Le Canada Totalitaire de Trudeau interdit « d’ignorer, de nier ou de minimiser » le mythe de l’Holocauste. La théologie politique juive inscrite dans le Code criminel

Selon l’OED, un « mythe » est un « thème ou modèle narratif traditionnel ou récurrent ; une intrigue standard dans la littérature. »  . Pour beaucoup, le mythe  de l’Holocauste [1] évoque l’espoir d’une rédemption universelle des maux absolus du racisme, de l’antisémitisme et du nationalisme blanc militant. Découlant de l’extermination prétendument planifiée du peuple juif par l’Allemagne « nazie » et ses collaborateurs, l’histoire de l’Holocauste a acquis un statut canonique dans les « cultures de la mémoire » officiellement construites dans tout l’Occident [2]. Au Canada, où le régime « politiquement correct » de Trudeau aspire clairement à être reconnu comme une superpuissance humanitaire, le gouvernement a suivi les traces de l’Allemagne et de plusieurs autres États européens en enchâssant le récit officiel dans le Code criminel, par l’article  s. 319. 

Un bel exemple de riche parvenu est Justin Trudeau.
Ce franc-maçon initié par son père Pierre Elioth Trudeau,pose ici au côté d’une jeune fille dénudée dans une manifestation.
Un bel exemple pour le peuple!

Désormais :

(2.1) Quiconque, en communiquant des déclarations, autrement que dans une conversation privée, encourage délibérément l’antisémitisme en tolérant, niant ou minimisant l’Holocauste

  • (a) est coupable d’un acte criminel et passible d’un emprisonnement maximal de deux ans; ou
  • (b) est coupable d’une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire.

Même avant que le droit pénal ne soit modifié pour interdire la « promotion délibérée de l’antisémitisme », les écoles, les universités, les églises et les médias au Canada stigmatisent régulièrement quiconque ose publiquement douter de la véracité du mythe de l’Holocauste. Le Parlement canadien a donc fait humblement écho à l’historien juif Alon Confino qui décrit l’Holocauste comme « un événement fondateur qui teste les limites de notre humanité ». Un autre historien juif, Matthew Feldman, reconnaît que l’interprétation reçue de « l’Holocauste » comme « le plus grand crime de l’histoire » émane une aura essentiellement religieuse [3]. Aucun député n’a voulu être vu en train de « profaner » la mémoire des victimes juives de « l’exemple suprême de l’inhumanité humaine » en votant contre les amendements proposés. Pour sa part, le gouvernement Trudeau peut être sûr que l’application de sa loi anti-blasphème postmoderne ne sera pas entravée par la très médiatisée Charte des droits et libertés. Pour un sceptique de la Charte de longue date comme moi, ce n’est pas une surprise.

Après les violations massives d’une foule de droits fondamentaux et de libertés civiles prétendument « garanties » par la Charte lors de la récente arnaque pandémique de Covid, la suppression des droits présomptifs de former et d’exprimer publiquement des opinions controversées sur l’histoire du Troisième Reich est à peu près normale .

Est-ce simplement une coïncidence si cette restriction de la liberté d’expression reflète le pouvoir et sert les intérêts d’un groupe ethnique particulier, très visible, économiquement bien doté, socialement privilégié et politiquement puissant ?

Assez curieusement, au moins un éminent porte-parole juif craint que le fait de « ignorer, nier ou minimiser l’Holocauste » une infraction pénale ne soit pas bon pour les Juifs. Néanmoins, Carolyn Yeager, une blogueuse américaine d’ascendance allemande, a documenté le large soutien à une telle législation au sein de la communauté juive organisée au Canada.

Lorsqu’il a été annoncé, le texte de la modification proposée par le régime Trudeau au Code criminel a été enfoui dans l’annexe 3 des documents budgétaires fédéraux présentés au Parlement au printemps 2022. À la fin juin, les modifications du gouvernement avaient traversé le Parlement comme partie d’un projet de loi budgétaire long et complexe, recevant la sanction royale sans débat sur ses mérites (au grand soulagement des députés, on s’en doute). La législation actuelle adopte la définition de l’Holocauste proposée à l’origine dans un projet de loi d’initiative parlementaire reflétée de manière flagrante par la mesure gouvernementale ; à savoir:

peut-on se fier à un mondialiste semblable ,prèt à tout pour quelques votes de plus?

Holocauste désigne la persécution et l’anéantissement planifiés et délibérés ( parrainés par l’État) de la communauté juive européenne par les nazis et leurs collaborateurs de 1933 à 1945

Il se trouve qu’une telle définition a été « niée » ou « minimisée » à plusieurs reprises par l’école dite « fonctionnaliste » des historiens traditionnels qui dépeignent l’Holocauste comme une réaction évolutive des bureaucrates, du personnel militaire et des collaborateurs aux événements pendant les années de guerre plutôt que le produit d’un stratagème « intentionnel », « planifié » ou « délibéré » dirigé du haut vers le bas. Il reste à voir si l’art. 319(3)(1)(c) fournira une défense adéquate à quelqu’un qui fait publiquement la promotion d’une interprétation « fonctionnaliste » de l’Holocauste. Selon cette disposition, nul ne peut être condamné si « les déclarations étaient pertinentes pour un sujet d’intérêt public, dont la discussion était d’intérêt public, et s’il a des motifs raisonnables de croire qu’elles sont vraies« . Ce moyen de défense n’empêche évidemment pas les poursuites dans lesquelles le processus est lui-même destiné à servir de sanction. En dehors du domaine respectable du débat académique convenable, cependant, les «révisionnistes» renégats risquent la pleine mesure de la rétribution légale.

L’épisode de la « Blackface » va continuer de hanter le politicien caméléon qu’est le franc maçon Justin Trudeau.

Pourquoi, alors, l’événement fondateur du christianisme, le mythe pascal entourant la mort et la résurrection de Jésus-Christ, mériterait un statut juridique moins protégé qu’une histoire crypto-théocratique d’une seule phrase officiellement prescrite et issue de la Seconde Guerre mondiale ?

Est-ce simplement une coïncidence si le mythe de l’Holocauste présente un arc narratif remarquablement similaire à l’histoire de Pâques ?
Bien que se déroulant au XXe siècle, la Shoah est l’histoire de souffrances juives imméritées dans les «camps de la mort» d’Europe de l’Est, suivies de leur résurrection ethno-religieuse triomphante dans « la terre promise, volée par la force des armes et par la terreur à ses habitants multiséculaires : les Palestiniens.

Au lendemain de sa victoire électorale:le premier libéral franc maçon prie avec ses alliés islamistes.

Au Canada, à partir de maintenant, quiconque « ferme les yeux », « nie » ou même « minimise » publiquement le récit de l’Holocauste juif est menacé de deux ans d’emprisonnement. Cette mesure répressive a été annoncée peu de temps après que des pasteurs chrétiens aient été inculpés pour avoir simplement organisé des services religieux le dimanche de Pâques en violation des ordonnances de santé publique pendant l' »urgence » artificielle de Covid. En contraste avec le respect obséquieux accordé aux sensibilités juives contemporaines, un tel manque de respect flagrant pour les rituels chrétiens séculaires représente un défi remarquable pour la théologie politique de chaque église anglo-protestante.

Les affirmations de vérité du mythe officiel de l’Holocauste sont-elles plus ou moins contestables que les récits bibliques et ecclésiastiques concernant le Jésus historique ? On entend souvent affirmer que « l’Holocauste » est « l’événement » le mieux documenté de l’histoire humaine. Mais quand, où et par qui les documents pertinents et fiables ont-ils été soumis à un contre-interrogatoire médico-légal libre, équitable et public et ouverts à un débat continu entre toutes les parties intéressées ?

Comment en sommes-nous arrivés à la triste situation actuelle ?

La réponse à cette question nécessite une critique fondamentale de la théologie politique anglo-protestante contemporaine et, en particulier, de celle de l’Église anglicane.

Après tout, étant donné une définition littérale de «politique» comme signifiant «affaires d’État», tout aspect de la théologie professée par l’Église d’Angleterre est politique dans le sens où il s’agit d’une église d’État établie. Certes, dans la première moitié du XXe siècle, les églises anglicanes des anciens dominions blancs n’étaient pas des églises d’État, mais leur adhésion majoritairement anglo-saxonne faisait largement confiance à leurs gouvernements et, suivant leur exemple, acceptait les déclarations de guerre contre l’Allemagne. en 1914 et 1939 sans hésitation significative.

De plus, en Grande-Bretagne, les évêques de l’Église d’Angleterre étaient membres de la Chambre des Lords. De facto, le gouvernement de l’époque décidait qui devait être identifié comme ennemi du peuple britannique et puni comme tel. Attribuer la culpabilité de l’état de guerre entre l’Allemagne et l’Empire britannique était une question de politique d’État. Dans le traité de Versailles (alias le Diktat) imposé à l’Allemagne en 1919 et dans les procès de Nuremberg après la défaite de l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, les gouvernements impérial et dominion ont confirmé l’accusation selon laquelle l’Allemagne était seule coupable d’avoir mené une guerre d’agression.

Mais la théologie politique désigne plus que les activités quotidiennes d’une église établie se conformant aux politiques de l’État. Selon le juriste allemand Carl Schmitt, la politique, au sens le plus profond, a à voir avec la distinction existentielle entre ami et ennemi. Parce que l’Église n’était pas un régime ecclésiastique autonome du peuple anglais, par et pour le peuple anglais, les amis et ennemis de l’État britannique étaient, ipso facto, amis ou ennemis de l’Église.

Malheureusement, ni les laïcs du WASP ni les dirigeants ecclésiastiques de l’Église d’Angleterre, que ce soit « chez eux » ou dans les dominions, n’ont pas fait grand-chose pour défendre et préserver les dimensions ethno-religieuses de l’identité anglicane.
Cela contraste fortement avec l’ethnocentrisme bien connu du peuple juif.
En enchâssant le mythe de l’Holocauste dans le Code criminel, le gouvernement canadien a adopté une théologie politique essentiellement juive.

Dirk Moses, professeur émérite du Frank Porter Graham d’histoire mondiale des droits de l’homme à l’Université de Caroline du Nord-Chapel Hill, dans son livre très apprécié sur les problèmes du génocide, identifie la structure narrative du mythe de l’Holocauste comme « l’archétype du génocide« . en droit international. Il observe que la loi et la culture populaire présentent « l’image de la victime juive en grande partie sans agent et innocente – c’est-à-dire apolitique – [comme] la victime « idéale » ou « exemplaire » ». Les juifs orthodoxes « mettent généralement l’accent sur… la religiosité traditionnelle des victimes juives » et « [c]ette interprétation théologique a imprégné la commémoration générale, qui constitue ainsi une théologie politique ». La « culture de la mémoire » mondiale officiellement prescrite adopte cette théologie politique particulariste chaque fois qu’elle associe les Juifs à « la forme archétypale et universelle de la victimisation ».
On ne peut nier la signification particulariste et ethno-religieuse du mythe de l’Holocauste. Cela était évident, par exemple, lorsqu’un trio de députés juifs de tous les partis s’est levé à la Chambre des communes d’offrir leur plein soutien lors de la deuxième lecture de Tory M.P. le projet de loi d’initiative parlementaire maintenant redondant de Kevin Waugh visant à criminaliser la « négation de l’Holocauste » au Canada. Le régime Trudeau, bien sûr, a un programme plus large, visant à redorer son blason autoproclamé en tant que premier État post-national. Le gouvernement va donc probablement « nier » ou « minimiser » le favoritisme ethno-religieux inhérent à sa décision de sanctifier la théologie politique juive par la force de la loi.

Quelles que soient les conséquences de cette décision au Canada, cependant, les anglo-protestants de toute l’anglosphère ont maintenant une rare occasion d’examiner comment leurs intérêts ethno-religieux pourraient être affectés par la criminalisation de la dissidence publique à l’égard du récit officiellement imposé de l’Holocauste. Nous devrions prier pour que l’occasion de réfléchir à qui « nous » sommes, d’où « nous » venons et peut-être même où « nous » allons ne soit pas manquée. Malheureusement, cependant, les anglo-protestants, en particulier les anglicans, ont adopté un humanitarisme libéral qui rend désormais pratiquement impossible la distinction entre « nous », et « eux ».

Andrew Fraser • August 11, 2022

Justin Trudeau et John Podesta:deux grands amis qui chuchottent à l’oreille!

NOTES

[1] Selon la définition de l’Oxford English Dictionary, un mythe est : « un récit traditionnel, portant en particulier sur l’histoire ancienne d’un peuple ou expliquant un phénomène naturel ou social, et impliquant typiquement des êtres ou événements surnaturels » (Oxford English Dictionary, 2017a).

Cette acception du mythe est largement répandue, et souvent associée à l’adjectif « mythologique ». Une seconde signification du mythe, liée à la première – toujours selon l’Oxford English Dictionary (2017a) – est celle d’« une croyance ou idée largement partagée mais fausse ». Ces deux définitions tendent à opposer le « mythe » à la « réalité .

Dans l’imaginaire commun, le mythe est généralement associé à des termes tels que ceux d’histoire ou de conte. Mais les mythes ne sont pas de simples histoires ; ils sont très réels au sens où ils sont activement forgés et reproduits par des groupes d’individus – qui peuvent sincèrement y croire, ou pas, pour différentes raisons –, au sein de réseaux qui forment des coalitions et des lobbies sur lesquels ces mythes s’appuient.

[2]Avant et après « l’Holocauste » : effectifs de la population juive en 1933 et 1948

Depuis plus d’un siècle, l’Almanach juif mondial est largement considéré comme la source la plus authentique des chiffres de la population juive dans le monde. Les universitaires du monde entier, y compris les éditeurs de l’Encyclopedia Britannica, se fiaient à l’exactitude de ces chiffres. Voici ce que les Alamanacs du monde de 1933 et 1948 avaient à dire sur la population mondiale des Juifs.
Selon le World Almanac, la population mondiale de Juifs est passée (!) Entre 1933 et 1948 de 15 315 000 à 15 753 000. Si le gouvernement allemand sous Adolf Hitler avait – comme on le prétend – assassiné six millions de Juifs, ces pertes auraient dû être reflétées dans les chiffres de la population juive cités dans l’Almanach mondial.

Almanach mondial 1933:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Almanach mondial 1948 :

 

 

 

 

 

 

Les soupçons soulevés par les chiffres ci-dessus concernant la véracité des allégations portées contre le gouvernement hitlérien sont confirmés par le rapport officiel en trois volumes du Comité international de la Croix-Rouge, publié en 1948 à Genève, selon lequel 272 000 détenus des camps de concentration sont morts en détention, environ la moitié d’entre eux étaient juifs. L’article suivant précise.

Une évaluation factuelle de « l’Holocauste » par la Croix-Rouge

Les juifs et les camps de concentration : aucune preuve de génocide

Il existe une enquête sur la question juive en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale et sur les conditions des camps de concentration en Allemagne qui est presque unique dans son honnêteté et son objectivité, le rapport en trois volumes du Comité international de la Croix-Rouge sur ses activités pendant la Seconde Guerre mondiale, Genève, 1948.

Ce récit complet d’une source entièrement neutre incorporait et développait les conclusions de deux ouvrages antérieurs : Documents sur l’activité du CICR en faveur des civils détenus dans les camps de concentration en Allemagne 1939-1945 (Genève, 1946) et Inter Arma Caritas : l’Œuvre du CICR pendant la Seconde Guerre mondiale (Genève, 1947). L’équipe d’auteurs, dirigée par Frédéric Siordet, a expliqué dans les premières pages du Rapport que son objet, dans la tradition de la Croix-Rouge, avait été la stricte neutralité politique, et c’est là sa grande valeur.

Le CICR a appliqué avec succès la convention militaire de Genève de 1929 afin d’avoir accès aux internés civils détenus en Europe centrale et occidentale par les autorités allemandes. En revanche, le CICR n’a pu obtenir aucun accès à l’Union soviétique, qui n’avait pas ratifié la Convention. Les millions d’internés civils et militaires détenus en URSS, dont les conditions étaient connues pour être de loin les pires, étaient complètement coupés de tout contact ou contrôle international.

Le rapport de la Croix-Rouge est précieux en ce qu’il clarifie d’abord les circonstances légitimes dans lesquelles les Juifs ont été détenus dans des camps de concentration, c’est-à-dire en tant qu’ennemis étrangers. En décrivant les deux catégories d’internés civils, le rapport distingue le second type comme « les civils déportés pour des raisons administratives (en allemand, « Schutzhäftlinge »), qui ont été arrêtés pour des motifs politiques ou raciaux parce que leur présence était considérée comme un danger pour l’État ou les forces d’occupation » (Vol. 111, p. 73). Ces personnes, poursuit-il, « ont été assimilées à des personnes arrêtées ou emprisonnées de droit commun pour des raisons de sécurité ». (P.74).

Le rapport admet que les Allemands ont d’abord été réticents à autoriser la surveillance par la Croix-Rouge des personnes détenues pour des raisons de sécurité, mais vers la fin de 1942, le CICR a obtenu d’importantes concessions de l’Allemagne. Les personnes du CICR ont été autorisées à distribuer des colis alimentaires aux principaux camps de concentration en Allemagne à partir d’août 1942, et « à partir de février 1943, cette concession a été étendue à tous les autres camps et prisons » (Vol. 111, p. 78). Le CICR établit rapidement des contacts avec les commandants des camps et lance un programme de secours alimentaires qui se poursuit jusqu’aux derniers mois de 1945, pour lesquels des lettres de remerciements affluent d’internés juifs.

Les récipiendaires de la Croix-Rouge étaient juifs

Le rapport indique que «jusqu’à 9.000 colis étaient distribués quotidiennement. >De l’automne 1943 jusqu’en mai 1945, environ 1.112.000 colis d’un poids total de 4.500 tonnes ont été expédiés vers les camps de concentration » (Vol. III, p. 80). En plus de la nourriture, ceux-ci contenaient des vêtements et des fournitures pharmaceutiques. « Des colis ont été envoyés à Dachau, Buchenwald, Sangerhausen, Sachsenhausen, Oranienburg, Flossenburg, Landsberg-am-Lech, Flöha, Ravensbrück, Hambourg-Neuengamme, Mauthausen, Theresienstadt, Auschwitz, Bergen-Belsen, vers des camps près de Vienne et dans le centre et le sud. Allemagne. Les principaux bénéficiaires étaient des Belges, des Néerlandais, des Français, des Grecs, des Italiens, des Norvégiens, des Polonais et des Juifs apatrides » (Vol. III, p. 83).

Au cours de la guerre, « Le Comité a été en mesure de transférer et de distribuer sous forme de secours plus de vingt millions de francs suisses collectés par des organisations juives d’aide sociale à travers dans le monde, notamment par l’American Joint Distribution Committee de New York » (Vol. I, p. 644). Cette dernière organisation a été autorisée par le gouvernement allemand à maintenir des bureaux à Berlin jusqu’à l’entrée américaine dans la guerre. Le CICR s’est plaint que l’obstruction de leur vaste opération de secours aux internés juifs ne venait pas des Allemands mais du blocus serré de l’Europe par les Alliés. La plupart de leurs achats de vivres de secours ont été effectués en Roumanie, en Hongrie et en Slovaquie.

Le CICR avait des éloges particuliers pour les conditions libérales qui régnaient à Theresienstadt jusqu’au moment de leurs dernières visites en avril 1945. Ce camp, « où se trouvaient environ 40.000 Juifs déportés de divers pays, était un ghetto relativement privilégié » (Vol. III , p. 75). Selon le rapport, « ‘Les délégués du Comité ont pu visiter le camp de Theresienstadt (Terezin) qui était utilisé exclusivement pour les Juifs et était régi par des conditions spéciales. D’après les informations recueillies par le Comité, ce camp avait été mis en place à titre expérimental par certains dirigeants du Reich… Ces hommes voulaient donner aux Juifs les moyens d’établir une vie communautaire dans une ville sous leur propre administration et possédant une autonomie presque complète. . . deux délégués purent visiter le camp le 6 avril 1945. Ils confirmèrent l’impression favorable acquise lors de la première visite » (Vol. I, p . 642).

Le CICR a également fait l’éloge du régime d’Ion Antonescu de la Roumanie fasciste où le Comité a pu accorder une aide spéciale à 183.000 Juifs roumains jusqu’à l’époque de l’occupation soviétique. L’aide cessa alors et le CICR se plaignit amèrement de n’avoir jamais réussi « à envoyer quoi que ce soit en Russie » (Vol. II, p. 62). La même situation s’appliquait à de nombreux camps allemands après leur « libération » par les Russes. Le CICR a reçu un volumineux flux de courrier d’Auschwitz jusqu’à la période de l’occupation soviétique, lorsque de nombreux internés ont été évacués vers l’ouest. Mais les efforts de la Croix-Rouge pour envoyer des secours aux internés restés à Auschwitz sous contrôle soviétique ont été vains. Cependant, des colis alimentaires ont continué d’être envoyés aux anciens détenus d’Auschwitz transférés à l’ouest dans des camps tels que Buchenwald et Oranienburg.

Aucune preuve de génocide

L’un des aspects les plus importants du rapport de la Croix-Rouge est qu’il clarifie la véritable cause de ces décès qui se sont sans aucun doute produits dans les camps vers la fin de la guerre. Selon le rapport : « Dans l’état chaotique de l’Allemagne après l’invasion au cours des derniers mois de la guerre, les camps n’ont reçu aucun approvisionnement alimentaire et la famine a fait un nombre croissant de victimes. Lui-même alarmé par cette situation, le gouvernement allemand en informa enfin le CICR le 1er février 1945… En mars 1945, des discussions entre le président du CICR et le général S.S. Kaltenbrunner donnèrent des résultats encore plus décisifs. Les secours pouvaient désormais être distribués par le CICR, et un délégué était autorisé à rester dans chaque camp… » (Tome III, p. 83).

De toute évidence, les autorités allemandes se sont efforcées de remédier à la situation désastreuse dans la mesure où elles le pouvaient. La Croix-Rouge est assez explicite en déclarant que les approvisionnements alimentaires ont cessé à cette époque en raison du bombardement allié des transports allemands, et dans l’intérêt des Juifs internés, ils avaient protesté le 15 mars 1944 contre « la guerre aérienne barbare des Alliés » ( Inter Arma Caritas, p. 78). Le 2 octobre 1944, le CICR avertit le ministère allemand des Affaires étrangères de l’effondrement imminent du système de transport allemand, déclarant que les conditions de famine pour les habitants de toute l’Allemagne devenaient inévitables.

En traitant de ce rapport complet en trois volumes, il est important de souligner que les délégués de la Croix-Rouge internationale n’ont trouvé aucune preuve dans les camps de l’Europe occupée par l’Axe d’une politique délibérée d’extermination des Juifs. Dans l’ensemble de ses 1600 pages, le rapport ne mentionne même pas une telle chose comme une chambre à gaz. Il admet que les Juifs, comme beaucoup d’autres nationalités en temps de guerre, ont souffert des rigueurs et des privations, mais son silence complet sur le sujet de l’extermination planifiée est une ample réfutation de la légende des Six Millions. Comme les représentants du Vatican avec lesquels elle travaillait, la Croix-Rouge se trouva incapable de se livrer aux accusations irresponsables de génocide qui étaient devenues à l’ordre du jour. En ce qui concerne le véritable taux de mortalité, le rapport souligne que la plupart des médecins juifs des camps étaient utilisés pour combattre le typhus sur le front oriental, de sorte qu’ils n’étaient pas disponibles lorsque les épidémies de typhus de 1945 ont éclaté dans les camps. (Vol. I, p. 204 et suiv.) – Incidemment, il est souvent affirmé que des exécutions massives ont été effectuées dans des chambres à gaz astucieusement déguisées en douches. Encore une fois, le rapport rend cette allégation absurde. « Non seulement les lavoirs, mais les installations pour les bains, les douches et la lessive ont été inspectés par les délégués. Ils ont souvent dû prendre des mesures pour que les luminaires soient moins primitifs et pour les faire réparer ou agrandir » (Vol. III, p. 594).

Tous n’ont pas été internés

Le volume III du rapport de la Croix-Rouge, chapitre 3 (I. Population civile juive) traite de «l’aide apportée à la section juive de la population libre», et ce chapitre montre clairement que tous les juifs européens n’étaient en aucun cas placés dans des camps d’internement, mais restèrent, sous réserve de certaines restrictions, au sein de la population civile libre. Cela entre directement en conflit avec l’« ampleur » du prétendu « programme d’extermination », et avec l’affirmation dans les faux mémoires de Höss selon laquelle Eichmann était obsédé par l’arrestation de « chaque Juif sur lequel il pouvait mettre la main ».

En Slovaquie, par exemple, où l’assistant d’Eichmann, Dieter Wisliceny, était en charge, le rapport indique qu’« une grande partie de la minorité juive avait l’autorisation de rester dans le pays et, à certaines périodes, la Slovaquie était considérée comme un refuge comparativement sûr pour les Juifs, surtout pour ceux qui viennent de Pologne. Ceux qui sont restés en Slovaquie semblent avoir été relativement en sécurité jusqu’à la fin du mois d’août 1944, lorsqu’un soulèvement contre les forces allemandes a eu lieu. S’il est vrai que la loi du 15 mai 1942 avait entraîné l’internement de plusieurs milliers de Juifs, ces personnes étaient détenues dans des camps où les conditions de nourriture et de logement étaient tolérables, et où les internés étaient autorisés à effectuer un travail rémunéré à des conditions presque égales à celles du marché du travail libre » (Vol. I, p. 646).

Non seulement une grande partie des quelque trois millions de juifs européens évita complètement l’internement, mais l’émigration des juifs se poursuivit tout au long de la guerre, généralement via la Hongrie, la Roumanie et la Turquie. Ironiquement, l’émigration juive d’après-guerre des territoires occupés par l’Allemagne a également été facilitée par le Reich, comme dans le cas des Juifs polonais qui s’étaient enfuis en France avant son occupation. « Les Juifs de Pologne qui, pendant leur séjour en France, avaient obtenu des permis d’entrée aux États-Unis étaient considérés comme des citoyens américains par les autorités d’occupation allemandes, qui ont en outre accepté de reconnaître la validité d’environ trois mille passeports délivrés aux Juifs par les consulats de Pays d’Amérique du Sud » (Vol. I, p. 645).

En tant que futurs citoyens américains, ces Juifs étaient détenus au camp de Vittel, dans le sud de la France, pour étrangers américains. L’émigration des Juifs européens de Hongrie en particulier s’est déroulée pendant la guerre sans être gênée par les autorités allemandes. « Jusqu’en mars 1944« , précise le. Rapport de la Croix-Rouge, « Les Juifs qui avaient le privilège de visas pour la Palestine étaient libres de quitter la Hongrie » (Vol. I, p. 648). Même après le remplacement du gouvernement Horthy en 1944 (suite à sa tentative d’armistice avec l’Union soviétique) par un gouvernement plus dépendant de l’autorité allemande, l’émigration des Juifs se poursuit.

Le Comité a obtenu les promesses de la Grande-Bretagne et des États-Unis « de soutenir par tous les moyens l’émigration des Juifs de Hongrie », et de la part du gouvernement américain, le CICR a reçu un message indiquant que « le gouvernement des États-Unis… t spécifiquement réitère son assurance que des dispositions seront prises par lui pour la prise en charge de tous les Juifs qui, dans les circonstances actuelles, sont autorisés à partir » (Vol. I, p . 649).

Biedermann a convenu que dans les dix-neuf cas où « Est-ce que Six Million sont réellement morts? »  cités dans le rapport du Comité international de la Croix-Rouge sur ses activités pendant la Seconde Guerre mondiale et Inter Arma Caritas (cela inclut le matériel ci-dessus), il l’a fait avec précision.

Citation de Charles Biedermann (délégué du Comité international de la Croix-Rouge et directeur du Service international de recherches de la Croix-Rouge) sous serment au procès Zündel (9, 10, 11 et 12 février 1988).

Ce qui précède est le chapitre neuf du livre « Did Six Million Really Die? ».

Source

Commentaire

    Parmi les ouvrages les plus connus sur la Seconde Guerre mondiale, il y a « La Croisade en Europe » du général Eisenhower (559 pages), « La Seconde Guerre mondiale » de Winston Churchill (6 volumes ; 4 448 pages) et « Mémoires de guerre » du général de Gaulle (3 tomes ; 2 054 pages).
Il n’y a absolument aucune mention d’un quelconque «Holocauste», génocide des Juifs ou chambres à gaz dans ces ouvrages, ou par d’autres sommités moins importantes qui ont écrit sur la Seconde Guerre mondiale.

    Winston Churchill : Vous devez comprendre que cette guerre n’est pas contre Hitler ou le national-socialisme, mais contre la force du peuple allemand, qui doit être brisée une fois pour toutes, qu’elle soit entre les mains d’Hitler ou d’un prêtre jésuite .*** Emrys Hughes, Winston Churchill – Sa carrière dans la guerre et la paix, p. 145

     L’affirmation selon laquelle 6 millions de Juifs étaient en péril a été faite avant la Révolution bolchevique, avant la Première Guerre mondiale, et bien sûr avant la Seconde Guerre mondiale, qui étaient TOUTES initiés et financées par les Juifs.

[3]Holocauste. Le mythe de « L’Holocauste » a été révélé 7 ans avant qu’il n’est sensé se produire, et celui des « 6 millions de morts »a été imposé dans le Talmud !!

Des fausses sonnettes d’alarme concernant la mort de « millions de Juifs » avaient déjà sonné pendant la Première Guerre mondiale et durant la Guerre Civile Russe qui a suivi. Quant au chiffre des 6 millions de juifs morts dans des camps de concentration, il a été prévu dans les anciennes écritures juives, disant que les juifs ne pourront revenir dans la « Terre Promise » qu’après la mort violente de six millions d’entre eux. En  imposant ce double mensonge aux juifs et aux non juifs, les sionistes ont fait de l’Holocauste une affaire extrêmement rentable financièrement, politiquement, et moralement. S’adjugeant le monopole de l’Holocauste, ils effacent  d’un coup tous les autres génocides commis par les Anglais et les Américains (juifs et chrétiens) contre les autres peuples et nations, et qui sont réels et radicalement mortels.

 

Pendant le bruit fort et la fureur enfumée du temps de guerre, de si grands témoignages de génocide semblaient quelque peu plausibles pour le lecteur superficiel des journaux –déjà menteurs- de l’époque. Mais pendant la période de paix des années 1930, même l’adorateur de journal le plus louche ne croirait jamais ces contes. Pourtant, comme nous le verrons, cela n’a pas empêché les audacieux sionistes d’essayer.

Alfred Tarski (@AlfredTarski) / Twitter

Alfred Tarski 

À l’approche des Jeux olympiques de Berlin de 1936, Adolf Hitler est au pouvoir depuis près de 3 ans et demi. La campagne de haine anti-allemande initiale de 1933-34 a diminué, parce que le monde réalise maintenant que la propagande des atrocités anti juives était fausse. Bien que renvoyés des premières positions dans la presse, la banque, le gouvernement et le milieu universitaire, les Juifs qui restent en Allemagne prospèrent dans l’économie revitalisée. Au cours des années 1930, 75% des juifs allemands sont de classe moyenne ou riche. Même le légendaire Max Warburg, bien que dépouillé de sa domination sur la Banque centrale allemande, a choisi de rester en Allemagne jusqu’en 1938, faisant de sérieuses affaires bancaires tout le temps.

Bildnummer: 60201938 Datum: 25.06.2003 Copyright: imago/United Archives International
Peace Conference – Paris 1919. Baron Von Lersner (centre) Max Warburg (short Man – German delegates. 1919 PUBLICATIONxINxGERxSUIxAUTxONLY kbdig 2003 quer
60201938 Date 25 06 2003 Copyright Imago United Archives International Peace Conference Paris 1919 Baron from Lersner Centre Max Warburg Short Man German Delegates 1919 PUBLICATIONxINxGERxSUIxAUTxONLY Kbdig 2003 horizontal

En ce qui concerne le reste des Juifs d’Europe, ils continuent, sans problème et généralement sont plus aisés et riches que leurs homologues goys. Le Juif Léon Blum vient d’être élu Premier ministre de la France. Le gouvernement de l’Union soviétique est rempli de juifs, de même que la classe dirigeante de la Grande-Bretagne. Même dans la Pologne réputée «antisémite» et en Italie fasciste, les Juifs ne sont pas dérangés. En bref, juste 3 ans avant le déclenchement de la guerre germano-polonaise, les juifs européens des années 1930 sont sains et saufs, et beaucoup d’entre eux en plein essor y compris en Allemagne.

Les Juifs d’Europe ne sont pas « persécutés » en 1936!

1- Max Warburg gagne beaucoup d’argent dans l’Allemagne d’Hitler

2- Léon Blum est élu Premier ministre de la France

3- Lazare Kaganovich contrôle la Russie de Staline

4- Baron Rothschild est l’homme le plus puissant de Grande-Bretagne

5- Alfred Tarski: mathématicien et savant, est acclamé en Pologne

Alfred Tarski, Friend and Daemon
Alfred Tarski

Donc, compte tenu du bon traitement et du succès relatif des Juifs européens, il est curieux de découvrir un numéro du New York Times, daté du 31 mai 1936, portant l’affirmation audacieuse d’un « Holocauste européen » s’abattant sur des  » Millions de juifs « .

Comment se peut-il?

Comme le prouvent les Hauts prêtres du « Canular de l’Holocauste », l’internement en temps de guerre des juifs n’a commencé qu’après la seconde moitié de 1941. Les exécutions de masse alléguées auraient débuté en 1943, en augmentant le génocide à grande échelle jusqu’en 1944.

Oups. Il semblerait donc qu’un sioniste excité n’a pas résisté à sortir le scénario, concocté depuis belle lurette,  6-7 ans trop tôt!

Cette proclamation ridicule d’un « Holocauste européen »-nous dirions des « fake news »- faite par un groupe de « chrétiens » devant les sionistes de Chicago et de New York, constitue la base pour l’établissement d’un État juif en Palestine; que les Britanniques ont donné en cadeau aux sionistes pour leur aide en traînant les États-Unis dans la guerre du côté de la Grande-Bretagne durant la première guerre mondiale.

Le Canular de l’Holocauste: un mensonge de 1936, un mensonge  en 1945, et TOUJOURS un mensonge aujourd’hui

Source

Le mythe « Six Million »

Le Grand mensonge des Sionistes

« Le premier Holocauste » de Don Heddesheimer est un travail critique documentant les tentatives juives continues de propager la propagande de l’Holocauste avant, pendant et après la Première Guerre mondiale, invoquant souvent la figure magique « 6.000.000 » et utilisant le terme « Holocauste ». Bien sûr, ces propagandistes intelligents ont depuis réussi leur objectif d’établir le mythe scandaleux de l’Holocauste juif ™ (le mot Holocauste est réservé aux juifs.  Le génocide, par les Européens juifs et chrétiens, de dizaines de millions d’Amérindiens, d’aborigènes d’Australie, de Nouvelle Zélande et d’ailleurs, n’est pas un Holocaustes car ces peuplades n’étaient pas juives) dans la conscience publique après la fin de la Seconde Guerre mondiale. En grande partie en raison de films de fiction Hollywoodiens, comme « la liste de Shindler » de la vipère menteuse et lubrique, Steven Spielberg.

Lisez The First Holocaust en ligne ici.

Pourquoi le nombre « Six Millions »?

Comme indiqué dans le livre The First Holocaust, les sionistes ont tenté continuellement et hystériquement de prétendre que six millions de Juifs étaient morts, mourraient ou étaient gravement en danger de mort en Europe et en Russie depuis la fin des années 1800. Chaque fois qu’il y a eu des turbulences en Europe, même si des turbulences ont souvent été provoquées par des juifs en premier lieu, des personnalités sionistes éminentes et des organisations de médias contrôlées par des juifs dans le monde entier, répandirent constamment avec frénésie des histoires fausses et désolantes pour que les gens se sentent désolés pour les Juifs européens et qu’ils fassent des dons d’argent  aux organismes de bienfaisance juifs. Il s’avère que ce mythique chiffre de six millions, longtemps discrédité même par les historiens traditionnels du Canular de l’Holocauste (en anglais :  Holohoax), provient d’un mythe religieux juif-talmudique qui dit «vous devrez revenir moins six millions» ou «vous reviendrez à la terre d’Israël avec six millions en Moins « , et bien sûr, la Seconde Guerre mondiale a donné naissance à l’état moderne d’Israël qui a été créé en 1948. Les juifs israéliens excusent souvent leur génocide systématique de Palestiniens et le vol de terres palestiniennes en faisant ressortir la soi-disant Holocauste ™ de la Seconde Guerre mondiale, que tout chercheur sérieux et tout penseur critique sait à l’heure actuelle une fraude de proportions colossales.

Les sionistes ont tellement d’influence qu’ils ont transformé une prophétie religieuse juive délirante en «fait historique».

De l’histoire et des origines scripturaires du nombre de six millions;

[Citation 1] Les prophéties juives dans la Torah exigent que 6 millions de Juifs « disparaissent » avant que l’état d’Israël ne puisse être formé. « Vous devrez revenir moins 6 millions. » C’est pourquoi Tom Segev, un historien israélien, a déclaré que le « 6 millions » est une tentative de transformer l’histoire de l’Holocauste en religion d’État. Selon la prophétie, ces six millions doivent disparaître dans les «fours brûlants», que la version judiciaire de l’Holocauste authentifie maintenant. Comme l’écrit Robert B. Goldmann: « . . . Sans l’Holocauste, il n’y aurait pas d’État juif « . Une conséquence simple: six millions de Juifs ont enfumé à Auschwitz et ont fini dans les  » fours brûlants » (le mot grec l’holocauste signifie les offrandes brûlées), donc les prophéties ont été  » accomplies « et Israël peut devenir un » État légitime « .

[Citation 2] En ce qui concerne le numéro «six millions», vous devez savoir ce qui suit: Dans le texte hébreu des prophéties de la Torah, on peut lire «vous devrez retourner». Dans le texte, la lettre « V » ou « VAU » est absente, car l’hébreu n’a aucun chiffre; La lettre V représente le numéro 6. Ben Weintraub, un scientifique religieux, a appris des rabbins que le sens de la lettre manquante signifie que le nombre est de «6 millions». La prophétie se lit ensuite: vous reviendrez, mais avec 6 millions de moins. Voir Ben Weintraub: « The Holocaust Dogma of Judaism », Cosmo Publishing, Washington 1995, page 3. Les 6 millions manquants doivent l’être avant que les Juifs ne puissent retourner dans la Terre Promise. Jahweh voit cela comme un ménage des âmes des gens pécheurs. Les Juifs doivent, au retour dans la Terre Promise, être propres – le nettoyage doit se faire en brûlant. –

 Quelques exemples pour votre considération;

 11 JUIN 1900 – NEW YORK TIMES – page 7 – Adresse de Rabbi Wise

« Il y a 6.000.000 d’arguments vivants, sanglants et souffrants en faveur du sionisme ».

1906-

1911-

Max Nordau, cofondateur de l’Organisation sioniste mondiale avec Theodore Herzl, met en garde contre l’anéantissement de six millions de personnes au congrès sioniste de Bâle, en Suisse. C’était 22 ans avant que Hitler ne vienne au pouvoir et 3 ans avant la Première Guerre mondiale.

1919-

Peu de temps après la Première Guerre mondiale, les Juifs revendiquent l’Holocauste de «six millions de Juifs». Il ne vole pas trop loin, personne ne l’achète.

Cliquez pour lire l’article complet.

1921-

Les patriotes russes blancs gagnent du terrain sur les usurpateurs bolcheviks juifs de leur nation. En tentant de dissimuler leur forte implication dans le bolchevisme meurtrier, les Juifs débrouillent à nouveau le mythe de «six millions».

1938-

Ce n’est qu’une petite partie des parcelles disponibles qui indiquent qu’il y a beaucoup plus à l’Holocauste que ce qui est évident. Ceux-ci ainsi que de nombreux autres exemples peuvent être trouvés dans le Grand mensonge de Sion: le mythe « Six millions« 

 

source
Calcul mathématique

Les maths utilisées sont simples.  

Il y avait 4,5 millions de Juifs en Europe en 1940, dans toute l’Europe, y compris en Russie.  

En tant que Français (ou Allemand, ou autre européen), je suis obligé, sous peine d’emprisonnement, de déclarer  avec une certitude morale absolue que 6 millions de juifs parmi les 4,5 millions ont été gazés.

Les 3,8 millions de Juifs qui ont survécu à ce gazage en Europe sont devenus des réfugiés. Ces juifs européens se sont installés en Palestine (car leur Dieu leur a soufflé qu’il fallait en exterminer les habitants pour leur confisquer leur terre et leur vie), d’autres sont allés en Argentine (auprès des survivants nazis), en Amérique, au Canada, en Grande-Bretagne, en Australie, en Afrique du Sud et dans le monde libre.

Ce calcul est totalement correct. Ceux qui le contestent sont des antisémites.

 


CONCLUSION DE CE MENSONGE HISTORIQUE ET POLITIQUE À LA TRUDEAU

 

LE GRAND CANULAR DE L’HOLOCAUSTE:. Les tas de cadavres à Dachau, Buchenwald étaient ceux des soldats allemands

Nous connaissons tous les images et les séquences filmées de tas de cadavres de «Juifs» découverts dans les «camps de la mort» Dachau et Buchenwald libérés à la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais ce qu’on ne nous a jamais dit, c’est que la plupart de ces cadavres étaient en fait des soldats allemands morts qui ont été jetés là-bas dans le cadre d’une psy-op élaborée par British Intelligence, et bon nombre de ces images horribles ont été filmées par nul autre que le maître du film d’horreur, Alfred Hitchcock.

 

Ce qui suit est un extrait du témoignage oculaire corroboré d’un soldat allemand capturé:

En 1977, lors d’une visite à New York et à Cape May, j’ai raconté l’histoire du train des prisonniers allemands mourants à deux anciens officiers américains. Ils avaient tous deux été postés à Heidelberg peu après la guerre et ils savaient tout à ce sujet. Ils ont convenu que les wagons à bestiaux étaient remplis de soldats allemands capturés infectés par le typhus et la dysenterie.

… Par une journée ensoleillée à la mi-juin 1945, j’ai sauté dans un train de marchandises et je suis allé à Erfurt. Le train s’est arrêté à environ un kilomètre et demi avant la gare, alors j’ai porté mon sac à dos et j’ai commencé à marcher vers la gare. J’ai rapidement remarqué un train de marchandises d’une vingtaine de wagons à bestiaux stationnant sur une voie latérale. Une mauvaise odeur venait de cette direction. En me rapprochant, j’ai vu des mains qui dépassaient des trous de ventilation et j’ai entendu des gémissements, alors j’ai traversé plusieurs pistes et je me suis approché des wagons à bestiaux. Les gens à l’intérieur m’ont remarqué et ont commencé à pleurer « Eau, camarade, eau! » Puis j’ai atteint le train et j’ai reconnu la terrible puanteur des excréments et des cadavres en décomposition. Les portes coulissantes et les trous de ventilation étaient entrecroisés avec du fil de fer barbelé solidement cloué. De l’urine et des excréments partiellement séchés suintaient sous les portes coulissantes et entre les planches.

… Ils étaient en fait des figurants involontaires dans un film réalisé par Alfred Hitchcock, le spécialiste des films d’horreur d’Hollywood. Il avait obtenu un contrat pour réaliser un film sur les camps de concentration pour le tribunal de Nuremberg.

La nuit, les prisonniers morts seraient déchargés à Buchenwald, Dachau et dans d’autres camps de concentration par ceux qui étaient encore en vie. Hitchcock les filmerait ensuite, dépeignant les tas de cadavres victimes des atrocités allemandes. Un grand nombre de cadavres ont été jetés à Buchenwald la nuit, et le lendemain, les citoyens de Weimar ont été contraints de passer devant les tas de cadavres en décomposition et de sentir l’odeur nauséabonde.

Certains d’entre eux croyaient en fait à la propagande américaine, que les cadavres étaient des détenus des camps de concentration. Tout a été filmé dans le cadre du film de Hitchcock. Par la suite, les cadavres ont été jetés dans des fosses communes à proximité. Cela aussi faisait partie du script. C’est l’explication que les deux anciens officiers de l’armée américaine m’ont donnée concernant le train de prisonniers allemands mourants que j’ai vu le 16 juin 1945.

Je certifie que mon témoignage est un véritable compte rendu de ce que j’ai personnellement vu et vécu.

[Remarque: Alfred Hitchcock a été persuadé par son ami et producteur de films, le Juif britannique, Sidney Bernstein, de quitter Hollywood pour participer au projet «F3080». F3080 est le nom que British Intelligence a donné à un projet de compilation d’un film documentaire sur les atrocités allemandes.

Le projet est né en février 1945 dans la division de guerre psychologique de la SHAEF (Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force). Hitchcock a été enregistré exprimant sa principale préoccupation: «Nous devons essayer d’empêcher les gens de penser que tout cela a été truqué.»]

Le témoignage du soldat allemand peut être vérifié par plusieurs autres témoins, dont le ministère britannique de l’Information, qui a admis que la British Broadcasting Company (BBC) serait impliquée dans une campagne de propagande anti-allemande en cours pour distraire le public des horribles atrocités commises par l’armée soviétique.

Et Victor Cavendish-Bentick, le chef du British Psychological Warfare Executive (Propagande), dans une note manuscrite, écrite le 27 août 1943, a confirmé que le meurtre de masse présumé de Juifs dans les soi-disant «  camps de la mort  » était en effet un psy -op:

    «Nous avons eu une bonne affaire pour notre argent avec cette histoire de chambre à gaz que nous avons mise en place, mais ne courons-nous pas le risque finalement d’être découverts et quand nous serons découverts, risquer l’effondrement de ce mensonge et la fin de notre guerre psychologique? Ce n’est donc pas le moment de le laisser dériver tout seul et de se concentrer sur les autres lignes que nous utilisons. » [Document F0371 / 34551 du Bureau des archives publiques révélé par Stephen Mitford Goodson, Inside the South African Reserve Bank]

Bien sûr, il serait très facile de confirmer l’origine ethnique des corps dans les charniers de Dachau et Buchenwald simplement en exhumant certains des corps et en effectuant des tests ADN sur eux. Un tout simple test ADN pourrait confirmer que les restes étaient juifs ou allemands. Mais comme nous le savons de toute l’Europe, les groupes juifs ont absolument interdit à ces «charniers juifs» d’être dérangés car cela violerait prétendument leurs convictions «religieuses», sauf dans les cas où cela leur convient.

Et maintenant, les gouvernements d’Amérique et d’Europe dépensent des dizaines de millions de dollars chaque année pour s’assurer que chaque enfant d’âge scolaire impressionnable se voit montrer ces images truquées dans un seul but: transformer les agresseurs de la Seconde Guerre mondiale en victimes, par sympathie illicite pour le diable.

Et voici le tristement célèbre faux documentaire de Hitchcock: 

——————————-

Source : Piles of Corpses at Dachau, Buchenwald Were Dead German Soldiers Staged for Propaganda by Jews in US Military

CFT Team(Christians For Truth) May 4, 2020 

——————————–

Dernière Conclusion

Rappelons que les armées anglo-américaines n’ont   libéré aucun « camp d’extermination », notion par ailleurs inconnue à l’époque: les six camps : Auschwitz, Treblinka, Maidanek, Sobibor, Belzec, Chelmno ; étaient tous situés à l’Est, dans la zone d’action de l’Armée rouge. Toutes les images qui figurent dans les « reportages » des armées alliées sur ces camps sont fausses. Ainsi, par exemple, dans le film  Memory of the Camps, notamment celles de la libération du camp de Bergen-Belsen par l’armée britannique, ne montrent donc pas un lieu réel de la « Shoah ». Mais ces images, qui toutes avaient été montrées et remontrées depuis cette époque, au sein de montages différents, sont incontestablement à la base de la construction de l’imaginaire de la Shoah.

Pour continuer à défendre le mythe de l’extermination des juifs et le mythe des chambres à gaz ou des camions à gaz nazis, il ne reste plus que des romanciers, des cinéastes, des artistes, des clowns à la manière d’Elie Wiesel, de Claude Lanzmann, de Bernard-Henri Lévy et d’Éric Zemmour. Et des milliards extorqués aux banques, aux compagnies d’assurances, aux contribuables vont à la plus basse propagande sioniste dans les écoles, les lycées, les universités, les musées, les clubs (y compris de football). Ces milliards financent le seul État d’apartheid qui reste sur terre, et le seul asile inexpugnable des malfrats juifs : Israël.


Liste des personnes persécutées pour avoir contesté les données de l’Holocauste

L’Holocauste est – ou devrait être – un événement historique et non une question de religion. En tant que tel, il est soumis au même type de recherche et d’examen que les autres événements passés, et donc nos conceptions de l’Holocauste doivent être soumises à une enquête critique. Mais dans les pays sous la poigne des lobbies juifs, il est interdit de discuter ou de douter de la religion holocaustique.

La liste suivante n’inclut pas les personnes chassées de leur job pour avoir émis le plus petit doute sur cette religion  [1]

Liste des personnes persécutées pour avoir contesté les données de l’Holocauste
L’Holocauste est – ou devrait être – un événement historique et non une question de religion. En tant que tel, il est soumis au même type de recherche et d’examen que les autres événements passés, et donc nos conceptions de l’Holocauste doivent être soumises à une enquête critique. Mais dans les pays sous la poigne des lobbies juifs, il est interdit de discuter ou de douter de la religion holocaustique.
La liste suivante n’inclut pas les personnes chassées de leur job pour avoir émis le plus petit doute sur cette religion [1]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pays européens dans lesquels le lobby juif a interdit
de douter de l’histoire de l’holocauste

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

– 1985 (Allemagne) Thies Christophersen – purge un an et demi de prison

– Sept. 1987 (France) Jean-Marie Le Pen – amende de 183 000 €

– Novembre 1991 (Royaume-Uni) Fred Leuchter – arrêté et déporté

– Octobre 1992 (Allemagne) Otto Ernst Remer – 22 mois d’emprisonnement, qu’il a évité en s’enfuyant en Espagne en février 1994

– 28 octobre 1993 (Allemagne) Fred Leuchter – arrêté, mais libéré sous caution. Il a quitté l’Allemagne avant d’être jugé

– 27 février 1998 (France) Roger Garaudy – 6 mois d’emprisonnement (avec sursis), 240 000 ((37 500 €) d’amende

– 12 décembre 1996 (Allemagne) Udo Walendy – condamné à deux reprises: 15 mois et 14 mois de prison – sans libération conditionnelle

– 21 juil. 1998 (Suisse) Jürgen Graf – 15 mois d’emprisonnement (a fui la Suisse pour éviter la peine)

– 21 juil. 1998 (Suisse) Gerhard Förster – 12 mois d’emprisonnement, remise en liberté

– 8 avril 1999 (Australie) Fredrick Töben – 7 mois d’emprisonnement Mannheim, Allemagne – nouveau procès – 2011 indéfiniment suspendu par le juge Dr Meinerzhagen

– 27 mai 1999 (France) Jean Plantin – 6 mois d’emprisonnement (avec sursis), amende, dommages et intérêts

– Juin 1999 (Allemagne) Jean-Marie Le Pen – Amende de 6000 €

– 11 avril 2000 (Suisse) Gaston-Armand Amaudruz – 1 an d’emprisonnement, dommages et intérêts

– 9 juin 2004 (France) Vincent Reynouard – 24 mois d’emprisonnement, dont 18 mois avec sursis, plus 3 000 €

– 20 février 2006 (Autriche) David Irving – 3 ans d’emprisonnement. Libéré et expulsé après avoir purgé 13 mois

– 15 mars 2006 (Allemagne) Germar Rudolf – 2 ans et demi de prison

– 3 octobre 2006 (France) Robert Faurisson – 7 500 € d’amende, 3 mois de probation

– 15 février 2007 (Allemagne) Ernst Zündel – 5 ans d’emprisonnement

– 8 novembre 2007 (France) Vincent Reynouard – 1 an de prison et 10 000 € d’amende

– 14 janvier 2008 (Autriche) Wolfgang Fröhlich – 6 ans d’emprisonnement (troisième infraction)

– 15 janvier 2008 (Allemagne) Sylvia Stolz – 3 ans et demi de prison

– 19 juin 2008 (Belgique) Vincent Reynouard – 1 an de prison et 25 000 € d’amende

– 1 octobre – 19 novembre 2008 (Allemagne) Fredrick Töben – L’extradition de Londres à Mannheim, en Allemagne, sur mandat d’arrêt européen émis par l’Allemagne, a échoué

– 11 mars 2009 (Allemagne) Horst Mahler – 5 ans d’emprisonnement

– 27 avril 2009 (Autriche) Gerd Honsik – 5 ans d’emprisonnement, plus tard réduits à quatre ans

– 15 août – 12 novembre 2009 (Australie) Fredrick Töben – 3 mois d’emprisonnement pour outrage au tribunal

– 23 octobre 2009 (Allemagne) Dirk Zimmerman – 9 mois d’emprisonnement

– 27 octobre 2009 (Allemagne) Richard Williamson – amende de 12 000 € [annulée plus tard]

– 6 février 2011 (Allemagne) Günter Deckert – 5 mois de prison pour avoir traduit en allemand Auschwitz de Carlo Mattogno – Les premiers gazages

– 31 janvier 2013 (Hongrie) Gyorgy Nagy – 18 mois de prison avec sursis

– 11 février 2015 (France) Vincent Reynouard – 2 ans d’emprisonnement et 4500 € d’amende

– 7 mai 2015 (France) Vincent Reynouard – 2 mois d’emprisonnement

– 12 novembre 2015 (Allemagne) Ursula Haverbeck – 10 mois d’emprisonnement

– 4 novembre 2016 (France) Vincent Reynouard – 5 mois de prison, 4000 € d’amende (2016)

– 5 mai 2018 (Allemagne) Alfred Schaefer – 5000 € d’amende

– 8 mai 2018 (Allemagne) Ursula Haverbeck – 2 ans d’emprisonnement

– 26 octobre 2018 (Allemagne) Monika Schaefer – 10 mois d’emprisonnement

– 23 mai 2019 (Allemagne) Sylvia Stolz – 18 mois d’emprisonnement

——————————–

À la liste ci-dessus, ajoutez l’Anglaise Lady Alison Chaboz, coupable d’avoir chanté une chanson sur Youtube que les Juifs ont trouvée offensante.

Une grand-mère de 91 ans, Ursula Haverbeck, qui a été condamnée en Allemagne occupée à 2 ans pour avoir douté de la version officielle de holoHOAX, s’est vu refuser la libération anticipée, même si elle a purgé les 2/3 de sa peine. Haverbeck a affirmé à plusieurs reprises que le camp de la mort par le gaz d’Auschwitz n’était qu’un camp de travail.

Il est courant en Allemagne que des personnes soient libérées après avoir purgé les deux tiers de leur peine. Mais l’agence de presse DPA a indiqué que le tribunal d’Etat de Bielefeld, où elle est en prison, a déclaré mercredi qu’elle avait décidé de ne pas libérer Haverbeck en janvier. Elle n’a pas motivé sa décision.

Aucun n’est nécessaire pour un de libre pensée.

SOURCE:  List of Revisionist Scholars Persecuted/Imprisoned for Questioning the “Holocaust”


 

UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!

 

 

 

Tyran sioniste sans foi ni loi, Zelensky publie une LISTE NOIRE des législateurs et journalistes américains tout en volant des MILLIARDS aux contribuables américains ,canadiens et européens

Tout en volant des milliards de dollars sur les contribuables américains, le « président » fantoche ukrainien Zelensky a publié une liste noire menaçante qui désigne spécifiquement les législateurs et les journalistes américains comme étant des « propagandistes russes » qui devraient être rejetés par les médias et la société.

Zelensky et Trudeau ont discuté du dossier des turbines expédiées en Allemagne | Guerre en Ukraine | Radio-Canada.ca
Ce sont des politiciens néolibéraux corrompus ,mondialistes et pro -sionistes qui osent appuyer le dictateur Zelinsky,comme Justin Trudeau le petit mondialiste pourri et hypocrite!

 

Au grand étonnement de beaucoup, parmi ces noms figurent le sénateur américain Rand Paul, la députée Tulsi Gabbard et le journaliste primé Glenn Greenwald.

Quiconque n’est pas d’accord avec Zelensky va maintenant apparemment être qualifié de « marionnette de Poutine », comme si le dirigeant en place d’un pays européen était désormais autorisé à dicter une sorte de score de réputation aux législateurs et aux journalistes américains.

C’est le genre de tactique utilisée dans les États racistes et autoritaires, rappelant l’Allemagne hitlérienne et l’Union soviétique sous Staline. À cela s’ajoutent les tactiques suivantes de Zelensky, toutes méprisables, enracinées dans l’autoritarisme et la tyrannie :

  • interdire tous les partis politiques d’opposition en Ukraine
  • interdire tous les médias à l’exception des médias contrôlés par son régime
  • interdire les livres, les films, la musique, les œuvres d’art et les productions théâtrales qui font référence à l’histoire ethnique russe de l’Ukraine (interdisant essentiellement l’histoire vraie)
Zelinsky est un franc maçon sioniste juif et un sataniste.

Comme Glenn Greenwald l’a détaillé dans son fil Twitter :

Avant l’invasion de la Russie et depuis cette invasion, Zelensky a aboli les libertés fondamentales : médias d’opposition fermés, partis interdits, dissidents emprisonnés.

Alors que l’Ukraine demande de l’argent et des armes à l’Occident, elle veut désormais exporter cette répression dans nos pays avec ses listes noires du maccarthysme:

Vous pouvez voir la liste noire ukrainienne complète, obtenue par @unherd. Au-delà des personnes énumérées ci-dessus, les personnes officiellement calomniées sont @JeffDSachs, @RandPaul, l’ancien président du Brésil @LulaOficial, le colonel Douglas MacGregor, Caleb Maupin, Marine LePen et bien d’autres :

 Il faut une extrême audace à Zelansky et à ses hommes de main pour faire le tour du monde en exigeant que d’autres nations lui envoient des quantités massives d’armes et d’argent, puis essayer de réprimer la dissidence dans nos pays en diffamant les journalistes et les citoyens qui se posent des questions à son sujet.

 

Zelensky est un tyran fou furieux, ivre de pouvoir et un danger pour le monde entier

En effet, Zelensky est devenu un tyran fou furieux qui exige des dizaines de milliards de dollars des États-Unis (et de l’UE) sous le faux prétexte de « défendre la démocratie » alors qu’il marche en fait dans les mêmes pas que les tyrans de l’histoire comme  Staline,Pol Pot et Kim Jung Il.

La place légitime de Zelensky dans la hiérarchie de l’histoire autoritaire pourrait être aux côtés de Kim Jong-Un, ou Pol Pot. Pourtant, d’une manière ou d’une autre, il est célébré par les médias occidentaux tordus et trompeurs comme un héros divin chargé de sauver l’Europe occidentale des ravages de la Russie.Cela ressemble un peu au rôle que les USA avaient demandé de jouer à Saddam Hussein face à l’Iran des Ayatollas…avant  de le poignarder dans le dos!

Justin Trudeau appuie Emmanuel Macron aux présidentielles françaises | JDM
Les deux chefs d’états mondialistes et franc maçons les plus amis avec l’Ukrane:Justin Trudeau et Emmanuel Macron.

Pourtant, la Russie offre le seul véritable espoir au peuple ukrainien d’échapper à son esclavage sous Zelensky, un tyran qui a passé près de 8 ans à autoriser des frappes militaires contre les innocents de la région du Donbass, faisant la guerre contre des civils tout en menant des opérations de police secrète à travers le pays , avec des assassinats d’opposants politiques et des disparitions secrètes de détracteurs du gouvernement.

Tout cela a été fait sous la pleine direction de la CIA, bien sûr, comme cela a maintenant été facilement admis par le Washington Post et d’autres médias. Zelensky a toujours été une marionnette, ce qui n’est pas surprenant, étant donné son expérience de comédien et d’acteur de télévision gay qui a été facilement soumis à un chantage compte tenu de la saleté de son passé méprisable. Lorsque maintenant  la Russie explique qu’elle travaille à « dénazifier » l’Ukraine, cela a du sens. Zelensky a également travaillé pour soutenir le bataillon nazi Azov qui a terrorisé les civils ukrainiens pendant des années et qui n’a été repoussé que lorsque la Russie a lancé son opération militaire spéciale pour démilitariser le régime ukrainien qui assassinait des civils innocents (y compris des enfants).

Pour le bien du peuple ukrainien, nous ne pouvons qu’espérer que quelqu’un chassera bientôt Zelensky du pouvoir, que ce soient les États-Unis, la Russie ou un coup d’État militaire ukrainien. Plus tôt Zelensky sera destitué, plus tôt les négociations pourront commencer avec la Russie pour une résolution pacifique. Et cela signifie que les morts inutiles d’hommes ukrainiens peuvent enfin s’arrêter, bien trop tard et longtemps après que Zelensky ait sacrifié la vie de dizaines de milliers d’Ukrainiens innocents afin d’essayer de protéger son propre régime anarchique protégé par l’ouest.

DIEU MERCI : la Russie annonce son intention d’aider le peuple ukrainien à éliminer le tyran enragé Zelensky

Heureusement pour le peuple ukrainien, la Russie élargit maintenant la portée de son opération militaire et envisage apparemment de retirer Zelensky du pouvoir. Comme détaillé par Zero Hedge :

La Russie a pour la première fois déclaré que, parmi ses objectifs de guerre ultimes, elle vise le changement de régime en Ukraine. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré dimanche dans des propos rendus publics lundi que Moscou aiderait le peuple ukrainien à « se débarrasser du régime » en Kiev.

Au début de l’été, l’armée russe avait concentré ses objectifs sur le champ de bataille sur la «libération» du Donbass, mais ce dernier commentaire de Lavrov sur la destitution du président ukrainien Volodymyr Zelensky représente l’objectif de guerre le plus vaste à ce jour.

« Nous sommes déterminés à aider le peuple de l’est de l’Ukraine à se libérer du fardeau de ce régime absolument inacceptable », a déclaré Lavrov lors d’une rencontre avec des responsables de la Ligue arabe en Égypte.

De la même manière, le dirigeant de Donetsk, Denis Pushilin, a déclaré que la Russie devait maintenant poursuivre son opération militaire vers l’ouest, en éliminant les sionistes  fascistes d’Odessa, de Kiev et de toutes les villes ukrainiennes fondées à l’origine sous l’Union soviétique.

De NewsRND.com:

Denis Pushilin

Le président de la République populaire de Donetsk, Denis Pushilin, a déclaré qu’il était temps de libérer des villes russes telles que Kyev et d’autres grandes villes.

Le site Internet Russia Today a cité Pouchiline disant : Il est temps de libérer à nouveau les villes russes fondées par le peuple russe, telles que Kyev, Tchernigov, Poltava, Odessa, Dnepropetrovsk, Kharkov, Zaporozhye et Loutsk.

Depuis que la République populaire de Donetsk a déclaré son indépendance de Kyev en 2014, cette région a été régulièrement bombardée par les forces ukrainiennes.

Comme Zelensky, l’OTAN et les États-Unis l’ont clairement indiqué, le seul moyen pour la Russie d’être à l’abri de l’agression occidentale est d’éliminer le régime totalitaire  ukrainien et de permettre au peuple ukrainien d’élire ses propres dirigeants (plutôt que de laisser la CIA installer des marionnettes obéissantes) .

Nous estimons que les jours de Zelensky sont comptés, d’une manière ou d’une autre.

Mettre fin au régime sioniste fasciste de Zelensky est le seul moyen d’arrêter le génocide contre les Russes de souche en Ukraine

Il devient de plus en plus évident pour la Russie et les habitants de Donetsk que le seul moyen d’arrêter le terrorisme de Zelensky et les massacres anti-humains de civils russo-ethniques est de chasser Zelensky et de mettre fin à son régime fasciste une fois pour toutes. Comme pour le dictateur Hitler, les puissances honorables du monde doivent payer le prix de l’élimination du mal de ce monde, même si cela signifie mener une guerre pour atteindre ce résultat.

La Russie a payé un lourd tribut en participant à ce chapitre de l’histoire, perdant plus de 20 millions d’hommes combattant la dictature du Troisième Reich. Maintenant, il semble que la Russie soit appelée à répéter ce sacrifice au profit de l’avenir de l’humanité. Un monde dirigé par des marionnettes de la CIA comme Zelensky est un monde tyrannique et despotique qui ne peut pas être autorisé à rester. Zelensky et ses contrôleurs doivent être empêchés d’asservir toute l’humanité.

En résumé, Zelensky est l’interprétation du mal pur.
Il est à 100% en accord avec la propagande démoniaque « woke » de l’Occident, le manipulation politique  du changement climatique qui écrase la civilisation humaine, l’agenda de la mort/dépopulation vaccinale, la censure extrême et de tous les autres horribles piliers du mal qui caractérisent maintenant les nations occidentales comme l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, les États-Unis, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.
Ces nations occidentales sont imprégnées de satanisme, de meurtres d’enfants (infanticides), de pédophilie, de fabrication d’armes biologiques pour le compte de la CIA, d’élections truquées, de censure extrême, de persécutions illégales d’ennemis politiques et de crimes contre l’humanité.

À vrai dire, la suppression de Zelensky n’est que la première étape du plan d’action nécessaire pour sauver l’humanité du satanisme et de l’effondrement. La force d’occupation ennemie illégitime qui dirige actuellement le régime illégitime en Amérique doit également être démocratiquement chassée du pouvoir, poursuivie pour ses crimes et punie pour ses crimes contre notre monde.

Ce n’est qu’alors que nous pourrons tous revenir à la coexistence pacifique, au libre-échange, à la disponibilité pour tous de nourriture, d’engrais, de l’énergie, à l’agriculture saine et à l’abondance à des prix abordables.

Source : Natural News


VIDÉO IMPORTANT À VOIR

Sur ce lien:Ames sensibles s’abstenir

ÂME SENSIBLE S’ABSTENIR ..IMAGES DURES❗…..☠🔥☠

🦅.. A en juger par la façon dont sont situés les corps des Azovites exécutés par Zelensky, ils dormaient au moment du bombardement.❗ L’heure de la frappe est deux heures du matin, et cette heure n’a pas été choisie par hasard.
👉🏻L’objectif était de détruire tout le monde. Ils ont été battus non seulement avec de l’artillerie, mais aussi avec des Himars MLRS, une arme assez précise pour tuer.
👉🏻 Tous les représentants du régime de Kiev se sont vantés de ses frappes millimétrées.❗

🦅…Eh bien, chers Ukrainiens, comment trouvez-vous le cynisme de vos gouvernants ❓Ils ont appelé ces prisonniers de guerre des héros de tous les écrans, et quand ils ont commencé à exposer leurs crimes, ils ont été tués de sang-froid ❗

⚔Vous dites que vous vous battez pour la liberté❓
Eh bien, à mon avis, il ne peut y avoir de pire esclavage que celui que vous avez maintenant. Les esclaves sont au moins épargnés, mais vous êtes conduits comme du bétail à l’abattoir.

🦅..Regardez les corps de vos propres soldats morts, de vos propres gouvernants de merde. Peut-être que maintenant, enfin, vos lunettes roses vont tomber et que vous allez regarder sobrement ce qui se passe❗


EN COMPLÉMENTAIRE

Le tyran de Kiev…Zelensky!

La conscription de Zelensky cible désormais les maisons de retraite. Les seniors fuient pour sauver leur peau.

Les exploitants de foyers de soins pour vieux ukrainiens signalent une augmentation des départs en raison des craintes des résidents âgés que les efforts de recrutement de plus en plus désespérés de Zelensky ne les ciblent.

Un retraité de 75 ans, Cadger Starets, qui a récemment quitté la maison de retraite Kladovyshche à Kiev, a expliqué lors d’une interview dans un lieu tenu secret : « Ils sont déjà en train d’attraper des quinquagénaires dans les rues, les plages, les centres commerciaux, « points de contrôle, stations-service et autres lieux publics« . On dirait qu’ils vont  venir nous chercher bientôt. »

Le président ukrainien Vlodomyr Zelensky a démenti les informations selon lesquelles les personnes âgées inaptes à l’armée seraient les prochaines à être traitées par les gangs de la presse. « Nous comprenons que certains résidents de maisons de retraite ont de graves handicaps qui les empêchent de tirer de l’artillerie lourde pendant quelques minutes jusqu’à ce qu’ils soient explosés« , a entonné l’héroïque président qui joue du piano avec son sexe. « Nos recruteurs ont été formés pour identifier ces cas et les exempter du service militaire. Seuls les vieux pets décrépits pleinement capables, en forme et militairement entraînables seront intronisés de force et envoyés au front.

Plus précisément, a déclaré Zelensky, les personnes âgées en fauteuil roulant ou à mobilité réduite seront exemptées. Ceux qui utilisent des déambulateurs ou des cannes, cependant, peuvent toujours être enrôlés, ainsi que ceux incapables de contrôler les fonctions excrétrices : « Toutes nos troupes perdent le contrôle des fonctions excrétoires pendant les frappes d’artillerie russes [1], donc cela ne devrait pas être un problème. De même, la démence ne sera pas un obstacle à l’induction : « Si cela ne vous empêche pas d’être président des États-Unis, cela ne devrait pas vous empêcher de mourir en première ligne d’une guerre stupide et totalement inutile. »

Zelensky a ajouté que son « papa sucre », l’oligarque truand juif Igor Kolomoyskyi, qui aura 60 ans en février prochain, travaille dans une industrie essentielle, le crime organisé, et bénéficiera donc d’une exemption, d’autant plus qu’il vit sur la terre promise aux malfrats juifs.

SOURCE: Dissociated Press

Kevin Barrett

—————————————————————–

[1] Zelinsky ayant déclaré qu’il voulait faire de l’Ukraine un nouvel Israël, il devrait équiper ses soldats d’une aire défensive israélienne : la couche-culotte.

Selon le Military Times, Tsahal a passé en début d’année 2014, une commande de 120.000 unités de couches lavables auprès de la société israélienne SK TRADING, spécialisée dans les produits d’absorbance et fournisseur de l’armée depuis 2009. L’existence des couches culottes dans le paquetage israélien est connue depuis 2006 et les opérations contre le Hezbollah au Liban.

En soignant les blessés islamistes de DAECH, d’Al-Nosra, et d’autres, les médecins israéliens ont constaté le même phénomène d’incontinence liquide et solide que celui observé chez les soldats de Tsahal. Ces soins sont prodigués à la demande et à la charge des Saoudiens et des Qataris (chacun payant pour sa chapelle djihadiste). Par la même occasion, les djihadistes de DAECH et d’Al-Nosra sont devenues, par osmose si l’on ose dire, des utilisateurs des mêmes couches israéliennes. Tablant sur des guerres quasi éternelles au Moyen-Orient, une start-up israélienne, la société Cine’al, vient de se lancer dans ce créneau extrêmement prometteur. Si, en plus de Tsahal et des djihadistes, on ajoute les soldats ukrainiens et otaniens, il y a de quoi se faire des couilles en or.


UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!

 

 

 

Pompeo appelle à la « guerre sainte » afin de conquérir la Russie et la Chine

Le 24 juin, au groupe de réflexion de l’Institut Hudson, l’ancien chef de la CIA et secrétaire d’État du président Trump, Mike Pompeo, a prononcé un discours de plus de 5000 mots, déclarant que l’Amérique a une mission assignée par Dieu pour contrôler le monde, afin de préserver la liberté et la démocratie pour tous, et que la victoire contre la Russie et la Chine est donc obligatoire pour les États-Unis et leurs alliés, non seulement pour servir Dieu mais aussi pour servir le Peuple de Dieu, car « le bien-être économique des familles américaines est essentiel pour les  États-Unis. » L’Amérique mène le combat  partout dans le monde, tant comme puissance militaire que comme puissance économique » ; et, ainsi, « Nous devons agir de concert avec nos alliés pour apporter une clarté stratégique, indubitable à la fois pour Vladimir Poutine et Xi Jinping. Il faut empêcher la formation d’un colosse paneurasien incorporant la Russie, mais dirigé par la Chine. Pour ce faire, nous devons renforcer l’OTAN. En outre, « l’Union AUKUS [l’alliance militaire asiatique récemment créée par les États-Unis et le Royaume-Uni] devrait être intégrée à cette alliance de sécurité élargie », et que l’OTAN devienne une alliance mondiale contre la Russie et la Chine, afin de préserver le leadership mondial de l’Amérique. Son argument de base est que c’est soit nous, soit eux, et ils doivent être conquis, parce que Dieu le veut, et nous servons Dieu.

Mike Pompeo est à gauche sur cette photo.

Pompeo n’a pas pensé que la troisième guerre mondiale entraînerait des sacrifices pour l’un des peuples de Dieu, mais plutôt que gagner cette guerre sera nécessaire pour la sécurité et la prospérité futures des peuples d’Amérique, et de tous les pays qu’elle dirigera.

L’actuel secrétaire d’État américain, Antony Binken, ou même le président Biden lui-même, auraient pu prononcer ce même discours par eux-mêmes, avec remarquablement peu de modifications, car les croyances qu’il exprime sont courantes – et pas SEULEMENT aux États-Unis, mais aussi au Royaume-Uni, et même dans la majeure partie de l’Europe (à l’exception de la Russie et de la Biélorussie).

Le parcours personnel de Pompeo est celui d’un chrétien fondamentaliste dont toute la vie a été passée dans le complexe militaro-industriel, les industries pétrolières et la politique. Il a été premier de sa classe à West Point, rédacteur en chef de la Harvard Law Review et cofondateur de Thayer Aerospace, avant d’entrer en politique en 2011.

Voici les points saillants de son discours (y compris, sans commentaire, ses nombreux mensonges historiques, car c’est sa façon ordinaire d’écrire (et de parler de manière improvisée). Ces extraits sont tirés du texte qu’il a lui-même écrit, avant qu’il ne prononce le discours complet, depuis son pupitre, dans cette institution du complexe militaro-industriel, le 24 juin.

Mike Pompeo avec Justin Trudeau

L’Amérique et les nations du monde ne peuvent pas continuer à prétendre que la guerre en Ukraine peut se terminer par une paix négociée, ce qui apaise la Russie. Car une telle paix ne se négocie pas avec Vladimir Poutine. L’Ukraine doit gagner cette guerre. Elle doit gagner cette guerre de manière décisive si elle veut réaliser la paix, l’indépendance et la liberté. Idem pour l’Europe. …
Cette guerre, la guerre de Poutine, vise à éliminer l’Ukraine en tant que nation souveraine et en tant que peuple. L’Ukraine doit être intégrée au nouvel Empire russe qui cherche à devenir une autre Union soviétique. Neuf, comptez-les, neuf présidents américains de chacun de nos partis politiques. Neuf présidents américains ont démembré l’Empire soviétique à d’énormes coûts humains, pour lui permettre même de commencer à être une reconstitution impensable.
L’assaut de guerre illégal de Poutine représente un génocide planifié, qui est l’anéantissement délibéré d’un peuple, tel que défini par les Nations Unies de 1948. Bien que chaque génocide soit différent et unique, comme celui qui se déroule au Xinjiang. Ce génocide auquel nous assistons aujourd’hui est comme l’Holodomor conçu par Staline qui a tué des millions d’Ukrainiens et il doit être nommé pour être combattu. …
Poutine peut être malade ou non, mais ce qui est certain, ce qui est certain, c’est qu’il ne peut pas contenir sa fureur meurtrière. Le fait qu’il dirige toujours un pays illustre le déclin de la Russie dans l’abîme de la folie. …
À la fois meurtrier de masse et tueur en série. Poutine c’est ça. Je prie pour que la Russie récupère son âme, l’âme de son pays. Mais elle ne peut pas le faire tant qu’elle est dirigé par un homme qui ne manifeste aucune inquiétude pour l’horrible carnage qu’il a commis, ni aucune inquiétude pour son propre peuple.
Poutine a ce rêve, rétablir un empire perdu. Si l’Amérique se comporte correctement, cela ne se produira pas. Et nous le savons, nous savons que les rêves des dictateurs deviennent vite des cauchemars. …
Je suis convaincu que l’Amérique et l’Occident doivent reconnaître la centralité de l’énergie des hydrocarbures dans la géopolitique mondiale et, en fait, dans la capacité de l’homme, la capacité de l’humanité à s’adapter à une pierre angulaire de la vie. …
Si l’administration actuelle avait maintenu la domination énergétique américaine plutôt que de se prosterner devant les radicaux, l’Amérique aurait pu montrer la voie en assurant les besoins mondiaux en hydrocarbures pendant cette guerre. Mais parce que l’Amérique a renoncé à ce rôle vital, la guerre en Ukraine aggrave la situation que les consommateurs ressentent aujourd’hui pour rafraîchir leur logement et conduire leur véhicule. …
Ces nations ont été libérées de leurs chaînes en 1991 suite à l’effondrement de l’Union soviétique. Et nous ne laisserons aucun d’entre eux être repris par la Russie. …
Je crois que l’Ukraine a trouvé son [George] Washington dans l’incarnation d’un seul homme. Il s’appelle Volodymyr Zelensky. …
L’Amérique et les nations du monde ne peuvent pas continuer à prétendre que la guerre en Ukraine peut se terminer par une paix négociée, ce qui apaise la Russie. Car une telle paix ne se négocie pas avec Vladimir Poutine. L’Ukraine doit gagner cette guerre. Elle doit gagner cette guerre de manière décisive si elle veut réaliser la paix, l’indépendance et la liberté. Idem pour l’Europe. …

Mike Pompeo ou le Rêve de l’hégémonie américaine sur le monde!


Cette guerre peut être gagnée si l’Amérique et nos alliés fournissent à Kyev une gamme de nos armes conventionnelles les plus performantes. L’intrépidité est nécessaire pour mettre fin à la guerre en Ukraine, le sérieux de l’objectif. La solidarité de l’Otan est essentielle L’Allemagne et la France ne doivent céder à aucune des volontés du Kremlin. L’Amérique et la Grande-Bretagne ont fourni plusieurs systèmes de lancement de fusées. …
Nous ne devons pas donner crédit à la fausse affirmation de la Russie selon laquelle elle pense que ses frontières sont menacées. C’est de la bêtise. …
Je crois profondément que la faiblesse qui s’est exprimée dans le retrait indiscipliné des États-Unis d’Afghanistan a été interprétée par Vladimir Poutine comme un feu vert. …
En tant que secrétaire d’État, je me suis appuyé sur mon travail de directeur de la CIA pour aider le président Trump à formuler des conditions concrètes qui auraient permis des réductions de forces et un retrait d’Afghanistan, mais sans la débâcle. …
Nous connaissons l’intention de la Chine. Elle a l’intention de dominer le développement des infrastructures mondiales grâce à son initiative « la Ceinture et la Route ». Mais c’est un subterfuge. C’est un leurre. L’initiative chinoise « la Ceinture et la Route » est une forme d’impérialisme. C’est la manifestation d’une intention corrompue de piéger les pays moins développés avec des promesses de prêts et d’améliorations des infrastructures. …
Tous les présidents depuis Truman ont cru que l’existence de Taiwan était cruciale pour la défense de l’Amérique. J’y crois de tout mon cœur. La loi de 1970 sur les relations avec Taiwan exige que nous maintenions les capacités défensives de Taiwan pour contrecarrer une attaque, mais nous risquons maintenant de devenir complaisants. La prise de Taïwan accorderait les objectifs suivants à Pékin : elle réduirait sévèrement l’influence américaine dans l’Indo-Pacifique. …
Notre relation avec Taïwan doit être renforcée à chaque instant. Taïwan est devenue un brillant exemple de démocratie pour les peuples asiatiques et un espoir pour toute l’Asie. …
Au cœur du bien-être économique des familles américaines se trouvent des États-Unis qui mènent la danse. Ils la mènent partout dans le monde, tant en puissance militaire qu’en puissance économique. …
J’espère que mes paroles d’aujourd’hui galvaniseront le soutien américain à l’Ukraine et à l’Europe, car une telle aide est essentielle si nous voulons appliquer les politiques de sécurité nationale qui accordent une importance primordiale à l’intérêt public américain. …
Nous devons agir de concert avec nos alliés pour parvenir à une clarté stratégique, indubitable à la fois pour Vladimir Poutine et Xi Jinping. Il faut empêcher la formation d’un colosse paneurasien incorporant la Russie, mais dirigé par la Chine. Pour ce faire, nous devons renforcer l’OTAN. …
Au-delà de notre orientation géostratégique actuelle, les États-Unis doivent aider à la construction des trois phares de la liberté. Ces balises devraient être centrées sur les nations qui ont de grands conflits : l’Ukraine, Israël et Taïwan. Ils peuvent être les plaques tournantes d’une nouvelle architecture de sécurité qui relie les alliances de nations libres à l’échelle mondiale, renforçant les forces de chaque État membre, dans le temps, reliant ces trois bastions à l’OTAN, ainsi que le nouveau cadre de sécurité élargi pour l’Indo-Pacifique et former une alliance mondiale pour la liberté. Cela profitera à l’Amérique.
« Le besoin de ce réseau d’alliances est évident et ne peut pas venir trop tôt. Le monde est devenu trop petit pour que les pays libres ne fassent pas partie de quelque chose de plus grand, qui préviendra les conflits armés plutôt que d’y réagir. …
Le peuple américain s’est engagé à voir l’Ukraine émerger de cette guerre comme une nation indivise qui sera un phare pour tous, pour montrer au monde la primauté de la liberté, de la détermination et de l’amour. Merci et que Dieu vous bénisse. …

Source : U.S.-Led Holy War to Conquer Russia and China Declared by Pompeo

 SouthFront


 

UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

 

 

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial Satanique:L’État luciférien profond enracine la franc-maçonnerie et la triade de la terreur d’Israël, d’Arabie saoudite et de la Turquie

Septembre 2020-Les troupes turques bombardent des villages à travers Idlib, pas beaucoup de bombardements, juste assez. Ensuite, ils se présentent pour évacuer ceux qu’ils viennent de bombarder, avec Reuters, Al Jazeera et d’autres équipes médiatiques avec eux.

Aout 2020,l’armée turque soutenait les rebelles à Idlib.

Ensuite, les médias accusent la Syrie d’une crise humanitaire avec l’espoir que Trump soutiendra le jeu des Frères musulmans contre la Russie et la Syrie.

 

La vraie histoire est une vieille histoire, une société secrète, qui traverse les 3 religions du livre, ce qui explique pourquoi les évangélistes chrétiens, les wahhabistes saoudiens et les extrémistes sionistes sont unis à la hanche contre la démocratie à travers la planète.

Pourquoi Erdogan soutient-il Al-Qaïda contre la Russie et la Syrie? Quel est le lien entre eux?

Le dictateur Erdogan de Turquie entouré de ses gardes du corps...On remarquera le style particulier!
Le dictateur Erdogan de Turquie entouré de ses gardes du corps…On remarquera le style particulier!

Tous deux s’opposent au «Baasisme», un mouvement anti-maçonnique qui a pris racine en Égypte sous Nasser, en Syrie sous les Assad et en Irak sous Sadam. Kadhafi?

Il a reconnu la franc-maçonnerie à l’intérieur de l’islam et en particulier, les Frères musulmans, financés par l’Arabie saoudite et le Qatar, comme une forme de sionisme. Le sionisme n’est pas juif, c’est une ramification de la franc-maçonnerie qui adore les anciens dieux, et ce seul dieu qu’ils placent au-dessus de tout.

Vous voyez, toute nation qui s’oppose au régime franc-maçon-Rothschild, avec la banque centrale en place et l’esclavage par dette, gaze son propre peuple et doit être nettoyée et asservie par des terroristes, comme cela a été fait en Syrie et en Irak, afin de jouir de la liberté et de la démocratie.

Al-Qaïda est un groupe de franc-maçonnerie de rite écossais, créé initialement sous Gladio, le programme de l’OTAN datant des années 1970. Erdogan est un franc-maçon de rite écossais, un islamiste, représentant les Frères musulmans, un groupe franc-maçon de rite écossais créé dans les années 1920.

Tous ont leurs racines au Moyen Âge et avant, mais pour la Turquie, Erdogan est la dernière itération sultanique du mouvement salonique-séfarade qui a commencé avec les Jeunes Turcs (Salonique-Thessalonique, maintenant en Grèce, faisait partie de la Turquie pendant des siècles, un ville avec la plus grande population juive d’Europe, 80 000). C’est le berceau des mouvements franc-maçonniques qui ont combattu les baasistes.

Aujourd’hui, la Turquie et ses groupes terroristes financés par la franc-maçonnerie dirigés par al-Qaïda nettoient ethniquement la province d’Idlib en Syrie, en utilisant des crosses de fusil pour faire sortir les gens de leurs maisons, en coopération avec des médias contrôlés aux États-Unis et ailleurs, une nouvelle «traînée de larmes» »Pour ajouter au prix de l’holocauste qui a frappé le Moyen-Orient depuis le 11 septembre.

 

Lorsque la Turquie a commencé à bombarder les troupes syriennes en essayant d’aider ce qui est maintenant un soulèvement généralisé contre la Turquie et les États-Unis dans les parties occupées et anciennement occupées (occupées par des terroristes) de la Syrie, la Russie a envoyé une note diplomatique à Erdogan indiquant l’emplacement exact de toutes ses forces. à l’intérieur de la Syrie.

Erdogan a reculé et a ordonné un cessez-le-feu temporaire tandis que les forces aérospatiales russes ont anéanti les alliés terroristes de la Turquie qui avaient franchi les lignes syriennes derrière l’attaque d’artillerie.

Pourtant, au moment d’écrire ces lignes, des milliers de militaires turcs vident chaque village d’Idlib, travaillant avec des équipes de tournage, terrorisant puis filmant, une leçon tirée des Casques blancs.

Maintenant, nous regardons le long match ici, où le 11 septembre n’était qu’une étape importante, pas plus.

Les équipes de VT, dirigées par Ian Greenhalgh, retracent les racines d’Erdogan, à travers son faux «islamisme» et jouant au Sultan, jusqu’à sa véritable histoire et ce qui le lie à l’État profond.

Nous avions tout ce dont nous avions besoin en 1910: des voix sataniques qui ont sculpté la Turquie. Voici comment l’Orient a été perdu dans ce SECRET


De Sir Gerard Lowther à Sir Charles Harding (privé et confidentiel) Constantinople, 29 mai 1910

«Cher Charles,

Le télégramme de Gorst du 23 avril sur la nomination présumée de Mohamed Farid comme délégué en Egypte des francs-maçons de Constantinople, «dit intimement lié au comité Union et Progrès», m’incite à vous écrire longuement sur la tension de la franc-maçonnerie continentale qui traverse le mouvement Young Turk.

Je le fais en privé et confidentiellement, car cette nouvelle franc-maçonnerie en Turquie, contrairement à celle de l’Angleterre et de l’Amérique, est en grande partie secrète et politique, et les informations sur le sujet ne sont disponibles que dans la plus stricte confidentialité, tandis que ceux qui trahissent ses secrets politiques semblent le faire ,mais craignez la main de la mafia. Il y a quelques jours, un maçon local qui a divulgué les signes de l’engin a en fait été menacé d’être renvoyé devant une cour martiale, siégeant en vertu de notre état de siège.

Comme vous le savez, le mouvement de la Jeune Turquie à Paris était tout à fait séparé et en grande partie ignorant le fonctionnement interne de celui de Salonique. Ce dernier a une population d’environ 140 000 habitants, dont 80 000 juifs espagnols, et 20 000 de la secte Sabetai Levi (zevi) ou crypto-juifs, qui professent de l’extérieur l’islamisme. Beaucoup d’anciens ont dans le passé acquis la nationalité italienne et sont des francs-maçons affiliés à des loges italiennes. Nathan, le lord maire juif de Rome, est haut dans la maçonnerie, et les premiers ministres juifs Luzzati et Sonnino, ainsi que d’autres sénateurs et députés juifs, sont aussi, semble-t-il, des maçons. Ils prétendent avoir été fondés et suivre le rituel de «l’ancien écossais».

(Fin de la lettre)


Ceux que vous ne voyez pas sont ceux dont vous devez avoir peur et ils dirigent, entre autres, les académies militaires américaines, West Point, Annapolis et l’Air Force Academy, et le sous-secrétaire à la Défense, Mike Esper, sont reprenant maintenant le contrôle de l’arsenal nucléaire américain.

Erdogan et ses soutiens représentent un mélange séculaire entre la franc-maçonnerie séfarade, basée à l’origine dans ce qui avait été «Salonique», plus que la Turquie, et les cellules en Italie, en Suisse et en France qui ont commencé dans les années 70 sous le nom de «Opération Gladio» et ont formé le L’OTAN a financé le système racinaire de tous les grands groupes terroristes du monde aujourd’hui, avec les moins dangereux, Al-Qaïda et ISIS, ceux que vous voyez.

De The Hill, 2016:

Égypte: le bras de fer entre l'armée et les Frères musulmans

«Les Frères musulmans sont apparus en Égypte en 1928 et sont devenus l’organisation islamiste la plus influente du XXe siècle. Les Frères musulmans ont été créés par Hassan Al Banna, qui avait 22 ans et idolâtrait Adolf Hitler. Le père de Hassan Al Banna était un étudiant du Grand Mufti d’Égypte qui était également un Grand Maître de la Loge Unie d’Égypte, un franc-maçon. Le père de Hassan était lui-même un franc-maçon initié au sein de la franc-maçonnerie britannique.

Hassan a établi les Frères musulmans comme une version violente et répressive de la franc-maçonnerie basée sur une idéologie islamique radicale de la haine qui deviendrait l’idéologie centrale d’Al-Qaïda et de l’État islamique.

Lorsque les responsables du renseignement russes et syriens sont venus me voir avec l’histoire que je devais me concentrer sur les francs-maçons, j’étais hors de ma portée. Aucun de nous ne considère que l’Arabie saoudite et le Qatar, qui poussent des milliards dans le terrorisme, finançant certainement le 11 septembre, ce qui est communément connu, le font en combinaison avec des groupes qui contrôlent à 100% la France et l’Italie et dirigent maintenant la Grande-Bretagne sous Boris Johnson comme bien.

Ce sont les Kosher Nostra, ce sont les «foules» italiennes et juives en Amérique et ils font le lien entre les dirigeants politiques américains depuis George Washington, tous financés par l’argent des Rothschild .

De VT en 2018 et d’autres documents de base, une très bonne lecture.

En janvier 2011, j’ai introduit le concept de «Deep State» dans l’article Rogue America and the Quiet Mutiny. Cet article est reproduit ci-dessous. Jugez comment nous avons fait depuis. On ment aux Américains sur ce que Trump prévoit vraiment.

Source:Veterans Today


EN COMPLÉMENTAIRE

L’ORGANISATION GLADIO ET SES CONSÉQUENCES ACTUELLES

 

EN GROS VOICI

 

Le réseau Gladio : Armées secrètes d’Europe

L’organisation secrète «Stay behind», rebaptisée plus tard Gladio, le «glaive», a vu le jour en 1948 à l’initiative des États- Unis. Ses agents devaient être prêts à effectuer des missions d’espionnage et à commettre des actes de sabotage en cas d’offensive soviétique. Celle-ci n’ayant finalement pas lieu, ce sont les intérêts politiques des gouvernements de droite voire de groupes d’extrême droite que Gladio s’attache à défendre. Des contacts existent avec les différents services secrets nationaux, à l’abri de tout contrôle parlementaire. C’est le Shape (commandement militaire de l’Otan en Europe) qui assure la coordination.

 

Les réseaux Stay behind en Europe :

 

Jamais personne n’a mené l’enquête au sujet des activités du service de renseignement luxembourgeois et de celle des services secrets du monde entier au Luxembourg », notait un hebdomadaire indépendant luxembourgeois promouvant un livre, forcément sulfureux, sur le sujet [1][1]Le ballet des barbouzes. Au cœur de l’espionnage et des…. Il est vrai qu’établir l’histoire du renseignement au Luxembourg, quand il n’est déjà pas chose aisée dans de grands pays, relève de la gageure. L’absence de rapport parlementaire concernant les activités Stay behind au grand-duché participait de ces questions. Toutefois, depuis le 7 juillet 2008, un pan de cette histoire secrète de la guerre froide est désormais accessible [2][2]Chambre des députés, rapport de la Commission de contrôle…. Cette question était apparue au grand jour en novembre 1990 par les premières révélations concernant l’Italie, où cette histoire était connue sous le nom de « Gladio ». Toute une littérature s’est penchée sur la question [3][3]Jan de Willems, Gladio, Bruxelles, EPO, 1991 ; Hugo Gijsels,…, sans réellement la philosophie de ces activités couvertes qui avaient vu le jour en Europe occidentale. Comme toujours lorsqu’il est question de renseignement, elle avait profité des révélations sulfureuses propagées par les médias à propos des déviances engendrées par l’existence de ces réseaux en Italie. Dans une certaine mesure, le modèle italien était même devenu celui appliqué à une conspiration mondiale téléguidée par l’Alliance atlantique.

2L’inanité d’une telle construction intellectuelle se nourrissant de présupposés anti-américains limitait toute analyse historique sérieuse, autant qu’elle l’empêchait de faire surgir la réalité des événements, à commencer par la chronologie. L’initiative luxembourgeoise, après les enquêtes parlementaires suisse [4][4]Événements survenus au DMF [Département militaire fédéral] :…, italienne [5][5]Senato della Repubblica, Relazione sulla vicenda « Gladio »,…, belge [6][6]Sénat de Belgique, Enquête parlementaire sur l’existence en…, néerlandaise [7][7]Cf. le débat parlementaire dans Tweede Kamer, Handelingen van… et autrichienne [8][8]Œsterreichisches Bundesministerium für Inneres. Generaldirektor…, offre une occasion de revenir sur cette histoire méconnue. Depuis les dernières discussions sur le réseau Stay behind à la Chambre des députés, en décembre 1990, un instrument a renforcé les moyens de contrôle parlementaire luxembourgeois, permettant de se pencher sur cette question. La loi du 15 juin 2004 portant sur l’organisation du service de renseignement de l’État instaurait une commission de contrôle parlementaire de ses activités. En novembre 2005, des révélations entourant une série d’explosions du 30 mai 1984 au 25 mars 1986 dans le grand-duché, attribuée au groupe non identifié à ce jour des « Bommeléerten », permit une transmission, le 12 juillet 2007, de l’affaire au parquet de Luxembourg, pour une enquête judiciaire, et une question parlementaire le 31 janvier 2008, ouvrant une enquête sur l’implication du service de renseignement de l’État [9][9]Cf. les dossiers consacrés par le journal Luxemburger Wort….

UNE OPÉRATION DE GUERRE FROIDE

3Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, personne dans le monde du renseignement américano-britannique en mutation ne pensait que « le modèle que nous avions utilisé dans la résistance européenne contre les nazis ne puisse pas être approprié face à la menace totalitaire qui cherche à enrôler et pas seulement à soumettre les populations qu’elle occupait » [10][10]William Colby, Honorable Men : My Life in the CIA, New York,…. Le 12 février 1948, après le coup de Prague, la CIA entreprit de systématiser cette lutte qui s’inscrivait dans un contexte de plus en plus brûlant : en mars débuta le blocus de Berlin. Le 18 juin, le National Security Council adoptait la résolution NSC 10/2 chargeant l’Office of Special Project d’établir un programme d’action couverte. En octobre 1950, était créé l’Office of Policy Coordination (OPC). Dans le contexte d’une guerre de Corée s’éternisant, il fut bientôt chargé par le département de la Défense d’établir un réseau Stay behind en Europe occidentale et d’organiser des réseaux de résistance en Europe orientale [11][11]Harry Rositzke, The CIA’s Secret Operations : Espionage,…. Dans le même temps, de l’autre côté de l’Atlantique, les responsables politiques et militaires estimaient qu’il fallait éviter, en cas d’un nouveau conflit, les erreurs qui avaient été commises pendant la Seconde Guerre mondiale.

4Préalablement à toute coordination internationale, les principaux services spéciaux occidentaux entreprirent de réactiver leurs réseaux de résistance non communistes. En France, avant la désormais connue mission 48, aussi connue sous les noms arc-en-ciel et rose des vents, eut lieu la mission Smala. Au cours de l’année 1947, certains anciens de la France libre, comme le lieutenant François Meyer, furent réveillés par la direction de la surveillance du territoire pour constituer « un réseau de vigilance et de protection intérieure, de Stay behind, comme disent les Anglo-Saxons» [12][12]François Lenoir, Un espion très ordinaire. L’histoire vue du…. En cas d’invasion soviétique, irrésistible selon les sentiments de l’époque, ils devaient rejoindre l’Afrique du Nord par l’Espagne afin de préparer la reconquête nationale [13][13]Entretien de l’auteur avec le général Meyer du 19 décembre 1994.. On trouve là la philosophie générale des réseaux Stay behind, à savoir évacuer les gouvernements nationaux vers des territoires libres et maintenir des contacts sûrs avec ceux qui étaient restés au pays. Entre mai et septembre 1946, les ressorts de l’affaire « Passy », cabale médiatique lancée contre le colonel André Dewavrin, fondateur des services de renseignement de la France libre, montraient combien les habitudes nouées pendant la Seconde Guerre mondiale restaient vivaces [14][14]Le 4 mai 1947, le traité de Dunkerque inaugurait une…. Dans une Europe continentale en proie à la menace communiste, le MI-6 s’activait pour établir des réseaux dormants. À l’hiver 1948-1949, son chef, Stewart Menzies, convint avec le Premier ministre belge Paul-Henri Spaak de poursuivre la « coopération […] entre les services spéciaux […] sur base de ces traditions qui datent de la Première Guerre mondiale » [15][15]Sénat de Belgique, op. cit., p. 17-18., ou à tout le moins depuis le 11 mai 1942 [16][16]Emmanuel Debruyne, « Un service secret en exil.…. Bien que l’agent bruxellois de l’Office of Policy Coordination fût invité à rejoindre le Tripartite Meeting Belgium Brussels, il se retrouva dans la même position que son homologue de l’Office of Strategic Services naguère, à faire figure de bénéficiaire secondaire privilégié. De même, cette coopération fonctionna sur le même mode d’exclusivité que pendant la Seconde Guerre mondiale [17][17]Ainsi, le Stay behind suisse n’entretenait aucune relation avec…, et le Luxembourg fut totalement absorbé par le couple britannico-belge [18][18]Cf. Georges Heisbourg, Le gouvernement luxembourgeois en exil,….

5La guerre de Corée constitua un réchauffement inquiétant de la guerre froide. La question des réseaux Stay behind, comme bien d’autres questions d’ordre européen, fut évoquée au sein de l’union occidentale, conclue deux ans plus tôt entre la France, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg. Il fut décidé de constituer un organe de coordination. En juillet 1951, les activités du comité clandestin de l’union occidentale furent transférées, sur l’initiative du commandant militaire de l’Alliance atlantique, le général Dwight D. Eisenhower, au Coordination and Planning Committee (CPC), une structure qu’il est difficile de situer dans l’organigramme de l’Alliance atlantique, sinon en « liaison directe et officielle » avec le Supreme Headquarters Allied Powers Europe (SHAPE). Tout juste peut-on dire qu’il était « composé à la base de représentants des Services spéciaux britanniques, français et américains, mais qu’il [obtint], une fois créé officiellement, la collaboration des Services spéciaux des autres nations de l’OTAN toutes les fois que leurs intérêts nationaux seraient en jeu » [19][19]Compte rendu de la dixième réunion du Comité clandestin de…. Ainsi, la participation des services néerlandais, belges et luxembourgeois en pleine (ré)organisation à partir des personnels résistants ne pouvait être envisagée au CPC. Pas plus qu’italiens d’ailleurs…

6Toutefois, des représentants des trois premiers furent invités à suivre les travaux des deux groupes de travail, Operational Clandestine Intelligence (renseignement) et Escape & Evasion (fuite et évasion) du CPC. Ce ne fut qu’au lendemain du soulèvement hongrois que le Luxembourg adopta le « dispositif de temps de guerre selon les directives du CPC ». Le 5 février 1957 [20][20]Le Stay behind luxembourgeois s’inscrivait dans les mêmes…, le chef du 2e bureau de l’armée luxembourgeoise – qui faisait encore fonction de service spécial militaire – demanda au chef d’état-major de mettre à sa disposition « un officier spécialisé en la matière et qui serait envoyé dès à présent à la sous-commission créée par le CPC et composée des représentants de chaque pays intéressé ». Ainsi le grand-duché se mettait-il dans les conditions de rejoindre, comme l’avaient fait avant lui ses partenaires du Benelux, l’Allied Coordination Committee (ACC), constitué le 30 avril 1958 à partir des deux groupes de travail du CPC. Il s’agissait d’un

« comité régional réunissant six puissances dont le but est de fournir une consultation mutuelle et de développer des avis de politique en matière d’intérêts communs concernant le stay behind dans les pays concernés d’Europe occidentale. […] Les six membres, bien qu’ils agissent en consultation avec les autres partenaires, gardent néanmoins leur autonomie et le contrôle de leurs ressources nationales » [21][21]Sénat de Belgique, op. cit., p. 21-22 et Chambre des députés,….

 

7Le 23 avril 1959, le Luxembourg pouvait entamer son intégration au sein du dispositif de l’ACC [22][22]Lettre du chef des services spéciaux luxembourgeois au…. Il acceptait ainsi de s’accorder avec ses autres partenaires [23][23]L’Allemagne, l’Italie, le Danemark et la Norvège rejoignirent… pour développer une politique commune en matière de Stay behind, mais conservait son autonomie d’organisation. De même, cette coordination n’intervenait pas dans le cadre de l’OTAN, bien que tous ces pays en fussent membres et qu’ils profitassent des rencontres organisées dans ce cadre pour tenir leurs réunions jusqu’en octobre 1990. Par ailleurs, compte tenu de la particularité des relations qu’entretiennent le grand-duché et le royaume de Belgique depuis 1921, il semble qu’une coopération s’organisa entre les deux structures Stay behind. Enfin, comme le montrait déjà le Tripartite Meeting Belgium Brussels, le Luxembourg fut associé au couple belgo-britannique [24][24]Dans les années 1950, la représentation militaire….

LE STAY BEHIND RATTACHÉ AU SERVICE DE RENSEIGNEMENTS

8Le processus proprement luxembourgeois se développa dans le cadre de la loi du 30 juillet 1960, concernant la protection des secrets intéressant la sécurité extérieure de l’État. Était créé un service de renseignements (SRE) civil, placé sous l’autorité directe du ministre d’État, président du gouvernement, qui en déterminait l’organisation et les relations avec les autres administrations. Le nouveau service se vit ainsi accorder certaines dérogations, notamment dans les domaines du recrutement de personnel [25][25]En principe seulement par voie de détachement. et de la gestion budgétaire [26][26]Les fonds du service furent mis pour autant que de besoin à la…. L’arrêté ministériel du 22 novembre 1960 concernant l’organisation intérieure du service de renseignements prévoyait la constitution d’un groupe « Plans », dont le chef était « chargé de l’élaboration de tous les plans relatifs à des missions spéciales. Il fut responsable du recrutement, de l’instruction et de l’affectation du personnel chargé de ces missions ainsi que de la mise à disposition du matériel requis ».

9Ce groupe n’était autre que la section spéciale du service de renseignements chargée de la planification de guerre, de concert avec les services alliés au sein de l’ACC. Il était responsable au grand-duché du réseau Stay behind. Le Luxembourg adoptait la même solution que la Belgique de faire gérer la structure clandestine par un service civil [27][27]En Belgique, la structure Stay behind était composée de la…, en collaboration avec l’armée. De même, un projet d’arrêté précisait qu’ « un cloisonnement est établi entre la section “Opérations” et la section “Plans” », cette dernière étant directement soumise à l’autorité du directeur du service ou de son adjoint. Une réorganisation interne du SRE, par arrêté ministériel du 6 juillet 1981, transforma les anciens « groupes » en « branches ». Mais s’il décrivait beaucoup plus en détail la structure interne du service que celui de 1960, il n’en livrait naturellement aucun pour le « Plans ». Bien entendu, sa mission restait inchangée, comme son organisation. Elle restait sous la responsabilité d’un officier de l’armée détaché et de deux instructeurs. Ces derniers s’occupaient de la création et de la maintenance, en temps de paix, d’un réseau d’agents clandestins spécialement recrutés, entraînés et organisés pour rester sur place et opérer à partir du pays après l’occupation par l’ennemi.

10La « conception luxembourgeoise de l’organisation Stay behind »prévoyait explicitement que la structure était aux ordres du gouvernement luxembourgeois, opérait exclusivement sur le territoire national et ne se mettait en œuvre qu’après l’occupation du territoire national par l’ennemi.

11Le « dispositif de temps de guerre selon les directives du CPC » de 1957 envisageait trois grandes catégories de missions : le renseignement, l’infiltration/exfiltration, les actions.

12La première se résumait à la collecte d’informations d’ordre général, économique et militaire, et à leur transmission par radio à la base clandestine alliée. La seconde consistait à organiser le transit clandestin de personnel et de matériel par voie terrestre ou aérienne. Afin d’assurer l’évacuation du gouvernement, de la famille grand-ducale et des personnes clés de l’administration publique, des plans de repli furent élaborés et des réserves en ressources matérielles (véhicules, essence…) constituées. Les agents reçurent une formation pour préparer et baliser une zone en vue d’un parachutage, d’un ramassage en vol et d’un atterrissage d’hélicoptère.

13La dernière mission couvrait le sabotage, les Psy Ops (opération psychologique), le soutien aux mouvements de résistance et l’appui aux Unorthodox Military Forces (forces spéciales militaires). Toutefois, dans la terminologie Stay behind, le terme « actions » signifiait le plus souvent opérations de sabotage.

« De par sa situation démographique particulière, le Luxembourg ne peut sepermettre de recruter et d’instruire des agents destinés à des actions de sabotage. Toutefois, il accepte les propositions du Royaume-Uni pour organiser des groupes clandestins d’action (CAG) et de les instruire en temps de guerre, groupes recrutés parmi le personnel luxembourgeois ayant pu regagner le Royaume-Uni. Ces CAG seront aux ordres du gouvernement luxembourgeois, et le cas échéant, du cadre national de l’ACB, mais sont uniquement destinés à remplir des missions requises par le commandement militaire allié. » [28][28]Note de la branche « Plans » du 21 mars 1977, citée dans…

 

14Les agents luxembourgeois ne furent pas plus formés aux Psy Ops. Comme il n’était pas plus prévu d’intégrer les agents dans des groupes locaux de résistance, l’appui aux UMF se résuma à recueillir et à guider de petites équipes, à leur fournir des renseignements et à les approvisionner.

15À la différence de l’organisation belge, la structure Stay behind luxembourgeoise ne fut pas complétée d’une structure militaire dédoublée. De ce fait, il en découla une autre logique de recrutement, ou plutôt de cooptation. Comme partout en Europe, les candidats étaient des nationaux apolitiques. En outre, ils devaient jouir d’une bonne réputation et n’avoir commis aucune infraction pénale. Ils étaient affectés à une zone d’opérations dans laquelle ils étaient domiciliés. L’agent idéal était marié, exerçant un métier qui lui laissait assez de temps et de liberté de mouvement et n’appartenait plus à la réserve de l’armée.

16Après leur recrutement, les agents identifiés recevaient une formation individualisée et régulière leur dispensant des connaissances spécifiques et théoriques nécessaires à l’accomplissement de leur mission. Selon la disponibilité de l’agent, les cours avaient lieu hebdomadairement pendant une période d’une à deux années et comportaient une instruction sur l’organisation et la direction d’un réseau clandestin, la sécurité individuelle et collective, le comportement conspiratif, les communications, des sujets techniques comme les transmissions, la lecture de cartes, l’identification du matériel d’armement ennemi, des exercices pratiques, des instructions opérationnelles.

17Cette instruction initiale était complétée régulièrement par des mises à niveau bimestrielles destinées à rafraîchir leurs connaissances et à tenir compte de l’évolution des technologies et des procédures à utiliser. Cet entraînement permettait au Luxembourg de mettre en place un réseau clandestin de responsables de la mission « fuite et évasion », mais aussi d’agents d’infiltration et de soutien des éléments alliés chargés de préparer la reconquête. Ces opérations pouvaient se faire par voie terrestre ou par voie aérienne.

18Pour s’acquitter de ces missions, les agents étaient équipés de matériel radio et cryptographique. Ils disposaient également de moyens opérationnels tel qu’un plan de transmissions, pour les opérateurs radio, une ou plusieurs boîtes à lettre (mortes ou vivantes), des blocs code, un ou plusieurs lieux de contact frontière, où des infiltrations/exfiltrations auraient pu être opérées, et une zone de largage et d’atterrissage pour hélicoptère. Les descriptions de ces moyens, propres à chaque agent, étaient enfermées dans une boîte scellée qui leur était distribuée dès le temps de paix, mais qu’ils ne pouvaient ouvrir qu’au moment de leur activation, soit après l’occupation du territoire national. Ils ne disposaient pas d’armes et ne furent pas formés pour le combat armé. La cache d’armes aménagée en 1973 leur était inconnue ; elle était uniquement destinée à servir en temps de guerre [29][29]Elle était constituée de trois caisses en zinc, chacune….

19En dehors de leurs périodes de formation et d’entraînement, les agents formaient des cellules dormantes destinées à être activées uniquement en cas d’occupation ennemie. Ils n’étaient pas rémunérés par le service de renseignements, s’engageant à titre volontaire et bénévole ; ils avaient simplement droit à un remboursement de frais occasionnels, comme les déplacements.

LE CONTRôLE POLITIQUE DU RéSEAU STAY BEHIND LUXEMBOURGEOIS

20Un des principaux problèmes avec les structures Stay behind reste le degré de connaissance qu’en avaient les dirigeants politiques. Le principal écueil réside dans la place institutionnelle des services de renseignement et de l’organisation interne du réseau dormant. Ainsi, en Belgique, les ministres de la Défense et, parfois, de la Justice, responsables des services de tutelle du Stay behind, furent dans l’ensemble informés, mais pas les Premiers ministres [30][30]Sénat de Belgique, op. cit., p. 227-242.. Contrairement à ce que Jacques Santer laissa entendre devant les députés le 14 novembre 1990 [31][31]Luxemburger Wort du 15 novembre 1990., la nature plus restreinte du mode de gouvernement luxembourgeois fit que les autorités furent informées de leur concept et de leurs activités dès leur création. La participation du grand-duché au CPC, en février 1957, puis à l’ACC, en avril 1959, découlait de décisions gouvernementales, prises par les ministres successifs de la Force armée, Pierre Werner, puis, en mars 1959, Eugène Schaus. Une note manuscrite du chef du 2e bureau du 14 mai 1959 confirme le passage de consigne à ce sujet entre les deux ministres. L’adoption de la loi de juillet 1960 transféra l’autorité sur le Stay behind de l’armée luxembourgeoise au Service de renseignements nouvellement créé, comme la responsabilité politique du ministre de la Force armée au ministre d’État, président du gouvernement [32][32]De juillet 1960 à la dissolution du réseau Stay behind en….

« Outre que le concept même du Stay behind a été expliqué et développé aux autorités politiques compétentes dès sa création et sa mise en œuvre […], chaque exercice, national ou international, au Luxembourg ou à l’étranger, avec participation luxembourgeoise a, au préalable, fait l’objet d’une demande d’autorisation sous forme de lettre, introduite par le Directeur du service de renseignements auprès de l’autorité politique compétente. Dans ces demandes, le directeur prit soin de présenter minutieusement l’objet des exercices. » [33][33]Rapport du directeur du Service de renseignements, Charles…

 

21Par ailleurs, lors d’une réunion d’information organisée en juillet 1985 au profit de Jacques Santer et de son ministre de la Force publique, Marc Fischbach,

« la structure, le fonctionnement et les activités du service leur ont été exposés au moyen de transparents overhead. Dans ce contexte, le concept Stay behind a été expliqué et l’exposé était suivi de la visite des bureaux du Stay behind avec présentation de l’équipement des agents du Stay behind. Par la suite, avec l’accord de principe de M. le Premier ministre, un certain nombre de personnalités du gouvernement, du Conseil d’État et de la Chambre des députés ainsi que certains hauts fonctionnaires et magistrats ont répondu à l’invitation du directeur du SRE et ils ont pu suivre le même programme de présentation » [34][34]Ibid..

 

22Une liste manuscrite retrouvée dans un dossier aux archives du SRE, probablement constitué lors de l’enquête de 1990, indique qu’entre juillet 1985 et juin 1987, des politiques de tout le spectre luxembourgeois non communiste (chrétiens-sociaux, ouvriers socialistes, démocratiques) participèrent à ces briefings. Il y avait naturellement des ministres en fonction, Jacques Santer, Marc Fischbach, Jacques F. Poos [35][35]Vice-président du gouvernement, ministre des Affaires…, Robert Goebbels [36][36]Secrétaire d’État aux Affaires étrangères, au Commerce…, Jean Spautz [37][37]Ministre de l’Intérieur, ministre de la Famille, du Logement…, Émile Krieps [38][38]Secrétaire d’État au ministère de l’Intérieur (1972-1974),…. Il y avait des députés Willy Bourg, François Colling, Edouard Juncker, Henri Grethen [39][39]Député (1984-1999) et secrétaire du Parti démocratique…, et des hauts fonctionnaires, comme les diplomates Jean-Jacques Kasel [40][40]Chef de cabinet de Gaston Thorn, ministre des Affaires… et Jean Dondelinger [41][41]Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères…. Il sembla même qu’un certain consensus existât. Sous le mandat du socialiste Jacques Poos aux Affaires étrangères, certaines dépenses affectées directement aux besoins du réseau furent imputées sur le budget du ministère.

23Ainsi, la plus importante dépense jamais réalisée par le Stay behind était liée à l’acquisition de radios cryptées de type Harpoon, produites par la société allemande AEG Telefunken ; ce système permettait d’envoyer des messages cryptés à 6 000 km, permettant aux réseaux d’entretenir des relations entre eux, mais également de joindre les différents centres de commandement, le MI6 et le gouvernement en exil en Grande-Bretagne comme la CIA aux États-Unis [42][42]Jusque-là, le Stay behind luxembourgeois était doté, à l’instar…. En 1986, le directeur du Service de renseignements précisait à Jacques Santer que :

« Depuis sa création, le SRE s’occupe de la mise en place, de l’entraînement et de l’équipement de structures clandestines Stay behind dont la mission est de supporter les autorités nationales en exil ainsi que le Commandement militaire allié en cas d’occupation par l’ennemi de notre territoire national. […] L’ACC a décidé début 1980 de faire développer à charge des membres un poste radio Harpoon façonné exclusivement à ses besoins spécifiques. Vu le nombre très restreint d’équipements à fabriquer ainsi que les conditions très sévères imposées quant à la sécurité des émissions, le CIA était conscient qu’une lourde charge financière s’en suivrait pour ses membres. […] Tout en restructurant nos réseaux de manière à ne plus avoir que le strict minimum des postes radio à acquérir, la dépense pour l’acquisition du nouveau système s’élèverait toujours à […] [43][43]Un système coûtait 82 298,70 DM en 1987 et le paiement… Fr. lux à échelonner sur quatre ans. »

 

24Le ministre d’État, président du gouvernement approuva le principe de la demande. Mais il enjoignit « M. le chef du SR de se mettre en rapport avec M. le directeur de l’Inspection générale des finances pour discuter des problèmes budgétaires » [44][44]Chambre des députés, op. cit., p. 12.. Le « remplacement de l’équipement radio spécial utilisé en cas d’occupation du territoire » fut inscrit à l’exercice 1987 du budget du service de renseignements, mais également à celui des Affaires étrangères. L’Inspection générale des finances fut également associée à la prise de décision, l’exécution budgétaire étant soumise au contrôle par la Chambre des comptes.

LE DÉMANTÈLEMENT DU STAY BEHIND LUXEMBOURGEOIS

25Le 14 novembre 1990, tirant les conséquences de la nouvelle donne géopolitique, mais également de la tempête médiatique européenne qui s’annonçait [45][45]Il s’en expliqua le même jour devant la Chambre des députés…, Jacques Santer donna à Charles Hoffmann « l’instruction de ne plus faire poursuivre par le Service de renseignements la mission dite Stay behind ni aucun des aspects qui en relevaient. Vous voudrez dès lors prendre les mesures nécessaires pour dissoudre ce réseau ». Le ministre d’État devançait de dix jours la décision de l’allié belge et de quatorze celle de l’italien d’en finir avec la guerre froide.

26Le directeur du Service de renseignements informa l’ACC/CPC de la fin de la collaboration luxembourgeoise, en avisa les services étrangers. Puis il signifia aux agents nationaux que leur mission était achevée. Ils devaient rendre leur équipement opérationnel. Leur relation avec le service fut ensuite interrompue. Conformément aux instructions et aux règlements en vigueur, les documents relatifs au Stay behind furent soit restitués à leurs autorités émettrices, soit détruits. La cache d’armes fut démantelée, les armes qu’elle contenait, soit détruites, soit prises en charge par le Musée militaire de Diekirch. Les radios Harpoon ainsi que le matériel de chiffrage furent mis à la disposition d’un pays allié qui avait décidé de maintenir en place ses réseaux clandestins.

27Le 10 janvier 1991, Jacques Santer adressa une dernière lettre aux agents du Stay behind luxembourgeois :

28« À tous les membres du réseau Stay behind

  « Madame, Monsieur,
« Au moment où, sur mes instructions, le Service de renseignements de l’État vient de procéder à la dissolution du réseau Stay behind – dont vous faisiez partie – il me tient à cœur de vous remercier de l’engagement dont vous avez fait preuve. Vos sentiments patriotiques vous ont amené à accepter, pendant des années, une mission ingrate à laquelle vous avez consacré une partie de votre temps libre sans avoir eu droit, et sans avoir prétendu, à la moindre indemnisation. Le service que vous avez rendu au pays est d’autant plus grand que, fermement ancré comme vous l’êtes dans le corps social, vous avez espéré au maintien de la paix, tout comme nos compatriotes, tout en préparant une éventualité cruelle que vous abhorriez tout autant que les autres Luxembourgeois. Vous avez accepté de tirer dès à présent les leçons des événements de 1940-1945 que la Résistance d’alors a dû apprendre à ses dépens et pour lesquelles elle a dû payer un tribut effroyable.
« Quoi qu’en disent certains, mal informés ou mal intentionnés, je vous assure que vous avez assumé une mission importante et que vous avez contribué à maintenir la crédibilité de notre patrie à l’égard de ses alliés. La dissolution du réseau Stay behind intervient pour des raisons qui sont étrangères à l’organisation et au fonctionnement du réseau qui, je le constate avec satisfaction, n’est jamais sorti du cadre légal.
« Ce sont, comme vous le savez, les changements importants qui se sont manifestés au niveau international, et qui sont pleinement apparus au récent Sommet CSCE à Paris, qui ont amené le gouvernement à reconsidérer les missions confiées au Service de renseignements, à l’instar d’ailleurs de ce qui s’est passé parallèlement dans d’autres pays de l’Alliance.
« Je m’excuse de m’adresser à vous sous cette forme anonyme mais je suis persuadé que vous comprendrez que je ne veuille pas, dans un document officiel, faire apparaître votre identité, bien que celle-ci, comme d’ailleurs celle de tous les agents du réseau, me soit connue depuis peu, ce qui m’a d’ailleurs permis, à l’égard du Parlement, de me porter fort de votre honorabilité.
« Avec ce qui sera sans doute le dernier contact du gouvernement et de ses services avec vous-même en tant qu’agent du réseau Stay behind, et avec mes remerciements personnels, je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l’assurance de ma considération distinguée.
« Le Premier ministre, ministre d’État,
Jacques Santer. » [46][46]Ibid., p. 13.

 

29L’histoire du Stay behind luxembourgeois permet de remettre en perspective les révélations autour de « Gladio ». Comme l’avait rappelé Claude Silberzahn, ancien directeur général de la sécurité extérieure (DGSE) dès 1995, le dispositif était connu sous la dénomination Stay behind partout en Europe occidentale et n’était « qu’une structure “dormante” et non armée, destinée à maintenir en place un réseau logistique – essentiellement de communication et d’exfiltration – en cas d’occupation du territoire par des forces ennemies » [47][47]Au cœur du secret. 1 500 jours aux commandes de la DGSE, Paris,….

30Et rien d’autre. Les détournements d’objectif en Italie, et certainement en Belgique et en Turquie, ne constituent pas une règle pour ces réseaux de la guerre froide, mais bien autant d’exceptions. L’erreur faite par certains, renouvelée une nouvelle fois en janvier 2008 dans la presse luxembourgeoise à propos des « Bommeléerten » [48][48]Chambre des députés, op. cit., p. 3 ; Michel Thiel, « Stay…, a été de croire et de prétendre le contraire.

31Pour bien comprendre la réalité des structures Stay behind, il fallait prendre leur histoire au commencement, et non succomber aux facilités médiatiques. Il ne fallait pas omettre de prendre en compte le contexte idéologique des années 1940-1950 et de ses poussées de peur [49][49]Cf. l’analyse du major D. H. Berger, USMC, à propos des…. Trois chronologies de départ apparaissent ainsi. Il convient de distinguer :

32— les pays « précurseurs » (1944-1949), réellement menacés par l’expansion communiste, directement comme la Grèce, l’Allemagne et l’Autriche, ou indirectement comme la France, l’Italie, la Norvège, la Belgique et les Pays-Bas ;

33— des pays qui rejoignirent le réseau entre la répression du soulèvement de Berlin-Est et celui de Budapest (1953-1956), comme la Suède, la Finlande, la Turquie, le Luxembourg, le Danemark ;

34— et celui des atypiques qu’étaient l’Espagne, le Portugal et la Suisse.

35Les raisons de rejoindre les structures Stay behind furent imposées par la situation géographique ou le résultat du durcissement des relations internationales, notamment à partir du déclenchement de la guerre de Corée. D’autres raisons plus locales étaient également à prendre en compte. Ainsi, au Luxembourg, la recherche d’un format adéquat de force armée entamée au lendemain du conflit mondial n’aboutit finalement qu’avec le vote de la loi d’organisation militaire du 17 juin 1952 [50][50]Cf. Jacques Leider, L’armée luxembourgeoise d’après guerre.…. Ce n’est qu’ensuite que s’élabora la doctrine d’emploi dans le cadre de la guerre froide, dont l’issue ne pouvait être différente, compte tenu de l’environnement opérationnel, des orientations prises par la participation du grand-duché au Comité clandestin de l’Union occidentale.

36Il serait tout aussi erroné d’y voir une volonté structurée de l’OTAN. Ce serait d’abord prêter beaucoup trop à cette alliance qui n’est qu’organisation politico-militaire. Ce serait ensuite méconnaître le fonctionnement des institutions intergouvermentales internationales. Dans le premier cas, il serait illusoire que l’Alliance atlantique ait pu mettre sur pied un service intégré de renseignement et d’action, alors qu’il s’agit là d’un domaine particulièrement sensible de souveraineté nationale ; il n’est qu’à voir les difficultés qui s’opposent aujourd’hui à une « communauté européenne du renseignement », malgré des conditions favorables liées à la lutte antiterroriste. Dans le second cas, il ne faut pas sous-estimer la fonction de paravent qu’offrent ces organisations, permettant de traiter en toute discrétion de questions dont on ne s’attend pas à débattre dans ces lieux. N’oublions pas que l’Union de l’Europe occidentale a abrité les négociations d’entrée de la Grande-Bretagne dans la Communauté économique européenne, contribuant à lever les objections françaises…

37Enfin, il ne faut pas négliger la part de schizophrénie des services de renseignement, particulièrement pendant la guerre froide. Les débordements italiens trouvaient leur origine dans un État défaillant et d’un interventionnisme américain forcené. En même temps que l’OPC mettait en place un projet de propagande électorale, une autre branche de l’OPC montait le Stay behind… Que les deux projets aient fini par utiliser les services des mêmes Italiens montrait plutôt un défaut de coordination au sein de la CIA, ce que l’observation d’autres opérations confirmait, qu’une volonté de jouer quelque stratégie de tension [51][51]Cf. Arthur E. Rowse, « Gladio : The Secret US War to Subvert…. Le cas luxembourgeois laisse éclater autre chose, l’erreur de voir la main de l’OPC derrière l’organisation de ces réseaux, alors que leur paternité en reviendrait effectivement au MI-6…


EN DEUXIÈME COMPLÉMENTAIRE

Attentat de Bologne : les documents secrets sur Gladio et la Loge maçonnique P2 rendus accessibles par le gouvernement italien

 

 

Il est 10h25, le 2 août 1980 lorsqu’une bombe de très forte puissance détruit le hall de la gare de Bologne. 85 hommes, femmes et enfants périrent dans ce qui demeure aujourd’hui l’attentat le plus sanglant jamais commis en Italie. Deux cents autres victimes ont été blessées. Depuis cette date, les familles de victimes n’ont cessé de réclamer la vérité complète sur les circonstances dans lesquelles les poseurs de bombe, identifiés et jugés définitivement en 1995, ont commis cet attentat attribué aux néofascistes mais dans lesquelles des membres des services officiels de l’Etat ont été impliqués et condamnés.

Le 2 août est considéré en Italie comme la journée de la mémoire de tous les massacres terroristes. La reconstruction de la gare a préservé le trou causé par l’explosion dans la salle d’attente et même l’horloge, qui indique encore 10h25.

Horloge gare de Bologne l’heure de l’explosion

 

 

 

 

Les documents rendus accessibles par les autorités italiennes

À l’occasion de la 41e commémoration du jour anniversaire de l’attentat, Mario Draghi, président du Conseil des ministres, a signé une directive permettant d’accéder à l’ensemble de la documentation concernant l’organisation « Gladio » et la loge maçonnique P2.

Cette décision vient compléter d’autres initiatives prises dans les années 2000 pour tenter d’éclairer les circonstances et les responsabilités dans la commission de plusieurs attentats commis dans les années 70-80 pour influencer la vie politique italienne.

Toutes les ombres n’ont pas été dissipées

Pour ce 41e anniversaire de l’attentat de Bologne, Sergio Mattarella, le président de la République a adressé aux proches des victimes un message dans lequel il indique : « Toutes les ombres n’ont pas été dissipées et la recherche d’une vérité complète fait toujours l’objet d’un engagement fort”.

Jour du souvenir du massacre de la gare centrale de Bologne en 1980.

Des procès successifs pour une vérité à tiroirs, le dernier vient de s’ouvrir

Sur le terrain judiciaire, l’attentat de Bologne a mené à plusieurs procès avec de premières condamnations en 1988 et la révélation d’éléments de vérité mais partiels. Si l’enquête initiale a duré presque quinze ans, la pression des familles n’a jamais cessé pour exiger une vérité complète sur les circonstances de l’attentat mais aussi et surtout sur les responsabilités des commanditaires. Ce qui a conduit à mener de nouveaux devoirs d’enquête.

Exiger une vérité complète

Plusieurs tentatives d’égarer les enquêteurs sur de fausses pistes ont été entreprises ce qui a permis de consolider l’hypothèse de la conspiration. D’autant que des membres élevés de la hiérarchie des services secrets militaires ont été impliqués dans la mise en place de ces fausses pistes. Notamment le placement d’une bombe similaire à celle de Bologne dans le train Tarente-Milan en janvier 1981 de manière à reporter les suspicions vers d’autres auteurs.

Un nouveau procès pour cerner le rôle des échelons supérieurs

Aujourd’hui en 2021, un ultime procès à Bologne livre de nouveaux éléments qui pourraient mettre un terme à un long combat entamé par les familles soutenues par une grande partie de la classe politique italienne qui souhaite sortir de cette sombre période des années noires.

L’un des procès les plus importants jamais organisés dans notre pays

Pour Giuliano Turone, qui a découvert les listes de membres de la Loge P2 et qui s’exprime dans le quotidien La Republica ce procès à Bologne centré sur le rôle de Licio Gelli pourrait être déterminant : « Je pense que c’est l’un des procès les plus importants jamais organisés dans notre pays. Celui qui, plus que tout autre, va au fond du rôle joué par les échelons supérieurs dans la stratégie de la tension ».

Pour Marta Cartabia, la ministre de la Justice présente lors de la cérémonie d’anniversaire de l’attentat : « Il n’y a pas de justice sans une enquête complète sur les faits et les responsabilités » a-t-elle indiqué avant d’annoncer le renforcement du pôle des magistrats à Bologne.

Les audiences du procès sont suspendues durant l’été et reprendront en septembre. Le rythme devrait se poursuivre ensuite de manière soutenue afin de clore le procès au début de l’année 2022.

Une volonté de subvertir les équilibres politiques constitutionnels

De premières condamnations définitives sont tombées en 1995. On peut déjà y lire dans les attendus de l’arrêt prononcé : « l’existence d’une vaste association subversive composée, d’une part, par des éléments provenant des mouvements néofascistes dissous […] et d’autre part, par Licio Gelli, le chef de la loge « Propaganda Due », Francesco Pazienza, le collaborateur du directeur général du service de renseignement militaire SISMI, et deux autres officiers du service, le général Pietro Musumeci et le colonel Giuseppe Belmonte ».

Volonté de consolider les forces hostiles à la démocratie

Dans le jugement sur les mobiles on peut lire, une volonté : « d’un côté de vouloir subvertir les équilibres politiques constitutionnels, pour consolider les forces hostiles à la démocratie, et de l’autre […] de favoriser les auteurs d’entreprises terroristes qui pouvaient s’inscrire dans leurs plans « .

Le circuit de l’argent, la Suisse et le Vatican

Selon l’hebdomadaire italien Expresso en décembre 2020, le financement de l’attentat a été effectué via des comptes suisses par le versement d’un montant de cinq millions de dollars américains volé à la Banco Ambrosiano mise en faillite par le banquier Roberto Calvi.

La piste de l’assassinat de Roberto Calvi

Ce qui a permis de relancer la piste de l’assassinat de Calvi, retrouvé pendu à Londres à la suite d’un prétendu suicide. L’homme s’apprêtait-il face à la déconfiture de sa banque à dénoncer les agissements du groupe de Gelli et sa responsabilité dans l’attentat de Bologne ? Ou de menacer de le faire si l’on ne remettait pas sa banque à flot ? Ces questions sont au cœur d’un nouveau procès en cours à Bologne et dans lequel les derniers protagonistes du dossier encore en vie sont invités à venir s’expliquer sur ces nouveaux éléments.

A mon avis, nous nous rapprochons de la vérité complète

Paolo Bolognesi, président de l’association des parents des victimes du massacre de Bologne, en est convaincu. Mais, ajoute-t-il, « le problème sera d’aller vraiment au fond des choses« .

De Mussolini à l’intégration aux structures occidentales de l’après-guerre

Les éléments récents apparus confirmeraient l’implication de hauts responsables des services de sécurité italiens ainsi qu’un proche du Vatican, Licio Gelli, décédé en 2015 et qui fut le grand ordonnateur d’un groupe secret dénommé Loge P2 pour « Propaganda Due ».


À lire aussi: Réseau « Gladio », le « patron » des espions s’exprime pour la 1ère fois depuis 1991


Ce groupe dissimulé sous les traits d’une loge maçonnique régulière visait à orienter la politique italienne dans une direction conforme aux intérêts de leurs mandants, manipulant allègrement dans la transversalité les différentes institutions de l’Etat ainsi que les extrémistes de tous poils, de gauche et de droite.

Le passé du Grand maître Lucio Gelli mène à l’Italie de Mussolini dans laquelle il a joué un rôle actif puis après la seconde guerre mondiale, aux structures de la Défense occidentale dans lesquelles Gelli a su opportunément se recycler pour poursuivre ses activités sous la bannière de l’anticommunisme. Comme l’ont fait aussi en Allemagne, dès 1945, d’anciens agents du renseignement nazi sous la direction de Reinhard Gehlen.

Un réseau « Gladio » à géométrie variable selon les pays et les époques

Des ramifications internationales reliant différents pays européens aux Etats-Unis sont à l’origine du réseau « Gladio ». Les autorités politiques de l’après-guerre ont avalisé l’existence de ce réseau destiné à protéger les démocraties « libérales » du danger communiste.

En fonction des rapports de force politiques internes au sein des pays concernés, dont la Belgique, ce « réseau » avait des missions plus ou moins offensives ou défensives. De l’ingérence à la contre subversion, ce réseau de « gladiateurs » dont la dénomination variait selon les particularités locales regroupait des civils et des militaires tous assurés de voir leur identité rester secrète.

Dans l’Italie des années 80, la perspective de voir le parti communiste arrivé au pouvoir en coalition avec la Démocratie chrétienne a semé l’effroi dans les milieux atlantistes, l’Italie occupant sur le plan militaire une position stratégique avec une base américaine importante. L’enlèvement et l’assassinat d’Aldo Moro, leader de la gauche de la démocratie chrétienne par les « brigades rouges » viendra mettre un terme aux perspectives de rapprochements des deux partis.

Aldo Moro, prisonnier des Brigades rouges en Italie en février 1979.


UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE


Notes

 

  • [1]
    Le ballet des barbouzes. Au cœur de l’espionnage et des services secrets au Luxembourg, Luxembourg, Les éditions de « L’investigateur », 2005.
  • [2]
    Chambre des députés, rapport de la Commission de contrôle parlementaire du Service de renseignement de l’État, Les activités du réseau Stay behind luxembourgeois (Luxembourg, 2008), hhhhttp:// wwww. gouvernement. lu/ salle_presse/ actualite/ 2008/ 07-juillet/ 10-chd_commission/ STBH.pdf.
  • [3]
    Jan de Willems, Gladio, Bruxelles, EPO, 1991 ; Hugo Gijsels, Network Gladio, Louvain, Utgeverij Kritak, 1991 ; Leo Müller, Gladio. Das Erbe des Kalten Krieges. Der NATO Geheimbund und sein deutscher Vorläufer, Hambourg, Rowohlt, 1991 ; Jean-François Brozzu-Gentille, L’Affaire Gladio. Les réseaux secrets américains au cœur du terrorisme en Europe, Paris, Albin Michel, 1994 ; Ronald Bye, Finn Sjue, Norges Hemmelige Haer. Historien om Stay Behind, Tiden Norsk Verlag, Oslo, 1995 ; William Blum, Killing Hope. Us Military and CIA Interventions since World War II, Maine, Common Courage Press, 1995 ; Emanuele Bettini, Gladio. La republica parallela, Milan, Ediesse, 1996 ; Jens Mecklenburg, Gladio. Die geheime terrororganisation der Nato, Berlin, Elefanten Press, 1997 ; Fulvio Martini, Nome in codice : Ulisse, Milan, Rizzoli, 1999 ; Daniele Ganser, NATO’s Secret Armies. Operation Gladio and Terrorism in Western Europe, Londres, Franck Cass, 2005 (éd. franç. Les Armées secrètes de l’OTAN. Réseaux Stay Behind, Gladio et Terrorisme en Europe de l’Ouest, Parcis, Demi-Lune, 2007).
  • [4]
    Événements survenus au DMF [Département militaire fédéral] : rapport de la Commission d’enquête parlementaire (CEP DMF) du 17 novembre 1990, au nom de la Commission Carlo Schmid, Werner Carobbio, no 90.022 (s.l.n.d. [Berne], [OCFIM], [1990]).
  • [5]
    Senato della Repubblica, Relazione sulla vicenda « Gladio », presentata dal Presidente del Consiglio dei ministri. Communicata alla Presidenza il 26 febbraio 1991 et Senato della Repubblica, Commissione parlamentare d’inchiesta sul terrorismo in Italia e sulle cause della mancata individuazione dei responsabiliy delle stragi : Il terrorismo, le stragi ed il contesto storico politico, redatta dal presidente della Commissione, Senatore Giovanni Pellegrino (Rome, 1995).
  • [6]
    Sénat de Belgique, Enquête parlementaire sur l’existence en Belgique d’un réseau de renseignement clandestin international, rapport no 1117-4 fait au nom de la Commission d’enquête par MM. Erdman et Hasquin, 1990-1991, hhhttp:// wwww. senate. be/ lexdocs/ S0523/ S05231297. pdf.
  • [7]
    Cf. le débat parlementaire dans Tweede Kamer, Handelingen van 21 November 1990, nos 21895-1, 26-1559 et 26-1560.
  • [8]
    Œsterreichisches Bundesministerium für Inneres. Generaldirektor für die öffentliche Sicherheit. Mag. Michael Sika, Bericht betreff US Waffenlager (Wien, 28 November 1997).
  • [9]
    Cf. les dossiers consacrés par le journal Luxemburger Wort ((((http:// wwww. wort. lu/ articles/6107682.html) et la radio RTL ((((http:// wwww. rtl. lu/ cms/ news/ dossier/ )ainsi que le rapport de la Commission luxembourgeoise de contrôle parlementaire du Service de renseignement de l’État, Le rôle du service de renseignements dans le cadre des enquêtes relatives à l’affaire des attentats à l’explosif des années 1984 à 1986 (Luxembourg, 2008), hhhhttp:// wwww. gouvernement. lu/ salle_presse/ actualite/ 2008/ 07-juillet/10-chd_commission/bomm.pdf. Cf. aussi la notice « Bommeleeër » sur Wikipedia, établie entre novembre 2007 et juillet 2008 (((http:// lb. wikipedia. org/ wiki/ Bommelee%C3%Abr).
  • [10]
    William Colby, Honorable Men : My Life in the CIA, New York, Simon & Schuster, 1978, p. 91.
  • [11]
    Harry Rositzke, The CIA’s Secret Operations : Espionage, Counterespionage and Covert Action, Boulder, Westview Press, 1988, p. 166.
  • [12]
    François Lenoir, Un espion très ordinaire. L’histoire vue du SDECE, Paris, Albin Michel, 1998, p. 131.
  • [13]
    Entretien de l’auteur avec le général Meyer du 19 décembre 1994.
  • [14]
    Le 4 mai 1947, le traité de Dunkerque inaugurait une collaboration militaire franco-britannique dont les origines puisaient dans l’Entente cordiale.
  • [15]
    Sénat de Belgique, op. cit., p. 17-18.
  • [16]
    Emmanuel Debruyne, « Un service secret en exil. L’Administration de la sûreté de l’État à Londres, novembre 1940 – septembre 1944 », Cahiers d’histoire du temps présent / Bijdragen tot de Eigentijdse Geschiedenis, no 15, 2005, p. 345.
  • [17]
    Ainsi, le Stay behind suisse n’entretenait aucune relation avec les structures de l’OTAN, mais bien, à compter de 1967, avec le MI-6 (Rapport sur la nature des liens éventuels entre l’organisation P-26 et des organisations analogues à l’étranger, 30 octobre 1991, président de la Confédération Cotti et chancelier de la Confédération Couchepin, no ad 90 . 022 [1991-775], p. 20).
  • [18]
    Cf. Georges Heisbourg, Le gouvernement luxembourgeois en exil, 4, Luxembourg, Saint-Paul, 1991, p. 89-163, et Géry Meyers, La Résistance luxembourgeoise et le renseignement de 1940 à 1944, maîtrise, histoire, Université de Paris IV, 1999, p. 87-101.
  • [19]
    Compte rendu de la dixième réunion du Comité clandestin de l’Union occidentale du 28 avril 1952 à Londres, propos du chef de la délégation britannique, cité par la Chambre des députés, op. cit., p. 6-7.
  • [20]
    Le Stay behind luxembourgeois s’inscrivait dans les mêmes limites chronologiques que le réseau helvétique, dont les réflexions liminaires s’échelonnaient entre le 3 décembre 1956 et le 17 octobre 1957. Le service P-26 ne fut fondé qu’une décennie plus tard (Événements survenus au DMF,op. cit., p. 180-183).
  • [21]
    Sénat de Belgique, op. cit., p. 21-22 et Chambre des députés, op. cit., p. 7.
  • [22]
    Lettre du chef des services spéciaux luxembourgeois au président de l’ACC du 23 avril 1959, citée dans Chambre des députés, op. cit., p. 7.
  • [23]
    L’Allemagne, l’Italie, le Danemark et la Norvège rejoignirent la structure à la même époque.
  • [24]
    Dans les années 1950, la représentation militaire luxembourgeoise était assurée par un officier belge (cf. Gaston Stronck, Le Luxembourg et le Pacte atlantique. De la neutralité à l’alliance, Doctorat, Histoire contemporaine, Montpellier, 1991).
  • [25]
    En principe seulement par voie de détachement.
  • [26]
    Les fonds du service furent mis pour autant que de besoin à la disposition de son chef qui rendait compte de leur emploi au ministre d’État, président du gouvernement. La Chambre des comptes avait un droit de regard et un droit de contrôle sur l’exécution du budget. En outre, le ministre d’État pouvait fixer des règles financières particulières destinées à garantir le secret des opérations.
  • [27]
    En Belgique, la structure Stay behind était composée de la Section training, communication, mobilisation (STC/Mob), dépendant de la Sûreté de l’État, et du Service de documentation, de renseignement et d’action VIII (SDRA VIII), rattaché au Service général du renseignement et de la sûreté de l’armée (Sénat de Belgique, op. cit., p. 6).
  • [28]
    Note de la branche « Plans » du 21 mars 1977, citée dans Chambre des députés, op. cit., p. 9.
  • [29]
    Elle était constituée de trois caisses en zinc, chacune contenant deux pistolets mitrailleurs, quatre pistolets, quatre grenades et 600 cartouches de 9 mm (ibid., p. 2).
  • [30]
    Sénat de Belgique, op. cit., p. 227-242.
  • [31]
    Luxemburger Wort du 15 novembre 1990.
  • [32]
    De juillet 1960 à la dissolution du réseau Stay behind en janvier 1991, trois chefs de gouvernement se succédèrent : Pierre Werner (mars 1959 – juin 1974, juillet 1979 – juillet 1984), Gaston Thorn (juin 1974 – juillet 1979) et Jacques Santer (juillet 1984 – janvier 1995).
  • [33]
    Rapport du directeur du Service de renseignements, Charles Hoffmann, à Jacques Santer du 20 novembre 1990, cité dans ibid., p. 11.
  • [34]
    Ibid.
  • [35]
    Vice-président du gouvernement, ministre des Affaires étrangères, du Commerce extérieur et de la Coopération, ministre de l’Économie et des classes moyennes, ministre du Trésor (1984-1989).
  • [36]
    Secrétaire d’État aux Affaires étrangères, au Commerce extérieur et à la Coopération, secrétaire d’État aux classes moyennes (1984-1989).
  • [37]
    Ministre de l’Intérieur, ministre de la Famille, du Logement social et de la Solidarité sociale (1980-1989).
  • [38]
    Secrétaire d’État au ministère de l’Intérieur (1972-1974), ministre de la Santé, ministre de la Force publique, ministre de l’Éducation physique et des Sports (1974-1984).
  • [39]
    Député (1984-1999) et secrétaire du Parti démocratique (1980-1989).
  • [40]
    Chef de cabinet de Gaston Thorn, ministre des Affaires étrangères (1979-1981), puis président de la Commission européenne (1981), directeur des Affaires politiques et culturelles au ministère des Affaires étrangères (1986-1992).
  • [41]
    Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères (1984-1989).
  • [42]
    Jusque-là, le Stay behind luxembourgeois était doté, à l’instar de son homologue belge, du système TAR24.
  • [43]
    Un système coûtait 82 298,70 DM en 1987 et le paiement luxembourgeois fut échelonné sur quatre exercices financiers 1987-1990, comme pour la commande du SDRA VIII. Il est à noter, et ceci est peut-être un indice pour le montant payé et le nombre de systèmes achetés par le Luxembourg, que la Commission de contrôle parlementaire du Service de renseignement de l’État de juillet 2008 ne révèle pas, qu’une note du 21 janvier 1991 de la sûreté de l’État belge affirme que la Belgique commanda 79 radios Harpoon, mais n’en paya que 78… (Sénat de Belgique, op. cit., p. 225). Il n’est pas possible d’établir une estimation plus précise, les chiffres présentés par Daniele Ganser, « The British secret service in neutral Switzerland : An unfinished debate on NATO’s cold war stay-behind armies », Intelligence and National Security, vol. 20, no 4, décembre 2005, p. 575, pour la Suisse, et Jens Mecklenbrug (dir.), Gladio. Die geheime Terrororganisation der Nato (Berlin, Elefanten Press, 1997), p. 64, pour l’Allemagne, sont trop imprécis ou reposant sur de sources non encore déclassifiées et incontrôlables, comme le rapport suisse du Schweizer Bundesrat, Schlussbericht in der Administrativuntersuchung zur Abklärung der Natur von allfälligen Beziehungen zwischen der Organisation P26 und analogen Organisationen im Ausland. Kurzfassung für die Œffentlichkeit du 19 septembre 1991 (une demande de déclassification a été refusée par le Conseil fédéral suisse le 10 juin 2005, cf.  http:// wwww. parlament. ch/ f/ cv-geschaefte ? gesch_id= 20053096).En ligne
  • [44]
    Chambre des députés, op. cit., p. 12.
  • [45]
    Il s’en expliqua le même jour devant la Chambre des députés (Luxemburger Wort du 15 novembre 1990). Le député Jean Huss déposa une résolution visant la création d’une Commission d’enquête parlementaire sur le réseau Stay behind, qui fut débattue le 17 décembre suivant devant la Commission des Institutions et de la Révision constitutionnelle. Par neuf voix contre une, les parlementaires décidèrent que les informations fournies par Jacques Santer ne justifiaient pas l’institution d’une Commission parlementaire d’enquête (Chambre des députés, op. cit., p. 2-3).
  • [46]
    Ibid., p. 13.
  • [47]
    Au cœur du secret. 1 500 jours aux commandes de la DGSE, Paris, Fayard, 1995, p. 272-273.
  • [48]
    Chambre des députés, op. cit., p. 3 ; Michel Thiel, « Stay behind : kalter Krieg oder kalter Kaffee ? », Luxemburger Wort du 23 janvier 2008, hhhhttp:// wwww. wort. lu/ articles/ 6408110. html,et Laurent Graaff, « Der staat könnte involviert sein », Revue du 15 janvier 2008, hhhttp:// wwww. revue. lu/ coverstory. php ? id= 1191&view= archive.
  • [49]
    Cf. l’analyse du major D. H. Berger, USMC, à propos des activités couvertes américaines pendant cette même période, dans The Use of Covert Paramilitary Activity as a Policy Tool : An Analysis of Operations Conducted by the United States Central Intelligence Agency, 1949-1951, 22 May 1995, p. 1, hhhttp:// wwww. fas. org/ irp/ eprint/ berger. htm.
  • [50]
    Cf. Jacques Leider, L’armée luxembourgeoise d’après guerre. Structure, fonctions, fonctionnement, Luxembourg, Saint-Paul, 1993.
  • [51]
    Cf. Arthur E. Rowse, « Gladio : The Secret US War to Subvert Italian Democracy », Covert Action, no 49, été 1994, hhhttp:// wwww. mega. nu:8080/ ampp/ gladio. html.

 

 

 

La Menace Mortelle du Nouvel Ordre Mondial:Le film du vingt-et-unième siècle

L’événement artistique des derniers mois ? Les médias dominants ne vous en parleront pas. Dans l’écrasante majorité des cas, parce qu’ils ignorent jusqu’à son existence; et dans les quelques exceptions qui existent peut-être, ils auront tout intérêt à ce qu’un tel événement soit passé sous silence. Cet événement, c’est la sortie enfin, sur Internet, dix ans après sa création, de la version intégralement sous-titrée en français du film The Great American Psy-Opera. Vous ne verrez bien évidemment pas ce film au cinéma, ni en prime-time à la télévision ; et même sur Internet, il s’agit d’un des films les plus férocement censurés qui soient.
Derrière le visage du présumé coupable, Ben Laden, se cache en fait le visage du bon vieil oncle Sam. “9/11 was an inside job” est un slogan qui revient souvent tout le long du film : “le 11 septembre était un travail interne”. Comment expliquer autrement que tous les médias américains “savaient”, seulement 23 minutes après les “effondrements”, qui était responsable (Ben Machin)? En plus de la rationalité physique, du bon sens et de l’esprit critique, c’est la présomption d’innocence que le 11 septembre 2001 a fait disparaître.
Mais une chose est sûre : ce que nous démontrent les événements du 11 septembre et, encore davantage, la soi-disant “pandémie de covid-19”, c’est qu’une société ne peut pas vivre uniquement et seulement dans le mensonge.

CRITIQUE –  “Jamais censure n’a été plus parfaite. Jamais l’opinion de ceux à qui l’ont fait encore croire, dans quelques pays, qu’ils sont restés des citoyens libres, n’a été moins autorisée à se faire connaître, chaque fois qu’il s’agit d’un choix qui affectera leur vie réelle. Jamais il n’a été permis de leur mentir avec une si parfaite absence de conséquence. Le spectateur est seulement censé ignorer tout, ne mériter rien. […] L’histoire du terrorisme est écrite par l’État; elle est donc éducative. Les populations spectatrices ne peuvent certes pas tout savoir du terrorisme, mais elles peuvent toujours en savoir assez pour être persuadées que, par rapport à ce terrorisme, tout le reste devra leur sembler plutôt acceptable, en tout cas plus rationnel et plus démocratique.”

Guy Debord, Commentaires sur la société du spectacle

L’événement artistique des derniers mois ? Les médias dominants ne vous en parleront pas. Dans l’écrasante majorité des cas, parce qu’ils ignorent jusqu’à son existence; et dans les quelques exceptions qui existent peut-être, ils auront tout intérêt à ce qu’un tel événement soit passé sous silence.

Cet événement, c’est la sortie enfin, sur Internet, dix ans après sa création, de la version intégralement sous-titrée en français du film The Great American Psy-Opera. Vous ne verrez bien évidemment pas ce film au cinéma, ni en prime-time à la télévision ; et même sur Internet, il s’agit d’un des films les plus férocement censurés qui soient.

Je  vous donne donc,directement sur mon site ,cette grande oeuvre,en vous demandant humblement de partager le lien de cet article,afin que l’éveil social puisse continuer jusqu’à l’effondrement du système:

J’ai vu ce film plus d’une dizaine de fois, et le considère sans hésitation comme le plus grand film des vingt dernières années, et à plus d’un titre. Mon anglais étant tout juste correct, il m’aura fallu attendre la présente version pour que l’idée s’impose à moi d’écrire sur ce chef-d’œuvre absolu de l’histoire du cinéma. Comme toute œuvre d’art majeure (Sophocle, Shakespeare, Bach), celle-ci ouvre sur l’infini, et est proprement inépuisable. Même après ma énième vision, bien plus compréhensive grâce aux sous-titres, je sais que je reviendrai à ce film encore et encore, comme à tous mes films, livres, disques ou tableaux de chevet. J’y insiste donc pour commencer : cet article ne fait que survoler cette œuvre d’une richesse inouïe.

Pendant que le bobo cinéphile parisien partage son temps et ses gloses entre navets “d’auteur” et blockbusters de la propagande hollywoodienne, il ignore jusqu’au nom du plus jeune des grands maîtres du septième art : Alexander “Ace” Baker. Il utilise surtout son nom d’artiste, Ace Baker. Je l’appellerai ici “Ace” tout court, tant ce surnom lui va comme un gant.

Celui-ci n’est pourtant pas cinéaste de formation. Il se présente comme compositeur de musiques de films, ce qui, selon toute probabilité, aide à se constituer une connaissance cinéphilique solide, et comme écrivain. Il prouve, tout du long de son chef-d’œuvre, qu’il est aussi un artiste pop de grand talent, puisqu’il l’entrelarde de trois ou quatre clips pour des chansons de sa composition. De plus, Ace fait partie de cette génération de geeks pour lesquels les techniques combinées de la vidéo et de l’informatique n’ont aucun secret. Enfin, Ace dispose de facultés qui ne s’enseignent pas à l’école, et surtout pas les écoles de cinéma : l’esprit critique, la prudence sceptique, la curiosité insatiable, un sens politique à fleur de peau. En effet, Ace se déclare ouvertement anarchiste, ce qui me le rend bien sûr encore plus sympathique, et je me réjouis donc de soumettre le présent article à FranceSoir, principal organe, dans notre pays, d’un “proudhonisme journalistique” dont nos esprits abrutis par la propagande médiatico-gouvernementale a bien besoin.

Anarchiste et pacifiste (clin d’œil cette fois à Louis F.) : un slogan qui apparaît régulièrement en bas de l’écran est “peace through anarchy”, “la paix à travers l’anarchie”. Ace est très charismatique (de faux airs d’Harmony Korine), avec une élocution un peu lente, mais terriblement séduisante, presque hypnotique : faisant songer à ce que le grand philosophe et poète Lacoue-Labarthe appelait la “diction juste”, celle qu’il reconnaissait à toute très grande poésie, en sa capacité à dire le Vrai. Et, au-delà de ses exceptionnelles qualités esthétiques, dont je vais très vite parler, Ace fait une œuvre formidable de vérité sur notre temps : d’où la censure proprement hallucinante dont son film est victime. Du reste, je peine à retrouver sa trace sur l’Internet. On ne sait pas trop ce qu’il est devenu depuis une décennie. Retrouver cet homme, lui demander un long entretien, j’estime que cette tâche est de salut public. Dans l’attente, faisons la vigoureuse promotion de ce film : la tâche est elle aussi de salut public, et d’éducation populaire.

Par exemple, montrez ce film à vos amies et amis qui vous traitent de “complotiste fou” à cause de vos prises de position sur la pseudo “crise du Covid”. Vous verrez que vous ferez plus que marquer des points. Je l’ai constaté autour de moi : et cela s’explique facilement. The Great American Psy-Opera parle de faits qui sont derrière nous, à froid. Il n’y a plus d’implication immédiate, comme avec le “Covid-19”. Vous verrez où je veux en venir.

Toutes les qualités autodidactes que j’ai épelées au sujet d’Ace n’expliquent pas l’alchimie miraculeuse de leur conjonction, et qui s’appelle le génie. Par exemple, sous le rapport du seul montage, dont Deleuze ou Agamben nous ont appris que celui-ci était l’essence du cinéma. Or, comme monteur, Ace en remontre aux tout meilleurs, comme le Murnau de L’Aurore, comme le Bergman de Persona, ou le Godard des Histoire(s) du cinéma. (Je conseille au passage le dernier moyen-métrage, sublime, de ce dernier, au titre si actuel : Liberté et patrie – lequel, à son début, évoque poétiquement ce qui est le sujet du film d’Ace).

Non content d’être un artiste de tout premier plan, Ace est d’une droiture éthique irréprochable (on verra vite que, pour réaliser un tel film, c’est imprescriptible). En effet, le film s’ouvre sur l’avertissement suivant, stupéfiant pour notre époque : “The Great American Psy-Opera est une œuvre à but non lucratif de recherche, d’éducation, de critique et de parodie. Certains éléments audio et/ou vidéo peuvent être des œuvres protégées par le droit d’auteur et utilisées sans autorisation. L’exemption de la protection du droit d’auteur est invoquée dans le cadre de la doctrine de “l’usage loyal”, telle qu’elle est définie dans l’article 17 par 107 du code des Etats-Unis.”

Quoi ? Une œuvre à but… non lucratif ? A l’ère où “l’art contemporain” devient une “pompe à phynance”, pour parler comme Jarry, qui tourne sur elle-même et vend à des sommes astronomiques des baudruches hideuses, des installations creuses ou des performances vaseuses ? Vous n’y pensez pas ! Mais c’est bien cette gratuité, ce désintéressement, cet altruisme extrême, qui font la grandeur et l’héroïsme de ce film. Et, comme le dit la seconde partie de l’avertissement, transgresser certaines lois du code civil se justifie par l’intérêt supérieur de cette transgression : encore une fois, par la vocation publique salutaire de son propos. Au fond, ce à quoi ces remarques renvoient est la pratique du “détournement” chère aux situationnistes, à quoi le film fait beaucoup penser aussi, et à plus d’un titre (cf. mes citations de Debord en exergue). Jamais, je crois bien, on n’a fait un film aussi démystificateur sur la société du spectacle.

Le film commence de manière “cosmique”, interstellaire, évoquant la fin de 2001, l’Odyssée de l’espace, ou encore certaines pièces musicales de Stockhausen : “planant”, comme on dit couramment. Puis on descend sur terre, et viennent les premières images de ce qui sera le sujet du film : les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis. Images toutes gravées dans nos mémoires, faisant partie de ce qu’on appelle “l’inconscient collectif”, en ne croyant pas si bien dire… Car le sujet du film, ce ne sera pas tant les événements eux-mêmes de cette date fondatrice du 21e siècle, mais les images de ces événements, et notamment celles des deux tours du World Trade Center à New York.

Les intertitres défilent, comme un poème de la sidération : “Il était une fois/un groupe d’hommes qui décide de conquérir la Terre/ils avaient la plus grande armée/et l’arme la plus puissante de toutes… La Télévision.” Toute ressemblance avec le déclenchement d’une certaine “pandémie” serait évidemment tout sauf fortuite ; et ne s’arrêterait pas là, puisque, tandis que le film continue ses fondus enchaînés des tours qui s’effondrent et des foules horrifiées, les intertitres continuent à annoncer la couleur de ce que le film démontrera de façon quasi scientifique (on songe au more geometrico de Spinoza) : “La réalité a été détournée et détruite (…). Les immenses tours se sont effondrées. Le bon sens s’est effondré.” Comment ne pas penser, vingt-et-un an après les événements, et onze ans après la réalisation de ce film, à ces paroles d’un médecin canadien, mis à pied pour avoir dénoncé les effets secondaires des “vaccins covid” sur ses clients : “Le Covid-19 fait perdre trois sens : le goût, l’odorat… et le bon sens.” Dédicaçons donc au passage les paroles qui précèdent à l’excellent travail de l’association BonSens.

Le parallèle rétroactif avec la situation que nous vivons depuis deux ans et demi, qui donne à ce film un caractère de surcroît prophétique, se poursuit : “Les gens ont eu tellement peur qu’ils sont devenus prêts à croire n’importe quoi. N’importe quoi pour se sentir en sécurité à nouveau.”
Après ce long générique hétérodoxe, Ace fait sa première apparition en personne : il explique qu’il lui a fallu quatre ans de travail pour accoucher du film, qui fait quatre heures. Un an d’enquêtes = une heure de film, ce qui explique l’exceptionnelle densité de celui-ci. Le film se divise en huit chapitres. Le premier s’intitule : “Nouvelles brisées”. C’est le premier coup de génie du film : il consiste à présenter sans aucun commentaire un montage des images du 11 septembre. Pour ce faire, Ace a conçu une sorte d’hexagone d’écrans tournant en trois dimensions, comme autant de “points de vue” médiatiques sur les événements. On a les émissions interrompues, les tours en train de fumer, les explosions, les tours jumelles, le Pentagone, la Pennsylvanie, les gens qui se jettent dans le vide, le surgissement vite confirmé de l’hypothèse des avions, puis celle du commanditaire probable des attentats (“the usual suspect”, pourrait-on dire, Oussama du prénom)… Les seules images à ne pas être celles des événements sont un peu sarcastiques, même si c’est en avançant dans le film qu’on comprendra pourquoi : il s’agit de ce qui fut toujours mon cartoon favori, “Bip-bip et le coyote”.

Là est le coup de génie : la mise en abyme. Ace, pour commencer, nous donne seulement à contempler l’esthétique officielle des événements, sans y ajouter quoi que ce soit, que ce petit sarcasme par anticipation. Car c’est tout le propos du film : il y eut bien une esthétique des événements du 11 septembre, celle construite par les médias de masse, surtout bien sûr les américains. J’ai parlé plus haut du “détournement” des situationnistes, qui consistait à prendre des images déjà existantes pour en faire un usage très différent : art, là encore, du montage sauvage et transgressif. La mise en abyme, elle est là : c’est que le film nous montrera comme toutes ces images officielles étaient elles-mêmes un immense détournement, nous verrons de quoi et comment. Et comme c’est de détournement d’avions qu’il est d’abord question, on peut dire que la mise en abyme est vertigineuse.

J’insiste sur la notion d’esthétique, en renvoyant à un autre très grand film “maudit”, auquel celui d’Ace m’a énormément fait penser : Hitler, un film d’Allemagne, de Syberberg. Le propos de ce film-fleuve (huit heures !) était d’analyser le nazisme comme étant une immense mise en scène (le film inspirera d’ailleurs à Lacoue-Labarthe l’expression de “national-esthétisme »). Hitler adorait le cinéma, et au fond se considérait lui-même comme un cinéaste ; Goebbels, son plus important bras droit théorico-pratique, dira que “la politique est l’art plastique de l’Etat” ; sentence qui n’a rien perdu de son actualité, mais appert même n’être qu’un embryon sémantique de ce qui nous arrive aujourd’hui (c’est la seule question intéressante que puisse poser un philosophe : que nous arrive-t-il ? Au présent). Surtout, le nazisme n’aurait pas été possible sans la création géniale, par Wagner, de toute la mythologie allemande, qui ne lui préexistait pas : l’une des scènes les plus frappantes du film montre la tombe de Wagner s’ouvrir, et Hitler en sortir vêtu d’une toge romaine (“Lénine, dont j’ai beaucoup appris”, etc.). Hitler, comme réalisateur du péplum le plus gigantesque, le plus foireux et le plus atroce du vingtième siècle : tel est en gros le propos de cet immense film injustement méconnu, et lui carrément introuvable sur Internet, pour d’autres raisons que celui d’Ace. On a tout fait pour l’oublier (mais ça ne marche pas sur ceux qui l’ont vu) ; hélas, ce qui est refoulé de manière forcenée finit toujours par revenir dans le réel.

Qu’on ne croit donc pas que je dévie de mon sujet en évoquant cet autre chef-d’œuvre quasiment censuré aujourd’hui. Et pour ce, je rappellerai le commentaire d’un autre génie allemand, déjà cité plus haut : Stockhausen, qui est au reste un peu le Wagner de la musique du vingtième siècle, c’est-à-dire celui à avoir porté les puissances de l’amplification technologique à leurs plus grands degrés d’intensité, comme Wagner l’avait fait au dix-neuvième. En effet, on se souvient que Stockhausen avait provoqué un gigantesque scandale en déclarant que “l’effondrement des deux tours est ce que tout artiste aimerait réaliser”. Il eut beau se rétracter ensuite, le mal était fait ; et il fut banni, dès lors, de nombreuses salles de concert à travers le monde, lors même qu’il s’agissait de l’un des quatre ou cinq compositeurs musicaux les plus importants de son siècle. Vive la démocratie ! Pourtant, là encore, il ne croyait sans doute pas si bien dire, comme on va voir… et il n’y a nul hasard à ce que ce soit le plus grand musicien de l’amplification technologique du vingtième siècle qui ait eu cette intuition scandaleuse. Par cette seule phrase, au fond, il faisait la transition entre son siècle et le nôtre. Car tout, dans l’esthétique officielle des événements du 11 septembre, est de fait affaire d’amplification monstrueuse. Telle est la leçon, magistrale, de The Great American Psy-Opera.

Le chapitre se poursuit avec le même parti pris d’exposition neutre de la doctrine officielle des événements : le kérosène des deux avions a atteint de 1500 à 2000 degrés, ce qui a suffi à faire fondre l’acier des buildings, et explique donc l’effondrement de ceux-ci. On voit encore un défilé de voitures parfondues par les effets des explosions, comme des œuvres géantes de César (l’artiste du vingtième siècle, bien sûr, pas l’empereur que j’évoquais plus haut). On voit l’une des images des avions en train de s’engloutir dans une tour, et le commentaire du cinéaste amateur desdites images, un certain Evan Fairbanks : “L’image de cet avion sortant de nulle part et entrant comme un fantôme et disparaissant sur le côté de la tour sud, comme si un plancher avait été creusé, et que c’était un hangar dans lequel il devait atterrir », sic. Mais écoutons la suite (je souligne, c’est inévitable) : “Nous avons vu ces images dans les films et nous savons qu’elles sont artificielles et que c’est Hollywood qui les a créés…”. A la télévision publique, le soir même des événements! Occasion de conseiller un autre film traitant du même sujet, les seules images médiatiques des événements, passionnant lui aussi, quoique beaucoup plus brouillon et beaucoup moins maîtrisé esthétiquement que The Great American Psy-Opera : un film intitulé sobrement Le 11 septembre, une superproduction hollywoodienne. Très censuré aussi, il va sans dire que ce n’est pas sur YouTube que vous le dégotterez.

Dans un passage qu’Ace utilisera comme un leitmotiv tout du long du film, on voit un des témoins immédiats dire à la caméra : “Il n’y avait pas d’avion. C’était une bombe. J’ai entendu une bombe”. A quoi le journaliste lui rétorque : “Mais la télé a dit qu’il y avait un avion…” Le ton est donné.

On voit enfin la déclaration aussi solennelle que célèbre de George W.Bush junior : “Ces actes ne sont pas des actes de terrorisme. Ce sont des actes de guerre.” Et Ace de conclure ce premier chapitre de son film en évoquant Pearl Harbor. En gros : nombreuses sont les voix qui, à l’époque des  attaques kamikazes de Pearl Harbor, soutinrent que Roosevelt ne pouvait pas ne pas être au courant des desseins des Japonais, pour contrecarrer d’avance ces attaques en interceptant les avions, s’il l’avait voulu; et qu’il a donc sciemment laissé faire, pour convaincre l’opinion publique américaine, jusque-là indifférente à ce qui se passait en Europe, et donc rétive à prendre les armes, à entrer en guerre : ce que beaucoup plus tard, Naomi Klein appellera la “stratégie du choc”. Occasion de conseiller encore un autre très bon film sur le sujet : 11-septembre, le nouveau Pearl Harbor. C’est un grand documentaire, réalisé par Massimo Mazzuco, lequel a travaillé trois années pour le réaliser (il existe un entretien passionnant avec lui réalisé par Silvano Trotta). Il ne prétend pas du tout à l’art, comme The Great American Psy-Opera; mais est très complémentaire avec celui-ci, car il fournit une avalanche d’informations toutes différentes de lui : le sujet de ce documentaire ne sont d’aucune façon les images du 11 septembre, mais les simples faits. La conclusion de ce film, que partage celui d’Ace, c’est que l’effondrement des deux tours jumelles ne peut rationnellement être autre chose que le résultat de démolitions contrôlées. Mais le film d’Ace va plus loin. Occasion encore de répondre, avant de passer au second chapitre (faire la transition, comme on dit), à ceux qui me demandent : “Mais Monsieur MBK, vous qui êtes un homme de lettres, pourquoi ne nous conseillez-vous que des films, et pas des livres ?” Réponse : il existe un grand nombre d’excellents livres sur le sujet, et un encore plus grand nombre d’excellents articles (notamment sur le site Mondialisation.ca). Mais autant il est facile, par les médias à la botte et les diffamateurs professionnels de Conspiracy Watch, de falsifier les propos de livres, c’est-à-dire de mots, il leur sera beaucoup plus difficile de réfuter la réfutation des images que contient à chaque instant The Great American Psy-Opera. Ce qu’on appelle, en logique moderne, l’apagogie : la négation de la négation, qui aboutit à une affirmation plus forte que si elle n’avait pas été niée (ce qui, pour les philosophes, évoque bien sûr irrésistiblement la dialectique hégélienne). C’est pourquoi la démonstration contenue dans The Great American Psy-Opera est beaucoup plus implacable que tous les écrits réunis; et que c’est justement en faisant découvrir ce film au plus grand nombre, qu’on les amènera à lire tous ces livres et articles plus qu’à leur tour “maudits”, voués aux gémonies par les médias de masse et les nervis “intellectuels” voués aux basses œuvres de “l’anti-conspirationnisme”.

 

L’autre grande leçon de ce film, c’est qu’on ne pourra combattre efficacement la société du spectacle qu’avec les armes du spectacle. The Great American Psy-Opera est donc un titre aussi génial que ce qu’il baptise, et est né d’une contraction, si on veut d’une ellipse sémantique : “Opera” est un abréviatif de operation, qui renvoie évidemment à une forme esthétique que j’affectionne tout particulièrement : l’opéra, sur lequel j’ai pas mal écrit. Wagner, décidément. Nous passons donc au vif du sujet, avec le second chapitre du film, intitulé : « L’histoire officielle vs le vrai mouvement”. Nous nous sommes habitués, depuis la “crise covid”, à l’anglicisme de “narratif”, alors que nous pourrions très bien utiliser le concept puissant du philosophe Lyotard, “grand récit” (repris récemment à contresens par Klaus Schwab…). Mais va pour le “narratif”, s’agissant d’un film en anglais : “c’est l’histoire qui nous a été racontée”, dit Ace. 19 moudjahidines fous, munis de cutters bien dissimulés, organisent, téléguidés par un barbu sous dialyse caché au fin fond de cavernes afghanes, la pénétration stratégique la plus sophistiquée de tous les temps, de l’espace aérien le mieux contrôlé du monde, et singulièrement du Pentagone, l’espace militaire le plus protégé de la planète.
Admettons.
Pourquoi ne pas accorder à ces musulmans fanatiques, si méprisés par ailleurs, un génie paramilitaire et barbouzard hors-pair?
Ace récapitule ensuite l’histoire des quatre avions : les deux vus du monde entier, qui font s’effondrer les deux tours du WTC; l’avion qui percute le Pentagone; enfin l’avion qui se crashe au milieu de la Pennsylvanie, probablement “suicidé” par d’héroïques pilotes mettant en échec les desseins des pirates de l’air. Ace énumère ensuite, dans le fil du chapitre premier, les analyses “scientifiques” qui ont été proposés officiellement et publiquement des événements dans les jours qui les ont suivis.

Ace se pose la question toute simple : tout cela est-il crédible ? Un expert en explosifs, Van Romero, dit qu’il pense que des explosifs étaient implantés dans les tours; l’effondrement de ces dernières resterait inexplicable sans cela. Mais il se rétractera quelques jours plus tard, sous d’occultes pressions : “c’est le feu qui a fait tout ça”. Ace demande : “le feu peut-il vraiment faire ça?” Et il montre des images qui, “pour certaines personnes, ressemblaient terriblement à un champignon atomique”. Un certain Jay Mac Michael écrit un article : “Des musulmans suspendent les lois de la physique”. “J’ai essayé d’être patriote, j’ai essayé d’y croire”, commence-t-il par dire, et Ace souscrit à cette manière de présenter les choses.

Car il faut commencer par le commencement : un feu de kérosène ne peut pas faire fondre de l’acier ; c’est une loi physique absolument élémentaire, comme une des nombreuses qui ont été soudain “transgressées” par les événements du 11 septembre. Georges W.Bush, devant ce genre de propos, qui à vrai dire fusent à l’époque de toutes parts, y va de ce qui est devenu depuis deux ans et demi la tarte à la crème favorite des politiciens et des médias dominants : il s’agit là, bien entendu, de « dangereuses théories du complot”. Du reste, depuis deux ans et demi, un journaliste intègre (quasi-oxymore aujourd’hui, je sais) ou un démocrate authentique (pareil) devrait tout de même se poser une question toute simple : comment se fait-il qu’en un temps si court, les “complotistes” aient poussé comme des champignons? Combien y en avait-il en France, il y a seulement trois ans, des “complotistes”? Quelques dizaines de milliers? Deux ou trois centaines, si on est généreux? Et tout à coup, chazamm! Une frange non négligeable de la population est devenue “complotiste”. Combien sont-ils désormais? Cinq millions? Dix millions? Davantage encore? Comment expliquer un tel “miracle”? Pourquoi rencontré-je, dans le petit peuple bien plus souvent, il faut bien le dire, que chez des intellectuels, autant de “complotistes”? Il doit bien y avoir une explication autre que psychiatrique, non? Pourquoi les journalistes démocrates (dont la propagande aimerait nous faire accroire qu’il s’agit d’un pléonasme), dès lors, ne donnent-ils pas la parole à cette frange devenue endémique de la population?

Revenons au propos d’Ace, à propos des moudjahidines fous : il a la curiosité d’aller feuilleter les listes officielles des compagnies aériennes des quatre avions disparus : “Aucun nom des 19 pirates n’y figurait”. On se souvient, par ailleurs, qu’on découvrit quelques jours plus tard qu’une bonne moitié de ces terroristes étaient encore en vie, épars aux quatre coins du monde arabe; et que l’autre moitié, vivant aux États-Unis, étaient des fans de coke, d’alcool et de strip-teaseuses. La dernière fois que j’ai écouté, par hasard, l’une de nos chères radios nationales (je les évite comme la peste depuis plus de vingt ans), on pouvait y entendre une publicité pour l’un de ces énièmes “livre-événement” qui faisait des “révélations fracassantes” sur les 19 terroristes : leurs parcours, leurs mentalités, leurs objectifs, et ainsi de suite. “Jamais il n’a été permis de leur mentir avec une si parfaite absence de conséquence.”

Ace passe ensuite en revue les images du Pentagone. Il n’y a pas un seul débris, pas un seul moteur, pas un seul siège, pas une seule valise, pas de boîte noire, rien. Les autorités arguent faiblement que ces débris ont tous été “recueillis” par le FBI (en une journée?); mais enfin, il n’y en a pas la moindre trace. Ensuite, sur les plus de quatre-vingt images filmées du supposé crash par la surveillance vidéo ultra-sophistiquée du Pentagone, une seule a été rendue public (les autres, dit-on, ont été recueillies par le FBI pour raisons de “secret défense”), de très mauvaise qualité : on y voit une sorte de flash blanc furtif qui se termine en explosion, et c’est tout. L’impact du Boeing 757, de 18 mètres de diamètre, consiste en un trou presque parfaitement circulaire de quatre mètres de diamètre. Passez muscade.

Enron était chargé de la sécurité des tours du WTC lors des événements du 11 septembre 2001.

Pour ce qui est de l’avion censément “suicidé” en Pennsylvanie, c’est à peu près kif-kif bourricot : tout ce qu’on a trouvé comme “preuve” du crash, c’est un immense cratère creusé on ne sait comment, mais où on n’a trouvé pas le moindre débris d’aucun avion que ce soit. Ace nous montre ensuite des images de la BBC, dans l’après-midi, avec une journaliste qui annonce l’effondrement d’une troisième tour du WTC, la numéro 7, vingt minutes avant l’effondrement effectif, avec l’image de la tour de 47 étages encore intacte derrière elle. Cet effondrement, qui survint près de huit heures après ceux des tours jumelles, n’a été provoqué par aucun avion, selon la version officielle même; comme pour, par exemple, les voitures concassées en fusion, on explique cette démolition contrôlée caractéristique par les “répercussions” des explosions des deux tours jumelles, sans préciser plus avant en quoi elles consistent.

Ace s’attarde ensuite longuement sur les images des nuages s’ensuivant des effondrements : et qui ne peuvent s’expliquer que par la charge d’explosifs extrêmement puissants. Jim Fetzer, professeur d’Université émérite et spécialiste de JFK, s’associe à Steven Jones, physicien nucléaire de son état, pour fonder le “Scholars for the truth 9/11”, les “universitaires pour la vérité du 11 septembre”. Fetzer, interrogé par Ace, dit que “nous avons découvert que pratiquement tout ce que le gouvernement nous a dit à ce sujet est faux”, d’où leur fondation, qui comprend des physiciens, des ingénieurs mécaniques, des pilotes, des ingénieurs aéronautiques : qui découvrent que les tours jumelles ne peuvent avoir été détruites par les avions, mais elles aussi par des démolitions contrôlées.

Ace nous introduit alors à un personnage qui va s’avérer crucial dans la suite du film, et qui répond au nom de Morgan Reynolds, qui rejoint la fondation des “Scholars”. L’homme n’en pas exactement un intellectuel marginal, puisqu’il était l’économiste principal de l’administration Bush.

On passe au chapitre 3, intitulé donc : “Scholars for 9/11 truth”. Ace donne le ton : “En 2005, Steve Jones a secoué le monde universitaire en publiant un article (…) qui démolissait l’histoire officielle”. Il formule l’hypothèse la plus plausible à ce moment-là, savoir que les démolitions contrôlées des deux tours ont probablement été obtenues au moyen de thermite, qui est un enduit explosif extrêmement puissant utilisé par l’armée.

Suit l’intervention passionnante, et assez glaçante, de Judy Woods, une émérite ingénieure en mécanique. Voici comment elle commence : “De la salle de conférence des professeurs, je suis montée dans mon bureau et j’ai pensé : s’il s’agissait d’un effondrement, un étage en frappant un autre, qui en frapperait un autre, etc., à quoi m’attendrais-je? (…) Un étage ne peut pas commencer à bouger tant qu’il n’a pas été déclenché pour commencer à bouger. Donc combien de temps faut-il à un étage pour s’effondrer et faire “démarrer” le suivant? (…) Les étages sont partis plus vite qu’il ne faut pour lâcher une balle du toit et la faire tomber sur le trottoir. Donc il n’y avait pas assez de temps pour que ces trucs touchent le sol.” Elle s’interroge donc, en crack de la mécanique, sur l’“effet domino” des effondrements. Elle pose de nombreuses questions perturbantes, sur les nombreuses aberrations physiques qui parsèment la narration officielle des événements, images à l’appui : non seulement l’effondrement de la 7ème tour est inexplicable selon le récit officiel des événements, mais aussi des dommages causés sur les tours 3, 4, 5, 6. Les voitures grillées, l’énorme degré de polarisation, les gigantesque nuages de poussière entourant New York, et beaucoup d’autres “détails” confondants, rendent même l’explication des explosifs surpuissants comme la thermite trop timide. Ce qui entraîna une scission au sein des “Scholars”, dont j’ai oublié de dire qu’elle faisait partie; et pour cause, comme on va voir très vite, car son hypothèse est encore plus radicale.

On passe au chapitre 4 sur ces bonnes bases, lequel s’appelle “Phénomènes”. Il approfondit l’analyse des multiples aberrations phénoménologiques attachées aux événements du 11 septembre, grâce à la brillantissime Mme Wood. “Cette photo montre le nord/nord-est de l’endroit où se trouvait le WTC4.” Elle montre une photo du même côté deux heures plus tard. “Où est-elle passé?” Elle montre ensuite des photos du même bâtiment vu du ciel. Une partie substantielle du bâtiment a en effet disparu. “Où est-elle passée?” Elle montre une photo, encore vue du ciel, du Bakers-Trust. 60 ou 70 étages de ce bâtiment ont disparu. “Où sont-ils passés?” Elle multiplie ainsi les questions de plus en plus lancinantes, obsédantes, extraordinairement problématiques par rapport à la version officielle des faits, d’un simplisme extraordinairement impudent à mesure que l’on prend conscience de la réalité, et de la logique réelle des faits.
Nous les laissons à la dilection du spectateur, pour aller droit à l’essentiel de la question de Mme Wood : d’où venait l’énergie des explosions? Elle compare des photos d’explosions nucléaires avec des photos de l’effondrement des Twin Towers : c’est à s’y méprendre. Des photos d’Hiroshima puis de Ground Zero : à s’y confondre. La poussière qui envahit tout ne peut là encore s’expliquer que par l’hypothèse de Woods : car nous ne voyons quasiment rien de solide qui s’effondre, sinon quelques morceaux du revêtement d’aluminium; mais pas d’acier et encore moins du béton, ou quoi que ce soit qui soit verre, bois, etc. Uniquement et seulement de la poussière.

Suit un autre universitaire haut gradé, Thomas Cahill, qui établit que seule une dissociation moléculaire peut expliquer la présence inusitée de particules ultrafines à Ground Zero. Là encore, une explosion de type nucléaire est donc la seule qui puisse l’expliquer. Pareil pour les voitures grillées : on y trouve souvent de la rouille, et des phénomènes extrêmes comme le moteur qui fusionne avec le restant de la voiture. Les voitures ont donc brûlé, mais pas, par exemple, les feuilles des arbres. Comment l’expliquer rationnellement? Seule l’hypothèse du Dr Wood tient décidément la route.

Une des nombreuses preuves est la présence avérée, à Ground Zero le bien nommé, de tritium, qui est l’isotope radioactif de l’hydrogène. Or, il y avait un taux de tritium 55 fois plus élevé que la normale dans les eaux trouvées des égouts de Ground Zero. Ace montre les images atroces de certaines victimes des événements : peau fondue, perte de dentition… seule la force nucléaire peut expliquer de tels “effets secondaires”, comme on dit si volontiers de nos jours. Là encore, les images des victimes d’Hiroshima sautent immédiatement à l’esprit. La messe est donc dite sur ce point aussi.

Le chapitre 5, “Contrainte légale”, est le plus court du film, et évoque les quelques tentatives de porter la contestation de la version officielle des événements devant les tribunaux : peine à chaque fois perdue.

On en vient au clou du film, avec un chapitre 6 au titre provocateur, même si annoncé ça et là plus tôt dans le film : Quels avions?
Oui, vous avez bien entendu.
Y avait-il seulement des avions?
Une question qui semble hallucinée, obscène, typique du “complotiste fou”; mais c’est celle qui va s’imposer à nous de façon implacable. La première fois que j’ai vu le film, en arrivant à ce chapitre, je poussais tout simplement des cris, du type : “Non! Ce n’est pas vrai! Ce n’est pas possible!” Et je me tenais la tête entre les mains. Bref : la première fois que vous verrez ce film, vous en sortirez comme Bataille des cours de Kojève sur Hegel : “rompu, broyé, tué dix fois”. Et le énième visionnage de ce chapitre est chaque fois aussi impressionnant, enrichissant à nouveaux frais, tant le génie d’Ace consiste à aller dans les plus infimes détails. Le chapitre commence par un son, celui d’un rire retentissant, hénaurme comme son sujet, comme sorti du Falstaff d’Orson Welles (dont nous reparlerons en son lieu…). L’image de l’homme qui rit apparaît : il s’agit du sus-cité Morgan Reynolds, qui est tout de même, insistons-y, un très haut notable, cacique de l’administration Bush, qui aurait tout à perdre à parler à la légère.

Écoutons solennellement Reynolds : “Quels avions? Prouvez-le! Nous avons une histoire officielle qui est physiquement impossible. Elle contredit les bases de la physique newtonienne. Et quand les gens viennent me parler de témoins, je réponds : -Quels témoins? Nommez-en un. -Oh, il y en a des milliers! Un petit groupe d’entre nous [les membres des “Scholars for 9/11 truth”, NDMBK], dans lequel figure Andrew Johnson en Angleterre, a épluché les rapports des pompiers et des urgentistes de New York, et n’ont trouvé qu’un seul témoignage de quelqu’un qui dit avoir vu et entendu un avion.” On pense, là encore, à Debord : “Les faux témoins, peut-être maladroits — mais quelle capacité de sentir cette maladresse pourrait-elle rester aux spectateurs qui seront témoins des exploits de ces faux témoins ? — et les faux documents, toujours excellents, ne peuvent manquer à ceux qui gouvernent le spectaculaire intégré, ou à leurs amis.” (Soit dit en passant : tous les pompiers et urgentistes qui étaient présents sur les lieux des événements sont morts dans les cinq années qui ont suivi, presque toujours de cancers ou de leucémies; ce qu’une simple intoxication à l’amiante ne peut expliquer. Pièce à conviction de plus, donc, pour le démonstration du chapitre 4.)

Ces propos ravageurs constituent le centre de gravité de l’entièreté du film, ce que Hölderlin, dans ses extraordinaires réflexions sur la Tragédie grecque, appelait la “césure”. C’est-à-dire le point de basculement qui scelle le destin tragique, le “c’est irréversible” de la catastrophe criminelle qui se fait jour dans ladite “césure”. Par exemple, dans Oedipe Roi, la “césure” a lieu pour Hölderlin avec la parole de Tirésias, quand celui-ci annonce à Œdipe que le récit qu’il se fait à lui-même des événements est faux de bout en bout, et que c’est lui qui a tué son père, coïté avec sa mère, et amené la malédiction et la peste à Thèbes. Tirésias, premier “complotiste”?

La parole de Reynolds, en tout cas, agit comme un électrochoc sur Ace, sa “césure” à lui. Qui l’amène, contre même un certain nombre de ses amis ou admirations, à aller au cœur même de l’imposture. La meilleure défense, c’est toujours l’attaque (pour “l’affaire covid”, c’est rigoureusement la même chose, et je parle d’expérience personnelle).

Après avoir fait défiler quelques zélateurs du fait que les avions avaient bel et bien percuté les tours, Ace redonne la parole à l’impressionnant Reynolds : “Où sont les débris de l’avion? Où sont les débris sous la zone d’impact? Il n’y en a pas. Où sont les débris à l’intérieur de la zone d’impact? On peut voir jusqu’à 6 mètres à l’intérieur du bâtiment, et on ne voit pas un seul morceau identifiable d’avion. Allez voir sur “airdisaster.com” à quoi ressemble un crash d’avion… Un Boeing 767 est composé de 3,1 millions de pièces. Où sont toutes les pièces? Où sont les contenus des avions? Sur les vidéos supposées montrer la pénétration dans la Tour Sud, on ne voit pas de collusion, ou de crash. Il n’y a pas de collision. Ce qu’on voit, c’est un glissement, une absorption, une disparition de l’image de l’avion. C’est impossible. Nous savons que c’est impossible. Un enfant de six ans le sait”. Reynolds y re-va de son gros rire communicatif à la Falstaff. “Il n’y a pas eu de crash, pas de collision, selon ces vidéos.”

Ace se lance donc dans l’analyse au ralenti desdites images. “Si l’on ne tient pas compte des explosions qui proviennent de l’intérieur des tours, toutes les vidéos du crash du vol United 175 ressemblent à ces simulations utilisant Google Eart : l’avion en aluminium disparaît complètement dans la tour faite d’acier et de béton, sans se plier, se casser, se tordre, sans même ralentir. On ne voit pas un seul morceau de débris de l’avion. Selon la troisième loi du mouvement de Newton, lorsqu’un objet en percute un autre, chacun reçoit une force égale dans la direction opposée. Peu importe lequel se déplace et lequel est immobile. Supposons que nous renversions le problème. Si un avion était suspendu en l’air, et était percuté par un gratte-ciel se déplaçant à plus de 800 km/h, peut-on vraiment croire que l’avion pénétrerait complètement à l’intérieur?” Là-dessus, Ace fait une simulation réaliste d’une collusion de Boeing avec un gratte-ciel, avec en effet l’avion qui se brise en mille morceaux.

Le restant du film est dès lors consacré à une déconstruction virtuose de toutes les images disponibles des collusions (il n’y en a pas tant que ça…), c’est-à-dire, comme toute grande œuvre d’art moderne depuis Cervantès, à une démystification de la pure et simple fantasmagorie que constitue le récit officiel de l’effondrement des tours jumelles. Les images des “collusions” s’avèrent être des moulins à vent, et le grand public un Don Quichotte collectif dont on s’est payé la tête à coup de propagande matraquée. D’où mon allusion à Syberberg, à Stockhausen (des allemands géniaux, avec une certaine mémoire historique) : le 11 septembre comme gigantesque mise en scène, “superproduction hollywoodienne”.

 

Soit dit en passant : quasiment toutes les images “amateur” prises des “collisions” (j’ai fait un lapsus et ai d’abord écrit : “collusions”…), ainsi que bon nombre de “témoins”, sont en fait des gens qui travaillaient pour… ABC, CNN, le New York Times, MTV, CBS, National Geographics, MSNBC, Spellbound Pictures, Associated Press, Verdens Gang, NBC, FOX news, USA Today… mince alors, que de coïncidences, de “professionnels de la profession” ayant eu l’heur de se trouver au bon endroit, au bon moment! Là encore, le parallèle avec la “crise covid” ne peut pas ne pas venir à l’esprit, c’est-à-dire un raz-de-marée de coïncidences si nombreuses qu’on ne peut à la fin que conclure, benoîtement, à l’un des plus grands miracles modaux de tous les temps; ou à apprendre à raisonner autrement (“complotiste”!). C’est du reste pourquoi je n’appelle pas la “crise du Covid” une “pandémie”, mais un “test de Q.I.”. Et même le plus contraignant qui fut jamais soumis à l’humanité.

Tout simplement, si, comme le fait Ace, vous retirez les avions des images, elles deviennent tout à coup parfaitement réalistes. Vous avez simplement deux explosions. “Ce fut mon épiphanie”, dit Ace : son réveil à la vérité tragique après la “césure” provoquée par la parole de Reynolds (de même que, pour moi, la “césure” de la Tragédie grimée en “pandémie covid” fut déclenchée par la parole de Fouché, et le film Hold-Up). On pense à Rousseau distribuant devant Notre-Dame aux passants un tract signé par lui, intitulé : “A tous les Français qui aiment encore la Vérité et la Justice”…

Ace va vérifier les assertions de Reynolds auprès des autorités compétentes. Il est formel : “Les enquêtes du FBI n’ont pu fournir aucun morceau portant un numéro de série pour aucun des avions du 11 septembre. Pas-un-seul.”

Ace s’engage alors dans une minutieuse analyse des images d’une des collisions connues sous le nom de “Chopper 5”, et diffusées par Fox News (qui les retirera quelques jours plus tard de la circulation, ce qui équivaut à un aveu silencieux). Il s’agit d’images censément filmées depuis un hélicoptère se dirigeant vers les tours. Elles sont structurées par deux zooms, donc trois plans successifs. Dans l’image inaugurale, en plan très large, on voit l’horizon majestueux dominer les deux tours : il n’y a aucun avion. Premier zoom, plan rapproché, mais encore large : toujours aucun avion. Deuxième zoom, plan serré sur les tours, et, miracle! L’avion apparaît et “pénètre” dans la tour à droite de la caméra.

Pour qui douterait donc encore du fait qu’il s’agisse bien, dans toute cette affaire, d’une esthétique (comme il y a toute une “esthétique covid”, dont l’analyse reste à faire), Ace conclut le chapitre 6 par l’ahurissante découverte qui suit, qui nous en dit long sur ce qu’est “l’art contemporain” depuis au moins quatre décennies : “Le 18 août 2001, le New York Times publie un article sur un groupe d’artistes performers qui avaient investi un étage entier en haut de la Tour Nord. Ils se faisaient appeler “Gelatin”, et leur œuvre fut baptisée “La Chose B”. Ils avaient placé un dédale en carton sur les lieux pour que les visiteurs ne puissent rien voir de ce qu’ils faisaient. Ils ont laissé derrière eux des croquis avec la position exacte des colonnes centrales et périphériques, avec des lignes qui semblaient indiquer la direction de quelque chose entrant dans la tour depuis l’extérieur. Ils ont enlevé des fenêtres, et construit un balcon. Et tout cela à l’endroit précis où le vol American Airlines 11 sera censé se crasher, trois semaines après l’apparition de cet article du New York Times.” Et une coïncidence de plus, une.

Debord un jour, Debord toujours : “Depuis que l’art est mort, on sait qu’il est devenu extrêmement facile de déguiser des policiers en artistes. (…) On ouvre des pseudo-musées vides, ou des pseudo-centres de recherche sur l’œuvre complète d’un personnage inexistant, aussi vite que l’on fait la réputation de journalistes-policiers, ou d’historiens-policiers, ou de romanciers-policiers.” Ainsi, “il arrive que la transition médiatique fasse la couverture entre beaucoup d’entreprises, officiellement indépendantes, mais en fait secrètement reliées par différents réseaux ad hoc. De sorte que, parfois, la division sociale du travail, ainsi que la solidarité couramment prévisible de son emploi, reparaissent sous des formes tout à fait nouvelles : par exemple, on peut désormais publier un roman pour préparer un assassinat.
Ace demande : “Art de performance?? Depuis quand des “artistes de performance” ont-ils de l’argent pour louer à l’année un étage de la Tour Nord? Ça n’a aucun sens. La troupe “Gelatin” était composée d’experts en explosifs préparant un faux crash d’avions.” CQFD.

On passe au chapitre 7, lequel s’intitule : “La clé”. Les images du 11 septembre relèvent de la prestidigitation. Ace apparaît avec une clé en main : “La clé pour résoudre le mystère du 11 septembre est ce qu’on nomme la composition vidéo. La composition vidéo consiste à prendre plusieurs images vidéos, pour les superposer afin qu’elles composent un film unique. Avec la technologie, il faut toujours, toujours garder à l’esprit que les objets qui semblent être dans le champ visuel peuvent en fait y avoir été insérés.” Soit encore dit en passant : lors d’un de mes re-visionnages de ce film qui donne tellement à penser, je me suis avisé du fait que l’ensemble du montage des événements du 11 septembre n’aurait pu avoir lieu à l’époque des smartphones. Cette seule considération a des conséquences philosophiques profondes quant à notre rapport, nous citoyens de l’occident “avancé”, à la question de la vérité. Je conclurai du reste le présent article là-dessus.

Dans ce chapitre, Ace va continuer à analyser les images de “Chopper 5” – car nous ne sommes pas au bout de nos surprises! Le mieux, pour entrer en matière, est de lui laisser encore longuement la parole : “En vidéo, une “clé” est un effet qui va rendre une partie de la vidéo transparente, sur la base d’une propriété spéciale comme la couleur ou la luminosité.” Ainsi, “la vidéo de la tour est dupliquée en deux couches distinctes. Le ciel est rendu transparent sur la couche supérieure par une “clé” de luminosité. Tout ce qui est plus clair qu’un seuil déterminé disparaît. Remarquez que lorsque les deux couches sont réunies, elles semblent identiques à l’original. Mais il faut garder à l’esprit qu’il s’agit de deux couches superposées. Pour achever l’illusion, on insère en sandwich entre ces deux couches l’image de l’avion. (…) Si l’avion va trop loin, oups! Il semble ressortir de l’autre côté.”

Et c’est bien ce que l’on voit dans les images du “Chopper 5”, après l’immense couac visuel de l’avion surgi du néant. Après une analyse étourdissante de virtuosité technologique, Ace nous montre qu’en effet, l’avion traverse l’immeuble et montre, littéralement, le bout de son nez, du côté opposé à celui de la “collision”. D’où le petit nom qu’Ace choisit de donner à cette image : “le nez de Pinocchio”. En plus de ses autres insignes qualités, The Great American Psy-Opera est un film où on rit souvent. Et comme dans presque tous les grands films, la bande-son est excellente, une techno ambiant aux rythmes envoûtants, et parfaitement ajustés à l’évolution du film : quelque chose de hitchcockien, comme me l’a dit un ami qui ne me remerciera jamais assez de lui avoir fait découvrir ce film, si nécessaire à la compréhension de l’époque où nous vivons. Résumons : tout ici est physiquement impossible, un avion ne peut d’aucune façon traverser  un gratte-ciel  en acier trempé et béton armé, et surtout pas pointer le bout de son nez à l’autre côté, d’autant que le “nez” d’un avion est vide, fait en résine, et n’est donc pas en mesure de seulement supporter quelque collusion que ce soit.

Ace pousse plus avant l’analyse de la gigantesque mise en scène “9/11 tu perds la raison”. Il pointe opportunément le fait que seules trois vidéos des avions furent diffusées en direct le jour du 11 septembre, dont celles du “Chopper 5”, si évidemment bâclées. Et aucune de ces vidéos ne montre d’avion percutant quoi que ce soit : car, dans les trois, les avions arrivent vers un côté caché à la caméra. Là encore, le génie analytique d’Ace est lumineux : “Il se trouve que les trois films diffusés en direct montrent la face ombragée des tours sur fond de ciel très clair. Ce contraste rend très facile la réalisation d’une clé de luminosité.” Deux des trois films diffusés en direct partagent tous les réquisits pour rendre possible une composition vidéo : fort contraste lumineux entre les tours et le ciel; pas de mouvement latéral des caméras, ou de zoom; l’avion a sa trajectoire sur fond de ciel seulement; l’avion disparaît sur un bord rectiligne; le côté de l’impact est caché au spectateur; enfin, aucune ombre de l’avion ne doit être nécessaire. C’est pourquoi ils sont “crédibles”. Les images de “Chopper 5”, elles, ne sont si évidemment absurdes que parce qu’elles ont commis une dérogation à l’un seul de ces réquisits : l’imprudence fatidique de zoomer : d’où le résultat. Ace découvre ensuite que l’auteur de ces images n’était pas seulement reporter pour Fox News, mais spécialiste en composition vidéo… “Le cinéma, disait Godard, c’est 24 fois la vérité par seconde”. Le film qu’on nous a vendu au titre des événements du 11 septembre, c’est, bien plutôt, le mensonge 24 fois par seconde (et Godard, donc, j’y insiste, y fait allusion dans son dernier moyen-métrage : vivement une invitation à France-Soir, “plus on est de saints, plus on rit”, disait Lacan).

Voilà pour les images “en direct”. D’autres vidéos, réputées d’“amateurs”, et en réalité, comme on l’a vu, presque toujours réalisées par des “professionnels de la profession” (l’expression est toujours de Godard), passent sous le bistouri analytique d’Ace. Il nous montre par exemple les images de ce qu’un grand nombre de personnes nomment “L’avion fantôme”, et qui est en effet un morceau d’anthologie, une “transgression des lois de la physique qui fait penser à un dessin animé”, dit Ace (on aura compris, à la longue, les clins d’œil à “Bip-Bip et le coyote” au début du film). On voit l’avion entrer dans l’immeuble comme un couteau dans du beurre tiède, sans se casser, se plier, se tordre, se briser, “ni même ralentir”, a dit Ace plus tôt dans le film. Dans un saisissant arrêt sur image, on voit que “l’aile droite de l’avion a traversé le mur, et pourtant aucun dégât n’est visible”. En décomposant les images encore plus méticuleusement, on s’aperçoit que tout est à l’avenant, qu’on passe d’une aberration physique à une autre : l’aile droite de l’avion passe d’abord derrière le panache de fumée; l’aile gauche passe derrière le bâtiment; l’aile droite, à nouveau, passe derrière le bord de la tour; enfin, l’aile gauche et la queue de l’appareil disparaissent, purement et simplement, avant l’incorporation alchimique de l’avion par la tour, sans donc qu’un seul de ses morceaux ne soit expulsé au-dehors. De plus, comme le remarque Ace, c’est à la suite d’une bien pratique, et fort “crédible”, coupure de montage, qu’on voit un trou dans la tour, à la suite de la supposée “collision”.

Une autre vidéo bien connue, celle réalisée par Evan Fairbanks cité au tout début du présent article, dit de ses propres images que “l’avion disparaît dans la tour comme un mauvais effet spécial.” Tu l’as dit, bouffi! lui rétorque à peu près Ace. “Exactement comme un mauvais effet spécial.” Là encore, l’avion est purement et simplement “absorbé” par la tour, sans collision, sans crash, sans éclats, sans rien.

Ace lance alors un défi à la cantonade : “Vous voulez prouver que je me trompe? Super! Montrez-moi une vidéo originale d’un avion pénétrant dans la Tour Sud. laissez-moi en faire une copie de haute qualité, et je vous paierai 100.000 dollars.” Une fois de plus, ce défi nous renvoie furieusement à la situation que nous vivons depuis deux ans et demi : un autre esprit génial, celui de Steve Kirsch, peu soupçonnable d’extraction “complotiste”, puisqu’il est un entrepreneur multimillionnaire de la Silicone Valley, qu’il a toujours voté démocrate et arrosé de millions de dollars le parti du même nom, enfin qu’il a été doublement “vacciné” ainsi que toute sa famille, eh bien se livre depuis un an à des analyses étourdissantes de virtuosité au sujet des statistiques concernant les dits “vaccins”, et du cataclysme d’effets secondaires graves et de morts qui s’ensuit, si on sait lire les données officielles en tous genres, et les recouper entre elles comme il faut. Kirsch a, pareillement, proposé deux millions de dollars à quiconque lui démontrerait que ses raisonnements sont faux.

Dans les deux cas, personne ne s’est présenté pour encaisser un argent si “facile”. Nous voici au huitième et dernier chapitre : “L’opéra psy”.

Une phrase célèbre de Lacan dit que la vérité a structure de fiction (ce qui est mon principal sujet de travail en philosophie, et je conclurai là-dessus). Le chapitre commence par évoquer un artiste qui s’est passionné, dans toute son œuvre, pour les thèmes de la falsification, de l’imposture, de l’identité usurpée, du secret impénétrable : Orson Welles, que nous avons déjà cité (le rire de Reynolds). Son dernier film, F for Fake (traduit en français par Vérités et mensonges), racontera la vie d’un faussaire. Mais c’est le jeune Welles qui est convoqué par Ace : celui que son émission radio adaptant La guerre des mondes d’H.G. Wells a rendu célèbre, pour avoir présenté cette émission sous forme de bulletins d’informations. Elle évoquait l’invasion de la planète Terre par des extraterrestres, et on raconte que beaucoup de monde, aux Etats-Unis, sur le coup, y a cru au premier degré, a été terrorisé, et même que quelques personnes se sont suicidées. Peu importe qu’il soit aujourd’hui à peu près établi que ce soit la presse qui ait, après coup, exagéré le vent de panique qui se soit propagé dans le peuple américain, puisqu’en l’occurrence on remplace une imposture par une autre, et que le responsable soit dans les deux cas le même : les médias de masse, principal bras droit armé du Spectacle thématisé par Debord. La moralité de l’histoire, dit Ace, c’est que “parce que cette vérité invraisemblable a été formatée comme un bulletin d’information, beaucoup y ont cru”. On retrouve la “stratégie du choc” de Klein. “Lorsqu’ils sont suffisamment traumatisés, les gens peuvent croire à l’impossible” : là encore, l’air de famille avec la “crise covid” n’a rien de fortuit.

Ace conclut par un raccourci fulgurant : derrière le visage du présumé coupable, Ben Laden, se cache en fait le visage du bon vieil oncle Sam. “9/11 was an inside job” est un slogan qui revient souvent tout le long du film : “le 11 septembre était un travail interne”. Comment expliquer autrement que tous les médias américains “savaient”, seulement 23 minutes après les “effondrements”, qui était responsable (Ben Machin)? En plus de la rationalité physique, du bon sens et de l’esprit critique, c’est la présomption d’innocence que le 11 septembre 2001 a fait disparaître.

Ace conclut : “Ils ont redéfini le vocabulaire. Ils vous ont orienté vers les mauvaises questions. Ils vous ont traumatisé, ils ont implanté des pensées et des images dans votre réalité, et ils vous ont assoiffé de ce qu’ils voulaient vous donner.” Telle est l’une des nombreuses leçons que cette œuvre grandiose nous transmet pour ce qui vient : depuis deux décennies au moins, sinon plus, l’occident vit dans l’imposture, la fantasmagorie, l’escroquerie, comme aucune civilisation à ce point avant elle. Dans un défilé de “grands récits” sans queue ni tête, qu’on essaie de surcroît de fourguer au monde entier. A ces “spectateurs” des pays occidentaux, dit Debord, “on (…) parle comme à des enfants obéissants, à qui il suffit de dire : “il faut”, et ils veulent bien le croire. Mais surtout on les traite comme des enfants stupides, devant qui bafouillent et délirent des dizaines de spécialisations paternalistes, improvisées de la veille, leur faisant admettre n’importe quoi en le leur disant n’importe comment; et aussi bien le contraire le lendemain.” Jamais la chose n’aura été aussi accablante d’évidence que dans les deux années et demi qui viennent de s’écouler. L’occident contemporain est bien “l’empire du mensonge” qu’y reconnaît le grand journaliste indépendant Pepe Escobar. Cet empire est en train de subir un effondrement qui surpassera, dans la mémoire des hommes, l’écroulement du miracle grec, ou la chute de l’empire romain, ou maya, ou aztèque. The Great American Psy-Opera restera comme l’un des principaux documents esthétiques testamentaires de cette catastrophe civilisationnelle sans précédent.

Souvenons-nous de 1989, autre “grand récit”, autre légende que nous nous racontâmes complaisamment : la chute du mur de Berlin, l’effondrement du bloc soviétique, signifiaient enfin l’avènement planétaire de la démocratie libérale, et la fin des totalitarismes, au moins dans nos plus proches voisinages. Seulement trente ans plus tard et des poussières, c’est essentiellement dans les pays occidentaux, naguère encore triomphalistes, que s’installe le totalitarisme virtuellement le plus féroce qui fut jamais, car avançant sous faux drapeaux : ceux de la “santé”. Comme nous l’aura appris Agamben depuis longtemps, toute biopolitique ne peut aboutir qu’à une thanatopolitique. C’est ce à quoi nous assistons, sidérés, en ce moment.

Qu’est-ce que la philosophie peut répondre à un constat aussi amer? Eh bien, pour commencer, peut-être bien prendre un peu sur soi. Il n’est pas à exclure qu’elle porte une lourde responsabilité dans tout ce qui nous arrive depuis des décennies. Nietzsche, le principal prophète philosophique de la proche modernité, a vu toutes ses intuitions se réaliser : la volonté de puissance sans entrave, l’inversion de toutes les valeurs, la suppression des notions de Bien et de Mal, le surhomme écrasant le “troupeau” et la “plèbe”, la revanche de Dionysos, l’Antéchrist, etc., etc. Surtout, il a été le premier philosophe de l’histoire à mettre en cause ce qui fut toujours l’affaire centrale de la philosophie : la vérité. Beaucoup, et des plus grands, lui ont emboîté le pas : Wittgenstein (il n’y a que des jeux de langage), Derrida (il n’y a que des interprétations), Deleuze (vive le joyeux triomphe du simulacre, des puissances du faux, de la mémoire mensongère), Foucault (il n’y a que des rapports de force organisés par des dispositifs de savoir/pouvoir)…

C’est pourquoi je me suis concentré, dans mon travail, sur les philosophes a n’avoir pas cédé sur le statut central, en philosophie, de la question de la vérité, en s’astreignant, par un rude et aride travail, à réélaborer celle-ci de fond en comble. Chez Heidegger, la vérité est une pulsation incessante entre dévoilement et voilement, entre ce qui se montre et ce qui se cache, jamais l’un des deux termes pris isolément. Chez Lacan, la vérité est ce qui résulte de la friction des savoirs, irréductible à ces derniers. Chez Badiou, la vérité est la construction infinie de tous les énoncés contradictoires et incompatibles qui peuvent se tenir sur un même sujet. Enfin, Schurmann parlera de la “conflictualité sans accord qu’est la vérité”. La vérité est toujours une épreuve, et la plus rude qui soit. Elle se confond avec la condition tragique qui définit l’humanité.

Mais une chose est sûre : ce que nous démontrent les événements du 11 septembre et, encore davantage, la soi-disant “pandémie de covid-19”, c’est qu’une société ne peut pas vivre uniquement et seulement dans le mensonge. Elle en crève, littéralement. Le destin christique de Nietzsche, devenu fou d’avoir voulu mettre hors-jeu la vérité, anticipait le destin de l’occident tout entier, devenu intégralement fou depuis deux ans et demi à force de croire à une histoire à dormir debout; et déjà il a vingt ans, comme on voit.

C’est pourquoi, à la suite des travaux titanesques que j’ai mentionnés plus haut pour refonder le concept de vérité, j’ai passé des années de méditations, de lectures, d’enquêtes, enfin d’écriture, à radicaliser encore les trouvailles de Heidegger, Lacan, Badiou, Schurmann; travail récapitulé par l’entrée “Vérité” de mon Système du pléonectique (Diaphanes, Berlin, 2020), qui s’y taille la part du lion. La réflexion, sophistiquée et complexe, qui s’y poursuit, suit le fil de deux questions principales : 1-Qu’est-ce que les connaissances scientifiques en tous genres nous font gagner, et nous font perdre, dans le même mouvement? 2-Qu’en est-il du concept de vérité, à l’époque de l’Histoire de l’humanité où la technologie devient en mesure de virtuellement tout falsifier?

C’est sans doute le fait d’avoir mené cette recherche à l’ombre omniprésente de ces deux questions, et très à l’écart des coteries intellectuelles en tous genres, tout aussi corrompues, mensongères et pleines de fausse conscience que le restant de la société, que j’aurais été l’un des rares intellectuels français à prendre toute l’horrifique mesure de, à point nommé, la vérité de ce qui s’est passé ces deux dernières années et demi. Et qui ne résidait certes pas dans l’omniprésente propagande qui fut matraquée à ce sujet par tous nos médias dominants pendant tout ce temps.

Marx, dans Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, disait que tous les événements cruciaux du monde se répétaient deux fois : la première comme Tragédie, la seconde comme Farce. Les événements des deux années et demi répondent plutôt au schéma suivant : ce qui nous fut présenté comme une Tragédie était, en réalité, une Farce : un vieux vin servi dans une outre neuve, une grippe saisonnière banale (quelle que soit la “nouveauté” du virus en question) dans un dispositif biopolitique d’une violence oppressive et intrusive sans précédent dans toute l’Histoire de l’humanité. Hélas, la Farce, à son tour, dissimulait une Tragédie, elle bien réelle; mais qui n’avait rigoureusement rien à voir avec celle narrée par les instances officielles.

C’est ce que le tour de force esthétique du film d’Ace nous démontre de manière implacable, au sujet de l’autre événement fondateur du siècle où nous sommes entrés. Ace, revient parmi nous, nous avons un besoin vital de toi. Tu nous dois un The Great Covid-19 Death-Opera. Il en va de la survie d’une certaine idée de l’humanité; voire de la survie de l’humanité tout court.

Texte Par  Mehdi Belhaj Kacem

UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Mise à jour de l’histoire secrète de la mafia khazare satanique et totalitaire

L’histoire secrète de la mafia khazare et son plan diabolique pour détourner le monde entier sont maintenant révélés pour la première fois.

 

 l’histoire des Khazars, en particulier de la MK – le plus grand syndicat du crime organisé au monde, et le plus ancien, auquel l’oligarchie khazare s’est adonnée en déployant la magie babylonienne de l’argent – a été presque complètement supprimée des livres d’histoire.

La MK d’aujourd’hui sait qu’elle ne peut pas fonctionner ou exister sans un abject secret. Elle a donc dépensé beaucoup d’argent pour que son existence passée et présente soit retirée des livres d’histoire afin d’empêcher les citoyens du monde d’apprendre ses « méfaits au-delà de l’imagination », qui ont donné le pouvoir à la plus grande cabale du crime organisé de tous les temps.

Les auteurs de cet article ont fait de leur mieux pour ressusciter cette histoire perdue et secrète des Khazars et de leur grand syndicat international du crime organisé, mieux connu sous le nom de MK, et pour rendre cette histoire accessible au monde via Internet, qui est la nouvelle Presse Gutenberg.

Il a été extrêmement difficile de reconstituer cette histoire secrète cachée de la MK, veuillez donc excuser toute inexactitude ou erreur mineure qui n’est pas intentionnelle et qui est due à la difficulté de découvrir la véritable histoire de la Khazarie et de sa mafia. Nous avons fait de notre mieux pour la reconstituer.

C’est Mike Harris qui a relié les points et a fait la découverte réelle de la présente histoire secrète de la mafia khazare et de son serment de sang de se venger de la Russie pour avoir aidé les Américains à gagner la guerre d’indépendance et à triompher de la guerre civile, et leur serment de sang de vengeance contre l’Amérique et les Américains pour avoir gagné ces guerres et avoir soutenu l’Union.

Lors de la conférence syrienne sur la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme religieux, le 1er décembre 2014 – dans son  discours d’ouverture, le rédacteur en chef et directeur de Veterans Today, Gordon Duff, a révélé publiquement  pour la première fois que le terrorisme mondial est dû à un grand syndicat international du crime organisé en association avec Israël. Cette  révélation a envoyé des ondes de choc à la Conférence et presque instantanément dans le monde entier, car presque tous les dirigeants mondiaux ont reçu des rapports sur la révélation historique de Gordon Duff le même jour, certains en quelques minutes.

Et les ondes de choc de son discours historique à Damas continuent de se répercuter dans le monde jusqu’à ce jour. Et maintenant, Gordon Duff a demandé au président Poutine de libérer les renseignements secrets détenus par la Russie, ce qui exposera environ 300 traîtres au Congrès américain pour leurs graves crimes en série et leur espionnage statutaire pour le compte d’Israël (et donc de la MK) contre l’Amérique et contre de nombreux pays du Moyen-Orient.

Nous savons maintenant que la MK mène une guerre secrète contre l’Amérique et les Américains en utilisant le terrorisme sous faux drapeau de type Gladio, et via le système illégal et inconstitutionnel de la Réserve fédérale, l’IRS, le FBI, la FEMA, la Sécurité Intérieure et TSA. Nous savons avec certitude que la MK était responsable du déploiement de l’attaque sous faux drapeau de style Gladio contre l’Amérique le 11 septembre 2001, ainsi que de l’attentat à la bombe contre le bâtiment de Murrah le 19 avril 1995.

Carte de la Khazarie ancienne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VOICI L’HISTOIRE SECRÈTE DE LA KHAZARIE

100-800 après JC – une société incroyablement maléfique émerge en Khazarie 

Les Khazars se développent en une nation gouvernée par un roi maléfique, qui avait une connaissance de la magie noire babylonienne, et des oligarques occultes lui servaient de cour. Pendant ce temps, les Khazars sont connus dans les pays environnants comme des voleurs, des meurtriers, des bandits de grand chemin, et pour prendre l’identité des voyageurs qu’ils ont assassinés, ce qui était pour eux une pratique professionnelle et un mode de vie normal.

800 après JC – la Russie et d’autres nations environnantes lancent un ultimatum à la MK (MK pour Mafia Khazare)

Les dirigeants des nations environnantes, en particulier la Russie, ont eu, durant des décennies, tant  de plaintes de la part de leurs citoyens qu’en tant que groupe, ils lancèrent un ultimatum au roi Khazar. Ils envoient un communiqué au roi khazar l’informant qu’il doit choisir l’une des trois religions abrahamiques pour son peuple, en faire sa religion d’État officielle et exiger que tous les citoyens khazars la pratiquent, et socialiser tous les enfants khazars pour qu’ils pratiquent cette foi.

Des enfants étaient sacrifiés au dieu Baal.

Le roi khazar a eu le choix entre l’islam, le christianisme et le judaïsme. Le roi khazar a choisi le judaïsme et a promis de respecter les exigences établies par la confédération des nations environnantes dirigée par le tsar russe. Malgré son accord et sa promesse, le roi Khazar et son cercle restreint d’oligarques ont continué à pratiquer l’ancienne magie noire babylonienne, également connue sous le nom de Satanisme Secret. Ce satanisme secret impliquait des cérémonies occultes mettant en scène des sacrifices d’enfants. Après les avoir « saignés », ils buvaient leur sang et mangeant leur cœur.

Le profond et sombre secret des cérémonies occultes était qu’elles étaient toutes basées sur l’ancien culte de Baal [1], également connu sous le nom de culte du hibou. Afin de tromper la confédération des nations dirigée par la Russie qui surveillait la Khazarie, le roi Khazar a fusionné ces pratiques de magie noire luciférienne avec le judaïsme et a créé une religion hybride satanique secrète, connue sous le nom de talmudisme babylonien. Cela est devenu la religion nationale de Khazarie et a nourri le même mal pour lequel Khazarie était connue auparavant.

Malheureusement, les Khazars ont continué sur leurs mauvaises voies, volant et assassinant les voyageurs des pays environnants qui traversaient la Khazarie. Les brigands khazars ont souvent assumé l’identité de leurs victimes après les avoir assassinées et sont devenus des maîtres du déguisement et des fausses identités – une pratique qu’ils ont continuée jusqu’à ce jour – et ont assumé leurs cérémonies occultes de sacrifice d’enfants, coutume venant de l’ancien culte de Baal.

1 200 après JC – La Russie et les nations environnantes en ont ras-le-bol et passent à l’action

Vers 1200 après JC, les Russes ont dirigé un groupe de nations entourant la Khazarie et l’ont envahie, afin d’arrêter les crimes khazars contre leurs peuples, qui comprenaient l’enlèvement de leurs jeunes enfants et nourrissons pour leurs cérémonies de sacrifice de sang à Baal. Le roi khazar et sa cour de criminels sont alors devenus connus sous le nom de Mafia Khazare par les pays voisins.

Les dirigeants khazars avaient un réseau d’espionnage bien développé grâce auquel ils ont obtenu un avertissement préalable à l’invasion et se sont échappés de Khazarie vers les nations européennes à l’ouest, ainsi que vers la Turquie au sud et vers le Caucase à l’Est [2] emportant avec eux leur immense fortune en or et en argent. Ils ont fait profil bas dans ces nouvelles contrées et se sont regroupés tout en assumant de nouvelles identités. En secret, ils ont continué leurs rituels sataniques de sang et de sacrifice d’enfants et ont fait confiance à Baal pour leur donner le monde entier et toutes ses richesses, comme ils prétendaient qu’il le leur avait promis, tant qu’ils continueraient à saigner et à sacrifier des enfants et des nourrissons pour Baal.

Le roi Khazar et sa cour de mafiosi ont juré une vengeance éternelle contre les Russes et les nations environnantes qui ont envahi la Khazarie et les ont chassés du pouvoir et de la Khazarie.

La Mafia Khazare envahit l’Angleterre après en avoir été expulsée pendant des centaines d’années

BH26907 Oliver Cromwell by Walker, Robert (1599-1658); Burghley House Collection, Lincolnshire, UK; English, out of copyright.

Pour accomplir leur invasion, ils ont engagé Oliver Cromwell pour assassiner le roi Charles Ier et rendre l’Angleterre à nouveau sûre pour les banquiers khazars. Avec cela, ont commencé les guerres civiles anglaises qui ont fait rage pendant près d’une décennie, entraînant le régicide de la famille royale et l’assassinat de centaines de véritables nobles anglais. C’est ainsi que la City de Londres s’est érigée en capitale bancaire de l’Europe et a lancé le début de l’Empire britannique.

Le roi Charles I er d’Angleterre.

Extrait du site Web de David Icke http://www.davidicke.com.

David Icke a été le premier à dénoncer publiquement les Rothschild avec courage devant des centaines de personnes. Cela, bien sûr, fait de lui un héros international et nous avons besoin de plus de gens comme lui, ayant son genre de courage pour briser la dissimulation qui cache la mafia khazare et mettre fin à leur pouvoir illégitime dans le monde.[/caption]

La MK décide d’infiltrer et de détourner toutes les banques mondiales en utilisant la Magie Noire babylonienne, également connue sous le nom de Monnaie-Magique Babylonienne ou l’art secret de gagner de l’argent à partir de rien en utilisant également le pouvoir de l’usure pernicieuse pour accumuler des intérêts

La MK a utilisé son immense fortune pour entrer dans un nouveau système bancaire, basé sur la magie noire babylonienne secrète, la magie de l’argent qu’ils prétendaient avoir apprise des mauvais esprits de Baal, en échange de leurs nombreux sacrifices d’enfants.

Cette magie de l’argent babylonienne impliquait la substitution de certificats de crédit papier aux dépôts d’or et d’argent, ce qui permettait aux voyageurs de voyager avec leur argent sous une forme qui offrait un remplacement facile en cas de perte ou de vol des certificats.

Il est intéressant de voir comment le problème même qui a été lancé par les Khazars avait également une solution fournie par eux. Finalement, le roi Khazar et sa petite cour environnante ont infiltré l’Allemagne avec un groupe qui a choisi le nom  » Bauers » d’Allemagne pour les représenter et poursuivre leur système maléfique du culte de Baal. Les Bauers du Bouclier Rouge, qui représentaient leurs sacrifices secrets d’enfants basés sur le sang, ont changé leur nom en Rothschild (alias « enfant du rocher, Satan »).

Les Rothschild en tant que capi de la MK infiltrent et détournent la banque britannique, puis détournent toute la nation anglaise 

Bauer/Rothschild a eu cinq fils qui se sont infiltrés et ont pris le contrôle des banques européennes et du système bancaire central de la ville de Londres par le biais de diverses opérations secrètes astucieuses, y compris un faux rapport de Napoléon gagnant contre les Britanniques, alors qu’en réalité il a perdu. Cela a permis aux Rothschild d’utiliser la fraude et la tromperie pour voler la richesse de la noblesse anglaise et de la noblesse terrienne, qui avaient fait des investissements commerciaux avec les institutions bancaires de la ville de Londres.

Les Rothschild ont mis en place un système bancaire Fiat privé spécialisé dans la fabrication de fausse monnaie à partir de rien – facturant une usure pernicieuse au peuple britannique, en utilisant ce qui aurait dû être leur propre argent.

C’était l’art de la magie-noire-de-l’argent babylonienne ; ils ont affirmé aux initiés que cette technologie et ce pouvoir financier secret leur avaient été fournis par Baal, en raison de leurs fréquents sacrifices d’enfants des rituels destinés à Baal.

Une fois qu’ils ont infiltré et détourné le système bancaire britannique, ils se sont croisés avec les Royaux britanniques et ont infiltré et complètement détourné toute l’Angleterre et toutes ses principales institutions. Certains experts pensent que les Rothschild ont génocidé les membres de la famille royale en organisant des accouplements illicites et adultères gérés en secret par leurs propres hommes Khazars afin de remplacer les Royaux par leurs propres prétendants au trône.

La MK mène un effort international pour éradiquer les rois qui gouvernent par le droit divin

Parce que la MK prétend avoir un partenariat personnel avec Baal (alias le Diable, Lucifer, Satan, Moloch) à cause de leurs sacrifices envers lui, les khazars détestent tous les rois qui gouvernent sous l’autorité de Dieu Tout-Puissant, car la plupart se sentent responsables de s’assurer que leur propre peuple est protégé contre les infiltrés et les traîtres « ennemis de l’intérieur».

Dans les années 1600, la MK a assassiné les Royaux britanniques et les a remplacé par leurs propres féaux. Dans les années 1700, ils assassinent les Royaux français. Juste avant la Première Guerre mondiale, ils assassinent l’archiduc autrichien Ferdinand pour déclencher la Première Guerre mondiale. En 1917, ils rassemblèrent leur armée MK, les bolcheviks, et infiltrèrent et occupèrent la Russie, assassinèrent le tsar et sa famille de sang-froid [3], enfoncé une baïonnette dans la poitrine de sa fille préférée, et volèrent tous les trésors d’or, d’argent et d’art russes. Juste avant la Seconde Guerre mondiale, ils assassinent les Royaux autrichiens et allemands. Ensuite, ils se débarrassèrent de la famille royale chinoise et affaiblirent les dirigeants japonais.

C’est la haine intense envers quiconque professe sa foi en un autre dieu que leur dieu Baal qui les a motivés à assassiner des rois et des membres de la royauté et à s’assurer qu’ils ne pourront jamais régner. Ils ont fait de même avec les présidents américains – en menant des opérations secrètes sophistiquées pour les déresponsabiliser.

Si cela ne fonctionne pas, la MK les assassine, comme ils l’ont fait avec McKinley, Lincoln et JFK. La MK veut éliminer tous les dirigeants ou élus forts qui osent résister à leur pouvoir ou à leur puissance acquise grâce au déploiement de leur réseau qui couvre les hautes sphères financières et étatiques.

Les Rothschild créent un trafic international de stupéfiants pour le compte de la MK

Les Rothschild ont ensuite dirigé secrètement l’Empire britannique et ont élaboré un plan diabolique pour récupérer les vastes quantités d’or et d’argent que les Britanniques avaient payées à la Chine pour sa soie et ses épices de haute qualité qui n’étaient disponibles nulle part ailleurs.

Les Rothschild, à travers leur réseau d’espionnage international, avaient entendu parler de l’opium turc et de ses caractéristiques accoutumantes [4]. Ils ont déployé une opération secrète pour acheter de l’opium turc et le vendre en Chine, rendant des millions de personnes accros à l’opium, ce qui a permis de ramener l’or et l’argent chinois dans les coffres des Rothschild, mais pas dans ceux du peuple britannique.

La dépendance à l’opium créée par les ventes d’opium par le gang mafieux Rothschild à la Chine ont tellement nui à celle-ci qu’elle est entrée en guerre à deux reprises pour arrêter  ce trafic néfaste. Ces guerres étaient connues sous le nom de rébellions des Boxers ou de guerres de l’opium. L’argent que les Rothschild ont gagné grâce à la vente d’opium était si énorme qu’ils sont devenus encore plus dépendants à l’argent facile que les toxicomanes ne l’étaient à l’opium.

Les Rothschild ont été la source de financement derrière l’établissement des colonies américaines, en incorporant la Compagnie de la Baie d’Hudson et d’autres sociétés commerciales pour exploiter le Nouveau Monde des Amériques. Ce sont les Rothschild qui ont ordonné l’extermination massive et le génocide des peuples indigènes d’Amérique du Nord pour permettre l’exploitation des vastes ressources naturelles du continent.

Les Rothschild ont également suivi le même modèle commercial dans les Caraïbes et dans le sous-continent asiatique de l’Inde, entraînant le meurtre de millions d’innocents.

Les Rothschild lancent la traite internationale des esclaves, une entreprise qui considérait ces humains kidnappés comme de simples animaux – une vision que les Khazars imposeraient à tous les peuples du monde qui ne faisaient pas partie de leur cercle pervers, que certains appelaient la « vieille noblesse noire ». 

Le grand projet suivant des Rothschild était le lancement de la traite mondiale des esclaves, en achetant des esclaves à des chefs tribaux véreux en Afrique qui kidnappaient des membres de tribus concurrentes pour les vendre comme esclaves.

Les marchands d’esclaves Rothschild ont ensuite emmené ces esclaves kidnappés sur leurs navires dans des cellules exiguës et des conditions horribles vers l’Amérique et les Caraïbes où ils ont été vendus [5]. Beaucoup sont morts en mer en raison de mauvaises conditions.

Les banquiers Rothschild ont appris très tôt que la guerre était un excellent moyen de doubler leur argent en peu de temps en prêtant de l’argent aux deux parties belligérantes. Mais pour être assurés des recouvrements, ils devaient faire adopter des lois fiscales, qui pouvaient être utilisées pour forcer le paiement.

La MK Rothschild privé Fiat Counterfeit Banksters complote une vengeance éternelle contre les colons américains et la Russie qui les ont aidés à perdre la guerre révolutionnaire

Lorsque les Rothschild ont perdu la Révolution américaine, ils ont reproché au tsar russe et aux Russes d’avoir aidé les colons en bloquant les navires britanniques. Ils ont juré une vengeance éternelle contre les colons américains, tout comme ils l’avaient fait lorsque les Russes et leurs alliés ont écrasé Khazarie en l’an Mille [6].

Les Rothschild et l’oligarchie anglaise féale  qui les entourait ont comploté des moyens de reprendre l’Amérique, et cela est devenu leur principale obsession. Leur plan préféré est de créer une banque centrale américaine, mettant en scène la magie de la monnaie babylonienne et la contrefaçon secrète.

La MK tente de reprendre l’Amérique en 1812 mais échoue, une fois de plus grâce à l’aide russe

Cet échec a rendu furieux les mafieux de la MK, et ils complotèrent une fois de plus une vengeance éternelle contre les Russes et les colons américains. Ils planifient  et prévoient d’infiltrer et de détourner les deux nations et de dépouiller leurs actifs, de tyranniser, puis de tuer en masse les deux nations et leur population [Les guerres en Ukraine et au Moyen-Orient ont pour but de déclencher un affrontement USA-OTAN / Russie afin qu’ils se détruisent mutuellement] .

Les tentatives de la MK de créer une banque centrale américaine privée sont bloquées par le président Andrew Jackson, qui les a qualifiées de sataniques et a juré de les chasser par la grâce de Dieu Tout-Puissant.

Les banquiers Rothschild se regroupent alors et poursuivent leurs tentatives secrètes d’installer leur propre banque babylonienne magique à l’intérieur de l’Amérique.

En 1913, la MK  réussit à établir une tête de pont majeure à l’intérieur de l’Amérique – et un ennemi maléfique de tous les Américains entre en jeu 

En 1913, la MK Rothschild a pu établir une tête de pont en soudoyant des membres véreux et traîtres du Congrès pour qu’ils adoptent la loi illégale et inconstitutionnelle sur la Réserve fédérale la veille de Noël sans quorum requis. La loi a ensuite été signée par un président véreux, acheté, qui était un traître à l’Amérique, comme les membres du Congrès qui ont voté pour cette loi.

La MK crée alors un système de taxation illégal en Amérique

Il est facile pour la MK d’amasser suffisamment d’argent pour élire qui elle veut, car lorsque vous contrôlez une banque qui est un contrefacteur majeur secret, vous avez autant d’argent que vous désirez. À peu près au même moment où ils ont créé leur système fiscal illégal en Amérique, ils ont également soudoyé des membres du Congrès pour qu’ils approuvent l’Internal Revenue Service (IRS), qui est leur agence de recouvrement privée basée à Porto Rico.

Peu de temps après, ils ont créé le Federal Bureau of Investigation pour protéger leurs banquiers, pour répondre à leurs besoins de dissimulation et pour empêcher d’être poursuivis pour leurs rituels de sacrifice d’enfants, leurs réseaux pédophiles [7]; et de servir également d’opération secrète d’Intel en leur nom.

Notez que le FBI n’a pas de charte officielle, selon la Bibliothèque du Congrès, et n’a pas le droit d’exister ou d’émettre des chèques de paie.

La MK Rothschild a déployé la révolution bolchevique en Russie pour y perpétrer une vengeance incroyablement sauvage et sanglante sur des Russes innocents

La MK a pré-organisé et organisé la Révolution russe en utilisant ses banques centrales pour payer l’infiltration bolchevique de la Russie et leur Révolution au nom de la MK.

Les bolcheviks ont en fait été créés et déployés par la MK comme élément essentiel de leur vengeance planifiée de longue date sur le tsar russe et le peuple russe innocent pour avoir démantelé Khazarie en l’an 1000  pour ses vols répétés, meurtres et vols d’identité des voyageurs en provenance des pays entourant Khazarie. Ce fait peu connu explique la violence extrême exercée contre la Russie comme une vengeance de longue date de la mafia khazare contrôlée par les Rothschild.

Dans une effusion de sang sauvage et inhumaine bien planifiée qui a stupéfié le monde, les bolcheviks se sont déchaînés en pleine fureur au nom de la MK pour se venger des Russes.

Les bolcheviks, sous la direction Rothschild, ont violé, torturé et assassiné en masse environ 100 millions de Russes, dont des femmes, des enfants et des nourrissons. Certaines tortures et effusions de sang étaient si extrêmes que nous n’en parlerons pas ici [8].

Mais les lecteurs qui veulent savoir peuvent faire des recherches approfondies sur Internet sur la « Terreur rouge » ou la « Tcheka bolchevique » ou regarder le film classique “The Checkist (1992)”.

La Mafia Khazare s’est infiltrée dans le judaïsme et l’a totalement parasité

La MK  a créé un plan directeur pour contrôler tout le judaïsme y compris mentalement. Elle a détourné le judaïsme, l’a remplacé par le talmudisme babylonien (luciférianisme ou satanisme) et a pris le contrôle des professions bancaires et de Wall Street en général, du Congrès, des principaux médias de masse ; ainsi que la plupart des richesses et des moyens économiques qui assurent la réussite.

Ainsi, la MK  pourrait transmettre la richesse et le succès aux Juifs qui buvaient leur Kool-aid et les utilisaient comme atouts et Sayanims. De cette manière, les Rothschild ont détourné le judaïsme.

Leur financement de la Knesset israélienne et sa construction en utilisant l’architecture occulte franc-maçonne ont montré leur engagement envers le talmudisme occulte babylonien et tout le mal qui l’accompagne, y compris le sacrifice d’enfants à leur dieu secret Baal. Ils ont mis en place un système NWO (Nouvel Ordre Mondial) appelé Sionisme qui a enseigné et inculqué aux judaïques sensibles une illusion de groupe paranoïaque de supériorité raciale, qui supposait que tous les Gentils avaient l’intention d’assassiner en masse tous les judaïques.

L’architecture de la franc-maçonnerie a été utilisée dans la construction de la Knesset et de la Cour suprême israélienne [9].

Ils ont appelé cette illusion judaïque de conquête du monde racialement paranoïaque, le « sionisme mondial », qui est en réalité une forme secrète de talmudisme babylonien ou de luciférisme qui était inconnue du judaïsme traditionnel. Le système a été conçu pour utiliser les judaïques comme couverture, mais aussi pour les oindre avec le pouvoir de l’argent babylonien, afin de les utiliser comme agents infiltrés, et pour ensuite les sacrifier à Lucifer en deux étapes.

La première étape serait leur Seconde Guerre mondiale planifiée dans les camps de travail nazis, coupés de l’approvisionnement, entraînant la mort d’environ 200.000 Juifs de famine et de maladie, ainsi qu’environ 90.000 détenus non juifs pour les mêmes causes, selon un responsable respecté de la Croix-Rouge. Ce nombre représente 5% de ce que prétend la mafia khazare (alias les sionistes mondiaux) des six millions [10].

Le deuxième grand sacrifice serait le dernier, lorsque leur roi luciférien du Nouvel Ordre Mondial serait mis au pouvoir, et lorsque les trois religions abrahamiques seraient éradiquées dont le vrai judaïsme, qui serait blâmé pour toutes les guerres et la destruction du monde.

D’ici là, les Rothschild se transformeraient à nouveau en une nouvelle identité complète non associée au judaïsme sous quelque forme que ce soit, pas même au sionisme mondial.

Il est important de réaliser que la MK a réduit l’Allemagne à néant après la Première Guerre mondiale, a créé un vide pour le fascisme, puis l’a reconstruit, créant le nazisme et installant Hitler comme contre-force à leur bolchevisme russe.

Hitler est devenu un problème pour la MK lorsqu’il s’en est libéré et a commencé à agir dans l’intérêt du peuple allemand et des peuples libres du monde, et a développé son propre système bancaire sans les Rothschild.

Hitler a introduit un système financier exempt d’usure et bénéfique pour la classe ouvrière. Cela a provoqué la destruction totale de l’Allemagne et du peuple allemand parce que les Rothschild et les Khazars ne pourraient jamais permettre à un système économique qui ne dépendait pas de l’usure d’exister [11].

Nous voyons la même chose aujourd’hui avec la guerre des Khazars contre l’Islam parce que l’Islam interdit l’usure. C’est pourquoi Israël est si brutal et agressif et vise la destruction des peuples islamiques du monde.

La MK s’attendait à ce que ce soit fait durant la Seconde Guerre mondiale lorsqu’ils soutenaient les deux camps.

La MK  a ensuite soudoyé et incité les membres du Congrès à envoyer des soldats américains et a conçu la Première Guerre mondiale 

Dans le prolongement de leur modèle éprouvé de financement des deux parties dans toute guerre pour maximiser leurs profits, l’acquisition de plus d’impôts fédéraux et un pouvoir international accru, les Khazars ont, une fois de plus, soudoyé, et incité les membres du Congrès à déclarer la guerre contre l’Allemagne en 1917.

Cela a été facilité par une attaque MK sous fausse bannière avec le naufrage du Lusitania.

La MK  a depuis développé le modèle habituel d’attaques secrètes sous fausse bannière comme procédure opérationnelle standard pour inciter les Américains à mener des guerres pour le compte de la mafia Khazar.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la MK  a déployé la guerre froide et l’a utilisé comme excuse pour amener des scientifiques nazis et des experts en contrôle de l’esprit en Amérique dans le cadre de l’opération Paperclip.

Cela leur a permis de mettre en place un système mondial d’espionnage et de flicage qui dépassait de loin tous leurs efforts antérieurs.

Dans le cadre de ce nouveau système, ils continuent d’infiltrer et de détourner toutes les institutions américaines [et européennes], y compris les divers systèmes religieux chrétiens , la franc-maçonnerie (en particulier le rite écossais et le rite d’York), l’armée, le renseignement et la plupart des entrepreneurs privés de la défense, le pouvoir judiciaire et la plupart des agences du gouvernement américain, y compris la plupart des gouvernements des États, ainsi que les deux principaux partis politiques.

La MK met en place des camps de travail nazis comme prétexte pour manipuler plus tard les Alliés afin qu’ils leur accordent leur propre colonie privée en Palestine, en utilisant des terres volées aux Palestiniens 

La MK a pu utiliser leur soi-disant « holocauste » mal nommé pour servir de déclencheur de contrôle mental pour contrecarrer et résister à toute critique de leurs voies sionistes.

La vérité était que la MK a mis en place les camps de travail nazis pour faire d’énormes profits pour les entreprises qui dirigeaient leurs camps de travail et fournissaient la main d’œuvre à leur machine de guerre nazie.

Une fois que les agents de la MK ont gagné leur patrie privée en Israël en 1947 grâce à leurs manipulations politiques secrètes, ils ont commencé à considérer secrètement toute la Palestine comme leur Nouvelle Khazarie, et ont commencé à comploter comment génocider tous les Palestiniens et voler toute la Palestine pour eux-mêmes. Leurs plans incluent leur fantasme de construire un « grand Israël » en prenant le contrôle de tout le Moyen-Orient et en manipulant les stupides Goyim américains pour qu’ils se battent et meurent en leur nom, prenant toutes les terres arabes pour Israël et la mafia khazare, afin qu’ils puissent dépouiller tous les Arabes de leurs richesses et de leurs ressources naturelles, en particulier leur pétrole et leur gaz.

Des recherches génétiques récentes de Johns Hopkins, évaluées par des pairs, par un médecin juif respecté, montrent que 97,5 % des juifs vivant en Israël n’ont absolument aucun ADN hébreu ancien, ne sont donc pas sémites et n’ont aucun lien de sang ancien avec la terre de Palestine. En revanche, 80% des Palestiniens portent un ancien ADN hébreu et sont donc de vrais Sémites, et ont des liens de sang anciens avec la Terre palestinienne. Cela signifie que les vrais antisémites sont les Israéliens qui volent les terres palestiniennes pour construire des colonies israéliennes, et ce sont les Israéliens qui tyrannisent et assassinent en masse des Palestiniens innocents.

La MK  décide de se métamorphoser à nouveau et d’élargir ses rangs 

Entre-temps, les mafiosi de la MK ont réalisé qu’ils ne pouvaient pas rester cachés plus longtemps au public à moins qu’ils ne se métamorphosent à nouveau et n’étendent leur leadership secret.

Ils ont donc travaillé dur pour infiltrer et détourner davantage la franc-maçonnerie et ses ramifications secrètes et ont intronisé les meilleurs membres dans leur réseau pédophile et leurs rituels de sacrifice d’enfants.

En outre, des membres clés du Congrès ont été intronisés dans leur réseau satanique secret en leur donnant un pouvoir spécial, des postes élevés dans l’US Gouvernement, l’armée et le renseignement, accompagnés de grandes récompenses monétaires et d’un statut élevé. Des fronts d’espionnage massifs de MK utilisant la double nationalité israélo-américaine (mais « Israël d’abord ») ont été mis en place à l’intérieur de l’Amérique pour acheminer la fausse monnaie des banquiers khazars vers les politiciens pour leurs campagnes électorales, afin de les phagocyter et de les contrôler une fois élus.

La MK  décide de contrôler mentalement les masses américaines pour qu’elles approuvent leurs guerres illégales, inconstitutionnelles, non provoquées, non déclarées, impossibles à gagner et perpétuelles, mais nécessaires pour faire d’énormes profits et gagner plus de puissance dans le monde.  

La MK a décidé de prendre le contrôle total de toute l’éducation publique et en créant le ministère de l’Éducation et en créant des programmes d’études mondialistes et socialistes basés sur le politiquement correct, la diversité et en enseignant que  « la perversion est normale ». Le fluorure est ajouté à l’eau et au dentifrice publics, et les dentistes sont contrôlés mentalement pour croire que le fluorure prévient les caries et n’est pas nocif pour la fonction cérébrale ou la fonction thyroïdienne, ce qui est faux. Le fluorure est très nocif.

L’ajout de fluorure à l’approvisionnement public en eau et au dentifrice rend les Américains stupides en abaissant en moyenne le QI opérationnel et en rendant les gens beaucoup plus dociles qu’ils ne le seraient normalement. Des programmes visant à développer et à déployer des vaccins [tels que les vaccins expérimentaux ARNm anti Covid] pour rendre les enfants stupides et créer ainsi un grand nombre de futurs problèmes de santé chroniques ont été lancés.

Les médecins ont été contrôlés mentalement et induits en erreur par des recherches biaisées qui ont été triées sur le volet, ignorant toutes les études négatives – et qui incluaient la plupart d’entre elles. Toutes les lignées cellulaires vaccinales sont contaminées par le SV-40, un virus cancérigène à action lente connu.

La MK a utilisé son pouvoir monétaire pour prendre le contrôle de toutes les écoles de médecine allopathiques et a créé et contrôlé l’American Medical Association et d’autres sociétés médicales, afin de s’assurer que leur programme basé sur le mensonge et la tromperie se poursuive. [12]

Une partie de ce plan massif pour abrutir et contrôler l’esprit des masses américaines était l’achat et la consolidation par la MK de tous les médias de masse américains pour les fusionner en six grands médias de masse contrôlés (controlled major mass media CMMM), détenus et contrôlés par leurs agents en leur nom. Le CMMM fonctionne comme un cartel illégal de l’information, et il devrait être démantelé en vertu des lois antitrust et pour avoir infligé de l’espionnage et de la propagande illégale comme arme de guerre contre le peuple américain.

Les capi de la MK décident qu’il est temps d’utiliser l’Amérique pour achever l’occupation du monde entier en lançant une attaque majeure sous faux drapeau à l’intérieur de l’Amérique pour blâmer les islamistes

Ainsi, les capi de la MK utilisent leurs doublures de citoyens israélo-américains, mais avec « israéliens d’abord », vivant en Amérique (alias, les PNACers et les NeoCon) pour planifier une attaque nucléaire majeure contre l’Amérique le 11/09/01.

Bibi Netanyahu, le chef opérationnel de la MK, a déployé le Mossad et ces doubles citoyens pour mettre en place et instituer cette attaque contre l’Amérique qui devait être imputée par le CMMM aux musulmans.

Ils ont informé leurs meilleurs rabbins et « amis du sionisme mondial » de ne pas voler ce jour-là et de rester en dehors de New York, tout comme l’a fait « Larry Silverfish », l’un des principaux hommes impliqués dans l’opération [Aucun juif n’était présent dans le WTC, alors que, habituellement, au moins 30% des présents sont juifs].

Ils ont utilisé leur taupe principale dans le DOD pour attirer les enquêteurs d’Able Danger dans la salle de réunion du Pentagone Naval Intel, où ils ont été assassinés par un missile de croisière Tomahawk qui a été tiré depuis un sous-marin Diesel de classe Dolphin israélien acheté à l’Allemagne.

Trente-cinq des enquêteurs d’Able Danger qui enquêtaient sur le vol israélien de 350 têtes nucléaires W-54 Davy Crockett désaffectés par la porte dérobée de Pantex au Texas, ont été assassinés par ce coup de Tomahawk, qui a été chronométré avec l’explosion de bombes pré-installées dans l’aile Naval Intel, qui a été nouvellement renforcée en vain.

La société écran du Mossad israélien, Urban Moving Systems, a été utilisée pour transporter les mini-nucléaires fabriqués à partir des têtes nucléaires W-54 volés de Pantex (et fabriqués à l’origine à l’usine de traitement de Hanford), où elles ont été stockées à l’ambassade d’Israël à New York et transportés aux tours jumelles pour la détonation le 9-11-01.

Le 11 septembre 2001, cinq employés d’une entreprise de camionnettes de déménagement appelée « Urban Moving Systems » ont été appréhendés quelques heures après que les tours jumelles aient été frappées. Un témoin oculaire les a vus célébrer les attaques contre le World Trade Center depuis la fenêtre de son immeuble. Ils sont sortis d’une camionnette blanche, ont sauté de haut en bas et se sont tapé dans les mains avec une joie apparente. Le témoin oculaire les a observés dans le New Jersey surplombant la rivière Hudson avec une vue imprenable sur les tours en feu. Le témoin a contacté la police. Ce qui suit sont des rapports du FBI obtenus en vertu de la loi sur la liberté d’information concernant leur détention, leur interrogatoire et leur tromperie apparente lors de tests polygraphiques sur leur affiliation avec les agences de renseignement israéliennes.

Baal alias Moloch, Lucifer, Satan : Faites votre choix, c’est le même esprit maléfique qui veut assassiner en masse tous les humains. En échange de son « sale boulot », il récompense ceux qui lui permettent d’arracher leur âme en leur donnant des richesses, une renommée et un pouvoir incroyables. C’est le contrat de sang secret appelé « vendre son âme ».

L’agenda secret incroyablement diabolique de la Mafia Khazare est maintenant révélé publiquement pour la toute première fois par Gordon Duff, de Veterans Today. Nous savons maintenant que Bibi Netanyahu a dirigé l’attaque nucléaire contre l’Amérique le 11 septembre 2001 et l’a fait dans le cadre d’un programme global de la MK.

Accrochez-vous à votre siège, c’est un très grand secret qui explique beaucoup de ce qui s’est passé à l’intérieur de l’Amérique, tout cela causé par Israël, i.e., la Mafia Khazare qui a infiltré presque toutes les institutions gouvernementales et la société américaine.

Maintenant, pour la toute première fois, le secret très spécifique incroyablement de l’Agenda Diabolique de la Mafia Khazare va être révélé, grâce à une interview que Mike Harris a eue avec le rédacteur en chef de Veterans Today Gordon Duff dans son émission-débat  » The Short End of the Stick» le 3-10-15.

J’ai entendu beaucoup de secrets d’initiés choquants au fil des ans, mais celui-ci les dépasse de loin, et explique exactement ce qu’Israël et ses sbires en Amérique ont été pour nous au nom de la Rothschild Mafia Khazare qui a bousillé presque tous les aspects de nos vies créant une économie pauvre, beaucoup de chômage et de sous-emploi, une criminalité massive, de l’alcoolisme et drogue, des écoles foutues qui abrutissent les enfants, divers programmes d’eugénisme comme le fluorure dans l’eau publique et le dentifrice, et le mercure dans les vaccins qui sont une grande fraude, sans oublier la corruption politique endémique.

Cette interview envoie maintenant des ondes de choc dans le monde entier et lorsque vous considérez le contenu que Gordon Duff a divulgué pour la première fois publiquement, vous serez choqué. Et vous comprendrez que Bibi Netanyahu est le chef opérationnel de la Mafia Khazare et c’est lui qui a ordonné et supervisé l’attaque nucléaire israélienne contre l’Amérique le 11/09/01.

Dans cette interview, Gordon Duff a révélé à partir d’une transcription écrite de ce qui a été dit lors d’une réunion entre Bibi Netanyahu et un traître américain et quelques autres espions en 1990. Gordon Duff a révélé que Netanyahu était un espion du KGB comme Jonathan Pollard. Et nous savons maintenant qu’Israël a commencé comme un satellite de la Russie bolchevique et qu’il était assez mécontent lorsque l’Union soviétique est tombée.

Benjamin Netanyahu se réunissait au bar Finks à Jérusalem, un trou à rats bien connu du Mossad. Voici ce qu’il a dit, tiré directement de la transcription de l’enregistrement dont il a été témoin et qui a été entièrement authentifié à 100 % 

“ Si nous nous faisons prendre, ils nous remplaceront simplement par des personnes de la même étoffe. Donc, peu importe ce que vous faites, l’Amérique est un veau d’or et nous allons le sucer, le hacher et le vendre morceau par morceau jusqu’à ce qu’il ne reste plus que le plus grand État-providence du monde que nous allons créer et contrôler. . Pourquoi? Parce que c’est la volonté de Dieu et que l’Amérique est assez grande pour encaisser le coup afin que nous puissions le refaire, encore et encore. C’est ce que nous faisons aux pays que nous détestons. Nous les détruisons très lentement et les faisons souffrir pour avoir refusé d’être nos esclaves. ”

C’est exactement ce que la Mafia Khazare a fait en Amérique depuis qu’elle a infiltré et détourné l’Amérique avec succès en 1913. La connaissance de ce que Bibi a dit au nom de la Mafia Khazare devrait nous rendre tous furieux et nous motiver à chasser ces créatures maléfiques d’Amérique et reprendre notre grande République.

Lorsque Bibi Netanyahu mentionne la volonté de Dieu, le dieu auquel il faisait référence est Baal (également connu sous le nom de Grand Hibou ou Moloch), le dieu en lequel ces Khazars croient , et qui exige d’eux qu’ils l’adorent par des effusions de sang constantes et des sacrifices humains douloureux et des meurtres de masse et que si ils « vendent leurs âmes » à Baal (alias Lucifer ou Satan) ce faisant, ils seront récompensés par des richesses incroyables, une renommée et un grand pouvoir. Quand ils « vendent leurs âmes », ce qui se passe réellement, c’est que leurs âmes sont arrachées et qu’ils deviennent inhumains ou sans âme et prennent les caractéristiques de Baal, c’est-à-dire qu’ils deviennent de plus en plus psychopathes et mauvais.

Ce dont parlait Bibi Netanyahu, c’était la prochaine attaque nucléaire contre l’Amérique le 11 septembre 2001, et lorsqu’il a mentionné « ils nous remplaceront simplement », il faisait référence au premier Cercle des Douze, le groupe auquel il répond, et l’animateur de talk-show Stew Webb a révélé au monde en identifiant 11 des 12 qui se font appeler les « Illuminati » ou « Disciples de Satan ». Ces hommes font des sacrifices d’enfants semestriels à Denver et mangent le cœur des enfants, boivent leur sang après en avoir profité sexuellement (pédophiles).

Mes amis, nous devons diffuser cette information à tous ceux que nous pouvons, puis nous unir et chasser ces racailles sans âme adoratrices de Baal, de tous les coins et recoins de l’Amérique et les traduire tous en justice et en jugement final pour leurs incroyables crimes.

Quiconque comprend ce que Bibi Netanyahu pense des Américains comme « un veau d’or à dépouiller et à massacrer » devrait être enragé et poussé à l’organisation communautaire et à l’action politique contre l’espionnage israélien à l’intérieur de l’Amérique, par le biais du système de la Réserve fédérale, de l’AIPAC, du JINSA, du Conseil de la politique de défense, le CFR et autres.

La MK  a planté 25 armes nucléaires dans les grandes villes américaines et d’autres grandes villes d’Europe afin de faire chanter les gouvernements . Ceci est appelé leur option Samson, et a été découvert et divulgué pour la première fois par Seymour Hersh 

La MK  a également obtenu des ogives S-19 et S-20 d’un membre corrompu du Congrès chargé d’acheter des Mirv ukrainiens au nom de l’USG afin de les mettre hors service. Au lieu de cela, il les a vendus aux Israéliens et a partagé l’argent avec d’autres membres clés du Congrès impliqués.

C’est de la haute trahison et un crime capital passible de mort. Juste après leur attaque contre l’Amérique, La MK a déclaré à l’administration américaine qu’ils feraient exploser des bombes nucléaires de la taille d’un city-buster dans certaines villes américaines, y compris Washington DC, si l’administration refusait d’autoriser Israël à créer sa propre grande force d’occupation d’État policier à l’intérieur de l’Amérique, basée sur la consolidation de toutes les forces de l’ordre américaines sous un contrôle israélien central.

Cette nouvelle force d’occupation israélienne appelée Homeland Security (DHS) était initialement dirigée par des citoyens doubles et des pervers. L’ancienne directrice du DHS, Janet Napolitano, est poursuivie pour harcèlement sexuel d’hommes travaillant au DHS à qui elle a ordonné de déplacer leurs bureaux dans les toilettes pour hommes.

Le traître à double citoyenneté Michael Chertoff, (un nom traduit du russe par « fils du diable »), était le cerveau criminel qui a créé le DHS, avec l’ancien chef de la Stasi est-allemande, Marcus Wolfe, qui a été embauché comme agent spécial. consultant et mourut mystérieusement aussitôt sa mission accomplie.

La MK n’ont jamais pensé qu’ils seraient exposés pour leur attaque nucléaire contre l’Amérique le 9-11-11, mais ils ont commis l’une des plus grandes erreurs tactiques de l’histoire et ont paradé par orgueil excessif, basé sur un succès trop facile en raison de leur pouvoir financier extrême.

Maintenant, les grands journaux de l’Amérique savent que Bibi Netanyahu et son parti Likudiste ont mené l’attaque contre l’Amérique le 11/09/01 au nom la MK

Ils pensaient qu’ils avaient un contrôle total sur le CMMM et qu’ils pouvaient empêcher que les enquêtes secrètes de l’AIEA et de Sandia Labs ne soient jamais rendues publiques aux États-Unis.

Ils ont fait une grave erreur tactique parce que maintenant la vérité sur leur rôle dans l’attaque du 11 septembre 2001 contre l’Amérique est publiée sur Internet dans le monde entier, la nouvelle presse mondiale Gutenberg. Ce que la MK  n’a pas compris, c’est la puissance d’Internet et comment les pépites de vérité publiées et diffusées sur celui-ci résonnent avec les gens du monde et se propagent comme une traînée de poudre, à la vitesse de la lumière. La vérité est diffusée aux masses partout.

Cette incroyable erreur tactique de la MK est si grande qu’elle les condamnera à l’exposition complète et à la destruction complète éventuelle qu’ils méritent. L’ordre de Bibi Netanyahu de poursuivre et de livrer l’attaque nucléaire contre l’Amérique le 11 septembre 2001 restera dans l’histoire comme l’une des plus grandes erreurs du député, et celle qui sera blâmée pour leur exposition et leur destruction par le monde qui se ligue maintenant contre eux.

Les Russes ont maintenant divulgué les fichiers de l’AIEA et de Sandia Labs et Able Danger leur sont remis par Edward Snowden. Bientôt, tous ces fichiers seront fournis à tous les Américains et au monde via Internet, et cela ne peut pas être arrêté.

Un certain nombre de Russes dans le haut commandement militaire en Russie et dans les plus hautes positions de direction du gouvernement russe se rendent compte que c’est la même cabale du crime organisé -les Khazars bolcheviks- qui a  assassiné en masse 100 millions de Russes innocents – et ces hommes veulent une revanche.

C’est pourquoi ils s’assurent que les banquiers Rothschild seront mis en faillite, ce qui décapitera la mafia khazare de son offre de fausse monnaie. C’est pourquoi la BRICS Development Bank a été créée – pour remplacer le Petro Dollar américain en tant que monnaie de réserve mondiale. Contrairement au Petro Dollar américain, il est soutenu par de l’or, de l’argent et des matières premières réelles, sans aucune contrefaçon autorisée.

Le CMMM échoue et la plupart des Américains ne croient plus à aucune de leurs histoires abracadabresques diffusées aux heures de grande écoute, en particulier auprès des  moins de trente ans, qui sélectionnent des faits sur Internet et construisent leurs propres croyances.

Tant d’internautes rejettent désormais la CMMM que la vérité sur les attaques israéliennes contre l’Amérique le 11 septembre 2001 devient chaque jour plus facile à croire. Bientôt, toute l’Amérique traditionnelle saura que Bibi Netanyahu et son Mossad et ses citoyens janusiens ont commis l’attaque du 11 septembre 2001 contre l’Amérique.

Le haut commandement militaire américain sait que Bibi Netanyahu a ordonné à son Mossad et à ses citoyens israélo-américains d’attaquer l’Amérique à l’aide d’armes nucléaires le 9-11-01 au nom de la MK 

Diverses opérations secrètes profondes sont actuellement déployées dans le monde entier pour exposer et décapiter la MK ainsi que leur masse monétaire élastique sans limite.

Leurs jours de pouvoir anti-humain sont désormais comptés. L’équipe américaine secrète et incroyablement bien entraînée appelée “Nuclear Snake-Eaters” (les « Mangeurs de serpents nucléaires ») est maintenant à pied d’œuvre pour rechercher toutes les valises diplomatiques et les envois israéliens entrants ; conduire et survoler les synagogues et les ambassades israéliennes et les refuges du Mossad avec des détecteurs de rayons gamma et d’hélium-3 de haute technologie, et utiliser des satellites ultra-haute technologie réglés et focalisés pour rechercher toutes les têtes nucléaires stockées, et pour récupérer toutes les têtes nucléaires volées par les Israéliens partout dans le monde en dehors d’Israël.

Cette équipe de super-élite a été alertée par l’appel téléphonique de Michael Shrimpton au MI-6 les informant qu’un « City Buster » israélien avait été planté près du stade olympique. Cet appel l’a fait atterrir en prison à tort. Le City Buster (explosif super puissant) a été récupéré par les « Nuclear Snake-eaters », qui sont entrés en Angleterre et ont récupéré et désarmé un gros city buster. Malheureusement, le MI-6 voulait que cette arme nucléaire explose afin de gagner plus de puissance pour la mafia khazare en Angleterre – leur base dans le quartier financier de la City de Londres – car elle perdait rapidement de la puissance.

Un nom secret pour ces chefs MK qui dirigent une grande partie du monde hors de la ville de Londres est Gog et Magog, malgré ce que tant d’historiens croient être le nom secret de la Russie, ce qu’il n’est pas. C’est le nom secret des capi de la MK et représente apparemment d’où ils viennent à l’origine.

L’équipe secrète des « mangeurs de serpents nucléaires » de super élite est prête à être déployée en Israël à tout moment, si la nation s’effondre après que la plupart des sociétés européennes se désinvestissent d’Israël et que les États-Unis coupent toute aide, afin de se conformer à la loi américaine, qui stipule qu’il est illégal d’aider un pays qui possède des armes nucléaires et qui n’a pas signé l’accord de non-prolifération nucléaire. Israël a des armes nucléaires détectables à partir de capteurs d’hélium-3 basés sur des satellites et ne l’a jamais admis, pas plus qu’il n’a signé l’accord de non-prolifération nucléaire. Nous devons tous exiger que notre Congrès et notre administration obéissent à la loi et coupent immédiatement toute aide monétaire et militaire à Israël, et arrête tous les directeurs du front d’espionnage israélien de l’AIPAC, du JINSA, du Conseil de la politique de défense, du « Joint » à New York, et l’ADL, etc…

On ne sait pas, mais on soupçonne qu’un nombre important de ces armes nucléaires volées ont déjà été récupérées. Il a été rapporté par des initiés qu’un message très solennel a été communiqué à Bibi Netanyahu et à ses Likudistes, ainsi qu’à tous les principaux membres des fronts d’espionnage israéliens en Amérique, comme l’AIPAC, le JINSA, le Conseil de la politique de défense, l’ADL et consorts.

Quel était ce sérieux avertissement ? Si les rapports d’initiés sont exacts, ces gens ont été informés que s’il y avait une autre attaque sous fausse bannière basée en Israël, ceux qui l’ont ordonnée ou qui ont été impliqués seront pourchassés par la sécurité nationale américaine et éliminés, et les structures de défense israéliennes associées à une telle sera réduit en poussière.

Le reste de l’histoire de MK sera probablement déterminé par VOUS 

L’avenir de la MK sera probablement déterminé par les lecteurs de Veterans Today et par ceux de We The People qui apprendront l’histoire secrète et interdite de la mafia khazarequi a été retirée des livres d’histoire et des bibliothèques par la MK pour protéger leur histoire perverse.

Alors partagez cette histoire avec votre famille, vos amis et vos associés et rendez-la virale. Soyez clair à ce sujet – à moins que la MK ne soit capable d’opérer dans un secret abject, elle sera attaquée de tous côtés et détruite à jamais. Alors détruisez leur secret en exposant leur histoire cachée pour que tous les Américains (et le autres) la connaissent et la comprennent.

C’est pourquoi ils ont travaillé si dur pour acheter et contrôler la CMMM et l’éducation publique de masse, y compris les collèges et les universités [7], pour s’assurer que les peuples du monde ne découvriraient jamais leur mal secret, qui est si inhumain, si meurtrier que le le monde entier se liguerait contre eux et les attaquerait de tous côtés à tous les niveaux où ils existent.

La grande question demeure   la véritable cause de l’incroyable méchanceté et de la sauvagerie des dirigeants de la mafia khazare envers la race humaine était-elle un sous-produit de la nature ou de l’éducation ? Certains pensent que ce parasitisme grossier et cette tendance au meurtre de masse, à l’engagement dans la pédophilie et à l’effusion de sang d’enfants et au sacrifice d’enfants sont dus à une culture toxique, mieux décrite comme un tribalisme malin, caractérisé par une illusion de supériorité raciale de groupe paranoïaque.

D’autres pensent que les dirigeants de la MK sont la lignée de Caïn, c’est-à-dire des « enfants de Caïn », qui appartiennent au diable et n’ont absolument aucune âme ou conscience humaine, mais sont de purs prédateurs comme des bêtes sauvages – tout en étant en même temps incroyablement à deux visages, qui sont capables de cacher le pire escroc sous un joli visage à l’extérieur. En tout cas, il est temps d’exposer ce mal, le plus grand mal que le monde ait jamais connu. Il est temps que le monde travaille ensemble pour éradiquer ce problème maintenant et pour toujours, par tous les moyens nécessaires.

Par  Preston James  et Mike Harris

Source : Veterans Today


NOTES

[1] Le culte de Baal


Baal  signifie « supérieur, suprême, maître » dans les langues sémitiques. Ce culte traversera les différentes époques et groupes et notamment les Cananéens les Phéniciens et les égyptiens entre autres. Ce nom sera attaché à plusieurs déités et semble changer de nom, tout en gardant les mêmes attributs au fil du temps.

La philosophie de ce culte :  Différents archétypesLes sacrifices de sang Satanisme Magie noire et lucifériens L’occulte et l’ésotérique DominationHiérarchieDéceptionSymbolisme. Banque : Ce culte, contrôle le système bancaire via des pratiques aussi occultes que la magie babylonienne de l’argent

[2] Les origines khazares des juifs ashkénazes

Source : https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fgene.2017.00087/full

La signification du terme « Ashkénaze » et les origines géographiques des JA et du yiddish sont quelques-unes des questions les plus anciennes de l’histoire, de la génétique et de la linguistique. Dans nos travaux précédents, nous avons identifié « l’ancien Ashkénaze », une région du nord-est de la Turquie qui abrite quatre villages primitifs dont les noms ressemblent à Ashkénaze. Ici, nous développons le sens de ce terme et soutenons qu’il n’a acquis son sens moderne qu’après l’arrivée d’une masse critique de Juifs ashkénazes en Allemagne. Nous montrons que toutes les analyses de bio-localisation ont localisé les JA en Turquie et que les origines non levantines des JA sont étayées par des analyses du génome ancien, ce qui correspond au moment où les JA ont connu des changements géographiques majeurs à mesure que le royaume judaïsé Khazar diminuait et que leurs réseaux commerciaux s’effondraient, les forçant à déménager en Europe.. Dans l’ensemble, ces résultats sont compatibles avec l’hypothèse d’une origine irano-turco-slave pour les JA et d’une origine slave pour le yiddish et contredisent les prédictions de l’hypothèse rhénane qui manque de support historique, génétique et linguistique .

3-Voir notre article :Nouvel Ordre Mondial Satanique:Les 17 et 18 juillet 1918 apporte le « meurtre rituel juif » de la famille impériale russe

4-le Précurseur du Syndicat mondial du crime, milliardaire grâce au commerce de l’opium au XIXe siècle

Lors de la guerre de l’opium (1839-1842), le Royaume-Uni organisa la culture du pavot en Inde et imposa sa consommation en Chine. Cultivé en Inde, acheminé en Chine, l’opium permit de rééquilibrer la balance commerciale britannique, et de miner la société chinoise. Les fumeries apparurent en nombre, comme dans Le Lotus Bleu, et l’opium était devenu une arme.

 

La France, les États-Unis et la Russie s’associèrent à cette politique pour leur propre expansion coloniale. Ce modèle de domination économique est reproduit aujourd’hui à plus grande échelle par les Anglo-saxons qui exploitent le pavot en Asie centrale et la coca dans les Andes par l’intermédiaire de gouvernements fantoches. Ils utilisent le Pacte de Vienne pour justifier la répression des producteurs concurrents et des insurrections rurales.
Commerce de l’opium chinois

 

«Le commerce de l’opium chinois au XIXe siècle a joué un rôle déterminant dans l’incarnation précoce du Syndicat mondial du crime et l’a mis à la vitesse supérieure. C’était juste le bon degré de criminalité d’exploitation, de renseignements d’état profond et d’énormes pillages pour lancer, enrichir et relier les ancêtres du système actuel.

Pour rappel, au cours du premier quart du 19e siècle, les Britanniques étaient dans une situation désespérée pour se procurer des biens échangeables avec les Chinois. La Chine ne s’intéressait qu’à l’or et à l’argent.

Entre dans le jeu le sans scrupules David Sassoon (1792-1864), juif né en Irak puis installé à Bombay, qui a développé le trafic de l’opium. Cette culture commerciale était parfaite pour les conditions indiennes au Bengale et à Madras. Sassoon a envoyé ses agents, tous  juifs, en Chine et finalement ses six fils, qui se sont avérés être des agents criminels impitoyables, capables de commettre les pires atrocités nécessaires pour imposer leurs dictats. Ils ont créé ce qu’on a appelé   les «Rothschild d’Orient».

Sassoon et fils

Soit dit en passant, il est tout à fait évident que Wikipédia a été complètement nettoyé sa biographie, car le rôle de Sassoon dans la création du Bund (échange) d’opium de Shanghai n’est que brièvement mentionné. La quasi-totalité du descriptif est consacrée à l’entreprise indienne de mouture du coton de Sassoon. Une version plus précise est disponible sur Wikispooks.

En réalité, Sassoon et ses agents juifs ont lancé le marché chinois de l’opium en Chine en l’inondant d’opium qu’ils expédiaient d’Inde. Comme l’Encyclopédie juive l’admet volontiers, ils avaient le monopole du commerce de l’opium en Chine et au Japon. Elle déclare en outre que Sassoon a attribué son grand succès au fait qu’il employait uniquement ses fils comme agents.

Bien sûr, les Britanniques ont été d’accord car ils étaient tout aussi  corrompus. Le transbordement en Chine était assuré au début par des entreprises britanniques, telles que Jardine Matheson & Co.

La Première Guerre de l’Opium a défini   la prolifération et l’exploitation des drogues destructrices de l’esprit comme la pierre angulaire de la politique impériale britannique. Celui qui en doute  n’a qu’à considérer cet énoncé de politique publié par Lord Palmerston dans un communiqué de janvier 1841 adressé à Lord Auckland, alors gouverneur général de l’Inde:

ʺ La concurrence des produits manufacturés européens exclut rapidement nos productions des marchés européens, et nous devons sans relâche nous efforcer de trouver dans d’autres parties du monde de nouvelles ouvertures pour notre industrie (c’est-à-dire l’opium – ndlr). . . Si nous réussissons nos expéditions en Chine, en Abyssine, en Arabie [1], les pays de l’Indus et les nouveaux marchés de la Chine nous donneront en peu de temps une extension des plus importantes à la portée de notre commerce extérieur.ʺ

En 1839, cette opération criminelle dans le domaine de la drogue avait rendu dépendants et zombifiés environ cinq à 10 millions de Chinois et avait fait reculer les conditions sociales et économiques dans ce pays de plusieurs siècles. C’était l’une des meilleures stratégies de division jamais conçues par le Syndicat mondial du crime pour s’imposer sur la scène internationale.

Or, l’opium était interdit en Chine et l’empereur mandchou de Chine n’a pas accepté cette infestation d’opium. Il a donc réagi de manière agressive en déversant les stocks d’opium des trafiquants dans la baie de Canton et en détruisant les installations de production.

Sassoon et sa bande de juifs hauts placés ont alors réussi à faire pression pour une intervention militaire.

L’Angleterre a envoyé une force expéditionnaire d’Inde qui est intervenue et qui a ravagé le littoral chinois au cours d’une série de batailles. Finalement, les Britts ont imposé les termes d’un règlement.

Le traité de Nankin de 1842 ouvrit la voie à une nouvelle explosion du commerce de l’opium, qui dura jusqu’à ce que les communistes maoïstes l’éradiquent enfin un siècle plus tard. À un moment donné, on a estimé qu’au moins 30 millions de Chinois étaient dépendants de l’opium.

En outre, la Grande-Bretagne s’est emparée du territoire de Hong Kong, a fixé unilatéralement les tarifs douaniers chinois à un taux ridiculement bas (également appelé «libre-échange») et a fait en sorte que les «marchands» de Canton empochent 3 millions de dollars en compensation de la perte de leurs stocks de drogue.

L’entreprise de la famille Sassoon a déménagé à Hong Kong, où elle s’est développée dans la banque «marchande». Divers marchands d’opium ont formé la Hong Kong et la Shanghai Bank. Au fil du temps, la banque – aujourd’hui connue sous le nom de HSBC – étendra sa portée dans les domaines de la drogue du Moyen-Orient et de la péninsule latino-américaine.

Tout au long du XIXe siècle, les familles britanniques Matheson, Keswick, Swire, Dent, Inchcape et Baring, et les familles juives des Sassoon et des Rothschild contrôlaient le trafic de drogue en Chine.

Environ 10 millions de chinois ont été zombifiés par la consommation de l’opium vendu par la mafia juive des Rotschild et des Sassoon

En 1887, les grands clans Sassoon et Rothschild fusionnent par mariage. À ce moment-là, ils opéraient à partir de Londres, où ils se sont mariés avec l’aristocratie britannique (City of London), ont été faits chevaliers et ont continué à financer et à promouvoir les mouvements bolchevik et sioniste et Dieu sait quoi d’autre.

Aux vainqueurs vont le butin et, au fil du temps, la véritable histoire du commerce de l’opium a été blanchie à la chaux et obscurcie par ces puissants intérêts. Ils ont bifurqué vers le contrôle des médias, ce qui explique aujourd’hui la nature criminelle de ne pas faire confiance de cette influence médiatique, d’origine mafieuse comme on l’a vu, que je documente constamment par ailleurs.

Il n’y a aucun moyen que je puisse rendre justice sur ce sujet dans cet article d’introduction, mais je crois qu’au moins une certaine conscience doit être appliquée à notre intuition fondamentale sur le fonctionnement du monde. 

À maintes reprises, vous verrez ces scions du Crime Syndicate (Syndicat du Crime) décrocher des postes de premier plan dans le renseignement et la finance, et même à la Maison Blance. Depuis l’établissement de l’Israël sioniste, la Syndicat du Crime s’est transformé par de nouvelles manifestations.

Faisant face à un retour de flammes  continuel, les Britanniques ont mené une deuxième guerre de l’opium en Chine de 1856 à 1860. Puis vint le temps où l’opium a été cultivé en Chine même, en particulier dans la province du Sichuan, permettant à une nouvelle génération d’entreprises criminelles de se développer. Cette seconde guerre a ouvert le marché à des acteurs supplémentaires.

Dans un style moderne typique, une «campagne de marketing» du Syndicat du Crime a vu le jour, faisant la promotion de la consommation de l’opium comme un passe-temps à la mode, voire raffiné. Les opiacés ont joué un rôle déterminant dans le lancement d’un certain nombre de sociétés pharmaceutiques internationales.

Les Américains entrent dans la sinistre danse

la déstabilisation de la Chine et la construction des chemins de fer de l’ouest des États-Unis ont ouvert les vannes au trafic d’êtres humains (Shanghai’ing, comme ils l’appelaient) et à l’expansion du commerce de l’opium chinois par les Américains. Les familles américaines de Perkins, Astor et Forbes ont tiré des dizaines de millions de dollars du commerce de l’opium. Les Perkins ont fondé la Bank of Boston, aujourd’hui connue sous le nom de Credit Suisse.

William Hathaway Forbes était directeur de la Hong Kong Shanghai Bank peu de temps après sa création en 1866. John Murray Forbes était l’agent américain de la famille bancaire Barings, qui finançait la plupart des premiers trafics de drogue. Les héritiers de la famille Forbes ont ensuite lancé le magazine Forbes. Et j’ai couvert la lignée de la famille du secrétaire d’État John Forbes Kerry.

Le grand-père du président américain Franklin Delano Roosevelt, Warren Delano, a créé sa richesse à partir du racket du crime de l’opium en Chine. Comme le secrétaire d’État américain John Forbes Kerry, FDR a affirmé ne rien savoir à ce sujet.

Notez qu’en règle générale, lorsque les mots «Boston Brahmin» et «marchand» apparaissent dans des contextes historiques, il s’agit d’un code de blanchiment pour les drogues ou toute autre activité criminelle.

Le cloaque des «personnes connectées» issu de ce cartel de l’opium de l’élite britannique, des brahmanes américains et des juifs Sassoon-Rothschild est très profond jusqu’à aujourd’hui. J’ai à peine effleuré la surface ici et je peux maintenant voir que je n’ai pas pleinement apprécié l’influence de l’opium et des liens entre les lignées.

J’avais l’habitude de rejeter les fautes sur les sociétés secrètes, comme Skull & Bones, mais pas plus. Incidemment, la principale entreprise du commerce de l’opium était Russell & Company, le fiduciaire de Skull & Bones.

Est-ce simplement une coïncidence si tant de personnes influentes du monde entier cachent aujourd’hui cette ancienne ligne d’activité criminelle? Circulez, il n’y a rien à voir.

5-Les Juifs et la traite des Noirs

Dov Lior, grand rabbin populaire en Israël, avait qualifié Obama de «Kushi», l’équivalent israélien de négro. La plupart des Américains ignorent complètement le mépris général que beaucoup de Juifs ont à l’égard des Noirs, comme Max Blumenthal l’a découvert en interviewant des dizaines de jeunes Israéliens qui ont réitéré les sentiments du rabbin à propos d’Obama. La vidéo de Blumenthal intitulée Feeling the Hate in Israel a été retirée de YouTube, de Vimeo et du Huffington Post peu de temps après être devenue virale, censure juive oblige.

Pour comprendre la nature de cette haine, nous devons comprendre le contexte historique, qui remonte à des centaines d’années. Bien que les Juifs ne représentent qu’un faible pourcentage de la population européenne, ils ont dominé le commerce des esclaves africains.

Les historiens juifs étaient si fiers de cet exploit qu’ils se vantaient sans cesse de leur implication et de leur domination de l’industrie de la traite des Noirs dans leurs textes historiques. Dans l’histoire du judaïsme et des juifs aux États-Unis: un documentaire historique, l’éminent historien juif Marc Raphael a écrit: «Les marchands juifs ont joué un rôle majeur dans le commerce des esclaves. En fait, dans toutes les colonies américaines, qu’elles soient françaises, britanniques ou néerlandaises, les marchands juifs étaient souvent dominants. Cela n’a pas été moins vrai sur le continent nord-américain, où, au XVIIIe siècle, des Juifs ont participé au commerce triangulaire des esclaves qui a amené des esclaves d’Afrique aux Antilles et les a échangés contre de la mélasse… ».

Les archives historiques juives montrent que l’implication des Juifs dans la traite négrière en Amérique du Nord était si dominante que les postes d’entreé et de commerce d’esclaves étaient fréquemment fermés les jours fériés juifs. Arnold Wiznitzer, un historien juif, a écrit: «Les acheteurs qui se présentaient aux enchères étaient presque toujours des Juifs et, faute de concurrents, ils pouvaient acheter des esclaves à bas prix. S’il arrivait que la date d’une telle vente aux enchères tombe sur une fête juive, elle devait être reportée »

Dans The United States Jewry 1776-1985, Jacob Marcus a écrit:« Tout au long du XVIIIe siècle, jusqu’au début du XIXe siècle, les juifs dans le Nord américain devaient posséder des serviteurs noirs. En 1820, plus de 75% des familles juives de Charleston, Richmond et Savannah possédaient des esclaves. Près de 40% de tous les propriétaires juifs aux États-Unis possédaient un esclave ou plus. »

Dans le Sud, où le ratio de propriété d’esclaves est beaucoup plus élevé que dans le Nord, seulement 5% des Blancs non juifs possédaient un esclave noir.

Les Européens blancs auraient mis fin beaucoup plus tôt à la pratique moralement corrompue de l’esclavage en Amérique du Nord s’il n’y avait pas eu de puissants hommes d’affaires juifs faisant pression pour maintenir leur industrie rentable en vie. Selon le rabbin et historien Bertram Korn, «beaucoup de Juifs du Sud croyaient que l’esclavage était indispensable à leur bonheur et à leur sécurité. «La voie de la promotion et de l’acceptation sociales et économiques» (pour les Juifs) «a été facilitée par l’institution de l’esclavage».

L’honorable ministre Louis Farrakhan a découvert ces faits et publié le livre: La relation secrète entre les Noirs et les Juifs, qui cite des archives historiques juives telles que celles susmentionnées pour prouver l’affaire. La Ligue anti-diffamation (ADL), les médias traditionnels et de nombreuses autres organisations juives américaines ont diffamé Farrakhan pour avoir publié le livre, le qualifiant même d’antisémite pour avoir simplement rassemblé une collection de documents historiques juifs.

Ce racisme n’a malheureusement pas diminué ces derniers temps. Par exemple, lorsque les Juifs noirs africains sont rentrés en Israël en 1969 en vertu de la loi sur le droit de retour, le gouvernement a décidé qu’ils n’étaient pas de vrais juifs et qu’ils ne pouvaient donc prétendre à la citoyenneté ou à aucun statut juridique. Les Hébreux noirs se sont également vu refuser des avantages sociaux et des permis de travail. Ce n’est qu’en 2003 que les Hébreux noirs ont obtenu le statut de résident permanent, mais pas la citoyenneté automatique conférée à toutes les autres races qui reviennent exactement sur le même modèle. Si ce n’était pas un groupe d’Américains qui avait fait honte au gouvernement israélien de  refuser d’accorder un statut légal aux Juifs noirs d’Afrique, ils ne l’auraient probablement jamais reçu. A ce jour, les Juifs noirs ne sont toujours pas acceptés par la communauté juive en Israël. Les insultes raciales,   la discrimination dans la location de logements sont monnaie courante. Ce traitement a atteint un niveau insupportable de la part des juifs éthiopiens qui sont descendus dans la rue pour manifester. Sofa Landver, le ministre israélien de l’absorption d’immigrants, a répondu avec satisfaction qu’ils devraient être reconnaissants pour tout ce qu’Israël a fait pour eux. Cela rappelle la rhétorique de la suprématie blanche en Amérique, qui prétend que les Africains devraient être reconnaissants que leurs ancêtres aient été amenés en Amérique.

Le gouvernement israélien a même été pris en flagrant délit de tentative de stérilisation des Juifs d’Ethiopie en leur fournissant le contrôle des naissances controversé, le Depo-Provera, sans les avertir des éventuels effets secondaires. Les Juifs éthiopiens représentent moins de 1% de la population israélienne, mais représentent néanmoins 60% des femmes du Depo-Provera. Les effets secondaires sont assez graves, notamment des douleurs aux mains et au dos, des saignements abondants et, dans certains cas, une stérilisation permanente. Environ 10% des femmes prenant ce médicament développent des effets secondaires importants. En 2004, la FDA a mis en garde contre les dangers de ces médicaments. Malheureusement, beaucoup de Juifs éthiopiens craignent d’être déportés s’ils dénoncent ces types de violations des droits de l’homme.

Dans le but de «préserver le caractère juif du pays», Israël envisage également d’expulser les travailleurs immigrés et leurs enfants. même dans les cas où les enfants sont nés en Israël, parlent l’hébreu et ont passé toute leur vie en tant que résidents israéliens.

Le racisme israélien est si important que l’association ACRI (Association pour les droits civils en Israël) a découvert en 2007 que 66% des adolescents israéliens pensaient que les Arabes étaient moins intelligents, incultes et violents. 50% des Israéliens participant au sondage ont déclaré qu’ils ne partageraient pas l’appartement avec un arabe, ne se lieraient pas avec un arabe, ne permettraient pas à leurs enfants de se lier d’amitié avec des arabes, ni même de laisser les arabes chez eux. Un sondage réalisé par l’ACRI en 2008 a révélé que ces tendances étaient en augmentation. Un autre sondage réalisé en 2007 par le Centre contre le racisme a révélé que 75% des Juifs israéliens n’approuvaient pas que des Juifs vivent dans les mêmes immeubles d’habitation que les Arabes, et que plus de 50% des Juifs n’auraient pas de chef arabe et pensaient que se marier un arabe équivalait à une trahison nationale. 50% des Israéliens pensaient également que les Arabes ne devraient pas être autorisés dans les mêmes lieux de divertissement et 40% souhaitaient que le droit de vote des Arabes soit annulé.

Maintenant, imaginez à quel point ces pourcentages auraient été plus élevés s’ils avaient été interrogés sur les Noirs. En Israël, il est illégal pour un non juif d’épouser un Juif, ce qui vise vraisemblablement à empêcher les immigrants noirs et les Arabes d’épouser des Juifs blancs. Amnesty International a condamné leur politique en matière de mariage comme étant discriminatoire.

Le journal de Sheldon Adelson, Israel Hayom, a récemment publié un article dans lequel il était écrit: «Il n’est pas rare de voir des filles de 13 ou 14 ans fréquenter des membres de minorités ethniques…. Vous les voyez assis ensemble sur des bancs de rue et en ville. Rencontrer un membre d’une minorité ethnique ne porte plus la stigmatisation. Ils viennent avec de l’argent, une voiture, lui achètent des choses que ses parents ne peuvent pas lui donner, la gâter. Il y a un million d’histoires comme celle-ci ici. « Il existe suffisamment de statistiques sur l’exploitation, la séduction et la contrainte exercées sur les jeunes filles, mais en ce qui concerne les » membres de minorités ethniques « – chut! Ne réveillez pas la bête, sinon vous pourriez être considéré comme un raciste. Les mots «danger d’assimilation» sont également exclus de notre lexique propre et éclairé ».

En 2010, le leader de la communauté séfarade et fondateur du parti Shas, le rabbin Ovadia Yosef, a déclaré que les non-juifs avaient pour seule raison d’être de servir les juifs. Dans une interview télévisée, il a également déclaré que « les gentils doivent mourir … les goyim n’ont pas leur place dans ce monde ». Un grand nombre de grands rabbins israéliens ont publié un édit religieux: « Mille vies non juives ne valent pas l’ongle de la main d’un juif ».

Même si Israël reçoit beaucoup d’argent des États-Unis en termes d’aide étrangère directe, des milliards de matériel militaire, des contrats unilatéraux et même des dons de bienfaisance de Juifs et de Chrétiens sionistes, selon l’Assistance directe (ODA) ,) Israël est l’un des pays développés les plus avares au monde. Israël est l’un des pays les plus riches de la planète avec plus de 10.000 millionnaires, mais donne près de 10 fois moins que la moyenne mondiale se classant à peine devant les pays beaucoup plus pauvres comme la Pologne, la Hongrie, et la Turquie. Ainsi, alors qu’Israël a reçu 3 milliards de dollars d’aide directe américaine et des dizaines de milliards d’autres mesures d’aide susmentionnées, ils n’ont accordé que 141 millions de dollars d’aide étrangère aux pays ayant besoin d’assistance en 2010. Bill Gates et Warren Buffet ont promis des milliards de dollars pour l’Afrique, tandis que 40% des milliardaires américains qui sont juifs ont concentré leurs contributions caritatives sur des causes juives, qui ont sans doute le moins besoin de l’argent.

Les médias contrôlés par les Juifs consacrent une quantité ridicule de temps d’antenne à se concentrer sur les conflits raciaux en Amérique afin de créer une division entre les Noirs et les Blancs. La vérité, c’est qu’il y a très peu d’inégalités entre les Blancs non juifs. Les Juifs ne représentent que 2% de la population, mais représentent 33% de la Cour suprême, 12 à 35% de la population étudiante de l’Ivy League et près de 80% des postes administratifs les plus élevés, 64% de la Réserve fédérale, y compris les deux premières places. 10% du Sénat et 6,5% de la Chambre des représentants. De plus, les Juifs contrôlent environ 90% des médias américains et constituent 33% des millionnaires américains, 40% des milliardaires américains et 45% des 40 Américains les plus riches de Forbes. Compte tenu de ces chiffres, il est statistiquement impossible que les non-juifs blancs soient surreprésentés dans nombre de ces postes. Ce qui se passe réellement, c’est que le tribalisme et le népotisme juifs gardent les Noirs des positions de pouvoir et d’influence, mais utilisent leurs médias pour imputer l’inégalité au racisme blanc.

Les médias américains appartenant à des Juifs (voir http://thebilzerianreport.com/?p=114 pour les noms, images et titres, afin de prouver ce fait) consacrent une quantité incroyable de temps d’antenne à Israël et au Moyen-Orient, mais très peu de temps d’antenne à l’Afrique , même si l’Amérique a autant d’intérêt stratégique et humanitaire sur ce continent. L’Amérique reçoit plus de pétrole du Nigéria qu’Israël, le Liban, la Syrie, la Libye et l’Iran réunis. Les médias ont dupé le peuple américain en lui faisant croire qu’il obtenait son pétrole du Moyen-Orient et qu’il intercédait donc continuellement pour le compte d’Israël. En réalité, les États-Unis produisent la moitié de leur propre pétrole et la grande majorité du reste provient du Canada, du Mexique, du Venezuela et du Nigéria. Et compte tenu de l’histoire, les Américains doivent certainement beaucoup plus à l’Afrique qu’à Israël et au Grand Moyen-Orient. Miraculeusement, les médias contrôlés par les Juifs ont ignoré le génocide rwandais, qui a tué près d’un million d’Africains. probablement parce qu’ils ne se souciaient pas des Noirs qu’ils avaient jadis réduits en esclavage et qu’ils ne voulaient pas s’éloigner de la sympathie de l’holocauste juif. Il existe des dizaines de lobbies juifs en Amérique qui ont obtenu une aide considérable au Moyen-Orient, mais il n’y a pas de lobbies juifs pour les pays d’Afrique noire.

Même à ce jour, la communauté juive n’a pas encore présenté ses excuses ni reconnu son rôle dans la traite négrière africaine. En fait, ils le nient et crucifient tous ceux qui en discutent, ce qui est semblable à la négation de l’holocauste.

Source : Why Do So Many « Jews » Hate « Blacks »?

[6] La période de l’an 1000 voit la géopolitique occidentale et orientale en mouvement à la suite des guerres et des invasions. Ces dernières favorisent, à cette époque, les échanges de savoir et font évoluer les niveaux techniques et culturels. Dans le domaine de l’art, les prémices de l’art roman arrivent dans les édifices religieux. Les premiers monastères clunisiens apparaissent ; ils étendront leur influence importante sur les terres chrétiennes.

L’an mille correspond à la renaissance ottonienne en Occident, à l’apogée de l’âge d’or de la culture arabo-musulmane qui s’étend sur trois continents, et qui se transmettra plus tard à l’Occident à travers notamment les traductions latines du XIIe siècle.

En Chine, c’est le début de la dynastie Song qui ouvre une période de prospérité.

7-Pédophilie « snuff porno »: Ils tuent des enfants pour leur plaisir sexuel

Avant de fournir les détails horribles des cruautés sadiques infligées aux enfants exploités sexuellement, dont beaucoup sont des bambins enlevés dans des orphelinats en Russie et torturés à mort, il est nécessaire de présenter les statistiques de base: les principaux faits et chiffres de l’industrie mondiale du porno (chiffres datant de Mai 2017).

 

MÊME LES BORNES SONT DÉPASSÉES

«C’est un monde malade dans lequel nous vivons.» – Dr William Pierce  

Ces notes proviennent d’un de mes articles non publiés écrit il y a quelques années que je viens de trouver parmi mes papiers après les avoir égarés. J’ai mis à jour les chiffres dans la mesure du possible, mais je ne serais pas surpris d’apprendre qu’ils sont dans certains cas sous-estimés. C’est parce que la dépendance au porno aspire des millions de nouvelles victimes dans son filet chaque année. Il n’y avait que 670 millions d’internautes dans le monde en 2002, mais en 2013, ce chiffre était passé à 2,7 milliards et à 4,54 milliards en 2020. (Voir ici). En d’autres termes, le bassin de victimes potentielles de la dépendance au porno s’est considérablement élargi d’année en année.

La plupart des chiffres cités ci-dessous, à l’exception de ceux avec des références numérotées séparément dans le texte, proviennent des statistiques de pornographie de Pornography Statistics de Family Safe Media .

Les revenus mondiaux annuels totaux de la pornographie s’élèvent à 100 milliards de dollars, dont 3100 dollars dépensés en pornographie à l’échelle internationale chaque seconde. Ces revenus sont supérieurs aux revenus des principales sociétés technologiques réunies: Microsoft, Google, Amazon, eBay, Yahoo, Apple, Netflix et EarthLink.

Il y a 7 milliards de personnes dans le monde, réparties dans 200 pays. Il serait intéressant de savoir quels pays sont les plus enclins à la consommation de pornographie par habitant. Étant donné le lien indissociable entre la pornographie et la masturbation, les citoyens de ces pays pourraient alors être considérés à juste titre comme «les plus lubriques du monde» – ou, en tout cas, comme les masturbateurs les plus prolifiques du monde.

Voici les 10 pays les plus enclins à la luxure masturbatoire, sur la base des dépenses par habitant consacrées à la pornographie: (1) Corée du Sud (527 dollars par habitant). (2) Japon (157 $ pc). (3) Finlande (115 $ pc). (4) Australie (99 $ pc). (5) Brésil (53 $ pc), (6) République tchèque (44,9 $). (7) États-Unis (44,6 $ pc), (8) Taïwan (43,4 $ pc), (9), Royaume-Uni (32 $ pc). (10) Canada (30 $ pièce).

La raison pour laquelle les Sud-Coréens et les Japonais dépensent d’énormes sommes d’argent dans la pornographie, par rapport à d’autres pays, ferait l’objet d’une thèse de doctorat sensationnelle que j’espère qu’un doctorant passionné rédigera un jour. Pendant 11 années consécutives, la Corée du Sud s’est classée au premier rang du taux de suicide parmi les pays de l’OCDE. La question de savoir s’il existe une corrélation entre une consommation élevée de pornographie et des taux de suicide élevés est une énigme fascinante que les chercheurs universitaires pourraient souhaiter résoudre.

Bien que la Chine dépense plus en pornographie que tout autre pays du monde (28% des revenus totaux de la pornographie, contre 14% des États-Unis), n’est dû qu’à l’énorme population chinoise de 1,3 milliard de personnes. Bien que la pornographie soit officiellement «illégale» en Chine, un pays parfois décrit comme «un pays où la pornographie n’existe pas», les Chinois semblent avoir facilement accès à la pornographie importée du Japon.

Les dépenses annuelles consacrées à la pornographie dans deux pays seulement, la Chine et le Japon, suffiraient à nourrir les affamés du monde pendant une année entière.

Il existe (en 2017) plus de 4 millions de sites Web pornographiques dans le monde, qui augmentent de plusieurs milliers chaque jour. Il y a 68 millions de demandes de moteurs de recherche pornographiques par jour, soit 25% du total. Quatre internautes sur 10 consultent régulièrement des sites pornographiques. Il existe 100.000 sites Web proposant de la pornographie enfantine illégale. Les plus grands consommateurs de pornographie sur Internet, étonnamment, sont les enfants âgés de 11 à 17 ans. Il y a 40 millions d’utilisateurs réguliers de pornographie aux États-Unis, et 20% d’entre eux ont l’habitude de jeter un coup d’œil sur les sites pornographiques au travail lorsqu’ils pensent que personne ne les regarde.

Un nouveau site porno est créé aux États-Unis toutes les 40 minutes. Le nom de domaine le plus cher jamais acheté (lien de site supprimé) a coûté 14 millions de dollars: une indication des énormes bénéfices générés par le porno.

Environ un visiteur sur trois de sites pornographiques est une femme, et près d’une femme sur six (17%) admet une grave dépendance au porno. À l’ère pré-Internet, les femmes étaient relativement à l’abri des effets dévastateurs de la pornographie. Plus maintenant. Au cours des trois dernières années seulement, le visionnage de la pornographie en ligne pour les femmes a quadruplé. C’est un mythe que les femmes ont des préférences différentes des hommes et montrent moins d’appétit pour la pornographie hard.

Une étude de 2008 a révélé que les femmes montraient des signes d’excitation en regardant à peu près tout: masturbation, sexe hétéro, fille contre fille, gars contre gars, chimpanzés bonobos, tout – tout sauf des photos d’hommes nus, qui ne sont pas leur truc.

L’âge moyen de la première exposition à la pornographie sur Internet est de 11 ans. 90% des 8-16 ans ont regardé du porno en ligne, principalement en faisant leurs devoirs à la maison.

Plus de la moitié de la pornographie juvénile mondiale (55%) est produite aux États-Unis, principalement dans la région de Los Angeles. Il existe 100.000 sites Web proposant de la pornographie juvénile illégale. Les revenus annuels de la pornographie juvénile vont d’un minimum de 3 milliards de dollars à 20 milliards de dollars ce qui paraît inimaginable. Les demandes quotidiennes de «pornographie enfantine» de Gnutella sont de 116.000 et continuent d’augmenter. Plus inquiétant encore, il existe des preuves solides qu’une dépendance à la pornographie adulte «normale» peut conduire à terme à un appétit pour la pornographie juvénile.

Entre 2005 et 2009, il y a eu une augmentation énorme et inexpliquée de 432% de l’utilisation de la pornographie juvénile, portant ce nouveau fléau sexuel à des niveaux de pandémies. [Lien perdu]

Les principaux producteurs de vidéos pornographiques se trouvent aux États-Unis, le Brésil et les Pays-Bas se classant deuxième et troisième place. Les six principales villes « érotiques » américaines sont Los Angeles, Las Vegas, New York, Chicago, San Francisco et Miami.

La star du porno féminine à temps plein peut gagner 100.000 à 300.000 dollars par an, trois fois plus que la star du porno masculine. Plus le sexe est artificiel, plus les taux sont élevés. Une actrice qui reçoit 500 $ pour une séance de sexe vaginal hétéro peut exiger 1000 $ pour une séance de sexe anal et 2000 $ pour un «double sexe anal». Les stars du porno célèbres sont naturellement payées bien plus. (Lien perdu). Un pédophile criminel prêt à agresser un enfant devant une webcam en direct peut gagner 1000 $ par nuit.

Les dix pays les plus opposés à la pornographie sont les pays islamiques, à savoir l’Arabie saoudite, l’Iran, la Syrie, Bahreïn, l’Égypte, les Émirats arabes unis, le Koweït, la Malaisie, l’Indonésie et Singapour.

Près de 90% des pages pornographiques sur Internet dans le monde sont produites aux États-Unis pour être distribuées dans d’autres pays, de sorte que les États-Unis peuvent être considérés comme le premier empire mondial du sexe commercial.

Les grands acteurs du marché de la distribution de porno sont désormais les grandes entreprises et, en fin de compte, les cadres fabuleusement riches et sans visage qui les contrôlent. Il s’agit de sociétés listées dans Fortune 500 telles que AOL Time-Warner, AT&T et General Motors. Par le biais de leurs filiales de câble et de satellite, ils ont distribué et continuent de distribuer de grandes quantités de matériel pornographique dans le monde entier.

Le nombre de sites Web pornographiques appartenant à des Juifs américains est bien sûr un secret bien gardé – c’est une statistique politiquement incorrecte que Wikipédia est peu susceptible de fournir – mais il est de notoriété publique que les Juifs dominent l’industrie du porno (voir aussi ici et ici) . En effet, il est de notoriété publique que six entreprises appartenant à des Juifs détiennent 96% des médias mondiaux et que les Big Média et les Big Porno sont des préoccupations imbriquées et se chevauchent.

Le rôle des juifs dans le meurtre d’enfants et la pornographie infantile

Si 55% de la pornographie enfantine dans le monde est produite aux États-Unis – selon l’organisation caritative britannique National Children’s Homes – 23% de la pornographie enfantine dans le monde est produite en Russie. (Lien supprimé)

La question de savoir si la pornographie juvénile russe est dominée par les Juifs russes reste une question nébuleuse. Il y a une forte probabilité que ce soit le cas, étant donné qu’il existe des preuves substantielles de l’implication des Juifs russes dans le trafic sexuel, les enlèvements, la pédophilie et même le meurtre d’enfants dans la production de films « snuff porn ».

Permettez-moi maintenant de citer un article de presse publié pour la première fois en octobre 2000. Je vais intercaler des extraits de ce rapport – «LES GANGSTERS JUIFS VIOLENT, TUENT DES ENFANTS AUSSI JEUNES QUE DEUX ANS SUR FILM» – avec des commentaires sur le même cas par le Dr William Pierce que vous pouvez écouter dans la vidéo à la fin de cet article (vidéo disparue depuis belle lurette):

ROME, ITALIE – Les polices italienne et russe, travaillant ensemble, ont démantelé un réseau de gangsters juifs impliqués dans la fabrication de viols d’enfants et de snuff porno.

Trois juifs russes et huit juifs italiens ont été arrêtés après que la police eut découvert qu’ils avaient enlevé des enfants non juifs âgés de deux à cinq ans dans des orphelinats russes, violant les enfants, puis les assassinant tout en filmant.

La plupart des clients non juifs, dont 1700 dans tout le pays, 600 en Italie et un nombre inconnu aux États-Unis, ont payé jusqu’à 20.000 dollars par film pour regarder de petits enfants se faire violer et assassiner.

Voici ce que le Dr William Pierce dit:

«Je suggère que si vous demandez à votre chef de presse juif préféré pourquoi son rapport sur les descentes de police en Italie et l’arrestation des pédopornographes à Moscou n’a pas fait l’objet d’une plus grande couverture médiatique aux États-Unis, il vous dira que de telles nouvelles ne généreraient que de la haine contre les Juifs. Et vous savez, il aurait raison.

«À mon avis, ces personnes devraient SIMPLEMENT ÊTRE TUÉES SUR PLACE quand et où qu’elles se trouvent. Plus que cela, les personnes qui promeuvent et encouragent l’état d’esprit individualiste extrême par leur contrôle des médias DEVRAIENT ÊTRE EXTERMINÉES RACINE ET BRANCHE EN TANT QUE CLASSE. »

Le reportage conclut:

« Les responsables juifs d’une grande agence de presse italienne ont tenté de couvrir l’histoire, mais ont été contournés par des journalistes italiens, qui ont diffusé des scènes des films en direct aux heures de grande écoute à la télévision italienne à plus de 11 millions de téléspectateurs italiens. Les responsables juifs ont ensuite, évidemment, licencié les responsables, affirmant qu’ils répandaient une «diffamation sanguinaire».

Bien que les agences AP et Reuters aient toutes deux publié des articles sur l’épisode, les conglomérats de médias américains ont refusé de diffuser l’article aux journaux télévisés, affirmant que cela porterait préjudice des Gentils Américains contre les Juifs.

Le Dr Pierce est naturellement indigné par ces sales tours pour dissimuler au public le rôle important des juifs dans la pédophilie snuff porn: la torture systématique et le meurtre de petits enfants par des pornographes juifs afin de satisfaire les appétits des pervers sexuels en Occident:

«S’il y a un groupe de personnes sur cette planète qui a des raisons valables de haïr les Juifs, ce sont les Russes…. Les Juifs ont saigné la Russie à mort avec 70 ans de régime marxiste et ont assassiné des dizaines de millions de Russes – les meilleurs Russes – dans les camps de travaux forcés communistes ou dans les sous-sols du siège de la police secrète ou à côté des puits de tir dans les forêts de toute la Russie et Ukraine.

Ils ont forcé des milliers des plus jolies jeunes femmes russes à la prostitution et à l’esclavage après la chute du communisme; et maintenant ils kidnappent des enfants russes et les violent et les torturent sexuellement devant une caméra afin de faire de la pornographie juvénile pour les riches pervers de l’Ouest. »

Les Occidentaux sont-ils conscients du rôle juif dans la production de la pornographie juvénile la plus crasseuse que l’on puisse imaginer?

Avec la pleine connivence du gouvernement américain, les Juifs se livrent à ce commerce ignoble dans la vallée de San Fernando, en Californie, autrement connu sous le nom de «Porn Valley». (Voir ici). Saviez-vous que Los Angeles fait partie des trois zones les plus à forte intensité en Amérique pour la prostitution des enfants? Le public reste largement ignorant de ces faits, pour la simple raison que les médias, aux mains juives, les dissimulent.

La situation en Russie est encore pire, car la majorité des Russes ignorent totalement les crimes historiques commis contre eux par les juifs à l’époque communiste . Voici le commentaire incendiaire du Dr Pierce, et nous devons tenir compte de sa colère brûlante:

Les Juifs ont de la chance de contrôler encore la plupart des télévisions et des autres médias de masse en Russie – parce que si le peuple russe était pleinement conscient de ce que les Juifs lui ont et lui font encore, il se soulèvera et tuera tous les Juifs en Russie – chaque Juif – tous les Juifs! – et ils auront pleinement raison de le faire.

Quoi que vous fassiez, ne manquez pas cette vidéo électrisante avant qu’elle ne soit interdite. (vidéo supprimée)

Par Dr Lasha Darkmoon

Le Dr Lasha Darkmoon (né en 1978) est une ancienne universitaire anglo-américaine avec des diplômes supérieurs en littérature classique dont les articles et poèmes politiques ont été traduits en plusieurs langues. La plupart de ses essais politiques se trouvent sur The Occidental Observer et The TruthSeeker.

Source : Snuff Porn Pedophilia: Killing Children for Sexual Pleasure


UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

 

Nouvel Ordre Mondial Satanique:Joe Biden paye des putes pour son fils Hunter

Hunter Biden aurait dépensé plus de 30.000 dollars pour des prostituées d’Europe de l’Est, mais sa banque a bloqué les transferts vers des adresses russes.  Le fait que Joe Biden ait couvert son fils pendant des années signifie que le président n’est pas honnête avec le public en ce qui concerne son fils. Ou peut-être que Hunter a attrapé la « maladie de maman et moi [Joe Biden] » ? [1]

Les données trouvées sur l’ordinateur portable de Hunter Biden révèlent que le fils du président américain a dépensé plus de 30.000 dollars en « escort girls » d’une « agence de mannequins » ayant des bureaux à Kiev et à Moscou, a rapporté lundi le Washington Examiner.

Selon le rapport, Hunter Biden a accumulé sa facture à cinq chiffres entre novembre 2018 et mars 2019, entre les mandats de Joe Biden en tant que vice-président et président des États-Unis. Tout au long de cette période, Joe Biden a viré à son fils un total de 100.000 $ pour l’aider à payer ses factures, bien qu’il ne soit pas clair si  Crash-Test Joe savait à quoi son fils dépensait l’argent.

Des SMS sur le disque dur de l’ordinateur portable de Hunter ont montré des conversations avec « Eva », une employée d’une « agence de mannequins exclusive » nommée « UberGFE ». Lors d’un échange en février 2019, Hunter a déclaré à Eva qu’il avait eu des problèmes pour lui transférer de l’argent en raison de son utilisation d’une adresse e-mail russe .ru. Hunter a déclaré que cette adresse avait été « signalée louche » par sa banque et que son compte avait été gelé.

Avant l’échange avec Eva, Joe Biden a envoyé à Hunter 5.000 $ via CashApp, trois heures avant que Hunter ne se filme en train de se disputer avec une autre escorte girl  au sujet du paiement. Avec Hunter apparemment incapable de payer la charge de 9.500 $ pendant 16 heures en compagnie de la jeune fille, elle lui a envoyé un message à la recherche du solde restant pendant six semaines, jusqu’à l’échange avec « Eva », selon le rapport.

Entre novembre et mars, « Eva » aurait ordonné à Hunter d’effectuer des paiements sur des comptes utilisant 11 fois des adresses e-mail .ru. Pendant ce temps, Hunter a également recherché des « escortes russes  » sur son iPhone, selon l’article.

UberGFE exploite un site Web faisant la publicité de ses services aux États-Unis, à Londres, à Paris et à Dubaï. Selon le Washington Examiner, une ancienne version du site répertoriait des adresses à Moscou, Saint-Pétersbourg et Kiev. Le site aurait été créé par des développeurs à Kiev.

Au moment de ses ébats sexuels avec les prostituées, Hunter Biden siégeait au conseil d’administration de Burisma, une entreprise énergétique ukrainienne qui le payait jusqu’à 50.000 dollars par mois malgré son manque d’expérience dans l’industrie.

Selon des e-mails et des SMS obtenus à partir de son ordinateur portable, qu’il a laissés dans un atelier de réparation d’ordinateurs du Delaware à un moment donné avant octobre 2020, Hunter a facilité l’accès à son père avec des clients en Ukraine et en Chine.

Au cours de la vice-présidence de son père, Hunter a conclu des accords où la famille Biden était censée gagner des dizaines de millions de dollars « sur la base des seules présentations », et d’autres impliquant des pots-de-vin au « grand gars » – une référence apparente à Joe Biden.

Lorsque le contenu de l’ordinateur portable a été signalé pour la première fois par le New York Post quelques semaines avant l’élection présidentielle de 2020, la campagne Biden a initialement annulé les rapports dans le cadre d’une campagne de « désinformation », impliquant potentiellement la Russie. Cependant, l’authenticité de l’ordinateur a ensuite été vérifiée de manière indépendante, et le New York Times et le Washington Post  admettent maintenant que les e-mails du jeune Biden sont authentiques.

Hunter Biden n’a pas réfuté le contenu de l’histoire du Washington Examiner, envoyant plutôt un message au journal pour dire « qu’est-ce qui ne va pas chez vous? »

Source :  Russia Today

 

 


EN RAPPEL

On se rappellera de mes articles sur les rapports sexuels d’Hunter Biden avec de petites filles d’âge mineure!

Réseau Pédophile mondial de l’ékite:des photos de mineures à  caractères sexuels trouvées chez le fils de Biden

 

Réseau pédophile Mondial de l’Élite:l’Ukraine est une plaque tournante du traffic d’enfants

Notez qu’Hunter Biden est protégé par son pap,lui-même pédophile reconnu.

Hunter Biden a profité de ce réseau pédophile de l’élite.

 

 

 

 

 

 


NOTES

[1] JOE Biden a dit à son fils Hunter qu’il avait contracté sa dépendance à l’alcool et aux drogues comme une « maladie héritée de maman et moi » dans des SMS explosifs trouvés sur un ordinateur portable abandonné.
Des captures d’écran montrent que le président a écrit en juin 2018 : « Tu m’as toujours rendu fier d’avoir attrapé la maladie de maman et moi, mais tu es fort et courageux avec tellement plus à donner. »
Au moins cinq membres de la famille Biden ont apparemment reçu un traitement pour abus de drogue ou d’alcool. Ces membres incluent Frank le frère du président , les enfants Hunter et Ashley, la nièce Caroline et Hallie,  la veuve de son fils décédé. Hallie – la veuve de Beau devenue plus tard la maîtresse de Hunter – a été en cure de désintoxication quatre fois.

Les révélations proviendraient de l'ordinateur portable abandonné de Hunter qui montrait que Joe Biden avait envoyé un texto à son fils Hunter: "Tu as attrapé la maladie de maman et moi mais tu es fort"


UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

 

 

 

 

 

Humour ,photo du jour et…mot d’ordre

Maxwell s House est un nom prédestiné our Gislaine Maxwell.

 

G Maxwell a été condamnée à 20 ans de prison J Epstein a été «condamné» à la pendaison (2 fois, finalement il est mort) Les carnets et témoins ont disparus… La justice ne sera pas rendue.

En effet, c’est au sommet de l’OTAN que sont les plus grands utilisateurs de l’île aux merveilles !

Le Nouvel Ordre Mondial,le système politique oppresseur actuel,sait se protéger et les  petits Justin Trudeau,hypocrites et menteurs de ce monde ,peuvent dormir en paix face à leurs peuples écrasés par   la psychose collective depuis  mars 2020!

Le mot d’ordre de la semaine : Dénoncer la corruption politique généralisée et l’immunité que semble avoir le Réseau  Pédophile Mondial de l’Élite,monté par Epstein!


UNE INVITATION À VISITEZ NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Sur ces liens: Vintage par Michel sur Etsy.com

Vintage par Michel sur E Bay

 

 

La Criminelle Arnaque du COVID-19:Le département de la Défense des États-Unis a attribué un contrat pour la «recherche sur la COVID-19» en Ukraine 3 mois avant même que l’existence la Covid ne soit connue

Le monde a commencé à entendre parler d’un nouveau coronavirus au début de janvier 2020, avec des rapports faisant état d’une nouvelle pneumonie présumée comme une maladie se propageant à Wuhan, en Chine. Cependant, le monde n’a réellement connu la Covid-19 qu’en février 2020, car ce n’est que le 11 de ce mois que l’Organisation mondiale de la santé a officiellement nommé la nouvelle maladie à coronavirus, la Covid-19.

Donc, ceci étant la vérité officielle, pourquoi les données du gouvernement des États-Unis montrent-elles que le département américain de la Défense (DOD) a attribué un contrat le 12 novembre 2019 à Labyrinth Global Health INC. pour la «recherche COVID-19», au moins un mois avant l’émergence présumée du nouveau coronavirus, et trois mois avant qu’il ne soit officiellement surnommé [virus de la] Covid-19 (Coronavirus Desease 2019 ] ?

 

Cependant, les résultats choquants ne s’arrêtent pas là. Le contrat attribué en novembre 2019 pour la «recherche COVID-19» n’était pas seulement chargé de se dérouler en Ukraine, il faisait en fait partie d’un contrat beaucoup plus vaste pour un «programme de réduction des menaces biologiques en Ukraine».

Cela explique peut-être pourquoi Labyrinth Global Health collabore avec l’EcoHealth Alliance de Peter Daszak et Metabiota d’Ernest Wolfe depuis sa création en 2017.

Le gouvernement des États-Unis a un site Web appelé  » USA Spending » , une source officielle de données ouvertes sur les dépenses fédérales. Selon le site, au 12 avril 2021, le gouvernement américain a dépensé un montant époustouflant de 3630 milliards de dollars « en réponse à la COVID-19 ». Mais ce ne sont pas les seules informations sur Covid qui peuvent être trouvées sur le site.

Cachés dans la « recherche d’attribution », se trouvent des détails sur un contrat attribué par le ministère de la Défense à une société nommée  » Black & Veatch Special Projects Corp » , qui serait « une société mondiale d’ingénierie, d’approvisionnement, de conseil et de construction spécialisée dans le développement d’infrastructures ».

Le contrat a été attribué le 20 septembre 2012 et est décrit comme « Services professionnels, scientifiques et techniques ». Évidemment, c’est très vague et très probablement de peu d’intérêt pour quiconque tombe dessus. Mais il y a quelque chose de profond dans les détails qui devrait intéresser tout le monde.

L’« Historique des attributions » du contrat contient un onglet pour les « Sous-attributions » détaillant les bénéficiaires, la date d’action, le montant et une très brève description pour 115 transactions de sous-attribution. La plupart des sous-prix sont extrêmement banals pour des choses telles que « l’équipement de laboratoire pour Kiev » ou « le mobilier de bureau pour Kiev ».

Mais il y a un sous-prix qui se démarque parmi les autres, et il a été décerné à Labyrinth Global Health INC pour « SME Manuscript Documentation and COVID-19 Research ».

Un prix pour la recherche sur la Covid-19 n’est pas vraiment choquant alors que le monde est prétendument en proie à une pandémie de Covid-19, mais compte tenu du fait que le contrat de sous-traitance a été attribué le 12 novembre 2019, au moins un mois avant l’émergence présumée de le nouveau coronavirus, et trois mois avant qu’il ne soit officiellement surnommé Covid-19 [Coronavirus Desease 2019 ], le prix de la recherche sur la Covid-19 devrait être un choc pour tout le monde.

Mais le choc ne s’arrête pas là, car le lieu où le contact pour la recherche sur Covid-19 a été chargé d’avoir lieu était l’Ukraine, tout comme l’ensemble du contrat attribué par le DOD à Black & Veatch Special Projects Corp.

Les détails du contrat trouvés sur le site « USA Spending » révèlent en fait que le département spécifique du DOD qui a attribué le contact était la Defense Threat Reduction Agency (DTRA). Le contrat a été attribué le 20 septembre 2012 et conclu le 13 octobre 2020.

Bien que les détails soient vagues, le site du gouvernement américain révèle également que 21,7 millions de dollars sur les 116,6 millions de dollars de contact ont été dépensés pour un « programme de réduction des menaces biologiques en Ukraine ».

Pourquoi le ministère de la Défense a-t-il payé une entreprise qui est prétendument « une société mondiale d’ingénierie, d’approvisionnement, de conseil et de construction spécialisée dans le développement d’infrastructures », pour l’aider à mettre en œuvre un « programme de réduction des menaces biologiques en Ukraine » ?

Et pourquoi le DOD et ladite société ont-ils ensuite payé Labyrinth Global Health INC pour mener des recherches sur la COVID-19 en Ukraine au moins un mois avant l’émergence présumée du nouveau coronavirus, et trois mois avant qu’il ne soit officiellement surnommé Covid-19 ?

Fondée en 2017, Labyrinth Global Health serait une « petite entreprise détenue par des femmes avec une expertise approfondie et une expérience éprouvée dans le soutien d’initiatives pour le progrès scientifique et médical ».

Elle se décrit comme  » une organisation multiculturelle et internationale avec des bureaux dans quatre pays et une équipe d’experts aux parcours et compétences divers, notamment en microbiologie, virologie, santé mondiale, soins infirmiers en maladies infectieuses émergentes, anthropologie médicale, épidémiologie de terrain, recherche clinique, et les systèmes d’information sur la santé. »

Il se trouve que l’un de ces bureaux se trouve à Kiev, en Ukraine, que la société qualifie de «porte d’entrée vers l’Europe de l’Est».

L’équipe de direction de Labyrinth Global se compose de Karen Saylors, PHD, qui est la directrice générale ; Mary Guttieri, PHS, qui est la directrice scientifique ; et Murat Tartan qui est le directeur financier.

Karen Saylors, PhD, qui a cofondé Labyrinth Global Health, aurait travaillé dans le domaine de la santé publique internationale pendant plus d’une décennie et a passé de nombreuses années à vivre en Afrique pour établir des réseaux de surveillance mondiaux, « travailler avec des partenaires pour améliorer la politique de santé mondiale sur la détection, la réponse et le contrôle des maladies infectieuses ».

Au Labyrinthe, le Dr Saylors se spécialise dans les études qui visent à comprendre et à atténuer le risque biologique et comportemental de transmission de maladies. Le Dr Saylors a travaillé avec le réseau d’essais cliniques de l’Université d’Oxford au Vietnam sur la recherche sur la surveillance des maladies zoonotiques et continue de coordonner avec des partenaires régionaux les épidémies émergentes dans les populations animales et humaines.

Mais avec qui le Dr Karen Saylors et Labyrinth Global Health choisissent-ils de travailler ? Ce ne sont autres que « Eco Health Alliance » et « Metabiota ».

Le Dr Karen Saylors, Eco Health Alliance et Metabiota ont travaillé ensemble sur le programme « PREDICT » de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) à partir de 2009, tandis que Labyrinth Global Health a travaillé aux côtés de l’EHA et de Metabiota sur le programme PREDICT à partir de 2017.

Lancé en 2009 et financé par l’USAID, PREDICT était un système d’alerte précoce pour les maladies nouvelles et émergentes dans 21 pays. Il a été dirigé par le Davis One Health Institute de l’Université de Californie («UC») et les principaux partenaires comprenaient EcoHealth Alliance («EHA»), Metabiota, Wildlife Conservation Society et Smithsonian Institution, et comme nous venons de le révéler; Santé globale du labyrinthe. PREDICT a été un précurseur du projet plus ambitieux Global Virome.

L’USAID décrit PREDICT comme ayant apporté  » des contributions significatives au renforcement des capacités mondiales de surveillance et de diagnostic en laboratoire pour les virus connus et nouvellement découverts au sein de plusieurs groupes de virus importants, tels que les filovirus (y compris les virus Ebola), les virus de la grippe, les paramyxovirus et les coronavirus  » .

Voici l’une des nombreuses études publiées par Eco Health Alliance, Metabiota et Labyrinth Global Health prouvant le lien –

PREDICT s’est associé à l’Eco Health Alliance (EHA) à but non lucratif pour mener à bien ses efforts de 9 ans pour cataloguer des centaines de milliers d’échantillons biologiques,  » dont plus de 10 000 chauves-souris  » . Une étude financée par PREDICT en 2015 sur la « diversité des coronavirus chez les chauves-souris » comprenait également Peter Daszak, président de l’EHA, parmi ses participants.

Eco Health Alliance est répertorié comme partenaire de l’Institut de virologie de Wuhan (« WIV ») sur les pages archivées de son site Web et a été mentionné comme l’un des « partenaires stratégiques » de l’institut par le directeur général adjoint du WIV en 2018.

Notamment, la relation entre le WIV et l’établissement américain de biodéfense a été avancée par le conseiller politique de l’EHA, David R. Franz, ancien commandant du laboratoire américain d’armes biologiques à Fort Detrick.

Le Dr Shi Zhengli de WIV, alias « Batwoman », avait également travaillé avec Daszak de l’EHA sur des études liées aux chauves-souris. Dès 2005, Daszak et Zhengli menaient des recherches sur les coronavirus de type SRAS chez les chauves-souris. Plusieurs études financées par PREDICT sur les coronavirus de type SRAS et la grippe porcine comptent à la fois sur les contributions de Zhengli et de Daszak. La plus remarquable d’entre elles est peut-être une étude financée par PREDICT et NIH en 2015, qu’elle a co-écrite et intitulée : « Un groupe de coronavirus circulants de chauve-souris de type SRAS montre un potentiel d’émergence humaine ».

Pendant ce temps, Nathan Wolfe est le fondateur de Metabiota et de l’organisation à but non lucratif Global Viral. Il a passé plus de huit ans à mener des recherches biomédicales en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud-Est. Sans surprise, le juif Wolfe est un  leader mondial du Forum économique mondial. Plus particulièrement, depuis 2008, il était membre du DSRC (Defense Science Research Council) de la DARPAjusqu’à sa dissolution.

Toutes ces personnes et organisations travaillent depuis au moins la dernière décennie à étudier les coronavirus et à aider à mettre en place des Biolabs en Ukraine. Tous utilisent des fonds du département américain de la Défense pour le faire. Vous pouvez en savoir plus à ce sujet iciici et ici.

Laissant de côté pour l’instant les biolabs en Ukraine, revenons au sujet de la Covid-19. Si le gouvernement américain finançait la recherche sur la Covid-19 avant que l’existence de la Covid-19 ne soit connue du public, cela suggère qu’ils savaient soit que la Covid-19 existait naturellement, soit qu’ils étaient impliqués dans la construction de ce virus dans un laboratoire.

Mais si les preuves contractuelles ne suffisent pas pour que vous parveniez à cette conclusion (ce devrait être le cas), alors associez-les peut-être à des preuves que l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) et Moderna avaient un candidat coronavirus dans Décembre 2019 le sera.

Un accord confidentiel qui peut être consulté ici, stipule que les fournisseurs « Moderna » aux côtés de « l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses » (NIAID) ont accepté de transférer les « candidats vaccins contre le coronavirus à ARNm » développés et détenus conjointement par le NIAID et Moderna aux destinataires. L’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill’ le 12 décembre 2019.

L’accord a également été signé par deux représentants du NIAID, dont Amy F. Petrik PhD, spécialiste du transfert de technologie qui a signé l’accord le 12 décembre 2019 à 8h05. L’autre signataire était Barney Graham MD PhD, chercheur pour le NIAID, mais cette signature n’était pas datée.

Les derniers signataires de l’accord étaient Sunny Himansu, enquêteur de Moderna, et Shaun Ryan, conseiller général adjoint de Moderna. Les deux signatures ont été faites le 17 décembre 2019.

Toutes ces signatures ont été faites avant toute connaissance de l’émergence présumée du nouveau coronavirus. Ce n’est que le 31 décembre 2019 que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a pris connaissance d’un groupe présumé de cas de pneumonie virale à Wuhan, en Chine. Mais même à ce stade, ils n’avaient pas déterminé qu’un nouveau coronavirus présumé était à blâmer, déclarant plutôt que la pneumonie était de « cause inconnue ».

Tout cela nécessite des recherches beaucoup plus poussées pour assembler toutes les pièces du puzzle, mais voici ce que nous savons définitivement jusqu’à présent :

    Un nouveau coronavirus est apparu à Wuhan en décembre 2019.

    Le monde n’a entendu parler de ce nouveau coronavirus que début janvier 2020.

    Le monde ne savait pas que ce nouveau coronavirus s’appelait  Covid-19 jusqu’en février 2020, lorsque l’Organisation mondiale de la santé l’a officiellement nommé ainsi.

    Le département américain de la Défense a attribué un contrat de services professionnels, scientifiques et techniques à Black & Veatch Special Projects Corp‘, qui serait « une société mondiale d’ingénierie, d’approvisionnement, de conseil et de construction spécialisée dans le développement d’infrastructures ».

    Ce contrat concernait un programme de réduction des menaces biologiques en Ukraine.

    Dans le cadre de ce contrat plus important, un autre contrat a été attribué à Labyrinth Global Health pour la «recherche COVID-19» le 12 novembre 2019.

    Ce prix a été décerné au moins un mois avant l’émergence présumée du nouveau coronavirus et trois mois avant qu’il ne soit officiellement surnommé [virus de la maladie – MIRASTNEWS] Covid-19.

    Labyrinth Global Health travaille aux côtés de « Eco Health Alliance » et de « Metabiota », et a participé au programme USAID PREDICT. Toutes ces personnes et organisations travaillent depuis au moins la dernière décennie à étudier les coronavirus et à aider à mettre en place des Biolabs en Ukraine. Tous utilisent des fonds du département américain de la Défense pour le faire.

    Les informations trouvées ici indiquent qu’Eco Health Alliance a participé à la création du virus de la Covid-19.

    Les informations trouvées ici indiquent que Moderna a participé à la création du virus de la Covid-19.

    « Moderna », aux côtés du « National Institute of Allergy and Infectious Diseases » (NIAID), a accepté de transférer des « candidats de vaccins contre le coronavirus à ARNm » développés et détenus conjointement par le NIAID et Moderna, aux destinataires « l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill » le le 12 décembre 2019.

A quoi tout cela renvoie-t-il ? C’est à vous de réfléchir et de décider. Mais nous vous promettons qu’il y a beaucoup plus à venir sur ce qui précède…

Traduction : MIRASTNEWS


Je vous invite à visiter nos  boutiques en ligne conçues pour financer notre site web:

Sur ce lien: Vintage par Michel sur Etsy

Sur cet autre lien:Vintage par Michel sur E Bay

la nouvelle monnaie de réserve mondiale basée sur les ressources annonce que les USA entreront rapidement en guerre contre la Russie

L’inévitable va se produire? aujourd’hui les intentions de la Russie sont de plus en plus claires et l’opinion américaine commence à trembler :
En effet, la guerre en Ukraine est pire que ce qu’on pensait : c’est bien évidement la troisième guerre mondiale et chaque pays devrait en tenir compte .
La Russie pendant l’invasion de l’Ukraine a balayé d’un revers de la main toutes les sanctions de l’OTAN , Parce qu’elle est capable de garantir sur un minimum de deux ans son auto suffisance alimentaire et son pouvoir d’achat interne :
c’est dire qu’il est impossible en moins de deux ans de voir surgir en Russie un soulèvement populaire de grande envergure contre le pouvoir et ce quel que soit l’issue de la guerre en Ukraine et ça , le président Poutine l’a bien compris depuis longtemps .
Les réserves des banques russes en dollars s’élevaient avant la guerre à plus de 350 milliards de dollars USA :
cette somme a bien évidement été gelée par l’OTAN avec Pour conséquence la chute drastique du rouble Russe ! Mais à la grande surprise de tous , Mr Poutine a déclaré que désormais l’achat de son pétrole et son gaz à destination des pays hostiles se feront en roubles russes et plus en dollars! et en moins de 48heures, le rouble Russe a repris une remontée en flèche sur les marchés internationaux et pire les chinois depuis quelque temps commencent à diminuer leurs réserves en dollars car ils disposent d’un peu plus de 900 milliards de dollars de réserve dans les banques américaines .
L’Inde, le Pakistan et de nombreux pays effectuent déjà des transactions avec la Chine et la Russie en contournant le dollar et récemment , l’Inde a acheté du pétrole et du gaz en Russie en transitant par un échange direct entre le rouble et le roupie .
La Chine depuis un an essaye de positionner le yuang chinois comme la monnaie de référence après le dollar et la guerre en Ukraine est une bonne option pour elle.
Xi Jinping (à gauche) a nommé Zhao Lijian (photo de droite) à la tête de l’un de ses plus importants ministères politique,l’an passé.
Le président Biden vient en fait de se rendre compte du vrai problème: la guerre est monétaire ! La troisième guerre mondiale de la Russie a pour but de détruire l’Amérique par l’anéantissement du pouvoir de monnaie de référence du dollar.
La Russie veut descendre le dollar et par là la toute puissance américaine et ce quelque soit le prix à payer .
Les États Unis vivent grâce au dollars et Biden le sait très bien , bien qu’étant le pays le plus endetté du monde , ils restent économiquement tous puissants grâce à la plate forme incontournable (?) qui est le dollar et son système swift .
Aujourd’hui, Poutine et ses allliés veulent découdre le dollar et inciter tous les pays qui auraient une devise à valoriser leur monnaie locale pour ne plus dépendre du dollar qui recevra une chute drastique si cette guerre ne prend pas fin rapidement .
La récente visite de Biden en Pologne en dit long : la situation est très grave ! Si l’Europe se sent obligée elle aussi de tout acheter à la Russie en rouble , le monde aura deux monnaies de référence très fortes : il s’agira du rouble pour l’Europe et le yuan chinois Pour le reste du monde , le dollar américain s’effondrera complètement et ce sera la fin des USA comme puissance économique.
Les protestations violentes contre la mort de George Floyd, l’Afro-américain tué à Minneapolis par un policier, durent maintenant depuis trop longtemps.
Les USA n’admettront jamais cette situation .
Biden en Pologne prépare donc la guerre : il veut utiliser la Pologne et ce qui restera de l’Ukraine après la séparation évidente qu’il y’aurait après le référendum annoncé dans les milieux de séparatistes pro russes , comme bases arrières de repli pour l’armée de terre qui fera son assaut sur la Russie .
La Russie en profitera pour détruire totalement la Pologne et ce qui restera de l’OTAN disloqué en Europe .
La guerre nucléaire aura bien lieu .
Cette guerre se précise de plus en plus et son ampleur est presque inévitable.
Ces jours-ci , le congrès américain voterait pour une entrée effective des USA en guerre car il est inadmissible que le dollar perde sa place de référence mondiale .
La confrontation tant évitée entre les deux super-puissances mondiales aura bien lieu et le monde en pâtira en dehors du continent asiatique qui fera très vite allégeance à la super puissance chinoise qui la protégera.
L’Afrique qui importe presque tout de l’Occident subira de plein fouet cette guerre et multipliera les coups d’état militaires qui augmenteront la pauvreté et sa ruine .
Le ton commence à baisser en Europe avec de plus en plus des voix qui s’élèvent contre les USA à l’instar des candidats Melanchon et Zemour qui trouvent que la France devrait cesser de suivre les USA comme un chien au détriment des français qui souffrent déjà beaucoup .
Les USA mèneront seuls leur guerre pour leur monnaie, puisque nous assisterons bientôt à la dislocation de l’OTAN avec de nombreux pays qui quitteront le bateau avec la France en premier , suivie de l’Allemagne et ensuite de l’Italie et de l’Espagne .
Nous pouvons déjà affirmer sans risque de nous tromper que les USA se sont faits piégés par la Russie qui n’a jamais avalé la pilule amère de la dislocation de l’URSS et de la chute du mur de Berlin et surtout , du non respect des accords qui s’en sont suivis .
Aujourd’hui est il tard ? Eh bah oui ! Il est tard .
La Russie ne quitera pas l’Ukraine sans la diviser .
L’Europe ne se passera pas du gaz et du pétrole russe sauf si les USA ruinent leurs économies en voulant vendre au continent européen un gaz plus cher parce qu’il sera liquéfié .
Le yuang chinois prendra le dessus des échanges parmi les pays du BRICS et se positionnera devant un dollar plus affaibli que jamais .
La guerre entre les USA et la Russie détruira totalement l’Ukraine et la Pologne; Une Russie affaiblie ainsi que les USA totalement ruinés avec tout le continent européen et même l’Afrique verront le jour d’après .
La première puissance économique mondiale sera la Chine suivie de l’Inde , etc .
La puissance des USA tient au Dollar : s’ils entrent en guerre contre la Russie avec d’un côté le yuang chinois qui veut devenir la monnaie de référence, ils n’auront jamais le temps de concilier les deux : la guerre fera rapidement chuter le dollar , et le yuang montera en flèche rendant caduque l’économie américaine.
Que faire : le président Biden n’est peut être pas le bon interlocuteur qu’il faut face à Poutine: l’Amérique devrait trouver le
meilleur moyen de rétablir un dialogue franc entre les USA et la Russie .
L’Amérique n’a pas besoin d’entrer directement ou indirectement en guerre .
L’Europe devrait sacrifier absolument l’Ukraine et se désolidariser de l’alliance atlantique pour sauver le continent si c’est encore possible .
La dislocation de l’OTAN devrait s’accélérer après les prochaines élections en France et très vite si Macron vient à perdre le pouvoir .
Les américains doivent tout faire pour garder les bonnes relations avec le continent européen y compris la Russie et tous ceux qui sortiront de l’OTAN , pour garantir leur stabilité , plus comme première puissance économique du monde , mais comme deuxième derrière la Chine sinon ce sera la fin de leurs unions avec une possible division des USA .
La troisième guerre mondiale se précise de plus en plus devant nous et elle se fait contre le dollar .
S‘il y‘a une guerre entre la russie Et les usa ça sera problablement une guerre nucléaire Et problablement la fin de l‘humanité pour les personnes resident dans ces régions.

Une nouvelle réalité est en train de se former 
Une nouvelle réalité est en train de se former : le monde unipolaire est en train de devenir irrévocablement une chose du passé, un monde multipolaire est en train de prendre forme.
Il fallait voir ça. Dmitri Medvedev, ancien président russe, atlantiste impénitent, actuel vice-président du Conseil de sécurité russe, a décidé de se lâcher totalement dans un déchaînement à la hauteur de la prestation de sieur Khinzal [Khinzal=une des nouvelles armes russes – NdT], qui a provoqué « choc et effroi » palpable à travers tout l’OTAN.
Medvedev a déclaré que les sanctions occidentales « infernales » non seulement n’ont pas réussi à paralyser la Russie, mais qu’au contraire, elles  » retournent à l’Ouest comme un boomerang « . La confiance dans les monnaies de réserve « s’estompe comme la brume du matin », et abandonner le dollar américain et l’euro n’est plus irréaliste : « L’ère des monnaies régionales arrive ».

Après tout, a-t-il ajouté, « qu’ils le veuillent ou non, ils devront négocier un nouvel ordre financier (…) Et la voix décisive sera alors celle des pays qui ont une économie forte et avancée, des finances publiques saines et un système monétaire fiable. »

Medvedev a relayé son analyse succincte avant même le jour J ; la date limite fixée par le président Poutine après laquelle les paiements du gaz russe par les « nations inamicales » ne seront acceptés qu’en roubles.

Le G7, comme on pouvait s’y attendre, avait pris une position (collective) : nous ne paierons pas. « Nous » signifie les 4 qui ne sont pas de grands importateurs de gaz russe. « Nous », en outre, c’est l’Empire du Mensonge qui dicte les règles. Quant aux 3 qui seront en grande difficulté, non seulement ils sont de grands importateurs mais ils se trouvent être des vaincus de la Seconde Guerre mondiale – l’Allemagne, l’Italie et le Japon, toujours territoires occupés de facto. L’histoire a l’habitude de jouer des tours pervers.

Le déni n’a pas duré longtemps. L’Allemagne a été la première à rompre, avant même que les industriels de la Ruhr à la Bavière ne se révoltent en masse. Scholz, le chétif chancelier, a appelé Poutine, qui a dû expliquer l’évidence : les paiements sont convertis en roubles parce que l’UE a gelé les réserves de change de la Russie, en violation flagrante du droit international.

Avec une patience taoïste, Poutine a également exprimé l’espoir que cela ne représente pas une détérioration des conditions contractuelles pour les importateurs européens. Les experts russes et allemands devraient s’asseoir ensemble et discuter des nouvelles conditions.

Moscou travaille sur une série de documents définissant le nouvel accord. Essentiellement, cela signifie : pas de roubles, pas de gaz. Les contrats deviennent nuls et non avenus dès lors que vous violez la confiance. Les États-Unis et l’Union européenne ont rompu des accords légaux en imposant des sanctions unilatérales et, de surcroît, ont confisqué les réserves de change d’un pays – nucléaire – du G20.

Les sanctions unilatérales ont rendu les dollars et les euros sans valeur pour la Russie. L’hystérie ne suffit pas : le problème sera résolu, mais aux conditions de la Russie. Un point c’est tout. Le ministère des affaires étrangères avait déjà prévenu que le refus de payer le gaz en roubles entraînerait une grave crise mondiale de non-paiements et de faillites en série au niveau mondial, une réaction en chaîne infernale de transactions bloquées, de gel des actifs collatéraux et de fermetures de lignes de crédit.

La suite des événements est partiellement prévisible. Les entreprises de l’UE recevront le nouvel ensemble de règles. Elles auront le temps d’examiner les documents et de prendre une décision. Celles qui diront « non » seront automatiquement exclues des livraisons directes de gaz russe, avec toutes les conséquences politico-économiques que cela implique.

Il y aura bien sûr des compromis. Par exemple, un certain nombre de nations de l’UE accepteront d’utiliser des roubles et d’augmenter leurs acquisitions de gaz afin de pouvoir revendre le surplus à leurs voisins et réaliser un bénéfice. Et certains pourraient également décider d’acheter du gaz sur le tas sur les bourses de l’énergie.

La Russie n’impose donc un ultimatum à personne. Tout cela prendra du temps – un processus graduel. Avec quelques actions latérales également. La Douma envisage d’étendre le paiement en roubles à d’autres produits essentiels – comme le pétrole, les métaux, le bois, le blé. Cela dépendra de la voracité collective des chihuahuas de l’UE. Tout le monde sait que leur hystérie non-stop peut se traduire par une rupture colossale des chaînes d’approvisionnement à travers l’Occident.

Bye bye les oligarques

Alors que les classes dirigeantes atlantistes sont devenues complètement folles mais restent concentrées sur la lutte jusqu’au dernier Européen pour extraire toute richesse palpable qui subsiste de l’UE, la Russie joue la carte du sang froid. Moscou a été plutôt indulgente en fait, brandissant le spectre d’une absence de gaz au printemps plutôt qu’en hiver.

La Banque centrale russe a nationalisé les recettes en devises de tous les grands exportateurs. Il n’y a pas eu de défaut de paiement. Le rouble continue de monter – et il est maintenant revenu à peu près au même niveau qu’avant l’Opération Z. La Russie reste autosuffisante sur le plan alimentaire. L’hystérie américaine concernant la Russie « isolée » est risible. Tous les acteurs qui comptent en Eurasie – sans parler des quatre autres BRICS et de la quasi-totalité des pays du Sud – n’ont pas diabolisé et/ou sanctionné la Russie.

En prime, le dernier oligarque capable d’exercer une influence à Moscou, Anatoly Chubais, a disparu. Une autre superbe ruse historique : L’hystérie des sanctions occidentales a démembré de facto l’oligarchie russe – le projet favori de Poutine depuis 2000 [1]. Ce que cela implique, c’est le renforcement de l’État russe et la consolidation de la société russe.

Nous ne disposons pas encore de tous les faits, mais on peut affirmer qu’après des années d’évaluation minutieuse, Poutine a choisi d’aller jusqu’au bout et de briser le dos de l’Occident, en utilisant comme casus belli ce tiercé : attaque éclair imminente du Donbass, laboratoires américains de fabrication d’armes biologiques, Ukraine travaillant sur des armes nucléaires.

Le gel des réserves de change devait être prévu, d’autant plus que la Banque centrale russe avait augmenté ses réserves de bons du Trésor américain depuis novembre dernier. Il y a ensuite la possibilité sérieuse que Moscou puisse accéder à des réserves étrangères offshore « secrètes » – une matrice complexe construite avec l’aide d’initiés chinois.

Le passage soudain du dollar et de l’euro au rouble est un acte de judo géoéconomique pur et dur, de niveau olympique. Poutine a incité l’Occident collectif à libérer son hystérie démente pour sanctionner l’attaque – et l’a retournée contre l’adversaire en un seul geste rapide.

Et nous voilà tous en train d’essayer d’absorber tant de développements simultanés qui changent la donne suite à l’armement des actifs en dollars : le roupie-rouble avec l’Inde, le petroyuan saoudien, les cartes Mir-UnionPay co-badgées émises par les banques russes, l’alternative SWIFT Russie-Iran, le projet EAEU-Chine d’un système monétaire/financier indépendant.

Sans parler du coup de maître de la Banque centrale russe, qui a fixé le prix d’un gramme d’or à 5000 roubles – qui avoisinent déjà 60 dollars et ne cessent de grimper.

Si l’on ajoute à cela le programme « Pas de roubles, pas de gaz », nous avons là une énergie de facto liée à l’or. Les chihuahuas de l’UE et la colonie japonaise devront acheter beaucoup de roubles en or ou acheter beaucoup d’or pour avoir leur gaz. Et il y a mieux. La Russie pourrait ré-arrimer le rouble à l’or dans un futur proche. On pourrait passer à 2 000 roubles, 1 000 roubles, voire 500 roubles pour un gramme d’or.

Le temps de la souveraineté

Depuis les sommets des BRICS dans les années 2000, auxquels ont participé Poutine, Hu Jintao et Lula, le Saint Graal des discussions sur un monde multipolaire a toujours été de savoir comment contourner l’hégémonie du dollar. Cette solution se trouve maintenant sous les yeux de l’ensemble du Sud, sous la forme d’une apparition bénigne arborant un sourire de chat du Cheshire : le Rouble-or, ou Rouble adossé au pétrole, au gaz, aux minéraux, aux exportations de matières premières.[2]

La Banque centrale russe, contrairement à la Fed, ne pratique pas l’assouplissement quantitatif (1) et n’exporte pas d’inflation toxique vers le reste de la planète. Non seulement la marine russe sécurise toutes les lignes maritimes russes, mais les sous-marins russes à propulsion nucléaire sont capables de surgir partout sur la planète à l’improviste.

La Russie est loin, très loin en avance, mettant déjà en œuvre le concept de « puissance navale continentale ». Décembre 2015, sur le théâtre syrien, a changé la donne stratégique. La 4e division de sous-marins basée en mer Noire est la vedette du spectacle.

Les flottes navales russes peuvent désormais employer des missiles Kalibr dans un espace comprenant l’Europe de l’Est, l’Asie occidentale et l’Asie centrale. La mer Caspienne et la mer Noire, reliées par le canal Don-Volga, offrent un espace de manœuvre comparable à celui de la Méditerranée orientale et du golfe Persique réunis. 6000 km de long. Et il n’est même pas nécessaire d’accéder aux eaux chaudes.

Cela couvre environ 30 nations : la sphère d’influence traditionnelle de la Russie, les frontières historiques de l’empire russe et les sphères de rivalité politique/énergétique actuelles.

Pas étonnant que Washington soit furieux.

La Russie garantit le transport maritime à travers l’Asie, l’Arctique et l’Europe, en tandem avec le réseau ferroviaire « Belt and Road Initiative » à l’échelle de l’Eurasie.

Et enfin, mais pas des moindres, on ne badine pas avec un ours nucléaire.

Voilà en substance ce qu’est la politique de puissance pure et dure. Medvedev ne s’est pas vanté lorsqu’il a déclaré que l’ère d’une monnaie de réserve unique était révolue. L’avènement d’une monnaie de réserve mondiale basée sur les ressources signifie, en résumé, que 13 % de la planète ne domineront plus les 87 % restants.

C’est le NATOstan contre l’Eurasia à nouveau. Guerre froide 2.0, 3.0, 4.0 et même 5.0. Cela n’a pas d’importance. Toutes les anciennes nations du Mouvement des non-alignés (MNA) savent de quel côté soufflent les vents géopolitiques et géoéconomiques : le moment est venu d’affirmer leur véritable souveraineté alors que l’ »ordre international fondé sur des règles » mord la poussière.

Bienvenue à la naissance du nouveau système mondial. Le ministre des affaires étrangères Sergei Lavrov, en Chine, après avoir rencontré plusieurs homologues de toute l’Eurasie, n’aurait pas pu mieux le décrire :

« Une nouvelle réalité est en train de se former : le monde unipolaire est en train de devenir irrévocablement une chose du passé, un monde multipolaire est en train de prendre forme. C’est un processus objectif. Il est irréversible. Dans cette réalité, plus d’une puissance « gouvernera » – il sera nécessaire de négocier entre tous les États clés qui ont aujourd’hui une influence décisive sur l’économie et la politique mondiales. En même temps, conscients de leur situation particulière, ces pays veilleront à respecter les principes de base de la Charte des Nations unies, y compris le principe fondamental – l’égalité souveraine des États. Personne sur cette Terre ne doit être considéré comme un acteur mineur. Tout le monde doit être égal et souverain. »

Pepe Escobar

————————————————————

COMMENTAIRES

1- Déjà dépassés par la force de frappe au niveau militaire, les Européens vont devoir redescendre au plus vite sur terre, car la force de frappe alimentaire russe est bien plus puissante. Medvedev le rappelle  : « Il se trouve que la sécurité alimentaire de nombreux pays dépend de nos approvisionnements. Il s’avère que notre nourriture est notre arme silencieuse. Et si quelqu’un ne sait pas ou a oublié, alors l’exportation de nos produits agricoles dépasse l’exportation d’armes réelles — elle s’élevait à plus de 37 milliards de dollars l’année dernière. »

2-L’inflation dans la zone euro atteint un niveau historique

La flambée des prix de l’énergie en est le principal moteur, selon les données.

Les prix à la consommation dans les 19 pays utilisant l’euro ont augmenté de 7,5 % en rythme annuel en mars, selon les données publiées vendredi par l’agence statistique de l’Union européenne. La flambée des coûts de l’énergie est le principal facteur d’augmentation de l’inflation, selon Eurostat.

C’est le cinquième mois consécutif que l’inflation dans la zone euro établit un record, ce qui la porte au niveau le plus élevé depuis le début de la comptabilisation de l’euro en 1997. Le dernier relevé a pulvérisé le sommet de 5,9 % atteint en février.

3- Le géant allemand de la chimie BASF a mis en garde contre les conséquences dramatiques d’une interruption de l’approvisionnement en gaz en provenance de Russie, a rapporté mercredi le journal allemand Frankfurter Allgemeine.

Si l’approvisionnement en gaz était réduit de moitié, l’usine de Ludwigshafen – le plus grand site chimique du monde, qui emploie près de 40.000 personnes – devrait fermer ses portes, a déclaré Michael Vassiliadis, président d’un syndicat de la chimie et membre du conseil d’administration de BASF, cité par le journal.

Si l’approvisionnement en gaz était inférieur à 50%, le site ne pourrait plus fonctionner de manière stable et devrait être complètement fermé, a expliqué M. Vassiliadis. Si la perte du gaz russe n’était pas compensée, les effets sur l’industrie chimique seraient dramatiques, la panne coûtant « des centaines de milliers d’emplois sur une période relativement courte » et affectant l’approvisionnement, a-t-il ajouté.

Le PDG de BASF, Martin Brudermüller, a déclaré précédemment qu’il n’y avait aucun moyen de remplacer le gaz russe à court terme, mais que le groupe travaillait intensivement à la réduction de sa dépendance au gaz.

Le rapport du Frankfurter Allgemeine souligne que l’industrie chimique ne peut fonctionner sans pétrole ni gaz, et que sans ce secteur, l’économie s’arrête, car les gens en dépendent fortement dans leur vie quotidienne.

Les produits pétrochimiques représentent 20% des vêtements, 40 % des produits cosmétiques et même 35% de l’aspirine, un produit essentiel dans la pharmacie de la plupart des familles.


NOTES 

[1] Voir  mon article sur :La face cachée des oligarques juifs

–  Ukraine / Russie. Le rôle sous-jacent des oligarques juifs

[2] Poutine réalise aujourd’hui ce que Kadhafi voulait réaliser :

Emails Clintoniens. Ben Ali, Kadhafi et Moubarak ont été « dégagés » par Washington parce qu’ils voulaient remplacer le dollar par le Dinar-or !:
Dans un e-mail récemment déclassifié adressé à la  secrétaire d’État Hillary Clinton en date du 2 avril 2011, Sid Blumenthal révélait  la raison pour laquelle Kadhafi doit être éliminé. Citant une  « source haut placée » non identifiée, Blumenthal écrit à Clinton : « Selon les informations sensibles disponibles auprès de cette source, le gouvernement de Kadhafi détient 143 tonnes d’or, et une quantité similaire en argent … Cet or a été accumulé avant l’actuel soulèvement  et était destiné à être utilisé pour créer une monnaie panafricaine basée sur le Dinar-or libyen. Ce plan a été conçu pour fournir aux pays africains francophones une alternative au franc français (CFA.  » . Cette mention  était seulement la partie apparente de l’iceberg du Dinar-or de Kadhafi.

Le timing du printemps arabe, rétrospectivement, semble de plus en plus lié aux efforts déployés par  Washington et Wall Street  pour contrôler non seulement les énormes flux de pétrole arabe du Moyen-Orient. Il est maintenant clair,  qu’il  s’agissait également de contrôler leur argent, leurs milliers de milliards de dollars accumulés dans leurs nouveaux fonds souverains.

Cependant, comme cela a été confirmé dans le dernier échange d’e-mails entre  Clinton et Blumenthal en date du 2 avril  2011, il y avait une nouvelle menace qui pesait sur  Wall Street et la City de Londres, « dieux d’argent », émanant du  monde du pétrole arabe et africain.

Le Libyen Kadhafi, le Tunisien Ben Ali  et l’Égyptien Moubarak étaient sur le point de lancer une monnaie islamique basée sur l’or,  indépendante du dollar américain.
Ce plan a été éventé pour la première fois, début de 2012, lors d’une conférence financière et géopolitique en Suisse, par un Algérien ayant une connaissance approfondie du projet. Les données étaient rares à l’époque, mais maintenant, la situation renvoie une image beaucoup plus nette qui met en perspective la cruauté  du Printemps arabe de Washington et de ses harkis islamistes et de son urgence dans le cas de la Libye, souligne le « New Eastern Outlook.

[HillaryLeaks] Le projet panafricain de « dinar-or » derrière la guerre en Libye et l’élimination de Kadhafi

Un échange de courriels déclassifiés entre l’ancienne secrétaire d’État américaine Hillary Clinton et son conseiller Sid Blumenthal montre que Clinton était totalement impliquée dans la conspiration occidentale contre le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi et sa  monnaie panafricaine le dinar-or, comme le raconte F. William Engdahl.

Kadhafi n’a pas été le seul dirigeant arabe qui a cherché à détourner ses revenus pétroliers vers des fonds contrôlés par l’État plutôt que de faire confiance aux banquiers de Londres et de New York, après que la guerre américaine contre le terrorisme ait débuté au Moyen-Orient et en Asie centrale.

«En 2008, la perspective d’un contrôle souverain par un nombre croissant d’États pétroliers arabes et africains de leurs revenus pétroliers et gaziers d’État a suscité de graves préoccupations à Wall Street, ainsi qu’à Londres. On parle d’énormes quantités de liquidités, des trillions de dollars qui ne seraient potentiellement plus contrôlés», poursuit Engdahl.

Pendant ce temps, en 2009, Kadhafi, alors président de l’Union africaine, a offert aux États du continent de passer à une nouvelle monnaie, indépendante du dollar américain, le soi-disant dinar-or.

Selon le chercheur, l’idée exprimée par le leader libyen a reçu les éloges de Ben Ali le Tunisien et de l’Égyptien Moubarak.

Kadhafi a appelé les pays africains à créer une alliance monétaire faisant du dinar-or le principal moyen de paiement du pétrole et d’autres ressources.

«Avec les fonds souverains pétroliers des pays arabes de l’OPEP, d’autres pays africains producteurs de pétrole, en particulier l’Angola et le Nigeria, ont commencé des actions pour créer leurs propres fonds nationaux avec la richesse pétrolière au moment où l’OTAN bombardait la Libye en 2011», écrit Engdahl, ajoutant que ces fonds souverains nationaux étaient censés rendre l’Afrique indépendante du contrôle monétaire colonial.

Le rêve des pays africains était en même temps un cauchemar pour les élites financières occidentales.

À la lumière de cela, il est peu surprenant que Wall Street et la City de Londres aient jeté tout leur poids derrière la campagne dirigée par l’OTAN contre le leader libyen rebelle.

Engdahl attire l’attention sur le fait qu’il y avait quelque chose de très louche derrière l’idée des islamistes libyens soutenus par les États-Unis de créer une banque centrale de style occidental en exil (ainsi que leur propre compagnie pétrolière) au milieu de la lutte acharnée contre le gouvernement de Kadhafi.

Le chercheur cite Robert Wenzel qui a écrit dans l’Economic Policy Journal qu’il n’a «jamais entendu parler d’une banque centrale créée seulement quelques semaines après un soulèvement populaire».

«Cela laisse penser que nous avons un peu plus qu’un tas de rebelles en action et qu’il y a des influences assez sophistiquées», a souligné Wenzel.

Les intérêts sophistiqués mentionnés ci-dessus pourraient avoir été liés aux pontes de Wall Street et aux banquiers londoniens qui ont cherché à éliminer l’idée d’une monnaie panafricaine.

«Le rêve de Kadhafi d’un système monétaire arabe et africain basé sur l’or et indépendant du dollar est malheureusement mort avec lui», note Engdahl.

L’histoire n’est pas encore finie : une nouvelle alliance monétaire soutenue par l‘or émerge à l’Est, menaçant à nouveau l’hégémonie du dollar américain. Ce groupe, dirigé par la Chine et la Russie, constitue un tout nouveau défi à la domination monétaire de l’Amérique, ainsi que le remarquent des chercheurs.


CONCLUSION D’AUJOURD’HUI

La guerre nucléaire se profile à l’horizon

 

« …

Certains lecteurs ont demandé pourquoi la Russie considère l’adhésion de la Finlande à l’OTAN comme une provocation. Pour la même raison que l’adhésion de l’Ukraine est une provocation : Des bases de missiles américaines à la frontière de la Russie. Les États-Unis ne disposent pas actuellement de missiles hypersoniques, mais ils en disposeront tôt ou tard. De tels missiles aux frontières de la Russie pourraient atteindre Moscou en 3 ou 4 minutes, ce qui constitue clairement une menace existentielle. Outre la Finlande, Washington veut des bases en Suède et dans les États baltes, et possède déjà des bases de missiles en Pologne et en Roumanie.

Si Washington considère l’adhésion de la Finlande à l’OTAN comme une nouvelle provocation, nous ne devons pas oublier deux autres provocations existantes que le Kremlin a déclarées inacceptables : les bases de missiles existantes en Pologne et en Roumanie. Il est absurde pour la Russie d’empêcher de manière préventive l’installation de bases de missiles en Ukraine et en Finlande tout en permettant le maintien des bases existantes en Pologne et en Roumanie. L’intervention russe contre ces deux bases est probablement la prochaine action d’autodéfense que les Russes entreprendront.

Les médias prostitués de l’Occident ont fait de leur mieux pour créer une indignation mondiale contre la Russie. Les personnes excitées par l’indignation ne perçoivent pas l’irresponsabilité des gouvernements occidentaux qui menacent gratuitement la Russie avec des bases de missiles à ses frontières. Au lieu de percevoir correctement l’installation de ces bases comme une agression contre la Russie, les personnes endoctrinées considèrent la réponse de la Russie aux menaces existentielles comme une agression.

Je souligne depuis des années que ces provocations de la Russie finiront par franchir une ligne rouge et entraîner une guerre nucléaire. J’ai longtemps critiqué le Kremlin pour ne pas avoir mis fin à ces provocations en posant un pied ferme. La Russie a eu cette opportunité en Ukraine, mais le Kremlin a choisi une voie qui n’a pas réussi à donner l’impression nécessaire que les pays qui s’accommodent de l’agression américaine contre la Russie connaîtront la dévastation. Il est moins risqué de faire cette démonstration dans un pays non-OTAN que dans un pays OTAN. En outre, le Kremlin a attendu beaucoup trop longtemps avant d’intervenir en Ukraine, donnant ainsi aux États-Unis huit ans pour armer et entraîner les forces ukrainiennes. En tergiversant en Ukraine, la Russie sera à nouveau confrontée au même problème en Finlande ou ailleurs, en plus des deux bases existantes dans deux pays membres de l’OTAN à la frontière de la Russie. Il ne fait aucun doute que les États-Unis et l’OTAN ont tracé un chemin qui mène tout droit à la guerre nucléaire. Comme rien de ce qui est en dehors du récit ne peut être publié ou discuté dans le monde occidental, rien ne peut être fait pour arrêter cette course folle vers la guerre nucléaire. Il n’est même pas possible de discuter de cette menace dans les cercles de politique étrangère occidentaux. Une fois de plus, le monde se dirige vers la guerre en somnambule, mais cette guerre sera nucléaire et sera la guerre finale.

Tout ce que le Kremlin a obtenu avec sa retenue et sa confiance dans la négociation avec l’Occident, c’est d’intensifier le rythme et le niveau des provocations. M. Stoltenberg, de l’OTAN, courtise la Finlande et la Suède pour qu’elles adhèrent à l’OTAN en leur promettant que leur adhésion serait accélérée et qu’elles bénéficieraient probablement d’autres avantages, notamment des sommes d’argent considérables. Ce rapport devrait réveiller les gens sur la situation réelle, qui est un conflit en expansion.

VOIR L’ARTICLE SUIVANT:

https://www.zerohedge.com/geopolitical/finland-sweden-nato-applications-could-be-imminent-after-stoltenberg-suggests-fast

À un moment donné, des considérations existentielles obligeront la Russie à prendre l’initiative et à cesser de répondre à l’agenda de Washington.


JE VOUS INVITE À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNES POUR VOS CADEAUX FUTURS

Sur ce lien :Sur Etsy :Vintage par Michel 
                     Sur E Bay: Vintage par Michel