Les volcans islandais seraient en train de se réveiller

Ils présenteraient des signes évidents d’activité, selon les experts qui n’arrivent toutefois pas à prédire quand une éruption pourrait survenir.

Des volcans célèbres d’Islande montreraient des signes évidents de réveil, selon le site Iceland Monitor samedi qui cite un géophyiscien de l’Université d’Islande Páll Einarsson. L’expert a confié dans un journal local, que des processus étaient en cours dans leur centre, processus qui pourraient aboutir à une éruption.

Le scientifique s’est toutefois gardé d’avancer une date d’explosion, tant il est difficile de prédire à l’avance quand un volcan peut entrer en éruption, mais il a indiqué que les volcans faisaient désormais l’objet d’une surveillance renforcée.

Deux volcans sont pour l’instant concernés, le Bárðarbunga et le Grímsvötn. Ils se situent tous deux sous le glacier Vatnajökull, au sud de l’île, le plus grand d’Islande et le 2e plus grand d’Europe.

Par ailleurs, le Hekla, le volcan le plus connu de l’île, serait aussi en train de montrer des signes alarmants. Les experts ont observé une pression en hausse depuis sa dernière éruption en 2000. Mais les experts ne s’avancent pour l’instant pas à prédire une éruption.

En outre, un autre volcan, le Öræfajökull, qui fait lui aussi partie du glacier Vatnajökull et dont le cratère culmine à 1800 mètres, présente lui aussi des signes d’activité en augmentation. Sa dernière éruption remonter à 1727. Elle avait causé de gros dégâts et transformé une zone agricole en désert de lave.

L’Islande compte de nombreux volcans en activité. Tout le monde se souvient de l’éruption de  l’Eyjafjöll en mars 2010. Elle avait provoqué un important panache de cendres qui avaient entraîné de grosses perturbations dans le ciel européen avec la fermeture de plusieurs espaces aériens et de nombreuses annulations de vols.

 

 

 

 

Publicités

Alerte Yellowstone:le supervolcan pourrait menacer l’humanité plus tôt que prévu

Le super-volcan de Yellowstone menace de se réveiller plus tôt que prévu. Les chercheurs de l’Arizona State University s’inquiètent des retombées du nuage de cendres et de dioxyde de carbone à l’échelle de la planète.

 

Le volcan dans le parc national du Yellowstone, situé dans le Wyoming et le Montana aux États-Unis, est l’un des 20 super-volcans de la Terre. Et celui-ci menace de se réveiller plus tôt que prévu… Selon National Geographic, des chercheurs de l’Arizona State University ont étudié pendant plusieurs semaines les dépôts fossiles des cendres retombées lors de la dernière éruption. En analysant les minéraux, ces spécialistes ont remarqué une évolution de la température en quelques dizaines d’années alors qu’ils pensaient qu’il faudrait quelques milliers d’années avant d’observer la moindre modification.

Entré en éruption pour la dernière fois il y a 640.000 ans, selon National Geographic, les chercheurs estiment que le volcan du Yellowstone est censé se réveiller tous les 600.000 ans. Ils ont déterminé qu’il rejeterait 1000 km³ de cendres et de dioxyde de soufre dans l’atmosphère, soit 2500 fois plus que lors de l’éruption du Mont Saint Helens en 1980. Cet amas expulsé pourrait réfléchir la lumière du Soleil sur une partie de la Terre, provoquant un « hiver volcanique ».

Inquiètant, lorsque l’on sait que sous la chambre magmatique, se trouve un gigantesque réservoir de magma, mesurant 19 km de haut sur 64 km de long et 40 km de large. Les roches en partie fondues qu’il contient rempliraient 11,2 fois le Grand Canyon du Colorado, ont calculé des volcanologues dont les travaux ont été publiés par le journal américain Science.

S’ensuivrait une chute brutale des températures pendant des mois, voire des années, empêchant toute culture agricole de la terre. Les cendres pourraient recouvrir le sol sur une épaisseur d’au minimum 2,5 centimètres tandis que des pluies acides dues à la présence de dioxyde de soufre dans l’air détruiraient une partie des récoltes de l’agriculture et polluerait une bonne partie des eaux.

Certaines projections font aussi état de 90.000 morts, suite à l’éruption du super-volcan, d’autres décès interviendraient dans la foulée.

Photo de juillet 2014.

 

Photo d’Août 2017
L’effet d’une éruption de Yellowstone.

 

 

VOLCANS DE NAPLES : LE RISQUE D’ÉRUPTION SE PRÉCISE

A quel point l’activité volcanique des Champs phlégréens est-elle une menace ? Un nouveau modèle a permis pour la première fois d’évaluer de combien le terrain devrait encore se soulever pour faire craquer la croûte terrestre.

 

 

 

« C’est le volcan le mieux surveillé du monde avec le Vésuve », assure Stefano Carlino, volcanologue à l’Institut national de géophysique et de volcanologie italien (INGV). Lundi 15 mai, il a cosigné une étude publiée dans la revue Nature Communications (en libre accès), proposant un nouveau modèle pour expliquer le processus en cours aux Champs phlégréens, sur lequel les géologues ont les yeux rivés depuis 2012.

Pourtant souterrain, ce volcan situé au nord de la ville de Naples mobilise les chercheurs bien davantage que le Vésuve, se dressant à quelques kilomètres à peine, dont l’allure imposante et la réputation meurtrière suscitent une peur plus instinctive. Or, dangereux, les Champs phlégréens, ne le sont pas moins. Ils rentrent dans la catégorie des « supervolcans », mieux nommés caldeiras, de grandes dépressions formées lors d’éruptions. La dernière en date, remontant à 1583, a criblé la zone de cratères, formant de nouvelles montagnes et des lacs.

L’inquiétude a regagné cette région très peuplée en 2005, quand le terrain a commencé à se soulever lentement, par un processus qui porte le nom de bradyséisme. Ce sont pas moins de 26 000 micro-séismes qui ont secoué le sol depuis cette date, si bien qu’en 2012, la zone a été placée en « alerte jaune », sous surveillance scientifique continuelle. Du magma a ainsi été détecté proche de la surface, à une profondeur de 3 km. Il a été injecté lors des deux précédentes périodes d’activité de la caldeira, de 1969 à 1972 et de 1982 à 1984.

 

Bradyséisme : le terrain se soulève depuis 2005 (hachures noires)

 

 

Le risque est connu des plus anciens, qui gardent encore bien vivant le souvenir de l’évacuation de Pozzuoli, une ville résistant sur place depuis l’Antiquité : en 1983, 25 000 personnes avaient dû quitter leurs maisons, lors du dernier épisode d’activité volcanique majeure. « A cette époque, le sol montait de plusieurs centimètres tous les jours », rapporte Stefano Carlino, « de grandes fissures étaient bien visibles dans les maisons et le sol ».

Alors, la question brûle les lèvres : approche-t-on à nouveau d’un tel événement, voir pire ? L’étude parue mardi donne des éléments de réponse qui se veulent plus concrets que jamais. « En prenant en compte deux simples paramètres du bradyséisme, la déformation du sol et sa tendance (croissante ou décroissante), nous avons pu calculer de combien le sol devrait encore monter pour affaiblir la croûte terrestre au point qu’elle ne puisse plus se modifier de manière élastique », relate Stefano Carlino. En clair, à un certain point, les tensions accumulées se relâcheraient par un craquement… ce qui pourrait donner lieu à une éruption du magma sous-jacent.

Pour cela, les calculs montrent qu’il faudrait que le sol se soulève jusqu’à atteindre son niveau de 1983. A cette date, les fissurations du terrain l’avaient fait redescendre, mais il est à nouveau en phase de soulèvement depuis 2005. Stefano Carlino tient cependant à rassurer : la montée enregistrée n’est que de 45 cm à ce jour. « Or, il manque encore plusieurs mètres avant d’atteindre les niveaux dangereux de 1983 ». Il faut donc compter sur les outils sismologiques de l’INGV pour détecter d’éventuelles accélérations dans ce processus. 


EN COMPLÉMENT

LE VOLCAN DES CHAMPS PHLEGRÉENS MENACE LA VILLE DE NAPLES

Microséismes, soulèvement du sol, fumerolles qui changent de composition chimique… cette zone qui borde la ville italienne est en train de subir des transformations inquiétantes.

 

Naples, avec son million d’habitants, est la ville européenne la plus exposée à la menace volcanique. Le risque principal y provient des « Champs Phlégréens », (campi Flegrei en italien), une vaste dépression en bordure de la ville où d’abondantes fumerolles témoignent d’une activité volcanique constante.

Bien que cette activité remonte à 1950, une équipe dirigée par Giovanni Chiodini, de l’Institut National de Géophysique Italien, a publié récemment des résultats suggérant, selon les termes même du chercheur, «que la situation évoluait dangereusement » depuis 2005. Les scientifiques notent en effet des changements dans la composition des fumerolles, une intensification de l’activité microsismique, et un soulèvement du sol « certes moins rapide qu’à certaines périodes passées, mais d’allure exponentielle », avertit Giovanni Chiodini.

Le volcan pourrait atteindre une « pression critique »

Surtout, suite à un travail de modélisation des magmas, l’équipe a révélé l’existence d’une « pression critique » dont le système pourrait s’approcher, et à laquelle se produirait un changement radical des émissions de gaz. « La quantité de dioxyde de carbone baisserait légèrement, tandis que se produirait une très importante libération de vapeur d’eau, susceptible de générer une réaction en chaîne » résume Giovanni Chiodini. Le scientifique ne plaide cependant pas pour une évacuation de la zone, mais pour un renforcement de la recherche et de l’instrumentation.

Situation des villes

 

 

 

L’HUMANITÉ EN DANGER:LES SUPERVOLCANS MONTRENT SOUDAINEMENT DES SIGNES D’UNE ÉRUPTION POSSIBLE

 

Les résidents du village de Sitoluama dans le district de North Sumatra en Indonésie sont dans un état de panique alors que le sol sous leurs maisons devient chaud et qui émettra de la vapeur qui sent le soufre et le gaz. Lorsque vous habitez près du lac Toba, cela est une source d’alarme car le lac remplit la caldeira du supervolan Toba qui a éclaté il y a environ 70 000 ans, provoquant la plus grande éruption connue sur Terre au cours des 2,5 millions d’années. Est-ce que Toba se prépare à souffler et à changer le climat global à nouveau?

La chaleur et la vapeur gazeuse ont commencé le 27 mai 2015, selon la résidence Purasa Silalahi, qui a senti les carreaux de céramique sur son plancher chaud. La vapeur et l’odeur de gaz provenant des pores du sol ont été craints de menacer la sécurité des gens, alors nous les signalons au gouvernement. Certains experts croient que la dernière éruption de Toba a causé un «hiver volcanique» qui a abaissé la température globale moyenne de 3 à 5 degrés C et a déclenché la dernière période glaciaire. Cela a peut-être causé une énorme baisse de la population humaine à l’époque à peine quelques milliers de personnes. Le supervolcan a dégagé 700 kilomètres cubes (2 800 kilomètres cubes) de magma. Pour mettre cela en perspective, l’éruption de Krakatoa en 1883, l’une des plus importantes enregistrées, a publié seulement 3 milles cubes de magma. Tobaalso a envoyé une énorme quantité de cendres volcaniques sur l’océan Indien, la péninsule indienne et la mer de Chine méridionale, parcourant jusqu’à 4 350 km (7 000 km). Devrions-nous nous préparer à un autre hiver volcanique? Personne ne sait, ou admet le savoir. L’agence environnementale de Toba Samosir étudie, tout comme le Département des Mines et de l’Énergie du Nord de Sumatra, mais il n’y a jamais eu d’infiltration de gaz dans la région et il n’y a pas de gisements de gaz ou d’huile connus pour provoquer la fuite. L’Indonésie est dense avec les volcans, dont beaucoup sont actifs. L’ activité volcanique et sismique semble augmenter à l’échelle mondiale. Certains ont lié cette activité au pole shift. Fracking ne contribue pas. Le changement climatique n’est pas non plus. Toba est le volcan le plus grand, le plus méchant et le plus effrayant du groupe et il peut être éveillé .

Devrions-nous être inquiets ?

Bien que le débat se fasse aux États-Unis pour savoir si les humains et les dinosaures ont parcouru la Terre en même temps, il n’y a pas de tel argument sur Mars si vous croyez les dernières photos … 


LA CALIFORNIE EST BALAYÉE PAR UN  TREMBLEMENT DE TERRE À L’ÉCHELLE DE 5.2, LES CRAINTES D’UN  «BIG ONE» REPRENNENT

Un tremblement de terre qui a mesuré 5,2 sur l’échelle a été enregistré comme ayant eu lieu dans la région de Los Angeles, en Californie . Le reste de l’état a souffert de différents degrés de répit après l’événement naturel. Il s’est passé à Borrego Springs à un peu plus d’un demi-mille sous la surface. Ce n’est pas très profond du tout.

Mouvements techtoniques le long de la Californie.

IL Y A DES CRAINTES QUE LA CALIFORNIE EST EN RETARD POUR UN TREMBLEMENT DE TERRE ÉNORME

Il arrive que cela ait eu lieu au moment où les organismes officiels sont ensemble pour élaborer un plan de désastre dans l’événement impensable de quelque chose comme un tsunami devrait jamais atteindre la ligne de la côte californienne. 

Il y a aussi des craintes chez les fonctionnaires et le public en général qu’un très grand tremblement de terre est en retard dans l’état. Depuis des années, le tremblement de terre a frappé la Californie et l’État s’accroît. De nombreux types de recherche ont noté qu’il y a eu une augmentation de l’activité de la nature du tremblement de terre récemment en Californie, ce qui indique qu’un séisme grave pourrait être en cours de route. Le coup de choc a été spécifiquement ressenti dans la ville de LA, qui était à 100 milles à l’extérieur de l’épicentre du tremblement de terre. Il a duré un peu plus de 3 secondes, mais a encore secoué les résidents qui regardent maintenant avec un léger sentiment de peur pour voir ce qui se passera dans les prochaines semaines. Généralement, les tremblements de terre ne comportent pas beaucoup d’avertissements. En effet, certains de ceux qui atteignent un sommet de la balance ne donnent aucun avertissement du tout. Et même s’ils le faisaient, bien que les gens puissent évacuer, ils ne pouvaient pas simplement ramasser leurs maisons et partir. Un tremblement de terre de grandeur dans une ville construite telle que LA entraînerait une destruction à grande échelle. Les bâtiments qui coûteraient des milliards à reconstruire seraient détruits dans les moments avec les trésors de la nation américaine  tels que le signe de Hollywood .

Ah!que le temps fuit sur notre planète!

MAINTENANT, LA NASA VEUT FORER  LA BASE DU VOLCAN DE  YELLOWSTONE POUR ÉVITER UNE ERUPTION CATASTROPHIQUE RISQUEUSE

Le membre du Conseil consultatif de la NASA, Brian Wilcox, a fait une révélation horrible lors de la discussion d’un rapport de l’agence spatiale. Il a déclaré que si les propositions risquées de la NASA vont de l’avant, afin d’éviter une éruption, elles pourraient se tromper et cela pourrait entraîner des conséquences désastreuses et voir le volcan de Yellowstone éclater.

 

LA TENTATIVE DE LA NASA POURRAIT SE TERMINER EN CAS DE CATASTROPHE L’une des façons dont la NASA envisage de forer au bas du volcan et à travers une poussée d’eau qui est pressurisée, sort la chaleur de la chambre du magma. Cependant, Wilcox a déclaré qu’il y a de bonnes chances que la tentative ne soit pas réussie et qu’elle pourrait se terminer par une catastrophe.

 

La NASA a l’intention de sauver des gens de ce qu’on appelle une éruption super volcanique comme celle de certaines des éruptions les plus étonnantes des volcans. Des photographies ont été capturées à partir de la lave flottant vers le bas de Kilauea avec des cendres en train de cracher hors des cratères, en envoyant des plumes de fumée qui s’élèvent de plusieurs milliers de pieds dans l’air. L’une des éruptions les plus violentes était celle du mont Sakurajima.

YELLOWSTONE EST DÛ POUR UNE ÉRUPTION

Il a été dit que Yellowstone explose autour de 600 000 ans et la dernière fois qu’il a explosé il y a 600 000 ans, donc le volcan est à court d’exploser. Wilcox a déclaré que si la NASA s’avançait et s’efforcerait d’aller dans les chambres du magma pour tenter de la refroidir à partir de là, ce serait une procédure très risquée. Il est allé dire que cela pourrait rendre les chambres de magma encore plus fragiles et cela signifierait qu’il serait susceptible de se fractrer. Wilcox a poursuivi en disant que la libération de gaz nocifs pourrait être déclenchée dans le haut de la chambre, qui autrement n’aurait pas été relâché. Alors que Wilcox sait qu’il faut faire quelque chose, il ne croit pas que la NASA ait la bonne réponse. Il y a eu de nombreuses catastrophes dans le monde tout au long des siècles et beaucoup ont été créés par l’homme grâce au terrorisme et aux guerres. Cependant, la Mère Nature y joue un rôle et peut faire beaucoup de dégâts.

L’ÉRUPTION DES VOLCANS EST UNE MENACE PLUS GRANDE QUE L’ASTÉROÏDE OU LA COLLISION AVEC UNE COMÈTE

Wilcox a déclaré qu’il avait été membre du Conseil consultatif de la NASA sur la Défense planétaire et il a étudié diverses manières dont la NASA pourrait défendre la Terre à partir de comètes et d’astéroïdes. Il a dit qu’il avait atteint la conclusion, au cours d’une étude, qu’une menace de super volcan est plus grande que celle d’une comète ou d’un astéroïde. Il y a 20 super volcans sur terre et, s’ils émergeaient, ils déclencheraient des effets qui pourraient changer la planète. Lorsque le volcan Eyjafjallajokul d’Islande a éclaté en 2010, les voyages aériens en Europe se sont presque arrêtés. Cela a été la plus grande perturbation des voyages aériens depuis la Seconde Guerre mondiale. Le pilier de la fumée provenant de l’éruption atteint une hauteur de 11 km et jusqu’à la Russie. Maintenant, on craint que la même super éruption ne se reproduise cette année.

L’ÉNORME ÉRUPTION VOLCANIQUE POURRAIT METTRE FIN À LA RACE HUMAINE DUE À LA FAMINE

La dernière grande éruption a eu lieu il y a environ 26 500 ans en Nouvelle-Zélande et elles sont très rares. Cependant, si un événement similaire devait se produire aujourd’hui, cela pourrait entraîner un hiver nucléaire et cela pourrait signifier que les êtres humains sont effacés de la Terre en quelques mois, en raison de la famine. Wilcox a déclaré qu’une éruption de Yellowstone est imminente et qu’il est urgent de faire quelque chose. Il a poursuivi en disant qu’il s’agissait d’exploser et quand et si cela fait que les gens seraient forcés de s’asseoir et de prendre connaissance.

 

 

Alerte Yellowstone:DES FEUX ÉTRANGES AU SUPERVOLCAN DE YELLOWSTONE: PRÉCURSEUR D’ÉRUPTION? L’ESSAIM SISMIQUE GONFLE À + 1100 secousses

Photo de la grande caldeira du 26 juin 2017.

 

 

Peu de temps après la foudre de Yellowstone, la caméra d’observation  est tombée « en panne ». «Un tremblement de terre est un phénomène aérien lumineux inhabituel qui apparaît apparemment dans le ciel à ou près des zones de stress tectonique, d’activité sismique ou d’éruptions volcaniques». selon Wikipedia. Cela pourrait-il être un précurseur d’un tremblement de terre ou d’une éruption massive du supervolcan de Yellowstone ? 

 

 

LES DONNÉES DE L’USGS CONFIRMENT L’ESSAIM ÉNORME DANS YELLOWSTONE EN COURS

Notation des séismes depuis peu par l’USGS.

Au cours des deux dernières semaines, les scientifiques ont mesuré plus de 1000 tremblements de terre provoquant des tremblements à Yellowstone.

Cela représente le total jusqu’à 1.100 depuis le 12 juin. Alors que cette activité est plus élevée que la normale, ce n’est pas la concentration la plus élevée d’essaims dont les scientifiques ont été témoins.

En 1985, plus de 3 000 tremblements de terre ont été enregistrés en quelques mois seulement. Les essaims de tremblements de terre sont communs, et malgré que Yellowstone soit un site volcanique, ces essaims ne provoquent plus le volcan . Le mouvement Magma est une cause possible, tandis qu’un autre est un tremblement de terre le long d’une faute comme. Il y a une grande pression sous Yellowstone. Par conséquent, ce sont les geysers, qui peuvent aussi provoquer de petits tremblements. Si le magma devait commencer à monter à la surface, on pourrait s’attendre à des tremblements de terre plus importants avec des conséquences potentiellement plus dévastatrices. Le groupe de tremblements de terre qui ont secoué Yellowstone ces dernières semaines était plus élevé que les chercheurs, mais rien de nouveau. Ce n’est pas le nombre le plus élevé d’essaims que le parc ait jamais vu. Dans les années 2002, 2004, 2008 et 2010, Yellowstone a été touché avec des nombres plus importants encore. Au cours des 2,1 millions d’années, il n’y a eu que trois éruptions majeures à Yellowstone, avec d’autres mineures en cours de route. Donc, alors que les chances de l’éruption des volcans ne sont pas élevées, c’est et continuera d’être une possibilité. Un 4,4 a frappé le parc il y a quelques semaines, devenant le plus important depuis 2014. Cependant, ce n’est pas le tremblement de terre de grande magnitude que Yellowstone a vu. Dans l’histoire récente, le tremblement de terre le plus mémorable à Yellowstone s’est produit dans les années 50. En 1959, un tremblement de terre d’une magnitude de 7,5 a traversé le parc, près du lac Hebgen.

Cette information peut sembler effrayante car Yellowstone est un super volcan, mais les scientifiques nous ont rassuré qu’il n’y avait rien à craindre quand il s’agissait d’essaims. Les chances d’éruption du volcan sont d’environ 1 sur 700 000, donc vous pouvez vous reposer facilement…si vous faites confiance à la science officielle!

 

 

 

 

 

Alerte Yellowstone:un jeune homme meurt dissous dans une source du Yellowstone

Un jeune Américain est mort dissous dans les eaux bouillantes et acides d’une source du parc naturel de Yellowstone (nord-ouest des Etats-Unis) dans laquelle il était tombé accidentellement, selon un rapport divulgué jeudi,le 17  novembre 2016.

aakrsgr

Colin Nathaniel Scott, 23 ans, originaire de l’Oregon, dans l’ouest des Etats-Unis, s’était rendu le 7 juin dernier avec sa soeur Sable dans la partie située dans le Wyoming de ce célèbre parc qui s’étend aussi sur le Montana et l’Idaho, afin de se baigner dans les célèbres piscines thermales naturelles de ce parc.

L’accident mortel est survenu lorsque le jeune homme et sa soeur sont entrés dans une zone très dangereuse et interdite aux touristes en raison de ses sources bouillantes et acides.

Il testait la température de l’eau

Sable Scott a déclaré aux autorités que son frère s’était baissé pour tâter la température de l’eau, alors qu’elle le filmait avec son téléphone portable, et avait glissé dans la source, d’après un rapport obtenu auprès des responsables du parc par la chaîne de télévision locale KULR.

«Il y a une clôture en place pour que les gens ne fassent pas cela, pour leur propre sécurité et aussi pour protéger les ressources naturelles très fragiles», a expliqué à KULR l’un des chefs des gardes du parc, Lorant Veress. «Ils sont allés exprès dans cette zone pour pouvoir se baigner dans des sources chaudes», a-t-il ajouté.

Les secouristes ont trouvé le corps du jeune homme mais n’ont pas été en mesure de le recueillir immédiatement en raison d’un orage, selon le rapport. Revenus le lendemain, ils n’ont retrouvé que ses tongs. «En très peu de temps, il y a eu une forte dissolution», a constaté Lorant Veress.

22 personnes tuées

Yellowstone est l’un des parcs les plus visités des Etats-Unis. D’après l’historien du parc Lee Whittlesey, 22 personnes, dont sept enfants, sont mortes depuis 1870 dans les piscines thermales naturelles de Yellowstone, où les températures peuvent atteindre 121 degrés Celsius.

Le dernier accident mortel avait eu lieu en 2000 quand une employée du parc âgée de 20 ans avait plongé dans une source chaude qu’elle avait prise pour un simple ruisseau.

mare-de-boue-bouillonnante

Source:AFP