergers islamistes peuls et d’autres milices extrémistes», a écrit la baronne Caroline Cox. « Des centaines d’églises ont été réduites en décombres. Des communautés entières ont été forcées d’abandonner leurs maisons et leurs terres agricoles ». La Société internationale pour les libertés civiles et l’état de droit a mis en garde contre le risque d’un  » génocide à la rwandaise « .

Les organisations qui suivent la persécution des chrétiens dénoncent depuis longtemps ce qui se passe. En 2012, Portes ouvertes États – Unis était déjà en soulignant le risque de génocide au Nigeria. Huit ans après cela, combien de vies chrétiennes ont été perdues? Combien pourraient être sauvés si les médias, les chancelleries et les organisations internationales avaient fait pression sur les dirigeants nigérians pour qu’ils protègent leurs chrétiens? Pourquoi l’Occident n’a-t-il jamais lié les échanges commerciaux, diplomatiques, militaires et politiques avec le Nigéria à la protection de ses chrétiens?

Le président américain Ronald Reagan a lié les discussions avec l’Union soviétique à une campagne visant à laisser les Juifs de Russie quitter le pays. Mais même les juifs de l’Union soviétique ne subissaient pas les atrocités que les chrétiens du Nigéria subissent chaque jour.

Le président américain Donald Trump, en 2018, a soulevé la question avec le président nigérian Muhammadu Buhari. « Nous avons eu de très graves problèmes avec les chrétiens qui sont assassinés au Nigeria », lui a dit Trump . Le président Trump, cependant, est presque le seul parmi les dirigeants occidentaux à soulever la question. Lorsque son prédécesseur, le président Barack Obama, a rencontré Buhari, il n’a jamais parlé des meurtres de chrétiens.

Le président Trump devrait « nommer un envoyé spécial pour le Nigéria et la région du lac Tchad pour » se concentrer comme un rayon laser « sur les attaques de Boko Haram et d’autres militants islamiques … pour mettre fin au génocide des chrétiens dans la région », a exhorté l’ ancien membre du Congrès. Frank Wolf.

Il y a six ans, l’enlèvement de 276 étudiantes, pour la plupart chrétiennes, par le groupe islamiste Boko Haram à Chibok, au Nigéria, a conduit à une condamnation internationale. #BringBackOurGirls a tendance sur Twitter – sans surprise, sans effet sur Buhari. La campagne hashtag a été brève.

Une seule de ces adolescentes nigérianes kidnappées, Leah Sharibu , n’a pas réussi à retrouver sa liberté et a donc passé deux ans en captivité à Boko Haram. Pourquoi? Parce qu’elle avait refusé de renoncer au christianisme et de se convertir à l’islam. Sa mère s’est jointe à une manifestation à Londres, mais aucun grand journal européen n’a eu le temps pour elle. « Par fatigue ou honte de soi, ou les deux, nous fermons les yeux », a déclaré le journaliste Franz-Olivier Giesbert.

« La vie des chrétiens en Orient, en Afrique ou en Asie compte-t-elle? C’est une question que nous sommes en droit de nous poser quand nous voyons la place que nos chers médias accordent aux meurtres et aux discriminations dont les catholiques ou les protestants font l’objet sur la planète: rien ou presque rien, quelques heureuses exceptions (…) C’est notre tartuferie (hypocrisie) qui nourrit le choc des civilisations ».

Une autre exception était l’auteur français Bernard-Henri Lévy . Dans un long article, Lévy a décrit sa visite dans les églises et les villages nigérians incendiés et détruits par les fondamentalistes islamiques, tandis que les prêtres et les évêques locaux lui ont montré les photos de femmes chrétiennes mutilées après avoir refusé de se convertir à l’islam. Puis un Peul lui dit :

« C’est notre terre, il y a trop de chrétiens ici, les chrétiens sont des chiens et des enfants de putes. Ce sont des traîtres parce qu’ils se sont convertis à la religion blanche. Quand ils partiront tous, le Nigéria sera enfin libre ».

La journaliste américaine Kirsten Powers a écrit :

<< Les chrétiens du Moyen-Orient et d’Afrique sont massacrés, torturés, violés, kidnappés, décapités et forcés de fuir le berceau du christianisme. On pourrait penser que cette horreur pourrait dévorer les chaires et les bancs des églises américaines. Pas si. Le silence a été presque assourdissant. « 

Les principales églises américaines ont adopté le «signalement de la vertu» sur le racisme après la mort de George Floyd, mais aucun dirigeant chrétien n’a dit «Black Christian Lives Matter» pour sensibiliser le public au massacre des chrétiens. Comme l’a dit un évêque, le silence occidental sur la persécution des chrétiens a été  » sinistre « .

Le « génocide culturel » des Ouïghours par le régime chinois a été dénoncé et est carrément sur le radar de nos médias, et le « génocide des Rohingyas » au Myanmar a abouti à la Cour internationale de justice de La Haye; Les députés allemands et européens l’ ont condamné. Cependant, sur le génocide de 100 000 chrétiens dans le plus grand pays d’Afrique, l’Occident a simplement haussé les épaules.

 

 

 

Crime organisé:Les cartels mexicains se servent des drones pour éliminer les concurrents

Les cartels de la drogue mexicains se sont lancés dans la guerre des drones. Ils utilisent ces appareils volants armés pour éliminer leurs rivaux. Voici l’une des dernières tactiques dans les guerres de la drogue qui frappe ce pays d’Amérique centrale.

Les attaques aériennes sont devenues une arme courante pour le cartel Jalisco Nouvelle Génération (CJNG) qui, selon les autorités, contrôle un tiers du trafic de drogue vers les Etats-Unis.

La CJNG utilise de tels dispositifs depuis la fin 2017 dans différentes régions du Mexique, selon les experts.

Ce cartel est en bonne voie pour institutionnaliser l’utilisation de drones armés“, selon Robert Bunker de l’institut d’analyses C/O Futures. “Aucun autre cartel ne semble actuellement expérimenter ces engins armés.”

Au début de ce mois, une milice d’autodéfense formée par des fermiers du Michoacan a rapporté avoir trouvé deux drones avec des explosifs C4 et des charges de billes attachés à ceux-ci, et a rapporté avoir entendu des explosions qu’ils attribuent à ces engins.

Trois autres drones de la CJNG remplis d’explosifs ont été saisis plus tôt cette année, parmi les armes destinées au cartel rival Rosa de Lima.

En 2018, un drone armé a été utilisé pour attaquer un haut fonctionnaire mexicain à son domicile, ce que les autorités considèrent comme un avertissement car la cible n’était pas chez elle à ce moment-là.

Et dès 2017, quatre membres du cartel ont été arrêtés avec un drone transportant une bombe artisanale.

Les drones commerciaux étant désormais largement disponibles sur le marché, le seul défi pour les sicarios est de savoir les armer.

Le facteur limitant n’est pas tant la disponibilité d’explosifs de qualité militaire car des explosifs commerciaux ou artisanaux peuvent s’y substituer, mais les connaissances techniques de base nécessaires pour créer des engins explosifs improvisés“, selon les experts.

Les gadgets armés sont similaires à des “quadcoptères” armés comme celui utilisé dans une tentative d’attentat contre le leader vénézuélien Nicolas Maduro en 2018, ou des versions moins sophistiquées de drones-kamikaze utilisés par l’Etat islamique et d’autres groupes djihadistes au Moyen-Orient depuis 2016.

Source: Forbes/ El Universal


Les cartels mexicains et les drones armés d’explosif C-4

 

Le quotidien El Universal, au Mexique, rapporte la découverte de deux drones équipés d’explosif de type C-4. Ils se trouvaient dans des boites placées dans une voiture abandonnée par des membres du Jalisco New Generation Cartel à Tepacatepec, à l’ouest de Mexico. Sur les drones, des Mavic 2 Zoom de DJI, étaient scotchées des boites de type Tupperware.  A l’intérieur se trouvaient des charges de plastic accompagnées par des billes en acier et un détonateur. Le carton dans lequel se trouvaient les drones était maculé de sang : il semblerait que les trafiquants aient été blessés et mis en fuite avant d’avoir pu utiliser leurs appareils. On ne doit pas cette découverte à la police, mais à une milice citoyenne.

C’est inquiétant ?

 

 

 

Evidemment, d’autant que l’on connaît des précédents au Moyen-Orient, avec des Phantom de DJI d’ancienne génération dont le mécanisme de tilt de la caméra était utilisé comme levier actionné à distance pour lâcher des grenades sur des cibles. La pratique semble nouvelle avec des Mavic, mais tout aussi artisanale. Selon la milice qui a mis la main sur les drones, les cartels locaux avaient tenté d’utiliser des ULM pour lancer des attaques aériennes sur leurs adversaires. La police s’est équipée de radars, les trafiquants utilisent désormais des drones pour lancer des attaques. Selon les miliciens, il semblerait que, jusqu’à présent, les résultats des raids de drones n’aient pas été de francs succès : « le cartel n’a pas encore appris à voler et lâcher les explosifs avec suffisamment de précision ».

En France ?

 

Pas de souci en France car nous, nous avons adopté le signalement électronique à distance. Les trafiquants qui voudraient utiliser des drones de plus de 800 grammes comme le Mavic 2 Zoom doivent avoir suivi une formation en ligne sur FoxAlphaTango, avoir enregistré leur drone sur AlphaTango, installé à bord une balise électronique et collé une petite étiquette avec le numéro d’enregistrement. En effet, en cas d’absence de balise, si les forces de l’ordre sont équipées pour la détecter et si elles ont le temps de le faire et si le drone pèse plus de 800 grammes, le drone est… considéré comme potentiellement malveillant. Ouf, ça rassure, on respire et on remercie la loi dite « drones » de 2016.

 

Source : El Universal

 

 

Grâce à la Gigantesque Arnaque du COVID 19:L’homme le plus riche du monde vient de passer la barre de 200 milliards

Le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, a franchi la barre de 200 milliards d’euros de la fortune personnelle, alors que les actions de son mastodonte du commerce en ligne ont continué à monter en flèche, en raison de la demande croissante d’achats en ligne.

La percée s’est produite mercredi matin, lorsque les actions de la société ont atteint pour la première fois la valeur de 3404 dollars. L’action a continué à grimper dans l’après-midi pour finir la journée en hausse de 2,85 %, soit 95,36 dollars par action, à 3441,85 dollars, ce qui a fait monter la fortune personnelle de Bezos d’un coup de de 5 milliards de dollars, à 202 milliards de dollars.

Jeff Bezos, âgé 56 ans, dépasse maintenant de 77,7 milliards de dollars la fortune du fondateur de Microsoft, Bill Gates, qui a longtemps détenu le titre de l’homme le plus riche du monde mais qui se trouve maintenant au deuxième rang avec 124,3 milliards de dollars. Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, occupe la troisième place avec une valeur nette de 114,7 milliards de dollars.

Bezos a considérablement agrandi sa fortune en 2020, malgré la pandémie qui a gelé une grande partie de l’économie et a envoyé beaucoup de gens au chômage.

Sans les 87 milliards de dollars de Bezos, les dix personnes les plus riches du monde ont vu leur fortune augmenter de plus de 150 milliards de dollars cette année. Ce chiffre inclut les 73,6 milliards de dollars du PDG de Tesla, Elon Musk, alors que les actions de son constructeur automobile électrique sont montées en flèche.


EN COMPLÉMENTAIRE

Jeff Bezos, a gagné 13 milliards de dollars dans la seule journée du lundi,20 juillet 2020

Le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, a augmenté sa fortune d’un montant record de 13 milliards de dollars dans la seule journée de ce  lundi (20 juillet 2020) grâce à un boom alimenté par le confinement.

Un bond de 7,9% du cours de l’action d’Amazon a permis à l’homme le plus riche du monde de réaliser la plus forte augmentation en un jour de la fortune d’un individu dans l’histoire de l’indice des milliardaires de Bloomberg, qui suit la fortune des personnes les plus riches de la planète.

Jeff Bezos, âgé de 56 ans, pèse aujourd’hui  pour plus de 200 milliards de dollars ce qui le rend plus riche que les grandes entreprises telles que McDonald’s, Exxon Mobile et Nike.

Le magnat de la technologie a augmenté sa fortune de 74,4 milliards de dollars depuis le début de l’année, dans un contexte de hausse de 73% du prix de l’action Amazon. Le commerce sur Internet a bénéficié d’une demande accrue pour les achats en ligne, car les mesures de confinement ont enfermé les consommateurs dans leurs maisons.

Lundi, les actions Amazon ont affiché leur meilleure croissance journalière depuis décembre 2018. Les analystes s’attendent à ce que les revenus de la société de Seattle aient augmenté de 27% pour atteindre 80,7 milliards de dollars, bien que les bénéfices aient probablement chuté par rapport à l’année dernière en raison de la hausse des coûts.

La participation de 11 % de Bezos dans Amazon représente plus de 90% de sa valeur nette, tandis que le reste comprend sa société d’exploration spatiale Blue Origin, le journal Washington Post et 4,5 milliards de dollars en espèces et autres actifs, selon Bloomberg.

D’autres majors des nouvelles technologies ont également vu leur fortune exploser alors même que la pandémie a déclenché le pire ralentissement économique depuis la Grande Dépression. La fortune personnelle du PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a grossi de 14,8 milliards de dollars, tandis que celle du patron de Tesla, Elon Musk, a augmenté de 46,9 milliards de dollars, dont un bond de 5,7 milliards de dollars lundi,le 20 juillet 2020.


AUTRES INFORMATIONS

Jeff Bezos fait des bénéfices sur l’épidémie: il vend pour 3 milliards de dollars d’actions d’Amazon

Mercredi,8 août 2020, le PDG d’Amazon, âgé de 56 ans, a vendu exactement un million d’actions pour la somme 3,1 milliards de dollars (2,6 mld d’euros) de titres dans le jargon du commerce électronique, ce qui porte le total de ses ventes d’actions cette année à plus de 7 milliards de dollars.

Les actions d’Amazon ont pris plus de 90% depuis le début du confinement lié à la pandémie. Les gains énormes ont été alimentés par les consommateurs coincés à la maison qui se sont tournés vers Amazon pour leurs achats. L’action a augmenté de 0,6% jeudi, pour atteindre 3225 dollars.

Le patron d’Amazon milliardaire a annoncé en 2017 qu’il vendrait chaque année au moins un milliard de dollars d’actions détenues personnellement pour financer Blue Origin, qui a récemment publié des offres d’emploi pour son programme de voyage lunaire.

Blue Origin (“origine bleue”, en référence à la planète Terre) est une société créée par Jeff Bezos en 2000 dans le but de développer de nouvelles technologies permettant d’abaisser le coût d’exploration de l’espace.

Son activité principale est centrée sur la construction du lanceur lourd New Glenn qui doit effectuer son premier vol en 2021 et le développement de moteurs cryogéniques pour propulser un futur lanceur lourd.

 

Blue Origin a fait ses débuts en développant le New Shepard, une fusée mono-étage destinée au tourisme spatial qui a effectué son premier vol en 2015.

Le prix du voyage dans l’espace est très élevé“, a déclaré Jeff Bezos lors d’un gala de remise de prix en 2018. “Je suis en train de convertir mes gains à la loterie Amazon en un prix d’entrée beaucoup plus bas pour que nous puissions aller explorer le système solaire.

Jeff Bezos s’est enfermé dans une course à l’espace où il tente de rivaliser avec son collègue milliardaire technologique et PDG de Tesla, Elon Musk, qui dirige sa propre société de fusées, SpaceX. Les deux hommes veulent lancer un réseau de satellites qui diffusent des informations sur l’internet et rendre le tourisme spatial accessible au commun des mortels.

 

 

 


Bezos possède 10,9% des parts d’Amazon, alors que le poids lourd du commerce électronique a vu ses actions augmenter de 81,3%, la pandémie COVID-19 obligeant davantage de personnes à faire leurs achats depuis leur domicile. La valeur de la société s’élève désormais à 1,72 trillion de dollars.

Bezos possède également des parts dans la société de fusées spatiales Blue Origin, dont lil est le fondateur. Leur valeur s’élève à 7,2 milliards de dollars. De plus, il possède 7,1 milliards de dollars en espèces et autres actifs.

Bezos aurait déjà facilement dépassé la barre des 250 milliards de dollars s’il n’avait pas divorcé d’avec MacKenzie Scott, la mère de ses quatre enfants, qui a reçu 20 millions d’actions Amazon lors du divorce. Leur prix actuel de 67,2 milliards de dollars fait d’elle la 13e personne la plus riche du monde.

Source: Bloomberg

 

 

 

 

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:Le dictateur Erdoğan a besoin de nouveaux ennemis

*Cet article est le 4,000 ième  inscrit sur ce blog que vous appuyez de vos lectures et de vos partages.

Je tiens à vous féliciter et vous remercier pour toutes ces belles années ou j’ai eu l’immense plaisir  de Chercher et de Dire la Vérité qui est le thème de notre site.

Il y a un mois,le 22 juillet 2020,ma conjointe,amie et collaboratrice,Claudette Duval,nous a quitté après une longue suite de souffrance,de douleurs et   de séjours à l’hôpital.Elle aimait la vie et rêvait d’un monde meilleur.Elle croyait en la vie après la mort et ,pour elle,la mort n’existe pas:c’est une perception de l’esprit .En cela ,elle rejoint la pensée et la vision des grandes  Guides que furent Helena Blavastny et Maria Orsic.L’une a fondé la théosophie et l’autre,la Société du Vril.

Après avoir  longuement médité,j’ai décidé de revenir « sur les ondes » et de vous offrir  une nouvelle série d’émissions et de vidéos.

J’en profiterai pour vous offrir la science de la Grande Prêtresse du Vril.

Et en hommage à  Claudette Duval,la Grande Médium,je publierai sa biographie et fonderai une nouvelle fraternité spirituelle et philosophique.

Ainsi,malgré  que cet article annonce des relents de Troisième Guerre Mondiale,je le dédie à sa mémoire!

Votre serviteur,Michel Duchaine

 

Il y a quelques années (environ 5 ans) ,j’avais pris cette photo d’elle .
C’était juste avant de tomber gravement malade d’un avc.

 

Début de l’article numéro 4,000

 

Craignant une forte baisse de son taux d’approbation, en particulier au vu d’une crise économique imminente, l’homme fort islamiste de Turquie, le président Recep Tayyip Erdoğan, semble poursuivre de nouvelles guerres avec des ennemis réels ou imaginaires.

 

Le dictateur Erdogan,se prend pour un nouveau calife d’un nouvel empire ottoman.

Les données électorales et les recherches montrent que les Turcs ont tendance à s’unir derrière leur chef en période de crise ou de confrontation avec des ennemis étrangers. Selon le sondeur turc Metropoll, par exemple, le taux d’approbation d’Erdoğan a culminé à 71,1% en décembre 2013, lorsqu’il a présenté une série d’allégations de corruption à son sujet et à sa famille comme « une tentative de coup d’État ». Lors des élections législatives de 2015, le vote d’Erdoğan à l’échelle nationale est tombé à 37,5% et son Parti de la justice et du développement a perdu sa majorité parlementaire pour la première fois depuis son arrivée au pouvoir en 2002.

La cote d’approbation d’Erdoğan a de nouveau fortement augmenté à 67,6% après un putsch raté contre son gouvernement en juillet 2016. Au plus fort de la crise du COVID-19, sa cote était de 55,8%. Metropoll a déclaré que le taux d’approbation actuel d’Erdoğan était de 50,6%. Il pense avoir besoin de nouvelles tensions avec les adversaires passés et actuels de la Turquie.

Plus récemment, condamnant l’accord de normalisation historique entre Israël et les Emirats Arabes Unis (EAU), Erdoğan a déclaré que « parce que nous soutenons la Palestine », il envisage de retirer l’ambassadeur de Turquie des Emirats Arabes Unis. «J’ai donné des instructions à mon ministre des Affaires étrangères … Nous pouvons suspendre les relations diplomatiques [avec les Émirats arabes unis] ou rappeler notre ambassadeur à Abu Dhabi», a ajouté Erdoğan.

S’il le fait, la Turquie sera le seul pays de la région à ne pas avoir de relations diplomatiques avec l’Arménie et Chypre, ni de relations au niveau des ambassadeurs avec la Syrie, Israël, l’Égypte et les Émirats arabes unis. Les relations de la Turquie avec de nombreux pays où elle entretient des relations diplomatiques complètes ne sont pas en bien meilleure forme.

Fin juillet, avant même l’accord EAU-Israël, le ministre turc de la Défense Hulusi Akar a déclaré à Al Jazeera que la Turquie tiendrait Abu Dhabi, le principal émirat, responsable au bon moment et au bon endroit des «actions malveillantes commises en Libye et en Syrie». Il a déclaré que les EAU sont « un pays fonctionnel qui sert les autres politiquement ou militairement et est utilisé à distance ».

La Turquie a manifestement une profonde colère pour tout accord qui pourrait aider à stabiliser l’une des régions les plus instables du monde. Le 3 août, le ministère turc des Affaires étrangères a condamné un accord pétrolier conclu entre une société basée aux États-Unis et des Kurdes syriens pour le développement de champs pétrolifères dans le nord-est de la Syrie. Dans le nord-ouest de la Syrie, où la Turquie contrôle de petites poches de terres, Ankara a menacé de répondre militairement à des attaques potentielles contre ses forces.

 

Il y a aussi des différends «plus chauds». Ignorant les efforts internationaux pour trouver une solution diplomatique aux différends frontaliers maritimes avec son rival traditionnel de la mer Égée, la Grèce, le 10 août, la Turquie a repris l’exploration pétrolière et gazière en mer Méditerranée – quelques jours seulement après que le gouvernement turc a déclaré qu’il retarderait les enquêtes offshore pour rechercher un résolution diplomatique avec la Grèce.

Le président français Emmanuel Macron a appelé la Turquie à être sanctionnée et a accusé son gouvernement de violer les droits de la Grèce et de Chypre. Face à l’affirmation croissante de la Turquie, Macron a également ordonné à la marine française de la Méditerranée orientale de fournir une assistance militaire à la Grèce. Dans un autre mouvement, la France a signé un accord de défense avec Chypre. L’accord est entré en vigueur le 1er août. L’accord de coopération en matière de défense, d’une durée de deux ans, couvre l’énergie, la gestion des crises, la lutte contre le terrorisme et la coopération en matière de sécurité maritime entre Chypre et la France.

Alors que l’impasse s’approfondissait, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a convoqué son conseil de sécurité nationale. Une déclaration publiée à l’issue des réunions rappelait l’époque d’avant-guerre: « Nous sommes en pleine préparation politique et opérationnelle », a déclaré le ministre d’État George Gerapetritis sur la chaîne de télévision publique ERT. « La majeure partie de la flotte est prête à être déployée partout où cela est nécessaire. »

Si vous ajoutez à ce tableau périlleux les marines chypriote, israélienne et égyptienne, la Turquie se heurte à de formidables forces navales en Méditerranée. Lors d’un incident dangereux le 14 août, deux navires de guerre, la frégate Limnos de la marine grecque et le TCG Kemalreis de Turquie , sont entrés en collision en Méditerranée orientale.

Toutes ces tensions turco-grecques dans les mers de la mer Égée et de la Méditerranée renforcent une nostalgie turque d’un siècle de reprendre certaines îles grecques. Yeni Safak , un journal farouchement pro-Erdoğan, a suggéré que l’armée turque envahisse 16 îles grecques.

Le site Web Greek City Times a commenté :

« La discussion sur les guerres et l’invasion des îles grecques est … une tactique utilisée par le régime du président turc Recep Tayyip Erdoğan pour détourner l’attention de la population turque de la situation économique déplorable »,

L’idée d’Erdoğan de chasser le vote par des troubles régionaux ne se limite pas aux seules aventures navales. Dans le contexte d’une soudaine flambée de frontière entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie le 12 juillet, les armées turque et azérie ont lancé un exercice militaire conjoint de deux semaines, impliquant les forces aériennes et terrestres des alliés traditionnels.

Dans le sud-est de la Turquie, l’Irak a blâmé Ankara pour une attaque de drone qui a tué deux officiers militaires irakiens de haut rang. L’incident s’est produit peu de temps avant une visite prévue du ministre turc de la Défense Hulusi Akar à Bagdad. Un gouvernement irakien furieux a déclaré que le ministre turc n’était plus le bienvenu.

Erdoğan a besoin d’histoires épiques de puissance militaire contre des ennemis étrangers réels ou fabriqués pour raconter à un nombre croissant d’électeurs réticents face à une économie en difficulté. C’est une mauvaise nouvelle pour toute la région.

 

 

 

 

 

 

 

Description de la micro-bombe nucléaire larguée par les drones israéliens sur Beyrouth

 

VT avait encore raison. Nous avons estimé la profondeur du cratère à Beyrouth sur la base d’une mini-explosion nucléaire à 40 à 45 pieds. Le Washington Post rapporte que l’estimation officielle a été révisée à 45 pieds de 150.

  • Les avions israéliens étaient au-dessus
  • Le faux nitrate d’ammonium non explosif peut avoir existé
  • Des vidéos de missiles ont été diffusées et maintenant bloquées sur le net

 

VT: Le 2 novembre 2019, VT a rapporté qu’Israël avait développé une arme micro-nucléaire (micro-nuke). Sur une photographie divulguée d’Israël, une bombe nucléaire de moins d’une kilotonne est dévoilée. Ces armes, de la taille d’une canette de bière, sont capables d’explosions nucléaires d’environ 10 kilotonnes sans rayonnement résiduel, avec de très petits éclairs de combustion de carburant et peu de signes révélateurs d’explosion.

Dans une étrange tournure du destin, avec des vidéos de missiles, des avions au-dessus et tant de controverses sur de fausses explosions d’engrais, nous devons nous demander si les génies de Tel-Aviv, presque tous des prix Nobel, ont réussi quelque chose d’incroyable?

Les premières vidéos, démenties par qui-vous-savez, montraient des oiseaux volant dans le ciel de Beyrouth juste avant l’explosion. Un oiseau a choisi de suivre une route directe, plongeant vers la partie la plus chaude du feu et pondant un œuf cylindrique qui s’est fissuré avec ce qui semble maintenant être une omelette de 6 kilotonnes.

D’après un rapport secret de l’AIEA:

“Les années écoulées et des projets top-secrets ont été lancés en Amérique et en Israël pour remplacer l’ancien SADM (Special Atomic Demolition Munition Munition spéciale de démolition atomique ) avec son poids lourd et son excès de radioactivité, aboutissant au développement et aux essais réussis à Dimona en 1981 du « nouveau »micro-dispositif nucléaire. En utilisant la physique nucléaire avancée, les scientifiques ont trouvé un moyen de faire exploser la nouvelle bombe «petite valise» sans utiliser de réflecteur à l’uranium 238, et ont affiné davantage le Plutonium 239 dans son noyau à 99,78%.

Ces mesures ont abouti à une arme considérablement plus petite et plus légère que le SADM, qui avait également un autre énorme avantage. La nouvelle micro-bombe  nucléaire de Dimona était la toute première arme critique pouvant être utilisée en mode «furtif». Fini le réflecteur sale d’Uranium 238, et bienvenue à la pureté du plus petit noyau de Plutonium 239.

Le plutonium émet uniquement un rayonnement alpha, qui est à toutes fins pratiques «invisible» pour un compteur Geiger standard. En contraste direct avec ses cousins ​​plus mortels bêta et gamma, l’alpha ne peut parcourir que quelques mètres et est incapable de pénétrer la peau humaine. Rappelez-vous que cette micro-nuke (micro-bombe nucléaire) est une arme minuscule en termes de masse critique, avec son nombre limité de particules réparties sur une très large zone.

Vous devrez être à moins de cinq pieds pour détecter une seule particule. Bien que les particules alpha ne puissent pas pénétrer dans la peau, un tel rayonnement est extrêmement dangereux s’il est inhalé car le plutonium est la substance la plus toxique (qu’on connaît) pour l’homme. Si vous respiriez une bouchée immédiatement après l’explosion, vous seriez mort en moins d’une heure, peut-être en quelques minutes. ”

Courte vidéo préservée sur Twitter ici (soyez attentif et vous le verrez passer juste avant l’explosion):

 


Des drones israéliens larguent des mini-bombes nucléaires

2 novembre 2019
VT a des informations selon lesquelles Israël arme ses drones avec de petites armes nucléaires tactiques. La photo ci-dessus est un test d’une arme nucléaire à faible rendement testée en Israël. La photo est tirée d’une vidéo israélienne divulguée relative à leur programme secret d’armes nucléaires, des armes qui ont été utilisées en Syrie pour soutenir les terroristes islamiste dont l’Etat islamique ISIS.
Les armes elles-mêmes sont une réalisation technologique réalisée grâce à l’espionnage du programme d’armes nucléaires américain par l’infiltration de la direction du Département américain de l’énergie par ses 3 derniers chefs, qui, selon nos sources, travaillaient tous comme espions israéliens.

 

 

 

 

Des drones israéliens larguent des mini-bombes nucléaires

2 novembre 2019
VT a des informations selon lesquelles Israël arme ses drones avec de petites armes nucléaires tactiques. La photo ci-dessus est un test d’une arme nucléaire à faible rendement testée en Israël. La photo est tirée d’une vidéo israélienne divulguée relative à leur programme secret d’armes nucléaires, des armes qui ont été utilisées en Syrie pour soutenir les terroristes islamiste dont l’Etat islamique ISIS.
Les armes elles-mêmes sont une réalisation technologique réalisée grâce à l’espionnage du programme d’armes nucléaires américain par l’infiltration de la direction du Département américain de l’énergie par ses 3 derniers chefs, qui, selon nos sources, travaillaient tous comme espions israéliens.

 

L’histoire secrète des Micro-Nukes

Nous avons reçu des tonnes de données issues de diverses enquêtes, dont une grande partie «bouleverse le monde». Cela provient de plusieurs sources, mais toutes ne trouvent pas les mêmes réponses. Ce que nous avons noté, c’est que l’enquête initiale sur le 11/9, la vraie, était un «préliminaire», donné à la Maison Blanche, aux dirigeants du Congrès, au Pentagone et aux principaux juges. Lorsque le travail de suivi était effectué, il était stocké et non publié ou présenté. Ils voulaient enterrer le «11 septembre nucléaire» aussi profondément que possible.

Aujourd’hui, nous réécrivons l’histoire.

Nous avons établi et prouvé une physique solide qui a survécu à tous les défis, nous avons également établi la large présence du terrorisme d’État nucléaire, en grande partie centré autour d’Israël. Nous nous rapprochons également d’une explication plus «multinationale» des actions d’Israël, car nous les voyons coopérer avec d’autres, les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, dans la technologie des armes. Il y a longtemps, il a été établi que ces trois pays injectaient non seulement de la technologie, mais du matériel nucléaire en Israël.

Nous avons montré exactement qui et comment cela a été fait d’une manière dont personne d’autre ne l’a fait. À cette fin, cette série, publiée sous mon nom avec quelques articles sous Veterans Today, devrait être revue par des universitaires et des scientifiques, des experts en sécurité qui prennent vraiment leur travail au sérieux. Nous avons rendu très facile l’obtention de matériel qui n’est nulle part ailleurs. L’enracinement autour de VT semble être difficile pour certains.

Nous ne sommes pas dans le secteur de l’édition de livres et nous ne vendons pas non plus d’huile de serpent. J’ai déjà été informé par des «hauts dirigeants» que nous avons changé le monde et que le terrorisme nucléaire n’est plus si attrayant maintenant qu’il n’est plus secret. À cette fin, je tiens à remercier ceux qui sont horriblement offensés par la vérité et les dommages que nous avons causés à leurs campagnes de mensonges et de dissimulation. Ils ont fait avancer la cause en reconnaissant qui sont nos vrais ennemis bien plus qu’ils ne le savent.)

«Peu de temps après, les scientifiques se sont rendu compte qu’en créant la minuscule « arme principale » de la bombe à hydrogène, ils avaient également créé une micro-arme nucléaire relativement légère qui pouvait être portée par un seul soldat pour diverses utilisations contre des cibles de grande valeur, notamment des centrales hydroélectriques et des ponts.

Moins de deux ans plus tard, le premier de la série SADM [Special Atomic Demolition Munition] présenté en haut de cette page a été mis en service opérationnel. Le SADM «standard» qui a évolué aurait finalement un noyau de Plutonium 239 enfermé dans une mince couche d’uranium 238 non fissile connu sous le nom de «réflecteur à neutrons».

Brûlures éclair au plutonium et au napalm – mais pouvez-vous dire lesquelles sont lesquelles? Lorsque le SADM d’équivalence de 10 tonnes TNT est devenu critique, il a évidemment créé beaucoup moins de rayonnement que l’énorme et mal nommé «Little Boy» à Hiroshima, mais a quand même produit des niveaux dangereusement élevés de rayonnement résiduel. La majeure partie de cela provenait du réflecteur Uranium 238 très «sale» de SADM, qui, avec son noyau en Plutonium 239, a explosé en millions de particules au point de criticité.

Ce même matériau non fissile à l’uranium 238 provoque encore de graves maladies aujourd’hui, après avoir été tiré par des chars et des avions américains sous la forme d’obus ou d’ogives de missiles sous-critiques à l’uranium appauvri. Demandez à n’importe qui dans le sud de l’Irak et au Kosovo à quel point ce truc peut vous rendre malade.

——————

Toutes ces munitions contiennent de l’uranioum 237.

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:L’équilibre de la terreur sous les mers

Homme libre, toujours tu chériras la mer… Justement, il s’en passe de belles sous les flots, théâtre parmi d’autres de la grande rivalité entre l’empire et le Heartland et où se joue en partie l’équilibre de la terreur entre les deux grands.

 

On sait déjà qu’avec beaucoup moins, Moscou tient la dragée haute aux petits génies du Pentagone :

Avec un budget militaire dix fois moins élevé, Moscou donne une véritable leçon d’efficacité, ébréchant le mythe d’une Amérique performante, professionnelle, productive. Dans la course à l’armement, comme dans la conquête spatiale d’ailleurs, la réalité met souvent à mal l’image chimérique du « rêve américain » : amateurisme, gaspillages et fiascos militaro-industriels y sont légion.

Le seul budget de l’US Navy est trois plus élevé que la totalité du budget militaire russe. Et pourtant. Dans les profondeurs abyssales comme ailleurs, aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des… annuités.

L’amiral Dave Johnson est en émoi : « Nous faisons face à des adversaires difficiles. Vous n’avez qu’à voir le Severodvinsk. Je suis tellement impressionné par ce bâtiment que j’en ai fait construire une maquette dans mes bureaux. »

 

La bestiole a en effet tout pour plaire (ou déplaire, c’est selon) : double coque furtive, sonar très sophistiqué, automatisation poussée (65 membres d’équipage seulement) et, très bientôt, missiles hypersoniques Zircon.

L’amirauté impériale tire la sonnette d’alarme. Certes, on connaît la propension historique des militaires à exagérer les menaces afin d’obtenir des crédits supplémentaires, mais il s’agit d’autre chose ici. Il y a deux ans, le Severodvinsk a pris un bain de minuit dans l’Atlantique et la marine américaine a totalement perdu sa trace durant des semaines. Comme le dit l’adage, perdre un sous-marin ennemi en temps de paix est déjà un casse-tête ; en tant de guerre, c’est un désastre…

Une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais seule, les Russes ont mis au point une technique pour que les submersibles navigant sous la calotte glaciaire arctique puissent tirer leurs ogives nucléaires. L’idée n’est évidemment pas nouvelle. La banquise polaire est l’abri rêvé de tout sous-marin voulant échapper à la détection adverse. Mais elle empêche à son tour de lancer des projectiles.

Range des missiles nucléaires emportés par le nouveau submersible russe.

 

 

Durant la Guerre froide, les Soviétiques avaient déjà essayé de percer la glace avec des torpilles mais le résultat escompté n’était pas à la hauteur. Les Russes ont donc récemment mis au point des missiles perce-banquise, ouvrant la voie au missile intercontinental tiré ensuite.

 

 

 

Mise à jour: Nouvel Ordre Mondial sioniste :Israël frappe Beyrouth avec un missile nucléaire, Trump et le gouvernement libanais ont confirmé

 

 

Trump confirme qu’il s’agissait d’un bombardement, pas d’un accident et est immédiatement flagellé par la presse pro-israélienne …et ce n’est pas par hasard que Joe Biden a choisi Kamala Harris ,une juive,comme colistière.

 

Autre vidéo d’origine libanaise:

https://www.telewebion.com/episode/2339550

 

 

Voici ce que nous savons depuis:

  • Des preuves accablantes que les F 16 israéliens venaient de terminer une attaque contre l’entrepôt 12 lorsque la grande explosion s’est produite. Nous avons des dizaines de témoins oculaires fiables et de nombreuses vidéos, du son et même des avions qui sortent d’une plongée, pas des oiseaux, ils ne volent pas à 350 nœuds, pas normalement. (Beaucoup d’oiseaux s’envolaient, ils ressemblent exactement à des oiseaux)
  • Le gouvernement libanais et le Hezbollah acceptent maintenant que le nitrate d’ammonium n’était en aucun cas impliqué. Le Liban est construit sur la roche et tout doit être détruit. Les Libanais connaissent les explosifs, savent comment utiliser l’AN et tout le monde au Liban sait que c’est un canular. AN n’est pas explosif, il brûle même dans une suspension explosive (ANFO) à moins que de très grandes charges de TNT ne soient utilisées pour l’initier.
  • Tous impliqués dans l’histoire de l’AN, le conte du navire russe ou prétendant qu’il a explosé sont maintenant des suspects de terrorisme, bien que la plupart soient simplement des idiots d’Internet. AN est démystifié.
  • Cette vidéo a la vraie déclaration de Trump, il est à 100% derrière VT (embarrassant)
  • Les enquêteurs examinent maintenant une attaque israélienne complexe et à deux volets utilisant un probable missile Rampage à pointe nucléaire (nouvelle conception) tout en se couvrant d’une attaque F 16 et d’un éventuel explosif conventionnel. À ce stade, c’est très probablement comme le voient les enquêteurs.

Et maintenant, à l’histoire originale qui a été piratée, comptée à rebours par Google et bien plus encore. Nous adorons ça… VT avait raison une fois de plus alors que les médias mondiaux viennent de publier du slop bon marché. Cela ne se serait jamais produit avant que la démence précoce de Reagan ne prenne le train de la «libre entreprise» pour consolider les médias indépendants locaux et régionaux merveilleusement diversifiés de l’Amérique.

#Breaking #Syrie Le président Assad ordonne que toutes les frontières et tous les ports du pays soient ouverts au #Liban, ordonne à des caravanes d’ambulances de se rendre à #Beirut et à un ferry transporter les blessés vers les hôpitaux de #Damas, et lance un pont aérien de fournitures médicales et alimentaires entre les deux villes

L’absurdité au carré: les «Fact Checkers» de YouTube et Facebook, employés par les personnes qui, selon VT, ont mis en scène l’attaque, effacent les preuves d’Internet… qui l’aurait deviné.

 

Voici  l’image vidéo originale, jamais publiée nulle part, qui prouve que tout ce qui a été retiré sur Facebook et YouTube est réel.

Photo infrarouge originale soigneusement validée comme intacte et authentique.

 

Voici des Images infrarouges du missile lui-même avant l’impact:

 

 

Set II Caméra différente, angle différent

C’est le même missile vu sous un angle légèrement différent lors de l’impact.

 

Missile israélien Delilah transportant un missile nucléaire de 6 kilotonnes (6000 tonnes équivalent TNT) (photo non retouchée via VT Damas) Tineye dit que c’est une image unique et n’apparaît nulle part sur le Web.

Il s’agit d’une vidéo infrarouge qui montre, à 6 secondes, le missile entrant et frappant…

Il s’agit de la vidéo qui a été supprimée de YouTube pour « violation de contenu ».

 

L’analyse des pixels indique que c’est une bonne photo. Ainsi, le démystifier deviendra un énorme problème. Une armée de trolls est déjà sur Twitter et Facebook.

«La première explosion a été causée par le missile anti-navire Gabriel d’Israël. La deuxième explosion a été causée par le missile israélien Delilah du F16. Notre pays est complètement menacé par ce régime paresseux et corrompu. 

Il s’agit de la signature de rayonnement de l’explosion reçue d’une source en Italie, soumise à VT par l’Agence internationale de l’énergie atomique (ONU)

Trump confirme l’attaque (nucléaire non mentionnée) et est soudainement devenu un «ennemi d’Israël» (En 2015, Trump a été désigné VT comme une source de briefings de renseignement. Finalement, son personnel s’est tourné vers InfoWars et Steve Bannon. Vous pouvez voir comment cela a élaboré.)

 Un général de l’armée libanaise rapporte qu’Israël a largué une arme nucléaire tactique sur le port de Beyrouth aujourd’hui. Il rapporte que cela a été fait pour faire tomber le régime politique actuel et se révolter contre le Hezbollah.

Leur déni, presque identique à celui d’Israël, soutient cette hypothèse.

Alors que les mensonges commencent, rien dans cette explosion, le nuage de champignon ou la force de l’explosion n’est un feu d’artifice, qui était le premier mensonge, puis un engrais au nitrate d’ammonium, disent-ils sous 3k tonnes, qui a été stocké pendant des années pour être utilisé sur les terrains de golf du Liban. , quand ils décident de les construire. Non, rien d’aujourd’hui n’est drôle.

Nous ajoutons également que plus tôt dans la journée, la déclaration de Netanyahu qui, selon nous, est qu’Israël s’attribue le mérite de l’attaque. Beyrouth est toujours une bombe endommagée par Israël à partir de 2006. Comment vous prenez les déclarations de Netanyahu telles que décrites dans le Times of Israel aujourd’hui, est une question de foi, de confiance ou de conjecture.

 

 

Cependant, ce que me disent des sources influentes et crédibles de Beyrouth, c’est ceci:
«L’explosion de Beyrouth représente environ 100 fois plus d’énergie que l’explosion de Tianjin en 2015, soit 5,4 kilotonnes d’équivalent TNT (en utilisant une extrapolation linéaire de Tianjin, qui impliquait 800 tonnes d’ammonium nitrate).

Les armes nucléaires conventionnelles contre le Japon avaient 15 à 21 kilotonnes. Mais cette explosion est différente, c’est à cause de l’arme nucléaire tactique moderne qui contient jusqu’à 10 kilotonnes de matière hybride, y compris de l’uranium. C’est pour cette raison que nous avons encore de l’acide et des radiations dans l’air. Les installations de stockage à proximité du silo à grains ne sont PAS marquées pour le stockage des matières dangereuses, mais sont plutôt marquées pour les marchandises générales. Par conséquent, vous pouvez le deviner, de quoi nous serons nourris dans les heures à venir. – Ghayet Ali

«La première explosion a été causée par le missile anti-navire Gabriel d’Israël. La deuxième explosion a été causée par le missile israélien Delilah du F16. Notre pays est complètement menacé par ce régime paresseux et corrompu.

 

L’arme faisait 6 kilotonnes. Ce rapport maintenant:

«En obtenant des rapports de Beyrouth, une bombe nucléaire tactique miniature a été utilisée pour attaquer le port, des experts nucléaires et des chercheurs ont signalé au hasard les particules ayant réagi dans la boule de feu.

On s’attend à ce que le Hezbollah, nous dit-on, riposte contre Israël et ils disent qu’il n’y a aucun moyen pour que la Syrie ne soit pas introduite.

Jeff Smith de l’AIEA confirme qu’il s’agit d’une explosion nucléaire. Les mensonges sur les feux d’artifice dans les navires et les engrais sont ce que nous obtenons toujours. Vous ne stockez en aucun cas un centre-ville dans une grande ville comme Beyrouth. Pas beaucoup d’agriculture à Beyrouth et on n’y fête pas le 4 juillet.

La fumée pourrait bien être du carburant pour missiles, ce qui pourrait signifier qu’une installation de stockage de missiles a été touchée par Israël. Nous avons la confirmation d’Israël qu’ils prévoyaient d’attaquer Beyrouth il y a 5 jours en représailles aux attaques militaires du Hezbollah sur le Golan, qui n’ont été signalées nulle part.

On nous dit que le Liban a demandé des enquêteurs nucléaires de la Russie, mais il n’y a aucune tentative de protéger le site qui, même s’il s’agissait d’une arme propre moderne, est encore radioactif.

 

<blockquote class= »twitter-tweet »><p lang= »en » dir= »ltr »>So proud of this shop!<br>Jersey Journal takes home 11 statewide press association awards <a href= »https://t.co/QMuludKjgh »>https://t.co/QMuludKjgh</a></p>&mdash; Barbara Davis (@Natusb2) <a href= »https://twitter.com/Natusb2/status/1294118091958505473?ref_src=twsrc%5Etfw »>August 14, 2020</a></blockquote> <script async src= »https://platform.twitter.com/widgets.js » charset= »utf-8″></script>

 

 

Le gouverneur de Beyrouth qualifie l’explosion de «  catastrophe nationale proche d’Hiroshima  »

«Une brigade de pompiers de 10 personnes est arrivée sur les lieux. Ce qui s’est passé est très similaire à ce qui s’est passé dans les villes japonaises d’Hiroshima et de Nagasaki. Ils se sont rendus sur les lieux et ont disparu. C’est une catastrophe nationale pour le Liban. Nous ne savons pas comment nous allons gérer cela », a déclaré le gouverneur de Beyrouth, Marwan Abboud. (Spoutnik / Moscou)

«Israël n’a rien à voir avec l’explosion massive qui a secoué Beyrouth le 4 août, a annoncé la chaîne de télévision parlementaire du pays. Une déclaration similaire a été faite par un responsable israélien anonyme dans une interview à Reuters, tandis que le ministre des Affaires étrangères du pays, Gabi Ashkenazi, a affirmé que l’explosion était probablement un accident causé par un incendie. (Spoutnik / Moscou)

Auparavant / VT : Deux explosions à Beyrouth, une bombe guidée conventionnelle suivie d’une petite arme nucléaire. Il est maintenant confirmé que la cible est une installation de stockage de missiles du Hezbollah.

 

On s’attend à ce que le Hezbollah, nous dit-on, riposte contre Israël et ils disent qu’il n’y a aucun moyen pour que la Syrie ne soit pas introduite.

Jeff Smith de l’AIEA confirme qu’il s’agit d’une explosion nucléaire. Les mensonges sur les feux d’artifice dans les navires et les engrais sont ce que nous obtenons toujours. Vous ne stockez en aucun cas un centre-ville dans une grande ville comme Beyrouth. Pas beaucoup d’agriculture à Beyrouth et on n’y fête pas le 4 juillet.

La fumée pourrait bien être du carburant pour missiles, ce qui pourrait signifier qu’une installation de stockage de missiles a été touchée par Israël. Nous avons la confirmation d’Israël qu’ils prévoyaient d’attaquer Beyrouth il y a 5 jours en représailles aux attaques militaires du Hezbollah sur le Golan, qui n’ont été signalées nulle part.

On nous dit que le Liban a demandé des enquêteurs nucléaires de la Russie, mais il n’y a aucune tentative de protéger le site qui, même s’il s’agissait d’une arme propre moderne, est encore radioactif.

 

Le gouverneur de Beyrouth qualifie l’explosion de «  catastrophe nationale proche d’Hiroshima  »

«Une brigade de pompiers de 10 personnes est arrivée sur les lieux. Ce qui s’est passé est très similaire à ce qui s’est passé dans les villes japonaises d’Hiroshima et de Nagasaki. Ils se sont rendus sur les lieux et ont disparu. C’est une catastrophe nationale pour le Liban. Nous ne savons pas comment nous allons gérer cela », a déclaré le gouverneur de Beyrouth, Marwan Abboud. (Spoutnik / Moscou)

«Israël n’a rien à voir avec l’explosion massive qui a secoué Beyrouth le 4 août, a annoncé la chaîne de télévision parlementaire du pays. Une déclaration similaire a été faite par un responsable israélien anonyme dans une interview à Reuters, tandis que le ministre des Affaires étrangères du pays, Gabi Ashkenazi, a affirmé que l’explosion était probablement un accident causé par un incendie. (Spoutnik / Moscou)

Auparavant / VT : Deux explosions à Beyrouth, une bombe guidée conventionnelle suivie d’une petite arme nucléaire. Il est maintenant confirmé que la cible est une installation de stockage de missiles du Hezbollah.

 

C’est la deuxième explosion, qui ressemble à la boule de plasma d’une explosion nucléaire pour moi, notez la couleur blanche indiquant des températures extrêmement élevées – aucune explosion conventionnelle ne brûle si chaud. Notez également la grande hauteur de la boule de plasma – elle est plus haute que le silo à grains. Je me souviens très fortement du bombardement de Tianjin il y a quelques années. L’entrepôt à l’est dont il parle est le bâtiment noir montré dans les images vidéo ci-dessus.

Cela sent comme un article de couverture, je doute fort qu’il y ait eu des feux d’artifice, les petites explosions vues dans les vidéos étaient plus susceptibles d’avoir été des munitions cuisant à cause des incendies déclenchés par la première explosion.

RT vient de couvrir les explosions et cite un gouvernement libanais. ministre:

https://www.rt.com/news/497080-beirut-explosion-lebanon-videos /

Le ministre de la Santé Hamad Hassan a déclaré aux médias locaux qu’un navire transportant des feux d’artifice avait explosé dans le port. La séquence vidéo donne du poids à son explication, car elle montre une petite explosion suivie du crépitement de feux d’artifice, avant une seconde explosion massivement destructrice.

Les résidents locaux ont partagé des images montrant d’importants dommages matériels. Le bureau du journal Daily Star a été détruit par l’explosion, avec des fenêtres soufflées et des meubles jetés au sol. La correspondante de France24, Leila Molana-Allen, a déclaré que son appartement avait été «détruit par l’explosion», ajoutant qu’elle pensait que l’explosion avait été causée par un «missile à réaction».

On dirait que les Libanais ont inventé le navire rempli d’histoire de feux d’artifice pour couvrir la vérité. Molana-Allen a presque certainement raison – qu’il s’agissait d’une sorte de missile ou de bombe guidée larguée par un chasseur-bombardier à réaction.

Ou vont-ils avec celui que nous avons entendu tant de fois auparavant lorsque des armes nucléaires tactiques ont été utilisées – que c’était un stock d’explosifs qui a augmenté: bien sûr, ils nieraient qu’il s’agissait d’une attaque, personne n’admet jamais qu’une arme nucléaire est partie off, c’est terriblement mauvais pour l’opinion publique.

Le nitrate de sodium, essentiellement une grosse bombe d’engrais, non, ne pas acheter ça du tout, c’est l’histoire de couverture avec laquelle ils semblent aller.

Cette dame locale décrit une sensation de fusion, qui ressemble à un rayonnement qui la frappe – être frappée par un rayonnement ressemble à de la chaleur, cela vous brûle.

Je ne suis pas d’accord avec l’évaluation selon laquelle il s’agissait d’une explosion de particules fines, cela n’expliquerait pas la boule de plasma chauffée à blanc, seule une arme nucléaire peut l’expliquer.

Des fenêtres soufflé à 7 km indique une énorme explosion, encore une fois, suggérant qu’il s’agissait bien d’une bombe atomique.

La panne des téléphones est probablement due à l’impulsion électromagnétique produite par les armes nucléaires.

 

Il y a beaucoup de victimes, probablement principalement dues aux éclats de verre et aux débris.

Donc,peu importe les morts et les milliards de  perdus,Joe Biden,le pédophile opportumiste va serrer les mains sionistes juives  de l’AIPAC pour tout tenter afin de battre Donald Trump!Ces milliardaires de politiciens US sont totalement pourris!