Why Aren’t There Any Openly Gay Astronauts?

 

Floating freely on the flight deck, Sally Ride communicates with ground controllers in Houston during her STS-7 mission in June 1983.

Credit: NASA

Three hundred and thirty American men and women have served as astronauts since the start of NASA’s human spaceflight program. Only one is publicly known to have been gay or bisexual — Sally Ride — and she kept it private until her death, yesterday (July 23), when her obituary on the Sally Ride Science organization’s website stated that Ride was survived by Tam O’Shaughnessy, her « partner of 27 years. »

As the first American woman in space and a scientist, Ride served as a role model for generations of young girls. Now, she’ll serve as a role model for LGBT youth as well, said her sister, Bear Ride. « I hope it makes it easier for kids growing up gay that they know that another one of their heroes was like them, » Bear Ride, who identifies as gay, told Buzzfeed yesterday.

Gay rights advocates say Sally Ride’s addition to the ranks of LGBT role models will make a tremendous impact. « Role models are incredibly valuable for everyone, but I think especially for LGBT youth, who may be born into a family where they don’t have an LGBT role model. It is so important for them to look out into the world and see they could be welcome in that world, » Stuart Gaffney, media director at Marriage Equality USA, told SPACE.com. « Sally Ride will be that for them now. »

 

Human Rights Campaign president Chad Griffin concurred, telling Buzzfeed, « The fact that Sally Ride was a lesbian will further help round out Americans’ understanding of the contributions of LGBT Americans to our country. » [Astronaut Sally Ride: In Her Own Words]

Ride’s decision to keep her sexual orientation private reflects her very private nature, sources said. But the lack of even one openly gay or lesbian astronaut in the history of American spaceflight may reflect the culture at the NASA astronaut office. Although NASA does not discriminate on the basis of sexual orientation, Michael Cassutt, author of five books and hundreds of articles about human spaceflight, said coming out would until recently have been « a career-wrecker » for an astronaut. « Not for any formal reason, but in the same way that any medical issue or even some kind of notoriety has been an astronaut career-wrecker, » Cassutt told SPACE.com.

« Any issue that detracts from the mission is or has been the kind of thing an astronaut wants to avoid. It isn’t NASA politics; it is NASA politics as practiced at the astronaut office, » Cassutt said, adding that the office has often resembled a « military squadron. »

A NASA spokesman told SPACE.com that astronauts decide for themselves what to reveal about their private lives.

« Certainly we try to be open with their professional activities and beyond that what they reveal privately is pretty much up to them, » said the spokesman, who asked not to be named. Still, the fact remains that no astronauts have ever come out as gay or lesbian, while many astronauts include mention of their husbands, wives or children on their NASA official biography pages. (As of today, Ride’s NASA bio page was updated to mention that she is survived by her mother, with no mention of her partner.)

Cassutt said even though he suspects there are or have been some other gay or lesbian astronauts, and in spite of the progress made on LGBT issues, « I don’t expect anyone in the current corps to be ‘out’ any time soon, assuming anyone is gay. »

The implication is that even in 2012, a same-sex orientation could still earn an astronaut unwanted notoriety that would detract from a mission. Robert Pearlman, space historian and founding editor of collectSPACE.com (a SPACE.com partner site), said the choice to shield one’s sexuality « unfortunately cannot yet be labeled ‘behind the times.’ While there are a great many more people who are openly gay today, we are not yet to a point of universal acceptance, » he noted.

There is also the fact that 219 of the 330 current and former astronauts served in the military, according to NASA. The U.S. military operated under a « don’t ask, don’t tell » (DADT) policy from 1993 until 2011, under which gay and lesbian servicemen and women had to remain closeted or risk expulsion. The repeal of DADT last year allowed gays and lesbians to serve openly in the U.S. military for the first time in history.

Of NASA’s continued culture of no one asking and no one telling, Gaffney of Marriage Equality USA said, « Ultimately, it’s a culture that needs to and will change. Harvey Milk said, ‘Come out, come out, wherever you are.’ The point being that the world needs to know, and LGBT youth need to see, that we really are everywhere and that includes people in every walk of life. Some professions have been quicker to change than others. Every profession is going to change. And the news this week about Sally Ride is just one more example of that. »

He added, « It will be part of her legacy that change will come to her profession as well. »

https://www.space.com/16735-gay-astronauts-sally-ride.html

 

 

 

Publicités

The Universe Has a Lot More Huge Stars Than Scientists Thought

A surprisingly large number of massive stars have been spotted in regions across the universe, shedding new light on how galaxies near and far evolve, a new study shows. By Samantha Mathewson | SPACE.com In the study, astronomers using the Atacama Large Millimeter/submillimeter Array (ALMA) in Chile investigated intense bouts of star formation in four […]

via The Universe Has a Lot More Huge Stars Than Scientists Thought — Brights – Die Natur des Zweifels

Video in english: the impact of Tungouska/Article en français:l’impact de Tungouska en 1908

L’événement de la Toungouska est une explosion survenue le 30 juin 1908 vers h 13 en Sibérie centrale, dans l’empire russe. L’onde de choc, équivalant à plusieurs centaines de fois celles qu’engendreront les explosions des bombes nucléaires d’Hiroshima et de Nagasaki 37 ansplus tard, a détruit la forêt sur un rayon de 20 kilomètres et fait des dégâts jusqu’à une centaine de kilomètres.

Tunguska-Map-fr.svg

Plusieurs hypothèses scientifiques ont été émises sur l’origine du phénomène : météorite, foudre, méthane échappé de conduits volcaniques… L’hypothèse la plus plausible, et retenue au début du xxie siècle, est celle de l’impact d’un objet céleste (un petit corps du Système solaire de caractéristiques encore inconnues), ayant explosé à une altitude comprise entre 5 et 10 kilomètres. Cela fait de l’événement de la Toungouska la plus grosse explosion connue de l’histoire humaine due à la rencontre d’un tel corps avec la Terre.

Tunguska-pintura

Dans la matinée du 30 juin 1908 (correspondant au 17 juin du calendrier julien, alors en usage dans l’Empire russe), quelques témoins voient passer une boule de feu dans le ciel sans nuage de la Sibérie centrale. Celle-ci explose à une altitude comprise entre 5 et 10 kilomètres, au-dessus de la rivière Toungouska pierreuse, à 63 km nord-nord-ouest du village de Vanavara1 (60° 20′ 24″ N, 102° 16′ 48″ E) à h 14 locale (h 14 TU ou h 2 heure locale solaire). Cette explosion est enregistrée, sous forme de séisme de magnitude 4,5 à 5, à h 17 min 11 s, à l’observatoire magnétique d’Irkoutsk, à 1 000 km de là.

tunguska-event

 

 

 

L’explosion détruit intégralement la forêt dans un rayon de plus de 20 km, abattant 60 millions d’arbres ; le souffle fait des dégâts sur plus de100 km et la déflagration est audible dans un rayon de 1 500 km. De nombreux incendies se déclenchent, brûlant des zones forestières pendant plusieurs semaines.

Tunguska-Meteorite

220px-Tunguska

 

 

 

 

arbres 001

 

tunguska-photo

Un vortex de poussières et de cendres se forme et est entraîné jusqu’en Espagne par la circulation atmosphérique, créant des halos dans la haute atmosphère, qui s’étendent sur tout le continent. On peut observer des couchers de soleil très colorés et une luminosité exceptionnelle en pleine nuit est constatée pendant plusieurs jours en Europe occidentale, à tel point que l’on peut lire un journal de nuit. Les scientifiques pensent alors à l’éruption d’un volcan, comme le Krakatoa en 1883, qui avait injecté d’énormes quantités de poussières dans l’atmosphère et, de ce fait, avait engendré des phénomènes lumineux semblables.

L’onde de choc fut enregistrée en Europe occidentale et aux États-Unis.

L’éloignement de la région et les troubles en Russie ne permirent une étude sur place qu’en 1927 par une équipe russe menée par Leonid Kulik. Sur les lieux, les scientifiques découvrirent stupéfaits qu’il n’y avait ni cratère, ni trace d’impact, ni débris. Avec l’arrivée de la Seconde Guerre mondiale, puis de laGuerre froide, seules deux expéditions purent retourner enquêter en 1958 et 1961. On découvrit une multitude de petites sphères de métal et de silicatesdispersées dans le sol de la région, ce qui permit d’émettre quelques hypothèses. Une étude américaine en 1993 avança qu’il s’agissait d’un petit noyau cométaire, essentiellement composés de gaz gelés ayant fondu et explosé entre 6 et 9 km d’altitude, le reste de la matière étant dispersé en une pluie de sphérules.

Lac Cheko
Le lac Cheko en 2009.

 

Le lac Cheko (en) est un lac d’eau douce, près de la rivière Toungouska pierreuse. Il a la forme d’un rectangle aux coins arrondis, d’une longueur de 708 mètres, d’une largeur de 364 mètres et d’une profondeur d’environ 50 mètres. Il est situé à environ sept kilomètres au nord-ouest de l’hypocentre et son grand-axe est orienté vers ce point. Il semble inconnu avant 1908 et sa première référence cartographique date de 1928.

tunguska 3
Luka Gasperini et son expédition,en 1928.

Luca Gasperini, géologue italien, entreprend des études sur les sédiments de ce lac en juillet 1999 et sa première publication de 2001 affirme que le lac est antérieur à l’événement de 1908.

Toutefois, en 2007, le même Gasperini, cité par National Geographic, émet une hypothèse opposée : « La forme en entonnoir du bassin et des échantillons de sédiment suggèrent que le lac s’est formé dans un cratère d’impact ». L’impact serait dû à un fragment de l’objet et la forme inhabituelle pour un impact à une puissante émission de gaz carbonique, de vapeur d’eau et de méthane contenus dans le pergélisol.

tunguska2 (1)

La question de la nature de cet objet se pose toujours : petit astéroïde, comète ou autre ? Cet objet est dénommé souvent TCB (Tunguska Cosmic Body ou Corps cosmique de Toungouska), et surnommé parfois Ogdy, nom du dieu du feu des Évenks.

Ses caractéristiques furent d’abord estimées aux alentours de 50 mètres de diamètre et 10 millions de tonnes avant qu’une nouvelle simulation présentée en 2007 par les laboratoires Sandia ne réduisent l’estimation à 62 000 tonnes.

Des études ont été menées en 2007 pour rechercher le parent de cet objet : des similitudes ont été trouvées avec la comète 97P/Metcalf-Brewington et avec l’astéroïde (106538) 2000 WK63 (découvert le 26 novembre 2000 par LINEAR).

En 2010, l’expédition menée par Vladimir Alexeev pour l’institut TRINITY (en) lève le voile sur la nature ambiguë de l’objet à l’origine du choc. Les résultats découlant de l’expédition indiquent qu’une comète à noyau de glace s’est fragmentée et dispersée sur quelques kilomètres en formant plusieurs cratères d’impact. La découverte, dans la résine d’arbres, de restes de poussière cosmique formant la queue de la comète pourrait confirmer cette hypothèse.

Pour certains commentateurs, l’absence de cratère d’impact ne semble pas compatible avec la chute d’un astéroïde ou d’une comète. Il existe des cratères d’impact qui correspondent à des chutes d’objets à la surface de la terre. La liste de cratères d’impact sur Terre en recense un bon nombre, mais l’événement de la Toungouska ne correspond pas à ce modèle.

Une étude9 menée et publiée en 2013 par le chercheur Victor Kvasnytsya met en avant l’hypothèse de la météorite. Il avance cette hypothèse grâce à des fragments de roche microscopiques piégés dans la tourbe.

tunguska-area
Localisation géographique reproduisant au détail près la zone touchée par l’explosion.

Autre objet cosmique

D’autres hypothèses de chute d’objets cosmiques sont parfois évoquées :

  • Un micro trou noir (1021 grammes, soit 1015 tonnes dans un volume correspondant à quelques atomes) aurait pénétré la Terre à la Toungouska et serait ressorti, 12 minutes plus tard dans l’AtlantiqueNord (Al Jackson, Mike Ryan, 1973), sans qu’il n’y ait consensus scientifique ;
  • Une météorite d’un kilogramme d’antimatière se serait annihilée lors de son entrée dans l’atmosphère(Clyde Cowan, Chandra R. Atluri et Willard Frank Libby, 1965) ; cette hypothèse a les faveurs de Jean-Pierre Ader. Ce qui a été vu à Mourmansk, le 19 avril 2014 pourrait être de même nature bien que d’une plus faible ampleur.
  • Un astéroïde de matière noire (invisible) aurait explosé en altitude (Robert Foot, 2002) ;
zone d'impact en 2017
Zone d’impact photographiée récemment en 2017. Depuis plus de 109 ans,rien n’a changé:la région reste marquée par l’événement.

Autres hypothèses

De nombreuses hypothèses de toutes sortes, parfois relevant de la science-fiction, ont été émises sur ce phénomène mystérieux :

  • ce serait une boule de foudre d’un kilomètre de diamètre (Anthony Lawton, 1977) ;
  • une dernière expérience désespérée de la Tour de Tesla
  • une explosion nucléaire d’origine extraterrestre ;
  • dix millions de tonnes de méthane se seraient échappés de conduits volcaniques et se seraient embrasés, (Wolfgang Kundt, 2001).
  • un OVNI (à propulsion nucléaire) se serait écrasé
tunguska ovni (1)
Reconstitution professionnelle de l’explosion réalisée récemment par des universitaires russes par un programme de simulation par ordinateur. C’est de là que vient la théorie plus récente de l’astronef extraterrestre qui aurait explosé en entrant dans l’atmosphère.

EN COMPLÉMENT:

La théorie récente de l’astronef extraterrestre qui explose

tunguskasky440

Cette théorie a été mise au rebut scientifiquement presque depuis qu’elle a été formulée parce que l’impact d’un navire assez grand pour provoquer une telle explosion et destruction environnementale aurait nécessairement dû éjecter des milliers de restes épars.Ce n’est pas ce qui est arrivé dans l’événement de Tunguska.Aucun fragment de métaux,de polymères ou d’alliages particuliers n’ont été trouvés à l’époque de l’impact…ce qui aurait prouvé l’origine extraterrestre de manière certaine.

UFO Tunguska.jpg
Par contre,en 2009,une expédition mieux outillée et organisé que dans le passé a mis la main sur des éléments fantastiques pouvant servir à avancer un début de preuve sur l’origine extraterrestre de l’événement.
Dirigée par un scientifique de renom,le professeur Labvin,l’expédition exhuma une pierre très rare de 50 kilos qui fut transportée à Krasnoïasrsk pour analyse plus précise.
Déjà en 1998,lors du 90 ième anniversaire de l’événement,Labvin avait exposé 2 barres de métal d’origine inconnue.Ces barres auraient été retrouvé près de la ville de Vanavara à 65 kilomètres du lieu de l’explosion.La pierre a été surnommée « pierre-reno ».
La zone couverte par l’explosion se prépare à recevoir de nombreuses expéditions scientifiques et surtout des ufologues qui sont encouragés par les récentes découvertes dont celle d’une expédition italienne dans la région en 1999 qui avait annoncé dès 2007, avoir trouvé un cratère (le lac Cheko,notre photo) associé à l’événement.Ce serait un cratère de 50 mètres de profondeur et de 450 mètres de diamètre situé à 5 kilomètres seulement de l’épicentre de l’explosion.Des scientifiques affirment avoir étudié les anomaliers gravitationnelles et des échantillons du lac qui révèlent cette origine.En outre,il n’existe aucune preuve,aucun témoignage,ni carte à l’appui de l’existence de ce lac ,avant 1908.
La grande vérité dans cette affaire est que l’événement de Tunguska,en dépit de diverses théories et croyances largement répandues dans la communauté scientifique qui mise sur une explosion de comète,nous laisse encore une masse d’inconnues que la science actuelle n’a pas encore fini d’expliquer en totalité.

 

 

 

 

LE LIEN VIDÉO:

The impact of Tunguska in 1908

via Aquatic Methane-Breathing Aliens Could Be Chilling on Enceladus

Scientists find potential evidence of methanogenesis, a biological process, on Saturn’s moon Enceladus. By Becky Ferreira | MOTHERBOARD The ocean interior of Saturn’s moon Enceladus may have the “temperatures and chemical energy sources necessary for habitable conditions,” according to new research published in Science on Thursday. This major finding is the result of an extremely […]

via Aquatic Methane-Breathing Aliens Could Be Chilling on Enceladus — Brights – Die Natur des Zweifels

The best “supermoon” photos from around the globe — Quartz

The moon just made its closest approach to our planet since 1948, lifting tides and spirits around the world as it did so. If you didn’t get outside, or had your view obscured by clouds, fear not: The next “supermoon” of this caliber is coming right up, in November 2034—less than a blip in celestial…

via The best “supermoon” photos from around the globe — Quartz

Fantastic discovery of two bright spots on Ceres

Cérès le 25 février 2015.
Ceres,the february 25 ,2015.

« They look at us. » That is the impression that we could have two bright spots side by side on Ceres appeared on the photo taken at 46,000 miles away, on 19 February. The dwarf planet in only had in previous vigils. The tweet says it is a « variable » stain.

« Puzzling ‘bright spot’ on dwarf planet #Ceres has dimmer companion. Détails:  http://t.co/nqNnkChQRk@NASA_Dawnpic.twitter.com/CzB2xiXXN9

 

An « unexpected and mysterious » event

ceresgif

Chriss Russell, the charge of the Dawn mission, the spacecraft that took the photo, provided the following explanation: « The bright spot now has a companion of a lesser brightness, but apparently in the same crater. This may indicate a similar origin to volcanism, but it will be a better resolution before making such geological interpretations « >> Read:. A mysterious radio signal came from ailleursLe responsible for the shooting, Andreas Nathues adds that » the bright spot is too small for the camera, but despite its size, it is brighter than anything else on Ceres. This is really unexpected and it remains a mystery to us. « Dawn should take new pictures in March which may help to find answers to this.

The current quiet solar cycle raises questions about its impact on Earth

Photo du soleil ...5 novembre 2013
Picture of the sun  …november 5 , 2013

The surface of the sun was surprisingly quiet – with fewer spots than at any time in the last century – encouraging curious scientists to wonder exactly what this might mean here on Earth.

Related Stories
Sunspots were observed for thousands of years – first by Chinese astronomers and then, for the first time with a telescope by Galileo in 1610.

Sunspots appear in cycles of about 11 years – more in a daily avalanche and then decreasing drastically, before amplification again .

But this cycle – nicknamed « the cycle of 24 – has surprised scientists with its slowness .

The number of points scored because it began in December 2008 is well below the average over the last 250 years . In fact , this is less than half .

« This is the weakest solar cycle that was all from the space age , 50 years , » said the National Oceanic and Atmospheric Association , the physicist Doug Biesecker .

Beau jeu

Young people play football at sunset on the artificial beach located in the Ponta Negra …
The intense electromagnetic energy sunspot has a significant impact on emissions of ultraviolet rays and X rays of the sun as well as solar storms .

Solar storms can disrupt telecommunications and electronic networks Terre.L Activity sunspots can also have an impact on the climate of the Earth.

 Cycle 23 peaked in April 2000 with an average of 120 solar day points. Then the cycle wound down, hit bottom around December 2008, the time for scientists, began the beginning of the current cycle.

The minimum solar activity at the end of cycle 23 has led astronomers to predict a slow 24 cycle. But the reality is even fell below expectations .

In the first year of the cycle, during which solar activity have increased , astronomers have 266 days without a single stain sun.

Dévots hindous de retour après avoir pris un bain sacré dans le ...

Hindu Devotees return after taking a holy dip at Sangam while the sun sets in Allahabad …
« The peak forecast was 90 sunspots, » said Biesecker, noting that even if the activity has increased over the last year, « it is very clear that he will not be close to 90. »

« The number of sunspots peaked last year to 67, almost half of a typical cycle, » he added.

The last time the sunspot cycle was this slow was in February 1906, the peak of cycle 14, with only 64 points per day.

The « long minimum: three years, three times more than the previous three rounds of the Space Age » was a surprise, said University of Montana physicist Andres Munoz-Jamillio.

A magnet switch

Une photo prise depuis un avion montre le soleil levant ...

A photo taken from an airplane shows the sun rising behind the clouds at dawn over the outskirts of Bankok
Cycle 24 also deviated from the standard of another surprising way.
In general, towards the end of each solar cycle of 11 years, the magnetic fields of the sun changes direction . The northern and southern hemispheres change their polarity , often simultaneously.

In exchange, the magnetic field strength drops to near zero and reappears when the polarity is reversed, the scientists explain .

But this time, something different seems to happen . The north pole already reversed polarity, several months ago – and now the same polarity as the south pole .

The most recent satellite measurements ,  » the southern hemisphere should return to the near future , » said Todd Hoeksema , Director of the Solar Observatory Wilcox at Stanford University .

It does not seem concerned about the phenomenon .

But scientists are watching closely to see the sun if the cycle 24 will be an aberration – or if it will calm the next solar cycle stretch through.

« We will not know for another good three or four years , » said Biesecker .

Some researchers believe this could be the beginning of a long period of low solar activity.

The last time it happened, during the so-called  » Maunder Minimum  » between 1650 and 1715 almost no sunspots were observed. During the same period , temperatures plummeted to Earth , causing the so-called  » Little Ice Age  » in Europe and North America.

As the number of sunspots continue to remain low , it is possible the Earth’s climate is affected again .

But thanks to global warming, we are unlikely to see another ice age. « Things did not start to cool , they just do not grow as quickly , » said Biesecker .

Other articles on the same subject:

https://michelduchaine.com/2013/11/25/alert-life-on-earth-is-threatened-the-magnetic-fields-of-the-earth-weakens/

%d blogueurs aiment cette page :