Nouvel Ordre Mondial: Justin Trudeau met en place la dictature néolibérale au Canada

Résultats de recherche d'images pour « Justin Trudeau et président chinois »

 

Article tiré du: WASHINGTON POST : LES TERRIBLES NOUVELLES RÈGLES ÉLECTORALES DE JUSTIN TRUDEAU LIMITERONT L’ACTIVISME ET LES DROITS DES CITOYENS

Les médias sont un autre moyen d’influence avec un pot-de-vin de 595 millions de dollars que Trudeau versera aux journalistes qui publient ce qu’il veut, rapporte le journal américain

Le Washington Post a publié cet article le 26 décembre pour dénoncer les priorités régressives du gouvernement Trudeau pour manipuler les élections fédérales de 2019. L’article a été rédigé par J.J. McCullough. Ce sont des pratiques fondamentalement illibérales du pouvoir de l’État pour restreindre davantage les droits des citoyens, dénonce l’auteur.

Selon l’article :

Une saine gouvernance ne peut être maintenue avec des priorités régressives telles que celles-ci.

Le gouvernement de Justin Trudeau a récemment adopté plus de 200 pages de changements spectaculaires dans le fonctionnement des élections au Canada. Les nouvelles règles limiteront davantage la possibilité pour les Canadiens d’exercer leurs droits constitutionnels en matière de liberté de parole politique et d’activisme.

Le projet de loi final de Trudeau ne représente aucune amélioration par rapport au premier projet draconien présenté en avril.

Grâce à ces amendements et à d’autres, la Loi électorale du Canada est maintenant incroyablement longue et effrayante. Les contrevenants peuvent s’attendre à des milliers de dollars d’amende ou même de prison.

Les choses vont presque certainement empirer. Le rêve paradoxal d’une démocratie parfaitement maîtrisée qui a inspiré la Loi sur la modernisation des élections de Trudeau est un projet fondamentalement autoritaire qui trouve toujours une nouvelle justification pour restreindre davantage les droits des citoyens.

Les autres bénéficiaires de tout cela sont les médias. La loi électorale canadienne ne considère pas les journalistes comme des tiers, même s’ils sont des employés de grandes entreprises qui dépensent beaucoup d’argent pour influencer ce que les électeurs pensent de la politique. C’est peut-être parce qu’Ottawa a un plan différent pour eux. Le gouvernement Trudeau a récemment annoncé un nouveau financement de 595 millions de dollars pour subventionner les médias canadiens, ainsi qu’un comité gouvernemental correspondant chargé d’identifier les cas de journalisme dignes de subventions.

Ce sont les tendances actuelles de la démocratie canadienne. Une consolidation d’influence pour ceux qui l’ont déjà, alors que des barrières bureaucratiques toujours plus élevées sont érigées pour limiter l’impact de tous les autres.

***

THE WASHINGTON POST | 26 décembre 2018

Par J.J. McCullough

Les histoires d’érosion de la démocratie occupent une place importante dans la presse mondiale ces jours-ci; les coupables présumés sont généralement des hommes forts et flamboyants aux objectifs autoritaires ouverts. Mais la démocratie peut tout aussi bien être affaiblie dans les nations progressistes par ses propres prétendus sauveurs, par des moyens bureaucratiques discrets.

Le gouvernement de Justin Trudeau a récemment adopté plus de 200 pages de changements spectaculaires dans le fonctionnement des élections au Canada. Entre autres choses, les nouvelles règles limiteront davantage la possibilité pour les Canadiens d’exercer leurs droits constitutionnels en matière de liberté de parole politique et d’activisme.

Ces règlements ont été adoptés avec la rigueur progressive habituelle selon laquelle la réglementation des activités et des discours politiques au nom de l’équité et de l’égalité est sans aucun doute vertueuse. Une confiance en soi juste n’empêche pas pour autant les conséquences pratiques de cet exercice fondamentalement illibéral du pouvoir de l’État.

Le dernier projet de loi de Trudeau ne représente aucune amélioration par rapport au premier projet draconien présenté en avril. Selon le ministère des Institutions démocratiques, la nouvelle législation vise à garantir que les «acteurs politiques» opèrent sur un «pied d’égalité», et imposera des «limites raisonnables» à leurs budgets.

En d’autres mots, cela signifie que le gouvernement a trouvé de nouveaux moyens de punir les groupes de Canadiens politiquement motivés, qu’ils soient écologistes, conservateurs sociaux, dirigeants d’entreprise ou des travailleurs, des militants des droits des minorités ou autres, qui se livrent à des activités telles que la publicité porte à porte, téléphoner aux électeurs et organiser des rassemblements sans se conformer préalablement aux règles d’Ottawa.

La «période électorale» officielle du Canada est maintenant plafonnée à 50 jours avant le jour du scrutin, les deux mois ou plus précédant celui-ci constituant également une nouvelle période «préélectorale». Pendant la période «préélectorale» – un concept qui n’a aucune raison démocratique au-delà du désir grandissant du gouvernement de contrôler l’activité politique – les soi-disant tiers sont traités avec autant de suspicion que lors des élections très réglementées.

Les groupes et les individus ne peuvent pas dépenser plus de 700 000 dollars pour des «activités partisanes» et de la «publicité partisane» au cours de cette période, et doivent immédiatement s’inscrire auprès du gouvernement après avoir dépensé leurs premiers 500 dollars. Ottawa s’attend à une liste détaillée de tous les revenus et dépenses engagés, y compris la date et le lieu de chaque tentative de changement d’avis.

Grâce à ces amendements et à d’autres, la Loi électorale du Canada est maintenant incroyablement longue et effrayante.

Tout Canadien qui envisage de faire des dépenses ou des efforts importants pour persuader ses concitoyens de voter d’une manière ou d’une autre lors de l’élection de l’année prochaine devrait immédiatement engager une équipe d’avocats et de comptables, car il n’y a tout simplement aucun autre moyen de naviguer dans les fonds des mauvaises herbes légales qui régissent maintenant la participation démocratique adjacente aux élections au Canada.

Les contrevenants peuvent s’attendre à des milliers de dollars d’amende ou même de prison.

Les choses vont presque certainement empirer. Le rêve paradoxal d’une démocratie parfaitement maîtrisée qui a inspiré la Loi sur la modernisation des élections de Trudeau – et les nombreuses et terribles lois électorales antérieures qu’elle a élaborées – est un projet fondamentalement autoritaire qui trouve toujours une nouvelle justification pour restreindre davantage les droits des citoyens.

Étant donné que la panique morale antérieure avait déjà limité la collecte de fonds des candidats et des partis au strict minimum, attendez-vous à ce que les élections de 2019 déclenchent une nouvelle vague de paranoïa de la part du gouvernement sur toutes les entreprises, syndicats, industries, etc. puisque l’argent est «canalisé» vers des tiers.

Une administration future imposera alors sans aucun doute des restrictions encore plus strictes aux dépenses et aux activités de tiers. Ils suivront peut-être l’exemple de l’Ontario, où les règlements «préélectoraux» régissent maintenant un ridicule six mois avant le jour du scrutin. Quoi qu’il en soit, il est difficile d’éviter de conclure que l’objectif à long terme est de soustraire totalement les «tiers» aux discussions politiques du Canada.

À un rythme de plus en plus rapide, le Canada consolide son statut de pays dans lequel il est extrêmement difficile pour les Canadiens moyens, qu’ils agissent individuellement ou par l’intermédiaire de groupes de revendication, de communiquer légalement leurs idées ou d’organiser des événements pendant ou autour des élections.

Bien que Trudeau soit le dernier auteur, le problème n’est pas partisan. Tous les partis défient également le fléau des Canadiens engagés de manière inappropriée, qui consacrent une part trop importante de leur temps et de leur argent à des questions qui leur tiennent à cœur.

Sans fondement plus solide que des théories spéculatives et égoïstes sur ce qui nuit à leur capacité de se faire élire, la classe politique canadienne a tout intérêt à minimiser l’activisme politique des autres. Après tout, les législateurs ont le droit de parler sans cesse et de se promouvoir eux-mêmes en tant que membres du gouvernement, et ils veillent jalousement sur cet avantage.

Une photo qui semble dire beaucoup : le premier ministre Stephen Harper et l’ex-président chinois Hu Jintao, lors du sommet de l’APEC à Vladivostok, en Russie, en septembre 2012.
Stephen Harper se méfiait davantage que Trudeau.

Les «tiers» doivent donc être décrits comme des concurrents illégitimes au même titre que les syndicats et les entreprises. Des aspersions doivent être lancées contre ces étrangers, dans l’exercice de leurs droits démocratiques décrits comme dangereux et subversifs. L’homme politique a pour objectif de monopoliser toutes les discussions sur les politiques et les priorités, rendant ainsi son leadership indispensable.

Les autres bénéficiaires de tout cela sont les médias. La loi électorale canadienne ne considère pas les journalistes comme des tiers, même s’ils sont des employés de grandes entreprises qui dépensent beaucoup d’argent pour influencer ce que les électeurs pensent de la politique.

C’est peut-être parce qu’Ottawa a un plan différent pour eux. Le gouvernement Trudeau a récemment annoncé un nouveau financement de 595 millions de dollars pour subventionner les médias canadiens ( www.theglobeandmail.com/…/article-media-sector-gets-595-mi…/), ainsi qu’un comité gouvernemental correspondant chargé d’identifier les cas de journalisme dignes de subventions.

Ce sont les tendances actuelles de la démocratie canadienne. Une consolidation d’influence pour ceux qui l’ont déjà, alors que des barrières bureaucratiques toujours plus élevées sont érigées pour limiter l’impact de tous les autres. Une saine gouvernance ne peut être maintenue avec des priorités régressives telles que celles-ci. »

EN CONCLUSION

Ainsi Justin Trudeau est devenu un dangereux dictateur pro djihadiste avec affiliation pro-communiste chinoise!

Au nom de la loi dictatoriale contrôlante et franc maçonne de Justin Trudeau,les petits partis,les nouveaux partis politiques et ceux que Justin  ne veut pas voir vont disparaître afin de ne laisser en place que l’élite politique ancienne qui se perpétuera à jamais!

On appelle cela une dictature inspirée du régime communiste chinois  :un système politique « aimé » par la famille Trudeau depuis Pierre Elliott lui-même qui doit jouir dans sa tombe infestée de rats!

Pierre Elliott Trudeau admirait profondément le dictateur communiste Mao Tsé tung.Ici en 1973 en Chine.
Pierre Elliott Trudeau entouré d’officiels du parti communiste chinois en 1973 toujours.

 

 

 

Publicités

En hommage et en appui aux Gilets Jaunes de France …et de partout dans le monde

 

Une trop belle histoire (c’est aussi une histoire de la Lorraine) pour que je ne puisse pas la partager avec vous. La voici, c’est celle d’Edouard Louis‏ : 

 » Depuis quelques jours j’essaye d’écrire un texte sur et pour les gilets jaunes, mais je n’y arrive pas. Quelque chose dans l’extrême violence et le mépris de classe qui s’abattent sur ce mouvement me paralyse, parce que, d’une certaine façon, je me sens personnellement visé.

Au Canada,Justin Trudeau,tout comme Emmanuel Macron ,en France,a trahi le peuple pour se faire élire.
Ici en prière avec ses amis islamiques!

Quand j’ai vu apparaitre les premières images des gilets jaunes. Je voyais sur les photos qui accompagnaient les articles des corps qui n’apparaissent presque jamais dans l’espace public et médiatique

Des corps souffrants, ravagés par le travail, par la fatigue, par la faim, par l’humiliation permanente des dominants envers les dominés, par l’exclusion sociale et géographique, je voyais des corps fatigués, des mains fatiguées, des dos broyés, des regards épuisés.

Le président Macron des Rotschild et le Premier ministre canadien de l’Agha Khan ,le franc maçon Justin Trudeau.

La raison de mon bouleversement, c’était bien-sûr ma détestation de la violence du monde social et des inégalités, mais aussi, et peut-être avant tout, parce que ces corps que je voyais sur les photos ressemblaient au corps de mon père, de mon frère, de ma tante.

Ils ressemblaient aux corps de ma famille, des habitants du village où j’ai vécu pendant mon enfance, de ces gens à la santé dévastée par la misère et la pauvreté, et qui justement répétaient toujours  » nous on ne compte pour personne, personne parle de nous ».

Gilets jaunes italiens.

– d’où le fait que je me sentais personnellement visé par le mépris et l’extrême violence de la bourgeoisie qui s’est immédiatement abattue sur ce mouvement. Parce que, en moi, pour moi, chaque personne qui insultait un gilet jaune insultait mon père.

Tout de suite, dès la naissance de ce mouvement, nous avons vu dans les médias des « experts » et des « politiques » se moquer, diminuer, condamner les gilets jaunes et la révolte qu’ils incarnent.

Je voyais défiler sur les réseaux sociaux les mots « barbares », « abrutis », « ploucs », « irresponsables ». Les médias parlaient de la « grogne » des gilets jaunes : les classes populaires ne se révoltent pas, non, elles grognent, comme des bêtes.

J’entendais parler de la « violence de ce mouvement » quand une voiture était brulée ou une vitrine cassée, une statue dégradée.

Phénomène habituel de perception différentielle de la violence : une grande partie du monde politique et médiatique voudrait nous faire croire que la violence, ce n’est pas les milliers de vie détruites et réduites à la misère par la politique, mais quelques voitures brûlées

Il faut vraiment n’avoir jamais connu la misère pour pouvoir penser qu’un tag sur un mouvement historique est plus grave que l’impossibilité de se soigner, de vivre, de se nourrir ou de nourrir sa famille

Les gilets jaunes parlent de faim, de précarité, de vie et de mort. Les « politiques » et une partie des journalistes répondent : « des symboles de notre République ont été dégradés ». Mais de quoi parlent ces gens ?? Comment osent ils ?? d’où viennent ils ??

PARIS, FRANCE – 15 DECEMBRE 2018 devant la place de l’Opéra: les Gilets Jaunes face aux CRS.

Des médias parlent aussi du racisme et de l’homophobie chez les gilets jaunes. De qui se moquent-ils ? Je ne veux pas parler de mes livres, mais il est intéressant de noter que chaque fois que j’ai publié un roman, j’ai été accusé de stigmatiser la France pauvre et rurale.

justement parce que j’évoquais l’homophobie et le racisme présents dans le village de enfance. Des journalistes qui n’avaient jamais rien fait pour les classes populaires s’indignaient et se mettaient tout à coup à jouer les défenseurs des classes populaires.

Pour les dominants, les classes populaires représentent la classe-objet par excellence, pour reprendre l’expression de Pierre Bourdieu ; objet du discours manipulable : de bons pauvres authentiques un jour, des racistes et des homophobes le lendemain.

PARIS, FRANCE – 8 DECEMBRE 2018 :Les Gilets Jaunes sont au poste et se battent toujours dans la rue!


Dans les deux cas, la volonté sous-jacente est la même : empêcher l’emergence d’une parole des classes populaires, sur les classes populaires. Tant pis s’il faut se contredire du jour au lendemain, pourvu qu’ils se taisent.

Bien-sûr qu’il y a pu avoir des gestes homophobes et racistes au sein des gilets jaunes, mais depuis quand est-ce que ces médias et ces « politiques » se soucient du racisme et de l’homophobie ? depuis quand ?

Qu’est ce qu’il ont fait contre le racisme ? Est ce qu’ils utilisent le pouvoir qu’ils ont pour parler d’Adama Traoré et du comité Adama ? est ce qu’ils parlent des violences policières qui s’abattent tous les jours sur les Noirs et les Arabes en France ?

Est ce qu’ils n’ont pas donné une tribune à Frigide Barjot et à Monseigneur je-ne-sais-plus-combien au moment du mariage pour tous, et en faisant ça, est ce qu’ils n’ont pas rendu l’homophobie possible et normale sur les plateaux de télé ?

Quand les classes dominantes et certains médias parlent d’homophobie et de racisme dans le mouvement des gilets jaunes, ils ne parlent ni d’homophobie ni de racisme. Elles disent : « Pauvres, taisez-vous !  »

Par ailleurs le mouvement des gilets jaunes est encore un mouvement à construire, son langage n’est pas encore fixé : s’il existe de l’homophobie ou du racisme parmi les gilets jaunes, c’est notre responsabilité à toutes et à tous de transformer ce langage.

Il y a différentes manières de dire « Je souffre » : un mouvement social, c’est précisément ce moment où s’ouvre la possibilité que ceux qui souffrent ne disent plus : » Je souffre à cause de l’immigration et de ma voisine qui touche les aides sociales »,

Mais : « Je souffre à cause de celles et ceux qui gouvernent. Je souffre à cause du système de classe, je souffre à cause d’Emmanuel Macron et Edouard Philippe. » Le mouvement social, c’est un moment de subversion du langage, un moment où les vieux langages peuvent vaciller.

C’est ce qui se passe aujourd’hui : on assiste depuis quelques jours à une reformulation du vocabulaire des gilets jaunes. On entendait uniquement parler de l’essence au début, parfois des « assistés ». On entend désormais les mots inégalités, augmentation des salaires, injustices.

Ce mouvement doit continuer, parce qu’il incarne quelque chose de juste, d’urgent, de profondément radical, parce que des visages et des voix qui sont d’habitude astreints à l’invisibilité sont enfin visibles et audibles. « 

(Mes remerciements à Jean-Louis Helstroffer pour  ce texte remarquable)

 

Aussi adaptons notre langage à notre révolution nationale,car chaque nation,chaque peuple a droit à sa liberté!

Longue vie à la Révolution Mondiale des Nations et des Peuples!

Longue Vie au Mouvement Mondial de Désobéissance Civile!

Puisse le Peuple…la Nation Québécoise Toute-Entière rejoindre cette vision,ce mouvement d’ensemble avec le Mouvement Québécois de Désobéissance Civile!

Réveillons-nous enfin et frappons le Nouvel Ordre Mondial au coeur!

Partageons le coeur jaune sur nos profils en guise d’appui!

*Répandez l’idée révolutionnaire en partageant l’article.Entraidons-nous!

 

Un « Google du dark web » pour naviguer dans le monde obscur du net

Céline Haéri, co-fondatrice d’Aleph Networks, le 4 décembre 2018 dans ses locaux, à Villefranche-sur-Saône

Un « Google du dark web », permettant d’aller fouiller dans les entrailles obscures d’internet où s’achètent armes, drogues et codes de cartes bancaires: c’est l’outil – à ne pas mettre entre toutes les mains – qu’a développé une start-up française.

« Nous indexons la quasi-totalité du +dark web+ », souligne Céline Haéri, cofondatrice d’Aleph Networks, interrogée par l’AFP dans les discrets locaux de l’entreprise, nichés au coeur de la région viticole du Beaujolais, dans le centre-est de la France.

L’accès au « dark web » se fait très classiquement à travers des logiciels accessibles via l’internet de monsieur « Tout le monde ».

Mais dans cet univers sulfureux, les internautes ne peuvent pas faire de recherche par mots-clés et avoir ainsi accès à une liste de sites. Pour aller plus loin, ils doivent disposer d’une adresse précise.

Le logiciel Aleph, lui, indexe et stocke donc des millions de ces pages du « dark web », comme le fait Google ou Bing sur l’internet traditionnel.

En cinq ans, la start-up française a répertorié 1,4 milliard de liens et 450 millions de documents sur 140.000 sites, en 70 langues différentes.

Céline Haéri tape ainsi « Glock » – marque autrichienne de pistolets prisés des mafias – et coche la case « bitcoin », monnaie virtuelle supposée intraçable. Aussitôt, apparaissent les liens de sites de vente en monnaie électronique.

Certains « affichent même les étoiles de satisfaction de leurs clients », s’exclame son mari – et PDG – Nicolas Hernandez.

Début décembre, leur logiciel recensait 3,9 millions de numéros de cartes de crédit volées. Leur neutralisation était l’un des axes de développement pressentis par Aleph. « Mais les banques sont assurées. Elles s’en fichent », sourit M. Hernandez.

Une autre recherche, sur le Cesium 137, ingrédient potentiel des « bombes sales », fait apparaître 87 sites… Un « supermarché du terrorisme » explique encore comment fabriquer à la maison bazooka ou explosifs.

Ce paysage inquiétant est loin d’être figé. Au sein du « dark web », « les sites tombent très rapidement et se remontent sous une forme légèrement différente ».

– « en mode garage » –

« Sans moteur de recherche, on ne peut pas avoir de vue d’ensemble », explique M. Hernandez.

Son logiciel permet lui de visualiser les liens entre sites, pour cartographier le « dark web » et ses éventuelles connexions avec l’internet légal.

Début 2019, la société ajoutera une couche d’intelligence artificielle pour reconnaître des images: Kalachnikov, enfants victimes d’abus ou marques contrefaites…

A l’origine de l’aventure, M. Hernandez et un ami d’enfance. Ingénieurs informatiques le jour, dans de grands groupes internationaux, hackers la nuit, au service de grandes causes, liberté d’opinion ou lutte contre la maltraitance des enfants.

Céline Haéri, co-fondatrice d’Aleph Networks,

 

A la demande de Céline, alors institutrice, ils mettent au point « en mode garage » un logiciel pour agréger les blogs d’enseignants français hostiles à une réforme scolaire. Ce logiciel reste aujourd’hui à la base de leur technologie de collecte massive et de structuration d’informations.

Sautant le pas, le trio monte en 2012 sa société, baptisée du nom de la première lettre de l’alphabet hébraïque – et l’une des définitions de l’infini pour les mathématiciens.

Après avoir « failli mourir trois ou quatre fois » et exploré en vain divers marchés, la société trouve à sa grande surprise son salut auprès de la communauté militaire.

« On avait été repérés par la Direction générale de l’armement (français, NDLR). Deux jours après l’attentat contre Charlie Hebdo, ils nous ont demandé une démonstration », raconte M. Hernandez.

« L’armée a été particulièrement sensible au discours consistant à dire que, si on ne connaît pas un territoire, ce qui est le cas avec le +dark web+, on ne le maîtrise pas », relève Mme Haéri.

– culture du « non » –

Mais un tel outil ne peut tomber entre toutes les mains, d’autant que le « dark web » est aussi le lieu où s’organise la résistance aux mouvements totalitaires, relève M. Hernandez, qui se vit volontiers en « protecteur de la cité », au sens des Grecs anciens.

Aleph affirme refuser 30% à 40% des demandes de licence de son logiciel, en s’appuyant sur son comité d’éthique et les conseils – avisés – de ses clients étatiques.

« On tient à cette culture du +non+ », dit-il.

La société, qui compte aujourd’hui neuf personnes, a pu lever 200.000 euros à son lancement, dont 130.000 apportés par un « business angel » du Beaujolais qui a pris 20% de son capital. Elle s’autofinance depuis 2017.

Si elle ne devrait réaliser que 660.000 euros de ventes cette année, elle compte les doubler l’an prochain. Ce qui commence à titiller les investisseurs.

Car l’enjeu est maintenant de décliner pour les entreprises privées les logiciels vendus aux administrations. Ce qui nécessitera d’édicter des règles claires pour répondre à une foule de questionnements éthiques.

 

 

 

Invasions des migrants illégaux: les cartels mexicains utilisent des avions ultra-légers pour faire passer des clandestins aux États-Unis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les experts ont déclaré avoir vu des avions ultra-légers, de petits avions équipés de moteurs de la taille d'une tondeuse à gazon, utilisés pour larguer des charges de drogue aux États-Unis. Ils ont toutefois été surpris de les voir utilisés pour transporter des immigrants clandestins.  (Photo ICE)
Les experts ont déclaré avoir vu des avions ultra-légers, de petits avions équipés de moteurs de la taille d’une tondeuse à gazon, utilisés pour larguer des charges de drogue aux États-Unis. Ils ont toutefois été surpris de les voir utilisés pour transporter des immigrants clandestins.

Des agents de la patrouille des frontières ont repéré un avion ultra-léger alors qu’il franchissait la frontière américano-mexicaine et le parcourait 30 miles dans le pays tôt mardi matin – et quand ils sont arrivés sur le lieu d’atterrissage, ils ont trouvé deux hommes chinois qui avaient été passés en fraude par l’avion.

L’ultra-léger s’était échappé et était rentré au Mexique, mais des agents ont affirmé avoir réussi à attraper un Mexicain qui attendait dans un véhicule près de la zone d’atterrissage dans le sud de la Californie, apparemment prêt à récupérer les Chinois et à les livrer à leur destination. .

Des experts ont déclaré avoir vu des avions ultra-légers, de petits avions équipés de moteurs de la taille d’une tondeuse à gazon, utilisés pour larguer des charges de drogue aux États-Unis. Ils ont toutefois été surpris de les voir utilisés pour transporter des immigrants clandestins.

«C’est dérangeant», a déclaré Chris Harris , qui a pris sa retraite cette année après une carrière de deux décennies en tant qu’agent de la patrouille frontalière à San Diego. Il a suggéré que cela pourrait être un moyen pour les cartels de faire passer des personnes dangereuses à la frontière. « Si vous voulez avoir des agents dans ce pays très rapidement, c’est un moyen. »

Gloria I. Chavez, agent de la patrouille en chef dans le secteur El Centro de la patrouille des frontières, a convenu que les ultra-légers constituent une menace pour la «sécurité nationale».

«Ces avions sont capables de transporter de petites charges utiles de cargaisons dangereuses ou de personnes dangereuses», a-t-elle déclaré.

L’incident de mardi était la deuxième incursion d’ultra-légers annoncée cette semaine près de Calexico. Deux jours plus tôt, des agents de la patrouille des frontières ont repéré un ultra-léger qui a traversé la frontière et est descendu au nord de la ville, puis a fait demi-tour et est revenu en direction du Mexique.

Lorsque les agents sont arrivés sur les lieux, ils ont trouvé 60 paquets contenant près de 130 livres de méthamphétamine, d’une valeur estimée à plus de 1,4 million de dollars.

En Arizona, dans le même temps, les agents de la patrouille frontalière ont révélé la découverte d’un nouveau tunnel transfrontalier creusé entre Nogales du côté mexicain et Nogales du côté américain.

L’incident de mardi était la deuxième incursion d’ultra-légers annoncée cette semaine près de Calexico. Deux jours plus tôt, des agents de la patrouille des frontières ont repéré un ultra-léger qui a traversé la frontière et est descendu au nord de la ville, puis a fait demi-tour et est revenu en direction du Mexique.

Lorsque les agents sont arrivés sur les lieux, ils ont trouvé 60 paquets contenant près de 130 livres de méthamphétamine, d’une valeur estimée à plus de 1,4 million de dollars.

En Arizona, dans le même temps, les agents de la patrouille frontalière ont révélé la découverte d’un nouveau tunnel transfrontalier creusé entre Nogales du côté mexicain et Nogales du côté américain.Le tunnel, qui n’avait pas été achevé, a commencé à peine quelques pieds au Mexique et a franchi 44 pieds aux États-Unis.

Les cartels s’adaptent rapidement aux efforts des autorités américaines et utilisent tout, des lunettes de vision nocturne aux observateurs placés au sommet de collines stratégiques aux États-Unis pour diriger des opérations de contrebande. Ils utilisent également les téléphones portables pour guider les migrants vers les lieux de prise en charge et utilisent des applications pour smartphone qui peuvent cacher leur identité pour recruter des conducteurs.

Au cours des dernières années, des agents et des forces de l’ordre locales situés le long de la frontière sud-ouest ont repéré des drones utilisés pour acheminer des médicaments et, dans certains cas, des catapultes ou des canons à tee-shirt utilisés pour tirer des charges par-dessus la clôture.

Les autorités affirment ne pas être en mesure de détecter les ultra-légers ou les drones et comptent souvent sur leur chance pour les repérer. Et il n’y a pas de politique établie pour tenter d’interdire un avion ultra-léger autre que de le suivre et d’espérer l’attraper sur le terrain.

Les représentants du gouvernement se sont opposés à l’idée de les abattre, affirmant que les risques d’erreur d’identification ou d’incident sont trop élevés.

Cette année, un projet de loi de la Chambre sur l’immigration prévoyait de meilleures capacités de détection des ultra-légers dans le cadre d’un accord plus large sur la sécurité des frontières et les «rêveurs» des immigrants illégaux. Ce projet de loi a été rejeté au parquet.

Les autorités ont enregistré 534 incursions présumées d’ultra-légers en provenance du Mexique entre 2011 et 2016, principalement dans le désert de l’Arizona, a annoncé le Government Accountability Office dans un rapport publié en 2017.

Un rapport du comité sénatorial de 2015 indiquait que les cartels utilisaient même des juvéniles pour piloter les ultra-légers car ils pesaient moins, laissant ainsi l’aéronef libre de transporter des charges plus lourdes. Les cartels ont également supposé que les responsables américains étaient moins susceptibles de poursuivre des mineurs pour contrebande.

Le rapport du GAO de 2017 avait minimisé l’idée d’utiliser des ultra-légers pour faire passer des gens en contrebande, rendant l’incident de cette semaine encore plus renversant.

Les deux hommes chinois introduits en fraude étaient âgés de 23 et 30 ans. Ils se sont rendus de Chine à Tijuana, puis ont utilisé une application de réseau social pour se connecter à un passeur, a déclaré David Kim, agent de patrouille en chef adjoint du secteur El Centro.

Il a ajouté qu’ils avaient signalé avoir passé deux heures dans les airs avant d’être déposés près de Calipatria, une communauté située à environ 30 km au nord de la frontière.

Le chef Kim a déclaré que les hommes avaient fait des déclarations contradictoires sur le montant qu’ils avaient payé, mais une analyse des documents judiciaires par le Washington Times montre que le taux moyen de passage clandestin d’un ressortissant chinois aux États-Unis via un point d’entrée cette année s’élève à près de 31 000 $. Un Chinois introduit clandestinement en fin de semaine dernière a versé 40 000 dollars, tandis que certains paient jusqu’à 70 000 dollars chacun.

Le chef Kim a déclaré que ces prix élevés limitaient probablement l’univers des personnes pouvant se permettre d’être transportées par avion.

«La contrebande d’êtres humains via ULA n’a pas été un phénomène courant, a-t-il déclaré. «Évidemment, le coût est prohibitif pour beaucoup de ceux qui cherchent à entrer illégalement aux États-Unis et a été utilisé presque exclusivement pour le trafic de stupéfiants.»

Il a rappelé un autre cas au cours de la dernière année au cours duquel un ressortissant chinois a également été introduit par un ultra-léger. Dans ce cas, le migrant était également en possession de stupéfiants, renforçant probablement la valeur de l’événement de contrebande pour les cartels.

Dans un autre cas en 2016, les autorités frontalières ont repéré un hélicoptère suspect et l’ont signalé à la police locale, qui utilisait son propre avion pour le suivre jusqu’à l’aéroport municipal de Chino, où quatre hommes sont sortis et ont sauté dans un véhicule utilitaire sport en attente.

La police a arrêté le véhicule utilitaire sport et a arrêté les hommes pour les agents de la patrouille des frontières, qui les ont trouvés illégalement dans le pays. Ils ont affirmé avoir franchi la frontière, puis payé pour être dirigés vers le nord, en passant par les points de contrôle de la route qui attirent de nombreux immigrants clandestins.

Le chef Kim n’a nommé aucun des migrants chinois ni le Mexicain arrêté en tant que conducteur du véhicule lors de l’incident de mardi.

Il a bien dit que le Mexicain de 36 ans avait une carte de passage de frontière valide récemment émise, de sorte qu’il n’était pas aux États-Unis illégalement. Il est poursuivi pour trafic d’êtres humains, a déclaré le chef Kim.

Les ponts aériens ultralégers arrivent alors que le président Trump se bat pour obtenir plus d’argent pour les clôtures frontalières au Congrès, affirmant que cela arrêterait les personnes dangereuses et la drogue.

Les critiques ont déclaré que la contrebande illégale irait par-dessus ou par-dessous un mur.

M. Harris , l’agent de la police des frontières à la retraite, a déclaré que cela pouvait être vrai dans certains cas, mais que des centaines de milliers de personnes ne pouvaient pas se faufiler dans les tunnels ni survoler les frontières par des appareils ultralégers.

Ce genre d’ultraléger est souvent rencontré par les autorités américaines au-dessus de la frontière sud.
Système de catapulte découvert près de la frontière avec ses ballots de drogue.

 

 

 

 

 

Divulgation de documents:Quelle était l’information « top secret » transmise à Trump Tower?

 

Le président américain Donald Trump (CR) et le président russe Vladimir Poutine (CL) tiennent une réunion en marge du sommet du G20 à Hambourg, en Allemagne, le 7 juillet 2017.

 

Dans une lettre datée du 15 juillet 2016, le président Charles Grassley du Comité judiciaire du Sénat (la sénatrice Diane Feinstein) a  exhorté  le chef de l’unité d’enregistrement du FARA du département de la justice à ouvrir une enquête sur les activités de lobbying des entités et des individus engagés dans la campagne. d’abroger la loi Magnitski. Grassley écrit: «Ils sont contrôlés / dirigés / influencés par le gouvernement russe en ce qui concerne les activités de lobbying.» Parmi la douzaine d’agents étrangers non enregistrés mentionnés dans la lettre de Grassley figurent Natalia Veselnitskya et Rinat Akhmetshin. Les deux ont assisté à une réunion avec Donald Trump Jr. et des membres de l’équipe de campagne de Trump le 9 juin à Trump Tower.

La loi Magnitski, adoptée par le Congrès en 2012, a sanctionné les individus russes responsables de la mort de l’avocat russe Sergei Magnitski dans une prison de Moscou. La mort de Magnitski a été causée par la suspension de l’assistance médicale. Magnitski avait représenté Hermitage Capital, dirigé par William Browder, qui était autrefois le plus important investisseur de portefeuille étranger en Russie. Magnitski enquêtait sur un stratagème russe de blanchiment d’argent lorsqu’il a été emprisonné. Browder avait mené une campagne contre les pratiques commerciales corrompues en Russie et était une épine dans le pied de Vladimir Poutine. En colère, Poutine a exercé des représailles contre les sanctions imposées par Magnitski en mettant un terme aux adoptions américaines d’enfants russes. La Russie a ensuite condamné Magnitski pour fraude et évasion fiscale dans le cadre d’une procédure judiciaire posthume bizarre.

La campagne de lobbying anti-Magnitski menée par Veselnitskaya, Akhmetshin et al. Elle a notamment inculpé de fraude à l’encontre de Magnitski, affirmé que Browder et Magnitski étaient coupables d’évasion fiscale et d’autres activités criminelles en Russie, et produit un documentaire anti-Magnitski / Browder destiné aux téléspectateurs américains. Dans leurs activités de lobbying, Veselnitskaya, Akhmetshin et al. ont promule 19 mai 2016, le procureur de la République de Russie avait conclu que Browder (et un associé) avait évité 16 millions de dollars en impôts russes et avait peut-être enfreint les lois fiscales américaines. L’évasion fiscale en Russie (l’acte d’accusation de choix du Kremlin contre des ennemis politiques) est à l’origine du « mauvais argent » prêt à être utilisé à des « mauvaises » fins politiques dans la politique américaine. Notez que la première condamnation de Browder par les tribunaux fiscaux russes remonte à quatre ans, bien avant le début de la campagne présidentielle américaine.

 

Le «pistolet fumant» (smoking gun)  de la campagne électorale de Clinton, qui avait été promis à Trump Jr. par Veselnitskaya et Akhmetshin lors de la réunion du Trump Tower du 9 juin, était apparemment une information selon laquelle Browder aurait contribué au fonds de la Clinton Global Initiative. (Browder a contribué entre 10 000 et 20 000 dollars à un événement de CGI). Je suppose que cette contribution était « de l’argent russe » dans la mesure où Browder l’a volée au gouvernement russe via une fraude fiscale. Selon les participants à la réunion du 9 juin du président Trump, la partie russe n’a rien dit de concret sur les contributions de la Russie au parti démocrate; la réunion se serait transformée en adoption et se serait terminée au bout de 30 minutes.

Certains supposent qu’un dossier plastique contenant des documents, que les Russes auraient pu laisser avec la campagne Trump, était en réalité un échange secret de documents «sinistres» plutôt qu’un effort russe visant à enduire Browder de leurs actes anti-Magnitsky campagne de lobbying.

En résumé, la réunion notoire semble avoir été organisée dans le cadre de la Veselnitskaya, Akhmetshin et al. une campagne de lobbying contre les sanctions Magnitski et pour convaincre l’ennemi de Poutine, Bill Browder. Les participants russes n’ont offert aucune recherche d’opposition utile.

La frénésie médiatique a transformé un effort de lobbying inhumain (des deux côtés) de lobbyistes russes non enregistrés en un complot sombre qui consiste à échanger des informations secrètes. Qui se soucie de savoir si Browder a versé une petite somme pour assister à un événement de la Clinton Foundation? Entre-temps, les médias ignorent le fait que les mêmes agents russes étaient fortement  impliqués dans la seule activité qui avait presque fait la différence lors de l’élection de 2016: la création du dossier infâme Steele anti-Trump.


EN COMPLÉMENT

La Russie n’interféra pas dans l’élection américaine pour aider Trump, mais pour déstabiliser l’Amérique

Un donateur du Parti démocrate encore non identifié a payé le dossier contesté qui a presque coulé la campagne de Donald Trump. Le dossier a été créé (et peut-être rédigé) avec le soutien et l’assistance d’ agents étrangers non enregistrés du gouvernement russe, selon la commission judiciaire du Sénat. Comme il est indiqué ci-dessous, l’offre faite par un publiciste amateur de musique à Donald Trump Jr. de partager des informations compromettantes sur la campagne Clinton était vraisemblablement une opération russe. Je conclus que l’ingérence de la Russie dans l’élection de 2016 ne visait pas à aider Trump, mais à jeter le système politique américain dans le chaos et à menacer ses fondements.

La Russie possède l’une des  opérations politiques les plus efficaces et les plus  impitoyables à Washington. Un ambassadeur flamboyant aux environs de la ville est assis à la tête de l’aristocratie politique américaine. Les diplomates russes, des espions et des experts de relations publiques et de lobbying auprès des intérêts russes pour éloigner les  grandes puissances  de l’ influence politique américaine pour plaider leur cause et utiliser des armes engagées pour la saleté fronde et promouvoir la « désinformation » sur les opposants.

Le «gang de Magnitski» en Russie a été créé pour éliminer les sanctions imposées par le Congrès en 2012. L’avocat russe Sergey Magnitsky représentait Hermitage Capital (autrefois principal investisseur en Russie et principal détenteur d’actions de Ioukos). Il est décédé dans une prison russe après s’être vu refuser des soins médicaux, provoquant des sanctions américaines. En colère, Vladimir Poutine a riposté en fermant les adoptions américaines d’enfants russes.

La bande de Magnitski comprend une «ancienne» espionne du GRU, Rinat Akhmetshin, une   avocate liée au Kremlin , Natalia Veselnitskaya, Anatoly Samochornov, Andreï Nekrasov et d’autres ressortissants russes. Ils engagent des lobbyistes américains et des firmes de relations publiques pour représenter les intérêts russes. Ils rassemblent et diffusent de «fausses nouvelles» sur Magnitski et son patron, William Browder, notamment en produisant un documentaire déformé. Aucun n’a signé les documents du FARA en tant qu’agent étranger de la Russie. Au lieu de cela, ils prétendent représenter des  organisations caritativesà  but non lucratif enregistrées aux États-Unis.

Avec l’élection américaine en suspens, les membres de la bande de Magnitski ont élargi leur portefeuille pour inclure l’ingérence dans les élections. En utilisant des fonds donnés par un donateur démocrate encore inconnu, Akhmetshin a  embauché  une société de recherches américaine, Fusion GPS, pour fouiller le candidat Trump. Fusion GPS a embauché une société de renseignement londonienne, Orbis, dirigée par l’ancien espion britannique Christopher Steele. Steele a été chargé d’utiliser ses contacts russes pour recueillir des informations compromettantes sur Trump. Fusion et Orbis n’étaient pas nouveaux l’un pour l’autre. Ils  travaillaient  ensemble depuis janvier 2010, comme le montre leur contrat.

Orbis a produit des rapports  entre  juin et fin octobre 2016 sous la forme d’un dossier qui accusait Trump et ses collaborateurs de méfaits financiers, politiques et sexuels en Russie. Ces rapports auraient été recueillis auprès de hauts responsables du gouvernement russe. Orbis porta le dossier à l’attention du sénateur John McCain, tandis que Fusion informait les médias américains de son contenu. Le dossier a été transmis au FBI, qui peut avoir  demandé à  Steele de poursuivre son enquête. Bien que le dossier Orbis ait été  discrédité en  raison de nombreuses erreurs et d’allégations ahurissantes, la campagne Clinton l’a cité comme étant la motivation de la prétendue faveur de la Russie par Trump.

Nous espérons en apprendre davantage sur le dossier Steele grâce à une action en diffamation en cours devant un tribunal britannique et sur l’opération Fusion GPS, qui est actuellement examinée par le Comité judiciaire du Sénat de Grassley-Feinstein. Grassley souhaite savoir pourquoi Fusion GPS, en tant qu’agent étranger non enregistré de la Russie, a joué un rôle clé dans la création du dossier anti-Trump. Fusion GPS et Orbis esquivent les réponses en citant des accords de confidentialité et en revendiquant le privilège avocat / client  bien que ni est un cabinet d’avocats. Le secret que Steele et Fusion semblent le plus réticent à révéler est l’identité du donneur démocrate, malgré les demandes de réponses de la cour britannique et du comité du Sénat. Le « client » est-il proche de la campagne Clinton?

Outre ses travaux sur les sanctions Magnitsky et le dossier Trump, le groupe de Magnitsky a pénétré dans la campagne Trump le 9 juin, lorsque l’une de ses directrices, l’avocate Natalia Veselnitskaya, a rencontré Donald Trump Jr. et d’autres membres du personnel de campagne à Trump Tower. La réunion a été organisée par Trump Jr. via une chaîne de courrier électronique le 3 juin avec un publiciste de la musique anglaise. Le publiciste a relayé le message d’une rock star russe (connue de la famille Trump) selon laquelle «la Cour de la Couronne russe» (il n’en est rien) était prête à fournir à la campagne Trump des informations incriminantes sur Hillary Clinton, gage que la Russie était du côté de Trump dans l’élection.

Lors de la courte réunion du 9 juin, Veselnitskaya n’a révélé aucune information incriminante sur Hillary Clinton, mais a plutôt évoqué le problème de l’adoption de Magnitski. Lorsque la nouvelle de la réunion a fait surface, plus d’un an plus tard, Veselnitskaya a affirmé ne pas s’associer à des agences russes, mais ses affirmations sont facilement  réfutées  grâce à son travail sur Magnitski et à son lobbying en faveur de blanchisseurs d’argent présumés.

La presse américaine et mondiale célèbrent cette réunion avortée, preuve de la connivence de la campagne Trump avec la Russie. Des médias plus sympathiques appellent le fiasco de Trump Jr. une  farce ou soutiennent que Trump Jr. a été  créé .

À mon avis, toute l’histoire a l’air d’une opération planifiée par la Russie qui nécessitait l’intervention d’un novice en politique. Est-il crédible de penser que la détention par la Russie d’informations top secrètes Hillary Clinton (provenant peut-être de courriels «personnels» piratés) serait communiquée à une rock star russe pour qu’elle passe à la campagne d’un candidat à la présidence américaine? La logique simple nous dit que cette réunion n’était pas destinée par la partie russe à être utile à la campagne Trump. La divulgation d’une telle chaîne de courrier électronique pourrait être utilisée soit pour nuire à la campagne Trump, soit pour revenir le hanter durant sa présidence.

La preuve que  Trump Jr. n’était  pas une opération policière clé et un publiciste obscur dans la musique, c’est qu’un membre influent de l’équipe russe Magnitsky s’est présenté à la réunion et était au courant. Le but de la réunion Trump Tower n’était pas de gagner l’oreille de la campagne Trump. Les récits de lobbying russe contre les sanctions Magnitski suggèrent que les agents russes peuvent organiser des réunions sans ces ruses.

La combinaison du dossier Steele et du piège Trump Jr. réfute le récit selon lequel la Russie avait aidé la campagne Trump. Le dossier Steele était clairement un succès majeur pour Trump, conçu pour détruire sa campagne présidentielle. Il semble avoir été financé par un allié anonyme de Clinton et exécuté par un agent étranger non enregistré de la Russie.

Si l’on en croit le dossier Steele, ces informations ne pourraient provenir que des plus hautes instances du gouvernement russe. Pourquoi des fonctionnaires connaissant le Kremlin à la volée devraient-ils révéler leurs informations à Steele, à moins que le Kremlin ne leur dise de le faire? Compte tenu de ses nombreuses erreurs et de ses affirmations incroyables, une explication plus plausible est que le dossier a été créé par des spécialistes en désinformation des services de renseignement russes, comme le postule l’expert russe David Satter. Compte tenu de son financement et du rôle de Fusion GPS, le dossier semble être un produit commun du gouvernement russe et au moins certains éléments de la campagne Clinton. Une fois que le dossier était entre leurs mains et entre les mains des médias, les partisans de Clinton et des médias favorables n’ont pas hésité à diffuser largement cette information.

Certains diront peut-être que l’affaire Trump Jr. était une ruse inoffensive pour donner à une représentante de confiance du gang Magnitski l’occasion de plaider sa cause contre les sanctions imposées aux initiés de Trump. Je considère que cette explication manque. Le gang savait que la réunion avait été organisée pour discuter de matériel de compromis qu’ils n’avaient pas. En tant que sophistes de la politique américaine, ils comprendraient sûrement que ce serait leur première et dernière réunion. Non, la vraie raison était de noter que Trump Jr. avait rencontré les représentants russes pour lui promettre les marchandises sur Hillary. Si tel est le cas, il s’agira de configurer Trump Jr. pour la révélation éventuelle d’une telle réunion. Il est impossible d’interpréter l’affaire Trump Jr. comme une avancée positive de la Russie en faveur de la campagne Trump – telle qu’elle se joue actuellement dans les grands médias.

Nous avons atteint le stade qu’un grand  chercheur avait   prévenu il y a  environ trois mois. Vladimir Poutine est maintenant en position de détruire la présidence Trump et de causer des ravages indescriptibles sur le système politique américain. Ses spécialistes en désinformation peuvent composer pratiquement tout ce qu’ils souhaitent de la coopération de Trump avec la Russie, et les médias anti-Trump l’accepteront comme une vérité évangélique. Poutine réalisera son souhait d’un président américain affaibli et assiégé et d’un système politique américain en paralysie. Il continuera d’alimenter l’histoire pour s’assurer qu’aucune résolution n’est possible.

Le résultat ironique est que la véritable collusion puisse se produire entre les ennemis de Trump qui font une alliance avec Poutine pour affaiblir leur propre pays, le tout dans le but de renverser un résultat électoral qu’ils méprisent.


Notre politique a donné à Poutine l’arme nécessaire pour créer une crise constitutionnelle (un chroniqueur politique américain)

Le président russe Vladimir Poutine quitte le Conseil après la rencontre avec le président finlandais dans le cadre du Forum international de l’Arctique à Arkhangelsk le 30 mars 2017.

 

Alors que le Sénat commence et que la Chambre poursuit son enquête sur la Russie, je propose une liste de ce que nous savons et que nous ne savons pas sur la participation de la Russie à l’élection de 2016:

Premièrement, nous savons que les médias d’État russes ont mené une campagne visant à discréditer les élections américaines en général. La télévision russe, Internet et la presse écrite ont décrit la politique américaine comme un cloaque corrompu et corrompu dominé par «l’établissement». Dans la mesure où le Kremlin contrôle étroitement le SMI («moyen d’information de masse») principal de la Russie, nous savons que cette campagne a été menée les plus hauts niveaux. Lorsque l’élection a été réduite à deux candidats, le SMI de Russie n’avait d’autre choix que de se prononcer contre la candidate de l’élection présidentielle Hillary Clinton. Trump était décrit comme le « candidat du peuple » qui serait déchiré par l’établissement. Si l’élection générale avait été Clinton-Bush, la Russie n’aurait probablement pas choisi son favori mais serait restée dans le pétrin général de la politique américaine.

À emporter: Il n’est pas rare que les médias d’un pays prennent parti lors d’élections à l’étranger. La télévision allemande était vocalement anti-Trump. Le président Obama s’est injecté dans la campagne britannique sur le Brexit et la plupart des États européens s’opposent au référendum d’Erdogan en Turquie. La position anti-Clinton des médias russes est connue; il ne faut donc pas perdre le temps des comités de la Chambre et du Sénat.

Deuxièmement, des oligarques et des sociétés ukrainiennes russes et pro-russes ont engagé des lobbyistes et des consultants américains pour renforcer leurs images et plaider en faveur de préférences spécifiques à Washington. Un tel lobbying est légal tant que les formulaires de divulgation appropriés sont déposés. Une bonne partie de celle-ci s’est produite avant l’annexion de la Crimée et lors de la réinitialisation Obama / Clinton. La liste des colporteurs d’influence pour la Russie comprend des personnalités importantes des deux côtés de l’allée. Les lobbyistes affirmant avoir des liens avec Trump étaient moins en évidence. En tant qu’étranger et candidat peu probable à de hautes fonctions, les représentants de Trump avaient moins à offrir et étaient moins demandés.

À retenir: Si les comités du Sénat et de la Chambre se penchent sur cet angle, ils doivent veiller à enquêter sur les pressions exercées à la fois sur les chiffres de l’établissement et ceux de Trump. Ils devraient inclure la Clinton Foundation dans leur enquête, compte tenu de la contribution massive d’un magnat des minéraux associé au Canada, associé à la Russie, impliqué dans le tristement célèbre accord Uranium One.

Troisièmement, les pirates informatiques ont pénétré dans les comptes de messagerie de DNC et de Podesta et les ont transmis à WikiLeaks pour publication. Le rapport de « consensus » sur le renseignement non classifié conclut « avec une grande confiance » que Vladimir Poutine a approuvé le piratage, ce qui a été fait par le renseignement militaire. Le but de la «guerre hybride» de la Russie est de maintenir un déni plausible. Il est donc peu probable que Poutine ait laissé des traces de son implication directe. En outre, la cyber-guerre en Russie est menée par des organisations semi-criminellesavec des liens lâches avec les structures officielles. Les politiciens de Washington accusent maintenant pratiquement chaque attaque de hack contre la Russie basée sur des adresses IP russes, des pirates informatiques expérimentés vous diront que vous n’avez guère de sens. (Il semble que notre propre service de renseignement cache son piratage sous les adresses IP russes et chinois).

À emporter: à moins que nous n’ayons le droit de voir la version classifiée, je dois supposer que le consensus sur le renseignement repose sur la compréhension générale selon laquelle une opération de cette ampleur aurait nécessité l’approbation tacite ou directe de Poutine. C’est le même raisonnement utilisé par un tribunal londonien pour conclure que Poutine a « vraisemblablement » approuvé le meurtre au polonium de Litvinenko.

Quatrièmement, les personnes censées représenter Trump sont accusées d’avoir arrangé des quid pro quos avec la partie russe en échange de concessions postélectorales de la part du président Trump. L’une des prétendues compensations était l’assouplissement de la plate-forme républicaine en ce qui concerne les armes pour l’Ukraine en échange d’une aide électorale. Cependant, une comparaison de la plate-forme initiale avec la version finale montre que le langage des armes ukrainiennes n’a pas été assoupli lors de la convention lors de la convention. Un dossier sensationnel de rumeurs aléatoires et non vérifiées est le fondement de la seconde revendication que la Russie a offert à Trump près d’un milliard de dollars pour l’annulation des sanctions en tant que président. L’offre aurait été faite en juillet 2015, alors que les chances de victoire de Trump étaient faibles. En raison de sa taille et de son calendrier, l’accord n’a absolument aucun sens.

À retenir: Aucun comité du Congrès ne devrait perdre son temps avec des accusations facilement réfutées par les archives publiques ou étayées par des recherches sensationnelles de la part de la recherche d’opposition.

Cinquièmement, le consensus de la communauté du renseignement affirme que Poutine est intervenu dans l’élection dans le but d’élire Trump. (Le piratage DNC, selon les fuites, a commencé en juillet 2016, alors que Trump était à peine visible sur le radar politique). La communauté du renseignement n’arrive pas à comprendre le point fondamental selon lequel les actions de Poutine sont principalement destinées à son public national. Le principal pilier de la revendication de pouvoir de Poutine est qu’un État américain menaçant cherche à démanteler la Russie, à faire souffrir le peuple russe et à le contraindre à accepter les mariages homosexuels. La menace «démocratique libérale» est gérée par l’establishment américain (l’administration, la CIA, le FBI et George Soros). Avec sa propre réélection présidentielle dans moins d’un an, Poutine ne peut pas perdre ce récit. Les e-mails de Podesta et de DNC révèlent le ventre sombre de la politique des établissements américains et s’accordent parfaitement au récit de Poutine. Le récit russe, donc, était que Clinton gagnerait après avoir détruit les étrangers favorisés par le peuple, tels que Bernie Sanders et Donald Trump. L’élection de Trump va à l’encontre du scénario de Poutine. Il a élevé la cote de favorabilité de l’Amérique et, pire, a montré qu’en Amérique,on sait faire les choses.

À emporter: nos spécialistes du renseignement ne peuvent absolument pas regarder dans la tête de Poutine. Ils semblent ne pas comprendre comment Poutine dirige la Russie. Affirmer que ses actions étaient motivées à élire Trump – un facteur inconnu – n’est pas conforme à ce que nous savons du mode de fonctionnement de Poutine.

Les supposés relations nauséabondes entre Trump et Poutine jouent 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 dans les médias américains, malgré l’absence de toute preuve tangible que Trump et Poutine se soient coordonnés pour « voler » l’élection d’Hillary, comme s’ils le pouvaient. L’hystérie médiatique, à son insu, fait le jeu de Poutine et lui donne un avantage précieux sur les États-Unis. Connaissant Poutine, il attendra le bon moment pour dire sans fournir aucune preuve: «Bien sûr, il a été décidé que j’aiderais M. Trump à gagner. C’est un homme bon et je savais qu’il ferait un travail bien meilleur que Hillary. J’ai fait cela pour aider nos deux pays. « Les journalistes russes spéculent déjà sur les mots qu’il utilisera.

Grâce à notre politique, Poutine a le pouvoir de plonger les États-Unis dans une crise constitutionnelle. Merci,la  classe politique! Rappelez-vous ces paroles lorsque Poutine tire ce lapin de son chapeau.

 

 

 

 

 

 

 

 

Anarchie Politique américaine:Le gouvernement américain paralysé jusqu’à l’an prochain

Les États-Unis se préparaient dimanche à affronter une longue période de fermeture des administrations fédérales après l’échec des négociations au Congrès sur le financement d’un mur à la frontière mexicaine, une paralysie partielle qui pourrait durer jusqu’en janvier selon un responsable de la Maison-Blanche.

Vue du Capitole alors que l’appareil administratif était partiellement paralysé dimanche, à Washington

 

« Il est très possible » que la paralysie (shutdown) « aille jusqu’au nouveau Congrès », qui doit se réunir pour la première fois le 3 janvier, a fait savoir dimanche le directeur du budget à la Maison-Blanche, Mick Mulvaney, dimanche, sur les ondes de la chaîne Fox News.

Les négociations sur le budget fédéral, suspendues samedi, doivent reprendre le 27 décembre.

Les démocrates reprendront début janvier le contrôle de la Chambre des représentants après leur victoire électorale en novembre alors que les républicains resteront majoritaires au Sénat, ce qui augure des négociations difficiles entre les deux Chambres.

Avec actuellement 51 sièges sur 100 au Sénat et deux supplémentaires à partir de janvier, les républicains ne disposent pas des 60 voix nécessaires pour l’adoption d’une loi budgétaire.

Le président américain a réaffirmé dimanche sa volonté d’obtenir les cinq milliards de dollars américains pour la construction d’un mur destiné à freiner l’immigration clandestine, l’une de ses principales promesses de campagne.

Négocier de bonne foi

« La seule manière de stopper les gangs, la drogue, le trafic d’êtres humains et beaucoup d’autres choses qui arrivent dans notre pays, c’est un mur ou une barrière », a-t-il tweeté. « Les drones et tout le reste sont merveilleux et très amusants, mais ce qui marche, c’est un bon vieux mur. » L’opposition démocrate, qui refuse de voter ce volet du projet, propose d’octroyer 1,3 milliard de dollars pour améliorer le système de surveillance frontalier.

Faute de budget, de nombreux ministères et agences gouvernementales ont fermé leurs portes samedi matin, laissant environ 800 000 fonctionnaires en congé sans solde ou, pour les services jugés essentiels, forcés de travailler sans être payés aux échéances habituelles alors que la période des Fêtes bat son plein.

M. Mulvaney, nommé secrétaire général par intérim de la Maison-Blanche à partir de janvier, a néanmoins précisé que tous les employés fédéraux seraient payés jusqu’au 28 décembre. Ce n’est qu’à partir de cette date que leurs salaires seront susceptibles d’être touchés par la paralysie partielle, a-t-il souligné.

Certains élus, jusque dans le camp républicain, dénoncent le jusqu’au-boutisme du président. « C’est un combat monté en épingle pour que le président fasse croire qu’il se bat », a estimé sur CNN le sénateur du Tennessee Bob Corker, qui va quitter la Chambre haute. « Même s’il gagne, nos frontières ne seront pas sûres », a-t-il souligné.

Le président, qui avait prévu de passer les Fêtes de fin d’année en Floride, est resté à Washington pendant que les négociations se poursuivent en coulisses.

« Quand ces négociations produiront une solution acceptable par toutes les parties — ce qui veut dire 60 votes au Sénat, une majorité à la Chambre et une signature présidentielle —, alors nous la présenterons en séance », a dit samedi le chef de la majorité sénatoriale, Mitch McConnell.

Le patron des sénateurs démocrates, Chuck Schumer, est resté ferme. « Si vous voulez ouvrir le gouvernement, abandonnez le mur, purement et simplement », a-t-il dit à l’adresse de Donald Trump.

La paralysie budgétaire touche des ministères importants comme la Sécurité intérieure — qui gère la sécurité aux frontières —, la police fédérale (FBI), les Transports, le Trésor ou l’Intérieur, qui supervise les parcs nationaux très visités pendant les Fêtes, comme le Grand Canyon.

Ce blocage budgétaire est le troisième de l’année, après ceux survenus en janvier (trois jours) et en février (quelques heures), déjà à cause de la question migratoire. Le précédent, en octobre 2013, avait duré 16 jours, loin toutefois du record de 21 jours de l’année 1995-1996.

Le maniganceur en chef pourrait bien être cet homme à la solde des Clinton :George Soros.

 

 

 

 

La panique saisit les marchés et l’administration Trump

Il semble que l’administration Trump soit en mode panique complet. Steven Mnuchin tente de calmer les marchés, mais ses efforts ne font qu’empirer les choses.

Dimanche,le 23 décembre 2018, le secrétaire au Trésor de Trump a appelé les plus grands banquiers américains: « Aujourd’hui, j’ai convoqué des appels individuels avec les PDG des six plus grandes banques du pays », a déclaré Steven Mnuchin sur Twitter. 

La raison de ces appels était de calmer les plus grands acteurs du secteur financier américain au milieu d’une déroute persistante à Wall Street. À en juger par les réactions observées sur les réseaux sociaux, le plan s’est retourné de manière spectaculaire.

« Le secrétaire au Trésor a appelé dimanche les plus grands banquiers du pays pour leur confirmer qu’ils avaient de l’argent à prêter. Pas vraiment inspirant confiance », a écrit Ian Bremer, président du groupe de réflexion influent Eurasia Group.

« Juste au cas où les dirigeants de grandes banques ne seraient pas inquiets des perspectives d’une autre crise financière, l’appel de Mnuchin dimanche après-midi pour assurer à tout le monde qu’il n’y a rien à craindre pourrait avoir l’effet opposé. , « a déclaré Peter Schiff, un gestionnaire de fonds de couverture et un critique virulent de l’administration Trump.
Nouriel Roubini avait sa propre théorie sur Twitter: « Le fait que Mnuchin ait publié une telle déclaration via Twitter… est un signe qu’il était terrifié à l’idée que Trump pourrait envisager de licencier [le président de la Réserve fédérale, Jerome] Powell pourrait faire s’effondrer les marchés ».

Certains commentateurs ont établi un parallèle entre les appels de Mnuchin et ceux de l’ancien secrétaire au Trésor, Hank Paulson, juste avant l’effondrement de Lehman Brothers en 2008. D’autres ont critiqué le secrétaire au Trésor pour avoir suscité la panique: «c’est comme si on se levait dans un théâtre bondé et qu’on criait » tout le monde reste calme, les pompiers sont en route », a écrit un commerçant anonyme sur Twitter.

Donald Trump a un problème sérieux sur les mains et aucune solution facile n’est disponible. Il pense (à juste titre!) Que la Réserve fédérale est en train de ruiner l’économie et que sa politique de relèvement des taux d’intérêt explique la chute du marché boursier. Cependant, il ne peut pas simplement renvoyer Jerome Powell et nommer un nouveau président de la Réserve fédérale car il est difficile de savoir si le président américain dispose de ce pouvoir (les experts sont divisés sur la question) et marchés et aggraver les choses.

En revanche, laisser encore davantage augmenter les taux de Powell ruinera la cote de popularité du président et l’économie, car un krach boursier est évidemment mauvais pour les notations et l’économie. En plus de cela, Trump pense être sur le point de gagner la guerre commerciale avec la Chine et les actions de la Fed le privent d’une victoire bien méritée en affaiblissant l’économie américaine pendant la phase décisive du conflit sino-américain. Fondamentalement, son seul espoir est que les grandes banques et les grands fonds de couverture puissent faire pression sur la Réserve fédérale et forcer Powell à cesser de relever ses taux, voire à lui faire adopter une politique plus accommodante. C’est peut-être la véritable raison des appels de Steven Mnuchin. C’est peut-être la véritable raison pour laquelle Mnuchin a décidé de convoquer un groupe de fonctionnaires connu sous le nom de « équipe de protection en plongée ».”, Qui comprend des représentants de la Réserve fédérale ainsi que de la Securities and Exchange Commission. 

Reste à savoir si la Réserve fédérale tiendra tête à Trump et à ses alliés de Wall Street ou à une grotte sous pression. Peut-être que Powell sera disposé à cesser de relever les taux uniquement après une baisse de 20% ou 30% du S & P 500 ou de la moyenne industrielle Dow Jones.

Il est impossible d’éviter une crise économique massive. Cela ne peut être que retardé et c’est ce que Trump se bat. Il sait que l’économie américaine est (selon ses propres mots) une « fausse économie », mais il ne veut évidemment pas assumer la responsabilité d’un krach boursier. La situation difficile de Trump correspond à la description d’une crise systémique rendue inévitable par les politiques monétaires fous des administrations et des présidents précédents qui ont systématiquement choisi de renverser la tendance et ont utilisé une politique monétaire exceptionnellement laxiste pour créer l’illusion d’un boom économique permanent .

En 1949, le légendaire économiste Ludwig von Mises écrivait: «Il n’y a aucun moyen d’éviter l’effondrement final d’un boom provoqué par l’expansion du crédit. L’alternative est simplement de savoir si la crise doit venir plus tôt à la suite de l’abandon volontaire de nouvelles mesures d’expansion du crédit, ou plus tard comme une catastrophe finale et totale du système monétaire impliqué. ”

Si Jerome Powell parvient à ses fins, la crise viendra plus tôt et sera causée par «l’abandon de l’expansion du crédit» et par une contraction radicale du bilan de la Réserve fédérale. Si Trump parvient à ses fins, la crise viendra plus tard, mais ce sera probablement une crise de plus grande ampleur et cela impliquera une «catastrophe du système monétaire impliqué». Il n’y a pas de bonne solution, mais le président des États-Unis peut toujours espérer blâmer quelqu’un d’autre, probablement la Réserve fédérale, qui semble très enclin à provoquer une crise à l’heure actuelle.

Il est peu probable que le public achète ses explications, mais en fin de compte, si les alliés de Trump à Wall Street ne sont pas en mesure de faire changer d’avis Jerome Powell, Trump n’aura plus d’autre choix. Cependant, étant donné que les banques contactées par Steven Mnuchin sont littéralement propriétaires de la Réserve fédérale, il est possible que la crise soit évitée, au moins pour quelques mois ou, si Trump a de la chance, pour quelques années. Cependant, à long terme, les décisions de la Fed ne changent rien car la « fausse économie » doit imploser tôt ou tard.

 

 

 

 

 

 

La Conspiration nazi:Fête de Noël organisée par Adolf Hitler (1941) et 2 vidéos de Noël à l’ère du Troisième Reich

Il y a maintenant plus de 77 ans aujourd’hui,le Führer Adolph Hitler organisa une des plus grandes réceptions du genre.

Les photos que vous allez voir ont été préservé pendant de nombreuses années par un homme qui voulait préservé l’histoire de son pays…la véritable histoire!

Alors que la Seconde Guerre mondiale faisait rage le 18 décembre 1941, Adolf Hitler présida une fête de Noël à Munich.

 

Les images aux couleurs optimisées ont été capturées par Hugo Jaeger, l’un des photographes personnels d’Adolf Hitler.

 

Les officiers SS et les cadets sont assis à une longue table pendant la fête de Noël.

 

M. Jaegar a enterré les photos dans un bocal en verre à la fin de la guerre. Elles y sont restées cachées pendant 10 ans jusqu’en 1955, date à laquelle il les a transférées avec environ 2 000 autres images dans un coffre-fort.

 

De nombreux chants de Noël,dont O Tanenbaun y furent chanté.
Il est dit que le Führer s’était bien amusé qu’une messe catholique y fut célébrée et que la présence du Führer remplit de courage les coeurs des vaillants soldats du Reich.

EN COMPLÉMENT 

 

Noël sur un bateau – Le film d’actualité national-socialiste du sous-marin allemand (VIDÉO)

 

Images d’un UBoat dans les Caraïbes. C’est le temps de Noël sur le sous-marin!

 

 

 

Un «Noël nazi» en temps de guerre en Allemagne

 

Un reportage britannique d’après-guerre sur Noël 1942 en Allemagne, chez lui et sur le front, utilisant des séquences de films d’actualités allemandes datant de la guerre.

 

 

 

Chansons de Noël -Christmas Songs-Canciones de navidad

 

 

 

 

 

 

Au nom de tous les Chercheurs et Diseurs de Vérité,hommes et femmes,à travers notre petite planète bleue:

Je vous souhaite le meilleur Noël de votre Vie!

In the name of all Truthseekers and Truthtellers ,men and women,around our Little Blue Planet:

I wish you the best Christmas of your Life!

En nombre de todos los Investigadores y los Buscadores de la Verdad, hombres y mujeres, a través de nuestro pequeño planeta azul:

Te deseo la mejor Navidad de tu vida!

 

Remplacement de populations:Nouvelle révélation- un génocide chrétien facilité par le gouvernement américain précédent au Nigeria

  • « Le 23 mars 2015, le président Obama a lui-même pris la décision inhabituelle de publier un message vidéo directement aux Nigérians, leur indiquant simplement comment voter. Dans cette vidéo, Obama a exhorté les Nigérians à ouvrir le » chapitre suivant « par leurs votes. » – Goodluck Jonathan, ancien président du Nigeria, dans son nouveau livre, My Transition Hours .
  • « Le christianisme est au bord de l’extinction au Nigeria. » – Bosun Emmanuel, secrétaire du Forum national des aînés chrétiens , le 23 juin 2018.
  • « Des centaines de Chrétiens autochtones de Numan dans l’Etat d’Adamawa ont été attaqués et tués par des pasteurs djihadistes Fulani. Quand ils ont essayé de se défendre, le gouvernement Buhari a envoyé l’armée de l’air pour en bombarder des centaines et protéger les agresseurs Fulani. » – Femi Fani-Kayode, avocat nigérian, auteur et ancien ministre de l’aviation, Daily Post , 6 décembre 2017.
  • En mars 2014, après que l’Institut américain pour la paix ait convoqué une conférence aux gouverneurs des États du nord du Nigéria, le département d’État a bloqué le visa du seul gouverneur chrétien de la région, Jonah David Jang, ministre ordonné.
Goodluck Jonathan, l’ancien président du Nigeria, a accusé l’administration Obama de s’immiscer dans la politique de son pays afin de le remplacer par son président actuel, Muhammadu Buhari. Sur la photo: Goodluck Jonathan en 2012.

Dans une révélation explosive , Goodluck Jonathan, ancien président du Nigeria (2010-2015), a accusé l’administration Obama de s’immiscer dans la politique de son pays afin de le remplacer par son président actuel, Muhammadu Buhari, accusé de nombreuses personnes pour avoir facilité la poursuite Les chrétiens. Dans son nouveau livre, My Transition Hours , Jonathan écrit :

« Le 23 mars 2015, le président Obama a lui-même pris la décision inhabituelle de publier un message vidéo directement aux Nigérians, leur indiquant simplement comment voter … Dans cette vidéo, Obama a exhorté les Nigérians à ouvrir le » chapitre suivant « par leurs votes. Ceux qui comprenaient le langage subliminal ont compris qu’il incitait l’électorat à voter pour que l’opposition [dirigée par les musulmans] forme un nouveau gouvernement « .

A 2011 ABC Nouvelles rapport fournit le contexte:

La vague actuelle d’émeutes [musulmanes] a été déclenchée par l’annonce [de la Commission électorale nationale indépendante (INEC)] lundi [18 avril 2011] que le président sortant, M. Goodluck Jonathan, avait remporté le premier tour de scrutin. Qu’il y ait eu des émeutes dans les États du Nord peuplés en grande partie de musulmans où la défaite du candidat musulman Muhammadu Buhari était intolérable, n’était pas surprenant. Les habitants du Nord [musulmans] estimaient avoir droit à la présidence du président déclaré vainqueur, Jonathan, après la mort du président musulman Umaru Yar’Adua l’année dernière et la mort de groupes radicaux dans le nord [Boko Haram] son ascension [de Jonathan] est une question temporaire à corriger lors de l’élection de cette année. Maintenant, ils sont en colère malgré les experts et les observateurs reconnaissant qu’il s’agit de l’élection la plus juste et la plus indépendante de l’histoire récente du Nigéria.

 

Que l’administration Obama ait imposé sa volonté à la politique d’un pays étranger et que des élections soient loin d’être sans précédent. Rappelons la partialité de l’administration envers les Frères musulmans pendant et après les élections présidentielles de 2012 en Égypte; ou ses efforts infructueux pour renverser le Premier ministre israélien Netanyahu avec l’argent des contribuables américains; ou ses efforts – avec un « dossier » certes non vérifié  – pour empêcher le candidat à l’élection présidentielle Donald J. Trump d’être élu, ou en discutant d’une  » police d’assurance  » au cas où Trump l’emporterait. De plus, des textes de Peter Strzok ont ​​révélé qu’Obama « veut savoir tout ce que nous faisons . « 

Ainsi, au Nigéria, l’administration Obama, semble-t-il, a cherché à réparer le tort apparemment intolérable d’un président chrétien dûment élu dans une nation à plus de 50% de chrétiens.

Deux questions se posent: 1) Existe-t-il des preuves extérieures corroborant les allégations de Jonathan contre l’administration Obama? 2) Buhari facilite-t-il vraiment le djihad à ses compatriotes chrétiens?

La politique pro-islamique / anti-chrétienne de l’administration Obama

Les accusations récemment publiées par l’ancien président nigérian Jonathan semblent correspondre à la politique de l’ancien gouvernement américain concernant les musulmans et les chrétiens au Nigeria.

Pour commencer, l’administration Obama a insisté sur le fait que la violence et les effusions de sang au Nigeria – presque toutes commises par des musulmans contre des chrétiens – n’avaient aucun rapport avec la religion . Ceci malgré le fait que Boko Haram – qui commettait des atrocités de type ISIS : massacre, enlèvement, viol, pillage, esclavage, torture avant même la naissance de l’Etat islamique – a présenté son terrorisme comme un djihad. Dans un cas, il a même appelé le président Jonathan à  » se repentir et à abandonner le christianisme  » et à se convertir à l’islam comme prix de la paix. L’administration Obama a toutefois refusé de désigner Boko Haram en tant qu’organisation terroriste étrangère jusqu’en novembre 2013 – des années après la pression grandissante des législateurs, des défenseurs des droits de l’homme et des lobbyistes.

 

Par exemple, après la destruction d’une église nigérienne lors d’un attentat à la bombe du Jour de Pâques 2012 qui a coûté la vie à 39 fidèles – l’un des nombreux attentats à la bombe meurtriers perpétrés au Nigéria au cours de ces dernières années – a déclaré Johnnie Carson, secrétaire d’État adjoint aux Affaires africaines , « Je souhaite saisir cette occasion pour souligner un point essentiel, à savoir que la religion n’est pas le moteur de la violence extrémiste » au Nigeria.

Au lieu de cela, « inégalité » et « pauvreté » – pour citer Bill Clinton – sont « ce qui alimente tout cela » (une référence au massacre jihadi de milliers de chrétiens).

Apparemment, pour prouver qu’il croyait ce qu’il disait, l’administration Obama a même accepté d’allouer 600 millions de dollars à une initiative de l’USAID pour déterminer les « véritables causes » des troubles et de la violence au Nigéria, supposés être du ressort socio-économique, jamais religieux.

Il est également révélateur que, même si l’administration Obama n’a formulé que des regrets génériques chaque fois que des chrétiens ont été massacrés par dizaines – sans reconnaître l’identité religieuse du persécuteur ou de la victime -, ils ont vivement protesté contre le ciblage de terroristes islamistes. Lorsque, par exemple, les forces nigérianes sous la présidence de Jonathan ont tué 30 terroristes Boko Haram lors d’une offensive en mai 2013, le secrétaire d’État américain John Kerry (qui est également mentionné en termes peu flatteurs dans les mémoires de Jonathan) « a publié une déclaration ferme » à Jonathan, Reuters adéclaré : « Nous sommes … profondément préoccupés par les allégations crédibles selon lesquelles les forces de sécurité nigérianes commettent des violations flagrantes des droits humains », a averti Kerry au président nigérian.

En mars 2014, après que l’Institut américain pour la paix ait convoqué une conférence aux gouverneurs des États du nord du Nigéria, le département d’État a bloqué le visa du seul gouverneur chrétien de la région, Jonah David Jang, ministre ordonné. Selon l’avocat des droits de l’homme, Emmanuel Ogebe:

« Après que le [gouverneur chrétien] leur a dit qu’ils ignoraient les 12 États de la charia qui ont institutionnalisé la persécution … il a soudainement développé des problèmes de visas … La question demeure: pourquoi les États-Unis minimisent-ils ou nient-ils les attaques contre les chrétiens? »

Plus récemment, Ogebe , du groupe de droit américain Nigeria Law basé à Washington, a déclaré  dans une interview, que le « département d’Etat » avait en fait déclaré qu’ils préféraient un pays à « majorité musulmane » pour expliquer pourquoi Obama avait choisi de visiter le Sénégal plutôt que le Nigeria. , Jonathan s’est rangé du côté des États-Unis sur Israël à l’ONU tandis que Buhari a voté contre les États-Unis / Israël à l’ONU. « 

Le rôle de Muhammadu Buhari dans le djihad sur les chrétiens

Selon Jonathan, les indicateurs selon lesquels Muhammadu Buhari – que l’administration Obama a contribué à faire du président du Nigéria – renforce le génocide des chrétiens suivent.

Après que Goodluck Jonathan soit devenu président, des milliers de chrétiens vivant à proximité de centres musulmans au Nigeria ont été tués . Depuis qu’ils ont obtenu ce qu’ils veulent – un président musulman, Muhammadu Buhari – en 2015 – les musulmans ont attaqué les chrétiens d’une manière qui est qualifiée de  » génocide pur « .

Comme l’Association chrétienne du Nigéria, un groupe de coordination composé de diverses confessions chrétiennes, a déclaré dans un communiqué récent :

« Il ne fait aucun doute que le seul but de ces attaques est de purifier ethnique, d’accaparer des terres et de chasser de force les indigènes chrétiens de leurs terres et de leur patrimoine ancestraux »

Pour commencer, beaucoup plus de chrétiens sous Muhammadu Buhari ont été massacrés que son prédécesseur chrétien – principalement par des bergers Fulani musulmans, qui lancent régulièrement des raids sur des villages chrétiens. Au cours des six premiers mois de cette année, 6 000 chrétiens ont été massacrés au nom du jihad. Il a fallu trois fois plus de temps aux Fulani pour tuer seulement 1 484 chrétiens sous la présidence de Jonathan.

Un certain nombre d’éminents Nigérians ont accusé Buhari de fermer les yeux sur les atrocités des Fulani. Il « est lui-même de la tribu des Foulani des djihadistes », a déclaré Ogebe .

Selon le révérend Musa Asake, secrétaire général de l’Association chrétienne du Nigéria:

« Sous le président Buhari, les gardiens de troupeaux Fulani meurtriers bénéficiaient d’une protection et d’un favoritisme sans précédent … Plutôt que d’arrêter et de poursuivre les bergers Fulani, les forces de sécurité généralement contrôlées par des musulmans du Nord leur offrent une protection, libérant la terreur en toute impunité contre le peuple nigérian. »

De même, selon Femi Fani-Kayode, avocat et avocat nigérian réputé, auteur et ancien ministre de l’aviation:

« … le président musulman [Buhari] n’a accordé aux meurtriers que l’impunité plutôt que la justice et a doté son gouvernement de responsables islamiques, sans rien faire pour que les chrétiens du pays, qui représentent la moitié de la population, soient dûment représentés. »

Comme l’administration Obama, Buhari attribue également la persécution des Chrétiens par les Fulani à « la pauvreté, à l’injustice et au manque de possibilités d’emploi ». Comme l’Association chrétienne du Nigeria rétorque cependant:

« Comment peut-il s’agir d’un affrontement [laïque ou économique] lorsqu’un groupe [de musulmans] attaque, tue, mutile, détruit, et que l’autre groupe [de chrétiens] est continuellement tué, mutilé et ses lieux de culte détruits? »

Le Forum national des aînés chrétiens est plus direct en ce qui concerne la source de la violence:

« JIHAD a été lancé au Nigeria par les islamistes du nord du Nigeria dirigés par le groupe ethnique Fulani. Ce Jihad est basé sur la doctrine de la haine enseignée dans les mosquées et les madrasa islamiques du nord du Nigeria, ainsi que sur l’idéologie suprémaciste des Fulani. Jihad conventionnel (violent) et furtif (civilisation) Jihad, les islamistes du nord du Nigéria semblent déterminés à transformer le Nigéria en sultanat islamique et à remplacer la démocratie libérale par la charia comme idéologie nationale … Nous voulons un Nigéria où les citoyens sont traités également devant la loi à tous les niveaux … « 

Le gouvernement Buhari a même été accusé de participer au djihad. Par exemple , une attaque particulièrement sauvage des Fulani « a détruit plusieurs villages [chrétiens] dans le sud de l’État [faisant 100 morts], et un avion de combat a bombardé une église luthérienne et d’autres cibles », indique un rapport, avant d’ajouter: « Certains les gens soupçonnent les jets ont été déployés en collaboration avec les terroristes parce que leurs bombes ont visé des villageois. « 

Fani-Kyode a été encore plus direct dans son accusation contre Buhari:

« Des centaines de Chrétiens autochtones de Numan dans l’Etat d’Adamawa ont été attaqués et tués par des éleveurs Fulani djihadistes. Quand ils ont essayé de se défendre, le gouvernement Buhari a envoyé l’armée de l’air pour en bombarder des centaines et protéger les agresseurs Fulani. Est-ce juste? WORLD TAKE NOTE ! « 

Le pasteur Bosun Emmanuel,un grand leader chrétien a prédit la mort du dernier chrétien au Nigéria pour 2043 …au plus tard!

 

 

 

Il convient également de noter que, bien que les chrétiens ne représentent que récemment la majorité de la population nigériane, le génocide en cours à leur encontre a entraîné une chute de leur population – au point que le christianisme au Nigéria « est sur le point de disparaître », prévient Bosun Emmanuel. , secrétaire du Forum national des aînés chrétiens. L’été dernier, il a déclaré que Muhammadu Buhari « poursuivait ouvertement un programme anti-chrétien qui avait entraîné d’innombrables meurtres de chrétiens dans tout le pays et la destruction de communautés chrétiennes vulnérables ». En conséquence, « l’Eglise a été affaiblie et incapable de se tenir devant ses ennemis. De manière réaliste, le christianisme est sur le point de disparaître au Nigeria. L’ascendant de l’idéologie de la charia au Nigeria sonne le bilan des morts pour l’Eglise nigériane.

De nombreux massacres de chrétiens ont commencé au Nigéria depuis 1989.

 

Boko Haram a développé de terribles et sanguinaires leaders en se faisant le mouvement islamiste rassembleur.

 

Les milices islamistes patrouillent partout au Nigéria.