Selon Larry C. Johnson: « L’armée ukrainienne a été vaincue. Ce qui reste est du ratissage »

Question 1– Pouvez-vous m’expliquer pourquoi vous pensez que la Russie est en train de gagner la guerre en Ukraine ?

Larry C. Johnson– Au cours des 24 premières heures de l’opération militaire russe en Ukraine, toutes les capacités ukrainiennes d’interception radar au sol ont été anéanties. Sans ces radars, l’armée de l’air ukrainienne a perdu sa capacité à effectuer des interceptions air-air. Au cours des trois semaines qui ont suivi, la Russie a établi de facto une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine . Bien qu’elle soit toujours vulnérable aux missiles sol-air tirés à l’épaule fournis par les États-Unis et l’OTAN aux Ukrainiens, rien ne prouve que la Russie ait dû réduire ses opérations aériennes de combat.

 

L’arrivée de la Russie à Kiev dans les trois jours suivant l’invasion a également retenu mon attention. J’ai rappelé que les nazis de l’opération Barbarossa ont mis sept semaines pour atteindre Kiev et les 7 semaines de plus nécessaires pour soumettre la ville. Les nazis avaient l’avantage de ne pas donner de coups de poing pour éviter les pertes civiles et étaient impatients de détruire les infrastructures critiques. Pourtant, de nombreux soi-disant experts militaires américains ont affirmé que la Russie était enlisée. Lorsqu’un 24 milles (ou 40 milles, selon la source d’information) a été positionné au nord de Kiev pendant plus d’une semaine, il était clair que la capacité de l’Ukraine à lancer des opérations militaires importantes avait été éliminée.Si leur artillerie était intacte, alors cette colonne était un choix facile pour une destruction massive. Cela ne s’est pas produit. Alternativement, si les Ukrainiens avaient une capacité viable à voilure fixe ou à voilure tournante, ils auraient dû détruire cette colonne depuis les airs. Cela ne s’est pas produit. Ou, s’ils avaient une capacité de missile de croisière viable, ils auraient dû faire pleuvoir l’enfer sur la colonne russe soi-disant bloquée. Cela ne s’est pas produit. Les Ukrainiens n’ont même pas monté une importante embuscade d’infanterie contre la colonne avec leurs javelots américains nouvellement fournis.

L’ampleur et la portée de l’attaque russe sont remarquables. Ils ont capturé un territoire en trois semaines qui est plus grand que la masse terrestre du Royaume-Uni. Ils ont ensuite procédé à des attaques ciblées sur des villes clés et des installations militaires. Nous n’avons pas vu un seul exemple d’unité ukrainienne de la taille d’un régiment ou d’une brigade attaquant et battant une unité russe comparable. Au lieu de cela, les Russes ont divisé l’armée ukrainienne en fragments et coupé leurs lignes de communication. Les Russes consolident leur contrôle de Marioupol et ont sécurisé toutes les approches sur la mer Noire. L’Ukraine est désormais coupée au Sud et au Nord.

Je voudrais souligner que les États-Unis ont eu plus de mal à capturer autant de territoire en Irak en 2003 alors qu’ils luttaient contre une force militaire bien inférieure et moins capable. Au contraire, cette opération russe devrait effrayer les dirigeants militaires et politiques américains.

La très grande nouvelle est arrivée cette semaine avec les frappes de missiles russes sur ce qui est de facto des bases de l’OTAN à Yavoriv et Zhytomyr. L’OTAN a organisé une formation sur la cybersécurité à Jytomyr en septembre 2018 et a décrit l’Ukraine comme un « partenaire de l’OTAN ». Jytomyr a été détruit samedi par des missiles hypersoniques. Yavoriv a subi un sort similaire dimanche dernier. C’était le principal centre d’entraînement et de logistique que l’OTAN et l’EUCOM utilisaient pour fournir des combattants et des armes à l’Ukraine. Un grand nombre de militaires et de civils de cette base sont devenus des victimes.

Non seulement la Russie frappe et détruit régulièrement des bases utilisées par l’OTAN depuis 2015, mais il n’y a pas eu d’avertissement de raid aérien et il n’y a pas eu d’arrêt des missiles d’attaque.

 

 

 

Question 2 – Pourquoi les médias tentent-ils de convaincre le peuple ukrainien qu’il peut l’emporter dans sa guerre contre la Russie ? Si ce que vous dites est correct, alors tous les civils envoyés combattre l’armée russe meurent dans une guerre qu’ils ne peuvent pas gagner. Je ne comprends pas pourquoi les médias voudraient induire les gens en erreur sur quelque chose d’aussi grave. Quelles sont vos réflexions sur le sujet ?

Larry C. Johnson– C’est une combinaison d’ignorance et de paresse. Plutôt que de faire de véritables reportages, la grande majorité des médias (imprimés et électroniques) ainsi que les Big Tech soutiennent une campagne de propagande massive. Je me souviens quand George W. Bush était Hitler. Je me souviens quand Donald Trump était Hitler. Et maintenant nous avons un nouvel Hitler, Vladimir Poutine. C’est un livre de jeu fatigué et raté. Quiconque ose soulever des questions légitimes est immédiatement traité de marionnette de Poutine ou de laquais de la Russie. Lorsque vous ne pouvez pas discuter des faits, le seul recours est l’injure.

Question 3– La semaine dernière, le colonel Douglas MacGregor était l’invité du Tucker Carlson Show. Ses vues sur la guerre sont étonnamment similaires aux vôtres. Voici ce qu’il a dit dans l’ interview :

« La guerre est vraiment finie pour les Ukrainiens. Ils ont été broyés en morceaux, cela ne fait aucun doute malgré ce que nous entendons de nos médias grand public. Donc, la vraie question pour nous à ce stade est, Tucker, allons-nous vivre avec le peuple russe et son gouvernement ou allons-nous continuer à poursuivre ce genre de changement de régime déguisé en guerre ukrainienne ? Allons-nous cesser d’utiliser l’Ukraine comme bélier contre Moscou, ce que nous avons effectivement fait. ( Tucker Carlson – Entretien avec MacGregor )

Êtes-vous d’accord avec MacGregor sur le fait que le véritable objectif de pousser la Russie à une guerre en Ukraine était le « changement de régime » ?

 

Deuxièmement, êtes-vous d’accord pour dire que l’Ukraine est utilisée comme terrain de jeu par les États-Unis pour mener une guerre par procuration contre la Russie ?

Larry C. Johnson – Doug est un excellent analyste, mais je ne suis pas d’accord avec lui – je ne pense pas qu’il y ait quelqu’un dans l’administration Biden qui soit assez intelligent pour penser et planifier en ces termes stratégiques. À mon avis, les 7 dernières années ont été l’inertie du statu quo de l’OTAN. Ce que je veux dire par là, c’est que l’OTAN et Washington pensaient qu’ils pouvaient continuer à ramper vers l’est aux frontières de la Russie sans provoquer de réaction. L’OTAN et l’EUCOM organisaient régulièrement des exercices, y compris des entraînements « offensifs », et fournissaient du matériel. Je crois que les rapports aux États-Unis selon lesquels la CIA fournissait une formation paramilitaire aux unités ukrainiennes opérant dans le Donbass sont crédibles. Mais j’ai du mal à croire qu’après nos débâcles en Irak et en Afghanistan, nous ayons soudainement des stratèges du niveau Sun Tzu qui tirent les ficelles à Washington.

Il y a un air de désespoir à Washington. En plus d’essayer d’interdire tout ce qui est russe, l’administration Biden tente d’intimider la Chine, l’Inde et l’Arabie saoudite. Je ne vois aucun de ces pays s’aligner. Je crois que l’équipe de Biden a commis une erreur fatale en essayant de diaboliser toutes choses et tous les Russes. Au contraire, cela unit le peuple russe derrière Poutine et il est prêt à s’engager dans une longue lutte.

Je suis choqué par l’erreur de calcul en pensant que des sanctions économiques contre la Russie les mettraient à genoux. Le contraire est vrai. La Russie est autosuffisante et ne dépend pas des importations. Ses exportations sont essentielles au bien-être économique de l’Occident . S’ils retiennent le blé, la potasse, le gaz, le pétrole, le palladium, le nickel fini et d’autres minéraux clés de l’Occident, les économies européenne et américaine seront ravagées. Et cette tentative de contraindre la Russie avec des sanctions a maintenant rendu très probable que le rôle du dollar américain en tant que monnaie de réserve internationale apparaîtra dans les poubelles de l’histoire.

 

Question 4– Depuis qu’il a prononcé son célèbre discours à Munich en 2007, Poutine se plaint de « l’architecture de la sécurité mondiale ». En Ukraine, nous pouvons voir comment ces problèmes de sécurité lancinants peuvent évoluer en une véritable guerre. Comme vous le savez, en décembre, Poutine a fait un certain nombre de demandes liées à la sécurité russe, mais l’administration Biden les a ignorées et n’a jamais répondu. Poutine voulait des assurances écrites que l’expansion de l’OTAN n’inclurait pas l’Ukraine (adhésion) et que les systèmes de missiles nucléaires ne seraient pas déployés en Roumanie ou en Pologne. Pensez-vous que les demandes de Poutine sont déraisonnables ?

Larry C. Johnson– Je pense que les exigences de Poutine sont tout à fait raisonnables. Le problème est que 99% des Américains n’ont aucune idée du type de provocation militaire que l’OTAN et les États-Unis ont menée au cours des 7 dernières années. On a toujours dit au public que les exercices militaires étaient « défensifs ». Ce n’est tout simplement pas vrai. Nous avons maintenant des nouvelles selon lesquelles DTRA finançait des biolabs en Ukraine. Je suppose que Poutine pourrait accepter d’autoriser les systèmes de missiles nucléaires américains en Pologne et en Roumanie si Biden accepte d’autoriser le déploiement de systèmes russes comparables à Cuba, au Venezuela et au Mexique. Lorsque nous regardons cela en ces termes, nous pouvons commencer à comprendre que les exigences de Poutine ne sont ni folles ni déraisonnables.

 

Question 5– Les médias russes rapportent que des missiles russes « de haute précision lancés par voie aérienne » ont frappé une installation dans l’ouest de l’Ukraine « tuant plus de 100 soldats locaux et mercenaires étrangers ». Apparemment, le centre de formation des opérations spéciales était situé près de la ville d’Ovruch, à seulement 15 miles de la frontière polonaise. Que pouvez-vous nous dire sur cet incident ? La Russie essayait-elle d’envoyer un message à l’OTAN ?

Larry C. Johnson– Réponse courte—OUI ! Les frappes militaires russes dans l’ouest de l’Ukraine au cours de la semaine dernière ont choqué et alarmé les responsables de l’OTAN. Le premier coup est tombé le dimanche 13 mars à Yavoriv, ​​en Ukraine. La Russie a frappé la base avec plusieurs missiles, dont certains auraient été hypersoniques. Plus de 200 personnes ont été tuées, dont des militaires et des services de renseignement américains et britanniques, et des centaines d’autres blessés. Beaucoup ont subi des blessures catastrophiques, telles que des amputations, et sont hospitalisés. Pourtant, l’OTAN et les médias occidentaux ont montré peu d’intérêt à rendre compte de cette catastrophe.

Yavoriv était une base avancée importante pour l’OTAN (voir ici). Jusqu’en février (avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie), le Commandement d’entraînement de la 7e armée américaine opérait depuis Yavoriv jusqu’à la mi-février. La Russie ne s’est pas arrêtée là. ASB Military news rapporte que la Russie a frappé un autre site, Delyatyn, qui se trouve à 60 miles au sud-est de Yavoriv (jeudi je crois). Hier, la Russie a frappé Zytomyr, un autre site où l’OTAN était auparavant présente. Poutine a envoyé un message très clair : les forces de l’OTAN en Ukraine seront considérées et traitées comme des combattants. Point final.

Question 6– Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a été adulé dans les médias occidentaux comme un « chef de guerre » et un « Winston Churchill » des temps modernes. Ce que les médias omettent de dire à leurs lecteurs, c’est que Zelensky a pris un certain nombre de mesures pour renforcer son emprise sur le pouvoir tout en portant atteinte aux fragiles institutions démocratiques en Ukraine. Par exemple, Zelensky a « interdit onze organes de presse appartenant à l’opposition » et a tenté d’empêcher le chef du plus grand parti d’opposition ukrainien, Viktor Medvedtchouk, de se présenter aux élections sous une fausse accusation de « financement du terrorisme ». Ce n’est pas le comportement d’un dirigeant qui s’engage sérieusement pour la démocratie.

Que pensez-vous de Zelensky ? Est-il vraiment le « leader patriotique » que les médias prétendent être ?

Larry C. Johnson– Zelensky est un comédien et un acteur. Pas très bon à ça à mon avis. L’Occident utilise cyniquement le fait qu’il est juif comme une diversion du contingent important de néo-nazis (et je veux dire de véritables nazis qui célèbrent encore les réalisations de l’unité ukrainienne Waffen SS tout en combattant avec les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale). Les faits sont clairs : il interdit les partis politiques d’opposition et ferme les médias d’opposition. Je suppose que c’est la nouvelle définition de la «démocratie».

Question 7– Comment cela se termine-t-il ? Il y a un excellent article sur le site de Moon of Alabama intitulé « What Will Be The Geographic End State Of The War In Ukraine  » . L’auteur du message, Bernard, semble penser que l’Ukraine sera éventuellement divisée le long du fleuve Dniepr « et au sud le long de la côte qui abrite une population majoritairement russe ». Il dit aussi ceci :

« Cela éliminerait l’accès de l’Ukraine à la mer Noire et créerait un pont terrestre vers la Transnistrie sécessionniste moldave qui est sous protection russe. Le reste de l’Ukraine serait un État confiné, principalement agricole, désarmé et trop pauvre pour être préparé à une nouvelle menace contre la Russie de sitôt. Politiquement, elle serait dominée par les fascistes de Galice, ce qui deviendrait alors un problème majeur pour l’Union européenne.

Qu’est-ce que tu penses? Poutine imposera-t-il son propre règlement territorial à l’Ukraine afin de renforcer la sécurité russe et de mettre fin aux hostilités ou un scénario différent est-il plus probable ?

Larry C. Johnson– Je suis d’accord avec Moon. L’objectif principal de Poutine est de protéger la Russie des menaces étrangères et d’effectuer un divorce avec l’Occident. La Russie a les ressources physiques pour être un souverain indépendant et est en train de concrétiser cette vision.

Bio– Larry C Johnson est un vétéran de la CIA et du Bureau de lutte contre le terrorisme du Département d’État. Il est le fondateur et associé directeur de BERG Associates, qui a été créé en 1998. Larry a dispensé une formation à la communauté des opérations spéciales de l’armée américaine pendant 24 ans. Il a été vilipendé par la droite et la gauche, ce qui signifie qu’il doit faire quelque chose de bien. Son analyse et ses commentaires peuvent être trouvés sur son blog, https://sonar21.com/


Voir notre offre de la semaine sur notre boutique en ligne Vintage par Michel sur E Bay:

https://www.cafr.ebay.ca/itm/194938327692?mkevt=1&mkcid=16&mkrid=706-127636-26712-0

Une magnifique théière de l’époque de l’empereur Pu Yi de Chine.

 

 

 

 

 

Le syndrome d’Oslo et les Blancs qui se détestent

Le syndrome d’Oslo est le nom utilisé par l’écrivain juif Kenneth Levin pour décrire spécifiquement la psychologie des juifs qui détestent les juifs, mais le concept s’applique à tous les groupes car il s’agit d’un phénomène psychologique humain fondamental qui est lié à la fois au syndrome de Stockholm et à celui de  l’enfant battu. 

 

 

Essentiellement, ce qui se passe, c’est que lorsqu’un groupe spécifique de personnes est soumis à une haine, une diabolisation et des abus constants, certains membres du groupe auront souvent le moral brisé et seront battus comme des chiens fouettés, et ils perdront l’estime de soi et l’estime du groupe, se sentent dévalorisés et pleins de désespoir.

Ces individus désespérés, atteints du syndrome d’Oslo, ne blâmeront pas ceux qui leur font du mal, mais prendront en fait le parti de ceux qui leur font du mal contre les autres dans leur propre groupe. Levin postule que certains Juifs vivant parmi les Palestiniens et s’identifiant aux Palestiniens et prenant parti pour eux contre leurs compatriotes juifs présentent le syndrome d’Oslo. Maintenant, étant donné la mauvaise façon dont Israël traite les Palestiniens, on peut certainement remettre en question l’analyse de Levin selon laquelle les Juifs haïssant les Juifs à cet égard ont le syndrome d’Oslo. Au lieu de cela, on peut faire valoir que ces Juifs comprennent simplement le bien du mal car ces termes sont utilisés dans un sens universel. Néanmoins,


Amérindiens

Nous avons vu un phénomène similaire chez les Indiens d’Amérique, dont beaucoup se sont sentis tellement sans valeur qu’ils ont préféré se suicider plutôt que de vivre comme les individus sans valeur qu’ils estimaient être. Dans ces cas, les sentiments psychologiques de culpabilité, de haine de soi et d’inutilité étaient si grands que pour soulager ces sentiments – cette douleur psychologique très réelle mais invisible – ces personnes ont simplement mis fin à leur vie. D’autres se sont tournés vers l’alcool. D’autres encore ont simplement souffert en silence et ont simplement cessé d’essayer de vivre pleinement leur vie. Dans la plupart des cas, les Indiens se sont blâmés et ont blâmé les autres Indiens pour leurs problèmes.


Suicide pour soulager la douleur psychologique et les sentiments de culpabilité et d’inutilité

Il convient de souligner qu’à l’origine du syndrome d’Oslo se trouvent des sentiments de haine de soi, d’inutilité et de culpabilité et que certaines personnes vont frapper leur propre peuple pour soulager ces sentiments négatifs, et leur soupape de décharge est ce suicide rituel ou abnégation de soi. D’autres emprunteront une voie plus directe et mettront simplement fin à leurs jours. Ceux qui soulagent leurs sentiments d’inutilité et de culpabilité en s’en prenant à leur propre peuple et en adoptant les préjugés contre leur peuple se sentiront souvent «vertueux» en le faisant.

Il est bien dit que ceux qui se suicident ne veulent pas mettre fin à leurs jours, ils veulent juste mettre fin à leur souffrance psychologique. Le suicide est un moyen. S’effacer avec de la drogue ou de l’alcool en est une autre. Se ranger du côté du groupe qui attaque votre groupe est encore une autre façon. Et il y en a d’autres. Le principe psychologique sous-jacent ici consiste à essayer de libérer la pression psychologique refoulée de ces sentiments de désespoir, de haine de soi, de culpabilité et d’inutilité.


Syndrome de l’enfant battu

Le lien avec le syndrome de l’enfant battu est clair et met en lumière la manifestation adulte d’un tel syndrome. Un enfant battu, que ce soit physiquement ou psychologiquement, ne verra souvent pas que le problème n’est  pas  avec lui-même mais avec le parent ou la figure parentale qui a un contrôle total sur l’enfant et qui est l’agresseur. L’enfant intériorise l’abus, se sent coupable, se blâme et croit que si seulement il ou elle agissait mieux ou était un meilleur enfant, le parent ou la figure parentale cesserait d’abuser de l’enfant. En d’autres termes, l’enfant croit qu’il est toujours fautif et qu’il ne vaut rien.


Blancs qui se détestent

Les Blancs qui s’excusent d’être Blancs ou qui pardonnent aux attaquants non Blancs ont souvent le syndrome d’Oslo.

Vous avez sans doute vu les histoires de Blancs pardonnant aux Noirs qui ont essayé de les tuer parce qu’ils sont Blancs et comment ces Blancs abattus acceptent souvent le parti pris des Noirs contre les Blancs. Vous avez probablement aussi entendu parler de parents blancs qui pardonnent aux Noirs qui tuent les enfants blancs des parents blancs – et ces parents blancs disent alors qu’ils « comprennent » et parfois même se lient d’amitié avec les tueurs de leurs propres enfants blancs. De tels comportements de la part des Blancs sont révélateurs du syndrome d’Oslo.

Au Québec,cet état de fait existe  depuis la conquête britannique de 1760.Pendant plus de deux siècles,les politiciens qui se sont succédés au pouvoir durant toute cette période ,se sont plu à  humilier le peuple québécois…particulièment durant la  Grande Noiceur de l’Ère Duplessis.En 2022,


Le 22 juillet 2011, la Norvège était ensanglantée par la pire attaque de l’après-guerre

Aujourd’hui, nous voyons des Blancs attaqués à de nombreux niveaux différents dans notre société. Il y a un battement de tambour constant dans toute la société qui diabolise les Blancs. Nous entendons constamment, par exemple, que les Blancs n’ont pas gagné ce qu’ils ont et qu’ils ne l’ont obtenu qu’en raison du « privilège blanc » – ou qu’à l’exception du racisme blanc et de la haine des Noirs, les Noirs mèneraient une vie meilleure. Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une maltraitance psychologique des Blancs  à l’image de ce que l’on voit dans les cas de maltraitance d’enfants. Les Blancs sont culpabilisés de ne rien faire de plus que d’être qui et ce qu’ils sont de naissance, pourtant toute expression de Blancheur ou de leur identité génétique ou de se sentir bien dans sa peau est rapidement dénigrée comme étant des signes de «racisme» et de mal blanc.

Comme pour toutes les maladies psychologiques, il existe un continuum de haine de soi et certains des symptômes et expressions du syndrome d’Oslo chez les Blancs sont plus subtils et peuvent apparaître au spectateur occasionnel comme étant vertueux. Par exemple, lorsque vous voyez des Blancs qui sont hypersensibles aux insultes perçues envers les Noirs et qui attaquent ensuite leurs compatriotes blancs verbalement ou physiquement pour leur « racisme », vous pouvez être à peu près sûr que vous voyez une personne atteinte du syndrome d’Oslo. La vie de ces Blancs qui se détestent est celle de l’abnégation.

Et nous voyons des cas de certains Blancs qui ne craignent pas tant que d’autres les traitent de racistes, mais craignent qu’ils soient secrètement racistes et qu’en tant que tels, ils se soient laissés tomber et qu’ils doivent se punir. En fait, nous pouvons spéculer en toute sécurité que beaucoup de suicides de Blancs sont dus à ce sentiment chez certains Blancs qu’ils se sont laissés tomber ou n’ont pas respecté certaines normes sociétales, religieuses ou familiales concernant diverses normes, y compris l’exigence sociétale qu’un pas être raciste. Ainsi, au lieu d’être racistes, ils s’effacent eux-mêmes – ou ils vivent et se détestent, et soulagent la pression en transférant la haine à d’autres Blancs, se prouvant ainsi qu’ils sont de « bonnes » personnes pour attaquer d’autres Blancs.

Nous verrons également des Blancs essayer de s’effacer eux-mêmes et leur espèce en n’ayant pas d’enfants, ou en limitant le nombre d’enfants qu’ils ont, ou en métissant et en produisant des enfants non blancs, ou en adoptant des enfants non blancs au lieu d’enfants blancs. . La petite-nièce d’Hermann Goering  dit qu’elle s’est fait ligaturer les trompes pour « ne pas transmettre le sang d’un monstre ».

Ce syndrome de haine de soi et des névroses de haine de soi similaires peuvent se manifester de nombreuses façons, mais le but pour l’individu est toujours de soulager cette douleur psychologique de la culpabilité d’être blanc, puis de « réparer » le « mal ». – avec lequel vous pensez être né parce que vous êtes blanc – en vous sacrifiant d’une manière ou d’une autre. Bien sûr, vous pouvez ajouter les complexes de la Grande Mère Blanche et du Grand Père Blanc que j’ai déjà écrits dans le cadre des motivations subconscientes pour adopter des enfants non blancs – et, généralement, le plus Noir est le mieux. Ces gens ne voudraient pas adopter un bébé noir qui n’est pas presque noir violet de peur que les autres ne se rendent compte que le bébé est vraiment noir et que les parents blancs adoptifs sont vraiment des individus « vertueux » et « justes ».


Rester en bonne santé mentale et fort émotionnellement

Alors, qu’est-ce qu’une vision de soi mentalement saine ? C’est que vous devriez être qui vous êtes né pour être. Ne vous excusez jamais d’être blanc. Ne soutenez jamais les non-Blancs contre les Blancs. Rappelez-vous toujours que vous avez parfaitement le droit d’être qui et ce que vous êtes. Vous avez parfaitement le droit de vous identifier en tant que Blanc et de vous sentir bien dans votre peau.

Personne n’a le droit de vous maltraiter, de vous insulter ou de vous attaquer parce que vous êtes Blanc et s’ils le font, vous ne devriez pas aller vous cacher dans un coin mais vous défendre de la manière qui convient, et qui ne vous met pas dans le mal. Si rester silencieux dans ces circonstances est le meilleur choix pour votre survie et votre sécurité, alors c’est ce que vous devriez faire. Mais, ce faisant, ne laissez jamais les ennemis des Blancs vous faire sentir coupable et sans valeur d’être Blanc. Vous êtes exactement le contraire de cela, juste en étant né Blanc. Vous êtes une personne importante pour vous-même, votre famille, vos ancêtres et pour tous les autres Blancs qui sont éveillés et conscients. Tu n’es pas seul. Vous n’êtes jamais seul . Vous n’êtes pas le seul à ressentir ce que vous ressentez. Nous sommes des millions.

Ne laissez jamais les ennemis des Blancs vous faire sentir isolé et en décalage avec ce qui est juste et juste. Votre survie et la survie de notre peuple – en tant que fiers Blancs qui ne veulent pas être mélangés génétiquement, spirituellement ou culturellement ne sont  jamais  injustes ou désynchronisées. Vous avez le droit d’être vous-même. Vous avez droit à votre identité génétique. C’est votre planète autant que celle de n’importe qui d’autre et personne n’a plus de droits que vous sur quoi que ce soit. Cette terre sous les pieds ? C’est à toi. Cet arbre? C’est à toi. Personne n’a obtenu d’actes sur quoi que ce soit sur cette planète de la part de la Nature, et vos droits viennent de la Nature et (si vous choisissez de le croire) du Dieu de la Nature.

Développer la force mentale et l’estime de soi pour résister à ceux qui détestent les Blancs. Restez blanc. Race blanche. Vive le Blanc. Ne critiquez jamais d’autres Blancs qui sont également éveillés et conscients. Ne prenez jamais parti pour des non-Blancs contre des Blancs. Ne vous détestez pas ou ne détestez pas vos concitoyens blancs.


VOIR NOTRE BOUTIQUE SVP:

Sur ce lien :Vintage par Michel

 

 

 

 

Les dossiers de Michel Duchaine:Comment les sanctions accélèrent le Reset et la débâcle occidentale

J’ai demandé récemment si on vivait le Grand Reset ou simplement le grand épisode apocalyptique occidental : fin des énergies fossiles, fin de l’ère industrielle et bon écroulement de la cité Potemkine euro-américaine bâtie sur une montagne de dettes. La guerre de Poutine accélère cette formidable déglingue que certains ont prophétisé. Et comme il m’arrive d’être optimiste, je dirais qu’il semble difficile d’établir une dictature totalitaire et numérique dans le cadre d’un effondrement énergétique et systémique. On le peut après une guerre civile mais je ne vois pas nos brillantes élites la gagner cette guerre.

http://

Le litre d’essence est à 2,13 euros, le m3 de gaz à 2500 dollars. On n’est qu’au début. Dirigé par des Trudeau, des Macron et des Biden, l’occident est mal parti. Militairement il est nul (voyez mon texte sur Buchanan) et cela se savait en haut lieu. Cela se sait en tout lieu maintenant. Même Zelenski le dit ! Il n’avait pas vu la défaite face à l’Iran, la défaite au Yémen, en Syrie et leur retraite de ‘roussie’ en Afghanistan ?

Bureaucratie odieuse destinée à plumer le contribuable l’OTAN n’est pas là pour se battre : tout au plus peut-il par son incompétence et sa chutzpah déclencher la Fin du Monde.

Restent la chasse aux chefs d’orchestre et la guerre hybride – qui n’est pas très brillante intellectuellement (souvenez-vous des frites rebaptisées Freedom fries pendant la très utile et morale guerre contre l’Irak). Patrick Armstrong repris par Bruno Bertez écrit à ce sujet :

Pour l’Occident, tel qu’il a été, c’est fini. La confusion, les conneries, la vantardise, l’hystérie, les interdictions : l’Occident n’a plus rien dans sa besace. Verser de la vodka russe dans les toilettes, virer un chanteur et réalisateur, changer le nom d’une boisson ou d’une salade, interdire les chats ou les arbres, sanctionner un ploutocrate russe et voler son yacht, porter un t-shirt bleu et jaune. Pathétique.

Il reste les sanctions, les goulues et jouissives sanctions, les érotomanes sanctions ; qui vont nous faire encore plus mal qu’à la Russie. Pourquoi ? « Les occidentaux ne se tirent plus de balles dans le pied mais dans la tête » disait Charles Gave à Bercoff. On rappellera que nous vivons dans une idiocratie et ce dans tous les pays occidentaux. Pepe Escobar écrit lui sur notre présent effondrement industriel :

…L’Allemagne et d’autres pays n’ont pas commencé à ressentir la douleur de la privation de gaz, de minéraux et de nourriture. CELA va être le vrai jeu…jusqu’à 60 % des industries manufacturières allemandes et 70 % des industries italiennes pourraient être contraintes de fermer définitivement, avec des conséquences sociales catastrophiques. La machine européenne ultra-kafkaïenne non élue à Bruxelles a choisi de commettre un triple hara-kiri en se présentant comme des vassaux abjects de l’Empire, en détruisant toutes les impulsions de souveraineté française et allemande restantes et en imposant l’aliénation de la Russie et de la Chine.

L’occident anglo-saxon en est réduit comme à ses débuts (cf. Keynes) à la piraterie (on vole l’or, l’argent, les yachts, tout ce qui traîne).

Mais Patrick Armstrong ajoute :

Le judo consiste à tromper et à utiliser la force de l’adversaire contre lui. Poutine, le judoka, a poussé l’Occident au suicide. Il a dévoilé ce qui n’était pas compris : Mettez votre argent dans nos banques, nous pouvons le confisquer ; placez vos actifs sur notre territoire, nous pouvons les voler ; utiliser notre argent et nous pouvons l’annuler ; mettez votre yacht dans notre port, nous pouvons le pirater ; Mettez votre or dans notre coffre, nous pouvons le saisir.

Les conséquences sont claires avec la méfiance de tous les pays émergents (c’est le retour de Bandung ou du communisme nationaliste de décolonisation) et fin rapide du SWIFT :

C’est une leçon qui retentira dans le monde entier. Une illustration nue que « l’ordre international fondé sur des règles » est simplement une fiction: nous élaborons les règles et vous ordonnons de leur obéir. Dans 2 ou 3 semaines, tout le monde dans le monde qui est sur la liste des cibles potentielles de l’Occident aura déplacé ses actifs hors de portée de l’Occident. Xi se permettra un petit sourire.

Et Armstrong conclue :

Quant aux sanctions occidentales contre la Russie, je pense qu’il y a une réponse très simple à cela : la semaine dernière, 1.000 mètres cubes de gaz coûtaient 1.000 $ ; aujourd’hui , c’est plus du double. La semaine prochaine, ce ne sera certainement pas moins cher.

Idem pour l’aluminium, la potasse, le titane, le blé. Les compagnies aériennes russes louent leurs avions Maintenant quoi? Les moteurs-fusées russes. Ce que les Occidentaux ne comprennent pas, c’est que le rouble est la monnaie que les Russes utilisent à l’intérieur du pays, mais que le prix du pétrole et du gaz est la monnaie russe à l’extérieur du pays. Je suis stupéfait de la stupidité : ils se coupent la gorge et détruisent leurs propres économies.

Autrement dit pour nos énarques Trissotin : les sanctions ne renforcent pas les russes ; elles les enrichissent. Et Poutine finance ainsi ses opérations. Les menaces démentes de Biden contre l’Inde et le reste du monde ne risquent pas d’accroître la confiance dans ce système américain qui peut à tout moment voler sa clientèle.

Comme on le sait, les Russes (cf. Laurence) ont des problèmes avec leurs banques, avec Apple, avec Facebook, avec Google, les GAFAM étant la dernière émanation impériale destinée à nous tourmenter plus que les Russes ou les Chinois. Mais rien qui ne puisse être réglé promptement (voir l’article de Karine à ce sujet), et celui d’Escobar sur la doctrine Glaziev (couper les ponts avec l’occident, et passer à l’étalon-or).

Il reste à ces élites mondialistes à se venger sur leur troupeau, ce qui semble facile vu le degré de soumission ou de conditionnement de ces populations accoutumées à être conditionnées et maltraitées. On pourrait avoir la confiscation de l’argent, la fin du gaz et de toute électricité, la fin des usines (déjà arrêtées en Allemagne), bref le Grand Reset de Schwab ou le plan Morgenthau, le célèbre banquier de Roosevelt qui voulait réduire de moitié la population allemande.

Sources

–  https://thesaker.is/how-russia-will-counterpunch-the-u-s-eu-declaration-of-war/
–  https://brunobertez.com/2022/03/04/russia-observer-tactiques-strategie-et-operations-article-severe/
–  https://brunobertez.com/2022/03/03/larme-de-lor-le-veritable-objectif-de-poutine-briser-le-dos-de-davos-et-de-ses-agents-aux-etats-unis-et-au-royaume-unis/
–  https://russiepolitics.blogspot.com/2022/03/premiere-victoire-de-larmee-russe.html
–  https://reseauinternational.net/buchanan-et-le-grand-effondrement-moral-et-militaire-americain-et-occidental
–  https://reseauinternational.net/du-grand-reset-a-la-grande-claque-economique-occidentale
–  https://reseauinternational.net/guerre-du-gaz-leurope-prend-les-europeens-en-otage


 

L’avant-guerre touche à sa fin. Les Etats-Unis restaureront leur free lunch par la terreur de l’assertion nucléaire qu’ils annoncent depuis quinze ans. Le monde attend aussi l’événement de force majeure permettant l’effacement des dettes, une guerre mondiale…

Et l’Union Européenne veut abattre l’alternative civilisationnelle chrétienne pour son matérialisme transhumain. Les pays de l’axe atlantico-uniopéen croient se préparer à défendre un pays menacé alors que les Etats-Unis s’apprêtent à les lancer dans une guerre offensive, perdue d’avance pour justifier des frappes nucléaires. 

Depuis 2014 les gouvernements multiplient les déclarations de guerre à la Russie sans que les populations réagissent. Ils seront soudain mis devant l’urgence de réagir à une prétendue agression avant de pouvoir la vérifier, à minuit. Encore un effort et nous aurons définitivement déclenché la troisième guerre mondiale.

Source


 

 

L’avant-guerre touche à sa fin. Les Etats-Unis restaureront leur free lunch par la terreur de l’assertion nucléaire qu’ils annoncent depuis quinze ans. Le monde attend aussi l’événement de force majeure permettant l’effacement des dettes, une guerre mondiale…

Et l’Union Européenne veut abattre l’alternative civilisationnelle chrétienne pour son matérialisme transhumain. Les pays de l’axe atlantico-uniopéen croient se préparer à défendre un pays menacé alors que les Etats-Unis s’apprêtent à les lancer dans une guerre offensive, perdue d’avance pour justifier des frappes nucléaires. 

Depuis 2014 les gouvernements multiplient les déclarations de guerre à la Russie sans que les populations réagissent. Ils seront soudain mis devant l’urgence de réagir à une prétendue agression avant de pouvoir la vérifier, à minuit. Encore un effort et nous aurons définitivement déclenché la troisième guerre mondiale.

Source


BIENVENUE DANS NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE SUR ETSY:

VINTAGE PAR MICHEL

 

 

 

 

 

 

 

…ET AUSSI SUR E BAY

VINTAGE PAR MICHEL 

 

 

La courte opinion du jour:Des grandes fortunes perdent plusieurs milliards à cause du krach boursier

Depuis fin 2021, la Bourse est frappée par les conséquences de la hausse des taux d’intérêt due à l’inflation. Les grands groupes technologiques comme Apple, Amazon ou Netflix sont affectés en premier lieu. Selon Forbes, le classement des plus grandes fortunes et capitalisations du monde a été modifié par ce krach.

en baisse de 23, 9 milliards d’euros, le fondateur de Tesla Elon Musk néanmoins se trouve toujours à la tête des dix personnes les plus riches du monde.

Bernard Arnault prend la deuxième place du classement

Les actions technologiques sont volatiles et posent des problèmes aux investisseurs pour évaluer l’impact d’une inflation élevée et de la hausse des taux d’intérêt. Suite à des fortes évolutions à la baisse de l’ensemble des entreprises des nouvelles technologies, le fondateur de LVMH Bernard Arnault se trouve maintenant à la deuxième place de la liste des hommes les plus riches du monde. Avec 4,5 milliards de dollars de gains, le français est propulsé devant Jeff Bezos dans le classement. Alors que Mark Zuckerberg et les cofondateurs de Google, Larry Page et Sergey Brin ont perdu au moins trois milliards de dollars. Mark Zuckerberg, comme Tesla, ont perdu jusqu’à 29 milliards de dollars de valeur nette jeudi dernier. En baisse de 23, 9 milliards d’euros, le fondateur de Tesla Elon Musk se trouve néanmoins toujours à la tête des dix personnes les plus riches du monde.

photo d’archives du 11 avril 2018, le président de Facebook, Mark Zuckerberg, témoigne devant une audience de la House Energy et du Commerce à Capitol Hill, à Washington, sur l’utilisation des données de Facebook pour cibler les électeurs américains lors de l’élection de 2016

Meta et Amazon essaient de faire face aux pertes

Jeff Bezos, malgré les pertes, est maintenant le troisième homme le plus riche du monde. Son maintien en bonne position pourrait s’expliquer par le « boom » d’Amazon pendant la pandémie, lorsque les gens dépendaient fortement des achats en ligne. De son côté, Mark Zuckerberg (Meta) se trouve en neuvième position du classement, après Bill Gates, Larry Ellison (Oracle), Larry Page (Google), Warren Buffet de la société d’investissement Berkshire Hathaway, et Sergey Brin (Google). Les actions de Meta ont chuté de 26 %, faisant baisser la fortune de Mark Zuckerberg à 85 milliards de dollars. Selon les spécialistes, les actions Meta pourraient très bien se redresser très prochainement. Certains commentateurs de la Bourse se sont moqués des pertes de Zuckerberg sur Twitter.

Des entreprises d’autres secteurs ont aussi beaucoup perdu cette semaine

Les cours de l’action Netflix, Peloton et Beachbody (société concurrente de Peloton) se sont également effondrés la semaine passée, selon Forbes. D’autres entreprises de la biotechnologie comme Moderna, ont été touchées par le manque d’efficacité des vaccins face à Omicron. Stéphane Bancel, PDG de Moderna, notamment, a vu ses actions biotech baisser pendant six jours consécutifs. Sa fortune a chuté de 22 %, à 5,2 milliards de dollars en moins d’une semaine.

 

 

 

 

 

 

 

 


VISITEZ LA BOUTIQUE EN LIGNE DE VOTRE SITE WEB FAVORI

Sur ce lien:VintageparMichel

 

 

 

 

Une enquête montre que Brigitte Macron serait Jean-Michel Trogneux

La source de ces informations sur la vie passée de Brigitte Macron se trouvait dans des articles publiés en septembre dans la revue Faits et Documents citant de nombreuses preuves d’une dissimulation de type «affaire d’état » d’une figure trans à l’Élysée.
La « première dame » de France l’a rejeté comme une théorie du complot.
Sur les réseaux sociaux français, le hashtag #JeanMichelTrogneux est à la mode depuis plusieurs semaines maintenant. Le 7 novembre, le compte Twitter « Le journal de la macronie », lançait la recherche pour retrouver 
le « frère perdu » de Brigitte, disparu sans laisser de trace.

 

Brigitte Macron et Jean-Michel Trogneux :même visage,même aspect!

 

 

 

 

 

 

 

Le hashtag a généré près de 80.000 mentions. Une chaîne de télévision russe a demandé une enquête sur les rumeurs.

La journaliste Natacha Rey

La journaliste Natacha Rey, qui en est l’auteur, a déclaré avoir des preuves solides que la « première dame » était née Jean Michel Trogneux, un homme transgenre. Rey a fait des recherches sur le passé trouble de Brigitte et la curieuse disparition de son prétendu « frère ». Vidéo

Jean Michel Trogneux a été aperçu pour la dernière fois en compagnie du très controversé Joseph Doucé (depuis retrouvé assassiné [1]) à la fin des années quatre-vingt du siècle précédent, à peu près au moment où Brigitte est apparue, a déclaré Rey. Le pasteur a été le premier défenseur des mariages homosexuels et de la chirurgie trans et chef d’un réseau de pédophiles. Beaucoup soupçonnent Doucé d’avoir joué un rôle similaire à celui de Jeffrey Epstein [2]: faire chanter ceux au pouvoir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le magazine Closer a tenté un démenti, en parlant «  de théories du complot 3 ». Mais l’entrée de Wikipédia pour Faits & Documents décrit ce dernier comme un journal sérieux.

Le « fact-checking » de Closer a cependant menti de manière flagrante en disant qu’Emmanuel Macron avait 17 ans lorsqu’il a rencontré Brigitte. Le président actuel avait 14 ans, ce qui pourrait constituer un crime avec au moins deux circonstances aggravantes. Macron est né en 1977 et Brigitte en 1953 selon les registres officiels.

En 2018, pour la première fois dans l’histoire de l’Élysée, Emmanuel Macron a ouvert le palais présidentiel aux travestis pour la Fête de la Musique. Le couple présidentiel a posé avec les « artistes » loufoques, ce qui a suscité de vives critiques.

 

Un psychiatre italien, le professeur Adriano Segatori, a déclaré qu’il croyait que Macron avait été violé par des pédérastes dans son enfance.

     Des rumeurs similaires ont circulé à propos de Michelle Obama, l’épouse de l’ancien président américain Barack Obama.[3].

l’homme à la cigarette est #JeanMichelTrogneux ..

 

 

 

 

 

 

 

Signification et étymologie du patronyme TROGNEUX

Trogne ː nom féminin, du gaulois *trugna, museau

Familier ː

  • 1. Visage rougeaud et épanoui de quelqu’un qui a fait bonne chère, qui a bu.
  • 2. Tête, physionomie considérée d’un point de vue affectif : Une bonne trogne.

L’orthographe des noms de famille a parfois évolué au cours des siècles. Connaître ses variations vous aidera à construire votre arbre généalogique. TROGNIEUX , TRONGNEUX ,TRONNIEUX , TRONQUEUX

Selon ethymo-logique.com .

Rappelons ici que la formation des mots qui ont d’abord servi de surnoms puis de ‘noms d’état-civil’ remonte à plusieurs siècles (majoritairement, au moins une dizaine) et n’avait pas toujours les connotations ou le sens qu’on est tenté de leur donner de nos jours. Cela étant, reconnaissons que Trogneux sonne un peu difficilement à nos oreilles modernes, et malheureusement…à raison! Car la racine vient de la ‘trogne’, un élément assez équivoque d’ancien-français, qui fait probablement se mélanger une ‘trugna’ d’influence gauloise et un ‘tronçon’ plus tardif.

A l’origine, cette ‘trugna’ désigne assez précisément un nez, et probablement un nez écrasé ou cassé, évoquant immanquablement un propriétaire qui se serait battu ou dont le visage témoignerait d’excès divers, bref rien qui laisse supposer la délicatesse et par conséquent une certaine noblesse, au moins du profil…Quant au suffixe -eux ou -on, il a donné des dérivés en Trogneux et Trognon, ce dernier pouvant qualifier quelque chose ou quelqu’un de court (petit comme un ‘tronçon’ justement), ce qui n’arrange pas franchement les choses. L’ancêtre de Brigitte était peut-être rugbyman ou boxeur avant l’heure, en tous cas le trogneux a longtemps gratifié quelqu’un qui faisait la…trogne (=tronche!), autant dire un renfrogné (ou un ‘rentrogné’ si vous voulez).

NOTES

[1] Le 19 juillet 1990, le pasteur Doucé, ouvertement gay, est enlevé et assassiné.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 19 juillet 1990, vers 20 heures 30, deux hommes sonnent au domicile de Joseph Doucé, le pasteur Doucé. Il a été exclu de l’église baptiste française, depuis quelques années, et a été rayé de l’annuaire de la Fédération protestante. Il vit en couple avec son ami Guy Bondar. Ce soir-là, le séminariste Arnaud, un jeune religieux est également présent. Lorsque Joseph Doucé ouvre la porte, les deux hommes lui demandent de les suivre. Persuadé qu’il s’agit de policiers, il s’exécute.

Le pasteur Doucé était suivi de près par la police pour ses liens avec la communauté gay parisienne et la librairie qu’il a ouverte depuis peu, « Autres Cultures » qui accueille toute une littérature concernant les minorités sexuelles. Il est soupçonné d’être en lien avec un groupe pédophile.

Dans les jours qui suivent, la disparition du pasteur Doucé va défrayer la chronique et des scénarios toujours plus spectaculaires vont se dessiner. La police judiciaire prend sa disparition très au sérieux. Le 18 octobre, le cadavre en décomposition de Joseph Doucé est retrouvé en forêt de Rambouillet.

2-La dangereuse alliance des Rothschild et du Vatican de François 1er (F. William Engdahl)

 

“La réduction de la population et les cultures agricoles génétiquement modifiées font partie de la même large stratégie : une réduction drastique ciblée de la population mondiale, un génocide, et l’élimination systématique de groupes entiers de populations, ceci étant le résultat d’une politique voulue, promue sous le terme de ‘résoudre le problème de la faim dans le monde ». Rappelons-nous des mots de Kissinger :
‘’Contrôlez le pétrole et vous contrôlez la terre, contrôlez la nourriture et vous contrôlez les peuples…”
~ F.William Engdahl, conclusion de “Seeds of Destruction”, 2007 ~“Dans les faits, l’histoire des OGM est celle de l’évolution du pouvoir dans les mains d’une élite, déterminée à tout prix de contrôler totalement le monde.”
(Ibid.)

Le Forum Economique Mondial (FEM) de Davos est devenu le de facto bras armé des décisions prises en secret au sein des réunions Bilderberg et autres. Davos est la vitrine du monde oligarchique maintenant le système étatico-capitaliste mourant en place et son dogme intact. Le Vatican vient boucler la boucle, ce même Vatican dont les intérêts financiers sont gérés depuis plus de 200 ans par la City de Londres et sa Banque d’Angleterre privée. La Grande Réinitialisation sur toile de fond COVID-19 est la grande avancée prévue et planifiée vers la dictature technotronique planétaire dont nous voyons les pièces du puzzle se mettre en place au jour le jour.
L’heure n’est plus à la réflexion stérile, mais à la compréhension profonde de ce qui est devant nos yeux, l’admission de la malfaisance ambiante, l’admission terminale qu’il ne saurait y avoir de solution au sein du système, la reconnaissance de nos pairs et frères et sœurs de lutte, à savoir la planète entière, et l’action coordonnée idoine menant à l’émancipation finale pour la mise en place de la société des sociétés hors État, hors marchandise, hors argent et hors salariat.

Tout est devant nos yeux. Ils ne nous reste plus qu’à agir…

La dangereuse alliance des Rothschild et du Vatican de François 1er

F. William Engdahl

22 décembre 2020

url de l’article:
http://www.williamengdahl.com/englishNEO22Dec2020.php

~ Traduit de l’anglais

Sacré nom de dieu ! Le pape le plus globaliste et interventionniste depuis les croisades du XIIème siècle a formalisé une alliance avec les plus grandes figures  de la finance internationale emmenée par nulle autre que cette noble famille banquière des Rothschild. La nouvelle alliance est un capital joint appelé “Conseil pour un capitalisme inclusif avec le Vatican”. L’association est des plus cyniques étant donné ses acteurs et une des plus dangereuses fraudes promues depuis que le gourou du Forum Mondial Économique de Davos et protégé d’Henry Kissinger (NdT lui-même  protégé de la famille Rockefeller), Klaus Schwab, a commencé à faire la promotion de la grande réinitialisation de l’ordre capitaliste mondial. Que se cache donc derrière ce soi-disant Conseil pour un Capitalisme Inclusif avec le Vatican ?

NdR71 : Ceci ne peut vraiment être qu’une demie surprise, en effet, à la création de la banque d’Angleterre (entité privée) en 1694 sous les auspices du roi d’Angleterre Guillaume III d’Orange (famille royale hollandaise), au cœur de la City de Londres, les biens et avoirs du Vatican y furent gérés et dans le temps, passèrent, tout comme la Banque d’Angleterre, sous contrôle gestionnaire des Rothschild. Ceci ne date donc pas d’hier et ne fait que confirmer et renforcer une association déjà établie au fil des siècles. Qui se rappelle du “banquier de dieu” Roberto Calvi, homme d’affaires / comptable du Vatican retrouvé pendu sous un pont de Londres en 1982 ?… Ces connexions du tristement célèbre Mgr Marcinkus ?…

Dans un typique double langage onusien, ils proclament sur leur site internet : “Le Conseil du Capitalisme Inclusif est un mouvement des leaders du monde des affaires publiques et privées qui travaillent à la construction d’un système économique plus inclusif, plus durable et en lequel on peut avoir plus confiance adressant les besoins de notre peuple et de la planète.” Un système plus durable générant plus de confiance ? Cela ne résonne-t-il pas comme le tristement célèbre Agenda 21 de l’ONU et son fils, l’agenda 2030, la maître-plan mondialiste ? Puis ils affirment “Le capitalisme inclusif est fondamentalement au sujet de créer une valeur sur le long-terme pour tous les participants, les entreprises, les investisseurs, les employés, les clients, les gouvernements et les communautés.

Ils continuent : “Les membres du conseil s’engagent activement avec le FEM Davos pour la création de valeur durable, peuple, planète, principes de gouvernement et prospérité et les buts de développement durable avancés par l’ONU.

En annonçant l’accord avec le Vatican, Lynn Forester de Rothschild a déclaré : “Ce conseil va suivre l’avertissement du pape François d’écouter ‘les pleurs de la terre et les pleurs des pauvres’ et répondre à la demande de la société pour un modèle de croissance plus équitable et plus durable.

Leur référence au Forum Économique Mondial de Klaus Schwab n’est pas un accident. Le groupe est une autre vitrine de ce qui est en train de devenir une course à la jaquette pour essayer de convaincre un monde des plus sceptiques, que les mêmes personnes qui créèrent le modèle post-1945 du FMI et de la mondialisation et des super méga entités entrepreneuriales plus puissantes que les gouvernements des nations, détruisant la culture traditionnelle en faveur d’un agro-business des plus toxiques, démantelant les standards de vie des pays industrialisés pour fuir vers des pays aux coûts de production moindres comme le Mexique ou la Chine, vont maintenant mener les efforts tambours battants pour corriger leurs abus ? Quiconque peut croire une minute à cela est d’une naïveté sans borne…

Rothschild et ses potes

En premier lieu, il est utile de voir qui sont ces “capitalistes inclusifs” joignant leur force avec la pape et le Vatican. La fondatrice porte le nom de Lynn Forester de Rothschild. Elle est l’épouse du retraité méga-milliardaire de 90 ans, chef de la banque NM Rothschild de Londres, Sir Evelyn de Rothschild. Lady Lynn, quoi qu’il en soit, est d’origine modeste, née dans une famille ouvrière américaine du New Jersey dont le père, nous dit-elle, devait faire deux boulots pour la mettre elle et ses deux frères dans des facs de droit et de médecine. Elle semble avoir eu des mentors d’influence, alors qu’elle allait à Wall Street travailler pour Motorola, boîte de télécommunication et a engrangé  des dizaines de millions de dollars avant d’accrocher Sir Evelyn de Rothschild et sa fortune personnelle évaluée à quelques 20 milliards de dollars. Des rapports disent que l’union transatlantique des deux fut arrangée et encouragée par Henry Kissinger.

Lady Lynn est en elle même intéressante au-delà de son célèbre époux Rothschild. D’après la liste des noms des personnes qui volèrent sur le tristement célèbre avion privé de l’agent du Mossad et super maître chanteur, Jeffrey Epstein [le “Lolita Express”] le trafiquant sexuel d’enfants condamné [et suicidé dans une prison américaine de « haute sécurité », s’il n’est pas en train de couler des jours tranquilles en Israël, terre des malfrats choisis], un nom figure sur cette liste : “de Rothschild, Lynn Forester”.

Il est aussi intéressant de noter que la même Lynn Forester en 1991, avant  son mariage Rothschild, avait généreusement laissé une de ses amies britanniques utiliser un de ses appartements de Manhattan, suite au meurtre apparent du père de cette amie, le magnat de la presse britannique et agent du Mossad, Robert Maxwell. L’amie britannique de Lynn, Ghislaine Maxwell, attend aujourd’hui de passer en justice pour complicité de trafic sexuel d’enfants en tant que compagne déclarée de Jeffrey Epstein. Maxwell semble avoir conservé cette adresse de Lynn à Manhattan jusqu’à très récemment pour y enregistrer une bizarre association à but non lucratif appelée Terramar, qu’elle et Epstein ont mis en place en 2012, pour soi-disant aider à sauver nos océans. Lorsque Epstein fut arrêté elle a très rapidement dissout l’association. Un des donateurs de Terramar était une entité appelée la Clinton Foundation, ce qui nous mène à l’amie suivante.

Lady Lynn a aussi une autre amie de très longue date appelée Hillary Clinton, dont le mari, Bill, eut aussi son nom enregistré sur le “Lolita Express” d’Epstein et ce environ une bonne douzaine de fois. Lynn et son nouveau mari, Sir Evelyn de Rothschild, étaient en fait si proches des Clinton, qu’en 2000, les nouveaux mariés Rothschild passèrent une partie de leur lune de miel comme invités à la Maison Blanche de Mr et Mme Clinton. Par la suite, Lady Lynn devint une contributrice majeure en 2008 et encore en 2016 pour pousser Hillary comme présidente des États-Unis. Elle conseilla aussi Hillary sur son programme économique de campagne, un programme de libre-échange adapté d’Adam Smith comme elle le décrivit dans un entretien.

Les “gardiens” de Lady Lynn

L’aventure Rothschild avec le Vatican à ce point, en plus de la co-fondatrice Lynn Forester de Rothschild, inclut des magnats de la finance sélectionnés et leurs Fondations, qui se font pompeusement appeler “les Gardiens”. Un terme qui sonne plus comme celui d’un gang de la banlieue sud de Chicago ou en provenance de quelques super parrains de la mafia. Ils s’appellent les gardiens moraux, ensemble maintenant avec quelques nouveaux amis du Vatican, pour réformer le capitalisme.

Note de Résistance 71 : Pausons une seconde ici, car cette info n’est pas anodine, encore moins dans son phrasé, que nous avons mis en caractère gras à dessein… Nous disons depuis bien longtemps que le N.O.M n’est en fait qu’une énième métamorphose du capitalisme, car sa présente forme, en phase de “domination réelle” comme l’avait bien analysé Karl Marx, arrive au bout du bout du banc ne pouvant plus reproduire son propre modèle d’exploitation ayant tout marchandisé, vampirisé, y compris lui-même ; et, si le système veut perdurer, il doit muter en quelque chose capable de reproduire son modèle. La seule solution est le modèle de dictature technotronique dans un monde où 95% de la population mondiale aura été éliminée (eugénisme) et où le restant demeurera asservi aux tâches quotidiennes servant à faire fonctionner la machine maintenant en place l’oligarchie usuelle vivant de la fontaine de jouvence transhumaniste dans des “zones vertes” dûment aménagées. Pour eux, il ne s’agit de fait, que d’une “réforme du capitalisme” ne servant qu’à les maintenir dans leur position de domination et d’oppression suprême, sans plus avoir à prétendre d’être “philanthropes” ni de maintenir l’illusion démocratique, tout cela peut passer dans un gant de velours (“démocratique”) et exécuté d’une main de fer – ou d’enfer- covidien.

La liste des membres des Gardiens inclut : Rajiv Shah, CEO de la Fondation Rockefeller et ex-associé de l’escroquerie AGRA de la Fondation Bill Gates, introduisant les semences OGM en Afrique. La Fondation Rockefeller a été impliquée dans la promotion de “confinement” pandémique depuis 2010 et est une partie très importante de l’Agenda du Great Reset / Grande Réinitialisaton du FEM / Davos, qui vient juste de publier un rapport de la Fondation Rockefeller : “Reset the Table: Meeting the Moment to Transform the US Food System.

Les Gardiens des Rothschild incluent également : Darren Walker, CEO de la Ford Fondation. Ces deux fondations Ford et Rockefeller ont fait plus que ciseler la politique étrangère impérialiste américaine, elles l’ont fait au-delà des impacts du ministère des affaires étrangères et de la CIA, incluant le financement de la “Révolution Verte” en Inde et au Mexique et la création par les fonds Rockefeller de cultures végétales OGM.

NdT : Engdahl est particulièrement pointu sur ce sujet ayant procédé à une recherche extensive en ce domaine dont les résultats furent publier dans son remarquable ouvrage de 2007 : “Seeds of Destruction, the Hidden Agenda of Genetic Manipulation” aux editions Global Research en anglais. Le livre a été traduit et publié en français. A lire, car toujours on ne peut plus d’actualité avec la constante manipulation génétique qui nous menace, la dernière en date étant celle des thérapies géniques  (pas des vaccins) ARNm des Pfizer / BioNTech, Moderna and co…

Le patron de DuPont, un géant de l’OGM et groupe d’entreprises chimiques est un autre Gardien ainsi que les entreprise de Big Pharma criblées de scandales aux vaccins et aux médicaments Merck et Johnson & Johnson. Merck a menti au sujet de son médicament contre l’arthrite Vioxx jusqu’à ce que quelques 55.000 patients ne meurent de crises cardiaques. Johnson & Johnson a été impliquée dans de nombreuses fraudes des dernières années incluant celle autour des effets négatifs du médicament anti-dépresseur Risperdal, la présence illégale de la substance cancérigène d’amiante dans ses talcs pour bébé et potentiellement des milliers d’actions en justice pour son rôle comme fournisseur principal d’un opiacé anti-douleur sur prescription : l’OxyContin pour Purdue Pharma.

D’autres Gardiens incluent les CEOs de VISA, Mastercard, de la Bank of America, des assurances Allianz, de BP. En 2016, VISA avec l’USAID (NdT : vitrine de la CIA) se trouvaient derrière la catastrophique expérience de Modi introduisant une économie sans argent liquide en Inde. Notons aussi comme Gardien Mark Caney, ancien patron / gouverneur de la Banque d’Angleterre (NdT : le Saint des Saints de la City de Londres, fief des Rothschild), également avocat des monnaies centrales numériques pour remplacer le dollar. Carney (un Canadien) est maintenant envoyé spécial de l’ONU pour l’Action Climatique et la Finance.

Carney est aussi un membre du comité de FEM de Davos, promoteur public de grand Reset du capitalisme imposant un agenda 2030 dystopique pour une économie “durable”. En fait, plusieurs de Gardiens de Rothschild siègent au comité directeur de Davos, incluant le miiiardaire Marc Benioff, fondateur de l’innoation du cloud et sa Salesforce et le patron de l’OCDE Angel Gurria. Un ancien CEO de la banque du Crédit Suisse, Tidjane Thiam est au Conseil des Affaires Internationales du Forum de Davos.

D’autres Gardiens de la transformation du capitalisme inclusif incluent la patron du la Bank of America, banque poursuivit en justice par le gouvernement américain pour fraude en relation avec la crise des subprimes et hypothèques de 2008 ainsi que pour le blanchiment d’argent des cartels de la drogue mexicain et du crime organisé russe. La liste sélective des Gardiens inclut également Marcie Frost, la controversée patronne de CalPERS le fond de pension californien pourri de fraude et de malversation et gérant plus de 360 millions de dollars.

Le patron de la State Street Corporation, une des plus grosses entreprises de gestions de biens au monde gérant quelques 3 100 milliards de dollars, est un autre des Gardiens. En janvier 2020, State Street Corporation a annoncé qu’elle voterait contre les directeurs d’entreprises des indices boursier principaux qui ne rempliraient pas les objectifs de changements environnementaux, sociaux et de gestion. C’est ce qui s’appelle l’investissement vert, partie de ce soi-disant Investissement Socialement Responsable. La stratégie du FEM de Davos et de ses membres comme Larry Fink de Blackrock, récompensent des entreprises qu’ils pensent “socialement responsables”. Ceci est la clef de ce capitalisme inclusif et de son agenda, pas seulement le capitalisme inclusif de Rothschild et de ses Gardiens mais aussi de Davos.

Leur site internet clame haut et fort que les Gardiens gèrent entre eux plus de 10.500 milliards de dollars et contrôlent des entreprises qui emploient plus de 200 millions de travailleurs dans le monde. Maintenant, un coup d’œil rapide à leur nouvel associé du Vatican.

 

 

 

« Livre » + Croix + Épée = colonialisme planétaire
Antidote : 
« L’antéchrist » F. Nietzsche

La moralité du Vatican ?

De manière ironique, ou pas, le pape François, l’associé choisi pour donner au groupe de méga-capitalistes de Rothschild une “crédibilité” morale, est lui-même impliqué dans ce qui pourrait émerger comme les plus grands scandales financier, de fraude et d’abus de biens de l’église dans l’histoire moderne de l’église catholique et du Vatican. Ceci malgré le fait que le nouveau pape François 1er en 2013 avait dit qu’une des ses taches principales serait de nettoyer les finances du Vatican ternies pas tant de scandales. Ceci n’a pas vu le jour six ans plus tard ou si peu. Certains observateurs du Vatican disent même que la situation a, de fait, empiré.

Le scandale actuel tourne autour du cardinal disgracié Angelo Becciu qui, jusqu’en 2018, était le de facto chef du personnel et bras droit du pape ainsi que son confident régulier. Becciu était Substitut aux Affaires Générales au secrétariat d’état du Vatican, une position clef à la curie romaine, ce jusqu’en juin 2018 lorsque le pape le nomma cardinal, ironiquement, responsable de la Congrégation de la Cause des Saints. Becciu, évidemment pas un saint, a pu investir des centaines de millions , et même des milliards au fil des ans, des fonds de l’église, incluant les dons pour les pauvres, dans des projets qu’il avait choisi avec un ancien banquier du Crédit Suisse. Des projets, incluant des parts à concurrence de 150 millions d’euros dans un complexe immobilier de luxe de Londres et 1,1 million de dollars dans un film “Rocketman”, au sujet de la vie d’Elton John. Ceci vient à la lumière du jour alors que les scandales sexuels d’abus d’enfants ont forcé le pape François à défroquer le cardinal Theodore McCarrick de Washington, le premier cardinal à tomber dans des accusations sévères d’abus et viols d’enfants, dressées contre l’église.

La presse italienne rapporte que le pape savait au sujet des investissements douteux de Becciu et les avait même approuvés avant que le profondeur du scandale ne soit connue. En novembre 2020, la police italienne a perquisitionné la résidence de l’ancien comptable au Vatican de Becciu et y a trouvé 600.000 euros en liquide et la preuve que l’employé du Vatican avait reçu 15 millions d’euros sur fausses factures étalés sur plusieurs années.

Avec une telle toile de fond, le nouveau conseil pour un Capitalisme Inclusif avec le Vatican de Lynn de Rothschild demande une observation minutieuse alors qu’ils planifient de grandes choses avec Klaus Schwab du FEM de Davos afin de “réformer” l’économie mondiale. Nous pouvons d’ores et déjà être certains que tout cela ne sera ni joli ni moral.

= = =

“La puissance financière conspire.” (Abraham Lincoln)

“Avec les jésuites, il ne peut y avoir de paix dans les États.” (pape Clément XIX)

“Les jésuites ont répandu dans l’église les ténèbres les plus épaisses qui soient jamais sorties du puit de l’abîme.”
(Blaise Pascal)

Il n’y a pas de solution au sein du système, n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir ! (Résistance 71)

Comprendre et transformer sa réalité, le texte:

Paulo Freire, « La pédagogie des opprimés »

+

4 textes modernes complémentaires pour mieux comprendre et agir:

Guerre_de_Classe_Contre-les-guerres-de-l’avoir-la-guerre-de-l’être

Francis_Cousin_Bref_Maniffeste_pour _un_Futur_Proche

Manifeste pour la Société des Sociétés

Pierre_Clastres_Anthropologie_Politique_et_Resolution_Aporie

3-Enfin une preuve conclusive Michelle Obama est vraiment Big Mike


FAITES UN PETIT DÉTOUR SUR NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE:

Sur ce lien: VintageparMichel

 

 

 

 

 

Courte opinion du jour:Message D’Espoir d’Alejandro Jodorowsky :

Message d’espoir d’Alejandro Jodorowsky :

 

 

« Leur plus grosse erreur : ils savaient que le collectif humain atteignait une vibration très élevée, mais ils n’étaient pas conscients de la quantité d’âmes éveillées.
Ils ont réalisé une erreur de jugement.
Et ils ont eu peur.
Maintenant, ils ne se cachent plus.
Ils sont maintenant pressés de lancer officiellement un « nouvel ordre mondial ».
Maintenant, leurs attaques sont directes et frontales.
Et les attaques vont augmenter.
Ils vont essayer par tous les moyens d’empêcher les gens de se réveiller.
Ils essaieront par tous les moyens que les personnes « éveillées » ne puissent pas communiquer afin de ne pas réveiller les autres.
Ils tenteront par tous les moyens de faire en sorte que les éveillés soient considérés comme des fous ou des criminels.
Quoi qu’ils fassent, ça n’a pas d’importance.
Le saut quantique a déjà eu lieu.
Il est inarrêtable.
L’humanité considère déjà les plantes et les animaux comme des âmes qui les animent.
L’humanité respecte déjà la Terre Mère.
L’humanité comprend déjà qu’il n’y a pas de séparation.
Les âmes qui s’incarnent maintenant arrivent déjà en tant qu’enseignants.
Il ne s’agit plus d’expérimenter.
Ils ne s’incarnent que pour enseigner comment aimer.
Nous pourrons ou non assister à ce changement total.
La transition peut prendre une semaine ou 300 ans.
Mais elle est inarrêtable.
Quoi qu’il arrive pendant la transition, n’oubliez pas une chose : c’est vous qui vous êtes proposé.
Pour être ici et maintenant.
Quoi qu’il arrive.
Tout ce que vous voyez.
Vous êtes les moteurs du changement.
Une seule chose est requise de vous.
Une seule.
Ne soyez pas de la nourriture.
C’est la seule chose que vous devez faire.
Une chose simple.
Ne soyez pas de la nourriture.
L’être humain est l’un des générateurs les plus puissants qui soient.
Nous sommes des vortex.
En fonction de la polarité vers laquelle vous vous alignez, vous créez des fréquences hautes ou basses. De
Ces entités sombres se nourrissent de basses fréquences, nous les nourrissons depuis des millénaires.
L’éveil de l’humanité a fait basculer le vortex collectif vers les hautes fréquences.
C’est pourquoi ils attaquent avec une telle férocité.
Ils sont affamés.
Connectez-vous avec votre âme.
Et observez-vous.
Si votre âme résonne avec ces mots, ne donnez pas une seconde de plus de votre existence pour être de la nourriture.
Éliminez les passions de base de votre vie.
Haine, ressentiment, envie, peur, vices, malbouffe, mensonges, ambition, égoïsme, tristesse, méfiance.
Tout cela génère une énergie dense.
De la nourriture pour les sombres.
Soyez conscient de vos émotions.
Écoutez-vous.
A vous.
Et si, à une occasion quelconque, vous vous sentez dans l’une de ces basses vibrations, changez ipso facto votre énergie.
Mettez de la musique qui vous soulève.
Chantez pour elle.
Dansez.
Respirez.
Allumez de l’encens.
Embrassez vos chats.
Embrassez votre ami.
Embrassez votre chien.
Embrassez votre mère.
Embrassez votre famille animale.
Faites une promenade dans la Nature.
Méditez.
Faites de l’exercice.
Faites ce que vous devez faire, mais changez cette énergie immédiatement.
Parce que vous servez de nourriture.
Soyez toujours conscient.
Et la seule chose qui vous est demandée est de ne pas nourrir les hordes sombres.
Nourrissez votre âme de tout ce qui vous aide à vous élever.
Si vous vous habituez à vivre dans la fréquence de l’amour, votre réalité se transformera à votre volonté sans effort.
Vous êtes un être puissant.
Vous êtes inarrêtable.
Ne craignez rien.
Libérez votre esprit de la Matrice.
Concentrez votre attention sur ce que vous désirez.
Mais surtout, amusez-vous, soyez heureux, souriez, chantez, dansez.
L’amour.
Nous sommes vivants en aimant le tout.
Et vous en faites partie.
Avec les étoiles et le Soleil.
Et toutes les galaxies de l’Univers.
Vous êtes l’Amour. »



 

Source: https://t.me/alliancehumainegalactique20

Diseurs de Vérité:Selon le FBI,la part des Noirs parmi les auteurs de meurtres connus atteint un record de 56,5% aux États-Unis

Le FBI a finalement publié ses données 2020 Uniform Crime Reporting de la plupart (mais, comme d’habitude, pas de tous) des organismes chargés de l’application de la loi aux États-Unis. Je me concentre sur les meurtres, le crime le plus précisément signalé.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les meurtres et les homicides involontaires non par négligence ont augmenté de 29,4%, un record, conformément à mon estimation du 6 janvier 2021 : « Par conséquent, le chiffre national se situe peut-être dans la fourchette de croissance de 25 à 30%, le double de la pire année enregistrée auparavant, 1968.

Dans les données élargies du FBI sur les homicides, la part noire des auteurs de meurtres connus a atteint un nouveau record de 56,52 %.

Mais, la grande nouvelle est que, tandis que le nombre de meurtriers connus (qui peuvent donc être classés selon la race) a augmenté de 17,3 pour cent, le nombre de auteurs de meurtres inconnus a augmenté de 36,0 %. Traditionnellement, les meurtres dans les quartiers noirs ont tendance à avoir le taux d’élimination le plus bas, avec des vifs d’or qui se font des points de suture.

Ainsi, la part des Noirs parmi les auteurs de meurtres a probablement encore augmenté.

Comme d’habitude, les statistiques du FBI regroupent négligemment les Hispaniques et les Blancs non hispaniques dans une supercatégorie blanche qui n’est pas en phase avec la façon dont la plupart des agences gouvernementales envisagent la race et l’ethnicité au cours de la dernière génération. Par conséquent, je regarde juste le noir par rapport au non-noir (blanc, hispanique, asiatique, indien d’Amérique, etc.).

Avec le nouveau recensement 2020, un delta assez important s’est ouvert entre le pourcentage de personnes qui se disent racialement noires et rien d’autre (12,4%, y compris les Hispaniques noirs) par rapport aux personnes qui se disent toutes noires ou aussi noires et autre chose. (14,2%).

Quelle définition du noir les flics utilisent-ils lorsqu’ils accusent quelqu’un de meurtre ? Je ne sais pas… probablement certains utilisent un moyen, d’autres un autre.

Si vous utilisez le dernier chiffre plus large pour la population au moins partiellement racialement noire de 14,2%, alors le rapport des délinquants noirs (et noirâtres) pour meurtre connus aux délinquants pour meurtre non noirs connus en 2020 était de 8,4 pour 1. (Si vous utilisez le plus chiffre restrictif de noir uniquement de 12,4%, vous obtenez un rapport noir à non-noir de 9,8 à 1.)

Incroyablement, même le rapport le plus faible (au moins partiellement noir) de 8,4 pour un est un peu plus élevé que le rapport par habitant entre hommes et femmes auteurs de meurtres connus de 7,5 pour 1.

(Je suppose que les femmes s’en tirent moins souvent que les hommes sans être détectées, car elles volent rarement des étrangers et une grande partie de leurs meurtres sont des domestiques. Ainsi, le ratio hommes/femmes est probablement plus élevé parmi les délinquants inconnus que parmi les délinquants connus. )

Je me demande si les Noirs ont en moyenne plus de délinquants par meurtre que les non-Noirs ? Par exemple, les trois gars dans la voiture sont-ils accusés du meurtre en voiture ? Les tueurs blancs ont tendance à être des décideurs solitaires – dans la plupart des niveaux de la société blanche, « Hé, allons assassiner un gars » n’est pas une suggestion populaire. Mais, si cela est vrai, comment cela aurait un impact sur ces ratios est une question difficile.

Par exemple, bien que la Louisiane ait enregistré le taux de meurtres le plus élevé au cours des 30 dernières années, certains analystes soupçonnent que si davantage de PD du Mississippi prenaient la peine d’envoyer leur nombre, le Mississippi serait n ° 1 avec une balle.

Les victimes de meurtre ont moins augmenté dans les 85 % des services de police qui ont soumis des données étendues sur les homicides au FBI (+22,2 %) que dans l’ensemble du pays (+29,4 %). Parmi ces départements, les victimes noires ont augmenté de 2 164 cadavres par rapport à une augmentation de 1 015 victimes de meurtre pour tous les non-noirs.

Ainsi, les Noirs représentaient 68,1% des victimes de meurtres supplémentaires en 2020, l’année du Reckoning racial.

Heckuva un travail, Black Lives Matter !

Fait intéressant, le nombre de victimes de meurtres asiatiques a très légèrement diminué en 2020 par rapport à 2019, malgré tous les discours sur Trump mentionnant la « grippe chinoise » provoquant une vague de violence anti-asiatique.

Source : La revue Unz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


SOUTENEZ MICHELDUCHAINE.COM EN VISITANT SA BOUTIQUE EN LIGNE

Sur ce lien:Vintage par Michel

 

 

 

 

 

Émission du 21 février 2021 qui avait été brouillée par une cyberattaque

Il y a plusieurs mois,j’essayais de revenir sur les ondes.Lors de l’enregistrement de cette émission,on tenta de  prendre le contrôle de mon ordinateur et les dommages à mon système opérationnel furent très grands.

Voici donc,après plusieurs mois,cette fameuse vidéo…je vous reviendrai dès demain…parce que beaucoup de choses ont changé!

 

 

Depuis ce temps,je suis devenu membre du Parti Conservateur du Québec et je fabrique un dossier pouvant aider à lutter contre François Legault dans son propre comté.

Ici je tiens dames mains un générateur Vril,comme en possédait un Maria Orsic.C'est une source de concentration dans mon travail,un objet qui aide à toute forme de méditation.
Ici je tiens dames mains un générateur Vril,comme en possédait un Maria Orsic.C’est une source de concentration dans mon travail,un objet qui aide à toute forme de méditation.

AIDEZ NOTRE SITE WEB EN VISITANT SA BOUTIQUE EN LIGNE « Vintage par Michel »…AFIN  DE SURVIVRE DANS CETTE JUNGLE D’INTOLÉRANCE ET DE CENSURE:

SUR CE LIEN:Vintage par Michel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nouvelle brève: De retour demain après une puissante cyberattaque

Je serai dfe retour demain afin de vous donner  de nouveaux articles et peut-être une nouvelle émission.

Victime  d’une grave tentative de haccking et de  prise de contrôle de mon ordi,j’ai pris le temps de tout sécuriser et réparer.

Bien à vous,Michel Duchaine

Voici comment fut inventé le peuple juif

Les Juifs forment-ils un peuple ? A cette question ancienne, un historien israélien,  Shlomo Sand , apporte une réponse nouvelle. Contrairement à l’idée reçue, la diaspora ne naquit pas de l’expulsion des Hébreux de Palestine, mais de conversions successives en Afrique du Nord, en Europe du Sud et au Proche-Orient. Voilà qui ébranle un des fondements de la pensée sioniste, celui qui voudrait que les Juifs soient les descendants du royaume de David et non — à Dieu ne plaise ! — les héritiers de guerriers berbères ou de cavaliers khazars [a].

Le récit officiel

Tout Israélien sait, sans l’ombre d’un doute, que le peuple juif existe depuis qu’il a reçu la Torah (1) dans le Sinaï, et qu’il en est le descendant direct et exclusif. Chacun se persuade que ce peuple, sorti d’Égypte, s’est fixé sur la « terre promise », où fut édifié le glorieux royaume de David [b] et de Salomon, partagé ensuite en royaumes de Juda et d’Israël. De même, nul n’ignore qu’il a connu l’exil à deux reprises : après la destruction du premier temple, au VIe siècle avant J.-C., puis à la suite de celle du second temple, en l’an 70 après J.C.

S’ensuivit pour lui une errance de près de deux mille ans : ses tribulations le menèrent au Yémen, au Maroc, en Espagne, en Allemagne, en Pologne et jusqu’au fin fond de la Russie, mais il parvint toujours à préserver les liens du sang entre ses communautés éloignées. Ainsi, son unicité ne fut pas altérée. A la fin du XIXe siècle, les conditions mûrirent pour son retour dans l’antique patrie. Sans le génocide nazi, des millions de Juifs auraient naturellement repeuplé Eretz Israël (« la terre d’Israël ») puisqu’ils en rêvaient depuis vingt siècles.

Vierge, la Palestine attendait que son peuple originel vienne la faire refleurir. Car elle lui appartenait, et non à cette minorité arabe [c], dépourvue d’histoire, arrivée là par hasard. Justes étaient donc les guerres menées par le peuple errant pour reprendre possession de sa terre ; et criminelle l’opposition violente de la population locale.

D’où vient ce fantasme ?

D’où vient cette interprétation de l’histoire juive ? Elle est l’œuvre, depuis la seconde moitié du XIXe siècle, de talentueux reconstructeurs du passé, dont l’imagination fertile a inventé, sur la base de morceaux de mémoire religieuse, juive et chrétienne, un enchaînement généalogique continu pour le peuple juif. L’abondante historiographie du judaïsme comporte, certes, une pluralité d’approches. Mais les polémiques en son sein n’ont jamais remis en cause les conceptions essentialistes élaborées principalement à la fin du XIXe siècle et au début du XXe.

Lorsque apparaissaient des découvertes susceptibles de contredire l’image du passé linéaire, elles ne bénéficiaient quasiment d’aucun écho. L’impératif national, telle une mâchoire solidement refermée, bloquait toute espèce de contradiction et de déviation par rapport au récit dominant. Les instances spécifiques de production de la connaissance sur le passé juif — les départements exclusivement consacrés à l’« histoire du peuple juif », séparés des départements d’histoire (appelée en Israël « histoire générale ») — ont largement contribué à cette curieuse hémiplégie. Même le débat, de caractère juridique, sur « qui est juif ? » n’a pas préoccupé ces historiens : pour eux, est juif tout descendant du peuple contraint à l’exil il y a deux mille ans.

Ces chercheurs « autorisés » du passé ne participèrent pas non plus à la controverse des « nouveaux historiens », engagée à la fin des années 1980. La plupart des acteurs de ce débat public, en nombre limité, venaient d’autres disciplines ou bien d’horizons extra-universitaires : sociologues, orientalistes, linguistes, géographes, spécialistes en science politique, chercheurs en littérature, archéologues formulèrent des réflexions nouvelles sur le passé juif et sioniste. On comptait également dans leurs rangs des diplômés venus de l’étranger. Des « départements d’histoire juive » ne parvinrent, en revanche, que des échos craintifs et conservateurs, enrobés d’une rhétorique apologétique à base d’idées reçues.

Juifs iraniens vers 1923

Le judaïsme, religion prosélyte

Bref, en soixante ans, l’histoire nationale a très peu mûri, et elle n’évoluera vraisemblablement pas à brève échéance. Pourtant, les faits mis au jour par les recherches posent à tout historien honnête des questions surprenantes au premier abord, mais néanmoins fondamentales.

La Bible peut-elle être considérée comme un livre d’histoire ? Les premiers historiens juifs modernes, comme Isaak Markus Jost ou Leopold Zunz, dans la première moitié du XIXe siècle, ne la percevaient pas ainsi : à leurs yeux, l’Ancien Testament se présentait comme un livre de théologie constitutif des communautés religieuses juives après la destruction du premier temple. Il a fallu attendre la seconde moitié du même siècle pour trouver des historiens, en premier lieu Heinrich Graetz, porteurs d’une vision « nationale » de la Bible : ils ont transformé le départ d’Abraham pour Canaan, la sortie d’Égypte ou encore le royaume unifié de David et Salomon en récits d’un passé authentiquement national. Les historiens sionistes n’ont cessé, depuis, de réitérer ces « vérités bibliques », devenues nourriture quotidienne de l’éducation nationale.

Mais voilà qu’au cours des années 1980 la terre tremble, ébranlant ces mythes fondateurs. Les découvertes de la « nouvelle archéologie » contredisent la possibilité d’un grand exode au XIIIe siècle avant notre ère. De même, Moïse n’a pas pu faire sortir les Hébreux d’Égypte et les conduire vers la « terre promise » pour la bonne raison qu’à l’époque celle-ci… était aux mains des Égyptiens. On ne trouve d’ailleurs aucune trace d’une révolte d’esclaves dans l’empire des pharaons, ni d’une conquête rapide du pays de Canaan par un élément étranger.

Il n’existe pas non plus de signe ou de souvenir du somptueux royaume de David et de Salomon. Les découvertes de la décennie écoulée montrent l’existence, à l’époque, de deux petits royaumes : Israël, le plus puissant, et Juda, la future Judée. Les habitants de cette dernière ne subirent pas non plus d’exil au VIe siècle avant notre ère : seules ses élites politiques et intellectuelles durent s’installer à Babylone. De cette rencontre décisive avec les cultes perses naîtra le monothéisme juif.

L’exil de l’an 70 de notre ère a-t-il, lui, effectivement eu lieu ? Paradoxalement, cet « événement fondateur » dans l’histoire des Juifs, d’où la diaspora tire son origine, n’a pas donné lieu au moindre ouvrage de recherche. Et pour une raison bien prosaïque : les Romains n’ont jamais exilé de peuple sur tout le flanc oriental de la Méditerranée. A l’exception des prisonniers réduits en esclavage, les habitants de Judée continuèrent de vivre sur leurs terres, même après la destruction du second temple.

Une partie d’entre eux se convertit au christianisme au IVe siècle, tandis que la grande majorité se rallia à l’islam lors de la conquête arabe au VIIe siècle. La plupart des penseurs sionistes n’en ignoraient rien : ainsi, Yitzhak Ben Zvi, futur président de l’Etat d’Israël, tout comme David Ben Gourion, fondateur de l’Etat, l’ont-ils écrit jusqu’en 1929, année de la grande révolte palestinienne. Tous deux mentionnent à plusieurs reprises le fait que les paysans de Palestine sont les descendants des habitants de l’antique Judée (2).

A défaut d’un exil depuis la Palestine romanisée, d’où viennent les nombreux Juifs qui peuplent le pourtour de la Méditerranée dès l’Antiquité ? Derrière le rideau de l’historiographie nationale se cache une étonnante réalité historique. De la révolte des Maccabées, au IIe siècle avant notre ère, à la révolte de Bar-Kokhba, au IIe siècle après J.-C, le judaïsme fut la première religion prosélyte. Les Asmonéens avaient déjà converti de force les Iduméens du sud de la Judée et les Ituréens de Galilée, annexés au « peuple d’Israël ». Partant de ce royaume judéo-hellénique, le judaïsme essaima dans tout le Proche-Orient et sur le pourtour méditerranéen. Au premier siècle de notre ère apparut, dans l’actuel Kurdistan, le royaume juif d’Adiabène, qui ne sera pas le dernier royaume à se « judaïser » : d’autres en feront autant par la suite.

Les écrits de Flavius Josèphe ne constituent pas le seul témoignage de l’ardeur prosélyte des Juifs. D’Horace à Sénèque, de Juvénal à Tacite, bien des écrivains latins en expriment la crainte. La Mishna et le Talmud (3) autorisent cette pratique de la conversion — même si, face à la pression montante du christianisme, les sages de la tradition talmudique exprimeront des réserves à son sujet.

La victoire de la religion de Jésus, au début du IVe siècle, ne met pas fin à l’expansion du judaïsme, mais elle repousse le prosélytisme juif aux marges du monde culturel chrétien. Au Ve siècle apparaît ainsi, à l’emplacement de l’actuel Yémen, un royaume juif vigoureux du nom de Himyar, dont les descendants conserveront leur foi après la victoire de l’islam et jusqu’aux temps modernes. De même, les chroniqueurs arabes nous apprennent l’existence, au VIIe siècle, de tribus berbères judaïsées : face à la poussée arabe, qui atteint l’Afrique du Nord à la fin de ce même siècle, apparaît la figure légendaire de la reine juive Dihya el-Kahina [d], qui tenta de l’enrayer. Des Berbères judaïsés vont prendre part à la conquête de la péninsule Ibérique, et y poser les fondements de la symbiose particulière entre juifs et musulmans, caractéristique de la culture hispano-arabe.

La conversion de masse la plus significative survient entre la mer Noire et la mer Caspienne : elle concerne l’immense royaume khazar, au VIIIe siècle [a]. L’expansion du judaïsme, du Caucase à l’Ukraine actuelle, engendre de multiples communautés, que les invasions mongoles du XIIIe siècle refoulent en nombre vers l’est de l’Europe. Là, avec les Juifs venus des régions slaves du Sud et des actuels territoires allemands, elles poseront les bases de la grande culture yiddish (4).

les khazares…d’après une peinture.

Ces récits des origines plurielles des Juifs figurent, de façon plus ou moins hésitante, dans l’historiographie sioniste jusque vers les années 1960 ; ils sont ensuite progressivement marginalisés avant de disparaître de la mémoire publique en Israël. Les conquérants de la cité de David, en 1967, se devaient d’être les descendants directs de son royaume mythique et non — à Dieu ne plaise ! — les héritiers de guerriers berbères ou de cavaliers khazars. Les Juifs font alors figure d’« ethnos » spécifique qui, après deux mille ans d’exil et d’errance, a fini par revenir à Jérusalem, sa capitale.

Les tenants de ce récit linéaire et indivisible ne mobilisent pas uniquement l’enseignement de l’histoire : ils convoquent également la biologie. Depuis les années 1970, en Israël, une succession de recherches « scientifiques » s’efforce de démontrer, par tous les moyens, la proximité génétique des Juifs du monde entier. La « recherche sur les origines des populations » représente désormais un champ légitimé et populaire de la biologie moléculaire, tandis que le chromosome Y mâle s’est offert une place d’honneur aux côtés d’une Clio juive (5) dans une quête effrénée de l’unicité d’origine du « peuple élu ».

Cette conception historique constitue la base de la politique identitaire de l’Etat d’Israël, et c’est bien là que le bât blesse ! Elle donne en effet lieu à une définition essentialiste et ethnocentriste du judaïsme, alimentant une ségrégation qui maintient à l’écart les Juifs des non-Juifs — Arabes comme immigrants russes ou travailleurs immigrés.

Israël, soixante ans après sa fondation, refuse de se concevoir comme une république existant pour ses citoyens. Près d’un quart d’entre eux ne sont pas considérés comme des Juifs et, selon l’esprit de ses lois, cet Etat n’est pas le leur. En revanche, Israël se présente toujours comme l’Etat des Juifs du monde entier, même s’il ne s’agit plus de réfugiés persécutés, mais de citoyens de plein droit vivant en pleine égalité dans les pays où ils résident. Autrement dit, une ethnocratie sans frontières justifie la sévère discrimination qu’elle pratique à l’encontre d’une partie de ses citoyens en invoquant le mythe de la nation éternelle, reconstituée pour se rassembler sur la « terre de ses ancêtres ».

Écrire une histoire juive nouvelle, par-delà le prisme sioniste, n’est donc pas chose aisée. La lumière qui s’y brise se transforme en couleurs ethnocentristes appuyées. Or les Juifs ont toujours formé des communautés religieuses constituées, le plus souvent par conversion, dans diverses régions du monde : elles ne représentent donc pas un « ethnos » porteur d’une même origine unique et qui se serait déplacé au fil d’une errance de vingt siècles.

Le développement de toute historiographie comme, plus généralement, le processus de la modernité passent un temps, on le sait, par l’invention de la nation. Celle-ci occupa des millions d’êtres humains au XIXe siècle et durant une partie du XXe. La fin de ce dernier a vu ces rêves commencer à se briser. Des chercheurs, en nombre croissant, analysent, dissèquent et déconstruisent les grands récits nationaux, et notamment les mythes de l’origine commune chers aux chroniques du passé. Les cauchemars identitaires d’hier feront place, demain, à d’autres rêves d’identité. A l’instar de toute personnalité faite d’identités fluides et variées, l’histoire est, elle aussi, une identité en mouvement.

(1) Texte fondateur du judaïsme, la Torah — la racine hébraïque yara signifie enseigner — se compose des cinq premiers livres de la Bible, ou Pentateuque : Genèse, Exode, Lévitique, Nombres et Deutéronome.

(2Cf. David Ben Gourion et Yitzhak Ben Zvi, « Eretz Israël » dans le passé et dans le présent (1918, en yiddish), Jérusalem, 1980 (en hébreu) et Ben Zvi, Notre population dans le pays (en hébreu), Varsovie, Comité exécutif de l’Union de la jeunesse et Fonds national juif, 1929.

(3) La Mishna, considérée comme le premier ouvrage de littérature rabbinique, a été achevée au IIe siècle de notre ère. Le Talmud synthétise l’ensemble des débats rabbiniques concernant la loi, les coutumes et l’histoire des Juifs. Il y a deux Talmud : celui de Palestine, écrit entre le IIIe et le Ve siècle, et celui de Babylone, achevé à la fin du Ve siècle.

(4) Parlé par les Juifs d’Europe orientale, le yiddish est une langue slavo-allemande comprenant des mots issus de l’hébreu.

(5) Dans la mythologie grecque, Clio était la muse de l’Histoire.

Source : Le Monde Diplomatique 

 


NOTES

A)Le mystérieux royaume khazar a influencé notre monde moderne d’une manière dont nous n’avons pas toujours conscience.

Les Khazars n’avaient longtemps intéressé que des spécialistes de l’histoire de l’Asie centrale, comme le révèle la bibliographie d’Alan Brook. Les innombrables « chercheurs » qui pullulent aujourd’hui dans les universités américaines ont trouvé là une mine d’autant plus inépuisable qu’il s’agit d’une matière à controverses, souvent violentes, toujours passionnées: pour les uns, l’ensemble des Khazars a été converti au judaïsme et représente la quasi totalité des juifs dits « Ashkenazes » contemporains, pour les autres, seule une toute petite partie de l’aristocratie de l’empire khazar a rejoint la nouvelle religion et les juifs de la région sont de purs descendants de leurs co-religionnaires judéens. Les positions mixtes ont également d’innombrables adeptes.


Toujours est-il que la « question khazare » a opéré un débarquement tonitruant dans l’histoire contemporaine avec la polémique liée à la colonisation de la Palestine à partir de la fin du XIXe siècle.
En effet, à partir de cette période, qui correspond à l’apogée de tous les mouvements colonisateurs européens, d’immenses cohortes de juifs dits « Ashkenazim« , originaires des régions autrefois occupées par les tribus de l’empire khazar tardivement converties au judaïsme, ont déferlé sur une Palestine miraculeusement métamorphosée en « terre de leurs ancêtres« . Ils en revendiquaient la propriété au nom de la connaissance qu’ils possédaient par ouï-dire de l’existence d’un acte notarié dressé entre un extra-terrestre et d’hypothétiques ancêtres qui auraient été méchamment privés de leur héritage par de cruels centurions romains.
Dans un précédent texte, j’avais déjà montré que TOUS les premiers ministres du nouvel État surgi en terre palestinienne en 1948 étaient originaires d’Europe orientale et des régions qui correspondent à l’ex-empire khazar. Les démographes de l’actuel État hébreu n’ont trouvé qu’une seule famille, les Zinati de Pek’in, qui aurait résidé en Palestine sans aucune interruption depuis l’antiquité.

Rappel
1 – David Ben Gourion (né David Grün) 16 octobre 1886-1er décembre 1973) est né à Plonsk en Pologne dans une famille sioniste (son père, professeur d’hébreu, était un membre des Amants de Sion). Il émigre en Palestine britannique en 1906.
2 – Moshé Sharett (né Moshé Shertok) , (15 octobre 1894 – 7 juillet 1965) est né à Kherson, dans l’Empire russe (aujourd’hui en Ukraine). Il émigra en Palestine britannique en 1908.
3 – Levi Eshkol ( 25 octobre 1895- 26 février 1969) est né dans un village à proximité de la ville de Kiev , dans l’empire russe, aujourd’hui Ukraine. Il émigre en Palestine ottomane en 1914.
4 – Ygal Allon (né Ygal Païcovitch) (10 octobre 1918- 29 février 1980) est né Kfar Tabor, au pied du Mont Tavor dans l’est de la Basse Galilée d’une famille originaire de Roumanie qui émigre en Palestine en 1901.
5 – Golda Meir ( Golda Meirson, née Golda Mabovitz (3 mai 1898 -8 décembre 1978) est née à Kiev , au cœur de l’empire russe, aujourd’hui capitale de l’Ukraine. Sa famille émigre aux Etats-Unis en 1903, le couple Meirson arrive en Palestine en 1921.
6 – Yitzhak Rabin (Yitzhak Rubitzov , 1er mars 1922 – assassiné à Tel Aviv le 4 novembre 1995) est né à Jérusalem. Ses parents, Nehemiah et Rosa Rubitzov originaires d’Ukraine émigrèrent d’abord vers les Etats-Unis
7 – Menahem Volfovitz Begin (Mieczyslaw Biegun , 16 août 1913 -9 mars 1992) . Il est né à Brest-Litovsk, alors ville polonaise à majorité juive, aujourd’hui Biélorussie. Il n’arrive en Palestine qu’en 1942.
8 – Yitzhak Shamir (Yitzhak Jazernicki (15 octobre 1915…) , est né à Ruzhany, en Pologne, actuelle Biélorussie. Il émigre en Palestine en 1935.
9 – Shimon Peres (Szymon Perski ) Il est né le 2 août 1923 à Wisniew (Pologne, actuelle Biélorussie). Il émigre en Palestine en 1934.
10 – Benyamin Netanyahou (né le 21 octobre 1949 à Tel Aviv) Petit-fils d’un rabbin émigré de Lituanie en Palestine en 1920
11 – Ehud Barak (Ehud Brog, né le 12 février 1942 au kibboutz Mishmar Hasharon) Fils d’Israel Brog et d’Esther Godin, immigrés respectivement de Lituanie et de Pologne.
12 – Ariel Sharon (Ariel Scheinermann (né le 26 février 1928 à Kfar Malal en Palestine) . Son père Shmouel Scheinerman est originaire de Brest-Litovsk alors en Pologne, actuellement Biélorussie. Sa mère Véra est un médecin originaire de Mohilev en Biélorussie.
13 – Ehud Olmert ( né le 30 septembre 1945 à Binyamina en Palestine. Son père Mordechaï – né à Buguruslan en Russie, émigre en Chine en 1919, à Harbin, et arrive en Palestine en 1933.

AUTRE rappel

Lorsque les scribes judéens exilés au bord de l’Euphrate, après la conquête de la Judée par le roi Nabuchodonosor, imaginèrent l’épisode de leur fiction dans lequel un personnage mythique – Abraham – était le héros principal, ils lui prêtèrent un rêve fabuleux dans la narration intitulée Genèse.
C’est ainsi qu’au cours d’un « profond sommeil » (Gn 15,12), le héros eut « une vision » (Gn 15,1). De plus, il entendit une voix, qu’il attribua à son dieu, laquelle lui proposait une « alliance » (Gn 15,18).
« Quand le soleil fut couché, il y eut une obscurité profonde; et voici, ce fut une fournaise fumante, et des flammes passèrent entre les animaux partagés. En ce jour-là, l’Eternel fit alliance avec Abraham. » (Gn 15, 17-18)
Le dieu choisit donc de se manifester pendant le sommeil du rêveur et alors que ce dernier, avant de s’endormir, avait procédé au classique sacrifice d’animaux rituellement coupés en deux par le milieu – « partagés« , dit le texte. Il prend la précaution de décrire minutieusement son cadeau afin d’en faire saisir toute l’importance au bénéficiaire, le tout soigneusement enveloppé dans le scintillant papier-cadeau, si je puis dire, du halo impressionnant d’une « fournaise fumante » et de « flammes« , mise en scène aussi éblouissante que terrifiante, digne de tout dieu qui se respecte et soucieux de manifester sa puissance par des phénomènes impressionnants.
C’est au milieu de ce chaos météorologique rêvé que le dormeur apprend qu’il est désormais l’heureux propriétaire d’une terre qui appartenait jusqu’alors à d’autres peuples.
« Je donne ce pays à ta postérité, depuis le fleuve d’Égypte jusqu’au grand fleuve, au fleuve d’Euphrate, le pays des Kéniens, des Keniziens, des Kadmoniens, des Héthiens, des Phéréziens, des Rephaïm, des Amoréens, des Cananéens, des Guirgasiens et des Jébusiens. » (Gn 15,18).
Pour comprendre le sens de la scène décrite ci-dessus, il faut s’arracher à l’avant-scène du grandiose théâtre de l’épopée et à la fascination qu’exerce sur les esprits le contenu du récit brillamment collationné et mis en forme à partir de bribes de légendes et de récits empruntés aux mythologies égyptienne et mésopotamienne et tenter de pénétrer dans les coulisses des motivations des scripteurs. Réécrits, recomposés et globalement unifiés en dépit d’un certain nombre de contradictions résiduelles, les récits mythiques ont été adaptés à la mentalité et au type d’éloquence que permettait la langue sémitique, ainsi qu’au mode de fonctionnement psychologique de la population à laquelle il était destiné.
Il n’est donc pas étonnant que les rédacteurs de la Genèse aient utilisé le stratagème d’un rêve comme véhicule de l’action de leur « dieu », ce procédé, banal à l’époque, permettait de délivrer un message d’une manière jugée convaincante par tout le monde.
L’immoralité du cadeau saute aux yeux de tout esprit normalement constitué, puisque le « dieu » transforme les Hébreux en receleurs d’un bien volé aux peuples énumérés ci-dessus. De plus, il leur permet de justifier leur vol et se fait leur complice. Le scripteur du scénario a usé de ce moyen habile de légitimer une conquête territoriale opérée par la violence et le meurtre tout en donnant bonne conscience aux conquérants et à leurs descendants.
Le mythe est bien un théâtre et il faut savoir lire son scénario.
Douglas Reid dans sa Controverse de Sion cite cette phrase de l’écrivain sioniste Julius Katzenstein – ou Joseph Kastein – (1986-1946) « Ce n’est pas Dieu qui voulait ce peuple et ce qu’il signifiait. C’était ce peuple qui voulait ce Dieu et cette signification. »


[b] Sur les célébrités bibliques et le symbolisme juif :
… David n’était pas qu’un roi, il était en fait la star ultime: il était à voile et à vapeur.

Le personnage du roi David est perçu par de nombreux érudits contemporains et amateurs de LGBTQ comme une icône gay. Les érudits bibliques qui souscrivent à cette idée soulignent l’histoire d’amour de David avec Jonathan. Dans Samuel 2 1:26, le roi hébreu écrit: «Je suis en peine pour toi, Jonathan mon frère; tu m’étais très cher. Votre amour pour moi était merveilleux, plus merveilleux que celui des femmes. »
Certains érudits considèrent cette preuve d’attraction du même sexe qui allait au-delà d’une affaire platonique. Une autre preuve vient de l’exclamation du roi Saül à son fils Jonathan à la table du dîner: « Je sais que vous avez choisi le fils de Jessé – ce qui est une honte pour vous et la nudité de votre mère! » Si David était bien Gay, il était clairement sorti du placard plus de deux millénaires avant la Marche DC Dyke.
En 1993, la prétendue homosexualité du roi David a été intégrée à la Knesset israélienne. Yael Dayan, à l’époque membre du parti travailliste à la Knesset, a évoqué l’homosexualité du roi David au Parlement israélien et cité les versets bibliques pertinents. …David aurait facilement pu finir par passer une peine à perpétuité partageant une cellule avec Harvey Weinstein.

[c] Selon Wikipédia, qui est pro sioniste :
« Au niveau démographique, la population de la Palestine passe de 94.000 Juifs (60.000 Juifs selon Justin Mc Carthy, Henry Laurens et Nadine Picaudou), 525.000 musulmans et 70.000 chrétiens en 1914 à 630.000 Juifs, 1.181.000 musulmans et 143.000 chrétiens en 1947, peu avant la fin du mandat britannique. »
Donc, en 1914, les juifs représentaient 32% de la population totale (630.000/1.954.000) c’est-à-dire moins d’un tiers de la population de la Palestine, arabe à 78%.

[d]

 La Kahena, de son vrai nom Dihya ou Damya, est une reine berbère zénète des Aurès qui combattit les Arabes Omeyyades lors de leur conquête de l’Afrique du Nord au VIIe siècle.

Pour les Berbères des Aurès, elle s’appelait Dyhia Tadmut qui veut dire la belle gazelle en tamazight ou Damya qui signifie devineresse.
En arabe, Kahena ( de la racine arabe كهن ) peut désigner l’affiliation à Cohen (fille de Cohen, de la tribu des Cohen), la prêtrise, ou une devineresse. En grec, Kahena est tiré de Karina qui signifie être pur.
En hébreu le mot est proche de Cohen qui a un sens de prêtre. 

Elle possédait  un don prophétique et était vénérée par son peuple. Elle fut l’une des premières féministes et reines guerrières de l’Histoire. Les occidentaux la comparent à Jeanne d’Arc et Ibn Khaldoun lui attribua des pouvoirs surnaturels. 
Elle règne sur tout l’Ifriqiya pendant cinq ans. Vaincue en 693 par Hassan Ibn Nooman dans la dernière bataille contre les Omeyyades, elle se réfugie dans l’Amphithéâtre d’El Jem (Tunisie). Elle est enfin faite prisonnière, puis décapitée au lieudit Bir El Kahina. Les chefs de l’armée Omeyades envoient sa tête en trophée au calife Abd al-Malik en Syrie.
Les Omeyyades demandent aux Zénètes de leur fournir douze mille combattants pour la conquête de l’Andalousie comme condition à la cessation de la guerre.
Divergences sur la religion
Selon l’historien tunisien Ibn Khaldoun, à la veille de la conquête musulmane du Maghreb, plusieurs tribus berbères pratiquaient le judaïsme.
La question de la religion de la Kahina a été traitée par plusieurs historiens du Moyen Âge ou contemporains. Plusieurs hypothèses ont été émises, selon lesquelles elle aurait été monothéiste, animiste ou autre.
Selon l’historien Gabriel Camps, spécialiste du Maghreb, les tribus zénètes n’étaient pas juives mais  chrétiennes. Toutefois, pour Paul Sebag « c’est aller à l’encontre des textes, difficilement récusables» qui donnent la Kahena pour juive, et membre d’une tribu berbère judaïsée.
En Tunisie, le seul endroit qui témoigne de l’existence de la Kahena est l’amphithéâtre d’El Djem.

Elle règne sur tout l’Ifriqiya pendant cinq ans et défait deux fois la grande armée des Omeyyades avant d’être vaincue en 693 par Hassan Ibn N’uman


EN COMPLÉMENTAIRE

La pensée économique d’IBN KHALDOUN

 

Ronald Reagan a adopté la Mouqaddimah d’Ibn Khaldoun comme livre de chevet, Mark Zuckerberg a choisi son grand ouvrage comme l’un des choix de son club de lecture et l’historien britannique Arnold Toynbee l’a décrit comme “sans aucun doute la plus grande œuvre de ce genre qui ait jamais été créée par un esprit quelconque, en tout temps et en tout lieu“. Ce sont des témoignages assez inhabituels pour un historien nord-africain du 14e siècle, mais Ibn Khaldoun était alors un homme exceptionnellement doué. Sa Mouqaddimah est une introduction – ou un prolégomènes – à une histoire du monde beaucoup plus longue.

De telles histoires étaient courantes chez les écrivains arabes, mais personne avant lui n’avait développé une théorie aussi avancée sur les raisons de l’essor des civilisations et de leur déclin. Il s’est penché sur les facteurs matériels de l’histoire et a jeté un regard sceptique sur les récits et les contes extravagants des œuvres précédentes. Musulman fervent, il n’attribue cependant pas les événements uniquement aux ordonnances divines : le facteur humain l’emporte toujours. H. Genséric

 

IBN KHALDOUN (né le 27 mai 1332 à Tunis et mort le 17 mars 1406 au Caire, est un historien, économiste, géographe, démographe, précurseur de la sociologie et homme d’État), figure emblématique de la Tunisie, du Maghreb et de la Méditerranée, ne cesse de susciter l’intérêt des chercheurs dans le Monde pour avoir, il y a plus de six siècles, posé les fondements de la sociologie moderne et développé un certain nombre de concepts et de théories dans le domaine économique qui demeurent, pour la plupart d’entre eux, d’une grande actualité.

Comment se présente la pensée économique d’IBN KHALDOUN ?

Comment cette personnalité hors pair a su intégrer dans ses analyses les dimensions sociologiques, économiques et politiques ?

Quelles sont les caractéristiques des théories et des axiomes développés par le grand érudit ?

Ces différents aspects ont fait l’objet d’un débat organisé par le Forum IBN KHADOUN pour le Développement le 2 mai 2017 .

Les grandes lignes de la présentation introductive au débat

La MUQADDIMA d’IBN KHALDOUN 

a jeté les bases de la science de l’économie.

Après avoir participé, en tant qu’homme politique, à façonner l’histoire de la Tunisie, du Maghreb et de la Méditerranée, ABDERRAHMÈNE IBN KHALDOUN a fondé la science sociologique et a lancé, par ricochet, les principes fondateurs de la science économique dans le cadre de la MUQADDIMA (les Prolégomènes en français) écrite en 1377. Pour le grand penseur, il faut comprendre la société avant d’écrire son histoire. Le peuplement et la fondation d’une société sont une nécessité pour l’homme. Celui-ci est sociable par nature. Le mobile fondamental étant le besoin, l’individu est incapable de subvenir à ses besoins tout seul. Il est donc obligé de se mettre en communauté pour le travail, la création et le partage des richesses.

L’homme est fondamentalement
« HOMO-OECONOMICUS »

Si la cité est, pour ARISTOTE, un phénomène éthique, elle est pour IBN KHALDOUN un phénomène économique, qui se manifeste dans le rapport dialectique entre la production et la consommation, concrétisé par l’échange. Environ le tiers de la MUQADDIMA est consacré aux questions économiques, en l’occurrence le contrôle des marchés, la monnaie, l’impôt, le commerce, les prix, le mode de vie et la circulation des marchandises dans l’espace et dans le temps. Dans cet ouvrage, IBN KHALDOUN a énoncé les prémices de la division du travail, source d’excédent de richesse et d’accumulation du capital. Il considère que la valeur économique d’un bien est fondamentalement définie par la quantité de travail qu’il comporte, devançant les penseurs de la renaissance en Europe. Il établit, à ce propos, une corrélation entre le développement de la société, l’avancée de la civilisation et le perfectionnement du travail. Du rudimentaire au cycle rural, l’homme devient raffiné, de plus en plus perfectionné et technique à la phase urbaine. Il précise que le travail est l’essence de la valeur et le déterminant du prix, sachant qu’il y a une différence entre la valeur et le prix. La valeur dépend de la quantité de travail cristallisée dans le produit alors que le prix prend en compte, en plus de la valeur du produit, d’autres frais et droits.

L’échange avec ses corollaires est
une nécessité sociale

Selon IBN KHALDOUN, le commerce désigne la recherche du profit par la fructification du capital en achetant bon marché et en revendant plus cher et donc en faisant des bénéfices. Le commerce est loin d’être parasitaire. Il est source de création de l’utilité au sens économique du terme. En stockant les marchandises pour les périodes de forte demande, l’utilisation des produits concernés est étalé dans le temps. En déplaçant les marchandises dans l’espace géographique, elles sont mises à la disposition de ceux qui ont le plus besoin. Dans les deux cas, il y a création de la valeur ; sachant que la simple détention d’un capital n’explique pas seule le gain ou le profit. Le commerçant doit savoir quand et comment investir et prendre en compte la corrélation positive entre la rentabilité et le risque.

Rôle primordial de l’État
dans la régulation de l’économie

IBN KHALDOUN insiste sur la fonction de régulation de l’Etat et sur sa responsabilité en matière d’émission monétaire et de dynamisation de l’économie.Il condamne la thésaurisation et considère qu’elle est source de blocage de la dynamique économique et inhibiteur de l’effet multiplicateur.Il esquisse l’ébauche d’une théorie fiscalesuivant laquelle les taux hauts tuent les totaux. Il considère qu’au départ les dépenses de l’Etat naissant sont limitées grâce à la simplicité et au bédouinisme du souverain. Les taux d’imposition sont bas, les contribuables sont incités à produire davantage, l’assiette imposable s’élargit, les revenus fiscaux de l’Etat augmentent. Par la suite, et avec le temps, la prospérité de l’Etat mène au gaspillage du souverain, ce qui engendre dans son sillage un

3 cercle vicieux avec l’augmentation des impôts, la démotivation des entrepreneurs à produire, le ralentissement de la croissance, la réduction de l’assiette imposable et l’augmentation du déficit du trésor. Pour IBN KHALDOUN, l’ultime pas vers la décadence de l’Etat est l’étape de l’engagement de l’Etat dans les activités de production pour pallier au déficit budgétaire. Cette démarche occasionne à la population des grandes difficultés financières. Les paysans délaissent les champs, les commerçants ferment leurs boutiques ; ce qui entraine l’effondrement des recettes de l’Etat.Mais, tout en dénonçant l’intervention de l’Etat dans l’économie, IBN KHALDOUN admet son intervention pour contrer les monopoles. Tout en louant l’économie libérale, et la régulation des prix par les mécanismes du marché, il admet l’impératifde l’intervention de l’Etat dans la fixation des prix des produits de première nécessité.

  1. Réflexions complémentaires

Les appréciations présentées par Salah HANNACHI, se sont articulées autour de la notoriété de l’illustre personnalité, les caractéristiques de sa pensée et la portée de son œuvre.

La notoriété d’une personnalité hors pair

La théorie d’IBN KHALDOUN est à la fois spéculative, comme celle de Platon, d’Aristote, etexpérimentale, comme nul autre avant lui en Occident et nul autre longtemps après lui, jusqu’à NICCOLO MACHIAVELLI (1469-1527). Il est intéressant, toutefois, de noter que la pensée, à la fois spéculative et expérimentale, de MACHAVELLI est très loin de la précision, du détail concret, de la sophistication, de la cohérence et de la portée historique de celle de IBN KHALDOUN. Il est intéressant aussi de noter que comme dans le cas d’IBN KHALDOUN, dans « Le Prince » de MACHIAVEL, la pensée spéculative est composée avec une penséeexpérimentale nourrie par la pratique. En effet Machiavel a été, notamment, diplomate, politicien, historien, écrivain, humaniste et conseiller militaire des princes, en particulier de la République Florentine durant la période turbulente après l’expulsiondes Médicis. IBN KHALDOUN déclare qu’il est possible d’adopter une approche scientifique à l’étude de l’histoire et de la société. Son œuvre, Les PROLEGOMENES, précède ainsi de plus de trois siècles l’œuvre de Giambattista VICO (1668- 1744). VICO publia en 1725, son œuvre de vingt ans, « La Nouvelle Science », portant sur les sciences sociales et la cité de l’homme par opposition à la Cité de Dieu de SAINT AUGUSTIN. Par cette œuvre, VICO s’opposait aussi à la conception prévalant au début du dix-huitième siècle affirmant que les mathématiques, les sciences de la nature, et les sciences physiques étaient les seules vraies sciences pouvant faire l’objet de connaissances scientifiques, selon les critères de Descartes. VICO affirmait au contraire, comme IBN KHALDOUN trois siècles plus tôt, que la société humaine et l’histoire

4 faits par l’homme, peuvent être étudiées et connues par l’homme et faire l’objet d’une connaissance scientifique. Aussi, Arnold J. TOYNBEE (1989-1975), grand philosophe britannique de l’histoire, a dû mesurer ses mots en décrivant la MUQADDIMA d’IBN KHALDOUN, l’œuvre d’un auteur non occidental du XIVe siècle, comme « Une philosophie de l’histoire qui est sans aucun doute la plus grande œuvre de son genre qui ait été jamais créée par n’importe quel auteur, n’importe où et à n’importe quelle époque » De son côté, Robert FLINT (1838-1910), théologien, philosophe et sociologue écossais, a écrit sur IBN KHALDOUN « Comme théoricien de l’histoire il n’a pas d’égal dans aucune époque et aucun pays jusqu’ à l’arrivée de Vico, plus de trois siècles plus tard. Platon, Aristote, et Augustin ne sont pas ses pairs, et tous les autres ne méritent même pas d’être cités à ses côtés ».Il est admis, enfin, qu’en proposant le concept de « SOCIONOMIE », Egon OROWAN (1902-1989), physicien-métallurgiste, hongrois, britannique, américain était influencé par les idées de IBN KHADOUN sur l’évolution des sociétés.

Les caractéristiques de la
pensée économique d’IBN KHALDOUN

 A la différence de la plupart des autres philosophes qui l’ont précédé, IBN KHALDOUN a pratiqué et a voyagé. Il a participé intimement à la pratique du pouvoir dans une époque, très turbulente auprès de plusieurs princes et grands chefs de tribus. Il a aussi beaucoup voyagé et comparé les paradigmes sociaux, économiques et politiques en Espagne, dans les pays du Maghreb, en Italie, en Egypte, en Iran, etc., dans les systèmes urbains aussi bien que dans les systèmes nomades et ruraux. IBN KHALDOUN est souvent présenté comme l’un des premiers penseurs et même philosophes à avoir jeté les fondements de la sociologie en reconnaissant et en postulant trois principes ou concepts fondamentaux en l’occurrence le principe/concept social de la vie en groupe autrement dit en société, le principe/concept économique de besoin, de travail et de risque, et le concept politique de la solidarité, de l’Etat et de la justice. Ces concepts basés sur le postulat d’un instinct de survie sont aussi bien des concepts sociologiques que des concepts économiques et politiques. IBN KHALDOUN met en fait en place une science nouvelle, qu’il appelle la science du peuplement, ou de l’urbanisme, qui est une science intégrant les dimensions sociologique, économique et politique, difficiles à séparer, des activités humaines et de la vie en société.

La portée de l’œuvre d’IBN KHALDOUN

La portée de la pensée d’IBN KHALDOUN se reflète, notamment, à travers sa théorie du cycle, la fonction du commerce, les précisions qu’il a apportées au niveau des concepts du travail, du prix et du rôle de l’Etat.  

  • La théorie du cycle

Bien avant Hegel et beaucoup d’autres philosophes occidentaux, IBN KHALDOUN attribue un caractère cyclique à l’histoire. II affirme que l’instinct de solidarité et de puissance d’une dynastie a un cycle temporel de naissance, de maturité et de déclin s’étendant sur trois générations et peut varier d’unesociété à l’autre, d’une époque à l’autre.

  • L’utilité du commerce

A la différence de NAPOLEON, des philosophes grecs et même des premiers théoriciens de l’économie en Europe, au XVIe, XVIIe, XVIIIe et au XIXe siècle, comme MARX, IBN KHALDOUN reconnait une fonction utile et primordiale à l’échange, au commerce et à la vie en société.

  • Les concepts de la valeur et du prix

IBN KHALDOUN prend grand soin de distinguer entre valeur et prix. En fait, ce qu’il appelle valeur correspond au concept moderne de coût. Il reconnait la légitimité du profit en reconnaissant que le prix incorpore une marge définie par la rareté, le risque et la distance. Cette définition est beaucoup plus moderne que celle de Pierre-Joseph Proudhon (1809-1865)qui affirme dans son livre « Philosophie de la Misère » que la valeur, d’usage ou d’échange, est définie par la rareté. Il précède Karl MARX (1818-1883) qui définit aussi la valeur d’un bien par le contenu travail mais qui considère que le profit, c’est-à-dire, la marge sur le coût pour définir le prix, est du vol. Il est intéressant de noter qu’IBN KHALDOUNa été introduit à l’Occident européen par une traduction de sa biographie en 1697 par un Barthelemy d’HERBELOT DE MOLAINVILLE. Il commença à attirer l’attention en 1806, en 1816, puis en 1858, par la publication de sa biographie et la traduction de parties de la MUQADDIMA par Sylvestre DE SACY ; sachant que Karl MARX a publié « Le Manifeste Communiste » en 1848 et le premier volume du Capital, neuf ans plus tard, en 1867.

  • La justice, fonction principale de l’Etat
  • IBN KHALDOUN,représentation

Ibn KHALDOUN considère que la fonction principale de l’Etat est la dispense de la justice par la prévention de l’injustice et que la dispense de la justice est le fondement de la vie en société (al oumrane).

6 Il rejoint en cela SAINT AUGUSTIN qui affirme qu’un Etat sans justice n’est rien d’autre qu’une bande de brigands, et est, inévitablement, destiné à disparaître alors qu’une bande de brigands qui établissent un système de justice peut devenir un Etat. Ernest André GELLNER, philosophe anglo-tchèque (1925-1995) considère que la définition dugouvernement d’IBN KHALDOUN comme « une institution qui empêche toute injustice sauf celles qu’elle commet elle-même » est la meilleure définition dans l’histoire de la théorie politique. IBN KHALDOUN affirme dans une formule lapidaire que le commerce du roi lèse les acteurs économiques et ruine la fiscalité. Il explique que l’état, de taille modeste au départ, est financé par une fiscalité légère. Par une dynamique courante et rapide, la taille de l’Etat se dilate, ce qui accroit considérablement ses besoins financiers et le conduit sans cesse à augmenter les taux et à multiplier les impôts. Ces impôts supplémentaires détruisent la rentabilité des activités de faible marge et poussent les acteurs qui les pratiquent à les abandonner, réduisant ainsi l’assiette fiscaleet provoquant un autre cycle d’augmentation de taux et d’imposition de nouveaux impôts. De plus, Il arrive une étape où, ne se suffisant plus de l’impôt, l’Etat commence à intervenir directement dans les activités économiques rentables pour récupérer aussi le profit. Confrontés à cette intervention, les acteurs privés ne voulant ou ne pouvant pas faire la concurrence à l’Etat acteur, beaucoup plus grand et plus puissant, préfèrent sortir du jeu économique dans ces secteurs, et rétrécissent encore plus, en cefaisant, l’assiette fiscale. Ainsi donc l’intervention de l’Etat fausse le jeu économique, détruit la rentabilité, éteint l’initiative et rétrécit l’assiette fiscale. De même, son intervention grandissante finit par dépasser sa capacité de gestion. L’Etat se trouve alors obligé de déléguer la gestion de son domaine à des acteurs qui le gèrent en son nom mais dans leur intérêt. L’économiste américain Arthur LAFFER, conseiller du Président américain REAGAN, cite IBN KHALDOUN, pour construire sa fameuse courbe, la courbe LAFFER, de l’élasticité du taux –revenu fiscal pour justifier la politique de réduction des taux de la fiscalité et la stratégie d’une «économie de l’offre », (« reaganomics »)

 IBN KHALDOUN, une figure tunisienne,
maghrébine, et méditerranéenne

Des pays comme l’Allemagne, par Goethe, l’Espagne par Cervantès, l’Italie par Dante, la Chine par Confucius, pratiquent une diplomatie culturelle active. Cette diplomatie leur permet de construire une image positive, un capital d’intérêt et de grands dividendes culturels, économiques, voire diplomatiques. Ils confirment en cela la théorie de Joseph S. NYE qui a, depuis longtemps, préconisé et défendu le concept de Soft Power et de puissance culturelle, puissance et capacité d’influencer le comportement des acteurs et de peser sur l’opinion et sur les événements par la culture, l’attractivité et la persuasion, non par la force militaire ou la force de l’argent.Il est à se demander s’il n’est pas temps de mobiliser le patrimoine que représentent des figures comme IBN KHALDOUN dans notre travail diplomatique et de créer des centres et des clubs IBN KHALDOUN dans chaque pays où cela est possible et s’il n’est pas temps d’organiser chaque année un festival international IBN KHALDOUN à l’image du festival CONFUCIUS en Chine.

III. Principales conclusions du débat

Trois conclusions principales se dégagent du débat organisé à la suite des analyses et des appréciations ci-dessus formulées. Elles se présentent comme suit :

(1) – IBN KHADOUN est une personnalité exceptionnelle. Il est en avance sur son temps. Il est l’un des pères fondateurs de l’histoire en tant que science, le précurseur de la sociologie cinq siècles avant Auguste COMTE. Il parle d’évolution avant DARWIN. Il développe des concepts et des théories dans le domaine de l’économie qui demeurent pour certains d’entre eux d’une grande actualité. Il est regrettable toutefois que la reconnaissance de l’œuvre d’IBN KHALDOUN soit tardive. Les premières traductions en langue européenne n’ont été effectuées qu’après près de trois siècles après la mort du grand penseur intervenue en 1406 et qu’on ne connait pas de successeurs au XVe pour approfondir et valoriser son apport dans la mesure où sa pensée s’était heurtée, à cet époque, de l’incompréhension, voire du rejetpar les décideurs de ses contemporains. Il est très souhaitable que sa pensée et son œuvre soient mieux connue dans son pays de naissance, en Tunisie aussi bien par les jeunes que par le grand public.

(2) – IBN KHALDOUN, s’il est encensé et loué par les intellectuels de l’occident depuis que son œuvre avait été traduite et diffusée, ne bénéficie pas toujours de la considération requise dans le monde arabe. Il faisait, même, l’objetd’importantes polémiques. Certains auteurs arabes le taxent durant la première moitié du XXe siècle d’opportuniste et de prétentieux. Or, plusieurs péripéties de sa vie contredisent cette appréciation ou du moins la relativisent fortement compte tenu des incertitudes et de l’instabilité qui marquaient cette époque. Il suffit de rappeler qu’il est issu d’une grande famille noble, qu’il a manifesté son indépendance lorsqu’il était Cadi et qu’il a renoncé à sa vie politique et à ses manigances pour écrire ses ouvrages et qu’il a, toujours, fait consciencieusement le travail pour lequel il est payé.

(3) – IBN KHALDOUN est un innovateur. Il a donné la meilleure définition de la mission de l’Etat, celle de garantir la justice. Il est contre l’Etat religieux et pour un Etat civil.

Il voulait écrire l’histoire politique du Maghreb et des événements dont il était témoin et à certains desquels il a même participé. Il ne s’est pas beaucoup engagé dans ses écrits dans la discussion des questions et des problématiques philosophiques et métaphysiques qui préoccupaient les philosophes de son époque et plus généralement les philosophes classiques. Cela n’entrait pas dans le corps du sujet dont il voulait traiter. A leur tour, les philosophes de son époque s’intéressaient à des questions philosophiques spéculatives, éloignées du sort des dynasties et de la vie, des actions et des décisions politiques, sociales, économiques et commerciales en cours à l’époque et auxquels Ibn Khaldoun s’intéressait.

Ses théories dans le domaine de la valeur, des prix, du marché, de la fiscalité demeurent d’une grande actualité et sont, souvent, l’objet de citations de la part d’éminentes personnalités pour justifier certaines décisions politiques. C’est le cas, en particulier, de sa théorie dans le domaine fiscal et de sa célèbre formule « les taux hauts tuent les totaux » qui avait été citée par le président américain RONALD REAGAN pour justifier au début des années quatre-vingt sa décision d’opérer une forte baisse des taux d’imposition sur les revenus de l’économe de son pays. Son affirmation que l’ultime pas vers la décadence est lorsque l’Etat devient commerçant s’est vérifiée dans plusieurs pays. Il en est de même del’affirmation que le commerce du Sultan, c’est çà dire de l’Etat nuit à la population et à la fiscalité.

IV.Principales recommandations à l’issue du débat

Sur la base de ces conclusions, le Forum IBN KHALDOUN pour le Développement présente quatre recommandations à l’effet de cultiver un certain nombre de repères, issus de notre patrimoine, pour nous aider à transcender les sentiments de doute et d’impuissance qui souvent nous animent dans la période d’incertitudes et de difficultés que nous vivons depuis quelques années. Elles se récapitulent comme suit :

1 Création d’un département d’études sur la portée de l’œuvre d’IBN KHALDOUN au sein de l’une des Universités tunisiennes ;

2 Institution d’un festival tous les cinq ans sur IBN KHALDOUN en coopération avec les pays où il a vécu ou qui l’ont marqué, en l’occurrence notamment l’Algérie, le Maroc, l’Egypte, la Syrie et l’Espagne ;

3 Création d’un prix international pour récompenser les meilleures études sociologiques ou économiques inspirées de l’œuvre d’IBN KHALDOUN réalisées dans les pays méditerranéens ;

4 Exploitation de l’apport d’IBN KHALDOUN sur le plan diplomatique en suscitant la création de clubs ou de cercles des amis des trois figures emblématiques de la Tunisie et du Maghreb en l’occurrence HANNIBAL, SAINT AUGUSTIN et IBN KHALDOUN

 

 

 

 

 

 


VISITEZ ET  PARTAGEZ NOTRE NOUVELLE BOUTIQUE EN LIGNE…POUR NOUS SUPPORTER:

https://www.etsy.com/ca-fr/shop/VintageParMichel?ref=seller-platform-mcnav