VIDEO. Les terribles images d’un ours polaire affamé, victime du réchauffement climatique

« Je veux que les gens réalisent ce que cela veut vraiment dire lorsque les scientifiques disent que les ours polaires sont en voie d’extinction. » Ces mots du photographe Paul Nicklen accompagnent des images terribles tournées à la fin de l’été. Celles d’un ours polaire complètement affamé sur l’île de Baffin, située dans l’archipel arctique canadien. Sur la vidéo publiée par National Geographic on peut voir la bête, décharnée, avancer péniblement dans une plaine à la recherche de nourriture. Il fouille dans un dernier effort une poubelle, mais n’y trouve rien et finit par s’effondrer sur le sol.

Cela fait mal au coeur..pauvre ours!

 

Le photographe en expédition avec l’association Sea Legacy explique dans une interview au journal que son équipe et lui étaient en pleurs devant cet ours en train d’agoniser. Impuissant, Paul Nicklen dit avoir filmé cette mort lente pour que celle-ci ne soit pas arrivée en vain. « Les ours vont mourir de faim », rapporte celui qui espère sensibiliser le monde aux conséquences du réchauffement climatique.

Voir le lien vidéo plus bas:

video.nationalgeographic.com/video/news/171207-polar-bear-starving-iceless-land-vin-spd

 

Publicités

Réchauffement climatique:Un iceberg grand comme 20 terrains de football se détache et menace le Chili

Un spectacle inimaginable s’est déroulé au Chili. Un bloc de glace de 350 mètres de long sur 380 mètres de large s’est détaché du glacier de Grey. Explication.

En plein milieu de la Patagonie, un iceberg, faisant près d’une vingtaine de terrains de football, flotte sur les eaux gelées. En effet, un morceau du glacier Grey, qui mesure 350 mètres sur 380, s’est détaché.

Pour l’instant, les causes de sa séparation sont encore floues selon les autorités chiliennes. Et la Corporación Nacional Forestal, responsable du parc national des Torres del Paine, ajoute que ce phénomène de rupture ne s’était pas produit depuis au moins 30 ans.

Une mer gelée

Le glacier Grey est aujourd’hui considérée comme une mer de glace de 270 km2 et attire en moyenne 115 000 touristes, d’après le Corporación Nacional Forestal.

 

Le glacier Grey, situé dans la région de la Patagonie chilienne, tout au sud du pays, a récemment perdu un énorme morceau de glace. Le bloc massif, qui mesure 350 mètres sur 380 forme désormais une île à part entière. En partie émergée, elle dérive maintenant sur l’eau du lac qui s’est formé à la suite de la fonte d’une partie du glacier.

Citée par France Info, la Corporación Nacional Forestal (Conaf) estime que le détachement d’un bloc d’une aussi grande taille ne s’était plus produit depuis les années 1990.

Le glacier Grey actuellement.

L’origine du phénomène inconnu

L’organisme en charge de la gestion du parc national des Torres del Paine, qui abrite le glacier, a par ailleurs indiqué ne pas connaître les raisons qui ont entraîné la rupture de l’immense iceberg.

Comme le précise Le Monde, le glacier Grey possède une superficie de 270 km2. « Quand on parle des glaciers de Patagonie, on pense tout de suite au Perito Moreno en Argentine. Pourtant, 70 % des glaciers d’Amérique du Sud sont auChili », explique une guide spécialiste du site. D’après la Conaf, celui-ci attire chaque année 115.000 visiteurs environ.

«En 2100, la plupart des glaciers auront disparu», selon les scientifiques

 

En 40 ans de métier, c’est la première fois qu’il assiste à une telle situation. Le glacier des 2 Alpes sera fermé pendant les vacances de la Toussaint. Une situation que regrette Gilles Vanheule, directeur de l’Office du tourisme. Mais la station de ski iséroise a dû se résoudre à l’inévitable.

« Il fallait préserver au maximum ce qu’il reste. Et au regard de son état actuel, il n’était pas exploitable. Il n’y a pas assez de neige. Le passage de skieurs n’aurait que raboter la couche actuelle », confie l’homme.

Le manque de flocons l’hiver dernier, les fortes chaleurs estivales et l’absence de précipitations depuis le début de l’été ont conduit à une « situation inédite ». « C’est une période exceptionnelle qui s’inscrit dans un cycle long », poursuit Gilles Vanheule, conscient qu’elle résulte du « réchauffement climatique avéré ». Au fil des années, l’activité en haut du glacier a fortement décliné.

 

« On a observé quatre années exceptionnelles, particulièrement désastreuses pour les glaciers : 2003, 2009, 2015 et désormais 2017 », enchaîne Delphine Six, guère optimiste pour l’avenir. « Le réchauffement climatique, qui se traduit par une augmentation des températures, devrait amener plus d’humidité et de précipitations. Mais est-ce que cela sera suffisant pour les sauver ? » Rien n’est moins sûr. « En 2100, la plupart des glaciers situés en dessous de 3.500 mètres d’altitude auront probablement disparu », prédit-elle.

 

 

Pendant que la race humaine détruit tout et est devenue exposée aux menaces d’extinction massive…méditons en paix!

Vie extraterrestre:Une bactérie inconnue sur Terre se retrouve dans les filtres à air de la station spatiale ISS

L’étrange bactérie découverte à l’extérieur de l’ISS serait bien d’origine extra-terrestre, selon les chercheurs russes qui l’étudient ! Au mois de mai, les occupants de la Station Spatiale Internationale avaient fait une étonnante découverte. En effet, une bactérie inconnue sur Terre venait d’être découverte dans les filtres à air de la station ! Une bactérie qui a pour particularité d’être endospore, c’est à dire qu’elle produit des spores comme certaines moisissures. Plus impressionnant, elle a pu survivre au vide et aux radiations de l’espace pendant trois ans ! Des propriétés qui fascinent les scientifiques.

Les bactéries vues au microscope.

 

 

L’ISS abriterait bien plus de vie qu’on ne le pensait ! Au mois de mai, une étrange bactérie avait été découverte par les spationautes russes. Ils l’avaient prélevée il y a plusieurs années dans les filtres à air et à l’extérieur de la Station Spatiale Internationale, sans lui prêter beaucoup d’attention. Il faut reconnaître qu’on espérait mieux qu’un premier contact au microscope avec les extra-terrestres ! Ainsi, la bactérie baptisée Solibacillus kalamii a été ramenée sur Terre dans l’indifférence générale.

Kasthuri Venkateswaran, chercheur senior de la section Biotechnologie du Jet Propulsion Laboratory (JPL), supposait qu’elle venait de la Terre. Et qu’elle avait été emportée par mégarde par un lancement de cargo. Ce qui rendait particulièrement probable son origine terrestre, c’était son analyse génomique. Elle révélait une forte correspondance avec Solibacillus isronensis (98,9%)Solibacillus silvestris (98,6%), et Bacillus cecembensis (96,7%). Néanmoins, les chercheurs russes ont affirmé lundi 27 novembre qu’il s’agit bien d’une vie extra-terrestre !

Une bactérie inconnue sur Terre se retrouve dans les filtres à air de l’ISS

Cette bactérie surprenante a été découverte dans des filtres à air de l’ISS, ainsi que sur un écouvillon prélevé à l’extérieur de la Station Spatiale Internationale. Apparemment, le groupe ne savait pas vraiment que la bactérie était présente sur les échantillons prélevés par écouvillon, jusqu’à ce qu’elle soit retournée sur Terre pour être examinée de plus près. Négligée, les bactéries vivantes pourraient provenir de l’espace extra-atmosphérique. Ce qu’explique le cosmonaute russe Anton Shkaplerov.

« D’une certaine façon, ces écouvillons révèlent des bactéries qui étaient absentes lors du lancement du module de l’ISS. Ils sont venus de l’espace et se sont installés le long de la surface extérieure. Ils sont étudiés actuellement et il semble qu’ils ne présentent aucun danger. »

Mais, ce qui est intéressant c’est que le plus souvent, les conditions du vide spatial et les radiations ont raison de la plupart des organismes. Pourtant, les fluctuations intenses de température n’ont pas réussi à tuer ces bactéries pendant trois ans ! En effet, les filtres sont changés tous les 40 mois. Ainsi, cet organisme endospore s’est montré extrêmement résistant. Une particularité qui fascine les chercheurs.

Mais, cela ne serait pas vraiment inédit : divers organismes encore en vie comme des tardigrades et des algues ont déjà été trouvés à l’extérieur de la station. Désormais les chercheurs, qui ont baptisé la bactérie en l’honneur du 11e président de l’Inde, Avul Pakir Jainulabdeen Abdul Kalam, s’intéressent aux raisons de cette exceptionnelle résistance. Dans l’espoir, peut-être, un jour, de trouver des applications dans le domaine de la santé.

 

 

Crise Économique Mondiale en formation:Vous n’êtes simplement pas préparé pour ce qui vient

Je déteste de te les casser, mais il y a des chances que tu ne sois pas préparé pour ce qui va arriver. Pas même proche. 

Ne le prenez pas personnellement. Je joue simplement sur de la chance.

Après avoir passé plus d’une décennie à avertir les gens du monde entier sur la futilité de poursuivre une croissance économique exponentielle et infinie sur une planète limitée, je peux vous dire ceci: très peu sont même conscients de la nature de notre situation planétaire.

Un sous-ensemble encore plus petit est soit physiquement ou financièrement prêt pour ce genre de futur qui va nous tomber dessus. Encore moins sont mentalement préparés pour cela. 

Et ne vous méprenez pas: c’est la préparation mentale et émotionnelle qui compte le plus. Si vous ne pouvez pas faire face à l’adversité et l’incertitude, vous allez être cuits dans les années à venir.

Ceux d’entre nous qui ont l’intention de persévérer doivent commencer par regarder les données sans broncher, puis laisser le temps de les laisser couler. Le changement arrive – ce qui n’est pas un problème en soi. Mais son rythme est susceptible d’être. Le changement rapide est difficile à traiter pour les humains.

Ceux qui sont effrayés par les prix des actifs surévalués d’aujourd’hui craignent la rapidité avec laquelle les bulles actuelles sur nos marchés financiers vont dégonfler / imploser. Qui sait quand ils vont éclater? Quel sera le (s) déclencheur (s) éventuel (s)? Tout ce que nous savons à coup sûr, c’est que chaque bulle de l’histoire a inévitablement trouvé sa broche.

Ces bulles – soufflées par les banquiers centraux en série pour les créer (et ensuite à la rescousse pour les réparer) – sont les plus importantes de toute l’histoire. Cela signifie qu’ils vont être les plus destructeurs dans l’histoire quand ils lâchent finalement.

Des millions de ménages perdront des milliards de dollars en valeur nette. Les emplois vont s’évaporer, causant des dizaines de millions de familles vivant de leur chèque de paie à payer des dommages sérieux.

Voilà le genre de conséquences douloureuses qui résultent des folies des banques centrales. Elles sont particulièrement regrettables car elles auraient pu être complètement évitées si seulement nous avions pris nos médicaments lors de la dernière crise en 2008. Mais nous ne l’avons pas fait. Nous laissons la Réserve Fédérale – l’institution largement responsable de la création de la Grande Crise Financière – conspirer avec ses petites banques centrales pour «dissimuler» nos problèmes.

Nous sommes donc maintenant au sommet du plus incroyable nid de bulles financières de toute l’histoire de l’humanité.

Un de mes graphiques préférés est ci-dessous, ce qui montre que même les plus intelligents d’entre nous (Sir Isaac Newton, dans ce cas) peuvent succomber à la manie d’une bulle:

 

How Newton's Fortune Fell To Earth chart

Il est extrêmement difficile de résister à la pression sociale pour s’impliquer.

Mais toutes les bulles éclatent – douloureusement bien sûr. C’est leur nature même.

Mathématiquement, il est impossible pour la moitié ou plus des participants d’une bulle de fermer leurs positions pour un gain. Mais en réalité, c’est encore pire. Être généreux, peut-être 10% parviennent à sortir à temps.

That means the remaining 90% don’t. For these bagholders, the losses will range from ‘painful’ to ‘financially fatal’.

Ce qui nous amène à la conclusion qu’une proportion similaire de personnes seront émotionnellement non préparées pour l’éclatement de ces bulles. Encore une fois, en jouant les chances, je parle de vous.

Comment les Exponentielles fonctionnent contre vous

Les bulles sont destructrices de la même manière que les vagues océaniques. Leur force n’est pas linéaire, mais exponentielle.

Cela signifie que l’énergie d’une vague augmente comme le carré de sa hauteur. Une vague de 4 pieds a 16 fois la force d’une vague de 1 pied; quelque chose que tout internaute sait par expérience. Une vague de 1 pied vous poussera. Une vague de 4 pieds vous fracassera, remplissant votre maillot de bain et divers orifices corporels avec du sable et des coquillages.Une vague de 10 pieds a 100 fois plus de puissance destructrice. Il peut vous tuer s’il parvient à vous épingler contre quelque chose de solide.

Une petite bulle localisée – comme celle qui affecte uniquement les investisseurs de tulipes en Hollande, ou un nombre relativement restreint de spéculateurs pris dans l’achat de marécages en Floride – aura un petit impact. Considérez ces vagues d’un pied.

Une bulle plus grande gonflant le marché immobilier d’une nation entière sera beaucoup plus destructrice. Comme les États-Unis en 2007. Ou comme l’Australie et le Canada aujourd’hui.Ces bulles étaient (ou seront quand elles éclatent) des vagues de 4 pieds.

Le nid actuel des bulles mondiales dans presque tous les actifs financiers (actions, obligations, immobilier, beaux-arts, objets de collection, etc.) est entièrement sans précédent. Quelle est la taille en termes d’ondes? Sont-ils une série de vagues de 8 pieds? Ou plus comme des 12 pieds?

À ce niveau de magnitude, cela n’a pas vraiment d’importance. Ils vont être très, très destructeurs quand ils se brisent.

Notre objectif maintenant doit être de savoir comment éviter d’être épinglé à la barrière de corail ci-dessous quand ils le font.

Comprendre la richesse «réelle»

Afin de bien comprendre cette histoire, nous devons commencer dès le début et demander « Qu’est-ce que la richesse? »

La plupart répondraient en disant «argent», et peut-être ajouteraient «actions et obligations».Mais ce ne sont pas vraiment la richesse.

Tous les actifs financiers ne sont que des créances sur la richesse réelle, et non sur la richesse elle-même. Une pile d’argent a une utilité et une utilité sert  parce que vous pouvez acheter des choses avec. Mais la vraie richesse est la «substance» – la nourriture, les vêtements, la terre, l’huile, et ainsi de suite. Si vous ne pouviez rien acheter avec votre argent / actions / obligations, leur valeur reviendrait à la valeur du papier sur lequel ils sont imprimés (si vous êtes assez chanceux pour détenir un certificat réel). C’est si simple.

Ce qui signifie que le maintien d’une relation étroite entre la «richesse réelle» et les revendications sur ce devrait être l’emploi n ° 1 de toute banque centrale. Mais pas la Fed, apparemment. Il a augmenté le nombre de réclamations d’un montant ahurissant au cours des dernières années. Idem avec la BoJ, la BCE et les autres grandes banques centrales du monde. Ils se sont engagés dans une voie très différente, qui a perturbé la relation de longue date entre les marqueurs de la richesse et la richesse réelle elle-même.

Ils sont aidés et encouragés à la fois par les médias et par nos institutions éducatives, ce qui renforce l’idée que les revendications sur la richesse sont les mêmes que la richesse réelle elle-même. C’est un système pratique, bien sûr, aussi longtemps que tout le monde le croit. Il s’est avéré être un excellent système pour garder les pauvres pauvres  et les riches riches.

Mais les ennuis commencent quand le système est sérieusement perturbé. Les gens commencent à se demander pourquoi leur argent a une quelconque valeur si les banques centrales peuvent imprimer autant qu’elles le veulent. Chaque fois qu’ils veulent. Et distribuez-le gratuitement en quantités illimitées aux banques. Qui ont leur propre mécanisme (c.-à-d., Banque de réserve fractionnaire) pour créer encore plus d’argent à partir de rien.

Assez lisse, non? Convaincre tout le monde que quelque chose que vous faites littéralement en quantité illimitée à partir de rien a de la valeur. Tant et si bien que, si vous en manquez, vous finissez par vivre sous un pont, affamé.

Exprimons ceci visuellement.

Le «PIB» est une mesure de la quantité de biens et services disponibles et les prix des actifs financiers représentent les revendications (ce n’est pas une mesure très précise de la richesse réelle, mais c’est la meilleure que nous avons, donc nous l’utiliserons). Regardez comment les prix des actifs divergent du PIB à mesure que les bulles se développent:

 

 

Graphique des prix des actifs par rapport au PIB

(Source)

Ce que nous voyons dans le tableau ci-dessus est que les réclamations sur l’économie devraient, assez intuitivement, suivre l’économie elle-même. Des bulles se sont produites chaque fois que les créances sur l’économie, les prétendus actifs financiers (actions, obligations et produits dérivés), dépassent de loin l’économie elle-même.

C’est un point très important. Les revendications sur l’économie ne sont que cela: les revendications. Ils ne sont pas l’économie elle-même!

Oui, le crash de Dot-Com a fait mal. Mais c’était l’équivalent d’une vague de 1 pied. Oui, la bulle immobilière a fait mal, et c’était une vague de deux pieds. La bulle actuelle est considérablement plus grande que les deux précédentes, et c’est la vague de 4 pieds dans notre analogie – si nous sommes chanceux. Il pourrait s’avérer être un 10 pieds.

The mystery to me is how people have forgotten the lessons of prior bubbles so rapidly.  How they cannot see the current bubbles even as the data is right there, and so easy to come by.  I suppose the mania of a bubble, the ‘high’ of easy returns, just makes people blind to reality.

Il fallait une génération ou plus pour oublier les douloureuses leçons d’une bulle. Les victimes devaient vieillir et mourir avant qu’une génération future puisse répéter les erreurs à nouveau.

Mais maintenant, nous avons la même génération répéter les mêmes erreurs trois fois en moins de 20 ans. Allez comprendre.

Dans cette histoire, le vœu pieux et l’illusion de soi ont des conséquences néfastes. Ce n’est pas différent de prendre une habitude de fumer toute la vie comme un jeune adolescent. Bien sûr, vous pouvez être l’un des rares à vivre une longue vie en dépit des risques, mais les chances ne sont certainement pas en votre faveur.

La destruction inévitable causée par l’écume actuelle des bulles va faire mal à beaucoup de gens, d’institutions, de pensions, d’industries et de pays. Personne ne sera épargné quand ces éclats. La seule question à laquelle il faut répondre est: Qui va manger les pertes?

Ce n’est pas une question future pour l’avenir; c’est celui qui est répondu tous les jours déjà. Les retraités prennent déjà des réductions. Porto Rico ne sera pas entièrement reconstruit. Les puits de schiste forés lorsque le pétrole était à 100 $ / baril, mais drainés à vide à 50 $ / baril, représentent des capitaux déjà désespérément trahis. Les jeunes diplômés ayant une dette d’études de 100 000 $ font face à des décennies de construction de capital. Les perdants sont déjà en train d’émerger.

Et il y en a beaucoup d’autres à suivre. Cette histoire est beaucoup plus proche du commencement que de la fin.

Les bulles doivent encore éclater. Nous voyons juste l’eau au bord du rivage commencer à se retirer, se demandant quelle sera la largeur de la vague quand elle arrivera. En espérant que ce n’est pas un tsunami monstre.

La fin est proche

Les plus grosses bulles de l’histoire ont exactement la même origine: une expansion du crédit qui fait que l’effet de levier augmente plus vite que le revenu disponible pour le servir.

Autrement dit: des bulles existent lorsque l’inflation des prix des actifs augmente au-delà de ce que les revenus peuvent supporter. Ils sont partout et toujours un phénomène alimenté par le crédit.

S&P 500 price chart

( Source @hussmanjp )

Regardez la trajectoire ridicule du S & P 500, surtout depuis que Trump a été élu. Je ne sais pas pour vous, mais à peu près tout ce qui s’est passé aux États-Unis au cours de la dernière année a été un spectacle de clowns diplomatiques ou une cruauté financière envers le citoyen moyen. Et pourtant, les prix ont augmenté à leur rythme le plus élevé en deux décennies?

Mon point de vue est que l’élection de Trump a été un choc de cygne noir totalement inattendu pour le cartel global de la banque centrale, et il a paniqué. Avec le Dow Jones en baisse de -1 000 points dans les dernières heures de la nuit après la victoire surprise de Trump, les banques centrales ont déversé des masses et des tas d’argent sur les marchés boursiers pour éviter le carnage.

Tout cet argent a calmé les investisseurs et fait grimper les prix au cours des mois suivants. Le lancement de la fusée à 80 degrés qui en résultera blessera beaucoup quand il reviendra sur terre. Bonne banque centrale!

Tout cela se passe quand nous sommes plus proches que jamais d’une confrontation militaire (sinon nucléaire) avec la Corée du Nord, la Russie est en train de renforcer sa machine de guerre, l’Arabie Saoudite a basculé des Etats-Unis vers la Chine et la Russie. nos alliés européens s’éloignent de nous.

Pendant ce temps, la FCC est sur le point de se prononcer contre la grande majorité du public et de permettre aux entreprises américaines de transformer Internet en une route à péage – sapant complètement le principe fondamental de l’invention la plus transformatrice et utile du millénaire. En éliminant la neutralité du net, la FCC a décidé contre vous et contre les profits usuraires des câblodistributeurs.

Pire, les primes de soins de santé continuent d’augmenter de deux chiffres chaque année. Ils augmentent de 45% en Floride et de 57% en Géorgie , pour ne nommer que deux états malheureux.

Et pour vraiment saler les plaies de la nation, le marécage DC est occupé à passer un changement fiscal qui va encore conduire un écart énorme entre le 0,1% et tout le monde en réduisant les impôts sur les bénéfices des entreprises ( déjà le plus bas au monde si vous mesurer à la fois l’impôt sur les bénéfices et les taxes sur la valeur ajoutée ).

Comment payer le coût énorme de ce projet de loi qui fait exploser le déficit? Facile, il suffit d’éliminer les déductions pour les gens moyens (tels que les déductions d’impôt de l’État et locales) et commencer à taxer les frais de scolarité renoncé des étudiants diplômés. C’est vrai, le gouvernement a aidé à gonfler massivement les frais de scolarité en accordant des prêts massifs aux étudiants, puis il veut faire pression sur les plus pauvres et les plus travailleurs d’entre eux.

Je voudrais que je plaisante ici. Mais comme une blague cruelle racontée au mauvais moment, le GOP est occupé à détruire la situation financière maigre et précaire de nos citoyens juste pour qu’il puisse jeter quelques dollars de plus dans les portefeuilles déjà gonflés des personnes les plus riches du pays.

La longue ascension des ultra-riches n’est pas un mystère. Il est apparu comme une conséquence prévisible de la financiarisation de, bien … tout ce qui a commencé dans les années 1980:

Graphique des inégalités de richesse aux États-Unis

Le tableau ci-dessus parle d’un système profondément injuste qui punit les travailleurs acharnés afin de donner plus à ceux qui ne font que mélanger les instruments financiers ou posséder des actifs financiers.

C’est le système que la Fed travaille si dur à préserver. C’est le système que Washington DC travaille si dur à soutenir.

C’est carrément injuste et punitif. Il punit et récompense les mauvaises personnes, respectivement. Les débiteurs bénéficient d’un allégement tandis que les épargnants sont punis. Les jeunes sont aux prises avec des dettes et font face à des coûts de la vie impossibles principalement pour préserver l’illusion de la richesse pendant un peu plus longtemps pour la génération qui se trouve devant eux.

Pour tant de raisons, les gens, rien de tout cela n’est durable. Si le système ne plante pas d’abord sous le poids de ses dettes excessives ou de la perforation de ses nombreuses bulles sur les prix des actifs, la classe brassicole et les guerres générationnelles se résorberont si la trajectoire du statu quo continue bien plus longtemps.

Dans la deuxième partie: Quand les bulles éclatent … nous détaillons à quoi s’attendre quand les démêlages commencent. Quand ces bulles éclatent, comme elles le doivent inévitablement, les conséquences vont être particulièrement laides.

Comprenez le chemin probable que le carnage va prendre et placez-vous sagement en avance sur la crise – afin que vous et ceux que vous aimez puissent affronter la tourmente de la façon la plus sûre possible.

Rappelez-vous: le rôle des marchés à bulles est de blesser le plus grand nombre possible de personnes lors de leur éclatement. Ne soyez pas l’une des victimes.

 

 

 

 

 

 

 

 

Dinosaures:215 œufs fossilisés de ptérosaures découverts en Chine

La mise au jour de centaines d’oeufs fossilisés de ptérosaures dans le nord-ouest de la Chine permet de mieux comprendre la vie de ces reptiles volants qui peuplaient la terre aux côtés des dinosaures durant le Crétacé il y a 120 millions d’années.

 

Dessin d’artiste représentant des ptérosaures Cette découverte de paléontologues brésiliens et chinois permet entre autres d’établir que les bébés Hamipterus tianshanensisétaient incapables de voler à la naissance, et qu’ils devaient donc compter sur les soins de leurs parents.

Pas moins de 215 œufs ont été mis au jour, dont certains contenaient des embryons.

Cette espèce de Hamipterus tianshanensis se nourrissait en grande partie de poissons.

Les adultes possédaient une crête au sommet d’un crâne allongé et des dents pointues. Leurs ailes déployées présentaient une envergure de plus de 3,5 m (11 pi).

En outre, des milliers d’autres spécimens de mâles et femelles ont été découverts sur le même site de la région de Xinjiang.

« C’était certainement un paradis pour les ptérosaures », affirme le paléontologue chinois Shunxing Jiang en décrivant le site, qui devient ainsi l’endroit sur la planète qui recèle le plus d’informations sur ces créatures.

Les ptérosaures furent les premiers vertébrés à voler. Les oiseaux et les mammifères ont suivi par la suite.

Jusqu’à aujourd’hui, aucun oeuf de ptérosaure n’avait été découvert avec des embryons conservés en trois dimensions. Les chercheurs pensent qu’il pourrait exister jusqu’à 300 autres œufs au même endroit, enterrés sous les fossiles exposés.

Selon le paléontologue brésilien Alexander Kellner, les os embryonnaires indiquent que les pattes postérieures d’un bébé Hamipterus se développaient plus rapidement que certaines parties des ailes.

Les chercheurs pensent que les restes de ptérosaures découverts appartiennent à des spécimens qui vivaient dans une grosse colonie près d’un lac d’eau douce.

Ils soupçonnent que des oeufs et certains individus juvéniles et adultes ont été emportés par les eaux du lac lors d’une importante tempête et qu’ils ils y ont été préservés et ensuite fossilisés.

Les oeufs mesurent jusqu’ à environ 7,2 cm de long. Ils ressemblent aux oeufs mous de certains serpents et lézards modernes.

Peu d’oeufs et d’embryons de ptérosaure ont été découverts au cours des années, en partie parce que les œufs à coquille molle se fossilisent difficilement.

Le détail de ces travaux est publié dans le journal Science .

Un ado devient millionnaire grâce au bitcoin. Mais au fait, c’est quoi le bitcoin ?

Numéro un des monnaies virtuelles qui a atteint 8 000 dollars en novembre, son usage est pourtant controversé à travers le monde. Explications sur ce qu’est le bitcoin.

 

Apparue en 2009 à la suite de la crise financière, le bitcoin est une monnaie numérique. Son origine, néanmoins, reste mystérieuse. Des anonymes se faisant appeler « Satoshi Nakamoto » l’auraient créé.

Numéro un parmi la centaine de crypto-monnaies qui existe aujourd’hui, le bitcoin permet de réaliser via Internet des paiements sécurisés sous pseudonyme. Il est toutefois limité par son programme à 21 millions d’unités. Il n’est régi par aucune banque centrale, ni aucun État souverain.

Un usage controversé

Au début, le bitcoin était utilisé majoritairement comme moyen d’échange par des réseaux criminels pour des jeux d’argent ou l’achat de substances illicites. Mais en quelques années, son usage s’est largement démocratisé. Désormais, cette crypto-monnaie est autorisée comme moyen de paiement par Microsoft et acceptée comme don par la Croix Rouge.

Pourtant, son usage reste contesté dans le monde. La Bolivie, l’Équateur ou encore le Maroc par exemple l’ont interdit sur leur territoire. Le Japon ou les Pays-Bas facilitent au contraire son utilisation en instaurant un cadre réglementaire souple.

Une monnaie très volatile

Cette monnaie virtuelle a permis à l’adolescent Erik Finman de devenir millionnaire. A l’époque, en 2011, le bitcoin ne vaut que 12$. Puis son cours explose. Cette monnaie finit par lui rapporter 100 000 $, ce qui lui permet de lancer sa start-up et de faire fortune. Aujourd’hui, il est PDG de Botangle.

Ceci témoigne bien de la volatilité particulière du bitcoin. Il valait 3 000 dollars en juin dernier, puis a subitement chuté de 40% mi-septembre. En novembre cependant, il a atteint pour la première fois les 8 000 dollars.

 


Comment la valeur du bitcoin a atteint plus de 10 000 dollars

L’évolution du bitcoin.

 

La célèbre monnaie virtuelle a franchi, mercredi,29 novembre 2017, pour la première fois, le seuil de 10 000 dollars après avoir vu sa valeur multipliée par dix en moins d’un an. Ce montant suscite un intérêt des investisseurs mais aussi un risque de bulle croissant.

 

Le bitcoin continue sa folle ascension. La monnaie virtuelle a atteint, mercredi 29 novembre, la valeur de 10 000 dollars (environ 8 400 euros), un seuil jamais atteint depuis sa création en 2009. En moins d’un an, la valeur du bitcoin a été multipliée par dix. En janvier, la monnaie s’échangeait autour de 1 000 dollars avant d’atteindre 5 000 dollars mi-octobre et dépasser la barre symbolique de 10 000 dollars.

Sans existence physique, le bitcoin s’appuie sur un système de paiement de pair à pair basé sur la technologie dite « blockchain » ou « chaîne de blocs ». Il s’échange sur des plateformes spécifiques sur internet et n’a pas de cours légal. Il n’est pas régi par une banque centrale ou un gouvernement mais par une vaste communauté d’internautes. Il est accepté dans un nombre grandissant de transactions (restaurants, immobilier, etc.).

Si cette monnaie cryptographique provoque de nombreuses critiques, notamment d’institutions financières telles les banques ou de gouvernements qui ne peuvent la contrôler, ses défenseurs assurent qu’elle offre une alternative sécurisée aux devises traditionnelles, euro ou dollar. Comment comprendre cet engouement ? Éléments de réponse.

La demande est plus grande que l’offre

Contrairement aux devises traditionnelles, la technologie du bitcoin ne permet pas la création infinie de monnaie. Une fraction de bitcoin est créée lorsqu’une transaction est validée. « En gros, à chaque transaction, ‘la banque des bitcoins’ doit rajouter cette transaction à la ‘blockchain’, créer un nouveau bloc, mais cette opération est complexe et difficile », explique Victoria Castro, journaliste pour Numérama, spécialiste des crypto-monnaies à franceinfo. Les personnes qui enregistrent ces transactions sont appelées des « mineurs » et se payent en bitcoins crées ex nihilo. Grâce à ce système, de nouveaux bitcoins sont émis de façon régulière mais leur nombre est limité.

Lors de sa création en 2009, le bitcoin a été programmé pour qu’il n’y ait jamais plus de 21 millions de bitcoins en circulation. Ce seuil devrait être atteint théoriquement en 2141.

Victoria Castro

Pour le moment, « 12 millions de bitcoins sont circulation » et nul ne peut dire quelle valeur atteindra le bitcoin lorsque cette limite sera atteinte, précise la BBC (en anglais). « Le bitcoin valait un dollar à sa création, lorsqu’il a atteint 100 dollars, on s’était déjà dit que ça serait le maximum. Puis il est passé à 500 dollars, 4 000 dollars et aujourd’hui 10 000, sans que personne n’ait pu le prévoir », témoigne la journaliste

 

Par le mécanisme classique de l’offre et de la demande, le bitcoin a suscité par sa rareté, et sa valeur montante, une forte demande. « Le bitcoin a été médiatisé et a suscité les curiosités comme une marque, il fallait l’avoir de peur de passer à côté de quelque chose« , ajoute Victoria Castro.

Selon un référendum du site Bitcoin.fr, cité par Les Echos, 46,8% des sondés – 618 personnes – estiment que le principal intérêt de cette monnaie est la nouveauté et seul un quart y voit un intérêt financier. En moyenne, les sondés ont investi 4 530 euros. Selon les données du site coinmarketcap.com, la capitalisation totale de la crypto-monnaie s’élève à 186 milliards de dollars mercredi 29 novembre. A titre indicatif, le groupe Coca-Cola est valorisé à 195 milliards de dollars, note l’AFP.

Des investisseurs s’y intéressent

Le bitcoin est passée en moins de dix ans de monnaie secrète à monnaie « classique », utilisée dans le secteur traditionnel de l’économie. « Le bitcoin a émergé dans des domaines fermés, plutôt anarchistes. Si l’on veut caricaturer, celui des hackers, décrit Victoria Castro. Ces personnes voulaient tester un ‘monde parallèle’ se défaire de la monnaie physique, c’était vu comme un engagement. »

Puis, les utilisateurs ont progressivement vu que la structure du bitcoin permettait de faire des montages financiers et certains l’ont utilisé pour effectuer des transactions peu légales. « L’anonymat des devises a attiré des personnes qui souhaitaient acheter de la drogues, des armes, tout ce qu’on trouve dans le ‘Dark Net’… C’était marginal, mais ça a joué dans la médiatisation de la monnaie », rappelle la journaliste.

Un nombre restreint mais croissant d’entreprises se sont ensuite emparées du bitcoin pour des transactions classiques. Des multinationales comme Microsoft ou Expedia et des petites entreprises ont commencé à l’utiliser. En avril, entre trois et six millions de personnes dans le monde utilisaient le bitcoin. « Aujourd’hui, ils sont probablement entre 10 et 20 millions, c’est une base d’utilisateurs qui se développe très rapidement », informe Garrick Hileman, professeur d’économie à l’université de Cambridge, cité par la BBC. Soit autant que la population des Pays-Bas ou du Chili.

Le cours du bitcoin a également grimpé en octobre, après que l’Américain CME (Chicago Mercantile Exchange) Group, l’un des plus importants opérateurs boursiers mondiaux, a annoncé le lancement prochain de contrats à terme dans cette monnaie. Beaucoup de ces nouveaux propriétaires de bitcoin ne l’utilisent pas pour acheter des choses. « La grande majorité des utilisateurs – je dirai entre 80% ou 90% – l’utilisent pour des raisons d’investissement », explique Garrick Hileman. D’où l’usage de plus en plus répandu de « crypto-asset » (actif crypté) plutôt que « crypto-monnaie ».

C’est la plus connue des monnaies virtuelles

Depuis 2009, « plus d’un millier de crypto-monnaies » ont été créées, explique Victoria Castro. « Chaque monnaie possède ses propres intérêts technologiques, mais le bitcoin reste toujours la devise la plus connue. » En 2015, la création de la monnaie Ethereum a suscité un véritable engouement. « Elle permet entre autres de gérer complètement ses transactions. Par exemple, si je veux commander un VTC via Uber, je peux m’assurer que seul le conducteur récolte la commission et non la plateforme. »

La multiplication de ces monnaies virtuelles a ravivé l’intérêt du bitcoin. « Début 2017, le bitcoin représentait 80% du marché des crypto-monnaies, il est tombé à moins de 50% lorsque Ethereum a été médiatisé puis il est remonté », détaille Victoria Castro. Plus connu des investisseurs et du grand public, le bitcoin est remonté en flèche et représente aujourd’hui 60% du marché.

Cet engouement peut-il conduire à une bulle spéculative telle que la bulle Internet en 2000 ou plus loin, la bulle des jeux vidéos en 1983 ? « Ce n’est pas faux de parler bulle financière mais puisqu’il s’agit de monnaie virtuelle, ça me paraît peu crédible de la comparer à une bulle financière mondiale comme en 2007 », assure Victoria Castro. Dans ces conditions, qui pourrait arrêter le bitcoin ? « Le vol par subtilisation de mots de passe » pourrait être fatal, envisage Eric Pichet, professeur d’économie sur le site The Conversation.

Une effraction dans le système de ‘blockchain’ entraînerait une inondation de faux bitcoins et donc un effondrement des cours.

Eric Pichet

sur le site The Conversation

Si certains analystes s’attendent à un retournement du cours de cette crypto-monnaie, ses partisans disent faire un pari sur le long terme et considèrent le lancement de contrats à terme en bitcoins par le Chicago Mercantile Exchange comme le prochain grand test.


EN CONCLUSION

 

Bitcoin et bulle sont devenus pratiquement synonymes dans l’esprit de beaucoup de sceptiques au cours du rallye à couper le souffle de cette année. Alors que la devise numérique a défié les prophéties de la fin du monde, il y a un certain nombre de façons que cette partie pourrait mal finir pour les rangs gonflés des taureaux. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Astronomie:après l’étrange astéroïde venu d’un autre système stellaire, un autre corps céleste passera tout près de la Terre

L’astéroïde 3200 Phaéton s’approche de la Terre qu’il va frôler juste avant Noël. Ce corps céleste baptisé en référence au fils d’Hélios, le dieu grec du soleil, fait 5 kilomètres de diamètre. Il passera à environ 10 millions de kilomètres de notre planète, une distance très étroite à l’échelle de l’espace. Les caractéristiques de l’astéroïde le mettent d’ailleurs dans la catégorie de ceux jugés potentiellement dangereux par la NASA.

 

Après l’étrange astéroïde venu d’un autre système stellaire, un autre corps céleste passera tout près de la Terre le 17 décembre prochain, à environ une semaine de Noël. 3200 Phaéton n’est pas inconnu des astronomes. Il a été observé pour la première fois en 1983 et est considéré comme le corps parent des météores Géminides dont la prochaine pluie est attendue comme chaque année à la mi-décembre.

 

3200 Phaéton passera tout près de la Terre le 17 décembre

3200 Phaéton a un diamètre de 5 km, soit une taille environ deux fois moindre que celle de Chicxulub, l’astéroïde qui aurait exterminé les dinosaures. Son orbite, très inhabituelle, le faire passer plus près du soleil que n’importe quel autre astéroïde. D’après des astronomes de l’université fédérale russe Immanuel Kant Baltic, 3200 Phaéton était autrefois un objet beaucoup plus grand. Ses nombreuses approches du soleil l’ont progressivement mis en morceaux. Ces derniers seraient à l’origine de la pluie des Géminides observable dans le ciel chaque mois de décembre.

La NASA se dit impressionnée par cet astéroïde, qui est capable de produire le genre de pluie de météores normalement associée aux comètes. C’est en effet la seule pluie de météorites produite par un astéroïde, ce qui demeure un mystère selon l’agence spatiale. 3200 Phaéton est classé dans la catégorie des astéroïdes potentiellement dangereux. Il passera à un peu plus de 10 millions de Kilomètres de la Terre. Dans la même période, ne manquez pas l’essaim des Géminides dont le pic est attendu pour le 13 décembre.


EN COMPLÉMENT

L’astéroïde venu d’un autre système stellaire a une forme allongée « hallucinante »

 

Des astronomes ont détecté il y a quelques semaines un astéroïde d’une forme étrange. Sa provenance d’un autre système stellaire vient d’être confirmée. C’est la première fois qu’un astéroïde venu d’ailleurs est repéré par un télescope, ce qui constitue un événement exceptionnel pour la communauté scientifique.

Un très étrange objet céleste baptisé Oumuamua.

 

Le mystérieux astéroïde avait été détecté le 19 octobre dernier par le télescope Pan-STARRS1 situé à Hawaï. Les astronomes n’ont pas tardé à émettre l’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’un objet céleste provenant d’un autre système stellaire. Aperçu sous la forme d’un petit point lumineux, il se déplaçait à très grande vitesse et s’éloignait du Soleil en direction de l’espace interstellaire. Il fallait réagir avec promptitude.

Le Très Grand Télescope de l’Observatoire européen austral a immédiatement été mis à contribution pour une analyse plus poussée des caractéristiques de l’astre, qu’il serait autrement impossible de réaliser avec un petit télescope. Les astronautes sont désormais formels. L’astéroïde qui a depuis été baptisé Oumuamua est bien le premier en provenance de l’espace interstellaire à être observé par un télescope.

Cet étrange astéroïde venu d’ailleurs accroche les astronautes

D’après les observations, l’astéroïde est de couleur très sombre, absorbant 96 % de la lumière projetée sur sa surface. Il est inerte, aucun gaz ou poussière n’ayant été détecté dans son environnement proche. La longueur de l’astéroïde est estimée à plus de 400 mètres et sa largeur à environ 40 mètres. Sa forme, qui ressemble à celle d’une cigarette ou d’un stylo est « hallucinante », selon Patrick Michel, spécialiste des astéroïdes à l’Observatoire de la Côte d’Azur cité par LeFigaro.

Aucun des plus de 750.000 astéroïdes et comètes observés jusqu’ici dans notre système solaire ne se présente sous cette allure. Les premiers calculs basés sur son orbite permettent d’établir que l’objet est originaire d’une région voisine à l’étoile Vega, dans la constellation de la Lyre. À sa vitesse incroyable de 95 000 kilomètres à l’heure, il faudrait 300 000 ans à l’objet céleste pour atteindre la Terre depuis Vega.  Et vu que cette étoile n’était pas au même endroit il y a 300 000 ans, les scientifiques estiment que Oumuamua traverse probablement a probablement erré dans la Voie lactée pendant des centaines de millions d’années avant de croiser par hasard notre Système solaire.

 

L’immense astéroïde Florence, de 4,4 km de diamètre, est passé à environ 7 millions de kilomètres de la Terre le 1er septembre 2017, permettant aux scientifiques du monde entier de l’observer, sous réserve de disposer d’un accès à du matériel approprié. Car cette distance, relativement « proche » à l’échelle astronomique, reste gigantesque – près de 18 fois la distance Terre-Lune.