Publicités
Accueil

12 August 2017. « Russian Hacking » Didn’t Defeat the Clintons… Their Shitty Greedster Record Did Them In, With No Help from Outsiders

Laisser un commentaire

Voices from Russia

________________________

NAFTA… « Welfare Reform »… the destabilisation of Federal Yugoslavia… the dismantling of reasonable New Deal restrictions on Wall Street profiteers… the aggression against Serbia in 1999… the deliberate bungling of healthcare reform… the sponsorship of the Kosovo gangster state… need I go on? The Clintons were feral « conservative » Repugs in everything but the name… ordinary people do have memories and did act on them. They knew that Trump was a buffoonish knave, but they also knew that the Clintons had proven themselves unscrupulous thieves and unrepentant muggers of ordinary folk. They voted AGAINST… they didn’t need « foreign meddling » to come to that conclusion. There IS a country that routinely meddles in the internal affairs of others… it ISN’T Russia…

BMD

View original post

Publicités

August 12, 2017 at 10:52PM – New Pin : Brève histoire de l’humanité on Board: Arts

Laisser un commentaire

Pimpf : Drifting somewhere...

New on my Pinterest: Arts http://ift.tt/2bMvZhb : Brève histoire de l’humanité You can see it here:

View original post

Le Myanmar défie la « communauté internationale »

Laisser un commentaire

GLOBAL RELAY NETWORK

Par Gearóid Ó Colmáin, le 01 avril 2017

Aung San Suu Kyi, dirigeante de facto du Myanmar, a rejeté les appels de l’ONU pour enquêter sur la situation vécue par la soi-disante minorité ethnique Rohingya du pays. Il y a eu une éruption de violence dans la province d’Arakan en octobre 2016, lorsque des terroristes djihadistes ont attaqué un barrage de police le long de la frontière bangladaise, tuant neuf policiers.

Cet attentat fut imputé à l’Organisation de Solidarité Rohingya (RSO, Rohingya Solidarity Organisation), une organisation terroriste djihadiste pourvue de liens avec l’Arabie Saoudite. Des groupes de défense des droits de l’homme en cheville avec le State Department US ont lancé un appel concerté à la « communauté internationale » pour qu’elle agisse afin de prévenir le « génocide » de la minorité Rohignya, après que les troupes birmanes aient déclenché une opération militaire visant à écraser l’insurrection islamiste. Le Bureau du Haut Commissaire des…

View original post 926 mots de plus

 


En complément:

La fable du massacre des « Rohingyas », guerre secrète contre le Myanmar

 

"Comment les Rohingyas trompent les médias du monde entier. Ne tombez pas dans le panneau!" Images d'Indonésie, présentées comme un massacre de Rohingyas au Myanmar

Qui sont les « Rohingyas »?Il n’existe aucun groupe ethnique portant le nom de « Rohingya ». Le terme « Rohingya » est un terme étymologique bengali, qui signifie « arakanais ». Un « Rohinga » n’est rien de plus qu’un Musulman d’Arakan, un Musulman résident de l’État d’Arakan, la province occidentale de la République de l’Union du Myanmar. Le Dr. Jacques Leider, directeur de l’École Française d’Études Asiatiques en Thaïlande et expert de l’histoire de l’État d’Arakan, met ce nom si fréquemment cité en contexte:Rohnigya est un nom, pas une catégorie ethnique, qui a été ravivé de nos jours pour identifier les Musulmans d’Arakan, en tant que groupe social distinct. On pourrait éventuellement le comparer au nom donné aux Chinois musulmans du Myanmar, qui sont appelés « Panthay ».Contrairement aux affirmations de propagande des « Rohingyas », l’Islam n’a été enregistré dans l’État d’Arakan qu’à l’époque de la dynastie Mrauk-U au quinzième siècle. Jusqu’au dix-neuvième siècle, les Musulmans n’ont composé qu’une toute petite minorité de la population d’Arakan. Au 19ème siècle, le Raj britannique a déplaçé des Bengalis pour travailler dans l’État d’Arakan, en Birmanie occidentale et essentiellement bouddhiste. Les colons musulmans ont été utilisés d’une manière idoine aux colons presbytériens d’Irlande au 17ème siècle; des colons protestants et presbytériens y avaient été installés par l’état impérial britannique, ceci afin de constituer une force loyaliste locale contre les autochtones irlandais. Les conséquences de cette implantation se font toujours sentir, dans la portion de l’ancienne province irlandaise d’Ulster encore occupée par les Britanniques.Les Britanniques se sont servis des colons bengalis en Birmanie pour administrer l’État d’Arakan, au bénéfice des intérêts britanniques. Depuis lors, ils ont périodiquement perpétré des massacres de la population bouddhiste indigène de la région de l’État d’Arakan. L’historien Aye Chan écrit:L’une des causes sous-jacentes de cette violence commune était le Système de Zamindar, importé du Bengale par les Britanniques. Selon ce système, les administrateurs britanniques accordaient aux propriétaires terriens bengalis des milliers d’acres de terres arables, dotés de baux de quatre-vingt-dix-neuf ans. Les paysans d’Arakan, qui fuyaient le pouvoir birman et qui revenaient chez eux après l’annexion britannique, se retrouvèrent privés des terres dont ils avaient, par héritage, été les légataires. Les Zamindars bengalis (les propriétaires terriens) n’ont pas non plus voulu des Arakanais comme locataires sur leurs terres. Des milliers de paysans bengalis furent importés du District de Chittagong pour y cultiver la terre. (Rapport sur les Opérations de Colonisation dans le District d’Akyab 1887-1888:2, 21)Les paysans colons étaient fortement sous l’influence du mouvement « Faraizi » du Bengale, qui reposait sur des enseignements wahhabites importés d’Arabie. L’idéologie violente professait « l’installation des ikhwans ou frères dans les communautés agricoles proches des ressources aquifères. Les paysans selon leur enseignement, hors le fait de cultiver la terre doivent être prêts à prendre les armes dans une guerre sainte, à l’appel de leurs seigneurs. »Les Musulmans qui causent aujourd’hui tous les troubles sont appuyés par les Saoudiens, les Pakistanais, les Turcs et les Bangladais ainsi que par les Britanniques et les Étasuniens, qui veulent balkaniser le Myanmar riche en minéraux. Je souhaite mettre l’accent sur « Musulmans qui causent tous les troubles ». Car il s’agit d’une minorité des Musulmans dans l’État d’Arakan, qui s’efforce de mener un « djihad » pour le compte des intérêts géopolitiques occidentaux et de la « guerre contre le terrorisme » d’origine sioniste en cours, étiquetée faussement et avec euphémisme, comme étant un « choc des civilisations ».

Source originelle:la-fable-du-massacre-des-rohingyas-guerre-secrete-contre-le-myanmar.html?

 


EN CONCLUSION

Comme nous pouvons facilement le constater,il s’agit d’une fausse nouvelle fabriquée par des experts…des experts comme la CIA,par exemple!

 

 

Sources: Salimselami’s blog

Au cœur de la lutte US pour amender la réputation mondiale d’Israël

Laisser un commentaire

Originally posted on GLOBAL RELAY NETWORK: Nikki Haley a menacé le retrait de l’UNHRC des USA – Photo Bebeto Matthews/AP Par Jonathan Cook, le 8 juin 2017 À l’ONU, les USA et Israël mènent une campagne d’intimidation dans le but de forcer la réhabilitation du standing international d’Israël. L’administration Trump emploie des tons de menace…

via Au cœur de la lutte US pour amender la réputation mondiale d’Israël — salimsellami’s Blog

Le corps humain serait à 50% constitué d’atomes venus de galaxies lointaines

Un commentaire

L’homme serait-il constitué de 50% d’atomes venus d’autres galaxies ? C’est en tout cas ce que pensent les auteurs d’une étude scientifique qui s’intéresse aux déplacements de la matière dans l’espace. En effet, lors d’une supernova, le gaz et les atomes sont expulsés dans le vide spatial et ne s’arrêtent jamais : ils peuvent donc après des milliards d’années se rendre d’autres galaxies, dont la notre.

La grande galaxie d’Andromède.

 

Alors que Elon Musk compte construire un vaisseau spatial pour se rendre sur Mars, une étude publiée par le Monthly Notices of the Royal Astronomical Society remet en question la constitution de l’homme. Selon cette étude, près de la moitié des atomes constituant notre Voie Lactée proviendrait de galaxies bien plus éloignées. Par extension, les éléments qui constituent le corps humain pourraient également provenir d’ailleurs, de galaxies lointaines.

 

Une explosion spectaculaire d’une etoile double qui illuminera notre ciel en 2022.

Le corps humain serait à 50% constitué d’atomes provenant de galaxies lointaines

Claude-André Faucher-Giguère, du Weinberg College of Arts and Sciences, qui a en partie écrit l’étude, indique :

Près de la moitié des atomes qui nous entourent, dans le système solaire, sur la Terre et en chacun de nous, ne vient pas de notre propre galaxie mais d’autres galaxies. […] Cette étude change notre compréhension de la formation des galaxies après le Big Bang. Nos origines sont bien moins locales que ce que l’on pensait.

Cette théorie provient de simulations informatiques en 3D, visibles plus bas : l’explosion des supernovas cause l’éjection d’énormes quantités de gaz et d’atomes en tout genre, qui peuvent alors se rendre dans des endroit plus reculés, dans d’autres galaxies, en quelques milliards d’années bien entendu. Daniel Anglés-Alcázar, second auteur de l’étude, indique à ce propos :

Il est possible qu’une grande partie de la matière de la Voie lactée était présente dans d’autres galaxies avant d’être expulsée par un puissant vent. […] Comme une partie de la matière dont nous sommes formés peut provenir d’autres galaxies, nous pourrions nous considérer comme des voyageurs spatiaux ou des immigrants extragalactiques.

Un statut assez incroyable pour l’être humain qui est déjà le fruit de nombreux phénomènes terrestres, mais apparemment, pas que.

 

 

 

 

Pyongyang «prêt à donner une leçon aux É.-U.»

Un commentaire

Le plus haut diplomate nord-coréen affirme qu’il ne mettrait «sous aucune circonstance» les armes nucléaires ou les missiles balistiques du pays à la table de négociations.

Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Ri Yong Ho, a aussi dit que son pays n’avait aucunement l’intention d’utiliser des armes nucléaires pour attaquer un pays, à l’«exception des États-Unis». Il a indiqué qu’il en serait autrement uniquement si un pays collaborait à une action des États-Unis contre la Corée du Nord.

Ri Yong Ho devait tenir une conférence de presse à Manille, aux Philippines, où des diplomates asiatiques sont réunis pour une rencontre de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est. Finalement, un porte-parole du ministre a plutôt remis aux journalistes une transcription du discours que Ri Yong Ho a livré à la rencontre.

Le ministre nord-coréen déclare dans ce discours que la responsabilité de la crise dans la péninsule coréenne incombe uniquement à Washington. Il affirme que la Corée du Nord est «prête à donner aux États-Unis une sérieuse leçon avec sa force nucléaire stratégique».

Armés de nouvelles sanctions extraordinaires des Nations unies, des gouvernements tentent de s’assurer que les principaux partenaires commerciaux de la Corée du Nord les mettront en vigueur. Il a s’agit d’une pierre dans l’engrenage par le passé, qui a nui aux tentatives pour amener la Corée du Nord à abandonner ses armes nucléaires.

Le président américain Donald Trump demande une mise en vigueur entière et rapide des nouvelles sanctions. Mais le plus haut diplomate américain a aussi tracé une voie étroite pour le retour à des négociations avec la Corée du Nord.

Le secrétaire d’État américain Rex Tillerson a affirmé que si la Corée du Nord cesse ses essais de missiles pour une «période prolongée», les États-Unis pourraient déterminer qu’un dialogue est possible avec Pyongyang. Mais il a ajouté qu’il faudrait davantage qu’une simple pause de 30 jours sans essai pour que les États-Unis soient prêts à négocier.

«Nous le croirons quand nous le verrons», a dit M. Tillerson.

Astronomie:Certaines exoplanètes peuvent contourner l’habitabilité

Laisser un commentaire

L’orbite terrestre dans la zone habitable du soleil signifie que ses températures sont justes pour la vie. Mais les mondes glacés situés dans la zone habitable de leur étoile peuvent brusquement passer de trop froid à trop chaud sans passer par une étape habitable, selon une nouvelle étude.

La découverte suggère qu’il pourrait y avoir moins de mondes potentiellement habitables que les scientifiques pensaient auparavant, ont indiqué les chercheurs.

Alors que Venus semble trop chaud pour la vie et Mars semble trop froid, la Terre se trouve entre Vénus et Mars, où les températures peuvent être juste pour que sa surface possède de l’eau liquide. Cette zone « Goldilocks » est également connue sous le nom de zone habitable , car sur Terre, il y a une vie presque partout où il y a de l’eau liquide. 

L’illustration d’un artiste d’une exoplanète glacée et couverte de neige.

Des étoiles comme le soleil brillent avec le temps. Cela soulève la possibilité qu’une planète ou une lune qui commence à être froide et glacée autour d’une jeune étoile sombre, comme la Terre précoce, peut éventuellement se réchauffer à un état stable et habitable lorsque l’étoile devient plus lumineuse.

Cependant, la nouvelle étude constate que certaines planètes peuvent aller directement d’une étape de la glacière de type Mars à une phase de serre de Vénus , en contournant les conditions habitables de la Terre.

« Auparavant, des études ont suggéré que les planètes glacées et les lunes, telles que [la lune de Jupiter] Europa, deviendront habitables à vie après la fusion de leur glace de surface ou de la neige », a déclaré l’auteur principal de l’étude, Jun Yang, de l’Université de Pékin à Pékin. « Notre travail montre que cela n’arrivera pas ».

Le climat d’une planète riche en eau dépend d’au moins deux facteurs. L’un est la quantité de glace qui couvre sa surface. La glace a un albédo élevé , ce qui signifie qu’elle reflète une grande partie de la lumière qui retombe sur l’espace avant que la lumière puisse réchauffer la surface de la planète. De cette façon, la glace refroidit la planète, ce qui conduit à la formation de plus de glace et rend la planète encore plus froide. Le deuxième facteur est la quantité de vapeur d’eau dans l’atmosphère de la planète; La vapeur d’eau est un gaz à effet de serre qui piège la chaleur, réchauffe une planète, ce qui amène plus d’eau à s’évaporer et rend la planète encore plus chaude.

L’albédo de la glace joue un rôle dominant dans le climat des planètes glacées. Une étude de 2004 a suggéré que la Terre a échappé à une éventuelle «phase de boule de neige» parce que le soleil a été éclairé au fil du temps et que l’activité volcanique sur Terre a libéré du dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre qui ont aidé la planète à conserver la chaleur.

En revanche, de nombreux corps glacés, tels que la lune de Jupiter Europa et la lune Enceladus de Saturne, ne libèrent pas de grandes quantités de gaz à effet de serre via les volcans . En tant que tel, les chercheurs voulaient voir comment ces mondes évoluaient s’ils n’avaient que la lumière de leurs étoiles pour les réchauffer.

Dans la nouvelle étude, les scientifiques ont développé un modèle climatique mondial qui a simulé l’évolution du climat d’une planète glacée dépourvue de gaz à effet de serre autre que la vapeur d’eau. Ce modèle informatique 3D comprenait plusieurs couches de l’atmosphère, ainsi que les vents et leurs effets sur les températures, les nuages, la vapeur d’eau, la neige et la glace, selon l’étude.

Les chercheurs ont constaté que, sans la présence de gaz à effet de serre en plus de la vapeur d’eau, les corps glacés nécessitaient beaucoup d’énergie de leurs étoiles avant de commencer à fondre – environ 10 à 40 pour cent de plus que la Terre provient du soleil. Lorsque la glace a finalement fondu dans les simulations, la chute résultante de l’albédo a rendu ces mondes beaucoup plus chauds très rapidement. Ce réchauffement rapide a souvent conduit à des étapes de serre dans lesquelles la plupart ou la totalité des océans d’eau se sont vaporisés, rendant ces mondes inhabités pour la vie à base d’eau, comme on le sait sur Terre.

« La découverte suggère que le nombre de planètes potentiellement habitables et les lunes peuvent être moins élevés que prévu, en particulier pour les petites planètes glaciales et les lunes glaciales », a déclaré Yang à Space.com.

Le document détaillant les nouvelles découvertes a été publié en ligne le 31 juillet dans la revue Nature Geoscience.

 

 

Older Entries Newer Entries

%d blogueurs aiment cette page :