Publicités
Accueil

Vidéo et article:LES HUMANOÏDES GÉANTS LÉGENDAIRES DE L’ANTARCTIQUE

3 commentaires

Il y a des rapports selon lesquels les créatures majestueuses et de couleur blanche – dont la longueur atteindrait jusqu’à 30 mètres, avec des traits faciaux choquants et humains – habitent les glaciales eaux environnantes de l’ Antarctique . Personne ne sait avec certitude ce qu’ils sont, bien qu’il existe de nombreuses théories, et un grand nombre de navires prétendent être des témoins oculaires des humanoïdes massifs qui s’élèvent des profondeurs

GÉANTS AQUATIQUES HUMANOÏDES SIGNALÉS DANS LES MERS ENTOURANT L’ANTARCTIQUE

 

Bien que ces êtres aient été signalés depuis des décennies, des rapports récents d’un grand nombre de rumeurs d’observations ont fait circuler le monde. Toutes ces observations signalent l’existence de formes de vie humanoïdes gigantesques dans les eaux glacées de l’Antarctique. Ces créatures sont appelées Ningen (人間, ‘êtres humains’ en japonais) et on dit constamment avoir une forme humaine, souvent avec des jambes, des bras et même des mains à cinq doigts.

 

 

 

Publicités

La troisième pyramide enneigée récemment découverte en Antarctique pourrait faire réécrire l’histoire

2 commentaires

Bien que tout le monde ne soit pas disposé à l’admettre, notre planète est pleine de reliques et de monuments qui prouvent que la Terre était autrefois peuplée de civilisations extrêmement avancées. Indiquez dans le cas: la troisième pyramide couverte de glace découverte en Antarctique!

Depuis que le service a été libéré, Google Earth a été une aubaine non seulement pour les théoriciens du complot, mais aussi pour tous ceux qui cherchent à découvrir des indices sur ce qui se cache au-delà de la vue. Si vous avez besoin d’un bon point de vue, vous avez besoin de bons yeux et d’altitude. Les satellites ont les deux.

La dernière d’un groupe de trois pyramides recouvertes de neige a récemment été découverte grâce à l’imagerie satellitaire Google Earth et, en quelques jours, la découverte a pris les communautés d’histoire alternatives par la tempête. Deux des pyramides peuvent être trouvées à environ 10 milles à l’intérieur du continent tandis que la troisième repose près du littoral.

La troisième pyramide découverte sous les neiges de l’Antartique.

Les implications de cette découverte sont complexes et, si elles sont acceptées, elles pourraient transformer le monde scientifique ,en premier,et la vision de l’histoire de la Terre …toute entière! Aucun livre d’histoire n’a jamais mentionné une civilisation antarctique avec les compétences et la technologie nécessaires pour ériger d’énormes pyramides. Il y a une raison apparente derrière cette situation et, par son apparence, cela suggère que des civilisations savantes sur le plan technologique existaient sur Terre longtemps avant que notre propre émergence ne se produise.

 

L’Antarctique est maintenant un désert gelé mais ce n’était pas toujours comme ça. Il a atteint sa position actuelle grâce à la tectonique des plaques, en se rapprochant du pôle Sud géographique année après année. Il y a des millions d’années, le climat de l’Antarctique était beaucoup plus chaud parce que sa position était plus proche de l’équateur. C’est un fait établi soutenu par plusieurs découvertes acceptées, et non par des spéculations sauvages.

Il y a quelques années, le British Antarctic Survey (BAS) a révélé que le climat antarctique était très différent dans le passé lointain.

« Retournez il y a 100 millions d’années », a déclaré Vanessa Bowman, de BAS, « et l’Antarctique était couverte de forêts tropicales luxuriantes semblables à celles qui existent aujourd’hui en Nouvelle-Zélande ».

Une autre expédition menée par la NASA et impliquant 11 autres organisations scientifiques – a découvert des formes de vie microbiennes hors lieu dans les profondeurs du lac Vida de l’Antarctique, piégés sous une croute  de glace de 65 pieds d’épaisseur. Les colonies microbiennes ont été prospères isolément depuis des millions d’années et les scientifiques croient qu’ils sont les descendants de micro organismes qui vivaient dans un climat beaucoup plus chaud. Qui sait quelles autres énigmes ont été enterrées sous la glace, attendant désespérément d’être révélées.

Même avec la technologie d’aujourd’hui, les structures de construction aussi massives que les pyramides de l’Antarctique seraient presque impossibles. Il y a tout simplement trop de problèmes liés à la main-d’œuvre et à la logistique requise pour un tel projet. Si la construction de ces monuments mystérieux devait être une entreprise viable, elle devait avoir lieu dans le passé, alors que l’Antarctique était un lieu propice à la vie humaine.

Et cela ouvre une boîte de vers de taille royale. Le continent n’était habitable que dans un passé très lointain, mais la science dominante dit que la roue n’a pas été inventée il y a quelque 6 000 ans. Dans le même temps, les humains anatomiquement modernes auraient maîtrisé le feu il y a seulement 125 000 ans. Alors, où ces pyramides controversées s’intègrent-elles? Est-ce qu’ils témoignent d’une ancienne civilisation avancée ou devons-nous approfondir notre imagination et les considérer comme une preuve de voyage dans le temps? Les éboulements de l’esprit quand nous restons attachés à nos croyances périmées.

Les partisans de l’histoire alternative et les fans de la théorie des anciens astronautes n’ont aucun problème à accepter la réalité parallèle générée par de telles découvertes. Il n’est pas difficile de voir et d’accepter que nous ne sommes pas les premiers et, même si cela peut sembler de cette façon, nous ne serons probablement pas les derniers… car nous avons enclechés  la Sixième Grande Extinction Massive d’espèces sur notre planète et nous sommes directement menacé d’extermination.

 

Des milliers d’années après leur construction, nous sommes encore fascinés par les pyramides égyptiennes. Les monuments laissés par leur société ont résisté à l’épreuve du temps et, de plusieurs façons, ils ont accordé à leurs constructeurs l’immortalité. Gardant cela à l’esprit, que pourrait-on dire sur les pyramides qui ont des millions d’années? Est-ce que cela met notre propre vie en perspective et nous fait voir l’image plus grande de la beauté et de la richesse de toutes les formes de vie sur notre petite planète bleue?

…ou allons-nous tout simplement nous cacher la tête dans le sable,comme l’autruche voyant fondre sur elle,le lion qui va la dévorer?


D’OÙ VIENNENT LES INFORMATIONS DE BASE 

Maria Orsic…les cheveux longs et des textes en langue sumérienne dictés dans son sommeil.

À commencer par le crash ovni de Freiburg,en 1936,en Allemagne,le Troisième Reich aurait reçu l’information (par le survivant du disque volant) que les ruines d’une lointaine civilisation se trouvait sous les glaces de l’antartique.

Ainsi fut organisé l’expédition allemande Antartik de 1938-39,avec un double objectif:

1- Découvrir  les ruines de l’antique civilisation .

2-Établir des bases secrètes afin de développer en secret  la nouvelle technologie alien,entre leurs mains.

Preuves:

1-

Les documents remis par Manfred K. (nom protégé par les gouvernements russes et allemand.)
Il s’agit ici,d’un pamphlet remis aux capitaines de U-boats prenant la direction des bases secrètes allemandes…en Antartique.
Une partie du message secret est venu à la SVR par Manfred K., y compris des cartes œuvres du Reich nazi allemand dans les années 1930-1940, qui a montré en détail leurs bases souterraines sur le continent Antarctique, un document plus choquant montre la grande profondeur de la terre creuse intérieure et la terre qui existe là-bas.
Comment le Reich aurait-il pu posséder ces informations…autrement que par le seul survivant du crash ovni de Freiburg?

 

2-L’évolution de la technologie allemande durant la Seconde Guerre Mondiale:

Opel et…GM fabriquèrent (ou donnèrent en sous-contrats ) de nombreuses pièces qui servirent à assembler le merveilleux Messersmith 262.

…le développement rapide de la bombe atomique:voir mon article sur la bombe d’Hiroshima

 

… tout cela provient d’une technologie extraterrestre (voir l’article suivant)

 

…les bâtiments des bases secrètes allemandes qui commencent à réapparaître,suite au réchauffement climatique: 

 

 


Ruines anciennes trouvées en Antarctique sur Google Earth

Cette histoire remonte à 2001 lorsque l’un des grands secrets du monde a été révélé: une ancienne structure qui s’étendait dans des kilomètres sous la dure glace de l’Antarctique a été détectée par un satellite d’espionnage itinérant.

C’est quelque chose qui compte au moins 12 000 ans, combien de temps la glace a couvert l’Antarctique.

 

L’armée américaine a immédiatement annulé les rapports et, malgré la panne de nouvelles, des rapports ont encore révélé qu’un projet d’excavation secrète avait débuté après la découverte.

À la suite des événements frénétiques, au début de 2001, les nouvelles ont éclaté d’une urgence médicale mystérieuse qui a forcé l’évacuation d’un personnel sans nom au cours de l’hiver antarctique, le premier événement de ce genre lors de la dangereuse saison hivernale du Sud-Pôle.

En novembre 2002, selon l’archéologue et l’aventurier Jonathan Gray de World Education Research Ltd , un équipage de la télévision de Californie a disparu.

Supposé, une vidéo découverte parmi les effets personnels des équipages par une équipe de sauvetage spéciale US Navy SEAL chargée de trouver les cinéastes est l’élément clé d’une histoire qui prétend que de vastes ruines anciennes ont été trouvées sous la glace de l’Antarctique.

L’équipe de production de télévision qui a tiré sur la vidéo manque encore, a rapporté Gray.

Est-il possible que les structures suivantes aient quelque chose à voir et sont-elles liées à la structure supposée ancienne sous la glace?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


AUTRES FAITS TROUBLANTS

Une étude des photographies prises par satellites montre fort bien des constructions faites sous la grande épaisseur de glace.

La photographie à distance détectée récemment par la NASA de la mission de l’opération IceBridge de la NASA en Antarctique a conduit à une découverte fascinante lorsque les images ont révélé ce que certains experts croient pourrait être l’existence d’une ancienne colonie humaine possible située sous un impressionnant 2.3 kilomètres de glace.

La découverte intrigante a été faite lors d’essais d’essais d’aéronefs de la technologie de lidar du système d’altimètre laser topographique avancé de la NASA (ATLAS) qui sera lancée sur le satellite Ice-Cloud et Earth Elevation Satellite-2 (ICESat-2) en 2017, qui vise à surveiller les changements dans glace polaire.

Bien que le scientifique de la NASA, Nathan Borrowitz, affirme que les images infrarouges sont certainement intriguantes, d’autres experts affirment qu’ils sont clairement la preuve de l’ingénierie humaine ancienne

« Il y a très peu de marge d’erreur quand il s’agit de photons individuels frappant des fibres optiques individuelles, c’est pourquoi nous avons été tellement surpris quand nous avons remarqué ces caractéristiques anormales sur l’imagerie lidar », explique Nathan Borrowitz, le chercheur de IceBridge et le chercheur de glace de mer avec Le Centre de vol spatial Goddard de la NASA à Greenbelt, dans le Maryland.

« À partir de maintenant, nous ne pouvons que spéculer sur ce que sont ces fonctionnalités, mais le lancement d’ICESat-2 en 2017 pourrait déboucher sur d’autres découvertes majeures et une meilleure compréhension des caractéristiques géomorphologiques de l’Antarctique » ajoute-t-il.

Une colonie humaine enterrée sous 2,3 km de glace

L’archéologue principal, Ashoka Tripathi, du Département d’archéologie de l’Université de Calcutta estime que les images montrent clairement une ancienne colonie humaine sous la couche de glace.

Archeo-india« Ce sont clairement des caractéristiques d’une sorte de structure humaine, ressemblant à une sorte de structure pyramidale. Les motifs ne montrent clairement rien que nous devrions attendre des formations géomorphologiques naturelles trouvées dans la nature. Nous avons clairement ici des preuves de l’ingénierie humaine. Le seul problème, c’est que ces photographies ont été prises en Antarctique sous 2 kilomètres de glace. C’est clairement la partie incroyable, nous n’avons aucune explication à ce sujet pour le moment « , admet-il.

« Ces images reflètent juste une petite partie de la masse terrestre totale de l’Antarctique. Il existe peut-être d’autres sites supplémentaires qui sont couverts de glace. Cela nous montre simplement combien il est facile de sous-estimer à la fois la taille et l’ampleur des établissements humains passés « , a déclaré le Dr Tripathi.

Les restes d’une civilisation perdue

L’historien et le cartographe de l’Université de Cambridge, Christopher Adam, croient qu’il pourrait y avoir une explication rationnelle.

« L’une des histoires des cartes les plus étonnantes est celle de l’amiral turc Piri Reis en 1513 AD qui a tracé avec succès le littoral de l’Antarctique il y a plus de 500 ans. Ce qui est le plus fascinant de cette carte, c’est qu’il montre le littoral de l’Antarctique sans glace. Comment cela est-il possible lorsque les images du littoral sous-glaciaire de l’Antarctique n’ont été vus que pour la première fois après le développement d’un radar pénétrant au sol en 1958? Est-il possible que l’Antarctique ne soit pas toujours couverte par une telle couche de glace? Cela pourrait être une preuve que c’est une possibilité « , a-t-il reconnu.

Les cartes de l’amiral turc Piri Reis.

«Un léger changement de pôle ou un déplacement de l’  axe de rotation de la  Terre dans les temps historiques est peut-être la seule explication rationnelle qui vient à l’esprit, mais nous avons certainement besoin de plus de recherches avant de passer à toute conclusion».

L’ICESat-2 (Ice, Cloud et Land Elevation Satellite 2), une partie du Système d’observation de la Terre de la NASA, est une mission satellitaire planifiée pour mesurer l’altitude en masse de la couche de glace, le franc-bord de glace de mer ainsi que la topographie de la terre et les caractéristiques de la végétation. 


L’AVENIR DE L’HUMANITÉ

La découverte de cette ancienne civilisation va aider l’humanité à ralentir sa mort,son extinction massive et sa totale disparition.Les restes de cette technologie ancienne vont nous permettre d’entrer en contact direct avec la civilisation d’Aldebaran que Maria Orsic avait contactée par télépathie! 

Après la dislocation  du glacier de Larsen qui régularisait la circulation des eaux autour de l’Antartique,le compte à rebours de la fin de l’espèce humaine est…enclenché!

 

 

 

Génétique : un chercheur pirate son propre ADN dans l’espoir de rajeunir

3 commentaires

Le chercheur en génétique américain Brian Hanley, 60 ans, teste une méthode assez étrange pour tenter de rajeunir. Véritable pirate de la biologie, il a modifié son propre ADN et commandé des copies, qu’il s’injecte depuis dans la jambe. Puis subit un protocole qui consiste à électrocuter la zone de l’injection afin de permettre aux brins d’ADN de pénétrer les cellules de son corps. Reste que cette auto-expérimentation soulève de nombreuses questions éthiques. 

 

 

Brian Hanley, 60 ans, est un généticien un peu particulier. Il souhaite être le premier être humain à parvenir à rajeunir en s’injectant de l’ADN modifié par ses soins. Il utilise pour cela une méthode expérimentale, dite d’électroporation. Son ADN, qu’il a en quelque sorte piraté, est répliqué selon MIT Technology Review grâce à une entreprise tierce qui propose ce service pour la somme de 10.000 dollars. Son espoir ? Rajeunir !

Un chercheur en génétique s’injecte de l’ADN modifié dans l’espoir de rajeunir

Normalement les recherches actuelles sur les thérapies géniques se concentrent sur l’utilisation d’un vaisseau, généralement un virus, pour insérer voire remplacer les nouveaux gènes directement dans la cellule. Cette méthode, plutôt couteuse, est encore à un stade hautement expérimental. Alors il a opté pour un autre protocole, à la fois plus simple et surtout beaucoup plus douloureux.

Un médecin lui injecte son ADN, une substance visqueuse, directement dans la cuisse. Ensuite, on lui plante deux électrodes tout autour de la zone de l’injection et un courant électrique est appliqué. Cela a pour effet d’ouvrir brièvement la membrane cellulaire, permettant en théorie aux brins d’ADN de pénétrer. Toujours en théorie, cet ADN ne va pas remplacer celui de la cellule.

Mais à l’intérieur, il peut néanmoins commencer à produire des protéines. Celle qu’il recherche, c’est le régulateur de l’hormone de croissance, GHRH qui est normalement sécrété par le cerveau. Sa sécrétion diminue avec l’âge et elle est impliquée dans le système immunitaire, et régule comme son nom l’indique la production d’hormone de croissance. On lui prête aussi des effets sur le vieillissement.

L’effet de cet ADN est temporaire – il finit par être éliminé. Pour vérifier si ça fonctionne son sang est ensuite étudié par des chercheurs de l’université de Harvard. Pour son expérience Brian Hanley a brulé quelques étapes : il est directement passé à l’expérimentation sur lui même, sans même tester la chose sur des cobayes animaux.

La Food And Drugs Administration ne lui a pour cela pas donné d’autorisation. Et s’il a obtenu le soutien de l’Insitute of Regenerative and Cellular Médecine, une institution qui fournit un encadrement éthique aux expérimentations sur l’Homme. Le problème, c’est qu’il précise lui-même avoir menti, en ne précisant pas qu’il allait s’auto-administrer son propre traitement.

Evidemment l’un des risques c’est que l’objectivité de l’étude en soit affectée. Renforcé par un conflit d’intérêt : Brian Hanley est désormais financièrement dépendant des conclusions de son expérience – il n’a pas droit à l’échec, même si celui-ci s’avérait inéluctable. Pour l’instant, les résultats montrent effectivement des niveaux de GHRH élevés suggérant que le traitement a bien eu un effet.

Mais les résultats restent partiels, selon MIT Technology Review. En outre, en l’absence d’une étude scientifique détaillée, il reste difficile d’apprécier l’authenticité des résultats. Nous vous proposons néanmoins de lire l’intégralité de l’article du MIT Technology Review sur le sujet (en Anglais) si vous souhaitez en savoir plus.

 

 

 

Juillet 2017 explose le record de chaleur pour un mois de juillet, du jamais vu depuis 137 ans !

Laisser un commentaire

La Nasa vient de dévoiler les statistiques relatives aux températures du mois de juillet 2017 et nous informe qu’il a été le plus chaud jamais enregistré dans le monde depuis 137 ans. Ces chiffres viennent rappeler que la question du réchauffement climatique doit rester au cœur des attentions alors que la nouvelle politique des États-Unis semble le banaliser. 

 

 

En France, la météo fait des siennes depuis plusieurs semaines, avec un ciel orageux la plupart du temps. C’était l’occasion pour nous de rappeler ce que risque une personne frappée par la foudre, un jeune garçon de 15 ans ayant été blessé il y a quelques jours. Malgré cette météo capricieuse dans l’Hexagone cet été, il n’aura jamais fait aussi chaud sur la planète au cours d’un mois de juillet depuis 137 ans.

Réchauffement climatique : un nouveau record de température dans le monde pour un mois de 2017

À travers un communiqué publié sur son site, l’Institut Goddard pour les études spatiales (GISS), qui est rattaché à la Nasa, vient d’annoncer les statistiques relatives aux températures moyennes dans le monde au cours du mois dernier. C’est le mois de juillet plus chaud jamais enregistré depuis 137 ans. La température était supérieure de 1,49 degré par rapport à la moyenne de 1951 à 1980.

L’analyse mensuelle réalisée par l’équipe GISS se base sur les données collectées issues d’environ 6 300 stations météorologiques à travers le monde. Le réchauffement climatique, on en parle donc toujours et encore, alors qu’il nous resterait désormais moins de 5 % de chance de le limiter à une augmentation de 2 °C d’ici la fin de ce siècle et que les plantes absorbent de plus en plus de CO2.

Rappelons pour finir que l’administration Trump a récemment retiré les États-Unis de l’accord de Paris qui fixait en 2015 l’objectif ci-dessus cité, ce qui avait siccité il y a quelques semaines de vives réactions de plusieurs acteurs de l’univers du High-tech dont Tim Cook, Elon Musk, ou encore Mark Zuckerberg.

 

 

 

 

 

 

Le corps humain serait à 50% constitué d’atomes venus de galaxies lointaines

Un commentaire

L’homme serait-il constitué de 50% d’atomes venus d’autres galaxies ? C’est en tout cas ce que pensent les auteurs d’une étude scientifique qui s’intéresse aux déplacements de la matière dans l’espace. En effet, lors d’une supernova, le gaz et les atomes sont expulsés dans le vide spatial et ne s’arrêtent jamais : ils peuvent donc après des milliards d’années se rendre d’autres galaxies, dont la notre.

La grande galaxie d’Andromède.

 

Alors que Elon Musk compte construire un vaisseau spatial pour se rendre sur Mars, une étude publiée par le Monthly Notices of the Royal Astronomical Society remet en question la constitution de l’homme. Selon cette étude, près de la moitié des atomes constituant notre Voie Lactée proviendrait de galaxies bien plus éloignées. Par extension, les éléments qui constituent le corps humain pourraient également provenir d’ailleurs, de galaxies lointaines.

 

Une explosion spectaculaire d’une etoile double qui illuminera notre ciel en 2022.

Le corps humain serait à 50% constitué d’atomes provenant de galaxies lointaines

Claude-André Faucher-Giguère, du Weinberg College of Arts and Sciences, qui a en partie écrit l’étude, indique :

Près de la moitié des atomes qui nous entourent, dans le système solaire, sur la Terre et en chacun de nous, ne vient pas de notre propre galaxie mais d’autres galaxies. […] Cette étude change notre compréhension de la formation des galaxies après le Big Bang. Nos origines sont bien moins locales que ce que l’on pensait.

Cette théorie provient de simulations informatiques en 3D, visibles plus bas : l’explosion des supernovas cause l’éjection d’énormes quantités de gaz et d’atomes en tout genre, qui peuvent alors se rendre dans des endroit plus reculés, dans d’autres galaxies, en quelques milliards d’années bien entendu. Daniel Anglés-Alcázar, second auteur de l’étude, indique à ce propos :

Il est possible qu’une grande partie de la matière de la Voie lactée était présente dans d’autres galaxies avant d’être expulsée par un puissant vent. […] Comme une partie de la matière dont nous sommes formés peut provenir d’autres galaxies, nous pourrions nous considérer comme des voyageurs spatiaux ou des immigrants extragalactiques.

Un statut assez incroyable pour l’être humain qui est déjà le fruit de nombreux phénomènes terrestres, mais apparemment, pas que.

 

 

 

 

Civilisations disparues et/ou visiteurs extraterrestres …voici des preuves sous vos yeux

Un commentaire

La question de savoir si nous avons ou non reçu des visiteurs de l’espace ne peut être répondu avec certitude que si et quand nous trouvons des preuves incontestables d’une telle visite ici sur Terre. Une telle preuve pourrait consister en la découverte d’artefacts dont l’âge exact peut être déterminé et dont la structure externe et interne peut être considérée comme «anormale dans le temps». Au cours des dernières années, de nombreux micro-objets ont été trouvés dans les Oural, qui semblent répondre à ces exigences. Il s’agit du premier rapport publié de la découverte.

Figure 1

 

Depuis de nombreuses années, les chercheurs de notre domaine ont suggéré que les
artefacts laissés par les visiteurs extraterrestres pourraient être trouvés dans les
dépôts géologiques . Beaucoup de preuves ont été trouvées, principalement par le Dr Johannes Fiebag (figure 1 et  2), à partir d’événements apparemment paradoxaux dans l’histoire de la Terre, que des expériences de manipulation génétique ont été menées sur des centaines de millions d’années par  des extraterrestres, ce qui a abouti à la création de Nous les humains. 

Malheureusement pour nous, toute découverte d’artefacts éventuellement venant des techniques de
l’Antiquité semble être très peu probable. Car les événements géologiques datant
seulement du  dernier million d’années sont documentés aujourd’hui dans seulement quelques centimètres de strates sédimentaires. Même en ce qui concerne les événements très récents – je pense à la fin de la Seconde Guerre mondiale – nous savons à quelle vitesse les objets techniques peuvent disparaître. Les armes, les munitions et même les grandes découvertes sont déjà presque complètement rouillées et se sont désintégrées.

Compte tenu de cela, les découvertes faites récemment en Russie sont d’autant plus
étonnantes. Au cours des années 1991-1993, des prospecteurs d’or sur la petite rivière
Narada, sur le versant oriental des monts des Oural, ont trouvé des
objets inhabituels, principalement en forme de spirale. La taille de ces choses varie d’un
maximum de 3 cm (1,2 po) à un incroyable 0,003 mm, environ 1/10 000e de pouce! À ce jour, ces artefacts inexplicables ont été trouvés par milliers dans différents sites près des rivières Narada, Kozhim et Balbanyu, et aussi par deux courants plus petits nommés Vtvisty et Lapkhevozh, principalement à des profondeurs comprises entre 3 et 12 mètres (10 et 40 pieds). )

Les objets en forme de spirale sont composés de divers métaux: les plus grands sont en cuivre, tandis que les petits et les très petits sont des métaux rares, le
tungstène et le molybdène. Le tungstène a un poids atomique élevé et est également
très dense, avec un point de fusion de 3410 degrés. C (6100 degrés F). Il est utilisé
principalement pour le durcissement des aciers spéciaux, et en forme non alliée pour
les filaments des ampoules électriques. Le molybdène a également une densité élevée et un
point de fusion respectable de 2650 degrés. C (4740 degrés F). Ce métal est également
utilisé pour durcir les aciers et leur conférer des propriétés résistantes à la corrosion,
principalement pour les pièces d’arme fortement accentuées et l’
armure du véhicule .

À l’heure actuelle, ces objets plus mystérieux sont
étudiés par l’Académie des sciences russes de Syktyvka (capitale de l’ancienne République soviétique de Komi), Moscou, Saint-Pétersbourg, et un institut scientifique à Helsinki (Finlande) . Les mesures exactes de ces objets souvent microscopiquement petits ont montré que les dimensions des spirales sont dans le rapport dite Golden Mean. Depuis l’époque classique antique, cette fraction a été la «règle du fer» dans l’architecture et la géométrie. Son utilité est dans le fait que si une certaine longueur est divisée en deux en utilisant ce rapport, le rapport de la longueur d’origine à la pièce plus grande est
identique à celui de la pièce plus grande à la plus petite pièce.

Indépendamment de ces subtilités, ces objets sont évidemment le produit
d’une technologie inexplicable et hautement avancée; Ils ont des
ressemblances remarquables pour contrôler les éléments utilisés dans les appareils micro-miniatures dans notre
toute dernière technologie, appelée nanomachines. Cette technologie en est encore à
ses balbutiants, mais déjà les ingénieurs pensent aux applications
pure science-fiction. Entre autres choses, ils envisagent de
construire des micro-sondes pour une utilisation en médecine qui peut être implantée, comme pour effectuer des opérations à l’intérieur des vaisseaux sanguins qui ne sont pas possibles avec les techniques chirurgicales présentes.

Figure 2

 

Figure 3

 

 

Figure 4

Quel était le but de cet objet, illustré ici en 100x et encore en
augmentation de 500x? (Fig. 2, 3). La figure 1 montre un autre objet dans sa
totalité sur une barre d’échelle de 200 microns de largeur (8 / 1000ths inch)! Tous les tests
effectués à ce jour donnent un âge pour les objets compris entre 20 000 et
318 000 ans, en fonction de la profondeur et de la situation du site. (3, 4)
Mais même si ce n’était que de 2 000 ou 20 000 ans, nous sommes confrontés à la question inévitable: qui, de toutes les personnes du monde, était à ce moment-là capable de créer de tels objets microfinigènes, Quelque chose que notre propre technologie commence tout juste à réaliser?

*Traduction de la langue russe.

6 août 1945 : les États-Unis massacrent la population civile d’Hiroshima

Laisser un commentaire

Dessin d’artiste de l’époque représentant le bombardement atomique d’Hiroshima.

 

 

Le Japon a marqué le 72e anniversaire de l’attaque américaine à la bombe nucléaire dans la ville d’Hiroshima dimanche, avec la tenue d’une cérémonie par le Premier ministre Shinzo Abe et des survivants.

Des milliers de participants ont observé une minute de silence en mémoire des victimes à 08h15 dimanche (GMT 01h15 HB), l’heure à laquelle l’aviation américaine a lâché la première bombe atomique sur la ville à l’est du pays, le 6 août 1945.

La déflagration a tué des dizaines de milliers d’habitants sur le champ, et au cours de l’année 140.000 autres ont perdu la vie.

Les Etat-Unis ont ensuite lâché une seconde bombe visant Nagasaki sur l’île de Kyushu trois jours plus tard. Le Japon s’est alors rendu le 15 août, mettant un terme à la Seconde guerre mondiale.

En mai l’année dernière, le président américain, Barack Obama à l’époque, s’était rendu sur le site de l’attaque meurtrière.

Il avait fait part de ses condoléances aux victimes, mais n’avait pas présenté d’excuses au nom de son pays aux Japonais pour ces terribles actes de guerre.

En partie grâce à la visite du président Obama, le nombre de visiteurs au mémorial de la paix érigé à Hiroshima a grimpé de 16,4%, avec 1,74 million s’y présentant l’an passé.

 

 

Voir notre article vedette sur ce sujet (une étude exhaustive de la bombe atomique durant la Deuxième guerre Mondiale):

Ré-écrire l’histoire:La bombe atomique ,Hiroshima et les débuts du terrorisme illuminati

 

 

 

 

 

 

 

 

Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :