Astronomie:Le plus gros astéroïde de 2021 arrive ce mois-ci

Même si cet objet céleste ne représente pas une grande menace pour la Terre pendant ce survol ou dans un avenir prévisible, la NASA le désigne déjà comme le plus gros, mais aussi le plus rapide astéroïde qui se déplacera dans notre ciel cette année.

 

Un astéroïde dix fois plus haut que le Stade olympique de Montréal

Un énorme astéroïde, nommé 2001 FO32 par la NASA, survolera la Terre ce mois-ci. En orbite autour du Soleil tous les 810 jours environ, il se déplace de l’intérieur de l’orbite de Mercure et traverse l’orbite terrestre. Quand c’est le cas, notre planète se trouve souvent de l’autre côté du Soleil. Mais parfois, nous en sommes plus proches. Ainsi, sur la base des enregistrements de la NASA, nous assisterons le 21 mars 2021 à la rencontre la plus proche jamais vue avec l’astéroïde 2001 FO32. Son dernier rapprochement remonte au début des années 1900. Et il ne se rapprochera plus de la Terre dans un avenir proche, du moins pas avant l’année 2200.

Ce corps céleste d’un kilomètre de large est connu depuis près de 20 ans et près d’une centaine d’autres d’astéroïdes répertoriés par la NASA devraient aussi survoler la Terre d’ici la fin de l’année 2021. D’une largeur estimée à 1,1 km, 2001 FO32 se démarque pourtant comme étant le plus gros astéroïde connu à nous avoir survolés cette année. Il pourrait même mesurer jusqu’à 1,7 km de large, d’après les enregistrements astronomiques des deux dernières décennies. À titre de comparaison, cela signifie qu’il est environ deux fois plus haut que la tour CN de Toronto ou dix fois plus haut que le Stade olympique de Montréal. Et sur les quelque 25 000 astéroïdes géocroiseurs que nous connaissons, seulement trois et demi pour cent d’entre eux mesurent plus d’un kilomètre. Cela place 2001 FO32 comme un spécimen exceptionnel.

D’autant plus qu’il est également celui qui se déplacera le plus rapidement cette année. Alors que la plupart des astéroïdes se contentent de nous « accompagner » en voyageant à moins de 10 km/s, 2001 FO32 nous dépassera à une vitesse de 34,4 km par seconde, soit près de 124 000 kilomètres par heure.

 

 

 

 

 

 

 

Crédit: NASA CNEOS

Peu de chances de collision avec la Terre

Même si certains l’ont qualifié de « potentiellement dangereux », 2001 FO32 ne représente pas une grande menace pour la Terre. En effet, lorsque l’astéroïde nous croisera le 21 mars 2021, son approche la plus près se fera à plus de deux millions de kilomètres. C’est plus de cinq fois la distance de la Terre à la Lune. Le moment exact de sa position la plus proche est indiqué sur le graphique ci-dessous. Il se trouvera à plus de deux millions de kilomètres de nous et aura déjà dépassé l’orbite terrestre.

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédit: NASA CNEOS

Au cours des 20 dernières années, les astronomes ont observé cet astéroïde à de nombreuses reprises. Ils connaissent si bien son orbite que le taux d’incertitude dans son approche la plus près, deux millions de kilomètres, est infime, puisqu’il ne s’agit que de 330 kilomètres. À titre de comparaison, si la Terre avait la taille d’un ballon de basket-ball, l’astéroïde aurait celle d’un petit grain de sable et en serait plus éloigné que la longueur d’un terrain de football (environ 120 mètres).

Étant donné que la Terre a déjà fait le tour du Soleil environ quatre milliards et demi de fois, elle a amplement prouvé sa capacité à se tenir éloignée des astéroïdes dangereux. Selon la NASA, il n’y aurait donc pas de collisions avec des astéroïdes connus pour au moins les 100 prochaines années.

Depuis le début de l’année 2021, ce sont plus de 500 nouveaux astéroïdes géocroiseurs qui ont été repérés. Bien que certains d’entre eux mesurent seulement une centaine de mètres de large, ils ont pour la plupart été détectés bien au-delà de la Lune. Quant aux plus proches, ils mesurent généralement dix mètres de moins en largeur. Bien qu’ils puissent se rapprocher de très près, voire intercepter notre planète, ceux-ci sont trop petits pour présenter un danger et exploseraient de toute façon assez loin dans l’atmosphère. Si l’année dernière était prolifique en matière de découverte d’astéroïdes – près de 3000 ont été trouvés en 2020 – l’année actuelle le sera encore plus avec quelques milliers d’autres qui seront probablement trouvés avant de quitter 2021.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Chine lance la mission historique Chang’e 5 pour collecter les premiers échantillons de lune depuis 1976

La première mission de retour d’échantillons lunaires depuis les années 1970 est en cours.

La mission robotique chinoise Chang’e 5 a été lancée aujourd’hui (23 novembre) depuis le centre de lancement spatial de Wenchang dans la province de Hainan, s’élevant dans le ciel au sommet d’une fusée Long 5 mars vers 15h30 HNE (21h30 GMT; 4h30 le novembre 24 heure locale à Hainan).

Si tout se passe comme prévu, l’audacieux et complexe Chang’e 5 ramènera des échantillons de lune immaculés sur Terre à la mi-décembre – ce qui n’a pas été fait depuis la mission Luna 24 de l’Union soviétique en 1976.

Une fusée chinoise Long March 5 lance la mission de retour d’échantillons de lune Chang’e 5 en orbite depuis le site de lancement de l’engin spatial Wenchang sur l’île de Hainan, dans le sud de la Chine, le 24 novembre 2020, heure de Pékin (23 novembre HNE). (Crédit d’image: Administration spatiale nationale chinoise)

La courte mission de Chang’e 5 sera pleine d’action. Les 18 100 livres. Un vaisseau spatial (8200 kilogrammes) arrivera probablement en orbite lunaire vers le 28 novembre, puis enverra deux de ses quatre modules – un atterrisseur et un véhicule d’ascension – sur la surface lunaire un jour ou deux plus tard . (Les responsables chinois ont été généralement vagues sur les détails de Chang’e 5, de sorte que les informations sur la chronologie ont été rassemblées à partir de diverses sources par des observateurs de l’espace chinois comme Andrew Jones de Space News , qui fournit également des articles pour Space.com.)

La mission atterrira dans la région de Mons Rumker de l’immense plaine volcanique Oceanus Procellarum (« Ocean of Storms »), dont des parties ont été explorées par un certain nombre d’autres missions de surface, dont Apollo 12 de la NASA en 1969.

L’atterrisseur fixe étudiera ses environs avec des caméras, un radar pénétrant dans le sol et un spectromètre. Mais son travail principal est d’accrocher environ 4,4 livres. (2 kg) de matériau lunaire, dont certains seront creusés jusqu’à 6,5 pieds (2 mètres) sous terre. Ce travail sera effectué sur deux semaines, ou un jour lunaire – une date limite ferme, étant donné que l’atterrisseur Chang’e 5 est alimenté par l’énergie solaire et ne pourra plus fonctionner une fois la nuit tombée à son emplacement.

 

Mons Rumker abrite des roches qui se sont formées il y a à peine 1,2 milliard d’années, ce qui signifie que Chang’e 5 « aidera les scientifiques à comprendre ce qui se passait à la fin de l’histoire de la lune, ainsi que comment la Terre et le système solaire ont évolué », comme l’a noté la Planetary Society à but non lucratif. sa description de la mission . (Les 842 livres, ou 382 kg, de roches lunaires rapportées par les astronautes d’Apollo entre 1969 et 1972 sont considérablement plus anciennes, offrant une fenêtre sur un passé lunaire plus profond.)

L’atterrisseur Chang’e 5 transférera ses échantillons vers le véhicule d’ascension, qui les lancera sur l’orbite lunaire pour une rencontre avec les deux autres éléments de la mission, un module de service et une capsule de retour terrestre. Le matériel lunaire sera chargé dans la capsule de retour, que le module de service ramènera vers la Terre, la libérant peu de temps avant un atterrissage prévu le 16 décembre ou le 17 décembre.

« Alors que les véhicules à classification humaine comme la capsule Apollo de la NASA reposaient uniquement sur un solide blindage thermique, Chang’e 5 effectuera un ‘saut de rentrée’, rebondissant une fois dans l’atmosphère pour ralentir avant de plonger pour un atterrissage en Mongolie intérieure, » la Planetary Society a écrit. « Le site d’atterrissage est le même que celui utilisé pour le vaisseau spatial Shenzhou avec équipage de retour [en Chine]. »

Cette illustration montre les composantes de l’ambitieuse mission de retour d’échantillons lunaires Chang’e 5 en Chine. (Crédit d’image: All About Space // Future)

 

Cette photo de la lune prise par les astronautes d’Apollo 15 de la NASA en 1971, la mission chinoise Chang’e-5 débarquera dans la région fin 2020. (Crédit d’image: NASA)

Chang’e 5, le tout premier effort de retour d’échantillons en Chine, est la sixième et la plus ambitieuse mission du programme d’exploration lunaire robotique de Chang’e , qui porte le nom d’une déesse de la lune dans la mythologie chinoise. La Chine a lancé les orbiteurs Chang’e 1 et Chang’e 2 en 2007 et 2010, respectivement, et le duo d’atterrisseur-rover Chang’e 3 s’est posé sur le côté proche de la lune en décembre 2013.

La mission Chang’e 5T1 a lancé un prototype de capsule de retour lors d’un voyage de huit jours autour de la lune en octobre 2014, pour aider à se préparer à Chang’e 5. Et en janvier 2019, Chang’e 4 est devenu la première mission à avoir atterrissage en douceur sur le côté mystérieux de la lune. L’atterrisseur et le rover de Chang’e 4 sont toujours aussi puissants que l’atterrisseur de Chang’e 3. (Le rover Chang’e 3 est mort après 31 mois de travail sur la surface lunaire.)

Illustration d’un artiste du vaisseau spatial chinois Chang’e 5.

Chang’e 5 fait partie d’une récente vague de missions de retour d’échantillons. Le 6 décembre, par exemple, des morceaux de l’astéroïde Ryugu collectés par la mission japonaise Hayabusa2 devraient atterrir en Australie. Et la sonde OSIRIS-REx de la NASA a attrapé un gros échantillon de l’astéroïde Bennu le mois dernier; ce matériel descendra sur Terre en septembre 2023, si tout se passe comme prévu.

 

 

 

 

 

 

Histoire nordique:Le raid viking sur Lindisfarne

 

L’attaque inattendue des hommes du Nord contre le monastère de Lindisfarne en 793 est largement considérée comme le début de l’ère viking. Voici l’histoire fascinante du raid Lindisfarne Viking.

J’étais à l’école primaire quand j’ai découvert le raid Lindisfarne Viking. Pour une raison quelconque, l’image des navires vikings naviguant à travers la mer pour attaquer de nouvelles terres me resta gravée dans les décennies à venir.

Pourtant, ce n’est que ces dernières années que je vis en Scandinavie que j’en ai appris tellement plus sur ce raid.

Bien que ce ne soit pas la première attaque contre les îles britanniques, ce fut de loin la plus importante car elle changea la façon dont les hommes du Nord étaient perçus non seulement sur les îles britanniques, mais dans toute l’Europe.

Sources historiques

Tout d’abord, un mot sur l’histoire. Malgré les pierres runiques, les Vikings n’ont pas enregistré beaucoup de leurs aventures par écrit. Au lieu de cela, ils étaient des conteurs oraux. Beaucoup de contes n’ont été écrits que dans les sagas islandaises des siècles plus tard.

Cependant, nous avons écrit des documents historiques du Lindisfarne, du point de vue des Northumbriens. C’est pourquoi nous pouvons parler de Lindisfarne avec plus de confiance que de nombreux autres éléments de l’ère viking.

Deux sources historiques majeures comprennent des extraits de la Chronique anglo-saxonne et une lettre du moine Alcuin à Mgr Higbald. C’était une réponse à la lettre originale de Higbald à Alcuin, qui contenait probablement de nombreux détails sur le raid. Malheureusement, nous n’avons que la réponse.

Dans cet esprit, lisez la suite pour découvrir l’histoire complète et fascinante du raid Viking sur Lindisfarne.

Avant le raid

Comme mentionné précédemment, le raid de Lindisfarne n’était pas la première fois que des gens des îles britanniques rencontraient les marins du Nord. En fait, l’Angleterre avait été ciblée six ans auparavant, comme indiqué dans la Chronique anglo-saxonne:

«AD, 787. Cette année, le roi Bertric a emmené Edburga, fille d’Offa, pour femme. Et à son époque, trois premiers navires des hommes du Nord vinrent du pays des voleurs. Le Reve y monta alors et les conduisit à la ville du roi; car il ne savait pas ce qu’ils étaient, et il fut tué. C’étaient les premiers navires des Danois qui cherchaient la terre de la nation anglaise.

L’importance de Lindisfarne

Fondé au milieu du VIIe siècle, le monastère et l’évêché de Lindisfarne sont devenus le centre d’une mission de conversion très réussie.

Le fameux château de Lindisfame.

Le monastère abritant les reliques de saint Cuthbert, nommé évêque de Lindisfarne en 685, il devint rapidement un lieu de pèlerinage pour les croyants. Suite à la mort du guérisseur Cuthbert, de nombreux miracles ont été rapportés dans son sanctuaire.

Cette importance croissante s’accompagna d’une richesse et d’un pouvoir croissants. Des cadeaux ont été donnés par des personnalités royales et au moment du raid, Lindisfarne détenait probablement de nombreuses richesses, notamment de précieux objets liturgiques.

L’une des raisons pour lesquelles le raid de Lindisfarne est considéré comme le début de l’ère viking est l’impact majeur qu’il a eu sur le monde chrétien en Grande-Bretagne et au-delà. Lindisfarne, également connue sous le nom d ‘«île sacrée», a été décrite par le moine Alcuin comme «un lieu plus sacré qu’aucun autre en Grande-Bretagne».

D’où viennent les Vikings de Lindisfarne?

Attendez, la Chronique ne faisait-elle pas référence aux Danois? Comme l’a dit un chercheur viking sur le Life in Norway Show, Danois ou Danois était un terme catch-call et pas nécessairement utilisé pour désigner des personnes de ce que nous connaissons maintenant sous le nom de Danemark.

L’attaque de Lindisfarne par les Vikings,en 793.

On pensait que les raids antérieurs avaient peut-être été faits à partir de ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de Danemark, mais le raid sur Lindisdarne aurait pu être mené par des pillards de ce que nous connaissons aujourd’hui comme la Norvège ou le Danemark.

C’est parce que dans la lettre d’Alcuin à Higbald, il écrit que le raid était le produit d’un «voyage que l’on ne croyait pas possible». Nous savons que des gens du Danemark étaient déjà allés dans les îles britanniques, donc l’implication est que les équipages de Lindisfarne ont voyagé de beaucoup plus loin.

Le raid de Lindisfarne

La Chronique anglo-saxonne note: «793. Ici, de terribles présages se produisirent au-dessus du pays de Northumbrie et effrayèrent misérablement le peuple: c’étaient des éclairs d’époque, et des dragons de feu volaient dans les airs. Une grande famine a immédiatement suivi ces signes, et peu de temps après, la même année, le 8 janvier, le raid d’hommes païens a misérablement dévasté l’église de Dieu sur l’île de Lindisfarne en pillant et en massacrant.

On pense certainement que les drakkars Viking sont arrivés par temps orageux, ou du moins pas par temps clair.

Des expériences récentes ont montré qu’un drakkar approchant aurait pu être aperçu de Lindisfarne avec un avertissement d’une heure, mais ceux du monastère ont été complètement pris par surprise. Étant donné les raids antérieurs ailleurs dans les îles britanniques, la vue d’un drakkar approchant aurait sûrement provoqué la panique et déclenché des préparatifs.

Il est intéressant de noter que malgré la date de janvier indiquée dans la Chronique, la date réelle est généralement considérée comme juin. La description écrite de l’attaque elle-même est très brève.

Tout ce que nous savons, c’est que l’église a été détruite, des biens volés et du sang versé. Cependant, l’accent mis sur les présages précédents met en évidence l’importance du raid du point de vue anglo-saxon.

Alcuin a qualifié l’événement de «calamité sans précédent», car il a décrit l’église comme «éclaboussée du sang des prêtres de Dieu, dépouillée de tous ses ornements». Il a poursuivi en disant que les païens «foulaient aux pieds les corps des saints dans le temple de Dieu, comme de la bouse dans la rue».

L’héritage de Lindisfarne

Des sources ultérieures expliquent que le raid viking était si terrifiant pour les chrétiens à cause de la grande violence infligée mais aussi parce qu’un sanctuaire chrétien a été vandalisé par des païens.

Des événements occasionnels marquent le raid, qui a été imaginé, repensé et immortalisé dans de nombreuses émissions de télévision et films Viking au fil des ans.

Les ruines du grand monastère de l’île sainte britannique.

L’île sacrée reste un lieu de pèlerinage à ce jour. Mais c’est aussi une destination touristique populaire, sans doute aidée par son association avec l’ère viking. Les ruines évocatrices du prieuré de Lindisfarne ainsi que le château du XVIe siècle construit pour défendre l’île contre les attaques des Écossais et des Norvégiens sont des attractions populaires.

Au début de 2020, une pièce de jeu rare d’un jeu de société Viking a été découverte dans un fossé de l’île. A-t-il été amené par l’un des pillards en 793? Personne ne sait.

Une cité historique qui ressemble étrangement au Vieux Québec.
On recycle depuis une époque lointaine des bateaux en « boat sheds »…ou grange de bâteaux…ou cabanon de pêcheur!

Mutations animales:Un calmar rare avec des tentacules «  coudées  » déroute les scientifiques dans de nouvelles images effrayantes

Les tentacules du calmar sont plus grands qu’un humain moyen, mais son corps est petit comme un billet d’un dollar.

Le calmar Bigfin fléchettes autour des eaux de l’Australie du Sud

Il ressemble à un extraterrestre – la tête éclipsée par d’énormes nageoires battantes, le corps blottissant dans l’eau sombre, de minces tentacules bleus coulant derrière lui dans un enchevêtrement de spaghettis au néon. Mais malgré son apparence d’un autre monde , l’insaisissable céphalopode connu simplement comme le Bigfin squid (Magnapinnidae) peuvent être plus fréquents dans la Terre des océans profonds de scientifiques que jamais savaient.

Au cours des 113 années écoulées depuis sa découverte, le calmar Bigfin n’a été repéré dans la nature que 12 fois dans le monde. Maintenant, une étude publiée mercredi 11 novembre dans la revue PLOS ONE , ajoute cinq nouvelles observations au décompte, toutes capturées à des milliers de pieds sous la surface de la Great Australian Bight en Australie du Sud.

Non seulement les observations marquent la première fois que des calamars Bigfin ont été vus dans les eaux australiennes, mais c’est aussi la première fois que cinq d’entre eux sont surpris ensemble au même endroit. Les images qui en résultent – capturées par des caméras sous-marines traînant derrière un grand navire de recherche – offrent un regard sans précédent sur l’anatomie et le comportement du céphalopode bizarre, a déclaré l’auteure principale de l’étude Deborah Osterhage à Live Science.

«J’ai été stupéfait et excité quand j’ai vu le calmar Bigfin pour la première fois sur une photo prise par notre appareil photo», a déclaré Osterhage, chercheur marin au sein de l’Organisation de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (ou CSIRO, l’agence scientifique du gouvernement australien), dans un e-mail. « Je l’ai reconnu immédiatement, avec ses grandes nageoires distinctives et ses bras et tentacules extrêmement longs et minces. »

Les chercheurs ont aperçu cinq spécimens de calmar Bigfin dans les eaux au sud de l’Australie, ce qui a plus que doublé le nombre total d’observations dans l’hémisphère sud.

Les scientifiques ont identifié le premier spécimen de calmar Bigfin, qui a été capturé par des pêcheurs près du Portugal, en 1907. Il a fallu plus de 80 ans avant que quiconque n’en voie un dans la nature, nageant à 15 535 pieds (4 735 mètres) sous l’eau au large des côtes du Brésil en 1988. Le le calmar est distinct, avec des nageoires géantes dépassant de son corps comme Dumbo les oreilles de l’éléphant. Ces nageoires sont aussi larges que le haut du corps (ou le manteau) du calmar est long, a déclaré Osterhage, et les Bigfins se propulsent dans l’eau en les battant comme des ailes.

Ce n’est pas nouveau pour les céphalopodes (il suffit de demander au poulpe adorablement nommé Dumbo ), mais ce qui distingue vraiment le calmar Bigfin de ses autres cousins ​​des grands fonds, ce sont des tentacules incroyablement longs et filandreux. Désormais, les chercheurs ont une meilleure idée de la durée et de la longueur qu’ils peuvent obtenir. Dans la nouvelle étude, qui culmine après plus de 40 heures d’observations sous-marines à des profondeurs de 3100 à 7900 pieds (950 à 2400 m) sous la surface, l’équipe a non seulement aperçu le groupe de Bigfins nageant dans la baie, mais ils ont même mesuré l’un d’eux avec des méthodes plus précises que jamais.

«Nous avons pu mesurer [un spécimen] avec des lasers – une première, car les mesures précédentes sont des estimations basées sur des objets proches», a déclaré Osterhage. « Il mesurait 5,9 pieds (1,8 m) de longueur. Le manteau du spécimen mesurait environ 6 pouces (15 centimètres), les 5,9 pieds [1,8 m] restants étant composés de ces longs bras et tentacules. »

Pensez, un haut du corps aussi long qu’un billet d’un dollar américain, traînant des tentacules aussi longtemps que la championne de tennis américaine Serena Williams. Et cela peut même être petit; selon Osterhage, des études antérieures ont estimé que le calmar Bigfin peut atteindre 22 pieds (7 m) de long.

La façon dont les calmars tiennent ces tentacules est peut-être encore plus étrange. Contrairement à la plupart des céphalopodes, dont les tentacules pendent sous leur corps, les appendices du calmar Bigfin font saillie à des angles perpendiculaires à leurs manteaux avant de se plier et de s’enrouler, donnant à chaque tentacule l’apparence d’un «coude», a déclaré Osterhage.

Lors de l’une des observations de l’équipe, un Bigfin a surpris les chercheurs en levant un long bras au-dessus de son corps et en le tenant là – un comportement déconcertant jamais vu chez les calmars, ont écrit les chercheurs. La posture pourrait avoir quelque chose à voir avec l’alimentation par filtre, ont-ils spéculé, mais la vérité est que personne ne le sait avec certitude. Trouver la réponse à cela (et à de nombreuses autres questions en suspens sur le calmar bizarre) nécessitera beaucoup plus de rencontres dans la nature.

« Il y a beaucoup à apprendre sur le calmar Bigfin – des questions de base telles que de quoi il se nourrit, comment il se reproduit, etc., sont encore inconnues », a déclaré Osterhage. « Mais une chose passionnante à propos de notre article est que les cinq spécimens ont été trouvés groupés à proximité spatiale et temporelle les uns des autres, ce qui n’a jamais été vu auparavant. »

Pourquoi ils ont été regroupés est une autre question sans réponse, mais ce comportement est souvent associé à des opportunités de survie ou d’accouplement , a déclaré Osterhage. Les observations futures aideront à déterminer les besoins spécifiques du calmar, a-t-elle ajouté – mais pour l’instant, il est peut-être plus sûr de dire que les extraterrestres d’une plume (ou d’un tentacule) collent ensemble.

Publié à l’origine sur Live Science.

 

 

 

 

 

Astronomie:Une planète de la taille de la Terre traverse la galaxie sans être attachée à aucune étoile, selon les scientifiques

Personne n’en a jamais vu ici – jusqu’à présent.

Une planète voyou plie la lumière de l’étoile derrière elle, par rapport à la Terre.

 

La Terre tourne autour du soleil comme un bateau naviguant en cercles autour de son ancre. Mais que se passe-t-il si quelqu’un – ou quelque chose – coupe ce navire? Libéré de toute étoile ou système solaire, que deviendrait un monde minuscule volant impuissant et insouciant dans l’espace interstellaire? Que se passe-t-il lorsqu’une planète devient voyou?

Les scientifiques soupçonnent que des milliards de planètes flottantes ou «voyous» peuvent exister dans la Voie lactée, mais jusqu’à présent, seule une poignée de candidats se sont présentés parmi les quelque 4 000 mondes découverts au-delà de notre système solaire . La plupart de ces planètes voyous potentielles semblent être énormes, mesurant entre deux et 40 fois la masse de Jupiter (un Jupiter équivaut à environ 300 Terres). Mais maintenant, les astronomes pensent avoir détecté un monde voyou pas comme les autres: une minuscule planète flottant librement, à peu près la masse de la Terre, errant à travers l’intestin de la Voie lactée.

Cette découverte, rapportée aujourd’hui (29 octobre) dans le journal Astrophysical Journal Letters , pourrait marquer la plus petite planète voyou jamais détectée et elle pourrait aider à prouver une théorie cosmique de longue date. Selon les auteurs de l’étude, ce petit monde pourrait être la première preuve réelle que les planètes flottantes de la taille de la Terre peuvent être parmi les objets les plus courants de la galaxie.

« Les chances de détecter un objet de masse aussi faible sont extrêmement faibles », a déclaré l’auteur principal de l’étude Przemek Mroz, chercheur postdoctoral au California Institute of Technology, dans un courriel. « Soit nous avons eu beaucoup de chance, soit ces objets sont très courants dans la Voie lactée. Ils peuvent être aussi communs que les étoiles. »

Loupe d’Einstein

La plupart des exoplanètes de notre galaxie ne sont visibles que grâce à leurs étoiles hôtes. Au sens littéral, les étoiles fournissent la lumière qui permet aux astronomes d’observer directement les mondes extraterrestres. Lorsqu’une planète est trop petite ou trop éloignée pour être vue directement, les scientifiques peuvent toujours la détecter à partir de la légère traction gravitationnelle qu’elle exerce sur son étoile hôte (appelée méthode de la vitesse radiale) ou par le scintillement qui se produit lorsqu’une planète passe devant le côté face à la Terre de l’étoile (la méthode de transit).

Les planètes voyous, par définition, n’ont pas d’étoile pour éclairer leur chemin – ou pour éclairer le chemin d’un télescope vers elles. Au lieu de cela, la détection de planètes voyous implique une facette de la théorie de la relativité générale d’Einstein connue sous le nom de lentille gravitationnelle. Grâce à ce phénomène, une planète (ou même un objet plus massif) agit comme une loupe cosmique qui plie temporairement la lumière des objets derrière elle du point de vue de la Terre.

« Si un objet massif passe entre un observateur basé sur la Terre et une étoile source distante, sa gravité peut dévier et focaliser la lumière de la source », a expliqué Mroz dans un communiqué . « L’observateur mesurera un bref éclaircissement de l’étoile source. »

 

Une impression d'artiste d'un événement de microlentille gravitationnelle par une planète flottante, ou voyous. En microlentille, la gravité d'un objet fait plier la lumière d'une source de fond, un phénomène astronomique qui se manifeste par des distorsions dans les images prises depuis la Terre.
Une impression d’artiste d’un événement de microlentille gravitationnelle par une planète flottante, ou voyous. En microlentille, la gravité d’un objet fait plier la lumière d’une source de fond, un phénomène astronomique qui se manifeste par des distorsions dans les images prises depuis la Terre.

Plus l’objet de flexion de la lumière est petit, plus l’éclaircissement perçu de l’étoile sera bref. Alors qu’une planète plusieurs fois la masse de Jupiter pourrait créer un effet éclaircissant qui dure quelques jours, une planète maigre de la masse de la Terre éclairera l’étoile source pendant seulement quelques heures, ou moins, ont déclaré les chercheurs. Cet événement exceptionnellement rare est appelé «microlentille».

« Les chances d’observer la microlentille sont extrêmement minces », a ajouté Mroz dans le communiqué. « Si nous n’observions qu’une seule étoile source, nous devrons attendre près d’un million d’années pour voir la source être microlentionnée. »

Heureusement, Mroz et ses collègues n’observaient pas une seule étoile pour leur étude – ils en regardaient des centaines de millions. À l’aide d’observations de l’expérience de lentille gravitationnelle optique (OGLE), une étude d’étoiles basée à l’Université de Varsovie en Pologne qui a révélé au moins 17 exoplanètes depuis 1992, l’équipe a regardé le centre de la Voie lactée , à la recherche de tout signe de microlentille.

En juin 2016, ils ont été témoins du plus court événement de microlentille jamais vu. L’étoile en question, située à environ 27 000 années-lumière dans la partie la plus dense de la galaxie, s’est éclairée pendant seulement 42 minutes. Les calculs ont montré que l’objet incriminé n’était lié à aucune étoile à moins de 8 unités astronomiques (UA, soit huit fois la distance moyenne de la Terre au soleil), suggérant qu’il s’agissait presque certainement d’une petite planète en fuite, éjectée de son système solaire d’origine. après un pinceau avec un objet beaucoup plus massif.

Selon la distance entre la planète et l’étoile source (c’est impossible à dire avec la technologie actuelle), le monde voyou se situe probablement entre la moitié et une masse terrestre. Dans les deux cas, ce monde itinérant serait la planète voyous la plus faible jamais détectée. Selon Mroz, c’est une « étape importante » pour la science de la formation des planètes.

« Les théories de la formation des planètes ont prédit que la majorité des planètes flottantes devraient être de masse terrestre ou plus petite, mais c’est la première fois que nous pourrions trouver une planète de masse aussi faible », a déclaré Mroz. « C’est vraiment étonnant que la théorie d’Einstein nous permette de détecter un petit morceau de roche flottant dans la galaxie. »

Beaucoup d’autres petits morceaux de roche pourraient bientôt suivre, a déclaré le co-auteur de l’étude Radek Poleski de l’Université de Varsovie à Live Science. Les futurs télescopes de chasse aux planètes, comme le télescope spatial romain Nancy Grace de la NASA (dont le lancement est prévu au milieu des années 2020), seront beaucoup plus sensibles aux événements de microlentilles les plus jeunes de la galaxie que l’expérience OGLE vieille de près de 30 ans, a déclaré Poleski. Si les planètes orphelines de la masse à peu près de la Terre font effectivement partie des habitants les plus communs de la galaxie, il ne devrait pas tarder à y en avoir beaucoup plus.

Publié à l’origine sur Live Science.

 

 

 

 

Une anomalie électromagnétique aurait Capilla del Monte comme épicentre

Capilla del Monte,en Argentine, pourrait être l’épicentre de l’inversion des pôles magnétiques ! 

L’Agence spatiale européenne vient de publier une vidéo où elle montre comment le champ magnétique terrestre s’affaiblit et oh coïncidence le foyer central de l’anomalie de nos jours, se trouve dans notre Cordoue se déplaçant vers l’ouest

.

Quelque chose de similaire aurait été localisé il y a des décennies dans le célèbre triangle des Bermudes. Il s’agit de l’intensité magnétique minimale de cette décennie, le champ magnétique de la planète déviant le vent solaire, empêchant l’érosion de l’atmosphère et le bombardement de la surface par des rayonnements de haute énergie.

En fait, sans ce champ, notre planète ressemblerait à Mars.

  Il a été spéculé si ces changements sont un signal qui anticipe une inversion des pôles, un événement dans lequel les pôles magnétiques changent de position, comme cela s’est produit des dizaines de fois au cours de l’histoire de la planète.

Pour le moment, cependant, les changements sont considérés comme étant dans les fluctuations normales.

La grande anomalie de l’Atlantique-sud se déplace vers ce point.

Pour l’instant, ces changements sont presque inoffensifs. Le seul inconvénient est que les satellites qui survolent l’anomalie qui a Capilla del Monte comme épicentre ont une plus grande tendance à connaître des défaillances en raison du plus grand flux de vent solaire qui existe dans ces régions.

Ce n’est pas que Capilla del Monte veuille être dans l’actualité tous les jours, mais le sort de l’univers semble jouer le rôle principal dans cette humble ville.

L’influence cosmique semblerait affecter les décisions du gouvernement actuel et des habitants en général. Cela aussi, ainsi que l’anomalie, ont fluctué, depuis hier, nous avons vu l’appel de M. le maire Fabrizio Díaz à une réunion de toutes les institutions pour coordonner les actions face à la crise de Covid19 et aujourd’hui, nous constatons que l’appel est suspendu faute de l’espace étant donné que la participation dépasserait la capacité du lieu de tenir la réunion selon le protocole.

Nous espérons que la société fera écho à cet appel et, à partir de cette réunion, la solution pour lutter contre la crise actuelle sortira « au moins avant que les pôles ne soient inversés … 


Capilla del Monte est dans un univers parallèle

Il y a quelques jours, la NASA a publié un article annonçant l’existence d’un univers parallèle dans lequel le temps reculerait.

Différentes études ont été réalisées en Antarctique car elle est plus propice à son atmosphère, pour ce type de recherche scientifique, et apparemment à l’époque du Big Bang, non seulement notre univers mais un autre univers parallèle auraient été créés.

Et si … il fallait s’y attendre à un moment donné, la NASA devait nous découvrir.

Pourquoi Capilla del Monte vit dans un univers parallèle, selon ce que certains experts disent est Uritorco, le facteur déclenchant de toutes les altérations surnaturelles qui sont observées dans cette ville curieuse. 

Depuis sa création, il a été pensé différemment, si l’on regarde son plan de rue, on remarquera la présence de trois nœuds principaux d’artères dans lesquels se distinguent cinq coins. Quelle coïncidence que sa forme soit la même que « l’étoile magique à 5 branches ».

Ces trois nœuds de rue principaux simulent les trois Marie dans le ciel connues sous le nom de Constellation d’Orion. Chance, coïncidence, qui sait …

Mais le fait que ces trois croisements de rues très particuliers soient en plein centre de la ville, fait réfléchir.

L’une est au début de la célèbre Calle Techada, l’autre à droite où commence la Plaza San Martín et la troisième où la place se termine, ce n’est pas un hasard si ces trois formations sont alignées avec l’église de la ville elle-même, érigée sur une vieille montagne qui maintenant il n’est pas distingué, mais au pied duquel convergent trois rues formant une étoile à six branches.

Cela peut sembler fou ou un caprice du destin, mais la même rue qui borde l’église et l’étoile à six branches mène également à la célèbre promenade El Zapato, un lieu de cérémonie pour les anciens aborigènes de la région. 

Se pourrait-il que ceux qui ont construit et aménagé Capilla de Monte aient voulu nous dire quelque chose, ce sera que notre ville est faite de telle manière qu’elle attire les forces du Cosmos et peut-être même celles d’un univers parallèle, personne ne peut le dire avec certitude. Mais ce que nous savons, c’est que cette ville et ses habitants sont très particuliers, ici il est très courant de s’asseoir dans un café aux «5 coins» et de se sentir à la table d’à côté, alors que vous parlez de vos rencontres avec des extraterrestres , ou voyez celui sur la table d’en face comment il lance les cartes de tarot.

Il est très courant de marcher dans les rues et de rencontrer des gens qui s’habillent de manière saisissante, avec des turbans ou des robes, pour ne pas parler lorsque la fête des extraterrestres approche.

Dans Chapel, vous vous frappez et d’abord ils font du reiki, puis vous pouvez consulter le médecin.À Chapel, si quelque chose vous fait mal, ils vous disent de faire du yoga ou de faire un thé yuyo et ça vous passe; À Chapel, si vous tombez malade, c’est bien parce que vous vous «purifiez» et si vous vous fâchez contre quelqu’un, le calme est votre miroir, votre ego…

Et si … nous vivons dans un univers parallèle où le temps ne recule pas mais dans un éternel et même délirant… maintenant!

Histoire,science et numismatique: la comète de Halley

L’approche de Halley. 10 avril 1910

La comète Halley , officiellement désignée  1P / Halley , est une comète de courte période visible de la  Terre  tous les 75 à 76 ans. Halley est la seule comète à courte période connue qui est régulièrement visible à l’œil nu depuis la Terre, et la seule comète à l’œil nu qui pourrait apparaître deux fois dans une vie humaine. Halley est apparu pour la dernière fois dans les parties intérieures  du système solaire  en 1986 et apparaîtra ensuite entre le milieu de 2061 et 2062.

La queue de la comète photographiée en 1910.

Les retours de Halley dans le système solaire intérieur ont été observés et enregistrés par les astronomes depuis au moins 240 av. Des chroniques claires des apparitions de la comète ont été faites par  des chroniqueurs chinois ,  babyloniens et  européens médiévaux  , mais, à cette époque, n’étaient pas reconnues comme des réapparitions du même objet. La périodicité de la comète a été déterminée pour la première fois en 1705 par l’ astronome anglais Edmond Halley , dont il porte le nom.  

Sir Edmund Halley

Lors de son apparition en 1986, la comète de Halley est devenue la première comète à être observée en détail par un  vaisseau spatial , fournissant les premières données d’observation sur la structure d’un noyau de comète et le mécanisme de formation du coma et de la queue.

La sonde Giotto…dessin d’artiste.

 

Photo de la sonde spatiale Giotto lors de son approche.Nous voyons ici le noyau de la comète Halley.

Halley a été la première comète à être reconnue comme périodique. Jusqu’à la Renaissance , le consensus philosophique sur la nature des comètes, promu par  Aristote , était qu’il s’agissait de perturbations dans l’atmosphère terrestre . Cette idée a été réfutée en 1577 par  Tycho Brahe , qui a utilisé  des mesures de parallaxe  pour montrer que les comètes doivent se trouver au-delà de la  Lune . Beaucoup n’étaient toujours pas convaincus que les comètes tournaient autour du Soleil , et pensaient plutôt qu’elles devaient suivre des voies droites à travers le système solaire.

En 1687,  Sir Isaac Newton  publie ses  Philosophiæ Naturalis Principia Mathematica , dans lesquelles il expose ses lois de la  gravité  et du mouvement . Son travail sur les comètes était décidément incomplet. Bien qu’il ait soupçonné que deux comètes qui étaient apparues successivement en 1680 et 1681 étaient la même comète avant et après être passé derrière le Soleil (il a ensuite été trouvé correct), il n’a pas pu réconcilier complètement les comètes dans son modèle.

En fin de compte, c’est l’ami, éditeur  de Newton , Edmond Halley, qui, dans son Synopsis de l’astronomie des comètes de 1705  , a utilisé les nouvelles lois de Newton pour calculer les effets gravitationnels de Jupiter et Saturne sur les orbites cométaires . Après avoir compilé une liste de 24 observations de comètes, il a calculé que les éléments orbitaux d’une deuxième comète apparue en 1682 étaient presque les mêmes que ceux de deux comètes apparues en 1531 (observées par  Petrus Apianus ) et 1607 (observées par  Johannes Kepler). Halley a donc conclu que les trois comètes étaient, en fait, le même objet revenant tous les 76 ans environ, une période qui varie depuis entre 74 et 79 ans. Après une estimation approximative des perturbations que la comète subirait de l’attraction gravitationnelle des planètes, il a prédit son retour pour 1758. Alors qu’il avait personnellement observé la comète autour du  périhélie  en septembre 1682, Halley est décédé en 1742 avant de pouvoir observer son retour prévu .

 

La prédiction de Halley du retour de la comète s’est avérée correcte, bien qu’elle n’ait été vue que le 25 décembre 1758, par  Johann Georg Palitzsch , un fermier allemand et astronome amateur . Il ne traversa son périhélie que le 13 mars 1759, l’attraction de  Jupiter  et de  Saturne  ayant causé un retard de 618 jours.

L’approche de 1910, qui est apparue à l’œil nu vers le 10 avril  et est arrivée au périhélie le 20 avril, était notable pour plusieurs raisons: c’était la première approche dont des photographies existent et la première pour laquelle  des données spectroscopiques  ont été obtenues. De plus, la comète a fait une approche relativement rapprochée de 0,15 UA, ce qui en fait un spectacle spectaculaire. En effet, le 19 mai, la Terre a effectivement traversé la queue de la comète. L’une des substances découvertes dans la queue par analyse spectroscopique était le cyanogène ,un gaz toxique  , qui a conduit l’astronome  Camille Flammarion prétendre que, lorsque la Terre passerait par la queue, le gaz « imprégnerait l’atmosphère et éteindrait peut-être toute vie sur la planète ». Sa déclaration a conduit à l’achat paniqué de masques à gaz et de «pilules anti-comètes» et de «parapluies anti-comètes» par le public. En réalité, comme d’autres astronomes l’ont rapidement souligné, le gaz est si diffus que le monde n’a subi aucun effet néfaste du passage à travers la queue.

Échec de la Comète de Halley
Pendant des siècles, l’apparition de la Comète de Halley (tous les 76 ans) a été considérée comme un signe de mauvaise augure. La veille du 19 mai 1910, l’arrivée imminente de la comète a provoqué une véritable hystérie collective en Europe et aux États-Unis. Celle-ci a été en partie initiée à cause d’un communiqué de l’observatoire de Chicago, datant du mois de février et signalant qu’un gaz toxique avait été repéré dans la queue de la Comète. L’astronome français Camille Flammarion (1842-1925) surenchérissait en indiquant que la terre se trouvait en plein sur la trajectoire de la comète empoisonnée et que le désastre pourrait entraîner l’extinction de toute forme de vie. Les ventes de masques et de capsules volantes à oxygène ont explosé, notamment à Rome et ce, en dépit des efforts des scientifiques pour rassurer le public et d’une intervention du pape Pie X (1835-1914). Comme nous pouvons le constater un siècle plus tard, la catastrophe n’eut pas lieu et ainsi que l’annonçait inutilement le Chicago Tribune “We’re Still Here.” (Nous sommes toujours là).

 


NUMISMATIQUE

Kyrenaika, Kyrene, Magas en tant que gouverneur. AV obol, frappé vers 308-305 av. Zeus / Tonnerre.
Plusieurs chercheurs y voient une représentation de la comète de Halley.
La pièce en or est évaluée à $1,050 US env.

 

celtique
La Grande-Bretagne
Corieltauvi
Stater d’or – 5,7 grammes, frappé ca 45-10BC, « South Ferriby type »

 

Pont (Colonie grecque),  v. 130-100 avant JC. Æ (12 mm, 1,96 g, 6 h). Tête de cheval à droite, avec étoile à huit pointes sur le cou. Étoile R / Comète de huit points avec traînée.La pièce la plus représentative de la comète de Halley dans l’Antiquité.Pièce rare.

 


 

 

 Hémidrachme d’argent,  1,119 g, 15,2 mm, 180 o , menthe Persépolis (province du Fars, Iran), buste barbu à gauche, portant une couronne persépolitaine avec des créneaux étagés, diadème, couple et robe; roi renversé debout à droite, tenant un sceptre, devant lui, étoile et croissant avec des cornes à gauche, inscription gaffée autour; ex anciennes importations
Persis était situé dans ce qui est maintenant le sud de l’Iran. Les «Perses» ont colonisé la région dès le 8ème siècle avant JC. Depuis sa conquête par Alexandre le Grand, Persis était le plus souvent quasi-indépendant, sous l’hégémonie d’un roi séleukide ou parthe. Immédiatement après la mort d’Alexandre, Persis a été soumis au royaume séleucide. Vers 290 avant JC, Persis a retrouvé son indépendance. Les pièces produites pendant cette période étaient d’inspiration grecque, mais les inscriptions étaient araméennes, symbolisant le rejet par Perse de la classe dirigeante grecque. Entre c. 250 et 223 avant JC, les Séleucides reprirent le contrôle. Mithradates II incorpora plus tard Persis en tant que sous-royaume de Parthe. Sous la domination parthe, les pièces de monnaie et l’apparence des rois représentés sur eux ont assumé le style parthe. Le dernier roi de Perse, Artaxerxes,

Empire Romain,pièce  comémorative de césar Auguste …le revers nous montre  ce qui ressemble à une comète.Pièce très rare.

 


 

Grande Bretagne,celtique

 


 


Médaille commémorative de la NASA.


TAPISSERIE ANCIENNE

Tapisserie de Bayeux,moyen -Âge

 

 

 

 

Des dizaines de sites archéologiques découverts par des bénévoles de leur domicile pendant l’isolement

 


Un peuplement probable de l’âge du fer ou de l’enceinte romaine (flèches rouges) et un système de champ associé (flèches bleues)
révélé par les données LiDAR mais caché aujourd’hui sous les bois

 

 

Des dizaines de sites romains, préhistoriques et médiévaux non enregistrés ont été découverts par des volontaires en archéologie basés à domicile pendant la fermeture du coronavirus.

Les fouilles peuvent être suspendues en raison de la pandémie, mais l’équipe a trouvé des parties de deux routes romaines, une trentaine d’enceintes de peuplement remblayées préhistoriques ou romaines, une vingtaine de tumulus préhistoriques, ainsi que les restes de centaines de fermes médiévales, des systèmes de terrain et les carrières . Ceux qui dirigent le projet pensent qu’ils feront beaucoup plus de découvertes dans les semaines à venir.

L’équipe, dirigée par le Dr Chris Smart de l’Université d’Exeter et travaillant dans le cadre du projet Understanding Landscapes financé par le National Lottery Heritage Fund, analyse des images dérivées de LiDAR., ou détection et télémétrie de la lumière, données. Cette technologie laser est utilisée lors des levés aériens pour produire des cartes topographiques très détaillées.

La végétation et les bâtiments modernes peuvent être supprimés, permettant aux archéologues de regarder la forme de la surface du terrain pour trouver les restes de terrassements archéologiques. Les données, obtenues à partir du projet Tellus Sud-Ouest et de l’Agence pour l’environnement, sont systématiquement examinées et recoupées avec des enregistrements d’archéologie connue et des cartes historiques, ce qui signifie que le total des nouvelles découvertes change régulièrement.

Le Dr Smart a déclaré: « Le Sud-Ouest possède sans doute les données LiDAR les plus complètes à ce jour au Royaume-Uni et nous les utilisons pour cartographier le plus possible l’environnement historique. Le projet se concentre actuellement sur la vallée de Tamar, mais cela a été étendu pour inclure une large bande de terre entre Bodmin Moor et Dartmoor, Plymouth et Barnstaple – environ 4000 km2 en tout.

«Il s’agit de la première analyse systématique majeure des données LiDAR de la vallée de Tamar vers l’ouest et s’appuie sur les ateliers de formation que nous avons organisés plus tôt dans l’année. Habituellement, nous serions maintenant sur le terrain pour étudier des sites archéologiques avec des groupes de volontaires ou pour préparer notre communauté. les fouilles, mais tout est maintenant en suspens. Je savais qu’il y aurait de l’enthousiasme au sein de notre groupe de bénévoles pour continuer à travailler pendant le verrouillage – on a même suggéré de renommer temporairement notre projet ‘Lockdown Landscapes’ – mais je ne pense pas qu’ils aient réalisé combien de nouvelles découvertes ils feraient.

 

Un tronçon d’une route probablement romaine

 

« Je suis très reconnaissant à notre équipe pour ses efforts et je suis heureux que nous puissions continuer à mener des recherches dirigées par des bénévoles en ces temps troublants, au rythme actuel, nous nous attendons à ce qu’ils reconnaissent des centaines de nouveaux sites archéologiques au cours des prochains mois. « 

Un bénévole régulier du projet, Fran Sperring, a déclaré: « La recherche de sites archéologiques jusque-là inconnus – et aider à identifier des lieux pour une éventuelle étude future – a été non seulement gratifiant mais captivant. Bien que ce soit une courbe d’apprentissage assez abrupte pour moi – étant un novice relatif au sujet – j’apprécie chaque minute. L’archéologie du confort chaud et sec de votre salon – quoi de mieux? « 

Le Dr Smart travaille en étroite collaboration avec son collègue de l’Université d’Exeter, le Dr Joao Fonte,

Le Dr Fonte a déclaré: « La télédétection est un outil très puissant pour la prospection archéologique. Alors que je travaille normalement dans le nord-ouest de la péninsule ibérique, je suis vraiment heureux de collaborer à ce projet et de partager mon expertise au profit des magnifiques paysages du Devon et de Cornwall, et un projet impliquant une communauté de bénévoles intéressés par leur propre patrimoine culturel. « 

L’équipe travaille également avec les équipes de Cornwall et du Devon Historic Environment Record pour trouver un moyen d’intégrer toutes ces nouvelles informations dans leurs bases de données et, éventuellement, de déployer le projet sur une plus grande partie du Sud-Ouest.

Lorsque le pire de la pandémie sera passé, l’équipe a l’intention d’entreprendre des levés géophysiques dans un certain nombre de sites nouvellement identifiés dans le cadre du projet Understanding Landscapes .

Le Dr Smart a déclaré: « Il est difficile pour nous de ne pas pouvoir effectuer le travail que nous avions prévu cet été – y compris une fouille au fort romain de Calstock – mais j’espère que ce n’est qu’un coup temporaire et que nous serons de retour à la campagne avec des bénévoles dès qu’il est possible de le faire en toute sécurité. « 

Source: Université d’Exeter [13 mai 2020]

 

 

 

 

 

 

La vidéo-conférence de la semaine:L’avenir de la vie sur Terre par Hubert Reeves

 

 

 

 

Cette conférence a été donnée par Hubert Reeves, astrophysicien président de l’association Humanité et Biodiversité, pour la MAIF le 4 décembre 2014 à Lille. « Après avoir discuté des racines lointaines de la situation de la crise écologique dans laquelle nous sommes plongés aujourd’hui, je vais décrire les menaces qui pèsent sur notre avenir et envisager les voies qui s’offrent à nous pour nous en sortir. » Hubert Reeves

 

 

 

 

 

Vidéo insolite:Étrange apparition d’un immense ovni dans un nuage au-dessus d’un fleuve

Beaucoup d’observations d’ovni ont été signalé depuis une semaine…et sur le nombre,je me suis permis de vous en présenter une…la voici!

 

Un de mes  supporteurs en Asie  m’a fait parvenir ce vidéo  (très long) de ce qui semble être un ovni dans un nuage au-dessus  d’un fleuve.Il n’y a pas d’autre commentaire!

Qu’en pensez-vous? 

 

Est-ce un vrai ou…un faux?