Publicités
Accueil

Intelligence artificielle : un logiciel abat en 1 seconde le travail que des avocats font en 360.000 heures

Un commentaire

La toute nouvelle intelligence artificielle de JPMorgan est l’employé du mois : elle peut résoudre en une seconde des arbitrages financiers qui prennent normalement quelques 360.000 heures de travail (soit une année) aux avocats de la firme. Le travail de cette machine artificielle, baptisée COIN, est d’interpréter les accords de prêts commerciaux. Et fait en prime nettement moins d’erreurs que les humains. 

 

 

On l’a vu avec AlphaGO, l’intelligence artificielle fait des progrès incroyables, et commence petit à petit à se frayer un chemin dans un nombre croissant de domaines. L’un des plus inattendus, c’est le domaine juridique. On a déjà vu des juges français s’aider d’un logiciel pour prendre de meilleures décisions. Des cabinets privés comme JPMorgan se mettent à faire un usage intensif de l’intelligence artificielle dans leur activité.

 

Intelligence artificielle : un logiciel fait en 1s le travail que des avocats font en 360.000 heures

Et au vu de leurs résultats on est tenté de leur donner raison : moins d’erreurs que les humains, un temps de traitement à la vitesse de la lumière, des personnels qui peuvent se concentrer sur des tâches moins rébarbatives, un fonctionnement en continu… JPMorgan a mis quelques 9,6 milliards de dollars dans une nouvelle équipe d’ingénieurs spécialisés dans le big data, l’intelligence artificielle, la robotique et le cloud histoire de développer ces technologies.

Et trouver de nouveaux moteurs de croissance pour garder son rang. Le but serait semble-t-il aussi d’obtenir un leadership dans les nouvelles technologies et les services financiers, en caressant l’espoir de vendre ses solutions à des clients institutionnels.

Alors que, pour le commun des mortels, l’avènement de ce type de technologie peut sembler synonyme de licenciement, une étude citée par Bloomberg réalisée sur 3.200 professionnels de la finance montre que dans ce secteur, les acteurs voient surtout le verre à moitié plein. Une vaste majorité des personnes interrogées pensent que cela va permettre d’améliorer leur carrière, par exemple en leur permettant de devenir plus efficaces.

 

 

 

 

 

Publicités

Vidéo:Le Weta , cet insecte zombie sait ressusciter après avoir été congelé

Laisser un commentaire

Le Weta est un insecte endémique en Nouvelle-Zélande, une sorte de sauterelle qui dont certaines espèces telles que le Weta géant peuvent atteindre jusqu’à 10 cm sans compter les papattes et les antennes, et sont à ce titre les plus grands insectes de la planète. Mais ce n’est pas leur seule particularité : ils font en effet parti des rares organismes à pouvoir ressusciter après une congélation prolongée !

 

Aujourd’hui on s’arrête sur un étonnant insecte, le Weta. Endémique en Nouvelle-Zélande, il a l’apparence d’une grosse sauterelle avec un énorme dard qui n’en est en réalité pas un. Vivant des une des rares régions de la planète longtemps dépourvue de mammifères, ils ont assumé leur rôle, avec un comportement similaire : plus actif la nuit que le jour, et se nourrissant de végétaux et d’insectes morts ou malades.

A cause de l’Homme qui a importé en Nouvelle-Zélande des rats, souris, hérissons, en plus de détruire son habitat, de nombreuses espèces de Weta sont aujourd’hui menacées. C’est pourtant l’un des plus anciens insectes de la planète. Et ce n’est pas sa seule particularité. Le Weta géant détient le record de taille pour un insecte, pouvant atteindre jusqu’à 10 cm de long sans compter les pattes et les antennes.

 

Le Weta sait comment survivre plusieurs mois à des températures inférieures à -10°C

Certaines espèces ont également un pouvoir de survie assez surprenant. C’est le cas du Mountain stone Weta (H. maori). Il peut en effet survivre plusieurs mois à des températures sous les -10 degrés. 85% de l’eau contenue dans l’insecte est alors congelée, ce qui est assez incroyable lorsque l’on sait les dégâts que la congélation cause normalement sur les cellules.

Si cet insecte y parvient, c’est grâce à son hémolymphe (son sang) qui contient des acides aminés cryoprotecteurs telles que la proline et un disaccharide (un sucre) nommé tréhalose. Des substances que l’insecte fabrique au cours de l’automne pour se préparer à l’hiver. La concentration de ces éléments diminue ensuite au printemps pour atteindre un minimum de concentration pendant l’été.

Peu d’organismes sont capables d’un tel exploit, à part les très abondants tardigrades. La BBC a capturé ces images magnifiques où on voit l’insecte ressusciter après sa décongélation :

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial: une startup veut créer des enfants génétiquement parfaits !

4 commentaires

Vous connaissez le film Bienvenue à Gattaca ? Bienvenue en 2017 ! La startup américaine Darwin Life réalise des fécondations dont le but est de permettre aux femmes de plus de 40 ans d’avoir des enfants. Pour y parvenir, Darwin Life remplace certains gènes avec ceux de femmes plus jeunes. Une manipulation génétique qui souleve de lourdes questions éthiques à cause du fort risque de dérive. 

 

Dans le film Bienvenue à Gattaca on est plongé dans un monde où l’eugénisme est devenu la norme, au point que ceux qui ont été conçus « à l’ancienne » deviennent des citoyens de seconde zone. Les parents peuvent tout choisir des caractéristiques de leur enfant : couleur des yeux, force, intelligence, et enlever de leur ADN tout risque de développer des maladies.

Ce que propose la startup Darwin Life, c’est en fait à la base de faire de la conception à trois parents : l’ovule est fécondé avec le matériel génétique du père, mais une partie des gènes est remplacée par ceux d’une personne plus jeune. Dans certains cas, cette technique doit augmenter les chances qu’un foetus viable se développe, surtout lorsque les parants ont la quarantaine bien tassée.

Bienvenue à Gattaca : une startup se spécialise dans l’eugénisme

Dans d’autres cela doit permettre à des personnes atteintes de troubles génétiques d’avoir des enfants qui partagent leurs gènes, mais qui ne seront jamais exposée à la ou les maladies génétiques qui affectent leurs parents. Là où ça commence à faire un peu flipper, c’est quand le docteur John Zang, à l’origine de l’entreprise lance aux journalistes de Technology Review :

« Tout ce que nous faisons est une étape vers les designer babies, en alliant les techniques de transfert de noyau et d’édition génétique, vous pouvez vraiment faire ce que vous voulez. »

Designer babies, c’est un mot inventé qui signifie des enfants dont le code génétique a été changé, ou fabriqué. Cela signifie, justement, comme dans Gattaca, qui est une cinglante dystopie critique de l’eugénisme, de pouvoir changer la couleur des yeux de l’enfant, décider de sa taille, de sa propension à l’endurance, etc.

Evidemment, outre ces aspects, cela pourrait aussi permettre d’éviter de développer de graves maladies comme par exemple la myopathie. Du coup, on voit toute la lourdeur du débat éthique que cela suppose. On imagine que ces techniques, par ailleurs ne seront pas gratuites, et que potentiellement seule une frange de la population particulièrement aisée pourra en faire usage.

Pour l’heure cette technique de conception est interdite dans de nombreux Etats du monde. Si bien que Darwin Life procède à ses essais au Mexique. Mais le fait que ces méthodes soient activement développées fait craindre l’arrivée prochaine d’humains modifiés génétiquement pour être parfaits…

 

 

 

 

Alerte climatique:il pleut en Antartique depuis quelques jours

2 commentaires

Le réchauffement climatique s’emballe-t-il ? Une étude de climatologues tire a sonnette d’alarme : les fontes de glace en Antarctique s’accélèrent, et pour la première fois de l’histoire, on assiste à des chutes de pluies à l’ouest du continent austral. Des chutes qui accélèrent à leur tour la fonte de la glace, et qui vont, selon une étude de climatologues américains, se multiplier au cours des prochaines années. 

 

Pendant que les Etats-Unis sortent de l’accord de Paris sur le Climat, le réchauffement climatique, lui, continue d’exister. Une étude de climatologues américains du Scripps Institution of Oceanography et de l’université de l’Ohio publiée dans la dernière édition de Nature Communication s’alarme de la survenue de chute de pluies à l’ouest du continent austral en été, et l’importante fonte des glaces.

Réchauffement climatique : pour la première fois, il pleut en Antarctique

Ces précipitations seraient en fait aussi mauvais signe que vous le pensez : d’abord par le simple fait de leur existence. Car ces précipitations ne peuvent se former que lorsque les températures marines et atmosphériques sont suffisamment élevées (et on parle de l’endroit le plus froid de la planète). Ensuite parce qu’elles font fondre la barrière de glace encore plus vite. Le risque le plus immédiat c’est la montée des eaux.

 

Si l’ensemble des glaces qui se trouvent sur le continent austral venaient à fondre, le niveau de la mer pourrait en effet augmenter partout jusqu’à trois mètres. Selon les scientifiques, le principal responsable serait la perturbation climatique El Niño qui prendrait de l’ampleur. Un phénomène qui perturbe par la même occasion les courants océaniques et diminue la remontée d’eau froide à la surface.

En outre, ces chûtes de pluie ne devraient pas s’arrêter de sitôt. On s’attend même à ce qu’elles se multiplient. La fonte de l’Antarctique pourrait donc encore s’accélérer au cours des prochaines années. Et amplifier la fonte des glaces partout ailleurs sur la planète dans un cercle vicieux. Nous vous proposons de lire l’intégralité de cette étude (en anglais) en cliquant sur ce lien.

 

 

 

Mutations animales à bord de l’ISS : un ver se fait pousser une deuxième tête dans l’espace, voici les photos

Laisser un commentaire

Dans le cadre d’une expérience de l’ISS,on  croirait plonger dans l’univers du film Alien Convenant…car  des vers plat ont été amenés dans la station internationale pour tester leurs étonnantes facultés de régénération en microgravité. Certains étaient amputés  d’autres non. À l’issue de l’expérience, les chercheurs ont été surpris de tomber sur un ver qui s’était totalement régénéré avec en prime:une deuxième  tête et un cerveau !

La base spatiale ISS.

 

L’espace et la microgravité ne font pas que du bien aux organismes vivants venus de la Terre. On connaît les effets sur l’Homme : les rayons cosmiques, d’abord, sont des radiations très nocives pour l’homme. Le manque de gravité provoque aussi chez nous une chute de la masse musculaire, une décalcification des os. En outre, on gagne généralement quelques centimètres en taille après un séjour dans la station spatiale internationale.

ISS : un ver se fait pousser une deuxième tête, en images

Mais quid d’autres animaux ? Les chercheurs ont voulu tester les facultés régénératrices desvers plats de l’espèce D. Japonica. Une espèce choisie pour ses surprenantes facultés de régénération. Et observer ce qui se passe quand ces animaux se trouvent amputés et refont pousser leur membre en microgravité. Le 10 janvier 2015, des chercheurs ont donc envoyé sur l’ISS une population de vers plats.

Un certain nombre de vers furent  amputé d’une partie de leur corps, l’autre  partie fut laissé intacte. Deux groupes témoin ont également été mis en place sur Terre. À leur retour, les scientifiques ont passé 20 mois à comparer les vers terriens et  les vers « extra-terrestres ». Les chercheurs ont découvert de nombreuses différences entre les deux populations. Mais la plus surprenante d’entre-elles est sans doute le fait que l’un de ces vers se soit retrouvé avec… une deuxième tête qu’il n’avait pas.

Les vers plats qui ont servi à l’expérience.

 

Les photos publiées par l’ISS sont superbes.

Vous pouvez également lire l’intégralité de l’étude (en anglais) en cliquant sur ce lien.

 

Notre fameux ver à deux têtes.

 

 

 

 

Des clichés choquants qui dévoilent l’impact de 100 ans de changement climatique sur les glaciers arctiques

Laisser un commentaire

Christian Åslund, un photojournaliste suédois qui travaille avec Greenpeace, a rassemblé certaines des premières photographies des glaciers de Svalbard, en Norvège, prises par l’Institut Polaire Norvégien, et les a comparées avec ses propres clichés réalisés aux mêmes endroits en 2002. Les différences sont incroyables.

Il utilise cette série de photographies pour faire la promotion de la campagne #MyClimateAction du National Geographic, qui encourage le débat au sujet du changement climatique, et pour protester contre les entreprises pétrolières norvégiennes qui profitent de la fonte de l’Arctique pour effectuer des forages.

Regardez chacune de ces comparaisons troublantes ci-dessous, et signez la pétition Save The Arctic contre l’exploitation pétrolière en Arctique ici.

 


Photo no 1:

 


Photo no 2:

 


Photo no 3:

 


Photo no 4:

 

 


Photo no 5:

 


Photo no 6:

 


Photo no 7:

 

 

 

 

 

 

 

Voici quelques faits historiques troublants

Un commentaire

 

….Sur le TITANIC:

 

Les musiciens du Titanic qui ont continué à jouer alors que le navire commençait à sombrer pour réconforter les passagers terrifiés.

 

 

 


Des femmes iraniennes avant la révolution islamique.

 

 


 

Hiroshima:

L’« ombre » d’une victime d’Hiroshima après l’explosion de la bombe nucléaire.

 

 


FUTUROLOGIE:

Les technologies du futur vues à travers les yeux d’un illustrateur français en 1924.


 

Une bague viking du IXe siècle arborant l’inscription islamique « Pour Allah ».

 


PREMIER FILM ÉROTIQUE

Le Coucher de la Mariée est le premier film érotique de l’histoire du cinéma. Il a été projeté à Paris en 1896.

 


Héroïne contre la toux

Au début du XXe siècle, l’héroïne était utilisée pour soigner la toux.


Routes romaines

 

Voici comment les routes romaines étaient construites.

 


Anciens dentiers

Et voici comment les dentiers étaient réalisés.

 

 


Uniformes nazis

Hugo Boss est le créateur des uniformes nazis.


Poing américain

Un poing américain de la police de New York, 1864.

 


Sous-marin allemand

Juste un cliché de l’intérieur d’un sous-marin de la Première Guerre mondiale, rien d’anormal, vraiment ! Continuez de faire défiler la page !


Oiseau géant

 

L’argentavis est probablement le plus grand oiseau ayant jamais existé sur Terre.

 


Svatiska

La swastika est un symbole de bonne fortune pendant 3 000 ans,au Tibet et en Asie.

 


Pêche miraculeuse en Union Soviétique 

Une pêche fructueuse, en URSS, 1924.

 


Une chambre de bonnes,en Angleterre, 1843

Une chambre de bonnes, Angleterre, 1843.


Photographie d’Allemagne 1933

Berlin 1933

 


Robert Wadlow devient l’homme le plus grand du monde en 1937, à l’âge de dix-neuf ans, en atteignant 2,58 m

Robert Wadlow devient l’homme le plus grand du monde en 1937, à l’âge de dix-neuf ans, en atteignant 2,58 m…Le 4 juillet 1940, il est admis à l’hôpital en raison d’une infection provoquée par un appareil orthopédique mal mis en place. Malgré les soins, son état s’aggrave et le 15 juillet 1940 il meurt dans son sommeil, à l’âge de 22 ans. Il mesurait alors 2,72 m et pesait 199 kg. Environ 40 000 personnes assistent à ses funérailles, le 19 juillet.

 

 

 

 

 

 

Older Entries Newer Entries

%d blogueurs aiment cette page :