Publicités
Accueil

La cité perdue d’Alexandre le Grand retrouvée au Kurdistan grâce à des images satellites

Laisser un commentaire

Grâce à des clichés secrets pris par un satellite américain, des archéologues ont pu découvrir la cité d’Alexandre le Grand !

Une découverte incroyable ! Grâce à des images de satellite, la cité perdue d’Alexandre le Grand a été retrouvée au Kurdistan ! Elle refait surface après 2000 ans !

Des images de satellites époustouflantes

Cette cité, nommée Qualatga Darband, a été fondée en 331 av J-C dans le Kurdistan irakien. Fondée par Alexandre le Grand, roi de Macédoine, cette cité a été retrouvée grâce à des images prises par un satellite-espion américain. Ces clichés ont été pris lors de la guerre froide, mais sont restés secrets. « C’est un peu tôt pour s’avancer, mais nous pensons que la ville, située sur une route qui conduit de l’Irak à l’Iran, était en pleine effervescence. Avec sans doute des marchands de vin qui le vendaient aux soldats qui traversaient la région », explique John MacGinnins, archéologue au British Museum. 

Un travail minutieux

L’archéologue et son équipe ont alors commencé par faire l’étude des images fournies pour pouvoir cartographier la cité. Ils ont ensuite trouvé des bâtiments construits dans le style architectural Greco-Romain. L’utilisation d’un drone a permis de révéler qu’il y avait des murs souterrains sous des champs de blé et d’orge. Cette découverte est tout simplement saisissante pour les experts.


EN COMPLÉMENTAIRE

L’EXPLORATION MINUTIEUSE DES LIEUX VIENT DE COMMENCER

 

Un groupe international de recherche archéologique travaille sur la dernière expédition du Musée britannique au Kurdistan irakien, à quelques kilomètres des lieux des unités de l’État islamique. Ils n’ajoutent pas seulement des objets incroyables à la collection de musées, mais enseignent aux archéologues irakiens et kurdes les méthodologies d’exploration modernes et les dernières réalisations de la protection du patrimoine culturel. L’un des leaders de l’expédition, Virág Pabeschitz, l’archéologue hongrois de l’Antiquité, s’exclame exclusivement sur les réalisations d’Origo dans les relations internationales.

Les chercheurs de l’expédition archéologique internationale du Musée britannique, au centre droit, la deuxième archéologue Virág Pabeschitz, le membre hongrois de l’expédition et le chef d’une des fouilles

La technique scientifique la plus récente près de la ligne de front

L’expédition du British Museum a été lancée à deux fins: d’une part, chercher des sites archéologiques qui n’ont pas été découverts et éduquer et préparer les archéologues locaux pour l’expédition post-ISIS.

L’équipe emploie la crème des archéologues sur le plan  international,particulièrement  les archéologues et les spécialistes qui ont une vaste expérience au Moyen-Orient.

Les archéologues irakiens et kurdes qui participent au programme peuvent passer jusqu’à 10 semaines au Royaume-Uni avant l’excavation, où ils participeront à l’enseignement théorique du British Museum. Ils peuvent revenir à la pratique en revenant à leur connaissance. Grâce au soutien financier anglais, l’éducation est dotée d’équipements archéologiques à la fine pointe de la technologie, qui resteront en Irak à la fin du programme.

 

L’expédition comprend, entre autres, un atelier de restauration bien équipé et un studio de photos et de dessins.

Viraq Pabeschitz éduque les collègues locaux pour le travail sur le terrain

Les derniers outils d’arpentage et la technologie laser sont à la disposition des chercheurs. Les spécialistes de l’archaeobotan, de l’archéozooler et de la céramique travaillent également sur les fouilles, y compris les archéobotanistes, les archéologues et les spécialistes en céramique du British Museum, d’autres spécialistes londoniens, qui fournissent un appui continu aux archéologues de terrain.

L’exploration de l’ancienne ruine se trouve dans un quartier isolé mais dangereux

 

Les étudiants qui travaillent sous la supervision de chercheurs peuvent s’ inclure  dans tous les niveaux  de travail, depuis les explorations jusqu’ à des tâches spéciales.

 

Les découvertes qui ont été creusées pendant des milliers d’années ont pris fin

Au cours de cette saison printanière, un drone séticialiste a rejoint l’équipe, ce qui a permis aux archéologues de voir les signes qui pourraient être visibles dans la croissance des grains. Sur la base des images satellitaires connues antérieurement et des photos et des vidéos du drone, plusieurs découvertes ont été réalisées concernant la taille et la disposition de la ville depuis l’époque d’Alexandre le Grand.

 

L’expédition se concentre principalement sur le site Qalatga Darband dans le nord,

où, dans les temps anciens, un important établissement à grande échelle installé au pied des montagnes de Zagros,

au nord du moderne lac Dukan. L’ancienne ville était protégée du nord par la montagne et du sud par un mur de la ville.

Plusieurs bâtiments ont déjà été identifiés, mais ils sont toujours explorés, donc ce n’est qu’un résultat préliminaire pour l’instant. Nous connaissons une zone viticole, une forteresse et une église. Il y avait également des fouilles sur l’ancien mur de la ville, de sorte que sa technique et son étendue étaient également examinées.

Sándor Nagy pouvait voler à travers la ville à la tête de ses troupes

Sur la base des découvertes, la ville aurait pu vivre ses périodes hellénistiques (336 av. J.-C. – 31 av. J.-C.) et le Parti (3ème siècle av. J.-C. – 3ème siècle av. J.-C.), mais encore plus il faut du temps.

Alexandre le Grand dans la bataille d’Issos. (Extrait de la mosaïque du Museo Nazionale di Napoli).

 

En tant que directeur de l’excavation, a déclaré John MacGinnis,

Imaginez une ville animée comme les soldats offrent du vin pendant qu’ils passent. Ici, aussi, Sándor Nagy pourrait prendre son armée, car c’était déjà l’une des routes principales. « 

Investir dans le travail et l’énergie semble se redresser à la lumière des résultats obtenus jusqu’ici.

 

Le programme d’exploration complexe a commencé sa troisième saison de fouilles dans les jours et les fouilles ont déjà été suivies par des étudiants à Nimrud près de Mossoul

et d’autres domaines qui ne sont repris que par ISIS en possession des connaissances acquises.

Les fouilles font ressortir de plus belles découvertes qui méritent les portes du monde.

Une ancienne église a été découverte par la jeune archéologue hongroise

L’un des quatre cadres du Programme du Nord est un archéologue hongrois, Pabeschitz Virág, qui a fièrement rendu compte des résultats de ses fouilles (que je reproduis ici,dans cet article).

L’ archéologue explore la découverte  d’un temple possible dans la ville.

La jeune archéologue hongroise, Pabeschitz Virág, a travaillé en tant que membre de nombreuses expéditions de recherche internationales, notamment en Égypte et au Soudan

 

Il a raconté à Origo son travail: «Lors de ma première saison d’expédition, en septembre 2016, j’ai commencé à travailler avec un ouvrier et un étudiant lors d’un costume de pierre précédemment dévoilé.

Un temps mort à Qualatga Darband

« Tout archéologue le  tir à l’arc pourrait choisir une zone, et j’aime les défis, alors j’ai décidé d’une énorme pile de pierres ».

Le chef de l’expédition hongroise de l’expédition guidera les travailleurs

 

«Ce n’était rien ou presque, car nous n’avions aucune information préalable et on disait que l’armée irakienne était autrefois une base pour les mitrailleuses, mais les fouilles devinrent incroyablement excitantes lorsque, contrairement aux attentes, je réussis à m’identifier les murs et il s’est avéré que le tas est un bâtiment ancien complet, avec plusieurs mètres de grands murs debout et des trouvailles accrocheurs.

Un morceau de mur exploré sur l’excavation. La jeune archéologue Pabeschitz (représentée au milieu) a découvert les ruines d’un temple censé être une église

 

 

Nous avons demandé au jeune chef de pelle hongrois du musée Brtish des résultats concrets à ce jour et des plans suivants: 

La presse mondiale a également rendu compte de l’exploration de la colonisation apostrophée de certains des habitants de Sándor Nagy en tant que ville perdue. Qu’avez-vous trouvé au sujet de l’âge et de l’origine de la ville, en fonction des découvertes à ce jour?

Il faut souligner que les fouilles sont encore en cours, et demain matin, je travaille à nouveau, de sorte que les résultats jusqu’à présent ne sont que préliminaires.

Cependant, il est déjà possible de voir que le matériau céramique précoce trouvé au début (3ème à 2ème C. BC).

Sur la base des caractéristiques architecturales du bâtiment et de l’examen de la stratification archéologique, nous pensons cela comme une église, mais cette théorie peut être facilement ignorée plus tard. En tant qu’archéologue, je dois faire très attention à ces mots, car après trois saisons, je ne sais pas quelle est la taille du bâtiment. Jusqu’à présent, je connais six salles plus grandes, variant d’environ 4m X 7m chacune.

Comment se déroule la datation des découvertes et quelles méthodes sont utilisées pour cette recherche?

Dans le bâtiment, il y avait plusieurs médailles et un certain nombre de belles petites découvertes, à côté de la céramique importante pour l’archéologue. Ici, en pensant à des conteneurs écrasés presque pleins d’êtres humains, remplis de diverses substances qui ont encore un test chimique.

De nombreuses pièces de monnaie en argent et en or ont été produites lors de l’excavation.

Dans ces fouilles, toutes les couches archéologiques sont tamisées selon des règles très strictes et nous prélevons plusieurs litres d’échantillons terrestres soumis à des essais géologiques, botaniques, zoologiques et chimiques. De plus, d’autres échantillons de charbon de bois sont examinés par des spécialistes qui, outre le  Carbone 14, peuvent identifier la variété d’arbres.

Les fouilles révèlent de plus en plus de secrets de l’ancienne ville hellénistique.

Pour la science, ces modèles fournissent souvent plus d’informations que des découvertes miraculeuses.

Comme cette expédition a vraiment tous les outils modernes, j’essaie de tirer le meilleur parti des méthodes de la science naturelle. La recherche et la documentation scientifiques précises et complètes sont très importantes, comme c’est le cas pour nos étudiants.

Selon nos informations, un certain nombre de trouvailles intéressantes – comme la céramique et les pièces de monnaie – ont été jugées utiles pour le vieillissement des coudes. Que pouvons-nous considérer comme la découverte la plus intéressante ou la plus significative?

La plus grande découverte (et sans aucun doute la plus grande expérience) fut l’exploration d’une statue de deux marques hellénistiques et d’autres fragments sculpturaux. Une figure féminine assise et une jeune sculpture jeune albâtre ont été produites, et ce sont des souvenirs étranges de l’histoire ancienne.

Au moment de trouver une statue féminine assise .

 

 

Définir les dieux continue toujours,mais peut-être est-il probable que les sculpteurs voulurent représenter  Perséphon et Adonis.

Je n’oublierai jamais le moment où la statue féminine fut découverte, j’ai vu des estampes jaunes, roses et bleues.

Virág Pabeschitz exalte doucement la sculpture représentant la figure masculine du sol

Le collègue du restaurateur a beaucoup travaillé sur place pour que ces couleurs originales ne disparaissent pas. Ce fut aussi un moment mémorable où les pieds de la statue du garçon sont sortis. Tous mes ouvriers sont allés au lit, accroupis sur eux tous et me regardaient alors que je découvrais lentement la statue.

Ensemble, nous avons été surpris lorsque le peigne usé, l’abdomen, la poitrine et le cou sont devenus visibles.

Comment peut-il être considéré comme une tâche exigeante à la frontière de la zone de guerre et poursuivre des recherches dans un environnement naturel plutôt rude?

Je travaille sur le bâtiment dans la troisième saison d’excavation avec mes travailleurs, qui font un travail incroyablement difficile.

La ville de Rania, au Kurdistan, abrite des archéologues

 

Parfois, ils ne portent que des pierres pendant des jours pour nettoyer les murs après le retrait des déchets.

Tout cela se fait dans la chaleur féroce, se heurtant entre les pierres avec des serpents et des scorpions.

L’excavation dans un tel champ est parfois une tâche physiquement difficile que mes travailleurs kurdes locaux effectuent avec un sourire.

Nous savons que ce projet, malgré son jeune âge, est déjà arrivé plusieurs fois en Egypte, au Soudan et en Irak – et pas seulement dans un environnement très aventureux. Comment vous sentez-vous comme mentor et instructeur de l’une des organisations les plus connues au monde, le chef de pelle du British Museum et l’archéologue local?

Demain, nous nous réveillerons à un nouveau jour, et j’espère que les merveilleux bâtiments et les découvertes exquises d’autres couches merveilleuses et nous trouve. Les objectifs éducatifs de l’expédition sont très importants et c’est un grand honneur de travailler sur le site.

Parfois, ils ne portent que des pierres pendant des jours pour nettoyer les murs après le retrait des déchets.

Tout cela se fait dans la chaleur féroce, se heurtant entre les pierres avec des serpents et des scorpions.

L’excavation dans un tel champ est parfois une tâche physiquement difficile que mes travailleurs kurdes locaux effectuent avec un sourire.

Partager l’information est très important dans l’archéologie – dit l’archéologue hongroise.

Nous savons que ce projet, malgré son jeune âge, est déjà arrivé plusieurs fois en Egypte, au Soudan et en Irak – et pas seulement dans un environnement très aventureux. Comment vous sentez-vous comme mentor et instructeur de l’une des organisations les plus connues au monde, le chef de pelle du British Museum et l’archéologue local?

Demain, nous nous réveillerons à un nouveau jour, et j’espère que les merveilleux bâtiments et les découvertes exquises d’autres couches merveilleuses et nous trouve. Les objectifs éducatifs de l’expédition sont très importants et c’est un grand honneur de travailler sur le site.

Le partage de connaissances est très important dans l’archéologie, surtout dans une situation féroce et difficile, comme l’archéologie irakienne à l’heure actuelle, après la destruction dévastatrice de l’État Islamique.

Le British Museum a une mission incroyablement importante, une mission culturelle et scientifique dans le pays.

La frontière entre l’Irak et l’Iran, avec ses sommets enneigés dans les montagnes de Zargos

J’essaie tous les jours de tirer le meilleur parti de moi-même et d’élever sa réputation auprès des archéologues hongrois.

Sources:Un compte-rendu de Virág Pabeschitz sur un site web basé au Kurdistan…la traduction est de moi

Publicités

Vidéo:La disparition des dinosaures

Laisser un commentaire

 

Diplodocus

Épuisement des ressources naturelles

Laisser un commentaire

Time : 23 mn 23 Les métaux courent à l’épuisement et il est temps de s’en inquiéter Si l’or, l’argent, ou encore le fer sont les métaux dont on entend le plus souvent parler, ils sont loin d’être les seuls dont nos économies modernes se sont rendues dépendantes. Loin de servir […]

via Épuisement des ressources naturelles — Aphadolie

VOLCANS DE NAPLES : LE RISQUE D’ÉRUPTION SE PRÉCISE

Laisser un commentaire

A quel point l’activité volcanique des Champs phlégréens est-elle une menace ? Un nouveau modèle a permis pour la première fois d’évaluer de combien le terrain devrait encore se soulever pour faire craquer la croûte terrestre.

 

 

 

« C’est le volcan le mieux surveillé du monde avec le Vésuve », assure Stefano Carlino, volcanologue à l’Institut national de géophysique et de volcanologie italien (INGV). Lundi 15 mai, il a cosigné une étude publiée dans la revue Nature Communications (en libre accès), proposant un nouveau modèle pour expliquer le processus en cours aux Champs phlégréens, sur lequel les géologues ont les yeux rivés depuis 2012.

Pourtant souterrain, ce volcan situé au nord de la ville de Naples mobilise les chercheurs bien davantage que le Vésuve, se dressant à quelques kilomètres à peine, dont l’allure imposante et la réputation meurtrière suscitent une peur plus instinctive. Or, dangereux, les Champs phlégréens, ne le sont pas moins. Ils rentrent dans la catégorie des « supervolcans », mieux nommés caldeiras, de grandes dépressions formées lors d’éruptions. La dernière en date, remontant à 1583, a criblé la zone de cratères, formant de nouvelles montagnes et des lacs.

L’inquiétude a regagné cette région très peuplée en 2005, quand le terrain a commencé à se soulever lentement, par un processus qui porte le nom de bradyséisme. Ce sont pas moins de 26 000 micro-séismes qui ont secoué le sol depuis cette date, si bien qu’en 2012, la zone a été placée en « alerte jaune », sous surveillance scientifique continuelle. Du magma a ainsi été détecté proche de la surface, à une profondeur de 3 km. Il a été injecté lors des deux précédentes périodes d’activité de la caldeira, de 1969 à 1972 et de 1982 à 1984.

 

Bradyséisme : le terrain se soulève depuis 2005 (hachures noires)

 

 

Le risque est connu des plus anciens, qui gardent encore bien vivant le souvenir de l’évacuation de Pozzuoli, une ville résistant sur place depuis l’Antiquité : en 1983, 25 000 personnes avaient dû quitter leurs maisons, lors du dernier épisode d’activité volcanique majeure. « A cette époque, le sol montait de plusieurs centimètres tous les jours », rapporte Stefano Carlino, « de grandes fissures étaient bien visibles dans les maisons et le sol ».

Alors, la question brûle les lèvres : approche-t-on à nouveau d’un tel événement, voir pire ? L’étude parue mardi donne des éléments de réponse qui se veulent plus concrets que jamais. « En prenant en compte deux simples paramètres du bradyséisme, la déformation du sol et sa tendance (croissante ou décroissante), nous avons pu calculer de combien le sol devrait encore monter pour affaiblir la croûte terrestre au point qu’elle ne puisse plus se modifier de manière élastique », relate Stefano Carlino. En clair, à un certain point, les tensions accumulées se relâcheraient par un craquement… ce qui pourrait donner lieu à une éruption du magma sous-jacent.

Pour cela, les calculs montrent qu’il faudrait que le sol se soulève jusqu’à atteindre son niveau de 1983. A cette date, les fissurations du terrain l’avaient fait redescendre, mais il est à nouveau en phase de soulèvement depuis 2005. Stefano Carlino tient cependant à rassurer : la montée enregistrée n’est que de 45 cm à ce jour. « Or, il manque encore plusieurs mètres avant d’atteindre les niveaux dangereux de 1983 ». Il faut donc compter sur les outils sismologiques de l’INGV pour détecter d’éventuelles accélérations dans ce processus. 


EN COMPLÉMENT

LE VOLCAN DES CHAMPS PHLEGRÉENS MENACE LA VILLE DE NAPLES

Microséismes, soulèvement du sol, fumerolles qui changent de composition chimique… cette zone qui borde la ville italienne est en train de subir des transformations inquiétantes.

 

Naples, avec son million d’habitants, est la ville européenne la plus exposée à la menace volcanique. Le risque principal y provient des « Champs Phlégréens », (campi Flegrei en italien), une vaste dépression en bordure de la ville où d’abondantes fumerolles témoignent d’une activité volcanique constante.

Bien que cette activité remonte à 1950, une équipe dirigée par Giovanni Chiodini, de l’Institut National de Géophysique Italien, a publié récemment des résultats suggérant, selon les termes même du chercheur, «que la situation évoluait dangereusement » depuis 2005. Les scientifiques notent en effet des changements dans la composition des fumerolles, une intensification de l’activité microsismique, et un soulèvement du sol « certes moins rapide qu’à certaines périodes passées, mais d’allure exponentielle », avertit Giovanni Chiodini.

Le volcan pourrait atteindre une « pression critique »

Surtout, suite à un travail de modélisation des magmas, l’équipe a révélé l’existence d’une « pression critique » dont le système pourrait s’approcher, et à laquelle se produirait un changement radical des émissions de gaz. « La quantité de dioxyde de carbone baisserait légèrement, tandis que se produirait une très importante libération de vapeur d’eau, susceptible de générer une réaction en chaîne » résume Giovanni Chiodini. Le scientifique ne plaide cependant pas pour une évacuation de la zone, mais pour un renforcement de la recherche et de l’instrumentation.

Situation des villes

 

 

 

Pourquoi il ne faut pas boire l’eau du robinet

2 commentaires

 

 

« Le plastique est partout : il est le produit le plus durable, insidieux et intime du monde. De la semelle de vos chaussures aux lentilles de contact dans vos yeux, du téléphone dans votre poche à la nourriture dans votre réfrigérateur, les preuves sont indéniables : nous vivons à l’ère du plastique. » Partant du constat simple que « si ce dernier améliore grandement notre quotidien, il est aussi à l’origine de déchets et de pollution microscopique ».

Orb Media s’est intéressé à sa présence dans l’eau potable – des études récentes ont déjà démontré qu’il avait envahi les océans et les lacs du monde entier. Des recherches menées par l’organisation et des chercheurs de l’University of Minnesota – School of Public Health, et relayées par The Guardian, ont prouvé que des fibres microscopiques en plastique coulent dans nos robinets.

Lors de l’enquête, 83% des échantillons prélevés dans une douzaine de pays ont été testés positifs à la présence de ces fibres (72% pour l’Europe, et la France). Ainsi, on consommerait du plastique à chaque fois qu’on boirait un verre d’eau (potable). Ces micro-plastiques contiendraient des produits chimiques toxiques liés au cancer et à d’autres maladies qu’ils libéreraient lors de la consommation par les poissons et les mammifères.

Si les scientifiques ne sont pas sûrs de leur provenance, ces fibres microscopiques pourraient être issues de l’abrasion quotidienne des vêtements, tissus d’ameublement et tapis, et atteindraient nos robinets après avoir contaminé les systèmes de traitement et de distribution de l’eau environnants. On notera par ailleurs que des particules de cette taille peuvent facilement migrer à travers la paroi intestinale et se déplacer vers les ganglions lymphatiques ou d’autres organes corporels.


En complément:une étude française

Deux millions de Français, sans le savoir, consomment de l’eau chargée en aluminium, pesticides, médicaments, produits radioactifs, anticancéreux…

Pesticides et nitrates

L’agriculture est largement mise en cause par l’association UFC-Que Choisir dans la pollution de l’eau du robinet par les pesticides et les nitrates. C’est une réalité, depuis 10 ans l’utilisation des pesticides n’a pas diminué. Si les agriculteurs persistent dans les pesticides et les nitrates, c’est pour éviter une baisse de rendement de leur production qui les obligeraient à mettre la clé sous la porte.

Mais les agriculteurs ne sont pas les seuls à être responsables de cette pollution.Régulièrement des dérogations sont délivrées par les autorités pour continuer à distribuer une eau non conforme.  Parfois les taux dépassent de 6 % la norme acceptable.

Peu de communes informent sa population sur la pollution de l’eau du robinet.

Le documentaire de Sophie Le Gall diffusé sur France 2 au début de mars 2012 explique que les autorités sanitaires se cachent derrières des chiffres pour ne pas affoler les populations.

En Eure et Loire l’État interdit aux communes de construire de nouveaux lotissements tant que l’eau du robinet est pollué. En attendant le reste de la pollution est toujours alimentée par une eau polluée.

Ailleurs comme en Seine et Marne des dérogations sont délivrées jusqu’à la mise en place d’un projet pour dépolluer l’eau du robinet. Les maires peuvent demander des dérogations pendant 9 années consécutives. En attendant l’eau est dite « conforme par dérogation ». La population ou les maires sont convaincus de la sincérité de l’État sur la conformité de cette eau. Pourtant, cette eau est dangereuse pour les femmes enceintes et les enfants.

Les entreprises en profitent pour proposer aux particuliers des solutions miraculeuses qui purifient l’eau. Le coût est de 3000 euros.

 

 Une directive du ministère de santé très discrète.

Le 22 février 2012, l’association Générations Futures révèle l’existence d’une directive du ministère de la Santé, discrètement entrée en vigueur il y a plus d’un an, et qui revoit à la hausse les concentrations autorisées de pesticides dans l’eau potable.

Instruction émise par la Direction générale de la santé le 9 décembre 2010 :

« Pour répondre aux exigences dans la lutte contre la pollution de l’eau, soit on met tout en œuvre pour réduire la présence des substances nocives, soit on préfère remonter les taux et prétendre à une amélioration de la situation. C’est un peu comme si on changeait les degrés sur un thermomètre pour faire croire qu’il fait moins chaud.«

Vu sur Owni

La France est actuellement  poursuivie par Bruxelles pour ne pas respecter la législation européenne de 1991 sur la pollution des eaux aux nitrates.

 

L’aluminium 

sulfate aluminiumL’eau du robinet peut avoir une teinte jaunâtre suite à des intempéries. Cette couleur ne satisfait pas les consommateurs même si l’eau est pure. Pour rendre l’eau du robinet plus limpide, certaines stations d’épuration utilisent la floculation au sulfate d’aluminium. Depuis 35 ans de nombreuses études affirment qu’au-dessus de 100 mg d’aluminium par litre c’est un risque pour la santé humaine (démences et déclenchement de la maladie d’Alzheimer).

Pourtant, en Europe la norme tolérée est de 200 mg/l. Cette norme est souvent dépassée grâce à un joli détournement des chiffres.

Les autorités se cachent derrière les chiffres de « la référence de qualité » qui lui permet de rendre une eau non conforme, en eau conforme. Cette référence de qualité ne traduit pas un risque sanitaire direct. Si la DASS, en charge du contrôle de la conformité de l’eau dans chaque département, se base sur le chiffre de la « limite de qualité », l’eau serait considérée non conforme à la consommation.

L’État joue avec les chiffres, et les grands groupes de distribution tel que Véolia gère le risque médiatique. Le risque sanitaire est minimisé car les coûts de réhabilitations sont trop onéreux.

 

Résidus de médicaments

D’autres polluants tout aussi dangereux circulent dans l’eau du robinet : les résidus de médicaments issus des urines et de nos selles humaines et animales. L’industrie chimique et pharmaceutique, les élevages industriels qui bourrent les animaux d’antibiotiques… sont  responsables de cette pollution.

Les rejets des hôpitaux sont tout aussi préoccupants : anticancéreux, radioactifs, molécules toxiques…

Les stations d’épuration n’ont pas été prévues pour retenir les résidus médicamenteux. 70 à 80 % des résidus trouvés à l’entrée de la station réapparaissent après épuration.

Depuis 2009, l’Afssaps et l’Anses  ont commencé à analyser les eaux à la recherche de résidus de médicaments. En 2011 les premiers résultats tombent. Sur 45 molécules recherchées 19 ont été détectées (anti-épileptique, anxiolytique…). Pour le moment  ni la France ni l’Europe n’ont fixé de normes réglementaires.

40 millions de français boivent de l’eau du robinet.

 « Il y a près de deux millions de consommateurs qui paient pour de l’eau significativement polluée même si pour 97,5 % de la population globalement, l’eau est de bonne qualité grâce à la réglementation. » Sylvie Pradelle, administratrice nationale de l’association Que Choisir.

Les communes et les grands de la distribution de l’eau préfèrent laisser courir une eau non conforme plutôt que d’investir dans des usines trop coûteuses.

L’association Que Choisir dans sa dernière enquête sur la qualité sur l’eau du robinet fait un appel au secours. Elle est intervenue auprès des communes concernées pour qu’elles informent les consommateurs sur la pollution de l’eau.

« Elle demande aussi aux pouvoirs publics nationaux et européens :

– Une protection efficace de tous les captages ;

– Une application du principe constitutionnel pollueur-payeur dans le domaine des pollutions agricoles pour dissuader les pratiques agricoles polluantes ;

– Que les aides de la Politique Agricole Commune (PAC) soient réservées aux modes de production s’inspirant des principes des agricultures intégrées et biologiques. »

 

L’association a mis à disposition sur son site les résultats de ses analyses commune par commune

 Sophie Le Gall vu sur cdurable

« Autant de questions légitimes mais complexes qui méritent des informations détaillées et multiples… La gestion et le traitement de l’eau nécessitent la mise en oeuvre de technologies et de savoir-faire spécifiques pour garantir la qualité de l’eau distribuée, mais aussi la gestion durable de la ressource en eau et la préservation de l’environnement… Autant d’actions préventives de long terme pour limiter la pollution des milieux aquatiques.

 

Tous les résultats d’analyse sur la qualité de l’eau du robinet que boivent les français sont publics et consultables auprès de leur mairie ou de leur distributeur d’eau et sur Internet.

 

Quand un dépassement des limites définies par la réglementation est enregistré, les autorités sanitaires sont immédiatement averties afin qu’elles définissent si ce dépassement implique ou non un risque pour la santé publique. S’il n’y a pas de risque, elles peuvent délivrer une dérogation. S’il existe un risque, elles imposent une restriction d’usage adaptée. Dans les deux cas, la collectivité concernée doit s’engager dans un plan d’actions permettant le retour à la conformité dans les meilleurs délais. Les clients-consommateurs peuvent également contacter leur distributeur d’eau à tout moment en composant le numéro qui figure en haut à gauche de sa facture ».

 

Sources :
Documentaire de Sophie Le Gall
Que Choisir
Owni
Anses
cdurable

 

 

 

 

 

Effets globaux du dégel rapide du pergélisol du Groenland

5 commentaires

Le Groenland: comment le changement climatique rapide sur la plus grande île du monde nous affectera tous. La couche de glace se fondre et le pergélisol est en train de décongeler. Ce qui se passe au Groenland accélérera le changement climatique à travers le monde, The Independent, 7 sept. 17, Kathryn Adamson 

 

 Le plus grand incendie sauvage jamais enregistré au Groenland a récemment été repéré à proximité de la ville de Sisimiut, dans la côte ouest, non loin de l’île de Disko, où je recherche des glaciers en retraite. Le feu a attiré l’intérêt public et scientifique, non seulement parce que sa taille et son emplacement ont surpris, mais parce que c’est encore un signe de profond changement environnemental dans l’Arctique.

Un feu visible de l’espace.

Le Groenland est une composante importante du système climatique mondial. La couche de glace, qui couvre 80 pour cent de l’île, reflète une grande partie de l’énergie du soleil dans l’espace qu’elle modère les températures à travers ce qu’on appelle l’effet albedo. Et puisqu’il occupe une position stratégique dans l’Atlantique Nord, sa masse fondue tempère les modes de circulation des océans.

Mais le Groenland est particulièrement vulnérable aux changements climatiques, alors que les températures atmosphériques de l’Arctique augmentent actuellement à deux fois le taux moyen global. Les conditions environnementales établissent fréquemment de nouveaux enregistrements: «le plus chaud», le «le plus humide», le «le plus sec».

Malgré sa taille, le feu lui-même ne représente qu’un instantané de l’histoire du feu du Groenland. Cela ne nous permet pas de nous parler du changement climatique plus large de l’Arctique.

Mais lorsque nous superposons ces événements extraordinaires sur des enregistrements environnementaux à plus long terme, nous pouvons voir des tendances importantes émerger.

La couche de glace fond

Entre 2002 et 2016, la glace a perdu de la masse à environ 269 millions de tonnes par an. Un gigatonne est d’un milliard de tonnes. Une tonne concerne le poids d’un morse.

Au cours de la même période, la couche de glace a également montré un comportement inhabituel à court terme. La saison de fonte de 2012 a été particulièrement intense – 97% de la couche de glace a connu une fonte de surface à un certain point au cours de l’année. La neige a même fondu à son sommet, le point le plus élevé au centre de l’île où la glace est empilée à plus de 3 km au-dessus du niveau de la mer ………

Au Groenland, comme beaucoup de l’Arctique, les températures élevées décongelent le pergélisol. Cela signifie que la couche active augmente de 1,5 cm par an. On s’attend à ce que cette tendance se poursuive, étant donné que, selon les prévisions actuelles du GIEC, les températures de l’air de l’Arctique augmenteront de 2,0 ° C à 7,5 ° C  durant ce  vingt-et-unième siècle.

Le pergélisol arctique contient plus de 1 500 milliards de tonnes de plantes et d’animaux morts (environ 1 500 milliards d’équivalent en cadavres de morses) que l’on appelle «matière organique». À l’heure actuelle, ces choses ont été gelées depuis des milliers d’années. Mais lorsque le pergélisol décongèle cette matière organique se décomposera, libérant du carbone et du méthane (un autre gaz à effet de serre) dans l’atmosphère.

Si la décongélation se poursuit, on estime qu’en 2100 le pergélisol émettra 850-1,400 milliards de tonnes d’équivalent CO₂ (pour comparaison: les émissions globales totales en 2012 étaient de 54 milliards de tonnes d’équivalent CO₂).Tout ce que le méthane et le carbone supplémentaires, bien sûr, ont le potentiel d’améliorer encore le réchauffement climatique …… ...

Donc,cette athmosphère  terrestre serait devenue totalement hostile à la vie humaine ainsi que de nombreuses autres formes de vie adaptées à la composition actuelle de l’air et de sa température!

Sources:

http://www.independent.co.uk/environment/greenland-how-rapid-climate-change-on-worlds -largest-island-will-affect-us-all-a7926006.html

Alerte Yellowstone:DES FEUX ÉTRANGES AU SUPERVOLCAN DE YELLOWSTONE: PRÉCURSEUR D’ÉRUPTION? L’ESSAIM SISMIQUE GONFLE À + 1100 secousses

Laisser un commentaire

Photo de la grande caldeira du 26 juin 2017.

 

 

Peu de temps après la foudre de Yellowstone, la caméra d’observation  est tombée « en panne ». «Un tremblement de terre est un phénomène aérien lumineux inhabituel qui apparaît apparemment dans le ciel à ou près des zones de stress tectonique, d’activité sismique ou d’éruptions volcaniques». selon Wikipedia. Cela pourrait-il être un précurseur d’un tremblement de terre ou d’une éruption massive du supervolcan de Yellowstone ? 

 

 

LES DONNÉES DE L’USGS CONFIRMENT L’ESSAIM ÉNORME DANS YELLOWSTONE EN COURS

Notation des séismes depuis peu par l’USGS.

Au cours des deux dernières semaines, les scientifiques ont mesuré plus de 1000 tremblements de terre provoquant des tremblements à Yellowstone.

Cela représente le total jusqu’à 1.100 depuis le 12 juin. Alors que cette activité est plus élevée que la normale, ce n’est pas la concentration la plus élevée d’essaims dont les scientifiques ont été témoins.

En 1985, plus de 3 000 tremblements de terre ont été enregistrés en quelques mois seulement. Les essaims de tremblements de terre sont communs, et malgré que Yellowstone soit un site volcanique, ces essaims ne provoquent plus le volcan . Le mouvement Magma est une cause possible, tandis qu’un autre est un tremblement de terre le long d’une faute comme. Il y a une grande pression sous Yellowstone. Par conséquent, ce sont les geysers, qui peuvent aussi provoquer de petits tremblements. Si le magma devait commencer à monter à la surface, on pourrait s’attendre à des tremblements de terre plus importants avec des conséquences potentiellement plus dévastatrices. Le groupe de tremblements de terre qui ont secoué Yellowstone ces dernières semaines était plus élevé que les chercheurs, mais rien de nouveau. Ce n’est pas le nombre le plus élevé d’essaims que le parc ait jamais vu. Dans les années 2002, 2004, 2008 et 2010, Yellowstone a été touché avec des nombres plus importants encore. Au cours des 2,1 millions d’années, il n’y a eu que trois éruptions majeures à Yellowstone, avec d’autres mineures en cours de route. Donc, alors que les chances de l’éruption des volcans ne sont pas élevées, c’est et continuera d’être une possibilité. Un 4,4 a frappé le parc il y a quelques semaines, devenant le plus important depuis 2014. Cependant, ce n’est pas le tremblement de terre de grande magnitude que Yellowstone a vu. Dans l’histoire récente, le tremblement de terre le plus mémorable à Yellowstone s’est produit dans les années 50. En 1959, un tremblement de terre d’une magnitude de 7,5 a traversé le parc, près du lac Hebgen.

Cette information peut sembler effrayante car Yellowstone est un super volcan, mais les scientifiques nous ont rassuré qu’il n’y avait rien à craindre quand il s’agissait d’essaims. Les chances d’éruption du volcan sont d’environ 1 sur 700 000, donc vous pouvez vous reposer facilement…si vous faites confiance à la science officielle!

 

 

 

 

 

Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :