Nouvel Ordre Mondial:La crise vénézuélienne aggrave le déclin stratégique de l’Empire

En dépit des profonds clivages divisant ce qui reste de la société vénézuélienne et de la crise économique désastreuse affectant ce pays, il semble que le pantin Juan Guaido, une sorte de clone de Barack Obama, ait complètement échoué à susciter l’adhésion des populations et de l’Église.

Mis à part la CIA, ses gardes du corps issus du Mossad israélien, les représentants (et les mercenaires) des États-Unis, de Grande-Bretagne, de la France et des Pays-Bas, ainsi que les gros propriétaires terriens, Juan Guaido ne dispose d’aucune assise populaire au Venezuela.

Juan Guaido

Le président élu du Venezuela, Nicolas Maduro, demeure pourtant une figure fort controversée, voire rejetée par une proportion non-négligeable de la population mais dispose de l’appui d’une base de deux millions de supporters inconditionnels ainsi que du commandement supérieur et intermédiaire des forces armées.

Le clone d’Obama (une autre créature créée de toutes pièces par l’État profond US) passe mal et est considéré comme un agent de la CIA par l’Église catholique, influente au Venezuela.

On est loin du Chili d’Allende ou des interventions au Salvador, au Nicaragua ou sur l’île de Grenade.

Si la guerre en Syrie a définitivement brisé le cycle des interventions hybrides de l’Empire et mis fin à l’hégémonie absolue, la crise vénézuélienne est en train de mettre fin à la capacité de l’Empire de contrôler ses propres marches et son arrière-cour.

En filigrane, la Russie et la Chine dont les marches subissent depuis longtemps les interventions et les opérations hybrides de l’Empire, ont désormais l’opportunité de riposter avec des moyens similaires au Venezuela. La doctrine Monroe est au musée.

C’est un bouleversement historique majeur.

Publicités

S’opposer aux ambitions dangereuses de la Chine à l’ère de Trump

  • L’amiral John Richardson s’inquiète apparemment d’un manque de communication. La communication n’est pas le problème. Le problème est que les généraux et les amiraux chinois ont été et continuent d’être hostiles, belligérants et belliqueux.
  • « Nous ne voulons pas de la guerre. C’est la façon dont vous l’empêchez. Rappelez-vous, montrez un pouvoir écrasant, pas d’indécision ou de faiblesse. Certains Chinois liront correctement les signaux de fumée. » – Arthur Waldron, Université de Pennsylvanie.
  • Le meilleur moyen d’éviter un conflit dans le détroit de Taiwan est d’indiquer clairement à Beijing que l’Amérique défendra Taiwan.
  • Au premier semestre de 2012, les États-Unis, malgré l’obligation ferme de défendre les Philippines, n’ont rien fait lorsque la Chine a pris le contrôle de Scarborough Shoal dans la mer de Chine méridionale. Lorsque les généraux et les amiraux chinois ont constaté l’échec de Washington, ils ont mis le feu aux autres récifs et îlots des Philippines, ont attaqué les îles japonaises situées dans la mer de Chine orientale et ont commencé à récupérer et à militariser des éléments de la chaîne Spratly. Feebleness n’enhardit que l’agression chinoise. Il n’y aura pas de bonne fin en Asie tant que Washington n’aura pas dissuadé Pékin de la croyance arrogante qu’il peut prendre tout ce qu’il exige.
La nette détérioration des relations entre les deux armées les plus effrayantes du monde était évidente lorsque le chef des forces navales américaines, le chef des opérations navales, l’amiral John Richardson, s’est rendu à Beijing ce mois-ci. Sur la photo: l’amiral Richardson (à droite) est accueilli par de hauts responsables de la défense chinoise à l’Académie de recherche navale de l’Armée de libération du peuple à Beijing, le 14 janvier 2019

 

La nette détérioration des relations entre les deux armées les plus effrayantes du monde était évidente lorsque le chef des forces navales américaines, le chef des opérations navales, l’amiral John Richardson, s’est rendu à Beijing ce mois-ci.

Les officiers chinois étaient prêts pour Richardson: ils ont tenu des propos hostiles, notamment au sujet des relations des États-Unis avec Taiwan. L’OIIC Richardson s’en est tenu au script de coopération vieux de plusieurs décennies de Washington.

Il est temps que les décideurs américains modifient ce scénario en abandonnant, entre autres, des thèmes d’engagement, en introduisant des notions de réciprocité et en faisant preuve de résolution.

Richardson a pris une note optimiste alors qu’il quittait la Chine pour sa deuxième visite officielle en tant que meilleur amiral des États-Unis. « J’apprécie beaucoup l’hospitalité que j’ai reçue en Chine », a-t-il tweeté le 16 janvier. « J’ai eu d’excellentes discussions avec mes homologues et je suis impatient de renforcer nos relations à l’avenir. »

Les propos de l’amiral contrastaient fortement avec ceux de ses homologues chinois. Ils ont menacé d’une action militaire contre les États-Unis. De plus, Global Times , le tabloïd contrôlé par le Quotidien du Parti communiste dans un éditorial, a proféré des menaces voilées contre Richardson. « Beijing doit prendre des mesures concrètes pour aider les Etats-Unis à corriger leur vision », a noté le document après avoir évoqué l’action militaire visant à faire respecter les revendications territoriales étendues de Beijing. « La Chine doit avoir la capacité de faire payer à ses rivaux des coûts insupportables. »

Le décalage dans le ton des messages américains et chinois suggère que quelque chose ne va peut-être pas.

Pour commencer, il semble que quelque chose ne va pas au sommet de l’Armée de libération du peuple. Deux fois le mois dernier, de hauts officiers chinois ont publiquement demandé des attaques non provoquées contre la marine américaine. Dans le second épisode, le 20 janvier, le contre-amiral Luo Yuan a déclaré vouloir utiliser les missiles balistiques Dong Feng-21D et Dong Feng-26 pour couler deux porte-avions et créer 10 000 « victimes ».

Bien que ces déclarations belliqueuses ne représentent pas une politique officielle, elles peuvent néanmoins être considérées comme reflétant la pensée des officiers supérieurs. En tout état de cause, ils devraient être profondément troublants.

La réponse américaine appropriée n’était pas celle de Richardson: « Je suis impatient de poursuivre notre dialogue alors que nous recherchons un terrain d’entente et des possibilités de coopération ». La réponse de Richardson aurait dû être: « J’annule mon voyage en Chine. »

Richardson, avant le voyage en Chine, a défendu sa visite :

« Un échange de vues systématique est essentiel, en particulier en période de friction, pour réduire les risques et éviter les erreurs de calcul. Un dialogue honnête et franc peut améliorer les relations de manière constructive, aider à explorer les travailler à travers nos différences. « 

« Intérêts communs »? Nous n’entendons pas seulement des paroles inacceptablement belliqueuses de Luo et d’autres; nous avons vu et voyons encore des actions dangereuses de la part des Chinois dans le monde commun.

Le 30 septembre, le destroyer chinois Lanzhou est arrivé à moins de 45 mètres de l’USS Decatur alors qu’il franchissait la proue du navire de guerre américain près du récif Gaven dans la mer de Chine méridionale. Le Decatur a dû faire demi-tour pour éviter une collision. La marine américaine a qualifié diplomatiquement les manœuvres de Lanzhou « d’insalubrité et de manque de professionnalisme ».

Malgré le comportement risqué – et malgré le refus de Pékin de faire appel à un appel du port de Hong Kong pour le USS Wasp – octobre, la marine américaine a demandé l’autorisation au groupe Ronald Reagan Strike de payer un appel au port de Hong Kong, région administrative spéciale de la République populaire. de la Chine, quelques semaines à peine après l’incident de Decatur-Lanzhou.

James Fanell, l’un des principaux commentateurs des interactions de la US Navy avec la Chine, a déclaré à Gatestone que la demande d’appel au port avait sapé la ligne de conduite plus dure du président Trump:

« Ce qui semble clair, c’est que la RPC a réussi à convaincre des générations de dirigeants du Pentagone que des relations » mil-à-mil « sont importantes pour la promotion de la sécurité, malgré les preuves empiriques accablantes qui prouvent le contraire. »

Fanell, qui en tant que capitaine était l’officier en chef du renseignement de la flotte du Pacifique, a raison en ce qui concerne les preuves. Au fil du temps, l’armée chinoise a mené une série d’interceptions dangereuses de la marine et de l’aviation américaines sur et au-dessus de la mer de Chine méridionale et de la mer de Chine orientale.

L’amiral Richardson s’inquiète apparemment d’un manque de communication. La communication n’est pas le problème. Le problème est que les généraux et les amiraux chinois ont été et continuent d’être hostiles, belligérants et belliqueux.

De plus, ces discussions ne feront que nuire à ces officiers généraux. En fait, les efforts de dialogue menés par les Américains aggravent la situation. Les amiraux de la marine américaine peuvent penser qu’ils agissent de manière responsable et constructive, mais les Chinois perçoivent manifestement les faiblesses et agissent en conséquence. L’explication la plus plausible des commentaires de Luo le mois dernier est qu’il pensait que l’Amérique pouvait être intimidée de quitter la région.

Le général Li Zuocheng, membre de la Commission militaire centrale du Parti communiste, a également tenté d’intimider. Il a confié à Richardson à Beijing que l’Armée de libération du peuple assumerait « tous les coûts » pour empêcher toute ingérence étrangère dans les affaires taïwanaises.


EN COMPLÉMENT

Taiwan a commandé deux frégates lance – missiles US Perry-classe dans la marine de Taiwan en Novembre 2018 

Un haut responsable militaire chinois a mis en garde mardi la marine américaine contre toute « ingérence » en faveur de l’indépendance de Taiwan, affirmant que Pékin défendrait sa revendication « à tout prix ».

Le général Li Zuocheng, membre de la Commission militaire centrale, a tenu ces propos lors d’une réunion à Beijing avec l’amiral John Richardson, chef des opérations navales américaines.

La Chine considère que Taiwan fait partie de son territoire et sera réunifiée, bien que les deux parties soient gouvernées séparément depuis leur scission en 1949 après une guerre civile remportée par les communistes de Mao Zedong.

L’île autogérée a sa propre monnaie, son drapeau et son gouvernement, mais n’est pas reconnue comme un État indépendant par l’ONU.

Pékin a déclaré qu’il n’hésiterait pas à recourir à la force si Taipei déclarait officiellement son indépendance ou en cas d’intervention extérieure – y compris de la part des États-Unis, le plus puissant allié officieux de l’île.

« La question de Taiwan est une affaire interne à la Chine, concerne les intérêts fondamentaux de la Chine et les sentiments nationaux du peuple chinois, et aucune ingérence extérieure ne sera tolérée », a déclaré Li Zuocheng dans un communiqué publié par le ministère de la Défense.

« Si quelqu’un veut séparer Taiwan de la Chine, l’armée chinoise défendra à tout prix l’unité de la mère patrie », a-t-il déclaré au chef de la marine américaine.

Ces derniers mois, des navires de la marine américaine ont traversé à plusieurs reprises le détroit de Taiwan, qui sépare la Chine continentale de l’île.

Pékin considère tous les navires traversant le détroit comme une violation de sa souveraineté, alors que les États-Unis et de nombreux autres pays considèrent cette route comme une voie internationale ouverte à tous.

Une loi américaine récente encourageant les visites mutuelles entre des responsables américains et taïwanais a également provoqué la colère de Pékin.

Washington, qui a rompu ses relations diplomatiques avec Taipei en 1979 pour reconnaître que Pékin reste le plus puissant allié de l’île et son principal fournisseur d’armes.


Une île artificielle chinoise dans la mer de Chine..pès des Philippines.

 

 

Après avoir quitté la Chine, Richardson, à son crédit, a suggéré d’envoyer un groupe de frappe de porte-avions dans le détroit de Taiwan. « Nous ne voyons pas vraiment de limitation sur le type de navire susceptible de traverser ces eaux », a-t-il déclaré à des journalistes à Tokyo.

La prochaine étape pour les États-Unis consiste à conduire un transporteur dans le détroit, comme l’avait fait la marine en 2007, après que les Chinois eurent refusé une escale à Hong Kong.

Pourquoi s’arrêter avec un seul groupe de grève des transporteurs? Arthur Waldron de l’Université de Pennsylvanie a déclaré à Gatestone que, pour marquer durablement Pékin, les États-Unis devraient organiser un passage dans le détroit de Taiwan avec non seulement le supercarrier Ronald Reagan mais également une flottille de « quelques sous-marins japonais et de l’Izumo; Navires français ou australiens disponibles et la marine de Taiwan l’observant.  » Il recommande également d’envoyer des avions à ajouter à l’effet.

Un des nouveaux navires de guerre chinois le Linyi

« Nous ne voulons pas de guerre », a écrit Waldron dans un message adressé aux professionnels de la défense la semaine dernière. « C’est comme ça que vous l’empêchez. Rappelez-vous, montrez un pouvoir écrasant, pas une indécision ou une faiblesse. Certains Chinois liront correctement les signaux de fumée. »

Le meilleur moyen d’éviter le conflit dans le détroit de Taïwan, comme le suggère Waldron, est d’indiquer clairement à Pékin que l’Amérique défendra Taïwan. Au cours des deux derniers mois, Pékin a menacé d’envahir. Malheureusement, comme le souligne Joseph Bosco, un ancien responsable des relations avec la Chine au Bureau du secrétaire à la Défense, le meilleur moyen que Washington puisse faire pour le moment est de créer un « diplomate confus » que les Chinois peuvent interpréter comme un manque de détermination de la part des Américains.

« Vous pouvez parier », a déclaré Bosco  la semaine dernière, « les calculs de la Chine changeraient radicalement si le président Trump ou le secrétaire Pompeo ou le nouveau Secrétaire général ou John Bolton prononçaient publiquement ces mots devant Pékin: » Nous défendrons Taiwan en toutes circonstances. « Cela permettrait, a-t-il déclaré, » de reconstituer efficacement le traité de défense mutuelle conclu entre les États-Unis et Taiwan en 1954 « et » de modifier la dynamique stratégique en faveur de Washington et de Taipei « .

Certains – en fait beaucoup – de « modifier » sont absolument nécessaires, et ce n’est pas un moment trop tôt. Au premier semestre de 2012, les États-Unis, malgré l’obligation ferme de défendre les Philippines, n’ont rien fait lorsque la Chine a pris le contrôle de Scarborough Shoal dans la mer de Chine méridionale. Quand des généraux et des amiraux chinois ont constaté l’échec de Washington, ils ont mis le feu aux autres récifs et îlots des Philippines, attaqué les îles japonaises situées dans la mer de Chine orientale et commencé à récupérer et à militariser des éléments de la chaîne des îles Spratly. La faiblesse américaine  n’enhardit que l’agression chinoise.

Il n’y aura pas de bonne fin en Asie tant que Washington n’aura pas dissuadé Pékin de la croyance arrogante qu’il peut prendre tout ce qu’il exige.

Comment faire ça? En plus de naviguer dans le détroit de Taiwan, l’amiral Richardson peut peut-être faire en sorte que quelques navires de la marine américaine effectuent une escale au port de l’île et s’y attardent quelques instants.

les missiles chinois à longue portée sont devenu une réalité.

 

 

 

La Troisième Guerre Mondiale en préparation:Le missile hypersonique à capacité nucléaire de la Chine menace-t-il la dissuasion américaine?

  • Des responsables américains ont révélé en août que la Chine avait testé un missile hypersonique capable de transporter une tête nucléaire et de déjouer les systèmes de défense antimissile. Environ deux mois plus tôt, la Chine avait testé le missile balistique intercontinental avancé (ICBM) DF-41. Il a une autonomie de 12 000-15 000 km et est capable de transporter 10 têtes nucléaires miniaturisées.
  • La Chine suppose sans aucun doute que si ses ICBM peuvent atteindre le continent américain, ils dissuaderont les États-Unis de s’immiscer dans les affaires de la Chine dans les mers de Chine du Sud et de l’Est.
La Chine suppose sans aucun doute que si ses missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) peuvent atteindre le continent américain, ils dissuaderont les États-Unis de s’immiscer dans les affaires de la Chine dans les mers méridionale et orientale. Sur la photo: Un missile balistique intercontinental DF-31, capable de transporter des ogives nucléaires, exposé au Musée militaire de la révolution du peuple chinois en Chine.

Des responsables américains ont révélé en août que la Chine avait testé un missile hypersonique – le Xingkong-2 ou Starry Sky-2 – capable de transporter une tête nucléaire et de déjouer les systèmes de défense antimissile. Bien que ce soit le premier test de ce type qui ait été ouvertement reconnu par Pékin, il n’était, selon le Washington Free Beacon , qu’un des nombreux tests surveillés par les États-Unis.


EN COMPLÉMENT

La Chine a procédé à l’essai en vol d’un nouveau missile hypersonique capable de transporter une tête nucléaire contre les défenses anti-missiles avancées, selon des responsables américains.

Le test en vol du missile Xingkong-2 ou Starry Sky-2 a été décrit par les médias officiels chinois et présenté comme un missile à très grande vitesse capable de déjouer les systèmes de défense antimissile.

Les responsables ont confirmé que le test avait été effectué dans le nord-est de la Chine et avait été rapporté par les services de renseignements américains plus tôt cette semaine.

Ces tests sont étroitement surveillés dans le cadre de l’attention renouvelée du Pentagone et des agences de renseignement américaines sur la puissance militaire croissante de la Chine.

La vidéo diffusée par la télévision d’Etat chinoise a montré la nouvelle arme en cours de lancement au sommet d’un missile balistique.

C’était la première fois que le gouvernement chinois commentait publiquement la mise au point de missiles hypersoniques capables de fournir des armes nucléaires et conventionnelles.

Dans le passé, les tests d’un planeur hypersonique chinois – un missile à grande vitesse manoeuvrant sans moteur – étaient gardés secrets mais étaient souvent divulgués par les autorités américaines.

Contrairement à un autre missile hypersonique chinois connu sous le nom de DF-ZF, le Starry Sky-2 aurait recours au vol motorisé.

Le test a été annoncé par la China Academy of Aerospace Aerodynamics, l’agence gouvernementale chinoise chargée du développement. L’académie a déclaré dans un communiqué que le missile avait été lancé le 3 août sur un roc multi-étapes et que pendant le vol, il effectuait des manœuvres extrêmes à des vitesses de 5,5 Mach pendant plus de 400 secondes. La vitesse hypersonique est considérée plus rapide que Mach 5, soit cinq fois la vitesse du son.

La vitesse maximale du missile était de Mach 6, soit 4 603 milles à l’heure.

Selon des rapports chinois, le missile expérimental utilise un fuselage en forme de coin qui est poussé à des vitesses hypersoniques en surfant sur les ondes de choc générées par son propre vol pour améliorer la portance.

Le vaisseau hypersonique a volé à une altitude de 18 milles et a mené ce qu’il est dit de manoeuvres à angle aigu. Le missile a également testé ce qui a été décrit comme un « système de protection thermique équilibré thermiquement ».

Le nouveau missile fait partie d’une course hypersonique aux armements amorcée ces dernières années, qui implique les efforts des États-Unis, de la Chine et de la Russie pour fabriquer des armes à très grande vitesse en réponse à une défense antimissile de plus en plus performante.

Le président russe Vladimir Poutine a vanté les systèmes de missiles avancés de Moscou en cours de développement lors d’un discours prononcé en mars.

« Nous avons commencé le développement de nouveaux types d’armes stratégiques qui n’utilisent pas de trajectoires de vol balistiques pour se rendre à la cible », a déclaré M. Poutine. « Cela signifie que les systèmes de défense antimissile sont inutiles en tant que contre-moyens et tout simplement insensés. »

La Russie construit actuellement un missile hypersonique à longue portée, appelé Avanguard.

L’actuelle loi d’autorisation de la défense pour l’exercice 2019, qui doit être signée par le président Trump la semaine prochaine, appelle l’Agence de défense antimissile du Pentagone à accélérer les programmes de défense antimissile conçus pour contrer les armes hypersoniques.

La loi exige également que le secrétaire à la Défense, Jim Mattis, soumette au Congrès une « exigence validée » concernant les armes hypersoniques classiques lancées au sol, en mer et dans les airs dans les trois mois.

Interrogé sur les récents essais de missiles hypersoniques chinois et sur le point de savoir si la Chine maîtrisait la technologie, le commandant du commandement stratégique, le général John Hyten, a déclaré qu’il était incapable de confirmer le statut du programme chinois.

« Le seul moyen de confirmer cela serait de révéler des informations de renseignement, et je ne peux pas le faire », a déclaré Hyten aux journalistes à Omaha le 1er août.

« Mais je peux vous dire que d’après des informations de source ouverte, le gouvernement et l’armée chinoise procèdent à des tests très agressifs des capacités de glisse hypersonique », a déclaré Hyten.


Les russes développent aussi de nombreux missiles.

 

Environ deux mois plus tôt, la Chine avait testé le DF-41 , l’un de ses missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) les plus avancés. Il a une autonomie de 12 000 à 15 000 km et est capable de transporter 10 ogives nucléaires miniaturisées, au lieu d’une seule grande.

Ces ogives nucléaires miniaturisées sur un seul missile balistique sont appelées « véhicules de rentrée multiples à cible indépendante » (MIRV). MIRV-ing un missile lui permet de contrer les systèmes de défense antimissile de l’ennemi. Comme le DF-41 utilise un combustible solide plutôt que liquide – comme le fait l’ICBM DF-5 -, il est plus mobile et son lancement nécessite moins de temps de préparation. Bien qu’il puisse être expédié à partir de lanceurs mobiles, il peut également l’être à partir de silos . Au fil des ans, la Chine a mis au point des silos factices pour semer la confusion dans l’ennemi et l’obliger à distinguer les vrais des faux.

Le DF-41 peut également être lancé par cartouche . C’est un sujet de préoccupation, car jusqu’à présent, la Chine a gardé ses ogives nucléaires et ses systèmes de livraison séparés, dans le cadre de sa doctrine du  » non-premier emploi « , mais les lancements de cartouches exigent que le missile soit équipé d’ogives nucléaires. Et lorsque le missile est équipé d’ogives nucléaires, son temps d’attaque diminue considérablement, renforçant ainsi la dissuasion nucléaire de la Chine et augmentant à la fois la mobilité et la flexibilité opérationnelle du missile.

La Chine suppose sans aucun doute que si ses ICBM peuvent atteindre le continent américain, ils dissuaderont les États-Unis de s’immiscer dans les affaires de la Chine dans les mers méridionale et orientale.

Bien que les États-Unis améliorent les programmes de défense antimissile nationale ( NMD ) et de défense antimissile de théâtre ( TMD ) et comptent sur eux pour protéger son pays des attaques ennemies, sa capacité actuelle à intercepter les ICBM de Chine reste à démontrer. La Chine travaille sans relâche pour compenser son désavantage quantitatif dans sa course aux armements nucléaires contre les États-Unis en se faisant concurrence de manière qualitative. Les États-Unis ne peuvent se permettre d’être complaisants.

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:L’incident naval entre la Russie et l’Ukraine se transforme en crise

Le président Petro Porochenko a signé un décret instaurant la loi martiale pour 60 jours. Il doit maintenant obtenir l’aval du parlement.

Par définition, la loi martiale institut un état judiciaire d’exception où le pouvoir et le maintien de l’ordre est assuré par l’armée et où les droits et libertés des citoyens sont en général suspendus.

« La loi martiale ne signifie par une déclaration de guerre [à la Russie], a prévenu le président Porochenko, elle sera introduite uniquement pour la défense », a-t-il assuré à la sortie du Conseil de sécurité et de défense.

Cette nouvelle escalade des tensions entre l’Ukraine et la Russie survient au lendemain de la capture de trois bateaux militaires ukrainiens par la marine russe à la suite d’une escarmouche dimanche dans le détroit de Kertch qui sépare la mer Noire de la mer d’Azov.

Ce détroit, la seule voie maritime entre la mer Noire et la mer d’Azov, est un passage hautement stratégique autant pour la Russie que l’Ukraine.

Selon Kiev, la marine russe a délibérément percuté un navire ukrainien et bloqué l’accès à la mer d’Azov en immobilisant un pétrolier sous le pont qui franchit le détroit qui sépare la Russie de la Crimée, annexée par la Russie en 2014.

Plus tard, Kiev a accusé la marine russe d’avoir capturé trois de ses bateaux, deux vedettes blindées et un remorqueur après avoir ouvert le feu sur les bâtiments. Six marins ukrainiens ont été blessés dont deux gravement, selon le gouvernement ukrainien.

L’Ukraine a exigé lundi la libération de ses marins et la restitution de ses navires tout en appelant ses alliés à instaurer de nouvelles sanctions contre Moscou.

Méthodes dangereuses

Moscou a de son côté affirmé avoir dû intervenir et ouvrir le feu contre les navires ukrainiens qui se livraient à des provocations et des « actions illégales dans les eaux territoriales russes ».

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a pour sa part accusé lundi l’Ukraine d’utiliser des « méthodes dangereuses » dans le détroit de Kertch.

« Une violation a eu lieu, et des méthodes dangereuses ont par ailleurs été utilisées. Cela pouvait créer et cela a créé une menace et des risques pour le déplacement normal des navires dans ce corridor maritime » entre la mer d’Azov et la mer Noire, a affirmé le chef de la diplomatie russe.

« La partie russe a agi en stricte conformité avec la législation, à la fois le droit international et le droit intérieur à une intrusion de navires de guerre étrangers dans les eaux territoriales de la Fédération de Russie », a renchéri le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

Cette nouvelle escalade militaire entre l’Ukraine et la Russie sera d’ailleurs en tête de l’ordre du jour d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU prévue pour 11h lundi matin.

L’OTAN, qui porte aide et assistance militaire à l’Ukraine depuis l’annexion de la Crimée par les Russes, a pour sa part annoncé une réunion extraordinaire avec le gouvernement ukrainien lundi, à Bruxelles.

 

Les risques d’une chute brutale de l’économie mondiale s’accumulent

L’économie mondiale a entrepris une décélération qui pourrait se révéler « plus brutale que prévu », notamment si l’escalade des sanctions commerciales se poursuit, met en garde l’OCDE.

Voyant grossir les risques de dérapage de l’économie mondiale, l’OCDE se montre de plus en plus préoccupée par les niveaux où se trouvent encore les taux d’intérêt des banques centrales (trop bas) et les déficits des gouvernements (trop élevés).

Encore forte, la croissance économique mondiale a toutefois probablement « atteint son point culminant » et cherchera désormais une façon de revenir à un rythme « certes plus modeste, mais durable », a rapporté mercredi l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) lors de la mise à jour de ses perspectives économiques. Bien que l’économie mondiale semble en voie de réaliser cet « atterrissage en douceur », les risques d’un retour sur terre plus violent « sont suffisamment importants pour être considérés comme alarmants et nous inciter à nous préparer à affronter les éventuels orages à venir », a expliqué sa chef économiste, Laurence Boone.

Désastreuse guerre commerciale

Au premier rang des facteurs de risques qui pourraient tout faire capoter, l’OCDE évoque l’impact sur les échanges et l’investissement d’une recrudescence des tensions commerciales ainsi que du climat d’incertitude qui en découle. Entre autres facteurs, on cite aussi le relèvement des taux d’intérêt par les banques centrales, les difficiles négociations du Brexit et l’augmentation de la tension politique au Moyen-Orient et au Venezuela.

Sur le front commercial, les seuls tarifs douaniers imposés par Donald Trump sur les importations chinoises et les représailles chinoises ont déjà causé une réduction de 0,4 % des échanges mondiaux, une diminution de la croissance économique de 0,2 % à 0,3 % dans les deux pays et devraient amener une hausse des prix à la consommation de 0,2 point de pourcentage aux États-Unis à partir de l’an prochain, estime l’OCDE. S’il fallait que le président américain passe de la parole aux actes et inflige une taxe de 25 % sur l’ensemble des produits chinois et que Pékin réponde par une taxe équivalente sur tous ses produits américains importés, le commerce mondial reculerait de 1,75 % et l’économie mondiale de 0,5 %, les économies américaine et chinoise perdraient respectivement 0,8 % et 1 % et les prix à la consommation augmenteraient de presque 1 %.

« Les conflits commerciaux et l’incertitude politique accentuent les difficultés auxquelles sont confrontés les gouvernements tandis qu’ils s’emploient à préserver une croissance économique forte, durable et inclusive », a martelé le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría.

Son organisation n’a pas manqué de déplorer également le fait que l’exceptionnelle période de croissance des dernières années a essentiellement profité à une minorité de la population plus mobile et qualifiée et que les inégalités de revenus ont continué de se creuser. « Ces inégalités, l’absence de mobilité intergénérationnelle, menacent la croissance et alimentent le rejet de la mondialisation », a rappelé Laurence Boone.

 

Message à Bill Morneau

Pour le moment, l’OCDE se contente de réviser à la baisse les dernières prévisions de croissance de l’économie mondiale qu’elle faisait en mai, de 3,8 % à 3,7 % pour cette année et de 3,9 % à 3,5 % l’an prochain. Paradoxalement, les chiffres pour les États-Unis et la Chine restent pratiquement inchangés, à 2,9 % cette année et 2,7 % l’an prochain (plutôt que 2,8 %) pour les premiers et à 6,6 % (6,7 %) cette année et 6,3 % (6,4 %) l’an prochain pour l’autre.

Le Canada, de son côté, reste au même point avec des prévisions de croissance de 2,1 % pour cette année, de 2,2 % pour 2019 et de 1,9 % en 2020, sous l’effet notamment d’un inévitable ralentissement de la création d’emploi et, par conséquent, de la consommation, mais sous le coup aussi de l’essoufflement attendu de la croissance américaine (2,1 % en 2020).

Voyant grossir les risques de dérapage de l’économie mondiale, l’OCDE se montre de plus en plus préoccupée par les niveaux où se trouvent encore les taux d’intérêt des banques centrales (trop bas) et les déficits des gouvernements (trop élevés) dix ans après le début de la dernière récession et alors qu’il se peut que les événements les amènent à intervenir de nouveau pour stimuler l’économie.

Le Canada ne fait pas exception. Au moment même où le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, s’apprêtait à présenter une mise à jour économique qui ne comprenait toujours pas de date de retour au déficit zéro, l’OCDE lui suggérait, dans son rapport, qu’à « ce stade avancé du cycle conjoncturel, un assainissement budgétaire plus marqué serait indiqué, car il permettrait d’alléger le fardeau pesant sur la politique monétaire et de disposer d’une marge de manoeuvre budgétaire plus ample pour soutenir l’activité économique dans l’hypothèse où elle subirait un fléchissement ».

Troisième guerre Mondiale en préparation:L’armée américaine pourrait perdre un conflit potentiel contre la Russie et la Chine

Les États-Unis ont perdu leur avantage militaire à un point tel qu’ils pourraient perdre une future guerre avec la Russie ou la Chine, a annoncé mercredi un nouveau rapport au Congrès américain.

« L’armée américaine pourrait subir des pertes inacceptables et d’importantes immobilisations lors de son prochain conflit. Elle pourrait avoir du mal à gagner, voire à perdre, une guerre contre la Chine ou la Russie », a déclaré le rapport préparé par la Commission de la stratégie de défense nationale, groupe d’experts bipartite créé par le Congrès.

La commission a averti que si les États-Unis n’agissaient pas rapidement pour remédier à la situation, les conséquences seraient « graves et durables ».

Le rapport a mis en garde contre la menace croissante non seulement des grandes puissances telles que la Russie et la Chine, mais également d’autres pays tels que l’Iran et la Corée du Nord.

« Ces pays ont développé des armes plus sophistiquées et des tactiques asymétriques employées de manière créative », a-t-il déclaré.

De plus, les États-Unis font face à une menace grandissante d’organisations terroristes transnationales, en particulier de groupes djihadistes radicaux.

« Dans le monde entier, la prolifération de technologies de pointe permet à davantage d’acteurs de contester le pouvoir militaire américain de manière plus menaçante », indique le rapport.

La commission a approuvé la stratégie de défense nationale (SND) présentée par l’administration du président Donald Trump en janvier 2018, qui visait à réorganiser l’armée américaine pour contrer les menaces croissantes de la Russie et de la Chine. Mais le rapport a également averti que les États-Unis n’avaient pas agi assez vite ni investi suffisamment d’argent pour mettre en pratique la stratégie de Trump.

Wing Loon un drone chinois pour longue distance.

 

 

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:Prélude à la guerre contre l’Iran

« L’Iran a annoncé avoir mené une attaque sur des cibles terroristes en Syrie, ce 1er octobre, en représailles à l’attentat meurtrier perpétré dans la ville iranienne d’Ahvaz le 22 septembre. Les Gardiens de la révolution ont publié sur leur site internet plusieurs photographies montrant des traînées de fumées ainsi que des points lumineux dans un ciel nocturne, au-dessus d’un relief montagneux désertique.

Les nouveaux missiles iraniens peuvent frapper dans toute la région,en cas d’attaque ou même d’invasion.

« Le quartier général des responsables du crime terroriste d’Ahvaz a été attaqué il y a quelques minutes à l’est de l’Euphrate par plusieurs missiles balistiques tirés par la branche aérospatiale des Gardiens de la révolution », a ainsi écrit l’armée d’élite de la République islamique sur son site. « Selon les premières informations, de nombreux terroristes takfiri et les chefs responsables du crime terroriste d’Ahvaz ont été tués ou blessés dans cette attaque », ont-ils ajouté.

Les discours prononcés par les chefs d Etat à l’ONU se matérialisent donc. L’Iran avait prévenu que les représailles contre l’attentat perpétré sur son sol et ayant donné la mort à 25 militaires seraient terribles, voilà qui est fait. Le président Rohani avait nommément accusé les USA, et Trump en contrepoids accusé Téhéran d’aider et de soutenir le terrorisme. Jamais en reste, Israël avait sorti d’on ne sait où une photo A4 montrant un bâtiment iranien censé abriter des arsenaux atomiques. Le tout sans preuves bien entendu.

De fait, comme un enchaînement, l’Etat français a envoyé ce 2 octobre à l’aube 200 policiers faire une perquisition au Centre Zahra, siège du parti antisioniste français, tenu par des chiites favorables au Hezbollah et au Hamas, que Paris avec ses alliés qualifie de terroristes – il s’agit de partis démocratiquement élus qui ont le malheur d’être contre la politique de l’Etat hébreu.

Ce même jour, la France a gelé pour six mois les avoirs sur son sol de la direction du ministère iranien du Renseignement et de deux Iraniens, une mesure liée au projet déjoué d’attentat contre un meeting de l’opposition iranienne à Villepinte (près de Paris), le 30 juin 2018. L’un de ces deux ressortissants iraniens est Assadollah Assadi, un diplomate de 46 ans interpellé en Allemagne.

En outre, une source diplomatique française a confié à l’AFP, sous couvert d’anonymat, que le ministère du Renseignement iranien avait « commandité » le projet d’attentat contre le rassemblement de Villepinte. Evidemment Téhéran a tout nié en bloc.

A compter de la riposte iranienne, la France, sous commandement de l’Etat hébreu, serre les boulons et s’attaque donc à la dissidence, tout du moins à une certaine dissidence, sur laquelle elle pratique l’inversion accusatoire. Il s’agit d’un prélude à la guerre qui dans le futur opposera l’allié saoudien à l’Iran. Cette guerre par procuration au nom de Jérusalem, dans l’hexagone, doit partir sur des bases assainies, c’est-à-dire sur un terrain ou l’information est sous contrôle et les opposants derrière les barreaux ou empêchés de nuire. D’où ces opérations. A propos desquelles les oppositions en France, RN ou FI, toutes sous contrôle de Tel Aviv, ne trouveront, vous verrez, absolument rien à redire ».


EN RÉPONSE A DONALD TRUMP:

Khamenei promet de ne jamais «livrer l’Iran à l’ennemi»

Une photo fournie par le bureau du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, le montre le 4 octobre 2018 saluant des dizaines de milliers de miliciens islamiques (« bassidjis ») réunis au stade Azadi à Téhéran, avant de prononcer un discours

Le guide suprême iranien, Ali Khamenei, a affirmé jeudi qu’il n’autoriserait « jamais » que l’Iran soit livré à ses ennemis alors que les relations entre la République islamique et les Etats-Unis sont de nouveau au plus bas.

« Faire courir l’idée, conformément aux souhaits de l’ennemi, qu’il n’y a pas d’autre solution que de se livrer à l’ennemi, c’est la pire des trahisons vis-à-vis de la nation iranienne, et cela n’arrivera pas », a déclaré l’ayatollah Khamenei dans un discours à Téhéran retransmis par la télévision d’Etat.

« Avec l’aide de Dieu, tant que je suis vivant et en capacité, et avec votre aide, je n’autoriserai jamais qu’une telle chose arrive », a ajouté le numéro un iranien devant plusieurs dizaines de milliers de miliciens islamiques (« bassidjis ») réunis au stade Azadi.

Le terme « ennemi » englobe généralement pour l’Iran l’ensemble des ennemis du pays et de l’islam, au premier rang desquels les Etats-Unis, qualifiés de « Grand Satan » par les autorités iraniennes.

Revenant sur les sanctions économiques rétablies par les Etats-Unis contre l’Iran en août après la dénonciation unilatérale par Washington de l’accord international sur le nucléaire iranien, M. Khamenei a assuré que celles-ci ne viendraient pas à bout de son pays, contrairement à ce qu’espère selon lui la Maison Blanche.

« Notre économie nationale peut surmonter les sanctions, et avec l’aide de Dieu nous les mettrons en échec, et cette défaite signifiera la défaite de l’Amérique et que l’Amérique recevra une nouvelle gifle de la nation iranienne », a-t-il dit.

Mercredi, la Cour internationale de justice (CIJ), saisie par Téhéran, a ordonné aux Etats-Unis de suspendre certaines sanctions contre l’Iran visant des importations « à des fins humanitaires ».

Une photo fournie par le bureau du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, le montre le 4 octobre 2018 saluant des dizaines de milliers de miliciens islamiques ("bassidjis") réunis au stade Azadi à Téhéran, avant de prononcer un discours Une photo fournie par le bureau du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, le montre le 4 octobre 2018 saluant des dizaines de milliers de miliciens islamiques.

La décision de la Cour a été accueillie comme une « victoire » par l’Iran, mais Washington a indiqué n’avoir aucune intention de suivre l’avis des juges de La Haye en annonçant mettre fin au « traité d’amitié » irano-américain de 1955 sur la base duquel l’Iran avait présenté sa plainte à la CIJ.

Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif a réagi à cette abrogation unilatérale en qualifiant Washington de « régime hors la loi ».

L’Iran et les Etats-Unis ont rompu leurs relations diplomatiques en 1980.

 

 

Divulgation de documents:Opération impensable: le plan secret de Winston Churchill pour envahir la Russie en 1945

Au printemps 1945, Winston Churchill demanda à ses chefs militaires de préparer un plan secret. Ce n’était pas nouveau. Churchill, hyper énergique, proposait toujours des plans, certains intelligents et certains fous. Mais ce plan dépassait tout cela.

 

Au début de 1945, les États-Unis se concentraient sur l’Allemagne pour se débarrasser du Japon. Mais le regard de Churchill voyait une obscurité descendre sur l’Europe. Que se passerait-il avec une armée rouge occupant son cœur? Staline avait déjà renié les accords antérieurs selon lesquels la Pologne – la raison pour laquelle la Grande-Bretagne était entrée en guerre en 1939 – serait libre. Au lieu de cela, le gouvernement polonais était rempli de partisans soviétiques alors que les résistants polonais se sont retrouvés dans les prisons du NKVD. La Roumanie, la Hongrie et la Tchécoslovaquie étaient sous contrôle soviétique et la Grèce et la Turquie étaient menacées. Après la capitulation inévitable de l’Allemagne, l’énorme force américaine en Europe déménagerait dans le Pacifique.

Ainsi, les planificateurs britanniques ont imaginé «opération impensable», un nom approprié pour ce qui aurait été la troisième guerre mondiale. Quelle pourrait être une tâche plus inimaginable que d’essayer de trouver un moyen pour la Grande-Bretagne – brisée et épuisée après deux guerres mondiales – de lancer une guerre préventive pour vaincre le colosse soviétique?

Pourtant, même si la Grande-Bretagne perdait le «grand» en 1945, les ordres étaient des ordres, et les planificateurs militaires étaient habitués à concevoir des réponses aux imprévus les plus improbables. Ils se sont donc mis au travail et, en 1945, ils avaient élaboré un plan. L’attaque commencerait le 1er juillet 1945 pour permettre les opérations avant l’arrivée de l’hiver. Ils supposaient que les services de renseignement soviétiques détecteraient les préparations alliées et rendraient donc impossible une offensive surprise de type Opération Barbarossa. Ainsi, les Alliés se battraient dès le début.

L’opération Impensable a envisagé une offensive des armées anglo-américaines, plus un contingent polonais libre (les Canadiens ont également été informés du plan). Ces forces briseraient les défenses soviétiques avancées en Allemagne. On s’attendait alors à ce que les Soviétiques massent leur armure le long des fleuves Oder et Neisse, que les Soviétiques avaient transformés en nouvelle frontière entre l’Allemagne et la Pologne. Une bataille blindée gigantesque de type Koursk se déroulerait autour de Stettin. Si les Alliés le gagnaient, ils avanceraient sur une ligne longue de 250 milles entre Dantzig et Breslau, où ils s’arrêteraient pour éviter d’exposer leur flanc à une attaque sudiste lancée par les forces soviétiques en Tchécoslovaquie.

Ironiquement, le plan ressemblait beaucoup à l’opération Barbarossa d’Hitler, qui comptait également sur la défaite des forces soviétiques près de la frontière russe pour éviter une campagne prolongée au plus profond de cette vaste nation. « Les planificateurs pensaient que s’ils pouvaient sécuriser cette ligne de Dantzig à Breslau à l’automne 1945, il suffirait peut-être d’amener Staline », écrit l’auteur Jonathan Walker dans son livre Churchill’s Third World War. 1945. «Mais si les Alliés atteignaient cette limite à l’automne (sans tenir compte de l’énorme avantage que possédaient les Soviétiques en matière de main-d’œuvre) et Staline n’avait pas changé d’idée quant au contrôle de l’Europe de l’Est? Avec les forces à leur disposition, Les commandants occidentaux ne pouvaient pas tenir leur position pendant l’hiver 1945-1946 et ils seraient obligés de se retirer ou de pousser dans l’est de la Pologne et l’Union soviétique. Poursuivre serait sans doute une «guerre totale». »

La guerre totale contre la Russie – des mois avant que la première bombe atomique ne soit lancée sur le Japon – était une issue que personne ne voulait. Les forces alliées avaient près de 4 millions d’hommes en Europe lorsque l’Allemagne se rendit, la majorité d’entre eux étant des Américains qui seraient bientôt transférés dans le Pacifique. L’Armée rouge comptait près de 11 millions d’hommes et peut-être 20 000 chars et canons automoteurs. Certes, les Alliés comptaient sur les mêmes avantages qui leur permettaient de vaincre l’Allemagne nazie. Ils avaient une grande supériorité en mer, ce qui signifiait que leurs flottes pouvaient fournir un soutien amphibie en mer Baltique. Les forces aériennes tactiques soviétiques dépasseraient de deux à un les forces aériennes tactiques alliées, mais les Alliés pouvaient compter sur des pilotes mieux entraînés et sur le fait que les Soviétiques dépendaient des États-Unis pour le carburant aviation à indice d’octane élevé. Cependant, le vrai as dans l’air serait le 2, 500 bombardiers lourds alliés en Europe, qui comprendraient probablement des B-29. La Luftwaffe n’avait pas été en mesure de les arrêter et la Force aérienne rouge n’avait aucune expérience pour les arrêter.

Néanmoins, les planificateurs alliés se sont retrouvés dans le même piège qui a détruit Napoléon et Hitler. Comment faire en sorte que la Russie se rende si elle ne le veut pas? Si vaincre l’Armée rouge sur le sol allemand n’était pas suffisant, la seule alternative était d’avancer vers l’est en Pologne puis en Russie. «Les planificateurs peinent maintenant à penser aux énormes distances que les Alliés devront franchir pour assurer la victoire», note Walker.

Pendant ce temps, les Alliés devaient compter sur l’expansion de la guerre alors que les Soviétiques attaquaient la Norvège, la Grèce et la Turquie (de manière inquiétante, les planificateurs britanniques s’attendaient à ce que les Soviétiques s’allient au Japon). Quant à la bombe atomique, les États-Unis n’en avaient que deux à l’été 1945 et ils étaient destinés au Japon. En 1946, l’Amérique n’avait que neuf bombes. Aussi puissantes soient-elles, elles ne pouvaient infliger qu’une fraction de la peine que l’Union soviétique avait subie aux mains des nazis et continuaient à se battre.

Ce qui est fascinant, ce n’est pas seulement l’hybris – ou chutzpah – de l’invasion de la Russie par la Grande-Bretagne, chose qu’elle n’avait pas fait depuis la guerre de Crimée. Ce sont les hypothèses qui sous-tendent le plan, motivées par des voeux pieux ou par le désespoir.

Alors même que les camps de travail étaient détruits, la Grande-Bretagne envisageait de reconstruire une armée allemande pour combattre les Russes. « L’une des questions les plus controversées dans le plan impensable était l’utilisation des forces allemandes dans le camp allié », écrit Walker. «On prévoyait que dix divisions allemandes pourraient être utilisées pour des opérations offensives, mais comme il leur faudrait du temps pour être rééquipées à partir de sources alliées, les unités ne seraient pas prêtes pour le 1er juillet et ne seraient disponibles qu’à l’automne; qu’ils devraient être utilisés était probablement très controversé. »

Mais le réarmement des ex-nazis devenait insuffisant par rapport à une base absolue de l’opération Unthinkable, à savoir que les États-Unis rejoindraient la Grande-Bretagne dans l’attaque contre l’Union soviétique. Roosevelt, et initialement Truman jusqu’à ce qu’il en sache mieux, étaient convaincus qu’il était possible de trouver un arrangement avec Staline après la guerre. Ils avaient tort, mais ils ne le savaient pas au printemps 1945. Et il y avait encore la victoire à gagner au Japon, pour laquelle l’aide soviétique était considérée comme essentielle. En d’autres termes, l’Amérique venait de terminer une croisade en Europe contre le nazisme. Il ne s’agissait pas encore de se lancer dans une croisade contre le communisme.

Les militaires adorent discuter de la manière dont une guerre entre les Alliés occidentaux et les Soviétiques se serait déroulée (bien que l’on suppose généralement que les Soviétiques auraient attaqué en premier). Les enthousiastes adorent argumenter les mérites des chars  Sherman contre les chars T-34, ou les chasseurs P-51 contre les  Yak soviétiques. C’est très intéressant et presque totalement inutile.

Le fait le plus grave d’une guerre qui aurait entraîné le monde dans la Troisième Guerre mondiale est le suivant: l’opération Impensable a appelé les nations démocratiques du Royaume-Uni et des États-Unis à lancer une guerre contre l’Union soviétique. La justification aurait été la nécessité de faire reculer l’empire soviétique de ses conquêtes allemande et orientale.

En contrepartie, les populations de Grande-Bretagne et d’Amérique devraient endurer un conflit prolongé sans moyen certain de contraindre l’ennemi à se rendre. Plutôt que la guerre aérienne et navale relativement exsangue que les Anglo-Américains préféraient et préféraient encore, ils auraient été piégés dans une guerre terrestre avec la plus grande puissance terrestre du monde, dans les vastes plaines froides et les marécages d’Europe de l’Est.

L’opération impensable était vraiment impensable.

Déja lors de la rencontre de Téhéran,Churchill réfléchissait a une Troisième Guerre Mondiale!

 

 

 

 

Des milliards de dollars d’armes contre la Syrie

Depuis sept ans, plusieurs milliards de dollars d’armement sont parvenus illégalement en Syrie ; un fait qui suffit à démentir la narration selon laquelle cette guerre serait une révolution démocratique. De nombreux documents attestent que ce trafic a été organisé par le général David Petraeus, d’abord à titre public depuis la CIA dont il était directeur, puis à titre privé depuis la société financière KKR avec l’aide de hauts fonctionnaires états-uniens et internationaux, dont le secrétaire général adjoint de l’Onu, Jeffrey Feltman. Ainsi, le conflit, qui était initialement une opération impérialiste des États-Unis et du Royaume-Uni, s’est transformé en une opération capitaliste privée, tandis qu’à Washington l’autorité de la Maison-Blanche était contestée par l’État profond. De nouveaux éléments mettent en lumière le rôle secret de l’Azerbaïdjan dans l’évolution de cette guerre.


Comment les jihadistes d’Alep étaient-ils approvisionnés en armes bulgares ?


 

 

Lors de la libération d’Alep et de la prise de l’état-major saoudien qui s’y trouvait, la journaliste bulgare Dilyana Gaytandzhieva constata la présence d’armes de son pays dans neufs entrepôts abandonnés par les jihadistes. Elle nota soigneusement les indications portées sur les caisses et, de retour dans son pays, enquêta sur la manière dont elles étaient arrivées en Syrie.

Depuis 2009 —à la brève exception de la période allant de mars 2013 à novembre 2014—, la Bulgarie est gouvernée par Boïko Borissov, un personnage haut en couleur, issu de l’une des principales organisations criminelles européennes, la SIC. Rappelons que la Bulgarie est à la fois membre de l’Otan et de l’Union européenne et qu’aucune de ces deux organisations n’a émis la moindre critique contre l’arrivée au pouvoir d’un chef mafieux identifié depuis longtemps par les services internationaux de police.

C’est donc clairement en mettant leur vie en jeu que Dilyana Gaytandzhieva a remonté la filière et que la rédaction du quotidien de Sofia, Trud, a publié son dossier [1]. Si la Bulgarie a été l’un des principaux exportateurs d’armes vers la Syrie, elle a bénéficié de l’aide de l’Azerbaïdjan.

Le gigantesque trafic d’armes de la CIA contre l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, la Syrie et l’Inde

Depuis le début des printemps arabes, un gigantesque trafic d’armes a été organisé par la CIA et le Pentagone en violation de nombreuses résolutions du Conseil de sécurité de l’Onu. Toutes les opérations que nous allons récapituler ici sont illégales en droit international, y compris celles organisées publiquement par le Pentagone.

En matière de trafic d’armes, même lorsque des individus ou des sociétés privées servent de paravent, il est impossible d’exporter des matériels sensibles sans l’assentiment des gouvernements concernés.

Toutes les armes dont nous allons parler, sauf les systèmes de renseignement électronique, sont de type soviétique. Par définition, même si l’on prétend que des armées dotées d’armes de type Otan sont les destinataires finales de ces livraisons, c’est impossible. Ces armées servent juste à couvrir le trafic.

On savait déjà que la CIA avait fait appel à la SIC et à Boïko Borissov pour fabriquer en urgence du Captagon à destination des jihadistes en Libye, puis en Syrie. Depuis l’enquête de Maria Petkova publiée dans Balkan Investigative Reporting Network(BIRN), on savait que la CIA et le SOCOM (Special Operations Command du Pentagone) avaient acheté pour 500 millions de dollars d’armes à la Bulgarie, entre 2011 et 2014, pour les jihadistes. Puis que d’autres armes furent payées par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis et transportées par Saudi Arabian Cargo et Etihad Cargo [2].

Selon Krešimir Žabec du quotidien de Zagreb Jutarnji list, fin 2012, la Croatie livrait aux jihadistes syriens 230 tonnes d’armes pour une valeur 6,5 millions de dollars. Le transfert en Turquie était opéré par trois Iliouchine de la compagnie Jordan International Air Cargo, puis les armes étaient parachutées par l’Armée qatarie [3]. Selon Eric Schmitt du New York Times, l’ensemble de ce dispositif avait été imaginé par le général David Petraeus, directeur de la CIA [4].

Lorsqu’en 2012, le Hezbollah tenta de découvrir le trafic de la CIA et du SOCOM, un attentat fut perpétré contre des touristes israéliens à l’aéroport de Burgas, le centre névralgique du trafic. Contre l’enquête de la police bulgare et les constatations du médecin légiste, le gouvernement Borissov attribua ce crime au Hezbollah et l’Union européenne classa la Résistance libanaise comme « organisation terroriste » (sic). Il fallut attendre la chute provisoire de Borissov pour que le ministre des Affaires étrangères, Kristian Vigenine, souligne que cette accusation est sans aucun fondement.

Selon une source proche du PKK, en mai et juin 2014, les services secrets turcs ont affrété des trains spéciaux pour livrer à Rakka, c’est-à-dire à ce qui s’appelait alors l’Émirat islamique en Irak et en Syrie et qui est connu aujourd’hui comme Daesh, des armes ukrainiennes payées par l’Arabie saoudite et plus d’un millier de Toyota Hilux (pick-up double cabine) spécialement arrangés pour résister aux sables du désert. Selon une source belge, l’achat des véhicules avait été négocié avec le Japonais Toyota par la société saoudienne Abdul Latif Jameel.

Selon Andrey Fomin de l’Oriental Review, le Qatar qui ne voulait pas être en reste a acheté pour les jihadistes à la société d’État ukrainienne UkrOboronProm la version la plus récente de l’Air Missile Defense Complex « Pechora-2D ». La livraison a été effectuée par la société chypriote Blessway Ltd [5].

Selon Jeremy Binnie et Neil Gibson de la revue professionnelle de l’armement Jane’s, l’US Navy Military Sealift Command a lancé en 2015 deux appels d’offres pour transporter des armes du port roumain de Constanta vers le port jordanien d’Aqaba. Le contrat a été emporté par Transatlantic Lines [6]. Il a été exécuté juste après la signature du cessez-le-feu par Washington, le 12 février 2016, en violation de son engagement.

Selon Pierre Balanian d’Asia News, ce dispositif s’est poursuivi en mars 2017 avec l’ouverture d’une ligne maritime régulière de la compagnie états-unienne Liberty Global Logistics reliant Livourne (Italie) / Aqaba (Jordanie) / Djeddah (Arabie saoudite) [7]. Selon le géographe Manlio Dinucci, elle était principalement destinée à la livraison de blindés vers la Syrie et le Yémen [8].

Selon les journalistes turcs Yörük Işık et Alper Beler, les derniers contrats de l’ère Obama ont été effectués par Orbital ATK qui a organisé, via Chemring et Danish H. Folmer & Co, une ligne régulière entre Burgas (Bulgarie) et Jeddah (Arabie saoudite). Pour la première fois, on parle ici non seulement d’armes produites par Vazovski Machine Building Factory (VMZ) (Bulgarie), mais aussi par Tatra Defense Industrial Ltd. (Tchéquie) [9].

Bien d’autres opérations ont eu lieu secrètement comme l’attestent par exemple les affaires du cargo Lutfallah II, arraisonné par la marine libanaise le 27 avril 2012, ou du cargo togolais, le Trader, arraisonné par la Grèce, le 1er mars 2016.

Le total de ces opérations représente des centaines de tonnes d’armes et de munition, peut-être des milliers, principalement payées par les monarchies absolues du Golfe, prétendument pour soutenir une « révolution démocratique ». En réalité, les pétro-dictatures ne sont intervenues que pour dispenser l’administration Obama de rendre des compte au Congrès US (Opération Timber Sycamore) et lui faire prendre des vessies pour des lanternes [10]. L’ensemble de ce trafic a été personnellement contrôlé par le général David Petraeus, d’abord depuis la CIA dont il était le directeur, puis depuis la société de placements financiers KKR qu’il a rejointe. Il a profité de l’aide de hauts-fonctionnaires, parfois sous la présidence de Barack Obama, puis massivement sous celle de Donald Trump.

JPEG - 33.3 ko
L’opération Timber Sycamore (Bois de sycomore) est la plus importante affaire de trafic d’armes de l’Histoire.

Le rôle jusqu’ici secret de l’Azerbaïdjan

Selon l’ancienne fonctionnaire du FBI et fondatrice de la National Security Whistleblowers Coalition, Sibel Edmonds, de 1997 à 2001, l’Azerbaïdjan du président Heydar Aliyev hébergea à Bakou, à la demande de la CIA, le numéro 2 d’Al-Qaïda, Ayman el-Zawahiri. Bien qu’officiellement recherché par le FBI, celui qui était alors le numéro 2 du réseau jihadiste mondial se déplaçait régulièrement en avion de l’Otan en Afghanistan, en Albanie, en Égypte et en Turquie. Il recevait également des visites fréquentes du prince Bandar ben Sultan d’Arabie saoudite [11].

À ses relations sécuritaires avec Washington et Riyad, l’Azerbaïdjan —dont la population est pourtant principalement chiite— ajoute Ankara la sunnite qui le soutient dans son conflit contre l’Arménie à propos de la sécession de la République d’Artsakh (Haut-Karabagh).

À la mort d’Heydar Aliyev aux États-Unis, en 2003, son fils Ilham Aliyev, lui succède. La Chambre de commerce USA-Azerbaïdjan devient l’arrière-cour de Washington avec à côté du président Aliyev, Richard Armitage, James Baker III, Zbigniew Brzeziński, Dick Cheney, Henry Kissinger, Richard Perle, Brent Scowcroft et John Sununu.

Selon Dilyana Gaytandzhieva, le ministre des Transports, Ziya Mammadov, met en 2015 à disposition de la CIA la compagnie d’État Silk Way Airlines aux frais de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis. Le ministre des Affaires étrangères, le très peu scrupuleux Elmar Mammadyarov, envoie à plusieurs de ses ambassades des demandes d’homologation de « vols diplomatiques », ce qui interdit leurs fouilles au titre de la Convention de Vienne. En moins de trois ans, plus de 350 vols disposeront de ce privilège extraordinaire.

Bien que, selon les traités internationaux, ni les avions civils, ni les avions diplomatiques ne sont autorisés à transporter des matériels militaires, les demandes de reconnaissance comme « vols diplomatiques » portent mention explicites des chargements transportés. Cependant, à la demande du département d’État US, au moins l’Afghanistan, l’Allemagne, l’Arabie saoudite, la Bulgarie, le Congo, les Émirats arabes unis, la Hongrie, Israël, le Pakistan, la Pologne, la Roumanie, la Serbie, la Slovaquie, la Tchéquie, la Turquie et le Royaume-Uni fermèrent les yeux sur cette violation du droit international comme ils avaient ignoré les vols de la CIA entre leurs prisons secrètes.

En moins de trois ans, la Silk Way Airlines a ainsi transporté pour au moins 1 milliard de dollars d’armes.

De fil en aiguille, la journaliste Dilyana Gaytandzhieva a mis à jour un vaste système qui approvisionne également les jihadistes non seulement en Irak et en Syrie, mais aussi en Afghanistan, au Pakistan et au Congo, toujours aux frais des Saoudiens et des Émiratis. Certaines armes livrées en Arabie furent réexpédiées en Afrique du Sud.

Les armes transportées en Afghanistan seraient parvenues aux Talibans, sous le contrôle des États-Unis qui prétendent les combattre. Celles livrées au Pakistan étaient probablement destinées à commettre des attentats islamistes en Inde. On ignore qui sont les destinataires finaux des armes livrées à la Garde républicaine du président Sassou N’Guesso au Congo et à l’Afrique du Sud du président Jacob Zuma.

Les principaux négociants étaient les firmes états-uniennes Chemring (déjà citée), Culmen International, Orbital ATK (également déjà citée) et Purple Shovel.

Outre les armes de type soviétique produites par la Bulgarie, l’Azerbaïdjan acheta sous la responsabilité du ministre de l’Industrie de défense, Yavar Jamalov, des stocks en Serbie, en Tchéquie et accessoirement dans d’autres États, chaque fois en déclarant être le destinataire final de ces achats. Concernant les matériels de renseignement électronique, Israël mit à disposition la firme Elbit Systems qui prétendit être le destinataire final, l’Azerbaïdjan n’ayant pas le droit d’acheter ce type de matériel. Ces exceptions attestent que le programme azerbaïdjanais, s’il a été requis par les États-Unis et l’Arabie saoudite, était contrôlé de bout en bout depuis Tel-Aviv.

L’État hébreu, qui prétend être resté neutre durant l’ensemble du conflit syrien, a pourtant de nombreuses fois bombardé l’Armée arabe syrienne. Chaque fois où Tel-Aviv a reconnu les faits, il a prétendu avoir détruit des armes destinées au Hezbollah libanais. En réalité, toutes ces opérations, sauf peut-être une, étaient coordonnées avec les jihadistes. On apprend donc aujourd’hui que Tel-Aviv supervisait les livraisons d’armes à ces mêmes jihadistes, de sorte que si Israël s’est contenté d’utiliser son armée de l’Air pour les appuyer, il jouait en réalité un rôle central dans la guerre.

Selon les conventions internationales la falsification des certificats de livraison finale et l’envoi d’armes à des groupes mercenaires, qu’ils renversent des gouvernements légitimes ou détruisent des États reconnus sont des crimes internationaux.

L’opération Timber Sycamore, dans ses différents volets, est la plus importante affaire criminelle de trafic d’armes de l’Histoire. Dans les parties mises à jour, elle implique au moins 17 États et représente plusieurs dizaines de milliers de tonnes d’armes pour plusieurs milliards de dollars.

 


[1] “350 diplomatic flights carry weapons for terrorists”, Dilyana Gaytandzhieva, Trud, July 2, 2017.

[2] “War Gains : Bulgarian Arms Add Fuel to Middle East Conflicts”, Maria Petkova, Balkan Investigative Reporting Network, December 21, 2015.

[3] “TAJNA LETOVA JORDANSKIH AVIONA S PLESA Sirijski pobunjenici dobivaju oružje preko Zagreba !”, Krešimir Žabec, Jutarnji list, 23 veljača 2013. « TRANSFER HRVATSKOG ORUŽJA POBUNJENICIMA U SIRIJI Sve je dogovoreno prošlog ljeta u Washingtonu ! », Krešimir Žabec, Jutarnji list, 26 veljača 2013. “VIDEO : JUTARNJI OTKRIVA U 4 mjeseca za Siriju sa zagrebačkog aerodroma Pleso otišlo 75 aviona sa 3000 tona oružja !”, Krešimir Žabec, Jutarnji list, 7 ožujak 2013. “PUT KROZ ASADOVU SIRIJU Nevjerojatna priča o državi sravnjenoj sa zemljom i njezinim uništenim ljudima : ’Živote su nam ukrali, snove ubili…’”, Antonija Handabaka, Jutarnji list, 9 ožujak 2013.

[4] “In Shift, Saudis Are Said to Arm Rebels in Syria” and “Airlift To Rebels In Syria Expands With C.I.A.’S Help”, C. J. Chivers & Eric Schmitt, The New York Times, February 26 and March 25, 2013.

[5] “Qatar and Ukraine come to deliver Pechora-2D to ISIS”, by Andrey Fomin, Oriental Review (Russia), Voltaire Network, 22 November 2015.

[6] “US arms shipment to Syrian rebels detailed”, Jeremy Binnie & Neil Gibson, Jane’s, April 7th, 2016.

[7] “Jordan strengthens military presence on border with Syria and Iraq”, Pierre Balanian, AsiaNews, April 11, 2017.

[8] « De Camp Darby, des armes US pour la guerre contre la Syrie et le Yémen », par Manlio Dinucci, Traduction Marie-Ange Patrizio, Il Manifesto(Italie), Réseau Voltaire, 18 avril 2017.

[9] « Le Pentagone poursuit les contrats d’armement des jihadistes de l’ère Obama », Réseau Voltaire, 28 mai 2017.

[10] “U.S. Relies Heavily on Saudi Money to Support Syrian Rebels”, Mark Mazzetti & Matt Apuzzojan, The New York Times, January 23, 2016.

[11Classified Woman. The Sibel Edmonds Story : A Memoir et The Lone Gladio, Sibel Edmonds.

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:L’armée russe défie l’OTAN en Sibérie

Les plus grandes manœuvres russes de ces dernières décennies ont débuté en Sibérie ce mardi. Y participent la Chine et la Mongolie.

Près de 300’000 hommes, toutes les composantes de l’armée impliquées et des soldats chinois en soutien: la Russie lance mardi les plus vastes manœuvres militaires de son histoire, dénoncées par l’Otan comme la répétition d’un «conflit de grande ampleur».

Ce déploiement massif auquel participent les armées chinoise et mongole, baptisé «Vostok-2018» (Est-2018), continuera jusqu’au 17 septembre en Sibérie orientale et dans l’Extrême-Orient russe.

«Vostok-2018 a démarré», a indiqué mardi le ministère de la Défense dans un communiqué, accompagné d’une vidéo montrant des véhicules blindés, des hélicoptères ou encore des avions en mouvement.

Evénement sur trois jours

Si la journée de mardi doit être consacrée au déploiement des troupes, mercredi verra la tenue d’exercices de lutte antiaérienne tandis que «le principal évènement» sera jeudi, a assuré le ministère de la Défense aux journalistes couvrant les exercices, sans donner plus de précisions.

En marge du Forum économique de Vladivostok (Extrême-Orient), Vladimir Poutine devrait assister à Vostok-2018 qui intervient dans un contexte de tensions persistantes avec les Occidentaux, entre crise ukrainienne, conflit en Syrie et innombrables accusations d’ingérence dans la politique occidentale.

Démonstration de force

Aux yeux de l’armée russe, cette démonstration de force est similaire à «Zapad-81» (Ouest-81) qui, il y a près de 40 ans, avait mobilisé entre 100’000 et 150’000 soldats du pacte de Varsovie en Europe orientale, les plus grandes manoeuvres jamais organisées à l’ère soviétique.

«Il y aura comme un air de Zapad-81, mais en plus imposant d’une certaine manière», se félicitait d’ailleurs fin août le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, détaillant le contingent attendu: 300’000 soldats, 36’000 véhicules, 1.000 avions et 80 navires.

«Imaginez 36’000 engins militaires se déplaçant en même temps: des chars, des blindés de transport de troupes, des véhicules de combat d’infanterie. Et tout cela, bien sûr, dans des conditions aussi proches d’une situation de combat que possible», s’était-il enthousiasmé.

Armes modernes

Tout le répertoire moderne de l’armée russe sera de la partie: des missiles Iskander, capables de transporter des ogives nucléaires, des tanks T-80 et T-90 ou les récents avions de combats Su-34 et Su-35. En mer, la flotte russe déploiera plusieurs frégates équipées de missiles Kalibr, qui ont fait leurs preuves en Syrie.

Participation chinoise

Côté chinois, la participation est bien plus modeste avec 3200 soldats engagés et une trentaine d’avions ou d’hélicoptères déployés, mais elle est symbolique alors que la Russie cherche à montrer qu’elle n’est pas isolée sur la scène internationale.

«Nous avons des relations de confiance (avec la Chine) en matière politique, de sécurité et dans la sphère militaire», a d’ailleurs déclaré Vladimir Poutine mardi lors d’une rencontre à Vladivostok avec le président chinois Xi Jinping, qui participe aussi au forum économique.

Si les précédents exercices militaires russes dans la région, Vostok-2014, avaient déjà rassemblé 155’000 soldats, les manoeuvres Zapad-2017 (Ouest-2017) organisées l’an passé aux portes de l’Union européenne n’avaient en comparaison impliqué que 12’700 hommes selon Moscou, l’Ukraine et les pays baltes évoquant un contingent bien plus important.

L’Otan dénonce

Sans surprise, l’Otan a dénoncé ses manoeuvres. «Cela s’inscrit dans une tendance que nous voyons depuis un moment: une Russie plus sûre d’elle, qui augmente significativement son budget de Défense et sa présence militaire», a indiqué un porte-parole de l’Alliance, Dylan White.

Depuis 2014 et la grave dégradation des relations entre Moscou et l’Occident, la Russie a multiplié les exercices militaires d’ampleur, du Caucase à la Baltique et jusqu’en Arctique, tout en dénonçant l’expansion à ses frontières de l’Otan, menace fondamentale pour sa sécurité selon la nouvelle doctrine militaire russe adoptée la même année.

Les manoeuvres russes en Extrême Orient ont été précédées par des exercices en Méditerranée auxquels ont pris part plus de 25 navires et une trentaine d’avions, dans un contexte de renforcement de la présence russe au large de la Syrie où elle intervient militairement depuis 2015.

La Russie va organiser les plus grands exercices militaires depuis l'époque soviétique - Ministre de la Défense