La Gigantesque Arnaque du COVID-19:CDC: 5 888 DÉCÈS et 329 021 Blessures dues aux injections COVID-19 – Plus que les 29 années précédentes de décès par le vaccin VAERS

 

Les décès enregistrés à la suite des injections COVID-19 expérimentales ont grimpé en flèche cette semaine alors que le CDC a ajouté hier davantage de données dans le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS), une base de données financée par le gouvernement américain qui suit les blessures et les décès causés par les vaccins.

 

 

 

 

Alors que les informations contenues dans le VAERS sont des informations accessibles au public, les médias d’entreprise continuent de les censurer, et quiconque ose publier des informations accessibles au public du gouvernement américain est qualifié de « fausses nouvelles » par les « vérificateurs de faits ».

Les données publiées hier 11 juin 2021, répertorient 5 888 décès parmi 329 021 cas de blessures suite à des injections COVID-19. Il y a également 5 884 autres cas mettant la vie en danger, 43 892 visites aux urgences, 4 583 incapacités permanentes et 19 597 hospitalisations.

 

 

 

 

 

Pour mettre cela en perspective, ces totaux représentent une période de 6 mois depuis décembre 2020, date à laquelle la FDA a autorisé l’utilisation en urgence de ces injections, et le total des décès dépasse désormais les décès enregistrés dans le VAERS suite aux vaccinations des 29 dernières années, depuis le début 1992.

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est un génocide. Et comme de nombreux médecins et scientifiques dissidents l’ont déclaré, il s’agit de injections d’armes biologiques conçues par des eugénistes pour réduire la population mondiale.

Le CDC et la FDA admettent enfin des problèmes d’inflammation cardiaque dus aux injections COVID

Le CDC et la FDA se sont rencontrés la semaine dernière le 10 juin 2021 et ont finalement admis qu’il y avait des centaines de cas signalés de myocardite et de péricardite (inflammation du cœur) suite à des injections d’ARNm.

Avant cette réunion, la seule chose qu’ils étaient prêts à admettre était qu’il y avait des cas « rares » de caillots sanguins dans le cerveau, tout en choisissant d’ignorer une myriade d’autres conditions signalées, y compris de nombreux autres types de caillots sanguins.

Le rapport du 10 juin indiquait qu’il y avait eu 216 rapports d’inflammation cardiaque après les premières doses des injections Pfizer et Moderna, et 573 rapports après les deuxièmes injections.

L’âge médian après la première dose était de 30 ans, tandis que l’âge médian après la deuxième dose n’était que de 24 ans. Elle touche plus de deux fois plus d’hommes que de femmes.

Étant donné que ces cas signalés ne représentent qu’une infime minorité des cas réels, en raison de la nature passive de la déclaration au VAERS, il est évident que nous avons une crise nationale entre nos mains causée par les sociétés pharmaceutiques et leurs injections expérimentales.

Le gouvernement n’est pas votre ami, et peu importe que vous viviez dans un État rouge ou bleu, car ils sont tous pro-vaccins.

Alors que certains gouverneurs de l’État rouge ont pris des mesures pour empêcher la discrimination via les passeports vaccinaux, pas un seul gouverneur aux États-Unis ne s’est manifesté pour mettre un terme aux campagnes massives visant à injecter autant de personnes que possible avec ces armes biologiques, qui sont désormais axées sur les enfants, même s’ils ont le pouvoir de le faire par le biais de leurs pouvoirs exécutifs.

Pas une. Ils sont TOUS complices de meurtre.

Par Brian Shilhavy;  Rédacteur en chef, Health Impact News

Source : Health Impact News


Les vaccins expérimentaux contre la Covid sont des systèmes d’administration d’armes biologiques qui inondent les organes vitaux et la circulation sanguine de protéines de pointe inflammatoires

 

 

Après la publication des courriels de Fauci, il est maintenant clair que de hauts responsables de la santé publique ont conspiré pour dissimuler l’origine de la protéine de pointe du SRAS-CoV-2, une toxine de laboratoire qui est maintenant injectée sous forme d’ARN messager et traduite dans des cellules humaines. Les protéines de pointe inflammatoires sont maintenant répliquées dans les cellules humaines, subvertissant la synthèse protéique naturelle des cellules, tout en s’infiltrant dans la circulation sanguine et en s’accumulant dans les organes vitaux. Une étude montre que la protéine de pointe peut envahir et vivre dans le tissu neural, infectant les neurones et provoquant un neurotropisme

La sous-unité S1 de la protéine de pointe pénètre dans le tissu parenchymateux du cerveau dans les modèles murins. Les cellules endothéliales du cerveau tentent de cacher la protéine de pointe dans le glycocalyx capillaire cérébral, ce qui peut entraîner une dégradation du glycocalyx, un dysfonctionnement de la barrière hémato-encéphalique (BHE) et un œdème cérébral.

Les protéines de pointe causant des lésions cérébrales, sont dix fois plus puissantes lorsqu’elles sont injectées

Lorsque ces protéines de pointe traversent la BHE, elles induisent une inflammation des neurones et altèrent le fonctionnement de base du système nerveux central. Une étude de Nature Neuroscience révèle que la protéine de pointe S1 du SRAS-CoV-2 est conçue pour se fixer à l’enzyme de conversion de l’angiotensine-2 (ACE2), traverser la BHE et endommager les systèmes cardiovasculaire et nerveux central. La protéine de pointe peut manipuler le système nerveux central, provoquant un afflux de cytokines et déclenchant une tempête de cytokines. Cet afflux de cytokines peut également traverser la barrière hémato-encéphalique, endommageant davantage la réponse immunitaire. Lorsque la protéine de liaison virale traverse la barrière hémato-encéphalique, elle permet au virus de traverser également la barrière hémato-encéphalique, permettant au virus d’influencer directement les régions du cerveau qui régulent la fonction respiratoire. Selon l’étude, les protéines de pointe injectées dépassent la BHE environ dix fois plus que l’exposition intranasale.

 

 

La protéine de pointe se fixe principalement à l’ACE2, mais peut également se fixer à d’autres protéines. La protéine de pointe traverse non seulement la barrière hémato-encéphalique, mais elle se déplace également dans la circulation sanguine, provoquant des caillots sanguins. Cette toxine attaque également le bulbe olfactif, le foie, la rate et les reins.

Les protéines de pointe déployées via des vaccins imitent un système de livraison d’armes biologiques

Byram Bridle, immunologiste viral et professeur agrégé à l’Université de Guelph, en Ontario, a déclaré que la communauté médicale « avait fait une grosse erreur » en déployant des programmes de protéines de pointe par le biais de campagnes de vaccination de masse. Le Dr Bridle était l’un des scientifiques qui ont travaillé sur le développement d’un vaccin contre la Covid-19. Le Dr Bridle mentionne une « étude de bio distribution » qui montre comment la protéine de pointe s’échappe dans le sang après la vaccination et circule pendant plusieurs jours, s’accumulant dans les organes et les tissus. La protéine de pointe peut attaquer la rate, la moelle osseuse, le foie, les glandes surrénales et à des « concentrations assez élevées » dans les ovaires.

« Nous savons depuis longtemps que la protéine de pointe est une protéine pathogène. C’est une toxine. Elle peut causer des dommages à notre corps s’il entre en circulation », a déclaré Bridle. Les scientifiques ont supposé que le vaccin n’affecterait que les muscles deltoïdes, reproduirait les protéines de pointe dans les cellules du site de vaccination et déclencherait une réponse immunitaire localement. Cependant, les protéines de pointe s’échappent du site de vaccination et s’échappent dans la circulation sanguine. Ces toxines peuvent provoquer une agglutination du sang ou des saignements cérébraux. 

Les méthodes de déploiement de ces vaccins expérimentaux contre la Covid ne sont pas non plus indicatives de la médecine. Il n’y a actuellement AUCUN consentement éclairé pour ces injections et AUCUN respect pour la dignité humaine ou l’auto-décision. Les méthodes de son déploiement sont des tactiques de guerre, et nos propres gouvernements et systèmes médicaux sont armés contre nous. Le vaccin peut être décrit plus précisément comme un système de distribution d’armes biologiques car il est déployé par la coercition, la fraude médicale, la corruption, l’intimidation, la discrimination et la ségrégation. 

Les gouvernements ont forcé à plusieurs reprises les citoyens à se verrouiller pour forcer l’adoption. On dit aux citoyens que leur vie ne reprendra pas son cours normal tant qu’ils ne se soumettront pas. Les gouvernements ont volé de l’argent aux contribuables et l’affichent maintenant comme des prix dans les loteries de vaccins. Le CDC essaie d’utiliser les passeports vaccinaux pour diviser la nation, en profilant et en contrôlant les vaccinés tout en séparant et en persécutant les non vaccinés.

Apprenez-en plus dans l’interview avec l’immunologiste Byram Bridle :

https://www.brighteon.com/2495a88b-90ad-4411-9171-faef76358dbc

 


SOUTENEZ VOTRE SITE WEB FAVORI EN VISITANT LA BOUTIQUE 

VINTAGE PAR MICHEL,NOTRE PRINCIPAL REMPART CONTRE LA CENSURE MÉDIATIQUE QUI S’AGRAVE PARTOUT:

Sur ce lien:Vintage par Michel

 

 

 

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID-19:L’anarchie qui vient

« Depuis un an et demi, nous pouvons constater que l’emprise technologique sans cesse grandissante s’accomplit bel et bien en un totalitarisme de type nouveau. »
« Soit nous inventons de nouvelles formes de démocratie, et ici la « tradition » anarchiste et elle seule peut nous être salutaire, soit nous allons subir, pour des décennies, un totalitarisme mondial dont le régime chinois est le prototype : une société de contrôle technologique absolu, où toute forme de dissidence est éliminée. »
« 
En réalité nous sommes tous anarchistes sans le savoir. »
« 
Sous couvert de « crise sanitaire » mondiale décrétée arbitrairement par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), on a détruit les pauvres, les jeunes, les écoles, l’Université, les arts, la culture, les PME, les classes moyennes, et bien d’autres choses. Les seuls qui soient sortis gagnants de cette « crise » montée de toutes pièces sont les oligarques du monde entier, enrichis de manière obscène « .
« 
Jamais je n’aurais cru que la propagande pourrait générer autant de comportements somnambuliques dans la population. Jamais je n’aurais cru assister, de mon vivant, à un totalitarisme qui fera passer, dans la mémoire des hommes (s’il en reste…) le nazisme et le stalinisme pour des jeux d’enfants. »
« Oui, Schwab a raison : nous étions déjà dans le « Great Reaset », mais la « crise du COVID », décidée par Bill Gates, a permis de renforcer le processus. Nous avons été pris au piège, et il se refermera implacablement sur nous si nous ne réagissons pas, ici et maintenant. »
« 
Bientôt, sera accusé de « complotiste » quiconque ose mettre deux neurones en contact. Mais les puces électroniques implantées dans nos cerveaux arrivent… »
« Dieu » désigne, depuis l’invention de son concept, une entité omnisciente, omnipotente, immortelle.  Or, la technologie contemporaine satisfait à tous les réquisits par lesquels on définit le mot « Dieu ». »
« Le véritable « virus » n’est pas la grippe virulente qui sert à terroriser toutes les populations, mais l’information frelatée que font circuler les médias de masse et les gouvernements à ce sujet »
« Si j’ai, par rapport à ce qui nous arrive, une conviction absolue, c’est bien celle-là. Communauté contre transhumanisme, telle est ma « philosophie politique ». »


VOICI UNE IMPORTANTE ENTREVUE:

Mehdi BELHAJ KACEM

 

 

Mehdi BELHAJ KACEM répond à des questions de Nika Dubrovsky

Who came up with the word « anarchy » anyway and what is in it for you?

Je ne sais pas qui a créé le mot anarchie, qui existe depuis fort longtemps. Je ne sais pas non plus quand a été utilisé pour la première fois, probablement au dix-neuvième siècle, le terme « anarchisme ». On sait que c’est Proudhon qui l’utilise pour la première fois de manière positive. Jusqu’à lui, le mot avait des connotations seulement péjoratives : désordre, chaos, cataclysme… Je donne, pour ma part, trois définitions principales au mot anarchie.

Le premier : c’est celui, à point nommé, des anarchistes historiques, toutes tendances confondues. La meilleure synthèse de ce qu’est l’anarchisme a été formulée par Goodman :

« L’anarchisme se fonde sur une proposition assez claire : qu’un comportement valable ne peut naître que de la relation directe d’individus ou de groupes volontaires aux circonstances que leur présente leur environnement historique. Il affirme que dans la plupart des affaires humaines, qu’elles soient politiques, économiques, militaires, religieuses, morales, pédagogiques ou culturelles, on fait plus de mal que de bien en utilisant la coercition, le commandement hiérarchique, l’autorité centrale, la bureaucratie, les prisons, la conscription, les États, la standardisation préétablie, la planification excessive, etc. Les anarchistes veulent accroître le fonctionnement intrinsèque et diminuer le pouvoir extrinsèque. »

Avant d’approfondir ce point, savoir ce que pourra bien signifier une politique anarchiste à notre époque, je vais m’arrêter aux deux autres définitions que je donne au mot anarchie.
Le second sens me vient de la lecture d’un livre très important de Reiner Schürmann, Le principe d’anarchie. An-archie veut dire : absence d’archè, de commandement, de principe directeur. Il s’agit d’un oxymore : du principe de l’absence de principe. Jusqu’ici, les sociétés occidentales avaient toujours réussi à vivre, agir et penser selon un grand principe directeur : l’Un pour les grecs, la Nature pour les romains, Dieu pour le moyen-âge, la conscience-de-soi pour les modernes depuis Descartes et surtout Kant… or, tous ces principes se sont effondrés, nous dit Schürmann, et aucun nouveau principe ne sera en mesure d’en prendre la relève. L’autre grand livre de Schürmann s’appelle : Les hégémonies brisées, qui désigne le même problème. Nous n’en sommes sans doute qu’au début de cette « ère anarchique », la nôtre. Mais prenons, par exemple, la revendication de beaucoup de philosophes académiques (quasi-pléonasme…) de notre temps : le « matérialisme ». Il s’agit, là encore, d’un Principe, censé donner assise et consistance au discours, pour savoir comment s’orienter dans la pensée et l’agir. Ce « nouveau » référent, repris aux philosophes des lumières et aux marxistes, ne risque pas de faire long feu non plus. Choisir « l’anarchie » au sens que je viens de dire, c’est renoncer à tout commencement qui serve d’appui supposé inébranlable à la pensée. Être un « philosophe anarchiste », c’est avancer dans l’inconnu. 

Je me dois, ici, de signaler une philosophe dont les analyses sont extrêmement proches des miennes, Catherine Malabou. Elle s’apprête à publier un livre, que j’attends avec impatience, qui demandera pourquoi l’essentiel de la philosophie moderne, comme Derrida, Deleuze, Foucault, Schürmann… sont anarchistes « ontologiquement » mais n’ont jamais ouvertement revendiqué d’être anarchistes politiquement. Dans une préface à un livre de Schürmann sur justement l’anarchie (et notamment sur la question « Comment se constituer en sujet anarchique ? » chez Foucault), je pose la même question que Malabou : pourquoi est-ce que Schürmann, probablement sans les avoir lus, tient-il à se démarquer de Proudhon, Bakounine, Kropotkine, etc. ? Car il s’agira ici d’élucider la communauté sémantique qui peut bien exister entre anarchie ontologique et anarchisme politique. Un autre philosophe contemporain qu’on peut ranger dans la catégorie ontologico-politique de l’anarchie est Giorgio Agamben. Tu verras comme tout cela n’est pas anodin.

Les anarchistes historiques (essentiellement au dix-neuvième siècle, des ouvriers) auront donc été des précurseurs : en refusant autant que possible tout principe directeur local, toute coercition circonscrite, comme la police ou le  clergé, ils ont annoncé ce que la philosophie moderne, de Heidegger et Wittgenstein à Schürmann et Derrida, en passant par Deleuze et Foucault, nous a appris : la pensée moderne se heurtait pour la première fois à la question de « l’abîme », du non-sens, de l’absence de fondement au penser, au vivre et à l’agir.

Le troisième grand sens que je donne au mot anarchie est une création personnelle, mais cohérente avec ce qui précède. La philosophie moderne a pour programme, depuis Kant, ce qu’on a appelé la « déconstruction de la métaphysique ». Cette déconstruction fut elle-même passablement « anarchique » : Kant ne déconstruit pas la métaphysique comme le feront Kierkegaard et Schopenhauer, Marx proposera une sortie différente de la métaphysique que tous ceux-là, Nietzsche proposera une sortie de la métaphysique rigoureusement opposée à celle de Marx, Heidegger ne pratiquera pas la même déconstruction que Derrida, et je ne déconstruis pas la métaphysique de la même manière que ne le fait mon maître en la matière, Reiner Schürmann. Ou que Malabou ou Agamben, ou encore Nancy ou Meillassoux.

Or, comme l’a découvert Heidegger, la métaphysique s’accomplit aujourd’hui sous une forme et une seule : la technologie planétaire. Schürmann parlait de « totalitarisme technologique »… je crois qu’il ne croyait pas si bien dire. Depuis un an et demi, nous pouvons constater que l’emprise technologique sans cesse grandissante s’accomplit bel et bien en un totalitarisme de type nouveau, dont ceux du vingtième siècle n’étaient que les précurseurs. Une grande philosophie met toujours quelques siècles pour s’accomplir (j’en donnerai quelques exemples). Si ma définition de la modernité philosophique est juste, à savoir qu’elle est la déconstruction de la métaphysique, alors elle s’accomplira, politiquement, par la déconstruction du Léviathan technologique planétaire qui a pris le pouvoir comme jamais auparavant, au prétexte de ce qu’on appelle la « crise sanitaire ». J’y reviendrai.

Mais ici, il s’agit de souligner l’affinité des trois définitions principales que je donne du mot anarchie : l’anarchisme, au sens de la récusation de tout principe de commandement, de hiérarchie, etc. ; l’anarchie, au sens de l’époque de l’absence de principe unitaire pour conduire la pensée et l’agir ; enfin, l’anarchie au sens de la déconstruction des grandes hégémonies qui nous ont jusqu’ici dominé, dont la dernière en date (la « dictature sanitaire »), dont il faudra donc reparler, car elle jette un éclairage très cru sur ce qu’il faut entendre aujourd’hui par le terme « anarchie ».

– How did you learn about anarchism?

Essentiellement par l’ultra-gauche, c’est-à-dire par les situationnistes, que j’ai lus à seize ans et qui sont toujours restés ma référence principale en matière politique. J’ai ainsi participé au groupe Tiqqun, qui devait devenir le mondialement célèbre « comité invisible » plus tard. Enfin, je suis en ce moment engagé dans le seul mouvement d’opposition politique réel qui existe actuellement en France, les gilets jaunes. Le reste est mascarade « médiatico-parlementaire », comme je le dis depuis vingt ans. Depuis un an et demi, on voit que les régimes occidentaux de démocratie libérale ne sont plus seulement à l’agonie, comme je l’ai annoncé il y a vingt ans dans un livre intitulé La chute de la démocratie médiatico-parlementaire, qui m’a valu beaucoup d’ennemis, mais cliniquement morts. La démocratie bourgeoise telle qu’elle a existé bon an mal an en Occident depuis un peu plus de deux siècles est définitivement dernière nous. La question de savoir pourquoi c’est à l’occasion d’une « crise sanitaire » qu’a été mondialement signé cet avis de décès méritera qu’on s’y arrête.

Au moins la situation est-elle désormais claire : soit nous inventons de nouvelles formes de démocratie, et ici la « tradition » anarchiste et elle seule peut nous être salutaire, soit nous allons subir, pour des décennies, un totalitarisme mondial dont le régime chinois est le prototype : une société de contrôle technologique absolu, où toute forme de dissidence est éliminée. Nous ne sommes pas dans une « crise sanitaire », mais dans une guerre civile mondiale à peine larvée, déclenchée par les oligarchies de tous les pays pour imposer ce qu’on nous annonce depuis longtemps : le « nouvel ordre mondial ». Comme toute hégémonie, ce « nouvel ordre » est destiné à s’effondrer : c’est ça le sens de ce que disait Schürmann. D’ores et déjà, nous voyons que ce « nouvel ordre » ne produit que la terreur, la misère, la mort : le contraire même de l’ordre, c’est-à-dire le chaos. L’« anarchie » au sens vulgaire.

Mais je dirais encore plus volontiers que mon « anarchisme », avant d’être politique, a été essentiellement esthétique. J’ai lu Lovecraft puis Lautréamont à douze ans, et ils ont changé ma vie. Pour moi, ils sont anarchistes. Rimbaud et Verlaine sont anarchistes poétiquement comme ils l’ont été politiquement (participation à la Commune, faite à 80% par des ouvriers anarchistes). Goya et Sade étaient anarchistes avant l’heure. Les impressionnistes étaient anarchistes, comme le seront Dada et les surréalistes. Francis Bacon ou Antoine d’Agata sont anarchistes. Schönberg est l’anarchiste de la musique, mais aussi bien les punks ou les rappeurs. Burroughs ou K.Dick sont des visionnaires du monde qui est le nôtre, et ils étaient clairement anarchistes eux aussi. Et je pourrais allonger la liste à l’infini… tout l’art moderne depuis la Révolution française est spontanément anarchiste, c’est-à-dire qu’il nous montre le chaos du monde anthropologique, au lieu d’en montrer l’Ordre, ce qui fut la fonction de la Propagande de toutes les époques, et tout particulièrement le nôtre (le « nouvel ordre mondial », qui accouche sous nos yeux du plus grand chaos planétaire de tous les temps). La plus grande de ces propagandes, c’est justement la métaphysique elle-même, comme discours destiné à la fois à épeler l’ordre du monde tel qu’il existe déjà, et à prescrire celui qui doit advenir. Je reviendrai aussi sur cette disjonction essentielle, qui est la disjonction, fondamentalement, entre science et politique. 

Tout cela pour dire que je ne suis pas, hélas, un grand militant comme David, mais avant tout un anarchiste « esthétique » (j’ai commencé en écrivant de la littérature, j’a écrit récemment un poème musical sur la situation actuelle…) puis je me suis « découvert », en pratiquant la philosophie, anarchiste ontologiquement. Un de mes livres s’appelle Esthétique du Chaos, ce qui résume bien les choses. A condition d’ajouter : ce que j’entends par « anarchisme ontologique », ce n’est pas du tout que l’être lui-même soit chaotique. Je pense au contraire que l’être comme tel est régi par d’innombrables lois, celles que nous épelle la science. Il n’y a donc pas de chaos au niveau de l’être lui-même. Ma question sans doute centrale en philosophie, c’est : pourquoi est-ce que, à mesure que nous nous approprions les lois de l’être par la science, sommes-nous d’autant plus incapables de trouver des règles de coexistence civiques (c’est ce qu’on appelle  la politique) à peu près viables ? C’est la disjonction entre ces deux régimes de la pensée et de l’agir, la science d’un côté et la politique de l’autre, que j’appelle « chaos ». 

-How does anarchism relate to anthropology? David called himself an anthropologist but got annoyed when he was called an anarchist. He did not belong to any party.

C’est une excellente question ! D’abord, je tiens à dire qu’il y a autant à apprendre des grands anthropologues modernes, selon moi, que des grands philosophes modernes : notamment, en ce qui me concerne, Lévi-Strauss, Jared Diamond ou Graeber, qui m’ont autant appris que les plus grands philosophes de tous les temps.

Que nous ont-ils appris d’essentiel, concernant le « principe d’anarchie » ? Qu’aucune société dite « primitive » (David préférait dire : « libre ») ne fonctionnait comme une autre. Que chacune avait ses règles de coexistence extrêmement singulières, mais qui fonctionnaient. « L’anarchie, c’est l’ordre sans le pouvoir », disait Proudhon. Les sociétés « primitives » nous le démontrent, et c’est le génie de David que d’avoir repéré une jonction essentielle entre anthropologie et anarchisme.

C’est ce qu’a compris David, et la raison peut-être pour laquelle à la fois il assumait l’étiquette d’ »anarchiste », et était embarrassé par elle. La vérité très difficile à saisir, pour nous qui nous considérons comme anarchistes, c’est qu’en réalité nous sommes tous anarchistes sans le savoir. J’y reviendrai bien sûr, mais j’insiste ici sur ce point : les anthropologues nous prouvent que, quand une communauté existe à échelle limitée (quelques centaines ou milliers de personnes), comme toutes les tribus de chasseurs-cueilleurs sans exception, les choses fonctionnent plutôt bien, quoique chaque fois singulièrement, puisqu’aucune société « primitive » ne fonctionne selon les mêmes règles de coexistence multiple, selon la même représentation du monde, etc., que les autres. C’est quand les choses commencent à « grandir » que les ennuis commencent. C’est avec les chefferies que commence la « kleptocratie », nous dit Jared Diamond : kleptocratie qui vient d’atteindre récemment son paroxysme absolu, avec la soi-disant « crise sanitaire ». Plus on va vers la collectivisation, l’universalisation, l’impérialisation, l’étatisation, etc., plus on peut s’attendre à de graves ennuis. Et tel est exactement le moment que nous vivons, au prétexte de la « crise sanitaire », qui a transformé le monde entier en assignation à résidence oppressive, répressive, néo-totalitaire. Sous couvert de « crise sanitaire » mondiale décrétée arbitrairement par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), on a détruit les pauvres, les jeunes, les écoles, l’Université, les arts, la culture, les PME (petites et moyennes entreprises), les classes moyennes, et bien d’autres choses. Les seuls qui soient sortis gagnants de cette « crise » montée de toutes pièces sont les oligarques du monde entier, enrichis de manière obscène grâce à elle, et la République chinoise. Il y a une logique profonde qui anime tout cela, que masquent depuis un an et demi les intenables propagandes médiatico-gouvernementales du monde entier au titre de la « crise sanitaire ».

La kleptocratie que Diamond démontre être née avec les chefferies n’a cessé de s’agrandir depuis le néolithique, voire le paléolithique supérieur, jusqu’à des proportions proprement monstrueuses. L’homme est l’animal voleur : tout commence avec l’invention, au paléolithique supérieur, du stockage, qu’ignorent toutes les autres espèces animales. Le Capital de Marx n’est qu’une annotation historique de l’évolution que suit l’humanité depuis son origine. C’est pourquoi j’ai créé ce concept : le « pléonectique », qui veut dire : avoir-toujours-plus. Les 3000 oligarques qui possèdent désormais le monde (les gouvernements ne sont que leurs marionnettes) ne sont pas satisfaits de tout ce qu’ils possèdent déjà, le « stockage » devenu délire financier illimité : ils veulent désormais posséder nos corps. La soi-disant « pandémie mondiale » décrétée par l’OMS leur sert de prétexte pour faire désormais main basse sur nos organismes, notre santé, notre hygiène de vie. J’y reviendrai bien sûr, car c’est cela qui est en jeu avec la soi-disant « crise sanitaire ».

– Tell us about David Graeber.

Le plus grand anthropologue de sa génération avec Jared Diamond, mais aussi le plus grand penseur anarchiste de sa génération. Je pense simplement que, quand tu me dis qu’il était un peu embarrassé d’être étiqueté anarchiste (tout en le revendiquant ! Nous sommes tous un peu schizophrènes !), c’est qu’il était conscient de ce que j’ai essayé de lui dire, avec mon très mauvais anglais, dans nos entretiens : qu’en réalité l’anarchie, au triple sens où je l’ai défini, était en réalité partout depuis l’origine de l’humanité, qu’on la date au sens large (2.000.000 d’années) ou au sens strict (30 ou 40.000 ans). L’homme est celui qui dérègle, et de plus en plus, les lois de la Nature, en se les appropriant. La chasse, c’est une appropriation des lois de la prédation. L’agriculture, c’est une appropriation des lois de l’efflorescence naturelle. Beaucoup plus tard, les mathématiques seront l’appropriation des lois de l’être lui-même. La physique mathématisée, l’appropriation des lois de tout le monde cosmique au-delà de la minuscule planète terre. La biologie, l’appropriation des lois naturelles extrêmement diverses qui habitent cette même petite planète terre. La physique quantique, c’est l’appropriation des règles qui régissent les particules élémentaires. Etc. Or, aucune des autres espèces parmi les millions qui ont habité et qui continuent à habiter la minuscule planète terre ne s’est montrée susceptible de s’approprier les lois de la Nature et de l’être. L’homme est l’animal appropriateur. L’homme est l’animal pléonectique : avoir toujours plus. Et ça ne se réduit malheureusement pas au compte en banque de ceux qui contrôlent aujourd’hui l’information officielle et la politique mondiale. Ca touche à toutes les dimensions de nos vies.

Tout commence avec la science elle-même : la chasse et l’agriculture (d’ailleurs, quand on dit « chasseur-cueilleur », on ne pose pas la question de savoir pourquoi l’augmentation proto-pléonectique de la prédation qu’est la chasse, ce serait un « Mal », tandis que l’interdiction anti-pléonectique de l’agriculture qu’est la cueillette, c’est un « Bien ». Ce sont des questions qui se poseront très vite à l’humanité, car tout va désormais très vite). Tout commence avec ce que j’appelle donc le pléonectique. Le capitalisme n’est qu’un épiphénomène du pléonectique. Tout, en nous, est volonté d’avoir-plus. Beaucoup (et ce sont les plus criminels) veulent avoir plus d’argent et de pouvoir (pléonasme). D’autres (les moins criminels) veulent avoir plus de savoir ou d’émotions esthétiques. Mais nous sommes tous criminels. L’humanité, censée être depuis la naissance de la métaphysique l’animalité douée de « raison », est la cause de la sixième extinction de masse de l’histoire de la planète, et, virtuellement, de la suppression pure et simple de toute vie sur terre, ce miracle scientifique extraordinaire, qu’aucun scientifique n’est encore en mesure d’expliquer (on appelle ça « l’ajustement fin »). Nous avons d’ores et déjà supprimé 90% de la biosphère. Les américains ont exterminé les « indiens », c’est-à-dire les sociétés de chasseurs-cueilleurs pluralistes qui habitaient le continent qu’ils ont colonisé. Les nazis ont exterminé presque tous les juifs d’Europe. Les Cro-magnons ont commencé par l’extermination des ures et des mammouths.

Aujourd’hui, on nous dit : « un virus va exterminer l’humanité ». La dernière fois qu’on nous a dit ça, c’était les nazis (le « virus juif »), qui ont failli exterminer la terre entière. Et que constatons-nous ? C’est la « politique sanitaire » décidée par un petit nombre de personnes sur la planète entière qui est déjà en train de détruire la vie de centaines de millions de personnes sur terre, c’est-à-dire demain des milliards. 3.500.000 de personnes mortes du « COVID » à ce jour (chiffres très probablement grossis par les autorités publiques, pour les besoins de leur propagande terroriste) ; 150.000.000 de personnes qui sont déjà dans un stade « d’extrême pauvreté » depuis les « politiques sanitaires », c’est-à-dire le confinement mondial. En termes clairs : ces gens sont en train de mourir de faim. Où sont les images dans les médias ? Où sont les articles dans la grande presse? Il n’y en a que pour les lits de réanimation dans les hôpitaux, et pour les pseudo-débats entre « experts » la plupart du temps corrompus. Jamais on n’a assisté, pas même sous le nazisme ou le stalinisme, à une propagande aussi massive, à un lavage de cerveau planétaire. Tout ça pour une grippe un peu virulente, qui tue 0,15% de la population, dont la moyenne a 82 ans, la plupart du temps des gens perclus de comorbidités. Vous mourez à 96 ans d’un cancer terminal, mais avec le COVID ? Vous êtes mort du COVID. Vous mourez à 45 ans d’un accident de mobylette, mais avec le COVID ? Vous êtes mort du COVID. Les chiffres ont donc été volontairement grossis. Jamais je n’aurais cru que la propagande pourrait générer autant de comportements somnambuliques dans la population. Jamais je n’aurais cru assister, de mon vivant, à un totalitarisme qui fera passer, dans la mémoire des hommes (s’il en reste…) le nazisme et le stalinisme pour des jeux d’enfants.

Donc  des milliards d’êtres humains sont en train de voir leurs vies détruites par les politiques « sanitaires » décidées par l’OMS et par Davos. Regardez les vidéos de Véra Sharav sur Internet, une rescapée de la Shoah, qui explique qu’elle n’aurait jamais cru que, de son vivant, elle verrait la même chose que ce qu’elle a vu dans son enfance se reproduire, mais à échelle mondiale. Elle est extrêmement brillante et lucide (elle a été médecin, et a milité toute sa vie contre les magouilles de l’industrie pharmaceutique).

J’avoue avoir mis du temps à m’éveiller à la situation. Lors du premier confinement en France, je me suis réfugié dans une sorte de bulle autistique, je m’informais très peu, je ne comprenais rien à ce qui se passait. Puis à l’issue de ce confinement, ma mère a été retrouvée pendue dans son petit studio parisien. Elle était en parfaite santé, n’avait pas de précédent dépressif, seulement voilà : elle vivait depuis des années sur le fil du rasoir du seuil de pauvreté. Elle arrivait à peine à payer son loyer en tant que gardienne de musée. Elle ne voulait plus être un poids pour personne (mon frère l’aidait tant bien que mal financièrement) et s’est supprimée.

Ma mère n’est qu’un chiffre statistique des milliards de victimes que fait nous nos yeux non pas le « virus », mais la « politique sanitaire » mondiale impulsée par l’OMS et Davos, et appliquée contre toute raison dans la quasi-totalité du monde. Un médecin canadien, qui dénonce par ailleurs les graves effets secondaires produits sur ses patients par le « vaccin », a eu un mot savoureux : le « virus » fait perdre trois sens : l’odeur, le goût, et le bon sens. Une gouvernementalité mondiale folle est parvenue à rendre la majorité de la population terrestre complètement folle aussi. Il faudra examiner de près le lien qui unit la question de la folie à la question de l’anarchie.

La mort de ma mère a été un choc très rude, et j’ai mis six mois à, non pas m’en remettre, mais à simplement à faire en sorte que mon cerveau fonctionne à nouveau. Il n’y a que depuis six mois que je m’informe, que j’essaye d’analyser la situation, que je me pose mille questions. Et ce que je vois est proprement terrifiant. Nous vivons la crise la plus grave, le guerre la plus totale, de l’histoire de l’humanité. Et cette crise n’a rigoureusement rien à voir avec un virus grippal un peu virulent. Il faut être tout simplement aveugle pour ne pas le voir. Mais 80% de l’humanité est devenue complètement aveugle.

-So there are different kinds of anarchism? What is « anarchism from above? »

C’est en abyme : bien sûr que, dans sa définition même, la notion d’anarchisme recouvre la notion de « pluralité », comme le prouvent tous nos grands anthropologues à commencer par David.

Bien sûr qu’il y a un « anarchisme par le haut », et c’est là que les choses deviennent inquiétantes. Quand vous ne disposez plus d’un principe directeur pour dicter le penser et l’agir des êtres humains, alors, vous n’avez plus recours qu’à la force pure. Le mensonge propagandiste de la « crise sanitaire » est en train de se dissiper dans la tête de centaines de millions de personnes. Ce qui se passe derrière, c’est la plus grave crise économique de tous les temps. Je ne me fais plus aucune illusion à ce sujet : nous sommes d’ores et déjà dans la troisième guerre mondiale, peut-être même dans la première guerre civile mondiale de l’histoire de l’humanité. Il va y avoir des milliards de morts. C’est ça, et rien d’autre, qui advient sous nos yeux, sous forme d’une propagande absolument matraquante des médias de masse. 

C’est ça, « l’anarchisme par le haut ». Dans le Salo de Pasolini, les bourreaux disent : « nous sommes les vrais anarchistes ». Je ne cesse de penser à cette phrase depuis que je comprends de quoi retourne cette soi-disant « crise sanitaire ». Celle-ci a servi de prétexte, dans tous les pays occidentaux et au-delà, à supprimer les lois constitutionnelles, l’état de droit, et ce qui restait de la démocratie représentative, à laquelle je ne crois de toute façon plus depuis vingt ans. Mais maintenant, ça avance à visage découvert : nous assistons depuis un an et demi à la prise de pouvoir mondiale d’un fascisme oligarchique de type entièrement nouveau, où les grands médias diffusent la même propagande abrutissante et pleine de contradictions, et où les gouvernements ne sont plus que les marionnettes de cette oligarchie mondialiste, la seule à profiter ouvertement, financièrement et politiquement, de la soi-disant « crise sanitaire ».

Je le dis dans une chanson qu’on peut trouver sur le Net, « Bienvenue » : « bienvenue dans un monde où la nouvelle dictature consiste à changer tous les jours de règles du jeu, afin de nous rendre tous fous. » Bernard Stiegler, peu avant sa mort, avait déjà posé la question : comment, dans la « disruption » capitaliste mondiale et l’emprise sans cesse grandissante de la technologie, ne pas devenir fou ? Les bonnes vieilles dictatures imposaient une loi martiale à tout le monde une bonne fois pour toutes : vous vous y soumettiez ou vous mourriez. Les nouvelles dictatures vont beaucoup plus loin : elles improvisent tous les jours des lois nouvelles, pour vous rendre fous avant que vous ne soyez purement et simplement assassinés. Tel est le sens terrible aujourd’hui dont il faut aussi recouvrir le mot « anarchie ». L’arbitraire de la règle civique, quand le pouvoir est détenu par une infime minorité de l’humanité.

En France comme ailleurs, c’est à quoi nous assistons depuis au moins un an : la constitution est foulée aux pieds et ne vaut plus rien. Il n’y a quasiment plus d’état de droit. Chaque jour, un parlement entièrement corrompu fait passer de nouvelles lois chaque fois encore plus absurdes que celles qui étaient valables la veille : lois dictées par le seul et unique gouvernement, qui lui-même ne fait qu’entériner les caprices d’un président de la république conseillé par un « conseil scientifique » parfaitement opaque, et dont les membres sont perclus de conflits d’intérêt avec l’industrie pharmaceutique. « Scandale » est un mot très faible pour dénoncer ce qui est en train de se passer.

Qui peut encore sérieusement croire qu’une maladie qui tue, dans le monde entier, 0,14% de la population, pour une moyenne de gens de 82 ans perclus de comorbidités, qui peut encore sérieusement croire que cette soi-disant « pandémie » décidée par l’OMS, massivement financée par Bill Gates et la Chine (Bille Gates a demandé à l’OMS en mars 2020 d’ « étendre » très largement la définition de ce qu’était une « pandémie »…), justifie à ce qu’on tue tous les droits civiques acquis par des siècles de luttes, à ce qu’on assassine les PME, l’hôtellerie et la restauration, à ce qu’on abîme très gravement l’Université, l’école et les hôpitaux (en France, le gouvernement a promis la construction de milliers de nouveaux lits de réanimation, et il en a finalement supprimé des milliers…), à ce qu’on sacrifie non seulement les pauvres et la jeunesse, mais aussi les classes moyennes et les enfants, etc. ? Eh bien, l’hallucinant est qu’une majorité des gens y croit. Il s’agit quasiment d’une nouvelle religion, la religion du « virus », qui fait que, de manière commode, on n’a plus à parler de conflits sociaux, d’économie, de politique et de géopolitique, d’arts et de culture, etc. Il n’y en a plus que pour le « virus ». Mais il suffit d’ouvrir les yeux pour se rendre à l’évidence : ce qui détruit, et en masse, la vie des gens, ce n’est assurément pas cette grippe un peu virulente probablement sortie d’un laboratoire, mais la « politique sanitaire » qui a été un peu partout adoptée pour soi-disant le contrecarrer. Orwell est fréquemment évoqué pour décrire ce qui se passe, et on ne peut que souscrire : les mots, les slogans gouvernementaux et médiatiques, désignent systématiquement le contraire de ce qu’ils signifient. Les mesures les plus malsaines sont présentées comme « sanitaires ». On nous dit : « luttons ensemble contre le virus » pour nous assigner à résidence et nous retourner, avec succès, les uns contre les autres, dans une sorte de paranoïa démocratisée. Le Mal est présenté comme le Bien, et le Bien, comme le Mal. Mike Yeadon, biologiste et ex-vice-directeur du laboratoire pharmaceutique Pfizer, de nationalité anglaise, le dit depuis un an : son gouvernement a menti a la population sur tout. Sur absolument tout. La même chose advient en France, et nos « intellectuels médiatiques » ne mouftent pas; les autres se taisent. Rien de ce que nous a raconté le gouvernement français depuis un an n’était vrai, absolument rien. Il s’est sans cesse renié lui-même, sans cesse fait circuler de fausses informations et prescrit des lois délirantes, et les gens n’ont cessé d’obéir de manière exactement proportionnée. Je le répète : jamais je n’aurais cru pouvoir assister à un tel spectacle de mon vivant, qui dépasse les pires scénarios contenus dans les livres ou films d’horreur et de science-fiction. 

 On prend les gens pour des enfants parce qu’au niveau politique, ce sont des enfants. L’irresponsabilité totale dont font preuve les dirigeants mondiaux reflète l’irresponsabilité de populations débilisées par des décennies d’abrutissement par le « totalitarisme technologique ». qui peut croire que les 3.500.000 morts du « CORONAVIRUS » à ce jour dans le monde justifient qu’on jette 150.000.000 d’êtres humains à ce jour dans la famine, c’est-à-dire, demain, des milliards d’êtres humains ? Les gens meurent des mesures anti-« CORONA », et non pas du « CORONA ». Comme le dit le grand avocat Reiner Fuellmich (qui a fait condamner la Deutshbank et Volswagen) : il s’agit, d’ores et déjà, du plus grand crime contre l’humanité jamais perpétré. Véra Sharav fait rigoureusement le même constat, et à vrai dire des dizaines de millions de personnes dans le monde. Une majorité de gens sont rendus proprement somnambules par la propagande d’Etat, mais, fort heureusement, des gens de plus en plus nombreux se réveillent et prennent conscience de tout l’incroyable carnage social qui a été perpétré au nom de la « crise sanitaire ».

Mais le pouvoir a cru avoir trouvé la parade : tous ce gens sont des « complotistes ». C’est un mot qui désigne exactement aujourd’hui ce que la bourgeoisie française reconnaissait comme « anarchistes » au dix-neuvième siècle, ce que le mot « résistant » désignait dans la France vychiste des années quarante du siècle dernier, ou ce que le mot « dissident » désignait dans les dictatures européennes de l’est dans le même siècle. Pourquoi des dizaines de milliers de médecins en Europe, au risque de perdre leur réputation et parfois leur droit d’exercer, se sont-ils érigés contre ce diktat ? Pourquoi, en face, dans les grands médias et pour entourer nos gouvernements, n’a-t-on que des médecins ultra-corrompus par des conflits d’intérêt avec l’industrie pharmaceutique ? Pourquoi des milliers d’avocats dans le monde, là encore au risque de leur réputation, voire d’être radiés des barreaux, ont-ils lancé la campagne « Nuremberg 2 » pour dénoncer et faire tomber la gigantesque manipulation qui a cours depuis maintenant un an et demi dans le monde ? Mais voilà : lorsque vous dites l’évidence, et que les deux organisations les plus influentes dans cette affaire sont la fondation Bill et Melinda Gates et le Forum de Davos, vous êtes traité de « complotiste ». Lorsqu’on dit que Billa Gates, fort d’une idéologie eugéniste, hygiéniste et « bioéthique » proprement délirante (et de sucroît, bien sûr, « transhumaniste »), rêve depuis des décennies d’une « pandémie mondiale », et qu’il a quasiment acheté l’OMS à cet effet, vous êtes traité de « complotiste ». Lorsqu’on rappelle que le même rêve, depuis des décennies, à vacciner la terre entière (mais pas ses trois enfants…) sous n’importe quel prétexte, on vous traite de « complotiste ». Lorsqu’on signale que le même a professé publiquement, l’année dernière, que « le vaccin est la solution finale contre le virus », on vous traite de « complotiste ». Lorsque vous dites que ne pas prendre aujourd’hui au sérieux The great Reaset, de Klaus Schwab, le porte-parole de ceux que Reiner Fuellmish surnomme « la clique de Davos », est comme ignorer ou ne pas prendre au sérieux Mein Kampf dans les années vingt ou trente ou quarante du siècle qui a précédé, on vous traite de « complotiste ». Lorsque vous montrez que ces personnes ont de gigantesques réseaux d’influence qui décident de tout (gouvernements, grands médias, GAFAM, OMS…), vous êtes traité de « complotiste ». Vous aurez beau citer des dizaines de milliers de documents sourcés et d’innombrables preuves empiriques à l’appui, vous serez de toute façon toujours tamponné « complotiste ».

Bref : « complotiste », d’après ce que j’en comprends et ce que j’en vois, c’est quelqu’un qui, généralement, a le courage de la vérité. Un « complotiste », c’est généralement quelqu’un d’intègre. Un « complotiste », c’est quelqu’un qui n’a pas peur de risquer sa vie symbolique et biologique pour sauver ce qu’il pense être le bien commun. Un « complotiste », c’est quelqu’un qui dit que le roi est nu.

J’ai écrit, il y a des années, un livre un peu prémonitoire sur un de mes héros, Antonin Artaud, qui s’appelait Artaud et la théorie du complot. Je préfère, quant à moi, parler de « plus grande manipulation de masse de tous les temps » ; mais il est un autre de mes héros qui, lui, n’avait pas peur du mot « complot ». Il s’agit de Guy Debord, dont les Commentaires sur la société du spectacle ont toujours été, pour moi, un « manuel de survie » à chaque phase critique de ma biographie. A chaque fois dans ma vie que j’ai compris que, précisément, c’était ma vie biologique qui était en jeu, j’ai relu ce livre, comme récemment. Je cite ces passages essentiels, écrits il y a déjà trente-cinq ans :

« Autrefois, on ne conspirait jamais que contre un ordre établi. Aujourd’hui, conspirer en sa faveur est un nouveau métier en grand développement. Sous la domination spectaculaire, on conspire pour la maintenir, et pour assurer qu’elle seule pourra appeler sa bonne marche. Cette conspiration fait partie de son fonctionnement même. (…)

Ainsi, mille complots en faveur de l’ordre établi s’enchevêtrent et se combattent un peu partout, avec l’imbrication toujours plus poussée des réeseaux et des questions ou actions secrètes ; et leur processus d’intégration rapide à chaque branche de l’économie, la politique, la culture. La teneur du mélange en observateurs, en désinformateurs, en affaires spéciales, augmente continuellement dans toutes les sphères de la vie sociale. Le complot général étant devenu si dense qu’il s’étale quasi au grand jour, chacune de ses branches peut commencer à gêner ou inquiéter l’autre, car tous ces conspirateurs professionnels en arrivent à s’observer sans savoir exactement pourquoi, ou se rencontrent par hasard, sans pouvoir se reconnaître avec assurance. Qui veut observer qui ? Pour le compte de qui, apparemment ? Mais en réalité ? (…)

Thucydide (…) dit, à propos des opérations d’une autre conspiration oligarchique, quelque chose qui a beaucoup de parenté avec la situation où nous nous trouvons : « qui plus est, ceux qui y prenaient la parole étaient déjà du complot et les discours qu’ils prononçaient avaient été soumis au préalable à l’examen de leurs amis. Aucune opposition ne se manifestait parmi le reste des citoyens, qu’effrayait le nombre des conjurés. Lorsque quelqu’un essayait malgré tout de les contredire, on trouvait un moyen commode le faire mourir. Les meurtriers n’étaient pas recherchés et aucune poursuite n’était engagée contre ceux qu’on soupçonnait. Le peuple ne réagissait pas et les gens étaient tellement terrorisés qu’ils s’estimaient heureux, même en restant muets, d’échapper aux violences. Croyant les conjurés bien plus nombreux qu’ils étaient, ils avaient le sentiment d’une impuissance complète. La ville était trop grande et ils ne se connaissaient pas les uns les autres, pour qu’il leur fût possible de découvrir ce qu’il en était vraiment. Dans ces conditions, si indigné qu’on fût, on ne pouvait confier ses griefs à personne. On devait donc renoncer à engager une action contre les coupables, car il eût fallu pour cela s’adresser soit à un inconnu, soit à une personne de connaissance en qui on n’avait pas confiance. Dans le parti démocratique, les relations personnelles étaient partout empreintes de méfiance et l’on se demandait toujours si celui auquel on avait affaire n’était pas de connivence avec les conjurés. Il y a avait en effet parmi ces derniers des hommes dont on n’aurait jamais cru qu’ils se rallieraient à l’oligarchie.  »

Ces commentaires… se passent de commentaires, tant ils décrivent avec exactitude ce que l’on voit se passer sous nos yeux aujourd’hui. « Le complot est devenu si dense qu’il s’étale quasi au grand jour » : on peut aujourd’hui enlever l’adverbe : il s’étale au grand jour. Au fond, le « complotisme », ce terme inventé par l’Etat pour désigner ses opposants, renvoie à la structure de la lettre volée d’Edgar Poe : le meilleur moyen de dissimuler une preuve judiciaire accablante, c’est de l’étaler au grand jour. La fondation Bill et Melinda Gates ne cache pas qu’elle finance l’OMS et de nombreux médias de masse mondiaux, ni ses accointances « transhumanistes » avec les GAFAM, ni les liens extrêmement amicaux qui lient l’ami Bill aux principaux gouvernants du monde, à commencer par notre misérable président français, ou au président chinois (la Chine est le second bailleur de fonds de l’OMS après la fondation BMG…), ni les conflits d’intérêt faramineux qui le lient aux laboratoires pharmaceutiques : il a avoué dans une interview que rien ne lui a rapporté autant d’argent que cette industrie-là, et pour cause, c’est l’industrie la plus juteuse au monde, au-dessus même de l’industrie immobilière. Cette fondation ne cache pas avoir simulé une pandémie mondiale « CORONAVIRUS », avec la participation du forum de Davos, le 18 octobre 2019, pour aviser aux « moyens d’y remédier » (le confinement mondial, en attendant la « solution finale » du « vaccin »). Le forum de Davos, avec la parution du Great reaset, ne cache en aucune façon, et ce depuis des années, que la démocratie représentative lui devenait embarrassante, et qu’il fallait passer à la « quatrième révolution industrielle », après les trois autres qui ont fait tant de bien à l’humanité : assigner les gens à domicile et ne plus accepter que la « démocratie » de l’Ordinateur et d’Internet. Le « COVID », nous dit Klaus Schwab (c’est-à-dire tous ceux qu’il représente : l’oligarchie mondiale et nos gouvernants) en toutes lettres, est une aubaine : école numérique, Université numérique, « entreprises numériques » donc infédoées aux multinationales, art numérique (« la dernière série de Netflix ! »), amour numérique (les sites de rencontre et le porno), santé numérique. En France, Laurent Alexandre opine docilement du bonnet, bien conscient de la docilité qu’a déjà atteint la population. Oui, Schwab a raison : nous étions déjà dans le « Great Reaset », mais la « crise du COVID », décidée par Bill Gates, a permis de renforcer le processus. Nous avons été pris au piège, et il se refermera implacablement sur nous si nous ne réagissons pas, ici et maintenant.

Voilà, pour résumer de manière très concrète, la différence entre « anarchisme par le haut » – les oligarques multimilliardaires, les grands médias, les gouvernements, les GAFAM – et « anarchisme par le bas » -. J’ai toujours pensé, – je n’entre pas ici dans le détail car c’est trop complexe – que l’anarchisme authentique était un « dépassement par bas ». Le « communisme », par exemple, était un tel « dépassement par le haut » : comme dans toutes les « grandes hégémonies » au sens où en parle Schürmann, le « communisme » aura dit : « oubliez vos expériences individuelles et égoïstes ! Pensez en très grand, pour l’intérêt commun majeur ! » L’anarchiste, tant au sens politique qu’au sens ontologique de Schurmann, rétorquera toujours : « Pour savoir ce qu’est la bien commun, examinez avant tout où se trouve votre intérêt individuel « égoïste », examinez les traits qui constituent votre quotidienneté, rompez avec les injonctions qui vous poussent à vous dépasser « par le haut » ».  

Badiou, Zizek, Rancière, auront mis un poins d’honneur à ne rien comprendre à la « crise du COVID ». Badiou, qui nie la crise écologique et n’a rien voulu comprendre non plus à l’insurrection des gilets jaunes, a même ouvertement avalisé les « mesures sanitaires », jusqu’à blâmer les manifestants contre la loi de réforme retraite en France en tant que dangers pour le restant de la population, lors même que la fameuse « pandémie » n’avait pas encore été déclarée ! Et les gens se demandent encore pourquoi j’ai rompu avec lui… Badiou a passé sa vie à poser à la « résistance » au sens de la période de Vichy en France, en avançant que son père avait été résistant et que donc, en quelque sorte, ça se transmettait génétiquement. Hélas ! Au moment historique où il aurait fallu entrer en résistance radicale, au sens de Vichy, Badiou aura claironné un diagnostic totalement erroné, voire collaborationniste. L’histoire le jugera de manière extrêmement sévère. Ma rupture avec Badiou m’a énormément coûté au niveau social et symbolique, tant il représentait, en grande partie grâce à moi, la « gauche radicale » en France. Je n’ai jamais regretté ma rupture. Et, depuis ce texte désastreux et stupide, je le regrette moins que jamais.

Agamben, lui, a tout de suite compris de quoi il s’agissait, car cela faisait des années qu’il fourbissait les armes contre une telle catastrophe, qu’il ne pouvait imaginer comme telle (il n’y a pas de philosophe-prophète, mais j’y reviendrai). En ce sens, nous sommes dans un nouveau « dévoilement de la vérité », comme aurait dit Heidegger : il y a nombre de philosophes et d’intellectuels dont les thèses apparaissent visiblement comme fausses, du fait que, tout « rebelles » et « critiques » qu’ils soient envers le système, ils aient entériné sa propagande et sa politique proprement criminelle, et de rares philosophes et intellectuels qui sortent grandis de cette crise, du fait d’avoir annoncé de longue date ce qui risquait de se passer, puis d’avoir immédiatement alerté l’opinion sur ce qui était en train d’arriver.

Moi je dis : observez d’abord votre situation « individualiste et égoïste », et jugez ensuite. Les gouvernements vous veulent-ils du bien ? Les grands médias et les GAFAM vous veulent-ils du bien ? Les oligarques vous veulent-ils du bien ? Les industries pharmaceutiques vous veulent-elles du bien (toutes celles qui ont fabriqué des « vaccins » ont été condamnées, du temps où l’état de droit existait, à des peines très lourdes, à commencer par Pfizer) ? Si vous répondez : « oui », c’est que vous avez cessé de penser. Si vous répondez : « non », c’est que vous pouvez encore penser. Je n’aurais jamais cru, de mon vivant, que le pouvoir pourrait atteindre un tel niveau de décervelage des populations. Je n’aurais jamais cru assister, de mon vivant, à la naissance d’un totalitarisme d’une telle envergure. Je me répète, mais on ne répète assez jamais les choses importantes.

On appelle aujourd’hui « complotiste » quelqu’un qui se contente de rapporter des faits, dûment sourcés et vérifiés, et de les mettre en relation les uns avec les autres. Debord l’avait diagnostiqué : ce que la « société du spectacle » détruit en premier lieu, c’est l’aptitude à la simple logique.  Les « anti-complotistes », sont ceux qui écoutent aveuglément les ordres absurdes de nos gouvernements et les informations totalement incohérentes de nos grands médias. Bientôt, sera accusé de « complotiste » quiconque ose mettre deux neurones en contact. Mais les puces électroniques implantées dans nos cerveaux arrivent…

Je citerais ici Wittgenstein : « Ce qui est caché ne nous intéresse pas ». Je suis « complotiste » tendance Debord : là où le « présent perpétuel » de la propagande médiatico-comportementale a détruit toute capacité logique dans les cerveaux de ceux qui reçoivent ce que j’appelle la « désinformation en continu », il s’agit, simplement, de relier les faits les uns aux autres, d’interroger les chiffres, et de dégager, à travers le discours proprement délirant qui nous est tenu en haut lieu depuis un an et demi, de dégager, à point nommé, la logique de tout cela.

– What does it mean Anarchists want to increase intrinsic functioning and decrease extrinsic power. — do you have a story? 

C’est à peine une question pour moi. J’y ai répondu de diverses manières par ce qui précède. La démocratie représentative, quand elle n’est plus appuyée sur un corps législatif stable et un état de droit fonctionnel, ne veut plus rien dire. Soit nous reprenons le pouvoir à un niveau local – comme avec le municipalisme libertaire -, soit nous serons des esclaves planétaires pour des décennies et des décennies. Il y a eu quatre tentatives de prise de pouvoir anarchiste « en grand » : la Commune de Paris, la Révolution espagnole, mai 68, les gilets jaunes. Toutes ont échoué et je reconnais que nous nous retrouvons là face à une aporie. Je suis, depuis longtemps, un anarchiste mélancolique : je pense que l’anarchisme est une excellente solution à échelle locale, mais qu’il n’a rien à dire à échelle globale, contrairement au « communisme » de Badiou et de tant d’autres. La réponse de l’anarchisme aux « globalismes » en tous genre, c’est tout simplement la déconstruction au sens que j’ai précisé plus haut, voire la destruction. Mais cette déconstruction-destruction des grandes instances globalisantes (Etats, « gouvernance mondiale », institutions supranationales, entreprises mondiales, etc.) prendra des siècles à s’accomplir : je ne me fais aucune illusion sur ce point, et l’anarchisme politique ne peut tout au mieux qu’agir locelement dans le monde où nous sommes. Il ne peut que résister à la mondialisation et non pas l’abattre de but en blanc. 

Mais la « crise sanitaire », par son degré d’imposture et de criminalité sans précédent, m’a ouvert les yeux sur ce qui était en jeu. Jusqu’ici, nous étions tous culpabilisés par une sorte de « Surmoi » historique, qui nous disait, en gros : « Vous êtes rebelles, d’accord. Le système démocratico-capitaliste laisse à désirer, d’accord. Mais enfin, c’est toujours mieux que le nazisme ou le stalinisme… » Ce que la « crise sanitaire » a révélé, c’est que ce temps était révolu : ce qui se passe est pire que le nazisme ou le stalinisme, car à échelle mondiale. Le capitalisme n’a plus besoin de démocratie. Bien plus : il a désormais un besoin vital de supprimer la démocratie, et c’est ce qu’il fait depuis un an et demi. Vital, parce que s’il ne l’avait pas fait, c’est lui qui n’aurait pas survécu : la crise économique mondiale serait devenue si visiblement grave que des gens seraient venus demander des comptes à ses principaux responsables. Lesquels ont justement avalisé la « crise sanitaire mondiale »….

Je suis un anarchiste mélancolique. Je suis persuadé que l’anarchisme, littéralement et en tous sens, est la seule politique viable pour l’humanité : au fond, Proudhon est un prophète qu’on commence à peine à découvrir. Mais j’ai bien conscience que l’anarchisme ne peut répondre aux problèmes à l’échelle globale, sauf sur le mode auquel nous assistons en ce moment : le fascisme oligarchique mondialisé, qui détruit les populations au nom de leur « santé ».  C’est vraiment « anarchisme par le haut » – état d’exception mondial perpétué – ou « anarchisme par le bas » – inventer des règles de coexistence civique toujours circonstanciées -.

Je ne pose, au fond, qu’une seule et unique question en philosophie : pourquoi est-ce que l’être humain, d’être le seul animal capable de technologie et de science, c’est-à-dire le seul étant capable de s’approprier les lois de ce qui est, est-il incapable, sauf à échelle locale, de se donner des règles civiques de coexistence à peu près viables ? C’est ce qui éclate au grand jour avec la « crise sanitaire » : jamais nous n’aurons été aussi avancés au niveau de la science et de la technologie – la « techno-science », c’est la science au service du Capital -, et jamais nos régimes politiques n’auront été si précaires et si délirants. Ils ne savent plus comment garder le pouvoir, donc ils terrorisent à grande échelle et exterminent par procuration. Voilà le réel de ce qui se passe aujourd’hui.

Ici il me faut donc saluer le philosophe précurseur de ce qui nous arrive aujourd’hui : Giorgio Agamben. Cela fait trente ans qu’il annonce que la différence entre démocratie et dictature risquait de s’estomper de manière irréparable. Cela fait trente ans qu’il alerte sur les risques du « biopouvoir », c’est-à-dire du moment, expérimenté pour la première fois par les nazis, où la « médecine » devient une politique d’Etat (Véra Sharav dit exactement la même chose). La lucide et loyale Naomi Wolf appelle l’installation actuelle « biofascisme », mais ce qu’Agamben nous a de longue date montré, c’est qu’à partir du moment où une politique devenait biopolitique, vous pouviez être sûr que le fascisme n’était pas bien loin. « Biofascisme » est donc un pléonasme. Cela fait trente ans qu’Agamben nous annonce que l’état d’exception pourrait bien devenir la règle : tout s’est réalisé très au-delà de ses prédictions (la question étant pour moi : l’humanité comme telle n’est-elle pas, dès ses origines, un état d’exception ?). Agamben a beaucoup scandalisé, quand son livre-référent, Homo sacer, est paru, d’avoir tenu que « le paradigme de la biopolitique moderne était le camp de concentration ». Davos et l’OMS décident qu’il faut « confiner » ? Les trois quart de la planète s’exécute ! La vérité est que nous vivons dans le rêve de Gates et de Davos, comme d’autres ont vécu dans le rêve de Hitler et Staline. Et ce rêve est, pour presque tout le monde, un cauchemar éveillé. Et ça risque de n’être que le début, s’il n’y a pas quelque part un soulèvement à grande échelle et même, osons le mot, une révolution.

L’état d’exception mondiale. L’anarchie mondiale. Nous y sommes. Le « nouvel ordre mondial », c’est l’état d’exception permanent : des règles parfaitement arbitraires et chaque jour changeantes de coexistence civique. L’anarchie est à présent au sommet de l’Etat, des Etats. Il faut que les gens se réapproprient l’anarchie et posent leurs propres règles de coexistence civique. C’est ça que j’entends par le mot « pléonectique » : un régime d’appropriation monstrueux qui se solde par un régime d’expropriation monstrueux jamais vu sur terre. Celui-ci n’a fait que se renforcer depuis un an et demi au nom de la « crise sanitaire » : le nombre de milliardaires chinois a explosé pendant la soi-disant « pandémie » redéfinie par Bill Gates, tous les oligarques du monde se sont enrichis sans exception, tandis que des milliards d’êtres humains se sont appauvris. Combien de temps allons-nous continuer comme ça ? De même que Schurmann ne croyait pas si bien dire avec « totalitarisme technologique », je ne croyais pas si bien dire, depuis dix ans que j’ai forgé le concept, avec « pléonectique ». La maladie de l’être humain, de l’animal humain et lui seul, c’est d’avoir toujours plus. Ce qui ont déjà presque tout veulent aller plus loin : posséder nos pensées, posséder nos corps (le « vaccin » !).

-How is it possible to live without a state and without armies? Who will protect us from our enemies? 

Question très complexe, mais il y a plus que des éléments de réponse dans ce qui a précédé. Tu touches là, pour sûr, à mon « anarchisme mélancolique » : à mesure que l’Etat se mondialise, sur un mode para-hégélien, nous nous nous voyons davantage expropriés de notre pouvoir de décision politique.

La réponse simple est, à point nommé, la réponse anarchiste : demandez-vous pourquoi il n’y a ni armée, ni police, ni prisons, ni hôpitaux psychiatriques dans les tribus de chasseurs-cueilleurs. J’ai beaucoup d’affinités avec les « anarcho-primitivistes » sur ce point. Mais, je le répète, je suis un anarchiste mélancolique : je ne crois pas vraiment à une solution immédiate aux problèmes à quoi nous sommes confrontés, car nous sommes allés trop loin dans la totalisation, l’universalisation, la « mondialisation » qui en réalité est en cours depuis les origines strictes de l’humanité, 30.000 ou 40.000 ans. Mais on peut constater une chose : plus on va vers la totalisation, plus c’est l’état d’exception, comme dit Agamben, qui devient la règle : car personne ne sait, surtout pas Bille Gates ou « la clique de Davos », comment « gérer » sept milliards d’êtres humains (avant eux, Hitler ou Staline ont fait le même rêve et ont tout aussi catastrophiquement échoué). Là réside le peu d’espoir qu’il nous reste. J’ai toujours été catastrophiste et négativiste, « collapsologue » avant la lettre, mais, quand on sait ce qui s’est passé à échelle planétaire depuis un an et demi, il y a de quoi être plus désespéré que jamais. Le « seul » espoir qui nous reste, c’est que les classes mondiales dirigeantes « veulent » la guerre civile totale, sans même forcément s’en rendre compte (en voulant le contrôle absolu sur nos vies). Eh bien, s’ils la veulent vraiment, ils l’auront. Mon diagnostic est simple : ils l’ont en réalité déjà. C’est nous contre eux. Si on n’est pas conscient de ça, il est inutile de parler encore de « politique ». Et je suis accablé par le fait que, parmi tant d’intellectuels qui nous ont sans cesse intimidés avec la chanson du « plus jamais ça », – plus jamais de nazisme, de stalinisme-, au moment même où quelque chose de pire est en train de se mettre en place et d’exterminer de manière sournoise sous leurs yeux, eh bien, vous n’avez plus personne. Le silence des intellectuels est assourdissant pendant cette « crise sanitaire ». Ils seront jugés très durement par l’histoire, et c’est bien fait. Ils n’avaient déjà pas compris grand-chose à la « crise de gilets jaunes »…  

Qui va nous protéger de nos ennemis ? Me demandes-tu. Ici je ferais une réponse parfaitement circonstanciée : depuis au moins un an et demi, de façon de plus en plus visible, la question n’est pas : est-ce que la police va nous protéger de l’ennemi de l’extérieur, mais de l’intérieur. En France, les Gilets jaunes sont au courant depuis plus de trois ans : la police ne veut pas notre bien, elle a obéi au Gouvernement et au Président. Elle a traumatisé et mutilé la population de façon à ce que tous y regardent à deux fois avant de se soulever une seconde fois. Que dire de l’armée aujourd’hui partout dans le monde ? que dire de ce qui reste, en Europe par exemple, de l’Etat-nation ? Ce que tu pointes sans le savoir par ta question, c’est quelque chose qui court depuis des années dans les débats politiques, et dont la « crise des gilets jaunes » est le révélateur : ce n’est plus le clivage gauche/droite qui est le plus structurant des débats politiques toutes échelles confondues, mais le clivage souverainisme/mondialisme. Je ne peux ici entrer dans les subtilités infinies qu’induit ce nouveau clivage. Je me contente ici de dire : ça a tout à voir avec la question d’une position anarchiste aujourd’hui en politique. Et, si on traverse les subtilités infinies, la position anarchiste ne peut pas être autre, aujourd’hui, que souverainiste. 

Nous sommes en état de guerre civile généralisée. De quelle armée parle-t-on, de quel pays ? Par exemple, chez vous, aux Etats-Unis, que penserez-vous quand l’armée viendra vous forcer chez vous à vous faire « vacciner » ? Qu’elle vous défend contre vos « ennemis » ? Que ferez-vous si elle vient vous obliger à « vacciner » votre bébé? Souvenez-vous du nazisme : d’abord, les handicapés et les malades mentaux ; ensuite, les juifs ; enfin, le reste de l’humanité pour l’avènement de la race « aryenne ». Aujourd’hui, c’est : d’abord, les « porteurs du COVID » ; plus tard, toute l’humanité, pour l’avènement de la « race » « transhumaniste », ceux qui sont déjà au pouvoir et qui aspirent, de manière délirante, à l’« immortalité ».

Telle fut l’une des promesses de la métaphysique : l’immortalité. Tel est l’un des sens tout à fait concret de la déconstruction de la métaphysique depuis Kant : accepter la finitude. L’endurer. La « pâtir », dirait Schürmann. Il y a eu un débat intéressant, entre ce sujet, entre Jean-Luc Nancy, avec qui je co-dirige la collection « Anarchies », et Agamben. Jean-Luc a opposé à Agamben qu’à la faveur de la « crise sanitaire », nous n’assistions pas tant à l’avènement de l’état d’exception, mais à une nouvelle modalité d’exposition collective à la finitude. Je m’abstiens ici de commenter plus avant cette polémique passionnante entre deux grands philosophes. Je me contenterai de poser une question à Jean-Luc : es-tu bien sûr que cette question de l’exposition à la finitude ressortisse du seul « virus » ? Ou s’agit-il, sous couvert de « virus », de tout autre chose, d’une toute autre modalité d’exposition à la finitude et donc à la mort, qui s’appelle la guerre civile ? En attendant celle-ci, qu’est-ce qui a fait le plus de mal : le « virus », ou la peur du « virus »? Une grippe un peu virulente, ou les politiques mondiales délirantes qui ont été mises en place pour y « remédier »? La réponse, pour quiconque est encore capable de penser, coule de source.

Elle est là, la guerre civile entre « l’anarchie par le haut » et « l’anarchie par le bas ». Il faut au moins créditer les religions monothéistes d’avoir été démocratiques sur ce point : l’immortalité, c’est pour tout le monde, pourvu que vous acceptiez la Loi prescrite par le Livre Sacré. Même le nazisme était plus démocratique que le « transhumanisme », puisqu’il voulait sauver le peuple allemand de tout le reste du monde, qui avant la prise de pouvoir d’Hitler lui faisait effectivement beaucoup de Mal. Solution ? Identifier l’ennemi « de l’intérieur ». Le « juif », qui n’était pas seulement l’agent de la « mauvaise idéologie », mais véritablement un agent infectieux porteur de plein de maladies physiques. Exactement le type de discours que nous avons en ce moment, sic Véra Sharav. Et Hitler a « réussi » à sauver la « nation allemande »… en restructurant l’économie, en refusant les diktats financiers de son époque, en restaurant le plein emploi. Le résultat, on le connaît. Le « troisième Reich millénaire » a duré quinze ans. C’est à cette profondeur-là qu’il faut lire Schurmann, parce que celui-ci savait très bien que Heidegger avait été nazi, mais il a essayé de comprendre pourquoi il l’avait été, et pourquoi il a assez vite compris qu’il avait fait « la plus grosse erreur de sa vie ». Il a répondu plus tard cartes sur tables : « je croyais que le nazisme était une réponse adéquate à la toute-puissance de la technologie ». Et, à la fin de sa vie, Heidegger n’en a pas démordu : « Je ne crois pas que la démocratie soit le meilleur moyen d’administrer la technologie ». Tout ça, c’était des questions, et, en philosophie, il n’y a que des questions. C’est ce qui la différencie de la politique, qui n’a que des solutions. Généralement « finales »… la République de Platon, la somme théologique de Saint Thomas d’Aquin, l’individu génial autonome de Kant, l’Etat universel de Hegel, la dictature du prolétariat de Marx, reprise par Lénine, pour soi-disant abolir l’Etat à niveau universel, le « surhomme » de Nietzsche… Heidegger a compris quelque chose de très important en qualifiant Nietzsche de « dernier métaphysicien ». 

Je marque ici ma solidarité avec Malabou et Agamben, car ils sont les seuls philosophes contemporains qui ont compris tout ce qui était en jeu dans cette affaire. Moi, pendant huit ans, j’ai cru en une « perpétuation de la métaphysique » en la personne d’Alain Badiou. Un jour, j’ai compris que tout cela n’allait nulle part, sauf vers le massacre de masse, qui ne fera jamais sourciller le maoïste Alain Badiou. Ce qui se passe en ce moment, il s’en fout complètement, ses prises de positions publiques le prouvent. Ce qu’il veut, c’est le « communisme » divin, déjà en place et en état de constat avancement depuis 30.000 ou 40.000 ans : la collectivisation planétaire de l’humanité aux moyens de la technologie. Je le soupçonne (Badiou) d’être extrêmement complaisant envers les « transhumanistes », dont il ne touche jamais mot dans ses livres. Je suis sûr que, « l’immortalité » technologiquement assistée, il est pour. Le « surhomme » de la Silicon Valley. Le fait que le monde soit en train de se « chiniser », il serait plutôt pour, puisqu’il l’a défendu publiquement. Peu importe nous a-t-il toujours dit, qu’il y ait des camps de concentration (les logoai chinois) et des camps d’extermination. L’important, c’est l’avancée de l’humanité vers les vérités über alles. J’ai exprimé mon profond désaccord avec cette vision dans Système du Pléonectique, je ne peux y revenir avec toute la profondeur nécessaire ici. J’attends avec gourmandise la prochaine intervention publique de Badiou, après son texte inepte sur la « crise sanitaire » et un an de silence. Il dira : « vaccinez-vous ! ». « Vacciner »… contre qui, contre quoi ? Le « grand » Badiou a posé toute sa vie à l’héroïsme et à la résistance héritée de son père sous Vichy : et, comme Zizek, au moment même où il faut résister, collectivement, à un ennemi beaucoup plus puissant encore que ne le fut le nazisme, il n’y a plus personne. Zizek, presque pareil. Rancière, il porte un masque quand il passe à la télévision. Voilà pour ce que j’appelle depuis dix ans le « gauchisme universitaire ». Ils ne voient pas ce qui est en jeu avec l’état d’exception mondial qui a été mis en place depuis un an. Et, ce qui se passe, c’est qu’il y a un tel désespoir au sujet de l’Universel positif que les détenteurs du monde n’ont plus qu’une chose à dire : « vaccinez ! ». C’est le nouvel universel, qui demain sera remplacé par un autre. « Anarchie par le haut ». 

Je mets le verbe « vacciner » entre guillemets car ces « vaccins » n’ont suivi aucun des protocoles sanitaires et de pharmacoviligance usuels courants pour être utilisés. Là encore, état d’exception délirant. Les contrats signés avec les industries pharmaceutiques – Pfizer, Moderna, Astrazeneca, etc. – sont à moitié opaques au grand public et, pour le peu qu’on peut en lire, se déchargent de toute responsabilité en cas d’effets secondaires plus ou moins graves. Ce sont les Etats qui devront en répondre, d’où le peu d’empressement de ceux-ci à faire état, c’est le cas de le dire, des effets secondaires plus ou moins graves liés à ces soi-disant « vaccins », qui sont en réalité des thérapies géniques expérimentales. Là encore, c’est lettre volée sur table : ceux qui sont « vaccinés » sont dans la phase d’expérimentation dite de « phase 3″, c’est-à-dire qu’ils sont tous des cobayes. Comment peut-on accepter de se faire « soigner » quand on dispose de si peu de garanties, c’est-à-dire aucune ? Mais l’hypnose médiatique a atteint des sommets de sophistication qui font passer les totalitarismes du vingtième siècle pour des amateurs. C’est-à-dire : pour des précurseurs. Comme je l’ai dit dans un texte pour les gilets jaunes : « les totalitarismes n’étaient pas un accident ». Goebbels était le grand précurseur de tout ce qui est en train de se passer. « Plus c’est gros, plus ça marche ». Il y a une histoire avec Goebbels que je tiens à raconter, avec le grand cinéaste Fritz Lang (qui définissait Goebbels comme « very clever »). Goebbels invite Fritz Lang pour lui dire que le Führer, adorant de manière générale le cinéma, considérait Lang comme le plus grand cinéaste vivant, et qu’il voulait qu’il soit le cinéaste officiel du régime nazi. Lang répond : « Il y a un petit problème ici : je suis juif. » Goebbels rétorque : « Nous décidons de qui est juif et de qui ne l’est pas. » Et la question qu’en ce moment je pose à tout le monde, c’est : qui décide de ce qu’est une pandémie et de ce qui ne l’est pas ?

Toujours « l’anarchie » au triple sens que j’entendais plus haut : il n’y a plus de règles arrêtées, et surtout pas « sanitaires » (les règles « sanitaires » qu’on prescrit depuis plus d’un an et demi à échelle mondiale sont les plus malsaines de toute l’histoire de l’humanité). Comment peut-on leur faire confiance ? C’est comme si vous achetiez une voiture en signant un contrat qui vous stipule que le volant n’est pas sûr, que la pédale de frein n’est pas sûre, que le moteur n’est pas sûr. Acheteriez-vous cette voiture ? C’est pourtant ce que des centaines de millions de gens font, totalement abrutis par la propagande d’Etat incessante. « Je veux être libre, donc je me vaccine ! ». « Je veux êtres libre, donc j’accepte le passeport vaccinal qui me tracera partout et fera que le pouvoir saura tout de moi ! » Agamben avait raison : à partir du moment où la « médecine » s’invite dans les débats politiques et prétend prendre les rênes pour le bien commun, vous pouvez être sûr que le fascisme n’est pas bien loin. 

On marche sur la tête. Voilà pour « l’anarchie par le haut » : vous ne l’avez pas seulement au niveau de Gates et Davos, pas seulement au niveau des gouvernements, mais au niveau des industries pharmaceutiques, et ce depuis longtemps. Sauf que, désormais, tous ce gens marchent ouvertement la main dans la main. « L’anarchie couronnée », disait Artaud à propos d’Héliogabale. Le plus souvent, je suis totalement désespéré par ce à quoi j’assiste. Il va falloir un sérieux réveil de nos populations, sans quoi nous entrerons dans la période la plus sombre de toute notre histoire. Et je suis d’ores et déjà persuadé que les atrocités qui ont rempli l’histoire du vingtième siècle étaient des jeux d’enfant par rapport à ce qui nous attend dans celui-ci, tant au niveau des guerres que de la torture, tant au niveau de la santé que des inégalités sociales, tant au niveau du développement des techniques de contrôle que des chaos civiques sans nom qu’ils produiront.

C’est ce fascisme oligarchique qui a imposé cet état planétaire d’exception, où on ne sait pas qui est l’ami ou l’ennemi. C’est pire que l’Etat d’exception fasciste théorisé par le nazi Carl Shmidt, où l’ami et l’ennemi sont clairement définis (le juif, l’étranger, le communiste, le bourgeois…). C’est la guerre civile larvaire, entre « vaccinés » et anti-« vaccins », entre pass-sanitaire et non-pass sanitaire… on essaie de créer un apartheid mondial. Les Etats-Nations se disloquent tous de l’intérieur. Et, quand un Etat se disloque de l’intérieur – en d’autres termes : la guerre civile – la seule question que doit se poser une armée est : sommes-nous du côté du peuple ? Ou des irresponsables qui le gouvernent ?

Donc je réponds, pour finir, à ta question, de manière parfaitement circonstanciée au moment précis où nous parlons : en France, des rumeurs persistantes parlent d’une volonté de coup d’Etat par l’armée contre l’atroce Marcon. Eh bien, tu veux que je te dise ? Je pense que ce serait une bonne chose. Je préfère vivre dans une dictature militaire « à l’ancienne », avec un minimum de règles civiques stables, que dans le fascisme oligarchique psychopathe de la Silicone Valley ou de Davos, qui retournent les peuples contre eux-mêmes et essaient de les rendre fous en dictant aux gouvernements, chaque jour, de nouvelles règles du jeu. En Australie, on va en prison sans procès si on ne porte pas le masque à l’extérieur, ou si on le porte pas correctement. Aux Philippines, c’est une balle dans la tête sans sommation pour le même délit. Alors qu’il est prouvé que le masque en extérieur ne sert rigoureusement à rien. En France, ça fait six mois qu’on le sait, mais l’Etat ne fait rigoureusement rien. Bon, la moitié des gens, dont moi, s’en foutent, du masque à l’extérieur, et ne le portent pas… c’est un timide début…

Ce qui arrive est terrible. Terrible. Le monde est devenu totalement fou. Tout ce que je peux faire, en tant que penseur, c’est donner les outils pour comprendre ce qui nous arrive. Et force m’est de constater que, sur bien des points, mon Système du pléonectique était prémonitoire… Par exemple, je parle, à un moment, du “quatrième Reich transhumaniste ». Je plaisantais à moitié, je n’arrivais pas à y croire. Et, désormais, ça se déroule sous nos yeux… je n’en peux plus d’avoir même autour de moi des gens censément cultivés, intelligents, ayant une connaissance minimale de l’histoire, ne pas se rendre à l’évidence : nous assistons à la tentative d’imposition de la plus grande tyrannie de toute notre histoire, ce qui n’est évidemment pas peu dire. Il n’y qu’un philosophe vivant, à ma connaissance, qui soit en accord avec moi sur ce point précis : il s’appelle Pierre-Henri Castel et il prévoit, comme moi, de nouvelles formes du Mal qui relégueront celles qui ont existé jusqu’ici au rang d’enfantillages.

– If we abolish prisons, will we be attacked by criminals?

Mais ne sommes-nous pas déjà en prison depuis plus d’un an ? Sous « liberté conditionnelle », expression dont on pourrait facilement montrer qu’elle est un pléonasme : je renvoie à ce que j’en ai dit dans notre livre avec David et, pour aller plus en profondeur dans la nature du problème, à mon Système du pléonectique, à l’entrée éponyme. Comme dit David : « tout commence par le fouet ». On pourrait ajouter : la liberté commence par la capacité à asservir et emprisonner. C’est ça la définition de la liberté depuis Kant : la capacité à poser des règles qui ne sont pas dans la nature. La liberté a donc une définition d’abord négative, à partir de laquelle seulement on peut parler de « liberté positive », de liberté au sens où on l’entend communément. Je développe cela longuement dans mon travail. Tout commence par les prisons de toutes sortes, comme l’habillage (aucune espèce animale n’éprouve le besoin de se vêtir, ce n’est par excellence pas une loi inscrite dans la nature), le travail, les impôts et les factures… la liberté positive, c’est la marge étroite laissée entre les mailles de ce filet législatif où, nous humains, nous nous sommes pris nous-mêmes pour coexister civiquement sans trop de dégâts. Mais souvent, comme aujourd’hui, la peine appert comme perdue, et c’est la guerre civile qui gagne à nouveau. La liberté, c’est d’abord le fouet, c’est d’abord la prison, c’est d’abord ces règles non-naturelles que nous nous imposons à nous-mêmes.

Mais je ne vais pas jouer au plus fin et prendrai le mot « prison » au sens strict du terme. J’ai, d’une certaine façon, répondu plus haut : il n’y a pas de prisons dans les sociétés par ailleurs si diverses des chasseurs-cueilleurs. Maintenant demande-toi ce qui se passerait si les drogues étaient légalisées. Eh bien, tu dépeuplerait les prisons de 80% de ses effectifs!

C’est la question fondamentale, dans mon travail, du jeu de la transgression et la législation. C’est trop complexe pour que j’entre ici dans le sujet comme il faudrait. J’appelle ça le « transcendantal législatif-transgressif ». A savoir que nous, animaux humains, et nous seuls, sommes constamment pris dans des jeux sans cesse changeants de transgressions et de législations. S’il fallait que j’applique cette méthode transcendantale à la seule « crise sanitaire » sur la base de tout ce que je sais, j’écrirais un livre d’au moins dix mille pages. J’essaie, à la faveur des questions que tu me poses, d’aller à l’essentiel. Regarde ce que font nos gouvernements. Transgression des règles de la constitution. Transgression de toutes les règles de la démocratie. Des milliers de brevets falsifiés. Des contrats pharmacologiques violant toutes les lois de l’éthique médicale et de la parmacovigilance jusqu’ici admises, à commencer par le code de Nuremberg. « L’anarchie par le haut ». « Nous sommes les vrais anarchistes. » Port du masque à l’extérieur. « Distanciation sociale ». Pas de réunions à plus de six personnes. En France, l’Académie de médecine, qui veut désormais rendre le « vaccin » obligatoire, a conseillé, pendant les repas, de remettre son masque après chaque bouchée, ce qui revient à rendre les gens totalement fous. La même « Académie » de charlatans stipendiés a conseillé aux gens de ne pas parler dans le métro, derrière leurs masques (ils risqueraient, sacrilège! de s’informer un peu à contre-courant médiatico-politico-académique….). Au Canada, pays aux taux de mortalité au « COVID » ridicule, les équivalents des cette « Académie » ont prescrit aux gens de faire l’amour avec masque.  On voit des gens mettre le masque tout seuls dans leur voiture (se poser une règle). On nage en pleine démence. 

Bon, la prison. Je me contente de redire ce que j’ai dit plus haut : pourquoi l’homme, d’être l’animal susceptible de science, est-il de plus en plus incapable d’instaurer, à échelle mondiale, des règles de coexistence civique pérennes ? Pourquoi les « vaccins » improvisés de Pfizer, Moderna, Astrazeneca, etc., sont-ils par un putsh parlementaire déclarés « légaux » – et même bientôt obligatoires – alors que la marijuana ne l’est pas ? Où sont les pires criminels ? En prison, ou au sommet de l’Etat ? C’est un problème vieux comme l’humanité. Comme disait Deleuze, la philosophie est l’art de bien poser les questions, et non pas d’apporter des réponses péremptoires. Sur l’armée, la police, la prison, etc., je n’ai aucune réponse « solutionniste » à apporter à tes questions. Mais j’ai une manière inédite, qui s’appelle philosophie, de reformuler la question : de bien la poser.

Et la question, ici, est à la fois immémoriale et relativement inédite. Pourquoi est-ce que l’animal susceptible de virtuosité technologique et de science est-il aussi l’animal obligé de se poser des lois de coexistence civique qui ne sont pas dictées par la nature, comme les autres animaux ? C’est ça la définition de la liberté depuis Kant : je me pose une règle qui n’existe pas dans la nature. Mais Kant n’a pas vu que cette règle ne venait jamais entièrement « de moi-même ». Elle vient toujours d’un Autre qui me l’impose : s’habiller, par exemple. Ca devient, comme on dit si bien, une « seconde nature », où je m’impose quotidiennement de me vêtir avant de sortir dehors (sans quoi je finirais… en prison !). Ici j’aimerais tant que David soit encore là, car je lui demanderais, lui qui s’y connaît tellement mieux que moi : mais, même dans n’importe quelle tribu de chasseurs-cueilleurs, n’y a-t-il pas des règles de coexistence qu’on s’impose en commun que tout le monde accepte sans être menacé d’aller dans une prison qui n’existe pas ? Ce consensus est-il créé par le fait que ces sociétés vivent plus à proximité de la Nature que nous, et doivent donc d’abord aviser aux règles de leur survie ? Que pouvons-nous, aujourd’hui, retirer pour nous de ces innombrables expériences de coexistence civique positive ?

La question concrète, aujourd’hui, est : comment avons-nous pu accepter si passivement des règles aussi absurdes que celles qui nous sont imposées depuis plus d’un an ? Comment vous, new-yorkais, pouvez-vous accepter le « confinement », dont toutes les études sérieuses ont démontré qu’il ne servait rigoureusement à rien au niveau épidémiologique, alors que New York est depuis si longtemps l’une des plus grandes villes des libertés positives ?

En 1927,la justice américaine condamnait à la peine de mort,Nicola Sacco et Bartoléo Vanzetti pour des considérations plus politiques que judiciaires.

 

Tout ceci, paradoxalement, pourrait s’avérer une chance tout à fait inouïe pour la renaissance à échelle mondiale de l’anarchisme politique. Car la leçon de la « crise du Covid » est tout de même très claire : les gouvernements ne nous veulent pas du bien. Les Etats ne nous veulent pas du bien. La mondialisation ne nous veut pas du bien. Les grands médias ne nous veulent pas du bien. Les démocraties représentatives ne nous veulent pas du bien. Les organisations internationales, comme l’OMS, ne nous veulent pas du bien. Tout ce qui pourra déconstruire ou détruire ces grandes entités ira dans le bon sens. Nous n’avons, de toute façon, plus le choix. Toutes ces macro-organisations ont démontré, par les trésors de coercitions, de manipulations et de propagande qu’elles ont déployé depuis un an et demi, qu’elles étaient là pour nous faire le plus de Mal possible. Dans des pays comme le Pérou, la Colombie, le Chili ou les Philippines, la situation est d’ores et déjà politiquement atroce, et ce sera partout pareil si les peuples ne réagissent pas. 

A ce sujet Agamben parle depuis quelques temps de « capitalo-communisme », à la chinoise. Le diagnostic me paraît tout à fait juste. Nous aurons le pire du capitalisme (le maximum de pouvoirs et de richesses concentré dans le minimum de mains) et le pire du communisme (l’aliénation totale de nos libertés individuelles et collectives positives). Donc, quelque part, ce cataclysme planétaire est une “bonne” nouvelle pour l’anarchisme politique, en ce qu’il appert raisonnablement comme la seule alternative possible au système terrifiant qui est en train de se mettre en place. En France, les gilets jaunes, la plupart du temps (mais pas toujours) sans s’en rendre compte, sont les héritiers directs de l’anarchisme. L’espoir, chez nous, viendra de là. Ce n’est pas un hasard si l’écrasante majorité des gilets jaunes ont très vite compris ce qui était en jeu sous couvert de « crise sanitaire », lors même que l’extrême-gauche classique dans son écrasante majorité, pour ne rien dire de la gauche parlementaire (je l’appelle « la France soi-disant insoumise »), a complètement embrayé sur la Grande Terreur propagée par la propagande médiatico-gouvernementale.

– We were told in school that political parties and elections are the foundation of our democracy, and democracy is the foundation of prosperity and freedom. What is this story about when anarchists reject the state? With the polite excuse that he is from New York, David never voted. New Yorkers always elect Democrats anyway.

Eh bien, je t’ai déjà en grande partie répondu. Le mythe de la démocratie libérale et représentative est définitivement mort avec la « crise sanitaire », – qui est la plus grande opération de manipulation politique de tous les temps -. Nous étions nombreux à nous douter que quelque chose n’allait pas avec ce modèle – celui de la démocratie représentative libérale -. Au moins les choses sont aujourd’hui claires : il n’y a plus de « démocraties », nulle part, il n’y qu’une oligarchie mondialiste qui tire toutes les ficelles des gouvernements et des médias. C’est ce que j’appelle le « stade terminal du pléonectique » : quand une poignée d’êtres humains, en plus de posséder des comptes en banques chiffrés en centaines de milliards d’eurodollars, veut encore s’approprier non seulement les esprits, mais les corps du restant de l’humanité. Nous assisterons à l’imposition d’un nouvel esclavagisme si nous ne réagissons pas. 

Je suis comme David, je n’ai jamais voté. « Élections, piège à cons », disait-on en France en mai 68 [1]. Quant aux « démocrates » américains, je préfère m’abstenir de dire ce que j’en pense.

-What might political life look like for a collection of singular people?

A l’anarchisme tel qu’il a toujours existé ! Je pense tous les jours à jeter mon ordinateur et mon smartphone, et à aller vivre dans une ZAD : à fuir le totalitarisme oligarcho-technologique chaque jour grandissant. Pense aux kibboutzs… Je souffre beaucoup de ma solitude, mais l’avantage de cette soi-disant « crise sanitaire », c’est que les gens recommencent à se parler à échelle locale pour résister au totalitarisme inédit qui s’est mis en place. Je vis dans un village et, pour la première fois, je parle à pas mal de mes voisins. Nous songeons à aller envahir la mairie. Municipalisme libertaire… Il y a beaucoup de moyens d’action. Les gilets jaunes sont très actifs en ce moment, et très souvent efficaces, mais les grands médias, bien sûr, n’en parlent jamais… parce que leurs actions sont très souvent dirigées contre les grands médias! Et leurs mensonges gros comme des maisons.

La question de la singularité, qui est au cœur de mon travail philosophique, est trop complexe pour que je l’aborde ici comme il faudrait. Je me contenterai de quelques grandes lignes : comme le disait Schopenhauer (le plus grand nom, à mon avis, de réelle « sortie de la métaphysique »), seul l’être humain s’individue, l’animal ne fait que se caractériser. Qu’est-ce que ça veut dire ? Dans mon vocabulaire, « singulier » signifie exactement ce que veut dire Schopenhauer par « individuation » (et, plus tard, Simondon, qui verra très bien que « l’individuation » n’existe que pour l’animal capturé par le dispositif technologique, à savoir nous).

Que faire à l’époque de l’avènement du techno-oligarchisme mondial devenu fou ? Résister, autant que possible, aux règles sans cesse changeantes qu’il nous impose. Imposer ses propres règles de coexistence civique qui échappent au « modèle » dominante, qui n’a même plus de modèle mais des stratégies de modélisation toujours plus poussée de l’ingéniérie sociale. Créer des tribus, des villages, faire la fête, faire communauté. Ne pas avoir peur de mourir pour la liberté. « La liberté ou la mort », « la révolution ou la mort » : tous ces vieux slogans anarchistes sont redevenus pleinement d’actualité. Je préfère mourir libre que vivre en esclave, surveillé dans le moindre de mes faits et gestes, empêché dans mes déplacements et mes rencontres, « vacciné » contre mon gré, et bientôt directement déshumanisé par une puce électronique sous-cutanée. Je préfère mourir dans la vérité que vivre dans le mensonge.

Et, si on ne peut plus rien faire de tout ça (sortir, se déplacer, rencontrer autrui : vivre, tout simplement) : écrire, comme je fais en ce moment. Foucault décrivait déjà très précisément comment l’écriture pouvait se constituer en « création de soi » dans la marge de manœuvre étroite que, déjà, son époque laissait au sujet constitué par les dispositifs de savoir/pouvoir. Il n’avait pas vu notre époque…

Pour l’instant, je fais d’ores et déjà partie de ceux dont le fascisme oligarchique mondial a décidé qu’ils seraient du mauvais côté de l’apartheid planétaire qu’ils veulent mettre en place. De ceux que les transhumanistes appellent les « inutiles ». Si le « vaccin » devient obligatoire, je n’aurai plus le droit de sortir de chez moi. Je vais voir, à Paris, la semaine prochaine, des gilets jaunes très radicaux pour réfléchir à des moyens d’action. Donc je ne peux pas t’en dire plus pour l’instant sur « l’action collective », au-delà des vagues indications que j’ai posées… Dans une vidéo que j’ai faite sur la situation, j’ai comparé l’état actuel de la France à un « Vichy biopolitique ». Eh bien, il va sans aucun doute falloir aviser à des moyens de résistance comparables à ceux employés pendant la période de l’occupation nazie en France. Je n’en dirai pas plus.

Une chose est sûre : nous sommes dans la guerre totale. La marge de manœuvre que nous laisse le néofascisme oligarchique mondial est très étroite. L’ennemi n’est pas trop difficile à définir. Ce qui est difficile, c’est de traverser la division délirante que le système a introduit au sein des peuples eux-mêmes « COVID »-croyants et « COVID »-sceptiques, « vaccinés » et non-« vaccinés », pro-masques et anti-masques, pro-distanciation sociale et anti-… Là encore, il y a des stratégies concrètes à mettre en place. Là encore, je n’en dirai pas beaucoup plus. Tout ne peut pas être étalé sur la place publique. Je n’ai pas peur d’entrer dans la clandestinité s’il le faut.

Mais, en somme : tout ce que vous pouvez faire pour détruire l’installation de ce totalitarisme mondial, faites-le.  Le mensonge, la manipulation, le chantage, la corruption ont atteint un point critique de non-retour avec la soi-disant « crise sanitaire ». Chacun, de là où il est, doit faire tout son possible avec ce qu’il a. Nous avons face à nous des pouvoirs qui agissent hors de tout cadre légal et juridique préexistant. A chacun d’en tirer les conclusions qui s’imposent. 

– Talk about God and how anarchism relates to metaphysics. 

Ah, j’ai bien senti dans nos entretiens avec David et Assia que cette question vous « titillait » !  Eh bien, j’ai publié il y a quelques années un livre qui s’appelait « Dieu », et qui soutenait que le vrai signifié du signifiant « Dieu », depuis qu’on l’utilise (surtout dans sa guise monothéiste), c’était la technologie. Presque personne n’a parlé de ce livre, et pourtant tous les théoriciens transhumanistes ont repris depuis cette idée ! Ai-je déjà une puce dans le cerveau ? Les Maîtres du monde sont-ils au courant de tout ce que je pense depuis des années ? Étions-nous déjà dans un fascisme planétaire dont la « crise sanitaire » ne sert qu’à renforcer de plusieurs crans l’emprise ?

« Dieu » désigne, depuis l’invention de son concept, une entité omnisciente, omnipotente, immortelle.  Or, la technologie contemporaine satisfait à tous les réquisits par lesquels on définit le mot « Dieu ». Sur ce point, les oligarques transhumanistes sont dans une ambivalence : oui, Dieu, c’est la technologie. Or, nous contrôlons la technologie. Donc, « nous » sommes Dieu. Mais nous ne pouvons pas tous être « Dieu ». Donc : nous sommes « des » dieux (paganisme plutôt que monothéisme : cyborg). La technologie va nous permettre d’être immortels demain. Donc il faut trier, et drastiquement : entre ceux qui ont « droit » à l’immortalité, qui sont comme par hasard ceux qui détiennent déjà les richesses, le pouvoir et l’information de masse (le pléonectique en un mot), et ceux qui n’ont « droit » qu’à la mortalité : nous tous (« nous sommes les 99% » était un slogan prophétique, mais au sens cette fois de Véra Sharav…).

Je suis du côté de ceux qui ont « droit » à la mortalité. C’est ce que j’aurais à répondre à Jean-Luc, Nancy du nom, sur la crise que nous traversons (qui n’a de « sanitaire » que le nom de propagande). Je développerai tout ça dans un livre plus fouillé à l’avenir, ici je te réponds en catastrophe, je vide mon sac trop plein d’informations, un peu en vrac. Blanchot parlait de « la littérature et le droit à la mort ». Et nous devons désormais faire de ce droit un devoir. Le grand philosophe David Bowie me disait il y a des années : « faites quelque chose de votre mort. Ne la laissez pas traîner dans un coin. Moi, j’enregistrerai ma mort. » Et il l’a enregistrée, c’est son dernier disque… David était déjà un anti-transhumaniste convaincu. « David », nom du roi d’Israël, est un prénom qui porte bonheur !

Dieu, c’est l’information. L’être humain est un big-bang informationnel et cognitif sans équivalent dans le restant du règne vivant. Aucun animal n’a de « connaissance » qui dépasse celle de la symbiose de ses sens avec son milieu. Kant et Schopenhauer disaient : ils ont de l’entendement (la « connaissance » des liens causaux qui les entourent), mais pas de raison. La raison est ce qui dépasse le milieu symbiotique immédiat. Aucune espèce animale ne sait qu’elle habite sur une planète qui s’appelle la terre. Un tigre du Bengale est inconscient de l’existence d’un tigre en Afrique. Une fourmilière est inconsciente de la fourmilière qui existe à un kilomètre de distance d’elle. Seul l’animal humain, par la science, sait qu’il habite une planète miraculeuse située dans une infinité cosmique de non-vie ; qu’il fait partie d’une espèce animale commune qui s’étend à la planète entière (c’est pourquoi je suis néo-humaniste et anti-anti-spéciste) ; qu’il a sept milliards de congénères…

Dieu, c’est cette extraordinaire explosion d’informations qui circulent à travers nos consciences, mais que seule la technologie peut stocker dans son entièreté en permanente expansion. Aucune conscience individuelle n’est aussi peu que ce soit à la mesure de toutes les connaissances qu’il y aurait à engranger. Et c’est ce que croient avoir « compris » les transhumanistes : si nous parvenions à « augmenter » la conscience par la technologie, alors nous pourrions accoucher de véritables dieux « incarnés ». Je montrerai ailleurs comme il s’agit d’un sophisme. 

La question qui se pose en ce moment, depuis un an et demi, est quasi-théologique, au sens des gnostiques. L’information, comme chacun sait, est en guerre. Le véritable « virus » n’est pas la grippe virulente qui sert à terroriser toutes les populations, mais l’information frelatée que font circuler les médias de masse et les gouvernements à ce sujet. Oui, la question est quasi-théologique. Au sens d’un démiurge mauvais qui nous dissimulerait le « vrai » Dieu plein de bonté et de vérité. Depuis un an et demi, c’est le mensonge, la manipulation éhontée et le Mal qui se sont emparés de l’écrasante majorité de l’information. Là est le vrai « virus » : celui de la falsification et de la Terreur de masse.

C’est une question très complexe, que je pose dans mon travail : et si le mensonge était plus originaire que la vérité ? Je m’explique : pour manipuler les autres animaux et la nature, dès l’invention de la chasse et de l’agriculture, nous avons dû apprendre à être les animaux menteurs, pour prendre les ures ou les mammouths à nos pièges diaboliques. Telle est la question : et si la folie était plus originaire que la Raison glorifiée par la tradition métaphysique ? Je vais bientôt écrire un livre là-dessus. Si nous voyions un chimpanzé frotter deux silex, nous serions terrifiés et serions tentés de l’abattre. Nous le considérerions comme « fou ». En ce sens, oui, la folie est plus originaire que la Raison glorifiée par la métaphysique. Et la folie n’est pas l’Autre de la Raison, mais, en un sens bien précis, elle est au cœur de la raison elle-même : dans l’acte insensé par lequel l’animal humain a, comme on dit, dépassé sa condition par l’invention de la Science. Nous savons au fond de nous-mêmes ce que dit l’Ancien Testament : que la technologie et la science sont des cadeaux empoisonnés. Si nous voyions une autre espèce que la nôtre se rendre capable de ce que j’appelle la « virtuosité techno-mimétique », nous considérerions, à juste titre, cette espèce comme extrêmement dangereuse. Au fond, nous ne sommes pas dupes de nous-mêmes. 

Pareil avec le partage du mensonge et de la vérité. En un sens, l’animal humain a inventé la science grâce à sa capacité à leurrer des animaux mille fois plus puissants que lui, donc grâce au mensonge. On pourrait facilement prouver qu’il en va de même avec la sexualité : l’homme est le seul mammifère à être capable de manipuler de bout en bout sa sexualité. Tout commence à vrai dire par la manipulation : par l’aptitude à s’approprier les lois de la nature pour en faire un usage détourné, perverti : ce que j’appelle donc le pléonectique.

Heidegger a réinventé la notion même de vérité en revisitant la notion grecque de l’alétheia : c’est-à-dire que la vérité est toujours un mélange inextricable de voilement et de dévoilement, c’est-à-dire de vérité et de mensonge. Schürmann parlera de « la conflictualité sans accord qu’est la vérité ». Lacan dira que « rien n’est incompatible avec la vérité : on crache dedans, on pisse dedans ». Badiou parlera de la vérité comme d’une entité incorporelle, indiscernable et infinie : la « somme » de tous les énoncés qui peuvent se tenir de véridique et de faux sur une situation donnée. Ce qui veut dire : il faut distinguer rigoureusement la question de la vérité de celle du savoir. Badiou crédite Heidegger d’avoir été le premier à distinguer les deux. Mais, en réalité, vous trouvez cette distinction énoncée très nettement dans le Thétèète de Platon. Socrate, dans ce dialogue, dit à son interlocuteur : tout citoyen athénien a un savoir. Le mathématicien a un savoir, le médecin a un savoir, le cordonnier a un savoir. Il ajoute : moi, ce qui m’intéresse, ce n’est pas tant le savoir (même si je me renseigne), mais la vérité. La vérité, c’est ce qui résulte du savoir. Qu’est-ce que ça veut dire? Ce que disent Heidegger (qui, en effet, a redécouvert de fond en comble le problème), Lacan, Schurmann ou Badiou. Nous, animaux humains, sommes des êtres de savoir. Nous savons comment fonctionnent les formes ontologiques, par les mathématiques, nous savons comment fonctionnent les particules élémentaires, par la physique mathématisée, nous savons comment fonctionnent les plantes et les animaux, par la biologie (et ça a commencé avec l’agriculture et la chasse…), nous savons comment fonctionnent les précessions des équinoxes… nous savons, nous savons, nous savons. La question que je pose est toujours la même : pourquoi n’arrivons-nous pas, à mesure même que nous nous approprions tous ces savoirs, à savoir la chose qui serait la plus essentielle : comment fonctionnons-nous nous-mêmes? Et ça va de mal en pis, comme la « crise sanitaire » l’aura prouvé d’abondance. Plus nous avançons dans la conquête des savoirs, moins nous comprenons comment nous fonctionnons nous-mêmes. C’est ça, le coeur de la crise de la métaphysique initiée par Kant : « critique de la raison pure » veut dire : la Raison autonome, ça n’existe pas. Oui, nous sommes, et nous seuls, comme l’a dit la métaphysique à son envoi, des êtres doués-de-raison. Chasse et agriculture : nous instrumentalisons les lois de la Nature pour un bénéfice purement égoïste, ce que j’appelle le pléonectique. Plus nous instrumentalisons, plus nous devenons opaques à nous-mêmes (ce que Freud a appelé « l’inconscient », et aucun autre animal n’a d' »inconscient »).  Mais la « crise sanitaire » marque un point de non-retour absolu sur cette question. Quand ce sont des gouvernements corrompus, des grands médias corrompus (pléonasme), des industries pharmacologiques corrompues, qui nous disent quoi dire et quoi faire, eh bien je pense qu’on touche vraiment du doigt, si tu me passes l’expression, ce qu’on appelle « fin de la métaphysique ». Et ce qu’il faut entendre, à la fois par « anarchie », dans tous les sens du terme, et par « anarchisme » au sens politique. 

Donc, tu vois que tout ça est lié : le savoir n’est pas la vérité (Socrate, plus honnête que Platon, mourra en disant : « je sais que je ne sais rien », et c’est ça la philosophie). Quand Heidegger te dit que la vérité, c’est toujours un mixte de mensonge et de savoir (la chasse, l’agriculture…), il dit ce que tous les grands anthropologues de notre temps ont dit après lui. Quand Lacan te dit, en réponse à la question, « en quoi savoir et vérité sont-ils compatibles? », et qu’il répond, en très grand dialecticien : « Pour vous répondre comme ça me vient, rien n’est incompatible avec la vérité : on crache dedans, on pisse dedans. » Le mensonge est compatible avec la vérité : on le voit parfaitement bien aujourd’hui. Quand Badiou vous fait un schème – génial, et trop peu étudié encore aujourd’hui, à part par moi – de la « vérité indiscernable » comme étant un ensemble infini qui « reçoit » sans moufter les énoncés à la fois véridiques et mensongers qui peuvent se recevoir autour d’une même situation, il ne fait que radicaliser la conception de Lacan, qui ne fait que radicaliser la conception de Heidegger. Et Schurmann, sans rien comprendre à Lacan ni Badiou, dira donc : « la contradiction sans accord qu’est la vérité ».

J’ai radicalisé toutes ces conceptions en démontrant qu’en un sens précis, le mensonge et la falsification étaient la condition de la vérité. La vérité n’est pas le véridique ou l’exact (par exemple : « le mur en face de moi est vert », « j’habite un village qui s’appelle Turenne », « j’écris sur un ordinateur PC et non pas Mac Intosh »). La vérité est la guerre entre le véridique et l’exact , d’un côté, et le faux et le mensonge, de l’autre. Par exemple, depuis un an et demi, nous assistons à une guerre pure et simple entre les scientifiques et les médecins intègres, et les scientifiques et les médecins corrompus. La vérité, c’est le résultat de cette guerre à échelle mondiale. La vérité, c’est tout simplement cette guerre elle-même. Et il est très naïf de croire qu’il ne s’agit pas, d’ores et déjà, d’une véritable guerre, et la plus terrible qui ait secoué l’humanité depuis ses origines, ce qui n’est évidemment pas peu dire. Il est naïf de ne pas voir que cette guerre, d’ores et déjà, va se chiffrer en milliards de morts. Les « trois cent cinquante millions de morts-du-COVID » ne sont qu’une devanture trompeuse, qui cachent le plus grand crime de masse de toute l’humanité. Et derrière ce chiffre lui-même, se cache sans doute une énorme quantité de mensonges. Je t’ai déjà parlé de la confusion « savamment » entretenue entre morts avec « COVID » et morts du « COVID ». Mais l’imposture va en réalité encore plus loin. Car même pour être diagnostiqué avec « COVID », il faut avoir été testé. Avec quoi? Avec les fameux « tests PCR ». Or, ceux-ci relèvent de la pure et simple escroquerie, à l’instigation d’un charlatan en grand, le professeur Drosen, conseiller principal en « santé » pour Mme Merkel. Les « tests PCR » ont déjà été condamnés comme étant de l’imposture pure et simple par des tribunaux portugais, autrichiens et allemands. Comme le dit Reiner Fuellmich, c’est le point stratégique de toute l’affaire. Si vous démontrez que les « tests PCR » sont de l’escroquerie, c’est tout le chaeau de cartes de la prétendue « pandémie » qui s’effondre. On estime jusqu’à 97% de faux positifs à cause de ces tests! Je te laisse déduire toute la suite, et à quel point cette « crise du COVID » est la plus grande manipulation de masse à avoir été pratiquée de toute l’histoire de l’humanité. Pour l’anecdote : Elon Musk a fait le « test PCR » quatre fois en une journée. La première fois, il était positif. La seconde fois, il était négatif. La troisième fois, il était positif. La quatrième fois, il était négatif. Tout cela ne serait que burlesque, si les conséquences n’avaient été si tragiques sur des milliards d’êtres humains. Mais voilà pourquoi cette « crise » montée de toutes pièces illustre parfaitement la crise moderne qu’endure la philosophie sur la question de la vérité, telle que je te l’ai exposée plus haut. En un sens, si nous parvenons à réagir avec toute la force populaire nécessaire, cette « crise du COVID » aura été une aubaine : le mensonge voulu et concerté par les plus hautes instances du pouvoir nous aura permis d’entrer dans la vérité de ces instances. On peut interpréter en mille sens mon « le mensonge est la condition de la vérité », y compris en ce sens-là. La mythomanie publique de la « crise sanitaire » aura révélé la vérité profondément mortifère du système politique où nous vivons. Quelque part, nous devrions lui en savoir gré.

Revenons, sur l’entrefaite de toutes ces considérations, sur ma question peut-être centrale en philosophie : pourquoi est-ce que, à mesure que la techno-science accroît ses pouvoirs (c’est-à-dire la science et la technologie au service des plus voraces « animaux » pléonectiques qui composent notre espèce, mais qui ne se considèrent plus comme des êtres humains), la politique devient-elle d’autant plus… anarchique, il n’y a pas d’autre mots ? Pourquoi est-ce que le « nouvel ordre mondial », qui se réclame partout dans la propagande de la « science », accouche-t-il du plus grand chaos planétaire auquel on aura jamais assisté ? Pourquoi n’y a-t-il décidément pas de « transition », comme l’a cru à son envoi la métaphysique (Platon et Aristote), entre la science et la politique (surtout, évidemment, quand la « science » officielle devient indigne de cette appellation)? Pourquoi, est-ce qu’à mesure même que nous devenons davantage capables d’épeler, par la science, l’ordre des étants inanimés et animés, sommes-nous d’autant plus incapables de mettre de l’ordre dans notre coexistence civique ? La question que pose mon concept de pléonectique, c’est : pourquoi, à mesure que nous nous approprions davantage les lois de l’être et de la nature, créons-nous, de manière exactement proportionnée, un régime monstrueux d’expropriation tel qu’on n’en a jamais vu sur terre ? Et la « crise sanitaire », c’est le summum du summum de ce processus. En un an et demi, on a assisté au plus grand transfert de richesses jamais observé sur terre, ce qui n’est pas peu dire. Les 3000 plus grandes fortunes du monde se sont enrichies, le reste de l’humanité s’est appauvrie, jusqu’à la famine, concernant 150.000.000 d’êtres humains à ce jour, mais le chiffre va s’accroître vertigineusement demain. La famine va être à nos portes « occidentales » très bientôt. Les transhumanistes avancent lettre volée sur table : l’humanité elle-même est à déconstruire. Il s’agit, au fond, d’un cancer évolutionniste, qu’il est temps, sinon d’éliminer, du moins d’élaguer drastiquement. Au profit, bien entendu, d’eux. Comment déconstruire cette pseudo-déconstruction? (Il y a beaucoup de pseudo-ententes du mot « déconstruction » aujourd’hui, mais je ne peux m’y arrêter).

Sur l’entrefaite, encore, de toutes ces considérations, tu peux mieux saisir l’affinité profonde qui existe entre mes trois définitions principales du mot « anarchie » : la déconstruction de la métaphysique, c’est le démantèlement de la technologie. Plus celle-ci prétend « gouverner » le monde, plus celui-ci s’enfonce dans le chaos.  

Je me demande de plus en plus si le jugement de Heidegger, que j’ai longtemps contesté sous l’influence de Badiou (qui est terriblement « scientiste », comme les transhumanistes au fond), n’était pas juste : « la science ne pense pas ». La science calcule et constate. Le domaine de la science authentique, c’est le savoir : c’est le véridique. La vérité, c’est autre chose. C’est ce qui échappe à la science. Les scientifiques intègres disent le véridique, quel que soit leur domaine. Laissons donc le conflit entre les scientifiques intègres et les « scientifiques » corrompus, entre Didier Raout et Jérôme Salomon, entre Ioannidis et le Dr Fauci, entre Maître Reiner Fuellmish et Mr Drosten (combat décisif, qui décidera de l’avenir même de l’humanité). Les premiers disent le véridique, les seconds mentent. La philosophie est plus importante que la science, car elle examine le résultat de ce conflit intra-scientifique, qui est en réalité en cours depuis les origines mêmes de l’humanité. Nous ne devons plus nous préoccuper de la « crise sanitaire », cette imposture mondiale « décidée », à l’aveugle, par Bill Gates et Davos. Nous devons aviser au résultat des « solutions finales » proposées contre le « virus » depuis un an et demi désormais. 

Et le résultat est accablant, annoncé par Agamben et surtout rappelé par Véra Sharav : à partir du moment où vous mettez le « médecin » aux postes de commande (en France, le plus grand infectiologue du monde, Didier Raout, a immédiatement démissionné du « conseil scientifique » qui s’est mis en place autour de notre lamentable président de la république), l’atrocité politique est garantie. Nous y sommes. « Le vaccin est la solution finale pour le virus », a dit publiquement le « médecin du monde » selon CNN, nommément Bill Gates. Le Mal absolu est aux postes de commande, et jamais je n’aurais cru de ma vie pouvoir dire ça. Le mensonge est Roi, mais peut-être à cause de ce que j’ai dit : la vérité scientifique elle-même, au fond, doit sans doute plus, originairement, au mensonge qu’à la vérité. Nietzsche est sans doute devenu fou d’avoir été le premier à pressentir que le partage classique de la vérité et du mensonge était en train de défaillir.  

– You and David talked a lot about the nature of evil. Why do people care at all about the violence which is not affected them directly?

Question éminemment complexe, là encore ! Mais je peux donner une réponse simple : le Mal, c’est la collectivisation. Le Mal, c’est l’universalisation forcée (le colonialisme par exemple). Le Mal, c’est la transition « simple » de la science à la politique. Ou, depuis un an et de demi, de la pseudo-science et de la politique… Le Mal, c’est de dire « puisque nous pouvons universaliser les lois qui régissent les animaux, les planètes et les particules élémentaires, nous pouvons universaliser les règles de coexistence civique de l’humanité tout entière ». Et c’est exactement le contraire qui a lieu… C’est ça, dans mon travail, la singularisation : c’est chacun de nous pris individuellement, tel qu’il échappe aux règles de coexistence civique imposées par les hiérarchies de toutes sortes. Parfois, on se singularise collectivement : les tribus de chasseurs-cueilleurs, les anarchistes. Ils sont presque toujours éliminés, exterminés. Adorno : « l’histoire de l’humanité n’est pas l’histoire du Bien, mais de l’horreur ». L’humanité est l’espèce suicidaire (il y a eu plus de suicides dans le monde en 2020 que de « morts-du-COVID »). L’humanité est l’espèce exterminatrice. C’est une insulte aux autres espèces que de dire : « les oligarques mondiaux sont des prédateurs ». Un lion n’extermine personne, il tue une biche isolée pour se nourrir, il n’extermine pas l’espèce « biche ». Nous, nous exterminons à tour de bras, depuis 30.000 ou 40.000 ans. Désormais, nous nous exterminons nous-mêmes. Les commanditaires : les transhumanistes possesseurs du monde, les « champions » du pléonectique. Ils pensent ouvertement qu’ils sont des dieux, qu’ils sont le Dieu technologique qui domine tout. Le reste : une sous-espèce qu’il faut au mieux esclavagiser, au pire supprimer.

Sur cette bonne base, je réponds à la seconde partie de ta question, qui est la question, dans mon travail, de la katharsis dans l’art depuis Aristote. Aristote demandait : « nous prenons plaisir à contempler les images les plus exactes de choses dont la vue nous est pénible dans la réalité, comme les formes d’animaux les plus méprisés et des cadavres ». Ce diagnostic, pour moi le plus profond jamais fait de toute l’histoire de l’art, ne s’est pas démenti depuis : il s’est, au contraire, sans cesse renforcé. Pourquoi prenons-nous un tel plaisir, par exemple, à lire Sade, alors que, si ça arrive sous nos yeux, nous serions à jute titre horrifiés ? Question plus profonde en ce moment : pourquoi prenons-nous autant de plaisir à regarder des films qui décrivent un monde proche du monde où nous vivons depuis un an et demi, comme mettons le film Infection ou la série bien nommée Black Mirror, mais qu’évidemment nous ne prenons aucun plaisir à vivre tout à coup dans la situation effective que décrit un tel film ou une telle série ? 

J’ai déjà répondu, en un sens, à la question. Le mensonge est plus originaire que la vérité. La vérité ne transparaît que par le mensonge. Nous mentons aux ures et aux mammouths pour les prendre au piège. Nous nous sommes approprié les lois de leur fonctionnement, pour les exproprier de leurs vies. C’est ce que font actuellement les oligarques, les gouvernements, les GAFAM, et les grands médias avec nous depuis un an et demi, et sans doute beaucoup plus longtemps. « Charité bien ordonnée commence par soi-même », dit un proverbe français. L’humanité étant l’espèce exterminatrice, il n’y a aucune raison rationnelle ultime pour qu’elle n’en fasse pas autant avec elle-même. Nouveau pli définitionnel que tu peux donner à l’expression « anarchie par le haut »….

Nous sommes fascinés par les images du Mal car nous croyons que ces images nous protègent du Mal réel. Nous avons raison. Tant que ces images sont créées par Sophocle ou David Lynch, le Mal est tenu à distance. Mais que se passe-t-il quand les images du Mal sont diffusées par les gouvernements, les grands médias, etc. ? Alors il n’y a plus aucune distance. Le Mal est là. Mais justement les choses s’inversent, de manière saisissante : là où l’œuvre d’art met le Mal à distance en nous montrant quel est le Mal réel, de Sophocle à Sade, les dictatures de toutes sortes nous cachent le Mal réel en nous montrant sans cesse un Mal fictif (le « virus », le « Juif », les lits de réanimation, les images tronquées du Brésil ou de l’Inde…). Au fond, la plupart des gens sont « philosophes » au mauvais sens du terme : il croient plus facilement à des abstractions (la propagande médiatique expliquant que la seule chose qui existe, c’est le « virus »), qu’à ce qu’ils voient autour d’eux : la destruction de tout leur mode de vie antécédent : the great reset. La solution finale de Davos. C’est ma fidélité à la phénoménologie sur ce point, telle que je l’ai revistée plus haut : pour juger d’une situation, partez de ce que vous pâtissez personnellement, et non pas de ce que les pouvoirs vous présentent comme le « bien publique ». Vous verrez beaucoup plus clair dans la situation générale elle-même que si vous partez de ce que dit le consensus du moment. 

Ma définition du Mal est liminaire : il s’agit de la création de souffrances innombrables, incommensurables et gratuites, non nécessitées par les besoins strictement animaux. Seul l’animal humain est susceptible d’une telle création. Des philosophes tels qu’Adorno, Anders, Schurmann ou Lacoue-Labarthe auront eu beau tirer la sonnette d’alarme, « pourquoi nous infligeons-nous de telles souffrances à une telle échelle ? », rien n’y a fait : ce que nous vivons actuellement est pire encore que ce qui est advenu sous le nazisme, sous le stalinisme ou sous le pol-potisme. Tout le monde en sera conscient très vite : malheureusement, et comme d’habitude, sans doute quand il sera trop tard, quand l’atrocité sera visiblement à nos portes. C’est pourquoi les quelques personnes déjà éveillées doivent combattre de toute leur force, jusqu’à la mort s’il le faut, pour que le pire ne s’installe pas trop impunément. Comme le dit le mathématicien Vincent Pavent, qui a réfuté les modélisations absurdes d’un autre escroc notoire, Niels Ferguson, sur lesquelles s’est basé notre président français de la République, et bien d’autres dans le monde, pour décréter l’absurde « confinement » : il s’agit d’une lutte à mort entre la vérité et le mensonge (entre le véridique et le mensonger, dans mes termes). Ceux qui ont menti dès le début sont désormais dans une fuite en avant désespérée, une surenchère criminelle, pour ne pas dire génocidaire. Ceux qui défendent coûte que coûte le véridique et donc la vérité au sens neuf où je la définis, savent qu’ils seront diffamés, persécutés, peut-être éliminés. Tant pis. 

Je suis très fier de la définition que je donne, dans Système du pléonectique, de la tristesse : « Les vérités gagnent toujours. Presque jamais ceux qui les défendent. » La nouvelle hégémonie, au sens de Schurmann, qui s’organise autour du complexe « pandémie »-oligarchie-gouvernements-médias de masse-transhumanisme, s’effondrera tôt ou tard, comme toutes les autres. La question que posent des gens comme Schurmann ou moi, c’est : quand tirerons-nous enfin les leçons qui s’imposent du massacre à grande échelle qui définit quasiment à lui seul l’humanité depuis sa naissance (bien plus que la « rationalité »…). 

– What does « technological totalitarianism » mean, and how can it be stopped? Can it be?

 J’ai déjà un peu répondu à cette question, mais on peut approfondir, en enchaînant avec ce que je viens de dire. Ce seront comme des variations sur un thème musical déjà familier.

Malabou a raison de dire que personne, pas même Kant, n’a « décidé » de la déconstruction de la métaphysique. C’est un processus immanent à son histoire. La métaphysique est immunodéficiente. Si mon hypothèse est bonne, et que le nom phénoménologique, le nom de « l’effectivité » de la déconstruction de la métaphysique, c’est le démantèlement de la technologie, et qu’à son tour le nom effectif de ce démantèlement, c’est la vie politique, alors le constat s’impose : nous sommes déjà dans l’anarchie. Le moment actuel du « totalitarisme technologique », la « crise sanitaire » commandée par des oligarques mégalomanes et psychopathes, relayés par des gouvernements, des médias de masse hyper-contrôlés et une « science » corrompue, accouche du contraire de ce qu’il escomptait : non pas un « nouvel ordre mondial », mais un nouveau désordre mondial, une guerre à échelle planétaire comme on n’en avait jamais vue. 

Or, ça a toujours été comme ça. Toutes les prophéties de la métaphysique se sont réalisées, en échouant. La République de Platon a mis plus de deux millénaires à se réaliser ; je ne pense pas que Platon aurait été satisfait du résultat. Descartes a annoncé le règne de « l’homme maître et possesseur de la nature » : je ne pense pas qu’il se serait réjoui outre mesure du résultat. Hegel a annoncé l’Etat de droit démocratique et universel, dont le réel était le progressisme de la démocratie libérale-bourgeoise depuis deux siècles : je ne pense pas qu’il aurait sauté au plafond en constatant ce que ça a donné, surtout aujourd’hui. Marx, c’est encore plus évident. Nietzsche ne se serait pas beaucoup réjoui de ce qu’en on fait les nazis, et je pense qu’il se réjouirait encore moins de voir que le cœur de ses thèses sur le « surhomme » sont reprises par aujourd’hui par qui de droit : l’apartheid des « transhumains » technologiques et des « sous-hommes » planétaires, exterminés par procédés plus sournois, mais plus rapidement efficaces, que ceux du nazisme.

Nietzsche est mon adversaire favori en philosophie, pour cette raison et pour quelques autres. Mais faisons-lui crédit de ceci : il a été le premier grand philosophe anti-universaliste de l’histoire de la philosophie. Métaphysique, universalisme, technologie : ces concepts recoupent un seul et même phénomène, celui de l’avènement, effectivement « totalitaire », de l’espèce animale Cro-Magnon il y a 30.000 ou 40.000 ans.

Il y a d’abord eu les grands philosophes anti-universalistes « de droite », voire fascistes : Nietzsche, Heidegger notamment, mais aussi Wittgenstein (aux tendances fascisantes près). Il y a eu, en France, un anti-universalisme « de gauche » : Derrida, Deleuze, Foucault. Il y a un regain, comme je l’ai montré, de l’universalisme positif récemment avec Badiou, Zizek ou Meillassoux (les « matérialistes »). Comme je l’ai montré, ça ne peut plus marcher. Mais c’est là que le cercle est vicieux. C’est que même la « déconstruction de la métaphysique », elle est vouée à fonctionner en échouant. C’est en abyme. « L’auto-déconstruction de la métaphysique » dont parle lucidement Malabou, c’est peut-être tout simplement l’auto-suppression de l’espèce humaine comme telle : une simple impasse évolutionniste, à ceci près qu’elle risque d’entraîner avec elle la disparition de la quasi-totalité du vivant sur terre. En transgressant toutes les règles de la survie animale simple, l’espèce humaine a simplement passé son temps (et « l’histoire de la métaphysique » ne serait rien d’autre) à tresser la corde pour se faire pendre. Il s’agit de l’espèce suicidaire. Seul l’animal humain se suicide (même s’il y a un doute sur les baleines et les orques). Et elle ne se suicide pas qu’individuellement. Elle se suicide collectivement (et là, le doute n’est plus permis avec les baleines et les orques : eux ne se suicident pas collectivement, comme nous sommes en train de le faire).

J’ai trouvé une autre piste que le grand flux moderne de la philosophie anti-universaliste. Mon travail s’est surtout nourri de philosophes un peu « maudits », peu connus, qui ont été des philosophes négatifs. Adorno, Schürmann et Lacoue-Labarthe, hantés par les atrocités qui se sont perpétrées au vingtième siècle : notamment Auschwitz.

J’en ai déduit ceci : on ne peut pas être simplement « anti-universaliste ». L’universalisme est notre élément inné. Je ne te parlerai pas en ce moment s’il n’y avait pas cet élément d’universalité qui nous unifie planétairement en tant qu’espèce, avec tous les prix à payer qu’on sait. Un anthropologue ne pourrait pas aller étudier une tribu amazonienne sans ce minimum d’universalité qui le relie à elle. L’universel est l’élément « inné » de l’animal technologique (techno-mimétique, comme j’aime mieux dire).

Universalisme négatif, donc : telle est ma voie. Ce que je démontre, dans mon travail, c’est qu’il n’y aurait pas de singularisation de chacun d’entre nous si nous n’appartenions à l’universel positif révélé par la science : « le carré de la de l’hypoténuse est égal à la somme des carrés des deux autres côtés », « l’oviparité est une stratégie de reproduction d’une espèce où l’ovule à maturation au sein de la femelle est ensuite reproduit sous la forme d’un oeuf », tandis que les mammifères « sont une classe d’animaux vertébrés qui ont pour caractéristiques principale que les représentants femelles allaitent leurs juvéniles à partir d’une sécrétion cutanéo-glandulaire spécialisée appelée « lait » », « la précession des équinoxes est le décalage progressif de la direction où sont vues les étoiles, d’un siècle à l’autre, à raison d’une rotation complète, tous les 26.000 ans environ, effet produit par un lent changement de direction de l’axe de la direction de la Terre, dans la même durée ») : des millions et des millions de lois de la nature et de l’être ont ainsi été appropriées par la science au cours de notre courte histoire. Le « phénomène humain », comme disait le bon père Teilhard de Chardin? Un big-bang cognitif sans équivalent dans l’histoire de l’évolution. Nous sommes censés « tout » savoir. Aucun d’entre nous, surtout pas ceux qui nous manipulent (les oligarques), nous dominent (les gouvernements) et nous « informent » (les médias de masses), aucun, dis-je, ne sait tout. C’est devenu matériellement impossible, parce que ça l’a toujours été (Debord, avec ses moyens propres, constatait strictement la même chose : la masse d’informations disponibles aux mains du pouvoir est sans cesse grandissante, mais il n’y a personne qui puisse singulièrement en faire le tour). C’est ce que voulait dire Lacan quand il disait : je dit toujours la vérité, mais pas toute. La dire toute, c’est matériellement impossible.

La science nous dit tout de la manière dont tout fonctionne, des planètes aux particules élémentaires en passant par les autres animaux que nous et par la logique. « Nous » sommes censés « tout » « savoir ». Et aucun de nous, pour diriger sa vie quotidienne concrète, ne sait quoi que ce soit. Chacun de nous, à sa manière, échappe aux catégorisations que ces lois universelles imposent à l’étant, ce qu’en philosophie on appelle : subsomption. Soumettre un cas particulier à la loi universelle du concept scientifique. Comme ça ne marche pas, on a depuis longtemps aussi inventé des lois qui ne se trouvaient pas dans la nature et dans l’être : les lois politiques et civiques qui elles aussi se comptent par millions. Comme le sait tout anthropologue, ce sont déjà des lois de singularisation.

C’est ce que veut dire Schopenhauer quand il parle de la différence entre caractérisation et individuation. Il y a eu des millions et des millions d’espèces animales sur terre, d’une extraordinaire variété entre elles. Mais aucune n’est capable de se différencier à l’intérieur d’elle-même comme l’espèce humaine présente de différences à l’intérieur d’elle-même. C’est ce que mon travail apporte aux « philosophies de la différence » du vingtième siècle, si volontiers « anarchisantes » : je démontre, de façon quasi mathématique, que la capacité qu’a l’animalité humaine de s’approprier les différences des autres étants aboutit à une capacité à sdifférencier que ne connaît aucun autre étant. J’ai pu appeler ça le « queer » ontologique. Preuve de plus que l’espèce humaine, par sa capacité presque illimitée à se singulariser, est en quelque sorte intrinsèquement « anarchiste ».

 -Tell us about the technology and the destruction of metaphysics. Maybe a short sentence or two about Descartes and Leibniz? 

 J’ai déjà répondu sur Descartes. Leibniz, quant à lui, est une sorte de prophète du « transhumanisme » : Dieu est un Grand Ordinateur. Là encore, il n’est pas sûr que, s’il ressuscitait, il se réjouirait outre mesure de la « réalisation » de Dieu que sont en train d’opérer les GAFAM et le big data, pour ne rien dire du délire hygiéniste réalisé de Bill Gates et du great reaset programmé par ce que Reiner Fuellmich la « clique de Davos ». Là encore, le résultat est tout sauf l’Ordre impeccable escompté, mais un chaos sans nom : une véritable guerre de l’information, par exemple en ce moment sur la « crise sanitaire », avec une censure sans précédent (« jamais censure ne fut si parfaite », disait déjà Debord de la « société du spectacle » il y a trente-cinq ans, quand il n’y avait pas d’Internet) : une guerre sans merci entre le véridique et le mensonger, qui donne cette « conflictualité sans accord qu’est la vérité ». Si on a un peu de mémoire historique, il convient de se poser une question simple pour choisir son camp dans la guerre en cours : de manière générale, sont-ce les persécuteurs qui disent la vérité ? Ou sont-ce les persécutés ? Réfléchissez bien. Actuellement, sont-ce les centaines de milliers de médecins intègres, qui risquent leurs carrière, qui disent la vérité, ou sont-ce les médecins que tu vois sur les plateaux télévisés? Réponds à cette questions, et fais ensuite des déductions à l’avenant. Car tout est comme ça. La vérité, c’est ce qui résulte du conflit entre le véridique et le mensonger. Tu as des médecins, assez tard venus dans la discussion, à part quelques collabos patentés (en France : Jérôme Salomon, Karine Bertrand, des gens qui méritent la potence), qui disent : « le vaccin est la seule solution! Oui il y a une pandémie mondiale! Il faut confiner, ça sert à quelque chose! », et d’autres qui disent : « il y a des traitements précoces, et la « pandémie » n’est qu’un mythe monté de toutes pièces, le confinement ne sert à rien ». Les premiers mentent éhontément depuis le début, les seconds disent le véridique depuis le début. L’affaire du philosophe, sur ces bonnes bases, c’est la vérité, c’est-à-dire ce qui résulte de tout ça. Et le résultat, au bout d’un an et demi de propagande médiatico-gouvernementale insultante pour l’intelligence humaine, n’est pas beau à voir.    

Sur la destruction de la métaphysique et la technologie, j’ai déjà abondamment répondu. Mais pose-toi cette fois cette question : si l’humain est l’animal suicidaire, la technologie n’est-elle pas le nom global de ce suicide ? N’est-ce pas à ce spectacle atroce (pour revenir à la question de « l’art », c’est-à-dire de la représentation) que nous sommes en train d’assister ? Dans un livre d’entretien avec Jean-Luc Nancy, celui-ci me dit, à un moment : mais est-ce si grave que l’espèce humaine disparaisse ? Je lui ai dit (je laisse aux curieux le soin de reprendre le fil de nos arguments dans ce livre d’entretiens sur la sexualité, qui s’appelle Immortelle finitude) : mais alors, tu veux dire que la technologie est le suicide de la vie ? Il a répondu affirmativement. Donc je reviens au débat que j’ai évoqué plus haut entre lui et Agamben : si la « crise sanitaire » est une occasion d’expérimenter à nouveaux frais notre communauté d’exposition à la mort et à la finitude (mais orchestrée par qui…?), devons-nous pour autant accepter les conditions que les pouvoirs de toute sorte (oligarques, gouvernements, médias de masse, médecins corrompus, etc.) imposent à cette communauté ? Mais, « contre » Agamben, je repose une question que j’ai déjà soulevée : certes, sa « prophétie » s’est définitivement accomplie : l’état d’exception est devenu la règle. Mais ce qui se révèle à nous, n’est-ce pas le fait que l’humanité a toujours été un état d’exception, par la science et la technologie, aux règles pléonectiques « faibles » du restant du règne animal sans… exception ? A savoir : les animaux ont des capacités limitées d’appropriation (prédation et broutage, notamment). Nous, nous sommes l’espèce de l’appropriation illimitée. C’est ça le pléonectique.

Question donc à Jean-Luc, Nancy du nom : que devrions-nous faire s’il s’avérait que le « confinement » mondialisé fait infiniment plus de morts que le « virus » ? Si les « vaccins » s’avéraient un « remède » bien pire encore que le Mal qu’ils sont censés combattre ? Et si cette histoire de « virus » nous faisait replonger dans les pages les plus sombres de notre histoire, comme le démontre à mes yeux Véra Sharav, et comme Jean-Luc lui-même l’a magistralement démontré, avec Philippe Lacoue-Labarthe, dans un livre qui s’appelle Le mythe nazi, que je conseille à tout le monde. J’ai proposé à Jean-Luc d’écrire ensemble, comme il l’avait fait avec Lacoue-Labarthe, un livre qui s’intitulerait Le mythe transhumaniste. Mais il faudrait beaucoup de courage aujourd’hui pour faire ça. C’est-à-dire une exposition littéralement guerrière à la mort. Et je m’empresse de préciser l’essentiel : ce n’est pas à Nancy, Jean-Luc, du prénom, que je jette la pierre, mais d’abord à moi-même. Depuis deux ans et demi, je n’écris presque pas, et, depuis un an, je me suis tu sur la « crise sanitaire ». C’est toi, Nika, qui m’aura poussé à m’exprimer là-dessus pour la première fois. Et, comme tu le vois, « j’en ai gros sur la patate », comme on dit en français.

Je conclus sur une variation encore différente de la question. J’admire immensément, comme tout le monde, Spinoza, mais au fond j’ai toujours été en désaccord avec lui. Je ne peux évidemment résumer ce désaccord en quelques lignes, mais je peux pointer sur un sujet qui nous intéresse, et qui est justement la question du… sujet. Spinoza dit : « c’est un empire dans l’empire », ça n’existe pas. Pourquoi ? Parce que Spinoza est un philosophe de la Nature. Il ne croit, au fond, qu’aux rapports de force (c’est pourquoi Schopenhauer jugeait sa philosophie, à juste titre, « immorale »). Je pense que Spinoza – peut-être le plus grand métaphysicien, à point nommé, de toute l’Histoire de la philosophie -, plus qu’à son tour, s’il revenait parmi nous, se rétracterait : le sujet, non au sens individuel mais au sens global de l’espèce humaine, est effectivement un « empire dans l’empire ». Le suicide écologique, qui est au « virus » ce qu’un incendie forestier est à une étincelle, le prouve par l’absurde. Par exemple, en discutant avec Bernard Stiegler, je lui ai demandé : d’accord, le « sujet » (individuel, de Descartes à Husserl) a été « déconstruit ». Mais n’en reste-t-il pas quelque chose ? Et je lui ai là-dessus avancé la question de l’inflation de l’autisme dans nos civilisations dites « avancées » (en quoi ? Nul ne le sait). Il m’a répondu, fort pertinemment, que lui assistait à l’inflation de l’autisme infantile due à la technologie, notamment aux smartphones : il travaillait directement sur ces questions-là. Les dirigeants des GAFAM veulent que tout le monde utilisent leurs outils, mais ils envoient leurs enfants dans des écoles privées où il n’y a pas de GAFAM. Eux aussi se singularisent, « par le haut ». Le problème, c’est que nous, ils nous singularisent « par le bas », en posant des règles universelles d’une parfaite absurdité « sanitaire », économique, politique, psychologique, et tout ce qu’on voudra. Le Mal se fait passer pour le Bien, le mensonge pour la vérité, la transgression pour la législation. 

J’en tire un enseignement qui en est à l’état embryonnaire, mais précieux : je deviens presque « manichéen ». Et j’attribue ça au fait d’avoir fait le contraire de ce que fait le gros des philosophes professionnels : j’ai essentiellement travaillé sur la question du Mal, non du Bien. J’ai toujours considéré, à la lecture de toute la tradition qui va de Platon à Badiou en passant par Saint Thomas et Descartes, que la question du Bien était très confuse, ce qui innerve jusqu’au moindre de nos actes quotidiens. La question « Qu’est-ce qui est bien? Qu’est-ce qui est mal? » est obscurcie par la simplification de la question par la métaphysique : « Qu’est-ce qui est bien, et seulement bien? » La réponse est toujours « prescriptive », comme dit Badiou : il faut faire ceci, il faut faire cela. Tout mon travail est une pure et simple démolition de cette manière immémoriale de procéder en philosophie.  Ce que la soi-disant « crise sanitaire » m’a fait comprendre, c’est que, en effet, mon travail était nécessaire et salutaire : nous devons d’abord identifier où est le Mal avant de parler de « Bien ». Le Bien ne surgit qu’à la lumière du Mal, savoir des milliards de souffrances inutiles que nous nous infligeons à échelle planétaire. Démontez le mécanisme du Mal, et vous aurez une petite idée de ce qu’est le Bien. Il ne faut surtout pas procéder en sens inverse : définir, de manière unilatérale, ce qu’est le Bien, pour ensuite dire que le Mal, c’est ce qui n’obéit pas aux prescriptions que vous délivrez sans compter pour que le Bien Universel advienne. C’est précisément cette procédure qui donne le Mal à grande échelle (pléonasme…). Il faut, à chaque fois, partir des cas singuliers. Qu’est-ce qui me fait du Mal? Est-ce le « COVID », ou sont-ce les « mesures anti-COVID »? Il faut partir  du singulier pour aller vers l’universel, et pas le contraire. Quand l’Universel, c’est devenu cette organisation criminelle qu’est l’OMS et ce débile mental de Bill Gates, vous savez, au moins, à quoi vous en tenir : au pire. Comme le dit Rabbi Weismann : aucune tyrannie ne se présente à vous en disant : « nous voulons que vous disparaissiez ». Elle se présente toujours à vous en disant qu’elle veut votre Bien. 

Aujourd’hui, le « virus » fait de nous tous des autistes. A titre personnel, cela fait vingt ans que je suis « autiste » : que j’essaie de me protéger de la société, des grands médias, des réseaux sociaux, et de je ne sais quoi encore. Schizophrénie, paranoïa, autisme, Alzheimer, dyslexie, aphasie, anorexie… tous ces phénomènes singuliers n’adviennent qu’à l’espèce humaine. Pourquoi ? Mon travail fournit de larges réponses à cette question, mais je les approfondirai dans ce livre sur la folie que je compte écrire bientôt.

Mais mon minuscule cas personnel prouve qu’on n’en sort pas : j’ai voulu résister à l’universalisme positif, à la « mondialisation », à la propagande des mass médias, à à peu près tout. J’ai échoué. Mais, dans cet échec, je me suis singularisé. Ce n’est pas « contre », mais grâce à ces pouvoirs effarants de la « technologie comme auto-destruction de la métaphysique », que je me suis singularisé. Tout le propos de Schürmann, qui met en échec toute « dialectique », est là. C’est une philosophie qui est encore extrêmement peu comprise aujourd’hui. C’est dommage, attendu ce qui nous arrive. D’où ma rupture avec Badiou, que “parachève” la “crise sanitaire » où nous sommes : il n’y a plus d’« universel positif » (« le vaccin pour tous ! ») : toutes les hégémonies sont brisées et continueront à l’être. C’était soit Badiou, soit Schürmann. J’ai compris que la vérité de notre époque était du côté de Schürmann (il dit quelque part à peu près : « le philosophe critique est incapable de prendre la pose du philosophe-Roi »), non des grandes prescriptions de Badiou (« le communisme ! »). Comme le disent aussi bien Nancy que Graeber (et, désormais, Agamben) : le communisme est déjà là, technologiquement organisé par les « réseaux sociaux » (demain, ça sera autre chose). Je soupçonne fort Badiou et Zizek d’envier Gates et Schwab, comme ils ont envié Mao et Staline… le grand Timonnier qui dicte tout… Problème, et là Heidegger les avait d’avance réfutés avec ce qu’il a compris de sa méprise quant au nazisme : aujourd’hui, seul celui qui contrôle la technologie « contrôle tout ». Certainement pas un philosophe professionnel, qui est même incapable d’organiser la résistance armée quand ça s’impose, à l’époque où ça s’impose : Vichy ou la nôtre. Mais, comme nous l’a appris Badiou lui-même; le Tout n’existe pas, et surtout pas dans la clôture anthropologique. Toute totalisation est un « phantasme », comme dit Schürmann. Toute hégémonie a pour destin d’être brisée. La question de l’anarchisme politique doit être uniquement et seulement celle-ci : à quelles conditions allons-nous perpétuer l’emprise incontournable de la science et de la technologie sur nos vies ? Peut-on penser un usage « non totalitaire » de la science et de la technologie ? Telle est la question aporétique que nous pose « l’anarchie » au sens large.

Je pense à présent avoir été suffisamment clair sur les raisons pour lesquels je suis un « anarchiste », littéralement et en tous sens. Quand le message de Jésus, « je suis la resurrection et la vie » est repris par une marchandise, le « vaccin », c’est que la situation est très grave, et que nous sommes effectivement dans l’anarchie, au sens large que nous aurons parcouru jusqu’ici.

– Let’s talk about the difference between « game » and « play »? Do you have a story about coming up with the rules of a new game? How do you even make up the rules if we don’t have One Big rule anymore? Is it Freedom? Or does it mean we are abundant and never be safe and happy?

Aïe, j’ai mal à la tête ! Il y a trop de questions à la fois ! Essayons de procéder par ordre.

La distinction entre « game » et « play » m’a passionné dans nos discussions avec David, car elle n’existe pas en français. Le « game » est un jeu dont les règles sont fixées une fois pour toutes. Le « play » un jeu dont les règles ne préexistent pas au jeu lui-même, et sont donc constamment changeantes. La réponse est « simple » par rapport à la situation présente : déjouer les règles du jeu sans cesse changeantes que les régimes d’exception actuels nous imposent. C’est clairement le « play » contre le « game ». Chaque jour le système nous impose de nouvelles règles coercitives du jeu social. Chaque jour nous devrons les déjouer. C’est loin d’être gagné. Cela fait des mois que, sachant ce que je sais, j’ai refusé d’avance d’être « vacciné » par des thérapies géniques expérimentales. Et je ne te dis rien du « passeport vaccinal » : il y a six mois, quand on disait qu’il y aurait un « passeport vaccinal », tout le monde vous traitait, à poins nommé, de « complotiste ». Et le « passeport vaccinal » arrive, sous un nom plus avenant, le « pass sanitaire ». Il y a une blague sur Internet que j’aime bien : « Quelle est la différence entre une théorie du complot et le vérité? Entre six et douze mois… ». Une autre blague que j’aime bien : « Quelle est la différence entre un complotiste et un génie? Un génie a un coup d’avance. Un complotiste en a deux. » Tout ce que les « complotistes » du « COVID » ont annoncé depuis en an s’est réalisé, systématiquement, implacablement. Là, nous touchons à un des points-clés de ce que décrivait Debord dans les Commentaires sur la société du spectacle : une des plus grandes victoires de celle-ci sur le citoyen moyen est la destruction totale de la logique dans le cerveau de celui-ci. Les gens ont beau avoir du bon sens, le fait simple d’être constamment en contact avec les médias de masse fait qu’ils ne sont plus capables d’établir des raisonnements de continuité entre ce qu’on leur dit un jour et ce qu’on leur dit le lendemain. Le gouvernement leur dit un jour ceci? Ils le font. Le lendemain, cela? Ils le font aussi. Ils sont comme des moutons, comme des poulets en batterie. « Les français sont des veaux », disait le Général de Gaulle. Toujours l’illusion de dresser l’humanité comme nous avons dressé, puis exterminé, les mammouths ou les ures. Ca ne marche pas et ne marcherai jamais. La révolte est désormais un devoir, un « impératif catégorique » au sens de Kant, car, si nous les laissons faire, ils exterminerons des milliards d’êtres humains. Et c’est déjà ce qu’ils sont en train de faire, au nom d’une grippe un peu virulente dont les chiffres officiels nous disent que 99,85% de nous échapperont. Ou auraient échappé s’il n’y avait pas eu le « vaccin »… Astrazénéca? Des milliers de morts dans la seule Angleterre. Des centaines de milliers d’effets neurologiques graves. Des centaines de problèmes visuels tout aussi graves, et déjà cinquante aveugles recensés. 63 enfants entre 0 et 3 ans morts après l’injection. Tout ça pour sauver d’une grippe saisonnière un peu virulente… Comme le dit le résistant israélien Rabbi Weissman, en toute simplicité : le gouvernement israélien a menti sur la grippe saisonnière, à savoir qu’il a dit qu’il n’y avait aucun cas de grippe saisonnière en 2019-2020. En France, on nous a raconté presque la même chose : 7 morts de la grippe saisonnière 2019-20. Ca fait des décennies que la grippe saisonnière fait entre 20.000 et 30.000 morts par an en France. Où sont-ils passés cette année? La réponse coule de source : classés « COVID ». Et, comme le dit encore Rabbi Weismann, s’ils mentent là-dessus, c’est qu’ils mentent sur absolument tout. Et c’est effectivement ce qu’on fait les gouvernements de quasiment le monde entier. On nous a menti sur absolument tout depuis un an et demi. Qu’est-ce que la philosophie peut déduire de cet « événement » négatif? C’est une très vaste question. Force est d’avouer que, si la situation est dramatique, comme peut-être jamais à ce point dans notre histoire, elle est intellectuellement passionnante. 

Nous jouons tous, depuis un an et demi, un jeu extrêmement pervers, imposé par le néo-totalitarisme présent « au jour le jour » : ils jouent avec nous, avec nos âmes et avec nos corps. Je ne peux pas, dans ces conditions, proposer de « nouveau jeu », car par définition un jeu se joue à plusieurs, et donc fixe collectivement ses propres règles, par exemple une nouvelle communauté anarchiste. Je verrai dans quelques jours avec les groupes de gilets jaunes radicaux ce que nous pourrons faire. Il semble que nous soyions condamnés à être seulement réactifs au néo-totalitarisme présent, mais peut-être trouverons-nous le moyen d’être proactifs collectivement et d’inventer un « nouveau jeu ».

J’en profite pour dire que, depuis que nous avons fait l’entretien avec David, je souscris entièrement à son affirmation selon laquelle la vraie pensée est dialogique. La preuve : c’est la première fois depuis deux ans et demi que j’écris quelque chose de substantiel depuis mon Système du pléonectique. Je souffre beaucoup de ma solitude depuis plus de deux ans mais ne veux pas me satisfaire des fausses communautés des réseaux sociaux. J’ai besoin de me mettre en contact, penser et agir avec des communautés réelles. Les lois d’exception qu’on nous impose depuis un an ont pour finalité ultime de rendre impossible toute communauté réelle. Les nouveaux tyrans veulent que nous n’entretenions de rapports que sous leur contrôle numérisé. La communauté est devenue, comme telle, révolutionnaire.

Je suis, tu le vois, un peu parti dans tous les sens. Je me suis un peu répété, car j’écris comme au coeur d’une catastrophe, d’un bombardement. Mais si j’ai, par rapport à ce qui nous arrive, une conviction absolue, c’est bien celle-là. Communauté contre transhumanisme, telle est ma « philosophie politique ».

Mehdi Belhaj Kacem ; samedi 5 juin 2021

Mehdi Belhaj Kacem  est un philosopheécrivain et acteur francotunisien.


NOTES COMPLÉMENTAIRES

1-VOTER [élire des maîtres], C’EST ABDIQUER

Elisée Reclus

 

On devrait relire souvent cette lettre d’Élisée Reclus datant du 26 septembre 1885.

 

« Compagnons,
Vous demandez à un homme de bonne volonté, qui n’est ni votant ni candidat, de vous exposer quelles sont ses idées sur l’exercice du droit de suffrage.
Le délai que vous m’accordez est bien court, mais ayant, au sujet du vote électoral, des convictions bien nettes, ce que j’ai à vous dire peut se formuler en quelques mots.
Voter, c’est abdiquer ; nommer un ou plusieurs maîtres pour une période courte ou longue, c’est renoncer à sa propre souveraineté. Qu’il devienne monarque absolu, prince constitutionnel ou simplement mandataire muni d’une petite part de royauté, le candidat que vous portez au trône ou au fauteuil sera votre supérieur. Vous nommez des hommes qui sont au-dessus des lois, puisqu’ils se chargent de les rédiger et que leur mission est de vous faire obéir.

Voter, c’est être dupe ; c’est croire que des hommes comme vous acquerront soudain, au tintement d’une sonnette, la vertu de tout savoir et de tout comprendre. Vos mandataires ayant à légiférer sur toutes choses, des allumettes aux vaisseaux de guerre, de l’échenillage des arbres à l’extermination des peuplades rouges ou noires, il vous semble que leur intelligence grandisse en raison même de l’immensité de la tâche. L’histoire vous enseigne que le contraire a lieu. Le pouvoir a toujours affolé, le parlotage a toujours abêti. Dans les assemblées souveraines, la médiocrité prévaut fatalement.


HORS TEXTE

Juste un petit mot pour vous inviter à visiter notre boutique en ligne.Supportez le droit à une vision  politique et historique différente de celle du Nouvel Ordre Mondial:

Visitez la Boutique Vintage par Michel,sur ce lien: Vintage par Michel

Merci!


 

 

Voter c’est évoquer la trahison. Sans doute, les votants croient à l’honnêteté de ceux auxquels ils accordent leurs suffrages — et peut-être ont-il raison le premier jour, quand les candidats sont encore dans la ferveur du premier amour. Mais chaque jour a son lendemain. Dès que le milieu change, l’homme change avec lui. Aujourd’hui, le candidat s’incline devant vous, et peut-être trop bas ; demain, il se redressera et peut-être trop haut. Il mendiait les votes, il vous donnera des ordres. L’ouvrier, devenu contre-maître, peut-il rester ce qu’il était avant d’avoir obtenu la faveur du patron ? Le fougueux démocrate n’apprend-il pas à courber l’échine quand le banquier daigne l’inviter à son bureau, quand les valets des rois lui font l’honneur de l’entretenir dans les antichambres ? L’atmosphère de ces corps législatifs est malsain à respirer, vous envoyez vos mandataires dans un milieu de corruption ; ne vous étonnez pas s’ils en sortent corrompus.

N’abdiquez donc pas, ne remettez donc pas vos destinées à des hommes forcément incapables et à des traîtres futurs. Ne votez pas ! Au lieu de confier vos intérêts à d’autres, défendez-les vous-mêmes ; au lieu de prendre des avocats pour proposer un mode d’action futur, agissez !

Les occasions ne manquent pas aux hommes de bon vouloir. Rejeter sur les autres la responsabilité de sa conduite, c’est manquer de vaillance.

Je vous salue de tout cœur, compagnons. »

Élisée Reclus


 

Elections…piège à cons

En réponse au commentaire suivant d’Eddie :

« Dans tous les pays occidentaux “démocratiques”, une poignée d’oligarques achète tous les médias. Puis, avant une élection, ces oligarques choisissent leur candidat : un larbin insignifiant, ultra servile et traître à son pays de préférence. L’élection de leur larbin se fait par bourrage de crâne médiatique via quasi l’intégralité des médias leur appartenant, y compris et surtout les journalistes. Et l’obéissance naturelle, entre 65% et 67%, d’une quelconque population, démontrée par le test d’obéissance de Stanley Milgram, fait le reste : leurs divers larbins sont élus à chaque fois!!!

Les élections sont devenues une grosse mascarade, une gigantesque fumisterie. Mais le résultat non voulu par ces grosses ordures est la révolte des populations dans le monde entier. »  Eddie24 mai 2020 à 07:23

 

« « Élections… Piège à cons« .

Le slogan a fait ses preuves en 68. On pourrait peut-être le ressortir de la naphtaline aujourd’hui, l’aérer et en profiter pour se poser des questions pas vraiment inutiles au vu de l’usage qu’on fait un peu partout dans le monde de ce mode d’expression pour lequel l’humanité s’est tant battue. » Patrick Adam

Que de crimes n-a-t-on pas commis ces derniers temps au nom d’une démocratie qu’on prétend vouloir imposer aux « Arabes, Vénézuéliens, Iraniens,  et autres « sous-développés » récalcitrants aux sirènes de l’Empire». On nous dit qu’une démocratie est un régime politique dans lequel les décisions sont prises en fonction de la volonté du peuple. Mais qu’est-ce que la volonté du peuple ? En d’autres termes, quelle est la bonne façon de tenir compte des préférences de chaque individu pour en déduire la préférence collective ? Depuis quelques décennies, les mathématiciens se sont penchés sur ces questions, et sont arrivés à des conclusions… surprenantes !

Le principe de démocratie existe depuis environ 2600 ans.

 

 

La démocratie athénienne est réputée pour être l’ancêtre des démocraties modernes. Le mot démocratie vient de deux mots grecs : dêmos (le peuple) et kratos (le pouvoir). À la même époque que la démocratie grecque, un autre type de démocratie était appliqué à Carthage.  L’organisation politique de Carthage était louée par de nombreux auteurs antiques qui mettaient en avant sa « réputation d’excellence » [PolybeHistoires, VI, 43.]. Aristote (-384 ; -322)   la dépeint comme un modèle de constitution « mixte », équilibrée et présentant les meilleures caractéristiques des divers types de régimes politiques, c’est-à-dire mêlant des éléments des systèmes monarchique (suffètes), aristocratique (Sénat) et démocratique (assemblée du peuple). 

Qu’en pensaient les anciens ?

Platon,selon une représentation

–      Platon (entre  -427 ; -347) avait écrit, dans La République, qu’à son avis, la « démocratie apparaît lorsque les pauvres, ayant emporté la victoire sur les riches, massacrent les uns, bannissent les autres, et partagent également avec ceux qui restent le gouvernement et les charges publiques ; et le plus souvent ces charges sont tirées au sort. » Ainsi, voter pour élire un président ou des représentants n’est pas, contrairement à ce que l’on veut nous faire croire, une garantie de vie en démocratie.

–      Pourtant Aristote, le père de la philosophie, écrivait déjà dans Les politiques que : «  Le choix judicieux est l’affaire des gens de savoir : par exemple le choix d’un géomètre appartient à ceux qui sont versés dans la géométrie, et le choix d’un pilote à ceux qui connaissent l’art de gouverner un navire. Car, en admettant même que, dans certains travaux et certains arts, des profanes aient voix au chapitre, leur choix en tout cas n’est pas meilleur que celui des hommes compétents. Par conséquent, en vertu de ce raisonnement, on ne devrait pas abandonner à la masse des citoyens la haute main sur les élections de magistrats. ». Aristote était donc contre la démocratie comme nous l’entendons et sa conception de l’État se rapprochait plus d’une dictature que d’une démocratie, mais d’une dictature dirigée par des hommes de savoir : des dictateurs éclairés.

Le théorème d’Arrow

Pour « gouverner » tout d’abord, il faut à un moment ou à un autre faire des choix et trancher entre plusieurs alternatives. Comme dans une démocratie c’est le « peuple » qui est supposé diriger, ces choix devront être réalisés collectivement. Or ces choix collectifs ne sauraient être réalisés à partir d’autre chose que les choix des individus composant le peuple. Il va donc falloir, d’une manière ou d’une autre, agréger les choix individuels en un choix collectif.

Justement, le vote est le moyen d’agréger les convictions personnelles de chacun en un choix collectif unique.

Depuis cette époque lointaine, une multitude de méthodes de vote ont vu le jour sans que jamais aucune ne semble forcément surpasser les autres.

Dans les années 1970, l’Américain Kenneth Arrow (prix Nobel d’économie) énonça et démontra son théorème dont le résultat est pour le moins surprenant et qui passe pour le théorème le plus important de ce siècle en théorie du choix social.

Ce « théorème d’impossibilité » s’énonce ainsi (en simplifiant, car il s’agit d’un théorème mathématique de théorie des ensembles qui réclame une démonstration élaborée) :

« Il n’existe pas de fonction de choix social (un système de vote) qui puisse convertir des préférences individuelles en une décision agrégée cohérente, hormis dans le cas où la fonction de choix social coïncide avec les choix d’un seul individu (« dictateur »), indépendamment du reste de la population. »

La dictature éclairée serait-elle plus démocratique que la démocratie ?

Si on posait la question aux Irakiens, aux Syriens,  ou aux Libyens, la réponse serait  évidente. La vie sous la dictature de Saddam Hussein, de Bachar Al-Assad ou de Mouammar Kadhafi, est infiniment préférable, non seulement à la démocratie que voudrait leur imposer l’Occident à coup de bombes, mais aussi aux sinistres et obscurantistes dictatures des rois islamo-fainéants. De même, pour la grande majorité des Tunisiens, la vie quotidienne sous le « dictateur » Ben Ali était, de loin, préférable à la « démocratie islamise » (oxymore) qui a suivi son renversement, et qui leur a été imposée par la France et les USA. Pourquoi ? Parce que sous le régime « dictatorial » de Ben Ali, la démocratie ne signifiait certes pas « élections libres », mais signifiait : sécurité (la première des libertés),  égalité homme femme, propreté, bien-être, travail, etc. Toutes choses disparues avec la « démocratie » islamiste d’aujourd’hui. Lorsqu’on suit les débats à l’Assemblée des Représentants du Peuple (défense de se fendre la pipe), on a l’impression d’assister à des querelles et au langage de gamins des rues sans aucune éducation ni aucune valeur morale.

Il semble a priori, qu’une dictature éclairée soit un oxymore, au même titre que qu’un « islamiste modéré » ou qu’un « gentil terroriste ». Car, être dictateur signifierait prendre les décisions (et en assumer les conséquences) pour son peuple, et être éclairé signifierait à la fois avoir les capacités et les compétences lui permettant de faire les bons choix pour son peuple en toute connaissance de cause (Voir Aristote ci-dessus).

Le dilemme des Alliérins (par Rémi Peyre)

Suite à une révolution, le département de l’Allier est devenu indépendant. La Constitution du nouvel État prévoit que des élections démocratiques soient organisées pour désigner sa capitale. Il se trouve que l’Allier présente la particularité d’avoir trois villes principales de tailles comparables, villes que nous noterons par leur dernière lettre : Montluçon (N), Moulins (S) et Vichy (Y). Chacune des ces villes a déposé une candidature pour devenir capitale, et chaque citoyen souhaite naturellement que la future capitale soit la plus proche possible de chez lui. Ainsi [voir la carte ci-dessous], les habitants de N, à défaut de voir leur ville choisie, préfèreraient S à Y, les habitants de S préfèreraient Y à N, et les habitants de Y préfèreraient S à N. (Nous négligerons ici les citoyens n’habitant aucune des trois villes).

 

Si la Constitution dit bien que c’est par une élection démocratique que doit être désignée la capitale, elle ne précise en revanche pas quelle méthode électorale doit être suivie. Plusieurs méthodes concurrentes, toutes clairement démocratiques, ont été proposées. Nous n’en montrons que trois :
·   Méthode A : Chaque électeur vote pour une ville ; la ville qui reçoit le plus de suffrages gagne.
·   Méthode B : Dans un premier tour, chaque électeur vote pour une ville, puis un second tour est organisé entre les deux villes ayant reçu le plus de suffrages au premier tour ; la ville qui reçoit le plus de suffrages au second tour gagne.
·   Méthode C : Chaque électeur vote contre une ville ; la ville qui reçoit le moins de suffrages gagne.
Diantre, que de possibilités ! Mais bon, vu que ces méthodes sont toutes démocratiques, peut-être donnent-elles en fait la même ville vainqueure… Hélas, non. Imaginons par exemple que 40 % des électeurs habitent N, 35 % habitent Y et 25 % habitent S. Alors :
–  Suivant la méthode A, N gagne par 40 % des suffrages contre 35 % pour Y et 25 % pour S.
– Suivant la méthode B, Y gagne au second tour contre N par 60 % des suffrages contre 40 %, vu que les habitants de S se reportent sur Y au second tour.
–   Suivant la méthode C, S gagne par 0 % des suffrages contre 40 % pour Y et 60 % pour N, vu que les habitants de S et de Y votent contre N et que ceux de N votent contre Y.
La conclusion qu’on tire de cet exemple simplifié, c’est que le concept de “volonté du peuple” se révèle ambigu, dans la mesure où plusieurs définitions a priori raisonnables de cette volonté sont en fait contradictoires… Par conséquent, le concept de démocratie, en tant que régime politique dans lequel les décisions sont prises en fonction de la volonté du peuple, est trompeur ! Aussi bien Aristote que Platon avaient raison. Ainsi, derrière l’idée “naturelle” de démocratie, se pose le délicat problème suivant : comment déterminer la volonté du peuple à partir des préférences individuelles ? Y a-t-il des méthodes qui soient meilleures que d’autres, et si oui lesquelles ?

Le paradoxe de Condorcet

En démocratie, on dit souvent « la majorité a toujours raison », ce qui paraît très simple à première vue. Ainsi, si le choix doit se faire entre 2 options seulement (ce que nous appellerons un référendum), les trois méthodes que nous avons données dans le « dilemme des Alliérins » se confondent en une seule et même méthode : c’est l’option que la majorité des électeurs préfère à l’autre, qui gagne ! 
Toutefois, cette belle simplicité s’écroule dès qu’il y a au moins 3 options ! La découverte de ce phénomène est due au mathématicien français du XVIIIe siècle Nicolas de Condorcet, qui fut le plus important précurseur de l’étude mathématique de la démocratie avec son Essai sur l’application de l’analyse à la probabilité des décisions rendues à la pluralité des voix écrit en 1785. Dans cet ouvrage, Condorcet démontre que la méthode de la majorité peut aboutir à des incohérences, et qu’il n’est donc pas raisonnable de poser le principe que « la majorité ait toujours raison » :
Paradoxe de Condorcet (1785) : « Il existe des situations où les préférences majoritaires des électeurs sont incohérentes, au sens où on peut trouver trois options X, Y et Z telles qu’une majorité d’électeurs préfèrent X à Y, une majorité d’électeurs préfèrent Y à Z, mais pourtant une majorité d’électeurs préfèrent Z à X»

 

Conclusion (provisoire)

La problématique de déterminer la volonté du peuple à partir des préférences individuelles n’a pas de solution parfaite et indiscutable, en particulier à cause du fait que les électeurs ont la possibilité de manipuler le scrutin en exprimant une opinion mensongère afin de mieux faire triompher leur camp. Quand il n’y a que 2 options en lice, la méthode de la majorité surmonte cette difficulté et s’impose comme la méthode la plus convenable ; mais dès qu’il y a au moins 3 options, le paradoxe de Condorcet sur l’incohérence des préférences majoritaires empêche l’existence d’une telle méthode “parfaite”.
C’est pour cela que, quelque soit le mode de scrutin, et quel que soit le pays, les électeurs « gagnants » ont, a posteriori, souvent l’impression de s’être « fait avoir ». Pourquoi ? Parce que la véritable démocratie :
–    Est celle des travailleurs et des petites gens, elle n’est pas le droit de voter pour celui qui, durant plusieurs années, servira de chef de file aux oligarchies dirigeantes et d’un appareil d’État, qui eux n’ont été choisis et ne sont révocables par personne.
–    Ne consiste pas à cacher la réalité de la lutte des classes qui fait qu’une infime minorité accapare toutes les richesses.

 

    Doit être organisée par et pour les classes opprimées et non pour les classes exploiteuses.

    ne cherche pas à camoufler la nature de classe de l’État (État populaire ou État bourgeois) mais au contraire à la rendre consciente.

–    c’est quand des millions d’opprimés font de la politique et chassent les oligarques et leurs valets qui tiennent les rênes du pouvoir afin de les enrichir toujours plus .

 

« J’ai la mémoire hémiplégique

Et les souvenirs éborgnés

Quand je me souviens de la trique

Il ne m’en vient que la moitié

Et vous voudriez que je cherche

La moitié d’un cul à botter ?

Dans ces temps on ne voit pas lerche…

Ils n’ont mêm’ plus d’cul les Français ! »

Léo Ferré – Ils ont voté… et puis après ?

 

 

 

Que se passe-t-il dans la tête de Macron? Sait-il ce qu’il fait? Que veut-il au juste?

Ces questions, tout le pays se les pose, à part peut-être quelques initiés ou commanditaires, les nantis comme les sans dents, surtout après l’annonce, toute en douceur et délicatesse, du second confinement qui va nous achever, avec l’habituel mélange lénifiant de vérités, de mensonges, de contradictions et d’autosatisfaction.

Entre parenthèses, et sans vouloir faire une comparaison hasardeuse qui pourrait me mener en prison, car notre élite adore la liberté d’expression tant qu’elle n’en fait pas les frais, notez que sous l’affabilité de Pol Pot, sous l’exquise courtoisie qui le faisait apprécier de tous, se cachait un idéologue psychopathe qui n’a pas hésité à sacrifier des millions de vie pour libérer son pays des séquelles physiques et morales de la colonisation, et restaurer son prestige passé, sur le modèle de la glorieuse civilisation de l’Empire d’Angkor. Je ne sais pas si Macron finira par faire autant de dégâts, cela dépend de sa réélection, mais nous savons désormais que sous ses manières doucereuses et son amabilité de surface, se cachent une grande dureté de cœur, un égoïsme triomphant et une totale absence de sens commun.

Pour revenir à nos moutons, c’est le cas de le dire, il fallait voir la tête des habituels suppôts du pouvoir réunis sur les plateaux TV à la fin du discours de leur maître vénéré. Ils étaient atterrés, assommés, incrédules et perplexes. Pour une fois, ils doutaient ; pour une fois, ils ne savaient plus quoi dire, mais on pouvait les entendre penser : Qu’est-ce que c’est que ça ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Qu’est-ce qu’il fout ?

Trois hypothèses se disputent le terrain :

 

Macron est fou, comme semble le penser Erdogan qui lui a enjoint d’aller « faire des examens de santé mentale ». Il agit et réagit au gré de ses caprices déments, délirants, comme Néron autrefois, en profitant du pouvoir dictatorial que lui donne la 5ième République.

Macron est en mission, comme il l’a expliqué lui-même à un cinéaste en 2016:

« Est-ce vous êtes en mission?

– Oui! … Je n’ai jamais eu le sentiment que je faisais une carrière. Et depuis que je suis rentré dans le champ politique, je vis ça comme une mission.

– Il y a une dimension de spiritualité ? relance alors le réalisateur du documentaire, derrière la caméra, Pierre Hurel.

– Il y en a une. Et en tout cas la conviction qu’il existe une transcendance, oui. Quelque chose qui dépasse. Qui vous dépasse. Qui vous a précédé, et qui restera. »

— Macron veut tout simplement se faire réélire et il profite, au coup par coup et sans le moindre scrupule, de ce qui lui permet de se faire passer pour le Sauveur de la nation. Le COVID-19 est une opportunité formidable de mettre le pays au pas, de se dédouaner de tout le mal qu’il a fait aux Français et à la France en le mettant sur le dos de l’épidémie, et de distribuer des milliards d’argent magique à de potentiels électeurs, une forme de clientélisme à grande échelle.

Personnellement, je dirais que c’est un peu des trois, car il faut être fou pour se croire investi d’une Mission quasi divine et il faut détenir le pouvoir, et un pouvoir quasi absolu, pour espérer la mener à bien…

Depuis quelques temps, je lis l’Actu en continu du Collectif du même nom qui fait une revue de presse de gauche sur Mediapart.

Je me suis rendu compte que chaque édition de cette revue permettait au lecteur, d’avoir un très bon aperçu de la politique nationale et internationale. J’ai utilisé l’édition des 28 et 29 octobre 2020, pour construire cet article. Je me suis concentrée sur la politique intérieure française et vous verrez que cette seule édition nous apprend à peu près tout ce que nous devons savoir pour comprendre ce qui se passe en France et nous faire une idée assez précise de ce que notre mal-aimé président cherche à faire et pourquoi. J’ai utilisé les articles que j’ai trouvés dans la revue pour dresser un tableau, une sorte de grille de lecture, de la situation et des objectifs de Macron et de « L’aristocratie stato-financière » , comme Emmanuel Todd appelle les hauts-fonctionnaires qui dirigent le pays et dont Macron est la quintessence.

 

1. « L’aristocratie stato-financière » étend ses tentacules

Selon un article de l’IREF intitulé Quand les professions libérales implorent le joug de l’État « la machine macronienne poursuit pourtant de manière méthodique sa politique illibérale tendant à renforcer sans cesse l’emprise de l’Etat sur la société. »
Cette fois, ce sont les régimes d’indemnité maladie qui seront étendus aux professionnels libéraux. Macron en rêvait sans savoir comment y parvenir. Le COVID-19 lui en offre l’opportunité, au prétexte que « pendant la crise sanitaire, bon nombre de professionnels, tels des infirmières, des avocats, des architectes, ont été empêchés de travailler. »

2. « L’aristocratie stato-financière » se débarrasse des organismes de contrôle indépendants

Cette fois, c’est l’Observatoire de la sécurité des établissements scolaires. Le Café pédagogique s’en indigne en titrant : Ils ont osé !

3. « L’aristocratie stato-financière » ne respecte pas les lois

— Selon la Quadrature du Net, la police continue sa surveillance par drone malgré une interdiction :

« Malgré une interdiction prononcée par le Conseil d’Etat en mai dernier, la Quadrature du Net affirme que les forces de l’ordre continuent d’utiliser des drones pour capter des images lors de manifestations. Pour enjoindre le préfet d’arrêter cette pratique, l’association vient de déposer un référé devant le tribunal administratif de Paris. »

– Selon les Echos, les heures supplémentaires de la fonction publique ne sont toujours pas payées: 41,5 millions d’heures supplémentaires « stockées » dans la police et à l’hôpital selon la Cour des comptes.

4. « L’aristocratie stato-financière » continue de détruire méthodiquement les services publics

Le Café pédagogique, écœuré, en est réduit à faire de l’humour noir :

« « Choyée » par le gouvernement, « priorité » du président de la République, l’éducation connait pourtant une baisse constante dans la dépense du pays. C’est ce que montre une Note de la Depp. Elle ne représente plus que 6.6% du PIB national contre 6.8% en 2017 » et « le salaire statutaire des enseignants français du primaire et du secondaire est inférieur de 18% à la moyenne des pays OCDE. »

Selon le Dr Prudhomme interrogé par Le Média dans une vidéo intitulée COVID-19 : Nouveau naufrage sanitaire, en mars, il y avait 5000 lits de réanimation, malgré la promesse d’en avoir 12 000 lors de la « deuxième vague », il n’y en a toujours que 5000 et l’hôpital fonctionne toujours à flux tendus, c’est-à-dire sans réserves et sans stocks.

5. « L’aristocratie stato-financière » fait exploser la dette

« Les milliards de soutien à l’économie propulsent l’endettement de la France à des niveaux record. Dans quelle mesure cette dette est-elle gérable ? Faudra-t-il un jour rembourser tout cet argent ? » La réponse avec Jacques Sapir

Comme l’explique très bien Bastien Lachaud dans la vidéo : Pas de politique sanitaire sans solidarité sociale.

 

Source : La dette publique de la France a explosé depuis le confinement (détail), le 25 septembre 2020

Les tarifs augmentent « Gaz : une hausse de 1,6% des tarifs réglementés d’Engie en novembre » et se libéralisent :

« La loi prévoit l’extinction progressive d’ici à 2023 des tarifs réglementés de vente (TRV) du gaz. Engie a de ce fait cessé de commercialiser des contrats de ce type, mais continue pour l’instant d’appliquer ces tarifs aux consommateurs en bénéficiant déjà. À l’avenir, il ne restera plus que des offres dites de marché, aux prix fixés librement par les fournisseurs. »

Par contre, « Les règles du chômage partiel classique se durcissent à partir du 1er novembre. Les salariés et les employeurs seront moins bien indemnisés. C’est le deuxième tour de vis depuis le début de la crise. »

Et les mesures anti-pauvreté ne convainquent personne :

« Selon l’association ATD Quart Monde qui réclamait l’augmentation des minima sociaux, les choix de l’exécutif relèvent d’un “mépris” et d’une “logique éculée consistant à opposer les bons pauvres, à qui l’on donnerait un coup de pouce pour les aider à retrouver le marché de l’emploi, et les mauvais pauvres, à qui l’on distribuerait des miettes.

Pas davantage écouté par le gouvernement, Laurent Berger le secrétaire général de la CFDT, réclamait pour sa part une hausse de 100 euros du revenu de solidarité active (RSA) et la création d’“un RSA pour les jeunes” de moins de 25 ans. »

7. Pour faire passer la pilule, « l’aristocratie stato-financière » a une potion magique : le dialogue social

« Le dialogue social représente le meilleur antidote à la crise » titre BFM, citant « le chef du gouvernement » qui se tient prêt apparemment à endiguer « une vague de plans sociaux » (euphémisme néo-libéral pour licenciements et chômage), grâce à sa maîtrise parfaite de la communication.

8. « L’aristocratie stato-financière » a aussi des mercenaires zélés pour détourner notre attention

  • En nous faisant croire que c’est pire ou pareil ailleurs

Le Soir titre : Semi-confinement dans une Allemagne qui a perdu le contrôle du coronavirus » alors qu’en réalité l’Allemagne va fermer simplement ses restaurants et ses centres sportifs et culturels.

  • En nous faisant croire que le confinement a pour but de « sauver Noël »

Nous on a compris et on se soumet de bonne grâce, mais les Italiens qui sont des idiots irresponsables se rebellent.

  • En nous faisant rêver débout

Sur le proche démantèlement des GAFA : « La pression s’accroît pour que Google, Facebook ou Apple soient séparés en plusieurs entités pour limiter les entraves à la concurrence. Sur le papier, les solutions sont simples. Mais les géants de la tech vont se battre ». Sans blague ?

– Ou sur une UE unie et protectrice. L’UE propose un renforcement coordonné de la lutte contre le coronavirusselon la Tribune.

  • En nous désignant des boucs émissaires : les musulmans, cela va de soi et désormais les islamo-gauchistes, alors que le vrai coupable, c’est, comme dit Hervé Kempf, le « capitalofascisme, qui abandonne les idéaux républicains de liberté, d’égalité et de fraternité pour maintenir un ordre inégal, destructeur de la biosphère, et écrasant les libertés publiques. »

9. Le triomphe de l’hyper-capitalisme financier

Si « l’aristocratie stato-financière » incarnée par Macron, peut faire tout ce qu’elle veut, sans rencontrer d’opposition, n’est-ce pas parce que le monde de Macron, l’ordre mondial du 21ème siècle, a déjà triomphé, comme le dit Olivier Passet ?

« Nous ne sommes pas aujourd’hui à la fin d’un monde, mais bien à son apogée … Jamais le grand rêve de la finance de marché de reporter les risques sur les autres agents, et notamment sur les personnes et de s’immuniser contre les aléas de l’économie réelle n’a atteint un tel degré. Si l’on veut avoir une preuve, il suffit de regarder les cours de bourse et tout ce qui a été mis en œuvre pour obtenir un résultat aussi improbable … Les fonds de gestion d’actifs ont plus que jamais la main sur les choix d’investissement, autrement dit sur la construction du monde de demain. »

10. Alors c’est quoi la Mission de Macron ?

Ne peut-on pas conclure de tout ce qui précède que la Mission de Macron – et de l’aristocratie stato-financière française – est de nous « émanciper » de nos acquis sociaux, de nos protections sociales et de nos libertés, pour que, dépouillés de ces encombrants archaïsmes, nous puissions enfin entrer au paradis de « l’ordre mondial du 21ème siècle » qu’il nous a promis, un ordre dominé par le Grand Capital financier et technologique dans lequel nous serons tous ubérisés, vaccinés, tracés et robotisés pour notre plus grand bien ?

C’est la Mission quasi-transcendantale que Macron s’est donnée, et il l’accomplira quoiqu’il nous en coûte, soyez-en sûrs.

 

Voici les 39 Français les plus riches (en milliards de dollars) pour lesquels « Macron est en mission »  :

 Classement Prénom / Nom Fortune en  Mds Dollars Entreprise
#1 Bernard Arnault & family 76 LVMH
#2 Francoise Bettencourt Meyers & family 48,9 L’Oréal
#3 François Pinault & family 27 Kering
#4 Alain Wertheimer 17,1 Chanel
#5 Gerard Wertheimer 17,1 Chanel
#6 Emmanuel Besnier 12,7 Lactalis
#7 Patrick Drahi 7,1 Altice télécom
#8 Rodolphe Saadé & family 7 Transport et logistique
#9 Xavier Niel 6,1 Internet et télécom
#10 Alain Merieux & family 5,9 Industrie pharmaceutique
#11 Laurent Dassault 4,7 diversified
#12 Olivier Dassault 4,7 diversified
#13 Thierry Dassault 4,7 diversified
#14 Marie-Hélène Habert 4,7 diversified
#15 Jean-Michel Besnier 4,4 Fromages
#16 Marie Besnier Beauvalot 4,4 Fromages
#17 Marc Ladreit de Lacharriere 4,4 Finance
#18 Jean-Pierre Cayard 3,7 Liquoreux
#19 Vincent Bolloré & family 3,5 Investissements
#20 Mohed Altrad 3,3 Bétonnières
#21 Nicolas Puech 3,1 Hermes
#22 Carrie Perrodo & family 3 Huile
#23 Martin & Olivier Bouygues 3 Construction et médias
#24 Pierre Bellon & family 2,8 Sodexo
#25 Michel Leclercq & family 2,6 Decathlon
#26 Philippe Foriel-Destezet 2,5 Adecco
#27 Philippe Ginestet 2,2 Gifi
#28 Gilles Martin 2,2 Service de laboratoires
#29 Charles Edelstenne 2,1 Aviation
#30 Christian Latouche 2,1 Service de comptabilité
#31 Clement Fayat & family 1,6 Construction
#32 Bernard Fraisse 1,6 Fareva
#33 Louis Le Duff 1,4 Alimentaire
#34 Norbert Dentressangle 1,4 Transport et logistique
#35 Alain Taravella 1,3 Immobilier
#36 Anne Beaufour 1 Ipsen 
#37 Henri Beaufour 1 Ipsen 
#38 Francis Holder 1 Paul
#39 Edouard Carmignac 1 Société  de gestion

Pour terminer, quelques citations du génial Voltaire :

 « Partout les faibles ont en exécration les puissants devant lesquels ils rampent, et les puissants les traitent comme des troupeaux dont on vend la laine et la chair. »
   Voltaire, Candide, XX, p. 126 ULB

 « – Quoi! vous n’avez point de moines qui enseignent, qui disputent, qui gouvernent, qui cabalent, et qui font brûler les gens qui ne sont pas de leur avis? »
   Voltaire, Candide, XVIII, p. 110 ULB

– “L’art de gouverner consiste à prendre le plus d’argent possible à une catégorie de citoyens afin de le donner à une autre”

caricature musulmane de Macron…non-censurée!

 

 

 

La Grande Arnaque du COVID 19:Nous sommes envahis par les « Nouveaux Normaux »

 

Ils sont là! Non, pas les gens du film L’Invasion des profanateurs de sépultures. Nous ne sommes pas colonisés par des fruits extraterrestres géants. J’ai peur que ce soit un peu plus grave que ça. Les esprits des gens sont envahis par une force beaucoup plus destructrice et qui n’est pas d’un autre monde… une force qui les transforme du jour au lendemain en totalitaires agressivement paranoïaques, suiveurs de l’ordre et perroquets de propagande.

Vous connaissez les gens dont je parle. Certains d’entre eux sont probablement vos amis ou votre famille, des gens que vous connaissez depuis des années, et qui avaient toujours semblé tout à fait rationnels, mais qui sont maintenant convaincus que nous devons changer radicalement le tissu de la société humaine pour nous protéger d’un virus qui provoque des des symptômes pseudo-grippaux plus ou moins modérés (ou absolument aucun symptôme) chez plus de 95% des personnes infectées, et que plus de 99,6% survivent, ce qui, il va sans dire, est totalement insensé.

Je les ai appelés «corona-totalitaires», mais je les appellerai désormais les «Nouveaux Normaux», car cela évoque plus précisément l’idéologie pathologisée-totalitaire qu’ils répandent systématiquement. À ce stade, je pense qu’il est important de le faire, car, de toute évidence, leur programme idéologique n’a rien à voir avec un virus réel ou une autre menace réelle pour la santé publique. Comme il est évident pour quiconque dont l’esprit n’a pas encore été repris, la «pandémie apocalyptique de coronavirus» n’a toujours été qu’un cheval de Troie, un moyen d’introduire la «nouvelle normalité», ce qu’ils font depuis le tout début.

 

La propagande officielle a commencé en mars et a atteint sa pleine intensité début avril. Soudainement, les références à la «nouvelle normalité» étaient partout, pas seulement dans les principaux médias  (par exemple,  CNN ,  NPR ,  CNBC ,  The New York Times ,  The Guardian ,  The Atlantic ,  Forbes , et al. ) ,  le FMI et le Groupe de la Banque mondiale , le  WEF , l’  ONU , l’  OMS , le  CDC  (et la liste continue), mais aussi sur les blogs d’  organisations sportives , de  cabinets mondiaux de conseil en management ,de  sites Web d’écoles à charte et de vidéos YouTube aléatoires  .

Le slogan a été répété sans relâche (à la manière d’un «gros mensonge» totalitaire) durant les six derniers mois. Nous l’avons entendu répéter tant de fois que beaucoup d’entre nous ont oublié à quel point c’est insensé, l’idée que la structure fondamentale de la société doit être radicalement et irrévocablement modifiée à cause d’un virus qui ne représente aucune menace pour la grande majorité de l’espèce humaine.

Et, ne vous y trompez pas, c’est exactement ce que le mouvement «Nouveau Normal» entend faire. Le «nouveau normalisme» est un mouvement totalitaire classique (quoique avec une tournure pathologique), et c’est le but de tout mouvement totalitaire de transformer radicalement, complètement la société, de refaire le monde à son image monstrueuse.

C’est ce qu’est le totalitarisme, ce désir d’établir un contrôle complet sur tout et sur chacun, sur chaque pensée, émotion et interaction humaine. Le caractère de son idéologie change (nazisme, stalinisme, maoïsme, etc.), mais ce désir de contrôle complet sur les gens, sur la société, et finalement sur la vie elle-même, est l’essence du totalitarisme … et ce qui a envahi l’esprit des Nouveaux Normaux.

Dans la société Nouveau Normal (New Normal), ils veulent que, comme dans toute société totalitaire, la peur et le conformisme soient omniprésents. Leur idéologie est une idéologie pathologisée (par opposition, disons, à l’idéologie racialisée des nazis ), donc sa symbologie sera pathologique. La peur de la maladie, de l’infection et de la mort et l’attention obsessionnelle aux questions de santé domineront tous les aspects de la vie. La propagande paranoïaque et le conditionnement idéologique seront omniprésents et constants.

Tout le monde sera obligé de porter des masques médicaux pour maintenir un niveau constant de peur et une atmosphère omniprésente de maladie et de mort, comme si le monde n’était qu’un seul grand service de maladies infectieuses. Tout le monde portera ces masques à tout moment, au travail, à la maison, dans sa voiture, partout. Quiconque échoue ou refuse de le faire sera considéré comme «une menace pour la santé publique»,  battu et arrêté par la police ou l’armée , ou envahi par des foules de justiciers de la  Nouvelle Normalité .

Des villes, des régions et des pays entiers seront soumis à  des verrouillages aléatoires de l’État policier , qui seront justifiés par la menace d’«infection». Les gens seront confinés chez eux jusqu’à 23 heures par jour et autorisés à sortir uniquement pour «des raisons essentielles». La police et les soldats patrouilleront dans les rues, arrêteront les gens,  vérifieront leurs papiers ,  battront et arrêteront quiconque en public n’ayant pas les documents appropriés, ou qui marchent ou se tiennent trop près d’autres personnes , comme ils le font actuellement à Melbourne, en Australie.

La menace d ‘«infection» sera utilisée pour justifier des édits de plus en plus insensés et autoritaires, des rituels obligatoires de démonstration de fidélité et finalement l’élimination de toutes les formes de dissidence ou de contestation. Tout comme les nazis, qui croyaient mener une guerre contre les «races sous-humaines», les Nouveaux Normaux mèneront une guerre contre la «maladie» et contre quiconque «met en danger la santé publique» en remettant en question leur discours idéologique. Comme tout autre mouvement totalitaire, à la fin, ils feront tout ce qui est nécessaire pour purifier la société des «influences dégénérées» (c’est-à-dire quiconque les interroge ou n’est pas d’accord avec eux, ou qui refuse d’obéir à chacun de leurs ordres). Ils censurent déjà  agressivement Internet  et  interdisent les manifestations politiques de leurs opposants, et les dirigeants politiques et les grands médias  stigmatisent systématiquement ceux d’entre nous qui osent contester leur discours officiel en tant qu’« extrémistes », « nazis », « théoriciens du complot », « covidiots », «négationnistes du coronavirus», «anti-vaxxers», et monstres «ésotériques».  Un responsable allemand est même allé jusqu’à exiger que les dissidents soient déportés  … vraisemblablement par des trains allant vers quelque part vers l’Est.

 

Malgré cette totalitarisation croissante et cette pathologisation de pratiquement tout, les Nouveaux Normaux continueront leur vie comme si tout était… complètement normal. Ils sortiront au restaurant et au cinéma avec leurs masques. Ils travailleront, mangeront et dormiront masqués. Les familles partiront en vacances avec leurs masques ou dans leurs « vêtements de protection personnelle pour le haut du corps.. » Ils arriveront à l’aéroport huit heures plus tôt, se tiendront dans leurs petites boîtes à code couleur, puis suivront les flèches sur le sol jusqu’aux «responsables de la santé» en combinaisons de protection contre les matières dangereuses, qui prendront leur température à travers leur front et en pousseront des écouvillons de 10 pouces dans leurs cavités sinusales.

Les parents qui souhaitent renoncer à cette expérience auront la possibilité de se vacciner préventivement eux-mêmes et leurs enfants avec le dernier vaccin expérimental (après avoir signé une décharge de responsabilité, bien sûr) dans un délai d’une semaine environ avant leur vol, puis ils doivent présenter aux fonctionnaires une preuve de vaccination (et de leur conformité à diverses autres «directives sanitaires») sur leur identité numérique et leurs passeports de santé publique, ou puces biométriques sous-cutanées.

Comme toujours, ce sont les enfants qui en souffriront le plus. Ils seront  terrorisés et confus dès leur naissance , par leurs parents, leurs professeurs et par la société en général. Ils seront soumis à un conditionnement idéologique et à une modification comportementale paranoïaque à chaque étape de leur socialisation … avec  des masques de peste  réutilisables fantaisistes marqués d’adorables personnages de dessins animés , des  livres d’images induisant la paranoïa pour les tout-petits et  des rituels paranoïaques de «distanciation sociale», entre autres formes de torture psychologique. Ce conditionnement (ou torture) aura lieu à la maison, car il n’y aura plus d’écoles, ou plutôt pas d’écoles publiques. Les enfants des riches fréquenteront des écoles privées, où ils pourront être «socialement distancés» de manière rentable. Les enfants de la classe ouvrière seront assis à la maison, seuls, à regarder les écrans, portant leurs masques, leur hyperactivité et leurs troubles anxieux stabilisés avec des médicaments anti-dépresseurs.

Et ainsi de suite… Je pense que vous avez compris. Je l’espère, car je n’ai pas le cœur de continuer.

Je prie pour que cet aperçu de l’avenir de la nouvelle normalité vous a suffisamment terrifié et mis en colère pour vous y opposer avant qu’il ne soit trop tard. Ce n’est pas une blague, les gars. Les nouvelles normalités sont sérieuses. Si vous ne voyez pas où va leur mouvement, vous ne comprenez pas le totalitarisme. Une fois qu’il démarre et atteint ce stade, il ne s’arrêtera pas, non sans combat. Il continuera vers sa conclusion logique. La façon dont cela se produit généralement, c’est que les gens se disent que cela ne se produira pas, que cela ne peut pas arriver, pas à nous. Ils se disent cela alors que le programme totalitaire est mis en œuvre, étape par étape, chaque étape apparemment inoffensive à la fois. Ils se conforment, parce qu’au début, les enjeux ne sont pas si élevés, et leur conformité conduit à plus de conformité, et ensuite, ils savent qu’ils disent à leurs petits-enfants qu’ils ne savaient pas où les trains allaient.

Si vous êtes arrivé à la fin de cet essai, votre esprit n’a pas encore été repris… les Nouveaux Normaux ont cliqué autour du paragraphe 2. Cela signifie qu’il est de votre responsabilité de prendre la parole et de faire quoi que ce soit d’autre que vous pouvez, pour empêcher l’avenir de la nouvelle normalité de devenir une réalité. Vous n’en serez pas récompensé. Vous serez ridiculisé et fustigé pour cela. Vos amis Nouveaux Normaux vous détesteront pour cela. Votre famille de Nouveaux Normaux vous abandonnera pour cela. La police ʺNew Normalʺ pourrait vous arrêter pour cela. Il est de votre responsabilité de le faire de toute façon… car, bien sûr, c’est aussi le mien.

Dormir pour se faire envahir.

 

 

 

 

La Grande Arnaque du COVID19:Théorème de Thomas et manipulation des masses

Le concept de « prophétie autoréalisatrice » s’applique parfaitement aux penseurs prospectivistes libéraux et néo-libéraux. Forgé en 1948 par le sociologue américain Robert K. Merton, à partir de sa réflexion sur Théorème de Thomas et manipulation des masses , qui veut que « si les hommes définissent des situations comme réelles, alors elles deviennent réelles dans leurs conséquences ». Thomas rejette le déterminisme économique ou technologique considéré comme seul facteur du changement social. Il  voit dans les valeurs et attitudes humaines des éléments importants dans la transformation des sociétés.
Ainsi, les gouvernements et les médias ont décrété que la fausse « pandémie » du Coronavirus est réelle,  et bien que les statistiques des décès montrent que cette « pandémie » est imaginaire, la masse des gens en ont subi les conséquences sans rechigner : confinement, chômage, misère, maladies dépressives, liquidation des vielles personnes, etc…


EN COMPLÉMENTAIRE

Le principal souci de William Isaac Thomas, sociologue américain (1863- 1947.) est d’étudier les phénomènes et les individus dans la totalité de leur contexte social. Rejetant le déterminisme économique ou technologique considéré comme seul facteur du changement social, Thomas voit dans les valeurs et attitudes humaines des éléments importants dans la transformation des sociétés. Il a contribué ainsi à la création d’une discipline psychosociologique autonome. C’est en 1923 qu’il présente dans The Unadjusted Girl, sa notion de définition de la situation. La définition de la situation c’est le moment préalable à l’action, au cours duquel l’individu examine la situation à laquelle il fait face et réfléchit à ce qu’il souhaite faire. Contrairement au modèle behavioriste, il affirme ainsi que l’action n’est pas la réponse automatique à un stimulus, mais qu’elle résulte d’un point de vue particulier sur une situation donnée. Thomas considère notamment que les individus tendent à définir la situation de façon hédoniste, tandis que la société leur enjoint de la définir de façon utilitaire, notamment en plaçant la sécurité au premier plan.

 

Le théorème de Thomas s’énonce comme suit :

«Si les hommes définissent des situations comme réelles, alors elles sont réelles dans leurs conséquences».

Puisque la définition de la situation qu’un individu produit constitue un préalable à son action, alors pour saisir les comportements individuels il ne faut pas se référer à la réalité mais à la façon dont les individus la perçoivent. Cette proposition exprime l’importance qui doit être accordée dans l’explication sociologique des représentations pseudo-religieuses, souvent fausses, qui prennent, dans le monde actuel, une plus grande importance que la réalité objective.

Exemple 1. Le discours islamiste

Sur un plan collectif, le discours politique islamiste est, le plus souvent, manipulatoire (lorsqu’il n’est pas carrément mensonger). Il a pour objectif d’ancrer des croyances voulues dans l’esprit des gens. Ainsi, en Tunisie, Rached Ghannouchi, président et gourou du parti islamiste Ennahdha, déclare-t-il, à tout propos, que son parti politique est le dépositaire de l’islam, et donc l’attaquer ou le critiquer, revient à attaquer ou critiquer l’islam, et dans ce cas, c’est l’apostasie, punie, selon la charia, par la mort. C’est cette approche qui a été utilisée lors des élections tunisiennes d’octobre 2011, après le pseudo « printemps arabe » : si vous votez pour Ennahdha, vous votez « pour Allah et son Prophète », et vous irez automatiquement au paradis. Bien que ces affirmations soient manifestement fausses et manipulatoires, beaucoup de Tunisiens, surtout les analphabètes et les plus démunis, y ont cru. Le sous-prolétariat a donc voté en masse pour le parti « de Dieu et de son Prophète », surtout que les promesses de paradis ont été accompagnées d’encouragements sonnants et trébuchants, grâce à l’amicale cagnotte qatarie, qui arrose les banlieues en mal de djihad, qu’elles soient en France, en Tunisie ou ailleurs. Le résultat des élections tunisiennes a confirmé la justesse du théorème de Thomas. La Tunisie se retrouve donc avec « une majorité relative » : 20% de la population a voté islamiste. En conséquence, le parti Ennahdha « truste » tous les leviers du pouvoir et de l’argent, au détriment de l’écrasante majorité (80%) de la population qui n’a pas voté pour lui.

Et plus les citoyens y croiront, plus il sera aisé de manipuler la situation, en faisant en sorte, par exemple, de générer de l’insécurité dans tel ou tel secteur du pays, ce qui est facile à faire, grâce à un procédé fort ancien et utilisé par tous les mouvements fascistes : le terrorisme. Ainsi, une fois cette croyance du danger terroriste bien acquise, il devient plus facile de mentir aux citoyens, et de limiter leurs droits fondamentaux. Le Gouvernement amène « les honnêtes gens » à réclamer plus de sécurité, plus de contrôles, fussent-ils dangereux pour les droits et les libertés, afin de les « protéger » des terroristes. Aussi, l’état d’urgence est-il prorogé tous les trois mois, et ce régime provisoire tunisien, qui devait durer au maximum une année, en est à sa troisième année. Les islamistes ont déjà annoncé qu’ils resteraient au pouvoir au moins 20 ans. Les Tunisiens boiront le calice jusqu’à la lie.

Exemple-2 : le choc des civilisations

La thèse de Samuel Huntington énoncée dans « Le Choc des Civilisations » ne possède a priori aucun fondement scientifique solide : pourtant, l’idée a fait son chemin après le 11 septembre 2001, car elle avait déjà fait parler d’elle autour du président américain, qui en a fait une ligne directrice. Et cette fameuse phrase, contraire à l’idée même de pensée, de se répandre : « si vous n’êtes pas avec nous, vous êtes contre nous« . C’est seulement à partir de là que le choc a des chances de se produire réellement en tant que tel, regroupant les hommes sur des bases qui, jusque là, avaient été parfaitement transgressées : la « civilisation chrétienne » d’un côté, la civilisation « arabo-islamique » de l’autre, et lorsqu’il s’agit de la Russie, cette autre civilisation ennemie est l’orthodoxie. C’est aussi un concept irrationnel, puisqu’il se réfère aux croyances.

De plus, le mot « civilisation » n’a jamais été défini de manière aussi floue que chez Huntington. Les islamistes, et plus généralement les musulmans de tout bord, vont néanmoins tomber dans le panneau. Depuis, ils s’entre-tuent allègrement s’accusant mutuellement d’être l’agent du sionisme et de l’impérialisme, les valets de « l’autre civilisation ». Les USA et Israël jubilent.

Exemple 3 : Le discours sioniste

Les thèmes du Peuple élu et de la Terre promise sont mythiques, fruits imaginaires d’une réalité historique à retrouver. Plus concrètement, ces mythes sont une surcompensation imaginaire cultivée par une population qui aurait été réduite en esclavage du temps des pharaons (bien qu’aucun texte hiéroglyphique égyptien ne confirme cette fable).  Si les juifs pensent appartenir au Peuple élu, cette croyance irrationnelle va engendrer des effets réels, au plan individuel comme au plan collectif. Illustration parmi d’autres du théorème de Thomas. Penser qu’ils ont des droits sur un territoire qui leur aurait été donné par Dieu lui-même, donne aux Juifs sionistes, un sentiment très fort de légitimité lorsqu’ils spolient, tuent et chassent les Palestiniens qui y vivaient depuis toujours. Étant le seul peuple élu de Dieu, ils ont donc tous les droits, y compris le droit d’interdire aux « peuples inférieurs » de se défendre, et de prétendre au développement économique ou social. Ils s’arrogent, en particulier, le monopole de posséder seuls les armes de destruction massive dans la région.

 

Exemple-4 : Quelle est la nation qui a le plus contribué à la défaite nazie en 1945 ?  

 

Un sondage mené par l’Ifop en mai 1945, sur l’ensemble du territoire français désormais libéré, a montré que les interviewés apparaissent bien conscients du rapport de force et du rôle des alliés dans la guerre, et ce malgré la censure et la difficulté sous l’occupation à accéder à une information fiable. Ainsi, une très nette majorité (57 %) considèrent que l’URSS est la nation qui a le plus contribué à la défaite allemande alors que les États-Unis et l’Angleterre, pourtant libérateurs du territoire national, ne recueillent respectivement que 20 % et 12 %. Mais ce qui est proprement sidérant est que cette vision de l’opinion publique s’est inversée de manière très spectaculaire avec le temps et les mensonges déversés à propos des Russes et des communistes en général, comme l’ont montré deux sondages réalisés en 1994 et en 2004 :

 

C’est tout de même formidable : en 1945, les Français qui ont vécu sous la censure ont bien compris qui a vraiment battu l’Allemagne, mais 70 ans plus tard, c’est une Histoire totalement différente qui est dans leurs esprits ! Le lavage de cerveau a bien fonctionné.
Petit rappel :

 

Une société est composée d’individus: leur état d’être en est pour une part le reflet. Et l’on peut étendre ce schéma à tout ce qui concerne l’humain, ses peurs et ses croyances. Car, dans ce théorème de Thomas, se trouve exprimée toute la question du levier essentiel de pouvoir sur soi et sur les autres : la peur et l’espérance. Et sans une solide confiance en soi, sans une solide cohérence intérieure, c’est la porte ouverte à tous les errements et autres dérives. 

 

Les exemples ci-dessus montrent que la manipulation des masses est tout aussi efficace dans les pays développés et démocratiques que dans les autres pays. L’efficacité du lavage de cerveau ne dépend pas non plus du niveau intellectuel ou universitaire de la victime. Nous sommes tous logés à la même enseigne : à chacun de veiller sur sa propre intégrité mentale.


 

LE CONCEPT

 

Le concept de prophétie autoréalisatrice nous vient de loin. Dans l’Antiquité déjà on en trouve un exemple avec l’histoire d’Œdipe. C’est en effet la croyance de Laïos, roi de Thèbes, en une prophétie rendue par l’oracle de Delphes – selon laquelle son fils allait le tuer pour s’unir ensuite à sa femme Jocaste – qui le conduisit à sa propre perte. Apeuré, persuadé qu’il serait tué par son fils, Laïos, décida donc de s’en débarrasser.

Mais « l’enfant aux pieds gonflés » – c’est ce que signifie Œdipe en grec –, abandonné sur le mont Cithéron, accroché à un arbre, fut recueilli par les souverains de Corinthe, Polybe et Mérope, qui l’élevèrent comme leur fils. On connait la suite, Œdipe de passage à Thèbes, se dispute avec un vieil homme sur une question de priorité à un carrefour, et le tue. Il vient d’assassiner Laïos, son père et bientôt il se mariera avec la veuve de ce dernier, Jocaste, qui n’est autre que sa mère. Situation tragique s’il en est mais le plus frappant, dans notre perspective d’étude, tient au fait que Laïos est à l’origine de sa propre mort. C’est lui qui a mis en place le processus de la prophétie autoréalisatrice qui a conduit à son décès.

Robert K. Merton, dans ses Éléments de théorie et de méthode sociologique, construit donc le concept de « prophétie autoréalisatrice » en l’enrichissant. Il le définit de la manière suivante : « c’est au début, une définition fausse de la situation qui provoque un comportement qui fait que cette définition initialement fausse devient vraie. » C’est ce que nous constatons avec la fausse pandémie du Covid-19. En particulier, nous avons vu, dans Covid-Aranaque et peste noire ce qu’est réellement une pandémie.

La prophétie ne devient donc vraie que parce que Laïos la croit vraie. C’est lui qui précipite son propre assassinat en posant une série d’actions dont les conséquences, non maîtrisées, s’avèreront toutes funestes. Dans cette interprétation renouvelée du célèbre « mythe d’Œdipe » non seulement les conséquences de la croyance deviennent vraies, mais la croyance elle-même prend forme, s’incarne dans la réalité. C’est le fait même de croire à une prophétie, dont la valeur, en elle-même est toujours indéterminée, qui finit par lui donner un sens objectif, une valeur de vérité. Il en est de même du Covid-19 : combien de millions de morts ? a-t-on atteint les pourcentages des morts des vraies pandémies comme « la grippe espagnole » ou la « peste noire »? Non. Nous en sommes très très loin.

Dans quelle mesure la pensée oraculaire contemporaine, celle des futurologues, des prospectivistes du genre de Jacques Attali [1], par exemple, participe-t-elle de la notion de « prophétie autoréalisatrice » définie au sens de Merton ? Comment les prophéties autoréalisatrices des « gourous du futur » se transforment-elles ensuite en prophéties autodestructrices, ?

Dans le cas de la crise du covid-19, Attali se permet même de se montrer sévère à l’égard du gouvernement, tout en occultant le fait que c’est l’application de ses conseils de réformes, appliqués en urgence qui ont précipité la ruine du système de santé français.

Nous entrons, avec les oracles d’Attali, totalement dans le cadre de la prophétie auto-réalisatrice conceptualisée à partir du « théorème de Thomas » : en définissant la situation de la France comme mauvaise, et en préconisant des remèdes qui le sont tout autant, la situation française devient de plus en plus mauvaise, cela ne fait aucun doute. Il en est de même de la situation du covid-19 et de ses remèdes.

De la prophétie autoréalisatrice à la prophétie autodestructrice

L’Enfer est pavé de bonnes intentions.

La phrase, bien connue, est souvent utilisée. Mais on ne semble pas percevoir à quel point elle se vérifie aujourd’hui, particulièrement si l’on étudie la situation à partir d’un regard critique porté sur les modèles du « futur merveilleux » ou de la « mondialisation heureuse » qui nous sont proposés depuis des décennies. Nous avons déjà eu l’occasion de parler des effets destructeurs parce que menteurs, trompeurs, illusoires, des modèles d’avenir proposés par les tenants de la modernité libérale. A bien des égards les prosopopées sur l’Europe du futur, le Monde de demain ou la Mondialisation heureuse se sont avérées n’être que de pâles dérivés de la fameuse phrase de Pangloss « tout va pour le mieux dans le meilleurs des mondes possibles ». Mais nous avons eu également l’occasion d’observer le caractère destructeur de ces mêmes utopies.

Ainsi nous savons comment les sacrifices opérés au nom de la réalisation de l’harmonisation comptable exigée par le FMI et la Banque mondiale pour mettre en place l’Etat planétaire de demain se sont avérés cruels. La politique destructrice des « ajustements structurels », développée dans le courant des années 80 a eu des conséquences funestes. Les pays développés, par exemple, sont sortis rincés de ces politiques néolibérales de « bonne gouvernance », de « bonne gestion des deniers publics », auxquelles Jacques Attali s’est rallié. Les peuples des pays technologiquement avancés ont vu leur niveau de protection sociale fondre comme neige au soleil, leur niveau de pauvreté et de précarité augmenter continument. Ils ont assisté impuissants à l’érosion, voire dans certains cas à la disparition de leurs « services publics ». Tout cela, donc, a eu des conséquences sociales considérables, extrêmement graves.

Si l’on étudie bien l’affaire du covid-19, on s’aperçoit également que les croyances imposées par les élites, c’est-à-dire les personnes qui ont du pouvoir sur les peuples, tournent au fiasco [2].

Est-il besoin de rappeler les tendances lourdes qui sont à l’œuvre en termes de contrôle des populations avec le développement des vaccins obligatoires de Bill Gates. «Les vaccins, pour Bill Gates, sont une philanthropie stratégique qui alimente ses nombreuses entreprises liées aux vaccins (y compris l’ambition de Microsoft de contrôler une entreprise mondiale d’identification vac ID) et lui donne un contrôle dictatorial sur la politique de santé mondiale.

Dictature numérique

Le spectre de la « dictature numérique » étend son ombre sur l’ensemble de la planète.

Désormais, Covid-19 a remplacé al-Qaïda autres ISIS comme croques mitaines qui en veulent aux « démocraties » (alors que c’est au nom de ces dernières que des millions de musulmans sont assassinés et leurs pays saccagés ), alimentant le basculement de nos sociétés dans l’ultra surveillance.

Un événement exceptionnel a souvent permis aux États de justifier la généralisation de technologies  intrusives en invoquant l’argument sécuritaire. Aux États-Unis, le Patriot Act post-attentats (sous faux drapeau) du 11 septembre a entre autres permis à la National Security Agency (NSA) de placer tout citoyen sur écoute, sans mandat préalable.

Si tout débute aujourd’hui avec de simples expérimentations, nous assistons à une course aux technologies de surveillance provoquée par la psychose sécuritaire, devenue psychose sanitaire.

Les expérimentations locales en Chine, aux États-Unis, en Israël  et en France, ne sont que les premières étapes d’un basculement vers une société de surveillance généralisée .

Par exemple, ce qui frappe dans la France d’aujourd’hui, post-Covid-19, c’est le fait que l’on ait accepté d’être géolocalisé pour éviter d’être contaminé. Un tel accord n’aurait certainement pas été obtenu sans la pseudo pandémie. La crise sanitaire a permis l’instauration de dispositifs technologiques de surveillance qui n’auraient normalement pas vu le jour avant plusieurs années.

La preuve chiffrée de l’avènement des sociétés d’ultra surveillance

Le marché mondial de la vidéosurveillance intelligente est estimé à près de 40 milliards de dollars, et plus de 500 millions de caméras de vidéosurveillance sont installées dans le monde.

La vidéosurveillance fait d’ailleurs partie du plan d’investissement de 1000 milliards de dollars lancé par la Chine. On estime qu’iI y aura 1 caméra pour 2 habitants en Chine d’ici fin 2020.

Pourtant, l’efficacité des dispositifs de surveillance est souvent remise en question. Si le système de reconnaissance faciale d’Anyvision (start-up israélienne ) semble être fiable à plus de 99%, les lobbies sont puissants dans ce domaine : près de 40% des 1,4 milliards d’euros de fonds européens destinés à la recherche en matière de sécurité sont alloués à des entreprises privées.

Avec la fausse pandémie du Covid-19, il s’agit du « nouveau capitalisme » des entreprises de la Silicon Valley et de celles des big pharma. Ces dernières vont nous imposer des vaccins obligatoires et coûteux, et dont l’efficacité sera illusoire. Mais ceux qui en profitent le plus sont l’industrie de la communication, l’industrie de la surveillance, l’industrie du commerce électronique et à peu près tout ce qui concerne la communication virtuelle. C’est une résonance qui résonne dans de nombreuses couches de la société : on nous a dit à maintes reprises qu’il fallait se débarrasser des combustibles fossiles, des avions, des voitures particulières, des activités comme le tourisme, etc. C’est exactement ce que le confinement nous oblige à faire, du moins de la manière dont il a été interprété par nos gouvernements.

Conclusion

Alors que les nouveaux devins, imités des anciens, nous annoncent des lendemains qui chantent, nous vivons un présent qui déchante. Tandis qu’ils nous promettent monts et merveilles dans le futur, exigeant toujours plus de sacrifices sociaux, toutes les sociétés occidentales technologiquement avancées amorcent leur déclin, leur ruine même. En même temps que les nouveaux prêtres du futur construisent des châteaux en Espagne, nous voyons nos institutions ainsi que nos rapports sociaux se déliter, se liquéfier sous l’effet d’un processus d’accélération générale totalitaire. Où est donc la « mondialisation heureuse » promise par Alain Minc ? Comme cela est dit, là encore, dans Jacques le Fataliste : « Qu’il est facile de faire des contes ! »

Notre malheur vient surtout du fait que ce ne sont pas ces lanceurs d’alerte qui susurrent à l’oreille de nos gouvernements, mais les amis des lobbys et des grandes sociétés multinationales. C’est-à-dire tous ceux qui ont un intérêt à ce que le processus de l’accélération destructrice des flux marchands et financiers continue de croître.

 

Les simples citoyens que nous sommes, conscients de la catastrophe en marche, sommes mal considérés. Ils nous qualifient de prophètes de malheur, d’« anti-business », d’anti-mondialisation. Nous sommes ostracisés par les tenants des grands médias menteurs, et nous sommes punis par eux, tels Facebook, Google et autres Amazon. Nous sommes affublés de noms d’oiseaux de malheur, de conspirateurs, de réacs, de passéistes, de soixante huitards d’extrême droite ou d’extrême gauche, de révisionnistes et même d’antisémites. Mais nous sommes les Cassandre que l’on refuse d’écouter. Et pourtant Cassandre avait raison, Troie a péri dans les flammes. Nulle prophétie autoréalisatrice ou autodestructrice dans tout ça, un simple constat amer.

Jacques le fataliste ne nous avait-il pas prévenus ? « Il y a longtemps que le rôle de sage est dangereux parmi les fous ».

————————————————

Sources diverses dont :
Nouveau devins, prophéties autoréalisatrices, prophéties autodestructrices et aggravation de la crise

Par Michael Paraire 10/06/2020


NOTES

1- voir:Jacques Attali : une pandémie permettra la mise en place des bases d’un véritable gouvernement mondial

 

2-Fiasco pour les 99%, extrême richesse pour les 1% des élites :

–    À quelque chose malheur est bon …

Les ultra-riches américains ont vu leur richesse augmenter de 282 milliards de dollars pendant ces trois semaines de pandémie artificielle.

Un nouveau rapport de l’Institute for Policy Studies révèle que, pendant que des dizaines de millions d’Américains ont perdu leur emploi à cause de la pandémie de coronavirus, l’élite ultra-riche des États-Unis a vu sa valeur nette augmenter de 282 milliards de dollars en seulement 23 jours. Et ce, malgré le fait que l’économie devrait se contracter de 40 % ce trimestre.

 

 

 

Le Québec face à une dictature néolibérale totalitaire:IL N’EST PLUS MINUIT MOINS UNE…MAIS MINUIT ET QUART.

IL N’EST PLUS MINUIT MOINS UNE…MAIS MINUIT ET QUART… My god…. réveillons nous !!!! À lire SVP !!!!!!!!!

JE LANCE UN APPEL À TOUS LES CITOYENNES ET CITOYENS DU QUÉBEC CONTRE LE PROJET DE LOI 61

Tout d’abord, Je m’adresse à nos policiers, à notre armée ET à nos juges de la cour du Québec et du Canada.

Mesdames et messieurs nos policiers, nos militaires et nos juges de notre cour de justice provinciale et fédérale. Je m’adresse à vous, qui êtes nos frères et nos sœurs, je vous lance un cri du cœur : Nous, citoyennes et citoyens du Québec, avons pris connaissance du projet de loi 61 que le gouvernement du Québec veut officialiser.


Tout d’abord,voici une  très importante piste audio  à écouter:

L’urgence de rejeter l’épouvantable projet de loi 61 de la CAQ


 

Ce projet de loi prévoit une très grande série de mesure que nous estimons être totalement discriminatoire envers nos droits les plus fondamentaux. Telles que mentionnées dans Le journal de Montréal, Il sera possible à ce gouvernement de nous obliger à subir un test pour la Covid19, et de nous OBLIGER à prendre un vaccin, et si refus de notre part, de nous mettre obligatoirement en quarantaine pour 72 hrs, et si refus subséquent, avec un mandat d’un juge, pour 1 mois. Ce projet de loi prévoit une immunité TOTALE pour le gouvernement, de sorte qu’aucune poursuite ne sera recevable, en vertu de l’état d’urgence sanitaire. Ce projet de loi prévoit également d’exproprier sans recours légal tout citoyens ou entreprise qui possède un lieu sur lequel le gouvernement projette de réaliser l’un de ses projets ‘’pour le relancement’’ (voir la liste dans le document) Ce projet de loi prévoit également que l’intérêt du gouvernement aura préséance sur la protection de l’environnement, moyennent une compensation financière, etc. etc. etc. Vous n’avez qu’à faire la recherche Google : projet de loi 61, pour prendre connaissance de tous les autres détails de ce projet de loi qui n’a aucun comparable, de toute l’histoire du Québec.

Alors messieurs mesdames nos policiers, nos militaires et surtout nos juges, vous serez appelés à être les exécutants de ce projet de loi.

Je sais que vous êtes toutes et tous des êtres humains dotés d’intelligence, de conscience et de sensibilité. C’est absolument impossible que vous ne soyez pas conscient de l’énorme mensonge de toute cette machination, de tout ce plan, depuis le 13 mars : Tout a été démontré par autant de spécialistes dont les compétences et la crédibilité est hors de tout doute, que la Covid19 n’est pas plus dangereux qu’une grippe et qu’il existe des remèdes naturels pour la guérir. Et surtout, que toutes les mesures imposées pour notre gouvernement N’ONT AUCUNES JUSTIFICATIONS, depuis le début. Et que ces mesures ont été dictées par L’O.M.S. Et que ces mesures sont en train de nous faire peur, elles ont transformé les garderies et les écoles en prisons, elles ont acculé à la faillite un nombre épouvantable de commerces, elles ont divisé la population, elles ont obligé tous nos médias à nous mentir, et nos artistes à se taire (à se terrer …) … Toutes ces mesures sont en train de détruire nos liens sociaux et notre société, pour ensuite nous asservir dans un système social totalitaire (vous pouvez aller voir la nouvelle déclaration de l’ONU, à cet égard) …

Comment pourrez-vous, en votre âme et conscience, comment pourrez-vous mettre en état d’arrestation une ou un citoyen qui refuse un vaccin, nous tracer, nous isoler de force, nous séparer de notre famille et de nos proches, pour nous administrer un vaccin dont la composition est classé secret militaire, comment pourrez-vous donner des contraventions de 1500$ à un couple d’amoureux qui n’habitent pas à la même adresse, à des enfants qui veulent voir leurs grands parents ? Comment pourrez-vous donner une contravention de 1500$ à des personnes qui se rassemblent pour jouer de la musique, pour faire du yoga en groupe, aux massothérapeutes, qui n’obligerons pas leurs clients à s’asphyxier avec un masque ? …

Comment pourrez-vous, en votre âme et conscience, vous regarder dans le miroir dans 1, 2, 10 ans, sachant que vous aurez fait cela ?

JE VOUS EN SUPPLIE, ne faites pas cela.

Je pense que vous avez peur comme nous, de perdre votre travail, si vous n’obéissez pas aux ordres. Mais quelle serait votre condition sociale et votre plaisir de vivre, dans un monde où il y aurait 50% de gens soit en prison, soit complètement asservis à un système totalitaire ? pendant que vous, vous seriez alors personnellement menacé par l’intelligence artificielle et la robotisation ?

Si vous n’écoutez pas la propagande des médias, vous savez qu’aux États-Unis, la police et l’armées est AVEC leur président. Et que celui-ci, à cause de la situation des violences engendrée par des personnes payés pour faire cette violence dans les manifestations en cours, a ordonné à la police et aux militaire de rétablir l’ordre.

Ici, au Québec, nous, citoyennes et citoyens, n’avons plus les moyens juridiques de se défendre contre cette attaque frontale et extrêmement agressive de notre gouvernement envers le peuple, puisque notre gouvernement, avec son projet de loi 61, s’autorise une totale impunité.

JE VOUS EN SUPPLIE, Mesdames et messieurs nos policiers, nos militaires et nos juges, ne nous laissez pas tomber.

J’EN APPELLE MAINTENANT À TOUS LES MÉDIAS :

Je m’adresse à tous les journalistes que j’ai longtemps admirés et respecté : Votre job c’est d’être les chiens de garde POUR les citoyens.

NE LAISSEZ PAS PASSER LE PROJET DE LOI 61 !

Ne nous laissez pas tomber ! Comment pourrez-vous, vous aussi, vivre en votre âme et conscience dans le futur, en ayant trahis le peuple aujourd’hui ? plus de 50 % de la population n’ont plus confiance en vous … REVENEZ AVEC NOUS ! Moi, je vous appelle et je vous attends pour vous accueillir avec nous, le peuple.

J’EN APPELLE MAINTENANT À TOUS LES ARTISTES :

Je ne vous ai pas entendu depuis le début de la crise, à part Lucie Laurier et David La Haye. Je sais que ce qui se passe actuellement, vous en parlez depuis très longtemps dans vos œuvres. Mais là, Y FAUT QUE VOUS SORTIEZ DE VOTRE SILENCE PUBLIC ! le gouvernement attaque le peuple tabarnak, tous les acteurs, les musiciens, les auteurs, tous les gens de l’industrie du spectacle, vous êtes toutes et tous actuellement en arrêt de travail forcé par le gouvernement. Et maintenant, ce sont vos droits les plus fondamentaux à vous aussi, qui sont menacés, avec le projet de loi 61.

LEVEZ-VOUS ET AFFICHEZ-VOUS CONTRE CE PROJET DE LOI 61 ! je tiens à vous dire que moi aussi, je prends des risque en m’exposant : je porte le nouveau projet social Projet l’habitat abordable.

Dominique Champagne : Tu sais que c’est crissement plus qui est menacé avec le projet de loi 61. MOBILISE TON RÉSEAU CONTRE CE PROJET DE LOI. Je te pardonnerai pas de ne pas être avec nous maintenant.

Je m’adresse maintenant à tout le monde : il y a actuellement beaucoup de mouvements citoyens, sur des groupes facebook. Je pense qu’on doit tous se rassembler, ou au moins être interconnectés en temps réel, pour qu’on puisse toutes et tous aller manifester au plus grand nombre, quand l’appel sera lancé. Je ne sais pas encore quel est le meilleur portail et/ou le groupe de ralliement, mais je suis disponible et en attente, pour être solidaire et regroupé.

Je suis sûr que tout le monde est d’accord pour manifester PACIFIQUEMENT. Je demande qu’on se fasse un plan d’action avec des directives claires sur quoi faire avec les Antifas et les casseurs, si jamais ils sont présents dans les manifestations pour faire de la violence. Je demande qu’il n’y ait aucune tolérance envers la violence. Assurez-vous que vos téléphones soient biens rechargés, afin de pouvoir filmer au maximum et en détails. Je propose d’engager un dialogue respectueux et complice avec les policiers sur place, on peut leur demandez de nous protéger, s’il y a des casseurs. Il faut qu’on marche tous ensemble …

En terminant,

J’APPELLE TOUT LES CITOYENS DU QUÉBEC À MANIFESTER AU PLUS GRAND NOMBRE CONTRE LE PROJET DE LOI 61.

Je vous demande d’être en alerte et de suivre les appels concertés, qui nous seront bientôt envoyés, pour manifester.

C’EST MAINTENANT LE TEMPS D’ÊTRE TOUS ENSEMBLE, ET DE SE LEVER DEBOUT POUR RETROUVER NOS DROITS.

Marie-Andrée Dodge

 


 

Avez-vous pris le temps de lire le projet de loi 61 de la CAQ de François Legault?

Vous devriez: http://www.assnat.qc.ca/fr/travaux-pa… Vous y êtes désigné d’administré (vous n’y êtes plus un « citoyen » mais bien un « administré », au regard de ce projet de loi) et tant qu’il y a une crise sanitaire, grâce à cette loi, si elle devait être adoptée le 12 juin 2020, comme le souhaite la CAQ, le Québec serait sous une sorte de dictature caquiste. Pour mieux comprendre l’ampleur de l’imposture de ce projet de loi 61, voici un texte qui décode celui-ci (avec des mots simples, pour que tout le monde comprenne ce que la CAQ tente de se voter, comme privilèges): https://forum.chaudiere.ca/viewtopic…. Au début, je parle de la « Planification du déconfinement et conditionnel à l’évolution de la pandémie » que vous pouvez consulter, ici:

https://cdn-contenu.quebec.ca/cdn-con… 119 pages pour présenter 16 guides qui se déploient au fil de plus de 6 phases de déconfinement graduel afin de redémarrer l’économie. Distanciation sociale, paranoïa à propos des prises de température et masques faciaux y sont à l’honneur et ça confirme une vision orwélienne du monde du travail, pour probablement très, très longtemps. J’ai ensuite expliqué comment les maîtres, les barons et les grands propriétaires tiennent leurs esclaves en laisse.

En gros, il s’agit de diviser pour régner. Une fois le lavage de cerveau complété, les esclaves perpétuent eux-mêmes les comportements de la « nouvelle normale » et les maîtres n’ont alors même plus besoin d’intervenir. Les esclaves restent des esclaves en partie parce qu’ils n’ont pas assez confiance en eux et les maîtres prennent soin de ne jamais parce que lorsque les esclaves sont fragilisés, endettés, blessés, empoisonnés, mal informés, ils sont vraiment plus faciles à contrôler. Ce sont donc des manipulations mentales, couplées à des punitions physiques, mentales, sociales et économiques qui visent à augmenter le contrôle sur les esclaves. Division, soumission, esclavagisme… ça empêche les gens de se reconstruire. Ou alors, de se reconstruire de manière vraiment durable.

L’alcool, les drogues et autres dépendances contribuent à affaiblir encore plus les esclaves. Tout ça pour le profit unilatéral des maîtres. Il faut donc sortir de notre esclavage en commençant par connecter sur notre coeur, notre cohérence et notre plein respect pour nous-mêmes et conséquemment, les autres. Impossible de se respecter avec des chaînes. Alors l’esclavagisme moderne, au Québec, nous le refusons, sous toutes ses formes. Ce message d’espoir doit être entendu par TOUS les Québécois et les gens qui s’interrogent encore, dans le monde. Le pouvoir doit venir de la base et non des maîtres si l’on veut pouvoir créer un monde qui nous ressemble, dans lequel nous voulons vivre.

 

 

 

Le vidéo controversé de l’année:Plandemic

 

Présentée comme un extrait d’un futur documentaire, la vidéo, qui assène contre-vérité sur contre-vérité, a accumulé des millions de vues en quelques jours, début mai.

Judy Mikovits, figure du mouvement antivaccination, interviewée dans « Plandemic ».

La vidéo dure vingt-six minutes. Elle est tout entière construite autour des « révélations » d’une chercheuse en épidémiologie, Judy Mikovits, qui raconte avoir été harcelée et mise au ban de la communauté scientifique après avoir découvert les preuves d’un gigantesque complot. Pêle-mêle, elle explique que la pandémie de Covid-19 a été orchestrée pour imposer la vaccination obligatoire, et faire gagner « des centaines de milliards de dollars » aux créateurs d’un futur vaccin, qui ne fonctionnera pas et « tuera des millions de gens ». Le grand orchestrateur de ce complot serait le propre conseiller spécial de la Maison Blanche, l’épidémiologiste Anthony Fauci.

 

 

 

Plandemic – c’est son titre, jeu de mot sur « pandémie » et « plan » – a été l’une des vidéos les plus virales depuis le début de l’année. En moins de deux semaines, d’après les chiffres compilés par The New York Times, elle a été commentée ou partagée près de 2,5 millions de fois, soit quatre fois plus que la très populaire vidéo des comédiens de la série The Office, qui se sont retrouvés pour un bref épisode spécial durant le confinement.

Contrairement à d’autres vidéos antivaccination, Plandemic n’a pourtant pas bénéficié de gros moyens, ni d’une campagne de publicité soutenue. Réalisée par Mikki Willis, un Américain habitant en Californie qui gère une petite société de production, elle a été faite pour un budget de moins de 2 000 dollars, affirme M. Willis auprès du Los Angeles Times. Il explique avoir rencontré Mme Mikovits, figure connue du mouvement antivaccination américain, par le biais d’amis communs.

La vidéo semble s’être diffusée à très grande échelle de manière organique, d’abord par le biais de groupes de discussions liés à la mouvance QAnon, dont certains partisans croient notamment que Donald Trump est le chef d’un mouvement secret visant à mettre au jour une gigantesque conspiration pédophile à la tête des Etats-Unis. Puis elle a circulé dans des espaces de discussion anticonfinement aux Etats-Unis, où elle a également été partagée par plusieurs personnalités, dont Christiane Northrup, une médecin consultante pour l’émission télévisée d’Oprah Winfrey, et Nick Catone, un champion de MMA, détaille le New York Times. D’après la chercheuse en sciences sociales Erin Gallagher, qui a étudié en détail la diffusion de Plandemic, la majorité des « vues » sur la vidéo semble être venue de groupes Facebook.

Supprimée des grandes plates-formes vidéo

Trois jours après sa publication, les principales plates-formes en ligne ont supprimé la vidéo, alors qu’elle dépassait les 7 millions de « vues » sur YouTube. Facebook et Instagram ont expliqué que la vidéo était interdite sur leurs plates-formes principalement parce qu’elle incite les spectateurs à ne pas respecter les consignes sanitaires en vigueur. Dans Plandemic, Mme Mikovits explique notamment que c’est le fait de porter un masque qui provoque la contamination par le Covid-19. Si l’efficacité protectrice des différents types de masques est encore sujette à débat parmi les experts, aucune étude n’indique que leur port puisse « provoquer » une contamination.

Des copies de Plandemic sont depuis hébergées sur d’autres sites, comme Internet Archive ou Google Drive, où les systèmes de modération sont plus limités, et pour certains critiqués pour leur supposée inaction en matière de contrôle des contenus. « Je suis très gêné par le présupposé, diffusé dans les médias, que tous les services qui hébergent des fichiers devraient être modérés comme des réseaux sociaux », objecte l’ancien responsable de la sécurité de Facebook et spécialiste de la désinformation Alex Stamos.

 

 

 

 

La volonté du gouvernement Macron de mettre fin à la liberté d’expression du peuple de France

 

Avec une nouvelle loi, le gouvernement français a décidé de déléguer la tâche de censure de l’État aux plateformes en ligne telles que Facebook, Google, Twitter, YouTube, Instagram et Snapchat. Les entreprises privées seront désormais obligées d’agir en tant que police d’opinion au nom de l’État français ou s’exposeront à de lourdes amendes.

 

 

 

Le 13 mai, le Parlement français a adopté une loi qui oblige les plateformes en ligne telles que Facebook, Google, Twitter, YouTube, Instagram et Snapchat [1] à supprimer les « contenus haineux » signalés dans les 24 heures et les « contenus terroristes » dans l’heure. Le non-respect pourrait entraîner des amendes exorbitantes de jusqu’à 1,25 million € , soit 4% du chiffre d’affaires mondial dans le cas de la plate – forme d’échec répété pour supprimer le contenu.

La portée du contenu en ligne jugé « haineux » en vertu de ce que l’on appelle la « loi Avia » (d’après le législateur qui l’a proposé) est, comme cela est courant dans les lois européennes sur le discours de haine, très largement délimitée et comprend « l’incitation à la haine ou discriminatoire ». insulte, fondée sur la race, la religion, l’ethnie, le sexe, l’orientation sexuelle ou le handicap « .

La loi française est directement inspirée de la loi controversée allemande NetzDG , adoptée en octobre 2017, et elle est explicitement mentionnée dans l’introduction de la loi Avia.

« Cette proposition de loi vise à lutter contre la propagation des discours de haine sur Internet », précise-t-on dans l’introduction de la loi Avia.

« Personne ne peut contester l’exacerbation du discours de haine dans notre société … l’attaque [s] contre les autres pour ce qu’ils sont, en raison de leurs origines, de leur religion, de leur sexe ou de leur orientation sexuelle … indices … [ aux] heures les plus sombres de notre histoire … la lutte contre la haine, le racisme et l’antisémitisme sur Internet est un objectif d’intérêt public qui justifie … des dispositions fortes et efficaces … cet outil d’ouverture [Internet] au monde, à l’accès à l’information, à la culture, à la communication, peut devenir un véritable enfer pour ceux qui deviennent la cible de ‘haineux’ ou de harceleurs cachés derrière des écrans et des pseudonymes. Selon une enquête réalisée en mai 2016, 58% de nos concitoyens considèrent Internet comme le principal lieu de discours de haine. Plus de 70% déclarent avoir déjà été confrontés à des discours de haine sur les réseaux sociaux.Pour les jeunes en particulier, le cyber-harcèlement peut être dévastateur … Cependant … Peu de plaintes sont déposées, peu d’enquêtes aboutissent, peu de condamnations sont prononcées – cela crée un cercle vicieux … « 

Ayant reconnu que la « haine » en ligne est délicate à poursuivre en vertu des lois en vigueur car « peu de plaintes sont déposées et peu d’enquêtes réussies, peu de condamnations prononcées », mais a néanmoins déterminé que la censure est la panacée aux problèmes perçus, le gouvernement français a décidé de déléguer la tâche de censure de l’État aux plateformes en ligne elles-mêmes. Les entreprises privées seront désormais obligées d’agir en tant que police d’opinion au nom de l’État français ou s’exposeront à de lourdes amendes. Comme en Allemagne, une telle législation conduira inévitablement les plateformes en ligne à faire preuve de zèle dans la suppression ou le blocage de tout ce qui pourrait éventuellement être perçu comme « haineux » pour éviter d’être condamné à une amende.

 

Le but de la loi semble avoir été double – non seulement pour parvenir à la censure effective des discours par la suppression ou le blocage des publications en ligne, mais aussi (inévitablement) les effets dissuasifs de la censure sur le débat en ligne en général. « Les gens réfléchiront à deux fois avant de franchir la ligne rouge s’ils savent qu’il y a de fortes chances qu’ils soient tenus pour responsables », a déclaré la ministre française de la Justice Nicole Belloubet dans ce qui semblait inquiétant pour un représentant du gouvernement de dire dans un pays qui prétend être démocratique.

Dès le début, lorsque le président français Emmanuel Macron a chargé pour la première fois le groupe dirigé par Laetitia Avia de préparer la loi, la proposition a été critiquée par plusieurs groupes et organisations. La Commission nationale consultative des droits de l’homme de la France a critiqué la proposition de loi visant à augmenter le risque de censure, et La Quadrature du Net, une organisation qui lutte contre la censure et la surveillance en ligne, a averti que, « des délais de renvoi courts et des amendes élevées pour non-conformité incitent davantage plates-formes pour supprimer le contenu « . L’article 19 de l’organisation basée à Londres sur la liberté d’expression a indiqué que la loi menaçait la liberté d’expression en France. Selon à Gabrielle Guillemin, juriste hors classe à l’article 19:

« La loi Avia permettra effectivement à l’État français de déléguer la censure en ligne aux entreprises technologiques dominantes, qui seront censées agir en tant que juge et jury pour déterminer ce qui est » manifestement illégal « . La loi couvre un large éventail de contenus. ne va pas toujours être une décision simple.

« Compte tenu des délais dans lesquels les entreprises doivent répondre, nous pouvons nous attendre à ce qu’elles se trompent de prudence lorsqu’il s’agit de décider si le contenu est légal ou non. Elles devront également recourir à des filtres qui conduiront inévitablement à la fin -enlèvement de contenu.

« Le gouvernement français a ignoré les préoccupations soulevées par les groupes sur les droits numériques et la liberté d’expression, et le résultat sera un effet paralysant sur la liberté d’expression en ligne en France ».

La loi adoptée a également rencontré un certain désaccord en France. Le 22 mai, Guillaume Roquette, directeur éditorial du magazine Le Figaro , écrivait :

« Sous prétexte de lutter contre les contenus » haineux « sur Internet, elle [la loi Avia] met en place un système de censure aussi efficace que dangereux … » haine « est le prétexte systématiquement utilisé par ceux qui veulent pour faire taire les opinions dissidentes.

« Ce texte [loi] est dangereux car, selon l’avocat François Sureau, » il introduit une sanction pénale … de la conscience « . Il est dangereux … car il délègue la régulation du débat public … sur Internet à Les multinationales américaines … Une démocratie digne de ce nom devrait accepter la liberté d’expression « .

Jean Yves Camus. de Charlie Hebdo , a qualifié la loi de « placebo pour lutter contre la haine » et a souligné que « l’hyper-concentration sur la haine en ligne » masque le vrai danger:

« Ce n’est pas la haine en ligne qui a tué Ilan Halimi, Sarah Halimi, Mireille Knoll, les victimes du Bataclan, Hyper Cacher et Charlie; c’est une idéologie appelée antisémitisme et / ou islamisme … Qui détermine ce qu’est la haine et son [distinction de] critique? Une boîte de Pandore vient d’être ouverte … Il existe un risque de marche lente mais inexorable vers un langage numérique hyper-normativé par le politiquement correct, tel que défini par les minorités actives « .

« Qu’est-ce que la haine? » demanda rhétorique l’écrivain français Éric Zemmour. « Nous ne savons pas! Vous avez le droit de ne pas aimer … vous avez le droit d’aimer, vous avez le droit de haïr. C’est un sentiment … Il ne peut pas être judiciarisé, légiféré. »

Néanmoins, c’est ce que font les lois sur le discours de haine, que ce soit dans le domaine numérique ou non numérique. Demander à des entreprises privées – ou au gouvernement – d’agir comme des policiers pensés n’appartient pas à un État qui prétend respecter un État de droit démocratique.

Malheureusement, la question n’est pas de savoir si la France sera le dernier pays européen à introduire de telles lois de censure, mais quels sont les autres pays à suivre.


NOTES

[1] Ainsi que d’autres plateformes et moteurs de recherche en ligne qui atteignent un certain seuil d’activité en France (ce seuil sera précisé par décret ultérieurement).

 

 

 

 

 

 

Le magnat chinois qui a critiqué la réponse de Xi au coronavirus a disparu et le peuple chinois subit la censure du régime totalitaire communiste

Ren Zhiqiang est véritablement le chef,le leader de la résistance contre le régime totalitaire communiste.

 

Son surnom en Chine était «The Cannon», et le dernier commentaire de Ren Zhiqiang était parmi ses plus explosifs à ce jour.

M. Ren,  un magnat de la propriété à Pékin , a écrit dans un essai cinglant que le leader chinois, Xi Jinping, était un «clown» avide de pouvoir. Il a dit que les limites strictes du Parti communiste au pouvoir sur la liberté d’expression avaient exacerbé l’épidémie de coronavirus.

Aujourd’hui, M. Ren, l’un des principaux détracteurs de M. Xi en Chine continentale, est porté disparu, ont déclaré samedi,le 14 mars 2020, ses amis.

Il était suivi dans sa lutte par de nombreux leaders de différents secteurs en lutte contre le système corrompu!

Sa disparition intervient au milieu d’une campagne de grande envergure menée par le parti pour annuler les critiques de sa  réponse initiale lente et secrète à l’épidémie,  qui a tué plus de 3 100 personnes en Chine et en a rendu plus de 80 000 malades.

 

Ren Zhiqiang semble être le dernier critique du gouvernement réduit au silence par le Parti communiste alors qu’il réprime la dissidence sur l’épidémie.

Ren Zhiqiang en 2012. Il a récemment appelé Xi Jinping, le leader chinois, «un clown qui s’est déshabillé et a insisté pour continuer d’être un empereur»

Le gouvernement chinois s’emploie à présenter M. Xi comme un héros qui mène le pays à la victoire dans une «guerre populaire» contre le virus. Mais les responsables sont aux prises avec une profonde colère de la part du public chinois , et de nombreuses personnes bouillonnent encore face aux premiers efforts du gouvernement pour dissimuler la crise.

M. Ren, membre du parti, est bien connu pour ses critiques brûlantes contre M. Xi. En 2016, le parti l’a placé en probation d’un an pour avoir dénoncé les politiques de propagande de M. Xi dans des commentaires en ligne.

 

Depuis lors, le gouvernement a surveillé intensément les mouvements de M. Ren, ont déclaré des amis, l’empêchant de quitter le pays et supprimant ses comptes sur les réseaux sociaux, où il s’était construit un large public.

Le lieu où il se trouvait n’était pas clair samedi et la police de Pékin n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.

« Nous sommes très inquiets pour lui », a déclaré Wang Ying, un entrepreneur à la retraite et ami de M. Ren. « Je vais continuer à le chercher. »

Ces dernières semaines, un essai de M. Ren a commencé à circuler parmi les cercles d’élite en Chine et à l’étranger. Dans ce document, il a reproché au gouvernement d’avoir fait taire les dénonciateurs et tenté de dissimuler l’épidémie, qui a commencé dans la ville centrale de Wuhan en décembre.

Bien qu’il n’ait pas explicitement utilisé le nom de M. Xi dans le commentaire, M. Ren n’a laissé aucun doute sur le fait qu’il parlait du dirigeant chinois, faisant référence à plusieurs reprises aux discours et actions de M. Xi.

«Je ne vois pas un empereur debout exposant ses« nouveaux vêtements », mais un clown qui s’est déshabillé et a insisté pour continuer à être empereur», écrit-il.

Un écran à Pékin a montré Xi Jinping, le leader chinois, lors d’une visite cette semaine dans la ville de Wuhan, où le coronavirus a émergé.

S’adressant à M. Xi, il a écrit: « Vous ne cachez pas le moins du monde votre ambition résolue d’être un empereur et votre détermination à détruire quiconque ne vous le permettra pas. »

M. Ren, 69 ans, est le président à la retraite de Huayuan Properties, un promoteur immobilier. En 2016, M. Ren a fait l’objet d’un examen minutieux après avoir écrit sur son microblog que les médias d’information chinois devraient servir le peuple, pas le parti, contredisant l’une des déclarations très médiatisées de M. Xi. Ses remarques ont ouvert une fenêtre sur la frustration croissante des intellectuels et entrepreneurs chinois face au régime de plus en plus autoritaire de M. Xi.

Le parti est intervenu rapidement pour le censurer, affirmant qu’il avait «perdu son esprit de parti». Mais il a continué de s’exprimer sur d’autres sujets , tels que les politiques strictes de la Chine pour limiter la population dans les grandes villes.

Alors que plus de détails sur les efforts de la Chine pour couvrir l’épidémie de coronavirus ont été divulgués par les médias chinois ces dernières semaines, M. Xi a été attaqué par plusieurs éminents activistes et intellectuels chinois.

Xu Zhangrun, professeur de droit à Pékin, a publié le mois dernier un essai disant que l’épidémie avait « révélé le noyau pourri de la gouvernance chinoise ».

Xu Zhiyong, un éminent activiste juridique, a publié une lettre à M. Xi sur les réseaux sociaux, l’accusant de dissimulation et l’appelant à démissionner. Il a ensuite été arrêté .

Les militants ont déclaré que la disparition de M. Ren était un signe inquiétant que le gouvernement intensifiait sa dernière répression de la liberté d’expression.

« L’épidémie a fait ressortir le pire de Xi Jinping », a déclaré Yang Jianli, militant des droits basé aux États-Unis. « Il est tellement déterminé à ne pas céder un pouce, comprendre à juste titre un pouce signifierait des centaines de kilomètres. »

Une veillée pour le Dr Li Wenliang à Hong Kong le mois dernier. Le Dr Li avait mis ses collègues en garde contre le coronavirus avant de mourir.

La Chine détient un activiste qui a accusé Xi de dissimulation (de cover up) sur le coronavirus 

 

Xu Zhiyong, un éminent activiste juridique chinois, est resté silencieux ce week-end. Sa petite amie, Li Qiaochu, une militante sociale, a disparu.

 

Il a décrit le leader chinois, Xi Jinping, comme affamé de pouvoir. Il a accusé M. Xi d’avoir tenté de couvrir l’épidémie de coronavirus dans le centre de la Chine. Dans l’un de ses écrits les plus audacieux, il a exhorté M. Xi à démissionner, en disant: « Vous n’êtes tout simplement pas assez intelligent. »

Puis, au cours du week-end, Xu Zhiyong, un éminent militant juridique chinois, est devenu silencieux. Les autorités de la ville méridionale de Guangzhou l’ont détenu samedi, selon les amis de M. Xu, après qu’il ait passé près de deux mois à se cacher. Sa petite amie, Li Qiaochu, une militante sociale, a disparu dimanche, ont indiqué les amis de M. Xu.

Le militant est le dernier critique à avoir été pris dans les efforts de grande envergure de M. Xi pour limiter la dissidence en Chine . La répression, qui a pris au piège des dizaines de militants, d’avocats, de journalistes et d’intellectuels, est susceptible de s’intensifier alors que le Parti communiste au pouvoir est attaqué à grande échelle pour sa gestion de l’épidémie de coronavirus , l’un de ses plus grands défis politiques depuis des années.

M. Xu, un ancien professeur d’université de 46 ans, a longtemps dénoncé la corruption du gouvernement et l’injustice sociale en Chine. Il s’est caché en décembre alors que la police a commencé à rassembler des militants des droits de l’homme qui l’ont rencontré dans la ville orientale de Xiamen.

Alors qu’il se cachait, M. Xu a continué de publier des critiques catégoriques sur M. Xi sur les réseaux sociaux, l’accusant de diriger une dictature.
Xu Zhiyong à Pékin en 2009.

Il a également critiqué la gestion par M. Xi de l’épidémie dans la province centrale de Hubei, qui a tué au moins 1 770 personnes en Chine et rendu malade plus de 70 000. Dans l’un de ses derniers écrits avant sa détention, M. Xu a pleuré la mort d’un médecin à Wuhan que la police avait réduit au silence après avoir mis en garde contre le virus.

« Dans leur cœur », a déclaré M. Xu à propos des chefs de parti, « il n’y a ni bien ni mal, ni conscience, ni résultat net, ni humanité ».

M. Xu, un brandon qui a passé des décennies à faire pression pour des réformes politiques, a longtemps affronté le gouvernement chinois.

Il a été condamné à quatre ans de prison en 2014 pour «rassemblement d’une foule pour troubler l’ordre public», une accusation qui découlait de son rôle d’organisateur du mouvement des nouveaux citoyens, un effort populaire contre la corruption et l’injustice sociale dans la société chinoise.

On ne sait pas quelles charges les autorités pourraient porter contre M. Xu. Les circonstances de la disparition de sa petite amie, Mme Li, étaient également ambiguës. La police de Guangzhou n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.

Les amis de M. Xu ont défendu ses actions.

« C’est dans le cadre de la liberté d’expression en vertu de la Constitution chinoise », a déclaré Hua Ze, un militant basé dans le New Jersey et un ami de M. Xu qui a confirmé sa détention.

Confronté à une colère grandissante du public face à l’épidémie de coronavirus, le leader chinois a évoqué la nécessité de «renforcer l’orientation de l’opinion publique», un terme qui fait souvent référence au blocage des reportages indépendants et à la censure des commentaires critiques sur les réseaux sociaux chinois.

De nombreux militants de la liberté d’expression craignent que le parti, soucieux de maintenir son contrôle, resserre les rênes du discours public malgré une perception croissante que le fait de faire taire les médecins et d’autres qui ont tenté de sonner l’alarme a permis au virus de se propager plus largement.

Deux blogueurs vidéo qui ont attiré une grande attention pour leurs dépêches de Wuhan, l’épicentre de l’épidémie, ont disparu .

Yaqiu Wang, chercheur chinois à Human Rights Watch, une organisation de défense des droits, a déclaré que la détention de M. Xu montrait que les autorités n’avaient pas l’intention de desserrer les restrictions à la parole.

« Le gouvernement chinois persiste dans ses anciennes habitudes: faire taire ses détracteurs plutôt que d’écouter les gens qui promeuvent des politiques respectueuses des droits qui résolvent réellement les problèmes », a-t-elle déclaré.


En  complémentaire

La Chine censurée

Les frustrations du public étaient autrefois laissées sans censure en ligne, et les médias ont fait un rapport rigoureux sur l’épidémie. Ces jours sont peut-être révolus.

Mercredi, une rue commerciale presque vide à Pékin.

 

SHANGHAI – Alors que le nombre d’ infections à coronavirus en Chine continue d’augmenter, le gouvernement communiste a réprimé les médias et Internet, signalant un effort pour contrôler le récit d’une crise qui est devenue un défi de génération en génération pour les dirigeants de Pékin.

Les autorités sanitaires chinoises ont déclaré jeudi que 563 personnes étaient mortes du virus, contre 490 la veille, et qu’il y avait 28 018 cas d’infection confirmés. Des milliers d’autres cas sont signalés chaque jour et de nombreux Chinois craignent que la propagation du virus ne soit pas suffisamment contrôlée.

 

Les frustrations étant nombreuses dans tout le pays, les dirigeants chinois semblent renforcer les contrôles de l’information après une brève période au cours de laquelle les organes de presse ont été en mesure de rendre compte de manière approfondie de la crise, et de nombreux commentaires négatifs sur la réponse officielle n’ont pas été censurés en ligne .

Ces derniers jours, les médias d’information et les médias à vocation plus commerciale ont été invités à se concentrer sur des histoires positives sur les efforts de secours contre les virus, selon trois personnes travaillant dans des agences de presse chinoises qui ont parlé sous couvert d’anonymat pour discuter des directives internes.

Les plates-formes Internet ont supprimé une série d’articles qui suggèrent des lacunes dans la réponse du gouvernement chinois ou sont autrement négatifs sur l’épidémie.

Les responsables locaux ont également réprimé ce qu’ils appellent des «rumeurs» en ligne sur le virus. Cette semaine, le ministère chinois de la Sécurité publique a salué ces efforts , qui se sont poursuivis même après qu’une personne réprimandée pour avoir répandu des rumeurs se soit avérée être un médecin tirant la sonnette d’ alarme concernant les premiers cas de la maladie.

Le gouvernement chinois a modifié sa stratégie de contrôle de l’information en réponse à la nature changeante du mécontentement du public, a déclaré King-wa Fu, professeur agrégé au Journalism and Media Studies Center de l’Université de Hong Kong.

Au tout début de la crise, le vitriol en ligne était largement destiné aux autorités locales. Maintenant, une plus grande partie de la colère est dirigée contre des dirigeants de haut niveau, et il semble y en avoir plus dans l’ensemble, a-t-il déclaré.

Un travailleur marche parmi les lits dans un centre de congrès qui a été converti en hôpital temporaire à Wuhan, en Chine, mardi.

À la fin du mois dernier, par exemple, après que le New England Journal of Medicine a publié un document de recherche sur les premiers cas de virus, les internautes chinois se sont prononcés sur le fait que plusieurs des auteurs travaillaient pour le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, affirmant qu’ils aurait dû informer le public, pas poursuivre sa carrière de chercheur.

« Maintenant je comprends », a écrit une personne sur la plateforme sociale Weibo. «Le but du CDC était de publier des articles de recherche.»

« Je suis tellement fou que je suis sans voix », a écrit un autre.

Les chercheurs ont déclaré plus tard que toutes leurs informations sur les infections avaient déjà été rendues publiques avant la rédaction du document.

À ce stade, a déclaré le professeur Fu, plus de censure « ne mettrait pas fin à la frustration du public ».

L’augmentation rapide du nombre d’infections et de décès dus au nouveau virus a exercé une pression renouvelée sur la haute direction en Chine. Les hôpitaux situés près du centre de l’épidémie ont été débordés et les personnes présentant des symptômes semblables à ceux de la grippe ont été refoulées. De nombreux cas n’ont pas été diagnostiqués en raison d’une pénurie de kits de test.

Pourtant, le nombre de personnes en convalescence en Chine augmente également. Mercredi, un expert chinois de la santé a attribué la forte augmentation du nombre de cas confirmés au fait que les hôpitaux avaient pu diagnostiquer le virus plus rapidement. Le nombre de cas suspects a baissé pour la même raison, a déclaré l’expert Li Xingwang lors d’ une conférence de presse officielle .

Les nouvelles restrictions à l’information semblent avoir été mises en place au début de la semaine, lorsque le dirigeant chinois Xi Jinping et d’autres hauts responsables ont déclaré lors d’une réunion qu’ils « renforceraient le contrôle sur les médias en ligne » comme l’une des nombreuses mesures visant à maintenir la stabilité sociale. .

Les dirigeants ont déclaré que les efforts de propagande du gouvernement devraient se concentrer sur « la transmission vivante des résultats émouvants des premières lignes de la prévention des épidémies » et « la démonstration de l’unité et de l’esprit de rassemblement du peuple chinois dans les moments difficiles », selon Xinhua, l’agence de presse officielle. .

Trajet en ferry vers le centre, à Hong Kong, mardi.

Après la réunion, un haut responsable du département central de propagande de la Chine a déclaré à la chaîne de télévision publique CCTV que son département avait envoyé plus de 300 journalistes sur les lignes de front de l’épidémie à Wuhan et dans la province environnante, le Hubei.

Le responsable, Zhang Xiaoguo, a déclaré que le département ferait de la publicité de la campagne de prévention et de contrôle du gouvernement sa «priorité absolue».

Il n’était pas clair si les 300 journalistes incluaient ceux qui faisaient déjà des reportages au Hubei, ou s’ils seraient de nouveaux arrivants. Il n’était pas clair non plus quels organismes de presse ils représenteraient. Une porte-parole du service de propagande a refusé de commenter.

L’effort a été rencontré avec un certain sarcasme sur les médias sociaux.

« L’énergie positive arrive enfin », a écrit un utilisateur sur Weibo, en utilisant le terme du gouvernement chinois pour le genre de ton boosterish et non critique qu’il préfère voir dans la couverture des nouvelles.

Le message a été aimé plus de 27 000 fois. Mais tous les commentaires sous le message ont finalement été supprimés et les nouveaux commentaires ont été interdits.

Les employés des agences de presse chinoises ont décrit cette semaine un changement de ton obligatoire dans leurs articles et de nouvelles commandes à publier sur la ligne officielle.

Les journalistes de l’agence de presse Xinhua, par exemple, ont reçu l’ordre de garder leur couverture du virus positive, selon des instructions internes vues par le New York Times. Il leur a été ordonné de ne pas continuer à mentionner le fait que l’Organisation mondiale de la santé avait déclaré une urgence sanitaire mondiale et de ne pas couvrir toutes les infections découvertes à l’étranger.

«Ne couvre que ce qui doit être couvert», ont indiqué les instructions.

Dans le reste du paysage de l’actualité chinoise, des articles sur un large éventail de thèmes ont été bloqués ou supprimés en ligne ces derniers jours.

Ils incluent un reportage dans le magazine financier Caijing sur les décès à Wuhan qui n’auraient peut-être pas été comptabilisés dans le décompte officiel; un récit de première main d’ un salon funéraire à Wuhan ; et même une entrevue avec le chef d’une chaîne de restaurants populaire qui a déclaré qu’il pourrait manquer d’argent dans quelques mois si le virus n’était pas contenu.

Transfert de fournitures médicales à Wuhan mardi,10 mars 2020.

 

Pékin s’apprête à resserrer sa gestion de l’épidémie alors que les gouvernements du monde entier continuent de se couper de la Chine pour empêcher l’importation de cas de coronavirus.

 

Hong Kong, un territoire chinois semi-autonome, a déclaré mercredi qu’il commencerait à exiger que toutes les personnes qui arrivent de Chine continentale subissent une quarantaine obligatoire de 14 jours. Hong Kong compte 21 cas confirmés de coronavirus, dont trois ont été transmis localement.

Carrie Lam, la plus haute responsable de la ville, a résisté aux demandes de certains législateurs et travailleurs médicaux de fermer complètement la frontière, la qualifiant de discriminatoire et non conforme aux directives de l’OMS. Mais elle a adopté une série de mesures, notamment la fermeture de tous les postes frontaliers sauf trois, qui ont entraîné une forte baisse des entrées en provenance du continent.

Les États-Unis et d’autres pays ont également imposé des restrictions d’entrée aux visiteurs en provenance de Chine. Ces mesures ont plongé l’industrie mondiale du voyage dans le désarroi.

Le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, a déclaré dans une interview à l’Associated Press que l’interdiction de vol imposée par l’Italie sur les vols commerciaux à destination et en provenance de la Chine, mise en place le 30 janvier, pourrait bientôt baisser maintenant que des scanners thermiques sont installés dans les aéroports de toute l’Italie et en prenant les températures des passagers arrivant de tous les vols étrangers.

Cathay Pacific, la compagnie aérienne internationale basée à Hong Kong, a demandé à ses 27 000 employés de prendre trois semaines de congé sans solde. Le transporteur a déjà supprimé presque tous les vols à destination et en provenance de la Chine continentale et a déclaré qu’il réduirait les vols sur son réseau alors qu’il fait face à sa plus grande urgence depuis les profondeurs de la crise financière en 2009.

Vingt personnes sur un bateau de croisière transportant 2 666 passagers et 1 045 membres d’équipage et mis en quarantaine à Yokohama, au Japon, ont été testées positives pour le coronavirus, a annoncé mercredi la compagnie de croisière Princess Cruises. Et 170 autres personnes qui pourraient avoir été exposées n’ont pas encore été testées.

Le navire est arrivé à Yokohama mardi, mais les autorités n’ont autorisé personne à sortir. Un résident de Hong Kong de 80 ans qui avait débarqué plus tôt dans sa ville natale a été trouvé infecté.

Mercredi, des centaines d’Américains qui se trouvaient à Wuhan à mesure que l’épidémie s’aggravait sont arrivés en Californie sur deux vols d’évacuation organisés par le gouvernement américain. Le 12e cas de coronavirus aux Etats-Unis a été confirmé mercredi.

Au milieu de l’obscurité, les scientifiques chinois ont donné une lueur d’espoir cette semaine. Des chercheurs chinois ont rapporté un succès préliminaire avec une nouvelle approche pour traiter le coronavirus.

Les chercheurs ont combiné Arbidol, un médicament antiviral utilisé en Russie et en Chine pour traiter la grippe, avec Darunavir, le médicament anti-VIH, pour traiter les patients atteints du coronavirus, selon Changjiang News, un journal d’État à Wuhan.

Les chercheurs n’ont pas dit combien de patients avaient été traités avec la thérapie combinée, et il pourrait être trop tôt pour évaluer son efficacité. Les résultats n’ont pas été examinés par des experts externes.

Une rue vide à Wuhan, la ville intérieure au centre de l’épidémie. Crédit …

 

 

 

 

Triades chinoises:Voici comment la Chine efface les américains sur la planète

 

Donald Trump et Xi Jinping

 

 

L’Amérique ? C’est devenu depuis les années soixante un mixte d’impérialisme facho-nihiliste, d’oligarchie tiers-mondiste et de fascisme antiraciste-féministe. Mais cela ne mène plus très loin. America, gratte again…
La Chine s’est éveillée et, pauvre Napoléon, le monde ne tremble pas. Le monde sortira des guerres impériales/humanitaires (les idées chrétiennes devenues folles de Chesterton) et autre croisades occidentales/accidentelles. Mais voyons des analyses US plus précises:
On a traduit  un texte Unz.org de l’universitaire Roberts Godfree sur la déculottée US dans tous les domaines (ce n’est pas que l’Europe vaille mieux, on est tous d’accord). Aucune schadenfreude : ce qui m’affole c’est que notre occident anesthésié ne se rend compte de rien ou s’en sort par des boniments paternalistes ou des clichés racistes.

Voici le texte de Roberts Godfree:
Et cela donne : 
« En 2003, j’ai publié un livre sur le déclin des trente-six indicateurs sociaux et économiques de l’Amérique. J’en ai envoyé des copies par la poste à l’Administration, au Congrès et aux chefs de département et j’ai reçu une réponse du Directeur général de la Central Intelligence Agency, qui m’a dit que l’Agence fournissait des informations presque identiques au gouvernement depuis plusieurs décennies. Pendant ce temps, notre déclin et la montée en puissance de la Chine se sont accélérés et cet élan nous a menés si loin, si rapidement, que toute compétition est devenue irréaliste. »
Roberts remet alors des pendules à l’heure :
« Si la Chine ressemblait à la caricature que nos médias nous présentent depuis ces sept dernières décennies, alors oui, nous devrions contrebalancer son autoritarisme excessif, répressif et autoritaire et investir notre trésor dans les technologies de pointe pour faire en sorte que nous fassions l’envie du monde….Mais que faire si la Chine n’est ni répressive, ni autoritaire ? Et s’il ne nous reste plus de trésor à investir ? Et si les dirigeants chinois étaient plus populaires, respectés et compétents que les nôtres ? Que se passerait-il si son économie était déjà 30 % plus forte que la nôtre, connaissait une croissance trois fois plus rapide, avec deux tiers de fardeau de la dette en moins ? Et si elle était déjà en avance sur nous sur le plan scientifique et technologique, imprenable sur le plan militaire, et si elle possédait des alliés plus nombreux et plus puissants que les nôtres ? »
On rappelle que les chinois/confucéens sont contents :
« Gouvernement : Confucius, le politologue suprême disait : « Si les gens n’ont pas confiance en leurs dirigeants, l’État ne peut pas exister. » La confiance en notre gouvernement est à son plus bas niveau de l’histoire. Gallup affirme  que la plupart d’entre nous considèrent le gouvernement comme notre problème le plus urgent et que seuls 54 % d’entre nous « exprimons constamment une position pro-démocratique ». Le système de gouvernement professionnel et non confessionnel de la Chine l’a ramené à son rôle d’Empire du milieu. Comparé au nôtre, le gouvernement chinois est tourné vers l’avenir, décentralisé, efficace et économe. L’Examen d’admission au gouvernement sélectionne chaque année les 2 % des meilleurs diplômés et la réussite est la seule voie vers le pouvoir et la responsabilité. Les 200 membres du Conseil d’État – tous promus pour leur capacité à travailler en coopération – ont gouverné collectivement des milliards de personnes pendant 5.000 ans et leurs données publiques sont stupéfiantes. La plupart ont un doctorat et un QI supérieur à 140. Tous ont commencé leur carrière dans les villages les plus pauvres du pays et n’en sont partis qu’après avoir augmenté les revenus du village de 50%. Ils ont répété cette performance à tous les niveaux, y compris à la présidence, comme le fait Xi. »
Roberts rappelle que le vaurien Donald a parfois raison décidément dans sa discordance cognitive :
Donald Trump …se réjouissant de sa victoire en 2016!
« Nous choisissons les dirigeants par acclamation – une coutume gréco-romaine qui favorise les vauriens qui savent parler – et c’est exactement ce que nous avons alors que, comme l’a  fait remarquer  le président Trump, « les dirigeants chinois sont beaucoup plus intelligents que nous. C’est comme prendre les New England Patriots et Tom Brady et les faire jouer contre ton équipe de football du lycée. »
Et Roberts d’ajouter :
« Aujourd’hui, la Chine génère 20 % du PIB mondial par rapport à nos 15 %, ses importations et ses exportations sont équilibrées, ses relations commerciales sont excellentes, sa monnaie est assez valorisée, son économie est 30 % plus importante et croît trois fois plus vite, ses salaires dans le secteur manufacturier sont à égalité avec les nôtres et ses plans pour 2025 sont à couper le souffle. Toujours de nouvelles autoroutes, voies ferrées, métros et ports et, l’année prochaine, l’Internet le plus rapide et le plus avancé avec des villes entières construites autour de la 5G. »
Soutien du monde émergent, la Chine n’est même pas impopulaire et elle manage sans menace une bonne partie du monde :
« En 2018, le taux d’approbation mondial de 34 % de la Chine battait celui de l’Amérique, qui était de 31 %… Nous avons cédé le contrôle de la Crimée et de la mer Noire à la Russie et, de plus en plus, du Moyen-Orient. Avec la Nouvelle route de la soie, la Chine et la Russie fusionnent l’Union économique eurasienne (Arménie, Bélarus, Kazakhstan, , République kirghize et Russie avec le Tadjikistan, l’Ouzbékistan et la Moldavie en considération) ; l’Organisation coopérative de Shanghai, OCS (Russie, Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Inde, Chine, Pakistan ; avec l’Afghanistan, l’Iran, la Mongolie et la Biélorussie comme observateurs et l’Arménie, l’Azerbaïdjan, le Cambodge, le Népal, le Sri Lanka et la Turquie comme partenaires de dialogue) ; et le Partenariat économique régional global, (Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Myanmar, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam, Chine, Japon, Inde, Corée du Sud, Australie et Nouvelle-Zélande). Une fois que les gazoducs Nord Stream II et South Stream seront achevés en décembre, comment l’UE pourra-t-elle résister à s’y brancher ? »

Voyons la Science et le QI chinois :

« Leurs cinq points de QI supplémentaires par rapport à nous signifient qu’ils ont 300.000 personnes avec un QI de 160, comparativement à 30.000 en Occident. La Chine a dépassé les États-Unis pour devenir le premier producteur mondial d’articles scientifiques, représentant près d’un cinquième de la production mondiale totale, selon un  nouveau rapport. La Chine  domine le classement mondial  des articles de recherche les plus cités publiés dans les 30 domaines technologiques les plus en vogue. Bien que les États-Unis aient produit 3,9 millions d’articles sur la recherche en tous domaines, comparativement à 2,9 millions en provenance de la Chine, cette dernière a produit la plus grande part dans 23 des 30 domaines qui ont suscité le plus d’intérêt, tandis que l’Amérique a obtenu la tête pour les sept autres.

Puis la Technologie : « Les deux tiers des ordinateurs les plus rapides au monde sont chinois, mais rien ne révèle plus le vide de notre armoire technologique que la domination chinoise du haut débit mobile amélioré. Nous prendrons deux fois plus de temps et dépenserons deux fois plus pour intégrer un système moins abordable, fonctionnel, compatible et évolutif. Pourtant, nos impitoyables médias ont tourné en dérision le président Trump lorsqu’il a appelé l’Amérique à dominer la 6G, malgré le fait publiquement connu que Huawei a 600 mathématiciens, physiciens et ingénieurs travaillant sur le 6G depuis plus d’un an. La Chine est en tête du classement mondial dans la plupart des dix principaux domaines « prometteurs » comme la recherche sur les piles et représente plus de 70 % de tous les articles sur les photocatalyseurs et le traitement du cancer ciblé par l’acide nucléique, qui se classent respectivement en 12e et 14e position. Les États-Unis sont en tête dans trois domaines de la biotechnologie, dont l’édition du génome en 7eme position, et l’immunothérapie en 10eme. La Chine est le chef de file mondial de  la recherche fondamentale  et de la plupart des technologies, en particulier celles concernant les  régions chaudes. »

L’Aérospatiale ? 

« La Chine a lancé plus de missions spatiales en 2018 que la Russie ou l’Amérique et son premier avion de ligne local décollera cette année, bien que la FAA ait trainé les pieds. C’est le premier fournisseur mondial de drones et le plus grand fabricant et exportateur d’avions de combat légers. Maintenant que son avion de combat, le WS-15, est en production, son J-20 va dépasser les nôtres. »

le WS-15

Ironiquement, l’auteur ajoute sur cette guerre commerciale aux dimensions modestes :

« Comme le dit Parag Khanna, Pékin doit se demander pourquoi le numéro 3 lancerait une guerre commerciale contre le numéro 1. Bien que nous soyons autosuffisants à bien des égards, nous sommes peut-être moins indispensables que nous ne l’imaginons. «L’Amérique d’abord» sonne bien, sauf quand cela signifie en fait « l’Amérique seule ».

Indicateurs sociaux ?

« Le GINI chinois, qui n’avait jamais atteint nos niveaux, est en train de chuter comme une pierre et l’extrême pauvreté disparaîtra l’année prochaine, lorsque tous les Chinois auront une maison, un emploi, beaucoup de nourriture, une éducation, des rues sûres, des soins de santé et de vieillesse (il y aura alors plus de toxicomanes, de suicides et d’exécutions, plus de personnes sans abri, pauvres, affamées et prisonnières en Amérique qu’en Chine). 500.000.000 de Chinois vivant en milieu urbain auront une valeur nette et un revenu disponible supérieurs à ceux des Américains moyens, leurs mères et leurs nourrissons seront moins susceptibles de mourir en couches, leurs enfants obtiendront leur diplôme d’études secondaires trois ans plus tôt que nos enfants ; et survivront. 98 % des Chinois listés comme « pauvres » sont déjà propriétaires de leur maison et Xi a programmé de ramener le coefficient GINI au-dessous de celui de la Finlande, d’ici 2021-2035. »

L’éducation est incomparable reflétant celle des quatre dragons qui nous impressionnaient tant au cours des lointaines années 80 : 

« Aucun pays n’a autant d’ingénieurs intelligents, bien formés et dévoués. Un quart des travailleurs en Science, Technologie et Mathématiques dans le monde sont des Chinois, une main-d’œuvre intellectuelle huit fois plus nombreuse, qui croît six fois plus vite et qui obtient son diplôme d’études secondaires trois ans plus tôt que chez nous. D’ici 2025, la Chine comptera plus de travailleurs qualifiés sur le plan technologique que l’ensemble des pays de l’OCDE – États-Unis, UE, Canada, Mexique, Australie, Israël, Japon, Corée, Nouvelle-Zélande et Turquie – réunis. »

Pierre d’achoppement, la sécurité, la fierté nationale :

« Faible criminalité, pas d’absurdités religieuses ou de violence islamiste. Les entreprises peuvent investir en toute sécurité sans crainte de troubles religieux, de violence ou de vol qualifié.

Les grands leaders actuels de la Chine communiste

La foi en l’avenir, le nationalisme, la croyance en une Chine meilleure. Les Chinois croient fermement en l’avenir et sacrifient volontiers temps et efforts pour la prochaine génération. Les Chinois ont le même sentiment que celui que nous avions dans les années 60, sauf que leurs salaires et leur richesse ont doublé chaque décennie depuis soixante-dix ans. »

A l’heure où l’occident bascule dans le techno-bolchévisme, la dystopie écologiste, le transgenre et le fascisme humanitaire, la Chine est démocrate…

« La Chine est la première  démocratie  au monde. Bien que cette affirmation mette en colère de nombreux Occidentaux, quel que soit le système de mesure utilisé, la Chine est une démocratie prospère et l’Amérique ne l’est pas, que ce soit sur le plan électoral, populaire, procédural, opérationnel, financier ou technologique. »

Roberts ajoute qu’elle saura même se défendre :

« L’armée chinoise  dispose de certains des  systèmes d’armes  les plus modernes au monde pour la moitié du coût de la défense américaine. Ses missiles les plus modernes surpassent les nôtres dans toutes les catégories grâce au couplage étroit entre leurs chimistes de pointe et les fabricants de propergols pour fusées. Les systèmes d’armes russes comblent toutes leurs lacunes. »

Cerise sur le gâteau : « 95 % des chinois soutiennent les politiques de leur gouvernement et la plupart sont prêts à se battre pour leur pays. »

L’indianiste Daniélou écrivit que les aryens occidentaux étaient de simples prédateurs. Le chaos des siècles passés l’aura montré. On verra la suite avec nos chinois…

Les Carnets de Nicolas Bonnal

 

Poster communiste de propagande montrant la vision du bonheur des chinois dans le futur.