Accueil

Fukushima: le complot médiatique de la science officielle se poursuit

Laisser un commentaire

La diffusion des vrais informations relatives à ce qui arrive ,à Fukushima ,a provoqué une réplique médiatique de la part des universitaires ,des politiciens en poste et des médias capitalistes …en vue d’un combat de lavage de cerveau !

Parler de dilution en milieu fermé il faut le faire. Avec une constante déversation d’eau contaminée dans l’océan il finira tôt ou tard par y avoir une concentration importante d’éléments radioactifs dans l’eau … Je veux dire faut pas être un génie pour comprendre qu’un élément à la durée de vie de 30 ans ne disparait pas dans l’océan alors qu’il est déversé de manière continue ( on parle de tonnes d’eau déversées quotidiennement ).

Visualisation de l'étendue des radiations dans l'océan Pacifique.

Visualisation de l’étendue des radiations dans l’océan Pacifique.

Quand à la santé des américain de la côte ouest, il y a bien eu des morts suite à Fukushima. L’année de la catastrophe la mortalité infantile a explosé sur la côte ouest des USA. Certes c’était du au panache radioactif et non à l’eau mais ça n’empêche pas que c’est un fait.Le nombe  de gens atteint d’un cancer a aussi explosé depuis 2011 …une coïncidence?

Voyez ce qui ressort dernièrement des médias officiels ,dont le quotidien « Le Monde »:

Depuis la catastrophe, l’opérateur Tepco est en effet confronté à un problème majeur : celui des eaux radioactives. 400 000 tonnes d’eau, contaminées après avoir servi à refroidir les réacteurs, sont accumulées sur le site – 300 000 dans des réservoirs et le reste dans les sous-sol de la centrale. Conséquence : 300 tonnes d’eau contaminée (avec notamment du césium, strontium et tritium) finissent à la mer chaque jour depuis la nappe phréatique. Des fuites des réservoirs sont également régulièrement découvertes, comme nous l’avons expliqué dans cette vidéo :

300-tons-radioactive-water in pacific

Dans une étude publiée ce mois-ci dans la revue Deep-Sea Research, des scientifiques ont étudié la trajectoire dans l’océan du césium 137, l’un des radioéléments les plus persistants dans la mesure où sa demi-vie est de 30 ans (c’est-à-dire le temps au bout duquel la moitié des noyaux radioactifs se sont désintégrés).

Conclusion : le panache de césium 137 émis dans le mois qui a suivi la catastrophe devrait atteindre le nord-ouest de la côte américaine au début de l’année prochaine, mais à des niveaux sans danger pour la santé. Un puissant courant passant près des côtes japonaises, le Kuroshio, a en effet dilué la radioactivité en quatre mois à des niveaux inférieurs aux normes de l’Organisation mondiale de la santé, tandis que les tourbillons du Pacifique ont poursuivi ce processus de dilution. Les chercheurs prévoient des taux compris entre 10 et 30 Becquerels par mètre cube d’eau (Bq/m3) sur les côtes de l’Oregon et de l’Etat de Washington entre 2014 et 2020, et entre 10 et 20 Bq/m3 en Californie entre 2016 et 2025.

Graphique strontium 137

Ce graphique montre les concentrations en césium 137 à la surface des océans (entre 0 et – 200 mètres) en avril 2012 (a), avril 2014 (b), avril 2016 (c) et avril 2021 (d).

Ce graphique montre les concentrations en césium 137 à la surface des océans (entre 0 et – 200 mètres) en avril 2012 (a), avril 2014 (b), avril 2016 (c) et avril 2021 (d).

« Ces taux, s’ils sont environ dix fois supérieurs à ceux d’avant la catastrophe de Fukushima, restent malgré tout très faibles. Ils ne présenteront aucun danger pour la faune et la consommation de produits de la mer, commente Dominique Boust, responsable du laboratoire de radioécologie de Cherbourg-Octeville à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). Avec une moyenne de 20 Bq/m3 d’eau, on devrait retrouver 2 Becquerels par kilo de poisson frais, ce qui est très en deçà du niveau maximum admissible en Europe, de 500 Bq/kg, ou au Japon, de 100 Bq/kg. »

………………………………………………………………………………………

Conclusion finale de Michel Duchaine

Lentement mais surement ,les mensonges du système esclavagiste dans lequel nous vivons,vont  se faire mettre à la une de l’information déformée des médias  contrôlés par le Nouvel Ordre Mondial.

Déjà au Québec ,les médias contrôlés par GESCA  (Power Corporation) et ceux contrôlés par  Pierre Karl Péladeau ,ont commencé cette déformation de vérité.

Advertisements

Les ventes de Silver Eagles Argent en passe de battre tous les records : et le prix ?

Laisser un commentaire

Le Blog de la Résistance

a13

sil1

ventes US EAGLE / Mensuel

Les ventes de pièces d’Argent d’investissement  Eagles ont augmentés hier de 194,500 oz pour un total pour l’année en date d’aujourd’hui de 39.175.000. Cela signifie que c’est sur la bonne voie pour un nouveau record annuel – surpassant le record enregistré en 2011.
Lorsque le record annuel pour le Silver Eagles a été atteint en 2011 à 39.868.500 oz, il a fallu jusqu’au 13 Décembre, pour que les ventes atteignent les niveaux atteints cette année

Les ventes de pièces d’argent American Eagle de l’ US Mint ont atteint 3,087 millions d’onces troy jusqu’ici en Octobre et ont dépassé le chiffre d’affaires de Septembre, selon les chiffres du site Web de l’ US Mint.
 Les ventes ont augmenté de de 3,013 millions d’onces troy en Septembre. à 3,087 millions d’onces troy en Octobre 

Evolution des ventes d’eagles depuis 2005 / Mensuel.

Les chiffres sont en date d’hier…

View original post 521 mots de plus

Géo-ingénierie : scientifiques, milliardaires et militaires s’allient pour manipuler l’atmosphère

Laisser un commentaire

géoingénérie

Pulvériser du soufre dans la stratosphère, modifier la chimie des océans… Pour contrer le réchauffement climatique, des techniques de manipulation du climat à grande échelle sont à l’étude. Des projets déjà expérimentés, hors laboratoire et sans aucun contrôle international, qui attirent scientifiques, milliardaires et compagnies pétrolières. Alors que des organisations de la société civile demandent un moratoire, les militaires s’y mettent et appellent à se doter d’armes météorologiques. La « géo-ingénierie », une nouvelle menace environnementale et… anti-démocratique ?

Dans les arcanes gouvernementales, on la surnomme « le plan B ». Son vrai nom, la « géo-ingénierie ». Pour contrer le réchauffement climatique, plutôt que de miser sur les réductions de gaz à effet de serre, des chercheurs étudient des dispositifs de manipulation du climat à grande échelle. Au menu, des techniques allant de l’ensemencement en fer des océans à la gestion du rayonnement solaire. Des expérimentations sont déjà menées. Considérées comme fantaisistes il y a vingt ans, ces recherches sont désormais suivies de près par les gouvernements. L’ONG internationale ETC Group, qui travaille sur les technologies émergentes, a publié une carte de ces expériences de géo-ingénierie et de modifications du climat, depuis 60 ans. L’Amérique du Nord, l’Europe et l’Australie font partie des trois zones les plus actives (en rouge sur la carte) en terme de géo-ingénierie.

Modifier la composition chimique des océans

Quelque 45 techniques de géo-ingénierie sont recensées dans l’encyclopédie Wikipedia. Clive Hamilton, dans son livre Les apprentis sorciers du climat , examine huit d’entre elles, considérant les autres comme « purement imaginatives », voir« spéculatives ». Chercheurs et investisseurs se concentrent principalement sur les techniques de capture du carbone, avec un intérêt particulier pour les océans. Nos océans constituent une formidable éponge à carbone grâce au rôle joué par les phytoplanctons, qui fournissent par photosynthèse plus de la moitié de l’oxygène de la planète. Pour favoriser l’éclosion de ces planctons marins, une douzaine d’expériences de « fertilisation en fer » ont été conduites par les scientifiques depuis le début des années 90.

Une expérience de trois mois conduite dans l’océan Austral en 2009 a refroidi les espoirs placés dans l’ensemencement en fer. Quatre tonnes de poussières de fer ont été éparpillées sur une zone de 300 km2. Rapidement, une efflorescence de phytoplanctons est observée, mais elle s’arrête au bout de deux semaines. La fertilisation des mers grâce au fer ne donnerait donc naissance à du phytoplancton que pour un court laps de temps. « Ensemencer les mers de fer n’est pas non plus sans conséquence écologique, ajoutent les auteurs de l’ouvrage Scénarios d’avenirAccroitre leur teneur en fer contribue à accélérer le processus déjà en cours d’acidification des océans. » La fertilisation peut aussi avoir des répercussions sur toute la chaine alimentaire marine. Ces risques n’ont toutefois pas empêché un businessman californien de déverser 100 tonnes de sulfate dans l’océan Pacifique, sur une zone de 10 000 km2, en toute illégalité, en juillet 2012 (lire notre article).

Pulvériser du soufre dans la stratosphère

Autre technique en vogue, la pulvérisation d’aérosols soufrés. En 1991, les cendres projetées dans l’atmosphère par le mont Pinutabo assombrissent suffisamment la Terre pour la refroidir d’environ 0,5°C pendant une année. Avant que la situation ne revienne à la normale une fois le nuage de cendres retombé au sol . Partant de ce constat, la Royal Society, l’académie des sciences britanniques, considère la pulvérisation d’aérosols soufrés dans la stratosphère comme « la plus prometteuse » des méthodes de gestion du rayonnement solaire . Ces minuscules particules d’aérosols seraient pulvérisées sous forme de dioxyde de soufre, de sulfure d’hydrogène ou d’acide sulfurique. Paul Crutzen, prix Nobel de chimie, a estimé à 5 millions de tonnes par an la quantité de soufre nécessaire pour bloquer environ 2 % du rayonnement solaire !

Imaginez une flotte d’aéronefs, volant à haute altitude, équipés de réservoirs et de dispositifs de pulvérisation. L’utilisation de canons de l’artillerie navale, de ballons ou d’un tuyau suspendu dans le ciel sont également à l’étude… Si ces aérosols étaient pulvérisés par des avions de chasse, il faudrait chaque année un million de vols d’une durée de 4h chacun !  D’autres études évoquent des impacts sur le niveau des précipitations. Cette technique pourrait gravement perturber la mousson indienne, compromettant les ressources alimentaires de près de 2 milliards de personnes. Dernière objection de taille : « L’impossibilité de tester cette technique sans mise en œuvre grandeur nature », conclut Clive Hamilton.

Des brevets qui attirent les milliardaires

Un duo de scientifiques nord-américains est très impliqué dans la recherche en géo-ingénierie : David Keith, physicien, et Ken Caldeira, spécialiste des sciences de l’atmosphère. David Keith détient avec d’autres le brevet du « Planetary Cooler » (réfrigérateur planétaire), un dispositif d’absorption du carbone. Il a créé une start-up, Carbon Engineering Ltd, pour développer une technique de capture de CO2 dans l’air, à l’échelle industrielle. Parmi les investisseurs de ces sociétés : Bill Gates, mais aussi le milliardaire canadien N. Murray Edwards, magnat du pétrole qui a fait fortune dans les sables bitumineux en Alberta. Quant à Ken Caldeira, il est associé à Bill Gates au sein de la société Intellectual Ventures, qui a fait breveter plusieurs technologies, notamment le « StratoShield » (strato-bouclier) : des tuyaux suspendus à des ballons dirigeables dans le ciel permettant de disperser des aérosols soufrés.

Bill Gates a engagé plusieurs millions de dollars pour financer la recherche en géo-ingénierie , et aider au financement d’une série de rencontres sur la géo-ingénierie. La deuxième fortune mondiale a soutenu financièrement deux scientifiques de Harvard pour tester au Nouveau-Mexique du matériel visant à injecter des minuscules particules dans la stratosphère (lire notre article). Il a aussi investi dans la société Silver Lining qui travaille sur les techniques d’éclaircissement des nuages marins. « Pas moins de 10 personnes affiliées à Silver Lining figurent parmi les 25 auteurs d’un des principaux articles sur l’éclaircissement des nuages » relève Clive Hamilton. Richard Branson, un autre milliardaire, propose une récompense de 25 millions de dollars dans le cadre du défi « Virgin Earth Challenge » à quiconque concevra le meilleur plan pour extraire le carbone de l’atmosphère.

Solution miracle pour les pétroliers et les conservateurs

« Ceux-là mêmes qui contestent la réalité du réchauffement montrent un intérêt croissant pour l’ingéniérie du climat », souligne Clive Hamilton (lire notre article sur les climatosceptiques). Quoi de mieux que cette solution miraculeuse permettant de ne pas changer le mode de développement actuel et sa consommation massive d’énergies fossiles ? Plusieurs compagnies sont sur les rangs, à l’instar de la Royal Dutch Shell qui finance une étude sur l’ajout de chaux dans les mers. Steven Koonin, alors directeur scientifique du géant pétrolier BP (avant de travailler au département de l’Énergie des États-Unis), est à l’origine d’une réunion d’experts pour le compte de l’entreprise Novim Group. Elle a abouti en 2009 à un rapport influent sur l’ingénierie du climat.

La géo-ingénierie est aussi appuyée par plusieurs think tanks conservateurs. « La géo-ingénierie apporte la promesse d’une réponse au réchauffement climatique pour seulement quelques milliards de dollars par an. Au lieu de pénaliser les Américains moyens, nous aurions la possibilité de répondre au réchauffement climatique en récompensant l’inventivité scientifique… Stimulons l’ingéniosité américaine. Assez du diktat vert », a déclaré le républicain Newt Gingrich, ancien président de la chambre des représentants des États-Unis. Tout est bon pour maintenir la société de consommation à son niveau actuel. Un intérêt stratégique qui n’a pas échappé aux forces armées.

Développer les « armes météorologiques »

Cela fait des décennies que les stratèges militaires veulent « faire de la météo une arme ». Au milieu du 20ème siècle, Bernard Vonnegut, un physicien américain, découvre la capacité de l’iodure d’argent à agglomérer la vapeur d’eau des nuages en gouttes. II suffit donc d’ensemencer les nuages avec ce composé inorganique pour faire pleuvoir – quasiment – à volonté. En 1967, l’US Air Force lance l’opération Popeye. Chaque jour, des avions bombardent les nuages vietnamiens d’iodure d’argent, modifiant la climatologie locale, pour tenter d’embourber les lignes de communication de la guérilla communiste . Ce premier usage guerrier de la géo-ingénierie sera dévoilé le 3 juillet 1972 par le New York Times. Il faudra quatre ans de négociations pour que les Nations Unies adopte une Convention interdisant la modification de l’environnement à des fins militaires ou toutes autres fins hostiles . Mais en 1996, des officiers de l’US Air Force rendent un rapport appelant les États-Unis à de doter d’armes météorologiques d’ici… 2025.

« Parmi les scientifiques travaillant dans l’armement s’est développée l’idée que la compréhension et le contrôle exercé sur la technologie suffiraient à les rendre sûres », analyse Clive Hamilton. Edward Teller, à qui est attribuée la co-paternité de la bombe H, propose en 1997 de prévenir le réchauffement de la planète en bombardant l’atmosphère de particules qui réfléchiraient la lumière incidente du soleil. Coût : un milliard de dollars.« Comme d’autres, Teller ressent la fascination du nucléaire et de la puissance de la technologie moderne, soulignent les auteurs de Scénarios d’avenirC’est probablement de cet enthousiasme obsessionnel pour les armes atomiques et de cette très puissante « arrogance technologique » que Teller en est venu à la géo-ingénierie ».

En octobre 2011, un autre rapport soutenant fortement la recherche en géo-ingénierie est publié par le think tankBipartisan Policy Center. Le journaliste du Guardian John Vidal décrit ce groupe de travail comme « la crème du lobby scientifique et militaire émergent en faveur de la gé-oingénierie » . Parmi ce lobby, David Wehlan, directeur des systèmes de défense chez Boeing qui a travaillé pendant de nombreuses années sur des projets d’armement à la DARPA, l’agence de recherche du Pentagone. La DARPA a elle-même convoqué une réunion sur la géo-ingéniérie. Une étude commandée par le Pentagone en 2003 conseillait déjà d’examiner de manière urgente les options de géo-ingénierie pour contrôler le climat…

géoingénérie002

VIDEO Did Google Collude With Obama Admin to Censor Video? & Google ‘Floating Structures’

Laisser un commentaire

Reclaim Our Republic

-Clip exposing atrocities of US-backed rebels in Syria was sent out by Obama’s hijacked Twitter account
-TOP SECRET: Google ‘Floating Structures’ on Both Coasts
October 28, 2013 by Paul Joseph Watson

In a possible act of collusion between the Obama administration and Google-owned YouTube, a video exposing US-backed rebel atrocities in Syria – which was sent out from Obama’s official Twitter account after it was hijacked by hackers – was quickly censored by YouTube.

As Infowars reported first exclusively, Obama’s official Twitter, Facebook and campaign website were hacked by the Syrian Electronic Army earlier today. The accounts were hijacked and used to promote a video to Obama’s combined total of 76 million followers.

The clip was a 24 minute compilation of rebel atrocities and terrorist attacks committed in Syria.

Within hours, the video was removed for “shocking and disgusting content,” despite having already been hosted on YouTube for months.

Only…

View original post 276 mots de plus

Snowden aurait découvert la choquante vérité sur les chemtrails

3 commentaires

Snowden Free Rider Problem

MOSCOU, Russie – Edward Snowden, le pirate qui a eu accès à tous les coins secrets de l’Internet au cours de son mandat à la NSA, s’est présenté avec les détails d’un projet classifié évoquant l’utilisation des chemtrails pour modifier le climat de la planète. 

La vérité choquante, comme il le dit, c’est que les chemtrails sont une partie d’un programme de bienfaisance visant à lutter contre le réchauffement climatique.

En coopérant en secret avec les fabricants de carburéacteur, les agents du gouvernement ont soigneusement gardé pour eux l’objectif réel des chemtrails.

Snowden raconte: «Je révéle ce programme, car il n’y a pas de surveillance dans la communauté scientifique, aucun débat public, et peu de préoccupation pour les effets secondaires qui parfaitement connus de quelques privilégiés intéressés à poursuivre durant des décennies ce programme de manipulation du climat, cela, dans le plus grand secret. »

 

Parce que le changement climatique est une menace pour l’agriculture américaine, il a été étiqueté comme un problème de sécurité nationale. Avec l’influence et la coopération de Monsanto, un laboratoire de géo-ingénierie secret baptisé Muad’Dib exploite la technologie des chemtrails depuis la fin des années 1960, un programme souvent désigné par les initiés comme le «joyau de la couronne».

Muad’Dib a pour but de protéger à tout prix le climat de l’Amérique du Nord – quitte à accélérer la désertification de l’Afrique sub-saharienne ou de propager des traces de substances cancérigènes dans les régions peu peuplées. 

D’autres effets secondaires, dont les scientifiques du Muad’Dib ont le secret, ont ainsi été révéles par le héros Snowden, on sait désormais que les chemtrails conduiront à de grandes sécheresses en Amazonie engendreront de puissantes tempêtes le long de la côte Est américaine.

Snowden a partagé des documents décisifs dans The Internet Chronicle, mais par souci de séxurité nationale, seul son témoignage peut être publié. Ces contiennent des références à des scientifiques qui ne manqueraient pas d’être la cible du contre-espionnage étranger, car leurs connaissances sont indispensables à la survie des Etats-Unis.

Snowden:  » Si ce programme devait s’arrêter, les scientifiques croient fermement que dans un délai d’un an seulement, le climat nord-américain tomberait dans une spirale infernale de non-retour, hors de tout contrôle, les mauvaises récoltes conduiraient à une série de famines dévastatrices qui dépleurait les centres urbains. »

 

Parce que le programme  a été réalisé à une si importante échelle, les sceptiques pourraient trouver l’histoire de Snowden incroyable. Cependant, Edward Snowden a expliqué que ce programme a été facilement caché à la population, grâce à l’aide des entreprises de kérosène, un élément essentiel ducomplexe militaro-industriel. Snowden de nous dire: « Des produits chimiques sont secrètement déversés par des avions commerciaux (de passagers),  soi-disant pour améliorer l’efficacité. En vitesse de croisière, la chaleur et la pression atmosphérique provoque une réaction chimique, une molécule de carbone top-secrète. Ce processus est imparfait et la plupart des sous-produits sont très dangereux, même en faible quantité.

chemtrails

 

Pis que tout, les conséquences sur la santé de la population au sol restent inconnus.

 

Ces secrets révélés par E. Snowden ont de quoi faire réfléchir. Sont-ils plus importants que ceux sur l’espionnage des citoyens du monde et des Nations ? Je pense qu’ils sont au moins égaux…

Source :Wikistrike)

OGM et Nouvel Ordre Mondial: Monsanto, Pepsi et Nestlé en campagne contre l’étiquetage des OGM…

Laisser un commentaire

Resistance71 Blog

Monsanto et Pepsi Cola essaient d’arrêter la procédure d’étiquetage des produits génétiquement modifiés dans l’État de Washington

 

RT

 

30 øctobre 2013

 

url de l’article original:

http://rt.com/usa/washington-gmo-law-food-980/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Un vote dans l’état de Washington (côte Ouest des Etats-Unis) destiné à faire étiqueter les produits issus de cultures génétiquement modifiées (OGM) est mis sous énorme stress alors ques de grosses entreprises alimentaires et de la chimie déversent des millions de dollars dans une campagne publique contre l’étiquetage.

Le 5 novembre, les électeurs vont se diriger vers les bureaux de vote pour décider si oui ou non les produits alimentaires contenant des OGM doivent être étiquetés en conséquence, mais ce qui apparaisait dans un premier temps comme une victoire sans équivoque en faveur de l’étiquetage, tourne en fait à un partage des voix bien plus serré qu’escompté à cause des dépenses…

View original post 471 mots de plus

Retour dans le passé: Gabon-une religieuse arrêtée pour le crime de lesbianisme

Laisser un commentaire

Une jeune soeur avec beaucoup de libido

Une jeune soeur avec beaucoup de libido

 

Franceville (Gabon) – La sœur Elvira X, la trentaine, nonne à la paroisse catholique Notre Dame de l’Espérance de Mingara (Ouest de Franceville) aurait été placée sous mandat de dépôt à Franceville pour pratique de lesbianisme, selon une source bien informée.

Une plainte aurait été déposée contre elle par l’une de ses concubines, mécontente d’avoir été exagérément câlinée.
La jeune nonne pour soulager sa libido, attirerait d’autres jeunes filles sous le prétexte de la prière et les entraînerait dans sa turne pour les occuper sexuellement.
Son incarcération qui demeure tout de même discrète ne laisse pas transparaître la date de son jugement au Tribunal de premières instances de Franceville.
Si la nonne ne s’était pas cachée derrière la robe et le foulard gris, elle aurait certainement fait une jolie femme sur le marché du mariage. Les hommes qui la connaissent doivent se mordre les doigts.
Cependant, son cas n’est que le reflet de tous les scandales dont l’église catholique est sujette depuis quelques années tels que la pédophilie et les enfants cachés de Rome.
La problématique du mariage des prêtres et, par conséquent des nonnes, délivrera sans nul doute ces pieux du vice dans lequel ils plongent par incontinence.

(Sources: Gabon actualités)

Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :