Réécrire l’histoire:L’expulsion des Allemands ethniques …un génocide tenu secret

La photo de la honte raciste
14 décembre 1945: Blottis dans des couvertures, les seuls survivants des 150 Polonais d’origine qui ont marché de Lodz en Pologne à Berlin dans l’espoir de trouver de la nourriture et un abri. Ils attendent sur une voie ferrée dans l’espoir d’être pris en charge par un train de l’armée britannique et d’être aidés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En cette année 2021,nous venons d’assister à la plus frauduleuse élection de l’histoire américaine et avec l’arrivée du candidat-marionnette  qu’est Joe Biden,le pédophile,il faudra un jour,dans le futur,réécrire aussi cette histoire empreinte de fourberies,de mensonges et de fraudes politiques.

Cette histoire corrompue et manipulée:c’est la nôtre!Sachez bien  mes ami(e)s que je ne cautionne pas du tout  et pour  aucune raison,le « meilleur ami qu’Israël n’aura jamais eu »!

Donald Trump est un juif ,politiquement à droite, d’origine allemande (dont l’ancêtre était un juif khazare) et Joe Biden est un juif  de gauche,un pédophile confirmé (ainsi que son fils Hunter),associé aux satanistes,aux Clinton et aux Obama.

Pendant  qu’en France,Emmanuel Macron,le petit banquier des Rothschild,essaie de modifier le paysage politique vers la dictature,au Québec,nous croupissons sous les ordonnances de confinements sanitaires  qui sont illégitimes et qui ont des odeurs de totalitarisme certain…j’en profite pour vous montrer comment on démonise un peuple pour pouvoir plus facilement l’éliminer.Au Canada,on a ,depuis des générations. démonisé le peuple québécois pour tenter de le noyer par la suite,dans une vague d’immigration  anglophone et musulmane.

Je vous présente aujourd’hui ,la méthode archaïque mais très performente utilisé par les pseudo-vainqueurs de la Deuxième Guerre Mondiale pour éliminer le peuple allemand de la surface de cette planète:

Zones peuplées par les germanophones en Europe centrale et orientale dans la première moitié du xxe siècle.

 

 

 

En 1914, 2.416.290 civils allemands vivaient en Russie. Au début de la Première Guerre mondiale, une vague d’hostilité a commencé, surtout après l’adoption des lois de liquidation en 1915.

Après la révolution bolchevique du 25 octobre 1917, les Allemands de souche de l’ancien empire tsariste ont été soumis à une campagne organisée de terreur: viols, noyades, tortures, incendies, mutilations, fusillades de masse et extermination.

Entre 1930 et 1937, les Allemands russes ont perdu un autre quart de leur population par meurtre, famine ou déportation. En 1941, Moscou a annoncé «l’évacuation» massive d’environ 440 000 agriculteurs allemands de la Volga vers les régions reculées de la Sibérie. La République allemande de la Volga a été dissoute et toute la population allemande a été déportée en Sibérie dans les camps de l’armée Trud, mais les plans génocidaires de Staline ont été presque applaudis dans le New York Times.

Avant la Seconde Guerre mondiale, environ 1,5 million de «Souabes du Danube» vivaient en Hongrie, en Roumanie et en Yougoslavie. Le résultat des morts de guerre, des expulsions, des meurtres, des décès dans les camps de travail et de l’émigration a entraîné une réduction des deux tiers de ce nombre. Sur plus d’un million de réfugiés qui se sont rendus en Allemagne et en Autriche, environ 250 000 ont émigré plus tard vers d’autres pays, notamment les États-Unis, le Canada, l’Australie, la France et les pays d’Amérique du Sud.

Réfugiés de Haute-Silésie, janvier 1945

Après la Seconde Guerre mondiale, l’importante population de souche allemande a été assassinée et expulsée lorsque, une fois rétabli à la direction par les Alliés, les programmes de «re-slovaque» de Benes ont commencé en 1945. Benes avait commencé à publier des décrets meurtriers depuis son exil sur la Tchécoslovaquie d’après-guerre dès Le 28 mars 1946, le Parlement tchèque provisoire a donné sa bénédiction post-facto à ces décrets où tous les civils allemands étaient présumés collectivement coupables et déchus de leur citoyenneté, leurs biens volés. Ils comprenaient la persécution et l’oppression les plus inhumaines et barbares des minorités humainement imaginables: déportations, expulsions, internements, verdicts des tribunaux kangourous, confiscation de biens et utilisation de camps de travaux forcés. Plus de trois millions et demi d’Allemands des Sudètes ont été brutalement expulsés de leurs maisons. Benes et ses cohortes,

Pratiquement tous les demi-millions d’Allemands en Yougoslavie ont fui, ont été assassinés ou expulsés en 1945, et des milliers ont été envoyés dans des camps d’esclaves. La violence contre les Allemands était probablement plus impitoyable que dans tout autre pays. Des villages entiers ont été incendiés et les Allemands massacrés. Il y avait 8 camps de la mort séparés où le génocide contre des civils allemands a eu lieu.

Le Traité de Versailles à la fin de la Première Guerre mondiale avait déjà préparé le terrain pour des violences qui ont gravement touché les communautés minoritaires allemandes d’Europe de l’Est. Même avant la fin de la Première Guerre mondiale, les nationalités en Autriche-Hongrie étaient avides d’indépendance et la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis ont commencé à investir et à inciter. Avec la victoire alliée, l’Europe de l’Est a été découpée dans le but principal de détruire toute prospérité et croissance allemandes futures et d’empêcher l’Allemagne / l’Autriche de redevenir trop puissante.

Allemands expulsés du nord-ouest  de l’Allemagne en 1948

 

Les réfugiés allemands, 1946
Expulsés allemands à la gare de marchandises de Berlin-Pankow, 1946

 

Cette «réinstallation» de plus de 1,5 million de personnes pendant et après la Seconde Guerre mondiale équivaut au meurtre des Allemands de souche. De plus, l’Accord de Potsdam de 1945 autorisait chaque puissance d’occupation à rapatrier «ses propres citoyens» dans son pays. Cela a conduit à l’esclavage et au massacre massif par l’Armée rouge contre les Allemands de souche rapatriés de force de Russie qui avaient auparavant fui vers les régions allemandes pour se protéger. En 1949, plus d’un million d’Allemands de souche avaient péri en Russie.

Le dictateur communiste Staline et Khrouhtchev …durant un défilé militaire après la Deuxième Guerre Mondiale.

Khrouchtchev lui-même a admis plus tard que la famine de 1933 était «un acte de meurtre» de la part du gouvernement, et même en 1990, le Comité central du Parti communiste d’Ukraine a avoué que la famine avait été délibérément créée.

Les religieux allemands de la Volga ont été sévèrement persécutés. En 1918, il y avait à peine 1 621 000 Allemands vivants en Russie et en 1919, leurs pasteurs étaient envoyés dans des camps d’esclaves. Les réquisitions de 1917-1921 ont menacé l’existence des villages ukraino-allemands. À Kandel, Großliebental, Franzfeld, Josephtal et Landua, des centaines de personnes sont mortes de faim causée par la famine provoquée par l’homme et conçue par les bolcheviks pour les exterminer. Entre 1921 et 1923, la famine orchestrée a créé une grande émigration et la population allemande a diminué d’un autre quart. Au cours de cette famine massive, environ 10 000 enfants allemands de la Volga ont été enlevés de force à leurs parents avec des promesses de nourriture alors qu’en réalité ils ont été enlevés et envoyés à la mort. 350 000 Allemands en Russie et en Ukraine ont péri dans la prochaine famine arrangée de 1932-1933.

Entre 1945 et 1950, 11 730 000 à 15 000 000 Allemands ont fui et ont été expulsés de ces territoires orientaux de l’Allemagne, de la Tchécoslovaquie et d’autres pays d’Europe orientale; plus précisément, plus de 6,9 ​​millions des territoires orientaux de l’Allemagne, plus de 2,9 millions d’Allemands de la Tchécoslovaquie et plus de 1,8 à 4 millions d’autres parties de l’Europe de l’Est. Et en plus de l’expulsion forcée de ces 11,7 millions de personnes, 3,1 millions supplémentaires sont mortes ou «ont disparu» au cours du processus d’expulsion / liquidation. Il existe des charniers dans diverses régions qui, encore aujourd’hui, ne reçoivent aucune publicité. À l’été 1945, 20000 personnes faibles, confuses, affamées et sans-abri moururent chaque jour en Allemagne, et un an plus tard, au plus fort des expulsions en juillet 1946, 14 400 personnes par jour étaient encore déversées sur la frontière dévastée et affamée dans une Allemagne qui avait été réduite à une taille plus petite qu’elle ne l’était au 11e siècle. En URSS, plus de 75% des esclaves civils allemands travaillaient dans le secteur minier ukrainien et 11% dans l’Oural. En 1946, sur les «internés arrêtés» allemands, 39% sont morts et sur 875 000 civils allemands supplémentaires enlevés et transportés vers les camps, près de 50% ont péri.

L’évacuation des Allemands de Bessarabie en août 1940, conformément au pacte Hitler-Staline, après l’annexion de la Bessarabie par l’URSS.

 

En Slovaquie, les principales colonies allemandes étaient la région de Zips et la ville de Preßburg. En 1910, les Slovaques ne représentaient que 14,8% de sa population et Preßburg avait une ancienne histoire germanique et magyare et a été construit et rendu prospère au cours des siècles en grande partie par les Autrichiens. Commerçants et universitaires hongrois et allemands. Du jour au lendemain, il devint « Bratislava », un nom suggéré par Woodrow Wilson lui-même en mars 1919 après que l’Allemagne et l’Autriche aient perdu la Première Guerre mondiale. Alors que la « Slovaquie » devint semi-indépendante en 1919, les 180 000 Allemands des Carpates devinrent des citoyens de seconde zone du jour au lendemain, mais ils avaient au moins quelques droits minoritaires. Même les écoles allemandes ont été autorisées à rouvrir. En 1930, même après avoir tenté de «réapprovisionner» artificiellement la région en Slovaques, il y avait encore une population allemande de 31 000 habitants à Pressburg même et de 19 000 dans les environs. Le recensement tchécoslovaque de 1930 citait 154 821 Allemands de souche en Slovaquie. La plupart étaient alors des citoyens tchécoslovaques.

Quelques-uns sont restés, malgré tous les obstacles, et d’autres sont revenus après avoir été libérés de Sibérie. La relation entre la minorité d’Allemands survivants et de Slovaques s’est légèrement améliorée depuis. Certains Allemands des Carpates ont même récupéré 20% de leurs biens confisqués. La majorité, cependant, s’est réinstallée en Allemagne après la chute de l’Union soviétique.

Les civils allemands expulsés ont été internés dans des camps de concentration où beaucoup ont été assassinés par la famine intentionnelle et une maladie ignorée et incontrôlée. Le décret Benes n ° 115 du 8 mai 1946, toujours en vigueur, a déclaré que tous les actes contre les Allemands, jusqu’au viol et au meurtre d’enfants, étaient des «actes de représailles justifiés» qui ne pouvaient pas être poursuivis.

Les Allemands locaux des Carpates ont fui ou ont été tués dans des camps de la mort tels que Svaljava. Quelques 700 civils en  résidence ont été emmenés pour le travail d’esclave en Sibérie, les derniers n’ayant été libérés qu’en 1969. À la fin de 1946, après «évacuation», environ 24 000 Allemands de souche restaient encore en Slovaquie. Bien que la plupart des violences contre les civils allemands aient pris fin à la fin des années 40, la discrimination a abouti à l’assimilation.

Dans les régions d’Allemagne prises pour la Pologne en 1945, toute la population allemande de souche a été soit assassinée, expulsée, soit soumise à de sévères représailles à la fin de la guerre. Comme en Prusse orientale, dans toute la Poméranie, de Dantzig à Stettin en passant par Elbing et toutes les anciennes villes baltes allemandes, les bombardements catastrophiques alliés ont été suivis par la Terreur rouge. Les quelques Allemands survivants dans ces régions furent placés devant de violents comités de «vérification» dirigés par les communistes qui décidèrent de leur sort. Leur langue et leurs droits civils ont été immédiatement suspendus et de nombreux innocents ont subi des châtiments horribles. Des milliers sont morts en fuyant. Outre les camps polonais, au début de 1945, on estimait qu’environ 165 000 Allemands avaient été déportés vers l’Union soviétique à partir des territoires allemands annexés de facto par la Pologne.

Les Allemands de Silésie, dont certains avaient des racines dans ces régions remontant à des siècles, et qui avant la Seconde Guerre mondiale s’élevaient à environ 4 millions, ont été collectivement étiquetés partisans allemands et ont fui ou ont été assassinés, mis dans des camps, envoyés aux Goulags ou expulsés. Les Allemands ont été contraints de présenter des excuses publiques pour leur «culpabilité collective» lors de rassemblements sociaux et gouvernementaux. D’autres ont été envoyés dans des camps dans des conditions insupportables. Sur 8 064 Allemands du Camp Lamsdorf en Haute-Silésie, 6 488, dont des centaines d’enfants, sont morts de faim, de maladie, de travaux forcés et de mauvais traitements physiques, y compris la torture. Cela s’est répété par milliers. On estime que 90 000 civils sont morts lors de leur fuite de Breslau alors que l’Armée rouge envahissait la ville. Ceux qui ont été arrêtés ont été assassinés, envoyés au Goulag ou placés dans des camps de concentration.

La première et la deuxième «Yougoslavie» furent la création des dirigeants français, britanniques et américains victorieux en 1919 à Versailles. Dans le premier État yougoslave de 1919-1941, environ un demi-million d’Allemands de souche vivaient parmi 14 millions de personnes. Après l’éclatement de la Yougoslavie en avril 1941, environ 200 000 Allemands de souche devinrent citoyens du nouvel État de Croatie, tandis que la plupart des quelque 300 000 Allemands de souche restants dans d’autres régions relevaient de la juridiction de la Hongrie.

À la fin de la guerre en mai 1945, les autorités allemandes avaient évacué 220 000 Allemands de souche yougoslave vers l’Allemagne et l’Autriche. Les quelque 200 000 Allemands de souche laissés dans leur patrie ancestrale sont devenus les captifs des communistes. Après Noël 1944, entre 27 000 et 30 000 Allemands de souche (âgés de 18 à 40 ans) ont été envoyés en URSS depuis la Yougoslavie, les hommes constituant 90% du groupe. La plupart ont été envoyés dans des camps de travail dans le Donbass où 16% d’entre eux sont morts. Quelque 63 635 civils allemands de souche yougoslave ont péri sous le règne de terreur brutal yougoslave entre 1945 et 1950, la plupart à la suite de travaux forcés, de purges ethniques ou de maladies et de malnutrition sévère.

Les communistes yougoslaves ont confisqué ce qui se traduirait aujourd’hui par douze milliards de dollars de propriétés allemandes (97 490 fermes, magasins, usines) et un million d’acres de terres allemandes.

Parmi les Allemands de souche danubienne qui ont servi dans l’armée allemande (beaucoup n’avaient pas le choix), plus de la moitié ont péri après la fin de la guerre dans les camps yougoslaves, y compris environ 150000 des soldats qui s’étaient rendus aux autorités militaires britanniques lors de l’armistice du 8 mai 1945 et ont été livrés aux partisans communistes yougoslaves! Plus de 7 000 soldats allemands capturés sont morts dans des «marches d’expiation» de 800 milles commandées par les communistes depuis la frontière sud de l’Autriche jusqu’à la frontière nord de la Grèce et de nombreux soldats allemands en captivité à la fin de l’été 1945 ont été jetés vivants dans de grandes fosses et exécutés. Enfin, dans les dix années qui suivirent 1945, 50 000 autres périrent de malnutrition et d’épuisement, travaillèrent à mort comme esclaves de la Yougoslavie.

 

Le territoire des Sudètes

À la fin de la Grande Guerre, l’Autriche-Hongrie a été dissoute, les limites finales révisées de la Hongrie ont été formées en juin 1920. La Tchécoslovaquie est devenue un nouveau pays découpé dans l’ancien territoire hongrois et dans les zones historiques allemandes des Sudètes, où la colonisation allemande avait commencé avant le 13ème siècle. La nouvelle Yougoslavie a gagné des terres dans le sud de la Hongrie, y compris une bande du Banat occidental. La Roumanie a déclaré l’unité avec une partie du Banat et de la Transylvanie. Le démembrement du Royaume hongrois vieux de 1 000 ans a fait perdre à la Hongrie 71,5% de son territoire et 63,6% de sa population lors du « Traité de paix » de Trianon en 1920. En vertu de ce traité, trois millions et demi de Hongrois ont été forcés, sans droit à l’autodétermination, de vivre avec des Serbes, Croates, Slovènes et Roumains dans certaines régions et dans la nouvelle Tchécoslovaquie.

Tous ont hérité d’un grand nombre d’Allemands de souche. Des millions d’Allemands qui ont pu partir. Les villageois souabes dont les familles vivaient en Hongrie depuis 200 ans se sont soudainement retrouvés dans trois pays différents. Entre les guerres, le mode de vie des Allemands ruraux est resté quelque peu normal, mais cela a radicalement changé après la Seconde Guerre mondiale.

La Hongrie et la Roumanie se sont d’abord rangées du côté de l’Allemagne, puis ont changé de camp. Des milliers d’Allemands se sont échappés immédiatement dans des convois tirés par des chevaux alors que les Soviétiques prenaient le contrôle de ces pays. En Hongrie, les terres appartenant aux Allemands ont été immédiatement saisies par le gouvernement et les Allemands «non magyarisés» ont été exécutés ou expulsés comme traîtres. Les expulsions ont eu lieu en 1946 et 170 000 Allemands ont été envoyés dans la zone américaine de l’Allemagne de l’Ouest et des milliers  sont portés disparus depuis lors.

La Tchécoslovaquie, bien qu’elle ait promis de garantir les droits des minorités nationales sous la protection de la Société des Nations en 1918, ne l’a jamais fait au cours de ses vingt premières années. Au lieu de cela, des millions d’Allemands et de Hongrois de souche ont été victimes, harcelés, outrageusement taxés et privés de leurs droits civils. Les terres allemandes et hongroises ont été confisquées par le gouvernement tchèque sans compensation et réparties entre les colons tchèques et slovaques et les recensements ont été truqués pour assurer une majorité. L’intolérance tchèque sous cette première « République » tchécoslovaque avait fait de la vie une misère infernale pour ses minorités et ces conflits astucieusement créés ont conduit directement à la Seconde Guerre mondiale

La deuxième « République » tchécoslovaque, construite artificiellement, a été encouragée par l’assistance et l’approbation étrangères qu’elle a reçues malgré les décrets mégalomane et xénophobe de Benes qui ont substitué à la coexistence autrefois harmonieuse des peuples tchèque, allemand, slovaque et hongrois la brutalité, le déni des droits fondamentaux de l’homme , vol et meurtre.

Les premiers Allemands de Transylvanie, les « Sasi », étaient venus en Roumanie au XIIe siècle. En janvier 1945, 100 000 Allemands de souche (femmes âgées de 18 à 30 ans et hommes âgés de 17 à 45 ans) ont été envoyés en esclavage en Union soviétique depuis la Roumanie. 10% sont morts dans les camps ou dans les transports. Sur 298 000 Allemands de souche à Siebenbuergen en 1941, 50 000 ont tout simplement disparu. En 1945, 30 000 personnes ont été envoyées aux travaux forcés en Ukraine et dans d’autres régions. Les civils allemands restants ont été dépouillés de toutes les usines, machines, entreprises, banques, fermes, champs, forêts, vignobles et propriétés. Ils ont été victimes de discrimination, violemment réprimés, privés du droit de vote et privés de leurs biens, églises et droits de vote.

L’ordonnance secrète 7161 (décembre 1944) du Comité de défense de l’État de l’URSS a rendu possible l’internement de tous les Allemands adultes de Roumanie, de Yougoslavie, de Hongrie, de Tchécoslovaquie et de Bulgarie. Mis à part l’expulsion et le nettoyage ethnique sans précédent de millions de Prussiens, dont 3 millions sont morts dans le processus, entre 1944 et 1947, tous les autres Allemands de souche d’Europe de l’Est ont été expulsés. Avec le début de la guerre entre l’Allemagne et l’Union soviétique, au moins 900 000 Allemands de souche ont été expulsés de la République allemande autonome de la Volga et d’autres régions de l’Union soviétique. La Sibérie, l’Oural et le Kazakhstan étaient les zones d’expulsion. En outre, environ 300 000 réfugiés ont été « rapatriés » de force après la guerre.

Plus de 500 000 civils allemands des régions de l’Oder-Neiße (Silésie, Haute-Silésie, Poméranie orientale, Brandebourg oriental, Prusse orientale et occidentale) et Pologne, quelque 10 000 du centre de l’Allemagne, 30 000 Allemands des Sudètes et 16 000 civils du sud-est L’Europe a perdu ses maisons et a été expulsée pour travaux forcés en URSS dès 1944. Environ 10 pour cent des victimes sont mortes pendant le transport vers la Russie des suites d’homicides, de faim et de froid. Près de la moitié des soi-disant déplacés rapatriés sont morts dans les camps, l’un des pires étant le camp de Kolyma.

Les camps de travail pour Allemands n’existaient pas seulement en Union soviétique, mais dans presque toutes les régions d’où les Allemands étaient déplacés. Les derniers n’ont été fermés qu’en 1950. En Pologne, en Tchécoslovaquie et en Yougoslavie, il y avait des camps de la mort. 2 061 camps existaient en Tchécoslovaquie. Dans le camp de Mährisch-Ostrau, environ 350 personnes ont été torturées à mort au début de juillet 1945. En Pologne et dans les régions sous administration polonaise, il y avait 1 255 camps. 6 048 personnes sur environ 8 000 sont mortes dans le seul camp de Lamsdorf (Haute-Silésie). Pour la zone yougoslave, la Croix-Rouge a trouvé 1 562 camps et prisons. En mai 1945, pratiquement tous les Allemands yougoslaves vivaient et mouraient dans des camps.

La plupart des pays qui avaient autrefois une présence ethnique allemande substantielle ne le font plus. Que ce soit à cause de guerres, de bouleversements gouvernementaux, de délocalisations ou de meurtres, des villes et des régions entièrement d’origine ethnique allemande ont disparu.

Au cours des derniers mois de la Seconde Guerre mondiale, en particulier après la fondation de la deuxième Yougoslavie, la vie des Allemands de souche sous l’État communiste de Josip Broz Tito est devenue périlleuse et la majorité d’entre eux ont été forcés de fuir. Tito, qui a régné de 1945 à 1980, a procédé à un «nettoyage ethnique» et à des meurtres de masse avec la sanction des gouvernements britannique et américain. L’un de ses premiers actes a été un décret transférant les «biens ennemis» dans la propriété de l’État, confisquant ainsi tous les biens des Allemands de souche sans compensation, et déclarant ceux d’origine allemande comme «ennemis du peuple» sans droits civils. Ensuite, leur citoyenneté yougoslave a été annulée.

Si les expulsions en Europe de l’Est sont plus connues, il y a eu d’autres cas de nettoyage ethnique, bien qu’à une échelle beaucoup plus petite. Après la fin de la guerre, par exemple, les Néerlandais ont décidé d’expulser 25 000 Allemands vivant aux Pays-Bas, les qualifiant de «sujets hostiles». À partir du 10 septembre 1946 à Amsterdam, les Allemands et leurs familles ont été emmenés de chez eux au milieu de la nuit et ont reçu une heure pour récupérer 50 kg de bagages. Ils ont été autorisés à emmener 100 florins avec eux, mais leurs autres biens sont allés à l’État néerlandais. Ils ont été emmenés dans des camps d’internement près de la frontière allemande, dont le plus grand était Mariënbosch près de Nimègue. Au total, environ 3 691 Allemands ont été expulsés. L’opération a pris fin en 1948. Les Allemands n’étaient plus considérés comme des ennemis de l’État après juillet 1951.

retraite de la wehrmacht, de la Hongrie, Mars 1945

 

 

 

L’évacuation des civils et des troupes allemandes de Courlande, octobre 1944

 

 

 

 

 

Histoire et numismatique:La naissance de l’homme nouveau

Ecole centrale italienne du XIIIe siècle
Vierge à l’enfant avec saint Pierre et un apôtre
Tempera sur toile, posée sur panneau
Le tableau actuel représente la Vierge Lactane intronisée. Le Christ enfant est montré tenant un rouleau dans sa main gauche. Derrière eux, à une échelle beaucoup plus petite que le groupe au premier plan, se trouvent un saint apôtre non identifié tenant également un rouleau, et Saint Pierre avec son attribut caractéristique, les clés. Cette peinture raffinée appartient à un type de production dévotionnelle dérivée du style abstrait, hiératique, byzantin, dans lequel il est cependant possible de noter, contrairement à la rigidité typiquement fixe de la Vierge, un plus grand degré d’animation dans les expressions de les apôtres à ses épaules. 
La Vierge allaitante, Vierge Lactans ou Madonna Lactans, est une iconographie de la Vierge à l’Enfant dans laquelle la Vierge Marie est représentée en train d’allaiter l’enfant Jésus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Pendant que Jésus parlait,
une femme de la foule l’a appelé et lui a dit:
«Béni soit l’utérus qui t’a porté
et les seins que tu as nourris.»
Il a répondu: «Bienheureux sont ceux
qui entendent la parole de Dieu et l’observent.»

Luc 11: 27-28


Il est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute création. Car par lui toutes choses ont été créées, au ciel et sur terre, visibles et invisibles.

Paul l’Apôtre considérait la naissance de Jésus comme un événement d’importance cosmique qui a engendré un «homme nouveau» qui a réparé les dommages causés par la chute du premier homme, Adam. La perspective paulinienne met l’accent sur la naissance d’un homme nouveau et d’un nouveau monde avec la naissance de Jésus.

La source la plus ancienne indiquant le 25 décembre comme date de naissance de Jésus était Hippolyte de Rome, l’un des théologiens chrétiens les plus importants du deuxième-troisième siècle, basée sur l’hypothèse que la conception de Jésus a eu lieu à l’équinoxe de printemps qu’il a placé en mars 25, puis ajouté neuf mois. Il existe des preuves historiques qu’au milieu du IVe siècle, les églises chrétiennes d’Orient ont célébré la naissance et le baptême de Jésus le même jour, le 6 janvier, tandis que celles de l’Ouest ont célébré une fête de la Nativité le 25 décembre (peut-être sous l’influence le solstice d’hiver); et que par le dernier quart du 4ème siècle, les calendriers des deux églises comprenaient les deux fêtes.

Le XIIIe siècle a été témoin d’un tournant dans le développement d’une nouvelle «image tendre de Jésus» dans le christianisme, alors que les franciscains ont commencé à souligner l’humilité de Jésus à la fois à sa naissance et à sa mort. La construction de la scène de la Nativité par Saint François d’Assise a contribué à dépeindre une image plus douce de Jésus qui a souligné comment Dieu avait pris un chemin humble vers sa propre naissance. Alors que la peste noire a rasé l’Europe médiévale, les franciscains et les dominicains ont aidé les fidèles à faire face aux tragédies. Un élément de l’approche franciscaine était l’accent mis sur l’humilité de Jésus et la pauvreté de sa naissance: l’image de Dieu était l’image de Jésus, non pas un Dieu sévère et punissant, mais lui-même humble à la naissance et sacrifié à la mort.

Au Moyen Âge, les classes moyennes et supérieures contractaient généralement l’allaitement maternel pour nourrir leurs enfants, et la représentation de la Vierge allaitante était liée à la Madone de l’humilité, une représentation qui montrait la Vierge dans des vêtements ordinaires. L’apparition de nombreuses représentations de ce type en Toscane au début du 14ème siècle était en quelque sorte une révolution visuelle pour la théologie de l’époque. Après le Concile de Trente au milieu du XVIe siècle, les écrivains cléricaux ont découragé la nudité dans les sujets religieux, et l’utilisation de l’iconographie de Madonna Lactans a commencé à s’estomper.

La représentation de la Madonna lactans est mentionné par le pape Grégoire le Grand, et une représentation en mosaïque probablement du 12ème siècle est sur la façade de Santa Maria in Trastevere à Rome, bien que peu d’autres exemples survivent avant la fin du Moyen Âge.

Saint-Grégoire Le Grand
pape ,miniature du XIII ième siècle

Alors que les XVe et XVIe siècles ont été une époque où les peintres italiens ont élargi leur répertoire pour inclure des événements historiques, des portraits indépendants et des sujets mythologiques, le christianisme a conservé une forte emprise sur leur carrière. La plupart des œuvres d’art de cette époque sont sacrées. Alors que la gamme des sujets religieux comprenait des sujets de l’Ancien Testament et des images de saints dont les cultes datent après la codification de la Bible, la Madone est restée un sujet dominant dans l’iconographie de la Renaissance.

Certains des peintres italiens les plus éminents du XVIe siècle à se tourner vers ce sujet étaient Léonard de Vinci, Michel-Ange, Raphaël, Giorgione, Giovanni Bellini et Titien. Ils se sont développés sur les bases d’images mariales du XVe siècle de Fra Angelico, Fra Filippo Lippi, Mantegna et Piero della Francesca en particulier, parmi d’innombrables autres.

Le plus grand accent sur toutes ces représentations est resté dans le lien maternel, même si d’autres sujets, notamment l’Annonciation, puis l’Immaculée Conception, ont conduit à un plus grand nombre de tableaux représentant Marie seule, sans son fils. La tendresse qu’une mère ordinaire pourrait ressentir envers son enfant bien-aimé est capturée, évoquant le moment où elle a tenu pour la première fois son fils Christ.
 


PIÈCES RELIÉES  AU SUJET

TESTONE INNOCENT XI DES ÉTATS PAPAUX UNE PIÈCE PAPALE I TRÈS RARE
INNOCENT XI / INNOCENZO XI , 1676-1689
Prix de vente en 2020:600 euros

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Empire Romain d’Orient
Romanus III Argyrus AV histamenon nomisma – Christ et Vierge couronnant l’empereur
Vierge Marie à droite, et Romanus, barbu à gauche, tous deux debout face à face; nimbate Virgin porte du pallium et du maphorium, et avec sa main droite couronne Romanus, qui porte des saccos et des loros, et tient globus cruciger dans la main gauche; soulignait MΘ entre leurs têtes.Évalué à $2,100 dollars can

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pièce de monnaie, Hongrie, Maria Theresia, 15 Krajczar, 1745, Kremnitz«  Argent
Prix environ $70 can
Piàce portée comme bijoux dans le passé.

 

 

 

 

 

 

 

 

Médaille
1880 Allemagne – Sanctuaire des Trois Rois à la cathédrale de Cologne par Gottfried Drentwett (signé: DRENTWETT, .DIR. – KAMMERER, FEC). Avers: ANBETUNG DER HL. DREI KONIGE / DOMBILD ZU COLN. – Vierge Marie assise sur le trône, bébé Jésus dans les bras, entourée des trois rois et témoins. Revers: DER DOM ZU KOLM BEGONNEN 1248, VOLLENDET 1880 – Vue de la cathédrale. VF, Bronze, 50,45 mm, bord lisse uni, quelques petites bosses sur la jante.
Prix:$150 can

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Empire byzantin, vers 8ème – 9ème siècle après JC
Une croix reliquaire pectorale en bronze fin mesurant 84 x 45 mm. Représenté sur le visage est la Vierge Orans, ou debout face avec les mains levées et vêtu d’une longue robe. Sous elle se trouve la figure en robe pleine longueur de Saint George et de chaque côté de plus petits bustes en robe des apôtres Jean et Pierre. Une seule inscription d’une ligne ci-dessus est soit un dialecte local, soit simplement une erreur, mais qui a l’intention de signifier « All Hallowed ». Un superbe exemple et finement gravé avec quelques adhérences sur la surface intérieure et présentant une jolie patine.
La tradition ou les reliques ont été popularisées par Hélène qui, en tant que mère de Constantin le Grand et avec un financement impérial, s’est lancée dans un pèlerinage en Terre Sainte en 326 après JC. C’est au cours de ce voyage qu’elle a ramené de nombreuses reliques, dont une croix qu’elle croyait être la même sur laquelle Jésus avait été crucifié. Plus tard, il est devenu populaire d’obtenir de petits fragments de bois, d’os, de peau et d’autres objets dont on pense qu’ils provenaient ou étaient en association avec Jésus, un apôtre, un saint ou une autre figure biblique. Ces fragments étaient fréquemment enfermés à l’intérieur de ces croix de bronze, scellés et portés par les fidèles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hongrie,1744,Maria Theresa, 1740-1780. AR Taler, 1742 Ko. Kremnitz-Kormoczbanya.
Obv: Grand jeune buste à droite en tant que reine de Hongrie.
eRv. Debout radieuse Madonna and Child, titre se terminant PATRONA HUNG:.
Dav.1125B, KM 328.2. Poids 28,63 g
Classe. VF, marques de réglage au dos.Prix:$335 can

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


AUTRES PIÈCES ARTISTIQUES ET ÉVALUATIONS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’image de la Vierge Marie allaitant l’enfant Jésus est connue sous le nom de Madonna Lactans, du latin pour le lait et la tétée; le terme grec le moins connu est  Galactotrofousa. Cette représentation a été utilisée dans certains des premiers arts chrétiens et peut avoir été partiellement inspirée des abondantes images de l’Égypte ancienne de la déesse Isis soignant Horus, comme celle-ci.

 

Isis Suckling Horus, statuette en bronze, 1070–656 av.J.-C., Égypte, maintenant au Musée des beaux-arts de Boston

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien que probablement basée sur des images païennes de la divinité, l’image de Jésus allaitant à la poitrine de sa mère souligne son humanité tout en soulignant le rôle exalté de Marie en tant que Mère de Dieu. Pour les catholiques, cela révèle l’importance charnelle de l’incarnation du Fils de Dieu. Tout comme le Christ reçoit sa nourriture terrestre du corps de sa mère Marie, de même nous recevons notre nourriture spirituelle de son corps et de son sang dans l’Eucharistie. Le lait de la Vierge signifie le sang du Christ sur la croix et dans l’Eucharistie. Pour en savoir plus sur cette idée, lisez cet article .

Faites une recherche sur Google et vous verrez des centaines d’images de la Madonna Lactans, mais aujourd’hui, je n’ai choisi que quelques-unes de mes préférées. La première image est la plus ancienne connue de la catacombe de Priscilla et remonte à environ le 3ème siècle. Bien que fragmentaire, vous pouvez toujours voir clairement l’iconographie qui resterait assez constante pour cette image de dévotion, avec l’enfant Jésus se retournant pour regarder le spectateur pendant l’allaitement de Marie.

 

Marie qui allaite Jésus, ca. 3e s., Catacombes de Priscille, Rome

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jan Van Eyck est un autre de mes préférés. Une fois de plus, nous voyons la Vierge Marie allaiter. Assurez-vous de cliquer sur l’image pour voir la version agrandie, où vous pourrez examiner de plus près les splendides tissus et détails de Van Eyck.

Lucca Madonna, Jan van Eyck, 1437, huile sur panneau, Städelsches Kunstinstitut, Francfort

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le site Web du musée  :

«La Madone de Lucques a servi son mécène inconnu comme moyen de dévotion privée. Le tableau emmène intelligemment le spectateur dans la pièce représentée, le faisant participer à la situation intime affectueusement rendue. Cette impression est créée par la manière particulière dont l’artiste a configuré l’espace: comme les murs de chaque côté et le plafond voûté, le carrelage et le tapis semblent se prolonger du côté du spectateur de la surface de l’image. L’effet est accentué par la description picturale suggestive des différents matériaux et surfaces – la peau, les cheveux, le tissu, le tapis, les murs, le verre, l’eau, le métal, les carreaux et le bois.

Aussi naturelle qu’elle soit, la scène regorge également de références symboliques. Le fruit dans la main de l’enfant du Christ, par exemple, fait allusion à la chute de l’homme, dont les conséquences sont surmontées par l’incarnation de Dieu. Le trône avec ses décorations de lion symbolise non seulement le siège du jugement du roi Salomon, proverbialement juste, un ancêtre du Christ, mais aussi le jugement dernier. Déjà célèbre de son vivant, Jan van Eyck – peintre de la cour des ducs de Bourgogne – mourut en 1441. Il avait peint la «Lucca Madonna» quelques années plus tôt, une œuvre dont la maîtrise et la cohérence du concept et de l’exécution nous trouvent toujours captivant à ce jour. D’ailleurs, le nom sous lequel le tableau est connu remonte à l’un de ses précédents propriétaires: au XIXe siècle, il était en possession du duc de Lucques en Toscane.

Le tableau suivant me semble tellement bizarre que je devais simplement l’inclure. On se demande si l’artiste avait déjà vu un vrai sein ou s’il avait des secrets de chirurgie plastique au XVe siècle en France! Sérieusement cependant, j’aime la façon dont la blancheur peinte de la peau fait apparaître Marie et Jésus comme des statues de marbre et contraste si joliment avec les anges rouges et bleus. Notez comment Fouquet a peint des zones brillantes sur les anges comme si elles reflétaient la lumière de la mère lumineuse et de l’enfant divin.

 

Vierge entourée de séraphins et chérubins, Jean Fouquet, 1452, huile sur panneau, Musée Royal des Beaux-Arts d’Anvers, Belgique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici ce que dit le musée de cette image plutôt surréaliste:

«Ce tableau est le joyau de la couronne de la collection du Musée royal. Bien que moderne, il a été réalisé par le peintre de la cour française  Jean Fouquet dès 1452. Il a été commandé par Etienne Chevalier, trésorier du roi français Charles VII. La Vierge Marie est représentée ici comme la Reine du Ciel, avec l’enfant Jésus sur ses genoux. Les anges bleus et rouges derrière son trône richement décoré contrastent fortement avec la pâleur de Marie et de son enfant.
On pense qu’Agnès Sorel, la maîtresse de Charles VII, a modelé pour la Vierge. Elle est habillée selon la mode du jour. Sa cape et sa ligne de cheveux épilée soulignent son éminence. La taille lacée accentue sa poitrine dénudée et confère à la composition un caractère presque érotique. Cependant, ce n’était certainement pas l’intention de Fouquet lorsqu’il a réalisé le tableau il y a plusieurs siècles. C’était tout simplement un rendu de la Vierge Lactane, ou de la vierge allaitante. Elle était censée souligner le statut mondain de Jésus en montrant que lui, comme tous les autres enfants, était allaité par sa mère. Les couleurs des anges ne sont probablement pas une coïncidence. On pense que les trois chérubins bleus représentent la pureté et l’air, tandis que les six séraphins rouges symbolisent l’amour et le feu. En y regardant de plus près, il semble qu’un seul groupe d’anges touche réellement le trône de Marie.

 

Je n’ai trouvé aucune autre information sur cette adorable figurine en ivoire. Ici, nous voyons Jésus comme un enfant en bas âge, debout avec impatience sur les genoux de Marie et allaitant pour tout ce qu’il vaut! Bien que sa tête ne soit pas tournée vers nous, notez le petit pied sous un angle non naturel, indiquant qu’il est bien conscient de nous.

 

 

Vierge Lactans, sculpteur français anonyme, figurine en ivoire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’image de la Madone Lactans est restée populaire jusqu’à ce que le Concile de Trente décourage toute représentation de la nudité au XVIe siècle. Il est intéressant de noter que cette préoccupation concernant la nudité peut avoir été provoquée par la création de la presse à imprimer. Dans un article de 2012 , l’auteur David Gibson écrit:

«Avec l’avènement du type mobile, disent les historiens, est venue la capacité de la pornographie de masse, qui a favorisé la sexualisation du corps des femmes dans l’imaginaire populaire. De plus, la presse à imprimer a permis une plus large diffusion de dessins anatomiques à des fins médicales, ce qui a contribué à son tour à la démystification du corps. Les deux ont miné la vision traditionnelle du corps en tant que reflet du divin. 

L’autre conséquence majeure de cette nouvelle technologie, bien sûr, a été la commercialisation de masse de la Bible et la montée d’un protestantisme qui a encouragé une concentration sur le texte des Écritures et découragé l’utilisation d’images et de pratiques «catholiques» comme la dévotion à la Vierge Marie et les saints.

Le changement culturel a été si grand que même les catholiques en sont venus à considérer le sein comme une image «inappropriée» pour les églises. Au lieu de cela, le sacrifice de la croix – le Jésus souffrant – est devenu le motif dominant du christianisme tandis que la Nativité était aseptisée en une carte Hallmark.

L’importance est le fait que Jésus Christ est né sur cette planète…son ascendance est d’un « autre monde ou univers »…mais demeure le fait qu’il est mort pour nous  et que son message  peut facilement unir les peuples contre la tyrannie du Nouvel Ordre Mondial!

 

 

Histoire et numismatique:Le 2 décembre 1823 commémore « La doctrine Monroe »

 

Le gouvernement américain craignait que les puissances européennes victorieuses issues du Congrès de Vienne (1814-1815) ne ravivent le gouvernement monarchique. La France avait déjà accepté de restaurer la monarchie espagnole en échange de Cuba. À la fin des guerres révolutionnaires napoléoniennes (1803-1815), la Prusse, l’Autriche et la Russie formèrent la Sainte-Alliance pour défendre le monarchisme. En particulier, la Sainte-Alliance a autorisé les incursions militaires pour rétablir la domination des Bourbons sur l’Espagne et ses colonies, qui établissaient leur indépendance.

La doctrine Monroe était une politique des États-Unis qui s’opposait au colonialisme européen dans les Amériques. Il a fait valoir que toute intervention dans la politique des Amériques par des puissances étrangères était un acte potentiellement hostile contre les États-Unis. Cela a commencé en 1823; cependant, le terme «Doctrine Monroe» lui-même n’a été inventé qu’en 1850.

La Doctrine a été publiée le 2 décembre, à un moment où presque toutes les colonies d’Amérique latine d’Espagne et du Portugal avaient obtenu, ou étaient sur le point de gagner, leur indépendance vis-à-vis des empires portugais et espagnol. Il a déclaré que les efforts supplémentaires de divers États européens pour prendre le contrôle de tout État indépendant dans les Amériques seraient considérés comme «la manifestation d’une disposition hostile aux États-Unis». Dans le même temps, la doctrine notait que les États-Unis allaient reconnaître et ne pas interférer avec les colonies européennes existantes ni se mêler des affaires intérieures des pays européens.

Le président James Monroe a d’abord énoncé la doctrine lors de son septième discours annuel sur l’état de l’Union devant le Congrès. La doctrine affirmait que le Nouveau Monde et l’Ancien Monde devaient rester des sphères d’influence distinctes. La séparation visait à éviter des situations qui pourraient faire du Nouveau Monde un champ de bataille pour les puissances de l’Ancien Monde afin que les États-Unis puissent exercer leur influence sans être perturbés. 

Le document complet de la doctrine Monroe, rédigé principalement par le futur président et secrétaire d’État de l’époque John Quincy Adams, est long et rédigé en langage diplomatique, mais son essence est exprimée en deux passages clés. La première est la déclaration introductive, qui affirme que le Nouveau Monde n’est plus soumis à la colonisation par les pays européens:

L’occasion a été jugée appropriée pour affirmer, en tant que principe dans lequel les droits et intérêts des États-Unis sont en jeu, que les continents américains, par la condition libre et indépendante qu’ils ont assumée et maintenue, ne doivent plus être considérés comme sujets de colonisation future par les puissances européennes.

 

«Un match de boxe ou un autre nez en sang pour John Bull», 1813, caricature politique du graveur William Charles (1776–1820). L’artiste se réjouit des pertes navales subies par l’Angleterre au début de la guerre de 1812, en particulier la défaite du navire de guerre Boxer par la frégate américaine Enterprise en septembre 1813. Le roi George III se tient à gauche, le nez saignant et l’œil noirci, en disant:  » Arrêtez . . . Frère Jonathan, ou je tomberai avec la perte de sang – je pensais avoir été trop lourd pour vous – Mais je dois reconnaître votre compétence supérieure – Deux coups à moi! – Et si bien réalisé aussi! Pitié, pitié de moi, comment ça se passe !!! » À droite, James Madison dit: «Ha-Ah Johnny! vous vous croyiez un «boxeur», avez-vous! – Je vous ferai savoir que nous sommes une nation «entreprenante». et prêt à vous rencontrer avec la même force chaque jour. «Frère Jonathan était un personnage imaginaire signifiant les États-Unis; il a été supplanté par l’Oncle Sam après la guerre civile. De même, John Bull était une représentation de bande dessinée de l’Angleterre. (Les détails de l’image et de la légende sont fournis par la Division des estampes et des photographies de la Bibliothèque du Congrès)

Le deuxième passage clé, qui contient un exposé plus complet de la Doctrine, s’adresse aux «puissances alliées» de l’Europe; il précise que les États-Unis restent neutres sur les colonies européennes existantes dans les Amériques mais s’opposent aux «interpositions» qui créeraient de nouvelles colonies parmi les républiques hispano-américaines nouvellement indépendantes:

Nous devons donc à la franchise et aux relations amicales existant entre les États-Unis et ces puissances de déclarer que nous devrions considérer toute tentative de leur part d’étendre leur système à n’importe quelle partie de cet hémisphère comme dangereuse pour notre paix et notre sécurité. Avec les colonies existantes ou les dépendances de toute puissance européenne, nous ne sommes pas intervenus et n’interférerons pas. Mais avec les gouvernements qui ont proclamé leur indépendance et l’ont maintenue, et dont nous avons, en grande considération et sur des principes justes, reconnue l’indépendance, nous ne pourrions envisager aucune interposition dans le but de les opprimer ou de contrôler de quelque autre manière leur destin. , par toute puissance européenne sous un autre jour que comme la manifestation d’une disposition hostile envers les États-Unis.
À la fin du 19e siècle, la déclaration de Monroe était considérée comme un moment déterminant de la politique étrangère des États-Unis et l’un de ses principes les plus anciens. L’intention et l’impact de la doctrine ont persisté plus d’un siècle, avec seulement de petites variations, et seraient invoqués par de nombreux hommes d’État américains et plusieurs présidents américains, dont Ulysses S. Grant, Theodore Roosevelt, John F. Kennedy et Ronald Reagan.

Après 1898, la doctrine Monroe a été réinterprétée en termes de multilatéralisme et de non-intervention par des juristes et intellectuels latino-américains. En 1933, sous le président Franklin D. Roosevelt, les États-Unis se sont ralliés à cette nouvelle réinterprétation, notamment en ce qui concerne l’Organisation des États américains.
Les historiens ont observé que si la doctrine contenait un engagement à résister au colonialisme de l’Europe, elle avait des implications agressives pour la politique américaine, car il n’y avait pas de limites aux propres actions des États-Unis mentionnées en son sein. Le savant Jay Sexton note que les tactiques utilisées pour mettre en œuvre la doctrine étaient «calquées sur celles employées par les impérialistes britanniques» et leur concurrence avec les Espagnols et les Français. L’éminent historien William Appleman Williams l’a décrit comme une forme «d’anticolonialisme impérial». Noam Chomsky soutient que dans la pratique, la doctrine Monroe a été utilisée comme une déclaration d’hégémonie et un droit d’intervention unilatérale sur les Amériques.
Le demi-dollar du centenaire de la doctrine Monroe était une pièce de cinquante cents frappée par le Bureau de la Monnaie des États-Unis. Portant des portraits d’anciens présidents américains James Monroe et John Quincy Adams, la pièce a été émise en commémoration du centenaire de la doctrine Monroe et a été produite à la Monnaie de San Francisco en 1923.

En 1922, l’industrie cinématographique a été confrontée à un certain nombre de scandales, les dirigeants de films ont cherché des moyens de faire une bonne publicité pour Hollywood. L’un des moyens était une exposition, qui se tiendrait à Los Angeles au milieu de 1923. Pour inciter le Congrès à émettre une pièce commémorative comme collecte de fonds pour la foire, les organisateurs ont associé l’exposition au 100e anniversaire de la doctrine Monroe, et une loi pour un demi-dollar commémoratif pour le centenaire a été adoptée.

L’exposition a été un échec financier. Les pièces ne se sont pas bien vendues et la majeure partie du tirage de plus de 270 000 a été mise en circulation. Bon nombre des pièces qui avaient été vendues à un prix élevé et économisées ont été dépensées pendant la Dépression; la plupart des pièces de monnaie survivantes montrent des signes d’usure.


LES  BELLES PIÈCES DE CETTE ÉPOQUE

1923 S Monroe Doctrine Centennial Silver Half Dollar Commemorative – BU
Valeur $200 can

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MONROE DOCTRINE 1923-S 50c …….. INCIRCULE
Lustré menthe sous tonification originale avec multi couleurs
très attractif.
Valeur de $115 can

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1823 Buste moitié O-101a SEGS AU50
Valeur de $1150 can

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

USA – un cent 1823 – rare
Valeur de $470 can

 

 

 

 

 

 

 

 

FERNANDO VII. Pièce de 8 escudos. 1823. Potosí PJ. Cal-89; Cal. Once 1307. Au. 26,96g. Ton léger. VF. Bizarre.
Valeur de $2500 can

 

 

 

 

 

 

Histoire et numismatique:27 novembre 1812,la bataille de Berezina

Alors que les masses survivantes de la Grande Armée luttaient pour la sécurité perçue de l’Ouest, les armées russes se sont rapprochées d’eux.

Les Français avaient subi une défaite deux semaines plus tôt lors de la bataille de Krasnoi. Cependant, les renforts qui avaient été stationnés près de la Bérézina lors de l’avancée initiale de Napoléon à travers la Russie ont ramené l’effectif numérique de la Grande Armée à quelque 30 000 à 40 000 soldats français capables de combattre, ainsi qu’à 40 000 non-combattants. Les Russes avaient environ 61 000 soldats à la Bérézina, avec 54 000 autres sous Koutouzov à seulement 64 km à l’est qui approchaient de la rivière.

Le plan de Napoléon était de traverser la rivière Bérézina et de se diriger vers la Pologne, tandis que ses ennemis voulaient le piéger et le détruire. Le plan initial pour traverser la rivière gelée s’est rapidement avéré impossible, car la voie navigable habituellement gelée avait dégelé et était maintenant infranchissable.

Le pont voisin de Borisov avait été détruit et la plupart des équipements nécessaires à la construction d’un pont flottant avaient été détruits quelques jours plus tôt. Cependant, le commandant de l’équipement de pontage, le général Jean Baptiste Eblé, avait désobéi à l’ordre antérieur de Napoléon d’abandonner l’équipement, conservant à la place des forges cruciales, du charbon de bois et des outils de sapeur et n’avait donc besoin que de la protection de la force de Chichagov sur l’extrême rive ouest pour traverser la rivière.

Le maréchal Oudinot fut chargé de retirer l’amiral et se dirigea vers le sud. Le plan a fonctionné et les ingénieurs néerlandais d’Eblé ont bravé l’eau férocement froide pour construire le pont vital de 100 m (330 pi). Une mort hypothermique en moins de 30 minutes d’exposition était probable. Les quatre régiments d’infanterie suisses faisaient office d’arrière-garde. La cavalerie la traversa rapidement suivie de l’infanterie pour tenir la tête de pont. Les Suisses ont subi de terribles pertes (sur les quatre régiments suisses du corps d’Oudinot, seuls 300 soldats ont survécu), mais ont réussi à couvrir les deux positions et la retraite. Cette lutte est décrite dans le Beresinalied. La position héroïque des Suisses a sauvé la plupart des troupes françaises.

Une deuxième structure a ouvert en quelques heures et des canons ont été pris à travers elle pour renforcer le périmètre défensif. Ils sont arrivés juste à temps, alors que Chichagov réalisa son erreur et attaqua les 11 000 soldats français.

À midi du 27, Napoléon et sa garde impériale étaient de l’autre côté, et la stratégie se tournait maintenant vers le sauvetage de l’arrière-garde suisse, qui luttait contre l’armée arrivée de Wittgenstein.

L’une des travées s’est rompue en fin d’après-midi, mais d’autres exploits d’ingénierie l’ont fait réparer en début de soirée. Les corps du maréchal Davout et du prince Eugène se croisent, laissant le IXe corps du maréchal Victor tenir l’ennemi sur la rive est.

Augmentant sa puissance de feu avec l’artillerie de l’autre côté du fleuve, Victor a tenu jusqu’à après minuit, lorsque ses forces ont pu rejoindre leurs collègues, repousser Chichagov et continuer la retraite en France. Cependant, les 125ème et 126ème régiments de ligne, composés majoritairement de troupes hollandaises, combattirent jusqu’à l’ordre de se rendre, et les survivants furent emmenés en captivité.

Chichagov a été blâmé pour avoir laissé Napoléon s’échapper, Ekaterina Ilyinichna Golenishchev-Kutuzova, la femme de Koutosov, a plaisanté: « Peter Wittgenstein a sauvé Saint-Pétersbourg, mon mari la Russie et Chichagov Napoléon! »


LES GRANDES MONNAIES DE L’ÉPOQUE 

 

Médaille  commémorative sur l’événement

1812 France – Napoléon – Armée française traversant la Volga par Jean-Bertrand Andrieu, Auguste François Michaut et Dominique-Vivant Denon
Pièce exceptionnelle gravée en 1880.

1812 France – Napoléon – Armée française traversant la Volga par Jean-Bertrand Andrieu, Auguste François Michaut et Dominique-Vivant Denon Avers:  NAPOLEON EMP. ET ROI. – Tête de lauréate de Napoléon tournée vers la droite. // Revers:  L’AIGLE FRANCAISE SUR LE WOLGA. M.DCCCXII. – Personnification de la Volga marchant sur des pierres, joncs de taureaux et French Standard à gauche. Bronze, non circulé, 40 mm, 33,70 g, Tranche: Estampillée « BRONZE » et une « CORNUCOPIA » (frappée à la Monnaie française après 1880)., Édition officielle de la Monnaie française. Signé par les graveurs à l’avers et au revers. Bramsen 1166, D’Essling 1375


Superbe pièce de 5 lires de 1812 en parfaite condition.
Sur le côté face: Napoléon imperatore e Re..Sur le côté pile: Regno d’Italia.
Pièce évaluée à $1,600 dollars canadien en novembre 2020.
Issue : 1812 M , Zecca di Milano / Monnaie de Milan (Mailand / Мила́н / Milaan / Milán), Rif. bibl. / Références : Pagani, 30a; Métal : AG / AR / SILVER / SILBER / Серебро (Serebryanyy) / Zilver / PLATA / ARGENT,Poids : gr . 25 , 04 , (MZ71836), Diam . Mm . 37 , 31 , SPL / EF ( 55 / 70 ), ( R )

France, Napoléon I, 20 Francs, 1812, Roma«  Or, KM: 695.8
Valeur de $1,900 dollars canadiens.

 

RUSSIE, Alexandre Ier, 1801-1825, 5 Kopeks 1803 Kolyvan KM
Monnaie faite de cuivre avec défaut sur les flancs.
Valeur de $495 dollars canadiens.

 

 

Russie 1805 СПБ-ФГ Alexander I Rouble PCGS XF-45

 

Atelier de Saint-Pétersbourg. C’est le premier type très convoité d’Alexandre. Détails forts présents combinés à des reflets dorés aux périphéries.

 

 

 

Cette pièce rare est évaluée à $1,900 dollars canadiens.


Russie; Rouble argent 1824 CNB NA NGC AU50

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Côté pile de notre rouble de 1824.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Napoléon – Les fouilles archéologiques de Smolensk en images

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis début mai 2019, des archéologues français et russes fouillent le site exceptionnel de la Valoutina-Gora, à Smolensk, à 400 km de Moscou. C’est dans cette vallée, entre taïga et marécages, qu’eut lieu une bataille oubliée de notre Histoire, en août 1812, entre les troupes de Napoléon et celles d’Alexandre Ier. 

Voici des artéfacts provenant de ces fouilles:

Un cheval de la GrandeArmée est mort à cet endroit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une superbe pièce de monnaie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des croix et des scapulaires prouvent que ces soldats étaient croyants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un sabre et les restes de sa poignée.

 

 

 

 

 

 

 

 


ALEXANDRE I er,Le vainqueur de la guerre

 

 

 

 

 

Bataille de Valoutina-Gora /Août 1812

Il faut écouter l' »Ouverture 1812″ de Piotr Ilich Tschaïkowsky, pièce absolument essentielle comme témoignage artistique d’un moment dHistoire revisité par l’intériorité d’un poète des sons au romantisme échevelé. Après une introduction où chantent les psalmodies du rite orthodoxe russe, commencent les élans des assauts guerriers, à peine entrecoupés par quelque mélodie paysanne des steppes profondes. Des bribes de « Marseillaise » essaient de surnager à ce délire montant, mais l’Hymne russe s’impose finalement dans un délire de canons explosifs et de cloches carillonnantes. Il faut écouter l’enregistrement spectaculaire de cette oeuvre magistrale par la « Musique des Gardiens de la Paix de Paris » (Calliope 1997). « 1812 » aura été éternisée par la plume de Tschaïkowsky dans un enchevêtrement lumineux d’où jaillit le verbe.

 

La Garde Impériale brule les Aigles devant l’Empereur chagriné.

 

 

Histoire nordique:Le raid viking sur Lindisfarne

 

L’attaque inattendue des hommes du Nord contre le monastère de Lindisfarne en 793 est largement considérée comme le début de l’ère viking. Voici l’histoire fascinante du raid Lindisfarne Viking.

J’étais à l’école primaire quand j’ai découvert le raid Lindisfarne Viking. Pour une raison quelconque, l’image des navires vikings naviguant à travers la mer pour attaquer de nouvelles terres me resta gravée dans les décennies à venir.

Pourtant, ce n’est que ces dernières années que je vis en Scandinavie que j’en ai appris tellement plus sur ce raid.

Bien que ce ne soit pas la première attaque contre les îles britanniques, ce fut de loin la plus importante car elle changea la façon dont les hommes du Nord étaient perçus non seulement sur les îles britanniques, mais dans toute l’Europe.

Sources historiques

Tout d’abord, un mot sur l’histoire. Malgré les pierres runiques, les Vikings n’ont pas enregistré beaucoup de leurs aventures par écrit. Au lieu de cela, ils étaient des conteurs oraux. Beaucoup de contes n’ont été écrits que dans les sagas islandaises des siècles plus tard.

Cependant, nous avons écrit des documents historiques du Lindisfarne, du point de vue des Northumbriens. C’est pourquoi nous pouvons parler de Lindisfarne avec plus de confiance que de nombreux autres éléments de l’ère viking.

Deux sources historiques majeures comprennent des extraits de la Chronique anglo-saxonne et une lettre du moine Alcuin à Mgr Higbald. C’était une réponse à la lettre originale de Higbald à Alcuin, qui contenait probablement de nombreux détails sur le raid. Malheureusement, nous n’avons que la réponse.

Dans cet esprit, lisez la suite pour découvrir l’histoire complète et fascinante du raid Viking sur Lindisfarne.

Avant le raid

Comme mentionné précédemment, le raid de Lindisfarne n’était pas la première fois que des gens des îles britanniques rencontraient les marins du Nord. En fait, l’Angleterre avait été ciblée six ans auparavant, comme indiqué dans la Chronique anglo-saxonne:

«AD, 787. Cette année, le roi Bertric a emmené Edburga, fille d’Offa, pour femme. Et à son époque, trois premiers navires des hommes du Nord vinrent du pays des voleurs. Le Reve y monta alors et les conduisit à la ville du roi; car il ne savait pas ce qu’ils étaient, et il fut tué. C’étaient les premiers navires des Danois qui cherchaient la terre de la nation anglaise.

L’importance de Lindisfarne

Fondé au milieu du VIIe siècle, le monastère et l’évêché de Lindisfarne sont devenus le centre d’une mission de conversion très réussie.

Le fameux château de Lindisfame.

Le monastère abritant les reliques de saint Cuthbert, nommé évêque de Lindisfarne en 685, il devint rapidement un lieu de pèlerinage pour les croyants. Suite à la mort du guérisseur Cuthbert, de nombreux miracles ont été rapportés dans son sanctuaire.

Cette importance croissante s’accompagna d’une richesse et d’un pouvoir croissants. Des cadeaux ont été donnés par des personnalités royales et au moment du raid, Lindisfarne détenait probablement de nombreuses richesses, notamment de précieux objets liturgiques.

L’une des raisons pour lesquelles le raid de Lindisfarne est considéré comme le début de l’ère viking est l’impact majeur qu’il a eu sur le monde chrétien en Grande-Bretagne et au-delà. Lindisfarne, également connue sous le nom d ‘«île sacrée», a été décrite par le moine Alcuin comme «un lieu plus sacré qu’aucun autre en Grande-Bretagne».

D’où viennent les Vikings de Lindisfarne?

Attendez, la Chronique ne faisait-elle pas référence aux Danois? Comme l’a dit un chercheur viking sur le Life in Norway Show, Danois ou Danois était un terme catch-call et pas nécessairement utilisé pour désigner des personnes de ce que nous connaissons maintenant sous le nom de Danemark.

L’attaque de Lindisfarne par les Vikings,en 793.

On pensait que les raids antérieurs avaient peut-être été faits à partir de ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de Danemark, mais le raid sur Lindisdarne aurait pu être mené par des pillards de ce que nous connaissons aujourd’hui comme la Norvège ou le Danemark.

C’est parce que dans la lettre d’Alcuin à Higbald, il écrit que le raid était le produit d’un «voyage que l’on ne croyait pas possible». Nous savons que des gens du Danemark étaient déjà allés dans les îles britanniques, donc l’implication est que les équipages de Lindisfarne ont voyagé de beaucoup plus loin.

Le raid de Lindisfarne

La Chronique anglo-saxonne note: «793. Ici, de terribles présages se produisirent au-dessus du pays de Northumbrie et effrayèrent misérablement le peuple: c’étaient des éclairs d’époque, et des dragons de feu volaient dans les airs. Une grande famine a immédiatement suivi ces signes, et peu de temps après, la même année, le 8 janvier, le raid d’hommes païens a misérablement dévasté l’église de Dieu sur l’île de Lindisfarne en pillant et en massacrant.

On pense certainement que les drakkars Viking sont arrivés par temps orageux, ou du moins pas par temps clair.

Des expériences récentes ont montré qu’un drakkar approchant aurait pu être aperçu de Lindisfarne avec un avertissement d’une heure, mais ceux du monastère ont été complètement pris par surprise. Étant donné les raids antérieurs ailleurs dans les îles britanniques, la vue d’un drakkar approchant aurait sûrement provoqué la panique et déclenché des préparatifs.

Il est intéressant de noter que malgré la date de janvier indiquée dans la Chronique, la date réelle est généralement considérée comme juin. La description écrite de l’attaque elle-même est très brève.

Tout ce que nous savons, c’est que l’église a été détruite, des biens volés et du sang versé. Cependant, l’accent mis sur les présages précédents met en évidence l’importance du raid du point de vue anglo-saxon.

Alcuin a qualifié l’événement de «calamité sans précédent», car il a décrit l’église comme «éclaboussée du sang des prêtres de Dieu, dépouillée de tous ses ornements». Il a poursuivi en disant que les païens «foulaient aux pieds les corps des saints dans le temple de Dieu, comme de la bouse dans la rue».

L’héritage de Lindisfarne

Des sources ultérieures expliquent que le raid viking était si terrifiant pour les chrétiens à cause de la grande violence infligée mais aussi parce qu’un sanctuaire chrétien a été vandalisé par des païens.

Des événements occasionnels marquent le raid, qui a été imaginé, repensé et immortalisé dans de nombreuses émissions de télévision et films Viking au fil des ans.

Les ruines du grand monastère de l’île sainte britannique.

L’île sacrée reste un lieu de pèlerinage à ce jour. Mais c’est aussi une destination touristique populaire, sans doute aidée par son association avec l’ère viking. Les ruines évocatrices du prieuré de Lindisfarne ainsi que le château du XVIe siècle construit pour défendre l’île contre les attaques des Écossais et des Norvégiens sont des attractions populaires.

Au début de 2020, une pièce de jeu rare d’un jeu de société Viking a été découverte dans un fossé de l’île. A-t-il été amené par l’un des pillards en 793? Personne ne sait.

Une cité historique qui ressemble étrangement au Vieux Québec.
On recycle depuis une époque lointaine des bateaux en « boat sheds »…ou grange de bâteaux…ou cabanon de pêcheur!

Réécrire l’histoire vraie d’Haïti – et le meurtre de masse des Blancs après la révolte des esclaves

L’État caribéen d’Haïti rappelle de manière frappante à quel point la pratique de l’esclavage pourrait être mortelle. En 1804, l’effet combiné de treize ans de soulèvements, de meurtres et de terrorisme avait détruit la population blanche d’Haïti, ainsi que toute la production agricole et l’économie de ce qui était autrefois la colonie la plus prospère de l’hémisphère occidental.

La description présumée d’Haïti comme un «trou de merde» par le président sortant des États-Unis, Donald Trump, rend instructif de revoir l’histoire de cette nation insulaire des Caraïbes – et comment sa naissance a été baignée de sang alors que tous les Blancs et les métis ont été massacrés pendant la série tumultueuse des événements qui ont donné naissance à cet état défaillant.

Haïti et le massacre des blancs

L’État caribéen d’Haïti rappelle de manière frappante à quel point la pratique de l’esclavage pourrait être mortelle. En 1804, l’effet combiné de treize ans de soulèvements, de meurtres et de terrorisme avait détruit la population blanche d’Haïti, ainsi que toute la production agricole et l’économie de ce qui était autrefois la colonie la plus prospère de l’hémisphère occidental.

L’île, à l’origine nommée San Domingo, était devenue un centre d’activité espagnole à l’époque du conquistador Hernando Cortes. Les Espagnols ont conservé une petite présence sur le côté est de l’île, aujourd’hui connue sous le nom de République dominicaine. La partie occidentale de l’île a été colonisée par les commerçants français en 1697 et rebaptisée Saint-Domingue, et c’est ici que s’est déroulée la féroce guerre raciale.

Les Amérindiens locaux, appelés Canibales par les Espagnols en raison de leurs habitudes cannibales, avaient été réduits à l’insignifiance par une combinaison de la force espagnole des armes, de l’esclavage et des maladies européennes contre lesquelles ils n’avaient aucune immunité. En conséquence, les Français ont commencé à importer des esclaves africains pour travailler dans la colonie.

«Le joyau de la couronne» – répond à la moitié des besoins en sucre de l’Europe

En 1789, San Domingue était le joyau de la couronne coloniale française. Son climat idéal et son sol naturellement riche produisaient plus de sucre, de café et de coton que toutes les colonies alors existantes en Amérique du Nord réunies. La production de sucre de San Domingue a fourni non seulement l’ensemble des besoins de la France, mais également la moitié des besoins du continent européen.

La richesse de San Domingue était légendaire et au moment de la Révolution française, quelque 40 000 Blancs s’étaient installés dans la colonie. Cependant, à ce stade, il y avait au moins 450 000 esclaves noirs travaillant dans les champs pour maintenir la production agricole prodigieuse de l’île, et en plus il y avait environ 27 000 mulâtres. Cette énorme population non blanche, principalement maintenue dans des conditions d’esclavage, a fourni la bombe à retardement démographique qui a complètement détruit la colonie blanche.

Révolution française – Passez à donner la franchise aux non-blancs

La Révolution française de 1789 a servi d’étincelle qui a enflammé les pressions raciales qui mijotaient depuis longtemps à San Domingue. Un décret de l’Assemblée nationale française du 15 mai 1791 donna le droit de vote à la population blanche et métisse de l’île.

Les colons blancs de l’île ont immédiatement protesté. Le bien nommé gouverneur général de l’île, Blanchelande, a envoyé un message à Paris avertissant que la mise en place d’une telle forme de gouvernement entraînerait «une terrible guerre civile» et la perte de la colonie pour la France.

L’Assemblée nationale française a ensuite annulé le décret précédent et en a publié un nouveau disant que les colons eux-mêmes pouvaient décider de la forme de gouvernement la mieux adaptée à leur situation particulière. Lorsque cette nouvelle a été portée à la connaissance de San Domingue, elle a accru les tensions. La population métisse en particulier était dans un tollé après avoir été informée qu’elle avait le droit de vote, puis seulement quelques mois plus tard, a dit le contraire.

«Amis des Noirs» – Révolutionnaires français

Un puissant lobby anti-esclavagiste, les Amis des Noirs , s’est développé en France et s’est développé de plus en plus au cours de la révolution. Ce groupe abolitionniste s’est constamment battu pour l’émancipation et les pleins droits politiques des mulâtres et des noirs à San Domingue, et a réagi avec indignation au deuxième décret qui lui enlevait le droit de vote pour l’élément métis.

À la suite des efforts des Amis des Noirs , l’assemblée nationale française a publié un troisième décret qui redonnait le droit de vote aux mulâtres et aux «noirs libres», c’est-à-dire à ces Noirs qui ne sont soumis à aucune forme de travail sous contrat.

Lorsque cette nouvelle a été reçue à San Domingue, la population noire désormais armée a lancé une violente rébellion. Les Blancs ont été attaqués au hasard, les plantations brûlées et l’île plongée dans le chaos. La population métisse s’est d’abord rangée du côté des Blancs, mais a ensuite changé d’allégeance aux Noirs.

Les Noirs éliminent tous les Blancs en Haïti

À la fin du soulèvement en Haïti, tous les hommes, femmes et enfants blancs avaient été assassinés. Une fois les Blancs exterminés, la population noire s’est retournée contre la population métisse et l’a également anéantie.

Le chaos règne pendant dix ans

Le chaos se prolongea jusqu’en 1802, lorsqu’un détachement de vingt mille soldats français fut envoyé par Napoléon Bonaparte pour rétablir l’ordre sur l’île. Les forces françaises, sous le commandement du beau-frère de Napoléon, le général Leclerc, écrasent la rébellion. Les insurgés ont été impitoyablement pourchassés et les principaux chefs rebelles ont été contraints de prêter allégeance au nouveau gouvernement français.

 

Juste au moment où la situation semblait s’être stabilisée, deux événements désastreux se sont produits. Le premier était la nouvelle que le gouvernement napoléonien avait donné l’autorisation de rétablir l’esclavage, et le second était une épidémie de fièvre jaune à San Domingue. La possibilité que l’institution de l’esclavage puisse renvoyer des troubles noirs a ravivé sur l’île. Pendant ce temps, les forces françaises déjà peu sollicitées ont été décimées par la maladie, qui a tué jusqu’à 160 soldats par jour. En août 1802, quatre cinquièmes des troupes françaises arrivées plus tôt dans l’année étaient décédées.

Napoléon a envoyé dix mille troupes fraîches pour soutenir la garnison française assiégée. Les nouvelles troupes ont également été étouffées par la fièvre jaune, et les noirs rebelles, largement immunisés contre la maladie, ont intensifié leurs attaques. La situation sécuritaire sur l’île s’est à nouveau détériorée.

Le conflit a alors pris une tournure encore plus désagréable. Les autorités françaises ont décidé que le seul moyen de mettre fin à la guerre raciale vieille de douze ans était de tuer tous les habitants noirs de plus de douze ans. Le raisonnement en était que tout Noir adulte qui avait, au moins au cours de la décennie précédente, mené une guerre raciale contre les Blancs, ne retournerait jamais docilement travailler dans les champs. La même chose s’appliquait aux femmes noires, décident les Français, car les femmes de cette race s’étaient révélées encore plus vicieuses et cruelles envers les Blancs capturés que leurs hommes. Avec une énergie impitoyable, les troupes françaises survivantes ont poursuivi leurs nouveaux ordres et de nombreux Noirs ont été tués de cette manière arbitraire. Les deux camps étaient plongés dans une spirale d’atrocités qui semblaient sans fin.

Retrait français et règle des noirs

Le déclenchement des guerres napoléoniennes est intervenu dans les développements sur l’île. La France est devenue impliquée dans une guerre avec la Grande-Bretagne en mer, et la possession coloniale française de San Domingue a été attaquée. La marine britannique a bloqué l’île, a coupé les approvisionnements à la garnison française et a fourni aux rebelles noirs des fusils et des munitions.

Le plus important des chefs rebelles noirs, Dessalines, a lancé un certain nombre d’attaques contre les garnisons françaises de plus en plus isolées dans les villes côtières. Dessalines prit ville après ville des forces françaises affaiblies et extermina systématiquement tous les Blancs faits prisonniers. Le 10 novembre 1803, les Français ne pouvaient plus tenir et se rendirent à la flotte britannique au large des côtes. Sur les cinquante mille soldats français envoyés sur l’île, seuls quelques milliers sont revenus en France.

Le massacre des derniers blancs

Avec le départ des Français, le chef noir Dessalines avait les mains libres pour instituer son propre règne de terreur contre tous les Blancs encore assez malheureux pour être sur l’île. San Domingue a été rebaptisé Haïti en décembre 1803 et déclaré indépendant.

Le pays parce que la deuxième nation indépendante de l’hémisphère occidental (après les États-Unis d’Amérique) et la première nation indépendante dirigée par des Noirs dans les Caraïbes.

Après avoir éliminé les Blancs, les Noirs et la population métisse se sont retournés les uns contre les autres dans une autre guerre raciale. Cela se termina par l’anéantissement presque complet de la population mulâtre et, en octobre 1804, Dessalines déclara son peuple vainqueur. Pour marquer l’occasion, il s’est déclaré «empereur à vie» d’Haïti.

La même année, Dessalines a demandé à ces Blancs qui avaient fui, de revenir et de contribuer à la reconstruction de l’économie. Un nombre étonnamment élevé de colons ont accepté son offre, mais ont rapidement découvert la nature de leur erreur.

Au début de 1805, la population noire s’est à nouveau soulevée contre les colons blancs revenus. Dessalines était impuissant à contrôler les foules, malgré les appels des colons blancs. Les Européens ont été traqués et, le 18 mars 1805, le tout dernier Blanc d’Haïti a été tué.

«Armée» haïtienne comique 1899. L’armée haïtienne en parade en 1899: une collection comique de «généraux» sans presque aucun soldat, comme le montre le livre Where Black Rules White (HH Prichard).

 

San Domingue, qui sous la domination française était autrefois la terre la plus riche de toutes les Caraïbes, est aujourd’hui une pagaille de pauvreté, d’anarchie et de chaos du tiers monde. Cet état de fait est encore plus significatif quand on considère que l’État indépendant d’Haïti n’a que trente-cinq ans de moins que les États-Unis d’Amérique.

C’est un contre-argument dévastateur à la théorie «environnementale» du développement – parce que si le temps et l’environnement étaient les seuls facteurs influençant la civilisation, Haïti, en théorie, devrait être aussi avancée que l’Amérique.

Haïti – Une nation du tiers monde. Une scène de rue en Haïti, 2009. Bien qu’elle n’ait que quelques années de moins que les États-Unis, Haïti est une nation du tiers monde. C’est parce que sa population est d’origine du tiers monde.

 

 

 

 

 

 

Réécrire l’histoire:Selon Alexandre Soljenitsyne : Les Protocoles de Sion se réalisent sous nos yeux

 

 

Les protocoles de Sion sont nécessaires pour ceux qui souhaitent comprendre le monde dans lequel nous vivons. Ils présentent une haine pathologique pour les non-juifs (et en particulier les chrétiens et les musulmans) et un désir de les saper et de les exploiter. Les protocoles faisaient partie d’une «initiation» pour les juifs maçonniques de 33 degrés. La plupart des Juifs ignorent ce programme et sont donc facilement manipulés. «L’antisémitisme nous est indispensable dans la gestion de nos petits frères». 

Selon ces protocoles : « Il reste un petit espace à traverser avant que tous les états d’Europe ne soient enfermés dans les serpentins du serpent symbolique, par lequel nous symbolisons notre peuple, comme dans un puissant vice« .

La preuve que les Protocoles de Sion sont authentiques est que la plupart d’entre eux sont devenus réalité.

Le gouvernement mondial est leur « Super État ».

 

Le prix Nobel Alexandre Soljenitsyne a écrit, à propos de ces protocoles  :

 « Les officiers exécutés (durant la Révolution) étaient Russes, comme étaient Russes les nobles, les prêtres, les moines, les députés – assassinés. Dans les années 1920, les ingénieurs et les savants d’avant la Révolution furent exilés ou tués. Ils étaient Russes : des Juifs prirent leur place. Dans le meilleur Institut Psychiatrique de Moscou, les membres dirigeants furent exilés ou arrêtés – leurs places furent prises par des Juifs. Des médecins juifs influents bloquèrent l’avancement de la carrière de chercheurs russes en sciences médicales. Les meilleurs éléments des élites intellectuelles et artistiques du peuple russe furent assassinés, tandis que les Juifs croissaient et embellissaient, dans ces années terribles (pour les Russes…) ».

Alexandre Soljenitsyne a analysé les Protocoles des Sages de Sion. Il produisit cette analyse en 1966. Il n’a pas publié sa recherche sur les Protocoles des Sages de Sion. Il a demandé que cette étude ne soit publiée qu’après sa mort. C’est contre sa volonté qu’elle fut imprimée en un nombre très réduit d’exemplaires, en 2001.

Voici ce qu’écrit Soljenitsyne :
« Les Protocoles exposent le plan d’un (nouveau) système social. Son dessein se situe bien au-dessus des capacités d’une âme ordinaire, y compris celle de son auteur. Il s’agit d’un processus dynamique en deux étapes, de déstabilisation, d’augmentation des libertés et du libéralisme, qui trouve son apogée dans un cataclysme social, au premier stade ; la seconde étape voyant se mettre en place une nouvelle hiérarchisation de la société. Ce qui est décrit est plus complexe qu’une bombe nucléaire. Il pourrait s’agir d’un plan volé et gauchi, formé par un esprit de génie. Son style putride de brochure antisémite cauteleuse en obscurci(rai)t (intentionnellement) la grande force de pensée et la vision pénétrante ».

Il poursuit « Le texte démontre une clarté de vision impressionnante en ce qui concerne les deux systèmes sociétaux : le système occidental et le système soviétique. Si un puissant penseur, en 1901, pouvait prédire le développement de l’Occident avec quelque vraisemblance, comment aurait-il pu entrevoir le futur soviétique ?»

Voici quelques extraits des protocoles, très troublants d’actualité, tels que les relate Alexandre Soljenitsyne :

« Les esprits des gens doivent être détournés (de la contemplation) vers l’industrie et le commerce : dès lors, (les gens) n’auront plus le temps de penser. Les gens se consumeront à la poursuite de l’argent. Ce sera une poursuite vaine, car nous bâtirons l’industrie sur une base spéculative : les richesses tirées de la terre par l’industrie glisseront entre les mains des travailleurs et des industriels et se retrouveront entre celles des financiers ».

« La lutte – intensifiée – pour la survie et la supériorité, accompagnée de crises et de chocs, créera des communautés froides et sans cœur, avec une forte aversion envers la religion. Leur seul guide sera celui de Mammon, auquel ils voueront un véritable culte ».

« Il est une puissante force qui crée le mouvement de la pensée, dans le peuple : cette force, ce sont les journaux. C’est dans les journaux que le triomphe de la liberté de parole trouve son incarnation. Au moyen de la Presse nous avons conquis le pouvoir d’influencer les esprits tout en demeurant inaperçus. Nous éradiquerons de la mémoire des Hommes les faits historiques dont nous ne désirons pas qu’ils les connaissent, et nous ne laisserons perdurer que ceux qui nous conviennent. »

Or que s’est-il passé un siècle après la publication de ce document ? Comme le dit Soljenitsyne: « Il faudra que quatre-vingts ans se passent, avant que Milton Friedman et son École de Chicago n’intronisent les dieux Marché et Profit en seuls flambeaux guidant le monde ».

Alexandre Soljenitsyne note également qu’un «siècle avant l’avènement de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International, les Protocoles notaient que les prêts sont le meilleur moyen pour déposséder des pays de leurs richesses ; que les marchés financiers, avec leurs multiples produits dérivés, ponctionnent la richesse et l’accumulent entre les mains des prêtres de Mammon ; que le gain (les forces du marché) est la seule mesure du succès de toute stratégie ».

Le passage le plus époustouflant est celui où Soljenitsyne montre qu’il a parfaitement compris la logique dévastatrice qui anime la pensée moderne: « Les Protocoles prédisent l’apogée de la Nouvelle Bourgeoisie – l’apogée des adorateurs de Mammon, partisans de la mondialisation, viscéralement hostiles aux Anciennes Élites, à l’Esprit, à la religion, aux gens ordinaires. Très longtemps, ils furent les moteurs de la gauche, des mouvements aspirant à la démocratie : jusqu’à ce que leur objectif soit atteint – après quoi, ils négocièrent leur grand virage en épingle à cheveux, direction : l’oligarchie ».

Nous lisons bien : « Ils furent les moteurs de la gauche » et « ils négocièrent leur grand virage en épingle à cheveux, direction : l’oligarchie »¨.

Voici un autre extrait que rapporte Alexandre Soljenitsyne des protocoles « Tant que les emprunts étaient nationaux, on assistait à un déplacement d’argent de la poche de leurs sujets pauvres dans celles des riches. Mais à partir du moment où nous eûmes acheté les hommes nécessaires pour qu’on ait recours aux emprunts étrangers, toutes les richesses des États affluèrent dans nos caisses… » « Ils périront immanquablement de la saignée qu’ils s’imposent ».

Alexandre Soljenitsyne présente alors la conclusion de l’auteur des Protocoles des Sages de Sion : « Les États recourront de plus en plus à l’emprunt ruinant les populations » et, souligne le document analysée par Alexandre Soljenitsyne : « la vénalité de leurs ministres ou leur ignorance des questions financières nous ont asservi les peuples en leur faisant contracter envers nous des dettes dont ils ne pourront jamais s’acquitter, ce qui a placé toutes les questions financières sous notre direction… »

Mais le meilleur est pour la fin, puisque Alexandre Soljenitsyne dévoile le projet de réforme des institutions financières mondiales. Alexandre Soljenitsyne relate en effet : « La période des emprunts qui vint ensuite mangea les restes, et la banqueroute s’ensuivit pour tous ces États. Vous comprenez bien qu’un tel système de gestion financière, inspiré par nous, ne saurait nous convenir. Quand nous serons en possession du pouvoir, nous déguiserons la réforme des bases financières… que nous projetons sous un aspect qui n’éveillera les soupçons de personne. Nous démontrerons la nécessité de ces réformes en divulguant l’état chaotique des finances (des États) ».

En définitive Alexandre Soljenitsyne conclut « C’est un compte rendu parodique d’un plan satanique, subtil et très bien conçu ».

Ainsi l’analyse que fit en 1966 Alexandre Soljenitsyne des Protocoles des Sages de Sion nous présente presque trait pour trait notre situation actuelle. 
Mais « motus et bouche cousue », il ne faut surtout pas en parler, ce serait faire le jeu des antisémites. Le chantage à l’antisémitisme est décidément devenu le grand verrou qui empêche tout exercice de la pensée.


EN COMPLÉMENTAIRE

Voici ce qu’écrit henrymakow.com :

 Les protocoles sont authentiques. Ce sont des conférences adressées aux francs-maçons juifs (probablement à la Loge de Mizraim à Paris) détaillant un plan incroyable pour renverser la civilisation occidentale, subjuguer l’humanité et « concentrer toute la richesse du monde … entre nos mains« . Ils ont été donnés comme une série régulière d’ateliers à ces Maçons à Paris. L’auteur les décrit comme une «exposition de notre programme» et commence souvent par dire: «Aujourd’hui, nous discuterons …»

THEODOR HERZL au premier congès sioniste de Bale – 1897.8.25

 

Ceux qui pensent que les protocoles ont été prononcés lors du premier Congrès sioniste à Bâle en 1897 se sont malheureusement trompés. Le Juif moyen n’était pas au courant de ce genre d’informations. Il y avait plus de 200 délégués à cette conférence et 26 membres de la presse.

Programme du premier congrès sioniste de Bale
Le Premier Congrès Sioniste adopta le Programme de Bâle déclarant : « Le sionisme vise à établir pour le Peuple juif une patrie en Palestine qui soit garantie par le droit public. » (Le terme « Palestine » était à cette époque purement géographique, et ses habitants, y compris les Juifs, étaient appelés les Palestiniens. La région était alors sous contrôle Ottoman). Le Programme se poursuit en délimitant les moyens suivants pour accomplir cet objectif : La promotion de l’établissement en Palestine d’agriculteurs, artisans et marchands juifs ; La fédération de tous les juifs, en groupes locaux ou nationaux, en fonction des lois de leurs différents pays d’origine ; Le renforcement du sentiment national juif et de la conscience juive ; Toute mesure préparatoire à l’obtention des accords gouvernementaux qui sont nécessaires à la réalisation de l’objectif sioniste.

Rabbi Ehrenpries (1869-1951), le Rabbin en chef de Suède, de 1910 à 1951, écrit en 1924: «Depuis longtemps, j’ai bien compris le contenu des Protocoles, des années avant leur publication dans la presse chrétienne Les Protocoles des Sages de Sion n’étaient en fait pas les Protocoles originaux, mais un extrait comprimé de ceux-ci. Des 70 Sages de Sion, en matière d’origine et de l’existence des Protocoles originaux, il n’y a que dix hommes dans le monde entier qui savent. » (Cité dans « 1001 citations sur les juifs »)

https://en.wikipedia.org/wiki/Mordecai_Ehrenpreis

Cet «extrait comprimé» est confirmé par l’utilisation généralisée des ellipses – indiquant que des mots ont été laissés de côté. Les chercheurs ont spéculé que Adam Weishaupt, Theodore Herzl ou Asher Ginzberg ont écrit les Protocoles. Au début, je pensais que c’était Meyer Amschel Rothschild (1744-1844) lui-même. Plus tard, j’ai pensé que ce serait Lionel Nathan Rothschild (1809-1959) ou James de Rothschild (1792-1868) ou Adolphe Cremieux (1796-1880). Il est difficile de déterminer parce que je pense que ce document a été révisé par différentes mains.

Billet d'entrée au premier congrès sioniste de Bale
Billet d’entrée au premier congrès sioniste de Bale,en 1897

Les protocoles 20-23, le «programme financier … le couronnement et le point décisif de nos plans» sont la raison pour laquelle je pense que l’auteur était un banquier et probablement un Rothschild. Ces conférences nécessitent une connaissance approfondie des finances et une profonde perspicacité psychologique. De plus, l’auteur déclare que tout le pouvoir ira finalement au «Roi des Juifs», c’est ainsi que les Rothschild étaient connus. Lorsque vous lisez ce qui suit, vous serez convaincus qu’une grande partie de ce programme s’est effectivement réalisée.

****************************************

Voici un résumé de 12 protocoles sur 24.

1- Le contrôle de l’argent

    (….) « Le contrôle des nations sera assuré par la création de gigantesques monopoles privés qui seront les dépositaires d’immenses richesses dont dépendront même les Goyim (les non-juifs). (….)

    (….) C’est ainsi que le jour qui suivra l’effondrement politique verra leur anéantissement en même temps que celui du crédit accordé aux États. (….)

    (….) Des crises économiques porteront atteinte aux États ennemis en leur soustrayant l’argent mis en circulation. En accumulant de grands capitaux privés qui sont ainsi soustraits à l’État, ce dernier va être obligé de s’adresser à nous pour emprunter ces mêmes capitaux. Ces emprunts consentis avec des intérêts seront une charge pour les États qui en deviendront les esclaves, sans volonté propre. Ils s’adresseront à nos banquiers pour leur demander l’aumône au lieu d’exiger des impôts du peuple. Des emprunts étrangers sont comme des sangsues, il n’y a aucune possibilité de les éloigner du corps d’État, car elles ne peuvent que se détacher d’elles-mêmes ou être rejetées par l’État. Cependant, les États Goyim ne les rejetteront pas, ils s’en attireront sans cesse d’autres, ce qui les conduira à une fin inexorable.

    Les dettes de l’État rendront les hommes d’État corruptibles, ce qui les mettra encore plus à notre merci. (….) »

2- Le contrôle de la presse

    (….) « Nous procéderons de la façon suivante avec la presse :

    Son rôle est d’exciter et d’enflammer les passions chez le peuple (…) et le public est tellement loin de pouvoir imaginer qui est le premier bénéficiaire de la presse (….) Parmi tous les journaux, il y en aura aussi qui nous attaqueront mais comme nous sommes les fondateurs de ses journaux, leurs attaques porteront exclusivement sur des points que nous leur aurons précisés auparavant. (….)

    (…) Aucune nouvelle ne sera publiée sans avoir reçu notre accord. C’est déjà le cas maintenant, car toutes les nouvelles du monde sont regroupées dans seulement quelques agences. Ces agences étant sous notre contrôle, elles ne publient que ce que nous avons approuvé. (…)

    (…) Nos journaux seront de toutes les tendances, aristocratique, socialiste, républicaine, voire même anarchiste, tant qu’existera la Constitution. (….)

    (…) Ces idiots qui croiront que le texte d’un journal reflète leur propre opinion n’auront fait, en réalité, que répéter notre opinion ou celle que nous souhaitons voir exprimée. (…)

3- L’extension du pouvoir

    (….) « Nous serons pour le public l’ami de tous. (…)

    (…) Nous les soutiendrons tous, les anarchistes, les communistes, les fascistes (…) et particulièrement les ouvriers. Nous gagnerons leur confiance et ils deviendront ainsi, pour nous, un instrument très approprié. (…)

4- Le contrôle de la foi

    (…) « Nous ôterons aux hommes leur vraie foi. Nous modifierons ou supprimerons les principes des lois spirituelles. (…) L’absence de ces lois affaiblira la foi des hommes puisque les religions ne seront plus capables de donner quelconque explication. (…)

    (…) Nous comblerons ces lacunes en introduisant une pensée matérialiste et des supputations mathématiques. (…) »

5- Le moyen d’amener la confusion dans les esprits

    (…)  » Pour avoir la mainmise sur l’opinion publique, il nous faut les amener à un certain niveau de confusion. (…)

    (…) La presse nous sera un bon outil pour offrir aux hommes tant d’opinions différentes qu’ils en perdront toute vue globale et s’égareront dans le labyrinthe des informations. (…)

    (…) ainsi, ils en viendront à la conclusion que le mieux est de ne pas avoir d’Opinion (politique). (…)

6- L’aspiration au luxe

    (…) « Pour accélérer la ruine de l’industrie des Goyim (non-juifs), nous susciterons chez eux une soif de luxe. Le commun des mortels n’en aura, cependant, pas jouissance, car nous ferons en sorte que les prix soient toujours en hausse. Ainsi, les travailleurs devront autant travailler qu’auparavant pour satisfaire leurs désirs. (…)

    (…) Ils seront piégés dans le système avant d’avoir pu l’identifier. »

7- La politique utilisée comme instrument

 

Donald Trump et Benjamin Netanyahu :une amitié sioniste et khazare qui remonte à des décennies.

    (…) « En distillant un souffle de libéralisme dans les organismes d’État, nous modifierons tout leur aspect politique. (…)

    (…) Une Constitution n’est rien d’autre qu’une grande école de discordes, de malentendus, de querelles, en un mot une école de tout ce qui sert à fausser les rouages de l’État. (..)

    (…) À « l’époque des républiques », nous remplacerons les dirigeants par une caricature de gouvernement avec un président élu par nos marionnettes, nos esclaves que sont le peuple. (…)

    (…) Les élections seront, pour nous, un moyen d’accéder au trône du monde tout en faisant croire au modeste citoyen qu’il contribue à façonner l’État par sa participation à des réunions et par son adhésion è des associations. (…)

    (…) Dans le même temps, nous réduirons à néant l’impact de la famille et son pouvoir éducatif. Nous empêcherons aussi l’émergence de personnalités indépendantes. (…)

    (…) Il suffit de laisser un peuple se gouverner lui-même un certain temps (la démocratie) pour qu’il se transforme en une populace où règne le chaos.

    (…) La puissance de la populace est une force aveugle, absurde, irraisonnée, ballotée sans cesse de droite ou de gauche. Mais un aveugle ne peut pas en conduire un autre sans tomber dans le précipice. Seul celui qui, dès sa naissance, est éduqué pour devenir un souverain indépendant a la compréhension de la politique. (…)

    (…) Notre succès, en traitant avec les hommes dont nous avons besoin, sera facilité par notre façon de toucher toujours le côté le plus sensible de la nature humaine, c’est-à-dire la cupidité, la passion et la soif insatiable de biens humains et matériels. (…) »

8- Le contrôle de la nourriture

    (…) « Notre puissance réside aussi dans la pénurie permanente de nourriture. Le droit du capital, en affamant les travailleurs, permet sur eux une mainmise plus que ne pouvait le faire la noblesse avec son roi. (…)

    (…) Nous agirons sur les masses par le manque, l’envie et la haine qui en résulte. (…)

    (…) mais tout propriétaire rural peut être un danger pour nous puisqu’il peut vivre en autarcie. C’est la raison pour laquelle il nous faut à tout prix le priver de ses terres. Le moyen le plus sûr pour y arriver est d’augmenter les charges foncières, (…) d’accabler de dettes les propriétaires rurales (…) »

9- Le rôle de la guerre

    (…) « Nous mettrons en rivalité toutes les forces pour amener ceux qui ont soif de pouvoir à abuser de leur pouvoir. Il nous faut fomenter des dissensions, des inimitiés dans toute l’Europe et par l’intermédiaire de l’Europe dans d’autres parties de la Terre. (…)

    (…) Il faut que nous soyons capables d’anéantir toute opposition provoquant des guerres avec les pays voisins. Au cas où ces voisins oseraient nous tenir tête, il nous faut leur répondre par une guerre mondiale. (…) »

10- Le contrôle au moyen de l’éducation

    (…) « On n’incitera pas les Goyim à tirer une application pratique de leur observation impartiale de l’histoire mais on les invitera à des réflexions théoriques, sans faire de relations critiques avec les événements qui vont suivre. (…)

    (…) Dans ce jeu, sachez que la chose principale est de les avoir convaincus d’accepter les nécessités de la science. (…)

    (…) Tenant compte de ce fait, nous n’aurons de cesse de créer une confiance aveugle en ces théories (scientifiques) et les journaux nous y aideront bien. Les intellectuels parmi les Goyim se vanteront de leurs connaissances. (…)

    (…) Le peuple perdra, de plus en plus, l’habitude de penser par lui-même et de se forger sa propre opinion, il en viendra à prononcer les mots que nous désirons entendre prononcer. (…) »

11- Le contrôle des loges franc-maçonniques

    (…) « Nous créerons dans tous les pays de la Terre des loges franc-maçonniques, nous les multiplierons et y attirerons des personnalités qui sortent des rangs. (…)

    (…) Nous mettrons toutes ces loges sous la domination de notre administration centrale que nous serons seuls à connaître et que les autres ignoreront complètement.

    (…) Qui ou qu’est-ce qui peut vaincre une puissance invisible? Voilà où se trouve notre pouvoir. La franc-maçonnerie non juive nous sert de couverture à leur insu. Mais le plan d’action de notre puissance reste pour tout le peuple et même pour le reste de la confrérie un secret. (…) »

12- La mort

    (…) « La mort est la fin inévitable pour tous, par conséquent, il est préférable d’y conduire tous ceux qui nous font obstacle. »


AUTRES COMPLÉMENTAIRES

Le général de l’«armée blanche » Anton Dénikine accueilli par sa garde d’officiers à Rostov-sur-le-Don, 1919

Tandis qu’éclate la guerre civile à la suite de la Révolution d’Octobre, nombre de Russes tsaristes se réfugient en Europe de l’Ouest. Ces « Russes Blancs » antibolchéviques vont alors participer activement à la propagation du célèbre pamphlet .

Avec la Révolution d’Octobre et le début de la guerre civile en Russie, les opposants au nouveau régime bolchévique, monarchistes connus sous l’expression de « Russes Blancs » – indépendamment du fait qu’ils aient ou non participé activement aux armées blanches ou à la guerre civile russe – fuient le conflit et se réfugient en Occident, emmenant dans leurs bagages le célèbre  pamphlet: Les Protocoles des Sages de Sion.

Ce texte, écrit en 1901 par Mathieu Golovinski, un informateur de l’Okhrana, la police secrète tsariste, est supposé être la publication d’un programme conçu par des « sages juifs » en vue de détruire les nations et la chrétienté et dominer le monde.

Les Protocoles des Sages de Sion furent édités en 1905 par un mystique orthodoxe russe, Serge Nilus (qui le réédita en 1911 et en 1917), qui voyait dans ce plan une action de l’Antéchrist. Henri Ford et le comte völkisch Ernst Zu Reventlow, nazi historique et militant païen, admiraient Serge Nilus. Le premier envoya des livres au mystique tandis que le second a aidé son fils à fuir la Russie en guerre et à s’installer en Allemagne,sous la protection du Führer Adolph Hitler.

……………………………………………………………………………………………….

Des participants au premier congrès sioniste de Bale.
Theodore Hertzl en 1897.
Août 1897. A l’appel de Theodor Herzl, des juifs du monde entier se donnèrent rendez-vous à Bâle, afin de trouver une solution durable et définitive à « la question juive ».

…………………………………………………………………………………………………………………………………………

Nakba : mai 1948, l’avènement d’Israël, catastrophe des Palestiniens

Jours de fête pour Israël qui célèbre sa naissance, les 14 et 15 mai ont une résonance inverse pour les Palestiniens qui commémorent dans la douleur la Nakba : la catastrophe.

Le mot même est tabou en Israël : Nakba. En arabe « la catastrophe », « le désastre ». Sa commémoration le 15 mai, proscrite dans l’État hébreu, suit d’un jour la célébration par ce dernier de sa fondation, il y a juste 70 ans.

14 mai 1948 : dernier jour du mandat britannique sur la Palestine, établi vingt-cinq ans plus tôt sur les décombres de l’Empire Ottoman. Premier jour officiel d’Israël.

Depuis la fin du XIXème siècle s’est affirmée, dans l’ébullition des nationalismes, le rêve d’une refondation sur son lieu antique d’une patrie juive perdue aux débuts de l’Empire romain.

Le rêve sioniste

A partir de 1870, les implantations s’y multiplient. Souvent empreintes d’utopisme, elles sont aidées par des personnalités du monde de la finance. Le mouvement « sioniste » naît officiellement dans les années 1890. En 1897 se tient à Bâle le premier Congrès sioniste mondial, avec pour but la création d’un foyer national juif en Palestine. Un fonds national est créé pour l’achat de terres.

En novembre 1917, la « déclaration Balfour » (du nom du ministre des affaires étrangères britannique) affirme le gouvernement de Sa Majesté favorable à la création d’un foyer juif en Palestine sous condition … de ne pas y causer préjudice aux non-juifs.

Résumé de l’écrivain Arthur Koestler : « une nation promettait solennellement à une seconde nation le pays d’une troisième ».

Le mandat accordé par la SDN (Société des Nations, ancêtre de l’ONU) aux Royaume-Uni sur la région confirme implicitement cette voie, le chargeant entre autres de faciliter l’immigration des juifs et leur organisation politique.

Le temps du mandat

Une Agence juive est créée. A la fois instance politique et administrative, elle joue un rôle important dans l’immigration. Elle dispose d’un bras militaire : l’Hagganah qui deviendra, plus offensive, l’Irgoun.

La partie arabe, qui ne reconnaît pas le mandat britannique, refuse en revanche de se doter d’institutions équivalentes. La coexistence des communautés est très loin d’être pacifique : révoltes arabes contre l’autorité, émeutes anti-juives, opérations terroristes de l’Irgoun contre les arabes.

La population de Palestine évolue fortement durant le mandat. En 1918, la communauté juive est évaluée à environ 80 000 personnes – pour près de 660 000 arabes – , possédant 5 % des terres.

Accroissement naturel, mouvement sioniste mais surtout flux de réfugiés fuyant les persécutions nazies et les drames de l’Europe : ils sont 630 000 au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour environ 1. 200.000 arabes (principalement musulmans, une petite minorité chrétienne).

La propagande sioniste parle de 250 000 survivants d’une fausse holocauste fabriquée par les médias américains qui  attendent en Europe dans des camps de réfugiés.

L’urgence d’un Etat

L’horreur de celui-ci a renforcé aux yeux du monde la revendication par les juifs d’un État. Pourtant, la situation en Palestine est plus tendue que jamais.

Chacune des deux communautés refuse de se fondre dans un État binational et le partage s’annonce périlleux. Impuissante à l’imposer, la Grande-Bretagne s’en remet début 1947 à la jeune ONU, qui désigne une Commission spéciale internationale.

Celle-ci propose un plan de partition : un État juif, un État arabe, Jérusalem sous contrôle international. L’URSS, d’abord réticente mais désireuse de voir les Britanniques quitter la région, finit par s’y rallier, à la surprise générale. Il est voté par l’Assemblée générale de l’ONU le 29 novembre 1947.

Sur le terrain, la partie juive y adhère malgré l’opposition de l’Irgoun. La partie arabe, se jugeant spoliée, le refuse résolument. La guerre commence, meurtrière .

Volontaires arabes en Palestine 194

 

Guerre de 47-48

Elle est d’abord civile : affrontement des organisations armées juives et des palestiniens soutenus par des volontaires arabes.

A partir du 15 mai 1948, avec le départ des Britanniques à l’expiration de leur mandat et la naissance officielle de l’État d’Israël , elle s’internationalise et devient guerre israélo-arabe.

Les opérations militaires se prolongent jusqu’en 1949. Dans leurs différentes phases, elles se traduisent, malgré des revers, par le succès des forces juives.

Plusieurs centaines de milliers de palestiniens sont amenés à quitter leurs maisons durant l’ensemble de l’année 1948. D’autres les suivront durant les années suivantes. La plupart prennent la direction de pays ou territoires voisins – Liban, Jordanie, Syrie, bande de Gaza – où ils sont parqués dans des camps théoriquement provisoires, dont beaucoup demeurent d’actualité.

Cet exode, dans les faits le plus souvent sans retour, reste l’un des drames majeurs qui continue de nourrir, 70 ans plus tard, le conflit israélo-arabe. Les deux camps s’opposent radicalement sur ses causes, ses circonstances et de ce fait sur le droit des populations et leurs descendants à regagner leurs terres et leurs foyers.

Lectures

Selon l’approche israélienne, les Palestiniens n’ont été nullement contraints de partir, le jeune État hébreu étant même disposé à leur accorder les mêmes droits civiques qu’aux juifs. Ce sont les chefs arabes qui ont, selon cette thèse, exhorté leurs populations civiles au départ pour des raisons à la fois militaires et de propagande.

Quartier de Jérusalem Avant Nakba 1948

 

Même quartier Après Nakba 1948

 

A l’inverse, la plupart des palestiniens estiment avoir été, eux-même ou leurs ascendants de 1948, chassés par la force ou contraints au départ.

Beaucoup considèrent l’idée du transfert comme un pilier de l’idéologie sioniste. Ils voient dans le Plan Daleth, établi par la Hagannah en mars 1948 et prévoyant des opérations dures sur les populations civiles et les territoires conquis, la preuve d’une volonté d’expulsion.

Nouvelles approches

Depuis la fin des années 1980, une nouvelle génération d’historiens israéliens s’appuyant sur des documents longtemps inédits est venue, dans l’ensemble et malgré des nuances, renforcer la vision palestinienne d’un exode aucunement choisi. Ils divergent cependant sur le rôle précis du vainqueur et ses intentions.

Longtemps proche du Parti communiste israélien, l’historien Ilan Pappé voit dans l’exode palestinien une sorte de nettoyage ethnique planifié. Son confrère Benny Morris ne le suit pas dans cette qualification mais il remet également en cause la thèse d’un départ massif dicté par les dirigeants arabes.

Selon sa recherche portant sur près de 400 localités, cette explication ne s’applique qu’à un très petit nombre de cas. L’expulsion, elle, aurait été commandée par l’occupant dans environ 15 % des départs. Dans leur majorité, ces derniers ont été motivés par la crainte des combats et d’exactions, voire l’écho de massacres tel celui de Deir Yassin perpétré en avril 48 par l’Irgoun.

Une société vulnérable

Une première vague d’environ 100 000 palestiniens, en majorité des classes moyennes urbaines, aurait ainsi quitté ses foyers entre décembre 1947 et mars 1948, espérant souvent un retour après l’apaisement espéré des violences. 300 000 autres les auraient suivis à partir du durcissement des combats – offensive de la Hagannah, destructions de villages – , vers le mois d’avril.

Une trêve survient en juin mais une reprise des opérations militaires lui succède durant les six derniers mois de l’année, entraînant un troisième mouvement de fuites. Une dernière vague émigre après la fin des combats, de 1949 à 1950.

Benny Morris et d’autres chercheurs s’accordent sur un point : l’état de faiblesse de la société palestinienne. Celle-ci, fragilisée à la fois par la disparition des structures administratives britanniques – fussent-elles haïes – et le départ de ses élites dans les premiers mois du conflit, n’aurait pas résisté aux conditions induites par la guerre.

Une question actuelle

Le nombre total de palestiniens ayant, de gré ou de force, pris le chemin de l’exil entre fin 1947 et 1950 est estimé à près de 800 000.

En 2020,le nettoyage ethnique continue grâce à Theodore Hetzrl,à Ben Gourion,à Moshe Dayan,à Golda Meir et à …Donald Trump!

70 ans après leur exode, leurs descendants réclament encore l’application de la Résolution 194 votée le 11 décembre 1948 par les Nations -Unies, fondant ce qu’ils nomment le « droit au retour » : « il y a lieu de permettre aux réfugiés qui le désirent de rentrer dans leurs foyers le plus tôt possible et de vivre en paix avec leurs voisins ». Ceux qui ne désirent pas rentrer devaient être dédommagés.

Selon des organisations pro-palestiniennes actuelle, « La Nakba (catastrophe) n’est pas un évènement, mais un processus qui continue aujourd’hui : l’expulsion des Palestiniens de leur terre. ». Accusation fermement démentie par les autorités israéliennes.

La question des réfugiés, leur descendance et leurs droits n’en reste pas moins, en tout état de cause une question d’actualité toujours brûlante, d’autant que les guerres ultérieures ont multiplié leur nombre.

Selon un sondage récent, près de la moitié des juifs d’Israël pensent aujourd’hui que les arabes d’Israël ou de Cisjordanie devraient en être expulsés.

 

 

 

 

 

 

Document le plus controversé de l’histoire d’Internet: L’histoire cachée de la mafia khazare incroyablement perverse

Entre l’an 100 à l’an 800 après JC – une société incroyablement perverse émerge en Khazarie:
Les Khazars se transforment en une nation dirigée par un roi maléfique, qui pratiquait d’anciennes magies noires babyloniennes, des oligarques occultes lui servaient de cour. Pendant ce temps, les Khazars sont devenus connus par les pays voisins comme des voleurs, des meurtriers, des bandits de grand chemin, qui, après avoir dépouillé et assassiné les voyageurs, prenaient leur  identité, et considéraient cela  comme une pratique professionnelle et un mode de vie normal.
Carte de la Khazarie vers 800.
An 800  – L’ultimatum est livré par la Russie et d’autres pays voisins:
Les dirigeants des nations environnantes, en particulier la Russie, ont eu tant d’années de plaintes de la part de leurs citoyens que, en tant que groupe, ils lancent un ultimatum au roi khazar. Ils envoient un communiqué au roi khazar selon lequel il doit choisir l’une des trois religions abrahamiques pour son peuple, en faire sa religion officielle d’État et exiger que tous les citoyens khazars la pratiquent et doivent socialiser tous les enfants khazars pour qu’ils pratiquent cette foi.
Stèle de Baal au foudre,
trouvée à Ras Shamra (Ougarit)

Le roi khazar a eu le choix entre l’islam, le christianisme et le judaïsme. Le roi khazar a choisi le judaïsme et a promis de respecter les exigences énoncées par la confédération environnante des nations dirigée par le tsar russe. Malgré son accord et sa promesse, le roi Khazar et son cercle restreint d’oligarques ont continué à pratiquer l’ancienne magie noire babylonienne, également connue sous le nom de satanisme secret. Ce satanisme secret impliquait des cérémonies occultes comportant des sacrifices d’enfants, après les avoir «saigné», ils buvaient leur sang et mangeaient leur cœur.

Le secret profond et sombre des cérémonies occultes était qu’elles étaient toutes basées sur l’ancien culte de Baal, également connu sous le nom de culte du hibou. Afin de tromper la confédération des nations dirigées par la Russie qui surveillaient la Khazarie, le roi Khazar a fusionné ces pratiques de magie noire luciférienne avec le judaïsme et a créé une religion hybride satanique secrète, connue sous le nom de talmudisme babylonien.  Cela a constitué la religion nationale de la Khazarie et a nourri le même mal pour lequel la Khazarie était connue auparavant.

Malheureusement, les Khazars ont continué leurs mauvaises voies, volant et assassinant tous les voyageurs des pays voisins qui traversaient la Khazarie. Les voleurs khazars ont souvent tenté d’assumer l’identité de leurs victimes après avoir assassiné ces visiteurs et sont devenus maîtres des déguisements et des fausses identités – une pratique qu’ils ont continué jusqu’à ce jour, ainsi que leurs cérémonies occultes de sacrifice d’enfants, qui sont en fait l’ancien culte de Baal.

 

1200 après JC – La Russie et les nations environnantes en ont assez et agissent:

Vers 1200 après JC, les Russes ont dirigé un groupe de nations entourant la Khazarie et l’ont envahie, afin de mettre fin aux crimes Khazars contre leurs peuples, qui comprenaient l’enlèvement de leurs jeunes enfants et nourrissons pour leurs cérémonies de sacrifice de sang à Baal. Le roi khazar et sa cour intérieure de criminels et de meurtriers sont connus sous le nom de mafia khazare (MK) par les pays voisins.

Les dirigeants khazars avaient un réseau d’espionnage bien développé grâce auquel ils avaient obtenu un avertissement préalable et se sont échappés de Khazarie vers les nations européennes de l’ouest, emportant avec eux leur vaste fortune en or et en argent. Ils se sont regroupés tout en assumant de nouvelles identités. En secret, ils ont continué leur sacrifice satanique de sang d’enfant et leurs rituels de sacrifice et ont fait confiance à Baal pour leur donner le monde entier et toutes ses richesses, comme ils prétendaient qu’il leur avait promis, tant qu’ils continuaient à saigner et à sacrifier des enfants et des nourrissons pour lui.

Le roi Khazar et sa mafia de cour ont comploté une vengeance éternelle contre les Russes et les nations environnantes qui ont envahi la Khazarie et les ont chassés du pouvoir. 

 

La mafia khazar envahit l’Angleterre après avoir été expulsée pendant des centaines d’années:

Pour accomplir leur invasion, ils ont engagé Oliver Cromwell pour assassiner le roi Charles-1 et rendre à nouveau l’Angleterre sûre pour leurs opérations bancaires. Cela a commencé les guerres civiles anglaises qui ont fait rage pendant près d’une décennie, entraînant un régicide de la famille royale et des centaines de personnes de la véritable noblesse anglaise. C’est ainsi que la City de Londres a été érigée en capitale bancaire de l’Europe et a lancé le début de l’Empire britannique.

Sur le site Web de David Icke http://www.davidicke.com. David Icke a été le premier à exposer courageusement les Rothschild publiquement devant des centaines. Cela, bien sûr, fait de lui un héros international et nous avons besoin de plus avec son genre de courage pour briser la dissimulation cachant la mafia khazar et mettre fin à leur pouvoir illégitime dans le monde. 

La mafia khazar (MK) décide d’infiltrer et de détourner toutes les banques mondiales en utilisant la magie noire babylonienne, également connue sous le nom de magie-argent babylonienne ou l’art secret de gagner de l’argent à partir de rien, en utilisant également le pouvoir de l’usure pernicieuse pour accumuler des intérêts:

La MK a utilisé sa vaste fortune pour entrer dans un nouveau système bancaire, basé sur la magie noire secrète de la magie noire de Babylone qu’ils prétendaient avoir apprise des mauvais esprits de Baal, en échange de leurs nombreux sacrifices d’enfants.

Cette magie de l’argent babylonienne impliquait la substitution de certificats de crédit papier aux dépôts d’or et d’argent, ce qui permettait aux voyageurs de voyager avec leur argent sous une forme qui offrait un remplacement facile s’ils perdaient les certificats ou les faisaient voler.

Il est intéressant de voir comment le problème même qui a été lancé par les Khazars avait également une solution fournie par eux. Finalement, le roi khazar et sa petite cour environnante ont infiltré l’Allemagne avec un groupe qui a choisi le nom «les Bauers» de l’Allemagne pour les représenter et poursuivre leur système du mal alimenté par Baal. Les Bauers du Bouclier Rouge, qui représentaient leurs sacrifices d’enfants secrets à base de sang, ont changé leur nom en Rothschild (alias «l’enfant du rocher, Satan»).

 

Les Rothschild en tant que pionniers de la mafia khazar (MK) s’infiltrent et détournent les banques britanniques, puis détournent toute la nation anglaise:

Bauer / Rothschild a eu cinq fils qui se sont infiltrés et ont pris le contrôle des banques européennes et du système bancaire central de la ville de Londres par le biais de diverses opérations secrètes astucieuses, y compris un faux rapport de Napoléon gagnant contre les Britanniques, alors qu’il a perdu. Cela a permis aux Rothschild d’utiliser la fraude et la tromperie pour voler la richesse de la noblesse anglaise et de la noblesse foncière, qui avait fait des investissements commerciaux avec les institutions bancaires de la City de Londres.

Les Rothschild ont mis en place un système bancaire privé Fiat spécialisé dans la fabrication de monnaie contrefaite à partir de rien – facturant une usure pernicieuse pour le peuple britannique, en utilisant ce qui aurait dû être son propre argent.

C’était l’art noir de la magie de l’argent babylonienne; ils ont affirmé aux initiés que cette technologie et ce pouvoir d’argent secret leur avaient été fournis par Baal, en raison de leurs fréquentes saignements d’enfants et de leurs sacrifices rituels à Baal.

Une fois qu’ils ont infiltré et détourné le système bancaire britannique, ils se sont croisés avec les Royals britanniques et ont infiltré et complètement détourné toute l’Angleterre et toutes ses grandes institutions. Certains experts pensent que les Rothschild ont génocidé les membres de la famille royale en organisant des reproductions illicites et adultères gérées secrètement avec leurs propres hommes Khazars afin de remplacer les Royals par leurs propres prétendants au trône.

 

La mafia khazar (MK) mène un effort international pour éradiquer les rois qui gouvernent par le droit divin :

Parce que la MK prétend avoir un partenariat personnel avec Baal (alias le Diable, Lucifer, Satan) en raison de leurs sacrifices envers lui. Ils détestent tous les rois qui gouvernent sous l’autorité de Dieu Tout-Puissant parce que la plupart se sentent responsables de s’assurer que leur propre peuple est protégé contre les infiltrés et les «ennemis traîtres dans les portes».

Dans les années 1600, la MK assassine les Royals britanniques et les remplace par leurs propres faux. Dans les années 1700, ils assassinent les Royals français. Juste avant la Première Guerre mondiale, ils assassinent l’archiduc autrichien Ferdinand pour lancer la Première Guerre mondiale. En 1917, ils ont rassemblé leur armée de la MK, les bolcheviks, et infiltré et détourné la Russie, assassinent le tsar et sa famille de sang-froid, baïonnette sa fille préférée à travers la poitrine et volent tous les trésors russes d’or, d’argent et d’art. Juste avant la Seconde Guerre mondiale, ils assassinent les Royals autrichiens et allemands. Ensuite, ils se débarrassent des Royals chinois et affaiblissent le dirigeant japonais.

La haine intense de la mafia khazar pour quiconque professait la foi en un Dieu autre que leur dieu Baal les a motivés à assassiner les rois et la royauté et à s’assurer qu’ils ne pourront jamais régner. Ils ont fait la même chose avec les présidents américains – en menant des opérations secrètes sophistiquées pour les affaiblir.

Si cela ne fonctionne pas, la MK les assassine, comme ils l’ont fait pour McKinley, Lincoln et JFK. La MK veut éliminer tous les dirigeants forts ou les élus qui osent résister à leur pouvoir babylonien de la magie de l’argent ou à leur pouvoir secret obtenu grâce au déploiement de leur réseau de compromis humain.

 

Les Rothschild créent le trafic international de stupéfiants pour le compte de la MK:

Les Rothschild dirigèrent alors secrètement l’Empire britannique et élaborèrent un plan diabolique pour récupérer les immenses quantités d’or et d’argent que les Britanniques avaient payées à la Chine pour sa soie et ses épices de haute qualité qui n’étaient disponibles nulle part ailleurs.

Les Rothschild, par le biais de leur réseau d’espionnage international, avaient entendu parler de l’opium turc et de ses caractéristiques d’accoutumance. Ils ont déployé une opération secrète pour acheter de l’opium turc et le vendre en Chine, infectant des millions de personnes avec une mauvaise habitude de l’opium qui a ramené de l’or et de l’argent dans les coffres des Rothschild, mais pas au peuple britannique.

Les addictions à l’opium créées par les ventes d’opium des Rothschild à la Chine ont tellement nui à la Chine que la Chine est entrée en guerre à deux reprises pour l’arrêter. Ces guerres étaient connues sous le nom de rébellions des boxeurs ou de guerres de l’opium.

L’argent que les Rothschild gagnaient de la vente d’opium était si vaste qu’ils devinrent encore plus dépendants de l’argent facile que les opiacés ne l’étaient à l’opium.

Les Rothschild étaient la source de financement derrière l’établissement des colonies américaines, en incorporant la Compagnie de la Baie d’Hudson et d’autres sociétés commerciales pour exploiter le Nouveau Monde des Amériques. Ce sont les Rothschild qui ont ordonné l’extermination et le génocide massifs des peuples indigènes d’Amérique du Nord pour permettre l’exploitation des vastes ressources naturelles du continent.

Les Rothschild ont également suivi le même modèle commercial dans les Caraïbes et dans le sous-continent asiatique de l’Inde, entraînant le meurtre de millions d’innocents.

Les Rothschild lancent la traite internationale des esclaves, une entreprise qui considérait ces humains kidnappés comme de simples animaux – une vision que les Khazars imposeraient à tous les peuples du monde qui ne faisaient pas partie de leur cercle pervers, que certains appelaient la «vieille noblesse noire». »:

Le prochain grand projet des Rothschild était de lancer la traite mondiale des esclaves, en achetant des esclaves à des chefs de tribus tordus en Afrique qui ont travaillé avec eux pour kidnapper des membres de tribus concurrentes pour les vendre comme esclaves.

Les marchands d’esclaves Rothschild ont ensuite emmené ces esclaves kidnappés sur leurs navires dans des cellules exiguës en Amérique et dans les Caraïbes où ils ont été vendus. Beaucoup sont morts en mer à cause de mauvaises conditions. 

Les banquiers Rothschild ont appris très tôt que la guerre était un excellent moyen de doubler leur argent en peu de temps en prêtant de l’argent aux deux parties en guerre. Mais pour être garantis des recouvrements, ils devaient faire adopter des lois fiscales qui pouvaient être utilisées pour forcer le paiement.

Les Fiat Counterfeit Banksters privés de la MK Rothschild complotent une vengeance éternelle contre les colons américains et la Russie qui les ont aidés à perdre la guerre révolutionnaire:

Lorsque les Rothschild ont perdu la Révolution américaine, ils ont blâmé le tsar russe et les Russes pour avoir aidé les colons en bloquant les navires britanniques.

Ils ont juré de se venger éternellement des colons américains, tout comme ils l’avaient fait lorsque les Russes et leurs alliés ont écrasé la Khazarie en 1000 après JC.

Les Rothschild et l’oligarchie anglaise qui les entouraient ont tracé des moyens de reprendre l’Amérique, et cela est devenu leur principale obsession.

Leur plan préféré est de créer une banque centrale américaine, mettant en vedette la magie de l’argent babylonienne et la contrefaçon secrète.

La MK Rothschild tente de reprendre l’Amérique en 1812 au nom de la mafia khazar mais échoue, encore une fois à cause de l’ingérence russe:

Cet échec a rendu furieux la MK Rothschild, et ils complotent une fois de plus une vengeance éternelle contre les Russes et les colons américains et prévoient d’infiltrer et de détourner les nations et la bande d’actifs, tyranniser puis assassiner en masse les deux nations et leur population.

Les tentatives de la MK de créer une banque centrale américaine privée sont bloquées par le président Andrew Jackson, qui les a qualifiées de sataniques et a juré de les expulser par la grâce et la puissance du Dieu Tout-Puissant.

Les banksters Rothschild se regroupent et poursuivent leurs tentatives secrètes d’installer leur propre banque babylonienne de magie de l’argent en Amérique.

Enfin, en 1913, la Rothschild MK réussit à établir une tête de pont majeure en Amérique – et un ennemi maléfique de tous les Américains entre par les portes de l’Amérique:

En 1913, le Rothschild MK a réussi à établir une tête de pont en soudoyant des membres tordus et traîtres du Congrès pour qu’ils adoptent la loi illégale et inconstitutionnelle de la Réserve fédérale la veille de Noël sans quorum requis. La loi a ensuite été signée par un président tordu, racheté, qui était un traître à l’Amérique, comme les membres du Congrès qui ont voté pour.

La MK Rothschild crée alors un système fiscal illégal en Amérique:

La MK a mis en place un système fiscal illégal et inconstitutionnel, afin de s’assurer que les Américains devraient payer pour des dépenses de haut niveau du gouvernement américain, approuvées par un Congrès et des marionnettes présidentielles tordus et rachetés, mis en place par une campagne corrompue de la MK la finance.

Il est facile pour la MK de recueillir suffisamment d’argent pour élire qui il veut parce que lorsque vous contrôlez une banque qui est un contrefacteur majeur secret, vous avez tout l’argent que vous désirez. À peu près au moment où ils ont créé leur système fiscal illégal en Amérique, ils ont également soudoyé des membres du Congrès pour qu’ils approuvent l’Internal Revenue Service, qui est leur agence de recouvrement privée constituée à Porto Rico.

Peu de temps après, ils ont créé le Federal Bureau of Investigation pour protéger leurs banquiers, répondre à leurs besoins de camouflage et les empêcher d’être poursuivis pour leurs rituels de sacrifices d’enfants, leurs réseaux de pédophiles; et pour servir également d’opération secrète d’Intel en leur nom.

Notez que le FBI n’a pas de charte officielle, selon la Bibliothèque du Congrès, et n’a pas le droit d’exister ou d’émettre des chèques de paie.

La MK Rothschild a déployé la révolution bolchevique en Russie pour imposer une vengeance incroyablement sauvage et sanglante sur des Russes innocents, qu’ils avaient planifiée pendant de nombreuses années, depuis la destruction de la Khazarie: 

La MK Rothschild a pré-organisé et conçu la Révolution russe en utilisant ses banques centrales pour payer l’infiltration bolchevique de la Russie et leur révolution au nom de la mafia Khazar (MK).

Les bolcheviks ont en fait été créés et déployés par la mafia khazar (MK) comme la partie essentielle de leur vengeance planifiée depuis longtemps sur le tsar russe et le peuple russe innocent pour avoir brisé la Khazarie en environ 1000 après JC pour ses vols, meurtres et vols d’identité répétés. des voyageurs des pays entourant la Khazarie. Ce fait peu connu explique l’extrême violence exercée contre la Russie comme une vengeance de longue date par la mafia khazarienne contrôlée par les Rothschild (MK). [/ Caption]

Dans une effusion de sang sauvage et inhumaine bien planifiée qui a assommé le monde, les bolcheviks se sont déchaînés en pleine fureur au nom de la MK pour se venger des Russes. Cela avait été planifié depuis la destruction de la Khazarie.

Les bolcheviks, sous la direction de la MK Rothschild, ont violé, torturé et assassiné en masse environ 100 millions de Russes, dont des femmes, des enfants et des nourrissons. Certaines des tortures et effusions de sang étaient si extrêmes que nous n’allons pas les mentionner ici dans cet article.

Mais les lecteurs qui veulent savoir peuvent faire des recherches approfondies sur Internet sur la «Terreur rouge» ou le «Bolchevik Cheka» ou regarder le film classique « The Checkist (1992) »».

La mafia khazarienne Rothschild (MK) a une fois de plus infiltré et détourné tout le judaïsme:

La MK Rothschild a créé un plan directeur pour contrôler tout le judaïsme et la maîtrise de l’esprit judaïque. La MK Rothschild a détourné le judaïsme, l’a modelé sur le talmudisme babylonien (luciférisme ou satanisme), et a pris le contrôle des professions bancaires et de Wall Street en général, le Congrès, les principaux médias de masse; avec la plupart des richesses et des moyens économiques de succès.

Ainsi, la MK Rothschild pourrait distribuer la richesse et le succès aux judaïques qui buvaient leur Kool-aide et les utilisaient comme découpages, actifs et Sayanims. De cette manière, les Rothschild ont détourné le judaïsme.

Leur financement de la Knesset israélienne et sa construction en utilisant l’architecture occulte franc-maçonne ont montré leur engagement envers le talmudisme occulte et babylonien et tout le mal qui l’accompagne, y compris le sacrifice d’enfants à leur dieu secret Baal. Ils ont mis en place un système du NOM appelé le sionisme mondial qui a enseigné et inculqué aux judaïques sensibles une illusion de groupe paranoïaque de supériorité raciale, qui supposait que tous les Gentils avaient l’intention d’assassiner en masse tous les judaïques.

L’architecture de la franc-maçonnerie a été utilisée dans le bâtiment de la Knesset et de la Cour suprême israélienne vue à travers les fenêtres. [/ Caption]

Ils ont appelé cette illusion judaïque de masse racialement paranoïaque de conquête du monde, «le sionisme mondial», qui est en réalité une forme de talmudisme babylonien ou de luciférisme secret qui était inconnue des judaïques traditionnels. Le système a été conçu pour utiliser les judaïques comme couverture, mais aussi pour les oindre avec le pouvoir de l’argent babylonien, afin de les utiliser comme découpages, et pour être plus tard sacrifié à Lucifer en deux étapes.

La première étape serait la Seconde Guerre mondiale prévue dans les camps de travail nazis, coupés des fournitures, entraînant la mort d’environ 200000 judaïques de faim et de maladie, ainsi que d’environ 90000 détenus non judaïques des mêmes causes, selon un responsable respecté de la Croix-Rouge. Les figures. Ce nombre représente 5% de ce que prétend la mafia khazar (alias les sionistes du monde).

Le deuxième grand sacrifice serait un dernier, lorsque leur roi luciférien du Nouvel Ordre Mondial serait placé au pouvoir, et lorsque les trois religions abrahamiques seraient éradiquées – en particulier le judaïsme, qui serait blâmé pour toutes les guerres et la destruction du monde.

D’ici là, les Rothschild se transformeraient à nouveau en une nouvelle identité complète non associée au judaïsme sous aucune forme, pas même au sionisme mondial.

Il est important de réaliser que la MK Rothschild a réduit l’Allemagne à néant après la Première Guerre mondiale, a créé un vide pour le fascisme, puis l’a reconstruit, créant le nazisme et installant Hitler comme une contre-force à leur bolchevisme russe.

Hitler est devenu un problème pour la MK quand il s’est libéré et a commencé à agir dans l’intérêt du peuple allemand et du peuple libre du monde, et a développé son propre système bancaire libre des Rothschild.

Hitler a introduit un système financier exempt d’usure et bénéfique pour la classe ouvrière. Cela exigeait la destruction totale de l’Allemagne et du peuple allemand parce que les Rothschild et les Khazars ne pouvaient jamais permettre à un système économique qui ne dépendait pas de l’usure d’exister.

On voit la même chose aujourd’hui avec la guerre des Khazars contre l’Islam parce que l’Islam interdit l’usure. C’est pourquoi Israël est si vocal et agressif pour détruire le peuple islamique du monde.

La MK s’attendait à ce que ce soit une grande Seconde Guerre mondiale et quand ils soutenaient les deux côtés, cela pourrait être utilisé pour industrialiser le monde entier et maximiser leur pouvoir monétaire de banquier.

La MK Rothschild a ensuite soudoyé et incité les membres du Congrès à envoyer des soldats américains à leur stade préparatoire et a conçu la Première Guerre mondiale:

Dans le prolongement de leur modèle éprouvé de financement des deux côtés dans toute guerre pour maximiser les profits, de l’acquisition de plus de fonds fiscaux fédéraux et d’un pouvoir international accru, les Khazars Rothschild ont une fois de plus soudoyé, fait chanter et incité les membres du Congrès à déclarer la guerre à l’Allemagne. en 1917.

Cela a été facilité par une attaque sous fausse bannière de la MK avec le naufrage du Lusitania.

La MK Rothschild a depuis développé le modèle habituel de mise en scène secrète d’attaques sous faux drapeau comme procédure opérationnelle standard pour inciter les Américains à mener des guerres pour la mafia khazar.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Rothschild MK a déployé la guerre froide et l’a utilisé comme excuse pour amener des scientifiques nazis et des experts du contrôle de l’esprit en Amérique dans le cadre de l’opération Paperclip.

Cela leur a permis de mettre en place un système mondial d’espionnage et d’espionnage qui dépassait de loin tous leurs efforts antérieurs.

Dans le cadre de ce nouveau système, ils continuent d’infiltrer et de détourner toutes les institutions américaines, y compris les divers systèmes religieux américains, la franc-maçonnerie (en particulier le rite écossais et le rite York), l’armée américaine, Intel américain et la plupart des entrepreneurs privés de défense, le pouvoir judiciaire et la plupart agences du gouvernement américain, y compris la plupart des gouvernements des États, ainsi que les deux principaux partis politiques.

La MK Rothschild installe des camps de travail nazis comme prétexte pour manipuler plus tard les Alliés afin qu’ils leur accordent leur propre colonie privée en Palestine, en utilisant des terres volées aux Palestiniens:

La MK Rothschild a pu utiliser son soi-disant « holocauste » mal étiqueté pour servir de déclencheur de contrôle mental pour contrecarrer et résister à toute critique de leurs manières sionistes.

La vérité est que la MK Rothschild a mis en place les camps de travail nazis pour faire d’énormes profits pour leurs entreprises qui géraient leurs camps de travail et fournissaient leur machine de guerre nazie.

Une fois que les Rothschild MK ont gagné leur propre patrie privée en Israël en 1947 grâce à leurs manipulations politiques secrètes, ils ont commencé à voir secrètement toute la Palestine comme leur nouvelle Khazarie et ont commencé à comploter comment génocide tous les Palestiniens et voler toute la Palestine pour eux-mêmes. Leurs plans incluent leur fantasme de construire un «grand Israël» en prenant le contrôle de tout le Moyen-Orient et en manipulant les stupides Goyim américains pour qu’ils se battent et meurent en leur nom, prenant toutes les terres arabes pour Israël et la mafia Khazar (MK), afin qu’ils puissent des actifs dépouillent leur richesse et leurs ressources naturelles, en particulier leur pétrole brut.

Une récente recherche génétique de Johns Hopkins, revue par des pairs, menée par un médecin judaïque respecté montre que 97,5% des judaïques vivant en Israël n’ont absolument aucun ADN hébreu ancien, ne sont donc pas des Sémites et n’ont aucun lien de sang ancien avec la terre de Palestine. En revanche, 80% des Palestiniens portent un ancien ADN hébreu et sont donc de vrais Sémites, et ont d’anciens liens de sang avec la Terre palestinienne. Cela signifie que les véritables antisémites sont les Israéliens qui volent les terres palestiniennes pour construire des colonies israéliennes, et ce sont les Israéliens qui tyrannisent et assassinent en masse des Palestiniens innocents.

Rothschild passe sa dynastie à la 7e génération, marquant 200 ans de règle de la famille des banquiers

La MK Rothschild décide de se métamorphoser à nouveau et d’élargir ses rangs:

Entre-temps, les Rothschild MK ont réalisé qu’ils ne pourraient pas rester cachés plus longtemps du public à moins qu’ils ne se métamorphosent à nouveau et élargissent leur leadership secret.

Ils ont donc travaillé dur pour infiltrer et détourner davantage la franc-maçonnerie et ses ramifications secrètes et ont intronisé les principaux membres dans leur réseau pédophile et leurs rituels de sacrifice d’enfants.

En outre, des membres clés du Congrès ont été intronisés dans leur réseau satanique secret en leur donnant un pouvoir spécial, des positions élevées au sein du gouvernement américain, de l’armée et d’Intel, accompagnées de grandes récompenses monétaires et d’un statut élevé. Des fronts d’espionnage massifs de la MK utilisant la double nationalité israélo-américaine «israélienne d’abord» comme découpages ont été mis en place en Amérique pour canaliser la fausse monnaie des banquiers khazars vers les politiciens pour leurs campagnes électorales, afin de les posséder et de les contrôler lorsqu’ils sont élus.

La MK Rothschild décide de Mind-kontrôler les masses américaines pour qu’il soit beaucoup plus facile de les manipuler afin qu’elles approuvent leurs guerres perpétuelles illégales, inconstitutionnelles, non déclarées, non gagnables et nécessaires pour faire d’énormes profits et gagner plus de puissance mondiale:

La MK Rothschild a décidé de prendre le contrôle complet de toute l’éducation publique en créant le ministère de l’Éducation et en créant des programmes mondialistes et socialistes basés sur le politiquement correct, la diversité et les enseignements «perversion est normal». Du fluor est ajouté à l’eau et au dentifrice publics, et les dentistes sont convaincus que le fluor empêche les caries et n’est pas nocif pour le fonctionnement du cerveau ou de la thyroïde, ce qu’il est.

L’ajout de fluorure à l’approvisionnement public en eau et au dentifrice a pour effet d’alourdir les Américains en abaissant en moyenne le QI opérationnel et en rendant les gens beaucoup plus dociles qu’ils ne le seraient normalement. Des programmes visant à développer et à déployer des vaccins pour les enfants stupides et à créer un grand nombre de futurs problèmes de santé chroniques ont été lancés.

Les médecins ont été contrôlés par l’esprit et induits en erreur par des recherches biaisées qui ont été triées sur le volet, ignorant toutes les études qui étaient négatives – et qui incluaient la plupart d’entre elles. Toutes les lignées cellulaires du vaccin sont contaminées par le SV-40, un virus cancérigène à action lente connu.

La MK a utilisé son pouvoir monétaire pour prendre le contrôle de  toutes les écoles de médecine allopathiques, et a créé et contrôlé l’American Medical Association et d’autres sociétés médicales, afin de s’assurer que leur programme basé sur le mensonge et la tromperie était poursuivi.

Une partie de ce plan massif pour abattre et contrôler l’esprit des masses américaines était le rachat par la MK et la consolidation de tous les médias de masse américains en six grands médias contrôlés (CMMM), détenus et contrôlés par leurs découpages en leur nom. La CMMM fonctionne comme un cartel d’information illégal, et elle devrait être démantelée en vertu des lois antitrust et pour avoir infligé l’espionnage et la propagande illégale comme arme de guerre contre le peuple américain.

Les chefs de la MK Rothschild décident qu’il est temps d’utiliser l’Amérique pour achever leur démantèlement final et leur occupation du monde entier en instituant une attaque majeure sous faux drapeau en Amérique pour blâmer les islamiques qu’ils veulent que l’Amérique attaque à tort en leur nom. :

Ainsi, les Chefs de la MK utilisent leurs meilleurs citoyens binationaux israélo-américains «Israéliens d’abord» vivant en Amérique (alias les PNACers et les meilleurs NeoCon Cutouts) pour planifier une attaque nucléaire majeure sur l’Amérique le 11 septembre 2001.

Bibi Netanyahu, le chef opérationnel de la MK, a  déployé le Mossad et ces doubles citoyens pour mettre en place et instituer cette attaque contre l’Amérique  qui devait être imputée par la CMMM aux musulmans.

Ils ont informé leurs principaux rabbins et «Amis du sionisme mondial» de ne pas voler ce jour-là et de rester en dehors de New York, tout comme «Larry Silverfish», l’un des principaux hommes impliqués dans l’opération.

Ils ont utilisé leur découpe principale dans le DOD pour attirer les enquêteurs de Able Danger vers la salle de réunion Pentagon Naval Intel, où ils seraient assassinés par un missile de croisière Tomahawk tiré d’un sous-marin diesel de classe Dolphin israélien acheté à l’Allemagne.

Trente-cinq des enquêteurs Able Danger qui enquêtaient et suivaient le vol israélien de 350 puits nucléaires désaffectés W-54 Davy Crockett hors de la porte dérobée à Pantex au Texas ont été assassinés par ce coup de Tomahawk, qui a été chronométré avec l’explosion de bombes pré -planté dans l’aile Naval Intel, qui a été récemment durcie en vain.

La société écran du Mossad israélien, Urban Moving Systems, a été utilisée pour transporter les mini-armes nucléaires fabriquées à partir des puits nucléaires volés W-54 de Pantex (et fabriquées à l’origine à l’usine de traitement de Hanford), où elles étaient stockées à l’ambassade d’Israël à New York. et transporté aux tours jumelles pour la détonation le 9-11-01.

Baal alias Moloch, Lucifer, Satan. Faites votre choix, c’est le même esprit pervers qui veut assassiner en masse tous les humains. En échange de son «sale boulot», il récompense ceux qui lui permettent d’arracher leur âme en leur donnant des richesses, une renommée et un pouvoir incroyables. C’est le contrat de sang secret appelé «vendre son âme».

Le programme secret incroyablement maléfique de la mafia khazarienne (MK) est maintenant révélé publiquement pour la toute première fois par Gordon Duff, de Veterans Today. Nous savons maintenant que Bibi Netanyahu a mené l’attaque nucléaire contre l’Amérique le 11 septembre 2001 et l’a fait comme un agenda global de la mafia khazar (MK).

Accrochez-vous à votre chaise, c’est un très grand secret et explique une grande partie de ce qui se passe en Amérique, le tout causé par Israël et la mafia Khazariane (MK) qui a infiltré presque toutes les institutions gouvernementales et sociales américaines.

Maintenant, pour la toute première fois, le secret très spécifique de l’Agenda incroyablement maléfique de la mafia khazarienne (MK) va être révélé, grâce à une interview que Mike Harris a eue avec le rédacteur en chef et directeur de Veterans Today, Gordon Duff, dans son émission-débat «The Extrémité courte du bâton »sur 3-10-15.

J’ai entendu beaucoup de secrets d’initiés choquants au fil des ans, mais celui-ci prend vraiment le gâteau et explique exactement ce qu’Israël et ses serviteurs en Amérique ont été pour nous au nom de la mafia Rothschild Khazarian (MK) qui a foiré presque tous les aspects de nos vies à créer une économie pauvre, beaucoup de chômage et de sous-emploi, des crimes massifs, de l’alcoolisme et de la drogue, des écoles foutues qui abasourdissent les enfants, divers programmes d’eugénisme comme le fluorure dans l’eau publique et le dentifrice, et le mercure dans les vaccins qui sont un gros fraude et corruption politique endémique.

Cette interview envoie maintenant des ondes de choc dans le monde entier et lorsque vous considérez le contenu que Gordon Duff a divulgué pour la première fois publiquement, vous serez choqué. Et vous comprendrez que Bibi Netanyahu est le chef opérationnel de la mafia khazar (MK) et a été celui qui a ordonné et supervisé l’attaque nucléaire israélienne sur l’Amérique le 9-11-01.

Dans cette interview, Gordon Duff a révélé à partir d’une transcription écrite de ce qui a été dit lors d’une réunion entre Bibi Netanyahu et un traître américain et d’autres espions en 1990. Gordon Duff a révélé que Netanyahu était un espion du KGB comme Jonathan Pollard. Et nous savons maintenant qu’Israël a commencé comme un satellite de la Russie bolchevique et qu’il était assez mécontent de la chute de l’Union soviétique.

Benjamin Netanyahu se réunissait au bar Finks à Jérusalem, un abreuvoir bien connu du Mossad. Voici ce qu’il a dit  tiré directement de la transcription de l’enregistrement  qui a été témoin et qui a été entièrement authentifié à 100%:

 » Si nous nous faisons prendre, ils nous remplaceront simplement par des personnes du même tissu. Donc, peu importe ce que vous faites, l’Amérique est un veau d’or et nous le sucerons, le hacherons et le vendrons pièce par pièce jusqu’à ce qu’il ne reste plus que le plus grand État providence du monde que nous créerons et contrôlerons. . Pourquoi? Parce que c’est la volonté de Dieu et que l’Amérique est assez grande pour prendre sans broncher tous nos coups afin que nous puissions le faire encore, encore et encore. C’est ce que nous faisons aux pays que nous détestons. Nous les détruisons très lentement et les faisons souffrir pour avoir refusé d’être nos esclaves . »

C’est exactement ce que la mafia Rothschild Khazarian (MK) fait à l’Amérique depuis qu’elle a réussi à infiltrer et à détourner l’Amérique en 1913. La connaissance de ce que Bibi a dit au nom de la Mafia Rothschild Khazarian (MK) devrait nous rendre tous furieux et motivés à chasser ces créatures maléfiques d’Amérique et reprendre notre grande République.

Lorsque Bibi Netanyahu mentionne la volonté de Dieu, le dieu auquel il faisait allusion est Baal (également connu sous le nom de Grand Hibou ou Moloch), le dieu que ces Khazariens croient les oblige à l’adorer par des effusions de sang constantes et des sacrifices humains douloureux et des meurtres de masse et que si ils «vendent leurs âmes» à Baal (alias Lucifer ou Satan). Ils seront récompensés par des richesses incroyables, une renommée et une grande puissance. Lorsqu’ils «vendent leurs âmes», ce qui se passe réellement, c’est que leurs âmes sont arrachées et qu’ils deviennent inhumains ou sans âme et prennent les caractéristiques de Baal, c’est-à-dire qu’ils deviennent de plus en plus psychopathes et méchants.

Ce dont parlait Bibi Netanyahu était la prochaine attaque nucléaire contre l’Amérique le 11 septembre 2001, et quand il a mentionné «ils vont simplement nous remplacer», il faisait référence au Cercle des Douze supérieur, le groupe auquel il répond au propre chroniqueur de Veterans Today. et l’animateur de talk-show Stew Webb a révélé au monde en identifiant 11 des 12 qui se disent les «Illuminati» ou «Disciples de Satan». Ces hommes font des sacrifices d’enfants semi-annuels à Denver et mangent le cœur des enfants, boivent leur sang après les avoir pédophiles.

Folks, nous devons transmettre cette information à tous ceux que nous pouvons, puis unir et chasser ces écumes adoratrices de Baal sans âme de tous les coins et recoins de l’Amérique et les traduire en justice et en jugement final pour tout leur mal incroyable.

Quiconque comprend ce que Bibi Netanyahu pense des Américains comme un veau d’or à la dépouille des actifs et au massacre devrait être enragé et conduit à l’organisation communautaire et à l’action politique contre l’espionnage israélien en Amérique par le biais du système de réserve fédérale, de l’AIPAC, de la JINSA, du Defense Policy Board, le CFR et autres.

La MK Rothschild planté a 25 armes nucléaires dans les grandes villes américaines et d’autres grandes villes d’Europe afin de faire chanter les gouvernements « associés ». Cette opération de chantage nucléaire est appelé leur option Samson, et a été découverte et divulguée pour la première fois par Seymour Hersh:

La MK Rothschild a également obtenu des ogives S-19 et S-20 d’un membre corrompu du Congrès chargé d’acheter des Mirv ukrainiens au nom de l’USG afin de les mettre hors service. Au lieu de cela, il les a vendus aux Israéliens et a partagé l’argent avec d’autres membres clés du Congrès impliqués.

Il s’agit d’une haute trahison et d’une infraction capitale passible de peine de mort. Juste après leur attaque contre l’Amérique, la MK Rothschild a déclaré à l’administration américaine qu’ils feraient exploser des armes nucléaires de la taille d’un buster dans certaines villes américaines, y compris Washington DC, si l’administration refusait d’autoriser Israël à créer sa propre force d’occupation policière en Amérique, basé sur la consolidation de toutes les forces de l’ordre  américains sous un contrôle central israélien.

Cette nouvelle force d’occupation israélienne appelée Homeland Security (DHS) était initialement dirigée par des doubles citoyens et des pervers. L’ancienne directrice du DHS, Janet Napolitano est poursuivie pour harcèlement sexuel d’hommes travaillant au DHS à qui elle a ordonné de déplacer leurs bureaux dans les toilettes pour hommes.

Le traître à double nationalité Michael Chertoff, (un nom traduit du russe par «fils du diable»), était le cerveau criminel qui a créé le DHS, avec l’ancien chef de la Stasi est-allemande, Marcus Wolfe, qui a été embauché comme consultant spécial et mourut mystérieusement dès que sa mission fut accomplie.

Les Rothschild MK n’ont jamais pensé qu’ils seraient exposés pour leur attaque nucléaire contre l’Amérique du 11 sept 2001, mais ils ont commis l’une des plus grandes erreurs tactiques de l’histoire et ont surjoué  d’un excès d’orgueil, basé sur un succès trop facile en raison de leur pouvoir monétaire extrême .

Bientôt toute l’Amérique saura que Bibi Netanyahu et son parti crypto-nazi, le Likoud ont organisé l’attaque contre l’Amérique le 11 septembre 2001 au nom de la MK Rothschild:

Ils pensaient qu’ils avaient un contrôle total sur tous les médias et qu’ils pouvaient empêcher que l’enquête secrète de l’AIEA et de Sandia Labs ne soit jamais rendue publique.

Ils ont commis une grave erreur tactique parce que maintenant la vérité sur leur rôle dans l’attaque du 11 septembre 2001 contre l’Amérique est publiée sur l’Internet mondial , la nouvelle presse mondiale Gutenberg. Ce que la MK Rothschild n’a pas compris, c’est la puissance d’Internet et comment les pépites de vérité publiées et diffusées sur celui-ci résonnent avec les peuples du monde et se propagent comme une traînée de poudre, à la vitesse de la lumière. La vérité est diffusée partout dans les masses.

Cette incroyable erreur tactique de la MK est si grande qu’elle les condamnera en fait à l’exposition complète et à la destruction complète qu’ils méritent. L’ordre de Bibi Netanyahu de poursuivre et de lancer l’attaque nucléaire contre l’Amérique le 11 septembre 2001 restera dans l’histoire comme l’une des plus grandes erreurs de la MK, et celle qui sera blâmée pour leur dénonciation et destruction par le monde qui est maintenant en gangs contre eux.

Les Russes ont maintenant divulgué les fichiers de l’AIEA et de Sandia Labs et Able Danger qui leur ont été remis par Edward Snowden. Bientôt, tous ces fichiers seront fournis à tous les Américains et dans le monde via Internet, et cela ne peut pas être arrêté.

Un certain nombre de Russes au haut commandement militaire en Russie et aux plus hautes positions de direction du gouvernement russe se rendent compte que c’est la même Cabale du crime organisé qui a organisé les Khazars en bolcheviks pour assassiner en masse 100 millions de Russes innocents – et ces hommes veulent un remboursement.

C’est pourquoi ils s’assurent que les banquiers Rothschild seront mis à la faillite, ce qui décapitera la mafia Khazariane de sa masse monétaire illimitée et sans fin. C’est pourquoi la BRICS Development Bank a été créée – pour remplacer le Petro Dollar américain en tant que monnaie de réserve mondiale, mais celui-ci, contrairement au Petro Dollar américain, est soutenu par de l’or, de l’argent et des matières premières réelles, sans contrefaçon autorisée.

La CMMM échoue, et la plupart des Américains ne croient plus à aucune de leurs histoires nationales aux heures de grande écoute, en particulier les moins de trente ans, qui choisissent des faits sur Internet et construisent leurs propres croyances.

Tant d’internautes rejettent maintenant la CMMM que la vérité sur l’attaque des Israéliens contre l’Amérique le 11 septembre 2001 devient de plus en plus facile à croire chaque jour. Bientôt, toute l’Amérique dominante saura que Bibi Netanyahu, son Mossad et sa double nationalité ont commis l’attaque du 11 septembre 2001 contre l’Amérique.

Le haut commandement militaire américain sait que Bibi Netanyahu a ordonné à son Mossad et aux Américano-israéliens  d’attaquer l’Amérique à l’aide d’armes nucléaires le 11 septembre 2001 au nom de la mafia Rothschild Khazarian (MK):

Diverses opérations secrètes de couverture profonde sont actuellement déployées dans le monde entier pour exposer et décapiter la MK Rothschild de leur masse monétaire sans fin et élastique.

Leurs jours de pouvoir anti-humain sont désormais limités. L’équipe américaine secrète, incroyablement bien entraînée, appelée les «Nuclear Snake-Eaters», travaille désormais d’arrache-pied pour rechercher toutes les valises diplomatiques et expéditions israéliennes entrantes; conduire et survoler les synagogues et les ambassades israéliennes et les refuges du Mossad avec des détecteurs de neutrons gamma et hélium-3 de haute technologie; et utiliser des satellites ultra-high-tech réglés et focalisés sur mesure pour rechercher les puits nucléaires stockés, ainsi que travailler dur pour récupérer tous les puits nucléaires volés par les Israéliens partout dans le monde en dehors d’Israël.

Cette équipe de super-élite a été alertée par l’appel téléphonique de Michael Shrimpton au MI-6 pour les informer qu’un «City Buster» israélien a été planté près du stade olympique. Cet appel l’a conduit à tort en prison. Le City Buster a été récupéré par les «Nuclear Snake-eaters», qui sont entrés en Angleterre et ont récupéré et désarmé un grand buster urbain. Malheureusement, le MI-6 voulait que cette arme nucléaire fasse exploser afin de gagner plus de pouvoir pour la mafia khazar en Angleterre – leur port d’attache dans le quartier financier de la ville de Londres – car elle perd rapidement du pouvoir.

Un nom secret pour ces chefs de la MK qui dirigent une grande partie du monde hors de la ville de Londres est Gog et Magog, malgré ce que tant d’historiens pensent être le nom secret de la Russie, ce qu’elle n’est pas. C’est le nom secret du top MK, et représente apparemment d’où ils venaient.

L’équipe secrète de super-élites «mangeurs de serpents nucléaires» est prête à être déployée en Israël à tout moment, si la nation s’effondre après que la plupart des entreprises européennes se sont désinvesties d’Israël, et que les États-Unis coupent toute aide, afin de se conformer à la loi américaine. Il est illégal d’aider une nation qui possède des armes nucléaires et qui n’a pas signé l’accord de non-prolifération nucléaire. Israël possède des armes nucléaires détectables à partir de capteurs d’hélium-3 satellitaires et ne l’a jamais admis, ni signé l’accord de non-prolifération nucléaire. Nous devons tous exiger que notre Congrès et notre Administration obéissent à la loi et interrompent immédiatement toute aide monétaire et militaire à Israël, et arrêtent tous les directeurs du front d’espionnage israélien de l’AIPAC, de la JINSA, du Defense Policy Board, du «Joint» à New York, et l’ADL, etc.

On ne sait pas mais on soupçonne qu’un nombre important de ces armes nucléaires volées ont déjà été récupérées. Il a été rapporté par des initiés qu’un message très solennel a été communiqué à Bibi Netanyahu et à ses Likudistes, ainsi qu’à tous les principaux membres des fronts d’espionnage israéliens en Amérique, comme l’AIPAC, la JINSA, le Defense Policy Board, l’ADL et autres.

Quel était cet avertissement sérieux? Si les rapports d’initiés sont exacts, on a dit à ces gens que s’il y avait une autre attaque sous faux drapeau israélienne, ceux qui l’ont ordonnée ou ont été impliqués seront traqués par la sécurité nationale américaine et éliminés, et les structures de défense israéliennes associées à une telle volonté être transformé en poussière.

Le reste de l’histoire de Rothschild MK sera probablement déterminé par VOUS:

L’avenir de la MK Rothschild sera probablement déterminé par les lecteurs de Veterans Today et par We The People, qui apprenons l’histoire secrète et interdite de la mafia Khazar qui a été excisée des livres d’histoire et des bibliothèques par la MK pour protéger leur histoire perverse que personne ne le ferait. accepter s’il était connu.

Alors partagez cette histoire avec votre famille, vos amis et vos associés et prenez-la virale. Soyez clair à ce sujet – à moins que la MK ne puisse opérer dans le plus grand secret, il sera attaqué de toutes parts et détruit à jamais. Alors emportez leur secret en exposant leur histoire cachée pour que tous les Américains la connaissent et la comprennent.

C’est pourquoi ils ont travaillé si dur pour acheter et contrôler tous les grands médias et l’éducation de masse publique, y compris les collèges et les universités, pour s’assurer que les peuples du monde ne découvriraient jamais leur mal secret, qui est si inhumain, si meurtrier que le le monde entier se liguerait contre eux et les attaquerait de tous côtés à tous les niveaux où ils existent.

La grande question demeure: la véritable cause des dirigeants de l’incroyable mal et de la sauvagerie de la mafia khazar à l’égard de la race humaine était-elle un sous-produit, une nature ou une culture? Certains pensent que ce parasitisme flagrant et cette tendance au meurtre de masse, à la pédophilie, à la saignée et au sacrifice d’enfants sont dus à une culture toxique, mieux décrite comme un tribalisme malin, caractérisé par une illusion de supériorité raciale de groupe paranoïaque. D’autres pensent que les dirigeants de la MK sont la lignée de Caïn, c’est-à-dire les «enfants de Caïn», qui appartiennent au diable et n’ont absolument aucune âme ou conscience humaine, mais sont de purs prédateurs comme une bête sauvage – tout en même temps être  incroyablement double , qui est capable de mettre  un bon con et un joli visage dehors. Cela pourrait peut-être être les deux facteurs. Dans tous les cas, il est temps d’exposer ce mal, le plus grand mal que le monde ait jamais connu. Il est temps que le monde travaille ensemble pour éradiquer ce problème maintenant et pour toujours, par tous les moyens nécessaires.

L’attaque du navire USS Liberty:l’histoire d’un crime de guerre planifié par Israël

Si le président américain D. Trump (Make America Great Again) veut vraiment honorer les militaires américains, qu’il commence par ceux de l’U.S.S. Liberty.

Le 8 juin 1967 , un navire de la marine américaine, l’ USS Liberty , naviguait en Méditerranée, lorsque l’armée israélienne l’a délibérément attaqué.

Le drapeau américain à bord à l’époque était bien en vue lorsque cette attaque ignoble par trois avions israéliens banalisés s’est produite. Trois torpilleurs ont rejoint la sauvagerie en commençant par des roquettes, puis ont napalonné nos troupes utilisées au Vietnam, ce qui a provoqué de nombreuses protestations en raison de son effet sur la peau brûlante. Comme si ce n’était pas assez brutal, les soldats américains à bord du Liberty ont été bombardés de mitrailleuses alors qu’ils tentaient d’éteindre les incendies que ces assaillants avaient déclenchés et trois attaques de torpilles ont terminé l’assaut pour faire bonne mesure! De plus, les Israéliens ont tiré sur tous les radeaux de sauvetage du navire américain, ce qui était un crime de guerre pour un navire en détresse extrême. 

 

Imaginez que vous embarquiez sur un navire d’une nation qui n’est pas en guerre avec une autre, et que votre navire qui naviguait tranquillement dans les eaux internationales par une belle journée de juin, soit soudainement attaqué par des avions de guerre et des lanceurs de torpilles non identifiés, leurs marques étant dissimulées pour cacher leur pays d’origine.

Le navire attaqué avait peu de moyens pour se défendre, mais son équipage s’est assuré héroïquement qu’un grand drapeau national était hissé pour démontrer qu’il n’était belligérant dans aucun conflit. Les assaillants ont noté la nationalité du navire, mais ont persisté dans leur agression dans une tentative claire de couler le navire et de tuer tout son équipage. Les officiers à bord du navire ont annoncé par radio qu’ils étaient attaqués et ont demandé de l’aide. Promptement, des avions de chasse amis venaient à la rescousse lorsque, brusquement, ils ont été mystérieusement rappelés et ordre leur fut donné de ne pas intervenir. Les attaques contre le Liberty ont duré deux heures, plus longtemps que l’attaque de Pearl Harbor qui a provoqué l’entrée américaine dans la Seconde Guerre mondiale, tuant et blessant plus de deux cents membres d’équipage. Les radeaux de sauvetage descendus dans l’eau alors que le navire semblait couler étaient mitraillés par l’aviation attaquante et par les torpilleurs pour rendre impossible l’évacuation des blessés, mais le capitaine et les survivants ont travaillé héroïquement et avec succès pour maintenir le navire à flot. Lorsque le navire a finalement regagné le port de Malte, les survivants (officiers et équipage) ont été obligés, par leur propre gouvernement, de prêter serment de garder le silence. Puis une opération de camouflage a été lancée et a persisté jusqu’à ce jour. De nombreux survivants du navire sont décédés depuis ce jour, il y a 53 ans, et les tentatives des autres de voir la justice les assister avant leur disparition ont été ignorées.

Soldat blessé lors de l’attaque israélienne.

Je fais bien sûr référence à l’attaque israélienne contre l’U.S.S. Liberty, qui a eu lieu le 8 juin 1967, il y a près de 53 ans. L’anniversaire de l’attaque approche dans un mois et les officiers et l’équipage restants organiseront une cérémonie au mémorial de la Marine à Washington D.C. pour honorer la mémoire de leurs trente-quatre compagnons de bord tués et des 172 blessés. Soixante-dix pour cent de l’équipage ont donc été des victimes, le pourcentage le plus élevé de victimes sur un navire resté à flot dans l’histoire de la marine américaine. Le vaisseau de collecte de renseignements légèrement armé Liberty et son équipage héroïque qui ont émergé de la quasi-destruction est considéré comme le navire le plus décoré dans la marine américaine.

 

La volonté israélienne d’attaquer et de tuer inutilement des Américains, apparemment pour envoyer un message, a déjà été notée [1]. Il y a le cas de achel Corrie écrasée par un bulldozer israélien et de Furkan Dogan, un Turco-américain qui a été, comme l’équipage du Liberty, tué dans les eaux internationales lorsqu’il a navigué sur le navire de secours pour Gaza, Mavi Marmara. Mais malgré cela, la tentative délibérée de détruire le Liberty, qui, selon l’ancien secrétaire d’État américain Dean Rusk, a été clairement approuvée au plus haut niveau du gouvernement de l’État juif, a toujours une valeur de choc.

Les apologistes d’Israël (un dispositif accroché comme des tiques à tous les niveaux du gouvernement américain ainsi que dans le monde universitaire et les médias) ont longtemps fait valoir que l’attaque contre le Liberty était une sorte d’accident de « tir ami ». Mais la découverte relativement récente qu’un avion espion de la Marine a intercepté et enregistré des pilotes d’hélicoptères et de chasseurs israéliens mentionnant le drapeau américain affiché par le navire pendant l’attaque suggère le contraire. D’autres enregistrements des communications israéliennes ont révélé que certains pilotes ne voulaient pas attaquer. Un pilote a déclaré: “Il s’agit d’un navire américain. Je peux voir le drapeau. Voulez-vous toujours que nous attaquions? ” Le contrôle terrestre israélien a répondu: “Oui, exécutez les ordres. Frappez-le! » avant d’avertir les pilotes de «Finissez le travail».

Mais alors que l’on s’attend à ce soit les Israéliens qui se sont  comporté de manière abominable, sur la base de leurs crimes de guerre commis, depuis de longues années, dans des endroits comme le Liban et ce qui reste de la Palestine, le plus grand crime contre l’équipage du Liberty a été commis par le gouvernement américain lui-même. Le président Lyndon B. Johnson (LBJ) et le secrétaire à la Défense Robert McNamara auraient été informés de l’attaque dès son début et c’est Johnson qui a personnellement ordonné à deux reprises le rappel des avions de chasse américains qui allaient sauver le Liberty de l’attaque juive. L’amiral Lawrence Geis, commandant du groupe de porte-avions en Méditerranée à partir duquel les avions avaient décollé, s’y est opposé et McNamara a répondu avec colère que «le président Johnson ne va pas faire la guerre ni embarrasser un allié américain pour quelques marins». C’est McNamara, qui a de nouveau agi sur ordre de LBJ, qui a ensuite séquestré l’équipage après que le navire est arrivé à Malte, émettant un «ordre de silence» sur l’incident, étant entendu que toute personne qui en parlerait serait secrètement soumise à la cour martiale et emprisonnée.

 

Vétérans de l’USS Liberty

Pour maintenir la dissimulation, le capitaine William McGonagle, qui a reçu la médaille d’honneur du Congrès pour son rôle dans la sauvegarde du navire, a vu sa médaille décernée sans aucune publicité lors d’une cérémonie privée au Washington Naval Yard plutôt qu’à la Maison Blanche comme c’était la tradition. Le président des États-Unis n’a pas non plus participé à la décoration, encore une fois le refus de la valeur de l’équipage du Liberty.

Normalement, une attaque contre un navire de la marine américaine aurait entraîné une enquête officielle, mais dans le cas du Liberty, une équipe improvisée composée de l’amiral juif Isaac Kidd et du chef du conseil Ward Boston a été réunie en Méditerranée sous les ordres de l’amiral John S. McCain, père du sénateur John McCain [2], qui était basé à Londres. La «  Cour d’enquête  » officielle de la Marine consistait donc en réalité à ce que Kidd et Boston se rendent rapidement au Liberty en mer, puis se précipitent à Washington via Londres, où McCain approuve le projet de document de 700 pages sans le lire. Le rapport préparé à la hâte a contourné toutes les procédures ordinaires d’établissement des faits et de révision juridique et personne ne sait par quels canaux les «conclusions de la Cour d’enquête» ont suivi à Washington.

Agissant sur ordre de la Maison Blanche, l’enquête n’avait eu qu’une semaine pour préparer son rapport, une procédure qui prend normalement six mois. Le résultat a également été prédéterminé par McNamara agissant pour LBJ, qui a ordonné que la conclusion serait que l’attaque contre le Liberty avait été un «cas d’identité erronée».

Aucun membre d’équipage du Liberty n’a même été autorisé à témoigner officiellement pendant l’enquête. Néanmoins, l’avocat en chef de l’enquête, Ward Boston, a par la suite confirmé dans un affidavit sous serment que lui et Kidd étaient fortement en désaccord avec les conclusions forcées, estimant plutôt qu’Israël avait organisé une attaque non provoquée dans le but de couler le navire et de tuer tout l’équipage. L’amiral Kidd a qualifié les Israéliens de «salauds meurtriers». Boston a également observé que la transcription de la cour d’enquête qui avait été publiée par la suite avait été modifiée, vraisemblablement par une personne agissant au nom de la Maison Blanche, pour supprimer et modifier les témoignages préjudiciables à Israël.

Comme c’est souvent le cas, il y a une histoire derrière ce qui est arrivé au Liberty. Dans les années précédant l’attaque contre le Liberty, le président John F.Kennedy était préoccupé par les Juifs américains puissants et riches qui tentaient de détourner la politique étrangère américaine pour favoriser Israël. Il a également pris des mesures pour empêcher le développement israélien d’armes nucléaires. Après avoir été assassiné, son successeur à la présidence, Lyndon B. Johnson, qui a été décrit comme ayant une carrière politique «entrelacée avec des Juifs», a vu les choses très différemment. Il a fermé les yeux sur le programme nucléaire israélien et s’est entouré d’amis et de conseillers juifs qui étaient activement engagés dans la promotion de l’agenda sioniste, certains d’entre eux étant vraisemblablement des agents du Mossad.

Les plus éminents de ce groupe étaient les Krim, (Arthur et Mathilde), lui un éminent avocat des médias et chef de studio qui était un collecteur de fonds du Parti démocrate et elle une généticienne, née en Suisse et convertie au judaïsme qui avait vécu en Palestine sous mandat britannique avec son premier mari, un terroriste d’Irgun. La terreur juive était une cause qu’elle soutenait activement. Les Krims étaient des compagnons réguliers de LBJ tout au long de sa présidence, avec une chambre réservée à la Maison Blanche et une maison près de son ranch à Stonewall au Texas quand il était en vacances là-bas. Johnson a également séjourné dans leur manoir à New York.

Le président Johnson et sa maîtresse,
l’agent du Mossad, Mathilde Krim

Au moment de la guerre des Six jours lorsque le Liberty a été attaqué, les Krims étaient constamment aux côtés de LBJ et il est généralement admis qu’ils travaillaient tous les deux au nom du gouvernement israélien pour cultiver une inclinaison présidentielle décisive vers Israël. Johnson, en fait, a été informé à l’avance de l’intention israélienne de faire la guerre à ses voisins et a donné son feu vert, acceptant même de venir en aide à l’État juif en cas de problème. Pour sceller l’accord, Mathilde avait même forniqué avec LBJ, une situation bien connue du personnel de la Maison Blanche et des services secrets.


EN COMPLÉMENTAIRE

La fraude dans le rapport historique des Forces de défense israéliennes de 1982-Le rapport de Tsahal


K. J. Halliwell (10 décembre 2004 – Révisé le 3 juin 2013)
En 1982, le Département d’histoire de Tsahal (Forces de défense israéliennes), la Direction de la recherche et de l’instruction
rapport complet sur l’attaque de Tsahal le 8 juin 1967 contre l’USS Liberty. Le rapport est intitulé, l’attaque
sur l’incident «Liberty».
Dans le rapport d’historique de Tsahal (IDFHR), à la page 18, il y a deux prétendues images de caméra de pistolet avec un
description qui prétend que les images montrent l’USS Liberty attaqué et identifie les principales caractéristiques du navire.
Ces prétendues images de caméra de pistolet sont de très mauvaise qualité. (Si une copie de meilleure qualité du rapport peut
être trouvée, elle sera remplacée par la copie actuelle de faible qualité, et cette analyse sera mise à jour en conséquence.)
Vous trouverez ci-dessous l’une des prétendues images photographiques de la caméra des armes à feu contenues dans l’édition anglaise du rapport.

Prétendue vraie image de très faible qualité.

 

 

 

 

 

 

Heureusement, il existe de meilleures copies des prétendues images de la caméra des armes à feu de Tsahal . En 1986, Thames Ltd. a sorti un film intitulé « Attack on the Liberty ». Dans ce film, il y a deux ensembles de prétendues images de caméras de pistolet qui montrent deux navires apparaissant distinctement différents – chacun étant supposé être des images de l’USS Liberty attaqué. [1]   Un ensemble d’images apparaît comme l’image du navire publiée dans l’IDFHR . L’autre ensemble d’images apparaît comme l’image du navire publiée dans le livre de A. Jay Cristol, « The Liberty Incident ». [2]  Les images de qualité supérieure IDFHR / Thames sont présentées ci-dessous.

 

Vous trouverez ci-dessous une comparaison de l’une de ces prétendues images de caméra avec une véritable image photographique de l’USS Liberty . (Remarque: l’image de la « caméra du pistolet » a été légèrement tournée dans le sens des aiguilles d’une montre pour se rapprocher de la perspective photographique de l’ image de l’ USS Liberty .)

 

Les innocents n’ont pas besoin de fabriquer des preuves. S’il s’agissait d’un procès criminel, ces criminels seraient en prison.

Si vous étudiez attentivement et objectivement les images IDFHR / Thames, vous devriez bientôt vous rendre compte que le navire montré dans les « photos de la caméra des armes à feu » IDFHR / Thames n’est pas l’USS Liberty . Vous devriez voir de nombreuses fonctionnalités clés manquantes ou différentes sur le navire IDFHR / Thames par rapport à l’USS Liberty .

Caractéristiques manquantes et différences sur le navire IDFHR / Thames (voir les images ci-dessous):

    • Les mâts d’antenne avant et arrière et le mât central du radar sont manquants.
    • Les bases d’antenne à manchon unipolaire cylindrique sur le pont avant sont manquantes.
    • L’antenne TRSSCOMM derrière la superstructure est manquante.
    • Les roufs avant et arrière sont manquants.
    • La grande cheminée cylindrique de fumée est manquante. Au lieu de cela, des structures rectangulaires apparaissent au-dessus de la superstructure.
    • La forme et la disposition générales de la superstructure ne correspondent pas.

 

 

 


Depuis 1967, il y a eu un certain nombre de documentaires, de livres et d’enquêtes officieuses concernant l’attaque contre le Liberty, mais la résistance des suspects habituels a fait que l’histoire n’est pas devenue plus connue. Pendant ce temps, le Congrès, le Pentagone et la Maison Blanche ont refusé d’autoriser des audiences formelles équitables et impartiales qui reconnaîtraient les lacunes de l’enquête de 1967 et qui comprendraient les témoignages des survivants de Liberty restants. Le sénateur John McCain était connu pour son traitement désinvolte des supplications des survivants, tout comme était alors membre du Congrès et maintenant gouverneur Ron DeSantis de Floride, un ancien Navy Seal. DeSantis se considère désormais comme le gouverneur le plus pro-israélien des États-Unis .

Les enquêtes officieuses les plus sérieuses ont concerné d’anciens officiers militaires. En 2003, l’amiral Thomas Moorer, ancien président des chefs d’état-major interarmées, a formé une commission d’enquête indépendante pour enquêter sur l’attaque. Il a produit Loss of Liberty, un documentaire qui comprenait des entretiens avec des survivants. La commission, qui comprenait le contre-amiral Merlin Staring, le général de marine Ray Davis et l’ambassadeur James Akins, a examiné toutes les preuves documentaires de l’affaire et interrogé à la fois les survivants et d’autres officiers de marine impliqués indirectement. Ils ont appris que le Liberty avait été surveillé par les Israéliens pendant au moins huit heures avant l’attaque et que le navire était à la fois clairement marqué comme étant américain et était indubitable en tant que navire de collecte de renseignements à configuration unique et immédiatement reconnaissable, pas même proche du profil d’un transporteur égyptien de chevaux, comme Israël l’a ensuite affirmé. Au cours de l’attaque soigneusement planifiée, Israël a utilisé le brouillage radio pour tenter d’empêcher le Liberty de transmettre par radio sa situation.

La commission Moorer a conclu qu’Israël avait délibérément attaqué le Liberty et tenté de le couler et de tuer tout son équipage. Les membres d’équipage qui ont été tués ont été «assassinés» par Israël alors que les États-Unis auraient dû considérer l’attaque comme un acte de guerre et aurait du y répondre de manière appropriée. La dissimulation de ce qui s’est passé a été ordonnée par la Maison Blanche et le fait que la vérité sur l’incident continue d’être cachée est une «honte nationale». Dans un éditorial que Moorer a écrit en 2004, il a conclu en demandant: «Notre gouvernement a-t-il fait passer l’intérêt d’Israël avant le nôtre? Si oui, pourquoi? »

En octobre 2003, la commission Moorer a présenté son rapport sur Capitol Hill, même si son public était souvent limité aux membres du personnel du Congrès plutôt qu’aux membres naturellement craintifs (ceux qui avaient quelque chose à se reprocher). Un an plus tard, le représentant John Conyers du Michigan a surmonté une résistance considérable à ce que le rapport et certaines informations d’accompagnement soient consignés dans le registre du Congrès. Moorer et l’amiral Staring, un ancien juge-avocat général de la Marine, qui avait été l’avocat du bureau McCain à Londres et qui n’avait pas été autorisé à examiner attentivement le rapport de la Cour d’enquête, a continué de plaider pour une enquête honnête sur l’attaque. sur le Liberty jusqu’à leur mort en 2004 et 2013 respectivement.

Ce qui nous amène au présent à la question de la justice pour les survivants du Liberty qui se réuniront le mois prochain. L’histoire du Liberty montre qu’il y a encore cinquante-trois ans, le gouvernement des États-Unis trahissait son propre peuple par soumission au pouvoir juif et à l’État d’Israël. Si quelque chose d’aussi horrible que le meurtre de 34 personnes à bord du Liberty a eu lieu, la situation s’est encore aggravée car Washington envoie des milliards de dollars à l’État juif chaque année tout en donnant à son gouvernement kleptocratique le feu vert pour commettre des crimes de guerre et d’autres agressions qui finiront par attirer les États-Unis dans la guerre et pourraient vraisemblablement entraîner notre ruine. Il est pour le moins désagréable de voir un État voyou, sans aucune restriction ni retenue et sans principes, faire de terribles dommages son plus grand patron, grâce aux machinations d’une cinquième colonne à double loyauté, mais c’est ce que nous constatons tous les jours.

Et cette véritable pourriture a vraiment commencé avec l’attaque de l’U.S.S. Liberty, quand des Américains patriotes sont morts au gré d’un président aussi inepte qu’incompétent, et qui aimait un pays étranger plus que le sien. On espère qu’il pourrit en enfer. Aujourd’hui, peu d’Américains connaissent même le nom du  Liberty, même s’ils sont actuellement confrontés à une élection au cours de laquelle deux candidats à la présidence chercheront à se surpasser pour exprimer leur amour pour Israël. Trump et Biden devraient plutôt prendre une pause ; et faire en sorte que la justice soit rendue pour les victimes, mortes et survivantes, de l’USS Liberty, condition sine qua non de leur candidature.


MYSTÈRE RÉSOLU

Page originale montrant la fraude du Thames pour le compte des sionistes

Pendant des années, les survivants de Liberty et les chercheurs ont cherché à savoir pourquoi la photographie de caméra israélienne présentée par Thames, Ltd., la télévision et apologiste Jay Cristol sur la couverture de son livre est floue avec la plupart des détails obscurcis. En fait, les photos typiques de la caméra des armes à feu ont tendance à être assez nettes. Pourquoi celui-ci est-il si flou et quelle est la grande zone blanche près de la proue tribord? Le vaisseau n’a pas subi de gros coups dans cette zone, donc cela ne peut pas être expliqué comme une explosion.

Ken Halliwell a répondu aux questions. La photo affichée par Cristol et d’autres comme «preuve que le navire ne battait pas de pavillon» est en fait une vue trafiquée du navire au moment où elle s’est amarrée à l’embarcadère de Little Creek, en Virginie, en juillet 1967, à son retour des réparations. à Malte.

Un examen attentif des deux photos, avec les points correspondants encerclés par Halliwell, révèle qu’ils sont en fait presque la même image – mais la vue de la « caméra du pistolet » a été falsifiée pour cacher le drapeau et d’autres marques d’identification. Si un spectateur regarde attentivement, le drapeau américain flotte de la poupe sur les deux images. Les drapeaux ne volent de la poupe d’un navire de la Marine qu’au port; le drapeau vole du grand mât en mer. Il s’agit d’une photo prise au port en juillet, non prise lors de l’attaque comme le prétendent les Israéliens. Il ne peut pas s’agir d’une photo prise par une caméra prise pendant l’attaque, comme le prétendent les Israéliens. Si vous regardez attentivement, des groupes identiques d’hommes peuvent être vus debout à des endroits identiques sur le navire sur les deux images. Le « splash » blanc sur la proue tribord est une image trafiquée du remorqueur qui a aidé Liberty passez à l’embarcadère de Little Creek.

 

Après une inspection minutieuse, on peut également voir sur la fausse photo de la caméra du pistolet que le navire flotte haut dans l’eau. Lorsque le navire a été attaqué, il était lourdement chargé et flottait très bas dans l’eau. La photo d’amarrage montre le navire légèrement chargé et flottant haut après avoir juste terminé une traversée de l’océan Atlantique et de la mer Méditerranée – à la même hauteur que celle indiquée sur la fausse photo de la caméra.

 

 

Un examen attentif de la vague d’étrave montre que cela est également truqué. Puisque l’image utilisée comme « photographie de caméra de canon » était en fait le navire le long de la jetée de Little Creek, il était nécessaire de créer une fausse vague d’étrave pour maintenir l’illusion du mouvement. Cela peut être vu clairement si l’on compare la fausse vague d’étrave avec une vague d’étrave d’un navire similaire en cours.

 


Pourtant, leur faux ne connaît pas de limites. Un examen attentif de la « fumée » dans leurs images de caméra de pistolet simulées révèle que la fumée est en fait représentée se déplaçant transversalement au vent, et en fait il n’y a pas eu d’incendies dans cette zone.

 

 

Ils ont même simulé la fumée dans leurs fausses images de « caméra de pistolet ». Les photos de la « caméra à canon » révèlent une épaisse fumée noire (mise en évidence ici) provenant d’un incendie sur le pont principal, côté tribord, dans la zone du concert du capitaine (bateau) et obscurcissant l’antenne TRSSCOMM Moon Bounce. Selon les hommes qui se trouvaient dans cette zone à l’époque, et vérifiés par des photographies prises peu de temps après l’arrêt du tournage, il n’y a eu aucun incendie dans cette zone et la photographie ne révèle aucun dégât de fumée ou d’incendie. Même s’il y avait eu un feu enfumé dans cette zone, le vent venait de plein air et la fumée aurait dérivé vers l’arrière, pas de gauche à droite, puis vers l’arrière comme on le voit faussement ici. Les dommages causés par la fumée et le feu seraient visibles sur l’image du bas, le concert serait endommagé et l’antenne TRSSCOMM serait certainement noircie par la fumée.

Aucune incendie ni dégât de fumée ici.

 


 

Une analyse plus approfondie des quatre photographies, supposément prises par un jet Mirage lors de la deuxième attaque de la journée, révèle que les quatre photos sont prises à partir d’une position identique, ce qui ne serait pas le cas si elles étaient effectivement prises à partir d’un rapide- avion à réaction en mouvement. Les faussaires ont placé l’anneau de tir supposé, le cercle de points, sur les photographies pour simuler une image de caméra de pistolet, en déplaçant l’anneau d’une image à l’autre. Mais la falsification est révélée par le fait que les quatre photos sont prises à partir d’une position identique, et non à partir d’un avion à réaction à grande vitesse s’approchant du navire lors d’une attaque.

 

Source : Israel’s War Crimes Have Killed Americans


HISTOIRE D’UN SURVIVANT

 

Chip s’est marié pour la première fois dans la classe d’Annapolis en 1960 avec Pat Replogle en juin 1960

 

 

Dan entrant dans RA5C Sanford NAS Fla.1965

 

Ltjg. Dan avec le nez cassé et les yeux noirs après 3 passes TD pour RVAH3 Sanford, Fl 1965

 

 

 

Dan au rassemblement pour la paix à San Francisco jette des médailles dans un cercueil après une déclaration anti-guerre 1970

ET MAINTENANT EN 2020:

La vérité est sortie…toute grande sur le « False Flag » sioniste d’Israël.

 

 

 

Naissance et mort des Empires

Dans ce qui suit, nous présentons deux visions, distantes de plus de six siècles, sur la naissance, l’expansion et la mort des Empires.
D’abord, celle de John Bagot Glubb  qui publia 17 livres parmi lesquels un livre sobrement intitulé « le sort des empires à la recherche de leur survie ». Écrit en 1977, il est passé à la postérité pour la profondeur de son analyse historique malgré sa concision. 
Ensuite, celle d’Ibn Khaldoun, présentée par Martinez-Gros dans un essai intitulé : Brève histoire des Empires, comment ils surgissent, comment ils s’effondrent. Ce dernier se propose  d’analyser la pertinence à une échelle universelle de l’analyse de la notion d’empire développée par Ibn Khaldoun au sujet du monde arabe. 

 

 

Dans ce livre, John Glubb analyse les conditions de naissance, d’expansion puis de déclin des grands empires qui ont façonné l’Histoire. Il constate un phénomène étonnant : la durée de vie des empires est relativement constante, de 250 ans environ.

Au sein d’une même civilisation, on peut assister à des « passages de relais » qui remettent le compteur à zéro : par exemple le passage de la République romaine qui dura de -260 à -27 (233 ans) à l’Empire romain (de -27 à +180 soit 207 ans).
Sur la base de cette durée relativement constante, John Glubb estime que l’empire américain, qui a débuté en 1846 devrait se terminer au cours de la seconde moitié du 21e siècle.
Si on transpose cette analyse à la civilisation européenne moderne qui débute à la fin du XVIIIe siècle avec les bouleversements de la Révolution française, on arrive à un clap de fin aux alentours de 2050.
D’après l’analyse de John Glubb, plusieurs options sont alors possibles : soit une révolution profonde et douloureuse qui transformera profondément l’ordre existant vers 2050 et permettra de repartir sur un cycle de 250 ans ; soit un effondrement lent ; soit un passage sous domination d’une autre civilisation plus dynamique.
Le cycle de vie des empires
John Glubb identifie 5 phases dans le cycle de vie d’un empire : l’âge des pionniers, l’âge des conquêtes, l’âge du commerce, l’âge de l’abondance, l’âge de l’intellect et enfin l’âge de la décadence.
Il est intéressant de noter que l’âge de l’intellect précède l’âge de la décadence alors qu’il constitue a priori un élément positif. John Glubb note en effet qu’à la suite de l’âge de l’abondance, l’élite civile et politique est en plein zénith et s’enorgueillit de financer artistes, œuvres d’art, musées, écoles et universités. Cet âge s’accompagne de progrès scientifiques importants.
John Glubb note ainsi que « la diffusion des connaissances semble être la plus bénéfique des activités humaines, et pourtant chaque période de déclin est caractérisée par cette expansion de l’activité intellectuelle.  »
Comment expliquer cela ? John Glubb analyse que « l’intellectualisme et la perte du sens du devoir apparaissent simultanément dans l’histoire de la vie de la nation. […] L’intellectuel brillant, mais cynique apparaît à l’extrémité opposée du sacrifice émotionnel du héros ou du martyr. »

 

Ce constat rejoint celui d’un autre auteur intéressant : dans son livre « Metahistory », Hayden White analyse le rapport entre l’imaginaire historique d’une civilisation et la phase dans laquelle elle se situe. Il note ainsi que, selon les périodes, les gens se représentent leur Histoire comme un récit épique, comme une comédie, comme une tragédie ou comme une satire.
Cette dernière représentation correspond à une lecture critique et déconstructiviste de l’Histoire qui se traduit en particulier par la destruction forcenée des symboles historiques. Ça ne vous rappelle rien ? Sur le sujet particulier de la satire comme modèle de représentation historique, je vous recommande l’excellente vidéo « l’art de la riposte : la rhétorique de l’ironie » de la chaine YouTube Victor Ferry.
Les 8 critères du déclin
Pour en revenir à John Glubb, il identifie 8 critères qui traduisent un passage vers « l’âge de la décadence » et qui reviennent avec constance dans l’histoire des grands empires :
  • Passage en mode défensif
  • Pessimisme
  • Matérialisme
  • Frivolité
  • Dissensions civiles
  • Un afflux d’étrangers
  • Un affaiblissement de la religion
  • Un état providence
Le passage en mode défensif est un signe avant-coureur qui intervient tôt dès la phase d’abondance et qui se traduit par l’arrêt de l’effort d’expansion de l’empire et son repli sur ses frontières naturelles : « La nation, immensément riche, ne s’intéresse plus à la gloire ni au devoir, mais veut simplement conserver sa richesse et son luxe. ».
On constate sans difficulté que tous les critères de Glubb sont remplis concernant notre civilisation occidentale. …
Sur le critère de frivolité, John Glubb note que : « La frivolité est la compagne fréquente du pessimisme. Mangeons, buvons et réjouissons-nous, car demain nous mourrons. La ressemblance entre diverses nations en déclin à cet égard est vraiment surprenante. ».
Les historiens contemporains de l’Empire arabe de Bagdad soulignent ainsi avec amertume l’indifférence, le matérialisme croissant et le laxisme des mœurs sexuelles dans la Bagdad du début du Xème siècle. Ils commentent l’influence extraordinaire de chanteurs de luths devenus très populaires auprès des jeunes…
« L’histoire, cependant, semble suggérer que l’âge du déclin d’une grande nation est souvent une période qui montre une tendance à la philanthropie et à la sympathie pour les autres races. ».
Rappelant les dernières années de l’Empire romain, John Glubb note que « L’augmentation de la confusion et de la violence qui en résulta [de l’entrée des envahisseurs étrangers dans le pays] fit qu’il n’était plus sûr pour les femmes de circuler sans escorte dans les rues, ce qui entraina l’effondrement du mouvement féministe  ». Tiens donc. 
Enfin, le dernier critère « État providence » peut surprendre. John Glubb le resitue dans un contexte plus général de philanthropie et de xénophilie : « L’histoire, cependant, semble suggérer que l’âge du déclin d’une grande nation est souvent une période qui montre une tendance à la philanthropie et à la sympathie pour les autres races. ».
L’empire dominant est heureux d’être généreux, certain de rester pour toujours au sommet de sa puissance : « Les droits de citoyenneté sont généreusement accordés à toutes les races, même celles qui étaient autrefois assujetties, et l’égalité de l’Humanité est proclamée ». 
L’Empire romain et plus encore, l’empire arabe de Bagdad firent montre d’une générosité somptuaire dans les derniers instants de leur Âge de l’intellect (qui, rappelons-le, est encore un âge prospère) en fournissant citoyenneté, subventions, nourritures, jeux et soins gratuits.
Comme le note John Glubb, « il est peut-être incorrect d’imaginer l’État-providence comme la marque supérieure des réalisations humaines. Cela peut simplement s’avérer être une étape assez normale dans la vie d’un empire vieillissant et décrépit. »
Existe-t-il une solution ? 
Dans son livre, John Glubb ne prétend pas à l’exhaustivité ni même à pouvoir expliquer certaines des corrélations qu’il constate dans son analyse historique.
Il souligne que la cause finale qui provoque la chute d’un empire peut-être très variable. En cela, il rejoint la théorie systémique du « manteau de neige » qui veut qu’un empire ne s’effondre jamais pour une cause précise, mais en raison d’une accumulation de crises qui finit par avoir raison de lui. Il s’effondre comme un vieil arbre sans sève ou comme un manteau de neige qui a reçu un flocon de trop. La nature de ce flocon importe peu finalement.

 

En écho au célèbre livre de Douglas Murray « L’étrange suicide de l’Europe », John Glubb écrit : « La décadence est une maladie morale et spirituelle, résultant d’une trop longue période de richesse et de pouvoir, produisant le cynisme, le déclin de la religion, le pessimisme et la frivolité. Les citoyens d’une telle nation ne feront plus d’effort pour se sauver eux-mêmes, parce qu’ils ne sont pas convaincus que quelque chose dans leur vie mérite d’être sauvé.  »

Pourrait-on faire quelque chose pour éviter cette chute ? John Glubb pense que non : « Les faiblesses de la nature humaine, cependant, sont si évidentes, que nous ne pouvons pas être trop confiants dans le succès de cette entreprise. Les hommes débordants de courage, d’énergie et de confiance en eux ne peuvent être facilement empêchés de soumettre leurs voisins, et les hommes qui voient s’ouvrir des perspectives de richesse seront difficilement arrêtables ».

John Glubb souligne que la décadence des empires est avant tout celle d’un système avant d’être celle des hommes.

Source :  www.projet-resilience.com.


 

Brève histoire des Empires, comment ils surgissent, comment ils s’effondrent

 

Martinez-Gros, se propose, dans son essai Brève histoire des Empires, comment ils surgissent, comment ils s’effondrent, d’analyser la pertinence à une échelle universelle de l’analyse de la notion d’empire développée par Ibn Khaldûn au sujet du monde arabe. c’est une lecture très intéressante dans cette perspective, pour deux raisons. Tout d’abord, elle a l’avantage de présenter de manière claire et synthétisée la pensée politique d’Ibn Khaldûn, grand penseur arabe du XIVème siècle (1332-1406), considéré comme le précurseur de l’historiographie du monde arabe et musulman, mais aussi comme le premier géographe, le premier sociologue, et comme un des plus grands penseurs politiques des temps anciens [2]. Cela permet ainsi d’avoir une perspective interne et contemporaine sur le pouvoir en islam médiéval. Par ailleurs, cette analyse de la notion d’empire est immédiatement appliquée à l’histoire arabe, par Ibn Khaldûn et Martinez-Gros à sa suite, donnant ainsi des pistes d’interprétation aux formes d’exercice du pouvoir, mutations et successions politiques à l’œuvre dans le monde arabo-musulman médiéval ; si l’auteur ne développe que peu les analyses, il fournit un cadre interprétatif fort et cohérent qu’on pourra utiliser avec profit.
La notion d’empire, telle que développée par Ibn Khaldûn, comprend l’idée d’une apogée, suivie d’un relatif déclin et d’un dépérissement.  
Il analyse ainsi comment certaines populations sont, à un moment donné, assez riches et puissantes pour établir un pouvoir central, concentrant les richesses d’un immense territoire en un même centre, à la fois géographique (la capitale) et social (puisque ces richesses sont contrôlées et gérées par une élite). Ce développement requiert une phase de désarmement, condition de la mise en place d’un impôt à même d’effectuer une telle concentration des richesses. L’empire est ainsi un système politique créé par la violence mais cherchant ensuite à l’abolir, pour construire un espace pacifié, où peuvent se développer l’économie et la civilisation. Ibn Khaldûn montre comment, de cette volonté de pacification et de contrôle de la violence naît le déclin même des empires, en un cycle qui paraît inexorable. En effet, le désarmement des populations de l’empire impose de recourir à des peuples situés aux marges du territoire pour assurer la sécurité et l’ordre. Par nécessité, l’empire confie ainsi le pouvoir militaire à des populations marginales, minoritaires, des populations tribales, des « barbares », qui finissent ensuite par prendre le pouvoir pour elles-mêmes, jusqu’à ce qu’elles se fassent détrôner par les nouveaux guerriers auxquels elles ont recouru.
La pensée d’Ibn Khaldûn permet de mettre en perspective et de comprendre au sein d’un système global une multitude d’expressions du pouvoir politique. La première de ces expressions est militaire, autour du concept de ‘asabiya qui permet d’analyser les liens entre pouvoir étatique et pouvoir militaire. Difficilement traduisible, et pour cette raison employé en arabe par Martinez-Gros, le terme signifie un certain esprit de corps, une violence solidaire, celle des sociétés tribales. En effet, ces sociétés s’organisent seules pour leur défense, l’exercice de la justice, ou encore pour subvenir aux besoins des veuves et des orphelins, et cette organisation requiert un tel « esprit de corps », qui fonctionne comme une solidarité appuyée sur une force militaire. A l’inverse, dans l’empire, l’instauration d’un État de droit supprime la nécessité d’une telle solidarité, puisque l’État prend en charge la défense, la justice, les veuves et orphelins. La ‘asabiyat devient ainsi le propre des sociétés tribales. De ce fait, l’empire est contraint de recourir aux services de ces populations marginales, quitte à se mettre en danger : ce sont les seules à même d’assurer la sécurité, puisque les populations de l’empire sont, elles, démilitarisées. C’est donc toute une analyse de la relation entre pouvoir étatique et pouvoir militaire qui est rendue possible ici, fournissant un cadre théorique global pour l’étude, au cas par cas, des structures militaires organisées dans les différents centres de pouvoir des espaces islamiques médiévaux, et des jeux de pouvoir et balance du pouvoir entre État et armée.
Malgré ce focus très important sur le rôle de l’armée et de l’intégration des populations marginales au sein de l’empire, la théorie de l’empire forgée par Ibn Khaldûn intègre aussi bien d’autres dimensions. Ainsi, elle permet de revisiter la question du lien entre pouvoir et civilisation, présentant l’empire comme une condition au développement d’une civilisation riche et brillante. Toute la production artistique, qui est une source pour l’historien, ne serait pas à considérer uniquement comme une manifestation du pouvoir étatique : dans ce cadre interprétatif plus large, on peut la percevoir comme la marque même de la création d’un empire, comme le symbole de l’établissement effectif d’un espace politique pacifié. Ce n’est donc pas seulement un produit du pouvoir politique, c’est le produit d’une forme politique particulière, l’empire, qui aurait cette spécificité de permettre, grâce à la pacification qu’il instaure, le développement économique, financier, culturel et scientifique. Enfin, la théorie d’Ibn Khaldûn a aussi une dimension économico-financière, du fait de l’importance donnée à l’impôt [Voir : La pensée économique d’IBN KHALDOUN ]. En effet, il est présenté comme le pivot de tout le système politique : c’est lui qui permet l’enrichissement de l’empire, mais lui aussi qui, par le désarmement qu’il nécessite, entraîne son déclin et sa chute.
Au-delà de ce cadre théorique, l’ouvrage de Gabriel Martinez-Gros permet de mettre en perspective la succession de différentes dynasties dans l’espace arabe au Moyen Âge, ainsi que les processus de fortification et d’affaiblissement de chacune d’entre elles. Tout d’abord, l’auteur souligne la force du modèle impérial pour l’Islam, puisque contrairement aux deux autres grands empires que sont Rome et la Chine, l’empire islamique ne se construit pas sur un passé monarchique ou républicain : l’État nait immédiatement comme empire lors de sa construction au VIIème siècle. L’expansion arabe du VIIème siècle, en effet, correspond exactement à la théorie de l’empire telle qu’elle est exposée par Ibn Khaldûn, puisqu’une infime minorité de guerriers arabes soumet une population de plusieurs dizaines de millions de personnes, construisant un État centralisant les ressources d’un territoire immense. Les siècles suivants, eux, se comprennent à l’aide de la phase de déclin impérial décrite par l’auteur arabe, qui se décline selon différentes chronologies. Ainsi, il y a une première évolution qui se déroule sur le temps long : il s’agit du remplacement progressif des Arabes par les Turcs et les Berbères aux positions de pouvoir. Si dès le XIIIème siècle, ceux-ci ont le pouvoir militaire, ce n’est qu’à partir de l’an mil que les premières dynasties berbères et turques proclament leur souveraineté. Parallèlement, les Arabes, qui ont établi leur domination en tant que peuple guerrier, se désarment et se sédentarisent. Ils se fondent dans la population locale dont ils deviennent les représentants, tandis qu’ils en étaient extérieurs, et ils développent une culture et une littérature hostiles aux pouvoirs militaires. Cela fonde la distinction entre calife et sultan : le premier est arabe et représente l’Islam des origines, tandis que le second est turc ou kurde et représente l’Islam nouveau. Il y a ainsi un glissement de sens du terme « musulmans », significatif du processus de sédentarisation et démilitarisation à l’œuvre sur ces quelques siècles : s’il désignait exclusivement les Arabes conquérants ou leurs clients guerriers dans le premier siècle de l’Islam, à partir de la période abbasside, le nom s’applique aux populations sédentaires et aux hommes de religion d’un empire qui est, lui, défendu par des populations provenant des marges, et à peine islamisées.
Au-delà de ces mutations sur plusieurs siècles, on peut aussi trouver, dans l’histoire islamique médiévale, une multiplicité de chronologies à une échelle plus fine. Dans tous les espaces de l’empire, on peut ainsi noter des processus de renversements dynastiques opérés par des marges barbares : ainsi les Seldjoukides puis les Mongols établissent des bouleversements dynastiques au cœur même de l’empire. A l’Ouest, le pouvoir andalou des Omeyyades de Cordoue apparaît comme le fruit d’une dissidence, puis il se fait lui-même renverser par les Francs qu’il employait comme combattants. Au Maghreb, la ‘asabiya est représentée par les Berbères et le pouvoir fatimide ; à l’Est de l’empire, ce sont les Turcs qui jouent ce rôle clé dans le renouvellement dynastique. Dans chaque territoire, on peut trouver des renversements d’une telle nature à un rythme parfois très rapide : ainsi, le sultan seldjoukide est renversé en Syrie en 1100, le pouvoir revenant aux atabeg, eux-mêmes partiellement remplacés au somment de l’État en 1174 par leur général kurde Saladin, avant qu’il prétende directement au sultanat après sa victoire sur les Croisés de Jérusalem en 1187. Enfin, la dynastie ayyoubide de Saladin est renversée par les Mamelouks au Caire au milieu du XIIIème siècle.
Pièce d’argent émise après la mort du grand Saladin.
Ce qui nous donne une image réelle du grand sultan.

Ces différents exemples ne sont pas exhaustifs ; ils suffisent cependant à montrer comment la théorie d’Ibn Khaldûn s’applique aux évolutions politiques dans le monde islamique médiéval. Celui-ci peut donc se comprendre comme la succession au pouvoir de groupes militaires venus des marges de l’empire et qui, s’établissant au pouvoir, perdent de leur force militaire et préparent eux-mêmes, bien qu’involontairement, leur renversement. Une telle lecture permet ainsi de renouveler l’approche de certaines questions, telles que celle de la Reconquista ou des Croisades, qui ne sont plus interprétées comme des conflits religieux, mais comme des conflits entre populations sédentaires et productives (les Arabes et les Berbères) contre des populations nomades et militarisées (les Francs). La dynamique des relations entre ces deux types de population est ainsi proposée comme matrice première de l’évolution politique.
La portée du travail de Gabriel Martinez-Gros est bien plus importante que ce que l’on a montré ici, puisque l’originalité même de sa démarche consiste à tester la pertinence de la théorie khaldûnienne pour l’ensemble de l’histoire eurasiatique, quand Ibn Khaldûn s’est attaché uniquement à l’histoire arabe. Il montre ainsi que s’il y a une certaine exception européenne, l’Europe se trouvant, pendant de nombreux siècles, en dehors d’un cadre impérial fondé sur l’impôt, le schéma s’applique bien à de nombreux espaces politiques, à travers le temps (l’empire perse du Vème siècle avant JC, l’empire romain, les différents empires chinois, ou encore l’empire britannique au XIXème par exemple). Ainsi, l’ensemble de l’ouvrage de Gabriel Martinez-Gros, malgré son aspect nécessairement schématique étant donné l’étendue de la chronologie parcourue, montre la pertinence des analyses proposées par Ibn Khaldûn. Utiliser ces analyses, c’est donc non seulement se placer dans la compréhension interne que l’historien médiéval avait de systèmes politiques qui l’entouraient, mais aussi s’interroger sur la signification universelle des formes politiques développées dans les contextes étudiés.
Gabriel Martinez-Gros, Brève histoire des Empires, comment ils surgissent, comment ils s’effondrent, Paris, Seuil, mars 2014.

————————————————

Élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, diplômée en master d’histoire à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Anne Walpurger se passionne pour le Proche-Orient et s’occupe de la rubrique de l’agrégation et du Capes 2015 des Clés du Moyen-Orient.

Représentation du sac de Rome par Alaric en 410

PS

2 erreurs (ou oublies)  ont été noté dans les ouvreages de Grubb:

1-Il y a eu l’Empire Amazigh, Turc et Musulman, mais jamais un empire arabe

2-L’Egypte pharaonique manque à la liste de GLUBB, et elle a cumulé plus de 4’000 ans d’histoire.