La Sexualité Sacrée:Aimez-vous les uns sur les autres

Saviez-vous que faire l’amour profite tant à la santé que cela devrait être prescrit par nos thérapeutes.

Tout cela est très sérieux, et d’éminents scientifiques se sont penchés sur la question.

Ils ont découvert qu’une femme qui fait l’amour produit un certain degré d’hormones oestrogènes, ce qui a comme conséquences de lui donner des cheveux luisants et une peau douce.

Ils nous apprennent aussi qu’il faut faire l’amour lentement, et tendrement, car cela réduit les problèmes de peau, de grains de beauté, les démangeaisons.

Si, en préliminaire à vos ébats amoureux, vous décidez de vous offrir une bonne table bien garnie, avec chandelles et champagne comme il se doit, lorsque ensuite vous ferez l’amour vous allez éliminer plus de calories que celles que vous avez accumulées lors de ce repas d’amoureux.

On pourrait même affirmer sans sourire que la pratique du sexe peut être assimilée à celle d’un sport.

A quand l’amour comme discipline olympique ?

En effet, faire l’amour étire et raffermit chaque muscle de nos corps.

Vous êtes dépressifs ?

Le psychologue américain, Stuart Brody préconise de faire l’amour au lieu de prendre des antidépresseurs.

En effet, la pratique sexuelle génère des endorphines qui, en coulant dans vos veines, vous procureront une sensation de bien-être et d’euphorie, et provoqueront un état de relaxation favorable au sommeil, en combattant le stress.

Faire l’amour est dix fois plus efficace que l’absorption de valium, car le sexe est le tranquillisant le plus sécuritaire au monde.

Embrasser votre partenaire, outre le plaisir que cela procure, a d’autres effets : cela éloigne le dentiste, car la salive nettoie et fait diminuer le niveau d’acide responsable des caries, et prévient contre la plaque dentaire.

De plus, faire l’amour soulage toutes les pressions dans les vaisseaux sanguins du cerveau : c’est donc la réponse idéale que l’on puisse faire à une femme qui prétextant un mal de tête, refuserait une proposition amoureuse.

Faire l’amour a d’autres effets : cela facilite l’écoulement nasal, et c’est efficace contre le rhume des foins et l’asthme.

D’après le Pr Ebrahim, les hommes qui ont au moins trois rapports par semaine, et pendant dix ans, courent deux fois moins de risques d’avoir une attaque cérébrale ou une crise cardiaque.

Cela permettrait de réduire de 15 % le risque de développer un cancer de la prostate.

Pour la femme, la stimulation des tétons et l’orgasme libèrent une hormone appelée ocytocine, bénéfique pour le sein.

Faire l’amour, c’est aussi un excellent exercice pour le muscle cardiaque qui a besoin de travailler pour bien se porter. Pendant les ébats amoureux, les pulsations passent de 75 à 180 à la minute au moment de l’orgasme !

Les ébats amoureux seront-ils un jour remboursés par la Sécurité sociale ?

Et pour ceux qui n’ont pas de partenaires pour célébrer le printemps, je n’ai qu’un conseil : pratiquez l’amour le plus souvent possible car plus vous le ferez, plus on vous fera d’offres.

En effet, les personnes sexuellement très actives sécrètent de grandes quantités de phéromones, et l’odeur dégagée rend l’humain fou de désir, homme autant que femme.

Et puis n’y a-t-il pas meilleur lieu pour soigner une convalescence qu’un grand lit, surtout quand on s’y trouve à deux ?

On vous le disait dès Mai-68 : « Faites l’amour, pas la guerre ».

Car comme disait un vieil ami africain : « Là où le cœur est, les pieds n’hésitent pas à y aller ».


 

UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

Passez une bonne journée,mes ami(e)s!

 

 

La Sixième Extinction Massive passe par la mort massive des insectes

Insectes sur un pare-brise
Selon une étude récente publiée dans la revue Nature, le nombre d’insectes dans le monde a chuté de moitié au cours des 30 dernières années et il y a désormais 27 % moins d’espèces. Des chiffres alarmants, considérant le fait que le sort des humains est lié à celui des insectes.
Un texte d’Alexandre Sirois – Journal La Presse
« UN CAFÉ AVEC MAXIM LARRIVÉE
C’est l’hécatombe et il est aux premières loges !
Si certains prétendent voir notre avenir dans les feuilles de thé, Maxim Larrivée, lui, est bel et bien en mesure de voir celui de la planète en étudiant les insectes.
Et les nouvelles ne sont pas très bonnes, vous vous en doutez. Les insectes disparaissent à une vitesse préoccupante. Test simple pour le constater : cet été, observez à quel point le pare-brise de votre véhicule est propre, même si vous avez roulé pendant quelques heures. Il y a 30 ans, il aurait été recouvert d’insectes.
« Le test du pare-brise est aussi anodin et simpliste qu’il est vrai », lance Maxim Larrivée lorsqu’on lui demande son avis sur ce phénomène.
Mais nous y reviendrons plus loin. Chaque chose en son temps. Permettez-nous d’abord de faire les présentations, parce que vous n’avez peut-être jamais entendu parler de ce quadragénaire charismatique au physique d’athlète. Et c’est bien dommage, car ce chercheur et vulgarisateur scientifique chevronné à l’enthousiasme contagieux gagne à être connu.
Il nous donne rendez-vous sur la terrasse du restaurant du Jardin botanique parce qu’il adore cet endroit, mais aussi parce que c’est, en quelque sorte, son arrière-cour. Il occupe le poste de directeur de l’Insectarium de Montréal depuis maintenant trois ans.
Rien de plus facile que d’expliquer son parcours : ce titulaire d’un doctorat en entomologie – l’étude des insectes – de l’Université McGill est tombé dans la marmite quand il était tout petit.
Il a littéralement grandi avec un filet à papillons dans les mains.
Son père était un naturaliste passionné d’ornithologie (qui a créé la banque de données Étude des populations d’oiseaux du Québec, dans les années 1970), tout comme son oncle Michel. Ce dernier étudiait aussi les papillons. Et les deux hommes avaient comme mentor un naturaliste reconnu et éminent collectionneur de papillons du Bas-Saint-Laurent, Rosaire Pelletier.
La passion de ces trois hommes était contagieuse. Maxim Larrivée se souvient que tous ses voisins de la rue Ouellet collectionnaient les papillons. « Ma mère m’a déjà rappelé qu’à 3 ans, je connaissais 32 espèces de papillons en anglais, en français et en latin », raconte-t-il.
Au cégep (de Limoilou) et à l’université (Laval), il s’est laissé tenter par le sport. Ce grand gaillard de 6 pieds 6 pouces avait à la fois le talent et le physique de l’emploi. Il jouait alors au volleyball. Mais intérieurement, il savait que ça n’allait pas durer. « Je ressentais toujours quelque chose de plus fort quand j’étais dehors, dans la nature, que dans un gymnase. »
Le voici donc aujourd’hui à la tête d’un Insectarium qui vient de rouvrir, métamorphosé, et dont l’existence semble plus fondamentale que jamais auparavant. Maxim Larrivée, comme tous ceux qui ont participé à la conception du nouvel établissement et contribuent à son développement, en est bien conscient.
Parce que le fameux test du pare-brise est emblématique : les insectes sont victimes d’une hécatombe. Et leur sort, inéluctablement, est lié au nôtre.
« Je pense qu’on peut voir une bonne partie du futur de la planète à partir de la façon dont les insectes arrivent à s’adapter ou non aux pressions environnementales qu’on leur impose actuellement. »
— Maxim Larrivée
« Mon directeur de labo au postdoctorat à l’Université d’Ottawa utilisait une belle métaphore : les insectes sont les canaris dans la mine de charbon. »
C’est que le cycle de vie d’un insecte est très court. ll y en a, même au Québec, qui peuvent former jusqu’à trois ou quatre générations par année. Alors forcément, leur capacité d’adaptation est plus grande.
« On est capable, en mesurant leur capacité d’adaptation, de suivre le rythme des changements. De vérifier si le reste des êtres vivants, qui ont un cycle de vie plus lent, vont aussi être capables de s’adapter. Et il y a fort à parier que non », lance-t-il.
Pour nous donner une idée de l’urgence de la situation, Maxim Larrivée évoque le sort du superbe papillon monarque, qui est en voie de disparition. « La femelle monarque pond 200 œufs. Ça en prend un seul qui survit jusqu’à l’état adulte pour que la population soit stable. Mais il n’y en a même pas 1 sur 200 ! C’est fou ! »
Et d’ajouter : « Imagine un humain qui a 200 enfants et n’arrive même pas à avoir une population stable… Ce serait une catastrophe innommable. »
Selon une étude récente publiée dans la revue Nature, le nombre d’insectes dans le monde a chuté de moitié au cours des 30 dernières années et il y a désormais 27 % moins d’espèces.
Des chiffres alarmants, considérant le fait que le sort des humains est lié à celui des insectes.
Lorsqu’il aborde ce sujet, le visage de Maxim Larrivée s’éclaire de nouveau. Il nous parle, par-dessus tout, de pollinisation. Il évoque aussi le fait que les insectes « vont s’autoréguler, la plupart du temps, pour éviter les épidémies, de façon naturelle, sans produits chimiques ». Il nous renseigne sur l’importance des larves d’insectes aquatiques, qui servent de nourriture aux poissons, mais sont également essentielles pour les milieux humides, notamment parce qu’elles filtrent l’eau.
Sans compter le fait que les insectes représentent la protéine animale qui a l’empreinte écologique la plus faible. « Et c’est un super aliment, au même titre que le kale, le brocoli… », précise-t-il, même s’il sait très bien qu’il reste encore du chemin à faire pour qu’on les intègre à notre alimentation quotidienne.
Entomologiste et directeur de l’Insectarium, Maxim Larrivée se retrouve donc au cœur de la catastrophe en cours. Pourtant, il est résolument optimiste. C’est certainement, en grande partie, parce qu’il est convaincu que le nouvel Insectarium peut être un redoutable agent de changement.
Le musée, son directeur et « l’ensemble de l’équipe » veulent faire naître une société entomophile, c’est-à-dire qu’elle saura valoriser les insectes. Le nouvel établissement, ouvert depuis avril dernier, a d’ailleurs été conçu pour « mettre les gens dans une posture d’ouverture et de respect pour les insectes ».
C’est une mission fondamentale, insiste Maxim Larrivée. Afin de prendre les mesures qui s’imposent dans le but de protéger à la fois les insectes et la planète au grand complet, ça prend « un recadrage de la relation avec la nature qu’ont les humains ».
Il sait bien que « ce n’est pas tout le monde qui va tomber en amour avec les insectes ou les trouver beaux ». Il est convaincu, par contre, que « tous les gens sont capables de les valoriser et de comprendre le rôle essentiel qu’ils ont dans les écosystèmes et les services qu’ils rendent à tout le monde ».
QUESTIONNAIRE SANS FILTRE
Ton rapport au café ? Je bois deux espressos doubles après mon premier grand verre d’eau le matin, noirs ou avec une larme de crème.
Ton insecte préféré ? Le lutin mystérieux. Le seul papillon de jour au Québec qui est vert iridescent. Il a vraiment l’air d’un lutin !
Tes héros ? Mes parents.
Des livres à recommander sur l’avenir de la planète ? Biophilie, d’Edward O. Wilson, et De l’inégalité parmi les sociétés : Essai sur l’homme et l’environnement dans l’histoire, de Jared Diamond.
Le don que tu aimerais posséder ? La capacité de retourner dans le temps pour voir le Québec précolonisation.
Ton rêve de bonheur ? Mon rêve de bonheur ? Je suis en train de le vivre !
• Naissance à Québec en 1976, sa famille déménage à Rimouski lorsqu’il a 6 mois.
• Il a obtenu un baccalauréat en biologie à l’Université Laval, une maîtrise en écologie à l’Université Carleton et un doctorat en entomologie à l’Université McGill.
• Il a créé le projet iPapillon (eButterfly), un projet de science participative qui se veut une base de données mondiale sur les papillons, en 2012.
• Il est devenu directeur de l’Insectarium de Montréal en 2019. »
Article de Jean-Louis Helstroffer ,un grand ami.

Une abeille sur une fleur de thym.Face à un taux de mortalité huit fois plus rapide que celui des mammifères, des oiseaux ou des reptiles, les chercheurs appellent à repenser les pratiques agricoles actuelles pour espérer inverser la tendance.

Le rapport, publié dans la revue Biological Conservation, est une méta-analyse de 73 études différentes portant sur l’état de la faune entomologique. Les résultats qui en ressortent sont alarmants. Selon les experts ayant travaillé sur ce rapport, nous faisons face « au plus massif épisode d’extinction » depuis la disparition des dinosaures. Les 73 études concernent surtout les espèces d’insectes européennes et nord-américaines. Jérôme Murienne, biologiste et chercheur au CNRS interrogé par National Geographic, réagit aux résultats de ce rapport. Si pour lui, « il est difficile d’extrapoler à une échelle mondiale sur la base de seulement 2 études très locales, les tendances sont claires et semblent généralisées. »

 

ÉTAT DES LIEUX

« Les auteurs avancent un chiffre de 41 % d’espèces en déclin (diminution d’abondance ou diminution d’aire de répartition) pour 73 études ce qui est deux fois plus que pour les vertébrés » commente Jérôme Murienne.

Les papillons, les mites, les abeilles et les fourmis subissent de plein fouet cette extinction de ...

Chez les animaux, si certaines espèces comme les pigeons et les rats remplacent peu à peu les espèces endémiques notamment en France, chez les insectes, l’ampleur est toute autre. Les auteurs de l’étude écrivent en effet qu’il ne s’agit « pas seulement d’espèces spécialisées occupant des niches écologiques. De nombreuses espèces peu spécialisées, très communes, sont également touchées. » Les hyménoptères, comme les abeilles ou les fourmis, voient leurs populations menacées de disparition de plus de 50 %. Si des espèces envahissantes en profitent pour prendre leur place, comme le bourdon fébrile ou la fourmi de feu qui supportent mieux les pesticides que leurs congénères, leur accroissement n’est pas assez rapide pour compenser la disparition des autres espèces.

« Cela se passe à une vitesse incroyable. Dans 100 ans, tous les insectes pourraient avoir disparu de la surface de notre planète » s’inquiète Francisco Sanchez-Bayo, biologiste à l’Université de Sydney, l’un des auteurs de l’étude.

 

QUELLES CAUSES, QUELLES CONSÉQUENCES ?

Si l’on parle souvent des menaces d’extinction qui pèsent sur les animaux, la situation des insectes trouve un écho moindre dans le débat public. Pourtant, leur utilité est toute aussi importante pour notre survie. « Le premier impact sera un impact direct sur les animaux qui consomment des insectes (oiseaux, amphibiens, poissons ou chauves-souris). Certaines études ont déjà montré un lien direct entre le déclin de certains vertébrés et la diminution des insectes comme source de nourriture. D’autres impacts sont à prévoir notamment vis-à-vis de la pollinisation. De nombreuses plantes dont beaucoup de plantes cultivées ont besoin d’insectes pour se reproduire. Un déclin des insectes aura donc des conséquences néfastes sur notre agriculture » avance Jérôme Murienne. « Si ce déclin ne peut pas être enrayé, cela aura des conséquences catastrophiques pour les écosystèmes de la planète et pour la survie de l’humanité » conclut Francisco Sanchez-Bayo.

Mais la faute à qui ? L’étude de Bayo et Wyckhuys « pointe du doigt l’agriculture, soit par la transformation des terres soit par l’utilisation de pesticides » indique Jérôme Murienne. En clair, la principale cause de ce déclin est la destruction des habitats due à l’agriculture intensive et à l’urbanisation, ainsi que la pollution aux pesticides et aux engrais.

Premières causes de cette extinction de masse : l'urbanisation, l'agriculture intensive et l'utilisation de pesticides.
Premières causes de cette extinction de masse : l’urbanisation, l’agriculture intensive et l’utilisation de pesticides.

Extinction des insectes : « On parle sérieusement de fin du monde »

Les papillons sont en forte baisse.Papillons, coccinelles, fourmis et scarabées… « A moins que nous ne changions notre façon de produire nos aliments, les insectes auront pris le chemin de l’extinction en quelques décennies » souligne une étude australienne parue fin janvier.

La planète n’a rien connu de tel depuis la disparition des dinosaures. Près de la moitié des espèces d’insectes sont en déclin dans le monde entier. Mathieu de Flores, entomologiste à l’Office pour les insectes et leur environnement (OPIE), décrypte pour TV5MONDE un rapport effrayant.

Une étude australienne parue dans la revue scientifique Biological Conservation alerte sur une extinction mondiale des insectes : près de la moitié des espèces sont en déclin rapide. Un tiers sont menacées d’extinction et « chaque année environ 1% supplémentaire s’ajoute à la liste » expliquent ses auteurs Francisco Sanchez-Bayo et Kris Wyckhuys, des universités de Sydney et du Queensland. Que faut-il en penser?

Mathieu de Flores : La méthode scientifique de cette nouvelle étude est robuste. Il s’agit d’une synthèse de 73 études réalisées dans le monde entier. Et il apparaît que les résultats observés au niveau local partout dans le monde concordent tous et aboutissent à la même conclusion, à l’instar de cette autre étude internationale parue en 2017 qui alertait sur la disparition de près de 80% des insectes depuis 30 ans en Europe.

Quand on observe la nature, les trois quarts des espèces connues sont des insectes. La science en a répertorié plus d’un million mais on estime qu’il en existe au moins dix fois plus. 

Comment expliquer ce déclin ?

Il y a plusieurs facteurs. Le premier, c’est la destruction des habitats, qui est essentiellement due à l’intensification de l’agriculture. Quand un paysage bocager perd toutes ses haies pour favoriser la monoculture, les insectes n’ont plus d’endroit où nicher. Même chose pour les forêts du Brésil et d’Indonésie qui disparaissent au profit de plantations agricoles.

Le corollaire de cette agriculture intensive, c’est l’utilisation massive des pesticides. L’objectif des insecticides est bien de tuer des insectes, donc il n’y a rien de surprenant à ce que les insectes meurent !

On met aussi en cause l’urbanisation grandissante, sans oublier le changement climatique. Une étude réalisée à Porto Rico a démontré qu’au sein d’une forêt protégée, les températures avaient augmenté de 2 degrés au cours des 30 dernières années, et pendant le même temps ​98% de la faune du sol avait disparu et 90% au niveau de la canopée.
 

Quelles sont les conséquences possibles d’une extinction des insectes ?

La vie sur Terre est impossible sans les insectes, ils sont à la base de tous les écosystèmes. Même si on vit dans un espace où ils sont peu présents, cela ne veut pas dire qu’on n’en a pas besoin.

On connaît bien leur rôle dans la pollinisation des plantes à fleurs qui développent ensuite des fruits. Les trois quarts de la diversité de notre alimentation est le résultat de la pollinisation par les insectes. Sans eux, notre alimentation sera moins variée.

On connaît moins leur action dans le recyclage des déchets, des cadavres et des déjections d’animaux. Ainsi en Australie, après une introduction de bovins pour l’élevage, on s’est aperçu que les bouses restaient sur place car les insectes locaux ne mangeaient pas ce type de déjections. On a donc dû importer des scarabées bousiers pour qu’ils fassent le travail. 

On peut aussi imaginer que des plantes qui sont mangées par les insectes pourraient ne plus être limitées dans leur croissance et devenir envahissantes.
 

On n’est pas à l’abri que tout s’effondre.
Mathieu de Flores, entomologiste à l’OPIE

Doit-on craindre un monde sans insecte ?

Je ne crois pas à une extinction totale des insectes car ils ont une grande capacité d’adaptation. En revanche, il est probable qu’il ne restera que quelques espèces du type moustiques ou blattes qui, elles, pulluleront car l’absence de diversité empêchera la régulation naturelle.

Mais surtout on n’est pas à l’abri que tout s’effondre. Si 99% des insectes disparaissent, tout peut s’effondrer. Les conséquences sur la chaîne alimentaire peuvent être dévastatrices. De quoi vont se nourrir les bestioles qui mangent les insectes, et celles plus grosses qui mangent les premières ?

On parle sérieusement de fin du monde. On n’a jamais connu une crise comme celle-ci, la dernière a eu lieu il y a 65 millions d’années et a provoqué l’extinction des dinosaures. La nature est faite d’équilibres, que se passera-t-il si on les rompt ? On ne sait pas, on n’a aucune idée des conséquences réelles.

Que peut-on faire pour endiguer le phénomène ?

Chacun peut agir à son échelle, ne serait-ce qu’en repensant sa façon de jardiner, en essayant de laisser des espaces sauvages avec un tas de bois, une zone qu’on ne tond pas, etc. Il s’agit de recréer des équilibres dans les jardins.

En France, les produits phytosanitaires sont désormais interdits à l’usage pour les particuliers depuis le 1er janvier 2019, et c’est une bonne chose. Mais parfois les jardiniers sont désemparés. Comment alors se débarrasser des pucerons de son rosier? En les tolérant ! Car si on les laisse vivre dans un écosystème raisonné, sans pesticides, leurs prédateurs naturels comme les coccinelles viendront les manger.
 

Qu’est-ce que la croissance sinon un indicateur de destruction de notre planète ?Mathieu de Flores, entomologiste à l’OPIE

Il faut également accepter l’idée que certaines espèces ne peuvent être cultivées partout. Utiliser des produits pour faire pousser des tomates à tout prix, au risque de polluer son écosystème et d’empoisonner ses enfants n’a pas de sens. 

Quand on n’a pas de jardin, il faut opter pour une alimentation locale et biologique, si les moyens financiers le permettent et, quoi qu’il arrive, consommer moins de viande pour ne pas favoriser l’agriculture intensive nécessaire aux grands élevages.

Mais il faut souligner que les individus ne peuvent pas tout, une grande part du problème ne pourra être réglée qu’avec des choix politiques drastiques. Cela fait des années que nous alertons sur ces questions, le modèle agricole productiviste est remis en question, mais rien ne se passe concrètement. Le grand public commence seulement à en prendre conscience. J’entends parler sans cesse à la télévision de croissance, mais qu’est-ce que la croissance sinon un indicateur de destruction de notre planète ?


UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

D’énormes « chiens-ours » peuplaient les Pyrénées il y a 12 millions d’années

Une mandibule fossilisée mise au jour dans les Pyrénées-Atlantiques en France appartient à une espèce d’amphicyonidés inconnue à ce jour, affirment des paléontologues associés au Musée d’histoire naturelle de Bâle, en Suisse.

Mieux connus sous le nom de chiens-ours», les amphicyonidés forment une famille éteinte de grands mammifères carnivores. Ces animaux étroitement apparentés aux canidés peuplaient une bonne partie de l’hémisphère Nord.

Apparus à l’éocène (il y a 36 millions d’années) et disparus au miocène moyen (il y a 7,5 millions d’années), ils représentent l’un des groupes de prédateurs les plus caractéristiques de l’ancienne faune européenne.

Tartarocyon cazanavei
Leur masse corporelle variait de 9 à 320 kg et leur régime alimentaire était typiquement mésocarnivore, omnivore, broyeur d’os et hypercarnivore», note le paléontologue Bastien Mennecart dans un communiqué publié par le musée.
La mandibule a été mise au jour dans la petite commune de Sallespisse, dans le département des Pyrénées-Atlantiques, dans le sud-ouest de la France. Elle a été extirpée d’un dépôt marin vieux de 12 à 12,8 millions d’années.
La mandibule a été mise au jour dans un dépôt marin vieux de 12 à 12,8 millions d’années.

Les scientifiques ont été frappés par la dentition de la mâchoire inférieure.

L’équipe a nommé la bête Tartarocyon cazanavei, nom inspiré du personnage de Tartaro, un borgne géant de la mythologie basque.

La masse corporelle d’un Tartarocyon est estimée à 200 kg, ce qui en fait l’un des plus gros prédateurs qui vivaient sur le territoire européen au miocène.

Les découvertes de fossiles de vertébrés terrestres qui vivaient il y a 13 à 11 millions d’années dans le nord des Pyrénées sont très rares, note le communiqué. Cette découverte et la description de la mâchoire inférieure sont d’autant plus importantes. Elles offrent l’occasion de mieux comprendre l’évolution des chiens-ours européens dans le contexte environnemental de l’époque.»

Le détail de ces travaux est publié dans la revue PeerJ (en anglais).

Holotype de Tartarocyon cazanavei de Sallespisse, France, en vues occlusale, linguale et labiale. Barre d’échelle – 5 cm. Crédit image : Sole et al ., doi : 10.7717/peerj.13457.

N’OUBLIEZ PAS DE VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE QUI SOUTIENNENT NOS SITES WEB EN DÉVELOPPEMENT
Sur ces liens:

Alerte climatique: l’Antarctique frappé par une vague de chaleur sans précédent

Plusieurs stations météorologiques du continent ont battu des records de température pour un mois de mars. « C’est un événement comparable au dôme de chaleur de 2021 en Amérique du Nord. Ce n’est pas censé arriver », a réagi sur Twitter un chercheur français.

La base franco-italienne de Concordia, le 24 janvier 2013 en Antarctique. (FRANCOIS LEPAGE / HANS LUCAS / AFP)
La base franco-italienne de Concordia, le 24 janvier 2013 en Antarctique. (

Coup de chaud sur le continent le plus froid de la planète. En Antarctique, plusieurs stations météorologiques ont battu, vendredi 18 mars, des records de chaleur, sidérant les scientifiques spécialistes de la région. Alors que l’automne commence sur ces terres australes, il a ainsi fait -17,7 °C sur la base russe de Vostok (contre -32,7 °C pour le précédent record mensuel), -12,2 °C à Concordia (record tous mois confondus) ou encore 4,9 °C à Dumont d’Urville, la base française de l’est du continent (contre 3,4 °C pour le précédent record mensuel).

 

Pour le chercheur Jonathan Wille, de l’université de Grenoble-Alpes, « c’est un événement comparable au dôme de chaleur de 2021 en Amérique du Nord. Ce n’est pas censé arriver. » 

 

Un événement favorisé par le changement climatique

Cette vague de chaleur intervient alors que la température planétaire grimpe sous l’effet du réchauffement climatique. Interrogé par le Washington Post (en anglais), Jonathan Wille rappelle qu’il est toujours difficile d’attribuer un événement ponctuel à ce phénomène global, mais précise que ce dernier favorise l’apparition de telles vagues de chaleur. « Nous pensons qu’elles deviendront plus intenses, parce que c’est juste de la physique. Mais nous sommes encore en train d’essayer de comprendre les détails. Il me paraît très difficile de dire qu’il n’y a pas la trace du changement climatique dans un événement comme celui-ci », poursuit le chercheur.

Pour le moment, Jonathan Wille ne s’inquiète pas d’une éventuelle fonte des glaciers. « On est plutôt en train de se dire : ‘tiens, c’est bizarre, cela pourrait arriver plus souvent à l’avenir. Et là, cela pourrait être grave », poursuit-il dans les colonnes du journal américain. D’éventuelles fontes en Antarctique alimenteraient encore un peu plus la montée des océans.

une vague de chaleur inédite enregistrée en Antarctique

La température a dépassé de 30 degrés les moyennes habituelles, vendredi 18 mars, dans l’Antarctique. Le réchauffement climatique se constate plus qu’ailleurs dans les régions polaires.

L’Antarctique est l’endroit le plus froid de la terre. Il n’est pas rare que les températures descendent à -80 degrés. Mais vendredi 18 mars, un record de chaleur a été enregistré : -11,8 degrés. Une donnée qui a laissé les chercheurs stupéfaits. « Ce sont des températures complètement anormales pour ce mois de mars. Normalement, les températures moyennes sont autour de -55 degrés », explique Julien Witwicky, glaciologue à la station Concordia-Antarctique.

Le dérèglement de la planète favorise ces vagues de chaleur

Le glaciologue a immortalisé l’instant par des photos. La douceur des températures a provoqué des chutes de neige, événement rare dans ces zones. Il est tombé environ dix centimètres de neige, l’équivalent d’un an de précipitations. Ce coup de chaud est dû à un phénomène météorologique appelé « rivière atmosphérique ». Il s’agit d’un long couloir d’air chaud et humide, constitué d’une grande quantité de vapeur d’eau. Il n’est pas possible d’associer ce phénomène au réchauffement climatique, mais il est certain que le dérèglement de la planète favorise ces vagues de chaleur. 


BIENVENUE DANS NOS BOUTIQUES EN LIGNE:

Vintage par Michel sur E Bay

 

 

 

 

 

…ET TOUJOURS NOTRE BOUTIQUE SUR ETSY:

VINTAGE par MICHEL

 

 

Un terrible scandale oublié:En 2017,en Australie, le blé OGM provoquait la mort de 21 millions de kangourous. Silence radio depuis

Un rapport alarmant du  Service fédéral russe de surveillance vétérinaire et phytosanitaire, ROSSELKHOZNADZORqui doit rendre compte des cas mondiaux d’abus d’organismes génétiquement modifiés (OGM) en vertu de la loi du 29 juin 2016 interdisant tous les aliments et activités OGM en Russie (qui a fait de la Russie le plus grand territoire sans OGM du monde) dit que les scientifiques du gouvernement australien ont manipulé génétiquement leur blé, ce qui a eu pour conséquence une hécatombe apocalyptique et historique pour les kangourous dont des dizaines de millions sont morts.

Le nombre de victimes kangourou 2016-2017
en Australie atteint maintenant un nombre stupéfiant 21.687. 258
Imaginez actuellement!

 

Selon ce rapport, la Russie ayant provoqué une onde de choc dans le monde cette année avec ses 81 millions de tonnes de production de blé, les experts de ROSSELKHOZNADZOR ont commencé à estimer ce que devrait être le calendrier de plantation de cette céréale vitale pour 2018-2019, avec une attention particulière à la production attendue des concurrents étrangers afin de ne pas créer une surabondance mondiale, qui à son tour, ferait chuter les prix.

Comme l’Australie, en 2015, était le 9ème producteur mondial de blé, les experts de russes ont estimé que la production de cette nation resterait autour de 25 millions de tonnes au moins jusqu’en 2020, surtout parce que les rendements moyens de blé de l’Australie, avaient plus que triplé en raison des progrès technologiques entre 1900 et 1990, mais n’avaient pas augmenté de 1990 à 2015 – et que, également en 2015, ils avaient signalé l’émergence d’une nouvelle maladie fongique appelée White Grain Disorder attaquant leur blé.

La maladie du grain blanc en Nouvelle-Galles du Sud en 2015

Au début de 2016, et alors que la récolte de blé stagnait, et même baissait à cause de cette  maladie, les scientifiques du gouvernement australien ont commencé à travailler avec Monsanto, la plus grande entreprise mondiale d’OGM. Cela fait 20 ans que les experts de ROSSELKHOZNADZOR savent qu’il y a un «régime de plantations secret» de diverses graines de céréales OGM en Australie, mais principalement dans les vastes champs de blé situés dans la région de Nouvelle-Galles du Sud.

Dès 1993, ce rapport indique qu’il est important de noter que les producteurs australiens de blé de la Nouvelle-Galles du Sud avaient mis en garde contre les dommages que les kangourous causaient à leurs récoltes. Par exemple,  la famille de Paul Remond qui possède 49.000 ha dans le nord de cette région, affirme que les kangourous détruisaient systématiquement au moins 10% et parfois plus de la moitié de son blé, et que le blé était devenu la principale source de nourriture de ces marsupiaux, tous exclusivement herbivores.

C’est donc que, fin 2016, des rapports ont commencé à émerger d’Australie, notamment dans la région de Nouvelle-Galles du Sud, indiquant que des centaines de kangourous ont été retrouvés morts  – et dont les cadavres étaient laissés intacts par les animaux charognards comme les corneilles, corbeaux noirs, les milans,  les chiens errants, etc. ne les mangeait pas.

Il y avait des dizaines de millions de carcasses de kangourous délaissées par les charognards

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du point de vue du rendement  du « régime de plantation secrète » du binôme Australie-Monsanto des cultures de blé OGM,  les experts de ROSSELKHOZNADZOR disent qu’il  est comme sans précédent, comme le prouve le Bureau australien de l’économie et des sciences agricoles (ABARES), indiquant que leur production de blé d’hiver de 2016-2017 avait augmenté de 49% à plus de 58,9 millions de tonnes métriques.

Coïncidant avec cette « gigantesque » augmentation des récoltes de blé OGM en Australie, il y a eu  l’apocalypse mortelle des kangourous, qui, après s’être nourri de ces champs de blé et de céréales     OGM, tombent comme des mouches et sont maintenant en train de mourir par les dizaines de millions d’une «maladie mystérieuse» qui cause la cécité, des hémorragies massives et  internes qui les tuent en moins d’une heure; et dont la mort est en augmentation constante et massive.

Quant à savoir pourquoi ces kangourous meurent massivement dans l’indifférence générale de l’Occident, il faut d’abord noter comment Monsanto a inondé des centaines de millions de dollars les meilleures universités du monde en récompensant certains des meilleurs chercheurs agricoles du monde – dont l’école australienne de recherche en biologie Solomon Lab pour la biosécurité du blé – et qui, à la fin de 2015, a utilisé des millions de ces dollars de Monsanto pour identifier la cause de la maladie des grains blancs.

Une fois la séquence d’ADN de la maladie du grain blanc fournie par les scientifiques australiens, Monsanto a ensuite créé une nouvelle graine de blé OGM, à laquelle ils ont  ajouté un composant de la fièvre hémorragique virale (HF) qui cause la mort massive des kangourous en Australie. 

Le nombre de kangourous était estimé à plus de 500 millions, et le gouvernement australien les a qualifiés de « pestes ravageuses ». Ce gouvernement a donc décrété leur massacre, ce qui a entraîné le plus grand massacre de la faune terrestre de la planète depuis que celle-ci existe [1].

Cependant, le plus grand danger de cette nouvelle et monstrueuse semence de blé OGM-Australian-Monsanto est que les fièvres hémorragiques virales sont en train de muter et pourraient se propager dans l’air. Si cela se produit, on verrait des dizaines de millions de citoyens australiens étendus morts à côté de leurs «amis» kangourou, mais aucun d’entre eux ne sera capable de comprendre qui sont les vrais monstres responsables de leur mort en masse.

Il en sera de même pour les animaux et pour les humains qui mangeraient, consciemment ou non, de ce blé Mansanto-Australien. Le principe de précaution le plus élémentaire  nous dicte d’acheter du blé non-OGM.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


EN COMPLÉMENTAIRE

LA MÊME ANNÉE (EN 2017),LE GOUVERNEMENT AUSTRALIEN CHERCHAIT À ÉLIMINER TOTALEMENT LES KANGOUROUS AU MOYEN D’UNE CLÔTURE

Moyens différents,mais même hécatombe meurtrière! Des inquiétudes ont été soulevées après que des kangourous ont été retrouvés abattus à l’intérieur de clôtures en grappes.

 

 

(Article de 2017)

Des clôtures pour contrôler les chiens sauvages dans l’ouest du Queensland financées par le gouvernement de l’État sont utilisées pour aider à piéger et à tuer « cruellement » la faune indigène, selon les tireurs de kangourous.

Le gouvernement de l’État a dépensé plus de 31 millions de dollars pour ériger des clôtures en grappes pour contrôler les chiens sauvages dans l’ouest du Queensland, mais des inquiétudes ont été exprimées quant au fait que les clôtures facilitaient la cruauté envers les animaux et interrompaient la migration de la faune indigène.

Les clôtures en grappes sont une barrière à mailles hautes qui longe également le sol, érigée par un groupe de propriétés qui ont demandé au gouvernement d’éloigner les parasites sauvages de leurs terres.

Le tireur de kangourous de Cunnamulla, Tom King Senior, a déclaré que les clôtures coupaient les kangourous et les émeus de la nourriture et de l’eau.

« Je vois beaucoup de roos contre la clôture en grappe qui ne peuvent pas passer et je vois des kangourous périr parce qu’ils ont l’habitude d’aller aux points d’eau, ils ne peuvent plus passer à travers la clôture jusqu’aux points d’eau maintenant », a-t-il déclaré. mentionné.

« Ils meurent de soif ou de faim parce qu’il n’y a pas de nourriture dans certains des endroits où ils se trouvent, de sorte que les kangourous ne peuvent plus migrer. »

M. King a également déclaré que certains propriétaires fonciers invitaient des tireurs sportifs sur leurs propriétés pour tuer les kangourous coincés le long des clôtures et que cela n’était pas toujours fait avec humanité.

« J’ai vu des kangourous abattus du bout des oreilles au bout de la queue juste emportés et laissé le joey dans la poche encore vivant.

« Vous ne pouvez pas comprendre cela – c’est juste quelque chose qui est incontrôlable et je pense que quelque chose doit être fait à ce sujet. »

Le tireur de kangourous basé à Surat, Geoff Moore, a déclaré que d’autres propriétaires terriens utilisaient du poison pour tuer des kangourous à l’intérieur d’une clôture en grappe.

« Ils le ferment à leur bétail et mettent de l’urée dans l’abreuvoir et les roos y vont boire un verre parce qu’ils ne peuvent pas accéder aux rivières, aux ruisseaux ou aux points d’eau et cela les décime », a-t-il déclaré.

Les aînés autochtones en colère contre le manque de consultation

L’aînée de Murrawri, Geraldine Robinson, a déclaré que les propriétaires traditionnels de Cunnamulla n’avaient pas eu la possibilité d’effectuer un défrichement de la zone de travail avant que la terre ne soit défrichée pour construire les clôtures en grappe.

« Nos vieillards y seront peut-être enterrés », dit-elle.

« Cela vous donne la nausée que ces non-autochtones puissent s’en tirer sans consulter les propriétaires traditionnels.

« Je ne suis pas le seul – la moitié de la ville est sauvage parce que Cunnamulla est principalement une ville aborigène.

Les aînés autochtones Geraldine Robinson et John Bird marchent le long d'une clôture en grappe près de Cunnamulla, dans l'ouest du Queensland
Les aînés autochtones Geraldine Robinson et John Bird marchent le long d’une clôture en grappe

 

L’aîné de Badjiri, John Bird, a qualifié le manque de consultation de dégoûtant.

« Tout ce qui m’inquiète, c’est le côté culturel des choses, les sites et les lieux de sépulture et il y a beaucoup de lieux de sépulture dans ce pays et je sais où ils se trouvent », a-t-il déclaré.

Les clôtures en grappes paralyseront les communautés rurales

La porte-parole de Warroo Game Meats, Betty Mickleborough, emploie environ 25 à 30 personnes à Surat et a déclaré que le nombre de kangourous traités avait diminué de moitié depuis l’introduction des clôtures en grappes.

« Sans nous ici, beaucoup de ces gens dans cette petite ville devraient partir et déménager à cause de la fermeture de l’industrie minière – il n’y a pas beaucoup d’emplois dans ces villes de l’arrière-pays », a-t-elle déclaré.

Mme Mickelborough a déclaré qu’elle avait fait part de ses préoccupations au sujet de la diminution de l’offre auprès du gouvernement de l’État, mais que cela était tombé dans l’oreille d’un sourd.

« Je ne veux pas les voir être totalement détruits parce que c’est un animal adorable », a-t-elle déclaré.

Des employés travaillent à l'usine de transformation de kangourous de Warroo Meats à Surat
Warroo Game Meats emploie environ 25 à 30 personnes à Surat

Mais le porte-parole d’AgForce, Michael Allpass, a défendu les clôtures et a déclaré que le programme visait à contrôler les chiens sauvages.

« Ceux qui ont des clôtures ont déjà vu une augmentation de la production intérieure des taux d’agnelage de 20 à 80 et 90 pour cent », a-t-il déclaré.

« La raison pour laquelle les transformateurs ne voient pas le nombre de kangourous à travers le traitement en vaut la peine en raison du manque de marché.

« Il y a eu la possibilité pour tout le monde de faire des commentaires et de soulever toutes les préoccupations qu’ils auraient pu avoir. »

Le maire et éleveur du Paroo Shire Council, Lindsay Godfrey, a déclaré que la construction des clôtures avait eu un effet positif sur l’économie de Cunnamulla.

« Il y aura beaucoup de gens qui travaillent qui ne travailleraient pas là-bas autrement qui paient des impôts – ce projet [de clôture] est un exemple exceptionnel de réussite. »

Dans un communiqué, le gouvernement de l’État a déclaré avoir accordé cette année 120 permis d’atténuation des dommages, ce qui a permis aux agriculteurs d’abattre jusqu’à 1 000 kangourous à la fois.

Il a déclaré qu’il n’avait reçu que deux plaintes relatives à la cruauté envers les animaux, mais n’a pas pu étayer les allégations.

Une foule de kangourous paissent dans un cimetière de Cunnamulla, dans l'ouest du Queensland.
Des kangourous paissent dans un cimetière de Cunnamulla, dans l’ouest du Queensland.

NOTES

1-Une hécatombe comparable causée par les immigrants européens en Amérique du Nord a causé la mort de plusieurs millions de bisons. 

Alors que les Européens se déplaçaient de plus en plus vers l’ouest des Etats-Unis dans les années 1800, la chasse au bison s’est développée dans des proportions extrêmes, non seulement sa viande et sa fourrure se vendaient pour un bon prix mais le gouvernement encourageait son abattage comme un moyen de déplacer et affamer les indiens qui en dépendaient pour se nourrir.

Les passagers des trains tiraient sur les bisons qu’ils croisaient juste pour s’amuser.

En un siècle la population de bison est passée de centaines de millions à moins de 1000 animaux.

Il a été sauvé par les efforts de conservation entrepris par Théodore Roosevelt, on estime aujourd’hui leur nombre à 500 000.

L’aire naturelle des bisons en Amérique du Nord:au nord en plus pâle:les bisons des prairies et au sud en foncé: les bisons des forêts.

 

De nombreux dessins venus de la préhistoire prouvent l’importance des bisons pour l’humanité depuis des dizaines de millénaires.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une petite bisonne marche devant sa mère.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


VISITEZ NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE QUI PERMET NOTRE SURVIE FACE À LA CENSURE ACTUELLE DES MÉDIAS:

*Les revenus générés par notre boutique vont nous permettre d’améliorer Michelduchaine.com dès maintenant!Merci à nos visiteurs et clients!

S’il-vous-plait,partagez le lien de notre boutique et invitez vos ami(e)s:

Vintage par Michel

 

 

 

Alerte désastre écologique:Des tonnes de granulés toxiques recouvrent les plages du Sri Lanka, provoquant une catastrophe environnementale

Un porte-conteneurs en feu a jeté des tonnes de débris plastiques sur les plages du Sri Lanka.

 

Les soldats de la marine sri-lankaise travaillent pour enlever les débris qui se sont échoués sur un porte-conteneurs en feu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un porte-conteneurs en feu a jeté des tonnes de débris de plastique sur les plages du Sri Lanka, provoquant une catastrophe écologique généralisée, selon de récents rapports de presse.

Smoke billows from the Singapore-registered container ship MV X-Press Pearl, which has been burning for the ninth consecutive day in the sea off Sri Lanka’s Colombo Harbour, on a beach in Colombo on May 28, 2021. (Photo by Ishara S. KODIKARA / AFP) (Photo by ISHARA S. KODIKARA/AFP via Getty Images)

Le navire, le X-Press Pearl, avait navigué vers le Sri Lanka depuis l’Inde et était ancré près de Colombo le 20 mai, lorsque l’équipage a signalé pour la première fois de la fumée provenant de sa soute, selon le X-Press Pearl Incident Information Center . Le 21 mai, un incendie s’est déclaré sur le pont et au cours de la semaine suivante, l’incendie s’est intensifié et a continué de se propager. Le 24 mai, l’équipage de 13 personnes et l’équipage de lutte contre les incendies de 12 personnes ont été évacués du navire.

Le 31 mai, avec l’aide de la marine sri-lankaise, des remorqueurs pompiers et des garde-côtes indiens, l’incendie a été maîtrisé, sans flammes visibles, mais toujours de la fumée, selon le centre d’information. On ne sait pas encore comment l’incendie a commencé, mais les autorités suggèrent qu’une fuite des conteneurs du navire a déclenché les flammes, selon le Washington Post .

Le navire transportait 327 tonnes (297 tonnes métriques) de fioul lourd, 56 tonnes (51 tonnes métriques) de fioul marin et 81 conteneurs remplis de « marchandises dangereuses », dont 28 tonnes (25 tonnes métriques) d’acide nitrique, un composé corrosif. Le navire transportait également trois conteneurs ou 86 tonnes (78 tonnes métriques) de granulés de plastique, dont certains sont tombés du navire et couvrent maintenant des plages jusqu’à la côte sud du Sri Lanka, selon Mongabay .

Les autorités avertissent les gens de ne pas toucher aux granulés, appelés nurdles, car ils peuvent être contaminés par des produits chimiques, selon Mongabay. Les nurdles, qui sont la matière première utilisée dans la fabrication d’autres articles en plastique, peuvent absorber des produits chimiques au fil du temps, et si les espèces marines les avalent, ils peuvent contaminer la chaîne alimentaire.

«C’est une catastrophe environnementale», et les courants peuvent transporter les pellets jusqu’à l’autre côté du Sri Lanka, tuant potentiellement la faune et endommageant les écosystèmes, a déclaré la biologiste marine Asha de Vos au Post. Vos a décrit les plages comme étant remplies de tas de «neige» en plastique.

Les autorités ont également temporairement interdit la pêche dans ces zones ; et l’Agence nationale de recherche et de développement sur les ressources aquatiques échantillonne et analyse les poissons morts et les tortues trouvés le long de la côte ouest pour voir si leurs décès sont liés aux déversements.

Les débris du navires s’échouent partout sur les rivages.

 

La protection du milieu marin et le personnel militaire du Sri Lanka s’efforcent de retirer les nurdles des plages avant que les granulés ne retournent dans l’eau. Les équipes les jettent temporairement dans un parc à déchets dangereux et une fois que les scientifiques auront analysé les granulés, les autorités les détruiront, selon Mongabay.

Le nettoyage sera probablement difficile, a déclaré à Mongabay Muditha Katuwawala, coordinatrice de Pearl Protectors, une organisation à but non lucratif qui envoie des volontaires pour nettoyer les plages. « Nous prévoyons que le processus de nettoyage sera une opération de longue haleine, nous avons donc commencé à créer des outils qui peuvent aider les opérations de nettoyage et sensibiliser à la pollution des plages d’une telle ampleur. »

En raison d’un verrouillage national du COVID-19 au Sri Lanka, Pearl Protectors n’a pas pu nettoyer après cet incident, selon Mongabay. 

Il faudra des mois,sinon des années pour tout nettoyer!

APPUYEZ VOTRE SITE WEB FAVORI EN VISITANT LA BOUTIQUE  Vintage par Michel

UNISSONS-NOUS CONTRE LA CENSURE DE LA PENSÉE UNIQUE:

 

Sur ce lien à partager avec vos ami(e)s:VINTAGE PAR MICHEL

 

 

 

Alerte danger nucléaire majeur:Le combustible nucléaire de Tchernobyl «  couve  » à nouveau et pourrait exploser

Des tonnes de combustible nucléaire dans le sous-sol de l’usine détruite ont recommencé à réagir et ne montrent aucun signe d’arrêt.

 

La structure en béton connue sous le nom de The Shelter scelle les restes du réacteur en ruine de l’unité quatre de Tchernobyl.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les réactions nucléaires couvent à nouveau dans un sous-sol inaccessible de la centrale nucléaire détruite de Tchernobyl en Ukraine, selon les médias.

Les chercheurs surveillant l’usine – qui a explosé lors d’une fusion meurtrière en 1986 – ont détecté un pic constant du nombre de neutrons dans une salle souterraine appelée 305/2. La salle est pleine de gravats lourds, cachant une bouillie radioactive d’ uranium , de zirconium , de graphite et de sable qui suintait dans le sous-sol de l’usine comme de la lave, avant de durcir en formations appelées matériaux contenant du combustible (FCM).

La hausse des niveaux de neutrons indique que ces FCM subissent de nouvelles réactions de fission, alors que les neutrons frappent et divisent les noyaux des atomes d’ uranium , créant de l’énergie.

Pour l’instant, ces déchets radioactifs couvent « comme les braises d’un barbecue », a déclaré Neil Hyatt, chimiste des matières nucléaires à l’Université de Sheffield au Royaume-Uni, au magazine Science . Cependant, il est possible que ces braises s’enflamment complètement si elles ne sont pas perturbées pendant trop longtemps, entraînant une autre explosion.

Cette explosion potentielle ne serait pas aussi dévastatrice que celle qui a détruit la centrale en 1986, qui a fait des milliers de morts et craché un nuage radioactif sur l’Europe, Maxim Saveliev, chercheur principal à l’Institut pour les problèmes de sûreté de l’énergie nucléaire Plants (ISPNPP) à Kiev, en Ukraine, a déclaré à Science. Si la matière nucléaire s’enflamme à nouveau, l’explosion sera en grande partie contenue dans la cage en acier et en béton connue sous le nom de Shelter, que les responsables ont construit autour du réacteur en ruine de l’unité quatre de l’usine un an après l’accident.

Pourtant, même une explosion contenue rendrait la mission à long terme de supprimer les FCM de l’usine beaucoup plus difficile, a déclaré Saveliev. L’abri est vieux et pourrait facilement s’effondrer sous la force d’une explosion, remplissant la zone de débris lourds et de poussière radioactive. (L’abri lui-même est contenu dans une structure en acier plus grande appelée New Safe Confinement, qui a été achevée en 2018.)

 

 

Les niveaux de neutrons augmentent régulièrement dans la salle 305/2 depuis quatre ans, a déclaré Saveliev, et pourraient continuer à augmenter pendant plusieurs années sans incident. Il est possible que ces pépites nucléaires s’éteignent d’elles-mêmes à ce moment-là. Mais si les niveaux de neutrons continuent d’augmenter, les scientifiques devront intervenir.

C’est plus facile à dire qu’à faire, bien sûr; Les directeurs d’usine n’ont pas encore trouvé comment accéder aux tonnes de matières radioactives enfouies sous les épaisses couches de débris de béton de la pièce. Les niveaux de rayonnement sont trop élevés pour que les humains puissent les supporter, mais des robots résistants aux radiations pourraient être en mesure de percer les décombres et d’installer des barres de contrôle absorbant les neutrons dans la pièce, selon l’ISPNPP.

L’Ukraine espère présenter un plan détaillé pour le retrait des FCM encore fumants de Tchernobyl d’ici septembre, a rapporté la Science.

 


EN COMPLÉMENTAIRE:

Tchernobyl,un désastre  figé dans le temps et une bombe à retardement en photos

 

L’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl fait partie des pires accidents nucléaires que le monde ait jamais connus.

 

 

 

 

 

 

 

Tchernobyl est située au nord de Kiev, en Ukraine, près de la frontière avec la Biélorussie. La centrale nucléaire était proche de la ville nouvellement construite de Pripyat, la petite ville de Tchornobyl et était principalement entourée de fermes et de bois.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tchernobyl a utilisé quatre réacteurs nucléaires RBMK-1000 de conception soviétique, une conception désormais reconnue comme intrinsèquement défectueuse. Ce système utilise du combustible à l’uranium U-235 enrichi pour chauffer l’eau, créant de la vapeur qui entraîne les turbines des réacteurs et produit de l’électricité. Le noyau nucléaire du RBMK-1000 est en fait devenu plus réactif en produisant de la vapeur, créant une boucle de rétroaction positive connue sous le nom de «coefficient de vide positif».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les exploitants de l’usine se préparaient à l’entretien de routine du réacteur numéro 4 le 25 avril 1986 et, contre les règles de sécurité, ont désactivé les mécanismes d’arrêt automatique et d’autres équipements de l’usine. L’incident a commencé à 1h23 du matin le 26 avril, lorsque des barres de combustible nucléaire chaud ont été abaissées dans l’eau de refroidissement, libérant une immense quantité de vapeur et créant plus de réactivité en raison des défauts de conception du réacteur RBMK. Cela a déclenché une série d’explosions et d’incendies qui ont endommagé les réacteurs numéro trois et quatre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors que les autorités soviétiques ont tardé à divulguer les détails de l’incident, la ville la plus proche de Pripyat a été évacuée environ 36 heures après l’accident. De nombreux résidents présentaient déjà des symptômes de maladie des radiations.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Naufrage près de Tchernobyl

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les vents dominants au moment de l’accident venaient du sud et de l’est, une grande partie du rayonnement a voyagé au nord-ouest en direction de la Biélorussie. Lorsque des alarmes aux radiations ont commencé à se déclencher dans une centrale nucléaire en Suède, les autorités soviétiques ont été obligées de révéler toute l’étendue de la crise.

 

image de la classe de Tchernobyl

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On a dit aux résidents qu’ils reviendraient dans quelques jours, tant d’objets de valeur et d’effets personnels ont été laissés derrière eux.

Les ruines abandonnées sont tout ce qui reste des villes autrefois animées autour de Tchernobyl. Dans les trois mois suivant l’accident, 31 personnes sont décédées des suites de l’exposition aux radiations ou d’autres effets directs de la catastrophe, selon le NRC, l’UNSCEAR et d’autres sources. Plus de 6 000 cas de cancer de la thyroïde pourraient éventuellement être liés à une exposition aux rayonnements, mais le nombre précis de maladies liées à l’accident de Tchernobyl est difficile, voire impossible, à déterminer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les forêts autour de Tchernobyl sont encore fortement contaminées par les radiations de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en 1986.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’hôtel Polesie de Pripyat est vide comme s’il attendait le retour du personnel et des invités. Le taux global de décès par cancer et d’autres effets sur la santé liés aux rayonnements de Tchernobyl est inférieur à ce qui était initialement craint.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le réacteur endommagé a été scellé à la hâte dans un sarcophage en béton, mais l’efficacité de celui-ci fait l’objet d’un débat scientifique intense. L’usine elle-même a continué à fonctionner pendant plusieurs années et a finalement été complètement fermée en décembre 2000. L’usine, les villes fantômes de Pripyat et de Tchornobyl et une grande zone entourant l’usine maintenant connue sous le nom de « zone d’orientation » sont en grande partie éteintes. -limites aux humains.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

…Et pour finir ce diaporama:le pied de l’éléphant.Il s’agit de l’endroit le plus radioactif sur terre.Un humain qui réussirait à y entrer ne survivrait que quelques secondes.
Un robot téléguidé envoyé sur ce lieu ,a été complètement bousillé après avoir pris cette photo,en 1996.
C’est le centre de l’endroit décrit plus haut et qui n’est pas publicisé dans les médias.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


N’oubliez pas de partager cet article avec vos ami(e)s et de visiter notre boutique  « Vintage par Michel » ou vous pourrez acheter un objet de collection ou de luxe permettant à notre site de surviovre malgré la censure:

Sur ce lien: Vintage par Michel

 

 

 

 

 

 

La folie du Nouvel Ordre Mondial:Toujours plus rare, l’eau cartonne à la bourse

 

 

Après le pétrole, les grains et les métaux, c’est au tour de l’eau d’être négociée sur les marchés boursiers et de susciter l’engouement des investisseurs. Quand l’or bleu devient actif financier.

L’aqueduc de Californie prend sa source dans les montagnes de la Sierra Nevada et approvisionne en eau le sud de l’État, aux nombreuses zones désertiques. Mercredi, deux comtés californiens ont été placés en état d’alerte de sécheresse, après un hiver aux faibles précipitations.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est le 7 décembre 2020 que la Bourse de Chicago et le Nasdaq ont effectué les premières transactions de contrats à terme liés à l’eau. Une première en Amérique du Nord qui, dans le cas présent, se concentre sur le marché de l’eau de la Californie. Cet instrument financier vise à fixer à l’avance le prix des livraisons de la précieuse ressource dans cet État devenu synonyme de sécheresse au fil des ans.

Le responsable des indices du Groupe Chicago Market Exchange, Tim McCourt, présentait alors le nouvel instrument financier comme un garde-fou contre les risques de volatilité pour les gros consommateurs : villes, agriculteurs et industriels. Du même souffle, il évoquait le potentiel grandissant du marché de l’eau : près des deux tiers de la population mondiale feront face à des pénuries d’eau d’ici 2025.

Or, le saut en Bourse de l’indispensable molécule n’est que le prolongement d’une marchandisation qui existe déjà. Le cadre juridique californien permet depuis nombre d’années à des organisations de détenir des titres équivalents à des permis d’utilisation d’eau à des fins économiques et commerciales, explique Frédéric Lasserre, expert en géopolitique de l’eau et directeur du Conseil québécois d’études géopolitiques de l’Université Laval.

« Comme ce sont des titres, ils sont cessibles. Les agents économiques — agriculteurs, industriels et municipalités — peuvent depuis des années vendre aux plus offrants les quotas d’eau qu’ils n’utilisent pas », indique-t-il.

Sur les marchés financiers, les transactions s’inscrivent toutefois sur du court terme, note le spécialiste, qui précise que « ça présente à la fois des avantages et des inconvénients ». Une entreprise ou une municipalité « mal prise » pourra satisfaire ses besoins à court terme grâce à ce marché « en s’assurant un volume “x” de millions de mètres cubes d’eau ». En contrepartie, le prix de la ressource pourrait être plus volatil, estime-t-il.

 

Inquiétudes soulevées

Cette vision n’est pas sans susciter des craintes. L’instrument financier pourrait intéresser des spéculateurs, comme c’est le cas pour les contrats à terme de matières premières comme les grains et les céréales, les minerais et les hydrocarbures.

Toutefois, ce n’est pas encore le cas, souligne Nicolas Mesly, agroéconomiste et journaliste spécialisé en agroalimentaire. Impossible par ailleurs de prédire la place qu’occuperont les acteurs de la finance — et, du coup, la spéculation — dans les prochaines années. « Ça, c’est la grande inconnue. Il faudra attendre un ou deux ans avant de le savoir », dit-il.

Un phénomène non négligeable compte tenu du fait que l’approvisionnement en eau de la Californie dépend de deux sources fortement affectées par les changements climatiques : les accumulations de neige dans les montagnes et le fleuve Colorado, qui traverse cinq États avant de se jeter dans le golfe de Californie.

Une possible spéculation tirerait vers le haut les prix de l’eau et perturberait les types de production agricole en Californie, indique M. Mesly. « L’eau est la ressource fondamentale en agriculture et la Californie, c’est la plus importante puissance agricole aux États-Unis. Et de loin. La Californie, c’est le bol de fruits et le saladier de l’Amérique du Nord. »

Depuis le mois de décembre, la valeur de l’indice Veles California Water, qui suit le marché, a augmenté de 32 %. Celle-ci a été particulièrement tirée vers le haut par les prévisions pessimistes des autorités californiennes quant à la disponibilité de l’eau dans les prochains mois.

Le phénomène de financiarisation de l’eau n’est pas nouveau. Le nombre de fonds qui suivent des entreprises du secteur a augmenté ces dernières années. Pas plus tard que la semaine dernière, le gestionnaire de portefeuille américain Global X lançait Global X Clean Water. Ce fonds négocié sur le Nasdaq investit dans des entreprises de traitement, de purification et de distribution d’eau.

Pour expliquer son intérêt, la firme a évoqué des statistiques de l’ONU publiées en février : quatre milliards de personnes dans le monde connaissent une grave pénurie d’eau pendant au moins un mois par an et 2,3 milliards de personnes vivent dans des pays en situation de stress hydrique.

Global X rejoint ainsi d’autres sociétés financières qui ont lancé des produits similaires au cours des dernières années. Leur rendement est notable. La valeur du First Trust Water, qui suit les entreprises des industries des eaux propres et usées, a augmenté de 63 % au cours de la dernière année. La valeur du fonds Invesco Water Resources a enregistré un gain de 57 % pendant la même période, alors que le Lyxor World Water a augmenté de 45 %.


EN COMPLÉMENTAIRE

2,2 milliards d’humains n’ont pas accès à l’eau potable. Il existe pourtant des solutions.

 

Water Seer est une invention originale qui pourrait changer la vie de millions de personnes. Ce système composé d’une éolienne et d’une cuve mise sur la condensation pour récupérer l’eau présente naturellement dans l’air. Découverte.


La problématique de l’eau peut nous sembler lointaine en occident. C’est pourtant une question de vie ou de mort pour une grande part de l’humanité. Dans le monde, environ 2,2 milliards de personnes n’ont pas d’accès à l’eau potable. Toutes les 90 secondes, un enfant meure en raison d’un manque d’accès à l’eau. De manière quotidienne, ce sont au total 10 000 personnes qui succombent en raison du manque d’eau ou de maladies contractées à travers de l’eau impropre à la consommation. La pénurie s’explique notamment par la présence d’un climat sec, le manque d’infrastructures publiques ou encore les pollutions industrielles locales (qui, trop souvent, profitent au mode de vie occidental). Alors que cette réalité source de maladies, de misères et de conditions de vie inhumaines, est connue de tous, il n’existe pas à ce jour de solution idéale pour endiguer le problème. Des études montrent d’ailleurs que, si n’est rien n’est fait, la situation devrait s’empirer dans les années à venir.

L’accès à l’eau potable, un défi mondial de taille

Les difficultés d’accès à l’eau posent des problèmes en terme de santé et d’hygiène. Dans certaines parties de la planète, les difficultés liées à l’accès à l’eau sont par ailleurs la source de discriminations. Selon les régions touchées, femmes et enfants passent jusqu’à 6 heures par jour rien que pour se rendre dans les points d’eau et rapporter la précieuse ressource à la communauté. Cette activité les empêche de s’émanciper par le biais d’une activité quelconque ou l’éducation. C’est donc le développement global des pays touchés qui est impacté par la problématique de l’eau.

La pénurie de l’eau, outre ses conséquences sociales désastreuses, est également à l’origine de conflits et de tensions nationales et internationales. Avec le changement climatique et les pollutions diverses générées par la consommation de masse, le nombre de personnes n’ayant pas d’accès à l’eau potable pourrait encore augmenter, aggravant un peu plus la situation. Pourtant, en occident, nous continuons tous à user et à abuser de la précieuse ressource potable, y compris jusque dans nos toilettes, bien que les épisodes de sécheresse ne nous soient plus entièrement étrangers.

 

Alerte Fukushima:Les millions de tonnes métriques d’eau irradiée de la centrale de Fukushima seront déversées dans le Pacifique dans deux ans

Sous le couvert de la fausse pandémie,le gouvernement japonais a annoncé mardi que l’eau radioactive décontaminée provenant de la centrale nucléaire de Fukushima sera déversée dans l’océan Pacifique dans deux ans.

 

Cette décision a rapidement été condamnée par les pêcheurs de la région, les résidents et les voisins du Japon.

Déjà les manifestants contre le projet le plus nocif jamais imaginé,envahissent les rues de Tokyo.

La décision était attendue de longue date, mais elle était retardée en raison de la colère qu’elle suscite et de préoccupations liées à la sécurité. Elle a été prise lors d’une rencontre du gouvernement japonais, qui estime qu’il s’agit de la meilleure option.

L’eau qui s’accumule est stockée depuis 2011 dans des réservoirs sur le site de la centrale de Fukushima Daiichi, dont les réacteurs ont à ce moment été endommagés par un tremblement de terre et un tsunami. L’eau de refroidissement a alors été contaminée et a commencé à fuir. Les capacités de stockage maximales de la centrale seront atteintes à la fin de l’an prochain.

Le premier ministre Yoshihide Suga a dit que le déversement dans l’océan est l’option la plus réaliste et qu’on doit se débarrasser de l’eau pour pouvoir démanteler la centrale, un projet qui prendra des dizaines d’années.

Il a assuré que le gouvernement mettra tout en oeuvre pour vérifier que l’eau est sécuritaire et pour venir en aide à l’agriculture, aux pêcheries et au tourisme de la région.

Le gestionnaire de la centrale, Tokyo Electric Power Co., et le gouvernement expliquent que le tritium, qui est inoffensif en petites quantités, ne peut être éliminé de l’eau, mais que les concentrations de tous les autres radionucléides ciblés peuvent être abaissées à des niveaux permettant le rejet de l’eau dans l’environnement. Des scientifiques préviennent qu’on ne sait rien des conséquences à long terme pour la vie marine d’une exposition à de telles quantités d’eau faiblement contaminée.

Le gouvernement met l’emphase sur la sécurité de l’eau, affirmant qu’il s’agit d’eau «traitée» et non «radioactive», même si les concentrations de radionucléides peuvent seulement être réduites et non complètement éliminées. La quantité de matériel radioactif qui persisterait dans l’eau n’est pas connue.

Le rejet de l’eau dans l’océan serait la solution la plus réaliste, selon un comité gouvernemental qui s’est penché sur la question pendant près de sept ans.

Selon le plan adopté par le gouvernement mardi, TEPCO commencera à rejeter l’eau dans environ deux ans, après avoir construit un édifice et élaboré des procédures qui respectent les normes de sécurité. Le plan affirme que le rejet de l’eau ne peut être remis à plus tard, et qu’il est essentiel pour améliorer l’environnement autour de la centrale et permettre aux résidents d’y vivre en sécurité.

Des résidents, des représentants des pêcheurs et des groupes environnementaux affirment tous que la décision fait fi de la santé et de la sécurité environnementales, et qu’elle nuira encore plus à l’image et à l’économie de Fukushima.

Un représentant des pêcheurs locaux, Hiroshi Kishi, a dit que l’annonce de cette décision, moins d’une semaine après sa rencontre avec M. Suga, «piétine» tous ceux qui vivent de la pêche au Japon.

Les pêcheries locales reprennent à peine leurs activités après une décennie pendant laquelle leurs prises ont seulement servi à des tests, et elles peinent à survivre à une chute de la demande.

Des manifestants se sont massés devant le bureau du premier ministre pour réclamer l’annulation du projet.

Environ 70 % de l’eau dans les réservoirs est trop contaminée pour être rejetée dans l’environnement telle quelle. Elle devra donc être retraitée et diluée avec de l’eau de mer auparavant, explique le rapport. Des calculs préliminaires indiquent qu’il faudra près de 40 ans pour rejeter toute l’eau dans l’océan, mais que l’opération sera terminée bien avant que la centrale n’ait été entièrement démantelée.

Le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique, Rafael Mariano Grossi, a dit dans une vidéo que le rejet dans l’océan respecte les pratiques internationales, tout en admettant que «la quantité énorme d’eau à la centrale de Fukushima en fait une affaire unique et complexe».

La Chine et la Corée du Sud ont réagi fortement à la décision de mardi.

Un ministre sud-coréen, Koo Yun-cheol, a dit que le plan est «absolument inacceptable» et a demandé au Japon de dévoiler comment l’eau sera traitée et sa sécurité vérifiée. La Corée du Sud interdit l’importation de fruits de mer provenant de certaines régions du Japon depuis 2013 et pourrait resserrer cette mesure.

La Chine a décrié une décision «extrêmement irresponsable», accusant le Japon de ne pas respecter la santé des pays voisins.


Voir nos articles antérieurs relatifs à la catastrophe qui se prépare

Nouvelle en développement:Le Japon s’apprête à inonder le Pacifique avec 1 million de tonnes d’effluent radioactif

 

 

 

Alerte Fukushima:Des déchets radioactifs à perte de vue sur l’ensemble des sites

 


N’OUBLIEZ PAS DE VISITER  NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE

 

 

 

Sur ce lien: VINTAGE PAR MICHEL

 

 

 

 

Réchauffement climatique:La «  porte d’entrée vers les enfers  » de la Sibérie se développe alors que la vague de chaleur record dégèle le pergélisol

 

Un jour de printemps 2019, Alexander Kizyakov a descendu en rappel le mur de tête de 60 mètres de la mégaslump de Batagay en Sibérie orientale, s’arrêtant pour ciseler des morceaux de sol riche en glace qui avaient été gelés pendant des éons. «L’un de mes passe-temps est l’escalade», explique Kizyakov, un scientifique du pergélisol à l’Université d’État Lomonosov de Moscou. Les collègues ci-dessous ont échantillonné le sol le plus ancien le long de la base de la falaise. Un tel travail est trop dangereux en été, lorsque le crépitement constant de la glace fondante est ponctué de gémissements alors que des plaques de pergélisol, certaines aussi grosses que des voitures, cisaillent le mur de tête.

Connue par les habitants comme la «porte d’entrée vers le monde souterrain», Batagay est la plus grande crise de dégel de la planète. Autrefois juste un ravin sur une pente creusée dans les années 1960, la cicatrice s’est élargie d’année en année, à mesure que le pergélisol dégèle et que l’eau de fonte emporte les sédiments. Maintenant plus de 900 mètres de large, il incarne la vulnérabilité du pergélisol dans l’Arctique, où les températures ont grimpé deux fois plus vite que la moyenne mondiale au cours des 30 dernières années.

Mais c’est aussi une capsule temporelle qui séduit les scientifiques avec ses instantanés de climats et d’écosystèmes anciens. «C’est un endroit époustouflant», déclare Thomas Opel, paléoclimatologue à l’Institut Alfred Wegener. Les dates de la glace et du sol recueillies à Batagay montrent qu’il abrite le plus ancien permafrost exposé d’Eurasie, couvrant les 650 000 dernières années, ont rapporté Opel et ses collègues en mai lors de l’assemblée générale en ligne de l’Union européenne des géosciences. Ce bilan pourrait révéler comment le pergélisol et la végétation de surface ont réagi aux climats chauds du passé. «Cela nous donne une fenêtre sur les périodes où le pergélisol était stable et sur les périodes où il s’érodait», déclare Opel.

En un demi-siècle, le réchauffement climatique a fait passer la mégaslump de Batagay d’un petit ravin à une fosse béante de plus de 900 mètres de large.

Le réchauffement climatique inflige des blessures à travers la Sibérie. Des explosions de méthane accumulé dans le dégel du pergélisol ont creusé les péninsules désolées de Yamal et de Gydan en Russie avec des trous de plusieurs dizaines de mètres de diamètre. Les immeubles d’appartements s’inscrivent et s’effondrent sur un terrain instable, causant environ 2 milliards de dollars de dommages par an à l’économie russe. Les incendies de forêt au cours des trois derniers étés ont incendié des millions d’hectares à travers la Sibérie, recouvrant la terre de suie noire et de charbon de bois qui absorbent la chaleur et accélèrent la fonte.

L’intensification des incendies de cette année a été une vague de chaleur qui a touché la Sibérie au premier semestre 2020. Le 20 juin, la ville de Verkhoyansk, à seulement 75 kilomètres de Batagay et l’un des endroits habités les plus froids de la planète, a atteint 38 ° C, la température la plus chaude. jamais enregistré dans l’Arctique. La chaleur record «aurait été effectivement impossible sans le changement climatique induit par l’homme», ont déclaré les auteurs d’une étude du 15 juillet réalisée par World Weather Attribution, une collaboration de météorologues qui analysent l’influence possible du changement climatique sur les événements météorologiques extrêmes.

Une question permanente est de savoir quelle quantité de carbone le sol en dégel rejettera dans l’atmosphère et si la croissance luxuriante des plantes arctiques dans le climat de réchauffement absorbera suffisamment de carbone pour compenser le rejet. L’Arctique a peut-être déjà atteint un point de basculement: sur la base d’observations sur 100 sites sur le terrain, le pergélisol nordique a libéré en moyenne environ 600 millions de tonnes de carbone de plus que la végétation absorbée chaque année de 2003 à 2017, ont estimé les scientifiques en octobre 2019.

Les scientifiques s’aventurent à Batagay dans des campagnes annuelles pour savoir ce qu’il peut dire à ce sujet. Les visites, organisées par l’Institut d’écologie appliquée du Nord à Iakoutsk, ne sont pas faites pour les âmes sensibles. En 2014, Kseniia Ashastina a traversé 3 kilomètres de forêt infestée de moustiques pour atteindre le bord du mur de tête. «Vous entendez beaucoup de craquements à mesure que vous vous rapprochez, et tout d’un coup, il n’y a plus d’arbres et vous vous tenez sur un surplomb», explique Ashastina, paléobotaniste à l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine. Elle et ses collègues du Senckenberg Research Institute et du Natural History Museum ont logé chez des indigènes sibériens – Evens et Sakha – dont certains craignent la mégaslump. «Ils disent que cela mange leur terre, engloutit les arbres et leurs lieux sacrés», dit-elle.

Les scientifiques du pergélisol Alexander Kizyakov et Dmitry Ukhin descendent en rappel le mur de tête de 60 mètres de haut pour rassembler un sol gelé toujours plus ancien.

 

Pour connaître l’âge du pergélisol exposé, l’équipe d’Opel s’appuie sur la datation par luminescence, qui révèle la dernière fois que les minéraux du sol ont vu la lumière du jour, et une nouvelle technique russe de datation du chlore dans la glace. Les dates leur permettent de faire correspondre les couches du sol aux données climatiques connues, tandis que les abondances de deux isotopes piégés dans les coins de glace, l’oxygène-18 et le deutérium, sont des approximations des températures locales. L’analyse de la composition du sol de Batagay devrait donner des indications sur la quantité de carbone que le pergélisol a séquestrée au cours des millénaires.

Le pergélisol offre également un aperçu des anciens écosystèmes arctiques. En prélevant des échantillons de restes de plantes piégées, l’équipe a appris qu’au cours de la dernière période glaciaire, lorsque les températures hivernales ont plongé encore plus bas que dans les temps modernes, la végétation était étonnamment luxuriante, soutenant des mammouths laineux, des rhinocéros laineux et d’autres herbivores maintenant disparus dans un écosystème de steppe de prairie. . «C’était un paradis pour les animaux en quête de nourriture», dit Ashastina.

Parfois, les restes de ces créatures perdues tombent du mur de tête dans un état exquis. En 2018, des scientifiques ont récupéré un jeune cheval Lena de couleur gingembre ( Equus lenensis ), un parent disparu du cheval yakoutien, avec des tissus mous intacts. Les scientifiques espèrent trouver une cellule vivante afin de tenter de cloner le poulain de 42 000 ans. Certains de ses muscles préservés sont particulièrement prometteurs, déclare P. Olof Olsson, biologiste moléculaire à la Abu Dhabi Biotech Research Foundation, qui fait équipe avec l’Université fédérale du nord-est de Yakutsk. «Je suis d’un optimisme sceptique», dit Olsson. «Au moins, ce n’est pas impossible.»

Comme les éléments découpent davantage la mégaslump de Batagay, cela pourrait transporter les scientifiques plus profondément dans le temps. Les glaciers récurent le sol au fur et à mesure de leur progression, mais ils ont largement contourné la Sibérie au cours des récentes périodes glaciaires, laissant le pergélisol dans certaines régions de plusieurs centaines de mètres d’épaisseur. Pendant des décennies, alors que les étés chauds liquéfiaient son sol riche en glace, le mur de tête de Batagay progressait d’environ 10 mètres par an, explique Frank Guenther, chercheur sur le pergélisol à l’Université de Potsdam. Depuis 2016, dit-il, ce taux est passé de 12 à 14 mètres par an. Il est plus difficile de déterminer la vitesse à laquelle le marasme s’intensifie, et donc à quelle distance dans le temps le dégel pénètre. Le pergélisol le plus ancien jamais daté, du territoire canadien du Yukon, a 740 000 ans. Autant les observateurs du climat peuvent grincer des dents à cette pensée,


Regardez: l’eau courante est l’un des sons les plus apaisants et relaxants connus de l’homme, mais ici elle signale le dégel rapide d’un sol gelé depuis des milliers d’années.

 

 


L’eau courante est l’un des sons les plus apaisants et relaxants connus de l’homme, mais ici, elle signale la décongélation rapide du sol gelé depuis des milliers d’années.

Ces images remarquables proviennent du sol du Batagaika ou Batagai, une mégaslump dans la nature sauvage de la Sibérie, où l’ancien pergélisol est exposé à l’impact destructeur complet du changement climatique.

Alors que le soleil d’août s’abat sur cette odyssée arctique, notre vidéo montre de l’eau gelée dans le sol pendant des dizaines de milliers d’années ruisselant, libérée de son ancien fermoir.

Les falaises de ce vaste trou, certaines aussi hautes que 100 mètres, s’effondrent même si vous regardez en raison du dégel du pergélisol.  

Les habitants connaissent cet endroit comme la porte des enfers, et beaucoup ont peur de s’en approcher après avoir entendu des boum effrayants émanant d’ici.

Ces bruits sourds sont probablement de gros morceaux de sol gelé en cascade sur les flancs de la falaise à partir du bord instable alors que la tranchée de pergélisol s’élargit encore plus.

 

 

 

Le méga marasme de Batagai se situe à environ 650 km au nord de Yakutsk en Yakoutie. Photos: Alexander Gabyshev, Institut Melnikov Permafrost,

 

Cette entaille en forme de têtard à la surface de la Terre – environ un kilomètre de long et 800 mètres de large – s’agrandit jusqu’à 30 mètres par an en raison de la fusion corrosive des couches supérieures du sol gelées exposées, selon les experts.

Sergey Fyodorov, chercheur à l’Institut d’écologie appliquée de Iakoutsk, a déclaré: «  L’une des choses les plus graves que nous devons comprendre en regardant cette crise est que sa croissance n’est pas quelque chose que nous, les humains, pouvons arrêter.

«Nous ne pouvons pas mettre un rideau contre les rayons du soleil pour l’empêcher de dégeler. 

«Même au début du mois de septembre, lorsque les températures de l’air chutent à OC, vous voyez des sources et des rivières d’eau. 

«  Alors que vous vous tenez à l’intérieur du marasme sur des tas de terre meuble qui ont été laissés après le dégel de la glace, vous l’entendez «  vous parler  », avec le craquement de la glace et un gargouillis monotone non-stop de petites sources et rivières d’eau. 

Fedorov a déclaré: «  C’est bien que cela se soit produit dans une région éloignée d’une colonie où vivent des gens. 

«Imaginez s’il y avait un village ou une ville au-dessus de ce qui est maintenant une dépression de plus en plus profonde?

«Il est temps pour le monde de se réveiller et de prêter plus d’attention à ce qui se passe (avec la fonte du pergélisol) ici en Yakoutie.

Pour l’instant, la dépression représente un laboratoire naturel inégalé pour les scientifiques qui cherchent à comprendre la menace du pergélisol due au changement climatique. 

Batagaika – à quelque 650 km au nord de la capitale régionale de la Yakoutie, également connue sous le nom de République de Sakha – est une dépression thermokarstique qui a commencé à se former dans les années 1960 après le défrichement d’un morceau de forêt: la terre a coulé et a continué de le faire, évidemment. accéléré par les récentes températures plus chaudes faisant fondre le pergélisol, déliant ainsi les couches à la surface et au-dessous. 

Le directeur de l’Institut de recherche en écologie appliquée du Nord, Gregory Savvinov, a déclaré: «Dans les années 1960, il y avait une route entre le village de Batavia et certaines installations industrielles. 

«La forêt a été abattue, ce qui a conduit à la formation du ravin. Ces dernières années, dans un contexte de changements climatiques, dus au réchauffement, le ravin a pris la taille d’un cratère. 

En 2009, la carcasse d’un poulain de l’ère holocène – âgé de quelque 4400 ans – a été découverte, ainsi qu’une carcasse momifiée d’un bison.

Des restes d’anciens bisons, chevaux, élans, mammouths et rennes ont également été trouvés ici. 

Sur le plateau de Yana, ses températures hivernales sont parmi les plus froides pour les lieux habités de la planète