S’opposer aux ambitions dangereuses de la Chine à l’ère de Trump

  • L’amiral John Richardson s’inquiète apparemment d’un manque de communication. La communication n’est pas le problème. Le problème est que les généraux et les amiraux chinois ont été et continuent d’être hostiles, belligérants et belliqueux.
  • « Nous ne voulons pas de la guerre. C’est la façon dont vous l’empêchez. Rappelez-vous, montrez un pouvoir écrasant, pas d’indécision ou de faiblesse. Certains Chinois liront correctement les signaux de fumée. » – Arthur Waldron, Université de Pennsylvanie.
  • Le meilleur moyen d’éviter un conflit dans le détroit de Taiwan est d’indiquer clairement à Beijing que l’Amérique défendra Taiwan.
  • Au premier semestre de 2012, les États-Unis, malgré l’obligation ferme de défendre les Philippines, n’ont rien fait lorsque la Chine a pris le contrôle de Scarborough Shoal dans la mer de Chine méridionale. Lorsque les généraux et les amiraux chinois ont constaté l’échec de Washington, ils ont mis le feu aux autres récifs et îlots des Philippines, ont attaqué les îles japonaises situées dans la mer de Chine orientale et ont commencé à récupérer et à militariser des éléments de la chaîne Spratly. Feebleness n’enhardit que l’agression chinoise. Il n’y aura pas de bonne fin en Asie tant que Washington n’aura pas dissuadé Pékin de la croyance arrogante qu’il peut prendre tout ce qu’il exige.
La nette détérioration des relations entre les deux armées les plus effrayantes du monde était évidente lorsque le chef des forces navales américaines, le chef des opérations navales, l’amiral John Richardson, s’est rendu à Beijing ce mois-ci. Sur la photo: l’amiral Richardson (à droite) est accueilli par de hauts responsables de la défense chinoise à l’Académie de recherche navale de l’Armée de libération du peuple à Beijing, le 14 janvier 2019

 

La nette détérioration des relations entre les deux armées les plus effrayantes du monde était évidente lorsque le chef des forces navales américaines, le chef des opérations navales, l’amiral John Richardson, s’est rendu à Beijing ce mois-ci.

Les officiers chinois étaient prêts pour Richardson: ils ont tenu des propos hostiles, notamment au sujet des relations des États-Unis avec Taiwan. L’OIIC Richardson s’en est tenu au script de coopération vieux de plusieurs décennies de Washington.

Il est temps que les décideurs américains modifient ce scénario en abandonnant, entre autres, des thèmes d’engagement, en introduisant des notions de réciprocité et en faisant preuve de résolution.

Richardson a pris une note optimiste alors qu’il quittait la Chine pour sa deuxième visite officielle en tant que meilleur amiral des États-Unis. « J’apprécie beaucoup l’hospitalité que j’ai reçue en Chine », a-t-il tweeté le 16 janvier. « J’ai eu d’excellentes discussions avec mes homologues et je suis impatient de renforcer nos relations à l’avenir. »

Les propos de l’amiral contrastaient fortement avec ceux de ses homologues chinois. Ils ont menacé d’une action militaire contre les États-Unis. De plus, Global Times , le tabloïd contrôlé par le Quotidien du Parti communiste dans un éditorial, a proféré des menaces voilées contre Richardson. « Beijing doit prendre des mesures concrètes pour aider les Etats-Unis à corriger leur vision », a noté le document après avoir évoqué l’action militaire visant à faire respecter les revendications territoriales étendues de Beijing. « La Chine doit avoir la capacité de faire payer à ses rivaux des coûts insupportables. »

Le décalage dans le ton des messages américains et chinois suggère que quelque chose ne va peut-être pas.

Pour commencer, il semble que quelque chose ne va pas au sommet de l’Armée de libération du peuple. Deux fois le mois dernier, de hauts officiers chinois ont publiquement demandé des attaques non provoquées contre la marine américaine. Dans le second épisode, le 20 janvier, le contre-amiral Luo Yuan a déclaré vouloir utiliser les missiles balistiques Dong Feng-21D et Dong Feng-26 pour couler deux porte-avions et créer 10 000 « victimes ».

Bien que ces déclarations belliqueuses ne représentent pas une politique officielle, elles peuvent néanmoins être considérées comme reflétant la pensée des officiers supérieurs. En tout état de cause, ils devraient être profondément troublants.

La réponse américaine appropriée n’était pas celle de Richardson: « Je suis impatient de poursuivre notre dialogue alors que nous recherchons un terrain d’entente et des possibilités de coopération ». La réponse de Richardson aurait dû être: « J’annule mon voyage en Chine. »

Richardson, avant le voyage en Chine, a défendu sa visite :

« Un échange de vues systématique est essentiel, en particulier en période de friction, pour réduire les risques et éviter les erreurs de calcul. Un dialogue honnête et franc peut améliorer les relations de manière constructive, aider à explorer les travailler à travers nos différences. « 

« Intérêts communs »? Nous n’entendons pas seulement des paroles inacceptablement belliqueuses de Luo et d’autres; nous avons vu et voyons encore des actions dangereuses de la part des Chinois dans le monde commun.

Le 30 septembre, le destroyer chinois Lanzhou est arrivé à moins de 45 mètres de l’USS Decatur alors qu’il franchissait la proue du navire de guerre américain près du récif Gaven dans la mer de Chine méridionale. Le Decatur a dû faire demi-tour pour éviter une collision. La marine américaine a qualifié diplomatiquement les manœuvres de Lanzhou « d’insalubrité et de manque de professionnalisme ».

Malgré le comportement risqué – et malgré le refus de Pékin de faire appel à un appel du port de Hong Kong pour le USS Wasp – octobre, la marine américaine a demandé l’autorisation au groupe Ronald Reagan Strike de payer un appel au port de Hong Kong, région administrative spéciale de la République populaire. de la Chine, quelques semaines à peine après l’incident de Decatur-Lanzhou.

James Fanell, l’un des principaux commentateurs des interactions de la US Navy avec la Chine, a déclaré à Gatestone que la demande d’appel au port avait sapé la ligne de conduite plus dure du président Trump:

« Ce qui semble clair, c’est que la RPC a réussi à convaincre des générations de dirigeants du Pentagone que des relations » mil-à-mil « sont importantes pour la promotion de la sécurité, malgré les preuves empiriques accablantes qui prouvent le contraire. »

Fanell, qui en tant que capitaine était l’officier en chef du renseignement de la flotte du Pacifique, a raison en ce qui concerne les preuves. Au fil du temps, l’armée chinoise a mené une série d’interceptions dangereuses de la marine et de l’aviation américaines sur et au-dessus de la mer de Chine méridionale et de la mer de Chine orientale.

L’amiral Richardson s’inquiète apparemment d’un manque de communication. La communication n’est pas le problème. Le problème est que les généraux et les amiraux chinois ont été et continuent d’être hostiles, belligérants et belliqueux.

De plus, ces discussions ne feront que nuire à ces officiers généraux. En fait, les efforts de dialogue menés par les Américains aggravent la situation. Les amiraux de la marine américaine peuvent penser qu’ils agissent de manière responsable et constructive, mais les Chinois perçoivent manifestement les faiblesses et agissent en conséquence. L’explication la plus plausible des commentaires de Luo le mois dernier est qu’il pensait que l’Amérique pouvait être intimidée de quitter la région.

Le général Li Zuocheng, membre de la Commission militaire centrale du Parti communiste, a également tenté d’intimider. Il a confié à Richardson à Beijing que l’Armée de libération du peuple assumerait « tous les coûts » pour empêcher toute ingérence étrangère dans les affaires taïwanaises.


EN COMPLÉMENT

Taiwan a commandé deux frégates lance – missiles US Perry-classe dans la marine de Taiwan en Novembre 2018 

Un haut responsable militaire chinois a mis en garde mardi la marine américaine contre toute « ingérence » en faveur de l’indépendance de Taiwan, affirmant que Pékin défendrait sa revendication « à tout prix ».

Le général Li Zuocheng, membre de la Commission militaire centrale, a tenu ces propos lors d’une réunion à Beijing avec l’amiral John Richardson, chef des opérations navales américaines.

La Chine considère que Taiwan fait partie de son territoire et sera réunifiée, bien que les deux parties soient gouvernées séparément depuis leur scission en 1949 après une guerre civile remportée par les communistes de Mao Zedong.

L’île autogérée a sa propre monnaie, son drapeau et son gouvernement, mais n’est pas reconnue comme un État indépendant par l’ONU.

Pékin a déclaré qu’il n’hésiterait pas à recourir à la force si Taipei déclarait officiellement son indépendance ou en cas d’intervention extérieure – y compris de la part des États-Unis, le plus puissant allié officieux de l’île.

« La question de Taiwan est une affaire interne à la Chine, concerne les intérêts fondamentaux de la Chine et les sentiments nationaux du peuple chinois, et aucune ingérence extérieure ne sera tolérée », a déclaré Li Zuocheng dans un communiqué publié par le ministère de la Défense.

« Si quelqu’un veut séparer Taiwan de la Chine, l’armée chinoise défendra à tout prix l’unité de la mère patrie », a-t-il déclaré au chef de la marine américaine.

Ces derniers mois, des navires de la marine américaine ont traversé à plusieurs reprises le détroit de Taiwan, qui sépare la Chine continentale de l’île.

Pékin considère tous les navires traversant le détroit comme une violation de sa souveraineté, alors que les États-Unis et de nombreux autres pays considèrent cette route comme une voie internationale ouverte à tous.

Une loi américaine récente encourageant les visites mutuelles entre des responsables américains et taïwanais a également provoqué la colère de Pékin.

Washington, qui a rompu ses relations diplomatiques avec Taipei en 1979 pour reconnaître que Pékin reste le plus puissant allié de l’île et son principal fournisseur d’armes.


Une île artificielle chinoise dans la mer de Chine..pès des Philippines.

 

 

Après avoir quitté la Chine, Richardson, à son crédit, a suggéré d’envoyer un groupe de frappe de porte-avions dans le détroit de Taiwan. « Nous ne voyons pas vraiment de limitation sur le type de navire susceptible de traverser ces eaux », a-t-il déclaré à des journalistes à Tokyo.

La prochaine étape pour les États-Unis consiste à conduire un transporteur dans le détroit, comme l’avait fait la marine en 2007, après que les Chinois eurent refusé une escale à Hong Kong.

Pourquoi s’arrêter avec un seul groupe de grève des transporteurs? Arthur Waldron de l’Université de Pennsylvanie a déclaré à Gatestone que, pour marquer durablement Pékin, les États-Unis devraient organiser un passage dans le détroit de Taiwan avec non seulement le supercarrier Ronald Reagan mais également une flottille de « quelques sous-marins japonais et de l’Izumo; Navires français ou australiens disponibles et la marine de Taiwan l’observant.  » Il recommande également d’envoyer des avions à ajouter à l’effet.

Un des nouveaux navires de guerre chinois le Linyi

« Nous ne voulons pas de guerre », a écrit Waldron dans un message adressé aux professionnels de la défense la semaine dernière. « C’est comme ça que vous l’empêchez. Rappelez-vous, montrez un pouvoir écrasant, pas une indécision ou une faiblesse. Certains Chinois liront correctement les signaux de fumée. »

Le meilleur moyen d’éviter le conflit dans le détroit de Taïwan, comme le suggère Waldron, est d’indiquer clairement à Pékin que l’Amérique défendra Taïwan. Au cours des deux derniers mois, Pékin a menacé d’envahir. Malheureusement, comme le souligne Joseph Bosco, un ancien responsable des relations avec la Chine au Bureau du secrétaire à la Défense, le meilleur moyen que Washington puisse faire pour le moment est de créer un « diplomate confus » que les Chinois peuvent interpréter comme un manque de détermination de la part des Américains.

« Vous pouvez parier », a déclaré Bosco  la semaine dernière, « les calculs de la Chine changeraient radicalement si le président Trump ou le secrétaire Pompeo ou le nouveau Secrétaire général ou John Bolton prononçaient publiquement ces mots devant Pékin: » Nous défendrons Taiwan en toutes circonstances. « Cela permettrait, a-t-il déclaré, » de reconstituer efficacement le traité de défense mutuelle conclu entre les États-Unis et Taiwan en 1954 « et » de modifier la dynamique stratégique en faveur de Washington et de Taipei « .

Certains – en fait beaucoup – de « modifier » sont absolument nécessaires, et ce n’est pas un moment trop tôt. Au premier semestre de 2012, les États-Unis, malgré l’obligation ferme de défendre les Philippines, n’ont rien fait lorsque la Chine a pris le contrôle de Scarborough Shoal dans la mer de Chine méridionale. Quand des généraux et des amiraux chinois ont constaté l’échec de Washington, ils ont mis le feu aux autres récifs et îlots des Philippines, attaqué les îles japonaises situées dans la mer de Chine orientale et commencé à récupérer et à militariser des éléments de la chaîne des îles Spratly. La faiblesse américaine  n’enhardit que l’agression chinoise.

Il n’y aura pas de bonne fin en Asie tant que Washington n’aura pas dissuadé Pékin de la croyance arrogante qu’il peut prendre tout ce qu’il exige.

Comment faire ça? En plus de naviguer dans le détroit de Taiwan, l’amiral Richardson peut peut-être faire en sorte que quelques navires de la marine américaine effectuent une escale au port de l’île et s’y attardent quelques instants.

les missiles chinois à longue portée sont devenu une réalité.

 

 

 

Publicités

Exploration spatiale:Un vaisseau chinois se pose sur la face cachée de la lune

 

Un vaisseau spatial chinois s’est posé sur la face cachée de la lune.

La Télévision centrale de Chine a annoncé jeudi que l’explorateur lunaire Chang’e 4 s’était posé à 10h26.

 

La face cachée de la lune est la plus éloignée de la Terre et elle est relativement inexplorée. Elle est également connue comme le côté obscur de la lune.

Cet alunissage démontre les ambitions grandissantes de la Chine en tant que puissance spatiale.

 

 

La Troisième Guerre Mondiale en préparation:Le missile hypersonique à capacité nucléaire de la Chine menace-t-il la dissuasion américaine?

  • Des responsables américains ont révélé en août que la Chine avait testé un missile hypersonique capable de transporter une tête nucléaire et de déjouer les systèmes de défense antimissile. Environ deux mois plus tôt, la Chine avait testé le missile balistique intercontinental avancé (ICBM) DF-41. Il a une autonomie de 12 000-15 000 km et est capable de transporter 10 têtes nucléaires miniaturisées.
  • La Chine suppose sans aucun doute que si ses ICBM peuvent atteindre le continent américain, ils dissuaderont les États-Unis de s’immiscer dans les affaires de la Chine dans les mers de Chine du Sud et de l’Est.
La Chine suppose sans aucun doute que si ses missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) peuvent atteindre le continent américain, ils dissuaderont les États-Unis de s’immiscer dans les affaires de la Chine dans les mers méridionale et orientale. Sur la photo: Un missile balistique intercontinental DF-31, capable de transporter des ogives nucléaires, exposé au Musée militaire de la révolution du peuple chinois en Chine.

Des responsables américains ont révélé en août que la Chine avait testé un missile hypersonique – le Xingkong-2 ou Starry Sky-2 – capable de transporter une tête nucléaire et de déjouer les systèmes de défense antimissile. Bien que ce soit le premier test de ce type qui ait été ouvertement reconnu par Pékin, il n’était, selon le Washington Free Beacon , qu’un des nombreux tests surveillés par les États-Unis.


EN COMPLÉMENT

La Chine a procédé à l’essai en vol d’un nouveau missile hypersonique capable de transporter une tête nucléaire contre les défenses anti-missiles avancées, selon des responsables américains.

Le test en vol du missile Xingkong-2 ou Starry Sky-2 a été décrit par les médias officiels chinois et présenté comme un missile à très grande vitesse capable de déjouer les systèmes de défense antimissile.

Les responsables ont confirmé que le test avait été effectué dans le nord-est de la Chine et avait été rapporté par les services de renseignements américains plus tôt cette semaine.

Ces tests sont étroitement surveillés dans le cadre de l’attention renouvelée du Pentagone et des agences de renseignement américaines sur la puissance militaire croissante de la Chine.

La vidéo diffusée par la télévision d’Etat chinoise a montré la nouvelle arme en cours de lancement au sommet d’un missile balistique.

C’était la première fois que le gouvernement chinois commentait publiquement la mise au point de missiles hypersoniques capables de fournir des armes nucléaires et conventionnelles.

Dans le passé, les tests d’un planeur hypersonique chinois – un missile à grande vitesse manoeuvrant sans moteur – étaient gardés secrets mais étaient souvent divulgués par les autorités américaines.

Contrairement à un autre missile hypersonique chinois connu sous le nom de DF-ZF, le Starry Sky-2 aurait recours au vol motorisé.

Le test a été annoncé par la China Academy of Aerospace Aerodynamics, l’agence gouvernementale chinoise chargée du développement. L’académie a déclaré dans un communiqué que le missile avait été lancé le 3 août sur un roc multi-étapes et que pendant le vol, il effectuait des manœuvres extrêmes à des vitesses de 5,5 Mach pendant plus de 400 secondes. La vitesse hypersonique est considérée plus rapide que Mach 5, soit cinq fois la vitesse du son.

La vitesse maximale du missile était de Mach 6, soit 4 603 milles à l’heure.

Selon des rapports chinois, le missile expérimental utilise un fuselage en forme de coin qui est poussé à des vitesses hypersoniques en surfant sur les ondes de choc générées par son propre vol pour améliorer la portance.

Le vaisseau hypersonique a volé à une altitude de 18 milles et a mené ce qu’il est dit de manoeuvres à angle aigu. Le missile a également testé ce qui a été décrit comme un « système de protection thermique équilibré thermiquement ».

Le nouveau missile fait partie d’une course hypersonique aux armements amorcée ces dernières années, qui implique les efforts des États-Unis, de la Chine et de la Russie pour fabriquer des armes à très grande vitesse en réponse à une défense antimissile de plus en plus performante.

Le président russe Vladimir Poutine a vanté les systèmes de missiles avancés de Moscou en cours de développement lors d’un discours prononcé en mars.

« Nous avons commencé le développement de nouveaux types d’armes stratégiques qui n’utilisent pas de trajectoires de vol balistiques pour se rendre à la cible », a déclaré M. Poutine. « Cela signifie que les systèmes de défense antimissile sont inutiles en tant que contre-moyens et tout simplement insensés. »

La Russie construit actuellement un missile hypersonique à longue portée, appelé Avanguard.

L’actuelle loi d’autorisation de la défense pour l’exercice 2019, qui doit être signée par le président Trump la semaine prochaine, appelle l’Agence de défense antimissile du Pentagone à accélérer les programmes de défense antimissile conçus pour contrer les armes hypersoniques.

La loi exige également que le secrétaire à la Défense, Jim Mattis, soumette au Congrès une « exigence validée » concernant les armes hypersoniques classiques lancées au sol, en mer et dans les airs dans les trois mois.

Interrogé sur les récents essais de missiles hypersoniques chinois et sur le point de savoir si la Chine maîtrisait la technologie, le commandant du commandement stratégique, le général John Hyten, a déclaré qu’il était incapable de confirmer le statut du programme chinois.

« Le seul moyen de confirmer cela serait de révéler des informations de renseignement, et je ne peux pas le faire », a déclaré Hyten aux journalistes à Omaha le 1er août.

« Mais je peux vous dire que d’après des informations de source ouverte, le gouvernement et l’armée chinoise procèdent à des tests très agressifs des capacités de glisse hypersonique », a déclaré Hyten.


Les russes développent aussi de nombreux missiles.

 

Environ deux mois plus tôt, la Chine avait testé le DF-41 , l’un de ses missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) les plus avancés. Il a une autonomie de 12 000 à 15 000 km et est capable de transporter 10 ogives nucléaires miniaturisées, au lieu d’une seule grande.

Ces ogives nucléaires miniaturisées sur un seul missile balistique sont appelées « véhicules de rentrée multiples à cible indépendante » (MIRV). MIRV-ing un missile lui permet de contrer les systèmes de défense antimissile de l’ennemi. Comme le DF-41 utilise un combustible solide plutôt que liquide – comme le fait l’ICBM DF-5 -, il est plus mobile et son lancement nécessite moins de temps de préparation. Bien qu’il puisse être expédié à partir de lanceurs mobiles, il peut également l’être à partir de silos . Au fil des ans, la Chine a mis au point des silos factices pour semer la confusion dans l’ennemi et l’obliger à distinguer les vrais des faux.

Le DF-41 peut également être lancé par cartouche . C’est un sujet de préoccupation, car jusqu’à présent, la Chine a gardé ses ogives nucléaires et ses systèmes de livraison séparés, dans le cadre de sa doctrine du  » non-premier emploi « , mais les lancements de cartouches exigent que le missile soit équipé d’ogives nucléaires. Et lorsque le missile est équipé d’ogives nucléaires, son temps d’attaque diminue considérablement, renforçant ainsi la dissuasion nucléaire de la Chine et augmentant à la fois la mobilité et la flexibilité opérationnelle du missile.

La Chine suppose sans aucun doute que si ses ICBM peuvent atteindre le continent américain, ils dissuaderont les États-Unis de s’immiscer dans les affaires de la Chine dans les mers méridionale et orientale.

Bien que les États-Unis améliorent les programmes de défense antimissile nationale ( NMD ) et de défense antimissile de théâtre ( TMD ) et comptent sur eux pour protéger son pays des attaques ennemies, sa capacité actuelle à intercepter les ICBM de Chine reste à démontrer. La Chine travaille sans relâche pour compenser son désavantage quantitatif dans sa course aux armements nucléaires contre les États-Unis en se faisant concurrence de manière qualitative. Les États-Unis ne peuvent se permettre d’être complaisants.

 

 

Troisième guerre Mondiale en préparation:L’armée américaine pourrait perdre un conflit potentiel contre la Russie et la Chine

Les États-Unis ont perdu leur avantage militaire à un point tel qu’ils pourraient perdre une future guerre avec la Russie ou la Chine, a annoncé mercredi un nouveau rapport au Congrès américain.

« L’armée américaine pourrait subir des pertes inacceptables et d’importantes immobilisations lors de son prochain conflit. Elle pourrait avoir du mal à gagner, voire à perdre, une guerre contre la Chine ou la Russie », a déclaré le rapport préparé par la Commission de la stratégie de défense nationale, groupe d’experts bipartite créé par le Congrès.

La commission a averti que si les États-Unis n’agissaient pas rapidement pour remédier à la situation, les conséquences seraient « graves et durables ».

Le rapport a mis en garde contre la menace croissante non seulement des grandes puissances telles que la Russie et la Chine, mais également d’autres pays tels que l’Iran et la Corée du Nord.

« Ces pays ont développé des armes plus sophistiquées et des tactiques asymétriques employées de manière créative », a-t-il déclaré.

De plus, les États-Unis font face à une menace grandissante d’organisations terroristes transnationales, en particulier de groupes djihadistes radicaux.

« Dans le monde entier, la prolifération de technologies de pointe permet à davantage d’acteurs de contester le pouvoir militaire américain de manière plus menaçante », indique le rapport.

La commission a approuvé la stratégie de défense nationale (SND) présentée par l’administration du président Donald Trump en janvier 2018, qui visait à réorganiser l’armée américaine pour contrer les menaces croissantes de la Russie et de la Chine. Mais le rapport a également averti que les États-Unis n’avaient pas agi assez vite ni investi suffisamment d’argent pour mettre en pratique la stratégie de Trump.

Wing Loon un drone chinois pour longue distance.

 

 

 

 

La Chine prête à des représailles sur 60 milliards USD d’importations américaines

Le président chinois Xi Jinping lors du sommet des Brics à Johannesburg en Afrique du Sud, le 26 juillet 2018

 

 

La Chine s’est dite vendredi prête à adopter de nouveaux droits de douane sur des importations de biens américains représentant 60 milliards de dollars, alors que Washington accroît la pression sur Pékin au risque d’une escalade du conflit commercial entre les deux puissances.

Selon le ministère chinois du Commerce, il s’agit de représailles adoptées en réaction à la récente menace de la Maison Blanche de relever de 10% à 25% les tarifs douaniers sur 200 milliards de dollars d’importations en provenance de Chine. Pékin avait déjà dénoncé un « chantage ».

L’application de ces nouvelles surtaxes douanières par le géant asiatique « est suspendue aux actions des Etats-Unis », a cependant précisé le ministère dans un communiqué.

La Chine se réserve par ailleurs le droit d’adopter « d’autres contre-mesures » le cas échéant, ajoute le texte, avant de marteler: « Toute menace ou tout chantage unilatéral ne feront qu’exacerber les différends et nuire aux intérêts de toutes les parties ».

« La Chine est persuadée que le dialogue, sur la base du respect mutuel, de l’égalité et des bénéfices communs, est une manière efficace de résoudre nos différends commerciaux », poursuit le communiqué.

Cette menace de représailles intervient alors que le chef de la diplomatie chinoise, Wang Yi, a exhorté les Etats-Unis à « garder la tête froide » et à négocier « sur un pied d’égalité ».

La possibilité pour Washington d’accroître drastiquement ses tarifs douaniers sur 200 milliards de dollars d’importations de biens chinois avait été évoquée mercredi par le représentant américain au Commerce (USTR), Robert Lighthizer.

Selon lui, il s’agit d' »une option supplémentaire pour encourager Pékin à changer sa politique et son comportement préjudiciables ».

La Maison Blanche accuse volontiers le géant asiatique de pratiques « déloyales » et de « vol de propriété intellectuelle », l’enjoignant de réduire de 200 milliards de dollars son excédent commercial annuel avec les Etats-Unis et d’ouvrir davantage son marché.

Depuis fin mars, Washington inflige déjà des tarifs douaniers supplémentaires de 25% sur l’acier et de 10% sur l’aluminium chinois. Et le 6 juillet, des surtaxes douanières sur 34 milliards de dollars d’importations de biens chinois ont été imposées.

Pékin a déjà répliqué en taxant le même montant d’importations en provenance des Etats-Unis.

La Chine porterait assistance à l’armée syrienne dans sa future offensive à Idlib

Par Leith Aboufadel BEYROUTH (LIBAN) (9h00) – La Chine aiderait l’armée arabe syrienne (AAS) dans sa prochaine bataille dans le sud-ouest d’Idlib, a déclaré l’ambassadeur chinois en Syrie, Qi Qianjin, à Al-Watan cette semaine. Selon le quotidien Al-Watan, Qianjin a déclaré au quotidien syrien que l’armée chinoise était prête à participer d’une manière ou Continuer la lecture

via La Chine porterait assistance à l’armée syrienne dans sa future offensive à Idlib — Cellule44

Les armes de la Troisième Guerre mondiale: les navires les plus dangereux actuellement en service

Au fil des ans, nous avons vu un énorme développement dans le matériel militaire. Les armes d’aujourd’hui sont plus tactiques, efficaces et mortelles. Dans le cadre de la guerre navale, des navires de guerre modernes sont développés de telle manière qu’ils peuvent changer le cours d’une guerre en un rien de temps. J’ai réuni ici 28 navires de guerre les plus avancés qui peuvent gagner un conflit naval à partir de rien.

 

Le HMCS Chicoutimi Le sous-marin alimenté au diesel est maintenu en service par la Marine royale du Canada. Il dispose de 6 tubes sous-marins, avec un système de leurre très efficace.
Le HMCS Chicoutimi
Le sous-marin alimenté au diesel est maintenu en service par la Marine royale du Canada. Il dispose de 6 tubes sous-marins, avec un système de leurre très efficace.

 

Le HDMS Absalon L'un des navires de guerre les plus sophistiqués jamais construit, Le HDMS Absalon est utilisé par la Marine royale danoise. Il est équipé de 7 mitrailleuses lourdes. Deux hélicoptères peuvent atterrir sur son pont en même temps.
Le HDMS Absalon
L’un des navires de guerre les plus sophistiqués jamais construit, Le HDMS Absalon est utilisé par la Marine royale danoise. Il est équipé de 7 mitrailleuses lourdes. Deux hélicoptères peuvent atterrir sur son pont en même temps.

 

Le SAS Mendi Malgré son poids lourd, la frégate a une vitesse merveilleuse de 30 noeuds. Il a de multiples systèmes de radar pour détecter tous les ennemis à venir.
Le SAS Mendi
Malgré son poids lourd, la frégate a une vitesse merveilleuse de 30 noeuds. Il a de multiples systèmes de radar pour détecter tous les ennemis à venir.

 

JDS Hyuga Pour contrer une plus grande flotte de guerre,celle de Pyongyang, ce navire a été inclus dans la force d'auto-défense maritime japonaise il y a environ 7 ans.
JDS Hyuga
Pour contrer une plus grande flotte de guerre,celle de Pyongyang, ce navire a été inclus dans la force d’auto-défense maritime japonaise il y a environ 7 ans.

 

TCG Heybeliada Bien qu'il ne soit pas un navire de guerre proprement dit, il a des fonctionnalités avancées comme le système anti-aérien. Le navire de patrouille est connu pour sa capacité de furtivité.Il appartient à la marine turque.
TCG Heybeliada
Bien qu’il ne soit pas un navire de guerre proprement dit, il a des fonctionnalités avancées comme le système anti-aérien. Le navire de patrouille est connu pour sa capacité de furtivité.Il appartient à la marine turque.

 

BNS Riachuelo Les 75 pieds de long sous-marin est l'un des plus furtif dans le monde. Il est géré par l'énergie électrique, et dispose de 6 tubes lance-torpilles. De la marine brésillienne.
BNS Riachuelo
Les 75 pieds de long sous-marin est l’un des plus furtif dans le monde. Il est géré par l’énergie électrique, et dispose de 6 tubes lance-torpilles.
De la marine brésillienne.

 

SIN Vishal Le porte-avions sera ajouté à la flotte de la marine indienne en 2023. Il peut accueillir 1400 membres d'équipage.
SIN Vishal
Le porte-avions sera ajouté à la flotte de la marine indienne en 2023. Il peut accueillir 1400 membres d’équipage.

 

HMS Agamemnon Le sous-marin est construit en gardant à l'esprit la forme d'une baleine. Il peut stocker un ravitaillement complet de 3 mois. Le sous-marin sera ajouté à la marine britannique en 2020.
HMS Agamemnon
Le sous-marin est construit en gardant à l’esprit la forme d’une baleine. Il peut stocker un ravitaillement complet de 3 mois. Le sous-marin sera ajouté à la marine britannique en 2020.

 

 

HMAS Canberra Le navire de guerre a un système de radar et d'armes sophistiquées. Il possède un système anti-missile supérieure qui peut dévier des missiles. 18 hélicoptères peuvent atterrir sur ce navire.
HMAS Canberra
Le navire de guerre a un système de radar et d’armes sophistiquées. Il possède un système anti-missile supérieur qui peut faire dévier des missiles. 18 hélicoptères peuvent atterrir sur ce navire.

 

CNS Linyi L'un des navires les plus sophistiqués appartenant à la marine chinoise, le CNS Linyi a la capacité anti-sous-marin. Il peut bloquer des missiles. Il peut transporter à la fois des avions et des hélicoptères.
CNS Linyi
L’un des navires les plus sophistiqués appartenant à la marine chinoise, le CNS Linyi a la capacité anti-sous-marine. Il peut bloquer des missiles. Il peut transporter à la fois des avions et des hélicoptères.
CNS Kunming Le vaisseau du PLA Navy vise à lutter contre la piraterie et d'autres activités subversives. Il dispose de 6 tubes lance-torpilles.
CNS Kunming
Le vaisseau de la  Marine polonaise   vise à lutter contre la piraterie et d’autres activités subversives. Il dispose de 6 tubes lance-torpilles.

 

 

Frégate  française Forbin Le système sophistiqué de radar PAAM a fait de la frégate Forbin ,un sauveur efficace d'autres navires et de porte-avions.
Frégate française Forbin
Le système sophistiqué de radar PAAM a fait de la frégate Forbin ,un sauveur efficace d’autres navires et de porte-avions.

 

Le Dixmude Ce navire d'assaut utilisé par la marine française peut faire des merveilles. En dehors de sa capacité de transport hélicoptère, il peut également accueillir un char d'assaut et beaucoup d'autres véhicules.
Le Dixmude
Ce navire d’assaut utilisé par la marine française peut faire des merveilles. En dehors de sa capacité de transport hélicoptère, il peut également accueillir un char d’assaut et beaucoup d’autres véhicules.

 

La  Corvette russe Boiky Un navire très léger  dans la nature, cette corvette ne pèse que 2.100 tonnes. Il dispose de deux tubes lance-torpilles qui peuvent neutraliser les sous-marins.
La Corvette russe Boiky
Un navire très léger dans la nature, cette corvette ne pèse que 2.100 tonnes. Il dispose de deux tubes lance-torpilles qui peuvent neutraliser les sous-marins.

 

USS Anchorage Il peut transporter jusqu'à 4 hélicoptères Sea Knight. Ce navire  lanceur  de missiles  anti-missile en est une énorme protection contre tout objet entrant dans l'espace aérien ou les frontières  maritimes.
USS Anchorage
Il peut transporter jusqu’à 4 hélicoptères Sea Knight. Ce navire lanceur de missiles anti-missile en est une énorme protection contre tout objet entrant dans l’espace aérien ou les frontières maritimes.
L'USS America Le porte-avions a été ajouté à l'US Navy  il n'y a pas si longtemps. Il est connu comme un hôpital flottant.
L’USS America
Le porte-avions a été ajouté à l’US Navy il n’y a pas si longtemps. Il est connu comme un hôpital flottant.

 

USS Gerald R Ford Nommé d'après l'ex-président des États-Unis, il est l'un des porte-avions les plus avancés au service. Il peut transporter jusqu'à 72 avions de combat.
USS Gerald R Ford
Nommé d’après l’ex-président des États-Unis, il est l’un des porte-avions les plus avancés en service. Il peut transporter jusqu’à 72 avions de combat.

 

 

USNS Spearhead Il est un transporteur de troupes qui peuvent transporter un total de 312 soldats dans les zones de combat. Il a quelques caractéristiques militaristes.
USNS Spearhead
Il est un transporteur de troupes qui peuvent transporter un total de 312 soldats dans les zones de combat. Il a quelques caractéristiques militaristes.

 

Admiral Gorshkov Conçue à l'origine par la Russie, ce porte-avions est à l'heure actuelle la possession de la marine indienne qui l'aurait acquis des russes. Il est équipé du dernier système de guerre électronique.
Admiral Gorshkov
Conçue à l’origine par la Russie, ce porte-avions est à l’heure actuelle la possession de la marine indienne qui l’aurait acquis des russes. Il est équipé du dernier système de guerre électronique.

 

HMS Queen Elizabeth HMS Queen Elizabeth est l'un des plus grands navires de la marine britannique. 40 avions peuvent atterrir sur elle. Son  système d'arme est le plus avancé dans le monde.
HMS Queen Elizabeth
HMS Queen Elizabeth est l’un des plus grands navires de la marine britannique. 40 avions peuvent atterrir sur elle. Son système d’arme est le plus avancé dans le monde.
Steregushchy (numéro de coque 532) Cette corvette fabriquée par la Russie pèse 2.200 tonnes. les pays d'Afrique du Nord comme l'Algérie se sont récemment montré intéressé à obtenir ce type de navire de guerre.
Steregushchy (numéro de coque 532)
Cette corvette fabriquée par la Russie pèse 2.200 tonnes. les pays d’Afrique du Nord comme l’Algérie se sont récemment montré intéressé à obtenir ce type de navire de guerre.

 

USS Enterprise (CVN-80) Ce sera le quatrième porte-avions de classe Ford a être ajouté à la flotte de l'US Navy.
USS Enterprise (CVN-80)
Ce sera le quatrième porte-avions de classe Ford a être ajouté à la flotte de l’US Navy.

 

The Juliet Marine "Ghost" Ceci est l'un des navires de guerre les plus rapides et furtifs appartenant à la marine américaine. Il est populaire par son surnom "Ghost".
The Juliet Marine « Ghost »
Ceci est l’un des navires de guerre les plus rapides et furtifs appartenant à la marine américaine. Il est populaire par son surnom « Ghost ».
USS Independence (LCS 2) C' est un navire spécialisé dans la  défense anti-aérienne  de type 45. Le navire de guerre est très efficace contre tous les types de menace aérienne.
USS Independence (LCS 2)
C’ est un navire spécialisé dans la défense anti-aérienne de type 45. Le navire de guerre est très efficace contre tous les types de menace aérienne.

 

USS Zumwalt Nommé d'après l'amiral Zumwalt, il est l'un des derniers navires de guerre dans le monde. Son système de radar très supérieur excite les services d'espionnage  ennemis des États-Unis.C'est l'arme de technologie nouvelle la plus surveillée  par les services de renseignements militaires du monde,mais aussi le plus protégé par la police militaire US.
USS Zumwalt
Nommé d’après l’amiral Zumwalt, il est l’un des derniers navires de guerre dans le monde. Son système de radar très supérieur excite les services d’espionnage ennemis des États-Unis.C’est l’arme de technologie nouvelle la plus surveillée par les services de renseignements militaires du monde,mais aussi le plus protégé par la police militaire US.

 

USS Coronado Comme il a été construit en gardant à l'esprit les nécessités de querres côtières , le navire  n'est pas si grand. Mais, il est un navire furtif et très rapide.
USS Coronado
Comme il a été construit en gardant à l’esprit les nécessités de querres côtières , le navire n’est pas si grand. Mais, il est un navire furtif et très rapide.
HMS Defender C' est un navire de  défense aérienne  de type 45. Ce navire de guerre est très efficace contre tous les types de menace aérienne.Appartient à l'Angleterre.
HMS Defender
C’ est un navire de défense aérienne de type 45. Ce navire de guerre est très efficace contre tous les types de menace aérienne.Appartient à l’Angleterre.

 


EN CONCLUSION

Si vous vous posez des questions sur les budgets  des armées du monde,vous avez ici une bonne aperçue des dépenses extraordinaires qui sont englouties dans l’industrie du meurtre légal.Le coût de construction du moins sophistiqué de ces navires suffirait à éliminer beaucoup de problèmes dans le monde entier…

Comme nous pouvons le constater,nos gouvernements trouvent constamment les milliards de dollars à brûler dans ces engins de mort,mais parlent d’austérité et de restrictions budgétaires quand il faut construire des hopîtaux,des routes,régler des problèmes environnementaux,protéger des animaux en voie d’extinction ou simplement  venir en aide aux sans-abris ou même juste améliorer les conditions de vie des travailleurs.

Les gouvernements sont des entités sans aucun scrupule , gangstérisées ,sans empathie  et criminels  dans leur profonde obsession à se maintenir au poivoir en passant par dessus les intérêts des peuples et des nations.

C’est la belle habitude du Nouvel Ordre Mondial  que de nous maintenir divisés  et ignorants afin de nous contrôler et plus tard de nous exterminer d’au moins 40%.

Michel Duchaine

qui vous prévient de la grande mort qui approche.

 

 

Les armes de la Troisième Guerre Mondiale:la Chine communiste a développé une superbombe à impulsion électromagnétique pour vaincre les américains

Les effets de la bombe seraient inimaginables.
Les effets de la bombe seraient inimaginables.

 

 

 Les membres de l’armée chinoise cherchent à utiliser une impulsion électromagnétique dans le cadre d’un « one-two punch» pour assommer – littéralement en quelques secondes – tous les appareils électroniques de défense , non seulement sur Taiwan , mais aussi sur les navires de guerre américains qui pourraient défendre l’île.

Cette révélation vient dans un article de Lou Xiaoqing qui dit l’ Armée de libération du peuple voit une arme EMP comme le principal moyen de vaincre les défenses de  Taiwan et de faire la désactivation des moyens de défense américains à proximité.

Étant donné qu’une telle stratégie a été rendue publique dans un article intitulé «bombes à impulsions électromagnétiques chinoises, » et…il est considéré comme reflétant la position du gouvernement chinois officiel.

Xaoqing a dit que si les Chinois utiliseraient un dispositif nucléaire à haute altitude qui créerait l’impact EMP destructeur sur l’électronique de Taiwan, il devrait exploser à une attitude de 18 miles pour éviter civile dommageable et de matériel militaire sur le continent chinois, qui pourrait se produire si la bombe a explosé à une altitude plus élevée.

les-effets-dune-bombe-emp

 

 » La Chine est attiré par la lutte contre l’armée américaine au-delà de  la portée effective des armes classiques, en les utilisant comme un moyen d’attaque surprise ou un facteur d’intimidation», a déclaré Xaoqing. « Les Etats-Unis devront  abandonner l’utilisation de groupes de combat de porte-avions pour défendre Taiwan. »

Xaoqing a déclaré que l’armée chinoise a calculé que l’armée américaine est trop fragmentée et, couplée avec le ralentissement de l’économie, serait moins susceptible de venir à l’assistance de Taiwan, forçant Taiwan à se défendre.

Contrairement à la croyance populaire, le Taiwan Relations Act 1979 ne nécessite pas que  les États-Unis doivent intervenir militairement si la partie continentale de Chine attaque Taiwan. Au lieu de cela, il a adopté ce qu’on appelle une politique d ‘«ambiguïté stratégique» dans laquelle les Etats – Unis ne vont pas  confirmer ni nier que la Nation  interviendrait au nom de Taiwan.

La législation, cependant, ne nécessite les États – Unis de «fournir Taiwan avec les bras d’un caractère défensif » et « pour maintenir la capacité des États-Unis pour résister à tout recours à la force ou d’ autres formes de coercition qui mettrait en péril la sécurité ,la vie sociale ou/et  du système économique, du peuple de Taiwan « .

 

effets-en-altitude

 

Comme WND a indiqué précédemment, la Chine accorde une priorité au développement des armes EMP qui pourraient être utilisées contre les porte-avions américains, qui en plus arrivent dans les mers de Chine du Sud et de l’ Est dans le cadre de la nouvelle politique américaine « Pivot vers l’ Asie ».

Cette politique consiste à contester les allégations de la Chine sur l’ ensemble de l’Est et du Sud de la Chine maritime et toucher  la confiance en soi de plus en plus montré par Pékin, qui cherche à prendre le contrôle exclusif sur les minéraux vitaux et de l’ énergie dans la région.

Il y a déjà eu des cas de confrontations militaires entre la Chine et ses voisins,dans le passé, tels que le Vietnam, les Philippines et le Japon.

Avec l’histoire de l’ animosité, la Chine et le Japon ont maintenant des revendications contradictoires de propriété sur deux îles de la mer de Chine méridionale.

La Chine appelle les îles Diaoyu alors que le Japon se réfère à eux comme Senkaku. Les Japonais ont une preuve de leur demande – en les ayant achetés des citoyens privés il y a des années – et les États – Unis soutiennent l’allégation du Japon.

Une étude de 2005 des États – Unis (Centre national renseignement terrestre )qui a été classé secret , mais libéré il y a deux ans a dit le développement de la Chine des armes de grande puissance basées sur les micro – ondes, fait partie de l’arsenal  de destruction massive des pays pauvres.Ce sont des armes qui permettent à un pays technologiquement inférieur tels que la Chine et même la Corée du Nord ,de  vaincre les forces militaires d’un pays plus avancé comme les États-Unis.

 

Les micro – ondes et les rayons gamma émis par une explosion nucléaire sont des formes d’énergie électromagnétiques. Les bombes sont conçues pour exploser à une altitude élevée pour assommer tous les appareils électroniques non protégés, y compris les réseaux électriques, les ordinateurs et les automobiles sur une vaste zone géographique.

q

 

Même le rapport NGIC déclassifié a souligné que l’utilisation d’un EMP contre Taiwan à une altitude de 30 à 40 km  « limiterait  les effets du PEM à Taiwan et son voisinage immédiat et minimiserait  les dommages à l’ électronique sur le continent. »

Le rapport particulier dit que les missiles balistiques  DF-21 de moyenne portée de la Chine communiste pourrait être la plate – forme à utiliser pour lancer une attaque EMP sur Taiwan.

En décrivant la stratégie  « one-two  punch » de la Chine, Xaoqing dit que dans le premier coup de poing l’armée chinoise  désactiverait  l’ électronique non-durcis et les centres de commandement et de contrôle.

Il a dit qu’un missile  EMP serait particulièrement intéressant , car  il  agit avec la vitesse de la lumière dans tous les temps,  frapperait  plusieurs cibles sur une vaste zone et  minimiserait les dommages dans des environnements politiquement sensibles.

Compte tenu de l’altitude relativement faible de 18 miles à laquelle un EMP chinois  exploserait  sur Taiwan, Xaoqing dit le second poinçon créerait certains effets sur la santé de l’ exposition à un EMP.

Il a dit que basé sur la recherche chinoise en 2005 qui a évalué les effets d’une EMP sur les cellules cardiaques, il rendrait le cœur des gens incapables de fonctionner aussi bien qu’ils le devraient, avec la mort possible ou des dommages graves au cœur et, par extension, la mort à ceux qui sont exposés à un EMP.

En cas d’ exposition à des explosions à des altitudes plus élevées, les effets d’une EMP seraient moins dommageables pour la santé des populations, a-t – il dit.

Bien qu’il n’y aurait pas un taux de destruction de 100 pour cent, Xaoqing dit, il a dit qu’il pourrait conduire à l’ invalidité à long terme pour les personnes les plus sensibles à un EMP, comme les personnes âgées, les jeunes et les bébés à naître.

 

 

 

 

 

 

 

Le programme spatial chinois menace la sécurité mondiale

Un mystérieux cylindre de métal tombe du ciel près d’un village birman

 

un-mysterieux-cylindre-de-metal-tombe-du-ciel-pres-dun-village-birman

Un mystérieux cylindre de métal est tombé du ciel près d’un village de Birmanie. Au même moment un autre morceau comportant des inscriptions en chinois tombait sur une maison faisant un trou dans le toit. Personne ne connaît avec certitude d’où proviennent ces objets tombés du ciel. Mais les regards se tournent vers l’agence spatiale chinoise qui pourrait bien en être à l’origine.

 

 

L’histoire s’est passée ce vendredi en Birmanie (Asie du sud-est), dans une mine de jade située tout près du village de Hpakant dans l’État du Kayin. Les habitants ont été réveillés à 6 heures du matin par ce qui leur a d’abord semblé être un tir d’artillerie. Dehors, près d’une mine de Jade abandonnée, les habitants découvrent l’étrange objet de forme cylindrique.

L’objet qui évoque un morceau de booster de fusée ou de turbopropulseur d’avion de chasse, mesure 3.7 mètres de long pour une circonférence de 1.5 mètres. Des câbles de cuivre et des diodes auraient été retrouvées sur une partie qui parait arrachée. Les témoins parlent d’une forte odeur âcre se dégageant de l’objet « comme si quelque chose était en train de brûler ».

 

 

Heureusement la chute de cet objet n’aura fait aucune victime. Le toit d’une maison voisine a néanmoins été détruit par la chute d’un autre objet de métal d’une taille plus petite. C’est sur cet autre morceau de métal que la police a découvert des inscriptions en chinois. Ce qui fait tout de même fortement pencher pour un morceau de booster de fusée « Longue Marche ».

Les autorités birmanes disent « ne pas pouvoir formellement identifier » l’objet

Néanmoins on ne peut l’affirmer à 100%. Car l’agence spatiale chinoise reste totalement silencieuse sur la question et les autorités locales disent ne pas être en mesure d’identifier formellement l’objet. Il y a tout de même des indices qui ne trompent pas : mercredi, la Chine a en effet lancé dans l’espace l’une de ses fusées Longue Marche 11 avec à son bord un satellite expérimental.

Ce type d’incident ne serait d’ailleurs pas une première : l’année dernière, un morceau de fusée s’était lui aussi écrasé sur le toit d’une maison chinoise dans la province de Shanxi. En théorie, l’emplacement des sites et trajectoires de lancement sont choisis à l’issue d’un savant calcul pour que les booster et étages primaires tombent dans l’océan plutôt que sur la terre ferme.

Mais l’agence spatiale chinoise, également connue pour avoir perdu le contrôle d’une station spatiale qui s’écrasera bientôt on-ne-sait-où semble peu préoccupée par ce problème. C’est dommage et un peu flippant quand même. On espère que la Chine fera à l’avenir plus attention que le ciel ne tombe sur la tête de personne !


Tiangong-1 : la Chine admet avoir perdu le contrôle de sa station spatiale

angong-1, la station spatiale chinoise, ne répond plus. La Chine a admis avoir totalement perdu le contrôle de cette station permanente inaugurée en 2011. Les scientifiques du régime prévoient sa désintégration dans l’atmosphère courant 2017. Le seul problème, c’est que compte-tenu de la situation, la Chine ne peut garantir que de gros morceaux ne s’écraseront pas alors sur des zones peuplées ! 

tiangong-1-la-chine-admet-avoir-perdu-le-controle-de-sa-station-spatiale

La Chine a donc perdu le contrôle de sa station expérimentale Tiangong-1 dont l’unique module avait été lancé en 2011. Le nom de la station, qui se traduit par Palais Céleste, Palais du Paradis ou encore Palais des Cieux, prend une connotation particulièrement amère car le « ciel », justement pourrait bien nous tomber sur la tête. Et ce n’est vraiment pas une bonne nouvelle.

L’annonce intervient alors que les scientifiques chinois savent pertinemment qu’ils ne parviendront plus à récupérer le module. Du coup Tiangong-1 va progressivement perdre son orbite hors de tout contrôle, lentement freinée par l’atmosphère résiduelle qui se trouve à son altitude. Ce freinage est si long et difficilement quantifiable, que les scientifiques chinois prévoient une ré-entrée dans l’atmosphère très imprécise, pour courant 2017.

Tiangong-1 : une manoeuvre a-t-elle mal tourné ?

Contrairement à MIR, dont les Russes avaient pu contrôler la désorbitation et donc la rentrée dans l’atmosphère, ici, des morceaux risquent réellement d’arriver au sol sur des zones peuplées. Car la station est un gros objet, et c’est bien ce qui peut se passer si Tiangong-1 ne se désintègre pas suffisamment pendant son retour dans l’atmosphère. Sans que l’on soit sûr à 100% que tous les débris tomberont dans l’un des océans.

 

Tiangong-1 n’avait pas vocation à rester en orbite indéfiniment. Le programme spatial chinois est en effet très avancé, et une deuxième station, Tiangong-2, avait été mise en orbite  le 15 septembre 2016 :

 

Tiangong-1 avait des visées essentiellement expérimentales. Le dernier équipage à avoir occupé la station est rentré sur Terre en 2013, et la station était en sommeil depuis.

Au sol, les scientifiques se communiquaient régulièrement avec les instruments de bord de Tiangong-1 pour récupérer des informations sur leur état. En mars dernier, la collecte de données avait pris fin et les scientifiques se préparaient à programmer le retour de la station sur Terre. Mais visiblement tout ne s’est pas passé comme prévu.

 

 

 

Troisième Guerre Mondiale:Pékin se prépare actuellement à une «confrontation militaire» avec les Etats-Unis en mer de Chine

Une ile artificielle chinoise.
Une île artificielle chinoise.

 

 

La semaine prochaine, une cour internationale rendra sa décision sur la possibilité des Philippines et de la Chine d’exploiter les eaux proches des îles Paracels. Mais Pékin est déjà persuadé que la décision de la cour ne sera pas satisfaisante.

Le Global Times, quotidien chinois proche du pouvoir, a publié un article dans lequel les autorités déclarent être prêtes à une «confrontation militaire», notamment avec les Etats-Unis, en mer de Chine méridionale. La semaine prochaine en effet, le 12 juillet très exactement, la Cour permanente internationale d’arbitrage de la Haye devra trancher la question de la propriété de territoires dans le Sud de la mer de Chine opposant Pékin et Manille, qui souhaitent tous deux y mener des manœuvres militaires.

 

Cette dispute territoriale ne date pas d’hier, elle remonte à il y a plus de 20 ans, mais les tensions se sont accrues ces dernières années autour des îles Paracels. Cet archipel n’occupe que cinq kilomètres carrées mais constitue un enjeu politique d’importance pour les Etats qui l’entourent car, historiquement, aucun pays ne l’avait jamais possédé. Le sol de l’archipel est trop montagneux ce qui fait qu’il est presque impossible d’y construire ne serait-ce qu’un aéroport.

missile de Taiwan

La Malaisie, Taïwan, le Vietnam, les Philippines et la Chine se disputent traditionnellement les eaux stratégiques et riches en gisements énergétiques du sud de la mer de Chine. Et s’agissant des îles Paracels, tous, y compris Washington, se trouvent aux côtés des Philippines pour contrer l’influence croissante de Pékin dans la région.

Le 5 juillet, Pékin a entamé des manœuvres dans les eaux situées à proximité de l’archipel, accroissant d’autant le mécontentement de Manille et des Etats-Unis.

«Washington a déployé deux groupes aéronavals en mer de Chine souhaitant envoyer un signal et jouer des muscles : étant le plus grand Etat dans la région, il s’attend à l’obéissance de la Chine», lit-on dans l’article du Global Times. Mais même si la «Chine ne peut rivaliser avec l’armée américaine sur le court terme, elle doit être capable de faire payer aux Etats-Unis un coût impossible à supporter s’ils utilisaient la force dans ce différend en mer de Chine méridionale», conclut le journal.

WASHINGTON DÉFIE LA CHINE COMMUNISTE

Les B-52 américains testent continuellement  les systèmes de sécurité chinois en patrouillant  au-dessus des zones revendiquées par la Chine.
Les B-52 américains testent continuellement les systèmes de sécurité chinois en patrouillant au-dessus des zones revendiquées par la Chine.

En 2015, les Etats-Unis ont démontré leur vocation de véritables protecteurs de la liberté de navigation… en envoyant leurs navires de combat dans les eaux où, selon eux, l’accès risquerait d’être limité par les Etats côtiers.

Selon un rapport annuel du Pentagone publié le 25 avril, les Américains ont mené des opérations visant à protéger la «liberté de navigation» face à 13 pays : la Chine, l’Inde, l’Indonesie, l’Iran, la Libye, la Malaisie, les Maldives, Oman, les Philippines, le Vietnam, Taïwan, le Nicaragua et l’Argentine.

Dans le cadre de ces opérations dont le nombre total n’a pas été révélé, les Etats-Unis ont envoyé navires et avions militaires dans des zones maritimes dont certains pays tentaient de limiter l’accès. Washington explique que son objectif est de montrer que la communauté internationale n’accepte pas de telles actions, rapporte l’agence Reuters.

Commentant ce document, le ministère de la Défense de la Chine a exprimé sa profonde préoccupation. «Au nom de la liberté de navigation et de survol, les Etats-Unis mènent une politique de militarisation en mer de Chine méridionale, menacent la souveraineté des états côtiers et détruisent la paix et stabilité dans ces régions», peut-on lire dans un communiqué publié plus tard le 25 avril sur son site.

En octobre 2015, Washington a en effet envoyé un destroyer en mer de Chine méridionale à proximité des îles Spratley, revendiquées par six pays différents dont la Chine, qui y a vu une menace contre sa souveraineté. Les Etats-Unis, eux, s’inquiètent de la récente construction par Pékin, sur ces îles,  d’infrastructures qui pourraient, selon eux, accueillir des installations militaires et menacer la liberté de navigation.

Le destroyer USS Lassen en mer de Chine.
Le destroyer USS Lassen en mer de Chine.

Au milieu des tensions pour la zone maritime, disputée entre les pays de la région, les manœuvres de bateaux militaires américains sont peu appréciées par la Chine, qui craint que les Etats-Unis ne déclenchent une guerre à coup de provocations.

Jeudi 29 octobre 2015, le Commandant de la Marine chinoise, Wu Shengli, s’est entretenu par vidéoconférence avec son homologue américain, John Richardson. «Si les Etats-Unis continuent avec ce genre d’actes dangereux, provocateurs, il pourrait bien y avoir une situation très sérieuse et urgente entre les forces frontalières des deux côtés, en mer et dans les airs, ou même un incident mineur qui déclenche une guerre», a-t-il mis en garde. Il a ajouté qu’il espérait que «les Etats-Unis chérissent la bonne situation entre les marines chinoises et US qui ne s’est pas faite en un jour» et qu’ils «évitent que ce genre d’incidents arrive à nouveau».