Vidéo sécurisée sur notre site: Vers la vaccination forcée

 

Les politiciens québécois sont disconnectés de la réalité…voyez:

1- Le Dr Rosenberg de la santé publique admet en entrevue que la COVID n’est pas plus dangereuse que la grippe. 2- COVID, passeport sanitaire et identité numérique.

 

 

 

 

Disparition de Jimi Hendrix le 18/09/70 – Retour sur une mort suspecte

 

Déclaration de James Marshall Hendrix à propos de son interprétation de l’hymne étatsunien The Star Spangled Banner à Woodstock en 1969 en pleine guerre du Vietnam :

« On ne cherche pas à dénigrer les États-Unis. On reflète l’ambiance des États-Unis aujourd’hui. C’est un peu électrique ».

Jimi Hendrix considéré comme un élément subversif, proche des (ou instrumentalisé par les) Black Panthers, militant antiguerre et fiché par le FBI (Cointelpro[1]a été retrouvé suicidé le 18 septembre 1970 à Londres. Il fut kidnappé peu avant sa mort par la mafia (puis relâché) sous la supervision d’un de ses agents, Michael Jeffrey, lié au MI6.

 

En 1969, Jimi Hendrix subit la pression politique des autorités étatsniennes en pleine guerre du Vietnam qui lui reprochent son interprétation de Star Spangled Banner lors du concert de Woodstock

 

Jimi Hendrix : la thèse de l’assassinat relancée

…Si cette nouvelle version peut surprendre, elle vient tout de même corroborer certains doutes qui planaient déjà autour de la mort du virtuose de la guitare électrique. D’abord, le témoignage de la fameuse Monika, qui, selon les enquêteurs, est toujours restée très évasive sur cette fameuse nuit du 18 septembre 1970. Et qui, de surcroît, était absente au moment où l’ambulance est arrivée. Mais aujourd’hui, impossible d’en savoir plus sur elle : l’ancienne petite-amie du chanteur s’est donnée la mort en 1996.

Plus troublant encore, le récit de John Bannister, le chirurgien qui a tenté de sauver Jimi Hendrix à son arrivée à l’hôpital. Ce dernier a toujours trouvé étrange que le taux d’alcool dans son sang ne soit pas compatible avec la quantité de vin retrouvée dans son estomac lors de l’autopsie.

Reste qu’en 2000, déjà, la journaliste Alex Constantine racontait dans un livre, « The covert war against rock », la même version que James Tappy Wright. Selon elle, le manager du chanteur aurait confié au producteur Alain Douglas être « impliqué » dans la mort de Jimi Hendrix, deux jours seulement après sa mort…

————-

Lire également :

 

 

 

 

 

 

[1] Cointelpro était un programme du FBI (de 1956 à 1971) visant à « discréditer, surveiller, neutraliser » les dissidents aux Etats-Unis notamment les individus ou les organisations jugées dangereuses qu’elles soient violentes ou pacifiques. Selon l’historien Ward Churchill, 27 Black Panthers furent ainsi assassinés entre 1968 et 1976 ainsi que 69 membres de l’American Indian Movement (AIM). Hendrix était fiché par le FBI, voir les documents du FBI sur la surveillance de la star du rock psychédélique et la vidéo plus bas sur le programme du FBI et du Cointelpro ainsi que l’implication de son manager Mike Jeffery, membre du MI6).

source : http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com

 

 

 

Courte opinion du jour:Un mois après le désastre, plus d’une tonne de feux d’artifice découverte dans le port de Beyrouth

Plus d’une tonne de feux d’artifice a été découverte à Beyrouth, dans le port où un énorme stock de produits chimiques a explosé le mois dernier, faisant des centaines de morts.

La double explosion dans le port de Beyrouth

 

L’armée libanaise a fait cette découverte dans un entrepôt lors des fouilles dans le port. Les ingénieurs militaires ont pu neutraliser et évacuer pas moins de 1,5 tonnes de feux d’artifice empilés dans 128 boîtes.

L’explosion du 4 août, imputable à 2750 tonnes de nitrate d’ammonium conservées dans le port, qui se trouve au cœur de la capitale, a été une catastrophe de premier ordre pour le pays.

Au moins 190 personnes ont perdu la vie et environ 6000 ont été blessées. Le désastre a entraîné une crise politique majeure et la démission du gouvernement.

 

Source: Reuters

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:Comment voler une élection aux USA

Comment s’assurer que leurs alliés politiques sont idéologiquement synchronisés et savent exactement comment perturber une élection présidentielle? Qu’en est-il des «journalistes» dans les médias d’information et des bavardages sur les médias sociaux – comment les faire participer à la perturbation révolutionnaire planifiée à l’échelle nationale? Facile! Publiez un rapport intitulé: « Prévenir une élection présidentielle perturbée ».

Dans l’une des plus grandes campagnes de désinformation publique de l’histoire américaine – la gauche et ses alliés NeverTrumper (sous le nom de guerre : «Transition Integrity Project») ont publié un rapport de 22 pages en août 2020 «war gaming» (leur terme) quatre Scénarios de crise électorale: 1. Une victoire décisive de Trump; 2. Une victoire décisive de Biden; 3. Une victoire étroite de Biden; et, 4. Une période d’incertitude prolongée après l’élection. Le résultat de chaque scénario TIP aboutit à la violence de rue et à une impasse politique.

Le pouvoir politique généré par un document comme le rapport «Transition Integrity Project» présente la menace de terreur et de violence de rue comme un résultat «normal» ou «attendu» de la prochaine élection présidentielle. Voici ce que vous verrez, entendrez et lirez dans les prochaines semaines: «Oui, attendez-vous à des violences au lendemain de l’élection, car maintenant c’est la nouvelle« normale ». Trump nous a fait faire … « Sur la photo: des policiers à Washington DC sont attaqués par des émeutiers qui leur lancent des feux d’artifice, le 30 mai 2020.

Les organisateurs et dirigeants de TIP incluent Rosa Brooks, professeur de droit à Georgetown, Nils Gilman de l’Institut « indépendant » Berggruen en Californie, et John Podesta, le fixateur et le gestionnaire de longue date de la dynastie politique Clinton. Les membres nominalement républicains du groupe comprennent l’ancien président national républicain Michael Steele, le journaliste David Frum et l’ancien rédacteur en chef du magazine Bill Kristol.

La publication du rapport TIP est une stratégie de guerre de l’information employée à des fins politiques révolutionnaires. La stratégie est sophistiquée et multiforme. Le document TIP:

  • Jette les bases des médias d’information «consensuels» et des récits des médias sociaux;
  • Rationalise les «stratégies non conventionnelles» pour générer un maximum de confusion et d’agitation sur des résultats électoraux «défavorables»;
  • Projette des accusations de conduite illégale / criminelle contre le président Trump et ceux qui votent pour lui;
  • Coopère avec la bureaucratie fédérale (déjà politiquement sympathique) de Washington DC pour soutenir sa stratégie depuis le siège de chaque département et agence de l’exécutif;
  • S’appuie (correctement) sur une réponse de faible niveau de sensibilisation / d’énergie de la droite politique pour contrer le programme TIP.

Est-il possible que les dirigeants de la gauche américaine, ainsi que leurs alliés NeverTrumper, soient occupés à défendre et à promouvoir la violence de rue en réponse à une élection présidentielle?

La réponse est oui.

Dans le premier paragraphe de leur rapport « bipartisan », TIP déclare: « Nous estimons avec une grande probabilité que les élections de novembre seront marquées par un paysage juridique et politique chaotique. » Surtout s’ils ont leur chemin.

Une alternative à l’un des scénarios de jeu de guerre a conduit les TIPsters à préconiser la sécession de Washington, de l’Oregon et de la Californie. N’y a-t-il aucun sentiment d’ironie historique au sein du parti démocrate? Sécession après une élection? Encore?

La plus grande ironie du rapport TIP est l’utilisation écrasante de la «projection» dans la formulation et la caractérisation de diverses revendications contre le président Trump (et ses partisans) comme un moyen de justifier les plans «irréguliers» de la gauche pour perturber le processus électoral.

La projection, en tant que technique politique, n’est pas un secret. La gauche américaine n’a jamais pris la peine de le cacher ou de le déguiser, et n’a même pas jugé souhaitable de le faire.

La partie secrète de la technique de projection est le financement et l’implication organisationnelle derrière la projection elle-même. Qui paie les factures de TIP et de ses affiliés? Il s’agit d’une opération hautement organisée et sophistiquée avec des agents politiques de carrière aux commandes. Personne ne le fait gratuitement et quelqu’un (ou une entité) paie la facture. OMS?

Le rapport TIP est lui-même un exercice de pouvoir. Les informations de renseignement politique et les stratégies de politique publique sont fusionnées grâce aux actions de la TIP. Cette synthèse est une démonstration de pouvoir politique réel, et elle est mise en œuvre dans un plan écrit qui envisage la violence de rue pour affecter le résultat de l’élection présidentielle américaine. Le pouvoir politique financé et généré à partir d’un document comme le rapport TIP peut être utilisé pour la persuasion (par le biais des nouvelles et des médias sociaux), l’endoctrinement (d’activistes et d’autres «vrais croyants») et introduit la menace de terreur et de violence de rue (au population générale) comme un résultat «normal» ou «attendu».

Voici comment les actualités et le récit des médias sociaux se rejoignent et ce que vous verrez, entendrez et lirez dans les prochaines semaines: « Oui, attendez-vous à de la violence après les élections, car maintenant c’est la nouvelle« normale ». Trump nous a fait faire. Il nous a fait passer les élections, parce que l’ancien système régulier ne peut tout simplement pas être invoqué. C’est pourquoi nous avons dû publier notre rapport, afin que nous puissions nous organiser « autour » de tous les processus réguliers. Obama a promis  » transformation fondamentale, «et maintenant, des années plus tard, nous allons enfin réussir».

Quelles preuves y a-t-il de la prise de conscience et de la préparation de la droite politique pour affronter et contrer le TIP (et d’autres gauchistes) et leurs plans pour perturber l’élection? Pas tant. Le temps presse. La menace de violence et de subversion de l’élection de la gauche est réelle. La manière dont nous répondons est essentielle.

Après avoir établi le plan documenté de la gauche pour perturber l’élection présidentielle de 2020, examinons plus en détail certaines des techniques d’opérations d’information actuellement déployées contre le public américain pour persuader et influencer la «saison» électorale à venir.

La publication même du rapport Transition Integrity Project (TIP) et les reportages des médias d’information à son sujet sont des composantes de la guerre psychologique au sein de la campagne de guerre de l’information plus large visant à répandre des rumeurs démoralisantes aux partisans de Trump. Le but est de briser et d’affaiblir le soutien avant, pendant et après le jour des élections. Les partisans démoralisés et démotivés ne rendent pas public leur soutien à leur candidat. Ils ne font pas campagne dans les quartiers et ne placent pas de panneaux dans la cour. Ils ne votent pas. Ils ne font pas de bénévolat dans les bureaux de vote. Ils deviennent convaincus que leurs espoirs sont une cause perdue et hautement controversée. Ils ne souhaitent pas être qualifiés de racistes, de haineux ou identifiés à d’autres éléments marginaux. Ils restent à la maison et regardent la télévision.

Ayant été psychologiquement conditionnés (à travers la pandémie COVID-19) à se retirer, à isoler et à verrouiller – sur ordre en grande partie fiable de divers responsables gouvernementaux – de nombreux Américains réagiront aux tactiques « irrégulières » et extra-légales de la gauche . La gauche compte sur cette réaction pour réprimer la participation électorale et utiliser diverses formes de terreur, telles que les représailles et les menaces de représailles, contre ceux qui ne coopèrent pas ou qui contestent les accusations projetées détaillées dans le rapport TIP.

Le rapport TIP veille à ne pas se livrer à la sédition. Ils sont loin de prôner la violence – mais ce sont des agents politiques très pointus qui sont tous jurés, donc ils parlent dans le code. Voici quelques exemples à lire entre les lignes:

  • «En cas de crise, les événements se dérouleront rapidement et les dirigeants privés de sommeil seront invités à prendre rapidement des décisions conséquentes. Réfléchir maintenant aux options aidera à assurer de meilleures décisions»
  • « Les planificateurs doivent prendre au sérieux l’idée que cela pourrait bien être un combat de rue, pas une bataille juridique; les solutions technocratiques, les tribunaux et le fait que les élites respectent les normes ne sont pas la réponse ici. »
  • « Les groupes, coalitions et réseaux devraient se préparer maintenant à établir les communications nécessaires et à organiser l’infrastructure pour soutenir la mobilisation de masse. »
  • « Les responsables militaires et chargés de l’application des lois doivent être particulièrement attentifs à la possibilité que des acteurs partisans cherchent à manipuler ou à abuser de leurs pouvoirs coercitifs à des fins politiques inappropriées. »

Aucune déclaration ou recommandation particulière n’est complètement scandaleuse, sauf que, dans le contexte du rapport, elles soutiennent et amplifient des prémisses douteuses: les manifestants de gauche sont non violents tandis que les partisans de Trump sont des agents provocateurs; Trump abusera de l’armée et des forces de l’ordre pour conserver le pouvoir; le vote universel par correspondance ne présente aucun risque de fraude; trouver de nouveaux bulletins de vote des semaines après l’élection est tout à fait normal; les nouvelles critiques de Biden sont la désinformation; une victoire de Trump sera la preuve d’une ingérence étrangère, etc.

La campagne de conditionnement psychologique des électeurs, dans laquelle la répression et les représailles deviennent une prophétie auto-réalisatrice, ne sera pas examinée de près par les médias d’information ou les médias sociaux. Ceux qui soulèvent les menaces de violence et de représailles seront qualifiés de théoriciens du complot, marginalisés et renvoyés. Encore une fois, qui veut être traité de raciste, de haineux ou identifié à d’autres éléments marginaux?

Grâce à la publication du rapport TIP, la gauche américaine s’est imposée et son scénario malhonnête comme le récit officiel de l’élection présidentielle de 2020. Ils ont alerté l’aile militante de leur mouvement pour prendre le contrôle de la préparation du jour du scrutin, du jour du scrutin lui-même et jusqu’à la fin du jour de l’inauguration. C’est une campagne en soi – pas un événement. Vous comprenez maintenant comment la gauche entend perturber et voler l’élection présidentielle de 2020. Vous comprenez les techniques de guerre psychologique actuellement utilisées pour vous convaincre (à tort) d’être démoralisé et affaibli. Tu étais prévenu. La question pour vous et pour les autres opposants au plan TIP est la suivante: qu’allez-vous faire?

La Liberté …assassinée!

 

 

 

 

le 11 septembre et la mort du rêve américain

Parfois, les comédiens peuvent rire simplement en disant la vérité. George Carlin était doué pour ça. L’une de ses citations les plus célèbres est: « C’est pourquoi ils l’appellent le rêve américain, car il faut être endormi pour le croire. »

Sigmund Freud a analysé les rêves comme des fantasmes de réalisation de souhaits. Dans ce genre de rêve, le rêveur tente de satisfaire un désir frustré dans la vie éveillée. Le rêve américain était un peu comme ça. Nous avions un continent immense, relativement vide et doté de ressources abondantes. Et nous avions une nouvelle philosophie politique, le progressisme libéral laïc-matérialiste, la base de notre république démocratique. Cette philosophie soutenait que tout continuerait de s’améliorer: si nous travaillions dur, nous réussirions et deviendrions riches, et alors nos enfants deviendraient encore plus riches et les leurs encore plus riches. En attendant, nous continuerions à peaufiner notre système politique et nos mœurs sociales afin que la «poursuite du bonheur» individuelle – qui est ce que la Déclaration d’indépendance considère comme le but ultime de la vie – connaisse toujours plus de succès.

Ce fantasme de réalisation de souhaits n’était évidemment pas vrai. Bien qu’il y ait certainement eu des progrès matériels progressifs – le niveau de vie aux États-Unis a continué de s’améliorer au moins dans les années 1960 – cela n’a pas rendu les gens sensiblement plus heureux. Ils ne vivaient pas non plus dans une véritable démocratie libérale. C’était juste un habillage couvrant la réalité politique, l’oligarchie.

Puis dans les années 1960, la décennie au cours de laquelle l’homme ordinaire en Amérique a atteint ce qui aurait dû être son plus haut niveau de sécurité et de prospérité, les choses ont commencé à se désagréger. Une nouvelle épée de Damoclès, la terreur nucléaire, a projeté son ombre sur la terre et tué toutes les philosophies de l’optimisme. L’invention de la pilule contraceptive, associée à une attaque de propagande de la Fondation Rockefeller et d’autres forces oligarchiques, a normalisé le sexe «récréatif» et injecté un poison à action lente dans la famille traditionnelle. Dans le même temps, le père national symbolique figure-président-a été rituellement assassiné le 22 Novembre 1963 par des éléments de l’État de sécurité nationale en collaboration avec Israël et ses actifs du crime organisé. La plupart des Américains ont senti leur sommeil confortable vaguement perturbé par la diffusion en direct du gangster Jack Rubenstein, dont le patron était Mickey Cohen , le principal collecteur de fonds d’Israël , assassinant l’assassin solitaire présumé de JFK, Lee Harvey Oswald, au milieu d’une foule de policiers.

Après les années 1960, la famille traditionnelle subit des assauts de plus en plus furieux. Le «patriarcat» – c’est-à-dire les familles avec des pères – a été attaqué par les propagandistes de la Fondation Rockefeller, les médias dominés par les sionistes et les universitaires marxistes culturels. Alors que le pourcentage d’enfants américains nés hors mariage et / ou élevés dans des foyers monoparentaux ou brisés est passé d’une petite minorité à une grande majorité, les oligarques se sont emparés de plus en plus de la richesse nationale, entraînant une stagnation du niveau de vie des gens ordinaires. La pauvreté, les foyers brisés, la dépendance à l’aide sociale, la criminalité, la toxicomanie, le suicide, les maladies vénériennes et d’autres indicateurs sociaux négatifs ont considérablement augmenté. Simultanément, les oligarques ont injecté de l’argent de la fondation dans la politique identitaire afin de distraire la gauche des problèmes économiques.

Le 11 septembre 2001, le décor était depuis longtemps planté. La république américaine avait été abolie, remplacée par une oligarchie secrète, avec la fondation de la soi-disant Réserve fédérale en 1913. Cette oligarchie était sortie de l’ombre le 22 novembre 1963. Elle avait alors commencé à détruire la famille traditionnelle et à se creuser. la classe moyenne.

Le 11 septembre 2001 a représenté le coup de grâce, le coup de grâce, pour la république démocratique américaine et le rêve américain. Ils ont fait sauter le World Trade Center à la télévision en direct. Même si la grande majorité des journalistes ont correctement rapporté ce qu’ils ont vu de leurs propres yeux – les bâtiments avaient été détruits par des explosions – les oligarques ont terrorisé les médias pour qu’ils changent l’histoire et racontent au monde que les bâtiments s’étaient effondrés d’une manière ou d’une autre à cause d’incendies mineurs dans les bureaux. alimenté par une quantité négligeable de kérosène (carburéacteur).

Encore plus que les images en direct de Jack Rubenstein assassinant Lee Harvey Oswald, les images en direct de la démolition explosive du World Trade Center, suivie d’un raz-de-marée de mensonges officiels ridicules, ont imposé de force un état de dissonance cognitive extrême au peuple américain. Depuis, ils vivent dans l’ombre d’un mur de peur. La vérité est de l’autre côté du mur, mais ils ont peur de regarder. Une nouvelle ère de domination par la peur, plutôt que par l’espoir, a prévalu. Le coup d’État contre le coronavirus fabriqué en laboratoire , qui a transféré des milliards de dollars de gens ordinaires à des milliardaires , est tout simplement le dernier assaut oligarchique conçu pour terroriser les Américains et les soumettre.

Le rêve américain a commencé à mourir il y a longtemps. Il a succombé à une série d’assauts de l’oligarchie la plus vicieuse de toute l’histoire de l’humanité. Le 11 septembre n’était que le coup de grâce.

Les Américains se réveilleront-ils un jour de leur rêve toujours plus cauchemardesque? Vont-ils identifier et renverser les oligarques qui les ont dépossédés? Allahu ‘alim . (Dieu seul le sait.)


EN COMPLÉMENTAIRE

New York, en pleine crise, marque l’anniversaire des attentats du 11 septembre 2001

Dix-neuf ans après, le 11-Septembre reste synonyme d’héroïsme des New-Yorkais. Les dirigeants new-yorkais répètent que c’est grâce à leur « résilience » que la ville a, depuis un mois, ramené sous les 1 % le taux de contamination d’un virus qui a tué plus de 23 000 New-Yorkais.

Criminalité en hausse, appartements et magasins vacants, sans-abris omniprésents : New York commémore vendredi l’anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 empêtrée dans une crise profonde, enjeu de bataille politique à l’approche de la présidentielle américaine.

Malgré la pandémie, la première métropole américaine tiendra sa cérémonie annuelle en mémoire des près de 3000 personnes mortes dans les attentats les plus meurtriers de l’histoire, ponctuée de minutes de silence aux heures où les avions détournés par les djihadistes ont percuté les tours du World Trade Center.

Au lieu de prendre la parole à tour de rôle, les familles des victimes ont enregistré leurs interventions. Mais elles pourront se retrouver, avec masques et distanciation physique, au Mémorial du site de « Ground Zero », dont le musée rouvrira pour la première fois depuis mars.

Dix-neuf ans après, le 11-Septembre reste synonyme d’héroïsme des New-Yorkais. Les dirigeants new-yorkais répètent que c’est grâce à leur « résilience » que la ville a, depuis un mois, ramené sous les 1 % le taux de contamination d’un virus qui a tué plus de 23 000 New-Yorkais.

Mais tous soulignent aussi, comme le gouverneur Andrew Cuomo mardi, que cette résilience est désormais mise à rude épreuve par les « effets secondaires », économiques et sociaux, de la pandémie.

Bureaux vides jusqu’en 2021 ?

Gale Brewer, présidente du district de Manhattan, reconnaît que cette île symbole de l’effervescence new-yorkaise est aujourd’hui plombée par des problèmes multiformes.

Certains découlent directement du coronavirus : la quasi-totalité des banques, assurances et autres entreprises de « cols blancs », passées au télétravail en mars, l’ont maintenu, vidant les quartiers d’affaires et condamnant des milliers de petits restaurants qui nourrissaient leurs employés le midi.

Même si Manhattan lui manque, Boris Tulchinskiy, ingénieur en logiciel de 26 ans, prévoit ainsi, comme beaucoup de ses collègues, de « continuer à travailler de chez lui », dans le New Jersey voisin, jusqu’en juillet 2021.

Si les plus de 60 millions de touristes qui visitaient New York annuellement ont disparu, les New-Yorkais ont aussi fui par milliers : 35 000 personnes au moins ont quitté Manhattan, au vu des demandes de vote par correspondance enregistrées pour la présidentielle, selon Gale Brewer.

Beaucoup de commerces ont fermé : entre 2017 et 2020, le nombre de commerces vacants a presque doublé (+78 %), selon Mme Brewer.

Quant aux personnes sans abris, leur visibilité a augmenté avec la fermeture de nombreux centres d’hébergement et le transfert de quelque 13 000 d’entre elles dans des hôtels vides de Manhattan, dit-elle.

La hausse des meurtres et fusillades (respectivement +47 % et +166 % en août comparé à août 2019) est un des signes frappants de cette crise new-yorkaise.

Si on est loin de la criminalité endémique qu’avait connue New York dans les années 1970-80, la ville, qui se targuait d’être l’une des plus sûres au monde, est désormais revenue au niveau de criminalité de 2012, selon le New York Times.

Trump veut « tuer New York »

« Je ne peux pas vous dire combien d’appels je reçois de New-Yorkais (…) littéralement inquiets de la dégradation de la ville », résumait mardi M. Cuomo.

Tous les dirigeants new-yorkais se disent cependant convaincus que la ville remontera la pente, mais dans combien de temps ?

Si la ville montre des signes de reprise – avec notamment la réouverture des musées débutée fin août et, fin septembre, des salles de restaurants – cela pourrait prendre trois ans, estime Mme Brewer, rapportant l’avis de promoteurs immobiliers.

En attendant, à moins de deux mois de la présidentielle, cette crise est devenue un sujet de conflit avec le gouvernement Trump.

Le président républicain répète que la hausse de la criminalité dans le bastion démocrate qu’est sa ville natale est la conséquence de l’incompétence et du laxisme de ses élus. Mardi encore, il accusait le maire et le gouverneur de New York de « détruire » la ville.

Les responsables new-yorkais dénoncent eux le refus de l’ex-magnat de l’immobilier et des républicains d’octroyer des milliards de dollars à New York – comme à d’autres villes démocrates-pour combler leurs immenses pertes de recettes fiscales.

« Trump essaie de tuer New York, c’est personnel, c’est psychologique », affirmait mardi M. Cuomo.


la vérité du 11 septembre dans une distorsion temporelle (fausse vérité?)

 

Lénine a observé: «La meilleure façon de contrôler l’opposition est de la diriger». Richard Gage, le fondateur d’Architects and Engineers for 9/11 Truth, a été présenté  sur C-SPAN le 1er août 2014.  Il n’a pas été en mesure d’expliquer qui était responsable et pourquoi, et sa réponse à la façon dont cela avait été fait était déjà connue. désespérément inadéquat. C’est peut-être pour cela qu’il a été choisi pour comparaître.]

«Le 11 septembre a été conçu comme une opération psychologique élaborée pour insuffler la peur au peuple américain afin de le manipuler pour qu’il soutienne l’agenda politique de l’administration Bush / Cheney» – Jim Fetzer

 

Tous ceux qui sont attachés à la vérité sur le 11 septembre devraient souhaiter une plus grande couverture de C-SPAN. Peut-être que la plus grande couverture pour atteindre le public dans  le passé était aussi de C-SPAN, quand il a couvert  la table ronde de l’American Scholars Conference, Los Angeles , 24-25 juin 2006. Mais celui-ci pourrait être une exception.

Nous avons ensuite entendu parler de la nano-thermite par Steve Jones, coprésident de  Scholars for 9/11 Truth . Et nous l’avons entendu à nouveau du fondateur de A & E911. Mais une division majeure est apparue entre ceux qui prétendent que la nano-thermite peut avoir détruit les bâtiments et ceux qui soutiennent que ce n’est même pas théoriquement possible. De récentes décharges d’informations confirment l’utilisation d’armes nucléaires  et  expliquent ces petites sphères de fer comme conséquence de l’utilisation d’armes nucléaires de haute technologie spéciales (à enveloppe de fer) .

Alors qu’en est-il de Richard Gage et A & E911 qu’ils continuent de promouvoir une théorie que T. Mark Hightower et moi avons prouvée indéfendable dans trois articles publiés le 1er mai 2011, le 17 juillet 2011 et le 27 août 2011? Pourquoi Gage a-t-il gaspillé cette précieuse opportunité de faire progresser la vérité sur le 11 septembre sur C-SPAN en approuvant une théorie prouvée fausse?

 

Les «trois grandes questions»

Non seulement cela, mais il y a trois grandes questions dans l’esprit du public à propos du 11 septembre, qui sont les suivantes:

a) que s’est-il passé le 11 septembre? 

(b) comment cela a-t-il été fait?

c) qui était responsable et pourquoi?

Nous connaissons l’avant et l’après du World Trade Center par rapport au 11 septembre, donc la réponse à (a) est triviale. Mais Richard Gage n’avait pas de réponse à (c), même si on lui a posé la question à plusieurs reprises, et sa réponse à (b) était fausse et trompeuse. Est-ce le mieux que Richard Gage et A & E911 peuvent faire? C’était embarrassant de se voir poser la question trop évidente et de ne pas pouvoir y répondre. Note : rétrospectivement, cela a peut-être été le point et pourquoi il a été présenté sur C-SPAN plutôt que, par exemple, le fondateur de  Scholars for 9/11 Truth .]

A & E911 n’est pas le seul à tenter de placer  le comment  devant  le qui  et  le pourquoi , là où Judy Wood et ses partisans DEW adoptent la même position. Mais le public américain a une patience limitée avec ceux qui ne peuvent pas apporter de réponses à des questions aussi évidentes, surtout plus d’une décennie après l’événement. Et c’est pourquoi  «l’Opération Terreur» , la reconstruction par Art Olivier des événements du 11 septembre, est un instrument plus puissant pour ouvrir l’esprit à ce qui a pu arriver que l’appel à un mécanisme causal obscur – surtout lorsqu’il est mal conçu.

Les trois questions ont des réponses justifiables, mais Richard Gage ne les a pas fournies. C’était bien pire que cela, parce que l’hôte s’était préparé à vaincre tout appel qu’il ferait à «thermite», utilisant le NIST comme son autorité et posant ainsi la question, en assumant la position du NIST qui est la position en doute:

La plupart des Américains sont trop crédules pour se rendre compte que cela cite la source même que Gage conteste. Mais ça aurait pu être pire. Il aurait pu souligner que Neils Harrit, un partisan de l’hypothèse de la nano-thermite, a estimé  qu’il aurait fallu «des centaines de tonnes» pour faire le travail  (où Harrit a également proposé  le calcul plus précis de 29 000 tonnes métriques à 143000 tonnes métriques pour chaque tour ) ou que le laboratoire Christopher Bollyn a cité Los Alamos comme sa source de «nano-thermite explosive» a déclaré à Gordon Duff  «qu’ils ne pouvaient rien produire de moins de 10 microns et qu’il ne pouvait pas faire un trou dans un morceau de papier » .

Pourquoi la nano-thermite ne peut pas la couper

Si cela avait été un épisode de  «The Twilight Zone» , cela aurait peut-être plus de sens où la vérité sur le 11 septembre est prise dans une distorsion temporelle. Richard Gage doit savoir maintenant que la nano-thermite ne peut pas être à la hauteur de ses capacités telles que avancées par Steven Jones, Kevin Ryan et d’autres, qui se considèrent comme les gardiens et les seuls vrais praticiens de la méthode scientifique dans la recherche sur le 11 septembre. La nano-thermite (ou même la «thermite», qui est le terme Gage utilisé) n’a que 1/13 de la force explosive du TNT et, quelle que soit sa contribution à l’effondrement du bâtiment 7, ne peut pas avoir été responsable de l’explosion. les tours jumelles.

Comme l’ observe Denis Spitzer et al.,  «Nano-matériaux énergétiques: opportunités pour des performances améliorées»,  Journal of Physics and Chemistry of Solids  (2010) , compte tenu du rôle crucial de l’expansion rapide des gaz pour effectuer des travaux par explosifs, déclare, «Nano-thermites générateurs de gaz: les thermites sont des matériaux énergétiques, qui ne libèrent pas d’espèces gazeuses lorsqu’elles se décomposent. Cependant, les explosifs peuvent être mélangés à des thermites pour leur conférer des propriétés de dynamitage », ce qui implique que, à moins d’être complétés par des explosifs, les nano-thermites ne sont pas explosifs. Alors Mark et moi avons peut-être été trop généreux.

Après avoir publié trois articles expliquant que la nano-thermite ne pouvait pas l’avoir fait et pour informer d’éminents chercheurs de cette découverte, Mark a écrit à Steven Jones, Richard Gage et d’autres. Dwain Deets, l’ancien chef de l’ingénierie de recherche et directeur des projets aéronautiques au NASA Dryden Flight Research Center, a écrit à Mark et lui a dit qu’il avait écouté notre interview sur  «The Real Deal»  et a déclaré: «Excellent entretien. Un pas vers la suppression des allégations qui dépassent les preuves. »

Dwain a également envoyé un diagramme illustrant certaines vitesses de détonation ainsi que les vitesses sonores (vitesse du son) dans divers matériaux. Ainsi, pour qu’un explosif puissant fragmente de manière significative un matériau, sa vitesse de détonation doit être égale ou supérieure à la vitesse du son dans ce matériau. Cette loi exige une vitesse de détonation d’au moins 3 200 m / s pour fragmenter le béton et de 6 100 m / s pour fragmenter l’acier, ce qui est bien au-delà de la vitesse de détonation la plus élevée enregistrée de 895 m / s pour la nano-thermite.

«Preuve explosive»

Ce n’est pas une surprise lorsque Richard Gage a recommandé «Explosive Evidence», le documentaire A & E911 sur ce qui est arrivé au World Trade Center, en particulier au WTC-7. Depuis sa publication le 12 septembre 2012, alors que Mark et moi avons publié nos études en mai-août 2011, A & E911 ont dû savoir que la théorie qu’ils présentaient s’était déjà révélée indéfendable pour des raisons scientifiques. Alors que les partisans de la nano-thermite prétendent être «scientifiques», ils violent les canons de la science en ne révisant pas leurs points de vue lorsque de nouvelles preuves ou de nouvelles hypothèses deviennent disponibles.

En effet, lors de la Midwest 9/11 Truth Conference, qui s’est tenue à Urbana, IL, le 22 septembre 2013, nous avons présenté «Explosive Evidence» comme  la première heure de la conférence , où j’ai avancé une critique de ses limites et de ses lacunes pendant la deuxième heure comme suit et a expliqué pourquoi les preuves actuellement disponibles étayent désormais la conclusion selon laquelle les tours jumelles ont été retirées à l’aide d’un agencement sophistiqué de micro ou mini armes nucléaires, qui semblent avoir été attachées aux colonnes centrales de chacune:

En effet, de nombreuses justifications avaient déjà été présentées lors des audiences de Vancouver, qui s’y sont déroulées du 15 au 17 juin 2012, y compris plusieurs présentations en faveur de l’utilisation des armes nucléaires le 11 septembre, la plus importante étant celle de Jeff Prager (où Don Fox présenté en son nom). Jeff a expliqué qu’en 2002, il avait entrepris de prouver que, le 11 septembre, 19 musulmans avaient détourné quatre avions et nous avaient attaqués. Mais en 2005, il a réalisé que c’était faux, a vendu son entreprise, a quitté les États-Unis et a commencé à enquêter sur le 11 septembre à plein temps. (Voir son  9/11 America Nuked .)

Comment ça a été fait

Dans  « Preuve de fission ternaire à New York le 11 septembre » il observe (1) que les échantillons de poussière sont la meilleure preuve de ce qui s’est passé le 11 septembre; (2) que les échantillons de l’USGS prélevés sur une douzaine d’endroits montrent comment divers éléments interagissent prouvent que des réactions de fission ont eu lieu; (3) que le myélome multiple dans la population générale à un taux de 3 à 9 incidents pour 100 000 personnes, mais le taux était de 18 pour 100 000 chez les premiers répondants; (4) que d’autres cancers relativement inhabituels sont apparus parmi les répondeurs, notamment le lymphome non hodgkinien, la leucémie, la thyroïde, le pancréas, le cerveau, la prostate, l’œsophage et les cancers du sang et du plasma; et (5) qu’en mars 2011, pas moins de 1 003 premiers intervenants sont décédés de divers cancers. Les éléments trouvés dans les échantillons de poussière de l’USGS fournissent un éventail assez étonnant de preuves de la présence d’armes nucléaires:

Baryum et strontium : Aucun de ces éléments ne devrait jamais apparaître dans les débris de construction  en ces quantités . Les niveaux ne tombent jamais en dessous de 400 ppm pour le baryum et ils ne descendent jamais en dessous de 700 ppm pour le strontium et atteignent plus de 3000 ppm pour les deux échantillons de poussière prélevés dans les rues Broadway et John.

Thorium et Uranium : Ces éléments n’existent que sous forme radioactive. Le thorium est un élément radioactif formé à partir de l’uranium par désintégration. C’est très rare et ne devrait jamais être présent dans les gravats de construction.  Donc, une fois de plus, nous avons des preuves vérifiables qu’un événement de fission nucléaire s’est produit.
Lithium:  Avec la présence de lithium, nous avons des preuves convaincantes que cette voie de fission de l’uranium vers le thorium et l’hélium, avec la désintégration ultérieure de l’hélium en lithium, a eu lieu.

Lanthane:  Le lanthane est le prochain élément de la voie de désintégration de l’élément baryum.

Yttrium : Le prochain élément de désintégration après le strontium, ce qui confirme davantage la présence de baryum.
Chrome : La présence de chrome est une autre signature «révélatrice» d’une détonation nucléaire.
Tritium : Un élément très rare et ne devrait pas être trouvé à des concentrations 55 fois normales au sous-sol du WTC-6 pas moins de 11 jours après le 11 septembre, ce qui est un autre signe «révélateur» des armes nucléaires.

De nouvelles recherches sur l’utilisation des armes nucléaires ont fourni une confirmation supplémentaire, y compris des études de Don Fox, Dr Ed Ward et Jeff Prager, montrent que ces éléments se produisent dans des modèles de corrélation qui rendent l’hypothèse pratiquement indéniable (pas que Steve Jones, Kevin Ryan et Richard Gage, entre autres, ne continuera pas à le nier), où Gordon Duff a récemment publié que  le nombre réel de New-Yorkais qui ont contracté ces cancers inhabituels liés au 9/11 est maintenant passé à plus de 70 000 .

Et ce n’est pas un problème nouveau. Dans son analyse des  «Avantages et inconvénients des audiences de Toronto» , par exemple, publiée le 20 septembre 2011, Joshua Blakeney a observé que le juge Richard Lee était préoccupé par les appels de Kevin Ryan à la nano-thermite et a demandé si elle avait déjà été utilisée. pour démolir un bâtiment. S’il y a même eu «un moment embarrassant» dans l’histoire du mouvement de la vérité sur le 11 septembre, cela doit être celui-ci. Alors pourquoi Richard Gage a-t-il répété l’erreur sur C-SPAN? N’était-ce pas une fois assez mauvais?

 

 

Il est ironique que la théorie de la nano-thermite, basée sur des échantillons de poussière, ait été remplacée par de nouvelles recherches basées sur des échantillons de poussière plus complets, mais cela est caractéristique de la recherche scientifique: la découverte de nouvelles données ou de nouvelles alternatives peut conduire à le rejet d’hypothèses précédemment acceptées, à l’acceptation d’hypothèses précédemment rejetées et à en laisser les autres en suspens, ce qui est caractéristique non seulement de la science en particulier mais de la rationalité de la croyance en général.

 Qu’en est-il des avions / pas d’avions?

Si l’impossibilité de la nano-thermite ayant détruit les tours jumelles pousse Richard Gage, Steve Jones et Neils Harritt vers le haut du mur, les questions qui se sont posées à propos des lieux de l’accident du 11 septembre et les preuves suggèrent que les quatre d’entre eux ont été fabriqués ou falsifiés ( quoique de différentes manières). C’était donc profondément troublant quand Richard Gage a laissé entendre que les accidents d’avion du 11 septembre étaient réels, ce qui contredit les preuves disponibles.

Mais nous avons la preuve documentaire que les vols 11 (tour nord) et 77 (Pentagone) n’étaient même pas programmés ce jour-là, où les registres d’enregistrement de la FAA montrent que les avions utilisés pour les vols 93 (Shanksville) et 175 (tour sud) n’ont pas été sortis de service («radié») jusqu’au 28 septembre 2005.

Alors, comment des avions qui n’étaient même pas dans les airs se sont-ils écrasés le 11 septembre? et comment des avions qui se sont écrasés le 11 septembre ont-ils pu encore voler quatre ans plus tard?

 

 

Pour de nombreux étudiants du 11 septembre, leur cerveau s’est coupé à l’idée même, même si  Pilots for 9/11 Truth  ont établi que le vol 93 était dans les airs ce jour-là, mais  qu’il était au-dessus de Champaign-Urbana, IL, après cela. se serait écrasé à Shanksville ; et que le vol 175 était également dans les airs ce jour-là, mais  qu’il était au-dessus de Harrisburg et de Pittsburgh, en Pennsylvanie, longtemps après qu’il avait prétendument heurté la tour sud . Cela signifie que les vidéos que nous avons vues des avions frappant les tours nord et sud impliquaient une forme de falsification, comme je l’ai expliqué à plusieurs reprises.

Cela ne veut pas dire que de vrais avions de toute nature – tels que des drones ou des avions militaires spéciaux – ont été utilisés à cette fin, car leur entrée n’a entraîné aucune perte de vitesse en violation de la troisième loi de Newton.

Et, comme Jack White, un étudiant légendaire de JFK, qui a tourné son attention sur le 11 septembre, l’a découvert, le composant du moteur trouvé à Church & Murray était sous un échafaudage en acier, assis sur un trottoir relativement intact, et n’était pas du bon proviennent d’un Boeing 767. Il a également trouvé des images de FOX NEWS d’hommes en gilets du FBI déchargeant quelque chose de lourd d’une camionnette blanche, ce qui aurait été une nouvelle sensationnelle si Richard Gage avait fait des observations de ce type sur C-SPAN:

 

Qu’aucun avion ne s’est écrasé à Shanksville devrait être évident pour quiconque a vu à quoi ressemble un véritable accident d’avion, comme la chute du «Malaysian 17» en Ukraine.

Bien que ce cas soit fascinant en soi, la preuve que nous avons été induits en erreur à propos du Pentagone va de la violation des lois de l’aérodynamique et de la physique entraînée par la trajectoire de vol officielle à la considération plus évidente que l’avion montré dans l’unique image que le Pentagone prétend montrer que «l’avion», comparé à l’image d’un Boeing 757 (correctement dimensionné pour comparaison), était beaucoup trop petit pour avoir été un Boeing 757:

Les problèmes concernant les avions seraient extrêmement intéressants pour le public que de parler d’éclats rouges et gris trouvés dans la poussière, surtout quand – même s’il s’agissait de   nano-thermite de bonne foi – ne peut pas expliquer comment les tours jumelles ont été détruites. Qu’aucun des avions du 11 septembre ne se soit réellement écrasé et qu’aucun des passagers à bord ne soit mort est une question entièrement différente, car cela prouve que toute la «guerre contre le terrorisme» était une fabrication.
Trop de membres du mouvement semblent oublier qu’une demi-douzaine ou plus des «pirates de l’air suicidaires» sont revenus vivants et bien portants le lendemain.  Gage n’a non seulement fait aucun des points évidents soulevés ici, mais a laissé entendre que l’avion du 11 septembre était réel. Dans les deux cas, des questions sont soulevées quant à sa compétence ou à son intégrité.

Qui était responsable et pourquoi?

Plus troublant que son incapacité à discuter des avions qui ne se sont pas écrasés – et à laisser entendre qu’ils étaient réels – était son incapacité totale à répondre à des questions simples et directes sur qui et pourquoi. Le 11 septembre date de l’effondrement de l’Union soviétique en 1990-91, qui a laissé le complexe militaro-industriel sans boogie man pour pacifier le public américain en ce qui concerne le «dividende de la paix» qu’il ne verrait jamais et une nouvelle menace à maintenir les milliards des contribuables entrent dans leurs coffres. Cela impliquait une collusion entre la CIA, les néo-conservateurs du ministère de la Défense et le Mossad, où Israël sortirait du 11 septembre comme «le grand gagnant».

Lors des audiences de Vancouver, Susan Lindauer a révélé des informations privilégiées selon lesquelles le 11 septembre était un «travail interne». Elle a servi de liaison entre la CIA et Saddam Hussein, qui était si désireux d’éviter la guerre avec les États-Unis qu’il a proposé d’acheter 1 000 000 de voitures par an pendant les dix prochaines années. Si cela ne suffisait pas, dit-il, faites-en les vingt prochains!  Imaginez où en seraient les États-Unis sur le plan économique si nous avions seulement repris sa proposition? Au lieu de cela, quand Susan a appris des plans pour attaquer l’Irak, elle a protesté vigoureusement auprès du président Bush. Pour avoir franchi cette étape, pour avoir exprimé ses inquiétudes face à l’injustice de tout cela, elle a été harcelée, intimidée, emprisonnée et torturée.

Le 11 septembre a été conçu comme une opération psychologique élaborée pour inculquer la peur au peuple américain afin de le manipuler pour qu’il soutienne l’agenda politique de l’administration Bush / Cheney, qui comprenait l’invasion de plusieurs nations du Moyen-Orient pour provoquer la création d’un nouveau siècle de domination américaine sur le monde pour les 100 prochaines années.

Les preuves étayent la conclusion que le 11 septembre était un «événement de sécurité nationale» qui a été autorisé aux plus hauts niveaux du gouvernement américain – la CIA, la NSA, le Pentagone et la Maison Blanche.

Cela a facilité un renversement de la politique étrangère des États-Unis et des contraintes extraordinaires sur la Constitution des États-Unis, qui ont considérablement accru la centralisation du pouvoir politique au sein de l’exécutif et dominant les pouvoirs législatif et judiciaire du gouvernement.

 

 

 

 

 

 

La création du Département de la sécurité intérieure a été particulièrement inquiétante, où le DHS a maintenant réquisitionné plus de 2 milliards de cartouches de munitions à pointe creuse de calibre .40, ce qui n’est même pas autorisé dans la conduite de la guerre en vertu des Conventions de Genève. Combiné avec plus de 300 camps de la FEMA à travers le pays, chaque Américain devrait s’alarmer des parallèles avec la montée du Troisième Reich en Allemagne avant la Seconde Guerre mondiale.

En tant qu’ancien officier du Corps des Marines, je suis extrêmement inquiet de l’avenir de mon pays, qui est passé de la nation la plus admirée et la plus respectée au monde – avec notre «vaillant allié» au Moyen-Orient, Israël – à être les plus méprisés et vilipendés. D’ici 2014, Richard Gage aurait dû connaître ces choses, ce qui rend son silence à leur sujet d’autant plus révélateur.

 

 

 

 

La Grande Conspiration du Silence:Les vies chrétiennes noires n’ont apparemment pas d’importance


Au Nigéria, au cours des 20 dernières années, 100 000 chrétiens ont été tués. Le Nigéria est en train de devenir le «plus grand terrain de meurtre de chrétiens au monde». Le président américain Donald Trump, en 2018, a soulevé la question avec le président nigérian Muhammadu Buhari. « Nous avons eu de très graves problèmes avec les chrétiens qui sont assassinés au Nigeria », lui a dit Trump. Le président Trump, cependant, est presque le seul parmi les dirigeants occidentaux à soulever la question. Lorsque son prédécesseur, le président Barack Obama, a rencontré Buhari, il n’a jamais parlé des meurtres de chrétiens. Sur la photo: Trump et Buhari le 30 avril 2018, à Washington, DC.

«Arrêtez les massacres», «Assez c’est assez», «Nos vies comptent», ont déclaré des chrétiens nigérians et des chefs d’églises réunis à Londres le 20 août pour manifester contre le massacre des chrétiens dans leur pays. Ils ont envoyé au Premier ministre britannique Boris Johnson une lettre accusant les médias internationaux de « conspiration du silence ».

Dans le même temps, un rapport de trois organisations – l’Organisation internationale pour la consolidation de la paix et la justice sociale, le Comité international sur le Nigéria et le Groupe parlementaire multipartite pour la liberté internationale de religion ou de conviction – a révélé qu’au Nigéria, ces 20 dernières années, 100 000 chrétiens ont été tués. Boko Haram, Al-Qaïda, les bergers peuls et d’autres groupes islamistes sont responsables de la mort de plus de 96 000 chrétiens lors de 21 000 attaques distinctes. Selon le rapport, 43 242 chrétiens ont été tués par Boko Haram, l’État islamique et Al-Qaïda; 18 834 sont morts dans les attaques peuls et 34 233 d’autres groupes armés. Le Nigéria est en train de devenir le «plus grand terrain de meurtre de chrétiens au monde».

«Cette chose est systématique», a déclaré l’archevêque anglican Benjamin Argak Kwashi de Jos; « c’est prévu; c’est calculé … leur intention est d’islamiser le Nigéria ».

Les enjeux sont stratégiques et immenses. Le Nigéria, déjà le pays africain le plus peuplé, pourrait avoir une population d’environ 800 millions d’habitants en 2100, selon une étude de The Lancet , et pourrait devenir la neuvième économie du monde. « Si l’Islam envahit le Nigéria, le reste de l’Afrique pourrait facilement en devenir la proie », a déclaré Mgr Hyacinth Egbebo .

Pour lire les reportages sur les massacres de chrétiens nigérians, la scène est toujours la même: un village avec quelques maisons pauvres entourées de champs ouverts. Les djihadistes apparaissent au milieu de la nuit et attaquent maison après maison. Ils enfoncent les portes, crient « Allahu akbar », assassinent les personnes âgées, violent et mutilent les femmes et les enfants, et les kidnappent contre rançon en tant qu ‘ » affaires « . Ils brûlent des maisons, des écoles et des églises. «C’est comme si la vie des chrétiens n’avait plus d’importance», a déclaré le pasteur Stephen Baba Panya, président de l’Église évangélique Winning All.

Non, il n'y a pas de génocide des chrétiens au Nigeria | Radio-Canada.ca

«Dans les États du nord et du centre du Nigéria, des milliers de civils ont été tués dans des attaques menées par Boko Haram, des bergers islamistes peuls et d’autres milices extrémistes», a écrit la baronne Caroline Cox. « Des centaines d’églises ont été réduites en décombres. Des communautés entières ont été forcées d’abandonner leurs maisons et leurs terres agricoles ». La Société internationale pour les libertés civiles et l’état de droit a mis en garde contre le risque d’un  » génocide à la rwandaise « .

Les organisations qui suivent la persécution des chrétiens dénoncent depuis longtemps ce qui se passe. En 2012, Portes ouvertes États – Unis était déjà en soulignant le risque de génocide au Nigeria. Huit ans après cela, combien de vies chrétiennes ont été perdues? Combien pourraient être sauvés si les médias, les chancelleries et les organisations internationales avaient fait pression sur les dirigeants nigérians pour qu’ils protègent leurs chrétiens? Pourquoi l’Occident n’a-t-il jamais lié les échanges commerciaux, diplomatiques, militaires et politiques avec le Nigéria à la protection de ses chrétiens?

Le président américain Ronald Reagan a lié les discussions avec l’Union soviétique à une campagne visant à laisser les Juifs de Russie quitter le pays. Mais même les juifs de l’Union soviétique ne subissaient pas les atrocités que les chrétiens du Nigéria subissent chaque jour.

Le président américain Donald Trump, en 2018, a soulevé la question avec le président nigérian Muhammadu Buhari. « Nous avons eu de très graves problèmes avec les chrétiens qui sont assassinés au Nigeria », lui a dit Trump . Le président Trump, cependant, est presque le seul parmi les dirigeants occidentaux à soulever la question. Lorsque son prédécesseur, le président Barack Obama, a rencontré Buhari, il n’a jamais parlé des meurtres de chrétiens.

Le président Trump devrait « nommer un envoyé spécial pour le Nigéria et la région du lac Tchad pour » se concentrer comme un rayon laser « sur les attaques de Boko Haram et d’autres militants islamiques … pour mettre fin au génocide des chrétiens dans la région », a exhorté l’ ancien membre du Congrès. Frank Wolf.

Il y a six ans, l’enlèvement de 276 étudiantes, pour la plupart chrétiennes, par le groupe islamiste Boko Haram à Chibok, au Nigéria, a conduit à une condamnation internationale. #BringBackOurGirls a tendance sur Twitter – sans surprise, sans effet sur Buhari. La campagne hashtag a été brève.

Une seule de ces adolescentes nigérianes kidnappées, Leah Sharibu , n’a pas réussi à retrouver sa liberté et a donc passé deux ans en captivité à Boko Haram. Pourquoi? Parce qu’elle avait refusé de renoncer au christianisme et de se convertir à l’islam. Sa mère s’est jointe à une manifestation à Londres, mais aucun grand journal européen n’a eu le temps pour elle. « Par fatigue ou honte de soi, ou les deux, nous fermons les yeux », a déclaré le journaliste Franz-Olivier Giesbert.

« La vie des chrétiens en Orient, en Afrique ou en Asie compte-t-elle? C’est une question que nous sommes en droit de nous poser quand nous voyons la place que nos chers médias accordent aux meurtres et aux discriminations dont les catholiques ou les protestants font l’objet sur la planète: rien ou presque rien, quelques heureuses exceptions (…) C’est notre tartuferie (hypocrisie) qui nourrit le choc des civilisations ».

Une autre exception était l’auteur français Bernard-Henri Lévy . Dans un long article, Lévy a décrit sa visite dans les églises et les villages nigérians incendiés et détruits par les fondamentalistes islamiques, tandis que les prêtres et les évêques locaux lui ont montré les photos de femmes chrétiennes mutilées après avoir refusé de se convertir à l’islam. Puis un Peul lui dit :

« C’est notre terre, il y a trop de chrétiens ici, les chrétiens sont des chiens et des enfants de putes. Ce sont des traîtres parce qu’ils se sont convertis à la religion blanche. Quand ils partiront tous, le Nigéria sera enfin libre ».

La journaliste américaine Kirsten Powers a écrit :

<< Les chrétiens du Moyen-Orient et d’Afrique sont massacrés, torturés, violés, kidnappés, décapités et forcés de fuir le berceau du christianisme. On pourrait penser que cette horreur pourrait dévorer les chaires et les bancs des églises américaines. Pas si. Le silence a été presque assourdissant. « 

Les principales églises américaines ont adopté le «signalement de la vertu» sur le racisme après la mort de George Floyd, mais aucun dirigeant chrétien n’a dit «Black Christian Lives Matter» pour sensibiliser le public au massacre des chrétiens. Comme l’a dit un évêque, le silence occidental sur la persécution des chrétiens a été  » sinistre « .

Le « génocide culturel » des Ouïghours par le régime chinois a été dénoncé et est carrément sur le radar de nos médias, et le « génocide des Rohingyas » au Myanmar a abouti à la Cour internationale de justice de La Haye; Les députés allemands et européens l’ ont condamné. Cependant, sur le génocide de 100 000 chrétiens dans le plus grand pays d’Afrique, l’Occident a simplement haussé les épaules.