L’astrophysicien Stephen Hawking a expliqué à l’occasion d’un livestream pourquoi l’humanité doit quitter selon lui la Terre le plus vite possible. Et quelles sont nos destinations les plus réalistes. Le scientifique s’alarme régulièrement des actions de l’être humain qui mènent, selon lui, l’ensemble de l’humanité à sa perte. Cette fois-ci il explique que « l’humanité manque de place » et que se « disperser » est peut-être la seule façon de nous sauver.

 

 

Stephen Hawking a donné un livestream cette semaine à l’occasion du Starmus Festival à Tenerife, dans les Îles Canaries (Espagne). Le thème de cette 4e édition du Starmus était la vie et l’univers. Et c’est tout naturellement que l’astrophysicien a exposé son point de vue sur la question. Selon lui, il ne reste qu’assez peu de temps à l’humanité pour survivre sur Terre.

Stephen Hawking : « l’humanité doit quitter la Terre le plus vite possible »

Et nous pourrions même être contraint de fuir notre planète d’ici 100 ans. Cette fois-ci,, il précise néanmoins sa pensée quelque peu alarmiste. En faisant un peu de perspective historique. Selon lui, il y a deux choses qui concurrent à notre départ de la planète bleue. D’abord le fait que nous « existons en tant qu’espèce depuis 2 millions d’années », mais qu’en 10000 ans de civilisation, notre développement n’a cessé de s’accélérer :

« Si l’humanité peut exister encore un million d’années, notre futur repose sur la possibilité d’aller là où personne n’est allé jusqu’ici […] nous n’avons plus d’espace, et le seul endroit où aller c’est vers d’autres mondes. C’est le moment d’explorer d’autres systèmes solaires. Se disperser pourrait être la seule chose qui nous sauve de nous-mêmes. Je suis convaincu que les humains ont besoin de quitter la Terre. »

Pour Stephen Hawking, l’humanité aura disparu sur Terre d’ici 1000 ans

Stephen Hawking avertit : il va falloir se trouver une autre planète et vite. Selon lui notre planète est bien trop fragile pour supporter la véritable torture permanente qu’est l’humanité. Et d’ici un millier d’années, selon lui, on ne pourra éviter un grosse catastrophe qui rayera l’humanité de la carte. En cela, Stephen Hawking reste, vous allez le voir, fidèle à sa pensée.

 

Et si aller sur une autre planète, Mars, voire hors de notre système solaire, était la condition sine qua none de notre survie ? Stephen Hawking théoricien britannique de la physique s’est exprimé devant la Oxford Union Society, une vénérable société de débats animée par les meilleurs étudiants d’Oxford. Ce qu’il dit s’inscrit probablement un peu dans le climat post-élections US sur fond d’incertitudes dans le financement des programmes de la Nasa.

Mais ce n’est pas nouveau non plus – le théoricien paraplégique a déjà exprimé mot pour mot la même chose durant un discours de 2013 :

« Je ne pense pas que nous survivrons 1000 années supplémentaires sans nous échapper de notre fragile planète […] nous devons continuer d’explorer l’espace afin d’améliorer notre connaissance de l’humanité. Nous devons aller au-delà de notre humble planète. »

Pour bien comprendre ce à quoi Stephen Hawking fait directement référence, il faut peut-être revenir à une interview qu’il avait donnée en 2010 à Big Think. Dans celle-ci, il explique qu’il va devenir de plus en plus « difficile d’éviter des désastres sur la planète Terre » et que « la race humaine ne devrait pas mettre ses oeufs dans le même panier, ou sur une planète ».

Et d’enfoncer en une phrase le clou : « espérons simplement que l’humanité ne fasse pas tomber le panier avant que l’on puisse distribuer son contenu ». Bien que cela attire moins l’attention que les projets d’Elon Musk, Stephen Hawking est également très impliqué dans la recherche de moyens d’aller vivre sur une autre planète.

 

 

 

 

Selon lui, le réchauffement climatique, l’épuisement des ressources, et la surpopulation sont les risques principaux qui peuvent mettre en péril immédiat notre survie. Le seul hic, c’est que pour l’heure, aller explorer d’autres systèmes solaires paraît technologiquement impossible. Il recommande donc de coloniser dans un premier temps des corps plus proches : la Lune et Mars.

« La Terre est menacée dans tellement de domaines qu’il est difficile pour moi d’être positif. »

Selon lui on peut construire une colonie sur la Lune « dans les 30 ans » et atteindre Mars « dans les 15 prochaines années » avec une base permanente « quelques décennies plus tard ». Il appelle les Etats à collaborer à cet effort. Comme un écho aux ambitions de Stephen Hawking, l’ESA européenne et la Nasa américaine prévoient d’établir un « village sur la lune » ou une colonie sur Mars dans les prochaines années.

Il y a aussi des initiatives privées comme celle d’Elon Musk et de SpaceX qui veut réduire le coût du voyage entre la Terre et Mars.


En septembre 2016,Elon Musk dévoilait ses plans pour coloniser Mars et explorer le système solaire

 

En septembre 2016,Elon Musk n’avait pas été avare d’annonces en dévoilant son système de transport à destination de Mars. L’entrepreneur souhaite y envoyer un million de personnes en cassant le prix du billet. Son lanceur réutilisable pourrait servir à explorer d’autres planètes que Mars. En revanche Elon Musk ne dit pas comment les futurs colons vivront sur la planète rouge.

C’est un projet vertigineux ! Elon Musk avait  dévoilé  ses plans pour coloniser la planète rouge et y envoyer un million de personnes en espérant rendre la colonie autonome d’ici 40 à 100 ans. Et surtout, c’est d’ailleurs la grosse surprise de la soirée d’hier, comment nous pourrions utiliser le même lanceur pour explorer l’ensemble du système solaire !

Elon Musk l’a rappelé lors de la conférence : le coeur de métier de SpaceX, c’est le transport. Il est resté évasif quant aux conditions dans lesquelles les futurs colons devront vivre sur la planète rouge. Mais parle tout de même d’une ville, et de la promesse d’une autonomie vis à vis de la Terre dans le siècle. Voici un condensé de 5 minutes de la conférence :

La pièce maitresse du projet, c’est le système de lanceur réutilisable. Celui-ci est basé sur une fusée géante qui reprend les lignes de la Falcon 9 et surtout sa technologie de récupération du premier étage. La fusée elle-même sera plus haute que la plus grosse des fusées jamais construite par l’homme (de deux mètres) : la Saturn V. Elle sera propulsée par les nouveaux moteur-fusées Raptor.

Elon Musk propose un voyage planétaire confortable et à prix cassé

L’engin, qui avait emmené le premier homme sur la Lune, faisait déjà 110,6 mètres de haut. Sa version revisitée par Elon Musk en fait donc plus de 112, pourra emporter pas moins de 100 passagers dans une navette de 17 mètres de large et 50 mètres de haut. Navette qui peut emporter en prime jusqu’à 450 tonnes de cargo !

La clé de cette prouesse réside dans la technologie de récupération du premier étage développée pour la Falcon 9. La navette est dans un premier temps mise sur un orbite de parking. Le premier étage redescend sur Terre, et est alors immédiatement coiffé d’un réservoir avant de repartir pour fournir le carburant nécessaire au voyage à la navette. Cette vidéo devrait vous aider à vous faire une idée du système :

 

 

Le voyage sera long mais « fun » assure Elon Musk

La navette peut alors dévoiler des voiles solaires qui lui fournissent toute l’électricité nécessaire, puis commence un long voyage compris entre 80 et 150 jours, soit au minimum presque trois mois de vie en apesanteur et dans un espace clos. Elon Musk assure que ce temps sera mis à partie pour se divertir de diverses manières et faire du sport. Il a insisté sur l’aspect « fun » du voyage.

Dès son arrivée, les passagers descendent et le cargo est déchargé. Puis la navette revient à vide vers la Terre où elle pourra être réutilisée. Ces cycles de réutilisation couplés à la capacité de la navette font descendre le coût du trajet par passager en dessous de 100.000 euros. « Une condition » de la réussite du projet pour Elon Musk.

Après Mars, d’autres objets du système solaire pourraient être explorés

Mais là où ça devient vraiment barré, c’est que l’entrepreneur propose d’utiliser son système de lanceur pour aller sur d’autres objets du système solaire. Par exemple permettre à un équipage d’explorer Europe où la Nasa a révélé la présence d’eau liquide et n’importe quel autre objet. Un projet qui offre des perspectives assez vertigineuses comme le montre cette série de représentations d’artiste :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evidemment, dans un premier temps qui pourrait d’ailleurs être assez long, le voyage retour ne sera pas possible. Il faudrait pour cela réussir à synthétiser du carburant directement sur Mars. Elon Musk pense le faire à partir du CO2 de l’atmosphère. Un prix à payer qui n’effraiera pas tout le monde.

Pour parvenir à ses fins dans des délais raisonnables, le calendrier de l’entrepreneur est serré. Il pense pouvoir faire un premier voyage à vide avec sa nouvelle fusée pas plus tard que 2018. Les premiers passagers pourraient monter à bord dès 2024.

 

 

 

Publicités