Alerte Danger Planétaire:les radiations en provenance de Fukushima ont atteint un niveau « inimaginable »

De septembre 2012 à novembre 2014,les fuites radioactives conséquentes à l’arrosage continue des réacteurs sont passées de 200 à 450 tonnes d’eau métriques chaque jour.Depuis janvier 2017,tout semble s’aggraver sans possibilité  d’en  connaître beaucoup plus.Mais depuis l’an passé,les fuites  d’informations ont forcé TEPCO à rendre public certaines informations,mais le gouvernement japonais censure tout.

 

Le niveau des radiations à l’ intérieur d’ un des réacteurs endommagés à la centrale nucléaire de Fukushima a atteint un  » inimaginable niveau » selon les experts. Parce que beaucoup de matériel nucléaire de Fukushima a échappé dans l’océan Pacifique, il y a beaucoup de scientifiques qui croient que ce fut la pire catastrophe écologique de l’histoire de l’ humanité, mais la plupart des gens dans la population générale semblent penser que , puisque les médias traditionnels vraiment ne parlent pas à ce sujet plus que tout doit être sous contrôle. Malheureusement, ce n’est pas vrai du tout. En fait, PBS arapporté l’an dernier que « il est inexact de dire que Fukushima est sous contrôle lorsque lesniveaux de radioactivité dans l’océan indiquent des fuites en cours « . Et maintenant , nous venons d’ apprendre que le niveau de rayonnement à l’ intérieur du réacteur 2 est si élevé qu’aucun humain ne pourrait survivre à une simple exposition.

Grues sur la centrale de Fukushima Daiichi en Février 2016. Le processus de démantèlement devrait prendre environ quatre décennies

Selon le Japan Times , le niveau de rayonnement à l’ intérieur de la zone de confinement du réacteur 2 est maintenant estimé à «530 sieverts par heure » …!

Le niveau de rayonnement dans l’enceinte de confinement du réacteur 2 à la centrale de Fukushima n ° 1  (qui est endommagée) a atteint un maximum de 530 sieverts par heure , le plus élevé depuis la crise de « triple core » en Mars 2011,a déclaré Tokyo Electric Power Co. Holdings Inc. .

Tepco a déclaré jeudi ,16 mars 2017 que la lecture de la radioactivité a été prise à l’entrée de l’espace juste en dessous de la cuve sous pression, qui contient le cœur du réacteur.

Le chiffre élevé indique qu’une partie du combustible fondu qui s’est échappé de la cuve sous pression est rendu à proximité.

Photo du réacteur no 2,le 30 janvier 2017

 

Photo prise par le petit robot sous le réacteur.

 

 

 

 

Il est difficile de trouver les mots pour exprimer la gravité de tout cela.

Si vous avez été exposé à un niveau de seulement 10 sieverts par heure de rayonnement, cela signifierait une mort presque certaine. Donc , 530 sieverts par heure est tout simplement hors des cartes,hors des normes. Selon le Guardian , cette mesure récente est décrite par les scientifiques comme «inimaginable» …

La lecture récente, décrite par certains experts comme «inimaginable», est beaucoup plus élevé que le précédent record de 73 sieverts une heure dans cette partie du réacteur,il y a peu de temps encore.

Une seule dose d’un sievert est suffisante pour causer la maladie d’irradiation et des nausées; 5 sieverts serait tuer la moitié des personnes exposées dans un délai d’ un mois, et une dose unique de 10 sieverts se révéler fatale en quelques semaines .

Et vraiment l’une des plus  mauvaises nouvelles est qu’il semble y avoir un trou de 2 mètres qui a été créé par la fonte du  combustible nucléaire  « dans la grille métallique sous la cuve sous pression dans la cuve de confinement primaire du réacteur » . Ce qui suit vient de Bloomberg

« De nouvelles photographies montrent ce qui peut être du combustible nucléaire fondu qui aurait coulé   sous l’un des réacteurs  (épaves) de Fukushima  , un jalon potentiel dans la recherche et la récupération du carburant près de six ans après avoir été perdu dans l’une des pires catastrophes atomiques dans l’histoire.

Tokyo Electric Power Co. Holdings Inc., la plus grande entreprise de services  du Japon, a publié des images lundi montrant une grille sous le réacteur  No 2 de Fukushima Dai-Ichi  recouvert de résidu noir. La société, mieux connu comme Tepco, a  envoyé  une espèce de robot  développé spécialement pour investiguer à Fukushima   pour déterminer la température et de la radioactivité du résidu. »

http://www.youtube.com/watch?v=infVQiVgW1k

Si cela ne suffit pas  à vous faire peur, une source de nouvelles japonaise rapporte que ce combustible nucléaire fondu « a depuis été en contact avec de l’ eau souterraine qui coule du côté de la montagne » ...

Le combustible fondu a depuis été en contact avec de l’ eau souterraine qui coule du côté de la montagne, la production d’ eau contaminés par la radioactivité tous les jours . Afin de démanteler le réacteur, il est nécessaire de retirer le combustible fondu, mais des niveaux élevés de rayonnement à l’intérieur du réacteur avait entravé le travail pour localiser les débris fondu.

Si cette catastrophe aurait été seulement limitée au Japon, tout l’hémisphère nord ne serait pas en danger.

Mais ce n’est pas le cas.

La plupart de la contamination nucléaire de Fukushima a fini dans l’océan Pacifique, et de là il a été littéralement pris dans le reste de la planète. Ce qui suit a été signalé par PBS

Plus de 80 pour cent de la radioactivité des réacteurs endommagés a fini dans le Pacifiquebien plus que le niveau atteint à  Tchernobyl ou à Three Mile Island. De cette somme , une petite fraction est actuellement sur le fond – le reste a été emporté par le courant Kuroshio, une version du Pacifique ouest du Gulf Stream, et porté à la mer où il mélangé avec (et a été dilué par) l’énorme volume de le Pacifique Nord.

Nous ne savons pas s’il y a une connexion, mais il est très intéressant de noter que la pêche le long de la côte ouest des États-Unis ne parviennent pas à trouver la  cause d’une diminution spectaculaire des populations de poissons. Il suffit de consulter l’extrait suivant d’une histoire qui a été publié le 18 Janvier 2017 …

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

HORS TEXTE

Diminution des stocks de poissons

 

18 janvier 2017 Le secrétaire américain du Commerce Penny Pritzker , a déterminé aujourd’hui que la pêche commerciale pour le saumon et crabe en Alaska, en Californie et à Washington.

 

Ces dernières années, chacune de ces pêcheries ont connu defortes baisses soudaines et inattendues de la biomasse des stocks de poissons ou perte d’accès en raison des conditions inhabituelles de l’ océan et du climat. Cette décision permet auxcommunautés de pêche de demander l’ aide de secours aux sinistrés du Congrès.

En Alaska:

  • Golfe de l’Alaska pêche au saumon rose (2016)

En Californie:

  • Californie dormeur et de la pêche au crabe (2015-2016)
  • pêche au saumon yurok tribu Klamath River Chinook (2016)

A Washington:

  • Fleuve Fraser tribu Makah et du Bas-Elwha Klallam tribu pêche du saumon rouge (2014)
  • Grays Harbor et Willapa Bay non-traité pêche au saumon coho (2015)
  • Nisqually Indian Tribe, Jamestown S’Klallam tribu, Port Gamble S’Klallam Tribe et Squaxin Island Tribe Sud Puget pêche au saumon du son (2015)
  • Quinault Indian Nation Grays Harbor et Queets rivière pêche au saumon coho (2015)
  • pêche au crabe dormeur tribu Quileute (2015-2016)
  • pêche à la traîne du saumon océan (2016)

Le secrétaire américain du Commerce Penny Pritzker a déterminé aujourd’hui, qu’il y a des échecs de la pêche commerciale pour neuf saumon et crabe pêche en Alaska, en Californie et à Washington.

Au cours des dernières années, chacune de ces pêcheries ont connu soudaines et inattendues des diminutions importantes des stocks de poissons de la biomasse ou la perte d’accès en raison des conditions océaniques et climatiques inhabituelles. Cette décision permet aux communautés de pêche de chercher catastrophe une aide d’urgence du Congrès.

 

 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Les choses sont particulièrement mauvaises en Alaska , et les biologistes sont « perplexes » sur les raisons pour lesquelles cela pourrait se produire …

En 2016, les récoltes de saumon rose à Kodiak, Prince William Sounds, Chignik et  Cook Inlet sont venus terriblement sous les prévisions et les biologistes perplexes quant à pourquoi.

La valeur estimée de 2016 courriers de Kodiak était de 2,21 millions $, comparativement à une moyenne de cinq ans de 14,64 millions $, et à Prince William Sound la valeur ex-navire était de 6,6 millions $, beaucoup moins que la moyenne de 44 millions $ sur cinq ans . La récolte totale de l’État était la plus faible depuis la fin des années 1970.

Bien que les biologistes de l’Etat ne sont pas prêts à déclarer une cause de la performance du saumon rose pauvres, le communiqué de presse du département du Commerce a attribué les catastrophes aux «conditions océaniques et climatiques inhabituelles. »

Plus au sud, on rapportait le mois dernier que des millions de sardines mortes se sont échouées  sur les côtes du Chili.

 

 

 

 

 

 

Je pourrais continuer et avec beaucoup d’autres exemples de ce genre, mais nous espérons que vous retiendrez le point.

Quelque chose de vraiment étrange  se passe dans le Pacifique, et beaucoup de gens croient qu’il y a un lien vers Fukushima.

Pas trop longtemps, je l’ ai écrit sur la façon dont l’élite de la Silicon Valley sont à se « préparer fiévreusement », mais la vérité est que nous devrions tous l’être.  Notre planète est de plus en plus instable, et la catastrophe nucléaire de Fukushima est juste un morceau du puzzle.

Mais ic’est certainement un élément très important. Les matières nucléaires de Fukushima entrent continuellement  dans la chaîne alimentaire, et une fois que les matières nucléaires pénètre dans notre corps , il va lentement irradier nos organes pour les années à venir. Ce qui suit est un extrait d’un article d’ opinion absolument remarquable par Helen Caldicott qui a été publié dans le Guardian

Le rayonnement interne, d’autre part, émane d’éléments radioactifs qui pénètrent dans l’organisme par inhalation, ingestion ou absorption cutanée.Les radionucléides dangereux tels que l’ iode-131, le césium 137 et d’ autres isotopes actuellement libérés dans la mer et l’ air autour de Fukushima sont bio-concentré à chaque étape de diverses chaînes alimentaires (par exemple dans les algues, crustacés, petits poissons, gros poissons, puis les humains ; ou le sol, l’ herbe, la viande et le lait de vache, puis les humains). Après leur entrée dans le corps, ces éléments – appelés émetteurs internes – migrent vers des organes spécifiques tels que la thyroïde, le foie, les os et le cerveau, où ils rayonnent en continu sur de petites quantités de cellules avec de fortes doses de radiations alpha, bêta et / ou gamma, et pendant de nombreuses années, peut induire la réplication cellulaire incontrôlée – qui est, le cancer . En outre, la plupart des nucléides restent radioactifs dans l’environnement pour des générations, et , finalement , causeront l’ incidence du cancer et des maladies génétiques qui ont augmenté au fil du temps.

Vous commencez à comprendre la gravité de la situation?

Malheureusement, cette crise va être avec nous pour un très, très longtemps.

Selon un journal imp en ligne, , ils ne sont même pas surs vont commencer à extraire le combustible nucléaire fondu de ces réacteurs jusqu’en 2021, et il est projeté que le nettoyage général « peut prendre aussi longtemps que 40 ans» …

La mise hors service des réacteurs coûtera ¥ 8000000000000 (70,4 G $), selon une estimation en Décembre 2016 du Ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie. Le retrait du carburant radioactif est l’une des étapes les plus importantes dans un nettoyage qui peut prendre aussi longtemps que 40 ans.

La nature sans précédent de la catastrophe de Fukushima signifie que Tepco fonde ses efforts sur la technologie pas encore inventé pour enlever le combustible fondu sur les réacteurs.

La société cherche  à se décider d’une procédure de retrait de carburant pour le premier réacteur au cours de l’exercice financier se terminant Mars 2019, et de commencer à extraire le combustible en 2021.

Beaucoup de gens qui finissent par mourir à la suite de cette crise ne pourront jamais savoir même que c’ était Fukushima qui a causé leur mort.

Personnellement, je suis convaincu que ce soit la plus grande crise de l’environnement que l’humanité ait jamais connu, et si la dernière lecture du réacteur 2 est une indication, les choses a pris une tournure très sérieuse pour le pire.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

ANNEXE1

dispersion océanique de césium radioactif dérivé de Fukushima : un examen

 

Introduction


Le 11 Mars 2011, le Grand Est du Japon Tremblement de terre ( Mw 9.0) a eu lieu à la limite de la plaque au large de la côte de Tohoku, le nord du Japon. Un énorme tsunami a été généré et a causé 15 729 morts et 4539 disparus dans les régions Hokkaido, Tohoku et Kanto (L’Agence nationale de la police, en date du 24 Août 2011). Des enquêtes préliminaires ont signalé des vagues du tsunami avec des hauteurs de roulage à haut excédant 30 m (Mori et al ., 2011 ). Le tsunami a également frappé les sites de Fukushima Dai-ichi nucléaire Power Plant (PPPN) situé à 37˚25’N, 141˚02’E, et une perte d’énergie électrique à FNPP a donné lieu à des réacteurs surchauffés et desexplosions d’hydrogène. Les matières radioactives ont ensuite été libérés dans l’océan par les retombées atmosphériques (comme les aérosols et les précipitations) et que les rejets directs (rejets contrôlés liés aux questions de sécurité au FNPP), ainsi que des fuites non contrôlée de l’eau de refroidissement fortement contaminé (Buesseler et al ., 2011 , Chino et al ,. 2011 , Takemura et al ., 2011 ). Ce rejet accidentel de radionucléides anthropiques (principalement l’ iode 131, le césium-134 et -137, 131 I, 134 Cs et 137 Cs) ont donné lieu à desaugmentations sévères de ces radionucléides dans les produits de la pêche dans les zones côtières de Fukushima et les préfectures adjacentes (Buesseler, 2012 , Yoshida et Kanda, 2012 , Wada et al ., 2013 ; et Nakata Sugisaki,2015 ). En raison de sa demi-vie relativement longue (2,07 ans pour les 134 Cs et 30,07 ans pour les 137 Cs), l’évaluation de ces isotopes radioactifs Cs dans le milieu marin est important pour tenir compte des risques pour les écosystèmes marins et la santé publique par la consommation des produits de la pêche . En général, le césium est un élément conservateur et se produit principalement dans la phase dissoute dans le milieu marin. La concentration de césium radioactif dans les organismes marins est fortement affectée par sa concentration dans l’eau de mer environnante. En fait, les changements temporels des concentrations radioactives Cs de nombreuses espèces de poissons pélagiques dans la zone côtière près de Fukushima et les préfectures voisines ont été associées à celles de l’ eau de mer après l’accident FNPP (par exemple, Wada et al ,. 2013 , Takagi et al ,. 2015 ; Morita et al ., données non publiées). Kaeriyama et al . ( 2015 ) et Morita et al . données non publiées ont révélé les changements temporels pris du retard dans le temps en Cs radioactif dans les organismes (zooplanctons et Saury Pacifique) et l’ eau de mer en régime non stationnaire après l’accident FNPP, et a montré que avaient été élevés par rapport aux taux de concentration de ces organismes avec les avant l’accident FNPP. En ce qui concerne zooplanctons, Baumann et al . ( 2015 ) ont examiné la possible absorption de Cs radioactif Fukushima-dérivé de phytoplancton dominé les particules en suspension. En conséquence, Cs radioactif serait transféré au niveau trophique supérieur non seulement par l’ eau de mer environnante , mais aussi par des interactions proies-prédateurs dans l’écosystème pélagique. Shigenobu et al . ( 2014 ) ont rapporté les concentrations radioactives Cs de graisse greenling ( Hexagrammos otakii ) capturés au large de la côte de la préfecture de Fukushima, et fait état de deux spécimens de valeurs aberrantes pris en Août 2012 et mai 2013 , qui avaient ambigüe élevées 137concentrations Cs de plus de 1000 Bq / kg humide. Analyse de probabilité a indiqué que les deux morues du gras de valeurs aberrantes avaient migré du port de FNPP. Dans le port de FNPP, extrêmement élevées 137concentrations Cs ont été signalées dans le sébaste japonais ( Sebastes cheni ), hakeling brun ( Physiculus maximowiczi ) et de la graisse greenling ( H. otakii ) pris en Janvier et Février 2013 (Fujimoto et al ., 2015 ). La concentration maximale de 137 Cs (129 kBq / kg par voie humide) a été détectée à partir de matières grasses Lesourcil. Wada et al . ( 2013 ) avec le corrigendum (Wada et al ., 2014 ) a résumé les résultats de la surveillance des concentrations radioactives Cs dans les produits de la pêche de la préfecture de Fukushima et a révélé lestendances de séries chronologiques. Des tendances claires comprennent une diminution plus lente de Cs radioactif dans les poissons démersaux par rapport aux poissons pélagiques, ainsi que l’ hétérogénéité spatiale; spécimens prélevés dans la zone sud de FNPP avaient tendance à avoir des concentrations plus élevées de Cs radioactif que ceux qui sont pris dans la zone nord de FNPP. Sohtome et al . ( 2014 ) ont rapporté les tendances au cours du temps de la concentration de Cs radioactif chez les invertébrés dans le réseau alimentaire benthique côtière près de la PPPN. La différence de tendance à la baisse observée dans les organismes et les concentrations de Cs radioactif dans certains des oursins ( Echinocardium cordatum et Glyptocidaris crenularis ) ont été clairement affecté par les sédiments contaminés dans leur prises tube digestif.

Ce document met l’ accent sur le Cs radioactif dans l’ eau de mer et résume les estimations du montant total des libérés Cs radioactifs du site FNPP, les changements spatio-temporelles des concentrations de 134 Cs et 137 Cs non seulement au large de la côte de Fukushima et les préfectures voisines, mais également dans le Pacifique Nord et des mers adjacentes telles que la mer du Japon, mer de Chine orientale, en fonction des résultats de mesure et des modèles de simulation publiés pendant 4 ans depuis l’accident FNPP.

Montant total de Césium radioactif FNPP-Libéré

Informations sur le montant total de l’radioactif libéré FNPP-Cs dans le Pacifique Nord est l’ information essentielle pour permettre un suivi et une gestion efficace des ressources. Cependant, en dépit de son importance, l’estimation des dépôts atmosphériques est complexe en raison du manque de données d’ observation de l’environnement océanique. Les rapports d’activité de 134 Cs / 137 Cs, désintégration corrigé Mars-Avril 2011, ont été signalés presque 1,0 pour l’ensemble du Pacifique Nord (par exemple, Buesseler et al ,. 2011 , 2012 , Kaeriyama et al ,. 2014 ). Ce ratio signifie une quantité équivalente de 134 Cs et 137 Cs a été libéré dans l’océan.En vertu de la limitation des données concernant non seulement la quantité de Cs radioactif dans les aérosols ,mais aussi sur les précipitations dans le Pacifique Nord, l’ estimation des dépôts atmosphériques reste une source d’incertitude considérable (5-15 PBq de 134 Cs et 137 Cs, 1 PBq = 10 15  Bq, Tableau  1 ). En revanche, le rejet direct des radioactifs Cs ( 134 Cs et 137 Cs) dans l’océan comme une fuite incontrôlée de l’eau de refroidissement fortement contaminée est bien estimée comme approximation de la valeur de 3,5 PBq, à l’exception de Bailly du Bois et al . ( 2012 ) et Charette et al . ( 2013 ) (tableau  1 ). Dietze et Kriest ( 2012 ) ont discuté des surestimations possibles par Bailly du Bois et al . ( 2012 ) en raison de problèmes méthodologiques. Charette et al . ( 2013 ) ontestimé l’inventaire de rejet direct à partir des données d’ observation de Cs radioactif avec des isotopes du radium en mai-Juin 2011, et aucun dépôt atmosphérique a été pris en charge. Leurs estimations des rejets directs peuvent être inclus dans le dépôt atmosphérique. Tsumune et al . ( 2012 ) ont montré clairement que les rejets directs ontcommencé le 26 Mars 2011 en utilisant 131 I / 137 rapports d’activité Cs, qui variait beaucoup plus avant le 26 Mars 2011 , lorsque le dépôt atmosphérique est la principale source. Les estimations les plus récentes ont révélé que 3-4 PBq de 134 Cs et 137 Cs ont été directement rejetés dans l’océan et 12-15 PBq de 134 Cs et 137 Cs ont été déposés sur l’eau de mer de surface dans le Pacifique Nord (Aoyama et al ., 2015a ).

Vue schématique du système actuel: (a) dans le Pacifique Nord et (b) autour des îles japonaises. Les lignes continues indiquent le courant de surface et les lignes en pointillés indiquent la circulation des eaux de mode. FNPP: Fukushima Dai-ichi centrale nucléaire; STMW: subtropicale mode eau; CMW: Mode Central Water. Sur la base de Kumamoto et al . ( 2014 ); Oka et al . ( 2011 , 2015 ); Talley ( 1993 ) et Yasuda ( 2003 ) [figure de couleur peut être consulté à wileyonlinelibrary.com ].

 

 

 

 

 

 

 

Ce document met l’accent sur le Cs radioactif dans l’eau de mer et résume les estimations du montant total des libérés Cs radioactifs du site FNPP, les changements spatio-temporelles dans les concentrations de 134Cs et 137Cs non seulement au large de la côte de Fukushima et les préfectures voisines, mais aussi dans le Pacifique Nord et des mers adjacentes telles que la mer du Japon, mer de Chine orientale, en fonction des résultats de mesure et des modèles de simulation publiés pendant 4 ans depuis l’accident FNPP.

Cette revue résume les plus de 70 articles publiés au cours des 4 années écoulées depuis l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima Dai-ichi qui a eu lieu le 11 Mars 2011, et détaille le modèle de dispersion radioactive de césium dans les mers du Pacifique Nord et adjacentes. La quantité totale de césium radioactif de Fukushima dérivé libéré dans le Pacifique Nord par dépôt atmosphérique et rejet direct, des variations spatio-temporelles de la côte du Pacifique autour du lieu de l’accident, et les niveaux de concentration de césium radioactif autour des îles japonaises, non seulement le Pacifique côte mais aussi dans les mers adjacentes, comme la mer du Japon, mer de Chine orientale sont résumées. Sur la base des données d’observation obtenues principalement pendant 2 ans depuis l’accident, et les résultats de la simulation, la dispersion océanique de césium radioactif dans toute la région du Pacifique Nord est décrit. Le césium radioactif dérivé Fukushima-est dispersé sous forme de l’eau de surface et étendue sur le côté est du Pacifique Nord en 2014, et a également été observée par une intrusion vers le sud jusqu’à subsurface eaux comme subtropicale mode eau et le mode Eau Central. Le mouvement de césium radioactif lié à l’eau de mode est important en termes de circulation de césium dans l’intérieur de l’océan. Certaines nouvelles technologies et techniques relatives à la surveillance d’urgence de la radioactivité dans l’environnement de l’océan sont également signalés, dont l’efficacité a été démontrée par l’utilisation par rapport à l’accident de Fukushima.

 


ANNEXE2

DEVANT L’AMPLEUR DU DANGER,LE GOUVERNEMENT JAPONAIS ORDONNE UN PLAN  D’ÉVACUATION COMPLET

Les zones à évacuer:on parle de plus de 40 millions de personnes

 

Sur les 11 municipalités de la préfecture de Fukushima qui sont entrées sous les ordres d’évacuation après la centrale de Fukushima 2011 N ° 1 effondrements de centrales nucléaires, cinq ne disposent pas de plans d’évacuation en cas d’accident nucléaire se produit à nouveau, même si d’interdiction d’entrée des commandes sont progressivement levées.

Le gouvernement central demande des municipalités locales situées à proximité des centrales nucléaires à élaborer des plans d’évacuation en cas d’urgence nucléaire. Selon la politique du gouvernement central, les gouvernements locaux devraient donner des ordres d’évacuation immédiate aux résidents vivant à moins de 5 kilomètres d’une installation en cas d’une « urgence à grande échelle » – situations, y compris la perte de puissance à refroidissement des réacteurs nucléaires.

En règle générale, ceux qui vivent entre 5 et 30 kilomètres d’une usine font l’objet d’une évacuation à l’intérieur, et quand une dose de rayonnement de 20 microsieverts par heure est détectée, l’évacuation devrait être achevée dans un délai d’une semaine. L’évacuation immédiate est recommandée lorsque la dose atteint 500 microsieverts par heure.

Un représentant du village de Katsurao, dont les habitants ont commencé à retourner, dit Shimbun Mainichi que le gouvernement municipal n’a pas créé son plan d’évacuation, car « il n’y a que deux fonctionnaires en charge de la question. » Le fonctionnaire a ajouté: « Nous ne facturons « t ont des connaissances spécialisées (sur les évacuations nucléaires) et nous ne pouvons pas le manipuler avec tous les autres travaux que nous devons faire.Ni l’État ni le gouvernement Fukushima Préfectoral nous donne des conseils « .

Un responsable du village de Iitate, où l’ordre d’évacuation sera levée à la fin de Mars, a déclaré en plus d’une pénurie de main-d’œuvre, « il est difficile de faire un plan avant d’examiner le nombre de résidents reviendront. » La ville de Tamura , dont les habitants ont commencé à revenir, et les villes de Futaba et Okuma, où il reste inconnu alors que les résidents seront en mesure de revenir, ne pas les plans d’évacuation.

Pendant ce temps, les villes de Namie et Tomioka ont tracé leurs plans, qui prennent le principe de base d’évacuer tous les habitants de la ville en cas d’une urgence à grande échelle – mesure plus drastique que la politique du gouvernement central exige – dire que juste après la politique d’évacuation de l’Etat ne pas protéger la sécurité de leurs résidents. Namie Le maire Tamotsu Baba dit au Mainichi, « Les résidents ne croient pas qu’ils seraient en sécurité si elles restent à l’intérieur d’un bâtiment. »

En ce qui concerne les plans d’évacuation locaux, une équipe de soutien aux victimes des accidents nucléaires au Cabinet Office souligne que, si ces plans ne sont pas obligation pour l’Etat de lever les ordres d’évacuation, les gouvernements locaux devraient préparer des mesures de prévention des catastrophes.

La centrale nucléaire de Fukushima frappé n ° 1 est différent des autres centrales nucléaires dans le pays que les travaux de démantèlement est en cours pour l’ensemble de ses six réacteurs. Dans le même temps, une route rugueuse est prévue pour le projet d’enlever combustible fondu, et la dose de rayonnement à l’intérieur de l’heure estimée réacteur n ° 2 est jusqu’à 650 sieverts.

Selon un sondage d’opinion par l’Agence pour la reconstruction ciblant les habitants de la ville de Tamura, 61,5 pour cent de ceux qui ont dit qu’ils voulaient vivre dans d’autres municipalités que Tamura UCTE mentionne sur les travaux de démantèlement et de gestion de la centrale nucléaire comme raisons de ne pas vouloir venir arrière.

Hirotada Hirose, professeur émérite à l’Université chrétienne de Tokyo  et un expert en matière de prévention des catastrophes nucléaires, a déclaré: « L’état du combustible nucléaire fondu (à la centrale de Fukushima) est inconnue et les répliques sismiques continuent encore dans la préfecture de Fukushima. Il est un problème que les ordres d’évacuation sont levées tandis que les gouvernements locaux ne sont pas venus avec leurs plans d’évacuation « .

 


ANNEXE 3

LA BANALISATION ET L’EXPORTATION  DU PROBLÈME 

Au Japon et à  Fukushima ,on médite sur le recyclage du sol pour les parcs publics et espaces verts

Les travailleurs se déplacent de grands sacs en plastique noir contenant de la terre irradiée. Fukushima préfecture, près de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi.

 

Le sol de la préfecture de Fukushima peut être utilisé comme site d’enfouissement pour la création de « espaces verts » au Japon, un groupe gouvernemental a proposé, face à un potentiel réaction du public sur les craintes d’exposition aux radiations résiduelles de la terre décontaminée.

Le comité consultatif du ministère de l’ Environnement a proposé lundi la réutilisation du sol qui a été contaminé lors de la crise nucléaire de Fukushima de 2011 dans le cadre des décharges futures désignées pour un usage public, que Kyodo News a rapporté

Dans sa proposition, le groupe environnemental évité ouvertement en utilisant le mot « parc » et au lieu dit « espace vert », apparemment pour éviter un tollé général prématurée, Mainichi Shimbun.

Suite à une enquête de la prise de nouvelles, le ministère de l’Environnement a précisé que « les parcs sont inclus dans l’espace vert. »

En plus de décontaminer et recycler la terre contaminée pour les nouveaux parcs, le ministère a également insisté sur la nécessité de créer une nouvelle organisation qui sera chargée de gagner la confiance du public sur les perspectives de ces modes de recyclage.

Pour calmer les inquiétudes du public immédiat, le groupe a déclaré que le sol décontaminé sera utilisé en dehors des zones résidentielles et sera couverte d’un niveau séparé de la végétation pour répondre aux directives du gouvernement approuvé l’année dernière.

En Juin l’année dernière, le ministère de l’Environnement a décidé de réutiliser le sol contaminé avec une concentration de césium radioactif entre 5 000 à 8 000 becquerels par kilogramme pour les travaux publics comme les routes dans tout le pays et les banques de marée.

En vertu de ces lignes directrices, qui peuvent désormais être étendus à utiliser pour les parcs, le sol contaminé doit être recouvert de terre propre, de béton ou d’autres matériaux.

Une telle décharge, le gouvernement a dit à l’époque, ne causera pas de mal aux résidents à proximité car ils souffriront une exposition inférieure à 0,01 mSv par an après la construction est terminée.

La centrale nucléaire de Fukushima Daiichi a subi une défaillance panne et ultérieure de ses systèmes de refroidissement en Mars 2011, quand il a été frappé par un tremblement de terre et un tsunami meurtrier qui a frappé le centre, crachant le rayonnement et forçant 160.000 personnes à fuir leurs maisons. ont été touchés trois des six réacteurs de la centrale par des effondrements, ce qui rend la catastrophe nucléaire de Fukushima la plus grave depuis la catastrophe de Tchernobyl en 1986.

https://www.rt.com/news/382515-japan-recycling-fukushima-soil/#.WNoJ3cpBs98.facebook

Gouv propose la réutilisation du sol décontaminé sur la terre verte de Fukushima

Le ministère de l’Environnement a proposé lundi la réutilisation du sol décontaminé de la préfecture de Fukushima catastrophe a frappé les sites d’enfouissement pour les parcs et espaces verts.

Lors d’une réunion d’un comité consultatif, le ministère a également appelé à lancer une nouvelle organisation pour élaborer des plans sur la façon de gagner la compréhension du public au sujet de la réutilisation des sols décontaminés, les responsables du ministère.

Les propositions viennent à un moment où la préfecture de Fukushima fait face à une pénurie de sol en raison des travaux de décontamination à la suite de la fusion nucléaire 2011.

Source:http://english.kyodonews.jp/news/2017/03/465656.html

 

 

 

 

 

 
Publicités

Le Québec sous la gérance du crime organisé:Demande d’enquête sur «l’affaire Charest»

OTTAWA – Dix groupes environnementaux du Québec demandent à l’Office national de l’énergie (ONÉ) de déclencher une enquête sur la rencontre privée entre l’ex-premier ministre Jean Charest et les trois commissaires qui étaient chargés d’étudier le projet d’oléoduc Énergie Est.

Jean Charest

Une manifestation est prévue mardi matin devant l’hôtel Delta à Montréal où un comité d’experts nommé par le gouvernement doit tenir deux jours de consultations publiques. Ces consultations font partie de l’exercice de modernisation de l’ONÉ promis par le gouvernement Trudeau.

Les commissaires Roland George, Jacques Gauthier et Lyne Mercier se sont récusés en septembre 2016 après que le National Observer eut révélé l’existence de cette rencontre qui a eu lieu en janvier 2015. Jean Charest était alors consultant pour TransCanada, le promoteur d’Énergie Est. Depuis, le gouvernement a nommé quatre nouveaux commissaires.

L’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) et l’organisme Stratégies Énergétiques réclament une enquête sur cette rencontre depuis août 2016. Huit autres groupes environnementaux, dont Greenpeace, ont envoyé une lettre à l’ONÉ la semaine dernière pour appuyer cette demande. Ils réclament également la suspension de l’examen d’Énergie Est tant que l’ONÉ n’aura pas été réformé.

L’ONÉ a annoncé le 27 janvier 2017 que les audiences sur Énergie Est reprendraient depuis le début sans spécifier de date. Elles avaient été suspendues dans la foulée de cette controverse.

Astronomie:Des étoiles naissantes découvertes dans les jets de matière de trous noirs

La formation d’étoiles au sein de puissants jets de matière issus de trous noirs supermassifs occupant les centres galactiques a été observée à l’aide du Very Large Telescope (VLT) de l’Observatoire européen austral situé à Paranal au Chili. Cette observation pourrait permettre d’élucider quelques énigmes sur la création des galaxies. Explications:

Une photo très explicite!

Ces observations montrent que des étoiles peuvent se créer dans ce type d’environnement pour le moins extrême.

Cette découverte chambarde notre compréhension des propriétés et de l’évolution des galaxies.

L’équipe d’astrophysiciens européens a suivi, en direct, une collision entre deux galaxies situées à quelque 600 millions d’années-lumière de la Terre. Elle a notamment observé les gigantesques flux de matière issus du trou noir supermassif qui occupe le centre de la galaxie méridionale, et détecté la présence d’étoiles nées au sein même de ces jets de matière.

Ces flux sont propulsés par l’énorme quantité d’énergie produite au cœur même des centres galactiques, reconnus pour être actifs et très turbulents. Des trous noirs supermassifs occupent les centres de la plupart des galaxies, comme notre Voie lactée.

En absorbant de la matière, ces trous noirs chauffent le gaz environnant puis l’expulsent de la galaxie hôte sous l’aspect de puissants vents.

Jusqu’à maintenant, de nombreux astronomes jugeaient impossible que des étoiles puissent se former au sein de ces jets, dans des conditions si extrêmes. De plus, le processus n’avait pas été observé. C’était avant les travaux de Roberto Maiolino de l’Université de Cambridge au Royaume-Uni et ses collègues.

« Parce qu’ils attestent, sans ambiguïté aucune, de la création d’étoiles au sein de ces jets, nos résultats sont particulièrement enthousiasmants. » – Roberto Maiolino

L’équipe a focalisé son attention sur les étoiles situées à l’intérieur même du jet, ainsi que sur le gaz environnant. Deux des instruments de spectroscopie qui équipent le VLT ont permis d’analyser en détail les propriétés de la lumière émise par les trous noirs afin d’en déterminer la source précise.

Le rayonnement issu des étoiles jeunes a pour effet d’exciter les atomes du gaz environnant, qui se teinte alors d’une coloration particulière. L’extrême sensibilité des instruments du télescope a permis aux scientifiques d’écarter les autres sources possibles de cet éclairement, comme les collisions au sein même du gaz et le noyau actif de la galaxie.

Résultat : les chercheurs ont détecté, de manière directe et sans équivoque, la présence d’une population d’étoiles jeunes au sein du jet de matière. Ces astres sont âgés de quelques dizaines de millions d’années. Une étude préliminaire laisse à penser qu’elles sont plus chaudes et plus brillantes que les étoiles s’étant formées au sein d’environnements moins extrêmes, tel le disque galactique.

Cette nouvelle connaissance pourrait permettre d’élucider quelques énigmes astrophysiques, comme :

  • les formes qu’arborent certaines galaxies;
  • l’enrichissement en éléments lourds de l’espace intergalactique;
  • l’origine du mystérieux rayonnement cosmique infrarouge.

« Si, comme certaines théories l’envisagent, des étoiles se forment au sein de la plupart des jets galactiques, nous disposerions d’un scénario d’évolution des galaxies totalement nouveau. » – Roberto Maiolino

Les résultats de cette étude paraîtront au sein de la revue Nature.

Les dossiers de Michel Duchaine:Êtes-vous islamophobe?…Vous n’êtes pas seul!

Dans  le cadre de la nouvelle loi édicté par le gouvernement libéral  fédéral visant  à lutter contre l’islamophobie et à protéger la religion musulmane de la vindicte populaire,voici donc un autre son de cloche.

L’un des pires dangers que l’on peut retrouver en occident chrétien est la présence de politiciens néolibéraux qui croient que toutes les formes de religions ont des droits plus élevés que les droits nationaux…seul le mondialisme a le droit de parole. Justin Trudeau,Philippe Couillard et François Hollande en sont les grands exemples de cette affirmation.

 

ÊTES-VOUS ISLAMOPHOBE ?
L’islam, la charia, le coran, les hadiths, les livres saints de l’islam prônent la lapidation pour adultère, la décapitation, la mutilation des voleurs, la ségrégation des sexes, la polygamie, l’infériorité de la femme, le meurtre des homosexuels, l’assassinat des apostats (ceux qui quittent leur religion), l’extermination de tous les infidèles (ceux qui comme nous ne croient pas en Allah), l’éradication de toutes les autres religions, l‘esclavage, le mariage des petites filles de 6 ans et donc la pédophilie, la peine de mort pour les enfants, la prohibition de l’alcool, de la danse et de la musique, la haine des animaux (porc, chien, âne, mais pas du chameau!) l’enfermement symbolique des femmes sous de noires draperies, l’excision, la mutilation génitale des femmes, l’interdiction faite aux musulmans d’avoir des amis mécréants, d’épouser une personne d’une autre religion, la crucifixion des chrétiens et j’en passe. Voilà quelques lignes directrices prônées par l’islam. De nombreux musulmans donnent le nom d’ISLAMOPHOBIE au fait d’être contre la promotion, ou pire, contre l’exécution de ces actes barbares et rétrogrades. Si c’est là la définition de l’islamophobie, alors je vous le dis, je suis islamophobe à 100% et j’en suis fier, car ce que prône l’islam est inacceptable, barbare et inhumain. Pour ces raisons, ne soyez jamais mal à l’aise de vous dire islamophobe, car bien au contraire, NE PAS ÊTRE ISLAMOPHOBE SERAIT ANORMAL.
(Note: le suffixe -phobe dans le dictionnaire signifie « craindre ou détester ». L’islamophobie concerne donc l’islam, la doctrine, l’idéologie. Être islamophobe n’est ni raciste, ni xénophobe, ni arabophobe, ni musulmanophobe, car on peut combattre une idéologie tout en respectant les personnes qui s’y sont enfermées. Être islamophobe, c’est être contre la doctrine, le dogmatisme et l’idéologie totalitaire et barbare prônée par l’islam.)

Les preuves de la décadence sociale,économique et politique du Canada et du Québec

Depuis son élection…..Justin investit des milliards de dollars pour le bien-être des non-canadiens.

En faisant des cadeaux ($$$$) à toutes sortes de « pays ». Dont le Hamas; un organisation terroriste.
Faut dire que son frérot est très amouraché des palestiniens.

Les médias trouvent ça cool. Et, globalisation oblige; le Canada emprunte, s’endette et donne aux pays étrangers….

Irréaliste mais vrai. Déplorable et inquiétant.

Il n’y a vraiment  rien de drôle ici,car si nous n’agissons pas maintenant,nous serons envahis par tout ces barbares,il faut se prendre en main et montrer à tous que le Québec ne sera jamais à eux car la menace est réelle.Nous devons immédiatement arrêter  cette invasion de ces peuples sans foi ni loi, dont le but ultime étant de faire de la terre …un califat totalitaire qui portera le nom d’Islam.Une totale adhésion a leur secte merdique est en cours par les néolibéralistes de la trempe de Trudeau ,au Canada et de Couillard,l’espion canado-saoudien au Québec.

Et Couillard…dans tout cela:

 

Couillard se sent au dessus de tout et de nous tous !!!!

Je vais faire un commentaire simple. Le premier ministre,à une époque, disait: « Je suis Charlie »!

À une autre époque plus récente… »Allahou Akbar ». Ce qui veut dire: « Dieu est le plus grand ». Tout à fait diamétralement opposé au propos précédent. Opportunisme politique ? Ou une mouvance au service de l’ultra nation; la globalisation….

Islamophobie par ici, islamophobie par là….Il en rajoute.

Il est l’homme le plus intelligent du Québec.

L’intelligence étant une chose, le jugement, la mémoire et l’éthique étant d’autres entités….Je me permets de douter de notre grand calife globalisateur.

Duplessis suintait le catholicisme. On appelait cette époque la grande noirceur. Couillard comme Lisée ( antéchrist péquiste dont je n’ai rien à foutre) se véhicule au même carburant. La polarisation d’un peuple endormi par les médias.

Cette vision est  partagée par tous les partis politiques  néolibéraux du Québec (PLQ,PQ,CAQ et QS).La pensée critique au Québec et la libre pensée serait-elle morte ?
Trudeau père ce fils de richissime du pétrole avait des élans communistes au point d’admirer la Chine de Mao et Cuba de Castro. Il nous a laissé un panier de crabes, la charte des droits charcutée par tout nouvel arrivant car privilégiant l’individu à la société d’accueil. Nous avons maintenant 33 millions de pays différent car le Je, Me Moi à pris le dessus sur le NOUS
-Fernand Trudel

 

L’ado Just-a-teen fait des siennes: il voudrait que le vendredi, il n’y ait plus de séance au parlement, car vendredi, c’est jour de prière, et qu’il n’ y ait qu’une journée de questions par semaine.BRAVO À TRUDEAU! LE CANADA SERA LE cinquante-huitième pays MUSULMAN sur la planète. Il pense que c’est comme la Chrétienneté:DES PAYS OÙ TOUTES LES RELIGIONS SE CÔTOIENT!
-Éliane Acoca

 

 

LE QUÉBEC À LA CROISÉE DES CHEMINS

 

C’est bien là qu’est rendue la nation dite québécoise à ce moment précis. Cet exposé a pour but de bien faire comprendre que la suite dépend de chacun, et , pour ce faire il faut remonter dans le temps. Il faut bien constater que chaque individu qui compose cette nation est une bonne personne, honnête et travaillante.

C’est quand ces individus se laissent contrôler et agissent en masse que le tout se gâte.

Ces dernières années, des philosophes, politicologues, chroniqueurs et journalistes se sont acharné à tenter de définir cette nation. Ils se sont livrés à un exercice continuel de masturbation intellectuelle jamais vue auparavant. Chacun y va de sa chronique, de son livre, de son essaie. Des forums de discussions furent crées. Certains tentent de la définir.

Peuple ou nation? Qui y est partie, les pure-laines seulement ou tous les Québécois. Qui est Québécois?

On tente par tous les moyens de nous inculquer que nous sommes différents et que nous devons être nationalistes et que nous sommes une société distincte.

Le but de ces exercices dans la plupart des cas est de nous trouver des raisons de se séparer du reste du Canada.

On demande des Etats-Généraux, des Commissions d’Étude, des Commissions Parlementaires et toutes sortes d’autres structures qui pourraient nous indiquer un tant soi peu ce que et qui nous sommes.

Certains avancent que nous sommes en crise identitaire. Imaginez, nous ne savons pas qui et ce que nous sommes. De quoi nous faire frémir.

Pour réussir à nous convaincre qu’il faut nous séparer du Canada, il faut nous convaincre que nous sommes mal dans notre peau.

Comment peut-on réussir à nous manipuler sans nous entendre rouspéter? C’est tellement facile que c’en est épeurant.

QUE SOMMES-NOUS

Nous sommes un peuple (si réellement nous formons un peuple) immature, encore à l’enfance, qui a encore besoin d’un père, d’un guide pour nous réconforter et nous diriger. Un guide qui nous dicte quoi et comment penser car penser est un exercice que notre culture nous a défendu. Nous avons besoin d’un icone à vénérer, d’un Moïse pour nous guider vers la terre promise.

Pendant longtemps, ce Moïse fut le clergé catholique. Il contrôlait nos pensés et nos actes. Il contrôlait nos lectures. Il contrôlait nos vies. Il déterminait le nombre d’enfants de chaque famille. Il nous disait pour qui voter aux élections. Il contrôlait notre système d’éducation, nos services de santé. Il était roi et maître de notre destiné.

Comme des imbéciles, nous avons tout gobé.

Il faut reconnaître qu’il était passé maître dans l’art de nous maintenir sous son joug et qu’il savait utiliser toute les subtilités nécessaires à l’atteinte de son but.

En contrôlant le système d’éducation, il nous a entraînés à détester les anglais car ces derniers contrôlaient notre économie. Nous étions les porteurs de pain et devions le demeurer car seul les pauvres voyaient s’ouvrir les portes du paradis. Le commerçant, celui qui aspirait à la richesse était forcément un voleur, un escroc.

Nos universités francophones, Montréal et Laval, dirigée par des religieux, refusaient dans leurs programmes d’introduire une faculté d’administration. Quand des francophones voulaient s’instruire en sciences administratives, il leur fallait être bilingue car la seule porte d’entrée était l’université anglophone.

Le système politique d’alors  nous avait entraîné à détester les Juifs car ils avaient crucifié le Christ. C’est pourquoi, on nous enseignait qu’ils  étaient un peuple errant, sans patrie, puni par Dieu.

La peur fut l’un des éléments majeurs  de contrôle social. Quiconque  n’obéissait pas à leurs dictés était damné. La femme était (et est encore) un personnage inférieur. Elle n’était admise à l’église que dans la nef et coiffée. Sa fonction principale était la reproduction et pour ce faire elle se  devait être mariée. Si malencontreusement elle enfantait hors du mariage, ce ne pouvait être que des enfants du péché et on s’empressait de les expédier dans des hôpitaux psychiatriques et des orphelinats. Il en existe encore de ces enfants, ils sont aujourd’hui appelés ‘Les enfants de Duplessis’ pour lesquels le clergé réfute encore toute responsabilité.

On  nous imposait aussi nos orientations politiques. Il se faisait fort de nous rappeler dans les sermons que ‘le Ciel est bleu et l’Enfer est rouge’, ce qui avantageait certainement Duplessis.

Comme des moutons, nous avons suivi, sans se poser de questions, sans penser. Pourquoi aurions- nous osé penser, osé s’astreindre à un effort intellectuel quand le maître le faisait pour nous.

Cette servitude nous allait tellement bien que nous l’exposions fièrement à la parade annuelle de la Saint-Jean Baptiste quand sur le dernier char allégorique on retrouvait Jean-Baptiste avec sa canne qui guidait les brebis, ce que nous étions.

Le clergé maintenait Duplessis (le Chef) au pouvoir et ce dernier leur repayait bien.Il y avait bien des voix qui tentèrent de réveiller le peuple des brebis,mais elles arrivaient trop en avance de leur temps.

Ce fut l’époque de la création de villages qui pour se trouver un nom se disputaient le nom des saints. Ainsi on retrouvait plusieurs villages du même nom qui, pour s’identifier, devait ajouter un nom de comté ou de région à leur nom. C’est ainsi qu’on retrouvait des noms comme Sainte-Anne-de- Bellevue, Sainte-Anne-des-Monts, Sante-Anne-des-Plaines, Sainte-Anne-de Beaupré, Sainte-Catherine, Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, etc. etc. Il en fut de même pour les noms de rue des villes et villages.

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Au milieu des années 1950,un grand hockeyeur était devenu le symbole de la nation canadienne-française (car tout le monde à cette époque,au Québec s’identifiait comme canadien-français)et vous aurez tous reconnu Maurice Richard.
Par son courage et sa détermination,il devenait le premier grand leader d’une jeune nation.
À défaut d’avoir un vrai chef politique,c’est dans le sport que tous au Québec,nous avions un exemple à suivre.

LE RÉVEIL

Pendant que les ignares se complaisaient dans l’esclavage, une nouvelle génération grandissait, quasi imperméable au lavage de cerveau du clergé et le décès de Duplessis ouvrait la porte à affranchissement, à la liberté.

Ce peuple, dans l’ensemble n’avaient pas encore appris à penser et se mit à la recherche d’un nouvel icône, un nouveau Chef, un nouveau Moïse.La seule option politique  trouvée à ce moment-là fut le néolibéralisme d’après-guerre.Comme nous le verrons,cela comportait des avantages et de nombreux désavantages.

Le choix s’arrêta finalement sur Jean Lesage en 1960 qui tassa allègrement le clergé et devint ce nouveau Moïse. Tout semblait alors baigner dans l’huile.

Ce fut cette période que l’on appelle aujourd’hui LA RÉVOLUTION TRANQUILLE.Vous noterez que le changement opéré à ce moment précis aurait pu se produire aussi si Paul sauvé ne serait pas mort aussi rapidement après Maurice Duplessis.Dans les nouveaux projets sociaux,économiques et politiques de l’Union Nationale ,alors gérée par M.Sauvé,il y avait de nombreux éléments qui ont été repris par les libéraux qui ont toujours agis par opportunisme.

Il a fallu rebâtir tout le système d’éducation avec le peu d’éléments que nous possédions (cf: le corps enseignant).

Le gouvernement a dû procéder à la hâte à l’introduction des CÉGEPs et la création de l’université du Québec avec des pendants dans plusieurs régions.Notez que les CEGEPs développés au Québec,proviennent d’une formule qui a échouée aux États-Unis.Ils sont à l’origine de l’organisation des réseaux de vendeurs de drogues,de pédophilie et de prostitution juvénile.On notera aussi l’augmentation sérieuse de la violence chez notre jeunesse.

Les universités francophones introduisaient frénétiquement des facultés d’administration dans leurs programmes qui allaient donner naissance à une petite  bourgeoisie d’affaires.Parallèlement,le crime organisé québécois va se développer et s’étendre même à l’intérieur de l’appareil d’état.

De 1960 à 1967, c’est l’effervescence. Pour nous préparer pour l’expo universelle de 1967, nous construisions le métro, le tunnel Lafontaine et les pavillons pour l’expo sur l’Ile Sainte-Hélène et embellissions Montréal pour accueillir avec fierté les visiteurs internationaux.Les gros syndicats  vont prendre plus de pouvoirs et vont davantage s’enrichir.

Nous avions atteint un summum. MONTRÉAL ÉTAIT LA MÉTROPOLE DU CANADA AINSI QUE SON CENTRE FINANCIER. Ville bilingue, Montréal était un pôle d’attraction pour les investisseurs et les bureaux chefs d’entreprises.Le capitalisme se développe rapidement.

Cette poussée de Montréal vers le sommet de l’économie canadienne ne se serait jamais produite sans l’apport des anglophones, considérant que dans ce temps la majorité francophone était totalement ignare et ne commençait qu’à s’éveiller.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

L’UNION NATIONALE QUAND LE QUÉBEC SE TENAIT DEBOUT

 

On n’a pas craint, au cours des années 1960, d’aborder les enjeux constitutionnels de front. Même Daniel Johnson, arrivé au pouvoir en 1966, remettra directement en cause la Constitution du Canada en lançant son livre manifeste Égalité ou indépendance.

 

Pendant la Révolution tranquille, une question s’est posée avec une franchise inouïe: celle de l’avenir des Canadiens français (devenus soudainement les Québécois) dans la fédération. Le nationalisme devenait plus moderne, moins passéiste, et il formulait directement les interrogations fondamentales.

Un courant révisionniste voudrait nous présenter le régime Duplessis comme un certain âge d’or du nationalisme. Pour avoir connu et observé, comme jeune adulte, le nationalisme du «chef», je garde le souvenir d’un nationalisme défensif, qui protégeait notre «butin», combattait les empiétements fédéraux, refusait les subventions d’Ottawa aux universités et réclamait avec opiniâtreté de nouveaux champs fiscaux.

Ce nationalisme de conservation, garant de la langue et de la foi, drapé dans le fleurdelisé et l’autonomie provinciale, ne remettait pas en question l’ordre constitutionnel établi: il tentait d’en tirer le meilleur parti possible.

Quand apparaît en 1960 un nationalisme de rattrapage, des intellectuels, des journalistes, des syndicalistes et des visionnaires (notamment Georges-Émile Lapalme) avaient préparé le terrain. Mais avant 1960, l’idéologie dominante, soutenue par l’appareil du pouvoir et la structure ecclésiastique, restait le nationalisme de conservation. Malgré les étincelles qui brillaient ici et là, la grande noirceur, pour ceux qui l’ont vécue, est loin d’être un mythe.

Dès 1960, la question constitutionnelle se pose de manière stridente et directe. Comment les Québécois peuvent-ils améliorer leur sort au sein de la «Confédération»? Éviteront-ils le statut de simple minorité ethnique pour être considérés comme un peuple??

En août 1960, naît l’Action socialiste pour l’indépendance du Québec, fondée par Raoul Roy et d’inspiration marxiste. Un mois après se forme un autre mouvement, le RIN (Rassemblement pour l’indépendance nationale). Ces deux groupements, moins catholicards que les groupuscules indépendantistes des années 1930 et 1950, deviendront influents: le premier inspirera le Front de libération du Québec et le second sera un parti légitime aux élections de 1966.

 

Puis Jean Lesage, au sommet de sa puissance, porté par l’élan du «Maîtres chez nous» et de sa victoire électorale sur le thème de la nationalisation de l’électricité, porte le combat vers Ottawa. Il exige du premier ministre Pearson, minoritaire et conciliant, qu’Ottawa remette au Québec 25?% de l’impôt sur le revenu des particuliers, 25% de l’impôt sur les sociétés et 100% des droits successoraux.

Ébranlé par les coups de poing colériques de Jean Lesage, Lester B. Pearson finira par faire d’énormes concessions à l’égard des programmes conjoints et du régime universel de retraite. Pour une courte période, le Canada penchera vers la décentralisation.

Les personnages politiques fédéralistes (notamment Paul Gérin-Lajoie) envisageront toutes sortes de formules: statut particulier, États associés. Même Daniel Johnson, arrivé au pouvoir en 1966 et prolongeant (contre toutes prédictions) la Révolution tranquille, remettra directement en cause la Constitution du Canada en lançant son livre manifeste Égalité ou indépendance. Son gouvernement favorisera la tenue, en novembre 1967, des États généraux du Canada français, qui réuniront 2500 délégués.Ce fut  la seule véritable consultation du peuple sur une question constitutionnelle du Québec.

On n’a pas craint, au cours de cette décennie, d’aborder les enjeux constitutionnels de front. Aujourd’hui, toute une mouvance de centre-droit voudrait qu’on mette en veilleuse les questions touchant l’avenir du Québec pour régler «nos problèmes», traiter des «vraies affaires». Proposition absurde. Le fait que le Québec se soit fait imposer une constitution qu’il n’a pas signée reste l’un des problèmes qui conservent toute leur actualité. De nouveaux irritants ne manqueront pas de nous le rappeler au quotidien.

Qui a intérêt à contrôler Daniel Johnson ? À écouter à qui il parle ? À lui défendre d’aller en France suite au voyage de De Gaulle au Québec ? — « Quoi qu’il arrive, j’irai en France ! »

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Les États généraux du Canada français en 1967

Avant, il y avait le Canada français. Après, le Québec et les francophones hors Québec. La cicatrice ne s’est jamais vraiment refermée.

Jacques-Yvan Morin présidait les États généraux du Canada français en 1967. Le futur chef de l’opposition (de 1973 à 1976) était alors professeur de droit à l’Université de Montréal.

Le 23 novembre 1967 au matin, 1700 personnes envahissent la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts à Montréal. Ces gens viennent de tous les coins du Canada: plus de 1000 d’entre eux ont été élus dans les 108 circonscriptions électorales du Québec, 425 représentent les communautés francophones du reste du Canada et 175, les organismes les plus divers, des Caisses populaires aux Cercles de fermières en passant pas les associations de Néo-Québécois.

Presque tous ces délégués ont sous le bras un exemplaire du Devoir, qui publiera toutes les résolutions de ces États généraux du Canada français. Parmi les membres de la commission générale qui a préparé la rencontre, on trouve d’ailleurs deux plumes prestigieuses issues du Devoir, Solange Chaput-Rolland et Jean-Marc Léger.

En 1967, Le Devoir était encore la bible des élites canadiennes-françaises et son directeur, Claude Ryan, avait accepté de s’associer à l’événement même s’il craignait un virage indépendantiste. Il avait d’ailleurs vu juste.

«On n’avait jamais vu un rassemblement d’une telle ampleur, aussi représentatif de ce qu’il faut bien appeler les forces vives de la nation, et il n’y en a jamais eu d’autre depuis», dit l’ancien ministre péquiste Jacques-Yvan Morin, qui présidait l’événement. Le futur chef de l’opposition (de 1973 à 1976) était alors simple professeur de droit à l’Université de Montréal.

Les États généraux de 1967 n’avaient aucune commune mesure avec les assises préliminaires tenues en 1966 ou les congrès de la langue française organisés à Québec en 1912, 1937 et 1952. «On était même étonnés de pouvoir remplir la Place des Arts. D’une certaine manière, nous prenions conscience de la force que nous représentions», dit Jacques-Yvan Morin.

Les francophones hors Québec

À l’offensive sur tous les plans, le Québec était alors en pleine Révolution tranquille. Le nouveau premier ministre Daniel Johnson ne réclamait rien de moins que «l’égalité ou l’indépendance». Le mouvement indépendantiste québécois et le nationalisme acadien étaient en pleine ascension. Le «Vive le Québec libre!» du général de Gaulle avait quatre mois à peine. Avec le rapport Laurendeau-Dunton, l’avenir du français devenait une préoccupation majeure.

Cette démonstration de force d’un océan à l’autre sera la dernière du genre. Car elle sera le lieu, à tout le moins symbolique, de l’éclatement définitif du Canada français. Les États généraux devaient définir l’avenir constitutionnel de la nation, disait dans son discours d’ouverture Rosaire Morin, un leader nationaliste très écouté à l’époque. On jonglait alors avec le «statut particulier», les «États associés» et l’indépendance.

René Lévesque, qui venait de quitter le Parti libéral et de fonder le Mouvement souveraineté-association quelques jours plus tôt, fit d’ailleurs une brève apparition au balcon, sous des applaudissements nourris.

L’assemblée se divisa lorsque vint le moment de reconnaître le droit à l’autodétermination du Québec, «territoire national et milieu politique fondamental» de la nation canadienne-française. Les Québécois votèrent pour à 98 %, avec 52 % des Acadiens. Les délégués de l’Ontario et de l’Ouest canadien votèrent contre ou s’abstinrent. Les Québécois affirmaient leur existence en tant que nation. Les francophones hors Québec, qui se percevaient toujours comme Canadiens français, venaient de naître.

Une boîte à idées

Même si certains évoqueront un complot mûrement préparé, il n’y avait pas de volonté de rupture, explique Jacques-Yvan Morin. «Les délégués québécois votaient pour rapatrier tous les pouvoirs au Québec. Ils le faisaient spontanément, même s’ils n’étaient pas nécessairement indépendantistes. Ils votaient aussi pour que le français soit plus présent partout au Canada. Ce n’était pas très logique. Les États généraux ont été le témoin plus que la cause d’un éloignement inexorable lié à l’érosion du fait français, dans l’Ouest en particulier.»

Plusieurs délégués racontèrent être arrivés aux États généraux fédéralistes et en être sortis souverainistes. Les délégués n’ont pourtant jamais revendiqué l’indépendance, rappelait en 1990 Rosaire Morin, dans un article de L’Action nationale. Mais ils «revendiquaient pour le moins l’égalité». Plus de «40 ans plus tard, la question des pouvoirs du Québec n’est toujours pas réglée», souligne Jacques-Yvan Morin.

Ce qui n’empêchera pas ce rassemblement d’être une extraordinaire boîte à idées. Plusieurs marqueront leur époque, comme «une politique d’immigration qui enrichisse la culture et l’économie de la Nation», le français comme «seule langue officielle» du Québec et une «Charte des droits de l’Homme». D’autres resteront sans suite, telle la rédaction d’une «Constitution du Québec» reconnaissant son «droit à l’autodétermination».

La rupture

Hors du Québec, on a perçu l’événement comme une rupture, parfois même une trahison. L’historien Marcel Martel, de l’Université York à Toronto, a vu le signe précurseur de cette scission dans la dissolution, dès 1965, de l’Ordre de Jacques-Cartier, une organisation nationaliste plus ou moins secrète aussi appelée La Patente.

Selon lui, le Québec réclamant de plus en plus de pouvoir, le rapport traditionnel qui faisait des minorités hors Québec des avant-postes de la nation canadienne-française, fut inversé. L’avenir des minorités dépendrait dorénavant de l’édification d’un État national québécois.

«Les États généraux représentent le moment symbolique de cette rupture, peu importe, au fond, si elle s’y est vraiment produite, dit le sociologue d’origine acadienne Joseph-Yvon Thériault, de l’UQAM. C’est à ce moment que les francophones hors Québec ont réalisé que le Québec avait changé de trajectoire politique. Or c’était très dérangeant!»

Car, à l’époque, le Canada français n’était pas une figure de style. Pour «fonder et propager la civilisation franco-catholique sur ce continent», comme l’écrivait le journaliste Étienne Parent, on avait tissé d’un océan à l’autre un vaste réseau de journaux, d’entreprises, d’associations étudiantes, agricoles, politiques et religieuses.

L’archevêque de Montréal d’alors,Paul-Émile Léger en compagnie du premier-ministre Maurice Duplessis. La redéfinition des rapports entre le Québec et Ottawa. Les tensions entre Québec et Ottawa à l’époque de Duplessis. Au cours des 16 années où l’Union nationale est au pouvoir, soit de 1944 à 1960, les relations entre le Québec et le gouvernement fédéral sont plutôt orageuses. Au nom de l’autonomie provinciale, le premier ministre Maurice Duplessis déclare combattre la centralisation excessive d’Ottawa. Il est vrai que depuis qu’elles s’étaient octroyées des pouvoirs élargis en raison de la Deuxième Guerre mondiale, les autorités fédérales avaient une propension à investir des champs de compétence provinciale. Par ailleurs, cette attitude du gouvernement du Québec cache mal un fort penchant conservateur et rétrograde en matière de progrès social.

Dans les années 1940, le ministère de l’Agriculture du Québec n’hésitait pas à financer en Ontario la création d’une association canadienne-française de femmes d’agriculteurs!

Selon Thériault, si les francophones hors Québec disent que le Québec les a lâchés, c’est qu’ils ne voient pas que, chez eux aussi, le mouvement vers la provincialisation était amorcé. Dès le début des années 1960, les institutions canadiennes-françaises en quête de financement, comme l’Université d’Ottawa, se tournaient déjà vers leur gouvernement provincial respectif.

«On oublie souvent aussi que le nationalisme canadien-français avait été porté par une vague démographique, dit Thériault. Jusque dans les années 60, les Acadiens étaient convaincus qu’ils avaient gagné la bataille démographique.» De 17 % de la population du Nouveau-Brunswick en 1867, ils passent à 37 % en 1951.

À l’époque, André Laurendeau, écrivait même que le temps n’était pas loin où il y aurait deux provinces majoritairement françaises au Canada.

En 1961, les Acadiens étaient retombés à 33 %. La chute était encore plus prononcée au-delà de l’Outaouais. «C’est à cette époque qu’on a commencé à mesurer les ravages de l’assimilation, surtout dans l’Ouest du Canada», confirme Jacques-Yvan Morin.

Lorsque les États généraux se réuniront une dernière fois en 1969, ils n’auront plus du tout le même éclat. La scission était consommée. D’aucuns en concluront que le français n’avait plus d’avenir hors du Québec ou à proximité de ses frontières.

Réhabiliter les États généraux ?

Pour le rédacteur en chef du journal étudiant La Relève, Jean-François Laniel, il serait temps de redonner aux États généraux «une place plus honorable» dans l’histoire. La seule tenue d’un événement d’une telle ampleur devrait être un motif de fierté, écrivait-il.

Le journal ne cache pas sa volonté de contribuer à ressusciter, sous une forme ou une autre, le Canada français. Un peu comme le souhaite l’ancien ministre des Affaires intergouvernementales de Jean Charest, Benoît Pelletier, qui affirmait que le Québec était de retour dans le Canada.

«Recréer le Canada français, ça n’a aucun sens, dit Joseph-Yvon Thériault. Au lieu de dire que le Québec est de retour dans le Canada, il faut plutôt accepter que le Québec soit devenu une aire autonome. Les francophones hors Québec doivent assumer le fait qu’ils évoluent dorénavant dans un espace dont le centre est le Québec. Montréal demeure notre capitale culturelle, autrement nous régresserons vers une simple mémoire ethnique. La francophonie hors Québec doit assumer cette réalité et articuler un nouveau rapport au Québec, quel que soit le statut politique de ce dernier.»

 

L’Amérique française d’origine.

 

 

Ottawa refuse d’ouvrir la Constitution. En accédant aux demandes du Québec, le premier ministre Lester B. Pearson veut faire preuve d’ouverture à l’égard des Canadiens français. Le successeur de Jean Lesage, Daniel Johnson, souhaite pousser un cran plus loin les revendications du Québec.
Lors de la conférence fédérale-provinciale de 1968, il tente d’obtenir un statut particulier pour le Québec. Mais le ministre de la Justice d’alors et futur premier ministre du Canada, Pierre Elliott Trudeau, oppose une fin catégorique de non-recevoir. Pierre Elliott Trudeau et Daniel Johnson lors de l’annonce du Plan de développement de l’Est du Québec à Rimouski le 26 mai 1968. Deux hommes politiques. L’image vaut mille mots.

 

 

 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

LE DÉCLIN.

Toutefois, cela ne dura pas longtemps pour les collaborateurs fédéralistes et  la petite bourgeoisie néolibérale naissante car  un virus s’infiltra subrepticement dans la société francophone qui allait non seulement couler Montréal mais toute la province de Québec pour des générations à venir.

C’est ainsi qu’on vit naître des mouvements tels le  RIN (Ralliement pour l’indépendance nationale) ,un parti  politique de gauche électoraliste ,et, le FLQ (Front de Libération du Québec) qui ont réussi à vendre au  peuple ,une vision de   peur d’assimilation vers la culture anglophone. Ces mouvements produisirent…soient des Combattants  pour la Libération…soient des   terroristes (tout dépendant si vous êtes nationalistes ou fédéralistes) qui placèrent environ  95 bombes dans des boîtes postales des quartiers anglophones de Montréal jusqu’à entraîner la mort d’un policier tentant de désarmer l’une d’elles. S’en suivirent le meurtre d’un ministre du gouvernement québécois (Pierre Laporte) et de l’enlèvement d’un diplomate britannique (James Richard Cross).Vous noterez que Pierre Laporte était  un « ami » de Vincent Cotroni et qu’il a été photographié   souvent  ,prenant un verre avec le chef de la mafia  italienne de Montréal,dans des clubs du centreville.C’était un homme qui en savait trop et qui risquait  de réveiller le bon peuple qui dort toujours au gaz.

De ces deux mouvements découle la naissance du Parti Québécois (LE VIRUS) dont l’objectif  « officiel »  principal était de faire une espèce de souveraineté-association entre  le Québec et le  Canada.Mais tous savent maintenant que jamais cela ne se produira jamais ,surtout depuis que Pauline Marois a administré ce parti politique,tout aussi corrompu que le Parti libéral du Québec.René Levesque,le fondateur du Parti,n’a parlé que du bout des lèvres d’indépendance du Québec,seulement si les négociations théoriques avec le reste du Canada aurait échoué.

Deux référendums perdus sur la souveraineté ,dont un en 1995,noyauté par les fédéraliste et saboté par le scandale  des commandites et des immigrés pakistanais  , la loi sur les langues officielles (loi 101) dénaturée et négligée trop souvent, accentuaient la rapidité du déclin qui en est maintenant rendu au point où il est pratiquement irréversible.

Si on passe par-dessus quelques gouvernements éphémères, nous étions dans un carcan qui nous forçait à voter pour le parti québécois (LE VIRUS) qui, selon ses statuts, veux nous séparer du reste du Canada quelqu’en soient les coûts économiques (mais qui nous fait tourner en rond depuis 1976) ou le parti libéral dont le seul but était de se maintenir au pouvoir ,tout en faisant profité ses petits amis de l’argent public.

Le néolibéralisme  est devenu l’ennemi numéro 1 du peuple québécois!

La jeunesse québécoise ne s’identifie plus au néolibéralisme du Parti Québécois,du Parti libéral du Québec (et du Canada) de la Coalition Avenir Québec et de Québec Solidaire.

Bref,les politiciens de l’Assemblée Nationale du Québec actuelle sont disconnectés de la réalité sociale du peuple.

Pendant ces années, Montréal a perdu le titre de métropole du Canada ainsi que le titre de centre financier capitaliste du Canada le tout, ce dirigeant lentement vers Toronto et le pouvoir de Bay Street.

De plus, nous avons accumulé une dette qui est difficilement remboursable et qui nous a propulsé au premier rang au Canada,comme étant  la province la plus endettée et la plus taxée et dont le taux de chômage est toujours de beaucoup supérieure à la moyenne canadienne.

Notre service de santé et notre service d’assurance maladie était à une certaine époque notre grande fierté…qui faisait même l’envie des américains…avant l’obamacare actuelle!Maintenant,le Québec ressemble davantage à un pays du tiers- monde,après plus de 50 ans de néolibéralisme associé au crime organisé.En 2017,le Québec est davantage une république bannanière qu’un état respectable et respecté!Nous vivons sous le régime politique des gros docteurs  libéraux corrompus!

Nous avons laissé nos structures routières se détériorer jusqu’à en devenir la risée de ceux qui les utilisent.Nous continuons de tolérer les contracteurs  qui s’emplient les poches ,avec des contrats de voiries et d’aqueduc.Les maires des grandes villes sont de grands potentats pro-libéraux et nos petites villes sont à la merci d’une petite élite soutenue par des fabricants d’élections!

Nous avons eu l’audace imbécile de  laisser les francs maçons reprendre le pouvoir à Québec  par Phillippe Couillard,initié par le  grand maître de 33 ième dégré que  fut Arthur Porter,et en élisant le fils  de Pierre Elliot Trudeau ,le petit Justin Trudeau,champion des selfies,de la superficialité et grand protecteur des musulmans djihadistes et de lerus mosquées.Justin Trudeau qui fut jadis initié  par son père comme franc maçon et  présenté au communiste franc maçon Fidel Castro.

Arthur Porter a été déclaré mort…sans preuve fournie ,par les agents choisis  par Philippe Couillard,l’espion canado-saoudien!

 

Et c’est avec fierté qu’on appelle ça le MODÈLE QUÉBÉCOIS.

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

 

LE PRÉSENT

Nous sommes maintenant dans la merde jusqu’au cou, l’étau se resserre de plus en plus et l’avenir n’apparaît pas luisant.

Nous sommes dans la merde à tous les niveaux, tant du point de vue de L’ÉCONOMIE, DE LA SANTÉ , DE L’ÉDUCATION ET DE LA LANGUE.

Comment pouvons-nous nous en sortir?

Il ne nous reste qu’une décision à prendre,mais avant d’aller à fond dans ce projet,il  faudra apprendre,chacun d’entre nous,à apprendre à acquérir et développer son COURAGE et à maîtriser sa PEUR individuelle et collective!Cela s’appelle agir en équipe,en communauté,d’un seul élan avec un BUT COLLECTIF!

Pour nous en sortir,il faudra apprendre à regarder les anglophones,non pas en envahisseur et en destructeur de notre culture,notre langue et notre territoire,mais en peuple ami qui partage un seul et même territoire!Bref,nous devons apprendre à changer,à évoluer et à nous adapter au monde actuel avant qu’il ne soit trop tard!

Pour vaincre un ennemi, nos gouvernements corrompus actuels,il nous faut nous trouver un allié qui a comme ennemi ces mêmes gouvernements libéraux et néolibéraux corrompus associés au crime organisé et aux sociétés secrètes francs maçonnes et illuminati.

Le travailleur de Toronto,de Moncton ,de Vancouvert ou de n’importe laquelle autre ville du reste du Canada qui se lève à 5h00 am pour préparer son lunch et aller travailler dans une usine,subit le même endoctrinement politique que nous: on lui  enlève la faculté de réfléchir afin qu’on puisse le contrôler  et éviter qu’il ne se réveille face au système corrompu actuel.

Le Québec est la Dernière Colonie Survivante de l’Empire Britannique,mais les travailleurs du reste du Canada n’ont jamais été consulté  pour se libérer du colonialisme britannique.Il manque au Québec un parti politique qui veut changer le système,rétablir la Justice du Peuple,écrire une véritable constitution de l’État du Québec et une main tendue vers les Premières Nations et la Nation métissée du Québec pour s’unir dans un vaste projet social québécois.

Le Canada a besoin d’un mouvement de réforme propre  afin de se débarrasser de ce système qui comme au Québec,s’est érigé à partir de la corruption ,de la collusion,du pillage des ressources du Peuple ,de l’intolérance face aux minorité fondatrices de ce pays et du crime organisé allié aux sionistes et aux terroristes islamiques qui nous envahissent de l’intérieur par « têtes de pont » ,par l’infiltration.

Vive la Désobéissance Civile du Québec et du Canada!

Longue vie aux combats actuels des Premières Nations du Québec,du Canada et des États-Unis d’Amérique!

Luttons contre le projet  mortel du pipeline  d’Endbridge!

 

Une élite pro musulmane et gauchiste appuie la dialectique de l’espion canado-saoudien au Pouvoir,Philippe Couillard!

 

Au Québec,nous refusons le califat des gauchistes néolibéraux!

 

 

 

 

Le Québec sous la gérance du crime organisé:Danger d’islamisation au Québec, disent des musulmans laïques

Les demandes d’accommodements religieux proviennent principalement d’agents en mission pour implanter l’idéologie islamiste au Québec, prévient l’Association québécoise des Nord-Africains pour la laïcité.

Même homme…passeport différent!

«En tant qu’association de citoyens originaires principalement de pays musulmans, ce qui nous préoccupe le plus, ce sont les demandes incessantes d’accommodements religieux émanant de groupes idéologiques qui se drapent du voile de l’intégrisme et entendent imposer leur mode de vie d’un autre temps», exposé l’AQNAL devant la ministre de la Justice qui prépare l’adoption du projet de loi sur la neutralité religieuse de l’État et les accommodements religieux.

Le projet de loi 62 permettra le port du niqab, du hijab et du tchador, a soutenu l’AQNAL, qui dit y voir une brèche que s’empresseront d’emprunter les islamistes. «Le voile intégral est reconnu partout dans le monde comme l’instrument privilégié de l’idéologie prônée par les islamistes pour défier les lois du pays d’accueil et fragiliser sa cohésion sociale», a affirmé un membre de l’AQNAL, Ferid Chikhi.

«Ce projet de loi n’existerait pas si l’islamisme ne s’était pas invité dans l’espace public depuis les années 1990 (…) Il y a une idéologie qui se développe, c’est l’islamisme, le fondamentalisme wahhabite. Les musulmans qui ne pratiquent pas sont montrés du doigt (…) Les accommodements religieux ouvrent une brèche vers l’endoctrinement et la radicalisation», a ajouté M. Chikhri.
Plusieurs demandes d’accommodement ne sont pas inspirées de l’islam, ont soutenu les porte-parole de l’AQNAL. «Toutes les demandes faites dans les entreprises et les institutions tournent autour de pratiques qui sont déjà accommodées par l’islam. Ceux qui demandent un lieu de prière au travail, l’islam recommande de reporter la prière le soir ou la nuit», a précisé Ferid Chikhri.

L’AQNAL soutient que le projet de loi 62 rate la cible et réclame l’adoption d’une charte québécoise de la laïcité. «Il faut arriver à cette charte de valeurs parce qu’elle va se mettre au-dessus de toutes les religions. Elles seront toutes traitées de la même manière et personne ne viendra dire ma religion est meilleure que la tienne.

Le projet de loi 62 pèche par une méconnaissance de l’islam, convient l’AQNAL, qui prend l’exemple du port du voile. «Il y a une méconnaissance. Les exégètes de l’islam de l’Université du Caire le disent; le voile n’est pas une obligation, il n’est pas musulman, il est culturel. C’est Saint-Paul qui l’a imposé aux premières chrétiennes (…)La gardienne d’enfants qui porte le voile dans un CPE, elle envoie un message aux enfants qu’il faut se couvrir la tête et le visage», a prétendu M. Chikhri.

 Source:Journal de Québec

Les gens courageux:Le chef de l’armée suisse appelle à s’armer pour faire face au terrorisme islamiste

L’ancien chef de corps, promu à la tête de l’armée suisse en 2009, a tiré la sonnette d’alarme concernant l’aggravation des déséquilibres sociaux, de la menace terroriste et des risques liés aux flux migratoires.

André Blattman,général en chef des armées suisses.
Un vrai!

Commentant pour la première fois la situation depuis les attentats du 13 novembre, André Blattmann a dénoncé une «explosion de l’insécurité durant ces deux dernières années», en parallèle d’une réduction du budget de la défense. «Même si nous n’avons pas encore été directement touchés par les événements de la guerre dans le monde d’aujourd’hui, nous pouvons déjà en ressentir les effets», a-t-il affirmé.

Le haut-gradé militaire a déclaré : «la menace terroriste augmente, les guerres hybrides sont de plus en plus fréquentes, les perspectives économiques s’obscurcissent, et les flux migratoires causés par ces guerres et problèmes économiques ont déjà pris une proportion insoupçonnée, aggravant la concurrence sur le marché du travail».
Pour le chef de l’armée suisse, «le mélange est de plus en plus explosif» et «les fondements de la prospérité sont une fois encore remis en question». Selon lui, la situation n’est pas sans rappeler les années de l’entre-deux-guerres, et les citoyens suisses doivent s’armer pour faire face aux défis qui les attendent.

Ces commentaires ont été vivement critiqués par les politiques de gauche et les Verts dans le pays, notamment Beat Flach qui a affirmé que ces déclarations étaient «exagérées» et que «tout va bien dans le pays».

André Blattmann a été à l’initiative de plusieurs exercices préparant la Suisse à réagir à diverses menaces, dont l’un imaginait la sécession d’un territoire français, qui déciderait de s’attaquer à son voisin. Dans une interview donnée l’année dernière, le chef de l’armée a affirmé stocker chez lui plusieurs dizaines de pack d’eau minérale ainsi que des réserves de nourriture afin de faire face en cas de catastrophe naturelle ou de crise humanitaire liée à des troubles.

source

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

UN PEU D’HISTOIRE

Saviez-vous que durant la Deuxième Guerre mondiale,pendant que la France était envahie par le Troisième Reich,la Luftwaffe subissait un important revers face à la petite,mais très mobile armée de l’air suisse?

La Suisse a protégée son indépendance alors même que les nazis semblaient devoir l’emporter. Peu de gens savent que les forces aériennes suisses ont battues l’aviation nazie alors que la France était en train d’être envahie et que Goering pensait que son armée de l’air ne ferait qu’une bouchée des suisses: au bout de quelques jours de combat, il a changé d’avis! Et quand une délégation nazie a clairement menacée la Suisse d’invasion si elle continuait à refuser le passage des troupes allemandes, le général commandant des forces suisses a sobrement répliqué « essayez… »

 

Lorsque la drôle de guerre s’achève le 10 mai 1940 pour laisser place à la bataille de France, avec l’invasion allemande des Pays-Bas, du Luxembourg et de la Belgique, une seconde mobilisation générale, appelant 700 000 hommes sous les armes dont 450 000 troupes combattantes, est ordonnée le lendemain du 11 mai pour protéger la région du Jura entre Genève et Bâle. Dans la soirée du 11, des bruits, répandus par les civils mais également par quelques militaires de haut rang firent état d’une attaque imminente, portant sur le pays un effet de panique. En réalité, les Allemands avaient décidé, avant d’attaquer à l’ouest, de mettre sur pied une manœuvre d’intoxication destinée à faire croire à l’état-major français qu’ils porteraient leur effort sur la Suisse espérant créer une brèche au travers de la ligne Maginot.

À la suite de la percée allemande, 43 000 hommes du 45e corps français (29 700 Français ainsi que 12 000 Polonais de détachements belges et anglais) qui tenaient la place de Belfort seront acculés contre la frontière suisse puis internés le 19 juin avant d’être rapatriés en janvier 1941. Après l’entrée en guerre de l’Italie contre la France et la Grande-Bretagne le 10 juin 1940 et l’armistice signé par la France le 22 juin 1940, la Suisse se retrouve cernée par les forces de l’Axe conduisant le moral des troupes et de la population au plus bas.

Si l’arrivée des Allemands à la frontière ne donna lieu à aucun incident, il n’en fut de même dans l’espace aérien. Alors que la France était sous les feux allemands, l’Allemagne souhaite profiter de la faiblesse de la défense anti-aérienne et de la chasse française deLyon et Saint-Étienne en empruntant un couloir aérien au travers de la Suisse. Les engagements allemands dans cette optique amèneront à de véritables conflits aériens avec les aviateurs suisses, en dépit de l’interdiction faite par Berlin, dont le 4 juin marquera l’apogée des affrontements. À cette date,Goering souhaitant donner une correction à la Suisse, engagea une trentaine de Me 110 qui entrèrent en conflit avec des Me 109E suisses au-dessus de La Chaux-de-Fonds. Face à la détermination des pilotes suisses, pourtant en infériorité numérique, les Allemands abandonnèrent l’engagement après avoir essuyé plusieurs pertes. De retour à Berlin, la nouvelle parvint jusqu’à Hitler qui mit alors sous pression le gouvernement helvétique, face à une éventuelle invasion du pays.

Le brave général Guisan.

Face aux menaces de Berlin sur la violation de l’espace aérien suisse par la Luftwaffe, le général Guisan ordonna le 20 juin la cessation des combats aériens dans tout l’espace aérien suisse. La tension diplomatique entre les deux pays allait néanmoins conduire à des prises de position rigoureuses. Du côté allemand, plusieurs plans d’invasion de la Suisse sont mis sur pied à l’état-major, notamment l’opération Tannenbaum mais dont la mise en œuvre ne fut jamais réellement envisagée. Du côté Suisse, on se rendit compte qu’il devint urgent de développer une politique de défense et d’autosuffisance envers le danger principal que représentait alors l’Allemagne.

Ainsi, le 25 juin 1940, le président de la Confédération, dans un discours radiodiffusé, promet aux Suisses du travail à tout prix et quoi qu’il en coûte. Or pour faire tourner ses usines, le pays importe 5000 wagons de fer et 30 000 wagons de charbon, surtout en provenance d’Allemagne. Face aux relations diplomatiques difficiles entre Berne et Berlin, la Suisse met en place un plan d’approvisionnement. Rien que dans le canton du Valais, on ouvre ou remet en activité vingt-et-une mines.

À partir de septembre 1940, des Gardes locales (GL) sont incorporées dans les complémentaires de l’armée. Celles-ci avaient pour mission de rassurer la population de l’arrière pays, face à la menace de sabotages, des parachutistes ou d’éventuels détachements motorisés qui auraient percé le front. Si l’obligation de servir dans la GL cessait à 60 ans, beaucoup restaient néanmoins par la suite comme volontaires, remontant ainsi le moral des troupes aux frontières. Son effectif atteignit 127 563 hommes en 1941 puis se stabilisa aux alentours de 115 000.

LES TYPES D’AVIONS UTILISÉS PAR LA SUISSE

La Suisse en 1939 avait acquis de nombreux chasseurs Messersmith BF-109.

 

Le biplan EFW C-35 de fabrication suisse était un appareil très maniable et rapide.C’est un avion d’attaque de troupes au sol.

 

Le C 3603 de la firme EFW des fabrication suisse.