Publicités
Accueil

Vidéo:La disparition des dinosaures

Laisser un commentaire

 

Diplodocus

Publicités

Effets globaux du dégel rapide du pergélisol du Groenland

5 commentaires

Le Groenland: comment le changement climatique rapide sur la plus grande île du monde nous affectera tous. La couche de glace se fondre et le pergélisol est en train de décongeler. Ce qui se passe au Groenland accélérera le changement climatique à travers le monde, The Independent, 7 sept. 17, Kathryn Adamson 

 

 Le plus grand incendie sauvage jamais enregistré au Groenland a récemment été repéré à proximité de la ville de Sisimiut, dans la côte ouest, non loin de l’île de Disko, où je recherche des glaciers en retraite. Le feu a attiré l’intérêt public et scientifique, non seulement parce que sa taille et son emplacement ont surpris, mais parce que c’est encore un signe de profond changement environnemental dans l’Arctique.

Un feu visible de l’espace.

Le Groenland est une composante importante du système climatique mondial. La couche de glace, qui couvre 80 pour cent de l’île, reflète une grande partie de l’énergie du soleil dans l’espace qu’elle modère les températures à travers ce qu’on appelle l’effet albedo. Et puisqu’il occupe une position stratégique dans l’Atlantique Nord, sa masse fondue tempère les modes de circulation des océans.

Mais le Groenland est particulièrement vulnérable aux changements climatiques, alors que les températures atmosphériques de l’Arctique augmentent actuellement à deux fois le taux moyen global. Les conditions environnementales établissent fréquemment de nouveaux enregistrements: «le plus chaud», le «le plus humide», le «le plus sec».

Malgré sa taille, le feu lui-même ne représente qu’un instantané de l’histoire du feu du Groenland. Cela ne nous permet pas de nous parler du changement climatique plus large de l’Arctique.

Mais lorsque nous superposons ces événements extraordinaires sur des enregistrements environnementaux à plus long terme, nous pouvons voir des tendances importantes émerger.

La couche de glace fond

Entre 2002 et 2016, la glace a perdu de la masse à environ 269 millions de tonnes par an. Un gigatonne est d’un milliard de tonnes. Une tonne concerne le poids d’un morse.

Au cours de la même période, la couche de glace a également montré un comportement inhabituel à court terme. La saison de fonte de 2012 a été particulièrement intense – 97% de la couche de glace a connu une fonte de surface à un certain point au cours de l’année. La neige a même fondu à son sommet, le point le plus élevé au centre de l’île où la glace est empilée à plus de 3 km au-dessus du niveau de la mer ………

Au Groenland, comme beaucoup de l’Arctique, les températures élevées décongelent le pergélisol. Cela signifie que la couche active augmente de 1,5 cm par an. On s’attend à ce que cette tendance se poursuive, étant donné que, selon les prévisions actuelles du GIEC, les températures de l’air de l’Arctique augmenteront de 2,0 ° C à 7,5 ° C  durant ce  vingt-et-unième siècle.

Le pergélisol arctique contient plus de 1 500 milliards de tonnes de plantes et d’animaux morts (environ 1 500 milliards d’équivalent en cadavres de morses) que l’on appelle «matière organique». À l’heure actuelle, ces choses ont été gelées depuis des milliers d’années. Mais lorsque le pergélisol décongèle cette matière organique se décomposera, libérant du carbone et du méthane (un autre gaz à effet de serre) dans l’atmosphère.

Si la décongélation se poursuit, on estime qu’en 2100 le pergélisol émettra 850-1,400 milliards de tonnes d’équivalent CO₂ (pour comparaison: les émissions globales totales en 2012 étaient de 54 milliards de tonnes d’équivalent CO₂).Tout ce que le méthane et le carbone supplémentaires, bien sûr, ont le potentiel d’améliorer encore le réchauffement climatique …… ...

Donc,cette athmosphère  terrestre serait devenue totalement hostile à la vie humaine ainsi que de nombreuses autres formes de vie adaptées à la composition actuelle de l’air et de sa température!

Sources:

http://www.independent.co.uk/environment/greenland-how-rapid-climate-change-on-worlds -largest-island-will-affect-us-all-a7926006.html

La réalité et les conséquences des chemtrails débattues à l’ONU – Rosalind Peterson

3 commentaires

Time : 17 mn 50 La réalité et les conséquences des chemtrails débattus à l’ONU Rosalind Peterson L’hypocrisie générale, ou l’accusation de complotisme n’est plus soutenable. Ci-dessous la déclaration à l’ONU en 2007 de Rosalind Peterson présidente de l’association : Agriculture Defense Organisation. Voici les grandes lignes de son […]

via La réalité et les conséquences des chemtrails débattues à l’ONU – Rosalind Peterson — Aphadolie

La mémoire chez les animaux : le chien

2 commentaires

Le blogzine bio & écolo

La mémoire chez les animaux : le chien se souvient

Des membres du groupe de recherche en éthologie comparée MTA-ELTE (Budapest) se sont penchés sur la mémoire du chien. Cette étude nous montre que certains de nos systèmes de mémorisation ne sont pas tellement éloignés de ceux de notre meilleur ami.

chien-blanc-courant-dans-lherbePhoto : Pexels via Pixabay (licence CC0)

La technique du « Do as I do »

Le chien, notre compagnon depuis si longtemps, a appris à nous connaître. Il comprend les expressions de notre visage, aime nous faire plaisir et rester le plus longtemps possible en notre compagnie.

Étudier les capacités de sa mémoire paraissait assez difficile et les chercheurs ont dû faire appel à une méthode, appelée le «Do as I do »(fais ce que je fais).

Durant les séances d’éducation, le chien regarde son maître exécuter une action et doit la reproduire à son tour, après avoir entendu…

View original post 283 mots de plus

Choupi et Pépito !

Laisser un commentaire

Les idées de mimi

fullsizerender J’ai la classe avec mon petit pull !
img_1393 C’est vrai qu’il est cool le coussin de Pépito ! fullsizerender-21

fullsizerender-22 Je profite que Pépito ai le dos tourné pour lui piquer sa boite !
img_2083 Je suis pas d’humeur, nourri moi et laisse moi !
fullsizerender-23 J’adore grimper sur les arbres ! fullsizerender-24fullsizerender-25

img_2085 Non, j’ai pas une grosse tête !
fullsizerender-26 Quoi ? T’as jamais vue un chat assis dans un pot de fleur ?!
img_2095 Non je veux pas de photo aujourd’hui !
fullsizerender-20 C’est les croquettes que j’entend ? fullsizerender-19

fullsizerender-18 Saleté de camera frontale !
fullsizerender-16 Au calme dans ma boite !
fullsizerender-17 Quand je pense à mes soucis de chat fullsizerender-15

fullsizerender-9 Je suis blasé ! fullsizerender-11

fullsizerender-10 J’adore dormir dans mon pot de fleur !
fullsizerender-4 Oh, un oiseau !
fullsizerender-12 Je ferais bien une petite sieste !
fullsizerender-5 Elle sent bon cette fleur ! fullsizerender-7

fullsizerender-6 J’adore faire pipi n’importe où et n’importe quand !
fullsizerender-13 C’est mon coussin doudou à moi !
fullsizerender-1 J’adore chasser sur…

View original post 19 mots de plus

Juillet 2017 explose le record de chaleur pour un mois de juillet, du jamais vu depuis 137 ans !

Laisser un commentaire

La Nasa vient de dévoiler les statistiques relatives aux températures du mois de juillet 2017 et nous informe qu’il a été le plus chaud jamais enregistré dans le monde depuis 137 ans. Ces chiffres viennent rappeler que la question du réchauffement climatique doit rester au cœur des attentions alors que la nouvelle politique des États-Unis semble le banaliser. 

 

 

En France, la météo fait des siennes depuis plusieurs semaines, avec un ciel orageux la plupart du temps. C’était l’occasion pour nous de rappeler ce que risque une personne frappée par la foudre, un jeune garçon de 15 ans ayant été blessé il y a quelques jours. Malgré cette météo capricieuse dans l’Hexagone cet été, il n’aura jamais fait aussi chaud sur la planète au cours d’un mois de juillet depuis 137 ans.

Réchauffement climatique : un nouveau record de température dans le monde pour un mois de 2017

À travers un communiqué publié sur son site, l’Institut Goddard pour les études spatiales (GISS), qui est rattaché à la Nasa, vient d’annoncer les statistiques relatives aux températures moyennes dans le monde au cours du mois dernier. C’est le mois de juillet plus chaud jamais enregistré depuis 137 ans. La température était supérieure de 1,49 degré par rapport à la moyenne de 1951 à 1980.

L’analyse mensuelle réalisée par l’équipe GISS se base sur les données collectées issues d’environ 6 300 stations météorologiques à travers le monde. Le réchauffement climatique, on en parle donc toujours et encore, alors qu’il nous resterait désormais moins de 5 % de chance de le limiter à une augmentation de 2 °C d’ici la fin de ce siècle et que les plantes absorbent de plus en plus de CO2.

Rappelons pour finir que l’administration Trump a récemment retiré les États-Unis de l’accord de Paris qui fixait en 2015 l’objectif ci-dessus cité, ce qui avait siccité il y a quelques semaines de vives réactions de plusieurs acteurs de l’univers du High-tech dont Tim Cook, Elon Musk, ou encore Mark Zuckerberg.

 

 

 

 

 

 

Jour du dépassement : l’humanité vit à crédit sur les ressources de la Terre depuis le 2 août 2017

Laisser un commentaire

Ce mercredi 2 août, c’est le le jour du dépassement, c’est à dire le moment de l’année où l’humanité commence à vivre à crédit sur les ressources de la Terre. Sur le plan de l’écologie, cela signifie qu’en sept mois, nous aurons émis plus de carbone que ce que les océans et les forêts sont capables d’absorber en un an. Il nous faut désormais l’équivalent de 1,7 planètes pour subvenir complètement à nos besoins. Il nous en faudra deux en 2030. 

 

 

Le jour du dépassement, c’est aujourd’hui. Dans les 5 mois restants de l’année 2017, nous consommerons plus de ressources que la Terre n’est capable de régénérer, et rejetterons davantage que la Terre n’est capable d’absorber. Ce jour s’avance d’année en année. Alors qu’il nous faudrait 1,7 Terres en moyenne, ces trois infographie du global footprint network, que nous vous avons rajouté en fin d’article, montrent combien de planètes il nous faudrait si tout le monde vivait comme les habitants de certains pays.

On apprend ainsi par exemple qu’il faudrait plus de 5 planètes si tout le monde vivait comme les australiens, et plus de trois si tout le monde vivait comme les français. À l’inverse, si nous vivions tous comme les indiens, une demi-planète suffirait à subvenir à tous nos besoins.  Vous pouvez en générer davantage à cette adresse.

Voici ce que nous expliquions le 28 juillet 2017 :

Chaque année, le jour du dépassement arrive un peu plus tôt, un indicateur qui revient nous rappeler que l’humanité vit à crédit sur les ressources de la Terre. L’année dernière, on commençait à vivre à crédit à partir du 8 août. En 2017, ce sera à partir de mercredi prochain. Nous aurons consommé les ressources que la Terre est capable de renouveler en un an. L’occasion de rappeler que les plantes, poussées à bout, absorbent de plus en plus de CO2.

Écologie : L’humanité vivra à crédit dès le 8 août 2017

Ce n’est sans doute pas la première fois que vous en entendez parler. Le jour du dépassement revient tous les ans sur le devant de la scène, et particulièrement ces dernières années, car sa date fait de plus en plus froid dans le dos. Pour faire un bref rappel de ce dont il s’agit.

La date du dépassement est calculée par l’ONG Global Footprint Network, qui en est à l’origine. Elle la détermine sur la base de l’empreinte carbone, des ressources consommées par les humains pour leurs activités et besoins quotidiens : la pêche, l’élevage, les cultures, la construction et l’utilisation d’eau. Comme le note l’ONG dans un communiqué, il nous faut désormais l’équivalent de 1,7 planète pour subvenir à nos besoins. Et pour cause :

Cela signifie qu’en sept mois, nous avons émis plus de carbone que ce que les océans et les forêts ne pouvaient absorber en un an, nous avons pêché plus de poissons, coupé plus d’arbres, fait plus de récoltes, consommé plus d’eau que ce que la Terre a pu produire sur cette même période

Pour finir, l’organisation note qu’en 1997, le jour du dépassement avait été atteint fin septembre. Vingt ans après, la date continue de monter et s’approche désormais du mois de juin. Les choses sont peuvent heureusement être corrigées et il faudra pour ce faire réduire les émissions de gaz à effet de serre. On reste peu optimiste quand on sait que Donald Trump a récemment retiré les USA de l’accord de Paris.

 

 

 

 

 

Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :