Video in english:important update on the mysterious Georgia Guidestone:2014

Mysterious Georgia Guidestone get a new update :2014

Publicités

Nouvel Ordre Mondial: la pratique du génocide et du nettoyage ethnique

Le monde est actuellement secoué par de nombreux conflits armés. Il ne se passe pas un seul jour sans que les médias ne nous relatent le triste sort de civils fuyant des zones de guerre parce qu’ils craignent pour leur vie et celle de leur famille.

Le conflit israélo-palestinien, la guerre en Ukraine, les massacres devenus presque quotidiens en Irak ainsi que la désolation continue des civils en proie aux conflits en Afrique (la crise en République centrafricaine et le conflit en République démocratique du Congo et au Darfour, notamment), pour ne citer que ceux-là, décrivent une violence extrême et sans borne.

Alors que ces conflits armés se multiplient et sèment la terreur au sein de la population civile, la communauté internationale et même les juristes ne sont pas toujours d’accord sur la nature juridique à donner aux violations du droit international humanitaire (DIH) et du droit international des droits de l’homme (DIDH) qui font souffrir les victimes.

Ce texte, qui est le premier d’une série d’autres billets, cherche à comprendre la signification juridique du génocide, des crimes contre l’humanité et du nettoyage ethnique, pour ensuite les appliquer concrètement à deux cas précis, à savoir les exactions commises par les djihadistes de l’État islamique (EI) en Irak  et les violations résultantes de la crise en République centrafricaine (RCA) .

 

Abou Bakr al-Baghdadi  a été détenu,torturé et son cerveau lavé par les tortionnaires de la CIA ,à Quantanamo ...parce qu'il aurait tramé dans le complot du 11 septembre 2001. Pour s'en débarrer ,on lui a donné la promotion de calife de tous les musulmans. Je ferai un article sur son discours pourri,un jour.
Abou Bakr al-Baghdadi a été détenu,torturé et son cerveau lavé par les tortionnaires de la CIA ,à Quantanamo …parce qu’il aurait tramé dans le complot du 11 septembre 2001.
Pour s’en débarrer ,on lui a donné la promotion de calife de tous les musulmans.
Je ferai un article sur son discours pourri,un jour.

PREMIÈRE PARTIE

 

Récemment à Mossoul,une ville de l'Irak envahie par  l'ISIS,tous les chrétiens qui ont été fait prisonniers ont été crucifiés dans les rues...dans l'indifférence de Washington qui  vient de règlementé  l'immigration des chrétiens sur son territoire,mais pas les islamistes.
Récemment à Mossoul,une ville de l’Irak envahie par l’ISIS,tous les chrétiens qui ont été fait prisonniers ont été crucifiés dans les rues…dans l’indifférence de Washington qui vient de règlementé l’immigration des chrétiens sur son territoire,mais pas les islamistes.

 

 

crime de génocide

Le crime de génocide a été codifié pour la première fois dans la convention pour la prévention et la répression du crime de génocide de 1948.

À peine la Convention est-elle entrée en vigueur que la Cour internationale de justice s’est empressée de voir en elle l’expression du droit international coutumier. Sur cette base, le statut juridique du génocide oblige les États, même en dehors de tout lien conventionnel.

Au fil du temps, les législations internes ainsi que les différents statuts créant des juridictions pénales internationales ont repris la même définition de 1948, contribuant ainsi à renforcer l’assise juridique du crime.

Selon l’article 6 du Statut de la Cour pénale internationale (CPI) — qui est le dernier texte à vocation universelle à reprendre cette définition —, le génocide décrit l’un des actes ci-après, commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux : a) meurtre du membre de groupe ; b) atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe ; c) soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ; d) mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ; e) transfert forcé d’enfants du groupe à un autre groupe.

Cette définition du génocide repose essentiellement sur deux critères qui s’identifient en éléments objectifs ou matériels et en éléments subjectifs.

Les éléments matériels du génocide sont composés de cinq types d’actes limitativement énumérés aux alinéas a) à e) précités. Ces sont des actes par nature physiques (meurtre, atteintes graves à l’intégrité physique ou mentale, ou leur soumission à des conditions d’existence devant entraîner leur disparition) ou biologiques (mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ; transfert forcé d’enfants du groupe à un autre groupe). Le génocide physique vise la destruction du groupe par l’élimination physique de ses membres, tandis que le génocide biologique conduit à l’extinction du groupe à travers les entraves aux naissances et le transfert forcé d’enfants.

Quant à l’élément subjectif, il est constitué par l’élément intentionnel du génocide (dolus specialis). L’intention du génocide est le point cardinal de la définition du génocide. Il a été dit qu’elle cristallise la caractéristique la plus intime du crime du génocide. Sans donc la preuve de celle-ci, il est impossible de conclure à ce crime.

La preuve du dol spécial est difficile à établir. C’est la raison pour laquelle il existe, en notre siècle, de nombreux génocide ignorés.

De manière générale, soit l’intention peut s’établir par des preuves directes (par exemple, la saisie de documents officiels dans lequel il existe un plan génocidaire), soit elle peut s’inférer des circonstances et des faits du crime.

Les preuves directes étant généralement difficiles à établir, c’est au prisme de la deuxième hypothèse que les juges arrivent la plupart du temps à se convaincre de la commission d’un génocide. Ainsi seront pris en compte le contexte du crime ainsi que le comportement discriminatoire de l’accusé, du nombre impressionnant de victimes, de l’attaque aux biens du groupe visé, de l’usage des termes insultants, des blessures subies par la victime, ou encore le caractère systématique et à grande échelle des violations commises.

Il n’existe donc pas de critères précis pour déterminer une fois pour toutes l’existence du dol spécial. C’est donc de manière casuistique, et à travers chaque situation, que le juge va se convaincre, au-delà de tout doute raisonnable, de la commission d’un génocide.


SECONDE PARTIE

 

Arthur Porter ,le grand ami de l'espion canado-saoudien  qui a fraudé les élections du 7 avril 2014 au Québec...Philippe Couillard. Eh bien Arthur porter a été  le conseiller principal du président corrompu et dangeereux du Sierra leone ,Ernest Koroma.Il était aussi l'ambassadeur plénipotentiaire du Sierra Leone au Canada ...et membre de la même loge  maçconnique que celui-ci.
Arthur Porter ,le grand ami de l’espion canado-saoudien qui a fraudé les élections du 7 avril 2014 au Québec…Philippe Couillard.
Eh bien Arthur porter a été le conseiller principal du président corrompu et dangeereux du Sierra leone ,Ernest Koroma.Il était aussi l’ambassadeur plénipotentiaire du Sierra Leone au Canada …et membre de la même loge maçconnique que celui-ci.

Le crime contre l’humanité 

Le crime contre l’humanité existait déjà dans le Statut du Tribunal militaire international de Nuremberg de 1945. Au cours du développement du droit international, il a subi plusieurs évolutions qu’il n’est pas nécessaire de retracer ici.

Selon l’article 7 du Statut de la CPI, dont la définition est considérée comme reflétant l’expression du droit coutumier, le crime contre l’humanité définit des actes énumérés aux alinéas a à k du paragraphe 1 de la présente disposition lorsqu’il est commis dans le cadre d’une attaque généralisée ou systématique lancée contre toute population civile et en connaissance de cette attaque.

La liste des actes visés à l’article 7 est longue, mais elle n’est pas exhaustive. Elle comprend, entre autres, le meurtre ; l’extermination ; la réduction en esclavage ; la déportation ou transfert forcé de population ; la torture ; le viol ; la persécution de tout groupe ou de toute collectivité identifiable pour des motifs d’ordre politique, racial, national, ethnique, culturel, religieux ou sexiste […] ou en fonction d’autres critères universellement reconnus comme inadmissibles en droit international, etc.

De manière générale, la jurisprudence estime que les crimes contre l’humanité couvrent des faits graves de violence qui lèsent l’être humain en l’atteignant dans ce qu’il est le plus essentiel : sa vie, sa liberté, son intégrité physique, sa santé, sa dignité. Il s’agit d’actes inhumains qui, de par leur ampleur ou leur gravité outrepassent les limites tolérables par la communauté internationale, qui doit en réclamer la sanction.

Par-delà ce qui précède, la nécessité d’une attaque contre la population civile ayant le caractère «généralisé ou systématique», constitue en droit positif, aussi bien l’élément contextuel que l’élément objectif déterminant dans la preuve des crimes contre l’humanité. Les deux caractéristiques sont alternatives, et non cumulatives.

La jurisprudence du Tribunal pénal international pour la Rwanda définit l’attaque «généralisée» en se fondant sur des éléments quantitatifs, à savoir que le caractère généralisé résulte du fait que l’acte présente un caractère massif, fréquent, et que, mené collectivement, il revêt une gravité considérable et est dirigé contre une multiplicité de victimes.

Quant au caractère «systématique», il consiste dans la répétition délibérée et régulière de comportements criminels similaires, évitant de fait des condamnations ayant un caractère fortuit.

 

Exécution: Avec juin Efficacité brutale, ISIS S'est taillé en juin ,une grande partie de territoire Qui a effacé la frontière Effectivement Entre l'Irak et la Syrie et jeté les bases de Leur proto-État
Exécution: En  juin 2014,d’une Efficacité brutale, ISIS S’est taillé en juin ,une grande partie de territoire Qui a effacé la frontière Effectivement Entre l’Irak et la Syrie et jeté les bases de Leur proto-État

Le nettoyage ethnique 

Le nettoyage ethnique est aussi désigné par diverses expressions : «purification ethnique» et «épuration ethnique» (en français) ; «ethnic cleansing» (en anglais) ; «ethnische sauberung» (en allemand) ; «limpieza éthnica» (en espagnol) ; «pulizia etnica» (en italien.

En l’état actuel du droit international, il n’existe pas de crime connu sous le nom de nettoyage ethnique. Ce sont les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et le génocide précités, qui sont officiellement reconnus.

Quant au nettoyage ethnique, il a été rendu populaire en la faveur de la crise qui a décimé l’ex-Yougoslavie, dans les années 1990. Utilisé par les diplomates et les militaires pour décrire les violations qui y étaient commises, il n’a jamais été codifié dans une convention internationale, à l’exception de l’accord de Dayton.

C’est en 1992 qu’un rapport du Conseil de sécurité de l’ONU l’a défini pour la première fois comme une pratique contraire au droit international, et qui consiste à rendre une zone ethniquement homogène en utilisant la force ou l’intimidation pour faire disparaître de la zone en question des personnes appartenant à des groupes déterminés.

De manière générale, trois éléments précis sont à déduire de la définition : l’identité ethnique du groupe, l’acte de déplacement ainsi que l’acquisition du territoire par la force.

Quoi qu’il en soit, le nettoyage ethnique a une finalité territoriale, et c’est là son élément déterminant. La purification ethnique vise à prendre possession d’un territoire en déplaçant ou en assimilant par la force le groupe ethnique qui l’occupait.

Depuis le rapport de l’ONU précité, c’est essentiellement par l’intermédiaire du crime contre l’humanité, et exceptionnellement par le crime de génocide, qu’on essaye d’assurer une répression pénale de la purification ethnique.

La plupart du temps, les actes de nettoyage ethnique sont sanctionnés par le crime contre l’humanité en raison du fait qu’ils sont commis dans le cadre d’une attaque généralisée ou systématique dirigée contre une population civile. Qui plus est, les actes de déportation ou de transfert forcé de population — qui sont considérés comme les manifestations visibles du nettoyage ethnique — sont expressément criminalisés en tant que crime contre l’humanité.

L’intérêt de bien appréhender les contours juridiques de ces trois catégories d’infractions resterait théorique si elle n’avait pas donné lieu à une pratique internationale qui reste d’actualité, et qui révèle, plus de 20 ans après la crise yougoslave, la difficulté de se faire une idée exacte de ce qu’est le nettoyage ethnique, en comparaison avec le génocide et le crime contre l’humanité.

Alors que les minorités d’Irak vivent une des pires situations de leur histoire, et que la République centrafricaine est secouée par des exactions sanglantes, la question de la qualification juridique de ce qui s’y passe est, bien que critiquable, déterminante : de cela découlera l’intervention — ou l’inaction — de la communauté internationale.

Début juin 2014, une offensive d’insurgés sunnites a été menée par les djihadistes de l’État islamique (EI) au nord de Bagdad. Cette attaque s’est étendue ensuite au nord de l’Irak ; plus précisément, dans la province de Mossoul.

Une fois la région sous son contrôle, l’EI a lancé un ultimatum à plusieurs groupes minoritaires (chrétiens, Yazidis, Turcs et Shabaks), les enjoignant de choisir entre la conversion à l’islam, le versement d’un lourd tribut ou la mort.

Devant ces options toutes aux conséquences irréversibles pour elles, plusieurs de ces minorités ont été contraintes de quitter en masse leur terre, désormais acquise par le califat islamique. Celles qui ont décidé de rester ou qui ont été empêchées de partir ont été l’objet d’une violence aussi grave qu’horrible, selon l’expression de l’ex-haut-commissaire aux droits de l’homme, Navi Pillay, qui décrivait les exactions.

Devant la radicalité de la violence et l’ampleur des violations du droit international des droits de homme (DIDH) et du droit international humanitaire (DIH), les ONG et les États, ainsi que l’ONU, n’ont pas eu une position univoque sur la qualification juridique à donner aux infractions qui y sont commises.

Un génocide pour les uns, un crime contre l’humanité pour certains et un nettoyage ethnique pour les autres

Le président américain s’est clairement appuyé sur un éventuel acte de génocide pour autoriser les frappes américaines en Irak en vue de stopper les actes de l’EI.

En agissant ainsi, Barack Obama prend soin de rendre a priori légale — sinon légitime — cette énième intervention militaire qui, il faut le rappeler, s’est faite sans mandat onusien explicite.

Les Américains ne sont pas les seuls à se servir du crime de génocide pour qualifier les exactions des djihadistes. La France, par l’intermédiaire de son ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, s’est dite convaincue que les violations commises par le califat islamique sont constitutives de crime de génocide. Cette prise de position tranche, néanmoins, avec la réserve de la France, qui a semblé au départ se désolidariser de l’intervention militaire américaine selon le motif qu’elle interviendrait sans autorisation du Conseil de sécurité.

Aux côtés des États, les ONG se sont également exprimé sur la nature juridique des violations contre les minorités précitées. Se basant sur des témoignages de survivants qu’elle a pu interviewer, Amnistie internationale a d’abord accusé l’EI de commettre un nettoyage ethnique dans des proportions historiques, avant d’en appeler à l’ONU pour une enquête internationale.

La position d’Amnistie internationale est corroborée par les services du Haut-commissariat des Nations Unies pour les droits de l’homme (HCDH). Pour les responsables de cette institution, l’EI procède de manière impitoyable à un nettoyage ethnique et religieux dans les zones sous son contrôle. Qui plus est, de telles persécutions constitueraient des crimes contre l’humanité.

Les organes de l’ONU n’ont pas une même lecture précise de la nature juridique des violations qui auraient été commises. Contrairement au HCDH, le Secrétaire général de l’ONU et le Conseil de sécurité évitent d’employer expressément la notion de nettoyage ethnique. Ils se contentent d’appréhender les exactions à travers une description, avant de les qualifier directement de crime contre l’humanité.

Essai d’éclairage juridique : un nettoyage ethnique… vraisemblablement !

Dans la situation des minorités en Irak, les djihadistes leur demandent de partir de la terre de leurs ancêtres. Leurs bourreaux leur indiquent qu’ils sont considérés persona non grata dans cet espace où ils ont toujours vécu. Les biens et les symboles religieux des victimes sont profanés et détruits, pendant que leurs papiers d’identité sont confisqués.

Toutes ces pratiques visent à les déconnecter de leur territoire et à détruire à jamais le goût de revenir sur ces lieux, pour ne plus revivre l’amer souvenir.

Si l’on ajoute l’option qui est faite aux minorités de partir ou de se convertir par la force à la religion pratiquée par les djihadistes (mesures d’assimilation forcée), la situation serait bien proche d’un nettoyage ethnique, car en matière de génocide, il n’y a pas d’option.

Le génocide vise d’abord à tuer toutes les composantes d’un groupe et, à défaut, une partie d’entre elles qui n’aurait pas eu le temps ou la chance de fuir. Or, malgré l’échelle des massacres qui ne préjugent pas nécessairement d’un génocide, l’existence de l’option est capitale pour ne pas mener le débat vers un probable génocide.

À quoi servent les politiques qui visent à nommer les crimes ? 

Les États ont toujours hésité à qualifier une situation de génocide, car ce crime a une charge morale et impose une obligation d’intervention pour y mettre fin.

En évoquant très tôt l’idée de génocide contre les minorités irakiennes, la France et les États-Unis opèrent une révolution qui, espérons-le, pourra faire jurisprudence, en ce sens qu’elle pourrait désormais amener les États à ne plus hésiter à utiliser ce qualificatif pour dénoncer des situations similaires.

Si l’idée de déterminer la nature juridique exacte des violations du DIDH et du DIH est toutefois un impératif au stade d’une enquête ou d’un procès, on peut s’interroger sur le bien-fondé de la politique qui consiste à nommer les crimes à un stade où celle-ci n’est pas vraiment nécessaire, vu l’urgence de la situation.

Que ce soit, en Irak, en Centrafrique ou n’importe où ailleurs, il ne devrait pas être utile de brandir son appartenance à un groupe, victime de génocide ou de nettoyage ethnique, pour espérer obtenir une mobilisation de la communauté internationale dans un conflit.

Dès qu’il y a un danger pour des populations civiles, et quels que soient les crimes internationaux dont elles sont victimes, il doit y avoir une réponse rapide : celle de la responsabilité de la communauté internationale d’intervenir pour les protéger.

 

Featured Image -- 6583

 

LE PLAN ILLUMINATI  DE DÉPOPULATION SUR LE PLAN LÉGAL

Il existe un plan de dépopulation  de l’humanité et ce plan   fait parti d’une vaste conspiration dont le but est le contrôle global et maximal de l’humanité.L’idée fondamentale consiste à éliminer le maximum de population humaine,surtout en cherchant  l’extermination des récalcitrants,des émancipés  et des éduqués de façon à ne conserver que ce qui est  nécessaire  pour la bonne marche des affaires capitalistes du monde.Il suffit pour les Illuminati et leurs alliés de ne conserver qu’un pourcentage acceptable de peuples soumis ,abrutis et vendus à la cause du néolibéralisme d’affaires ,afin de créer un nouveau  paradigme,avec si possible …une nouvelle religion.En ne laissant que des conditions minimales de survie au nouveau troupeau d’esclaves,le Nouvel Ordre Mondial  pourra ainsi maintenir  le reste de l’humanité dans une dépendance  sans fin,tout en étant érigé sur le piédestal du Sauveur.

Depuis l’échec de l’expérience communiste,les États-Unis d’Amérique sont devenu la seule vraie superpuissance du monde et tend à reprendre à son compte l’héritage laissé par le Troisième Reich allemand.Il s’agit de reprendre  à son compte,des éléments fonctionnels  afin de revigorer l’Empire Américain…en déclin.Les Bush et Obama sont devenus la courroie de transmission parfaite pour l’établissement d’une dictature mondiale,car en créant  et fabriquant des « ennemis »,l’Empire se redonne une vocation humanitaire,civilisatrice et plus tard…évangélique.

Avec la mort de l’URSS et du bloc communiste,l’Empire américain se doit de se donner un ennemi compétitif,car c’est de la compétition,tout azimut,que s’est développé son esprit guerrier,frondeur,élitiste et dominateur.Le développement d’un fou mégalomane  comme Abou Bakr al-Baghdadi dans la prison de Quantanamo était devenu un mal nécessaire.L’Empire devient ainsi un héro ,un sauveur de la démocratie,un protecteur de la foi non fanatique et non contrôlée.La compétition doit se faire entre un monstre que l’on a financé,contrôlé et armé jusqu’aux dents et Obama ,le musulmant président démocrate au beau sourire imberbe (le mauvais islamique portant une barbe noire…bien sur).

Pour réaliser cela,il faut commencer par établir une dictature sur les États-Unis eux-mêmes ,tout en écrasant toute forme  de volonté de libération,voire de révolution dans le peuple américain…lui-même.

…et c’est justement ce qu’a entrepris le satanique Obama en ce  22 septembre 2014.

 

Barack Hussein Obama a une fois de plus violé de façon flagrante la Constitution des États-Unis en lançant des frappes aériennes sur le territoire syrien en vertu de la justification d’un cadre illégal et sans consultation ou demande d’intervention intervention du Congrès en  que ce soit.

Dans un mouvement qui menace d’enflammer toute la région, Washington a lancé une vague de missiles de croisière Tomahawk contre des cibles ISIS tard dans  la nuit du 22 septembre 2014.Les premiers rapports indiquent que huit civils, dont trois enfants, ont été tués lors d’un bombardement aérien sur la ville de Raqqa.

Malgré que  l’administration profiter un large soutien pour sa campagne militaire contre ISIS, avec près de deux tiers des Américains préconisant des frappes aériennes sur le territoire syrien, les soupçons vont bon train que Washington fera ensuite tourner ses armes contre le régime Assad, dont il a essayé de renverser depuis plus de deux ans.

Quelle que soit la nécessité et la justification de la campagne contre ISIS, la décision d’Obama d’ignorer une fois de plus le Congrès, comme il le faisait avant l’attaque,aura  finalement été désastreux sur la Libye,ce qui  renforce le précédent de la Maison Blanche… de lancer une action militaire avec absolument aucun fondement juridique.

Peu de temps après l’annonce  que des frappes aériennes américaines sur la Syrie ont émergé, le député Justin Amash a également résumé les sentiments de certains législateurs à l’échec des dirigeants du Congrès pour engager un débat vigoureux sur le nouveau conflit.

Bien que le Congrès a récemment voté pour approuver un plan pour armer les  » soi-disant » rebelles «modérés» syriens ( dont beaucoup sont alignés avec ou ont vendu des armes à ISIS), les législateurs n’ont pas donné le feu vert pour lancer des frappes aériennes.

« C’est-ce que le Congrès n’a jamais été d’autoriser spécifiquement une guerre », écrit Lynn Sweet . « La chaîne d’événements commençant par les attaques de lundi en Syrie peut diluer la pression pour un autre vote d’autorisation. Peu importe ce qui se passe dans les mi-mandat, le Congrès va  peut être hésiter  à nier à Obama l’autorisation de faire  la guerre alors que les États-Unis …sont à nouveau en guerre « .

Le président Obama affirme qu’il a un motif juridique pour attaquer ISIS basé sur la même autorisation qu’en  2001 pour utiliser la force militaire (AUMF) qui a précédé la guerre contre le terrorisme. Toutefois, W. James Antle note , que la loi ne couvre que « ces nations, organisations ou personnes» qui  ont «planifié, autorisé, commis ou aidé les attaques terroristes qui ont eu lieu le 11 Septembre 2001, ou hébergeaient ces organisations ou personnes. »

« Sur sa face c’est un argument plausible parce que le AUMF 2001 exige un lien avec Al-Qaïda ou les forces associées d’Al-Qaïda luttent contre les Etats-Unis, » Robert Chesney, professeur à l’Université du Texas School of Law, a déclaré au Daily Beast . « Depuis ISIS a rompu avec Al-Qaïda, il est difficile de faire valoir cet argument. »

Avant l’attaque sur la Libye, Obama effrontément miné le pouvoir du Congrès en insistant que son autorité provenait du Conseil de sécurité des Nations Unies et que l’approbation du Congrès n’était pas nécessaire. «Je n’ai même pas se rendre à la question constitutionnelle», s’est moqué le président.

Cette fois-ci, Obama n’a même pas pris la peine d’obtenir un timbre de l’ONU en caoutchouc, pas plus qu’il n’a même abordé la notion que le Congrès devrait avoir son mot à dire pour décider si l’Amérique doit s’engager à une autre campagne militaire qui pourrait facilement se développer dans un  conflit total soufflé  et gonflé  par  le vœu du gouvernement Assad qu’il traitera toute action militaire américaine sur son territoire comme un acte de guerre.

Selon le député Walter Jones , l’échec d’Obama à obtenir l’approbation du Congrès pour l’attaque en  2011 sur la Libye constituait « un délit qualifié de répréhensible en vertu de l’article II, section 4 de la Constitution. »

Pour avoir  une fois de plus snober le  Congrès, Obama a effrontément violé la constitution et commis une autre infraction répréhensible et périlleuse.

Ce n'est pas une tenue respectable pour un président .
Ce n’est pas une tenue respectable pour un président .

CONCLUSION

En déséquilibrant le Moyen Orient par l’utilisation des mercenaires d’Al Qaïda et de ISIS,l’Empire Américain qui est devenu le gérant-général du Nouvel Ordre Mondial,a créé un besoin  onéreux  de sécurité afin de se garantir pour lui et ses alliés,le pétrole et l’énergie fossile dont il a besoin pour asseoir sa civilisation…au  mépris de la survie de l’humanité elle-même.

Pour  détruire dans l’œuf l’émergence de cette dictature néolibérale sur le monde,il faut commencer par une Seconde Révolution Américaine pour redonner  au Peuple Américain tous ses droits violés et piétinés  par ce président né au Kénya et  promu par le crime organisé.

Seul un Mouvement Mondial de Désobéissance Civile  limitera la puissance à long terme de cette dictature.

Je vous offre ma vie pour tout commencer…avant qu’il ne soit trop tard…du Québe,de l’Europe,du Moyen Orient et de l’Afrique ,nous en jetterons  les bases,car nous savons que le monde a soif de Justice,de Vérité et de Liberté.

Vive la Révoilution Mondiale!

 

 

 

 

 

 

Photo exceptionnelle d’une comète en approche

Une photo  unique ,sans précédent dans l'histoire de l'astronautique.
Une photo unique ,sans précédent dans l’histoire de l’astronautique.

 

 

Nous voyons  ici est un selfie du  vaisseau cosmique  pris par la sonde spatiale Rosetta à quelques 271 million miles (436 millions de km) de la Terre et à environ 50 km de la comète 67P / Churyumov-Gerasimenko . L’image a été prise le 7 Septembre 2014 et capte le côté de la sonde Rosetta et une des ailes solaires (panneaux solaires) de  14 m de longueur de Rosetta, avec  la comète 67P / CG en arrière-plan. Deux images avec différents temps d’exposition ont été combinées pour faire ressortir les détails faibles dans cette situation de contraste très élevé. [ Source ]

Churyumov-Gerasimenko est la destination la mission Rosetta  de l’Agence spatiale européenne  , lancée le 2 Mars 2004 .La sonde Rosetta a fait son rendez-vous avec la comète le 6 Août 2014 et est entré en orbite sur le lander 10  Septembre 2014.De  Rosetta, la mini-sonde Philae , doit atterrir sur la la surface de la comète le 11 Novembre 2014.

La mission Rosetta atteindra de nombreuses premières historiques:

– Rosetta sera le premier vaisseau spatial en orbite autour du noyau d’une comète .
– Il sera le premier engin spatial à voler à côté d’une comète qui se dirige vers le système solaire interne.
– Rosetta sera la première sonde à examiner de près comment une comète gelée se transforme par la chaleur du Soleil.
– Peu de temps après son arrivée à la comète 67P / Churyumov-Gerasimenko, l’orbiteur Rosetta doit  expédier un atterrisseur robotique pour le premier touché contrôlée sur un noyau de la comète .
– Les instruments de l’atterrisseur de Rosetta va obtenir les premières images de la surface d’une comète et de faire la première analyse in situ  afin de savoir ce qui compose une comète. 
– Sur son chemin vers la comète 67P / Churyumov-Gerasimenko, Rosetta passera par la principale ceinture d’astéroïdes, avec la possibilité d’être le premier objet terrestre à faire une  rencontre rapprochée  avec un ou plusieurs de ces objets primitifs .
– Rosetta sera la première sonde à voler près de l’orbite de Jupiter en utilisant des cellules solaires comme source d’énergie principale.
– Les scientifiques attendront  avec impatience afin  de comparer les résultats de Rosetta avec les études précédentes par la sonde Giotto de l’ESA et par des observatoires terrestres. Celles-ci ont montré que les comètes contiennent des molécules organiques complexes – des composés riches en carbone, hydrogène, oxygène et azote,

Curieusement, ce sont les éléments qui composent les acides nucléiques et les acides aminés, les ingrédients essentiels à la vie comme nous la connaissons. La vie sur Terre a-t-elle commencé avec l’aide de l’ensemencement des comètes? Rosetta peut nous aider à trouver la réponse à cette question fondamentale. [ Source ]

 

 

Référendum sur l’Indépendance écossaise:une fraude électorale pire que lors de l’élection de Bush en 2000

Carte politique de l'Écosse..
Carte politique de l’Écosse..

Cet article n’est pas à propos de l’Union européenne, ni de la finance, de la banque, ni de retraite, ni de protection sociale ou de pétrole, et si il est mieux pour l’Ecosse d’avoir séjourné dans le Royaume-Uni ou non pour des motifs d’ordre public.

Cet article est à première vue ,un étalage des preuves sur un système bien rodé et  frauduleux  de comptage de voix à grande échelle …systémique dans le comptage du OUI et du  NON sur les bulletins de vote (un complot qui ne pouvait survenir qu’en  vertu d’une ordonnance de haut niveau concertée au sein de l’administration du gouvernement britannique et de l’administration du dépouillement du scrutin pour trouver un moyen  d’ entraîner  un « NO » victorieux quel que soit le coût.

« Le jour le plus sombre dans l’histoire écossaise »

Mon analyse juridique est que « le jour le plus sombre de son histoire vient d’être vécu  pour le peuple écossais. » Parce que la libre volonté collective de l’Ecosse pour devenir une nation indépendante par un vote libre et  juste a été contrarié par la fraude systémique commandé par ce qui ne peut être les plus hauts niveaux de la politique,du monde  financier, de l’intelligence, et de  l’élite monarchique .Il est  plausible que ce déni de droit,commandé par  l’Angleterre, montre au monde que le contrat social de base entre l’Ecosse et l’Angleterre était cassé ,arrangé d’avance. À tout le moins, l’Ecosse est autorisé par la loi à un dépouillement, ou à un à voter de nouveau (en raison de la probabilité que les bulletins de vote existants ont été détruits).

Mise en place du vote référendaire Sting

Ce qui suit est une preuve  prima facie des éléments du programme systémique secret du  Royaume-Uni pour saboter le vote référendaire du  18 Septembre, 2014  sur l’indépendance et obtenir un vote frauduleux en faveur du  NO.

1. Interdiction d’un dépouillement Votez nationale – La disponibilité des dispositions réglementaires ou législatives pour un recomptage des votes dans le cas de manifestations de  fraude électorale,d’ accident, après le  vote, etc est fondamentale pour le processus de vote démocratique et est présent dans tout processus ,toute norme  démocratique  de vote partout dans le monde.

Pourtant, bien que le Royaume-Uni et l’Ecosse se considèrent parmi les principales démocraties du monde, le jour du référendum, la loi régissant le référendum stipule que «En outre, aucun dépouillement judiciaire ne peut être ordonné dans un domaine particulier après que  son résultat a été déclaré. »

Le 18 septembre 2014, le  United Kingdom  Telegraph  écrivait: » Pas de recomptage national n’est  permis lors  du référendum sur l’indépendance. Le directeur de comptage  dit qu’il a permis au niveau local dans  les 32 régions de conseil de l’Ecosse, mais un problème national ne se fera pas pris en compte , même si le résultat est Le résultat est très serré, pour le référendum sur l’indépendance écossaise a confirmé qu’il  ne peut y avoir recomptage national,… même si le résultat est très proche.

« Marie Pitcaithly a dit que les agents de comptage locaux  dans chacun des 32 conseils de l’Ecosse peuvent envisager des « demandes raisonnables »d’un dépouillement judiciaire dans leurs domaines respectifs où de véritables préoccupations ont été soulevées.

«Tous les votes sont comptés au niveau local et les préoccupations concernant le nombre doivent être résolus au niveau local. De plus, aucun dépouillement judiciaire ne peut être ordonné dans un domaine particulier après que son résultat a été déclarée. » [1]

COMMENT EN ECOSSE  UN PAREIL VOTE FRAUDULEUX  A ETE POSSIBLE: En éliminant la possibilité d’un nouveau dépouillement, les contrôleurs du gouvernement britannique du référendum écossais se sont assurées de mettre en place  les conditions d’une opération secrète dans laquelle les scrutateurs seraient condamnés à passer de nombreux bulletins de vote OUI à  se faire déplacer sur les piles de NON  et faire d’autres «trucs sales » ce qui est assuré d’un résultat NO, sans aucun recours juridique d’un recomptage.

2.  Compteurs  du vote sur le référendum ont  ordonné de commettre une fraude électorale massive – Un deuxième élément clé de la fraude de vote référendaire écossais provient  des ordres systématiques  reçus de hauts niveaux  au sein du gouvernement britannique et de s’engager dans une variété de «sales tours» tels que commuter des  bulletins de vote OUI pour  être considérés comme des bulletins de vote NON, conduisant ainsi  à un résultat victorieux du NON.

La preuve Prima facie  de cette pratique systématique comprend les éléments suivants:

A. Les observateurs internationaux accrédités ont  trouvé que (1) irrégularité de dépouillement et (2) que le référendum écossais ne répond pas aux normes internationales.   le 19 septembre 2014, The Guardian a rapporté que «la Russie a déclaré que la tenue du référendum écossais» a fait pas conformes aux normes internationales », avec ses observateurs se plaignent le comte a eu lieu dans des salles trop grandes et que la procédure a été viciée mal …».

« L’équipe de l’Institut public de suffrage de Moscou a regardé droit de vote se déroulent dans la capitale écossaise et la région environnante. Il a également rencontré des politiciens écossais, les électeurs et les représentants d’organisations non gouvernementales,a  déclaré  Ria .

« Borisov a déclaré qu’il était impressionné par ce qu’il a vu. Il dit que la chambre où il a vu le nombre, jeudi soir, était un «hangar» caverneux à côté d’un terrain d’aviation. Il était difficile de voir ce qui se passait, il dit en  ajoutant: «Le hangar est d’environ 100m par 300m. Il y a des tables, des bulletins de vote empilés sur eux, mais les observateurs sont coincés autour du périmètre. Même si vous le souhaitez, il est impossible de dire ce qui se passe. Il est également difficile de savoir où sont  les cases avec les bulletins de vote  qui s’en viennent. » [2]

B. La preuve  Prima facie  en vidéo existe ,montrant des exemples flagrants de la fraude de dépouillement systématique ordonnée par des hauts placés au sein de l’administration de dépouillement.

Un exemple de la preuve se trouve dans cette vidéo, qui fait partie d’une pétition qui a maintenant plus de 70.000 supporters.

Terrible Proof that the Scotland referendum was rigged!

Pétition pour nouveau vote avec les sauvegardes de comptage

 Cette pétition, que  plus de 70.000 personnes ont signé (au 21 septembre 2014), prend en charge un nouveau vote de référendum écossais avec les sauvegardes de dépouillement comme suit:

 

D’innombrables preuves de fraude lors du récent référendum écossais sont venues à la lumière, y compris les deux comptes  de votes  transportés en vrac dans une pile de NON, les votes  de OUI  n’étant clairement vu dans aucune des piles et des étranges  événements [sic]  comme  les alarmes d’incendie doubles et la fraude claire et nette à Glasgow. Nous exigeons  qu’un nouveau vote soit  pris  dudit référendum, où chaque vote est compté par deux individus, dont l’une  devrait être une partie impartiale internationale sans participation au vote. [3]

 Quels remèdes à faire prendre  au peuple écossais …maintenant qu’il s’est fait frauder?

Lorsque la Cour suprême des États-Unis dans le cas  de l’élection en 2000 (Gore v. Bush [4])ou Bush a  frauduleusement obtenu la présidence des États-Unis , même si Al Gore avait remporté le vote démocratique, non seulement le peuple américain a  été les perdant, mais le monde entier étaient perdant, y compris le Royaume-Uni.

La Fraude gouvernementale a des conséquences tragiques. Comme un ancien juge au tribunal de  Kuala Lumpur  sur  des crimes de guerre, nous avons trouvé l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair, l’ancien président américain George W. Bush (et plus tard ,le vice-président Richard Cheney B., secrétaire à la Défense Donald H. Rumsfeld, ET alios ) coupable de crimes de guerre d’agression et de génocide à l’invasion illégale et la guerre en Irak …la fraude de guerre de Nuremberg de niveau continue de se séparer de ses industries de génocide. [5]

La fraude électorale au Royaume-Uni Le gouvernement a un coût à la fois pour le peuple écossais (qui ont voté pour leur indépendance comme la prima facie preuve de fraude de vote compte spectacles) et pour les peuples du monde qui va maintenant se poursuivre avec l’organisation sans relâche, pénalement corrompu connu que la Couronne britannique, constatée par la Cour de common law internationale de Justice à Bruxelles coupables de génocide de l’enfant. [6]

Quels remèdes peut faire le peuple écossais maintenant quand une fraude de vote référendaire a  diaboliquement tracé le plus haut niveau du gouvernement britannique, de violer le  dépouillement et  éliminer  de la législation ,des lois  démocratiques  favorisant le référendum?

Il existe de nombreux remèdes, selon la volonté politique!

En supposant qu’il existe une volonté politique d’avoir un nouveau dépouillement ou nouveau vote juste et équitable, il ya beaucoup de partis qui ont un statut juridique à aller de l’avant et obtenir légalement un dépouillement ou à voter de nouveau:

1. Parlement écossais – http://www.scottish.parliament.uk/

2. Les citoyens de l’Ecosse (individuellement ou en groupe)

A. Les recours disponibles Parlement écossais ( citoyens écossais ont besoin pour exercer une pression politique au Parlement écossais montrant la fraude électorale massive)

1. Les fichiers au Parlement Écossais : une Motion d’urgence avec le Parlement britannique demandant dépouillement ou à voter de nouveau (préféré) sur la base de la fraude

2 Si le Parlement du Royaume-Uni nie la motion d’urgence, le Parlement écossais tiendra un référendum sur  l’indépendance sous les auspices du Parlement écossais.

  • Résultat de OUI présente au Parlement du Royaume-Uni et tenir 18 mois de séparation négociation
  • Doit S’appliquer simultanément à des organismes internationaux et des États-nations [de l’ONU, l’UE, l’Organisation des États américains] pour la reconnaissance de l’État-nation
  • Demandez conseil à  des nations comme l’Islande qui sont en plein essor et indépendante et ont secoué la grille du FMI-des banquiers.

B. Recours dont dispose citoyens écossais (individus et les groupes)

1. Chercher un acte  de mandamus devant les tribunaux écossais ou britanniques  ordonnant  aux fonctionnaires un dépouillement ou à voter de nouveau pour des raisons de fraude.

2 Apportez un puissant soutien communautaires  au Parlement écossais à renforcer sa colonne vertébrale et la volonté politique soit de déposer un bref d’urgence exigeant un dépouillement ou à voter de nouveau (n ° 1 ci-dessus), ou de tenir un référendum de l’indépendance de son propre (# 2 ci-dessus).

3 Si le Parlement actuel écossais ne parvient pas à prendre des mesures après avoir été mis en évidence de la fraude par référendum écossais, puis à porter la pression de la communauté afin  de demander une nouvelle élection et élire un Parlement écossais qui tiendra un référendum sur l’indépendance écossaise et déclarer l’Ecosse une nation indépendante et prendre  toutes les mesures nécessaires pour assurer la reconnaissance internationale de sa souveraineté et de la coopération avec les pays similaires comme l’Islande qui ont récemment jetés sur le joug de la domination bancaire secrète.

Contact: peace@peaceinspace.org

 Sources: Alfred Lambremont Webre

 

 


Références

[1] Simon Johnson, l’éditeur écossais en politique, « Pas de recomptage national a permis de référendum sur l’indépendance, le 18 sept 2014, Royaume-Uni Telegraph, http://www.telegraph.co.uk/news/uknews/scottish-independence/11107061/No-national-recount-allowed-for-independence-referendum.html

[2] Luke Harding, « la Russie crie au scandale sur le vote pour l’indépendance écossaise: les observateurs russes disent que de  nombreux votes  sur le référendum ont eu lieu dans des salles qui étaient trop grosses  et ne répondent pas aux normes internationales», The Guardian, le 19 sept 2014, http: // www .theguardian.com / politique / 2014 / Sep / 19 / russie-appels-faute-écossais-référendum

[3] Charlotte Meredith,  » Pétition sur le  référendum sur l’indépendance écossaise, revendiquant être re-tenue parce qu’il a été truqué et la fraude  atteint 70.000 votes », The Huffington Post UK  http://www.huffingtonpost.co.uk/2014/09/20/scottish-referendum- truquées-petition_n_5854016.html

[5] Bush, Blair reconnu coupable de crimes de guerre en Malaisie tribunal / Arrêt de la Cour (PDF) 22 Novembre, 2011

http://exopolitics.blogs.com/breaking_news/2011/11/bush-blair-found-guilty-of-war-crimes-in-malaysia-tribunal-judgment-of-the-court-pdf.html

[6] ICLCJ v Elizabeth Windsor et. consorts, affaire n ° 1, le génocide au Canada, http://itccs.org/the-conjoint de fait internationale-tribunal-de-justice-cas-no-1-génocide-en-canada/

 

Grand champ de pétrole au monde introuvables – Le mystère entourant les premiers ministres Shetland visite

http://www.oilandgaspeople.com/news/987/worlds-largest-oil-field-not-found-the-mystery-surrounding-the-prime-ministers-shetland-visit/

 

Le dossier Porter-Couillard et une pétition importante pour l’extradition d’Arthur Porter au Québec

L’EFFROYABLE DOSSIER ARTHUR PORTER-PHILIPPE COUILLARD

*Voici le lien pour signer la pétition en ligne.Nous pensons que ,après avoir osé lire cet article,vous serez nombreux à vouloir la signer…Aussi n’hésitez pas à partager  cet article et la pétition:

(LIEN VERS LA PÉTITION POUR L’EXTRADITION D’ARTHUR PORTER AU QUÉBEC)

Arthur Porter bbb

Le 10 novembre 2012,le Dr Arthur Porter qui siégeait en tant que président du CSARS (Comité de surveillance des Activités de Renseignement et de Sécurité …du Canada) démissionnait de cet organisme important  pour le Canada.

LES LIENS DANGEREUX AVEC PHILIPPE COUILLARD:UNE MENACE À LA SÉCURITÉ NATIONALE

Embarrassé par la démission récente de son président Dr Arthur Porter, l’organisme chargé de la surveillance des espions canadiens voit maintenant un autre de ses membres placé sur la sellette: l’opposition s’inquiète des liens de Philippe Couillard, ex-ministre de la Santé du Québec, avec l’Arabie saoudite.

Choisi par le gouvernement Harper, le Dr Couillard a été nommé en 2010 au Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS), l’organisme qui surveille, au nom du Parlement, les activités du Service canadien de renseignement de sécurité.
Les membres ont accès aux dossiers top secret des services de renseignement et contre-espionnage. Des informations qui peuvent concerner les alliés tout comme les ennemis du Canada.

La biographie du Dr Couillard sur le site du CSARS a toujours indiqué qu’il est également conseiller du prince Abdullah bin Abdulaziz Al-Rabeeah, ministre de la Santé du royaume d’Arabie saoudite. Cette fonction n’a pas fait beaucoup de vagues, jusqu’à maintenant.

Mais la démission du président du CSARS,Arthur Porter ,en novembre 2012 a ravivé l’intérêt des partis de l’opposition. Arthur Porter a démissionné après que le National Post eut révélé ses liens d’affaires avec un lobbyiste international établi à Montréal qui aurait servi d’intermédiaire entre la Russie et des pays en développement. Des observateurs parlaient d’un risque de conflit d’intérêts.

Couillard Porter

L’affaire a suscité un intérêt nouveau envers Philippe Couillard et ses propres liens avec une puissance étrangère.

C’est tout à fait inacceptable. Il est payé par l’Arabie saoudite. Je trouve dangereux qu’il siège encore au CSARS. Il n’a pas à travailler pour un autre pays en étant à un poste aussi sensible», s’offusque alors  la députée Maria Mourani, porte-parole du Bloc québécois en matière de sécurité publique.

Celle-ci croit que le premier ministre doit obliger Philippe Couillard à choisir entre ses deux postes. «Si son choix, c’est l’Arabie saoudite, qu’il démissionne», dit-elle.

Donc comme nous le voyons,dès cette époque ,l’espion canado-saoudien Philippe Couillard ,nageait entre deux eaux et patrouillait entre deux mondes très différents.

«Avant de le condamner, il faut l’entendre. Mais c’est clair qu’il y a une apparence de conflit d’intérêts, ce qui, souvent, est aussi grave qu’un conflit d’intérêts. Le gouvernement doit demander des comptes à M. Couillard», ajoute le député néo-démocrate Sylvain Chicoine.

Le bureau du premier ministre a défendu le Dr Couillard hier. «Il a été déterminé pendant les vérifications de sécurité que le fait d’occuper cette position n’est pas un conflit d’intérêts», a déclaré à La Presse Andrew MacDougall, porte-parole de Stephen Harper.

«En raison des événements récents, le ministre de la Sécurité publique va revoir le processus de sélection des membres du CSARS», a-t-il toutefois ajouté en référence à la démission de M. Porter.

Joint par La Presse, Philippe Couillard a expliqué son rôle auprès du prince. «Ce n’est pas comme si j’occupais un emploi pour le gouvernement d’Arabie Saoudite, ce qui serait un problème, je suis d’accord. Je suis dans un comité consultatif, qui se réunit une fois ou deux par année, et qui se concentre exclusivement sur des questions de santé», dit-il.

Les ONG internationales font souvent état de tortures, de châtiments corporels et de non-respect des droits des femmes dans le royaume ultrareligieux. Mais Philippe Couillard se fait philosophe lorsqu’on l’interroge sur les valeurs du gouvernement saoudien.

«C’est un contexte culturel différent du nôtre. Est-ce que la meilleure approche est le retrait ou le contact et le partage des connaissances?», demande-t-il le 23 novembre 2011. 

………………………………………………………………………………..

LES RELATIONS ENTRE ARTHUR PORTER ET PHILIPPE COUILLARD : 2004 à 2012

Pendant que Pierre et moi combattions la corruption, tu faisais des affaires avec Arthur Porter!   Raymond Bachand
Pendant que Pierre et moi combattions la corruption, tu faisais des affaires avec Arthur Porter!
Raymond Bachand

Le samedi 26 janvier 2013, durant la course à la direction du Parti Libéral du Québec, 45 minutes après le début du débat en anglais, à l’Université Concordia, Raymond Bachand dégaine. Philippe Couillard vient d’affirmer que la commission Charbonneau aurait dû être mise sur pied plus rapidement. L’ancien ministre des Finances lance: «Pendant que Pierre et moi combattions la corruption, tu faisais des affaires avec Arthur Porter»! ( 01 )

Dans l’auditorium, des murmures et quelques huées se font entendre. Les conseillers de Couillard s’envoient des textos, dans lesquels dominent les jurons. Sur scène, Philippe Couillard encaisse. «Je ne vais pas utiliser une basse tactique comme tu viens de le faire. Je peux faire de la culpabilité par association, moi aussi», dit-il avec calme. Il regarde Raymond Bachand et fait une pause de trois secondes qui paraît une éternité. «Mais je ne vais pas le faire. C’est ridicule et non productif.»

Sur les réseaux sociaux, les amateurs de politique s’enflamment. Des sympathisants de la Coalition Avenir Québec CAQ et du Parti Québécois PQ s’en donnent à cœur joie, convaincus d’avoir trouvé la faille dans l’armure du meneur. Des journalistes avancent que les adversaires du Parti Libéral du Québec PLQ ont certainement isolé ce passage pour le ressortir en campagne électorale…

Après le débat, Philippe Couillard offre aux journalistes l’une de ces réponses dont il a le secret, plus proches de la philosophie que de la politique: «On fait des choix dans la vie. J’essaie que dans mon cœur ne viennent jamais la haine et la rancune.»

Raymond  Bachand et Philippe Couillard, des rictus qui parlent d'amertume politique
Raymond Bachand et Philippe Couillard, des rictus qui parlent d’amertume politique

Raymond Bachand explique qu’il a été «piqué» par Philippe Couillard sur le bilan du gouvernement Charest en matière de corruption et qu’il a lancé son attaque instinctivement. «J’ai des émotions», dit-il aux médias.

Dans le camp Couillard, on ne croit pas à la thèse de l’improvisation. Dans les jours suivants, Raymond Bachand poursuit l’offensive dans les quotidiens et à la radio, ce qui confirme la stratégie délibérée. À La Presse, il en rajoute: «Vous ne vous associez pas à quelqu’un pour partir une compagnie si vous ne le connaissez pas.»

L’équipe Couillard comprend rapidement pourquoi son adversaire fonce. Les assemblées locales qui choisiront les délégués en vue du congrès doivent commencer dans moins de 10 jours, le 4 février. «Si Bachand n’ébranle pas les militants maintenant, qu’il ne les force pas à reconsidérer leur choix, c’est terminé pour lui», explique Philippe Dubuisson.

Philippe Couillard est sur la défensive. Il explique qu’Arthur Porter a été nommé par le conseil d’administration du Centre Universitaire de Santé McGill (CUSM) en 2004 — et non par lui ou son gouvernement. Il ajoute que le contrat de construction du nouveau CUSM, accordé à SNC-Lavalin (et pour lequel l’Unité permanente anticorruption a lancé un mandat d’arrêt contre Arthur Porter et quatre autres personnes soupçonnées d’avoir touché des pots-de-vin de 22,5 millions de dollars), l’a été en 2010, «deux ans après mon départ de la politique!» ( 04 )

Regardons la présentation des événements que nous fait Philippe Couillard

Il est vrai que le Dr. Arthur Porter a été nommé à la tête du Centre universitaire de santé McGill en avril 2004. Sauf que ce projet était sur la table du ministre de la santé que fut Philippe Couillard depuis son élection le 14 avril 2003 et il a quitté le Parti Libéral du Québec le 25 juin 2008.

Donc sans avoir nommé lui-même le Dr. Porter, il cautionna le choix du conseil d’administration de McGill. Il n’était pas sans le connaître ou avoir fait quelques vérification sur l’homme et son histoire, puisqu’en 2005 il fit nommer Arthur Porter président du Réseau universitaire intégré de santé (RUIS).

Quant au CUSM, le ministre a été réélu en 2007 et garda la main haute sur le projet. Devrait-on croire que le passage de Porter parmi les gestionnaires de la santé au Québec était un inconnu pour le ministre de la Santé.

Il était le dirigeant d’un des deux plus gros hôpitaux du Québec et il est très probable que ce sont ces circonstances qui ont fait que les deux hommes se sont trouvés des affinités. Ils ont eu 4 ans pour faire connaissance et même allez à la pêche ensemble.

Lors d'un voyage de pêche au Nouveau-Brunswick en 2006, Philippe Couillard (3e de la gauche) pose entre autres aux côtés de l'ancien patron du CUSM Arthur Porter (5e à partir de la gauche) et de l'avocat Marc Dorion (1er à gauche).
Lors d’un voyage de pêche au Nouveau-Brunswick en 2006, Philippe Couillard (3e de la gauche) pose entre autres aux côtés de l’ancien patron du CUSM Arthur Porter (5e à partir de la gauche) et de l’avocat Marc Dorion (1er à gauche).(5)

En privé, Couillard semble plus blessé que fâché par les attaques durant la course à la direction du Parti Libéral du Québec. «Raymond (Bachand) et Pierre (Moreau) me connaissent, ils savent que je n’ai rien à me reprocher, mais ils le font quand même.» L’ancien ministre déplore ce qu’il juge comme une «réécriture de l’histoire».

«À l’époque, on ne savait rien de tout ça sur Porter. Il était un héros dans la communauté anglophone. Une rue a même été nommée en son honneur devant le CUSM!»

Arrestation du Dr. Arthur Porter
au Panama

N’empêche, sa relation avec le controversé personnage attire l’attention, notamment parce que les deux hommes ont créé un cabinet de consultants en juin 2010 — Porter, Couillard et associés —, qui visait à réaliser des mandats sur la scène internationale.

«Ça semblait un bon mix, un ancien ministre qui connaît les rouages du système et un administrateur d’hôpital. On aurait pu conseiller d’autres gouvernements», explique Philippe Couillard.

Cette société restera une coquille vide, puisque l’ancien ministre acceptera de travailler plutôt pour les consultants Secor en 2011 (la firme de Marcel Côté, candidat à la mairie de Montréal en 2013). Elle sera dissoute le 4 octobre 2012, le lendemain de l’entrée de Couillard dans la course au leadership.

Philippe Couillard décrit Porter comme une «bonne connaissance», qu’il voyait dans des activités sociales. «Quelqu’un avec un certain leadership, avec qui c’était agréable de parler», dit-il. Dans une entrevue à La Presse début mars 2013, Arthur Porter s’en désolera, décrivant Philippe Couillard comme un «ami inconditionnel».

Dans une vidéo qui refera surface à une semaine du congrès du Parti Libéral du Québec, on entend l’ancien ministre, en 2011, lors d’un colloque à l’Université McGill, décrire Porter comme un «excellent ami».

Plus le piège se referme sur les suspects du scandale de corruption du CUSM, plus le nom d’Arthur Porter devient lourd à porter pour ses anciennes fréquentations, notamment pour les acteurs du milieu de la santé qui ont eu le malheur de se retrouver avec lui dans un voyage de pêche alors que son projet du mégahôpital était en pleine gestation.

ARTHUR PORTER DE SA PRISON À PANAMA  PARLE DE SON AMI INTIME

Suite à de nombreuses demandes d’entrevues, voici une courte discussion entre le Dr. Arthur Porter et son biographe, Jeff Todd, à partir de la prison La Joya au Panama. L’échange porte sur les élections provinciale qui se déroule présentement au Québec (jour de l’élection 7 avril 2014). Les mémoires d’Arthur Porter seront publiés au Canada, aux États-Unis et aux Bahamas au début de septembre 2014.

Deux grands amis:Porter et Couillard...
Deux grands amis:Porter et Couillard…

Cette image ne l’oubliez jamais. C’est un comportement pratiqué par tous les politiciens qui sont conseillés par des agents de propagande ou agents de communication. Sur une scène pendant que les gens applaudissent et que la personne ne sait plus quoi faire, on lui conseille de faire comme si elle connaissait bien une personne dans l’audience. Personne ne sait à qui ça s’adresse mais à la télévision, la personne semble se rapprocher du public. Retenez ces deux photos et portez attention à Obama, Harper ou autres bouffons manipulés volontairement par des agents de relations publiques ou, selon leur nouvelle appellation, les communicants.

 COUILLARD À LA SÉCURITÉ DU CANADA  : UNE NOMINATION PROPOSÉ PAR ARTHUR PORTER

Dans son édition du 18 novembre 2011, le National Post s’intéresse au double-emploi de l’ancien ministre québécois Philippe Couillard d’abord comme membre du comité fédéral responsable de superviser les activités d’espionnage du SCRS, puis comme conseiller du gouvernement de l’Arabie saoudite.

L’article de Kathryn Blaze Carlson intitulé Watching the spywatchers (Surveiller ceux qui surveillent les espions) ( 02 ) mentionne que le Dr. Couillard a joint le Comité canadien de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS) le 24 juin 2010 et qu’il développa ses contacts en Arabie saoudite lorsqu’il y fonda un service de neurochirurgie en 1992.

(Le CSARS) exerce de l’extérieur, au nom du Parlement et du public canadien, une surveillance sur le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS).

Superviseur des activités d’espionnage au Canada et consultant en santé pour l’Arabie Saoudite…et/ou vice versa…pourquoi pas?

L’article sur ce qu’un ancien responsable du SCRS, David B Harris, qualifie de relation « complètement inappropriée » de Philippe Couillard avec l’Arabie saoudite est publié quelques jours seulement après que le président du CSARS, Arthur Porter, ait démissionné en raison de relations d’affaire douteuses avec un consultant de Montréal et de ses liens privilégiés avec le président du Sierra Leone.

Le Dr. Couillard considère son travail au service de l’Arabie saoudite comme une partie « importante » de sa vie professionnelle. Il est payé par le gouvernement saoudien pour rencontrer au moins une fois par année dix autres consultants et le ministre de la Santé du pays pour discuter de possibles réformes.

Dans l’article du National Post, l’auteure rappelle que Philippe Couillard et les autres membres du comité de surveillance du SCRS ont accès à des informations hautement confidentielles. C’est pourquoi des analystes œuvrant dans le milieu du renseignement soutiennent que les enjeux sont si élevés que la seule apparence d’irrégularité (ou la possibilité accrue qu’elle survienne) est intolérable.

Le Dr. Couillard refuse de commenter sur les blessures prescrites par la charia. La journaliste du Post contacta le Dr. Couillard pour lui demander de commenter au sujet de l’implication alléguée du ministère de la Santé d’Arabie saoudite pour lequel il travaille. L’histoire du Post ne dit pas si le Dr. Couillard, qui est un neurologue réputé, pourrait être consulté par les autorités saoudiennes

Philippe Couillard estime peu probable qu’Arthur Porter, son ami et associé d’affaires, l’ait fait nommer en 2010 au Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS).

Or, l’arrivée de Philippe Couillard à cet organisme – qui est censé être neutre, représentatif politiquement et ne compter que de trois à cinq membres au  maximum – n’aurait rien du hasard, selon plusieurs interlocuteurs du milieu de la sécurité nationale. ( 03 )

 COUILLARD ET PORTER : DES NOMINATIONS CROISÉS

1984: Création du SCRS et du CSARS;

29 avril 2003 au 25 juin 2008 – Ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec dans le cabinet de James John (Jean) Charest

2004 : Le conseil d’administration du centre de santé universitaire de McGill nomme Dr Arthur Porter à la tête du CSUM;

2005: Arthur Porter est nommé par le ministre Philippe Couillard président du Réseau universitaire intégré de santé (RUIS);

 18août 2008 : Couillard devient partenaire du Fonds d’investissement PCP (Persistence Capital Partners);

3 septembre 2008: Arthur Porter est nommé membre du CSARS;

28 mai 2009: Philippe Couillard est nommé au CA de la société minière Canadian Royalties. Arthur Porter est nommé au C.A. de la société minière Canadian Royalties;

21 juin 2010: Philippe Couillard nommé membre du Conseil privé de la Reine;

22 juin 2010: Philippe Couillard et Arthur Porter fondent Porter, Couillard et associés;

23 juin 2010: Arthur Porter est nommé président du CSARS. Philippe Couillard est nommé membre du CSARS;

Le Premier ministre Stephen Harper annonce des nominations
au comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité
.

Une mauvaise fréquentation...
Une mauvaise fréquentation…

Communiqué de presse par le bureau du premier ministre du Canada: Ottawa (Ontario) 23 juin 2010 – Le Premier ministre Stephen Harper a annoncé aujourd’hui la nomination de l’honorable Dr Arthur Thomas Porter, président, et de l’honorable Carol Skelton et de l’honorable Dr Philippe Couillard, à titre de membres du Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS).

Le Dr Porter, de Montréal, au Québec, est président du Réseau universitaire intégré de santé (RUIS) et directeur général et chef de la direction du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), à Montréal. Il a été nommé membre du Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité le 3 septembre 2008.

Madame Skelton, de Harris, Saskatchewan, a été ministre du Revenu national.

Le docteur Couillard, de St-Félicien, Québec, est associé à Persistence Capital Partners. Il est également administrateur d’Amorfix Life Sciences.

Conformément à la Loi sur le Service canadien du renseignement de sécurité, le docteur Couillard a été nommé au Conseil privé de la Reine pour le Canada.

Établi en 1984, le CSARS assure l’examen externe des activités du Service canadien du renseignement de sécurité. Il examine aussi les plaintes déposées par les particuliers ainsi que les rapports des ministres portant sur les cotes de sécurité et la sécurité nationale du Canada.

Ces nominations entrent en vigueur le 24 juin 2010.

10 novembre 2011: Arthur Porter démissionne du CSARS;

1er octobre 2012: Philippe Couillard démissionne du CSARS;

4 octobre 2012: Dissolution de la firme Porter, Couillard et associés.

Sur la photo,ils sont tous honorables devant les armoiries du Canada.
Sur la photo,ils sont tous honorables devant les armoiries du Canada.

VIDÉO SUR L’ARRESTATION D’ARTHUR PORTER:

NOTES ET RÉFÉRENCES SUR L’ARTICLE

1- À  propos de Arthur Porter.

2-L’article de Kathryn Blaze Carlson intitulé Watching the spywatchers (Surveiller ceux qui surveillent les espions).

3-Pour en savoir plus sur la nomination de Philippe Couillard au CSAR – Sur Cyberpresse, le 15 mars 2013

 4-À propos du président Pierre Duhaime dirigeant de SNC/Lavalin au moment où le contrat du CUSM a été donné – Sur MétéoPolitique

 5-Pour en savoir plus sur la partie de pêche cliquez ici – Sur Cyberpresse, le 14 mars 2013


TEXTE DE LA PÉTITION DEMANDANT L’EXTRADITION D’ARTHUR PORTER AU QUÉBEC

L’ancien patron de  l’hôpital McGill ,Arthur Porter,a été  souvent cité à l’enquête de la commission  Charbonneau , au Québec ,sur la façon dont  il aurait détourné de nombreuses sommes d’argent  sur le contrat menant  la création d’un super-hôpital de Montréal.

Il s’agit d’un contrat portant sur une somme de $1,3 milliards de dollars attribué de façon très controversé à la firme SNC-Lavalin dont nous connaissons aujourd’hui,les méthodes peu honn`tes pour s’attribuer ce contrat mirobolant.

Le contrat lucratif, finalisé en 2010, fait l’objet d’une fraude présumée de $ 22,500,000 impliquant Porter et sept autres personnes, y compris les anciens dirigeants de SNC-Lavalin.

Les ex-dirigeants de SNC-Lavalin sont accusés d’avoir  distribué de l’argent à l’ancien responsable de l’hôpital McGill,Arthur Porter et Yanai Elbaz en échange du contrat, que le géant de l’ingénierie de Montréal a  obtenu,grâce à cet acte de corruption.

ATTENDU QUE  tant que  Arthur Porter ne sera pas remis entre les mains de la Justice au Québec,il sera pratiquement impossible de faire lunière sur la Vérité entourant  les faits dans ce vol important de deniers publics,

ATTENDU QUE la sécurité  et la santé d’Arthur Porter sont menacé par son incarcération à la prison de Panama ou il se trouve présentement,

ATTENDU QUE des présomptions  très fortes pèsent sur le fait que son arrestation  soit une manigance du crime organisé afin de lui faire éviter une comparution en cours de Justice ,au Québec,ou il pourrait incriminer de nombreuses personnes s’il pourrait parler librement sur les faits ,

ATTENDU QUE Arthur Porter aurait à témoigner de liens politiques et d’affaires avec de nombreuses personnalités politiques,économiques et autres au Canada et au Québec qui permettrait de récupérer  de nombreuses sommes d’argent au nom des citoyens et citoyennes du Québec tout en permettant d’assainir et de comprendre les liens entre le crime organisé et la gérance de l’État,

ATTENDU QUE Arthur Porter a eu la responsabilité de gérer le CSARS (Comité de Surveillance des Activités de Renseignement de Sécurité)(1) ce qui en fait un homme fort renseigner sur les activités d’espionnage  et de renseignement au Québec et au Canada ,nous estimons que son témoigage est indispensable  à la Commission Charbonneau ,ne serait-ce que pour réaffirmer notre droit à l’information et nettoyer l’honneur de notre pays dans ce genre d’activités,

ATTENDU QUE des accusations de détournements  importants de sommes d’argent circulent dans les médias,concernant une importante clinique ,au Sierra Leone,en Afrique et la fabrication d’une arme bactériologique dont la base serait le virus d’Ebola,nous,les signataires de cette pétion,estimons que toute la vérité doit être entendue aussi,sur cette autre affaire et que le gouvernement du Sierra Leone  devrait aussi être prévenu de nos démarches d’extradition,sur le prévenu Arthur Porter,

ATTENDU QUE tous les citoyens sont égaux devant la loi,NOUS,les personnes ayant signé cette pétition ,réclamons l’extradition d’Arthur Porter  vers le Québec afin que Justice soit faite.Nous,les signaires de cette pétition demandons aux gouvernement du Canada et du Québec de faire diligence afin d’éviter que la vie  de ce précieux témoin d’activités criminelles soit davantage menacée en le réclamant immédiatement des autorités  de Panama.

Le résultat de cette pétition sera remis à un député de l’Assemblée Nationale du  Québec…si quelqu’un veut bien  s’en  occuper dans cette Assemblée peu crédible.

Bien à vous,

Michel Duchaine ,citoyen du Québec,

Chercheur et Diseur de Vérité


NOTES

1-Le Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS ou Comité) a été constitué en 1984 à titre d’organisme indépendant qui, d’une part, surveille de l’extérieur les opérations du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS ou Service) et, de l’autre, rend des comptes au Parlement du Canada sur son rendement.

Désinformation du 11 septembre 2001:des immeubles s’effondre,il faut enquêter

C’est paru le 14 août dernier, et cela me semble important d’en parler. Un schéma, surtout, à attiré mon regard dans l’article. Il concerne le fameux bâtiment 7 qui s’était effondré après les deux tours du WTC. Encore un article complotiste, allez-vous me dire ? Oui, mais avouez qu’aucun site n’a repris l’article à ce jour ici en France, où on a déjà oublié beaucoup de choses : complote qui veut, et dans un sens, ça complote depuis longtemps maintenant pour démontrer que ses effondrements ont bien été « normaux » et provoqués par des jiadistes armés de couteaux en plastique seulement. L’article est donc ici, et je vous le découvrir avant d’y apporter quelques compléments qui me semblent nécessaires. Treize ans après, on n’a toujours pas de réponse à la question de l’effondrement sans raison claire de ce fameux immeuble N°7, qui est bien la clé fondamentale du problème depuis toujours. Car si c’est effectivement une démolition contrôlée, ce qui pour moi est évident, il convient en effet de se poser des questions sur ses deux voisins immédiats plus imposants… plus « réussis » encore, si je puis me permettre… Jamais trois sans un, pourrait-on dire (ou quatre, avec le Pentagone) ?

Les  fameuses tours jumelles et l'édifice 7.
Les fameuses tours jumelles et l’édifice 7.

Comme rien n’a abouti en treize ans, un jeune homme décidé a eu l’idée de prendre le problème par un autre bout. Celui de se poser la question de comment des bâtiments ont pu s’effondrer à New-York ces dernières années (il y en a eu un récemment (en mars dernier), suite à une explosion de gaz, voir l’image ci-dessous), ce qui aboutirait invariablement à évoquer la chute du bâtiment N°7… les deux immeubles du WTC ne faisant pas partie de l’enquête, puisqu’a été définie officiellement la raison de leur effondrement : les deux Boeings entrés dedans (je n’expose pas ici la réfutation de ces deux engins comme seuls responsables, ça prendrait trop de temps et ça a été assez traité il me semble, ici comme ailleurs). C’est habilement contourner le silence pesant qui entoure les événements, en effet, comme démarche, et elle risque bien d’aboutir, celle-là. 

Détails de l'écrasement du WTC-7 sur lui-même.
Détails de l’écrasement du WTC-7 sur lui-même.

Voici donc de nouveaux critiques de la théorie officielle : « un petit groupe, le NYC Coalition for Accountability Now (NYC CAN), fonctionne en grande partie grâce à un jeune homme nommé Ted Walter, qui a mis au point une solution : amener le public à légiférer sur une enquête formelle sur l’effondrement » (de l’immeuble 7).  « Notant qu’aucun gratte-ciel ne s’est jamais effondré à la suite de l’incendie, et constatant que la position officielle sur la destruction du bâtiment 7 ne peut pas être expliqué définitivement, le groupe de Walter a proposé à la ville d’explorer tous les bâtiments qui se sont effondrés depuis, y compris ceux du 11 septembre 2001. L’enquête proposée exclut ostensiblement les bâtiments 1 et 2, des effondrements qui ont été beaucoup étudiés et débattus. Il ne mentionne pas explicitement le bâtiment 7, mais il n’a pas à le faire. Le bâtiment 7 est en effet unique en ce qu’il n’a pas été frappé par un avion. Toute enquête sérieuse sur l’effondrement des bâtiments devrait donc commencer par le bâtiment 7. Le principe est de chercher à obtenir des New-Yorkais un vote sur une mesure de scrutin, sur une initiative de sécurité de grande ampleur. Ses partisans font face à un défi difficile à tenir, et se sont déjà heurtés à certains barrages conséquents. Pourtant, ils persévèrent ». C’est bien prendre le problème sous un nouvel angle qui est souhaité, voilà qui est original et qui pourrait s’avérer fort efficace en effet. En jouant sur le thème de la « sécurité » des bâtiments, l’organisation touche une fibre sensible des New-Yorkais, marqués par l’effondrement récent. Un fait rare dans la cité, malgré la vétusté connue du réseau, sans parler du réseau électrique vétuste qui effraie vite le premier visiteur occidental visitant les Etats-Unis, avec les poteaux de bois apparents aux carrefours, les poteaux haute-tension vieillis et les câbles baladeurs en travers des routes, même si à New-York on les enterre depuis pas mal de temps (en créant un réseau inextricable et ingérable, fait de rajours et de raccords perpétuels). Les USA perdent chaque année 6% au minimum de l’énergie produite en raison de cette vétusté !

Le WTC-7 au sol.
Le WTC-7 au sol.

 Treize ans après, l’étude sur le 11 septembre réclame un regard neuf, et le jeune Ted Walter peut en représenter un : il avait en effet 19 ans seulement au moment des faits, et venait juste de débarquer à New-York (ici en photo avec Bob McIlvaine et leurs 67 192 signatures sur leur pétition !). ! « Ted Walter ne correspond pas à la caricature du militant mal rasé, grincheux, criant. Il est réfléchi et calme précise un ami. Il a grandi dans le Wisconsin et le Mozambique, où son père était un fonctionnaire d’un groupe d’aide privée, a obtenu un baccalauréat ès arts à l’Université de New York et une maîtrise en politique publique à l’Université de Berkeley, et a ensuite travaillé pour le Conseil de surveillance de San Francisco. Il est arrivé du Mozambique à New York à 19 ans, au moment d’entrer au collège (là-bas un établissement d’études supérieures !), deux semaines avant les attaques. Le « 9/11 était essentiellement mon introduction à New York, » dit-il. La première chose qui l’a frappé lui était de se demander pourquoi, si longtemps après que les premiers avions ont frappé le World Trade Center, un autre avion est allé sans en être empêché frapper le Pentagone. Où étaient les défenses américaines tant vantées ? Il a aussi trouvé étrange que l’effondrement d’un bâtiment impliquerait des structures entières a presque se vaporiser dans l’air. Ce n’est pas avant le printemps 2006 que Walter a commencé à rechercher résolument sur les événements. « Au cours des quelques mois où j’ai lu tout ce que j’ai pu trouver, je suis venu à la conclusion que le récit officiel sur le 11 septembre était faux, » dit-il. Redécouvrant ce que d’aucuns avaient pressenti (personnellement ce ne sera pas avant 2004, car j’étais auparavant un partisan de la thèse classique, je l’avoue !).

 C’est un point de vue nouveau sur la question et qui évite le gros écueil de la remise en cause globale du 11 septembre, ce qu’aucun New-Yorkais ne pourrait accepter. « L’exclusion des tours (du WTC) de l’enquête peut sembler une concession majeure, mais elle peut effectivement être la partie plus adroite de ce plan. En laissant les tours jumelles, un certain nombre de griefs que les électeurs peut avoir à la réouverture de l’enquête sur le 9/11 peut être évitée. A l’évidence, des gens de l’opposition pourraient soulever à propos des tours serait que les deux ont été frappées par les avions, et donc que ces dernières révéleraient peu de la sécurité des bâtiments classiques. Il serait également difficile de mener une enquête frauduleuse sur le bâtiment 7, car cette destruction du bâtiment ressemble tellement à une démolition contrôlée ». Car, adroitement encore, le NYC CAN prend le fameux rapport controversé du NIST au mot, celui qui a rendu responsable de l’effondrement au seul incendie :survenu à des étages intermédiaires : « le rapport sur le bâtiment 7 par l’Institut National des Standards et de la Technologie (NIST) a attribué la destruction de l’immeuble à un « phénomène nouveau » – une dilatation thermique conduisant à un effondrement progressif suite à un incendie. Comme Massimo Mazzucco souligne dans son nouveau film sur le « 11 Septembre : Le Nouveau Pearl Harbor », ce nouveau phénomène, si il était vrai, aurait nécessité la réécriture des codes du bâtiment partout dans le monde, car tous les gratte-ciel pourraient être vulnérables aux effondrements en cas d’incendie. Mais depuis, bien sûr, il n’y a pas eu de tels changements de la façon dont les gratte-ciel sont construits. C’est là où la notion de la « sécurité » ne fait qu’ajouter au succès possible de cette initiative » . Et effectivement, en juillet dernier, le groupe avait explosé le nombre de signatures requises pour qu’une pétition soit prise en compte à New-York : 67 000 pétitions soit 30 000 de plus que nécessaire !

Ted Walterand e Bob McIlvaine devant  les copies de la pétition.
Ted Walterand e Bob McIlvaine devant les copies de la pétition.

 Il est vrai qu’il a bien été embarrassé, le NIST, pour « expliquer » à sa façon l’effondrement du N°7. Surtout comment ses 185 mètres et ses 47 étages se sont effondrés en 6,5 secondes, à savoir… en chute libre pratiquement. Le NIST avait dû ramer pour expliquer qu’un incendie déclaré au 12 étage et ayant duré 7 heures (avec quels matériaux pour l’alimenter aussi longtemps ?) a suffi à le faire tomber, en rampant de local à local, via les plafonds, selon son explication fort alambiquée. L’immeuble n’ayant pas été touché sévèrement ou directement par les deux avions (à part les projections de leurs explosions, ou les explosions véritables avec projection du sommet des deux tours du WTC)… il est donc logique aujourd’hui de s’appuyer sur les dires du NIST… pour poser la question du danger que représentent donc des immeubles semblables en cas d’incendie… C’est très adroit de la part du NYC CAN, comme prise de position, qui pose ainsi la question de la sécurité de la majeure partie des immeubles à étages construits aux States. Ça, où il aurait été sciemment détruit, par des charges disposées auparavant, ce qui est la thèse complotiste : or seule une enquête, à ce jour non effectuée, pourrait le dire, si d’autres constructions similaires pourraient elles aussi s’effondrer en raison d’un incendie, en dehors de toute recherche d’acte complotiste. En direct, le célèbre Dan Rathers avait eu cette phrase restée célèbre : »stupéfiant, incroyable, les mots me manquent. Pour la troisième fois aujourd’hui, ces images nous rappellent ce que nous avons tous déjà si souvent vues à la télévision, lorsqu’un immeuble est délibérément détruit par des charges de dynamite posées judicieusement pour le faire tomber. »  Personne n’a jamais pour autant déclaré Rathers complotiste, pourtant… 

Et surtout pas notre phénomène de foire « Bastison », qui a écrit sur le sujet « mais cette démolition si réussie n’est qu’une impression… » car pour lui elle n’avait pas aussi « parfaite » que cela… comme le seraient touours (selon lui) toutes les démolitions contrôlées  : à croire qu’il n’a pas regardé beaucoup de vidéos de démolitions pour élaborer sa thèse plus que légère ! Ou n’a pas visionné non plus celle de la vidéo de l’implosion (ratée !) de Coral Gables, où l’on peut voir clairement la « mise en traction » des colonnes centrales pour entraîner le reste du bâtiment vers son centre, phénomène perçu aussi dans le cas du WTC7 !!! On devrait plutôt lui recommander la lecture du site pour enfants « HowStuffWorks », et celle de son chapitre « How Building Implosions Work« … ou voir encore l’implosion du Stardust de Las Vegas en 2007. Une démolition est toujours « amorcée » par le bas, et « accélérée » ensuite par le haut. Ce qui chez Bastison, de Jérôme Quirant (alias Moorea) devient  : « ce qui est bizarre, c’est que la démolition contrôlée part du bas, génère des explosions sur les derniers étages, et entre les deux ? rien... » ajoute-t-il, sans s’apercevoir qu’il vient de décrire une démolition-type pour le WTC7 (il est allumé ici par la critique) ! Le NIST avait dû produire une structure d’acier fort déformée pour expliquer l’écroulement de l’édifice, avec une torsion manifeste. Visiblement pourtant l’immeuble s’était effondré … tout droit sur lui-même. La clé du problème est en effet dans l’effondrement des stuctures porteuses en acier : cisaillées à la base pour amorcer une chute… par implosion ! L’architecte Richard Gage se bat depuis longtemps pour convaincre les gens de cette démolition contrôlée !!! L’incendie extrémement violent d’un immeuble à structure d’acier en Espagne (le Windsor Building à Madrid, en 2005 ci-dessus ici à gauche) et l’incroyable robustesse de ce genre de construction…

Tout cela, notre jeune homme en a pris conscience très vite en arrivant aux USA, comme il a compris très vite que ça ne servait plus à rien de s’acharner… contre la thèse officielle, mais plutôt de chercher à poser des questions indirectes, révélant ainsi sa vision différente, celle de la jeunesse qui a appris à douter avec le Net : « Walter est parfaitement une créature de l’ère d’Internet. Dans la foulée de la déclaration de Melissa Mark-Viverito (la porte parole du New York City Council), il n’a pas tardé à mettre un e-mail « d’Appel à l’action » à ses partisans : « maintenant, l’Initiative de sécurité est de grande ampleur et nous vous demandons de dire au Président Melissa Mark-Viverito qu’il n’y a pas de fantasmes ici. La seule fantaisie incontrôlée est celle qu’on choisit de croire, à savoir qu’un gratte-ciel de 47 étages s’est effondré de façon symétrique, à l’accélération de la chute libre, à parti de petits incendies isolés. S’il vous plaît prenez cinq minutes aujourd’hui pour envoyer un courriel du bureau du Président avec ce message : La seule « fantaisie incontrôlée » est un gratte-ciel qui s’est s’effondré par ncendie. Expliquez au Président et à son personnel comment donc une charpente d’acier de gratte-ciel de 47 étages ne peut pas s’effondrer au feu, et demandez-leur de regarder la vidéo de 15 minutes pour résoudre le mystère du WTC 7, que proposent plus d’une douzaine d’experts, qui n’abrite pas de sauvage fantasmes, mais des preuves scientifiques irréfutables ».  Pour l’instant, celui qu’elle a soutenu et qui est devenu maire, Bill de Blasio, resté longtemps sourd à ces appels. Sourd, mais contraint légalement à les accepter, avec un référendum qui aura lieu bientôt, en novembre prochain, finalement et qui risque fort de redessiner une autre vision du 11 Septembre, si l’on enquête enfin sérieusement sur la chute de l’immeuble N°7. Pour les autres, ce sera plus tard, tout simplement. Treize ans après, certains attendent toujours la vérité. A ce jour, ils ne l’ont toujours pas eue.

En ce sens, Ted Walter a déjà gagné la partie, à entendre des habitants se poser (enfin) la bonne question : « J’ai regardé ce qui se passait de très près et j’ai été très satisfaite des conclusions », a déclaré Valerie Lucznikowska, qui a perdu son neveu (Adam Arias) sur le 11 Septembre, elle était présent pour la présentation de la pétition, jeudi dernier. « Je suis originaire né New Yorker et je passe beaucoup de mon temps dans de grands bâtiments et quand le NIST a déclaré qu’il a pris feu à cause des autres bâtiments, cela m’a perturbé. Si un bâtiment ne peut tout simplement pas tomber comme ça, c’est quelque chose qui devrait être vraiment étudié pour l’avenir « . Lucznikowska, qui a parlé lors de la conférence sur le bâtiment 7, affirme qu’elle n’est pas un théoricienne de la conspiration, mais une citoyenne inquiète qui remet en cause les méthodes utilisées par le NIST pour déterminer la cause de l’effondrement. « Ils ont utilisé des modèles recréés et je ne pense pas qu’ils soient allés assez profond dans l’enquête », dit Lucznikowska. « Juste la pensée que cela pourrait se reproduire, cela ne cadre pas bien avec moi et je voudrais en savoir plus à ce sujet. Je pense que c’est une pétition précieuse, et il ya au moins 67 000 personnes qui sont d’accord avec moi. Je ne dis pas que c’était un complot, je suis juste inquiète pourquoi c’est arrivé, et je ne veux pas voir cela se reproduire « . Il faut briser pour ça, dit aussi l’auteur David Ray Griffin la tendance lourde qui veut que toute atteinte à l’image du 11 Septembre soit perçue comme un acte anti-national. Aujourd’hui, les gens n’amalgament plus autant semble-t-il, lassés de ne pas avoir obtenu de réponses à leurs questions.. comme on a pu les convaincre de le faire ses dernières années, marquées encore par une forte empreinte bushienne et un Obama droit dans les bottes de son prédécesseur sur la question.

nist 001

Ils ne sont plus seuls : des architectes et des ingénieurs de renom (plus d’un millier) demandent depuis plus de 10 ans que le dossier de l’effondrement subit du WTC7 soit réexaminé. Que l’on parle de ce qu’a entendu ou vu Barry Jennings (et également des suites familiales surprenantes de son décès à 53 ans…). Le temps est venu de l’explication de la démolition contrôlée du WTC7, et de la dénonciation du rapport-croupion du NIST, dont les données informatiques ne sont toujours pas disponibles à ce jour. Pourquoi, on en a bien une petite idée : la thèse officielle ne tient pas, tout bonnement . Le WTC7 a toujours été l’arbre qui cachait la forêt. Expliquons au moins enfin pourquoi un arbre est tombé… en novembre, on pourra espérer avancer (enfin) sur la question. Et retrouver plus tard les bûcherons qui l’ont fait tomber. On saura bien un jour ce qui s’est passé. Et comme pour l’assassinat de JFK, ce ne sera pas à l’honneur des dirigeants US, je pense.