Publicités
Accueil

Astronomie:Une énorme supernova vient de se produire, observez-la en direct streaming !

Laisser un commentaire

Une énorme supernova illumine le ciel depuis le 14 mai 2017. Vous ne l’avez pas encore vue ? C’est normal : aussi énorme soit-elle, cette explosion est si lointaine, que sa brillance la confond tout juste avec les étoiles environnantes. Néanmoins, un peu de matériel suffit à l’observer près de la galaxie NGC 6946. Mais il y a encore mieux : le Virtual Telescope Project propose un direct streaming ce soir !

 

 

Cette supernova vient d’être repérée par un passionné américain, Patrick Wiggins, le 14 mai. Un nouveau point lumineux est apparu à proximité dans la constellation du Cygne. Celle-ci est en fait une énorme supernova de type II, c’est à dire l’effondrement sur elle-même d’une grosse étoile, générant une explosion très lumineuse visible à travers l’espace.

Voici comment observer l’énorme supernova en direct streaming

Ce phénomène, baptisé 2017 eaw, intervient dans une région, la constellation du Cygne, où ce type d’événement n’est pas si rare. C’est en effet la 10e supernova que l’in y repère depuis une centaine d’années. Dans un premier temps, l’amateur anonyme a comparé les clichés de la région datant de deux dates différentes, puis a observé pendant plus d’une heure pour être bien sûr qu’il ne s’agissait pas d’un astéroïde.

Mais un astronome italien, Gianluca Masi, du Virtual Telescope Project a pu l’observer de manière indépendante, et a confirmé ainsi qu’il s’agissait bien d’une supernova. C’est le plus puissant phénomène de ce type visible en ce moment dans le ciel, et elle devrait rester observable pendant encore un moment. Pour la voir, justement, c’est accessible à l’astronome amateur, à condition de posséder un télescope relativement puissant.

Il faut en effet une lentille de 15 cm minimum. Il faudra pointer la lunette en direction de la constellation du Cygne et chercher la galaxie NGC 6946: la supernovae se trouve autour de celle-ci. Mais il y a beaucoup, beaucoup plus simple : le Virtual Telescope Project propose un direct streaming dès 21:30 UT ou 23:30 heure de Paris pour l’observer avec des explications (en italien).

 

 

Publicités

Vidéo et article : la DARPA dévoile l’avion de l’espace du futur, c’est un X-37B géant !

Laisser un commentaire

La DARPA américaine est en train de développer un nouvel avion de l’espace baptisé XS-1 ou Phantom Express, et vient de mettre en ligne une vidéo à son sujet. On y découvre un engin qui décolle verticalement, peut lancer un satellite en orbite, avant de revenir sur Terre en vol plané. Un concept qui rappelle le X-37B, un engin top-secret effectuant de mystérieuses missions en orbite autour de la Terre.

 

La Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), l’agence de recherche et développement de l’armée américaine, développe avec Boeing un curieux engin baptisé XS-1, ou Phantom Express. Son design rappelle un peu le X-37B, un engin expérimental top secret lui aussi fabriqué par Boeing en partenariat avec la DARPA. Avec deux grandes différences.

Dans une vidéo, la DARPA tease son avion de l’espace du futur : un X-37B géant !

La vidéo en fin d’article suggère que celui-ci pourrait s’extraire de la gravité terrestre seul, sans l’aide d’une fusée. Il serait aussi nettement plus gros et pourrait emporter sur son toit une sorte de galerie à laquelle serait accroché un étage de fusée pouvant lancer un petit satellite en orbite à moindre coût.

Selon la page dédiée sur le site de Boeing, cet avion de l’espace serait autonome, et permettrait de lancer en quelques heures des satellites. Il pourrait mettre en orbite des objets de 1361 kg pour un coût d’à peine 5 millions de dollars, soit 3673 dollars environ le kilo. C’est beaucoup moins encore que les lancements de Falcon 9.

Sa finalité serait à la fois civile et militaire. Et son gros avantage sur une solution telle que la Falcon 9 de SpaceX serait de pouvoir atterrir en vol plané sur une piste classique, sans dépenser de carburant. Ces éléments combinés à ce que nous savons du X-37B font penser que cet avion de l’espace en est le prolongement.

 

 

Civilisations extraterrestres:L’étoile à la « mégastructure Alien » refait des siennes, le mystère s’obscurcit

Un commentaire

L’étoile KIC 8462852 que certains scientifiques soupçonne d’abriter une « mégastructure Alien » sorte de sphère de Dyson entre autres théories vient à nouveau de faire parler d’elle. Tabetha Boyajian, à l’origine de la découverte de l’étoile, rapporte en effet une nouvelle baisse soudaine de la luminosité de l’étoile. De quoi encore brouiller les pistes sur les raisons du comportement étrange de cet astre, et obscurcir encore le mystère. 

 

On vous en parle régulièrement : KIC 8462852 est une étoile située à 1500 années-lumières de nous. Et si elle fascine autant, c’est qu’elle a une particularité étrange : sa luminosité diminue à travers le temps et par à-coups. Comme si quelque-chose était en train d’être construit autour d’elle, dans le style des sphères de Dyson, une mégastructure censée permettre à des civilisations avancées de capturer toute l’énergie d’une étoile.

L’étoile à la « mégastructure Alien » baisse encore en luminosité, la raison est un vrai mystère

En tout cas, c’est l’une des théories en l’absence d’une explication vraiment satisfaisante. Car jusqu’ici plusieurs hypothèses ont été testées, sans que les astronomes ne puissent se mettre à 100% d’accord. La dernière théorie en date était par exemple que l’étoile était en plein festin galactique. Mais un nouveau plongeon de sa luminosité de plus de 2% vient d’être détecté, comme l’annonce Tabetha Boyajian, première à avoir découvert cette étrange étoile.

Selon elle, cette nouvelle baisse soudaine augure un cycle d’observation passionnant au cours duquel il sera peut-être possible de comprendre enfin ce qui se passe, et éventuellement de confirmer ou d’infirmer la théorie selon laquelle une structure d’origine artificielle en construction obscurcit progressivement la luminosité qui nous parvient. Evidemment, comme on vous le disait plus haut cette théorie cohabite celles d’une origine naturelle du phénomène.

 

Mais les données en provenance de l’étoile sont si étrange, que ces deux approches radicalement opposées cohabitent. C’est en tout cas la première baisse claire de luminosité enregistrée depuis sa détection en 2015. De fait, il faudra encore attendre la mise en service de télescopes spatiaux plus puissant que Hubble, dont le James Webb télescope pour voir enfin ce qui se passe et lever enfin le voile sur la fameuse étoile de Tabby.

L’étoile la plus mystérieuse de la Voie Lactée est à nouveau dans l’actualité.

Les astronomes émettent les alarmes vendredi alors que les observations du télescope détectent des modèles de lumière inhabituels provenant d’une étoile éloignée située à environ 1 300 années-lumière de la Terre dans la constellation de Cygnus, dans les bords extérieurs de la galaxie. La gradation et le scintillement mystérieux de l’étoile, découverts pour la première fois en 2011, signifient quequelque chose passe devant lui. Cela a perplexe les astronomes depuis, mais c’est la première fois qu’ils l’ont vu s’obscurcir en temps réel, en présentant une occasion extraordinaire d’observer tout ce qui bloque la lumière de l’étoile.

 

 

 

La sonde Opportunity découvre une région étrange à la formation inexpliquée

Laisser un commentaire

Opportunity est le premier robot envoyé sur Mars par la NASA, en 2004. Il devait y rester 90 jours mais est toujours actif, et poursuit sa mission de reconnaissance. Et il vient justement d’arriver à un point central de sa dernière mission, un site formé d’une façon que les scientifiques  ignorent.

13 ans après son arrivée sur Mars et bien avant Curiosity, Opportunity continue de parcourir la planète à la recherche de réponses quant à la formation de celle-ci. Et en ce mois de mai, il vient d’atteindre la vallée de la Persévérance, située sur le flanc d’un gigantesque cratère de 22 kilomètres de large nommé Endeavour.

Mars : la formation de cette vallée étrange est inexpliquée

Cette vallée est au cœur de toutes les interrogations chez les scientifiques en charge à la NASA. En effet, impossible pour eux de définir comment s’est-elle formée. Comme toujours, et même si l’on sait désormais qu’il n’y a pas de trace d’eau à la surface de Mars, la thèse d’un flux d’eau ancien a été évoquée. De même, ce site aurait pu être érodée par les vents, lui donnant ses formes particulières au fil du temps.

La mission d’Opportunity est donc désormais de rechercher des sédiments, ce qui irait dans le sens de la théorie portée sur l’eau. Matt Golombek, l’un des chercheurs lié au projet indique que « L’équipe scientifique est vraiment impatiente de ratisser la zone au peigne fin à la recherche d’indices qui aideront à faire le tri entre les multiples hypothèses expliquant la formation de cette vallée« .

En définitive, après toutes ces années d’observation et de recherche scientifique, Mars se dévoile peu à peu à nous, et des scientifiques ont déjà effectué des simulations d’un an dans le but de s’y rendre réellement un jour. De nouvelles missions sont d’ores-et-déjà prévues, l’une d’entre-elles pourrait d’ailleurs impliquer des humains et serait lancée dans les années 2030.

 

 

 

 

 

 

SpaceX met en orbite un imposant satellite avec sa Falcon 9, en vidéo

Laisser un commentaire

SpaceX a mis en orbite un imposant satellite de télécommunications Inmarsat-5 F4 pour le compte de l’entreprise Gogo et Inmarsat, et réussit sin 6e lancement de 2017 avec une fusée Falcon 9. Compte-tenu du poids de satellite et de l’altitude de sa mise en orbite, la fusée n’a pas pu être récupérée. Si tout se passe bien ce satellite de télécommunication lourd devrait rejoindre une constellation qui fournira internet dans les vols commerciaux.

 

SpaceX vient de réaliser son 6e lancement de l’année et non des moindres puisque l’entreprise d’Elon Musk vient de lancer un imposant satellite Inmarsat-5 F4 pour le compte de l’entreprise du même nom et de Gogo dans une orbite géostationnaire à plus 35.000 kilomètres d’altitude. Pour ce gros satellite de plus de 6 tonnes, l’entreprise n’a exceptionnellement pas pu récupérer le premier étage de sa fusée Falcon 9.

Mais contrairement à l’accident de septembre 2016, c’était ici nécessaire.


HORS TEXTE

retour de la fusée Falcon 9 sur Terre

SpaceX a mis en ligne  le 1er mai 2017, une vidéo jusqu’ici jamais vue : celle de la séparation du premier étage de la fusée puis son retour sur Terre vu depuis le sol avec un puissant télescope. Une chorégraphie si parfaite qu’elle est à peine croyable. SpaceX a dû passer sur de nombreux détails de ce lancement en raison de son caractère secret-défense. Et a du coup compensé avec ces images vertigineuses depuis le sol

Pour le lundi 1er mai 2017, SpaceX tenait un lancement de satellite un peu spécial. Puisqu’il était pour le compte de NRO une agence gouvernementale qui conçoit et met en orbite des satellites espion. Du coup, pas question de suivre le déploiement du satellite jusqu’à son terme comme c’est généralement le cas lors de webcasts des lancements de fusées Falcon 9. Pour autant, ce lancement a donné lieu à la meilleure vidéo jamais filmée du retour de la fusée.

Sur deux écrans, on a en effet une vue subjective de la descente du 1er étage de la Falcon 9 avec une vue prise avec un puissant télescope depuis le sol. Résultat, on voit tout sous plusieurs angles, depuis la séparation de l’étage réutilisable de la Falcon 9, jusqu’aux à ce que celle-ci se pose au sol. En passant par le jeu des correcteurs de trajectoire et les allumages successifs du moteur principal. Attention spoilers : tout se passe à la perfection.

Et comme vous allez le voir dans la vidéo qui va suivre, on comprend très bien pourquoi la fusée qui décolle d’un blanc immaculé arrive sur Terre couverte de suie : le feu de son moteur semble en effet lécher les parois du véhicule lors de la rentrée dans l’atmosphère. Celle-ci a lieu à plus d’un milliers de mètres par seconde (ça fait quand même plus de 3600 km/h !) lorsque le moteur est rallumé :

 


 

 

 

 

Et cela devrait rester une exception : SpaceX va inaugurer une nouvelle version de son lanceur cet été, la Falcon 9 Heavy, qui comme son nom l’indique pourra lancer des charges bien plus importantes, tout en récupérant le premier étage. Ce lancement a eu lieu lundi à 1h du matin (heure de Paris). Ce contrat avec Inmarsat et Gogo est un signal extrêmement positif, après le lancement impressionnant de cette Falcon 9 pour mettre en orbite un satellite espion.

Cela montre que SpaceX gagne une confiance accrue auprès de ses clients, et donc que l’entreprise est renforcée dans sa démarche. Ce satellite rejoint désormais une constellation de satellites qui permet un accès à internet haut débit dans certains vols commerciaux. L’air de rien, avec 6 lancements en 4 mois, SpaceX se rapproche par la même occasion de réaliser entre 12 et 18 missions d’ici la fin de l’année 2017.

On vous propose de voir la vidéo du lancement avec les images en provenance d’une caméra embarquée sur le lanceur :

 

 

 

 

 

 

Exploration spatiale:les combinaisons spatiales de l’ISS deviennent dangereusement obsolètes

Laisser un commentaire

La Nasa va bientôt manquer de combinaisons spatiales pour ses astronautes à bord de l’ISS. Ces combinaisons ont en effet été construites il y a une quarantaine d’années, et sont depuis simplement réparées. Elles avaient été conçu au départ pour résister une quinzaine d’années maximum. Certaines seraient très dangereuses à utiliser, et le stock de combinaisons en état de marche n’est plus que de 11 sur les 18 au départ. 

Les combinaisons spatiales de la Nasa à bord de l’ISS sont des objets fascinants, car ce n’est pas un simple vêtement : il s’agit d’un vaisseau spatial miniature. Véritables chef d’oeuvre d’ingénierie, les combinaisons spatiales blanches utilisées de nos jours par les astronautes de la station spatiale internationale lors des sorties extra-véhiculaires sont les mêmes (vraiment les mêmes) que celles qui étaient utilisés par les astronautes il y a 40 ans.

Et elles commencent à devenir dangereusement obsolètes.

Les mêmes combinaisons depuis Apollo 10.

La Nasa n’aurait bientôt plus de combinaison spatiale en état de marche

Depuis leur construction, elles sont donc régulièrement réparées et améliorées. Le problème, c’est qu’elles étaient conçues pour 15 années d’utilisation maximum. Et qu’au bout de 40 ans, elles commencent à devenir très difficiles à réparer. Et que ces mini vaisseaux spatiaux sont par ailleurs très difficiles à concevoir et à fabriquer. Du coup le stock de combinaisons en état de marche diminue dangereusement. Aujourd’hui il en reste 11 sur les 18 de départ.

Certaines seraient extrêmement dangereuses à utiliser lors de sorties spatiales, avec parfois des accidents graves. Comme en 2013 lorsqu’un astronaute a failli mourrir noyé après qu’une fuite du système de refroidissement de sa combinaison ait rempli son casque d’eau. D’autres astronautes parlent d’une utilisation très inconfortable, ou d’usure inquiétante au niveau des gants.

La Nasa a investi près de 200 millions de dollars ces dernières années pour leur trouver un remplaçant, mais il faudra encore de nombreuses années pour que le successeur des combinaisons spatiales actuelles, indispensables aux sorties extra-véhiculaires pour réparer l’ISS, soit disponible. L’agence s’inquiète donc dans son rapport de manquer de combinaisons d’ici la fin de vie de la station programmée en 2024.

Un problème qui va devenir encore plus pressant si la durée de vie de la station est prolongée jusqu’en 2028.

Sources:NASA

 

 

 

Astronomie: fantastiques photos de supernovae quadruples

Un commentaire

 

Une vue large sur le ciel nocturne de l’Observatoire Palomar en Californie révèle une toile de fond étonnante pour une image composite de la supernova iPTF15geu de type Ia. L’image la plus à gauche provient de Sloan Digital Sky Survey.L’image centrale et de droite provient du télescope spatial Hubble de la NASA / ESA et montre la lentille galaxy SDSS J210415.89-062024.7 au centre et quatre images à lentille de l’explosion de la supernova autour de la galaxie des lentilles.


Photo no 2

 

 

À 2,5 milliards d’années-lumière, galaxy SDSS J210415.89-062024.7 a servi de lentille à une supernova encore plus loin dans le cosmos. La lentille gravitationnelle a créé quatre images distinctes de l’explosion.


Photo no 3

La lumière de la supernova iPTF16geu a parcouru 4,3 milliards d’années pour se rendre à la Terre. La seule raison pour laquelle les astronomes ont vu que c’était l’avant-plan de la galaxie allumait la lumière, la grossissant de 50 fois. La lentille gravitationnelle a également provoqué la lueur de la supernova à apparaître dans quatre endroits distincts dans le ciel entourant la galaxie des lentilles.


Photo no 4

 

Sur Palomar Mountain en Californie, l’Observatoire Palomar a recueilli cette large vue sur le ciel nocturne. Une explosion de supernova dont la lumière a parcouru 4,3 milliards d’années a été découverte dans la partie inférieure centrale de l’image en raison de la lentille gravitationnelle.


Photo no 5

À l’aide de Sloan Digital Sky Survey, les astronomes ont parcouru le ciel pour les supernovae, en utilisant un télescope optique grand angle de 2,5 mètres à l’Observatoire Apache Point au Nouveau-Mexique.Le minuscule point rouge au centre gauche de l’image est l’explosion iPTF16geu.


Photo no 6

L’Observatoire de Keck à Hawaï est passé à l’action pour capturer cette vue de la supernova iPTF16geu après avoir été repéré avec le télescope spatial Hubble, un événement de lentille qui l’agrandit de 50x.


Photo no 7

 

La supernova iPTF16geu située dans une image par le télescope Palomar de 48 pouces en Californie. La première photo montre une image de la zone de l’étude du sommet de San Diego, et les images du télescope spatial Hubble révèlent une galaxie de premier plan et la supernova lointaine, dont la lumière s’est penchée autour de la galaxie pour arriver à Hubble quatre fois de plus. Une image de la supernova du télescope Keck est également incluse.


Photo no 8

Ce diagramme montre comment la supernova iPTF16geu a obtenu un coup de pouce visuel d’une galaxie qui l’entourait et du télescope spatial Hubble.La gravité de la galaxie intermédiaire a déformé la lumière provenant de la supernova, l’envoyant à Hubble divisé en quatre images et en la rendant de plus de 50 fois (50X).


Photo no 9

Les chercheurs se sont précipités pour capturer les vues de la supernova iPTF16geu avec différents télescopes lorsque la supernova a été capturée magnifiée 50 fois alors qu’une galaxie de premier plan passait entre elle et le télescope spatial Hubble.


Sources: NASA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :