Alerte réchauffement climatique:La couche de glace la plus solide de l’Arctique se fracture pour la première fois

Une hausse des températures particulièrement importante a causé une rupture dans la glace au nord de la côte groenlandaise. C’est la deuxième fois cette année, phénomène qui n’avait jamais été observé auparavant.

C’est maintenant une évidence!

 

C’est un phénomène inquiétant auquel ont pu assister les scientifiques qui surveillent les glaces polaires, comme le rapporte le Guardian. Dans l’Arctique, au nord du Groenland, la plus vieille et plus épaisse couche de glace a commencé à se briser. Habituellement, cette zone polaire reste pourtant figée toute l’année, y compris pendant les mois les plus chauds de l’été. Et pourtant, c’est la deuxième fois cette année que ce phénomène se produit, alors qu’il n’avait jamais été observé auparavant.


HORS TEXTE

Jusqu’à 4,5 degrés de plus: l’eau a été exceptionnellement chaude cet été

 

Jusqu’à 4,5 degrés de plus que la normale à Marseille sur tout le mois d’août, ou encore 3,3 degrés supplémentaires en moyenne en juillet en Bretagne: l’eau a été exceptionnellement chaude cet été sur l’ensemble des côtes françaises. Pour les autres destinations, consultez notre carte interactive.

 

La vie marine menacée par la canicule

S’il est plus facile de rentrer dans l’eau, l’augmentation de la température marine n’est pourtant pas une si bonne nouvelle que ça pour les vacanciers. Les fortes chaleurs attirent des espèces tropicales sur les côtes, beaucoup plus dangereuses pour les baigneurs. Sur la côte d’Azur, la baignade a été interdite sur plusieurs plages à cause de la présence de raies pastenagues, dont la piqûre est très venimeuse. Les eaux plus chaudes favorisent également la prolifération des méduses.

Mais le réchauffement marin inquiète surtout les spécialistes pour ses répercussions écologiques: l’océan absorbe près d’un tiers des rejets de CO2 liés aux activités humaines. Or, l’eau froide, plus dense, dissout mieux le carbone.

Toujours à cause de la chaleur: les récifs coralliens blanchissent et privent les poissons de leur habitat naturel. A l’avenir, de nombreuses populations humaines pourraient ainsi être privées de leurs ressources alimentaires, d’autant plus que la faune tend à rapetisser dans les eaux chaudes, à cause de la raréfaction de l’oxygène.

Les océans toujours aussi chauds, leur niveau toujours plus haut

Une haute marée pénètre à l’intérieur des terres aux îles Marshall, le 3 mars 2014. L’archipel pourrait disparaître à cause de la montée des eaux.

Le niveau des océans a grimpé de 7,7 centimètres en moyenne depuis 1993, tandis que leur température en surface n’a jamais été aussi chaude que ces trois dernières années.

Outre la montée des eaux, le réchauffement des océans a de lourdes conséquences sur les coraux, dont il provoque le blanchissement. Les poissons et autres animaux marins se retrouvent privés d’un précieux habitat.

« Le plus récent épisode mondial de blanchissement du corail a duré trois années pleines, de juin 2014 à mai 2017, et a été le plus long et le plus étendu jamais enregistré », révèle le rapport.

Si la moyenne des températures à la surface des océans était légèrement moins élevée en 2017 qu’en 2016, la tendance est à la hausse, assure l’étude de la NOAA. « Ces trois dernières années sont les trois plus chaudes jamais observées », affirme-t-elle.

L’Arctique n’a jamais été aussi chaud « depuis 2000 ans »

En parallèle, le réchauffement de l’air et la hausse des températures à la surface de l’eau contribuent à la fonte toujours plus importante des glaces aux pôles. En 2017, la température au sol était supérieure de 1,6°C à la moyenne entre 1981 et 2010. L’étude pointe par ailleurs « que l’Arctique n’a pas connu de températures aussi anormalement élevées de l’air et de la surface de l’eau depuis 2000 ans ».

En mars 2017, l’étendue maximale de la banquise était la plus faible depuis 37 ans qu’elle est mesurée par satellite. Les glaciers de la planète ont aussi rétréci pour la 38e année consécutive. Ce recul cumulé depuis 1981 équivaut à « couper 22 mètres du sommet d’un glacier de taille moyenne », illustre le rapport.

https://www.meteomedia.com/nouvelles/articles/larctique-perd-en-glace-lequivalent-de-la-superficie-du-quebec/97365/?ref=msncda_news_hdln&link=mainArticle

 

 


RETOUR SUR L’ARTICLE PREMIER

 

En cause selon les scientifiques: une vague de chaleur sans précédent causée par le changement climatique, associée à des vents chauds. En février et au début août, des pics de température anormalement élevés ont ainsi été recensés. Ils auraient fragilisé la glace qui n’aurait dès lors pas pu résister aux vents chauds qui ont suivi.

Phénomène « effrayant »

Cité par un  journal français, un météorologue décrit cet épisode comme « effrayant ». D’autres disent qu’il pourrait remettre en cause l’idée selon laquelle cette zone serait le dernier bastion de glace permanente à supporter le réchauffement des températures. « La quasi totalité de la glace au nord du Groenland est partiellement brisée et donc mobile », explique Ruth Mottram, une chercheuse de l’Institut danois de météorologie.

« L’ouverture des eaux au large de la côte nord du Groenland est inhabituelle. Cette zone a souvent été appelée « la dernière zone de glace » car il a été suggéré qu’elle serait la dernière mer gelée pérenne dans l’Arctique. Les événements de la semaine passée suggèrent en fait que la dernière zone gelée serait plus loin à l’ouest ».

Le mal est fait

La glace de cette partie du cercle polaire est particulièrement compacte en temps normal. Cela s’explique par l’effet du courant de dérive transpolaire, qui entraîne la glace depuis la Sibérie à travers l’Arctique, où elle finit par s’entasser. D’après Thomas Lavergne, scientifique à l’Institut norvégien de météorologie, l’éclatement de cette couche glacée laisserait pénétrer une eau plus chaude le long de la côte, repoussant la glace et accélérant le processus.

« Je ne peux pas dire combien de temps cette ouverture va demeurer, mais quand bien même elle se refermerait dans quelques jours, le mal sera fait: l’épaisse couche de glace plus âgée aura été éloignée de la côte, jusqu’à une zone où elle fondra plus facilement », explique-t-il.

Dans une animation qu’il relaie sur son compte Twitter, on voit clairement un long bras de mer, en bleu, progressivement s’interposer entre la couche de glace jaune orangée et la côte.

Une vague de chaleur anormale

En février, la station météo locale Kap Morris Jesup enregistre en général des températures en dessous de -20 degrés. Cette année, des températures au-dessus du seuil de glaciation ont été enregistrés pendant dix jours, accompagnées de vents chauds. La glace s’était alors fracturée une première fois. Début août, un record historique de chaleur a été enregistré, avec pas moins de 17 degrés. Causant ainsi une réouverture de la fissure déjà provoquée.

Les scientifiques s’alarment de ces changements brutaux de températures. Ils craignent qu’ils soient le signe d’une érosion du vortex polaire, phénomène météorologique qui maintient la zone dans des températures froides propices au maintien de la couche de glace. Le Gulf Stream, courant séparant l’eau chaude et l’eau froide dans les océans, est également à son plus bas depuis quelque 1600 ans. Avec ce ralentissement de la circulation de l’air et de l’eau, les événements climatiques tendent à durer plus longtemps, et donc à avoir un impact plus puissant.

Les vagues de chaleur vont devenir de plus en plus fréquentes

Étendue de la couche artique (juillet 2017)

L’été 2018 marque de nouveaux records de chaleur, notamment en France où s’installe une deuxième semaine de canicule. Si les vagues isolées ne sont pas directement imputables au dérèglement climatique, les tendances à la hausse et records battus chaque année en sont des signes.

« Nos options sont soit mauvaises, soit terribles »

« En ce qui concerne les canicules, nos options sont soit mauvaises, soit terribles », tranche le professeur spécialisé dans la géographie et l’environnement.

« Si nous faisons de notre mieux, c’est-à-dire respecter l’accord de Paris (adopté lors de la COP21 et dont Donald Trump a fait retirer les Etats-Unis, NDLR), presque 50% de la population humaine sera quand même touchée », estime Camilo Mora. « Mais si nous ne faisons rien, plus de 70% de la population sera affectée par ces vagues de chaleur, ce qui est terrible », avance-t-il.

De fait, la migration en raison de changements climatiques est un sujet qui revient de plus en plus souvent dans les discussions des sommets internationaux. D’ici 30 ans, la Banque mondiale estime que plus de 140 millions de personnes pourraient être amenées à se déplacer. Un chiffre qui, selon l’organisme international, pourrait être réduit de 100 millions si des mesures étaient prises (et respectées) au niveau mondial et national.


Voici comment tout cela a commencer:

Il a fait trop chaud en Arctique cet hiver et la fonte glaciaire vient confirmer cette réalité exceptionnelle. En février, la couverture de glace était 1,4 million km2 sous la moyenne des 30 dernières années, ce qui équivaut environ à la superficie du Québec (1,5 million km2).

La moyenne des températures de décembre à février a été environ 4,9 ˚C plus élevés qu’en temps normal. En février, cet écart a été de 11 ˚C plus chaud que la normale en Alaska.

Au Groenland, le mercure a été au-dessus de 0 ˚C en février. Le mercure a grimpé au-dessus du point de congélation à cette période de l’année à deux reprises (mais beaucoup moins longtemps).

Conséquences inévitables

Un contexte aussi exceptionnel a eu des conséquences sur plusieurs parties du globe, à commencer par la vague de froid en Europe en février.

En Amérique du Nord, le couvert de neige a été plus abondant cette année et l’apport en humidité et en douceur en provenance de l’Arctique explique une partie de cette réalité.

« Tout est relié. La glace permet notamment de contenir la chaleur de l’eau dans l’atmosphère. Mais dans ce cas-ci, la perte de glace a fait en sorte que l’eau libre a également généré plus d’humidité dans l’air. C’est un aspect qui permet de générer davantage de précipitations en Amérique du Nord », commente Patrick de Bellefeuille, expert en environnement à MétéoMédia.

On peut également ajouter que l’affaiblissement du froid en Arctique peut également provoquer des débordements plus fréquents du vortex polaire dans l’hémisphère Nord.

Autrement dit lorsque l’air froid est moins concentré en Arctique, le vortex polaire se déplace plus facilement dans l’hémisphère Nord. Ce constat est notamment celui d’un groupe de scientifiques voulant que la diminution importante du couvert de glace dans l’Arctique ait pour effet d’affaiblir le vortex polaire, provoquant ainsi des descentes d’air froid plus fréquentes.

Dans une étude publiée en 2016 dans Nature Climate Change, les chercheurs soutiennent que l’affaiblissement de la concentration d’air froid qui se trouve au-dessus de l’Arctique au cours des trois dernières décennies aurait provoqué un réchauffement de l’air en haute altitude.

Si la masse d’air arctique est moins « forte et concentrée » au nord, elle devient alors plus « instable » et elle a tendance à s’étendre jusque dans l’est de l’Amérique du Nord.

 

 

 

https://www.bfmtv.com/planete/les-vagues-de-chaleur-vont-devenir-de-plus-en-plus-frequentes-1498449.html

 

 

La calotte polaire Artique

 

 

 

Publicités

2 commentaires sur “Alerte réchauffement climatique:La couche de glace la plus solide de l’Arctique se fracture pour la première fois

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.