Accueil

Anarchie politique américaine:Est -ce que le FBI enquêtait sur des orgies sexuelles organisées par la Russie impliquant Trump …et le couple Obama?

Laisser un commentaire

Le directeur du FBI James Comey a soulevé le spectre d’un nouveau scandale politique à Washington DC après avoir refusé de répondre à une question du sénateur démocrate  Ron Wyden,de l’Oregon, si le Président élu est sous enquête en rapports avec  ses «liens russes.

trump-israel-332x205
Au cours d’une audience du Sénat sur le prétendu «piratage russe» de la récente élection américaine, le sénateur démocrate  de l’Oregon a reçu des rapports des médias affirmant que l’administration Trump entrante a des liens étroits avec Moscou, et s’est directement adressé au directeur du FBI. 

« Ma question pour vous, M. Comey, est :est-ce que  le FBI a enquêté sur ces relations signalées, et si oui, quelles sont les conclusions du FBI? »,a demandé sévèrement le sénateur  Wyden dès le  début de l’échange.

«Je ne pourrai jamais commenter les enquêtes, si nous avons ou pas, dans un forum ouvert. Donc, je ne peux pas vraiment répondre d’une façon ou d’une autre, »ce que  Comey a répondu en peu de temps. Wyden semblait imperturbable que Comey a esquivé la question et rapidement déplacé à la prochaine ligne d’enquête. «Voulez-vous fournir une réponse non classée à ces questions et  relâcher  le mordeau pour le peuple américain avant le 20 Janvier? » dit le sénateur. «Je suis désolé, vais-je…? » a dit  un directeur Comey secoué , demandant des éclaircissements sur la question. Lors de l’élaboration de la question, Comey n’a fourni aucune couleur de la situation. « La réponse sera la même chose que je viens de vous donner, je ne peux pas en parler. » Avec la même persévérance et la détermination affichée lors de l’audition 2013, Wyden a pressé sur le sujet.  « Je pense que le peuple américain a  le droit de savoir, » a-t-il dit sur  un volume sensiblement élevé. « En cas de retard dans  le fait de déclassifier ces informations et de les libérer pour le peuple américain :si cela  ne se produit pas avant le  20 Janvier, je ne suis pas sûr que ça va se passer un jour. »

Le refus de Comey de dire si le président élu est sous une enquête secrète a coïncidé avec plusieurs médias publiant des rapports , accusant Donald Trump de se livrer à des «actes sexuels pervers qui ont été disposés / contrôlés par le FSB. » Même les points de vente qui ont publié les rapports ont souligné que non seulement ils ne sont pas fondées, mais contiennent plusieurs erreurs factuelles. Néanmoins, le New York Times, CNN, BuzzFeed et d’ autres ont publié un dossier qui aurait déjà  circulé parmi les législateurs, les journalistes et les responsables à Washington DC pendant des semaines. Un résumé de ces rapports a même été présenté au président Obama et à Donald Trump lui – même.

Les notes de service auraient été compilées par une source anonyme, qui prétend être un ancien officier du renseignement britannique. Selon lui, le gouvernement russe a gâté  Donald Trump comme un président potentiel depuis au moins 5 ans, »On  lui a même offert des occasions d’affaires lucratives, fourni avec intelligence et arrangé pour « actes sexuels pervers » pour être en mesure de faire chanter le président élu .


IMPORTANT

Lien vers une copie  de résultat d’enquête important: Documents


capture-decran-scandale-sexuel

Capture d’écran

Plus précisément, les mémos prétendent que le FSB a embauché une suite présidentielle à Hôtel Ritz Carlton de Moscou où Barack et Michelle Obama sont restés et ont invité les prostituées à souiller leur lit en effectuant « une Golden Shower »(traduction libre: pluie d’or « ) » devant M. Trump. 

Le fait que plusieurs médias pratiquement simultanément,ont  décidé de publier ces rapports,il faut  malgré tout ,admettre leur caractère erroné est dit par lui-même. Cependant, le FBI a été en possession de ces notes de service pendant un certain temps aussi. Et si l’interrogatoire de Wyden est pas un hasard fou, le président élu pourrait bien être sous l’enquête, ce qui rend la situation encore plus troublante.  Le sénateur Wyden est connu comme un fervent partisan de la transparence du gouvernement et pour griller des fonctionnaires au cours des audiences publiques, parfois en les obligeant à divulguer des informations auparavant inaccessibles au grand public. Peut-être, le plus célèbre échange que  Wyden a eu jusqu’à aujourd’hui était avec le directeur du renseignement national James Clapper. Ensuite, le sénateur lui a demandé si les agences de renseignement américaines participent à la collecte en vrac des données des citoyens américains. Au moment Clapper a menti, en disant «Non», mais après les révélations Snowden ,les juristes ont dû admettre qu’il a donné une «réponse la moins mensongère » possible afin de protéger les programmes d’espionnage secrets…en cours!.  

En fait,ce sont de grands amis qui nous jouent la comédie pour prendre  le pouvoir.

En fait,ce sont de grands amis qui nous jouent la comédie pour prendre le pouvoir.

 

 

 

 

Sources

 

 

 

 

 

 

 

 

Seconde Guerre Froide en gestation:McCain parle d’un acte de guerre pendant que Moscou se dit “fatiguée” de “l’amateurisme” des accusations américaines

Laisser un commentaire

Le sénateur républicain John McCain a affirmé aujourd’hui ,10 janvier 2017 ,que le piratage informatique dont la Maison-Blanche accuse Moscou était un “acte de guerre”.

Ron McCain

Ron McCain

“Quand on tente de détruire les fondements de la démocratie, alors on détruit un pays”. John McCain est formel : la Russie a déclaré la guerre aux Etats-Unis en piratant des emails du parti démocrate pendant la campagne présidentielle.

“Je ne dis pas qu’il s’agit d’une attaque atomique”

La déclaration virulente du sénateur républicain (rapportée par l’AFP) vient entraver, au même titre que les sanctions prises par la Maison-Blanche contre des diplomates russes, les efforts de la nouvelle administration Trump pour mettre un terme définitif à l’opposition entre Moscou et Washington. Sa nuance n’y changera rien : “Je ne dis pas qu’il s’agit d’une attaque atomique, dit-il. Je dis seulement que lorsqu’on attaque la structure fondamentale d’un pays, ce qu’ils font, alors c’est un acte de guerre”.

Donald Trump, qui ne cache pas son intention de collaborer étroitement avec Vladimir Poutine, ne fait pas non plus mystère de ses doutes quant aux conclusions de l’enquête sur les piratages informatiques. Dans le mois précédant l’élection présidentielle, les emails démocrates diffusés sur le site Wikileaks avaient mis au jour les calculs politiques de Hillary Clinton et terni sa réputation.

Réunion jeudi au Sénat

Un processus qui avait déjà été entamé par le candidat républicain lui-même, qui ne cessait de rappeler les manquements de l’ancienne première dame,Hillary Clinton, lorsqu’elle était première dame. Lors d’un débat, il avait notamment menacé la démocrate de la jeter en prison s’il était élu président. Après son élection, le milliardaire a cependant mis de l’eau dans son coca en renonçant à poursuivre Clinton.

En attendant la prise de fonction de Donald Trump dans 15 jours, John McCain organise ce jeudi,12 janvier 2017, une réunion au Sénat au sujet de ces cyberattaques.

Barack Hussein Obama et Vladimir Poutine...

Barack Hussein Obama et Vladimir Poutine…

Obama accuse et menace la Russie

Barack Obama a annoncé hier soir que les Etats-Unis allaient prendre des mesures contre la Russie, accusée d’avoir organisé des cyberattaques pour influencer l’élection présidentielle.

Pendant que Donald Trump s’active en coulisse pour tourner définitivement la page de la guerre froide, le torchon brûle entre Washington et Moscou. La Russie aurait-elle osé d’immiscer dans la campagne présidentielle américaine pour favoriser l’élection du candidat républicain ? Je ne pense pas que des événements aux ramifications aussi importantes ne se produisent dans le gouvernement russe sans que Vladimir Poutine ne soit au courant” a lâché hier Ben Rhodes, un proche conseiller de Barack Obama, à la télévision.

“Nous devons prendre des mesures et c’est ce que nous ferons”

Dans la foulée, le président sur le départ explique à la Radio publique nationale (NPR) qu’il sera intransigeant avec Moscou : Je pense qu’il ne fait aucun doute que lorsqu’un quelconque gouvernement étranger essaye d’influencer l’intégrité de nos élections (…), nous devons prendre des mesures et c’est ce que nous ferons”.

Ces piratages concernent notamment la fuite de courriers de la convention démocrate ainsi que ceux de conseillers d’Hillary Clinton, qui ont occupé une part importante du débat pendant la campagne. De quelles “mesures” parle Barack Obama ?

“Monsieur Poutine est tout à fait informé de ce que je pense”

“Elles seront mises en œuvre en temps voulu et de la manière que nous aurons choisie. Certaines pourront être explicites et visibles, d’autres peut-être pas. (…) Monsieur Poutine est tout à fait informé de ce que je pense de cela parce que j’en ai parlé directement avec lui peu de temps après”.

Dans un peu plus d’un mois, Obama laissera sa place à Donald Trump, qui tient pour l’instant un discours beaucoup plus favorable à Moscou. Le milliardaire a notamment nommé l’homme d’affaires Rex Tillerson, qui connait personnellement le président russe, au poste de secrétaire d’Etat.

Trop c’est trop..!

Vladimir Poutine,photo récente.

Vladimir Poutine

Le Kremlin ne supporte plus les accusations américaines d’ingérence russe dans la campagne présidentielle américaine.

C’en est trop pour la Russie. Ce lundi, le porte-parole du Kremlin a dénoncé la “chasse aux sorcières” faite par les américains à la Russie, cette dernière étant accusée depuis plusieurs par des agences de renseignement américaines d’être intervenue dans l’élection présidentielle pour favoriser une victoire du républicain Donald Trump, au détriment de la candidate démocrate Hillary Clinton.

 

“Nous commençons à nous lasser sérieusement de ces accusations” a ainsi déclaré Dmitri Peskov, le porte-parole de la présidence russe, ajoutant que“ces accusations sans fondement, qui ne sont en rien étayées, sont réitérées de manière non professionnelle. Nous ne savons pas sur quelle information ils s’appuient”.


EN CONCLUSION

Un coup d’état se prépare sous nos yeux

George Washington à Valley Forge ou il endura la famine et le froid avec ses hommes.

George Washington à Valley Forge ou il endura la famine et le froid avec ses hommes.

 

Seuls ceux qui ne suivent rien  de la politique américain ou qui  supportent la politique mondialiste et corrompue de la Reine des Illuminati,Hillary Clinton,vont dire ou écrire que ce que j’écris ici est faux,mais force est de constater  que nous assistons à un coup de force mené par la clique de l’islamiste Barack Hussein Obama,afin de disqualifier le président-élu,Donald Trump.Le plan  d’Obama consiste  à faire croire que Donald Trump a été élu grâce  à l’intervention de la Russie,et que,par conséquent,lui,le président en exercice ,reste au pouvoir afin  de reprendre des  » élections plus légales » ,du à la disqualification de Donald Trump.

…ou bien,il décrétera qu’Hillary Clinton est élue!

Et vlan pour ce qui reste de démocratie au Pays des Champions de la Liberté!

Seule une Seconde Révolution Américaine peut maintenant permettre au Peuple Américain ,de reprendre son pouvoir politique!

Il faut revenir à la base de l’esprit de Georges Washington et de Benjamin Franklin,maintenant!

 

 

 

 

 

 

 

 

Leaked Kerry Audio Proves Obama Helped ISIS — Socio-Economics History Blog

Laisser un commentaire

Published on Jan 4, 2017 This audio gives definitive proof that Obama wanted ISIS to grow into the monster it is today. end

via Leaked Kerry Audio Proves Obama Helped ISIS — Socio-Economics History Blog

Les donateurs des Clinton veulent enquêter sur l’utilisation par Hillary de 1,5 milliard de dollars de leur obole

Laisser un commentaire

Les donateurs de la campagne Clinton demandent des enquêtes sur des fonds manquants de 1,5 milliard de dollars.
wall_street_journal
Bill Clinton se met en colère car les dons à la Fondation Clinton ont complètement disparu. La pompe à fric s’est soudainement tarie. Les retombées de la campagne électorale d’Hillary Clinton continuent de s’aggraver, les grands donateurs de la campagne électorale demandant une « autopsie de campagne » pour expliquer ce qui est arrivé à 1,5 milliard de dollars en dons de campagne.

Lors de sa fête à New York pour remercier les grands donateurs de 1 million de dollars ou plus, Hillary Clinton aurait refusé de prendre en compte n’importe quel blâme pour son échec lors de sa campagne échouée, elle a par contre pointé du doigt James Comey (son président pédophile de campagne électorale) et Vladimir Poutine comme étant les seuls responsables de son échec. Cependant, cet argument ne semble avoir convaincu grand monde, et elle a perdu beaucoup de crédibilité aux yeux de ses donateurs, boosters VIP, et conseillers de campagne.

« C’était comme un réveil brutal », a déclaré un invité qui était au Plaza à New York. La source a déclaré : « C’était un peu de la thérapie de groupe et beaucoup d’amour » parmi les « faiseurs de pluie » perdants démocrates.

Dispersés dans la foule, il y avait les conseillers de la Clinton Huma Abedin, John Podesta et Robby Mook, les donateurs Alan Patricof, Bernard Schwartz, Marc Lasry, Jay Snyder et Robert Zimmerman, les designers Vera Wang et Tory Burch, ainsi queAnna Wintour, Harvey Weinstein et le restaurateur Danny Meyer. Il y avait aussi Bill et Chelsea Clinton et le mari de Chelsea,Marc Mezvinsky. Personne n’a l’illusion que « le groupe va revenir ensemble », mais il y avait un « sentiment de fin de course, de fermeture », a déclaré un partisan Hillary de la possibilité qu’elle serait de retour en tant que candidate.

Les invités ont souligné que, même si la Russie avait réellement « piraté » les emails du DNC et de Podesta, il n’y aurait rien eu à rendre public et à diffuser s’il n’y avait pas eu d’acte répréhensible enregistré dans ces emails. Rapports ArmstrongEconomics : Maintenant les plus grands partisans de Clinton veulent une « autopsie de la campagne », qui pourrait exposer l’opération entière de Clinton. Les donateurs demandent à savoir où Clinton a dépensé près de 1,5 milliard de dollars en ressources de campagne qu’elle a recueillies dans les derniers mois. Ils veulent les reçus. Ils exigent une enquête honnête sur la façon dont Clinton a omis d’aller se battre dans les états en balance (elle n’a jamais pris la peine d’aller au Wisconsin) et comment son opération de Brooklyn a mal interprété les données de sondage.

Les donateurs « n’achètent pas » l’histoire du hack russe. L’histoire derrière le rideau est que les collecteurs de fonds vont couper tous les dons au Parti démocrate jusqu’à ce que cet examen honnête soit effectué. Ils ne veulent pas entendre parler de Comey et de Poutine. Les gouvernements étrangers ont coupé des fonds à la Fondation Clinton. Enfin, l’argent est coupé. Bill Clinton a perdu sa « pompe à fric », lui qui se moquait de l’intelligence du président élu Donald Trump. « [Trump] ne sait pas grand-chose», a déclaré Bill Clinton au sujet de Trump. « Une chose qu’il sait faire, c’est se mettre en colère pour inciter les hommes blancs à voter pour lui ». De toute évidence, Bill est désespéré parce que la pompe à fric de Clinton s’est brusquement arrêtée.

Sources:Article d’Hannibal Genseric,La Cause du Peuple

Etats-Unis : Une tentative de coup d’État contre Trump menée par Clinton et la CIA ! — Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

Laisser un commentaire

Une tentative de coup d’État contre Trump menée par Clinton et la CIA Par Alexander Mercouris – Le 11 Décembre 2016 – Source The Duran / Le Saker Francophone Le dernier rapport de la CIA impliquant la Russie, pour les fuites concernant la convention démocrate et Podesta, n’est fondé sur aucune preuve. Venant quelques semaines avant […]

via Etats-Unis : Une tentative de coup d’État contre Trump menée par Clinton et la CIA ! — Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

Vidéos montrant Joe Biden faisant des avances sexuelles à de jeunes filles

Laisser un commentaire

Jugez en par vous-mêmes du comportement grotesque d’un vice-président américain qui ,évidemment,est membre d’un réseau mondial de pédophiles:

 

 

 

 

 

 

 

 

Anarchie politique américaine:Donald Trump menacé par une « révolution orange »

Laisser un commentaire

« Puisque le peuple vote contre le Gouvernement, il faut dissoudre le peuple. »

(Bertolt Brecht)

Les libébaux fédéraux du Canada et le Parti Démocrate aux États-Unis d'Amérique ont toujours été très proches  des Illuminati et sont alliés depuis l'assassinat de Kennedy. Ici,John Kerry en compagnie de Stéphane Dion.

Les libébaux fédéraux du Canada et le Parti Démocrate aux États-Unis d’Amérique ont toujours été très proches des Illuminati et sont alliés depuis l’assassinat de Kennedy.
Ici,John Kerry en compagnie de Stéphane Dion.

C’est une missive édifiante. Elle est signée des présidents de l’UE et se veut une lettre de félicitations au POTUS nouvellement élu, Donald Trump. Or ce courrier, banal en apparence, contient entre les lignes un véritable ultimatum au trublion anti-Système, à qui il est dit en substance: «Ok, vous nous avez bien eus, mais maintenant voici la Règle : ou vous vous soumettez, ou nous vous détruisons.»

Bien sûr, les opérateurs-bouffons de la succursale européenne que sont les signataires Tusk et Juncker, ne sont dans cette affaire que les messagers transparents de l’oligarchie du Système néolibéral atlantiste. Mais en cette période de flottement à la tête de l’Empire US, il fallait bien rappeler officiellement Donald Trump à l’ordre, en lui précisant les règles du jeu dans la cour des grands où il vient de pénétrer par effraction. De l’autre côté de la tenaille, c’est l’inépuisable Soros qui s’occupe de faire monter la pression aux États-Unis, en organisant l’agitation des habituels bobos de service, pour bien faire comprendre au presque 45e président US qu’il n’est pas à l’abri d’une révolution orange, s’il ne rentre pas dans le rang. Le Système sort donc l’artillerie lourde, mais son effondrement reste pourtant inéluctable et il a lieu sous nos yeux.

Globalisation néolibérale et messianisme militarisé

John Podesta a été pris en photo avec Justin Trudeau,le pseudo premier ministre cool et pro-arabe du Canada:le complot peut  même avoir commencé là! John Podesta est impliqué dans le vaste réseau de pédophilie mondial.

John Podesta a été pris en photo avec Justin Trudeau,le pseudo premier ministre cool et pro-arabe du Canada:le complot peut même avoir commencé là!
John Podesta est impliqué dans le vaste réseau de pédophilie mondial.

La lettre du duo de comiques européens est une pathétique tentative d’intimidation déguisée, et l’on imagine fort bien dans quelle ambiance d’hystérie feutrée elle a dû être pondue par une brochette de spin-doctors-system triés sur le volet.

Ainsi, après une phrase glaciale de félicitations, la missive va directement à l’essentiel, pour réaffirmer le catéchisme officiel du Système au travers des «valeurs communes que sont la liberté, les droits de l’homme, la démocratie et une croyance en l’économie de marché.»

La pompeuse évocation de la Sainte-Trinité des vertus-vernis du Système n’est là que pour promouvoir le cœur de la machinerie : la globalisation néolibérale, c’est-à-dire le Marché. La connotation religieuse du mot croyance (est-ce un acte manqué ?) confirme d’ailleurs que pour le Système, il n’y a pas d’autre Dieu que le Marché (et que l’élite néolibérale atlantiste est son prophète).

Vient ensuite un verset d’auto-adoration, avec l’affirmation que l’UE et les USA «se sont employés à garantir la paix et la prospérité du monde» (ne riez pas…), puis c’est le rappel à l’ordre sur l’importance de «renforcer les relations transatlantiques», notamment pour faire face aux «menaces pour la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine».

Le système politico-gangstérisé américain va imploser.

Le système politico-gangstérisé américain va imploser.

Le Système rappelle ici très clairement à M. Donald Trump, qu’il n’est pas question de réchauffer les relations avec Moscou et que les Russes sont et doivent rester les méchants de l’histoire, pour l’instant. Et s’il devait subsister un doute dans son esprit, une piqûre de rappel arrive au paragraphe suivant, déjà où l’on évoque le «partenariat stratégique UE-États-Unis» pour faire face aux «menaces sur la sécurité des voisins orientaux (suivez mon regard) et méridionaux de l’Europe».

Enfin, avant de promettre d’adouber le bon Trump s’il se couche, le Système rappelle la marche à suivre au plan économique, en insistant sur l’importance des «négociations relatives au partenariat transatlantique de commerce et d’investissement». On voit bien ici que, malgré le rejet du TAFTA par les peuples européens, le Système exige donc que l’on poursuive dans cette voie et le fait savoir – les peuples ? Combien de divisions ?

Puis le Système psalmodie un peu, non sans cet humour involontaire 1 et impayable, dont le passage suivant est un morceau d’anthologie : «Les Européens ne doutent pas que l’Amérique, dont les idéaux démocratiques ont toujours représenté une lueur d’espoir dans le monde entier, continuera à investir dans ses partenariats avec ses amis et ses alliés, afin de contribuer à offrir à nos citoyens et aux populations du monde, davantage de sécurité et de prospérité.» On se pince…

Enfin, la lettre-ultimatum se termine comme il se doit, par une invitation «dès que possible»à un sommet UE-États-Unis, avec la promesse implicite d’adouber le trublion pour les«quatre prochaines années» au moins si la Règle est respectée.

En résumé, via ses opérateurs-bouffons européens, le Système rappelle donc à M. Trump qu’au-delà d’enfantillages antisystèmes qu’on pourra bien lui pardonner, il ne peut y avoir d’alternative sérieuse ni à la globalisation néolibérale, ni au messianisme militarisé d’un Bloc atlantiste uni, car porteur de la vrai foi pour une humanité enfin soumise et nivelée, pardon, éclairée.

Pression maximum

Reagan,Bush,Clinton Bush et Obama:5 président qui ont mis le peuple américain en esclavade!

Reagan,Bush,Clinton Bush et Obama:5 président qui ont mis le peuple américain en esclavage!



Et pendant ce temps-là, les manifs anti-Trump font la une de tous les journaux et JT alignés, le tout sous l’aiguillon bien intentionné des acteurs habituels de l’oligarchie globalisée genre Soros et ses clones. Et Wikileaks de révéler que c’est précisément le spécialiste èsrévolutions oranges de l’Empire, qui est aujourd’hui à la manœuvre aux États-Unis. On en rirait presque.

Et bien sûr, toute la caste médiatique occidentale est derrière lui, avec sa finesse et son impartialité coutumières.

Ainsi, en quelques jours, nous avons eu droit à un appel à l’assassinat lancé par une collaboratrice du Guardian, appel d’ailleurs relayé ensuite par un humoriste français subventionné.

De son côté, CNN s’appliquait à faire monter la mayonnaise avec la neutralité qu’on lui connaît, son reporter faisant même témoigner un copain à lui, pour illustrer la colère de la rue contre Trump.

Sur le site Change.org, une pétition ayant déjà réuni plus de 4 millions de signatures invérifiables, demande désormais aux Grands électeurs de désigner Clinton plutôt que Trump, le 19 décembre prochain. D’ailleurs, des manifestations sont d’ores et déjà en préparation pour l’investiture du 20 janvier à Washington, avec une marche d’un million de femmes prévue pour le lendemain…

Quant à l’ambiance bon-enfant et démocratique des manifestations, les bobos de service se sont surpassés. A l’agression d’une étudiante pro-Trump sur un campus faisait écho, en version Pussy Riot, la performance d’une possédée déféquant en pleine rue sur un portrait de Trump, avant de le badigeonner à pleines mains. Ambiance, ambiance.

Les bobos enrôlés à l’insu de leur plein gré par l’oligarchie sont donc prêts, chauffés à blanc et inondés de dollars comme il se doit, avec à la clé la menace d’une révolution orange ou d’un Printemps américain, comme on voudra.

On n’en attendait pas moins.

La pression est donc à son maximum, sur un Trump qui apparaît dès lors plus que jamais comme un président authentiquement anti-Système.

Un effondrement irréversible

Tout sera fait par le système politique illuminati pour faire rentrer Donald Trump dans le rang...sinon!

Tout sera fait par le système politique illuminati pour faire rentrer Donald Trump dans le rang…sinon!

Reste que le bonhomme est ce qu’il est et, pour l’heure, il n’est de loin pas assuré qu’il se couche.
L’apaisement des relations avec Moscou, le désengagement partiel d’avec l’OTAN, de même qu’un coup de frein aux guerres extérieures type Libye ou Syrie restent au programme, avec pour conséquence la fin de l’Empire en tant que gendarme et bourreau du monde. Et quand bien même Soros et sa bande d’hallucinés iraient jusqu’au bout de leur délire en provocant la chute de Donald Trump, celle-ci aurait de fortes chances d’entraîner une guerre civile, avec éventuellement dislocation du pays. On aboutirait donc au même résultat d’une chute de l’Empire, par d’autres moyens, éventuellement plus rapides.

Dans les états-majors de la politique-système européenne, la caste néolibérale dirigeante commence ainsi à comprendre que le phénomène Trump n’est pas un accident de l’Histoire, mais bien une étape de plus, certes décisive, dans un processus d’effondrement du Système néolibéral globalisé, qui finira tôt ou tard par emporter l’UE à son tour.

Source : entrefilets.com

 Notes

  1. On dit même que le diable, quand il veut, est fort bon théologien ; il est vrai, pourtant, qu’il ne peut s’empêcher de laisser échapper toujours quelque sottise. René Guénon

Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :