Voici comment fut inventé le peuple juif

Les Juifs forment-ils un peuple ? A cette question ancienne, un historien israélien,  Shlomo Sand , apporte une réponse nouvelle. Contrairement à l’idée reçue, la diaspora ne naquit pas de l’expulsion des Hébreux de Palestine, mais de conversions successives en Afrique du Nord, en Europe du Sud et au Proche-Orient. Voilà qui ébranle un des fondements de la pensée sioniste, celui qui voudrait que les Juifs soient les descendants du royaume de David et non — à Dieu ne plaise ! — les héritiers de guerriers berbères ou de cavaliers khazars [a].

Le récit officiel

Tout Israélien sait, sans l’ombre d’un doute, que le peuple juif existe depuis qu’il a reçu la Torah (1) dans le Sinaï, et qu’il en est le descendant direct et exclusif. Chacun se persuade que ce peuple, sorti d’Égypte, s’est fixé sur la « terre promise », où fut édifié le glorieux royaume de David [b] et de Salomon, partagé ensuite en royaumes de Juda et d’Israël. De même, nul n’ignore qu’il a connu l’exil à deux reprises : après la destruction du premier temple, au VIe siècle avant J.-C., puis à la suite de celle du second temple, en l’an 70 après J.C.

S’ensuivit pour lui une errance de près de deux mille ans : ses tribulations le menèrent au Yémen, au Maroc, en Espagne, en Allemagne, en Pologne et jusqu’au fin fond de la Russie, mais il parvint toujours à préserver les liens du sang entre ses communautés éloignées. Ainsi, son unicité ne fut pas altérée. A la fin du XIXe siècle, les conditions mûrirent pour son retour dans l’antique patrie. Sans le génocide nazi, des millions de Juifs auraient naturellement repeuplé Eretz Israël (« la terre d’Israël ») puisqu’ils en rêvaient depuis vingt siècles.

Vierge, la Palestine attendait que son peuple originel vienne la faire refleurir. Car elle lui appartenait, et non à cette minorité arabe [c], dépourvue d’histoire, arrivée là par hasard. Justes étaient donc les guerres menées par le peuple errant pour reprendre possession de sa terre ; et criminelle l’opposition violente de la population locale.

D’où vient ce fantasme ?

D’où vient cette interprétation de l’histoire juive ? Elle est l’œuvre, depuis la seconde moitié du XIXe siècle, de talentueux reconstructeurs du passé, dont l’imagination fertile a inventé, sur la base de morceaux de mémoire religieuse, juive et chrétienne, un enchaînement généalogique continu pour le peuple juif. L’abondante historiographie du judaïsme comporte, certes, une pluralité d’approches. Mais les polémiques en son sein n’ont jamais remis en cause les conceptions essentialistes élaborées principalement à la fin du XIXe siècle et au début du XXe.

Lorsque apparaissaient des découvertes susceptibles de contredire l’image du passé linéaire, elles ne bénéficiaient quasiment d’aucun écho. L’impératif national, telle une mâchoire solidement refermée, bloquait toute espèce de contradiction et de déviation par rapport au récit dominant. Les instances spécifiques de production de la connaissance sur le passé juif — les départements exclusivement consacrés à l’« histoire du peuple juif », séparés des départements d’histoire (appelée en Israël « histoire générale ») — ont largement contribué à cette curieuse hémiplégie. Même le débat, de caractère juridique, sur « qui est juif ? » n’a pas préoccupé ces historiens : pour eux, est juif tout descendant du peuple contraint à l’exil il y a deux mille ans.

Ces chercheurs « autorisés » du passé ne participèrent pas non plus à la controverse des « nouveaux historiens », engagée à la fin des années 1980. La plupart des acteurs de ce débat public, en nombre limité, venaient d’autres disciplines ou bien d’horizons extra-universitaires : sociologues, orientalistes, linguistes, géographes, spécialistes en science politique, chercheurs en littérature, archéologues formulèrent des réflexions nouvelles sur le passé juif et sioniste. On comptait également dans leurs rangs des diplômés venus de l’étranger. Des « départements d’histoire juive » ne parvinrent, en revanche, que des échos craintifs et conservateurs, enrobés d’une rhétorique apologétique à base d’idées reçues.

Juifs iraniens vers 1923

Le judaïsme, religion prosélyte

Bref, en soixante ans, l’histoire nationale a très peu mûri, et elle n’évoluera vraisemblablement pas à brève échéance. Pourtant, les faits mis au jour par les recherches posent à tout historien honnête des questions surprenantes au premier abord, mais néanmoins fondamentales.

La Bible peut-elle être considérée comme un livre d’histoire ? Les premiers historiens juifs modernes, comme Isaak Markus Jost ou Leopold Zunz, dans la première moitié du XIXe siècle, ne la percevaient pas ainsi : à leurs yeux, l’Ancien Testament se présentait comme un livre de théologie constitutif des communautés religieuses juives après la destruction du premier temple. Il a fallu attendre la seconde moitié du même siècle pour trouver des historiens, en premier lieu Heinrich Graetz, porteurs d’une vision « nationale » de la Bible : ils ont transformé le départ d’Abraham pour Canaan, la sortie d’Égypte ou encore le royaume unifié de David et Salomon en récits d’un passé authentiquement national. Les historiens sionistes n’ont cessé, depuis, de réitérer ces « vérités bibliques », devenues nourriture quotidienne de l’éducation nationale.

Mais voilà qu’au cours des années 1980 la terre tremble, ébranlant ces mythes fondateurs. Les découvertes de la « nouvelle archéologie » contredisent la possibilité d’un grand exode au XIIIe siècle avant notre ère. De même, Moïse n’a pas pu faire sortir les Hébreux d’Égypte et les conduire vers la « terre promise » pour la bonne raison qu’à l’époque celle-ci… était aux mains des Égyptiens. On ne trouve d’ailleurs aucune trace d’une révolte d’esclaves dans l’empire des pharaons, ni d’une conquête rapide du pays de Canaan par un élément étranger.

Il n’existe pas non plus de signe ou de souvenir du somptueux royaume de David et de Salomon. Les découvertes de la décennie écoulée montrent l’existence, à l’époque, de deux petits royaumes : Israël, le plus puissant, et Juda, la future Judée. Les habitants de cette dernière ne subirent pas non plus d’exil au VIe siècle avant notre ère : seules ses élites politiques et intellectuelles durent s’installer à Babylone. De cette rencontre décisive avec les cultes perses naîtra le monothéisme juif.

L’exil de l’an 70 de notre ère a-t-il, lui, effectivement eu lieu ? Paradoxalement, cet « événement fondateur » dans l’histoire des Juifs, d’où la diaspora tire son origine, n’a pas donné lieu au moindre ouvrage de recherche. Et pour une raison bien prosaïque : les Romains n’ont jamais exilé de peuple sur tout le flanc oriental de la Méditerranée. A l’exception des prisonniers réduits en esclavage, les habitants de Judée continuèrent de vivre sur leurs terres, même après la destruction du second temple.

Une partie d’entre eux se convertit au christianisme au IVe siècle, tandis que la grande majorité se rallia à l’islam lors de la conquête arabe au VIIe siècle. La plupart des penseurs sionistes n’en ignoraient rien : ainsi, Yitzhak Ben Zvi, futur président de l’Etat d’Israël, tout comme David Ben Gourion, fondateur de l’Etat, l’ont-ils écrit jusqu’en 1929, année de la grande révolte palestinienne. Tous deux mentionnent à plusieurs reprises le fait que les paysans de Palestine sont les descendants des habitants de l’antique Judée (2).

A défaut d’un exil depuis la Palestine romanisée, d’où viennent les nombreux Juifs qui peuplent le pourtour de la Méditerranée dès l’Antiquité ? Derrière le rideau de l’historiographie nationale se cache une étonnante réalité historique. De la révolte des Maccabées, au IIe siècle avant notre ère, à la révolte de Bar-Kokhba, au IIe siècle après J.-C, le judaïsme fut la première religion prosélyte. Les Asmonéens avaient déjà converti de force les Iduméens du sud de la Judée et les Ituréens de Galilée, annexés au « peuple d’Israël ». Partant de ce royaume judéo-hellénique, le judaïsme essaima dans tout le Proche-Orient et sur le pourtour méditerranéen. Au premier siècle de notre ère apparut, dans l’actuel Kurdistan, le royaume juif d’Adiabène, qui ne sera pas le dernier royaume à se « judaïser » : d’autres en feront autant par la suite.

Les écrits de Flavius Josèphe ne constituent pas le seul témoignage de l’ardeur prosélyte des Juifs. D’Horace à Sénèque, de Juvénal à Tacite, bien des écrivains latins en expriment la crainte. La Mishna et le Talmud (3) autorisent cette pratique de la conversion — même si, face à la pression montante du christianisme, les sages de la tradition talmudique exprimeront des réserves à son sujet.

La victoire de la religion de Jésus, au début du IVe siècle, ne met pas fin à l’expansion du judaïsme, mais elle repousse le prosélytisme juif aux marges du monde culturel chrétien. Au Ve siècle apparaît ainsi, à l’emplacement de l’actuel Yémen, un royaume juif vigoureux du nom de Himyar, dont les descendants conserveront leur foi après la victoire de l’islam et jusqu’aux temps modernes. De même, les chroniqueurs arabes nous apprennent l’existence, au VIIe siècle, de tribus berbères judaïsées : face à la poussée arabe, qui atteint l’Afrique du Nord à la fin de ce même siècle, apparaît la figure légendaire de la reine juive Dihya el-Kahina [d], qui tenta de l’enrayer. Des Berbères judaïsés vont prendre part à la conquête de la péninsule Ibérique, et y poser les fondements de la symbiose particulière entre juifs et musulmans, caractéristique de la culture hispano-arabe.

La conversion de masse la plus significative survient entre la mer Noire et la mer Caspienne : elle concerne l’immense royaume khazar, au VIIIe siècle [a]. L’expansion du judaïsme, du Caucase à l’Ukraine actuelle, engendre de multiples communautés, que les invasions mongoles du XIIIe siècle refoulent en nombre vers l’est de l’Europe. Là, avec les Juifs venus des régions slaves du Sud et des actuels territoires allemands, elles poseront les bases de la grande culture yiddish (4).

les khazares…d’après une peinture.

Ces récits des origines plurielles des Juifs figurent, de façon plus ou moins hésitante, dans l’historiographie sioniste jusque vers les années 1960 ; ils sont ensuite progressivement marginalisés avant de disparaître de la mémoire publique en Israël. Les conquérants de la cité de David, en 1967, se devaient d’être les descendants directs de son royaume mythique et non — à Dieu ne plaise ! — les héritiers de guerriers berbères ou de cavaliers khazars. Les Juifs font alors figure d’« ethnos » spécifique qui, après deux mille ans d’exil et d’errance, a fini par revenir à Jérusalem, sa capitale.

Les tenants de ce récit linéaire et indivisible ne mobilisent pas uniquement l’enseignement de l’histoire : ils convoquent également la biologie. Depuis les années 1970, en Israël, une succession de recherches « scientifiques » s’efforce de démontrer, par tous les moyens, la proximité génétique des Juifs du monde entier. La « recherche sur les origines des populations » représente désormais un champ légitimé et populaire de la biologie moléculaire, tandis que le chromosome Y mâle s’est offert une place d’honneur aux côtés d’une Clio juive (5) dans une quête effrénée de l’unicité d’origine du « peuple élu ».

Cette conception historique constitue la base de la politique identitaire de l’Etat d’Israël, et c’est bien là que le bât blesse ! Elle donne en effet lieu à une définition essentialiste et ethnocentriste du judaïsme, alimentant une ségrégation qui maintient à l’écart les Juifs des non-Juifs — Arabes comme immigrants russes ou travailleurs immigrés.

Israël, soixante ans après sa fondation, refuse de se concevoir comme une république existant pour ses citoyens. Près d’un quart d’entre eux ne sont pas considérés comme des Juifs et, selon l’esprit de ses lois, cet Etat n’est pas le leur. En revanche, Israël se présente toujours comme l’Etat des Juifs du monde entier, même s’il ne s’agit plus de réfugiés persécutés, mais de citoyens de plein droit vivant en pleine égalité dans les pays où ils résident. Autrement dit, une ethnocratie sans frontières justifie la sévère discrimination qu’elle pratique à l’encontre d’une partie de ses citoyens en invoquant le mythe de la nation éternelle, reconstituée pour se rassembler sur la « terre de ses ancêtres ».

Écrire une histoire juive nouvelle, par-delà le prisme sioniste, n’est donc pas chose aisée. La lumière qui s’y brise se transforme en couleurs ethnocentristes appuyées. Or les Juifs ont toujours formé des communautés religieuses constituées, le plus souvent par conversion, dans diverses régions du monde : elles ne représentent donc pas un « ethnos » porteur d’une même origine unique et qui se serait déplacé au fil d’une errance de vingt siècles.

Le développement de toute historiographie comme, plus généralement, le processus de la modernité passent un temps, on le sait, par l’invention de la nation. Celle-ci occupa des millions d’êtres humains au XIXe siècle et durant une partie du XXe. La fin de ce dernier a vu ces rêves commencer à se briser. Des chercheurs, en nombre croissant, analysent, dissèquent et déconstruisent les grands récits nationaux, et notamment les mythes de l’origine commune chers aux chroniques du passé. Les cauchemars identitaires d’hier feront place, demain, à d’autres rêves d’identité. A l’instar de toute personnalité faite d’identités fluides et variées, l’histoire est, elle aussi, une identité en mouvement.

(1) Texte fondateur du judaïsme, la Torah — la racine hébraïque yara signifie enseigner — se compose des cinq premiers livres de la Bible, ou Pentateuque : Genèse, Exode, Lévitique, Nombres et Deutéronome.

(2Cf. David Ben Gourion et Yitzhak Ben Zvi, « Eretz Israël » dans le passé et dans le présent (1918, en yiddish), Jérusalem, 1980 (en hébreu) et Ben Zvi, Notre population dans le pays (en hébreu), Varsovie, Comité exécutif de l’Union de la jeunesse et Fonds national juif, 1929.

(3) La Mishna, considérée comme le premier ouvrage de littérature rabbinique, a été achevée au IIe siècle de notre ère. Le Talmud synthétise l’ensemble des débats rabbiniques concernant la loi, les coutumes et l’histoire des Juifs. Il y a deux Talmud : celui de Palestine, écrit entre le IIIe et le Ve siècle, et celui de Babylone, achevé à la fin du Ve siècle.

(4) Parlé par les Juifs d’Europe orientale, le yiddish est une langue slavo-allemande comprenant des mots issus de l’hébreu.

(5) Dans la mythologie grecque, Clio était la muse de l’Histoire.

Source : Le Monde Diplomatique 

 


NOTES

A)Le mystérieux royaume khazar a influencé notre monde moderne d’une manière dont nous n’avons pas toujours conscience.

Les Khazars n’avaient longtemps intéressé que des spécialistes de l’histoire de l’Asie centrale, comme le révèle la bibliographie d’Alan Brook. Les innombrables « chercheurs » qui pullulent aujourd’hui dans les universités américaines ont trouvé là une mine d’autant plus inépuisable qu’il s’agit d’une matière à controverses, souvent violentes, toujours passionnées: pour les uns, l’ensemble des Khazars a été converti au judaïsme et représente la quasi totalité des juifs dits « Ashkenazes » contemporains, pour les autres, seule une toute petite partie de l’aristocratie de l’empire khazar a rejoint la nouvelle religion et les juifs de la région sont de purs descendants de leurs co-religionnaires judéens. Les positions mixtes ont également d’innombrables adeptes.


Toujours est-il que la « question khazare » a opéré un débarquement tonitruant dans l’histoire contemporaine avec la polémique liée à la colonisation de la Palestine à partir de la fin du XIXe siècle.
En effet, à partir de cette période, qui correspond à l’apogée de tous les mouvements colonisateurs européens, d’immenses cohortes de juifs dits « Ashkenazim« , originaires des régions autrefois occupées par les tribus de l’empire khazar tardivement converties au judaïsme, ont déferlé sur une Palestine miraculeusement métamorphosée en « terre de leurs ancêtres« . Ils en revendiquaient la propriété au nom de la connaissance qu’ils possédaient par ouï-dire de l’existence d’un acte notarié dressé entre un extra-terrestre et d’hypothétiques ancêtres qui auraient été méchamment privés de leur héritage par de cruels centurions romains.
Dans un précédent texte, j’avais déjà montré que TOUS les premiers ministres du nouvel État surgi en terre palestinienne en 1948 étaient originaires d’Europe orientale et des régions qui correspondent à l’ex-empire khazar. Les démographes de l’actuel État hébreu n’ont trouvé qu’une seule famille, les Zinati de Pek’in, qui aurait résidé en Palestine sans aucune interruption depuis l’antiquité.

Rappel
1 – David Ben Gourion (né David Grün) 16 octobre 1886-1er décembre 1973) est né à Plonsk en Pologne dans une famille sioniste (son père, professeur d’hébreu, était un membre des Amants de Sion). Il émigre en Palestine britannique en 1906.
2 – Moshé Sharett (né Moshé Shertok) , (15 octobre 1894 – 7 juillet 1965) est né à Kherson, dans l’Empire russe (aujourd’hui en Ukraine). Il émigra en Palestine britannique en 1908.
3 – Levi Eshkol ( 25 octobre 1895- 26 février 1969) est né dans un village à proximité de la ville de Kiev , dans l’empire russe, aujourd’hui Ukraine. Il émigre en Palestine ottomane en 1914.
4 – Ygal Allon (né Ygal Païcovitch) (10 octobre 1918- 29 février 1980) est né Kfar Tabor, au pied du Mont Tavor dans l’est de la Basse Galilée d’une famille originaire de Roumanie qui émigre en Palestine en 1901.
5 – Golda Meir ( Golda Meirson, née Golda Mabovitz (3 mai 1898 -8 décembre 1978) est née à Kiev , au cœur de l’empire russe, aujourd’hui capitale de l’Ukraine. Sa famille émigre aux Etats-Unis en 1903, le couple Meirson arrive en Palestine en 1921.
6 – Yitzhak Rabin (Yitzhak Rubitzov , 1er mars 1922 – assassiné à Tel Aviv le 4 novembre 1995) est né à Jérusalem. Ses parents, Nehemiah et Rosa Rubitzov originaires d’Ukraine émigrèrent d’abord vers les Etats-Unis
7 – Menahem Volfovitz Begin (Mieczyslaw Biegun , 16 août 1913 -9 mars 1992) . Il est né à Brest-Litovsk, alors ville polonaise à majorité juive, aujourd’hui Biélorussie. Il n’arrive en Palestine qu’en 1942.
8 – Yitzhak Shamir (Yitzhak Jazernicki (15 octobre 1915…) , est né à Ruzhany, en Pologne, actuelle Biélorussie. Il émigre en Palestine en 1935.
9 – Shimon Peres (Szymon Perski ) Il est né le 2 août 1923 à Wisniew (Pologne, actuelle Biélorussie). Il émigre en Palestine en 1934.
10 – Benyamin Netanyahou (né le 21 octobre 1949 à Tel Aviv) Petit-fils d’un rabbin émigré de Lituanie en Palestine en 1920
11 – Ehud Barak (Ehud Brog, né le 12 février 1942 au kibboutz Mishmar Hasharon) Fils d’Israel Brog et d’Esther Godin, immigrés respectivement de Lituanie et de Pologne.
12 – Ariel Sharon (Ariel Scheinermann (né le 26 février 1928 à Kfar Malal en Palestine) . Son père Shmouel Scheinerman est originaire de Brest-Litovsk alors en Pologne, actuellement Biélorussie. Sa mère Véra est un médecin originaire de Mohilev en Biélorussie.
13 – Ehud Olmert ( né le 30 septembre 1945 à Binyamina en Palestine. Son père Mordechaï – né à Buguruslan en Russie, émigre en Chine en 1919, à Harbin, et arrive en Palestine en 1933.

AUTRE rappel

Lorsque les scribes judéens exilés au bord de l’Euphrate, après la conquête de la Judée par le roi Nabuchodonosor, imaginèrent l’épisode de leur fiction dans lequel un personnage mythique – Abraham – était le héros principal, ils lui prêtèrent un rêve fabuleux dans la narration intitulée Genèse.
C’est ainsi qu’au cours d’un « profond sommeil » (Gn 15,12), le héros eut « une vision » (Gn 15,1). De plus, il entendit une voix, qu’il attribua à son dieu, laquelle lui proposait une « alliance » (Gn 15,18).
« Quand le soleil fut couché, il y eut une obscurité profonde; et voici, ce fut une fournaise fumante, et des flammes passèrent entre les animaux partagés. En ce jour-là, l’Eternel fit alliance avec Abraham. » (Gn 15, 17-18)
Le dieu choisit donc de se manifester pendant le sommeil du rêveur et alors que ce dernier, avant de s’endormir, avait procédé au classique sacrifice d’animaux rituellement coupés en deux par le milieu – « partagés« , dit le texte. Il prend la précaution de décrire minutieusement son cadeau afin d’en faire saisir toute l’importance au bénéficiaire, le tout soigneusement enveloppé dans le scintillant papier-cadeau, si je puis dire, du halo impressionnant d’une « fournaise fumante » et de « flammes« , mise en scène aussi éblouissante que terrifiante, digne de tout dieu qui se respecte et soucieux de manifester sa puissance par des phénomènes impressionnants.
C’est au milieu de ce chaos météorologique rêvé que le dormeur apprend qu’il est désormais l’heureux propriétaire d’une terre qui appartenait jusqu’alors à d’autres peuples.
« Je donne ce pays à ta postérité, depuis le fleuve d’Égypte jusqu’au grand fleuve, au fleuve d’Euphrate, le pays des Kéniens, des Keniziens, des Kadmoniens, des Héthiens, des Phéréziens, des Rephaïm, des Amoréens, des Cananéens, des Guirgasiens et des Jébusiens. » (Gn 15,18).
Pour comprendre le sens de la scène décrite ci-dessus, il faut s’arracher à l’avant-scène du grandiose théâtre de l’épopée et à la fascination qu’exerce sur les esprits le contenu du récit brillamment collationné et mis en forme à partir de bribes de légendes et de récits empruntés aux mythologies égyptienne et mésopotamienne et tenter de pénétrer dans les coulisses des motivations des scripteurs. Réécrits, recomposés et globalement unifiés en dépit d’un certain nombre de contradictions résiduelles, les récits mythiques ont été adaptés à la mentalité et au type d’éloquence que permettait la langue sémitique, ainsi qu’au mode de fonctionnement psychologique de la population à laquelle il était destiné.
Il n’est donc pas étonnant que les rédacteurs de la Genèse aient utilisé le stratagème d’un rêve comme véhicule de l’action de leur « dieu », ce procédé, banal à l’époque, permettait de délivrer un message d’une manière jugée convaincante par tout le monde.
L’immoralité du cadeau saute aux yeux de tout esprit normalement constitué, puisque le « dieu » transforme les Hébreux en receleurs d’un bien volé aux peuples énumérés ci-dessus. De plus, il leur permet de justifier leur vol et se fait leur complice. Le scripteur du scénario a usé de ce moyen habile de légitimer une conquête territoriale opérée par la violence et le meurtre tout en donnant bonne conscience aux conquérants et à leurs descendants.
Le mythe est bien un théâtre et il faut savoir lire son scénario.
Douglas Reid dans sa Controverse de Sion cite cette phrase de l’écrivain sioniste Julius Katzenstein – ou Joseph Kastein – (1986-1946) « Ce n’est pas Dieu qui voulait ce peuple et ce qu’il signifiait. C’était ce peuple qui voulait ce Dieu et cette signification. »


[b] Sur les célébrités bibliques et le symbolisme juif :
… David n’était pas qu’un roi, il était en fait la star ultime: il était à voile et à vapeur.

Le personnage du roi David est perçu par de nombreux érudits contemporains et amateurs de LGBTQ comme une icône gay. Les érudits bibliques qui souscrivent à cette idée soulignent l’histoire d’amour de David avec Jonathan. Dans Samuel 2 1:26, le roi hébreu écrit: «Je suis en peine pour toi, Jonathan mon frère; tu m’étais très cher. Votre amour pour moi était merveilleux, plus merveilleux que celui des femmes. »
Certains érudits considèrent cette preuve d’attraction du même sexe qui allait au-delà d’une affaire platonique. Une autre preuve vient de l’exclamation du roi Saül à son fils Jonathan à la table du dîner: « Je sais que vous avez choisi le fils de Jessé – ce qui est une honte pour vous et la nudité de votre mère! » Si David était bien Gay, il était clairement sorti du placard plus de deux millénaires avant la Marche DC Dyke.
En 1993, la prétendue homosexualité du roi David a été intégrée à la Knesset israélienne. Yael Dayan, à l’époque membre du parti travailliste à la Knesset, a évoqué l’homosexualité du roi David au Parlement israélien et cité les versets bibliques pertinents. …David aurait facilement pu finir par passer une peine à perpétuité partageant une cellule avec Harvey Weinstein.

[c] Selon Wikipédia, qui est pro sioniste :
« Au niveau démographique, la population de la Palestine passe de 94.000 Juifs (60.000 Juifs selon Justin Mc Carthy, Henry Laurens et Nadine Picaudou), 525.000 musulmans et 70.000 chrétiens en 1914 à 630.000 Juifs, 1.181.000 musulmans et 143.000 chrétiens en 1947, peu avant la fin du mandat britannique. »
Donc, en 1914, les juifs représentaient 32% de la population totale (630.000/1.954.000) c’est-à-dire moins d’un tiers de la population de la Palestine, arabe à 78%.

[d]

 La Kahena, de son vrai nom Dihya ou Damya, est une reine berbère zénète des Aurès qui combattit les Arabes Omeyyades lors de leur conquête de l’Afrique du Nord au VIIe siècle.

Pour les Berbères des Aurès, elle s’appelait Dyhia Tadmut qui veut dire la belle gazelle en tamazight ou Damya qui signifie devineresse.
En arabe, Kahena ( de la racine arabe كهن ) peut désigner l’affiliation à Cohen (fille de Cohen, de la tribu des Cohen), la prêtrise, ou une devineresse. En grec, Kahena est tiré de Karina qui signifie être pur.
En hébreu le mot est proche de Cohen qui a un sens de prêtre. 

Elle possédait  un don prophétique et était vénérée par son peuple. Elle fut l’une des premières féministes et reines guerrières de l’Histoire. Les occidentaux la comparent à Jeanne d’Arc et Ibn Khaldoun lui attribua des pouvoirs surnaturels. 
Elle règne sur tout l’Ifriqiya pendant cinq ans. Vaincue en 693 par Hassan Ibn Nooman dans la dernière bataille contre les Omeyyades, elle se réfugie dans l’Amphithéâtre d’El Jem (Tunisie). Elle est enfin faite prisonnière, puis décapitée au lieudit Bir El Kahina. Les chefs de l’armée Omeyades envoient sa tête en trophée au calife Abd al-Malik en Syrie.
Les Omeyyades demandent aux Zénètes de leur fournir douze mille combattants pour la conquête de l’Andalousie comme condition à la cessation de la guerre.
Divergences sur la religion
Selon l’historien tunisien Ibn Khaldoun, à la veille de la conquête musulmane du Maghreb, plusieurs tribus berbères pratiquaient le judaïsme.
La question de la religion de la Kahina a été traitée par plusieurs historiens du Moyen Âge ou contemporains. Plusieurs hypothèses ont été émises, selon lesquelles elle aurait été monothéiste, animiste ou autre.
Selon l’historien Gabriel Camps, spécialiste du Maghreb, les tribus zénètes n’étaient pas juives mais  chrétiennes. Toutefois, pour Paul Sebag « c’est aller à l’encontre des textes, difficilement récusables» qui donnent la Kahena pour juive, et membre d’une tribu berbère judaïsée.
En Tunisie, le seul endroit qui témoigne de l’existence de la Kahena est l’amphithéâtre d’El Djem.

Elle règne sur tout l’Ifriqiya pendant cinq ans et défait deux fois la grande armée des Omeyyades avant d’être vaincue en 693 par Hassan Ibn N’uman


EN COMPLÉMENTAIRE

La pensée économique d’IBN KHALDOUN

 

Ronald Reagan a adopté la Mouqaddimah d’Ibn Khaldoun comme livre de chevet, Mark Zuckerberg a choisi son grand ouvrage comme l’un des choix de son club de lecture et l’historien britannique Arnold Toynbee l’a décrit comme “sans aucun doute la plus grande œuvre de ce genre qui ait jamais été créée par un esprit quelconque, en tout temps et en tout lieu“. Ce sont des témoignages assez inhabituels pour un historien nord-africain du 14e siècle, mais Ibn Khaldoun était alors un homme exceptionnellement doué. Sa Mouqaddimah est une introduction – ou un prolégomènes – à une histoire du monde beaucoup plus longue.

De telles histoires étaient courantes chez les écrivains arabes, mais personne avant lui n’avait développé une théorie aussi avancée sur les raisons de l’essor des civilisations et de leur déclin. Il s’est penché sur les facteurs matériels de l’histoire et a jeté un regard sceptique sur les récits et les contes extravagants des œuvres précédentes. Musulman fervent, il n’attribue cependant pas les événements uniquement aux ordonnances divines : le facteur humain l’emporte toujours. H. Genséric

 

IBN KHALDOUN (né le 27 mai 1332 à Tunis et mort le 17 mars 1406 au Caire, est un historien, économiste, géographe, démographe, précurseur de la sociologie et homme d’État), figure emblématique de la Tunisie, du Maghreb et de la Méditerranée, ne cesse de susciter l’intérêt des chercheurs dans le Monde pour avoir, il y a plus de six siècles, posé les fondements de la sociologie moderne et développé un certain nombre de concepts et de théories dans le domaine économique qui demeurent, pour la plupart d’entre eux, d’une grande actualité.

Comment se présente la pensée économique d’IBN KHALDOUN ?

Comment cette personnalité hors pair a su intégrer dans ses analyses les dimensions sociologiques, économiques et politiques ?

Quelles sont les caractéristiques des théories et des axiomes développés par le grand érudit ?

Ces différents aspects ont fait l’objet d’un débat organisé par le Forum IBN KHADOUN pour le Développement le 2 mai 2017 .

Les grandes lignes de la présentation introductive au débat

La MUQADDIMA d’IBN KHALDOUN 

a jeté les bases de la science de l’économie.

Après avoir participé, en tant qu’homme politique, à façonner l’histoire de la Tunisie, du Maghreb et de la Méditerranée, ABDERRAHMÈNE IBN KHALDOUN a fondé la science sociologique et a lancé, par ricochet, les principes fondateurs de la science économique dans le cadre de la MUQADDIMA (les Prolégomènes en français) écrite en 1377. Pour le grand penseur, il faut comprendre la société avant d’écrire son histoire. Le peuplement et la fondation d’une société sont une nécessité pour l’homme. Celui-ci est sociable par nature. Le mobile fondamental étant le besoin, l’individu est incapable de subvenir à ses besoins tout seul. Il est donc obligé de se mettre en communauté pour le travail, la création et le partage des richesses.

L’homme est fondamentalement
« HOMO-OECONOMICUS »

Si la cité est, pour ARISTOTE, un phénomène éthique, elle est pour IBN KHALDOUN un phénomène économique, qui se manifeste dans le rapport dialectique entre la production et la consommation, concrétisé par l’échange. Environ le tiers de la MUQADDIMA est consacré aux questions économiques, en l’occurrence le contrôle des marchés, la monnaie, l’impôt, le commerce, les prix, le mode de vie et la circulation des marchandises dans l’espace et dans le temps. Dans cet ouvrage, IBN KHALDOUN a énoncé les prémices de la division du travail, source d’excédent de richesse et d’accumulation du capital. Il considère que la valeur économique d’un bien est fondamentalement définie par la quantité de travail qu’il comporte, devançant les penseurs de la renaissance en Europe. Il établit, à ce propos, une corrélation entre le développement de la société, l’avancée de la civilisation et le perfectionnement du travail. Du rudimentaire au cycle rural, l’homme devient raffiné, de plus en plus perfectionné et technique à la phase urbaine. Il précise que le travail est l’essence de la valeur et le déterminant du prix, sachant qu’il y a une différence entre la valeur et le prix. La valeur dépend de la quantité de travail cristallisée dans le produit alors que le prix prend en compte, en plus de la valeur du produit, d’autres frais et droits.

L’échange avec ses corollaires est
une nécessité sociale

Selon IBN KHALDOUN, le commerce désigne la recherche du profit par la fructification du capital en achetant bon marché et en revendant plus cher et donc en faisant des bénéfices. Le commerce est loin d’être parasitaire. Il est source de création de l’utilité au sens économique du terme. En stockant les marchandises pour les périodes de forte demande, l’utilisation des produits concernés est étalé dans le temps. En déplaçant les marchandises dans l’espace géographique, elles sont mises à la disposition de ceux qui ont le plus besoin. Dans les deux cas, il y a création de la valeur ; sachant que la simple détention d’un capital n’explique pas seule le gain ou le profit. Le commerçant doit savoir quand et comment investir et prendre en compte la corrélation positive entre la rentabilité et le risque.

Rôle primordial de l’État
dans la régulation de l’économie

IBN KHALDOUN insiste sur la fonction de régulation de l’Etat et sur sa responsabilité en matière d’émission monétaire et de dynamisation de l’économie.Il condamne la thésaurisation et considère qu’elle est source de blocage de la dynamique économique et inhibiteur de l’effet multiplicateur.Il esquisse l’ébauche d’une théorie fiscalesuivant laquelle les taux hauts tuent les totaux. Il considère qu’au départ les dépenses de l’Etat naissant sont limitées grâce à la simplicité et au bédouinisme du souverain. Les taux d’imposition sont bas, les contribuables sont incités à produire davantage, l’assiette imposable s’élargit, les revenus fiscaux de l’Etat augmentent. Par la suite, et avec le temps, la prospérité de l’Etat mène au gaspillage du souverain, ce qui engendre dans son sillage un

3 cercle vicieux avec l’augmentation des impôts, la démotivation des entrepreneurs à produire, le ralentissement de la croissance, la réduction de l’assiette imposable et l’augmentation du déficit du trésor. Pour IBN KHALDOUN, l’ultime pas vers la décadence de l’Etat est l’étape de l’engagement de l’Etat dans les activités de production pour pallier au déficit budgétaire. Cette démarche occasionne à la population des grandes difficultés financières. Les paysans délaissent les champs, les commerçants ferment leurs boutiques ; ce qui entraine l’effondrement des recettes de l’Etat.Mais, tout en dénonçant l’intervention de l’Etat dans l’économie, IBN KHALDOUN admet son intervention pour contrer les monopoles. Tout en louant l’économie libérale, et la régulation des prix par les mécanismes du marché, il admet l’impératifde l’intervention de l’Etat dans la fixation des prix des produits de première nécessité.

  1. Réflexions complémentaires

Les appréciations présentées par Salah HANNACHI, se sont articulées autour de la notoriété de l’illustre personnalité, les caractéristiques de sa pensée et la portée de son œuvre.

La notoriété d’une personnalité hors pair

La théorie d’IBN KHALDOUN est à la fois spéculative, comme celle de Platon, d’Aristote, etexpérimentale, comme nul autre avant lui en Occident et nul autre longtemps après lui, jusqu’à NICCOLO MACHIAVELLI (1469-1527). Il est intéressant, toutefois, de noter que la pensée, à la fois spéculative et expérimentale, de MACHAVELLI est très loin de la précision, du détail concret, de la sophistication, de la cohérence et de la portée historique de celle de IBN KHALDOUN. Il est intéressant aussi de noter que comme dans le cas d’IBN KHALDOUN, dans « Le Prince » de MACHIAVEL, la pensée spéculative est composée avec une penséeexpérimentale nourrie par la pratique. En effet Machiavel a été, notamment, diplomate, politicien, historien, écrivain, humaniste et conseiller militaire des princes, en particulier de la République Florentine durant la période turbulente après l’expulsiondes Médicis. IBN KHALDOUN déclare qu’il est possible d’adopter une approche scientifique à l’étude de l’histoire et de la société. Son œuvre, Les PROLEGOMENES, précède ainsi de plus de trois siècles l’œuvre de Giambattista VICO (1668- 1744). VICO publia en 1725, son œuvre de vingt ans, « La Nouvelle Science », portant sur les sciences sociales et la cité de l’homme par opposition à la Cité de Dieu de SAINT AUGUSTIN. Par cette œuvre, VICO s’opposait aussi à la conception prévalant au début du dix-huitième siècle affirmant que les mathématiques, les sciences de la nature, et les sciences physiques étaient les seules vraies sciences pouvant faire l’objet de connaissances scientifiques, selon les critères de Descartes. VICO affirmait au contraire, comme IBN KHALDOUN trois siècles plus tôt, que la société humaine et l’histoire

4 faits par l’homme, peuvent être étudiées et connues par l’homme et faire l’objet d’une connaissance scientifique. Aussi, Arnold J. TOYNBEE (1989-1975), grand philosophe britannique de l’histoire, a dû mesurer ses mots en décrivant la MUQADDIMA d’IBN KHALDOUN, l’œuvre d’un auteur non occidental du XIVe siècle, comme « Une philosophie de l’histoire qui est sans aucun doute la plus grande œuvre de son genre qui ait été jamais créée par n’importe quel auteur, n’importe où et à n’importe quelle époque » De son côté, Robert FLINT (1838-1910), théologien, philosophe et sociologue écossais, a écrit sur IBN KHALDOUN « Comme théoricien de l’histoire il n’a pas d’égal dans aucune époque et aucun pays jusqu’ à l’arrivée de Vico, plus de trois siècles plus tard. Platon, Aristote, et Augustin ne sont pas ses pairs, et tous les autres ne méritent même pas d’être cités à ses côtés ».Il est admis, enfin, qu’en proposant le concept de « SOCIONOMIE », Egon OROWAN (1902-1989), physicien-métallurgiste, hongrois, britannique, américain était influencé par les idées de IBN KHADOUN sur l’évolution des sociétés.

Les caractéristiques de la
pensée économique d’IBN KHALDOUN

 A la différence de la plupart des autres philosophes qui l’ont précédé, IBN KHALDOUN a pratiqué et a voyagé. Il a participé intimement à la pratique du pouvoir dans une époque, très turbulente auprès de plusieurs princes et grands chefs de tribus. Il a aussi beaucoup voyagé et comparé les paradigmes sociaux, économiques et politiques en Espagne, dans les pays du Maghreb, en Italie, en Egypte, en Iran, etc., dans les systèmes urbains aussi bien que dans les systèmes nomades et ruraux. IBN KHALDOUN est souvent présenté comme l’un des premiers penseurs et même philosophes à avoir jeté les fondements de la sociologie en reconnaissant et en postulant trois principes ou concepts fondamentaux en l’occurrence le principe/concept social de la vie en groupe autrement dit en société, le principe/concept économique de besoin, de travail et de risque, et le concept politique de la solidarité, de l’Etat et de la justice. Ces concepts basés sur le postulat d’un instinct de survie sont aussi bien des concepts sociologiques que des concepts économiques et politiques. IBN KHALDOUN met en fait en place une science nouvelle, qu’il appelle la science du peuplement, ou de l’urbanisme, qui est une science intégrant les dimensions sociologique, économique et politique, difficiles à séparer, des activités humaines et de la vie en société.

La portée de l’œuvre d’IBN KHALDOUN

La portée de la pensée d’IBN KHALDOUN se reflète, notamment, à travers sa théorie du cycle, la fonction du commerce, les précisions qu’il a apportées au niveau des concepts du travail, du prix et du rôle de l’Etat.  

  • La théorie du cycle

Bien avant Hegel et beaucoup d’autres philosophes occidentaux, IBN KHALDOUN attribue un caractère cyclique à l’histoire. II affirme que l’instinct de solidarité et de puissance d’une dynastie a un cycle temporel de naissance, de maturité et de déclin s’étendant sur trois générations et peut varier d’unesociété à l’autre, d’une époque à l’autre.

  • L’utilité du commerce

A la différence de NAPOLEON, des philosophes grecs et même des premiers théoriciens de l’économie en Europe, au XVIe, XVIIe, XVIIIe et au XIXe siècle, comme MARX, IBN KHALDOUN reconnait une fonction utile et primordiale à l’échange, au commerce et à la vie en société.

  • Les concepts de la valeur et du prix

IBN KHALDOUN prend grand soin de distinguer entre valeur et prix. En fait, ce qu’il appelle valeur correspond au concept moderne de coût. Il reconnait la légitimité du profit en reconnaissant que le prix incorpore une marge définie par la rareté, le risque et la distance. Cette définition est beaucoup plus moderne que celle de Pierre-Joseph Proudhon (1809-1865)qui affirme dans son livre « Philosophie de la Misère » que la valeur, d’usage ou d’échange, est définie par la rareté. Il précède Karl MARX (1818-1883) qui définit aussi la valeur d’un bien par le contenu travail mais qui considère que le profit, c’est-à-dire, la marge sur le coût pour définir le prix, est du vol. Il est intéressant de noter qu’IBN KHALDOUNa été introduit à l’Occident européen par une traduction de sa biographie en 1697 par un Barthelemy d’HERBELOT DE MOLAINVILLE. Il commença à attirer l’attention en 1806, en 1816, puis en 1858, par la publication de sa biographie et la traduction de parties de la MUQADDIMA par Sylvestre DE SACY ; sachant que Karl MARX a publié « Le Manifeste Communiste » en 1848 et le premier volume du Capital, neuf ans plus tard, en 1867.

  • La justice, fonction principale de l’Etat
  • IBN KHALDOUN,représentation

Ibn KHALDOUN considère que la fonction principale de l’Etat est la dispense de la justice par la prévention de l’injustice et que la dispense de la justice est le fondement de la vie en société (al oumrane).

6 Il rejoint en cela SAINT AUGUSTIN qui affirme qu’un Etat sans justice n’est rien d’autre qu’une bande de brigands, et est, inévitablement, destiné à disparaître alors qu’une bande de brigands qui établissent un système de justice peut devenir un Etat. Ernest André GELLNER, philosophe anglo-tchèque (1925-1995) considère que la définition dugouvernement d’IBN KHALDOUN comme « une institution qui empêche toute injustice sauf celles qu’elle commet elle-même » est la meilleure définition dans l’histoire de la théorie politique. IBN KHALDOUN affirme dans une formule lapidaire que le commerce du roi lèse les acteurs économiques et ruine la fiscalité. Il explique que l’état, de taille modeste au départ, est financé par une fiscalité légère. Par une dynamique courante et rapide, la taille de l’Etat se dilate, ce qui accroit considérablement ses besoins financiers et le conduit sans cesse à augmenter les taux et à multiplier les impôts. Ces impôts supplémentaires détruisent la rentabilité des activités de faible marge et poussent les acteurs qui les pratiquent à les abandonner, réduisant ainsi l’assiette fiscaleet provoquant un autre cycle d’augmentation de taux et d’imposition de nouveaux impôts. De plus, Il arrive une étape où, ne se suffisant plus de l’impôt, l’Etat commence à intervenir directement dans les activités économiques rentables pour récupérer aussi le profit. Confrontés à cette intervention, les acteurs privés ne voulant ou ne pouvant pas faire la concurrence à l’Etat acteur, beaucoup plus grand et plus puissant, préfèrent sortir du jeu économique dans ces secteurs, et rétrécissent encore plus, en cefaisant, l’assiette fiscale. Ainsi donc l’intervention de l’Etat fausse le jeu économique, détruit la rentabilité, éteint l’initiative et rétrécit l’assiette fiscale. De même, son intervention grandissante finit par dépasser sa capacité de gestion. L’Etat se trouve alors obligé de déléguer la gestion de son domaine à des acteurs qui le gèrent en son nom mais dans leur intérêt. L’économiste américain Arthur LAFFER, conseiller du Président américain REAGAN, cite IBN KHALDOUN, pour construire sa fameuse courbe, la courbe LAFFER, de l’élasticité du taux –revenu fiscal pour justifier la politique de réduction des taux de la fiscalité et la stratégie d’une «économie de l’offre », (« reaganomics »)

 IBN KHALDOUN, une figure tunisienne,
maghrébine, et méditerranéenne

Des pays comme l’Allemagne, par Goethe, l’Espagne par Cervantès, l’Italie par Dante, la Chine par Confucius, pratiquent une diplomatie culturelle active. Cette diplomatie leur permet de construire une image positive, un capital d’intérêt et de grands dividendes culturels, économiques, voire diplomatiques. Ils confirment en cela la théorie de Joseph S. NYE qui a, depuis longtemps, préconisé et défendu le concept de Soft Power et de puissance culturelle, puissance et capacité d’influencer le comportement des acteurs et de peser sur l’opinion et sur les événements par la culture, l’attractivité et la persuasion, non par la force militaire ou la force de l’argent.Il est à se demander s’il n’est pas temps de mobiliser le patrimoine que représentent des figures comme IBN KHALDOUN dans notre travail diplomatique et de créer des centres et des clubs IBN KHALDOUN dans chaque pays où cela est possible et s’il n’est pas temps d’organiser chaque année un festival international IBN KHALDOUN à l’image du festival CONFUCIUS en Chine.

III. Principales conclusions du débat

Trois conclusions principales se dégagent du débat organisé à la suite des analyses et des appréciations ci-dessus formulées. Elles se présentent comme suit :

(1) – IBN KHADOUN est une personnalité exceptionnelle. Il est en avance sur son temps. Il est l’un des pères fondateurs de l’histoire en tant que science, le précurseur de la sociologie cinq siècles avant Auguste COMTE. Il parle d’évolution avant DARWIN. Il développe des concepts et des théories dans le domaine de l’économie qui demeurent pour certains d’entre eux d’une grande actualité. Il est regrettable toutefois que la reconnaissance de l’œuvre d’IBN KHALDOUN soit tardive. Les premières traductions en langue européenne n’ont été effectuées qu’après près de trois siècles après la mort du grand penseur intervenue en 1406 et qu’on ne connait pas de successeurs au XVe pour approfondir et valoriser son apport dans la mesure où sa pensée s’était heurtée, à cet époque, de l’incompréhension, voire du rejetpar les décideurs de ses contemporains. Il est très souhaitable que sa pensée et son œuvre soient mieux connue dans son pays de naissance, en Tunisie aussi bien par les jeunes que par le grand public.

(2) – IBN KHALDOUN, s’il est encensé et loué par les intellectuels de l’occident depuis que son œuvre avait été traduite et diffusée, ne bénéficie pas toujours de la considération requise dans le monde arabe. Il faisait, même, l’objetd’importantes polémiques. Certains auteurs arabes le taxent durant la première moitié du XXe siècle d’opportuniste et de prétentieux. Or, plusieurs péripéties de sa vie contredisent cette appréciation ou du moins la relativisent fortement compte tenu des incertitudes et de l’instabilité qui marquaient cette époque. Il suffit de rappeler qu’il est issu d’une grande famille noble, qu’il a manifesté son indépendance lorsqu’il était Cadi et qu’il a renoncé à sa vie politique et à ses manigances pour écrire ses ouvrages et qu’il a, toujours, fait consciencieusement le travail pour lequel il est payé.

(3) – IBN KHALDOUN est un innovateur. Il a donné la meilleure définition de la mission de l’Etat, celle de garantir la justice. Il est contre l’Etat religieux et pour un Etat civil.

Il voulait écrire l’histoire politique du Maghreb et des événements dont il était témoin et à certains desquels il a même participé. Il ne s’est pas beaucoup engagé dans ses écrits dans la discussion des questions et des problématiques philosophiques et métaphysiques qui préoccupaient les philosophes de son époque et plus généralement les philosophes classiques. Cela n’entrait pas dans le corps du sujet dont il voulait traiter. A leur tour, les philosophes de son époque s’intéressaient à des questions philosophiques spéculatives, éloignées du sort des dynasties et de la vie, des actions et des décisions politiques, sociales, économiques et commerciales en cours à l’époque et auxquels Ibn Khaldoun s’intéressait.

Ses théories dans le domaine de la valeur, des prix, du marché, de la fiscalité demeurent d’une grande actualité et sont, souvent, l’objet de citations de la part d’éminentes personnalités pour justifier certaines décisions politiques. C’est le cas, en particulier, de sa théorie dans le domaine fiscal et de sa célèbre formule « les taux hauts tuent les totaux » qui avait été citée par le président américain RONALD REAGAN pour justifier au début des années quatre-vingt sa décision d’opérer une forte baisse des taux d’imposition sur les revenus de l’économe de son pays. Son affirmation que l’ultime pas vers la décadence est lorsque l’Etat devient commerçant s’est vérifiée dans plusieurs pays. Il en est de même del’affirmation que le commerce du Sultan, c’est çà dire de l’Etat nuit à la population et à la fiscalité.

IV.Principales recommandations à l’issue du débat

Sur la base de ces conclusions, le Forum IBN KHALDOUN pour le Développement présente quatre recommandations à l’effet de cultiver un certain nombre de repères, issus de notre patrimoine, pour nous aider à transcender les sentiments de doute et d’impuissance qui souvent nous animent dans la période d’incertitudes et de difficultés que nous vivons depuis quelques années. Elles se récapitulent comme suit :

1 Création d’un département d’études sur la portée de l’œuvre d’IBN KHALDOUN au sein de l’une des Universités tunisiennes ;

2 Institution d’un festival tous les cinq ans sur IBN KHALDOUN en coopération avec les pays où il a vécu ou qui l’ont marqué, en l’occurrence notamment l’Algérie, le Maroc, l’Egypte, la Syrie et l’Espagne ;

3 Création d’un prix international pour récompenser les meilleures études sociologiques ou économiques inspirées de l’œuvre d’IBN KHALDOUN réalisées dans les pays méditerranéens ;

4 Exploitation de l’apport d’IBN KHALDOUN sur le plan diplomatique en suscitant la création de clubs ou de cercles des amis des trois figures emblématiques de la Tunisie et du Maghreb en l’occurrence HANNIBAL, SAINT AUGUSTIN et IBN KHALDOUN

 

 

 

 

 

 


VISITEZ ET  PARTAGEZ NOTRE NOUVELLE BOUTIQUE EN LIGNE…POUR NOUS SUPPORTER:

https://www.etsy.com/ca-fr/shop/VintageParMichel?ref=seller-platform-mcnav

 

Réécrire l’histoire:L’expulsion des Allemands ethniques …un génocide tenu secret

La photo de la honte raciste
14 décembre 1945: Blottis dans des couvertures, les seuls survivants des 150 Polonais d’origine qui ont marché de Lodz en Pologne à Berlin dans l’espoir de trouver de la nourriture et un abri. Ils attendent sur une voie ferrée dans l’espoir d’être pris en charge par un train de l’armée britannique et d’être aidés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En cette année 2021,nous venons d’assister à la plus frauduleuse élection de l’histoire américaine et avec l’arrivée du candidat-marionnette  qu’est Joe Biden,le pédophile,il faudra un jour,dans le futur,réécrire aussi cette histoire empreinte de fourberies,de mensonges et de fraudes politiques.

Cette histoire corrompue et manipulée:c’est la nôtre!Sachez bien  mes ami(e)s que je ne cautionne pas du tout  et pour  aucune raison,le « meilleur ami qu’Israël n’aura jamais eu »!

Donald Trump est un juif ,politiquement à droite, d’origine allemande (dont l’ancêtre était un juif khazare) et Joe Biden est un juif  de gauche,un pédophile confirmé (ainsi que son fils Hunter),associé aux satanistes,aux Clinton et aux Obama.

Pendant  qu’en France,Emmanuel Macron,le petit banquier des Rothschild,essaie de modifier le paysage politique vers la dictature,au Québec,nous croupissons sous les ordonnances de confinements sanitaires  qui sont illégitimes et qui ont des odeurs de totalitarisme certain…j’en profite pour vous montrer comment on démonise un peuple pour pouvoir plus facilement l’éliminer.Au Canada,on a ,depuis des générations. démonisé le peuple québécois pour tenter de le noyer par la suite,dans une vague d’immigration  anglophone et musulmane.

Je vous présente aujourd’hui ,la méthode archaïque mais très performente utilisé par les pseudo-vainqueurs de la Deuxième Guerre Mondiale pour éliminer le peuple allemand de la surface de cette planète:

Zones peuplées par les germanophones en Europe centrale et orientale dans la première moitié du xxe siècle.

 

 

 

En 1914, 2.416.290 civils allemands vivaient en Russie. Au début de la Première Guerre mondiale, une vague d’hostilité a commencé, surtout après l’adoption des lois de liquidation en 1915.

Après la révolution bolchevique du 25 octobre 1917, les Allemands de souche de l’ancien empire tsariste ont été soumis à une campagne organisée de terreur: viols, noyades, tortures, incendies, mutilations, fusillades de masse et extermination.

Entre 1930 et 1937, les Allemands russes ont perdu un autre quart de leur population par meurtre, famine ou déportation. En 1941, Moscou a annoncé «l’évacuation» massive d’environ 440 000 agriculteurs allemands de la Volga vers les régions reculées de la Sibérie. La République allemande de la Volga a été dissoute et toute la population allemande a été déportée en Sibérie dans les camps de l’armée Trud, mais les plans génocidaires de Staline ont été presque applaudis dans le New York Times.

Avant la Seconde Guerre mondiale, environ 1,5 million de «Souabes du Danube» vivaient en Hongrie, en Roumanie et en Yougoslavie. Le résultat des morts de guerre, des expulsions, des meurtres, des décès dans les camps de travail et de l’émigration a entraîné une réduction des deux tiers de ce nombre. Sur plus d’un million de réfugiés qui se sont rendus en Allemagne et en Autriche, environ 250 000 ont émigré plus tard vers d’autres pays, notamment les États-Unis, le Canada, l’Australie, la France et les pays d’Amérique du Sud.

Réfugiés de Haute-Silésie, janvier 1945

Après la Seconde Guerre mondiale, l’importante population de souche allemande a été assassinée et expulsée lorsque, une fois rétabli à la direction par les Alliés, les programmes de «re-slovaque» de Benes ont commencé en 1945. Benes avait commencé à publier des décrets meurtriers depuis son exil sur la Tchécoslovaquie d’après-guerre dès Le 28 mars 1946, le Parlement tchèque provisoire a donné sa bénédiction post-facto à ces décrets où tous les civils allemands étaient présumés collectivement coupables et déchus de leur citoyenneté, leurs biens volés. Ils comprenaient la persécution et l’oppression les plus inhumaines et barbares des minorités humainement imaginables: déportations, expulsions, internements, verdicts des tribunaux kangourous, confiscation de biens et utilisation de camps de travaux forcés. Plus de trois millions et demi d’Allemands des Sudètes ont été brutalement expulsés de leurs maisons. Benes et ses cohortes,

Pratiquement tous les demi-millions d’Allemands en Yougoslavie ont fui, ont été assassinés ou expulsés en 1945, et des milliers ont été envoyés dans des camps d’esclaves. La violence contre les Allemands était probablement plus impitoyable que dans tout autre pays. Des villages entiers ont été incendiés et les Allemands massacrés. Il y avait 8 camps de la mort séparés où le génocide contre des civils allemands a eu lieu.

Le Traité de Versailles à la fin de la Première Guerre mondiale avait déjà préparé le terrain pour des violences qui ont gravement touché les communautés minoritaires allemandes d’Europe de l’Est. Même avant la fin de la Première Guerre mondiale, les nationalités en Autriche-Hongrie étaient avides d’indépendance et la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis ont commencé à investir et à inciter. Avec la victoire alliée, l’Europe de l’Est a été découpée dans le but principal de détruire toute prospérité et croissance allemandes futures et d’empêcher l’Allemagne / l’Autriche de redevenir trop puissante.

Allemands expulsés du nord-ouest  de l’Allemagne en 1948

 

Les réfugiés allemands, 1946
Expulsés allemands à la gare de marchandises de Berlin-Pankow, 1946

 

Cette «réinstallation» de plus de 1,5 million de personnes pendant et après la Seconde Guerre mondiale équivaut au meurtre des Allemands de souche. De plus, l’Accord de Potsdam de 1945 autorisait chaque puissance d’occupation à rapatrier «ses propres citoyens» dans son pays. Cela a conduit à l’esclavage et au massacre massif par l’Armée rouge contre les Allemands de souche rapatriés de force de Russie qui avaient auparavant fui vers les régions allemandes pour se protéger. En 1949, plus d’un million d’Allemands de souche avaient péri en Russie.

Le dictateur communiste Staline et Khrouhtchev …durant un défilé militaire après la Deuxième Guerre Mondiale.

Khrouchtchev lui-même a admis plus tard que la famine de 1933 était «un acte de meurtre» de la part du gouvernement, et même en 1990, le Comité central du Parti communiste d’Ukraine a avoué que la famine avait été délibérément créée.

Les religieux allemands de la Volga ont été sévèrement persécutés. En 1918, il y avait à peine 1 621 000 Allemands vivants en Russie et en 1919, leurs pasteurs étaient envoyés dans des camps d’esclaves. Les réquisitions de 1917-1921 ont menacé l’existence des villages ukraino-allemands. À Kandel, Großliebental, Franzfeld, Josephtal et Landua, des centaines de personnes sont mortes de faim causée par la famine provoquée par l’homme et conçue par les bolcheviks pour les exterminer. Entre 1921 et 1923, la famine orchestrée a créé une grande émigration et la population allemande a diminué d’un autre quart. Au cours de cette famine massive, environ 10 000 enfants allemands de la Volga ont été enlevés de force à leurs parents avec des promesses de nourriture alors qu’en réalité ils ont été enlevés et envoyés à la mort. 350 000 Allemands en Russie et en Ukraine ont péri dans la prochaine famine arrangée de 1932-1933.

Entre 1945 et 1950, 11 730 000 à 15 000 000 Allemands ont fui et ont été expulsés de ces territoires orientaux de l’Allemagne, de la Tchécoslovaquie et d’autres pays d’Europe orientale; plus précisément, plus de 6,9 ​​millions des territoires orientaux de l’Allemagne, plus de 2,9 millions d’Allemands de la Tchécoslovaquie et plus de 1,8 à 4 millions d’autres parties de l’Europe de l’Est. Et en plus de l’expulsion forcée de ces 11,7 millions de personnes, 3,1 millions supplémentaires sont mortes ou «ont disparu» au cours du processus d’expulsion / liquidation. Il existe des charniers dans diverses régions qui, encore aujourd’hui, ne reçoivent aucune publicité. À l’été 1945, 20000 personnes faibles, confuses, affamées et sans-abri moururent chaque jour en Allemagne, et un an plus tard, au plus fort des expulsions en juillet 1946, 14 400 personnes par jour étaient encore déversées sur la frontière dévastée et affamée dans une Allemagne qui avait été réduite à une taille plus petite qu’elle ne l’était au 11e siècle. En URSS, plus de 75% des esclaves civils allemands travaillaient dans le secteur minier ukrainien et 11% dans l’Oural. En 1946, sur les «internés arrêtés» allemands, 39% sont morts et sur 875 000 civils allemands supplémentaires enlevés et transportés vers les camps, près de 50% ont péri.

L’évacuation des Allemands de Bessarabie en août 1940, conformément au pacte Hitler-Staline, après l’annexion de la Bessarabie par l’URSS.

 

En Slovaquie, les principales colonies allemandes étaient la région de Zips et la ville de Preßburg. En 1910, les Slovaques ne représentaient que 14,8% de sa population et Preßburg avait une ancienne histoire germanique et magyare et a été construit et rendu prospère au cours des siècles en grande partie par les Autrichiens. Commerçants et universitaires hongrois et allemands. Du jour au lendemain, il devint « Bratislava », un nom suggéré par Woodrow Wilson lui-même en mars 1919 après que l’Allemagne et l’Autriche aient perdu la Première Guerre mondiale. Alors que la « Slovaquie » devint semi-indépendante en 1919, les 180 000 Allemands des Carpates devinrent des citoyens de seconde zone du jour au lendemain, mais ils avaient au moins quelques droits minoritaires. Même les écoles allemandes ont été autorisées à rouvrir. En 1930, même après avoir tenté de «réapprovisionner» artificiellement la région en Slovaques, il y avait encore une population allemande de 31 000 habitants à Pressburg même et de 19 000 dans les environs. Le recensement tchécoslovaque de 1930 citait 154 821 Allemands de souche en Slovaquie. La plupart étaient alors des citoyens tchécoslovaques.

Quelques-uns sont restés, malgré tous les obstacles, et d’autres sont revenus après avoir été libérés de Sibérie. La relation entre la minorité d’Allemands survivants et de Slovaques s’est légèrement améliorée depuis. Certains Allemands des Carpates ont même récupéré 20% de leurs biens confisqués. La majorité, cependant, s’est réinstallée en Allemagne après la chute de l’Union soviétique.

Les civils allemands expulsés ont été internés dans des camps de concentration où beaucoup ont été assassinés par la famine intentionnelle et une maladie ignorée et incontrôlée. Le décret Benes n ° 115 du 8 mai 1946, toujours en vigueur, a déclaré que tous les actes contre les Allemands, jusqu’au viol et au meurtre d’enfants, étaient des «actes de représailles justifiés» qui ne pouvaient pas être poursuivis.

Les Allemands locaux des Carpates ont fui ou ont été tués dans des camps de la mort tels que Svaljava. Quelques 700 civils en  résidence ont été emmenés pour le travail d’esclave en Sibérie, les derniers n’ayant été libérés qu’en 1969. À la fin de 1946, après «évacuation», environ 24 000 Allemands de souche restaient encore en Slovaquie. Bien que la plupart des violences contre les civils allemands aient pris fin à la fin des années 40, la discrimination a abouti à l’assimilation.

Dans les régions d’Allemagne prises pour la Pologne en 1945, toute la population allemande de souche a été soit assassinée, expulsée, soit soumise à de sévères représailles à la fin de la guerre. Comme en Prusse orientale, dans toute la Poméranie, de Dantzig à Stettin en passant par Elbing et toutes les anciennes villes baltes allemandes, les bombardements catastrophiques alliés ont été suivis par la Terreur rouge. Les quelques Allemands survivants dans ces régions furent placés devant de violents comités de «vérification» dirigés par les communistes qui décidèrent de leur sort. Leur langue et leurs droits civils ont été immédiatement suspendus et de nombreux innocents ont subi des châtiments horribles. Des milliers sont morts en fuyant. Outre les camps polonais, au début de 1945, on estimait qu’environ 165 000 Allemands avaient été déportés vers l’Union soviétique à partir des territoires allemands annexés de facto par la Pologne.

Les Allemands de Silésie, dont certains avaient des racines dans ces régions remontant à des siècles, et qui avant la Seconde Guerre mondiale s’élevaient à environ 4 millions, ont été collectivement étiquetés partisans allemands et ont fui ou ont été assassinés, mis dans des camps, envoyés aux Goulags ou expulsés. Les Allemands ont été contraints de présenter des excuses publiques pour leur «culpabilité collective» lors de rassemblements sociaux et gouvernementaux. D’autres ont été envoyés dans des camps dans des conditions insupportables. Sur 8 064 Allemands du Camp Lamsdorf en Haute-Silésie, 6 488, dont des centaines d’enfants, sont morts de faim, de maladie, de travaux forcés et de mauvais traitements physiques, y compris la torture. Cela s’est répété par milliers. On estime que 90 000 civils sont morts lors de leur fuite de Breslau alors que l’Armée rouge envahissait la ville. Ceux qui ont été arrêtés ont été assassinés, envoyés au Goulag ou placés dans des camps de concentration.

La première et la deuxième «Yougoslavie» furent la création des dirigeants français, britanniques et américains victorieux en 1919 à Versailles. Dans le premier État yougoslave de 1919-1941, environ un demi-million d’Allemands de souche vivaient parmi 14 millions de personnes. Après l’éclatement de la Yougoslavie en avril 1941, environ 200 000 Allemands de souche devinrent citoyens du nouvel État de Croatie, tandis que la plupart des quelque 300 000 Allemands de souche restants dans d’autres régions relevaient de la juridiction de la Hongrie.

À la fin de la guerre en mai 1945, les autorités allemandes avaient évacué 220 000 Allemands de souche yougoslave vers l’Allemagne et l’Autriche. Les quelque 200 000 Allemands de souche laissés dans leur patrie ancestrale sont devenus les captifs des communistes. Après Noël 1944, entre 27 000 et 30 000 Allemands de souche (âgés de 18 à 40 ans) ont été envoyés en URSS depuis la Yougoslavie, les hommes constituant 90% du groupe. La plupart ont été envoyés dans des camps de travail dans le Donbass où 16% d’entre eux sont morts. Quelque 63 635 civils allemands de souche yougoslave ont péri sous le règne de terreur brutal yougoslave entre 1945 et 1950, la plupart à la suite de travaux forcés, de purges ethniques ou de maladies et de malnutrition sévère.

Les communistes yougoslaves ont confisqué ce qui se traduirait aujourd’hui par douze milliards de dollars de propriétés allemandes (97 490 fermes, magasins, usines) et un million d’acres de terres allemandes.

Parmi les Allemands de souche danubienne qui ont servi dans l’armée allemande (beaucoup n’avaient pas le choix), plus de la moitié ont péri après la fin de la guerre dans les camps yougoslaves, y compris environ 150000 des soldats qui s’étaient rendus aux autorités militaires britanniques lors de l’armistice du 8 mai 1945 et ont été livrés aux partisans communistes yougoslaves! Plus de 7 000 soldats allemands capturés sont morts dans des «marches d’expiation» de 800 milles commandées par les communistes depuis la frontière sud de l’Autriche jusqu’à la frontière nord de la Grèce et de nombreux soldats allemands en captivité à la fin de l’été 1945 ont été jetés vivants dans de grandes fosses et exécutés. Enfin, dans les dix années qui suivirent 1945, 50 000 autres périrent de malnutrition et d’épuisement, travaillèrent à mort comme esclaves de la Yougoslavie.

 

Le territoire des Sudètes

À la fin de la Grande Guerre, l’Autriche-Hongrie a été dissoute, les limites finales révisées de la Hongrie ont été formées en juin 1920. La Tchécoslovaquie est devenue un nouveau pays découpé dans l’ancien territoire hongrois et dans les zones historiques allemandes des Sudètes, où la colonisation allemande avait commencé avant le 13ème siècle. La nouvelle Yougoslavie a gagné des terres dans le sud de la Hongrie, y compris une bande du Banat occidental. La Roumanie a déclaré l’unité avec une partie du Banat et de la Transylvanie. Le démembrement du Royaume hongrois vieux de 1 000 ans a fait perdre à la Hongrie 71,5% de son territoire et 63,6% de sa population lors du « Traité de paix » de Trianon en 1920. En vertu de ce traité, trois millions et demi de Hongrois ont été forcés, sans droit à l’autodétermination, de vivre avec des Serbes, Croates, Slovènes et Roumains dans certaines régions et dans la nouvelle Tchécoslovaquie.

Tous ont hérité d’un grand nombre d’Allemands de souche. Des millions d’Allemands qui ont pu partir. Les villageois souabes dont les familles vivaient en Hongrie depuis 200 ans se sont soudainement retrouvés dans trois pays différents. Entre les guerres, le mode de vie des Allemands ruraux est resté quelque peu normal, mais cela a radicalement changé après la Seconde Guerre mondiale.

La Hongrie et la Roumanie se sont d’abord rangées du côté de l’Allemagne, puis ont changé de camp. Des milliers d’Allemands se sont échappés immédiatement dans des convois tirés par des chevaux alors que les Soviétiques prenaient le contrôle de ces pays. En Hongrie, les terres appartenant aux Allemands ont été immédiatement saisies par le gouvernement et les Allemands «non magyarisés» ont été exécutés ou expulsés comme traîtres. Les expulsions ont eu lieu en 1946 et 170 000 Allemands ont été envoyés dans la zone américaine de l’Allemagne de l’Ouest et des milliers  sont portés disparus depuis lors.

La Tchécoslovaquie, bien qu’elle ait promis de garantir les droits des minorités nationales sous la protection de la Société des Nations en 1918, ne l’a jamais fait au cours de ses vingt premières années. Au lieu de cela, des millions d’Allemands et de Hongrois de souche ont été victimes, harcelés, outrageusement taxés et privés de leurs droits civils. Les terres allemandes et hongroises ont été confisquées par le gouvernement tchèque sans compensation et réparties entre les colons tchèques et slovaques et les recensements ont été truqués pour assurer une majorité. L’intolérance tchèque sous cette première « République » tchécoslovaque avait fait de la vie une misère infernale pour ses minorités et ces conflits astucieusement créés ont conduit directement à la Seconde Guerre mondiale

La deuxième « République » tchécoslovaque, construite artificiellement, a été encouragée par l’assistance et l’approbation étrangères qu’elle a reçues malgré les décrets mégalomane et xénophobe de Benes qui ont substitué à la coexistence autrefois harmonieuse des peuples tchèque, allemand, slovaque et hongrois la brutalité, le déni des droits fondamentaux de l’homme , vol et meurtre.

Les premiers Allemands de Transylvanie, les « Sasi », étaient venus en Roumanie au XIIe siècle. En janvier 1945, 100 000 Allemands de souche (femmes âgées de 18 à 30 ans et hommes âgés de 17 à 45 ans) ont été envoyés en esclavage en Union soviétique depuis la Roumanie. 10% sont morts dans les camps ou dans les transports. Sur 298 000 Allemands de souche à Siebenbuergen en 1941, 50 000 ont tout simplement disparu. En 1945, 30 000 personnes ont été envoyées aux travaux forcés en Ukraine et dans d’autres régions. Les civils allemands restants ont été dépouillés de toutes les usines, machines, entreprises, banques, fermes, champs, forêts, vignobles et propriétés. Ils ont été victimes de discrimination, violemment réprimés, privés du droit de vote et privés de leurs biens, églises et droits de vote.

L’ordonnance secrète 7161 (décembre 1944) du Comité de défense de l’État de l’URSS a rendu possible l’internement de tous les Allemands adultes de Roumanie, de Yougoslavie, de Hongrie, de Tchécoslovaquie et de Bulgarie. Mis à part l’expulsion et le nettoyage ethnique sans précédent de millions de Prussiens, dont 3 millions sont morts dans le processus, entre 1944 et 1947, tous les autres Allemands de souche d’Europe de l’Est ont été expulsés. Avec le début de la guerre entre l’Allemagne et l’Union soviétique, au moins 900 000 Allemands de souche ont été expulsés de la République allemande autonome de la Volga et d’autres régions de l’Union soviétique. La Sibérie, l’Oural et le Kazakhstan étaient les zones d’expulsion. En outre, environ 300 000 réfugiés ont été « rapatriés » de force après la guerre.

Plus de 500 000 civils allemands des régions de l’Oder-Neiße (Silésie, Haute-Silésie, Poméranie orientale, Brandebourg oriental, Prusse orientale et occidentale) et Pologne, quelque 10 000 du centre de l’Allemagne, 30 000 Allemands des Sudètes et 16 000 civils du sud-est L’Europe a perdu ses maisons et a été expulsée pour travaux forcés en URSS dès 1944. Environ 10 pour cent des victimes sont mortes pendant le transport vers la Russie des suites d’homicides, de faim et de froid. Près de la moitié des soi-disant déplacés rapatriés sont morts dans les camps, l’un des pires étant le camp de Kolyma.

Les camps de travail pour Allemands n’existaient pas seulement en Union soviétique, mais dans presque toutes les régions d’où les Allemands étaient déplacés. Les derniers n’ont été fermés qu’en 1950. En Pologne, en Tchécoslovaquie et en Yougoslavie, il y avait des camps de la mort. 2 061 camps existaient en Tchécoslovaquie. Dans le camp de Mährisch-Ostrau, environ 350 personnes ont été torturées à mort au début de juillet 1945. En Pologne et dans les régions sous administration polonaise, il y avait 1 255 camps. 6 048 personnes sur environ 8 000 sont mortes dans le seul camp de Lamsdorf (Haute-Silésie). Pour la zone yougoslave, la Croix-Rouge a trouvé 1 562 camps et prisons. En mai 1945, pratiquement tous les Allemands yougoslaves vivaient et mouraient dans des camps.

La plupart des pays qui avaient autrefois une présence ethnique allemande substantielle ne le font plus. Que ce soit à cause de guerres, de bouleversements gouvernementaux, de délocalisations ou de meurtres, des villes et des régions entièrement d’origine ethnique allemande ont disparu.

Au cours des derniers mois de la Seconde Guerre mondiale, en particulier après la fondation de la deuxième Yougoslavie, la vie des Allemands de souche sous l’État communiste de Josip Broz Tito est devenue périlleuse et la majorité d’entre eux ont été forcés de fuir. Tito, qui a régné de 1945 à 1980, a procédé à un «nettoyage ethnique» et à des meurtres de masse avec la sanction des gouvernements britannique et américain. L’un de ses premiers actes a été un décret transférant les «biens ennemis» dans la propriété de l’État, confisquant ainsi tous les biens des Allemands de souche sans compensation, et déclarant ceux d’origine allemande comme «ennemis du peuple» sans droits civils. Ensuite, leur citoyenneté yougoslave a été annulée.

Si les expulsions en Europe de l’Est sont plus connues, il y a eu d’autres cas de nettoyage ethnique, bien qu’à une échelle beaucoup plus petite. Après la fin de la guerre, par exemple, les Néerlandais ont décidé d’expulser 25 000 Allemands vivant aux Pays-Bas, les qualifiant de «sujets hostiles». À partir du 10 septembre 1946 à Amsterdam, les Allemands et leurs familles ont été emmenés de chez eux au milieu de la nuit et ont reçu une heure pour récupérer 50 kg de bagages. Ils ont été autorisés à emmener 100 florins avec eux, mais leurs autres biens sont allés à l’État néerlandais. Ils ont été emmenés dans des camps d’internement près de la frontière allemande, dont le plus grand était Mariënbosch près de Nimègue. Au total, environ 3 691 Allemands ont été expulsés. L’opération a pris fin en 1948. Les Allemands n’étaient plus considérés comme des ennemis de l’État après juillet 1951.

retraite de la wehrmacht, de la Hongrie, Mars 1945

 

 

 

L’évacuation des civils et des troupes allemandes de Courlande, octobre 1944

 

 

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID-19:L’Allemagne, les juifs sionistes et le Covid-19

L’Allemagne, puissance européenne et centre de la bataille contre les restrictions autour du Coronavirus, a déchaîné le Kraken [1] contre les mécontents. Si vous n’êtes pas heureux de porter un masque, de rester chez vous, d’encourir des calamités si vous bougez, c’est que vous êtes un antisémite. Et c’est un délit pénal en Allemagne, passible de plusieurs années de prison [2] . C’est une accusation effrayante qui peut à tout le moins ruiner votre carrière.

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment ont-ils construit un enchaînement du Coronavirus aux Juifs, alors que les juifs ne se distinguent pas spécialement parmi les adeptes du confinement ? Les manifestations anti-Corona ont rassemblé des millions d’Allemands. Le gouvernement a décrit les manifestants comme des néo-nazis [3]. Ils ont lâché leurs chiens féroces d’Antifa pour attaquer les manifestants. Ils ont essayé de faire honte aux manifestants en disant qu’ils marchaient avec les nazis. C’est la procédure habituelle en Allemagne et ailleurs : décrivez toujours vos opposants comme des néonazis et des espions russes. C’est très loin de la vérité, mais rien n’arrête ceux qui sont prêts à tout pour délégitimer les manifestations.

Les manifestants anti-Corona n’ont pas apprécié. Au lieu de se dresser contre les Juifs, comme ils étaient censés le faire, ils se sont en fait identifiés aux Juifs. Ils se sont comparés aux victimes des persécutions nazies, Anne Frank et Sophie Scholl. Anne Frank, une jeune fille juive dans la Hollande occupée, forcée de rester confinée chez elle et de se cacher pendant de nombreux mois [4]. Son souvenir est revenu au premier rang grâce à une jeune Allemande de 11 ans qui a dû fêter son anniversaire en se cachant de la Corona-police. Sophie Scholl était une résistante chrétienne contre les nazis, qui s’était exprimée courageusement contre la guerre et contre les mauvais traitements infligés aux Juifs et aux autres. Une jeune Allemande a dit qu’elle se sentait comme Sophia Scholl lorsqu’elle distribuait des tracts contre les restrictions imposées par le gouvernement. Quoi de plus anti-nazi que de telles comparaisons ?  Mais cela ne les a pas protégées, au contraire.

Une telle comparaison constitue une banalisation de l’Holocauste, un crime selon le droit allemand, a déclaré Felix Klein, commissaire allemand à l’antisémitisme. Il n’est pas juif, mais c’est un grand philo-sémite. C’est une violation du droit d’auteur, aurait-il pu ajouter. Comment osez-vous comparer vos problèmes de goys avec l’Holocauste ? Seuls les juifs peuvent comparer ce qu’ils veulent avec l’Holocauste.

Et ils ne s’en privent pas. La semaine dernière, Peter Wolodarski, un jeune juif polonais récemment nommé rédacteur en chef du journal libéral suédois DN a qualifié Donald Trump d' »antisémite » , tandis que sa chroniqueuse Lisa Magnusson comparait la brutalité de la police biélorusse à celle des nazis. Une banalisation choquante de l’Holocauste, cette comparaison. Moins de personnes ont souffert aux mains de la police lors des manifestations post-électorales à Minsk qu’à Paris ces temps-ci, et encore moins qu’à l’époque nazie, où un Biélorusse sur quatre a péri. C’est une curieuse affirmation que de qualifier Trump, le meilleur ami du Premier ministre israélien, d' »antisémite », a déclaré Stefan Lindgren, l’éditeur du site suédois indépendant Nyhetsbanken. Apparemment, les Juifs sont autorisés à banaliser l’Holocauste et à ressusciter les souvenirs nazis quand ça leur chante.

Annette Kahane

 

 

 

 

 

 

Les juifs allemands étaient prêts à faire plaisir au gouvernement en confirmant qu’il y avait là matière à vitupérations anti-nazies. Le Conseil central des Juifs d’Allemagne, le président Josef Schuster, a déclaré : « Tout comme les manifestants font preuve d’un mépris total pour la santé des autres, ils ne montrent aucun respect pour les victimes du national-socialisme ». Annette Kahane, une éminente juive « SJW » en Allemagne, est allée plus loin.   

Parmi les manifestants, il y a des gauchistes, des droitistes, des musulmans et des chrétiens. Cela signifie qu’ils sont unis par l’antisémitisme, car il n’y a rien d’autre qui puisse les unir, a-t-elle déclaré.

Annette Kahane est une SJW, une « guerrière pour la justice sociale » plus vraie que nature. Elle est née dans une famille juive privilégiée en RDA et, alors qu’elle était à l’université, elle a collaboré avec les services secrets de la Stasi, dénonçant ses camarades de classe pour manque de dévouement au parti. Puis elle a pressenti l’effondrement prochain de l’État socialiste et, au moment de la chute du mur de Berlin, Mme Kahane était déjà une grande partisane de l’unification et une combattante de la liberté pro-occidentale. Elle a réussi à cacher son passé au service de la Stasi pendant un certain temps, mais pas pour longtemps. Après l’unification de l’Allemagne, les archives de la Stasi ont été ouvertes et son passé a été mis en lumière. Mais elle y a survécu et a fondé l’équivalent allemand du BLM pour défendre les immigrés noirs. Aujourd’hui, elle est l’une des principales SJW, une anti-fasciste qui lutte pour toutes les bonnes causes contre toutes les mauvaises causes. Son jugement vaut sanction, il est repris par les journaux allemands : ainsi, les manifestants anti-Corona sont effectivement antisémites, si Mme Kahane le dit.

C’est justement ce qui m’intéresse.
Pourquoi, si l’on déteste certaines choses détestables telles que les banquiers, les bombardements sur Gaza, les mauvais traitements infligés aux Palestiniens, George Soros, Charlie Hebdo, les Antifa, la guerre contre le terrorisme, le blairisme, les faillites induites de PME, les masques et les confinements – est-ce que cela apparaît à certains comme du pur antisémitisme ?

Pourquoi la défense des Juifs est-elle toujours liée à la défense de dirigeants détestables?
Pourquoi y a-t-il des juifs puissants qui invoquent la tragique histoire juive afin de protéger certaines horreurs ?
Les Juifs sont-ils les boucs émissaires volontaires de ceux qui veulent nous commander ?
Y a-t-il une méchanceté que l’ADL et d’autres instances sur le modèle de Mme Kahane n’assumeraient pas? Ces personnes immorales sont-elles impliquées dans un sinistre complot contre les vrais Juifs en faisant de l’ »antisémitisme » un choix inévitable pour tout honnête homme ?
Ou bien perçoivent-elles une qualité inhérente au sémitisme dont nous ne sommes pas conscients?

La logique voudrait que ces accusations soient réfutées comme étant irréalistes. Les Juifs orthodoxes sont ceux qui s’opposent le plus à l’enfermement général. À Jérusalem et à New York, ils se sont assis sur toutes les restrictions et ont surmonté toutes les tentatives pour les interdire de prières. Ils ont également voté en masse pour Trump « l’antisémite ». Qui est le représentant juif le plus authentique, un rabbin de Jérusalem ou l’infâme SJW de Berlin ? Les dirigeants préfèrent l’ADL et la dénonciatrice allemande car ils sont toujours prêts à jeter le poids des juifs morts dans la balance, pour une cause leur tenant à cœur.

De fait, partout l’antisémitisme est utilisé comme un outil et une arme, mais il semblerait que l’Allemagne soit le seul endroit au monde où les manifestants anti-Corona sont traités d’antisémites. Et ce, pour deux raisons. L’Allemagne fait de l’antisémitisme une infraction pénale, il est donc facile de le brandir sur vos têtes. La deuxième raison tient au judaïsme allemand. Il s’agit d’un cas particulier. C’était autrefois la plus fière et la plus distinguée des tribus juives, mais très peu de Juifs allemands sont restés en Allemagne. Ils se sont installés aux États-Unis, en Israël ou ont péri pendant la guerre. À leur place, ce sont des Juifs d’autres pays qui sont venus s’installer en Allemagne. Ils se considèrent très précisément non comme des citoyens allemands, mais comme des surveillants de l’Allemagne au nom des forces d’occupation mondialistes. C’est ce que m’ont dit les Juifs allemands : « On nous a encouragés à nous installer en Allemagne pour que les Allemands ne retournent jamais au national-socialisme ».

Michel Friedman est un exemple de nouveau juif allemand. Il a fait de la politique avec les démocrates-chrétiens ; puis il a enfreint la loi. Il a engagé quelques prostituées ukrainiennes et leur a offert de la cocaïne. La police l’a surpris par hasard ; il a dû quitter la politique, mais n’a pas eu de mal à devenir un journaliste de premier plan. Alors qu’il écrivait pour Vanity Fair, il a piégé Horst Mahler, le dissident allemand.

 

 

 

 

 

 

 

 

Après l’avoir interviewé, Friedman se rend à la police et dénonce le vieil homme pour son négationnisme. Mahler avait été emprisonné et a retrouvé sa liberté le mois dernier après de nombreuses années de détention [mais il fait déjà l’objet de nouvelles poursuites]. Friedman se porte toujours très bien, il a sa propre émission à la télévision et il nous appelle à combattre la haine, une haine qu’il a largement provoquée lui-même.

Un cas de juif allemand encore plus récent, c’est le pianiste Igor Levit. A 33 ans, il estime qu’il est de son devoir d’apprendre aux Allemands ce qu’il faut penser. Il dit que l’AfD, le parti populiste allemand, est un parti nazi et que les membres de l’AfD sont « des gens qui ont perdu leur humanité ». N’oubliez pas que l’AfD est le parti de prédilection des jeunes dans de nombreuses provinces (Lands) allemandes. Ce sont des populistes du genre Trump : ils ne veulent pas de réfugiés supplémentaires, ils ne veulent pas de l’OTAN, ils ne veulent pas combattre la Russie, ou qui que ce soit d’autre. Le jugement de Levit a été extrêmement sévère.

Igor Levit

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le critique musical Helmut Mauro a écrit : « Je ne suis pas d’accord avec le jugement de Levit : Levit est connu comme un virtuose de Twitter comme du piano ». Et c’est apparemment au moins aussi crucial pour une carrière en 2020 que de faire de la musique en soi. Il ne cesse de tweeter sur les bonnes personnes et contre les mauvaises. Mauro a comparé Levit avec un autre pianiste, Daniil Trifonov. Tous deux ont quitté la Russie pour l’Allemagne, ils sont tous deux assez jeunes et natifs de Nijni-Novgorod, mais si Levit est un Paris Hilton de la musique, Trifonov est un véritable artiste. Le raffinement technique de Trifonov, son legato parfait (que Levit n’a malheureusement pas du tout), son sens de la forme, son jeu émotionnel à haut risque, son sens de l’ensemble, de la tension, de l’intensité musicale pure, l’élèvent actuellement bien au-dessus des autres. Et bien au-dessus de Levit, qui reçoit des prix sans fin… pour ses opinions.

Mauro a été écorché vif, accusé d’antisémitisme, et son journal s’est excusé pour lui (il ne l’a pas fait). On ne peut pas comparer un pianiste juif et un pianiste non juif et préférer un goy, surtout si ce juif garde les Allemands sous contrôle pour qu’ils ne fassent pas les malins. Mais les choses ont commencé à changer en Allemagne. Ils ne réagissent plus aux sifflets à chiens comme avant. Il ne suffit pas de leur dire « Juifs gentils, nazis méchants ». Le site trotskyste wsws a fait un rapport sur cette évolution :

« Ces derniers jours, Die Welt, le Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) et le Neue Zürcher Zeitung (NZZ) ont tous publié des articles défendant le critique de musique classique Helmut Mauro et dénonçant le SZ pour avoir capitulé, appelant à témoin le public. Die Welt a déclaré une « guerre des cultures » et a accusé les rédacteurs du Süddeutsche Zeitung d’avoir plié le genou devant « les premiers violons de l’orchestre des Jacobins » et la « brigade Twitter d’une nouvelle police de la pensée de gauche », tout en qualifiant Levit de Twitter-incendiaire ».

Le site wsws insiste, qualifie Mauro et sa critique d’ »antisémite » et les partisans de Mauro d’ »antisémites impérialistes de droite ». Mais on s’y attendait. Ce qui est inattendu, c’est que les Allemands ne sont plus réduits au silence par cette rhétorique.

Levit a reçu le « Prix annuel de la compréhension et la tolérance », qui est décerné par le Musée juif de Berlin. Mais où est la tolérance quand on dénie l’humanité à un tiers de la jeunesse allemande ? Le musée juif sait certainement quel est le type de tolérance approprié et envers quelles opinions aucune tolérance ne saurait être permise. Mais cette guerre des cultures n’est pas encore terminée.

Le monde a assez de mal à se gérer tel quel, sans avoir à porter le fardeau supplémentaire de l’angle juif. Pour les Juifs, il est préférable d’éviter les liens inutiles entre les Corona-restrictions et la loi sur l’univers mosaïque, et, à tout prendre, les Allemands devraient essayer de régler leurs différends politiques sans faire référence aux Juifs, ni en bien ni en mal.

 

 

 


NOTES

1-https://michelduchaine.com/2020/12/04/elections-americaines-lidentite-du-kraken-revelee-et-le-raid-de-la-cia-en-allemagne-pour-saisir-les-serveurs-de-lelection-interview-du-general-flynn-et-du-ge/

2-Allemagne: Ursula Haverbeck, dissidente politique, renvoyée en prison; c’est la plus vieille détenue du monde

Quelques semaines à peine après avoir purgé une peine de deux ans et demi de prison pour «négation de l’Holocauste», Ursula Haverbeck, 92 ans, a de nouveau été condamnée par les tribunaux allemands, cette fois pour un entretien qu’elle a donné en 2018 qui a confirmé son point de vue selon lequel les Juifs n’étaient pas systématiquement tués pendant la Seconde Guerre mondiale et que les chambres à gaz d’Auschwitz sont un mensonge à motivation politique.

Ursula Haverbeck

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si la peine d’un an de la Cour fédérale dans l’affaire la plus récente de Haverbeck tient, l’Allemagne aura la distinction douteuse d’emprisonner la plus vieille détenue du monde, un titre précédemment détenu par l’Américaine Lucille Keppen, qui a été incarcérée pour avoir tiré sur son voisin et a été libérée. à 93 ans.

Le gouvernement allemand traîne Haverbeck devant les tribunaux depuis des décennies pour avoir contesté les allégations juives de chambres à gaz et de meurtre systématique. Haverbeck a protesté contre les tribunaux kangourous qui humilient et diffament les anciens combattants âgés en utilisant de faux témoignages de «survivants».

De nombreux hauts fonctionnaires du Troisième Reich, soldats et travailleurs des camps de concentration ont contesté le récit de l’Holocauste depuis 1945, y compris l’officier de la Wehrmacht Otto Ernst Remer, les employés d’Auschwitz Thies Christophersen, Erich Priebke, Leon Degrelle et le soldat SS Karl Muenter, ce dernier décédé avant que son procès pour «négation de l’Holocauste» ait débuté à l’âge de 96 ans.

Le défunt mari de Haverbeck, Werner Georg Haverbeck, était un membre influent du NSDAP qui s’est lui-même opposé à la diffamation  contre le peuple allemand connue sous le nom de die Auschwitz luge (le mensonge d’Auschwitz).

Le système juridique allemand a été impitoyable avec Haverbeck. La nonagénaire, qui est une prisonnière d’opinion, s’est vu refuser la libération après avoir purgé les 2/3 de sa peine de prison comme il est d’usage en Allemagne. Alors que l’État a libéré plus tôt, 1000 délinquants en raison du COVID en mars dernier, Haverbeck n’a été libéré qu’à la mi-novembre.

Il n’y a aucun signe de honte ou de préoccupations en matière de droits humains dans le pays, le juge dans la dernière affaire soulignant qu’Haverbeck continuera d’être punie jusqu’à ce qu’elle apprenne à se taire. On ne peut qu’imaginer le tollé des ONG libérales si l’Iran, la Chine ou la Russie emprisonnaient une femme âgée juste pour avoir remis en question la ligne du gouvernement.

L’esprit puissant de Haverbeck est devenu une source d’inspiration pour les patriotes en Allemagne et dans le monde. En 2019, elle s’est présentée comme candidate au Parlement européen derrière les barreaux et a recueilli 25000 voix, ce qui a profondément bouleversé l’establishment médiatique européen. Chaque année, le jour de son anniversaire, des centaines d’Allemands se  rassemblent devant son centre de détention pour demander sa libération.

Des intellectuels et des militants à travers l’Europe, les Amériques et le Japon ont exprimé leur consternation devant ses mauvais traitements et le manque de liberté dans ce pays qui prétend être une «démocratie». À JVA Bielefeld, où Haverbeck était incarcérée, les responsables de la prison ont eu du mal à traiter l’avalanche de lettres et de fleurs que leur célèbre prisonnière a reçues tout au long de sa peine.

Pour la plus vieille prisonnière d’Allemagne, il est clair qu’elle ne se recroquevillera pas devant la colère des groupes juifs dirigeant des bureaucrates carriéristes. Il est dans l’intérêt de la réputation de l’État allemand d’arrêter de tourmenter Haverbeck, mais la peur religieuse de l’Occident de débattre de ce qui s’est passé pendant la Seconde Guerre mondiale continue de prévaloir sur toutes les autres préoccupations.

Source : Germany: Political Dissident Ursula Haverbeck Sent Back to Prison; May Become Oldest Female Inmate In the World • December 5, 2020

3-La collaboration entre sionisme et nazisme s’avère être un fait historique.(Sujet d’un prochain article)

4-Il s’est avéré que le fameux « journal d’Anne Frank était un faux »

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial Sioniste:Les kleptocrates juifs ont pillé la plus grande banque d’Ukraine. L’or ukrainien, syrien, irakien et libyen a-t-il également été volé?

À la mode typique, une autre histoire inexplicablement bizarre émerge d’un accord conclu entre les États-Unis et son croque-mitaine «ISIS» (ISIL / Daech) dans lequel Washington a reçu des quantités massives d’or volé en échange d’un passage sécurisé aux membres du groupe en Syrie. Cela rappelle une autre opération de vol en or qui aurait eu lieu en Ukraine il y a six ans. Peu de temps après le coup d’État soutenu par le Syndicat du crime à Kiev, un convoi de quatre camions et deux minibus de fret, chargés d’or, est arrivé à l’aéroport Boryspil de Kiev aux petites heures du matin. Une bande d’agents a chargé un avion de caisses lourdes et l’avion s’est ensuite envolé.

L’or de l’Ukraine

 

L’accord a donné aux États-Unis «des dizaines de tonnes d’or que l’organisation terroriste avait volées», a rapporté Sputnik le 27 février 2019, citant l’Agence de presse arabe syrienne (SANA). Le butin a été évalué à 50 tonnes. Une partie était de l’or syrien, mais une grande partie était irakienne. En échange, les forces américaines auraient fourni un passage sûr aux terroristes et à leurs chefs de file retranchés dans des cachettes dans la province orientale de Dayr al-Zour.

 

Des soldats américains « réparent  »
la porte plaquée or du palais de Saddam Hussein,en Iraq.

 

 

Cela rappelle une autre opération de vol en or qui aurait eu lieu en Ukraine il y a six ans. Peu de temps après le coup d’État soutenu par le Syndicat Juif [1] du crime à Kiev, un convoi de quatre camions et deux minibus chargés d’or est arrivé à l’aéroport Boryspil de Kiev aux petites heures du matin. Une bande d’agents noirs a chargé un avion de caisses lourdes et l’avion s’est ensuite envolé.

Des rumeurs ont émergé selon lesquelles la réserve officielle d’or de l’Ukraine avait été «transportée aux États-Unis», mais il n’y avait aucune confirmation officielle du nouveau gouvernement de kakistocratie quant à savoir s’il y avait une opération et ou où l’or partait. Il n’y avait pas non plus de confirmation officielle du destinataire. Comme d’habitude, ceux qui ont remis en question l’incident ont été ridiculisés comme des «théoriciens du complot». Des éléments de l’histoire peuvent être glanés ici .

Pendant ce temps, alors que la monnaie ukrainienne, la hryvnia, s’est effondrée, la banque centrale a dûment signalé 42,3 tonnes d’or dans sa chambre forte. Puis, soudainement, le chef de la banque centrale ukrainienne a laissé entendre dans une interview télévisée que les coffres étaient vides.

Le mystère de l’or ukrainien

La question se pose: les nouveaux kakistocrates d’Ukraine ont-ils conclu une sorte d’accord non transparent avec les psychopathes de la Cabale? Ou les kleptocrates psychopathes du Syndicat du Crime ont-ils simplement eu accès aux coffres-forts et ont-ils été autorisés à piller l’or? De la suite de ces histoires, j’ai appris à m’attendre au pire, donc cette dernière hypothèse est ma théorie. Je ne pense pas que l’or de l’Ukraine soit entre des soi-disant «mains officielles».

Selon l’une des versions de la rumeur, ce n’est pas seulement l’or monétaire qui a été retiré du pays, mais des objets de valeur culturelle et historique. C’était aussi de l’or, ce qu’on appelle l’or scythe. Oui, et voici ce mécanisme de pillage familier du FMI: Washington a promis d’aider Yatsenyuk «le Yid», la marionnette de Goldman Sachs,  à obtenir un prêt du FMI , et l’or scythe a été utilisé pour remplir la fonction de sécurisation du crédit futur. La valeur des objets culturels volés dépasse de loin la valeur de l’or dont les objets sont fabriqués et atteint jusqu’à 20 milliards de dollars. Sans aucun doute, quelqu’un quelque part dans le Syndicat du crime a fait une bonne affaire.

Le mystère des comptes gelés de la Libye

Quelque 10 milliards d’euros de fonds publics libyens, gelés dans le cadre des sanctions contre le cercle intime de feu Mouammar Kadhafi, ont mystérieusement disparu d’une banque belge entre 2013 et 2017, selon les médias locaux.

En novembre 2013, quatre comptes Euroclear Bank appartenant à la Libyan Investment Authority (LIA) et à sa filiale Libyan Foreign Investment Company (LFICO) à Bahreïn et au Luxembourg contenaient quelque 16,1 milliards d’euros d’actifs gelés. Cependant, lorsque les autorités ont tenté de saisir les fonds en 2017, il s’est avéré qu’il ne restait qu’un peu plus de 5 milliards d’euros dans ces comptes, a révélé une enquête de l’hebdomadaire Le Vif .

Les kleptocrates juifs ukrainiens vident le placard

L’Ukraine et son peuple ont un grave problème de kleptocratie juive et de kakistocratie. Cela s’est manifesté le 19 décembre 2016, lorsque les Ukrainiens se sont réveillés pour apprendre que la plus grande banque du pays, PrivatBank, venait d’être nationalisée après que ses deux propriétaires aient utilisé l’argent des déposants pour bâtir un empire commercial et distribué l’argent entre les organisations juives en Europe. La couverture à ce sujet était, bien évidemment, inexistante en Occident où, parait-il, la presse est libre, surtout de ne rien dévoiler de compromettant sur les juifs .

PrivatBank était la plus grande banque d’Ukraine avec 20% du secteur et 53 milliards de dollars d’actifs. Les abus et la criminalité impliqués sont ahurissants

La part des «créances douteuses» du portefeuille de PrivatBank a été évaluée à 97% par le «régulateur» et à 80% par les acteurs du marché. Environ  97% des prêts aux entreprises de PrivateBank étaient allés à des sociétés liées à ses deux propriétaires et principaux actionnaires, Gennady Bogolubov et Igor Kolomoisky . Les prêts aux citoyens ordinaires et aux petites entreprises étaient presque inexistants.

Étonnamment, le principal intervenant de la banque, Ihor Kolomoyskyi, la deuxième personne la plus riche d’Ukraine, n’a soulevé aucune objection. Kolomomoyski était autrefois le gouverneur de l’oblast de Dnipropetrovsk mais avait quitté le pays. Il est bien connu pour ses relations. La société suisse Swissport a accusé Kolomoysky de confiscation illégale de sa participation majoritaire dans sa filiale ukrainienne. En outre, les autorités de Crimée ont accusé Kolomoyskyi d’avoir pillé les dépôts bancaires de 200.000 Criméens.

Une affaire pénale contre Kolomoysky a été ouverte en Russie en janvier 2016, où il est accusé d’avoir organisé des meurtres et d’utiliser des méthodes de guerre interdites. Le président russe Vladimir Poutine a décrit Kolomoyskyi comme un «escroc unique».

Kolomoysky et Gennady Bogolubov sont une force financière motrice au sein de la communauté juive européenne. Le premier est le père fondateur du Parlement juif européen.

Dans un modèle de donateur similaire aux piliers des opioïdes d’Oxycontin, les Sacklers , Bogolubov peut être vu dans le clip ci-dessous se vanter à la Conférence internationale de Shluchim de ses dons d’une valeur de plusieurs millions d’euros à la communauté juive. Et il a même plaidé pour plus d’argent auprès du public dans la vidéo  ci-dessous:

 

Cette scène incontournable doit être vue pour être crue.

Lire: L’affaire Alexandre Stavisky: un escroc juif immigré qui a abattu 2 premiers ministres français

Ces kleptocrates ont mené une escroquerie à l’importation qui a transféré illégalement 2 milliards de dollars à l’étranger au cours des deux années précédant la faillite de la banque. Le président ukrainien Petro Porochenko ne semble pas vouloir poursuivre les tristement célèbres propriétaires de la banque. En fait, juste un jour après la nationalisation de PrivatBank, ses pertes ont été compensées par un amendement au code des impôts. L’amendement réduit de près de moitié les taxes d’exploitation des champs pétrolifères ukrainiens. Kolomoyskyi détient toujours une part importante dans l’industrie pétrolière ukrainienne.

 

Les politiciens ukrainiens, comme Porochenko, dépendent du groupe de médias Kolomoyskyi pour leur réélection [2]. Les seuls perdants de cet accord sont déjà les pauvres goyim Ukrainiens, qui ont été pillés pour payer les problèmes de la banque grâce au financement de sauvetage de la Banque nationale d’Ukraine.

Le FMI maintient l’Ukraine en laisse par l’esclavage de la dette. Le FMI émet un nouveau prêt de 3,9 milliards de dollars (auparavant 5,5 milliards de dollars) pour payer la nationalisation de la banque. Le retard de ces décaissements de prêts était la démence utilisée par Joe Biden pour évincer l’un des rares procureurs honnêtes que l’Ukraine ait jamais eu.

Ce qu’ils ne vous ont pas dit sur Ukrainegate et Joe Biden corrompu en phase terminale

Incroyable coïncidence selon laquelle le fils de Nancy Pelosi a également des relations commerciales avec l’Ukraine

La dette extérieure de l’Ukraine continuera d’augmenter. En réalité, il n’y a pas de lutte contre la corruption, car tous les suspects habituels au pays et à l’étranger travaillent sur ce pays pauvre, triste et malheureux et ses habitants sans aucune fin en vue.

Les «supporters internationaux» ukrainiens ont exigé la nationalisation de PrivatBank. La décision de l’État a été accueillie favorablement par le FMI, le G7 et l’Union européenne. Bien sûr, ces suspects habituels ont plus de dettes pour commettre la dernière arnaque. L’histoire de l’Ukraine suggère qu’après la nationalisation, la banque sera probablement vendue à bon marché aux mêmes oligarques lavage-rinçage-répétition, privatisation-gains / nationalisation-pertes.

Le 18 décembre 2016, la banque a été nationalisée par le gouvernement ukrainien pour protéger ses 20 millions de clients et préserver «la stabilité financière du pays». Un audit médico-légal a montré que la banque avait fait l’objet d’une fraude à grande échelle et coordonnée avant la nationalisation, entraînant des pertes d’au moins 5,5 milliards de dollars. En juillet 2017, les auditeurs de la banque, une filiale ukrainienne de Price Waterhouse Coopers, ont vu leur licence d’audit révoquée pour sa prétendue «vérification d’informations financières déformées».

Kolomoyskyi, de son côté, non seulement continue de  voler librement, mais utilise une technique de promesses vides pour garder intacts ses autres actifs ukrainiens. Il s’est engagé dans un plan triennal de remboursement de 5,3 milliards de dollars américains de prêts d’initiés louches pour couvrir les pertes de la PrivatBank. Compte tenu de l’histoire du transfert des obligations financières de Kolomoiskyi envers l’État, de ses vastes participations dans les compagnies aériennes, les médias et le pétrole, et ses vastes relations politiques, beaucoup restent sceptiques quant à savoir si l’oligarque rendra l’argent et si le pouvoir des kleptocrates sera contré.

Selon Forbes, un certain nombre d’autres copains qui ont obtenu un crédit de PrivatBank – dont Natel, Zebrina et Palmira Trading – ont déjà entamé une procédure de faillite. Les déposants de PrivatBank ne peuvent pas retirer de devises. L’énorme recapitalisation de PrivatBank conduira à une nouvelle dévaluation de la hryvnia et augmentera l’inflation.

Pour mettre en perspective le programme de sauvetage de plusieurs milliards de dollars, l’ensemble des réserves de change du butin de l’Ukraine avant la PrivatBank se situait entre 16 et 24 milliards de dollars. En conséquence, deux oligarques juifs ukrainiens ont réussi à drainer, ou voler, un tiers du total de la réserve de devises de l’Ukraine, rendant le pays extrêmement vulnérable aux attaques spéculatives.

Source : Jewish Kleptocrats Looted Ukraine’s Biggest Bank. Was Ukrainian, Syrian, Iraqi and Libyan Gold Stolen, Too?


Vidéo associée:

 


EN COMPLÉMENTAIRE

Mars 2019

L’armée américaine vole 2,13 milliards de dollars d’or en Syrie dans le cadre d’un accord avec l’Etat Islamique

L’armée américaine a été surprise en train d’expédier 50 tonnes d’or hors de Syrie dans le cadre d’un prétendu accord avec des combattants de l’État islamique au nord-est de la Syrie.

Selon des reportages de l’agence de presse syrienne SANA, des responsables militaires américains ont conclu un accord avec des terroristes mercenaires  de l’Etat islamique aux termes duquel le groupe terroriste leur permettrait de transporter 50 tonnes d’or dans la province de Deir el-Zour, située dans l’Est de la Syrie, en échange d’un passage sûr pour les terroristes.

Themindunleashed.com rapporte: Le métal précieux, d’une valeur d’environ 2,13 milliards de dollars, a été pillé par le soi-disant «califat» lors de son règne de terreur en Syrie et en Irak entre 2015 et 2017. Cet or aurait été volé par l’Etat islamique à Mossoul en Irak et dans d’autres régions de la Syrie. Le rapport ajoute que les dernières cachettes du groupe terroriste à Deir-el-Zour contiennent également des millions de dollars en liquide pillés par le groupe de toute la Syrie et de l’Irak voisin.

Selon le quotidien turc Daily Sabah , des hélicoptères de l’armée américaine auraient déjà transféré l’or de la base des forces américaines à Kobane, une ville contrôlée par les Kurdes et située à proximité de la frontière nord-syrienne. Une partie de l’or a également été distribuée aux Unités de protection du peuple kurde (YPG), qui dominent les Forces démocratiques syriennes (SDF) alliées aux États-Unis.

La nouvelle intervient après que SANA eut déclaré que des habitants avaient assisté à des hélicoptères américains qui avaient transporté de grosses caisses contenant une quarantaine de tonnes d’or dans la région d’Al-Dashisha, dans le sud de la campagne de Hasaka. Les médias syriens ont affirmé que les dirigeants de l’Etat islamique ont guidé les hélicoptères américains vers les endroits où l’or était caché, « suite à un accord par lequel Washington a épargné des centaines de dirigeants et d’experts de l’organisation terroriste.« 

Les affirmations du gouvernement syrien coïncident avec celles de l’observatoire, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), basé au Royaume-Uni, selon lesquelles les États-Unis et leurs alliés kurdes auraient épargné les combattants de l’Etat islamique dans le but de mettre la main sur le butin du groupe.

L’OSDH a déclaré:

«Les forces de la coalition dirigées par les États-Unis et les Forces démocratiques syriennes (SDF) ne ciblent pas délibérément les zones sous le contrôle des terroristes et des commandants de l’EI dans l’est de l’Euphrate à Deir el-Zour. Par contre, elles tentent de localiser ses trésors en forçant  les terroristes de l’EI/ISIS de parler de son emplacement après s’être rendu. « 

Les médias syriens et russes affirment depuis longtemps que, contrairement à ce que prétend Washington, Washington ne mène pas de guerre contre le groupe extrémiste ISIS. Les forces américaines collaborent avec ISIS de multiples façons.

Lors de la destruction de Raqqa sous contrôle de l’État islamique en Syrie par la coalition dirigée par les États-Unis, un accord secret a été conclu avec le groupe qui a permis aux membres de quitter les lieux en toute sécurité lors de son évacuation. L’accord, découvert par la BBC, a assuré la survie et la liberté de nombreux dirigeants de l’ISIS et de nombreux combattants étrangers.

Les États-Unis maintiennent toujours leur base à al-Tanf, à la frontière syro-jordanienne, en violation du droit international et contre la volonté du gouvernement syrien sous prétexte de lutter contre l’Etat islamique. Moscou a accusé à plusieurs reprises les États-Unis de former de nouveaux groupes armés à partir des restes de l’Etat islamique, où ils avaient carte blanche pour se cacher dans le désert puis jaillir « comme un diable sorti de sa boîte »  pour tendre des embuscades aux troupes syriennes avant de s’enfuir se protéger dans les zones sous contrôle des États-Unis, comme la base d’al-tanf.

Le dernier rapport a été publié environ une semaine après que la coalition dirigée par les États-Unis ait transféré les terroristes de Daesh et les membres de leur famille dans 50 camions du village de Baghouz, où les éléments restants de Daesh sont bloqués, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

« Les États-Unis protègent Daesh »

Dans le même temps, un législateur irakien a déclaré que le chef de file de Daesh, Abou Bakr al-Baghdadi, alias Ibrahim al-Samarrai, de son vrai nom juif israélien Shimon Elliot, « est actuellement protégé par les forces américaines dans une zone désertique de l’ouest située dans la province irakienne d’Al-Anbar. »

Hassan Salem, du Bloc Al-Sadiqoun du Parlement, associé au groupe paramilitaire Asa’ib Ahl al-Haq (Ligue des Justes), a fait ces remarques sur le site d’information libanais Elnashra.

« Les forces américaines basées à la base aérienne Ayn al-Asad dans la province, qui est utilisée par l’armée américaine, fournissent tous les moyens nécessaires au mouvement d’al-Baghdadi entre l’Irak et la Syrie », a-t-il ajouté.

« Il voyage entre l’Irak et la Syrie sous la protection des forces américaines« , a déclaré Salem.

Washington, a-t-il ajouté, « soutient le mouvement d’al-Baghdadi, craignant qu’un projet de législature préparé au parlement n’oblige les forces américaines à quitter le sol irakien. »

 

 

 

 

 


NOTES

1-Voir l’article très censuré de notre site  web:Crime organisé:La mafia juive,c’est la vraie mafia

 

[2] En voulant s’arrimer à l’Occident, l’Ukraine a surtout acquis les tares de celui-ci : nul ne peut y être élu sans le soutien de l’argent juif. Cet argent juif provient de la poche des contribuables goyim. Ainsi en est-il aux USA (Trump, et tous les autres , en France (Macron, Sarko, Hollande, Giscard, Pompidou), en Grande Bretagne, en Allemagne, etc.

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID-19:Rothschild a breveté les tests biométriques Covid-19 en 2015 et en 2017 !

Ce n’est pas contestable, puisque les informations proviennent de registres officiels des brevets aux Pays-Bas et aux États-Unis. Et nous avons toute la documentation. Comme nous l’avons montré dans les expositions précédentes, toute la Covidiocratie est une mascarade et une simulation préparées depuis longtemps par la Banque mondiale / FMI / Les Rothschild et leurs lemmings, avec le partenariat Rockefeller. Nos dernières découvertes viennent compléter ces révélations précédentes.

 

Source: site Web du registre des brevets du gouvernement néerlandais

Source: site Web du registre des brevets du gouvernement néerlandais

Info (copie textuelle):

L’invention concerne un procédé d’acquisition et de transmission de données biométriques (par exemple, des signes vitaux) d’un utilisateur, les données étant analysées pour déterminer si l’utilisateur souffre d’une infection virale, telle que COVID-19. Le procédé comprend l’utilisation d’un oxymètre de pouls pour acquérir au moins le pourcentage de saturation en oxygène du pouls et du sang, qui est transmis sans fil à un smartphone. Pour s’assurer que les données sont exactes, un accéléromètre intégré au smartphone est utilisé pour mesurer le mouvement du smartphone et / ou de l’utilisateur. Une fois les données précises acquises, elles sont téléchargées sur le cloud (ou sur l’hôte), où les données sont utilisées (seules ou avec d’autres signes vitaux) pour déterminer si l’utilisateur souffre (ou risque de souffrir) d’une infection virale, comme COVID-19. En fonction des besoins spécifiques, les données, leurs modifications,et / ou la détermination peut être utilisée pour alerter le personnel médical et prendre les mesures correspondantes.

Deuxième enregistrement:  2017

La source

Informations détaillées ci-dessous, mais avant cela, examinons le Facebook de l’inventeur pendant un moment ou deux

Detailed info below, but before that, let’s contemplate inventor’s Facebook for a moment or two

 

 

 

Notice anything?

Informations sur les brevets (copie textuelle):

Titre: Système et méthode d’utilisation, biométriques et d’affichage de données biométriques Demande de brevet des États-Unis 20170229149 Code de type: A1

Résumé: L’invention concerne une méthode pour traiter et afficher les données biométriques d’un utilisateur, soit seules, soit ensemble (en synchronisation) avec d’autres données, telles que les données vidéo de l’utilisateur pendant une période pendant laquelle les données biométriques ont été acquises. Le procédé comprend le stockage de données biométriques de sorte qu’elles soient liées à un identifiant et au moins un horodatage (par exemple, une heure de début, une fréquence d’échantillonnage, etc.), et le stockage de données vidéo de manière à ce qu’elles soient liées à l’identifiant et à au moins un horodatage (par exemple, une heure de début). En stockant des données de cette manière, les données biométriques peuvent être affichées (en temps réel ou différées) en synchronisation avec les données vidéo, et les données biométriques peuvent être recherchées pour identifier au moins un événement biométrique. La vidéo correspondant à l’événement biométrique peut alors être affichée,soit seul, soit avec au moins un élément biométrique de l’utilisateur lors de l’événement biométrique.

Inventeurs: Rothschild, Richard A. (Londres, GB)

Macklin, Dan (Stafford, GB)
Slomkowski, Robin S. (Eugene, OR, US)
Harnischfeger, Taska (Eugene, OR, US)
Numéro de demande: 15/495485
Date de publication : 08/10/2017
Date de dépôt: 24/04/2017
Export Citation: Cliquez pour la génération automatique de bibliographie

Destinataires:
Rothschild Richard A.
Macklin Dan
Slomkowski Robin S.
Harnischfeger Taska

Classes internationales: G11B27 / 10 ; G06F19 / 00 ; G06K9 / 00 ; G11B27 / 031 ; H04N5 / 77

Voir les images de brevets: Télécharger le PDF 20170229149  

Références de brevets américains:

20160035143 N / A 04/02/2016
20140316713 N / A 23/10/2014
20140214568 N / A 31/07/2014
20090051487 N / A 26/02/2009
20070189246 N / A 16/08/2007

Examinateur principal:

  MESA, JOSE M Avocat, agent ou cabinet: Fitzsimmons IP Law (Gardena, CA, US)

Le document complet, d’environ 40 pages est ici :

ATOMIC BOMBSHELL: Rothschilds patented Covid-19 biometric tests in 2015. And 2017.

by Silviu « Silview » Costinescu

NB :

Plusieurs années après le meurtre prémédité du Grand Guide Lybien ,sa pensée continue de nous marquer!

Muhammar Kadhafi a été traité de fou, par les Grands Médias Menteurs, lorsqu’il a déclaré :
« Ils (les juifs?) inventent un vaccin puis ils créent la maladie qui ne peut être soignée que par ce vaccin! »


VIDÉO SÉCURISÉE EN LIEN AVEC L’ARTICLE:

 

 

Réécrire l’histoire:Selon Alexandre Soljenitsyne : Les Protocoles de Sion se réalisent sous nos yeux

 

 

Les protocoles de Sion sont nécessaires pour ceux qui souhaitent comprendre le monde dans lequel nous vivons. Ils présentent une haine pathologique pour les non-juifs (et en particulier les chrétiens et les musulmans) et un désir de les saper et de les exploiter. Les protocoles faisaient partie d’une «initiation» pour les juifs maçonniques de 33 degrés. La plupart des Juifs ignorent ce programme et sont donc facilement manipulés. «L’antisémitisme nous est indispensable dans la gestion de nos petits frères». 

Selon ces protocoles : « Il reste un petit espace à traverser avant que tous les états d’Europe ne soient enfermés dans les serpentins du serpent symbolique, par lequel nous symbolisons notre peuple, comme dans un puissant vice« .

La preuve que les Protocoles de Sion sont authentiques est que la plupart d’entre eux sont devenus réalité.

Le gouvernement mondial est leur « Super État ».

 

Le prix Nobel Alexandre Soljenitsyne a écrit, à propos de ces protocoles  :

 « Les officiers exécutés (durant la Révolution) étaient Russes, comme étaient Russes les nobles, les prêtres, les moines, les députés – assassinés. Dans les années 1920, les ingénieurs et les savants d’avant la Révolution furent exilés ou tués. Ils étaient Russes : des Juifs prirent leur place. Dans le meilleur Institut Psychiatrique de Moscou, les membres dirigeants furent exilés ou arrêtés – leurs places furent prises par des Juifs. Des médecins juifs influents bloquèrent l’avancement de la carrière de chercheurs russes en sciences médicales. Les meilleurs éléments des élites intellectuelles et artistiques du peuple russe furent assassinés, tandis que les Juifs croissaient et embellissaient, dans ces années terribles (pour les Russes…) ».

Alexandre Soljenitsyne a analysé les Protocoles des Sages de Sion. Il produisit cette analyse en 1966. Il n’a pas publié sa recherche sur les Protocoles des Sages de Sion. Il a demandé que cette étude ne soit publiée qu’après sa mort. C’est contre sa volonté qu’elle fut imprimée en un nombre très réduit d’exemplaires, en 2001.

Voici ce qu’écrit Soljenitsyne :
« Les Protocoles exposent le plan d’un (nouveau) système social. Son dessein se situe bien au-dessus des capacités d’une âme ordinaire, y compris celle de son auteur. Il s’agit d’un processus dynamique en deux étapes, de déstabilisation, d’augmentation des libertés et du libéralisme, qui trouve son apogée dans un cataclysme social, au premier stade ; la seconde étape voyant se mettre en place une nouvelle hiérarchisation de la société. Ce qui est décrit est plus complexe qu’une bombe nucléaire. Il pourrait s’agir d’un plan volé et gauchi, formé par un esprit de génie. Son style putride de brochure antisémite cauteleuse en obscurci(rai)t (intentionnellement) la grande force de pensée et la vision pénétrante ».

Il poursuit « Le texte démontre une clarté de vision impressionnante en ce qui concerne les deux systèmes sociétaux : le système occidental et le système soviétique. Si un puissant penseur, en 1901, pouvait prédire le développement de l’Occident avec quelque vraisemblance, comment aurait-il pu entrevoir le futur soviétique ?»

Voici quelques extraits des protocoles, très troublants d’actualité, tels que les relate Alexandre Soljenitsyne :

« Les esprits des gens doivent être détournés (de la contemplation) vers l’industrie et le commerce : dès lors, (les gens) n’auront plus le temps de penser. Les gens se consumeront à la poursuite de l’argent. Ce sera une poursuite vaine, car nous bâtirons l’industrie sur une base spéculative : les richesses tirées de la terre par l’industrie glisseront entre les mains des travailleurs et des industriels et se retrouveront entre celles des financiers ».

« La lutte – intensifiée – pour la survie et la supériorité, accompagnée de crises et de chocs, créera des communautés froides et sans cœur, avec une forte aversion envers la religion. Leur seul guide sera celui de Mammon, auquel ils voueront un véritable culte ».

« Il est une puissante force qui crée le mouvement de la pensée, dans le peuple : cette force, ce sont les journaux. C’est dans les journaux que le triomphe de la liberté de parole trouve son incarnation. Au moyen de la Presse nous avons conquis le pouvoir d’influencer les esprits tout en demeurant inaperçus. Nous éradiquerons de la mémoire des Hommes les faits historiques dont nous ne désirons pas qu’ils les connaissent, et nous ne laisserons perdurer que ceux qui nous conviennent. »

Or que s’est-il passé un siècle après la publication de ce document ? Comme le dit Soljenitsyne: « Il faudra que quatre-vingts ans se passent, avant que Milton Friedman et son École de Chicago n’intronisent les dieux Marché et Profit en seuls flambeaux guidant le monde ».

Alexandre Soljenitsyne note également qu’un «siècle avant l’avènement de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International, les Protocoles notaient que les prêts sont le meilleur moyen pour déposséder des pays de leurs richesses ; que les marchés financiers, avec leurs multiples produits dérivés, ponctionnent la richesse et l’accumulent entre les mains des prêtres de Mammon ; que le gain (les forces du marché) est la seule mesure du succès de toute stratégie ».

Le passage le plus époustouflant est celui où Soljenitsyne montre qu’il a parfaitement compris la logique dévastatrice qui anime la pensée moderne: « Les Protocoles prédisent l’apogée de la Nouvelle Bourgeoisie – l’apogée des adorateurs de Mammon, partisans de la mondialisation, viscéralement hostiles aux Anciennes Élites, à l’Esprit, à la religion, aux gens ordinaires. Très longtemps, ils furent les moteurs de la gauche, des mouvements aspirant à la démocratie : jusqu’à ce que leur objectif soit atteint – après quoi, ils négocièrent leur grand virage en épingle à cheveux, direction : l’oligarchie ».

Nous lisons bien : « Ils furent les moteurs de la gauche » et « ils négocièrent leur grand virage en épingle à cheveux, direction : l’oligarchie »¨.

Voici un autre extrait que rapporte Alexandre Soljenitsyne des protocoles « Tant que les emprunts étaient nationaux, on assistait à un déplacement d’argent de la poche de leurs sujets pauvres dans celles des riches. Mais à partir du moment où nous eûmes acheté les hommes nécessaires pour qu’on ait recours aux emprunts étrangers, toutes les richesses des États affluèrent dans nos caisses… » « Ils périront immanquablement de la saignée qu’ils s’imposent ».

Alexandre Soljenitsyne présente alors la conclusion de l’auteur des Protocoles des Sages de Sion : « Les États recourront de plus en plus à l’emprunt ruinant les populations » et, souligne le document analysée par Alexandre Soljenitsyne : « la vénalité de leurs ministres ou leur ignorance des questions financières nous ont asservi les peuples en leur faisant contracter envers nous des dettes dont ils ne pourront jamais s’acquitter, ce qui a placé toutes les questions financières sous notre direction… »

Mais le meilleur est pour la fin, puisque Alexandre Soljenitsyne dévoile le projet de réforme des institutions financières mondiales. Alexandre Soljenitsyne relate en effet : « La période des emprunts qui vint ensuite mangea les restes, et la banqueroute s’ensuivit pour tous ces États. Vous comprenez bien qu’un tel système de gestion financière, inspiré par nous, ne saurait nous convenir. Quand nous serons en possession du pouvoir, nous déguiserons la réforme des bases financières… que nous projetons sous un aspect qui n’éveillera les soupçons de personne. Nous démontrerons la nécessité de ces réformes en divulguant l’état chaotique des finances (des États) ».

En définitive Alexandre Soljenitsyne conclut « C’est un compte rendu parodique d’un plan satanique, subtil et très bien conçu ».

Ainsi l’analyse que fit en 1966 Alexandre Soljenitsyne des Protocoles des Sages de Sion nous présente presque trait pour trait notre situation actuelle. 
Mais « motus et bouche cousue », il ne faut surtout pas en parler, ce serait faire le jeu des antisémites. Le chantage à l’antisémitisme est décidément devenu le grand verrou qui empêche tout exercice de la pensée.


EN COMPLÉMENTAIRE

Voici ce qu’écrit henrymakow.com :

 Les protocoles sont authentiques. Ce sont des conférences adressées aux francs-maçons juifs (probablement à la Loge de Mizraim à Paris) détaillant un plan incroyable pour renverser la civilisation occidentale, subjuguer l’humanité et « concentrer toute la richesse du monde … entre nos mains« . Ils ont été donnés comme une série régulière d’ateliers à ces Maçons à Paris. L’auteur les décrit comme une «exposition de notre programme» et commence souvent par dire: «Aujourd’hui, nous discuterons …»

THEODOR HERZL au premier congès sioniste de Bale – 1897.8.25

 

Ceux qui pensent que les protocoles ont été prononcés lors du premier Congrès sioniste à Bâle en 1897 se sont malheureusement trompés. Le Juif moyen n’était pas au courant de ce genre d’informations. Il y avait plus de 200 délégués à cette conférence et 26 membres de la presse.

Programme du premier congrès sioniste de Bale
Le Premier Congrès Sioniste adopta le Programme de Bâle déclarant : « Le sionisme vise à établir pour le Peuple juif une patrie en Palestine qui soit garantie par le droit public. » (Le terme « Palestine » était à cette époque purement géographique, et ses habitants, y compris les Juifs, étaient appelés les Palestiniens. La région était alors sous contrôle Ottoman). Le Programme se poursuit en délimitant les moyens suivants pour accomplir cet objectif : La promotion de l’établissement en Palestine d’agriculteurs, artisans et marchands juifs ; La fédération de tous les juifs, en groupes locaux ou nationaux, en fonction des lois de leurs différents pays d’origine ; Le renforcement du sentiment national juif et de la conscience juive ; Toute mesure préparatoire à l’obtention des accords gouvernementaux qui sont nécessaires à la réalisation de l’objectif sioniste.

Rabbi Ehrenpries (1869-1951), le Rabbin en chef de Suède, de 1910 à 1951, écrit en 1924: «Depuis longtemps, j’ai bien compris le contenu des Protocoles, des années avant leur publication dans la presse chrétienne Les Protocoles des Sages de Sion n’étaient en fait pas les Protocoles originaux, mais un extrait comprimé de ceux-ci. Des 70 Sages de Sion, en matière d’origine et de l’existence des Protocoles originaux, il n’y a que dix hommes dans le monde entier qui savent. » (Cité dans « 1001 citations sur les juifs »)

https://en.wikipedia.org/wiki/Mordecai_Ehrenpreis

Cet «extrait comprimé» est confirmé par l’utilisation généralisée des ellipses – indiquant que des mots ont été laissés de côté. Les chercheurs ont spéculé que Adam Weishaupt, Theodore Herzl ou Asher Ginzberg ont écrit les Protocoles. Au début, je pensais que c’était Meyer Amschel Rothschild (1744-1844) lui-même. Plus tard, j’ai pensé que ce serait Lionel Nathan Rothschild (1809-1959) ou James de Rothschild (1792-1868) ou Adolphe Cremieux (1796-1880). Il est difficile de déterminer parce que je pense que ce document a été révisé par différentes mains.

Billet d'entrée au premier congrès sioniste de Bale
Billet d’entrée au premier congrès sioniste de Bale,en 1897

Les protocoles 20-23, le «programme financier … le couronnement et le point décisif de nos plans» sont la raison pour laquelle je pense que l’auteur était un banquier et probablement un Rothschild. Ces conférences nécessitent une connaissance approfondie des finances et une profonde perspicacité psychologique. De plus, l’auteur déclare que tout le pouvoir ira finalement au «Roi des Juifs», c’est ainsi que les Rothschild étaient connus. Lorsque vous lisez ce qui suit, vous serez convaincus qu’une grande partie de ce programme s’est effectivement réalisée.

****************************************

Voici un résumé de 12 protocoles sur 24.

1- Le contrôle de l’argent

    (….) « Le contrôle des nations sera assuré par la création de gigantesques monopoles privés qui seront les dépositaires d’immenses richesses dont dépendront même les Goyim (les non-juifs). (….)

    (….) C’est ainsi que le jour qui suivra l’effondrement politique verra leur anéantissement en même temps que celui du crédit accordé aux États. (….)

    (….) Des crises économiques porteront atteinte aux États ennemis en leur soustrayant l’argent mis en circulation. En accumulant de grands capitaux privés qui sont ainsi soustraits à l’État, ce dernier va être obligé de s’adresser à nous pour emprunter ces mêmes capitaux. Ces emprunts consentis avec des intérêts seront une charge pour les États qui en deviendront les esclaves, sans volonté propre. Ils s’adresseront à nos banquiers pour leur demander l’aumône au lieu d’exiger des impôts du peuple. Des emprunts étrangers sont comme des sangsues, il n’y a aucune possibilité de les éloigner du corps d’État, car elles ne peuvent que se détacher d’elles-mêmes ou être rejetées par l’État. Cependant, les États Goyim ne les rejetteront pas, ils s’en attireront sans cesse d’autres, ce qui les conduira à une fin inexorable.

    Les dettes de l’État rendront les hommes d’État corruptibles, ce qui les mettra encore plus à notre merci. (….) »

2- Le contrôle de la presse

    (….) « Nous procéderons de la façon suivante avec la presse :

    Son rôle est d’exciter et d’enflammer les passions chez le peuple (…) et le public est tellement loin de pouvoir imaginer qui est le premier bénéficiaire de la presse (….) Parmi tous les journaux, il y en aura aussi qui nous attaqueront mais comme nous sommes les fondateurs de ses journaux, leurs attaques porteront exclusivement sur des points que nous leur aurons précisés auparavant. (….)

    (…) Aucune nouvelle ne sera publiée sans avoir reçu notre accord. C’est déjà le cas maintenant, car toutes les nouvelles du monde sont regroupées dans seulement quelques agences. Ces agences étant sous notre contrôle, elles ne publient que ce que nous avons approuvé. (…)

    (…) Nos journaux seront de toutes les tendances, aristocratique, socialiste, républicaine, voire même anarchiste, tant qu’existera la Constitution. (….)

    (…) Ces idiots qui croiront que le texte d’un journal reflète leur propre opinion n’auront fait, en réalité, que répéter notre opinion ou celle que nous souhaitons voir exprimée. (…)

3- L’extension du pouvoir

    (….) « Nous serons pour le public l’ami de tous. (…)

    (…) Nous les soutiendrons tous, les anarchistes, les communistes, les fascistes (…) et particulièrement les ouvriers. Nous gagnerons leur confiance et ils deviendront ainsi, pour nous, un instrument très approprié. (…)

4- Le contrôle de la foi

    (…) « Nous ôterons aux hommes leur vraie foi. Nous modifierons ou supprimerons les principes des lois spirituelles. (…) L’absence de ces lois affaiblira la foi des hommes puisque les religions ne seront plus capables de donner quelconque explication. (…)

    (…) Nous comblerons ces lacunes en introduisant une pensée matérialiste et des supputations mathématiques. (…) »

5- Le moyen d’amener la confusion dans les esprits

    (…)  » Pour avoir la mainmise sur l’opinion publique, il nous faut les amener à un certain niveau de confusion. (…)

    (…) La presse nous sera un bon outil pour offrir aux hommes tant d’opinions différentes qu’ils en perdront toute vue globale et s’égareront dans le labyrinthe des informations. (…)

    (…) ainsi, ils en viendront à la conclusion que le mieux est de ne pas avoir d’Opinion (politique). (…)

6- L’aspiration au luxe

    (…) « Pour accélérer la ruine de l’industrie des Goyim (non-juifs), nous susciterons chez eux une soif de luxe. Le commun des mortels n’en aura, cependant, pas jouissance, car nous ferons en sorte que les prix soient toujours en hausse. Ainsi, les travailleurs devront autant travailler qu’auparavant pour satisfaire leurs désirs. (…)

    (…) Ils seront piégés dans le système avant d’avoir pu l’identifier. »

7- La politique utilisée comme instrument

 

Donald Trump et Benjamin Netanyahu :une amitié sioniste et khazare qui remonte à des décennies.

    (…) « En distillant un souffle de libéralisme dans les organismes d’État, nous modifierons tout leur aspect politique. (…)

    (…) Une Constitution n’est rien d’autre qu’une grande école de discordes, de malentendus, de querelles, en un mot une école de tout ce qui sert à fausser les rouages de l’État. (..)

    (…) À « l’époque des républiques », nous remplacerons les dirigeants par une caricature de gouvernement avec un président élu par nos marionnettes, nos esclaves que sont le peuple. (…)

    (…) Les élections seront, pour nous, un moyen d’accéder au trône du monde tout en faisant croire au modeste citoyen qu’il contribue à façonner l’État par sa participation à des réunions et par son adhésion è des associations. (…)

    (…) Dans le même temps, nous réduirons à néant l’impact de la famille et son pouvoir éducatif. Nous empêcherons aussi l’émergence de personnalités indépendantes. (…)

    (…) Il suffit de laisser un peuple se gouverner lui-même un certain temps (la démocratie) pour qu’il se transforme en une populace où règne le chaos.

    (…) La puissance de la populace est une force aveugle, absurde, irraisonnée, ballotée sans cesse de droite ou de gauche. Mais un aveugle ne peut pas en conduire un autre sans tomber dans le précipice. Seul celui qui, dès sa naissance, est éduqué pour devenir un souverain indépendant a la compréhension de la politique. (…)

    (…) Notre succès, en traitant avec les hommes dont nous avons besoin, sera facilité par notre façon de toucher toujours le côté le plus sensible de la nature humaine, c’est-à-dire la cupidité, la passion et la soif insatiable de biens humains et matériels. (…) »

8- Le contrôle de la nourriture

    (…) « Notre puissance réside aussi dans la pénurie permanente de nourriture. Le droit du capital, en affamant les travailleurs, permet sur eux une mainmise plus que ne pouvait le faire la noblesse avec son roi. (…)

    (…) Nous agirons sur les masses par le manque, l’envie et la haine qui en résulte. (…)

    (…) mais tout propriétaire rural peut être un danger pour nous puisqu’il peut vivre en autarcie. C’est la raison pour laquelle il nous faut à tout prix le priver de ses terres. Le moyen le plus sûr pour y arriver est d’augmenter les charges foncières, (…) d’accabler de dettes les propriétaires rurales (…) »

9- Le rôle de la guerre

    (…) « Nous mettrons en rivalité toutes les forces pour amener ceux qui ont soif de pouvoir à abuser de leur pouvoir. Il nous faut fomenter des dissensions, des inimitiés dans toute l’Europe et par l’intermédiaire de l’Europe dans d’autres parties de la Terre. (…)

    (…) Il faut que nous soyons capables d’anéantir toute opposition provoquant des guerres avec les pays voisins. Au cas où ces voisins oseraient nous tenir tête, il nous faut leur répondre par une guerre mondiale. (…) »

10- Le contrôle au moyen de l’éducation

    (…) « On n’incitera pas les Goyim à tirer une application pratique de leur observation impartiale de l’histoire mais on les invitera à des réflexions théoriques, sans faire de relations critiques avec les événements qui vont suivre. (…)

    (…) Dans ce jeu, sachez que la chose principale est de les avoir convaincus d’accepter les nécessités de la science. (…)

    (…) Tenant compte de ce fait, nous n’aurons de cesse de créer une confiance aveugle en ces théories (scientifiques) et les journaux nous y aideront bien. Les intellectuels parmi les Goyim se vanteront de leurs connaissances. (…)

    (…) Le peuple perdra, de plus en plus, l’habitude de penser par lui-même et de se forger sa propre opinion, il en viendra à prononcer les mots que nous désirons entendre prononcer. (…) »

11- Le contrôle des loges franc-maçonniques

    (…) « Nous créerons dans tous les pays de la Terre des loges franc-maçonniques, nous les multiplierons et y attirerons des personnalités qui sortent des rangs. (…)

    (…) Nous mettrons toutes ces loges sous la domination de notre administration centrale que nous serons seuls à connaître et que les autres ignoreront complètement.

    (…) Qui ou qu’est-ce qui peut vaincre une puissance invisible? Voilà où se trouve notre pouvoir. La franc-maçonnerie non juive nous sert de couverture à leur insu. Mais le plan d’action de notre puissance reste pour tout le peuple et même pour le reste de la confrérie un secret. (…) »

12- La mort

    (…) « La mort est la fin inévitable pour tous, par conséquent, il est préférable d’y conduire tous ceux qui nous font obstacle. »


AUTRES COMPLÉMENTAIRES

Le général de l’«armée blanche » Anton Dénikine accueilli par sa garde d’officiers à Rostov-sur-le-Don, 1919

Tandis qu’éclate la guerre civile à la suite de la Révolution d’Octobre, nombre de Russes tsaristes se réfugient en Europe de l’Ouest. Ces « Russes Blancs » antibolchéviques vont alors participer activement à la propagation du célèbre pamphlet .

Avec la Révolution d’Octobre et le début de la guerre civile en Russie, les opposants au nouveau régime bolchévique, monarchistes connus sous l’expression de « Russes Blancs » – indépendamment du fait qu’ils aient ou non participé activement aux armées blanches ou à la guerre civile russe – fuient le conflit et se réfugient en Occident, emmenant dans leurs bagages le célèbre  pamphlet: Les Protocoles des Sages de Sion.

Ce texte, écrit en 1901 par Mathieu Golovinski, un informateur de l’Okhrana, la police secrète tsariste, est supposé être la publication d’un programme conçu par des « sages juifs » en vue de détruire les nations et la chrétienté et dominer le monde.

Les Protocoles des Sages de Sion furent édités en 1905 par un mystique orthodoxe russe, Serge Nilus (qui le réédita en 1911 et en 1917), qui voyait dans ce plan une action de l’Antéchrist. Henri Ford et le comte völkisch Ernst Zu Reventlow, nazi historique et militant païen, admiraient Serge Nilus. Le premier envoya des livres au mystique tandis que le second a aidé son fils à fuir la Russie en guerre et à s’installer en Allemagne,sous la protection du Führer Adolph Hitler.

……………………………………………………………………………………………….

Des participants au premier congrès sioniste de Bale.
Theodore Hertzl en 1897.
Août 1897. A l’appel de Theodor Herzl, des juifs du monde entier se donnèrent rendez-vous à Bâle, afin de trouver une solution durable et définitive à « la question juive ».

…………………………………………………………………………………………………………………………………………

Nakba : mai 1948, l’avènement d’Israël, catastrophe des Palestiniens

Jours de fête pour Israël qui célèbre sa naissance, les 14 et 15 mai ont une résonance inverse pour les Palestiniens qui commémorent dans la douleur la Nakba : la catastrophe.

Le mot même est tabou en Israël : Nakba. En arabe « la catastrophe », « le désastre ». Sa commémoration le 15 mai, proscrite dans l’État hébreu, suit d’un jour la célébration par ce dernier de sa fondation, il y a juste 70 ans.

14 mai 1948 : dernier jour du mandat britannique sur la Palestine, établi vingt-cinq ans plus tôt sur les décombres de l’Empire Ottoman. Premier jour officiel d’Israël.

Depuis la fin du XIXème siècle s’est affirmée, dans l’ébullition des nationalismes, le rêve d’une refondation sur son lieu antique d’une patrie juive perdue aux débuts de l’Empire romain.

Le rêve sioniste

A partir de 1870, les implantations s’y multiplient. Souvent empreintes d’utopisme, elles sont aidées par des personnalités du monde de la finance. Le mouvement « sioniste » naît officiellement dans les années 1890. En 1897 se tient à Bâle le premier Congrès sioniste mondial, avec pour but la création d’un foyer national juif en Palestine. Un fonds national est créé pour l’achat de terres.

En novembre 1917, la « déclaration Balfour » (du nom du ministre des affaires étrangères britannique) affirme le gouvernement de Sa Majesté favorable à la création d’un foyer juif en Palestine sous condition … de ne pas y causer préjudice aux non-juifs.

Résumé de l’écrivain Arthur Koestler : « une nation promettait solennellement à une seconde nation le pays d’une troisième ».

Le mandat accordé par la SDN (Société des Nations, ancêtre de l’ONU) aux Royaume-Uni sur la région confirme implicitement cette voie, le chargeant entre autres de faciliter l’immigration des juifs et leur organisation politique.

Le temps du mandat

Une Agence juive est créée. A la fois instance politique et administrative, elle joue un rôle important dans l’immigration. Elle dispose d’un bras militaire : l’Hagganah qui deviendra, plus offensive, l’Irgoun.

La partie arabe, qui ne reconnaît pas le mandat britannique, refuse en revanche de se doter d’institutions équivalentes. La coexistence des communautés est très loin d’être pacifique : révoltes arabes contre l’autorité, émeutes anti-juives, opérations terroristes de l’Irgoun contre les arabes.

La population de Palestine évolue fortement durant le mandat. En 1918, la communauté juive est évaluée à environ 80 000 personnes – pour près de 660 000 arabes – , possédant 5 % des terres.

Accroissement naturel, mouvement sioniste mais surtout flux de réfugiés fuyant les persécutions nazies et les drames de l’Europe : ils sont 630 000 au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour environ 1. 200.000 arabes (principalement musulmans, une petite minorité chrétienne).

La propagande sioniste parle de 250 000 survivants d’une fausse holocauste fabriquée par les médias américains qui  attendent en Europe dans des camps de réfugiés.

L’urgence d’un Etat

L’horreur de celui-ci a renforcé aux yeux du monde la revendication par les juifs d’un État. Pourtant, la situation en Palestine est plus tendue que jamais.

Chacune des deux communautés refuse de se fondre dans un État binational et le partage s’annonce périlleux. Impuissante à l’imposer, la Grande-Bretagne s’en remet début 1947 à la jeune ONU, qui désigne une Commission spéciale internationale.

Celle-ci propose un plan de partition : un État juif, un État arabe, Jérusalem sous contrôle international. L’URSS, d’abord réticente mais désireuse de voir les Britanniques quitter la région, finit par s’y rallier, à la surprise générale. Il est voté par l’Assemblée générale de l’ONU le 29 novembre 1947.

Sur le terrain, la partie juive y adhère malgré l’opposition de l’Irgoun. La partie arabe, se jugeant spoliée, le refuse résolument. La guerre commence, meurtrière .

Volontaires arabes en Palestine 194

 

Guerre de 47-48

Elle est d’abord civile : affrontement des organisations armées juives et des palestiniens soutenus par des volontaires arabes.

A partir du 15 mai 1948, avec le départ des Britanniques à l’expiration de leur mandat et la naissance officielle de l’État d’Israël , elle s’internationalise et devient guerre israélo-arabe.

Les opérations militaires se prolongent jusqu’en 1949. Dans leurs différentes phases, elles se traduisent, malgré des revers, par le succès des forces juives.

Plusieurs centaines de milliers de palestiniens sont amenés à quitter leurs maisons durant l’ensemble de l’année 1948. D’autres les suivront durant les années suivantes. La plupart prennent la direction de pays ou territoires voisins – Liban, Jordanie, Syrie, bande de Gaza – où ils sont parqués dans des camps théoriquement provisoires, dont beaucoup demeurent d’actualité.

Cet exode, dans les faits le plus souvent sans retour, reste l’un des drames majeurs qui continue de nourrir, 70 ans plus tard, le conflit israélo-arabe. Les deux camps s’opposent radicalement sur ses causes, ses circonstances et de ce fait sur le droit des populations et leurs descendants à regagner leurs terres et leurs foyers.

Lectures

Selon l’approche israélienne, les Palestiniens n’ont été nullement contraints de partir, le jeune État hébreu étant même disposé à leur accorder les mêmes droits civiques qu’aux juifs. Ce sont les chefs arabes qui ont, selon cette thèse, exhorté leurs populations civiles au départ pour des raisons à la fois militaires et de propagande.

Quartier de Jérusalem Avant Nakba 1948

 

Même quartier Après Nakba 1948

 

A l’inverse, la plupart des palestiniens estiment avoir été, eux-même ou leurs ascendants de 1948, chassés par la force ou contraints au départ.

Beaucoup considèrent l’idée du transfert comme un pilier de l’idéologie sioniste. Ils voient dans le Plan Daleth, établi par la Hagannah en mars 1948 et prévoyant des opérations dures sur les populations civiles et les territoires conquis, la preuve d’une volonté d’expulsion.

Nouvelles approches

Depuis la fin des années 1980, une nouvelle génération d’historiens israéliens s’appuyant sur des documents longtemps inédits est venue, dans l’ensemble et malgré des nuances, renforcer la vision palestinienne d’un exode aucunement choisi. Ils divergent cependant sur le rôle précis du vainqueur et ses intentions.

Longtemps proche du Parti communiste israélien, l’historien Ilan Pappé voit dans l’exode palestinien une sorte de nettoyage ethnique planifié. Son confrère Benny Morris ne le suit pas dans cette qualification mais il remet également en cause la thèse d’un départ massif dicté par les dirigeants arabes.

Selon sa recherche portant sur près de 400 localités, cette explication ne s’applique qu’à un très petit nombre de cas. L’expulsion, elle, aurait été commandée par l’occupant dans environ 15 % des départs. Dans leur majorité, ces derniers ont été motivés par la crainte des combats et d’exactions, voire l’écho de massacres tel celui de Deir Yassin perpétré en avril 48 par l’Irgoun.

Une société vulnérable

Une première vague d’environ 100 000 palestiniens, en majorité des classes moyennes urbaines, aurait ainsi quitté ses foyers entre décembre 1947 et mars 1948, espérant souvent un retour après l’apaisement espéré des violences. 300 000 autres les auraient suivis à partir du durcissement des combats – offensive de la Hagannah, destructions de villages – , vers le mois d’avril.

Une trêve survient en juin mais une reprise des opérations militaires lui succède durant les six derniers mois de l’année, entraînant un troisième mouvement de fuites. Une dernière vague émigre après la fin des combats, de 1949 à 1950.

Benny Morris et d’autres chercheurs s’accordent sur un point : l’état de faiblesse de la société palestinienne. Celle-ci, fragilisée à la fois par la disparition des structures administratives britanniques – fussent-elles haïes – et le départ de ses élites dans les premiers mois du conflit, n’aurait pas résisté aux conditions induites par la guerre.

Une question actuelle

Le nombre total de palestiniens ayant, de gré ou de force, pris le chemin de l’exil entre fin 1947 et 1950 est estimé à près de 800 000.

En 2020,le nettoyage ethnique continue grâce à Theodore Hetzrl,à Ben Gourion,à Moshe Dayan,à Golda Meir et à …Donald Trump!

70 ans après leur exode, leurs descendants réclament encore l’application de la Résolution 194 votée le 11 décembre 1948 par les Nations -Unies, fondant ce qu’ils nomment le « droit au retour » : « il y a lieu de permettre aux réfugiés qui le désirent de rentrer dans leurs foyers le plus tôt possible et de vivre en paix avec leurs voisins ». Ceux qui ne désirent pas rentrer devaient être dédommagés.

Selon des organisations pro-palestiniennes actuelle, « La Nakba (catastrophe) n’est pas un évènement, mais un processus qui continue aujourd’hui : l’expulsion des Palestiniens de leur terre. ». Accusation fermement démentie par les autorités israéliennes.

La question des réfugiés, leur descendance et leurs droits n’en reste pas moins, en tout état de cause une question d’actualité toujours brûlante, d’autant que les guerres ultérieures ont multiplié leur nombre.

Selon un sondage récent, près de la moitié des juifs d’Israël pensent aujourd’hui que les arabes d’Israël ou de Cisjordanie devraient en être expulsés.

 

 

 

 

 

 

le 11 septembre et la mort du rêve américain

Parfois, les comédiens peuvent rire simplement en disant la vérité. George Carlin était doué pour ça. L’une de ses citations les plus célèbres est: « C’est pourquoi ils l’appellent le rêve américain, car il faut être endormi pour le croire. »

Sigmund Freud a analysé les rêves comme des fantasmes de réalisation de souhaits. Dans ce genre de rêve, le rêveur tente de satisfaire un désir frustré dans la vie éveillée. Le rêve américain était un peu comme ça. Nous avions un continent immense, relativement vide et doté de ressources abondantes. Et nous avions une nouvelle philosophie politique, le progressisme libéral laïc-matérialiste, la base de notre république démocratique. Cette philosophie soutenait que tout continuerait de s’améliorer: si nous travaillions dur, nous réussirions et deviendrions riches, et alors nos enfants deviendraient encore plus riches et les leurs encore plus riches. En attendant, nous continuerions à peaufiner notre système politique et nos mœurs sociales afin que la «poursuite du bonheur» individuelle – qui est ce que la Déclaration d’indépendance considère comme le but ultime de la vie – connaisse toujours plus de succès.

Ce fantasme de réalisation de souhaits n’était évidemment pas vrai. Bien qu’il y ait certainement eu des progrès matériels progressifs – le niveau de vie aux États-Unis a continué de s’améliorer au moins dans les années 1960 – cela n’a pas rendu les gens sensiblement plus heureux. Ils ne vivaient pas non plus dans une véritable démocratie libérale. C’était juste un habillage couvrant la réalité politique, l’oligarchie.

Puis dans les années 1960, la décennie au cours de laquelle l’homme ordinaire en Amérique a atteint ce qui aurait dû être son plus haut niveau de sécurité et de prospérité, les choses ont commencé à se désagréger. Une nouvelle épée de Damoclès, la terreur nucléaire, a projeté son ombre sur la terre et tué toutes les philosophies de l’optimisme. L’invention de la pilule contraceptive, associée à une attaque de propagande de la Fondation Rockefeller et d’autres forces oligarchiques, a normalisé le sexe «récréatif» et injecté un poison à action lente dans la famille traditionnelle. Dans le même temps, le père national symbolique figure-président-a été rituellement assassiné le 22 Novembre 1963 par des éléments de l’État de sécurité nationale en collaboration avec Israël et ses actifs du crime organisé. La plupart des Américains ont senti leur sommeil confortable vaguement perturbé par la diffusion en direct du gangster Jack Rubenstein, dont le patron était Mickey Cohen , le principal collecteur de fonds d’Israël , assassinant l’assassin solitaire présumé de JFK, Lee Harvey Oswald, au milieu d’une foule de policiers.

Après les années 1960, la famille traditionnelle subit des assauts de plus en plus furieux. Le «patriarcat» – c’est-à-dire les familles avec des pères – a été attaqué par les propagandistes de la Fondation Rockefeller, les médias dominés par les sionistes et les universitaires marxistes culturels. Alors que le pourcentage d’enfants américains nés hors mariage et / ou élevés dans des foyers monoparentaux ou brisés est passé d’une petite minorité à une grande majorité, les oligarques se sont emparés de plus en plus de la richesse nationale, entraînant une stagnation du niveau de vie des gens ordinaires. La pauvreté, les foyers brisés, la dépendance à l’aide sociale, la criminalité, la toxicomanie, le suicide, les maladies vénériennes et d’autres indicateurs sociaux négatifs ont considérablement augmenté. Simultanément, les oligarques ont injecté de l’argent de la fondation dans la politique identitaire afin de distraire la gauche des problèmes économiques.

Le 11 septembre 2001, le décor était depuis longtemps planté. La république américaine avait été abolie, remplacée par une oligarchie secrète, avec la fondation de la soi-disant Réserve fédérale en 1913. Cette oligarchie était sortie de l’ombre le 22 novembre 1963. Elle avait alors commencé à détruire la famille traditionnelle et à se creuser. la classe moyenne.

Le 11 septembre 2001 a représenté le coup de grâce, le coup de grâce, pour la république démocratique américaine et le rêve américain. Ils ont fait sauter le World Trade Center à la télévision en direct. Même si la grande majorité des journalistes ont correctement rapporté ce qu’ils ont vu de leurs propres yeux – les bâtiments avaient été détruits par des explosions – les oligarques ont terrorisé les médias pour qu’ils changent l’histoire et racontent au monde que les bâtiments s’étaient effondrés d’une manière ou d’une autre à cause d’incendies mineurs dans les bureaux. alimenté par une quantité négligeable de kérosène (carburéacteur).

Encore plus que les images en direct de Jack Rubenstein assassinant Lee Harvey Oswald, les images en direct de la démolition explosive du World Trade Center, suivie d’un raz-de-marée de mensonges officiels ridicules, ont imposé de force un état de dissonance cognitive extrême au peuple américain. Depuis, ils vivent dans l’ombre d’un mur de peur. La vérité est de l’autre côté du mur, mais ils ont peur de regarder. Une nouvelle ère de domination par la peur, plutôt que par l’espoir, a prévalu. Le coup d’État contre le coronavirus fabriqué en laboratoire , qui a transféré des milliards de dollars de gens ordinaires à des milliardaires , est tout simplement le dernier assaut oligarchique conçu pour terroriser les Américains et les soumettre.

Le rêve américain a commencé à mourir il y a longtemps. Il a succombé à une série d’assauts de l’oligarchie la plus vicieuse de toute l’histoire de l’humanité. Le 11 septembre n’était que le coup de grâce.

Les Américains se réveilleront-ils un jour de leur rêve toujours plus cauchemardesque? Vont-ils identifier et renverser les oligarques qui les ont dépossédés? Allahu ‘alim . (Dieu seul le sait.)


EN COMPLÉMENTAIRE

New York, en pleine crise, marque l’anniversaire des attentats du 11 septembre 2001

Dix-neuf ans après, le 11-Septembre reste synonyme d’héroïsme des New-Yorkais. Les dirigeants new-yorkais répètent que c’est grâce à leur « résilience » que la ville a, depuis un mois, ramené sous les 1 % le taux de contamination d’un virus qui a tué plus de 23 000 New-Yorkais.

Criminalité en hausse, appartements et magasins vacants, sans-abris omniprésents : New York commémore vendredi l’anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 empêtrée dans une crise profonde, enjeu de bataille politique à l’approche de la présidentielle américaine.

Malgré la pandémie, la première métropole américaine tiendra sa cérémonie annuelle en mémoire des près de 3000 personnes mortes dans les attentats les plus meurtriers de l’histoire, ponctuée de minutes de silence aux heures où les avions détournés par les djihadistes ont percuté les tours du World Trade Center.

Au lieu de prendre la parole à tour de rôle, les familles des victimes ont enregistré leurs interventions. Mais elles pourront se retrouver, avec masques et distanciation physique, au Mémorial du site de « Ground Zero », dont le musée rouvrira pour la première fois depuis mars.

Dix-neuf ans après, le 11-Septembre reste synonyme d’héroïsme des New-Yorkais. Les dirigeants new-yorkais répètent que c’est grâce à leur « résilience » que la ville a, depuis un mois, ramené sous les 1 % le taux de contamination d’un virus qui a tué plus de 23 000 New-Yorkais.

Mais tous soulignent aussi, comme le gouverneur Andrew Cuomo mardi, que cette résilience est désormais mise à rude épreuve par les « effets secondaires », économiques et sociaux, de la pandémie.

Bureaux vides jusqu’en 2021 ?

Gale Brewer, présidente du district de Manhattan, reconnaît que cette île symbole de l’effervescence new-yorkaise est aujourd’hui plombée par des problèmes multiformes.

Certains découlent directement du coronavirus : la quasi-totalité des banques, assurances et autres entreprises de « cols blancs », passées au télétravail en mars, l’ont maintenu, vidant les quartiers d’affaires et condamnant des milliers de petits restaurants qui nourrissaient leurs employés le midi.

Même si Manhattan lui manque, Boris Tulchinskiy, ingénieur en logiciel de 26 ans, prévoit ainsi, comme beaucoup de ses collègues, de « continuer à travailler de chez lui », dans le New Jersey voisin, jusqu’en juillet 2021.

Si les plus de 60 millions de touristes qui visitaient New York annuellement ont disparu, les New-Yorkais ont aussi fui par milliers : 35 000 personnes au moins ont quitté Manhattan, au vu des demandes de vote par correspondance enregistrées pour la présidentielle, selon Gale Brewer.

Beaucoup de commerces ont fermé : entre 2017 et 2020, le nombre de commerces vacants a presque doublé (+78 %), selon Mme Brewer.

Quant aux personnes sans abris, leur visibilité a augmenté avec la fermeture de nombreux centres d’hébergement et le transfert de quelque 13 000 d’entre elles dans des hôtels vides de Manhattan, dit-elle.

La hausse des meurtres et fusillades (respectivement +47 % et +166 % en août comparé à août 2019) est un des signes frappants de cette crise new-yorkaise.

Si on est loin de la criminalité endémique qu’avait connue New York dans les années 1970-80, la ville, qui se targuait d’être l’une des plus sûres au monde, est désormais revenue au niveau de criminalité de 2012, selon le New York Times.

Trump veut « tuer New York »

« Je ne peux pas vous dire combien d’appels je reçois de New-Yorkais (…) littéralement inquiets de la dégradation de la ville », résumait mardi M. Cuomo.

Tous les dirigeants new-yorkais se disent cependant convaincus que la ville remontera la pente, mais dans combien de temps ?

Si la ville montre des signes de reprise – avec notamment la réouverture des musées débutée fin août et, fin septembre, des salles de restaurants – cela pourrait prendre trois ans, estime Mme Brewer, rapportant l’avis de promoteurs immobiliers.

En attendant, à moins de deux mois de la présidentielle, cette crise est devenue un sujet de conflit avec le gouvernement Trump.

Le président républicain répète que la hausse de la criminalité dans le bastion démocrate qu’est sa ville natale est la conséquence de l’incompétence et du laxisme de ses élus. Mardi encore, il accusait le maire et le gouverneur de New York de « détruire » la ville.

Les responsables new-yorkais dénoncent eux le refus de l’ex-magnat de l’immobilier et des républicains d’octroyer des milliards de dollars à New York – comme à d’autres villes démocrates-pour combler leurs immenses pertes de recettes fiscales.

« Trump essaie de tuer New York, c’est personnel, c’est psychologique », affirmait mardi M. Cuomo.


la vérité du 11 septembre dans une distorsion temporelle (fausse vérité?)

 

Lénine a observé: «La meilleure façon de contrôler l’opposition est de la diriger». Richard Gage, le fondateur d’Architects and Engineers for 9/11 Truth, a été présenté  sur C-SPAN le 1er août 2014.  Il n’a pas été en mesure d’expliquer qui était responsable et pourquoi, et sa réponse à la façon dont cela avait été fait était déjà connue. désespérément inadéquat. C’est peut-être pour cela qu’il a été choisi pour comparaître.]

«Le 11 septembre a été conçu comme une opération psychologique élaborée pour insuffler la peur au peuple américain afin de le manipuler pour qu’il soutienne l’agenda politique de l’administration Bush / Cheney» – Jim Fetzer

 

Tous ceux qui sont attachés à la vérité sur le 11 septembre devraient souhaiter une plus grande couverture de C-SPAN. Peut-être que la plus grande couverture pour atteindre le public dans  le passé était aussi de C-SPAN, quand il a couvert  la table ronde de l’American Scholars Conference, Los Angeles , 24-25 juin 2006. Mais celui-ci pourrait être une exception.

Nous avons ensuite entendu parler de la nano-thermite par Steve Jones, coprésident de  Scholars for 9/11 Truth . Et nous l’avons entendu à nouveau du fondateur de A & E911. Mais une division majeure est apparue entre ceux qui prétendent que la nano-thermite peut avoir détruit les bâtiments et ceux qui soutiennent que ce n’est même pas théoriquement possible. De récentes décharges d’informations confirment l’utilisation d’armes nucléaires  et  expliquent ces petites sphères de fer comme conséquence de l’utilisation d’armes nucléaires de haute technologie spéciales (à enveloppe de fer) .

Alors qu’en est-il de Richard Gage et A & E911 qu’ils continuent de promouvoir une théorie que T. Mark Hightower et moi avons prouvée indéfendable dans trois articles publiés le 1er mai 2011, le 17 juillet 2011 et le 27 août 2011? Pourquoi Gage a-t-il gaspillé cette précieuse opportunité de faire progresser la vérité sur le 11 septembre sur C-SPAN en approuvant une théorie prouvée fausse?

 

Les «trois grandes questions»

Non seulement cela, mais il y a trois grandes questions dans l’esprit du public à propos du 11 septembre, qui sont les suivantes:

a) que s’est-il passé le 11 septembre? 

(b) comment cela a-t-il été fait?

c) qui était responsable et pourquoi?

Nous connaissons l’avant et l’après du World Trade Center par rapport au 11 septembre, donc la réponse à (a) est triviale. Mais Richard Gage n’avait pas de réponse à (c), même si on lui a posé la question à plusieurs reprises, et sa réponse à (b) était fausse et trompeuse. Est-ce le mieux que Richard Gage et A & E911 peuvent faire? C’était embarrassant de se voir poser la question trop évidente et de ne pas pouvoir y répondre. Note : rétrospectivement, cela a peut-être été le point et pourquoi il a été présenté sur C-SPAN plutôt que, par exemple, le fondateur de  Scholars for 9/11 Truth .]

A & E911 n’est pas le seul à tenter de placer  le comment  devant  le qui  et  le pourquoi , là où Judy Wood et ses partisans DEW adoptent la même position. Mais le public américain a une patience limitée avec ceux qui ne peuvent pas apporter de réponses à des questions aussi évidentes, surtout plus d’une décennie après l’événement. Et c’est pourquoi  «l’Opération Terreur» , la reconstruction par Art Olivier des événements du 11 septembre, est un instrument plus puissant pour ouvrir l’esprit à ce qui a pu arriver que l’appel à un mécanisme causal obscur – surtout lorsqu’il est mal conçu.

Les trois questions ont des réponses justifiables, mais Richard Gage ne les a pas fournies. C’était bien pire que cela, parce que l’hôte s’était préparé à vaincre tout appel qu’il ferait à «thermite», utilisant le NIST comme son autorité et posant ainsi la question, en assumant la position du NIST qui est la position en doute:

La plupart des Américains sont trop crédules pour se rendre compte que cela cite la source même que Gage conteste. Mais ça aurait pu être pire. Il aurait pu souligner que Neils Harrit, un partisan de l’hypothèse de la nano-thermite, a estimé  qu’il aurait fallu «des centaines de tonnes» pour faire le travail  (où Harrit a également proposé  le calcul plus précis de 29 000 tonnes métriques à 143000 tonnes métriques pour chaque tour ) ou que le laboratoire Christopher Bollyn a cité Los Alamos comme sa source de «nano-thermite explosive» a déclaré à Gordon Duff  «qu’ils ne pouvaient rien produire de moins de 10 microns et qu’il ne pouvait pas faire un trou dans un morceau de papier » .

Pourquoi la nano-thermite ne peut pas la couper

Si cela avait été un épisode de  «The Twilight Zone» , cela aurait peut-être plus de sens où la vérité sur le 11 septembre est prise dans une distorsion temporelle. Richard Gage doit savoir maintenant que la nano-thermite ne peut pas être à la hauteur de ses capacités telles que avancées par Steven Jones, Kevin Ryan et d’autres, qui se considèrent comme les gardiens et les seuls vrais praticiens de la méthode scientifique dans la recherche sur le 11 septembre. La nano-thermite (ou même la «thermite», qui est le terme Gage utilisé) n’a que 1/13 de la force explosive du TNT et, quelle que soit sa contribution à l’effondrement du bâtiment 7, ne peut pas avoir été responsable de l’explosion. les tours jumelles.

Comme l’ observe Denis Spitzer et al.,  «Nano-matériaux énergétiques: opportunités pour des performances améliorées»,  Journal of Physics and Chemistry of Solids  (2010) , compte tenu du rôle crucial de l’expansion rapide des gaz pour effectuer des travaux par explosifs, déclare, «Nano-thermites générateurs de gaz: les thermites sont des matériaux énergétiques, qui ne libèrent pas d’espèces gazeuses lorsqu’elles se décomposent. Cependant, les explosifs peuvent être mélangés à des thermites pour leur conférer des propriétés de dynamitage », ce qui implique que, à moins d’être complétés par des explosifs, les nano-thermites ne sont pas explosifs. Alors Mark et moi avons peut-être été trop généreux.

Après avoir publié trois articles expliquant que la nano-thermite ne pouvait pas l’avoir fait et pour informer d’éminents chercheurs de cette découverte, Mark a écrit à Steven Jones, Richard Gage et d’autres. Dwain Deets, l’ancien chef de l’ingénierie de recherche et directeur des projets aéronautiques au NASA Dryden Flight Research Center, a écrit à Mark et lui a dit qu’il avait écouté notre interview sur  «The Real Deal»  et a déclaré: «Excellent entretien. Un pas vers la suppression des allégations qui dépassent les preuves. »

Dwain a également envoyé un diagramme illustrant certaines vitesses de détonation ainsi que les vitesses sonores (vitesse du son) dans divers matériaux. Ainsi, pour qu’un explosif puissant fragmente de manière significative un matériau, sa vitesse de détonation doit être égale ou supérieure à la vitesse du son dans ce matériau. Cette loi exige une vitesse de détonation d’au moins 3 200 m / s pour fragmenter le béton et de 6 100 m / s pour fragmenter l’acier, ce qui est bien au-delà de la vitesse de détonation la plus élevée enregistrée de 895 m / s pour la nano-thermite.

«Preuve explosive»

Ce n’est pas une surprise lorsque Richard Gage a recommandé «Explosive Evidence», le documentaire A & E911 sur ce qui est arrivé au World Trade Center, en particulier au WTC-7. Depuis sa publication le 12 septembre 2012, alors que Mark et moi avons publié nos études en mai-août 2011, A & E911 ont dû savoir que la théorie qu’ils présentaient s’était déjà révélée indéfendable pour des raisons scientifiques. Alors que les partisans de la nano-thermite prétendent être «scientifiques», ils violent les canons de la science en ne révisant pas leurs points de vue lorsque de nouvelles preuves ou de nouvelles hypothèses deviennent disponibles.

En effet, lors de la Midwest 9/11 Truth Conference, qui s’est tenue à Urbana, IL, le 22 septembre 2013, nous avons présenté «Explosive Evidence» comme  la première heure de la conférence , où j’ai avancé une critique de ses limites et de ses lacunes pendant la deuxième heure comme suit et a expliqué pourquoi les preuves actuellement disponibles étayent désormais la conclusion selon laquelle les tours jumelles ont été retirées à l’aide d’un agencement sophistiqué de micro ou mini armes nucléaires, qui semblent avoir été attachées aux colonnes centrales de chacune:

En effet, de nombreuses justifications avaient déjà été présentées lors des audiences de Vancouver, qui s’y sont déroulées du 15 au 17 juin 2012, y compris plusieurs présentations en faveur de l’utilisation des armes nucléaires le 11 septembre, la plus importante étant celle de Jeff Prager (où Don Fox présenté en son nom). Jeff a expliqué qu’en 2002, il avait entrepris de prouver que, le 11 septembre, 19 musulmans avaient détourné quatre avions et nous avaient attaqués. Mais en 2005, il a réalisé que c’était faux, a vendu son entreprise, a quitté les États-Unis et a commencé à enquêter sur le 11 septembre à plein temps. (Voir son  9/11 America Nuked .)

Comment ça a été fait

Dans  « Preuve de fission ternaire à New York le 11 septembre » il observe (1) que les échantillons de poussière sont la meilleure preuve de ce qui s’est passé le 11 septembre; (2) que les échantillons de l’USGS prélevés sur une douzaine d’endroits montrent comment divers éléments interagissent prouvent que des réactions de fission ont eu lieu; (3) que le myélome multiple dans la population générale à un taux de 3 à 9 incidents pour 100 000 personnes, mais le taux était de 18 pour 100 000 chez les premiers répondants; (4) que d’autres cancers relativement inhabituels sont apparus parmi les répondeurs, notamment le lymphome non hodgkinien, la leucémie, la thyroïde, le pancréas, le cerveau, la prostate, l’œsophage et les cancers du sang et du plasma; et (5) qu’en mars 2011, pas moins de 1 003 premiers intervenants sont décédés de divers cancers. Les éléments trouvés dans les échantillons de poussière de l’USGS fournissent un éventail assez étonnant de preuves de la présence d’armes nucléaires:

Baryum et strontium : Aucun de ces éléments ne devrait jamais apparaître dans les débris de construction  en ces quantités . Les niveaux ne tombent jamais en dessous de 400 ppm pour le baryum et ils ne descendent jamais en dessous de 700 ppm pour le strontium et atteignent plus de 3000 ppm pour les deux échantillons de poussière prélevés dans les rues Broadway et John.

Thorium et Uranium : Ces éléments n’existent que sous forme radioactive. Le thorium est un élément radioactif formé à partir de l’uranium par désintégration. C’est très rare et ne devrait jamais être présent dans les gravats de construction.  Donc, une fois de plus, nous avons des preuves vérifiables qu’un événement de fission nucléaire s’est produit.
Lithium:  Avec la présence de lithium, nous avons des preuves convaincantes que cette voie de fission de l’uranium vers le thorium et l’hélium, avec la désintégration ultérieure de l’hélium en lithium, a eu lieu.

Lanthane:  Le lanthane est le prochain élément de la voie de désintégration de l’élément baryum.

Yttrium : Le prochain élément de désintégration après le strontium, ce qui confirme davantage la présence de baryum.
Chrome : La présence de chrome est une autre signature «révélatrice» d’une détonation nucléaire.
Tritium : Un élément très rare et ne devrait pas être trouvé à des concentrations 55 fois normales au sous-sol du WTC-6 pas moins de 11 jours après le 11 septembre, ce qui est un autre signe «révélateur» des armes nucléaires.

De nouvelles recherches sur l’utilisation des armes nucléaires ont fourni une confirmation supplémentaire, y compris des études de Don Fox, Dr Ed Ward et Jeff Prager, montrent que ces éléments se produisent dans des modèles de corrélation qui rendent l’hypothèse pratiquement indéniable (pas que Steve Jones, Kevin Ryan et Richard Gage, entre autres, ne continuera pas à le nier), où Gordon Duff a récemment publié que  le nombre réel de New-Yorkais qui ont contracté ces cancers inhabituels liés au 9/11 est maintenant passé à plus de 70 000 .

Et ce n’est pas un problème nouveau. Dans son analyse des  «Avantages et inconvénients des audiences de Toronto» , par exemple, publiée le 20 septembre 2011, Joshua Blakeney a observé que le juge Richard Lee était préoccupé par les appels de Kevin Ryan à la nano-thermite et a demandé si elle avait déjà été utilisée. pour démolir un bâtiment. S’il y a même eu «un moment embarrassant» dans l’histoire du mouvement de la vérité sur le 11 septembre, cela doit être celui-ci. Alors pourquoi Richard Gage a-t-il répété l’erreur sur C-SPAN? N’était-ce pas une fois assez mauvais?

 

 

Il est ironique que la théorie de la nano-thermite, basée sur des échantillons de poussière, ait été remplacée par de nouvelles recherches basées sur des échantillons de poussière plus complets, mais cela est caractéristique de la recherche scientifique: la découverte de nouvelles données ou de nouvelles alternatives peut conduire à le rejet d’hypothèses précédemment acceptées, à l’acceptation d’hypothèses précédemment rejetées et à en laisser les autres en suspens, ce qui est caractéristique non seulement de la science en particulier mais de la rationalité de la croyance en général.

 Qu’en est-il des avions / pas d’avions?

Si l’impossibilité de la nano-thermite ayant détruit les tours jumelles pousse Richard Gage, Steve Jones et Neils Harritt vers le haut du mur, les questions qui se sont posées à propos des lieux de l’accident du 11 septembre et les preuves suggèrent que les quatre d’entre eux ont été fabriqués ou falsifiés ( quoique de différentes manières). C’était donc profondément troublant quand Richard Gage a laissé entendre que les accidents d’avion du 11 septembre étaient réels, ce qui contredit les preuves disponibles.

Mais nous avons la preuve documentaire que les vols 11 (tour nord) et 77 (Pentagone) n’étaient même pas programmés ce jour-là, où les registres d’enregistrement de la FAA montrent que les avions utilisés pour les vols 93 (Shanksville) et 175 (tour sud) n’ont pas été sortis de service («radié») jusqu’au 28 septembre 2005.

Alors, comment des avions qui n’étaient même pas dans les airs se sont-ils écrasés le 11 septembre? et comment des avions qui se sont écrasés le 11 septembre ont-ils pu encore voler quatre ans plus tard?

 

 

Pour de nombreux étudiants du 11 septembre, leur cerveau s’est coupé à l’idée même, même si  Pilots for 9/11 Truth  ont établi que le vol 93 était dans les airs ce jour-là, mais  qu’il était au-dessus de Champaign-Urbana, IL, après cela. se serait écrasé à Shanksville ; et que le vol 175 était également dans les airs ce jour-là, mais  qu’il était au-dessus de Harrisburg et de Pittsburgh, en Pennsylvanie, longtemps après qu’il avait prétendument heurté la tour sud . Cela signifie que les vidéos que nous avons vues des avions frappant les tours nord et sud impliquaient une forme de falsification, comme je l’ai expliqué à plusieurs reprises.

Cela ne veut pas dire que de vrais avions de toute nature – tels que des drones ou des avions militaires spéciaux – ont été utilisés à cette fin, car leur entrée n’a entraîné aucune perte de vitesse en violation de la troisième loi de Newton.

Et, comme Jack White, un étudiant légendaire de JFK, qui a tourné son attention sur le 11 septembre, l’a découvert, le composant du moteur trouvé à Church & Murray était sous un échafaudage en acier, assis sur un trottoir relativement intact, et n’était pas du bon proviennent d’un Boeing 767. Il a également trouvé des images de FOX NEWS d’hommes en gilets du FBI déchargeant quelque chose de lourd d’une camionnette blanche, ce qui aurait été une nouvelle sensationnelle si Richard Gage avait fait des observations de ce type sur C-SPAN:

 

Qu’aucun avion ne s’est écrasé à Shanksville devrait être évident pour quiconque a vu à quoi ressemble un véritable accident d’avion, comme la chute du «Malaysian 17» en Ukraine.

Bien que ce cas soit fascinant en soi, la preuve que nous avons été induits en erreur à propos du Pentagone va de la violation des lois de l’aérodynamique et de la physique entraînée par la trajectoire de vol officielle à la considération plus évidente que l’avion montré dans l’unique image que le Pentagone prétend montrer que «l’avion», comparé à l’image d’un Boeing 757 (correctement dimensionné pour comparaison), était beaucoup trop petit pour avoir été un Boeing 757:

Les problèmes concernant les avions seraient extrêmement intéressants pour le public que de parler d’éclats rouges et gris trouvés dans la poussière, surtout quand – même s’il s’agissait de   nano-thermite de bonne foi – ne peut pas expliquer comment les tours jumelles ont été détruites. Qu’aucun des avions du 11 septembre ne se soit réellement écrasé et qu’aucun des passagers à bord ne soit mort est une question entièrement différente, car cela prouve que toute la «guerre contre le terrorisme» était une fabrication.
Trop de membres du mouvement semblent oublier qu’une demi-douzaine ou plus des «pirates de l’air suicidaires» sont revenus vivants et bien portants le lendemain.  Gage n’a non seulement fait aucun des points évidents soulevés ici, mais a laissé entendre que l’avion du 11 septembre était réel. Dans les deux cas, des questions sont soulevées quant à sa compétence ou à son intégrité.

Qui était responsable et pourquoi?

Plus troublant que son incapacité à discuter des avions qui ne se sont pas écrasés – et à laisser entendre qu’ils étaient réels – était son incapacité totale à répondre à des questions simples et directes sur qui et pourquoi. Le 11 septembre date de l’effondrement de l’Union soviétique en 1990-91, qui a laissé le complexe militaro-industriel sans boogie man pour pacifier le public américain en ce qui concerne le «dividende de la paix» qu’il ne verrait jamais et une nouvelle menace à maintenir les milliards des contribuables entrent dans leurs coffres. Cela impliquait une collusion entre la CIA, les néo-conservateurs du ministère de la Défense et le Mossad, où Israël sortirait du 11 septembre comme «le grand gagnant».

Lors des audiences de Vancouver, Susan Lindauer a révélé des informations privilégiées selon lesquelles le 11 septembre était un «travail interne». Elle a servi de liaison entre la CIA et Saddam Hussein, qui était si désireux d’éviter la guerre avec les États-Unis qu’il a proposé d’acheter 1 000 000 de voitures par an pendant les dix prochaines années. Si cela ne suffisait pas, dit-il, faites-en les vingt prochains!  Imaginez où en seraient les États-Unis sur le plan économique si nous avions seulement repris sa proposition? Au lieu de cela, quand Susan a appris des plans pour attaquer l’Irak, elle a protesté vigoureusement auprès du président Bush. Pour avoir franchi cette étape, pour avoir exprimé ses inquiétudes face à l’injustice de tout cela, elle a été harcelée, intimidée, emprisonnée et torturée.

Le 11 septembre a été conçu comme une opération psychologique élaborée pour inculquer la peur au peuple américain afin de le manipuler pour qu’il soutienne l’agenda politique de l’administration Bush / Cheney, qui comprenait l’invasion de plusieurs nations du Moyen-Orient pour provoquer la création d’un nouveau siècle de domination américaine sur le monde pour les 100 prochaines années.

Les preuves étayent la conclusion que le 11 septembre était un «événement de sécurité nationale» qui a été autorisé aux plus hauts niveaux du gouvernement américain – la CIA, la NSA, le Pentagone et la Maison Blanche.

Cela a facilité un renversement de la politique étrangère des États-Unis et des contraintes extraordinaires sur la Constitution des États-Unis, qui ont considérablement accru la centralisation du pouvoir politique au sein de l’exécutif et dominant les pouvoirs législatif et judiciaire du gouvernement.

 

 

 

 

 

 

La création du Département de la sécurité intérieure a été particulièrement inquiétante, où le DHS a maintenant réquisitionné plus de 2 milliards de cartouches de munitions à pointe creuse de calibre .40, ce qui n’est même pas autorisé dans la conduite de la guerre en vertu des Conventions de Genève. Combiné avec plus de 300 camps de la FEMA à travers le pays, chaque Américain devrait s’alarmer des parallèles avec la montée du Troisième Reich en Allemagne avant la Seconde Guerre mondiale.

En tant qu’ancien officier du Corps des Marines, je suis extrêmement inquiet de l’avenir de mon pays, qui est passé de la nation la plus admirée et la plus respectée au monde – avec notre «vaillant allié» au Moyen-Orient, Israël – à être les plus méprisés et vilipendés. D’ici 2014, Richard Gage aurait dû connaître ces choses, ce qui rend son silence à leur sujet d’autant plus révélateur.

 

 

 

 

Document le plus controversé de l’histoire d’Internet: L’histoire cachée de la mafia khazare incroyablement perverse

Entre l’an 100 à l’an 800 après JC – une société incroyablement perverse émerge en Khazarie:
Les Khazars se transforment en une nation dirigée par un roi maléfique, qui pratiquait d’anciennes magies noires babyloniennes, des oligarques occultes lui servaient de cour. Pendant ce temps, les Khazars sont devenus connus par les pays voisins comme des voleurs, des meurtriers, des bandits de grand chemin, qui, après avoir dépouillé et assassiné les voyageurs, prenaient leur  identité, et considéraient cela  comme une pratique professionnelle et un mode de vie normal.
Carte de la Khazarie vers 800.
An 800  – L’ultimatum est livré par la Russie et d’autres pays voisins:
Les dirigeants des nations environnantes, en particulier la Russie, ont eu tant d’années de plaintes de la part de leurs citoyens que, en tant que groupe, ils lancent un ultimatum au roi khazar. Ils envoient un communiqué au roi khazar selon lequel il doit choisir l’une des trois religions abrahamiques pour son peuple, en faire sa religion officielle d’État et exiger que tous les citoyens khazars la pratiquent et doivent socialiser tous les enfants khazars pour qu’ils pratiquent cette foi.
Stèle de Baal au foudre,
trouvée à Ras Shamra (Ougarit)

Le roi khazar a eu le choix entre l’islam, le christianisme et le judaïsme. Le roi khazar a choisi le judaïsme et a promis de respecter les exigences énoncées par la confédération environnante des nations dirigée par le tsar russe. Malgré son accord et sa promesse, le roi Khazar et son cercle restreint d’oligarques ont continué à pratiquer l’ancienne magie noire babylonienne, également connue sous le nom de satanisme secret. Ce satanisme secret impliquait des cérémonies occultes comportant des sacrifices d’enfants, après les avoir «saigné», ils buvaient leur sang et mangeaient leur cœur.

Le secret profond et sombre des cérémonies occultes était qu’elles étaient toutes basées sur l’ancien culte de Baal, également connu sous le nom de culte du hibou. Afin de tromper la confédération des nations dirigées par la Russie qui surveillaient la Khazarie, le roi Khazar a fusionné ces pratiques de magie noire luciférienne avec le judaïsme et a créé une religion hybride satanique secrète, connue sous le nom de talmudisme babylonien.  Cela a constitué la religion nationale de la Khazarie et a nourri le même mal pour lequel la Khazarie était connue auparavant.

Malheureusement, les Khazars ont continué leurs mauvaises voies, volant et assassinant tous les voyageurs des pays voisins qui traversaient la Khazarie. Les voleurs khazars ont souvent tenté d’assumer l’identité de leurs victimes après avoir assassiné ces visiteurs et sont devenus maîtres des déguisements et des fausses identités – une pratique qu’ils ont continué jusqu’à ce jour, ainsi que leurs cérémonies occultes de sacrifice d’enfants, qui sont en fait l’ancien culte de Baal.

 

1200 après JC – La Russie et les nations environnantes en ont assez et agissent:

Vers 1200 après JC, les Russes ont dirigé un groupe de nations entourant la Khazarie et l’ont envahie, afin de mettre fin aux crimes Khazars contre leurs peuples, qui comprenaient l’enlèvement de leurs jeunes enfants et nourrissons pour leurs cérémonies de sacrifice de sang à Baal. Le roi khazar et sa cour intérieure de criminels et de meurtriers sont connus sous le nom de mafia khazare (MK) par les pays voisins.

Les dirigeants khazars avaient un réseau d’espionnage bien développé grâce auquel ils avaient obtenu un avertissement préalable et se sont échappés de Khazarie vers les nations européennes de l’ouest, emportant avec eux leur vaste fortune en or et en argent. Ils se sont regroupés tout en assumant de nouvelles identités. En secret, ils ont continué leur sacrifice satanique de sang d’enfant et leurs rituels de sacrifice et ont fait confiance à Baal pour leur donner le monde entier et toutes ses richesses, comme ils prétendaient qu’il leur avait promis, tant qu’ils continuaient à saigner et à sacrifier des enfants et des nourrissons pour lui.

Le roi Khazar et sa mafia de cour ont comploté une vengeance éternelle contre les Russes et les nations environnantes qui ont envahi la Khazarie et les ont chassés du pouvoir. 

 

La mafia khazar envahit l’Angleterre après avoir été expulsée pendant des centaines d’années:

Pour accomplir leur invasion, ils ont engagé Oliver Cromwell pour assassiner le roi Charles-1 et rendre à nouveau l’Angleterre sûre pour leurs opérations bancaires. Cela a commencé les guerres civiles anglaises qui ont fait rage pendant près d’une décennie, entraînant un régicide de la famille royale et des centaines de personnes de la véritable noblesse anglaise. C’est ainsi que la City de Londres a été érigée en capitale bancaire de l’Europe et a lancé le début de l’Empire britannique.

Sur le site Web de David Icke http://www.davidicke.com. David Icke a été le premier à exposer courageusement les Rothschild publiquement devant des centaines. Cela, bien sûr, fait de lui un héros international et nous avons besoin de plus avec son genre de courage pour briser la dissimulation cachant la mafia khazar et mettre fin à leur pouvoir illégitime dans le monde. 

La mafia khazar (MK) décide d’infiltrer et de détourner toutes les banques mondiales en utilisant la magie noire babylonienne, également connue sous le nom de magie-argent babylonienne ou l’art secret de gagner de l’argent à partir de rien, en utilisant également le pouvoir de l’usure pernicieuse pour accumuler des intérêts:

La MK a utilisé sa vaste fortune pour entrer dans un nouveau système bancaire, basé sur la magie noire secrète de la magie noire de Babylone qu’ils prétendaient avoir apprise des mauvais esprits de Baal, en échange de leurs nombreux sacrifices d’enfants.

Cette magie de l’argent babylonienne impliquait la substitution de certificats de crédit papier aux dépôts d’or et d’argent, ce qui permettait aux voyageurs de voyager avec leur argent sous une forme qui offrait un remplacement facile s’ils perdaient les certificats ou les faisaient voler.

Il est intéressant de voir comment le problème même qui a été lancé par les Khazars avait également une solution fournie par eux. Finalement, le roi khazar et sa petite cour environnante ont infiltré l’Allemagne avec un groupe qui a choisi le nom «les Bauers» de l’Allemagne pour les représenter et poursuivre leur système du mal alimenté par Baal. Les Bauers du Bouclier Rouge, qui représentaient leurs sacrifices d’enfants secrets à base de sang, ont changé leur nom en Rothschild (alias «l’enfant du rocher, Satan»).

 

Les Rothschild en tant que pionniers de la mafia khazar (MK) s’infiltrent et détournent les banques britanniques, puis détournent toute la nation anglaise:

Bauer / Rothschild a eu cinq fils qui se sont infiltrés et ont pris le contrôle des banques européennes et du système bancaire central de la ville de Londres par le biais de diverses opérations secrètes astucieuses, y compris un faux rapport de Napoléon gagnant contre les Britanniques, alors qu’il a perdu. Cela a permis aux Rothschild d’utiliser la fraude et la tromperie pour voler la richesse de la noblesse anglaise et de la noblesse foncière, qui avait fait des investissements commerciaux avec les institutions bancaires de la City de Londres.

Les Rothschild ont mis en place un système bancaire privé Fiat spécialisé dans la fabrication de monnaie contrefaite à partir de rien – facturant une usure pernicieuse pour le peuple britannique, en utilisant ce qui aurait dû être son propre argent.

C’était l’art noir de la magie de l’argent babylonienne; ils ont affirmé aux initiés que cette technologie et ce pouvoir d’argent secret leur avaient été fournis par Baal, en raison de leurs fréquentes saignements d’enfants et de leurs sacrifices rituels à Baal.

Une fois qu’ils ont infiltré et détourné le système bancaire britannique, ils se sont croisés avec les Royals britanniques et ont infiltré et complètement détourné toute l’Angleterre et toutes ses grandes institutions. Certains experts pensent que les Rothschild ont génocidé les membres de la famille royale en organisant des reproductions illicites et adultères gérées secrètement avec leurs propres hommes Khazars afin de remplacer les Royals par leurs propres prétendants au trône.

 

La mafia khazar (MK) mène un effort international pour éradiquer les rois qui gouvernent par le droit divin :

Parce que la MK prétend avoir un partenariat personnel avec Baal (alias le Diable, Lucifer, Satan) en raison de leurs sacrifices envers lui. Ils détestent tous les rois qui gouvernent sous l’autorité de Dieu Tout-Puissant parce que la plupart se sentent responsables de s’assurer que leur propre peuple est protégé contre les infiltrés et les «ennemis traîtres dans les portes».

Dans les années 1600, la MK assassine les Royals britanniques et les remplace par leurs propres faux. Dans les années 1700, ils assassinent les Royals français. Juste avant la Première Guerre mondiale, ils assassinent l’archiduc autrichien Ferdinand pour lancer la Première Guerre mondiale. En 1917, ils ont rassemblé leur armée de la MK, les bolcheviks, et infiltré et détourné la Russie, assassinent le tsar et sa famille de sang-froid, baïonnette sa fille préférée à travers la poitrine et volent tous les trésors russes d’or, d’argent et d’art. Juste avant la Seconde Guerre mondiale, ils assassinent les Royals autrichiens et allemands. Ensuite, ils se débarrassent des Royals chinois et affaiblissent le dirigeant japonais.

La haine intense de la mafia khazar pour quiconque professait la foi en un Dieu autre que leur dieu Baal les a motivés à assassiner les rois et la royauté et à s’assurer qu’ils ne pourront jamais régner. Ils ont fait la même chose avec les présidents américains – en menant des opérations secrètes sophistiquées pour les affaiblir.

Si cela ne fonctionne pas, la MK les assassine, comme ils l’ont fait pour McKinley, Lincoln et JFK. La MK veut éliminer tous les dirigeants forts ou les élus qui osent résister à leur pouvoir babylonien de la magie de l’argent ou à leur pouvoir secret obtenu grâce au déploiement de leur réseau de compromis humain.

 

Les Rothschild créent le trafic international de stupéfiants pour le compte de la MK:

Les Rothschild dirigèrent alors secrètement l’Empire britannique et élaborèrent un plan diabolique pour récupérer les immenses quantités d’or et d’argent que les Britanniques avaient payées à la Chine pour sa soie et ses épices de haute qualité qui n’étaient disponibles nulle part ailleurs.

Les Rothschild, par le biais de leur réseau d’espionnage international, avaient entendu parler de l’opium turc et de ses caractéristiques d’accoutumance. Ils ont déployé une opération secrète pour acheter de l’opium turc et le vendre en Chine, infectant des millions de personnes avec une mauvaise habitude de l’opium qui a ramené de l’or et de l’argent dans les coffres des Rothschild, mais pas au peuple britannique.

Les addictions à l’opium créées par les ventes d’opium des Rothschild à la Chine ont tellement nui à la Chine que la Chine est entrée en guerre à deux reprises pour l’arrêter. Ces guerres étaient connues sous le nom de rébellions des boxeurs ou de guerres de l’opium.

L’argent que les Rothschild gagnaient de la vente d’opium était si vaste qu’ils devinrent encore plus dépendants de l’argent facile que les opiacés ne l’étaient à l’opium.

Les Rothschild étaient la source de financement derrière l’établissement des colonies américaines, en incorporant la Compagnie de la Baie d’Hudson et d’autres sociétés commerciales pour exploiter le Nouveau Monde des Amériques. Ce sont les Rothschild qui ont ordonné l’extermination et le génocide massifs des peuples indigènes d’Amérique du Nord pour permettre l’exploitation des vastes ressources naturelles du continent.

Les Rothschild ont également suivi le même modèle commercial dans les Caraïbes et dans le sous-continent asiatique de l’Inde, entraînant le meurtre de millions d’innocents.

Les Rothschild lancent la traite internationale des esclaves, une entreprise qui considérait ces humains kidnappés comme de simples animaux – une vision que les Khazars imposeraient à tous les peuples du monde qui ne faisaient pas partie de leur cercle pervers, que certains appelaient la «vieille noblesse noire». »:

Le prochain grand projet des Rothschild était de lancer la traite mondiale des esclaves, en achetant des esclaves à des chefs de tribus tordus en Afrique qui ont travaillé avec eux pour kidnapper des membres de tribus concurrentes pour les vendre comme esclaves.

Les marchands d’esclaves Rothschild ont ensuite emmené ces esclaves kidnappés sur leurs navires dans des cellules exiguës en Amérique et dans les Caraïbes où ils ont été vendus. Beaucoup sont morts en mer à cause de mauvaises conditions. 

Les banquiers Rothschild ont appris très tôt que la guerre était un excellent moyen de doubler leur argent en peu de temps en prêtant de l’argent aux deux parties en guerre. Mais pour être garantis des recouvrements, ils devaient faire adopter des lois fiscales qui pouvaient être utilisées pour forcer le paiement.

Les Fiat Counterfeit Banksters privés de la MK Rothschild complotent une vengeance éternelle contre les colons américains et la Russie qui les ont aidés à perdre la guerre révolutionnaire:

Lorsque les Rothschild ont perdu la Révolution américaine, ils ont blâmé le tsar russe et les Russes pour avoir aidé les colons en bloquant les navires britanniques.

Ils ont juré de se venger éternellement des colons américains, tout comme ils l’avaient fait lorsque les Russes et leurs alliés ont écrasé la Khazarie en 1000 après JC.

Les Rothschild et l’oligarchie anglaise qui les entouraient ont tracé des moyens de reprendre l’Amérique, et cela est devenu leur principale obsession.

Leur plan préféré est de créer une banque centrale américaine, mettant en vedette la magie de l’argent babylonienne et la contrefaçon secrète.

La MK Rothschild tente de reprendre l’Amérique en 1812 au nom de la mafia khazar mais échoue, encore une fois à cause de l’ingérence russe:

Cet échec a rendu furieux la MK Rothschild, et ils complotent une fois de plus une vengeance éternelle contre les Russes et les colons américains et prévoient d’infiltrer et de détourner les nations et la bande d’actifs, tyranniser puis assassiner en masse les deux nations et leur population.

Les tentatives de la MK de créer une banque centrale américaine privée sont bloquées par le président Andrew Jackson, qui les a qualifiées de sataniques et a juré de les expulser par la grâce et la puissance du Dieu Tout-Puissant.

Les banksters Rothschild se regroupent et poursuivent leurs tentatives secrètes d’installer leur propre banque babylonienne de magie de l’argent en Amérique.

Enfin, en 1913, la Rothschild MK réussit à établir une tête de pont majeure en Amérique – et un ennemi maléfique de tous les Américains entre par les portes de l’Amérique:

En 1913, le Rothschild MK a réussi à établir une tête de pont en soudoyant des membres tordus et traîtres du Congrès pour qu’ils adoptent la loi illégale et inconstitutionnelle de la Réserve fédérale la veille de Noël sans quorum requis. La loi a ensuite été signée par un président tordu, racheté, qui était un traître à l’Amérique, comme les membres du Congrès qui ont voté pour.

La MK Rothschild crée alors un système fiscal illégal en Amérique:

La MK a mis en place un système fiscal illégal et inconstitutionnel, afin de s’assurer que les Américains devraient payer pour des dépenses de haut niveau du gouvernement américain, approuvées par un Congrès et des marionnettes présidentielles tordus et rachetés, mis en place par une campagne corrompue de la MK la finance.

Il est facile pour la MK de recueillir suffisamment d’argent pour élire qui il veut parce que lorsque vous contrôlez une banque qui est un contrefacteur majeur secret, vous avez tout l’argent que vous désirez. À peu près au moment où ils ont créé leur système fiscal illégal en Amérique, ils ont également soudoyé des membres du Congrès pour qu’ils approuvent l’Internal Revenue Service, qui est leur agence de recouvrement privée constituée à Porto Rico.

Peu de temps après, ils ont créé le Federal Bureau of Investigation pour protéger leurs banquiers, répondre à leurs besoins de camouflage et les empêcher d’être poursuivis pour leurs rituels de sacrifices d’enfants, leurs réseaux de pédophiles; et pour servir également d’opération secrète d’Intel en leur nom.

Notez que le FBI n’a pas de charte officielle, selon la Bibliothèque du Congrès, et n’a pas le droit d’exister ou d’émettre des chèques de paie.

La MK Rothschild a déployé la révolution bolchevique en Russie pour imposer une vengeance incroyablement sauvage et sanglante sur des Russes innocents, qu’ils avaient planifiée pendant de nombreuses années, depuis la destruction de la Khazarie: 

La MK Rothschild a pré-organisé et conçu la Révolution russe en utilisant ses banques centrales pour payer l’infiltration bolchevique de la Russie et leur révolution au nom de la mafia Khazar (MK).

Les bolcheviks ont en fait été créés et déployés par la mafia khazar (MK) comme la partie essentielle de leur vengeance planifiée depuis longtemps sur le tsar russe et le peuple russe innocent pour avoir brisé la Khazarie en environ 1000 après JC pour ses vols, meurtres et vols d’identité répétés. des voyageurs des pays entourant la Khazarie. Ce fait peu connu explique l’extrême violence exercée contre la Russie comme une vengeance de longue date par la mafia khazarienne contrôlée par les Rothschild (MK). [/ Caption]

Dans une effusion de sang sauvage et inhumaine bien planifiée qui a assommé le monde, les bolcheviks se sont déchaînés en pleine fureur au nom de la MK pour se venger des Russes. Cela avait été planifié depuis la destruction de la Khazarie.

Les bolcheviks, sous la direction de la MK Rothschild, ont violé, torturé et assassiné en masse environ 100 millions de Russes, dont des femmes, des enfants et des nourrissons. Certaines des tortures et effusions de sang étaient si extrêmes que nous n’allons pas les mentionner ici dans cet article.

Mais les lecteurs qui veulent savoir peuvent faire des recherches approfondies sur Internet sur la «Terreur rouge» ou le «Bolchevik Cheka» ou regarder le film classique « The Checkist (1992) »».

La mafia khazarienne Rothschild (MK) a une fois de plus infiltré et détourné tout le judaïsme:

La MK Rothschild a créé un plan directeur pour contrôler tout le judaïsme et la maîtrise de l’esprit judaïque. La MK Rothschild a détourné le judaïsme, l’a modelé sur le talmudisme babylonien (luciférisme ou satanisme), et a pris le contrôle des professions bancaires et de Wall Street en général, le Congrès, les principaux médias de masse; avec la plupart des richesses et des moyens économiques de succès.

Ainsi, la MK Rothschild pourrait distribuer la richesse et le succès aux judaïques qui buvaient leur Kool-aide et les utilisaient comme découpages, actifs et Sayanims. De cette manière, les Rothschild ont détourné le judaïsme.

Leur financement de la Knesset israélienne et sa construction en utilisant l’architecture occulte franc-maçonne ont montré leur engagement envers le talmudisme occulte et babylonien et tout le mal qui l’accompagne, y compris le sacrifice d’enfants à leur dieu secret Baal. Ils ont mis en place un système du NOM appelé le sionisme mondial qui a enseigné et inculqué aux judaïques sensibles une illusion de groupe paranoïaque de supériorité raciale, qui supposait que tous les Gentils avaient l’intention d’assassiner en masse tous les judaïques.

L’architecture de la franc-maçonnerie a été utilisée dans le bâtiment de la Knesset et de la Cour suprême israélienne vue à travers les fenêtres. [/ Caption]

Ils ont appelé cette illusion judaïque de masse racialement paranoïaque de conquête du monde, «le sionisme mondial», qui est en réalité une forme de talmudisme babylonien ou de luciférisme secret qui était inconnue des judaïques traditionnels. Le système a été conçu pour utiliser les judaïques comme couverture, mais aussi pour les oindre avec le pouvoir de l’argent babylonien, afin de les utiliser comme découpages, et pour être plus tard sacrifié à Lucifer en deux étapes.

La première étape serait la Seconde Guerre mondiale prévue dans les camps de travail nazis, coupés des fournitures, entraînant la mort d’environ 200000 judaïques de faim et de maladie, ainsi que d’environ 90000 détenus non judaïques des mêmes causes, selon un responsable respecté de la Croix-Rouge. Les figures. Ce nombre représente 5% de ce que prétend la mafia khazar (alias les sionistes du monde).

Le deuxième grand sacrifice serait un dernier, lorsque leur roi luciférien du Nouvel Ordre Mondial serait placé au pouvoir, et lorsque les trois religions abrahamiques seraient éradiquées – en particulier le judaïsme, qui serait blâmé pour toutes les guerres et la destruction du monde.

D’ici là, les Rothschild se transformeraient à nouveau en une nouvelle identité complète non associée au judaïsme sous aucune forme, pas même au sionisme mondial.

Il est important de réaliser que la MK Rothschild a réduit l’Allemagne à néant après la Première Guerre mondiale, a créé un vide pour le fascisme, puis l’a reconstruit, créant le nazisme et installant Hitler comme une contre-force à leur bolchevisme russe.

Hitler est devenu un problème pour la MK quand il s’est libéré et a commencé à agir dans l’intérêt du peuple allemand et du peuple libre du monde, et a développé son propre système bancaire libre des Rothschild.

Hitler a introduit un système financier exempt d’usure et bénéfique pour la classe ouvrière. Cela exigeait la destruction totale de l’Allemagne et du peuple allemand parce que les Rothschild et les Khazars ne pouvaient jamais permettre à un système économique qui ne dépendait pas de l’usure d’exister.

On voit la même chose aujourd’hui avec la guerre des Khazars contre l’Islam parce que l’Islam interdit l’usure. C’est pourquoi Israël est si vocal et agressif pour détruire le peuple islamique du monde.

La MK s’attendait à ce que ce soit une grande Seconde Guerre mondiale et quand ils soutenaient les deux côtés, cela pourrait être utilisé pour industrialiser le monde entier et maximiser leur pouvoir monétaire de banquier.

La MK Rothschild a ensuite soudoyé et incité les membres du Congrès à envoyer des soldats américains à leur stade préparatoire et a conçu la Première Guerre mondiale:

Dans le prolongement de leur modèle éprouvé de financement des deux côtés dans toute guerre pour maximiser les profits, de l’acquisition de plus de fonds fiscaux fédéraux et d’un pouvoir international accru, les Khazars Rothschild ont une fois de plus soudoyé, fait chanter et incité les membres du Congrès à déclarer la guerre à l’Allemagne. en 1917.

Cela a été facilité par une attaque sous fausse bannière de la MK avec le naufrage du Lusitania.

La MK Rothschild a depuis développé le modèle habituel de mise en scène secrète d’attaques sous faux drapeau comme procédure opérationnelle standard pour inciter les Américains à mener des guerres pour la mafia khazar.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Rothschild MK a déployé la guerre froide et l’a utilisé comme excuse pour amener des scientifiques nazis et des experts du contrôle de l’esprit en Amérique dans le cadre de l’opération Paperclip.

Cela leur a permis de mettre en place un système mondial d’espionnage et d’espionnage qui dépassait de loin tous leurs efforts antérieurs.

Dans le cadre de ce nouveau système, ils continuent d’infiltrer et de détourner toutes les institutions américaines, y compris les divers systèmes religieux américains, la franc-maçonnerie (en particulier le rite écossais et le rite York), l’armée américaine, Intel américain et la plupart des entrepreneurs privés de défense, le pouvoir judiciaire et la plupart agences du gouvernement américain, y compris la plupart des gouvernements des États, ainsi que les deux principaux partis politiques.

La MK Rothschild installe des camps de travail nazis comme prétexte pour manipuler plus tard les Alliés afin qu’ils leur accordent leur propre colonie privée en Palestine, en utilisant des terres volées aux Palestiniens:

La MK Rothschild a pu utiliser son soi-disant « holocauste » mal étiqueté pour servir de déclencheur de contrôle mental pour contrecarrer et résister à toute critique de leurs manières sionistes.

La vérité est que la MK Rothschild a mis en place les camps de travail nazis pour faire d’énormes profits pour leurs entreprises qui géraient leurs camps de travail et fournissaient leur machine de guerre nazie.

Une fois que les Rothschild MK ont gagné leur propre patrie privée en Israël en 1947 grâce à leurs manipulations politiques secrètes, ils ont commencé à voir secrètement toute la Palestine comme leur nouvelle Khazarie et ont commencé à comploter comment génocide tous les Palestiniens et voler toute la Palestine pour eux-mêmes. Leurs plans incluent leur fantasme de construire un «grand Israël» en prenant le contrôle de tout le Moyen-Orient et en manipulant les stupides Goyim américains pour qu’ils se battent et meurent en leur nom, prenant toutes les terres arabes pour Israël et la mafia Khazar (MK), afin qu’ils puissent des actifs dépouillent leur richesse et leurs ressources naturelles, en particulier leur pétrole brut.

Une récente recherche génétique de Johns Hopkins, revue par des pairs, menée par un médecin judaïque respecté montre que 97,5% des judaïques vivant en Israël n’ont absolument aucun ADN hébreu ancien, ne sont donc pas des Sémites et n’ont aucun lien de sang ancien avec la terre de Palestine. En revanche, 80% des Palestiniens portent un ancien ADN hébreu et sont donc de vrais Sémites, et ont d’anciens liens de sang avec la Terre palestinienne. Cela signifie que les véritables antisémites sont les Israéliens qui volent les terres palestiniennes pour construire des colonies israéliennes, et ce sont les Israéliens qui tyrannisent et assassinent en masse des Palestiniens innocents.

Rothschild passe sa dynastie à la 7e génération, marquant 200 ans de règle de la famille des banquiers

La MK Rothschild décide de se métamorphoser à nouveau et d’élargir ses rangs:

Entre-temps, les Rothschild MK ont réalisé qu’ils ne pourraient pas rester cachés plus longtemps du public à moins qu’ils ne se métamorphosent à nouveau et élargissent leur leadership secret.

Ils ont donc travaillé dur pour infiltrer et détourner davantage la franc-maçonnerie et ses ramifications secrètes et ont intronisé les principaux membres dans leur réseau pédophile et leurs rituels de sacrifice d’enfants.

En outre, des membres clés du Congrès ont été intronisés dans leur réseau satanique secret en leur donnant un pouvoir spécial, des positions élevées au sein du gouvernement américain, de l’armée et d’Intel, accompagnées de grandes récompenses monétaires et d’un statut élevé. Des fronts d’espionnage massifs de la MK utilisant la double nationalité israélo-américaine «israélienne d’abord» comme découpages ont été mis en place en Amérique pour canaliser la fausse monnaie des banquiers khazars vers les politiciens pour leurs campagnes électorales, afin de les posséder et de les contrôler lorsqu’ils sont élus.

La MK Rothschild décide de Mind-kontrôler les masses américaines pour qu’il soit beaucoup plus facile de les manipuler afin qu’elles approuvent leurs guerres perpétuelles illégales, inconstitutionnelles, non déclarées, non gagnables et nécessaires pour faire d’énormes profits et gagner plus de puissance mondiale:

La MK Rothschild a décidé de prendre le contrôle complet de toute l’éducation publique en créant le ministère de l’Éducation et en créant des programmes mondialistes et socialistes basés sur le politiquement correct, la diversité et les enseignements «perversion est normal». Du fluor est ajouté à l’eau et au dentifrice publics, et les dentistes sont convaincus que le fluor empêche les caries et n’est pas nocif pour le fonctionnement du cerveau ou de la thyroïde, ce qu’il est.

L’ajout de fluorure à l’approvisionnement public en eau et au dentifrice a pour effet d’alourdir les Américains en abaissant en moyenne le QI opérationnel et en rendant les gens beaucoup plus dociles qu’ils ne le seraient normalement. Des programmes visant à développer et à déployer des vaccins pour les enfants stupides et à créer un grand nombre de futurs problèmes de santé chroniques ont été lancés.

Les médecins ont été contrôlés par l’esprit et induits en erreur par des recherches biaisées qui ont été triées sur le volet, ignorant toutes les études qui étaient négatives – et qui incluaient la plupart d’entre elles. Toutes les lignées cellulaires du vaccin sont contaminées par le SV-40, un virus cancérigène à action lente connu.

La MK a utilisé son pouvoir monétaire pour prendre le contrôle de  toutes les écoles de médecine allopathiques, et a créé et contrôlé l’American Medical Association et d’autres sociétés médicales, afin de s’assurer que leur programme basé sur le mensonge et la tromperie était poursuivi.

Une partie de ce plan massif pour abattre et contrôler l’esprit des masses américaines était le rachat par la MK et la consolidation de tous les médias de masse américains en six grands médias contrôlés (CMMM), détenus et contrôlés par leurs découpages en leur nom. La CMMM fonctionne comme un cartel d’information illégal, et elle devrait être démantelée en vertu des lois antitrust et pour avoir infligé l’espionnage et la propagande illégale comme arme de guerre contre le peuple américain.

Les chefs de la MK Rothschild décident qu’il est temps d’utiliser l’Amérique pour achever leur démantèlement final et leur occupation du monde entier en instituant une attaque majeure sous faux drapeau en Amérique pour blâmer les islamiques qu’ils veulent que l’Amérique attaque à tort en leur nom. :

Ainsi, les Chefs de la MK utilisent leurs meilleurs citoyens binationaux israélo-américains «Israéliens d’abord» vivant en Amérique (alias les PNACers et les meilleurs NeoCon Cutouts) pour planifier une attaque nucléaire majeure sur l’Amérique le 11 septembre 2001.

Bibi Netanyahu, le chef opérationnel de la MK, a  déployé le Mossad et ces doubles citoyens pour mettre en place et instituer cette attaque contre l’Amérique  qui devait être imputée par la CMMM aux musulmans.

Ils ont informé leurs principaux rabbins et «Amis du sionisme mondial» de ne pas voler ce jour-là et de rester en dehors de New York, tout comme «Larry Silverfish», l’un des principaux hommes impliqués dans l’opération.

Ils ont utilisé leur découpe principale dans le DOD pour attirer les enquêteurs de Able Danger vers la salle de réunion Pentagon Naval Intel, où ils seraient assassinés par un missile de croisière Tomahawk tiré d’un sous-marin diesel de classe Dolphin israélien acheté à l’Allemagne.

Trente-cinq des enquêteurs Able Danger qui enquêtaient et suivaient le vol israélien de 350 puits nucléaires désaffectés W-54 Davy Crockett hors de la porte dérobée à Pantex au Texas ont été assassinés par ce coup de Tomahawk, qui a été chronométré avec l’explosion de bombes pré -planté dans l’aile Naval Intel, qui a été récemment durcie en vain.

La société écran du Mossad israélien, Urban Moving Systems, a été utilisée pour transporter les mini-armes nucléaires fabriquées à partir des puits nucléaires volés W-54 de Pantex (et fabriquées à l’origine à l’usine de traitement de Hanford), où elles étaient stockées à l’ambassade d’Israël à New York. et transporté aux tours jumelles pour la détonation le 9-11-01.

Baal alias Moloch, Lucifer, Satan. Faites votre choix, c’est le même esprit pervers qui veut assassiner en masse tous les humains. En échange de son «sale boulot», il récompense ceux qui lui permettent d’arracher leur âme en leur donnant des richesses, une renommée et un pouvoir incroyables. C’est le contrat de sang secret appelé «vendre son âme».

Le programme secret incroyablement maléfique de la mafia khazarienne (MK) est maintenant révélé publiquement pour la toute première fois par Gordon Duff, de Veterans Today. Nous savons maintenant que Bibi Netanyahu a mené l’attaque nucléaire contre l’Amérique le 11 septembre 2001 et l’a fait comme un agenda global de la mafia khazar (MK).

Accrochez-vous à votre chaise, c’est un très grand secret et explique une grande partie de ce qui se passe en Amérique, le tout causé par Israël et la mafia Khazariane (MK) qui a infiltré presque toutes les institutions gouvernementales et sociales américaines.

Maintenant, pour la toute première fois, le secret très spécifique de l’Agenda incroyablement maléfique de la mafia khazarienne (MK) va être révélé, grâce à une interview que Mike Harris a eue avec le rédacteur en chef et directeur de Veterans Today, Gordon Duff, dans son émission-débat «The Extrémité courte du bâton »sur 3-10-15.

J’ai entendu beaucoup de secrets d’initiés choquants au fil des ans, mais celui-ci prend vraiment le gâteau et explique exactement ce qu’Israël et ses serviteurs en Amérique ont été pour nous au nom de la mafia Rothschild Khazarian (MK) qui a foiré presque tous les aspects de nos vies à créer une économie pauvre, beaucoup de chômage et de sous-emploi, des crimes massifs, de l’alcoolisme et de la drogue, des écoles foutues qui abasourdissent les enfants, divers programmes d’eugénisme comme le fluorure dans l’eau publique et le dentifrice, et le mercure dans les vaccins qui sont un gros fraude et corruption politique endémique.

Cette interview envoie maintenant des ondes de choc dans le monde entier et lorsque vous considérez le contenu que Gordon Duff a divulgué pour la première fois publiquement, vous serez choqué. Et vous comprendrez que Bibi Netanyahu est le chef opérationnel de la mafia khazar (MK) et a été celui qui a ordonné et supervisé l’attaque nucléaire israélienne sur l’Amérique le 9-11-01.

Dans cette interview, Gordon Duff a révélé à partir d’une transcription écrite de ce qui a été dit lors d’une réunion entre Bibi Netanyahu et un traître américain et d’autres espions en 1990. Gordon Duff a révélé que Netanyahu était un espion du KGB comme Jonathan Pollard. Et nous savons maintenant qu’Israël a commencé comme un satellite de la Russie bolchevique et qu’il était assez mécontent de la chute de l’Union soviétique.

Benjamin Netanyahu se réunissait au bar Finks à Jérusalem, un abreuvoir bien connu du Mossad. Voici ce qu’il a dit  tiré directement de la transcription de l’enregistrement  qui a été témoin et qui a été entièrement authentifié à 100%:

 » Si nous nous faisons prendre, ils nous remplaceront simplement par des personnes du même tissu. Donc, peu importe ce que vous faites, l’Amérique est un veau d’or et nous le sucerons, le hacherons et le vendrons pièce par pièce jusqu’à ce qu’il ne reste plus que le plus grand État providence du monde que nous créerons et contrôlerons. . Pourquoi? Parce que c’est la volonté de Dieu et que l’Amérique est assez grande pour prendre sans broncher tous nos coups afin que nous puissions le faire encore, encore et encore. C’est ce que nous faisons aux pays que nous détestons. Nous les détruisons très lentement et les faisons souffrir pour avoir refusé d’être nos esclaves . »

C’est exactement ce que la mafia Rothschild Khazarian (MK) fait à l’Amérique depuis qu’elle a réussi à infiltrer et à détourner l’Amérique en 1913. La connaissance de ce que Bibi a dit au nom de la Mafia Rothschild Khazarian (MK) devrait nous rendre tous furieux et motivés à chasser ces créatures maléfiques d’Amérique et reprendre notre grande République.

Lorsque Bibi Netanyahu mentionne la volonté de Dieu, le dieu auquel il faisait allusion est Baal (également connu sous le nom de Grand Hibou ou Moloch), le dieu que ces Khazariens croient les oblige à l’adorer par des effusions de sang constantes et des sacrifices humains douloureux et des meurtres de masse et que si ils «vendent leurs âmes» à Baal (alias Lucifer ou Satan). Ils seront récompensés par des richesses incroyables, une renommée et une grande puissance. Lorsqu’ils «vendent leurs âmes», ce qui se passe réellement, c’est que leurs âmes sont arrachées et qu’ils deviennent inhumains ou sans âme et prennent les caractéristiques de Baal, c’est-à-dire qu’ils deviennent de plus en plus psychopathes et méchants.

Ce dont parlait Bibi Netanyahu était la prochaine attaque nucléaire contre l’Amérique le 11 septembre 2001, et quand il a mentionné «ils vont simplement nous remplacer», il faisait référence au Cercle des Douze supérieur, le groupe auquel il répond au propre chroniqueur de Veterans Today. et l’animateur de talk-show Stew Webb a révélé au monde en identifiant 11 des 12 qui se disent les «Illuminati» ou «Disciples de Satan». Ces hommes font des sacrifices d’enfants semi-annuels à Denver et mangent le cœur des enfants, boivent leur sang après les avoir pédophiles.

Folks, nous devons transmettre cette information à tous ceux que nous pouvons, puis unir et chasser ces écumes adoratrices de Baal sans âme de tous les coins et recoins de l’Amérique et les traduire en justice et en jugement final pour tout leur mal incroyable.

Quiconque comprend ce que Bibi Netanyahu pense des Américains comme un veau d’or à la dépouille des actifs et au massacre devrait être enragé et conduit à l’organisation communautaire et à l’action politique contre l’espionnage israélien en Amérique par le biais du système de réserve fédérale, de l’AIPAC, de la JINSA, du Defense Policy Board, le CFR et autres.

La MK Rothschild planté a 25 armes nucléaires dans les grandes villes américaines et d’autres grandes villes d’Europe afin de faire chanter les gouvernements « associés ». Cette opération de chantage nucléaire est appelé leur option Samson, et a été découverte et divulguée pour la première fois par Seymour Hersh:

La MK Rothschild a également obtenu des ogives S-19 et S-20 d’un membre corrompu du Congrès chargé d’acheter des Mirv ukrainiens au nom de l’USG afin de les mettre hors service. Au lieu de cela, il les a vendus aux Israéliens et a partagé l’argent avec d’autres membres clés du Congrès impliqués.

Il s’agit d’une haute trahison et d’une infraction capitale passible de peine de mort. Juste après leur attaque contre l’Amérique, la MK Rothschild a déclaré à l’administration américaine qu’ils feraient exploser des armes nucléaires de la taille d’un buster dans certaines villes américaines, y compris Washington DC, si l’administration refusait d’autoriser Israël à créer sa propre force d’occupation policière en Amérique, basé sur la consolidation de toutes les forces de l’ordre  américains sous un contrôle central israélien.

Cette nouvelle force d’occupation israélienne appelée Homeland Security (DHS) était initialement dirigée par des doubles citoyens et des pervers. L’ancienne directrice du DHS, Janet Napolitano est poursuivie pour harcèlement sexuel d’hommes travaillant au DHS à qui elle a ordonné de déplacer leurs bureaux dans les toilettes pour hommes.

Le traître à double nationalité Michael Chertoff, (un nom traduit du russe par «fils du diable»), était le cerveau criminel qui a créé le DHS, avec l’ancien chef de la Stasi est-allemande, Marcus Wolfe, qui a été embauché comme consultant spécial et mourut mystérieusement dès que sa mission fut accomplie.

Les Rothschild MK n’ont jamais pensé qu’ils seraient exposés pour leur attaque nucléaire contre l’Amérique du 11 sept 2001, mais ils ont commis l’une des plus grandes erreurs tactiques de l’histoire et ont surjoué  d’un excès d’orgueil, basé sur un succès trop facile en raison de leur pouvoir monétaire extrême .

Bientôt toute l’Amérique saura que Bibi Netanyahu et son parti crypto-nazi, le Likoud ont organisé l’attaque contre l’Amérique le 11 septembre 2001 au nom de la MK Rothschild:

Ils pensaient qu’ils avaient un contrôle total sur tous les médias et qu’ils pouvaient empêcher que l’enquête secrète de l’AIEA et de Sandia Labs ne soit jamais rendue publique.

Ils ont commis une grave erreur tactique parce que maintenant la vérité sur leur rôle dans l’attaque du 11 septembre 2001 contre l’Amérique est publiée sur l’Internet mondial , la nouvelle presse mondiale Gutenberg. Ce que la MK Rothschild n’a pas compris, c’est la puissance d’Internet et comment les pépites de vérité publiées et diffusées sur celui-ci résonnent avec les peuples du monde et se propagent comme une traînée de poudre, à la vitesse de la lumière. La vérité est diffusée partout dans les masses.

Cette incroyable erreur tactique de la MK est si grande qu’elle les condamnera en fait à l’exposition complète et à la destruction complète qu’ils méritent. L’ordre de Bibi Netanyahu de poursuivre et de lancer l’attaque nucléaire contre l’Amérique le 11 septembre 2001 restera dans l’histoire comme l’une des plus grandes erreurs de la MK, et celle qui sera blâmée pour leur dénonciation et destruction par le monde qui est maintenant en gangs contre eux.

Les Russes ont maintenant divulgué les fichiers de l’AIEA et de Sandia Labs et Able Danger qui leur ont été remis par Edward Snowden. Bientôt, tous ces fichiers seront fournis à tous les Américains et dans le monde via Internet, et cela ne peut pas être arrêté.

Un certain nombre de Russes au haut commandement militaire en Russie et aux plus hautes positions de direction du gouvernement russe se rendent compte que c’est la même Cabale du crime organisé qui a organisé les Khazars en bolcheviks pour assassiner en masse 100 millions de Russes innocents – et ces hommes veulent un remboursement.

C’est pourquoi ils s’assurent que les banquiers Rothschild seront mis à la faillite, ce qui décapitera la mafia Khazariane de sa masse monétaire illimitée et sans fin. C’est pourquoi la BRICS Development Bank a été créée – pour remplacer le Petro Dollar américain en tant que monnaie de réserve mondiale, mais celui-ci, contrairement au Petro Dollar américain, est soutenu par de l’or, de l’argent et des matières premières réelles, sans contrefaçon autorisée.

La CMMM échoue, et la plupart des Américains ne croient plus à aucune de leurs histoires nationales aux heures de grande écoute, en particulier les moins de trente ans, qui choisissent des faits sur Internet et construisent leurs propres croyances.

Tant d’internautes rejettent maintenant la CMMM que la vérité sur l’attaque des Israéliens contre l’Amérique le 11 septembre 2001 devient de plus en plus facile à croire chaque jour. Bientôt, toute l’Amérique dominante saura que Bibi Netanyahu, son Mossad et sa double nationalité ont commis l’attaque du 11 septembre 2001 contre l’Amérique.

Le haut commandement militaire américain sait que Bibi Netanyahu a ordonné à son Mossad et aux Américano-israéliens  d’attaquer l’Amérique à l’aide d’armes nucléaires le 11 septembre 2001 au nom de la mafia Rothschild Khazarian (MK):

Diverses opérations secrètes de couverture profonde sont actuellement déployées dans le monde entier pour exposer et décapiter la MK Rothschild de leur masse monétaire sans fin et élastique.

Leurs jours de pouvoir anti-humain sont désormais limités. L’équipe américaine secrète, incroyablement bien entraînée, appelée les «Nuclear Snake-Eaters», travaille désormais d’arrache-pied pour rechercher toutes les valises diplomatiques et expéditions israéliennes entrantes; conduire et survoler les synagogues et les ambassades israéliennes et les refuges du Mossad avec des détecteurs de neutrons gamma et hélium-3 de haute technologie; et utiliser des satellites ultra-high-tech réglés et focalisés sur mesure pour rechercher les puits nucléaires stockés, ainsi que travailler dur pour récupérer tous les puits nucléaires volés par les Israéliens partout dans le monde en dehors d’Israël.

Cette équipe de super-élite a été alertée par l’appel téléphonique de Michael Shrimpton au MI-6 pour les informer qu’un «City Buster» israélien a été planté près du stade olympique. Cet appel l’a conduit à tort en prison. Le City Buster a été récupéré par les «Nuclear Snake-eaters», qui sont entrés en Angleterre et ont récupéré et désarmé un grand buster urbain. Malheureusement, le MI-6 voulait que cette arme nucléaire fasse exploser afin de gagner plus de pouvoir pour la mafia khazar en Angleterre – leur port d’attache dans le quartier financier de la ville de Londres – car elle perd rapidement du pouvoir.

Un nom secret pour ces chefs de la MK qui dirigent une grande partie du monde hors de la ville de Londres est Gog et Magog, malgré ce que tant d’historiens pensent être le nom secret de la Russie, ce qu’elle n’est pas. C’est le nom secret du top MK, et représente apparemment d’où ils venaient.

L’équipe secrète de super-élites «mangeurs de serpents nucléaires» est prête à être déployée en Israël à tout moment, si la nation s’effondre après que la plupart des entreprises européennes se sont désinvesties d’Israël, et que les États-Unis coupent toute aide, afin de se conformer à la loi américaine. Il est illégal d’aider une nation qui possède des armes nucléaires et qui n’a pas signé l’accord de non-prolifération nucléaire. Israël possède des armes nucléaires détectables à partir de capteurs d’hélium-3 satellitaires et ne l’a jamais admis, ni signé l’accord de non-prolifération nucléaire. Nous devons tous exiger que notre Congrès et notre Administration obéissent à la loi et interrompent immédiatement toute aide monétaire et militaire à Israël, et arrêtent tous les directeurs du front d’espionnage israélien de l’AIPAC, de la JINSA, du Defense Policy Board, du «Joint» à New York, et l’ADL, etc.

On ne sait pas mais on soupçonne qu’un nombre important de ces armes nucléaires volées ont déjà été récupérées. Il a été rapporté par des initiés qu’un message très solennel a été communiqué à Bibi Netanyahu et à ses Likudistes, ainsi qu’à tous les principaux membres des fronts d’espionnage israéliens en Amérique, comme l’AIPAC, la JINSA, le Defense Policy Board, l’ADL et autres.

Quel était cet avertissement sérieux? Si les rapports d’initiés sont exacts, on a dit à ces gens que s’il y avait une autre attaque sous faux drapeau israélienne, ceux qui l’ont ordonnée ou ont été impliqués seront traqués par la sécurité nationale américaine et éliminés, et les structures de défense israéliennes associées à une telle volonté être transformé en poussière.

Le reste de l’histoire de Rothschild MK sera probablement déterminé par VOUS:

L’avenir de la MK Rothschild sera probablement déterminé par les lecteurs de Veterans Today et par We The People, qui apprenons l’histoire secrète et interdite de la mafia Khazar qui a été excisée des livres d’histoire et des bibliothèques par la MK pour protéger leur histoire perverse que personne ne le ferait. accepter s’il était connu.

Alors partagez cette histoire avec votre famille, vos amis et vos associés et prenez-la virale. Soyez clair à ce sujet – à moins que la MK ne puisse opérer dans le plus grand secret, il sera attaqué de toutes parts et détruit à jamais. Alors emportez leur secret en exposant leur histoire cachée pour que tous les Américains la connaissent et la comprennent.

C’est pourquoi ils ont travaillé si dur pour acheter et contrôler tous les grands médias et l’éducation de masse publique, y compris les collèges et les universités, pour s’assurer que les peuples du monde ne découvriraient jamais leur mal secret, qui est si inhumain, si meurtrier que le le monde entier se liguerait contre eux et les attaquerait de tous côtés à tous les niveaux où ils existent.

La grande question demeure: la véritable cause des dirigeants de l’incroyable mal et de la sauvagerie de la mafia khazar à l’égard de la race humaine était-elle un sous-produit, une nature ou une culture? Certains pensent que ce parasitisme flagrant et cette tendance au meurtre de masse, à la pédophilie, à la saignée et au sacrifice d’enfants sont dus à une culture toxique, mieux décrite comme un tribalisme malin, caractérisé par une illusion de supériorité raciale de groupe paranoïaque. D’autres pensent que les dirigeants de la MK sont la lignée de Caïn, c’est-à-dire les «enfants de Caïn», qui appartiennent au diable et n’ont absolument aucune âme ou conscience humaine, mais sont de purs prédateurs comme une bête sauvage – tout en même temps être  incroyablement double , qui est capable de mettre  un bon con et un joli visage dehors. Cela pourrait peut-être être les deux facteurs. Dans tous les cas, il est temps d’exposer ce mal, le plus grand mal que le monde ait jamais connu. Il est temps que le monde travaille ensemble pour éradiquer ce problème maintenant et pour toujours, par tous les moyens nécessaires.

Mise à jour: Nouvel Ordre Mondial sioniste :Israël frappe Beyrouth avec un missile nucléaire, Trump et le gouvernement libanais ont confirmé

 

 

Trump confirme qu’il s’agissait d’un bombardement, pas d’un accident et est immédiatement flagellé par la presse pro-israélienne …et ce n’est pas par hasard que Joe Biden a choisi Kamala Harris ,une juive,comme colistière.

 

Autre vidéo d’origine libanaise:

https://www.telewebion.com/episode/2339550

 

 

Voici ce que nous savons depuis:

  • Des preuves accablantes que les F 16 israéliens venaient de terminer une attaque contre l’entrepôt 12 lorsque la grande explosion s’est produite. Nous avons des dizaines de témoins oculaires fiables et de nombreuses vidéos, du son et même des avions qui sortent d’une plongée, pas des oiseaux, ils ne volent pas à 350 nœuds, pas normalement. (Beaucoup d’oiseaux s’envolaient, ils ressemblent exactement à des oiseaux)
  • Le gouvernement libanais et le Hezbollah acceptent maintenant que le nitrate d’ammonium n’était en aucun cas impliqué. Le Liban est construit sur la roche et tout doit être détruit. Les Libanais connaissent les explosifs, savent comment utiliser l’AN et tout le monde au Liban sait que c’est un canular. AN n’est pas explosif, il brûle même dans une suspension explosive (ANFO) à moins que de très grandes charges de TNT ne soient utilisées pour l’initier.
  • Tous impliqués dans l’histoire de l’AN, le conte du navire russe ou prétendant qu’il a explosé sont maintenant des suspects de terrorisme, bien que la plupart soient simplement des idiots d’Internet. AN est démystifié.
  • Cette vidéo a la vraie déclaration de Trump, il est à 100% derrière VT (embarrassant)
  • Les enquêteurs examinent maintenant une attaque israélienne complexe et à deux volets utilisant un probable missile Rampage à pointe nucléaire (nouvelle conception) tout en se couvrant d’une attaque F 16 et d’un éventuel explosif conventionnel. À ce stade, c’est très probablement comme le voient les enquêteurs.

Et maintenant, à l’histoire originale qui a été piratée, comptée à rebours par Google et bien plus encore. Nous adorons ça… VT avait raison une fois de plus alors que les médias mondiaux viennent de publier du slop bon marché. Cela ne se serait jamais produit avant que la démence précoce de Reagan ne prenne le train de la «libre entreprise» pour consolider les médias indépendants locaux et régionaux merveilleusement diversifiés de l’Amérique.

#Breaking #Syrie Le président Assad ordonne que toutes les frontières et tous les ports du pays soient ouverts au #Liban, ordonne à des caravanes d’ambulances de se rendre à #Beirut et à un ferry transporter les blessés vers les hôpitaux de #Damas, et lance un pont aérien de fournitures médicales et alimentaires entre les deux villes

L’absurdité au carré: les «Fact Checkers» de YouTube et Facebook, employés par les personnes qui, selon VT, ont mis en scène l’attaque, effacent les preuves d’Internet… qui l’aurait deviné.

 

Voici  l’image vidéo originale, jamais publiée nulle part, qui prouve que tout ce qui a été retiré sur Facebook et YouTube est réel.

Photo infrarouge originale soigneusement validée comme intacte et authentique.

 

Voici des Images infrarouges du missile lui-même avant l’impact:

 

 

Set II Caméra différente, angle différent

C’est le même missile vu sous un angle légèrement différent lors de l’impact.

 

Missile israélien Delilah transportant un missile nucléaire de 6 kilotonnes (6000 tonnes équivalent TNT) (photo non retouchée via VT Damas) Tineye dit que c’est une image unique et n’apparaît nulle part sur le Web.

Il s’agit d’une vidéo infrarouge qui montre, à 6 secondes, le missile entrant et frappant…

Il s’agit de la vidéo qui a été supprimée de YouTube pour « violation de contenu ».

 

L’analyse des pixels indique que c’est une bonne photo. Ainsi, le démystifier deviendra un énorme problème. Une armée de trolls est déjà sur Twitter et Facebook.

«La première explosion a été causée par le missile anti-navire Gabriel d’Israël. La deuxième explosion a été causée par le missile israélien Delilah du F16. Notre pays est complètement menacé par ce régime paresseux et corrompu. 

Il s’agit de la signature de rayonnement de l’explosion reçue d’une source en Italie, soumise à VT par l’Agence internationale de l’énergie atomique (ONU)

Trump confirme l’attaque (nucléaire non mentionnée) et est soudainement devenu un «ennemi d’Israël» (En 2015, Trump a été désigné VT comme une source de briefings de renseignement. Finalement, son personnel s’est tourné vers InfoWars et Steve Bannon. Vous pouvez voir comment cela a élaboré.)

 Un général de l’armée libanaise rapporte qu’Israël a largué une arme nucléaire tactique sur le port de Beyrouth aujourd’hui. Il rapporte que cela a été fait pour faire tomber le régime politique actuel et se révolter contre le Hezbollah.

Leur déni, presque identique à celui d’Israël, soutient cette hypothèse.

Alors que les mensonges commencent, rien dans cette explosion, le nuage de champignon ou la force de l’explosion n’est un feu d’artifice, qui était le premier mensonge, puis un engrais au nitrate d’ammonium, disent-ils sous 3k tonnes, qui a été stocké pendant des années pour être utilisé sur les terrains de golf du Liban. , quand ils décident de les construire. Non, rien d’aujourd’hui n’est drôle.

Nous ajoutons également que plus tôt dans la journée, la déclaration de Netanyahu qui, selon nous, est qu’Israël s’attribue le mérite de l’attaque. Beyrouth est toujours une bombe endommagée par Israël à partir de 2006. Comment vous prenez les déclarations de Netanyahu telles que décrites dans le Times of Israel aujourd’hui, est une question de foi, de confiance ou de conjecture.

 

 

Cependant, ce que me disent des sources influentes et crédibles de Beyrouth, c’est ceci:
«L’explosion de Beyrouth représente environ 100 fois plus d’énergie que l’explosion de Tianjin en 2015, soit 5,4 kilotonnes d’équivalent TNT (en utilisant une extrapolation linéaire de Tianjin, qui impliquait 800 tonnes d’ammonium nitrate).

Les armes nucléaires conventionnelles contre le Japon avaient 15 à 21 kilotonnes. Mais cette explosion est différente, c’est à cause de l’arme nucléaire tactique moderne qui contient jusqu’à 10 kilotonnes de matière hybride, y compris de l’uranium. C’est pour cette raison que nous avons encore de l’acide et des radiations dans l’air. Les installations de stockage à proximité du silo à grains ne sont PAS marquées pour le stockage des matières dangereuses, mais sont plutôt marquées pour les marchandises générales. Par conséquent, vous pouvez le deviner, de quoi nous serons nourris dans les heures à venir. – Ghayet Ali

«La première explosion a été causée par le missile anti-navire Gabriel d’Israël. La deuxième explosion a été causée par le missile israélien Delilah du F16. Notre pays est complètement menacé par ce régime paresseux et corrompu.

 

L’arme faisait 6 kilotonnes. Ce rapport maintenant:

«En obtenant des rapports de Beyrouth, une bombe nucléaire tactique miniature a été utilisée pour attaquer le port, des experts nucléaires et des chercheurs ont signalé au hasard les particules ayant réagi dans la boule de feu.

On s’attend à ce que le Hezbollah, nous dit-on, riposte contre Israël et ils disent qu’il n’y a aucun moyen pour que la Syrie ne soit pas introduite.

Jeff Smith de l’AIEA confirme qu’il s’agit d’une explosion nucléaire. Les mensonges sur les feux d’artifice dans les navires et les engrais sont ce que nous obtenons toujours. Vous ne stockez en aucun cas un centre-ville dans une grande ville comme Beyrouth. Pas beaucoup d’agriculture à Beyrouth et on n’y fête pas le 4 juillet.

La fumée pourrait bien être du carburant pour missiles, ce qui pourrait signifier qu’une installation de stockage de missiles a été touchée par Israël. Nous avons la confirmation d’Israël qu’ils prévoyaient d’attaquer Beyrouth il y a 5 jours en représailles aux attaques militaires du Hezbollah sur le Golan, qui n’ont été signalées nulle part.

On nous dit que le Liban a demandé des enquêteurs nucléaires de la Russie, mais il n’y a aucune tentative de protéger le site qui, même s’il s’agissait d’une arme propre moderne, est encore radioactif.

 

<blockquote class= »twitter-tweet »><p lang= »en » dir= »ltr »>So proud of this shop!<br>Jersey Journal takes home 11 statewide press association awards <a href= »https://t.co/QMuludKjgh »>https://t.co/QMuludKjgh</a></p>&mdash; Barbara Davis (@Natusb2) <a href= »https://twitter.com/Natusb2/status/1294118091958505473?ref_src=twsrc%5Etfw »>August 14, 2020</a></blockquote> <script async src= »https://platform.twitter.com/widgets.js » charset= »utf-8″></script>

 

 

Le gouverneur de Beyrouth qualifie l’explosion de «  catastrophe nationale proche d’Hiroshima  »

«Une brigade de pompiers de 10 personnes est arrivée sur les lieux. Ce qui s’est passé est très similaire à ce qui s’est passé dans les villes japonaises d’Hiroshima et de Nagasaki. Ils se sont rendus sur les lieux et ont disparu. C’est une catastrophe nationale pour le Liban. Nous ne savons pas comment nous allons gérer cela », a déclaré le gouverneur de Beyrouth, Marwan Abboud. (Spoutnik / Moscou)

«Israël n’a rien à voir avec l’explosion massive qui a secoué Beyrouth le 4 août, a annoncé la chaîne de télévision parlementaire du pays. Une déclaration similaire a été faite par un responsable israélien anonyme dans une interview à Reuters, tandis que le ministre des Affaires étrangères du pays, Gabi Ashkenazi, a affirmé que l’explosion était probablement un accident causé par un incendie. (Spoutnik / Moscou)

Auparavant / VT : Deux explosions à Beyrouth, une bombe guidée conventionnelle suivie d’une petite arme nucléaire. Il est maintenant confirmé que la cible est une installation de stockage de missiles du Hezbollah.

 

On s’attend à ce que le Hezbollah, nous dit-on, riposte contre Israël et ils disent qu’il n’y a aucun moyen pour que la Syrie ne soit pas introduite.

Jeff Smith de l’AIEA confirme qu’il s’agit d’une explosion nucléaire. Les mensonges sur les feux d’artifice dans les navires et les engrais sont ce que nous obtenons toujours. Vous ne stockez en aucun cas un centre-ville dans une grande ville comme Beyrouth. Pas beaucoup d’agriculture à Beyrouth et on n’y fête pas le 4 juillet.

La fumée pourrait bien être du carburant pour missiles, ce qui pourrait signifier qu’une installation de stockage de missiles a été touchée par Israël. Nous avons la confirmation d’Israël qu’ils prévoyaient d’attaquer Beyrouth il y a 5 jours en représailles aux attaques militaires du Hezbollah sur le Golan, qui n’ont été signalées nulle part.

On nous dit que le Liban a demandé des enquêteurs nucléaires de la Russie, mais il n’y a aucune tentative de protéger le site qui, même s’il s’agissait d’une arme propre moderne, est encore radioactif.

 

Le gouverneur de Beyrouth qualifie l’explosion de «  catastrophe nationale proche d’Hiroshima  »

«Une brigade de pompiers de 10 personnes est arrivée sur les lieux. Ce qui s’est passé est très similaire à ce qui s’est passé dans les villes japonaises d’Hiroshima et de Nagasaki. Ils se sont rendus sur les lieux et ont disparu. C’est une catastrophe nationale pour le Liban. Nous ne savons pas comment nous allons gérer cela », a déclaré le gouverneur de Beyrouth, Marwan Abboud. (Spoutnik / Moscou)

«Israël n’a rien à voir avec l’explosion massive qui a secoué Beyrouth le 4 août, a annoncé la chaîne de télévision parlementaire du pays. Une déclaration similaire a été faite par un responsable israélien anonyme dans une interview à Reuters, tandis que le ministre des Affaires étrangères du pays, Gabi Ashkenazi, a affirmé que l’explosion était probablement un accident causé par un incendie. (Spoutnik / Moscou)

Auparavant / VT : Deux explosions à Beyrouth, une bombe guidée conventionnelle suivie d’une petite arme nucléaire. Il est maintenant confirmé que la cible est une installation de stockage de missiles du Hezbollah.

 

C’est la deuxième explosion, qui ressemble à la boule de plasma d’une explosion nucléaire pour moi, notez la couleur blanche indiquant des températures extrêmement élevées – aucune explosion conventionnelle ne brûle si chaud. Notez également la grande hauteur de la boule de plasma – elle est plus haute que le silo à grains. Je me souviens très fortement du bombardement de Tianjin il y a quelques années. L’entrepôt à l’est dont il parle est le bâtiment noir montré dans les images vidéo ci-dessus.

Cela sent comme un article de couverture, je doute fort qu’il y ait eu des feux d’artifice, les petites explosions vues dans les vidéos étaient plus susceptibles d’avoir été des munitions cuisant à cause des incendies déclenchés par la première explosion.

RT vient de couvrir les explosions et cite un gouvernement libanais. ministre:

https://www.rt.com/news/497080-beirut-explosion-lebanon-videos /

Le ministre de la Santé Hamad Hassan a déclaré aux médias locaux qu’un navire transportant des feux d’artifice avait explosé dans le port. La séquence vidéo donne du poids à son explication, car elle montre une petite explosion suivie du crépitement de feux d’artifice, avant une seconde explosion massivement destructrice.

Les résidents locaux ont partagé des images montrant d’importants dommages matériels. Le bureau du journal Daily Star a été détruit par l’explosion, avec des fenêtres soufflées et des meubles jetés au sol. La correspondante de France24, Leila Molana-Allen, a déclaré que son appartement avait été «détruit par l’explosion», ajoutant qu’elle pensait que l’explosion avait été causée par un «missile à réaction».

On dirait que les Libanais ont inventé le navire rempli d’histoire de feux d’artifice pour couvrir la vérité. Molana-Allen a presque certainement raison – qu’il s’agissait d’une sorte de missile ou de bombe guidée larguée par un chasseur-bombardier à réaction.

Ou vont-ils avec celui que nous avons entendu tant de fois auparavant lorsque des armes nucléaires tactiques ont été utilisées – que c’était un stock d’explosifs qui a augmenté: bien sûr, ils nieraient qu’il s’agissait d’une attaque, personne n’admet jamais qu’une arme nucléaire est partie off, c’est terriblement mauvais pour l’opinion publique.

Le nitrate de sodium, essentiellement une grosse bombe d’engrais, non, ne pas acheter ça du tout, c’est l’histoire de couverture avec laquelle ils semblent aller.

Cette dame locale décrit une sensation de fusion, qui ressemble à un rayonnement qui la frappe – être frappée par un rayonnement ressemble à de la chaleur, cela vous brûle.

Je ne suis pas d’accord avec l’évaluation selon laquelle il s’agissait d’une explosion de particules fines, cela n’expliquerait pas la boule de plasma chauffée à blanc, seule une arme nucléaire peut l’expliquer.

Des fenêtres soufflé à 7 km indique une énorme explosion, encore une fois, suggérant qu’il s’agissait bien d’une bombe atomique.

La panne des téléphones est probablement due à l’impulsion électromagnétique produite par les armes nucléaires.

 

Il y a beaucoup de victimes, probablement principalement dues aux éclats de verre et aux débris.

Donc,peu importe les morts et les milliards de  perdus,Joe Biden,le pédophile opportumiste va serrer les mains sionistes juives  de l’AIPAC pour tout tenter afin de battre Donald Trump!Ces milliardaires de politiciens US sont totalement pourris!

 

 

L’attaque du navire USS Liberty:l’histoire d’un crime de guerre planifié par Israël

Si le président américain D. Trump (Make America Great Again) veut vraiment honorer les militaires américains, qu’il commence par ceux de l’U.S.S. Liberty.

Le 8 juin 1967 , un navire de la marine américaine, l’ USS Liberty , naviguait en Méditerranée, lorsque l’armée israélienne l’a délibérément attaqué.

Le drapeau américain à bord à l’époque était bien en vue lorsque cette attaque ignoble par trois avions israéliens banalisés s’est produite. Trois torpilleurs ont rejoint la sauvagerie en commençant par des roquettes, puis ont napalonné nos troupes utilisées au Vietnam, ce qui a provoqué de nombreuses protestations en raison de son effet sur la peau brûlante. Comme si ce n’était pas assez brutal, les soldats américains à bord du Liberty ont été bombardés de mitrailleuses alors qu’ils tentaient d’éteindre les incendies que ces assaillants avaient déclenchés et trois attaques de torpilles ont terminé l’assaut pour faire bonne mesure! De plus, les Israéliens ont tiré sur tous les radeaux de sauvetage du navire américain, ce qui était un crime de guerre pour un navire en détresse extrême. 

 

Imaginez que vous embarquiez sur un navire d’une nation qui n’est pas en guerre avec une autre, et que votre navire qui naviguait tranquillement dans les eaux internationales par une belle journée de juin, soit soudainement attaqué par des avions de guerre et des lanceurs de torpilles non identifiés, leurs marques étant dissimulées pour cacher leur pays d’origine.

Le navire attaqué avait peu de moyens pour se défendre, mais son équipage s’est assuré héroïquement qu’un grand drapeau national était hissé pour démontrer qu’il n’était belligérant dans aucun conflit. Les assaillants ont noté la nationalité du navire, mais ont persisté dans leur agression dans une tentative claire de couler le navire et de tuer tout son équipage. Les officiers à bord du navire ont annoncé par radio qu’ils étaient attaqués et ont demandé de l’aide. Promptement, des avions de chasse amis venaient à la rescousse lorsque, brusquement, ils ont été mystérieusement rappelés et ordre leur fut donné de ne pas intervenir. Les attaques contre le Liberty ont duré deux heures, plus longtemps que l’attaque de Pearl Harbor qui a provoqué l’entrée américaine dans la Seconde Guerre mondiale, tuant et blessant plus de deux cents membres d’équipage. Les radeaux de sauvetage descendus dans l’eau alors que le navire semblait couler étaient mitraillés par l’aviation attaquante et par les torpilleurs pour rendre impossible l’évacuation des blessés, mais le capitaine et les survivants ont travaillé héroïquement et avec succès pour maintenir le navire à flot. Lorsque le navire a finalement regagné le port de Malte, les survivants (officiers et équipage) ont été obligés, par leur propre gouvernement, de prêter serment de garder le silence. Puis une opération de camouflage a été lancée et a persisté jusqu’à ce jour. De nombreux survivants du navire sont décédés depuis ce jour, il y a 53 ans, et les tentatives des autres de voir la justice les assister avant leur disparition ont été ignorées.

Soldat blessé lors de l’attaque israélienne.

Je fais bien sûr référence à l’attaque israélienne contre l’U.S.S. Liberty, qui a eu lieu le 8 juin 1967, il y a près de 53 ans. L’anniversaire de l’attaque approche dans un mois et les officiers et l’équipage restants organiseront une cérémonie au mémorial de la Marine à Washington D.C. pour honorer la mémoire de leurs trente-quatre compagnons de bord tués et des 172 blessés. Soixante-dix pour cent de l’équipage ont donc été des victimes, le pourcentage le plus élevé de victimes sur un navire resté à flot dans l’histoire de la marine américaine. Le vaisseau de collecte de renseignements légèrement armé Liberty et son équipage héroïque qui ont émergé de la quasi-destruction est considéré comme le navire le plus décoré dans la marine américaine.

 

La volonté israélienne d’attaquer et de tuer inutilement des Américains, apparemment pour envoyer un message, a déjà été notée [1]. Il y a le cas de achel Corrie écrasée par un bulldozer israélien et de Furkan Dogan, un Turco-américain qui a été, comme l’équipage du Liberty, tué dans les eaux internationales lorsqu’il a navigué sur le navire de secours pour Gaza, Mavi Marmara. Mais malgré cela, la tentative délibérée de détruire le Liberty, qui, selon l’ancien secrétaire d’État américain Dean Rusk, a été clairement approuvée au plus haut niveau du gouvernement de l’État juif, a toujours une valeur de choc.

Les apologistes d’Israël (un dispositif accroché comme des tiques à tous les niveaux du gouvernement américain ainsi que dans le monde universitaire et les médias) ont longtemps fait valoir que l’attaque contre le Liberty était une sorte d’accident de « tir ami ». Mais la découverte relativement récente qu’un avion espion de la Marine a intercepté et enregistré des pilotes d’hélicoptères et de chasseurs israéliens mentionnant le drapeau américain affiché par le navire pendant l’attaque suggère le contraire. D’autres enregistrements des communications israéliennes ont révélé que certains pilotes ne voulaient pas attaquer. Un pilote a déclaré: “Il s’agit d’un navire américain. Je peux voir le drapeau. Voulez-vous toujours que nous attaquions? ” Le contrôle terrestre israélien a répondu: “Oui, exécutez les ordres. Frappez-le! » avant d’avertir les pilotes de «Finissez le travail».

Mais alors que l’on s’attend à ce soit les Israéliens qui se sont  comporté de manière abominable, sur la base de leurs crimes de guerre commis, depuis de longues années, dans des endroits comme le Liban et ce qui reste de la Palestine, le plus grand crime contre l’équipage du Liberty a été commis par le gouvernement américain lui-même. Le président Lyndon B. Johnson (LBJ) et le secrétaire à la Défense Robert McNamara auraient été informés de l’attaque dès son début et c’est Johnson qui a personnellement ordonné à deux reprises le rappel des avions de chasse américains qui allaient sauver le Liberty de l’attaque juive. L’amiral Lawrence Geis, commandant du groupe de porte-avions en Méditerranée à partir duquel les avions avaient décollé, s’y est opposé et McNamara a répondu avec colère que «le président Johnson ne va pas faire la guerre ni embarrasser un allié américain pour quelques marins». C’est McNamara, qui a de nouveau agi sur ordre de LBJ, qui a ensuite séquestré l’équipage après que le navire est arrivé à Malte, émettant un «ordre de silence» sur l’incident, étant entendu que toute personne qui en parlerait serait secrètement soumise à la cour martiale et emprisonnée.

 

Vétérans de l’USS Liberty

Pour maintenir la dissimulation, le capitaine William McGonagle, qui a reçu la médaille d’honneur du Congrès pour son rôle dans la sauvegarde du navire, a vu sa médaille décernée sans aucune publicité lors d’une cérémonie privée au Washington Naval Yard plutôt qu’à la Maison Blanche comme c’était la tradition. Le président des États-Unis n’a pas non plus participé à la décoration, encore une fois le refus de la valeur de l’équipage du Liberty.

Normalement, une attaque contre un navire de la marine américaine aurait entraîné une enquête officielle, mais dans le cas du Liberty, une équipe improvisée composée de l’amiral juif Isaac Kidd et du chef du conseil Ward Boston a été réunie en Méditerranée sous les ordres de l’amiral John S. McCain, père du sénateur John McCain [2], qui était basé à Londres. La «  Cour d’enquête  » officielle de la Marine consistait donc en réalité à ce que Kidd et Boston se rendent rapidement au Liberty en mer, puis se précipitent à Washington via Londres, où McCain approuve le projet de document de 700 pages sans le lire. Le rapport préparé à la hâte a contourné toutes les procédures ordinaires d’établissement des faits et de révision juridique et personne ne sait par quels canaux les «conclusions de la Cour d’enquête» ont suivi à Washington.

Agissant sur ordre de la Maison Blanche, l’enquête n’avait eu qu’une semaine pour préparer son rapport, une procédure qui prend normalement six mois. Le résultat a également été prédéterminé par McNamara agissant pour LBJ, qui a ordonné que la conclusion serait que l’attaque contre le Liberty avait été un «cas d’identité erronée».

Aucun membre d’équipage du Liberty n’a même été autorisé à témoigner officiellement pendant l’enquête. Néanmoins, l’avocat en chef de l’enquête, Ward Boston, a par la suite confirmé dans un affidavit sous serment que lui et Kidd étaient fortement en désaccord avec les conclusions forcées, estimant plutôt qu’Israël avait organisé une attaque non provoquée dans le but de couler le navire et de tuer tout l’équipage. L’amiral Kidd a qualifié les Israéliens de «salauds meurtriers». Boston a également observé que la transcription de la cour d’enquête qui avait été publiée par la suite avait été modifiée, vraisemblablement par une personne agissant au nom de la Maison Blanche, pour supprimer et modifier les témoignages préjudiciables à Israël.

Comme c’est souvent le cas, il y a une histoire derrière ce qui est arrivé au Liberty. Dans les années précédant l’attaque contre le Liberty, le président John F.Kennedy était préoccupé par les Juifs américains puissants et riches qui tentaient de détourner la politique étrangère américaine pour favoriser Israël. Il a également pris des mesures pour empêcher le développement israélien d’armes nucléaires. Après avoir été assassiné, son successeur à la présidence, Lyndon B. Johnson, qui a été décrit comme ayant une carrière politique «entrelacée avec des Juifs», a vu les choses très différemment. Il a fermé les yeux sur le programme nucléaire israélien et s’est entouré d’amis et de conseillers juifs qui étaient activement engagés dans la promotion de l’agenda sioniste, certains d’entre eux étant vraisemblablement des agents du Mossad.

Les plus éminents de ce groupe étaient les Krim, (Arthur et Mathilde), lui un éminent avocat des médias et chef de studio qui était un collecteur de fonds du Parti démocrate et elle une généticienne, née en Suisse et convertie au judaïsme qui avait vécu en Palestine sous mandat britannique avec son premier mari, un terroriste d’Irgun. La terreur juive était une cause qu’elle soutenait activement. Les Krims étaient des compagnons réguliers de LBJ tout au long de sa présidence, avec une chambre réservée à la Maison Blanche et une maison près de son ranch à Stonewall au Texas quand il était en vacances là-bas. Johnson a également séjourné dans leur manoir à New York.

Le président Johnson et sa maîtresse,
l’agent du Mossad, Mathilde Krim

Au moment de la guerre des Six jours lorsque le Liberty a été attaqué, les Krims étaient constamment aux côtés de LBJ et il est généralement admis qu’ils travaillaient tous les deux au nom du gouvernement israélien pour cultiver une inclinaison présidentielle décisive vers Israël. Johnson, en fait, a été informé à l’avance de l’intention israélienne de faire la guerre à ses voisins et a donné son feu vert, acceptant même de venir en aide à l’État juif en cas de problème. Pour sceller l’accord, Mathilde avait même forniqué avec LBJ, une situation bien connue du personnel de la Maison Blanche et des services secrets.


EN COMPLÉMENTAIRE

La fraude dans le rapport historique des Forces de défense israéliennes de 1982-Le rapport de Tsahal


K. J. Halliwell (10 décembre 2004 – Révisé le 3 juin 2013)
En 1982, le Département d’histoire de Tsahal (Forces de défense israéliennes), la Direction de la recherche et de l’instruction
rapport complet sur l’attaque de Tsahal le 8 juin 1967 contre l’USS Liberty. Le rapport est intitulé, l’attaque
sur l’incident «Liberty».
Dans le rapport d’historique de Tsahal (IDFHR), à la page 18, il y a deux prétendues images de caméra de pistolet avec un
description qui prétend que les images montrent l’USS Liberty attaqué et identifie les principales caractéristiques du navire.
Ces prétendues images de caméra de pistolet sont de très mauvaise qualité. (Si une copie de meilleure qualité du rapport peut
être trouvée, elle sera remplacée par la copie actuelle de faible qualité, et cette analyse sera mise à jour en conséquence.)
Vous trouverez ci-dessous l’une des prétendues images photographiques de la caméra des armes à feu contenues dans l’édition anglaise du rapport.

Prétendue vraie image de très faible qualité.

 

 

 

 

 

 

Heureusement, il existe de meilleures copies des prétendues images de la caméra des armes à feu de Tsahal . En 1986, Thames Ltd. a sorti un film intitulé « Attack on the Liberty ». Dans ce film, il y a deux ensembles de prétendues images de caméras de pistolet qui montrent deux navires apparaissant distinctement différents – chacun étant supposé être des images de l’USS Liberty attaqué. [1]   Un ensemble d’images apparaît comme l’image du navire publiée dans l’IDFHR . L’autre ensemble d’images apparaît comme l’image du navire publiée dans le livre de A. Jay Cristol, « The Liberty Incident ». [2]  Les images de qualité supérieure IDFHR / Thames sont présentées ci-dessous.

 

Vous trouverez ci-dessous une comparaison de l’une de ces prétendues images de caméra avec une véritable image photographique de l’USS Liberty . (Remarque: l’image de la « caméra du pistolet » a été légèrement tournée dans le sens des aiguilles d’une montre pour se rapprocher de la perspective photographique de l’ image de l’ USS Liberty .)

 

Les innocents n’ont pas besoin de fabriquer des preuves. S’il s’agissait d’un procès criminel, ces criminels seraient en prison.

Si vous étudiez attentivement et objectivement les images IDFHR / Thames, vous devriez bientôt vous rendre compte que le navire montré dans les « photos de la caméra des armes à feu » IDFHR / Thames n’est pas l’USS Liberty . Vous devriez voir de nombreuses fonctionnalités clés manquantes ou différentes sur le navire IDFHR / Thames par rapport à l’USS Liberty .

Caractéristiques manquantes et différences sur le navire IDFHR / Thames (voir les images ci-dessous):

    • Les mâts d’antenne avant et arrière et le mât central du radar sont manquants.
    • Les bases d’antenne à manchon unipolaire cylindrique sur le pont avant sont manquantes.
    • L’antenne TRSSCOMM derrière la superstructure est manquante.
    • Les roufs avant et arrière sont manquants.
    • La grande cheminée cylindrique de fumée est manquante. Au lieu de cela, des structures rectangulaires apparaissent au-dessus de la superstructure.
    • La forme et la disposition générales de la superstructure ne correspondent pas.

 

 

 


Depuis 1967, il y a eu un certain nombre de documentaires, de livres et d’enquêtes officieuses concernant l’attaque contre le Liberty, mais la résistance des suspects habituels a fait que l’histoire n’est pas devenue plus connue. Pendant ce temps, le Congrès, le Pentagone et la Maison Blanche ont refusé d’autoriser des audiences formelles équitables et impartiales qui reconnaîtraient les lacunes de l’enquête de 1967 et qui comprendraient les témoignages des survivants de Liberty restants. Le sénateur John McCain était connu pour son traitement désinvolte des supplications des survivants, tout comme était alors membre du Congrès et maintenant gouverneur Ron DeSantis de Floride, un ancien Navy Seal. DeSantis se considère désormais comme le gouverneur le plus pro-israélien des États-Unis .

Les enquêtes officieuses les plus sérieuses ont concerné d’anciens officiers militaires. En 2003, l’amiral Thomas Moorer, ancien président des chefs d’état-major interarmées, a formé une commission d’enquête indépendante pour enquêter sur l’attaque. Il a produit Loss of Liberty, un documentaire qui comprenait des entretiens avec des survivants. La commission, qui comprenait le contre-amiral Merlin Staring, le général de marine Ray Davis et l’ambassadeur James Akins, a examiné toutes les preuves documentaires de l’affaire et interrogé à la fois les survivants et d’autres officiers de marine impliqués indirectement. Ils ont appris que le Liberty avait été surveillé par les Israéliens pendant au moins huit heures avant l’attaque et que le navire était à la fois clairement marqué comme étant américain et était indubitable en tant que navire de collecte de renseignements à configuration unique et immédiatement reconnaissable, pas même proche du profil d’un transporteur égyptien de chevaux, comme Israël l’a ensuite affirmé. Au cours de l’attaque soigneusement planifiée, Israël a utilisé le brouillage radio pour tenter d’empêcher le Liberty de transmettre par radio sa situation.

La commission Moorer a conclu qu’Israël avait délibérément attaqué le Liberty et tenté de le couler et de tuer tout son équipage. Les membres d’équipage qui ont été tués ont été «assassinés» par Israël alors que les États-Unis auraient dû considérer l’attaque comme un acte de guerre et aurait du y répondre de manière appropriée. La dissimulation de ce qui s’est passé a été ordonnée par la Maison Blanche et le fait que la vérité sur l’incident continue d’être cachée est une «honte nationale». Dans un éditorial que Moorer a écrit en 2004, il a conclu en demandant: «Notre gouvernement a-t-il fait passer l’intérêt d’Israël avant le nôtre? Si oui, pourquoi? »

En octobre 2003, la commission Moorer a présenté son rapport sur Capitol Hill, même si son public était souvent limité aux membres du personnel du Congrès plutôt qu’aux membres naturellement craintifs (ceux qui avaient quelque chose à se reprocher). Un an plus tard, le représentant John Conyers du Michigan a surmonté une résistance considérable à ce que le rapport et certaines informations d’accompagnement soient consignés dans le registre du Congrès. Moorer et l’amiral Staring, un ancien juge-avocat général de la Marine, qui avait été l’avocat du bureau McCain à Londres et qui n’avait pas été autorisé à examiner attentivement le rapport de la Cour d’enquête, a continué de plaider pour une enquête honnête sur l’attaque. sur le Liberty jusqu’à leur mort en 2004 et 2013 respectivement.

Ce qui nous amène au présent à la question de la justice pour les survivants du Liberty qui se réuniront le mois prochain. L’histoire du Liberty montre qu’il y a encore cinquante-trois ans, le gouvernement des États-Unis trahissait son propre peuple par soumission au pouvoir juif et à l’État d’Israël. Si quelque chose d’aussi horrible que le meurtre de 34 personnes à bord du Liberty a eu lieu, la situation s’est encore aggravée car Washington envoie des milliards de dollars à l’État juif chaque année tout en donnant à son gouvernement kleptocratique le feu vert pour commettre des crimes de guerre et d’autres agressions qui finiront par attirer les États-Unis dans la guerre et pourraient vraisemblablement entraîner notre ruine. Il est pour le moins désagréable de voir un État voyou, sans aucune restriction ni retenue et sans principes, faire de terribles dommages son plus grand patron, grâce aux machinations d’une cinquième colonne à double loyauté, mais c’est ce que nous constatons tous les jours.

Et cette véritable pourriture a vraiment commencé avec l’attaque de l’U.S.S. Liberty, quand des Américains patriotes sont morts au gré d’un président aussi inepte qu’incompétent, et qui aimait un pays étranger plus que le sien. On espère qu’il pourrit en enfer. Aujourd’hui, peu d’Américains connaissent même le nom du  Liberty, même s’ils sont actuellement confrontés à une élection au cours de laquelle deux candidats à la présidence chercheront à se surpasser pour exprimer leur amour pour Israël. Trump et Biden devraient plutôt prendre une pause ; et faire en sorte que la justice soit rendue pour les victimes, mortes et survivantes, de l’USS Liberty, condition sine qua non de leur candidature.


MYSTÈRE RÉSOLU

Page originale montrant la fraude du Thames pour le compte des sionistes

Pendant des années, les survivants de Liberty et les chercheurs ont cherché à savoir pourquoi la photographie de caméra israélienne présentée par Thames, Ltd., la télévision et apologiste Jay Cristol sur la couverture de son livre est floue avec la plupart des détails obscurcis. En fait, les photos typiques de la caméra des armes à feu ont tendance à être assez nettes. Pourquoi celui-ci est-il si flou et quelle est la grande zone blanche près de la proue tribord? Le vaisseau n’a pas subi de gros coups dans cette zone, donc cela ne peut pas être expliqué comme une explosion.

Ken Halliwell a répondu aux questions. La photo affichée par Cristol et d’autres comme «preuve que le navire ne battait pas de pavillon» est en fait une vue trafiquée du navire au moment où elle s’est amarrée à l’embarcadère de Little Creek, en Virginie, en juillet 1967, à son retour des réparations. à Malte.

Un examen attentif des deux photos, avec les points correspondants encerclés par Halliwell, révèle qu’ils sont en fait presque la même image – mais la vue de la « caméra du pistolet » a été falsifiée pour cacher le drapeau et d’autres marques d’identification. Si un spectateur regarde attentivement, le drapeau américain flotte de la poupe sur les deux images. Les drapeaux ne volent de la poupe d’un navire de la Marine qu’au port; le drapeau vole du grand mât en mer. Il s’agit d’une photo prise au port en juillet, non prise lors de l’attaque comme le prétendent les Israéliens. Il ne peut pas s’agir d’une photo prise par une caméra prise pendant l’attaque, comme le prétendent les Israéliens. Si vous regardez attentivement, des groupes identiques d’hommes peuvent être vus debout à des endroits identiques sur le navire sur les deux images. Le « splash » blanc sur la proue tribord est une image trafiquée du remorqueur qui a aidé Liberty passez à l’embarcadère de Little Creek.

 

Après une inspection minutieuse, on peut également voir sur la fausse photo de la caméra du pistolet que le navire flotte haut dans l’eau. Lorsque le navire a été attaqué, il était lourdement chargé et flottait très bas dans l’eau. La photo d’amarrage montre le navire légèrement chargé et flottant haut après avoir juste terminé une traversée de l’océan Atlantique et de la mer Méditerranée – à la même hauteur que celle indiquée sur la fausse photo de la caméra.

 

 

Un examen attentif de la vague d’étrave montre que cela est également truqué. Puisque l’image utilisée comme « photographie de caméra de canon » était en fait le navire le long de la jetée de Little Creek, il était nécessaire de créer une fausse vague d’étrave pour maintenir l’illusion du mouvement. Cela peut être vu clairement si l’on compare la fausse vague d’étrave avec une vague d’étrave d’un navire similaire en cours.

 


Pourtant, leur faux ne connaît pas de limites. Un examen attentif de la « fumée » dans leurs images de caméra de pistolet simulées révèle que la fumée est en fait représentée se déplaçant transversalement au vent, et en fait il n’y a pas eu d’incendies dans cette zone.

 

 

Ils ont même simulé la fumée dans leurs fausses images de « caméra de pistolet ». Les photos de la « caméra à canon » révèlent une épaisse fumée noire (mise en évidence ici) provenant d’un incendie sur le pont principal, côté tribord, dans la zone du concert du capitaine (bateau) et obscurcissant l’antenne TRSSCOMM Moon Bounce. Selon les hommes qui se trouvaient dans cette zone à l’époque, et vérifiés par des photographies prises peu de temps après l’arrêt du tournage, il n’y a eu aucun incendie dans cette zone et la photographie ne révèle aucun dégât de fumée ou d’incendie. Même s’il y avait eu un feu enfumé dans cette zone, le vent venait de plein air et la fumée aurait dérivé vers l’arrière, pas de gauche à droite, puis vers l’arrière comme on le voit faussement ici. Les dommages causés par la fumée et le feu seraient visibles sur l’image du bas, le concert serait endommagé et l’antenne TRSSCOMM serait certainement noircie par la fumée.

Aucune incendie ni dégât de fumée ici.

 


 

Une analyse plus approfondie des quatre photographies, supposément prises par un jet Mirage lors de la deuxième attaque de la journée, révèle que les quatre photos sont prises à partir d’une position identique, ce qui ne serait pas le cas si elles étaient effectivement prises à partir d’un rapide- avion à réaction en mouvement. Les faussaires ont placé l’anneau de tir supposé, le cercle de points, sur les photographies pour simuler une image de caméra de pistolet, en déplaçant l’anneau d’une image à l’autre. Mais la falsification est révélée par le fait que les quatre photos sont prises à partir d’une position identique, et non à partir d’un avion à réaction à grande vitesse s’approchant du navire lors d’une attaque.

 

Source : Israel’s War Crimes Have Killed Americans


HISTOIRE D’UN SURVIVANT

 

Chip s’est marié pour la première fois dans la classe d’Annapolis en 1960 avec Pat Replogle en juin 1960

 

 

Dan entrant dans RA5C Sanford NAS Fla.1965

 

Ltjg. Dan avec le nez cassé et les yeux noirs après 3 passes TD pour RVAH3 Sanford, Fl 1965

 

 

 

Dan au rassemblement pour la paix à San Francisco jette des médailles dans un cercueil après une déclaration anti-guerre 1970

ET MAINTENANT EN 2020:

La vérité est sortie…toute grande sur le « False Flag » sioniste d’Israël.