Les fossiles d’Anticosti permettent une percée scientifique

Une équipe internationale de chercheurs a réussi, grâce notamment aux fossiles de l’île d’Anticosti, à démontrer que l’extinction massive survenue à la fin de la période géologique de l’Ordovicien serait liée à une chute brusque de l’oxygène dans les océans.

La majestueuse chute Vauréal constitue un joyau du parc national de l’île d’Anticosti

 

 

 

Les scientifiques qui étudient les fossiles avaient déjà pu remarquer une importante baisse du nombre d’êtres vivants dans les océans vers la fin de la période géologique de l’Ordovicien, soit près d’il y a 444 millions d’années.

Cette recherche a permis de préciser que la majeure partie de la disparition de ces espèces s’est produite il y a près de 444 millions d’années.

Certains avaient soulevé l’hypothèse d’une chute importante de la quantité d’oxygène présente dans les océans, mais il restait à le prouver.

L’étude des diverses strates de fossiles, couplée à celle des isotopes d’uranium présent dans les roches calcaires d’Anticosti et sensibles à la quantité d’oxygène dissoute dans les océans, a permis d’en faire la démonstration, souligne André Desrochers, professeur à l’Université d’Ottawa et codirecteur de l’équipe de recherche qui fait cette découverte.

Des fossiles de diverses espèces retrouvés à l’île d’Anticosti.

« On a fait des analyses d’isotopes en uranium, explique André Desrochers. Certains [de ces] isotopes sont très sensibles à la quantité d’oxygène dissous dans les océans. Ce dont on s’est aperçu, c’est que coïncidant avec cette chute importante de la biodiversité dans les océans, on avait une chute brusque de concentration de cet isotope d’oxygène. »

C’est donc près de 85 % de la vie marine présente il y a 444 millions d’années qui a disparu dans les océans en suffoquant par manque d’oxygène.

À l’époque, la majeure partie de la vie se retrouvait sous les océans avec des invertébrés et des plantes marines.

Deux membres de l’équipe du chercheur André Desrochers de l’Université d’Ottawa scrutent une paroi à la recherche de fossiles à l’île d’Anticosti.

 

Parallèle avec notre époque

Un certain parallèle peut être établi avec notre situation actuelle et servir de mise en garde, estime André Desrochers

« C’est quelque chose aussi qui est d’actualité parce que lorsqu’on regarde les océans aujourd’hui, on est en train de réchauffer, en train d’asphyxier les océans. Et des océans qui sont plus chauds retiennent de moins en moins d’oxygène. Donc, il y a peut-être une leçon à tirer de cette extinction de vie passée qui date de 444 millions d’années qu’il faut faire attention à notre terre. »

Fossiles et patrimoine mondial de l’UNESCO

C’est parce que ce site est au-dessus de la moyenne pour l’étude des fossiles que le dossier de candidature en préparation insistera sur la nécessité pour l’UNESCO de reconnaître l’île.

André Desrochers, qui a pris la direction scientifique du comité de pilotage de la candidature de l’île, précise que la préparation du dossier devrait prendre environ trois ans.

« Probablement [que] le plus important dans la prochaine année est de faire l’étude comparative, note André Desrochers. Il y a peut-être 25 à 30 sites similaires à Anticosti qui ont enregistré les mêmes événements géologiques. Il va falloir, à partir d’une étude très très exhaustive, démontrer qu’Anticosti se situe au numéro 1. »

Le dossier de candidature ne doit pas se limiter à souligner le caractère exceptionnel, il doit aussi inclure un plan de protection et de mise en valeur de l’Île au cours des prochaines années

 

 

 

 

Publicités

Déclaré cliniquement mort un ado se réveille juste avant d’être « débranché »

Âgé de 13, un adolescent américain diagnostiqué comme étant cliniquement mort s’est réveillé juste avant d’être débranché. Ses parents avaient même engagé des démarches pour faire don de ses organes.

 

C’est un véritable petit miracle qui a eu lieu en Alabama, aux États-Unis. Trenton McKinley, un adolescent âgé de 13 ans, a été diagnostiqué en état de mort cérébrale par les médecins à la suite d’un accident de buggy (une sorte de quad). C’était il y a deux mois. Mais la veille du jour où il allait être débranché, le garçon a commencé à montrer des signes de vie jusqu’à se réveiller totalement, a rapporté Fox 10. Un événement largement repris par la presse américaine et internationale.

Ses parents avaient déjà signé des documents pour faire don de ses organes à cinq enfants malades en attente de donneurs. « [Les médecins] ont dit que la prochaine fois que son cœur s’arrêterait, ils devraient le laisser mourir… C’était un [samedi]… et que je pourrais signer un papier pour faire don de ses organes pour sauver cinq autres enfants », a ainsi écrit Jennifer Reindl, la mère du garçon sur une page Facebook mise en place pour aider à récolter des fonds pour le rétablissement de son fils.

Pour mémoire, en France, le don d’organe est régi par trois grands principes : la gratuité du don, l’anonymat entre le donneur et le receveur et le consentement présumé. Sur ce dernier point, la loi indique désormais que chacun est « par défaut » donneur d’organes et de tissus. Dans le cas d’un don d’organe d’une personne déclarée morte, la France a adopté la définition la plus exigeante de la mort encéphalique, à savoir celle du tronc cérébral et celle du cortex.
Dans le cas où la personne est donc déclarée morte (définition en vigueur en France), si le patient n’est pas sur la liste des refus, les proches sont consultés et leur avis est pris en compte. S’ils ne sont pas d’accord, les organes ne sont pas prélevés, même quand la personne a signifié son accord ou quand elle est porteuse d’une carte de donneur.

Le jeune homme, qui devra encore subir plusieurs opérations et suivre une longue rééducation, a décrit à Fox10 ce qu’il a ressenti lorsqu’il était dans le coma : « « J’étais dans un champ immense et marchais droit devant moi. […] Il n’y a pas d’autre explication que Dieu, même les médecins l’ont dit ».

Alerte Antartique: le « glacier le plus dangereux au monde » est sur le point de céder

Déjà connu pour être un glacier dont la fonte est très rapide, le « glacier le plus dangereux du monde » pourrait bientôt s’effondrer et cela pourrait représenter une véritable catastrophe, selon des chercheurs américains et britanniques.

 

Le glacier Thwaites, situé sur l’inlandsis Ouest-Antarctique, fond à un rythme d’environ 40 centimètres par an – et une accélération de cette fonte a été confirmée en 2002. Très surveillé en raison de son potentiel à contribuer à l’élévation du niveau des mers, le glacier Thwaites a déjà participé à 4 % de la montée des eaux durant les 25 dernières années.

Cependant, il existe un autre risque éventuellement catastrophique et proche dans le temps, à savoir un effondrement du glacier. Des chercheurs américains et britanniques craignent que les eaux de l’océan se soient infiltrées sous le glacier. Or l’édifice, dont la taille est équivalente à celle de la Floride, pourrait commencer à glisser vers l’océan, comme l’explique la BBC.

Suivant les estimations, un effondrement du glacier dans l’océan causerait une montée des eaux à l’échelle mondiale comprise entre 80 cm et 3 mètres, menaçant de nombreuses îles et villes côtières. Selon un communiqué du Conseil britannique sur la recherche environnementale (NERC) publié le 30 avril 2018, l’effondrement du glacier Thwaites « pourrait avoir des répercussions importantes sur le niveau de la mer à l’échelle mondiale ». Cependant, si le glacier contribue déjà progressivement à la hausse du niveau de la mer, son effondrement pourrait « commencer au cours des prochaines décennies ou des prochains siècles », une estimation tout de même assez vague.

Face à ce qui représente une urgence, l’US National Science Foundation (NSF) et l’UK Natural Environment Research Council (NERC) ont scellé un partenariat afin de mettre sur pied la plus grande collaboration scientifique en Antarctique depuis des décennies. Une centaine de scientifiques du monde entier mesureront les taux de changement du volume et de la masse de la glace jusqu’à 1500 mètres de profondeur, grâce à des foreuses à jet d’eau. Le but ? Confirmer une bonne fois pour toutes l’hypothèse déjà formulée depuis quelque temps déjà : le glacier est fortement fragilisé par le réchauffement des eaux océaniques circulant en dessous.

Sources : Sciences et Avenir – UP Magazine

 

 

 

Mystère en Arctique : ces rennes tournent en rond et personne ne sait pourquoi

Une incroyable vidéo tournée dans le nord-ouest de la Russie et publiée par un chercheur local laisse songeur. On y voit des troupeaux de rennes tourner en rond sans s’arrêter, une véritable course circulaire sans fin dont personne n’a encore trouvé la véritable raison.

 

Le 1er mai 2018, le chercheur Andrei Golovnev, par ailleurs directeur du musée d’ethnographie et d’anthropologie de l’Académie des sciences de Russie (Kunstkamera), a publié une vidéo surprenante sur sa page Facebook. Les images obtenues par un drone fin avril ont été tournées dans la péninsule de Kola, située dans l’extrême nord-ouest de la Russie.

 

Il est possible de voir sur ces images trois troupeaux de rennes tournant littéralement en rond à toute vitesse dans leur enclos. À défaut de donner une explication à ce phénomène, Andrei Golovnev a commenté la vidéo d’une façon non moins étonnante : « Un de mes amis dit que les combats et les tourbillons sont un chemin vers une réalité différente. »

Le fait est que ce phénomène reste toujours un épais mystère, puisque personne n’a donné d’explication jugée acceptable. Les images ont également été relayées sur le site officiel du musée de la Kunstkamera, et les internautes y sont allés de leur commentaire alors que certains évoquent des théories plus ou moins folles.

En effet, certains internautes pensent à des « cercles aliens » ou à « l’impact du champ magnétique de la Terre » puisque les animaux vivent près du Pôle Nord. D’autres personnes ont avancé des explications plus terre à terre. Il pourrait s’agir d’une technique de défense afin de protéger les individus les plus faibles contenus au centre du cercle, ou encore une manière de générer de la chaleur afin de résister au froid polaire. En revanche aucune de ces explications n’a été validée par un quelconque organisme scientifique, mais il ne serait pas surprenant que la question intéresse réellement quelques chercheurs.

 

 

 

 

 

 

Vallée du Geer. Les Volon-terres étendent leurs activités. Ils vont opérer des plantations dans les parterres communaux.

A Bassenge, on ne présente plus les Volon-terres qui opèrent tous les dimanches depuis un an dans les villages de la commune de Bassenge pour les débarrasser des déchets issus d’actes inciviques. On les applaudit. Et c’est à une autre tâche encore qu’ils ont décidé de s’atteler en ce mois de mai 2018 : opérer […]

via Vallée du Geer. Les Volon-terres étendent leurs activités. Ils vont opérer des plantations dans les parterres communaux. — Mes coups de coeur

Des milliers d’habitants de Hawaï évacués après l’éruption d’un volcan

Environ 10 000 personnes ont dû quitter leur domicile. C’est la première éruption du Kilauea depuis 2014.

Réveillé d’un sommeil de quatre ans, le Kilauea menace des habitants de Hawaï. Environ 10 000 d’entre eux ont été invités à se réfugier, jeudi 3 mai, après l’éruption de ce volcan. C’est la première depuis 2014.

Des « vapeurs et de la lave se sont échappées par une fissure dans la zone de Mohala Street », a écrit la Défense civile locale sur son compte Facebook, un responsable local précisant qu’environ 10.000 personnes habitent la zone concernée.

Un photographe local a filmé, à l’aide d’un drone, la lave s’échappant d’une faille qui s’est ouverte, avec l’éruption, dans un quartier résidentiel.

 

Des tremblements de terre annonciateurs

Cette éruption avait été précédée d’une série de tremblements de terre annonciateurs. A 10H30 jeudi, une secousse d’une magnitude 5 a eu lieu au sud du Puu Oo, une des bouches éruptives du Kilauea. Elle a déclenché des chutes de pierres et une potentielle rupture dans le cratère du volcan, selon l’Institut américain de géologie (USGS).

Un bref panache de cendres était en train de se dissiper en se déplaçant vers le sud-ouest du Puu Oo, a indiqué un responsable de USGS. Les autorités ont déclaré que l’éruption pouvait contenir des « concentrations potentiellement létales de dioxyde de soufre ».

 Au moins 26 maisons ont été détruites par l’éruption du volcan hawaïen Kilauea.

L’éruption a projeté de la lave à plusieurs centaines de mètres dans les airs et les évacués ne savent pas quand ils pourront rentrer chez eux.

Les structures incinérées se trouvent dans le secteur de Leilani Estates, où des fissures dans le sol laissent échapper de la lave en fusion, des gaz toxiques et de la vapeur.

Les autorités ont permis à quelques-uns des quelque 1700 évacués de rentrer brièvement chez eux pour recueillir des biens d’urgence, des médicaments et des animaux de compagnie.

© (USGS Hawaiian Volcano Observatory via AP)

Seuls les résidants des zones jugées sécuritaires pourront effectuer de telles visites chaque jour.

De la lave recouvre maintenant plus de 35 000 mètres carrés autour de la fissure la plus active. La progression de la lave est lente, mais inexorable.

Le volcan Kilauea compte parmi les plus actifs du monde et entre continuellement en éruption depuis 1983.

 

 

 

 

 

 

 

De nombreuses îles des atolls pourraient bientôt être inhabitables

Dans quelques décennies — et non des siècles — la plupart des atolls, ces îles basses qui émergent autour des récifs coralliens, pourraient devenir inhabitables, selon une étude.

 

 

Les atolls, ces milliers de petites îles disséminées dans tout le Pacifique qui abritent plus de 50 000 personnes, sont gravement menacés par l’élévation du niveau de la mer, notamment par les inondations provoquées par les vagues. Publiée dans la revue Science Advances, l’étude révèle que les insulaires du Pacifique vivants aujourd’hui devront faire face aux conséquences du changement climatique, et non simplement les générations futures, comme on le pensait auparavant.

Cette étude a notamment porté sur l’île Roi-Namur, située sur l’atoll Kwajalein aux îles Marshall, entre novembre 2013 et mai 2015. La République des Îles Marshall a plus de 1 100 îles basses sur 29 atolls, abritant de nombreuses nations insulaires et des centaines de milliers de personnes. L’endroit est de plus en plus sujet aux inondations causées par les vagues, selon l’étude. Celles-ci n’inondent pas seulement les habitations, l’eau salée s’infiltre également dans les eaux souterraines dont les insulaires dépendent pour boire. Ces événements se produisant de plus en plus régulièrement, l’approvisionnement en eau douce n’aura donc aucune chance de compenser les niveaux de salinité bientôt atteints. Cette petite île pourrait ainsi devenir inhabitable d’ici 2030, ou au plus tard en 2065, d’après les chercheurs.

Si l’étude ne porte ici que sur l’île Roi-Namur, ces résultats sont également pertinents pour la plupart des autres îles des atolls à travers les tropiques, toutes sensibles aux mêmes menaces — les îles Caroline, les îles Cook, les îles Gilbert, les îles de la Ligne, les Maldives, ou encore les Seychelles — d’autant que leurs options pour renouveler les eaux souterraines sont beaucoup plus limitées, selon l’étude. Des conséquences désastreuses qui nécessiteront la relocalisation des habitants de l’île ou d’importants investissements financiers dans de nouvelles infrastructures.

Ironie de la situation : les habitants de ces atolls coralliens ne contribuent quasiment pas aux émissions de carbone fossile à l’origine du changement climatique. Ils sont simplement les premiers affectés.

Source