Publicités
Accueil

Alerte de Haut Niveau:L’Armée Nord-coréenne vient de déplacer des missiles en vue d’une attaque sur l’île de Guam

3 commentaires

 

La Corée du Nord a été observée en mettant un missile en place pour un éventuel lancement, les États-Unis disant que ses forces sont en état d’alerte maximale. Les officiels ont déclaré aux médias américains que des satellites espions ont observé le mouvement du lanceur de missiles mobiles de la RPDC, ce qui indique qu’un lancement de missile balistique intermédiaire pourrait être en préparation. Le rapport vient au moment où le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, prévient que toute nouvelle escalade pourrait conduire rapidement à la guerre: «Oui, cela signifie que beaucoup de jeunes troupes seront en situation de guerre».

 

De tels missiles intermédiaires n’ont pas la capacité d’atteindre le continent américain, mais peuvent atteindre les bases militaires américaines de Guam et du Japon. Mattis a déclaré aux journalistes à Washington ce matin que la situation pourrait aller jusqu’à la guerre «très rapidement».VOICI UN  ÉCRAN DE TÉLÉVISION MONTRANT LES MENACES DE LA CORÉE DU NORD DE FRAPPER GUAM AVEC DES MISSILES À LA GARE DE SÉOUL À SÉOUL, EN CORÉE DU SUD .

 

LE SECRÉTAIRE À LA DÉFENSE, JIM MATTIS, DIT QUE SI LA CORÉE DU NORD DÉCLENCHE LE LANCEMENT D’ UN MISSILE VERS LES  ÉTATS-UNIS, «CELA  POURRAIT S’AGGRAVER EN GUERRE» Il a dit qu’il pourrait être évalué « en quelques instants » si un missile tiré de Corée du Nord était sur la bonne voie pour frapper Guam, et que « nous allons l’emporter » dans cette situation. Si des missiles ont été tirés sur les bases américaines: « alors c’est un jeu sur … Je pense que s’ils tirent vers les  États-Unis, ils pourraient passer à la guerre très rapidement ». Les rapports d’analyses de défense non confirmés suggèrent que le missile en cours de préparation peut être un Hwasong HS-12, capable d’atteindre Guam. La Corée du Nord a déclaré précédemment que son plan est de tirer des missiles pour atterrir dans l’océan « près » de Guam. Aujourd’hui, c’est un jour férié en Corée du Nord (Journée de la Libération de la Mère-Patrie) et des lancements de missiles antérieurs ont été programmés pour coïncider avec de tels événements du calendrier afin de maximiser l’impact de la propagande interne. URGENT: LE DIRIGEANT NORD-CORÉEN A INFORMÉ SUR LE PLAN D’ATTAQUE PRÈS DE GUAM: TÉLÉVISION PUBLIQUE Kim Jong-Un « a examiné le plan depuis longtemps » aujourd’hui lors de son inspection au commandement de la Force stratégique, selon le KCNA .

 

 

Sources:Will Ripley (informateur de CNN en poste à Séoul),et Disclose.tv

 

 

 

 

 

 

Publicités

Pyongyang «prêt à donner une leçon aux É.-U.»

Un commentaire

Le plus haut diplomate nord-coréen affirme qu’il ne mettrait «sous aucune circonstance» les armes nucléaires ou les missiles balistiques du pays à la table de négociations.

Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Ri Yong Ho, a aussi dit que son pays n’avait aucunement l’intention d’utiliser des armes nucléaires pour attaquer un pays, à l’«exception des États-Unis». Il a indiqué qu’il en serait autrement uniquement si un pays collaborait à une action des États-Unis contre la Corée du Nord.

Ri Yong Ho devait tenir une conférence de presse à Manille, aux Philippines, où des diplomates asiatiques sont réunis pour une rencontre de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est. Finalement, un porte-parole du ministre a plutôt remis aux journalistes une transcription du discours que Ri Yong Ho a livré à la rencontre.

Le ministre nord-coréen déclare dans ce discours que la responsabilité de la crise dans la péninsule coréenne incombe uniquement à Washington. Il affirme que la Corée du Nord est «prête à donner aux États-Unis une sérieuse leçon avec sa force nucléaire stratégique».

Armés de nouvelles sanctions extraordinaires des Nations unies, des gouvernements tentent de s’assurer que les principaux partenaires commerciaux de la Corée du Nord les mettront en vigueur. Il a s’agit d’une pierre dans l’engrenage par le passé, qui a nui aux tentatives pour amener la Corée du Nord à abandonner ses armes nucléaires.

Le président américain Donald Trump demande une mise en vigueur entière et rapide des nouvelles sanctions. Mais le plus haut diplomate américain a aussi tracé une voie étroite pour le retour à des négociations avec la Corée du Nord.

Le secrétaire d’État américain Rex Tillerson a affirmé que si la Corée du Nord cesse ses essais de missiles pour une «période prolongée», les États-Unis pourraient déterminer qu’un dialogue est possible avec Pyongyang. Mais il a ajouté qu’il faudrait davantage qu’une simple pause de 30 jours sans essai pour que les États-Unis soient prêts à négocier.

«Nous le croirons quand nous le verrons», a dit M. Tillerson.

Les dossiers de Michel Duchaine:LA NOUVELLE COALITION EN SYRIE UNIRA L’OPPOSITION ET LES AUTORITÉS

Un commentaire

La Syrie a créé une nouvelle coalition politique, le Front populaire syrien, conçu pour unir à la fois les forces pro-gouvernementales et « l’opposition officielle », ainsi que des radicaux et des représentants de clans et de tribus influents.

Composition de la coalition

Selon l’information obtenue , le Front populaire syrien incluera l’armée syrienne libre, les islamistes de Jaysh Al-Islam (représentant une partie de l’armée syrienne libre), les tribus bédouines dirigés par leurs chefs, divers groupes religieux, le Parti socialiste-démocratique et le Parti de la jeunesse de la Syrie, des représentants des milieux dirigeants de la Syrie, de diverses communautés d’experts, l’opposition parlementaire, les communautés chrétienne et musulmane du pays. Inattendue face à l’aggravation de la situation dans le pays et à l’échec de toutes les négociations internationales, la décision peut changer sérieusement l’équilibre des pouvoirs dans la région.

 

 

Qui est intéressé ?

 

Quant aux acteurs extérieurs, la Russie et la Turquie sont intéressés à la création d’un nouveau groupement. Pour les militants pro-turcs, c’est une occasion d’être légalisés dans l’espace politique syrien actuel, d’autant plus que l’adhésion à une coalition ne signifie pas un désarmement immédiat. Ainsi, la Turquie se dote d’un levier non seulement militaire mais aussi politique pour influencer Assad. En outre, la création d’une nouvelle formation isole les militants pro-saoudiens des pro-turcs. La première fait partie de facto da la même catégorie que Daech et an-Nusra.

Pour la Russie, c’est une chance de réduire l’intensité du conflit et de diviser les rangs des islamistes. Pour Damas, la création de telles structures-parapluies, y compris avec les membres de l’opposition est l’occasion de préserver une Syrie unie.
De toute évidence, le projet a été préparé avant la frappe des missiles américains en Syrie. Dans ces circonstances, le comportement modifié des États-Unis peut nuire aux tentatives de résoudre le conflit. Tout d’abord, cela concerne l’influence des États-Unis sur la Turquie et les tentatives possibles de la Turquie elle-même de se retirer du projet en cas où les États-Unis proposeront quelque chose de plus intéressant.

Sources:Geopolitica.ru

Le Front al-Nosra prépare une provocation au sarin à Khan Cheikhoun et Kefraya – France Révolution — salimsellami’s Blog

Laisser un commentaire

Le groupe terroriste Front al-Nosra prépare une provocation au gaz sarin à Khan Cheikhoun et Kefraya, en vue de saper les négociations sur la Syrie qui auront lieu les 4 et 5 juillet à Astana.Les terroristes du Front al-Nosra, réunis à Idlib, préparent une provocation au gaz sarin dans les villes syriennes de Khan Cheikhoun […]

via Le Front al-Nosra prépare une provocation au sarin à Khan Cheikhoun et Kefraya – France Révolution — salimsellami’s Blog

Syrie: l’alliance anti-EI pénètre à Raqa par le sud pour la première fois

Laisser un commentaire

Les forces soutenues par les Etats-Unis en Syrie ont pénétré pour la première fois dimanche dans le fief jihadiste de Raqa par le sud, en traversant l’Euphrate, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

via Syrie: l’alliance anti-EI pénètre à Raqa par le sud pour la première fois —

Irak: assaut final en vue face aux derniers jihadistes à Mossoul

Laisser un commentaire

Scènes récentes à Mossoul.

 

L’armée irakienne a annoncé dimanche de nouvelles avancées à Mossoul face aux dernières centaines de jihadistes du groupe Etat islamique (EI) acculés dans la vieille ville au milieu de civils pris au piège des combats.

Huit mois après le lancement de l’offensive pour reprendre à l’EI son dernier grand bastion urbain du pays, la victoire « n’est plus qu’une question de jours », a déclaré à l’AFP le général de brigade Nabil al-Fatlawi, un commandant des forces spéciales irakiennes (CTS).

Selon lui, « environ 300 combattants jihadistes, en majorité étrangers et venus notamment d’Europe, d’autres pays arabes et d’Asie » résistent encore aux forces armées qui se préparent à lancer l’assaut final.

Acculés sur la rive ouest du Tigre, et encerclés de l’autre côté par l’armée et la police, les jihadistes ne contrôlent plus qu’une bande d’environ 400 mètres entre les deux, a précisé le général.

Il ne s’est toutefois pas avancé sur la date exacte de la fin de la bataille, celle-ci restant difficile « à cause de l’étroitesse des rues et de la présence de civils », souvent utilisés comme boucliers humains par les jihadistes.

Plus tôt dimanche, l’armée a annoncé la reconquête par les CTS d’un autre quartier du Vieux Mossoul, Makawi.

La veille, la police avait annoncé la reprise, après des semaines de combats acharnés, d’un complexe comprenant un hôpital et d’autres installations médicales dans le quartier Al-Shifaa.

Plus de 500 combattants de l’EI avaient trouvé refuge dans ce qui était la dernière poche de résistance jihadiste hors de la vieille ville, selon la même source.

La plupart ont été tués, mais une petite partie a pu s’enfuir, a-t-elle ajouté.

Dans la vieille ville, les combats opposant l’armée et la police à l’EI restent âpres et sanglants.

Si les autorités irakiennes ne fournissent pas de bilans en termes de victimes, les opérations font chaque jour de nombreux morts tant militaires que jihadistes ou civils.

A chacune de ses visites dans la vieille ville ces derniers jours, l’équipe de l’AFP a vu plusieurs dépouilles de jihadistes dans les rues et de soldats ramenés du front par leurs camarades.

  • Nombreuses victimes civiles –

Des centaines d’habitants continuent à sortir chaque jour de la vieille ville au fur et à mesure des avancées des forces irakiennes.

Selon eux, les snipers et bombes jihadistes comme les bombardements aériens de l’armée irakienne et ses alliés occidentaux menés par les Etats-Unis ont fait de très nombreuses victimes civiles collatérales.

Dimanche après-midi, dans un centre médical pour civils déplacés aux abords de la vieille ville, une équipe de l’AFP a croisé plusieurs membres d’une famille en partie décimée par une frappe aérienne.

« Neuf membres de notre famille ont péri sous les décombres », a raconté Chahed Omar, en tenant dans ses bras sa nièce de 9 mois, dont le père fait partie des victimes.

Le bébé était soigné pour malnutrition et déshydratation sévères, comme de nombreux enfants qui sortent de la vieille ville avec leurs familles après avoir été pris au piège des combats, et s’être cachés dans des sous-sols pendant des semaines voire des mois.

Jeudi, les forces irakiennes avaient repris les ruines de la mosquée al-Nouri, où le calife autoproclamé de l’EI, Abou Bakr al-Baghdadi, avait fait son unique apparition publique en juillet 2014.

Cette avancée a représenté une victoire symbolique pour les forces irakiennes, même si les jihadistes ont dynamité ce célèbre joyau historique ainsi que le minaret penché adjacent surnommé « la tour de Pise irakienne ».

L’EI, qui en 2014 avait saisi de larges pans de territoires en Irak et en Syrie, a depuis perdu 60% de son territoire et 80% de ses revenus.

Il contrôle toujours plusieurs zones dans les deux pays, où il continue de commettre des attentats dans les zones tenues par leurs gouvernements respectifs. Tout comme il a continué ces derniers jours à perpétrer des attaques dans les quartiers de Mossoul reconquis par l’armée irakienne.

En Syrie, la ville de Raqa, capturée par les jihadistes en 2014 et devenue le symbole de leurs atrocités, est actuellement assiégée par une alliance de combattants kurdes et arabes soutenues par les Etats-Unis.

Source:Afriquenewsinfo

Troisième Guerre Mondiale en développement: les Etats-Unis veulent une nouvelle armée pour faire la guerre des étoiles

2 commentaires

Les Etats-Unis pourraient créer leur Space Corps, autrement dit une armée de l’espace. Le pays veut se préparer à de potentiels conflits qui auraient lieu dans l’espace, contre d’autres nations, ou, qui sait, une menace venue d’ailleurs ! Le projet porté par  le comité des forces armées de la Chambre des représentants américaine est en cours d’examen. Il pourrait-être le prélude à la création d’autres branches similaires dans le monde.

La Chambre des Représentants américaine est en train de discuter d’un projet de loi du démocrate Jim Cooper et du républicain Mike Rogers dont le but est de créer un Space Corps, autrement dit un nouveau corps de l’armée, spécialisée dans la guerre dans l’espace. Un corps dont la tâche serait de renforcer la défense spatiale, actuellement gérée par une branche de l’US Air force :

« On reconnait dans les deux partis que les avantages stratégiques que nous tirons de nos systèmes spatiaux pour la sécurité nationale s’érodent. Nous sommes convaincus que le Département de la Défense n’est pas apte à prendre les mesures nécessaires pour relever ces défis efficacement et de façon décisive, voire de reconnaître la nature et l’ampleur des problèmes. »

Space Corps : les Etats-Unis veulent être prêts pour la guerre des étoiles

Jusqu’ici, les Etats-Unis avaient une unité spéciale, les Space Aggressors, constituée de soldats de l’US Air Force et commandée par cette branche. L’idée de créer un Space Corps implique un commandement séparé, et davantage de dotations. Les Space Corps devraient en outre hériter des missions secrètes en cours, comme le X-37B un vaisseau spatial qui reste plusieurs années en orbite pour effectuer des missions top secrètes.

Reste que le projet rencontre encore une vive opposition. Il faudra donc voir su cela se concrétise réellement. Du reste avec l’évolution des technologies et les projets de conquête de la Lune et de Mars, on comprend que les guerres de demain pourraient bien se dérouler (aussi) hors de l’atmosphère terrestre. Si les Etats-Unis concrétisaient effectivement leur projet,  d’autres Etats pourraient décider de faire de même.

 


EN COMPLÉMENT:

X-37B : l’avion de l’espace top secret atterrit après deux ans de mission, en vidéo

 

Le X-37B, l’avion de l’espace top secret développé par l’US Air Force américain, alimente beaucoup de spéculations sur ses mystérieuses missions. Même son budget est un secret d’Etat. Mais cela pourrait changer : l’US Air Force a publié plusieurs vidéos de son atterrissage après deux ans de mission en orbite autour de la Terre. En tout il aurait ainsi passé 674 jours pour une mission dont seule une poignée de personnes a connaissance.

 

 

Le X-37B Orbital Test Vehicle (OTV) est un « avion de l’espace » top secret, sorte de navette plus petite et surtout sans équipage humain à bord. On sait relativement peu de chose dessus, si ce n’est son apparence externe et le nombre de jours que la chose a passé en orbite : en tout  674 jours lors de la dernière mission, qui a commencé donc en 2014 sous l’administration Obama.

L’une des théories sur le contenu exact de sa mission, c’est que cet engin était alors capable de surveiller la construction de la station spatiale chinoise. Une sorte d’espionnage ultra-high-tech en somme. D’habitude, lorsqu’il revient, le X-37B atterrit en Californie sur une base secrète. Pourtant cette fois-ci, l’US Air Force a choisi la Floride, et surtout une approche étonnamment publique.

X-37B : l’avion de l’espace top secret sous tous les angles dans ces vidéos d’atterrissage

Puisque les autorités militaires ont mis en ligne une série de vidéos prises sous tous les angles du mystérieux engin. Le responsable du programme le Lieutenant Colonel Ron Fehlen a expliqué dans un communiqué :

« L’atterrissage d’OTV-4 marque un autre succès pour le programme X-37B et la nation. Cette mission a encore repoussé le record d’endurance en orbite et marque le premier atterrissage du véhicule dans l’état de Floride. Nous sommes vraiment très satisfaits de la performance de ce véhicule de l’espace et très excités à propos des données récoltées pour soutenir les communautés scientifiques et spatiales. Nous sommes extrêmement fiers de l’engagement et du dur labeur fourni par l’équipe toute entière. »

 

Dans un autre communiqué, Randy Walden, le directeur du Air Force Rapide Capabilities Office a souligné que « la fait qu’il puisse atterrir, se préparer à nouveau et être lancé depuis le même endroit remet en avant la capacité du OTV de s’intégrer rapidement et de qualifier de nouvelles technologies spatiales ». Bref, à en croire ces deux communiqués, on est guère plus avancés dans la mission réelle (et la pertinence) de ce véhicule entièrement automatisé.

Mais au moins, on a des vidéos de son atterrissage :

 

 

 

 

 

 

 

Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :