Exploration spatiale:Selon Elon Musk , il faudra 20 ans et 1000 voyages pour construire la première ville sur Mars

 

Elon Musk n’a pas abandonné son idée de coloniser Mars. Le patron revient de SpaceX régulièrement sur son projet ambitieux dont les contours demeurent encore imprécis. Pour autant, il a déjà établi le coût total approximatif, les équipements et le temps qu’il faudra pour implanter une première ville humaine sur la planète.

L’Homme, en arrivant sur Mars, signera le début d’une ère nouvelle, celle d’une espèce interplanétaire. L’humanité saura-t-elle dépasser ce qui la divise ou, au contraire, sombrera-t-elle dans des conflits inhérents à sa nature ?

 

 

L’intérêt mondial pour la colonisation de Mars est grandissant. La course spatiale du début des années 1960 entre les États-Unis et l’ancienne Union soviétique est de l’histoire ancienne. Aujourd’hui, ce sont toutes les nations qui apprennent à collaborer pour développer l’intelligence technologie nécessaire à l’objectif Mars. Les pays du monde entier, y compris certains dont on ne s’attendait pas à ce qu’ils travaillent avec les États-Unis, pensent, parlent et font avancer le projet de vaisseaux spatiaux – et finalement de l’Homme – sur la planète rouge.

Les collaborations entre l’Europe, la Russie, la Chine et l’Inde, par exemple, avec les États-Unis, rassemblent des forces qui rendront ce projet de conquête de Mars possible, financièrement et technologiquement. Quant au secteur privé, les recherches qu’il accomplit sont tellement enthousiasmantes qu’elles pourraient bien nous rapprocher encore plus vite de l’accomplissement de cette conquête.

La liste complète des nations qui travaillent à ce projet Mars est longue.

 

LA CHINE

Les responsables du secteur spatial chinois ont indiqué que des plans sont en cours pour envoyer un rover vers la planète rouge dès 2020. Un prototype de Mars Rover à petite échelle a été présenté au public. La mission chinoise permettrait de recueillir des échantillons de roches et de sols, avec un retour prévu sur Terre vers 2030. La Chine a d’ores et déjà lancé une mission d’exploration lunaire robotisée, qui, étape par étape, conduira à l’exploration humaine de la surface de la Lune.  Le pays fabrique également la puissante fusée Longue Marche 5, destinée à diverses missions spatiales.

Voici le projet chinois pour 2020 qui permettra de recueuillir des échantillons de roches et de les rapporter sur Terre.

 

L’EUROPE

Le projet d’envergure à destination de Mars, ExoMars, est mené par l’Agence spatiale européenne (ESA). Le programme a été inauguré avec le lancement, en mars 2016, de l’orbiteur TGO, pour « trace gas orbiter », et d’un module expérimental d’entrée, de descente et d’atterrissage appelé Schiaparelli. Ils ont atteint la planète rouge en octobre 2016. ExoMars prévoit également le lancement d’un rover en 2020.

L’entreprise ouvre la voie à une future mission de retour d’échantillons de Mars dans les années 2020. Les deux missions ExoMars sont menées en coopération avec les organisations spatiales européennes et russes.

 

L’INDE

La Mars Orbiter Mission, ou MOM, mission d’envoie d’orbiteur indien autour de Mars, s’appelle aussi Mangalyaan. Elle a envoyé une sonde en orbite autour de la planète en septembre 2014 et a marqué la première incursion réussie de l’Inde dans l’espace interplanétaire. La sonde analyse les caractéristiques de Mars et l’atmosphère de la planète ; elle étudie la présence de méthane, qui pourrait indiquer que la vie existe sur Mars. Ce succès pousse l’Organisation indienne pour la recherche spatiale (ISRO) à envisager d’autres vols interplanétaires. Le groupe de travail de la NASA-ISRO Mars est en train de renforcer la coopération entre les deux pays.

La sonde indienne Mangalyaan a fracassé de nombreux records.

 

LE JAPON

L’Agence d’exploration aérospatiale japonaise envisage une mission sur l’une des deux lunes de Mars, Phobos ou Deimos, avec un atterrissage ciblé au début des années 2020. De retour sur Terre, le matériel récolté sera analysé. La première sonde japonaise – Nozomi, ou Planet-B, a été envoyée en orbite de Mars en décembre 2003, malheureusement sans succès. L’appareil est maintenant une planète artificielle, qui tournera autour du Soleil pour l’éternité.

 

LES ÉMIRATS ARABES UNIS

Ils envisagent de lancer un orbiteur autour de Mars d’ici 2021, afin d’étudier les liens entre la météo actuelle et le climat passé de la planète rouge. La sonde sera la première à renvoyer une image globale de l’évolution de l’atmosphère martienne sur une seule journée, et au cours des saisons. L’Agence spatiale émiratie a récemment lancé un concours national de conception d’un habitat pour deux sur Mars. Les règles stipulent que les matériaux pourront être soit apportés de la Terre, soit trouvés sur la planète rouge. 


La conquête de Mars demandera un changement de la mentalité et du corps des futurs colons, estime l’expert polonais Konrad Szocik.

Le 1er mars 2016, les cosmonautes russe Mikhaïl Kornienko et américain Scott Kelly sont revenus sur Terre après avoir passé un an à bord de la Station spatiale internationale (ISS). Durant toute leur mission, ils étaient sous la surveillance de médecins qui suivaient les moindres changements de leurs états physique et psychologique.

Le NASA place cette expérience dans le cadre du programme Mission habitée vers Mars (Journey to Mars), qui prévoit une expédition vers la Planète rouge dans les années 2030. Pourtant, l’expert polonais Konrad Szocik de l’Université des technologies de l’information et de gestion à Rzeszow reste sceptique quant à la possibilité de ce voyage.

« Ici sur Terre, nous sommes incapables d’imiter précisément les conditions de vie martienne, notamment la microgravité et les rayons cosmiques. Donc, nous ne pouvons pas prévoir les conséquences biologiques et physiques de la vie sur Mars » indique le spécialiste.

En outre, il conteste la possibilité de reproduire les dangers d’un voyage sans retour sur Mars à bord de la Station spatiale internationale et en Antarctique. L’expert souligne qu’un vol vers la Planète rouge demanderait une préparation spéciale, plus précisément un changement de mentalité et du corps. Par exemple, des médicaments spéciaux ou des appareils électroniques aideront les futurs colons à surpasser les émotions que les dangers imprévus pourraient provoquer.

Enfin, Konrad Szocik attire l’attention sur le problème de reproduction des colons. Pour lutter contre les organismes qui entraîneront une dégradation du génome et l’extinction de la population, il faudra que le nombre de colons atteigne 500 ce qui est presque irréalisable. Quoi qu’il en soit, résume l’expert, il est peu probable que la première colonie martienne soit établie dans un avenir proche.

Le terraforming devient l’ultime défi.

 

Publicités

Fantastique découverte d’un grand lac d’eau liquide découvert sur Mars

Une équipe de chercheurs annonce la découverte d’un lac d’environ 20 km de large situé sous une couche de glace martienne. C’est la première fois qu’un tel volume d’eau liquide est découvert. Les détails de cette étude sont rapportés dans la revue Science.

 

Une équipe internationale d’astronomes annonce avoir repéré un lac sur Mars. La découverte de cette vaste étendue d’eau souterraine, que vous retrouverez sous le pôle Sud de la planète rouge, est un tournant dans la recherche de la vie sur d’autres planètes. “C’est un résultat stupéfiant qui laisse penser que la présence d’eau sur Mars n’est pas seulement un ruissellement temporaire révélé par de précédentes découvertes, mais une masse d’eau permanente qui crée les conditions pour de la vie sur une période de temps prolongée“, a commenté Alan Duffy, professeur associé à l’université de Swinburne (Australie), qui n’a pas participé à l’étude.

 

Ce lac, large d’une vingtaine de kilomètres (et pas très profond), “ressemble à l’un des bassins interconnectés situés sous plusieurs kilomètres de glace au Groenland et en Antarctique“, explique Martin Siegert, géophysicien à l’Imperial College de Londres. Selon les premières estimations, qui demandent à être confirmées, cette étendue d’eau liquide se trouverait à environ 1,5 kilomètre sous la surface glacée. Les chercheurs se sont ici appuyés sur les données de MARSIS, un radar installé sur la sonde Mars Express, de l’Agence spatiale Européenne, en orbite depuis 2005, qui a pour objectif principal de “scruter ce qui se trouve en dessous de la surface martienne”.

L’instrument fonctionne en analysant le temps que met l’onde radar à revenir à la sonde. Cette onde réagit différemment en fonction des matériaux traversés. C’est alors qu’à environ 1,5 km sous la couche de glace du pôle sud martien, les données récoltées ne collaient pas avec de la glace, de la roche ou de simples sédiments. Les chercheurs estiment alors que la “matière” traversée la plus probable est bel et bien de l’eau liquide.

 

Notons par ailleurs qu’il fait -68°C sous cette couche de glace. Comment se fait-il alors que cette eau ne soit pas complètement gelée ? Tout dépend de la pression, mais surtout de la composition de l’eau (plus elle est salée, plus la température doit être basse pour qu’elle gèle). Les chercheurs font ici remarquer qu’une eau avec un fort dosage de sels de sodium, de magnésium et de calcium, peut effectivement rester liquide jusqu’à -74°C. Et ces trois éléments ont été repérés à la surface martienne.

D’autres analyses devront être faites pour confirmer la présence de cette eau liquide sous la surface martienne. Si telle est le cas, cette annonce aura à coup sûr de fortes implications pour les futures missions d’ores et déjà prévues. Pourrait-on y retrouver une vie microbienne ? Rappelons que si Mars est désormais froide, désertique et aride, elle était auparavant chaude et humide et abritait une large quantité d’eau liquide et de lacs il y a au moins 3,6 milliards d’années.

Source

 

 

 

 

 

 

 

Cri d’alarme de Stephen Hawking : l’humanité doit quitter la Terre le plus vite possible

L’astrophysicien Stephen Hawking a expliqué à l’occasion d’un livestream pourquoi l’humanité doit quitter selon lui la Terre le plus vite possible. Et quelles sont nos destinations les plus réalistes. Le scientifique s’alarme régulièrement des actions de l’être humain qui mènent, selon lui, l’ensemble de l’humanité à sa perte. Cette fois-ci il explique que « l’humanité manque de place » et que se « disperser » est peut-être la seule façon de nous sauver.

 

 

Stephen Hawking a donné un livestream cette semaine à l’occasion du Starmus Festival à Tenerife, dans les Îles Canaries (Espagne). Le thème de cette 4e édition du Starmus était la vie et l’univers. Et c’est tout naturellement que l’astrophysicien a exposé son point de vue sur la question. Selon lui, il ne reste qu’assez peu de temps à l’humanité pour survivre sur Terre.

Stephen Hawking : « l’humanité doit quitter la Terre le plus vite possible »

Et nous pourrions même être contraint de fuir notre planète d’ici 100 ans. Cette fois-ci,, il précise néanmoins sa pensée quelque peu alarmiste. En faisant un peu de perspective historique. Selon lui, il y a deux choses qui concurrent à notre départ de la planète bleue. D’abord le fait que nous « existons en tant qu’espèce depuis 2 millions d’années », mais qu’en 10000 ans de civilisation, notre développement n’a cessé de s’accélérer :

« Si l’humanité peut exister encore un million d’années, notre futur repose sur la possibilité d’aller là où personne n’est allé jusqu’ici […] nous n’avons plus d’espace, et le seul endroit où aller c’est vers d’autres mondes. C’est le moment d’explorer d’autres systèmes solaires. Se disperser pourrait être la seule chose qui nous sauve de nous-mêmes. Je suis convaincu que les humains ont besoin de quitter la Terre. »

Pour Stephen Hawking, l’humanité aura disparu sur Terre d’ici 1000 ans

Stephen Hawking avertit : il va falloir se trouver une autre planète et vite. Selon lui notre planète est bien trop fragile pour supporter la véritable torture permanente qu’est l’humanité. Et d’ici un millier d’années, selon lui, on ne pourra éviter un grosse catastrophe qui rayera l’humanité de la carte. En cela, Stephen Hawking reste, vous allez le voir, fidèle à sa pensée.

 

Et si aller sur une autre planète, Mars, voire hors de notre système solaire, était la condition sine qua none de notre survie ? Stephen Hawking théoricien britannique de la physique s’est exprimé devant la Oxford Union Society, une vénérable société de débats animée par les meilleurs étudiants d’Oxford. Ce qu’il dit s’inscrit probablement un peu dans le climat post-élections US sur fond d’incertitudes dans le financement des programmes de la Nasa.

Mais ce n’est pas nouveau non plus – le théoricien paraplégique a déjà exprimé mot pour mot la même chose durant un discours de 2013 :

« Je ne pense pas que nous survivrons 1000 années supplémentaires sans nous échapper de notre fragile planète […] nous devons continuer d’explorer l’espace afin d’améliorer notre connaissance de l’humanité. Nous devons aller au-delà de notre humble planète. »

Pour bien comprendre ce à quoi Stephen Hawking fait directement référence, il faut peut-être revenir à une interview qu’il avait donnée en 2010 à Big Think. Dans celle-ci, il explique qu’il va devenir de plus en plus « difficile d’éviter des désastres sur la planète Terre » et que « la race humaine ne devrait pas mettre ses oeufs dans le même panier, ou sur une planète ».

Et d’enfoncer en une phrase le clou : « espérons simplement que l’humanité ne fasse pas tomber le panier avant que l’on puisse distribuer son contenu ». Bien que cela attire moins l’attention que les projets d’Elon Musk, Stephen Hawking est également très impliqué dans la recherche de moyens d’aller vivre sur une autre planète.

 

 

 

 

Selon lui, le réchauffement climatique, l’épuisement des ressources, et la surpopulation sont les risques principaux qui peuvent mettre en péril immédiat notre survie. Le seul hic, c’est que pour l’heure, aller explorer d’autres systèmes solaires paraît technologiquement impossible. Il recommande donc de coloniser dans un premier temps des corps plus proches : la Lune et Mars.

« La Terre est menacée dans tellement de domaines qu’il est difficile pour moi d’être positif. »

Selon lui on peut construire une colonie sur la Lune « dans les 30 ans » et atteindre Mars « dans les 15 prochaines années » avec une base permanente « quelques décennies plus tard ». Il appelle les Etats à collaborer à cet effort. Comme un écho aux ambitions de Stephen Hawking, l’ESA européenne et la Nasa américaine prévoient d’établir un « village sur la lune » ou une colonie sur Mars dans les prochaines années.

Il y a aussi des initiatives privées comme celle d’Elon Musk et de SpaceX qui veut réduire le coût du voyage entre la Terre et Mars.


En septembre 2016,Elon Musk dévoilait ses plans pour coloniser Mars et explorer le système solaire

 

En septembre 2016,Elon Musk n’avait pas été avare d’annonces en dévoilant son système de transport à destination de Mars. L’entrepreneur souhaite y envoyer un million de personnes en cassant le prix du billet. Son lanceur réutilisable pourrait servir à explorer d’autres planètes que Mars. En revanche Elon Musk ne dit pas comment les futurs colons vivront sur la planète rouge.

C’est un projet vertigineux ! Elon Musk avait  dévoilé  ses plans pour coloniser la planète rouge et y envoyer un million de personnes en espérant rendre la colonie autonome d’ici 40 à 100 ans. Et surtout, c’est d’ailleurs la grosse surprise de la soirée d’hier, comment nous pourrions utiliser le même lanceur pour explorer l’ensemble du système solaire !

Elon Musk l’a rappelé lors de la conférence : le coeur de métier de SpaceX, c’est le transport. Il est resté évasif quant aux conditions dans lesquelles les futurs colons devront vivre sur la planète rouge. Mais parle tout de même d’une ville, et de la promesse d’une autonomie vis à vis de la Terre dans le siècle. Voici un condensé de 5 minutes de la conférence :

La pièce maitresse du projet, c’est le système de lanceur réutilisable. Celui-ci est basé sur une fusée géante qui reprend les lignes de la Falcon 9 et surtout sa technologie de récupération du premier étage. La fusée elle-même sera plus haute que la plus grosse des fusées jamais construite par l’homme (de deux mètres) : la Saturn V. Elle sera propulsée par les nouveaux moteur-fusées Raptor.

Elon Musk propose un voyage planétaire confortable et à prix cassé

L’engin, qui avait emmené le premier homme sur la Lune, faisait déjà 110,6 mètres de haut. Sa version revisitée par Elon Musk en fait donc plus de 112, pourra emporter pas moins de 100 passagers dans une navette de 17 mètres de large et 50 mètres de haut. Navette qui peut emporter en prime jusqu’à 450 tonnes de cargo !

La clé de cette prouesse réside dans la technologie de récupération du premier étage développée pour la Falcon 9. La navette est dans un premier temps mise sur un orbite de parking. Le premier étage redescend sur Terre, et est alors immédiatement coiffé d’un réservoir avant de repartir pour fournir le carburant nécessaire au voyage à la navette. Cette vidéo devrait vous aider à vous faire une idée du système :

 

 

Le voyage sera long mais « fun » assure Elon Musk

La navette peut alors dévoiler des voiles solaires qui lui fournissent toute l’électricité nécessaire, puis commence un long voyage compris entre 80 et 150 jours, soit au minimum presque trois mois de vie en apesanteur et dans un espace clos. Elon Musk assure que ce temps sera mis à partie pour se divertir de diverses manières et faire du sport. Il a insisté sur l’aspect « fun » du voyage.

Dès son arrivée, les passagers descendent et le cargo est déchargé. Puis la navette revient à vide vers la Terre où elle pourra être réutilisée. Ces cycles de réutilisation couplés à la capacité de la navette font descendre le coût du trajet par passager en dessous de 100.000 euros. « Une condition » de la réussite du projet pour Elon Musk.

Après Mars, d’autres objets du système solaire pourraient être explorés

Mais là où ça devient vraiment barré, c’est que l’entrepreneur propose d’utiliser son système de lanceur pour aller sur d’autres objets du système solaire. Par exemple permettre à un équipage d’explorer Europe où la Nasa a révélé la présence d’eau liquide et n’importe quel autre objet. Un projet qui offre des perspectives assez vertigineuses comme le montre cette série de représentations d’artiste :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evidemment, dans un premier temps qui pourrait d’ailleurs être assez long, le voyage retour ne sera pas possible. Il faudrait pour cela réussir à synthétiser du carburant directement sur Mars. Elon Musk pense le faire à partir du CO2 de l’atmosphère. Un prix à payer qui n’effraiera pas tout le monde.

Pour parvenir à ses fins dans des délais raisonnables, le calendrier de l’entrepreneur est serré. Il pense pouvoir faire un premier voyage à vide avec sa nouvelle fusée pas plus tard que 2018. Les premiers passagers pourraient monter à bord dès 2024.