Réécrire l’histoire:Selon Alexandre Soljenitsyne : Les Protocoles de Sion se réalisent sous nos yeux

 

 

Les protocoles de Sion sont nécessaires pour ceux qui souhaitent comprendre le monde dans lequel nous vivons. Ils présentent une haine pathologique pour les non-juifs (et en particulier les chrétiens et les musulmans) et un désir de les saper et de les exploiter. Les protocoles faisaient partie d’une «initiation» pour les juifs maçonniques de 33 degrés. La plupart des Juifs ignorent ce programme et sont donc facilement manipulés. «L’antisémitisme nous est indispensable dans la gestion de nos petits frères». 

Selon ces protocoles : « Il reste un petit espace à traverser avant que tous les états d’Europe ne soient enfermés dans les serpentins du serpent symbolique, par lequel nous symbolisons notre peuple, comme dans un puissant vice« .

La preuve que les Protocoles de Sion sont authentiques est que la plupart d’entre eux sont devenus réalité.

Le gouvernement mondial est leur « Super État ».

 

Le prix Nobel Alexandre Soljenitsyne a écrit, à propos de ces protocoles  :

 « Les officiers exécutés (durant la Révolution) étaient Russes, comme étaient Russes les nobles, les prêtres, les moines, les députés – assassinés. Dans les années 1920, les ingénieurs et les savants d’avant la Révolution furent exilés ou tués. Ils étaient Russes : des Juifs prirent leur place. Dans le meilleur Institut Psychiatrique de Moscou, les membres dirigeants furent exilés ou arrêtés – leurs places furent prises par des Juifs. Des médecins juifs influents bloquèrent l’avancement de la carrière de chercheurs russes en sciences médicales. Les meilleurs éléments des élites intellectuelles et artistiques du peuple russe furent assassinés, tandis que les Juifs croissaient et embellissaient, dans ces années terribles (pour les Russes…) ».

Alexandre Soljenitsyne a analysé les Protocoles des Sages de Sion. Il produisit cette analyse en 1966. Il n’a pas publié sa recherche sur les Protocoles des Sages de Sion. Il a demandé que cette étude ne soit publiée qu’après sa mort. C’est contre sa volonté qu’elle fut imprimée en un nombre très réduit d’exemplaires, en 2001.

Voici ce qu’écrit Soljenitsyne :
« Les Protocoles exposent le plan d’un (nouveau) système social. Son dessein se situe bien au-dessus des capacités d’une âme ordinaire, y compris celle de son auteur. Il s’agit d’un processus dynamique en deux étapes, de déstabilisation, d’augmentation des libertés et du libéralisme, qui trouve son apogée dans un cataclysme social, au premier stade ; la seconde étape voyant se mettre en place une nouvelle hiérarchisation de la société. Ce qui est décrit est plus complexe qu’une bombe nucléaire. Il pourrait s’agir d’un plan volé et gauchi, formé par un esprit de génie. Son style putride de brochure antisémite cauteleuse en obscurci(rai)t (intentionnellement) la grande force de pensée et la vision pénétrante ».

Il poursuit « Le texte démontre une clarté de vision impressionnante en ce qui concerne les deux systèmes sociétaux : le système occidental et le système soviétique. Si un puissant penseur, en 1901, pouvait prédire le développement de l’Occident avec quelque vraisemblance, comment aurait-il pu entrevoir le futur soviétique ?»

Voici quelques extraits des protocoles, très troublants d’actualité, tels que les relate Alexandre Soljenitsyne :

« Les esprits des gens doivent être détournés (de la contemplation) vers l’industrie et le commerce : dès lors, (les gens) n’auront plus le temps de penser. Les gens se consumeront à la poursuite de l’argent. Ce sera une poursuite vaine, car nous bâtirons l’industrie sur une base spéculative : les richesses tirées de la terre par l’industrie glisseront entre les mains des travailleurs et des industriels et se retrouveront entre celles des financiers ».

« La lutte – intensifiée – pour la survie et la supériorité, accompagnée de crises et de chocs, créera des communautés froides et sans cœur, avec une forte aversion envers la religion. Leur seul guide sera celui de Mammon, auquel ils voueront un véritable culte ».

« Il est une puissante force qui crée le mouvement de la pensée, dans le peuple : cette force, ce sont les journaux. C’est dans les journaux que le triomphe de la liberté de parole trouve son incarnation. Au moyen de la Presse nous avons conquis le pouvoir d’influencer les esprits tout en demeurant inaperçus. Nous éradiquerons de la mémoire des Hommes les faits historiques dont nous ne désirons pas qu’ils les connaissent, et nous ne laisserons perdurer que ceux qui nous conviennent. »

Or que s’est-il passé un siècle après la publication de ce document ? Comme le dit Soljenitsyne: « Il faudra que quatre-vingts ans se passent, avant que Milton Friedman et son École de Chicago n’intronisent les dieux Marché et Profit en seuls flambeaux guidant le monde ».

Alexandre Soljenitsyne note également qu’un «siècle avant l’avènement de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International, les Protocoles notaient que les prêts sont le meilleur moyen pour déposséder des pays de leurs richesses ; que les marchés financiers, avec leurs multiples produits dérivés, ponctionnent la richesse et l’accumulent entre les mains des prêtres de Mammon ; que le gain (les forces du marché) est la seule mesure du succès de toute stratégie ».

Le passage le plus époustouflant est celui où Soljenitsyne montre qu’il a parfaitement compris la logique dévastatrice qui anime la pensée moderne: « Les Protocoles prédisent l’apogée de la Nouvelle Bourgeoisie – l’apogée des adorateurs de Mammon, partisans de la mondialisation, viscéralement hostiles aux Anciennes Élites, à l’Esprit, à la religion, aux gens ordinaires. Très longtemps, ils furent les moteurs de la gauche, des mouvements aspirant à la démocratie : jusqu’à ce que leur objectif soit atteint – après quoi, ils négocièrent leur grand virage en épingle à cheveux, direction : l’oligarchie ».

Nous lisons bien : « Ils furent les moteurs de la gauche » et « ils négocièrent leur grand virage en épingle à cheveux, direction : l’oligarchie »¨.

Voici un autre extrait que rapporte Alexandre Soljenitsyne des protocoles « Tant que les emprunts étaient nationaux, on assistait à un déplacement d’argent de la poche de leurs sujets pauvres dans celles des riches. Mais à partir du moment où nous eûmes acheté les hommes nécessaires pour qu’on ait recours aux emprunts étrangers, toutes les richesses des États affluèrent dans nos caisses… » « Ils périront immanquablement de la saignée qu’ils s’imposent ».

Alexandre Soljenitsyne présente alors la conclusion de l’auteur des Protocoles des Sages de Sion : « Les États recourront de plus en plus à l’emprunt ruinant les populations » et, souligne le document analysée par Alexandre Soljenitsyne : « la vénalité de leurs ministres ou leur ignorance des questions financières nous ont asservi les peuples en leur faisant contracter envers nous des dettes dont ils ne pourront jamais s’acquitter, ce qui a placé toutes les questions financières sous notre direction… »

Mais le meilleur est pour la fin, puisque Alexandre Soljenitsyne dévoile le projet de réforme des institutions financières mondiales. Alexandre Soljenitsyne relate en effet : « La période des emprunts qui vint ensuite mangea les restes, et la banqueroute s’ensuivit pour tous ces États. Vous comprenez bien qu’un tel système de gestion financière, inspiré par nous, ne saurait nous convenir. Quand nous serons en possession du pouvoir, nous déguiserons la réforme des bases financières… que nous projetons sous un aspect qui n’éveillera les soupçons de personne. Nous démontrerons la nécessité de ces réformes en divulguant l’état chaotique des finances (des États) ».

En définitive Alexandre Soljenitsyne conclut « C’est un compte rendu parodique d’un plan satanique, subtil et très bien conçu ».

Ainsi l’analyse que fit en 1966 Alexandre Soljenitsyne des Protocoles des Sages de Sion nous présente presque trait pour trait notre situation actuelle. 
Mais « motus et bouche cousue », il ne faut surtout pas en parler, ce serait faire le jeu des antisémites. Le chantage à l’antisémitisme est décidément devenu le grand verrou qui empêche tout exercice de la pensée.


EN COMPLÉMENTAIRE

Voici ce qu’écrit henrymakow.com :

 Les protocoles sont authentiques. Ce sont des conférences adressées aux francs-maçons juifs (probablement à la Loge de Mizraim à Paris) détaillant un plan incroyable pour renverser la civilisation occidentale, subjuguer l’humanité et « concentrer toute la richesse du monde … entre nos mains« . Ils ont été donnés comme une série régulière d’ateliers à ces Maçons à Paris. L’auteur les décrit comme une «exposition de notre programme» et commence souvent par dire: «Aujourd’hui, nous discuterons …»

THEODOR HERZL au premier congès sioniste de Bale – 1897.8.25

 

Ceux qui pensent que les protocoles ont été prononcés lors du premier Congrès sioniste à Bâle en 1897 se sont malheureusement trompés. Le Juif moyen n’était pas au courant de ce genre d’informations. Il y avait plus de 200 délégués à cette conférence et 26 membres de la presse.

Programme du premier congrès sioniste de Bale
Le Premier Congrès Sioniste adopta le Programme de Bâle déclarant : « Le sionisme vise à établir pour le Peuple juif une patrie en Palestine qui soit garantie par le droit public. » (Le terme « Palestine » était à cette époque purement géographique, et ses habitants, y compris les Juifs, étaient appelés les Palestiniens. La région était alors sous contrôle Ottoman). Le Programme se poursuit en délimitant les moyens suivants pour accomplir cet objectif : La promotion de l’établissement en Palestine d’agriculteurs, artisans et marchands juifs ; La fédération de tous les juifs, en groupes locaux ou nationaux, en fonction des lois de leurs différents pays d’origine ; Le renforcement du sentiment national juif et de la conscience juive ; Toute mesure préparatoire à l’obtention des accords gouvernementaux qui sont nécessaires à la réalisation de l’objectif sioniste.

Rabbi Ehrenpries (1869-1951), le Rabbin en chef de Suède, de 1910 à 1951, écrit en 1924: «Depuis longtemps, j’ai bien compris le contenu des Protocoles, des années avant leur publication dans la presse chrétienne Les Protocoles des Sages de Sion n’étaient en fait pas les Protocoles originaux, mais un extrait comprimé de ceux-ci. Des 70 Sages de Sion, en matière d’origine et de l’existence des Protocoles originaux, il n’y a que dix hommes dans le monde entier qui savent. » (Cité dans « 1001 citations sur les juifs »)

https://en.wikipedia.org/wiki/Mordecai_Ehrenpreis

Cet «extrait comprimé» est confirmé par l’utilisation généralisée des ellipses – indiquant que des mots ont été laissés de côté. Les chercheurs ont spéculé que Adam Weishaupt, Theodore Herzl ou Asher Ginzberg ont écrit les Protocoles. Au début, je pensais que c’était Meyer Amschel Rothschild (1744-1844) lui-même. Plus tard, j’ai pensé que ce serait Lionel Nathan Rothschild (1809-1959) ou James de Rothschild (1792-1868) ou Adolphe Cremieux (1796-1880). Il est difficile de déterminer parce que je pense que ce document a été révisé par différentes mains.

Billet d'entrée au premier congrès sioniste de Bale
Billet d’entrée au premier congrès sioniste de Bale,en 1897

Les protocoles 20-23, le «programme financier … le couronnement et le point décisif de nos plans» sont la raison pour laquelle je pense que l’auteur était un banquier et probablement un Rothschild. Ces conférences nécessitent une connaissance approfondie des finances et une profonde perspicacité psychologique. De plus, l’auteur déclare que tout le pouvoir ira finalement au «Roi des Juifs», c’est ainsi que les Rothschild étaient connus. Lorsque vous lisez ce qui suit, vous serez convaincus qu’une grande partie de ce programme s’est effectivement réalisée.

****************************************

Voici un résumé de 12 protocoles sur 24.

1- Le contrôle de l’argent

    (….) « Le contrôle des nations sera assuré par la création de gigantesques monopoles privés qui seront les dépositaires d’immenses richesses dont dépendront même les Goyim (les non-juifs). (….)

    (….) C’est ainsi que le jour qui suivra l’effondrement politique verra leur anéantissement en même temps que celui du crédit accordé aux États. (….)

    (….) Des crises économiques porteront atteinte aux États ennemis en leur soustrayant l’argent mis en circulation. En accumulant de grands capitaux privés qui sont ainsi soustraits à l’État, ce dernier va être obligé de s’adresser à nous pour emprunter ces mêmes capitaux. Ces emprunts consentis avec des intérêts seront une charge pour les États qui en deviendront les esclaves, sans volonté propre. Ils s’adresseront à nos banquiers pour leur demander l’aumône au lieu d’exiger des impôts du peuple. Des emprunts étrangers sont comme des sangsues, il n’y a aucune possibilité de les éloigner du corps d’État, car elles ne peuvent que se détacher d’elles-mêmes ou être rejetées par l’État. Cependant, les États Goyim ne les rejetteront pas, ils s’en attireront sans cesse d’autres, ce qui les conduira à une fin inexorable.

    Les dettes de l’État rendront les hommes d’État corruptibles, ce qui les mettra encore plus à notre merci. (….) »

2- Le contrôle de la presse

    (….) « Nous procéderons de la façon suivante avec la presse :

    Son rôle est d’exciter et d’enflammer les passions chez le peuple (…) et le public est tellement loin de pouvoir imaginer qui est le premier bénéficiaire de la presse (….) Parmi tous les journaux, il y en aura aussi qui nous attaqueront mais comme nous sommes les fondateurs de ses journaux, leurs attaques porteront exclusivement sur des points que nous leur aurons précisés auparavant. (….)

    (…) Aucune nouvelle ne sera publiée sans avoir reçu notre accord. C’est déjà le cas maintenant, car toutes les nouvelles du monde sont regroupées dans seulement quelques agences. Ces agences étant sous notre contrôle, elles ne publient que ce que nous avons approuvé. (…)

    (…) Nos journaux seront de toutes les tendances, aristocratique, socialiste, républicaine, voire même anarchiste, tant qu’existera la Constitution. (….)

    (…) Ces idiots qui croiront que le texte d’un journal reflète leur propre opinion n’auront fait, en réalité, que répéter notre opinion ou celle que nous souhaitons voir exprimée. (…)

3- L’extension du pouvoir

    (….) « Nous serons pour le public l’ami de tous. (…)

    (…) Nous les soutiendrons tous, les anarchistes, les communistes, les fascistes (…) et particulièrement les ouvriers. Nous gagnerons leur confiance et ils deviendront ainsi, pour nous, un instrument très approprié. (…)

4- Le contrôle de la foi

    (…) « Nous ôterons aux hommes leur vraie foi. Nous modifierons ou supprimerons les principes des lois spirituelles. (…) L’absence de ces lois affaiblira la foi des hommes puisque les religions ne seront plus capables de donner quelconque explication. (…)

    (…) Nous comblerons ces lacunes en introduisant une pensée matérialiste et des supputations mathématiques. (…) »

5- Le moyen d’amener la confusion dans les esprits

    (…)  » Pour avoir la mainmise sur l’opinion publique, il nous faut les amener à un certain niveau de confusion. (…)

    (…) La presse nous sera un bon outil pour offrir aux hommes tant d’opinions différentes qu’ils en perdront toute vue globale et s’égareront dans le labyrinthe des informations. (…)

    (…) ainsi, ils en viendront à la conclusion que le mieux est de ne pas avoir d’Opinion (politique). (…)

6- L’aspiration au luxe

    (…) « Pour accélérer la ruine de l’industrie des Goyim (non-juifs), nous susciterons chez eux une soif de luxe. Le commun des mortels n’en aura, cependant, pas jouissance, car nous ferons en sorte que les prix soient toujours en hausse. Ainsi, les travailleurs devront autant travailler qu’auparavant pour satisfaire leurs désirs. (…)

    (…) Ils seront piégés dans le système avant d’avoir pu l’identifier. »

7- La politique utilisée comme instrument

 

Donald Trump et Benjamin Netanyahu :une amitié sioniste et khazare qui remonte à des décennies.

    (…) « En distillant un souffle de libéralisme dans les organismes d’État, nous modifierons tout leur aspect politique. (…)

    (…) Une Constitution n’est rien d’autre qu’une grande école de discordes, de malentendus, de querelles, en un mot une école de tout ce qui sert à fausser les rouages de l’État. (..)

    (…) À « l’époque des républiques », nous remplacerons les dirigeants par une caricature de gouvernement avec un président élu par nos marionnettes, nos esclaves que sont le peuple. (…)

    (…) Les élections seront, pour nous, un moyen d’accéder au trône du monde tout en faisant croire au modeste citoyen qu’il contribue à façonner l’État par sa participation à des réunions et par son adhésion è des associations. (…)

    (…) Dans le même temps, nous réduirons à néant l’impact de la famille et son pouvoir éducatif. Nous empêcherons aussi l’émergence de personnalités indépendantes. (…)

    (…) Il suffit de laisser un peuple se gouverner lui-même un certain temps (la démocratie) pour qu’il se transforme en une populace où règne le chaos.

    (…) La puissance de la populace est une force aveugle, absurde, irraisonnée, ballotée sans cesse de droite ou de gauche. Mais un aveugle ne peut pas en conduire un autre sans tomber dans le précipice. Seul celui qui, dès sa naissance, est éduqué pour devenir un souverain indépendant a la compréhension de la politique. (…)

    (…) Notre succès, en traitant avec les hommes dont nous avons besoin, sera facilité par notre façon de toucher toujours le côté le plus sensible de la nature humaine, c’est-à-dire la cupidité, la passion et la soif insatiable de biens humains et matériels. (…) »

8- Le contrôle de la nourriture

    (…) « Notre puissance réside aussi dans la pénurie permanente de nourriture. Le droit du capital, en affamant les travailleurs, permet sur eux une mainmise plus que ne pouvait le faire la noblesse avec son roi. (…)

    (…) Nous agirons sur les masses par le manque, l’envie et la haine qui en résulte. (…)

    (…) mais tout propriétaire rural peut être un danger pour nous puisqu’il peut vivre en autarcie. C’est la raison pour laquelle il nous faut à tout prix le priver de ses terres. Le moyen le plus sûr pour y arriver est d’augmenter les charges foncières, (…) d’accabler de dettes les propriétaires rurales (…) »

9- Le rôle de la guerre

    (…) « Nous mettrons en rivalité toutes les forces pour amener ceux qui ont soif de pouvoir à abuser de leur pouvoir. Il nous faut fomenter des dissensions, des inimitiés dans toute l’Europe et par l’intermédiaire de l’Europe dans d’autres parties de la Terre. (…)

    (…) Il faut que nous soyons capables d’anéantir toute opposition provoquant des guerres avec les pays voisins. Au cas où ces voisins oseraient nous tenir tête, il nous faut leur répondre par une guerre mondiale. (…) »

10- Le contrôle au moyen de l’éducation

    (…) « On n’incitera pas les Goyim à tirer une application pratique de leur observation impartiale de l’histoire mais on les invitera à des réflexions théoriques, sans faire de relations critiques avec les événements qui vont suivre. (…)

    (…) Dans ce jeu, sachez que la chose principale est de les avoir convaincus d’accepter les nécessités de la science. (…)

    (…) Tenant compte de ce fait, nous n’aurons de cesse de créer une confiance aveugle en ces théories (scientifiques) et les journaux nous y aideront bien. Les intellectuels parmi les Goyim se vanteront de leurs connaissances. (…)

    (…) Le peuple perdra, de plus en plus, l’habitude de penser par lui-même et de se forger sa propre opinion, il en viendra à prononcer les mots que nous désirons entendre prononcer. (…) »

11- Le contrôle des loges franc-maçonniques

    (…) « Nous créerons dans tous les pays de la Terre des loges franc-maçonniques, nous les multiplierons et y attirerons des personnalités qui sortent des rangs. (…)

    (…) Nous mettrons toutes ces loges sous la domination de notre administration centrale que nous serons seuls à connaître et que les autres ignoreront complètement.

    (…) Qui ou qu’est-ce qui peut vaincre une puissance invisible? Voilà où se trouve notre pouvoir. La franc-maçonnerie non juive nous sert de couverture à leur insu. Mais le plan d’action de notre puissance reste pour tout le peuple et même pour le reste de la confrérie un secret. (…) »

12- La mort

    (…) « La mort est la fin inévitable pour tous, par conséquent, il est préférable d’y conduire tous ceux qui nous font obstacle. »


AUTRES COMPLÉMENTAIRES

Le général de l’«armée blanche » Anton Dénikine accueilli par sa garde d’officiers à Rostov-sur-le-Don, 1919

Tandis qu’éclate la guerre civile à la suite de la Révolution d’Octobre, nombre de Russes tsaristes se réfugient en Europe de l’Ouest. Ces « Russes Blancs » antibolchéviques vont alors participer activement à la propagation du célèbre pamphlet .

Avec la Révolution d’Octobre et le début de la guerre civile en Russie, les opposants au nouveau régime bolchévique, monarchistes connus sous l’expression de « Russes Blancs » – indépendamment du fait qu’ils aient ou non participé activement aux armées blanches ou à la guerre civile russe – fuient le conflit et se réfugient en Occident, emmenant dans leurs bagages le célèbre  pamphlet: Les Protocoles des Sages de Sion.

Ce texte, écrit en 1901 par Mathieu Golovinski, un informateur de l’Okhrana, la police secrète tsariste, est supposé être la publication d’un programme conçu par des « sages juifs » en vue de détruire les nations et la chrétienté et dominer le monde.

Les Protocoles des Sages de Sion furent édités en 1905 par un mystique orthodoxe russe, Serge Nilus (qui le réédita en 1911 et en 1917), qui voyait dans ce plan une action de l’Antéchrist. Henri Ford et le comte völkisch Ernst Zu Reventlow, nazi historique et militant païen, admiraient Serge Nilus. Le premier envoya des livres au mystique tandis que le second a aidé son fils à fuir la Russie en guerre et à s’installer en Allemagne,sous la protection du Führer Adolph Hitler.

……………………………………………………………………………………………….

Des participants au premier congrès sioniste de Bale.
Theodore Hertzl en 1897.
Août 1897. A l’appel de Theodor Herzl, des juifs du monde entier se donnèrent rendez-vous à Bâle, afin de trouver une solution durable et définitive à « la question juive ».

…………………………………………………………………………………………………………………………………………

Nakba : mai 1948, l’avènement d’Israël, catastrophe des Palestiniens

Jours de fête pour Israël qui célèbre sa naissance, les 14 et 15 mai ont une résonance inverse pour les Palestiniens qui commémorent dans la douleur la Nakba : la catastrophe.

Le mot même est tabou en Israël : Nakba. En arabe « la catastrophe », « le désastre ». Sa commémoration le 15 mai, proscrite dans l’État hébreu, suit d’un jour la célébration par ce dernier de sa fondation, il y a juste 70 ans.

14 mai 1948 : dernier jour du mandat britannique sur la Palestine, établi vingt-cinq ans plus tôt sur les décombres de l’Empire Ottoman. Premier jour officiel d’Israël.

Depuis la fin du XIXème siècle s’est affirmée, dans l’ébullition des nationalismes, le rêve d’une refondation sur son lieu antique d’une patrie juive perdue aux débuts de l’Empire romain.

Le rêve sioniste

A partir de 1870, les implantations s’y multiplient. Souvent empreintes d’utopisme, elles sont aidées par des personnalités du monde de la finance. Le mouvement « sioniste » naît officiellement dans les années 1890. En 1897 se tient à Bâle le premier Congrès sioniste mondial, avec pour but la création d’un foyer national juif en Palestine. Un fonds national est créé pour l’achat de terres.

En novembre 1917, la « déclaration Balfour » (du nom du ministre des affaires étrangères britannique) affirme le gouvernement de Sa Majesté favorable à la création d’un foyer juif en Palestine sous condition … de ne pas y causer préjudice aux non-juifs.

Résumé de l’écrivain Arthur Koestler : « une nation promettait solennellement à une seconde nation le pays d’une troisième ».

Le mandat accordé par la SDN (Société des Nations, ancêtre de l’ONU) aux Royaume-Uni sur la région confirme implicitement cette voie, le chargeant entre autres de faciliter l’immigration des juifs et leur organisation politique.

Le temps du mandat

Une Agence juive est créée. A la fois instance politique et administrative, elle joue un rôle important dans l’immigration. Elle dispose d’un bras militaire : l’Hagganah qui deviendra, plus offensive, l’Irgoun.

La partie arabe, qui ne reconnaît pas le mandat britannique, refuse en revanche de se doter d’institutions équivalentes. La coexistence des communautés est très loin d’être pacifique : révoltes arabes contre l’autorité, émeutes anti-juives, opérations terroristes de l’Irgoun contre les arabes.

La population de Palestine évolue fortement durant le mandat. En 1918, la communauté juive est évaluée à environ 80 000 personnes – pour près de 660 000 arabes – , possédant 5 % des terres.

Accroissement naturel, mouvement sioniste mais surtout flux de réfugiés fuyant les persécutions nazies et les drames de l’Europe : ils sont 630 000 au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour environ 1. 200.000 arabes (principalement musulmans, une petite minorité chrétienne).

La propagande sioniste parle de 250 000 survivants d’une fausse holocauste fabriquée par les médias américains qui  attendent en Europe dans des camps de réfugiés.

L’urgence d’un Etat

L’horreur de celui-ci a renforcé aux yeux du monde la revendication par les juifs d’un État. Pourtant, la situation en Palestine est plus tendue que jamais.

Chacune des deux communautés refuse de se fondre dans un État binational et le partage s’annonce périlleux. Impuissante à l’imposer, la Grande-Bretagne s’en remet début 1947 à la jeune ONU, qui désigne une Commission spéciale internationale.

Celle-ci propose un plan de partition : un État juif, un État arabe, Jérusalem sous contrôle international. L’URSS, d’abord réticente mais désireuse de voir les Britanniques quitter la région, finit par s’y rallier, à la surprise générale. Il est voté par l’Assemblée générale de l’ONU le 29 novembre 1947.

Sur le terrain, la partie juive y adhère malgré l’opposition de l’Irgoun. La partie arabe, se jugeant spoliée, le refuse résolument. La guerre commence, meurtrière .

Volontaires arabes en Palestine 194

 

Guerre de 47-48

Elle est d’abord civile : affrontement des organisations armées juives et des palestiniens soutenus par des volontaires arabes.

A partir du 15 mai 1948, avec le départ des Britanniques à l’expiration de leur mandat et la naissance officielle de l’État d’Israël , elle s’internationalise et devient guerre israélo-arabe.

Les opérations militaires se prolongent jusqu’en 1949. Dans leurs différentes phases, elles se traduisent, malgré des revers, par le succès des forces juives.

Plusieurs centaines de milliers de palestiniens sont amenés à quitter leurs maisons durant l’ensemble de l’année 1948. D’autres les suivront durant les années suivantes. La plupart prennent la direction de pays ou territoires voisins – Liban, Jordanie, Syrie, bande de Gaza – où ils sont parqués dans des camps théoriquement provisoires, dont beaucoup demeurent d’actualité.

Cet exode, dans les faits le plus souvent sans retour, reste l’un des drames majeurs qui continue de nourrir, 70 ans plus tard, le conflit israélo-arabe. Les deux camps s’opposent radicalement sur ses causes, ses circonstances et de ce fait sur le droit des populations et leurs descendants à regagner leurs terres et leurs foyers.

Lectures

Selon l’approche israélienne, les Palestiniens n’ont été nullement contraints de partir, le jeune État hébreu étant même disposé à leur accorder les mêmes droits civiques qu’aux juifs. Ce sont les chefs arabes qui ont, selon cette thèse, exhorté leurs populations civiles au départ pour des raisons à la fois militaires et de propagande.

Quartier de Jérusalem Avant Nakba 1948

 

Même quartier Après Nakba 1948

 

A l’inverse, la plupart des palestiniens estiment avoir été, eux-même ou leurs ascendants de 1948, chassés par la force ou contraints au départ.

Beaucoup considèrent l’idée du transfert comme un pilier de l’idéologie sioniste. Ils voient dans le Plan Daleth, établi par la Hagannah en mars 1948 et prévoyant des opérations dures sur les populations civiles et les territoires conquis, la preuve d’une volonté d’expulsion.

Nouvelles approches

Depuis la fin des années 1980, une nouvelle génération d’historiens israéliens s’appuyant sur des documents longtemps inédits est venue, dans l’ensemble et malgré des nuances, renforcer la vision palestinienne d’un exode aucunement choisi. Ils divergent cependant sur le rôle précis du vainqueur et ses intentions.

Longtemps proche du Parti communiste israélien, l’historien Ilan Pappé voit dans l’exode palestinien une sorte de nettoyage ethnique planifié. Son confrère Benny Morris ne le suit pas dans cette qualification mais il remet également en cause la thèse d’un départ massif dicté par les dirigeants arabes.

Selon sa recherche portant sur près de 400 localités, cette explication ne s’applique qu’à un très petit nombre de cas. L’expulsion, elle, aurait été commandée par l’occupant dans environ 15 % des départs. Dans leur majorité, ces derniers ont été motivés par la crainte des combats et d’exactions, voire l’écho de massacres tel celui de Deir Yassin perpétré en avril 48 par l’Irgoun.

Une société vulnérable

Une première vague d’environ 100 000 palestiniens, en majorité des classes moyennes urbaines, aurait ainsi quitté ses foyers entre décembre 1947 et mars 1948, espérant souvent un retour après l’apaisement espéré des violences. 300 000 autres les auraient suivis à partir du durcissement des combats – offensive de la Hagannah, destructions de villages – , vers le mois d’avril.

Une trêve survient en juin mais une reprise des opérations militaires lui succède durant les six derniers mois de l’année, entraînant un troisième mouvement de fuites. Une dernière vague émigre après la fin des combats, de 1949 à 1950.

Benny Morris et d’autres chercheurs s’accordent sur un point : l’état de faiblesse de la société palestinienne. Celle-ci, fragilisée à la fois par la disparition des structures administratives britanniques – fussent-elles haïes – et le départ de ses élites dans les premiers mois du conflit, n’aurait pas résisté aux conditions induites par la guerre.

Une question actuelle

Le nombre total de palestiniens ayant, de gré ou de force, pris le chemin de l’exil entre fin 1947 et 1950 est estimé à près de 800 000.

En 2020,le nettoyage ethnique continue grâce à Theodore Hetzrl,à Ben Gourion,à Moshe Dayan,à Golda Meir et à …Donald Trump!

70 ans après leur exode, leurs descendants réclament encore l’application de la Résolution 194 votée le 11 décembre 1948 par les Nations -Unies, fondant ce qu’ils nomment le « droit au retour » : « il y a lieu de permettre aux réfugiés qui le désirent de rentrer dans leurs foyers le plus tôt possible et de vivre en paix avec leurs voisins ». Ceux qui ne désirent pas rentrer devaient être dédommagés.

Selon des organisations pro-palestiniennes actuelle, « La Nakba (catastrophe) n’est pas un évènement, mais un processus qui continue aujourd’hui : l’expulsion des Palestiniens de leur terre. ». Accusation fermement démentie par les autorités israéliennes.

La question des réfugiés, leur descendance et leurs droits n’en reste pas moins, en tout état de cause une question d’actualité toujours brûlante, d’autant que les guerres ultérieures ont multiplié leur nombre.

Selon un sondage récent, près de la moitié des juifs d’Israël pensent aujourd’hui que les arabes d’Israël ou de Cisjordanie devraient en être expulsés.

 

 

 

 

 

 

Photo du jour:Black Lives Matter est accusé d’antisémitisme après avoir publié une photo de peinture murale présentant des stéréotypes juifs sur une marche de protestation publicitaire sur Facebook à Oxford

  • La peinture murale, ‘Freedom of Humanity’, a été retirée de l’Est de Londres en 2012
  • C’est après les inquiétudes des groupes juifs qu’il contenait des «  tropes antisémites  »
  • L’image a été publiée par BLM Oxford sur Facebook comme photo de couverture pour un événement

Un groupe Black Lives Matter a été accusé d’antisémitisme après avoir publié une fresque controversée comme photo de couverture d’un événement Facebook.

La peinture murale, «  Liberté de l’humanité  », a été retirée de l’Est de Londres en 2012 après les inquiétudes de groupes juifs selon lesquelles elle contenait des «  vils tropes antisémites  » tels que l’idée que les juifs contrôlaient le monde.

L’artiste de rue, Mear One, a précédemment nié être antisémite et a déclaré que la peinture murale parlait plutôt de «classe» et de «privilège».

L’image a été publiée en ligne par Black Lives Matter Oxford, qui sont indépendants de Black Lives Matter, mais qui les soutiennent, en tant que photo de couverture sur Facebook pour un événement appelé «  Freedom Summer BLM  », comme le rapporte  Cherwell. 

La peinture murale avait déjà suscité la controverse chez Jeremy Corbyn après avoir demandé pourquoi l’image avait été supprimée de l’Est de Londres dans un message Facebook.  

L’ancien dirigeant travailliste avait écrit «Pourquoi? Vous êtes en bonne compagnie ‘avant son retrait en 2012, mais vous avez admis plus tard que l’image est’ profondément dérangeante ‘.

La photo a été jointe en tant que photo de couverture de l’événement et a été repérée par la conseillère libérale démocrate Alexadrine Kantor qui a répondu sur Twitter
L’artiste de rue, Mear One, a précédemment nié être antisémite et a déclaré que la peinture murale (photo) parlait plutôt de «  classe  » et de «  privilège  »
Le groupe a pris la photo et s’est excusé pour tout dommage causé par la publication de la peinture murale
La peinture murale avait déjà provoqué la controverse chez Jeremy Corbyn (photo) après avoir demandé pourquoi l’image avait été supprimée de l’Est de Londres dans un message Facebook
L’ancien dirigeant travailliste avait écrit «Pourquoi? Vous êtes en bonne compagnie ‘avant son retrait en 2012, mais vous avez admis plus tard que l’image est profondément dérangeante’

 

 

 

 

 

 

Courte opinion du jour:Plus de 600 groupes suprémacistes juifs signent une annonce en pleine page soutenant «Black Lives Matter»

Plus de 600 groupes suprémacistes juifs ont signé une publicité pleine page du New York Times pour soutenir le mouvement Black Lives Matter.

 

 

«Nous sommes des organisations et des synagogues juives de tous les horizons raciaux et politiques; de différents courants du judaïsme; dont les membres retracent leur ascendance dans des pays du monde entier », déclarent les groupes dans l’annonce de vendredi.

«Nous parlons d’une seule voix lorsque nous disons sans équivoque: Black Lives Matter.»

Les groupes déclarent également: «Nous soutenons le mouvement dirigé par les Noirs dans ce pays qui appelle à la responsabilité et à la transparence du gouvernement et des forces de l’ordre. Nous savons que la liberté et la sécurité pour chacun d’entre nous dépendent de la liberté et de la sécurité de chacun d’entre nous. »

«Il y a des politiciens et des mouvements politiques dans ce pays qui construisent le pouvoir en fabriquant délibérément la peur pour nous diviser les uns contre les autres. Trop souvent, l’antisémitisme est au centre de ces divisions fabriquées.

Les groupes établissent un lien entre «la haine anti-noire et anti-juive».

«En tant que Juifs, nous savons à quel point c’est dangereux: lorsque les politiciens ciblent les Juifs et nous accusent de problèmes, cela conduit directement à la violence contre nous», déclarent-ils. «Lorsque les mouvements noirs sont sapés, cela conduit à plus de violence contre les Noirs, y compris les Juifs noirs.

«L’antisémitisme fait partie de la même machinerie que les politiciens utilisent pour blâmer les Noirs et les Marrons, les immigrés, les Musulmans et plus», poursuivent-ils. «Mais qu’ils génèrent des divisions et de la peur en fonction de notre religion, de notre couleur de peau ou depuis combien de temps nous sommes ici, leur objectif est de nous empêcher de travailler ensemble pour gagner les choses dont nous avons tous besoin pour survivre et prospérer.

 

 

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:L’Iran intercepte le porte-avions USS Nimitz dans le golfe Persique

Le commandant de la marine du CGRI a donné les détails de l’identification et de l’interception du porte-avions USS Nimitz. « La marine et la Force aérospatiale du CGRI font voler des drones 24 heures sur 24 au-dessus du golfe Persique », a-t-il déclaré. 

 

Le général de brigade Alireza Tangsiri a déclaré, jeudi 24 septembre, lors d’un entretien à la télévision nationale que les marines du CGRI et de l’armée iranienne s’étaient réparties les tâches sous la supervision de deux quartiers généraux, à savoir l’état-major des forces armées et le QG central de la base de Khatam ol-Anbiya. « La marine du CGRI est responsable du détroit d’Hormuz jusqu’au bout du golfe Persique, et nous avons une coopération et une coordination étroite avec nos confrères de la marine de l’armée », a-t-il indiqué.

Concernant l’interception de la flotte américaine par les drones du CGRI, le général de brigade Tangsiri a souligné : « Nous avons observé et intercepté avec nos drones la flotte américaine contenant le porte-avions Nimitz et son escorte avant d’entrer dans le détroit d’Hormuz. Le porte-avion USS Nimitz, deux destroyers 114 et 104, des navires de guerre 58 et 59, deux vedettes de patrouilles 9 et 12 et un flottant de la garde côtière 1333 de l’armée américaine ont été interceptés avant d’entrer dans le détroit d’Hormuz et dans le golfe Persique. »

« La surveillance se fait au niveau maritime et aérien respectivement par des vedettes et des drones. Les Américains étaient absents dans le golfe Persique pendant près de 10 mois. La flotte en question y a pénétré le vendredi 18 septembre. L’USS Nimitz était escorté par trois navires de guerre. Nous les avons appelés et ils ont répondu. Nous avons également envoyé des drones, car nous sommes obligés de respecter la loi du contrôle de la bande maritime. Lorsque le porte-avions Nimitz est arrivé, il avait activé tous ses radars, trois hélicoptères étaient sur le pont d’envol et un autre était prêt pour un décollage d’urgence », a expliqué le commandant de la marine du CGRI.

Cerné!!!

 

Soulignant que « cette région nous appartient » et que « nous surveillons les Américains en plusieurs étapes pour atteindre un point stationnaire », le commandant de la marine du CGRI a déclaré : « Nous avons un contrôle total sur les Américains dès leur arrivée et jusqu’à leur départ. »

« Il n’y a aucune différence entre la présence et l’absence d’Américains dans la région du golfe Persique, mais il serait mieux qu’ils y restent car lorsqu’ils y sont présents, ils sont à notre portée de main et nous avons un contrôle total sur eux », a précisé le général de brigade Tangsiri.

Faisant allusion à l’annexion en masse de drones de combat à la marine du CGRI, il a déclaré que trois types de drones à lancement vertical Sepehr, Shahab-2 et Hodhod-4 ont rejoint mercredi la flotte de la marine, « ce qui augmentera notre portée opérationnelle »

« Ces drones sont capables de transporter des bombes de haute précision à guidage laser à une portée de 1 500 kilomètres, et avec ces nouveaux drones, nous formerons le cinquième groupe de drones dans la troisième zone navale au nord du golfe Persique », a-t-il précisé.

 

Plus loin dans cet entretien, ce haut commandant du CGRI a fait savoir : « Nous avons sous notre contrôle total tout le golfe Persique. La marine et la Force aérospatiale du CGRI y déploient des drones jour et nuit. Nous surveillons constamment la région et nous la contrôlons totalement. Dans un proche avenir, nous aurons le droit à des navires transatlantiques au sein de l’Organisation de combat naval du CGRI. Nous aurons également des navires lance-missiles à 94 nœuds capables de naviguer avec force 4. En outre, des navires transatlantiques de 65 mètres seront construits par la marine du CGRI, qui peuvent également transporter des hélicoptères. »

« Nous serons bientôt témoins de l’annexion de navires porte-hélicoptères et porte-drones à la marine du CGRI », a-t-il promis. Source : Presstv

Comment le drone iranien « Shahed-129 » a aveuglé les radars de l’USS Nimitz et son escorte ?

Un drone iranien a désactivé tous les systèmes
de défense aérienne et «attaqué» les navires
de l’US Navy, le 23 septembre 2020.

Ces images que le CGRI vient de publier de l’USS Nimitz et qui mettent en scène la flotte de combat US fraîchement arrivée à Bahreïn avec quelques 1300 marines a bord sont à plus d’un égard étonnante. Le secrétaire du Conseil de discernement du bien de l’Ordre islamique en Iran, a affirmé que l’embargo américain sur les armes contre l’Iran n’a eu et n’aura aucun impact sur les capacités défensives du pays, ni sur sa disposition à approvisionner ses besoins en armes. C’est sur cet aspect que se focalisent les analystes. Comment se fait-il que le porte-avions USS Nimitz, les croiseurs lance-roquettes et de soutien qui l’escortaient le 18 septembre lors de sa traversée périlleuse du détroit d’Hormuz n’ont rien su ni vu de cette spectaculaire mission de reconnaissance des drones iraniens? 

Et de poursuivre : « Les mesures d’embargo américaines n’auront aucun impact  sur les capacités défensives de l’Iran, ni sur ses besoins en armement.  Nous avons accès à des armes modernes qui n’ont pas encore été dévoilées, les Américains les découvriront le moment venu, et là ce sera trop tard pour faire marche arrière », a affirmé mercredi 23 septembre , Mohsen Rezaï, secrétaire du Conseil de discernement du bien de l’Ordre islamique en Iran, soit quelques heures après que l’Iran eut dévoilé les images tournées au dessus de l’USS Nimitz lors de son passage via le détroit d’Hormuz. 

Mais le site web militaire russe, Avia.pro, en sait plus : « Un porte-avions américain déployé dans le golfe Persique a été littéralement approché par un drone d’assaut iranien de type Shahed-129, drone qui a prouvé ses performance. Armé d’au moins quatre missiles de croisière de type visiblement Qaem, le drone d’attaque iranien a foncé, selon des informations exclusives de notre site, en direction de l’USS Nimitz, en prévision de tout clash à venir et chose inouïe, il n’a été intercepté par aucun système radar de la flotte et pourtant l’USS Nimitz se faisait escorter au moins par 5 autres bâtiments ! », écrit le site. 

Les images diffusées par l’Iran montrent le drone Shahed  survoler librement en direction du porte-avions de l’US Navy à une distance de seulement quelques kilomètres sans être détecté. Selon certains rapports, l’Iran pourrait avoir pu recourir à une attaque électronique pour désactiver les systèmes de défense aérienne américains. Les Iraniens maintiennent le plus grand flou sur leurs capacités de guerre électroniques et pourtant ce furent ces mêmes capacités qui leurs ont permis en janvier dernier de s’en prendre à la base américaine Aïn al-Asad en Irak sans que les radars des Patriot et autres éléments de la DCA américaine puissent détecter les missiles iraniens.

Certains commentaires américains ont affirmé que les missiles Fateh-313 du CGRI visant les fibres optiques avaient coupé tout lien entre les drones US et le centre de commandement de la base, privant ainsi les troupes américaines de toute possibilité d’interception mais il semblerait que cette cécité ait été due surtout à une puissante attaque électronique précédent la frappe au missile. Il y peu l’Iran a dévoilé  le système de détection antiradar “Dehghan”, un système de détection antiradar adapté à divers types de drones et de missiles antiradars. Il se peut que ce système ait été utilisé pour aveugler Nimitz et ses compagnons. Une chose est sûre, en cas de guerre l’US Navy ne saurait pas trop compter sur sa DCA dans la région du Golfe (persique). » 

Source : Presstv

 

 

 

 

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID 19: Est-ce la fin de l’ère des humains naturels?

 

Quelle confiance pouvons-nous avoir dans une profession médicale qui perpétue régulièrement des canulars sur ses patients

Ne vous y trompez pas – l’apocalypse zombie est là. Vous savez comment  les reconnaître ? Les zombies portent des masques!

Quiconque suit sérieusement ce jeu de passion démononiaque connu sous le nom de COVID-19 et écoute tous ces médecins de principe essayant de se frayer leur chemin contre la censure des plates-formes de communication juives, sait que les masques n’arrêteront pas la pénétration de la substance porteuse de la soi-disant maladie, et que le port constant du masque, qui réduit l’apport en oxygène, peut entraîner des crises cardiaques et le développement d’un cancer chez le porteur.

Rappelez-vous, COVID signifie Certificate of Vaccination ID – quel étrange nom pour un vaccin, hein? Et cette injection de Frankenstein encore à inventer est en fait la vraie maladie que nous devrions combattre. Cette idée de vacciner tout le monde contre tout est une idée fixe mentale dans le cerveau malade des gens qui dirigent le monde et qui rêvent   de contrôler tout le monde avec une seule inoculation.

S’ils réussissent cette mission psychopathique, ce sera la fin de l’humanité, la transformation d’êtres humains en robots sous le contrôle d’une autorité centrale impitoyable, aujourd’hui largement considérée comme un programme informatique d’intelligence artificielle. La grande crainte est que si l’IA prenait le dessus (ce qu’elle fait apparemment), la première chose qu’elle ferait serait d’éliminer les humains considérés comme le facteur le plus dangereux de l’univers pour tout ce qui vit).

Ainsi, le test PCR qui déclare tout le monde malade ne fonctionne pas pour identifier la maladie, selon l’inventeur lauréat du prix Nobel du test, feu Kary Mullis . Donc, tous ceux étiquetés avec cette maladie ont été salis par un test qui NE FONCTIONNE PAS et qui a été étiqueté INAPPROPRIÉ PAR SON INVENTEUR.

 

Pourtant, le public croyait en ses médecins et en son gouvernement, et maintenant le monde est verrouillé sur la base de ce test totalement peu fiable.

Les verrouillages ont retardé la croissance de millions d’enfants et détruit la plupart des entreprises indépendantes du monde, déclenchant apparemment la création de plusieurs billions de dollars qui ont abouti à la ruine de la valeur de tout l’argent possédé par les Américains ordinaires. Désormais, les banques peuvent acheter votre propriété à tout moment avec une offre que vous ne pourrez plus refuser. Et l’argent que vous recevez pour votre propriété s’érodera rapidement vers presque rien alors que l’inflation grimpe à l’infini et que le gouvernement s’approprie tout.

Et oui, le faux test peut aider à tuer les personnes âgées plus rapidement, si elles n’ont pas encore été tuées en les mettant sous ventilation, encore un autre scandale médical à New York qui ne fera jamais l’objet d’une enquête. Pas étonnant que tout le monde s’éloigne aussi vite que possible de cette rance mégalopole cauchemardesque (qui, selon certains, est la véritable capitale juive du monde). 

Qui pensiez-vous que vous étiez?

Votre vie vous est arrachée des mains. Impuissant à changer de chaîne, vous regardez avec horreur votre futur zoomer devant vous et disparaître dans l’histoire. Les choses qui vous ont rendu tout maintenant vous déchirent à l’intérieur tandis que vos plus beaux souvenirs et possessions se ratatinent dans les flammes du désastre prémédité de la journée (très probablement les faisceaux de micro-ondes tueurs d’en haut qui ont déchiré la côte ouest des États-Unis; les perpétrateurs embauchent des incendiaires pour couvrir la véritable cause des incendies).

La merde qui s’est métastasée dans votre esprit à partir d’une base de connaissances défectueuse se reflète dans la pollution et la violence dans le monde, alors que les animaux du troupeau se trompent et qu’une tribu les maîtrise tous dans une sorte de danse cannibale mondiale qui consomme rapidement toute la superstructure de la vie sur Terre.

Lorsque nous modifions la nature pour augmenter le confort de notre créature, nous le faisons à nos risques et périls. Le terrain toxique de la planète en témoigne douloureusement. Le paysage que nous avons empoisonné reflète fidèlement les lagunes polluées que nos esprits sont devenues.

Avec Bill la piquouze… Big Pharma engrange le flouze…

On ne peut plus boire l’eau de ce courant dans lequel nous jouions. L’empoisonnement de la Terre par les humains est passé en hyperdrive….

Les enfants eux-mêmes n’auront jamais la chance d’être eux-mêmes.

Les écoles les transforment en drones obéissants de classe Beta.

De plus, partout où nous cherchons des conseils est entaché par l’ombre de ceux qui changent les choses à partir de leur position cachée dans les coulisses. Comme des mouvements sur un échiquier, ces personnages sombres – camouflés par plus d’argent que vous ne pouvez l’imaginer – déplacent les gens comme des fourmis mécaniques avant qu’ils ne décident, pour le plaisir, de les écraser.

Un pays sale trompe ses citoyens

Un pouvoir débridé produit une atrocité et une perversion effrénées. Quand les gens peuvent s’en tirer avec n’importe quoi, ils finissent par se détruire. Demandez simplement aux Clinton. Ce n’est que lorsqu’ils sont modérément régulés par une autorité morale établie qu’ils peuvent contenir leurs impulsions sauvages. Le problème est que les autorités morales établies sont elles-mêmes infectées par les tentations du pouvoir et la passion aveugle des pulsions sexuelles qui, lorsqu’elles ne sont pas réglementées, créent des toxicomanes qui détruisent tout pour obtenir leurs correctifs.

Barbouzes en manif’… (source: VT)

Le tatouage à points quantiques de Bill Gates a été inséré dans le vaccin COVID-19, ont rapporté de nombreuses sources, donc si vous vous faites vacciner contre la grippe, vous aurez un lien permanent avec les espions du gouvernement que vous n’avez jamais voulu. [3] Chaque remède que le gouvernement a inventé semble avoir contenu un poison retardé comme le gène SV-40 dans le vaccin antipoliomyélitique de Salk ou les ingrédients mortels des morts AZT nostrum du Dr Fauci, qui ont tous été imputés à un virus du sida qui n’a jamais vraiment existé.

Penses-y. Le nouveau vaccin Bill Gates se répandra et déploiera un éventail de capacités une fois qu’il sera dans votre bras. Je me demande comment vous vous sentirez en l’observant grandir sous votre peau. Mais je me demande maintenant si quelqu’un ressent quelque chose quelque part. Nous sommes tous, dans une certaine mesure, endormis par la fausse propagande de ces milliardaires identifiables qui nous gouvernent subrepticement.

Notre gouvernement n’a jamais dit la vérité sur quoi que ce soit, pas sur le 11 septembre, le sida, l’assassinat de JFK et les autres assassinats, toutes les fausses guerres pour soutenir les dictateurs corrompus et voler des minéraux précieux, comment FDR a volé l’or de tout le monde en 1933 et exacerbé la Grande Dépression et affamer des millions d’Américains. Cette dernière mention fournit une tangente révélatrice à l’heure actuelle, où une famine contrôlée est l’un des sous-complots de l’escroquerie COVID.

Notre pays a été officiellement repris par les Juifs en 1913 avec le passage traître de la loi de la Réserve fédérale, qui a permis à 13 familles juives de prendre le contrôle des finances américaines à perpétuité. Depuis lors, cela a été le cycle d’expansion et de récession, laissez chacun emprunter ce qu’il veut et, au moment le plus inopportun, ils rappellent tous les prêts et détruisent des millions de vies.

Maintenant que la population a été considérablement abaissée et que les enfants sont à la fois sexualisés et infectés en première année, les choses deviendront beaucoup plus faciles pour les marionnettistes et plus difficile pour l’Américain moyen de continuer à insister sur le fait que son état de détérioration pourrait en fait être quelque chose appelé liberté. .

Un spectre diabolique et universel

La quantité massive de mensonges de la part des responsables gouvernementaux forçant un verrouillage du monde entier reste encore inaperçue pour la majorité de la population semi-consciente. Ils se lavent consciencieusement les mains sans jamais se rendre compte que la soi-disant maladie qu’ils fuient sous terreur a un taux de mortalité mondial pratiquement nul.

Beaucoup de gens que vous pensiez honorables étaient impliqués dans l’arnaque. Les administrateurs de l’hôpital ont collé l’étiquette COVID sur tous ceux qu’ils pouvaient toucher – mort ou vif – afin de recevoir des bonus énormes de la part du gouvernement fédéral pour avoir participé à l’arnaque.

Les gens meurent tous les jours, mais ce n’est pas une raison pour fuir et se cacher du monde.

Une enquête globale sur la médecine allopathique révélerait la fraude de la médecine chimique et la dissimulation d’une bonne nutrition comme la clé de toute santé.

Vous savez comment vous pouvez réaliser que cette plandémie est une fraude totale. Considérez simplement ceci: le gouvernement veut connaître chaque détail secret de votre vie. Demandez-vous simplement de considérer le contraire – comment le gouvernement s’efforce de toutes ses forces pour vous empêcher de connaître toutes les choses inconstitutionnelles, illégales et perverses qu’il fait pour que l’argent continue à circuler vers les courtiers juifs qui dirigent le spectacle. . . quel spectacle? . . . Je parle du monde entier.

Le gouvernement est devenu un spectre pervers et englobant de nos propres appréhensions que nous avons créé pour nous protéger d’une mort prématurée, mais a plutôt accéléré ce qu’il était censé réduire. Pourquoi? Parce qu’il appartient à une tribu d’étrangers qui n’ont aucun désir de protéger qui que ce soit sauf leur propre clan dément et pervers.

Tant que la société fonctionne sur la base de secrets que nous ne pouvons ni connaître ni voir, nous ne sommes tout simplement pas libres et ne le serons jamais, quelle que soit la rhétorique malhonnête et noble qu’ils essaient de vous enfoncer dans le ciboulot en vous endormant de manière permanente.

Incarcération par suggestion

On peut maintenant révéler et comprendre que le paysage empoisonné reflète l’état empoisonné de notre esprit. La réaction du public à un plan d’épidémie artificiel a choqué même les cyniques, car les gens se sont engagés à des mesures pathologiques draconiennes avec une volonté robotique que peu de gens auraient attendue.

Les masques rendent les gens anonymes, ce que veulent les banquiers de la Commie. Ils ne veulent que des clients avec des chiffres et pas d’autres complications. Partout dans la société, vous voyez des gens se transformer en chiffres.

Si vous ne vous battez pas pour la liberté, elle vous sera volée par ceux qui sont plus intelligents que vous. C’est l’histoire de la race humaine.

Les nobles platitudes utilisées pour sanctifier les gouvernements sont au mieux spécieuses car elles endormissent les multitudes pendant le vol en masse de tout ce qu’elles possèdent.

Changez de chaîne! Avant qu’il ne soit trop tard. Et ne dites pas qu’il n’est jamais trop tard. Parce qu’après le tatouage de points quantiques de Bill Gates, ce sera trop tard.

 

 

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:Le futur totalitaire que les globalistes veulent instaurer dans le monde entier est dévoilé

Depuis le 11 septembre 2001, le monde occidental a fait des pas en avant vers ce que de nombreux défenseurs des libertés appellent un « État policier », un système dans lequel les gouvernements ne sont plus limités par les frontières des libertés civiles et ont le pouvoir de faire à peu près tout ce qu’ils veulent au nom de la sécurité publique. L’utilisation de « la loi » comme outil pour injecter la tyrannie dans une culture est la première tactique de tous les totalitaires.

 

L’idée est qu’en inscrivant simplement la criminalité gouvernementale dans les livres de droit, cette criminalité devient en quelque sorte justifiée en vertu de la reconnaissance légale. Tout cela est très circulaire. Chaque fois que le gouvernement abuse de la population, c’est toujours au nom de ce qui est « le mieux pour la société dans son ensemble ». Pour sauver la société, les individus qui la composent doivent être sublimés ou détruits. Cette mentalité est à l’opposé de ce pour quoi les Pères fondateurs en Amérique se sont battus et sont morts, mais comme Thomas Jefferson l’a dit un jour :

La liberté légitime est une action sans entrave selon notre volonté dans les limites tracées autour de nous par l’égalité des droits des autres. Je n’ajoute pas « dans les limites de la loi » parce que la loi n’est souvent que la volonté du tyran, et toujours lorsqu’elle viole les droits de l’individu.

Dans des pays comme l’Australie, qui prétendent valoriser les principes démocratiques occidentaux de liberté et de gouvernement par le peuple, la perception est que les droits civils sont codifiés dans le cadre juridique tout comme ils le sont aux États-Unis. Cependant, il existe des différences et des problèmes flagrants ; en particulier, les citoyens australiens – comme de nombreux citoyens européens – n’ont absolument aucun moyen de contraindre leur gouvernement ou les élites qui influencent leur gouvernement à se limiter. Ce sont ces nations, dans lesquelles les populations ont été pour la plupart désarmées et pacifiées, qui seront les premières à établir un programme de tyrannie. Mais nous y viendrons dans un instant…

Ne vous y trompez pas, il existe un programme très ouvert et facilement identifiable de la part des globalistes visant à établir un système d’État policier fortement centralisé dans tous les pays où ils sont en mesure de le faire. Ce n’est pas une « théorie de la conspiration », c’est un fait de conspiration.

Depuis de nombreuses années maintenant, de nombreux analystes, économistes et experts géopolitiques des médias alternatifs ont prédit et mis en garde le public contre la stratégie globaliste de l’« ordo ab chaos ». En d’autres termes, les courtiers en pouvoir ultra-riches  qui exercent une influence sur la plupart des gouvernements de la planète cherchent à « remodeler » l’ordre social existant en créant des crises et des catastrophes. En provoquant le désespoir du public, ils espèrent nous inciter à accepter des restrictions à nos libertés que nous n’aurions jamais envisagées autrement.

L’objectif d’une économie globale et d’un gouvernement unique a été évoqué à maintes reprises par les élites, mais il est encore appelé aujourd’hui « théorie du complot » ou « illusion paranoïaque ». Je pourrais citer ces élites et leurs organisations toute la journée, mais je vais citer quelques déclarations de choix pour faire valoir mon point de vue.

Comme l’a écrit Strobe Talbot, ancien secrétaire d’État adjoint sous la présidence de Clinton et membre du Council on Foreign Relations (CFR), dans un article de Time Magazine en 1992 intitulé « L’Amérique à l’étranger : la naissance de la nation globale » :

Au siècle prochain, les nations telles que nous les connaissons seront obsolètes ; tous les États reconnaîtront une autorité unique et globale. La souveraineté nationale n’était pas une si bonne idée après tout.

Comme le souligne l’élitiste et socialiste fabien HG Wells dans son traité de non-fiction intitulé « Le nouvel ordre mondial » :

…Lorsque la lutte semble dériver définitivement vers une social-démocratie globale, il peut encore y avoir de très grands retards et de grandes déceptions avant qu’elle ne devienne un système global efficace et bénéfique. D’innombrables personnes … haïront le nouvel ordre global … et mourront en protestant contre lui. Lorsque nous tentons d’évaluer ses promesses, nous devons garder à l’esprit la détresse d’une génération ou plus de mécontents, dont beaucoup sont des personnes assez galantes et gracieuses.

Et que dire d’une de mes citations révélatrices préférées, celle de Richard N. Gardner, membre de la Commission trilatérale, ancien sous-secrétaire d’État adjoint aux organisations internationales sous Kennedy et Johnson ? Il a écrit dans le numéro d’avril 1974 de la revue Foreign Affairs du Council on Foreign Relation (CFR) (p. 558) un article intitulé « La route difficile vers le nouvel ordre mondial » :

En bref, la « maison de l’ordre global » devra être construite de bas en haut plutôt que de haut en bas. Cela ressemblera à une grande « confusion bourdonnante », pour reprendre la célèbre description de la réalité de William James, mais une course contre la souveraineté nationale, l’érodant morceau par morceau, accomplira bien plus que l’assaut frontal à l’ancienne.

Les membres de fondations et de groupes de réflexion globalistes comme le CFR ont habité presque tous les bureaux du gouvernement américain et les cabinets présidentiels au cours des dernières décennies. Cela inclut la vingtaine de membres du CFR dans le cabinet de Donald Trump [3]. Drainage du marais ? Cela n’arrivera pas.

Comme le magazine Harpers l’a franchement révélé dans un article de 1958 intitulé « School For Statesmen » :

La clique la plus puissante de ces groupes (CFR [3]) a un objectif commun, ils veulent provoquer l’abandon de la souveraineté et de l’indépendance nationale des États-Unis. Ils veulent mettre fin aux frontières nationales et aux loyautés raciales et ethniques, soi-disant pour accroître les affaires et assurer la paix globale. Ce à quoi ils aspirent conduirait inévitablement à la dictature et à la perte des libertés par le peuple. Le CFR a été fondé dans le but de promouvoir le désarmement et la submersion de la souveraineté et de l’indépendance nationale des États-Unis dans un gouvernement global unique et tout puissant.

La méthode la plus facile pour les globalistes d’obtenir ce qu’ils disent ouvertement vouloir est soit de conjurer une crise, soit d’exploiter une crise existante afin d’« éroder la souveraineté ». La pandémie actuelle correspond parfaitement à ce plan, mais avant de pouvoir éliminer la souveraineté au niveau national, ils doivent d’abord saper la souveraineté au niveau individuel.

Les actions menées aux États-Unis et dans les pays alliés aux États-Unis laissent penser qu’une attaque accélérée contre les libertés individuelles est à portée de main.

Il existe des fondations sœurs du CFR dans de nombreux autres pays. En Australie, par exemple, il y a le Strategic Policy Institute, très bien implanté et très influent, qui n’a cessé de plaider en faveur d’une centralisation complète du pouvoir gouvernemental à la suite de la pandémie de coronavirus. Leur plan déclaré est de concentrer l’administration des politiques dans les mains d’une nouvelle « commission » ou « département » composé des « esprits les plus brillants ». Cette commission ne serait pas chargée de ramener l’Australie à la normale, mais de convaincre le public d’accepter la « nouvelle normalité » au-delà de la pandémie.

 

L’ASPI annonce avec enthousiasme cette idée dans un article intitulé « La réponse au coronavirus : une chance de ré-imaginer l’avenir de l’Australie » :

L’agenda d’un tel ministère ne consiste pas à ramener l’Australie à la normale après la pandémie. Il s’agit de ré-imaginer ce que l’Australie peut être et comment nous pouvons prospérer dans notre avenir au-delà du coronavirus et à la lumière de la sécheresse, des feux de brousse et du changement climatique. Pensez au type de nouvelle économie que nous pouvons avoir après l’adoption forcée et rapide du travail à domicile et de la scolarité grâce aux moyens numériques. Nous pouvons être la première économie numérique que le Premier ministre souhaitait avant la pandémie, non pas d’ici 2030 mais bien plus tôt.

Cela me rappelle immédiatement les efforts déployés après le 11 septembre pour supprimer rapidement les protections constitutionnelles alors que le public était aveuglé par la peur et la confusion. Comme le dirait le globaliste américain Rahm Emanuel :

On ne veut jamais qu’une crise grave soit gâchée. Et ce que j’entends par là, c’est une opportunité de faire des choses que vous pensiez ne pas pouvoir faire auparavant.

L’ASPI révèle le véritable programme, qui est la fédéralisation complète et l’application unilatérale de la loi sans l’approbation du public. Le plan est de le faire en exploitant au maximum le potentiel de la pandémie et en appliquant ensuite les changements sociétaux rapides dans la structure gouvernementale. Ces changements seront ensuite poursuivis longtemps après la disparition du coronavirus au nom de l’économie, des programmes sociaux et du soi-disant « réchauffement climatique ». La réponse à la pandémie n’est qu’un moyen pour atteindre une fin, et la finalité est la domination totale de la population.

Je me concentre sur l’Australie et les régions environnantes en particulier, car c’est là que les globalistes semblent appliquer en premier lieu des politiques technocratiques. Ou, à tout le moins, ils testent leur stratégie et utilisent les Australiens comme cobayes. Lorsque l’ASPI affirme qu’ils prévoient de maintenir les changements du fait de la pandémie en place bien après la disparition du virus, ils ne parlent pas seulement de passer à une économie numérique.

En ce moment même, l’Australie et la Nouvelle-Zélande imposent à leurs citoyens les mesures peut-être les plus draconiennes jamais prises dans le monde occidental. Il s’agit de politiques que les élites veulent introduire partout, mais elles sont en plein essor en Australie, et la situation ne fait qu’empirer.

Dans diverses régions d’Australie, des mesures de réponse de « niveau 4 » ont été mises en place pour au moins les six prochaines semaines, notamment des couvre-feux, des politiques strictes en matière de masques, y compris l’obligation de porter des masques à l’extérieur (contrairement à tout ce que la science et la virologie disent sur la faible possibilité de transmission en plein soleil et en plein air), les résidents ne sont pas autorisés à voyager à plus de 5 km de leur domicile et une seule personne à la fois d’un ménage est autorisée à sortir. Les citoyens qui enfreignent ces règles sont passibles d’une amende de 10.000 dollars ou d’une arrestation. Et oui, des personnes sont arrêtées simplement parce qu’elles ne portent pas de masque ou parce qu’elles sont trop loin de chez elles.

En Nouvelle-Zélande, la situation est devenue extrêmement sinistre et je pense qu’elle devrait être traitée comme un avertissement aux Américains, en particulier en ce qui concerne notre avenir potentiel si nous permettons que le discours de la « sécurité de la santé publique » soit transformé en véhicule de tyrannie.

Alors que l’Australie a utilisé des installations de quarantaine pour obliger les personnes considérées à haut risque à s’isoler, les camps de quarantaine de la Nouvelle-Zélande sont maintenant entièrement sous le contrôle des militaires , et tous les citoyens dont le test est positif ou qui sont soupçonnés d’avoir la Covid-19 peuvent être séparés de leur famille et placés dans les camps, qui sont des hôtels transformés en prisons.

C’est l’effacement complet des libertés individuelles, tout cela en raison d’une augmentation des cas qui s’est élevée à seulement 525 morts en Australie et 22 morts en Nouvelle-Zélande.

Je pense que la raison pour laquelle l’Australie et la Nouvelle-Zélande ont été les premières visées par ce niveau de restrictions est que les gens ont été presque entièrement désarmés et qu’ils n’ont aucun moyen de se défendre contre les excès du gouvernement. Cela dit, je vois des signes que des mesures similaires seront également tentées aux États-Unis. Dans des États comme New York, il existe des programmes de faible envergure visant à mettre en place des points de contrôle Covid pour arrêter et contrôler les véhicules entrant dans l’État. C’est là que commencent les restrictions plus lourdes.

Tout d’abord, des points de contrôle seront mis en place pour empêcher les personnes infectées d’entrer dans un État ou une ville. Ensuite, ces mêmes points de contrôle seront utilisés pour empêcher les gens de quitter un État ou une ville. Ensuite, des points de contrôle seront mis en place au hasard pour tester les personnes pour la fièvre ou les symptômes de maladie. Si on les laisse continuer, la progression naturelle des points de contrôle est de terrifier la population et de l’empêcher de voyager pour quelque raison que ce soit. Comme en Australie et en Nouvelle-Zélande, les gens seront effectivement emprisonnés chez eux. À ce stade, il sera plus facile de faire adopter des lois ou des décrets punissant les personnes qui quittent leur domicile ; de toute façon, elles se seront déjà habituées à être piégées chez elles.

 

En outre, les élites et les globalistes américains réclament des mesures de confinement sévères pendant au moins six semaines, à l’instar des mesures d’enfermement de niveau 4 en Australie. Neel Kashkari, membre de la Réserve fédérale, a récemment affirmé que les Américains économisent davantage et qu’ils devraient donc être soumis à un confinement strict « parce qu’ils peuvent se le permettre ».

La Virginie prévoit de rendre obligatoire la vaccination contre la Covid-19, même si les vaccins contre des virus comme le SRAS se sont avérés impossibles à mettre au point dans le passé, et que les vaccins précipités ont pour habitude de nuire ou de tuer les gens plutôt que de les protéger. Mettez de côté la question selon laquelle il est immoral de donner au gouvernement le pouvoir de forcer les citoyens à s’injecter quoi que ce soit dans leur corps.

Quelle est la prochaine étape ? Les camps Covid ? Eh bien, oui, à moins que les Américains ne prennent une position ferme. Les grands médias suggèrent cette stratégie depuis des mois. Le Washington Post a applaudi à l’utilisation de camps d’isolement forcé [goulags] dans d’autres pays et se demande pourquoi les États-Unis ne les ont pas encore utilisés au-delà des points d’entrée sur le territoire pour les voyageurs étrangers ? La raison est la suivante : beaucoup d’Américains n’accepteront pas de telles mesures et utiliseront la force nécessaire contre quiconque tentera de les enfermer à cause d’un virus qui représente une menace modérée, tout au plus pour un petit pourcentage de la population.

Cela dit, ne supposez pas que l’establishment ne va pas finir par essayer ici. Ils le feront. Soyez prêts quand ils le feront. Regardez les actions menées dans des endroits comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande et demandez-vous si vous êtes prêt à les suivre. Et si oui, pour combien de temps ? Parce que les globalistes veulent que ces restrictions deviennent la « nouvelle normalité ». Ils veulent que ce cauchemar dure pour toujours.

 


 

EN COMPLÉMENTAIRE

 

Depuis le début du XXe siècle, l’histoire n’est plus que l’écriture accélérée du schéma directeur messianique talmudique: la création d’un État mondial dont la capitale est Jérusalem, gouvernée par l’Antéchrist, un Rothschild. Cela nécessitera une autre guerre mondiale afin de génocider les goyim.  

La Controverse de Sion :

 «Le culte des Gentils envers les Juifs, leurs courbettes obséquieuses, leur déférence servile envers eux et leur désir d’être menés par eux comme des moutons me déconcertent. La haine maniaque, frénétique, écumante à la bouche et la cruauté sanguinaire des Juifs, leurs Gros Mensonges sans fin, je n’arrive pas à m’y faire. »« ~ Douglas Reed (1895-1976), correspondant en chef pour le London Times, et auteur du classique et politiquement incorrect  « La controverse de Sion« . 

Comprendre le mondialisme Juif

Le mondialisme est moins un phénomène naturel que le résultat d’une inlassable propagande qui a envahi depuis longtemps l’ensemble des médias du monde occidental.

A travers l’analyse de dizaines de livres d’auteurs contemporains (Jacques Attali, Marek Halter, Edgar Morin, Elie Wiesel, Alain Finkielkraut, B.-H. Lévy, Jacques Derrida, Alain Minc, Guy Sorman, Philip Roth, George Soros, Mario Vargas Llosa, etc.) ou plus anciens (Stefan Zweig, Joseph Roth, Albert Einstein, E. Lévinas, Albert Cohen, Hannah Arendt, Karl Popper, Herbert Marcuse, Wilhelm Reich, etc.), Hervé Ryssen démontre, dans un langage très clair, l’implication de nombreux intellectuels juifs dans la genèse de l’idéal “planétarien”, en s’appuyant sur des centaines de citations dûment référencées.

Qu’ils soient philosophes, sociologues, historiens, cinéastes ou romanciers, qu’ils soient marxistes ou libéraux, ces intellectuels et artistes semblent travailler sans relâche en faveur d’un monde unifié, dans lequel les frontières et les nations auront disparu au profit d’un gouvernement mondial. Mais si de nombreux Occidentaux s’étaient déjà aperçus de cet activisme, personne, jusqu’à présent, n’en avait expliqué les fondements religieux.

Ce militantisme permanent ne correspond en effet à rien d’autre qu’à une foi religieuse centrée autour de l’attente du messie. Il faut en effet savoir que dans la tradition juive, l’attente messianique se confond avec l’avènement d’un monde de “Paix”, où tous les conflits ─ qu’ils soient sociaux (le marxisme), raciaux ou nationaux (le mondialisme actuel) ─ auront disparu (cf. George Steiner, Lévinas, J. Kaplan) au profit de l’Empire global.

Voilà ce que sont les “Espérances planétariennes” : c’est cette tension permanente qui conduit à agir et à militer continuellement pour édifier un monde sans frontière et hâter l’arrivée du Messie.

 

 

 

 

 

La Gigantesque Arnaque du COVID 19:comment transformer un virus inoffensif en bénéfices illimités pour vous et vos amis

 

Imaginez que vous disposiez des ressources et de l’influence suffisantes pour créer une pandémie mondiale, que devriez-vous faire? Comment commenceriez-vous? Et comment en tirer le meilleur parti et augmenter vos profits? Nous avons les réponses ici. Un plan simple en 12 étapes.

  1. Trouvez des critères vagues pour ce qui constitue les symptômes que vous voulez que les gens recherchent.Tout ce qui est subjectif auquel beaucoup de gens peuvent s’identifier est idéal. Prenons les problèmes de mémoire et / ou la confusion + quelques-uns qui sont courants dans la liste Covid. La fatigue, les courbatures et les douleurs sont assez courantes et subjectives. (Pour le covid19, les symptômes sont: fièvre, toux sèche, fatigue. Symptômes moins courants: courbatures, maux de gorge, diarrhée, perte de goût ou d’odeur, éruption cutanée ou décoloration des doigts ou des orteils). Ce serait une bonne idée de prendre quelque chose de très courant chez les personnes âgées afin que nous puissions utiliser la mort de la vieillesse comme preuve de la létalité du nouveau virus.
  2. Ensuite, nous aurions besoin de quelque chose de biologique à tester.N’importe quelle séquence d’ARN ferait l’affaire, tant qu’elle n’est pas présente dans toute la population. Si c’était le cas, quelqu’un pourrait réclamer très rapidement l’immunité collective. En fait, il pourrait s’agir d’une séquence d’ARN qui n’existe pas vraiment chez l’homme mais quelque chose qui pourrait exister sous forme de contamination dans les laboratoires, comme par exemple dans la poussière ou l’eau. Ce serait suffisant pour qu’un test RT qPCR soit considéré comme un faux positif. De nombreux RT PCR ont des taux de faux positifs de 3 à 5%, ce qui serait suffisant pour créer une peur. (En ce qui concerne Covid, le taux de faux positifs est impossible à connaître avec certitude, car nous n’avons pas d’étalon-or à vérifier, mais pour de nombreux autres tests similaires, le taux moyen de faux positifs est supérieur à 3%. Et différent laboratoires testent différentes séquences. Nous pouvons compter sur les laboratoires sur-stressés pour être plus sujets à la contamination que les laboratoires participant à la recherche, sachant que leur exactitude sera vérifiée, pour ceux qui ont donné plus de 3% de faux positifs. Peut-être que le taux d’erreur pour un laboratoire stressé moyen est aussi élevé que 8%. BMJ compte 5% comme une estimation raisonnable. Avec 8%, nous aurions tous les tests positifs aux États-Unis expliqués par des faux positifs.

 

3. Ensuite, nous sommes tous prêts à y aller. Nous devons simplement affirmer que nous avons découvert un nouveau groupe de symptômes et qui est lié à une nouvelle séquence d’ARN. Cela commence par la perte de mémoire et la confusion. En d’autres termes, il s’agit d’un virus neurotoxique, et il conduit à la mort de toutes les manières avec lesquelles les personnes âgées peuvent mourir, comme par accident vasculaire cérébral, crise cardiaque, pneumonie, insuffisance rénale, septicémie, insuffisance organique, déshydratation. Peu importe si le patient était de toute façon au seuil de la mort, en raison de ses maladies existantes. Nous pouvons toujours affirmer que sans notre nouveau virus, ce patient ne serait pas mort. Qui pourrait contrer cela? (Tout comme Covid; les gens meurent de toutes sortes de troubles qu’ils avaient déjà avant le test Covid).

 

  1. Par miracle, nous avons déjà découvert exactement le virus responsable parmi les millions de virus différents qui existent dans un centimètre cube d’air. Nous avons donc déjà un test RT PCR prêt à être utilisé.Cela nous fait ressembler à des chercheurs très compétents. Bien sûr, nous avons déjà acheté d’avance des actions dans les principaux laboratoires d’essais. Nous avons également acheté des actions des plus grands fabricants de vaccins. Ce sera finalement le plus gros producteur d’argent, heureusement pendant des années, car il sera difficile d’obtenir des anticorps contre quelque chose qui n’existe pas vraiment.
  2. Il ne nous reste plus qu’à propager la nouvelle qu’une nouvelle pandémie mortelle se propage dans le monde entier, et chaque pays doit commencer les tests.On peut compter sur les 5% d’hypocondriaques de la population générale qui vont courir pour se faire tester en premier. Il faudra toujours un certain temps à chaque pays pour commencer à intensifier ses tests, de sorte que les graphiques sont garantis d’être exponentiels au début.

 

  1. Tout ce dont vous avez besoin maintenant, c’est que les gens amènent leurs personnes âgées et désorientées pour les tests, et avec 5% de faux positifs, nous aurons bientôt la plupart des lits d’hôpitaux remplis de vieux patients désorientés. Nous pouvons compter sur les médecins pour les traiter de manière agressive. La plupart de ces personnes âgées prennent déjà un cocktail de médicaments, donc l’ajout de quelques médicaments supplémentaires en tant que «traitement d’attaque» ne manquera pas de les pousser à bout. Beaucoup auront une pneumonie due à la grippe saisonnière, nous pouvons donc simplement prolonger cela en les mettant sous respirateur. Ensuite, ils mourront un mois plus tard et on peut dire que ce n’était pas la grippe puisque la saison grippale aurait dû s’arrêter un mois plus tôt.
  2. Les graphiques des nombres testés positifs seront exponentiels au début, mais s’aplatiront lorsque les testeurs atteindront leur niveau maximum. Après un certain temps, les techniciens de laboratoire seront épuisés et auront tendance à bâcler le travail, la pression pour les tests sera incessante et les laboratoires deviendront de plus en plus sales, et nous obtiendrons des taux de faux positifs de plus en plus élevés. Habituellement, les médias seront satisfaits de ne rapporter que le nombre de tests positifs, mais au cas où quelqu’un penserait à vérifier la proportion de tests positifs par rapport au nombre total de tests, ils obtiendraient un nombre plus élevé chaque semaine en raison de travailleurs de laboratoire surchargés et sujets aux erreurs. A terme, la société manquera d’hypocondriaques qui viendront volontairement passer des tests , et beaucoup auront compris qu’en cas de test positif, ils seront mis en contact avec des personnes vraiment malades, non protégées, puisqu’elles ont toutes le même virus… Alors les courbes vont aplatir et commencer à descendre.
  3. Si vous voulez détruire l’économie pendant la pandémie, vous demanderez à un programmeur de faire une prédiction de millions de décès (en fait, 70 millions meurent chaque année de toute façon, ce n’est donc pas vraiment difficile) si nous ne verrouillons pas la société . Il faut juste leur faire peur pour qu’ils se bloquent juste avant que la courbe ne s’aplatisse (quand on manque des 5% d’hypocondriaques) et tous les politiciens penseront et diront qu’ils ont sauvé leur pays.
  4. Juste pour le plaisir, pour voir à quel point nous pourrions étrangement faire agir les gens crédules, nous pourrions inventer différentes stratégies de protection.La distanciation sociale peut sembler vraiment drôle dans un supermarché, et toutes les manières originales de saluer sont intéressantes, la jambe touchant le coude se touchant (même si nous toussons maintenant dans les coudes). Nous pourrions aussi gagner beaucoup d’argent sur les masques, les gants et les désinfectants.
  5. Afin de gagner de l’argent sur les vaccins, nous commencerons à tester les anticorps. Ici, le taux d’erreur de faux positifs est encore plus élevé, de sorte que nous pouvons facilement obtenir 10% avec des anticorps uniquement à partir de faux positifs. Mais lors d’un nouveau test, nous n’obtiendrons statistiquement qu’un pour cent de tests positifs si nous testons les mêmes personnes. Cela signifie que nous pouvons affirmer que nous aurons besoin de nombreux rappels du vaccin. Afin de maximiser les profits, nous pouvons mettre dans le vaccin quelque chose qui rend les gens malades et ensuite nous pouvons les guérir avec un médicament très coûteux produit par une entreprise dans laquelle nous avons déjà investi. Mais pour être sûr que le maximum de pays paiera presque quel que soit le prix du vaccin, nous devons attendre qu’ils soient vraiment désespérés.
  6. Nous pouvons toujours compter sur plusieurs vagues de virus puisque la grippe et le rhume viendront chaque année et tueront des centaines de milliers de personnes comme chaque année, et 3 à 10% d’entre eux seront à chaque fois testés faux positifs pour notre adorable virus. Nous avons donc une source d’argent fantastique pour des années: des tests coûteux, des médicaments coûteux et des vaccins coûteux pour 7 milliards de personnes chaque année.

 

  1. Nous pouvons compter sur les médecins qui sont certains d’avoir raison dans tout ce qu’ils font.Ils s’affronteront à chaque tour, et comme il n’y a pas de véritable nouvelle maladie à guérir, la recherche se heurtera à des impasses sans fin. Cela incitera tous les médecins à accepter un vaccin. Nous devons simplement nous assurer qu’il n’y a pas de médicament efficace et bon marché couramment disponible. Si tel est le cas, nous pouvons toujours payer certains médecins pour créer des chiffres à publier (comme la fausse recherche négative sur l’hydroxychloroquine dans le Lancet).

Rédigé par Nils Nilsen via Off-Guardian.org,


Le psychopathe Horacio Arruda annonce que

Le Québec  est «dans la deuxième vague»

 

Horacio Arruda ,notre psychopathe au pouvoir

 

La forte hausse de cas enregistrée lundi permet désormais au directeur national de santé publique de le dire: le Québec est «dans la deuxième vague» de la pandémie de COVID-19.

C’est ce qu’a affirmé le Dr Horacio Arruda, «très, très, très préoccupé» lors d’un point de presse à Québec.

Ces propos viennent au lendemain du passage de trois régions du Québec dans la zone d’«alerte» orange du gouvernement du Québec. «Si le comportement actuel demeure le même», il est devenu «fort probable» que certaines régions, dont la région métropolitaine, se retrouvent même dans le rouge, l’alerte maximale, a confirmé Dr Arruda.

Celle-ci signifierait un reconfinement presque total.

Dans les 24 dernières heures, la Santé publique a enregistré près de 600 nouveaux cas de COVID-19, un total qui n’avait pas été touché depuis le mois de mai.

«La courbe n’est pas [encore] comme au printemps», a relativisé Dr Arruda, faisant de grands signes des mains comme au printemps, quand ses points de presse quotidiens avaient attiré l’attention de plusieurs millions de québécois.

Limiter les contacts

Aux côtés de Dr Arruda, la vice-première ministre Geneviève Guilbault, a lancé un message à ses commettants de la Capitale-Nationale, qui sont passés dimanche dans l’orange, mais aussi à tous les Québécois.

Selon elle, le temps est venu de limiter «en partie notre vie sociale». Si plusieurs rassemblements demeurent permis, l’élue caquiste décourage tout rassemblement non-professionnel et non-essentiel.

«On a été pendant un certain temps en jaune, et l’idée, c’était de faire en sorte qu’on ne passe pas au orange. Il faut qu’on fasse un effort particulier», a averti Mme Guilbault.

Alors que…:

Voir cette vidéo:Vidéo sécurisée

 

 

Vidéo sécurisée sur notre site: Vers la vaccination forcée

La vidéo ayant été bloquée: voici le lien sécurisé:

Les politiciens québécois sont disconnectés de la réalité…voyez:

1- Le Dr Rosenberg de la santé publique admet en entrevue que la COVID n’est pas plus dangereuse que la grippe. 2- COVID, passeport sanitaire et identité numérique.

 

 

 

 

Disparition de Jimi Hendrix le 18/09/70 – Retour sur une mort suspecte

 

Déclaration de James Marshall Hendrix à propos de son interprétation de l’hymne étatsunien The Star Spangled Banner à Woodstock en 1969 en pleine guerre du Vietnam :

« On ne cherche pas à dénigrer les États-Unis. On reflète l’ambiance des États-Unis aujourd’hui. C’est un peu électrique ».

Jimi Hendrix considéré comme un élément subversif, proche des (ou instrumentalisé par les) Black Panthers, militant antiguerre et fiché par le FBI (Cointelpro[1]a été retrouvé suicidé le 18 septembre 1970 à Londres. Il fut kidnappé peu avant sa mort par la mafia (puis relâché) sous la supervision d’un de ses agents, Michael Jeffrey, lié au MI6.

 

En 1969, Jimi Hendrix subit la pression politique des autorités étatsniennes en pleine guerre du Vietnam qui lui reprochent son interprétation de Star Spangled Banner lors du concert de Woodstock

 

Jimi Hendrix : la thèse de l’assassinat relancée

…Si cette nouvelle version peut surprendre, elle vient tout de même corroborer certains doutes qui planaient déjà autour de la mort du virtuose de la guitare électrique. D’abord, le témoignage de la fameuse Monika, qui, selon les enquêteurs, est toujours restée très évasive sur cette fameuse nuit du 18 septembre 1970. Et qui, de surcroît, était absente au moment où l’ambulance est arrivée. Mais aujourd’hui, impossible d’en savoir plus sur elle : l’ancienne petite-amie du chanteur s’est donnée la mort en 1996.

Plus troublant encore, le récit de John Bannister, le chirurgien qui a tenté de sauver Jimi Hendrix à son arrivée à l’hôpital. Ce dernier a toujours trouvé étrange que le taux d’alcool dans son sang ne soit pas compatible avec la quantité de vin retrouvée dans son estomac lors de l’autopsie.

Reste qu’en 2000, déjà, la journaliste Alex Constantine racontait dans un livre, « The covert war against rock », la même version que James Tappy Wright. Selon elle, le manager du chanteur aurait confié au producteur Alain Douglas être « impliqué » dans la mort de Jimi Hendrix, deux jours seulement après sa mort…

————-

Lire également :

 

 

 

 

 

 

[1] Cointelpro était un programme du FBI (de 1956 à 1971) visant à « discréditer, surveiller, neutraliser » les dissidents aux Etats-Unis notamment les individus ou les organisations jugées dangereuses qu’elles soient violentes ou pacifiques. Selon l’historien Ward Churchill, 27 Black Panthers furent ainsi assassinés entre 1968 et 1976 ainsi que 69 membres de l’American Indian Movement (AIM). Hendrix était fiché par le FBI, voir les documents du FBI sur la surveillance de la star du rock psychédélique et la vidéo plus bas sur le programme du FBI et du Cointelpro ainsi que l’implication de son manager Mike Jeffery, membre du MI6).

source : http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com

 

 

 

Courte opinion du jour:Un mois après le désastre, plus d’une tonne de feux d’artifice découverte dans le port de Beyrouth

Plus d’une tonne de feux d’artifice a été découverte à Beyrouth, dans le port où un énorme stock de produits chimiques a explosé le mois dernier, faisant des centaines de morts.

La double explosion dans le port de Beyrouth

 

L’armée libanaise a fait cette découverte dans un entrepôt lors des fouilles dans le port. Les ingénieurs militaires ont pu neutraliser et évacuer pas moins de 1,5 tonnes de feux d’artifice empilés dans 128 boîtes.

L’explosion du 4 août, imputable à 2750 tonnes de nitrate d’ammonium conservées dans le port, qui se trouve au cœur de la capitale, a été une catastrophe de premier ordre pour le pays.

Au moins 190 personnes ont perdu la vie et environ 6000 ont été blessées. Le désastre a entraîné une crise politique majeure et la démission du gouvernement.

 

Source: Reuters