Troisième Guerre Mondiale en préparation:L’Iran intercepte le porte-avions USS Nimitz dans le golfe Persique

Le commandant de la marine du CGRI a donné les détails de l’identification et de l’interception du porte-avions USS Nimitz. « La marine et la Force aérospatiale du CGRI font voler des drones 24 heures sur 24 au-dessus du golfe Persique », a-t-il déclaré. 

 

Le général de brigade Alireza Tangsiri a déclaré, jeudi 24 septembre, lors d’un entretien à la télévision nationale que les marines du CGRI et de l’armée iranienne s’étaient réparties les tâches sous la supervision de deux quartiers généraux, à savoir l’état-major des forces armées et le QG central de la base de Khatam ol-Anbiya. « La marine du CGRI est responsable du détroit d’Hormuz jusqu’au bout du golfe Persique, et nous avons une coopération et une coordination étroite avec nos confrères de la marine de l’armée », a-t-il indiqué.

Concernant l’interception de la flotte américaine par les drones du CGRI, le général de brigade Tangsiri a souligné : « Nous avons observé et intercepté avec nos drones la flotte américaine contenant le porte-avions Nimitz et son escorte avant d’entrer dans le détroit d’Hormuz. Le porte-avion USS Nimitz, deux destroyers 114 et 104, des navires de guerre 58 et 59, deux vedettes de patrouilles 9 et 12 et un flottant de la garde côtière 1333 de l’armée américaine ont été interceptés avant d’entrer dans le détroit d’Hormuz et dans le golfe Persique. »

« La surveillance se fait au niveau maritime et aérien respectivement par des vedettes et des drones. Les Américains étaient absents dans le golfe Persique pendant près de 10 mois. La flotte en question y a pénétré le vendredi 18 septembre. L’USS Nimitz était escorté par trois navires de guerre. Nous les avons appelés et ils ont répondu. Nous avons également envoyé des drones, car nous sommes obligés de respecter la loi du contrôle de la bande maritime. Lorsque le porte-avions Nimitz est arrivé, il avait activé tous ses radars, trois hélicoptères étaient sur le pont d’envol et un autre était prêt pour un décollage d’urgence », a expliqué le commandant de la marine du CGRI.

Cerné!!!

 

Soulignant que « cette région nous appartient » et que « nous surveillons les Américains en plusieurs étapes pour atteindre un point stationnaire », le commandant de la marine du CGRI a déclaré : « Nous avons un contrôle total sur les Américains dès leur arrivée et jusqu’à leur départ. »

« Il n’y a aucune différence entre la présence et l’absence d’Américains dans la région du golfe Persique, mais il serait mieux qu’ils y restent car lorsqu’ils y sont présents, ils sont à notre portée de main et nous avons un contrôle total sur eux », a précisé le général de brigade Tangsiri.

Faisant allusion à l’annexion en masse de drones de combat à la marine du CGRI, il a déclaré que trois types de drones à lancement vertical Sepehr, Shahab-2 et Hodhod-4 ont rejoint mercredi la flotte de la marine, « ce qui augmentera notre portée opérationnelle »

« Ces drones sont capables de transporter des bombes de haute précision à guidage laser à une portée de 1 500 kilomètres, et avec ces nouveaux drones, nous formerons le cinquième groupe de drones dans la troisième zone navale au nord du golfe Persique », a-t-il précisé.

 

Plus loin dans cet entretien, ce haut commandant du CGRI a fait savoir : « Nous avons sous notre contrôle total tout le golfe Persique. La marine et la Force aérospatiale du CGRI y déploient des drones jour et nuit. Nous surveillons constamment la région et nous la contrôlons totalement. Dans un proche avenir, nous aurons le droit à des navires transatlantiques au sein de l’Organisation de combat naval du CGRI. Nous aurons également des navires lance-missiles à 94 nœuds capables de naviguer avec force 4. En outre, des navires transatlantiques de 65 mètres seront construits par la marine du CGRI, qui peuvent également transporter des hélicoptères. »

« Nous serons bientôt témoins de l’annexion de navires porte-hélicoptères et porte-drones à la marine du CGRI », a-t-il promis. Source : Presstv

Comment le drone iranien « Shahed-129 » a aveuglé les radars de l’USS Nimitz et son escorte ?

Un drone iranien a désactivé tous les systèmes
de défense aérienne et «attaqué» les navires
de l’US Navy, le 23 septembre 2020.

Ces images que le CGRI vient de publier de l’USS Nimitz et qui mettent en scène la flotte de combat US fraîchement arrivée à Bahreïn avec quelques 1300 marines a bord sont à plus d’un égard étonnante. Le secrétaire du Conseil de discernement du bien de l’Ordre islamique en Iran, a affirmé que l’embargo américain sur les armes contre l’Iran n’a eu et n’aura aucun impact sur les capacités défensives du pays, ni sur sa disposition à approvisionner ses besoins en armes. C’est sur cet aspect que se focalisent les analystes. Comment se fait-il que le porte-avions USS Nimitz, les croiseurs lance-roquettes et de soutien qui l’escortaient le 18 septembre lors de sa traversée périlleuse du détroit d’Hormuz n’ont rien su ni vu de cette spectaculaire mission de reconnaissance des drones iraniens? 

Et de poursuivre : « Les mesures d’embargo américaines n’auront aucun impact  sur les capacités défensives de l’Iran, ni sur ses besoins en armement.  Nous avons accès à des armes modernes qui n’ont pas encore été dévoilées, les Américains les découvriront le moment venu, et là ce sera trop tard pour faire marche arrière », a affirmé mercredi 23 septembre , Mohsen Rezaï, secrétaire du Conseil de discernement du bien de l’Ordre islamique en Iran, soit quelques heures après que l’Iran eut dévoilé les images tournées au dessus de l’USS Nimitz lors de son passage via le détroit d’Hormuz. 

Mais le site web militaire russe, Avia.pro, en sait plus : « Un porte-avions américain déployé dans le golfe Persique a été littéralement approché par un drone d’assaut iranien de type Shahed-129, drone qui a prouvé ses performance. Armé d’au moins quatre missiles de croisière de type visiblement Qaem, le drone d’attaque iranien a foncé, selon des informations exclusives de notre site, en direction de l’USS Nimitz, en prévision de tout clash à venir et chose inouïe, il n’a été intercepté par aucun système radar de la flotte et pourtant l’USS Nimitz se faisait escorter au moins par 5 autres bâtiments ! », écrit le site. 

Les images diffusées par l’Iran montrent le drone Shahed  survoler librement en direction du porte-avions de l’US Navy à une distance de seulement quelques kilomètres sans être détecté. Selon certains rapports, l’Iran pourrait avoir pu recourir à une attaque électronique pour désactiver les systèmes de défense aérienne américains. Les Iraniens maintiennent le plus grand flou sur leurs capacités de guerre électroniques et pourtant ce furent ces mêmes capacités qui leurs ont permis en janvier dernier de s’en prendre à la base américaine Aïn al-Asad en Irak sans que les radars des Patriot et autres éléments de la DCA américaine puissent détecter les missiles iraniens.

Certains commentaires américains ont affirmé que les missiles Fateh-313 du CGRI visant les fibres optiques avaient coupé tout lien entre les drones US et le centre de commandement de la base, privant ainsi les troupes américaines de toute possibilité d’interception mais il semblerait que cette cécité ait été due surtout à une puissante attaque électronique précédent la frappe au missile. Il y peu l’Iran a dévoilé  le système de détection antiradar “Dehghan”, un système de détection antiradar adapté à divers types de drones et de missiles antiradars. Il se peut que ce système ait été utilisé pour aveugler Nimitz et ses compagnons. Une chose est sûre, en cas de guerre l’US Navy ne saurait pas trop compter sur sa DCA dans la région du Golfe (persique). » 

Source : Presstv

 

 

 

 

 

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:Le dictateur Erdoğan a besoin de nouveaux ennemis

*Cet article est le 4,000 ième  inscrit sur ce blog que vous appuyez de vos lectures et de vos partages.

Je tiens à vous féliciter et vous remercier pour toutes ces belles années ou j’ai eu l’immense plaisir  de Chercher et de Dire la Vérité qui est le thème de notre site.

Il y a un mois,le 22 juillet 2020,ma conjointe,amie et collaboratrice,Claudette Duval,nous a quitté après une longue suite de souffrance,de douleurs et   de séjours à l’hôpital.Elle aimait la vie et rêvait d’un monde meilleur.Elle croyait en la vie après la mort et ,pour elle,la mort n’existe pas:c’est une perception de l’esprit .En cela ,elle rejoint la pensée et la vision des grandes  Guides que furent Helena Blavastny et Maria Orsic.L’une a fondé la théosophie et l’autre,la Société du Vril.

Après avoir  longuement médité,j’ai décidé de revenir « sur les ondes » et de vous offrir  une nouvelle série d’émissions et de vidéos.

J’en profiterai pour vous offrir la science de la Grande Prêtresse du Vril.

Et en hommage à  Claudette Duval,la Grande Médium,je publierai sa biographie et fonderai une nouvelle fraternité spirituelle et philosophique.

Ainsi,malgré  que cet article annonce des relents de Troisième Guerre Mondiale,je le dédie à sa mémoire!

Votre serviteur,Michel Duchaine

 

Il y a quelques années (environ 5 ans) ,j’avais pris cette photo d’elle .
C’était juste avant de tomber gravement malade d’un avc.

 

Début de l’article numéro 4,000

 

Craignant une forte baisse de son taux d’approbation, en particulier au vu d’une crise économique imminente, l’homme fort islamiste de Turquie, le président Recep Tayyip Erdoğan, semble poursuivre de nouvelles guerres avec des ennemis réels ou imaginaires.

 

Le dictateur Erdogan,se prend pour un nouveau calife d’un nouvel empire ottoman.

Les données électorales et les recherches montrent que les Turcs ont tendance à s’unir derrière leur chef en période de crise ou de confrontation avec des ennemis étrangers. Selon le sondeur turc Metropoll, par exemple, le taux d’approbation d’Erdoğan a culminé à 71,1% en décembre 2013, lorsqu’il a présenté une série d’allégations de corruption à son sujet et à sa famille comme « une tentative de coup d’État ». Lors des élections législatives de 2015, le vote d’Erdoğan à l’échelle nationale est tombé à 37,5% et son Parti de la justice et du développement a perdu sa majorité parlementaire pour la première fois depuis son arrivée au pouvoir en 2002.

La cote d’approbation d’Erdoğan a de nouveau fortement augmenté à 67,6% après un putsch raté contre son gouvernement en juillet 2016. Au plus fort de la crise du COVID-19, sa cote était de 55,8%. Metropoll a déclaré que le taux d’approbation actuel d’Erdoğan était de 50,6%. Il pense avoir besoin de nouvelles tensions avec les adversaires passés et actuels de la Turquie.

Plus récemment, condamnant l’accord de normalisation historique entre Israël et les Emirats Arabes Unis (EAU), Erdoğan a déclaré que « parce que nous soutenons la Palestine », il envisage de retirer l’ambassadeur de Turquie des Emirats Arabes Unis. «J’ai donné des instructions à mon ministre des Affaires étrangères … Nous pouvons suspendre les relations diplomatiques [avec les Émirats arabes unis] ou rappeler notre ambassadeur à Abu Dhabi», a ajouté Erdoğan.

S’il le fait, la Turquie sera le seul pays de la région à ne pas avoir de relations diplomatiques avec l’Arménie et Chypre, ni de relations au niveau des ambassadeurs avec la Syrie, Israël, l’Égypte et les Émirats arabes unis. Les relations de la Turquie avec de nombreux pays où elle entretient des relations diplomatiques complètes ne sont pas en bien meilleure forme.

Fin juillet, avant même l’accord EAU-Israël, le ministre turc de la Défense Hulusi Akar a déclaré à Al Jazeera que la Turquie tiendrait Abu Dhabi, le principal émirat, responsable au bon moment et au bon endroit des «actions malveillantes commises en Libye et en Syrie». Il a déclaré que les EAU sont « un pays fonctionnel qui sert les autres politiquement ou militairement et est utilisé à distance ».

La Turquie a manifestement une profonde colère pour tout accord qui pourrait aider à stabiliser l’une des régions les plus instables du monde. Le 3 août, le ministère turc des Affaires étrangères a condamné un accord pétrolier conclu entre une société basée aux États-Unis et des Kurdes syriens pour le développement de champs pétrolifères dans le nord-est de la Syrie. Dans le nord-ouest de la Syrie, où la Turquie contrôle de petites poches de terres, Ankara a menacé de répondre militairement à des attaques potentielles contre ses forces.

 

Il y a aussi des différends «plus chauds». Ignorant les efforts internationaux pour trouver une solution diplomatique aux différends frontaliers maritimes avec son rival traditionnel de la mer Égée, la Grèce, le 10 août, la Turquie a repris l’exploration pétrolière et gazière en mer Méditerranée – quelques jours seulement après que le gouvernement turc a déclaré qu’il retarderait les enquêtes offshore pour rechercher un résolution diplomatique avec la Grèce.

Le président français Emmanuel Macron a appelé la Turquie à être sanctionnée et a accusé son gouvernement de violer les droits de la Grèce et de Chypre. Face à l’affirmation croissante de la Turquie, Macron a également ordonné à la marine française de la Méditerranée orientale de fournir une assistance militaire à la Grèce. Dans un autre mouvement, la France a signé un accord de défense avec Chypre. L’accord est entré en vigueur le 1er août. L’accord de coopération en matière de défense, d’une durée de deux ans, couvre l’énergie, la gestion des crises, la lutte contre le terrorisme et la coopération en matière de sécurité maritime entre Chypre et la France.

Alors que l’impasse s’approfondissait, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a convoqué son conseil de sécurité nationale. Une déclaration publiée à l’issue des réunions rappelait l’époque d’avant-guerre: « Nous sommes en pleine préparation politique et opérationnelle », a déclaré le ministre d’État George Gerapetritis sur la chaîne de télévision publique ERT. « La majeure partie de la flotte est prête à être déployée partout où cela est nécessaire. »

Si vous ajoutez à ce tableau périlleux les marines chypriote, israélienne et égyptienne, la Turquie se heurte à de formidables forces navales en Méditerranée. Lors d’un incident dangereux le 14 août, deux navires de guerre, la frégate Limnos de la marine grecque et le TCG Kemalreis de Turquie , sont entrés en collision en Méditerranée orientale.

Toutes ces tensions turco-grecques dans les mers de la mer Égée et de la Méditerranée renforcent une nostalgie turque d’un siècle de reprendre certaines îles grecques. Yeni Safak , un journal farouchement pro-Erdoğan, a suggéré que l’armée turque envahisse 16 îles grecques.

Le site Web Greek City Times a commenté :

« La discussion sur les guerres et l’invasion des îles grecques est … une tactique utilisée par le régime du président turc Recep Tayyip Erdoğan pour détourner l’attention de la population turque de la situation économique déplorable »,

L’idée d’Erdoğan de chasser le vote par des troubles régionaux ne se limite pas aux seules aventures navales. Dans le contexte d’une soudaine flambée de frontière entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie le 12 juillet, les armées turque et azérie ont lancé un exercice militaire conjoint de deux semaines, impliquant les forces aériennes et terrestres des alliés traditionnels.

Dans le sud-est de la Turquie, l’Irak a blâmé Ankara pour une attaque de drone qui a tué deux officiers militaires irakiens de haut rang. L’incident s’est produit peu de temps avant une visite prévue du ministre turc de la Défense Hulusi Akar à Bagdad. Un gouvernement irakien furieux a déclaré que le ministre turc n’était plus le bienvenu.

Erdoğan a besoin d’histoires épiques de puissance militaire contre des ennemis étrangers réels ou fabriqués pour raconter à un nombre croissant d’électeurs réticents face à une économie en difficulté. C’est une mauvaise nouvelle pour toute la région.

 

 

 

 

 

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:L’équilibre de la terreur sous les mers

Homme libre, toujours tu chériras la mer… Justement, il s’en passe de belles sous les flots, théâtre parmi d’autres de la grande rivalité entre l’empire et le Heartland et où se joue en partie l’équilibre de la terreur entre les deux grands.

 

On sait déjà qu’avec beaucoup moins, Moscou tient la dragée haute aux petits génies du Pentagone :

Avec un budget militaire dix fois moins élevé, Moscou donne une véritable leçon d’efficacité, ébréchant le mythe d’une Amérique performante, professionnelle, productive. Dans la course à l’armement, comme dans la conquête spatiale d’ailleurs, la réalité met souvent à mal l’image chimérique du « rêve américain » : amateurisme, gaspillages et fiascos militaro-industriels y sont légion.

Le seul budget de l’US Navy est trois plus élevé que la totalité du budget militaire russe. Et pourtant. Dans les profondeurs abyssales comme ailleurs, aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des… annuités.

L’amiral Dave Johnson est en émoi : « Nous faisons face à des adversaires difficiles. Vous n’avez qu’à voir le Severodvinsk. Je suis tellement impressionné par ce bâtiment que j’en ai fait construire une maquette dans mes bureaux. »

 

La bestiole a en effet tout pour plaire (ou déplaire, c’est selon) : double coque furtive, sonar très sophistiqué, automatisation poussée (65 membres d’équipage seulement) et, très bientôt, missiles hypersoniques Zircon.

L’amirauté impériale tire la sonnette d’alarme. Certes, on connaît la propension historique des militaires à exagérer les menaces afin d’obtenir des crédits supplémentaires, mais il s’agit d’autre chose ici. Il y a deux ans, le Severodvinsk a pris un bain de minuit dans l’Atlantique et la marine américaine a totalement perdu sa trace durant des semaines. Comme le dit l’adage, perdre un sous-marin ennemi en temps de paix est déjà un casse-tête ; en tant de guerre, c’est un désastre…

Une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais seule, les Russes ont mis au point une technique pour que les submersibles navigant sous la calotte glaciaire arctique puissent tirer leurs ogives nucléaires. L’idée n’est évidemment pas nouvelle. La banquise polaire est l’abri rêvé de tout sous-marin voulant échapper à la détection adverse. Mais elle empêche à son tour de lancer des projectiles.

Range des missiles nucléaires emportés par le nouveau submersible russe.

 

 

Durant la Guerre froide, les Soviétiques avaient déjà essayé de percer la glace avec des torpilles mais le résultat escompté n’était pas à la hauteur. Les Russes ont donc récemment mis au point des missiles perce-banquise, ouvrant la voie au missile intercontinental tiré ensuite.

 

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:La base d’al-Watiya se prépare ; des soldats de l’OTAN débarquent en Lybie

Pour la première fois depuis le début de la pseudo guerre libyenne, les médias font état des avions transportant des terroristes ont atterri mercredi 29 juillet sur la base militaire d’al-Watiya, non loin de la Tunisie et de l’Algérie. Parallèlement des informations reliées par les sources algériennes font état des tentatives des services secrets « étrangers » destinés à faciliter des opération d’infiltration sur le sol algérien en vue des violences terroristes et ce, dans l’objectif d’en accuser l’armée et les forces de sécurité algériens.

Après avoir signé des accords de sécurité avec le Niger, la Turquie otaniste est-elle sur le point de placer des soldats de l’OTAN sur les frontières tunisiennes et algériennes?
Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, vitrine médiatique de l’opposition pro-occidentale anti-Etat syrien, la Turquie aurait déjà envoyé 17 000 mercenaires, dont 350 âgés moins de 18 ans, en Libye, et ce, après une formation militaire ». Ce chiffre est revu à la baisse par d’autres sources qui mettent en avant un contingent de 12 000 à 15 000 mercenaires étrangers, venus non seulement d’Idlib mais aussi des provinces séparatistes chinoises mais aussi de l’Asie centrale et des républiques de l’ex Union soviétique. Ils combattant aux côtés du Gouvernement d’union nationale (GNA) dirigé par Fayez el-Sarraj qui sert de paravent aux équipées militaires turques, diligentées par le QG OTAN/USA.
Depuis plusieurs mois, des mercenaires de plusieurs nationalités affluent en Libye, affirme Sky News. « Les observateurs estiment leur nombre à plusieurs milliers.
« La majorité de ces mercenaires sont syriens, ce qui rend la tache infiniment plus dure non pas pour l’agent Haftar et ses soutiens qui ne sont dans cette histoire – a part évidemment la Russie) de simples acteurs à la solde des Etats-Unis mais pour l’armée algérienne, la plus puissante de la région car elle se devra s’apprêter à faire face à une guérilla bien aguerri et expérimentée. Au nombre des terroristes il y aurait aussi des daechistes d’origine irakienne et syrienne, ceux-là mêmes qui sont formé par les Etats-Unis à Ain al-Asad (Irak) ou encore à al-Tanf (Syrie). Bref l’axe US/Israël est en train de masser sur les frontières algérienne et tunisienne un cocktail explosif . Des Yéménites et des Somaliens ou des Maghrébin s’y trouvent et la Turquie continue d’envoyer davantage de troupes en Libye », toujours selon l’OSDH.
Mais qui les commandent? « Ces mercenaires, répartie en unités, sont dirigés par 3.000 soldats et agents de renseignements turcs, appuyés par les officiers de détachement américain et otanien et présents dans le pays pour soutenir le GNA. Ces mercenaires reçoivent 2 000 dollars par mois et la Turquie a promis de leur accorder la citoyenneté turque ».
Selon ce rapport, « 481 personnes, dont 34 enfants et adolescents à la solde d’Ankara ont déjà été tués dans le conflit libyen. Il y a quelque temps, des centaines de mercenaires pro-turcs s’étaient rendus de Syrie en Turquie pour que leur procès de recrutement par les forces de l’Armée nationale syrienne (Al-Jaysh al-Watani), soit mené sous l’ordre des services de renseignement turcs ».
Interrogé sur le sujet le politologue Kanani Moghadam va de son commentaire : « En effet, alors que les Emirats et l’Egypte secondés plus ou moins par la Russie continuent à déployer des missiles Scud-B, des S-200 et des avions de combat à Syrte, Ankara dit vouloir coûte que coûte contrôler cette ville stratégique et verrou du croissant pétrolier, tout comme al-Jufra. Mais les deux villes sont des lignes rouges pour l’Égypte qui menace d’intervenir. Mais de plus en plus d’observateurs voient à travers les menaces du Caire un simple verbiage tout comme l’est la rhétorique belliciste d’Erdogan. A vrai dire, ces altercations et menaces mutuelles visent à occulter le sale jeu qui se déroule aux portes de l’Algérie et de la Tunisie à savoir « la transformation de la Libye en un stock d’armes et de terroristes, propres à nourrir une longue et interminable guerre comme celle en Somalie. Surtout que les accords de sécurité signé par Ankara avec le Niger ouvrira grand les portes du Sahel aux terroristes multinationaux ».
Le pont aérien transportant armes et mercenaires d’Ankara à Tripoli est incessant. Le plus souvent, ce sont des avions civils qui sont utilisés en vue de la bataille de Syrte. Mercredi 29 juillet, pour la première fois, ces avions ont atterri sur la base militaire d’al-Watiya, à 30 kilomètres de la Tunisie et de l’Algérie, alors qu’habituellement, ces mercenaires atterrissent à Tripoli ou à Misrata. C’est un signe peu rassurant surtout que les informations font état d’une réactivation des cellules pro-Ankara en Algérie.
Alger et Tunis s’inquiètent d’une possible infiltration sur leur territoire d’éléments terroristes venant de Syrie. Une majeure partie de ces mercenaires ont été membres du groupe terroriste Daech, du Front al-Nosra ou d’al-Qaïda en Syrie. Et ils ont parfaitement raison. Mais qu’ont-elles fait jusqu’ici? « La volonté de créer une coalition militaire nord-africaine est là mais il semble que les moyens manquent. L’Egypte a le cœur qui bat auprès des Saoudiens et des Emiratis. La Russie refuse d’apporter son appui à un plan Alger-Moscou. La situation est grave et le temps presse. Et si l’axe Alger-Tunis se tourner vers d’autres horizon? Le problème; c’est que l’Algérie croit toujours à une solution politique, erreur qu’a déjà commise la Syrie, juste à la veille de la guerre, estime le politologue Kanani Moghadam.

EN COMPLÉMENTAIRE

L’Algérie renforce sa défense avec des missiles antichars chinois portables

A travers l’acquisition de missiles antichars guidés HJ-12 produits par la firme chinoise Norinco, l’Algérie sera le premier client export de cette arme de guerre de troisième génération. Ainsi l’Algérie renforce ses capacités militaires.

Missile de troisième génération HJ-12 antichar.

 

Selon Algérie 360, l’information a été donnée par China Défense, qui reprend le site spécialisé Mena Défense. L’arme en question un missile clone, serait redoutable. Puisque, outre le fait d’être un missile antichar de combat de troisième génération, il peut être porté par l’homme. Une fois la cible détectée par le système électro optique, le missile, sans guidage additionnel, accomplit sa mission.

Le missile se dirige et attaque le char par sa partie la plus exposée et la moins bien blindée, le toit. L’avantage majeur de cette arme est qu’elle est, selon le journal algérien, beaucoup moins chère que le lance-missile américain FGM-148 Javelin. Sans compter que le HJ-12 est équipé d’un chercheur infrarouge, qui reçoit les informations sur la cible envoyée à partir d’un viseur d’imagerie thermique de troisième génération non refroidi.

Autre particularité importante qui fait de ce missile une arme redoutable, c’est que sa masse de 17 kg, pour une longueur de 980 mm et un diamètre de 135 mm font qu’il est portable par l’homme. D’autant qu’il a une forme de corps cylindrique avec un carénage de tête transparent. En outre, le missile est doté d’ailes repliables dans les parties centrales et arrière de la coque.

La portée de tir de nuit sans lune ne dépasse pas 2 000 m du fait de la capacité du viseur à détecter et à faire l’acquisition de la cible, alors qu’elle peut atteindre 4 000 dans des conditions de luminosité idéale. Le missile peut être équipé de têtes à fragmentation, explosives ou thermobariques. Ce qui confère à cette arme une grande capacité de destruction.

Source : afrik.com


EN COMPLÉMENTAIRE

 La présence de jihadistes parmi les mercenaires syriens envoyés en Libye par Ankara est vraisemblable

Les jeeps Toyota de l’État Islamique (on se souviendra qu’elles proviennent des vieux stocks de la CIA.)sont de retour au boulot…Elles vont en prendre du millage!

En Libye, deux camps s’affrontent. D’un côté, on trouve le gouvernement d’entente nationale [GNA], conduit par Fayez el-Sarraj et soutenu par la Turquie [et le Qatar]. De l’autre, il y l’Armée nationale libyenne [ANL] du maréchal Khalifa Haftar, qui relève du gouvernement de Tobrouk, lequel tire sa légitimité du Parlement élu en juin 2014. Cette dernière peut compter sur l’appui des Émirats arabes unis, de l’Égypte, de la Russie et de la… Syrie [en réponse à l’implication turque].

Après avoir lancé une offensive en direction de Tripoli, en avril 2019, l’ANL a subi une série de revers face aux milices pro-GNA, appuyées par des mercenaires recrutés parmi les groupes rebelles syriens pro-Turcs, par ailleurs équipés et encadrés par Ankara.

Voici les fameux mercenaires bien équipés,bien nourris et bien entraînés par la Turquie.

Désormais, la situation s’est stabilisée au niveau de Syrte, tenue par l’ANL. Mais sans doute pas pour longtemps car celui qui contrôle cette ville a la mainmise sur le croissant pétrolier, et donc sur la manne qui va avec. En outre, l’Égypte a prévenu : toute avancée du GNA et des mercenaires turcs vers l’est de la Libye pourrait déclencher une intervention militaire de sa part.

Des troupes du GNA du général Haftar.

Cela étant, le 8 juillet, ayant dénoncé « la livraison d’équipements sophistiqués et le nombre de mercenaires impliqués dans les combats » en Libye, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, s’est dit « très préoccupé » par la « concentration militaire alarmante autour » de Syrte et le « haut niveau d’interférence étrangère directe dans le conflit en violation de l’embargo sur les armes décrété par l’ONU, les résolutions du Conseil de sécurité et les engagements pris par les États membres à Berlin » en janvier dernier.

Lors d’une audition devant la commission sénatoriale des Affaires étrangères et des Forces armées, le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, a expliqué les enjeux de la situation en Libye, après avoir fait un rappel historique des relations de la France à l’égard du maréchal Haftar. Ainsi, Paris a effectivement soutenu ce dernier car, en 2015, l’ANL était « internationalement reconnue pour son combat contre Daesh », en plus d’être légitimée par le Parlement de Tobrouk, dont la légalité avait été reconnue par l’accord de Skhirat.

« Nous étions en 2014-2015 : Daesh attaquait la France sur son territoire, et ses forces occupaient plusieurs villes libyennes, comme Benghazi. Ce n’est qu’à partir du début de l’année 2019 que la guerre a changé de nature : les forces de l’Armée nationale libyenne ne se sont plus mobilisées pour combattre le terrorisme, mais se sont organisées militairement dans un combat de guerre civile. Il faut mettre toute cette histoire en perspective pour comprendre la relation de la France avec le maréchal Haftar », a ainsi rappelé M. Le Drian.

Quoi qu’il en soit, la situation actuelle libyenne réunit tous les ingrédients d’un cocktail explosif… « La syrianisation de la Libye est réelle et pas uniquement symbolique », a estimé le ministre. Notamment en raison de l’implication grandissante de la Turquie auprès du GNA et, dans une moindre mesure, selon lui, de celle de la Russie, via les « groupes parallèles dits ‘forces Wagner’ », en soutien de l’ANL.

« Il importe néanmoins que l’Union européenne prenne conscience que la maîtrise de cette partie du nord de l’Afrique sera assurée par des acteurs qui n’ont pas les mêmes normes de sécurité que nous ni les mêmes intérêts. Cette situation réduit considérablement nos marges de manoeuvre stratégiques. Il y a là pour l’Europe des risques en termes de sécurité et de souveraineté, qu’il s’agisse des flux migratoires incontrôlés ou de la menace terroriste », a prévenu M. Le Drian. Et, a-t-il ajouté, cela « n’est pas acceptable » et « nous oeuvrons donc à une solution politique, mais sans l’ingérence de puissances extérieures, comme c’est le cas aujourd’hui. »

Par la suite, le chef du Quai d’Orsay a surtout dénoncé le comportement d’Ankara. « Je n’ai pas eu le sentiment que la Turquie regrettait son action sur le territoire libyen. J’observe que les capacités militaires se renforcent de façon significative. Il s’agit aussi de prendre en considération les voisins de la Libye. Avec l’Égypte, les relations de la Turquie ne sont pas très conviviales. Il n’est pas certain que les Tunisiens ou les Algériens apprécieraient la présence à leurs frontières des successeurs de l’Empire ottoman, dont se revendique le président Erdogan », a-t-il fait valoir.

Cette implication turque en Libye est susceptible d’avoir plusieurs conséquences pour l’Europe. En premier lieu, a avancé M. Le Drian, il « peut y avoir des résurgences de Daesh au sud de la Libye, voire même à Derna » et il est « vraisemblable que les forces militaires syriennes accompagnant les manoeuvres de la présence turque soient infiltrées par d’anciens responsables de groupes jihadistes qui soutenaient les Turcs à Idlib. »

Ces mercenaires rentreront-ils en Syrie? « On ne le sait pas. Nous parlons de milliers de soldats, tout cela à 200 kilomètres de Lampedusa. La situation est extrêmement préoccupante, d’où la nécessité d’agir ensemble pour aboutir à une solution », a dit le ministre.

Les 600,000 migrants entassés au nord de la Libye servent d’otages pour ralentir la domination complète du pays!

Ensuite, le soutien turc au GNA obéit à une autre raison : la délimitation des frontières maritimes entre la Libye et la Turquie, objet d’un protocole d’accord signé en novembre 2019 et permettant à Ankara d’étendre la superficie de son plateau continental de 40% et donc de s’inviter dans les projets gaziers de la République de Chypre.

« D’une part, la Turquie ne reconnaît pas la convention de Montego Bay sur le droit de la mer alors que tous les pays de l’Union européenne l’ont fait. D’autre part, la Turquie a un accord avec le gouvernement d’entente nationale de Libye, dont la légitimité internationale est relative, sur la délimitation des frontières maritimes. Par conséquent, la République de Chypre et la Grèce sont inquiètes », a résumé M. Le Drian.

Mercenaires syriens anciennement de l’État Islamique…Vous vous rappelez?

En outre, a-t-il poursuivi, la « Turquie a réalisé des forages en mer, au sud de Chypre, dans les zones 7 et 8, qu’elle considère comme relevant de son domaine économique maritime, et elle a annoncé des forages au large de la Crète, en violation du droit international maritime. »

Aussi, « nous réagissons fortement contre cela et, sans entrer dans les détails, nous allons prendre des initiatives », a annoncé le ministre. « Du reste, nous en avons déjà pris, notamment au Caire, avec mes homologues égyptien, chypriote, grec et italien, afin de définir une position commune sur cette zone », a-t-il précisé avant de souligner que cette question « peut entraîner des tensions majeures. »

Les mercenaires sont signés à $2,000 par mois et reçoivent la citoyenneté turque.

AUTRE COMPLÉMENTAIRE

L’armée algérienne opte pour le « Kornet chinois »

Le général en chef des forces algériennes passe en revue ses troupes déployées près de la frontière libyenne
Alors que le cercle de la guerre déclenché par les États-Unis et leurs alliés turcs et émiratis en Libye s’approche à grand pas des portes de l’Algérie, l’armée algérienne commence à calibrer ses commandes militaires. Le ministère chinois de la Défense a annoncé la vente de son système antichar de type HJ-12 à l’Algérie, l’équivalent chinois de Kornet russe. L’exercice “Bourkane” 2019 tenu par l’armée algérienne a été l’occasion pour celle-ci d’exposer ses Kornet EM mais il semble que l’arsenal anti blindé algérien se veut le plus performant possible. 

 

Selon le blog China Defense, il s’agit du système antichar Red Arrow-12 de troisième génération, également connu sous le nom de HJ-12 et l’Algérie est le premier client arabe de ce système antichar chinois récemment mis à jour.
Il convient de noter que l’armée algérienne est l’un des plus grands clients de l’industrie de défense et d’équipements militaires chinois : les mortiers, les avions militaires, les lanceurs de missiles, les drones militaires et de reconnaissance, ainsi que les équipements de défense navale.
Des rumeurs ont auparavant circulé selon lesquels l’armée algérienne avait l’intention d’utiliser le système pour soutenir le gouvernement d’union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj contre les forces de Khalifa Haftar. Le 23 juillet, des chefs de la diplomatie algérien et russe à Moscou se sont rencontrés à Moscou. Le ministre russe des A.E. Sergueï Lavrov a confirmé lors de cette visite qu’il n’y avait pas de «feuille de route bilatérale» algéro-russe et que Moscou s’en tenait aux résolutions de la Conférence de Berlin. 
La proposition algérienne de paix durable s’appuie pourtant sur la nécessité de mettre un terme à l’ingérence étrangère en Libye. Certes, la Conférence de Berlin impose également une telle mesure, mais la quasi-totalité des États signataires des résolutions de cette rencontre internationale ont un bras ou une main dans le pétrin libyen, ce qui empêche l’Algérie mais aussi la Tunisie de pouvoir leur faire confiance. L’achat de ces Kornet chinois qui pourrait signifier une possible demande d’alliance d’Alger auprès de la Chine dans le cadre du règlement de la crise libyenne, intervient alors que les deux parties en présence, toutes deux alliés des Etats-Unis affûtent les armes pour la ville de Syrte. Samedi, le porte-avions Eisenhower et 12 autres de navires de guerre avec à leur bord des F-16 et des F-18 se sont mis à manœuvrer en Méditerranée orientale non loin de l’Algérie. 

HJ-12, le Javelin chinois

 

Ce missile est un clone, beaucoup moins cher, du lance-missile américain FGM-148 Javelin dont la particularité est qu’il est Fire and Forget avec une trajectoire en cloche. Une fois la cible acquise par le système électro optique, le missile s’envole sans guidage additionnel et attaque le char par sa partie la plus exposée et la moins bien blindée, le toit.
Le HJ-12 est équipé d’un chercheur infrarouge, auquel les informations sur la cible sont envoyées à partir d’un viseur d’imagerie thermique de troisième génération non-refroidi, après quoi la cible est capturée et lancée.
La masse du projectile est de 17 kg, pour une longueur de 980 mm et un diamètre de 135 mm. L’ATGM a une forme de corps cylindrique avec un carénage de tête transparent. Dans les parties centrale et arrière de la coque se trouvent les ailes repliables et les gouvernes. La tête explosive est en fait constituée d’une charge tandem pour défaire les blindages réactifs. Le missile peut être équipé de têtes à fragmentation, explosives ou thermobariques. La portée de tir maximale peut atteindre 4000 m. Dans l’obscurité et par mauvaise visibilité, la portée de tir est limitée par la capacité du viseur à détecter et à faire l’acquisition de la cible. Par nuit sans lune, la portée de l’optique de nuit ne dépasse pas 2000 m. NORINCO propose également une version avec missile à guidage TV qui peut être contrôlé par un opérateur.
A l’instar du Javelin, le HJ-12 est composé d’un lanceur et d’un missile dans un conteneur jetable qui est orienté vers le haut et non parallèle au sol comme les autres ATGM.
L’Algérie dispose d’une grande quantité de missiles anti-chars russes Kornet qui ont fait leurs preuves au combat. La différence entre le Kornet et le HJ-12 est de taille, le HJ-12 a, en théorie une meilleure capacité de destruction que le Kornet à cause de son angle d’attaque et le fait qu’il soit fire and forget laisse le temps à son opérateur de se mettre à l’abri ou se déplacer après le tir, alors que l’opérateur du Kornet doit guider son missile jusqu’à l’impact.
Source : MENA Defense

 

Troisième Guerre Mondiale en développement:La Turquie se plaint du déploiement de soldats égyptiens à Idlib,en Syrie

L’armée égyptienne aurait déployé environ 150 soldats sur la ligne de front dans la région syrienne du Grand Idlib pour soutenir les forces du gouvernement de Damas, ont affirmé des sources turques le 30 juillet. « Les soldats ont ensuite été déployées dans la région de Khan al-Asal dans la campagne occidentale d’Alep et autour de la ville de Saraqib dans la campagne méridionale d’Idlib », a indiqué l’agence Anadolu citant sa source. L’agence de presse a affirmé que les membres du service militaire égyptien étaient arrivés via la base aérienne de Hama.

Plus tard, Youssef al-Hamoud, un porte-parole de l’Armée nationale syrienne, une coalition de terroristes sous contrôle turc, basés dans le nord d’Alep, a déclaré que le nombre de soldats égyptiens était en fait de 148. Ils auraient été déployés en Syrie en 3 groupes via le Hama Air Base. Selon lui, 98 membres du personnel égyptien seraient venus de la ville d’Ismailia le 26 juillet et auraient ensuite été déployés à Khan al-Asal. 50 autres sont arrivés de l’aéroport du Caire le 27 juillet. Ils seraient déployés à Saraqib.

 

 

L’armée égyptienne a déployé environ 150 soldats sur la ligne de front dans la région syrienne du Grand Idlib pour soutenir les forces du gouvernement de Damas, ont affirmé des sources turques le 30 juillet.

« Les soldats ont ensuite été déployées dans la région de Khan al-Asal dans la campagne occidentale d’Alep et autour de la ville de Saraqib dans la campagne méridionale d’Idlib« , a indiqué l’agence Anadolu citant sa source. L’agence de presse a affirmé que les membres du service militaire égyptien étaient arrivés via la base aérienne de Hama.

Plus tard, Youssef al-Hamoud, un porte-parole de l’Armée nationale syrienne, une coalition de terroristes sous contrôle turc, basés dans le nord d’Alep, a déclaré que le nombre de soldats égyptiens était en fait de 148. Ils auraient été déployés en Syrie en 3 groupes via le Hama Air Base. Selon lui, 98 membres du personnel égyptien seraient venus de la ville d’Ismailia le 26 juillet et auraient ensuite été déployés à Khan al-Asal. 50 autres sont arrivés de l’aéroport du Caire le 27 juillet. Ils seraient déployés à Saraqib.

Cependant, aucun vol depuis l’Égypte vers ladite base n’a été enregistré ces derniers jours. De plus, il est presque impossible de cacher le déploiement de troupes étrangères en première ligne dans les conditions de la guerre syrienne, alors que presque un combattant sur deux possède un téléphone portable et des comptes sur les réseaux sociaux et les utilise pour partager des photos et des vidéos du champ de bataille.

Très probablement, les médias d’État turcs et les groupes mandataires fidèles à Ankara ont trouvé un nouveau moyen original de justifier la présence illégale de leurs propres forces en Syrie. L’accusation selon laquelle d’autres partis font quelque chose que le gouvernement Erdogan fait lui-même est quelque chose que les médias turcs, réputés super menteurs, font régulièrement.

Dans les premiers stades du conflit, la Turquie et ses services de renseignement ont ouvertement autorisé divers terroristes de l’Etat islamique et d’al-Qaïda à utiliser le territoire de la Turquie et les camps situés à la frontière syro-turque comme plaque tournante du transport sur leur route vers la Syrie. Dans le même temps, la Turquie était activement impliquée dans le commerce illégal de pétrole volé en Syrie par  Daech et d’autres, dont des groupes mafieux turcs appartenant au fils d’Erdogan.

Plus tard, lorsque l’opération militaire russe, y compris les bombardements massifs des infrastructures pétrolières de l’Etat islamique, des convois et la révélation publique des faits de la coopération turque avec l’Etat islamique, a mis un terme à cela, la propagande officielle turque a porté son attention sur les accusations de toutes les autres parties impliquées dans le conflit de coopération avec Daech. Il a même affirmé que son opération militaire contre les milices kurdes à Afrin était dirigée contre Daech.

Ankara a envoyé près de 10.000 militants syriens en Libye pour soutenir le gouvernement d’accord national basé à Tripoli. Néanmoins, les médias turcs crient au scandale sur le petit nombre d’entrepreneurs militaires privés liés à la Russie embauchés par les Émirats arabes Unis pour soutenir l’armée nationale libyenne de général Haftar contre les forces soutenues par la Turquie.

Au cours des dernières années, la Turquie a occupé une partie notable du nord de la Syrie et a déployé des milliers de soldats dans le Grand Idlib pour protéger les terroristes liés à Al-Qaïda contre de l’armée syrienne. Par conséquent, il serait logique qu’Ankara trouve une «force étrangère» qu’elle puisse accuser de déployer ses propres troupes dans le pays.

Dans le même temps, si le déploiement de troupes égyptiennes pour soutenir l’armée syrienne s’avère vrai, ce sera une très mauvaise nouvelle pour la Turquie. Ankara semble toujours incapable de contrôler ses partenaires locaux d’Al-Qaïda et les chances d’une nouvelle vague d’escalade dans la région augmentent.

Les puissantes forces armées turques n’ont jusqu’à présent pas réussi à vaincre l’armée syrienne épuisée par des années de conflit contre des terroristes islamiste. Le résultat de la nouvelle escalade sera encore plus sombre pour la Turquie si les forces égyptiennes rejoignent la coalition soutenant Damas.

Source : SouthFront


EN COMPLÉMENTAIRE

La CIA exploite illégalement le pétrole au Nord-Est de la Syrie

Pétrole syrien

 

Le sénateur Lindsay Graham a interrogé le secrétaire d’État Mike Pompeo, lors d’une audition de la Commission sénatoriale des Affaires étrangères, le 30 juillet 2020, à propos d’une société US qui vient de signer un contrat avec l’« Administration autonome » du Nord-Est syrien (YPG) pour l’exploitation de champs pétroliers et la fourniture de raffineries.  Le secrétaire d’État a confirmé que la négociation de cet accord avait pris plus de temps que prévu et qu’il le soutenait. Il devrait débuter à 60.000 barils/jour et pourrait s’élever rapidement à 380.000 barils/jour.

L’Administration autonome » est une fiction mise en place par le Pentagone au Nord-Est syrien dont elle a remis la gérance à une faction kurde. Ni Damas, ni Ankara n’ont fait de commentaires. Crescent Energy Services, qui a signé le contrat, est une société écran de la CIA. Elle est enregistrée au paradis fiscal du Delaware, mais basée en Louisiane.

Selon nos informations, les profits de l’Administration autonome seront divisés en deux : une moitié pour elle, et l’autre moitié pour la CIA qui les utilisera pour financer des opérations secrètes partout dans le monde sans avoir à demander de budget au Congrès.

source:https://www.voltairenet.org/article210637.html


AUTRE COMPLÉMENTAIRE

L’accord militaire Iran-Syrie ne se réduit pas à la DCA. ..Des surprises en vue

 

Des informations font état de « l’apparition des drones de combat particulièrement performants » en Syrie. Et qu’on se rassure, ils ne sont ni de conception turque ni de conception otanienne.  Al Masdar News qui revient sur le pacte militaire signé il y a tout juste un mois entre l’Iran et la Syrie croit savoir qu’il s’agit de nouveaux types de l’UAV que « les Iraniens auraient transféré » en Syrie afin de renforcer les capacités de l’armée syrienne à faire face aux « forces d’occupations US/Turquie » sur son territoire.

Le site d’information rapporte ainsi que des véhicules aériens sans pilote de type « inconnu » ont bombardé des positions terroristes pro-Ankara dans le territoire sous leur contrôle à Idlib, pendant une semaine consécutive, frappant avec une très haute précision des QG des chefs terroristes, des dépôts d’armes, mais aussi et surtout des véhicules blindés et des convois de camions-citernes qui servent au trafic de pétrole volé en Syrie par la Turquie puis expédié à bas prix vers l’Europe. Toujours selon cette information, les positions visées appartenaient aux terroristes pro-turcs,  aux « Casques blancs » affiliés à Hayat Tahrir al-Cham et qui coopèrent active avec les États-Unis.

Le pacte militaire signé entre la Syrie et l’Iran se concentre essentiellement sur le ciel syrien avec comme une prédilection pour la DCA. Le 21 juillet lors du tout dernier raid israélien contre le sud de Damas, les batteries de Khordad-3 iraniens de l’armée syrienne ont pris de court Israël avec des missiles antimissiles Sayyad avec une portée de 200 kilomètres et qui ont réussi à intercepter et à détruire dans le ciel d’Israël les missiles de croisière Delilah. Rien n’empêche l’Iran de transmettre à son allié syrien, des drones bien performants comme Bavar (dont peu d’information sont disponiblet » ou encore le tout nouveau, « Kian » qui est conçu et développé en deux versions toutes deux furtives et destinées aux longues missions de reconnaissance et de surveillance ainsi qu’aux opérations de frappe de précision. Il se peut aussi que les opérations antiterroristes de ces derniers jours à Idlib et à Alep aient été menées par cet appareil. Surtout qu’il s’agit d’un drone qui peut voler jusqu’à 5000 mètres d’altitude sur un trajet de plus de 1.000 kilomètres, suffisant pour opérer dans la zone d’opération Idlib/Alep.  

Et Al Masdar d’ajouter :  » Il y a peu les sources militaires iraniennes qui ont dévoilé la tour de contrôle mobile censée gérer le trafic aérien (ATC). Il s’agit d’un dispositif monté sur remorque et qui peut être transporté d’un endroit à l’autre, voire déplacé sur des terrains difficiles.

Source : PressTv

Cependant, aucun vol depuis l’Égypte vers ladite base n’a été enregistré ces derniers jours. De plus, il est presque impossible de cacher le déploiement de troupes étrangères en première ligne dans les conditions de la guerre syrienne, alors que presque un combattant sur deux possède un téléphone portable et des comptes sur les réseaux sociaux et les utilise pour partager des photos et des vidéos du champ de bataille.

Très probablement, les médias d’État turcs et les groupes mandataires fidèles à Ankara ont trouvé un nouveau moyen original de justifier la présence illégale de leurs propres forces en Syrie. L’accusation selon laquelle d’autres partis font quelque chose que le gouvernement Erdogan fait lui-même est quelque chose que les médias turcs, réputés super menteurs, font régulièrement.

Dans les premiers stades du conflit, la Turquie et ses services de renseignement ont ouvertement autorisé divers terroristes de l’Etat islamique et d’al-Qaïda à utiliser le territoire de la Turquie et les camps situés à la frontière syro-turque comme plaque tournante du transport sur leur route vers la Syrie. Dans le même temps, la Turquie était activement impliquée dans le commerce illégal de pétrole volé en Syrie par  Daech et d’autres, dont des groupes mafieux turcs appartenant au fils d’Erdogan.

Plus tard, lorsque l’opération militaire russe, y compris les bombardements massifs des infrastructures pétrolières de l’Etat islamique, des convois et la révélation publique des faits de la coopération turque avec l’Etat islamique, a mis un terme à cela, la propagande officielle turque a porté son attention sur les accusations de toutes les autres parties impliquées dans le conflit de coopération avec Daech. Il a même affirmé que son opération militaire contre les milices kurdes à Afrin était dirigée contre Daech.

Ankara a envoyé près de 10.000 militants syriens en Libye pour soutenir le gouvernement d’accord national basé à Tripoli. Néanmoins, les médias turcs crient au scandale sur le petit nombre d’entrepreneurs militaires privés liés à la Russie embauchés par les Émirats arabes Unis pour soutenir l’armée nationale libyenne de général Haftar contre les forces soutenues par la Turquie.

Le général Haftar

 

 

 

Au cours des dernières années, la Turquie a occupé une partie notable du nord de la Syrie et a déployé des milliers de soldats dans le Grand Idlib pour protéger les terroristes liés à Al-Qaïda contre de l’armée syrienne. Par conséquent, il serait logique qu’Ankara trouve une «force étrangère» qu’elle puisse accuser de déployer ses propres troupes dans le pays.

Dans le même temps, si le déploiement de troupes égyptiennes pour soutenir l’armée syrienne s’avère vrai, ce sera une très mauvaise nouvelle pour la Turquie. Ankara semble toujours incapable de contrôler ses partenaires locaux d’Al-Qaïda et les chances d’une nouvelle vague d’escalade dans la région augmentent.

Les puissantes forces armées turques n’ont jusqu’à présent pas réussi à vaincre l’armée syrienne épuisée par des années de conflit contre des terroristes islamiste. Le résultat de la nouvelle escalade sera encore plus sombre pour la Turquie si les forces égyptiennes rejoignent la coalition soutenant Damas.

Source : SouthFront

L’accord militaire Iran-Syrie ne se réduit pas à la DCA. Des surprises en vue!

Des informations font état de « l’apparition des drones de combat particulièrement performants » en Syrie. Et qu’on se rassure, ils ne sont ni de conception turque ni de conception otanienne.  Al Masdar News qui revient sur le pacte militaire signé il y a tout juste un mois entre l’Iran et la Syrie croit savoir qu’il s’agit de nouveaux types de l’UAV que « les Iraniens auraient transféré » en Syrie afin de renforcer les capacités de l’armée syrienne à faire face aux « forces d’occupations US/Turquie » sur son territoire.

Le site d’information rapporte ainsi que des véhicules aériens sans pilote de type « inconnu » ont bombardé des positions terroristes pro-Ankara dans le territoire sous leur contrôle à Idlib, pendant une semaine consécutive, frappant avec une très haute précision des QG des chefs terroristes, des dépôts d’armes, mais aussi et surtout des véhicules blindés et des convois de camions-citernes qui servent au trafic de pétrole volé en Syrie par la Turquie puis expédié à bas prix vers l’Europe. Toujours selon cette information, les positions visées appartenaient aux terroristes pro-turcs,  aux « Casques blancs » affiliés à Hayat Tahrir al-Cham et qui coopèrent active avec les États-Unis.

photo distribuee par l’agence officielle syrienne sana montrant le ministre de la defense-abdallah-ayoub-d-et-son-homologue-iranien-amir-hatami-lors-de-la-signature-d-un-accord-de-cooperation militaire entre Damas et Téhéran.

Le pacte militaire signé entre la Syrie et l’Iran se concentre essentiellement sur le ciel syrien avec comme une prédilection pour la DCA. Le 21 juillet lors du tout dernier raid israélien contre le sud de Damas, les batteries de Khordad-3 iraniens de l’armée syrienne ont pris de court Israël avec des missiles antimissiles Sayyad avec une portée de 200 kilomètres et qui ont réussi à intercepter et à détruire dans le ciel d’Israël les missiles de croisière Delilah. Rien n’empêche l’Iran de transmettre à son allié syrien, des drones bien performants comme Bavar (dont peu d’information sont disponiblet » ou encore le tout nouveau, « Kian » qui est conçu et développé en deux versions toutes deux furtives et destinées aux longues missions de reconnaissance et de surveillance ainsi qu’aux opérations de frappe de précision. Il se peut aussi que les opérations antiterroristes de ces derniers jours à Idlib et à Alep aient été menées par cet appareil. Surtout qu’il s’agit d’un drone qui peut voler jusqu’à 5000 mètres d’altitude sur un trajet de plus de 1.000 kilomètres, suffisant pour opérer dans la zone d’opération Idlib/Alep.  

Et Al Masdar d’ajouter :  » Il y a peu les sources militaires iraniennes qui ont dévoilé la tour de contrôle mobile censée gérer le trafic aérien (ATC). Il s’agit d’un dispositif monté sur remorque et qui peut être transporté d’un endroit à l’autre, voire déplacé sur des terrains difficiles.

Source : PressTv


MISE À JOUR IMPORTANTE

Syrie: le « tueur » des F-35 Adir  est arrivé!

 

Un F 35 Adir abattu par la nouvelle DCA iranienne au-dessus de la Syrie.

Mercredi 8 juillet 2020, les sources iraniennes ont fait état de la signature d’un nouvel accord militaire et sécuritaire entre l’Iran et la Syrie qui n’a cessé depuis de provoquer moult analyses.

L’une des clauses de cet accord vise à « renforcer la DCA syrienne », qui a tenu bon face à des centaines de frappes israéliennes mais qui au regard d’une complexification des méthodes employées par l’agresseur, demande à être optimisée. Alors que l’Amérique de Trump fait tout pour proroger l’embargo sur la vente d’arme à l’Iran à son expiration en octobre, la Syrie devient par son alliance indéfectible avec l’Iran et l’axe de la Résistance, le théâtre d’un réel face-à-face : arme de la Résistance contre arme de l’Empire. Une chose est sûre : les éléments de la DCA made in Iran qui iront renforcer le ciel de l’est, voire du centre et de l’ouest syrien ont déjà fait leur preuve, l’US Air Force s’étant heurtée à leur pleine puissance, en été 2019 quand un Global Hawk US s’est aventuré dans le ciel iranien.

Israël use d’attaque électromagnétique, de leurre électronique, de missiles de croisières sans pour autant oser s’infiltrer réellement dans le ciel syrien. Souvent, Israël a été tenté par une infiltration tout en ayant leurré au préalable les radars de la DCA syrienne. Une fois la DCA made in Iran sur place, saura-il refaire le coup? Khordad-3 est l’une des pièces de la DCA made in Iran qui pourrait prendre de court Tel-Aviv. Le défi est de taille. Khordad-3 est une DCA propre à opérer dans un champ de guerre électronique puisqu’il a de quoi déjouer les missiles de croisière ou drones et avions agissant à distance. Mais comment? 

« Il est doté d’un système électro-optique, ce qui en a renforcé la capacité non seulement pour déjouer des attaques électroniques, mais aussi pour mieux intercepter des appareils furtifs ennemis. On sait à quel point Israël a abusé de l’usage des armes de précision à distance pour réduire à néant la DCA syrienne et dans ses toutes dernières agressions, même Pantsir, TOR et Buk qui composent le gros de la DCA syrienne ont été pris pour cible des assauts électromagnétique, dit un expert. 


VIDÉO IL Y A 1 AN

 


 

« En effet, des avions de guerre électroniques ou des drones sont engagés à créer de fausses cibles sur le radar de la DCA et quand le système de défense commence à tirer, des chasseurs, dotés des armes de précision de distance le localisent et l’interceptent avant de le détruire. Or pour faire face à cette tactique, le système Khordad-3 utilise simultanément deux systèmes, radar et dispositif électro-optique. En principe, il est très difficile voire impossible de perturber les systèmes électro-optiques d’où la vertu de Khordad-3. 

Les systèmes électro-optiques sont non détectables, au contraire des radars, ce qui les rend moins vulnérables aux ondes électromagnétique. Leur combinaison avec un système radar permettra à la DCA de continuer à opérer même en dépit d’une forte attaque électromagnétique. 

Les systèmes de défense Raad-2, le système d’artillerie Seraj et le système de défense Herz-9 sont des exemples d’équipement des systèmes de défense iraniens à se classer dans cette catégorie. Il s’agit donc d’autant de prototypes qui pourraient intéresser l’armée syrienne. Mais Khordad-3 est aussi doté d’antenne réseau à commande de phase. Il est donc en mesure de détecter et d’intercepter d’une manière passive ses cibles. C’est presque une forme de furtivité. Cela signifie que ce système peut détecter des cibles puis verrouiller des images dessus sans émettre d’ondes électromagnétiques et échapper de la sorte à l’interception enemie. Et à l’inverse, cette fonctionnalité signifie que l’ennemi est surveillé et même frappé sans en être alerté au préalable. Être passif rend également presque impossible toute tentative de brouillage. 

Un chasseur comme un F-16 utilise divers systèmes pour dévier le missile qui est tiré en sa direction, mais il est presque impuissant face aux missiles qui sont tirés sur lui à l’aide d’une DCA dotée de systèmes électro-optiques. Surtout si comme c’est le cas de Khordad-3, le système est également équipé de caméras thermique et de vision nocturne. Ce qui rend la DCA capable de poursuivre sa mission même dans la nuit et même dans des conditions météorologiques défavorables. Alors le pari est lancé : Khordad-3 contre les missiles de croisière israéliens, les drones voire même des avions furtifs. Les bluffeurs israéliens évoquent de plus en plus des missions des « F-35 » au-dessus de la Syrie. 

 

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:Offensive syro-russe sur Idlib

Selon certaines dépêches en provenance du nord-ouest de la Syrie, toutes les unités de l’armée syrienne et ses alliés au sein de la Résistance, stationnées près des lignes de contact dans les zones occupées par des groupes terroristes dans le sud de l’autoroute M-4 (centre et ouest de la province d’Idlib, nord-ouest de la province de Hama et nord-est de la province de Lattaquié) sont en état d’alerte. Il y a quelques minutes, les sources syriennes ont fait état du début d’une puissante campagne aérienne syro-russe. La grande offensive vient-elle d’être déclenchée?

Chars de l’armée syrienne

 

Les frappes visent à l’heure qu’il est, selon les sources russes, « une zone de 1.500 kilomètres carrés, où se cachent jusqu’à 3.000 terroristes pro-turcs ». L’offensive a commencé après que l’armée syrienne et la Russie eurent dégagé l’autoroute M-4. Ankara réagira-t-il? Selon les accords précédemment conclus, l’ensemble du territoire des provinces d’Alep, Idlib et Hama, situés au sud de l’autoroute M-4, devront passer sous le contrôle des troupes russes, apprend-on de mêmes sources. Un coup fourré du Sultan à prévoir? 
Au sol, les effectifs de l’armée syrienne et les forces de défense populaire, ainsi que les combattants palestiniens de Liwa al-Quds ont été déployés sur différents axes d’Idlib et sont prêts à mener des opérations dans les zones sud de l’autoroute M-4.

 

L’objectif? le nettoyage des zones de Jabal al- Zawiya, Jisr al-Choghour, Jabal al-Arbaïn, Sarmin, Ariha situées dans le centre et l’ouest de la province d’Idlib. La libération de la plaine d’al-Ghab dans le nord-ouest de la province de Hama est une autre étape de l’opération. Les forces syriennes sont également disposées à nettoyer des localités situées dans le nord-est de la province de Lattaquié. 
Si cette opération est menée à bien entre la ville de Saraqib, royalement libérée par le Hezbollah au mois de mars, dans le sud-est de la province d’Idlib et les régions du nord-est de la province de Lattaquié, la sécurité des régions sud et nord de l’autoroute stratégique de M-4 sera pleinement assurée et les groupes terroristes ne pourront plus emprunter cette route.
Les derniers jours de l’année dernière, après la relance du cessez-le-feu, la Turquie a promis de normaliser la circulation sur l’autoroute. Mais les terroristes qu’elle soutient et dont elle utilise à titre de ses bras exécutants n’ont cessé de viser des patrouilles conjointes turco-russes. Une dernière attaque ayant même coûté la vie à trois soldats russes. 
Alors que les forces syriennes et leurs alliées au sein de la Résistance se préparent à lancer des opérations visant à sécuriser l’autoroute M-4, l’armée turque continue de soutenir les groupes terroristes en leur envoyant de nouveaux équipements militaires ces derniers jours. Le trafic se fait via le poste-frontière de Kafr Lusin dans le nord-ouest de la province d’Idlib. 
Que cherche la Turquie ?
Selon des sources sur le terrain, le premier objectif de la Turquie en envoyant de nouvelles troupes et en transférant du matériel militaire dans les zones occupées de la province d’Idlib est de renforcer les groupes terroristes afin qu’ils puissent survivre aux opérations de l’armée syrienne et des combattants de la Résistance, secondées par la Russie. Un autre de ses objectifs est d’homogénéiser le mercenariat à Idlib et d’y éliminer les éléments récalcitrants. 

Ces derniers mois, le gouvernement turc a tenté d’aider le groupe terroriste Tahrir al-Cham à s’emparer de tous les territoires occupés et en finir avec le groupe terroriste Hurras ad-Din. Mais les tentatives turques n’ont pas abouti. Actuellement, les affrontements entre ces deux groupes terroristes qui sont directement ou indirectement sous le commandement d’Al-Qaïda, ont diminué. Dans le passé, ils opéraient sous le nom de Front al-Nosra en Syrie. Ces manœuvres du Sultan qui utilise Idlib comme un vivier pour nourrir ses guerres en Libye et au Yémen ne sont qu’un jeu destiné à montrer sa soi-disant détermination à affronter les groupes terroristes opposés à l’accord de cessez-le-feu, façon d’empêcher le début d’opérations de nettoyage des zones occupées du nord-ouest de la Syrie par l’armée syrienne et ses alliés de la Résistance et la Russie. N’empêche que cette méthode commence à montrer ses limites. 
L’attaque contre une patrouille militaire conjointe turco-russe et la poursuite de ces violences ont émis  un message soulignant que la Turquie, contrairement à ses promesses creuses, « n’a ni la volonté ni la capacité de contrôler les régions du nord-ouest occupées en vertu de l’accord de cessez-le-feu ». Bref le Sultan est désarmé surtout qu’il est actif sur 4 fronts. L’offensive finira-t-elle par mettre la Turquie à la porte? 


EN COMPLÉMENTAIRE

Pourquoi le chef de l’état-major US se rend-t-il précipitamment en Israël ?

 

Le missile Yakhont russe aux mains du Hezbollah.

Alors que la presse écrite et orale d’Israël ne cesse de jurer ces derniers jours que par « la riposte du Hezbollah est imminente », en allusion à la mort en martyr d’Ali Kamal Mohsen dans le raid sioniste du 21 juillet au sud de Damas, et le tweet de la Résistance le suivant, et qu’il y a un branle-bas de combat sur le front nord, les évolutions en cours pourraient déboucher sur des surprises de taille.  

A en croire la chaîne 13, une évaluation de la situation faite par l’armée israélienne conclurait que le Hezbollah se préparerait à des opérations de représailles contre des troupes israéliennes à la frontière : le commandement du front nord qui a annulé des exercices militaires, a même ordonné le déploiement des postes de contrôle à l’intersection des routes dans le nord des territoires occupés, façon d’interdire l’accès aux zones agricoles proches de la frontière libanaise et ainsi restreindre la circulation sur les routes proches des colonies israéliennes.
Bien avant la mort de Kamel Hassan, les militaires israéliens avaient été à plus d’une reprise effrayés par des « bergers » libanais s’approchant des frontières et qu’ils croyaient être des « agents du Hezbollah »
Vendredi, des explosions au Golan ont provoqué la panique de l’armée sioniste qui a envoyé ses hélico abattre l’armée syrienne avant de rater le coup et de rentrer bredouille. Mais à quoi ressemblerait cette riposte qu’Israël croit être imminente ? S’agirait-il d’une opération commando comme en 2019 ou des infiltrations genres ce qui s’est produit en Galilée jeudi quand un véhicule blindé s’est renversé provoquant la mort d’un soldat sioniste ?
La réalité est que les tensions sont entrées dans une phase particulièrement cuisante et que la riposte de la Résistance pourrait bien sortir de l’ornière. C’est peut-être pour cette même raison que le chef de l’état-major US, Mark Milley, a été appelé au chevet d’Israël ce vendredi où il a rencontré de hauts responsables militaires sionistes, histoire de rassurer Tel-Aviv que « les États-Unis resteront aux côtés de leur allié traditionnel au Moyen-Orient ».

Mais il y a de forts risques que cet allié traditionnel soit cette fois visé de manière à ce qu’aucun appui venant de quelle que partie qui soit, ne puisse y obvier. Le commandant de la base navale israélienne de Haïfa en évoque la perspective. « Le Hezbollah a la capacité de cibler les plateformes d’extraction de gaz israéliennes au milieu de la mer », dit le général Gil Aginski, cité par le journal israélien Israel Hayom.
Le Hezbollah développe à l’heure actuelle « son potentiel militaire pour cibler les plateformes pétrolières au cœur de la mer bien que la force navale israélienne soient prêtes à relever les défis ». Mais sur cette seconde partie, l’Israélien n’est pas si sûr: « Une attaque de représailles contre les forces israéliennes par voie maritime n’est en tout cas pas à exclure. C’est notre hypothèse initiale. La menace d’attaques existait « toujours » et était « énorme », a-t-il déclaré en allusion aux missiles Yakhont de fabrication russe qui se trouveraient entre les mains du Hezbollah par Syrie interposée.
Il y a quelque temps le New York Times disait que « jusqu’à 12 systèmes de missiles-guidés anti-navires pourraient désormais être en possession du Hezbollah en Syrie ».
Ce sont des missiles SS-N-26 Yakhont de fabrication russe, qui utilisent un moteur Raimit pour parcourir plus de 75 miles à plus de deux fois la vitesse du son. Lorsqu’il est lancé, le missile survole les vagues pour éviter d’être détecté, guidé par un chercheur conçu pour résister aux contre-mesures, a-t-il rapporté. 
C’est l’un des missiles anti-navires les plus avancés au monde (les États-Unis n’ont pas une longue portée de missiles anti-navires supersoniques comme celui-ci) et sa vente à la Syrie indique à quel point la survie d’Assad est importante pour Vladimir Poutine.

 

La panique gazière d’Israël se laisse éclater à l’idée des Yakhont russes du Hezbollah à être tirés contre les réserves offshore de la Palestine occupée alors que jeudi Chevron Corporation a annoncé son accord d’achat de la société pétrolière et gazière américaine Noble Energy pour 5 milliards de dollars, une acquisition de Chevron qui « a une importance géopolitique particulière en raison des participations de Noble en Israël et à Chypre ».
Noble Energy apporte des actifs offshore à faible capital et générateurs de trésorerie en Israël, renforçant ainsi la position de Chevron en Méditerranée orientale. De même, les actifs israéliens de Noble sont à grande échelle, produisant une position en Méditerranée orientale qui diversifie le portefeuille de Chevron et devrait générer des rendements et des flux de trésorerie solides avec de faibles besoins en capital. Les volumes de pétrole et de gaz de Chevron augmenteront de près de 20% grâce à l’acquisition de Noble Energy, qui sert également d’opérateur des champs de gaz naturel israéliens Leviathan et Tamar.
Alors un Yakhont tiré contre Tamer ou Leviathan, quel pourrait en être l’effet en pleine guerre de gaz en Méditerranée orientale ? Une chose est sûre : la Russie ne devrait pas être si mécontente d’une telle perspective

 

 

Guerre entre le Nouvel Ordre Mondial et les Triades Chinoises:La Russie a fait son choix entre la Chine et les USA

Il y a un parallélisme entre le refus de la Corée du nord de continuer à négocier avec les USA, Maduro renvoyant l’UE et les États-Unis à leurs turpitudes, la Russie refusant le G7 et la Chine continuant sur sa ligne. A travers eux c’est la majorité de la planète qui affirme qu’il n’y a rien à négocier avec des gens qui de toute manière ne tiendront pas parole.
Moscou a enterré la dernière initiative de politique étrangère de Donald Trump – elle a refusé de rejoindre le G7 élargi.
Donald Trump et Vladimir Poutine

Quelle est la raison de cette décision? Après tout, il apparaissait que les États-Unis avaient invité la Russie à retourner dans le club des pays développés, reconnaissant ainsi l’impossibilité de résoudre les problèmes mondiaux sans l’aide de la Russie.

L’idée même de ramener la Russie au G7 a été avancée par Trump en juin. Il a proposé que le sommet du G-7 se tienne aux États-Unis (reporté à septembre en raison du coronavirus) dans un format élargi et a appelé la Russie, l’Inde, la Corée du Sud et l’Australie en tant que parties invitées. Dans le même temps, Trump a clairement indiqué qu’il invitait les quatre pays non seulement en tant qu’auditeurs, mais en considérant le sommet comme «G10 ou G11».
Modi de l’Inde et Donald Trump vus l’an dernier lors du G7.

 

Une offre flatteuse

L’objectif était simple: résoudre le problème mondial auquel sont confrontés les États-Unis et (à leur avis) l’ensemble du monde développé: contenir la Chine. Oui, il fut un temps où le G7 résolvait lui-même les problèmes mondiaux – cependant, dans sa forme actuelle, il en est incapable. La baisse de la qualité des dirigeants, la divergence des intérêts, le manque de volonté politique – tout cela a transformé les Sept d’un conseil d’administration mondial en un club de gentlemen des démocraties développées. Qui discutent des problèmes mondiaux, mais en même temps sont incapables de les résoudre à leur gré, ni de forcer les autres à le faire, ou même de s’entendre entre eux.

Lors du G7 à Charlevoix ,au Québec,Justin Trudeau a perdu toute crédibilité et tout respect.

Après le sommet de l’an dernier à Biarritz, le journal britannique Guardian a décrit très précisément le G7 comme “la relique d’une époque révolue”. Une époque où le président américain était respecté; où la diplomatie multilatérale portait ses fruits; où les processus mondiaux étaient contrôlés par des politiciens mondialistes, et non par des démagogues nationalistes; où les démocraties occidentales pouvaient convenir d’actions communes et mettre ces accords en pratique. Au sommet de Biarritz, ils se sont entendus sur une seule chose: comme le New York Times l’a justement souligné, la règle numéro un de la réunion était «ne pas fâcher qui vous savez».

Attirant quatre nouveaux pays à la table ronde, «vous savez qui» pensait résoudre deux problèmes en même temps. Tout d’abord, il trouvait des partenaires avec lesquels il parle le même langage du rationalisme (Russie) ou qui ne le méprisent pas pour son nationalisme et ses idées de droite (la Russie encore, la Corée du Sud respectueuse, l’Inde avec aussi une direction nationaliste de droite, ainsi que l’Australie, pas accablée d’idéologie particulière en politique étrangère). Deuxièmement, il recevait quatre pays qui, contrairement aux partenaires européens qui, selon Trump, en sous-estiment le danger, ont vraiment peur de l’expansion chinoise et sont soit prêts à participer à la contenir, soit (dans le cas de la Russie) théoriquement prêt à discuter de leur participation à ce projet.

La Russie au premier rang?

Au départ, Moscou a adopté une attitude attentiste et a déclaré qu’elle attendait une explication de l’initiative par la voie diplomatique. Le Kremlin voulait comprendre quel sens aurait pour lui de participer à cette noble réunion. Oui, sa participation élève son statut – mais la Russie n’est pas la bienvenue. Sans ambiguïté et fermement contre le retour de Moscou, il y avait au moins deux pays participants: le  Royaume-Uni et le Canada.

 

De plus, l’opinion publique américaine était contre. Contre aussi auraient été les partenaires de la Russie dans les pays du tiers monde, qui soupçonnent depuis longtemps le Kremlin de vouloir abandonner le concept d’un monde multipolaire dès le premier appel des États-Unis et de l’Europe à retourner dans le camp occidental.

Il est d’autant plus clair que la Russie a été invitée à retourner dans le camp occidental et qu’on lui a fait miroiter de «tout pardonner» dans le seul but de l’attirer dans le système de confinement de la Chine. La Corée du Sud, l’Australie et même l’Inde sont des pays nécessaires et utiles dans ce système, mais sans eux, il est toujours viable. Et sans la Russie, non.

Le Kremlin contrôle les processus en Asie centrale (par laquelle passent les routes commerciales terrestres chinoises vers l’Europe et de laquelle la Chine veut importer des hydrocarbures, et non pas des extrémistes islamistes frais émoulus des camps d’entraînement). La Russie a une longue frontière avec la Chine à travers laquelle elle peut fournir des ressources à la Chine en cas de blocus maritime imposé par les États-Unis. C’est pourquoi l’Amérique a besoin de la Russie. Mais la Russie a-t-elle besoin de ça? Qu’obtiendra-t-elle des États-Unis pour sa collaboration, ou du moins pour avoir démontré sa disponibilité (sous forme de participation au sommet du G11).

L’Ukraine? Nous allons nous-mêmes la récupérer au fil du temps. La suppression des sanctions? Aujourd’hui, ils les supprimeront et demain ils les rétabliront à nouveau. La promesse de recevoir Poutine dans les meilleures maisons d’Europe? Mais déjà tout le monde l’appelle et lui demande de résoudre ses problèmes. Quoi qu’il en soit, pourquoi Moscou devrait-elle abandonner ses relations de travail avec la Chine, entrer en conflit direct avec Pékin et être privée de sa liberté de manœuvre dans l’espoir d’obtenir des contreparties de l’Occident, auquel pour parler franchement le Kremlin n’accorde aucune confiance?

Apparemment, Washington n’a pas pu répondre à cette question. Et alors qu’ils y réfléchissaient, l’affaire a été sérieusement compliquée par la promotion aux États-Unis de l’histoire selon laquelle Moscou aurait payé les talibans pour tirer sur des soldats américains en Afghanistan.

Il y a encore plus de «highly likely» dans cette histoire que dans l’affaire Skripal: elle est basée uniquement sur le témoignage d’une «source de haut rang» au New York Times; la mission elle-même a été en quelque sorte réalisée à la mode estonienne (pour toute l’année 2019, un peu plus de deux douzaines de soldats américains sont morts en Afghanistan, et même si nous imaginons que le GRU a payé pour tous, le degré d’inefficacité est incroyable); au Pentagone et au renseignement américain, l’information donnée par le New York Times n’a pas été confirmée. Cependant, les politiciens démocrates ont déjà monté l’affaire en épingle, critiquant Trump pour “marcher sur la pointe des pieds” devant le président russe, et même les républicains écrivent déjà des articles sous le titre “Pourquoi Trump accorde-t-il la priorité aux intérêts de Poutine?” 


EN COMPLÉMENTAIRE 1

« Loi du Kremlin »  : tout ce qui ne va pas en Amérique (et ailleurs) est causé par la Russie

Selon Wikipédia, la loi de Godwin est une règle empirique énoncée en 1990 par Mike Godwin, d’abord relative au réseau Usenet, puis étendue à l’Internet :  « Plus une discussion en ligne dure, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s’approche de 1. »

La loi de Godwin  peut se généraliser de la manière suivante à la presse mainstream américaine et aux politiciens américains :

« Pour tous les grands médias et les responsables politiques américains, il existe un unique thème « le Kremlin », tel que pour toute discussion au sein de cette presse et de ces milieux politiques, la probabilité que ce thème soit abordé tend vers 1. ».

Dans cette loi,  le terme Kremlin inclut Vladimir Poutine, la Russie, les robots russes, les babouchka, les hackers, le GRU, les poupées russes et d’autres entités.

EXEMPLES

–    RussiaGate

Il est inutile de revenir ici sur le flop du RussiaGate relatif aux « fake news » des médias sur l’intervention russe dans les élections américaines et tout le cinéma qui a duré des années et coûté des millions de dollars pour finir en un non-lieu. 

–    Le point Godwin de l’histoire franco-russe ;
11 Mai, 2015 l’Humanité

–    Poutine et l’Ukraine: prolifération des points Godwin 06/03/2014 L’Express

–    Coronavirus aux USA ? la faute aux Russes !

On se rappelle que l’abominable Poutine des neiges avait déjà été accusé, entre autres choses, de militariser des pieuvres géantes, d’attaquer la démocratie américaine à coups de Pokémon (CNN !) et de manipuler les campagnes de vaccination.

Chers amis, l’ogre a passé un cap supérieur et va, tenez-vous bien, désormais utiliser… le coronavirus pour semer la discorde parmi les Américains !

Eh oui, c’est l’héroïque New York Times qui nous l’apprend. Les « arguments » sont certes quelque peu poussifs (et jetés en toute fin d’article) : l’épidémie coïncide avec la campagne électorale, elle est déjà l’objet de théories du complot et Trump l’a mal gérée. On ne voit pas trop le rapport avec Moscou mais notre bonne presse libre et démocratique ne s’arrête pas à ces futiles détails. Tremble, bon peuple américain, l’ours est là qui rôde, s’apprêtant à s’engouffrer dans la brèche virale. Heureusement, nos glorieux journalistes veillent… Source : Chroniques du Grand Jeu

–    Au 27 février 2015, le nom de Hitler a été mentionné près de 1.800 fois au Congrès depuis vingt ans

Le Congrès américain «adore parler d’Hitler», selon le site Daily Dot, qui a comptabilisé, grâce au projet Capitol Words, que le nom du dirigeant nazi avait été cité 1.771 fois depuis 1996 par les représentants et sénateurs américains, soit «7,7 fois par mois» en moyenne.

En comparaison, nous avons cherché quel était le chiffre pour la France, et si nos députés et sénateurs étaient aussi prompts au point Godwin que leurs homologues d’outre-Atlantique.

À partir des archives de l’Assemblée nationale, nous avons relevé, depuis juin 1997, 40 occurrences du nom Hitler dans les comptes-rendus de séance dans l’hémicycle. Une recherche dans les archives du Sénat français renvoie elle seulement 17 occurrences en séance publique depuis 1996. Beaucoup moins donc qu’aux États-Unis –en comparaison, une recherche sur «Hitler» renvoie 91 résultats rien que pour les années 2013-2014 du Congrès.

Le président russe Vladimir Poutine a été comparé
à Adolf Hitler plusieurs fois

–  Accuser le Kremlin est le seul jeu disponible

Ces derniers jours, le New York Times, qui a inventé l’histoire selon laquelle le Kremlin avait payé des primes aux talibans afghans pour tuer des soldats américains, a été particulièrement assidu en promouvant l’histoire d’une Russie perfide. La couverture initiale du Times, qui affirmait que l’activité avait été confirmée à la fois par des sources de renseignement et par le suivi du circuit de l’argent, a été complétée par des absurdités délirantes de l’ancienne conseillère à la sécurité nationale d’Obama, Susan Rice, qui demande « Pourquoi Trump place-t-il  la Russie d’abord? [au lieu de « L’Amérique d’abord. NdT]  » puis elle a appelé à une «réponse américaine rapide et significative». Rice, qui est mentionnée comme un choix possible de Biden pour la vice-présidence,   a été l’une des architectes de la destruction de la Libye et de l’escalade des opérations militaires et de renseignement américains dirigés contre une Syrie non menaçante.

Le Times relate également l’histoire d’un homme d’affaires pachtoune, contrebandier de drogue, qui semblait avoir beaucoup d’argent en dollars, ignorant le fait que l’Afghanistan est inondé de dollars et cela depuis des années . Une grande partie de l’argent provient des transactions sur les drogues, car l’Afghanistan est, depuis l’occupation américaine, le premier producteur mondial d’opium et de ses sous-produits.

Pour le NYTl’argent doit provenir forcément de Russie, , car deux minables talibans, qui ont probablement été torturés par la police afghane, ont dit que c’était le cas. Le Times cite également des sources anonymes qui allèguent qu’il y a eu des transferts d’argent d’un compte géré par les renseignements militaires du GRU du Kremlin vers un compte ouvert par les talibans. Notez les «présumés» et considérez pendant une minute qu’il serait stupide pour toute agence de renseignement d’effectuer des virements de banque à banque, qui pourraient être identifiés et suivis par les gars intelligents du Trésor américain et de la NSA. Essayez également de vous rappeler comment, il n’y a pas si longtemps, nous avons entendu des histoires fabriquées à propos de menaces d’ADM pour justifier la guerre contre l’Irak, puis contre l’Iran.

D’autres organes d’information du Parti démocrate, notamment CNN, MSNBC et The Washington Post, ont tous sauté sur l’histoire de cette prime, ajoutant des détails sur leur source présumée inépuisable de sources anonymes !!

Ainsi donc, les médias « sérieux » rapportent un «fait» à partir d’une simple rumeur.

Inévitablement, la direction du Parti démocrate a sauté immédiatement sur son cheval préféré, qui doit affirmer haut et fort à l’unisson qu’en cas de doute, c’est la Russie qui l’a fait. Joe Biden en particulier est «dégoûté» par la «trahison» de Trump laissant massacrer les troupes américaines car afin de  maintenir «une posture d’avilissement devant Poutine».

Qu’en est-il au juste ?

Le Pentagone enquêterait sur les circonstances entourant la mort de trois soldats américains par une bombe au bord de la route le 8 avril 2019 afin de déterminer un lien possible avec le rapport du NYT. Il y a également des inquiétudes concernant plusieurs décès à l’entraînement où des recrues de l’armée afghane ont dénoncé leurs instructeurs. Étant donné que les talibans n’auraient guère besoin d’une incitation à tuer des Américains et que seulement dix-sept soldats américains sont morts en Afghanistan en 2019 à la suite d’une action hostile, l’année à laquelle les renseignements se rapporteraient, on pourrait bien décrire toute initiative conjointe talibans-russes comme un échec cinglant, puisque presque tous ces décès ont été attribués à l’activité cinétique initiée par les forces américaines.

–  Le super terroriste SOROS s’y met aussi

Loin d’être un spectateur passif donnant des conseils utiles aux groupes de militants pour la démocratie, Soros a été fortement impliqué dans la restructuration des anciens régimes communistes en Europe de l’Est et a participé à la révolution dite des roses en Géorgie en 2003 et à la révolution de Maidan en Ukraine en 2014, toutes deux soutenues par le gouvernement américain et destinées à menacer la sécurité régionale de la Russie.

Soros déteste particulièrement le président Vladimir Poutine et la Russie. Il a révélé qu’il est loin d’être une figure bienveillante qui se bat pour la justice dans son article d’opinion du Financial Times de mars (payant) intitulé « L’Europe doit soutenir la Turquie pour dénoncer les crimes de guerre de Poutine en Syrie ».

L’éditorial est plein d’erreurs factuelles et est essentiellement un appel à l’agression contre une Russie qu’il décrit comme étant engagée dans le bombardement d’écoles et d’hôpitaux. Il commence par : « Depuis le début de son intervention en Syrie en septembre 2015, la Russie n’a pas seulement cherché à maintenir en place son plus fidèle allié arabe, le président syrien Bachar al-Assad. Elle a également voulu retrouver l’influence régionale et mondiale qu’elle a perdue depuis la chute de l’Union soviétique ». Tout d’abord, la Russie n’est pas « intervenue » en Syrie. Elle y a été invitée par le gouvernement légitime du pays pour apporter son aide contre divers groupes, dont certains étaient liés à Al-Qaïda et à l’État Islamique, qui cherchaient à renverser le président al-Assad.

Et à part Soros, peu d’experts réels sur la Russie prétendent qu’elle cherche à recréer l’« influence » de l’Union soviétique. Moscou n’a pas les ressources nécessaires pour le faire et n’a manifesté aucun désir de poursuivre l’ex-programme mondial qui était caractéristique au temps de l’État soviétique.

Suit alors un vol complet en hyperbole avec : « Vladimir Poutine a cherché à utiliser la tourmente au Moyen-Orient pour détruire les normes internationales et les progrès du droit humanitaire international réalisés depuis la seconde guerre mondiale. En fait, la création du désastre humanitaire qui a transformé près de 6 millions de Syriens en réfugiés n’a pas été une conséquence de la stratégie du président russe en Syrie. C’était l’un de ses principaux objectifs ». Notez qu’aucune des affirmations de Soros n’est étayée par des faits.

L’éditorial de Soros contient également quelques souvenirs, décrivant comment « en 2014, j’ai exhorté l’Europe à se réveiller face à la menace que la Russie faisait peser sur ses intérêts stratégiques ». L’article révèle que Soros n’est ni conciliant ni « diplomatique », ce qui montre clairement qu’il choisit ses ennemis sur la base de considérations idéologiques qui déterminent également ses choix quant à la manière d’encadrer ses entreprises. Compte tenu de tout cela, pourquoi est-il inimaginable que George Soros soit engagé dans une conspiration, qu’il soit clandestinement derrière au moins une partie du chaos créé par les antifas et les Black Lives Matter, ainsi que du flot d’immigration illégale qui, ensemble, ont peut-être déstabilisé fatalement les États-Unis ?

 

—————————————————

Mais le matraquage médiatique et le lavage de cerveau marchent à merveille en Amérique :

Les données démographiques sur les Américains qui croient aux conneries des «primes russes» sont déprimantes. Honte à vous, Américains !
Voici ce que titrait  Moon of Alabama du 7/7/2020:
La dernière infox de la série Russiagate n’a pas tenu plus d’une semaine

La récente tentative de relancer le « Russiagate » a échoué en à peine une semaine. C’est un échec embarrassant pour les médias qui l’ont mis en avant. Leurs « journalistes » sont tombés dans un piège d’une absurdité évidente. Ils ont laissé leurs sources les abuser à des fins politiques.

La marine russe a protégé l’Amérique durant la guerre civile

Des choses étranges se produisent dans les guerres civiles: pendant la guerre civile russe en 1919, 13000 soldats américains ont été envoyés par le président Woodrow Wilson pour attaquer la Russie et occuper les villes d’Archangelsk dans l’Arctique et de Vladivostok dans le Pacifique.

Or, un demi-siècle plus tôt, des milliers de marins de la marine impériale russe et leurs officiers ont inondé les villes de San Francisco et de New York. Mais les circonstances étaient très différentes. Ils étaient là pour défendre les États-Unis contre une invasion étrangère, et non pas pour la menacer, et ils ont brillamment réussi dans leur tâche.

Cette histoire incroyable est bien racontée dans « Friends in Peace and War: The Russian Navy’s Landmark Visit to Civil War San Francisco » de C. Douglas Kroll publié en 2007.

Comme le montre Kroll, le minuscule escadron du Pacifique de la marine américaine était faible à l’époque et les pirates (pilleurs du commerce) confédérés étaient encouragés par la Grande-Bretagne et parcouraient à leur guise l’Atlantique. Donc, le débarquement russe envoyait un message clair et indubitable: toute attaque navale britannique ou française contre New York ou San Francisco, le deux grands centres de commerce et de puissance financière des États-Unis à l’Est et sur la nouvelle côte Ouest constitueraient également une attaque contre la Russie.

Les rues de San Francisco et de New York regorgeaient d’officiers et de marins russes dans leurs uniformes brillants en 1863 et elles avaient entraîné des succès sociaux. D’innombrables défilés, bals et dîners dansants ont été organisés, souvent par les visiteurs Russes eux-mêmes.

Les deux escadrons ont été dépêchés par le tsar Alexandre II, qui, durant  toute sa vie, a été un grand et véritable ami des États-Unis, afin de protéger les côtes atlantiques et pacifiques d’Amérique contre les attaques des deux nations les plus puissantes du monde – les empires britannique et français. Ces deux empires ont choisi d’intervenir dans la guerre civile aux côtés de la Confédération, et ils se sont ouvertement orientés en 1862.

Les efforts de l’Empire britannique pour démanteler les États-Unis pendant la guerre civile ont été documentés dans les articles de Matthew Ehret.

Le gouvernement britannique était dominé dans les années 1860 par le grand champion de la démocratie, de l’ouverture des frontières et du libre-échange William Ewart Gladstone, dont le père avait fait fortune en étant le plus grand marchand d’esclaves au monde. Gladstone à l’apogée de son pouvoir et de son influence en tant que chancelier de l’Échiquier britannique ou ministre des Finances, a ouvertement insisté pour que soit reconnue la Confédération des esclavagistes.

La même politique a été poussée par le sinistre et brillant Robert Gascoigne-Cecil, plus tard pour régner en tant que secrétaire aux Affaires étrangères et Premier ministre en tant que Lord Salisbury après Gladstone de 1886, et la plupart du temps jusqu’en 1902. Il a dominé l’élaboration des politiques étrangères britanniques pendant 40 ans et jusqu’à sa mort, il a ouvertement regretté que l’Empire n’ait pas saisi l’occasion pendant la guerre civile de détruire les États-Unis.

C’est l’intervention du tsar Alexandre qui a empêché cela. Il pouvait voir, avec l’incendie et le pillage de Pékin en 1860, que Saint-Pétersbourg pourrait bien être le prochain objectif des vautours colonialistes anglais et français. Dans toute l’Eurasie, il a fait cause commune avec Otto Von Bismarck, nouveau chancelier de Prusse, pour unir l’Allemagne et repousser l’influence britannique et française du cœur de l’Europe.

Puis Alexandre a développé une amitié extraordinaire avec le président américain Abraham Lincoln. Ignoré pendant près d’un siècle et demi. «Le tsar et le président: Alexandre II et Abraham Lincoln, libérateur et émancipateur» par Marilyn Pfeifer Swezey (University of Wisconsin Press, 2009) a documenté cette étonnante amitié, menée par lettre entre les deux grands libérateurs de l’Est et de l’Ouest, qui sont tous deux assassinés et martyrisés par des assassins répugnants.

La protection de l’Union dans sa volonté d’abolir l’esclavage contre l’Empire britannique est au cœur de la passion morale du grand tsar et de sa vision stratégique de défendre son pays.

La grande stratégie d’Alexandre II n’est jamais enseignée dans les écoles et universités du monde occidental à ce jour, mais ce fut un brillant succès.

En 1870, la protection et le soutien russes avaient assuré la survie et la réunification des États-Unis en Amérique du Nord et l’unification de l’Allemagne en Europe.

L’alliance des empires britannique et français qui avait fait des ravages dans le monde entier depuis la Russie et l’Autriche-Hongrie jusqu’en Inde, en Chine, au Mexique et aux États-Unis pendant 20 ans a été brisée lorsque Napoléon III a été renversé en France après que les forces prussiennes l’ont capturé dans le Guerre de 1870.

Alexandre a placé la Grande-Bretagne sur la défensive stratégique mondiale pour la première fois depuis sa défaite lors de la guerre d’Indépendance américaine 90 ans plus tôt. En 1870, les États-Unis et l’Allemagne avaient déjà devancé la Grande-Bretagne dans la construction de chemins de fer et la production d’acier. Tous deux pratiquaient des politiques tarifaires protectionnistes pour protéger les emplois et le bien-être, les profits et les capacités industrielles de leurs propres peuples – un modèle qui était également adopté par le Japon. Entre les États-Unis à l’ouest et l’Allemagne à l’est, la Grande-Bretagne était confinée et ne pouvait plus constituer une menace directe pour la Russie.

Jusqu’à la Révolution russe et la folie arrogante de Woodrow Wilson (diagnostiqué comme un fou chronique par   Sigmund Freud lui-même, qui a écrit un livre à ce sujet), les États-Unis et la Russie impériale sont restés de bons amis.

Le tsar Alexandre a vendu l’Alaska aux États-Unis. Le secrétaire d’État de Lincoln, William Seward, a négocié l’accord. Alexandre a même invité Lincoln et sa première dame Mary Todd Lincoln comme invités d’honneur à Saint-Pétersbourg après son retrait de la présidence et Lincoln a accepté l’offre.

En l’occurrence, le véritable héritier de Lincoln, le général Ulysses S. Grant a accepté l’offre et a été chaleureusement diverti en tant qu’invité de l’empereur en août 1878, trois ans seulement avant son assassinat en 1881. (Grant, le plus astucieux des observateurs, a discrètement noté que le grand tsar semblait nerveux et épuisé après tant de tentatives contre sa vie par les révolutionnaires.)

Cette histoire vraie cruciale du contexte stratégique réel de la guerre civile américaine n’est jamais enseignée dans les écoles et universités américaines. Tous les politiciens, décideurs et experts américains (P3) l’ignorent totalement. Une fois de plus, l’ignorance totale et pathétique des leçons les plus profondes de leur propre histoire a fatalement aveuglé les Américains modernes.

Source : Shield of the Union: How the Russian Navy Protected America in the Civil War par Martin Sieff

——————————————–

Le poète américain Oliver Wendell Holmes a d’ailleurs commémoré le soutien de la Russie à l’Union dans l’un de ses poèmes, dont les deux vers finaux sont les suivants :

« Que Dieu bénisse l’Empire qui aime la Grande Union ;

Force à son peuple ! Longue vie au Tsar ! »

La Russie a vendu l’Alaska aux États-Unis

La capitale de la Compagnie russe d’Amérique à Novo-Arkhangelsk (« La Nouvelle Arkhangelsk », du nom d’une ville du Nord russe), en Alaska, 1837. Cette cité est aujourd’hui appelée Sitka.

Archives d’État de la marine russe, Saint-Pétersbourg

En 1867, la Russie a vendu le territoire de l’Alaska aux États-Unis pour 7,2 millions de dollars. Vingt ans plus tard, les Américains y ont découvert de vastes réserves d’or. La ruée ultérieure vers ce métal précieux a rapporté aux Américains des centaines de millions de dollars en échange de son modeste investissement initial.

En vendant aux Américains ces terres trop éloignées de Moscou, et donc trop difficiles à contrôler, la Russie a par conséquent accordé aux États-Unis leur 49e État, qui s’est révélé inestimable au cours de l’histoire.

La Russie a mené l’effort de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale

Les États-Unis et l’Union soviétique étaient alliés pendant la Seconde Guerre mondiale. Les deux nations se sont unies contre un ennemi commun – les puissances de l’Axe – et leurs efforts de guerre ont largement contribué à la victoire commune dans le conflit.

En même temps, il est communément admis que l’Union soviétique a porté le fardeau de la guerre sur ses épaules et a sacrifié beaucoup plus de vies humaines et d’autres ressources pour la victoire. L’URSS a en effet alors perdu 26,6 millions de citoyens, tandis que les pertes américaines se sont élevées à 405.000.

En 2020,la Russie a célébré le 75 ième anniversaire de la Séconde Guerre Mondiale..

 


Refusez vous-même

Dans cette situation, les membres de l’équipe Trump eux-mêmes (par exemple, le conseiller à la sécurité nationale Robert O’Brien) ont suggéré au président de retirer en quelque sorte l’invitation à Poutine. Mais Trump ne pouvait pas le faire – et pas seulement parce qu’il aurait montré de la faiblesse. S’il retire l’invitation, cela signifie qu’il convient que les accusations des Russes dans le financement des fusillades de soldats américains par les talibans sont justifiées. Ainsi, il reconnaît l’exactitude de l’article du New York Times. Il y a un passage dans l’article disant que Trump était au courant de la fusillade au printemps – il le savait et restait silencieux. Par conséquent, le président américain qualifie désormais l’article de faux et ne veut par aucune de ses actions suggérer le contraire.

Et ici, apparemment, une élégante ruse à deux coups a été inventée. Dans une interview avec les médias russes, l’ambassadeur américain dans notre pays, John Sullivan, a fait une petite fuite. “Nous travaillons actuellement sur les détails et discutons avec le ministère russe des Affaires étrangères et les gouvernements des autres pays participants de la question de savoir s’il y a un rôle acceptable pour la Russie lors de ce sommet”, a-t-il déclaré. Ainsi, en fait, criant sur les toits que Moscou a accepté d’envisager sa participation à ce sommet antichinois.

Il n’est pas surprenant que le ministère des Affaires étrangères ait considéré ces mots comme une provocation et a noté qu’il n’avait rien arrangé avec personne, et Moscou ne participerait pas au sommet sous cette forme.

« Ce soi-disant “G7” élargi, en tant qu’idée, est pernicieux, car il n’est pas clair pour nous comment les auteurs de cette initiative envisagent de prendre en compte le facteur chinois », a  déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères Sergei Ryabkov. Et si Moscou exprime officiellement sa réticence à participer au sommet, alors le propriétaire de la Maison Blanche est hors de cause.

Ainsi, Moscou a officiellement fait un choix: elle n’est pas prête à contenir la Chine et même à participer à une discussion sur le sujet. Et il n’y aura pas d’autres sujets au G11. En effet, comme M. Ryabkov a continué à juste titre, « sans la Chine, il est tout simplement impossible de discuter de certaines questions dans le monde moderne ». Mais Trump n’est pas offensé par le refus – si Moscou exprime officiellement sa réticence à participer au sommet, alors de la part du propriétaire de la Maison Blanche il n’y a pas de gêne. Aucune invitation à annuler.

Dans le même temps, la Russie ne refuse pas un dialogue multilatéral avec les États-Unis et propose à nouveau à Trump de revenir à des options constructives – par exemple, le sommet des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU proposé par Vladimir Poutine. Cependant, cette option n’est pas très intéressante pour le président américain – et pas seulement parce qu’il est difficile de créer un système de sécurité collective contre la Chine dans des négociations avec la Chine. Trump soupçonne – et a toutes les raisons de le faire – que le sommet des Big Five deviendra le sommet des quatre contre un.

Et ce “un” ne sera pas la Russie, ni même la Chine. Mais “vous savez qui.”

Par  : Gevorg Mirzayan, professeur agrégé, Université financière

Gevorg Mirzayan est un expert du Moyen-Orient et un analyste de premier plan à l’agence Foreign Policy (www.foreignpolicy.ru). 

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:L’audacieuse action militaire de la Chine contre les États-Unis en mer de Chine méridionale

Le Président Xi Jinping a perdu patience. L’économie de sa nation souffre. COVID-19 a mis à rude épreuve sa crédibilité. Il a besoin d’une victoire. Il fait donc ce que les hommes forts font le mieux : augmenter la pression militaire.

Le Président Xi Jinping a déployé deux nouveaux porte-avions dans le but d’attiser les tensions avec les États-Unis et, à terme, l’Australie.

 

L’imposant porte-avions chinois Liaoning vient
d’être déployé en mer de Chine méridionale.

 

Les deux nouveaux porte-avions de Pékin se déploient ensemble pour la première fois. Ils se sont échauffés dans la mer Jaune, une zone sécurisée. Bientôt, ils se dirigeront vers le sud.

Les bâtiments de la marine de l’Armée de libération du peuple (PLAN), Liaoning et Shandong sont engagés dans un entraînement de préparation au combat dans la baie de Bohai, étroitement contrôlée. Ce n’est que la deuxième semaine d’un conflit simulé intensif de 11 semaines qui finira par atteindre les profondeurs de la mer de Chine méridionale.

Et ce n’est que l’un des nombreux mouvements militaires et diplomatiques – s’étendant du Japon, à travers l’Asie, jusqu’aux frontières montagneuses avec l’Inde – qui aggravent les tensions internationales.

En conséquence, « le risque d’une confrontation militaire en mer de Chine méridionale impliquant les États-Unis et la Chine pourrait augmenter de manière significative au cours des dix-huit prochains mois »avertit un nouveau rapport du groupe de réflexion américain Council on Foreign Relations [CFR, l’un des rouages du Deep State aux USA, promoteur du Nouvel Ordre Mondial, NdT].

Et la manière dont les États-Unis réagiront a de graves implications sur le statut de leur alliance avec l’Australie.

Le Président chinois Xi Jinping est déterminé à montrer sa puissance militaire
dans la mer de Chine méridionale, qui fait l’objet d’un différend.

Ferveur nationale

Pékin insiste sur le fait que la mer de Chine orientale et méridionale est son territoire inaliénable. En 2016, une Cour d’arbitrage internationale a rejeté cette affirmation comme étant non fondée.

Elle prétend également que l’île de Taïwan – où le gouvernement vaincu de la République de Chine  s’est replié après la guerre civile de 1949 – n’est rien d’autre qu’une province renégate.

Aujourd’hui, dans toute la Chine, une « vague de fond » de soutien public se déclenche en faveur d’une invasion militaire de Taïwan.

Du moins, c’est ce qui semble se passer.

Au pire, il s’agit d’une campagne parrainée par l’État qui utilise les médias qu’il contrôle pour promouvoir l’idée.

Au mieux, Pékin n’est pas assez offensé par l’idée pour ordonner à son armée de censeurs de supprimer ce genre de provocation.

Un exemple en est une vidéo du magazine Naval and Merchant Ships qui examine en détail ce à quoi pourrait ressembler une attaque contre la nation insulaire démocratique. Elle a été publiée le jour même où la Présidente taïwanaise récemment élue, Tsai Ing-wen, prenait officiellement ses fonctions.

Il est toujours fascinant de voir les petits détails qui sont inclus dans ce genre de porno d’invasion. L’affiche électorale de Tsai Ing-wen semble être un incontournable du genre, puis nous avons la fusillade devant le palais présidentiel et le MRT de Taipei. pic.twitter.com/SYxjbA2XSt

– Du chewing-gum sous la semelle d’une chaussure chinoise (@ProfundumPhoto) 24 mai 2020

« En quatre minutes environ, la puissance aérienne de Taïwan sera gravement endommagée et les avions taïwanais qui ont déjà décollé seront abattus avec des missiles S400″, se vante le magazine contrôlé par l’État. « Après presque deux heures … toutes les bases de défense anti-aérienne sont détruites, et la plupart des avions de guerre de Taïwan sont endommagés. Ce qui les attend, c’est une deuxième série d’attaques après l’aube. »

Un autre exemple récent est une série d’images de combat évocatrices publiées par l’Institut des Beaux-Arts du Sichuan, contrôlé par le PCC. Elles montrent des combats à l’extérieur du palais présidentiel de Taïwan. Sur le sol, on voit des marines américains morts.

Cela fait partie d’un message national unifié.

« La réunification est une fatalité historique du grand rajeunissement de la nation chinoise », déclare le bureau des affaires de la Chine à Taïwan. « Nous avons la ferme volonté, une confiance totale et une capacité suffisante pour défendre la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale. »

 

Le Ministre chinois des Affaires Étrangères, Wang Yi, a donné une conférence de presse rejetant les allégations selon lesquelles le pays exploite l’épidémie de coronavirus pour étendre son empreinte dans la mer de Chine méridionale.

 

Le combat du sabre
Pékin prévoit un vaste exercice d’invasion près de la province de Haïnan en août. Selon le journal Kyodo News au Japon, il s’agira d’une simulation de saisie d’îles fortifiées.
Mais la trajectoire prévue des porte-avions chinois a fait sourciller.
« Le groupe d’attaque du porte-avions passera par les îles Pratas en route vers le site de l’exercice au sud-est de Taïwan dans la mer des Philippines », aurait déclaré un initié militaire japonais.
Les Pratas (aussi appelées Dongsha ou Tungsha) sont un groupe d’atolls de la mer de Chine méridionale contrôlés par Taïwan. L’envoi de grands navires de guerre dans leurs eaux constituerait une intimidation importante de la part de Pékin. La « bulle » territoriale offerte par les îles taïwanaises a également été exploitée par les États-Unis au cours des dernières semaines, avec quelque 13 vols d’avions de collecte de renseignements au-dessus de la région pour surveiller les activités chinoises à proximité.
Mais les analystes internationaux suggèrent que la décision de Pékin n’est pas le premier pas vers une quelconque invasion. Les îles, disent-ils, sont pour la plupart sans intérêt après la construction controversée de huit forteresses insulaires artificielles.
« Il n’y a que 200 soldats taïwanais stationnés sur le Pratas, il n’est donc pas logique que l’APL déploie un groupe d’attaque de porte-avions pour prendre une si petite île », a déclaré le responsable japonais de la défense.
Un analyste militaire taïwanais a abondé dans le même sens, déclarant au South China Morning Post que l’exercice faisait plutôt partie d’un plan global de militarisation de la région de l’est et du sud de la mer de Chine.
« L’exercice de débarquement fait partie de l’entraînement régulier de la marine de l’APL pour réaliser le plan de Pékin visant à mettre la mer de Chine méridionale sous son contrôle », a déclaré Chi Le-yi. « Un exercice de débarquement pourrait être considéré comme une préparation à une attaque sur Taïwan, mais il s’agit plus d’une mise en place par l’APL de ses systèmes de combat pour tout conflit éventuel en mer de Chine méridionale ».
Mais le Chef des opérations conjointes de Taïwan, le Général de Division Lin Wen-huang, s’est senti obligé de rassurer sa nation sur l’existence de plans en cas d’attaque chinoise.
La diplomatie de la canonnière
Sur le plan intérieur, l’économie chinoise est aux prises avec les retombées du COVID-19. Ce n’est pas inhabituel. Le monde entier se trouve dans une situation similaire.
Mais le Président à vie Xi doit maintenir son emprise sur le Parti Communiste pour rester au pouvoir.
« Xi pourrait trouver nécessaire de faire preuve de force pendant que Pékin s’occupe des retombées internes de la pandémie », peut-on lire dans le rapport du CFR.
En attendant, sa diplomatie de « guerrier-loup » – tout en gagnant un public local – n’a fait qu’isoler davantage Pékin sur le plan international.
Q : Votre point de vue sur le « nationalisme excessif » ?
R : Les Chinois ont un fort sentiment de patriotisme, mais certains médias occidentaux le qualifient de « nationalisme ». La Chine a une vision internationale. En devenant plus forte, la Chine assumera une plus grande responsabilité internationale. pic.twitter.com/AxD4aFV1lV
– Liu Xiaoming (@AmbLiuXiaoMing) 24 mai 2020
« La spirale descendante continue des relations américano-chinoises pourrait également encourager Xi à adopter une approche « maintenant ou jamais » en mer de Chine méridionale », déclare le CFR.
Des changements plausibles dans la situation intérieure de la Chine ou dans l’environnement international pourraient inciter les dirigeants chinois à adopter une stratégie plus provocante en mer de Chine méridionale, ce qui augmenterait le risque d’une confrontation militaire.
De plus, avec l’espoir que la première étape des efforts de modernisation militaire de la Chine sera achevée en 2020, Xi pourrait devenir plus confiant dans le fait que la Chine réussira à faire valoir ses revendications sur le plan militaire, surtout si les États-Unis sont occupés au niveau interne par la gestion de la pandémie de coronavirus ou de ses conséquences.
Des navires de la marine américaine et australienne
patrouillent dans la mer de Chine méridionale.

Le scénario le plus défavorable

Parmi les menaces anticipées pour la stabilité régionale, la perspective que Pékin déclare arbitrairement les îles Spratley comme eaux territoriales est la plus importante. Elle pourrait alors revendiquer une Zone Économique Exclusive de 370 km autour de ces îles, s’emparant ainsi du contrôle de toute la mer de Chine méridionale.

Comment les États-Unis pourraient-ils réagir ?

Ils pourraient maintenir leur présence – au risque d’un conflit ouvert. Ou bien ils pourraient se retirer, ce qui entraînerait de graves retombées diplomatiques.

« Les revendications de la Chine concernant la ZEE pourraient forcer les États-Unis à choisir entre poursuivre leurs opérations, risquant ainsi une confrontation directe avec la Chine, ou les réduire, sapant ainsi leurs engagements en matière d’alliance », indique le rapport du CFR.

Lors des crises, les États-Unis et l’Australie s’unissent généralement pour un objectif commun. Pas cette fois-ci, dit @danielflitton https://t.co/YBXwOL8kNe

– Council of Foreign Relations (@CFR_org) 19 mai 2020

Le groupe de réflexion soutient que seule une présence militaire accrue dans la mer de Chine méridionale par l’Australie, la France et le Royaume-Uni – avec le soutien des pays d’Asie du Sud-Est – peut saper la confiance du président Xi.

Les États-Unis devraient accroître leurs opérations militaires avec des pays partageant les mêmes vues, comme l’Australie, l’Inde, le Japon et Singapour, pour compenser leurs ressources limitées dans la région. La marine américaine et d’autres devraient naviguer plus fréquemment dans les eaux contestées et faire une routine des FONOPs [Freedom Of Navigation OPeration, NdT]. Cette mesure signalerait à la Chine que les États-Unis et leurs partenaires ne respectent pas les revendications territoriales excessives de la Chine.

Jamie Seidel



NOTES

 

Cet auteur, publié sur un site d’information australien, s’appuie sur des sources Systèmes comme le bien connu CFR. On peut donc interpréter les faits d’une toute autre manière que ce journaliste. La Chine ne perd pas patience mais poursuit son déconfinement géostratégique.

News.com.au est un mainstream média propriété de News Corp Australia, et fait partie de News Corp. Son propriétaire est Rupert Murdoch.
Éléments financiers ici.

 Par Jamie Seidel − Le 25 mai 2020 − Source news.com.au

 

 

 

 

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:Le drone sous-marin russe « Poséidon » se prépare à être testé malgré un accident nucléaire

La Russie prévoit de tester à l’automne son appareil nucléaire sans pilote « Poséidon » dans ses eaux arctiques.
La drone à énergie nucléaire « Poséidon » sera lancé à partir du sous-marin Belgorod, a déclaré mardi 26 mai une source anonyme de l’industrie de la défense à l’agence de presse gouvernementale RIA Novosti.
Ce drone en forme de torpille géante et construit pour porter une tête nucléaire de maximum deux mégatonnes, est décrit par les analystes de l’armement comme une « bombe atomique de l’apocalypse ». Alimenté par une petit réacteur nucléaire, le Poséidon aurait une portée de 10.000 kilomètres.

Lancé depuis la mer de Barents ou depuis d’autres eaux de l’Arctique, le drone pourrait ainsi traverser l’Atlantique Nord de manière autonome. S’il explose au large de la côte est des États-Unis, la tête nucléaire pourrait créer une vague de tsunami de plusieurs dizaines de mètres de haut [1], en plus des dommages causés par l’explosion nucléaire elle-même.
Torpille Poséidon surnommée « fin du monde »

 

 

 

Le Barents Observer a signalé pour la première fois l’existence de cette arme en 2016. En mars 2018, le président Vladimir Poutine a confirmé l’existence du futur drone sous-marin géant. Le Poséidon était l’une des six nouvelles armes nucléaires stratégiques présentées par le président à l’époque.

En juillet 2018, le ministère de la Défense a publié une vidéo montrant l’atelier où le drone a été assemblé, et un film d’animation montrant comment le drone pouvait être utilisé dans une situation de guerre réelle.

« Un drone a plusieurs avantages. Un sous-marin avec un équipage à bord est, bien sûr, une arme puissante, mais il y a certaines restrictions sur le facteur humain. Dans la pratique, le Poséidon peut être en alerte et accomplir les tâches qui lui sont assignées à tout moment », a déclaré mardi l’ancien colonel du GRU Alexander Zhilin sur la radio du Kremlin « Sputnik ».

Aujourd’hui, Zhilin est à la tête du Centre d’étude des problèmes de sécurité nationale appliqués au public de l’Université Lobachevsky à Nijni-Novgorod.

A l’abri des pirates informatiques

Zhilin a voulu dissiper les inquiétudes concernant les vulnérabilités potentielles des drones face aux pirates et aux cyberterroristes.

« L’apparition de cette classe de drones, bien sûr, demande beaucoup de responsabilité car elle est gérée par un logiciel. Il est clair qu’il y a certains risques lorsqu’en opération, les pirates peuvent essayer d’en prendre le contrôle. Mais, en discutant avec nos ingénieurs et nos concepteurs, j’en suis venu à la conclusion qu’il existe une protection massive contre les interférences extérieures », a déclaré M. Zhilin sur la station de radio.

Avec le drone à grande profondeur Poséidon, la Russie pourra contrer tout système de défense antimissile américain et assurer la dissuasion avec une capacité de seconde frappe.

Le plan est de déployer 16 drones Poséidon en mission de combat avec la flotte du Nord. Deux sous-marins spéciaux, le Belgorod et le Khabarovsk, seront chargés de l’armement. Les deux sous-marins ont été construits au chantier naval de Sevmash à Severodvinsk.

Le Belgorod est un prototype de sous-marin basé sur une coque prolongée d’un sous-marin nucléaire de classe Oscar-II. Il a été lancé en avril 2019 et devrait commencer les essais en mer dans quelques mois.

Le sous-marin Khabarovsk

Le deuxième sous-marin à transporter le Poséidon est le Khabarovsk, un prototype de sous-marin spécial basé sur la coque des sous-marins russes de quatrième génération de la classe Borei, équipés de missiles balistiques.

La RIA Novosti a annoncé au printemps dernier que le Khabarovsk serait lancé à partir de l’atelier de Sevmash dès juin 2020, suivi d’une période d’essai de deux ans.

Ni la RIA Novosti ni Zhilin n’ont précisé où aura lieu le lancement d’essai du drone Poséidon, mais les nouvelles armes basées sur les sous-marins sont normalement testées en mer Blanche (nord-ouest de la Russie), qui présente l’avantage de ne pas figurer parmi les eaux internationales, là où les marines ou les navires espions d’autres pays peuvent naviguer. En outre, les zones d’essai sont proches de Severodvinsk où les sous-marins et les drones sont construits.

Explosion d’un missile à propulsion nucléaire

Le missile Burevestnik

En août 2019, un missile Burevestnik a explosé lors de ce que l’on croit être une opération de récupération. L’explosion qui a tué cinq hommes et a provoqué un pic de radiation dans la ville voisine de Severodvinsk s’est produite sur une barge située à environ 4 kilomètres du rivage, à l’extérieur du site d’essai de missiles de Nenoksa (ou Nyonoksa).

 

août 2019 …à 4 kilomètres d’un accident de récupérationSource anonyme russe.

Les responsables russes n’ont publié aucune information sur les éventuelles substances radioactives qui pourraient être rejetées dans l’environnement marin lors des prochains essais du drone sous-marin à propulsion nucléaire « Poséidon ».

Source : Moscow Times

 

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial:Que signifie l’agonie de l’Empire pour «l’État sioniste d’Israël»?

Commençons par quelques nouvelles récentes (apparemment sans rapport):

 

Ces informations apparemment sans rapport ont toutes une chose en commun: elles illustrent la faiblesse et l’inefficacité des forces armées américaines au cours des deux dernières décennies. Et bien que, pour être bref, je n’ai choisi que trois exemples, la vérité est qu’il y a des centaines d’histoires similaires partout sur Internet, toutes pointant vers la même réalité: la plupart des militaires américains sont dans un état de délabrement terminal.

Voyons les différents services un par un:

  • La totalité de la flotte de surface del’US Navy(USN) est désormais compromise en raison de sa structure centrée sur les porte-avions. L’USN manque également de missiles de croisière modernes. Des classes entières de navires de surface sont désormais obsolètes (frégates) ou présentent des défaillances de conception majeures (LCS).
  • L’USAFfait voler principalement des avions de la guerre froide, souvent modernisés, mais dans l’ensemble, il s’agit d’une flotte dépassée, en particulier par rapport aux avions russes ou chinois de 4e ++ et 5e génération. En fait,le désastre absolu du programme des F-35 signifie que pour la première fois de son histoire, l’aviation américaine sera surpassée qualitativement par ses adversaires probables. Même les AWACS américains et d’autres avions de reconnaissance sont désormais menacés par des missiles antiaériens à très longue portée russes et chinois (lancés du sol et par air).
  • Quant àl’arméeet au corps des marines américains, les désastres embarrassants en Irak, en Afghanistan et ailleurs prouvent que les forces terrestres américaines sont seulement capables de se protéger, et même pas très bien.
  • Ensuite, il y ales forces spatialesrécemment créées qui n’existent que sur le papier et la garde côtière américaine qui est hors de propos dans une guerre majeure.

Enfin, il y a le Commandement des opérations spéciales des États-Unis, qui n’est pas l’une des branches de service, mais seulement un commandement «fonctionnel» et «combattant unifié», mais qui est souvent considéré comme une branche distincte des forces armées. Ces forces ont toujours fière allure sur les listes de propagande, mais la vérité est que ces forces supposément «les meilleures du monde» (quoi d’autre?!) n’ont pas encore atteint leur premier succès opérationnel réel et significatif n’importe où (au moins pour équilibrer leur longue histoire d’échecs abjects, de Desert One, à la Grenade, en Afghanistan, en Libye, etc.). Et les échanges de tirs mineurs contre un adversaire bien inférieur ne sont pas admissibles pour évaluer leurs capacités.

 

L’ancien ministre israélien de la défense, Avigdor Liberman, et le F-35

Permettez-moi maintenant de poser la question cruciale: qu’est-ce que cela signifie pour Israël?

Eh bien, tout d’abord, cela signifie que les «pauvres» Israéliens doivent désormais voler avec le F-35 comme leur vaisseau amiral. Dans la plupart des cas, je ferais confiance aux Israéliens pour modifier / mettre à niveau leurs F-35 afin de se débarrasser au moins des pires «fonctionnalités», mais dans le cas du F-35, cela n’est même pas théoriquement possible en raison de défauts de conception profonds ( pour ceux qui ont besoin d’un rappel «officiel» sur la réalité catastrophique du programme F-35, veuillez lire ce rapport officiel du gouvernement américain qui comprend 276 lacunes «critiques»). Tôt ou tard, les F-35 israéliens rencontreront la version d’exportation du Su-35, le Mig-29M / MiG-35 beaucoup moins cher mais très performant ou même un Su-57 russe, puis ils seront désespérément battus ( même si le résultat d’un combat air-air ne peut être réduit à la comparaison d’avions, vous avez besoin d’une image complète et beaucoup plus complexe pour modéliser les résultats possibles). Actuellement, le Su-35 n’a été exporté qu’en Chine, mais les futurs opérateurs potentiels pourraient inclure l’Égypte, l’Algérie et la Turquie. Quant au MiG-29M / MiG-35, des pays comme l’Égypte et la Syrie ont manifesté leur intérêt.

En parlant de Syrie, jusqu’à présent, nous avons vu plusieurs cas d’avions israéliens interceptés par des Su-35S russes et contraints de se retirer , et pas un seul cas du contraire. Il semble y avoir au moins un cas, bien que non confirmé officiellement (encore?), d’un Su-35S russe chassant au loin un F-22 de l’USAF (une fois que le Su-35 et le F-22 sont suffisamment proches, ce dernier a très peu d’espoirs de survie).

Pouvez-vous deviner quoi d’autre les Israéliens vont éventuellement rencontrer dans le ciel du Moyen-Orient? Peut-être une variante d’exportation du MiG-31 ou même des MiG-31BM russes (avec leurs missiles air-air R-37 de 400 km de portée). En fait, la portée, la vitesse, le radar et les armes de cet avion permettraient à la Russie de maintenir des patrouilles aériennes de combat au-dessus, par exemple, de la Syrie tout en opérant depuis le sud de la Russie.

Je m’attarde sur ces avions parce que dans le passé, et tout comme les États-Unis, les Israéliens ont toujours compté sur la combinaison de facteurs suivants pour prévaloir:

  • Une attaque surprise (plus ou moins justifiée par un faux drapeau ou par préemption)
  • La destruction d’avions ennemis lorsqu’ils sont encore au sol
  • La supériorité aérienne pour protéger leurs avions à voilure variable et leur blindage avancé.

Certes, les Israéliens ont encore une grande force de F-16/15/18 modifiés (14 escadrons, plus de 300 avions), mais tout comme leurs homologues américains, ils deviennent rapidement anciens. Contrairement à l’armée de l’air israélienne qui date, les voisins des Israéliens acquièrent tous des systèmes de défense aérienne de plus en plus avancés, ainsi que des systèmes de guerre électronique et de gestion de bataille. En d’autres termes, c’est un très mauvais pari pour Israël de compter sur les F-35 dans un avenir prévisible.

En ce moment, les Israéliens bombardent régulièrement la Syrie, mais avec très peu de résultats autres que les proclamations mantriques, et sans doute thérapeutiques, de supériorité juive sur les Arabes. Et, comme on pouvait s’y attendre, cela impressionne les médias sionistes d’Israël et d’Occident , mais pas tellement les Syriens, les Iraniens ou le Hezbollah …

Tout comme l’US MIC (Mission Intelligence Coordinator (US Air Force)  a mis tous ses œufs dans le seul panier des F-35, les Israéliens ont mis tous leurs œufs de sécurité nationale dans la volonté et la capacité éternelles de l’oncle Shmuel pour venir les secourir avec de l’argent, des armes ou même des soldats.[1]

Si la volonté est toujours là, la capacité disparaît rapidement !

En outre, deux autres pays entrent dans une période de grave instabilité qui affectera également la sécurité d’Israël: la Turquie et l’Arabie saoudite.

Dans le cas de la Turquie, la relation entre les États-Unis et la Turquie est à peu près aussi faible qu’elle ne l’a jamais été, et il y a une possibilité très réelle qu’avec les sanctions et les menaces américaines, les Turcs puissent décider d’abandonner le F-35 et se tourner vers un avion russe, très probablement une version d’exportation du Su-35. Bien que ce soit (politiquement) une mauvaise nouvelle pour le MIC américain, ce serait une terrible nouvelle pour les Israéliens dont les relations avec la Turquie sont généralement plutôt mauvaises. Jusqu’à présent, la Turquie est toujours un membre obéissant de l’OTAN, avec tout ce que cela implique, mais plus l’Empire anglo-sioniste s’affaiblit, plus les chances d’une sorte d’affrontement politique entre les États-Unis et l’OTAN d’une part, et la Turquie de l’autre augmentent.

Quant aux Saoudiens, ils ont déjà activement courtisé Moscou parce qu’ils se sont rendu compte que la Russie avait essentiellement remplacé les États-Unis en tant que première puissance régionale. L’incapacité totale des États-Unis à fournir une assistance significative aux Saoudiens au Yémen et l’incapacité des défenses aériennes américaines à protéger le champ de pétrole saoudien contre les frappes de missiles houthis a convaincu les Saoudiens qu’ils doivent désormais parler directement aux Russes et assez souvent.

Certes, les États-Unis ont toujours l’apparence d’une véritable puissance au Moyen-Orient. Jetez un œil à cette page du dernier Balance Militaire IISS. Il y a encore beaucoup d’équipement et de personnel CENTCOM dans la région. Mais essayez de regarder au-delà de ces graphiques fantaisistes et demandez-vous: que font ces forces? que font-ils réellement?

 

Je dirais que la plupart de ce qu’ils font est d’essayer d’impressionner les habitants, de gagner de l’argent (par toutes sortes de contrats militaires) et, enfin et surtout, ils essaient de se protéger. Et oui, «l’empreinte» des États-Unis au Moyen-Orient est encore grande, mais c’est aussi ce qui rend les forces américaines si vulnérables aux attaques. Les Iraniens, par exemple, ont clairement indiqué qu’ils considèrent toutes ces installations et forces comme des «cibles» qui, à la suite des attaques de missiles iraniens de haute précision qui ont suivi le meurtre du général Suleimani, signifient que l’Iran a désormais les moyens d’infliger des dégâts majeurs sur toute force régionale assez folle pour jouer avec l’Iran.

Bien sûr, chaque fois que quelqu’un écrit que les États-Unis ou Israël ne sont pas invincibles, il y a toujours au moins une personne qui dit quelque chose comme «oui, peut-être, mais ils ont des armes nucléaires et ils les utiliseront s’ils sont menacés». Ma réponse est différente pour le cas des États-Unis et pour le cas d’Israël.

Dans le cas des États-Unis, alors que toute première utilisation d’armes nucléaires entraînera un suicide politique pour l’Empire, aucun adversaire américain au Moyen-Orient n’a la capacité de riposter en nature contre les États-Unis.

Dans le cas d’Israël, cependant, les choses sont encore plus graves.

Premièrement, nous devons nous rappeler que pour des raisons géographiques évidentes, les Israéliens ne peuvent pas utiliser d’armes nucléaires sur les forces attaquantes, du moins pas sur les forces près de la frontière israélienne. Pourtant, s’ils sont sérieusement menacés, les Israéliens pourraient prétendre qu’un autre «Holocauste» est sur le point de se produire et que la «défense du sang juif» ne leur laisse d’autre choix que d’utiliser des armes nucléaires sur, disons, des cibles iraniennes ou syriennes. Je soutiens que plus les dégâts infligés par de telles frappes nucléaires israéliennes seront pires, plus la détermination des Arabes et / ou des Iraniens sera forte. C’est le problème de la dissuasion: une fois qu’elle a échoué, elle a totalement échoué et il n’y a généralement pas de «plan B».

Est-ce à dire qu’une attaque majeure contre Israël est inévitable?

Non pas du tout. D’une part, les États-Unis et Israël peuvent toujours infliger d’immenses dégâts à n’importe quel pays ou coalition de pays, qui les menacerait (et ils n’ont pas besoin de recourir à l’arme nucléaire pour y parvenir). Le fait que ni les États-Unis ni Israël ne peuvent obtenir quoi que ce soit qui ressemble à une «victoire» n’implique nullement que l’attaque des États-Unis ou d’Israël est facile ou sûre. Les deux pays ont encore beaucoup de puissance militaire conventionnelle pour infliger un prix énorme à tout attaquant.

Deuxièmement, c’est précisément parce que les États-Unis et Israël ont encore beaucoup de pouvoir militaire que leurs adversaires favoriseront un affaiblissement progressif et lent des anglo-sionistes plutôt qu’une confrontation ouverte. Par exemple, s’il est vrai que les États-Unis n’ont pas eu l’estomac pour attaquer l’Iran à la suite de la frappe de missiles de représailles iraniens, il est également vrai que les Iraniens ont soigneusement «réglé» leur réponse afin de ne pas forcer les États-Unis à riposter. La vérité est qu’à l’heure actuelle, aucun des deux pays ne veut une guerre ouverte.

La même chose peut être dite de la Syrie et du Hezbollah qui ont fait très attention de ne rien faire qui forcerait les Israéliens (ou les États-Unis) à passer des attaques symboliques / piqûres actuelles à des frappes aériennes et missiles réelles et significatives.

À l’heure actuelle, les États-Unis peuvent encore imprimer suffisamment de dollars pour maintenir Israël à flot, mais nous savons déjà que s’il est souvent très tentant de jeter de l’argent bon marché sur un problème, cela ne constitue pas une stratégie durable, en particulier lorsque les capacités militaires réelles des États-Unis et des Israéliens se dégradent rapidement. À l’heure actuelle, personne ne sait combien de temps durera le dernier régime ouvertement raciste de la planète, mais il est extrêmement improbable que l’entité sioniste puisse survivre sans que l’Empire ne le soutienne. En d’autres termes, tôt ou tard, «l’État juif d’Israël» n’aura pas de meilleures chances de survie que, disons, «l’État indépendant du Kosovo» ou, d’ailleurs, «l’Ukraine indépendante»: ils sont tous de vilaines métastases de l’Empire qui ne sont tout simplement pas viables, par elles-mêmes.

Source : What Does the Empire’s Agony Mean for the « Jewish State of Israel »?

Par The Saker • May 13, 2020

Note

-1-Samuel ( Shmuel) Wilson est le nom du boucher juif qui a donné son nom à « Oncle Sam » aka les USA. 

C’est très frappant que les États-Unis soient identifiés à un boucher juif 

 

 


EN COMPLÉMENTAIRE

 

Au Venezuela, une « baie des Cochons » à la sauce Trump

Comparés à d’autres attaques mercenaires,ces deux dernières ressemblent à du travail d’amateur bâclé!Celui-ci s’est fait cueillir comme un pigeon sur la plage!
Ces derniers temps, une certaine actualité sud-américaine en rappelle furieusement une autre, il y a près de soixante ans.
C’était le 17 avril 1961, dans la baie des Cochons à Cuba : la tentative ratée de débarquement d’exilés cubains soutenus et armés par les Etats-Unis. Un fiasco qui devait rester dans l’histoire comme un camouflet pour l’Amérique et ses barbouzeries latino-américaines, mais qui avait à l’époque considérablement renforcé le régime de Fidel Castro…  

Eh bien, cette référence historique, elle surgit, forcément, quand on regarde ce qui s’est passé ces derniers jours au Venezuela.  

Deux débarquements armés, qui ont avorté, de mercenaires dirigés par les États-Unis sur les côtes du Venezuela ont montré clairement que la pandémie mondiale de coronavirus – malgré la mort et la dévastation qu’elle cause à la population américaine – n’a rien fait pour freiner la poursuite prédatrice et criminelle des intérêts géostratégiques de l’impérialisme américain. Cela, non seulement en Amérique du Sud, mais dans le monde entier.

 

Le porte-parole du gouvernement vénézuélien Jorge Rodriguez à Caracas le 05/05/2020

 

Le premier des deux débarquements a eu lieu tôt dimanche matin à Maputo, dans l’État de La Guaira, à peine à une demi-heure de route de la capitale vénézuélienne de Caracas. Huit des hommes armés qui ont débarqué se sont fait tuer, dont le chef du groupe, un ancien capitaine de l’armée vénézuélienne connu sous le nom de «Pantera» (la panthère). Les autres se sont fait capturer.
Capture d’écran d’une vidéo du gouvernement vénézuélien montrant des soldats entourant un suspect d’une « incursion de mercenaires », le 4 mai.
Un second débarquement a eu lieu lundi sur la péninsule de Chuao dans l’État d’Aragua, également sur la côte caribéenne du Venezuela, à l’ouest de Caracas. Ici, des pêcheurs locaux ont détecté les envahisseurs armés et les ont livrés aux forces de sécurité vénézuéliennes.
Parmi ceux capturés se trouvait Josnars Adolfo Baduel, le fils d’un ancien ministre de la défense vénézuélien envoyé en prison pour corruption. Ce personnage s’est trouvé au centre d’une série de complots de coup d’État. Deux citoyens américains, Luke Denman, 34 ans, et Airan Berry, 41 ans, tous les deux identifiés comme anciens membres des troupes d’opérations spéciales américaines, ont également été faits prisonniers. Baduel a déclaré aux autorités vénézuéliennes que les deux Américains lui avaient dit qu’ils travaillaient pour la force de sécurité du président américain Donald Trump.

Financial Times  @FT
Venezuela says two US citizens detained in failed plot https://on.ft.com/2SE7Scx 

Venezuela says two US citizens detained in failed plot

Donald Trump denies Washington played role in alleged attempt to assassinate Maduro

ft.com

Les autorités vénézuéliennes ont montré aux médias les passeports et les cartes d’identité militaires des deux Américains capturés, ainsi que les photographies des armes saisies avec les mercenaires. Ils ont également diffusé une vidéo d’un interrogatoire de Denman dans lequel il déclarait que sa mission avait été de prendre le contrôle d’un aéroport de Caracas afin de recevoir des avions qui effectueraient la livraison du président vénézuélien Maduro aux États-Unis. À la question de savoir qui dirigeait l’opération, il a répondu: «le président Donald Trump».

Intelligencer  @intelligencer
Two Americans who were part of an apparent coup attempt in Venezuela may have brought an Airsoft gun to overthrow Maduro https://nym.ag/35Ch86d 

The Dumbest Aspects of the Apparent Coup Plot in Venezuela

American mercenaries posted online about their alleged coup, and may have brought Airsoft guns in their apparent effort to topple Nicolás Maduro.

nymag.com

Au centre de l’opération se trouvait un certain Jordan Goudreau, un ancien Béret vert (des forces spéciales américaines), vétéran de l’Iran et de l’Afghanistan, qui dirige une société privée de sécurité basée en Floride, SilverCorp USA. De son propre aveu, c’est Keith Schiller, un garde du corps de longue date de Trump et ancien directeur des opérations du Bureau ovale, qui a mis Goudreau en contact avec la droite vénézuélienne et ses plans de coups d’État soutenus par les États-Unis. Depuis, des vidéos ont fait surface montrant Goudreau qui faisait la sécurité lors des rassemblements de Trump.
Les liens de l’entrepreneur militaire avec les services de renseignement américains et la droite vénézuélienne sont devenus évidents lorsqu’il s’est fait engager en février 2019 pour assurer la sécurité d’un concert payé par le milliardaire britannique Richard Branson à la frontière entre le Venezuela et la Colombie. En réalité cela faisait partie d’une opération ratée de la CIA visant à justifier l’envoi de faux convois d’aide au Venezuela.

Goudreau a publiquement pris la responsabilité de cette dernière opération, affirmant qu’elle est toujours en cours et que son objectif est de «renverser le gouvernement de Maduro». Il a déclaré que malgré l’échec abject de l’invasion maritime, d’autres éléments restent actifs à l’intérieur du Venezuela et vont «commencer à attaquer des cibles tactiques», en d’autres termes, lancer une vague de terrorisme.

En outre, Goudreau a confirmé la validité d’un contrat mis en ligne et signé par lui-même et Juan Guaidó, la non-entité politique de droite qui s’est proclamée «président intérimaire» du Venezuela en janvier de l’année dernière et qui a été automatiquement sacré par Washington et ses toutous vassaux en tant que «gouvernement légitime» du Venezuela.

Également, une conversation enregistrée en anglais entre Guaidó et Goudreau a été diffusée sur les réseaux sociaux, dans laquelle la marionnette des États-Unis a accepté de payer $213 millions à l’entreprise de sécurité américaine pour mener l’intervention armée, dont la redevance allait être payée avec les ressources pétrolières volées au Venezuela par le gouvernement américain.

Goudreau a affirmé que Guaidó n’avait pas effectué les paiements promis. Cependant, quel que soit l’arrangement exact, il est évident que quelqu’un a payé pour l’organisation d’une armée de mercenaires et son déploiement sur les côtes du Venezuela. Que ce soit la marionnette ou le marionnettiste ne fait guère de différence.

Guaidó, qui a tenté de déclencher un coup d’État militaire il y a un peu plus d’un an, n’est toujours pas derrière les barreaux. La raison est que le gouvernement «socialiste bolivarien» de Maduro le considère toujours comme un interlocuteur possible avec l’impérialisme américain et l’oligarchie vénézuélienne traditionnelle dans la recherche d’un accord pour sauver le capitalisme vénézuélien et empêcher une explosion révolutionnaire par le bas.

Interrogé sur la tentative d’invasion maritime du Venezuela, Trump a affirmé qu’il n’en savait rien et que cela n’avait «rien à voir avec notre gouvernement».

Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a donné une réponse un peu plus conditionnelle lors d’une conférence de presse du département d’État mercredi, déclarant «aucune implication directe du gouvernement américain n’existe dans cette opération». Il a déclaré qu’il n’était «pas prêt à partager davantage d’informations sur ce que nous savons avoir eu lieu».

Quant aux deux mercenaires américains capturés, Pompeo a déclaré que Washington «utiliserait tous les outils dont nous disposons pour tenter de les faire libérer».

Le secrétaire d’État n’a pas précisé quels motifs les États-Unis pourraient invoquer pour exiger leur rapatriement. Y a-t-il le moindre doute qu’une paire de ressortissants étrangers pris en train d’envahir les États-Unis dans le but d’enlever ou de tuer Donald Trump serait condamnée pour terrorisme à la prison à vie ou pire ?

Les incursions armées se sont déroulées dans le cadre d’une campagne de «pression maximale» de sanctions paralysantes contre le Venezuela qui équivaut à un état de guerre. Le pays, se voyant imposer ce qui est essentiellement un embargo, se fait interdire ses exportations de pétrole et ses importations des médicaments et des fournitures médicales dont il a un besoin vital. L’embargo a entraîné des dizaines de milliers de morts, avant même le début de la pandémie de coronavirus. Depuis son apparition, l’impérialisme américain n’a fait que durcir les sanctions, cherchant à utiliser la maladie et la mort comme arme pour contraindre la population vénézuélienne à se soumettre et achever sa campagne de regime change.

Alors même que le nombre de morts augmentait aux États-Unis et que l’économie s’effondrait, Trump a ordonné le déploiement d’une force navale au large des côtes caribéennes du Venezuela sous prétexte de lutter contre le trafic de stupéfiants. Cela, même si la grande majorité des drogues qui arrivent aux États-Unis proviennent de la Colombie et passent par l’océan Pacifique et l’Amérique centrale, protégée par les alliés droitiers de Washington à Bogota, Tegucigalpa et Guatemala City. Les frégates et les navires de combat côtiers envoyés dans le cadre de cette opération ne sont évidemment pas conçus pour combattre les trafiquants de drogue.

Les événements sordides qui se sont déroulés sur les côtes du Venezuela rappellent les chapitres les plus sombres de la longue histoire d’agression militaire, d’exploitation semi-coloniale et de répression dictatoriale en Amérique latine par l’impérialisme américain. Lors de précédentes interventions impérialistes américaines qui ont mal tourné, notamment l’invasion de la Baie des Cochons à Cuba en 1961, les responsables de Washington niaient de la même manière toute implication des États-Unis. De même, quand il a été question de l’opération illégale qui visait à financer la guerre terroriste «contra» contre le Nicaragua dans les années 1980, Washington a maintenu son déni jusqu’à ce que le contractant de la CIA, Eugene Hasenfus, soit abattu aux commandes d’un avion transportant des armes pour les Contras.

La baie des Cochons et l’affaire «Iran contra» ont toutes deux déclenché des crises politiques majeures à Washington et provoqué des enquêtes minutieuses de la part des médias américains. Les reportages sur l’invasion avortée au Venezuela orchestrée par les États-Unis, cependant, ont rencontré le silence des médias menteurs et n’ont pas suscité la moindre critique de la part de l’opposition politique officielle de Trump au sein du Parti démocrate. De Biden à Sanders, ils se sont tous alignés derrière l’opération de changement de régime au Venezuela.

Cette opération sert les intérêts de l’oligarchie américaine au pouvoir. Elle vise à établir un contrôle sans entrave des conglomérats énergétiques américains sur les réserves vénézuéliennes de pétrole, les plus importantes de la planète, et à faire reculer l’influence croissante de la Chine et de la Russie au Venezuela et en Amérique latine dans son ensemble, que l’impérialisme américain a longtemps considérée comme sa «propre arrière-cour».

En pleine pandémie mondiale de coronavirus qui menace la vie de millions de personnes, l’impérialisme américain poursuit ses intérêts de prédateur par le biais d’une agression militaire, risquant de déclencher une autre guerre mondiale qui tuerait des milliards de personnes.

Seule la classe ouvrière, unie au-delà des frontières nationales dans une lutte commune pour mettre fin au capitalisme et à l’impérialisme, peut offrir une solution à ces menaces qui pèsent sur la survie de l’humanité.

Bill Van Auken