Accueil

Sixième Extermination Massive d’espèces en cours:Un des derniers éléphants aux « défenses géantes » tué au Kenya

2 commentaires

Le pachyderme a été tué par des braconniers. Désormais, il ne reste plus que 25 éléphants « aux défenses géantes » dans le monde.

La majesté de ces animaux incompables sera chose du passé d’ici peu.
Les braconniers sont des exterminateurs capitalistes sans scrupule qui ne méritent que la peine de mort.

Un des plus vieux et plus grands éléphants d’Afrique a été tué par des braconniers dans un parc du sud du Kenya, d’après une organisation de protection de la faune sauvage, soulignant qu’il ne reste désormais plus que 25 pachydermes « aux défenses géantes » dans le monde.

Flèche empoisonnée. Satao II, nommé d’après un autre éléphant géant tué en 2014, a été retrouvé mort lundi dans le parc national de Tsavo, a indiqué Richard Moller, de l’organisation Tsavo Trust. Il suspecte une flèche empoisonnée à l’origine de la mort de l’animal ; une technique appréciée des braconniers car silencieuse. 

« Heureusement, grâce au travail que nous réalisons en collaboration avec le Service kényan de la faune sauvage (KWS), nous avons trouvé la carcasse avant que les braconniers ne puissent lui arracher son ivoire », a-t-il précisé, ajoutant que deux braconniers présumés avaient été arrêtés dans cette affaire.

100 kilos de défenses. Âgé d’environ 50 ans, Satao II était doté de deux défenses pesant plus de 50 kilos chacune, et qui étaient tellement longues qu’elles touchaient pratiquement le sol. « Il avait survécu à de nombreuses sécheresses et probablement à d’autres tentatives de braconnage », a regretté Richard Moller.

Il ne reste que 15 éléphants identiques au Kenya. La mort de Satao II signifie qu’il ne reste plus que 25 éléphants dotés de telles défenses à travers le monde, dont 15 au Kenya, a-t-il ajouté. « Ce sont des icônes, de véritables ambassadeurs des éléphants ».

Un kilo de défenses d’éléphant vendu 2.000 euros. Les défenses, entre autres parties du corps des éléphants, sont très utilisées en médecine traditionnelle au Vietnam. Elles sont utilisées, comme en Chine, pour faire des objets ou comme porte-bonheur. Le Vietnam a interdit le commerce de l’ivoire en 1992, mais le marché noir reste très actif. Un kilogramme de défenses d’éléphant s’y vend plus de 2.000 euros. Début décembre 2015, en France, les douaniers de l’aéroport de Roissy ont découvert dans les bagages d’un couple vietnamien venant d’Angola 95 kilos d’ivoire, une « saisie record » chez des voyageurs. Jusqu’à 50.000 éléphants sont tués par an en raison du braconnage de l’ivoire. La population d’éléphants d’Afrique est passée de 550.000 bêtes en 2006 à 470.000 aujourd’hui.

 

Tués pour leurs défenses en ivoire, qui alimentent principalement le marché asiatique, les éléphants sont décimés par le braconnage. Et leur protection, notamment par des rangers de mieux en mieux armés, est compliquée par l’immensité des zones à surveiller.

Jusqu’à 7.000 euros le kilo. La Côte d’Ivoire a lancé à la mi-avril 2016, une opération de protection du Parc national du Mont Peko, dans l’ouest du pays, qui abrite les derniers éléphants nains, une espèce fortement menacée par la déforestation, du fait notamment de la cacaoculture. Le commerce illégal d’ivoire est la troisième forme de trafic le plus rentable après le trafic de stupéfiants et d’armes. Il est alimenté par la demande en Asie et au Moyen-Orient, où les défenses d’éléphants sont utilisées dans la médecine traditionnelle et en ornementation. Il peut être revendu jusqu’à 7.000 euros le kilo. Il reste aujourd’hui environ 450.000 éléphants sur le continent africain, et on estime à plus de 35.000 le nombre de ces animaux tués chaque année. Leur survie est menacée par le braconnage aussi bien que par l’expansion démographique et l’urbanisation galopante qui empiète sur l’habitat naturel.

 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

La population des éléphants d’Afrique au plus bas depuis 25 ans

 

Plus de 100.000 éléphants de moins en dix ans. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), la population des éléphants d’Afrique vient d’enregistrer sa plus importante chute depuis 25 ans: le continent compte environ 415.000 éléphants, soit 111.000 de moins que lors de la dernière décennie. Et le massacre continue au rythme vertigineux d’environ 30.000 éléphants par an. Sur le dernier mois écoulé, deux rangers kényans ont été tués par des braconniers, dont un samedi à Tsavo, selon le KWS.

 

Les braconnage et la disparition des zones naturelles d’habitation est en cause.

La population des éléphants d’Afrique est au plus bas depuis 25 ans, principalement en raison du braconnage, selon un rapport de l’Union internationale pour la conservation de la nature publié dimanche.

Une forte hausse du braconnage. L’Afrique compte environ 415.000 éléphants, soit 111.000 de moins que lors de la dernière décennie, selon ce rapport basé sur 275 mesures à travers le continent. « La forte hausse du braconnage, qui a débuté il y a une dizaine d’années, est la principale cause du déclin » de la population d’éléphants, explique l’UICN dans un communiqué. Les braconniers chassent les éléphants pour revendre à prix d’or leurs défenses en ivoire, principalement sur les marchés asiatiques.

Un rapport alarmant. La disparition croissante des zones naturelles d’habitation des pachydermes menace aussi l’espèce, précise l’UICN. Ce rapport alarmant a été divulgué devant les délégués de la CITES, la Convention internationale sur le commerce d’espèces sauvages menacées d’extinction qui s’est ouverte samedi à Johannesburg, et qui doit débattre de nouvelles mesures de protection. Le débat sur les mesures de protection en faveur des éléphants, animaux emblématiques des savanes, est un des plus attendus.

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

En cas d’extinction massive, toutes les espèces seraient menacées

Le phénomène d’extinction massive bouleverserait tellement les règles de survie que même les espèces répandues pourraient disparaître.

Les plus fragiles ne sont pas forcément ceux qu’on croit. Voilà comment pourrait-on résumer une étude de deux universitaires britanniques parue mardi dansNature Communications. Selon eux, en cas de phénomène d’extinction de masse, toutes les espèces animales sont menacées de disparition, les plus répandues comme celles étant en voie d’extinction. 

Des règles de survie bouleversées. Généralement, les espèces présentes dans une large zone géographique ont plus de chances de survie en cas de catastrophe naturelle locale, que les espèces qui occupent des zones plus restreintes. Mais ça, c’est en temps normal. Car, selon l’étude d’Alex Dunhill et Matthew Wills, deux chercheurs des universités de Leeds et Bath, quand une extinction de masse apparaît, tous les animaux sont logés à la même enseigne. « Notre étude montre que les ‘règles’ de survie, dans des périodes d’extinction massive, sont très différentes de celles qui prévalent en temps ‘normal' », soulignent les auteurs. 

Des animaux très répandus ont déjà disparu. C’est en étudiant des fossiles de vertébrés terrestres, y compris de dinosaures, datant de 145 à 252 millions d’années qu’ils sont parvenus à ces conclusions. Ainsi, il y a 200 millions d’années, un phénomène d’extinction de masse associé à des éruptions volcaniques massives et un changement climatique rapide a provoqué la disparition d’environ 80% des espèces de la planète dont certaines étaient pourtant largement répandues. « De nombreux groupes d’animaux ressemblant à des crocodiles se sont éteints après ce phénomène d’extinction massive à la fin du Trias alors qu’ils étaient vraiment diversifiés et largement répandus », a expliqué Alex Dunhill. « Au contraire, les dinosaures, qui, en comparaison, étaient relativement rares et pas aussi répandus, ont échappé à l’extinction et ont dominé les écosystèmes terrestres pendant les 150 millions d’années suivantes », a-t-il ajouté.

Pour Matthew Wills, souvent, les extinctions massives « bouleversent le statu quo et permettent à des groupes qui étaient précédemment secondaires de devenir dominants ». « Quelque chose de similaire est arrivé beaucoup plus tard, avec l’extinction des dinosaures, qui a ouvert la voie à des mammifères et finalement à nous-mêmes », a-t-il ajouté.

« Changement climatique rapide ». Selon les deux chercheurs, les « mêmes conditions » sont aujourd’hui réunies pour une nouvelle extinction de masse, « par l’activité humaine » et « à un rythme plus rapide ». La Terre a connu jusqu’à présent cinq extinctions de masse, la dernière en date remontant à 66 millions d’années. Selon une étude parue en juin dans la revue Science Advances, « nous entrons dans la sixième ». Les extinctions passées étaient « généralement associés à un changement climatique rapide », a expliqué Alex Dunhill, « les organismes ne sont pas capables de s’adapter assez rapidement au changement et donc disparaissent ». Les hausses ou les baisses de températures expliquent notamment en partie les disparitions du mammouth ou de l’homme de Neandertal

………………………………………………………………………………………………………………………………………………

EN CONCLUSION…CE QU’IL FAUT FAIRE

Pour  tenter de préserver les éléphants,il faut chasser les braconniers.Il est inutile de les mettre en prison,leur coller une amende,etc.Le mal est dans l’air…l’éléphant n’a pas de code-barre,donc sa vie ne vaut rien pour  les capitalistes assoiffés de profits.

La seule voie est de condamner à mort les braconniers et de mettre en prison pour un minimum de 15 ans les trafiquants d’ivoire.

 

 

 

 

 

Advertisements

Alerte climatique:Un autre diagnostic alarmant pour les glaciers canadiens

Un commentaire

Les glaciers canadiens fondent rapidement et contribuent à la hausse du niveau des océans. C’est ce que des chercheurs de l’Université de Californie à Irvine ont découvert.

Les chercheurs ont étudié des données collectées entre 1991 et 2015 sur les glaciers des îles de la Reine-Élisabeth dans l’Arctique.

Ils ont découvert qu’entre 2005 et 2015, la surface de fonte de ces glaciers a augmenté de 900 %, une hausse qu’ils attribuent au réchauffement de la température dans la région.

Les scientifiques rappellent que les glaciers se résorbent de deux façons, par la fonte des surfaces et par la dislocation.

glacier-canadien-001

 

 

Or, avant 2005, la masse perdue des glaciers, dans la région étudiée, était le résultat des deux processus, à hauteur de 48 % et 52 % respectivement.

Après 2005, la fonte est devenue le principal facteur de perte des glaces. Elle compte maintenant pour 90 % du total des pertes dans la région.

Le résultat de ces travaux est publié dans Environmental Research Letters.

Le Canada possède 20 % de l’ensemble planétaire des glaciers. Il est par conséquent le troisième contributeur au changement de niveau des océans.

Martin Sharp, un glaciologue de l’Université d’Alberta qui n’est pas associé à la recherche, affirme que le niveau de la mer pourrait grimper d’un demi-mètre au cours des 50 prochaines années, forçant les déplacements de populations et augmentant les risques de tempêtes et d’ouragans.

« Il y a deux milliards de personnes qui vivent à moins de deux mètres de la mer. L’ampleur du nombre de réfugiés que susciterait une hausse du niveau de la mer ferait paraitre dérisoire la crise actuelle des réfugiés », dit Martin Sharp.

Source:Radio Canada

 

 

 

 

Alerte Fukushima: le niveau de radioactivité atteint un niveau sans précedent

2 commentaires

l’exploitant de la centrale de Fukushima centrale nucléaire a détecté des niveaux de radiation extrêmement élevés à un réacteur endommagé à la centrale de Fukushima au Japon.

Les niveaux de rayonnement qui sont mortels après une brève exposition ont été trouvés à l’intérieur du deuxième réacteur jeudi,le 2 février 2017.

fukushima-690x350

Tokyo Electric Power Company a également trouvé un trou qui a été probablement causé par le combustible nucléaire fondu  qui a également été découvert dans le réacteur.

RT rapporte:

Des niveaux allant jusqu’à 530 Sieverts par heure de rayonnement ont été détectés à l’ intérieur du réacteur inactif 2 au complexe nucléaire de Fukushima Daiichi,la centrale  endommagée pendant le tremblement de terre et le tsunami catastrophe de 2011, ce que les  médias japonais ont rapporté jeudi citant l’exploitant de la centrale, Tokyo Electric Power Company (TEPCO).

Une dose d’environ 8 Sieverts est considérée comme incurable et fatale.

Un trou de pas moins d’un mètre carré  a également été découvert sous la cuve sous pression du réacteur, a expliqué TEPCO . Selon les chercheurs, l’ouverture apparente dans la grille métallique de l’un des trois réacteurs qui avaient fondues en 2011, est censé être avoir été causé par le combustible nucléaire fondu qui est tombé à travers le vaisseau.

L’échafaudage de fer a atteint  un point de 1500 degrés de fusion, selon TEPCO , expliquant qu’il y a une possibilité  que des débris de carburant soient tombé sur elle et ouvert le trou. De tels débris de carburant ont été découverts sur les équipements au fond de la cuve sous pression juste au-dessus du trou, a-t-on  ajouté.

Les derniers résultats ont été libérés après une sonde récente de la caméra à l’intérieur du réacteur, explique TEPCO . À partir de l‘utilisation d’une caméra télécommandée montée sur un long tuyau, les scientifiques ont réussi à obtenir des images de lieux difficiles à atteindre où des matières nucléaires résiduelles sont restées. La substance, elle est tellement toxique que les robots, même fabriqués spécialement  pour ce travail et aussi conçus pour sonder les profondeurs sous-marines sous la centrale sont déjà émietté et arrêté en cours de travail.

Cependant, TEPCO envisage toujours de lancer de nouvelles évaluations plus détaillées à la centrale nucléaire endommagée à l’aide de robots automoteurs.

Plus tôt cette semaine, les espoirs pour un nettoyage plus efficace à Fukushima étaient très  élevés, tellement que l’exploitant a annoncé qu’une partie des débris responsables d’une grande partie de la contamination radioactive  persistante depuis six ans (des combustibles nucléaires résiduels)  peut avoir finalement été trouvé.

Hors,il semble que TEPCO soit obligé et forcé de donner l’heure juste et n’aurait plus le choix que de dire la vérité après 6 ans de mensonge de cachotteries et de …détournement de fonds publics.Plus le temps passe et plus la situation devient hors de contrôle.

Il y a plus de 1100 citernes de stockage d'eau radioactive sur le site de Fukushima Daiichi.Une catastrophe écologique majeure se prépare.

Il y a plus de 1100 citernes de stockage d’eau radioactive sur le site de Fukushima Daiichi.Une catastrophe écologique majeure se prépare.

Tchernobyl : une vidéo montre le corium ultra-radioactif de près, grâce à des robots

3 commentaires

 

Une caméra de sécuritéavait capté ces images de l,explosion du réacteur No 4,le 28 avril 1986.

Une caméra de sécurité avait capté ces images de l,explosion du réacteur No 4,le 26 avril 1986.

Une vidéo prise dans les entrailles de Tchernobyl montre le corium, cette masse de ultra-radioactive de métaux fondus sous le réacteur numéro 4, de près. Cette chose est si radioactive que quelques minutes d’exposition à son rayonnement peut provoquer une hémorragie interne puis la mort. Il existe peu d’images de ce corium : les premières ont été prises en 1996, mais la robotique permet à nouveau de l’observer de près sans risques cette fois.

 

Voici l’une des premières images prises du corium en 1996 lors d’une dangereuse expédition.

Voici l’une des premières images prises du corium en 1996 lors d’une dangereuse expédition.

 

Le 26 avril 1986 à 1 h 23, a lieu la pire des catastrophes nucléaires de l’histoire. Le coeur du réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl, en Ukraine, fond et explose. Près de là, dans la ville de Prypiat, des centaines de milliers de personnes sont immédiatement exposées à de fortes retombées radioactives. Le gouvernement d’URSS tarde alors à évacuer.

L’incendie qui suit et ses conséquences sont un véritable défi, avec l’emploi de centaines de milliers de liquidateurs (entre 500.000 et 800.000 personnes) qui tenteront de refroidir le réacteur et de mitiger les conséquences de cette catastrophe au péril de leur vie. Des dizaines de milliers voire des centaines de milliers selon les estimations en sont morts. Plus d’une centaine de milliers de liquidateurs en gardent toujours des séquelles sur leur santé.

Les radionucléides libérés ont par ailleurs contaminé et provoqué des conséquences sanitaires bien au-delà de l’Ukraine. La centrale continue par aussi de contaminer l’environnement en radionucléides, bien qu’une nouvelle enceinte de confinement est en passe d’être terminée, ce qui devrait enfin permettre de démanteler la centrale avec des robots.

Tchernobyl : ce corium qui émet 10.000 rontgens est capable de vous tuer en quelques minutes

Reste que dans les entrailles de la centrale, se cache l’une des choses les plus terrifiantes que l’humanité ait jamais produites. On vous l’a dit plus haut, le contenu du réacteur numéro 4 a fondu et explosé. Le résultat, c’est un mélange constitué de l’acier des barres de combustibles, du combustible mais aussi du graphite modérateur et probablement du métal du réacteur lui-même, puisque lors de sa fonte, on estime que cette sorte de lave a atteint 3000 °C.

Cet amalgame, surnommé le « pied d’éléphant » a coulé sous le réacteur en sept amas dont le rayonnement atteint encore 10.000 rontgens, et qui sont exposés à l’air libre. Ce corium est encore extrêmement dangereux et le restera en l’état des milliers d’années. Une exposition de deux minutes provoque des hémorragies internes. À 4 minutes, s’ajoutent vomissements, fièvre et diarrhée. 5 minutes d’exposition, et vous n’avez plus que deux jours à vivre.

Les premières images de ces amas n’ont été prises qu’en 1996 suite à une dangereuse expédition dans les entrailles de la centrale. La qualité des photos argentiques, parsemées de bruit à cause des extrêmes radiations témoigne à elles seules l’extrême dangerosité des émissions ce blob métallique radioactif. Le photographe à qui on doit ces images, c’est Arthur Korneyev. Il a passé 5 ans autour de la centrale, et en garde de lourdes séquelles.

Les risques de contamination liés à ce corium continuent d’inquiéter

Plus récemment, d’autres explorations ont eu lieu, cette fois-ci grâce à des robots et ont permis de prendre les autres clichés de cette vidéo. Aujourd’hui, le nouveau confinement de la centrale (qui serait terminé d’ici fin 2017) va enfin permettre de démanteler le réacteur. Ce qui pourrait prendre encore des dizaines d’années.

 

Néanmoins le corium, probablement la substance la plus toxique jamais créée par l’homme, continue d’inquiéter les scientifiques. Leur crainte, c’est que ce corium finisse par contaminer les nappes phréatiques et les cours d’eau environnants. La taille de cette masse de métal et sa disposition dans les sous-sols de la centrale vont rendre son extraction extrêmement difficile.

Voir le vidéo sur Dailymotion:

http://dai.ly/x59buew

 

En rouge, les endroits où le corium se trouve, dans les entrailles du réacteur nr 4

En rouge, les endroits où le corium se trouve, dans les entrailles du réacteur nr 4

 

 

Plus de 30 ans après le désastre:les radiations sont  toujours là,dans l'environnement.

Plus de 30 ans après le désastre:les radiations sont toujours là,dans l’environnement.

 

L’ampleur de la Sixième Extinction massive des espèces

Laisser un commentaire

 

chine-lac-asseche

 

 

 

http://planeteviable.org/ampleur-sixieme-extinction-massive-des-especes-en-question/ Les activités humaines sont à l’origine d’une inquiétante disparition des espèces vivantes. Cette extinction progressive est menaçante car les services que nous rend la nature reposent sur la diversité biologique. L’estimation du nombre d’espèces qui disparaissent a conduit les scientifiques à dénommer cette crise sixième extinction massive, en référence aux cinq extinctions massives qu’a […]

via L’ampleur de la sixième extinction massive des espèces en question — Enjeux énergies et environnement

Antarctique : un glacier de 120km commence à fondre

Laisser un commentaire

L’effet de serre possède ce caractère insidieux qui ne permet pas d’appréhender directement toute la mesure des dérèglements climatiques qui ont lieu. Étude après étude, nous nous rendons compte qu’il agit à tous les niveaux, que les changements sont lents, presque impalpables mais néanmoins bien réels. Pendant que les scientifiques étudient la nature de ces changements et leurs impacts, l’environnement lui ne connait pas de répit. Aujourd’hui, nous apprenons que l’un des plus vastes glaciers de l’Est de l’Antarctique s’est mis à fondre par le dessous.

south-pole-where-the-sun-sets-and-rises-once-each-year-e1422703796984-920x526

Un colosse aux pieds d’argiles

Baptisé « Totten », ce géant de glace situé au pôle Sud impressionne par ses dimensions : 120km de long sur 30km de large, ce qui en fait l’un des plus vastes de cette région de l’Antarctique. Oui mais voilà, ce colosse aux pieds d’argile pourrait bien connaître lui aussi une fonte inexorable qui, à en croire les données scientifiques, entrainerait une hausse des mers de plus ou moins 6 mètres.

Les scientifiques savaient pertinemment que « Totten » diminuait d’envergure grâce à des données satellitaires mais ils n’en comprenaient pas les causes exactes. C’est désormais chose faite grâce à une expédition menée par des scientifiques Australien en Antarctique de l’Est pendant l’été Austral. Ceux-ci se sont aperçus, alors qu’ils pensaient initialement cette région épargnée par le réchauffement de l’océan, qu’il n’est en rien et que l’eau alentour est d’1,5 degré plus chaude que prévue. Ce degré et demi de différence pourrait bien à terme sonner le glas de ce titan et entrainer sa fonte par le dessous.

« Le fait que des eaux chaudes puissent atteindre ce glacier témoigne que l’Est Antarctique est potentiellement plus vulnérable à l’impact du réchauffement global qu’on ne le pensait jusqu’alors » a fait valoir Steve Rintoul, chef de l’expédition.

Et maintenant ?

Pour autant, faut-il tirer la sonnette d’alarme et s’inquiéter outre mesure de ces nouvelles informations ? D’après Frank Pattyn, glaciologue à l’ULB, il faut limiter au maximum les émissions de gaz à effet de serre s’il on veut contrecarrer ce phénomène et éviter ainsi un effet « boule de neige » irréversible. Et c’est encore possible. Si l’antarctique de l’Ouest se rapproche du seuil « d’instabilité » (seuil où la fonte de la glace est plus importante que l’apport de glace via la neige) nous sommes encore loin de cet état en Antarctique de l’Est. Néanmoins, une étude parue le mois dernier et portant sur une vingtaine d’années atteste du fait que la fonte des glaciers en Antarctique à purement et simplement triplé au cours de la dernière décennie.

Les cartes du changement sont entre nos mains désormais et nous devons les utiliser à bon escient afin d’endiguer l’aphasie collective qui règne autour des divers bouleversements climatiques. Une passivité citoyenne et étatique qui pourrait nuire à l’humanité toute entière. Comment mesurer de manière précise l’impact qu’aurait la fonte d’un tel glacier (et d’autres) et quelles en seraient les conséquences sur l’homme et sur la nature ? Difficile à dire, et c’est une question à laquelle nous espérons ne jamais trouver de réponses. Il est encore et plus que jamais temps d’agir car aussi petits et insignifiants pensons-nous être, nous avons un impact clair et un rôle à jouer important. Alors faisons de celui-ci une volonté solidaire, unanime et positive pour un avenir serein.

 

Sources

Alerte climatique:Confirmation de l’instabilité du glacier le plus sensible de l’Antarctique de l’Est

Un commentaire

Des scientifiques prévoient que la fonte d’un immense glacier de l’Antarctique de l’est, le Totten, pourrait conduire à une élévation du niveau de la mer de plus de 2 mètres. L’analyse de la topographie rocheuse sur laquelle repose le glacier montre que des régions instables risquent de favoriser des phases de retrait rapide à l’avenir, comme cela a déjà […]

via Confirmation de l’instabilité du glacier le plus sensible de l’Antarctique de l’Est — global-climat

Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :