VIDEO. Les terribles images d’un ours polaire affamé, victime du réchauffement climatique

« Je veux que les gens réalisent ce que cela veut vraiment dire lorsque les scientifiques disent que les ours polaires sont en voie d’extinction. » Ces mots du photographe Paul Nicklen accompagnent des images terribles tournées à la fin de l’été. Celles d’un ours polaire complètement affamé sur l’île de Baffin, située dans l’archipel arctique canadien. Sur la vidéo publiée par National Geographic on peut voir la bête, décharnée, avancer péniblement dans une plaine à la recherche de nourriture. Il fouille dans un dernier effort une poubelle, mais n’y trouve rien et finit par s’effondrer sur le sol.

Cela fait mal au coeur..pauvre ours!

 

Le photographe en expédition avec l’association Sea Legacy explique dans une interview au journal que son équipe et lui étaient en pleurs devant cet ours en train d’agoniser. Impuissant, Paul Nicklen dit avoir filmé cette mort lente pour que celle-ci ne soit pas arrivée en vain. « Les ours vont mourir de faim », rapporte celui qui espère sensibiliser le monde aux conséquences du réchauffement climatique.

Voir le lien vidéo plus bas:

video.nationalgeographic.com/video/news/171207-polar-bear-starving-iceless-land-vin-spd

 

Publicités

Réchauffement climatique:Un iceberg grand comme 20 terrains de football se détache et menace le Chili

Un spectacle inimaginable s’est déroulé au Chili. Un bloc de glace de 350 mètres de long sur 380 mètres de large s’est détaché du glacier de Grey. Explication.

En plein milieu de la Patagonie, un iceberg, faisant près d’une vingtaine de terrains de football, flotte sur les eaux gelées. En effet, un morceau du glacier Grey, qui mesure 350 mètres sur 380, s’est détaché.

Pour l’instant, les causes de sa séparation sont encore floues selon les autorités chiliennes. Et la Corporación Nacional Forestal, responsable du parc national des Torres del Paine, ajoute que ce phénomène de rupture ne s’était pas produit depuis au moins 30 ans.

Une mer gelée

Le glacier Grey est aujourd’hui considérée comme une mer de glace de 270 km2 et attire en moyenne 115 000 touristes, d’après le Corporación Nacional Forestal.

 

Le glacier Grey, situé dans la région de la Patagonie chilienne, tout au sud du pays, a récemment perdu un énorme morceau de glace. Le bloc massif, qui mesure 350 mètres sur 380 forme désormais une île à part entière. En partie émergée, elle dérive maintenant sur l’eau du lac qui s’est formé à la suite de la fonte d’une partie du glacier.

Citée par France Info, la Corporación Nacional Forestal (Conaf) estime que le détachement d’un bloc d’une aussi grande taille ne s’était plus produit depuis les années 1990.

Le glacier Grey actuellement.

L’origine du phénomène inconnu

L’organisme en charge de la gestion du parc national des Torres del Paine, qui abrite le glacier, a par ailleurs indiqué ne pas connaître les raisons qui ont entraîné la rupture de l’immense iceberg.

Comme le précise Le Monde, le glacier Grey possède une superficie de 270 km2. « Quand on parle des glaciers de Patagonie, on pense tout de suite au Perito Moreno en Argentine. Pourtant, 70 % des glaciers d’Amérique du Sud sont auChili », explique une guide spécialiste du site. D’après la Conaf, celui-ci attire chaque année 115.000 visiteurs environ.

«En 2100, la plupart des glaciers auront disparu», selon les scientifiques

 

En 40 ans de métier, c’est la première fois qu’il assiste à une telle situation. Le glacier des 2 Alpes sera fermé pendant les vacances de la Toussaint. Une situation que regrette Gilles Vanheule, directeur de l’Office du tourisme. Mais la station de ski iséroise a dû se résoudre à l’inévitable.

« Il fallait préserver au maximum ce qu’il reste. Et au regard de son état actuel, il n’était pas exploitable. Il n’y a pas assez de neige. Le passage de skieurs n’aurait que raboter la couche actuelle », confie l’homme.

Le manque de flocons l’hiver dernier, les fortes chaleurs estivales et l’absence de précipitations depuis le début de l’été ont conduit à une « situation inédite ». « C’est une période exceptionnelle qui s’inscrit dans un cycle long », poursuit Gilles Vanheule, conscient qu’elle résulte du « réchauffement climatique avéré ». Au fil des années, l’activité en haut du glacier a fortement décliné.

 

« On a observé quatre années exceptionnelles, particulièrement désastreuses pour les glaciers : 2003, 2009, 2015 et désormais 2017 », enchaîne Delphine Six, guère optimiste pour l’avenir. « Le réchauffement climatique, qui se traduit par une augmentation des températures, devrait amener plus d’humidité et de précipitations. Mais est-ce que cela sera suffisant pour les sauver ? » Rien n’est moins sûr. « En 2100, la plupart des glaciers situés en dessous de 3.500 mètres d’altitude auront probablement disparu », prédit-elle.

 

 

Pendant que la race humaine détruit tout et est devenue exposée aux menaces d’extinction massive…méditons en paix!

Dinosaures:215 œufs fossilisés de ptérosaures découverts en Chine

La mise au jour de centaines d’oeufs fossilisés de ptérosaures dans le nord-ouest de la Chine permet de mieux comprendre la vie de ces reptiles volants qui peuplaient la terre aux côtés des dinosaures durant le Crétacé il y a 120 millions d’années.

 

Dessin d’artiste représentant des ptérosaures Cette découverte de paléontologues brésiliens et chinois permet entre autres d’établir que les bébés Hamipterus tianshanensisétaient incapables de voler à la naissance, et qu’ils devaient donc compter sur les soins de leurs parents.

Pas moins de 215 œufs ont été mis au jour, dont certains contenaient des embryons.

Cette espèce de Hamipterus tianshanensis se nourrissait en grande partie de poissons.

Les adultes possédaient une crête au sommet d’un crâne allongé et des dents pointues. Leurs ailes déployées présentaient une envergure de plus de 3,5 m (11 pi).

En outre, des milliers d’autres spécimens de mâles et femelles ont été découverts sur le même site de la région de Xinjiang.

« C’était certainement un paradis pour les ptérosaures », affirme le paléontologue chinois Shunxing Jiang en décrivant le site, qui devient ainsi l’endroit sur la planète qui recèle le plus d’informations sur ces créatures.

Les ptérosaures furent les premiers vertébrés à voler. Les oiseaux et les mammifères ont suivi par la suite.

Jusqu’à aujourd’hui, aucun oeuf de ptérosaure n’avait été découvert avec des embryons conservés en trois dimensions. Les chercheurs pensent qu’il pourrait exister jusqu’à 300 autres œufs au même endroit, enterrés sous les fossiles exposés.

Selon le paléontologue brésilien Alexander Kellner, les os embryonnaires indiquent que les pattes postérieures d’un bébé Hamipterus se développaient plus rapidement que certaines parties des ailes.

Les chercheurs pensent que les restes de ptérosaures découverts appartiennent à des spécimens qui vivaient dans une grosse colonie près d’un lac d’eau douce.

Ils soupçonnent que des oeufs et certains individus juvéniles et adultes ont été emportés par les eaux du lac lors d’une importante tempête et qu’ils ils y ont été préservés et ensuite fossilisés.

Les oeufs mesurent jusqu’ à environ 7,2 cm de long. Ils ressemblent aux oeufs mous de certains serpents et lézards modernes.

Peu d’oeufs et d’embryons de ptérosaure ont été découverts au cours des années, en partie parce que les œufs à coquille molle se fossilisent difficilement.

Le détail de ces travaux est publié dans le journal Science .

Astronomie:La NASA a découvert la planète la plus épouvantable de l’univers

Wasp-18b,la planète la plus hostile jamais découverte!

Surpopulation, dérèglement climatique ou encore épuisement des ressources naturelles: autant de facteurs qui nourrissent en nous l’espoir de pouvoir vivre, un jour, sur une autre planète. Mais à l’heure actuelle, une chose est sûre: ce ne sera pas sur WASP-18b!

Récemment découverte par la NASA, cette exoplanète au nom barbare aurait des caractéristiques si épouvantables que les scientifiques ont du mal à comprendre son existence-même. 

Immense et brûlante, WASP-18b aurait une masse 10 fois supérieure à celle de Jupiter —qui est, pour rappel, la plus grande planète de notre système solaire. Les données récoltées par les astrophysiciens révèlent également que son atmosphère est emplie d’un monoxyde de carbone hautement toxique. Un phénomène jamais observé auparavant. 

«La composition de WASP-18b défie toutes nos attentes», affirme Kyle Sheppard, du  Goddard Space Flight Center de la NASA. «Nous n’avons connaissance d’aucune planète extra-solaire où le monoxyde de carbone domine complètement l’atmosphère.» À cela vient s’ajouter, d’après l’étudepubliée dans l’Astrophysical Journal Letters, l’absence totale d’eau —et par conséquent, d’oxygène. Autrement dit, WASP-18b coche tous les critères d’un environnement meurtrier. Pour les chercheurs, toute forme de vie y est donc absolument inenvisageable. Et ça tombe bien, ironise Metro, puisqu’il faudrait près de 67.500.000 ans pour que les êtres humains puissent atteindre l’exoplanète infernale. 

Si la découverte de WASP-18b fait froid dans le dos, elle s’avère en tout cas extrêmement instructive pour le personnel de la NASA, qui va ainsi devoir remettre en question ce qui constituait alors, pour eux, des certitudes. 

Les volcans islandais seraient en train de se réveiller

Ils présenteraient des signes évidents d’activité, selon les experts qui n’arrivent toutefois pas à prédire quand une éruption pourrait survenir.

Des volcans célèbres d’Islande montreraient des signes évidents de réveil, selon le site Iceland Monitor samedi qui cite un géophyiscien de l’Université d’Islande Páll Einarsson. L’expert a confié dans un journal local, que des processus étaient en cours dans leur centre, processus qui pourraient aboutir à une éruption.

Le scientifique s’est toutefois gardé d’avancer une date d’explosion, tant il est difficile de prédire à l’avance quand un volcan peut entrer en éruption, mais il a indiqué que les volcans faisaient désormais l’objet d’une surveillance renforcée.

Deux volcans sont pour l’instant concernés, le Bárðarbunga et le Grímsvötn. Ils se situent tous deux sous le glacier Vatnajökull, au sud de l’île, le plus grand d’Islande et le 2e plus grand d’Europe.

Par ailleurs, le Hekla, le volcan le plus connu de l’île, serait aussi en train de montrer des signes alarmants. Les experts ont observé une pression en hausse depuis sa dernière éruption en 2000. Mais les experts ne s’avancent pour l’instant pas à prédire une éruption.

En outre, un autre volcan, le Öræfajökull, qui fait lui aussi partie du glacier Vatnajökull et dont le cratère culmine à 1800 mètres, présente lui aussi des signes d’activité en augmentation. Sa dernière éruption remonter à 1727. Elle avait causé de gros dégâts et transformé une zone agricole en désert de lave.

L’Islande compte de nombreux volcans en activité. Tout le monde se souvient de l’éruption de  l’Eyjafjöll en mars 2010. Elle avait provoqué un important panache de cendres qui avaient entraîné de grosses perturbations dans le ciel européen avec la fermeture de plusieurs espaces aériens et de nombreuses annulations de vols.

 

 

 

 

Alerte Yellowstone:le supervolcan pourrait menacer l’humanité plus tôt que prévu

Le super-volcan de Yellowstone menace de se réveiller plus tôt que prévu. Les chercheurs de l’Arizona State University s’inquiètent des retombées du nuage de cendres et de dioxyde de carbone à l’échelle de la planète.

 

Le volcan dans le parc national du Yellowstone, situé dans le Wyoming et le Montana aux États-Unis, est l’un des 20 super-volcans de la Terre. Et celui-ci menace de se réveiller plus tôt que prévu… Selon National Geographic, des chercheurs de l’Arizona State University ont étudié pendant plusieurs semaines les dépôts fossiles des cendres retombées lors de la dernière éruption. En analysant les minéraux, ces spécialistes ont remarqué une évolution de la température en quelques dizaines d’années alors qu’ils pensaient qu’il faudrait quelques milliers d’années avant d’observer la moindre modification.

Entré en éruption pour la dernière fois il y a 640.000 ans, selon National Geographic, les chercheurs estiment que le volcan du Yellowstone est censé se réveiller tous les 600.000 ans. Ils ont déterminé qu’il rejeterait 1000 km³ de cendres et de dioxyde de soufre dans l’atmosphère, soit 2500 fois plus que lors de l’éruption du Mont Saint Helens en 1980. Cet amas expulsé pourrait réfléchir la lumière du Soleil sur une partie de la Terre, provoquant un « hiver volcanique ».

Inquiètant, lorsque l’on sait que sous la chambre magmatique, se trouve un gigantesque réservoir de magma, mesurant 19 km de haut sur 64 km de long et 40 km de large. Les roches en partie fondues qu’il contient rempliraient 11,2 fois le Grand Canyon du Colorado, ont calculé des volcanologues dont les travaux ont été publiés par le journal américain Science.

S’ensuivrait une chute brutale des températures pendant des mois, voire des années, empêchant toute culture agricole de la terre. Les cendres pourraient recouvrir le sol sur une épaisseur d’au minimum 2,5 centimètres tandis que des pluies acides dues à la présence de dioxyde de soufre dans l’air détruiraient une partie des récoltes de l’agriculture et polluerait une bonne partie des eaux.

Certaines projections font aussi état de 90.000 morts, suite à l’éruption du super-volcan, d’autres décès interviendraient dans la foulée.

Photo de juillet 2014.

 

Photo d’Août 2017
L’effet d’une éruption de Yellowstone.