Vidéo: La bataille d’Azincourt

La bataille d’Azincourt est une défaite cuisante des Français face aux Anglais, durant la guerre de Cent Ans. Revendiquant le trône de France, Henri V d’Angleterre débarque en Normandie en août 1415, à la tête d’une armée d’environ 11 000 hommes. Il s’empare de Harfleur en septembre, mais ses forces sont réduites alors de moitié, à la suite des combats et en raison des maladies. Henri prend la décision de se porter vers le nord-est pour rejoindre Calais, possession anglaise, d’où il espère pouvoir regagner l’Angleterre. Mais une imposante armée française, sous les ordres du connétable Charles d’Albret, cherche à lui bloquer sa retraite.

Bataille d’Azincourt

Cette armée compte de 20 000 à 30 000 hommes et réunit la fine fleur de la chevalerie française. Elle rattrape l’armée anglaise exténuée à Agincourt (aujourd’hui Azincourt, dans le département du Pas-de-Calais). Persuadés de remporter une victoire facile, les Français ont imprudemment choisi pour champ de bataille une étroite clairière, d’environ 900 mètres, encadrée par deux bois. L’exiguïté du terrain rendant les manœuvres quasi impossibles, l’avantage de leur écrasante supériorité numérique se voit réduit à néant. À l’aube du 25 octobre 1415, les deux armées se préparent au combat. Du côté français, trois formations en bataille, les deux premières à pied, sont contraintes de s’aligner les unes derrière les autres. Henri ne dispose que d’environ 5 000 archers et 900 hommes d’armes, qu’il déploie en une seule ligne. Les hommes d’armes ont mis pied à terre et sont répartis en trois groupes centraux reliés par des groupes d’archers qui forment des angles en saillie, flanqués sur les ailes droite et gauche par deux masses d’archers supplémentaires.

Plan de bataille français retrouvé dans les archives britanniques.

Les archers anglais s’avancent pour avoir leur ennemi à portée de flèches. Le tir nourri des « long bows » pousse alors les Français à attaquer. Des charges isolées de chevaliers français se brisent sur la ligne de pieux acérés dressée par les Anglais.

 

Les Anglais eux-mêmes le reconnaissent : si les troupes du roi Henry V firent preuve d’un extraordinaire sang froid et d’une discipline sans faille sur le champ de bataille, leur victoire du 25 octobre 1415 à Azincourt marque surtout le fiasco absolu d’une chevalerie française trop sûre d’elle, butée dans sa stratégie et très mal organisée.

Les Français étaient supérieurs en nombre, même si la différence entre les deux armées était sans doute nettement plus faible que ce qui a longtemps été affirmé : 12 000 contre 9 000 selon l’historienne britannique Anne Curry, l’une des plus éminentes spécialistes d’Azincourt. Les Anglais, affaiblis par le siège d’Harfleur en Normandie et plusieurs jours de marche, semblaient surtout une proie facile pour nos chevaliers. Mais rien ne s’est passé comme prévu.

Voici les cinq principales erreurs commises lors de cette funeste journée qui coûta la vie à plus de 6000 combattants :

1. Une tactique prévisible
2. Un terrain inadapté
3. Une avant-garde trop fournie
4. Une charge de cavalerie désastreuse
5. Des troupes arrivées en retard

 Une tactique prévisible

Pendant des siècles, la tactique française employée dans les batailles rangées comme celle d’Azincourt avait peu évolué. Elle s’appuyait principalement sur des grandes charges de cavaliers qui utilisaient la vitesse et la force de leurs chevaux pour infliger de gros dégâts dans les premières lignes adverses. Parfois ça a fonctionné, comme à Bouvines (1214) ou à Roosebeke (1382). Mais très souvent ça a échoué, comme à Coutrai (1302), à Crécy (1346), à Poitiers (1356) ou à Nicopolis lors de la croisade de Hongrie contre les Turcs (1396). Avant, les Anglais fonçaient eux aussi tête baissée mais l’humiliante défaite que les piquiers écossais leur infligèrent à Bannockburn en 1314 les conduisit à revoir fondamentalement leur stratégie et à promouvoir une arme redoutable : l’arc long ou « long bow »capable de faire pleuvoir à distance une « grêle » de flèches sur l’adversaire. Les archers les plus habiles étant capables de décocher une quinzaine de flèches à la minute, la technique était extrêmement efficace pour « briser » les charges massives des chevaliers.

Les Français aussi ont intégré des « gens de traits » dans leurs rangs. L’arbalète – plus précise que l’arc long mais plus lente à recharger –  s’est souvent révélée une arme de défense très précieuse lors des sièges. En revanche, son usage semble moins convaincant lors des grandes batailles rangées. A Crécy, les arbalétriers génois placés en première ligne par les Français, avaient gêné la progression des chevaliers, qui, extrêmement courroucés, avaient fini par les massacrer pour dégager le passage. Quant à l’arc long, le roi Charles V a bien tenté de le promouvoir à la fin du XIVe siècle sans jamais parvenir à l’imposer.

On touche ici au mentalités de l’époque : en France, la guerre est avant tout l’affaire des nobles. Les armes de trait ne correspondent pas à l’idéal chevaleresque qui privilégie le combat à cheval, le corps-à-corps et la mêlée. Les archers et les arbalétriers sont considérés comme une simple force d’appoint au sein de l’ost royal. Les Anglais, au contraire, n’ont pas hésité à ouvrir leur armée aux gens du peuple parmi lesquels ils ont recruté l’élite de leurs tireurs. A Azincourt, parmi les 9000 combattants anglais présents, on compte 7000 archers. Côté français, les « gens de trait » représentent à peine un tiers des 12 000 hommes présents. Le pont faible des archers étant leur faible protection (impossible de tirer à l’arc avec une armure), de grosses charges de cavalerie allaient forcément être menées contre eux pour tenter de les neutraliser. Henry V l’avait prévu et avait demandé à ses hommes de trait de tailler des grands pieux pour se protéger des assauts. Une parade peut-être inspirée des archers turcs qui avaient vaincu de cette façon les croisés à Nicopolis en 1396. 

Un terrain inadapté

Au début des années 1980, l’historien Christopher Philpotts fit une incroyable découverte dans les archives de la British Library : il retrouva un authentique plan de bataille élaboré par les Français avant la bataille d’Azincourt. Ce document a probablement été rédigé par le maréchal Jean Le Meingre, dit Boucicaut. Les Anglais l’ont sans doute récupéré parmi ses effets lorsqu’il a été capturé, à l’issue des combats. Au regard des noms des commandants qui figurent sur le document, dont quelques uns étaient absents le jour « J », il semble que ce plan ait été élaboré au moins une dizaine de jours avant l’affrontement, sans prendre en compte la configuration du champ de bataille qui n’avait pas encore été désigné.

Bataille de Crecy.

Selon l’historienne anglaise Anne Curry, les Français voulaient pousser Henry V et ses troupes à se battre à découvert dans une grande plaine, bien plus à l’est qu’Azincourt, du côté d’Aubigny-en-Artois, entre Saint-Pol-sur-Ternoise et Arras. La course-poursuite engagée à partir du 7 octobre avait pourtant porté ses fruits : le roi d’Angleterre, qui cherchait à rejoindre Calais au plus vite, n’avait pas pu franchir la Somme à Abbeville, comme il le souhaitait. Il avait donc dû remonter le fleuve vers l’est pour trouver un nouveau gué, sans doute du côté de Béthencourt-sur-Somme (voir carte ci-dessous).

Mais Henry V parvint à devancer les Français lancés à ses trousses, pour remonter vers le nord-ouest. Sa progression fut stoppée dans l’Artois, à hauteur de Maisoncelle, ses ennemis lui barrant la route 1 kilomètre plus loin à Ruisseauville. On peut encore s’en rendre compte aujourd’hui lorsqu’on visite les lieux : la plaine qui sépare Maisoncelle de Ruisseauville se rétrécit entre les villages d’Azincourt et de Tramecourt, formant un léger entonnoir. Les bois, situés de part et d’autre, étaient beaucoup plus denses qu’aujourd’hui et ne laissaient qu’un passage d’environ 500 mètres de large. Cette caractéristique effaçait du coup l’avantage du surnombrepour les Français, en rendant difficile, voire impossible, le contournement, voire l’encerclement des troupes anglaises.  
Les lignes anglaises surplombaient également les lignes françaises, contraignant leurs adversaires, en armures, à davantage d’effort physique. A cela s’ajoutait l’état détrempé du terrain qui contraria les charges à pied et à cheval des Français. En ce mois d’octobre, les champs venaient d’être fraîchement labourés et se transformèrent en véritable bourbier dès les premiers assauts. Selon Le Religieux de Saint-Denis, un chroniqueur qui recueillit des témoignages de survivants, les hommes à pied « enfonçaient jusqu’aux chevilles« .   

Résultats de recherche d'images pour « Bataille d'Azincourt »

 

 

 

Publicités

Réécrire l’histoire:L’accident nucléaire de Tchernobyl était un sabotage bien planifié

La tragédie de la centrale nucléaire de Tchernobyl a été délibérément provoquée pour provoquer des troubles en URSS et séparer l’Ukraine de la Russie. Ce sont les résultats d’une enquête physico-technique indépendante menée par le physicien atomique Nikolai Kravchuk. (Il était auparavant à la chaire de théorie du noyau atomique de la faculté de physique de l’Université d’État de Moscou Lomonossov).

C’était du sabotage!

Kiev (nouvelle région, Sergey Dmitriev) – Les résultats de ses recherches ont été présentés par lui dans le livre « La catastrophe de Tchernobyl », publié en 2011 à Moscou, où il a trouvé un écho. Même avant la publication du livre, après les premières publications dans la presse ukrainienne, Kravtchouk a été immédiatement licencié de son travail à l’Institut de physique théorique de l’Académie nationale des sciences de l’Ukraine.

Résultats d’enquête gardés secrets

Dans une critique du livre, les professeurs Dr. IA Krawez et dr. VA Vychinski de Krawchuk. Les résultats des travaux du scientifique, cependant, ont été dissimulés au grand public ukrainien. Kravtchouk a alors sollicité l’aide des représentants du club russe de Kiev. Le club russe de Kiev estime nécessaire de mettre ces résultats à la disposition du public ukrainien.

Les Gorbatchevistes avaient planifié le crime

Le scientifique note que l’explosion du réacteur sous la direction du Comité central du PCUS de Gorbatchev avait été planifiée et réalisée à l’avance et que le personnel de la centrale, qui devait servir de « bouc émissaire », avait été blâmé. Après cela, les scientifiques du nucléaire accusés mutuellement et sous la pression de « disciples de la perestroïka » ont été forcés de se justifier. Cela a également été confirmé indirectement par la direction de Gorbatchev, à laquelle tous les fils ont abouti, vis-à-vis du public mondial.

La version utilisée officiellement était un mensonge

En août 1986, lors de la réunion de l’AIEA, la version officielle du cours des événements survenus à la centrale nucléaire de Tchernobyl et sa conclusion principale étaient présentées: « La cause principale de la catastrophe était la combinaison très improbable de violations des réglementations et des règles de fonctionnement, et non du personnel du bloc énergie adhéré à « , note Nikolai Kravchuk. Cela signifie que le personnel de la centrale n’aurait pas pu faire exploser Tchernobyl sans une intervention extérieure réfléchie.

Journaux d’exploitation manipulés

Ni le ministère de l’énergie de l’URSS, ni le ministère de l’énergie atomique de Russie, ni le ministère de l’énergie atomique de l’Ukraine n’étaient intéressés par une enquête objective parce qu’ils avaient accepté de coopérer au sein du secteur extrêmement fermé de l’énergie atomique. Et ils ont tout fait pour que cela ne se produise pas, en particulier ils ont manipulé les registres d’exploitation de la centrale nucléaire. Par conséquent, il n’a pas été possible d’écrire et d’enregistrer  une version officielle et … sonore.

Tests dangereux dans des conditions instables

Du 1er au 23 avril 1986, « l’état de la zone active du réacteur avait considérablement changé. Ces changements ne sont pas une coïncidence, mais ils sont le résultat d’actions bien planifiées et prédéfinies « , écrit Kravchuk. Dans le quatrième bloc d’énergie, un maximum de matières radioactives de l’ordre de 1 500 mCi [1] était présent. Au cours des essais, le réacteur était dans un état très instable avec une puissance décroissante. En outre, dans certaines chambres du réacteur, des combustibles hautement enrichis provenant de sous-marins nucléaires (plutonium 239) ont été découverts, ce qui a entraîné une forte augmentation de la puissance et de la température dans la zone active. Dans le même temps, l’approvisionnement en noyaux en graphite qui ralentissent le réacteur était épuisé. Spécialistes qualifiés de la centrale nucléaire de Tchernobyl (A. Chernyshev) n’avait pas été admis au travail le jour des essais et ceux qui étaient présents à ce moment-là « ont été invités à convaincre le responsable des essais, A.Djatlow, de CESSER IMMÉDIATEMENT les essais et de mettre le réacteur à l’arrêt. » , Malheureusement en vain, car il venait de recevoir des directions opposées.

Unités de protection d’urgence éteintes

En outre, la majorité des unités de protection d’urgence du réacteur ont été mises hors tension. « Ils ont fait l’expérience avec le turbogénérateur (TG-8), où le roulement était cassé, et non avec le TG-7 intact. » Les essais de vibration avec augmentation de la vibration ont été réalisés simultanément avec la turbine non chargée à basse fréquence, amplitude accrue et vibrations amplifiées. Après une explosion de vapeur due à un défaut des systèmes techniques (le roulement) qui n’avait pas résisté aux essais en raison de la surcharge de résonance au cours des essais, une réaction de la vapeur d’eau transformée en un mélange explosif d’hydrogène et d’oxygène (qui était la deuxième Stade du processus d’explosion) « , note le scientifique.

Une énorme explosion

Après l’explosion massive d’hydrogène dans l’espace fermé du réacteur, pour une raison quelconque, les joints d’étanchéité se sont répandus sur les parois de « deux ou plusieurs polycellules » de combustible nucléaire, atteignant une masse critique locale qui a entraîné une explosion « quasi atomique ». Ce n’est qu’après avoir pu déplacer « le couvercle supérieur » des « marmites » pesant plus de 2 000 tonnes qui dépassent de 90 degrés la zone active, de sorte qu’un nuage de plasma avec une température de 40 000 degrés se soit formé à l’intérieur du bloc a été remarqué par les témoins oculaires de l’accident de l’extérieur. La présence d’uranium hautement enrichi en U-238, qui était dissimulé au personnel, a été mise en lumière dans les premiers jours « après le débordement de la chambre de combustion », note Nikolai Kravchuk. « Et cela vient de créer une activité gamma de 17%, pour la reconvertir en plutonium-239 (avec une demi-vie d’un peu plus de 2 jours – ce qui était essentiel pour les suivants)! Il faut ajouter que l’effet sismique de l’explosion était d’une telle ampleur qu’il a ébranlé le bâtiment du bloc avec une masse de plusieurs dizaines de milliers de tonnes – il pourrait sans aucun doute provoquer le séisme local, qui avait également été enregistré.  » Cependant, malgré ces preuves évidentes, ils essaient de ne pas reconnaître le fait d’une explosion nucléaire, ainsi que leurs symptômes.

Une série de mauvaises décisions

En gros, cette explosion n’a pas immédiatement entraîné une contamination radioactive généralisée. L’augmentation violente des radiations au cours des jours suivants est due à l’augmentation progressive de la réaction du plutonium et à une série d’explosions grandement renforcées par un faux effacement au moyen d’eau et de sable, en supposant que le contenu du réacteur soit intact était.

La catastrophe n’a plus été évitée

« Si on avait immédiatement compris la nature des événements, il aurait été clair ce qu’il fallait faire – et il n’y aurait pas eu de tels déversements, sauf peut-être la chute de sacs d’acide borique! » la contamination radioactive de l’environnement – environ une douzaine de fois -, de sorte que ce qui était arrivé la veille au soir devienne inévitable, et que dorénavant l’acide borique n’aurait pas aidé … que la tâche la plus urgente doit être de se concentrer sur l’évacuation immédiate de la population de la zone des 50 km. « Toutefois, cela n’a pas été fait.

L’auteur meurt …

Defendants in Chernobyl accident trial. From left: plant director Viktor Bryukhanov, deputy chief engineer Anatoly Dyatlov, and chief engineer Nikolai Fomin during the trial. Photographed 7th July 1987.

Le destin de l’un des coupables immédiats de la catastrophe, Anatoly Dyatlov, qui a donné les ordres criminels et qui a également été informé des autres tests effectués sur le bloc, qui, selon l’intention de l’échelle derrière lui, a assuré à Tchernobyl le « coup de grâce » même si cela a échoué à l’étape précédente (malheureusement réussi). D’après Krawchuk, qu’est-ce qui « justifierait de comprendre ses actions ainsi que son comportement après la catastrophe – comme s’il avait garanti une peine beaucoup trop sévère? » 4 ans plus tard, en octobre 1990, après plusieurs lettres officielles portant la signature de l’académicien Sakharov, Jelena Bonner et d’autres fossoyeurs apparemment libéraux de l’URSS, il a été libéré prématurément à cause de sa maladie. Il a été soigné à la clinique de radiation de Munich et est décédé en 1995 d’une crise cardiaque.

… et la mafia se tait

Et Georgy Koptschinski, celui qui a donné l’ordre à Djatlov, est ensuite devenu responsable de l’énergie nucléaire au Comité central du PCUS du Département de l’industrie lourde et de l’énergie du Comité central du PCUS. Ayant précédemment travaillé à la centrale nucléaire de Tchernobyl, l’ancien chef du département Énergie atomique et industrie du Conseil des ministres de l’URSS et ancien vice-président du Comité d’État pour la sûreté nucléaire et radiologique de l’Ukraine a finalement été nommé directeur général de l’Agence ukrainienne de l’énergie atomique en 2000. il conseil dans le domaine de la sûreté nucléaire! Peut-être est-il l’un des initiateurs de l’incitation et de la dissimulation de Nikolai Kravchuk. Djatlov et Koptschinski ont tous deux publié leur propre récit de la catastrophe de Tchernobyl,

Kiev, nouvelle région, Sergei Dmitriev

L’unité becquerel, introduite dans le système d’unités SI, s’est révélée trop petite: 1 becquerel (Bq) = 1 désintégration nucléaire par seconde. Par conséquent, l’intensité de rayonnement est toujours exprimée en milliCurie (mCi) ou microcurie (μCi).

 

Н.В. Кравчук, Загадка Чернобыльской катастрофы. (Опыт независимого исследования). – М.: АИРО-XXI, 2011. 104 с. – NWKrawchuk Le mystère de la catastrophe de Tchernobyl (résultats d’une enquête indépendante), Moscou, AIRO-XXI, 2011, 104 p.) – ISBN 978-5-91022-153-0

Le livre peut être trouvé ici (russ.): Http://www.airo-xxi.ru/2009-12-27-19-12-47/doc_details/28– ou sous forme de fichier pdf:

acrobate Kravchuk_Chernobyl (russe)


Nikolai Kravchuk: La tragédie de Tchernobyl était planifiée!

Le but de l’affaire:

La centrale nucléaire de Tchernobyl a été dynamitée pour détruire l’URSS et séparer l’Ukraine de la Russie

D’après une entrevue avec dr. N.Krawtschuk.

Le physicien nucléaire ukrainien Nikolay Kravtchouk est convaincu: l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl a été provoquée par la destruction de l’URSS.

« L’explosion du réacteur … s’est produite dans la nuit du 26 avril … ce qui est fondamentalement impossible avec un nombre correct de barres de combustible. … si la quantité de barres de combustible était conforme à la réglementation, une telle explosion du réacteur n’aurait pas été possible en dix secondes, et elle n’aurait pas explosé! J’ai réussi à exprimer cette opinion lors de la conférence internationale Chernobyl +20 ‘à Kiev. Les collègues ont reçu mes commentaires avec intérêt et la direction de l’institut où je travaillais m’a demandé dès le lendemain d’être «virée» à ma propre demande. « 

Les premiers liquidateurs de la catastrophe ont tous reçu une dose de radiation fatale et beaucoup sont morts quelques jours après la tragédie (texte: « Nous remplissons la mission du gouvernement! »).

 

QUATRE EXPLOSIONS

Qu’avez-vous fait après votre libération?

Je suis devenu un retraité ordinaire, mais après un certain temps, ils m’ont appelé à notre institut de géophysique et m’ont demandé de continuer à travailler sur Tchernobyl. Ils m’ont donné six mois… J’ai fait un travail colossal puis j’ai rédigé un rapport… tous les scientifiques de la question de Tchernobyl ont produit des versions totalement contradictoires. Dans la tête tout a tourné! Mais plus tard, le « puzzle » a été créé … il y a eu des explosions dans la centrale nucléaire de Tchernobyl! Les autorités ont gardé ce secret, ils en ont officiellement rendu compte.

Comment savez-vous cela?

Vous n’avez pas besoin de sept rides sur votre front. Tout ce que vous avez à faire est d’étudier les informations existantes avec suffisamment de détails et de parler à des témoins. Ma version est la suivante: chaque explosion a été précédée par une série de circonstances – il s’est avéré … dans le réacteur … et dans l’ensemble du système du quatrième bloc.

1. … rien qu’avec le turbo-générateur TG-8, une expérience a été réalisée et le camp s’est ainsi séparé. Le roulement défectueux commence à vibrer. Cela a été transféré à la génératrice … si le personnel du quatrième bloc l’avait éteint à temps, il aurait freiné la rotation progressivement, la tragédie ne se serait pas produite. Mais les spécialistes de la centrale nucléaire étaient libres de faire le travail ce jour-là des essais … ceux qui étaient présents ce jour-là n’ont pas convaincu le chef, Anatoly Djatlov, de mettre fin à l’expérience et du réacteur. Il venait de recevoir l’ordre inverse d’en haut.
2. Le réacteur est à paroi simple – il a une connexion directe à la turbine … l’eau … dans le réacteur s’est réchauffée, s’est transformée en vapeur et est allée directement dans le pipeline du générateur … les vibrations résultantes ont été renvoyées au réacteur … elles sont devenues le Canaux des barres de combustible détruits … les barres de combustible non prévues des sous-marins nucléaires ont été détruites, il a formé l’élément explosif plutonium 239.

À la suite de l’accident, le quatrième bloc d’alimentation de la centrale nucléaire a été complètement détruit

Tout cela a conduit à une forte augmentation d’énergie et à une température élevée dans la zone active… l’approvisionnement en noyaux de graphite qui ralentissent le réacteur était épuisé. Au dire de tous, il aurait dû être changé un mois avant la ventilation. Cela pouvait être lu dans les instructions … Mais quelques semaines après l’accident, sur instructions de la direction de la centrale nucléaire de Tchernobyl, ces instructions ont été réécrites.

3. la situation dans son ensemble a abouti … à un endroit, un nombre suffisant d’éléments explosifs s’était accumulé … la masse critique a été atteinte et cela a conduit à la dernière, la quatrième, explosion.

… jusque-là … quand la première explosion a eu lieu … d’un coup … les parois du pipeline ont été détruites et la température dans le réacteur a augmenté rapidement. L’eau s’est progressivement transformée en vapeur, et ici, elle a immédiatement commencé à s’échapper de cette « marmite » dont le « couvercle » pesait 2 500 tonnes. Je dis cela uniquement à cause des images … il est donc plus facile d’imaginer un réacteur. Ils cuisent les pommes de terre et l’eau s’évapore. Seules les pommes de terre ne volent nulle part. Mais la vapeur soulève le couvercle. Lorsqu’une « explosion de vapeur » s’est produite à Tchernobyl, le couvercle s’est soulevé d’un demi-pouce – c’était suffisant – puis il l’a laissé tomber de nouveau. Il y avait un coup … c’était une explosion. Le « couvercle » est retombé au même endroit, mais dans le « pot » était encore l’eau, et le processus a été répété. C’est arrivé un deuxième coup. Dans le troisième, il restait de la vapeur dans cette « marmite », mais à des températures aussi élevées, une réaction de conversion de l’eau et de la vapeur en un mélange explosif d’hydrogène et d’oxygène … a éclaté. Mais elle était spatiale – sans centre.

Dans une telle explosion, les substances ne sont pas rejetées mais sont comprimées uniformément sur toute la circonférence du récipient. … à partir du combustible nucléaire existant – plutonium 239 – une masse critique a été formée. Et qu’est-ce que ça veut dire? Une explosion nucléaire classique! C’était le quatrième. Tout … au fond de la « marmite » s’est envolé, le « couvercle » pesant plus de deux mille tonnes a été démoli. Dans le bloc, un nuage de plasma avec une température de 40 000 degrés s’est formé. Des témoins oculaires ont remarqué l’incident. L’action sismique d’une explosion d’une telle force pourrait être tout à fait suffisante pour provoquer un séisme local … et cela a été enregistré. Malgré ces preuves évidentes, il a été tenté de clarifier le fait d’une explosion nucléaire, ainsi que ses symptômes,

En résulte-t-il que les conséquences les plus terribles sont dues à cette quatrième explosion?

Exactement! Mais cette explosion à elle seule n’aurait pas conduit à une contamination radioactive aussi énorme. La forte augmentation des radiations au cours des jours suivants est due à l’augmentation progressive de la réaction du plutonium et à une série d’explosions provoquées par la fausse trempe du réacteur … la demi-vie du plutonium est d’environ deux jours. Si les personnes impliquées dans la liquidation de l’incident avaient réfléchi un instant, elles se seraient rendues compte que d’autres explosions étaient possibles pendant cette période. En fin de compte, cela s’est également produit – il y a eu des explosions, mais déjà des plus faibles … elles ont conduit exactement à la propagation du rayonnement radioactif sur de vastes territoires. Si les liquidateurs avaient deviné que le réacteur pourrait être immobilisé avec de l’acide borique, aurait été les explosions ultérieures, ainsi que la propagation des radiations à éviter. Mais au lieu de cela, ils ont essayé d’arrêter le réacteur avec du sable et de l’inonder d’eau. C’est une ignorance élémentaire de la physique qui a conduit à cette terrible tragédie! … et combien de membres de l’académie y ont été, et combien d’organisations y étaient, mais … ils ne pouvaient pas expliquer les choses les plus élémentaires … chaque physicien atomique devrait le savoir grâce à ses études. qui a conduit à cette terrible tragédie! … et combien de membres de l’académie y ont été, et combien d’organisations y étaient, mais … ils ne pouvaient pas expliquer les choses les plus élémentaires … chaque physicien atomique devrait le savoir grâce à ses études. qui a conduit à cette terrible tragédie! … et combien de membres de l’académie y ont été, et combien d’organisations y étaient, mais … ils ne pouvaient pas expliquer les choses les plus élémentaires … chaque physicien nucléaire devrait le savoir grâce à ses études.

UN MEDICAMENT ALIMENTAIRE GIGANTIQUE

Mais vous prétendez que l’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl était une action planifiée …

Ce n’est pas ce que j’ai dit, ce sont les personnes qui ont pris connaissance de mes enquêtes. L’un des membres de l’Académie a étudié les résultats de mes recherches et a reconnu que celles-ci représentaient l’image la plus complète de toutes les théories physiques connues à ce jour … Il a ajouté: « Nikolay Vasilyevich, j’ai eu l’impression qu’il s’agissait d’un crime brillamment planifié! » Nous ne pouvions pas expliquer cela à l’époque – c’était beaucoup trop dangereux. Tout est simple ici: même en août 1986, lors de la réunion de l’AIEA, la version officielle des événements survenus à la centrale nucléaire de Tchernobyl et sa principale conclusion étaient présentées: « La combinaison très improbable de violations de la commande et des instructions de fonctionnement,

Le cimetière de la technologie contaminée – l’un des lieux de prédilection pour les randonnées pédestres

L’académicien Emlen Sobotovich a convenu avec moi qu’il n’aurait pas eu à concrétiser quoi que ce soit , ni à ériger l’énorme sarcophage sur les lieux de l’accident. Il aurait suffi d’inonder le tout d’un mélange spécial: cela ne permet pas aux gaz de se répandre… L’autre jour, 20 heures après l’accident, il n’y aurait pas eu de danger nucléaire. Et même pas aujourd’hui … toutes ces actions à couvrir sont un gaspillage de fonds! Maintenant, la prochaine « couverture » est à nouveau construite. Alors, des milliards sont gaspillés, pour ne rien rater et pour que tout le monde s’en débarrasse. Une énorme mangeoire!

Nombreux sont ceux qui comptent sur leur travail pour affirmer que la catastrophe de la centrale nucléaire de Tchernobyl était la condition préalable à la destruction de l’URSS …

Pourquoi pas Je suppose que les principaux « architectes » de la catastrophe de Tchernobyl étaient ceux qui voulaient également provoquer la destruction de l’Union soviétique. Sous la direction du Comité central de Gorbatchev du PCUS, l’explosion du réacteur avait été planifiée à l’avance et réalisée, et la responsabilité en était clairement imputée au personnel de la centrale. Même dans la liquidation des conséquences de l’accident accordé à Gorbatchevl’instruction « de faire quelque chose immédiatement, afin que seules ses négociations avec l’Occident ne soient pas perturbées ». Et puis les gens ont juste fait quelque chose qui leur est venu à l’esprit en premier. La réaction à l’accident a été convulsive et nullement scientifique. La principale cause de la propagation des radiations… n’était pas l’explosion, mais les mauvaises actions des liquidateurs et les mauvaises instructions des dirigeants.

Comparaison de la tragédie ukrainienne avec la récente explosion de Fukushima – qui était plus dangereux?

Ce sont deux choses différentes: à Tchernobyl, beaucoup plus de matières radioactives sales ont été éjectées et au Japon, seules les matières radioactives ont explosé. Mais la catastrophe de Tchernobyl est des dizaines de fois inférieure à Fukushima! Notre accident a touché 6% du territoire ukrainien et 23% du Belarus. La demi-vie des isotopes du césium 134 et du strontium 90 est de 28 ans. Après quelques années, cela ne voudra plus rien dire. Mais le plutonium est dangereux et il s’est envolé du centre de l’explosion à quelques kilomètres … il a explosé de Fukushima, dont on se souviendra des conséquences pendant de nombreuses années. Et le pire de tout: la radioactivité est entrée dans l’eau, où vivent les poissons,

La centrale nucléaire japonaise « Fukushima-1 » après l’explosion de mars 2011 a d’abord été refroidie à l’eau, mais il était temps de comprendre que cela ne ferait qu’augmenter la propagation des radiations

Cela signifie-t-il que nous ne serons pas protégés contre des tragédies similaires à l’avenir?

… Vous pouvez faire exploser n’importe quel réacteur sur demande! Tout dépend des possibilités, qui le veut, qui le fera. Rien n’explose tout seul. Si les instructions sont suivies, comment manipuler la technique et si vous connaissez un peu la physique … rien n’est impossible avec de tels objets stratégiques!

Sources: un ancien officier  du KGB qui veut resté anonyme!


L’ENVIRONNEMENT de CHERNOBIL

 

 

 

 

 

 

 

Réécrire l’histoire:en 1941: Les Ukrainiens accueillent Hitler comme libérateur (ARTICLE ET VIDEO)

Dans la vidéo ci-dessous, les Ukrainiens accueillent la juste armée allemande en tant que libérateurs de la tyrannie et de la sauvagerie communistes.

 

Comme vous le voyez,votre  humble serviteur ne se traîne pas les pieds ou ne perd pas son temps devant la télé:je vais continuer d’ajouter des chapitres importants à la réécriture de l’histoire,car  nous vivons dans une époque ou l’on déforme la vérité.

J’en sais quelque chose  car  je vis au Québec et  c’est un petit paradis pour les menteurs et les déformateurs de Vérité.J’espère simplement éveiller le maximum de gens possible!

Aussi ,on nous a tellement menti sur l’Allemagne et la Deuxième Guerre Mondiale que je vais continuer un peu dans ce sens,pour finir le mois de mars 2019.


 

Les femmes ukrainiennes pleurent la mort de leurs maris qui avaient été rassemblés et exécutés en masse par des agents de la NKVD et des Juifs locaux qui ont collaboré avec les occupants communistes de leur pays. Les Ukrainiens ont pris part avec ardeur à la lutte contre l’abomination bestiale d’une nation: l’URSS (l’Ukraine en était une colonie juive de facto depuis 1917).

Une famille affamée…en 1932

Ce que les Juifs ont fait en Ukraine (après avoir vécu l’holocauste soviétique de 6 à 10 millions de leur peuple dans l’Holodomor de 1932 une décennie plus tôt) Les pays européens entrés dans l’occupation communiste soviétique à la fin de 1939 et au début de 1940 – c’est-à-dire qu’ils trahissent le pays en collaborant avec les hordes d’envahisseurs / occupants d’assassins et de violeurs, je parle des communistes soviétiques.

 

 

 

Réécrire l’histoire des origines de l’homme selon d’anciens textes sumériens

monstre sumérien du chaos et dieu soleil. ( Wikipedia )

 

Sumer , ou «pays des rois civilisés», prospéra en Mésopotamie , l’actuel Irak, vers 4500 av.Les Sumériens ont créé une civilisation avancée avec son propre système de langage et d’écriture élaborés, d’architecture et d’art, d’astronomie et de mathématiques. Leur système religieux était complexe et composé de centaines de dieux. Selon les textes anciens, chaqueville sumérienne était gardée par son propre dieu; et tandis que les humains et les dieux vivaient ensemble, les humains étaient des serviteurs des dieux.

Le mythe de la création sumérienne peut être trouvé sur une tablette à Nippour, une ancienne ville mésopotamienne fondée vers 5000 av.

La création de la Terre ( Enuma Elish ) selon les tablettes sumériennes commence comme ceci:

« Quand au plus haut des cieux le ciel n’était pas nommé,
et la terre ne portait pas encore de nom,
et le primitif Apsu, qui les engendra,
et le chaos, Tiamut, leur mère à la fois.
Leurs eaux se mélangèrent,
et aucun champ ne fut formé. , aucun marais ne devait être vu;
Quand des dieux n’avaient été appelés,
aucun ne portait un nom, et aucun destin n’était ordonné;
Alors furent créés les dieux au milieu du ciel,
Lahmu et Lahamu furent appelés à être … »

La mythologie sumérienne prétend qu’au début, des dieux de type humain régnaient sur la Terre. Quand ils sont venus sur la Terre, il y avait beaucoup de travail à faire et ces dieux ont travaillé le sol, creusant pour le rendre habitable et en exploitant ses minéraux.

Tablette sumérienne représentant Enki dans le mythe de la création.

Les textes mentionnent qu’à un moment donné les dieux se sont mutinés contre leur travail.

« Quand les dieux, comme les hommes,
enduraient le travail et subissaient les conséquences
Le travail des dieux était difficile,
le travail était pénible, la détresse était considérable. »

Anu , le dieu des dieux, admit que leur travail était trop difficile. Son fils Enki , ou Ea, proposa de créer un homme pour supporter le travail. C’est donc avec l’aide de sa demi-soeur Ninkiqu’il le fit. Un dieu a été mis à mort, et son corps et son sang ont été mélangés avec de l’argile.À partir de ce matériau, le premier être humain a été créé, à la ressemblance des dieux.

« Vous avez massacré un dieu ensemble.
Avec sa personnalité,
j’ai supprimé votre lourd travail et
j’ai imposé votre travail à l’homme.

Dans l’argile, Dieu et l’homme
seront liés
à une unité réunie;
Ainsi, jusqu’à la fin des jours,
la chair et l’âme
qui dans un dieu ont mûri –
cette âme dans une parenté de sang soit liée. »

Ce premier homme a été créé en Eden, un mot sumérien qui signifie « terrain plat ». Dans l’épopée de Gilgamesh , Eden est mentionné comme le jardin des dieux et se situe quelque part en Mésopotamie, entre le Tigre et l’Euphrate.

Initialement, les êtres humains étaient incapables de se reproduire par eux-mêmes, mais ont ensuite été modifiés avec l’aide d’Enki et de Ninki. Ainsi, Adapa a été créé en tant qu’être humain pleinement fonctionnel et indépendant. Cette « modification » a été fait sans l’approbation du frère d’ Enki , Enlil , et un conflit entre les dieux ont commencé. Enlil devint l’adversaire de l’homme, et la tablette sumérienne mentionne que les hommes servent les dieux et subissent beaucoup de difficultés et de souffrances.

Adapa, avec l’aide d’Enki, est monté à Anu où il n’a pas répondu à une question sur « le pain et l’eau de la vie ». Les opinions varient sur les similitudes entre cette histoire de création et l’histoire biblique d’ Adam et Eve en Eden .

Adam et Ève

Question:

Les quatre fleuves nous mènent-ils au jardin d’Eden?

Le jardin d’Éden avec la chute de l’homme par Jan Brueghel l’Ancien et Pieter Paul Rubens, ( Domaine Public )

Dans le livre biblique de la Genèse, chapitre 2, la description des quatre fleuves d’Éden fournit des indices pour localiser le jardin de paradis perdu. Suivre ces indices mène à une connexion entre la ville perdue d’Akkad et Eden.

La nature de la rivière Eden

 10 Un fleuve sortit d’Eden pour arroser le jardin. et de là il se sépara et devint quatre têtes.

Les lecteurs modernes de la Bible confondent souvent l’expression «de là elle s’est divisée et est devenue quatre têtes» pour signifier que les sources de quatre rivières ont leur origine dans l’Eden. En fait, le contraire est indiqué. D’Eden, une rivière se jette dans quatre rivières, dont le Tigre et l’Euphrate. Ces rivières vont ensuite vers l’extérieur pour devenir des rivières séparées, chacune formant sa propre tête. En termes simples, une rivière a traversé ou à proximité du jardin, puis a rejoint quatre rivières distinctes.

Au verset 10, bien que les écrivains disposent de nombreux mots pour désigner un fleuve, l’ancien mot hébreu utilisé est nahar, qui désigne généralement un grand fleuve comme le Nil ou l’Euphrate, mais peut également désigner la mer.

Une carte du Tigre – Euphrate dans la région de l’ancienne Babylone )

Une autre erreur courante dans l’identification de ces rivières est notre perspective moderne selon laquelle une rivière commence à sa source et finit ensuite où elle se disperse dans la mer. Pour un ancien peuple riverain, qui n’avait jamais vu une image de son monde vue par satellite, une rivière était un parcours que l’on pouvait parcourir. Comme indiqué par l’utilisation du mot nahar, une rivière pourrait aussi être la mer. Une fois que vous avez émergé dans la mer d’une rivière, vous voyagiez encore sur un nahar .

Dans l’Antiquité, le Tigre et l’Euphrate étaient reliés par de multiples canaux reliant efficacement les deux fleuves en un vaste réseau aquatique. Dans l’Antiquité, les deux grands fleuves sont entrés séparément dans le golfe Persique. Pour une personne se tenant le long d’un canal d’irrigation qui reliait les fleuves Tigre et Euphrate dans la région de Babylone, les voies navigables disponibles se dirigeraient effectivement dans quatre directions.

Le fleuve Euphrate ( domaine public )

Les deux rivières ambiguës

11 Le nom du premier est Pishon; c’est cela qui entoure tout le pays de Havila, où il y a de l’or;

Le nom Pishon vient de la racine puwsh , qui signifie grossir, se répandre ou être dispersé. Si un voyageur partait vers le sud sur le Tigre, c’est exactement la condition qu’il trouverait lorsque la rivière cèderait la place à un marais.

12 et l’or de ce pays est bon; il y a le bdellium et la pierre d’onyx.

En suivant la rivière dans la mer et en continuant sur sa rive orientale, le voyageur sillonnera les déserts du sud de l’Iran et du Pakistan. En effet, le mot Havilah peut être attribué à la racine chuwl qui signifie circulaire, à tordre ou à tourbillonner, ou se tordre de douleur et à la racine gloussante qui signifie sable.

L’identification de Havilah en tant que source de bdellium, résine pour la fabrication de l’encens, et d’onyx fait également allusion à l’Iran et au Pakistan. L’écrivain grec Theophrastus et Pline l’Ancien ont tous deux identifié des régions de l’Afghanistan comme étant la source du bdellium et, aujourd’hui encore, le Pakistan est l’un des rares fournisseurs d’Onyx.

Le Tigre à Êlih-Hafizbiniyan

13 Le second fleuve s’appelle Gihon; le même est celui qui entoure tout le pays de Cush.

Gihon vient de la racine giyach, qui signifie jaillir. Cela a peut-être décrit comment un ancien voyageur aurait pu expérimenter le puissant Euphrate lorsqu’il se serait finalement vidé dans le golfe Persique. En suivant la rive ouest de ce parcours, le voyageur finirait par se retrouver autour de la péninsule arabique et de rencontrer l’Afrique où se trouve la terre attendue de Cush, l’Éthiopie ancienne.

14 Le troisième fleuve s’appelle Tigris. c’est cela qui va vers l’est de Assur. Et le quatrième fleuve est l’Euphrate.

Les cartes modernes montrent encore comment le Tigre suit le flanc est du pays connu sous le nom d’Assyrie par les Grecs et d’Assur par ses habitants. L’Euphrate était probablement si connu qu’il n’avait pas besoin d’appellation. Cela nous laisse avec quatre rivières qui sont reliées par des canaux formant un grand réseau de rivières en forme de x.

Est-ce que les rivières nous mènent à Eden?

Alors, où est-ce que cela place le jardin? Si nous recherchons une rivière qui sort de la steppe et pénètre à proximité du cours conjoint des fleuves Tigre et Euphrate, l’œil ne peut s’empêcher d’être attiré par la rivière Diyala, dans l’est de l’Irak. Encore aujourd’hui, la province irakienne de Diyala est connue pour ses oranges et possède l’une des plus grandes oliveraies de la région.

Les quatre rivières d’Eden

15 Et l’Éternel Dieu prit l’homme et le plaça dans le jardin d’Eden pour le vêtir et le garder .

La description du jardin le définit comme étant le centre d’un réseau commercial. La localisation du jardin d’Eden sur la base de la vision du monde du commerce marchand coïncide avec le terme actuel de jardin dans le texte ancien qui est gan . Le mot gan fait spécifiquement référence à une zone clôturée qui a probablement été utilisée pour abattre des animaux ainsi que pour protéger des biens, en l’occurrence vraisemblablement à titre de tribut ou de commerce.

La connexion Akkad

Un texte ancien, « La malédiction d’Akkad », raconte l’époque qui suivit la chute d’Akkad, vers 2000 avant JC, lorsque, au milieu des invasions gutiennes, le chaos et la violence envahissaient tellement la terre que les jardins devaient être placés derrière les murs villes.

L’introduction de l’homme dans le jardin pour «habiller et garder» révèle davantage le langage du commerce. Le terme «robe» est abad en hébreu. Abad signifie servir d’ouvrier ou dans ce cas peut-être d’agriculteur. Ce sens est renforcé par le mot «garder» qui, dans l’ancien texte, est shamar , un mot qui signifie rester sur ses gardes.

Les archives de l’ancien Irak regorgent d’accords contractuels entre des propriétaires propriétaires de grands troupeaux et de grands bosquets et des bergers et des gardes qui s’occupaient de leurs troupeaux et de leurs denrées alimentaires en tant que travailleurs spécialisés. L’avènement de l’élevage à grande échelle et de l’agriculture irriguée, ainsi que la connexion au monde par de vastes réseaux commerciaux, font partie de l’héritage de la Mésopotamie. Des enclos clôturés et des enclos sécurisés auraient été monnaie courante et bien connus à Babylone à l’époque de la captivité hébraïque, quand il est possible que les récits de la Genèse aient été écrits. Pendant ce temps, Akkad et l’empire Akkadien auraient été évoqués dans les légendes d’un âge d’or qui se terminait à cause des péchés de ses dirigeants.

Akkad, un centre commercial connu, se trouvait probablement dans ou à proximité de la province irakienne de Diyala. Le placer à l’est de Babylone. Cela correspond à l’affirmation selon laquelle Eden serait un jardin orienté vers l’est. Pendant plus de deux mille ans, le centre commercial du monde a été Babylone, où, pendant un certain temps, les Juifs ont langui en exil. Ici les rois ont réclamé la domination sur les quatre quarts de la Terre. Les marchés de la Terre pourraient être atteints en empruntant l’une de ses quatre grandes voies navigables au nord, au sud, à l’est et à l’ouest. Du côté est de ces rivières se trouvait une steppe fertile qui regorge de jardins à ce jour.

Le jardin d’Éden par Erastus Salisbury Field 1860 ( Domaine Public )

 

 

 


EN COMPLÉMENT

L’ÉPOPÉE DE GILGAMESH

L’épopée de Gilgamesh est peut-être la plus ancienne histoire écrite de la planète. Il nous vient de l’ancien Sumeria et avait été écrit à l’origine sur 12 tablettes d’argile en écriture cunieform. Il s’agit des aventures du roi historique d’Uruk (entre 2750 et 2500 av. J.-C.).

Le traducteur a choisi d’éliminer la tablette XII pour des raisons personnelles, avec le soutien de nombreux experts littéraires, archéologiques et linguistiques, car il semble s’agir davantage d’une suite aux onze premières tablettes. Elle contient une histoire sur le fait qu’Enkidu se soit porté volontaire pour récupérer des objets abandonnés par Gilgamesh. dans le Netherworld.

Cette traduction est basée sur l’édition « standard » « akkadienne », mais est complétée d’extraits de l’ancien babylonien si nécessaire.

J’ai révisé cet ensemble de documents de manière approfondie, mais si vous y trouvez une erreur typographique, merci de me le faire savoir. 

LIENS VERS LES TABLETTES 


 

Réécrire l’histoire complexe des joints de cylindre mésopotamien

Image du haut: Sceau de Greenstone, néo-sumérien, vers 2100 av. J.-C., de Babylone.

Un sceau cylindrique est un petit objet cylindrique sur lequel sont gravés des images, des mots ou les deux. Les sceaux cylindriques sumériens seraient roulés sur de l’argile humide pour faire bonne impression. Lorsque l’argile séchée, un sceau serait formé. Les sceaux étaient utilisés à différentes fins à Sumer, notamment pour les transactions commerciales, la décoration et la correspondance. Parfois, les images présentées sur le sceau peuvent être assez complexes et belles. Les sceaux de cylindre étaient utilisés par diverses cultures de l’ancien Proche-Orient, y compris les Sumériens, les Akkadiens, les Hittites et les Perses.

Matériaux et utilisations des joints de cylindre sumériens

Selon certains spécialistes, les sceaux à cylindre auraient été utilisés pour la première fois en Syrie entre le 8ème et le 7ème millénaire avant notre ère. D’autres, cependant, ne sont pas d’accord, arguant qu’ils ont été inventés à Sumer (dans l’Irak moderne) autour du 4ème millénaire avant notre ère. Certains spécialistes ont fait valoir que les cachets de timbre avaient précédé les scellés de cylindre, tandis que d’autres ont proposé que les deux soient utilisés simultanément.

 

Les sceaux cylindriques sumériens étaient généralement en pierre (commune et semi-précieuse), tels que l’améthyste, l’obsidienne, l’hématite et le lapis-lazuli (préférés pour la beauté de la pierre bleue). Néanmoins, d’autres matériaux, notamment le verre, la céramique, l’or, l’argent, le bois, l’os et l’ivoire, ont également été utilisés pour fabriquer ces objets dans le monde antique.

Un sceau cylindrique d’hématite néo-sumérien (vers 2150-2000 av. J.-C.) décrivant la présentation d’un fidèle devant une divinité assise. Une déesse intercédant, vêtue d’une robe à plusieurs niveaux, conduit le fidèle, qui place une main devant son visage dans un geste pieux. L’inscription en trois lignes indique le nom et l’occupation du propriétaire du phoque: « Lugal-dugedu, le scribe, fils de Ur-dingira. »

 

Les joints de cylindre sumériens ont été utilisés à diverses fins. Par exemple, des trous pourraient être percés dans ces joints, de sorte qu’ils pourraient ensuite être utilisés comme une sorte de collier ou épinglés sur un vêtement. Un exemple de ce type de sceau cylindrique sumérien a été trouvé sur les restes du squelette de la reine Puabi au cimetière royal d’Ur. Le sceau de la reine avait également un capuchon en or, qui était fixé à une extrémité du cylindre avec du bitume. Le sceau du cylindre, ainsi que sa casquette en or, auraient été portés par la reine pour montrer son statut élevé. Certains sceaux de cylindre sumériens ont également été utilisés comme amulettes pour éloigner les mauvais esprits et apporter chance et prospérité à ceux qui les portaient.

Sceau-cylindre de la « dame » ou de la « reine » (NIN sumérien) Puabi, v. 2600 av. Scène de banquet typique de la première période dynastique. )

 

En plus d’être des symboles de statut et des amulettes, les sceaux cylindriques sumériens ont également des utilisations pratiques. Par exemple, ils étaient utilisés comme une sorte de signature pour les documents, qui se présentaient sous la forme de tablettes d’argile. En utilisant le sceau pour faire une empreinte sur un morceau de tablette d’argile humide, une personne peut certifier que ledit document est authentique. Ce besoin d’authentification des documents est apparu avec la montée en puissance de la bureaucratie, qui s’est produite en Mésopotamie, en particulier dans la partie méridionale, où elle était plus complexe, au cours du IVe millénaire av. Dans le commerce, les sceaux de bouteilles pourraient être utilisés pour garantir que les marchandises stockées ne soient ni altérées ni volées. Ainsi, des empreintes faites par des joints de bouteilles ont été retrouvées sur de l’argile utilisée pour sceller des bocaux de stockage ou les portes de salles de stockage de l’ancien Sumer.

Avant que l’écriture ne soit ajoutée, cette tablette, un reçu, était marquée d’un sceau cylindrique datant du règne du roi Shulgi d’Ur. On voit encore une représentation sumérienne (Ur III) typique représentant un fidèle debout avec une main levée et trois lignes d’une inscription portant le nom d’un scribe – suggérant que le sceau a pu appartenir à la personne qui a écrit la tablette. . (2100-2050 BC)

 

 

Les sculptures complexes des joints de cylindre sumériens

Les dessins des joints cylindriques sumériens ont également attiré beaucoup d’attention, car il s’agit de sculptures complexes comportant différents thèmes. Les sceaux de Sumer portaient généralement sur trois sujets principaux: les thèmes du concours, les scènes de banquet et les thèmes religieux. Des divinités, des humains, des animaux, des plantes et une iconographie religieuse apparaissent tous sur ces artefacts. Les autres conceptions trouvées sur les sceaux cylindriques sumériens peuvent inclure des conceptions géométriques et des inscriptions en écriture cunéiforme.

Joint de cylindre en hématite, sumérien, 2112-2004 av. ( Université Johns Hopkins ) La scène sur ce sceau représente la «scène de présentation» standard de la période Ur III, montrant un adorateur humain – représentant probablement le propriétaire du sceau – dirigé par une déesse devant une divinité intronisée. Une inscription, écrite en cunéiforme, identifie son propriétaire comme étant «Aḫa-nīšu, serviteur de Nūr-Šulgi».

 

Sceaux de cylindre sumériens aujourd’hui

Dans les archives archéologiques, les deux sceaux de cylindre et l’argile sur lequel ils avaient été gravés ont été retrouvés. De nombreux sceaux cylindriques sumériens sont exposés dans des musées du monde entier. Le musée irakien de Bagdad, par exemple, disposait d’une collection de 7 000 sceaux de cylindre, dont la plupart ont été pillés lorsque Bagdad est tombé aux mains des forces américaines en 2003. Ces précieux objets n’ont pas encore été récupérés.

Les joints de cylindre ont continué à être utilisés jusqu’au 1er millénaire avant notre ère. Dans le Spurlock Museum, dans l’Illinois, par exemple, des phoques remontent à 450 ans avant notre ère. Néanmoins, au cours de ce millénaire, les tablettes d’argile ont été progressivement remplacées par du parchemin de papyrus en tant que support d’écriture de choix pour le monde antique. En conséquence, les joints de cylindre ont commencé à tomber de la mode et sont finalement devenus obsolètes. Cependant, les sceaux de bouteilles sumériens et autres demeurent des biens précieux dans les collections de nombreux musées à travers le monde.

Sceau de quartz en calcédoine représentant un personnage barbu tenant une épée courbée. Il a un pied sur le dos d’un oiseau de proie qui tourne la tête en arrière vers le dieu. L’inscription sumérienne en cinq lignes se lit comme suit: Marduk, grand seigneur, le noble, entre les mains de qui sont confiées les décisions au ciel et sur la terre, que le serviteur qui vous révère soit heureux de se réjouir devant vous. Dans la collection du British Museum.

 

 

 

 

 

Des têtes humaines étonnantes: les photographies satellites prouvent-elles l’existence de l’homme en Antarctique… il y a 6000 ans?

Des informations géographiques et cartographiques précises concernant le continent antarctique n’ont été réellement découvertes qu’en 1822. Cependant, en contradiction directe, les anciennes cartes révèlent que l’Antarctique est totalement exempt de glaciation des milliers d’années auparavant.

Selon les experts en cartographie et océanographie anciennes, seule une culture maritime très avancée explorant l’Antarctique après la fin de la dernière période glaciaire, il y a 11 000 ans, aurait pu créer de telles cartes. Alors, qui était cette civilisation soudainement incroyablement avancée?

Le magnifique mais formidable paysage de l’Antarctique.

 

L’incapacité de trouver une réponse acceptable à ce mystère cartographique a conduit à penser que les anciennes cartes étaient produites par des extraterrestres extrêmement avancés, car pour produire des cartes d’énormes masses continentales, elles ne pouvaient être tracées avec précision que d’un point de vue aérien, à l’aide d’appareils d’arpentage spécialement conçus pour le but!

Prenons une position  rationaliste ,comme les professeurs d’universités actuels qui ne veulent pas toucher au paranormal  et au réalisme fantastique.

Ainsi, à l’exclusion des extraterrestres (soyons frileux), quels cartographes très avancés sur le plan technique pourraient parcourir notre planète plusieurs milliers d’années avant Columbus, et autres? D’où viennent-ils et comment ont-ils acquis l’expertise et la capacité de navigation nécessaires pour naviguer dans de vastes océans et, surtout, pour enregistrer leurs découvertes sur des cartes qui auraient été la source d’informations transmises à des explorateurs «modernes» comme Columbus, Cook, Magellan ou Vasco da Gama, par exemple.

 

Une photographie satellite surprenante révèle le passé lointain de l’Antarctique

Pour citer un exemple, il y a la carte « Buache » du XVIe siècle qu’il prétend avoir été réalisée par une très ancienne civilisation, qui cartographiait avec précision le continent de l’Antarctique, dépourvu de sa calotte glaciaire d’un mile de profondeur. Cependant, sans aucune preuve concrète pour étayer ses affirmations, les experts soupçonnent que la carte de Buache était probablement le produit d’une imagination vive. Mais était-ce? Nous verrons plus tard.

« Carte des terres du sud comprise entre le tropique du Capricorne et le pôle Antarctique, où les nouvelles découvertes faites en 1739 au sud du cap de Bonne-Espérance peuvent être vues », de Philippe Buache.

 

 

Auteur, archéologue de l’espace et chercheur indépendant, William James Veall a tiré parti de l’étroite extension actuelle de la déglaciation côtière en Antarctique et a utilisé la photographie satellite à télédétection pour exposer un grand nombre de têtes humaines et de portraits d’animaux absolument étonnants, ainsi qu’un matériel inscriptif démontrant clairement que quelqu’un avait touché dans au moins trois zones distinctes du littoral antarctique dans un passé lointain.

FIGURE 1: Carte moderne de l’Antarctique indiquant la partie du littoral de la mer de Ross, l’objet de l’archéologue de l’espace, William James Veall, sondé par satellite de télédétection (en rouge) et le segment sans glace prolongé du littoral de la mer de Ross, comme indiqué dans l’annonce 1512 cartes d’Oronteus Finaeus (indiquées en vert).

 

William Veall poursuit: Beaucoup de lecteurs d’Antiquités Anciennes savent déjà que j’utilise la technique de la photographie satellite à télédétection pour exposer des images au sol: sculptures rupestres, intaglios, pictogrammes, pétroglyphes et symboles d’épigraphie. Actuellement, je suis également impliqué dans l’utilisation de la technologie par satellite pour le service extrêmement important de détection, de préservation et de protection des sites archéologiques du monde entier contre le vol et les actes de vandalisme. (GlobalXplorer)

En utilisant cette même technique, j’ai très bien réussi à tracer le littoral «houblon» de voyageurs transocéaniques en Amérique du Sud, le littoral nord-américain, Terre-Neuve, la côte ouest de l’Afrique, l’Uruguay et même le long de la côte est de l’Australie ( voir tableau 1) avec quelques révélations incroyables.
FIGURE 2: Tableau 1. Anciens symboles découverts le long de la côte est de l’Australie par William James Veall, mars 2017.

 

L’Antarctique était-il une fois sans glace?

Après une incursion assez fructueuse le long de la côte est de l’Australie, j’ai décidé de tenter ma chance et de mettre à l’épreuve la déclaration faite par le géographe, cartographe et mathématicien grec, Marinus de Tyr, qui, en 400 av. J.-C., avait eu connaissance d’une ancienne carte illustrant Antarctique sans glace.

Logiquement, le point le plus proche de tout contact transocéanique avec l’Antarctique utilisant comme guide la côte est de l’Australie serait de traverser l’Atlantique Sud, de pénétrer dans le cercle antarctique et de débarquer à un point situé à peu près dans la région de Wilkes Land; la même région que celle choisie par Ross en 1840-1843.

 

Il n’est pas déraisonnable de supposer sur le principe que le littoral extrême oriental de l’Australie se dirige vers le sud, suivant à peu près tout le méridien de 153 ° selon lequel les anciens explorateurs auraient «sauté la côte» de ce méridien par paliers faciles à mesurer, connus dans l’ancien langage de navigation les latitudes »en conjonction avec certaines constellations aériennes, leur permettant ainsi de traverser les océans jusqu’à atteindre le continent antarctique.

Après un balayage préliminaire de la plus grande partie du périmètre antarctique, une partie déglacée de la région de la mer de Ross semblait être la seule zone susceptible de fournir suffisamment de données factuelles et factuelles pour que ce «coup dans le noir» ait une réelle signification pour répondre à la question. : Existe-t-il des signes d’activité autochtone ou externe pouvant expliquer le fait que diverses cartes marines anciennes prétendent montrer que tout ou partie du littoral de l’Antarctique est exempt de glace?

Ainsi, premièrement, comment Marinus de Tyr a-t-il appris l’existence de «l’Antarctique» en 400 av. J.-C. et deuxièmement, Buache at-il réellement accès à des cartes anciennes lui permettant de construire ce qu’il prétend être une représentation fidèle du continent antarctique? moins sa couverture de glace et de neige gelées?

Apparemment, c’est Aristote qui a informé Marinus de l’existence d’un continent nommé «Terra Australis» entourant le pôle Sud. Marinus a ensuite marqué la carte du monde qu’il compilait à partir d’autres cartes anciennes portant le même titre. Mais, ce qui est le plus fascinant, sa carte montre Terra Australis (Antarctique) sans le bouclier de glace traditionnel. Cependant, les cartes anciennes que Marinus aurait utilisées mystérieusement « ont disparu », nous n’avons donc aucun moyen de vérifier son histoire.

Par la même occasion; Cela n’explique pas comment d’autres anciens cartographes, comme Oronteus Finaeus et Hadji Ahmed, pourraient également prétendre avoir accès à des cartes datant de 6 000 ans (4000 ans av. J.-C.) représentant le continent de l’Antarctique complètement dépourvu de glace. D’où viennent leurs cartes et qui les a compilées? Je crois que j’ai peut-être eu une réponse par hasard.

Oronteus Finaeus (ou Oronce Finé),

À la recherche de la route des explorateurs

Je dois avouer qu’avant mon coup de feu antarctique – à part le fait de savoir que l’Antarctique abritait le pôle Sud … et quelques pingouins – je n’avais aucune idée préconçue sur cette région recouverte de glace, à l’extrémité sud de la planète Terre. . Imaginez ma surprise de découvrir par hasard que j’avais suivi la voie maritime désormais connue des explorateurs «modernes» vers l’Antarctique et que, par mégarde, ma sonde de télédétection avait atterri pratiquement au même ancrage choisi par Amundsen (1911-1912) et Scott (1910-1913) ).

En contournant le cap Adare et dans la mer de Ross, j’ai balayé la côte est le long d’un tronçon où la mer de Ross borde la terre Victoria. C’est tout à fait par hasard qu’une partie du rivage déglacié s’est retirée un peu à l’intérieur des terres, laissant à découvert un tronçon de deux kilomètres environ, bien que certains endroits soient encore recouverts de traces de glaciation. Selon les études scientifiques les plus récentes, le bouclier de glace de l’Antarctique oriental a même commencé à fondre au cours des vingt dernières années à un rythme alarmant, probablement à cause du réchauffement de la planète.

J’avais à peine franchi la moitié du terrain sur le littoral de la mer de Ross lorsque j’ai eu le choc de ma vie!

Têtes humaines

Le satellite avait capturé très clairement une image de tête humaine (portrait) en regardant depuis le terrain rocheux. (Figures 7 et 7a) Cela n’était pas censé se produire: la présence de l’humanité sous quelque forme que ce soit, préhistorique ou autre, n’a jamais été détectée en Antarctique. logiquement, soyez un territoire vierge exempt de tout peuple autochtone préhistorique jusqu’à bien après la fin du grand âge glaciaire, il y a 12 000 ans.

FIGURES 7 et 7a: Le tout premier portrait que j’ai découvert sur l’Antarctique; Cette étonnante figure coiffée d’un chapeau tricorne est sculptée dans une surface rocheuse déglacée de 25 mètres de hauteur sur 32 mètres de largeur. Elle présente une tête humaine, d’apparence caucasienne, avec des traits faciaux gentils et des yeux légèrement épicanthic et expressifs. La joue gauche (face) est piquée avec une «étoile» de style crétois; le front avec une pointe de diamant SIG. Sous l’œil droit (en regard) se trouve un petit triangle piqué. Juste en face, deux personnages de Linear A ont été picorés.

Les recherches effectuées par l’Université de Reading au Royaume-Uni suggèrent fortement qu’une civilisation avancée existait déjà plusieurs milliers d’années avant les Egyptiens, les Sumériens ou les Babyloniens; cette culture des peuples noirs (époque Kiffian) due aux changements climatiques a été chassée vers le sud de leurs terres du « Sahara Vert » (9000 – 4000 av. J.-C.) pour finalement fusionner leur technologie prétendument assez avancée avec les peuples moins développés des régions méridionales, Egypte, par exemple. (Voir les références: ‘ Momie noire du Sahara Vert’ – une excellente vidéo).

Le balayage des côtes rocheuses de la mer de Ross a permis de dégager une quarantaine de portraits de têtes humaines, notamment des têtes d’animaux et, parmi ceux du tableau 2, près de cent symboles picorés. Ma méthode d’analyse a été développée au cours de nombreuses années, en étudiant littéralement des centaines de situations d’imagerie satellitaire dans les montagnes et les déserts du monde, ce qui a permis de créer des règles extrêmement critiques pour une interprétation précise des images.

 

FIGURE 3: Tableau 2: Tableau illustrant les anciens symboles découverts le long du littoral antarctique de la mer de Ross par l’archéologue de l’espace, William James Veall, en avril 2017. 

 

FIGURE 4: Tableau 3: Comparaison des scripts Linéaire A et Linéaire B des Tableaux 1 et 2.

FIGURE 4: Tableau 3: Comparaison des scripts Linéaire A et Linéaire B des Tableaux 1 et 2.

[Note de l’auteur: Les fonds des figures 5 à 12 ont été légèrement diffusés pour améliorer la clarté de l’image, mais cette image satellite originale n’a jamais été retouchée. La silhouette ajoutée ne doit pas être un «portrait» mais simplement une aide pour identifier la pose de l’image satellite. Les figures 5 à 12 sont publiées sous «Autorisations d’utilisation équitable» de Google Earth .]

 

FIGURES 5 et 5a: Un pétroglyphe, situé sur l’île Marambio, dans le coin nord-ouest de l’Antarctique, présente un profil de visage de singe tout à fait inhabituel, qui sous-tend la tête d’un aigle. La tête est marquée d’un symbole SIG en boucle ouverte sur la joue gauche. Trois cercles (pierres) sont joints à l'arrière de la tête de l'aigle. Une date peut-être?

FIGURES 5 et 5a: Un pétroglyphe, situé sur l’île Marambio, dans le coin nord-ouest de l’Antarctique, présente un profil de visage de singe très inhabituel sous la tête d’un aigle. La tête est marquée d’un symbole SIG en boucle ouverte sur la joue gauche. Trois cercles (pierres) sont joints à l’arrière de la tête de l’aigle. Une date peut-être?

Quelle culture particulière a utilisé ce motif comme icône de signature pour annoncer sa présence en Antarctique? La tête mesure 34 mètres de haut sur 50 mètres de large (Eagle), l’Aigle 18 mètres de haut sur 39 mètres de long (59 pieds sur 128 pieds). Les deux «dieux» réunis semblent représenter Hanuman, le tout-puissant dieu hindou des singes et l’aigle, le dieu hindou Garuda … mais dans l’ANTARCTIQUE?

FIGURE 6: À l’origine, j’avais ignoré ces débris jonchés de roches, mais une manipulation minutieuse de la prise de vue avec une caméra de télédétection a révélé un motif de roches qui ressemblait à une ancienne légende ancrée dans le littoral. Malheureusement, la partie du texte qui fait face à la mer est maintenant submergée sous l’eau (de fusion). Taille exposée de 50 mètres de long sur 25 mètres de large.

Ce message était-il une dédicace pour célébrer un rêve de longue date de débarquer sur la masse terrestre la plus emblématique de la planète Terre? agissant comme un contrepoids pour équilibrer la planète avec une autre grande masse terrestre dans le nord: l’Arctique? Je le crois.

Les caractères paraissent très similaires au script de comptabilité ‘Minoan Linear A’, circa 1800 – 1400 av. c’est extrêmement intéressant car les « points et tirets » pourraient bien se traduire en données chronologiques, en d’autres termes – annonçant l’arrivée et la date du premier passage de l’homme européen sur le continent antarctique?

Il est intéressant de noter que le tableau 3 montre très clairement que les caractères sont à la fois linéaires A et B, alors que pratiquement tout le matériel inscriptif ultérieur (voir tableau 2) le long du littoral de la mer de Ross est «picoré» dans un alphabet plus avancé du genre phénicien. Ainsi, par inférence, le débarquement doit avoir eu lieu bien avant 1200 avant JC car, à partir de ce moment-là, le genre phénicien (1100 av. J.-C.) commença à dominer «l’écriture».

Un autre fait qui pourrait confirmer que le message était une « dédicace de l’arrivée » ; le symbole en triangle donne une latitude exacte de 72 21 04 00 S et une longitude de 170 15 37 00E. D’après mon expérience, un triangle suivi d’un «A» majuscule signifiait presque toujours une géodésie d’importance.

De plus, pourquoi placer cette coordonnée sur un rivage fragile alors que tous les autres sont gravés dans la falaise? Réponse: de nombreuses années auparavant, le littoral avait été considérablement étendu, comme le prouvent les anciennes cartes Oronteus Finaeus et Buache (voir la carte de la figure 1, extension verte).

FIGURES 7 et 7a: Le tout premier portrait que j'ai découvert sur l'Antarctique; cette étonnante figure coiffée d'un chapeau tricorne est sculptée dans une surface rocheuse déglacée.

FIGURES 7 et 7a: Le tout premier portrait découvert par Veal sur l’Antarctique; cette étonnante figure coiffée d’un chapeau tricorne est sculptée dans une surface rocheuse déglacée.

FIGURES 8 et 8a: Ce chiffre de 23 mètres de haut sur 20 mètres de large est clairement d’ascendance «autochtone». La tête semble avoir une mâchoire saillante inhabituelle. Un gnomon enregistre la coordonnée de longitude 170.16.26.00 de cette image particulière.

FIGURES 8 et 8a: Ce chiffre de 23 mètres de haut sur 20 mètres de large est clairement d’ascendance «autochtone». La tête semble avoir une mâchoire saillante inhabituelle. Un gnomon enregistre la coordonnée de longitude 170.16.26.00 de cette image particulière.

En lisant l’histoire de l’Antarctique, les références indiquent clairement qu’il n’y a jamais eu de flore ni de faune indigènes sur le continent, car la masse terrestre était entièrement recouverte de glace depuis au moins neuf millions d’années … avant même la préhistoire. 


Un message sur le rivage

 

En lisant l’histoire de l’Antarctique, les références indiquent clairement qu’il n’y a jamais eu de flore ni de faune indigènes d’aucune sorte sur le continent parce que la masse terrestre était complètement recouverte de glace depuis au moins neuf millions d’années … avant même l’homme préhistorique 

Selon les experts en cartographie et océanographie anciennes, seule une culture maritime très avancée explorant l’Antarctique après la fin de la dernière période glaciaire, il y a 11 000 ans, aurait pu créer des informations géographiques et cartographiques précises sur des cartes. Pourtant, de telles cartes existent apparemment. Alors, qui était cette civilisation soudainement incroyablement avancée?

Les images satellites révèlent des surprises

Maintenant, cette découverte de William James Veall pose la question suivante: qui a sculpté avec une telle finesse deux têtes de cerfs massives, qui, de par leur conformation, suggèrent qu’elles pourraient appartenir à l’espèce Huemul? La taille des sculptures (chacune) est en moyenne de 18 mètres de long sur six mètres de large (59 x 20 pieds).

FIGURES 9 et 9a: Parmi la pléthore d’images de l’Antarctique, j’ai enregistré chaque pièce d’imagerie qui a suscité sa propre surprise. Les deux animaux représentés dans cette figure passionnante ne font pas exception.

 

Les deux sculptures étaient-elles des icônes de la patrie ou des vagues successives d’immigrants ont-ils importé des cerfs en tant que source d’aliments vivants ou de fourniture de lait? cela pose une autre question: d’où? L’habitat le plus proche pour l’espèce de cerf Huemul serait probablement la Patagonie, en Amérique du Sud.

Un Heumul, un cerf du sud des Andes (Hippocamelus bisulcus) dans la réserve nationale de Cerro Castillo, dans la région d’Aysén, au Chili.

 

 

Il y a une solution possible. Pendant une période de climat tempéré, une route maritime a-t-elle été ouverte entre le cap Horn (Patagonie) et les îles Shetland? Je suis assez confiant pour avancer cette suggestion car des traces distinctes d’activités d’art rupestre sont visibles sur les parois rocheuses de certaines îles du groupe des Shetland. (à publier plus tard)

De plus, l’île Nelson fait directement face à la péninsule Antarctique où j’ai enregistré davantage de portraits de têtes humaines, dont l’un est le MS 3815 représenté à la figure 5, située sur l’île Marambio. Certains peuples ont-ils mis le pied sur l’Antarctique avant ou après ceux qui ont atterri à la mer de Ross? En outre, les mêmes personnes ont-elles, au cours d’une grande période de changement climatique, fait le tour du monde ou emprunté une route terrestre déglacée de l’Antarctique pour atteindre la communauté de la mer de Ross? Par conséquent, expliquer pourquoi différentes races sont immortalisées dans son portrait à la tête humaine.

 

La réponse à de telles questions est un projet énorme et distinct en soi, probablement même supérieur à celui de l’enquête sur la mer de Ross, car il doit prendre en compte les mouvements transitoires d’humains et d’animaux entre la pointe de l’Amérique du Sud et la péninsule Antarctique, des intervalles probables de glaciation et de déglaciation. pendant les périodes de changement climatique.

Si la fonte des glaciers se poursuit, on découvrira inévitablement davantage de portraits de têtes humaines, avec peut-être un matériel très important d’inscriptibilité; Tout cela fera des comparaisons fascinantes avec le mouillage de la mer de Ross et résoudra la question de savoir qui ont vraiment été les premiers à fouler le sol de l’Antarctique.

FIGURE 10 et 10a Quelle découverte incroyable! Entièrement sculptée dans la roche blanche, cette tête humaine de forme ovale est ornée d’un regard effrayant aux yeux ronds, marqué par des symboles anciens. Les points dans un cercle autour d'un motif central sont typiques de la fin du 13ème siècle av. Mycénien. (Taille 44 mètres de haut x 33 mètres de large).

FIGURE 10 et 10a Quelle découverte incroyable! Entièrement sculptée dans la roche blanche, cette tête humaine de forme ovale est ornée d’un regard effrayant aux yeux ronds, marqué par des symboles anciens. Les points dans un cercle autour d’un motif central sont typiques de la fin du 13ème siècle av. Mycénien. (Taille 44 mètres de haut x 33 mètres de large).

FIGURES 11 et 11a: Une tête humaine superbement sculptée dans un casque de style «roman / greco» avec une marque GIS en boucle ouverte sur le panneau avant. Le portrait, d'une hauteur de près de 800 mètres sur une largeur de 400 mètres, est gravé dans la face abrupte d'une crête de montagne. Immédiatement à droite (en regard) se trouve un symbole SIG très distinct qui donne une lecture en latitude de 82º 25 15 00S. A six cents mètres à l'est se trouve un piquet, un SIG à pointe en diamant indiquant la longitude du site.

FIGURES 11 et 11a: Une tête humaine superbement sculptée dans un casque de style «roman / greco» avec une marque GIS en boucle ouverte sur le panneau avant. Le portrait, d’une hauteur de près de 800 mètres sur une largeur de 400 mètres, est gravé dans la face abrupte d’une crête de montagne. Immédiatement à droite (en regard) se trouve un symbole SIG très distinct qui donne une lecture en latitude de 82º 25 15 00S. A six cents mètres à l’est se trouve un piquet, un SIG à pointe en diamant indiquant la longitude du site.

Les photographies satellite montrent que la sculpture se trouve sur un flanc de montagne dans la chaîne Holyoake. Le fait même que ce buste colossal ait été sculpté dans un endroit si isolé et couvert de neige m’a beaucoup intrigué, même si j’accepte que le buste ait été sculpté si cette région de l’Antarctique était devenue jadis libre de glace et accessible. Quand, par qui et dans quel but cette figure massive at-elle été fixée à cet endroit particulier?

La navigation par satellite révèle d’anciens records

Et puis, je me suis souvenu de la lecture d’un excellent livre du regretté professeur Charles Hapgood, (FRGS)  » Maps of the Sea Sea Ancient  » qu’Oronteus Finaeus avait tracé la position du pôle Sud à partir d’anciennes cartes qu’il avait acquises. Hapgood a pu calculer que le pôle Sud d’Oronteus Finaeus était en fait à 7,5 degrés (800 km) du véritable pôle Sud que nous connaissons aujourd’hui.

Maintenant vint le moment de vérité! Le 9 mai 2017, mon navigateur satellite avait enregistré une lecture latitudinale de 82 ° 25 ‘pour la statue, presque à 7,5 ° du vrai pôle Sud. J’ai ensuite vérifié les coordonnées longitudinales, 160º 32 ‘.

Chaque coordonnée confirmait presque exactement la position du pôle Sud, exactement comme Oronteus Finaeus l’avait indiquée sur sa carte de 1531 après JC.

Je crois fermement que la gigantesque sculpture de 800 mètres de haut a été sculptée, non seulement pour marquer de manière permanente ce que l’on croyait être, à l’époque, le véritable pôle Sud, mais aussi pour honorer et enregistrer à Memoriam les premiers peuples à avoir jamais existé. atteindre sciemment le «pôle Sud».

Messages sur le bord de la mer

La dernière chose que je m’attendais à faire était d’écrire un article en profondeur, d’analyser et de créer des illustrations pour de nombreux portraits, de dessiner des cartes, ainsi que des tables d’épigraphie, le tout résultant d’une intuition amusante de faire le tour du vaste continent antarctique par Remote. satellite de détection – tout par curiosité.

Trouver toute une série de portraits de têtes humaines, apparemment composés d’au moins cinq cultures différentes, plus des têtes d’animaux, le tout entremêlé d’une masse de textes inscriptifs et, romantiquement,  » un message au bord de la mer », était pour le moins époustouflant .

Il ne fait absolument aucun doute dans mon esprit, contrairement à ce que l’on sait, que l’Antarctique a été visité dans le passé avec probablement une habitation de longue durée le long, du moins, des régions côtières dans des périodes de climat plus tempéré; cette preuve réfute complètement la croyance de longue date selon laquelle « l’Antarctique n’a JAMAIS vécu de peuple autochtone dans ce pays. En fait, jusqu’en 1822, personne n’avait jamais vu l’Antarctique ».

Mais la cerise sur le gâteau était certainement lorsque j’ai découvert l’importance de la figure massive sculptée dans la chaîne de montagnes de Holyoake pour commémorer la découverte et l’enregistrement de l’emplacement exact du pôle Sud, tel qu’extrapolé des anciennes cartes d’Oronteus Finaeus.

J’ai une légère réserve sur ce point, après avoir enregistré par télédétection des centaines de marqueurs SIG (géodésique et d’identification). J’ai toujours été étonné de l’incroyable précision obtenue par les anciens cartographes – et je ne parle pas en degrés, mais en minutes -, évoquant discrètement une civilisation ancienne possédant des connaissances en astronomie, en navigation et en cartographie de superlatifs équipement scientifique non égal à l’homme «moderne» jusqu’au 19ème siècle au moins.

La datation de matériel artificiel est, au mieux, très aléatoire. Le code vestimentaire de toute statue ou portrait ancien est presque toujours un indice sonore de la provenance. Ici, un indice est dans le style de casque plutôt «roman / greco», comme on le voit ci-dessus. En fait, le long de la section de la mer de Ross, il semble y avoir au moins quatre bustes portant le même casque, suggérant qu’une force expéditionnaire de la Méditerranée avait effectivement réussi à atteindre l’Antarctique.

En tant qu’archéologue de l’espace, je ne prétends pas avoir d’expertise en épigraphie; Cela n’empêche pas de faire des observations sur les documents que j’ai découverts au cours de mes recherches. Par conséquent, est-il possible de dériver un laps de temps simplement à partir du matériel inscriptif que j’ai présenté dans les tableaux 1 à 3)? La réponse est oui. Premièrement, en observant les extrémités historiques des tableaux.

Le tout premier stade de la chaîne d’épigraphie antarctique aurait besoin de hiéroglyphes égyptiens: il n’y en a AUCUN. Un point final de ma chaîne tabulée devrait inclure l’alphabet grec « modernisé », l’hébreu et peut-être même le lettrage romain. Il n’y en a pas. Ainsi, nous avons établi les limites du matériel inscriptif répertorié.

Tableau 1 « Symboles découverts le long de la côte est de l’Australie ».

Tableau 1 « Symboles découverts le long de la côte est de l’Australie » . MS 3755, Col 5, dépeint un personnage proto-sinaïtique (un homme agitant joyeusement des bras) vers 1850 av. Est-ce le premier lien dans l’hypothèse? En examinant les autres caractères des tableaux 1 et 2, nous constatons un biais en faveur de l’écriture minoenne, Linear A. Maintenant, Linear A a été développé, entre 1800 et 1400 av. D’où «points et tirets» qui signifient un script en base 10. (voir tableau 3 et le « message sur les sables » )

Tableau 2. Graphique illustrant les anciens symboles découverts le long du littoral antarctique de la mer de Ross par l’archéologue de l’espace, William James Veall, en avril 2017.
Tableau 3. «Message sur les sables»

 

Cependant, on remarquera dans le «mélange» (tableaux 1, 2 et 3) que des caractères du script mycénien Linéaire B, développé vers 1500 avant JC – 1200 avant JC, sont principalement utilisés pour la communication.

Ainsi, nous avons une date de début dans notre chronologie composée de Proto-Sinaiatic (1850 av. J.-C.) parallèle à Linéaire A (1800 av. J.-C. – 1400 av. J.-C.), suivi de Linear B (1500 av. La Linéaire B était suivie de l’alphabet phénicien (1100 av. J.-C.) qui continuait jusqu’à l’âge du fer (1050 av. J.-C.) avant d’être repris par des variantes de l’alphabet grec (800 – 750 av. J.-C.). 

Selon le matériel inscriptif, la région de la mer de Ross en Antarctique était sujette à des visites et à un éventuel habitat semi-permanent au cours d’une période de déglaciation de 1850 av. J.-C. à au moins 1050 av. hors 1000 ans.

De plus, je pense que sur une période de 1 000 ans, l’Antarctique a finalement été circumnavigée, la carte de l’Antarctique a donc été cartographiée au format bitmap, produisant ainsi la série de cartes locales légèrement disjointes et historiquement rapportées.

Une évaluation approfondie de la glaciation et de la déglaciation de l’Antarctique, même pour seulement 10 000 ans, est extrêmement complexe et sort du cadre de cet article. Qu’il suffise de dire que si le «message dans les sables» était peut-être un message d’adieu, pourquoi était-il «écrit» en Linéaire A / Linéaire B et non pas le même alphabet que la masse de textes inscriptifs présentée dans le Tableau 2? Y a-t-il eu des visites successives au cours de la période de 1000 ans? Peut-être avec ces dernières vagues utilisant une forme de communication écrite plus «moderne».

Qui aurait pu créer de telles œuvres?

Nous avons déjà discuté était Aristote qui a informé Marinus de Tyr en 400 avant JC de l’existence d’un continent appelé Terra Australis (Antarctique) qu’il avait glanées (local) des cartes des centaines d’années.

Maintenant, si nous acceptons les anciennes cartes mentionnées par Aristote, qui remontent à des centaines d’années, 1450 av. J.-C. se situe bien dans un laps de temps acceptable. Une période qui englobe la période où les Minoens étaient des négociants maritimes extrêmement actifs, de superbes artisans produisant d’étonnantes figurines humaines en or et en bronze, ainsi que des formes naturelles outils de fer et de bronze pour la construction navale aux beaux-arts.

Détail de la fresque du dauphin, le palais minoen de Knossos, Crète, (1700-1450 av. J.-C.)

Un détail de la fresque du dauphin, le palais minoen de Knossos, Crète, (1700-1450 av. J.-C.) 

Les sculptures de la mer de Ross ne pouvaient avoir été sculptées que par des artistes hautement qualifiés travaillant avec peut-être certaines des roches les plus dures connues de l’homme; ces artisans auraient sûrement besoin de «mauls et ciseaux» en bronze ou en fer résistant. Ce fait est très important car les dates de l’âge du bronze minoen (1500 – 1200 av. J.-C.) et le léger chevauchement qui s’ensuit dans le premier âge du fer (1050 av. J.-C.) maintiennent fermement les Minoens dans notre calendrier postulé.

Beaucoup de cultures différentes?

Un point très intéressant se pose lorsque l’on considère que, sur un aussi court littoral, il existe au moins cinq cultures complètement différentes décrites par la physionomie des bustes; Je ne crois pas que ce soit une génération issue d’un développement linéaire, parce que tout simplement, nous nous pencherions sur des dizaines de milliers d’années, pas seulement sur 10 000 ans d’histoire déglaciée.

De plus, les artistes antiques ont soigneusement sélectionné leurs pièces de façades en pierre pour refléter les tons de couleurs des visages qu’ils désiraient représenter, nous présentant ainsi des portraits inédits d’habitants « en chair » exactement tels qu’ils étaient il ya plusieurs siècles. .

Étrangement, même les portraits des peuples les plus primitifs sont marqués du même SIG «international» en boucle ou en forme de diamant, indiquant clairement que les statues sont contemporaines aux côtés des quantités copiques de matériel inscriptif; comme nous l’avons déjà dit, il est facile de le dater entre les limites de 1850 et de 800 av.

 

Je ne peux pas affirmer catégoriquement que les Minoens ont été les premiers à voir ou à mettre les pieds sur les côtes de l’Antarctique; c’est quelque chose que nous ne saurons jamais avec certitude. Le fait même que des bustes «primitifs» soient évidents parmi les sculptures suggère que les «Fisherfolk» originaires de Patagonie, de Nouvelle-Guinée ou d’Australie-Méridionale, par exemple, auraient également pu tirer parti d’un climat tempéré et étaient déjà en résidence avant les Minoens. arrivée.

De toute évidence, sans un examen médico-légal approfondi, je ne saurais dire si les Minoens, passionnés par la reconstitution de tous les êtres vivants sous forme de peintures ou de sculptures, ont conçu le littoral de la mer de Ross comme un chef-d’œuvre et des outils permettant de façonner des images à leur image avant l’arrivée des Minoens… et l’utilisation d’un insigne SIG. (Je ne pense pas?)

Et pour finir, quelques HOT NEWS:

FIGURE 12 et 12a: La figure 12 est la photographie satellite originale non modifiée. La figure 12a a été légèrement retouchée au crayon.

FIGURE 12 et 12a: La figure 12 est la photographie satellite originale non modifiée. La figure 12a a été légèrement retouchée au crayon.

Cette dernière capture satellite montre ici encore une fois l’étrange juxtaposition entre la forme primitive et le matériel symbolique. Où se situe ce spécimen d’humanité «préhistorique» dans la chaîne d’humanité exposée de l’Antarctique?

Notez le front bas orné d’un bandeau à fleurs, de petits yeux fixés sous une crête (front) crânienne. Observez le nez large et trapu au-dessus d’une grande bouche montrant très clairement un ensemble de canines saillantes et saillantes. Remarquez la fleur, en bas à droite, parmi le matériel inscriptif.

Gardant à l’esprit le précédent contact Australie / Antarctique mentionné ci-dessus, je soupçonne que l’image représente une arrivée autochtone précoce sur le continent, mais associée à un matériel inscriptif… c’est un mystère persistant!

Enfin, la question fascinante que tout le monde se posera: croyez-vous que, maintenant que l’Antarctique a été partiellement exposé, ce continent deviendra la véritable « île » et la mystérieuse île de « Atlantis »?

EN CONCLUSION

Il est impossible qu’un peuple préhistorique ait pu faire cela…seule une civilisation très avancée sur le plan technologique le pourrait.

Une civilisation qui connaissait le déplacement dans l’espace et  la technologie aérospatiale…par exemple!

Cette étude basée sur les recherches de Veal,nous montre bien   les raisons de l’expédition allemande de 1938-39:retrouver l’ancienne civilisation …venue des Cieux! 

Squelette retrouvé fossilisé en Antartique.

 

 

 

Histoire:l’importance de la triade capitoline pour le panthéon romain

La triade capitoline, le musée de Guidonia.
La Triade Capitoline

 

 

La triade capitoline était un trio de dieux adorés par les anciens Romains. Ce trio était composé d’un dieu masculin – Jupiter, le dieu suprême du panthéon romain et chef de la triade, et de deux femmes – Juno son épouse et Minerva sa fille. La triade capitoline occupait une place importante dans la religion publique de Rome et des temples qui leur étaient dédiés furent construits dans diverses parties du monde romain.

Le concept de triade n’était pas une tradition pour la religion romaine

Les érudits pensent que la triade capitoline ne faisait pas partie de la religion romaine à l’origine, car les Romains n’avaient pas pour tradition d’honorer leurs dieux par groupes de trois. Au lieu de cela, il est probable que cette pratique religieuse ait été adoptée par les Étrusques , que les Romains ont conquis. La triade suprême des dieux du panthéon étrusque était composée de Tinia, Uni et Menrva, qui correspondaient aux Romains Jupiter, Junon et Minerve, ou aux Grecs Zeus, Héra et Athéna.

 

Où la triade capitoline a-t-elle été vénérée?

Comme son nom l’indique, la triade capitoline est vénérée sur la colline du Capitole, la plus petite des sept collines de Rome. Cette colline a joué un rôle important dans les débuts de l’histoire de Rome. Selon la légende, il s’agissait de la hutte de Romulus et de l’asile octroyé par Romulus à des réfugiés étrangers. De plus, la colline du Capitole était déjà considérée comme un site sacré, avant même l’arrivée de la triade capitoline et un autre trio de dieux y était vénéré. La prétendue « triade archaïque » était un trio de dieux masculins et était composée de Jupiter, Mars et Quirinus. On sait peu de choses sur le culte de cette triade aujourd’hui, puisque la triade capitoline l’a remplacée.

Représentation de Mars,dieu de la guerre.

Le temple de Jupiter Optimus Maximus

Modèle spéculatif du premier temple de Jupiter Optimus Maximus, 509 av.

Bien qu’il ne soit pas certain que la triade capitoline ait supplanté la triade archaïque, l’historienne romaine Livy a déclaré que la construction du temple de Jupiter Capitolin (connu également sous le nom de Temple de Jupiter Optimus Maximus, qui signifie «Jupiter meilleur et le plus grand» ) a été initiée par Lucius Tarquinius Priscus (également connu sous le nom de Tarquin le Fier), le cinquième roi légendaire de Rome qui régna de 616 à 579 av. Le projet ne fut achevé que sous le règne de Lucius Tarquinius Superbus (fils ou petit-fils de Tarquin le Fier), septième et dernier roi romain, qui régna de 535 à 509 av.

Romulus dédiant le temple à Jupiter. ( Palais Magnani

Un lieu de signification religieuse et des événements civils et politiques importants

Le temple de Jupiter Capitolinus n’était pas seulement un site d’une grande importance religieuse, il était également un centre civique et politique important pour les Romains. Par exemple, c’est dans ce temple que le Sénat romain tenait traditionnellement la première réunion de l’année. De plus, tout triomphe organisé à Rome se terminait au temple de Jupiter Capitolinus. Un exemple d’un tel triomphe est celui de Vespasian à la suite de sa victoire sur la révolte juive en 73 après JC, comme l’a rapporté l’historien juif Josephus. En outre, le temple était un point de repère important car il était visible de différentes parties de la ville, notamment le Forum romain, le Tibre et le Campus Martius.

 

Combien de fois le temple a-t-il été reconstruit?

Le temple qui a été construit avant l’établissement de la République romaine a été détruit par un incendie à l’été 83 avant JC et a été remplacé par un deuxième temple. Ce temple était prêt pour la dédicace en 69 avant J.-C. et dura jusqu’à 69 après JC, avant d’être également détruit par un incendie. La construction du troisième temple a commencé à l’été de l’année suivante et a été consacrée en 75 après JC. En 80 après JC, la foudre frappa le temple, provoquant un incendie qui l’engloutit. Le quatrième et dernier temple a été consacré en 82 après JC et cette structure a subsisté pendant plusieurs siècles. Avec le triomphe du christianisme, le temple a été abandonné et est tombé en désuétude. Finalement, en 455 après JC, Rome fut pillée par les Vandales et les pierres utilisées pour le temple furent réutilisées, par exemple pour la construction d’églises ou pour la sculpture de statues. Heureusement!

Pièce de 78 av. JC, lors de la construction du 2e temple

 

 

 

 

 

La Conspiration nazi:Divulgation de documents top-secret sur la Légion Indienne Waffen-SS

 

Photo de Subhas Chandra Bose descendant d’avion.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, alors que les forces alliées chassaient de France les forces désormais démoralisées de Hitler, trois officiers allemands de haut rang ont fait défection.

Les informations qu’ils ont fournies aux services de renseignements britanniques ont été jugées si sensibles qu’elles ont été verrouillées en 1945 et ne devraient pas être publiées avant 2021.

Le programme Document de la BBC bénéficie désormais d’un accès privilégié à ce fichier secret. Il révèle comment des milliers de soldats indiens ayant rejoint la Grande-Bretagne dans la lutte contre le fascisme ont échangé leurs serments contre le roi britannique contre Adolf Hitler – une histoire étonnante de loyauté, de désespoir et de trahison qui menaçait de secouer la domination britannique en Inde:le  Raj.

La rencontre historique de Bose avec le Führer Adolph Hitler en 1942.

L’histoire racontée par les officiers allemands à leurs interrogateurs débuta à Berlin le 3 avril 1941. C’était la date à laquelle le chef révolutionnaire indien de gauche, Subhas Chandra Bose, était arrivé dans la capitale allemande.

Bose, qui avait été arrêté 11 fois par les Britanniques en Inde, avait fui le Raj avec une seule mission en tête. C’était pour demander l’aide d’Hitler pour chasser les Britanniques de l’Inde.

Six mois plus tard, avec l’aide du ministère allemand des Affaires étrangères, il avait créé ce qu’il appelait le « Centre de l’Inde libre », à partir duquel il avait publié des tracts, écrit des discours et organisé des émissions de télévision pour soutenir sa cause.

À la fin de 1941, le régime de Hitler reconnut officiellement son « gouvernement de l’Inde libre » provisoire en exil et accepta même d’aider Chandra Bose à lever une armée pour défendre sa cause. Elle devait s’appeler « La Légion de l’Inde libre ».

Une partie des indiens recrutés se retrouvèrent dans une division SS.

Bose espérait réunir une force d’environ 100 000 hommes qui, une fois armés et équipés par les Allemands, pourraient être utilisés pour envahir l’Inde britannique.

Il décida de les élever en effectuant des visites de recrutement dans des camps de prisonniers de guerre en Allemagne, qui abritaient à l’époque des dizaines de milliers de soldats indiens capturés par Rommel en Afrique du Nord.

Bénévoles

Enfin, en août 1942, la campagne de recrutement de Bose est pleinement engagée. Des cérémonies de masse ont eu lieu au cours desquelles des dizaines de prisonniers de guerre indiens se sont unis pour prêter serment d’allégeance à Adolf Hitler.

Ce sont les mots qui ont été utilisés par des hommes qui avaient formellement prêté serment au roi britannique: « Je jure par Dieu de ce saint serment que je vais obéir au chef de la race et de l’État allemands, Adolf Hitler, en tant que commandant des forces armées dans la lutte pour l’Inde, dont le chef est Subhas Chandra Bose « .

J’ai réussi à retrouver l’une des anciennes recrues de Bose, le lieutenant Barwant Singh, qui peut encore se souvenir du révolutionnaire indien qui est arrivé dans son camp de prisonniers de guerre.

« Il nous a été présenté comme un dirigeant de notre pays qui souhaitait nous parler », a-t-il déclaré.

« Il voulait 500 volontaires qui seraient formés en Allemagne puis parachutés en Inde. Tout le monde levait la main. Des milliers d’entre nous se sont portés volontaires. »

Démoralisé

Au total, 3 000 prisonniers de guerre indiens se sont inscrits pour la Légion de l’Inde libre.

SUBHASH CHANDRA BOSE (1897-1945).
Indian nationalist leader. Bose (right) with Japanese Prime Minister Hideki Tojo at a parade for Indian national independence at Shonan, Japan. Photographed 1944./ …en compagnie du premier ministre japonais Hidecky Tojo lors d’une parade pour soutenir l’indépendance nationale de l’Inde,à Shonan en 1944.

Mais au lieu d’être ravi, Bose était inquiet. Admirateur de gauche de la Russie, il fut dévasté lorsque les chars hitlériens traversèrent la frontière soviétique.

L’aggravation de la situation était due au fait qu’après Stalingrad, il était devenu évident que l’armée allemande en retraite ne serait pas en position d’offrir à Bose de l’aide pour conduire les Britanniques de l’Inde lointaine.

Lorsque le révolutionnaire indien rencontra Hitler en mai 1942, ses soupçons furent confirmés et il en vint à penser que le dirigeant nazi était plus intéressé par l’utilisation de ses hommes pour remporter des victoires de propagande que des victoires militaires.

Ainsi, en février 1943, Bose tourna le dos à ses légionnaires et se glissa secrètement à bord d’un sous-marin à destination du Japon.

Sur cette photo Bose est entouré des sous mariniers japonais qui le conduisirent au Japon.

Là, avec l’aide japonaise, il devait mobiliser une force de 60 000 hommes pour marcher sur l’Inde.

De retour en Allemagne, les hommes qu’il avait recrutés étaient sans chef et démoralisés. Après de nombreuses dissensions et même une mutinerie, le haut commandement allemand les envoya d’abord en Hollande, puis dans le sud-ouest de la France, où il leur fut demandé d’aider à fortifier la côte en vue d’un débarquement allié prévu.

Après le jour J, la Légion de l’Inde libre, qui faisait maintenant partie de la Waffen SS de Himmler, était en pleine retraite en France, aux côtés d’unités allemandes régulières.

C’est à cette époque qu’ils ont acquis une réputation sauvage et répugnante auprès de la population civile.

Henri Gendreaux, ancien combattant de la Résistance française, se souvient de la légion qui passait dans sa ville natale de Ruffec: -vieille fille. »

Enfin, au lieu de chasser les Britanniques de l’Inde, les Légions de l’Inde libre ont été chassées de la France puis de l’Allemagne.

À l’époque, leur traducteur militaire allemand était le soldat Rudolf Hartog.

Rudolf Hartog vers la fin de sa vie regardant des photos de la Légion indienne.

« Le dernier jour où nous étions ensemble, un blindé est apparu. Je me suis dit: mon Dieu, que puis-je faire? J’ai terminé », a-t-il déclaré.

« Mais il voulait seulement rassembler les Indiens. Nous nous sommes embrassés et avons pleuré. Vous voyez que c’était la fin. »

Mutineries

Un an plus tard, les légionnaires indiens ont été renvoyés en Inde, où ils ont tous été relâchés après de courtes peines de prison.

Mais lorsque les Britanniques ont jugé trois de leurs officiers supérieurs près de Delhi, des mutineries dans l’armée et des manifestations dans les rues ont eu lieu.

Les Britanniques sachant maintenant que le Raj ne pouvait plus compter sur l’armée indienne pour faire ce qui était à leur charge, l’indépendance s’ensuivit peu après.

Ce n’est pas que Subhas Chandra Bose devait voir le jour où il s’était battu si durement. Il est mort en 1945.

Depuis lors, on a peu entendu parler du lieutenant Barwant Singh et de ses collègues légionnaires.

À la fin de la guerre, il était interdit à la BBC de diffuser son histoire et cette saga remarquable était jusqu’alors enfermée dans les archives. Non pas que le lieutenant Singh ait jamais oublié ces jours dramatiques.

« Sous mes yeux, je peux voir à quoi nous ressemblons tous, comment nous chanterions tous et comment nous aurions tous parlé de ce qui allait nous arriver à tous », a-t-il déclaré.


Un des grands mystères de la Deuxième Guerre Mondiale:

La mort de Subhas Chandra Bose

Netaji Subhash Chandra Bose inspecting and INA regiment. Agency Photo

 

Subhas Chandra Bose était le fondateur et le chef de l’armée nationale indienne au cours des années qui ont entouré la Seconde Guerre mondiale. Du point de vue des Alliés, il était un traître dangereux. Bose avait rendu visite aux dirigeants allemands et japonais et avait été en compagnie amicale de Staline . Ses actions ont longtemps fait l’objet de débats, ses partisans affirmant qu’il était moins intéressé par les idéaux de l’Axe que par la recherche d’un ennemi des Britanniques avec lequel il pourrait s’allier. Les histoires de la vie de Bose sont dignes d’un film de James Bond: échapper à la surveillance britannique, s’enfuir en Italie, participer à des réunions secrètes et prendre différentes identités. . . il y a encore beaucoup d’inconnu sur le révolutionnaire indien. Une des questions qui a toujours été mise en doute est de savoir comment il est mort .

Les cendres de Bose reposeraient ici,à Tokyo.

Selon le récit officiel, Bose serait mort dans un accident d’avion en 1945. Son corps aurait été incinéré et ses cendres auraient été transportées à une place d’honneur au temple Renkoji, près de Tokyo. Il y a beaucoup de gens qui ne croient pas l’histoire, cependant; certains sont même allés jusqu’à nommer l’homme dont les cendres reposent à la place de Bose: ils disent que les cendres appartenaient à Ichiro Okura, un officier japonais de l’armée taïwanaise. On prétend que l’histoire de l’accident d’avion a été fabriquée de manière à dissuader les gens de la piste du vrai Bose.

Le type d’avion que Bose aurait pris lors de son dernier voyage,

Le pays tout entier espère toujours pouvoir un jour découvrir ce qui est arrivé à son chef patriotique, mais cela n’arrivera pas de si tôt. Le 1 er décembre 2014, l’Alliance démocratique nationale a rejeté une autre demande de publication des fichiers classifiés détenus par Bose. Trente-neuf fichiers ont été dissimulés au public à des degrés divers. dans certains cas, leur contenu – mais pas les fichiers réels – a été divulgué. Le gouvernement a également refusé de publier des documents qui avaient déjà été marqués «Non classés». Selon les responsables de l’information chargés du refus de la demande, cela a été fait car les informations contenues dans les documents pourraient en quelque sorte nuire aux relations de l’Inde avec d’autres pays.

Bose en compagnie d’Enrich Himmler en 1942.

Un nouveau rapport met en doute le sort de Bose

Pour les Britanniques, il était un traître qui avait rejoint Hitler. Pour les Indiens, il était un patriote qui prenait une position héroïque contre l’impérialisme.

Netaji Subhas Chandra Bose and Members of the Azad Hind Fauj – 1940′

Mais le sort de Subhas Chandra Bose, chef de l’Armée nationale indienne qui a collaboré avec les Japonais et les Allemands contre les Britanniques lors de la Seconde Guerre mondiale, demeure un mystère après six années d’enquêtes sur sa disparition qui contredisent la version officielle des événements.

Bose, connu en Inde sous le nom de Netaji ou leader respecté, serait mort des suites de brûlures dans un accident d’avion à Taïwan peu après la capitulation japonaise en août 1945. Cependant, une commission présidée par le juge de la Cour suprême, le député Mukherjee, a déclaré hier que Bose n’était pas mort l’accident et ses supposées cendres, conservés au temple Renkoji près de Tokyo, étaient ceux d’un soldat japonais et non ceux du héros indien.

« Les Taïwanais n’ont aucune trace de la crémation de Netaji ou de ses trois compagnons. Parmi eux figure un important général japonais Shidei qui aurait été définitivement enregistré », a déclaré le juge Mukherjee au Guardian. « Comme il aurait 108 ans aujourd’hui, je ne doute pas que Bose est mort, mais il n’est pas mort dans un accident d’avion. »

 

Le rapport Mukherjee affirme plutôt que les cendres, qui sont visitées par les dirigeants indiens modernes en visite à Tokyo, sont celles d’Ichiro Okura, un officier japonais de l’armée fantoche taïwanaise décédé des suites d’un « arrêt cardiaque ».

Tout ceci, conclut le rapport, était un « écran de fumée » de la part des autorités japonaises pour assurer le « passage sûr de Netaji ». Le gouvernement indien a émis une brève réplique affirmant qu’il avait « examiné le rapport … et qu’il n’était pas d’accord avec les conclusions ».

Une photo fit les manchettes ,il y a plusieurs années:on avait identifié le grand leader nationaliste Bose aux funérailles de Nehru en 1964…!

nombreux Indiens pensent que le juge Mukherjee a enfin mis au jour la vérité sur Bose. « Il a souvent été vu en Union soviétique un an après la fin de la guerre », a déclaré Anuj Dhar, auteur de Back from the Dead, un livre récent sur Bose. M. Dhar a déclaré qu’il aurait ensuite été retrouvé dans la Chine de Mao. un autre rapport indique que les Vietnamiens avaient des dossiers concernant son amitié d’après-guerre avec le leader vénéré du pays, Ho Chi Minh. Un thème récurrent est que Bose est retourné en Inde pour vivre ses derniers jours en tant que saint homme.

« Mais personne n’a pu enquêter tant que la théorie de l’accident d’avion aurait été acceptée », déclare M. Dhar. « Nous devons maintenant sonder plus avant. »

Les proches des Subhas, Chandra Bose, affirment qu’aucune de ces théories ne peut être facilement écartée. Pradip Bose, un neveu du chef de guerre indien, a déclaré qu’il y avait trop de trous dans la version acceptée de sa mort.

« Il y a des documents montrant que Staline parle de mon oncle et de ce qu’il faut faire de lui en 1946. Son plan était de se rendre en Russie et de s’y regrouper. Je garde toujours l’esprit ouvert sur ce qui lui est réellement arrivé. »

Netaji Subhas Chandra Bose Stamp

Bose reste une figure emblématique, en particulier dans son État d’origine, le Bengale occidental. Sa statue, en uniforme militaire, se tient au parlement indien avec ceux des deux dirigeants indiens les plus vénérés: Mohandas K. Gandhi et le premier Premier ministre du pays, Jawaharlal Nehru.

Une partie de la légende et de la mystique persistante de Bose découle de ses remarquables escapades en temps de guerre. Le combattant de la liberté formé à Cambridge a rejeté le pacifisme de Gandhi en faveur d’une révolution violente.

Bose s’est échappé de sa détention à domicile à Calcutta en 1941, voyageant via Kaboul jusqu’à Berlin où il a rencontré Hitler. Le Fuhrer a conseillé à Bose de demander de l’aide aux troupes japonaises en progression en Asie et lui a proposé de se rendre à Tokyo à bord d’un sous-marin allemand.

Bose est finalement arrivé en Birmanie à la tête d’une « armée nationale indienne » forte de 80 000 hommes et s’est avancé dans les États du nord-est de l’Inde britannique. Il avait mis en place un gouvernement en exil et inspiré les révoltes de l’armée indienne britannique. Un biopic l’an dernier l’a montré plantant pour la première fois le drapeau tricolore indien sur le sol indien.

Les universitaires ont fait valoir que Bose était en désaccord avec les arguments de supériorité raciale adoptés par le Japon et les nazis. La plupart décrivent Bose comme un pragmatique qui considérait  « l’ennemi de l’ennemi comme un ami ».

« C’était un homme très intelligent et un bon gars. J’ai eu beaucoup de temps pour lui », a déclaré Hugh Guard, l’ancien officier des services de renseignement britannique chargé de retrouver Bose, au Guardian. « Si nous l’avions attrapé, il aurait pourtant été condamné à mort. Je pense toujours qu’il est décédé dans l’accident d’avion. »

 

 

Ici,Bose est photographié en compagnie de Gandhi,en 1938.

 

(Sources:  BBC )

 

 

 

 

Photo de la Seconde Guerre Mondiale:L’officier Bootsmann de Kriegsmarine posant avec son couteau Bolo à côté d’un char lourd Churchill (août 1942)

L’officier Bootsmann de la Kriegsmarine posant avec son couteau bolo à côté d’un char lourd Churchill « OKE » équipé de lance-flammes … abandonné, après l’échec du commando allié sur Dieppe.

 

Le raid de Dieppe était un assaut des Alliés contre le port de Dieppe, occupé par les Allemands, le 19 août 1942, au cours de la Seconde Guerre mondiale. L’assaut principal a duré moins de six heures avant que les fortes défenses allemandes et les pertes croissantes des Alliés forcent leurs commandants à faire retraite.

Plus de 6 000 fantassins, principalement canadiens, ont été appuyés par le Calgary Regiment de la 1re brigade de chars canadiens et par une puissante force de la Royal Navy et des contingents aéroportés  plus petits de la Royal Air Force. Cela impliquait 5 000 Canadiens, 1 000 soldats britanniques et 50 rangers de l’armée américaine.

Dieppe, France. 

Août 1942.

Rappel historique : Origine de la gauche et la droite en politique

Rappel historique : Origine de la gauche et la droite en politique

L’Assemblée Nationale Française en 1789

L’origine historique de ce clivage se trouve dans la position géographique des différents partis politiques dans l’assemblée nationale d’août-septembre 1789. Lors d’un débat sur le poids de l’autorité royale face au pouvoir de l’assemblée populaire dans la future constitution, les députés partisans du veto royal (majoritairement ceux de la noblesse et du clergé) se regroupèrent à droite du président de l’assemblée constituante (position liée à l’habitude des places d’honneurs). Au contraire, les opposants à ce veto se rassemblèrent à gauche sous l’étiquette de «patriotes» (majoritairement le Tiers état).

Source :

 https://fr.wikipedia.org/wiki/Gauche_et_droite_en_politique

100 ans plus tard,le monde reste marqué par la Première Guerre mondiale

 

Le 11 novembre 2018 marque le centième anniversaire de la signature de l’Armistice ayant mis fin à la Première Guerre mondiale. Une guerre encore gravée dans les esprits : quelque 10 millions de militaires morts, presque autant de civils, des combats sanglants et des conséquences qui se font sentir encore aujourd’hui.

C’était aussi la première guerre à mobiliser autant de pays. Les Européens d’abord, mais également leurs alliés ailleurs dans le monde, ainsi que leurs colonies.

D’où venaient les soldats de la Première Guerre mondiale?

Sources : La documentation française, ministère de la Défense de la France, The rise and fall of the British empire – Lawrence James.

Notes : Le nombre exact de mobilisés et de morts est impossible à établir avec exactitude.La dénomination des colonies africaines et indochinoises reprend les termes utilisés à l’époque. Les frontières sont celles d’aujourd’hui.

« Des millions d’individus sont enrôlés », raconte Martin Laberge, professeur d’histoire au Département des sciences sociales de l’Université du Québec en Outaouais.

En France et en Allemagne, c’est 80 % de la population masculine en âge de porter les armes qui est recrutée.

Martin Laberge, professeur d’histoire au Département des sciences sociales de l’Université du Québec en Outaouais

« On a une extension du conflit sans commune mesure avec ce qu’on a connu auparavant », ajoute Carl Bouchard, professeur au département d’histoire de l’Université de Montréal.

« D’une part, il n’y a jamais eu autant d’États et de nations qui ont participé à une guerre, d’autre part, les empires qui y participent s’étendent sur l’ensemble de la planète, enfin, les zones de combat sont extrêmement vastes et débordent du continent européen. »

Une guerre mondiale donc, se déroulant en grande partie dans le nord-est de la France, mais aussi dans les Alpes, dans les Balkans, en Afrique et au Moyen-Orient.

 

Le Canada, tout comme les autres dominions britanniques (l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud), n’est pas intervenu comme État indépendant, mais plutôt en tant que sujet de la Grande-Bretagne. La déclaration de guerre de cette dernière le liait inexorablement, rappelle M. Bouchard.

« On n’était pas en contrôle de notre politique étrangère. À partir du moment où le Royaume-Uni est entré en guerre, le Canada est entré automatiquement en guerre lui aussi. »

Carl Bouchard, professeur au département d’histoire de l’Université de Montréal

Des changements sociaux au Canada

Le Canada était encore très britannique au début du 20e siècle. Il recevait des dizaines de milliers d’immigrants du Royaume-Uni annuellement, rappelle Serge Durflinger, professeur d’histoire à l’Université d’Ottawa.

Très attachés à leur mère patrie, ces nouveaux immigrants étaient disposés à se battre pour elle ou à payer pour sa défense.

Lors du recensement de 1911, un peu plus de la moitié de la population avait déclaré des origines britanniques, dont environ 11 % de personnes nées en Angleterre, en Irlande, en Écosse ou dans d’autres possessions britanniques.

Dans l’Ouest cependant, on trouvait aussi des dizaines de milliers d’immigrants allemands et russes, qui, tout comme les francophones dans l’Est, n’avaient aucune attache sentimentale envers l’empire, précise M. Durflinger.

La guerre a donc créé beaucoup de divisions au pays entre ceux qui se sentaient interpellés et ceux qui pensaient que le conflit ne les concernait pas. La décision du gouvernement fédéral de conscrire les hommes pour le service militaire, en 1917, puisque le recrutement volontaire ne suffisait pas, a entraîné de violents débats, ainsi que des émeutes, et marqué la vie politique au pays pour de nombreuses années.

La guerre a été un point tournant pour notre participation continue comme colonie au sein de l’empire.

Serge Durflinger, professeur d’histoire à l’Université d’Ottawa

À la fin de la guerre, souligne M. Durflinger, on entend deux discours différents, mais qui mènent cependant à la même conclusion : l’indépendance s’impose.

Certains soutiennent que le Canada, par son sacrifice et sa victoire aux côtés des Alliés, mérite d’être reconnu comme une nation souveraine. D’autres estiment que les Canadiens auraient dû devoir prendre par eux-mêmes la décision de participer à la guerre plutôt que d’y être entraînés par leur appartenance à l’Empire britannique.

Ce n’est cependant pas avant l’adoption du statut de Westminster, en 1931, que le Canada obtient l’indépendance.

Le lent début de la décolonisation

À la suite du conflit, plusieurs colonies en sont arrivées au même constat et revendiquent, elles aussi, le droit de se gouverner.

D’autant plus qu’on a fait miroiter aux peuples colonisés la possibilité d’une certaine autonomie en échange de leur implication dans la guerre.

« C’est un peu le premier pas de la décolonisation », croit Carl Bouchard.

L’idée du droit à l’autodétermination commence à faire son chemin, en partie grâce aux bolcheviks, qui le proclament après la révolution de 1917, et au président américain Woodrow Wilson, qui l’inclut dans ses Quatorze Points, la base de la feuille de route des négociations de l’après-guerre, soutient Carl Bouchard.

Mais, il y a loin de la parole aux actes.

« Les nationalistes, dans les nations colonisées, vont être déçus par les traités de paix [conclus après la guerre], en s’apercevant que finalement les choses ne changent pas », précise M. Bouchard.

Ho-Chi Minh acclamé!

C’est notamment le cas du leader vietnamien Ho Chi Minh, qui avait fait des demandes pour une reconnaissance de l’autonomie du peuple vietnamien et la création d’un gouvernement indépendant lors de la conférence de paix qui a mené au traité de Versailles, en 1919. Ses revendications ont alors été ignorées.

La déception a également été vive en Inde, où les espoirs d’obtenir une autonomie accrue après la guerre ont rapidement été déçus, alors que les Britanniques, au contraire, ont intensifié la répression.

« Ils s’aperçoivent que l’autodétermination, ça marche juste pour les Européens, notamment pour les peuples qui faisaient partie de l’empire austro-hongrois. Il n’y a aucune colonie de la France ou de la Grande-Bretagne qui disparaît après la guerre. »

Carl Bouchard, professeur au département d’histoire de l’Université de Montréal

Cela va radicaliser le discours anticolonial, croit-il, qui ne trouvera son aboutissement qu’après la Deuxième Guerre mondiale.

La reconfiguration des frontières

Pour les peuples européens, toutefois, l’implosion des empires russe, austro-hongrois, allemand et ottoman permettra la survenue de nouvelles nations.

« On a critiqué les décideurs, à la suite des traités de paix, pour avoir reconfiguré la carte de l’Europe, souligne Martin Laberge. Mais, dès l’automne 1918, les blocs ont déjà émergé et les décideurs sont coincés avec ces États qui réclament leur autonomie. »

On voit ainsi renaître la Pologne, tandis qu’apparaissent la Tchécoslovaquie, la Yougoslavie, la Roumanie, mais aussi la Finlande et les pays baltes.

En Afrique, par contre, le démantèlement des empires allemand et ottoman n’entraîne pas l’indépendance des pays concernés, mais plutôt la création de nouveaux mandats coloniaux.

Les anciennes colonies allemandes sont maintenant administrées par la France, la Belgique et la Grande-Bretagne. « C’est une poursuite de l’impérialisme », croit M. Bouchard.

Ailleurs aussi, les décisions prises après le conflit ont toujours des impacts aujourd’hui.

« Au Proche-Orient, les frontières qu’on a tracées en 1919 sont encore les lignes de tension aujourd’hui, 100 ans plus tard », poursuit M. Bouchard.

« Une guerre catastrophique »

Maintenant que les vétérans de la Grande Guerre sont morts, ne risque-t-elle pas de sombrer dans l’oubli?

C’est peu probable, croit l’historien Carl Bouchard, dans la mesure où elle a vraiment représenté une rupture avec le passé.

« Jamais on n’avait connu de telles pertes », affirme-t-il.

Après la guerre, les États ont décidé d’établir un ensemble de pratiques pour s’assurer qu’on ne l’oublie jamais.

On trouve ainsi des monuments aux morts dans bien des villes et villages d’où étaient originaires les combattants. L’idée de ces monuments collectifs naît d’ailleurs avec cette guerre, afin d’essayer de mettre en lumière l’ampleur en vies humaines du sacrifice.

Le coquelicot est la fleur du Souvenir!

C’est aussi après 1918 que commence la tradition de la tombe du Soldat inconnu, symbolisant tous les morts dont les restes n’ont pas été identifiés.

Enfin, les champs de bataille, préservés dans le nord de la France, permettent de conserver le souvenir vivant.

« La Première Guerre mondiale a une dimension mémorielle et physique que n’ont pas les autres guerres », estime M. Bouchard.

C’est aussi à la suite de cette guerre « catastrophique » que les États ont décidé « d’éliminer la guerre comme outil de régulation des relations internationales », croit pour sa part Martin Laberge. Leur souhait est d’utiliser plutôt le droit international et la négociation, ce qui a conduit à une certaine stabilisation et à un esprit de coopération européen.

Un système qui volera cependant en éclats en 1939.

1 er juillet 1916,au premier jour de la bataille de la Somme,le Royal Irish Rifle attend dans une tranchée de communication.

 

Une photo colorisée contemporaine nous montre un ballon d’observation allemand au moment de son lancement.

 

Cette guerre aura été l’un des pires cauchemards de l’humanité!

 

Tout a commencé par l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand à Sarajevo par une société secrète liée aux illuminati!

Voir l’article de référence suivant sur :Sociétés Secrètes:la Main Noire et le déclenchement de la Première Guerre Mondiale

Voir notre article antérieur sur le sujet: