Exploration de l’espace:le rover chinois Tianwen-1 a atterri sur Mars

La Chine vient de débarquer avec succès son premier rover sur Mars, devenant ainsi le deuxième pays à le faire. 

Concept d’artiste de la première mission de rover sur Mars par la Chine, Tianwen-1, sur la planète rouge.

La mission Tianwen-1 , la première tentative interplanétaire de la Chine, a atteint la surface de la planète rouge vendredi (14 mai) vers 19 h 11 HAE (23 h 11 GMT), bien que les responsables spatiaux chinois n’aient pas encore confirmé l’heure et le lieu exacts de l’atterrissage. . Tianwen-1 (qui se traduit par « Heavenly Questions ») est arrivé sur l’orbite de Mars en février après avoir été lancé sur la planète rouge sur une fusée longue du 5 mars en juillet 2020. 

Après avoir fait le tour de la planète rouge pendant plus de trois mois, l’atterrisseur Tianwen-1, avec le rover attaché, s’est séparé de l’orbiteur pour commencer sa plongée vers la surface de la planète. Une fois que l’atterrisseur et le rover sont entrés dans l’atmosphère de Mars, le vaisseau spatial a subi une procédure similaire aux « sept minutes de terreur » que les rovers martiens de la NASA ont éprouvées en tentant d’atterrir en douceur sur Mars. 

La Chine vient de débarquer avec succès son premier rover sur Mars, devenant ainsi le deuxième pays à le faire. 

La mission Tianwen-1 , la première tentative interplanétaire de la Chine, a atteint la surface de la planète rouge vendredi (14 mai) vers 19 h 11 HAE (23 h 11 GMT), bien que les responsables spatiaux chinois n’aient pas encore confirmé l’heure et le lieu exacts de l’atterrissage. . Tianwen-1 (qui se traduit par « Heavenly Questions ») est arrivé sur l’orbite de Mars en février après avoir été lancé sur la planète rouge sur une fusée longue du 5 mars en juillet 2020. 

Après avoir fait le tour de la planète rouge pendant plus de trois mois, l’atterrisseur Tianwen-1, avec le rover attaché, s’est séparé de l’orbiteur pour commencer sa plongée vers la surface de la planète. Une fois que l’atterrisseur et le rover sont entrés dans l’atmosphère de Mars, le vaisseau spatial a subi une procédure similaire aux « sept minutes de terreur » que les rovers martiens de la NASA ont éprouvées en tentant d’atterrir en douceur sur Mars. 

Un bouclier thermique a protégé le vaisseau spatial pendant la descente enflammée, après quoi la mission a parachuté en toute sécurité dans la région d’ Utopia Planitia , une plaine à l’intérieur d’un énorme bassin d’impact dans l’hémisphère nord de la planète. Tout comme lors de l’atterrissage du rover Perseverance de la NASA, la plate-forme d’atterrissage de Tianwen-1 a tiré quelques petits moteurs de fusée orientés vers le bas pour ralentir pendant les dernières secondes de sa descente. 

L’Administration spatiale nationale chinoise (CNSA) n’a pas encore officiellement confirmé le succès de l’atterrissage, mais il a été annoncé sur les réseaux sociaux par le China Global Television Network ( CGTN ) et par des chercheurs de l’Université des sciences et technologies de Macao en Chine. 

Le rover chinois sur Mars, appelé Zhurong d’ après un ancien dieu du feu dans la mythologie chinoise, se séparera de l’atterrisseur en descendant une rampe pliable. Une fois déployé, le rover devrait passer au moins 90 jours sur Mars (ou environ 93 jours sur Terre; un jour sur Mars dure environ 40 minutes de plus qu’un jour sur Terre) à errer sur Mars pour étudier la composition de la planète et rechercher signes de glace d’eau. On pense qu’Utopia Planitia contient de grandes quantités de glace d’eau sous la surface. C’est également là que la mission Viking 2 de la NASA a atterri en 1976.

Le rover à six roues, qui a à peu près la taille des deux rovers Mars Spirit et Opportunity de la NASA, transporte à bord six instruments scientifiques, dont deux caméras panoramiques, un radar pénétrant dans le sol et un détecteur de champ magnétique. Il dispose également d’ un laser qu’il peut utiliser pour zapper les roches et étudier leur composition, ainsi que d’un instrument météorologique pour étudier le climat et la météo sur Mars.

Une image d’Utopia Planitia prise par l’orbiteur Tianwen-1 à une altitude d’environ 350 kilomètres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Zhurong travaillera en tandem avec l’orbiteur Tianwen-1 pour étudier la planète rouge, et l’orbiteur servira de station de relais de données pour les communications entre Zhurong et les contrôleurs de mission sur Terre. L’orbiteur est conçu pour durer au moins une année sur Mars, soit environ 687 jours terrestres.

Concept d’artiste de la première mission de rover sur Mars en Chine, Tianwen-1, sur la planète rouge. (Crédit d’image: CCTV / China National Space Administration)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tianwen-1 est peut-être la première mission d’atterrissage sur Mars de la Chine, mais ce n’est pas le premier tir de la Chine sur Mars. Le premier, un orbiteur appelé Yinghuo-1, lancé en 2011 avec l’échec de la mission russe de retour d’échantillons Phobos-Grunt Mars, qui n’a jamais dépassé l’orbite de la Terre après le lancement, s’écrasant dans l’océan Pacifique et détruisant le vaisseau spatial.

La Chine est désormais le deuxième pays à avoir réussi à faire atterrir un rover sur Mars (la NASA a atterri cinq rovers sur Mars). L’insertion en orbite réussie de la mission Tianwen-1 en février a fait de la Chine la sixième entité à le faire, après la NASA, l’Union soviétique, l’Agence spatiale européenne (ESA), l’Inde et les Émirats arabes unis. 

Mis à part la Chine et la NASA, l’Union soviétique est le seul autre pays à avoir posé une sonde sur Mars, mais cette mission (appelée Mars 3) s’est terminée prématurément lorsque le vaisseau spatial a échoué quelques minutes seulement après son atterrissage. L’Agence spatiale européenne a tenté deux atterrissages sur Mars, mais les deux engins spatiaux se sont écrasés. 

Tianwen-1 est la première mission interplanétaire de la Chine; Jusqu’à présent, les vaisseaux spatiaux chinois ne se sont pas aventurés au-delà de la lune terrestre, où la nation a réussi à atterrir deux rovers dans le cadre de son programme Chang’e , qui a récemment amené des roches lunaires sur Terre en décembre. La Chine prévoit également de lancer une ambitieuse mission de retour d’échantillons sur Mars en 2028, un peu comme une mission conjointe de retour d’échantillons de la NASA et de l’ESA qui devrait être lancée la même année.

En attendant, la Chine travaille à la construction de sa nouvelle station spatiale, dont la première pièce a été lancée en avril – et a provoqué la panique mondiale la semaine dernière lorsque de gros débris de fusées sont tombés sur Terre de manière incontrôlée. La Chine collabore également avec la Russie sur une mission de retour d’échantillons d’astéroïdes prévue pour 2024.


EN COMPLÉMENTAIRE

La mission Tianwen-1 en images
La fusée chinoise Long March 5 transportant la mission chinoise Tianwen-1 Mars se déploie sur la rampe de lancement le 17 juillet 2020.
La mission Tianwen-1 a été lancée sur une fusée chinoise Long March 5 le 23 juillet 2020, depuis le centre de lancement de satellites de Wenchang sur l’île de Hainan.

 

 

 

 

 

 

La sonde chinoise Tianwen-1 sur Mars est vue par une minuscule caméra éjectée du vaisseau spatial sur une photo prise à 15 millions de kilomètres de la Terre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

…autre photo de la caméra

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Terre et la lune imagées par Tianwen-1 le 27 juillet 2020, alors qu’elle se trouvait à 750000 miles de sa planète d’origine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une partie du bassin d’impact Utopia Planitia de Mars, photographiée par la caméra HiRISE à bord de Mars Reconnaissance Orbiter de la NASA. Le rover chinois Tianwen-1 Mars atterrira dans une section d’Utopia Planitia en 2021.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fusée Long 5 March a été transportée verticalement vers la zone de lancement du centre de lancement spatial chinois de Wenchang le 17 juillet 2020. Notez les logos des agences spatiales européenne (ESA), française (CNES), argentine (CONAE) et autrichienne (FFG) en plus de celui de l’Agence spatiale nationale chinoise (CNSA).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mise à feu de la fusée
La fusée en haute altitude

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’orbiteur, le rover et l’atterrisseur Tianwen-1 Mars séparés de leur fusée Long 5 mars après un lancement réussi le 23 juillet 2020.

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette capture d’écran d’une émission de vidéosurveillance montre une représentation de l’orbiteur-rover-atterrisseur Tianwen-1 Mars de la Chine après la séparation de l’engin spatial et le déploiement du panneau solaire le 23 juillet 2020.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une image fixe montrant le vaisseau spatial chinois Tianwen-1 Mars vu par le levé d’astéroïdes ATLAS basé à Hawaï.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le rover chinois Tianwan-1 Mars est photographié au «chantier de Mars», un terrain d’essai simulé de la planète rouge à l’Académie chinoise de technologie spatiale à Pékin, en Chine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une vue rapprochée des roues du rover Tianwen-1.

 

 

 

 

 

 

 

 

Concept d’artiste de la première mission de rover sur Mars en Chine, Tianwen-1, arrivant en orbite sur la planète rouge.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Concept d’artiste de la première mission de rover sur Mars en Chine, Tianwen-1, atterrissant sur la planète rouge.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tianwen-1 prèt à prendre contact avec le sol martien (dessin d’artiste)

 

 

 

 

 

 

 

 

Le concept d’un artiste du rover chinois Tianwen-1 déployé depuis l’atterrisseur sur la planète rouge.

 

 

 

 

 

 

 

 


N’oubliez pas de  supporter la boutique Vintage par Michel qui permet de faire vivre votre site web favori,malgré la censure des médias…en prenant l’occasion de vous faire plaisir!

Nous allons essayer de varier nos articles à l’avenir!

Sur ce lien: Vintage par Michel

 

 

 

Exploration spatiale:La Russie retourne sur la lune en cette année 2021

Vaisseau spatial Luna 25
Le vaisseau spatial Luna 25 vu lors de l’assemblage et des tests avant le lancement

La Russie revisite son patrimoine spatial soviétique pour une nouvelle série de missions qui prendront la nation à la m sur .

La première de ces missions, baptisée Luna 25, devrait être lancée en octobre, mettant fin à une sécheresse de 45 ans d’atterrissages sur la lune russe avec la première arrivée du pays au pôle sud, où, comme tout le monde ciblant la lune, les scientifiques russes veulent étudier l’ eau enfermée sous la surface dans la glace permanente.

« La lune est au centre de notre programme pour la prochaine décennie », a déclaré Lev Zelenyi, conseiller scientifique de l’Institut russe de recherche spatiale, lors d’une présentation virtuelle le 23 mars organisée par l’Académie nationale des sciences.

 

Dessin d’artiste russe représentant le rover Luna 25 en déplacement sur la lune.

 

La Russie a beaucoup de monde pour esquisser des programmes d’exploration lunaire ambitieux. Les États-Unis ciblent l’exploration humaine avec leur programme Artemis , qui comprend également de nombreuses missions robotiques sur la lune. En décembre, la Chine a acheminé les premiers échantillons lunaires frais sur Terre depuis des décennies dans une série de missions encore en cours, baptisée Chang’e. L’Inde et Israël ont tous deux promis un successeur de vaisseau spatial après que leurs atterrisseurs lunaires – respectivement surnommés Chandrayaan-2 et Beresheet – se sont écrasés sur la lune en 2019.

Mais seuls les États-Unis peuvent égaler l’héritage lunaire de la Russie, que la Russie exploite consciemment en reprenant le nom et l’énumération de la série Luna là où ils s’étaient arrêtés en 1976 . « Nous voulons montrer quelques cohérences », a déclaré Zelenyi.

Par conséquent, Luna 25. L’atterrisseur qui sera lancé en octobre est conçu pour étudier la glace gelée en permanence sous la surface de la lune, que les explorateurs potentiels espèrent exploiter en tant que ressource, et pour évaluer les dangers posés par des fragments acérés de poussière lunaire . Lors de son atterrissage, le vaisseau spatial utilisera une caméra de construction européenne pour faire avancer les futures missions lunaires de l’Agence spatiale européenne.

Mais Luna 25 n’est que le début, a souligné Zelenyi, parcourant un total de cinq missions lunaires à différentes étapes de planification. En 2023 ou 2024, la Russie prévoit de lancer Luna 26, cette fois un orbiteur qui rechercherait des anomalies magnétiques et gravitationnelles dans la lune et capturerait des images de haute précision de sites d’atterrissage potentiels.

Puis, en 2025, ce serait de retour à la surface avec Luna 27, que Zelenyi appelait «je pense le plus important». Comme l’atterrisseur arrivant cette année, Luna 27 ciblera le pôle sud de la lune et embarquera un logiciel d’atterrissage européen. Mais aussi sur le robot gracieuseté de l’Agence spatiale européenne serait une première: un foret permettant de rassembler la roche lunaire du pôle sud sans faire fondre des composés comme la glace d’eau trouvée dans le matériau.

En outre, l’atterrisseur portera une série d’instruments conçus pour étudier comment le vent solaire , un flux constant de particules chargées s’écoulant du soleil et à travers le système solaire, affecte la surface lunaire.

Les deux dernières missions de la série Luna telles que décrites par Zelenyi n’ont pas encore de dates de lancement. Mais Luna 28, également connu sous le nom de Luna-Grunt, s’appuierait directement sur son prédécesseur en ramenant sur Terre des échantillons stockés cryogéniquement du pôle sud lunaire qui retiendraient la glace d’eau et d’autres composés dits volatils.

« C’est un retour d’échantillons, mais un retour d’échantillons différent de celui qui a été fait auparavant », a déclaré Zelenyi. « Ce ne sera pas seulement le régolithe [la saleté lunaire], mais tous les éléments volatils et cryogéniques qui y sont inclus, ce qui est techniquement difficile. »

Enfin, Luna 29 emporterait un nouveau rover Lunokhod, rappelant à nouveau les missions soviétiques. Lunokhod-1 est devenu le premier rover à succès sur un autre monde en 1970 et a passé 10 mois à explorer la région surnommée Mare Imbrium, ou la mer des pluies.


SUPPORTEZ VOTRE SITE WEB FAVORI  QUI EST CENSURÉ PAR LES MÉDIAS EN VISANT NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE:

SUR CE LIEN: VINTAGE PAR MICHEL

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vie extraterrestre:Les scientifiques pensent avoir détecté des émissions radio d’un monde extraterrestre

Les scientifiques ont peut-être détecté pour la première fois des émissions radio d’une planète en orbite autour d’une étoile au-delà de notre soleil.

Les astronomes à l’origine de la nouvelle recherche ont utilisé un radiotélescope aux Pays-Bas pour étudier trois étoiles différentes connues pour héberger des exoplanètes . Les chercheurs ont comparé ce qu’ils ont vu aux observations de Jupiter, diluée comme si elle était vue depuis un système stellaire à des dizaines d’années-lumière. Et un système stellaire s’est démarqué: Tau Boötes, qui contient au moins une exoplanète. Si la détection tient, elle pourrait ouvrir la porte à une meilleure compréhension des champs magnétiques des exoplanètes et donc des exoplanètes elles-mêmes, espèrent les chercheurs.

« Nous présentons l’un des premiers indices de détection d’une exoplanète dans le domaine de la radio », a déclaré Jake Turner, astronome à l’Université Cornell et auteur principal de la nouvelle recherche, dans un communiqué . « Nous plaidons pour une émission par la planète elle-même. De par la force et la polarisation du signal radio et du champ magnétique de la planète, il est compatible avec les prévisions théoriques. »

Cependant, Turner et ses collègues ne sont pas encore sûrs que le signal qu’ils ont détecté vient vraiment de la planète, surnommé Tau Boötes b; les chercheurs ont appelé à des observations supplémentaires du système, qui se trouve à environ 51 années-lumière de la Terre dans la constellation de Boötes .

La nouvelle recherche a en fait commencé à Jupiter ; les chercheurs avaient précédemment étudié les émissions radio de cette planète, puis ajusté ces mesures pour refléter l’effet qu’ils attendaient de la proximité de l’étoile hôte et de la distance de la Terre sur leurs observations d’une exoplanète.

Ensuite, les scientifiques ont consulté les observations faites en 2016 et 2017 par le Low Frequency Array (LOFAR) aux Pays-Bas. En plus du signal potentiel de Tau Boötes b, les chercheurs rapportent également qu’ils ont peut-être capté un signal de l’étoile Upsilon Andromedae ou de sa planète, mais que la détection était encore plus faible que celle de Tau Boötes b.

Les chercheurs s’intéressent à la détection des émissions radio des planètes, car ces informations peuvent aider les scientifiques à déchiffrer ce qui se passe dans les champs magnétiques des mêmes mondes. Ces champs magnétiques , à leur tour, influencent les conditions à la surface de la planète – le champ magnétique de la Terre protège l’atmosphère qui fait du monde un où nous pouvons survivre, par exemple. De tels champs magnétiques peuvent également informer les scientifiques sur d’autres qualités d’un monde, comme sa structure et son histoire.

 

 

La représentation par un artiste de l’exoplanète Tau Boötes b montre un champ magnétique, qui peut provoquer les émissions radio que les scientifiques pensent avoir détectées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais jusqu’à présent, étudier directement ces champs magnétiques a été difficile à gérer pour les scientifiques, malgré le fait que presque toutes les planètes de notre système solaire en ont eu un à un moment de son histoire. D’où l’intérêt d’utiliser les émissions radio comme intermédiaire.

«Nous avons appris de notre propre Jupiter à quoi ressemble ce type de détection», a déclaré Turner. « Nous sommes allés le chercher et nous l’avons trouvé. »

Mais ce n’est que le début de l’histoire, pas la fin, a-t-il souligné, car les émissions radio pourraient encore provenir des étoiles ou d’une autre source au lieu de la planète. « Il reste une certaine incertitude sur le fait que le signal radio détecté provient de la planète. Le besoin d’observations de suivi est critique. »

La recherche est décrite dans un article qui sera publié par la revue Astronomy & Astrophysics et est déjà disponible à la lecture en ligne.

Le réseau de radiotélescopes géants LOFAR sera utilisé, entre autres, pour observer de près des trous noirs géants comme celui au cœur de la galaxie active Cygnus A (représentée ici), qui est à environ 700 millions d'années-lumière de la Terre.
Le réseau de radiotélescopes géants LOFAR sera utilisé, entre autres, pour observer de près des trous noirs géants comme celui au cœur de la galaxie active Cygnus A (représentée ici), qui est à environ 700 millions d’années-lumière de la Terre. Cette image de LOFAR montre des jets de plasma du trou noir qui s’étendent sur 2000 années-lumière du noyau de Cygnus A.

 

 

 

 

 

Astronomie:Le plus gros astéroïde de 2021 arrive ce mois-ci

Même si cet objet céleste ne représente pas une grande menace pour la Terre pendant ce survol ou dans un avenir prévisible, la NASA le désigne déjà comme le plus gros, mais aussi le plus rapide astéroïde qui se déplacera dans notre ciel cette année.

 

Un astéroïde dix fois plus haut que le Stade olympique de Montréal

Un énorme astéroïde, nommé 2001 FO32 par la NASA, survolera la Terre ce mois-ci. En orbite autour du Soleil tous les 810 jours environ, il se déplace de l’intérieur de l’orbite de Mercure et traverse l’orbite terrestre. Quand c’est le cas, notre planète se trouve souvent de l’autre côté du Soleil. Mais parfois, nous en sommes plus proches. Ainsi, sur la base des enregistrements de la NASA, nous assisterons le 21 mars 2021 à la rencontre la plus proche jamais vue avec l’astéroïde 2001 FO32. Son dernier rapprochement remonte au début des années 1900. Et il ne se rapprochera plus de la Terre dans un avenir proche, du moins pas avant l’année 2200.

Ce corps céleste d’un kilomètre de large est connu depuis près de 20 ans et près d’une centaine d’autres d’astéroïdes répertoriés par la NASA devraient aussi survoler la Terre d’ici la fin de l’année 2021. D’une largeur estimée à 1,1 km, 2001 FO32 se démarque pourtant comme étant le plus gros astéroïde connu à nous avoir survolés cette année. Il pourrait même mesurer jusqu’à 1,7 km de large, d’après les enregistrements astronomiques des deux dernières décennies. À titre de comparaison, cela signifie qu’il est environ deux fois plus haut que la tour CN de Toronto ou dix fois plus haut que le Stade olympique de Montréal. Et sur les quelque 25 000 astéroïdes géocroiseurs que nous connaissons, seulement trois et demi pour cent d’entre eux mesurent plus d’un kilomètre. Cela place 2001 FO32 comme un spécimen exceptionnel.

D’autant plus qu’il est également celui qui se déplacera le plus rapidement cette année. Alors que la plupart des astéroïdes se contentent de nous « accompagner » en voyageant à moins de 10 km/s, 2001 FO32 nous dépassera à une vitesse de 34,4 km par seconde, soit près de 124 000 kilomètres par heure.

 

 

 

 

 

 

 

Crédit: NASA CNEOS

Peu de chances de collision avec la Terre

Même si certains l’ont qualifié de « potentiellement dangereux », 2001 FO32 ne représente pas une grande menace pour la Terre. En effet, lorsque l’astéroïde nous croisera le 21 mars 2021, son approche la plus près se fera à plus de deux millions de kilomètres. C’est plus de cinq fois la distance de la Terre à la Lune. Le moment exact de sa position la plus proche est indiqué sur le graphique ci-dessous. Il se trouvera à plus de deux millions de kilomètres de nous et aura déjà dépassé l’orbite terrestre.

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédit: NASA CNEOS

Au cours des 20 dernières années, les astronomes ont observé cet astéroïde à de nombreuses reprises. Ils connaissent si bien son orbite que le taux d’incertitude dans son approche la plus près, deux millions de kilomètres, est infime, puisqu’il ne s’agit que de 330 kilomètres. À titre de comparaison, si la Terre avait la taille d’un ballon de basket-ball, l’astéroïde aurait celle d’un petit grain de sable et en serait plus éloigné que la longueur d’un terrain de football (environ 120 mètres).

Étant donné que la Terre a déjà fait le tour du Soleil environ quatre milliards et demi de fois, elle a amplement prouvé sa capacité à se tenir éloignée des astéroïdes dangereux. Selon la NASA, il n’y aurait donc pas de collisions avec des astéroïdes connus pour au moins les 100 prochaines années.

Depuis le début de l’année 2021, ce sont plus de 500 nouveaux astéroïdes géocroiseurs qui ont été repérés. Bien que certains d’entre eux mesurent seulement une centaine de mètres de large, ils ont pour la plupart été détectés bien au-delà de la Lune. Quant aux plus proches, ils mesurent généralement dix mètres de moins en largeur. Bien qu’ils puissent se rapprocher de très près, voire intercepter notre planète, ceux-ci sont trop petits pour présenter un danger et exploseraient de toute façon assez loin dans l’atmosphère. Si l’année dernière était prolifique en matière de découverte d’astéroïdes – près de 3000 ont été trouvés en 2020 – l’année actuelle le sera encore plus avec quelques milliers d’autres qui seront probablement trouvés avant de quitter 2021.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Chine lance la mission historique Chang’e 5 pour collecter les premiers échantillons de lune depuis 1976

La première mission de retour d’échantillons lunaires depuis les années 1970 est en cours.

La mission robotique chinoise Chang’e 5 a été lancée aujourd’hui (23 novembre) depuis le centre de lancement spatial de Wenchang dans la province de Hainan, s’élevant dans le ciel au sommet d’une fusée Long 5 mars vers 15h30 HNE (21h30 GMT; 4h30 le novembre 24 heure locale à Hainan).

Si tout se passe comme prévu, l’audacieux et complexe Chang’e 5 ramènera des échantillons de lune immaculés sur Terre à la mi-décembre – ce qui n’a pas été fait depuis la mission Luna 24 de l’Union soviétique en 1976.

Une fusée chinoise Long March 5 lance la mission de retour d’échantillons de lune Chang’e 5 en orbite depuis le site de lancement de l’engin spatial Wenchang sur l’île de Hainan, dans le sud de la Chine, le 24 novembre 2020, heure de Pékin (23 novembre HNE). (Crédit d’image: Administration spatiale nationale chinoise)

La courte mission de Chang’e 5 sera pleine d’action. Les 18 100 livres. Un vaisseau spatial (8200 kilogrammes) arrivera probablement en orbite lunaire vers le 28 novembre, puis enverra deux de ses quatre modules – un atterrisseur et un véhicule d’ascension – sur la surface lunaire un jour ou deux plus tard . (Les responsables chinois ont été généralement vagues sur les détails de Chang’e 5, de sorte que les informations sur la chronologie ont été rassemblées à partir de diverses sources par des observateurs de l’espace chinois comme Andrew Jones de Space News , qui fournit également des articles pour Space.com.)

La mission atterrira dans la région de Mons Rumker de l’immense plaine volcanique Oceanus Procellarum (« Ocean of Storms »), dont des parties ont été explorées par un certain nombre d’autres missions de surface, dont Apollo 12 de la NASA en 1969.

L’atterrisseur fixe étudiera ses environs avec des caméras, un radar pénétrant dans le sol et un spectromètre. Mais son travail principal est d’accrocher environ 4,4 livres. (2 kg) de matériau lunaire, dont certains seront creusés jusqu’à 6,5 pieds (2 mètres) sous terre. Ce travail sera effectué sur deux semaines, ou un jour lunaire – une date limite ferme, étant donné que l’atterrisseur Chang’e 5 est alimenté par l’énergie solaire et ne pourra plus fonctionner une fois la nuit tombée à son emplacement.

 

Mons Rumker abrite des roches qui se sont formées il y a à peine 1,2 milliard d’années, ce qui signifie que Chang’e 5 « aidera les scientifiques à comprendre ce qui se passait à la fin de l’histoire de la lune, ainsi que comment la Terre et le système solaire ont évolué », comme l’a noté la Planetary Society à but non lucratif. sa description de la mission . (Les 842 livres, ou 382 kg, de roches lunaires rapportées par les astronautes d’Apollo entre 1969 et 1972 sont considérablement plus anciennes, offrant une fenêtre sur un passé lunaire plus profond.)

L’atterrisseur Chang’e 5 transférera ses échantillons vers le véhicule d’ascension, qui les lancera sur l’orbite lunaire pour une rencontre avec les deux autres éléments de la mission, un module de service et une capsule de retour terrestre. Le matériel lunaire sera chargé dans la capsule de retour, que le module de service ramènera vers la Terre, la libérant peu de temps avant un atterrissage prévu le 16 décembre ou le 17 décembre.

« Alors que les véhicules à classification humaine comme la capsule Apollo de la NASA reposaient uniquement sur un solide blindage thermique, Chang’e 5 effectuera un ‘saut de rentrée’, rebondissant une fois dans l’atmosphère pour ralentir avant de plonger pour un atterrissage en Mongolie intérieure, » la Planetary Society a écrit. « Le site d’atterrissage est le même que celui utilisé pour le vaisseau spatial Shenzhou avec équipage de retour [en Chine]. »

Cette illustration montre les composantes de l’ambitieuse mission de retour d’échantillons lunaires Chang’e 5 en Chine. (Crédit d’image: All About Space // Future)

 

Cette photo de la lune prise par les astronautes d’Apollo 15 de la NASA en 1971, la mission chinoise Chang’e-5 débarquera dans la région fin 2020. (Crédit d’image: NASA)

Chang’e 5, le tout premier effort de retour d’échantillons en Chine, est la sixième et la plus ambitieuse mission du programme d’exploration lunaire robotique de Chang’e , qui porte le nom d’une déesse de la lune dans la mythologie chinoise. La Chine a lancé les orbiteurs Chang’e 1 et Chang’e 2 en 2007 et 2010, respectivement, et le duo d’atterrisseur-rover Chang’e 3 s’est posé sur le côté proche de la lune en décembre 2013.

La mission Chang’e 5T1 a lancé un prototype de capsule de retour lors d’un voyage de huit jours autour de la lune en octobre 2014, pour aider à se préparer à Chang’e 5. Et en janvier 2019, Chang’e 4 est devenu la première mission à avoir atterrissage en douceur sur le côté mystérieux de la lune. L’atterrisseur et le rover de Chang’e 4 sont toujours aussi puissants que l’atterrisseur de Chang’e 3. (Le rover Chang’e 3 est mort après 31 mois de travail sur la surface lunaire.)

Illustration d’un artiste du vaisseau spatial chinois Chang’e 5.

Chang’e 5 fait partie d’une récente vague de missions de retour d’échantillons. Le 6 décembre, par exemple, des morceaux de l’astéroïde Ryugu collectés par la mission japonaise Hayabusa2 devraient atterrir en Australie. Et la sonde OSIRIS-REx de la NASA a attrapé un gros échantillon de l’astéroïde Bennu le mois dernier; ce matériel descendra sur Terre en septembre 2023, si tout se passe comme prévu.

 

 

 

 

 

 

Astronomie:Une planète de la taille de la Terre traverse la galaxie sans être attachée à aucune étoile, selon les scientifiques

Personne n’en a jamais vu ici – jusqu’à présent.

Une planète voyou plie la lumière de l’étoile derrière elle, par rapport à la Terre.

 

La Terre tourne autour du soleil comme un bateau naviguant en cercles autour de son ancre. Mais que se passe-t-il si quelqu’un – ou quelque chose – coupe ce navire? Libéré de toute étoile ou système solaire, que deviendrait un monde minuscule volant impuissant et insouciant dans l’espace interstellaire? Que se passe-t-il lorsqu’une planète devient voyou?

Les scientifiques soupçonnent que des milliards de planètes flottantes ou «voyous» peuvent exister dans la Voie lactée, mais jusqu’à présent, seule une poignée de candidats se sont présentés parmi les quelque 4 000 mondes découverts au-delà de notre système solaire . La plupart de ces planètes voyous potentielles semblent être énormes, mesurant entre deux et 40 fois la masse de Jupiter (un Jupiter équivaut à environ 300 Terres). Mais maintenant, les astronomes pensent avoir détecté un monde voyou pas comme les autres: une minuscule planète flottant librement, à peu près la masse de la Terre, errant à travers l’intestin de la Voie lactée.

Cette découverte, rapportée aujourd’hui (29 octobre) dans le journal Astrophysical Journal Letters , pourrait marquer la plus petite planète voyou jamais détectée et elle pourrait aider à prouver une théorie cosmique de longue date. Selon les auteurs de l’étude, ce petit monde pourrait être la première preuve réelle que les planètes flottantes de la taille de la Terre peuvent être parmi les objets les plus courants de la galaxie.

« Les chances de détecter un objet de masse aussi faible sont extrêmement faibles », a déclaré l’auteur principal de l’étude Przemek Mroz, chercheur postdoctoral au California Institute of Technology, dans un courriel. « Soit nous avons eu beaucoup de chance, soit ces objets sont très courants dans la Voie lactée. Ils peuvent être aussi communs que les étoiles. »

Loupe d’Einstein

La plupart des exoplanètes de notre galaxie ne sont visibles que grâce à leurs étoiles hôtes. Au sens littéral, les étoiles fournissent la lumière qui permet aux astronomes d’observer directement les mondes extraterrestres. Lorsqu’une planète est trop petite ou trop éloignée pour être vue directement, les scientifiques peuvent toujours la détecter à partir de la légère traction gravitationnelle qu’elle exerce sur son étoile hôte (appelée méthode de la vitesse radiale) ou par le scintillement qui se produit lorsqu’une planète passe devant le côté face à la Terre de l’étoile (la méthode de transit).

Les planètes voyous, par définition, n’ont pas d’étoile pour éclairer leur chemin – ou pour éclairer le chemin d’un télescope vers elles. Au lieu de cela, la détection de planètes voyous implique une facette de la théorie de la relativité générale d’Einstein connue sous le nom de lentille gravitationnelle. Grâce à ce phénomène, une planète (ou même un objet plus massif) agit comme une loupe cosmique qui plie temporairement la lumière des objets derrière elle du point de vue de la Terre.

« Si un objet massif passe entre un observateur basé sur la Terre et une étoile source distante, sa gravité peut dévier et focaliser la lumière de la source », a expliqué Mroz dans un communiqué . « L’observateur mesurera un bref éclaircissement de l’étoile source. »

 

Une impression d'artiste d'un événement de microlentille gravitationnelle par une planète flottante, ou voyous. En microlentille, la gravité d'un objet fait plier la lumière d'une source de fond, un phénomène astronomique qui se manifeste par des distorsions dans les images prises depuis la Terre.
Une impression d’artiste d’un événement de microlentille gravitationnelle par une planète flottante, ou voyous. En microlentille, la gravité d’un objet fait plier la lumière d’une source de fond, un phénomène astronomique qui se manifeste par des distorsions dans les images prises depuis la Terre.

Plus l’objet de flexion de la lumière est petit, plus l’éclaircissement perçu de l’étoile sera bref. Alors qu’une planète plusieurs fois la masse de Jupiter pourrait créer un effet éclaircissant qui dure quelques jours, une planète maigre de la masse de la Terre éclairera l’étoile source pendant seulement quelques heures, ou moins, ont déclaré les chercheurs. Cet événement exceptionnellement rare est appelé «microlentille».

« Les chances d’observer la microlentille sont extrêmement minces », a ajouté Mroz dans le communiqué. « Si nous n’observions qu’une seule étoile source, nous devrons attendre près d’un million d’années pour voir la source être microlentionnée. »

Heureusement, Mroz et ses collègues n’observaient pas une seule étoile pour leur étude – ils en regardaient des centaines de millions. À l’aide d’observations de l’expérience de lentille gravitationnelle optique (OGLE), une étude d’étoiles basée à l’Université de Varsovie en Pologne qui a révélé au moins 17 exoplanètes depuis 1992, l’équipe a regardé le centre de la Voie lactée , à la recherche de tout signe de microlentille.

En juin 2016, ils ont été témoins du plus court événement de microlentille jamais vu. L’étoile en question, située à environ 27 000 années-lumière dans la partie la plus dense de la galaxie, s’est éclairée pendant seulement 42 minutes. Les calculs ont montré que l’objet incriminé n’était lié à aucune étoile à moins de 8 unités astronomiques (UA, soit huit fois la distance moyenne de la Terre au soleil), suggérant qu’il s’agissait presque certainement d’une petite planète en fuite, éjectée de son système solaire d’origine. après un pinceau avec un objet beaucoup plus massif.

Selon la distance entre la planète et l’étoile source (c’est impossible à dire avec la technologie actuelle), le monde voyou se situe probablement entre la moitié et une masse terrestre. Dans les deux cas, ce monde itinérant serait la planète voyous la plus faible jamais détectée. Selon Mroz, c’est une « étape importante » pour la science de la formation des planètes.

« Les théories de la formation des planètes ont prédit que la majorité des planètes flottantes devraient être de masse terrestre ou plus petite, mais c’est la première fois que nous pourrions trouver une planète de masse aussi faible », a déclaré Mroz. « C’est vraiment étonnant que la théorie d’Einstein nous permette de détecter un petit morceau de roche flottant dans la galaxie. »

Beaucoup d’autres petits morceaux de roche pourraient bientôt suivre, a déclaré le co-auteur de l’étude Radek Poleski de l’Université de Varsovie à Live Science. Les futurs télescopes de chasse aux planètes, comme le télescope spatial romain Nancy Grace de la NASA (dont le lancement est prévu au milieu des années 2020), seront beaucoup plus sensibles aux événements de microlentilles les plus jeunes de la galaxie que l’expérience OGLE vieille de près de 30 ans, a déclaré Poleski. Si les planètes orphelines de la masse à peu près de la Terre font effectivement partie des habitants les plus communs de la galaxie, il ne devrait pas tarder à y en avoir beaucoup plus.

Publié à l’origine sur Live Science.

 

 

 

 

La courte opinion du jour:faisant fi des problèmes développés sur Terre,Nokia et la NASA vont installer un réseau 4G sur la lune

La NASA a confié un projet d’une valeur de 14,1 millions de dollars américains à l’entreprise de télécommunications Nokia visant à déployer un réseau cellulaire sur la lune.

 

Selon ce que rapporte le site Mashable, la division nord-américaine de Nokia planifie d’y installer un réseau 4G/LTE et éventuellement, d’effectuer une transition vers la 5G. Selon ce qu’a affirmé NASA dans une annonce officielle, ce sera «le premier système de communications 4G/LTE dans l’espace».

«Le système pourrait permettre des communications sur la surface lunaire sur de plus grandes distances, avec une vitesse accrue, et plus de fiabilité que les standards actuels», peut-on lire dans l’annonce de l’agence fédérale américaine.

Ce sera le premier système de communication 4G/LTE dans l’espace, selon la NASA.

 

L’enveloppe allouée à Nokia s’inscrit dans le programme Tipping Point de la NASA, une initiative de 370 millions de dollars américains vouée à avancer la recherche et le développement dans le domaine de l’exploration spatiale.

La division de recherche et développement de Nokia, Bell Labs, a fourni plus d’explications dans une série de publications sur Twitter. Grâce à son réseau, l’entreprise souhaite permettre le contrôle à distance de véhicules lunaires et la diffusion de vidéos en haute définition à partir du satellite naturel de la Terre.

Le réseau sera «spécifiquement conçu pour résister aux températures extrêmes, à la radiation et au vide spatial.»

Aucun échéancier n’a été dévoilé pour la construction du réseau, mais elle s’inscrit dans l’objectif de la NASA d’avoir une base sur la lune d’ici 2028, a affirmé l’administrateur de la NASA Jim Bridenstine.

EN CONCLUSION

Depuis plusieurs décennies,la NASA ainsi que d’autres agences spatiales sans compter les diverses puissances militaires qui s’affrontent depuis toujours pour le contrôle de l’humanité ,utilisent des  technologies de communication  (rayon laser,amplification de fréquences,etc) permettant aux ondes de communication terrestre de pouvoir voyager et s’étendre dans l’espace jusqu’à 5,000 années-lumière.

À ce rythme,il  est très possible que plus de 1,000 systèmes solaires de notre galaxie reçoivent nos ondes de communications militaires ou scientifiques,chaque jour.

Donc,nous avons signalé notre existence dans toute la galaxie depuis  le début des années ’60…et nous avons reçu l’ordre de faire attention ,par l’ONU,de ne pas envoyer de messages vers d’autres étoiles,par mesures de sécurité.

La question à $1 million de dollars:est-ce qu’il n’y a que des imbéciles sur cette planète pour administrer des secteurs importants de notre vie sociale?

L’édification d’une antenne de 4G va envoyer le message « ailleurs » que non seulement nous polluons et détruisons notre monde,mais que nous sommes prêt à faire de même avec d’autres corps célestes pour améliorer le confort d’une petite élite!

Je ne suis pas sur que  le côté « envahisseur et destructeur » de notre petite élite va être bien reçu par une race extraterrestre plus évoluée et mieux avertie que la nôtre qui vient de commencer la Sixième Extinction Massive de l’Histoire de la Terre!

Mis à leur place,je serais très méfiant et réagirais!

Ils nous ont développé et ils peuvent facilement mettre fin à l’expérience!

 

L’idée,le rêve de conquérir la Lune existe depuis plus de 100 ans.

 

Sensationnelle découverte d’une planète jumelle de la Terre et autres nouvelles du ciel

Vue d’artiste de l’exoplanète Kepler-1649c avec vue sur son étoile, une naine rouge.

 

Cette semaine, on découvre une rare planète potentiellement habitable à peine plus grande que la Terre, trois astronautes dont une recordwoman retrouvent la terre ferme, la Nasa ressort son vieux logo rouge pour fêter son retour aux vols habités, et une vue de la «bille bleue» par BepiColombo, qui nous a survolés la semaine dernière.

Une jumelle de la Terre dans les archives de Kepler

Une nouvelle cousine pour la Terre ! En réanalysant des données enregistrées par le télescope spatial Kepler, à la retraite depuis deux ans, une équipe d’astrophysiciens a trouvé la trace d’une exoplanète passée inaperçue jusqu’ici. Toutes les observations de Kepler sont pourtant scannées par un algorithme, chargé de détecter des signaux inhabituels dans la luminosité des étoiles : quand elle faiblit légèrement de façon régulière, c’est sans doute qu’une planète lui passe devant. On appelle cela la méthode des transits – redoutable pour découvrir des exoplanètes à la pelle. Mais l’algorithme avait manqué cette planète-là, raconte la Nasa, et il a fallu un deuxième épluchage humain des données pour corriger l’oubli.

Taille comparée de la Terre et de Kepler-1649c, exoplanète 1,06 fois plus grosse.

 

Et à côté de quoi on a failli passer ! Kepler-1649c – de son petit nom – fait 1,06 fois la taille de la Terre. Une jumelle presque parfaite. Et elle orbite dans la zone habitable de son étoile, là où la température permet la présence d’eau liquide, ce qui en fait une exoplanète vraiment exceptionnelle. Sur les 4 100 planètes extrasolaires qu’on connaît à ce jour, seule une vingtaine sont à la fois de taille terrestre et potentiellement habitables. Nos meilleures candidates pour y chercher des traces de vie extraterrestre. En janvier, TOI 700d avait rejoint cette liste de happy few.

Située à 300 années-lumière de nous, Kepler-1649c reçoit 75% de la quantité de lumière que la Terre reçoit du Soleil. C’est assez semblable, et les températures en surface de la planète sont peut-être proches des nôtres. En revanche, l’exoplanète orbite autour d’une naine rouge, un type de petite étoile connu pour être parfois éruptive, et donc dangereuse pour son environnement… et hostile au développement de la vie.

Retour sur Terre en pleine crise sanitaire

Les astronautes se sentiront peut-être comme dans Good Bye Lenin ces prochains jours : parachutés (au sens propre !) dans un monde à la fois familier et très différent de ce qu’il était il y a six mois, la dernière qu’ils y ont vécu. Jessica Meir, Andrew Morgan et Oleg Skripochka ont atterri ce vendredi matin dans les plaines du Kazakhstan, redescendus de l’ISS où ils séjournaient depuis septembre – et même juillet pour Andrew Morgan.

Atterrissage de l’expédition 62 de l’ISS au Kazakhstan, le 17 avril 2020.

 

Les photos de l’atterrissage les montrent souriants sur les fauteuils où on les assied tout de suite, incapables de marcher car écrasés par le retour à la gravité, dans un comité d’accueil tout en masques chirurgicaux. Sur l’ISS, les astronautes ont entre autres mené des expériences sur les fluides humains et le fonctionnement du cœur en microgravité, la mécanique des gouttes d’eau, et amélioré un spectromètre chargé de chercher l’hypothétique matière noire.

L’Américaine Jessica Meir est entrée dans les livres d’histoire spatiale en participant, le 18 octobre 2019, à la toute première sortie dans l’espace 100% féminine. Elle accompagnait sa collègue de la Nasa Christina Koch pour remplacer des batteries en panne.

Coucou la Terre, ici Bepi !

Vendredi dernier (10 avril) était un grand jour pour BepiColombo, la sonde euro-japonaise qui file vers Mercure pour l’étudier en détail. Lancée en octobre 2018, elle a suivi la Terre dans son orbite autour du Soleil pendant un an et demi et doit maintenant infléchir sa course vers l’intérieur du système solaire pour se rapprocher de sa cible. Pour entamer son virage, elle a profité de l’«assistance gravitationnelle» de la Terre en frôlant notre planète. BepiColombo nous a survolés à 12 700 kilomètres, soit la moitié de l’altitude de croisière des satellites GPS et Galileo !

La sonde a pris des photos tout au long de son approche et de son éloignement. Mises bout à bout, elles forment une animation émouvante de notre «bille bleue» vue de loin…

Ci-dessous, une version retraitée pour homogénéiser l’exposition :

BepiColombo devait être surveillée d’un peu plus près que d’habitude durant le survol. Les ingénieurs de l’ESA qui gèrent les sondes au centre de Darmstadt, en Allemagne, n’avaient jamais vécu un tel moment dans des conditions aussi particulières – une partie des salariés en télétravail, les autres devant coopérer sans s’approcher dans les locaux…

Nasa : le retour du logo «ver»

C’est le genre de petit rien qui fait battre les cœurs nostalgiques. Le vieux logo tout rouge de la Nasa, utilisé entre 1975 et 1992, va orner une fusée de SpaceX pour célébrer «le retour des vols habités sur des fusées américaines depuis le sol américain».

La Falcon 9 qui emmènera les premiers astronautes vers l’ISS à bord d’une capsule Crew Dragon est ornée du vieux logo rouge de la Nasa.

 

 

La Falcon 9 qui emmènera les premiers astronautes vers l’ISS à bord d’une capsule Crew Dragon est ornée du vieux logo rouge de la Nasa. Photo SpaceX

Cela fait presque dix ans en effet, depuis le retrait de la navette spatiale en 2011, que les Américains n’ont pas pu se rendre sur la station spatiale par leurs propres moyens : tous les ans, ils achètent des places à bord des vaisseaux russes Soyuz, qui assurent seuls le trafic humain vers et depuis la station. Mais les choses vont bientôt changer. Deux nouvelles capsules américaines sont en cours de tests et feront bientôt leur premier vol habité. L’une est conçue par Boeing (la Starliner), l’autre par SpaceX (Crew Dragon). Cette dernière devrait décoller fin mai avec des astronautes à son bord.

Le sceau de la Nasa, son logo entre 1975 et 1992, et le logo historique utilisé aujourd’hui.

 

«Le design à la fois rétro et moderne du logo illustrera la joie d’ouvrir une nouvelle ère du vol spatial habité», espère la Nasa. L’agence rappelle que ce vieux logo est surnommé «le ver», avec ses quatre lettres épurées qui se tordent comme des asticots rouges. Le logo historique de la Nasa avec l’orbite blanche et le chevron rouge sur fond bleu, utilisé entre 1959 et 1975 puis de 1992 à aujourd’hui, est surnommé «meatball» (la boulette de viande).

L’hélicoptère martien est visible en bas de l’image, attaché au «ventre» de Perseverance. Il sera déployé environ deux mois et demi après l’atterrissage du rover américain.

L’hélicoptère martien de la mission Mars 2020 a été attaché au rover Perseverance la semaine dernière, au centre spatial Kennedy en Floride. Il est visible en bas de l’image, attaché au «ventre» de Perseverance. Il sera déployé sur Mars environ deux mois et demi après l’atterrissage du rover américain, en février 2021.

 

 

 

 

 

Astronomie:La Terre a capturé une «mini-Lune» temporaire

La Terre a capturé temporairement une «mini-Lune» de la taille d’une voiture, selon les astronomes qui ont repéré l’objet céleste orbitant autour de notre planète.

Ce satellite, d’une taille de 1,90 à 3,50 mètres, a été observé la nuit du 15 février par les chercheurs Kacper Wierzchos et Teddy Pruyne, du projet Catalina Sky Survey financé par l’agence spatiale américaine NASA, en Arizona.

«GRANDE NOUVELLE. La Terre possède un objet nouvellement capturé/possible mini-Lune appelée 2020 CD3», qui pourrait être un astéroïde de type C (carboné, donc très sombre), a tweeté mercredi Kacper Wierzchos.

Pour l’astronome, l’information est «importante» car «il s’agit seulement du second astéroïde connu à graviter autour de la Terre (après 2006 RH120, qui a également été découvert par Catalina Sky Survey)».

Son orbite actuelle suggère qu’il a été capturé par l’attraction terrestre il y a trois ans, a-t-il précisé.

Une petite lune de la taille d’une voiture.

Le Centre des planètes mineures du Smithsonian Astrophysical Observatory, qui collecte les données concernant les objets mineurs du système solaire, a déclaré qu’«aucun lien avec un objet artificiel connu n’a été établi», impliquant qu’il s’agissait donc sûrement d’un astéroïde capturé par la gravité terrestre.

«La dynamique orbitale indique que cet objet est temporairement lié à la Terre», selon la même source.

Notre nouveau voisin n’est pas en orbite stable et ne devrait pas rester très longtemps dans les parages.

«Il s’éloigne du système Terre-Lune au moment où nous parlons», dont il devrait sortir courant avril, a expliqué au magazine New Scientist le chercheur Grigori Fedorets, de l’université Queen’s de Belfat.

Le seul autre astéroïde connu à avoir gravité autour de la Terre, 2006 RH120, a été en orbite autour de notre planète de septembre 2006 à juin 2007.

Animation_of_2006_RH120_orbit_around_Earth_20060401-20071101

12 astéroïdes géocroiseurs presque prêts à être forés

Le forage d’astéroïdes pour extraire le platine et les matériaux précieux est une opportunité que beaucoup envisagent. Les projets les plus célèbres sont Planetary Resource sponsorisé par Eric Schmidt, Larry Page et James Cameron, et Deep Space Industries .

Le problème est que nous devons identifier les astéroïdes qui peuvent probablement être utilisés comme mines spatiales. C’est ce que pensaient les astronomes de l’Université de Strathclyde au Royaume-Uni, qui ont identifié 12 petits astéroïdes suffisamment proches de la Terre (à environ 1 million de kilomètres de la Terre, soit environ quatre fois la distance qui nous sépare de la Lune) qu’ils pourraient être facilement accroché et dont les ressources minérales pourraient être facilement extraites avec la technologie actuelle des missiles.

Le groupe de scientifiques, dirigé par le professeur Garcia Yarnoz, les a trouvés dans les points de Lagrange L1 et L2 qui sont indiqués dans l’image publiée sur cette page. Les points lagrangiens sont des régions de l’espace où la gravité de la Terre et un autre corps céleste s’équilibrent. Les points L1 et L2 sont ceux dans lesquels la gravité de la Terre et du Soleil sont égalisées . Un astéroïde à un point lagrangien est idéalement placé pour une opération de forage car il reste stationnaire. 

Les 12 ERO (objets facilement récupérables) qui ont été identifiés suivent des orbites qui les rapprochent très près des points lagrangiens  surnommés, il n’a donc besoin que d’un petit coup de pouce pour les atteindre. En particulier, l’astéroïde connu sous le nom de 2006 RH120 pourrait être amené dans la bonne position en modifiant sa vitesse de seulement 58 mètres par seconde: une opération qui devrait être possible en 2026.

Les points L1 et L2 de Lagrange sont ceux qui intéressent les chercheurs

Les scientifiques britanniques ont examiné 9 000 astéroïdes et en ont sélectionné de plus petits car nous ne disposons pas actuellement de la technologie nécessaire pour déplacer en toute sécurité un gros astéroïde vers un point lagrangien. 

Cependant, les astéroïdes qui se déplacent dans l’espace près de la Terre sont très nombreux: un graphique récent publié par la NASA révèle que depuis le début de 2013, ils ont orbité autour de nous plus de 1400 astéroïdes potentiellement dangereux (PHA) autour de nous , avec un diamètre d’au moins 460 mètres.

NASA: des astéroïdes en orbite autour de nous

Ils ne seront pas une menace inquiétante au moins pour les 100 prochaines années car ils orbiteront à une distance d’environ 7,5 millions de kilomètres de nous (20 fois ce qui nous sépare de la Lune), mais ils nous donnent une idée de la façon dont l’espace est riche en des corps en mouvement, qui, dans le passé, ont peut-être considérablement modifié l’évolution de notre système solaire

 

 

 

 

Alerte dans l’espace:Un satellite américain risque d’exploser et de créer des milliers de débris

 

Un opérateur de télévision a demandé aux autorités américaines l’autorisation d’éloigner l’un de ses satellites en raison d’un problème de batterie faisant courir un risque d’explosion.

Dessin représentant Spaceway I dans l’espace.

 

Un service de télévision par satellite américain, DirecTV, s’inquiète du risque d’explosion d’un de ses appareils à cause d’un problème de batterie. Le satellite Spaceway 1 a été lancé en avril 2005 et pèse environ 3700 kilogrammes en fin de vie, selon une ancienne fiche de Boeing, le constructeur. Avec ses panneaux solaires déployés, il mesure 41 mètres de longueur et 7 mètres de largeur.

Un risque « important » que les batteries explosent

DirecTV a informé la Commission fédérale des communications (FCC) le 19 janvier qu’une « anomalie majeure » avait causé « des dommages thermiques importants et irréversibles » aux batteries de Spaceway 1.

« Il existe un risque important que ces batteries explosent », écrit DirecTV dans un courrier.

A partir du 25 février, le satellite sera dans l’ombre de la Terre et les batteries abîmées tenteront inévitablement de se recharger, ce qui pourrait provoquer l’explosion. L’opérateur veut donc évacuer son satellite au plus vite vers l’orbite cimetière, 300 km plus loin que l’orbite géostationnaire où se trouvent des centaines de précieux satellites de télécommunications. 

Risque d’endommagement d’autres satellites

Pour réduire le risque d’une explosion accidentelle, DirecTV va vidanger dans l’espace une partie des 73 kg de carburant (bipropergol) encore à bord, mais l’opérateur a prévenu que le temps manquait pour tout vider. Il a demandé une exemption d’urgence car la réglementation exige en temps ordinaire que le carburant soit entièrement vidangé d’un satellite avant sa désorbitation.

L’explosion d’un satellite aussi grand pourrait créer des milliers de débris et endommager d’autres satellites.


EN COMPLÉMENT

LA POLLUTION DES DÉBRIS DE LA CONQUÊTE SPATIALE

 

 

L’espèce humaine pollue la Terre, mais aussi l’espace immédiat environnant notre planète. La Royal Society of London a mis au point une animation qui retrace les étapes de cette dégradation depuis Spoutnik 1 en 1957.

 

SpaceX, avenir des lanceurs réutilisables?

Pour limiter la pollution due aux débris spatiaux, une solution pourrait être d’employer des lanceurs réutilisables. La société SpaceX du milliardaire américain Elon Musk a réussi lundi pour la première fois à faire décoller une fusée Falcon 9 et à récupérer ensuite le premier étage de son lanceur, revenu atterrir en douceur sur Terre après 11 minutes de vol.

Pour Jean-Yves Le Gall, président du Centre national d’études spatiales (Cnes) interrogé par l’AFP, SpaceX a bien accompli un « exploit technologique ». Pour autant, tout n’est pas résolu. Il rappelle que les lanceurs réutilisables ne sont pas nouveaux. Citant l’exemple de la navette spatiale américaine, il souligne que lorsqu’elle devait être remise en vol, les coûts étaient très importants ». Les ambitions du fondateur de Tesla se briseront-elles sur l’argument économique? Le directeur du Cnes croit ce scénario plausible. Tout dépendra du nombre de réutilisations possibles et d’écart de temps entre deux lancements. « Entre un monde parfait où on réutilise en l’état un lanceur un très grand nombre de fois, et un monde réel où il faut remettre les choses d’aplomb, et finalement ça ne fonctionne qu’une ou deux fois, l’écart est très très grand », souligne-t-il.

Le PDG d’Arianespace, Stéphane Israël, se pose les mêmes questions et s’en est ouvert à BFM Business, mercredi. En réponse à SpaceX, il planifie de réduire les coûts du lanceur européen par six d’ci quelques années.

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :