Les 10 mystères de la guerre d’Ukraine

1 Pourquoi l’armée russe a-t-elle attaqué le 24 février 2022 ?
2 Pourquoi les Russes attaquent-ils à 1 contre 2 ?
3 Pourquoi les Russes ont-ils lancé l’assaut contre Kiev et Kharkov ?
4 Que s’est-il passé à Tchernobyl ?
5 Que s’est-il passé à Energodar ?
6 Quid des laboratoires biologiques US ?
7 Où sont passés les 50 officiers français de Marioupol + autres officiers de l’OTAN) ?
8 Que s’est-il passé à Boutcha ?
9 Que s’est-il passé à Kramatorsk ?
10 L’île aux serpents

Lancée dans la nuit du 23 au 24 février 2022, l’opération militaire spéciale, puisque c’est comme cela que les Russes l’ont appelée, recèle comme tout ce qui touche à la Russie, une bonne part de mystère et de nombreuses questions restées sans réponse. Nous allons tenter de répondre à certaines d’entre elles, ou du moins formuler des hypothèses, car il est bien évident qu’à ce stade des opérations et du brouillard de guerre qui l’environne, il est tout à fait impossible de répondre catégoriquement et on peut même affirmer qu’à l’issue de ce conflit – qui peut encore durer très longtemps – il est probable que certaines de ces questions ne connaîtront pas de réponses claires avant longtemps, si tant est qu’elles en reçoivent jamais. Mais cela n’empêche pas d’imaginer quelques réponses, quitte à soulever d’autres questions que d’autres essayerons de résoudre un jour.


Pourquoi l’armée russe a-t-elle attaqué le 24 février 2022 ?

Au-début de l’attaque russe ,le 24 février 2022,les tanks ukrainiens sont frappés de plein fouet par les canons russes.

Pour ceux qui suivent le dossier du Donbass depuis les origines, c’est-à-dire depuis le coup d’État du Maïdan de 2014, la bonne question serait plutôt : pourquoi les Russes ont-ils tant tardé à intervenir pour mettre un terme à ce conflit qui n’a jamais cessé depuis 2014 ? En effet, nombreuses sont les personnalités politiques et militaires qui en Russie même, critiquent le Kremlin pour n’avoir lancé l’opération spéciale qu’en 2022 alors que l’armée ukrainienne avait été battue à plate couture en février 2015 et qu’elle n’existait virtuellement plus à cette date après la cinglante défaite de Debaltsevo. La réponse la plus plausible à cette question est que la Russie n’était pas suffisamment forte en 2015 pour encaisser le contrecoup des sanctions infernales qui n’auraient pas manqué de lui être infligées comme elles le sont aujourd’hui. Il est probable qu’en 2015 l’économie russe n’aurait pas été assez résiliente pour résister à l’étranglement des sanctions. De même à cette époque l’architecture financière de la Russie était encore rudimentaire et trop dépendante de l’Occident pour faire face aux coupures du système Swift et à l’arrêt quasi complet des exportations vers l’Europe. De plus, on peut ajouter qu’en 2015, la restauration de la puissance de l’armée russe n’était pas achevée (le discours de Poutine sur les nouvelles armes russes date de 2018) et il est probable que la Russie ne s’estimait pas prête à un conflit ouvert avec l’OTAN si celui-ci avait éclaté à cette date.

Au 7 mars 2022,l’armée russe avait profondément pénétrée en Ukraine.

Les Russes ont affirmé (sans preuve dirimante pour l’instant) avoir saisi des documents dès les premiers jours de l’opération qui prouveraient que l’armée ukrainienne se préparait à donner l’assaut contre le Donbass dans les premiers jours de mars. Ce qui est établi c’est que l’état-major de Kiev avait positionné sur la ligne de front du Donbass depuis le printemps 2021 environ la moitié de son armée (plus de 150 000 hommes) et que ces troupes d’assaut étaient constituées des meilleures divisions de l’armée ukrainienne.

Le blogueur états-unien Moon of Alabama, spécialiste de géopolitique, affirme que

l’entrée de la Russie en Ukraine le 24 février 2022 visait très certainement à prévenir l’assaut de l’armée ukrainienne dans le Donbass. Le rapport du 15 février de la mission spéciale de surveillance de l’OSCE en Ukraine a enregistré 41 explosions dans les zones de cessez-le-feu. Ce chiffre est passé à 76 explosions le 16 février, 316 le 17 février, 654 le 18 février, 1413 le 19 février, un total de 2026 les 20 et 21 février et 1484 le 22 février. Les rapports de mission de l’OSCE ont montré que la grande majorité des points d’impacts de l’artillerie se situaient du côté séparatiste de la ligne de cessez-le-feu.

Ma conviction personnelle est que l’armée ukrainienne a bien tenté l’assaut contre les républiques de Donetsk et de Lugansk en avril 2021 mais que cette tentative a été brisée par l’emploi massif de techniques de guerre électronique par les Russes qui a littéralement coupé toutes les communications radio des forces ukrainiennes et provoquant de ce fait ce que l’on pourrait appeler un véritable déni de guerre. Il a fallu près d’un an pour l’OTAN et pour l’armée ukrainienne pour rebâtir un système de communication que les Russes ne pouvaient plus inhiber. Et c’est ainsi qu’intervient la mise à disposition « miraculeuse et gratuite » du réseau satellitaire STARLINK d’Elon Musk au bénéfice de Kiev – opérationnel dès le début du conflit, et sans doute bien avant – et qui a sans doute considérablement gêné l’état-major russe dans les premières semaines de l’opération et probablement aujourd’hui encore.

Pourquoi les Russes attaquent-ils à 1 contre 2 ?

Tous les spécialistes militaires vous diront que l’on n’attaque jamais avec un ratio inférieur à deux contre un, voire trois contre un de préférence, pour espérer pouvoir l’emporter. Dans le cas présent, les Russes semblent avoir lancé l’opération avec environ 150 000 hommes sur 4 secteurs différents (Kiev et Kharkov au nord, le Donbass à l’est et Kherson au sud) et cela sur une ligne de front de 2500 km). Pour mémoire, lors de la campagne de France en mai 1940, et sur un front beaucoup plus réduit, l’Allemagne attaque avec 137 divisions et un total de 2 750 000 hommes. Rien que les forces armées ukrainiennes dans le Donbass disposent d’un nombre d’hommes équivalent à l’ensemble des forces russes engagées dans l’opération. Alors pourquoi lancer l’assaut dans ces conditions ce qui a littéralement sidéré les états-majors occidentaux ?

Première observation, même si l’armée russe est indubitablement la première armée d’Europe, et de loin avec près d’un million d’hommes affectés à la défense du territoire, les forces opérationnelles de l’armée de terre ne dépassent pas 300 000 hommes et il serait très hasardeux de dégarnir toutes les frontières de la Fédération de Russie pour les engager massivement sur le théâtre ukrainien si l’OTAN décidait par exemple, d’actionner son valet japonais du côté des Kouriles. Les Russes n’ont pas oublié la leçon de 1905.

Deuxième observation, on a le sentiment que la décision d’intervention est prise dans la précipitation, probablement dans le but d’agir en premier dans une guerre préemptive afin d’éviter le massacre de populations civiles dans le Donbass dans le cas où les forces armées ukrainiennes (FAU) auraient lancé l’offensive. On se rappelle que les populations civiles du Donbass commencent à être évacuées massivement quelques jours avant le 24 février.

3ème observation, il s’agit pour les Russes d’une opération militaire spéciale et non pas d’une guerre ce qui interdit la mobilisation générale et le réveil du traumatisme de la Grande Guerre patriotique de 1941 avec ses 27 millions de morts toujours à vif dans l’esprit des Russes. La raison de ce choix politique est probablement que les dirigeants russes sont parfaitement conscients que cette guerre n’est pas une guerre contre l’Ukraine mais une guerre contre le Système occidental dans toutes ses composantes et qu’il est impératif de garder des forces sur le front économique afin de ne pas voir s’effondrer la Russie face aux sanctions occidentales. Mais il est bien clair que ce pari reposait sur une guerre courte et décisive et que sa prolongation, encouragée de toutes ses forces par l’OTAN, verra inéluctablement la transformation de cette opération militaire spéciale en situation de guerre stricto sensu avec toutes les conséquences qui en découleront, y compris pour les alliés de Kiev.

Pourquoi les Russes ont-ils lancé l’assaut contre Kiev et Kharkov ?

Dans une demeure de Kiev,au-début de mars 2022.

Bien évidemment, l’irruption des forces russes au nord sur les secteurs de Kiev et de Kharkov a contribué à fixer une part notable de l’armée ukrainienne dans cette zone ce qui a permis de soulager les fronts est et sud de l’opération. C’est un des arguments avancés par les propagandistes pro-russes pour justifier a posteriori la validité de ce choix stratégique. Si la prise rapide de tout le littoral sud qui a permis de sécuriser la péninsule de Crimée entre Kherson et Novoazovsk et de sanctuariser la mer d’Azov pourrait justifier la mise en place de cette stratégie, en revanche sur le front du Donbass, la résistance féroce des FAU jusqu’à aujourd’hui ne justifiait pas le sacrifice de milliers de soldats russes dans les batailles sanglantes à Irpin, Soumy, Kharkov et Tchernikov, d’autant moins que ces secteurs furent abandonnés quelques semaines après pour opérer une réaffectation des forces russes dans les opérations du front du Donbass.

Bien que cela ait été nié, on ne peut exclure que l’état-major général de l’armée russe ait été abusé sur l’état moral de l’armée ukrainienne et que la prise rapide de Kiev – peut-être avec des complicités internes qui auraient été déjouées par l’OTAN et le SBU – était escomptée de manière à provoquer un effondrement rapide de la résistance ukrainienne. Si cette hypothèse est vraie, on ne peut que constater qu’elle fut un dramatique échec dont la conséquence sera probablement d’aboutir à une guerre longue dont l’Ukraine sera la principale perdante.

Que s’est-il passé à Tchernobyl ?

La centrale nucléaire de Tchernobyl située à une centaine de kilomètres au nord de Kiev est occupée dès le 24 février par les troupes aéroportées russes en provenance de la frontière biélorusse toute proche. Le contrôle de ce site industriel ne présente aucun intérêt stratégique ni pour l’assaut sur la capitale ukrainienne, ni même dans le déroulé de l’opération militaire spéciale car l’essentiel des efforts de contre-attaque des FAU durant le mois de mars se dérouleront plus au sud pour la reprise de l’aérodrome Antonov de Kiev et de la ville adjacente de Gostomel. Contrairement à ce qu’affirme Wikipédia, il n’y a pas eu véritablement de « bataille de Tchernobyl » car les soldats ukrainiens et les forces de sécurité présentes sur place se sont rendues très vite quasiment sans résistance et semblent même avoir collaboré, au moins partiellement, avec les forces d’occupation.

Avancée des troupes russes près des centrales de Tchernobil en mars 2022.

Néanmoins, les Russes resteront sur place jusqu’au 29 mars en établissant quelques éléments de défense autour de la centrale, notamment en creusant des tranchées sur la périphérie sud. Qu’est-ce qui a poussé l’armée russe à envoyer quelques-unes de ses meilleures troupes sur un site hautement contaminé ? L’hypothèse la plus vraisemblable est qu’elle avait en projet d’empêcher les Ukrainiens de fabriquer une bombe nucléaire « sale » élaborée à partir de déchets radioactifs. Cette conjecture complotiste doit être examinée à l’aune des déclarations de Volodymir Zelensky le 18 février 2022 lors de la 58ème conférence de Munich sur la sécurité où il déclare très clairement que l’Ukraine est prête à remettre en question son statut de puissance non-nucléaire en menaçant de dénoncer le Mémorandum de Budapest. Le régime de Kiev avait-il déjà commencé à travailler à la mise au point d’une bombe atomique à partir des déchets radioactifs de la centrale de Tchernobyl ? On ne peut pas l’exclure, ni l’affirmer non plus, mais la question suivante au sujet de la prise de contrôle de la centrale d’Energodar apportera peut-être quelques éclaircissements.

Que s’est-il passé à Energodar ?

 

Ville située sur la rive gauche du Dniepr au sud de Zaporijia, Energodar est une cité moderne sur laquelle a été construite la plus puissante centrale nucléaire d’Europe. Comme Tchernobyl, la ville et la centrale d’Energodar passent sous contrôle russe – malgré le démenti du maire Dmitri Orlov – dès le 26 février. Dans un article daté du 25 mai 2022 le journaliste étatsunien du Wall Street Journal Laurence Summer affirme que le chef de l’AIEA (Agence internationale de l’Energie Atomique) Rafael Rossi aurait déclaré à Davos que la centrale nucléaire recelait 30 tonnes de plutonium et 40 tonnes d’uranium enrichi. Selon le degré d’enrichissement de ce dernier, il aurait été assez simple pour l’Ukraine de reconstituer tout un stock d’armes nucléaires avec le soutien occidental, ce qui était un risque que les Russes ne pouvait pas tolérer. Ce qui est sûr, c’est que dès le 4 mars, les forces spéciales ukrainiennes – peut-être assistées de SAS britanniques – tentent de reprendre le contrôle de la centrale afin d’empêcher le transfert en Russie des stocks de plutonium et d’uranium.

Selon le chercheur Thierry Meyssan « le plutonium est vendu entre 5 000 et 11 000 $ le gramme. 30 tonnes achetées au prix coûtant, cela représente 150 milliards de dollars. Le prix de l’uranium dépend de son degré d’enrichissement. À moins de 5 %, il ne peut être utilisé qu’à usage civil et doit atteindre au moins 80 % pour un usage militaire. Ignorant son degré d’enrichissement, on ne peut évaluer son prix. La saisie par la Russie de ce stock non-déclaré rembourse probablement l’ensemble des sanctions prises contre elles. »

Le président du Réseau Voltaire poursuit : « L’information dont nous disposons soulève plusieurs questions : depuis quand l’Ukraine, qui avait cédé à la Russie tous ses stocks de l’époque soviétique, détient-elle ces matériaux ? D’où viennent-ils et qui les a payés ? Subsidiairement : quel est le taux d’enrichissement de l’uranium et qui l’a enrichi ? ».

Ces questions restent en suspens et ne manquent pas d’interroger sur le rôle réel qu’a joué l’AIEA dans cette affaire.

Quid des laboratoires biologiques US ?

Dès la chute de Viktor Yanukovitch en 2014, l’OTAN renforce son emprise sur l’Ukraine et met en place un réseau d’une trentaine de laboratoires biologiques dont des documents récupérés par l’armée russe dès le début des opérations exposent qu’y étaient réalisées « des expériences extrêmement dangereuses visant à renforcer les propriétés pathogènes de la peste, de l’anthrax, de la tularémie, du choléra et d’autres maladies mortelles en recourant à la biologie de synthèse ». Les États-Unis, après avoir nié l’existence de ces laboratoires, ont affirmé qu’il s’agissait d’un programme visant à détruire les armes biologiques que l’Union soviétique aurait fabriquées et stockées en Ukraine. Pour la Russie au contraire, le Pentagone faisait sous-traiter en Ukraine – comme il le fait également en Géorgie, au Kazakhstan et ailleurs – des recherches sur des vecteurs biologiques interdits par la Convention sur l’interdiction des armes biologiques de 1972.

Malgré les tentatives américaines d’effacer toutes traces de ces recherches en ordonnant la destruction des souches et des documents y afférents dès le début de l’invasion, des sources russes affirment que des expériences auraient été menées sur des malades mentaux à l’hôpital psychiatrique n° 1 (dans la ville de Streletchyé, oblast de Kharkov) et qu’un agent tuberculeux aurait été manipulé pour infecter la population du district de Slavianoserbsk (République populaire de Lougansk). Ce qui semble avéré également serait la participation de Hunter Biden, fils du Président US, dans ces expériences comparables aux pires abominations nazies.

En effet, selon des médias états-uniens :

Environ un an après que les fonds d’investissement de Hunter Biden ont investi de l’argent dans Metabiota, des représentants de la société ont assisté à une réunion en octobre 2016 impliquant des responsables militaires américains et leurs homologues ukrainiens pour discuter de « la coopération dans la surveillance et la prévention des maladies infectieuses particulièrement dangereuses, y compris les maladies zoonotiques en Ukraine et dans les pays voisins ». Les contrats gouvernementaux corroborent également la relation de travail entre Metabiota, les laboratoires ukrainiens et le département américain de la Défense, l’entreprise ayant reçu une subvention de 18,4 millions de dollars de l’agence américaine en 2014.

Alors ? Complotisme ? Propagande russe ? Hystérie ? Nous vous laissons juge.

Où sont passés les 50 officiers français de Marioupol + autres officiers de l’OTAN) ?

La présence de milliers d’occidentaux dans les rangs de l’armée ukrainienne et cela bien avant le début du conflit, est parfaitement documentée : Instructeurs de l’OTAN, mercenaires, conseillers divers, forces spéciales… et il est même établi que notre Gendarmerie nationale a fourni quelques instructeurs aux FAU et peut-être même au régiment Azov, au moins durant l’année 2021.

Alors d’où vient cette rumeur sur la présence d’officiers français à Marioupol ? Dès la mi-mars 2022, l’encerclement de la ville est achevé et des rumeurs font déjà état de la présence de nombreux occidentaux (Canadiens, Britanniques, Américains, Français, Israéliens…) présents aux côtés des FAU et du célèbre régiment Azov qui défendent la ville. Le 30 mars, alors que les bruits enflent sur la présence de soldats français (des photos trouvées sur les réseaux sociaux montrent des insignes de la Légion étrangère française et des bérets verts trouvés dans les ruines de la ville), on apprend que le général Eric Vidaud, directeur du renseignement militaire est brutalement limogé alors qu’il n’est en poste que depuis 7 mois.

Durant tout le mois d’avril des pressions très fortes sont exercées par les occidentaux contre les Russes (le président français en première ligne sur ce sujet) pour obtenir un couloir humanitaire afin d’évacuer les « civils » de Marioupol. Devant le refus obstiné des Russes de laisser partir, non pas les civils mais les gros poissons (on a parlé d’un général canadien et d’un amiral US) enfermés dans l’usine Azovstal, plusieurs opérations de sauvetage par hélicoptères et même par voie maritime seront tentées et aboutiront toutes à des échecs sanglants. Selon les sources, entre 2 et 8 hélicoptères seront abattus lors des tentatives d’extraction. Lors de l’une d’entre elles, deux officiers français auraient été retrouvés morts dans la carlingue calcinée d’un des aéronefs.
Alors d’où vient cette rumeur sur la présence des 50 officiers français de Marioupol ?
L’affaire prend véritablement de l’ampleur lorsque le Secrétaire général du parti nationaliste turc VATAN, Özgür Bursal?, tient une conférence de presse au siège de son parti à Ankara le vendredi 22 avril 2022 en annonçant que « Macron avait laissé mourir plus de 50 officiers français en Ukraine ». Le Turc affirme tenir cette information de source russe de haut niveau.

Il est évident que ce type de révélation à quelques jours de la présidentielle française aurait eu un impact direct sur l’issue du scrutin et qu’il était crucial pour l’Élysée de maintenir le couvercle sur cette affaire, au moins jusqu’à l’issue de l’élection.

Quoi qu’il en soit, le 18 mai les derniers défenseurs d’Azovstal commencent à se rendre après deux mois de siège et de nombreuses vidéos circulent sur la Toile montrant le spectacle de la reddition. Si une photo présente de manière présumée l’amiral US Eric Olson (affirmation démentie par les médias aux ordres mais ni confirmée ni infirmée par l’armée russe), plus aucune trace de mercenaires ou d’officiers occidentaux n’apparaît dans la presse russe officielle. Seules les rumeurs continuent de plus belle sur les réseaux sociaux. Et parmi celles-ci, l’une d’entre elles affirme que les officiers de l’OTAN qui voulaient se rendre ont été exécutés par les fanatiques du régiment Azov qui ne voulaient pas entendre parler de reddition. Ce qui est certain, c’est que plusieurs centaines de cadavres (certaines sources parlent de plus de 200 corps) ont été retrouvés dans les sous-sols de l’usine dans des camions frigorifiques qui ne fonctionnaient plus. Des Français font-ils partie du lot ? Seuls les Russes ont la réponse à cette question. Sont-ils au contraire sortis vivants et feront-ils l’objet d’âpres négociations entre l’OTAN et le Kremlin lorsque la diplomatie reprendra ses droits ? Seul l’avenir nous le dira, peut-être…

Que s’est-il passé à Boutcha ?

Avec l’affaire de Boutcha, nous entrons clairement dans la propagande de guerre de bas étage et qui paradoxalement se démonte aujourd’hui plus facilement, grâce en partie aux réseaux sociaux, que les histoires de bébés crucifiés aux portes des granges par l’armée prussienne en 1914.

Il faut dire que dans cette affaire, la précipitation et l’amateurisme des faussaires ont permis d’éventer rapidement la supercherie.

Tout d’abord la chronologie même des événements ne colle pas avec la réalité : le 30 mars les soldats russes évacuent la ville et dès le lendemain, le 31 mars, le maire de Boutcha hilare devant une caméra, le confirme et précise même qu’il n’a aucun mort à déplorer dans sa ville ce dont il se réjouit, bien évidemment. Le même jour, les néo-nazis du régiment Azov entrent dans Boutcha et le 4 avril est publiée dans le New-York Times une photo satellite datée du 19 mars, qui montre une rue jonchée de cadavres. La photo, diffusée aux médias occidentaux, a été présentée comme preuve d’un « crime de guerre commis par les troupes russes en Ukraine ». Mais des experts établiront que la photo n’a pas été prise le 19 mars, quand l’armée russe se trouvait encore dans la ville mais le 1er avril, deux jours après qu’elle l’ait évacuée. La date et l’heure exacte de l’image ont été calculées par le programme SunCalc sur la base de l’inclinaison du soleil au-dessus de l’horizon et donc de la direction des ombres. Dans l’image satellite publiée par le New York Times, l’angle du Soleil est de 42 degrés. Cela signifie que la photo satellite a été faite à 11h57 GMT le 1er avril.

Par la suite, les expertises réalisées dans le cadre de l’enquête internationale chargée de démontrer la réalité du prétendu crime de guerre commis par la Russie, concluront au fait que la plupart des cadavres de Boutcha présentaient des blessures par des fléchettes contenues dans des obus utilisés par l’armée ukrainienne alors que les autorités de Kiev affirmaient que tous les civils avaient été exécutés avec des armes automatiques.

Fin de la manipulation et silence radio désormais sur les médias de grand chemin au sujet du « massacre de Boutcha ».

Que s’est-il passé à Kramatorsk ?

Dans cette autre affaire de manipulation où un missile a été lancé le 8 avril 2022 sur la gare de Kramatorsk juste après que les autorités ukrainiennes aient annoncé que des trains d’évacuation étaient à disposition des habitants et où une foule importante de civils était assemblée dans la gare (plusieurs dizaines de morts). Il y a là deux objectifs qui sont poursuivis : outre la volonté de présenter un agresseur russe commettant des crimes de guerre aux yeux de l’opinion publique mondiale, il y avait la volonté d’empêcher les populations du Donbass de quitter les villes où elles servent de bouclier humain aux FAU en les décourageant de partir par le train (pour les nombreuses familles qui ne disposent pas de véhicules).

Là encore, à l’heure des réseaux sociaux, après l’effet d’annonce, il est plus facile de faire circuler l’information et quelques minutes après l’attentat, une photo est reprise sur la Toile où l’on peut voir très nettement le numéro de série du missile Tochka-U (?91579 en russe) qui a frappé la gare ferroviaire. Ce missile provient d’un stock clairement identifié comme appartenant à l’armée ukrainienne. Seules les FAU disposent de missiles Tochka-U. L’armée russe n’utilise plus cette arme depuis 2019. Les Républiques Populaires de Donetsk et de Lugansk ne l’ont jamais utilisée. Il s’agit là de manière plus qu’évidente d’un crime de guerre accompli par le régime de Kiev contre sa propre population dans le but de blâmer la Russie.

Seuls ceux qui ne connaissent pas le degré de haine et de mépris dans lequel sont tenus les habitants du Donbass par les militants nationalistes et suprémacistes ukrainiens pourront s’étonner de voir une armée tirer délibérément sur son « propre » peuple.

L’île aux serpents (Ile Zmeiny)

Cet îlot minuscule situé en Mer Noire à une cinquantaine de kilomètres des côtes ukrainiennes et roumaines est d’une importance stratégique majeure dans le conflit actuel car la possession de ces arpents de terre permet à celui qui les contrôle de verrouiller l’accès à Odessa, c’est-à-dire au seul port dont dispose encore Kiev et surtout de surveiller toute la partie ouest de la Mer Noire où deux pays de l’OTAN sont présents, Bulgarie et Roumanie, cette dernière étant particulièrement active dans le conflit, notamment dans le cadre de la future très probable agression de l’OTAN contre la République Moldave du Dniestr, entité séparatiste pro-russe mieux connue sous le nom de Transnistrie et située entre la Moldavie et l’Ukraine.

Au-delà de l’intérêt stratégique pour le contrôle de cette île, il y a eu également des rumeurs sur la présence d’un laboratoire biologique sur l’île des Serpents mais les sources disponibles ayant relaté l’information sont plutôt sujettes à caution.

En revanche, la volonté de l’OTAN de reprendre le contrôle de cette île à tout prix découle clairement des moyens engagés – et perdus -. Petite chronologie des événements :

Dès le matin de l’offensive, le 24 février 2022, l’île est prise par la marine russe. Le récit de la prise de cet îlot stratégique sera l’occasion du premier bobard de guerre car selon le ministère ukrainien de la défense, les treize garde-frontières présents sur l’île auraient résisté jusqu’à la mort en refusant l’ultimatum d’un navire russe qui leur demandait de se rendre. Mais deux jours plus tard, la diffusion sur la Toile des photos de la reddition des gardes-frontières contraint les autorités ukrainiennes à annoncer que leurs soldats sont bien en vie et ont été capturés par les Russes. Une image satellite prise le dimanche 27 mars 2022 par Maxar Technologies montre l’île des Serpents dont certains bâtiments sont endommagés, ainsi qu’un navire de débarquement de classe Ropoutcha de la marine russe ancré près de l’île. Des frappes militaires russes ont donc bien eu lieu, mais d’ampleur limitée, en préalable à l’occupation de l’île. Fin mars 2022, les garde-frontières ukrainiens (il y en avait 82 et non pas 13) ont été libérés lors d’un échange contre des prisonniers russes détenus par l’Ukraine.

Le communiqué du Ministère de la Défense russe publié le 9 mai 2022 (date anniversaire de la victoire de l’Union soviétique contre l’Allemagne) fait état des faits suivants :

Selon les informations mises à jour, 6 hélicoptères Mi-8 et Mi-24 ont été détruits pendant la nuit près d’Artsiz dans la région d’Odessa près de l’aérodrome militaire de Chervonoglinskoe par des missiles de haute précision Onyks du système de missiles côtiers Bastion. …

Le 7 mai, sur ordre direct de Zelensky, l’état-major ukrainien, avec l’implication directe de conseillers américains et britanniques, a planifié une provocation majeure pour s’emparer de l’île de Zmeiny.

Au cours des deux derniers jours, le régime de Kiev a fait plusieurs tentatives désespérées d’assauts aériens et maritimes sur l’île de Zmeiny, qui est importante pour le contrôle de la partie nord-ouest de la mer Noire.

La provocation ukrainienne a été déjouée grâce à l’action compétente d’une unité des forces armées russes sur l’île. L’ennemi a subi de lourdes pertes.

4 avions ukrainiens, dont 3 Su-24 et 1 Su-27, 3 hélicoptères Mi-8 avec des parachutistes à bord, et 1 hélicoptère Mi-24 ont été abattus en vol pendant que l’armée repoussait les attaques contre l’île de Zmeiny.

En deux jours, 29 drones ukrainiens ont été abattus en vol, dont 8 drones d’attaque Bayraktar TB-2. De plus, 4 drones Bayraktar ont été abattus cet après-midi.

Par ailleurs, trois bateaux d’assaut amphibies ukrainiens blindés transportant du personnel de la marine ukrainienne ont été détruits lors d’une tentative de débarquement dans la nuit du 8 mai.

Suite à la provocation irréfléchie de Zelensky, plus de 50 saboteurs ukrainiens ont été tués en mer et sur la côte lors du débarquement et des tentatives de consolidation sur l’île.

24 corps de militaires ukrainiens morts ont été abandonnés sur le rivage de l’île de Zmeiny.

Côté russe, les pertes sont également sensibles puisqu’au moins deux navires de la Flotte de la Mer Noire ont été coulés (probablement par les missiles sol-mer ou air-mer) soit à proximité immédiate de l’île, soit au large de celle-ci.

Il est peu probable que les restes archéologiques du temple d’Achille découvert sur cette île pélagienne soient la raison principale des moyens très lourds engagés par les deux parties pour conserver ou reprendre le contrôle de ce bout de terre aride. Sa position-clé à une époque où les radars, la guerre électronique et les missiles à capacité stratégique jouent un rôle majeur dans la conduite de la guerre, suffit largement à expliquer l’intérêt majeur que représente ce bout de terrain situé aux confins des frontières de l’OTAN dans la guerre en cours entre la Russie et l’Occident.

Enfin pour conclure et au rebours de certains propagandistes pro-russes exagérément optimistes, et malgré les succès tactiques de l’armée russe obtenus dans le Donbass depuis son repositionnement du mois d’avril et son indubitable supériorité aérienne et de capacité d’artillerie, la lenteur extrême de l’avancée russe sur le front est et la stagnation quasi complète sur les autres fronts démontrent que le Kremlin ne pourra échapper à une mobilisation générale s’il veut l’emporter. La guerre d’Ukraine est une guerre existentielle pour la Russie comme pour l’Occident. Nous n’en sommes qu’au début et les peuples d’Europe n’ont pas fini de souffrir. Sursum corda !


Moment où deux avions de chasse ukrainiens bombardent l’île aux serpents occupée par la Russie

Au moment où deux avions de combat ukrainiens Su-27 Flanker bombardent l’île aux serpents occupée par la Russie, provoquant deux explosions secondaires majeures

(Dayly Mail,le 7 mai 2022)

  • Des images diffusées samedi montrent des Su-27 Flankers de l’armée de l’air ukrainienne frappant des installations russes lors d’un bombardement à grande vitesse de Snake Island
  • Un drone ukrainien Bayraktar TB2 a capturé deux Su-27 volant à basse altitude depuis le sud, larguant plusieurs bombes ainsi que des fusées éclairantes de contre-mesure infrarouges
  • Le raid audacieux a semblé frapper directement le complexe principal de l’île et les bâtiments au-dessus de la jetée
  • Après les frappes initiales, il semble y avoir au moins deux explosions secondaires majeures, ce qui pourrait signifier que les bombes ont touché une zone de munitions
  • L’incroyable attaque survient après que l’Ukraine a affirmé qu’un drone TB2 avait détruit un navire de débarquement russe sur Snake Island

 

 

 

Des images incroyables capturent le moment où deux avions de chasse ukrainiens ont bombardé l’île aux serpents occupée par la Russie.

Des images diffusées samedi montrent des Su-27 Flankers de l’armée de l’air ukrainienne en train de frapper des installations lors d’un bombardement à grande vitesse de Snake Island, qui a été saisi par les forces russes plus tôt cette année.

Un drone ukrainien Bayraktar TB2 a capturé deux Su-27 volant à basse altitude au-dessus de l’île depuis le sud, avant de larguer plusieurs bombes et fusées éclairantes de contre-mesure infrarouge, a rapporté TheDrive.com.

L’approche sud de l’île était une mesure stratégique des forces ukrainiennes, car les défenseurs russes sur l’île se concentreraient très probablement sur la recherche du nord et de l’ouest vers la côte ukrainienne, selon The Drive.

 

Des images diffusées samedi montrent des Su-27 Flankers de l’armée de l’air ukrainienne frappant des installations russes lors d’un bombardement à grande vitesse de Snake Island

Moment où deux avions de chasse ukrainiens bombardent l’île aux serpents occupée par la Russie

 

Un drone ukrainien Bayraktar TB2 a capturé deux Su-27 volant à basse altitude depuis le sud, larguant plusieurs bombes ainsi que des fusées éclairantes de contre-mesure infrarouges

Le raid audacieux a semblé frapper directement le complexe principal de l’île et les bâtiments au-dessus de la jetée.

Après les frappes initiales, il semble y avoir eu au moins deux explosions secondaires majeures, ce qui pourrait signifier que les bombes ont touché une zone de stockage de munitions ou de carburant, a rapporté The Drive.

L’attaque audacieuse vient après l’ukraine revendiqué un drone TB2 a détruit un navire de débarquement russe sur l’île.

Samedi, l’Ukraine a montré une vidéo prétendant être un drone militaire frappé sur un navire de débarquement russe fournissant un système de missiles anti-aériens TOR à Snake Island.

Les images semblent montrer la destruction d’une grande péniche de débarquement de type Serna lors d’une frappe aérienne.

« Les unités ennemies restant sur Snake Island restent sans couverture aérienne et seront détruites et brûlées comme des cafards ou des sauterelles », a déclaré le responsable ukrainien Anton Gerashchenko.

D’autres rapports ont indiqué que la péniche de débarquement avait été touchée par un drone militaire ukrainien Bayraktar TB2.

Moment où deux avions de chasse ukrainiens bombardent l’île aux serpents occupée par la Russie

 

Le raid audacieux a semblé frapper directement le complexe principal de l’île et les bâtiments au-dessus de la jetée

Moment où deux avions de chasse ukrainiens bombardent l’île aux serpents occupée par la Russie

 

Après les frappes initiales, il semble y avoir au moins deux explosions secondaires majeures, ce qui pourrait signifier que les bombes ont touché une zone de munitions ou de carburant.

Moment où deux avions de chasse ukrainiens bombardent l’île aux serpents occupée par la Russie

 

Cette image satellite prise par Planet Labs PBC montre une épaisse fumée noire s’élevant après une frappe présumée de drone ukrainien sur des positions russes sur Snake Island, en Ukraine, dans la mer Noire

Moment où deux avions de chasse ukrainiens bombardent l’île aux serpents occupée par la Russie

 

La grande péniche de débarquement de type Serna quelques instants après la frappe du missile par le drone Bayraktar TB2. « Les unités ennemies restant sur Snake Island restent sans couverture aérienne », ont déclaré les Ukrainiens

Des images en noir et blanc montraient de petites figures humaines se déplaçant sur le navire de débarquement quelques instants avant qu’un éclair blanc n’envahisse l’engin. Les personnages continuent de se déplacer sur l’engin après qu’il ait été touché.

Les images montraient également une attaque contre un bâtiment sur Snake Island. Ce qui semble être du personnel russe est vu en train de patrouiller autour du bâtiment lorsqu’il est lui aussi soufflé du ciel.

Les images de l’impact sur le navire n’étaient pas datées. Après la grève, on a vu des gens se déplacer sur le navire.

La classe Serna – désignation russe Projet 11770 – est un type de péniche de débarquement à cavité d’air construite pour la marine russe. Douze bateaux ont été construits entre 1994 et 2014.

En mars, les forces russes ont lancé une invasion à grande échelle de l’île, située à quelques kilomètres de la côte roumaine.

Moment où deux avions de chasse ukrainiens bombardent l’île aux serpents occupée par la Russie

 

 

L’île est stratégiquement importante car elle permet à la Russie de revendiquer des eaux territoriales s’étendant sur 12 milles marins au large.

Ils couvrent d’importants canaux de navigation vers les villes portuaires d’Odessa, Mykolaïv et Kherson.

Après avoir pris l’île, la Russie a coupé les canaux de navigation, isolant l’Ukraine des marchés internationaux et privant son économie de revenus commerciaux vitaux alors qu’elle cherche à se défendre.

En mars, un Un clip audio a été partagé en ligne d’un officier d’un navire militaire russe disant aux gardes ukrainiens gardant Snake Island de « déposer les armes immédiatement pour éviter des effusions de sang et des morts injustifiées », ajoutant « sinon vous serez bombardé ».

On peut alors entendre les gardes parler entre eux, se mettre d’accord « ça y est », avant de répondre à la marine russe en disant : « Navire de guerre russe, va te faire foutre ».

Source Dayly Mail 


 

 

Par Emmanuel Leroy

Président de l’Institut 1717 – Pour une nouvelle alliance franco-russe


 

UNE INVITATION À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE

 

Troisième Guerre Mondiale en préparation:Les Américains ont coulé le navire amiral russe Moskva et les représailles russes sont inévitables

La vengeance trop faible attire un second crime. Jean Racine

Pour comprendre le naufrage du Moskva et les représailles imminentes russes contre les États-Unis, il faut d’abord savoir que tout dirigeant national désireux de prendre des mesures militaires audacieuses a d’abord besoin du soutien de son propre peuple. En 1941, le gouvernement américain  a laissé Pearl Harbor se produire (le gouvernement américain était au courant et l’a même provoqué) afin de créer le soutien émotionnel nécessaire à l’entrée des États-Unis sur le théâtre de guerre du Pacifique).

L’attaque de Pearl Harbor a été le 1er “11 septembre” de la Seconde Guerre mondiale. Et tout comme pour le “11 septembre”, le gouvernement américain était parfaitement informé de cette attaque et a permis qu’elle ait lieu afin de faire de provoquer ce drame et de susciter une réaction émotionnelle forte du peuple américain qui l’amènerait à exiger des représailles immédiates et féroces contre le Japon.

 

Il a désormais été révélé que l’armée américaine a dirigé toute l’opération visant à couler le Moskva, y compris la position du navire par un avion de surveillance P-8 Poseidon, qui a ensuite transmis les informations et informations de tir aux Ukrainiens, tous formés par l’armée américaine.vidéo

Ainsi, les États-Unis ont fourni les armes, la formation, le suivi et la solution de tir pour couler le Moskva.

Tout ce que l’Ukraine a fait, c’est essentiellement d’appuyer sur le bouton de tir. C’est tellement évident que l’information est même rapportée par le UK Daily Mail :

Un avion de surveillance maritime américain survolait la mer Noire quelques minutes avant que le navire amiral russe Moskva ne soit “touché par des missiles ukrainiens”.

Un avion de surveillance P-8 Poseidon patrouillait la côte avant l’attaque.

L’avion de haute technologie peut repérer les navires au radar à une distance de plus de 100 miles…

La marine américaine a utilisé son nouvel avion de surveillance pour fournir des données de ciblage précises aux forces ukrainiennes afin de couler le navire amiral russe dans la mer Noire, le Moskva, le 13 avril 2022.

En coulant le Moskva, les États-Unis ont offert à Poutine quelque chose qui s’apparente au “moment Pearl Harbor de la Russie” :

Poutine peut affirmer à son peuple que les États-Unis ont lancé une attaque contre la marine russe, coulant l’un de ses navires et tuant des centaines de personnes. Cette nouvelle a, bien entendu, été diffusée dans tous les médias russes, ce qui a renforcé le soutien national à Poutine.

Tout comme pour Pearl Harbor aux États-Unis, le peuple russe exige désormais une “revanche” sur ses agresseurs, les États-Unis. En effet, les États-Unis viennent de donner à Poutine la dernière pièce du puzzle dont il avait besoin pour lancer des frappes nucléaires de représailles contre l’Occident.

La Russie dévoile l’imparable ICBM RS-28 Sarmat (Satan 2) pouvant transporter jusqu’à 15 têtes nucléaires MIRV.

 

Les russes développent aussi de nombreux missiles.

Ce n’est pas une coïncidence si la Russie vient de procéder au lancement d’essai de son ICBM RS-28 Sarmat (Satan 2), qui peut transporter jusqu’à 15 têtes nucléaires MIRV. Il s’agit de véhicules de rentrée indépendants, chacun transportant une ogive nucléaire des centaines de fois plus grosse que les bombes atomiques utilisées sur le Japon pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le RS-28 transporte également des missiles hypersoniques (HGV) qui planent à des vitesses extrêmes tout en manœuvrant vers leurs cibles, échappant ainsi à tous les systèmes défensifs des États-Unis. En d’autres termes, les États-Unis sont totalement sans défense pour empêcher les armes nucléaires russes de frapper des cibles basées aux États-Unis.

Il faut environ 30 minutes à l’un de ces ICBM pour se rendre de Moscou à New York. Si Poutine en lançait un, les habitants de New York n’auraient aucun avertissement, puisque le gouvernement américain, traître et occupant, ne prendrait certainement pas la peine de prévenir qui que ce soit s’il ne lui reste que quelques minutes pour évacuer.

Ainsi, à tout moment, des millions d’Américains ne sont qu’à 30 minutes de l’anéantissement total.

La Russie pourrait même, théoriquement, lancer un missile doté d’une détonation EMP à haute altitude, plongeant les États-Unis dans une existence de l’âge des ténèbres du XIXe siècle, dans laquelle environ 90 % de la population mourrait en l’espace d’un an environ à cause de la famine de masse, de l’effondrement, de la violence, des maladies, etc.

Le RS-28 Sarmat est capable de transporter environ 10 tonnes de charge utile pour 10 ogives MIRV lourdes ou 15 ogives MIRV légères, ainsi qu’un nombre non spécifié de missiles hypersoniques Avangard (HGV) ou une combinaison d’ogives. Il transporte également plusieurs contre-mesures contre les systèmes de missiles antibalistiques.

 

Le ministère russe de la Défense a déclaré que ce missile était la réponse de la Russie au système américain Prompt Global Strike.

Alors que le Pentagone s’est concentré sur la création d’équipages d’hélicoptères gays et de soldats transgenres, la Russie a conçu des systèmes de livraison d’armes hautement efficaces et detrès haute technologie, tels que des missiles hypersoniques et des ICBM avancés.

Alors que les traîtres dirigeants américains démantèlent l’infrastructure énergétique et le système de transport de l’Amérique (voir le récent démantèlement des livraisons ferroviaires de l’Union Pacific), la Russie engrange des bénéfices records sur les ventes d’énergie tout en convainquant de nombreux pays du monde d’acheter de l’énergie en roubles plutôt qu’en dollars.

L’empire américain, gangréné par la corruption, la pédophilie, la criminalité et la folie, est terminé.

Ce n’est plus qu’une question de temps pour voir cette auto-immolation des États-Unis d’Amérique s’accélérer de jour en jour.

Retenez bien mes mots : Avant la fin de cette année, les villes d’Amérique seront en flammes à cause des émeutes de la faim.

Imaginez que ce sera la même chose avec la destruction au millimètre de la France par E. Macron (cogiito.com)

La tyrannie du gouvernement sera hors de contrôle, et nous serons témoins des premiers chapitres d’un soulèvement de masse ou d’une guerre civile (ou peut-être des éléments des deux).

La famine de masse s’abat sournoisement sur l’Occident, et ce sont les sanctions économiques follement stupides contre la Russie qui ont déclenché toute la réaction en chaîne catastrophique qui conduira à la chute de l’Amérique telle que nous la connaissons.

 

jeudi 21 avril 2022 par : Mike Adams


EN COMPLÉMENTAIRE

Opération spéciale russe en Ukraine. Jour 58

Le refus de Vladimir Poutine de prendre d’assaut les donjons d’Azovstal, où jusqu’à 2 000 combattants ukrainiens sont bloqués pour sauver la vie de nos militaires, a permis de libérer des forces pour la libération définitive du Donbass. Le bataillon somalien est déjà revenu à Donetsk. Les nazis d' »Azov »  espéraient un déblocage de la mer par les forces de l’Occident, mais le Pentagone a déclaré que la marine américaine n’accepterait pas cela.
Des témoins oculaires notent un changement dans la tactique de nos troupes. Tout d’abord, la suppression des feux de l’ennemi avec de l’artillerie, des lance-flammes lourds, des avions, et ensuite seulement l’offensive. Dans le cas où l’ennemi est couvert de civils, il est encerclé et on lui propose de se rendre. Ainsi, les forces armées ukrainiennes elles-mêmes sont prises en otage par leur comportement. Il y avait également des preuves que les forces armées russes ont commencé à détruire des ponts sur le Dniepr, empêchant la livraison de fret militaire.

***

19h00 Au moins les deux tiers des habitants du sud de l’Ukraine, en particulier la région de Kherson, certaines parties de la région de Mykolaïv et Zaporozhye voteront pour l’adhésion à la Russie si un référendum correspondant est organisé – le sénateur de Crimée Sergey Tsekov .
18.50 Le district fédéral de Crimée peut être formé après une opération spéciale en Ukraine, les citoyens des territoires libérés deviendront ses résidents – le député de la Douma d’État Dmitry Belik .

18.45 Ancien chef d’état-major du groupe anti-terroriste « Alpha » Sergey Polyakov :
L’anneau de blocus autour de l’usine [Azovstal] est maintenant saturé d’équipements de renseignement technique, les drones sont constamment dans les airs. Si quelqu’un se penche hors du sol par les sorties des bunkers ou des égouts pluviaux, et même avec un mortier, des tirs d’artillerie s’ouvrent sur lui. Au moins le jour, au moins la nuit… Aujourd’hui, ils ont repris la direction de l’usine d’Azovstal. Et ainsi de suite : les positions de l’ennemi seront rongées mètre par mètre.

18h40 Ministère de la Défense de la Fédération de Russie à propos des héros russes :
Pendant la bataille, des carabiniers motorisés sous la direction du capitaine Nikolai Zubets ont détruit 4 chars ennemis, 6 véhicules de combat d’infanterie et 2 points de mitrailleuses équipés, et la colonie a été libérée. Plus tard, Zubets a personnellement détruit l’escouade de main-d’œuvre ennemie et 3 véhicules blindés de transport de troupes au combat, et a également organisé l’évacuation des blessés.
À 18 h 35, les forces armées ukrainiennes ont bombardé Horlivka trois fois en quatre heures, ainsi que la colonie Shirokaya Balka en RPD, tirant cinq grenades AGS, quatre mines de calibre 82 mm, trois grenades RPG et des armes légères ont également été utilisées.

18h30 Correspondant militaire  :
Un détachement de volontaires de Kalmoukie est arrivé sur le territoire ukrainien pour participer à une opération militaire spéciale de dénazification. L’équipe a des combattants expérimentés. Parmi eux se trouve le député de l’Assemblée de la ville d’Elista Chimid Dzhangaev , qui a traversé de nombreux points chauds dans le cadre des forces spéciales des Forces aéroportées.
18.25 Les lettres sur le danger de la circulation sur le pont de Crimée sont fausses, les informations ne correspondent pas à la réalité et sont lancées par les services spéciaux ukrainiens – les autorités.
18.20 La commission d’enquête de la Fédération de Russie a ouvert un dossier contre la direction des centres de détention de Kiev, Poltava, Kropyvnytskyi sur les faits de mauvais traitements infligés aux militaires russes capturés.
18.10 Readovka : Les Américains ont annoncé une semaine de rassemblements contre le plus grand fabricant d’armes au monde, Lockheed Martin, qui profite le plus de la guerre et des effusions de sang. Les militants exigent de rediriger la production vers une industrie plus pacifique et plus utile, ainsi que d’arrêter l’injection sans fin de l’argent du budget américain dans la production d’armes pour l’Ukraine et les guerres dans d’autres pays.
18.00 Les États-Unis sont prêts à toute mesure pour « tenir la Russie responsable » de la situation autour de l’Ukraine, à l’exception d’une confrontation militaire directe – la Maison Blanche.
17h50 La station de base de l’Internet mobile et des communications mobiles a été lancée à Marioupol du ministère des Communications de la RPD.
17h40 Des chartes secrètes et des manuels de formation de l’armée américaine ont été trouvés à la base d’Azov près de Marioupol, en particulier pour les unités de renseignement – RIA Novosti.
17.30 Une affaire pénale a été ouverte sur le fait de l’exploitation minière par l’armée ukrainienne de la bande côtière de la mer d’Azov en RPD, à partir de laquelle six personnes ont été tuées – Comité d’enquête de la Fédération de Russie.
17h20 Dans la ville libérée de Berdyansk, la vie politique se réveille : les habitants, drapeaux rouges à la main, organisent un rassemblement dans le centre-ville en l’honneur de l’anniversaire de Vladimir Lénine.
17.10 Le chef de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a publié une vidéo dans laquelle un habitant âgé du village de Staraya Krasnyanka de la LPR demande de lui donner un drapeau tchétchène avec l’image du premier président de la Tchétchénie, Akhmat-Kh Adji Kadyrov, promet de le « conserver dignement » et de le transmettre aux « enfants ».
17h00 Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Zhao Lijian a répondu à une question de la presse sur le programme biologique américain :

Les États-Unis n’ont pas encore fourni d’explication convaincante pour leur guerre biologique. Il y a beaucoup de points flous et contradictoires dans les discours américains, ce qui accroît encore l’inquiétude de la communauté internationale. Par exemple, combien de centres de collaboration biologique américains existe-t-il dans le monde ? Combien d’échantillons biologiques les États-Unis ont-ils prélevés dans le cadre de l’accord avec l’Ukraine ? Quel en est l’usage? Quel type d’informations secrètes la partie ouzbèke ne doit-elle pas divulguer dans le cadre de l’accord ? Les États-Unis ont-ils effectué des recherches dangereuses à l’étranger qui sont interdites aux États-Unis ?

16h50 Lavrov : déclarations de représentants ukrainiens de toutes sortes, dont le président et ses conseillers, qui laissent entendre qu’ils n’ont pas du tout besoin de  négociations, qu’ils se sont résignés à leur sort.
16h40 À Nova Kakhovka (région de Kherson), la bannière de la victoire, les drapeaux de la Russie et de l’URSS ont été hissés. La région est sous le contrôle total de la Fédération de Russie. Plus tôt, la bannière de la victoire a été installée sur le Walk of Fame à Kherson.
16h30 Dans l’un des plus grands arsenaux des forces armées ukrainiennes en Europe, qui est passé aux troupes russes dans la zone NVO, à Balakliya, des mines de l’OTAN de 60 mm ont été trouvées – le commandant militaire Alexander Kots.
16.20 Environ 3 000 prisonniers de guerre des Forces armées ukrainiennes sont actuellement détenus en RPD – ministre de la Justice de la République Yuri Sirovatko .
16.10 Le régime de Kiev a distribué 300 000 armes légères à la population civile, cela pourrait conduire à un chaos incontrôlable – porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.
16h00 Au cours de la semaine, la Garde nationale du sud de l’Ukraine a arrêté 91 membres du mouvement nationaliste.
15h50 Toutes les chaînes de télévision incluses dans les premier et deuxième bouquets du multiplex russe sont devenues disponibles à Kherson le 22 avril. En particulier, Channel One, toutes les chaînes du VGTRK (Rossiya 1, Rossiya 24, Kultura), Match-TV, NTV, Channel Five, Karusel, OTR et TVC ont été lancés à partir du premier multiplex, ainsi que REN-TV, Spas, STS, Domashny, TV-3, Friday, Zvezda, Mir, TNT, Muz-TV – à partir du deuxième bouquet. De plus, la radio « Vesti FM » fonctionne.
15h40 La 36e brigade de marine d’Ukraine a perdu plus de 700 personnes tuées, blessées et portées disparues à Marioupol, a déclaré à RIA Novosti le chef du service médical de la brigade, qui a décidé de déposer les armes.
15h35 Poutine, dans une conversation avec le président du Conseil européen Charles Michel, a attiré son attention sur les actions des dirigeants de la plupart des pays de l’UE, qui se livrent à la russophobie, y compris dans la culture et le sport.
15h30 The Guardian, citant le Premier ministre britannique Johnson :
Des dizaines de soldats ukrainiens suivent une formation militaire au Royaume-Uni et apprennent à utiliser les véhicules blindés de transport de troupes britanniques. En outre, des instructeurs britanniques ont commencé à former des Ukrainiens en Pologne sur l’utilisation du système de défense aérienne Starstreak, qui devrait être remis à l’Ukraine dans un proche avenir.
15.20 La commission d’enquête de la Fédération de Russie enquête sur le fait que Tochka-U a été bombardé par les forces armées ukrainiennes dans un hôpital de campagne du Donbass.
15.10 Loukachenka a déclaré qu’à son avis, les sanctions de l’Occident contre la partie biélorusse seraient renforcées.
15h00 Le ministère de la Défense de la Fédération de Russie a publié une vidéo du lancement de missiles Kalibr de haute précision sur l’infrastructure militaire de l’Ukraine. L’armée a lancé une frappe de haute précision avec quatre missiles de croisière depuis une frégate en mer Noire.
14.55 L’aspect historique de la Place Rouge doit être préservé. Déclaration des organisations patriotiques populaires de Russie :

Le but des actions de la Russie est de protéger les citoyens des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk et de libérer l’Ukraine du joug de Bandera. En fait, l’opération spéciale de l’armée russe en Ukraine peut être considérée comme une continuation des événements de la Grande Guerre patriotique…La tombe du commandant suprême de l’Armée rouge victorieuse  Staline,  les lieux de sépulture près du mur du Kremlin de généraux soviétiques exceptionnels, de grands scientifiques, des premiers cosmonautes et d’organisateurs remarquables de l’économie nationale sont cachés. Nous appelons le président de la Fédération de Russie V.V. Poutine pour préserver l’aspect historique de la Place Rouge lors de la célébration du Jour de la Victoire du peuple soviétique dans la Grande Guerre patriotique.

14h50 Le sénateur Kosachev n’exclut pas que les Russes doivent être évacués des pays occidentaux face à la montée de la russophobie.
14h40 L’une des mines posées par les forces de sécurité ukrainiennes dans la mer Noire s’est avérée clouée par les vagues sur la côte de la ville de Yuzhnoye, région d’Odessa n – médias.
14h30 Macron : La France enverra des montures d’artillerie automotrices Caesar de 155 mm en Ukraine.
14.20 Les réfugiés d’Ukraine à Varsovie se sont vu proposer de donner un faux témoignage sur les crimes du personnel militaire russe à Bucha, dans la région de Kiev, pour un séjour confortable dans l’Union européenne, a déclaré le citoyen tadjik Timur Khagainazarov, qui a quitté l’Ukraine pour Varsovie.
14.15 À Gostomel, le temple de l’UOC du Patriarcat de Moscou a été incendié – le commandant militaire Kots.
14h10 Ministère de la Défense de la Fédération de Russie à propos des héros russes :
Une brigade de fusiliers motorisés distincte sous le commandement du colonel Azatbek Omurbekov a vaincu l’ennemi et occupé la ligne de défense. En trois semaines, sous la direction d’Omurbekov, plus de 50 attaques ennemies ont été repoussées sur la ligne occupée à l’aide de chars, de véhicules de combat d’infanterie et d’artillerie lourde.
14h00 Environ 15% du parc de logements de Marioupol, qui a été endommagé pendant les hostilités, ne peut pas être restauré – le maire de la ville Konstantin Ivashchenko . Le ministère de la Construction de la RPD a commencé à évaluer l’état des maisons et des infrastructures civiles. Le premier sera de restaurer les maisons avec un minimum de dégâts.
13.50 Un employé de l’OSCE détenu dans la RPL a avoué avoir transféré des informations classifiées à des services de renseignement étrangers, une affaire de trahison a été engagée – le ministère de la Sécurité d’État de la RPL.
13.45 La Fédération de Russie est prête à tout moment à introduire un régime de silence pour l’évacuation des citoyens, s’ils sont à Azovstal, le début d’une pause humanitaire sera la levée de drapeaux blancs par des formations ukrainiennes – le ministère de la Défense de la Fédération Russe.
13.40 Poutine a discuté avec les membres permanents du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie des questions de coopération dans l’espace post-soviétique.
13h30 Voenkor Kotenok à propos d’une tentative de percer les chars des Forces armées ukrainiennes : l’Ukraine tente de contre-attaquer dans la direction Kharkiv-Belgorod, agissant en petits groupes selon des tactiques et des stratégies développées par le Pentagone spécifiquement pour l’Ukraine. De petits groupes mécanisés autonomes renforcés par des véhicules blindés disposent de communications par satellite, des drones liés à l’artillerie pour corriger les coupe-feu et fonctionner de manière autonome.
13h20 Borrell : Poutine dit non aux pourparlers sur l’Ukraine.
13.10 Une affaire pénale a été ouverte contre l’opposant libéral Vladimir Kara-Murza pour diffusion de fausses informations sur l’armée russe.
13h00 Ministère des Communications de la RPD : une station de base de l’opérateur « Phoenix » a été installée à Marioupol, des améliorations des communications dans la ville sont attendues dans les semaines à venir.
  12h55 , les Forces armées ukrainiennes à 12h00. et 12h15 tiré sur le district Kuibyshevsky de Donetsk et Yasinovataya, tirant cinq mines de calibre 120 mm et cinq roquettes du Grad MLRS.
12h50 Commandant adjoint du district militaire central, le général de division Rustam Minnekaev :
Les médias parlent maintenant beaucoup de certains échecs de nos forces armées. Mais ce n’est pas. Dans les premiers jours de la guerre, la tactique des unités ukrainiennes était calculée sur le fait qu’après avoir avancé, des groupes séparés de troupes russes tombent dans des embuscades préparées à l’avance et subissent des pertes. Mais les forces armées russes s’y sont très vite adaptées et ont changé de tactique.
12h40 Voenkor Kotenok publie les premiers détails sur la tentative de percer la colonne de chars des forces armées ukrainiennes sur le territoire de la Russie :
Aujourd’hui à 6 h 30, les forces armées ukrainiennes ont tenté de percer dans la région de Goptovka. L’équipement a été déplacé de la colonie. Svetlichnoye vers Kazachya Lopan. Les forces armées de la Fédération de Russie ont enregistré une colonne de jusqu’à 15 véhicules blindés. Le feu a été ouvert, à la suite de quoi 6 unités ont été touchées et détruites par des systèmes de missiles antichars, les autres étant visées par le MLRS.
12h30 Les forces de la RPD ont pris le contrôle du centre de télévision de Marioupol, la diffusion sera conduite vers le sud de la république et vers le territoire de Zaporozhye.
12h20 Chef de l’autonomie nationale-culturelle régionale des Tatars de Crimée Eyvaz Umerov :
Les habitants des régions de Kherson et d’Azov des régions de Zaporozhye en Ukraine, qui appartenaient autrefois à la province de Taurida avec la Crimée, et plus tôt au khanat de Crimée, déclarent leur désir de retourner en Russie, car ils ne veulent plus être sous le joug des nationalistes ukrainiens. La Crimée joue un rôle central dans l’intégration économique et juridique des régions du sud de l’Ukraine. Par conséquent, je vois qu’il est nécessaire de restaurer le district fédéral de Crimée, qui pourrait à l’avenir inclure les régions du sud de l’Ukraine.
12.10 Commandant adjoint du district militaire central, le général de division Rustam Minnekaev : « Apparemment, nous sommes maintenant en guerre avec le monde entier, comme ce fut le cas lors de la Grande Guerre patriotique, toute l’Europe, le monde entier était contre nous. Et maintenant c’est pareil, ils n’ont jamais aimé la Russie. 12h00 Voenkor Kotenok : des informations sont reçues sur une tentative d’effraction en Russie par des chars ukrainiens. L’incident s’est produit dans la région de Goptovka (un poste de contrôle frontalier à la frontière ukraino-russe dans le district de Dergachev de la région de Kharkiv). 10 chars ukrainiens ont été impliqués, 8 ont été détruits, 2 refoulés.
 11 h 50, les forces armées ukrainiennes ont bombardé la zone du village de la mine Komsomolets à Gorlovka, tirant six mines d’un calibre de 120 mm – le bureau de représentation de la DPR au JCCC.
11.40 Le contrôle du sud de l’Ukraine donnera aux forces armées russes un débouché supplémentaire vers la Transnistrie, où « il y a des faits d’oppression de la population russophone » – Commandant adjoint du district militaire central Rustam Minnekaev.
11 h 35 DPR NM : Au cours des dernières 24 heures, les militaires de la DPR ont détruit 59 nationalistes ukrainiens, un lance-roquettes multiple BM-21 Grad 122 mm, un BMP et un véhicule blindé de transport de troupes. Un char, deux mortiers de 120 mm, un véhicule blindé et un véhicule cargo ont été capturés.
11h30 Le fondateur d’Azov, Andriy Biletsky, menace de tuer des civils qui se rendront le 9 mai au rassemblement du Régiment immortel à Marioupol : « Des missiles ukrainiens à longue portée, tels que Tochka-U, y parviennent parfois. Par conséquent, je ne risquerais pas de détenir des «régiments immortels» et autres.
11h30 FOM : La majorité des Russes (81%) évaluent positivement le travail du président Vladimir Poutine, 10% évaluent négativement le travail du président, à peu près le même nombre a du mal à répondre. Une semaine plus tôt, 77 % évaluaient positivement le travail du président, 12 % négativement. 79% des Russes font confiance à Poutine (76% une semaine plus tôt), 12% de la population ne lui font plutôt pas confiance (14% la semaine dernière), 9% ont eu du mal à répondre.
11.20 Les forces armées russes au cours de la deuxième phase de l’opération spéciale prévoient d’établir un contrôle total sur le Donbass et le sud de l’Ukraine, afin de fournir un couloir vers la Crimée – Commandant adjoint du district militaire central, le général de division Rustam Minnekaev.
11h15 Ministère russe de la Défense : L’aviation opérationnelle et tactique a frappé 58 installations militaires de l’Ukraine, dont 4 postes de commandement.
11.05 L’ex-président du Parlement de Novorossia Oleg Tsarev à propos des menaces de Kiev de frapper le pont de Crimée :
S’ils en ont l’occasion, ils appliqueront ces systèmes sans hésitation. Et pas seulement le long du pont de Crimée, mais aussi sur le territoire de la Crimée elle-même, ainsi que dans les régions intérieures de la Russie, jusqu’aux grandes villes. Optimal pour Kiev, en termes de création d’un effet de propagande et de satisfaction maximale des sponsors – dans les deux capitales, principalement à Moscou et dans la région de Moscou. Loin, mais cela aura l’air très symbolique.
11h00 Dans la région d’Aleksandrovka, le poste de commandement et la zone de concentration de la main-d’œuvre et de l’équipement militaire ukrainien ont été vaincus, jusqu’à 80 nationalistes ont été détruits, 23 unités de véhicules blindés et de véhicules – Konashenkov.
10.55 Les universités russes ont accepté plus de 400 étudiants d’universités étrangères qui ont abandonné en raison de « pressions à motivation politique ». La plupart des étudiants sont rentrés dans leur pays d’origine depuis la République tchèque, l’Ukraine, la Pologne, la Grande-Bretagne et les États-Unis.
10h50 Ministère de la Défense de la Fédération de Russie : Un S-300 ukrainien est détruit près de Novoselka.
10h45 Le correspondant militaire de RT Murad Gazdiev à propos des nationalistes bloqués à Marioupol :
Maintenant ils [les nationalistes] sont assis dans le périmètre, à l’intérieur d’Azovstal, ils n’ont nulle part où aller. Ils n’ont plus la force, les ressources, l’eau ou les munitions pour tenter une percée. Ils comprennent que leur situation est sans espoir… La question est de savoir combien de temps encore ils pourront et voudront tenir le coup.
10.40 Missiles de haute précision « Calibre » dans la zone de la gare Meliorativnoye détruit jusqu’à un bataillon de personnel ennemi avec des armes et du matériel – le ministère de la Défense de la Fédération de Russie.
10h35 Un avion de transport militaire ukrainien An-26 s’est écrasé dans la région de Zaporozhye.
10h30 Ministère de la Défense de la Fédération de Russie à propos des héros russes :
Le lieutenant Oleksiy Zelensky, avec son équipage, a lancé une attaque au missile sur les positions des militants ukrainiens, détruisant jusqu’à 50 pièces d’équipements militaires et spéciaux ennemis, ainsi que jusqu’à 200 nationalistes. La frappe suivante a détruit 2 hélicoptères ennemis, 8 pétroliers et 23 nationalistes.
10h20 APU lors d’affrontements avec des unités de la LPR a perdu 12 personnes et 3 véhicules blindés de transport de troupes par jour – NM LPR.
10.15 Il n’y a pas d’unité parmi les États membres de l’UE sur la question de l’imposition d’un embargo sur les importations de vecteurs énergétiques russes – Borrell dans une interview au journal El País.
10.10 Les forces du DPR ont été évacuées de Marioupol vers N. p. au cours de la journée écoulée. Sans nom 547 personnes dont 91 enfants – Quartier général de la défense de la république.

10.05 Gazprom continue de fournir du gaz russe pour le transit vers l’Europe via le territoire de l’Ukraine en mode régulier – Sergey Kupriyanov, représentant officiel de l’exploitation.
A 10h00, le FSB de Russie, lors d’une opération spéciale, a empêché une attaque terroriste par des saboteurs ukrainiens contre un convoi humanitaire russe, qui se préparait sur les instructions du SBU, une voiture piégée, un arsenal d’explosifs, une grenade des lanceurs, des MANPADS et d’autres armes ont été saisis.
9h55 Les autorités ukrainiennes refusent d’ouvrir le 22 avril des couloirs humanitaires pour l’évacuation des civils.
9.50 Une discussion a commencé dans la société russe sur la possible mobilisation de soldats civils contractuels pour le service à l’arrière et les unités de soutien de l’armée opérant en Ukraine, par analogie avec les actions américaines en Irak et en Afghanistan, où le nombre de ces « sous-traitants » était comparable aux unités de combat.
9.45 Mercredi dernier, les représentants des banques centrales de Russie et d’Inde ont discuté des options de paiement dans la monnaie nationale – RIA Novosti.
9 h 40 Les plus grands arsenaux d’Ukraine à Balakleya, dans la région de Kharkiv, ont été transférés à la disposition des forces du NVO – le commandant militaire Alexander Kots .
9h30 RT : l’armée russe évacue les familles nombreuses de la région de Kharkov vers la région de Belgorod. Au cours des deux derniers mois, seule la Russie les a aidés.
9h20 Les UAF ont bombardé la RPD plus de 20 fois en une journée, 4 civils ont été blessés – le bureau de représentation de la république au JCCC.
9.15 Moscou est ouvert à un dialogue honnête et mutuellement respectueux avec les États-Unis, les canaux de communication sont préservés même dans les conditions actuelles – directeur adjoint du département Amérique du Nord du ministère russe des Affaires étrangères Sergey Koshelev .
9.10 Le ministère russe de la Défense a publié une vidéo de la zone fortifiée laissée par les forces armées ukrainiennes avec des armes abandonnées là-bas et les corps des militaires ukrainiens morts.
9.05 L’ancien rédacteur en chef d’Ekho Moskvy, Alexei Venediktov, a refusé d’être nommé à la nouvelle composition de la Chambre publique de Moscou – TASS.
9h00 Josep Borrell a déclaré qu’il serait prêt à s’asseoir à la table des négociations avec Vladimir Poutine sur l’Ukraine « même demain ».
8.50 La Grande-Bretagne a délivré une licence pour les paiements de gaz à Gazprombank et ses « filles » pour une période allant jusqu’au 31 mai.
8.40 Après un grave incendie à l’Institut des troupes de la région du Kazakhstan oriental à Tver, à la suite duquel au moins 7 personnes sont mortes, une affaire pénale a été ouverte.
8h30 Député de la Douma d’Etat de Crimée Sheremet : désormais nous conseillons au régime de Kiev de ne pas bégayer sur les frappes sur le territoire de la Russie, et plus encore sur le pont de Crimée, une telle provocation de leur part entraînera des mesures de rétorsion au centre de décision à Kiev, alors que ces mesures seront à une échelle des centaines de fois pire.
8.00 Plus de 6 000 résidents des territoires libérés de l’Ukraine ont reçu des paiements forfaitaires. Parmi eux se trouvent des retraités, des employés du secteur public et des personnes âgées, dont les paiements sont effectués à domicile.
7.30 Chef de la Tchétchénie Ramzan Kadyrov : Maintenant je mens et je lis de telles bêtises. Que j’ai entrepris de tuer Zelensky. Moi ou mon groupe, donc ils écrivent. Zelensky, cours, cours. Ils font cela © matériel gâté. Vous n’avez pas justifié la confiance, vous êtes fini. Tu vas bientôt être empoisonné par les tiens… Mais tu ne nous déranges pas, tu es juste un bon joueur de l’équipe KVN… Allez, cours où tes yeux se tournent.

07h00 Les forces de sécurité russes ont reçu des informations complètes sur l’ensemble du personnel du département SBU dans la région de Kherson, y compris les forces spéciales qui commettent des sabotages – RIA Novosti.
6.00 Les autorités de Kiev éprouvent une peur panique de l’intégration des régions libérées du sud de l’Ukraine avec la Russie – Vice-président du Conseil des ministres de la République de Crimée Georgy Muradov.
5.00 L’ancien président américain Donald Trump : En ce moment, à mon avis, la période la plus dangereuse de l’histoire de notre pays. Jamais auparavant notre monde n’avait été aussi en danger.
4.00 Rosaviatsia a recommandé aux compagnies aériennes de se préparer pour les vols sans GPS – Izvestia.

3.00 Les dépenses allemandes en gaz en 2022 pourraient doubler, passant de 8,8 milliards à 17,6 milliards d’euros par rapport à l’année dernière.

SOURCE: SVPressa


JE VOUS INVITE À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNE,GARANTES DE NOTRE INDÉPENDANCE FINANCIÈRE

 

Sur ces liens: Sur Etsy :Vintage par Michel

….                     et sur E Bay:Vintage par Michel

 

 

 

 

La Criminelle Arnaque du COVID-19:Le département de la Défense des États-Unis a attribué un contrat pour la «recherche sur la COVID-19» en Ukraine 3 mois avant même que l’existence la Covid ne soit connue

Le monde a commencé à entendre parler d’un nouveau coronavirus au début de janvier 2020, avec des rapports faisant état d’une nouvelle pneumonie présumée comme une maladie se propageant à Wuhan, en Chine. Cependant, le monde n’a réellement connu la Covid-19 qu’en février 2020, car ce n’est que le 11 de ce mois que l’Organisation mondiale de la santé a officiellement nommé la nouvelle maladie à coronavirus, la Covid-19.

Donc, ceci étant la vérité officielle, pourquoi les données du gouvernement des États-Unis montrent-elles que le département américain de la Défense (DOD) a attribué un contrat le 12 novembre 2019 à Labyrinth Global Health INC. pour la «recherche COVID-19», au moins un mois avant l’émergence présumée du nouveau coronavirus, et trois mois avant qu’il ne soit officiellement surnommé [virus de la] Covid-19 (Coronavirus Desease 2019 ] ?

 

Cependant, les résultats choquants ne s’arrêtent pas là. Le contrat attribué en novembre 2019 pour la «recherche COVID-19» n’était pas seulement chargé de se dérouler en Ukraine, il faisait en fait partie d’un contrat beaucoup plus vaste pour un «programme de réduction des menaces biologiques en Ukraine».

Cela explique peut-être pourquoi Labyrinth Global Health collabore avec l’EcoHealth Alliance de Peter Daszak et Metabiota d’Ernest Wolfe depuis sa création en 2017.

Le gouvernement des États-Unis a un site Web appelé  » USA Spending » , une source officielle de données ouvertes sur les dépenses fédérales. Selon le site, au 12 avril 2021, le gouvernement américain a dépensé un montant époustouflant de 3630 milliards de dollars « en réponse à la COVID-19 ». Mais ce ne sont pas les seules informations sur Covid qui peuvent être trouvées sur le site.

Cachés dans la « recherche d’attribution », se trouvent des détails sur un contrat attribué par le ministère de la Défense à une société nommée  » Black & Veatch Special Projects Corp » , qui serait « une société mondiale d’ingénierie, d’approvisionnement, de conseil et de construction spécialisée dans le développement d’infrastructures ».

Le contrat a été attribué le 20 septembre 2012 et est décrit comme « Services professionnels, scientifiques et techniques ». Évidemment, c’est très vague et très probablement de peu d’intérêt pour quiconque tombe dessus. Mais il y a quelque chose de profond dans les détails qui devrait intéresser tout le monde.

L’« Historique des attributions » du contrat contient un onglet pour les « Sous-attributions » détaillant les bénéficiaires, la date d’action, le montant et une très brève description pour 115 transactions de sous-attribution. La plupart des sous-prix sont extrêmement banals pour des choses telles que « l’équipement de laboratoire pour Kiev » ou « le mobilier de bureau pour Kiev ».

Mais il y a un sous-prix qui se démarque parmi les autres, et il a été décerné à Labyrinth Global Health INC pour « SME Manuscript Documentation and COVID-19 Research ».

Un prix pour la recherche sur la Covid-19 n’est pas vraiment choquant alors que le monde est prétendument en proie à une pandémie de Covid-19, mais compte tenu du fait que le contrat de sous-traitance a été attribué le 12 novembre 2019, au moins un mois avant l’émergence présumée de le nouveau coronavirus, et trois mois avant qu’il ne soit officiellement surnommé Covid-19 [Coronavirus Desease 2019 ], le prix de la recherche sur la Covid-19 devrait être un choc pour tout le monde.

Mais le choc ne s’arrête pas là, car le lieu où le contact pour la recherche sur Covid-19 a été chargé d’avoir lieu était l’Ukraine, tout comme l’ensemble du contrat attribué par le DOD à Black & Veatch Special Projects Corp.

Les détails du contrat trouvés sur le site « USA Spending » révèlent en fait que le département spécifique du DOD qui a attribué le contact était la Defense Threat Reduction Agency (DTRA). Le contrat a été attribué le 20 septembre 2012 et conclu le 13 octobre 2020.

Bien que les détails soient vagues, le site du gouvernement américain révèle également que 21,7 millions de dollars sur les 116,6 millions de dollars de contact ont été dépensés pour un « programme de réduction des menaces biologiques en Ukraine ».

Pourquoi le ministère de la Défense a-t-il payé une entreprise qui est prétendument « une société mondiale d’ingénierie, d’approvisionnement, de conseil et de construction spécialisée dans le développement d’infrastructures », pour l’aider à mettre en œuvre un « programme de réduction des menaces biologiques en Ukraine » ?

Et pourquoi le DOD et ladite société ont-ils ensuite payé Labyrinth Global Health INC pour mener des recherches sur la COVID-19 en Ukraine au moins un mois avant l’émergence présumée du nouveau coronavirus, et trois mois avant qu’il ne soit officiellement surnommé Covid-19 ?

Fondée en 2017, Labyrinth Global Health serait une « petite entreprise détenue par des femmes avec une expertise approfondie et une expérience éprouvée dans le soutien d’initiatives pour le progrès scientifique et médical ».

Elle se décrit comme  » une organisation multiculturelle et internationale avec des bureaux dans quatre pays et une équipe d’experts aux parcours et compétences divers, notamment en microbiologie, virologie, santé mondiale, soins infirmiers en maladies infectieuses émergentes, anthropologie médicale, épidémiologie de terrain, recherche clinique, et les systèmes d’information sur la santé. »

Il se trouve que l’un de ces bureaux se trouve à Kiev, en Ukraine, que la société qualifie de «porte d’entrée vers l’Europe de l’Est».

L’équipe de direction de Labyrinth Global se compose de Karen Saylors, PHD, qui est la directrice générale ; Mary Guttieri, PHS, qui est la directrice scientifique ; et Murat Tartan qui est le directeur financier.

Karen Saylors, PhD, qui a cofondé Labyrinth Global Health, aurait travaillé dans le domaine de la santé publique internationale pendant plus d’une décennie et a passé de nombreuses années à vivre en Afrique pour établir des réseaux de surveillance mondiaux, « travailler avec des partenaires pour améliorer la politique de santé mondiale sur la détection, la réponse et le contrôle des maladies infectieuses ».

Au Labyrinthe, le Dr Saylors se spécialise dans les études qui visent à comprendre et à atténuer le risque biologique et comportemental de transmission de maladies. Le Dr Saylors a travaillé avec le réseau d’essais cliniques de l’Université d’Oxford au Vietnam sur la recherche sur la surveillance des maladies zoonotiques et continue de coordonner avec des partenaires régionaux les épidémies émergentes dans les populations animales et humaines.

Mais avec qui le Dr Karen Saylors et Labyrinth Global Health choisissent-ils de travailler ? Ce ne sont autres que « Eco Health Alliance » et « Metabiota ».

Le Dr Karen Saylors, Eco Health Alliance et Metabiota ont travaillé ensemble sur le programme « PREDICT » de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) à partir de 2009, tandis que Labyrinth Global Health a travaillé aux côtés de l’EHA et de Metabiota sur le programme PREDICT à partir de 2017.

Lancé en 2009 et financé par l’USAID, PREDICT était un système d’alerte précoce pour les maladies nouvelles et émergentes dans 21 pays. Il a été dirigé par le Davis One Health Institute de l’Université de Californie («UC») et les principaux partenaires comprenaient EcoHealth Alliance («EHA»), Metabiota, Wildlife Conservation Society et Smithsonian Institution, et comme nous venons de le révéler; Santé globale du labyrinthe. PREDICT a été un précurseur du projet plus ambitieux Global Virome.

L’USAID décrit PREDICT comme ayant apporté  » des contributions significatives au renforcement des capacités mondiales de surveillance et de diagnostic en laboratoire pour les virus connus et nouvellement découverts au sein de plusieurs groupes de virus importants, tels que les filovirus (y compris les virus Ebola), les virus de la grippe, les paramyxovirus et les coronavirus  » .

Voici l’une des nombreuses études publiées par Eco Health Alliance, Metabiota et Labyrinth Global Health prouvant le lien –

PREDICT s’est associé à l’Eco Health Alliance (EHA) à but non lucratif pour mener à bien ses efforts de 9 ans pour cataloguer des centaines de milliers d’échantillons biologiques,  » dont plus de 10 000 chauves-souris  » . Une étude financée par PREDICT en 2015 sur la « diversité des coronavirus chez les chauves-souris » comprenait également Peter Daszak, président de l’EHA, parmi ses participants.

Eco Health Alliance est répertorié comme partenaire de l’Institut de virologie de Wuhan (« WIV ») sur les pages archivées de son site Web et a été mentionné comme l’un des « partenaires stratégiques » de l’institut par le directeur général adjoint du WIV en 2018.

Notamment, la relation entre le WIV et l’établissement américain de biodéfense a été avancée par le conseiller politique de l’EHA, David R. Franz, ancien commandant du laboratoire américain d’armes biologiques à Fort Detrick.

Le Dr Shi Zhengli de WIV, alias « Batwoman », avait également travaillé avec Daszak de l’EHA sur des études liées aux chauves-souris. Dès 2005, Daszak et Zhengli menaient des recherches sur les coronavirus de type SRAS chez les chauves-souris. Plusieurs études financées par PREDICT sur les coronavirus de type SRAS et la grippe porcine comptent à la fois sur les contributions de Zhengli et de Daszak. La plus remarquable d’entre elles est peut-être une étude financée par PREDICT et NIH en 2015, qu’elle a co-écrite et intitulée : « Un groupe de coronavirus circulants de chauve-souris de type SRAS montre un potentiel d’émergence humaine ».

Pendant ce temps, Nathan Wolfe est le fondateur de Metabiota et de l’organisation à but non lucratif Global Viral. Il a passé plus de huit ans à mener des recherches biomédicales en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud-Est. Sans surprise, le juif Wolfe est un  leader mondial du Forum économique mondial. Plus particulièrement, depuis 2008, il était membre du DSRC (Defense Science Research Council) de la DARPAjusqu’à sa dissolution.

Toutes ces personnes et organisations travaillent depuis au moins la dernière décennie à étudier les coronavirus et à aider à mettre en place des Biolabs en Ukraine. Tous utilisent des fonds du département américain de la Défense pour le faire. Vous pouvez en savoir plus à ce sujet iciici et ici.

Laissant de côté pour l’instant les biolabs en Ukraine, revenons au sujet de la Covid-19. Si le gouvernement américain finançait la recherche sur la Covid-19 avant que l’existence de la Covid-19 ne soit connue du public, cela suggère qu’ils savaient soit que la Covid-19 existait naturellement, soit qu’ils étaient impliqués dans la construction de ce virus dans un laboratoire.

Mais si les preuves contractuelles ne suffisent pas pour que vous parveniez à cette conclusion (ce devrait être le cas), alors associez-les peut-être à des preuves que l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) et Moderna avaient un candidat coronavirus dans Décembre 2019 le sera.

Un accord confidentiel qui peut être consulté ici, stipule que les fournisseurs « Moderna » aux côtés de « l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses » (NIAID) ont accepté de transférer les « candidats vaccins contre le coronavirus à ARNm » développés et détenus conjointement par le NIAID et Moderna aux destinataires. L’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill’ le 12 décembre 2019.

L’accord a également été signé par deux représentants du NIAID, dont Amy F. Petrik PhD, spécialiste du transfert de technologie qui a signé l’accord le 12 décembre 2019 à 8h05. L’autre signataire était Barney Graham MD PhD, chercheur pour le NIAID, mais cette signature n’était pas datée.

Les derniers signataires de l’accord étaient Sunny Himansu, enquêteur de Moderna, et Shaun Ryan, conseiller général adjoint de Moderna. Les deux signatures ont été faites le 17 décembre 2019.

Toutes ces signatures ont été faites avant toute connaissance de l’émergence présumée du nouveau coronavirus. Ce n’est que le 31 décembre 2019 que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a pris connaissance d’un groupe présumé de cas de pneumonie virale à Wuhan, en Chine. Mais même à ce stade, ils n’avaient pas déterminé qu’un nouveau coronavirus présumé était à blâmer, déclarant plutôt que la pneumonie était de « cause inconnue ».

Tout cela nécessite des recherches beaucoup plus poussées pour assembler toutes les pièces du puzzle, mais voici ce que nous savons définitivement jusqu’à présent :

    Un nouveau coronavirus est apparu à Wuhan en décembre 2019.

    Le monde n’a entendu parler de ce nouveau coronavirus que début janvier 2020.

    Le monde ne savait pas que ce nouveau coronavirus s’appelait  Covid-19 jusqu’en février 2020, lorsque l’Organisation mondiale de la santé l’a officiellement nommé ainsi.

    Le département américain de la Défense a attribué un contrat de services professionnels, scientifiques et techniques à Black & Veatch Special Projects Corp‘, qui serait « une société mondiale d’ingénierie, d’approvisionnement, de conseil et de construction spécialisée dans le développement d’infrastructures ».

    Ce contrat concernait un programme de réduction des menaces biologiques en Ukraine.

    Dans le cadre de ce contrat plus important, un autre contrat a été attribué à Labyrinth Global Health pour la «recherche COVID-19» le 12 novembre 2019.

    Ce prix a été décerné au moins un mois avant l’émergence présumée du nouveau coronavirus et trois mois avant qu’il ne soit officiellement surnommé [virus de la maladie – MIRASTNEWS] Covid-19.

    Labyrinth Global Health travaille aux côtés de « Eco Health Alliance » et de « Metabiota », et a participé au programme USAID PREDICT. Toutes ces personnes et organisations travaillent depuis au moins la dernière décennie à étudier les coronavirus et à aider à mettre en place des Biolabs en Ukraine. Tous utilisent des fonds du département américain de la Défense pour le faire.

    Les informations trouvées ici indiquent qu’Eco Health Alliance a participé à la création du virus de la Covid-19.

    Les informations trouvées ici indiquent que Moderna a participé à la création du virus de la Covid-19.

    « Moderna », aux côtés du « National Institute of Allergy and Infectious Diseases » (NIAID), a accepté de transférer des « candidats de vaccins contre le coronavirus à ARNm » développés et détenus conjointement par le NIAID et Moderna, aux destinataires « l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill » le le 12 décembre 2019.

A quoi tout cela renvoie-t-il ? C’est à vous de réfléchir et de décider. Mais nous vous promettons qu’il y a beaucoup plus à venir sur ce qui précède…

Traduction : MIRASTNEWS


Je vous invite à visiter nos  boutiques en ligne conçues pour financer notre site web:

Sur ce lien: Vintage par Michel sur Etsy

Sur cet autre lien:Vintage par Michel sur E Bay

la nouvelle monnaie de réserve mondiale basée sur les ressources annonce que les USA entreront rapidement en guerre contre la Russie

L’inévitable va se produire? aujourd’hui les intentions de la Russie sont de plus en plus claires et l’opinion américaine commence à trembler :
En effet, la guerre en Ukraine est pire que ce qu’on pensait : c’est bien évidement la troisième guerre mondiale et chaque pays devrait en tenir compte .
La Russie pendant l’invasion de l’Ukraine a balayé d’un revers de la main toutes les sanctions de l’OTAN , Parce qu’elle est capable de garantir sur un minimum de deux ans son auto suffisance alimentaire et son pouvoir d’achat interne :
c’est dire qu’il est impossible en moins de deux ans de voir surgir en Russie un soulèvement populaire de grande envergure contre le pouvoir et ce quel que soit l’issue de la guerre en Ukraine et ça , le président Poutine l’a bien compris depuis longtemps .
Les réserves des banques russes en dollars s’élevaient avant la guerre à plus de 350 milliards de dollars USA :
cette somme a bien évidement été gelée par l’OTAN avec Pour conséquence la chute drastique du rouble Russe ! Mais à la grande surprise de tous , Mr Poutine a déclaré que désormais l’achat de son pétrole et son gaz à destination des pays hostiles se feront en roubles russes et plus en dollars! et en moins de 48heures, le rouble Russe a repris une remontée en flèche sur les marchés internationaux et pire les chinois depuis quelque temps commencent à diminuer leurs réserves en dollars car ils disposent d’un peu plus de 900 milliards de dollars de réserve dans les banques américaines .
L’Inde, le Pakistan et de nombreux pays effectuent déjà des transactions avec la Chine et la Russie en contournant le dollar et récemment , l’Inde a acheté du pétrole et du gaz en Russie en transitant par un échange direct entre le rouble et le roupie .
La Chine depuis un an essaye de positionner le yuang chinois comme la monnaie de référence après le dollar et la guerre en Ukraine est une bonne option pour elle.
Xi Jinping (à gauche) a nommé Zhao Lijian (photo de droite) à la tête de l’un de ses plus importants ministères politique,l’an passé.
Le président Biden vient en fait de se rendre compte du vrai problème: la guerre est monétaire ! La troisième guerre mondiale de la Russie a pour but de détruire l’Amérique par l’anéantissement du pouvoir de monnaie de référence du dollar.
La Russie veut descendre le dollar et par là la toute puissance américaine et ce quelque soit le prix à payer .
Les États Unis vivent grâce au dollars et Biden le sait très bien , bien qu’étant le pays le plus endetté du monde , ils restent économiquement tous puissants grâce à la plate forme incontournable (?) qui est le dollar et son système swift .
Aujourd’hui, Poutine et ses allliés veulent découdre le dollar et inciter tous les pays qui auraient une devise à valoriser leur monnaie locale pour ne plus dépendre du dollar qui recevra une chute drastique si cette guerre ne prend pas fin rapidement .
La récente visite de Biden en Pologne en dit long : la situation est très grave ! Si l’Europe se sent obligée elle aussi de tout acheter à la Russie en rouble , le monde aura deux monnaies de référence très fortes : il s’agira du rouble pour l’Europe et le yuan chinois Pour le reste du monde , le dollar américain s’effondrera complètement et ce sera la fin des USA comme puissance économique.
Les protestations violentes contre la mort de George Floyd, l’Afro-américain tué à Minneapolis par un policier, durent maintenant depuis trop longtemps.
Les USA n’admettront jamais cette situation .
Biden en Pologne prépare donc la guerre : il veut utiliser la Pologne et ce qui restera de l’Ukraine après la séparation évidente qu’il y’aurait après le référendum annoncé dans les milieux de séparatistes pro russes , comme bases arrières de repli pour l’armée de terre qui fera son assaut sur la Russie .
La Russie en profitera pour détruire totalement la Pologne et ce qui restera de l’OTAN disloqué en Europe .
La guerre nucléaire aura bien lieu .
Cette guerre se précise de plus en plus et son ampleur est presque inévitable.
Ces jours-ci , le congrès américain voterait pour une entrée effective des USA en guerre car il est inadmissible que le dollar perde sa place de référence mondiale .
La confrontation tant évitée entre les deux super-puissances mondiales aura bien lieu et le monde en pâtira en dehors du continent asiatique qui fera très vite allégeance à la super puissance chinoise qui la protégera.
L’Afrique qui importe presque tout de l’Occident subira de plein fouet cette guerre et multipliera les coups d’état militaires qui augmenteront la pauvreté et sa ruine .
Le ton commence à baisser en Europe avec de plus en plus des voix qui s’élèvent contre les USA à l’instar des candidats Melanchon et Zemour qui trouvent que la France devrait cesser de suivre les USA comme un chien au détriment des français qui souffrent déjà beaucoup .
Les USA mèneront seuls leur guerre pour leur monnaie, puisque nous assisterons bientôt à la dislocation de l’OTAN avec de nombreux pays qui quitteront le bateau avec la France en premier , suivie de l’Allemagne et ensuite de l’Italie et de l’Espagne .
Nous pouvons déjà affirmer sans risque de nous tromper que les USA se sont faits piégés par la Russie qui n’a jamais avalé la pilule amère de la dislocation de l’URSS et de la chute du mur de Berlin et surtout , du non respect des accords qui s’en sont suivis .
Aujourd’hui est il tard ? Eh bah oui ! Il est tard .
La Russie ne quitera pas l’Ukraine sans la diviser .
L’Europe ne se passera pas du gaz et du pétrole russe sauf si les USA ruinent leurs économies en voulant vendre au continent européen un gaz plus cher parce qu’il sera liquéfié .
Le yuang chinois prendra le dessus des échanges parmi les pays du BRICS et se positionnera devant un dollar plus affaibli que jamais .
La guerre entre les USA et la Russie détruira totalement l’Ukraine et la Pologne; Une Russie affaiblie ainsi que les USA totalement ruinés avec tout le continent européen et même l’Afrique verront le jour d’après .
La première puissance économique mondiale sera la Chine suivie de l’Inde , etc .
La puissance des USA tient au Dollar : s’ils entrent en guerre contre la Russie avec d’un côté le yuang chinois qui veut devenir la monnaie de référence, ils n’auront jamais le temps de concilier les deux : la guerre fera rapidement chuter le dollar , et le yuang montera en flèche rendant caduque l’économie américaine.
Que faire : le président Biden n’est peut être pas le bon interlocuteur qu’il faut face à Poutine: l’Amérique devrait trouver le
meilleur moyen de rétablir un dialogue franc entre les USA et la Russie .
L’Amérique n’a pas besoin d’entrer directement ou indirectement en guerre .
L’Europe devrait sacrifier absolument l’Ukraine et se désolidariser de l’alliance atlantique pour sauver le continent si c’est encore possible .
La dislocation de l’OTAN devrait s’accélérer après les prochaines élections en France et très vite si Macron vient à perdre le pouvoir .
Les américains doivent tout faire pour garder les bonnes relations avec le continent européen y compris la Russie et tous ceux qui sortiront de l’OTAN , pour garantir leur stabilité , plus comme première puissance économique du monde , mais comme deuxième derrière la Chine sinon ce sera la fin de leurs unions avec une possible division des USA .
La troisième guerre mondiale se précise de plus en plus devant nous et elle se fait contre le dollar .
S‘il y‘a une guerre entre la russie Et les usa ça sera problablement une guerre nucléaire Et problablement la fin de l‘humanité pour les personnes resident dans ces régions.

Une nouvelle réalité est en train de se former 
Une nouvelle réalité est en train de se former : le monde unipolaire est en train de devenir irrévocablement une chose du passé, un monde multipolaire est en train de prendre forme.
Il fallait voir ça. Dmitri Medvedev, ancien président russe, atlantiste impénitent, actuel vice-président du Conseil de sécurité russe, a décidé de se lâcher totalement dans un déchaînement à la hauteur de la prestation de sieur Khinzal [Khinzal=une des nouvelles armes russes – NdT], qui a provoqué « choc et effroi » palpable à travers tout l’OTAN.
Medvedev a déclaré que les sanctions occidentales « infernales » non seulement n’ont pas réussi à paralyser la Russie, mais qu’au contraire, elles  » retournent à l’Ouest comme un boomerang « . La confiance dans les monnaies de réserve « s’estompe comme la brume du matin », et abandonner le dollar américain et l’euro n’est plus irréaliste : « L’ère des monnaies régionales arrive ».

Après tout, a-t-il ajouté, « qu’ils le veuillent ou non, ils devront négocier un nouvel ordre financier (…) Et la voix décisive sera alors celle des pays qui ont une économie forte et avancée, des finances publiques saines et un système monétaire fiable. »

Medvedev a relayé son analyse succincte avant même le jour J ; la date limite fixée par le président Poutine après laquelle les paiements du gaz russe par les « nations inamicales » ne seront acceptés qu’en roubles.

Le G7, comme on pouvait s’y attendre, avait pris une position (collective) : nous ne paierons pas. « Nous » signifie les 4 qui ne sont pas de grands importateurs de gaz russe. « Nous », en outre, c’est l’Empire du Mensonge qui dicte les règles. Quant aux 3 qui seront en grande difficulté, non seulement ils sont de grands importateurs mais ils se trouvent être des vaincus de la Seconde Guerre mondiale – l’Allemagne, l’Italie et le Japon, toujours territoires occupés de facto. L’histoire a l’habitude de jouer des tours pervers.

Le déni n’a pas duré longtemps. L’Allemagne a été la première à rompre, avant même que les industriels de la Ruhr à la Bavière ne se révoltent en masse. Scholz, le chétif chancelier, a appelé Poutine, qui a dû expliquer l’évidence : les paiements sont convertis en roubles parce que l’UE a gelé les réserves de change de la Russie, en violation flagrante du droit international.

Avec une patience taoïste, Poutine a également exprimé l’espoir que cela ne représente pas une détérioration des conditions contractuelles pour les importateurs européens. Les experts russes et allemands devraient s’asseoir ensemble et discuter des nouvelles conditions.

Moscou travaille sur une série de documents définissant le nouvel accord. Essentiellement, cela signifie : pas de roubles, pas de gaz. Les contrats deviennent nuls et non avenus dès lors que vous violez la confiance. Les États-Unis et l’Union européenne ont rompu des accords légaux en imposant des sanctions unilatérales et, de surcroît, ont confisqué les réserves de change d’un pays – nucléaire – du G20.

Les sanctions unilatérales ont rendu les dollars et les euros sans valeur pour la Russie. L’hystérie ne suffit pas : le problème sera résolu, mais aux conditions de la Russie. Un point c’est tout. Le ministère des affaires étrangères avait déjà prévenu que le refus de payer le gaz en roubles entraînerait une grave crise mondiale de non-paiements et de faillites en série au niveau mondial, une réaction en chaîne infernale de transactions bloquées, de gel des actifs collatéraux et de fermetures de lignes de crédit.

La suite des événements est partiellement prévisible. Les entreprises de l’UE recevront le nouvel ensemble de règles. Elles auront le temps d’examiner les documents et de prendre une décision. Celles qui diront « non » seront automatiquement exclues des livraisons directes de gaz russe, avec toutes les conséquences politico-économiques que cela implique.

Il y aura bien sûr des compromis. Par exemple, un certain nombre de nations de l’UE accepteront d’utiliser des roubles et d’augmenter leurs acquisitions de gaz afin de pouvoir revendre le surplus à leurs voisins et réaliser un bénéfice. Et certains pourraient également décider d’acheter du gaz sur le tas sur les bourses de l’énergie.

La Russie n’impose donc un ultimatum à personne. Tout cela prendra du temps – un processus graduel. Avec quelques actions latérales également. La Douma envisage d’étendre le paiement en roubles à d’autres produits essentiels – comme le pétrole, les métaux, le bois, le blé. Cela dépendra de la voracité collective des chihuahuas de l’UE. Tout le monde sait que leur hystérie non-stop peut se traduire par une rupture colossale des chaînes d’approvisionnement à travers l’Occident.

Bye bye les oligarques

Alors que les classes dirigeantes atlantistes sont devenues complètement folles mais restent concentrées sur la lutte jusqu’au dernier Européen pour extraire toute richesse palpable qui subsiste de l’UE, la Russie joue la carte du sang froid. Moscou a été plutôt indulgente en fait, brandissant le spectre d’une absence de gaz au printemps plutôt qu’en hiver.

La Banque centrale russe a nationalisé les recettes en devises de tous les grands exportateurs. Il n’y a pas eu de défaut de paiement. Le rouble continue de monter – et il est maintenant revenu à peu près au même niveau qu’avant l’Opération Z. La Russie reste autosuffisante sur le plan alimentaire. L’hystérie américaine concernant la Russie « isolée » est risible. Tous les acteurs qui comptent en Eurasie – sans parler des quatre autres BRICS et de la quasi-totalité des pays du Sud – n’ont pas diabolisé et/ou sanctionné la Russie.

En prime, le dernier oligarque capable d’exercer une influence à Moscou, Anatoly Chubais, a disparu. Une autre superbe ruse historique : L’hystérie des sanctions occidentales a démembré de facto l’oligarchie russe – le projet favori de Poutine depuis 2000 [1]. Ce que cela implique, c’est le renforcement de l’État russe et la consolidation de la société russe.

Nous ne disposons pas encore de tous les faits, mais on peut affirmer qu’après des années d’évaluation minutieuse, Poutine a choisi d’aller jusqu’au bout et de briser le dos de l’Occident, en utilisant comme casus belli ce tiercé : attaque éclair imminente du Donbass, laboratoires américains de fabrication d’armes biologiques, Ukraine travaillant sur des armes nucléaires.

Le gel des réserves de change devait être prévu, d’autant plus que la Banque centrale russe avait augmenté ses réserves de bons du Trésor américain depuis novembre dernier. Il y a ensuite la possibilité sérieuse que Moscou puisse accéder à des réserves étrangères offshore « secrètes » – une matrice complexe construite avec l’aide d’initiés chinois.

Le passage soudain du dollar et de l’euro au rouble est un acte de judo géoéconomique pur et dur, de niveau olympique. Poutine a incité l’Occident collectif à libérer son hystérie démente pour sanctionner l’attaque – et l’a retournée contre l’adversaire en un seul geste rapide.

Et nous voilà tous en train d’essayer d’absorber tant de développements simultanés qui changent la donne suite à l’armement des actifs en dollars : le roupie-rouble avec l’Inde, le petroyuan saoudien, les cartes Mir-UnionPay co-badgées émises par les banques russes, l’alternative SWIFT Russie-Iran, le projet EAEU-Chine d’un système monétaire/financier indépendant.

Sans parler du coup de maître de la Banque centrale russe, qui a fixé le prix d’un gramme d’or à 5000 roubles – qui avoisinent déjà 60 dollars et ne cessent de grimper.

Si l’on ajoute à cela le programme « Pas de roubles, pas de gaz », nous avons là une énergie de facto liée à l’or. Les chihuahuas de l’UE et la colonie japonaise devront acheter beaucoup de roubles en or ou acheter beaucoup d’or pour avoir leur gaz. Et il y a mieux. La Russie pourrait ré-arrimer le rouble à l’or dans un futur proche. On pourrait passer à 2 000 roubles, 1 000 roubles, voire 500 roubles pour un gramme d’or.

Le temps de la souveraineté

Depuis les sommets des BRICS dans les années 2000, auxquels ont participé Poutine, Hu Jintao et Lula, le Saint Graal des discussions sur un monde multipolaire a toujours été de savoir comment contourner l’hégémonie du dollar. Cette solution se trouve maintenant sous les yeux de l’ensemble du Sud, sous la forme d’une apparition bénigne arborant un sourire de chat du Cheshire : le Rouble-or, ou Rouble adossé au pétrole, au gaz, aux minéraux, aux exportations de matières premières.[2]

La Banque centrale russe, contrairement à la Fed, ne pratique pas l’assouplissement quantitatif (1) et n’exporte pas d’inflation toxique vers le reste de la planète. Non seulement la marine russe sécurise toutes les lignes maritimes russes, mais les sous-marins russes à propulsion nucléaire sont capables de surgir partout sur la planète à l’improviste.

La Russie est loin, très loin en avance, mettant déjà en œuvre le concept de « puissance navale continentale ». Décembre 2015, sur le théâtre syrien, a changé la donne stratégique. La 4e division de sous-marins basée en mer Noire est la vedette du spectacle.

Les flottes navales russes peuvent désormais employer des missiles Kalibr dans un espace comprenant l’Europe de l’Est, l’Asie occidentale et l’Asie centrale. La mer Caspienne et la mer Noire, reliées par le canal Don-Volga, offrent un espace de manœuvre comparable à celui de la Méditerranée orientale et du golfe Persique réunis. 6000 km de long. Et il n’est même pas nécessaire d’accéder aux eaux chaudes.

Cela couvre environ 30 nations : la sphère d’influence traditionnelle de la Russie, les frontières historiques de l’empire russe et les sphères de rivalité politique/énergétique actuelles.

Pas étonnant que Washington soit furieux.

La Russie garantit le transport maritime à travers l’Asie, l’Arctique et l’Europe, en tandem avec le réseau ferroviaire « Belt and Road Initiative » à l’échelle de l’Eurasie.

Et enfin, mais pas des moindres, on ne badine pas avec un ours nucléaire.

Voilà en substance ce qu’est la politique de puissance pure et dure. Medvedev ne s’est pas vanté lorsqu’il a déclaré que l’ère d’une monnaie de réserve unique était révolue. L’avènement d’une monnaie de réserve mondiale basée sur les ressources signifie, en résumé, que 13 % de la planète ne domineront plus les 87 % restants.

C’est le NATOstan contre l’Eurasia à nouveau. Guerre froide 2.0, 3.0, 4.0 et même 5.0. Cela n’a pas d’importance. Toutes les anciennes nations du Mouvement des non-alignés (MNA) savent de quel côté soufflent les vents géopolitiques et géoéconomiques : le moment est venu d’affirmer leur véritable souveraineté alors que l’ »ordre international fondé sur des règles » mord la poussière.

Bienvenue à la naissance du nouveau système mondial. Le ministre des affaires étrangères Sergei Lavrov, en Chine, après avoir rencontré plusieurs homologues de toute l’Eurasie, n’aurait pas pu mieux le décrire :

« Une nouvelle réalité est en train de se former : le monde unipolaire est en train de devenir irrévocablement une chose du passé, un monde multipolaire est en train de prendre forme. C’est un processus objectif. Il est irréversible. Dans cette réalité, plus d’une puissance « gouvernera » – il sera nécessaire de négocier entre tous les États clés qui ont aujourd’hui une influence décisive sur l’économie et la politique mondiales. En même temps, conscients de leur situation particulière, ces pays veilleront à respecter les principes de base de la Charte des Nations unies, y compris le principe fondamental – l’égalité souveraine des États. Personne sur cette Terre ne doit être considéré comme un acteur mineur. Tout le monde doit être égal et souverain. »

Pepe Escobar

————————————————————

COMMENTAIRES

1- Déjà dépassés par la force de frappe au niveau militaire, les Européens vont devoir redescendre au plus vite sur terre, car la force de frappe alimentaire russe est bien plus puissante. Medvedev le rappelle  : « Il se trouve que la sécurité alimentaire de nombreux pays dépend de nos approvisionnements. Il s’avère que notre nourriture est notre arme silencieuse. Et si quelqu’un ne sait pas ou a oublié, alors l’exportation de nos produits agricoles dépasse l’exportation d’armes réelles — elle s’élevait à plus de 37 milliards de dollars l’année dernière. »

2-L’inflation dans la zone euro atteint un niveau historique

La flambée des prix de l’énergie en est le principal moteur, selon les données.

Les prix à la consommation dans les 19 pays utilisant l’euro ont augmenté de 7,5 % en rythme annuel en mars, selon les données publiées vendredi par l’agence statistique de l’Union européenne. La flambée des coûts de l’énergie est le principal facteur d’augmentation de l’inflation, selon Eurostat.

C’est le cinquième mois consécutif que l’inflation dans la zone euro établit un record, ce qui la porte au niveau le plus élevé depuis le début de la comptabilisation de l’euro en 1997. Le dernier relevé a pulvérisé le sommet de 5,9 % atteint en février.

3- Le géant allemand de la chimie BASF a mis en garde contre les conséquences dramatiques d’une interruption de l’approvisionnement en gaz en provenance de Russie, a rapporté mercredi le journal allemand Frankfurter Allgemeine.

Si l’approvisionnement en gaz était réduit de moitié, l’usine de Ludwigshafen – le plus grand site chimique du monde, qui emploie près de 40.000 personnes – devrait fermer ses portes, a déclaré Michael Vassiliadis, président d’un syndicat de la chimie et membre du conseil d’administration de BASF, cité par le journal.

Si l’approvisionnement en gaz était inférieur à 50%, le site ne pourrait plus fonctionner de manière stable et devrait être complètement fermé, a expliqué M. Vassiliadis. Si la perte du gaz russe n’était pas compensée, les effets sur l’industrie chimique seraient dramatiques, la panne coûtant « des centaines de milliers d’emplois sur une période relativement courte » et affectant l’approvisionnement, a-t-il ajouté.

Le PDG de BASF, Martin Brudermüller, a déclaré précédemment qu’il n’y avait aucun moyen de remplacer le gaz russe à court terme, mais que le groupe travaillait intensivement à la réduction de sa dépendance au gaz.

Le rapport du Frankfurter Allgemeine souligne que l’industrie chimique ne peut fonctionner sans pétrole ni gaz, et que sans ce secteur, l’économie s’arrête, car les gens en dépendent fortement dans leur vie quotidienne.

Les produits pétrochimiques représentent 20% des vêtements, 40 % des produits cosmétiques et même 35% de l’aspirine, un produit essentiel dans la pharmacie de la plupart des familles.


NOTES 

[1] Voir  mon article sur :La face cachée des oligarques juifs

–  Ukraine / Russie. Le rôle sous-jacent des oligarques juifs

[2] Poutine réalise aujourd’hui ce que Kadhafi voulait réaliser :

Emails Clintoniens. Ben Ali, Kadhafi et Moubarak ont été « dégagés » par Washington parce qu’ils voulaient remplacer le dollar par le Dinar-or !:
Dans un e-mail récemment déclassifié adressé à la  secrétaire d’État Hillary Clinton en date du 2 avril 2011, Sid Blumenthal révélait  la raison pour laquelle Kadhafi doit être éliminé. Citant une  « source haut placée » non identifiée, Blumenthal écrit à Clinton : « Selon les informations sensibles disponibles auprès de cette source, le gouvernement de Kadhafi détient 143 tonnes d’or, et une quantité similaire en argent … Cet or a été accumulé avant l’actuel soulèvement  et était destiné à être utilisé pour créer une monnaie panafricaine basée sur le Dinar-or libyen. Ce plan a été conçu pour fournir aux pays africains francophones une alternative au franc français (CFA.  » . Cette mention  était seulement la partie apparente de l’iceberg du Dinar-or de Kadhafi.

Le timing du printemps arabe, rétrospectivement, semble de plus en plus lié aux efforts déployés par  Washington et Wall Street  pour contrôler non seulement les énormes flux de pétrole arabe du Moyen-Orient. Il est maintenant clair,  qu’il  s’agissait également de contrôler leur argent, leurs milliers de milliards de dollars accumulés dans leurs nouveaux fonds souverains.

Cependant, comme cela a été confirmé dans le dernier échange d’e-mails entre  Clinton et Blumenthal en date du 2 avril  2011, il y avait une nouvelle menace qui pesait sur  Wall Street et la City de Londres, « dieux d’argent », émanant du  monde du pétrole arabe et africain.

Le Libyen Kadhafi, le Tunisien Ben Ali  et l’Égyptien Moubarak étaient sur le point de lancer une monnaie islamique basée sur l’or,  indépendante du dollar américain.
Ce plan a été éventé pour la première fois, début de 2012, lors d’une conférence financière et géopolitique en Suisse, par un Algérien ayant une connaissance approfondie du projet. Les données étaient rares à l’époque, mais maintenant, la situation renvoie une image beaucoup plus nette qui met en perspective la cruauté  du Printemps arabe de Washington et de ses harkis islamistes et de son urgence dans le cas de la Libye, souligne le « New Eastern Outlook.

[HillaryLeaks] Le projet panafricain de « dinar-or » derrière la guerre en Libye et l’élimination de Kadhafi

Un échange de courriels déclassifiés entre l’ancienne secrétaire d’État américaine Hillary Clinton et son conseiller Sid Blumenthal montre que Clinton était totalement impliquée dans la conspiration occidentale contre le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi et sa  monnaie panafricaine le dinar-or, comme le raconte F. William Engdahl.

Kadhafi n’a pas été le seul dirigeant arabe qui a cherché à détourner ses revenus pétroliers vers des fonds contrôlés par l’État plutôt que de faire confiance aux banquiers de Londres et de New York, après que la guerre américaine contre le terrorisme ait débuté au Moyen-Orient et en Asie centrale.

«En 2008, la perspective d’un contrôle souverain par un nombre croissant d’États pétroliers arabes et africains de leurs revenus pétroliers et gaziers d’État a suscité de graves préoccupations à Wall Street, ainsi qu’à Londres. On parle d’énormes quantités de liquidités, des trillions de dollars qui ne seraient potentiellement plus contrôlés», poursuit Engdahl.

Pendant ce temps, en 2009, Kadhafi, alors président de l’Union africaine, a offert aux États du continent de passer à une nouvelle monnaie, indépendante du dollar américain, le soi-disant dinar-or.

Selon le chercheur, l’idée exprimée par le leader libyen a reçu les éloges de Ben Ali le Tunisien et de l’Égyptien Moubarak.

Kadhafi a appelé les pays africains à créer une alliance monétaire faisant du dinar-or le principal moyen de paiement du pétrole et d’autres ressources.

«Avec les fonds souverains pétroliers des pays arabes de l’OPEP, d’autres pays africains producteurs de pétrole, en particulier l’Angola et le Nigeria, ont commencé des actions pour créer leurs propres fonds nationaux avec la richesse pétrolière au moment où l’OTAN bombardait la Libye en 2011», écrit Engdahl, ajoutant que ces fonds souverains nationaux étaient censés rendre l’Afrique indépendante du contrôle monétaire colonial.

Le rêve des pays africains était en même temps un cauchemar pour les élites financières occidentales.

À la lumière de cela, il est peu surprenant que Wall Street et la City de Londres aient jeté tout leur poids derrière la campagne dirigée par l’OTAN contre le leader libyen rebelle.

Engdahl attire l’attention sur le fait qu’il y avait quelque chose de très louche derrière l’idée des islamistes libyens soutenus par les États-Unis de créer une banque centrale de style occidental en exil (ainsi que leur propre compagnie pétrolière) au milieu de la lutte acharnée contre le gouvernement de Kadhafi.

Le chercheur cite Robert Wenzel qui a écrit dans l’Economic Policy Journal qu’il n’a «jamais entendu parler d’une banque centrale créée seulement quelques semaines après un soulèvement populaire».

«Cela laisse penser que nous avons un peu plus qu’un tas de rebelles en action et qu’il y a des influences assez sophistiquées», a souligné Wenzel.

Les intérêts sophistiqués mentionnés ci-dessus pourraient avoir été liés aux pontes de Wall Street et aux banquiers londoniens qui ont cherché à éliminer l’idée d’une monnaie panafricaine.

«Le rêve de Kadhafi d’un système monétaire arabe et africain basé sur l’or et indépendant du dollar est malheureusement mort avec lui», note Engdahl.

L’histoire n’est pas encore finie : une nouvelle alliance monétaire soutenue par l‘or émerge à l’Est, menaçant à nouveau l’hégémonie du dollar américain. Ce groupe, dirigé par la Chine et la Russie, constitue un tout nouveau défi à la domination monétaire de l’Amérique, ainsi que le remarquent des chercheurs.


CONCLUSION D’AUJOURD’HUI

La guerre nucléaire se profile à l’horizon

 

« …

Certains lecteurs ont demandé pourquoi la Russie considère l’adhésion de la Finlande à l’OTAN comme une provocation. Pour la même raison que l’adhésion de l’Ukraine est une provocation : Des bases de missiles américaines à la frontière de la Russie. Les États-Unis ne disposent pas actuellement de missiles hypersoniques, mais ils en disposeront tôt ou tard. De tels missiles aux frontières de la Russie pourraient atteindre Moscou en 3 ou 4 minutes, ce qui constitue clairement une menace existentielle. Outre la Finlande, Washington veut des bases en Suède et dans les États baltes, et possède déjà des bases de missiles en Pologne et en Roumanie.

Si Washington considère l’adhésion de la Finlande à l’OTAN comme une nouvelle provocation, nous ne devons pas oublier deux autres provocations existantes que le Kremlin a déclarées inacceptables : les bases de missiles existantes en Pologne et en Roumanie. Il est absurde pour la Russie d’empêcher de manière préventive l’installation de bases de missiles en Ukraine et en Finlande tout en permettant le maintien des bases existantes en Pologne et en Roumanie. L’intervention russe contre ces deux bases est probablement la prochaine action d’autodéfense que les Russes entreprendront.

Les médias prostitués de l’Occident ont fait de leur mieux pour créer une indignation mondiale contre la Russie. Les personnes excitées par l’indignation ne perçoivent pas l’irresponsabilité des gouvernements occidentaux qui menacent gratuitement la Russie avec des bases de missiles à ses frontières. Au lieu de percevoir correctement l’installation de ces bases comme une agression contre la Russie, les personnes endoctrinées considèrent la réponse de la Russie aux menaces existentielles comme une agression.

Je souligne depuis des années que ces provocations de la Russie finiront par franchir une ligne rouge et entraîner une guerre nucléaire. J’ai longtemps critiqué le Kremlin pour ne pas avoir mis fin à ces provocations en posant un pied ferme. La Russie a eu cette opportunité en Ukraine, mais le Kremlin a choisi une voie qui n’a pas réussi à donner l’impression nécessaire que les pays qui s’accommodent de l’agression américaine contre la Russie connaîtront la dévastation. Il est moins risqué de faire cette démonstration dans un pays non-OTAN que dans un pays OTAN. En outre, le Kremlin a attendu beaucoup trop longtemps avant d’intervenir en Ukraine, donnant ainsi aux États-Unis huit ans pour armer et entraîner les forces ukrainiennes. En tergiversant en Ukraine, la Russie sera à nouveau confrontée au même problème en Finlande ou ailleurs, en plus des deux bases existantes dans deux pays membres de l’OTAN à la frontière de la Russie. Il ne fait aucun doute que les États-Unis et l’OTAN ont tracé un chemin qui mène tout droit à la guerre nucléaire. Comme rien de ce qui est en dehors du récit ne peut être publié ou discuté dans le monde occidental, rien ne peut être fait pour arrêter cette course folle vers la guerre nucléaire. Il n’est même pas possible de discuter de cette menace dans les cercles de politique étrangère occidentaux. Une fois de plus, le monde se dirige vers la guerre en somnambule, mais cette guerre sera nucléaire et sera la guerre finale.

Tout ce que le Kremlin a obtenu avec sa retenue et sa confiance dans la négociation avec l’Occident, c’est d’intensifier le rythme et le niveau des provocations. M. Stoltenberg, de l’OTAN, courtise la Finlande et la Suède pour qu’elles adhèrent à l’OTAN en leur promettant que leur adhésion serait accélérée et qu’elles bénéficieraient probablement d’autres avantages, notamment des sommes d’argent considérables. Ce rapport devrait réveiller les gens sur la situation réelle, qui est un conflit en expansion.

VOIR L’ARTICLE SUIVANT:

https://www.zerohedge.com/geopolitical/finland-sweden-nato-applications-could-be-imminent-after-stoltenberg-suggests-fast

À un moment donné, des considérations existentielles obligeront la Russie à prendre l’initiative et à cesser de répondre à l’agenda de Washington.


JE VOUS INVITE À VISITER NOS BOUTIQUES EN LIGNES POUR VOS CADEAUX FUTURS

Sur ce lien :Sur Etsy :Vintage par Michel 
                     Sur E Bay: Vintage par Michel

Plein feu sur les vérités non-révélées sur l’Ukraine

Quelque chose d’incroyable  a été révélé par un brave héros de l’humanité.
Udo Ulfkotte était le rédacteur en chef de l’un des plus grands journaux européens, le Frankfurter Algemeine Zeitung .
Il y a quelques années, il a avoué au monde que des journalistes du monde entier sont payés par la CIA, des sociétés secrètes, des gouvernements, des milliardaires, etc. pour…  
toujours mentir et ne jamais dire la vérité au public.C’est pourquoi,comme vous l’aurez deviné que Justin Trudeau,pseudo-premier-ministre du Canada,avait répartiune assiette de  plus de $300 millions  afin d’aider les médias …pour éviter des faillites…Ceci,avant  le larguage du ballon de la  fausse pandémie  covidienne!

Au Canada,ce sont seulement 4 familles multimillionnaires qui possèdent les médias …ou merdias!Immaginez le reste!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Téléchargez ce mème pour pouvoir le partager sur les réseaux sociaux.

Cet éditeur de journal a avoué que les journalistes sont payés pour…  pousser à la guerre avec la Russie !

C’est là qu’Ulfkotte a tracé la ligne. Après avoir menti au public pendant plus de 25 ans, il ne pouvait plus vivre avec sa conscience. Il a publiquement avoué sa culpabilité et exposé le cartel mondial des médias criminels, qui conduit l’humanité à sa perte.
Peu de temps après ses aveux, Ulfkotte a été retrouvé mort.
Écoutez sa confession dans cette vidéo :

Incroyable tromperie

Ce qu’Ulfkotte a avoué peut facilement être observé quand on regarde comment les médias du monde entier mentent sur l’Ukraine. Regardez les exemples suivants…

Une photo d’une explosion à Gaza il y a des années, est publiée comme si cela venait de se produire en Ukraine…

 

Une explosion en Chine à partir de 2015 est publiée comme si elle s’était produite en Ukraine, tout à l’heure…

 

Une image d’un film de 2010
est publiée comme si elle avait été prise en Ukraine

 

 

 

 

Une autre scène d’un film, est utilisée pour ‘reporter’ sur ce qui se passe en Ukraine…

 

 

Une image d’une explosion de gaz en 2018 est utilisée pour montrer la « destruction causée en Ukraine par la Russie ». La dame montrée avec un visage couvert de sang, est un célèbre acteur de crise, qui apparaît dans des dizaines d’images de «catastrophes». Théâtre pur…

 

 

Dans cette courte vidéo, vous pouvez voir comment cet acteur de crise  est souvent utilisé pour tromper le public. 

Une photo de 2016 sert à attiser l’émotion, alors qu’elle n’a rien à voir avec la situation en Ukraine…

 

 

 

 

 

 

 

 

Une vidéo de 2017 d’une explosion est publiée comme si cela s’était passé tout à l’heure en Ukraine…

 

 

 

 

 

 

 

 

Une autre explosion de 2015 est utilisée par CNN   pour créer l’illusion d’une explosion en cours en Ukraine…

 

 

 

 

 

 

Une agence de presse israélienne diffuse des images supposées de la zone de guerre ukrainienne. Il s’avère qu’ils ont utilisé une scène d’un film Star Wars…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fille victime d’un attentat à la bombe en Syrie en 2018,  est montrée aujourd’hui comme si elle avait été blessée lors d’attentats à la bombe en Ukraine. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces exemples montrent à quel point le monde est trompé à grande échelle. Images de films, catastrophes passées, acteurs de crise, … tous les moyens sont justifiés pour mentir au public.

La vérité est cachée

D’ un autre côté, les médias cachent des informations critiques, qui jettent une toute autre lumière sur toute cette situation. Voici quelques exemples…

LES RUSSES NOURRISSENT LES UKRAINIENS

L’ armée russe livre des centaines de milliers de livres de nourriture au peuple ukrainien. Cela a été rapporté par l’agence de presse russe RT, qui est d’ailleurs l’une des très rares agences de presse au monde à avoir rapporté la vérité sur la pandémie.

Fait intéressant, RT a maintenant été interdit partout dans le monde. Il est clair que leurs reportages ne seront peut-être pas entendus par l’humanité !

ENFANTS TERRORISTES

Ce que les grands médias cachent aussi au monde, c’est comment des enfants sont entraînés en Ukraine à devenir des terroristes, sur le modèle de Daech ! Le fameux « bataillon AZOV », un groupe de nazis opérant en Ukraine depuis de nombreuses années, a été financé par les derniers gouvernements à Kiev.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JEUNES FORMÉS À ÊTRE FASCISTES

La montée dangereuse du nazisme et du fascisme en Ukraine est illustrée dans cette vidéo, où un grand groupe d’adolescents chante les lignes suivantes :

« Salut l’Ukraine, mort aux ennemis, salut l’Ukraine, pendez les Russes, l’Ukraine avant tout !, l’Ukraine avant tout ! »

 

 

 

 

 

 

 

NAZIS EN UKRAINE

C e documentaire complet révèle le mouvement dangereusement croissant du néo-nazisme en Ukraine.

 

BOMBARDANT LEUR PROPRE PEUPLE

Une autre réalité choquante dont vous n’entendrez pas un mot sur les grands médias, c’est la façon dont l’armée ukrainienne a bombardé  son propre peuple, après quoi elle a blâmé la Russie. Cette vidéo montre une jeune famille expliquant cette horreur. Alors que la Russie apporte des tonnes de nourriture au peuple ukrainien, sa propre armée le tue par des bombardements massifs.

 

Leur histoire est confirmée par un reporter de guerre français du Donbass. Elle confirme que l’armée ukrainienne bombarde son propre peuple…

DES RÉVÉLATIONS INATTENDUES

Une  émission de télévision française a fait une grosse erreur : ils ont invité une dame qui vit en Ukraine depuis 25 ans. Une fois qu’elle a commencé à dire la vérité sur ce qui se passe réellement là-bas, l’animatrice de télévision et les autres invités ont été choqués et ont commencé à se disputer dans une grande confusion.

L’une des choses que cette dame ukrainienne a révélées est la façon dont le gouvernement actuel s’est positionné, par la fraude électorale, comme un gouvernement fantoche pour les criminels.

Elle révèle comment les chaînes de télévision de l’opposition ont été interdites, de nombreux journalistes ont été assassinés et le pays fonctionne comme une dictature, alors que le monde extérieur l’a salué comme une «démocratie libre». Elle explique également comment des millions de personnes en Ukraine vivent dans des conditions terribles et que de nombreuses personnes sont en fait satisfaites de l’intervention de la Russie. Écoutez cette dame ukrainienne ici :

NOUS AVONS DU PLAISIR À TUER

Dans le clip suivant, vous pouvez entendre des combattants ukrainiens parler de :

– comment ils suivent les ordres que leur donne l’Occident,
– comment ils s’amusent à tuer des gens,
– comment ils prévoient de faire de l’Ukraine une préoccupation pour le monde entier,
– comment ils envisagent de détruire la Russie.

 

Les médias vous manipulent

 

 

L e but de cette guerre médiatique est d’inciter la population mondiale à la haine contre la Russie. Tout à coup, la Russie est le grand monstre noir. Bouh Poutine ! Tuez Poutine ! Quel méchant ! Mais… est-ce que les gens qui sont indignés maintenant se sont jamais souciés de l’une des guerres qui ont eu lieu récemment ? Les États-Unis ont largué au moins 337 000 bombes au cours des dernières années. Ils ont bombardé par exemple :

Syrie pendant 5 ans.
Yémen depuis 7 ans.
Somalie depuis 15 ans.
Irak pendant 16 ans.
Pakistan depuis 18 ans.
Afghanistan pendant 21 ans.

Personne ne s’en souciait. Aucune grande entreprise n’a appelé à la compassion envers aucun de ces pays. Il n’y a pas eu de boycott contre les USA. Aucun site Web, célébrité, entreprise technologique, restaurant, etc. ne diffusait de messages de soutien à l’un de ces pays. Alors… pourquoi le monde entier est-il soudainement indigné par l’Ukraine ?

Hypocrisie extrême

Les personnes mêmes qui accusent Poutine d’avoir fait quelque chose de « mal » sont celles qui ont assassiné des  millions de personnes, toute leur vie. Je vous ai déjà montré comment ces types ont largué des centaines de milliers de bombes –  souvent sur des civils innocents –  partout dans le monde. Mais ce sont aussi eux qui assassinent les enfants, avec la thérapie génique expérimentale, faussement étiquetée de v@ccine. Ce sont eux qui ont participé au lancement d’une pandémie sur l’humanité qui a tué plusieurs millions d’innocents ( voir la preuve de la façon dont cela a été planifié ).

Ce sont eux qui ont supprimé tous les  remèdes contre le covid , assassinant efficacement des millions de personnes qui auraient pu être guéries avec un traitement précoce.

Ce sont eux qui détruisent systématiquement nos pays, afin de nous soumettre à un gouvernement mondial unique. Ce sont eux qui nous privent de nos libertés, de nos droits, de notre argent et, si nous les laissons faire, de nos vies. Ce sont eux qui poussent au génocide, pour réduire la population mondiale. Ce sont eux qui ont assassiné des scientifiques qui ont découvert des traitements anticancéreux salvateurs.

 

En bref, ce sont eux qui commettent des crimes contre l’humanité dans des proportions que nous ne pouvons même pas comprendre.

Et maintenant, ils se dressent contre le « mal » ? Ceux qui servent les forces du mal les plus profondes et les plus sombres dont la plupart d’entre nous ne peuvent même pas imaginer qu’elles existent ?  Réveillez-vous chères, bien-aimées, belles personnes! Vous êtes joué, trompé, soumis à un lavage de cerveau, manipulé par des gens si méchants qu’ils détruiraient tout ce qui vous est cher, y compris vous-même, si vous ne regardez pas.

Pourquoi ont-ils peur ?

Lorsque vous observez à quel point ces criminels veulent désespérément que vous haïssiez Poutine, vous devriez vous demander :  « Pourquoi ? Que fait Poutine, qui est apparemment une menace pour eux ?  Cela nous amène à une autre réalité de base : chaque fois que la cabale vous dit de haïr quelqu’un, cela signifie que cette personne est son ennemi, et probablement votre ami. 

Avez-vous déjà vu quelqu’un à la télévision publique appeler à l’assassinat d’une personne ?  Pourtant, dans les médias américains, nous avons vu plusieurs personnes appeler au meurtre de Poutine. L’un d’eux est le sénateur américain Lindsey Graham. Il est d’abord apparu à la télévision, appelant au meurtre de Poutine, et il a répété son appel sur Twitter :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pourquoi n’appellent-ils pas à l’élimination de George Soros, Bill Gates, Klaus Schwab, des Rothshild ou des Rockefeller, et de tous les autres maîtres criminels et meurtriers de masse, qui ont infligé au monde entier des souffrances que les mots ne peuvent même pas décrire?

Vous devez vous demander : pourquoi les dirigeants politiques et les personnalités des médias appellent-ils à l’assassinat de Poutine ? Que fait-il, que ces criminels soient si terrifiés par lui ?

Que se passe-t-il?

Comme nous le savons tous, la famille Biden a beaucoup traité avec le gouvernement ukrainien actuel et a reçu à plusieurs reprises plusieurs millions de dollars de sa part. Nous savons aussi à quel point les Biden sont criminels. Hunter Biden (le fils de Joe) a été surpris en train de maltraiter d’innombrables enfants, les achetant à des marchands d’enfants et les abusant de toutes les manières possibles. Son ordinateur portable a été saisi et les preuves sont là. Ici vous voyez une photo de l’ordinateur portable de Hunter, montrant une photo d’une fille kidnappée à Paris, et mise en vente sur le marché de la traite des êtres humains.

Joe Biden est également connu pour ses abus envers les enfants. Il ne peut pas garder ses mains loin d’un enfant qui s’approche de lui (tout comme zombie Joe, son père). La relation intime et continue de cette famille criminelle Biden avec le gouvernement ukrainien est assez révélatrice…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DIRIGEANTS UKRAINIENS SÉLECTIONNÉS PAR LES ÉTATS-UNIS

Un enregistrement audio a fait surface, révélant comment les politiciens américains – ceux qui font partie de l’État profond – sélectionnaient à la main qui ils mettraient dans le gouvernement ukrainien et qui ils garderaient à l’écart. Cela signifie que l’État profond contrôle complètement l’Ukraine !

 

POUTINE ÉLIMINE LES LABORATOIRES D’ARMES BIOLOGIQUES

Il existe plusieurs laboratoires américains d’armes biologiques en Ukraine, dont la plupart sont très proches de la frontière avec la Russie. Les rapports des frappes de Poutine montrent comment il a ciblé ces laboratoires d’armes biologiques ! L’État profond aux États-Unis essaie frénétiquement d’empêcher Poutine de détruire ces laboratoires d’armes biologiques ! ( source ). Poutine n’« envahit » pas l’Ukraine. Il détruit les laboratoires d’armes biologiques !  L’Ukraine était en train d’être préparée comme un bastion majeur pour les opérations de la cabale, en Europe et en Asie. Poutine fait simplement le ménage.

MISSILES AMÉRICAINS LE LONG DE LA FRONTIÈRE RUSSE

Dans une vidéo , vous pouvez entendre Poutine expliquer comment les États-Unis ont positionné des missiles tout le long de la frontière ukrainienne avec la Russie . Il explique que personne ne permettrait jamais à son voisin de faire une telle chose. que se passerait-il si la Russie positionnait des missiles nucléaires tout le long des frontières canado-mexicaine avec les États-Unis ? C’est une simple question de légitime défense, explique Poutine. L’Ukraine était en train d’être préparée comme un bastion majeur pour les opérations de la cabale, en Europe et en Asie. Leur but était d’anéantir la Russie. Poutine empêche simplement leur invasion, en éliminant les laboratoires d’armes biologiques, les bases militaires, les rampes de lancement de missiles, etc.

Qui est Poutine –  Vraiment ?

 

Poutine a peut-être été formé en tant que jeune leader mondial par le WEF, il peut être impliqué dans la franc-maçonnerie (ce qu’il faut être, pour occuper ce genre de poste gouvernemental), cela ne signifie pas qu’il a embrassé leur programme diabolique dans son cœur . Certaines personnes très pieuses ont émergé de certains des environnements les plus sombres. Pensez à l’archevêque Carlo Maria Vigano, qui est une lumière brillante au Vatican, qui est le chef du serpent mondial de la cabale ! Ce héros de l’humanité a dénoncé la maltraitance intense des enfants et la corruption financière au Vatican, et se bat maintenant avec acharnement contre le nouvel ordre mondial, dans lequel le Vatican joue un rôle clé.

De même, Poutine a toujours pris une position audacieuse contre le nouvel ordre mondial et a fait tout son possible pour exposer leurs plans. Ses discours sont partout sur Internet, où il met en garde l’humanité contre le gouvernement mondial satanique. Il a dénoncé publiquement des criminels comme George Soros, Bill Gates et les Rothschild, retirant autant qu’il le pouvait leur influence de la Russie.

Dans tout ce que Poutine a fait et dit au cours de la dernière décennie, il est devenu clair qu’il n’est pas un ami de la cabale, mais qu’il s’y oppose farouchement.

Cela devient d’autant plus évident par la façon dont la cabale essaie de détruire la Russie maintenant. Des dizaines de leurs grandes entreprises quittent maintenant la Russie, essayant de replonger la Russie dans l’âge des ténèbres avec l’absence des meilleurs services, solutions et technologies occidentales.

Ce qu’ils ne comprennent pas, c’est que cela encouragera les Russes à construire leurs propres systèmes, ce qui rendra la Russie d’autant plus puissante contre la cabale, car ils ne compteront plus sur leurs services.

Si des cyberattaques majeures se produisent, elles seront causées par la cabale, mais… d’autres seront blâmés, y compris la Russie. C’est toujours comme ça qu’ils fonctionnent : ils causent un désastre et blâment quelqu’un d’autre. Le fait que Schwab ait prédit des cyberattaques montre que c’est à leur ordre du jour.

La seule façon de comprendre l’attaque mondiale actuelle contre la Russie est de savoir comment cette nation est un obstacle majeur pour le gouvernement mondial unique.

Il en va de même pour l’Amérique. La cabale a tenté de détruire à la fois la Russie et l’Amérique de l’intérieur, en positionnant des marionnettes corrompues au sein des gouvernements, et par la corruption massive et le chantage d’individus influents dans ces pays. Ils ont également essayé d’amener ces deux nations à déclencher une guerre nucléaire.

Ils ont raté.

 

Même maintenant, avec un gouvernement fantoche cabaliste en place, ils s’exposent plus que jamais, provoquant d’autant plus une montée de feu patriote à travers l’Amérique.

 

Rapide vue d’ensemble

✔︎ Poutine appelle au  retour à Dieu , et à Ses valeurs, qui est l’exact opposé de la cabale, qui sert le royaume des ténèbres.

✔︎ Poutine a  condamné la montée de la perversion , qui est l’exact opposé de la cabale, qui pousse à la perversion.

✔︎ Poutine a pris une  position audacieuse contre le mondialisme  et le Nouvel Ordre Mondial, faisant de lui un obstacle à leurs plans.

✔︎ C’est pourquoi la cabale a payé des journalistes en Amérique et en Europe, essayant de  provoquer la guerre avec la Russie.

✔︎ La cabale s’est emparée de l’Ukraine et en a fait un  bastion pour ses opérations,  ce qui constitue une menace majeure pour la Russie.

✔︎ Poutine a supprimé  les stations de lancement de missiles et les laboratoires d’armes biologiques,  qui étaient positionnés le long de la frontière avec la Russie.

✔︎ L’Ukraine est une plaque tournante du néo-nazisme, où les enfants sont entraînés à devenir des terroristes.

✔︎ Les combattants ukrainiens se vantent de s’amuser à tuer des gens, et comment l’Ukraine va devenir  « une préoccupation pour le monde entier ».

✔︎ L’Ukraine a été  profondément au lit avec la cabale , et Biden en est un exemple frappant.

✔︎ L’État profond américain a trié sur le volet le gouvernement ukrainien, en faisant un  gouvernement fantoche aux mains de criminels.

✔︎ Pendant des décennies, la cabale a tenté de  provoquer une guerre nucléaire avec la Russie,  pour détruire cette nation.

✔︎ Maintenant, une fois de plus, les médias de la cabale du monde entier appellent à la guerre contre la Russie, ce qui montre  qu’ils veulent détruire la nation .

✔︎ Les médias mentent sur la Russie, afin de mettre l’  opinion publique de leur côté , lorsqu’ils les attaquent.

En substance, Poutine défend simplement la Russie, contre une menace toujours croissante posée par l’OTAN et l’État profond/la Cabale. Dans le même temps, il abolit leurs bastions en Ukraine, qui comprend une plaque tournante du trafic d’enfants. Et il délivre le peuple ukrainien d’un gouvernement criminel qui opprime le peuple.

Cyber-pandémies

Hillary Clinton et Biden ont tous deux appelé à des cyberattaques contre la Russie. Klaus Schwab du WEF a annoncé publiquement qu’après les pandémies biologiques, il y aura une vague de cyberattaques. Ce serait bien plus dévastateur que n’importe quel virus biologique, car il fermerait toute l’infrastructure mondiale et provoquerait des pannes de courant, des perturbations des lignes d’approvisionnement, etc.

Si des cyberattaques majeures se produisent, elles seront causées par la cabale, mais… d’autres seront blâmés, y compris la Russie. C’est toujours comme ça qu’ils fonctionnent : ils causent un désastre et blâment quelqu’un d’autre. Le fait que Schwab ait prédit des cyberattaques montre que c’est à leur ordre du jour.

CONCLUSION : LES JOURNAPUTES

À New York, lors d’un banquet, le 25 septembre 1880, le célèbre journaliste John Swinton se fâche quand on propose de boire un toast à la liberté de la presse :

    « Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurons à le faire, nous nous retrouverons à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

    (Cité dans : Labor’s Untold Story, de Richard O. Boyer et Herbert M. Morais, NY, 1955/1979.)

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

Quelques précisions  ici :

http://www.constitution.org/pub/swinton_press.htm

John Swinton sur l’indépendance de la presse

Des variations sur la citation ont été attribuées à tort à une réponse à un toast, par John Swinton, comme « l’ancien chef de cabinet du New York Times », devant le New York Press Club en 1953. Cependant, la recherche révèle que Swinton (1829 -1901), après avoir déménagé à New York, écrit un article occasionnel pour le New York Times et est embauché régulièrement en 1860 comme chef de la rédaction. Après avoir occupé ce poste tout au long de la guerre civile, il quitta le journal en 1870 et devint actif dans les luttes ouvrières de l’époque. Plus tard, il a occupé le même poste pendant huit ans dans le New York Sun et a ensuite publié une feuille de travail hebdomadaire, John Swinton’s Paper.

Les remarques ont apparemment été faites par Swinton, alors l’éminent journaliste new-yorkais, probablement une nuit de 1880. Swinton était l’invité d’honneur d’un banquet que lui offraient les dirigeants de son métier. Quelqu’un qui ne connaissait ni la presse ni Swinton a porté un toast à la presse indépendante. Swinton a indigné ses collègues en répondant :

Il n’existe pas, à cette date de l’histoire du monde, en Amérique, de presse indépendante. Tu le sais et je le sais.

Il n’y a pas un seul d’entre vous qui ose écrire ses opinions honnêtes, et si vous le faisiez, vous savez d’avance qu’elles ne paraîtraient jamais imprimées. Je suis payé chaque semaine pour garder mon opinion honnête hors du journal auquel je suis connecté. D’autres d’entre vous reçoivent des salaires similaires pour des choses similaires, et tous ceux d’entre vous qui seraient assez stupides pour écrire des opinions honnêtes se retrouveraient dans la rue à la recherche d’un autre emploi. Si je permettais à mes opinions honnêtes d’apparaître dans un seul numéro de mon journal, avant vingt-quatre heures, mon occupation serait terminée.

Le travail des journalistes est de détruire la vérité, de mentir carrément, de pervertir, de vilipender, de flatter aux pieds de Mammon, et de vendre son pays et sa race pour son pain quotidien. Vous le savez et je le sais, et quelle folie est-ce de porter un toast à une presse indépendante ?

Nous sommes les outils et les vassaux des hommes riches dans les coulisses. Nous sommes les pantins, ils tirent les ficelles et nous dansons. Nos talents, nos possibilités et nos vies sont tous la propriété d’autres hommes. Nous sommes des prostituées intellectuelles.

(Source : Labor’s Untold Story, par Richard O. Boyer et Herbert M. Morais, publié par United Electrical, Radio & Machine Workers of America, NY, 1955/1979.)


JE VOUS INVITE À  MAGASINER SUR L’UNE OU L’AUTRE DE NOS BOUTIQUES EN LIGNE …QUI PERMETTENT  NOTRE INDÉPENDANCE ET NOTRE LIBERTÉ DE PAROLE

Sur ces liens: Sur Etsy     VintageparMichel

Sur E Bay:VintageparMichel

 

 

 

 

 

Selon Larry C. Johnson: « L’armée ukrainienne a été vaincue. Ce qui reste est du ratissage »

Question 1– Pouvez-vous m’expliquer pourquoi vous pensez que la Russie est en train de gagner la guerre en Ukraine ?

Larry C. Johnson– Au cours des 24 premières heures de l’opération militaire russe en Ukraine, toutes les capacités ukrainiennes d’interception radar au sol ont été anéanties. Sans ces radars, l’armée de l’air ukrainienne a perdu sa capacité à effectuer des interceptions air-air. Au cours des trois semaines qui ont suivi, la Russie a établi de facto une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine . Bien qu’elle soit toujours vulnérable aux missiles sol-air tirés à l’épaule fournis par les États-Unis et l’OTAN aux Ukrainiens, rien ne prouve que la Russie ait dû réduire ses opérations aériennes de combat.

 

L’arrivée de la Russie à Kiev dans les trois jours suivant l’invasion a également retenu mon attention. J’ai rappelé que les nazis de l’opération Barbarossa ont mis sept semaines pour atteindre Kiev et les 7 semaines de plus nécessaires pour soumettre la ville. Les nazis avaient l’avantage de ne pas donner de coups de poing pour éviter les pertes civiles et étaient impatients de détruire les infrastructures critiques. Pourtant, de nombreux soi-disant experts militaires américains ont affirmé que la Russie était enlisée. Lorsqu’un 24 milles (ou 40 milles, selon la source d’information) a été positionné au nord de Kiev pendant plus d’une semaine, il était clair que la capacité de l’Ukraine à lancer des opérations militaires importantes avait été éliminée.Si leur artillerie était intacte, alors cette colonne était un choix facile pour une destruction massive. Cela ne s’est pas produit. Alternativement, si les Ukrainiens avaient une capacité viable à voilure fixe ou à voilure tournante, ils auraient dû détruire cette colonne depuis les airs. Cela ne s’est pas produit. Ou, s’ils avaient une capacité de missile de croisière viable, ils auraient dû faire pleuvoir l’enfer sur la colonne russe soi-disant bloquée. Cela ne s’est pas produit. Les Ukrainiens n’ont même pas monté une importante embuscade d’infanterie contre la colonne avec leurs javelots américains nouvellement fournis.

L’ampleur et la portée de l’attaque russe sont remarquables. Ils ont capturé un territoire en trois semaines qui est plus grand que la masse terrestre du Royaume-Uni. Ils ont ensuite procédé à des attaques ciblées sur des villes clés et des installations militaires. Nous n’avons pas vu un seul exemple d’unité ukrainienne de la taille d’un régiment ou d’une brigade attaquant et battant une unité russe comparable. Au lieu de cela, les Russes ont divisé l’armée ukrainienne en fragments et coupé leurs lignes de communication. Les Russes consolident leur contrôle de Marioupol et ont sécurisé toutes les approches sur la mer Noire. L’Ukraine est désormais coupée au Sud et au Nord.

Je voudrais souligner que les États-Unis ont eu plus de mal à capturer autant de territoire en Irak en 2003 alors qu’ils luttaient contre une force militaire bien inférieure et moins capable. Au contraire, cette opération russe devrait effrayer les dirigeants militaires et politiques américains.

La très grande nouvelle est arrivée cette semaine avec les frappes de missiles russes sur ce qui est de facto des bases de l’OTAN à Yavoriv et Zhytomyr. L’OTAN a organisé une formation sur la cybersécurité à Jytomyr en septembre 2018 et a décrit l’Ukraine comme un « partenaire de l’OTAN ». Jytomyr a été détruit samedi par des missiles hypersoniques. Yavoriv a subi un sort similaire dimanche dernier. C’était le principal centre d’entraînement et de logistique que l’OTAN et l’EUCOM utilisaient pour fournir des combattants et des armes à l’Ukraine. Un grand nombre de militaires et de civils de cette base sont devenus des victimes.

Non seulement la Russie frappe et détruit régulièrement des bases utilisées par l’OTAN depuis 2015, mais il n’y a pas eu d’avertissement de raid aérien et il n’y a pas eu d’arrêt des missiles d’attaque.

 

 

 

Question 2 – Pourquoi les médias tentent-ils de convaincre le peuple ukrainien qu’il peut l’emporter dans sa guerre contre la Russie ? Si ce que vous dites est correct, alors tous les civils envoyés combattre l’armée russe meurent dans une guerre qu’ils ne peuvent pas gagner. Je ne comprends pas pourquoi les médias voudraient induire les gens en erreur sur quelque chose d’aussi grave. Quelles sont vos réflexions sur le sujet ?

Larry C. Johnson– C’est une combinaison d’ignorance et de paresse. Plutôt que de faire de véritables reportages, la grande majorité des médias (imprimés et électroniques) ainsi que les Big Tech soutiennent une campagne de propagande massive. Je me souviens quand George W. Bush était Hitler. Je me souviens quand Donald Trump était Hitler. Et maintenant nous avons un nouvel Hitler, Vladimir Poutine. C’est un livre de jeu fatigué et raté. Quiconque ose soulever des questions légitimes est immédiatement traité de marionnette de Poutine ou de laquais de la Russie. Lorsque vous ne pouvez pas discuter des faits, le seul recours est l’injure.

Question 3– La semaine dernière, le colonel Douglas MacGregor était l’invité du Tucker Carlson Show. Ses vues sur la guerre sont étonnamment similaires aux vôtres. Voici ce qu’il a dit dans l’ interview :

« La guerre est vraiment finie pour les Ukrainiens. Ils ont été broyés en morceaux, cela ne fait aucun doute malgré ce que nous entendons de nos médias grand public. Donc, la vraie question pour nous à ce stade est, Tucker, allons-nous vivre avec le peuple russe et son gouvernement ou allons-nous continuer à poursuivre ce genre de changement de régime déguisé en guerre ukrainienne ? Allons-nous cesser d’utiliser l’Ukraine comme bélier contre Moscou, ce que nous avons effectivement fait. ( Tucker Carlson – Entretien avec MacGregor )

Êtes-vous d’accord avec MacGregor sur le fait que le véritable objectif de pousser la Russie à une guerre en Ukraine était le « changement de régime » ?

 

Deuxièmement, êtes-vous d’accord pour dire que l’Ukraine est utilisée comme terrain de jeu par les États-Unis pour mener une guerre par procuration contre la Russie ?

Larry C. Johnson – Doug est un excellent analyste, mais je ne suis pas d’accord avec lui – je ne pense pas qu’il y ait quelqu’un dans l’administration Biden qui soit assez intelligent pour penser et planifier en ces termes stratégiques. À mon avis, les 7 dernières années ont été l’inertie du statu quo de l’OTAN. Ce que je veux dire par là, c’est que l’OTAN et Washington pensaient qu’ils pouvaient continuer à ramper vers l’est aux frontières de la Russie sans provoquer de réaction. L’OTAN et l’EUCOM organisaient régulièrement des exercices, y compris des entraînements « offensifs », et fournissaient du matériel. Je crois que les rapports aux États-Unis selon lesquels la CIA fournissait une formation paramilitaire aux unités ukrainiennes opérant dans le Donbass sont crédibles. Mais j’ai du mal à croire qu’après nos débâcles en Irak et en Afghanistan, nous ayons soudainement des stratèges du niveau Sun Tzu qui tirent les ficelles à Washington.

Il y a un air de désespoir à Washington. En plus d’essayer d’interdire tout ce qui est russe, l’administration Biden tente d’intimider la Chine, l’Inde et l’Arabie saoudite. Je ne vois aucun de ces pays s’aligner. Je crois que l’équipe de Biden a commis une erreur fatale en essayant de diaboliser toutes choses et tous les Russes. Au contraire, cela unit le peuple russe derrière Poutine et il est prêt à s’engager dans une longue lutte.

Je suis choqué par l’erreur de calcul en pensant que des sanctions économiques contre la Russie les mettraient à genoux. Le contraire est vrai. La Russie est autosuffisante et ne dépend pas des importations. Ses exportations sont essentielles au bien-être économique de l’Occident . S’ils retiennent le blé, la potasse, le gaz, le pétrole, le palladium, le nickel fini et d’autres minéraux clés de l’Occident, les économies européenne et américaine seront ravagées. Et cette tentative de contraindre la Russie avec des sanctions a maintenant rendu très probable que le rôle du dollar américain en tant que monnaie de réserve internationale apparaîtra dans les poubelles de l’histoire.

 

Question 4– Depuis qu’il a prononcé son célèbre discours à Munich en 2007, Poutine se plaint de « l’architecture de la sécurité mondiale ». En Ukraine, nous pouvons voir comment ces problèmes de sécurité lancinants peuvent évoluer en une véritable guerre. Comme vous le savez, en décembre, Poutine a fait un certain nombre de demandes liées à la sécurité russe, mais l’administration Biden les a ignorées et n’a jamais répondu. Poutine voulait des assurances écrites que l’expansion de l’OTAN n’inclurait pas l’Ukraine (adhésion) et que les systèmes de missiles nucléaires ne seraient pas déployés en Roumanie ou en Pologne. Pensez-vous que les demandes de Poutine sont déraisonnables ?

Larry C. Johnson– Je pense que les exigences de Poutine sont tout à fait raisonnables. Le problème est que 99% des Américains n’ont aucune idée du type de provocation militaire que l’OTAN et les États-Unis ont menée au cours des 7 dernières années. On a toujours dit au public que les exercices militaires étaient « défensifs ». Ce n’est tout simplement pas vrai. Nous avons maintenant des nouvelles selon lesquelles DTRA finançait des biolabs en Ukraine. Je suppose que Poutine pourrait accepter d’autoriser les systèmes de missiles nucléaires américains en Pologne et en Roumanie si Biden accepte d’autoriser le déploiement de systèmes russes comparables à Cuba, au Venezuela et au Mexique. Lorsque nous regardons cela en ces termes, nous pouvons commencer à comprendre que les exigences de Poutine ne sont ni folles ni déraisonnables.

 

Question 5– Les médias russes rapportent que des missiles russes « de haute précision lancés par voie aérienne » ont frappé une installation dans l’ouest de l’Ukraine « tuant plus de 100 soldats locaux et mercenaires étrangers ». Apparemment, le centre de formation des opérations spéciales était situé près de la ville d’Ovruch, à seulement 15 miles de la frontière polonaise. Que pouvez-vous nous dire sur cet incident ? La Russie essayait-elle d’envoyer un message à l’OTAN ?

Larry C. Johnson– Réponse courte—OUI ! Les frappes militaires russes dans l’ouest de l’Ukraine au cours de la semaine dernière ont choqué et alarmé les responsables de l’OTAN. Le premier coup est tombé le dimanche 13 mars à Yavoriv, ​​en Ukraine. La Russie a frappé la base avec plusieurs missiles, dont certains auraient été hypersoniques. Plus de 200 personnes ont été tuées, dont des militaires et des services de renseignement américains et britanniques, et des centaines d’autres blessés. Beaucoup ont subi des blessures catastrophiques, telles que des amputations, et sont hospitalisés. Pourtant, l’OTAN et les médias occidentaux ont montré peu d’intérêt à rendre compte de cette catastrophe.

Yavoriv était une base avancée importante pour l’OTAN (voir ici). Jusqu’en février (avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie), le Commandement d’entraînement de la 7e armée américaine opérait depuis Yavoriv jusqu’à la mi-février. La Russie ne s’est pas arrêtée là. ASB Military news rapporte que la Russie a frappé un autre site, Delyatyn, qui se trouve à 60 miles au sud-est de Yavoriv (jeudi je crois). Hier, la Russie a frappé Zytomyr, un autre site où l’OTAN était auparavant présente. Poutine a envoyé un message très clair : les forces de l’OTAN en Ukraine seront considérées et traitées comme des combattants. Point final.

Question 6– Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a été adulé dans les médias occidentaux comme un « chef de guerre » et un « Winston Churchill » des temps modernes. Ce que les médias omettent de dire à leurs lecteurs, c’est que Zelensky a pris un certain nombre de mesures pour renforcer son emprise sur le pouvoir tout en portant atteinte aux fragiles institutions démocratiques en Ukraine. Par exemple, Zelensky a « interdit onze organes de presse appartenant à l’opposition » et a tenté d’empêcher le chef du plus grand parti d’opposition ukrainien, Viktor Medvedtchouk, de se présenter aux élections sous une fausse accusation de « financement du terrorisme ». Ce n’est pas le comportement d’un dirigeant qui s’engage sérieusement pour la démocratie.

Que pensez-vous de Zelensky ? Est-il vraiment le « leader patriotique » que les médias prétendent être ?

Larry C. Johnson– Zelensky est un comédien et un acteur. Pas très bon à ça à mon avis. L’Occident utilise cyniquement le fait qu’il est juif comme une diversion du contingent important de néo-nazis (et je veux dire de véritables nazis qui célèbrent encore les réalisations de l’unité ukrainienne Waffen SS tout en combattant avec les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale). Les faits sont clairs : il interdit les partis politiques d’opposition et ferme les médias d’opposition. Je suppose que c’est la nouvelle définition de la «démocratie».

Question 7– Comment cela se termine-t-il ? Il y a un excellent article sur le site de Moon of Alabama intitulé « What Will Be The Geographic End State Of The War In Ukraine  » . L’auteur du message, Bernard, semble penser que l’Ukraine sera éventuellement divisée le long du fleuve Dniepr « et au sud le long de la côte qui abrite une population majoritairement russe ». Il dit aussi ceci :

« Cela éliminerait l’accès de l’Ukraine à la mer Noire et créerait un pont terrestre vers la Transnistrie sécessionniste moldave qui est sous protection russe. Le reste de l’Ukraine serait un État confiné, principalement agricole, désarmé et trop pauvre pour être préparé à une nouvelle menace contre la Russie de sitôt. Politiquement, elle serait dominée par les fascistes de Galice, ce qui deviendrait alors un problème majeur pour l’Union européenne.

Qu’est-ce que tu penses? Poutine imposera-t-il son propre règlement territorial à l’Ukraine afin de renforcer la sécurité russe et de mettre fin aux hostilités ou un scénario différent est-il plus probable ?

Larry C. Johnson– Je suis d’accord avec Moon. L’objectif principal de Poutine est de protéger la Russie des menaces étrangères et d’effectuer un divorce avec l’Occident. La Russie a les ressources physiques pour être un souverain indépendant et est en train de concrétiser cette vision.

Bio– Larry C Johnson est un vétéran de la CIA et du Bureau de lutte contre le terrorisme du Département d’État. Il est le fondateur et associé directeur de BERG Associates, qui a été créé en 1998. Larry a dispensé une formation à la communauté des opérations spéciales de l’armée américaine pendant 24 ans. Il a été vilipendé par la droite et la gauche, ce qui signifie qu’il doit faire quelque chose de bien. Son analyse et ses commentaires peuvent être trouvés sur son blog, https://sonar21.com/


Voir notre offre de la semaine sur notre boutique en ligne Vintage par Michel sur E Bay:

https://www.cafr.ebay.ca/itm/194938327692?mkevt=1&mkcid=16&mkrid=706-127636-26712-0

Une magnifique théière de l’époque de l’empereur Pu Yi de Chine.

 

 

 

 

 

Troisième Guerre Mondiale en développement rapide:Les manigances de l’état profond

L’Ukraine en quelques chiffres
Barack Hussein Obama et Georges Soros.
George SOROS contrôlait l’Ukraine depuis 2012 et a été inséré par le GROUPE DAVOS et soutenu par OBAMA, l’ONU, la CIA, le MOSSAD et  l’OTAN ( les mêmes entités de l’arnaque Pandémique).
Ils ont fait leur coup d’état (révolution colorée) en Ukraine en 2014 et ont utilisé des étudiants et des organisations nazies et ashkénazies ( Zelensky) dans le coup d’État.
Depuis lors, l’ÉTAT PROFOND prive l’UKRAINE de ses produits et de toutes les ressources naturelles… Voici une liste de ce que l’ONU et les filiales du groupe Davos/ Clinton/ Biden ont volé à l’UKRAINE et blanchi plus de 7 BILLIONS DE DOLLARS par l’intermédiaire du gouvernement UKRAINE].
– C’est le deuxième plus grand pays d’Europe par superficie et compte plus de 43 millions d’habitants
L’Ukraine se classe :
1er en Europe dans les réserves récupérables prouvées de minerais d’uranium ;
2e place en Europe et 10e place au monde en termes de réserves de minerai de titane ;
2e place au monde en termes de réserves explorées de minerais de manganèse (2,3 milliards de tonnes, soit 12 % des réserves mondiales) ;
2e plus grande réserve de minerai de fer au monde (30 milliards de tonnes) ;
2e place en Europe en termes de réserves de minerai de mercure ;
3e place en Europe (13e place au monde) dans les réserves de gaz de schiste (22 billions de mètres cubes)
4e au monde par la valeur totale des ressources naturelles ;
7e place au monde dans les réserves de charbon (33,9 milliards de tonnes)
L’Ukraine est un pays agricole important :
1er en Europe en termes de superficie en terres arables ;
3e place au monde par la superficie du sol noir (25 % du volume mondial) ;
1ère place au monde dans les exportations d’huile de tournesol et de tournesol ;
2e place au monde dans la production d’orge et 4e place dans les exportations d’orge ;
3e producteur et 4e exportateur de maïs au monde ;
4e producteur mondial de pommes de terre ;
5e plus grand producteur de seigle au monde ;
5e place au monde dans la production apicole (75 000 tonnes) ;
8e place au monde dans les exportations de blé ;
9e place au monde dans la production d’œufs de poule ;
16e place au monde dans les exportations de fromage.
L’Ukraine peut répondre aux besoins alimentaires de 600 millions de personnes.
L’Ukraine est un pays industrialisé important :
1er en Europe dans la production d’ammoniac ;
Le 2e et le 4e plus grand réseau de gazoducs d’Europe au monde ;
3e plus grand d’Europe et 8e plus grand au monde en termes de capacité installée des centrales nucléaires ;
3e place en Europe et 11e au monde en termes de longueur du réseau ferroviaire (21 700 km) ;
3e place au monde (après les États-Unis et la France) dans la production de localisateurs et d’équipements de localisation ;
3e plus grand exportateur de fer au monde
4e exportateur mondial de turbines pour centrales nucléaires ;
4e plus grand fabricant mondial de lance-roquettes ;
4e place au monde dans les exportations d’argile
4e place au monde dans les exportations de titane
8e place au monde en matière d’exportations de minerais et de concentrés ;
9e place au monde dans les exportations de produits de l’industrie de la défense ;
10e plus grand producteur d’acier au monde (32,4 millions de tonnes).
L’UKRAINE est le premier réseau de blanchiment d’argent en Europe créé par les Clinton et Obama. L’ONU.
En connexion avec Israël, l’Ukraine est le plus grand exportateur de femmes goyim  (traite des êtres humains) d’Europe… Mais toutes les données sont supprimées et les enquêtes sont arrêtées en temps de conflit (d’où la GUERRE par procuration de 8 ans dans le Donbass).
Moscou a annoncé une opération militaire spéciale en Ukraine le 24 février 2022, dans le but de défendre les habitants du Donbass contre l’agression de Kiev. La Russie a également déclaré que le but de son opération spéciale était de démilitariser et de « dénazifier » l’Ukraine, et que seules les infrastructures militaires étaient visées.
Lors d’une conversation téléphonique avec Recep Tayyip Erdogan,le dimanche suivant, le président russe Vladimir Poutine a assuré à son homologue turc que l’opération se déroulait comme prévu .
Pendant ce temps, le Kremlin a également souligné la « cruauté et le cynisme particuliers » des formations nationalistes et néonazies ukrainiennes qui continuent d’attaquer le Donbass et d’utiliser des civils, y compris des étrangers retenus en otage dans les villes ukrainiennes, comme boucliers humains.
La Russie et ses alliés de la République populaire de Donetsk et de Lougansk ont ​​lancé une opération militaire en Ukraine fin février après des semaines d’attaques croissantes de bombardements, de tireurs d’élite et de sabotage par les forces de Kiev. La crise sécuritaire est le point culminant d’une calamité qui a commencé en 2014, lorsque les forces soutenues par l’Occident ont renversé le gouvernement ukrainien lors d’un coup d’État.
La situation dans le Donbass est comparable à celle de la Yougoslavie lors des bombardements de l’OTAN en 1999, et la République populaire de Donetsk est prête et ne serait pas surprise par toutes sortes de crimes de guerre commis par les bataillons ultra-nationalistes ukrainiens contre la population civile alors qu’ils se retirent. , a déclaré le chef du DPR, Denis Pushilin.
«Depuis huit ans que nous avons affronté l’agression armée ukrainienne, nous savons tout attendre des bataillons nationalistes. Le régime de Kiev intensifie son terrorisme. Aujourd’hui, à Marioupol et dans d’autres villes, nous voyons l’image réelle de leurs atrocités. Pendant toutes les années de conflit, la même chose s’est produite sur notre terre », a déclaré Pouchiline dans une interview  , commentant les récents rapports sur l’utilisation par les combattants d’Azov de civils comme boucliers humains dans la ville assiégée.
« Ils ont organisé le chaos en toute impunité, se cachant derrière la population civile. Maintenant, ils ne permettent pas à la population civile de quitter les villes. Faisant fi de la vie des gens, ils transforment des maisons, des appartements, des écoles et des jardins d’enfants en postes de tir. Le 5 mars, [ils] ont attaqué des civils quittant Volnovakha. Ils ont ouvert le feu sur des femmes et des enfants. Le colonel Vladimir Zhoga, nom de guerre Vokha, commandant du bataillon de reconnaissance de Sparte, a été mortellement blessé lors de cette attaque », a déclaré Pouchiline.
Les soldats du bataillon Azov prêtent serment à Kiev avant d'être envoyés dans le Donbass - Sputnik International, 1920, 05.03.2022Selon le chef de la DPR : Jusqu’à 200 personnes enterrées sous les décombres alors que les militants d’Azov font exploser un bâtiment à Marioupol,le 5 mars 2022
Les civils vivant sous contrôle ukrainien au cours des huit dernières années ont beaucoup souffert, a déclaré le chef de la RPD.

« Lorsque nous libérons des colonies, nous voyons que les gens là-bas ont vécu une catastrophe humanitaire. Malheureusement, la situation dans le Donbass a beaucoup en commun avec celle de la Serbie lorsqu’elle était bombardée par l’OTAN. Et les mêmes parties intéressées se tiennent derrière ces crimes. C’est le même scénario », a suggéré Pushilin.

« Aujourd’hui, les formations ukrainiennes laissent la destruction et la peur dans leur sillage alors qu’elles se retirent de leurs positions, ne laissant aucune électricité, aucune eau, aucune communication [infrastructure] intacte. Les maisons et les infrastructures sont détruites. Les gens jubilent lorsqu’ils rencontrent la RPD et les forces russes. Nous commençons immédiatement la reconstruction. Les gens ont l’espoir d’une paix rapide et d’un retour à une vie normale », a-t-il déclaré.
L’opération militaire dirigée par la Russie n’est pas venue de nulle part
Les responsables et les médias occidentaux ont passé plus d’une semaine à accuser la Russie et ses alliés du Donbass d’un acte «d’agression» non provoqué et inattendu contre l’Ukraine, suggérant que rien ne justifiait l’opération militaire qui a débuté le 24 février. Pushilin ne partage pas ce point de vue, soulignant la campagne de plusieurs mois pour pomper Kiev avec des armes, des semaines d’escalade militaire et les préparatifs d’un nouvel acte d’agression contre le Donbass.
« À la fin de l’année dernière et au début de cette année, l’Ukraine concentrait ses forces le long de la ligne de contact, tandis que des livraisons massives étaient effectuées à Kiev depuis les États-Unis et les pays de l’OTAN. Bayraktar [drones], missiles antichars Javelin, MANPAD Stinger – la liste est longue. Des tonnes d’armes ont été acheminées vers l’Ukraine et transférées d’urgence dans le Donbass », a déclaré Pushilin.
Cela a été suivi par « des bombardements, une vague d’alertes à la bombe, des provocations, des menaces d’attaques chimiques, ainsi qu’une accumulation d’informations » sur la situation, a-t-il dit, ajoutant que les renseignements de la DPR montraient que Kiev avait fait tous les préparatifs nécessaires pour une Offensive militaire totale dans le Donbass.
Avions de chasse ukrainiens Su-27 (nom OTAN : Flanker-B) - Spoutnik International, 1920, 05.03.2022
Pouchiline a révélé qu’en l’espace de 16 jours d’escalade en février, avant que les forces dirigées par la Russie ne commencent leur opération militaire pour démilitariser l’Ukraine, Kiev a mené près de 800 attaques contre des villes du Donbass, en utilisant tous les calibres d’armes, y compris les armes tactiques Tochka-U. missiles et fusées d’artillerie BM-21 Grad. Ces attaques ont tué 26 civils et blessé 109 autres, dont 7 enfants. 514 maisons et immeubles d’appartements ont été endommagés, ainsi que 198 éléments d’infrastructure civile, dont des hôpitaux, des écoles et des infrastructures essentielles, allant des stations d’électricité et d’eau au gaz, a déclaré Pushilin.
« Dans le même temps, Kiev a délibérément mené le processus de négociation basé sur la plate-forme de Minsk dans une impasse. Cela nous a obligés à prendre des mesures pour protéger la population civile. Avec le chef de la République populaire de Lougansk, Leonid Pasechnik, nous nous sommes tournés vers la Russie pour demander au président Vladimir Poutine de reconnaître les républiques du Donbass et de conclure avec nous des traités d’amitié et de coopération, y compris une coopération dans le domaine de la défense », a-t-il déclaré.
La reconnaissance de Moscou est devenue un point de départ pour des changements que le Donbass attendait « depuis huit longues années », a souligné Pouchiline, ajoutant que les habitants de la RPD et de la RPL « éprouvaient des sentiments de joie et de gratitude » face à la décision de la Russie.
Pouchiline dit que 39 colonies ont été libérées des forces de Kiev au cours de l’opération militaire qui a commencé le 24 février. « Nous devons repousser l’armée ukrainienne et ses armes meurtrières loin de nos villes, afin que les gens puissent enfin vivre dans la paix et le calme », ​​a déclaré le chef de la RPD (République Populaire  du Donesk).

Voir ma dernière vidéo sur Odysee:


Je vous invite à visiter  notre boutique en ligne qui permet de maintenir ce site bien en vie:
Sur ce lien: Vintage par Michel
%d blogueurs aiment cette page :