Publicités

Numismatique et histoire : Octobre 1571,La bataille de Lépante

 

 

La célèbre toile

 

Jusqu’en 1540, Venise avait tenté de freiner l’expansion ottomane dans l’est de la Méditerranée, puis, épuisé et désespéré, il instaura une paix humiliante avec Suleyman I. Son successeur, Selim II, était déterminé à acquérir l’avant-poste vénitien de Chypre. a refusé de céder l’île, elle l’a envahie en 1570. Venise a lancé un appel au pape Pie V, qui avait tenté depuis 1566 de former une alliance d’États catholiques romains. La France et le Saint Empire romain germanique étaient préoccupés par les profonds changements apportés par la Réforme. L’Espagne a offert de l’espoir, mais Philippe II, avec une trésorerie vide, a été confronté à des révoltes en Andalousie et aux Pays-Bas. Venise se méfiait aussi profondément de l’influence espagnole en Italie. Pie, cependant, était déterminé à entraîner l’alliance de l’Espagne, de Venise et des petits États italiens, mais il rencontra une série de retards. Venise souhaitait sauver Chypre; Philippe souhaitait acquérir Alger et Tunis; et toutes les parties ont discuté des contributions et des récompenses. Entre-temps, les Turcs s’étaient emparés de la ville de Nicosie à Chypre le 9 septembre 1570, avant d’assiéger la ville de Famagouste et d’entrer dans l’Adriatique. Ce n’est que le 25 mai 1571, que le pape pourrait persuader l’Espagne et Venise d’accepter les termes d’une alliance offensive et défensive. Don Juan de Austria, le jeune demi-frère de Philip, devait être commandant en chef et le général pontifical Marcantonio Colonna devait en être le lieutenant.

Sorti de sa mère, fille de bourgeois, très tôt, Juan fut élevé en secret en Espagne. Après la mort de Charles Quint, Philippe II d’Espagne le reconnaît comme son demi-frère, lui fournit une maison substantielle et lui donne le nom de Don Juan de Austria (1559).

Bien que l’on espère qu’il entrera dans l’église, le beau et animé Don Juan exprime le désir de se lancer dans une carrière militaire et Philip accède à ses souhaits. Au cours de l’été 1568, Don Juan eut sa première expérience de guerre, combattant des pirates maures en Méditerranée. En mars 1569, il fut nommé commandant en chef des forces espagnoles qui tentaient de maîtriser les rebelles moriscos, ou chrétiens d’origine mauresque, en Grenade. Philip l’a ensuite nommé en 1571 à la tête des forces navales de la Sainte Ligue d’Espagne, de Venise et du pape contre les Turcs ottomans dans l’est de la Méditerranée.

Les flottes alliées se sont rassemblées à Messine, en Sicile, dans l’attente des Espagnols jusqu’au 24 août 1571. Les flottes combinées ont navigué le 16 septembre pour Corfou, où elles ont appris que Famagouste était tombée et que la flotte turque se trouvait dans le golfe de Patraikos, près de Lepanto (Návpaktos moderne), en Grèce. Les ordres ont été donnés pour engager le 7 octobre. Les estimations de la force chrétienne varient légèrement; il y avait 6 gros galleasses vénitiens de 44 canons (bien plus grands que des galères), 207 galères propulsées par une rame (105 vénitiens, 81 espagnols, 12 papaux et 9 de Malte, Gênes et Savoie) transportant 30 000 soldats et quelques navires auxiliaires. La force turque aurait été plus nombreuse, mais moins bien équipée et moins disciplinée. Derrière les galleasses (utilisés pour semer la confusion préliminaire), la flotte chrétienne a avancé dans quatre escadrons. Don Juan commandait le centre; le vénitien Agostino Barbarigo, à gauche; L’amiral de Philip, Giovanni Andrea Doria, à droite; et l’espagnol Álvaro de Bazán, les marqués de Santa Cruz, la réserve. La flotte turque, initialement dans un croissant sur la baie, a adopté une formation similaire: Ali Pacha, le commandant, au centre; Mohammed Saulak, gouverneur d’Alexandrie, à droite; et Uluch Ali, pacha d’Alger, à gauche.

Dans l’histoire de la guerre navale, Lépante marque le dernier engagement majeur dans le monde occidental à se dérouler presque entièrement entre des navires à rames, à savoir les galères et les galeasses, descendants directs d’anciens navires de guerre trirèmes. La bataille était essentiellement une « bataille d’infanterie sur des plates-formes flottantes ». Ce fut la plus grande bataille navale de l’histoire occidentale depuis l’antiquité classique, impliquant plus de 400 navires de guerre. Au cours des décennies suivantes, l’importance croissante du galion et de la tactique de ligne de bataille déplaceraient la galère en tant que navire de guerre majeur de son époque, marquant le début de « l’âge de la voile ».

Le résultat de la bataille était décidé dans le centre allié et à gauche, où une force vénitienne dirigée par Sebastian Venier fournissait un soutien crucial. Les vaisseaux amiraux des deux flottes s’affrontaient directement, et le Sultana d’Ali Pasha visait le Real de Don Juan avec une attaque à la traîne qui transformait les ponts des deux navires en un seul champ de bataille. Après des heures de combats acharnés, le centre ottoman s’est effondré lorsque Ali Pacha a été tué et que la Sultane a été emmenée par le Real. La victoire des chrétiens fut presque évitée à la fin de la bataille lorsque Uluch Ali, en menaçant de contourner l’escadron de Doria, l’entraîna vers le large puis pénétra dans le vide ainsi formé. La force maltaise a été la plus touchée par l’attaque et a subi d’énormes pertes, mais le désastre a été évité grâce à l’intervention opportune de Santa Cruz.

Bien que les morts de chaque côté aient été estimés à 8 000 environ, la victoire chrétienne a été complète. Les alliés ont capturé 117 galères et plusieurs milliers d’hommes, libéré environ 15 000 chrétiens en esclavage et coulé ou brûlé environ 50 galères. Ils ont perdu 12 galères et ont fait environ 8 000 blessés, dont Miguel de Cervantes. La bataille était remarquable en tant que dernier et plus grand engagement avec des navires propulsés par une rame et en tant que première grande victoire sur une flotte turque.

La nouvelle parvint à Pie V tôt le 22 octobre et, ce matin-là, il proposa une action de grâce dans la basilique Saint-Pierre et exprima ses espoirs de réussite. Les querelles entre les alliés ont toutefois frustré ses ambitions. Pie V mourut en 1572 et Venise fit la paix en 1573, cédant Chypre aux Turcs. Ainsi, la bataille n’a eu que peu d’impact durable sur l’extension de l’Empire ottoman, mais elle a eu un effet considérable sur le moral de l’Europe. Elle a fait l’objet de peintures de Titian, Tintoretto et Veronese et d’une ballade de GK Chesterton.


La bataille de Lépante dans l’art

Peinture de Andrea Micheli, dit Vicentino (1539–1614). Venise, Palais des Doges, Sala dello Scrutinio.

 

La bataille de Lépante. Par Andries van Eertvelt, 1640.

 

Andries-Van-Eertvelt

 

Bataille de Lépante par Jacopo Ribusti Tintoretto
Bataille de Lépante par Jacopo Ribusti Tintoretto

                                           Les monnaies de l’époque

 

Superbe pièce de monnaie espagnole en or de Phillippe II d’Aragon de 4 boucliers Valence

 

Chypre (colonie vénitienne) de 1567 à 1570,du Doge Pietro Loredan pièce de 4 Carzie

 

Monnaie d’Alvise Moncenigo I de Venise vers 1570-1577 piève de 40 soldi

 

Médaille (très rare venant d’une collection privée ) de bronze de Pie V vers 1571 Église de la sainte Croix de Bosco

 

Pièces de cuivre de la Cité du Vatican et de la République de Venise vers 1570

 

Pièce de monnaie arabe venant de l’empire ottoman vers 1570

 

L’héritage de la bataille de Lépante

 

On dit souvent que la bataille de Lépante est la dernière grande bataille de galères de l’histoire. Paradoxalement, la galère continue d’être largement utilisée aux XVIIe et XVIIIe siècles, notamment en Méditerranée et dans la Baltique. Il faut distinguer les galères de ce siècle avec celles utilisées par les Grecs, Carthaginois et Romains durant l’Antiquité. Ces dernières étaient plus grandes et disposaient de plusieurs rangs superposés de rameurs. Les galères du Moyen-Age et des siècles suivants sont plus petites, entre 40 et 50 mètres environ. Elles sont plates, longues, étroites et ont un faible tirant d’eau. Elles marchent à la voile et à l’aviron. Elles portent deux mats à antennes et de l’artillerie – cinq ou six canons seulement – à leurs seules extrémités, et principalement à l’avant car la galère est une arme offensive !

The Port of Genoa, c.1660, Adriaen Van Der Cabel, Oil on canvas, 955 x 1475mm, © National Maritime Museum, Greenwich, UK.

Andries van Eertvelt,le grand peintre de cette bataille à l’époque

 

Andries van Eertvelt semble très marqué et inspiré par la bataille de Lépante, bataille navale se déroulant le 7 octobre 1571 près du Golfe de Patras, en Grèce.

Il est bien difficile aujourd’hui de s’imaginer ce que fut la bataille de Lépante, probablement la plus grande bataille navale de l’histoire européenne. Les forces en présence sont incroyables pour l’époque : plus de 60.000 hommes. D’un coté la Sainte Ligue chrétienne – coalition comprenant l’Espagne, Venise, la Papauté, Gênes, la Savoie et les Chevaliers de Malte – et ses 200 galères menées par Juan d’Autriche, de l’autre 220 à 240 galères de l’Empire Ottoman – de plus en plus expansionniste à l’Ouest – commandée par Ali Pacha. Après plus de cinq heures de combat, les pertes sont énormes : plus de 25.000 morts et deux fois plus de blessés. Bien que les conséquences tactiques de la bataille soient limitées, Lépante est une immense victoire chrétienne et son retentissement est considérable en Europe.

De nombreuses représentations de la bataille sont réalisées aux XVe et XVIe siècles par des artistes européens de toutes nationalités. Il faut dire que ce type de peinture est alors très demandé. Eertvelt en exécute d’ailleurs plusieurs. La plus fameuse est probablement Navires en perdition (voir ci-dessous), réalisée en 1623. On peut y voir à droite un navire turc en train de couler, tandis que son équipage grimpe sur l’arrière ou se jette à la mer. Plus à l’avant plan un autre navire sombre sur des récifs. A gauche on remarque un grand navire avec un nombreux équipage qui porte sur le pont d’avant la signature et la date. Plus en arrière, l’inscription : God sij met ons allen, anno 1523 (Dieu soit avec nous). Sur la mer houleuse on peut distinguer plus loin plusieurs autres navires. L’un d’eux porte un pavillon hollandais, ce qui est étonnant étant donné que la marine néerlandaise n’a pas pris part à la bataille.

Navires en perdition pendant la bataille de Lépante (1571), 1623. Museum of Fine Arts, Ghent.

 

Même après son retour d’Italie, qui marque nous l’avons dis une certaine rupture dans ses œuvres, Eertvelt continue de peindre les combats de Lépante, ce qui traduit encore une fois la continuelle et forte demande pour les représentations de cette bataille, même plus de cinquante ans après l’événement. Par exemple :

 

La bataille de Lépante. Par Andries van Eertvelt, 1640.

On ne peut que constater le changement de style de l’artiste. Ainsi que nous l’avons vu, les couleurs sont moins sombres, la mer moins agitée. Les navires sont cependant plus nombreux, les combats plus furieux. L’immense quantité de navires et l’intensité des combats représentés dans cette peinture sont sans précédent et révèlent un spectacle à la fois impressionnant et terrifiant. Ici encore Eertvelt a inclut dans son œuvre des navires battant pavillon hollandais. On pourrait également a priori s’étonner de la présence de grands navires – dotés d’une artillerie latérale contrairement à la galère qui porte son artillerie en chasse – ressemblant étrangement à des vaisseaux de ligne (en bas à droite notamment). En vérité, Eertvelt a probablement voulu représenter les galéasses vénitiennes – six sont présentes à Lépante – sorte de super-galères plus grandes, plus hautes et mieux armées car effectivement dotées d’une artillerie latérale.

Andries Van Eertvelt en 1630 environ. Gravure de Schelte à Bolswert.

 

 

 

Publicités

Un agent du MI5 a avoué : »J’ai tué la princesse DIANA sur l’ordre du Prince Philip »

John Hopkins, un agent retraité de MI5 de 80 ans, a fait une série de confessions étonnantes depuis sa sortie d’hôpital à Londres mercredi, dans lequel on lui a dit qu’il lui restait quelques semaines à vivre. Hopkins déclare avoir été un tueur du MI5, impliqué dans 23 assassinats pour l’agence de renseignement britannique entre 1973 et 1999, y compris la princesse Diana.

M. Hopkins, qui a travaillé pour M15 pendant 38 ans en tant qu’opérateur, prétend qu’il a été souvent utilisé comme tueur à gages par l’agence, pour assassiner discrètement des individus considérés comme une menace pour la sécurité intérieure du Royaume-Uni.

Jadis,plusieurs la surnommaient : « La Princesse du Peuple »!

Formé à la fois comme ingénieur en mécanique et expert en munitions, M. Hopkins affirme avoir une vaste expérience de méthodes moins conventionnelles pour infliger la mort et la destruction, y compris par les produits chimiques et les poisons.

L’homme britannique de 80 ans prétend qu’il a été impliqué dans des assassinats du MI5 entre juin 1973 et décembre 1999, pendant laquelle « le MI5 s’occupait peu de surveillance externe ».
Hopkins dit qu’il faisait partie d’une cellule de sept agents qui étaient chargés d’exécuter des assassinats politiques à travers le Royaume-UniLa plupart des victimes étaient des politiciens, des militants, des journalistes et des dirigeants syndicaux.

  1. Hopkins dit que la princesse Diana est unique parmi ses victimes, car elle est la seule femme qu’il n’ait jamais assassinée, ainsi que la seule de rang royal.Elle est également la seule victime que la famille royale elle-même a ordonné d’éliminer.

[Interdit dans le monde entier: Documentaire sur la Princesse Diana ‘Killing illégal « .J’ai l’audace de vous présenter  le vidéo exceptionnellement censuré…S’il-vous-plait partagez l’article  en entier:À voir]

Unlawful Killing est un documentaire britannique de 2011, réalisé par Keith Allen, sur la mort de Diana, princesse de Galles et de Dodi Fayed le 31 août 1997.

Le film a été interdit en 2012 après avoir été suspendu par des avocats contre d’éventuelles poursuites pour diffamation. Les producteurs ont admis que les avocats leur avaient conseillé de faire 87 coupes s’ils voulaient montrer le film en Grande-Bretagne.

Le film a coûté 2,5 millions £ à produire et n’a jamais été vu par le public.

Un absolu à voir. Cette version non coupée et non censurée peut ne pas rester en ligne très longtemps. S’il vous plaît partager .

 


Il prétend se sentir « ambivalent » au sujet de la mort de la princesse Diana. D’une part, Diana était «une belle femme de bon cœur» qui ne méritait pas cette mort.  
Mais selon M. Hopkins, elle mettait également en danger la Couronne britannique:

« La famille royale avait la preuve qu’elle envisageait de divorcer de Charles. Elle connaissait trop de secrets royaux. Elle avait une énorme rancune et elle allait déballer en public toutes sortes de revendications sauvages. Mon patron m’a dit qu’elle devait mourir. Il en avait reçu l’ordre directement du prince Philip , et nous devions faire ressembler à un accident. Je n’avais jamais tué une femme avant, encore moins une princesse, mais j’ai obéi aux ordres. Je l’ai fait pour la reine et le pays. « 

L’étape suivante de la conspiration de haut niveau impliquait les médias, sous le contrôle serré du palais, en se parlant les uns aux autres afin de “bien ficeler leurs histoires, s’assurer que tout le monde était sur la même page. C’était une opération bien gérée. « 

 

« Les journalistes britanniques répondent tous aux rédacteurs qui répondent aux oligarques qui veulent être tous des chevaliers de la famille criminelle du palais de Buckingham. Il n’y a pas de presse libre en Grande-Bretagne , a déclaré M. Hopkins.

« Nous avons échappé aux conséquences de ce meurtre. »

L’homme de 80 ans, qui a passé ses dernières semaines à la maison, a déclaré qu’il s’attendait à être placé en garde à vue suite à ses aveux, mais dit: «Je ne peux pas dire que cela me préoccupe énormément.» Hopkins a expliqué que toute enquête sur l’affaire «prendrait une éternité» et serait «très compliquée» car il y a peu d’enregistrements écrits autour des activités secrètes du MI5 et «la plupart de mes collègues sont déjà morts».

Le témoin le plus important dans l’affaire, le chef de M. Hopkin, est mort d’une crise cardiaque au début des années 2000 et le commanditaire, le prince Philip, « ne sera jamais accusé de quoi que ce soit, bien sûr« 

Le prince Philip ,mari de la reine Elisabeth II et psychopathe.

Voici 2 citations du prince Philip:

« Nous devons abattre la population en surplus » (Août 1997)

« Dans le cas où je suis réincarné, j’aimerais revenir en virus mortel, afin de contribuer à résoudre la surpopulation »  (décembre 1988)


« Si jamais le prince Philip se laisse  analyser par un psychiatre, je suis sûr qu’il serait diagnostiqué comme psychopathe. Il a tous les traits sombres de la triade. « 

Interrogé sur la raison pour laquelle il n’a pas refusé le travail ou exposé l’intrigue à l’époque, il a expliqué que “les agents du MI5 jurent l’allégeance envers la Couronne, nous ne pouvons être impartiaux en ce qui concerne la famille royale. Au mieux, j’aurais été accusé de trahison, et au pire, Philip aurait conçu un sort horrible pour moi.”.


Les révélations d’outre-tombe de Diana portent un coup à l’autorité de la monarchie

Un nouveau scandale national vient d’éclater au Royaume-Uni: des enregistrements vidéo de la princesse Diana, inconnus jusqu’à présent, dévoilent de nouveaux éléments sur l’histoire de son mariage avec le prince héritier Charles et pourraient faire la lumière sur les causes de sa mort.

La maison Windsor est soupçonnée depuis longtemps d’avoir souhaité le meurtre de Diana et les déclarations contenues dans la vidéo apportent des éléments permettant de mieux comprendre le contexte dans lequel elle était plongée.


EN COMPLÉMENT

Voici l’analyse de Vzgliad (un chercheur sérieux):

Diana et Charles à une époque plus …heureuse (relativement parlant).

En Grande-Bretagne, il y a un scandale national. Des vidéos auparavant inconnues de la princesse Diana apportent non seulement des détails sur l’histoire de son mariage avec l’héritier du trône, Charles, mais également sur les causes de sa mort. La maison dirigeante du Windsor a longtemps été soupçonnée d’avoir tué Diana. Mais ce n’est que maintenant que le motif a été nommé.

Dimanche soir, la télévision britannique a diffusé le documentaire « Diana: Dans ses propres mots », dans lequel on présentait à Sa Majesté des vidéos réalisées par Peter Settelen, tuteur de la princesse pour son discours et son oratoire. Le film avait été précédé d’une bruyante campagne de presse et le frère de Diana, Earl Spencer, ainsi que des amis de la famille royale avaient formellement demandé à la direction de Channel 4 de ne pas montrer de preuves scandaleuses, de ne pas exploiter la brillante image de la « princesse du peuple » et de ne pas blesser ses fils.

Les hommes de télévision n’entendaient pas ces demandes et le film «Diana: Dans ses propres mots» était diffusé 25 jours avant le 20e anniversaire de la mort tragique de la princesse.

Princesse dit

Les cours de Diana avec Peter Settelen ont commencé en septembre 1992. Quand ils se sont rencontrés pour la première fois au Kensington Palace, il a allumé le caméscope et a demandé à Lady Dee de dire quelques mots sur lui-même. Imaginez sa surprise lorsque la femme de l’héritier du trône a commencé à avouer les moments les plus intimes de son mariage.

En particulier, Son Altesse Royale la Princesse de Galles a expliqué à la professeure à quel point le prince Charles était maladroit en s’occupant d’elle:

“Quand il a grimpé sur moi et a commencé à s’embrasser et tout ça, j’ai pensé:“ Ouf! Ce n’est pas fini non plus!

Elle se plaignit ensuite que dans les premières années de la vie conjugale, ils n’avaient des relations sexuelles que toutes les trois semaines. De plus, au cours des sept dernières années, son mari a généralement cessé de partager son lit et a passé le temps vacant avec sa maîtresse Camilla Parker-Bowles.

Diana a parlé à Settelen de son véritable amour. Quatre ans après le mariage, elle est tombée amoureuse de son garde du corps, la belle brune Brun Manaki. Il était marié et Diana a affirmé qu’elle « avait vu en lui une figure paternelle, rien de plus ». Vrai ou pas, mais bientôt, Manaki a été muté sur un autre lieu de travail et, trois semaines plus tard, il s’est écrasé à mort sur sa moto.

«Tout s’est ouvert et il a été viré, puis tué. Ce fut le pire coup de ma vie », a déclaré Diana.

Par la suite, Settelen a avoué aux journalistes qu’il était «vraiment effrayé» par ces révélations, mais avait rapidement compris le but de Diana. Elle pensait déjà au divorce et voulait répéter à l’avance comment elle se garderait devant les journalistes. En gros, Settelen l’aida à définir une «ligne de défense». Les accusations contre Charles et sa mère, la reine Elizabeth, ont été répétées jusqu’à la fin de 1993 et, en 1996, le célèbre couple a vraiment divorcé.

Pendant la vie de Diana, toutes les vidéos de Settelen étaient stockées dans sa maison. Immédiatement après sa mort (le 31 août 1997), ils ont disparu, mais ont été retrouvés quelques années plus tard par son majordome. Earl Spencer, frère de Diana, et Settelen, auteur des disques, ont contesté leur propriété. Ayant gagné l’affaire, il a vendu les films à Channel 4.

La publication de ces bandes soulève à nouveau des problèmes extrêmement pénibles pour la famille royale britannique. Une déclaration d’amour pour Manaki rappelle les autres amants de Diana qui l’accompagnaient dans l’échec de son mariage. Il y avait l’instructeur d’équitation James Hewitt, l’agent de la cour David Waterhouse et l’homme d’affaires James Gilby. Cela soulève inévitablement des doutes sur le fait que l’héritier du trône britannique était le véritable père des princes William et Harry.

Les souvenirs de Diana de la mort de Manaki ont également l’air effrayants. Les soupçons qu’il a été délibérément tué en raison de son histoire d’amour avec la princesse, ravivé après la mort mystérieuse de Diana elle-même. L’accident de voiture, dans lequel son amant Dodi Al-Fayed et son chauffeur sont également décédés, a donné lieu à diverses théories du complot au cours de ces 20 années. Presque tout semblait étrange. Pourquoi un chauffeur Al-Fayed hautement professionnel a-t-il été incapable de faire face? Pourquoi le seul passager survivant est-il silencieux – le garde du corps de Reese-Jones, qui était assis à l’avant?

La version selon laquelle Diana a été assassinée par le MI6 sur l’ordre du prince Philip, épouse de la reine Elizabeth, a été révélée au public par le père de Dodi, l’oligarque Mohammed Al-Fayed. Il a participé à plusieurs enquêtes et a toujours déclaré que

la famille royale a traité avec Diana pour empêcher son mariage avec un musulman.

Cependant, Al-Fayed a également affirmé que Dodi était déjà enceinte de Diana au moment de son décès, mais une autopsie ne l’a pas confirmé. A cela, le milliardaire a déclaré que les résultats de l’autopsie avaient été altérés à la demande de la famille royale.

En 2007, après de nombreux procès, une version officielle de l’incident a pris forme. Le chauffeur a été identifié comme le principal responsable, dans lequel l’alcoolémie a été trouvée, la version d’Al-Fayed a été qualifiée de théories du complot sans fondement. De plus, l’oligarque a joué un rôle douteux dans le destin de Diana, en le réduisant trop avec diligence avec son fils.

Jeu des trônes

Toutes les théories du complot développées autour de la mort de Diana avaient un lien faible: le manque de motivation des conspirateurs.

Oui, dans ses interviews scandaleuses, l’ex-femme de l’héritier du trône a fabriqué tout le linge sale de la famille royale dans tout le pays. Mais, paradoxalement, cela n’a fait qu’augmenter la popularité de la maison de Windsor. Grâce à Diana, ils sont devenus participants à un feuilleton sans fin, regardé par le monde entier.

Oui, Diana n’était pas la chasteté et affichait ses romans. Mais le prince Charles ne lui était pas inférieur en termes de scandale. Il ne cachait à personne sa relation de longue date avec sa femme mariée Camilla Parker Bowles et, naturellement, il se fichait de l’opinion publique.

Il semblerait que la charmante Diana frivole et charmante ne représente aucune menace pour la maison de Windsor. En fin de compte, la monarchie anglaise n’a pas connu autant de scandales. Les relations amoureuses des héritiers du trône – les princes du pays de Galles – sont depuis longtemps une tradition. L’arrière-arrière-grand-mère Parker Bowles serait la maîtresse de l’arrière-arrière-grand-père du prince Charles.

Mais à la veille de la diffusion du film « In Your Own Words », The Sun, propriété de l’oligarque Rupert Murdoch, a annoncé qu’elle disposait encore de 12 heures de vidéos réalisées par Lady Dee peu de temps avant sa mort. Le caméraman était un employé anonyme de la BBC vivant aux États-Unis aujourd’hui. Ces films confirment que l’ancienne princesse avait de sérieux projets pour le trône anglais.

D’après le récit, Diana expose à nouveau le comportement immoral de son mari, expliquant comment l’héritière, se cachant derrière elle dans les toilettes, a tenu des conversations téléphoniques indécentes avec Camilla.

Puis il annonce à la caméra: « Elle est prête à tout faire pour empêcher Charles de devenir roi ».

Dans son journal de tournage, le caméraman a écrit que Diana avait l’intention de s’émerveiller après le décès de la reine Elizabeth, son fils aîné, le prince William: « Elle avait une telle idée romantique de devenir le » roi « , la mère derrière le dos de son fils. »

Les films découverts par The Sun n’ont pas encore été publiés, mais cette version explique bien le comportement excentrique de Diana.

La belle princesse a réussi à plaire au public. Elle s’habillait bien, se comportait démocratiquement et simplement, mais les gens étaient particulièrement impressionnés par la plainte de l’épouse de l’héritier du trône dans ses nombreux entretiens au cours d’une vie difficile: son mari triche, sa belle-mère méprise, des larmes coulent comme une rivière. Pour se calmer, Diana commence à manger et ne peut plus s’arrêter. Toute femme au foyer s’est reconnue sur cette liste de griefs. « Les riches pleurent aussi. »

Pour cette franchise, la nation « pardonna » à Diana sa haute origine. La princesse appartenait à l’une des familles les plus notables de la Grande-Bretagne et était la fille de Earl Spencer, mais dans l’imagination populaire, elle devint la pauvre Cendrillon, qui fut torturée au palais royal.

Au même moment, la « princesse du peuple » décrivait son mari – l’héritier du trône – de la manière la plus noire. De sa soumission, des scandales monstrueux ont éclaté, dont le plus déplaisant était la porte Camilla. Tout a commencé par une conversation téléphonique entre Charles et Camilla. Dans celui-ci, le prince de Galles a dit à sa maîtresse qu’il aimerait être son écouvillon.

Peu de temps auparavant, le journal Sun avait publié la même écoute électronique de Diana: elle avait parlé à son amant James Gilby. Il l’appelait surnom affectueux et elle se plaignait d’avoir peur de la grossesse.

En se moquant de Charles, le public a facilement pardonné Diana. Elle était une icône du style et la « reine des coeurs ».

À la fin de leur mariage, Charles était complètement compromis et Diana ressemblait à une victime innocente. Après le divorce, la princesse a tenté de dénigrer encore plus la famille royale. À la lumière de son plan, cela semble logique: la princesse espérait que, sous la pression de l’opinion publique, la reine serait obligée de faire du prince William son fils Diana. Après son accession, Diana deviendrait le « cardinal gris » omnipotent.

Si Diana avait vraiment un plan similaire, les versions théologiques du complot de sa mort ne paraissent plus extravagantes. Les personnages principaux du jeu des trônes marchent toujours sur le tranchant d’un couteau. Surtout à un moment où l’autorité de la monarchie est en déclin constant, et c’est exactement ce qui se passe en Grande-Bretagne . Autrefois la couronne la plus puissante du monde, même les fervents conservateurs ne promettent plus de brillantes perspectives, dont beaucoup admettent tristement dans des conversations privées que la chute du foyer de Windsor n’est plus qu’une question de temps.


Diana et Charles lors de leur mariage.
Diana et Charles lors de leur mariage.
Dimanche soir,le 6 août 2017, à 25 jours du 20e anniversaire de la mort tragique de la princesse, la télévision britannique a diffusé le documentaire Diana de vive voix présentant pour la première fois au public des images enregistrées par Peter Settelen, son professeur d’art oratoire.
Les cours de Diana avec Peter Settelen ont commencé en septembre 1992. Dès leur première rencontre au palais de Kensington, il a allumé la caméra et a demandé à Lady Di de parler d’elle. Le professeur a été très surpris quand l’épouse du prince héritier s’est mise à confier les détails les plus intimes de son mariage.
En particulier, la princesse a raconté la manière maladroite avec laquelle le prince Charles lui faisait la cour: «Quand il m’a grimpé dessus et s’est mis à m’embrasser et tout le reste, j’ai pensé: Beurk! On ne fait pas ça!»
Puis elle s’est plainte du fait que, pendant les premières années de vie conjugale, ils ne faisaient l’amour qu’une fois toutes les trois semaines. Sachant que pendant les sept dernières années de leur vie commune, son mari a complètement cessé de partager son lit avec elle et passait son temps libre avec son amante Camilla Parker Bowles.
Diana a également parlé à Settelen de son véritable amour: quatre ans après son mariage, elle est tombée amoureuse de son garde du corps Barry Mannakee. Il était marié, et Diana disait voir en lui «une figure de père, rien de plus». Que ce soit vrai ou non, par la suite Mannakee a été transféré à un autre poste et trois semaines plus tard il s’est tué à moto.
«Tout est devenu clair, il a été viré, puis tué. C’était le coup le plus dur de ma vie», disait Lady Di.
Par la suite, Settelen a reconnu devant les journalistes qu’il avait été vraiment effrayé par ces révélations mais avait rapidement compris l’objectif de Diana: elle songeait déjà au divorce et voulait répéter son discours devant les journalistes. En d’autres termes, Settelen l’a aidée à établir sa «ligne de défense». Ils ont répété les accusations visant Charles et sa mère, la reine Elisabeth II, jusqu’à fin 1993, et en 1996 le célèbre couple a divorcé.
Quand Diana était en vie, tous les enregistrements étaient conservés dans la maison de Settelen. Après sa mort (le 31 août 1997) ils ont disparu mais ont été retrouvés chez son majordome. Ils étaient réclamés par le frère de Diana, le comte Spencer, et Settelen en tant qu’auteur. Après avoir gagné son procès, ce dernier a vendu les vidéos à la chaîne Channel 4.

Sources

 

Le prince Charles connaissait bien Jimmy Saville,le plus grand pédophile de l’histoire britannique!

 

 

 

Réécrire l’histoire:Le livre de Russel Stoffi apporte un nouveau regard saisissant sur Hitler et sa place dans l’histoire

Les biographies «standard» d’Adolf Hitler sont inadéquates et fondamentalement viciées, selon l’historien américain Russell Stoffi dans son nouveau livre remarquable Hitler: Beyond Evil and Tyranny.

 

Les médias, et même des ouvrages supposément savants, décrivent le dirigeant allemand comme un démagogue monstrueux et criminel animé par une haine irrationnelle et une soif de pouvoir. En fait, affirme Stolfi, Hitler était une figure prophétique, messianique et visionnaire, qui devrait être comprise et appréciée aux côtés de personnalités aussi imposantes que Jules César, Napoléon, Mohammed et Jésus.

Le livre important de Stolfi n’apporte pas seulement une perspective historique indispensable. C’est en soi l’expression d’une tendance inévitable vers une compréhension plus valable et véridique d’un personnage historique extraordinaire.

 

 

 

 

Il y a 50 ans,le meurtre de Sharon Tate remet le mouvement du Peace and Love en question

Guide touristique spécialisé dans les morts célèbres à Hollywood, Scott Michaels connaît bien la passion de l’Amérique pour les faits divers macabres. Mais il avoue être surpris de la fascination qu’exerce encore 50 ans plus tard le meurtre de Sharon Tate aux mains des adeptes de Charles Manson.

Sharon Tate

C’est vraiment sans précédent. Je n’ai jamais vu un tel intérêt, assure-t-il à l’AFP dans le musée qu’il a créé à Los Angeles, baptisé Chers disparus.

J’organise des visites supplémentaires, deux à trois en plus chaque semaine, c’est dingue, poursuit-il.

 

Ces visites mènent les touristes jusqu’à Cielo Drive, route sinueuse noyée dans la végétation qui surplombe les quartiers chics de Beverly Hills. C’est là que Sharon Tate, épouse du réalisateur Roman Polanski, a été poignardée à mort aux premières heures du 9 août 1969. La comédienne avait seulement 26 ans et était enceinte de huit mois et demi.

Sharon tate encore

 

Les recherches de Tarantino

L’an dernier, l’un des clients de Scott Michaels n’était autre que le réalisateur Quentin Tarantino, alors en pleine recherche documentaire pour son film Il était une fois à Hollywood (Once Upon a Time in Hollywood), qui utilise comme toile de fond le meurtre de Sharon Tate et de quatre autres victimes dans la demeure de Cielo Drive.

Ces crimes sanglants avaient littéralement terrorisé Hollywood à l’époque, et fait la Une des journaux du monde entier.

Charles Manson, qui a paru à son procès comme un gourou halluciné et toxicomane doté d’un effroyable pouvoir de persuasion, avait ordonné à ses adeptes de commettre des meurtres dans des quartiers chics peuplés par des personnes blanches, dans l’espoir de déclencher un conflit racial aux États-Unis.

C’est avec ces instructions que les disciples de Manson, un homme et trois femmes, avaient pénétré dans la maison occupée par Sharon Tate.

Sharon Tate jouée par Margot Robbie

L’actrice est jouée dans le film de Tarantino par Margot Robbie, qui campe une jeune femme enjouée et innocente, un portrait qui n’a fait que renforcer l’intérêt du public pour cette tragédie.

Sharon était magnifique […] Elle est devenue cette sorte de symbole du bien absolu, tandis que Manson incarne l’exact opposé, estime M. Michaels, qui figure au générique d’Il était une fois à Hollywood en tant que conseiller technique.

Margot Robbie joue le rôle de Sharon Tate dans le film «Il était une fois à Hollywood»
Margot Robbie joue le rôle de Sharon Tate dans le nouveau film « Il était une fois à Hollywood ».

 

Charles Manson est mort dans une prison californienne en 2017, mais son héritage sanglant lui a survécu.

la famille Manson

D’après les témoignages, Sharon Tate avait supplié jusqu’au bout ses assassins d’épargner l’enfant qu’elle portait. Lorsqu’ils avaient pénétré dans la propriété, Roman Polanski était en Europe, mais les quatre personnes qui s’y trouvaient avec elle ont également été massacrées.

Le harem de Manson

Des touristes attirés par la tragédie

Peggy Miles, 56 ans, est née dans l’ouest de Los Angeles, non loin du lieu du crime qu’elle visite avec Scott Michaels. Elle est convaincue que cette tuerie a changé la perception que les Américains avaient de la contre-culture hippie : d’étrange ou agaçante, elle a pris des allures dangereuses, voire maléfiques.

Ça a rendu les hippies vraiment effrayants, se souvient-elle. À l’époque, de nombreux voisins ont installé des portails ou acheté des armes à feu, et on ne l’a plus laissée aller seule à l’école.

Les cinq personnes tuées par des adeptes de Charles Manson le 9 août 1969 : Wojciech Frykowski, Sharon Tate, Stephen Parent, Jay Sebring, and Abigail Folger.

Dans le même bus qu’elle se trouve Lauren Kershner, 28 ans, obsédée par le culte de Manson depuis l’adolescence et qui dévore les livres consacrés au sujet. Je suis surtout à Los Angeles pour le 50e anniversaire des meurtres, reconnaît la jeune femme, fascinée par l’emprise que le gourou exerçait sur ses disciples.

Spahn Ranch ou toute l’histoire d’Helter Skelter est née!

Scott Michaels a baptisé cette visite Helter Skelter (4 heures, 85 dollars). C’est le nom d’une chanson des Beatles, dont l’album Blanc a inspiré la mystique de Manson : il était persuadé que le disque, et cette chanson en particulier, contenait des messages subliminaux annonçant une guerre apocalyptique entre les personnes blanches et noires.


 

Chaos: Charles Manson, la CIA et l’histoire secrète des années soixante

La fascination exercée depuis vingt ans par un journaliste sur les meurtres de Manson a conduit à de nouvelles révélations choquantes sur l’implication du FBI dans cette réévaluation fascinante d’un cas infâme de l’histoire américaine.
Je vous présente ici la  version audio de l’interview  de Tom o’Neil concernant le  livre (en anglais seulement,hélas!):

En deux nuits sinistres à Los Angeles, les jeunes partisans de Charles Manson ont assassiné sept personnes, dont l’actrice Sharon Tate, alors enceinte de huit mois. Sans aucune pitié ni apparemment sans motif, la famille Manson a respecté tous les ordres de son chef. Leurs crimes ont allumé une flamme de paranoïa à travers le pays, marquant la fin des années soixante. Manson est devenu l’un des criminels les plus infâmes de l’histoire, son nom a toujours été attaché à une époque où les charlatans se mêlaient à des prodiges, l’amour libre était aussi possible que le lavage de cerveau et l’utopie – ou la dystopie – n’était qu’un voyage difficile.

Lors de l’arrivée des policiers,on regroupa toute la famille à l’extérieur,

Il y a vingt ans, le journaliste Tom O’Neill rapportait un article sur les meurtres dans un magazine. Il craignait qu’il n’y ait rien de nouveau à dire. Il a ensuite mis au jour des preuves choquantes d’une dissimulation dissimulée derrière le récit « officiel », y compris l’insouciance de la police, une inconduite juridique et une possible surveillance par des agents du renseignement. Quand une interview tendue avec Vincent Bugliosi, procureur de la famille Manson et auteur de Helter Skelter, a transformé une source amicale en ennemi juré, O’Neill a su qu’il était sur quelque chose. Mais chaque découverte apportait plus de questions:

  • Qui étaient les vrais amis de Manson à Hollywood et jusqu’où allaient-ils cacher leurs liens?
  • Pourquoi les forces de l’ordre, y compris l’agent de libération conditionnelle de Manson, n’ont-ils pas exploité leurs nombreuses chances de l’arrêter?
  • Et comment Manson, un ancien illettré, a-t-il transformé un groupe de hippies pacifiques en tueurs impitoyables?
  • Les supporters de Manson

La recherche de la vérité par O’Neill l’a mené de célébrités solitaires à des espions chevronnés, de l’été d’amour de San Francisco aux sites obscurs des expériences de contrôle mental de la CIA, sur une piste truffée de dissimulations obscures et de coïncidences suspectes. Produit de deux décennies de reportages, de centaines de nouvelles interviews et de dizaines de documents inédits du LAPD, du FBI et de la CIA, CHAOS avance un argument qui pourrait être, selon le procureur général de Los

Charles Manson en prison…peu avant sa mort!

 

 

 

Photo d’e la scène de crime.

 

Sociétés Secrètes Allemandes:les crânes sacrificiels de l’Ahnenerbe seraient d’origine extraterrestre

Le 9 janvier 2016,des officiels du gouvernement russe et de nombreux scientifiques russes présentaient cette étonnante découverte effectuée  dans le Caucase:

Près des cranes,de très étranges documents dormaient là depuis plus de 70 ans.

 

Les cranes ont été retrouvé près d’un dolmen du Caucase.

 

Cette photo dessinée retrouvée dans les objets dans la boite semble être le dolmen recherché (…et retrouvé) par les officiers de l’Ahnenerbe.

 

Dans ce qui ressemble à une scène d’un film d’Indiana Jones, des reportages des journaux russes « Komsomolskaya Pravda » et « Rossiyskaya Gazeta » indiquent qu’un porte-documents et deux crânes ressemblant à des extraterrestres ont été découverts dans les montagnes du Caucase, dans la région d’Adygeya. Dans la mallette, ses trouveurs ont trouvé deux crânes appartenant à une créature inconnue. Ahnenerbe était probablement la société la plus secrète au sein de la SS dédiée à l’étude des forces occultes et surnaturelles sur Terre. Selon les chercheurs, il est probable que les membres des SS s’intéressaient aux mystères des anciens dolmens et aux fortes quantités de radioactivité présentes dans la région connue sous le nom de canyon Kishinski.

Cependant, les chercheurs pensent qu’il est également possible qu’ils recherchent le Kuban Rada d’or, perdu quelque part dans la région pendant la guerre civile russe (1917-1923). (Le Kuban Rada (en russe: Кубанская Рада; en ukrainien: Кубанська Рада) était l’organisation suprême des cosaques du Kouban, qui représentaient tous les chefs de district.


LE KUBAN RADA D’OR PERDU…ÇA POURRAIT ÊTRE CELA

Depuis le début de la construction des sites olympiques,en 2014,, plus d’une douzaine d’expéditions archéologiques ont eu lieu et près de 400 artefacts ont été remis au musée d’histoire de la ville. « La construction des sites olympiques à Sotchi au cours des cinq dernières années a déclenché des fouilles archéologiques de grande envergure jamais réalisées auparavant dans cette ville », a déclaré Alla Guseva, directrice adjointe des recherches au musée.

 


 

 

Parmi les articles, les chercheurs ont également découvert une carte allemande du territoire d’Adygeya qui aurait été créée en 1941. Les experts ont été émerveillés par l’exactitude et l’exhaustivité de la carte.

Les historiens connaissent de nombreux détails de l’opération Wehrmacht Edelweiss qui s’est déroulée au sommet d’Elbrus, la plus haute montagne d’Europe, située dans la république de Kabardino-Balkarie dans le Caucase russe. Cependant, le but exact de cette mystérieuse organisation dans les montagnes d’Adygea reste un mystère profond, de même que la connexion entre le porte-document mystérieux, son contenu et les deux crânes anormaux qui n’ont pas un aspect humanoïde.

L’  Ahnenerbe : une institution mystérieuse aux objectifs mystérieux

La fameuse boîte

 

 

Le symbole de l’Ahnenerbe est bien visible sur la boite

 

 

L’  Ahnenerbe  était un institut développé par le Troisième Reich, chargé de faire des recherches sur l’histoire archéologique et culturelle de la race aryenne. L’institut a mené des expériences et lancé de nombreuses expéditions dans le monde entier pour tenter de prouver que des populations nordiques mythologiques régnaient sur le monde dans un passé lointain. Le nom  Ahnenerbe  signifie «héritage des ancêtres».

Les  membres de l’Ahnenerbe  voulaient tout savoir sur le mystère et l’inconnu de notre planète. Ils firent plusieurs expéditions au Tibet, en Antarctique et dans le Caucase et s’intéressaient énormément au phénomène OVNI, à la recherche du pouvoir ultime et absolu.

Le monde entier sait que l’Allemagne hitlérienne s’emploie activement à mettre au point de nouveaux types d’armes susceptibles de modifier le cours de la guerre. C’est la raison pour laquelle plus de 300 spécialistes de différents secteurs ont travaillé dans l’  Ahnenerbe , tous des esprits brillants et bien éduqués dotés de grandes connaissances scientifiques.

L’un des fameux crânes d’origine inconnue.

 

Il est intéressant de noter que seuls quelques-uns savent que des années avant le début de la guerre, des spécialistes des routes de montagne d’une organisation de construction militaire allemande avaient proposé d’aider l’URSS à construire une route entre Pitsunda et Ritsa (de la côte du Black Seanow en Abkhazie), comme un moyen de coopération internationale.

Une fois les travaux terminés, on a découvert que les spécialistes allemands étaient morts mystérieusement, leur voiture a plongé dans l’espace dans une courbe. Jusqu’à aujourd’hui, les touristes affluent vers le lac Ritsa à travers les tunnels construits par les Allemands.

 

Eau de vie russe

Nous avons appris plus tard que la construction de cette route stratégique avait des raisons très mystérieuses. Il s’est avéré que les hydrologues d’Ahnenerbe ont établi que la composition de l’eau provenant d’une source située dans une grotte sous le lac Ritsa était idéale pour la fabrication de plasma sanguin humain. « L’eau vivante » d’Abkhazie a été transportée dans des conteneurs d’argent d’abord vers la côte, puis par sous-marin jusqu’au fond de Constance et enfin par avion jusqu’en Allemagne « , explique Bormotov, professeur au département d’économie et de gestion de Maikop State Technological Université. Il était même prévu de construire des tunnels pour les sous-marins menant de la mer à Ritsa, mais ces projets ont été interrompus par la guerre.

L’aspect des crânes est vraiment macabre.

 

Il est notoire que le 49e corps montagnard de la Wehrmacht, qui a fait l’ascension au mont Elbrouz, est resté dans la région d’Adygeya. Dans la vallée de la rivière Belaya, près du village cosaque de Dajóvskaya, se trouvait le régiment SS du Westland. Entre les fleuves Pshish et Psheja, des régiments de chars allemands furent installés. À l’automne 1942, l’aéroport de Maikop reçoit la visite du 3e escadron du 14e groupe de reconnaissance, doté d’appareils de reconnaissance bimoteurs baptisés FW-189, équipés des instruments d’espionnage les plus sophistiqués et considérés par beaucoup comme des laboratoires secrets volants.

«C’était plus que suffisant pour protéger les enquêtes secrètes éventuellement menées par les Ahnenerbe dans les montagnes d’Adygea», déclare Bormotov. «Maikop était la ville où la Wehrmacht avait son siège. De là, le commandement de toute la campagne militaire allemande dans le Caucase a été organisé.

En automne 1942, dans les montagnes d’Adygea, il n’y avait pas de ligne de défense militaire définie, et des rapports font état de soldats qui s’interrogent au plus profond de la montagne. La raison pour laquelle des troupes ont été déployées sur le mont Pshekish en août 1944 alors que la ligne de front s’était déjà déplacée loin à l’ouest. Qu’est-ce qui fait que les nazis n’ont pas eu le temps de finir sur le mont Pshekish? Ces mouvements mystérieux peuvent-ils être expliqués et liés aux enquêtes des chercheurs d’Ahnenerbe? », Se demande Bormotov.

Des crânes allongés.

 

Beaucoup de gens supposent que les nazis s’intéressaient aux dolmens, constructions préhistoriques attribuées aux constructeurs atlantes situés dans la région, et «aux portes de mondes parallèles».

 

Même aujourd’hui, les gens parlent encore d’événements inhabituels dans la région. La presse locale a récemment publié un article sur la découverte d’un squelette géant de trois mètres de haut appartenant à une race humaine inconnue dans le canyon de Borjomi.

Les crânes des dieux

Les médias russes ont écrit que les mystérieux crânes avaient été découverts dans une grotte sur le mont Bolchoï Tjach il y a près de deux ans par un groupe d’explorateurs menés par l’ethnographe Vladimir Melikov.

Selon Melikov, la créature de l’un des crânes était différente de tout ce que l’homme sait, et elle marchait sur deux jambes. Melikov affirme que l’absence de voûte crânienne et de mâchoires est l’un des traits les plus mystérieux des crânes. Les orbites sont exceptionnellement grandes et présentent des traits faciaux ressemblant à ceux de l’homme.

Même comparé au crâne d’un ours, il est difficile de croire que vous n’avez pas entre les mains les restes d’une créature extraterrestre, a déclaré Melikov.

Les paléontologues de Moscou n’étaient pas trop excités lorsqu’ils ont reçu des photographies des crânes mystérieux. Ils ont simplement reconnu que les crânes ne ressemblaient à rien de ce qu’ils avaient vu auparavant, ce qui laisse supposer qu’ils auraient pu être submergés et exposés au sable pendant de longues périodes. cela aurait pu modifier la forme des crânes, mais si tel était le cas, comment expliquer les « déformations » presque identiques des deux crânes qui semblent suivre des schémas similaires?

 

Spéculations ou réalité? Les anciens Anunnaki en Russie

Certains chercheurs sont allés aussi loin et ont établi des liens entre les mystérieux crânes et les anciens Anunnaki. Après avoir regardé les images, beaucoup suggèrent que ces crânes mystérieux ont été recherchés par des chercheurs de l’ Ahnenerbe , car ils appartenaient aux visiteurs des étoiles, les dieux et les créateurs de la race humaine, et des chercheurs de l’ Ahnenerbe  savaient exactement ce qu’ils cherchaient pour faire exactement ce trajet.

« Nous pouvons construire toutes sortes de versions et de conjectures, mais la vérité est que les restes trouvés dans les montagnes d’Aguideya vous obligeront à repenser tout ce que vous savez », a déclaré Bormotov à la presse russe.

En conclusion, nous pouvons dire que ces découvertes mystérieuses sont quelque chose qui vous fait certainement vous demander :quoi d’autre?

Cela vous fait penser à d’autres institutions secrètes qui avaient des idées et des plans similaires à ceux de l’ Ahnenerbe . Les crânes et objets découverts en Russie resteront parmi les découvertes les plus mystérieuses de la dernière décennie, et la vérité derrière eux semble bien plus mystérieuse que ce que nous pouvons imaginer.

Un crane d’un soldat allemand avait été revêtu de son casque militaire…près du dolmen!

 

Une bague à l’effigie du Führer.

 

L’arrière des cranes nous laisse songeur:aucune créature terrestre n’a un crane semblable.

 

 

Source, référence et images:

Rossiyskaya Gazeta 
Komsomolskaya Pravda


EN COMPLÉMENT

Les cosaques de Kuban Rada

Des Cosaques de la République de Kuban (vers 1919)

Le Kuban Rada (en russe : Кубанская Рада ; en ukrainien : Кубанська Рада ) était l’organisation suprême des cosaques du Kouban , qui représentaient tous les chefs de district. Cependant, son chef, Nakazny Ataman, a été nommé directement par le tsar. Après la Révolution de février , en avril 1917, la Rada s’est proclamée administration suprême de l’oblast de Kouban. Le 24 septembre 1917, la Rada adopta une résolution sur la formation d’une législature. Après la Révolution d’Octobre , la Rada s’est battue contre le pouvoir soviétique et a proclamé la République populaire du Kouban.le 28 janvier 1918 avec sa capitale à Yekaterinodar .

Le général russe blanc Anton Denikin a aboli la Rada en 1920.

En 1990, une organisation, appelée Rada, a été créée pour administrer l’hôte moderne du cosaque kouban.

Des musiciens cosaques de Kuban photo de 1913

 

L’assassinat des paysans par les communistes,portrait de 1920 env

AUTRE COMPLÉMENT

 

Des structures vieilles de 25 000 ans trouvées en Russie? – Dolmen et mégalithes mystérieux dans le Caucase

 

En Russie, le Caucase, dans les montagnes, non loin de Tzelentzchik, Tuapse, Novorossiysk et Szocs des  centaines de monuments mégalithiques dans les villes. Les Russes les appellent Dolmen. 

Les archéologues russes et étrangers ne savent pas encore quoi utiliser pour ces structures. Selon les informations disponibles, les mégalithes sur les photos et vidéos ci-dessous ont entre 10 000 et 25 000 ans. D’autres archéologues, par contre, estiment leur âge à 4 000 et 6 000 ans.

Ce dolmen a été évalué à 25,000 ans.

Nous connaissons des milliers de souvenirs mégalithiques préhistoriques à travers le monde. Certains des moins connus sont ceux du Caucase. Ces dolmen sont situés des deux côtés du Caucase occidental, soit environ 12 000 kilomètres carrés en Russie et dans la région de l’Abkhazie.

Les dolmen du Caucase sont des représentants uniques de l’architecture préhistorique, avec des blocs de taille cyclopéenne travaillés et assortis avec précision. Les pierres ont été travaillées à exactement 90 degrés ou exactement circulaires selon les besoins. 

Les bâtiments ici ressemblent beaucoup aux mégalithes que l’on trouve dans diverses régions d’Europe et d’Asie, tels que la péninsule ibérique, la France, l’Angleterre, l’Irlande, les Pays-Bas, l’Allemagne, le Danemark, la Suède, Israël et l’Inde. De nombreuses théories ont tenté d’expliquer ces similitudes, mais personne ne les a encore prouvées.

Il existe près de 3 000 structures mégalithiques de ce type dans le Caucase occidental, mais de nouvelles structures apparaissent alors que de plus en plus de personnes meurent. Malheureusement, beaucoup d’entre eux sont aujourd’hui négligés et complètement ruinés, car personne ne les protège des dommages et des forces de la nature. 

Les bâtiments sont principalement carrés et trapézoïdaux, de forme à la fois rectangulaire et ronde. Chaque façade a une ouverture. Le plus commun est la fenêtre ronde, mais ils sont également carrés. On y trouve des poteries en bronze et en fer qui ont permis de déterminer l’âge des bâtiments, ainsi que des restes humains, des outils en bronze, des ornements en argent, en or et en pierres semi-précieuses.

La décoration des mégalithes n’est généralement pas excessive, les irrégularités verticales et horizontales, les lignes en zigzag, les triangles et les cercles concentriques étant les éléments les plus courants.

 

 

 

 


AUTRE COMPLÉMENT

 

Generał_Heinz_Reinefarth des Waffen SS fut reçu avec honneur par les Cosaques de Kuban…en 1941.Il était membre de l’Ahnenerbe,

 

 

 

Réécrire l’histoire de la Réussite du débarquement de Normandie grâce à l’astronomie

Les planificateurs ont utilisé leurs connaissances des phases de la lune et des marées.

Le 6 juin 1944, le camarade en chef du photographe de la Garde côtière, Robert F. Sargent, a capturé cette image célèbre du jour J sur la plage d’Omaha Beach vers 7h40.

 

 

Il y a soixante-quinze ans aujourd’hui (le 6 juin), plus de 150 000 soldats alliés ont pris d’assaut les côtes normandes pour reprendre le contrôle de la France occupée aux nazis.

Le succès de cette manœuvre audacieuse et dramatique, connue sous le nom d’ invasion du jour J , a contribué à inverser la tendance de la Seconde Guerre mondiale. Et l’astronomie a contribué à sa réalisation, selon Donald Olson, un limier céleste.

« Les commémorations et la couverture médiatique porteront à juste titre sur l’héroïsme des soldats, marins et aviateurs alliés ayant entamé la libération de la France », a déclaré Olson, astronome et professeur de physique à la Texas State University . « Mais nous pouvons également saisir cette occasion pour apprécier le rôle joué par l’astronomie dans la planification et l’exécution de cet événement qui a changé le monde. »

 

Par exemple, les planificateurs du jour J n’ont pas simplement choisi  le 6 juin au hasard! Cette date répondait à des critères cruciaux pour l’invasion surprise, a noté Olson dans une nouvelle analyse publiée cette semaine dans Sky & Telescope . 

C’était au printemps, pour commencer.

« Une invasion printanière en mai ou juin était idéale, car cela laisserait tout l’été aux forces alliées de repousser les forces allemandes avant que le mauvais temps ne s’installe avec l’arrivée de l’automne et de l’hiver », a déclaré Olson. « Les préparatifs de l’invasion n’étant pas terminés en mai, le général Dwight D. Eisenhower [commandant des forces alliées dans le nord-ouest de l’Europe] a reporté l’assaut au mois de juin. »

En outre, les planificateurs souhaitaient un clair de lune éclatant pour les parachutistes alliés, qui commençaient à descendre sur la côte française un peu après minuit, ainsi qu’une marée basse mais croissante pour les soldats en mer, qui commençaient à frapper les plages au lever du soleil.

Les basses eaux exposeraient le vaste système de défenses côtières submergées des Allemands, permettant ainsi aux Alliés d’attaquer et éventuellement de désactiver ces obstacles dangereux. Et une marée montante ferait en sorte que les péniches de débarquement ne restent pas bloquées sur les plages pendant 12 heures, a déclaré Olson.

Et c’est là que les planificateurs ont acquis leurs connaissances en astronomie. Sur cette partie de la côte normande, Eisenhower et son équipe ont déterminé que la marée souhaitée ne s’est produite qu’au moment de la nouvelle lune ou de la pleine lune . Selon Olson, cela laissait trois options aux alliés: les 5 et 6 juin ou le 7 juin. 

La cible initiale était le 5 juin, mais le mauvais temps a entraîné un retard d’une journée, a noté Olson dans son article Sky & Telescope.

Le nouvel article contribue également à redresser le record astronomique du jour J, at-il ajouté. De nombreux récits historiques affirment que l’invasion s’est produite sous une « lune tardive ». Les planificateurs le souhaitaient, a-t-on raconté, car cela permettait aux avions Allies de rester voilés dans l’obscurité le plus longtemps possible, jusqu’à ce que les pilotes aient besoin du clair de lune pour repérer les zones de largage des parachutistes.

Cette histoire contredit les déclarations de Eisenhower, du Premier ministre du Royaume-Uni, Winston Churchill, et d’autres architectes clés de l’invasion, qui ont insisté sur la nécessité d’un clair de lune brillant, a déclaré Olson. Et sa nouvelle recherche soutient les architectes.

« Ce n’est pas une lune qui se lève tard. La lune s’est levée avant le coucher du soleil le 5 juin 1944 et est restée dans le ciel toute la nuit », a déclaré Olson dans le même communiqué. « Elle n’a été fixé qu’après le lever du soleil. Elle atteignait le point le plus haut du ciel à 01h19, près de l’heure de l’assaut du pont britannique Pegasus et juste au moment où les opérations aéroportées américaines commençaient. »

(L’un des principaux objectifs du jour J était la capture de deux ponts, qui sont maintenant connus sous les noms de Pegasus Bridge et de Horsa Bridge. Les forces britanniques ont réussi à capturer les deux ponts au début de l’invasion.)

 

Olson a également retracé l’origine de la « dernière lune ». La phrase s’est largement répandue parce que Cornelius Ryan l’a utilisée dans son livre de 1959 sur le jour J, « Le jour le plus long ». Mais Olson a découvert que cela venait apparemment de Walter Bedell Smith, qui a été chef de cabinet d’Eisenhower de 1942 à 1945. 

Smith a écrit sur le désir d’une lune tardive en 1946, dans une série d’articles sur la guerre qu’il a écrits pour le magazine Saturday Evening Post, a découvert Olson.

 

 

 

 

 

Réécrire la biographie du Führer Adolph Hitler

Il ne fait aucun doute qu’Adolf Hitler restera dans les mémoires comme l’un des plus politiciens  qui auront influencé  l’histoire moderne. Né en 1889 en Autriche, Hitler a eu une enfance douteuse au sein de la classe ouvrière et a passé ses premières années d’adulte à effectuer des travaux occasionnels et à essayer de s’inscrire à une école d’art. Lorsque la Première Guerre mondiale a éclaté en 1914, Hitler s’est porté volontaire pour combattre dans l’infanterie de la réserve bavaroise. Combattant sur le front occidental en France et en Belgique, Hitler fut blessé deux fois sur le champ de bataille et quitta la guerre en tant que vétéran décoré.Il a eu un descendant en France,d’une relation qu’il a eu avec une jeune femme Il est resté dans l’armée jusqu’en 1920, année où il s’est consacré à son appartenance au Parti ouvrier national-socialiste allemand (NSDAP). Il est rapidement devenu connu comme un orateur attrayant et compétent et il a captivé l’auditoire avec des discours sur les difficultés économiques de l’Allemagne et il a accusé les politiciens, Marxistes et Juifs pour le déclin du grand pays. En 1923, Hitler fut emprisonné pendant cinq ans pour haute trahison après avoir tenté sans succès de conduire le NSDAP à une révolution nationale. Hitler a purgé seulement un peu plus d’un an de sa peine et lorsqu’il a été libéré, il était plus déterminé que jamais à mener le NSDAP à la gloire politique. Le krach boursier de 1929 et le ralentissement économique mondial qui s’ensuivit donnèrent à Hitler l’occasion de capitaliser sur l’esprit des masses opprimées, et le parti national-socialiste devint le deuxième parti du Parlement allemand lors des élections de 1930. La popularité politique de Hitler était incomparable et, après que son rival lui attribua bêtement le poste de chancelier en 1933, son pouvoir devint absolu. En prenant le titre de « Fuhrer du Troisième Reich » en 1934,

Adolph Hitler en 1921.

IL AIMAIT  PASSIONNÉMENT  LES CHIENS

Le Führer tenant Blondi auprès d’Eva Braun qui elle tient un petit terrier en laisse.

 

Hitler était apparemment un grand passionné  quand il s’agissait de chiens…comme votre serviteur! Au cours des combats de la Première Guerre mondiale, Hitler s’est attaché à un petit terrier qui chassait les rats dans les tranchées allemandes. Il l’a nommé ‘Fuschl’ (petit renard) et le couple était inséparable. Cependant, Fuschl fut volé dans une gare quelques années plus tard et Hitler fut désemparé lorsqu’il ne put plus retrouver le chien. En 1941, Hitler reçut un chiot berger allemand qu’il nomma Blondi. Blondi accompagnait partout le dirigeant allemand (au grand dam de sa maîtresse Eva Braun qui préférait la compagnie de ses deux terriers écossais) et resta même dans son bunker souterrain pendant les dernières phases de la guerre. En réalité, Joseph Goebbels est même allé jusqu’à dire que Blondi était la « prunelle de [l’oeil de Hitler] » et qu’il lui était accordé de nombreux privilèges – comme dormir au pied du lit d’Hitler -ce  qu’aucun autre « humain n’oserait réclamer ». Hitler a acheté à Blondi un compagnon nommé Bella et au printemps 1945, ils ont eu une portée de chiots. Cependant, après avoir appris la mort violente de son allié Benito Mussolini, Hitler a administré des capsules de cyanure à son chien bien-aimé dans le but présumé de l’empêcher de tomber entre les mains des Alliés. Il était apparemment inconsolable jusqu’à ce que lui et Eva Braun se soient évadés du Führerbunker,le 26 avril 1945.


Un soldat britannique a épargné sa vie lors de la Première Guerre mondiale

Henry Tandey
Henry Tandey

Certains des grands récits historiques de l’histoire se rapportent à des situations hypothétiques dans lesquelles Hitler est tué avant qu’il puisse assumer tout le pouvoir en Allemagne. Cependant, beaucoup de gens ne se rendent pas compte que ce scénario est presque arrivé. Le 28 septembre 1918, le soldat britannique Henry Tandey se battait dans le 5ème régiment de duc de Wellington, dans le nord de la France, près du village de Marcoing. Alors que les troupes alliées avançaient dans les forces allemandes en retraite, un soldat allemand blessé errait devant les lignes de tir de Tandey. Tandey était réticent à tirer sur un combattant ennemi non armé et blessé, il a donc épargné la vie de cet homme et l’a laissé s’égarer. Il s’avère que cet homme était Adolf Hitler. Hitler faisait partie du 16e Régiment de réserve bavarois à l’époque, et il serait temporairement aveuglé par une attaque au gaz moutarde un mois plus tard et passerait le reste de la guerre dans un hôpital militaire. Tandey est sorti de la guerre en tant que soldat privé le plus décoré. Lorsque Hitler rencontra Neville Chamberlain en 1938 à propos du différend tchécoslovaque, il montra au Premier ministre britannique un tableau de Fortunino Matania représentant une scène du carrefour Kruiseke en 1918. Un membre de son personnel en avait montré une copie au tableau , Le Dr Otto Schwend, et il a immédiatement reconnu l’homme à l’avant-garde comme l’homme qui a épargné sa vie sur le champ de bataille. Hitler aurait apparemment partagé cette anecdote avec Chamberlain lors de la procédure de l’accord de Munich et la légende de la rencontre grandit.


Il n’a pas vraiment conquis la tour Eiffel

 

Le Fûhrer devant la Tour Eiffel,à Paris.

 

Une photographie emblématique prise lors de l’invasion nazie de la France représente Hitler et un groupe de ses officiers supérieurs posant devant la tour Eiffel. Cependant, le chef n’a pas tout à fait obtenu la satisfaction de franchir lui-même ce point de repère. Lorsque l’armée allemande occupa Paris en 1940, les résistants français s’empressèrent de couper les câbles de l’ascenseur qui menaient de la base à la plateforme du sommet. Si Hitler voulait une séance de photos au sommet de la Tour Eiffel, il aurait dû gravir 1710 marches pour arriver au sommet. Cela explique en grande partie pourquoi toutes les photographies de Hitler le représentent au sol, debout au sommet de la ville, plutôt au sommet (cela n’a probablement pas aidé qu’il ait aussi peur des hauteurs). Quand il devint clair que les Allemands allaient perdre la ville aux forces alliées en 1944, Hitler a ordonné au général Dietrich von Choltitz de démolir la tour avec le reste de la ville. Cependant, le gouverneur militaire nazi de Paris refusa d’exécuter l’ordre et les combattants de la résistance française arboraient à nouveau leur drapeau national au sommet de la tour Eiffel avant même la libération de la ville.

Tour Eiffel

 


Il a banni le prix Nobel en Allemagne

Il fit remplacer le prix nobel par la médaille du Mérite Allemand.

 

Une idée fausse répandue à propos d’Hitler est qu’il a été nominé pour un prix Nobel de la paix, mais il s’agissait apparemment d’une blague faite aux dépens du dirigeant allemand. Erik Brandt, membre du parlement suédois, proposa le nom de Hitler au prix en 1939 en réponse sarcastique à la nomination de Neville Chamberlain cette année-là pour ses efforts d’apaisement entre l’Allemagne et la Tchécoslovaquie au nom de la « paix mondiale ». La proposition de plaisanterie a été rapidement retirée, mais ce n’était pas la première fois que Hitler était irrité par le prix Nobel. En 1936, le pacifiste allemand Carl von Ossietzky reçut le prix pour avoir dénoncé le processus de réarmement secret de l’Allemagne. Von Ossietzky avait été arrêté en 1933 pour espionnage et trahison et il avait été emprisonné dans un camp de concentration après avoir reçu le prix Nobel.


Il a détesté les trois comparses (les fameux Three Stooges)

Trois Stooges

Bien que le film de Charlie Chaplin, « Le Grand dictateur », soit connu pour ses critiques virulentes sur l’accession au pouvoir d’Hitler, il n’est pas le premier artiste occidental à déprécier le leader allemand. Le trio américain de slapstick, The Stooges, a publié ‘You Natzy Spy!’ en janvier 1940 (neuf mois avant la parution de la comédie hitlérienne de Chaplin) et les frères incompétents (qui étaient d’ailleurs des juifs ashkénazes) furent les premiers à satiriser Hitler et le parti nazi sur des écrans de cinéma. Hitler était tellement vexé par cette parodie cinglante que les Stooges – ainsi que d’autres artistes occidentaux qui s’étaient moqués de lui – se sont rendus sur sa liste de décès personnelle. L’industrie du divertissement a eu le dernier mot de rire lorsque Groucho Marx a dansé le Charleston pendant 2 minutes sur les vestiges du Führerbunker  lorsqu’il se rendait à Berlin-Est en 1958.


 Il a lancé un énorme mouvement anti-tabac dans l’Allemagne nazie

Mouvement anti-tabac

Le Führer Adolph Hitler était autrefois un gros fumeur, mais comme il était très clairvoyant et précurseur ,il a abandonné cette habitude et a déclaré que le tabac était une perte d’argent et un risque pour la santé. Lorsque le parti nazi a pris le pouvoir dans les années 1930, Hitler a plaidé pour une campagne anti-tabac dans toute l’Allemagne et a encouragé la recherche sur les dangers du tabagisme. Il a été interdit de fumer dans les transports en commun, la taxe sur le tabac a été augmentée, une propagande antitabac a été publiée et les publicités relatives au tabac interdites en public. L’armée allemande a également vu ses rations de cigarettes réduites et des conférences sur la santé ont été organisées à l’intention des soldats afin de mieux les informer des conséquences pour la santé. Fait intéressant, les ventes de tabac dans l’Allemagne nazie ont effectivement augmenté entre 1933 et 1939, mais le tabagisme a diminué parmi le personnel militaire pendant la guerre. Bien que Hitler ait manifesté son dégoût personnel pour le tabagisme, il y avait un motif un peu plus arrière pour son attitude. Les politiques en matière de procréation constituaient une part importante des convictions fondamentales du parti nazi, et les recherches allemandes sur les effets de la consommation de tabac ont révélé que celle-ci affectait la reproduction féminine et entraînait un taux plus élevé de mortinatalité, de fausse couche et d’infertilité.


EN COMPLÉMENT

LE PARTI NATIONAL SOCIALISTE LANCE LA PREMIÈRE CAMPAGNE  CONTRE LE TABAGISME ET ORGANISE  UNE POLITIQUE DE LUTTE CONTRE LE CANCER EN 1941

Robert N. Proctor est un épistémologue Américain qui a publié plusieurs livres sur l’hygiénisme racial. Son ouvrage « La Guerre des nazis contre le cancer » retrace la lutte acharnée, contre tous les cancers, des nazis au pouvoir en Allemagne, de 1933 à 1945. Pour le grand public, la période nazie est souvent synonyme du massacre des juifs et de l’invasion de l’Europe. Mais ce n’est qu’une facette de la politique allemande de 1933 à 1945. 

Avant de construire des camps de travail et d’y enfermer les populations des pays de l’est, les homosexuels, les tziganes, les opposants politiques, et les juifs pour faire tourner leurs usines, les nazis menèrent une guerre contre le tabac et l’alcool. Quand l’ordre doit régner pour le bien de la production nationale, fumer et boire deviennent inutiles. Quelques années après l’arrivée d’Hitler (ancien fumeur) au pouvoir, le tabac fût interdit dans les trains, les bus, les hôpitaux et certaines grandes entreprises. Le soi-disant «tabagisme passif» fût inventé par les nazis en 1939, par Fritz Linckint. 

Cette guerre ne marcha pas du tout : la consommation de tabac ne cessa d’augmenter en Allemagne, plus que dans tous les autres pays européens. 

Mais les nazis n’osèrent pas aller aussi loin que l’OMS et ses partenaires industriels à savoir : interdire le tabac dans les CHR… 

La lecture de cet ouvrage donne un éclairage intéressant sur notre époque «moderne». Voyons, grâce à cet ouvrage, quelle était l’approche des nazis au sujet du tabac et comment ils utilisèrent les scientifiques pour régenter la vie en société : 

Extraits : 

[…] 

L’épidémiologie allemande du tabac fut, pendant un temps, la plus avancée au monde, comme ce fut le cas pour beaucoup d’autres aspects de la lutte antitabac. L’élite médicale nazie soutenait fortement la recherche sur les risques liés au tabac. 

[…] 

Dans la conception du monde nazi, le tabac était un poison génétique; une cause de stérilité, de cancers, de crises cardiaques ; une saignée dans les ressources nationales et une menace pour la santé publique. Le parti nazi lança une importante campagne antitabac qui comprenait une éducation sanitaire du public à une large échelle, des interdictions de certaines formes de publicité et des interdictions de fumer dans de nombreux espaces publics. Les mesures agressives prises dans cette direction allaient de pair avec l’insistance plus large du régime sur la nécessité d’une « direction sanitaire » exercée par les médecins (Gesundheitsführung), comprenant à la fois les mesures sanitaires préventives et la primauté du bien public sur les libertés individuelles – le soi-disant devoir d’être en bonne santé (Gesundheitspflicht). 

[…] 

Dans son ouvrage publié en 1924 et intitulé « Die rauchende Frau » (ndlr : la femme fumeuse), Robert Hofstätter, gynécologue viennois misogyne, attribua des dizaines de maladies féminines – notamment les crampes menstruelles, l’atrophie utérine et le dysfonctionnement ovarien – à l’action de l’herbe diabolique et en appela à la reconversion des champs de tabac en vergers et potagers. 

[…] 

Les hygiénistes raciaux s’opposaient au tabac par crainte d’une corruption du plasma germinatif allemand, les hygiénistes industriels s’y opposaient parce qu’ils redoutaient une réduction de la capacité de travail. Les infirmières et les accoucheuses pensaient qu’il avait des effets néfastes sur l’« organisme maternel. » On accusait le tabac d’être « une force corruptrice dans une civilisation décadente devenue paresseuse », une cause d’impuissance chez les hommes et de frigidité chez les femmes. La rhétorique de la période nazie contre le tabac s’inspirait de la rhétorique eugéniste d’une génération antérieure, à laquelle s’ajoutait une éthique de la pureté corporelle et de la performance au travail. On qualifiait le tabac d’« épidémie », de « fléau », d’« ivrognerie sèche » et de « masturbation des poumons. » 

[…] 

On disait que fumer rendait les femmes plus difficiles à marier parce qu’elles vieillissaient plus vite et avaient tendance à perdre leur beauté. 

[…] 

Martin Staemmler, influent médecin nazi, affirma que la consommation de tabac par les femmes enceintes était responsable de l’augmentation du nombre d’enfants mort-nés et de fausses couches. 

[…] 

Dans l’objectif d’évaluer l’influence du tabagisme sur la survenue des cancers, deux médecins allemands, les docteurs Schairer et Schöniger, lancèrent en 1942, une étude d’envergure,

Le tabac causait une allégeance à un élément étranger, à une époque où l’esprit et le corps étaient supposés appartenir au Führer. 

[…] 

On ne sait pas s’il arriva que des personnes dépendantes du tabac fussent incarcérées du fait de leur dépendance, mais on sait en revanche que le sort s’acharna sur des personnes dépendantes d’autres substances. En 1941; le chef de la santé du Reich, Leonardo Conti, ordonna la création d’un bureau chargé d’enregistrer les personnes dépendantes et de combattre la dépendance ; on établit des registres semblables pour les alcooliques, les sans domicile fixe, etc. Il est possible que cette démarche ait inquiété les fumeurs, étant donné que l’on considérait souvent l’usage du tabac comme une « première étape » vers l’abus de substances plus fortes comme la morphine et la cocaïne. L’Allemagne nazie était très sévère à l’égard des trafiquants de drogue : un rapport de 1938 élaboré par les responsables américains des narcotiques faisait l’éloge du régime nazi pour avoir jeté un célèbre vendeur de drogue autrichien dans un camp d’internement « dans lequel il restera sans doute toute sa vie. » 

[…] 

Armées de l’expertise scientifique et du pouvoir politique requis, les autorités nazies limitèrent la consommation de tabac en utilisant une combinaison de propagande, de relations publiques et de décrets officiels. Le ministre de la Science et de l’Éducation ordonna que l’on discute des dangers du tabac dans les écoles primaires et l’Office de la santé du Reich publia des pamphlets pour conseiller aux jeunes de ne pas fumer. 

[…] 

À la fin des années 1930 et au début des années 1940, les activistes antitabac réclamèrent l’augmentation des taxes sur le tabac, des interdictions dans le domaine de la publicité ainsi que des interdictions des distributeurs automatiques sans surveillance, et des ventes de tabac aux jeunes et aux femmes durant leur période de fécondité. Les activistes réclamèrent l’interdiction de fumer au volant et sur les lieux de travail, ainsi que la création de centres d’assistance en matière de tabac. 

[…] 

On créa des centres d’assistance dans lesquels les « malades du tabac » (Tabakkranke) pouvaient venir chercher de l’aide – à la fin des années 1930 il existait des dizaines de centres de ce genre. On ouvrit des restaurants et des sanatoriums sans tabac, souvent avec le soutien financier de la Ligue allemande contre le tabac. 

[…] 

Les sanctions légales apparurent en 1938. Cette année, la Luftwaffe (ndlr : l’armée de l’air) décréta une interdiction de fumer sur ses propriétés et la Poste en fit de même. Des interdictions de fumer apparurent sur de nombreux lieux de travail, dans les administrations publiques, des hôpitaux et des maisons de repos, et on ordonna aux sages-femmes de ne pas fumer pendant leur service. On conçut des voitures « non-fumeur » dans tous les trains allemands avec une amende de deux reichsmarks pour les contrevenants. 

[…] 

L’activisme antitabac culmina durant les septième et huitième années du pouvoir nazi, encouragé par le succès des premières campagnes militaires et la reconnaissance du fait que le rationnement pouvait fournir une excuse acceptable pour demander un effort plus intense en vue de réduire la consommation de tabac. 

[…] 

Le directeur de l’Institut de physiologie du travail de Dortmund soutint que le tabac devrait être totalement interdit sur les lieux de travail en raison des dangers du « tabagisme passif. » Le plus important journal médical d’Allemagne fit un récit détaillé de la conférence et Hitler envoya un télégramme souhaitant à l’assemblée « bonne chance dans votre travail consistant à libérer l’humanité de l’un de ses plus dangereux poisons. » 

[…] 

Astel était le chef de l’Office des affaires raciales de Thuringe ainsi qu’un antisémite notoire et un hygiéniste racial (il avait adhéré au parti nazi et à la SS en juillet 1930) ; il était également un ardent défenseur de l’«euthanasie» et visitait les hôpitaux locaux pour encourager les médecins à tuer leurs malades psychiatriques (Astel était si exubérant dans son soutien au meurtre des malades mentaux, qu’il fallut rappeler que l’opération était supposée rester secrète). Astel était aussi un militant antitabac et ne buvait jamais d’alcool ; il qualifia l’opposition au tabac de « devoir national-socialiste. » […] Selon lui, il fallait combattre le tabac « cigare par cigare, cigarette par cigarette et paquet par paquet» 

[…] 

Les hygiénistes industriels exerçaient aussi des pressions parce qu’ils s’inquiétaient de la perte de main-d’œuvre allemande occasionnée par le tabac. À la fin des années 1930, les personnes qui s’absentaient de leur travail pendant plus de quatre semaines à cause de « problèmes gastriques liés à la cigarette» (en particulier les gastrites et les ulcères) devaient se faire examiner dans un hôpital; les récidivistes – les personnes qui ne parvenaient pas à arrêter de fumer – pouvaient être confiés à une clinique de sevrage de la nicotine. » 

[…] 

On disait que les femmes juives et communistes étaient particulièrement susceptibles de fumer et de transmettre leur habitude répugnante aux autres. Les journaux d’hygiène raciale montraient des femmes décadentes avec des cigarettes pendant à leurs lèvres. 

[…] 

Au cours de sa jeunesse viennoise, Hitler avait fumé de vingt-cinq à quarante cigarettes par jour, jusqu’à ce qu’il comprenne qu’il gaspillait beaucoup d’argent et qu’ « il jette ses cigarettes dans le Danube et n’y touche plus jamais. » Il affirma également – aussi étrange que cela nous semble aujourd’hui – que l’Allemagne n’aurait jamais connu sa gloire présente, s’il avait continué à fumer. 

[…] 

Les Allemands ne connurent jamais la prohibition et ne souffrirent jamais d’une réaction en retour contre le moralisme antitabac comme ce fut le cas pour les médecins américains. Dans les années 1930, les médecins allemands furent donc beaucoup plus enclins que leurs homologues américains à approuver les revendications des activistes antitabac. Ils étudièrent avec plus d’agressivité les effets du tabagisme et les condamnèrent plus généralement. Les Allemands fustigèrent d’autant plus facilement le tabac qu’ils n’avaient jamais souffert des excès moraux de la prohibition. […] 

La consommation de tabac augmenta plus rapidement en Allemagne qu’en France : les deux pays consommaient en moyenne 570 cigarettes par tête en 1932; en 1939 les Allemands en fumaient 900 et les Français seulement 670. […] 

Source: Extraits de « La Guerre des nazis contre le cancer » 

Robert N. Proctor 

Les Belles Lettres ,1999

Il est devenu végétarien plus tard

Dans une réception avec des officiers du Reich:on servait toujours une copieuse assiette de fruits devant lui.

 

Un fait populaire attribué à Hitler est qu’il était végétarien toute sa vie, mais ce n’est pas strictement vrai. Au cours d’une conversation, il a parlé passionnément du bien-être des animaux et il a apparemment parlé de la cruauté de l’abattage des animaux à la table du dîner pour mettre ses invités hors de leurs repas à base de viande. Cependant, bien qu’il soit maintenant largement accepté qu’il ait suivi un régime végétarien tout au long de la guerre, on pense que cela ne s’est produit que pendant la dernière période de sa vie et n’a pas toujours été considéré comme tel. Néanmoins, le parti nazi a déployé des efforts considérables pour garantir la protection du bien-être des animaux. La vivisection a été interdite en Allemagne presque immédiatement après l’arrivée au pouvoir des nazis en 1933 et de nombreuses autres politiques ont été rapidement introduites. La chasse était restreinte, le piégeage des animaux était interdit et des réglementations ont même été mises en place pour contrôler l’ébullition vive des crabes et des homards. Cependant, malgré cet effort clair visant à promouvoir les causes des droits des animaux et de la conservation, ces nouvelles politiques et réglementations n’ont pas été appliquées efficacement.

 Margot Woelk, la « goûteuse » d’Hitler

À 95 ans, une Allemande vient de faire une surprenante révélation au « Daily Mail » : elle goûtait tous les plats du Führer.

Margot Woelk gardait pour elle un incroyable mais lourd secret. À 95 ans révolus, cette Allemande,il y a quelques années avant de mourir, a tout révélé au Daily Mail: elle fut l’une des quinze « goûteuses » au service d’Adolf Hitler. Tout commence en 1942, quand son appartement berlinois est bombardé. Margot Woelk quitte alors la capitale du Reich et pose ses valises chez sa belle-mère à Gross Partsch, dans l’est de la Prusse (l’actuelle Pologne). Son mari, lui, est engagé sur les lignes de front. Très vite, la jeune femme est embarquée de force par les SS, qui la conduisent non loin de la « tanière du loup », le QG d’Adolf Hitler sur le front de l’Est. Là, elle rejoint d’autres femmes qui, comme elle, sont contraintes de goûter la nourriture destinée au Führer, quitte à en mourir. « Évidemment que j’étais effrayée. Si la nourriture avait été empoisonnée, je ne serais plus là aujourd’hui. Nous étions forcées de manger, nous n’avions pas le choix », a-t-elle déclaré.

Hitler était végétarien

Margot Woelk découvre, avec surprise, le curieux régime alimentaire de l’homme qui fait trembler l’Europe : « Tout était végétarien, uniquement des produits frais, des asperges aux petits pois en passant par des poivrons, du riz, mais aussi des salades. Tout était disposé sur les plats juste comme cela lui était servi. » Adolf Hitler ne proscrivait d’ailleurs pas seulement la viande. La cigarette et l’alcool – il n’aurait été ivre qu’une seule fois dans sa vie à 13 ans – subissaient le même sort. Et strictement personne n’était autorisé à fumer en sa présence.

Dans la tanière du loup, Morgot Woelk vit un vrai cauchemar. Les SS ne la lâchent pas d’une semelle, ils gardent toujours un oeil sur elle et sur ses camarades. Après chaque plat goûté, les SS attendent une heure afin de voir si un éventuel poison agit dans les organismes. C’est uniquement une fois ce délai écoulé que le repas peut être servi au Führer. Une surveillance qui se renforce encore au lendemain du 20 juillet 1944, après qu’un attentat, monté par des officiers allemands, a échoué à tuer Hitler. Peu de temps après et quelques jours avant l’arrivée des Russes, Margot Woelk parvient à prendre la fuite grâce à la bienveillance d’un officier supérieur. Elle monte alors dans le « train de Goebbels » et rejoint Berlin. Quant aux autres, elles auraient toutes été fusillées, selon Margot, par les soldats de l’Armée rouge 

Staline avait aussi son goûteur, Obama en a toujours eu un

Comme Hitler et beaucoup de dictateurs, Joseph Staline aimait s’entourer de médecins et de gardes du corps. Ironie du sort, c’est un certain Spiridon, le futur grand-père de Vladimir Poutine, qui aurait servi de goûteur à l’homme de fer. Aujourd’hui encore, Barack Obama ne se déplaçait jamais sans son goûteur attitré. Ainsi, en juin 2009, lors d’un voyage à Paris, son goûteur, qui est un agent des services secrets, s’est invité dans les cuisines de La Fontaine de Mars, un restaurant chic du 7e arrondissement où dînait la famille présidentielle américaine. Les cuisiniers, médusés par cette situation inédite, se sont laissé finalement amadouer par cet homme « sympathique » et au fin palais. 


Il a accordé un traitement préférentiel à certains Juifs

Eduard Bloch

Hitler était réaliste lorsqu’il s’agissait de trouver des exceptions aux politiques et lois antisémites sévères et radicales du Parti nazi. Il existe plusieurs exemples d’Hitler qui néglige les origines raciales de certains de ses officiers et les transforme en «aryens honoraires» pour des raisons pragmatiques. Bien que de telles circonstances soient extrêmement rares, ces «malfaiteurs» (personnes d’ascendance aryenne et juive) se sont vu délivrer des certificats de sang allemands et étaient donc exemptés des lois discriminatoires. Emil Maurice, l’un des chauffeurs de Hitler et officier fondateur des SS, en est l’un des exemples les plus célèbres. Hitler était ami avec Maurice depuis 1919, mais en 1935, le commandant de la SS Heinrich Himmler tenta d’expulser Maurice et sa famille des SS après qu’il eut découvert que son arrière-grand-père était juif. SS Les membres devaient prouver que l’histoire de pureté raciale de leur famille remontait à au moins 1750, mais Hitler fit une exception pour son vieil ami (au grand dam de Himmler) et lui permit de rester. Cependant, il n’y a que deux exemples d’Hitler protégeant des hommes considérés comme juifs sous la loi juive. Le commandant de Hitler pendant la Première Guerre mondiale était Ernst Hess et, bien que protestant, il avait une mère juive. Considéré comme un «Juif de sang pur», Hitler fit quelques concessions à Hess jusqu’en 1941, date à laquelle il fut envoyé dans un camp de concentration à Milbertshofen pour y effectuer des travaux forcés. Bien qu’on ne sache pas dans quelle mesure Hitler a personnellement veillé à la protection de Hess avant son envoi dans le camp, le Führer est intervenu dans l’affaire du médecin juif Eduard Bloch. Bloch était le médecin de Hitler quand il était jeune et il s’occupait de sa mère lorsqu’elle mourait d’un cancer du sein. Comme la famille hitlérienne n’avait que très peu d’argent, M. Bloch avait imposé son traitement à un taux réduit et avait même refusé de prendre de l’argent à certaines occasions. Hitler se souvint de cet acte de gentillesse pour les années à venir et des lettres écrites à Bloch de 1937 révèlent qu’Hitler qualifiait le médecin de «noble juif». Bloch a contacté Hitler en 1938 lorsque son cabinet médical a été fermé et qu’il a donc bénéficié d’une protection spéciale de la part de la Gestapo. Bloch et son épouse sont restés intacts jusqu’à ce qu’ils puissent mener à bien une demande d’émigration aux États-Unis en 1940. Bloch avait fait payer son traitement à un taux réduit et avait même refusé de prendre de l’argent à certaines occasions. Hitler se souvint de cet acte de gentillesse pour les années à venir et des lettres écrites à Bloch de 1937 révèlent qu’Hitler qualifiait le médecin de «noble juif». Bloch a contacté Hitler en 1938 lorsque son cabinet médical a été fermé et qu’il a donc bénéficié d’une protection spéciale de la part de la Gestapo. Bloch et son épouse sont restés intacts jusqu’à ce qu’ils puissent mener à bien une demande d’émigration aux États-Unis en 1940. Bloch avait fait payer son traitement à un taux réduit et avait même refusé de prendre de l’argent à certaines occasions. Hitler se souvint de cet acte de gentillesse pour les années à venir et des lettres écrites à Bloch de 1937 révèlent qu’Hitler qualifiait le médecin de «noble juif». Bloch a contacté Hitler en 1938 lorsque son cabinet médical a été fermé et qu’il a donc bénéficié d’une protection spéciale de la part de la Gestapo. Bloch et son épouse sont restés intacts jusqu’à ce qu’ils puissent mener à bien une demande d’émigration aux États-Unis en 1940. Bloch a contacté Hitler en 1938 lorsque son cabinet médical a été fermé et qu’il a donc bénéficié d’une protection spéciale de la part de la Gestapo. Bloch et son épouse sont restés intacts jusqu’à ce qu’ils puissent mener à bien une demande d’émigration aux États-Unis en 1940. Bloch a contacté Hitler en 1938 lorsque son cabinet médical a été fermé et qu’il a donc bénéficié d’une protection spéciale de la part de la Gestapo. Bloch et son épouse sont restés intacts jusqu’à ce qu’ils puissent mener à bien une demande d’émigration aux États-Unis en 1940.

Ernst Hess et sa famille

Il a essayé de nazifier Noël

L’église allemande était derrière lui.

 

Sans surprise, le fait que le jour de Noël ait célébré la naissance d’un homme juif n’a pas échappé à l’attention de Hitler. Noël était une fête nationale importante pour le peuple chrétien en Allemagne, mais ses origines et sa signification étaient clairement en contradiction avec les idéologies fondamentales et les convictions raciales du parti nazi. Après avoir pris le pouvoir en 1933, Hitler essaya de repousser le christianisme et de s’inspirer des vieilles traditions germaniques pour faire de ses vacances une célébration du solstice de hiver. En prenant essentiellement le « Christ » de Noël, la croix gammée figurait sans surprise dans les décorations et les festivités de ce nouveau « Julfest » (les nazis affirmaient qu’il était symbolique du soleil) et le père Noël fut réinventé comme une représentation germanique traditionnelle d’Odin. Les paroles de nombreuses chansons de Noël ont été changées pour supprimer les références à Jésus et leurs significations ont été remplacées par des paysages enneigés et autres images hivernales. Malgré ces efforts, la majorité des Allemands se souvient encore de la fête traditionnelle pour ce qu’elle a toujours été et n’a plus qu’à tolérer cette nouvelle nazification dans la propagande et lors de certaines célébrations civiles et publiques.

 


Il a dormi à travers le débarquement en Normandie

Landscape

Le débarquement en Normandie fut un tournant majeur de la Seconde Guerre mondiale et marqua le début de l’invasion alliée réussie à travers l’Europe occupée par l’Allemagne. En ce moment décisif de l’histoire, Hitler était profondément endormi dans sa retraite du « Nid de l’Aigle ». Aucun des officiers ou des généraux de Hitler n’osa le réveiller car ils n’étaient pas convaincus que le débarquement de Normandie était l’assaut principal des Alliés. Plus important encore, ils ne voulaient pas risquer de faire face à la colère du Führer s’ils le sortaient de leur lit pour quelque chose d’important. Cependant, quand ils ont finalement eu le courage de faire part à Hitler de la nouvelle, il était apparemment aussi convaincu que les débarquements de Normandie constituaient une diversion de la « véritable invasion » et ce n’est qu’en milieu d’après-midi qu’il a autorisé les réserves de chars blindés Panzer. pour contre-attaquer les forces alliées.


IL A ORGANISÉ SON ÉVASION APRÈS AVOIR BRILLAMMENT FALSIFIÉ SON  SUICIDE

Cette photo découverte par des officiers russes dans le Führerbunker,fit le tour du monde.

Elle servit longtemps à prouver que le Führer était mort.Elle fut déposé de façon à créer une diversion…qui réussit!

 

Voici l’hotel Eden à La Falda près de Cordoba,Argentine ou Adolph hitler se serait installé.

 

Je ferai la preuve  de ceci dans un prochain article…J’ai accès à la filière Omega et à diverses archives…à moins que je vous fasse un vidéo…Quel est votre choix?

 

 

 

Vidéo: La bataille d’Azincourt

La bataille d’Azincourt est une défaite cuisante des Français face aux Anglais, durant la guerre de Cent Ans. Revendiquant le trône de France, Henri V d’Angleterre débarque en Normandie en août 1415, à la tête d’une armée d’environ 11 000 hommes. Il s’empare de Harfleur en septembre, mais ses forces sont réduites alors de moitié, à la suite des combats et en raison des maladies. Henri prend la décision de se porter vers le nord-est pour rejoindre Calais, possession anglaise, d’où il espère pouvoir regagner l’Angleterre. Mais une imposante armée française, sous les ordres du connétable Charles d’Albret, cherche à lui bloquer sa retraite.

Bataille d’Azincourt

Cette armée compte de 20 000 à 30 000 hommes et réunit la fine fleur de la chevalerie française. Elle rattrape l’armée anglaise exténuée à Agincourt (aujourd’hui Azincourt, dans le département du Pas-de-Calais). Persuadés de remporter une victoire facile, les Français ont imprudemment choisi pour champ de bataille une étroite clairière, d’environ 900 mètres, encadrée par deux bois. L’exiguïté du terrain rendant les manœuvres quasi impossibles, l’avantage de leur écrasante supériorité numérique se voit réduit à néant. À l’aube du 25 octobre 1415, les deux armées se préparent au combat. Du côté français, trois formations en bataille, les deux premières à pied, sont contraintes de s’aligner les unes derrière les autres. Henri ne dispose que d’environ 5 000 archers et 900 hommes d’armes, qu’il déploie en une seule ligne. Les hommes d’armes ont mis pied à terre et sont répartis en trois groupes centraux reliés par des groupes d’archers qui forment des angles en saillie, flanqués sur les ailes droite et gauche par deux masses d’archers supplémentaires.

Plan de bataille français retrouvé dans les archives britanniques.

Les archers anglais s’avancent pour avoir leur ennemi à portée de flèches. Le tir nourri des « long bows » pousse alors les Français à attaquer. Des charges isolées de chevaliers français se brisent sur la ligne de pieux acérés dressée par les Anglais.

 

Les Anglais eux-mêmes le reconnaissent : si les troupes du roi Henry V firent preuve d’un extraordinaire sang froid et d’une discipline sans faille sur le champ de bataille, leur victoire du 25 octobre 1415 à Azincourt marque surtout le fiasco absolu d’une chevalerie française trop sûre d’elle, butée dans sa stratégie et très mal organisée.

Les Français étaient supérieurs en nombre, même si la différence entre les deux armées était sans doute nettement plus faible que ce qui a longtemps été affirmé : 12 000 contre 9 000 selon l’historienne britannique Anne Curry, l’une des plus éminentes spécialistes d’Azincourt. Les Anglais, affaiblis par le siège d’Harfleur en Normandie et plusieurs jours de marche, semblaient surtout une proie facile pour nos chevaliers. Mais rien ne s’est passé comme prévu.

Voici les cinq principales erreurs commises lors de cette funeste journée qui coûta la vie à plus de 6000 combattants :

1. Une tactique prévisible
2. Un terrain inadapté
3. Une avant-garde trop fournie
4. Une charge de cavalerie désastreuse
5. Des troupes arrivées en retard

 Une tactique prévisible

Pendant des siècles, la tactique française employée dans les batailles rangées comme celle d’Azincourt avait peu évolué. Elle s’appuyait principalement sur des grandes charges de cavaliers qui utilisaient la vitesse et la force de leurs chevaux pour infliger de gros dégâts dans les premières lignes adverses. Parfois ça a fonctionné, comme à Bouvines (1214) ou à Roosebeke (1382). Mais très souvent ça a échoué, comme à Coutrai (1302), à Crécy (1346), à Poitiers (1356) ou à Nicopolis lors de la croisade de Hongrie contre les Turcs (1396). Avant, les Anglais fonçaient eux aussi tête baissée mais l’humiliante défaite que les piquiers écossais leur infligèrent à Bannockburn en 1314 les conduisit à revoir fondamentalement leur stratégie et à promouvoir une arme redoutable : l’arc long ou « long bow »capable de faire pleuvoir à distance une « grêle » de flèches sur l’adversaire. Les archers les plus habiles étant capables de décocher une quinzaine de flèches à la minute, la technique était extrêmement efficace pour « briser » les charges massives des chevaliers.

Les Français aussi ont intégré des « gens de traits » dans leurs rangs. L’arbalète – plus précise que l’arc long mais plus lente à recharger –  s’est souvent révélée une arme de défense très précieuse lors des sièges. En revanche, son usage semble moins convaincant lors des grandes batailles rangées. A Crécy, les arbalétriers génois placés en première ligne par les Français, avaient gêné la progression des chevaliers, qui, extrêmement courroucés, avaient fini par les massacrer pour dégager le passage. Quant à l’arc long, le roi Charles V a bien tenté de le promouvoir à la fin du XIVe siècle sans jamais parvenir à l’imposer.

On touche ici au mentalités de l’époque : en France, la guerre est avant tout l’affaire des nobles. Les armes de trait ne correspondent pas à l’idéal chevaleresque qui privilégie le combat à cheval, le corps-à-corps et la mêlée. Les archers et les arbalétriers sont considérés comme une simple force d’appoint au sein de l’ost royal. Les Anglais, au contraire, n’ont pas hésité à ouvrir leur armée aux gens du peuple parmi lesquels ils ont recruté l’élite de leurs tireurs. A Azincourt, parmi les 9000 combattants anglais présents, on compte 7000 archers. Côté français, les « gens de trait » représentent à peine un tiers des 12 000 hommes présents. Le pont faible des archers étant leur faible protection (impossible de tirer à l’arc avec une armure), de grosses charges de cavalerie allaient forcément être menées contre eux pour tenter de les neutraliser. Henry V l’avait prévu et avait demandé à ses hommes de trait de tailler des grands pieux pour se protéger des assauts. Une parade peut-être inspirée des archers turcs qui avaient vaincu de cette façon les croisés à Nicopolis en 1396. 

Un terrain inadapté

Au début des années 1980, l’historien Christopher Philpotts fit une incroyable découverte dans les archives de la British Library : il retrouva un authentique plan de bataille élaboré par les Français avant la bataille d’Azincourt. Ce document a probablement été rédigé par le maréchal Jean Le Meingre, dit Boucicaut. Les Anglais l’ont sans doute récupéré parmi ses effets lorsqu’il a été capturé, à l’issue des combats. Au regard des noms des commandants qui figurent sur le document, dont quelques uns étaient absents le jour « J », il semble que ce plan ait été élaboré au moins une dizaine de jours avant l’affrontement, sans prendre en compte la configuration du champ de bataille qui n’avait pas encore été désigné.

Bataille de Crecy.

Selon l’historienne anglaise Anne Curry, les Français voulaient pousser Henry V et ses troupes à se battre à découvert dans une grande plaine, bien plus à l’est qu’Azincourt, du côté d’Aubigny-en-Artois, entre Saint-Pol-sur-Ternoise et Arras. La course-poursuite engagée à partir du 7 octobre avait pourtant porté ses fruits : le roi d’Angleterre, qui cherchait à rejoindre Calais au plus vite, n’avait pas pu franchir la Somme à Abbeville, comme il le souhaitait. Il avait donc dû remonter le fleuve vers l’est pour trouver un nouveau gué, sans doute du côté de Béthencourt-sur-Somme (voir carte ci-dessous).

Mais Henry V parvint à devancer les Français lancés à ses trousses, pour remonter vers le nord-ouest. Sa progression fut stoppée dans l’Artois, à hauteur de Maisoncelle, ses ennemis lui barrant la route 1 kilomètre plus loin à Ruisseauville. On peut encore s’en rendre compte aujourd’hui lorsqu’on visite les lieux : la plaine qui sépare Maisoncelle de Ruisseauville se rétrécit entre les villages d’Azincourt et de Tramecourt, formant un léger entonnoir. Les bois, situés de part et d’autre, étaient beaucoup plus denses qu’aujourd’hui et ne laissaient qu’un passage d’environ 500 mètres de large. Cette caractéristique effaçait du coup l’avantage du surnombrepour les Français, en rendant difficile, voire impossible, le contournement, voire l’encerclement des troupes anglaises.  
Les lignes anglaises surplombaient également les lignes françaises, contraignant leurs adversaires, en armures, à davantage d’effort physique. A cela s’ajoutait l’état détrempé du terrain qui contraria les charges à pied et à cheval des Français. En ce mois d’octobre, les champs venaient d’être fraîchement labourés et se transformèrent en véritable bourbier dès les premiers assauts. Selon Le Religieux de Saint-Denis, un chroniqueur qui recueillit des témoignages de survivants, les hommes à pied « enfonçaient jusqu’aux chevilles« .   

Résultats de recherche d'images pour « Bataille d'Azincourt »

 

 

 

Réécrire l’histoire:L’accident nucléaire de Tchernobyl était un sabotage bien planifié

La tragédie de la centrale nucléaire de Tchernobyl a été délibérément provoquée pour provoquer des troubles en URSS et séparer l’Ukraine de la Russie. Ce sont les résultats d’une enquête physico-technique indépendante menée par le physicien atomique Nikolai Kravchuk. (Il était auparavant à la chaire de théorie du noyau atomique de la faculté de physique de l’Université d’État de Moscou Lomonossov).

C’était du sabotage!

Kiev (nouvelle région, Sergey Dmitriev) – Les résultats de ses recherches ont été présentés par lui dans le livre « La catastrophe de Tchernobyl », publié en 2011 à Moscou, où il a trouvé un écho. Même avant la publication du livre, après les premières publications dans la presse ukrainienne, Kravtchouk a été immédiatement licencié de son travail à l’Institut de physique théorique de l’Académie nationale des sciences de l’Ukraine.

Résultats d’enquête gardés secrets

Dans une critique du livre, les professeurs Dr. IA Krawez et dr. VA Vychinski de Krawchuk. Les résultats des travaux du scientifique, cependant, ont été dissimulés au grand public ukrainien. Kravtchouk a alors sollicité l’aide des représentants du club russe de Kiev. Le club russe de Kiev estime nécessaire de mettre ces résultats à la disposition du public ukrainien.

Les Gorbatchevistes avaient planifié le crime

Le scientifique note que l’explosion du réacteur sous la direction du Comité central du PCUS de Gorbatchev avait été planifiée et réalisée à l’avance et que le personnel de la centrale, qui devait servir de « bouc émissaire », avait été blâmé. Après cela, les scientifiques du nucléaire accusés mutuellement et sous la pression de « disciples de la perestroïka » ont été forcés de se justifier. Cela a également été confirmé indirectement par la direction de Gorbatchev, à laquelle tous les fils ont abouti, vis-à-vis du public mondial.

La version utilisée officiellement était un mensonge

En août 1986, lors de la réunion de l’AIEA, la version officielle du cours des événements survenus à la centrale nucléaire de Tchernobyl et sa conclusion principale étaient présentées: « La cause principale de la catastrophe était la combinaison très improbable de violations des réglementations et des règles de fonctionnement, et non du personnel du bloc énergie adhéré à « , note Nikolai Kravchuk. Cela signifie que le personnel de la centrale n’aurait pas pu faire exploser Tchernobyl sans une intervention extérieure réfléchie.

Journaux d’exploitation manipulés

Ni le ministère de l’énergie de l’URSS, ni le ministère de l’énergie atomique de Russie, ni le ministère de l’énergie atomique de l’Ukraine n’étaient intéressés par une enquête objective parce qu’ils avaient accepté de coopérer au sein du secteur extrêmement fermé de l’énergie atomique. Et ils ont tout fait pour que cela ne se produise pas, en particulier ils ont manipulé les registres d’exploitation de la centrale nucléaire. Par conséquent, il n’a pas été possible d’écrire et d’enregistrer  une version officielle et … sonore.

Tests dangereux dans des conditions instables

Du 1er au 23 avril 1986, « l’état de la zone active du réacteur avait considérablement changé. Ces changements ne sont pas une coïncidence, mais ils sont le résultat d’actions bien planifiées et prédéfinies « , écrit Kravchuk. Dans le quatrième bloc d’énergie, un maximum de matières radioactives de l’ordre de 1 500 mCi [1] était présent. Au cours des essais, le réacteur était dans un état très instable avec une puissance décroissante. En outre, dans certaines chambres du réacteur, des combustibles hautement enrichis provenant de sous-marins nucléaires (plutonium 239) ont été découverts, ce qui a entraîné une forte augmentation de la puissance et de la température dans la zone active. Dans le même temps, l’approvisionnement en noyaux en graphite qui ralentissent le réacteur était épuisé. Spécialistes qualifiés de la centrale nucléaire de Tchernobyl (A. Chernyshev) n’avait pas été admis au travail le jour des essais et ceux qui étaient présents à ce moment-là « ont été invités à convaincre le responsable des essais, A.Djatlow, de CESSER IMMÉDIATEMENT les essais et de mettre le réacteur à l’arrêt. » , Malheureusement en vain, car il venait de recevoir des directions opposées.

Unités de protection d’urgence éteintes

En outre, la majorité des unités de protection d’urgence du réacteur ont été mises hors tension. « Ils ont fait l’expérience avec le turbogénérateur (TG-8), où le roulement était cassé, et non avec le TG-7 intact. » Les essais de vibration avec augmentation de la vibration ont été réalisés simultanément avec la turbine non chargée à basse fréquence, amplitude accrue et vibrations amplifiées. Après une explosion de vapeur due à un défaut des systèmes techniques (le roulement) qui n’avait pas résisté aux essais en raison de la surcharge de résonance au cours des essais, une réaction de la vapeur d’eau transformée en un mélange explosif d’hydrogène et d’oxygène (qui était la deuxième Stade du processus d’explosion) « , note le scientifique.

Une énorme explosion

Après l’explosion massive d’hydrogène dans l’espace fermé du réacteur, pour une raison quelconque, les joints d’étanchéité se sont répandus sur les parois de « deux ou plusieurs polycellules » de combustible nucléaire, atteignant une masse critique locale qui a entraîné une explosion « quasi atomique ». Ce n’est qu’après avoir pu déplacer « le couvercle supérieur » des « marmites » pesant plus de 2 000 tonnes qui dépassent de 90 degrés la zone active, de sorte qu’un nuage de plasma avec une température de 40 000 degrés se soit formé à l’intérieur du bloc a été remarqué par les témoins oculaires de l’accident de l’extérieur. La présence d’uranium hautement enrichi en U-238, qui était dissimulé au personnel, a été mise en lumière dans les premiers jours « après le débordement de la chambre de combustion », note Nikolai Kravchuk. « Et cela vient de créer une activité gamma de 17%, pour la reconvertir en plutonium-239 (avec une demi-vie d’un peu plus de 2 jours – ce qui était essentiel pour les suivants)! Il faut ajouter que l’effet sismique de l’explosion était d’une telle ampleur qu’il a ébranlé le bâtiment du bloc avec une masse de plusieurs dizaines de milliers de tonnes – il pourrait sans aucun doute provoquer le séisme local, qui avait également été enregistré.  » Cependant, malgré ces preuves évidentes, ils essaient de ne pas reconnaître le fait d’une explosion nucléaire, ainsi que leurs symptômes.

Une série de mauvaises décisions

En gros, cette explosion n’a pas immédiatement entraîné une contamination radioactive généralisée. L’augmentation violente des radiations au cours des jours suivants est due à l’augmentation progressive de la réaction du plutonium et à une série d’explosions grandement renforcées par un faux effacement au moyen d’eau et de sable, en supposant que le contenu du réacteur soit intact était.

La catastrophe n’a plus été évitée

« Si on avait immédiatement compris la nature des événements, il aurait été clair ce qu’il fallait faire – et il n’y aurait pas eu de tels déversements, sauf peut-être la chute de sacs d’acide borique! » la contamination radioactive de l’environnement – environ une douzaine de fois -, de sorte que ce qui était arrivé la veille au soir devienne inévitable, et que dorénavant l’acide borique n’aurait pas aidé … que la tâche la plus urgente doit être de se concentrer sur l’évacuation immédiate de la population de la zone des 50 km. « Toutefois, cela n’a pas été fait.

L’auteur meurt …

Defendants in Chernobyl accident trial. From left: plant director Viktor Bryukhanov, deputy chief engineer Anatoly Dyatlov, and chief engineer Nikolai Fomin during the trial. Photographed 7th July 1987.

Le destin de l’un des coupables immédiats de la catastrophe, Anatoly Dyatlov, qui a donné les ordres criminels et qui a également été informé des autres tests effectués sur le bloc, qui, selon l’intention de l’échelle derrière lui, a assuré à Tchernobyl le « coup de grâce » même si cela a échoué à l’étape précédente (malheureusement réussi). D’après Krawchuk, qu’est-ce qui « justifierait de comprendre ses actions ainsi que son comportement après la catastrophe – comme s’il avait garanti une peine beaucoup trop sévère? » 4 ans plus tard, en octobre 1990, après plusieurs lettres officielles portant la signature de l’académicien Sakharov, Jelena Bonner et d’autres fossoyeurs apparemment libéraux de l’URSS, il a été libéré prématurément à cause de sa maladie. Il a été soigné à la clinique de radiation de Munich et est décédé en 1995 d’une crise cardiaque.

… et la mafia se tait

Et Georgy Koptschinski, celui qui a donné l’ordre à Djatlov, est ensuite devenu responsable de l’énergie nucléaire au Comité central du PCUS du Département de l’industrie lourde et de l’énergie du Comité central du PCUS. Ayant précédemment travaillé à la centrale nucléaire de Tchernobyl, l’ancien chef du département Énergie atomique et industrie du Conseil des ministres de l’URSS et ancien vice-président du Comité d’État pour la sûreté nucléaire et radiologique de l’Ukraine a finalement été nommé directeur général de l’Agence ukrainienne de l’énergie atomique en 2000. il conseil dans le domaine de la sûreté nucléaire! Peut-être est-il l’un des initiateurs de l’incitation et de la dissimulation de Nikolai Kravchuk. Djatlov et Koptschinski ont tous deux publié leur propre récit de la catastrophe de Tchernobyl,

Kiev, nouvelle région, Sergei Dmitriev

L’unité becquerel, introduite dans le système d’unités SI, s’est révélée trop petite: 1 becquerel (Bq) = 1 désintégration nucléaire par seconde. Par conséquent, l’intensité de rayonnement est toujours exprimée en milliCurie (mCi) ou microcurie (μCi).

 

Н.В. Кравчук, Загадка Чернобыльской катастрофы. (Опыт независимого исследования). – М.: АИРО-XXI, 2011. 104 с. – NWKrawchuk Le mystère de la catastrophe de Tchernobyl (résultats d’une enquête indépendante), Moscou, AIRO-XXI, 2011, 104 p.) – ISBN 978-5-91022-153-0

Le livre peut être trouvé ici (russ.): Http://www.airo-xxi.ru/2009-12-27-19-12-47/doc_details/28– ou sous forme de fichier pdf:

acrobate Kravchuk_Chernobyl (russe)


Nikolai Kravchuk: La tragédie de Tchernobyl était planifiée!

Le but de l’affaire:

La centrale nucléaire de Tchernobyl a été dynamitée pour détruire l’URSS et séparer l’Ukraine de la Russie

D’après une entrevue avec dr. N.Krawtschuk.

Le physicien nucléaire ukrainien Nikolay Kravtchouk est convaincu: l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl a été provoquée par la destruction de l’URSS.

« L’explosion du réacteur … s’est produite dans la nuit du 26 avril … ce qui est fondamentalement impossible avec un nombre correct de barres de combustible. … si la quantité de barres de combustible était conforme à la réglementation, une telle explosion du réacteur n’aurait pas été possible en dix secondes, et elle n’aurait pas explosé! J’ai réussi à exprimer cette opinion lors de la conférence internationale Chernobyl +20 ‘à Kiev. Les collègues ont reçu mes commentaires avec intérêt et la direction de l’institut où je travaillais m’a demandé dès le lendemain d’être «virée» à ma propre demande. « 

Les premiers liquidateurs de la catastrophe ont tous reçu une dose de radiation fatale et beaucoup sont morts quelques jours après la tragédie (texte: « Nous remplissons la mission du gouvernement! »).

 

QUATRE EXPLOSIONS

Qu’avez-vous fait après votre libération?

Je suis devenu un retraité ordinaire, mais après un certain temps, ils m’ont appelé à notre institut de géophysique et m’ont demandé de continuer à travailler sur Tchernobyl. Ils m’ont donné six mois… J’ai fait un travail colossal puis j’ai rédigé un rapport… tous les scientifiques de la question de Tchernobyl ont produit des versions totalement contradictoires. Dans la tête tout a tourné! Mais plus tard, le « puzzle » a été créé … il y a eu des explosions dans la centrale nucléaire de Tchernobyl! Les autorités ont gardé ce secret, ils en ont officiellement rendu compte.

Comment savez-vous cela?

Vous n’avez pas besoin de sept rides sur votre front. Tout ce que vous avez à faire est d’étudier les informations existantes avec suffisamment de détails et de parler à des témoins. Ma version est la suivante: chaque explosion a été précédée par une série de circonstances – il s’est avéré … dans le réacteur … et dans l’ensemble du système du quatrième bloc.

1. … rien qu’avec le turbo-générateur TG-8, une expérience a été réalisée et le camp s’est ainsi séparé. Le roulement défectueux commence à vibrer. Cela a été transféré à la génératrice … si le personnel du quatrième bloc l’avait éteint à temps, il aurait freiné la rotation progressivement, la tragédie ne se serait pas produite. Mais les spécialistes de la centrale nucléaire étaient libres de faire le travail ce jour-là des essais … ceux qui étaient présents ce jour-là n’ont pas convaincu le chef, Anatoly Djatlov, de mettre fin à l’expérience et du réacteur. Il venait de recevoir l’ordre inverse d’en haut.
2. Le réacteur est à paroi simple – il a une connexion directe à la turbine … l’eau … dans le réacteur s’est réchauffée, s’est transformée en vapeur et est allée directement dans le pipeline du générateur … les vibrations résultantes ont été renvoyées au réacteur … elles sont devenues le Canaux des barres de combustible détruits … les barres de combustible non prévues des sous-marins nucléaires ont été détruites, il a formé l’élément explosif plutonium 239.

À la suite de l’accident, le quatrième bloc d’alimentation de la centrale nucléaire a été complètement détruit

Tout cela a conduit à une forte augmentation d’énergie et à une température élevée dans la zone active… l’approvisionnement en noyaux de graphite qui ralentissent le réacteur était épuisé. Au dire de tous, il aurait dû être changé un mois avant la ventilation. Cela pouvait être lu dans les instructions … Mais quelques semaines après l’accident, sur instructions de la direction de la centrale nucléaire de Tchernobyl, ces instructions ont été réécrites.

3. la situation dans son ensemble a abouti … à un endroit, un nombre suffisant d’éléments explosifs s’était accumulé … la masse critique a été atteinte et cela a conduit à la dernière, la quatrième, explosion.

… jusque-là … quand la première explosion a eu lieu … d’un coup … les parois du pipeline ont été détruites et la température dans le réacteur a augmenté rapidement. L’eau s’est progressivement transformée en vapeur, et ici, elle a immédiatement commencé à s’échapper de cette « marmite » dont le « couvercle » pesait 2 500 tonnes. Je dis cela uniquement à cause des images … il est donc plus facile d’imaginer un réacteur. Ils cuisent les pommes de terre et l’eau s’évapore. Seules les pommes de terre ne volent nulle part. Mais la vapeur soulève le couvercle. Lorsqu’une « explosion de vapeur » s’est produite à Tchernobyl, le couvercle s’est soulevé d’un demi-pouce – c’était suffisant – puis il l’a laissé tomber de nouveau. Il y avait un coup … c’était une explosion. Le « couvercle » est retombé au même endroit, mais dans le « pot » était encore l’eau, et le processus a été répété. C’est arrivé un deuxième coup. Dans le troisième, il restait de la vapeur dans cette « marmite », mais à des températures aussi élevées, une réaction de conversion de l’eau et de la vapeur en un mélange explosif d’hydrogène et d’oxygène … a éclaté. Mais elle était spatiale – sans centre.

Dans une telle explosion, les substances ne sont pas rejetées mais sont comprimées uniformément sur toute la circonférence du récipient. … à partir du combustible nucléaire existant – plutonium 239 – une masse critique a été formée. Et qu’est-ce que ça veut dire? Une explosion nucléaire classique! C’était le quatrième. Tout … au fond de la « marmite » s’est envolé, le « couvercle » pesant plus de deux mille tonnes a été démoli. Dans le bloc, un nuage de plasma avec une température de 40 000 degrés s’est formé. Des témoins oculaires ont remarqué l’incident. L’action sismique d’une explosion d’une telle force pourrait être tout à fait suffisante pour provoquer un séisme local … et cela a été enregistré. Malgré ces preuves évidentes, il a été tenté de clarifier le fait d’une explosion nucléaire, ainsi que ses symptômes,

En résulte-t-il que les conséquences les plus terribles sont dues à cette quatrième explosion?

Exactement! Mais cette explosion à elle seule n’aurait pas conduit à une contamination radioactive aussi énorme. La forte augmentation des radiations au cours des jours suivants est due à l’augmentation progressive de la réaction du plutonium et à une série d’explosions provoquées par la fausse trempe du réacteur … la demi-vie du plutonium est d’environ deux jours. Si les personnes impliquées dans la liquidation de l’incident avaient réfléchi un instant, elles se seraient rendues compte que d’autres explosions étaient possibles pendant cette période. En fin de compte, cela s’est également produit – il y a eu des explosions, mais déjà des plus faibles … elles ont conduit exactement à la propagation du rayonnement radioactif sur de vastes territoires. Si les liquidateurs avaient deviné que le réacteur pourrait être immobilisé avec de l’acide borique, aurait été les explosions ultérieures, ainsi que la propagation des radiations à éviter. Mais au lieu de cela, ils ont essayé d’arrêter le réacteur avec du sable et de l’inonder d’eau. C’est une ignorance élémentaire de la physique qui a conduit à cette terrible tragédie! … et combien de membres de l’académie y ont été, et combien d’organisations y étaient, mais … ils ne pouvaient pas expliquer les choses les plus élémentaires … chaque physicien atomique devrait le savoir grâce à ses études. qui a conduit à cette terrible tragédie! … et combien de membres de l’académie y ont été, et combien d’organisations y étaient, mais … ils ne pouvaient pas expliquer les choses les plus élémentaires … chaque physicien atomique devrait le savoir grâce à ses études. qui a conduit à cette terrible tragédie! … et combien de membres de l’académie y ont été, et combien d’organisations y étaient, mais … ils ne pouvaient pas expliquer les choses les plus élémentaires … chaque physicien nucléaire devrait le savoir grâce à ses études.

UN MEDICAMENT ALIMENTAIRE GIGANTIQUE

Mais vous prétendez que l’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl était une action planifiée …

Ce n’est pas ce que j’ai dit, ce sont les personnes qui ont pris connaissance de mes enquêtes. L’un des membres de l’Académie a étudié les résultats de mes recherches et a reconnu que celles-ci représentaient l’image la plus complète de toutes les théories physiques connues à ce jour … Il a ajouté: « Nikolay Vasilyevich, j’ai eu l’impression qu’il s’agissait d’un crime brillamment planifié! » Nous ne pouvions pas expliquer cela à l’époque – c’était beaucoup trop dangereux. Tout est simple ici: même en août 1986, lors de la réunion de l’AIEA, la version officielle des événements survenus à la centrale nucléaire de Tchernobyl et sa principale conclusion étaient présentées: « La combinaison très improbable de violations de la commande et des instructions de fonctionnement,

Le cimetière de la technologie contaminée – l’un des lieux de prédilection pour les randonnées pédestres

L’académicien Emlen Sobotovich a convenu avec moi qu’il n’aurait pas eu à concrétiser quoi que ce soit , ni à ériger l’énorme sarcophage sur les lieux de l’accident. Il aurait suffi d’inonder le tout d’un mélange spécial: cela ne permet pas aux gaz de se répandre… L’autre jour, 20 heures après l’accident, il n’y aurait pas eu de danger nucléaire. Et même pas aujourd’hui … toutes ces actions à couvrir sont un gaspillage de fonds! Maintenant, la prochaine « couverture » est à nouveau construite. Alors, des milliards sont gaspillés, pour ne rien rater et pour que tout le monde s’en débarrasse. Une énorme mangeoire!

Nombreux sont ceux qui comptent sur leur travail pour affirmer que la catastrophe de la centrale nucléaire de Tchernobyl était la condition préalable à la destruction de l’URSS …

Pourquoi pas Je suppose que les principaux « architectes » de la catastrophe de Tchernobyl étaient ceux qui voulaient également provoquer la destruction de l’Union soviétique. Sous la direction du Comité central de Gorbatchev du PCUS, l’explosion du réacteur avait été planifiée à l’avance et réalisée, et la responsabilité en était clairement imputée au personnel de la centrale. Même dans la liquidation des conséquences de l’accident accordé à Gorbatchevl’instruction « de faire quelque chose immédiatement, afin que seules ses négociations avec l’Occident ne soient pas perturbées ». Et puis les gens ont juste fait quelque chose qui leur est venu à l’esprit en premier. La réaction à l’accident a été convulsive et nullement scientifique. La principale cause de la propagation des radiations… n’était pas l’explosion, mais les mauvaises actions des liquidateurs et les mauvaises instructions des dirigeants.

Comparaison de la tragédie ukrainienne avec la récente explosion de Fukushima – qui était plus dangereux?

Ce sont deux choses différentes: à Tchernobyl, beaucoup plus de matières radioactives sales ont été éjectées et au Japon, seules les matières radioactives ont explosé. Mais la catastrophe de Tchernobyl est des dizaines de fois inférieure à Fukushima! Notre accident a touché 6% du territoire ukrainien et 23% du Belarus. La demi-vie des isotopes du césium 134 et du strontium 90 est de 28 ans. Après quelques années, cela ne voudra plus rien dire. Mais le plutonium est dangereux et il s’est envolé du centre de l’explosion à quelques kilomètres … il a explosé de Fukushima, dont on se souviendra des conséquences pendant de nombreuses années. Et le pire de tout: la radioactivité est entrée dans l’eau, où vivent les poissons,

La centrale nucléaire japonaise « Fukushima-1 » après l’explosion de mars 2011 a d’abord été refroidie à l’eau, mais il était temps de comprendre que cela ne ferait qu’augmenter la propagation des radiations

Cela signifie-t-il que nous ne serons pas protégés contre des tragédies similaires à l’avenir?

… Vous pouvez faire exploser n’importe quel réacteur sur demande! Tout dépend des possibilités, qui le veut, qui le fera. Rien n’explose tout seul. Si les instructions sont suivies, comment manipuler la technique et si vous connaissez un peu la physique … rien n’est impossible avec de tels objets stratégiques!

Sources: un ancien officier  du KGB qui veut resté anonyme!


L’ENVIRONNEMENT de CHERNOBIL

 

 

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :