Grande-Bretagne: Au moins 20 000 filles blanches violées par des gangs de musulmans

 

La nouvelle qu’au moins 1 000 filles blanches de la ville anglaise de Telford ont été violées, harcelées et maltraitées par un «gang de toilettage asiatique» signifie que, collectivement, au moins 20 000 filles britanniques – dont certaines âgées de 11 ans – sont désormais victimes de cette importation. fléau de la criminalité non-blanche, tout ignoré, caché et nié par l’établissement anti-blanc.

( Source:Le nouvel observateur )

L’un des plus gros scandales de cette saga a été révélé dans la ville de Telford, dans le Shropshire, où on sait aujourd’hui que mille jeunes filles blanches ont été victimes de cette vague de criminalité «asiatique».

Si les crimes eux-mêmes n’étaient pas assez graves, la police britannique – toujours à l’avant-garde du déni et de la répression des faits concernant les crimes autres que le blanchiment au Royaume-Uni – a refusé à plusieurs reprises d’essayer de sensibiliser les médias à ce qui se passait.

Enterrés dans les rapports sont des dossiers impliquant des incendies criminels, des avortements et des meurtres. Par exemple, lorsque l’écolière Lucy Lowe, alors âgée de 16 ans, a menacé de dénoncer son agresseur Azhar Ali Mahmood, il a incendié sa maison. Lucy, sa mère et sa soeur ont été brûlées vives dans le brasier qui s’en est suivi. Deux ans plus tôt, Lucy avait donné naissance à l’enfant de Mahmood.

Une autre victime, Becky Watson, a été maltraitée par un groupe d’hommes musulmans et est décédée dans un accident de voiture, qualifié de «farce» par les autorités locales à l’époque.

De nombreuses autres victimes sont devenues toxicomanes après avoir reçu diverses pilules et substances par leurs agresseurs. Une fille, Vicky Round, est morte d’une overdose.

 

Il y a aussi des témoignages de victimes qui ont eu des avortements dans la matinée et qui ont ensuite été victimes de la traite par leurs agresseurs plus tard dans l’après-midi:

«Nuit après nuit, j’ai été forcé à avoir des relations sexuelles avec plusieurs hommes dans des plats à emporter et des maisons sales. Je devais prendre la pilule du lendemain dans une clinique locale au moins deux fois par semaine, mais personne n’a posé de questions. Je suis tombée enceinte deux fois et j’ai eu deux avortements. Quelques heures après mon deuxième licenciement, un de mes agresseurs m’a emmené pour être violée par plus d’hommes. Le pire moment est arrivé juste après mon seizième anniversaire, lorsque cinq hommes ont drogué et violé en groupe. Quelques jours plus tard, le chef de file s’est présenté chez moi et m’a dit qu’il le brûlerait si je respirais un mot de ce qui s’était passé.

Un des gangs «asiatiques» de Calderdale a été arrêté pour cette agression.

 

À une occasion, la police a refusé d’enquêter à cinq reprises sur une allégation de viol et n’a finalement ouvert une enquête que lorsque le ministre du Parlement local est intervenu.

Un autre ministre a également appelé à une enquête publique sur les abus sexuels, alors que la police locale et les représentants du conseil municipal ont écrit au ministre de l’Intérieur, en niant le moindre problème.

Une fille a rapporté ce qui se passait à son école et à son conseil local, mais elle a été complètement ignorée. Exaspérée, elle s’est alors rendue chez son médecin de famille pour demander de l’aide, mais le médecin lui a dit qu’elle était «malade mentalement» pour avoir même soulevé la question et qu’elle devait prendre des médicaments.

Les gangs musulmans ont ciblé les filles blanches à Telford, principalement dans les discothèques et les maisons de retraite des adolescents. Ils ont également travaillé principalement comme chauffeurs de taxi, ce qui signifie qu’ils transportent un grand nombre de jeunes enfants à l’école cinq jours par semaine.

Il a été signalé que plus de 200 agresseurs résidant à Telford ont été identifiés entre 2007 et 2009, une douzaine seulement ayant été poursuivie.

Le parti travailliste compte sur les communautés asiatiques du «centre-ville» pour voter en leur faveur lors des élections générales et locales. Pour le parti travailliste en particulier, les votes sont plus importants que la sécurité et la protection des enfants blancs et il a également été démontré qu’ils ont entravé activement toute enquête qui risquait de nuire à ce pacte électoral.

Il est également intéressant de noter que de nombreux conseillers dans les centres-villes sont maintenant asiatiques, avec les implications évidentes pour les dissimulations potentielles.

Telford n’est pas seul. Il existe maintenant des cas complets de gangs de toilettage «asiatiques» travaillant à Rotherham, Rochdale, Glasgow, Burnley, Bradford, Leeds, Keighley, Newcastle, Luton, Oxford, Blackpool, High Wycombe, Peterborough et Calderdale. La Grande-Bretagne.

En tout, des milliers et des milliers de filles blanches ont été entraînées dans cette vague de criminalité non blanche, avec au moins 1 400 victimes à Rotherham. Les autres cas signalés ont tous concerné des nombres similaires – ce qui signifie que le nombre total de victimes dépasse désormais 20 000 personnes.

Le rapport officiel sur les gangs de toilettage «asiatiques» de Rotherham, intitulé «Enquête indépendante sur l’exploitation sexuelle des enfants à Rotherham, 1997–2013», commandé par le Rotherham Metropolitan Borough Council, estime que pendant toute la période de l’enquête, de 1997 à 2013 ».

Le rapport a ensuite fourni des détails sur les abus:

«Il est difficile de décrire la nature épouvantable des sévices subis par les enfants victimes. Ils ont été violés par plusieurs agresseurs, trafiqués vers d’autres villes du nord de l’Angleterre, enlevés, battus et intimidés.

«Il y avait des exemples d’enfants qui avaient été aspergés d’essence et menacés d’être incendiés, menacés par des armes à feu, forcés d’assister à des viols violemment violents et menacés d’être la prochaine s’ils en parlaient à quelqu’un. Des filles d’à peine 11 ans ont été violées par un grand nombre d’agresseurs masculins.

«Cet abus ne se limite pas au passé mais se poursuit encore aujourd’hui. En mai 2014, la charge de travail de l’équipe spécialisée dans l’exploitation sexuelle des enfants était de 51 ans. Plus [Exploitation sexuelle des enfants] Les cas d’ESC étaient détenus par d’autres équipes de services sociaux pour enfants. Seize enfants pris en charge ont été identifiés par les services sociaux des enfants comme présentant un risque grave d’exploitation sexuelle ou d’exploitation sexuelle. En 2013, la police a reçu 157 rapports concernant l’exploitation sexuelle d’enfants dans l’arrondissement.

«La majorité des auteurs ont été décrits comme« asiatiques »par les victimes, mais pendant toute la période, les conseillers ne se sont pas directement engagés avec la communauté pakistanaise du patrimoine pour discuter de la meilleure façon de résoudre le problème.

«Certains conseillers semblaient penser qu’il s’agissait d’un problème isolé, qu’ils espéraient voir disparaître. Plusieurs membres du personnel ont décrit leur nervosité à identifier les origines ethniques des auteurs, de peur d’être considérés comme racistes. d’autres se sont souvenus des directives claires de leurs gestionnaires de ne pas le faire.

Les preuves sont claires et accablantes: une épidémie massive de viol et d’exploitation dans le tiers monde a accompagné l’invasion et la colonisation non blanches de la Grande-Bretagne et l’établissement délibérément aveugle, anti-blanc, reprocher.

 

 

 

 

Publicités

Astronomie:L’exoplanète la plus proche de la Terre serait « habitable »

Proxima Centauri b, une exoplanète située dans notre voisinage galactique, soit à 4,2 années-lumière de la Terre, contiendrait d’énormes zones d’eau liquide à sa surface, ce qui augmente les possibilités qu’elle abrite des organismes vivants.

L'exoplanète la plus proche de la Terre serait « habitable »© ESO L’exoplanète la plus proche de la Terre serait « habitable »

 

L’astrophysicien Anthony Del Genio et ses collègues de l’Institut Goddard d’études spatiales, aux États-Unis, ont réalisé les premières simulations climatiques tridimensionnelles de la planète, des modèles semblables à ceux utilisés pour étudier les changements climatiques sur Terre.

Ils estiment que Proxima b abriterait une plus grande surface d’eau liquide que ce que l’on pensait jusqu’ici. C’est que la température de cette eau pourrait être plus froide que ce qui était estimé, en raison de la circulation océanique, des écarts de température et de la salinité de l’eau, qui abaissent son point de congélation.

La principale information qui ressort de nos simulations est qu’il y a de bonnes chances que la planète soit habitable.

Anthony Del Genio, Institut Goddard

Il faut savoir qu’une planète est considérée comme habitable lorsqu’elle se trouve à une distance de son étoile qui lui permet de recevoir suffisamment de lumière pour maintenir sa surface – ou une partie de sa surface – au-dessus de la température de gel de l’eau.

Comme elle se trouve très proche de son étoile, il est probable qu’elle lui présente toujours la même face en raison des forces gravitationnelles, un peu comme la Lune montre toujours le même côté à la Terre.

En 2016, d’autres modélisations informatiques tendaient à montrer que la composition chimique de son atmosphère ressemblait à celle de la Terre, et qu’elle possédait une atmosphère primitive constituée d’azote et de gaz carbonique.

Ces travaux montraient que l’hémisphère de l’exoplanète faisant face à son étoile pourrait être très chaud, tandis qu’un océan gelé se trouverait dans l’hémisphère faisant face à l’espace. Ainsi, seul un cercle d’eau chaude pourrait y exister.

Toutefois, les simulations actuelles, plus complètes que les précédentes, laissent à penser qu’un océan beaucoup plus dynamique s’y trouverait et serait capable de transférer efficacement la chaleur d’un côté à l’autre de l’exoplanète.

Même si le côté sombre ne voit jamais la lumière, il y existerait quand même une bande d’eau liquide, qui se maintiendrait autour de la région équatoriale.

Anthony Del Genio

Le détail de cette étude est publié dans le journal Astrobiology (en anglais).

En raison de sa proximité, l’objet céleste pourrait devenir la première planète hors de notre Système solaire à recevoir la visite d’une sonde humaine.

Des percées technologiques devront cependant être réalisées pour qu’on y arrive, puisqu’une sonde utilisant la technologie actuelle prendrait des milliers d’années pour y parvenir.

Proxima b se trouve quand même à plus de 40 000 milliards de kilomètres de la Terre.

Astronomie:Bousculade planétaire au début du Système solaire

Un réaménagement des planètes extérieures du Système solaire se serait déroulé au cours des premiers stades de sa formation, montre l’étude de deux astéroïdes troyens de Jupiter.

Explications:

L’astrophysicien américain David Nesvorny et ses collègues du Southwest Research Institute ont étudié une paire rare d’astéroïdes nommés Patroclus et Menoetius, qui se trouvent à peu près à la même distance du Soleil que Jupiter, l’un en orbite devant et l’autre derrière la géante gazeuse.

Ces astéroïdes seront l’objet d’étude de la mission Lucy de la NASA qui doit être lancée en 2021. Ils seraient, selon les chercheurs, des vestiges du matériau primordial qui a mené à la formation des planètes extérieures (Saturne, Jupiter, Neptune Uranus).

Ils seraient ainsi les témoins de la naissance du système solaire il y a plus de 4 milliards d’années.

Patroclus et Menoetius possèdent une largeur d’environ 113 kilomètres et orbitent l’un autour de l’autre alors qu’ils tournent autour du Soleil.

C’est le seul système binaire connu dans la population d’astéroïdes troyens de Jupiter. En astronomie, le terme « troyen » est utilisé pour désigner un petit objet qui partage une relation avec deux autres corps plus gros.

De précédents travaux ont montré que :

  • la distribution des orbites des objets transneptuniens fournit des preuves solides d’une migration de Neptune;
  • les orbites des planètes extérieures sont devenues instables au début de la création du Système solaire;
  • Jupiter aurait été frappée par une planète du type Neptune;
  • l’orbite de Jupiter se serait alors rapprochée du Soleil.

Réaménagement planétaire

Les travaux actuels montrent que la présence des objets Patroclus et Menoetius, mais aussi des autres qui se trouvent dans l’orbite de Jupiter, serait le résultat d’un réarrangement planétaire précoce dans notre système.

Le couple Patroclus-Menoetius se serait formé à partir du disque initial de matière au-delà de Neptune, alors que la probabilité que des collisions lui arrachent des composants était grande.

Les simulations laissent à penser que de la présence du couple céleste aujourd’hui à cet endroit indique que l’instabilité dynamique entre les planètes géantes a dû se produire dans la première tranche de 100 millions d’années de la formation du Système solaire.

Ces objets ont probablement été capturés au cours d’une période dramatique d’instabilité dynamique lors d’un accrochage entre les planètes géantes du Système solaire.

Ajustement planétaire

Ce grand bouleversement aurait poussé Uranus et Neptune vers l’extérieur, où ils ont rencontré une grande population de petits corps qui seraient à l’origine des objets actuels de la ceinture de Kuiper, qui orbitent à la limite du Système solaire.

Selon les chercheurs, plusieurs petits corps de cette ceinture primordiale de Kuiper ont été dispersés vers l’intérieur, et certains d’entre eux sont devenus des astéroïdes troyens.

Des simulations récentes de la formation des petits corps laissent à penser que les systèmes binaires comme Patroclus-Menoetius seraient des restes des tout premiers moments de la naissance du système.

Les observations actuelles de la ceinture de Kuiper montrent que ces systèmes binaires devaient être courants lors de la genèse du système.

William Bottke

« Il n’en reste actuellement que quelques-uns dans l’orbite de Neptune. La question est de savoir comment ils ont survécu jusqu’à aujourd’hui », explique le chercheur William Bottke.

Et les planètes rocheuses?

Le modèle dynamique d’instabilité précoce du Système solaire mis de l’avant dans les présents travaux a aussi des conséquences importantes pour les planètes terrestres, en particulier en ce qui concerne l’origine des grands cratères d’impact sur la Lune, Mercure et Mars, qui se sont formés il y a environ 4 milliards d’années.

Selon ce modèle, les météorites qui ont creusé ces cratères sont moins susceptibles de parvenir des régions extérieures du Système solaire. Cela pourrait signifier qu’elles ont été fabriquées par des restes de petits corps du processus de formation des planètes rocheuses.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Nature Astronomy (en anglais).

En mai dernier, des scientifiques avançaient qu’une immense planète se trouverait aux confins de notre Système solaire.

 

Le 30 Aout, 7 superordinateurs centraux de la CIA seraient tombés en panne, et les satellites espions déconnectés

(Communication du 30 août 2018
Depuis 3 jours, 7 superordinateurs centraux de la CIA seraient en panne, et les satellites espions déconnectés.
Cette information provient de la radio américaine Hal Turner Radio Show. Nous ne l’avons trouvée nulle part ailleurs, et la radio ne cite aucune source, sinon pour dire qu’ils auraient téléphoné au Pentagone et que ce dernier n’a pas voulu faire de commentaires. Elle parle également de sources du Renseignement. Quoi qu’il en soit, cette information est à prendre avec prudence.
Le 30 Aout, 7 superordinateurs centraux de la CIA seraient tombés en panne, et les satellites espions déconnectés
Sept ordinateurs centraux de la Central Intelligence Agency (CIA) sont maintenant en panne pour une raison inconnue.
La perte du réseau informatique a également entraîné la mise hors ligne d’un nombre important de satellites espions américains.
MISE À JOUR 8:33 PM EDT — DE NOMBREUX SATELLITES DE COMMUNICATION SONT EN TRAIN DE S’ÉTEINDRE.
Nous sommes en danger potentiel.  J’espère que vos véhicules ont du carburant et que vous avez de la nourriture et de l’eau à portée de main.  On ne sait pas qui a fait cela ni pourquoi…. et maintenant que certains de nos satellites sont hors service, Dieu seul sait ce qui pourrait nous tomber dessus.
MISE À JOUR 7:55 PM EDT —
Les ordinateurs principaux « Blanche-Neige » 3, 4, 6 et 7 sont hors ligne.
Satellites hors-ligne : Corona 1, 4, 8 et 16 sont éteints.  (NOTE :LES SATS CORONA SONT LES REMPLAÇANTS NUMÉRIQUES DES « KEYHOLE » POUR LE PROGRAMME ORIGINAL DÉCLASSÉ DU MÊME NOM.
Autres Satellites Hors ligne : Big Bird 9 — « KH-9 (BYEMAN nom de code HEXAGON), communément appelé Big Bird[1] ou Keyhole-9, était une série de satellites de reconnaissance photographique lancés par les États-Unis entre 1971 et 1986.
MISE À JOUR 8:06 PM EDT —
Je viens de parler au Pentagone.  La ligne « officielle » est la suivante: « Je n’ai aucune information sur un tel événement.  Mais si un tel événement devait se produire, nous n’en discuterions pas publiquement. »
DES RENSEIGNEMENTS SUR LE CANAL DE RETOUR —
Des sources de la communauté du renseignement me confirment maintenant que plusieurs ordinateurs centraux sont, en fait, hors ligne et que plusieurs satellites espions sont aveugles. Les techniciens travaillent d’arrache-pied pour découvrir ce qui s’est passé et le réparer.
L’évaluation interne est que « Quelqu’un a ciblé spécifiquement nos systèmes de satellites espions. Quelqu’un déplace maintenant certaines choses qu’ils ne veulent pas que nous voyions.  Cette éventualité inattendue est un problème majeur à tous les niveaux. »
MISE À JOUR 8:30 PM EDT —
GCHQ Bude a envoyé un signal de détresse 8:09 EST.
« Guerre des clics » (en référence à la Blitzkrieg allemande lors de la seconde guerre mondiale) « Lancement d’attaque sur les serveurs estoniens » Dessin de presse paru dans le Herald Tribune, quotidien américain en mai  Pourquoi l’Estonie accuse l’Etat russe d’être à l’origine de cette cyber attaque? Celle-ci est-elle une illustration de relations particulièrement tendues entre les deux pays?
Il n’y a plus de NSA
GCHQ Bude, également connu sous le nom de GCHQ Composite Signals Organisation Station Morwenstow, en abrégé GCHQ CSO Morwenstow, est une station au sol et un centre d’écoute par satellite du gouvernement britannique situé sur la côte nord de Cornwallcoast au Cleave Camp, entre les petits villages de Morwenstow et Coombe. Il est exploité par le service de renseignement électromagnétique britannique, officiellement connu sous le nom de Government Communications Headquarters, communément appelé GCHQ. Il est situé sur une partie du site de l’ancien aérodrome de la RAF Cleave de la Seconde Guerre mondiale.
MISE À JOUR 8:33 PM EDT —
Toutes sortes de satellites d’imagerie et de communication ont été compromis…
MISE À JOUR 10:02 PM EDT —
Nous avons actuellement une panne presque complète de la plupart de nos satellites SIGINT (Black-Ops Signals Intelligence) et SATCOM (Satellite Communications).
La CIA n’est plus en mesure d’effectuer la surveillance des « key hole » et il y a maintenant des trous GIGANTESQUES dans notre capacité à intercepter certains signaux, c’est-à-dire certains téléphones, certaines radios, certaines communications Internet, etc.
En termes simples, certaines personnes qui pensaient auparavant diriger le monde (c’est-à-dire la communauté du renseignement au sein de la CIA et de la NSA) sont maintenant sourdes, muettes et partiellement aveugles. Il se passe quelque chose d’énorme. Ce genre de choses n’arrive pas comme ça.
Je ne sais pas trop où cela va nous mener, mais quoi que ce puisse être, ce sera gigantesque.
MISE À JOUR 10:12 PM EDT —
CinC NORAD vient de déclarer « DEFCON 4″.
MISE À JOUR 10:38 PM EDT VENDREDI 31 AOÛT. —
La CIA a essayé de redémarrer les superordinateurs.  Ils ont réussi à en faire redémarrer trois – mais qui se se sont immédiatement planté à nouveau ! Quatre autres ne redémarrent tout simplement pas.
Les capacités de SIGINT et de SATCOM restent très COMPROMISES.
Cela fait maintenant un peu plus de 24 heures complètes qu’une grande partie de nos capacités de communication de la communauté du renseignement à l’échelle mondiale, RESTE INUTILISABLE.
***
Source : 7 CIA MAINFRAME SUPER-COMPUTERS DOWN – SPY SATELLITES OFFLINE

Troisième Guerre Mondiale en préparation:L’armée russe défie l’OTAN en Sibérie

Les plus grandes manœuvres russes de ces dernières décennies ont débuté en Sibérie ce mardi. Y participent la Chine et la Mongolie.

Près de 300’000 hommes, toutes les composantes de l’armée impliquées et des soldats chinois en soutien: la Russie lance mardi les plus vastes manœuvres militaires de son histoire, dénoncées par l’Otan comme la répétition d’un «conflit de grande ampleur».

Ce déploiement massif auquel participent les armées chinoise et mongole, baptisé «Vostok-2018» (Est-2018), continuera jusqu’au 17 septembre en Sibérie orientale et dans l’Extrême-Orient russe.

«Vostok-2018 a démarré», a indiqué mardi le ministère de la Défense dans un communiqué, accompagné d’une vidéo montrant des véhicules blindés, des hélicoptères ou encore des avions en mouvement.

Evénement sur trois jours

Si la journée de mardi doit être consacrée au déploiement des troupes, mercredi verra la tenue d’exercices de lutte antiaérienne tandis que «le principal évènement» sera jeudi, a assuré le ministère de la Défense aux journalistes couvrant les exercices, sans donner plus de précisions.

En marge du Forum économique de Vladivostok (Extrême-Orient), Vladimir Poutine devrait assister à Vostok-2018 qui intervient dans un contexte de tensions persistantes avec les Occidentaux, entre crise ukrainienne, conflit en Syrie et innombrables accusations d’ingérence dans la politique occidentale.

Démonstration de force

Aux yeux de l’armée russe, cette démonstration de force est similaire à «Zapad-81» (Ouest-81) qui, il y a près de 40 ans, avait mobilisé entre 100’000 et 150’000 soldats du pacte de Varsovie en Europe orientale, les plus grandes manoeuvres jamais organisées à l’ère soviétique.

«Il y aura comme un air de Zapad-81, mais en plus imposant d’une certaine manière», se félicitait d’ailleurs fin août le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, détaillant le contingent attendu: 300’000 soldats, 36’000 véhicules, 1.000 avions et 80 navires.

«Imaginez 36’000 engins militaires se déplaçant en même temps: des chars, des blindés de transport de troupes, des véhicules de combat d’infanterie. Et tout cela, bien sûr, dans des conditions aussi proches d’une situation de combat que possible», s’était-il enthousiasmé.

Armes modernes

Tout le répertoire moderne de l’armée russe sera de la partie: des missiles Iskander, capables de transporter des ogives nucléaires, des tanks T-80 et T-90 ou les récents avions de combats Su-34 et Su-35. En mer, la flotte russe déploiera plusieurs frégates équipées de missiles Kalibr, qui ont fait leurs preuves en Syrie.

Participation chinoise

Côté chinois, la participation est bien plus modeste avec 3200 soldats engagés et une trentaine d’avions ou d’hélicoptères déployés, mais elle est symbolique alors que la Russie cherche à montrer qu’elle n’est pas isolée sur la scène internationale.

«Nous avons des relations de confiance (avec la Chine) en matière politique, de sécurité et dans la sphère militaire», a d’ailleurs déclaré Vladimir Poutine mardi lors d’une rencontre à Vladivostok avec le président chinois Xi Jinping, qui participe aussi au forum économique.

Si les précédents exercices militaires russes dans la région, Vostok-2014, avaient déjà rassemblé 155’000 soldats, les manoeuvres Zapad-2017 (Ouest-2017) organisées l’an passé aux portes de l’Union européenne n’avaient en comparaison impliqué que 12’700 hommes selon Moscou, l’Ukraine et les pays baltes évoquant un contingent bien plus important.

L’Otan dénonce

Sans surprise, l’Otan a dénoncé ses manoeuvres. «Cela s’inscrit dans une tendance que nous voyons depuis un moment: une Russie plus sûre d’elle, qui augmente significativement son budget de Défense et sa présence militaire», a indiqué un porte-parole de l’Alliance, Dylan White.

Depuis 2014 et la grave dégradation des relations entre Moscou et l’Occident, la Russie a multiplié les exercices militaires d’ampleur, du Caucase à la Baltique et jusqu’en Arctique, tout en dénonçant l’expansion à ses frontières de l’Otan, menace fondamentale pour sa sécurité selon la nouvelle doctrine militaire russe adoptée la même année.

Les manoeuvres russes en Extrême Orient ont été précédées par des exercices en Méditerranée auxquels ont pris part plus de 25 navires et une trentaine d’avions, dans un contexte de renforcement de la présence russe au large de la Syrie où elle intervient militairement depuis 2015.

La Russie va organiser les plus grands exercices militaires depuis l'époque soviétique - Ministre de la Défense

 

 

11 septembre 2001-11 septembre 2018 une vidéo et des photos qui nous ont marquées

 

 


 

 Il y a 17 ans, les Etats-Unis étaient touchés en plein coeur par quatre attentats-suicides coordonnés par le groupe islamiste Al-Qaïda, faisant 2 977 victimes. A New York, éventrées par deux avions de ligne, les tours jumelles du World Trade Center s’effondraient. Retour en images sur une journée qui a sidéré et plongé le monde entier dans l’effroi.

 

 

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Le matin du 11 septembre 2001, respectivement à 8h46 et à 9h03, deux avions de ligne percutent les tours jumelles du World Trade Center à New York.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
A côté de la première tour fumante, une vue de l’impact du deuxième avion dans la seconde tour. New York, le 11 septembre 2001.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Les twin towers (tours jumelles) en feu, avec, au premier plan, un autre monument symbole de New York : l’Empire State Building.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Impact laissé par l’un des deux avions de ligne qui se sont écrasés sur le World Trade Center, le 11 septembre 2001, à New York.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Une personne se jette de l’une des tours du World Trade Center, lors des attentats du 11 septembre 2001, à New York.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Des boules de feu et de la fumée sortent du haut des tours du World Trade Center. New York, le 11 septembre 2001.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
À 9h59, la Tour Sud (WTC2) du World Trade Center s’effondre, 55 minutes après l’impact du vol 175. New York, le 11 septembre 2001.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Toujours l’effondrement de la Tour Sud (WTC2) du World Trade Center, vu depuis la rue. New York, le 11 septembre 2001.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
À 10h28, la Tour Nord (WTC1) du World Trade Center s’effondre à son tour, suite à l’impact du vol American Airlines 11. New York, le 11 septembre 2001.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Policiers et passants fuient devant l’effondrement des tours du World Trade Center, le 11 septembre 2001, à New York.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
On évacue des milliers d’habitants dans des lieux sécurisés, le 11 septembre 2001, à New-York.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Scène de panique : chacun court pour essayer d’échapper à la chute des tours et aux incendies qui les ravagent, le 11 septembre 2001, à New York.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Après l’effondrement des deux tours, des rescapés, recouverts de poussière, le 11 septembre, à New-York.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Les pompiers arrivent sur les lieux pour tenter de limiter les dégâts et d’éteindre le feu, le 11 septembre, à New York.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Après l’effondrement de la première tour, un homme seul se tient devant les décombres, le 11 septembre 2001, à New-York.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Deux personnes marchant avec leurs affaires, après la chute des tours à New York, le 11 septembre 2001.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Le 16 septembre 2001, des ouvriers inspectent les débris des tours du World Trade Center à New York, dans ce que l’on appelle Ground Zero (normalement employé pour désigner le point d’impact d’une bombe nucléaire).

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Dix jours plus tard, le 26 septembre 2001, des pompiers sont encore en alerte pour éteindre des foyers dans ce qu’il reste des tours du World Trade Center de New York.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
A Ground Zero, les ouvriers et le personnel de sauvetage continuent leur travail, six mois après les attentats. New York, le 7 mars 2002.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
La reconstruction se poursuit sur le site des attaques terroristes du World Trade Center à New York, le 26 février 2004.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Le drapeau américain flotte sur une des grues de la reconstruction du World Trade Center, lors de la 7e commémoration des attentats de 2001 à New York, le 11 septembre 2008.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
A la place des deux tours, un mémorial et le One Trade Center sont érigés. Depuis le 90ème étage de ce dernier, on distingue les anciens emplacements des twin towers qui ont été conservés comme lieu de mémoire. New York, le 30 avril 2012.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Depuis 2001, à chaque date anniversaire des attentat du 11 septembre, des projecteurs marquent l’emplacement des tours détruites en signe de commémoration. Sur cette photo prise depuis Bayonne dans le New Jersey, on reconnaît de gauche à droite : l’Empire State Building, le One Trade Center, la statue de la Liberté, le Brooklyn Bridge et le pont de Manhattan. New York, le 11 septembre 2011.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Trois pompiers se recueillent au Memorial où les noms des victimes sont gravés. New York, le 11 septembre 2012.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Une vue du Musée du Memorial (à gauche) construit entre les deux anciens emplacements des tours (devenus des bassins) et du One Trade Center, à New York, le 13 mai 2014.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Avec trois ans de retard, le Musée du Memorial est inauguré le 15 mai 2014 par Barack Obama. Ici, le président américain (à droite) avec l’ancien maire de New York, Michael Bloomberg, devant les portraits des victimes.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Dans le Musée du Memorial, plusieurs objets rassemblés sont les témoins de cette terrible journée. Ici, un camion de pompiers arraché par la violence du choc. New York, le 14 mai 2014.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Ici, des pièces de l’avion du vol American Airlines 11, au Musée du Memorial de New York, le 14 mai 2014.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Le Musée du Memorial s’enfonce à près de 20 mètres en-dessous ce qu’il reste en surface des anciennes tours. Ici, la « dernière colonne » (à droite), ancien support de la tour sud du World Trade Center et qui a été la dernière à être retirée de Ground Zero.

11-Septembre 2001 : les 30 photos les plus marquantes des attentats à New York
Inauguré le 3 septembre 2014, le One Trade Center fait désormais parti de la skyline new-yorkaise.


On oublie trop souvent que 3 tours se sont effondrées!

 

 

…mais rien n’explique l’effondrement du WTC 7 quelques minutes après les 2 tours!

 

 

Histoire et philatélie:Des courriers envoyés par ballons montés

1870 est probablement une des années les plus intéressantes en matière de philatélie française. C’est au cours de la guerre franco-prussienne de 1870-1871 que Paris s’est retrouvée encerclée et a dû faire preuve de créativité pour acheminer le courrier.

C’est ce type de ballons qui fut utilisé!

 

 

Pourquoi cette guerre ?

Après le renversement de la reine Isabelle II d’Espagne, c’est le Prince Léopold de Hohenzollern-Sigmarinen, cousin du roi de Prusse, qui est pressenti pour la remplacer. Il se porte officiellement candidat le 21 juin 1870. Le ministre des affaires étrangères français, Gramont, s’oppose à cette candidature.

Otto von Bismarkchancelier de l’Allemagne du Nord.

Le roi de Prusse, Guillaume 1er, soucieux d’éviter un conflit, fait pression sur son cousin pour qu’il renonce au trône d’Espagne. Le père de ce dernier réalise une déclaration en ce sens le 12 juillet 1870. L’ambassadeur de France, Vincent Benedetti se rend alors à Ems. Il a ordre d’obtenir des garanties quant à la renonciation de Léopold de Hohenzollern-Sigmarinen. Guillaume 1er la lui confirme mais refuse de donner des garanties supplémentaires. L’affaire aurait dû s’arrêter là, mais Bismark, chancelier de la Confédération de l’Allemagne du Nord, ne l’entend pas de cette oreille.

Il crée un récit tronqué de l’échange entre Guillaume 1er et l’ambassadeur français : la dépêche de Ems présente l’entretien de Guillaume 1er comme très sec vis-à-vis de Vincent Benedetti, une véritable offense à la France. Dans un contexte où la Prusse a besoin d’unité, une guerre contre un ennemi commun entre les régions a tout son sens pour renforcer cette union.

Paris assiégé

Le 19 juillet 1870, la France déclare la guerre à la Prusse. Mais l’armée, malgré ce qu’en dit le ministre de la guerre, n’est pas prête. Seulement 300 000 soldats français (contre 500 000 prussiens), pas suffisamment de stratèges dans l’état-major, la France subit défaite sur défaite au point que l’empereur Napoléon III finit par capituler le 2 septembre 1870 à Sedan.

L’empereur Napoléon III et l’impératrice Eugénie au Louvre

Il n’en faut pas plus à Paris pour que la République soit proclamée, le 4 septembre, et un nouveau gouvernement rapidement constitué.

Deux semaines plus tard, Paris est encerclée par l’armée prussienne, laissant ses habitants coupés de toute communication avec l’extérieur.

Permettre au courrier de circuler en temps de guerre

Des bénévoles recherchent des solutions pour aider le gouvernement assiégé à Paris. Ainsi, Nadar, Dartois et Duruof créent la première compagnie des aérostiers militaires. La première idée consiste à utiliser des ballons captifs pour observer les mouvements de l’armée prussienne. Mais très vite, le besoin de correspondre avec l’extérieur se fait sentir.

Deux ateliers de construction de ballons sont installés dans les gares de chemin de fer. Les trains ne peuvent en effet plus circuler à cause du siège. Les gares du Nord et d’Austerlitz seront donc le théâtre de la construction des premiers ballons libres.

Le 23 septembre 1870, Le Neptune décolle et franchit les lignes ennemies. Fortes de ce succès, l’Administration des Postes du Gouvernement et la Défense Nationale autorisent officiellement la naissance de la Poste aérienne. Les premiers courriers partent ainsi par la voie des airs.

Bien évidemment, les Prussiens ne facilitent pas la vie des habitants de la capitale. Ils n’hésitent pas à tirer sur les ballons et en arrêtent plusieurs de cette manière. On citera, entre autres, les ballons du 30 septembre, celui du 27 octobre, du 4 novembre, du 12 novembre ou encore du 20 décembre.

En plus du courrier, les ballons montés serviront à certains pour quitter Paris assiégé. Militaires de haut rang, hommes politiques… En tout, 164 passagers, dont le ministre Gambetta, quittent Paris par la voie des airs.

Les ballons montés en quelques chiffres

Il y eut 67 vols. Plus de 2 millions de lettres ont pu quitter la capitale grâce aux ballons entre le 23 septembre 1870 et le 28 janvier 1871. Le dernier ballon portait pour nom « Le général Cambronne » mettant à l’honneur le mot de ce dernier !

Les ballons montés ne furent pas les seuls moyens utilisés pendant la guerre de 1870 pour acheminer le courrier. Pigeons voyageurs, boules de Moulins … Les Parisiens n’ont pas manqué de créativité pour rester en relation avec l’extérieur.

La lettre à Madame Simpson : un authentique faux !

Les Courriers transportés par ballon monté, sont, comme on l’imagine bien, convoités par les philatélistes. Le prix d’un courrier varie en fonction de son état et de l’intérêt de la pièce au niveau de l’histoire postale.

D’une lettre à une autre, le prix peut aller d’une soixantaine à plusieurs centaines voire des milliers d’euros. Ainsi on comprendra très vite l’intérêt de créer des faux.

Et pourtant, le courrier dont nous allons ici vous parler est un faux sans en être un. Lorsque monsieur Mefsurier écrit à Madame Simpson en anglais son témoignage sur Paris assiégé et son prochain envoi en première ligne, la pièce fait envie à plus d’un. Mais quelle n’est pas la surprise de l’un ou l’autre philatéliste quand il se rend compte que la pièce n’est pas unique. Ce fut, entre autres, celle d’Yves Cocoual, depuis lors renseigné sur le sujet. Il explique sur le site http://www.sahpl.asso.fr/ les origines de cette pièce. Non, ce n’est pas un faux… Mais c’est une reproduction d’un vrai ! En effet, les éditions Letts et Cie, sur base d’une réelle lettre envoyée par ballon monté, ont reproduit un courrier en lithographie en hommage à cette période troublée.

Le texte est authentique, pas les noms ni les timbres et les oblitérations, mais la ressemblance est frappante. Les éditions Letts et Cie n’ont pas vendu cette pièce pour tromper l’acheteur. Par contre, d’autres plus indélicats n’ont pas hésité à faire passer des faux pour des vrais. Il faut donc avoir l’œil pour éviter les faux trop tentants